Navigation – Plan du site

AccueilNuméros143.2Commerce interrégional pendant l’...

Commerce interrégional pendant l’époque protobyzantine

Le témoignage de la céramique importée à Delphes
∆ιαπεριφερειακό εµπόριο κατά τη διάρκεια της Πρωτοβυζαντινής περιόδου: η µαρτυρία της εισηγµένης κεραµικής στους ∆ελφούς
Interregional trade during the Early Byzantine era: The testimony of ceramics imported to Delphi
Platon Pétridis
p. 817-881

Résumés

Dans la Delphes de l’époque protobyzantine, l’expression artistique et artisanale fait preuve d’une vive interaction entre les Delphiens et leurs homologues de villes proches ou lointaines. La céramique locale plus précisément, bien étudiée et circonscrite dans le temps, couvre un large éventail de produits de bonne qualité, déjà au ive s. de n. è., mais surtout aux vie et viie s. Quant à la céramique importée, amphores, lampes, sigillées et céramique peinte sont examinées ici pour la première fois en détail, dans le souci de compléter l’image des objets en terre cuite utilisés dans cette ville moyenne de la Grèce Centrale. Les rapports commerciaux entre Delphes et certaines autres villes de la péninsule grecque et des îles y sont étudiés, en même temps que la présence dans toutes ces villes des grandes productions méditerranéennes. Cette étude nous permet d’inscrire Delphes dans un cadre commercial précis, la rapprochant des villes de la Grèce Centrale et du Péloponnèse où les produits africains l’emportent sur les importations micrasiatiques.

Haut de page

Notes de l’auteur

Recherche effectuée dans le cadre des travaux de l’École française d’Athènes à Delphes.

Texte intégral

Introduction : La ville de Delphes

1Si Delphes fut, durant toute l’Antiquité, un point de rencontre panhellénique et sans doute le centre diplomatique le plus important des cités grecques, à partir du ive s. de n. è., elle se contenta d’une petite place dans l’immense province de l’Achaïe à l’ombre de villes beaucoup plus significatives, qui se trouvaient, soit sur le tracé de voies terrestres importantes, soit sur des routes maritimes.

  • 1 Hiéroklès, Synekdèmos 643,13 (éd. E. Honigmann).
  • 2 La Notitia du cod. Paris. graec. 1555 A (éd. De Boor, 758) nous informe que Delphes était siège d’u (...)
  • 3 Hiéroklès Synekdèmos 644,1, 644,4, 643,10 et 644,7 respectivement (éd. EHonigmann).
  • 4 N. Papatzikos, Αντίκυρα: ο πρωτοβυζαντινός οικισµός-λιµάνι και τα αρχαιολογικά κατάλοιπά του.
  • 5 La maison d’époque protobyzantine la plus spacieuse découverte jusqu’à présent est celle appelée co (...)
  • 6 P. Pétridis, « Μάργαρον ἐς χεῖρας τὰς ἐµὰς τῇ προτεραίᾳ ἐµπέπτωκεν : Η λεοπάρδαλη των ∆ελφών και τα (...)
  • 7 Déroche, Pétridis, Badie 2014 (n. 5), p. 42 et fig. 66 p. 43.
  • 8 Pour les monnaies découvertes dans Le Secteur au Sud-Est du Péribole, voir A. Destrooper, « Les mon (...)
  • 9 Voir supra n. 5.
  • 10 Pour la sculpture architecturale de Delphes voir V. Déroche, « Études sur Delphes paléochrétienne, (...)
  • 11 Pour ces mosaïques voir H. Stern, « Sur quelques pavements paléo-chrétiens du Liban », CArch 15 (19 (...)

2La ville de Delphes, mentionnée par Hiéroklès au vie s. de n. è. dans le registre de la province d’Achaïe1, fut toutefois siège d’un évêché2 et ses ressources, dues sans doute à la culture de la plaine, autrefois sacrée, ou au commerce, lui ont permis d’étaler son tissu urbain autour, mais aussi à l’intérieur des anciens sanctuaires d’Apollon et d’Athéna et de jouer probablement un certain rôle dans les régions de Phocide et de Béotie. Amphissa et Antikyra dans le voisinage immédiat de Delphes, et les plus lointaines Daulia et Stiris sont les autres villes de la région mentionnées dans le Synekdèmos3. Des découvertes sporadiques de sols en mosaïque à Amphissa témoignent d’un certain niveau de vie à l’époque protobyzantine, mais l’étendue de la ville n’est pas connue. À Antikyra, site portuaire sur le Golfe de Corinthe, des fouilles de sauvetage ont mis au jour une basilique et des sols en mosaïque appartenant probablement à des maisons privées ; à première vue, le matériel céramique de cette ville est très proche de celui de Delphes. Une thèse de doctorat sur la ville et la céramique d’Antikyra en cours de rédaction à l’Université nationale et capodistrienne d’Athènes4 va mieux esquisser le profil de cette ville et sa place dans la région. À mon avis, ni Amphissa ni, beaucoup moins, Antikyra ne devaient être des villes de la taille de Delphes dont l’étendue du tissu urbain à l’époque protobyzantine nous permet de supposer qu’elle était la ville la plus prospère de la Phocide entre le ive et le viie s. de n. è. Les riches demeures5 et les objets qui y furent découverts constituent des témoins incontestables d’un niveau de vie aisé de la classe dominante. Parmi les « petits objets » d’une valeur artistique exceptionnelle, mentionnons en premier lieu un léopard en nacre6, d’origine probablement sassanide, découvert dans le Secteur au Sud-Est du Péribole et exposé actuellement au rez-de-chaussée du musée de Delphes. Il s’agit d’un objet unique en son genre, en ronde-bosse, sans parallèles jusqu’à présent dans la bibliographie. Les objets en métal datant de l’époque protobyzantine découverts à Delphes sont plus que rares : à l’exception de quelques clous, notons des ustensiles et des boucles d’oreille en bronze ainsi qu’une paire de boucles d’oreille en argent découverte dans une tombe7. Les monnaies sont également relativement très peu nombreuses par rapport à la taille de la ville et l’étendue des fouilles. Leurs propriétaires les ont donc soit enfouies en vue d’un danger, soit emportées avec eux lors de l’abandon définitif du site vers 6208. À noter également la découverte récente dans la fouille de l’habitat au niveau des fortifications dites de Philomélos de plusieurs fragments de verre appartenant à des polykandéla9. Peu de choses restent de la décoration sculptée des bâtiments privés ; les témoins de la sculpture architecturale de Delphes proviennent essentiellement de ses trois basiliques et du bâtiment conventionnellement appelé Agora romaine10. Le plus important ensemble de mosaïques provient d’une basilique, très probablement cémétériale, découverte en 1959 à l’entrée du nouveau village et au voisinage immédiat d’arcosolia taillés dans le rocher ; ces panneaux (fig. 1)11, enlevés à l’époque de leur découverte pour être préservés, sont actuellement exposés devant le musée de Delphes.

Fig. 1 — Delphes, basilique cémétériale, mosaïque de la nef centrale (détail).

Fig. 1 — Delphes, basilique cémétériale, mosaïque de la nef centrale (détail).

Cl. P. Pétridis.

  • 12 P. Pétridis, « Das frühchristliche Delphi. Die keramischen Zeugnisse », dans M. Maass (éd.), Delphi (...)
  • 13 Voir plus particulièrement à propos de la céramique produite localement à la fin du vie et au début (...)
  • 14 PPetridis, « Late Roman/Early Byzantine Archaeology in Greece: a “Gateway” to the period of Trans (...)

3Un riche décor composé essentiellement d’animaux et de jeunes hommes représentant l’été (καλοί καιροί) se développe dans des compartiments individuels. D’autres manifestations d’artisans mosaïstes, moins importantes de point de vue iconographique, se rencontrent également partiellement conservées sur les sols des maisons (par exemple Maison D, Maison E, Maison F) ou des thermes (Thermes de l’Est). Il s’agit essentiellement de décors géométriques et végétaux rarement multicolores (Maison G), le plus souvent exécutés en bichromie (noir et blanc). C’est la céramique12 enfin qui nous donne les plus nombreuses informations sur l’expression artistique et artisanale de Delphes témoignant d’une vive interaction entre les artistes et les artisans de la ville d’un côté et ceux de villes proches ou un peu plus lointaines de la Grèce du Centre et du Sud de l’autre côté13 ; ces rapports furent entretenus même pendant la courte période qui va de la seconde moitié du vie au premier quart ou au milieu du viie s. de n. è., considérée comme le prélude de temps difficiles, et que je préfère nommer « Période de Transformations »14.

L’apport de la céramique à l’insertion de Delphes dans un cadre commercial précis

La moisson des fouilles protobyzantines

  • 15 Pétridis 2010.

4Des milliers de tessons constituent actuellement le fruit de fouilles systématiques effectuées dans deux monuments représentatifs de la période tardive de Delphes : l’Agora romaine qui devait être le foros de la ville tardive, centre politique et commercial en même temps, et le Secteur au Sud-Est du péribole. Les fouilles, menées par l’École française d’Athènes sous la direction de V. Déroche et de l’auteur, ont duré de 1990 en 1997. Aux découvertes provenant de ces deux monuments s’ajoute un nombre relativement restreint de céramiques découvertes lors de la fouille du Gymnase, effectuée en collaboration entre l’École française d’Athènes et la xe Éphorie des Antiquités préhistoriques et classiques de l’époque et dirigée par E. Pentazos, V. Déroche et Fr. Queyrel. Enfin, dans l’ancienne réserve qui existait sous la maison des fouilles et dans les réserves du musée de Delphes, j’ai localisé et étudié du matériel provenant de fouilles de sauvetage ou de nettoyages faits par l’Éphorie et par l’École française d’Athènes avant 1990 : ce dernier matériel, relativement peu nombreux, mais en bonne état de conservation, reste difficilement exploitable, en dehors d’une étude typologique, à cause du manque de données stratigraphiques. Seules les lampes, provenant des nécropoles de Delphes, et quelques sceaux de pain béni offrent un éventail iconographique intéressant qui m’a permis des études plus poussées. L’étude du matériel de l’Agora romaine, du Secteur au Sud-Est du Péribole et du Gymnase ont fait l’objet d’une thèse de doctorat (Paris, 1995). La monographie qui a suivi15 et dans laquelle a été rajouté l’étude du matériel conservé dans les réserves du musée de Delphes, met l’accent sur la ville et sur la céramique protobyzantine produite localement et découverte dans tout le site. Le choix qui avait été fait au moment du dépôt du manuscrit de cette monographie en 2005 laissait de côté une étude en profondeur de la céramique importée à Delphes. C’est un manque que le présent article a l’ambition de combler, mais sûrement pas aussi longuement que dans une monographie.

Les sphères d’influence des deux productions principales

  • 16 Ces sphères d’influence des deux principales productions de sigillées sont illustrées dans P. Pétri (...)

5Cette céramique importée, par des flux différents d’une période à l’autre, nous permet de formuler des hypothèses sur les rapports commerciaux ou artistiques entre la ville et ses voisins et d’insérer Delphes de l’époque protobyzantine dans un cadre commercial précis, la rapprochant des villes du Péloponnèse et du Centre, tout en l’éloignant des sites insulaires ou de ceux de la Thessalie et de la Grèce du Nord. Dans les premières, les importations africaines l’emportent clairement sur les importations micrasiatiques, au moins en ce qui concerne la céramique de table (sigillées) et les lampes. Parmi ces dernières, on compte également les imitations des lampes africaines dont nous reparlerons plus bas. C’est le contraire que nous constatons par l’étude quantitative des importations dans l’autre groupe, celui des villes de la Thessalie, du Nord et des îles, dont certaines sont à proximité immédiate des sites producteurs de la côte Est de l’Égée : la céramique de table et les lampes micrasiatiques ou les lampes d’inspiration micrasiatique sont clairement les productions les mieux représentées dans ces villes16.

Les publications sur la céramique découverte dans les villes grecques

  • 17 Dans cette dernière catégorie se classent bon nombre de sites grecs présentés dans Papanikola-Bakir (...)

6En dehors de Delphes, les autres villes de la Grèce continentale et des îles dont le matériel céramique a fait l’objet d’une monographie ou d’un nombre d’articles suffisant pour nous donner une image précise des importations et/ou des fabrications locales entre, environ, le iie et le viie s. de n. è., ne sont ni nombreuses, ni très proches de Delphes. Elles peuvent toutefois nous aider à comprendre les tendances dans les importations et les routes de commerce selon les périodes. Des villes ou des régions dont la céramique est connue de façon fragmentaire, uniquement par des articles présentant du matériel provenant d’un seul ensemble de fouille (très souvent funéraire)17 peuvent également contribuer à la discussion, quoiqu’à un degré moindre.

  • 18 Nous invitons le lecteur à la bibliographie thématique par ville ou région précisée en fin d’articl (...)

7Les villes possédant des monographies et/ou un nombre important d’articles sur la céramique de cette période sont18 : Athènes ou l’Attique en général ; Argos et l’Argolide, Isthmia, Cenchrées, Olympie et Corinthe, la capitale de la province de l’Achaïe, dans le Péloponnèse ; Élatée en Phocide ; Démétrias en Thessalie ; Thessalonique ; Thasos, Chios, Samos, Rhodes et Halassarna de Cos dans la Mer Égée et enfin les villes crétoises d’Eleutherna et Gortys.

Relativisation des résultats statistiques. Contraintes méthodologiques

8Le nombre de sites dont le matériel céramique a été suffisamment publié jusqu’à présent, et surtout l’étendue des fouilles par rapport à la superficie supposée des villes à cette époque, restent, à mon avis, trop restreints pour que l’on arrive à des conclusions statistiques infaillibles. Ces conclusions porteraient sur l’ensemble de la céramique qui circule dans le monde grec à l’époque protobyzantine, qu’elle soit produite sur la péninsule grecque et les îles ou ailleurs. Pour concrétiser le phénomène d’influence commerciale périodique ou constante de certaines régions ou sites plus que d’autres, il faudrait à mon avis posséder de données quantitatives beaucoup plus importantes. Une expérience de trente ans dans la discipline m’a persuadé que très souvent, on ne publie que ce qui est facilement reconnaissable grâce à la bibliographie existante, laissant de côté ce qui est inidentifiable (très souvent local ou régional) ; les espaces fouillés en outre, même dans des explorations archéologiques systématiques, ne correspondent qu’à une partie relativement réduite de l’ensemble d’une ville. Le manque, de l’autre côté, dans la plupart des cas, d’identification sûre des productions locales, faute d’observations approfondies ou d’analyses chimiques et pétrographiques, empêche la détection d’un éventuel commerce interrégional à échelle réduite et probablement par voie terrestre plus que maritime. Seules des catégories universellement connues et largement étudiées comme les amphores, les sigillées ou les lampes, peuvent donner des indices plus sûrs et c’est précisément sur ces catégories et, en particulier, sur les sigillées, que la recherche s’est focalisée pour proposer le cadre commercial mentionné ci-dessus et dans lequel s’insère facilement la ville de Delphes.

Delphes site exportateur ?

  • 19 Voir supra n. 12 et 15.

9S’il est relativement facile donc d’inscrire Delphes dans un système précis de rapports commerciaux entre l’Orient et l’Occident méditerranéen, il n’est pas toujours facile, même pour un site producteur comme Delphes dont la production locale a fait l’objet d’une recherche systématique19, de détecter l’ampleur des exportations de ses propres produits céramiques fabriqués sur place et dans un deuxième temps, en ce qui concerne les amphores uniquement, des produits agricoles de Delphes et de sa région contenus dans les amphores locales.

