Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 18 n° 1Dossier - Balkans connectésUne mine au cœur d’espaces multip...

Dossier - Balkans connectés

Une mine au cœur d’espaces multiples. Les gisements de bitume de Selenica (Vlora) et les transformations du long xixe siècle ottoman

A mine at the heart of multiple spaces: the bitumen deposits in Selenica (Vlora) and the transformations of the long Ottoman nineteenth century
Nathalie Clayer

Résumés

Le but de cette contribution est de montrer comment, de 1800 jusqu’à la Première Guerre mondiale, l’exploitation de gisements de bitume situés dans la région de Vlora (aujourd’hui dans le sud-ouest albanais, à l’époque sur la frange adriatique des possessions ottomanes) a relié l’espace local tel que forgé par ces gisements à un espace régional et à des espaces suprarégionaux variables, en fonction de l’évolution du régime d’exploitation défini par : l’administration par les autorités ottomanes et par la société opératrice ; le travail ; l’approvisionnement ; l’exportation de la ressource et la construction des savoirs sur la mine. On constate deux tournants majeurs dans le régime d’exploitation : celui des années 1870 avec le changement de nature des concessions minières dans l’Empire ottoman et celui du début des années 1890 lorsque la Banque ottomane décide de créer une société d’exploitation à Paris. Même s’ils conduisent notamment à l’insertion dans un marché mondialisé, ces tournants ne correspondent pas à des ruptures nettes. Au contraire, bien des continuités existent entre les trois périodes, que ce soit en termes de techniques d’exploitation, de main d’œuvre, de transport et de flux d’exportation. Il faudrait plutôt utiliser l’image du feuilletage, impliquant des dynamiques entre les espaces dessinés par les interactions sociales et les pratiques en évolution.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Selenica (Selenicë dans sa forme indéterminée), nom de la localité en albanais, se prononce Sélénit (...)
  • 2 Vlora (Vlorë dans sa forme indéterminée) est connue dans les langues occidentales sous les noms d’A (...)
  • 3 Il s’agit d’un projet ANR dirigé par François Quantin. Pour plus de détails, voir Bernard-Mongin Cl (...)

1L’exploitation et l’exportation des ressources du sous-sol façonnent un territoire et le connectent de diverses manières à d’autres espaces proches ou lointains. Dans le Sud-Est européen, d’importants gisements ont existé et existent encore dans différentes régions, qui ont été et sont encore liées à d’autres espaces en fonction des configurations politiques, mais aussi de dimensions techniques ou d’évolutions des marchés et des modes de consommation. Je voudrais ici aborder le cas des gisements de bitume se trouvant à Selenica/Selniçe/Sélénitza1, dans la région de Vlora/Avlonya/Valona2, au sud de l’Albanie actuelle, sur lesquels je travaille actuellement dans le cadre d’un projet collectif intitulé « Pix Illyrica ». Ce projet pluridisciplinaire entend étudier la façon dont cette ressource a constitué, depuis l’Antiquité, un puissant agent de structuration territoriale, spatiale, sociale, culturelle et environnementale3.

  • 4 Quataert Donald, Miners and the State in the Ottoman Empire: The Zonguldak Coalfield, 1822-1920, Ne (...)

2Étant plus spécifiquement chargée d’étudier la période qui court du début du xixe siècle jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale, je propose ici de m’arrêter sur le « long xixe siècle » ottoman, donc de 1800 jusqu’à la Première Guerre mondiale, et de montrer comment, durant cette période, l’exploitation de ces gisements a relié l’espace local tel que forgé par ces gisements à un espace régional et à des espaces suprarégionaux variables. Il ne s’agit donc pas de faire une étude complète de la mine, d’autant que les sources locales concernant le travail au quotidien, dont disposait Donald Quataert pour son étude de référence sur les mines de charbon de Zonguldak en Anatolie4, font ici défaut.

Fig. 1

Fig. 1

Situation de Selenica, en amont du confluent Vjosa-Shushica, à vingt kilomètres de Vlora et de sa baie.

3Plus largement, il s’agit de considérer, sans entrer dans tous les détails, cinq types d’opérations qui interviennent dans l’exploitation de la ressource et impliquent des interactions et des connexions avec différents acteurs dans des espaces pluriels : l’administration et la gestion par les autorités ottomanes, des concessionnaires et d’éventuelles sociétés opératrices ; la construction des savoirs sur la mine ; le travail ; l’approvisionnement ; et, enfin, l’exportation du bitume, qui implique à la fois transport terrestre et transport maritime.

4Au cours du « long xixe siècle », on peut distinguer trois périodes, caractérisées par des régimes d’exploitation différents, les transitions se faisant autour de deux tournants : celui des années 1870 avec la possibilité désormais offerte aux étrangers d’obtenir des concessions minières dans l’Empire ottoman et celui du début des années 1890 lorsque la Banque ottomane (une banque franco-britannique), devenue concessionnaire, décide de créer une société d’exploitation à Paris. Pour chacune de ces périodes, nous examinerons les espaces dans lesquels se sont inscrites ces différentes opérations. Pour cela, les sources dont on dispose sont multiples. Elles ne sont pas neutres puisqu’elles ont généralement été produites en lien avec ces différentes opérations et relèvent donc de l’expérience des acteurs. Ainsi les sources ottomanes de l’administration centrale concernent-elles en premier lieu les questions d’affermage, de concession, de taxation de la production et des exportations, mais aussi des règlements de conflits sociaux de différents types. Les sources émanant des voyageurs et des consuls occidentaux ont été produites par ces vecteurs des impérialismes européens, dont l’une des composantes, qui s’affirme au xixe siècle, est précisément l’impérialisme minéral. Les sources provenant de la Banque ottomane, de la société qu’elle crée et des ingénieurs sur place témoignent de cet impérialisme minéral en action. Quant aux acteurs locaux, leurs voix s’expriment à travers quelques documents issus des fonds précédemment évoqués, de mémoires ou de la tradition orale recueillie plusieurs décennies plus tard.

1800-1875 : l’exploitation régionale et locale d’une ressource pour la Méditerranée orientale

Un affermage provincial, une administration impériale

  • 5 Leake William Martin, Travels in Northern Greece, Londres, J. Rodwell, 1835, t. 1, p. 378 ; Holland(...)
  • 6 Papageorgiou Stefanos P., « The attitude of the Beys of the Albanian Southern Provinces (Toskaria) (...)
  • 7 Hahn Johann Georg von, Albanesiche Studien [Études albanaises], t. 1, Jena, Friedrich Mauke, 1854, (...)

5Au début du xixe siècle, les sources témoignent d’une insertion dans l’espace provincial, à travers l’affermage concédé à des personnages détenant un pouvoir régional, l’affermage étant un contrat par lequel le souverain, possesseur de la terre, loue l’exploitation à un taux fixe, indépendamment des revenus réels de l’exploitation. Lorsque William Martin Leake, militaire et topographe au service des Ottomans, traverse la région en 1804-1805, c’est le gouverneur de Berat, Ibrahim Pacha Vlora, qui est l’affermataire des gisements. Mais quelques années plus tard, lors du passage de son compatriote, médecin et voyageur, Henry Holland, le fameux Ali Pacha de Ioannina lui a succédé en tant que détenteur de la ferme5. Entretemps, Ibrahim Pacha a perdu son pouvoir au profit d’Ali Pacha et ce dernier s’est octroyé de nombreuses ressources sur le vaste territoire qu’il contrôle désormais dans le sud de la Péninsule balkanique6. Pendant le premier quart du xixe siècle, les revenus des gisements sont donc monopolisés par le personnage le plus puissant de la région. Après la mort d’Ali Pacha en 1822, les autorités centrales reprennent en main les provinces. Le système d’affermage perdure néanmoins trente ans plus tard, comme le souligne Johann Georg von Hahn, consul autrichien, qui précise que les taxes sont payées à l’échelle, c’est-à-dire au port d’Avlonya7.

6La gestion de la mine demeure également dans l’espace impérial, puisque le terrain appartient au Sultan et que les autorités centrales, comme provinciales, exercent non seulement la perception, mais aussi un certain contrôle, ne serait-ce que ponctuel, en cas de conflit.

Une exploitation locale

  • 8 Selon le voyageur, qui y passe en 1670, les prisonniers n’étaient toutefois pas les seuls à y trava (...)
  • 9 C’est par la généalogie des plus anciennes familles que Tanush Frashëri, qui a recueilli la traditi (...)
  • 10 Boué Ami, Esquisse géologique de la Turquie d’Europe, Paris, Imprimerie de Bourgogne et Martinet, 1 (...)
  • 11 Coquand Henri, « Description géologique des gisements bituminifères et pétrolifères de Sélénitza da (...)

7L’exploitation en tant que telle semble quant à elle impliquer des acteurs très locaux. Il n’est plus question à cette époque de prisonniers amenés à la mine comme au xviie siècle par les autorités ottomanes, ainsi que le mentionne Evliya Çelebi8. Les exploitants sont principalement les habitants du petit village de Selenica – Selniçe ou Selinçe dans les sources ottomanes –, des Valaques ou Aroumains, pasteurs transhumants parlant une langue latine, originaires de la région alentour et installés là depuis la fin du xviiie siècle semble-t-il, et plus ou moins sédentarisés9. Les exploitants sont aussi des habitants d’autres villages environnants. Karbunara est mentionné dans les sources10. Les gisements eux-mêmes sont décrits par le géologue français Henri Coquand comme s’étendant sur le territoire de Selenica et sur celui de Romsi, village voisin, situé entre Selenica et Karbunara, sur la rive gauche de la Vjosa, peu avant le confluent avec la rivière Shushica11.

  • 12 Ibid., p. 46.
  • 13 Holland, Travels…, op. cit., p. 521.
  • 14 Sauvaire, « Mines de bitume… », art. cité, p. 1225.

8Les voyageurs décrivent l’exploitation artisanale mise en œuvre par ces exploitants locaux : des puits sont creusés par eux jusqu’à l’éboulement en raison de l’arrivée de l’eau, parfois avec des débuts de galeries horizontales. Henri Coquand, premier géologue à visiter le site, parle de nombreuses excavations « dans les ravins qui dépècent les mamelons montagneux12 ». L’outillage est des plus simples. D’après Henry Holland, il consiste « simplement en des cordes, des treuils et des paniers d’osier13 ». Le matériau n’est pas traité et est même vendu dans sa gangue14.

Des exportations micro-régionales, régionales et vers la Méditerranée orientale

  • 15 Frashëri, Historia e Selenicës..., op .cit., p. 9.
  • 16 Sauvaire, « Mines de bitume… », art. cité, p. 1225.

9La vente et l’exportation s’inscrivent naturellement dans des espaces plus larges. Tout d’abord, il s’agit de l’espace micro-régional incluant la région située entre les gisements et le port d’Avlonya, ce dernier se trouvant à deux kilomètres environ de l’agglomération de Vlora. Entre la zone minière et la ville, le bitume est acheminé par un chemin muletier d’une vingtaine de kilomètres emprunté par les caravanes de chevaux ou mulets et traversant la rivière Shushica. Souvent spécialisés dans le métier de caravaniers, ce sont des Valaques de Selenica qui s’occupent du transport, comme de celui d’autres marchandises dans la région, tel le sel des salines de Narta, situées un peu plus à l’ouest15. D’après le vice-consul français à Ioannina, Auguste Sauvaire, durant cette période, des villageois se rendent une fois par semaine à Vlora afin de vendre les produits à deux ou trois négociants16. Qui sont-ils ? Des locaux, des étrangers ?

  • 17 Leake, Travels…, op. cit., p. 4 ; Holland, Travels…, op. cit., p. 517 et 521 ; Pouqueville François (...)
  • 18 Hocquet Jean-Claude, « L’arsenal de Venise. Créations, modernisations, survie d’une grande structur (...)
  • 19 Kolodny Émile, « Hermoupolis-Syra : naissance et évolution d’une ville insulaire grecque », Méditer (...)

10Le transport se fait également jusqu’au port pour l’expédition par voie maritime. De fait, l’exportation, en dehors de l’Empire, vers des ports de l’Adriatique et de la Méditerranée orientale est notable. William Martin Leake souligne la présence d’un bateau ragusain chargeant de la « poix » en 1804. François Pouqueville parle, lui, de six vaisseaux par an partant pour Malte, deux pour Corfou et sept ou huit pour différents ports de l’Adriatique. Au milieu du siècle, Hahn décrit des cargaisons de pegola grossa (bitume en bloc) partant vers Trieste et Venise, le Levant et Naples, et de pegola sottile (bitume en bris) vers Trieste et le Levant, où elle était utilisée pour protéger les pieds de vigne. Dans les années 1860, Henri Coquand évoque l’expédition de cargaisons vers Trieste, Naples et Marseille pour le calfatage des bateaux et vers Smyrne toujours dans le but de protéger la vigne. Quant à Auguste Sauvaire, il signale qu’avant les années 1880, le commerce du bitume de Selenica se faisait avec Trieste, Malte, Smyrne et Syra17. Les usages principaux du bitume concernent donc surtout la marine et l’agriculture dans un espace qui correspond à la Méditerranée orientale, au sein duquel, pour des raisons de proximité, l’Adriatique occupe une place centrale. À l’intérieur de cet espace, les flux évoluent au fil du temps. Ainsi Trieste prend le pas sur Venise18. En mer Egée, la ville et le port de Syra/Hermoupolis connaissent une expansion dans le second quart du xixe siècle, avant de s’effacer devant Le Pirée, d’où des flux croissants, puis décroissants, dans cette direction19.

