Navigation – Plan du site

AccueilNuméros143.2Contribution à l’histoire et à l’...

Contribution à l’histoire et à l’épigraphie de Panopeus en Phocide

Συµβολή στην ιστορία και επιγραφική του Πανοπέα στη Φωκίδα
Contribution to the history and epigraphy of Panopeus in Phokis
Nikolaos Petrocheilos et Denis Rousset
p. 795-815

Résumés

La cité de Panopeus (alias Phanoteus) en Phocide, réputée à l’époque impériale être indigente d’après un célèbre passage de Pausanias – lequel appelle cependant encore commentaire –, peut désormais être mieux connue grâce aux progrès récents de l’exploration archéologique et épigraphique. Ces progrès montrent notamment deux césures au seuil et vers la fin de l’époque classique, en lien respectivement avec l’invasion perse de 480 et la 3e guerre sacrée (356‑346 av. J.‑C.). Parmi les cités phocidiennes, Panopeus demeura à l’époque hellénistique sans doute une cité moyenne, dont la vie est rendue manifeste par deux nouvelles inscriptions, une dédicace à Héraklès et un texte érotique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur Panopeus-Phanoteus, voir C. Schober, Phokis, diss. Iena (1924), p. 39 ; E. Kirsten, RE XVIII (1 (...)
  • 2 Pausanias X 4, 1‑2 : Στάδια δὲ ἐκ Χαιρωνείας εἴκοσιν ἐς Πανοπέας ἐστί, πόλιν Φωκέων, εἴγε ὀνοµάσαι (...)
  • 3 Voir entre autres l’introduction à An Inventory of Archaic and Classical Poleis (n. 1), notamment p (...)
  • 4 Lettre d’Hadrien à Naryka IG IX 12, 2018.

1À en juger par le nombre de ses mentions chez les auteurs anciens et dans les inscriptions, Panopeus (alias Phanoteus)1 ne fut pas, de l’époque archaïque à l’époque hellénistique, l’une des cités les moins négligeables de Phocide, même si la ville passe cependant pour l’une des plus indigentes de la Grèce à l’époque impériale, à cause de sa célèbre description dans la Périégèse. Chacun se rappelle en effet que les Panopéens, dépourvus qu’ils étaient alors d’une part de bâtiment officiel, de gymnase, de théâtre, d’agora et d’eau coulant jusqu’à une fontaine, et d’autre part de maisons urbaines dignes de ce nom, n’auraient pas paru aux yeux de Pausanias pouvoir être considérés comme constituant une cité s’ils n’avaient eu des frontières avec leurs voisins et des délégués siégeant au Conseil phocidien, c’est‑à‑dire s’ils n’étaient souverains sur leur territoire et sujets de droit fédéral2 : en définitive, la pierre de touche de la cité est bien ici la personnalité institutionnelle reconnue par les cités tierces, en l’occurrence limitrophes ou confédérées. A‑t‑on également remarqué que Pausanias n’a pas jugé significatif, pour juger du statut de Panopeus, d’invoquer deux des critères qui sont aujourd’hui utilisés pour reconnaître sur le terrain une cité et pour la définir dans son organisation, à savoir d’une part une acropole fortifiée et d’autre part des cultes3 ? Propre à faire réfléchir sur les modes de définition de la cité en tant que réalisation matérielle et en tant qu’organisme cultuel selon les commentateurs d’aujourd’hui, qu’ils soient archéologues-topographes ou bien spécialistes de la religion et la société grecques, l’absence de ces éléments parmi les critères discriminants aux yeux de Pausanias est d’autant plus singulière que le Périégète ne manque pas de faire état dans la suite de sa description de l’enceinte, qu’il estime longue de sept stades – évaluation fort exacte –, ni non plus d’évoquer les cultes et rites locaux, dévolus à Dionysos, Prométhée et Tityos, et les héros, l’homérique Schédios, ainsi que le père d’Épéios, Panopeus, auquel la cité doit son nom. Il est également remarquable que Pausanias n’avance pas non plus le nom de ces héros à l’appui du brevet de cité qu’il finit par concéder aux Panopéens, alors que, quelques décennies auparavant, appelé à juger du statut de la chétive Naryka en Locride épicnémidienne, l’Empereur Hadrien invoquait en sa faveur entre autres « les héros issus de la cité »4. Cependant, aux yeux de Pausanias, rappeler les héros anciens de Panopeus était sans doute propre à mettre en évidence l’affaiblissement de la ville de son temps.

  • 5 Voir D. Rousset, Ph. Katzouros, BCH 116 (1992), p. 197‑215, et les références infra n. 28 et 39.

2Dans l’exploration topographique et archéologique de la Phocide, Panopeus alias Phanoteus, dont le double nom antique, illustrant son site de belvédère de loin visible, a de longue date permis de la reconnaître au‑dessus du village contemporain d’Ágios Vlásios, s’est jusqu’à présent précisément distinguée non seulement par son enceinte fortifiée, remarquable par sa taille et son état de conservation, mais aussi par un arbitrage frontalier la départageant de sa voisine Stiris, et par les traces épigraphiques de ses cultes : ce sont six inscriptions rupestres – dont deux, gravées en caractères monumentaux, commémorent le héros local Phanotos/Phanoteus –, toutes disposées sur la face Nord de la ville haute, inscriptions que Pausanias que n’a pas connues, ou du moins signalées5.

  • 6 Voir E. Kountouri, « Άγιος Βλάσιος », Ἀρχ. ∆ελτ. 56‑59 (2001-2004) B2 [2011], p. 188‑190 ; E. Kount (...)
  • 7 Nous remercions également M. L. Garrigues (École pratique des hautes études), qui nous a aidés dans (...)

3Or, de nouvelles informations, encore inédites, sur l’histoire de la ville et de la cité sont apportées par les recherches menées sous la direction de Mme E. Kountouri6. Nous remercions Mme Kountouri de nous avoir, N. Petrocheilos et moi‑même, autorisés à utiliser les résultats de ces investigations pour d’une part composer ici un tableau synthétique des vestiges urbains de Panopeus, et d’autre part en publier le butin épigraphique7.

Tableau des vestiges archéologiques urbains [N.P., D.R.]

4La ville de Panopeus (fig. 1 et 2) s’organise d’une part en une citadelle fortifiée (altitude 333 m.) composée de deux parties (« Acropole » et « Ville haute », suivant les dénominations remontant J.‑P. Michaud et à J. Blécon ; cf. n. 13), d’autre part en une ville basse s’étendant vers le Nord et une zone d’habitat située sur la pente méridionale de la citadelle, et enfin une nécropole située vers l’Ouest, au contact entre le piémont et la plaine. Les recherches effectuées à Panopeus durant les années 2000, 2003 et 2004, loin d’avoir pu couvrir la totalité de la ville, dont la partie septentrionale est d’ailleurs peut‑être recouverte en partie par le village d’Ágios Vlásios, eurent pour objectifs principaux d’une part d’étudier l’éminence fortifiée et d’autre part de fouiller la nécropole, qu’avaient cependant déjà explorée des pilleurs de tombes. Ici, notre but n’est pas d’exposer en détail les résultats de ces investigations, qui ont fait l’objet de brefs rapports provisoires et feront l’objet de publications déjà rédigées ou encore en cours de préparation, mais de discuter l’apport de ces découvertes à l’histoire de la ville et de la cité.

Fig. 1 — Vue aérienne des alentours d’Agios Vlásios (nome de Béotie).

Fig. 1 — Vue aérienne des alentours d’Agios Vlásios (nome de Béotie).

Au Sud du village actuel, la ville haute et l’acropole fortifiées de Panopeus ; l’astérisque blanc désigne l’emplacement hypothétique d’une partie de l’habitat : cf. p. 805.

© GoogleEarth, 2019.

Fig. 2 — Plan de Panopeus, indiquant l’emplacement du sanctuaire d’Héraklès, de la porte C et du temple.