  • 20 En particulier les monographies sur Corinthe et Athènes, le livre de J. Hayes Late Roman Pottery et (...)

10Plusieurs facteurs peuvent être à l’origine de cette difficulté. L’explication la plus simple consiste en l’absence de publications concernant les sites limitrophes de Delphes, terrain d’exportation le plus favorable pour une production locale, céramique et agricole ; une autre raison doit être liée au manque de publications sur la céramique delphique antérieures à 1997 qui n’a pas permis aux auteurs des grands corpus sur la céramique romaine tardive de la seconde moitié du xxe s.20 que tout le monde utilise comme références, d’identifier Delphes comme éventuelle provenance d’objets découverts sur leurs sites. Une dernière cause est à mon avis la diffusion relativement restreinte dont bénéficie la bibliographie francophone en général.

  • 21 Pétridis 2010, p. 47-49, pl. 10-11.
  • 22 Pétridis 2010, p. 93-95, fig. 148-150 pl. 33 pour les lampes elles-mêmes et p. 95, fig. 167-169 pl. (...)

11D’après les données que nous possédons jusqu’à présent, les seuls produits locaux que Delphes exportait avec certitude étaient l’amphore de type Delphes I21 et une lampe circulaire décorée de chevrons et de perles22.

  • 23 Pétridis 2010, p. 177-178 (échantillon 29).

12L’amphore constitue le type le plus représentatif de la production locale du ive s. (fig. 2). Fabriquée avec une pâte de couleur rouge clair (2.5YR ou 10R 6/8), riche en mica et calcite et avec une présence moyenne de feldspaths23, cette amphore de taille moyenne (env. 0,50 m de hauteur) se distingue par son renflement très caractéristique sur la partie inférieure du col et un bord très en saillie.

Fig. 2 — Amphore locale de type Delphes I (ive s.).

Fig. 2 — Amphore locale de type Delphes I (ive s.).

Cl. EFA / Ph. Collet ; dessin EFA / P. Pétridis ; Échelle 1/4.

  • 24 Observation personnelle.
  • 25 Pétridis 2010, p. 48 n. 16.
  • 26 Voir par exemple le rapprochement dans la production de lampes de ces villes, dans P. Pétridis (n.  (...)
  • 27 K. Kouzeli, G. A. Zachos « Middle/Late Roman Elateian Ware (Phokis, Greece). Archaeological – Physi (...)
  • 28 U. Heimberg, Die Keramik des Kabirions. Das Kabirenheiligtum bei Theben 3 (1982), p. 147, pl. 39.
  • 29 H. S. Robinson, Pottery of the Roman Period, Agora V (1959), M96 p. 93, pl. 22.
  • 30 K. W. Slane, The Sanctuary of Demeter and Kore. The Roman Pottery and Lamps, Corinth XVIII, 2 (1990 (...)
  • 31  M. Palaczyk, « Quite new in Eretria - not very new in the Aegean ? Roman amphorae from the Swiss e (...)
  • 32 G. A. Zachos (n. 27).

13À l’extérieur de Delphes, des amphores de type Delphes I ont été trouvées à Amphissa, Antikyra24 et à Thèbes de Phtiotide25, une ville avec laquelle Delphes entretient des rapports assez étroits, tout comme avec sa voisine Démétrias26 ; à Élatée, toujours en Phocide antique, nous sommes devant un certain nombre d’amphores identiques au type Delphes I qui pourraient être delphiques si elles n’étaient pas considérées comme locales27. Des parallèles qui doivent appartenir à un type très proche ont été mis au jour au Cabirion de Thèbes28, à Athènes29, à Corinthe30 et à Érétrie31 ; ces amphores sont datées en général au ier et iie s. de n. è., mais certaines de ces datations ont été remises en cause par G. A. Zachos32 et une datation plus tardive semble fort probable. Ce type avec un renflement très caractéristique sur le col, influencé probablement par des modèles plus anciens, semble bénéficier d’une grande popularité au ive s. dans toute la Phocide.

14Les lampes circulaires locales (fig. 3), datées par des données stratigraphiques dans la seconde moitié du vie s. et les débuts du viie s., sont fabriquées d’une pâte de couleur rouge clair (2.5YR 6/6 ou 6/8) et portent souvent un engobe rouge (10R 4/6).

Fig. 3 — Lampe circulaire locale (vie-viie s.).

Fig. 3 — Lampe circulaire locale (vie-viie s.).

Cl. et dessin EFA / P. Pétridis.

  • 33 Pétridis 2010, p. 176-178 (échantillons 7 et 25).
  • 34 Perlzweig 1961, nos 2828-2831, p. 193, pl. 44 ; Karivieri 1996, nos 157-158, p. 207, pl. 48, 50.

15L’examen utilisant la Diffraction des Rayons X sur poudre a montré que toutes les deux catégories de pâtes locales ont été utilisées pour leur fabrication : aussi bien la catégorie A où les feldspaths et les silicates de magnésium abondent, que la catégorie B où micas et calcites sont bien attestés tandis que les feldspaths et les silicates de magnésium sont rares33. Leur décoration caractéristique consiste en perles et en groupes de chevrons disposés en cercle sur leurs bandeaux très larges. Ces lampes se rencontrent aussi bien à Athènes34 qu’à Delphes, mais des moules en terre cuite n’ont pas été trouvés ailleurs qu’à Delphes et les analyses ont prouvé l’origine delphique de leurs pâtes. C’est donc incontestablement un produit delphique, le seul sans doute qui ait été exporté en Attique.

Présentation de la céramique importée à Delphes

16Les catégories de céramiques importées que je vais examiner sont les amphores, représentant les vases de transport et de stockage, les sigillées et la céramique peinte parmi la vaisselle de table, et enfin les lampes.

La céramique de transport et de stockage

Les amphores

  • 35 Pour une étude détaillée des amphores locales voir Pétridis 2010, p. 45-53.

17Exactement comme les amphores locales35, les amphores importées découvertes à Delphes sont relativement peu nombreuses en « nombre minimum d’individus » (NMI), par rapport au nombre total de tessons d’amphores ainsi qu’au nombre de bouchons d’amphores découverts sur place, ce qui me permet de supposer une réutilisation systématique des fonds et des cols de ces amphores. Les amphores importées restent très minoritaires par rapport aux amphores locales, pendant toute l’époque protobyzantine, mais surtout pendant la dernière période d’occupation du site, c’est-à-dire entre 580 et 620 de n. è. Les types recensés ne sont représentés que par un seul exemplaire ou par un nombre très réduit de tessons. Leurs origines sont diverses ; j’ai choisi de présenter à titre indicatif dans le catalogue qui suit les types les plus représentatifs quant à leur provenance, à savoir : une amphore d’origine micrasiatique, deux d’origine égéenne, une d’origine égyptienne, enfin deux autres provenant de l’Afrique du Nord. Plusieurs parties du monde méditerranéen y sont donc représentées reflétant un commerce varié des produits agricoles ou de pêche. La présence de certaines amphores peut s’expliquer par la découverte d’autres produits de même provenance : c’est le cas des amphores africaines ou micrasiatiques, dont le lieu d’origine peut être le même ou très proche du lieu de fabrication des sigillées par exemple, ou des lampes et l’on peut supposer un commerce simultané des différents produits de même origine. Même si cette association de produits céramiques de taille et de fonction très différentes ne peut pas être généralisée, le matériel découvert à Delphes se prête à ce genre d’interprétations. Pour les amphores d’autres origines, sans parallèles contemporains dans les autres catégories de céramique importée, on ne peut déduire qu’un intérêt particulier des consommateurs delphiens pour un produit précis.

Catalogue36

  • 36 L’absence de nomenclature unanimement acceptée sème souvent la confusion ; j’ai donc choisi de ment (...)
A1 Amphore de type : Scorpan 1976, V-O ; Riley 1979, Mid Roman Amphora 3 ; Hayes 1992, 3.
Origine Micrasiatique.
Découverte dans l’Agora romaine (contextes : AG 90 25 51 et AG 90 28). Fig. 4. 2 fgts recollés de panse et pied et 2 fgts de panse également recollés entre-eux. H (partie inf.): 0,120 m. Pâte de qualité médiocre, très micacée, de couleur 10R 5/8 (red). Ext: engobe 10R 5/6 (red), surface savonneuse, int. de même ton. Tournée.
Panse ovoïde côtelée, plutôt mince, aboutissant à un fond pointu, également côtelé. Les côtes sont droites sur la panse, mais deviennent obliques vers le bas.
Cf. C. Scorpan, « Origini si linii evolutive in ceramica romano-bizantina (sec. iv-vii) din ariile mediteraniana si pontic », Pontica 9 (1976), type V-O, p. 158-159, pl. V, XXXI ; M. Egloff, Kellia. La Poterie copte. Quatre siècles d’artisanat et d’échanges en basse Égypte, Recherches suisses d’Archéologie copte III (1977), n° 181, p. 117, pl. 22,7-8 et 60,2 : la pâte n’est pas tout à fait la même, mais d’autres caractéristiques (panse ovoïde et côtelée, pied creux) rapprochent les deux amphores ; Riley 1979, type Mid Roman 3 (n° D228-D235, p. 183-186, fig. 31 et 82) ; M. Pierrart, J.-P. Thalmann, « Céramique romaine et médiévale d’Argos », EtArg, BCH Suppl. VI (1980), p. 474, pl. I-II ; S. J. Keay, Late Roman Amphorae in the Western Mediterranean. A Typology and Economic Study: the Catalan Evidence (1984), type LIVbis, p. 286-289, fig. 124,6-18 ; M. G. Fulford, D. P. S. Peacock, Excavations at Carthage : The British Mission I,2. The Avenue du Président Habib Bourguiba, Salammbo. The Pottery and other ceramic objects from the site (1984), p. 121, fig. 34 p. 120 ; J. W. Hayes, Excavations at Saraçhane in Istanbul 2, The Pottery (1992), type 3, p. 63, fig. 22,9 et 48 (avec une riche bibliographie) ; Abadie, Sodini 1992, CC333 p. 58, fig. 25 et pl. Vf ; J. Mardesić, « Anphore », dans Salona Christiana (1994), n° 5, p. 295.
Le pied creux de ce fragment plaide pour une datation avant la fin du ive s. ; les contextes de découverte sont en accord avec une telle datation.

Fig. 4 — Amphore A1 (micrasiatique).

Fig. 4 — Amphore A1 (micrasiatique).

Dessin EFA / P. Pétridis.

A2 Amphore de type : ADS Kapitän 2 ; Kapitän 1972, 2 ; Scorpan 1976, I-E ; Riley 1979, Mid Roman Amphora 7.
Origine très probablement Égéenne (Samos et la région d’Ephèse ont été proposées).
Découverte dans l’Agora romaine (contexte : AG 91 12 51). Fig. 5. 1 fgt de l’aboutissement de la panse et de la base. h: 0,077 m ; db: 0,060 m. Pâte épaisse à gros dégraissants blancs, gris et noirs, de couleur 2.5YR 6/8 (light red). Ext: engobe 10R 4/3 (weak red), très effrité et par endroits plus sombre 10R 3/1 (dark reddish gray). Tournée.
Base étroite, formant un ombilic à l’intérieur, protégé par un pied à l’extérieur. Ce pied est légèrement évasé avec des stries de tournassage très profondes, à l’intérieur comme à l’extérieur. La forme complète de cette amphore possède une panse ovoïde, un long col et des anses très hautes.
Cf. H. S. Robinson, Pottery of the Roman Period, Agora V (1959), K 113 p. 69, pl. 15, L 33 p. 77, pl. 16, M 237, p. 106, pl. 28, M 274, p. 110, pl. 29 et M 303, p. 112, pl. 31 ; G. Kapitän, « Le anfore del relitto romano di capo Ognina (Siracusa) », dans Recherches sur les amphores romaines, CEFR 10 (1972), p. 246 ; C. Scorpan, (loc.cit.), type I-E, p. 156-157, pl. I, XXIX ; Riley 1979, type Mid Roman Amphora 7, p. 189-193, fig. 84 ; G. Kuzmanov, Céramique de la haute époque byzantine provenant de Thrace et de Dacie (ive-début viie s.), Fouilles et Recherches 13 (1985), n° 67a, p. 17, pl. 7.
Datation : du iiie au début du ve s. d’après les parallèles, et plus précisément seconde moitié du ive s. d’après le contexte de découverte.

Fig. 5 — Amphore A2 (égéenne ?).

Fig. 5 — Amphore A2 (égéenne ?).

Dessin EFA / P. Pétridis.

A3 Amphore de type : ADS Africana 2b Grande ; Panella 1973, Africana IIB ; Riley 1979, Mid Roman Amphora 16 ; Keay 1984, IV ; Dore, Keay 1989, 18 ; Bonifay 2004, 23. Origine Africaine (région de Sahel, Tunisie).
Découverte dans l’enceinte du Secteur au Sud-Est du Péribole (contexte TS 86 03 51). Fig. 6. 2 fgts recollés de bord et col ainsi que l’anse et l’épaule qui y est attachée. h: 0,130 m. Pâte de qualité moyenne, cuisson non homogène, 5YR 7/8 (reddish yellow), avec un filet 5YR 6/1 (light gray), micacée. Ext: engobe 5YR 7/4 (pink). Tournée.
Bord épais de section triangulaire surplombant le col. Il forme à l’extérieur un large anneau. Col tronconique, évasé vers le bas, monté séparément de la panse. Anse verticale, en forme de ruban, unie. La forme complète de cette amphore possède un corps large qui va en s’effilant vers la base.
Cf. pour un parallèle très proche : C. Panella, « Appunti su un gruppo di anfore della prima, media et tarda età Imperiale », dans C. Panella, A. Carandini (éds), Ostia III (1973), type Africana IIB, p. 585-586. Cette amphore est illustrée aussi dans D. P. S. Peacock, D. F. Williams, Amphorae and the Roman Economy. An introductory guide, 1986, p. 155 (class 34). Pour le type voir aussi : J. Dore, N. Keay, Excavations at Sabratha 1948-1951, II : The Finds, 1, The Amphorae, Coarse Pottery and Building Materials (1989), type 18, p. 44, fig. 13 n° 227. L’exemplaire de Sabratha a été découvert dans un contexte datant du milieu du iiie au milieu du ive s. ; S. J. Keay, (op. cit.), type IV, p. 110-114. L’auteur propose pour son type IV une datation plus générale entre la fin du iie et le début du ive s. ; cf. également Riley 1979, Mid Roman Amphora 16, p. 200-202, fig. 39 ; Bonifay 2004, p. 111-114, fig. 59.
Ce fragment provient de nettoyages de surface effectués en 1986 et ne doit pas avoir de rapport avec aucune phase d’utilisation du Secteur au Sud-Est du Péribole, qui a été occupé en tant qu’habitation, de la fin du ive à la fin du vie s. Sa ressemblance avec l’exemplaire de Sabratha daterait le fragment delphique entre le milieu du iiie et le milieu du ive s. Bonifay, quant à lui, date le type au iiie s.

Fig. 6 — Amphore A3 (africaine).

Fig. 6 — Amphore A3 (africaine).

Dessin EFA / P. Pétridis.

