Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 18 n° 1Comptes rendusKostis Gkotsinas, Poisons sociaux...

Comptes rendus

Kostis Gkotsinas, Poisons sociaux. Histoire des stupéfiants en Grèce (1875-1950)

Athènes, École française d’Athènes, 2022
Erwan Pointeau-Lagadec
Référence(s) :

Gkotsinas, Kostis, Poisons sociaux. Histoire des stupéfiants en Grèce (1875-1950), Athènes, École française d’Athènes, 2022, 380 p., ISBN : 978-2-86958-575-1.

Texte intégral

1Issu d’une thèse de doctorat en histoire et civilisations, soutenue en 2015 à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) sous la direction du regretté Georges Dertilis, Poisons sociaux. Histoire des stupéfiants en Grèce (1875-1950) constitue un heureux dépaysement dans une historiographie nationale des drogues à bien des égards encore franco-centrée. L’ouvrage de Kostis Gkotsinas tient d’ailleurs compte du possible exotisme de son objet d’étude pour le lecteur français en mettant à sa disposition un appareil critique à la fois massif et fort utile : liste des abréviations (archives, institutions et publications, grecques comme internationales), tableau chronologique détaillé de l’histoire contemporaine de la Grèce dans ses rapports avec les stupéfiants, notices biographiques concernant les principaux acteurs de cette dernière, notamment. Le propos, clair et bien écrit, s’accompagne d’un riche matériau iconographique (caricatures de toxicomanes, photographie d’un laboratoire clandestin, publicité pour des « cigarettes indiennes », entre autres), ainsi que de tableaux et de graphiques (statistiques médicales et policières, notamment), qui complètent efficacement la lecture et permettent de donner corps à l’histoire contée.

  • 1 Yvorel Jean-Jacques, Les poisons de l’esprit. Drogues et drogués au xixe siècle, Paris, quai Voltai (...)
  • 2 Retaillaud-Bajac Emmanuelle, Les paradis perdus. Drogues et usagers de drogues dans la France de l’ (...)
  • 3 En France, les premières traces d’un usage médical du haschisch datent de la seconde moitié des ann (...)

2Cette histoire, quelle est-elle ? Comme dans les ouvrages pionniers de Jean-Jacques Yvorel1 et Emmanuelle Retaillaud-Bajac2, c’est d’abord celle de l’émergence d’un phénomène culturel – la massification de l’usage d’un certain nombre de substances psychoactives : opium, haschisch, cocaïne, etc. –, rapidement érigé au rang de problème de santé et de sécurité publiques – la toxicomanie et le trafic – avant d’être accusé de divers maux sociaux – baisse de la natalité, corruption de la jeunesse, décadence morale, etc. – pour se voir finalement réprimer par les autorités nationales, dans un contexte international de progression de la réponse prohibitionniste. Du point de vue de ses dynamiques structurelles comme de ses acteurs (« juristes et policiers, médecins et psychiatres, médecins-légistes et chimistes[,] journalistes, […] reporteurs, […] chroniqueurs[,] hommes de plume[,] usagers [et] trafiquants », p. 6-8), l’histoire contemporaine des drogues en Grèce ne diffère ainsi guère de son homologue française, si ce n’est un léger décalage chronologique, le récit de Kostis Gkotsinas ne s’ouvrant que dans les années 1870 avec l’introduction de la culture du chanvre indien dans le Péloponnèse3.

  • 4 Au sujet de ce style musical, on lira avec profit l’article de Mourgou Alexandra, « Rebetiko neighb (...)

3La comparaison s’arrête cependant ici, puisque l’auteur commence par mettre en évidence les particularismes de la « scène grecque des stupéfiants » (première partie) au tournant du xxe siècle : la constitution d’une filière de production de haschisch sur le territoire national (cultures, fabriques et dépôts) ; la place centrale occupée par cette substance dans les consommations récréatives ; l’habitude de la fumer au narguilé ou accompagnée de tabac plutôt que de la boire ou de l’ingérer comme en Europe occidentale ; la sociologie relativement mixte de la pratique en termes de classes ; l’absence paradoxale d’un usage hédoniste de l’opium malgré la proximité géographique et culturelle avec l’Empire ottoman ; le succès de l’éther. Ajoutons à cela l’émergence d’un genre musical urbain et populaire faisant la part belle à l’expérience de la modification de conscience – le rébétiko4 –, de ce fait devenu une source précieuse de connaissance des milieux toxicomanes pour l’historien.

