Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 18 n° 1Notes de rechercheLes réseaux iraniens dans l’Alban...

Notes de recherche

Les réseaux iraniens dans l’Albanie postsocialiste entre soft power et incidents diplomatiques

Iranian networks in post-socialist Albania between soft-power and diplomatic incidents
Gianfranco Bria

Résumés

Cet article se propose d’analyser les évolutions géopolitiques récentes ayant conduit à la marginalisation progressive de la présence iranienne en Albanie en raison de l’installation de l’une des factions d’opposition à l’État iranien, les Mojahedin-e-Khalq (MEK). L’Iran s’était implanté dans la région des Balkans à travers une série de « soft policies » mises en œuvre dans les domaines culturel et éducatif. Si la présence iranienne n’est jamais devenue véritablement significative, elle s’est réduite de manière décisive avec l’installation des MEK en Albanie, directement orchestrée par les États-Unis et soutenue par l’ONU. Les États-Unis avaient ainsi l’intention de marginaliser l’Iran dans l’Europe du Sut-Est. L’Albanie, pour sa part, a accueilli les MEK de concert avec le diktat américain afin de gagner une légitimité interne et géopolitique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Bieber Florian, Tzifakis Nikolaos, « The Western Balkans as a Geopolitical Chessboard? Myths, Reali (...)
  • 2 Bieber, Tzifakis, « The Western Balkans », art. cité ; Panagiotou, « The Western Balkans », art. ci (...)
  • 3 Vangeli Anastas, « China: A new geo-economic approach to the Balkans », dans Florian Bieber, Nikola (...)
  • 4 Ozturk Ahmet Erdi, Religion, Identity and Power: Turkey and the Balkans in the Twenty-First Century(...)

1Depuis la chute du mur de Berlin en 1989 jusqu’à aujourd’hui, la région des Balkans a connu une transition socioéconomique complexe vers la démocratie libérale et le marché libre. Dans ce processus, une série d’enchevêtrements géopolitiques se sont produits, dont l’équilibre a été marqué par le mélange complexe d’intérêts nationaux et d’instances étrangères. Dans ce cadre, l’Union européenne (UE) a réussi à attirer l’intérêt des pays souhaitant faire partie du processus d’intégration européenne, tandis que les États-Unis – également à travers l’hégémonie de l’OTAN – ont cherché à garder le contrôle géopolitique de la région. Cependant, diverses études ont constaté que, ces dernières années, la crise économique, la crise des migrants, la crise du projet intégrateur européen et le « Brexit » ont relativement ralenti le processus d’intégration européenne de certains pays des Balkans, comme la Serbie1. D’autre part, toujours selon ces études, les Balkans ne semblent pas faire partie des priorités de l’agenda géopolitique américain, qui est surtout axé sur d’autres questions, telles que la lutte contre le terrorisme, la stabilisation du Moyen-Orient et les équilibres dans la zone Asie-Pacifique2. D’où l’émergence de certains acteurs non occidentaux, comme la Chine, la Russie et la Turquie, qui tentent d’étendre leur influence dans la région en établissant des partenariats commerciaux et financiers3. Un fait qui s’applique aux Balkans mais concerne également le réalignement général des équilibres géopolitiques au niveau local, même si, dans le cas de la Turquie surtout, les affinités culturelles et confessionnelles jouent un rôle déterminant dans le nouvel expansionnisme d’Ankara (« néo-ottomanisme ») auprès des communautés turcophones et musulmanes de Balkans4.

2Ces analyses géopolitiques ne considèrent pas l’Iran comme un acteur non occidental actif dans la région des Balkans. Pourtant, la présence iranienne – ou, pour mieux dire, la présence de la République islamique iranienne – dans la région semble remonter aux années 1980 et a traversé différentes phases, dont la dernière, caractérisée par le « profil bas » et l’équilibrage envisagé comme soft power, dure jusqu’à nos jours. Quoi qu’il en soit, la présence iranienne dans la région des Balkans, en particulier en Albanie, a connu un changement brutal au cours des dix dernières années à la suite de l’arrivée des Moudjahidines du peuple iranien (Mojahedin-e-Khalq – MEK), l’une des principales factions d’opposition à l’État iranien. Les États-Unis ont été le principal soutien des MEK, ce qui semble contredire le récit courant, mentionné plus haut, selon lequel les dirigeants américains considèreraient les Balkans comme un théâtre géopolitique marginal. Afin d’éclairer cette question controversée, cette contribution propose une analyse des événements qui ont conduit à l’établissement du quartier général des MEK à Durres, en Albanie.

  • 5 Milner Helen, Dustin Tingley, « The choice for multilateralism: Foreign aid and American foreign po (...)

3La chute du mur de Berlin a engendré une transformation du principe même de l’équilibre international et, ainsi, l’émergence de nouvelles formes d’influence culturelle, technologique et économique. L’interdépendance mutuelle qui semble lier les États a pour conséquence qu’une zone considérée comme périphérique, tels les Balkans occidentaux, devient stratégiquement profitable pour la médiation des intérêts et la détermination d’équilibres géopolitiques plus larges5. Des petits pays comme l’Albanie deviennent ainsi le pivot d’intérêts stratégiques multilatéraux leur permettant d’accroître leur rôle sur la scène internationale, ce qui a également des retombées sur leur politique intérieure. Cela m’amène à me demander quel est le poids géopolitique de l’Albanie et des Balkans occidentaux dans l’équilibre géopolitique mondial ; et donc quelle est la position de l’Albanie dans la politique étrangère des États-Unis ainsi que dans celle de l’Iran ? Dans quelle mesure la politique étrangère de ces pays influence-t-elle la politique nationale albanaise ?

  • 6 Soltani Fakhreddin, Reza Ekhtiari Amiri, « Foreign policy of Iran after Islamic revolution », Journ (...)
  • 7 Voir Akbarzadeh Shahram, Dara Conduit (dir.), Iran in the world: President Rouhani’s foreign policy(...)
  • 8 À l’heure actuelle, nous ne pouvons que mentionner Kannaby Ahmad Haibat, Kholifatus Saadah, Radityo(...)

4À partir de ces questions, cette contribution propose d’analyser le cas de l’implantation du MEK en Albanie et ses conséquences politiques pour comprendre les véritables équilibres géopolitiques dans la région. Dans un deuxième temps, cette analyse vise à examiner la politique étrangère et l’orientation stratégique de l’Albanie sur l’échiquier international, ce pays étant extérieur à l’UE (même s’il souhaite rejoindre l’Union), mais membre de l’OTAN, tout en ayant des relations commerciales avec divers acteurs du Moyen-Orient, tels que la Turquie et l’Iran. Enfin, ce travail a pour but d’explorer les politiques étrangères de l’Iran et des États-Unis, afin de mettre en lumière le déroulement des relations bilatérales complexes entre ces deux pays. La République islamique d’Iran a tenté, au fil des ans, de se positionner comme un pôle politique et économique incontournable par le biais de son héritage culturel persan et à s’imposer comme une puissance islamique et un point de référence pour les musulmans, quelles que soient leurs tendances confessionnelles6. Cette politique a été influencée aussi bien par la situation conflictuelle de l’Iran avec les États-Unis que par la politique spécifique de ses différents gouvernements, la plus récente étant la politique du « pragmatisme » de Rouhani7. Cette étude ambitionne ainsi de donner un aperçu des évolutions récentes de la politique étrangère iranienne dans une région, les Balkans, moins étudiée que les régions de l’Asie centrale et du Moyen-Orient. Cela implique également de suivre l’évolution du rôle du MEK en tant que mouvement d’opposition au régime iranien orienté à la fois vers l’Europe et vers le Moyen-Orient. Jusqu’à présent, en effet, les travaux sur les MEK ont surtout porté sur leurs vicissitudes diverses entre l’Iran, l’Irak et la France. Les études sur leur installation en Albanie sont encore peu nombreuses8, tout comme l’étude des répercussions sur la politique étrangère de la République iranienne. Cette perspective permettra en outre de comprendre si les États-Unis peuvent considérer les Balkans comme une zone périphérique à leurs intérêts.

5Quatre macro-discours géopolitiques seront ainsi pris en compte : le premier concerne la relation complexe entre l’Iran et les États-Unis / l’OTAN ; le deuxième concerne, au contraire, les revendications des MEK ; le troisième porte sur la politique des Nations Unies et les arrangements géopolitiques dans la région des Balkans et du Moyen-Orient ; enfin, le quatrième concerne la politique intérieure albanaise. Pour ce faire, la première partie de notre note de recherche reviendra sur l’histoire de la présence iranienne dans les Balkans ; la seconde traitera de l’installation des MEK en Albanie en 2013 ; enfin, la troisième et dernière partie prendra en compte la dégradation des relations entre l’Iran et l’Albanie à la suite d’une série d’incidents diplomatiques.

6Les informations contenues dans ce texte sont pour la plupart issues d’une série de recherches de terrain que j’ai menées entre l’Albanie et le Kosovo de 2014 à 2019. Cette recherche adopte une méthode typiquement qualitative. La plupart des informations ont néanmoins été collectées lors d’entretiens semi-structurés. Au total, une vingtaine d’entretiens ont été menés à Tirana en juillet et août 2019, avec diverses personnalités impliquées dans les réseaux gouvernementaux et paragouvernementaux iraniens et du MEK. Les personnes interrogées sont des journalistes, des fonctionnaires, des diplomates, des universitaires et des civils qui ont été impliqués de diverses manières dans les événements qui nous intéressent. Les réponses aux questions ont été enregistrées et transcrites ultérieurement, puis rapportées aux sources bibliographiques secondaires. Certains de ces événements, bien que connus du grand public, n’ont pas encore fait l’objet de recherches scientifiques ; j’ai dès lors souvent dû m’appuyer sur des articles de journaux locaux pour les documenter.

La présence iranienne dans les Balkans

  • 9 Pugliese Matteo, « L’Iran nei Balcani » [L’Iran dans les Balkans], Limes, rivista italiana di geopo (...)

7La pénétration de la République islamique d’Iran dans les Balkans remonte aux années 1980, lorsque l’Iran a trouvé un interlocuteur privilégié en la personne d’Alija Izetbegović, l’un des principaux militants musulmans bosniaques issu des rangs des Jeunes musulmans et futur président élu de Bosnie-Herzégovine9. Depuis lors, l’État iranien a étendu sa présence dans la région à travers un réseau d’organisations et d’activités, d’une manière qui varie selon le pays de référence et les circonstances sociopolitiques. Si l’on considère les trente dernières années, on peut néanmoins identifier deux types de (géo)politique stratégique iranienne dans la région visant à étendre l’influence iranienne en Europe en établissant une véritable enclave au cœur de la Méditerranée. Le premier porte sur la mobilisation et l’intervention actives, tandis que le second repose sur les politiques dites de soft power, fondées principalement sur la mise en œuvre de politiques culturelles et/ou économiques avec le soutien d’un réseau d’organisations paragouvernementales installées dans les pays balkaniques.