Fig. 2 — Plan de Panopeus, indiquant l’emplacement du sanctuaire d’Héraklès, de la porte C et du temple.

EFA, par J. Blécon, O. Jappe et J.‑P. Michaud, avec des additions par D. Rousset.

  • 8 E. Gose, F. Schober (n. 1), p. 358 ont signalé dans le prolongement du mur de protection de la vill (...)
  • 9 Hérodote VIII 35.

5Alors que jusqu’à présent les sanctuaires des Panopéens étaient avant tout connus par Pausanias et les inscriptions rupestres8, ont désormais été repérés et partiellement étudiés, dans la partie orientale de l’acropole (fig. 2), les restes d’un temple, qui paraît avoir connu plus d’une phase de construction. D’une première phase subsistent un fragment d’une fine colonne en pôros et un chapiteau brisé, qui présente des ressemblances stylistiques avec des chapiteaux datés au vie s. av. J.‑C. Ce temple fut peut‑être détruit durant la dévastation et l’incendie de la cité par les Perses en 4809. C’est par après, à une date qu’il n’est pas possible de fixer précisément, qu’un bâtiment mesurant 7,70 × 13 m fut construit, comportant des blocs provenant du temple antérieur détruit. En effet, le chapiteau brisé ainsi qu’un fragment de colonne du premier temple se trouvent encastrés dans la fondation de ce deuxième temple. En outre, dans une fosse située dans la fondation du temple, a été exhumé le cimier d’une statuette de bronze. Cette phase pourrait être datée du début du ve s. av. J.‑C.

6Connue de longue date et visitée par maints voyageurs, l’enceinte fortifiée enserrant la ville haute et l’acropole est désormais également documentée par une large illustration : ce sont le dossier graphique de J.‑P. Michaud et J. Blécon, qu’a pu faire connaître en 2004 C. Typaldou-Fakiris, et d’autre part les photographies, publiées seulement en 2017, mais prises par E. Gose et F. Schober dès 1926, à une époque où, grâce sans doute à la dent des animaux et à la fréquentation des cueilleurs-chasseurs, la végétation n’avait pu, ici comme ailleurs, envahir voire recouvrir les vestiges.

7Or, d’après de nouvelles observations et analyses d’E. Kountouri et N. Petrocheilos, que nous ne pouvons pas exposer ici en détail, cette enceinte paraît avoir connu trois phases de construction. Il semble en effet que l’on doive distinguer d’une part une partie construite sur le côté nord de l’acropole, qui serait la plus ancienne et remonterait à l’époque archaïque. C’est d’une phase postérieure que dateraient les parties ouest, sud et est de l’enceinte, qui semblent caractérisées par une unité de style et de technique correspondant à une construction simultanée, tandis qu’un segment au sud‑est de la fortification paraît avoir été renforcé un peu plus tard, peut‑être pour réparer une détérioration volontaire.

8Cependant, les récentes investigations n’ont pas permis de relever en surface des indices de datation absolue, et il ne fut pas non plus possible de procéder à des sondages au pied des murs. Ne dissimulons d’ailleurs pas la difficulté que représentent, en ces points du site de Panopeus comme en bien d’autres, la minceur ou l’absence de couches archéologiques conservées au‑dessus du rocher naturel. Quant à l’inscription gravée sur un bloc de la fortification qui est ci‑après publiée, sa date, le iiie s. ou le iie s., ne donne qu’un terminus ante quem peu éclairant dans l’hypothétique histoire de la forteresse.

  • 10 Démosthène, Sur l’Ambassade 61, 65 et 325 ; Diodore XVI 60, 2 ; Pausanias X 3, 1‑3.
  • 11 Voir respectivement E. Kirsten, RE XVIII (1949), p. 646 ; F. E. Winter, Greek fortifications (1971) (...)

9Désireux de dater l’enceinte fortifiée, maints collègues ont par le passé avancé des propositions chronologiques le plus souvent liées à la 3e guerre sacrée (356-346 av. J.‑C.) et à ses conséquences, la destruction des cités phocidiennes et la dispersion de leurs communautés en kômai, suivies peu après de la reconstitution des cités10. Si ces vicissitudes militaires et politiques aboutirent selon Démosthène à la destruction des enceintes fortifiées de Phocide, la construction ou la reconstruction des fortifications de Panopeus ont fait l’objet de propositions chronologiques certes toutes en lien avec cette époque, mais dans le détail assez diverses : ce serait durant même la 3e guerre sacrée selon J. M. Fossey et C. Typaldou-Fakiris, après 346 suivant E. Gose et F. Schober, vers 340-338 d’après J. McK. Camp, peu après 338 ou au début de l’époque hellénistique suivant F. E. Winter, et dans le dernier tiers du ive s. selon E. Kirsten11.

  • 12 Helléniques d’Oxyrhynchos XXI, 5. Cf. P. Goukowsky, Chr. Feyel, Le profil d’une ombre. Études sur l (...)
  • 13 Polybe V 96, 4‑8. C’est selon toute vraisemblance la distinction par Polybe entre ἄκρα et ἀκρόπολις (...)

10Plutôt que de choisir entre ces hypothèses ou d’en formuler d’autres sans pouvoir plus que nos prédécesseurs tirer profit de données archéologiques et plus particulièrement stratigraphiques pour dater les trois phases apparentes de construction que l’on pense devoir discerner, rappelons deux épisodes de l’histoire militaire même de Panopeus. En 395 la ville fut assaillie par les Béotiens, qui réussirent à prendre Φανοτέων τὸ προάστιον κατὰ κράτος : d’où l’on serait enclin à déduire que, à la différence du faubourg (προάστιον), la ville haute elle-même leur échappa sans doute parce qu’elle était fortifiée12. D’autre part, en 217, Phanoteus, alors aux mains des Macédoniens, fit de la part des Étoliens l’objet d’une attaque qui allait s’avérer en définitive infructueuse : en effet, les Étoliens, trompés par la duplicité des chefs de la garnison locale, laissèrent aller dans la citadelle (τὴν ἄκραν) cent de leurs soldats, lesquels furents finalement faits prisonniers dans l’acropole (τὴν ἀκρόπολιν)13.

  • 14 Sur la Phocide orientale à cette époque, cf. D. Rousset, Le territoire de Delphes et la terre d’Apo (...)

11Située sur la ligne de front entre les Macédoniens et leurs adversaires successifs dans le dernier quart du iiie s. et encore au début du iie s., la place forte de Phanoteus, proche du goulot d’étranglement entre Phocide et Béotie à l’Ouest de Chéronée, constituait ainsi une position convoitée, si bien que l’on ne peut exclure qu’une éventuelle construction ou reconstruction partielle de la fortification soit en lien avec le rôle stratégique de la position au iiie s.14.

  • 15 Praktika arch. het. 1907 (1910), p. 110 ; Memnon 2 (1908), p. 98.
  • 16 E. Gose, F. Schober (n. 1), p. 358.

12Ce sont les vestiges funéraires qui apportent les nouveaux indices chronologiques les plus éclairants sur l’histoire de la cité. Si les sépultures fouillées par G. Sotiriadis il y a plus d’un siècle sont d’emplacement, de nombre et de date inconnus15, en revanche c’est dans la plaine s’étendant au Nord-Ouest de la ville fortifiée et vers les environs de la chapelle Panagía que l’existence d’une nécropole était déjà indiquée, non seulement par l’épitaphe IG IX 1, 77 trouvée en remploi dans la chapelle, mais aussi par une sépulture que signalèrent E. Gose et C. Schober dans le rapport, publié il y a peu, de leur voyage remontant à 192616.

  • 17 Arch. Delt. 55 (2000), Chron. B 1 [2009], p. 402‑404 ; pour l’anthémion inv. 2640 au musée de Chéro (...)

