Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 18 n° 1Dossier - Balkans connectésContourner les frontières nationa...

Dossier - Balkans connectés

Contourner les frontières nationales ? Trois exemples de circulation post-yougoslave des livres

Bypassing national borders? Three examples of post-Yugoslav book circulation
Anne Madelain

Résumés

L’éclatement de la Fédération yougoslave a provoqué la désagrégation d’un monde professionnel du livre organisé auparavant dans le cadre d’une économie socialiste, d’un marché de près de 24 millions d’habitants et d’entreprises concentrant des activités complémentaires d’édition, d’impression et de diffusion. Cette désintégration a également coïncidé avec la révolution informatique et numérique qui a bouleversé partout l’édition et la lecture. Après 2000, malgré le retour à la paix, les obstacles sont nombreux à la circulation des productions éditoriales entre les États successeurs. Les enjeux en sont politiques et économiques autant que symboliques, intellectuels et identitaires.
En examinant trois cas de circulation mettant en jeu des éditeurs de tailles, statuts juridiques, localisations et domaines différents, on se penchera sur la matérialité des processus et les projets des acteurs et on se demandera dans quelles mesures ces circulations contournent ou renforcent les nouvelles frontières nationales et étatiques.
Cette contribution vise à éclairer les recompositions du monde professionnel du livre dans l’espace post-yougoslave, mais aussi l’ingénierie linguistique et la construction symbolique des nouveaux États. Les circulations post-yougoslaves en matière de livres sont un bon point d’observation pour envisager plus largement les recompositions culturelles des États postsocialistes, ainsi que l’évolution du marché du livre contemporain, à la fois localisé et globalisé.

Haut de page

Texte intégral

1Comment évolue le monde du livre sur l’ancien territoire d’un État qui s’est fragmenté ? À quelles conditions la production imprimée franchit-elle les nouvelles frontières et comment se réorganise la diffusion des livres ? Ces questions sont particulièrement intéressantes à examiner dans le cas de la Fédération yougoslave dont la dissolution en 1991 a coïncidé non seulement avec un conflit violent mettant en jeu des thématiques identitaires, mais aussi avec la fin du régime socialiste, de son système de production culturelle et de contrôle idéologique. Ces transformations ont commencé durant la décennie 1990 qui a vu l’informatisation puis le développement de l’internet apporter de nouveaux moyens techniques aux éditeurs puis révolutionner-le monde du livre.

  • 1 Sur le destin du serbo-croate après 1991, voir Thomas Paul-Louis, « Frontières linguistiques, front (...)

2Après une décennie de guerre pendant laquelle le marché a été complètement désorganisé, la fin des combats au Kosovo (juin 1999), la chute de Slobodan Milošević en Serbie ou encore l’alternance politique en Croatie ont offert, au début des années 2000, des conditions plus favorables pour envisager une normalisation des relations politiques et culturelles entre les États successeurs de la Yougoslavie. Du fait de l’intercompréhension dans l’espace linguistique de l’ex-serbo-croate (Serbie, Croatie, Bosnie-Herzégovine, Monténégro)1, retrouver un marché plus large a pu être économiquement souhaitable pour les éditeurs. C’est un enjeu particulièrement important pour les ouvrages traduits, qui constituent souvent plus de la moitié de leur production éditoriale. Pour les territoires dont la langue principale n’était pas, avant 1991, le serbo-croate (Slovénie, Macédoine, Kosovo), mais où cette langue était cependant comprise et parlée, les enjeux de cette circulation sont moindres, sans être inexistants. Pourtant, de nombreux obstacles se sont immédiatement présentés à une reprise de ces circulations. Le premier est lié à la mémoire – individuelle ou collectivement entretenue – des conflits guerriers. Particulièrement vive chez les anciens belligérants, elle n’incite pas à s’intéresser aux ouvrages publiés dans les territoires assimilés aux ennemis d’hier, quel qu’en soit le domaine. D’autres obstacles sont plus matériels, tout en étant souvent liés au premier : frontières des nouvelles langues standards qui officialisent leurs différences en changeant de nom (bosnien, serbe, croate, monténégrin), frontières des littératures nationales, différences du prix moyen des livres, frais de port et de douane, concurrence entre éditeurs ou entre diffuseurs, etc.

  • 2 Stojanović Dubravka, « La Yougoslavie comme “l’autre-fantôme”. L’image de la Yougoslavie dans l’ens (...)
  • 3 Sur les hiérarchies des langues de traduction, voir Heilbron Johan, « Le système mondial des traduc (...)

3Le phénomène est par ailleurs difficile à analyser puisque la circulation des publications entre les anciennes républiques fédérées ne fait l’objet d’aucune démarche d’observation systématique de la part des institutions ou des professionnels du livre. Outre la sensibilité politique du thème dans un contexte où les nouveaux États ont tendance à se construire symboliquement contre l’État disparu2, il faut noter le manque de structuration de ce secteur, visible dans la faiblesse des associations professionnelles et des politiques publiques de soutien au livre. Les codifications tardives des langues au long du xixe siècle, ainsi que la prépondérance des traductions dans les catalogues des éditeurs de cet espace ont participé à le définir comme un « espace périphérique » dans le « système mondial des traductions3 », contribuant à affaiblir la position des éditeurs vis-à-vis des auteurs et à la volatilité des entreprises. Plus largement, dans cet espace, les discontinuités étatiques depuis le début du xixe siècle ont pesé sur le monde de l’édition, qui a été marqué par des restructurations radicales autant après la Première qu’après la Seconde Guerre mondiale.

  • 4 Stojanović Dubravka, Noga u vratima. Prilozi za političku biografiju Biblioteke XX vek [Un pied dan (...)
  • 5 Biggins Michael, Crayne Jane (dir.), Publishing in Yugoslavia’s Successor States, Binghamton, The H (...)

4D’une façon générale, les transformations du monde du livre de l’espace post-yougoslave sont difficiles à documenter car, durant les privatisations hâtives des années 1990 ou dans la tourmente plus générale de cette décennie de conflit, les archives des conglomérats d’édition socialistes ont très souvent été dispersées et les parcours des éditeurs privés actifs depuis 1991, dont un certain nombre ont disparu, ont rarement été consignés. La « biographie politique » que Dubravka Stojanović a consacrée à l’entreprise éditoriale Biblioteka XX vek [Bibliothèque du xxe siècle] fait figure d’exception4. L’une des seules tentatives pour décrire le nouveau paysage de l’édition à l’échelle post-yougoslave est venue de slavistes de la bibliothèque de l’Université du Michigan aux États-Unis5.

5Pour pallier le manque de données quantitatives sur les flux, mais aussi pour aborder la question des circulations transfrontalières des publications sous l’angle des expériences d’éditeurs, nous avons choisi d’analyser plusieurs exemples qui en éclairent les enjeux politiques, symboliques mais aussi économiques et culturels. Ces cas d’étude concernent des catégories éditoriales (littérature, sciences humaines, fiction commerciale ou à public restreint, littérature jeunesse) et des stratégies différentes de circulations transfrontalières : le développement commercial du groupe slovène Mladinska knjiga [le livre de jeunesse] via ses filiales en Croatie, Bosnie-Herzégovine et Serbie, rare exemple de pérennité trans-yougoslave d’un groupe d’édition généraliste socialiste privatisé ; les réseaux intellectuels engagés d’un chercheur-éditeur de sciences sociales serbe initiateur de la collection « Biblioteka XX vek » qui deviendra une maison d’édition ; enfin la solution des éditions multiples adoptée par des auteurs et éditeurs de fiction contemporaine pour exister hors des frontières de leurs États d’origine. Ces trois cas de circulation ont en commun de concerner des textes en langue originale et en traduction, mais dans des proportions et selon des modèles économiques et éditoriaux différents. Ils ont aussi en commun de concerner (au moins en partie) des acteurs qui ont commencé leur activité au cours de la période socialiste. En retraçant le contexte de fragmentation du monde du livre après l’éclatement de la Fédération, on pourra ainsi documenter des continuités et des inflexions des pratiques professionnelles entre les deux périodes mais aussi nourrir la chronologie de leur évolution après 1991. On pourra également chercher à distinguer les recompositions systémiques qui relèvent des logiques économiques et politiques d’un côté, le rôle et l’engagement d’acteurs particuliers de l’autre.

6L’entrée par plusieurs études de cas répond à la volonté d’étudier la pluralité des manières dont une production imprimée circule entre les nouvelles frontières étatiques mais aussi ethno-nationales et les facteurs qui y contribuent, donc la matérialité de ces circulations, les logiques structurelles héritées et les nouvelles dynamiques. Il s’agit de s’intéresser aux motivations des acteurs, à commencer par les éditeurs et les auteurs.

7L’hypothèse discutée ici est que dans le contexte post-yougoslave, une fois la paix revenue au début des années 2000, les éditeurs sont nombreux à ne pouvoir se contenter d’un territoire de diffusion limité par les frontières étatiques post-1991, surtout quand ils publient dans l’une des variantes du BCMS (bosniaque-croate-monténégrin-serbe). Il existe donc une tendance à faire circuler la production au-delà des frontières, dans des domaines éditoriaux divers et en dépit des politiques culturelles et linguistiques. Cependant, ces circulations n’impliquent pas non plus de mettre en place un marché ouvert ni régulé. Elles renvoient souvent à l’évocation d’un espace dit « régional », un territoire de réception souhaité ou imaginé, mais néanmoins vague et à géométrie variable.

  • 6 Sur l’intérêt d’analyser les relations spatiales pour saisir les transformations contemporaines de (...)

8Les circulations post-yougoslaves en matière de livre nous semblent donc un bon point d’observation pour envisager plus largement les recompositions culturelles mais aussi politiques des États postsocialistes et l’efficience des frontières politico-culturelles. Le cas post-yougoslave permet en outre de documenter depuis un espace considéré comme périphérique, les contradictions du marché du livre contemporain, à la fois localisé et globalisé, dont la dimension spatiale est déterminante6. Les publications électroniques, qui soulèvent d’autres questions et concernent principalement l’édition de recherche, requièrent une approche spécifique et ne sont pas abordées dans cet article, tout comme les périodiques (journaux, revues, magazines).