  • 10 Ibid.
  • 11 Bardos, « Iran in the Balkans », art. cité.
  • 12 Bougarel Xavier, « The role of Balkan Muslims in building a European Islam », EPC Issue Paper, no 4 (...)
  • 13 Progonati Erjada, « Iran’s Silent Revolution in the Balkans », SSPS, vol. 1, 2016, p. 177-192.

8Le premier type de programme politique, basé sur l’action militante, a concerné une phase historique limitée, liée à la guerre de Bosnie en ex-Yougoslavie. En effet, la guerre et les revendications islamiques de la communauté musulmane bosniaque ont représenté pour les Iraniens une bonne occasion d’étendre leur influence dans l’espace européen. De 1992 à 1995, l’Iran a soutenu les Bosniaques en leur fournissant, tout au long du conflit, des armes et des munitions10. En 1993, plusieurs milliers de moudjahidines sont partis combattre sur le front bosniaque. L’Iran a également mobilisé plusieurs membres des gardiens de la révolution (Pasdarans) et des forces spéciales pour soutenir les Bosniaques11. De même, certains combattants bosniaques ont été formés en Iran par les Pasdarans. Selon Xavier Bougarel, cette intervention de l’Iran et d’autres acteurs islamiques dans la guerre de Bosnie, plutôt que d’affecter la situation militaire sur le terrain, a altéré l’équilibre au sein des communautés islamiques bosniaques12. Avec les accords de Dayton de 1995, l’influence iranienne en Bosnie et dans les régions adjacentes s’est affaiblie mais l’Iran est demeuré un acteur géopolitique dans la région des Balkans, bien que le pays ait modifié sa stratégie13.

  • 14 Progonati Erjada, « The Balkan Region as a New Target for the Iranian-Israeli Political Rivalry », (...)

9Le deuxième type de politique, basé sur le soft power, a caractérisé la stratégie de l’Iran dans tous les pays de la région, y compris la Bosnie d’après-guerre. En Bosnie, depuis 1995, l’Iran a favorisé les liens culturels et universitaires par le biais du centre culturel iranien. À ce jour, il existe un certain nombre de factions pro-chiites en Bosnie, ainsi que des relations intenses avec les élites politiques, universitaires et économiques du pays14.

  • 15 Progonati, « Iran’s Silent Revolution », art. cité.
  • 16 Ibid.
  • 17 Ibid.

10L’Iran a également entretenu des relations avec la Serbie et la Macédoine, bien que de façon différente. Les relations entre l’Iran et la Serbie sont cordiales depuis l’époque du gouvernement de Slobodan Milošević (1988-2000), qui était soutenu par l’Iran en raison de son non-alignement sur la politique de l’OTAN15. En 1990, un centre culturel iranien a été créé à Belgrade, qui continue à travailler à la promotion de la culture irano-islamique auprès du public yougoslave et désormais serbe. En 2017, le gouvernement de la Serbie a annoncé l’adoption d’une loi supprimant l’obligation de visa pour les citoyens iraniens souhaitant se rendre dans le pays, afin d’améliorer les relations bilatérales entre les pays tout en attirant les touristes et les investisseurs en Serbie. En Macédoine, l’Iran a tenté d’exploiter les récentes tensions interconfessionnelles entre la minorité islamique albanaise et la majorité orthodoxe macédonienne16. Dans ce cas également, l’Iran a tenté de renforcer sa position dans la région par des activités dans les domaines culturel et universitaire. Plusieurs petites organisations culturelles ont notamment été créées pour diffuser la culture iranienne. Mais ces activités restent limitées à la seule sphère culturelle et ne semblent pas avoir beaucoup d’impact, la présence de ces organisations demeurant purement symbolique17.

  • 18 Ibid.

11Les relations entre l’Iran et le Kosovo, en revanche, sont particulièrement complexes. L’Iran ne reconnaît pas le Kosovo comme une république indépendante car le pays est perçu comme un projet américain. En effet, le Kosovo gravite dans l’orbite étroite des États-Unis depuis la guerre de 1998-1999 : en témoigne la présence sur son territoire de la plus grande base militaire américaine des Balkans18.

  • 19 Ibid.
  • 20 Ibid.

12Depuis 1999, l’Iran tente également d’établir des organisations à but non lucratif au Kosovo afin de créer des écoles et des mosquées et, à terme, de diffuser l’islam chiite. Les activités de ces organisations n’ont, dans un premier temps, pas attiré beaucoup l’attention jusqu’à ce que leurs efforts s’intensifient et que leur présence ne commence à être perceptible sur le terrain. Selon le bureau du procureur du Kosovo, ces organisations ont reçu plusieurs centaines de milliers d’euros provenant très probablement de l’Iran entre 2005 et 201519. En juillet 2016, le ministre de l’Administration publique a mis fin aux activités des organisations Kur’ani, Bregu i Diellit, Prizreni, Nisa et Institut Ibn-Sina, car elles violaient la Constitution du Kosovo. Selon le gouvernement kosovar, ces organisations étaient liées à l’Iran (en particulier à l’Université Al-Mustafa) et cherchaient à diffuser l’islam chiite et à faire de la propagande anti-américaine et antisémite20.

13En résumé, hormis une mobilisation directe en Bosnie-Herzégovine pendant les années de guerre, l’Iran a adopté une stratégie discrète pour mener ses activités dans les Balkans. Ces soft-policies a favorisé les interventions dans les domaines de la culture et de l’éducation et, dans certains cas, ont également impliqué des accords commerciaux. L’État iranien a très probablement choisi de faire profil bas afin de ne pas provoquer une réaction des États-Unis et de l’OTAN. Les pays des Balkans avec lesquels l’Iran entretient des relations, à l’exception de la Serbie, font partie de l’OTAN ou, du moins, sont sous son contrôle. Ce n’est donc pas un hasard si le Kosovo a décidé de faire disparaître les organisations kosovares financées par l’Iran lorsqu’elles ont commencé à acquérir une certaine visibilité sur le territoire.

  • 21 Mahmood Monshipouri, Heiran-Nia Javad, « Iran’s Security Interests and Policies in the South Caucas (...)
  • 22 El Husseini Rola, « Hezbollah and the axis of refusal: Hamas, Iran and Syria », Third World Quarter (...)

14La stratégie géopolitique iranienne dans les Balkans (soft power et profil bas) diffère donc des politiques mises en œuvre par cet État dans la région du Caucase et au Moyen-Orient. Dans le Caucase, l’Iran parvient à séduire les gouvernements locaux du fait de l’influence traditionnelle de la culture perse dans la région, mais aussi grâce aux accords commerciaux qui concernent principalement le pétrole21. Au Moyen-Orient, mais aussi ailleurs, l’Iran agit comme le défenseur des peuples chiites (voir les communautés chiites en Irak et le Hezbollah au Liban) et apporte son soutien aux mouvements islamistes anti-occidentaux et anti-israéliens, comme le Hamas22. Dans ces deux régions, l’Iran semble jouer un rôle plus actif en influençant directement les gouvernements et les partis politiques.

  • 23 Pour un aperçu des relations entre l’Iran et la Palestine, voir Alavi Seyed Ali, Adib-Moghaddam Ars (...)

15Mais l’influence de l’OTAN et des États-Unis ne semble pas suffisante pour expliquer, à elle seule, le degré d’intervention différent de l’Iran dans les Balkans par rapport aux autres régions évoquées. Dans le Caucase et au Moyen-Orient, l’Iran a su exploiter un ensemble d’affinités culturelles, politiques, voire religieuses. En revanche, dans les Balkans comme dans d’autres régions, l’État iranien a fait preuve d’une grande flexibilité dans sa politique étrangère en s’adaptant aux contingences sociopolitiques locales, comme en témoigne le soutien également offert à des groupes sunnites (notamment en Palestine23 ou en Bosnie). En vertu de cette capacité d’adaptation, l’Iran a constitué dans les Balkans des réseaux d’organisations qui opèrent dans le domaine de l’éducation et de la culture au sens large ; et ces réseaux, comme nous le verrons, ont parfois utilisé la tradition islamique chiite ou plutôt la tradition culturelle persane comme des facteurs de légitimité politique, notamment en Albanie.

L’Iran en Albanie

  • 24 Karčić Harun, « Islamic revival in post-socialist Bosnia and Herzegovina: International actors and (...)

16Depuis les années 1990, l’Iran a tenté de mettre en place un certain nombre d’associations et de fondations à but non lucratif en Albanie24. L’objectif principal de l’Iran était d’étendre son influence géopolitique et économique à l’Europe continentale : l’Albanie, tout comme la Bosnie, représentait alors un pôle important pour les mollahs iraniens. Contrairement au cas de la Bosnie, où le soutien a dans un premier temps été militaire, la République iranienne a toujours maintenu, et continue de maintenir, un profil bas en Albanie, orientant son action vers l’intensification des relations culturelles et académiques. Cette stratégie de soft power vise à maximiser l’infiltration dans la société albanaise par le biais d’organisations et d’associations culturelles servant de véhicule organisationnel aux Pasdarans et au ministère des Renseignements. Ces organisations et associations agissent comme des satellites de la République iranienne et opèrent principalement dans trois domaines : l’éducation, l’édition et la religion. L’ensemble de ces organisations et groupes pro-iraniens sont rattachés à la fondation Saadi Shirazi, fondée en Albanie en 1996, qui gère et supervise les entreprises culturelles iraniennes implantées dans le pays.

  • 25 « Mbyllet shkolla që financohej nga Irani në Tiranë » [L’école financée par l’Iran à Tirana a été f (...)
  • 26 Voir le site de Firdeusi, en ligne : http://firdeusi.umb.edu.al/ (consulté en mai 2020).

17Dans le domaine de l’éducation, le gouvernement iranien s’est efforcé de créer différentes écoles et universités directement liées à la fondation Saadi Shirazi. Ainsi, le Kolegji Saadi, un établissement d’enseignement primaire et secondaire, a été fondé au début des années 2000 à Tirana25 ; il peut dispenser des cours à près de 150 élèves. Au niveau supérieur, la formation des étudiants devait prise en charge par une nouvelle organisation, l’Institut Firdeusi26, qui devait être formé par la fondation Saadi Shirazi et le Kolegji Barleti (une université privée de Tirana). Le projet de l’Institut Firdeusi était d’offrir des cours de langue et culture persanes dans les bâtiments du Kolegji Barleti. Toutefois, ce projet n’a jamais vu le jour en raison de l’absence effective de fonds et de ressources.

  • 27 Voir le site de la Revista Perla, en ligne : https://www.revistaperla.al (consulté en mai 2020).
  • 28 Schimmel Anne Marie, « Al Hallaj, martiri i dashurisë mistike » [Al Hallaj, le martyr de l’amour m (...)