A4 Amphore de type : ADS Late Roman Amphora 7 ; Egloff 1977 type 177 ; Riley 1979, Late Roman Amphora 7.
Origine Égyptienne. La production du type LRA 7 est attestée dans plusieurs localités : Oxyrhynchus, Hermopolis Magna, Antinoopolis, Akoris et Lac Mariout.
Découverte dans l’Agora romaine (contextes : AG 90 25 51 + AG 90 39). Fig. 7. 3 fgts recollés de panse et fond. h: 0,157 m ; db (anneau): 0,068 m. Pâte de qualité moyenne, 5YR 4.5/3 (brown), du mica doré à profusion, mais très peu de particules blanches. Ext: engobe très effrité 5YR 6/4 (light reddish brown). Plusieurs inégalités et trous sur la surface ; int. de même ton à peu près que l’ext. Tournée.
Panse très probablement cylindrique, striée à l’intérieur, unie à l’extérieur. Base pointue, évidée au milieu de sa pointe sur une profondeur de 0,015 m. Elle forme une protubérance en forme d’anneau bitronconique à l’endroit de liaison avec la panse. La partie évidée de la base servait sans doute à caler l’amphore dans un support pointu, métallique ou en bois.
Il n’est pas facile de décider à laquelle des différentes variantes sous lesquelles se présente ce type appartient le fragment de Delphes. L’anneau de la base le rapproche du type Egloff 172, mais la base de Delphes est plus pointue, comme celles de type Egloff 177 ; je classerais donc A4 plutôt avec les amphores de type Egloff 177 à panse cylindrique, datées entre 390 et 550.
Cf. M. Egloff (op. cit.), p. 115-116, pl. 19,7a ; 21,3, 5-10 ; 59,6-7 ; 62,2 ; 99-105 ; M. G. Fulford, D. P. S. Peacock (op. cit.), n° 6, p. 121,123, fig. 35,14 ; Riley 1979, type Late Roman Amphora 7, p. 224-225, n° D359, fig. 92.
À propos de cette production voir G. Lecuyot, G. Pierrat, « À propos des lieux de production de quelques céramiques trouvées à Tod et dans la Vallée des reines », CahCerEg 3 (1993), p. 173-180 ; voir aussi P. Ballet, M. Picon, « Recherches préliminaires sur les origines de la céramique des Kellia. Importations et productions égyptiennes », CahCerEg 1 (1987), p. 36-39 ; J.-Y. Empereur, M. Picon, « Les régions de production d’amphores impériales en Méditerranée orientale », dans Amphores romaines et histoire économique : dix ans de recherche, CEFR 114 (1989), p. 244-246 ; P. Ballet, F. Mahmoud, M. Vichy, MPicon, « Artisanat de la céramique dans l’Égypte romaine tardive et byzantine. Prospections d’ateliers de potiers de Minia à Assouan », CahCerEg 2 (1991), p. 138-139 ; D. Dixneuf, « Productions d’amphores en moyenne Égypte au cours des périodes romaines et byzantines à la lumière des découvertes archéologiques », dans N. Bosson, A. Boud’hors (éds), Actes du VIIIe Congrès international d’études coptes, Orientalia Lovaniensia Analecta 163 (2007), p. 172-175 ; Ead., « Un lot d’amphores de la première moitié du viie siècle à Baouit (Moyenne Égypte). Campagne 2004 – Sondage 3 », dans A. Boud’hors, C. Louis (éds), Études coptes X (2008), p. 42-43 ; A. Konstantinidou, « Pots for Monks. Ceramics and Life in the Old Monastery of Baramus in the Wadi al-Natrun, Egypt (4th-9th c.) », PhD, University of Leiden (2011), p. 201-207 où l’on trouve également une bibliographie pour ce type.
La datation de A4 est problématique. Les contextes de découverte appartiennent à ce que nous appelons le « grand remblai » de l’Agora romaine, daté dans la seconde moitié du ive s., mais l’un des contextes au moins est contaminé avec du matériel du vie s. Fin ive-milieu vie s. d’après les parallèles des Kellia.

Fig. 7 — Amphore A4 (égyptienne).

Fig. 7 — Amphore A4 (égyptienne).

Dessin EFA / P. Pétridis.

A5 Amphore de type : ADS Late Roman Amphora 2 ; Riley 1979 Late Roman Amphora 2 ; Keay 1984, LXV.
Origine Égéenne. La production est attestée à Chios, Cnidos, Mégaride, Argolide, mais plusieurs autres localités dans le monde égéen sont susceptibles d’avoir produit ce type très populaire : Thasos en est un exemple dont les amphores, pour le moment inédites, à col long et étroit datent du point de vue stratigraphique, du début du viie s.
Découverte dans le Secteur au Sud-Est du Péribole (contexte TS 93 111 51). Fig. 8. 21 fgts recollés de bord, col, anses et panse. h: 0,245 m ; dl: 0,096 m. Pâte 10R 6/8 (light red), micacée, avec des dégraissants blancs de tailles diverses (les plus gros arrivent à 0,005 m). Ces dégraissants ont provoqué d’innombrables trous sur la surface interne du vase, mais aussi sur l’extérieur. Ext: engobe 7.5YR 8/4 (pink) ; int. 2.5YR 5/8 (red). Tournée.
Bord en forme de cône renversé, refermé vers l’intérieur formant une sorte de crochet. Col conique long, sillonné par des rainures larges mais peu profondes, monté séparément de la panse : la liaison est bien visible à l’intérieur et elle est trahie par une rainure à l’extérieur ; il est côtelé à l’intérieur. Anses verticales, mais disposées plutôt obliquement, en forme de ruban, imperceptiblement bifides. Panse à l’origine sphérique, ornée sur la partie supérieure conservée (au moins), de sillons ondulés faits au peigne ; ils sont très serrés.
Cf. A. Radulescu, « Amfore romane si romano-bizantine din Scythia Minor », Pontica 9 (1976), p. 107, pl. VIII ; C. Scorpan, (loc.cit.), type VII - A, p. 159-160, pl. VII, VIIa, XXI, XXXII ; Riley 1979, type Late Roman Amphora 2, D348-D350, p. 217-219, fig. 91-92 ; B. Adamsheck, Kenchreai. Eastern Port of Corinth IV, The Pottery (1979), RC 14, p. 114-115, pl. 26, datée de la fin du ive s. ; M. Piérart, J.-P. Thalmann, (loc. cit.), A’ 3, p. 476-477, pl. IV ; P. Aupert, « Objets de la vie quotidienne à Argos », EtArg, BCH Suppl. VI (1980), n° 325a, p. 440. fig. 46 ; J. Eiwanger, Keramik und Kleinfunde aus der Damokratia-Basilika im Demetrias, Demetrias IV (1981), III.511, pl. 60 ; G. F. Bass, « The Pottery » dans G. F. Bass, F. H. Van doornick, Yassi Ada I, A Seventh Century Byzantine Shipwreck (1982), P 79, p. 186, fig. 8-19S ; J. Keay, (op. cit.), type LXV, p. 352-357, fig. 165, 166,1-11 ; T. Gregory, « Diporto: an Early Byzantine Maritime Settlement in the Gulf of Corinth », DChAE 12 (1984), n° 4, p. 295-297, fig. 12-13 ; G. Kuzmanov, loc. cit., A 10, p. 10, pl. 2 ; Boardman 1989, p. 106-109, fig. 36-37 ; Abadie, Sodini 1992, CC285, p. 56, fig. 24 et pl. Vb,c,e (lèvre légèrement différente) ; J. W. Hayes, (op. cit. Saraçhane…), type 9, p. 66, fig. 22,8,10,11 et 23,3-5 (avec une longue liste de parallèles) ; M. Bonifay, D. Pieri « Amphores du ve au viie s. à Marseille : nouvelles données sur la typologie et le contenu », JRA 8 (1995), 52, p. 110, fig. 8 ; Ch. Diamanti Εντόπια παραγωγή και εισαγωγή αµφορέων στην Αλάσαρνα της Κω (5ος-7ος αι.), Σαριπόλειος Βιβλιοθήκη 115 (2010), p. 73-80 et no 348, pl. 84 (lèvre très proche, col plus court) ; V. Korosis, « Transport and storage vessels and coarse wares from Megara, Attica (Greece). The testimony of the pottery in relation to the city during the Early Byzantine period », dans N. Poulou-Papadimitriou, E. Nodarou, V. Kilikoglou (n. 17), p. 305-306, fig. 5,6.
Il est généralement admis que ce type s’étend chronologiquement entre le ive et le viie s. Notre amphore provient de la couche d’abandon de la pièce C19 du Secteur au Sud-Est du Péribole, elle est donc datée avant 580. Le col et les stries ondulées sur la panse plaident également pour une datation dans le vie s. Selon M. Bonifay et D. Pieri, cette forme du col appartient à la variante 1, contrairement aux exemplaires plus tardifs du type avec des bords verticaux terminés par des lèvres courtes et des cannelures fines ou de simples stries (variante 2).

Fig. 8 — Amphore A5 (égéenne).

Fig. 8 — Amphore A5 (égéenne).

Dessin EFA / P. Pétridis.

  • 37 Bonifay 2004, p. 125.
  • 38 Bonifay 2004, p. 129.
  • 39 Voir par exemple l’amphore miniature de type LRA2 dans V. Korosis (loc. cit.), p. 306, fig. 7.
  • 40 Pétridis 2010, p. 47-52 : à comparer les amphores de type Delphes I avec celles de type Delphes II (...)
A6 Amphore de type : ADS Spatheion 3 ; Keay 1984, XXVI ; Bonifay 2004, 33, « spatheion » 3, variante C.
Origine Africaine. La production de la variante C des « spatheia » de petite taille est attestée par des déchets de cuisson en Tunisie, dans les ateliers de Nabeul.
Découverte dans le Secteur au Sud-Est du Péribole (contexte imprécis TS 90 ?) Fig. 9. 14 fgts (dont 10 recollés) de bord, col et panse. Des anses ne sont conservés que les arrachements. Presque la moitié de l’amphore conservée. Restaurée. h: 0,257 m ; dl: 0,068 m. Pâte de qualité médiocre, friable, 5Y 7/2 (light gray), micacée, avec des particules grises, noires et blanches de petite taille. Quelques particules blanches de grosse taille semblent apparaître accidentellement. Ext: 2.5Y 7/2 (light gray) ; int. de même ton. Les particules des dégraissants visibles sur toute la surface, interne comme externe. Tournée.
Bord épais de section bitronconique. Col cylindrique, haut et étroit, monté avec le reste du vase. Anses verticales, en forme de ruban et très probablement bifides, placées à très petite distance du bord. Panse également cylindrique, de surface parcourue de bandes verticales, lissée à la spatule. Un bouchon qui a également été découvert dans le Secteur au Sud-Est du Péribole doit avoir servi à boucher cette amphore.
Cf. C. Scorpan, (loc. cit.), type XVI-S, p. 165-166, pl. XIV, XXXVI ; G. F. Bass, (op. cit.), P 66, p. 181, fig. 8-18, 8-22 ; Boardman 1989, p. 106-109, fig. 37 ; J. W. Hayes, (op. cit. Saraçhane…), type 14, p. 67, fig. 49 (deposit 30, n° 186) ; Bonifay 2004, p. 127-128, fig. 69 C1.
Ces amphores, de grande ou de petite taille, sont traditionnellement appelées « spatheia » à cause de l’attribution, à tort semble-t-il, d’un terme rencontré sur des papyri égyptiens à une catégorie de la production africaine, tandis qu’il correspond plutôt à des amphores bitronconiques égyptiennes37. Autrefois supposés d’être fabriqués en dehors de l’Afrique, on sait aujourd’hui, grâce aux analyses pétrographiques et aux données du terrain, que les « spatheia » miniatures étaient produits en Afrique38. La fabrication de la variante C plus précisément, à laquelle appartient notre exemplaire, est attestée par des déchets de cuisson dans les ateliers de Nabeul.
À cause de sa petite taille, on peut supposer que le produit transporté dans cette amphore était du vin de très bonne qualité. Mais cette simplification (amphore de petite taille = vin précieux), suffit-elle pour expliquer l’existence de toutes ces amphores de dimensions réduites diffusées dans toute la Méditerranée ? Faut-il croire que seule la qualité du contenu déterminait la taille du conteneur ? Peut-on expliquer la présence de toutes les amphores miniatures de tous les types39 uniquement de ce point de vue ? Sans compter que le même produit pourrait très bien se vendre sous deux emballages de taille différente : les plus petits pourraient se vendre plus facilement, même s’ils devaient couter proportionnellement un peu plus cher.
Une autre explication serait celle-ci : une baisse dans la production agricole, souvent associée à la fin de la période protobyzantine pour des raisons diverses, pourrait également avoir nécessité la fabrication d’amphores de petite taille, exactement de la même forme que les plus grosses puisque c’est la forme de l’emballage et non sa taille qui reste l’indicateur le plus sûr de la provenance du contenu. Le cas des « spatheia » miniatures se prête à mon avis à ce genre d’interprétations : la version réduite est certainement tardive (fin vie-viie s.), associée à une éventuelle baisse de production. À Delphes également, toutes les amphores locales de la fin vie-début viie s. sont d’une capacité inférieure à celle des amphores locales du ive s.40.
Malgré la prudence qui devait nous guider sur la projection d’habitudes modernes sur des époques antérieures, je suis tenté d’émettre une dernière hypothèse : ces petits conteneurs pourraient constituer une sorte d’échantillons pour divulguer un produit nouveau ; dans ce cas, leur durée de vie devait être réduite et des conteneurs plus gros les remplaçaient certainement si le produit avait réussi à l’emporter un marché.
En émettant toutes ces hypothèses, je pensais bien sûr au contenu le plus fréquent des amphores, c’est-à-dire le vin et dans un degré moindre l’huile ou les sauces de poisson. En effet, dans le cas d’huiles spéciales aromatisées ou du garum, le prix élevé de certains de ces produits devait rendre l’achat d’une grosse quantité inabordable et la présence d’emballages de petite taille indispensable.
La taille réduite de certains types d’amphores pouvait donc avoir un rapport avec la valeur du contenu (vin précieux, huile aromatisée, garum), mais elle pouvait également refléter une réalité économique (réduction de la productivité agricole) ou un mode de dégustation des produits contenus, avant leur implantation dans un marché.
Ces amphores sont datées entre la fin du vie et la fin du viie s. Sans contexte précis, notre exemplaire doit dater au plus tard du premier quart du viie s., puisque le site est abandonné juste après.

Fig. 9 — Amphore A6 (africaine).

Fig. 9 — Amphore A6 (africaine).

Cl. et dessin EFA / P. Pétridis.

La vaisselle de table

Les sigillées41

  • 41 Des produits en terre cuite très distants géographiquement et chronologiquement, mais ayant certain (...)
  • 42 A.-L. Delattre, « Sujets chrétiens figurés sur le fond intérieur de vases de belle poterie rouge, t (...)

18La « belle poterie rouge », comme on appelait au xixe s.42, cette céramique de table de bonne qualité, a assez tôt attiré l’intérêt des chercheurs non seulement sur la question de leur typologie, mais aussi et surtout dans le but de la découverte de leurs lieux de production.

  • 43 CAbadie-Reynal, « Céramique et commerce dans le bassin égéen du ive au viie siècle », dans Hommes (...)
  • 44 Pour quelques remarques générales sur la sigillée africaine et les problèmes que pose une typologie (...)
  • 45 Voir supra n. 16.