13Or, c’est dans cette zone, à 1 km environ à l’Ouest de l’extrémité occidentale de la forteresse (fig. 1), qu’ont été fouillées assez récemment 77 tombes. D’une part, en l’année 2000, E. Vlachogianni y a non seulement découvert un anthémion hellénistique, mais aussi exhumé huit sépultures intactes : ce sont quatre sépultures à fosse du ve s. pourvues de nombreuses offrandes, et quatre tombes formées de tuiles, datant du ive s. et du iiie s., dont l’archéologue a noté qu’elles étaient notablement plus pauvres en offrandes que les quatre plus anciennes17.

  • 18 Voir supra n. 6.

14D’autre part, des constatations chronologiques analogues peuvent être tirées de la fouille menée dans la même zone en 2000 et 2003 sous la direction d’E. Kountouri et en instance d’une publication détaillée18. Les fouilleurs y ont exhumé 69 sépultures de quatre types différents : ce sont de simples fosses en pleine terre, des ensevelissements dans des vases, des tombes formées de l’assemblage de tuiles et des tombes construites, dont la date s’échelonne du ixe s. jusqu’au iiie s. ou au début du iie s. av. J.‑C. Cependant, des pilleurs de sépulture ont récemment dévasté la nécropole : en effet 19 sépultures furent trouvées presque complètement détruites, et, parmi les 50 sépultures restantes, seule une avait échappé à leur curiosité.

15Pourtant, ces 50 sépultures donnent des informations importantes, à la fois sur les pratiques funéraires à Panopeus et sur l’histoire de la cité. Fort nette est en effet l’évolution dans la confection des sépultures et dans la composition des offrandes funéraires, depuis le vie s. jusqu’à l’époque hellénistique. À l’époque archaïque et au début de l’époque classique, les sépultures sont confectionnées avec grand soin. On utilise généralement des tuiles plates, dont deux sont placées sur le sol, deux sur les longs côtés et une sur les côtés étroits. Une évolution similaire est visible dans la qualité et la quantité des offrandes funéraires, vases, statuettes et objets en bronze. Jusqu’aux premières décennies du ve s. av. J.‑C, la plupart des vases, portant des décors conventionnels, sont importés de Corinthe ainsi que de l’Attique. Durant la même période, les sépultures contiennent des récipients de bronze, surtout des phiales. En revanche, à partir de la deuxième décennie du ve s. av. J.‑C, les récipients dont sont pourvues les sépultures proviennent exclusivement de la production locale ou sont des importations venues des régions voisines. En dépit de ce repli dans la provenance géographique de ces objets, qui a duré jusqu’au troisième quart du ve s. av. J.‑C, la pratique de placer dans chaque sépulture un grand nombre d’offrandes s’est maintenue.

  • 19 Voir Sylloge nummorum Graecorum. The Alpha Bank collection. Macedonia I, Alexander I – Perseus, 200 (...)
  • 20 Cf. supra.

16À partir du milieu du ive s. av. J.‑C. les sépultures se présentent de façon fort différente. Les tombes sont désormais confectionnées avec moins de soin et, au lieu des nombreuses offrandes des décennies précédentes, seuls quelques vases non peints ou de style attique sont choisis et placés dans les tombes. C’est la même image que donnent également les sépultures du iiie s. av. J.‑C. La sépulture la plus récente est celle d’un homme dont la cavité buccale contenait un lot de cinq monnaies macédoniennes en bronze, frappées sous Philippe V19. Cette découverte date la sépulture vers la fin du iiie s. ou au début du iie s. av. J.‑C. Ne pourrait‑on lier ce lot de monnaies de faible valeur à un membre de la garnison macédonienne, qui d’après le témoignage de Polybe tint la cité de temps à autre durant le règne de Philippe V20 ?

17Il est certes difficile de tirer de larges conclusions historiques d’un ensemble de 77 tombes, représentant une très faible partie des défunts d’une communauté qui a existé pendant au moins sept siècles. Il n’en reste pas moins frappant que le net appauvrissement des tombes de la nécropole occidentale à partir du milieu du ive s. et au iiie s. coïncide de façon frappante avec les conséquences vraisemblables de la 3e guerre sacrée, laquelle a pu provoquer le délaissement de cette nécropole au profit d’autres nécropoles qui restent à découvrir.

  • 21 Pausanias X 4, 5 : ἐπὶ τῇ χαράδρᾳ (voir infra) ; Plutarque, Lysandre XXIX, 4.
  • 22 Les inscriptions funéraires sont IG IX 1, 74‑77, SEG III 413 et Arch. Anzeiger 1941, p. 109 n. 1, a (...)
  • 23 Arch. Delt. 55 (2000), Chron. B 1 [2009], p. 402‑404.

18Si les auteurs anciens mentionnent, au titre des monuments funéraires à Panopeus, le vaste tertre du héros Tityos, situé « près du ravin », et celui du Spartiate Lysandre, placé près de la route menant de Delphes à Chéronée21, les autres témoignages sur les sépultures à Panopeus datent pour les uns de la période hellénistique, pour d’autres d’une époque plus tardive. Ce sont d’une part huit inscriptions funéraires, qui doivent sans doute être datées d’après l’écriture du iiie et du iie s. av. J.‑C., ainsi que les parties anépigraphes de deux autres stèles funéraires contemporaines22. Ce sont d’autre part deux tombes d’époque romaine tardive ou protobyzantine qui furent fouillées au Nord‑Est, à un km du village actuel. Aussi leur inventrice, s’appuyant sur cette découverte ainsi que sur la découverte d’une construction d’époque romaine tardive, habitation ou installation agricole, sise dans la même zone, a‑t‑elle considéré que la ville s’était alors développée dans cette direction, au détriment de l’extension occidentale où s’était étendue auparavant la nécropole des époques classique et hellénistique23.

19C’est l’emplacement des habitations qui demeure actuellement le moins bien connu. Les recherches menées sous la direction de Mme E. Kountouri ont certes permis de repérer sur la pente méridionale de la citadelle des murs de soutènement et des fondations de bâtiments, qui pourraient être celles de maisons, mais il ne fut pas possible de mener à bien la fouille d’aucune d’entre eux, ni de découvrir des indices permettant de les dater.

20Où étaient donc les habitations urbaines au temps de Pausanias ? On se rappelle que le Périégète définit les Panopéens comme ceux qui, loin de disposer de l’eau d’une fontaine, « dans des abris creusés ressemblant tout à fait aux cabanes des montagnes, vivent là au bord d’un ravin » (τούτους οἷς γε οὐκ ἀρχεῖα οὐ γυµνάσιόν ἐστιν (…) οὐχ ὕδωρ κατερχόµενον ἐς κρήνην, ἀλλὰ ἐν στέγαις κοίλαις κατὰ τὰς καλύβας µάλιστα τὰς ἐν τοῖς ὄρεσιν, ἐνταῦθα οἰκοῦσιν ἐπὶ χαράδρᾳ). Ainsi, dépourvus d’adduction hydrique, les Panopéens en étaient réduits à vivre au bord d’un ravin dont le ruisseau leur fournissait l’eau nécessaire, à proximité d’abris creusés dans le rocher. C’est sans doute au Sud et à l’Ouest de la ville fortifiée et sous son extrémité occidentale qu’il faudrait, nous semble‑t‑il, chercher le ravin et les proches habitations, puisque là de nombreux ruisseaux ont creusé le relief, avant de se réunir au fond d’une vallée de direction Est‑Ouest, puis Sud‑Nord : ce serait donc la zone désignée par l’astérisque blanc sur la fig. 1.

  • 24 Voir notamment les notices afférentes dans G. Zachos (n. 1).