18Dans le domaine éditorial, l’Iran a créé un réseau de fondations qui s’occupent de publications diverses. La fondation Saadi Shirazi s’occupe principalement de la publication de Perla, une revue consacrée aux relations historiques, culturelles et sociales entre l’Iran et l’Albanie27, publiée depuis 1996. Le directeur de la rédaction est un professeur iranien, Seyed Ahmad Hosseini Alast, tandis que les autres membres du comité de rédaction sont des membres de l’académie albanaise ou des spécialistes de la culture et de la religion. La revue comprend officiellement les sections suivantes : relations Albanie-Iran ; iranologie ; albanologie ; études orientales ; recensions ; nécrologies ; culture. Certains numéros incluent des traductions d’articles écrits par d’éminents professeurs occidentaux d’islamologie, comme Annemarie Schimmel28. Pendant les premières années, la revue a été publiée au format papier et distribuée dans les bibliothèques du pays. Aujourd’hui, Perla est publiée seulement au format digital sur le site internet officiel de la revue.

19Les réseaux iraniens ont également créé la Fondacioni Rumi29 qui publie des ouvrages sur des sujets religieux et théologiques. Ce sont généralement des traductions en albanais d’œuvres poétiques et philosophiques persanes célèbres, comme les anthologies de Sohrawardi et d’al-Fârâbî, ou des pamphlets sur des questions contemporaines, comme « Les femmes dans l’Islam ». Cette fondation travaille en partenariat avec l’Université al-Mustafa de Qom, en Iran. La Shoqata Flladi30, très active sur les réseaux sociaux, a publié un recueil de commentaires coraniques et des traductions de livres d’érudits musulmans contemporains, tels Seyyid Hasan Nasrullah, le secrétaire du Hezbollah au Liban, et l’Ayatollah Khomeyni. Enfin, mentionnons également une maison d’édition active pendant les années 1990, l’IRALB (combinaison des premières syllabes des mots « Iran » et « Albanie »), qui faisait surtout paraître des œuvres mineures d’auteurs albanais qui gravitaient autour de l’ordre bektashi ou soufi.

  • 31 Lakshman-Lepain Rajwantee, « Albanie : les enjeux de la réislamisation », dans Xavier Bougarel, Na (...)
  • 32 Konferenca Kombëtare Aleviane, Tiranë, IRALB, 1994, p. 1-40.
  • 33 Bria Gianfranco, « Post-Socialist Sufi Revival in Albania: Public Marginality or Spiritual Privatis (...)

20Le 11 avril 1994, la maison d’édition IRALB a ainsi publié les actes de la « Conférence Aleviane nationale » (Konferenca Kombëtare Aleviane) organisée par Cheikh Muamer, le chef du centre Halveti de Tirana, pour fédérer toutes les confréries soufies dans une seule organisation, le « Congrès Aleviane » (Kongres Aleviane), qui a été inauguré en septembre 199431. Ce projet visait à accompagner (voire à gérer) la reconstruction du culte soufi en Albanie en impliquant plusieurs cheikhs appartenant à différentes confréries. Les statuts du « Congrès Aleviane », qui ont fixé ses règles, ont également été publiés par l’IRALB32. Mais cette initiative n’a jamais atteint son objectif en raison des tensions dans le monde soufi albanais33.

  • 34 Ibid.
  • 35 Ibid.

21En parallèle, l’ambassade iranienne a cherché à établir des formes de collaboration avec diverses confréries soufies. Tout d’abord, avec la confrérie Rifaiyya de Tirana, dirigée par le Cheikh Qemaliduin Reka, petit-fils du célèbre Cheikh Mustafa Reka34. Cette confrérie a une forte relation avec l’ambassade iranienne qui a probablement financé la reconstruction de sa tekke35. En 2014, l’ambassadeur iranien et sa délégation ont participé à la célébration de la âshûrâ dans une autre tekke, celle du Cheikh Rustemi de la Halvetiyya de Dürres. Par ailleurs, il semble que le gouvernement iranien ait eu des contacts avec d’autres cheikhs car, au cours de nos séjours de recherche, nous avons pu observer des icônes chiites et des photos de l’ayatollah Khomeini dans différentes tekke, comme celle du Cheikh Ali Hormova près de Gjirokastër.

  • 36 Bria Gianfranco, Mayerà Gustavo, « The Alide Iconography between Theological Debate and Popular Pie (...)
  • 37 Ibid.
  • 38 Bria Gianfranco, « Celebrating Sultan Nevruz: Between theological debate and multi-framed practice (...)
  • 39 Clayer Nathalie, « L’islam balkanique aujourd’hui entre science et recherche de valeurs », dans Gér (...)

22La communauté bektashi a établi plusieurs lignes de coopération avec l’ambassade iranienne. Le signe le plus visible de ce soutien est l’importation massive d’icônes chiites représentant Ali, les douze Imams, Hasan et Husayn36. Celles-ci ont été répandues dans tous les lieux de culte bektashi et distribuées ou vendues aux fidèles en tant qu’objets bénis et sacrés37. Les membres de l’ambassade iranienne participent aux différents événements organisés par les Bektashi comme le Nevruz et l’âshûrâ38. Toutefois, la communauté bektashi a toujours maintenu son autonomie idéologique et organisationnelle. À travers leurs actions de communication, les dirigeants bektashi ont cherché à se distancer publiquement de l’islam radical et fondamentaliste, y compris celui de l’Iran, pour souligner leur identité progressiste et démocratique, en tant que « troisième voie » entre l’islam et le christianisme39.

  • 40 Endresen Cecilie, « Faith, Fatherland or Both? Accommodationist and Neo-Fundamentalist Islamic Disc (...)
  • 41 Clayer Nathalie, « God in the “Land of the Mercedes”: The Religious Communities in Albania since 19 (...)
  • 42 Öktem Kerem, New Islamic actors after the Wahhabi intermezzo: Turkey’s return to the Muslim Balkans(...)

23Ces activités sont toutefois restées limitées à la sphère culturelle, sans jamais parvenir à créer de véritable mouvement politique ni à rassembler un nombre important de prosélytes. La stratégie politique de l’Iran a probablement été entravée également par la rivalité40 avec les différents acteurs musulmans41 qui opèrent dans les domaines religieux et culturel albanais, principalement des fondations et des organisations gouvernementales d’Arabie saoudite, de Turquie et d’autres pays du Moyen-Orient. L’Arabie saoudite a par exemple financé la construction de mosquées et d’écoles, tout en offrant des bourses d’études aux jeunes Albanais. La Turquie, quant à elle, s’est investie dans la sphère éducative au cours des années 200042.

  • 43 Bria, « Post-Socialist Sufi Revival in Albania », art. cité.
  • 44 Clayer Nathalie, Aux origines du nationalisme albanais, Paris, Karthala, 2007.
  • 45 Bria, « Post-Socialist Sufi Revival in Albania », art. cité.
  • 46 Endresen, « Faith, Fatherland or Both? », art. cité.
  • 47 Lakshman-Lepain, « Albanie : les enjeux de la réislamisation », art.cité.
  • 48 Selon Račius, appliquée à l’Europe du Sud-Est post-communiste, la dynamique de sécurisation oscille (...)

24L’islam iranien chiite – comme l’islam salafiste dans une large mesure – n’a pas réussi à percer auprès des Albanais du fait du caractère essentiellement laïc de l’identité nationale albanaise, impliquant la subordination de l’identité religieuse à l’identité ethnique et linguistique. En effet, bien que l’Albanie soit un pays à majorité islamique (environ 65 % de la population), pour de nombreux Albanais la religion est une affaire privée, ou plutôt secondaire par rapport à l’appartenance nationale, voire un résidu archaïque du passé ou une sorte de superstition dépassée par le progrès et la science43. Cette attitude, qui découle du discours nationaliste né à l’époque du mouvement d’indépendance nationale (Rilindja)44, a été amplement élaborée et sublimée à l’époque socialiste par les politiques antireligieuses et la propagande athée de l’État socialiste, qui ont réussi à enraciner le sentiment national et l’idéologie marxiste dans les sociétés. Ainsi, la sécularisation de l’État et la sublimation de certains traits nationalistes séculiers ont favorisé le développement d’une attitude critique à l’égard de la religion, pouvant parfois mener à des conflits ouverts avec certaines règles religieuses45. L’islam est considéré comme une religion nationale, mais potentiellement dangereuse et fanatique : ainsi, à la fin des années 1990, le débat politique s’est focalisé sur le danger d’un islam étranger de matrice arabe46. Au début des années 2000, à la suite des événements du 11 septembre 2001, le gouvernement (notoirement pro-américain depuis la chute du mur) et certaines autorités religieuses ont développé une approche sécuritaire vis-à-vis de l’islam, en prenant leurs distances par rapport à toute forme potentielle de fanatisme47 y compris l’islam iranien, souvent qualifié de fanatique et de dangereux par la propagande américaine48. Cette double dynamique, à savoir la sécularisation de l’État et le scepticisme religieux postsocialiste, a minimisé les instances expansionnistes de la propagande chiite iranienne (tout comme celles d’autres missionnaires islamiques).

  • 49 Bougarel, « The role of Balkan Muslims », art. cité.
  • 50 Campbell Jonathan, Mullikin Nicholas, « Albania and NATO’s “Open Door” Policy: Alliance Enlargement (...)
  • 51 Metushaj Mirela, « Geopolitics of Albania in the Balkans after NATO Membership », Academic Journal (...)
  • 52 Armillotta Giovanni, « L’Organizzazione della Conferenza Islamica e la presenza dei paesi musulmani (...)
  • 53 Mazhar Muhammad Saleem, Goraya Naheed, « Geneva Deal: Beginning of a New Era between Iran-US Relati (...)

25Une autre raison de cet insuccès, probablement la principale, doit être cherchée dans la stratégie géopolitique des États-Unis qui, depuis la fin des années 1990, utilisent leur forte présence dans la région pour entraver l’expansion des réseaux islamiques radicaux, y compris le réseau iranien49. Le 11-Septembre n’a fait qu’accentuer cette tendance, ce qui a obligé l’Iran à opérer de façon plus discrète. Toutefois, l’alignement de l’Albanie sur les politiques atlantiques remonte aux années 1990 : en 1992, le pays a rejoint le projet de « Partenariat pour la paix » de l’OTAN50 et, depuis, le gouvernement albanais a progressivement rejoint certaines positions pro-américaines, comme lors de son entrée dans l’OTAN en 200951. Cependant, l’Albanie a toujours été et demeure un pays à cheval entre l’Est et l’Ouest, qui n’hésite pas à entretenir des relations avec des partenaires orientaux, voire islamiques : en 1992, le pays a également adhéré à l’Organisation de la coopération islamique (OCI)52. Dans le même esprit, les gouvernements albanais ont maintenu des relations cordiales avec la mission diplomatique iranienne installée dans le pays depuis le début des années 1990. Le gouvernement américain a pour sa part toléré la présence marginale de l’Iran en Albanie, malgré la politique agressivement anti-iranienne de l’administration Bush de 2001 à 200953. Cependant, au début des années 2010, l’évolution des arrangements géopolitiques au Moyen-Orient et une série de mesures prises par les États-Unis ont modifié la position de l’Iran en Albanie de manière décisive.

La césure : l’arrivée des MEK

  • 54 Progonati, « The Balkan Region », art. cité.