19Dans l’ensemble des villes grecques dont le matériel importé a fait l’objet d’une étude, quelques tendances quant aux importations de sigillées sont très claires43 : les villes du Centre et du Sud de la Grèce continentale (Athènes et les sites péloponnésiens comme Corinthe, Isthmia, Argos, Sparte) s’inscrivent dans la sphère d’influence des productions africaines44 qui sont majoritaires à partir du début du ive s. et jusqu’à circa 400 ; après une baisse des importations au courant du ve s., elles réapparaissent au vie s. sans toutefois arriver à détrôner les sigillées phocéennes qui sont entre-temps devenues très en vogue ; les villes de Thessalie (Démétrias) et du Nord (Constantinople, Thasos, Philippes), ainsi que les îles (Samos, Chios) constituent en revanche un marché favori des produits micrasiatiques tout au long de la période protobyzantine45.

  • 46 P.-A. Février, « Remarques préliminaires sur la céramique romaine d’Afrique du Nord (à propos des f (...)
  • 47 La méthode utilisée est celle de la spectroscopie d’absorption atomique.
  • 48 Effectuée par Diffraction des Rayons X. Pour les méthodes et les résultats des analyses de pâte, ch (...)
  • 49 Quant aux taux élevés d’Al2O3 et le faible pourcentage de MgO, MnO et surtout CaO contenus dans les (...)
  • 50 L’importance que l’on attribuait à cette céramique s’exprime aussi par le soin que l’on prenait pou (...)

20À Delphes, la prédominance des produits africains est nette et incontestable et elle se traduit par un grand nombre de formes différentes et une présence continue sur le site du iie s. jusqu’au début du viie s. de n. è. L’exemplaire le plus ancien de sigillée africaine recensé date du iie s. (Hayes 1972, forme 8), suivi par trois exemplaires du iiie s. (Hayes 1972, formes 32, 44 variante Salomonson C5, et 45). Le ive s., en général riche en matériel grâce aux contextes fouillés de l’Agora Romaine qui datent dans leur majorité de la seconde moitié de ce siècle, est représenté par six formes différentes et un grand nombre d’individus : il s’agit des formes Hayes 1972 50, 52, 53, 58, 59 et 61. Le ve s., en revanche, nous offre seulement deux formes (Hayes 1972 70/71 et Février 196346, fig. 7), mais il faut prendre en compte que les contextes fouillés de ce siècle à Delphes sont plutôt rares. Huit formes datent du vie s. (Hayes 1972 67, 87, 88, 90, 99, 103, 104 et peut-être 105) : les contextes d’habitation du Secteur au Sud-Est du Péribole ont offert des plats à profil complet et à quantité considérable. Les formes tardives des sigillées africaines (Hayes 1972, 105, 108 et 109) qui datent du viie s. de n. è. sont également représentées, toujours en provenance de contextes du Secteur au Sud-Est du Péribole. En tout, vingt-trois formes différentes de vases ouverts en sigillée africaine ont été recensées à Delphes. Le répertoire de leurs décors est assez représentatif allant des sujets mythologiques aux figures et symboles chrétiens, en passant par des motifs d’inspiration végétale ou animalière. Deux vases ont un décor appliqué, huit sont décorés à la roulette, un porte des guillochis et quatre portent des motifs imprimés. L’analyse chimique47 et l’analyse minéralogique48 d’échantillons africains les ont nettement différenciés des exemplaires locaux examinés49 éloignant l’éventualité d’imitations locales. Quant au pourcentage des sigillées africaines dans l’ensemble des sigillées importées à Delphes, malgré la prudence qui doit nous guider dans ce genre de quantifications, je peux affirmer qu’elles représentent près de 75 % du NMI, sans compter les fragments de forme non identifiable (en général tessons de panse)50.

  • 51 C’est un fait qu’il faut sans doute mettre en rapport avec la popularité des lampes de type africai (...)

21Notons que la ville de Delphes s’inscrit clairement dans le faciès mentionné plus haut pour les villes du Centre et du Sud de la Grèce continentale, à une différence près : à Delphes, la suprématie des importations africaines reste constante tout au long de l’histoire du site et jusqu’à son abandon dans le premier quart du viie s.51 tandis que les produits d’Asie Mineure restent en faible quantité, même après le ve s., c’est-à-dire au moment où leur popularité dans les marchés grecs, surtout ceux du Nord et de l’Égée, mais aussi du Sud, explose.

  • 52 S. Loeschke, « Sigillata-Topfereien in Tschandarli », MDAI(A) 37 (1912), p. 344-407.

22Les sigillées micrasiatiques sont donc beaucoup moins populaires à Delphes que leurs homologues africaines, mais toutes les deux principales productions de sigillées d’Asie Mineure sont représentées dans les contextes fouillés jusqu’à présent. La céramique pergaménienne ou Çandarli Ware d’abord, plus ancienne, est représentée par les formes Loeschke 191252 6, 9var. et 19 et Hayes 1972 5, tandis que la production de Phocée (ou Late Roman C Ware), plus tardive, est représentée uniquement par les formes Hayes 1972 1 et 3. Les sigillées micrasiatiques représentent près de 20 % du NMI des sigillées découvertes à Delphes. De point de vue chronologique, les exemplaires de Pergame datent en gros du milieu du ier au début du iie s., avec un seul exemplaire du iiie s., tandis que ceux de Phocée s’étendent de la fin du ive au premier quart du vie s. Un seul décor est rencontré sur les exemplaires découverts à Delphes, celui à la roulette.

  • 53 Autrefois connue sous le nom de Sigillée Chypriote.
  • 54 À part Delphes, des sigillées gauloises ont été mises au jour à Athènes, Argos et Corinthe.
  • 55 J. Rigoir, « Les sigillées paléochrétiennes grises et orangées », Gallia 26 (1968), p. 177-244.

23Des autres productions de sigillées du monde méditerranéen, seules la gauloise et celle appelée Late Roman D Ware53 méritent d’être examinées en ce qui concerne le matériel de Delphes. Malgré le nombre très réduit d’exemplaires gaulois présents à Delphes54, ce qui correspond d’ailleurs à une faible popularité de cette production partout en Grèce, il est intéressant de noter que chaque exemplaire correspond à une forme différente et que ces formes couvrent une période assez étendue chronologiquement (ve et vie s.). Les formes représentées sont les Rigoir 196855 2, 3C, 4 et 14 et j’ai choisi de les inventorier toutes ici à cause de la rareté d’une telle découverte non recensée jusqu’à présent à Delphes. Un seul exemplaire de sigillée Late Roman D a été recensé, d’une forme tardive très courante (Hayes 1972 forme 9, type Bvar.) datant de la fin vie-début viie s. Sa présence à Delphes est intéressante, mais le manque d’autres exemplaires nous prive de la possibilité de parler de véritables échanges commerciaux directs ou indirects avec cette partie de la Méditerranée orientale (Chypre et côtes sud-est de l’Asie Mineure).

24Comme dans le cas des amphores importées, seules quelques exemplaires représentatifs des sigillées seront examinés infra en détail.

Catalogue56

  • 56 La classification de Hayes 1972 reste dans ses grandes lignes unanimement acceptée ; elle est donc (...)
Sigillées africaines

S1

Bol de forme : Hayes 1972 44 ; Atlante I, tav. XXX,9

Découvert dans l’Agora romaine (contextes AG 91 18 21). Fig. 10. 1 fgt. de bord et de panse d’un bol. h: 0,042 m ; dl: 0,021 m. Pâte fine, très micacée, particules blanches, couleur 2.5YR 6/8 (light red). Engobe mat 2.5YR 5/8 (red) plus épaisse sur le bord. Tourné.
Bord horizontal légèrement concave. Panse hémisphérique. Deux rainures très fines à l’extérieur. Traces de lissage.
Cf. Hayes 1972, forme 44, p. 61-62 ; Atlante I, p. 70, pl. XXX,9 ; J. W. Salomonson, « Étude sur la céramique romaine d’Afrique sigillée claire et céramique commune de Henchir el Ouiba (Raqqada) en Tunisie centrale », BABesch XLIII (1968), C5, p. 115, fig. 28.
Milieu-troisième quart du iiie s.

Fig. 10 — Sigillée S1 (africaine).

Fig. 10 — Sigillée S1 (africaine).

Dessin EFA / P. Pétridis.

S2 Plat de forme : Hayes 1972 50 
Découvert dans l’Agora romaine (contextes AG 92 07 22 + AG 91 07 + AG 92 03 + AG 92 21 + AG 92 22). Fig. 11. 51 fgts. Restauré. Des cinquante-et-un fgts., douze seulement n’ont pu être recollés. Les autres recollent entre eux en formant de petits groupes de treize tessons max. Profil presque complet. h: 0,057 m ; dl: 0,38 m ; db: 0,27 m. Pâte fine, 2.5YR 6/6 (light red), riche en particules blanches, dont certaines un peu grosses ont provoqué des petits trous. Engobe luisant 2.5YR 4/8 (red), épais, de la texture d’un vernis, réparti sur toute la surface, à l’extérieur comme à l’intérieur. Moulé ?
Bord non distingué de la paroi rectiligne évasée. Fond légèrement concave, s’amincissant vers le centre. Pied atrophié, remplacé par un simple anneau. Sur la base des incisions qui ressemblent à des lettres : « AY » (?). Un groupe de petites rainures extrêmement fines, exécutées avec un objet à dents parcourt la paroi externe du corps, mais disparaît par endroits. Traces de lissage près de la base.
Cf. Hayes 1972, forme 50 type A, n° 46, p. 70, fig. 12 p. 67, provenant de l’Agora d’Athènes, daté du début du ive s. ; Kenrick 1985, B 632.3, p. 356, fig. 66 p. 354 ; Atlante I, p. 65-66, pl. XXVIII.
Contextes de découverte à Delphes datant plutôt vers le milieu du ive s. ou peu après. Dans deux de ces contextes, ont été trouvées cinq monnaies de la dynastie constantinienne (datées entre 324/5-337 de n. è.).

Fig. 11 — Sigillée S2 (africaine).

Fig. 11 — Sigillée S2 (africaine).

Dessin EFA / P. Pétridis.

S3 Bol de forme : Hayes 1972 53.
Découvert dans l’Agora romaine (contexte AG 91 08 21). Fig. 12. 13 fgts. Recollés ; 2 autres fgts. de bord doivent lui appartenir mais ne recollent, ni entre eux, ni avec le reste. Profil presque complet. Restauré et entièrement reconstitué. h: 0,040 m ; dl: 0,13 m ; db: 0,073 m. Pâte fine, mais avec quelques trous dus à des particules blanches un peu grosses ; couleur 2.5YR 6/8 (light red). Engobe mat 10R 5/8 (red) ; coulées de peinture sur l’extérieur. Tourné. Décor appliqué moulé.
Corps courbe s’évasant légèrement vers le haut pour former le bord. Deux larges rainures marquent à l’intérieur le commencement du bord, parfaitement intégré du côté externe à la courbe du récipient. Base discrètement signalée par un léger rehaussement. Deux larges rainures marquent le fond. Un décor appliqué est conservé sur la paroi interne de la cuve ; il empiète sur les rainures centrales. Il s’agit d’un sanglier. Le relief est assez bien conservé, mais l’exécution semble très hâtive : le surplus de pâte autour de l’animal n’a pas été retiré et ses pattes sont coupées. Le sanglier devait appartenir à une composition à plusieurs motifs (plutôt trois) organisée à intervalles réguliers sur la panse. Il s’agissait sans doute d’une scène de chasse avec une ou deux figures de chasseurs et d’animaux. Au ive s., la chasse était considérée comme une occupation noble et était souvent représentée sur les mosaïques des grandes villas ou des églises. Elle était également courante sur des sarcophages ou des objets de moindres dimensions en argent, cuivre, ivoire et même en textile.
Cf. Hayes 1972 forme 53, type A p. 78-82, fig. 13 p. 74, pl. 11 ; Atlante I, p. 159, pl. LXXVI, 5 et CXLIV. Pour la forme cf. aussi K.W. Slane, (n. 30), n° 117, p. 57, fig. 9, sauf que le diamètre de la lèvre est dans cet exemplaire de Corinthe supérieur à celui de notre bol : 0,21 m ; Kenrick 1985, B 634.1, p. 357-358, fig. 66 p. 354, pl. XXIII. La paroi interne est ici ornée d’une antilope. On pourrait l’inclure dans le même cycle iconographique que S3, celui de la chasse. À propos du thème de la chasse voir J. Garbsch, B. Overbeck, Spätantike zwischen Heidentum und Christentum (1989), p. 200-204 (die Jagd) et plus spécialement les n° 272b (publié aussi dans M. Mackensen, « Reliefverzierte nordafrikanische Sigillata Chiara C und D in der Staatlichen Sammlung Ägyptischer Kunst in München », AA [1981], p. 536 fig. 1.3), décoré d’un lion et n° 272 orné d’un sanglier. Des sangliers figurent également dans Hayes 1972, Forme 54, n° 1, p. 82, pl. XIb (Ostia 4675).
D’après les contextes de découverte et les parallèles, seconde moitié du ive s.

Fig. 12 — Sigillée S3 (africaine).

Fig. 12 — Sigillée S3 (africaine).

Cl. et dessin EFA / P. Pétridis.

S4 Plat de forme : Hayes 67 ; Atlante I tav. XXXVIII,2
Découvert dans l’Agora romaine (contextes AG 91 06 22 + AG 90 ?). Fig. 13. 5 fgts. de bord et de panse. L’un de ces tessons est en partie brûlé. Les quatres autres recollent deux par deux. h: 0,044 m ; dl: 0,40 m. Pâte fine, 10R 6/8 (light red), micacée. Engobe luisant 10R 4.5/8 (red), sur l’intérieur et à l’extérieur, juste sous le bord. L’engobe a formé sur la paroi externe des coulées de peinture obliques qui montrent que l’on enduisait le plat d’engobe tout en le tournant sur le tour. Moulé, mais retravaillé sur le tour.
Le bord a deux parties, l’une légèrement oblique et l’autre incurvée, ornée de trois rainures. L’articulation de ces deux parties, marquée d’une rainure supplémentaire à l’intérieur, disparaît presque à l’extérieur. Des guillochis apparaissent à intervalles réguliers sur l’extérieur ; elles correspondent à l’intérieur à des petites bosses. La paroi externe porte des traces de lissage qui lui donnent un aspect caréné contrairement à l’intérieur qui est parfaitement courbe et lisse.
Cf. Hayes 1972, forme 67, n° 17, p. 113, fig. 19 p. 114 ; Atlante I, p. 88-89, pl. XXXVIII, 2 ; Abadie, Sodini 1992, n° 163, p. 30, fig. 11.
Les parallèles datent entre 360 et 420 ou un peu postérieurement. Les contextes de découverte le placent dans la seconde moitié du ive s.

Fig. 13 — Sigillée S4 (africaine).

Fig. 13 — Sigillée S4 (africaine).

Dessin EFA / P. Pétridis.