21On voit ainsi que, en dépit des progrès permis par les investigations récentes, les vestiges archéologiques connus à Panopeus demeurent encore aujourd’hui modestes par rapport à ceux qu’ont révélés d’autres villes phocidiennes, telles Antikyra, Ambryssos, Hyampolis, Abai, Élatée et Tithoréa24. En outre, le nombre même des inscriptions – une vingtaine de textes dont la moitié d’épitaphes – trouvées sur le territoire des Panopéens est faible, comparé à ceux qu’ont livrés la plupart des cités de la région.

  • 25 Voir principalement l’article de la RE et D. Rousset et alii, AJA 119 (2015), p. 441‑463.

22Gardons‑nous cependant de voir dans la minceur des vestiges archéologiques et épigraphiques la preuve d’un déclin définitif de Panopeus dès après l’époque classique, que l’on pourrait être enclin à déduire, voire à exagérer en l’opposant à la fortune supposée de la cité aux époques anciennes, fortune qui paraîtrait liée à la riche histoire mythique de la localité, depuis le peuple des Phlégyens jusqu’au chef homérique Schédios et aux autres héros locaux, et qui pourrait également sembler découler des liens avec Delphes remontant à Phanotos et aux Labyades25. Ce qui ressort assurément des investigations archéologiques récentes, ce sont deux césures : l’une, révélée à la fois par la fondation du second temple et par l’évolution du matériel funéraire de la nécropole occidentale, se situe dans la 2e décennie du ve s. et elle paraît consécutive à la dévastation perse ; l’autre, plus nette encore, marquée par les changements dans les pratiques et les offrandes funéraires de la même nécropole, se place au milieu du ive s. et elle est la conséquence de la ruine des Phocidiens après la 3e guerre sacrée.

  • 26 G. Klaffenbach, Chiron 1 (1971), p. 167‑168 et SEG XLII, 478.
  • 27 Plutarque, Sylla XVI 8.

23Cependant, on ignore combien de temps l’affaiblissement consécutif à la défaite phocidienne dura pour la cité des Panopéens, alias Phanotéens. Constatons en tout cas que les Phanotéens, qui à titre individuel sont assez souvent mentionnés dans les inscriptions hellénistiques de Delphes ainsi que de Béotie, manifestèrent au iiie s. et au début du iie s. la vigueur d’une cité toujours vivante, d’une part par les honneurs qu’ils accordèrent à un Romain leur évergète et d’autre part dans un arbitrage frontalier qui les départagea, de façon apparemment victorieuse, de leur voisine Stiris – ce qui témoigne de l’étendue revendiquée de leur territoire26. Ces témoignages ne suffisent certes pas à faire de Panopeus-Phanoteus une cité « en vue » dans l’histoire de la Grèce centrale hellénistique : elle devait à cette époque n’être qu’une cité d’importance moyenne ou médiocre, derrière un groupe de cités phocidiennes certainement prééminentes (Antikyra, Ambryssos, Hyampolis, Abai, Élatée). Mais ces témoignages doivent également nous défendre de l’idée qu’elle fut durant toute l’époque hellénistique déjà réduite à la pauvre bourgade que Pausanias visita bien des siècles plus tard. Si Panopeus en vint finalement à pareille indigence, ce fut peut‑être, comme bien d’autres localités de Grèce Centrale, à la suite seulement de la guerre mithridatique, où elle paya de sa destruction sa proximité avec la passe stratégique de Chéronée27.

Deux nouvelles inscriptions hellénistiques [D.R.]

24La vie de la ville hellénistique est également rendue manifeste par deux nouvelles inscriptions. Découvertes en 2004, elles avaient jusqu’alors échappé à tous les visiteurs, alors qu’elles se trouvent sur le pourtour de la ville haute, l’une au sanctuaire d’Héraklès au Nord, l’autre près de la porte C vers le Sud.

Dédicace à Héraklès

  • 28 Cf. G. Klaffenbach, « Bericht über eine epigraphische Reise durch Mittelgriechenland und die Ionisc (...)

25La dédicace se trouve au sanctuaire d’Héraklès, qui était situé sur le flanc Nord de la ville haute, non loin d’une entrée (« A » sur le plan fig. 2)28. De ce sanctuaire subsistent aujourd’hui principalement, creusées à hauteur d’homme dans la paroi rocheuse verticale, trois niches (fig. 3), que l’équipe américaine conduite par J. Camp avait décrites par le menu : – à droite une niche semi-circulaire, mesurant 0,50 × 0,45 × 0,24, au‑dessus de laquelle le rocher recreusé et aplani porte une inscription lue TI[ca 2‑3]AEN : j’ai en réalité déchiffré Tιµοξ̣ένας̣ ; – au centre une niche triangulaire, mesurant 0,45 × 0,34 × 0,14, sous laquelle on lit ∆ωτανων, nom énigmatique ; – à gauche, une plus grande niche semi-circulaire, mesurant 0,82 × 0,63 × 0,40, sous laquelle le rocher soigneusement poli a reçu l’inscription Ἡ.ρακλεῖ ∆̣έ̣ξιος ᾿Αθ̣ηναῖος ἀνέθηκε, dédicace connue en partie depuis déjà 1860.

26Or, à gauche et à mi-hauteur de cette même niche (fig. 3 et 4), se trouve un cartouche rectangulaire entourant une surface non aplanie, qui est de plus grande largeur (0,065 × 0,385) qu’il ne paraît nécessaire, du moins pour l’unique inscription qui, jusqu’ici inaperçue, peut y être déchiffrée.

27Lettres (А, , ∑) hautes de 0,013–0,015, interligne presque inexistant. Découverte en 2004, photographiée en 2006 par N. Petrocheilos, déchiffrée sur place et grâce à des photographies et des estampages par D. Rousset en 2018 (fig. 4 et 5).

[Ἡ]ρ̣ακλεῖ
Κ̣α̣λλικράτης
    ἀνέθηκε.

iiie s. av. J.‑C. d’après l’écriture.

28Cette inscription avait‑elle pour fonction, comme peut‑être aussi la dédicace de l’Athénien Dexios soigneusement gravée sous la niche, de dédier à Héraklès un objet qui était déposé dans la cavité même, tout en ne portant pas lui‑même de dédicace ? Ou bien se rapportait‑elle à un autre objet fixé sur la paroi rocheuse au bord de la niche ?

Fig. 3 — Niches au sanctuaire d’Héraklès, sur le flanc Nord de la ville haute.

Fig. 3 — Niches au sanctuaire d’Héraklès, sur le flanc Nord de la ville haute.

Cl. D. Rousset, 2009.

Fig. 4 — Dédicace à Héraklès sur le bord gauche de la niche.

Fig. 4 — Dédicace à Héraklès sur le bord gauche de la niche.

Cl. N. Petrocheilos, 2006.

Fig. 5 — Estampage de l’inscription no 1.

Fig. 5 — Estampage de l’inscription no 1.

Cl. D. Rousset, 2018.

Inscription érotique

  • 29 C. Typaldou-Fakiris (n. 1), p. 168‑181, particulièrement 178‑180 et fig. 179-180 ; E. Gose, F. Scho (...)

29Dans la courtine méridionale de la ville haute est ménagée, à environ 25 m à l’Ouest de la tour V, une poterne, appelée « C » (fig. 2, 6, 7 et 8), comme le montrent les relevés de J. Blécon, la description de C. Typaldou-Fakiris et les photographies d’E. Gose et F. Schober29.

Fig. 6 — Depuis la tour V, c’est-à-dire depuis l’Est.

Fig. 6 — Depuis la tour V, c’est-à-dire depuis l’Est.

Le mur d’enceinte se déroulant vers l’Ouest ; la poterne C au centre du cliché.

Cl. D. Rousset, 2018.

Fig. 7 — Le rempart méridional vu du Nord-Ouest, c’est-à-dire depuis l’intérieur de la forteresse.

Fig. 7 — Le rempart méridional vu du Nord-Ouest, c’est-à-dire depuis l’intérieur de la forteresse.