La fragmentation du marché du livre yougoslave

  • 7 Du nom de l’écrivain communiste Veselin Masleša tué lors de la bataille de Sutejska en 1943.
  • 8 Stojanović, Noga u vratima…, op. cit., p. 6-7.

9De 1945 à 1991, le marché du livre yougoslave est dominé par un nombre limité de grands groupes d’édition. Certains sont les héritiers directs de maisons d’édition d’avant-guerre, comme par exemple Nolit et Prosveta [éducation] à Belgrade. Le premier poursuit l’activité de la maison Nolit créée en 1928 à partir de la revue Nova literatura et nationalisée, alors que Prosveta a hérité du fonds de l’éditeur Geca Kon, mort en déportation. D’autres, les plus nombreux, ont été créés après 1945 : c’est le cas en particulier de Mladinska knjiga à Ljubljana mais aussi de Mladost [jeunesse], Grafički zavod Hrvatske-GZH [établissement graphique croate], Školska knjiga [le livre scolaire] à Zagreb, de Beogradski izdavačko-grafički zavod-BIGZ [établissement belgradois d’édition et d’impression] à Belgrade, des éditions Svjetlost [lumière] et Veselin Masleša7 à Sarajevo. Les plus grosses maisons d’édition ont le statut d’entreprise à propriété sociale [preduzeće u društvenoj svojini] et regroupent des activités d’édition, d’impression et de distribution. Elles possèdent leurs propres réseaux de librairies. D’autres structures éditoriales se développent au sein de ce qu’on appelle alors les organisations de masse, en particulier les organisations de la jeunesse, les syndicats, les associations professionnelles, les établissements culturels, qui jouissent en Yougoslavie d’une certaine autonomie. C’est d’abord au sein de l’université populaire Braća Stamenković à Belgrade qu’Ivan Čolović a créé en 1971 la collection de sciences humaines « Biblioteka XX vek », avant de la faire migrer successivement aux éditions Duga en 1972, au BIGZ en 1974 et finalement à Prosveta en 19808.

  • 9 Nemanjić Miloš, Janićijević Jovan, Knjiga i čitanje u Jugoslaviji / Le livre et la lecture en Yougo (...)
  • 10 Biggins, Crayne (dir.), Publishing…, op. cit., p. 150.

10La répartition spatiale des maisons d’édition de cette période témoigne de l’héritage de pratiques culturelles différenciées sur le territoire post-impérial. Elles se situent majoritairement dans l’espace autrefois habsbourgeois (Voïvodine, Slavonie orientale, région de Zagreb, Istrie, Slovénie), ainsi que dans la capitale Belgrade9. À partir des années 1970, Sarajevo s’affirme comme pôle éditorial grâce au rayonnement de plusieurs collections de littérature et sciences humaines des éditions Svjetlost et Veselin Masleša qui ont alors des programmes audacieux. Des activités éditoriales se développent en macédonien et en albanais à Skopje et à Pristina (particulièrement à partir de la décentralisation de 1974 pour ce dernier). Le Monténégro, malgré une tradition ancienne d’imprimerie, est resté marginal sur la carte du monde professionnel du livre, jusqu’à son indépendance en 2006, puisque seulement 1 à 2 % du nombre total de titres y est publié dans les années 198010.

  • 11 Nemanjić, Janićijević, Le livre et la lecture…, op. cit., p. 57.
  • 12 Ibid., p. 23-24.
  • 13 Entretien avec Sead Serdarević, directeur de la maison d’édition Fraktura à Zagreb, le 24 septembre (...)

11Le pays constitue certes un marché de près de 24 millions de lecteurs potentiels à la fin des années 1980, mais le domaine culturel relève des compétences des républiques et provinces autonomes et non de la Fédération. Cette organisation favorise la fragmentation du marché et la concurrence entre des éditeurs qui sont ancrés économiquement et symboliquement dans leur territoire. Cette compétition est particulièrement vive entre la Serbie et la Croatie, où est installée la majorité des maisons d’édition (respectivement 41 et 21 sur 101 en 1980)11, notamment les plus puissantes. La distribution est contrôlée par les grandes maisons qui possèdent leurs réseaux de librairies qu’elles ont tendance à développer d’abord au sein de leur république12. Après 1991, nombreux sont les professionnels de l’édition à considérer que le manque de librairies indépendantes est une faiblesse systémique dans l’espace post-yougoslave et un héritage de la période socialiste13. Par ailleurs, l’existence de plusieurs normes linguistiques pour le serbo-croate/croato-serbe entrave la diffusion des ouvrages ; en particulier, la double graphie latin/cyrillique est un obstacle pour les ouvrages jeunesse. Le lucratif marché des manuels scolaires et des produits assimilés est strictement contrôlé, chaque république ayant un ou plusieurs éditeurs attitrés pour ces activités.

  • 14 Voir Thompson Mark, Extrait de naissance. L’histoire de Danilo Kiš, Paris, Noir sur blanc, 2023, p. (...)
  • 15 Entretiens avec Zoran Stojanović à Novi Sad le 28 août 2022 et avec Branko Kukić à Čačak le 21 août (...)

12La souplesse de ce système peu régulé par le centre favorise également la liberté éditoriale. Refusé pour un éditeur à Belgrade, un manuscrit pourra avoir une chance d’être publié à Zagreb ou à Sarajevo, ou vice-versa en fonction des circonstances. C’est ainsi que la publication de L’archipel du goulag d’Aleksander Soljenitsyne a été bloquée en 1984 par les autorités à Sarajevo et finalement autorisée à Belgrade en 1988 ; quelques années auparavant, Danilo Kiš avait cherché un éditeur à Zagreb pour Un tombeau pour Boris Davidovitch, violente critique du stalinisme, alors qu’il disposait d’un éditeur attitré à Belgrade14. L’auteur peut aussi chercher un éditeur dans plusieurs républiques et suggérer une coédition. Contrairement aux démocraties populaires de type soviétique, l’État yougoslave a en effet laissé prospérer des espaces d’autonomie éditoriale importants et décentralisé le contrôle au niveau des républiques et surtout des entreprises d’édition elles-mêmes. Cela est d’autant plus important qu’après 1948, les traductions des langues occidentales sont encouragées. Les projets éditoriaux se négocient au sein des maisons d’édition directement avec leurs partenaires étrangers. En sciences humaines, les éditeurs témoignent de circulations inter-républiques importantes jusqu’à la fin des années 1980 alors que les tensions politiques étaient déjà vives. Ainsi, installé à Novi Sad en 1989, l’un des tout premiers éditeurs privés, Zoran Stojanović, affirme qu’il vendait avant 1991 encore un tiers de sa production en sciences humaines à Zagreb et Ljubljana, y compris les ouvrages en cyrillique ; dans les années 1980, la revue culturelle Gradac, éditée à Čačak (Serbie centrale), diffusait plus de la moitié de ses exemplaires à l’extérieur de la Serbie15.

  • 16 Lešaja Ante, Knjigocid : uništavanje knjiga u Hrvatskoj 1990-ih [Livrocide : la destruction des liv (...)

13Le conflit qui s’ouvre en 1991 entraîne la rupture brutale des relations entre les républiques auparavant fédérées, l’effondrement du marché commun du livre et la fin abrupte de la circulation des livres entre les États belligérants. Outre la fermeture des frontières, le gel des avoirs des entreprises des républiques devenues ennemies et l’interruption des communications entre les territoires en guerre, un autre aspect très visible de la tabula rasa a été l’éviction des livres produits dans les autres républiques. Ce phénomène a été particulièrement brutal en Croatie où des milliers d’ouvrages et d’auteurs symbolisant l’ancien régime et les peuples voisins ont été détruits, phénomène dénoncé sous le nom de « livrocide » [knjigocid]. Prétextant un contenu inapproprié, à cause de l’alphabet utilisé (le cyrillique) ou du fait de l’appartenance ethnique ou politique des auteurs, plusieurs centaines de milliers de livres sont retirés des bibliothèques scolaires, spécialisées et privées. Ante Lešaja a montré combien le phénomène a pourtant été difficile à documenter, à l’instar des bouleversements de la décennie 1990. C’est en recoupant diverses sources d’information (presse, extraits de procès, témoignages de bibliothécaires, textes législatifs et réglementaires, etc.) que cet économiste à la retraite a réussi à quantifier et à documenter le phénomène, que les autorités ont cherché à dissimuler derrière des procédures bureaucratiques et à minimiser sous couvert de désherbage16.

  • 17 Sur l’aide internationale pour la reconstruction de la bibliothèque sous l’égide de l’Unesco, voir (...)

14La presse internationale a, de son côté, retenu comme symbole de la destruction de l’ordre culturel ancien, l’incendie en 1992 de la Bibliothèque nationale et universitaire de Sarajevo provoqué par les tirs de roquettes des forces armées de la République serbe de Bosnie-Herzégovine autoproclamée qui encerclent la ville. La médiatisation de cet événement tragique a cependant plutôt consisté à dénoncer l’attaque barbare contre la « civilisation »17. La désintégration du monde professionnel et du marché du livre yougoslave est, de son côté, restée invisible.

Contexte et chronologie d’une reprise des circulations post-yougoslaves

  • 18 Entretien avec Vesna Janković, rédactrice-en-chef de Arkzin entre 1991 et 1997, à Zagreb le 19 janv (...)
  • 19 Entretien avec Zoran Hamović, directeur des éditions Clio, à Belgrade le 1er avril 2018 ; Milena Dr (...)
  • 20 Madelain Anne, « Naissance d’une génération d’éditeurs post-yougoslaves au tournant des années 1990 (...)