26Les premiers signes du déclin des relations déjà faibles entre l’Iran et le gouvernement albanais sont apparus en 2012, lorsqu’Israël – notoirement opposé à l’Iran – a ouvert sa mission diplomatique à Tirana. L’événement a été marqué par la signature de plusieurs accords commerciaux entre les deux pays en vue d’une série d’investissements en Albanie. À cette occasion, Sali Berisha, ancien Premier ministre albanais, a déclaré dans un discours que « l’État iranien [était] similaire à l’État nazi » afin d’afficher sa proximité avec Israël tout en prenant ses distances avec l’Iran54.

  • 55 Il faut préciser que le gouvernement albanais accueillait déjà des réfugiés des États-Unis : en 200 (...)

27Un an plus tard, en 2013, a eu lieu le principal événement qui a modifié l’ordre diplomatique et politique jusqu’alors en vigueur en Albanie : l’arrivée en terre albanaise de 210 membres du groupe de Moudjahidines du peuple iranien (Mojahedin-e-Khalq – MEK) en tant que réfugiés reconnus par le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), grâce à l’accord que Sali Berisha55 a signé avec les États-Unis, l’ONU et les MEK.

  • 56 Cohen Ronen, The rise and fall of the Mojahedin Khalq, 1987-1997: Their survival after the Islamic (...)
  • 57 Ibid.
  • 58 Cohen Ronen, « The Mojahedin-e Khalq versus the Islamic Republic of Iran: From war to propaganda an (...)

28Le mouvement des MEK a été créé en 1963 en opposition au Shah et à ses politiques d’occidentalisation. En 1979, sous la conduite de leur leader, Massoud Radjavi, ils ont participé à la révolution islamique, même si l’idéologie qui les caractérisait – une combinaison singulière d’islamisme, de féminisme et de marxisme – était, dès cette époque, peu compatible avec celle des ayatollahs chiites. Rapidement, dans l’Iran postrévolutionnaire, un violent affrontement s’est produit entre l’État théocratique de Khomeini et les MEK56. L’intensification de cet affrontement a contraint les MEK à se disperser et à émigrer. Beaucoup se sont réfugiés à Paris en 1981, où ils ont fondé le Conseil national de la résistance iranienne (CNRI), la direction générale et l’organe politique des MEK, profitant de la politique d’accueil du président François Mitterrand. En 1986, les dialogues diplomatiques entre la France et l’Iran sur la libération des otages de Beyrouth ont conduit à l’expulsion de Radjavi et des MEK de France57. Par la suite, les MEK ont été accueillis par Saddam Hussein en Irak et ont participé à la guerre contre l’Iran. Ils se sont installés par milliers dans un camp, appelé Ashraf, d’où ils ont poursuivi leurs actions contre l’État iranien en recevant le soutien logistique et financier de Saddam Hussein. En 1997, en raison de leur proximité avec le dictateur irakien, les MEK ont été inscrits sur la liste des organisations terroristes mondiales par les États-Unis (qui, par là même, comptaient également probablement montrer un signe d’ouverture envers l’Iran). En 2002, c’est à l’UE d’inscrire les MEK sur la liste des organisations terroristes mondiales. Cependant, au fil des ans, certains pays occidentaux ont montré des signes d’ouverture à l’égard des MEK : c’est le cas, par exemple, de la France qui, en 1993, a permis à la nouvelle présidente élue du CNRI (Maryam Radjavi, la compagne de Massoud) et à deux cents autres membres des Moudjahidines d’entrer dans le pays et d’établir leur nouveau siège à Paris58. La France n’a cependant pas autorisé l’accueil de tous les MEK mais seulement du CNRI, c’est-à-dire de sa direction générale, afin d’éviter des épisodes violents sur son territoire.

  • 59 Goulka Jeremiah et al., The Mujahedin-e Khalq in Iraq: A Policy Conundrum, Santa Monica, Rand Natio (...)

29Suite à l’invasion américaine de l’Irak en 2003, les MEK ont été attaqués par le contingent américain qui les considérait comme un groupe terroriste. Plus tard, en raison de l’absence de preuves d’actes terroristes, un certain débat (lié également à la stratégie de lutte anti-iranienne) s’est engagé autour des MEK. Après la chute de l’État de Saddam Hussein, les voix en faveur des MEK se sont multipliées, si bien que le camp d’Ashraf a été placé sous protection de la Convention de Genève59.

  • 60 Ibid.

30En 2003, Massoud Radjavi a disparu dans des circonstances mystérieuses en Irak. La même année, Maryam Radjavi a été arrêtée à Auvers-sur-Oise par la police française pour financement d’actes de terrorisme. L’enquête n’a cependant jamais abouti et Maryam Radjavi a été remise en liberté, ce qui illustre l’ambiguïté des institutions françaises. Pour leur part, les États-Unis avaient probablement l’intention d’utiliser les MEK comme un rempart naturel contre l’ingérence iranienne dans la région. Les MEK ont également cherché, à travers leur propagande intense, à se présenter au monde occidental comme un groupe d’opposition légitime à l’État iranien, qualifié de tyrannique et de fanatique60. Ainsi, en 2009, l’UE a retiré les MEK de sa liste des organisations terroristes, suivie par les États-Unis en 2012.

  • 61 Cohen Ronen, « The Triple Exclusion of the Mojahedin-e Khalq Organization. Their activities for hum (...)

31Malgré le soutien offert par le gouvernement américain, de 2009 à 2012, les MEK ont souffert d’une série d’affrontements politiques avec le gouvernement irakien et de quelques incursions militaires imputées à l’État iranien, qui ont compromis la sécurité du camp d’Ashraf. En 2013, l’assassinat de 53 Moudjahidines a attiré l’attention de la communauté internationale et notamment de l’ONU, qui a condamné l’attentat61. L’instabilité croissante dans la région à la suite de la guerre en Syrie a incité les États-Unis et l’ONU à trouver une nouvelle destination pour les MEK. C’est dans ces circonstances qu’est née, en 2013, l’idée de déplacer un certain nombre de MEK en Albanie, dans une opération qui semblait bénéfique pour tous les acteurs impliqués, sauf bien entendu l’Iran.

32Pour les MEK, l’Albanie était une zone libre où ils pouvaient évoluer en paix, sans avoir à subir la pression de l’État iranien ni les équilibres géopolitiques précaires de la région. Pour l’ONU, cette opération permettait de garantir la sauvegarde d’une communauté qui se trouvait dans une situation sécuritaire fragile. Pour les États-Unis, les véritables architectes de l’opération, l’installation des MEK en Albanie visait la marginalisation progressive de l’Iran dans la région. Le gouvernement albanais, pour sa part, savait que cette opération lui garantirait un certain crédit auprès de la communauté internationale occidentale, et notamment auprès des États-Unis.

  • 62 Besar Likmeta, « Albania’s Sanctuary Offer to Iranians Raises Eyebrows », Balkan Insight, 2013, en (...)
  • 63 Besar Likmeta, « UN Praises Albania Asylum Offer to Iranians », Balkan Insight, 2013, en ligne : ht (...)
  • 64 Besar Likmeta, « Iranian Opposition Activists Moved to Albania », Balkan Insight, 2013, en ligne : (...)
  • 65 Stevenson Struan, « Albania Deserves Credit for Saving Threatened Iranians », Balkan Insight, en li (...)

33Les déclarations de ces acteurs dans la presse sont venues confirmer leurs positions officielles à l’égard de cette opération. Ainsi, le président albanais, Sali Berisha, a publiquement déclaré : « Seules 210 personnes sont venues pour des raisons humanitaires […] ils sont les bienvenus et nous créerons toutes les conditions pour leur sécurité en Albanie62 ». En mars 2013, le Secrétaire général du HCR Guterres a déclaré être reconnaissant au gouvernement albanais63. En mai, le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies en Irak, Martin Kobler, a indiqué que le déplacement de 210 membres du MEK était la première étape du déplacement de tous les autres résidents du camp Hurriya64. Dans un communiqué de presse, Struan Stevenson, délégué du Parlement européen pour les relations avec l’Irak et coordinateur pour le changement démocratique en Iran, a déclaré que « l’Albanie mérit[ait] une reconnaissance internationale pour avoir fourni l’asile aux moudjahidines persécutés par le gouvernement iranien65 ». La rhétorique de la protection des droits de l’homme et des minorités persécutées a été adoptée pour justifier l’action des MEK auprès de l’opinion publique, mais également auprès d’autres puissances de l’ONU, notamment la Russie et la Chine qui entretiennent des relations privilégiées avec la République islamique iranienne.

  • 66 Formellement, ils jouissent du statut de réfugiés politiques des Nations Unies en tant que personne (...)

34Le gouvernement iranien, quant à lui, a perçu l’arrivée des MEK en Albanie comme un défi important à sa présence dans la région. Téhéran a vivement condamné le déplacement de moudjahidines, considérés comme des terroristes ; en même temps, l’ambassade d’Iran a officiellement déclaré ne pas partager le choix du gouvernement albanais mais vouloir offrir tout le soutien possible aux MEK pour les services consulaires. En mai 2013, grâce au soutien de l’ONU66, 210 MEK ont été accueillis dans des appartements à Tirana. Ce n’était que le premier d’une série de contingents de moudjahidines destinés à s’installer en Albanie.

  • 67 Edi Rama, né le 4 juillet 1964 à Tirana, est un homme politique albanais, Premier ministre depuis l (...)
  • 68 Selon Pamela Dockins de Voice of America, « après sa visite en Albanie, le 14 février 2016, le secr (...)

35L’élection d’un nouveau Premier ministre, Edi Rama67, remplaçant Berisha en 2013, n’a pas changé la position du gouvernement albanais sur l’accueil des moudjahidines et la politique pro-américaine du pays. Le nombre de membres des MEK arrivant en Albanie a continué d’augmenter. En août 2016, l’agence de presse FARS a signalé que 155 membres des MEK étaient arrivés en Albanie, portant le nombre total de moudjahidines à 676. Quelques mois auparavant, en février 2016, le journal Voice of America avait écrit que le nombre total de moudjahidines serait porté à 3 000 d’ici la fin de l’année68. En 2016, les MEK ont acheté le campus et les bâtiments d’une ancienne université privée, la Vitrina Universiteti, fermée par le gouvernement albanais.

  • 69 Il s’agit d’une information confidentielle fournie par une journaliste lors d’un entretien réalisé (...)
  • 70 Pour un reportage, bien que biaisé, sur la construction du camp, voir Stevenson Struan, Ashraf III. (...)

36Un an plus tard, en 2017, les dirigeants des moudjahidines, avec le soutien de l’ambassade américaine et du gouvernement albanais, ont décidé d’établir leur nouveau siège en Albanie. Selon Agron, un journaliste albanais qui a mené des recherches sur le sujet, en 2017, une organisation non gouvernementale fondée par les moudjahidines, appelée « Fara », a acheté trente hectares de terrain dans la municipalité de Manis, près de Dürres, pour construire un nouveau camp pour les moudjahidines69. Le projet initial prévoyait la construction d’un ensemble composé de bâtiments et d’espaces ouverts, appelé Ashraf III70. La construction de ce camp n’est pas encore terminée mais, à partir de 2018, la plupart des moudjahidines qui étaient auparavant à Tirana s’y sont installés. Sur les images satellitaires et aériennes, il est possible d’identifier différents bâtiments mais il n’est pas possible de savoir quelles activités s’y déroulent. Certains bâtiments sont probablement résidentiels alors que d’autres sont entièrement dédiés à d’autres activités.