  • 20 Taş Mehmet, « 18.Yüzyıl Osmanlı Donanmasında Zift ve Katran Temini » [L’approvisionnement de la mar (...)
  • 21 Başbakanlık Osmanlı Arşivi (BOA), C.BH. (Cevdet Bahriye), 119/5766.

11Aucune des sources occidentales ne mentionne comme destinations ni Salonique, ni la capitale ottomane, dont l’arsenal est pourtant très important. Mais il existe d’autres sources d’approvisionnement en bitume dans l’Empire et il est donc possible que celles-ci aient alors été privilégiées, ce qui était déjà le cas au xviiie siècle20. Un document d’archives ottoman montre qu’en 1821, c’est parce que la révolte grecque ne permet plus les approvisionnements depuis Eğriboz/Eubée que l’ordre est donné d’importer du bitume d’Avlonya pour l’arsenal d’Istanbul21.

  • 22 Frashëri, Historia e Selenicës..., op. cit., p. 5.

12Surtout, les voyageurs ou diplomates ignorent les exportations par voies terrestres, par caravanes, notamment dans l’espace provincial du sandjak de Berat, voire même au-delà dans le vilayet de Ioannina, ainsi que vers Korça (la Görice ottomane) et l’intérieur de la Péninsule. Tanush Frashëri écrit à ce sujet que les Valaques transportaient le bitume au moyen de petites caravanes jusqu’à Durrës, Kavajë, Lushnjë, Fier, Berat et dans les villages de la Myzeqe, en Albanie centrale, vendant le produit aux pêcheurs pour leurs bateaux, aux étameurs pour lustrer et imperméabiliser les pots, ainsi qu’aux paysans pour huiler les roues des charrettes22. Il faut donc considérer que l’exportation lie aussi Selenica à cette frange de l’Empire pour tous ces usages.

Des savoirs liés à un impérialisme européen en développement

13Sur un autre plan, durant cette période, les gisements s’inscrivent dans un espace transnational de savoirs en formation. Les trois premiers quarts du xixe siècle sont en effet une période de construction des connaissances sur les territoires ottomans, d’une part, et sur les richesses des sous-sols dans le monde, d’autre part, à travers des disciplines scientifiques en plein essor : chimie, géologie, géographie, topographie. À l’image de Leake, Holland et Pouqueville déjà cités, voyageurs, diplomates, géologues et autres fournissent ainsi les premières descriptions des gisements de Selenica et mènent les premières études chimiques, géologiques, topographiques et politico-économiques.

  • 23 Holland, Travels…, op. cit., p. 519.
  • 24 Boué, Esquisse géologique…, op. cit., p. 61-62 ; Coquand, « Description géologique… », art. cité.
  • 25 Boué, Esquisse géologique…, op. cit., p. 62.
  • 26 Figuier Louis, Les merveilles de la science ou description populaire des inventions modernes, Paris (...)

14Généralement Européens (Britanniques, Français, Allemands et Autrichiens), ces spécialistes, comme ils le font pour d’autres localités, placent le site sur la carte de l’Antiquité : une manière de se l’approprier à travers son passé. Ils y voient, dans ce cas, le lieu du Nympheum, sanctuaire d’Apollonia, cité dont les ruines se trouvent à quelques kilomètres plus en aval de la rivière Vjosa. Par ailleurs, certains d’entre eux comparent les gisements à d’autres sources de bitume. Ainsi, Henry Holland écrit-il : « La formation de poix minérale à cet endroit est l’une des plus considérables qui aient été décrites jusqu’ici, bien que sans doute très inférieure à celle qui se trouve près des bords de la mer Caspienne23 ». Ami Boué compare les gisements à ceux de Vergoraz en Dalmatie et de Pietra Mala en Italie, et Henri Coquand analyse leurs caractéristiques par rapport à celles d’autres gisements situés en Italie, sur l’île de Zante, dans les provinces danubiennes, dans la région de la mer Morte et jusqu’à Trinidad en Amérique, des gisements qu’il a vus ou dont parle la littérature spécialisée24. Enfin, ces observateurs et vecteurs de l’impérialisme imaginent un fort potentiel, synonyme de richesses économiques. Ami Boué écrit ainsi en 1840 : « Le bitume étant fort recherché aujourd’hui, les mines de Selenitza doivent exciter l’attention des spéculateurs, par la facilité de leur exploitation et par la quantité de matière bitumineuse qu’on en peut retirer annuellement25 ». On a là, de toute évidence, l’idée d’une exploitation internationale. Trente ans plus tard, « Sélénitza » apparaît d’ailleurs dans un tableau des gisements connus « de l’huile de pétrole » dans le monde, publié dans la section d’un livre grand public sur les « Merveilles de la science », consacrée à l’éclairage26.

15C’est l’introduction dans l’Empire ottoman d’un système de concessions ouvert aux étrangers qui permet à ce régime d’exploitation imaginé par des savants et vulgarisateurs de devenir réalité dans le cas des gisements de Selenica, après une période que l’on pourrait qualifier de transition au cours de laquelle des acteurs ottomans jouent un rôle central.

1875-1890 : l’entrée dans l’ère des concessions

  • 27 Keskin Özcan, « The Evolution of Mining Law in the Ottoman Empire (1861-1906) », OTAM (Osmanlı Tari (...)
  • 28 Quataert Donald, Miners and the State…, op. cit., p. 2-3.
  • 29 Troch Kevin, Ne pas grever l’avenir au bénéfice du présent. Une histoire environnementale de l’extr (...)
  • 30 Tok Alaaddin, The Ottoman Mining Sector in the Age of Capitalism: An Analysis of State-Capital Rela (...)

16Dans les années 1860-1870, des changements importants se produisent dans l’Empire ottoman dans le domaine des ressources minières. Avec les réformes des Tanzimat, le statut de la terre change dès 1858 et celui des ressources du sous-sol également. Plus spécifiquement, des lois ou règlements sur les mines sont promulgués en 1861, 1869, 1887 et en 190627. Donald Quataert a cependant souligné les limites d’une histoire normative, faite par le haut28. De fait, il existe aussi des dynamiques locales qui se conjuguent avec de nouveaux processus dépassant le cadre de l’Empire, notamment le développement de l’« impérialisme minéral », « entreprise de conquête et de domination du sous-sol », qui s’accélère dans les années 1860-187029. Ce nouveau contexte permet le développement d’entreprises capitalistiques autour de l’exploitation des ressources minières, impliquant des investissements plus importants, ainsi que l’introduction de nouvelles techniques et nouvelles formes de travail, pour de nouveaux marchés. Le système des concessions tel qu’il est mis en place avec la nouvelle loi de 1869, qui dissocie la possession de la terre et la possession de la concession, autorise les étrangers à investir dans le secteur. Dans certains cas, comme cela a déjà été souligné par Alaaddin Tok et d’autres, les concessions deviennent des produits financiers qui passent de main en main, d’autant que les rendements ne sont pas toujours suffisants30.

Une entreprise impériale et transnationale

17La gestion des gisements bitumineux de la région d’Avlonya n’échappe pas à ces évolutions. Elle prend alors une dimension transnationale, tout en gardant un ancrage dans l’Empire. Son exploitation, sa production et ses exportations sont de plus en plus contrôlées par les autorités ottomanes, soucieuses d’assurer une source de revenu à travers le nouveau système des concessions. Mais, vers 1875, un ensemble d’entrepreneurs ottomans et non ottomans – hauts fonctionnaires, anciens diplomates étrangers et banquiers –, dont les points de rencontre sont l’Épire (la région où se trouve Avlonya), la capitale Istanbul, mais aussi, de façon plus surprenante, le vilayet du Danube, s’agrègent autour de la question de l’exploitation de ces gisements de bitume (katran ou zift en turc).

  • 31 Story Sommerville (dir.), The Memoirs of Ismail Kemal Bey, Londres, Constable, 1920, p. 103-108.

18À l’origine de cette dynamique semble se trouver Ismail Kemal bey (1844-1919), un membre de la famille Vlora, parent d’Ibrahim Pacha, l’affermataire de la mine dont il a été question plus haut. S’il se distinguera en 1912 comme celui qui déclarera l’indépendance albanaise dans le feu de la Première Guerre balkanique, Ismail Kemal est, au début des années 1870, un jeune haut fonctionnaire dont l’expérience a surtout été marquée par sa nomination dans le vilayet du Danube, à Rusçuk/Ruse en 1866 auprès du réformateur Midhat Pacha, dont il devient le protégé. En 1869, il a été nommé gouverneur de Varna puis transféré peu de temps après au poste de gouverneur du Bas-Danube, à Tulçea, endossant également la fonction de président de la Commission européenne du Danube, une organisation internationale créée en 1856 pour faciliter la navigation sur ce fleuve. C’est durant ces années « bulgares » qu’Ismail Kemal bey se fait des amis, Ottomans et étrangers, grâce auxquels il se lance à partir des années 1870 dans les affaires minières, délaissant un temps la haute administration. Dans ses Mémoires, on apprend en effet qu’avec Simon Mayers, ancien consul anglais à Ruse et à Varna, retiré du service diplomatique et installé à Istanbul, il crée une entreprise minière et parcourt l’Asie mineure et certaines îles de l’archipel. Avec Mayers, Ismail Kemal exploite pendant un an une mine de lignite sur l’île d’Imbros où il se rend régulièrement pour superviser les travaux. De même, avec son ami Şakir Pacha, lui aussi collaborateur de Midhat Pacha, et un ingénieur français nommé David, il se rend près d’Ayvalık pour voir les mines de cuivre et de fer31.

19En ce qui concerne les gisements de bitume de Selenica, Ismail Kemal explique dans ses Mémoires qu’il décide de se rendre en juillet 1875 dans son pays natal, avec Şakir Pacha. L’insurrection d’Herzégovine et la mort de son oncle le poussent cependant à entreprendre de là un voyage en Italie, à Londres et à Paris, avant de revenir à Vlora, période pendant laquelle il s’occupe de cette nouvelle entreprise qui avait été le but initial de son séjour :

  • 32 Ibid., p. 107-108 et 111.

I stayed two months in Paris, and while there made a similar study on economical subjects to that which I had undertaken in England. M. Bounce, the ex-Ambassador, now in retirement, and Baron d’Avril, my old colleague of the Danube Commission, helped me to gain access to the various Ministerial departments. Thanks also to the kindly aid of Sadik Pasha, I was able to conclude a preliminary convention with a M. Desmasures [Desmazures], Director of the Company Asphaltine, for the exploitation of the bitumen mines of Selinitza at Valona, of which I had acquired the concession. I returned by way of Italy to Valona, where a few days later M. Desmasures joined me to study on the spot the resources of the mine.
[…] The day after the reception of the telegram announcing the new Sultan’s accession [Murad V], I was expecting M. Karapanos, who was coming to Valona to study the financial side of my bitumen mining enterprise. I was on my way to the quay to meet him when I received a letter from him asking me to go and meet him at Corfu, as he had to go to Constantinople to offer his congratulations to the new Sultan with his father-in-law, Christaki Effendi, Sultan Murad’s banker32.

  • 33 Anastassiadou Méropi, Les Grecs d’Istanbul au xixe siècle. Histoire socioculturelle de la communaut (...)
  • 34 Thobie Jacques, Intérêts et impérialisme français dans l’Empire ottoman : 1895-1914, Paris, Publica (...)

20De cet extrait, on apprend donc qu’après ses entreprises précédentes en Asie mineure et sur les îles de la mer Egée, Ismail Kemal bey a acquis la concession pour l’exploitation des gisements de bitume de Selenica et qu’il s’est associé financièrement à son ami d’enfance, Konstantinos Karapanos, originaire d’Arta en Épire. Formé, comme lui, à Ioannina, K. Karapanos est non seulement le gendre du riche banquier épirote Christakis Zografos, mais aussi un homme d’affaires lui-même, détenteur de la concession des tramways de la capitale. Il est également archéologue et fouille en Épire le site de l’ancienne Dodone, qu’il est en train de découvrir33. Par ailleurs, pour l’exploitation, Ismail Kemal négocie à Paris avec Camille Desmazures, ingénieur centralien, en affaires dans l’Empire ottoman depuis plus de vingt ans, en tant que responsable des phares ottomans d’une part et entrepreneur dans le secteur minier d’autre part. Avec des Britanniques, il est en outre l’exploitant de mines de borax, en Asie mineure, produit qu’il fait transformer dans une usine de la région parisienne34.