15Dans la recomposition des formes de circulation de livres après l’éclatement de la Yougoslavie, on peut distinguer trois périodes. Avant 2000, dans un contexte où les personnes circulent très difficilement entre les territoires en guerre puis post-conflit, les livres ne passent pas ou très peu les nouvelles frontières des États successeurs. Entre la Croatie et la Serbie ou encore entre la Serbie et l’entité bosno-croate de la Bosnie-Herzégovine, la seule circulation est alternative. Elle est le fait d’individus transportant des livres par des moyens privés (littéralement dans le coffre de leur voiture) pour alimenter amis, collègues ou librairies, hors de tout circuit commercial. L’internet public n’en étant qu’à ses balbutiements, l’information sur les publications passe difficilement les frontières. Certains périodiques liés au mouvement anti-guerre, tels que Feral Tribune ou Arkzin en Croatie, informent de temps en temps sur ce qui se publie en Serbie18. Le secteur culturel alternatif en Serbie, de la radio B 92 aux revues culturelles locales, fait de même de l’autre côté de la frontière. Du fait des difficultés matérielles et des obstacles douaniers, la circulation trans-yougoslave des livres n’est pas non plus une priorité pour les ONG étrangères, y compris après les accords de paix en Bosnie-Herzégovine de décembre 1995. Ces dernières privilégient le soutien aux médias indépendants et leurs collaborations en affichant des objectifs de réconciliation et de lutte contre les propagandes nationalistes. Elles soutiennent aussi l’organisation de rencontres d’acteurs culturels à l’étranger ; ainsi la fondation Soros subventionne-t-elle en 1994 la participation à la foire de Francfort d’éditeurs privés venant de différents États post-yougoslaves, un événement marquant pour les participants qui le mentionnent en entretien vingt-cinq ans plus tard19. C’est en effet durant cette décennie qu’émerge la première génération d’éditeurs privés, qui commencent leurs activités depuis leur appartement, avec du matériel rudimentaire et un capital minime, mais quasiment toujours forts d’une expérience décisive dans le milieu de l’édition yougoslave20. La révolution technologique qui commence à la fin des années 1980 avec l’apparition de l’imprimerie offset, puis se poursuit avec l’informatisation et la numérisation, permet dès le début des années 1990 à des micro-entreprises d’édition de s’installer à moindre coût. Les éditeurs jouissent en même temps du réseau existant des librairies et d’un lectorat friand d’une liberté retrouvée. C’est la période où sont réédités à la va-vite des ouvrages historiques, religieux ou des fictions d’auteurs négligés ou mis à l’index durant la période communiste. Paradoxalement, cette décennie de guerre est aussi une période de forte demande en livres, avant la concurrence des ressources de l’internet.

  • 21 Le Pacte de stabilité pour l’Europe du Sud-Est (1999) mentionne la coopération régionale entre les (...)
  • 22 Entretien avec Mirosav Marinović à Belgrade le 18 janvier 2023.
  • 23 Entretien avec Branko Čegeć à Zagreb le 13 septembre 2022.

16Au début des années 2000, l’arrivée des démocrates au pouvoir en Serbie après la chute de Slobodan Milošević (premier gouvernement Đinđić) et celle des sociaux-démocrates en Croatie permettent d’envisager des changements significatifs dans les politiques culturelles, en particulier sur le plan des coopérations régionales. Ces dernières font partie des injonctions, au moins formelles, du processus de paix qui s’organise après la fin de l’intervention de l’OTAN au Kosovo en juin 1999, avec pour horizon, l’intégration européenne21. Dans les ministères de la culture respectifs, des personnalités issues du monde de la culture, sans affiliation partisane, acceptent des responsabilités avec l’espoir de participer à ce renouvellement. À Zagreb, Branko Čegec, poète et éditeur, fondateur des éditions Meandar Media (1993) prend en charge la politique du livre au ministère de la culture en 2001. À Belgrade, le dramaturge Milosav Marinović est nommé vice-ministre en charge du secteur du livre à la même période. À Sarajevo, on trouve alors au poste de vice-ministre de la Culture un ancien éditeur, Gavrilo Grahovac, qui avait pris les rênes de Svjetlost dans les années 1980 puis monté une maison indépendante, les éditions Bosanska knjiga [Le livre bosnien], dans la capitale assiégée. Marinović se souvient avoir accompagné à Zagreb celui qui occupait alors la place de ministre de la Culture, le populaire acteur Branislav Lečić, une visite « plutôt pour la photo22 » selon lui car, si lors des entretiens avec son homologue croate, des promesses de normalisation des circulations sont évoquées, elles vont en réalité rester lettre morte, car rien de concret concernant les droits de douane, les coopérations postales ou le soutien à la diffusion ne sera acté sur le moment, ni plus tard. Čegec, de son côté, se souvient avec amertume de l’opposition des professionnels de l’Association des écrivains croates sur cette question sensible. Comprenant que sur ce thème il « sera seul », il finit par jeter l’éponge après une année et demie passée au ministère23. Selon ces acteurs et témoins, plusieurs dossiers concernant le soutien à l’édition indépendante ont avancé, comme la mise en place de commissions pour les achats groupés des bibliothèques publiques, mais la question des circulations régionales, en particulier dans la zone linguistique du BCMS, reste en réalité en suspens, les lobbies nationaux demeurant puissants de chaque côté des frontières.

  • 24 Entretiens avec Z. Stojanović et avec Ivan Čolović à Belgrade le 1er avril 2018.

17Malgré le peu d’avancées au niveau législatif, institutionnel et douanier, l’espoir suscité par la perspective d’une intégration dans l’Union européenne et le développement de l’internet favorisent les initiatives d’acteurs privés et associatifs visant à faire circuler la production éditoriale. Durant la décennie 2000 jusqu’à la crise économique de 2008-2009, des projets d’implantation multisites, des accords de coédition et de distribution voient le jour. Certains éditeurs généralistes ayant une assise commerciale solide tentent de s’installer ou de se réinstaller dans plusieurs États en créant ou réactivant des filiales : c’est le moment où le groupe slovène Mladinska knjiga se réimplante en Serbie, en Bosnie-Herzégovine et en Macédoine et sa filiale croate Mozaik connaît une forte croissance. Boško Zatezalo, fondateur des éditions croates V.B.Z., ouvre une filiale à Belgrade en 2007, qu’il confie à l’écrivain Vladimir Arsenijević, alors que son confrère zagrebois Jesenski i Turk entreprend des démarches pour la mise en place d’accords de diffusion et d’échange avec des éditeurs serbes24. On note des coéditions ponctuelles en particulier dans le domaine des classiques yougoslaves ou des ouvrages collectifs.

  • 25 Voir, par exemple, sur Soros : Guilhot Nicolas, « Une vocation philanthropique : George Soros, les (...)

18Les foires du livre, en particulier celle de Belgrade, mais aussi des salons plus spécialisés comme le salon du livre de Pula en Istrie redeviennent des lieux de contacts entre les professionnels de l’ex-Yougoslavie. Des discussions ont lieu entre associations d’éditeurs serbes et croates, une éphémère association balkanique des éditeurs est même créée en 2004. Les rencontres professionnelles organisées à l’étranger, comme la foire de Francfort ou celle de Leipzig, et les festivals littéraires jouent un rôle de catalyseurs. Dans le domaine culturel, les collaborations et réseaux qui se développent aux échelles balkanique et européenne ont le vent en poupe, soutenus par le Conseil de l’Europe, l’Union européenne et d’autres financeurs de ladite société civile. Ils sont souvent portés par des structures non gouvernementales locales nées pendant le conflit ou juste après. Ce phénomène d’« ONGisation » a suscité de nombreuses analyses critiques25.

19Ce mouvement s’infléchit de façon significative avec la récession économique qui touche particulièrement le secteur du livre après 2010 et s’aggrave durant la décennie suivante. Par ailleurs, la droite nationaliste de l’Alliance démocratique croate (HDZ) revient au gouvernement en Croatie en 2007 et en Serbie les démocrates perdent le pouvoir en 2008. À partir de 2010, les courants nationalistes se renforcent dans les États successeurs de la Yougoslavie. Par ailleurs, certains secteurs du livre, comme les encyclopédies, les ouvrages dits documentaires ou les livres d’art, sont frappés de plein fouet par la concurrence des ressources en ligne. Les éditeurs traversent une mutation structurelle qui remet en cause les modèles économiques établis, en particulier pour les secteurs les plus commerciaux. Les faillites et restructurations se multiplient dans l’édition. En Croatie, la faillite en 2016 du réseau de diffusion APM créé par les trois grandes maisons d’édition Profil, Algoritam et la filiale de Mladinska knjiga, Mozaik, provoque la fermeture de 41 librairies et déstabilise profondément le marché du livre.

  • 26 Voir par exemple les sites internet des librairies d’occasion Jesenski i Turk, Biblos, Što čitaš ? (...)

20Alors que les frontières sont plus ouvertes, on trouve davantage de traductions concurrentes, en particulier pour les best-sellers, sur un même marché, ce qui cristallise les tensions entre les éditeurs. En 2012, l’éditeur sarajévien Buybook s’implante en Croatie avec des prix plus bas que ses concurrents croates et Nova Knjiga [Le nouveau livre], éditeur monténégrin, se lance sur le marché des best-sellers. Parmi les exemples donnés plus haut, V.B.Z. ferme sa filiale serbe en 2011, les accords de distribution initiés par Jesenski i Turk s’étiolent et les coéditions se raréfient. La difficulté à fixer des règles et des bonnes pratiques en la matière paralyse la coopération entre les éditeurs. De nouveaux acteurs, souvent venus de la distribution, font leur apparition et commencent à prendre des positions dominantes en tant qu’éditeurs intégrant les fonctions de distribution et de librairie. C’est en particulier le cas de Vulkan et Laguna en Serbie. D’un autre côté, internet permet aussi de développer de nouveaux modèles de diffusion. Grâce aux plateformes de vente en ligne, la vente de livres d’occasion prend de l’ampleur. Dans ce domaine, se tissent de nouvelles circulations post-yougoslaves qui concernent en particulier les ouvrages publiés durant la période socialiste. On retrouve sur les plateformes de vente en ligne, autant que sur les marchés en plein air et chez les bouquinistes, des romances, des policiers ou des œuvres de science-fiction d’auteurs étrangers ou locaux publiés avant 199126.

21La reprise de la circulation des livres entre les États successeurs est donc un phénomène complexe et son rôle dans la consolidation des nouvelles frontières nationales et étatiques est ambigu. Il s’agit maintenant de l’analyser à travers les trois cas d’étude choisis.

Les filiales de Mladinska knjiga : la reconstitution d’un groupe commercial « yougoslave » ?