  • 71 Kannaby, Kholifatus, Radityo, « The Role of the Media in Enhancing Public Awareness », art. cité.
  • 72 Voir la page de l’association Habilian en ligne : https://www.habilian.ir/al/ (consulté en mai 2020 (...)
  • 73 Alghurabi Reza, « A është rikthyer MEK në fazën e saj ushtarake-terroriste? » [Les MEK sont-ils rev (...)
  • 74 « Why are the Iranian Mojahedeen keeping Somayeh Mohamadi hostage in Albania? », YouTube, en ligne  (...)
  • 75 « Grupi terrorist MEK, mjet shfrytëzimi i Amerikës » [Le groupe terroriste MEK, un outil d’exploita (...)

37La création du camp Ashraf III peut être considérée comme l’acte final d’une stratégie de déploiement progressif des moudjahidines en Albanie visant à marginaliser l’Iran dans la région. Consciente de cela, l’ambassade iranienne a protesté contre l’implantation des MEK, essayant de les discréditer par une propagande agressive les qualifiant de terroristes71. Certains sites internet iraniens accusent les MEK de diverses atrocités et d’actes terroristes dans des articles en langue albanaise. Une ONG irano-albanaise, « Habilian Association », a notamment publié des pages en albanais dans lesquelles elle se présente comme une association non gouvernementale qui défend les droits humains des Iraniens victimes du terrorisme72. Cette organisation a été fondée en 2005 par des proches des victimes des attentats terroristes des moudjahidines. Massoud Heidari, membre de l’association Habilian, a déclaré vouloir avertir les albanais à propos des MEK : « Nous avons décidé, sous notre responsabilité, d’avertir les médias albanais de ce danger, notamment de la capacité de ce groupe à corrompre les politiciens et à mener des activités de nature criminelle73 ». Ces réseaux iraniens ont également créé une chaîne YouTube en albanais, appelée « Impakt », proposant des interviews d’anciens membres et de victimes des moudjahidines74. En juillet 2016, l’Iran a lancé un nouveau journal, Pars Today, disponible en albanais et dans 24 autres langues, qui fait partie de la société de médias de la République iranienne. En juillet 2018, Pars Today publiait un article intitulé « Le soutien au terrorisme des MEK mine la crédibilité des États-Unis75 ». Le site du journal contient également plusieurs articles dénonçant certains membres des MEK, décrits comme un groupe terroriste.

  • 76 « Linda Chavez: The Iranian regime is a threat to the Middle East », IRAN Probe, 2017, en ligne : h (...)
  • 77 Mejdini Fatjona, « Iran Launches Albanian Media to Target Dissident Exiles », Balkan Insight, 2017, (...)

38Les moudjahidines ont répondu à ces attaques par le biais d’une contre-propagande, souvent soutenue par des représentants du gouvernement américain. Sur le site « Iran Probe » – probablement géré par les MEK –, Linda Chavez, représentante américaine de la Commission des droits de l’homme des Nations Unies, qui s’est rendue en Albanie en février 2017, a clairement déclaré que ces articles contre les MEK étaient le produit de la propagande iranienne76. D’après elle, cette campagne de désinformation a pour objectif de compliquer la vie des moudjahidines en Albanie ; aussi, a-t-elle affirmé espérer que les Albanais ne collaboreraient pas avec cet État « misogyne » (i.e. la République iranienne) qui continue à opprimer ses citoyens. Elle a rappelé que les MEK ont obtenu le statut de réfugiés en Albanie et qu’ils s’intègrent lentement à la société albanaise77.

  • 78 Entretien personnel, août 2019.
  • 79 Ces documents ont été fournis lors d’une rencontre officielle avec M. Amit Ali Taghikhani à l’ambas (...)

39L’ambassade d’Iran a répondu n’avoir aucun lien avec ces sites internet ; un diplomate a ainsi déclaré : « Nous menons nos travaux conformément à nos fonctions diplomatiques et par le biais de bonnes relations avec le gouvernement albanais ; nous ne savons rien de cette chaîne YouTube78. » L’ambassade iranienne à Tirana propose néanmoins une propagande anti-MEK à travers des livres illustrés qui sont distribués dans ses propres réseaux. Lors d’un rendez-vous en août 2019, un membre de la délégation iranienne, Amit Ali Taghikhani, a présenté deux ouvrages en anglais, tous deux contre les moudjahidines, dont les introductions annoncent l’objectif de montrer la nature terroriste des MEK, reconnus comme un groupe terroriste par les États-Unis79. Le premier s’intitule Le terrorisme du Conseil national de la résistance iranienne : d’après cet ouvrage, les moudjahidines ont caché « leur nature malveillante et leurs visées terroristes en Europe, et continuent d’organiser des initiatives frauduleuses visant à corrompre les gouvernements locaux ». Il revient également sur l’histoire du mouvement pour expliquer comment celui-ci a trahi les finalités de la révolution iranienne pour poursuivre les objectifs égoïstes de ses fondateurs terroristes. Le deuxième ouvrage s’intitule Un jeu dangereux. Le terrorisme caché ; il rassemble des articles de la presse iranienne mais également internationale décrivant les attaques terroristes des MEK. Il comprend également plusieurs photos, les témoignages de victimes des attaques ainsi qu’une présentation détaillée des dirigeants du NRCI, expliquant comment ils ont participé à diverses actions terroristes.

  • 80 Mejdini, « Iran Launches Albanian Media », art. cité.
  • 81 « Rouhani calls for strong ties with Albania », Tehran Times, 2015, en ligne : https://www.tehranti (...)

40L’Iran, bien que consciente de la connivence des Albanais avec les manœuvres géopolitiques américaines, n’a jamais attaqué directement le gouvernement albanais. Parallèlement, Tirana n’a jamais démenti son soutien aux moudjahidines, tout en maintenant une relation ambiguë avec l’Iran. En juillet 2016, plusieurs politiciens albanais ont pris part à l’événement « Iran libre » organisé par les MEK à Paris80. En janvier 2017, le ministre des Affaires étrangères albanais, Dimitri Bushati, a rencontré le ministre iranien des Affaires étrangères et le président iranien Hassan Rouhani lors d’une visite officielle en Iran pour tenter de renforcer les formes de coopération culturelle et économique81. La réunion a été organisée par l’ambassade d’Iran à Tirana, qui a également invité des universitaires, des journalistes et d’autres acteurs du monde économique albanais. En avril 2018, une réunion conjointe des Unions des chambres de commerce albanaise et iranienne a eu lieu à l’hôtel International de Tirana. Cette réunion a été organisée par le ministère albanais des Affaires étrangères et l’ambassade iranienne afin d’intensifier les échanges économiques entre les deux pays. Toutefois, aucun accord commercial officiel n’a été signé, mais seulement des accords privés concernant le commerce alimentaire.

La rupture diplomatique entre l’Iran et l’Albanie

  • 82 Rusta Arsen, « Dëbimi i ambasadorit iranian, SHISH zbuloi në mars dy agjentë iranianë, të maskuar s (...)
  • 83 Erebara Gjergj, « US Praises Albania for Expeling Iranian Diplomats », Balkan Insight, 2018, https: (...)

41Une rupture nette entre l’Iran et l’Albanie a eu lieu le 20 décembre 2018, lorsque le Premier ministre albanais Edi Rama a décidé d’expulser l’ambassadeur iranien Gholam Hossein Mohammadnia et son collaborateur, devenus personae non gratae, en raison des activités terroristes qu’ils auraient menées sur le territoire albanais à l’encontre des MEK82. Selon des sources albanaises, l’Iran aurait planifié une attaque lors du match de football Albanie-Israël de 2016, au cours duquel des dizaines de personnes (albanaises) ont été arrêtées. Cependant, le gouvernement de Tirana n’a jamais précisé la nature des activités terroristes menées par l’ambassadeur iranien. Le président américain Donald Trump et d’autres hauts responsables américains ont immédiatement félicité Edi Rama. Dans une note officielle, Trump a publiquement remercié Rama d’« avoir évité que l’Iran continue de mener ses activités dangereuses dans le monde », en ajoutant que « l’expulsion de l’ambassadeur d’Iran de votre pays souligne nos efforts conjoints pour prouver que chaque action terroriste en Europe et dans le monde aura des conséquences graves83 ». Cette lettre a ensuite été publiée sur le site de l’ambassade des États-Unis en Albanie. Le ministre iranien des Affaires étrangères a dénoncé la décision de Tirana d’expulser les deux diplomates, l’attribuant à la pression exercée sur le gouvernement albanais par les États-Unis en lien avec les groupes terroristes anti-iraniens sur le territoire albanais.

  • 84 « Police identifies Iranian terrorists operating inside Albania », Tirana Times, 2019, en ligne : h (...)

42La position presque hostile du gouvernement albanais envers l’Iran a été confirmée par un autre événement en mars 2019, lorsque deux journalistes iraniens invités par le chef bektashi Baba Mondi, identifiés comme Seyed Mohammad Alavi Gronabadi (59 ans) et Firouz Bagher Nezhad Zenjabi (65 ans), ont été expulsés du pays lors de la célébration du Nevruz au siège de la communauté betkashi à Tirana84. Les deux détenus ont été relâchés après un court interrogatoire puisqu’il n’y avait aucune charge contre eux.

  • 85 « Il modo di trattare gli scagnozzi e i terroristi del regime iraniano » [La manière de traiter les (...)

43Le NRCI et l’ex-député européen et coordonnateur pour le changement démocratique en Iran, Struan Stevenson, ont publié un communiqué de presse dans lequel ils ont déclaré que les services secrets iraniens auraient planifié de faire exploser une bombe pendant le Nevruz afin de nuire aux membres des MEK à Tirana. Sur leur site officiel, les MEK ont dénoncé le fait que « l’Iran utilise ses ambassades pour perpétrer des actes terroristes en Europe85 », ajoutant que, depuis que les MEK sont en Albanie, « l’ambassade a étendu ses activités diplomatiques et doublé le nombre de fonctionnaires ».

  • 86 « Policia njofton zbulimin e një celule terroriste iraniane në Shqipëri, asnjë i arrestuar » [La po (...)

44Le 23 octobre 2019, la police albanaise a déclaré avoir identifié plusieurs membres du Corps des Gardiens de la Révolution Islamique (Sepāh-e Pāsdārān-e Enghelāb-e Eslāmi, ou Pasdaran) ayant créé une « cellule terroriste active » en Albanie pour attaquer les militants des MEK. La police n’a pas fourni de détails sur cette opération86. Une autre aggravation des tensions s’est produite en novembre 2019 lorsque le gouvernement albanais a participé directement à l’opération « Sentinelle ». Il s’agit d’une mission navale conduite avec les États-Unis, le Bahreïn, l’Arabie saoudite, le Royaume-Uni et l’Australie qui visait à prévenir les agressions iraniennes contre les pétroliers et les bateaux marchands dans le Golfe et la mer d’Arabie. À l’époque, les autorités iraniennes étaient accusées de mener des opérations militaires utilisant des drones contre des pétroliers saoudiens dans le Golfe. Cette escalade a conduit au bombardement iranien d’une base militaire américaine en Irak, auquel les États-Unis ont répondu en tuant, le 3 janvier 2020, le célèbre général Qassem Soleimani.