À mi-hauteur du cliché la tour V ; en contrebas la poterne C, dont la partie occidentale est couverte de végétation ; on y distingue le bloc portant l’inscription, couverte d’un estampage.

Cl. D. Rousset, 2018.

Fig. 8 — Plan et élévation de la poterne C de Panopeus.

Fig. 8 — Plan et élévation de la poterne C de Panopeus.

Le bloc inscrit a été ajouté sur le dessin ; il est marqué « * », non loin du bloc marqué « ∞ ».

EFA, relevé-dessin J. Blécon, avec des additions par D. Rousset.

30Large d’environ 3,40 m, la poterne s’ouvre en biais, entre deux murs internes qui dépassent d’environ 0,5 m l’épaisseur moyenne de la courtine de part et d’autre. Ces murs internes, qui sont, vus de face, larges respectivement de 4,05 et 3,95 m, sont parés de feuillures d’angle (fig. 9 et 10).

Fig. 9 — Angle du mur occidental de la poterne C, vu depuis le Sud, c’est-à-dire avant d’entrer dans le passage.

Fig. 9 — Angle du mur occidental de la poterne C, vu depuis le Sud, c’est-à-dire avant d’entrer dans le passage.

Cl. D. Rousset, 2019.

Fig. 10 — Angle du mur occidental de la poterne C, vu depuis le Nord, c’est-à-dire en se retournant à peine entré dans la forteresse après avoir quitté le passage.

Fig. 10 — Angle du mur occidental de la poterne C, vu depuis le Nord, c’est-à-dire en se retournant à peine entré dans la forteresse après avoir quitté le passage.

Cl. D. Rousset, 2018.

31Aujourd’hui dissimulé dans la végétation qui a poussé sur la partie occidentale de la poterne, le bloc inscrit (marqué « * » sur la fig. 8), taillé dans le calcaire gris local, était un carreau dressé, qui est paré d’une feuillure d’angle sur son arête droite et est aujourd’hui brisé dans sa partie gauche (fig. 11) ; la joue du bloc, qui est la face inscrite, est grossièrement aplanie. Par rapport à la face inscrite, la face droite, pourvue d’un léger bossage, marque un angle, non pas droit, mais apparemment de 100°. Le bloc, qui mesure actuellement 0,8 (ht.) × 1,265 (lg. max. conservée) × 0,16‑0,33 (prof. sur la face droite et profondeur maximale mesurable), n’est plus dans sa position de mise en œuvre antique : en effet, il gît légèrement basculé en arrière et, par rapport au bloc marqué « ∞ » sur la fig. 8, il est séparé d’un mètre, et posé nettement en contrebas et en angle à environ 90° ; sa face inscrite regarde actuellement à peu près vers l’Ouest (fig. 7).

Fig. 11 — Le bloc inscrit dans sa situation actuelle, en contrebas du bloc marqué « ∞ » sur la fig. 8.

Fig. 11 — Le bloc inscrit dans sa situation actuelle, en contrebas du bloc marqué « ∞ » sur la fig. 8.

Cl. D. Rousset, 2018.

32Peut‑on retrouver la place originelle du bloc, notamment grâce à la feuillure d’angle sur son arête droite ? À vrai dire, les dimensions et caractéristiques du bloc ne semblent correspondre à celles d’aucun des quatre angles que les murs internes de la poterne forment avec les parements externes des courtines de part et d’autre. L’angle apparemment légèrement obtus que forment la face inscrite et la face droite inviterait à chercher à le placer soit à l’angle « I », soit à l’angle « III » (fig. 8) ; mais en ces points les angles obtus mesurent environ 120°. En outre, tous les angles de la poterne, à l’exception de l’angle « II », présentent un bossage protubérant (fig. 9 et 10), dont est en revanche dépourvu le bloc inscrit. Enfin, la profondeur et la hauteur de celui‑ci ne correspondent pas à des emplacements actuellement vides aux angles. On en est donc actuellement réduit à se demander, à titre hypothétique, si ce bloc ne se trouvait pas originellement dans l’alignement même du bloc « ∞ » : tandis que son angle pourvu d’une feuillure aurait marqué un retour, de direction grosso modo Nord‑Sud, dans l’intérieur du mur d’enceinte, sa face inscrite, étant orientée vers le Nord, aurait été visible et lisible depuis l’intérieur de la forteresse.

33L’inscription est aujourd’hui mutilée à gauche par la brisure du bloc, et elle semble avoir été à droite à peu près limitée par une épaisse veine de calcite. L’inscription est gravée sur cinq lignes, mais les deux dernières n’ont pas la même apparence, soit qu’elles ne soient pas de la même main, soit que, peut‑être plus probablement, la surface inscrite ait perdu de son épiderme. De hauteur homogène sont les lettres (0,06‑0,07 ; Ѧ, Ι pour zèta, Γ) et les interlignes (0,025-0,035) (fig. 11‑14).

   [ἁ] Ἀγλαΐα
   [π]υγίζετα̣[ι]
[1 l. min. ?]𐌉 Α∆ΙΛ̣- - - ?
[1 l. min. ?.Ε.Α̣.𐌉ΓΟ̣- - - ?
[1 l. min. ?]ṂΕ̣𐌉KΑ𐌉Ρ̣Ο̣Υ- - - ?
L. 1 : on peut également restituer [ἡ].

Fig. 12 — Face inscrite du bloc.

Fig. 12 — Face inscrite du bloc.

Cl. D. Rousset, 2018.

Fig. 13 — Face inscrite du bloc, détail.

Fig. 13 — Face inscrite du bloc, détail.

Cl. D. Rousset, 2018.

Fig. 14 — Estampage.

Fig. 14 — Estampage.

D. Rousset, 2018, photographié par I. Miari, EFA.

34L’écriture mêle à l’alpha à barre brisée (Ѧ) des formes plutôt anciennes (І, Γ), et il n’y a point d’apices, si bien que l’on datera l’inscription du iiie ou du iie s. av. J.‑C.

  • 30 B. Philippaki, S. Symeonoglou, N. Pharaklas, Arch. Delt. 22 (1967) B 1 [1968] p. 242 n. III (SEG 25 (...)
  • 31 IG XII Suppl. 445, corrigée et expliquée par L. Robert, Hellenica II (1946) 115‑118 (cf. Bull. 1948 (...)
  • 32 Sur Aglaia comme l’une des Charites, J. Escher, RE III (1899), 2152-2153, s.v. « Charis, Charites » (...)

35L’anthroponyme Ἀγλαΐα, converti du substantif abstrait ἀγλαΐα caractéristique de la langue poétique, semble rarissime pour des personnes historiquement attestées : je n’en connais à vrai dire qu’un exemple, à Haliarte, datable d’après l’écriture au iiie s. av. J.‑C.30. En effet, l’autre exemple enregistré dans LGPN d’après une épigramme funéraire pour une Bithynienne à Thasos se rapporte en réalité, non pas sans doute à une mortelle compagne de la défunte, mais à celle des Charites qui personnifie la jeunesse en fleur, suivant l’interprétation de L. Robert31. C’est que le nom Ἀγλαΐα est avant tout connu comme celui de cette Charis, et l’on ne peut manquer de rappeler que l’un des plus fameux cultes pour les Grâces trouvait place à Orchomène de Béotie, dont passaient pour être venus les Panopéens, avant qu’ils ne devinssent les voisins de ces Béotiens32.

  • 33 Voir respectivement Apollodore II 7, 8 ; Apollodore II 2, 1 et Scholie à Euripide, Oreste 965.
  • 34 Voir LGPN IIIB.