22Au début des années 2000, les éditeurs privatisés ou privés doivent désormais compter uniquement sur les ventes. Par conséquent, ils peuvent être tentés de chercher à reconstituer des réseaux de diffusion dans les territoires de l’ex-État commun, en particulier pour les segments éditoriaux les plus rentables et sans valeur patrimoniale ou culturelle particulière, donc non éligibles à une aide publique ou au soutien d’une fondation étrangère. Parmi les éditeurs qui ont ouvert des filiales hors de leur république d’origine à cette période, Mladinska knjiga (MK) est un cas particulier. Il s’agit du plus gros groupe d’édition slovène, issu d’une entreprise socialiste combinant activités d’édition, imprimerie et réseau de librairies27. Fondé en 1945, il avait déjà créé des filiales dans les autres républiques avant 1991. Il édite plusieurs centaines de titres par an en Slovénie : plus de 200 au début des années 1970 et 450 au début des années 201028. La maison est généraliste avec à l’origine, comme son nom l’indique, un secteur scolaire et jeunesse important y compris en traduction. En Slovénie, le groupe est aussi l’éditeur des plus importants écrivains slovènes contemporains et compte un domaine sciences humaines et livres d’art important. Dès 1991, le groupe tente de maintenir ses filiales à Zagreb, Belgrade, Sarajevo et Skopje malgré l’éclatement du pays. À Zagreb, la filiale se transforme en entreprise privée sous le nom de Mozaik dès 1991, mais à Belgrade et Sarajevo, l’éditeur ne se réinstalle, comme on l’a vu, qu’en 2002-2003.

  • 29 Entretiens avec Adnan Ćatović (Mladinska knjiga Sarajevo) à Sarajevo le 23 janvier 2020, avec Radoš (...)
  • 30 Depuis 1995, la Bosnie-Herzégovine est subdivisée en deux entités administratives très autonomes : (...)

23Selon leurs directeurs respectifs29, les filiales sont très autonomes et mutualisent, au début de la décennie 2020 comme dans les années 2000, quasi exclusivement l’édition de traductions – en majorité à partir de l’anglais – d’ouvrages de différentes catégories : fiction populaire, entrant dans la catégorie des romances [ljubići] ou des thrillers [krimi], livres pratiques, ouvrages de développement personnel, encyclopédies de vulgarisation, documentaires et illustrés jeunesse, beaux livres. L’achat des droits en est donc négocié, en fonction des projets, pour les langues slovène, serbe, croate et/ou macédonienne et les territoires concernés. En BCMS, les livres sont traduits et produits à Zagreb et Belgrade : MK Sarajevo se contente d’en choisir une sélection dans les productions des deux autres filiales et de distribuer les « versions croates » plutôt en Fédération de Bosnie-Herzégovine et les « versions serbes » (en cyrillique ou pas) plutôt en République serbe de Bosnie-Herzégovine, même s’il peut y avoir des exceptions30.

24En 2022-2023, les directeurs des filiales, en poste à Belgrade, Zagreb et Sarajevo depuis une dizaine d’années, viennent des métiers de la distribution et non de l’éditorial. En entretien, ils mettent en avant les objectifs de rentabilité de l’entreprise. Avec leurs sièges sociaux situés dans des quartiers périphériques, ils n’affichent pas, contrairement à la maison mère, une image d’éditeur de qualité (littéraire et intellectuel), n’ont pas d’activité régulière de promotion du type invitations d’auteur. Des trois filiales, Mozaik est la plus développée : elle a une capacité de production plus grande (100 à 150 titres en 2021, même si elle a réduit la voilure par rapport au début de la décennie 2010). Par ailleurs, les trois filiales ont développé la vente directe, par correspondance ou à domicile, en employant chacune en freelance plusieurs dizaines de représentants [akvizitori]. Il s’agit d’un mode de diffusion traditionnel en Europe du Sud-Est qui a connu, depuis le début des années 2010, de nombreux aléas.

  • 31 Bojan Vidan insiste en entretien sur la transformation du modèle économique à laquelle doit faire f (...)

25La phase d’expansion des activités des filiales actuelles se situe durant la décennie 2000-2010. Ainsi, MK Sarajevo a compté jusqu’à 300 salariés et collaborateurs en 2007 et 2008 et son chiffre d’affaires atteignait jusqu’à 1 million de marks convertibles (500 000 euros) par mois d’après son directeur, Adnan Ćatović, ce qui équivaut à peu près au chiffre d’affaires de la maison pour toute l’année 2019. L’expansion s’est faite en particulier grâce au segment éditorial à rotation rapide, en particulier les traductions du Readers’ digest, et la vente de livres en supplément de périodiques en kiosque. Cependant entre 2010 et 2020, les trois filiales subissent des pertes qui reflètent à la fois l’évolution du marché du livre post-yougoslave dans un contexte peu protégé (absence de prix unique du livre, déstabilisation de la librairie brusquement concurrencée par la vente en kiosque, etc.) et les transformations plus générales du modèle économique de ces segments éditoriaux à forte rentabilité à court terme, mais en perte de vitesse avec le développement de l’internet et du téléphone mobile31.

26Pour certains beaux livres et encyclopédies traduits, ces éditeurs réalisent des « adaptations locales », une pratique déjà présente durant la période socialiste : les droits négociés prévoient l’ajout de contenus spécifiques au pays concerné. Pour ces ajouts, des auteurs spécialistes locaux sont sollicités et les versions serbes, croates et slovènes proposent donc des ajouts différents. Dans le cas par exemple de l’ouvrage Ces livres qui ont changé l’histoire32, un luxueux collectif traduit de l’anglais publié en 2019, l’édition croate présente des pages sur « le livre croate », alors que l’édition serbe a ajouté un chapitre intitulé « Les livres slaves » [slovenske knjige] présentant des auteurs russes, serbes et slaves. Par ailleurs, au début des années 2010, les trois filiales ont entrepris, chacune de leur côté, de produire une collection propre (cinq à six livres par an) composée de beaux livres coûteux, dont certains sont des objets de luxe, proposés principalement en souscription et vente directe. Les sujets sont choisis dans l’histoire des dynasties royales des États moyenâgeux, le patrimoine culturel, architectural ou naturel, ainsi que dans la littérature populaire traditionnelle ou certains auteurs classiques anciens. Plusieurs ouvrages comportent des fac-similés : c’est le cas par exemple de la reconstitution du Codex de l’empereur Stefan Dušan (Nemanjić), édité par MK Belgrade en 2021 et de l’ouvrage sur le codex diplomatique du royaume de Bosnie dans le catalogue de MK Sarajevo33. Cette production propre est présentée comme une « collection nationale » [nacionalna izdanja]34 à Belgrade et, comme le confirment les responsables des filiales, vise un public local. Les éditeurs la considèrent comme un segment prestigieux dans leur production éditoriale, leur « accomplissement personnel » d’éditeur35. Ćatović explique aussi que le succès de ces ouvrages vient du fait qu’ils répondent aux besoins des lecteurs de se reconnecter à leur histoire. À la question de savoir pourquoi il ne propose pas aux autres filiales du groupe de les commercialiser, ce dernier explique, comme ses collègues de Zagreb et de Belgrade, qu’il « n’y a pas eu de manifestations d’intérêt de leur part ». Néanmoins, le site internet de MK Sarajevo propose, dans sa rubrique « Bibliophilie et éditions de luxe », plusieurs titres de la Collection nationale de MK Belgrade, dont le codex de Dušan36. On peut cependant supposer que le public visé se trouve plutôt en République serbe de Bosnie.

27Les filiales de MK en Croatie, Bosnie-Herzégovine et Serbie participent donc activement à la reconstitution de circuits de diffusion transfrontaliers à l’échelle post-yougoslave, s’appuyant sur l’expérience du groupe acquise durant la période socialiste. Elles renouent avec la tradition de diffusion de littérature populaire – fiction et non-fiction – traduite principalement de l’anglais (et marginalement de l’allemand et du français) et d’ouverture à la culture de masse occidentale37. Malgré la crise que connaît le secteur après 2010, cet éditeur s’efforce de s’adapter en continuant à publier des ouvrages de connaissance et de vulgarisation scientifique. Les territoires de vente sont bien délimités. Il arrive cependant que Mozaik distribue des ouvrages produits en Serbie. D’après les catalogues consultés sur les années 2015-2023, il s’agit plutôt de traductions de livres pratiques, en particulier de livres de cuisine, bon marchés et classés dans la rubrique « livres étrangers » ; ils sont moins chers que les ouvrages édités en Croatie et proposés avec des rabais significatifs (peut-être s’agit-il d’écouler de vieux stocks ?)38. Par contre, MK Belgrade propose rarement des ouvrages édités par Mozaik, qui sont plus chers.

28D’un autre côté, le groupe Mladinska knjiga participe très peu à la circulation de la production éditoriale locale. Ni à Sarajevo, ni à Belgrade, ni à Zagreb, il ne s’agit par exemple de vendre des livres en slovène, ni même de traduire du slovène en BCMS, même si MK est un éditeur de référence en littérature slovène, y compris en littérature jeunesse. Selon le directeur de MK Belgrade, Radoš Janković, cette démarche ne rentre dans leurs objectifs ni éditoriaux ni commerciaux, ajoutant que dans le domaine de la littérature jeunesse, les ouvrages slovènes sont en décalage avec la sensibilité des parents en Serbie qui sont, d’après lui, plus traditionnels dans leur approche éducative. Il arrive bien sûr que des auteurs slovènes édités par MK soient traduits en Serbie ou en Croatie. Ce sont alors d’autres éditeurs qui s’en chargent, par exemple en Serbie, Booka, qui s’intéresse particulièrement aux auteurs dits « de la région » [iz regiona] (voir ci-après).

29À la question de savoir dans quelle langue les employés du groupe communiquent entre eux, les trois responsables de filiales répondent que chacun parle « sa » langue et que « tout le monde se comprend ». Tout en adoptant une position neutre, libérale, en faveur d’un marché ouvert, ils se disent « réalistes » vis-à-vis d’un espace culturel où chacun a sa place et ses frontières. Les filiales de MK participent pourtant à la consolidation des hiérarchies territoriales actuelles, impliquant que la Bosnie-Herzégovine, qui fournit de nombreux auteurs contemporains, est devenue une colonie pour l’édition serbe et croate. Elles participent également à l’affirmation des cultures ethno-nationales, répondant au goût d’un certain public, plutôt aisé, pour l’affirmation de « leur identité », à la fois en proposant des traductions adaptées et une production éditoriale propre sur des sujets à contenu que l’on peut qualifier d’« identitaire ».