  • 35 Sur cet établissement, voir Autheman André, La Banque impériale ottomane, Paris, Institut de la ges (...)
  • 36 Archives nationales du monde du travail (ANMT), Roubaix, Banque ottomane, Comité de Paris, 207 AQ 3 (...)
  • 37 Gilliéron Alfred, Grèce et Turquie. Notes de voyage, Paris-Neuchâtel, Sandoz, 1877, chap. III : « A (...)

21Les archives ottomanes ainsi que celles de la Banque ottomane, une banque à capitaux anglais et français créée au milieu du xixe siècle par une convention avec l’Empire ottoman35, confirment l’acquisition de la concession par le jeune haut fonctionnaire originaire de la région36. Le journaliste suisse Gilliéron, qui débarque en 1876 à Valona, l’atteste également, lorsqu’il écrit qu’il y a un Français qui est « ingénieur des mines de poix de Selenitza, exploitées maintenant par une société française associée à deux commanditaires turcs, Ismaïl Bey, d’Avlona, et Carapanos de Constantinople37 ».

Fig. 2

Fig. 2
  • 38 Cette représentation, qui date probablement de l’époque communiste, présente un anachronisme, puisq (...)

Représentation imaginaire de la venue d’Ismail Kemal à Selenica38.

  • 39 Ainsi, Emil Reiser acquiert la concession des mines de Balya, dans la région de Balıkesir, qu’il fi (...)
  • 40 ANMT, 207 AQ 398, Z1, lettre E. Reiser à Messieurs Berger et Naville, 20 août 1884. La croyance en (...)
  • 41 Voir note 28.
  • 42 ANMT, 207 AQ 398, Z1 ; BOA, HH.THR (Hazine-i Hassa Tahrirat), 233/22 et 21.

22D’après la documentation, on comprend cependant que l’entreprise n’a pas duré dans cette configuration. Rapidement, Ismail Kemal bey, qui rentre à Istanbul et reprend du service au ministère des Affaires étrangères à la demande de Midhat Pacha, revend et transmet légalement la concession à son associé dans les affaires minières, Simon Mayers. Celui-ci s’associe par ailleurs, sans que cela n’apparaisse dans le texte de la concession, à un autre ancien consul autrefois en poste dans la province du Danube, l’allemand Emil Reiser, qui s’est lui aussi lancé dans les affaires minières dans l’Empire ottoman depuis Istanbul39. Mais dès 1883, Emil Reiser, en difficulté financière, contacte ses créditeurs, les responsables de la Banque ottomane, afin d’investir plus massivement dans l’affaire. Puis, pour éponger ses dettes envers la banque, il propose à celle-ci de racheter la concession qui a été prolongée et qui, promet-il, doit receler du pétrole et du naphte40. Car, depuis les années 1860-1870, le pétrole est devenu une ressource énergétique parmi les plus recherchées, notamment pour l’éclairage41. Après de longues hésitations de la part de ses interlocuteurs, Emil Reiser parvient à céder la concession, qui passe en 1886 au nom du directeur général de la Banque ottomane, Morgan H. Foster, jusqu’à son départ à la retraite en 188942. La Banque devient alors, en tant que telle, titulaire de la concession et forme deux ans plus tard une Société anonyme, avec siège à Paris, afin de gérer la mine – j’y reviendrai dans la partie suivante.

Fig. 3

Fig. 3

Correspondance du directeur de la Banque ottomane avec la Liste civile (avec traduction en turc).

BOA, HH.THR (Hazine-i Hassa Tahrirat).

Une exploitation internationale, plus particulièrement transadriatique et locale

  • 43 Sauvaire, « Mines de bitume… », art. cité, p. 1225.
  • 44 Archivio Storico Ministero Affari Esteri (ASMAE, Rome), Consolato valona, Pacco 12, Commercio 1873- (...)

23Si la gestion des gisements a pris une couleur transnationale avec l’implication d’acteurs ottomans et non ottomans installés dans l’Empire, leur exploitation revêt dès 1875 une dimension internationale, on l’a vu, à la suite de la participation de la société de l’ingénieur français Camille Desmazures, qui est sur place en 1875 et peut-être en 1876. Cependant, la grave crise économique et politique que connaissent alors la région et l’Empire (soulèvements, guerres, crise financière) semble n’avoir pas permis à l’entreprise d’œuvrer véritablement. En juin 1884, le vice-consul Auguste Sauvaire écrit : « Il y a à peine un peu plus de quatre ans que cet intéressant produit, le bitume solide de Sélénitza, est soumis à une exploitation régulière43. » Ce qui veut dire que c’est au début des années 1880 seulement que l’exploitation se transforme. Le vice-consul mentionne notamment, à ce sujet, l’introduction de traitements sur place du minerai, sous forme de triage et de lavage mécaniques. Il omet cependant les chaudières déjà mises en place pour épurer le bitume44.

  • 45 Bollettino del Ministero degli Affari Esteri, 1902, Rome, Tipografla del Ministero degli Affari Est (...)
  • 46 Cassano Gianluca et al., « Fonticelle, La “nonna” delle miniere di asfalto e bitume d’Abruzzo », Op (...)
  • 47 ANMT, 207 AQ 398, Z5, Dossier « Affaire Barthélémy », brouillon de lettre de la Banque ottomane, ad (...)
  • 48 Centre des archives diplomatiques de Nantes (CADN), 604 PO/ Série B, Carton 10, Agence consulaire d (...)

24D’après le rapport du vice-consul italien, A. Ancarano, en poste une vingtaine d’années plus tard, c’était la société romaine Giorgi e Biscossi qui avait concouru à cette dynamique, mais son investissement s’était avéré insuffisant et elle avait dû renoncer45. Les archives diplomatiques françaises et italiennes, les archives ottomanes et les archives de la Banque ottomane montrent toutes que celui qui met en place ces nouvelles techniques au début de la décennie 1880 est un français, Félix Barthélémy (1834-1887). Cet ingénieur, centralien comme Desmazures, s’était auparavant fixé en Italie, où il dirigeait à la fin des années 1870 l’exploitation de mines d’asphalte et de souffre de cette même société italienne, Giorgi e Biscossi, dans les Abruzzes, de l’autre côté de la mer Adriatique46. Il aurait d’ailleurs également travaillé pour la société de Camille Desmazures dans cette région minière du Sud de l’Italie47. Dans un courrier adressé aux autorités françaises, il explique lui-même qu’il est arrivé à Valona en février 1880 pour le compte d’une entreprise italienne, mais qu’elle n’a pas pu œuvrer plus d’une année et demie, ne pouvant plus investir suffisamment, notamment parce qu’elle avait dû prendre à son compte et payer trop de personnes sur place. L’exploitation est alors reprise en main directement par le concessionnaire, Simon Mayers, et son associé Reiser, Barthélémy demeurant l’ingénieur sur place, aidé seulement par un magasinier stationné à Vlora48.

  • 49 BOA, HH.THR (Hazine-i hassa Tahrirat), 232/97 et 233/31.

25La question des postes, rapidement évoquée ici, montre que ces acteurs étrangers qui s’installent à Selenica et à Vlora, par les nouvelles opportunités qu’ils offrent à travers leur nouvelle façon d’exploiter la ressource et par leurs agissements en général, entrent nécessairement en interaction avec des acteurs locaux. Ce faisant, c’est l’espace social local qui est remodelé, par la création de nouvelles alliances ou au contraire l’apparition de conflits d’intérêts. Sans entrer dans les détails à ce sujet, je donnerai ici un exemple qui illustre aussi le fait qu’intérêts publics et intérêts privés peuvent s’entremêler. Dans la seconde moitié des années 1880, les conflits impliquent ainsi localement l’un des membres de la puissante famille de beys Vlora, Neshet Pacha, qui est aussi le représentant dans la région de la Liste civile (Hazine-i hassa), c’est-à-dire des biens du Sultan, et qui de ce fait possède un droit de regard sur l’exploitation49. Car le contrôle de la concession se fait par divers organes locaux, régionaux et centraux de l’administration ottomane, en premier lieu ceux de l’administration de la Liste civile, mais aussi ceux du ministère des Finances, du ministère de l’Intérieur et même de celui des Affaires étrangères pour le contrôle des exportations.

  • 50 Archivio Storico Ministero Affari Esteri (ASMAE, Rome), Consolato valona, Pacco 12, Commercio 1873- (...)
  • 51 Sauvaire, « Mines de bitume… », art. cité, p. 1225.
  • 52 BOA, HH.THR (Hazine-i hassa Tahrirat), HH.THR 233/5, rapport du 9 temmuz 1303/21 juillet 1887, Seln (...)
  • 53 BOA, HH.THR (Hazine-i hassa Tahrirat), 233/5 (comprenant le rapport de l’inspecteur) et BOA, HH.THR (...)

26L’arrivée de Barthélémy place également les gisements au sein de l’espace adriatique, puisqu’avec lui, son emploi par une société italienne et son expérience acquise dans les Abruzzes, des ouvriers italiens commencent à travailler aux côtés des ouvriers locaux. Barthélémy écrit lui-même au vice-consul italien qu’il emploie douze ouvriers italiens et une quinzaine d’« indigènes50 ». En 1884, le vice-consul français, qui s’appuie probablement sur des renseignements fournis par Barthélémy, parle d’une vingtaine de mineurs « européens », aidés d’autant de « manœuvres indigènes », donc des chiffres en légère augmentation, pour une production régulière de 90 à 100 tonnes par mois en hiver et jusqu’à 150 tonnes en été51. Trois ans plus tard, l’inspecteur de la Liste civile qui s’intéresse aux éventuels dysfonctionnements ne mentionne pas d’étrangers parmi les habitants du village, peut-être parce qu’il se focalise sur les contribuables. Ceux-ci sont alors tous des Valaques chrétiens. Il en recense 31 chefs de foyers, parmi lesquels treize hommes travaillent à la mine tout en cultivant un petit lopin de terre, sept travaillent uniquement à la mine et les autres, bergers, travaillent seulement ponctuellement pour la mine – témoignant d’une polyactivité et de degrés variables d’implication dans les travaux de la mine. L’inspecteur en conclut d’ailleurs que la ferme impériale sur le terrain de laquelle se trouvent les gisements donnés en concession n’est pas suffisamment exploitée52. Ce n’est donc probablement pas un hasard si l’année suivante, la Banque ottomane signe également un bail pour la ferme53.

Un encadrement lié aux réseaux ottomans et non ottomans de la Banque ottomane

  • 54 ANMT, 207 AQ 398, Z1, Lettre d’E. Reiser à E. Naville, Constantinople, 27 novembre 1883.
  • 55 ANMT, 207 AQ 398, Z1, Lettre d’E. Reiser à E. Naville, Constantinople, 1er avril 1884 et lettre de (...)
  • 56 En réalité, la nationalité de Kyriakos Makri n’est pas claire. Dans un document conservé dans les a (...)
  • 57 Frashëri, Historia e Selenicës..., op. cit., p. 8 ; Baldacci Antonio, Itinerari Albanesi (1891-1902 (...)

27La reprise en main par le concessionnaire, puis le transfert à la Banque ottomane entraînent d’autres circuits de recrutement pour l’encadrement, indépendants de la filière italienne : des circuits à la fois non ottomans et ottomans. Dans le cadre du réseau des concessionnaires privés, le fils d’Emil Reiser est envoyé sur place pour s’occuper de la question du transport54. En outre, un comptable allemand est recruté, avant d’être remercié55. Puis la Banque ottomane fait intervenir ses propres réseaux de façon plus durable. Après un conflit entre Félix Barthélémy et Simon Mayers, un technicien ottoman chrétien orthodoxe, Kyriakos Makri, employé de la Banque, devient ainsi directeur de la mine sur place dès 1885, à la place de Barthélémy56. Il développe lui aussi l’exploitation, contribue au développement du village par la construction d’un bâtiment de direction de la mine et d’une église pour la population valaque (chrétienne orthodoxe), comme à l’essor de certaines cultures au sein de la ferme, tout en s’intéressant à l’archéologie locale57.

  • 58 ANMT, 207 AQ 398, Z3, et « Reconstitution des mines phylloxérées », « Charbon-Engrais-Insecticide a (...)

28Parallèlement, l’ingénieur chimiste Alfred-Narcisse Hélouis, lui aussi employé par la Banque ottomane, œuvre depuis la France pour développer de nouveaux produits et de nouveaux marchés. Il invente en 1888, à partir du bitume liquide, un procédé de fabrication d’un charbon sulfuré bitumineux pour protéger les vignobles du phylloxera pour lequel des essais sont faits sous l’égide du ministère de l’Agriculture, dans le Bordelais notamment58.

Fig. 4

Fig. 4

Extrait de Conseil général de Gironde, Session d’avril 1890, Rapports du préfet et de la Commission départementale, Procès-verbaux des délibérations, Bordeaux, Lanefranque, 1890, p. 118.

Au-delà de la Méditerranée orientale et de l’Adriatique : de nouveaux débouchés

  • 59 Figuier Louis, L’année scientifique et industrielle, Trente-unième année (1887), Paris, Hachette, 1 (...)