4Plus encore peut-être que dans les autres pays occidentaux, où l’image des stupéfiants et de leurs usagers était déjà fortement dégradée depuis plusieurs décennies, c’est la Première Guerre mondiale qui contribue à transformer en profondeur le paysage hellénique de la drogue. Détentrice de vastes zones de production de pavot grâce à son extension vers le nord au lendemain des Guerres balkaniques (1912-1913), la Grèce voit fleurir les laboratoires clandestins sur son territoire au cours des années 1920 et 1930, alors que des stocks inutilisés d’opium, de morphine et d’héroïne produits pendant la Grande Guerre viennent inonder son marché intérieur. Résultat : le pays devient la plaque tournante du trafic international en Méditerranée orientale. Ces changements qualitatifs – la nature des produits – et quantitatifs – les quantités en jeu et le nombre de consommateurs – engagent les autorités grecques sur le chemin de la répression. Entre 1919 et 1940, une série de lois interdit l’usage du haschisch, limite l’usage des autres substances au cadre thérapeutique, place leur production sous monopole d’État et punit de lourdes amendes et de peines de prison les contrevenants – consommateurs, contrebandiers, mais aussi médecins et pharmaciens complaisants. Il est intéressant de noter que la constitution progressive de l’édifice prohibitionniste grec n’a pas été le fait d’un camp ni d’un régime politique particulier : républicains, monarchistes, vénizélistes, antivénizélistes et partisans de la dictature de Metaxás y ont tous apporté leur pierre. Pour reprendre les termes de Kostis Gkotsinas :

Dicté en grande partie par les engagements internationaux du pays, ce corpus législatif ne se caractérise pas par des ruptures ou des discontinuités issues d’éventuels changements de cap politiques, mais au contraire par une tendance au durcissement. (p. 159)

5À la mansuétude relative succède ainsi une gestion essentiellement policière du problème de la drogue, même si l’auteur décrit par le menu le « dispositif thérapeutique » (p. 93-102) mis en place par l’État et les « méthodes de désintoxication » (p. 102-110) privilégiées par les médecins et les psychiatres grecs pour traiter les toxicomanes. À Athènes et au Pirée – les deux principaux territoires du trafic et de la consommation dans le pays –, quelques dizaines d’agents de la brigade des mœurs et de l’unité des narcotiques sont chargés d’arrêter les usagers, d’investir les fumeries et de remonter les filières de la contrebande. Si le corps médical, la presse et les responsables politiques tendent à confondre les substances et à les présenter comme une menace unique pour la société, le paysage grec de la drogue reste structuré autour de « deux pôles » (p. 131) relativement distincts tout au long de l’entre-deux-guerres : d’un côté, le haschisch, dont la consommation, ancienne et répandue, fait l’objet d’une certaine bienveillance, mais également de chansons, de poèmes et même d’une pièce de théâtre en 1934 ; de l’autre, l’héroïne, à l’origine de plusieurs dizaines d’overdoses mortelles au cours des années 1930, dont l’irruption récente est associée à la petite criminalité et explique largement la bascule répressive.

6La deuxième partie du livre (« Peurs toxiques ») traite plus en détails de l’évolution des discours et des imaginaires relatifs aux drogues dans leurs rapports avec le corps politique (chapitre 5), la nation (chapitre 6), la société (chapitre 7) et la famille grecque (chapitre 8). Outil rhétorique de procès en « mauvaises fréquentations » (p. 161) visant à disqualifier l’adversaire, la consommation de stupéfiants est régulièrement mobilisée pour produire des discours de classe et des discours sur les classes, à partir du début du xxe siècle. Épouvantés par les progrès de l’anarchisme, du socialisme et du communisme, commentateurs bourgeois et conservateurs n’hésitent pas à comparer le phénomène au poison de la toxicomanie qui se répand chez les plus pauvres et leur fait perdre tous repères moraux. Accusée de détourner les prolétaires de la cause révolutionnaire, la pratique est, de l’autre côté du spectre politique, vilipendée comme un « paradis bourgeois » (p. 166) à combattre au même titre que la corruption ou la misère. Ce relatif unanimisme vis-à-vis des drogues trahit en fait une inquiétude plus profonde de la jeune nation grecque au sujet de sa propre existence. Dans un contexte de tensions internationales grandissantes et d’incertitudes concernant le tracé des frontières du pays, les stupéfiants apparaissent comme une menace pesant sur les forces armées, mais également comme un « péril pour la race grecque » (p. 190), leur usage et leur trafic étant assimilés à des « ennemi[s] extérieur[s] » (p. 206) affaiblissant les corps, corrompant les mœurs et donnant au monde une mauvaise image des Grecs de Grèce comme de la diaspora.