La trajectoire post-yougoslave de la collection « Biblioteka XX vek » : la circulation des sciences sociales devient-elle alternative ?

30Dans le contexte de fragmentation violente de l’ancienne Fédération yougoslave et de construction de nouveaux États affirmant leur ancrage ethno-national, les acteurs du secteur éditorial des sciences humaines et sociales ont été plus que les autres contraints de se positionner vis-à-vis des événements et des nouvelles idéologies nationales. C’est particulièrement le cas des éditeurs qui se situent près de la recherche sans être des presses dépendant financièrement des universités. Ceux qui affirment « défendre la pensée critique » – par exemple, Fraktura [fracture] à Zagreb, Clio ou Akademska knjiga [le livre académique] en Serbie – ou qui s’affichent « antinationalistes » – Beogradski krug [le cercle de Belgrade] ou Fabrika knjiga [fabrique de livres] à Belgrade, Antibarbarus à Zagreb – ont cherché de différentes manières à contourner les nouvelles frontières étatiques et nationales pour retrouver un espace plus large, post-yougoslave de diffusion de leur production. Cependant, Ivan Čolović, l’initiateur de la collection « Biblioteka XX vek » est sans doute à cet égard un pionnier. Il est aussi un exemple original pour examiner comment l’édition et la diffusion des sciences humaines et sociales s’ancrent dans des traditions, modèles et habitudes professionnelles datant de la période socialiste.

  • 39 Entretien avec I. Čolović.
  • 40 Stojanović, Noga u vratima…, op. cit.
  • 41 Ibid.

31Biblioteka XX vek est l’œuvre d’un intellectuel, entrepreneur individuel, qui a fondé au début des années 1970 une collection de sciences humaines qu’il a fait successivement migrer chez plusieurs éditeurs. Son nom s’inspire des « bibliothèques » des éditions Gallimard (bibliothèque des sciences humaines, bibliothèque des idées) mais son concept doit beaucoup à la prestigieuse collection de philosophie et sciences humaines « Sazvežđa » [constellations], créée et dirigée par Miloš Stambolić aux éditions Nolit à partir de 1963, et qui fait connaitre en Yougoslavie les travaux de Benjamin, Adorno, Lévi-Strauss, Barthes, Foucault, Piaget, Chomsky, etc. Pour Ivan Čolović, né en 1938, anthropologue, venu des études littéraires (élève puis traducteur de Roland Barthes), être éditeur (urednik au sens de l’editor anglais) est une activité qui répond d’abord et avant tout à un projet intellectuel. Elle ne doit pas être déficitaire, mais n’a pas de vocation commerciale à proprement parler. En 1989, quand il décide de quitter Prosveta en pleine crise pour continuer la collection à compte d’auteur, Čolović a en effet obtenu un poste de chercheur à l’Institut d’ethnologie de l’Académie des sciences de Serbie, le quotidien est donc en quelque sorte assuré39. En dix-huit ans d’activité et une bonne centaine de titres, dont de nombreuses traductions, il s’est déjà constitué un réseau d’auteurs, de traducteurs, de libraires et d’éditeurs partenaires en Yougoslavie et à l’étranger (en France, aux États-Unis, en Angleterre et en Allemagne principalement). Il continue alors, en homme-orchestre, à produire cinq à six livres par an, jamais plus, avec un nombre restreint de collaborateurs extérieurs fidèles – correcteurs, maquettistes, imprimeurs – et le recours à un petit distributeur privé, Krug Commerce, qui est parfois coéditeur. Il publie 49 nouveaux titres entre 1989 et 2001, puis 85 entre 2001 et 2011 et 50 entre 2011 et 2022. Avant 2010, environ 60 % sont des traductions40. Il procède régulièrement à des rééditions et ses tirages moyens, à 500, 1 000 voire 2 000 exemplaires, sont très honorables pour le secteur. Les ouvrages sont facilement reconnaissables à leur petit format broché, qui rappelle le livre de poche, et à une illustration de couverture déclinée durant un demi-siècle par le même graphiste, Ivan Mester. Ce petit monde de la fabrication artisanale des livres qui s’organise dans les marges de l’édition publique socialiste, puis à compte d’auteur dans la décennie de guerre est finement décrit dans l’étude que l’historienne Dubravka Stojanović a consacrée à l’activité de son compagnon41.

  • 42 Voir Čolović Ivan, Le bordel des guerriers. Folklore, politique et guerre, Paris, Non lieu, 2009 [1 (...)
  • 43 Entretien avec I. Čolović.
  • 44 Madelain Anne, « Des sciences sociales pour déconstruire les mythologies identitaires. Entretien av (...)

32À l’origine, Čolović cherche à attirer les auteurs qui tracent de nouvelles voies théoriques dans ses domaines de prédilection : d’abord les sciences de l’éducation, puis l’anthropologie politique, la linguistique et la sociologie avec un intérêt particulier pour la question des médias et de la communication. Avant le basculement de 1990-1991, il s’agit de suivre les changements de paradigmes, d’introduire en Yougoslavie des débats théoriques qui se déroulent en Europe occidentale ou aux États-Unis et de les faire dialoguer avec des auteurs yougoslaves. L’irruption de la guerre est décisive dans l’orientation intellectuelle de la collection : d’une part, elle incite le chercheur à prendre comme objet d’étude les discours et mythologies nationales qui prolifèrent dans l’espace public42 ; de l’autre, elle pousse l’éditeur à publier des travaux critiques sur des sujets tels que la construction des identités collectives, la transformation des médias, la politisation des langues. En outre, le contexte guerrier l’oblige à « s’interroger de façon radicale sur la fonction sociale des sciences sociales » et sur leur diffusion43. L’impératif d’engagement impose aussi de sortir des frontières du discours académique et scientifique pour toucher un public plus large. L’essai devient donc la forme privilégiée44. Dans la troisième phase, à partir du milieu des années 2000, l’éditeur se spécialise également dans les travaux portant sur les sociétés des Balkans.

  • 45 Entretien avec I. Čolović. Voir la bibliographie exhaustive de la collection préparée par Milena Ma (...)

33Dès le début, la ligne éditoriale se situe donc au plus près de la recherche et sollicite un réseau d’auteurs, de traducteurs et de collaborateurs dans l’espace yougoslave puis post-yougoslave. Elle s’inscrit également dans des circulations entre l’espace linguistique et intellectuel de la production en serbo-croate (puis BCMS) et l’espace international des sciences sociales. S’il suit fidèlement certains auteurs (en publiant treize ouvrages du linguiste serbe Ranko Bugarski et six de la sociologue féministe slovène Svetlana Slapšak), l’éditeur aime découvrir et lancer de nouveaux auteurs, locaux ou étrangers, et affirme ne jamais publier d’auteurs déjà édités dans une autre variante du BCMS (à l’exception d’un ouvrage de Claude Lévi-Strauss paru en 1990)45.

  • 46 Madelain Anne, Cosovschi Agustin, « L’espace post-yougoslave : un laboratoire des sciences humaines (...)

34L’entreprise intellectuelle de Biblioteka XX vek, visant à faire circuler les sciences sociales en s’appuyant sur des coopérations de recherche dans l’espace post-yougoslave, s’affirme donc en opposition aux nouvelles frontières des identités ethno-nationales. L’espace post-yougoslave de Čolović est cependant très différent de l’espace yougoslave : il est lié à des collaborations de recherche d’individus qui partagent des convictions communes sur la place du savoir et leur opposition aux ethno-nationalismes. Ces collaborations ont parfois été entamées avant 1990, mais la plupart du temps ont plutôt été suscitées après, à l’extérieur des institutions universitaires locales ou à leurs marges. Ces collaborations sont en lien avec des réseaux de recherche à l’étranger, parfois soutenus par des fondations étrangères, sans pour autant être le fruit de recherches initiées par ces nouveaux réseaux transnationaux qui se développent alors de manière exponentielle en Europe centrale et orientale46.

  • 47 Voir le témoignage de Kruno Lokotar, éditeur chez Algoritam et AGM à Zagreb, dans Stojanović (dir.) (...)
  • 48 L’historien Nenad Stefanov (Berlin) raconte certaines « tournées en yougo blanche » qui allaient ju (...)

35Le lectorat visé par la collection dépasse lui aussi, après comme avant la guerre, les frontières de la Serbie. L’éditeur a toujours envisagé de couvrir le territoire yougoslave puis post-yougoslave. Cependant, la diffusion en librairies est tributaire des aléas décrits précédemment : avant 2000, la production imprimée circule très difficilement entre Croatie et Slovénie d’un côté, Serbie de l’autre. La Bosnie des années 1990 est ravagée par la guerre. Quand les liaisons reprennent vers 1999-2000, une seule librairie en Croatie diffuse réellement les ouvrages de Biblioteka XX vek : la librairie Konzor à Zagreb grâce à la ténacité de son directeur, Milan Šarac. Ils y rencontrent un vrai succès au début des années 200047. Un peu plus tard, l’éditeur/libraire zagrebois Jesenski i Turk commence aussi à diffuser la collection ; à Sarajevo, Čolović collabore sans interruption avec Buybook à partir de 1996-1997 et à Skopje avec Tabernakul, tous deux étant des éditeurs-libraires. À partir de 2005, les rencontres d’auteurs, les festivals littéraires, les salons acquièrent un rayonnement régional et prennent le relai de la librairie pour atteindre un public hors des frontières de la Serbie : Čolović est particulièrement actif au salon du livre de Pula en Istrie, au festival Bookstan monté par Buybook en 2012, ainsi que dans les nouveaux salons du livre de Skopje et de Podgorica. Avec le développement du numérique, les échanges de textes en PDF et le piratage fragilisent les efforts des professionnels pour vendre des livres de sciences humaines en librairie, alors que les marges sont faibles dans ce secteur et que les procédures financières pour importer des ouvrages sont toujours aussi complexes et coûteuses. Durant la décennie 1990 mais aussi après 2000, pour alimenter en livres « ses » libraires, auteurs, partenaires ou amis à l’intérieur de la Serbie comme dans les pays voisins, l’éditeur utilise tous les circuits possibles, mais se retrouve souvent à sillonner les routes, le coffre de sa « yougo blanche » plein de livres48.