29L’ère des concessions et les débuts d’une exploitation industrielle donnent au bitume de Selenica un nouvel horizon de possibles débouchés. Dès 1887, Hélouis fait connaître largement les gisements dans les milieux industriels, en présentant la mine à la Société d’encouragement pour l’industrie nationale59. Quand la presse s’en fait l’écho, elle ne manque pas de souligner l’éventuelle présence de pétrole et la potentialité presque magique de tels gisements. Ainsi peut-on lire dans le journal radical Le Rappel, dans la rubrique « Causerie scientifique », juste après des lignes consacrées au pétrole qui jaillit dans le Caucase :

  • 60 Le Rappel, no 6248, 19 avril 1887, p. 3.

Valona est, dans le golfe d’Otrante, une petite ville située presque en face de Brindisi, et Selitniza [sic] est un village situé à 22 kilomètres est de Valona. Or, dans le voisinage de Selitniza, se trouve, sur la rive gauche d’une rivière nommée Voyoussa, un vaste gisement de bitume. Sa superficie est d’environ 500 hectares. Le bitume s’y rencontre sous plusieurs états et est reparti de diverses manières dans les couches de terrain. Ce n’est qu’à l’état de pureté que les habitants l’exploitent, et depuis peu d’années, d’une façon toute primitive, allant rarement le chercher à plus de 4 mètres.
Le même pays renferme des sources nombreuses et très abondantes de bitume liquide. Il paraît, en outre, qu’on y a récemment trouvé du pétrole et de l’ozokerite. Ces choses sont l’objet d’une communication de M. Hélouis à la Société d’Encouragement.
Richesses partout, richesses en tout. Auprès desquelles on a par ignorance enduré toutes les privations. Qui se découvrent dès qu’on se met à les chercher. La misère finira par ne plus avoir où reposer sa tête. Il faudra qu’on se résigne à être heureux60.

30Quoi qu’il en soit de cette image toute fantasmée, le nouveau débouché pensé par Hélouis rejoint l’usage fait depuis longtemps comme insecticide dans la région d’Izmir. Au reste, à part l’envoi d’un échantillon en Angleterre, le vice-consul Sauvaire, dans sa notice, mentionne surtout des usages et des destinations dans l’espace adriatique, en Méditerranée orientale et dans la province de Berat, dans la continuité de la période précédente :

  • 61 Sauvaire, « Mines de bitume… », art. cité, p. 1224.

Les Compagnies de navigation de l’Adriatique et du Danube, et en première ligne celle du Lloyd autrichien, en consomment de grandes quantités pour la fabrication des enduits et vernis hydrofuges destinés à protéger les carènes de leurs navires contre l’action destructive des eaux de la mer. Ce bitume est encore très employé par les fabricants de cordages, ceux de Trieste en particulier, et la province de Bérat en utilise annuellement plus de trente tonnes pour ses chars seulement. Smyrne enfin et quelques autres villes des îles grecques en font, pour les vignes, une importante consommation61.

  • 62 BOA, HH.THR (Hazine-i hassa Tahrirat), 233/18, 23 et 24.
  • 63 BOA, HH.THR (Hazine-i hassa Tahrirat), 233/30.
  • 64 Autheman, La Banque impériale ottomane…, op. cit., chapitre VI : Années de transition (1882‑1889), (...)
  • 65 ANMT, 207 AQ 398, Z1, Comte Georges de Germiny, Ottiweld Frank Waterfield, « Société des Mines de S (...)

31À la fin des années 1880, il semble cependant que l’espace des exportations commence à s’élargir vers l’Europe centrale. Dans les archives du Başbakanlık, il existe de nombreux documents dans le fonds de la Liste civile (Hazine-i hassa) qui gère les biens du Sultan. Dès cette époque, les responsables des biens impériaux, dont font partie la ferme (çiftlik) et la mine de Selenica, contrôlent en effet de près le volume et le prix des marchandises exportées afin de vérifier si les taxes payées par le concessionnaire sont conformes à ses déclarations. Ainsi, dans la période 1888-1890, on relève surtout des exportations à Trieste et, de là, en Autriche (Vienne) et en Hongrie (Pest)62. Mais l’élargissement à de nouveaux marchés se heurte à la concurrence du bitume de la Trinidad, moins cher. C’est en tout cas en utilisant cet argument que les dirigeants de la Banque ottomane, qui finance désormais de grandes entreprises dans l’Empire (chemins de fer, tabac), négocient alors avec les autorités ottomanes le taux de la redevance afin de pouvoir abaisser leur prix de vente63. À un moment où la Banque développe de façon significative ses affaires commerciales dans d’autres domaines64, des débouchés sont recherchés en France, tandis qu’un rapport technique est rédigé en 1890, soulignant la « richesse des gisements » et « la possibilité de leur exploitation fructueuse »65. Tout ceci amène à la création de la « Société des mines de Sélénitza » en 1891, à Paris.

1891-1912 : une gestion depuis Paris, l’insertion dans un marché mondial

L’insertion dans un circuit français : un siège parisien, une usine à Marseille

32La création en février 1891 d’une Société anonyme d’actionnaires, ayant son siège à Paris, constitue un tournant. D’abord parce qu’elle décentre une partie de la gestion de la mine hors de l’Empire. La direction de la banque à Constantinople continue à jouer un rôle, notamment dans les relations avec les autorités ottomanes, qui renforcent d’ailleurs leur contrôle sur les exportations, comme on peut le voir dans le fonds de la Liste civile. Beaucoup d’opérations sont toujours pilotées depuis la province ottomane albanaise par l’encadrement technique et administratif de la mine sur place. Mais, dans la capitale française, se trouvent désormais des bureaux et un directeur, en la personne de Gustave Beudin, ingénieur des mines, qui exercera cette fonction jusque vers 1903-1904, avant d’être remplacé par Maurice Bardier, d’abord passé par Selenica.

  • 66 ANMT, 207 AQ 398, Z2 et Z3.
  • 67 Ibid.
  • 68 Landau Bernard, « La fabrication des rues de Paris au xixe siècle : un territoire d’innovation tech (...)
  • 69 ANMT, 207 AQ 398, Z2.

33L’ancrage français, qui se dessinait avec l’activité de l’ingénieur Hélouis, s’affirme à travers l’action de Gustave Beudin. Depuis Paris, ce dernier mène en effet des études de marché, étudie les questions techniques et pilote des développements qui sont eux-aussi fortement tournés vers la France. Il supprime d’ailleurs les bureaux et dépôts qui avaient précédemment été ouverts à Londres66. Dès le début de son mandat, il s’entend avec la Société des mines de bitume et d’asphalte du Centre. Fondée en 1884, cette société, qui exploite des mines de bitume dans le Puy-de-Dôme (Pont-du-Château), l’Ain (les fameuses mines de Seyssel) et dans le Gard, devient un des clients de la mine de Selenica et fait avec elle un essai d’application pour la voierie, à Paris, place des Ternes. Avec cette entreprise, qui produit du mastic de bitume, un accord est peu à peu mis en place afin de répondre conjointement aux adjudications de la ville de Paris pour les travaux de voirie67. Le bitume sert en effet depuis peu au revêtement des trottoirs et de certaines chaussées dans les grandes métropoles. À Paris, après un premier essai en 1835, le procédé n’est vraiment mis au point qu’après 1855. Les travaux d’asphaltage des trottoirs, avant même celui des chaussées, se font à plus grande échelle à partir des années 1880, impliquant des sociétés françaises et étrangères68. Comme on peut le voir dans les rapports annuels, les bénéfices que la Société des mines de Sélénitza finit par faire viennent largement des profits tirés de l’obtention de ces travaux de la ville de Paris69. En 1913, le journal L’illustration peut ainsi titrer l’un de ses articles « L’origine albanaise des trottoirs de Paris ».

Fig. 5

Fig. 5

L’illustration, no 3684, 4 octobre 1913.

  • 70 ANMT, 207 AQ 398, Z3.

34Marseille devient aussi un pôle de la Société avec la construction d’un dépôt et d’une usine d’épuration et de raffinage, dans le quartier Saint-Henri, dès 1891. Il s’agit, selon un brevet déposé par Hélouis en 1890, de raffiner le bitume ordinaire que les fabricants de mastic ne veulent pas acheter brut, notamment en raison de la concurrence avec le bitume de Trinidad, considéré de meilleure qualité par les clients. L’usine s’agrandit dans les années suivantes : de nouvelles chaudières en augmentent la capacité. Jusqu’à la fin du siècle, on y fabrique aussi du charbon sulfuré et de l’engrais pour les vignes, produits jusqu’en 1893 à Saint-Denis, en région parisienne, également selon le procédé inventé par Hélouis70.

Fig. 6

Fig. 6

Annonce parue dans La gazette du village, no 30/50, Paris, 10 décembre 1893, p. 606.

  • 71 ANMT, 207 AQ 398, Z2, Rapports pour les années 1895-96, 1896-97, 1897-98 et 1898-99.

35Mais, alors que ces produits se vendaient encore en 1895 en Champagne et dans le sud de l’Espagne, la reconstitution des vignobles par des cépages américains entraîne une baisse de la demande et la production est définitivement stoppée en 1898-189971.

Dans le jeu de la concurrence mondiale

  • 72 Wiltshire Winston W., The Commercial Development of Trinidad Lake Asphalt, Trinité et Tobago, 1978.
  • 73 ANMT, 207 AQ 398, Z2 Rapport de l’année 1896-97
  • 74 BOA, HH.THR (Hazine-i hassa Tahrirat), 233/76 ; ANMT, 207 AQ 398, Z2, Rapports pour les années 1895 (...)
  • 75 ANMT, 207 AQ 398, Z2, rapports pour les années 1896-1897, 1898-1899, 1899-1900 et 1901-1902.

36Au-delà de la France, la gestion imprimée par Gustave Beudin s’inscrit d’emblée dans une géographie mondiale. Même en France, la question de la concurrence avec le bitume de la Trinidad s’impose. Les gisements de bitume liquide (le Pitch Lake) de l’île des Caraïbes, colonie britannique, deviennent dans les années 1880-1890 l’une des sources les plus importantes et les moins chères dans le monde72. À la fin des années 1890, d’autres produits bitumineux arrivent également sur le marché mondial depuis le Mexique, Cuba, la Barbade et l’Utah, tous moins chers que le bitume de Selenica73. Face à cette concurrence, tout en essayant d’optimiser la production et le transport, les responsables de la Société entendent faire baisser les prix de revient en négociant une baisse de la redevance perçue par la Liste civile ; ce qu’ils obtiennent74. Quelques années plus tard, de nouvelles chaudières sont mises en fonctionnement pour faire du bitume refondu en pain, afin d’offrir à la clientèle des produits similaires à ceux de la Trinidad, vendus sous forme refondue en fût75.

  • 76 ANMT, 207 AQ 398, Z3.

37La Société des mines de Sélénitza se positionne également par rapport aux autres compagnies du secteur en Europe et dans le monde, en les imitant. En octobre 1893, G. Beudin justifie sa stratégie de s’associer à la Société des mines de bitume et d’asphalte du Centre et de répondre à des appels pour des travaux publics, en prenant l’exemple des autres sociétés qui produisent de l’asphalte et du bitume, devenues des sociétés de travaux publics. Il en dresse même un tableau, citant des compagnies situées en France, en Suisse, en Allemagne, aux États-Unis et au Venezuela76.

  • 77 ANMT, 207 AQ 398, Z3, Rapport de G. Beudin, « Voyage à San Valentino et Pont-du-Château. Novembre 1 (...)
  • 78 ANMT, 207 AQ 398, Z2, rapports des années 1891-1892, 1895-1896, 1896-1897, 1897-1898, 1901-1902.

38Par ailleurs, le réseau qu’il cherche à bâtir pour commercialiser le bitume de Selenica est lui aussi européen, voire mondial par la suite. Ce réseau comprend d’abord, en France, la Société des mines du Centre, dont l’usine principale se trouve à Pont-du-Château, et l’usine de Marseille, ainsi qu’un revendeur dans cette même ville. En Italie, des contacts sont pris dès 1892 à San Valentino dans les Abruzzes, avec la société berlinoise Reh, qui utilise déjà le bitume de Selenica pour fabriquer du mastic à partir de la roche asphaltique77. Cinq ans plus tard, le rapport annuel fait état de correspondants pour la commercialisation à Londres, pour un certain temps seulement, en Allemagne, en Belgique, en Hollande. Dans les années qui suivent, la Société recherche des débouchés jusqu’aux États-Unis et au Canada, voire du côté de la Roumanie78.

  • 79 ANMT, 207 AQ 398, Z2, rapport de l’année 1898-1899.
  • 80 BOA, HH.THR (Hazine-i hassa Tahrirat), 237/20, 241/13, 247/7.

39Grâce à ce réseau, la géographie des exportations s’européanise et se mondialise pour écouler une production en nette augmentation à partir des années 1890 (elle passe de 700 tonnes environ en 1891-1892 à 2 000 tonnes en 1894-1895 et au double en 1898-1899)79. Les archives ottomanes permettent de suivre cette évolution, car les responsables de la Liste civile entendent régulièrement vérifier la véracité des quantités et prix déclarés, et donc le montant de la redevance proportionnelle perçue. Chaque année, des tableaux lui sont adressés, qui donnent la liste de tous les transports et ventes effectués. L’analyse de trois de ces tableaux, pour les périodes mars 1896-février 1897, mars 1902-février 1903 et mars 1906-février 1907, illustre la montée en puissance de la mine80. Les ventes passent de 1 500 tonnes environ à près de 5 000, puis 6 000 tonnes dans le dernier tableau.