  • 87 Alfaisal Leen, « Albania deports two Iranian diplomats citing “serious threat” », Al-Arabiya, 2020, (...)
  • 88 « Dëbimi i diplomatëve iranianë, DASH: Përgëzojmë Shqipërinë, po planifikonin sulm terrorist » [Exp (...)

45Le 16 janvier 2020, le gouvernement albanais a expulsé un membre de l’ambassade d’Iran à Tirana, Mohammed Peimanemati, ainsi que l’envoyé culturel iranien en Albanie, Seyed Ahmad Hosseini, qui avait été en contact avec le général Soleimaini, tué le 3 janvier par les États-Unis87. John Bolton, conseiller à la sécurité nationale de Trump, a déclaré dans un tweet adressé aux autorités iraniennes que leur soutien au terrorisme ne serait plus toléré88. Cette initiative a été prise suite à une déclaration de l’ayatollah Khamenei condamnant un pays européen, qualifié de « petit et diabolique », pour son opposition à l’État iranien (l’Albanie donc).

46L’ambassade iranienne a dénoncé la pression des États-Unis sur le gouvernement albanais et l’action terroriste des MEK. Cependant, le poids de la présence iranienne sur le territoire albanais est désormais fortement réduit. Après cet incident, la mission diplomatique est restée sans ambassadeur en chef. L’un des députés de la délégation, Amit Ali Taghikhani, a assuré la direction de l’ambassade et tous les citoyens iraniens qui ne disposaient pas de protection diplomatique sont partis. Dans ce climat politique et médiatique, le gouvernement iranien a décidé d’adopter une stratégie de grande discrétion, mais les activités diplomatiques demeurent affectées par la pression politique actuelle. Amit Ali Taghikhani, lors d’un entretien en août 2019, déclarait ainsi :

  • 89 Entretien personnel, août 2019.

Les États-Unis et les moudjahidines attaquent l’Iran, qui est un pays merveilleux, où les gens vivent en paix […] Nous avons toujours eu de bonnes relations avec le gouvernement albanais, mais depuis que les MEK sont arrivés, tout a changé [...] Rares sont ceux qui savent qu’il s’agit d’un groupe terroriste qui tue des gens et commet de nombreux actes déplorables. Ils ont tué des personnes et ils n’ont aucun scrupule. Ce n’est pas la faute de l’Albanie mais, malheureusement, la mystification des moudjahidines a corrompu les politiciens albanais [...] Mais nous sommes confiants, nous espérons que la situation va s’améliorer89.

  • 90 « Live Updates: Annual Free Iran Conference at the MEK’s Headquarters in Albania », NCRI, 2019, en (...)
  • 91 Ibid.

47La réduction de la présence iranienne en Albanie est allée de pair avec un renforcement exponentiel de la présence des MEK, en termes d’effectifs mais, surtout, de leur influence politique. Depuis 2018, plusieurs figures politiques de divers pays occidentaux ont visité le camp d’Achraf III, essentiellement pour manifester leur soutien aux MEK90. L’ancien maire de New York et avocat personnel de Trump, Rudolph Giuliani, a visité plusieurs fois le siège des moudjahidines. Lors du discours de bienvenue, Giuliani a confirmé le soutien de la communauté internationale à la lutte contre le terrorisme international et à la défense de la démocratie qui est violée en Iran. Le 13 juillet 2019, plusieurs personnalités importantes ont participé à la conférence annuelle des MEK dans le camp d’Ashraf III : Rudolph Giuliani, l’ancien sénateur américain Robert Torricelli, le sénateur Joe Lieberman, l’ancien Premier ministre du Canada Stephen Harper, l’ex-ministre française de l’Intérieur et de la Défense Michèle Alliot-Marie, le député britannique Sir Alan Meal et d’autres encore. Des délégations italienne, britannique, européenne et française ont également pris part à cet événement. Les discours tenus lors de la conférence, qui a été ouverte par la fondatrice des MEK Maryam Radjavi, ont condamné les actes de terrorisme perpétrés par le gouvernement iranien contre les moudjahidines et contre ses propres citoyens. Lors de la conférence, Giuliani a également déclaré que « l’Albanie mérite le plus grand respect et notre reconnaissance pour l’accueil réservé aux moudjahidines et pour la lutte contre le terrorisme iranien91 ». John Bolton, également présent, a exprimé la solidarité du gouvernement américain avec les MEK, applaudissant l’Albanie et déclarant ouvertement la nature terroriste de certains cadres de la République islamique d’Iran.

48La présence de ces personnalités issues de différents pays, y compris européens, doit être vue comme l’adhésion d’une partie du monde politique occidental à la stratégie géopolitique américaine, ce qui n’est pas sans ambiguïtés. Un cas exemplaire est celui de la France qui, bien qu’elle ait tenté de jouer un rôle de médiateur entre l’Iran et l’Occident, s’est finalement alignée aux politiques anti-iraniennes des différentes institutions américaines. Il en va autrement de l’UE, qui n’est pas intervenue dans l’affaire MEK-Albanie, probablement afin de ne pas affecter les négociations complexes pour l’intégration de l’Albanie dans la Communauté, qui semblent actuellement au point mort. Les politiciens qui ont pris part à ces initiatives ont probablement été influencés par certains membres de l’administration Trump dans leur travail d’encerclement diplomatique de l’Iran.

  • 92 Terzi Giulio, « Pompeo’s visit to Brussels is an opportunity for a unified Iran strategy », Euracti (...)

49De plus, en exploitant la rhétorique des droits de l’homme et des minorités politiques opprimées, les États-Unis et leurs partenaires diplomatiques soutiennent la cause des MEK au niveau international en les présentant comme un cas humanitaire. Ils ont ainsi tenté d’affaiblir la position de l’Iran au sein de la communauté internationale. Déjà, le 13 février 2019, le secrétaire d’État américain Mike Pompeo rencontrait à Bruxelles plusieurs membres de la diplomatie de l’UE pour planifier une stratégie internationale de lutte contre le terrorisme. À cette occasion, Pompeo a également rencontré Giulio Terzi, ancien ministre italien des Affaires étrangères et membre du conseil consultatif de l’organisation « United Against Nuclear Iran », pour programmer une stratégie commune de lutte contre le terrorisme international et de protection des minorités, dont les MEK. Pompeo a également déclaré que la pression géopolitique sur l’Iran devait être renforcée pour empêcher le pays de mener ses activités terroristes dans le monde. Il a ainsi invoqué la mise en place de nouvelles restrictions économiques et commerciales contre l’Iran. Enfin, Pompeo a remercié le gouvernement albanais pour son soutien aux MEK. En avril 2019, Trump a ajouté les Pasdaran sur la liste noire des groupes terroristes internationaux, déclarant de facto le caractère terroriste de la République iranienne dans son ensemble92.

  • 93 Siragusa Marco, « Alta tensione tra Albania e Iran » [Haute tension entre l’Albanie et l’Iran], Mer (...)
  • 94 Ibid.

50La crise entre le gouvernement albanais et la République islamique iranienne a culminé le 7 septembre 2022, lorsque le Premier ministre Rama a demandé à tous les membres de l’ambassade iranienne de quitter le pays dans les 24 heures. Cette décision aurait été motivée par une attaque de pirates informatiques dont l’origine remonterait à la République iranienne. Edi Rama a pris cette décision après avoir présenté les « preuves irréfutables » d’une enquête conduite par les services secrets albanais, avec le FBI et Microsoft. Pour le Premier ministre albanais, la cyberattaque visait « la destruction de l’infrastructure informatique du gouvernement et la violation des systèmes de données et de communications93 ». Dans ces conditions, la rupture des relations diplomatiques entre les deux pays a été jugée « proportionnelle à la gravité et aux risques de la cyberattaque ». Les États-Unis et l’OTAN sont également intervenus directement dans cette affaire. Le secrétaire d’État américain à la sécurité, Jake Sullivan, a réaffirmé le soutien des États-Unis à l’Albanie. L’OTAN a également condamné fermement ces actes dans un communiqué de presse, dénonçant des « cyberactivités criminelles visant à déstabiliser et à menacer la sécurité d’un allié et à perturber les activités quotidiennes des citoyens94 ». Depuis lors, les relations entre les deux pays ont officiellement cessé.

Considérations finales

  • 95 Puri Samir, « The strategic hedging of Iran, Russia, and China: Juxtaposing participation in the gl (...)

51L’installation progressive des MEK en Albanie peut être considérée comme une stratégie géopolitique, commune aux administrations Obama, Trump et Biden, visant à marginaliser la présence iranienne dans la région, bien que ce soit probablement l’administration Trump qui ait le plus pesé sur l’exacerbation des tensions diplomatiques entre l’Iran et l’Albanie dans le cadre d’une stratégie plus large d’isolement géopolitique et diplomatique de l’État iranien sur le plan mondial. Les MEK sont considérés par les États-Unis comme des gatekeepers, en raison de leur propre vocation anti-iranienne. Cela a permis, dans le même temps, aux États-Unis et à l’ONU de résoudre les enjeux critiques qui touchaient désormais les camps des MEK en Irak, trop souvent au centre de tensions et d’attaques, et qui commençaient à attirer l’attention de l’opinion publique internationale. Bien que cette initiative soit officiellement née au sein de l’ONU, elle a été reçue sans véritable hostilité par les principaux partenaires internationaux de l’Iran, à savoir la Chine et la Russie95, probablement parce qu’ils reconnaissent la position de facto hégémonique des États-Unis en Europe du Sud-Est.

52Les deux gouvernements albanais consécutifs se sont révélés très dépendants de la politique étrangère américaine. Sali Berisha comme Edi Rama ont tenté d’obtenir le soutien américain dans l’affaire des MEK pour renforcer leur propre légitimité interne et internationale. Ces dernières années, après l’enthousiasme initial, Rama a régulièrement été accusé de favoriser une gestion de l’État autoritaire et contradictoire, tandis que plusieurs journalistes l’accusaient d’avoir transformé l’Albanie en un narco-État et que plusieurs ministres et politiciens ont été inculpés pour corruption. Le soutien américain représente dès lors un facteur important pour la stabilité du gouvernement Rama qui, parallèlement, tente d’adopter une stratégie pro-européenne permettant à l’Albanie de devenir membre de l’UE, et ce malgré les problèmes évidents de stabilité juridique et institutionnelle du pays, illustrés par les nombreuses arrestations de politiciens et par les enquêtes nationales et internationales sur le trafic de drogue en Albanie. L’affaire des MEK en Albanie a également suscité l’intérêt de certains politiciens européens souhaitant se rapprocher de la ligne américaine, démontrant la connivence de certains pays européens à l’égard de cette question. L’UE, tout en suivant la ligne politique atlantique, a condamné à plusieurs reprises les actes de répression et de violence de l’État iranien, mais n’a pas commenté l’affaire des MEK en Albanie, probablement en raison de ses implications intégrationnistes.

