Navigation – Plan du site

AccueilNuméros361. Langue et littératureMarie Baize-Varin, Marḥaba yā ṣab...

1. Langue et littérature

Marie Baize-Varin, Marḥaba yā ṣabāya, yā šabāb ! Manuel d’arabe du Proche-Orient. Parler de Damas – niveau 1

Manuel Sartori
Référence(s) :

Marie Baize-Varin, Marḥaba yā ṣabāya, yā šabāb ! Manuel d’arabe du Proche-Orient. Parler de Damas – niveau 1, Villeurbanne, AraDic Monde Arabe, 2020, 285 p., ISBN : 9782956050964

Entrées d’index

Mots-clés :

dialecte, grammaire, méthode, syrien
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Kassab Jean, Manuel du parler arabe moderne au Moyen-Orient. I - cours élémentaire, 2e éd., Librai (...)

1L’ouvrage en question est issu des cours que donne son auteur aux élèves officiers de Saint-Cyr Coëtquidan depuis une vingtaine d’années. Reposant donc sur une solide expérience pédagogique, il vient renouveler les outils à notre disposition pour ce qu’il est convenu d’appeler le dialecte de Damas, et ­compléter les données désormais un peu plus anciennes voire désuètes que pouvait nous donner à voir le Manuel du parler arabe moderne au Moyen-Orient de Jean Kassab1.

  • 2  À trouver à l’adresse suivante : <https://www.youtube.com/watch?v=-jx90Xq_J_I&list=PLIubwMbiI0_nawGQy7_YDKTlbzhSIeyaj&index=1>

2L’ouvrage, bien construit, comprend douze leçons toutes structurées de la même manière : un dialogue incomplet, sous forme d’un texte à trous en transcription, à compléter à l’aide de l’écoute du fichier audio correspondant2 ; le dialogue ­complet à la fois en transcription et en script arabe ; le vocabulaire du dialogue ; la traduction du dialogue ; une partie grammaticale, qui correspond aux éléments des dialogues dans la limite du niveau A1 du Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues (CECRL), à quoi sont attachés des exercices d’application ; enfin un récapitulatif de conversation avec du vocabulaire, éventuellement sous forme d’expressions.

3On l’a dit, le niveau A1 du CECRL est essentiellement visé, mais cela n’empêche pas l’A. de déborder vers le niveau A2, c’est-à-dire pour un utilisateur « élémentaire ». Peut-être est-on alors en droit d’attendre un second volume qui couvrirait, lui, le niveau B du CECRL, c’est-à-dire celui de l’utilisateur « indépendant ». Ce serait à souhaiter pour couvrir de manière plus exhaustive la grammaire de cette variante de l’arabe. À ce titre, les notions grammaticales qu’aborde le présent ouvrage sont les suivantes :

  • 3  En fait les chiffres, c’est-à-dire les symboles de 1 à 9, et les nombres, composés de ces symboles (...)
  • 4  On notera tout de même, d’un point de vue terminologique, une confusion entre détermination et déf (...)
  • 5  Où, malheureusement, la distinction entre adjectif et pronom démonstratifs n’est pas faite.
  • 6  Traitant de l’importance de ne pas confondre entre pronom personnel isolé et pronom personnel suff (...)

4Le système d’écriture (p. 14-17), les chiffres de 1 à 203 (p. 18), l’article défini4 (p. 19-21), l’adjectif de relation (p. 22-24), les pronoms personnels isolés et suffixes (p. 25), la phrase nominale au présent et sa négation (p. 35-37), la phrase simple (p. 38-39), les nombres de 20 à 100 (p. 40), le féminin des noms et des adjectifs (p. 47-49), le démonstratif5 (p. 50-52), l’accent tonique (p. 63), la possession (p. 64-68 et p. 74-75), les verbes (p. 76-77), le temps [time] (p. 79-80 puis p. 132-135), l’expression de la volonté (p. 87-89), kell (p. 90), šī (p. 91), l’impératif (p. 103-105), la négation (récapitulatif) (p. 106-108), « Père » et « frère » (p. 109-111), l’inaccompli (conjugaison) (p. 122-125), l’inaccompli (utilisation) (p. 126-130), l’accompli (conjugaison et utilisation) (p. 143-145), le pronom suffixe (récapitulatif)6 (p. 146-152), la proposition relative (p. 161-163), fonctionnement de la préposition la-/l- avec les verbes (p. 164-166), l’accompli des verbes concaves (p. 167-169), l’utilisation du verbe « être » kān/yekūn au passé (p. 176-179), les adjectifs de schème ʾaf Ù al (p. 180-183), la conjugaison des verbes défectueux (inaccompli, accompli) (p. 192-194), les chiffres ordinaux (p. 197), le participe actif (formation) (p. 205-208), le participe actif (utilisation) (p. 209-210), participe actif et inaccompli (récapitulatif) (p. 211-212), les nombres [100 et plus] (p. 213-214).