  • 57 Bonifay 2004, p. 55-56.
S5 Plat de forme : Hayes 1972 88 ; Bonifay 2004 type 46
Provenance exacte inconnue ; conservé dans les réserves de la maison de fouilles de l’École française d’Athènes à Delphes. Fig. 14. 24 fgts. Profil complet. Nouvelle restauration et rebouchage. h: 0,056 m ; dl: 0,48 m ; db: 0,185 m. Pâte fine granuleuse, 2.5YR 5/8 (red), micacée, des particules blanches dont quelques-unes assez grosses ont provoqué l’apparition de petits trous sur la surface. Engobe semi-mat 10R 5/8 (red) couvrant l’intérieur et le bord, coulé aussi sur une partie de la paroi externe qui est d’un ton proche de celui de l’engobe. Ces coulées (ou taches) de peinture arrivent assez bas, près du pied, et elles sont non seulement verticales, mais aussi horizontales, presque parallèles : ceci montre que l’on couvrait le plat d’engobe tout en tournant le tour assez vite. Moulé et par la suite travaillé sur le tour.
Large bord oblique, convexe à l’intérieur et aplati sur sa partie inférieure qui semble presque continuer la courbe du corps. La jonction du bord avec la panse très évasée est nettement marquée à l’intérieur par une sorte d’encoche. Sur l’extérieur cette articulation correspond à l’encorbellement de la lèvre. Parois très légèrement convexes. Surfaces lisses. Pied annulaire bas de section presque triangulaire. Deux cercles concentriques gravés sur la base. Traces d’outil à dents fines sur la paroi externe. Pas de traces de tournassage ni sur l’intérieur ni sur l’extérieur.
D’après M. Bonifay57, ces plats constituent la forme-phare de l’atelier de Sidi Khalifa. Notons que l’exemplaire delphique a un diamètre de lèvres plus grand que ceux mentionnés par Hayes ou Bonifay.
Cf. Hayes 1972, p. 136, fig. 24 p. 134 ; Atlante I, p. 92-93, pl. XL ; Bonifay 2004 type 46 variante A, p. 175, fig. 93,4.
D’après les parallèles et une reconsidération de la datation donnée par Hayes, deuxième quart du vie s.

Fig. 14 — Sigillée S5 (africaine).

Fig. 14 — Sigillée S5 (africaine).

Cl. et dessin EFA / P. Pétridis.

  • 58 G. Daux, « Chronique des fouilles 1961 », BCH 86 (1962), p. 911-912, fig. 3.
S6 Plat de forme : Hayes 1972 90 ; Bonifay 2004 type 47
Découvert dans le Secteur au Sud-Est du Péribole (contextes : TS 90 16 21 + TS 90 18 + TS 91 16). Fig. 15. 21 fgts. Profil presque complet. Restauré et complété. h: 0,053 m-0,057 m ; dl : 0,365 m ; db: 0,24 m. Pâte fine, granuleuse 10R 6/8 (light red), micacée. Engobe mat 10R 4/8 (red) reparti sur l’intérieur et le bord ; ext: 10R 5/8 (red). Moulé et tourné.
Bord très large, plat et horizontal, aboutissant à une lèvre circulaire, égalisée par une petite spatule (surface imperceptiblement carénée). La jonction du bord avec le corps est nettement marquée. Cette articulation n’apparaît pas sur la partie extérieure où le bord et le corps sont réunis et descendent obliquement pour rencontrer le pied. Corps très légèrement concave et peu profond. Pied haut, annulaire, orné d’une série de rainures plus ou moins larges. Sur l’intérieur du pied, traces d’un outil en lame en forme de losange. Le pied semble être fait au tour mais le corps et le bord qui y est attaché n’ont pas de marques de tournassage. Ils étaient donc moulés et rajoutés au reste du plat avant le séchage. L’ensemble était certainement légèrement retravaillé sur le tour après l’ajustage du pied, d’où la surface carénée de la lèvre, effectuée avec une petite spatule lors de la rotation de l’objet sur le tour.
Cf. Hayes 1972, forme 90, type B, n° 2, p. 139-140, fig. 25 ; Kenrick 1985, B 653, p. v364, fig. 67 p. v360 ; Bonifay 2004, type 47, p. 177, fig. 94 p. 176. J. Hayes parle (op. cit., p. 139) d’un fgt. de même forme non-catalogué, trouvé « dans une église au Sud de l’Hellénikon ». Il s’agit en effet du triclinium oriental (A) du Secteur au Sud-Est du Péribole que les fouilleurs avaient interprété en 1961 comme église58. Ce fgt. dont je n’ai pas trouvé la trace ni dans l’apothèque de la maison des fouilles ni dans les réserves du musée de Delphes, a beaucoup de chances d’appartenir à notre plat S6. L’endroit de découverte est plus que proche (il s’agit du même ensemble architectural) et les tessons de notre plat S6 ont été trouvés dispersés dans trois couches différentes pendant deux campagnes de fouilles consécutives (1990 et 1991). Un ou plusieurs fgts. peuvent donc avoir été découverts un peu plus loin toujours dans l’enceinte du même bâtiment, lors de la fouille de 1961. Ce qui augmente les probabilités de s’agir du même plat est le rapprochement des deux diamètres : Hayes donne 0,38 m. proche des 0,365 m. qui est celui de S6, mais il pouvait difficilement juger d’après un petit tesson. Ce qui est également très intéressant, est que Hayes nous rapporte la présence, dans les contextes où ce fgt. a été trouvé, de tessons de la Forme Hayes 1972 104 et de tessons de céramique peinte du type de la Grèce Centrale. C’est exactement le cas de S6 : des tessons de sigillée de la forme Hayes 1972 104 (infra S7) et de céramique peinte du type de la Grèce Centrale (infra CP4) figurent parmi les trouvailles des contextes d’où provient S6 (TS 90 16 et 18 et TS 91 16) ; cette coïncidence ne se rencontre de surcroît pas dans d’autres contextes. Les tessons que Hayes a examinés avant 1972, et qui restent malheureusement introuvables aujourd’hui, doivent donc appartenir avec beaucoup de probabilité aux mêmes plats que nos S6 et S7 et les couches TS 90 16 et 18 et TS 91 16 étaient par conséquence stratigraphiquement liées avec la couche d’où provient le tesson cité par Hayes et qui avait certainement été mis au jour lors de la fouille de 1961.
Les parallèles datent de la seconde moitié du vie s. et du début du viie s. Une monnaie de Justin II et de Sophie a été retrouvée dans les contextes où fut découvert notre exemplaire, je proposerais donc une datation dans le dernier quart du vie s., vers 580.

Fig. 15 — Sigillée S6 (africaine).

Fig. 15 — Sigillée S6 (africaine).
S7 Plat de forme : Hayes 1972 104 ; Bonifay 2004 type 56
Découvert dans le Secteur au Sud-Est du Péribole (contexte TS 90 16 22). Fig. 16. 16 fgts. Profil complet. h: 0,07 m ; dl: 0,40 m ; db: 0,18 m. Pâte fine granuleuse, 10R 6/8 (light red), micacée, particules blanches formant de minuscules trous sur la surface. Engobe luisant 10R 5/8 (red) sur l’intérieur et le bord ; ext: 5/7 (red). Des coulés obliques d’engobe sur l’extérieur : application de la couleur lors de la rotation de l’objet sur le tour. Tourné.
Lèvre de section ovale. Corps concave et relativement profond. Une rainure en haut près de la lèvre, deux cercles concentriques au milieu constituant le bord d’un médaillon. Pied annulaire, de section triangulaire. Sur la paroi externe, une rainure large, mais peu profonde presque à mi-hauteur entre le bord et le pied. Des traces de lissage près et sur le bord à l’extérieur comme à l’intérieur.
À l’intérieur du médaillon, le même motif figuré est imprimé deux fois, l’une à côté de l’autre ; motif effacé au milieu et sur les côtés. Les deux figures principales ne sont pas à la même hauteur. La figure gauche est mieux conservée. Il s’agit de Bacchus, vu de face, debout et nu. Son corps est légèrement incliné. Il a les cheveux frisés, le visage ovale avec les traits rendus sommairement. Ses pieds sont vus de profil et de face en même temps. Une vigne est sommairement dessinée derrière lui (feuilles schématisées et grappe de raisin) tandis que les plis d’une tunique retenus sur l’épaule par une sorte de fibule (?) retombent sous la vigne. À côté du pied gauche de Dionysos, se tient un animal qui ressemble à un chien, mais qui devait plutôt être interprété comme une panthère. Elle est vue de profil. Seule la partie basse de son corps est conservée. Sur des exemplaires mieux conservés, le dieu tient de la main gauche une amphore qu’il tend vers l’animal qui, à son tour, fait un geste avec sa tête vers le dieu comme s’il essayait de boire de l’amphore.
Pour la forme cf. Hayes 1972, forme 104, type B, exemplaire n° 15 en provenance de l’Agora d’Athènes, p. 163, fig. 30 p. 162 (profil très proche). Cf. aussi J. W. Hayes, « Pottery : Stratified Groups and Chronology », dans J. H. Humphrey (éd.), Excavations at Carthage 1975 conducted by the University of Michigan 1, deposit VII, n° 7, p. 54, fig. 3 p. 55 ; J. W. Hayes, (loc. cit. Saraçhane…), deposit 26,1, p. 99-100, fig. 37 ; Bonifay 2004, type 56 p. 183, fig. 97,15 (découvert à Marseille).
Le décor appartient au style E (ii) de Hayes, motif 223. Ce motif s’inscrit dans une vague de retour aux sujets mythologiques survenue du temps de Justinien et particulièrement sensible dans les arts mineurs. Trois versions très légèrement différentes sont attestées (Hayes 1972, p. 261-263, fig. 50 p. 262). Le motif de S7 est plus proche de la version C. Des plats de la forme Hayes 1972 104 portant ce décor ont été trouvés :
– en Tunisie (Carthage), un fgt. de fond de forme Hayes 1972 104B orné de Bacchus imprimé deux fois (M. al-Alawī, Catalogue du musée Alaoui, Suppl. Description de l’Afrique du Nord [1910], n° 744 p. 318) et un fgt. décoré d’un seul motif de Bacchus entouré d’un cercle de manière à former un emblème (M. al-Alawī, [op. cit.], p. 318 n° 745) ;
– en Libye : à Apollonie, un fgt. de fond avec Bacchus imprimé une fois flanqué de deux bustes (J. W. Hayes, « Notes on the Palace Pottery », dans J. H. Humphrey (éd.), Apollonia, the Port of Cyrene. Excavations by the University of Michigan 1965-1967, Suppl. to LibAnt IV [1976], p. 263, fig. 4) ; à Sidi Khrebish, un fgt. similaire de Bacchus surmonté d’un palmier et flanqué de (deux à l’origine ?) bustes de femmes (Kenrick 1985, B 672.2, p. 375, fig. 69 p. 372) ;
– en Égypte (Abu Mena n° 66.1401 non publié selon Hayes), un fgt. de fond de forme 104A/B portant ce décor imprimé deux fois, l’un à côté de l’autre ;
– en Grèce (Léchaion, Cenchrées, Argos), plats de forme Hayes 1972 104 C décorés soit de deux figures de Bacchus l’une à côté de l’autre, entourées de trois sillons circulaires (Hayes 1972, forme 104, n° 23, p. 163, fig. 30 p. 162 ; B. Adamsheck (op. cit.), LRB 28, p. 96, pl. 23) soit d’un reste de décor qui appartient peut-être à ce motif entouré de deux sillons (P. Aupert, (loc. cit.), n° 121, p. 417, fig. 35, II1 p. 416).
À propos du décor, voir M. Mackensen, Die spätantiken Sigillata- une Lampentöpferein von El Mahrine (Nordtunisien) : Studien zur nordafrikanischen Feinkeramik des 4. bis 7. Jahrhunderts (1993), p. 284, fig. 99 p. 285 et fig. 100 p. 286 ; pour une étude iconographique de ce sujet et sa représentation également sur des lampes corinthiennes voir P. Pétridis (n. 19), p. 332-334.
La date des exemplaires de Léchaion et de Cenchrées est autour de 550 ap.  J.-C., celle du fgt. argien un peu avant 585 et le plat de l’Agora d’Athènes vient également d’un dépôt daté vers 580-585 ap. J.-C. L’exemplaire de Marseille provient d’un contexte du milieu ou du troisième quart du vie s. Ces datations se rapprochent des données du contexte du Secteur au Sud-Est du Péribole où les fgts. de S7 ont été découverts en 1990 (cf. supra S6). Datation proposée : vers 580.

Fig. 16Sigillée S7 (africaine).

Fig. 16 — Sigillée S7 (africaine).

Cl. et dessin EFA / P. Pétridis.

S8  Plat de forme : Hayes 1972 104 : Bonifay 2004 type 56
Découvert dans le Secteur au Sud-Est du Péribole (contexte TS 90 06 21). Fig. 17. 1 fgt. de fond et de pied. h: 0,03 m ; db: 0,21 m. Pâte fine granuleuse, 10R 6/8 (light red), micacée, particules blanches. Engobe luisant 10R 5.5/8 (light red-red), très effrité, couvrant seulement l’intérieur ; ext.: 10R 6/7 (red). Tourné.
Pied annulaire à section triangulaire. Fond légèrement concave. Deux sillons circulaires sur le fond constituent le bord d’un médaillon. Ce médaillon est orné d’un motif imprimé très effacé : un homme y est représenté, vu de face ; ses traits sont rendus sommairement ; il porte une tunique ornée de clavi. De sa main gauche il tient une croix tout près de son corps ; sa main droite est posée sur la poitrine, pas en guise de bénédiction, mais plutôt en signe d’humilité. Moins de la moitié de la figure conservé. Il s’agit certainement du motif de saint, connu aussi par des exemplaires qui conservent la figure entière.
Vue la taille de la figure et la circonférence que le médaillon devait avoir à l’origine, il me semble presque sûr que le motif était imprimé deux fois, l’une à côté de l’autre, comme le Bacchus de S7. Des motifs supplémentaires, de plus petites dimensions, complétaient probablement les espaces vides.
Ce motif se rencontre sur des plats de formes Hayes 1972 103B et 104. Il existe plusieurs versions de saints, tous représentés debout, de face, tenant verticalement ou obliquement une croix simple ou ornée et levant la main droite en bénédiction ou en la posant sur la poitrine. Le motif de S8 correspond exactement au type 234, du style E de Hayes (cf. Hayes 1972, p. 265-266, fig. 51d p. 264).
Un parallèle du motif qui orne S8 en provenance de Délos est de forme Hayes 1972 103B (Hayes 1972, p. 159, fig. 29 p. 158) : deux figures de saints imprimées l’une à côté de l’autre sont surmontées chacune par une colombe.
L’examen stylistique place S8 dans le deuxième quart du vie s., mais son contexte de fouille (le même que pour S6 et S7) descend la datation vers 580.

Fig. 17 — Sigillée S8 (africaine).

Fig. 17 — Sigillée S8 (africaine).

Cl. et dessin EFA / P. Pétridis.

S9 Plat de Forme : Hayes 1972 105 ; Bonifay 2004 type 57
Découvert dans le Secteur au Sud-Est du Péribole (contexte TS 93 surf.) Fig. 18. Un fgt. de fond et de pied. h: 0,037 m ; db: 0,020 m. Pâte de qualité moyenne, granuleuse, trop cuite 5YR 5/3 (reddish brown), très micacée, avec des particules blanches. Engobe luisant 10R 5/8 (red). Tourné.
Fond légèrement courbe. Pied annulaire haut de section carrée avec un cannelure profonde sur la partie extérieure.
Cf. Hayes 1972, forme 105A, n° 6, p. 167, fig. 31 p. 164 en provenance de Sami (Céphalonie) ; P. Aupert (loc. cit.), n° 117, p. 417, fig. 35 p. 416 ; Boardman 1989, n° 145-146, p. 96, fig. 30 p. 97 ; Bass, Van Doornick, (op. cit.), P 5, p. 167, fig. 8-9 p. 166 ; Bonifay 2004 type 57, p. 183-185, fig. 98. Cf. enfin, mais avec une certaine réserve, Abadie, Sodini 1992, n° 171, p. 31, fig. 12. L’extérieur ressemble (une seule cannelure), mais l’exemplaire de Delphes n’a pas de rehaussement sur le fond.
Pas d’indications chronologiques d’après la stratigraphie (trouvaille de surface) ; en revanche, les parallèles nous offrent une datation en parfaite coïncidence avec la période d’utilisation du Secteur au Sud-Est du Péribole : fin vie s. – première moitié du viie s.