53Dès les années 1980, sans compter son intervention pendant la guerre en Bosnie-Herzégovine, l’État iranien a tenté de créer un réseau d’organisations dans les Balkans en mettant en œuvre des soft policies dans les domaines de la culture et de l’éducation. Suite aux incidents diplomatiques et aux attaques de propagande des MEK et de leurs alliés, le gouvernement iranien a cependant dû réduire sa présence sur le territoire albanais, abandonnant pour le moment toute velléité de construire un point d’appui diplomatique et économique dans les Balkans. Tout en veillant à faire profil bas, Téhéran doit subir les attaques conjointes continues des MEK et du gouvernement albanais, alignés aux positions des États-Unis qui veulent maintenir leur position hégémonique dans les Balkans et expulser de la région l’un de leurs meilleurs ennemis, à savoir l’Iran. Cela montre que les États-Unis considèrent les Balkans comme une zone géopolitiquement stratégique, probablement afin de contrebalancer aussi bien l’expansionnisme russe (qui s’est déjà manifesté dans le cas de la Crimée) que la politique néo-impérialiste (le « néo-ottomanisme ») de la Turquie d’Erdoğan. Bien que le gouvernement de Téhéran ait diversifié ses engagements dans les Balkans – par exemple en établissant des conventions commerciales avec la Roumanie et la Bulgarie et en maintenant des relations politiques et diplomatiques cordiales avec la Serbie –, ses positions dans les Balkans évoluent malgré tout vers une marginalisation progressive, notamment en Albanie (et au Kosovo), où les pressions de la politique étrangère américaine sont de plus en plus marquées.

Haut de page

Notes

1 Bieber Florian, Tzifakis Nikolaos, « The Western Balkans as a Geopolitical Chessboard? Myths, Realities and Policy Options », Myths, Realities and Policy Options, BiEPAG Policy Brief June, 2019, p. 5-30 ; Panagiotou Ritsa, « The Western Balkans between Russia and the European Union: Perceptions, reality, and impact on enlargement », Journal of Contemporary European Studies, vol. 29, no 2, 2019, p. 219-233 ; Pastore Ferruccio, « From Source to Corridor: Changing Geopolitical Narratives about Migration and EU-Western Balkans Relations », Journal of Balkan and Near Eastern Studies, vol. 21, no 1, 2019, p. 11-26 ; Gasmi Gordana, Dragan Prlja, « European path of the Western Balkans region – Normative aspects and geopolitical factors », Regional Law Review: Collection of Papers from the First International Scientific Conference, 2020, p. 59-75.

2 Bieber, Tzifakis, « The Western Balkans », art. cité ; Panagiotou, « The Western Balkans », art. cité.

3 Vangeli Anastas, « China: A new geo-economic approach to the Balkans », dans Florian Bieber, Nikolaos Tzifakis (dir.), The Western Balkans in the World. Linkages and Relations with Non-Western Countries, Basingstoke, Routledge 2020, p. 205-224 ; Vračić Alida, « Turkey’s Role in the Western Balkans », Stiftung Wissenschaft und Politik, vol. 11, 2016, p. 31-43 ; Bechev Dimitar, « Russia: Playing a weak hand well », dans Florian Bieber, Nikolaos Tzifakis (dir.), The Western Balkans in the World. Linkages and Relations with Non-Western Countries, Basingstoke, Routledge, 2020, p. 187-204.

4 Ozturk Ahmet Erdi, Religion, Identity and Power: Turkey and the Balkans in the Twenty-First Century, Édimbourg, Edinburgh University Press, 2021.

5 Milner Helen, Dustin Tingley, « The choice for multilateralism: Foreign aid and American foreign policy », The Review of International Organizations, vol. 8, no 3, 2013, p. 313-341.

6 Soltani Fakhreddin, Reza Ekhtiari Amiri, « Foreign policy of Iran after Islamic revolution », Journal of Politics and Law, vol. 3, no 2, 2010, p. 199-205 ; Zarif Mohammad Javad, « What Iran really wants: Iranian foreign policy in the Rouhani era », Foreign Affairs, vol. 93, no 3, 2014, p. 49-59.

7 Voir Akbarzadeh Shahram, Dara Conduit (dir.), Iran in the world: President Rouhani’s foreign policy, New York, Springer, 2016.

8 À l’heure actuelle, nous ne pouvons que mentionner Kannaby Ahmad Haibat, Kholifatus Saadah, Radityo Dharmaputra, « The Role of the Media in Enhancing Public Awareness. The Transfer of Iranian Mojahedin-e Khalq (MEK) Members from Iraq’s Ashraf Camp to Albania », dans Myrtati et al. (dir.), Proceedings of the International Post-Graduate Conference on Media and Communication, Surabaya, Universitas Airlangga Press, 2017, p. 463-466.

9 Pugliese Matteo, « L’Iran nei Balcani » [L’Iran dans les Balkans], Limes, rivista italiana di geopolitica, vol. 6, 2015, p. 1-8.

10 Ibid.

11 Bardos, « Iran in the Balkans », art. cité.

12 Bougarel Xavier, « The role of Balkan Muslims in building a European Islam », EPC Issue Paper, no 43, 2005, p. 1-31.

13 Progonati Erjada, « Iran’s Silent Revolution in the Balkans », SSPS, vol. 1, 2016, p. 177-192.

14 Progonati Erjada, « The Balkan Region as a New Target for the Iranian-Israeli Political Rivalry », Bölgesel Araştırmalar Dergisi, vol. 1, no 2, 2017, p. 199-219.

15 Progonati, « Iran’s Silent Revolution », art. cité.

16 Ibid.

17 Ibid.

18 Ibid.

19 Ibid.

20 Ibid.

21 Mahmood Monshipouri, Heiran-Nia Javad, « Iran’s Security Interests and Policies in the South Caucasus », Iran and the Caucasus, vol. 25, no 3, 2021, p. 284-300.

22 El Husseini Rola, « Hezbollah and the axis of refusal: Hamas, Iran and Syria », Third World Quarterly, vol. 31, no 5, 2010, p. 803-815 ; Frankel Rafael, « Keeping Hamas and Hezbollah out of a war with Iran », The Washington Quarterly, vol. 35, no 4, 2012, p. 53-65 ; DeVore Marc, « Exploring the Iran-Hezbollah relationship: A case study of how State sponsorship affects terrorist group decision-making », Perspectives on Terrorism, vol. 6, no 4/5, 2012, p. 85-107.

23 Pour un aperçu des relations entre l’Iran et la Palestine, voir Alavi Seyed Ali, Adib-Moghaddam Arshin, Iran and Palestine: Past, present, future, Londres, Routledge, 2019.

24 Karčić Harun, « Islamic revival in post-socialist Bosnia and Herzegovina: International actors and activities », Journal of Muslim Minority Affairs, vol. 30, no 4, 2010, p. 519-534.

25 « Mbyllet shkolla që financohej nga Irani në Tiranë » [L’école financée par l’Iran à Tirana a été fermée], Gazeta Si, 2020, en ligne : https://gazetasi.al/mbyllet-shkolla-qe-financohej-nga-irani-ne-tirane/ (consulté en mai 2021).

26 Voir le site de Firdeusi, en ligne : http://firdeusi.umb.edu.al/ (consulté en mai 2020).

27 Voir le site de la Revista Perla, en ligne : https://www.revistaperla.al (consulté en mai 2020).

28 Schimmel Anne Marie, « Al Hallaj, martiri i dashurisë mistike » [Al Hallaj, le martyr de l’amour mystique], Perla: Revistë Shkencore-Kulturore Tremujore, vol. 4, no 4, 1999, p. 108-123.

29 Voir le site de la Fondacioni Rumi, en ligne : http://fondacionirumi5.blogspot.com (consulté en mai 2021).

30 Voir le site de Shoqata Flladi, en ligne : http://www.dritaeehlibejtit.com (consulté en mai 2021).

31 Lakshman-Lepain Rajwantee, « Albanie : les enjeux de la réislamisation », dans Xavier Bougarel, Nathalie Clayer (dir.), Le Nouvel Islam Balkanique. Les Musulmans, acteurs du post-communisme, 1990-2000, Paris, Maisonneuve & Larose, 2001, p. 133-176.

32 Konferenca Kombëtare Aleviane, Tiranë, IRALB, 1994, p. 1-40.

33 Bria Gianfranco, « Post-Socialist Sufi Revival in Albania: Public Marginality or Spiritual Privatisation? », Journal of Muslims in Europe, vol. 8, no 3, 2019, p. 313-334.

34 Ibid.

35 Ibid.

36 Bria Gianfranco, Mayerà Gustavo, « The Alide Iconography between Theological Debate and Popular Piety in Contemporary Albania », Middle East-Topics & Arguments, vol. 8, 2017, p. 57-72.

37 Ibid.

38 Bria Gianfranco, « Celebrating Sultan Nevruz: Between theological debate and multi-framed practice in contemporary Albania », Studia Islamica, vol. 115, no 1, 2020, p. 12-34.

39 Clayer Nathalie, « L’islam balkanique aujourd’hui entre science et recherche de valeurs », dans Gérard Fussman (dir.), Croyance, raison et déraison, Paris, Odile Jacob, 2006, p. 319-339.

40 Endresen Cecilie, « Faith, Fatherland or Both? Accommodationist and Neo-Fundamentalist Islamic Discourses in Albania », dans Arolda Elbasani, Olvier Roy (dir.), The Revival of Islam in the Balkans: From Identity to Religiosity, Londres, Palgrave Macmillan, 2015, p. 222-241.

41 Clayer Nathalie, « God in the “Land of the Mercedes”: The Religious Communities in Albania since 1990 », dans Peter Jordan et al. (dir.), Albanien, Bern, Peter Lang, 2003, p. 277-314.

42 Öktem Kerem, New Islamic actors after the Wahhabi intermezzo: Turkey’s return to the Muslim Balkans, Oxford, European Studies Centre, University of Oxford Press, 2010, p. 2-57.

43 Bria, « Post-Socialist Sufi Revival in Albania », art. cité.

44 Clayer Nathalie, Aux origines du nationalisme albanais, Paris, Karthala, 2007.

45 Bria, « Post-Socialist Sufi Revival in Albania », art. cité.

46 Endresen, « Faith, Fatherland or Both? », art. cité.

47 Lakshman-Lepain, « Albanie : les enjeux de la réislamisation », art.cité.

48 Selon Račius, appliquée à l’Europe du Sud-Est post-communiste, la dynamique de sécurisation oscille plutôt entre deux extrêmes : la perception de l’islam comme un type d’église non chrétienne ou tout au plus une communauté potentiellement assimilable, ou la perception de l’islam comme une idéologie politique violente et dangereuse. Voir Račius Egdūnas, Islam in Post-communist Eastern Europe, Leiden, Brill, 2020.

49 Bougarel, « The role of Balkan Muslims », art. cité.

50 Campbell Jonathan, Mullikin Nicholas, « Albania and NATO’s “Open Door” Policy: Alliance Enlargement and Military Transformation », Journal of Slavic Military Studies, vol. 19, no 2, 2006, p. 243-257.