Fig. 7

Fig. 7

Tableau fourni par la Société à la Liste civile pour l’année fiscale 1902-1903.

BOA, HH.THR (Hazine-i Hassa Tahrirat).

40L’analyse de ces données montre qu’il y a une continuation des flux préexistants dans la province ottomane, dans l’Adriatique et en Méditerranée orientale, auxquels viennent s’ajouter, et non se substituer, des ventes plus importantes sur les marchés européens et même transatlantiques. Ainsi, en 1896-1897, les ventes dites « locales » (ou « locales » et « à Sélénitza ») sont stables, à environ 30 tonnes, puis baissent à 20 tonnes. Quant aux ventes dans l’Adriatique et en Méditerranée orientale, plus exactement vers Trieste, Fiume, Ancône, Zante, Catane, Constantinople, Alexandrie, elles augmentent sensiblement de 100 à 200 tonnes environ, mais restent dans les mêmes ordres de grandeur.

41J’exclue ici Ortona, port adriatique dont se sert la société allemande Reh pour son usine dans les Abruzzes comme nous l’avons vu. Les exportations vers ce port sont à considérer dans les nouveaux flux, de même qu’une partie de ceux vers Trieste qui augmentent considérablement pour desservir l’Empire des Habsbourg pour les travaux de voirie et non plus seulement le port lui-même pour les navires et les cordages. Mais ces nouveaux flux croissent surtout vers la France par Marseille (vers l’usine de la Société) et Rouen (où le bitume est acheminé pour être ensuite transporté par péniche jusqu’à Paris afin de réaliser les travaux de voirie). Ils vont aussi vers l’Angleterre par Londres et la Russie par Odessa, mais surtout vers l’Allemagne, l’Europe du Nord et même l’Amérique, via Hambourg et Rotterdam.

Le transport terrestre et le renforcement de la connexion avec le port

  • 81 Voir par exemple ANMT, 207 AQ 398, Z2, rapport 1903-1904 ; Frashëri, Historia e Selenicës…, op. cit(...)

42Alors que les exportations connectent dorénavant les gisements à la fois au marché préexistant en Méditerranée orientale et à un nouveau marché mondialisé, elles entraînent nécessairement un renforcement de la connexion entre Selenica et Vlora. Aux deux bouts du parcours, la Société a désormais la maîtrise des espaces qu’elle afferme : la ferme impériale d’un côté et, de l’autre, à partir des premières années du nouveau siècle, le môle où transitent non seulement le bitume, mais aussi tous les biens importés et exportés dans la région81.

  • 82 Il existe également les caravanes « étrangères », qui viennent d’autres localités ottomanes, effect (...)
  • 83 ANMT, 207 AQ 398, Z2, rapports 1897-1898, 1898-1899, 1899-1900, 1900-1901, 1901-1902, 1903-1904.

43En ce qui concerne la question du transport du minerai entre le carreau de la mine et le port, son coût pèse fortement sur le prix de revient. Les responsables de la mine décident, à partir de 1897 environ, d’accroître les capacités de transport en augmentant la taille de la caravane propriété de la société et en facilitant, par le biais de prêts, l’achat de chevaux et de mulets par les villageois82. En quelques années, la caravane de la Société passe donc de 38 à 340 bêtes, et celles du village de 22 à plus de 300. Une partie des mulets est utilisée sur place, entre les sites d’extraction et les sites de traitement et de stockage qui doivent aussi être liés entre eux. Pour ces connexions sur le terrain de la concession, des tronçons de ligne de chemin de fer à voie étroite Decauville à traction animale sont peu à peu mis en place, comme on le voit sur l’une des photographies publiées dans L’Illustration (cf. supra)83.

  • 84 Face au problème épisodique de passage de la rivière, des dépôts de bitume sont instaurés à Picar, (...)
  • 85 ANMT, 207 AQ 398, Z2, rapports 1909-1910, 1910-1911 ; BOA, ŞD (Şûrâ-yı Devlet) 2111/27 ; BOA, BEO ( (...)

44Pour le trajet entre Selenica et Vlora, les directeurs de la mine font, très tôt, des études pour éventuellement mettre en place un transport par rail ou par fil aérien. Mais celles-ci montrent que la production reste trop faible pour un tel investissement. Au début de l’année 1908, la Société entreprend finalement des démarches auprès de la Liste civile afin de voir s’il serait possible d’établir un câble aérien au-dessus de la rivière Shushica84, pour résoudre les problèmes de transport en hiver, et un Decauville à traction animale sur le reste du parcours. Les autorités ottomanes y sont a priori favorables, mais, d’un côté, le niveau de la production demeure encore insuffisant et, de l’autre, la révolution des Jeunes-Turcs de 1908 et les autres événements politiques qui s’ensuivent font que le projet n’est pas réalisé85.

Anciens et nouveaux circuits de recrutement pour le travail non qualifié et qualifié

45Au tournant du xxe siècle, la façon dont la mine s’insère dans les différents espaces tient également à la question du travail, qui continue à se transformer, et aux canaux de recrutement, qui se diversifient : réseaux locaux, réseaux miniers dans et en dehors de l’Empire ottoman, réseaux de la Banque ottomane, réseau des ingénieurs des mines sont, semble-t-il, sollicités conjointement pour le fonctionnement de la mine, qui exige désormais un personnel plus nombreux et, en partie, plus qualifié. Les sources que j’ai pu trouver restent cependant peu disertes sur cet aspect, contrairement à celles dont disposait Donald Quataert pour son étude sur Zonguldak.

  • 86 ANMT, 207 AQ 398, Z2, rapports 1898-1899, 1899-1900, 1901-1902.

46Les ouvriers locaux non qualifiés viennent, comme auparavant, principalement de Selenica (Valaques) et de Romsi (musulmans albanais). Peut-être viennent-ils aussi d’autres villages voisins et peut-être sont-ils des Valaques qui s’installent à Selenica, attirés par la source de travail ? Quoiqu’il en soit, la continuité avec la période précédente vient également du fait que la Société n’emploie à plein temps qu’une partie des ouvriers, les autres étant payés par elle en régie, c’est-à-dire à l’heure, une forme de travail plus économique pour la compagnie. Des impératifs de volume de production obligeront toutefois le directeur à limiter la production en régie et à préférer le travail salarié86.

  • 87 Alfred Gounot mentionne également des velléités de grève chez les mineurs musulmans au cours de son (...)
  • 88 ANMT, 207 AQ 398, Z2, rapports 1909-1910, 1910-1911, 1912-1913.

47La main d’œuvre est d’ailleurs sujette à variations pour différentes raisons qui viennent tant de la gestion de la mine que des ouvriers eux-mêmes. Durant l’exercice 1899-1900, les ouvriers du village de Romsi se mettent en grève pendant plusieurs mois, entre juin et février, sans que le rapport ne précise pour quelle raison87. En 1906-1907, il est nécessaire de mobiliser davantage d’ouvriers pour reconstituer les stocks. À partir de 1910, ce sont l’émigration, le recrutement militaire et la mobilisation qui font baisser le nombre d’ouvriers et leurs qualifications88.

  • 89 Martelli Alessandro, « Le formazioni bituminifere di Selenitza in Albania », Bollettino della Socie (...)
  • 90 Frashëri, Historia e Selenicës..., op. cit., p. 10.

48Une dimension que les sources officielles ne font pas apparaître est la question du travail des femmes et des enfants. Or, il semble bien que ces deux catégories soient employées. C’est ce que l’on voit sur une photographie prise par un géologue italien de passage en 1905, Alessandro Martelli, où des femmes participent à la mise en sac du minerai89. Quant aux adolescents, d’après les informations recueillies par Tanush Frashëri, ils devaient également être employés occasionnellement, puisque l’on sait qu’ils étaient payés deux fois moins que les adultes90.

Fig. 8

Fig. 8
  • 91 Martelli, « Le formazioni bituminifere... », art. cité.

Illustration dans l’article d’A. Martelli91 : la mise en sac du bitume à Selenica (1905).

  • 92 Gounot, Cinq ans d’Albanie, op. cit., p. 161 et 162.
  • 93 Ibid., p. 109.

49Quant au travail qualifié et à l’encadrement, ils impliquent désormais de nouveaux réseaux de recrutement qui vont au-delà de la région d’Avlonya/Vlora. C’est ce que le récit d’Alfred Gounot, ingénieur-directeur de la mine en poste à Selenica entre 1893 et 1897, ainsi que des photographies annotées conservées dans sa famille font apparaître. Ainsi, le majordome (kehaya) et les deux factotums (cavas) qu’il emploie sont originaires d’un lieu qui se trouve à trois ou quatre journées de route de Selenica, sans que l’on sache par quel réseau ils ont été recrutés. D’après la même source, le maître mineur, un chrétien orthodoxe nommé Yanni Pascali, vient lui d’un lieu encore plus éloigné, situé à quatre à cinq journées de route92. S’agit-il du mineur « albanais grec » (albanais chrétien orthodoxe) qu’Alfred Gounot mentionne par ailleurs et qui aurait travaillé auparavant aux mines de plomb argentifère du Laurium, en Attique93 ? Quoiqu’il en soit, cette dernière information indique une circulation entre des sites miniers exploités par des sociétés ayant leur siège à Paris. Le conseil d’administration de la Société des mines du Laurium, fondée en 1875 dans la capitale française, et celui de la Société des mines de Sélénitza sont d’ailleurs présidés par la même personne, Achille Monchicourt.

  • 94 Bollettino del Ministero degli Affari Esteri, 1902, p. 516.

50Le rapport d’un diplomate italien indique la présence de trois ouvriers italiens en 1901, à côté de plusieurs centaines d’ouvrier locaux, mais il s’agit de la seule source nous indiquant une telle présence, sans d’ailleurs préciser s’ils sont des ouvriers qualifiés ou non94.

Fig. 9

Fig. 9

Le personnel principal de la mine en 1895, autour de l’ingénieur Alfred Gounot.

BOA, HH.THR (Hazine-i Hassa Tahrirat).

51Pour ce qui est de l’encadrement, nous avons vu que, déjà dans la période précédente, il avait une dimension transnationale avec l’arrivée de Félix Barthélémy, un Français employé d’une société italienne, puis avec l’implication directe des concessionnaires anglais et allemand installés à Istanbul et l’embauche de Kyriakos Makri, sujet ottoman grec orthodoxe employé par la Banque ottomane. On pourrait ajouter la présence possible dès cette époque du responsable du magasin à Vlora qu’Alfred Gounot trouve à son arrivée en 1893 : un certain François Canné95, qui pourrait être un Levantin, lié à la Banque ottomane. Avec la création de la Société des mines de Sélénitza, cette dimension transnationale devient d’une certaine façon pérenne. Pendant près de 25 ans, des ingénieurs français, la plupart diplômés civils de l’École des mines, se succèdent comme directeurs techniques (ou directeurs) sur place : Alexis Rey en 1891-1892, Alfred Gounot de 1893 à 1897, Maurice Bardier entre 1897 et 1903, Théophile Pochon de 1903 à 1907 et Maurice Bernard de 1907 à son départ pour la guerre en 1914, guerre dont il ne reviendra pas96.

  • 97 BOA, BEO (Bab-ı Ali Evrâk Odası) 2495/187067.
  • 98 ANMT, 207 AQ 398, Z5.
  • 99 BOA, HR.SYS (Hariciye Nezâreti, Siyasi Kalemi), 1718/65.

52À leurs côtés œuvre généralement un directeur administratif, parfois aussi présenté comme comptable. Or, les successeurs de Kyriakos Makri, qui reste jusqu’en 1893 lorsque ses conflits avec des acteurs locaux poussent la Société et la Banque à se séparer de lui, semblent être comme lui des « Grecs », c’est-à-dire des chrétiens orthodoxes de l’Empire. C’est le cas d’A. Kofidis, dont un document ottoman nous dit qu’il est de Samsun97, une région où l’on sait que les Rums, c’est-à-dire les chrétiens orthodoxes, sont très présents dans le secteur minier. Mais sa nomination à ce poste vient-elle également d’un lien avec la Banque ottomane ? Cela est possible dans la mesure où, lorsqu’il doit quitter Selenica en 1907, il est muté à l’agence de la Banque à Salonique. Il est un temps question qu’un employé de cette agence le remplace, mais celui-ci refuse car le statut et les avantages proposés lui paraissent insuffisants98. En 1910, les autorités ottomanes veulent expulser du territoire ottoman un employé administratif en poste depuis déjà deux ans à la mine, un certain Papanicolas, ancien élève de l’École des officiers de réserve à Corfou et employé de poste99. C’est bien sûr le supposé rapport à la Grèce et à l’hellénisme qui est en jeu, dans cette région revendiquée par certains acteurs grecs.