36Si l’on veut éclairer l’emploi de l’anthroponyme Ἀγλαΐα en Grèce Centrale, il faut également rappeler que, parmi les personnages mythologiques et héroïques ainsi nommés, deux autres ne sont pas sans lien non plus avec la région : l’une est la fille du héros Thespios, éponyme de la cité béotienne de Thespies ; l’autre, fille de Mantineus, est l’épouse d’Abas, éponyme de la cité phocidienne d’Abai33. Remarquons enfin que, parmi les anthroponymes formés sur l’adjectif ἀγλαός, la Béotie présente à partir du ive s. av. J.‑C. un nombre particulièrement important d’attestations, pour Ἀγλαόδωρος, Ἀγλαόθυµος, Ἄγλαος, Ἀγλαοφαΐδας, Ἀγλαώ, Ἀγλάων34. Ainsi, le bassin phocidien et béotien du Céphise et du Copaïs, depuis Abai et Panopeus jusqu’à Haliarte et Thespies en passant par Orchomène, paraît avoir constitué une région favorable à la fois aux noms formés sur l’adjectif et à l’usage – cependant très restreint – d’Ἀγλαΐα comme anthroponyme.

  • 35 Voir A. Themos, Ἀπόρρητοι ἐπιγραφαί. Ἀρχαῖες ἑλληνικὲς ἐρωτικὲς ἐπιγραφές, Diss. Αθήνα 2014, notamm (...)
  • 36 Cas de femme que l’on πυγίζει ou qui πυγίζεται : SEG 42, 850 et 46, 1299 (L. Dubois, I. dial. Sicil (...)
  • 37 Voici deux exemples sur des murs de forteresse et des portes : – sur la muraille de Philippes, en g (...)
  • 38 Supra p. 804.

37Parmi les nombreuses inscriptions à caractère érotique, quelques dizaines mentionnent l’acte de πυγίζειν, qu’il s’agisse d’une pratique affirmée par une personne active ou d’une assertion au passif destinée à humilier autrui35. Rares sont les textes où le sujet qui subit l’acte est une femme36. La rudesse de la présente déclaration nous paraît d’autant plus frappante que la sujette de l’acte porte le rare nom d’une des Charites, Ἀγλαΐα, anthroponyme de caractère poétique, et que l’inscription elle‑même, en grandes et profondes lettres gravées près de l’une des portes de l’acropole, ne pouvait guère échapper à l’œil du passant. On connaît d’autres proclamations de teneur aussi crue gravées de façon visible sur des murs ou des portes de forteresse, inscriptions que l’on a souvent considérées comme œuvres d’éphèbes ou de soldats occupant ainsi leur temps de garde37. Cependant, la soldatesque n’a sans doute pas le privilège de pareille proclamation, et l’on se gardera ainsi d’attribuer notre inscription, sur la foi de sa datation au iiie ou au iie s. av. J.‑C., par exemple à un membre de la garnison macédonienne de cette époque, que font connaître Polybe et sans doute le lot de monnaies macédoniennes ayant accompagné un défunt de la nécropole occidentale38.

38Quant à la teneur du texte, elle tranche fort avec celle des inscriptions jusqu’ici connues, aussi bien en Phocide, où c’est le premier texte connu gravé sur un mur de fortification, que parmi les inscriptions qui marquent le pourtour de la ville haute de Panopeus, depuis le sanctuaire d’Héraklès jusqu’à celui de Phanotos.

  • 39 D. Rousset, J. Camp, S. Minon (n. 1): Τάδε Φ̣άνοτος ἐπέδοκε τ̣[ᾶι θυγ]ατάρι Β̣ουπύγαι· τὰ hεµιρίν[ι (...)
  • 40 J. Bousquet, BCH 90 (1966), p. 90 ; voir aussi G. Roux, RA 1973, p. 68, qui parle de « καλλίπυγος » (...)
  • 41 L’adjectif ἀγαῖος, connu des lexicographes, s’explique par ἀγα-, préfixe d’intensification indiquan (...)

39On ne peut manquer de rappeler que l’inscription la plus en vue sur le flanc septentrional, placée près de l’ouverture entre la ville haute et l’acropole (fig. 2), et gravée sur près de 3 m2 et en lettres hautes de 0,055 à 0,075 m, commémore, en un libellé fameux jusqu’à Delphes, les dons de Phanotos39. Or, c’est à une certaine Β̣ουπύγα<ι>, héroïne au nom hapax, « évocateur, mais peu aimable »40, que Phanotos avait fait une série de dons, dont le dernier était une génisse dite ἀγαία (τὰ̣ν ἀγαίαν µ̣όσχ̣[ον]), rarissime adjectif signifiant certainement « la plus belle »41. Fort de ce parallèle, ne doit‑on pas se demander si la proclamation [ἁ] Ἀγλαΐα [π]υγίζετα̣[ι] était un jeu de mots répondant allusivement au nom Βουπύγα et à l’adjectif ἀγαία, lisibles sur le versant opposé de la ville haute dans une inscription qui, pour avoir longtemps échappé à l’œil des visiteurs d’aujourd’hui, devait sans nul doute être connue de tout résident antique de la ville ? Mais ce serait peut‑être prêter à l’auteur de l’inscription de la porte Sud un esprit excessivement facétieux et féru d’intertextualité.

Haut de page

Notes

1 Sur Panopeus-Phanoteus, voir C. Schober, Phokis, diss. Iena (1924), p. 39 ; E. Kirsten, RE XVIII (1949), 637-649 ; J. M. Fossey, The Ancient Topography of Eastern Phokis (1986), p. 63‑67 ; J. Oulhen, dans M. H. Hansen, Th. H. Nielsen (éds), An Inventory of Archaic and Classical Poleis (2004), p. 424 no 190 ; C. Typaldou-Fakiris, Villes fortifiées de Phocide et la iii  e guerre sacrée 356-346 av. J.‑C. (2004), p. 162‑181 ; Ph. Ntassios, Αρχαίοι οικισµοί στην κοιλάδα του Φωκικού Κηφισού (2004), p. 235‑240 ; G. Zachos, Tabula imperii romani J 34 Athens. Achaia Phtiotis, Malis, Aenis, Oitaia, Doris, Eurytania, East and West Locris, Phokis, Aitolia, Akarnania (2016), p. 123‑124 ; E. Gose, F. Schober, « Ergebnisse einer topographischen Reise durch Phokis », MDAIA 131‑132 (2016-2017), p. 323‑370, aux p. 351‑360 ; D. Rousset, J. Camp, S. Minon, « The Phocian city of Panopeus/Phanoteus, Three New Rupestral Inscriptions and the Cippus of the Labyadai of Delphi », AJA 119 (2015), p. 441‑463. Voir en outre n. 5.

2 Pausanias X 4, 1‑2 : Στάδια δὲ ἐκ Χαιρωνείας εἴκοσιν ἐς Πανοπέας ἐστί, πόλιν Φωκέων, εἴγε ὀνοµάσαι τις πόλιν καὶ τούτους οἷς γε οὐκ ἀρχεῖα οὐ γυµνάσιόν ἐστιν, οὐ θέατρον, οὐκ ἀγορὰν ἔχουσιν, οὐχ ὕδωρ κατερχόµενον ἐς κρήνην, ἀλλὰ ἐν στέγαις κοίλαις κατὰ τὰς καλύβας µάλιστα τὰς ἐν τοῖς ὄρεσιν, ἐνταῦθα οἰκοῦσιν ἐπὶ χαράδρᾳ. Ὅµως δὲ ὅροι γε τῆς χώρας εἰσὶν αὐτοῖς ἐς τοὺς ὁµόρους, καὶ ἐς τὸν σύλλογον συνέδρους καὶ οὗτοι πέµπουσι τὸν Φωκικόν. Καὶ γενέσθαι µὲν τῇ πόλει τὸ ὄνοµα λέγουσιν ἀπὸ τοῦ Ἐπειοῦ πατρός, αὐτοὶ δὲ οὐ Φωκεῖς, Φλεγύαι δὲ εἶναι τὸ ἐξ ἀρχῆς καὶ ἐς τὴν γῆν διαφυγεῖν φασι τὴν Φωκίδα ἐκ τῆς Ὀρχοµενίας. Πανοπέων δὲ τὸν ἀρχαῖον θεώµενοι περίβολον ἑπτὰ εἶναι σταδίων µάλιστα εἰκάζοµεν...