Fig. 18 — Sigillée S9 (africaine).

Fig. 18 — Sigillée S9 (africaine).

Dessin EFA / P. Pétridis.

S10 Plat de forme : Hayes 1972 109 ; Bonifay 2004 type 60
Découvert dans le Secteur au Sud-Est du Péribole (contexte TS 93 64 21). Fig. 19. 1 fgt. de bord et corps. h: 0,027 m ; dl: ~0,36 m. Pâte de qualité moyenne granuleuse, 10R 6/8 (light red), micacée, avec des particules blanches. Engobe luisant 2.5YR 4/8 (red) couvrant l’intérieur et le bord. Tourné.
Bord arrondi, séparé du corps par une rainure à l’intérieur. Cette articulation n’apparaît pas à l’extérieur où la paroi est continue. L’exemplaire de Delphes est de taille supérieure à la moyenne de ces plats donnée par Hayes (diam. de lèvres : 0,245 m - 0,29+ m).
Hayes 1972, forme 109A, p. fig. 33 p. 170 ; Atlante I, p. 214, pl. CV ; Bonifay 2004, type 60, p. 187-189, fig. 99.
Cette forme a une longue durée de vie qui s’étend du dernier tiers du vie s. au début du viiie s. L’exemplaire delphique semble appartenir à la première variante qui est datée de la fin du vie s. au milieu du viie s.

Fig. 19 — Sigillée S10 (africaine).

Fig. 19 — Sigillée S10 (africaine).

Dessin EFA / P. Pétridis.

Sigillées micrasiatiques
Sigillée pergaménienne
S11 Bol de forme : Loeschke 1912 19
Découvert dans l’Agora romaine (contexte AG 91 02 21 [ex AG 91 02 8]). Fig. 20. 1 petit fgt. (bord et départ de paroi). h: 0,040 m. Pâte fine, 2.5YR 6/8 (light red), mica dorée. Engobe métallescent 10R 6/6 (red) à l’intérieur et 2.5YR 5/6 (red) à l’extérieur, laissant une partie du bord non couverte. Tourné.
Bord vertical arrondi au sommet, réuni à la paroi interne du corps sans la moindre interruption (rainure ou nervure). Le bord se sépare du corps par un bourrelet bien marqué à l’extérieur. Une rainure sur le bord à l’extérieur ; des groupes de rainures fines aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur. Le bourrelet porte également une rainure sur sa partie inférieure.
Cf. Loeschke 1912, p. 370-371, pl. XXVIII ; Atlante delle forme ceramiche II. Ceramica fine romana nel bacino Mediterraneo (tardo ellenismo et primo imperio) (1985), pl. XVII,6 ; B. Adamsheck (op. cit.), LRB 20, p. 93, pl. 17, 36 ; Boardman 1989, n° 1, p. 88, fig. 26 ; Abadie, Sodini 1992, CF 3, p. 13, fig. 1.
Fin du ier, début du iie s.

Fig. 20 — Sigillée S11 (pergaménienne).

Fig. 20 — Sigillée S11 (pergaménienne).

Dessin EFA / P. Pétridis.

S12 Bol de forme : Hayes 1972 5 ; Atlante I, tav. CX,11
Contexte de découverte inconnu. Fig. 21. 2 fgts. recollés. Profil complet. Restauré. h: 0,028 m ; dl: 0,10 m ; db: 0,045 m. Pâte fine, 2.5YR 6/6 (light red), micacée. Engobe luisant métallescent 10R 5/6 (red), couvrant aussi bien l’intérieur que l’extérieur. Tourné.
Bord arrondi constituant la suite du corps incurvé. Peu profond. Fond légèrement rehaussé au milieu. Pied annulaire. Base avec un nombril au milieu. Une rainure profonde encercle le pied. Stries de tournassage très apparentes sur toute la surface de l’objet. Des traces de lissage sur la paroi externe.
Cf. Hayes 1972, p. 322, fig. 64 p. 320 ; Atlante I, p. 231, pl. CX,11. D’autres parallèles recensés (par exemple Kenrick 1985, B 373.1, p. 265, fig. 48 p. 262) ont la paroi légèrement carénée.
Première moitié du iiie s.

Fig. 21 — Sigillée S12 (pergaménienne).

Fig. 21 — Sigillée S12 (pergaménienne).

Dessin EFA / P. Pétridis.

Sigillée phocéenne

S13 Plat de forme : Hayes 1972 1 ; Atlante I, tav. CXI,1-6
Découvert dans le Secteur au Sud-Est du Péribole (contexte TS 91 08 21). Fig. 22. 3 fgts. recollés de bord et de panse. Restauré. h: ~0,060 m ; dl: 0,54 m. Pâte fine, 5YR 7/6 (reddish yellow), avec des particules blanches. Engobe semi-mat entre 10R et 2.5YR 5/8 (red) à l’intérieur et à l’extérieur. Tourné (bord) et moulé (panse).
Bord rectiligne à l’intérieur, divisé en deux par une rainure à l’extérieur. Des traces d’un outil à dents fines très nettes à l’intérieur où une rainure et un rehaussement marquent la jonction du bord et du corps. Panse rectiligne. La paroi externe porte des lignes irrégulières provoquées sans doute par la pression de l’argile sur la paroi d’un moule.
Cf. Hayes 1972, forme 1A, p. 325-327, fig. 65, carte 14, p. 459 et 32 p. 464 ; Atlante I, p. 232, pl. CXI,1-6.
Fin du ive, début du ve s.

Fig. 22 — Sigillée S13 (phocéenne).

Fig. 22 — Sigillée S13 (phocéenne).

Dessin EFA / P. Pétridis.

S14 Plat de forme : Hayes 1972 3
Découvert dans l’Agora romaine (contexte AG 92 41 21). Fig. 23. 1 fgt. de fond et pied. h: 0,023 m ; db: 0,15 m. Pâte fine, poreuse, 5YR 7/6 (reddish yellow), des particules blanches. Engobe luisant 2.5YR 5.5/8 (light red-red) à l’intérieur, effrité par endroits et mat de même ton à l’extérieur. Moulé.
Fond plat s’épaississant vers le bord. Pied annulaire gros de section trapézoïdale et de hauteur moyenne. De minuscules protubérances et des petits trous sur la surface du fond. Des égratignures sur l’extérieur.
Cf. Hayes 1972, forme 3, type D, n° 13, p. 333, fig. 68 p. 332 en provenance de l’Agora d’Athènes.
Fin du ve s.

Fig. 23 — Sigillée S14 (phocéenne).

Fig. 23 — Sigillée S14 (phocéenne).

Dessin EFA / P. Pétridis.

Sigillées gauloises
S15  Bol de forme : Rigoir 1968 2 ; Atlante I, tav. IX,1
Découvert dans l’Agora romaine (contexte AG 92 27 23). Fig. 24. 1 fgt. de bord et de panse. h: 0,041 m ; dl: 0,26 m. Pâte fine, 10YR 5/1 (grey), mica et particules blanches. Engobe semi-mat à l’intérieur 5YR 2/1 (black) et 7.5YR N/3 (very dark grey) à l’extérieur. L’engobe est effrité sur une grande partie de sa surface, formant des trous plus ou moins larges. Tourné.
Bord horizontal proéminent, sillonné de deux larges rainures et décoré de roulette. Corps hémisphérique s’amincissant vers le fond. Traces de lissage à l’extérieur.
Pour cette forme cf. Rigoir 1968, p. 200, pl. IV p. 217 ; Atlante I, p. 6, pl. IX,1.
Pas de datation offerte par le contexte de découverte. Selon la bibliographie, une datation dans le ve s. est probable, la version grise n’apparaissant pas avant 400.

Fig. 24 — Sigillée S15 (gauloise).

Fig. 24 — Sigillée S15 (gauloise).

Dessin EFA / P. Pétridis.

S16 Bol de forme : Rigoir 1968 3C
Découvert dans l’Agora romaine (contexte AG 90 24 21). Fig. 25. 1 fgt. de bord et de corps. h: 0,024 m ; dl: 0,50 m. Pâte fine, 5YR 7/6 (reddish yellow), à particules blanches. Engobe luisant 10R 4/8 (red) à l’intérieur et mat 10R 5/8 (red) à l’extérieur. L’engobe n’a pas couvert l’extrémité du bord qui est de couleur 5YR 7/4 (pink). Tourné.
Bord triparti : la partie externe est oblique, la partie médiane horizontale et la dernière oblique aussi, mais dans un sens inverse de la première. Les deux premières parties sont ornées de roulette. À l’extérieur, des rainures sous la partie horizontale et un profond retrait là où elle rencontre le deuxième tiers oblique.
Cf. Rigoir 1968, forme 3C, p. 202, pl. V (provenant de Marseille).
Pas de datation offerte par le contexte de découverte. ve s. ?

Fig. 25Sigillée S16 (gauloise).

Fig. 25 — Sigillée S16 (gauloise).

Dessin EFA / P. Pétridis.

S17 Plat de forme : Rigoir 1968 4 ; Atlante I, tav. VII,1
Découvert dans l’Agora romaine (contexte AG 91 07 24). Fig. 26. 1 fgt. de bord et panse. h: 0,029 ? m ; dl: 0,17 m. Pâte fine, 10YR 5.5/1 (grey), peu micacée. Engobe semi-mat à l’intérieur et l’extérieur 10YR 4/1 (dark gray). L’engobe a entièrement disparu sur la lèvre, mais aussi par d’autres endroits ; il a coulé sur la paroi externe en laissant des parties découvertes. Tourné.
Bord circulaire aplati. Une moulure le sépare du corps incurvé. Traces de lissage à l’intérieur mais surtout à l’extérieur où l’on aperçoit aussi une empreinte digitale.
Le manque d’engobe sur la lèvre s’explique par l’empilement des plats à l’intérieur du four laissant ainsi non couverte la partie supérieure du bord.
Cf. Rigoir 1968, forme 4, p. 202, pl. VI et VII p. 219-220 ; Atlante I, p. 6, pl. VII,1.
vie s.

Fig. 26 — Sigillée S17 (gauloise).

Fig. 26 — Sigillée S17 (gauloise).

Dessin EFA / P. Pétridis.

S18 Bol de forme : Rigoir 1968 14 ; Atlante I, tav. VII,14
Découvert dans l’Agora romaine (contexte AG 91 07 23). Fig. 27. 1 fgt. de bord et panse. h: 0,020 m ; dl: 0,16 m. Pâte fine, 10YR 3/1 (very dark grey), mica et particules blanches. Engobe mat du même ton que l’argile à l’intérieur et un peu plus claire (10YR 4/1 dark grey) à l’extérieur. L’engobe est effrité à certains endroits (lèvre, protubérance). Tourné.
Bord vertical, aplati sur le sommet, formant un angle net avec le corps. Le sommet et la protubérance sont en exergue du reste du bord qui est décoré de roulette. Surface un peu irrégulière, surtout à l’intérieur. Des traces d’un outil à dents fines pour égaliser la surface près du bord, du côté interne.
Cf. Rigoir 1968, forme 14, p. 205, pl. XII p. 225 ; Atlante I, p. 6, pl. VII,14.
ve s. 

Fig. 27 — Sigillée S18 (gauloise).

Fig. 27 — Sigillée S18 (gauloise).

Dessin EFA / P. Pétridis.

Sigillée Late Roman D
S19 Plat de forme : Hayes 1972, 9var ; Atlante I, tav. CXXI,10-16 et CXXII, 1-2
Contexte de découverte inconnu. Fig. 28. 1 fgt. de corps. h: 0,054 m ; dl: ~0,40 m. Pâte fine, 2.5YR 6/8 (light red), à particules blanches. Engobe mat 10R 5/6 (red), couvrant l’intérieur et le bord et coulant aussi sur la paroi externe ; plus foncé (10R 3/6 dark red) sur le bord. Ext.: de couleur 2.5YR 6/6 (light red). Tourné.
Bord large, vertical, surplombant la panse. Il est aplati sur le sommet et divisé en deux à l’intérieur où une rainure le sépare du corps. Une ligne irrégulière formée par un ébauchoir parcourt le bord à l’extérieur. Deux rainures fines le séparent à l’extérieur du corps rectiligne.
Le fragment appartient à la forme Hayes 1972 9, type B, mais constitue très probablement une variante à cause de son bord vertical et son diamètre qui dépasse la moyenne de la forme.
Cf. Hayes 1972, forme 9, p. 379-382, fig. 81 p. 378 et 82 p. 380 ; Atlante I, p. 239, pl. CXXI,10-16 et CXXII, 1-2.
Fin vie-début viie s.

Fig. 28 — Sigillée S19 (LRD).

Fig. 28 — Sigillée S19 (LRD).

Dessin EFA / P. Pétridis.

La céramique peinte

  • 59 Pour ces vases voir aussi PPétridis, « Εισαγωγές αττικής κεραµικής στους ∆ελφούς κατά την παλαιοχ (...)

25À Delphes, dans la fouille de l’Agora romaine, ont été mis au jour trois exemplaires (fragments de bols) décorés à l’intérieur ou à l’extérieur de spirales blanches sur fond rouge, ainsi que l’anse d’un bol, produits typiquement attiques d’un groupe datant du début du iiie s. jusqu’au ve s59.

  • 60 Pour une étude globale de toutes les productions de céramique protobyzantine peinte découvertes en (...)
  • 61 P. Pétridis, « Delphes dans l’Antiquité tardive : première approche topographique et céramologique  (...)
  • 62 Supposée dans Hayes 1972, p. 413.
  • 63 Pétridis 2010, p. 179.

26Aux antipodes du décor de la catégorie précédente se trouve celle décorée de peinture sombre sur fond clair qui jouit d’une certaine popularité dans la seconde moitié du vie s. dans le monde égéen, très probablement sous influence égyptienne60. Les motifs préférés sont les arbres schématisés, les feuilles, les poissons, les grillages. Ce décor est caractérisé par une forte stylisation et une certaine vitesse d’exécution. C’est à Thèbes de Phtiotide (N. Anchialos) ou dans sa région que la plus importante production de cette catégorie, appelée par J. Hayes Central Greek Painted Ware, doit avoir été fabriquée. La question a été traité ailleurs et je ne m’attarderai pas ici61. Les analyses chimiques ont d’ailleurs exclu la possibilité d’une provenance delphique de cette céramique62 : on observe de grandes différences en ce qui concerne la contenance en magnésium, manganèse, potassium, chrome et nickel. L’analyse minéralogique a également montré une très forte présence de feldspaths, de loin supérieure à tout autre échantillon de céramique locale examiné63.

Catalogue

Céramique peinte attique
CP1 Bol découvert dans l’Agora romaine (contexte exact inconnu AG 90 ?). Fig. 29. 3 fgts dont deux recollent entre eux provenant de la panse et du fond. h: 0,035 m ; db: 0,050 m. Pâte fine de couleur 2.5YR 5/8 (red) avec des particules blanches. Ext: 10R 5/8 (red) ; int. engobe 10R 4.5/6 (red). Peinture 10YR 8/2 (white). Stries de tournassage apparentes à l’intérieur très serrées. Tourné.
Deux larges rainures sur le fond. Faux pied annulaire. L’intérieur est décoré de spirales peintes en blanc (deux sont conservées sur les fgts. recollés et une sur le troisième fgt.). Elles suivent le sens des aiguilles de l’horloge. Des tiges naissent entre les deux spirales.
Cf. H. S. Robinson (op. cit.), M 209, p. 103, pl. 26, 37, 71 daté du début du ive s., mais surtout ibid., M 290, p. 111, pl. 71 daté du début du ve s., qui se rapproche de CP1 non seulement par la décoration, mais aussi par la forme ; B. Adamsheck (op. cit.), LRB13, p. 90, pl. 22. Ce bol porte sur le fond un X incisé entouré de cercles peints.
Fin du ive-début du ve s. ?