51 Metushaj Mirela, « Geopolitics of Albania in the Balkans after NATO Membership », Academic Journal of Interdisciplinary Studies, vol. 4, no 3, 2015, p. 400-405.

52 Armillotta Giovanni, « L’Organizzazione della Conferenza Islamica e la presenza dei paesi musulmani nella comunità internazionale », Oriente moderno, vol. 25, no 3, 2006, p. 509-523.

53 Mazhar Muhammad Saleem, Goraya Naheed, « Geneva Deal: Beginning of a New Era between Iran-US Relations » South Asian Studies, vol. 29, no 1, 2020, p. 73-89 ; Naji Saeid, Jayum Jawan, « US-Iran relations in the post-cold war geopolitical order », Asian Social Science, vol. 7, no 9, 2011, p. 94-108.

54 Progonati, « The Balkan Region », art. cité.

55 Il faut préciser que le gouvernement albanais accueillait déjà des réfugiés des États-Unis : en 2006, Tirana a accepté onze réfugiés de Guantanamo, dont six étaient musulmans chinois « hui » et cinq djihadistes.

56 Cohen Ronen, The rise and fall of the Mojahedin Khalq, 1987-1997: Their survival after the Islamic revolution and resistance to the Islamic Republic of Iran, New York, Apollo Books, 2009.

57 Ibid.

58 Cohen Ronen, « The Mojahedin-e Khalq versus the Islamic Republic of Iran: From war to propaganda and the war on propaganda and diplomacy », Middle Eastern Studies, vol. 54, no 6, 2018, p. 1000-1014.

59 Goulka Jeremiah et al., The Mujahedin-e Khalq in Iraq: A Policy Conundrum, Santa Monica, Rand National Defense Research Institute, 2009, p. 1-126.

60 Ibid.

61 Cohen Ronen, « The Triple Exclusion of the Mojahedin-e Khalq Organization. Their activities for human rights in Iran as a voice in the wilderness », Middle Eastern Studies, vol. 49, no 6, 2013, p. 941-957.

62 Besar Likmeta, « Albania’s Sanctuary Offer to Iranians Raises Eyebrows », Balkan Insight, 2013, en ligne : https://balkaninsight.com/2013/03/18/albania-s-sanctuary-offer-to-iranians-raises-eyebrows/ (consulté en mars 2020).

63 Besar Likmeta, « UN Praises Albania Asylum Offer to Iranians », Balkan Insight, 2013, en ligne : https://balkaninsight.com/2013/03/19/un-praises-albania-asylum-offer-for-iranian-group/ (consulté en mai 2020).

64 Besar Likmeta, « Iranian Opposition Activists Moved to Albania », Balkan Insight, 2013, en ligne : https://balkaninsight.com/2013/05/17/iranian-exiled-mujahedeen-moved-to-albania/ (consulté en mai 2020).

65 Stevenson Struan, « Albania Deserves Credit for Saving Threatened Iranians », Balkan Insight, en ligne : https://balkaninsight.com/2016/03/09/albania-deserves-credit-for-saving-threatened-iranians-03-08-2016/ (consulté en mai 2020).

66 Formellement, ils jouissent du statut de réfugiés politiques des Nations Unies en tant que personnes persécutées par l’État iranien, statut qui a été reconnu par le gouvernement de Tirana.

67 Edi Rama, né le 4 juillet 1964 à Tirana, est un homme politique albanais, Premier ministre depuis le 15 septembre 2013, membre du parti socialiste albanais.

68 Selon Pamela Dockins de Voice of America, « après sa visite en Albanie, le 14 février 2016, le secrétaire d’État Steve Kerry a rapporté que l’Albanie avait déjà reçu 1 000 moudjahidines et que 2 000 autres allaient bientôt arriver », soit un total de 3 000. Au cours de la même réunion, Kerry a souligné la reconnaissance du gouvernement des États-Unis vis-à-vis de l’Albanie, mais cette déclaration n’a jamais été publiée. Selon ces sources, il y aurait environ 3 000 moudjahidines en Albanie, ce qui représenterait le plus grand groupe MEK dans le monde après les camps iraqiens. Voir DOCKINS, Pamela, « US Praises Albania for MEK Resettlement », Voice of America, 2016, en ligne : https://www.voanews.com/a/us-albania/3190311.html (consulté en septembre 2023).

69 Il s’agit d’une information confidentielle fournie par une journaliste lors d’un entretien réalisé à Tirana en août 2019.

70 Pour un reportage, bien que biaisé, sur la construction du camp, voir Stevenson Struan, Ashraf III. Rising from The Ashes: Iranian Opposition Terrifies Tehran Rulers, New York, Campaign for Iran Change, 2019.

71 Kannaby, Kholifatus, Radityo, « The Role of the Media in Enhancing Public Awareness », art. cité.

72 Voir la page de l’association Habilian en ligne : https://www.habilian.ir/al/ (consulté en mai 2020).

73 Alghurabi Reza, « A është rikthyer MEK në fazën e saj ushtarake-terroriste? » [Les MEK sont-ils revenus à leur phase terroriste ?], Habilian, 2020, en ligne : https://www.habilian.ir/al/artikuj/a-eshte-rikthyer-MEK-ne-fazen-e-saj-ushtarake-terroriste.html (consulté en mai 2020).

74 « Why are the Iranian Mojahedeen keeping Somayeh Mohamadi hostage in Albania? », YouTube, en ligne : https://www.youtube.com/watch?v=bFyC-OK-ns4 (consulté en mai 2020).

75 « Grupi terrorist MEK, mjet shfrytëzimi i Amerikës » [Le groupe terroriste MEK, un outil d’exploitation des États-Unis], Pars Today, Korrik (juillet) 2012, en ligne : https://parstoday.ir/sq/radio/world-i79363-grupi_terrorist_mek_mjet_shfrytëzimi_i_amerikës (consulté en mai 2020).

76 « Linda Chavez: The Iranian regime is a threat to the Middle East », IRAN Probe, 2017, en ligne : https://iranprobe.com/linda-chavez-the-iranian-regime-is-a-threat-to-the-middle-east/ (consulté en novembre 2021).

77 Mejdini Fatjona, « Iran Launches Albanian Media to Target Dissident Exiles », Balkan Insight, 2017, en ligne : https://balkaninsight.com/2017/03/13/iran-launches-albanian-media-to-target-dissident-exiles-03-09-2017/ (consulté en novembre 2021).

78 Entretien personnel, août 2019.

79 Ces documents ont été fournis lors d’une rencontre officielle avec M. Amit Ali Taghikhani à l’ambassade d’Iran à Tirana.

80 Mejdini, « Iran Launches Albanian Media », art. cité.

81 « Rouhani calls for strong ties with Albania », Tehran Times, 2015, en ligne : https://www.tehrantimes.com/news/410092/Rouhani-calls-for-strong-ties-with-Albania (consulté en novembre 2021).

82 Rusta Arsen, « Dëbimi i ambasadorit iranian, SHISH zbuloi në mars dy agjentë iranianë, të maskuar si gazetarë », [L’expulsion de l’ambassadeur iranien en mars a révélé l’existence de deux agents iraniens camouflés en journalistes], Shqiptarja, 2018, en ligne : https://shqiptarja.com/lajm/debimi-i-ambasadorit-iranian-shish-zbuloi-nje-vit-me-pare-dy-agjente-iraniane (consulté en mai 2020).

83 Erebara Gjergj, « US Praises Albania for Expeling Iranian Diplomats », Balkan Insight, 2018, https://balkaninsight.com/2018/12/20/albania-expels-iranian-diplomats-over-terrorist-plot-12-20-2018/ (consulté en mai 2020).

84 « Police identifies Iranian terrorists operating inside Albania », Tirana Times, 2019, en ligne : https://www.tiranatimes.com/?p=143334 (consulté en mai 2020).

85 « Il modo di trattare gli scagnozzi e i terroristi del regime iraniano » [La manière de traiter les bandits et les terroristes du régime iranien], CNRI, 2018, en ligne : https://www.ncr-iran.org/it/notizie/terrorismo-notizie/il-modo-di-trattare-gli-scagnozzi-e-i-terroristi-del-regime-iraniano/ (consulté en mai 2020).

86 « Policia njofton zbulimin e një celule terroriste iraniane në Shqipëri, asnjë i arrestuar » [La police annonce la découverte d’une cellule terroriste iranienne en Albanie, personne n’a été arrêté], EXIT, 2019, en ligne : https://exit.al/policia-njofton-zbulimin-e-nje-celule-terroriste-iraniane-ne-shqiperi-asnje-i-arrestuar/ (consulté en mai 2020).

87 Alfaisal Leen, « Albania deports two Iranian diplomats citing “serious threat” », Al-Arabiya, 2020, en ligne : https://english.alarabiya.net/en/News/world/2020/01/15/Albania-deports-two-Iranian-diplomats-citing-serious-threat-.html (consulté en mai 2020).

88 « Dëbimi i diplomatëve iranianë, DASH: Përgëzojmë Shqipërinë, po planifikonin sulm terrorist » [Expulsion de diplomates iraniens, ils préparaient une attaque terroriste], Dosja, 2020, en ligne : https://dosja.al/dash (consulté en mai 2020).

89 Entretien personnel, août 2019.

90 « Live Updates: Annual Free Iran Conference at the MEK’s Headquarters in Albania », NCRI, 2019, en ligne : https://www.ncr-iran.org/en/news/live-updates-annual-free-iran-conference-at-the-MEK-s-headquarters-in-albania/?fbclid=IwAR1ds3UoKSqPk9Kp4dAuyoZt01_5rT2X7RkYUKtO8-9ZwfsdJECYw5goOP4 (consulté en mai 2020).

91 Ibid.

92 Terzi Giulio, « Pompeo’s visit to Brussels is an opportunity for a unified Iran strategy », Euractiv, 2019, en ligne : https://www.euractiv.com/section/global-europe/opinion/pompeos-visit-to-brussels-is-an-opportunity-for-a-unified-iran-strategy/ (consulté en novembre 2021).

93 Siragusa Marco, « Alta tensione tra Albania e Iran » [Haute tension entre l’Albanie et l’Iran], Meridiano 13, 12 septembre 2022, en ligne : https://www.meridiano13.it/alta-tensione-albania-iran/ (consulté en septembre 2023).

94 Ibid.

95 Puri Samir, « The strategic hedging of Iran, Russia, and China: Juxtaposing participation in the global system with regional revisionism », Journal of Global Security Studies, vol. 2, no 4, 2017, p. 307-323.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gianfranco Bria, « Les réseaux iraniens dans l’Albanie postsocialiste entre soft power et incidents diplomatiques »Balkanologie [En ligne], Vol. 18 n° 1 | 2023, mis en ligne le 15 décembre 2023, consulté le 24 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/balkanologie/5023 ; DOI : https://doi.org/10.4000/balkanologie.5023

Haut de page

Auteur

Gianfranco Bria

Université de Rome « La Sapienza »
Gianfranco.bria[at]uniroma1.it

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search