3 Voir entre autres l’introduction à An Inventory of Archaic and Classical Poleis (n. 1), notamment p. 130‑134 : « The Polis as a Religious Organisation », et p. 135‑137 : « City Walls as Evidence for Polis Identity ».

4 Lettre d’Hadrien à Naryka IG IX 12, 2018.

5 Voir D. Rousset, Ph. Katzouros, BCH 116 (1992), p. 197‑215, et les références infra n. 28 et 39.

6 Voir E. Kountouri, « Άγιος Βλάσιος », Ἀρχ. ∆ελτ. 56‑59 (2001-2004) B2 [2011], p. 188‑190 ; E. Kountouri, N. Petrocheilos, « Το νεκροταφείο του φωκικού Πανοπέως· το ιστορικό πλαίσιο », dans E. Kountouri, A. Gadolou, Σωστικές ανασκαφές σε αρχαιολογικούς χώρους. Ι Tα νεκροταφεία· χωροταξική οργάνωση, ταφικά έθιµα, τελετουργία (à paraître) ; E. Kountouri, N. Petrocheilos, « Το νεκροταφείο του φωκικού Πανοπέως », Arch. Delt. (à paraître) ; E. Kountouri, I. Mavrommatidis, N. Petrocheilos, « Panopeus » in Ancient Phokis. New approaches to its history, archaeology and topography, Papers of an international conference held at the German Archaeological Institute (DAI) Athens 30.03.-01.04.2017 (à paraître).

7 Nous remercions également M. L. Garrigues (École pratique des hautes études), qui nous a aidés dans la préparation des illustrations.

8 E. Gose, F. Schober (n. 1), p. 358 ont signalé dans le prolongement du mur de protection de la ville basse vers le Nord-Ouest, au lieu‑dit « Palaiaphthia » que « Einige Fundamentreste dort könnten von einem antiken Tempel herrühren » ; c’est de là aussi que passait pour provenir un chapiteau ionique qu’ils virent au village.

9 Hérodote VIII 35.

10 Démosthène, Sur l’Ambassade 61, 65 et 325 ; Diodore XVI 60, 2 ; Pausanias X 3, 1‑3.

11 Voir respectivement E. Kirsten, RE XVIII (1949), p. 646 ; F. E. Winter, Greek fortifications (1971), p. 146 et n. 67 ; J. M. Fossey, The Ancient Topography of Eastern Phokis (1986), p. 141 ; J. McK. Camp dans S. Rotroff, J. McK. Camp, Hesperia 65 (1996), p. 271‑275 ; C. Typaldou-Fakiris (n1), p. 181 ; E. Gose, F. Schober (n. 1), p. 359. Sur les problèmes que pose la datation des fortifications de Phocide, voir mon compte rendu du livre de C. Typaldou-Fakiris dans RA 2005, p. 101‑103.

12 Helléniques d’Oxyrhynchos XXI, 5. Cf. P. Goukowsky, Chr. Feyel, Le profil d’une ombre. Études sur les Helléniques d’Oxyrhynchos (2019), p. 338.

13 Polybe V 96, 4‑8. C’est selon toute vraisemblance la distinction par Polybe entre ἄκρα et ἀκρόπολις qui a inspiré la dénomination adoptée sur leur plan par J.‑P. Michaud et J. Blécon et depuis reprise (fig. 2).

14 Sur la Phocide orientale à cette époque, cf. D. Rousset, Le territoire de Delphes et la terre d’Apollon (2002), p. 24‑26 ; sur une hypothétique fortification de places phocidiennes au iiie s., cf. D. Rousset, compte rendu du livre de C. Typaldou-Fakiris, RA 2005, p. 101‑103.

15 Praktika arch. het. 1907 (1910), p. 110 ; Memnon 2 (1908), p. 98.

16 E. Gose, F. Schober (n. 1), p. 358.

17 Arch. Delt. 55 (2000), Chron. B 1 [2009], p. 402‑404 ; pour l’anthémion inv. 2640 au musée de Chéronée, cf. eiusdem, in Αρχαιολογικό έργο Θεσσαλίας και Στερεάς Ελλάδας IIΠρακτικά επιστηµονικής συνάντησης Βόλος 2006 (2009), p. 1111 et 1122.

18 Voir supra n. 6.

19 Voir Sylloge nummorum Graecorum. The Alpha Bank collection. Macedonia I, Alexander I – Perseus, 2000, n° 1071.

20 Cf. supra.

21 Pausanias X 4, 5 : ἐπὶ τῇ χαράδρᾳ (voir infra) ; Plutarque, Lysandre XXIX, 4.

22 Les inscriptions funéraires sont IG IX 1, 74‑77, SEG III 413 et Arch. Anzeiger 1941, p. 109 n. 1, ainsi que deux inédites. – Parties anépigraphes d’autres stèles funéraires au musée de Chéronée : inv. 2640 (cf. n. 17) et 4475.

23 Arch. Delt. 55 (2000), Chron. B 1 [2009], p. 402‑404.

24 Voir notamment les notices afférentes dans G. Zachos (n. 1).

25 Voir principalement l’article de la RE et D. Rousset et alii, AJA 119 (2015), p. 441‑463.

26 G. Klaffenbach, Chiron 1 (1971), p. 167‑168 et SEG XLII, 478.

27 Plutarque, Sylla XVI 8.

28 Cf. G. Klaffenbach, « Bericht über eine epigraphische Reise durch Mittelgriechenland und die Ionischen Inseln », SB Ak. Berlin 1935, p. 703 ; J. Camp et alii, « An Athenian Dedication to Herakles at Panopeus », Hesperia 66 (1997), p. 261‑269 ; K. Hallof, « An Athenian Dedication to Herakles at Panopeus: Addendum », Hesperia 66 (1997), p. 643 ; E. Gose, F. Schober (n. 1), aux p. 352 et 365.

29 C. Typaldou-Fakiris (n. 1), p. 168‑181, particulièrement 178‑180 et fig. 179-180 ; E. Gose, F. Schober (n. 1), aux p. 351‑360, avec notamment les photographies fig. 38 et 39 pour la poterne « C » vue du Sud. Cf. auparavant E. Kirsten, RE XVIII (1949), 642.

30 B. Philippaki, S. Symeonoglou, N. Pharaklas, Arch. Delt. 22 (1967) B 1 [1968] p. 242 n. III (SEG 25, 558) ; j’indique la date d’après la photographie que m’a aimablement communiquée Y. Kalliontzis.

31 IG XII Suppl. 445, corrigée et expliquée par L. Robert, Hellenica II (1946) 115‑118 (cf. Bull. 1948, 191) ; Ἀγλαΐα enregistrée comme compatriote en Bithynie de la défunte Mènothéa dans LGPN VA (2010), p. 5. Noter qu’Ἀγλαΐα est aussi un nom de navire athénien, IG II2 1622 l. 597 et 1626 l. 47.– Ἀγλάης peut‑être dans un graffito « rétrograde » romain à Leukè du Pont, Bull. 1996, 295, SEG 43, 502.

32 Sur Aglaia comme l’une des Charites, J. Escher, RE III (1899), 2152-2153, s.v. « Charis, Charites » ; E. B. Harrison, LIMC III (1986), 191‑203 s.v. « Charis, Charites ». – Pour le sanctuaire des Charites à Orchomène, voir Hésiode, fr. 71 ; Pindare, Olympique XIV ; Pausanias IX 35, 1‑7 ; RE ibid. 2153-2154 ; D. Knoepfler, Bull. 2008, 233 et 2017, 252. – Sur les Panopéens et Orchomène, voir Pausanias X 4, 1 cité n. 1.