Fig. 29 — Céramique peinte CP1 (attique).

Fig. 29 — Céramique peinte CP1 (attique).

Dessin EFA / P. Pétridis.

CP2 Découvert dans l’Agora romaine (contexte AG 90 06 21). Fig. 30. 1 fgt. d’anse zoomorphe. L: 0,049 m ; l: 0,048 m ; h: 0,031 m. Pâte plutôt fine, 5YR 6/8 (reddish yellow), engobe 7.5YR 8/4 (pink). Moulée.
Ce fragment provient d’un bol attique à anse horizontale cylindrique (d: 0,026 m) dont il n’est conservé que son aboutissement en forme d’une tête de lion. Le travail n’est pas très soigné, mais le rendu est assez réaliste. La pâte qui a été rassemblée au-dessus de la crinière de l’animal par la pression du moule n’a pas été retirée.
Cf. H. S. Robinson (op. cit.), M 209-210, p. 103-104, pl. 26,71. Ces bols attiques à anses zoomorphes sont décorés de motifs exécutés à la peinture blanche comme CP2. Les animaux les plus courants sont la panthère, le lion et le bouc ; B. Adamsheck (op. cit.), LRB 7, p. 85-86, pl. 21 : anse en forme de tête de bouc, datée vers la fin du ive s. Un exemple non publié en provenance de Corinthe date du début du siècle suivant.
Quelques exemplaires non publiés du British Museum ont été découverts à l’Héraion d’Argos, à Éphèse ou en Égypte.
Des bols avec de pareils aboutissements d’anses sont attestés aussi parmi les sigillées africaines (Atlante I, pl. LXXI, 7 et pl. XXVIII, 2 et 3, et non 23 comme il est mentionné dans Atlante I, p. 254). L’habitude d’orner les anses des vases avec des animaux ou même de leur substituer des attaches de forme animale est très ancienne, surtout en métallurgie. L’origine directe des anses zoomorphes de ces bols attiques doit être cherchée, d’après H. Robinson, dans les vases en métal produits à partir du ier s. de n. è. et jusqu’au iiie s. (H. S. Robinson, op. cit.). Ces vases, essentiellement des poêles ou paterae, étaient souvent munis d’un ombilic moulé très élaboré (B. Adamsheck, op. cit.).
ive s.

Fig. 30 — Céramique peinte CP2 (attique).

Fig. 30 — Céramique peinte CP2 (attique).

Dessin EFA / P. Pétridis.

  • 64 Matériel en cours d’étude provenant de la fouille ThANAr.
  • 65 Un tesson de cette catégorie trouvé à Argos en 1968, publié dans J.-P. Sodini, J-F. Bommelaer, « Ar (...)
Céramique peinte de la Grèce Centrale
CP3 Plat découvert en 1949 dans une zone à l’Est et au Sud-Est de la Lesché des Cnidiens à Delphes, entre le mur Est d’une grande construction d’époque chrétienne (villa ?) et le mur Est du péribole. N° d’inv. du Musée de Delphes : 17944. Fig. 31. 41 fgts recollés. Conservé aux 2/3. Restauré. dl: 0,34 m ; h: variable 0,073-0,082 m ; db: 0,127 m. Pâte fine, 2.5YR 6/6 (light red). Engobe ext: 2.5YR 5/6 (red) ; engobe int: 2.5YR 6/6 (light red). Peinture de couleur 10R 4.5/8 (red). Stries de tournassage apparentes. Tourné.
Bord triangulaire arrondi saillant vers le haut. Pied annulaire, de profil triangulaire en bas. Décor peint : le médaillon central contient quatre arbres stylisés inscrits dans des pétales ovales qui forment une croix et quatre libres entre les bras de celle-ci ; le bord du médaillon est formé par deux cercles qui renferment vingt-sept points. Des arbres stylisés plus longs, huit à l’origine, rayonnent autour du médaillon central partant chacun d’un triangle flanqué de petits cercles. Une bande de couleur parcourt le bord débordant légèrement sur le corps. Peinture très diluée par endroits.
Publié dans : BCH 74 (1950), p. 327, fig. 39 ; Hayes 1972, p. 413, pl. XXIII ; Atlante I, p. 256 ; M. Maass (éd.), Orakel am Nabel der Welt (1996), p. 208. Hayes cite à propos de la première publication de ce plat dans le BCH 74, la fig. n° 29 au lieu du n° 39 qui est le chiffre correct ; cette erreur est reprise par Eiwanger (n. 21), et dans Atlante I p. 256. Quant au diamètre, Hayes donne 0,355 m au lieu de 0,34 m qui est le chiffre exact.
Cf. la forme de sigillée africaine Hayes 1972 105,13, p. 167 et fig. 13 p. 164, datée de la fin du vie s. ; son profil est très proche de celui de CP 3.
Les exemplaires de cette catégorie qui apparaissent sporadiquement sur certains sites datent dans leur majorité de la seconde moitié du vie s. Avec l’aide de la stratigraphie delphique (voir infra CP4), mais aussi celle de Thasos64 et d’Argos65, je crois avoir réussi à dater un peu plus précisément cette production aux alentours de 580.

Fig. 31 — Céramique peinte CP3 (de Grèce Centrale).

Fig. 31 — Céramique peinte CP3 (de Grèce Centrale).

Dessin EFA / P. Pétridis.

CP4 Découvert dans le Secteur au Sud-Est du Péribole (contexte TS 90 18 21). Fig. 32. 1 fgt. de bord et de panse. dl: 0,43 m. Pâte fine assez dure, de couleur 2.5YR 6/8 (light red). Engobe 2.5YR 6/6 (light red) à l’intérieur comme à l’extérieur. Décor peint de couleur 2.5YR 5/4 (reddish brown). Surface lisse, surtout à l’extérieur. Stries de tournassage bien marquées. Tourné.
Bord arrondi. Un arbre stylisé entre deux larges traits de pinceau constituent le décor de la partie conservée. L’arbre est exécuté dans le sens centre-bord et son sommet est recouvert par la bande de peinture qui orne le bord ; celle-ci est très large à l’extérieur et moins large à l’intérieur du plat.
Dernier quart du vie s. Trouvé dans un contexte qui fait partie du remplissage d’une citerne et où ont été trouvés, entre autres, le plat en sigillée africaine S6 daté vers 580 et une monnaie de Justin II et de Sophie.

Fig. 32 — Céramique peinte CP4 (de Grèce Centrale).

Fig. 32 — Céramique peinte CP4 (de Grèce Centrale).

Dessin EFA / P. Pétridis.

Les lampes

  • 66 En ce qui concerne les lampes corinthiennes par exemple, j’ai proposé l’application du modèle romai (...)
  • 67 Pour ce phénomène d’imitation massive et surtout pour la création de type hybrides inspirés par les (...)

27Presque tous les types de lampes populaires dans le bassin égéen du iie au viie s. de n. è. sont présents à Delphes : corinthien, attique, africain. Je précise que je parle de « types » car : i) il existe des productions qui ont très probablement été fabriquées dans des localités différentes66 et ii) les imitations locales (delphiques ou autres) ou la création de types hybrides constituent un phénomène courant et, dans un cas, celui des lampes de type africain, les imitations l’emportent largement en nombre d’exemplaires sur les originaux importés67.

  • 68 Une première publication de ces lampes dans P. Perdrizet, Monuments Figurés, FD V (1908), p. 188-19 (...)
  • 69 P. Petridis (supra n. 68), no 1, p. 323-324, fig. 3.

28La question des lampes de type corinthien a été suffisamment traitée jusqu’à présent de tous les points de vue, et tout le matériel delphique est publié en détail dans des travaux précédents68 ; je ne m’attarderai donc plus ici sur ce type. Signalons seulement que ces lampes ont une présence plutôt faible dans les deux principaux monuments de l’époque protobyzantine fouillés à Delphes (Agora romaine et Secteur au Sud-Est du Péribole) à cause de leur précocité chronologique ; en revanche, des exemplaires en très bon état de conservation et d’un intérêt iconographique particulier ont été mis au jour surtout dans les nécropoles Est et Ouest. Les importations ont dû commencer à la fin du ier s. de n. è. avec des exemplaires de forme de transition69 et elles ont persisté jusqu’au iiie s. tardif. Les lampes du iie s. sont toutefois les plus nombreuses.

  • 70 Une première présentation des lampes attiques importées à Delphes dans P. Pétridis (n. 59), p. 280- (...)
  • 71 - À l’exception d’une lampe signée XIONHC (MD 17700) qui date du début du vie s.
  • 72 Pour les lampes produites localement à Delphes entre le vie s. et le viie s. voir en détail Pétridi (...)

29Fabriquées au début du iiie s. comme des copies fidèles des lampes corinthiennes, les lampes attiques ont vite fait preuve d’un souci constant de rénovation. Plusieurs dizaines de ces lampes en bon état de conservation se trouvent dans les réserves du Musée de Delphes, provenant dans leur majorité des Nécropoles. Un peu moins de cent ont été mis au jour pendant les fouilles de l’Agora romaine et du Secteur au Sud-Est du Péribole, mais il s’agit essentiellement de fragments plus ou moins petits, à quelques exceptions près. Trente-trois sont couvertes d’un engobe violacé et soixante-et-une ne le sont pas. Cinquante-et-une d’entre elles ont conservé leur médaillon ou une partie de ce dernier. Les figures humaines sont plus nombreuses que les représentations des animaux sur les médaillons ; on rencontre également des objets, un motif rayonnant emprunté au répertoire corinthien ou des rosaces. Des bases conservées on peut recenser les signatures suivantes : E [....], EYTYXI (Eutyches), KY (Kyrax), […]ΟΙΛΟΥ, ΠΩCΦΟΡΟΥ (Posphoros), CTP (Stratolaos), T, TH, Y, XIONHC (Chionè), « the Leaf Shop » et « the Incised Leaf Shop ». Deux de ces signatures (TH et […]ΟΙΛΟΥ) étaient inconnues dans la bibliographie avant la publication du matériel de Delphes. La représentation d’un aulète sur une lampe signée « T » est également pour la première fois associée au répertoire de cet atelier70. Les trouvailles de l’Agora romaine datent des iiie et ive s., tandis que celles du Secteur au Sud-Est du Péribole datent du iiie et du début du ve s. Les importations de lampes attiques semblent s’être arrêtées à Delphes au courant du ve s. et les produits du vie s., pourtant très populaires sur d’autres sites, sont pratiquement absents des couches fouillées de cette époque71. La cause doit être cherchée dans la popularité des lampes africaines importées et surtout dans le nombre très élevé des imitations locales de prototypes africains et la fabrication d’autres types locaux comme les lampes circulaires à chevrons72. Dans leur majorité, les lampes de type attique découvertes à Delphes sont des originaux ; les rares imitations ne sont pas fabriquées à Delphes même.

  • 73 Supra n. 67.

30Quant aux lampes africaines, remarquables pour la finesse de leur pâte et la richesse de leurs décors, très souvent d’inspiration chrétienne, il faut noter que le nombre d’originales africaines découvertes à Delphes (cinq) est extrêmement petit par rapport au nombre des lampes de type africain (plus d’une centaine), qu’il s’agisse d’imitations directes par surmoulage ou de lampes hybrides épousant la forme des lampes africaines, mais portant des décors particuliers73. Ajoutons à ce nombre les moules découverts dans les ateliers des potiers de la fin du vie et le début du viie s. fabriqués à partir du surmoulage d’originaux africains ; même si aucun des originaux qui ont été utilisés n’a été mis au jour encore, cela prouve qu’ils ont continué à être importés à Delphes tout au long du vie s. Les lampes africaines de Delphes disposent de toutes les caractéristiques techniques et sont fabriquées dans des moules en plâtre ; leurs médaillons sont décorés d’une figure féminine, d’animaux, d’un arbre (palmier) et d’un motif géométrique.

Catalogue

Lampes attiques
L1 Découverte dans l’Agora romaine (contexte AG 91 17 1). Fig. 33. Presque complète ; manquent une partie du bandeau et du corps et le bec. L: 0,086 m ; l: 0,078 m ; h: 0,035 m ; db: 0,029 m ; lb: 0,011 m. Pâte dure, 2.5YR 5.5/8 (light red-red). Ext: engobe 10R 5/6 (red). Moule en plâtre.
Anse pleine, trifide, descendant tout près de la base. Bandeau muni de protubérances rectangulaires aplaties et décoré du motif des 8-S (cf. Perlzweig 1961, pl. 51,16). Deux bourrelets entourent le médaillon ; un grand trou et un plus petit près du bec. Sur le médaillon, un buste de femme (?) regardant vers la gauche ; elle est coiffée d’une sorte de voile qui commence par une boule et descend sur ses épaules ; les traits du visage sont effacés ; elle tient un instrument (hache double ?). La base est constituée d’un simple sillon circulaire qui entoure une feuille de lierre incisée.
Cf. Perlzweig 1961, l. 752-766, p. 117, pl. 17. Le parallèle le plus proche est la lampe 765, sortie aussi (comme d’ailleurs la lampe 766) du même atelier que L1 (« the Incised Leaf Shop ») ; O. Broneer, Terracotta Lamps, Corinth IV2 (1930), l. 1185, p. 255, pl. XVI ; id., Terracotta Lamps, Isthmia III (1977), l. 2973, p. 75, pl. 33 ; A. Bovon, Lampes d’Argos, EtPélop V (1966), l. 502, p. 72, pl. 12 ; Bailey 1988, l. Q3276, p. 408 et 410, pl. 119, fig. 32,133 ; ibid., l. Q3302, p. 414, pl. 122 (voir ibid. p. 26 pour d’autres parallèles) ; Karivieri 1996, p. 63-65, no 9, 10, 11 p. 159-160, pl. 1, 31, 34, fig. 32.
Le décor du médaillon a connu plusieurs interprétations : pour A. Bovon, il s’agit d’une Amazone. J. Perlzweig le considère comme une déesse tenant une hache double. Pour ce type de déesse, voir A. B. Cook, Zeus, vol. II, p. 560-626. O. Broneer (supra Corinth, p. 255) et K. Kübler, « Zum Formwandel in der spätantiken attischen Tonplastik », JdI LXVII (1952), p. 118 l’interprétaient comme une divinité masculine, Mithra. Une hypothèse réconciliatrice exprimée à nouveau par O. Broneer (supra Isthmia, p. 75) et suggérée par K. Slane est celle-ci : la figure sur les lampes les plus anciennes représente un homme coiffé d’un bonnet phrygien. Au cours du processus de retouche le bonnet s’est transformé en chevelure (ou voile) et le sexe du personnage représenté a changé. A. Karivieri, dans son analyse iconographique très détaillée, accepte la possibilité d’avoir ici non pas Mithras, mais un de ses compagnons, Cautes et Cautopates qui sont quelquefois représentés tenant une hache double. Elle émet toutefois une dernière hypothèse, suggérée par P. Castrén : la représentation de la reine de Lydie, Omphale dont Héraclès était l’esclave ou une représentation d’Héraclès déguisé en femme.
Le sujet était très populaire en Attique au cours du iiie et du ive s., comme celui des matronae, avec lequel il existe peut-être une relation. Il me semble qu’un sujet aussi fréquent ne pouvait que représenter une figure facilement reconnaissable et dont l’iconographie était bien claire et prédéfinie.
Pour cette riche catégorie de lampes portant des images religieuses ou mythologiques, il est difficile de savoir s’il s’agit d’objets de culte ou tout simplement d’objets qui s’inscrivent dans une longue tradition iconographique sans lien direct avec le culte du sujet représenté, ce que je considère plus probable.
Cette lampe est un produit de l’atelier appelé par Perlzweig « Incised Leaf Shop » (à ne pas confondre avec celui appelé « the Leaf Shop »). Son activité s’étend de la seconde moitié du iiie s. à la fin du ive s. ; pour la version de la même signature dans deux cercles voir Perlzweig 1961, l. 948, pl. 37 et pour des renseignements sur l’atelier, ibid. p. 58 sq et Karivieri 1996, p. 150-151.
D. M. Bailey (Bailey 1988, p. 408) rapporte l’existence de fragments avec la même représentation en provenance de l’aire du Pompéion à Athènes, datés probablement, selon Perlzweig, après 396. Les dates d’activité de l’atelier, les parallèles, ainsi que le contexte de la fouille se concordent pour dater cette lampe vers le milieu ou dans la seconde moitié du ive s.