Savoirs géologiques, savoirs sur l’Albanie et impérialisme

  • 100 Gounot Alfred, « Note sur les mines de bitume exploitées en Albanie », Annales des mines, 1903, p.  (...)
  • 101 Baldacci, Itinerari albanesi..., op. cit. ; Simonelli Vittorio, « Le sabbie fossilifere di Selenitz (...)
  • 102 Jesné Fabrice, La face cachée de l’empire. L’Italie et les Balkans, 1861-1915, Rome, École français (...)

53Durant cette période de gestion par la Société des mines de Sélénitza, les gisements réapparaissent par ailleurs dans le champ de la construction des savoirs, à la croisée de deux sous-champs : celui des savoirs géologiques et miniers, d’un côté, et celui des savoirs sur l’Albanie, de l’autre. Si l’ingénieur Alfred Gounot lui-même y contribue par un article publié dans les Annales des mines plusieurs années après son séjour à Selenica100, ce sont surtout des scientifiques ou journalistes italiens qui cernent de différentes façons la ressource que représente la mine, souvent dans un contexte géographique et géopolitique plus général : le botaniste Antonio Baldacci fait une relation détaillée de sa visite en 1892 ; Vittorio Simonelli analyse des échantillons rapportés par Baldacci ; Alessandro Martelli dresse un bilan géologique dans l’étude déjà mentionnée à la suite d’une visite faite en 1906 ; le géographe militaire Eugenio Barbarich ne manque pas de mentionner Selenica dans son livre sur l’Albanie, lorsqu’il recense les activités extractives ou lorsqu’il décrit les itinéraires ; jusqu’au journaliste Vico Mantagezza qui dédie un ouvrage à l’Albanie, comme il l’avait fait pour le Monténégro101. Selenica se retrouve donc dans les écrits de tous ces personnages qui contribuent, comme l’a montré Fabrice Jesné, à construire l’impérialisme italien vis-à-vis des Balkans, dans une rivalité grandissante autour de l’Adriatique avec l’Empire des Habsbourg à partir de 1896-1897102.

Régimes d’exploitation et connexions spatiales : des évolutions feuilletées

  • 103 Quataert Donald, « Mines. xixe-xxe siècles », dans François Georgeon et al. (dir.), Dictionnaire de (...)

54Durant le long xixe siècle ottoman, l’exploitation des gisements de bitume de Selenica suit une trajectoire qui présente des similarités avec d’autres sites ottomans. Elle correspond aux caractéristiques du secteur minier telles que présentées de façon générale par Donald Quataert : privatisation du capital, conditions de travail ni traditionnelles ni capitalistes, polyactivité mine/agriculture de la main d’œuvre103. Plus précisément, cette trajectoire, qu’il faut considérer dans des espaces en-deçà et au-delà des frontières impériales ottomanes, correspond à différents régimes d’exploitation, marqués non seulement par la privatisation du capital et les conditions de travail, comme le souligne Quataert, mais aussi par l’évolution des usages (de l’imperméabilisation des surfaces à la protection des trottoirs), des savoirs et des techniques d’extraction, de traitement et de transport.

55Les deux tournants que représentent d’abord l’attribution de la concession à des entrepreneurs ottomans et étrangers, puis la constitution quinze ans plus tard d’une société par actions pour gérer l’exploitation des gisements depuis Paris contribuent sans aucun doute à lier la mine de Selenica à des espaces de plus en plus larges. La construction des savoirs géologiques et économiques – et notamment la recherche souvent fantasmée de pétrole – inscrit Selenica sur une carte des lieux potentiels d’exploitation dans l’Empire ottoman et en Méditerranée, dessinée depuis l’Europe. Après une courte période, au début des années 1870, au cours de laquelle un entreprenariat capitaliste privé ottoman et étranger tente d’exploiter les gisements de Selenica de façon industrielle, la crise politique et financière ottomane permet à l’impérialisme minéral européen de prendre le relais par le biais de la Banque ottomane, établissement franco-britannique. La mine est alors placée à l’un des sommets d’un triangle Selenica/Vlora (pour l’extraction et l’export) – Paris (pour la gestion financière et commerciale) – Marseille (pour le raffinage).

  • 104 À titre de comparaison, voir Bencivengo Yann, « Naissance de l’industrie du nickel en Nouvelle-Calé (...)

56La trajectoire industrielle du bitume apparaît également décisive dans l’insertion dans un espace mondial. Les gisements sont en effet peu à peu connectés au marché global du bitume, lié aux usages pour les travaux de voirie. Les exportations de produits bruts ou transformés concernent désormais les grandes métropoles européennes, jusqu’à New York, mais elles se heurtent à la concurrence de produits venant de l’espace atlantique américain104.

  • 105 Koh Choon Hwee, « The Ottoman Postmaster: Contractors, Communication and Early Modern State Formati (...)

57Ces dynamiques impérialistes étrangères et globales se conjuguent en outre à des dynamiques propres à l’espace ottoman, au sein duquel l’exploitation reste ancrée de diverses façons. Même si le capital et la gestion de l’exploitation sont désormais délocalisés hors de l’Empire, l’introduction des concessions et la privatisation qui en découle va de pair avec le renforcement du contrôle par les autorités ottomanes. Celui-ci implique d’ailleurs des interactions entre la société d’exploitation, les différents sièges de la Banque ottomane (Istanbul, Paris et, dans une moindre mesure, Londres) et diverses institutions centrales et provinciales ottomanes. Comme l’a montré, Choon Hwee Koh pour une période antérieure, les deux dynamiques de privatisation et de centralisation ne sont pas exclusives105. Par ailleurs, la Banque ottomane, qui est elle-même un établissement contractuellement lié au gouvernement ottoman, introduit des dynamiques largement inter-impériales, également en ce qui concerne les personnels qualifiés (comptabilité, gestion du dépôt et peut-être également mineurs qualifiés) puisque des recrutements se font à travers les réseaux ottomans de la Banque.

58Les deux tournants évoqués entraînent également une insertion nouvelle dans les espaces régional et local, qui s’en trouvent aussi transformés. Le système de transport est constamment revu et la connexion entre Selenica et Vlora est améliorée, dans des proportions cependant moindres que ce que les ingénieurs-directeurs avaient imaginé. L’exploitation des gisements se trouve également de plus en plus couplée à l’exploitation du domaine agricole de la ferme impériale, ainsi qu’à l’exploitation d’un môle au port d’Avlonya, d’où partent les navires chargés de bitume, à un peu moins d’une vingtaine de kilomètres de là. Pour la Société exploitante, il s’agit dans les deux cas de contrôler l’espace local afin d’y œuvrer le plus librement possible. Il conviendra à l’avenir de prolonger cette étude par une analyse de la transformation du paysage, de l’insertion des acteurs et de leurs interactions dans la société et dans les espaces local et régional.

59Quoi qu’il en soit, les tournants des années 1875 et 1891 ne correspondent cependant pas à des ruptures nettes. Au contraire, bien des continuités existent entre les périodes ici définies et les régimes d’exploitation, que ce soit en termes de techniques d’exploitation, de main d’œuvre, de transport et de flux d’exportation. Il faudrait plutôt utiliser l’image du feuilletage, impliquant des dynamiques entre les espaces dessinés par les interactions sociales et les pratiques en évolution. Ainsi, on a vu que les nouveaux usages concernant la voirie n’effacent pas les usages dans la marine ou dans l’agriculture et que les nouveaux flux d’exportation vers les métropoles européennes et, dans une moindre mesure, américaines se superposent à ceux qui concernaient la province ottomane, l’Adriatique et la Méditerranée orientale, sans les éliminer.

60Les nouvelles formes de travail induites par une exploitation industrielle (creusement de galeries, traitement de la matière première, transport par wagonnet au moins sur certains tronçons sur le carreau de la mine) ne remplacent pas non plus totalement les anciennes formes. Le travail en régie permet ainsi à la polyactivité de se maintenir. De nouveaux acteurs de l’exploitation des gisements apparaissent en raison du besoin d’encadrement technique et de main d’œuvre qualifiée dans de nouvelles tâches (ingénieurs français, directeur/comptable, mineurs qualifiés). L’essentiel du travail, qu’il relève directement de l’exploitation de la ressource ou du transport, reste néanmoins effectué par les habitants de la région, en premier lieu ceux de Selenica et de Romsi. Ces villages s’en trouvent transformés : variation du nombre d’habitants, évolution de l’habitat, de la topographie, des infrastructures et de l’environnement – une dimension que je n’ai fait qu’effleurer ici.

61Il faut enfin souligner que les évolutions ne sont pas linéaires. Par exemple, l’entreprise privée individuelle concessionnaire du début des années 1870 n’est que temporaire. La fabrication d’un produit dérivé pour protéger les vignes du phylloxera est lancée, avant d’être stoppée dix ans plus tard. L’importance de l’espace italo-adriatique dans lequel s’inscrit l’exploitation de la ressource au début des années 1880 à travers l’implication d’une société italienne opératrice, l’arrivée d’un ingénieur venant d’Italie et la présence d’ouvriers italiens ne dure qu’un temps, avant que la Banque ottomane n’imprime une dimension plus française. Il faudra les bouleversements de la période 1908-1920 pour que l’espace adriatique finisse par redevenir central. Car cette période constitue un nouveau tournant.

  • 106 ANMT, 207 AQ 398, Société anonyme des mines de Sélénitza, Z2, rapports 1908-1909, 1909-1910, 1910-1 (...)

62Les rapports annuels rédigés pour les actionnaires montrent que les transformations que connaît l’Empire ottoman à partir de 1908 influent très fortement sur l’exploitation et les exportations du bitume, d’autant que les situations conflictuelles perturbent les connexions nécessaires à l’exploitation et à l’exportation de la ressource : révolution jeune-turque ; guerre italo-turque de 1911 ; Première Guerre balkanique d’octobre 1912 à mai 1913 ; Première Guerre mondiale à partir de l’été 1914 ; occupation italienne de la région de 1916 à 1920, lorsqu’un soulèvement conduit au rattachement de la région à l’État albanais. Ainsi, sous le gouvernement jeune-turc, les adjudications de la ferme et du môle deviennent beaucoup plus chères. Dès 1909-1910, les rapports annuels pointent par ailleurs un problème de main d’œuvre : celle-ci se fait plus rare en raison de l’émigration d’une partie des ouvriers et de leur recrutement dans l’armée en raison de l’introduction de la conscription des chrétiens, puis de la mobilisation générale pendant les conflits. La situation politique entraîne également une hausse des prix des matières premières, notamment celui du fourrage et des grains nécessaires aux animaux de transport. De façon plus générale, la question de l’approvisionnement pour les hommes et les bêtes se pose de manière aiguë. Le projet de chemin de fer portatif Decauville (à voie étroite) pour remplacer la caravane de mulets qui se charge du transport du bitume de la mine au môle, un temps envisagé, est abandonné en raison de la baisse de la production. Les exportations par voie maritime sont quant à elles considérablement freinées en 1911, car les voiliers ne viennent plus jusqu’à Vlora en raison du conflit italo-turc puis du blocus du port l’année suivante. Même le transport entre Selenica et le port est mis en difficulté en raison de l’insécurité des routes et d’une épizootie de morve (une maladie infectieuse très contagieuse) qui touche la caravane en 1914. Enfin, le conflit mondial et l’occupation italienne de 1916 entraînent des bouleversements encore plus profonds : utilisation des infrastructures de la mine à d’autres fins, destructions, émigration des habitants et des ouvriers, redéploiement vers d’autres activités comme la construction de routes pour l’armée, et finalement vente de l’entreprise106. Concrètement, ces années sont donc synonymes d’un ralentissement, puis de l’arrêt de l’activité de la mine et de la quasi-cessation des exportations.

63Peu à peu, une nouvelle dynamique se dessine cependant. Le contexte de guerre, qui entraîne l’occupation par la Marine italienne et place Selenica sur la ligne de front, conduit dans un premier temps à ce que les infrastructures tant désirées par les directeurs de la mine sont construites par l’armée d’occupation, même si le but n’est pas le transport du bitume : une route et une ligne de chemin de fer Decauville relient désormais le site à la ville et au port de Vlora.

  • 107 Sakja Rovena, Le fonti per lo studio delle relazioni fra Italia e Albania in ambito energetico dal (...)

64Dès 1917, la Marine s’intéresse également aux gisements, en grande partie dans l’espoir que du pétrole puisse aussi en jaillir : une mission de prospection est effectuée cette année-là et le rachat de la Société des mines de Sélénitza a lieu l’année suivante. À l’instigation de la Marine italienne, une Société italienne des mines de Selenizza (SIMSA) est créée par l’entrepreneur Leopoldo Parodi-Delfino, spécialisé dans la chimie, les explosifs et les ressources minières, notamment dans les Abruzzes107. Ces initiatives sont à l’origine d’une nouvelle phase, au cours de laquelle l’exploitation de la mine s’inscrira au croisement du nouvel espace national albanais, auquel la région de Vlora est rattachée en 1920, et de l’espace impérial et colonial italien en construction.