5L’ouvrage se poursuit par une séquence didactisée autour de la chanson Leylet عīd (laylat ʿīd) de la chanteuse libanaise Fayrouz (cf. p. 215-223), suivie d’annexes (p. 225-280), composées des corrigés de thèmes des leçons 6 et 7 et de deux lexiques, français-arabe (p. 229-256) et arabe-français (p. 257-280). Il s’achève par une bibliographie restreinte (p. 281) et par la table des matières (p. 282-285).

6Quelques remarques de forme peuvent être faites : le manuel dit faire le choix, tout à fait légitime, d’une translittération calquée sur celle de la revue Arabica à une exception près, le ʿayn étant donné ici selon sa graphie arabe Ù. Toutefois, deux autres phonèmes ne bénéficient pas de la transcription d’usage. Il s’agit du ǧīm qui est normalement transcrit ǧ/Ǧ : il s’agit du caractère g/G diacrité d’un hatchek, utilisé pour représenter la lettre Ì. Le caractère utilisé ici est le ğ/Ğ, utilisé dans l’écriture de l’azéri, du tatar, du tatar de Crimée, du turc, et dans plusieurs romanisations BGN/PCGN dont celle de l’azéri (cyrillique), du bachkir, du karatchaï-balkar et du tatar (cyrillique). De la même manière, le choix pour la transcription du ḫāʾ ne s’est pas porté sur ḫ/Ḫ, c’est-à-dire un h/H diacrité d’une brève souscrite, notamment utilisé dans la romanisation de plusieurs langues ou systèmes d’écriture comme l’arabe, l’akkadien, le hittite ou les hiéroglyphes égyptiens. Au lieu de cela, le texte propose ẖ/, c’est-à-dire un h/H diacrité d’un macron souscrit, notamment utilisé dans la romanisation Yaghoubi du pachto. Enfin, parfois la hamza est transcrite (ex. ʾabū- et ʾaḫū p. 109-110) et d’autres fois non (ex. ana p. 106) sans que la prononciation effective de celle-ci ne semble toutefois en cause. Quelques coquilles sont repérables comme « déterminé ou nom » (p. 161), « Remerciement » (p. 282) au lieu du pluriel pourtant utilisé (p. 1).

7Quelques remarques de fond : si la possession est bien décrite comme relevant de l’annexion (cf. p. 64), ce que la grammaire de l’arabe nomme ʾiḍāfa, l’A. range toutefois sous cette catégorie ce qui aurait mérité d’en être distingué, à savoir l’expression du verbe « avoir » (cf. p. 65 et 150). De fait, mon chien et j’ai un chien sont deux structures tout à fait distinctes, en français comme en arabe : la première marque une possession par le biais, en arabe, d’une annexion (kalbī), la seconde décrit le fait d’avoir dans le cadre, en arabe, d’une phrase existentielle (ʿindī kalb, maʿī kalb) où les éléments à prendre en compte, pédagogiquement, sont les 3P (préposition, possesseur, possédé). L’A. souligne par contre bien la différence de sens à faire entre les deux prépositions, à savoir « avoir chez soi » et « avoir avec soi » (p. 65).

8Plutôt que de faire usage des catégories grammaticales concernant les verbes (sains, parfaitement sains, redoublés ou sourds, hamzés, assimilés, concaves, défectueux), l’A. préfère, à raison pour ce niveau, simplifier la présentation en n’évoquant que des verbes réguliers et des verbes irréguliers ; les premiers sont notamment caractérisés par le fait de débuter par deux consonnes et les seconds, par le fait de commencer par une consonne et une voyelle. Sous ces derniers, on retrouve alors les verbes concaves, les verbes redoublés, mais également les verbes de formes augmentées II et III, et sous les premiers les autres verbes. Toutefois, les verbes défectueux seront également qualifiés d’irréguliers (p. 192) comme ḥaka/yeḥki (p. 123). Concernant ces questions, la présentation étant simplifiée pour ce niveau, si un second volume venait à paraître pour le niveau supérieur, une présentation plus substantielle et plus détaillée, de même que plus systématique serait bien entendu attendue.