33 Voir respectivement Apollodore II 7, 8 ; Apollodore II 2, 1 et Scholie à Euripide, Oreste 965.

34 Voir LGPN IIIB.

35 Voir A. Themos, Ἀπόρρητοι ἐπιγραφαί. Ἀρχαῖες ἑλληνικὲς ἐρωτικὲς ἐπιγραφές, Diss. Αθήνα 2014, notamment p. 455‑460. Sur le verbe πυγίζειν, cf. D. Bain, « Six Greek Verbs of Sexual Congress », CQ 46 (1991), p. 51‑77, aux p. 67‑70.

36 Cas de femme que l’on πυγίζει ou qui πυγίζεται : SEG 42, 850 et 46, 1299 (L. Dubois, I. dial. Sicile II 120 et 122) ; deux exemples dans IGBulg V 5074 (SEG 47, 1155) ; peut‑être à Nymphaion dans le Bosphore, Bull. 2009, 380 (aussi SEG 61, 625 n° 8) ; – une καταπύγαινα à Athènes SEG 13, 32 et une καταπύγ[αινα] ou καταπύγ[ων] Athenian Agora XXI, p. 14 C 27 ; une femme κατάπυγος sur un vase en Apulie SEG 40, 908 ; une femme καταπύγων à Ténos SEG 52, 802.

37 Voici deux exemples sur des murs de forteresse et des portes : – sur la muraille de Philippes, en grandes lettres [- - -]ΙΩ[- - -] πυγίζεται, Ch. Koukouli-Chrysanthaki, in Βʹ Πανελλήνιο συνέδριο Ἐπιγραφικῆς Θεσσαλονίκη 2001 (2008), p. 135‑148 ; – à Thasos à la porte de Zeus, graffito τὸν παράγοντα πεπύγικα, J. Pouilloux, Recherches sur l’histoire et les cultes de Thasos I (1954), p. 223 n. 5, aussi Y. Grandjean, Le rempart de Thasos (2011), p. 588‑589. Ici et là, les remparts portent aussi de nombreuses acclamations καλός. – Sur ces inscriptions comme œuvres de soldats ou d’éphèbes, cf. e.g. Ch. Picard, RA 1912, 2, p. 67 ; Y. Garlan, O. Masson, BCH 106 (1982), p. 19 ; A. Themos, op. cit., p. 389 et 509.

38 Supra p. 804.

39 D. Rousset, J. Camp, S. Minon (n. 1): Τάδε Φ̣άνοτος ἐπέδοκε τ̣[ᾶι θυγ]ατάρι Β̣ουπύγα<ι>· τὰ hεµιρίν[ια κἐκ τᾶς] δυoδεκαΐδος τὰν̣ χίµαιραν [καὶ τ]ἐµ̣ [Πρ]οναίαν τὰ δέρµατα καὶ τὰ τόι [Λυ]κείοι δέρµατα καὶ τὰ̣ν ἀγαίαν µόσχ̣[ον]. Cette inscription rupestre fut ultérieurement citée dans l’inscription du cippe des Labyades gravée à Delphes, G. Rougemont, CID I 9, l. D 29‑38. Voir également A. Jacquemin, D. Mulliez, G. Rougemont, Choix d’inscriptions de Delphes (2012), no 30, et V. Pirenne-Delforge, J.‑M. Carbon, S. Peels, A Collection of Greek Ritual Norms (2016), http://cgrn.ulg.ac.be/, no 82.

40 J. Bousquet, BCH 90 (1966), p. 90 ; voir aussi G. Roux, RA 1973, p. 68, qui parle de « καλλίπυγος ». Pour le préfixe βου- à valeur augmentative, cf. P. Chantraine, Dict. étym. langue grecque I (1968) s.v.

41 L’adjectif ἀγαῖος, connu des lexicographes, s’explique par ἀγα-, préfixe d’intensification indiquant la grandeur ou la supériorité ; cf. D. Rousset et alii (n. 1), p. 449.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 — Vue aérienne des alentours d’Agios Vlásios (nome de Béotie).
Légende Au Sud du village actuel, la ville haute et l’acropole fortifiées de Panopeus ; l’astérisque blanc désigne l’emplacement hypothétique d’une partie de l’habitat : cf. p. 805.
Crédits © GoogleEarth, 2019.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1001/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 785k
Titre Fig. 2 — Plan de Panopeus, indiquant l’emplacement du sanctuaire d’Héraklès, de la porte C et du temple.
Crédits EFA, par J. Blécon, O. Jappe et J.‑P. Michaud, avec des additions par D. Rousset.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1001/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
Titre Fig. 3 — Niches au sanctuaire d’Héraklès, sur le flanc Nord de la ville haute.
Crédits Cl. D. Rousset, 2009.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1001/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 669k
Titre Fig. 4 — Dédicace à Héraklès sur le bord gauche de la niche.
Crédits Cl. N. Petrocheilos, 2006.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1001/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Titre Fig. 5 — Estampage de l’inscription no 1.
Crédits Cl. D. Rousset, 2018.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1001/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 554k
Titre Fig. 6 — Depuis la tour V, c’est-à-dire depuis l’Est.
Légende Le mur d’enceinte se déroulant vers l’Ouest ; la poterne C au centre du cliché.
Crédits Cl. D. Rousset, 2018.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1001/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 626k
Titre Fig. 7 — Le rempart méridional vu du Nord-Ouest, c’est-à-dire depuis l’intérieur de la forteresse.
Légende À mi-hauteur du cliché la tour V ; en contrebas la poterne C, dont la partie occidentale est couverte de végétation ; on y distingue le bloc portant l’inscription, couverte d’un estampage.
Crédits Cl. D. Rousset, 2018.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1001/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 558k
Titre Fig. 8 — Plan et élévation de la poterne C de Panopeus.
Légende Le bloc inscrit a été ajouté sur le dessin ; il est marqué « * », non loin du bloc marqué « ∞ ».
Crédits EFA, relevé-dessin J. Blécon, avec des additions par D. Rousset.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1001/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 434k
Titre Fig. 9 — Angle du mur occidental de la poterne C, vu depuis le Sud, c’est-à-dire avant d’entrer dans le passage.
Crédits Cl. D. Rousset, 2019.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1001/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 712k
Titre Fig. 10 — Angle du mur occidental de la poterne C, vu depuis le Nord, c’est-à-dire en se retournant à peine entré dans la forteresse après avoir quitté le passage.
Crédits Cl. D. Rousset, 2018.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1001/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 629k
Titre Fig. 11 — Le bloc inscrit dans sa situation actuelle, en contrebas du bloc marqué « ∞ » sur la fig. 8.
Crédits Cl. D. Rousset, 2018.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1001/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
Titre Fig. 12 — Face inscrite du bloc.
Crédits Cl. D. Rousset, 2018.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1001/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 493k
Titre Fig. 13 — Face inscrite du bloc, détail.
Crédits Cl. D. Rousset, 2018.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1001/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 637k
Titre Fig. 14 — Estampage.
Crédits D. Rousset, 2018, photographié par I. Miari, EFA.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1001/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 602k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nikolaos Petrocheilos et Denis Rousset, « Contribution à l’histoire et à l’épigraphie de Panopeus en Phocide »Bulletin de correspondance hellénique, 143.2 | 2019, 795-815.

Référence électronique

Nikolaos Petrocheilos et Denis Rousset, « Contribution à l’histoire et à l’épigraphie de Panopeus en Phocide »Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 143.2 | 2019, mis en ligne le 05 mars 2020, consulté le 18 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/bch/1001 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bch.1001

Haut de page

Auteurs

Nikolaos Petrocheilos

Directeur de la Section des Antiquités préhistoriques et classiques et des Musées de l’Éphorie des Antiquités de Phocide

Denis Rousset

Directeur d'études à l'École pratique des hautes études, Section des Sciences historiques et philologiques.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search