  • 49 Entretien avec I. Čolović.

36Bien qu’il soit devenu une référence pour l’édition de sciences sociales dans l’espace post-yougoslave qu’il contribue à créer, Čolović a toujours voulu rester petit, « artisanal », « pour pouvoir être actif »49. Ce choix de la marge et de l’indépendance par rapport au monde du livre dominant est aussi le résultat des contraintes économiques de l’entrepreneur individuel. Avant 1989, il cultive son autonomie au sein des grandes maisons d’édition publiques ; après 2000, à l’exception d’une très courte période où il siège au conseil scientifique de la Bibliothèque nationale de Serbie à la demande de l’écrivain Sreten Ugričić qui en est devenu le directeur, il se garde de contacts trop rapprochés avec les institutions nationales. En 2010, il finit par quitter la Foire du livre de Belgrade pour fonder son salon en partenariat avec le libraire de la Maison de la culture de Belgrade.

37Le succès de cette entreprise éditoriale tient certes à la qualité du catalogue, mais aussi à sa longévité et, désormais, à la capacité à rééditer, à archiver et à écrire son histoire. Sur son site internet, on trouve à la fois les PDF des ouvrages épuisés et des éléments de l’histoire de la collection, y compris des revues de presse très complètes50. Pour son quarantième anniversaire, en 2011, paraît l’étude de Dubravka Stojanović et pour le cinquantième, en 2021, l’ouvrage collectif déjà cité, Le demi-siècle de la Bibliothèque du xxe siècle, recueil de contributions d’auteurs, traducteurs, critiques, libraires et autres partenaires de ce qu’on peut appeler « le réseau de Biblioteka »51. L’examen de cet ouvrage collectif permet de se représenter de manière plus précise la diversité de ce réseau et la nature amicale autant que professionnelle des liens qui unissent ses membres. Ce réseau est en quelque sorte le corps vivant d’une communauté fondée autour de la transmission d’une certaine culture scientifique critique. Si cette transmission passe aussi désormais par l’université, puisque de nombreux auteurs ont été ou sont encore des enseignants réputés, la capacité de la collection à toucher un public plus large est limitée par le rétrécissement de la place de ces livres en librairie en Serbie, comme dans les autres États successeurs.

38Peut-on tirer de la trajectoire originale de Biblioteka XX vek des conclusions plus générales sur l’évolution des circulations des sciences humaines et sociales ? Trente ans après les débuts de l’édition privée dans cet espace, force est de constater que Čolović est un des rares à avoir construit autour d’une entreprise d’édition, d’une série de livres qu’il a choisis et fait advenir, un espace de discussions, d’échanges et de transmission de savoirs à l’échelle post-yougoslave de cette ampleur et de cette longévité. Parmi les éditeurs de sciences humaines précédemment cités, privés mais éditant des sciences sociales académiques affichant une position « critique », « antinationaliste », certains ont cessé leurs activités (Antibarbarus, Beogradski Krug), les autres ont renoncé de facto à diffuser au-delà des frontières de leurs nouveaux États, sauf à la marge. Moins proche de la recherche, les éditeurs généralistes (tels que Laguna, Vulkan, Fraktura, V.B.Z., Mozaik, Ljevak) n’ont pas été confrontés aux mêmes choix pour leur « secteur SHS » et peuvent être plus éclectiques dans les orientations idéologiques ou l’ancrage politique de leurs auteurs. Néanmoins, tous ont traversé les évolutions propres à l’édition de savoir : la baisse des ventes, la concurrence des ressources en ligne, le piratage, le développement des plateformes scientifiques en accès libre et, in fine, la concurrence des ressources en anglais qui se généralise comme langue d’écriture et de lecture parmi les jeunes chercheurs dès le début de la décennie 2010. Tous ces facteurs ont considérablement réduit, dans le domaine des sciences humaines et sociales, l’intérêt de la circulation matérielle des ouvrages, sans préjuger d’autres formes dématérialisées de circulation des savoirs ou des textes.

La circulation de la littérature contemporaine post-yougoslave : un auteur, une œuvre, plusieurs éditeurs

  • 52 Sur l’usage du terme « région » pour désigner les auteurs de l’espace post-yougoslave sans mentionn (...)

39La question de la circulation des œuvres et des auteurs se pose différemment pour le domaine de la fiction contemporaine « locale » [domaći] ou traduite, considérée comme « de qualité ». Bien que vague, cette catégorie est néanmoins souvent invoquée par les éditeurs interrogés, ainsi que par les auteurs et les acteurs de la chaîne du livre. On pourra a minima l’envisager comme des textes littéraires dont la production n’est pas strictement commerciale. La communication sur ces œuvres via des présentations (rencontres auteurs, lectures, tables rondes), dans des festivals, des salons ou des librairies est d’autant plus nécessaire pour toucher le lecteur que le territoire concerné ne dispose pas d’un maillage serré de lieux de vente et que les librairies dépendent presque toutes de certains éditeurs. Dans ce domaine également, une attention fine à la chronologie est nécessaire. Jusqu’à la fin de la décennie 1990, les auteurs et les livres de fiction ont très peu circulé entre les États successeurs, puis à partir de 2000, des coéditions transfrontières ont timidement commencé, mais celles-ci, autant que les éditeurs multi-situés et les distributeurs transfrontaliers, ont rencontré de nombreuses difficultés matérielles, comme on l’a vu plus haut, et ont rapidement décliné jusqu’à presque disparaître vers 2010. Pourtant, dans le domaine de la fiction, l’intérêt pour les auteurs dit « de la région » [iz regiona]52 a toujours existé et n’a fait que croître à mesure que la guerre s’éloignait, en particulier au sein du public jeune et urbain.

  • 53 Version française : Le jardinier de Sarajevo, traduit par Mireille Robin, Arles, Actes sud, 2004.
  • 54 Voir l’étude de Nenad Rizvanović sur le succès des collections de littérature contemporaine des déc (...)

40Avant l’an 2000, les pionniers de ces circulations sont des éditeurs politiquement engagés, proches du mouvement anti-guerre. Parmi eux, se trouve Nenad Popović qui inaugure en 1993, avec l’historien et journaliste Ivan Lovrenović, au sein de sa jeune maison d’édition Durieux à Zagreb, une collection dédiée aux auteurs de Bosnie-Herzégovine, alors sous les bombes, intitulée « Ex-Ponto ». Elle sera dirigée par le poète sarajévien Semezdin Mehmedinović. Parmi les auteurs édités, Miljenko Jergović (né en 1966), dont le recueil de nouvelles sur le siège de Sarajevo, Sarajevski Marlboro (1994), est un best-seller dans toute la région. Jergović est devenu, à partir des années 2000, l’un des écrivains les plus traduits de sa génération53. Popović et Lovrenović ont tous deux des expériences décisives dans l’édition yougoslave, le premier en tant qu’initiateur de plusieurs collections phares du groupe HGZ à Zagreb, dont il a été le dernier directeur éditorial à la fin des années 1980, le second comme responsable de collection chez Svjetlost à Sarajevo54. Ils poursuivent donc une tradition mais en lançant en 2007 à la Foire du livre de Francfort le concept de « jeune littérature post-yougoslave », Popović affirme sa volonté de reconsidérer cet espace culturel comme commun, ce qui est alors perçu comme une position politique radicale en Croatie. La collection va ensuite devenir moins attractive avec l’ouverture du marché et l’apparition d’autres éditeurs.

  • 55 Entretien avec Ivan Bevc à Belgrade le 4 avril 2018.

41À la fin des années 2000, la circulation des auteurs de fiction entre les États successeurs n’est plus spécifique aux éditeurs politiquement engagés, mais semble devenue une pratique courante, même s’il est difficile de la quantifier en l’absence d’une observation précise des flux régionaux. Ivan Bevc, fondateur des éditions Booka à Belgrade en 2010, formule ainsi cet intérêt : les écrits de ces auteurs et autrices (puisque que beaucoup de femmes sont publiées dans cette catégorie) intéressent le lecteur en Serbie, Croatie, Bosnie ou ailleurs car ils leur parlent de leur expérience commune55. Bevc a d’abord forgé la réputation de sa jeune maison sur la publication de plusieurs auteurs étrangers en mal d’éditeur en Serbie après la faillite de certains confrères (dont Michel Houellebecq), puis il a commencé à publier des auteurs croates, bosniens, macédoniens, slovènes. L’un des premiers a été Miljenko Jergović, écrivain déjà reconnu que Rende, son premier éditeur en Serbie, n’avait pas réédité. Booka s’est ensuite tourné vers des auteurs plus jeunes : la Macédonienne Rumena Bužarovska, les Croates Damir Karakaš et Zoran Ferić, ou encore Lana Bastašić, autrice originaire de Banja Luka. Sur le site de l’éditeur en 2023, ils sont regroupés, avec les auteurs de Serbie, sous l’appellation d’auteurs « de la région ». Dans cette rubrique, la proximité culturelle est invoquée de manière encore plus nette :

Il y a de nombreuses raisons pour lesquelles lire des auteurs qui écrivent dans les langues BCMS peut procurer un vrai plaisir. Non seulement pour l’excellente qualité de leurs textes, mais aussi à cause de notre histoire, de notre langue, de notre mentalité et de nos codes communs, que nous déchiffrons plus facilement que les lecteurs issus de pays plus lointains et différents culturellement56.

42L’initiative de chercher un second éditeur dans la « région » est aussi venue des auteurs eux-mêmes, à mesure que les frontières se sont ouvertes et qu’ils ont circulé dans les festivals, salons du livre et autres événements culturels. Ces initiatives ne présupposent plus une position politique antinationaliste ou yougo-nostalgique, comme cela a pu être le cas durant la décennie 1990. Il s’agit plutôt du désir d’élargir son lectorat : en ce sens, le public que l’on peut alors qualifier de « régional » (au sens de l’espace post-yougoslave) est devenu aussi attractif que le public international. En effet, si parmi les auteurs qui commencent à écrire après la désintégration de la Yougoslavie, certains, du fait de leurs histoires familiales ou par position personnelle, déclarent parler ou écrire dans une langue « hybride », comme Lana Bastašić57, la majorité se conforme aux nouveaux cadres nationaux et étatiques. Parmi les plus anciens, certains continuent de se définir par rapport à l’espace culturel, politique et identitaire, voire linguistique de l’ancienne fédération, mais sans en faire un engagement politique spécifiquement antinationaliste. Par conséquent, au début des années 2020, on peut constater que cette pratique s’est largement répandue et qu’une majorité des éditeurs de fiction, y compris les plus gros, à Belgrade, Zagreb, Sarajevo ou Podgorica, proposent, à côté de leurs auteurs clairement identifiés comme nationaux, des auteurs issus d’autres États post-yougoslaves, en proportions certes différentes selon les éditeurs et les lieux, mais depuis que les grosses maisons commerciales, comme le groupe Laguna en Serbie, s’y sont mises, on peut estimer que la pratique est devenue courante.