9La présentation simplifiée de l’A. ne lui interdit pas la précision, comme lorsqu’elle aborde la question des racines et des schèmes en précisant bien que la racine n’est pas un mot, mais plutôt « une suite imprononçable de (semi-)consonnes qui s’actualise dans un mot qui sert de base à la formation des autres » (p. 180). En bref, les présentations de l’A. sont claires et concises, pédagogiquement éprouvées et efficaces. Dans un mouvement inductif plutôt que déductif, les notions sont tout d’abord vues de manière incidente au gré des leçons puis, plus tard, reprises et présentées sous une forme plus détaillée dans les points grammaticaux : l’étudiant a donc le temps d’assimiler de façon passive ces points grammaticaux avant de s’en voir proposer la présentation. La lecture est agréable et aérée, le tout formant un ensemble tout à fait utile aux étudiants qui désireraient se former à cette variante de l’arabe, en leur souhaitant de pouvoir un jour découvrir, eux aussi, cette Damas qui nous manque tant. La suite à ce manuel, sous la forme d’un second volume consacré au niveau supérieur, est vivement attendue.

Haut de page

Notes

1  Kassab Jean, Manuel du parler arabe moderne au Moyen-Orient. I - cours élémentaire, 2e éd., Librairie orientaliste Paul Geuthner, 1987 [1970]. Ce manuel faisait suite à celui de Jean Cantineau (1899‒1956) et Youssef Helbaoui (cf. Cantineau Jean et Helbaoui Youssef, Manuel élémentaire d’arabe oriental (Parler de Damas), Klincksieck, Paris, 1953) et, plus loin encore dans le temps avant que cette terre du Levant ne dépende plus spécialement de l’aire d’influence française, à celui de Francis Edward Crow (dates inconnues, cf. Crow, Francis Edward, Arabic Manual. A Colloquial Handbook in the Syrian Dialect for the Use of Visitors to Syria and Palestine, Containing a Simplified Grammar, A Comprehensive English and Arabic Vocabulary and Dialogues, the Whole in English Characters, Carefully Transliterated, The Pronunciation Being Fully Indicated, Luzac & Co., London, 1901). L’A. mentionne également d’autres ouvrages pour l’arabe syrien (cf. p. 281).

2  À trouver à l’adresse suivante : <https://www.youtube.com/watch?v=-jx90Xq_J_I&list=PLIubwMbiI0_nawGQy7_YDKTlbzhSIeyaj&index=1>

3  En fait les chiffres, c’est-à-dire les symboles de 1 à 9, et les nombres, composés de ces symboles, à partir de 10.

4  On notera tout de même, d’un point de vue terminologique, une confusion entre détermination et définition (cf. p. 20, 23, 161-162). Sur ces questions, cf. Sartori Manuel, « Origin and Conceptual Evolution of the Term taḫṣīṣ in Arabic Grammar », dans Georgine Ayoub et Kees Versteegh (éds.), The Foundations of Arabic Linguistics III. The Development of a Tradition: Continuity and Change, E. J. Brill, Leiden, coll. « Studies in Semitic Languages and Linguistics » 94, 2018, p. 203-228, et Sartori Manuel, « Definition and Determination in Medieval Arabic Grammatical Thought », dans Manuela E.b. Giolfo et Kees Versteegh (éds.), The Foundations of Arabic Linguistics IV. The Evolution of Theory, E. J. Brill, Leiden, coll. « Studies in Semitic Languages and Linguistics » 97, 2019, p. 253-272.

5  Où, malheureusement, la distinction entre adjectif et pronom démonstratifs n’est pas faite.

6  Traitant de l’importance de ne pas confondre entre pronom personnel isolé et pronom personnel suffixe, l’A. aurait pu systématiser sa présentation puisqu’il suffisait de dire que le premier est sujet, le second objet (direct ou indirect), et ce même dans une structure comme beddak, quand bien même sa traduction par « tu veux » masque ceci.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Manuel Sartori, « Marie Baize-Varin, Marḥaba yā ṣabāya, yā šabāb ! Manuel d’arabe du Proche-Orient. Parler de Damas – niveau 1 »Bulletin critique des Annales islamologiques [En ligne], 36 | 2022, mis en ligne le 01 mai 2021, consulté le 30 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/bcai/757 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bcai.757

Haut de page

Auteur

Manuel Sartori

Aix-Marseille Université, CNRS, IEP, IREMAM

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin critique des Annales islamologiques

Haut de page
  • Logo Ifao - Institut français d'archéologie orientale
  • Logo UMR 8167 Orient Méditerranée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search