Haut de page

Notes

1 Selenica (Selenicë dans sa forme indéterminée), nom de la localité en albanais, se prononce Sélénitza en français et était de fait écrit sous cette dernière forme au xixe siècle dans les sources européennes. Dans les sources ottomanes, le nom du village apparaît sous différentes formes : Selniçe, Selnice, Selinçe, Selince.

2 Vlora (Vlorë dans sa forme indéterminée) est connue dans les langues occidentales sous les noms d’Aulona, Avlona, Valona ou encore Vallona et en turc sous celui d’Avlonya.

3 Il s’agit d’un projet ANR dirigé par François Quantin. Pour plus de détails, voir Bernard-Mongin Claire et al., « Le bitume d’Albanie : matière, territoire et société. Méthodes et matériaux pour un projet d’enquête transdisciplinaire sur les gisements de bitume d’Albanie méridionale de l’Antiquité à nos jours », 2019, en ligne : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02316882/document. Le présent travail a donc largement bénéficié des échanges produits par ce projet collectif.

4 Quataert Donald, Miners and the State in the Ottoman Empire: The Zonguldak Coalfield, 1822-1920, New York, Berghahn Books, 2006.

5 Leake William Martin, Travels in Northern Greece, Londres, J. Rodwell, 1835, t. 1, p. 378 ; Holland Henry, Travels in the Ionian Isles, Albania, Thessaly, Macedonia, &c. (1812-1813), t. 1, Londres, Longman, 1815, p. 520.

6 Papageorgiou Stefanos P., « The attitude of the Beys of the Albanian Southern Provinces (Toskaria) towards Ali Pasha Tepedelenli and the Sublime Porte (mid-18th-mid-19th centuries) », Cahiers balkaniques, no 42, 2014, en ligne : https://doi.org/10.4000/ceb.3520.

7 Hahn Johann Georg von, Albanesiche Studien [Études albanaises], t. 1, Jena, Friedrich Mauke, 1854, p. 61-62. D’après le vice-consul français Auguste Sauvaire, avant 1880, les villageois payaient eux-mêmes une redevance aux autorités ottomanes. Sauvaire Auguste, « Mines de bitume de Valona », Bulletin consulaire français, Paris, 1884, p. 1224-1228 : 1225.

8 Selon le voyageur, qui y passe en 1670, les prisonniers n’étaient toutefois pas les seuls à y travailler ; les habitants de vingt villages auraient aussi exploité les gisements : en tout, des milliers de personnes. Si Evliya Çelebi est connu pour ses exagérations, il semble néanmoins que l’exploitation était alors plus active qu’au début du xixe siècle. Cf. Dankoff Robert et Elsie Robert (dir.), Evliyā Çelebi in Albania and Adjacent Regions (Kosovo, Montenegro, Ohrid), Leiden, Brill, 2000, p. 129.

9 C’est par la généalogie des plus anciennes familles que Tanush Frashëri, qui a recueilli la tradition orale à Selenica dans les années 1960 et est l’auteur d’une monographie non publiée sur les Valaques de la localité, conclut à un début de peuplement de Selenica vers 1780 par des familles venant de la région montagneuse de Frashëri, plus au sud-est. Cf. Frashëri Tanush, Historia e Selenicës dhe demografia e Vllehve [L’histoire de Selenica et la démographie des Valaques], Tirana, Arkivi i etnografisë (Departamenti i etnologjisë), AE 323/11, p. 4-5.

10 Boué Ami, Esquisse géologique de la Turquie d’Europe, Paris, Imprimerie de Bourgogne et Martinet, 1840, p. 61.

11 Coquand Henri, « Description géologique des gisements bituminifères et pétrolifères de Sélénitza dans l’Albanie et de Chieri, dans l’île de Zante », Bulletin de la société géologique de France, vol. 25, no 2, 1868, p. 20-74 (cf. p. 36-56).

12 Ibid., p. 46.

13 Holland, Travels…, op. cit., p. 521.

14 Sauvaire, « Mines de bitume… », art. cité, p. 1225.

15 Frashëri, Historia e Selenicës..., op .cit., p. 9.

16 Sauvaire, « Mines de bitume… », art. cité, p. 1225.

17 Leake, Travels…, op. cit., p. 4 ; Holland, Travels…, op. cit., p. 517 et 521 ; Pouqueville François C.H.L., Voyage de la Grèce, t. 1, Paris, Firmin Didot, 1826 (2e édition), p. 335, n. 1 ; Hahn, Albanesiche Studien…, op. cit., p. 62 ; Coquand, « Description géologique… », art. cité, p. 24 ; Sauvaire, « Mines de bitume… », art. cité, p. 1225.

18 Hocquet Jean-Claude, « L’arsenal de Venise. Créations, modernisations, survie d’une grande structure industrielle », Dix-septième siècle, vol. 253, no 4, 2011, p. 627-638 ; Ivetic Egidio, Storia dell’Adriatico, Bologna, Il Mulino, 2019, p. 223-252.

19 Kolodny Émile, « Hermoupolis-Syra : naissance et évolution d’une ville insulaire grecque », Méditerranée, no 2, 1969, p. 189-220.

20 Taş Mehmet, « 18.Yüzyıl Osmanlı Donanmasında Zift ve Katran Temini » [L’approvisionnement de la marine ottomane en bitume et goudron au xviiie siècle], Turkish Studies – Historical Analysis, 2020, en ligne : http://dx.doi.org/10.47846/TurkishStudies.46839.

21 Başbakanlık Osmanlı Arşivi (BOA), C.BH. (Cevdet Bahriye), 119/5766.

22 Frashëri, Historia e Selenicës..., op. cit., p. 5.

23 Holland, Travels…, op. cit., p. 519.

24 Boué, Esquisse géologique…, op. cit., p. 61-62 ; Coquand, « Description géologique… », art. cité.

25 Boué, Esquisse géologique…, op. cit., p. 62.

26 Figuier Louis, Les merveilles de la science ou description populaire des inventions modernes, Paris, Jouvet et Compagnie, 1870, p. 212.

27 Keskin Özcan, « The Evolution of Mining Law in the Ottoman Empire (1861-1906) », OTAM (Osmanlı Tarihi Araştırma ve Uygulama Merkezi Dergisi), no 29, 2011, p. 125-147.

28 Quataert Donald, Miners and the State…, op. cit., p. 2-3.

29 Troch Kevin, Ne pas grever l’avenir au bénéfice du présent. Une histoire environnementale de l’extraction du charbon de la fin du xviiie siècle à l’entre-deux-guerres : un développement non soutenable. L’exemple du Couchant de Mons et du Valenciennois, thèse de doctorat en histoire, Université de Namur-Université de Lille, 2018, p. 29.

30 Tok Alaaddin, The Ottoman Mining Sector in the Age of Capitalism: An Analysis of State-Capital Relations (1850-1908), mémoire de master, Boğaziçi University (Istanbul), 2010.

31 Story Sommerville (dir.), The Memoirs of Ismail Kemal Bey, Londres, Constable, 1920, p. 103-108.

32 Ibid., p. 107-108 et 111.

33 Anastassiadou Méropi, Les Grecs d’Istanbul au xixe siècle. Histoire socioculturelle de la communauté de Péra, Leiden-Boston, Brill, 2012, p. 171.

34 Thobie Jacques, Intérêts et impérialisme français dans l’Empire ottoman : 1895-1914, Paris, Publications de la Sorbonne, 1977, p. 145 ; Les anciens élèves de l’École centrale. 1832-1888, Paris, Association des anciens élèves de l’École centrale, 1889, p. 15.

35 Sur cet établissement, voir Autheman André, La Banque impériale ottomane, Paris, Institut de la gestion publique et du développement économique, 1996 et Eldem Edhem, A History of the Ottoman Bank, Istanbul, Ottoman Bank Historical Research Center, 1999.

36 Archives nationales du monde du travail (ANMT), Roubaix, Banque ottomane, Comité de Paris, 207 AQ 398, Société anonyme des mines de Sélénitza, Z1, « Convention » ; BOA, İ. MMS. (İrade Meclis-i Mahsûs) 53/2325, 1292 C 09.

37 Gilliéron Alfred, Grèce et Turquie. Notes de voyage, Paris-Neuchâtel, Sandoz, 1877, chap. III : « Avlona et Apollonia ».

38 Cette représentation, qui date probablement de l’époque communiste, présente un anachronisme, puisque le bey y est représenté âgé, comme lors de la déclaration de l’indépendance albanaise en 1912. Il s’agit de montrer la proximité des Valaques avec le « père de la nation albanaise » et, de ce fait, leur adhésion à cette dernière. Source : Bombaj Ilia K., Miniera e Selenicës dhe banorët e hershëm, nga faqja historike [La mine de Selenica et les anciens habitants dans l’histoire], s. l. n. d. Je remercie ici particulièrement l’auteur de m’avoir fourni une copie de son livre.

39 Ainsi, Emil Reiser acquiert la concession des mines de Balya, dans la région de Balıkesir, qu’il finit aussi par céder. Cf. Aydın Ibrahim, « Madencilik-şehirleşme ilişkisine farklı bir örnek : Balya » [Un exemple particulier de la relation exploitation minière-urbanisation : Balya], Marmara coğrafya dergisi, no 12, 2006, en ligne : https://dergipark.org.tr/tr/download/article-file/3107 (consulté en décembre 2023).

40 ANMT, 207 AQ 398, Z1, lettre E. Reiser à Messieurs Berger et Naville, 20 août 1884. La croyance en la présence de pétrole perdure et entretient la valeur supposée des gisements de Selenica. Deux ans plus tard, O. C. Waterfield, un dirigeant du siège londonien de la Banque ottomane, écrit ainsi au Grand Vizir, Kamil pacha, pour proposer un partenariat pour la recherche et l’exploitation du pétrole à Selenica, dont la présence a été supposée par l’ingénieur américain Herbert Tweddle, spécialiste en la matière, après un séjour sur le terrain (BOA, HR.TO (Tercüme odası), 530/16).

41 Voir note 28.

42 ANMT, 207 AQ 398, Z1 ; BOA, HH.THR (Hazine-i Hassa Tahrirat), 233/22 et 21.

43 Sauvaire, « Mines de bitume… », art. cité, p. 1225.

44 Archivio Storico Ministero Affari Esteri (ASMAE, Rome), Consolato valona, Pacco 12, Commercio 1873-1898, lettre de F. Barthélémy en réponse à la demande du 31 juillet (sans précision de l’année).

45 Bollettino del Ministero degli Affari Esteri, 1902, Rome, Tipografla del Ministero degli Affari Esteri, p. 516. Antonio Baldacci cite le nom d’une autre entreprise, la « Bouys et Compagnie » formée à Rome avec l’aide de la Banque Santo Spirito. Selon lui, c’est elle qui aurait envoyé l’ingénieur Barthélémy. Cf. Baldacci Antonio, L’Albania, Rome, Istitututo per l’Europa Orientale, 1930, p. 345.

46 Cassano Gianluca et al., « Fonticelle, La “nonna” delle miniere di asfalto e bitume d’Abruzzo », Opera Ipogea, no 2, 2019, p. 35-46 ; Gerali Francesco et Lipparini Lorenzo, « Maiella, an oil massif in the Central Apennines ridge of Italy: Exploration, production and innovation in the oil fields of Abruzzo across the nineteenth and twentieth century », dans Jonathan Graig et al. (dir.), The history of the European oil and gas industry (1600s-2000s), Londres, Geological Society, 2018, p. 275-303.

47 ANMT, 207 AQ 398, Z5, Dossier « Affaire Barthélémy », brouillon de lettre de la Banque ottomane, adressée au ministère des Affaires étrangères français, s. l. n. d.

48 Centre des archives diplomatiques de Nantes (CADN), 604 PO/ Série B, Carton 10, Agence consulaire de France à Janina 1849-1891, Lettre de Barthélémy à A. Sauvaire, vice-consul de France à Janina, 31/1/1884. Selon Baldacci (L’Albania…, op. cit., p. 345), c’est Barthélémy qui n’aurait pas été suffisamment actif et aurait causé la reprise en main par Simon Mayers.

49 BOA, HH.THR (Hazine-i hassa Tahrirat), 232/97 et 233/31.

50 Archivio Storico Ministero Affari Esteri (ASMAE, Rome), Consolato valona, Pacco 12, Commercio 1873-1898, lettre de F. Barthélémy en réponse à la demande du 31 juillet (sans précision de l’année).

51 Sauvaire, « Mines de bitume… », art. cité, p. 1225.

52 BOA, HH.THR (Hazine-i hassa Tahrirat), HH.THR 233/5, rapport du 9 temmuz 1303/21 juillet 1887, Selniçe’den.

53 BOA, HH.THR (Hazine-i hassa Tahrirat), 233/5 (comprenant le rapport de l’inspecteur) et BOA, HH.THR (Hazine-i hassa Tahrirat) 233/11 (sur la prise en main de la ferme par la Banque ottomane).

54 ANMT, 207 AQ 398, Z1, Lettre d’E. Reiser à E. Naville, Constantinople, 27 novembre 1883.

55 ANMT, 207 AQ 398, Z1, Lettre d’E. Reiser à E. Naville, Constantinople, 1er avril 1884 et lettre de E. Stolz, Corfou, 19 mars 1883.