7Rejeté dans l’illégalité par les mesures prohibitionnistes, le « monde de la drogue » (Emmanuelle Retaillaud-Bajac) devient de facto une « source de criminalité » (p. 211) à partir des années 1920. Associée à certains types de méfaits dans les représentations collectives – les opiacés aux crimes contre la propriété, le haschisch aux crimes contre les personnes –, la progression des usages de substances psychoactives entraîne une refonte des « modèles interprétatifs » (p. 216) sur la délinquance, ainsi qu’une vaste réflexion sur la responsabilité pénale : tour à tour présentée comme cause ou conséquence des actes commis par les consommateurs, l’habitude des stupéfiants devient une marque d’immoralité et une circonstance aggravante systématiquement mise en avant lors des procès ou dans les faits divers relatés par la presse. C’est également à cette époque que les trafiquants passent du statut « traditionnel » de contrebandiers à celui infamant de « marchand[s] de la mort » (p. 233), faisant désormais l’objet d’une réprobation généralisée malgré le flou des frontières existant entre usagers – victimes ? – et revendeurs – bourreaux ?

  • 5 Outre les ouvrages déjà cités, on lira notamment à ce sujet : Black Sara E., Drugging France. Mind- (...)

8Le livre se termine par un chapitre consacré aux femmes et aux enfants. Du fait de leur vulnérabilité réelle ou supposée, ces deux groupes se retrouvent au cœur des préoccupations (avant tout masculines) exprimées au sujet des drogues. Par-delà les poncifs sur la question, brillamment étudiés au prisme des sources et des données grecques – fort déséquilibre de la prévalence entre les sexes, association de la toxicomanie à la prostitution, inquiétude marquée pour les « jeunes de bonnes familles » (p. 269), etc.5 –, l’auteur met en évidence les causes profondes de la focalisation médiatique, politique et médicale sur ces consommations pourtant restées très minoritaires tout au long de la chronologie : la peur de l’émancipation des femmes, de la transgression adolescente et, finalement, de la remise en cause de l’ordre social et patriarcal. Preuve, s’il en fallait encore une, que l’histoire contemporaine des drogues dans les sociétés occidentales se confond largement avec celle des fantasmes et des phobies des groupes dominants.

Haut de page

Notes

1 Yvorel Jean-Jacques, Les poisons de l’esprit. Drogues et drogués au xixe siècle, Paris, quai Voltaire, 1992.

2 Retaillaud-Bajac Emmanuelle, Les paradis perdus. Drogues et usagers de drogues dans la France de l’entre-deux-guerres, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009.

3 En France, les premières traces d’un usage médical du haschisch datent de la seconde moitié des années 1830, celles d’un usage ludique du produit du début de la décennie suivante. À ce sujet, on lira : Pointeau-Lagadec Erwan, Le Club des hachichins. Du mythe à la réalité, Paris, Le Manuscrit, 2020.

4 Au sujet de ce style musical, on lira avec profit l’article de Mourgou Alexandra, « Rebetiko neighbourhoods: Musical encounters and social transformations in Drapetsona and Nea Kokkinia, Piraeus », Balkanologie, vol. 16, no 1, 2021, en ligne : https://doi.org/10.4000/balkanologie.2885.

5 Outre les ouvrages déjà cités, on lira notamment à ce sujet : Black Sara E., Drugging France. Mind-Altering Medicine in the Long Nineteenth Century, Montreal & Kingston, McGill-Queen’s University Press, 2022 et Halliwell Hannah, Art, Medicine, and Femininity. Visualising the Morphine Addict in Paris, 1870–1914, Montreal & Kingston, McGill-Queen’s University Press, 2024.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Erwan Pointeau-Lagadec, « Kostis Gkotsinas, Poisons sociaux. Histoire des stupéfiants en Grèce (1875-1950) »Balkanologie [En ligne], Vol. 18 n° 1 | 2023, mis en ligne le 15 décembre 2023, consulté le 24 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/balkanologie/4798 ; DOI : https://doi.org/10.4000/balkanologie.4798

Haut de page

Auteur

Erwan Pointeau-Lagadec

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
erwan.pointeau-lagadec[at]hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search