43La circulation « régionale » des auteurs de fiction a donc pris de l’ampleur malgré le tournant nationaliste du début de la décennie 2010, mais le modèle qui s’est imposé n’est pas celui de maisons d’édition qui seraient « post-yougoslaves » et diffuseraient sur l’ensemble du territoire BCMS avec des contrats de publication exclusive. En effet, du fait des multiples contraintes, financières et douanières, celle des politiques publiques (en particulier des aides à l’édition), celles des canons culturels et des standards linguistiques, les quelques initiatives précédentes n’ont pas eu de réelle postérité dans le domaine de la fiction littéraire locale. C’est donc un modèle original qui s’est imposé de façon pragmatique, celle d’une édition par territoire étatique : ainsi le même texte est publié par plusieurs éditeurs ayant des localisations différentes avec, idéalement, un accord (au moins tacite) de partage des territoires de diffusion pour éviter une concurrence préjudiciable.

44Pour les auteurs écrivant dans l’une des variantes du BCMS, il s’agit en effet de publier strictement le même texte sans l’adapter (le serbiser, le croatiser, etc.), comme c’est couramment le cas pour la reprise d’une traduction d’un territoire à l’autre. Il est également courant d’adapter un article scientifique du serbe au croate (en particulier dans ce sens, car les autorités publiques croates imposent cette pratique aux revues scientifiques), les notices techniques en Bosnie-Herzégovine sont aussi souvent proposées dans les trois langues officielles du pays (croate, serbe, bosnien), les éditeurs monténégrins « iékavisent » (à savoir adaptent dans le standard monténégrin) assez fréquemment des traductions publiées en serbe. Mais traduire vers le serbe, le bosnien ou le monténégrin un roman originairement écrit en croate ou vice-versa a toujours été considéré comme une hérésie pour la plupart des locuteurs et refusé par les auteurs.

45Une des questions intéressantes est de savoir qui, des auteurs ou des éditeurs, a l’initiative de ces rééditions « régionales ». Certains éditeurs, parmi ceux qui ont une assise financière plus importante, s’occupent désormais de placer leurs auteurs dans les États « de la région » : c’est le cas de Buybook et de Fraktura, qui ont aussi une activité de vente de droits à l’étranger. Cependant, la plupart des éditeurs de littérature contemporaine dite de qualité que nous avons interrogés continuent d’en laisser l’initiative à leurs auteurs, au même titre que leur promotion à l’international. Quel que soit le circuit cependant, les contrats sont tous de courte durée, souvent de cinq ans, et l’auteur y cède peu de droits seconds (droits étrangers, audiovisuels, réédition, etc.). Finalement, ce sont aussi les auteurs qui régulent et imposent parfois aux éditeurs de ne pas se faire concurrence, comme c’est fréquemment le cas pour l’édition des traductions, en particulier des best-sellers étrangers, dans les territoires entre lesquels les livres circulent le mieux (entre Croatie et Bosnie-Herzégovine, entre Serbie et Monténégro, ou entre Monténégro et Bosnie-Herzégovine).

46Là où pour l’édition des traductions, le modèle courant est l’achat des droits par langue (serbe, croate, monténégrin, bosnien), le modèle pour la fiction contemporaine locale dite « de qualité » est donc la cession ou l’acquisition des droits par territoire. Certains agents littéraires étrangers et éditeurs locaux commencent aussi à insister pour que les territoires de vente soient mieux délimités contractuellement pour les traductions également afin d’éviter des concurrences inutiles. Mais tous les éditeurs ne s’accordent pas sur ce point, qui peut être contraire à leurs intérêts immédiats. La solution des éditions multiples d’un même livre, où in fine seul « l’emballage » change, et la coexistence de plusieurs versions de la traduction d’un même livre étaient des pratiques qui existaient dans la Yougoslavie socialiste et décentralisée. Leur généralisation aujourd’hui comme moyen de faire circuler dans un espace linguistique d’intercompréhension parfaite la fiction littéraire locale dite de qualité est une forme d’adaptation des acteurs à une situation politique et économique particulière. Elle contribue aussi à renforcer la volatilité des maisons d’édition, donc la fragilité du système.

*
**

47Après la fin de l’État commun yougoslave et surtout la fin des conflits au début des années 2000, la circulation des livres entre les États successeurs s’est recomposée. Elle a connu plusieurs phases et ses formes se sont diversifiées en fonction des circonstances économiques et techniques ainsi que des contraintes mises en place par les États pour définir leur espace culturel national.

48Les trois cas présentés, couvrant chacun des segments éditoriaux différents, confirment le fait que les circulations post-yougoslaves sont héritières de circuits et pratiques professionnelles datant de l’ancien État commun qui a été, pour les pionniers de l’édition privée, leur espace d’expérience : filiales, réseaux de collaboration, intermédiaires, réseaux de librairies, etc. Mais elles sont aussi tributaires de traditions plus anciennes, des circuits de distribution, d’habitudes de lecture. Puisque ces circulations ne correspondent pas aux politiques culturelles des nouveaux États, elles dépendent beaucoup des initiatives individuelles. Les trois cas d’étude permettent aussi d’affiner la chronologie des recompositions des circulations post-yougoslaves : si pour tous les secteurs, le vrai moment de reprise se situe bien après la fin des conflits en 2000, les réseaux de collaboration informels tissés durant la décennie 1990, en marge de l’université pour les sciences humaines, ou entre auteurs de fiction et petits éditeurs, ont été décisifs pour des futurs projets dans les secteurs moins commerciaux de l’édition. Après 2010, le développement de l’internet favorise la circulation des auteurs et des textes mais pas nécessairement celle, plus matérielle, des ouvrages, qui engage des frais et des intermédiaires et aurait besoin de conditions politiques et juridiques plus favorables.

49Les trois cas d’étude remis en contexte montrent également que ces circulations sont paradoxales à plusieurs titres, en particulier dans la zone linguistique du BCMS : d’un côté, elles semblent motivées par des raisons économiques, étant donné l’étroitesse des bassins linguistiques concernés, ainsi que par des raisons symboliques liées à la proximité culturelle et linguistique ; de l’autre, elles se sont renouvelées en même temps que les nouveaux États ont affirmé des frontières nationales et ethno-nationales plus étanches, en particulier dans leurs politiques linguistiques et éducatives. Après 2010 et le semi échec des coéditions et des implantations sur plusieurs pays, il s’agit plutôt, pour les éditeurs et les auteurs, de contourner que de franchir les nouvelles frontières, en inventant des stratégies de diffusion au cas par cas, telles que les pluri-éditions d’un même texte, les ventes en festivals ou les circuits alternatifs à l’institution en sciences humaines et sociales.

50La circulation des ouvrages dans l’espace post-yougoslave atteste donc à la fois d’espaces plus ouverts et mieux connectés et, en même temps, participe de la construction de ce territoire fragmenté : c’est la littérature commerciale traduite qui circule le mieux, à condition de respecter certains préceptes de la division nationaliste des cultures et des langues. Dans les trois cas étudiés, on assiste plutôt à la mise en place de réseaux et de relations qu’à la création d’un espace de diffusion continu. Ce phénomène présente des similitudes avec la façon dont s’organisaient la production et les échanges culturels avant la formation de la Yougoslavie en 1918 grâce aux relations entre des intellectuels, des institutions locales et des imprimeurs-libraires dans un espace impérial et post-impérial. Enfin, après 2010, les auteurs et les textes circulent souvent mieux que les livres, au détriment de l’économie du livre et de la professionnalisation du secteur. À ce stade, l’enquête montre que la réouverture des frontières n’a pas profité de manière systématique aux entreprises d’édition. Celles qui ont prospéré, comme Laguna en Serbie, l’ont d’abord fait dans un territoire national ; même le groupe Mladinska knijga tire sa puissance et sa renommée d’abord de sa position dominante en Slovénie. La question de la circulation matérielle du livre engage donc immédiatement l’au-delà du livre et les transformations de l’objet-livre, en particulier la façon dont le numérique, à partir de la décennie 2000, transforme et dissocie les fonctions éditoriales traditionnelles de fabrication, diffusion et de légitimation.

Haut de page

Notes

1 Sur le destin du serbo-croate après 1991, voir Thomas Paul-Louis, « Frontières linguistiques, frontières politiques », Histoire Épistémologie Langage, t. 21, fasc. no 1, 1999, p. 63-82 ; Kordić Snježana, Jezik i nacionalism [Langue et nationalisme], Zagreb, Durieux, 2010 ; Bugarski Ranko, Nova lica jezika [Le nouveau visage de la langue], Belgrade, Biblioteka XX vek, 2009.

2 Stojanović Dubravka, « La Yougoslavie comme “l’autre-fantôme”. L’image de la Yougoslavie dans l’enseignement de l’histoire des États successeurs », Revue d’études comparatives Est-Ouest, vol. 1, no 1, 2019, p. 147-175.

3 Sur les hiérarchies des langues de traduction, voir Heilbron Johan, « Le système mondial des traductions », dans Gisèle Sapiro (dir.), Les contradictions de la globalisation éditoriale, Paris, Nouveau monde, 2009, p. 253-274 ; Casanova Pascale, La langue mondiale : traduction et domination, Paris, Seuil, 2016.

4 Stojanović Dubravka, Noga u vratima. Prilozi za političku biografiju Biblioteke XX vek [Un pied dans la porte. Contribution à une biographie intellectuelle de la Bibliothèque du xxe siècle], Belgrade, Biblioteka XX vek, 2011.