56 En réalité, la nationalité de Kyriakos Makri n’est pas claire. Dans un document conservé dans les archives de la Banque ottomane, il est écrit : « individu sans nationalité mais protégé par les autorités locales en sa qualité d’employé de la Banque ottomane » (ANMT, 207 AQ 398, Z5, Affaire Barthélémy, Note, Péra, 12 février 1887).

57 Frashëri, Historia e Selenicës..., op. cit., p. 8 ; Baldacci Antonio, Itinerari Albanesi (1891-1902), Rome, Reale societa geografica, 1917, p. 50-53 ; BOA, HH.THR (Hazine-i hassa Tahrirat), 233/31.

58 ANMT, 207 AQ 398, Z3, et « Reconstitution des mines phylloxérées », « Charbon-Engrais-Insecticide au charbon-bituminé-sulfuré (Procédé Hélouis) » ; Le génie civil, IXe année, tome XIV, no 10, 5/1/1889, p. 160 ; Annales industrielles, XXIIe année, 26 janvier 1890, col. 99-100 ; Extrait de Conseil général de Gironde, Session d’avril 1890, Rapports du préfet et de la Commission départementale, Procès-verbaux des délibérations, Bordeaux, Lanefranque, 1890, p. 118-127 ; L’écho de Jarnac, VIIIe année, no 384, 5 mai 1889, p. 3.

59 Figuier Louis, L’année scientifique et industrielle, Trente-unième année (1887), Paris, Hachette, 1888, p. 472-73.

60 Le Rappel, no 6248, 19 avril 1887, p. 3.

61 Sauvaire, « Mines de bitume… », art. cité, p. 1224.

62 BOA, HH.THR (Hazine-i hassa Tahrirat), 233/18, 23 et 24.

63 BOA, HH.THR (Hazine-i hassa Tahrirat), 233/30.

64 Autheman, La Banque impériale ottomane…, op. cit., chapitre VI : Années de transition (1882‑1889), p. 99-121.

65 ANMT, 207 AQ 398, Z1, Comte Georges de Germiny, Ottiweld Frank Waterfield, « Société des Mines de Sélénitza », Paris le 6 mars 1891.

66 ANMT, 207 AQ 398, Z2 et Z3.

67 Ibid.

68 Landau Bernard, « La fabrication des rues de Paris au xixe siècle : un territoire d’innovation technique et politique », Les Annales de la recherche urbaine, no 57-58, 1992 (Espaces publics en villes), p. 24-45 ; Barles Sabine, « La rue parisienne au xixe siècle : standardisation et contrôle ? », Romantisme, vol. 171, no 1, 2016, p. 15-28.

69 ANMT, 207 AQ 398, Z2.

70 ANMT, 207 AQ 398, Z3.

71 ANMT, 207 AQ 398, Z2, Rapports pour les années 1895-96, 1896-97, 1897-98 et 1898-99.

72 Wiltshire Winston W., The Commercial Development of Trinidad Lake Asphalt, Trinité et Tobago, 1978.

73 ANMT, 207 AQ 398, Z2 Rapport de l’année 1896-97

74 BOA, HH.THR (Hazine-i hassa Tahrirat), 233/76 ; ANMT, 207 AQ 398, Z2, Rapports pour les années 1895-96, et 1896-97.

75 ANMT, 207 AQ 398, Z2, rapports pour les années 1896-1897, 1898-1899, 1899-1900 et 1901-1902.

76 ANMT, 207 AQ 398, Z3.

77 ANMT, 207 AQ 398, Z3, Rapport de G. Beudin, « Voyage à San Valentino et Pont-du-Château. Novembre 1892 », 7 décembre 1892.

78 ANMT, 207 AQ 398, Z2, rapports des années 1891-1892, 1895-1896, 1896-1897, 1897-1898, 1901-1902.

79 ANMT, 207 AQ 398, Z2, rapport de l’année 1898-1899.

80 BOA, HH.THR (Hazine-i hassa Tahrirat), 237/20, 241/13, 247/7.

81 Voir par exemple ANMT, 207 AQ 398, Z2, rapport 1903-1904 ; Frashëri, Historia e Selenicës…, op. cit., p. 9.

82 Il existe également les caravanes « étrangères », qui viennent d’autres localités ottomanes, effectuent les approvisionnements et repartent avec des chargements. Mais elles circulent de façon irrégulière et la Société ne peut donc s’appuyer sur elles.

83 ANMT, 207 AQ 398, Z2, rapports 1897-1898, 1898-1899, 1899-1900, 1900-1901, 1901-1902, 1903-1904.

84 Face au problème épisodique de passage de la rivière, des dépôts de bitume sont instaurés à Picar, sur le chemin (Frashëri, Historia e Selenicës…, op. cit., p. 9). Carl Patsch mentionne ces dépôts, qu’il dit venir de Romsi (Patsch Carl, Das Sandschak Berat in Albanien, Schriften der Balkankommission [Le sandjak de Berat en Albanie, écrits de la commission pour les Balkans], Vienne, 1904, p. 97).

85 ANMT, 207 AQ 398, Z2, rapports 1909-1910, 1910-1911 ; BOA, ŞD (Şûrâ-yı Devlet) 2111/27 ; BOA, BEO (Bâbıâlî Evrak Odası), 3876/290670 ; DH.ID (Dahiliye Nezareti, Idari) 103/5.

86 ANMT, 207 AQ 398, Z2, rapports 1898-1899, 1899-1900, 1901-1902.

87 Alfred Gounot mentionne également des velléités de grève chez les mineurs musulmans au cours de son séjour (1893-1897), ceux-ci menaçant d’entraîner les chrétiens avec eux. Cf. Gounot Alfred, Cinq ans d’Albanie, p. 177, Archives de la famille Gounot, que je remercie ici vivement de m’avoir donné accès à ce manuscrit. Notons donc que les mobilisations se font selon des lignes confessionnelles, peut-être en raison de la répartition spatiale des villageois (Selenica étant chrétien et Romsi musulman). Par ailleurs, sur les grèves dans l’Empire ottoman à cette époque, voir : Yıldırım Kadir, Osmanlı’da işçiler (1870-1922) [Les travailleurs dans l’empire ottoman (1870-1922)], Istanbul, İletişim, 2017.

88 ANMT, 207 AQ 398, Z2, rapports 1909-1910, 1910-1911, 1912-1913.

89 Martelli Alessandro, « Le formazioni bituminifere di Selenitza in Albania », Bollettino della Società Geografica Italiana, III, 1906, p. 229.

90 Frashëri, Historia e Selenicës..., op. cit., p. 10.

91 Martelli, « Le formazioni bituminifere... », art. cité.

92 Gounot, Cinq ans d’Albanie, op. cit., p. 161 et 162.

93 Ibid., p. 109.

94 Bollettino del Ministero degli Affari Esteri, 1902, p. 516.

95 Sur deux photographies conservées par la famille Gounot figure un « Mr. Fr. Canné, chef du dépôt de Vallona ».

96 Société des mines de Sélénitza (Albanie), en ligne : https://www.entreprises-coloniales.fr/proche-orient/Mines_de_Selenitza.pdf (consulté en décembre 2023) ; et ANMT, 207 AQ 398, Z5 pour Théophile Pochon, mentionné également par Martelli, « Le formazioni bituminifere… », art. cité, p. 242.

97 BOA, BEO (Bab-ı Ali Evrâk Odası) 2495/187067.

98 ANMT, 207 AQ 398, Z5.

99 BOA, HR.SYS (Hariciye Nezâreti, Siyasi Kalemi), 1718/65.

100 Gounot Alfred, « Note sur les mines de bitume exploitées en Albanie », Annales des mines, 1903, p. 5-23.

101 Baldacci, Itinerari albanesi..., op. cit. ; Simonelli Vittorio, « Le sabbie fossilifere di Selenitza » [Les sables fossilifères de Sélénitza], Bollettino della Società Geografica Italiana, no 12, 1893, p. 552-558 ; Barbarich Eugenio, Albania, Rome, Enrico Voghera, 1905 ; Martelli, « Le formazioni bituminifere... », art. cité, p. 225-246 ; Mantegazza Vico, L’Albania, Rome, Bontempelli e Invernizzi, 1912.

102 Jesné Fabrice, La face cachée de l’empire. L’Italie et les Balkans, 1861-1915, Rome, École française de Rome, 2021. Du côté autrichien, il faut noter surtout l’ouvrage de Carl Patsch sur le sandjak de Berat (Das Sandschak Berat, op. cit.).

103 Quataert Donald, « Mines. xixe-xxe siècles », dans François Georgeon et al. (dir.), Dictionnaire de l’Empire ottoman, Paris, Fayard, 2015, p. 793-94.

104 À titre de comparaison, voir Bencivengo Yann, « Naissance de l’industrie du nickel en Nouvelle-Calédonie et au-delà, à l’interface des trajectoires industrielles, impériales et coloniales (1875-1914) », Journal de la Société des Océanistes, no 138-139, 2014, p. 137-150, en ligne : https://doi.org/10.4000/jso.7144.

105 Koh Choon Hwee, « The Ottoman Postmaster: Contractors, Communication and Early Modern State Formation », Past & Present, vol. 251, no 1, 2021, p. 113-152.

106 ANMT, 207 AQ 398, Société anonyme des mines de Sélénitza, Z2, rapports 1908-1909, 1909-1910, 1910-1911, 1911-1912, 1912-1913 ; Archivio dell’Ufficio Storico della Marina Militare (AUSMM), Raccolta di base, B. 2418, fasc. 5. Rapporto di Lenzi sulla visita alla concessione di Selenizza ; ASMAE, Affari Commerciali, 1919-1923, Albania pos. 4, Relazione cronologica sulla vertenza fra il Governo italiano e la Societa’ delle miniere di Selenizza, in merito ai danni da questa sofferti in dipendenza della guerra.

107 Sakja Rovena, Le fonti per lo studio delle relazioni fra Italia e Albania in ambito energetico dal 1900 al 1939 negli archivi italiani e albanesi [Les sources pour l’étude des relations entre l’Italie et l’Albanie dans le domaine énergétique de 1900 à 1939 dans les archives italiennes et albanaises], thèse de doctorat, Université de Rome, 2018, p. 63-68 et 469-474.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Situation de Selenica, en amont du confluent Vjosa-Shushica, à vingt kilomètres de Vlora et de sa baie.
URL http://journals.openedition.org/balkanologie/docannexe/image/4851/img-1.png
Fichier image/png, 1,7M
Titre Fig. 2
Légende Représentation imaginaire de la venue d’Ismail Kemal à Selenica38.
URL http://journals.openedition.org/balkanologie/docannexe/image/4851/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Titre Fig. 3
Légende Correspondance du directeur de la Banque ottomane avec la Liste civile (avec traduction en turc).
Crédits BOA, HH.THR (Hazine-i Hassa Tahrirat).
URL http://journals.openedition.org/balkanologie/docannexe/image/4851/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 350k
Titre Fig. 4
Crédits Extrait de Conseil général de Gironde, Session d’avril 1890, Rapports du préfet et de la Commission départementale, Procès-verbaux des délibérations, Bordeaux, Lanefranque, 1890, p. 118.
URL http://journals.openedition.org/balkanologie/docannexe/image/4851/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Titre Fig. 5
Crédits L’illustration, no 3684, 4 octobre 1913.
URL http://journals.openedition.org/balkanologie/docannexe/image/4851/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Titre Fig. 6
Crédits Annonce parue dans La gazette du village, no 30/50, Paris, 10 décembre 1893, p. 606.
URL http://journals.openedition.org/balkanologie/docannexe/image/4851/img-6.png
Fichier image/png, 60k
Titre Fig. 7
Légende Tableau fourni par la Société à la Liste civile pour l’année fiscale 1902-1903.
Crédits BOA, HH.THR (Hazine-i Hassa Tahrirat).
URL http://journals.openedition.org/balkanologie/docannexe/image/4851/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Titre Fig. 8
Crédits Illustration dans l’article d’A. Martelli91 : la mise en sac du bitume à Selenica (1905).
URL http://journals.openedition.org/balkanologie/docannexe/image/4851/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 423k
Titre Fig. 9
Légende Le personnel principal de la mine en 1895, autour de l’ingénieur Alfred Gounot.
Crédits BOA, HH.THR (Hazine-i Hassa Tahrirat).
URL http://journals.openedition.org/balkanologie/docannexe/image/4851/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Clayer, « Une mine au cœur d’espaces multiples. Les gisements de bitume de Selenica (Vlora) et les transformations du long xixe siècle ottoman »Balkanologie [En ligne], Vol. 18 n° 1 | 2023, mis en ligne le 15 décembre 2023, consulté le 24 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/balkanologie/4851 ; DOI : https://doi.org/10.4000/balkanologie.4851

Haut de page

Auteur

Nathalie Clayer

CNRS-EHESS, Centre d’études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques (CETOBaC)
nathalie.clayer[at]ehess.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search