5 Biggins Michael, Crayne Jane (dir.), Publishing in Yugoslavia’s Successor States, Binghamton, The Haworth Information Press, 2001.

6 Sur l’intérêt d’analyser les relations spatiales pour saisir les transformations contemporaines de l’édition, voir Sapiro Gisèle « Introduction », dans Gisèle Sapiro (dir.), Les contradictions de la globalisation, op. cit., p. 7-24.

7 Du nom de l’écrivain communiste Veselin Masleša tué lors de la bataille de Sutejska en 1943.

8 Stojanović, Noga u vratima…, op. cit., p. 6-7.

9 Nemanjić Miloš, Janićijević Jovan, Knjiga i čitanje u Jugoslaviji / Le livre et la lecture en Yougoslavie, Belgrade/Paris, Institut de recherche sur le développement culturel/Unesco, 1982. Voir en particulier sur la répartition des entreprises éditoriales par république, le tableau no 2, p. 57 de la version française.

10 Biggins, Crayne (dir.), Publishing…, op. cit., p. 150.

11 Nemanjić, Janićijević, Le livre et la lecture…, op. cit., p. 57.

12 Ibid., p. 23-24.

13 Entretien avec Sead Serdarević, directeur de la maison d’édition Fraktura à Zagreb, le 24 septembre 2019.

14 Voir Thompson Mark, Extrait de naissance. L’histoire de Danilo Kiš, Paris, Noir sur blanc, 2023, p. 404-406.

15 Entretiens avec Zoran Stojanović à Novi Sad le 28 août 2022 et avec Branko Kukić à Čačak le 21 août 2021.

16 Lešaja Ante, Knjigocid : uništavanje knjiga u Hrvatskoj 1990-ih [Livrocide : la destruction des livres en Croatie dans les années 1990], Zagreb, Profil, 2012.

17 Sur l’aide internationale pour la reconstruction de la bibliothèque sous l’égide de l’Unesco, voir Gauthier Bernard, « La Bibliothèque nationale et universitaire de Sarajevo et les bibliothèques bosniaques », Bulletin des bibliothèques de France, no 6, 1997, p. 72-77.

18 Entretien avec Vesna Janković, rédactrice-en-chef de Arkzin entre 1991 et 1997, à Zagreb le 19 janvier 2021 ; voir les archives numérisées de Arkzin : https://monoskop.org/Arkzin (consulté en juin 2023).

19 Entretien avec Zoran Hamović, directeur des éditions Clio, à Belgrade le 1er avril 2018 ; Milena Dragićević-Šešić, alors en charge du programme livre de la fondation Soros en Serbie, explique dans un rapport interne à l’organisation l’intérêt de cette présentation pour la professionnalisation des éditeurs, mais aussi la nécessité de soutenir la production locale et non seulement les traductions (« Izveštaj sa Sajma knjiga u Frankfurtu » [Rapport sur le Salon du livre de Francfort], 1994, archive privée Milena Dragićević-Šešić).

20 Madelain Anne, « Naissance d’une génération d’éditeurs post-yougoslaves au tournant des années 1990 », Slavica Occitania, no 52, 2021, p. 189-215.

21 Le Pacte de stabilité pour l’Europe du Sud-Est (1999) mentionne la coopération régionale entre les États successeurs comme une priorité pour les objectifs de sécurité et de stabilité, sans pourtant être concret dans le domaine culturel.

22 Entretien avec Mirosav Marinović à Belgrade le 18 janvier 2023.

23 Entretien avec Branko Čegeć à Zagreb le 13 septembre 2022.

24 Entretiens avec Z. Stojanović et avec Ivan Čolović à Belgrade le 1er avril 2018.

25 Voir, par exemple, sur Soros : Guilhot Nicolas, « Une vocation philanthropique : George Soros, les sciences sociales et la régulation du marché mondial », Actes de la recherche en sciences sociales, no 151-152, 2004, p. 36-48, https://doi.org/10.3917/arss.151.0036.

26 Voir par exemple les sites internet des librairies d’occasion Jesenski i Turk, Biblos, Što čitaš ? (Zagreb). Chaque vendredi se tient à Zagreb, sur la place Britanski trg, un marché très fourni de livres d’occasion et, à la foire du livre de Belgrade en octobre, un étage entier leur est consacré.

27 MK exploite 52 librairies en Slovénie en 2023. Voir : https://www.mladinska-knjiga.si/trgovine (consulté en juin 2023).

28 Strauss Laura (dir.), Mladinska knjiga. 1945-2005, Ljubljana, Mladinska knjiga, 2005, p. 31 ; Annuaire des maisons d’édition dans les pays des Balkans, Bureau international de l’édition française, juin 2012, p. 53.

29 Entretiens avec Adnan Ćatović (Mladinska knjiga Sarajevo) à Sarajevo le 23 janvier 2020, avec Radoš Janković (Mladinska knjiga Belgrade) à Belgrade le 22 août 2021 et avec Bojan Vidmar (Mozaik, Zagreb) à Zagreb le 20 janvier 2022.

30 Depuis 1995, la Bosnie-Herzégovine est subdivisée en deux entités administratives très autonomes : la Fédération de Bosnie-Herzégovine et la République serbe (Republika Srpska), ayant chacune leur politique culturelle et éducative. S’y ajoute aussi le territoire autonome de Brčko.

31 Bojan Vidan insiste en entretien sur la transformation du modèle économique à laquelle doit faire face l’entreprise à partir du début de la décennie 2010.

32 La version française en est : Ces livres qui ont changé le monde, Gennevilliers, Prima, 2018.

33 Dušanov zakonik [Le codex de Dušan], Belgrade, Mladinska knijga, 2021. L’ouvrage existe sous deux formes : édition de luxe et édition unique numérotée ; Codex diplomaticus Regni Bosnae – povelje i pisma stare bosanske države, [Le codex diplomatique du Royaume de Bosnie. Dépêches et lettres de l’ancien État bosnien], Sarajevo, Mladinska knjiga, 2018.

34 https://www.mladinska.rs/nacionalna-izdanja (consulté en juin 2023).

35 Entretien avec A. Ćatović.

36 https://mladinska.ba/product-category/bibliofilska-i-luksuzna-izdanja/ (consulté en juin 2023).

37 Sur l’importation de produits culturels occidentaux et l’américanisation de la culture en Yougoslavie socialiste, voir Vučetić Radina,Coca-Cola Socialism. Americanization of Yugoslav Culture in the Sixties, Budapest, Central European University Press, 2018.

38 Page du site de Mozaik, rubrique « Livres étrangers » : https://mozaik-knjiga.hr/kategorija/strana-knjiga/ (consulté en juin 2023).

39 Entretien avec I. Čolović.

40 Stojanović, Noga u vratima…, op. cit.

41 Ibid.

42 Voir Čolović Ivan, Le bordel des guerriers. Folklore, politique et guerre, Paris, Non lieu, 2009 [1993] ; Id., The politics of Symbol in Serbia. Essays in Political Anthropology, Londres, Hurst, 2000 [1997].

43 Entretien avec I. Čolović.

44 Madelain Anne, « Des sciences sociales pour déconstruire les mythologies identitaires. Entretien avec Ivan Čolović », Revue d’études comparatives Est-Ouest, vol. 2, no 2, 2021, p. 69.

45 Entretien avec I. Čolović. Voir la bibliographie exhaustive de la collection préparée par Milena Marković dans Stojanović, Noga…, op. cit., p. 235-281 et le complément dans Stojanović (dir.), Pola veka Biblioteka XX veka [Le demi-siècle de la Bibliothèque du xxe siècle], Belgrade, Biblioteka XX vek, 2021, p. 190-216.

46 Madelain Anne, Cosovschi Agustin, « L’espace post-yougoslave : un laboratoire des sciences humaines et sociales? », Revue d’histoire des sciences humaines, no 32, 2018, p. 263-364.

47 Voir le témoignage de Kruno Lokotar, éditeur chez Algoritam et AGM à Zagreb, dans Stojanović (dir.), Pola veka…, op. cit., p. 109.

48 L’historien Nenad Stefanov (Berlin) raconte certaines « tournées en yougo blanche » qui allaient jusqu’en Allemagne à l’occasion d’une conférence (« Yugonautica. Skica o mobilnosti i izdavaštvu » [La yougonautique. Croquis sur la mobilité et l’édition], dans Stojanović (dir.), Pola veka…, op. cit., p. 157-163).

49 Entretien avec I. Čolović.

50 Voir le site internet de l’éditeur : https://www.bibliotekaxxvek.com (consulté en juin 2023).

51 Stojanović (dir.), Pola veka..., op. cit.

52 Sur l’usage du terme « région » pour désigner les auteurs de l’espace post-yougoslave sans mentionner le nom de l’ancien État, voir la page consacrée à « ces » auteurs par l’éditeur Booka : https://www.booka.rs/knjige/autori-iz-regiona/ (consulté en juin 2023).

53 Version française : Le jardinier de Sarajevo, traduit par Mireille Robin, Arles, Actes sud, 2004.

54 Voir l’étude de Nenad Rizvanović sur le succès des collections de littérature contemporaine des décennies 1970 et 1980 : Rizvanović Nenad, Stvaranje čitatelja. Beletristički nakladnički nozovi u Hrvatskoj (1968-1991) [La formation du lecteur. Réseaux éditoriaux littéraires en Croatie (1968-1991)], Zagreb/Sarajevo, Ljevak-Synopsis, 2020.

55 Entretien avec Ivan Bevc à Belgrade le 4 avril 2018.

56 Ils disposent de leur propre rubrique sur le site de l’éditeur : https://www.booka.rs/knjige/autori-iz-regiona/ (consulté en juin 2023).

57 Voir les déclarations et la page personnelle de l’autrice : https://lanabastasic.com/knjige/uhvati-zeca/ (consulté en juin 2023).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Madelain, « Contourner les frontières nationales ? Trois exemples de circulation post-yougoslave des livres »Balkanologie [En ligne], Vol. 18 n° 1 | 2023, mis en ligne le 15 décembre 2023, consulté le 24 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/balkanologie/4916 ; DOI : https://doi.org/10.4000/balkanologie.4916

Haut de page

Auteur

Anne Madelain

INALCO, Centre de recherche Europes-Eurasie
anne.madelain[at]inalco.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search