Fig. 33 — Lampe L1 (attique).

Fig. 33 — Lampe L1 (attique).

Cl. et dessin EFA / P. Pétridis.

L2 Découverte dans l’Agora romaine (contexte AG 90 20 1). Fig. 34. 4 fgts. Anse entière ; le reste de la lampe conservé approximativement aux 2/3. L: 0,097 m ; l: 0,067 m ; h: 0,034 m ; lb: 0,013 m. Pâte dure, particules blanches, 10R 5/8 (red). Ext: engobe 10R 4/6 (red). Moule en plâtre.
Anse trifide. Les rectangles sur le bandeau sont aplatis et ornés d’arêtes incisées. Huit cercles imprimés de part et d’autre de l’anse, du bec et des rectangles. Médaillon décoré d’une rosace à treize pétales. Base avec deux sillons. On soupçonne la présence d’une lettre gravée sur la base, A (?) sans doute une marque de fabrique et certainement pas une signature. Traces de feu sur le bec.
Cf. Pour des lampes décorées de rosettes de types différents, engobées ou non : Perlzweig 1961, p. 149-155 ; Karivieri 1996, p. 214-239. Les cercles sont une imitation des rivets des lampes en bronze. Sur des modèles caractérisés par leur conservatisme comme les lampes avec un bec en forme de « U », ces rivets sont transformés en boutons en relief et ne sont pas encore détériorés en de simples cercles imprimés. Les rectangles aplatis sur le bandeau sont également des réminiscences dégénérées des protubérances rectangulaires des lampes corinthiennes, elles aussi dérivant des lampes en bronze. La rosace est un motif très courant du répertoire attique.
Première moitié du ive s.

Fig. 34 — Lampe L2 (attique).

Fig. 34 — Lampe L2 (attique).

Cl. EFA / P. Pétridis.

  • 74 Voir par exemple B. D. Meritt, J. S. Traill, Inscriptions. The Athenian Councillors, The Athenian A (...)
L3 Lieu de découverte inconnu. Fig. 35. 1 fgt. de base. L: 0,044 m ; l: 0,036 m ; db: 0,033 m. Pâte dure, 2.5YR 6/6 (light red). Ext: engobe 10R 4/4 (weak red). Moulée.
Deux sillons entourent la base qui porte les lettres TH gravées.
Cette signature n’est pas répertoriée par J. Perlzweig ni par A. Karivieri. Elle est inconnue de la bibliographie. Il est toujours possible d’être devant la fusion de deux ateliers différents, « H » (Karivieri 1996, p. 105) et « T » (Karivieri 1996, p. 139) ou devant un atelier inconnu dont le nom de propriétaire commençait par TH (ΤΗ[ΛΕΓΝΩΤΟΥ], ΤΗ[ΛΕΦΑΝΟΥΣ], ΤΗ[ΛΕΜΑΧΟΥ] ?). Ce dernier prénom est connu dans les inscriptions attiques, mais la plus récente date du début du iiie s. 74 ; les deux autres sont plus anciens.
ive s. et première moitié du ve s. si on suit les dates de l’atelier « T ».

Fig. 35 — Lampe L3 (attique).

Fig. 35 — Lampe L3 (attique).

Dessin EFA / P. Pétridis.

L4 Découverte dans l’Agora romaine (contexte AG 91 17 3). Fig. 36. 2 fgts: base et corps. L: 0,058 m ; l 0,071 m ; db: 0,048 m. Pâte de qualité moyenne, particules blanches, 5YR 6/6 (reddish yellow). Ext: engobe 2.5YR 6/6 (light red) effrité par endroits. Moulée.
Sur la base, deux sillons circulaires entourent une branche incisée ; à sa droite on devine un Y également incisé.
La présence d’un Y à côté de la branche me fait pencher plutôt pour l’atelier d’Eutychès, bien qu’il existe d’habitude plus d’une lettre de part et d’autre de la branche dans la signature de cet atelier. Il existe aussi un atelier qui signe avec un « Y » (Perlzweig 1961, p. 55 ; Karivieri 1996, p. 141), mais dans la bibliographie cette signature n’est pas associée à une branche. Une dernière hypothèse serait celle-ci : la lettre Y ne serait rien d’autre qu’un signe interne à l’organisation de l’atelier (marque d’ouvrier, marque d’une série de copies etc, voir p. ex. Karivieri 1996, p. 78).
Avant le milieu du ive s.

Fig. 36 — Lampe L4 (attique).

Fig. 36 — Lampe L4 (attique).

Dessin EFA / P. Pétridis.

L5 Découverte dans l’Agora Romaine en 1990, mais contexte précis inconnu. (AG 90 ?). Fig. 37. 1 fgt.: médaillon et bandeau. L: 0,027 m ; l: 0,029 m ; lb: 0,11 m. Pâte de qualité moyenne, 2.5YR 6/6 (light red). Ext: engobe 5YR 5/3 (reddish brown). Moulée.
Bandeau uni, muni de rectangles décorés d’une branche. Une inscription est gravée sur le flanc du médaillon. Quatre lettres sur le fragment conservé : PIAM.
La branche incisée flanquée de deux traits sur le bandeau est un souvenir des protubérances rectangulaires des lampes du iie s., elles-mêmes des réminiscences des tenons latéraux des lampes à suspension.
L’inscription, tracée sans doute sur un seul côté seulement, accompagnait une figure humaine ou une scène figurée. L5, appartient, par sa forme et son bandeau uni décoré de branche inscrite dans un rectangle, au ive s. On a peu d’exemples de cette période aux médaillons inscrits. Quelques lampes attiques du ive s. portent une inscription (ΦΟΒΟC, c’est à dire peur) qui accompagne la représentation d’un ours (cf. Perlzweig 1961, l. 890-892, p. 127, pl. 20). Une lampe attique du iiie s. au Musée de Chypre (Th. Oziol, Les lampes du musée de Chypre, Salamine de Chypre VII [1977], l. 576, p. 198, pl. 32) porte l’inscription ΛΑΝΑΡΙΩ, qui indique, selon Oziol, le lieu où la scène érotique représentée sur le médaillon a lieu. Une lampe également de Chypre, du ive s., aujourd’hui au British Museum (Bailey 1988, l. 2572, p. 106 et p. 315, pl. 70, fig. 9 p. 7) porte l’inscription ANEIKHTOC à côté d’un buste d’Athéna. Comme ce mot peut être un adjectif ou un nom propre, Bailey l’interprète comme une signature de potier ou d’ouvrier de l’atelier qui l’a fabriquée. Or, les inscriptions (en creux ou en relief) sur les médaillons me semblent plutôt avoir un rapport étroit avec le sujet représenté que constituer des signatures. Dans le cas de la l. Q2572 du British Museum par exemple, le mot « αν(ε)ίκητος » qui signifie « invincible » pourrait très bien convenir à Athéna qui y est représentée armée (Promachos). Des signatures peuvent exceptionnellement se trouver sur la partie supérieure d’une lampe, mais c’est plutôt sur le bandeau que l’on les rencontre (cf. P. Pétridis n. 19, l. 33, p. 342, 344, fig. 27, un exemplaire qui constitue plutôt une imitation qu’un original) et il ne devait certainement pas exister de potier appelé ΦΟΒΟC.
Si l’inscription sur le médaillon ou le bandeau des lampes du ive s. est un élément rare, il est courant sur les bandeaux des lampes tardives d’Égypte ou du Levant. Ces inscriptions se réfèrent à Dieu ou à des saints locaux dont elles implorent ou apportent la bénédiction et, de ce point de vue, elles doivent être rapprochées des inscriptions des ampoules à eulogie. Mais, avec ces exemplaires, l’inscription et la lampe elle-même prennent une autre signification, elles revêtent une dimension magique, apotropaïque. Cet aspect ne manquait pas dans les lampes plus anciennes (inscriptions apotropaïques [φόβος] ou expressions de vœux [εύπλοια, sur une lampe en forme de bateau mais qui pourrait être dissociée du contexte marin d’après Karivieri 1996, p. 63]), mais le plus souvent les inscriptions n’étaient que des simples rappels du nom de la figure représentée. Ceci doit être aussi le cas de L5. La lecture la plus probable de l’inscription est celle-ci : [Π]PIAM[OC]. Le père d’Hector est représenté sur les lampes en train d’implorer Achille de lui rendre la dépouille de son fils. Sur L5, l’espace qui reste sur le médaillon n’est pas suffisant pour y représenter deux personnages. Priam y figurait alors tout seul et en buste, comme sur une lampe d’Athènes (Perlzweig 1961, l. 799, p. 121, pl. 18) qui porte aussi l’inscription [Π]PIAMOC.
Pour les inscriptions sur les lampes voir Bailey 1988, p. 106-108.
ive s.

Fig. 37 Lampe L5 (attique).

Fig. 37 — Lampe L5 (attique).

Dessin EFA / P. Pétridis.

  • 75 Les codes des fleurons sont donnés d’après A. Ennabli, Lampes chrétiennes de Tunisie (1976) et J. B (...)
Lampes africaines75
L6 Atlante I forma X, type A2
Découverte dans le Secteur au Sud-Est du Péribole (contexte TS 93 55 5 + TS 93 119). Fig. 38. 6 fgts. Manquent des parties du médaillon, du bandeau et de la base ainsi que le bec : les 2/3 à peu près sont conservés. L: 0,090 m ; l: 0,065 m ; h: 0,031 m (sans l’anse) ; db: 0,040 m ; lb: 0,011 m. Pâte fine, 10R 6/8 (light red). Ext: engobe de bonne qualité 2.5YR 5/8 (red). Moule en plâtre.
Anse pointue. Bandeau décoré de sept fleurons : trois (à l’origine) triangles (Ennabli D8 / Bussière, Rivel Cb4) tournés vers le médaillon, deux motifs Ennabli E7 / Bussière, Rivel Do7 (groupes de trois cercles concentriques superposés) et deux motifs cordiformes (Ennabli M9 / Bussière, Rivel Jh3). Ornement géométrique sur le médaillon : des losanges (Ennabli C1 / Bussière, Rivel Ba29) inscrits dans un carré dont les angles sont remplis de grènetis. Une bordure de grènetis orne également le pourtour du carré et le tout est inscrit dans un deuxième carré ; des demi-motifs de roue dentée Ennabli H3 / Bussière, Rivel Wa7 en bas du carré et, à l’origine, également en haut. L’ornement est appliqué légèrement en biais. Deux trous sur le médaillon. Canal non décoré. Au revers, patère proéminente avec deux petits sillons au centre.
Un des rares exemplaires de pâte africaine originale que nous possédons à Delphes. Un cristal de gypse est formé dans la pâte. Il se trouve sur le seul motif cordiforme conservé de la partie gauche du bandeau et il est postérieur à la cassure de la lampe.
Le décor principal du médaillon est le carré. Le demi-motif Ennabli H3 / Bussière, Rivel Wa7 n’est qu’un ajout qui aide à passer du carré à la forme circulaire du médaillon. Les potiers, préoccupés de remplir l’espace vide autour du carré pour rendre ce passage aussi doux que possible pour l’œil, ou pris par une horror vacui, ont souvent rajouté, des deux ou des quatre côtés des carrés ou des losanges, des fleurons ou des demi-fleurons empruntés à la décoration des bandeaux (Cf. A. Ennabli [n. 75], l. 1171-1173, 1178, p. 227-228, pl. LXII ; Bailey 1988, l. Q1786-1787, p. 197, pl. 22). Dans le cas de quatre fleurons, le manque de place pour le ou les trou(s) a été résolu par la destruction d’une partie de la décoration. Ce motif carré pourrait copier soit un modèle en textile soit, plus probablement, en joaillerie : couvercle de bijoutière ou de livre orné de cloisons et de pierres précieuses (rendues sur la lampe par des grènetis).
Un parallèle exact se trouve dans A. Ennabli (n. 75), l. 1185, p. 229, pl. LXIII : même décor du bandeau, même décor du médaillon très légèrement incliné. Le losange central du médaillon est plutôt un Ennabli C1 et pas un C2 comme le décrit Ennabli et il est fort probable que la L6 et la l. 1185 de Carthage sont sorties du même moule (leurs dimensions ne sont que très légèrement différentes).
D’autres parallèles au décor du médaillon sont donnés dans Bailey 1988, p. 93 ; dans le catalogue du British Museum, le seul parallèle exact est la lampe Q1787, p. 197, pl. 22, fig. 125.
Le fleuron cordiforme ressemble au motif estampé Hayes 1972 type 110, fig. 44p, daté du milieu ou du troisième quart du ve s., tandis que le fleuron aux trois disques superposés est proche du motif Hayes 1972 type 83, fig. 43i.
Pour la patère, cf. A. Ennabli (n. 75), p. 14.
ve s.

Fig. 38 — Lampe L6 (africaine).

Fig. 38 — Lampe L6 (africaine).

Cl. et dessin EFA / P. Pétridis.

L7 Atlante I forma X, type A1
Découverte dans la Nécropole. Musée de Delphes, no 17716. Fig. 39. 2 fgts. Manquent des parties du bec et de la base. L: 0,135 m ; l: 0,085 m ; h: 0,028 m (sans l’anse) ; db: 0,040 m ; lb: 0,010 m. Pâte fine, 10R 6/8 (light red). Ext: engobe de bonne qualité 10R 5/8 (red). Moule en plâtre.
Anse pointue. Sur le médaillon un palmier dont les branches épousent le pourtour du bandeau ; ce dernier est décoré de quatre motifs géométriques et floraux alternés : chevrons Ennabli D1 / Bussière, Rivel Cg20, Cb9 et probablement Cg26 ; carrés Ennabli A9 / Bussière, Rivel Ad1 ; rosettes à six pétales Ennabli J1 / Bussière, Rivel Fg8 (à cette différence près : la nervure sur les trois des six pétales, n’est pas représentée dans les répertoires) ; arbres Ennabli S1 / Bussière, Rivel Mc2. Deux trous sur le médaillon de part et d’autre du palmier.
Publiée dans : P. Perdrizet (n. 68), no 538, p. 190, fig. 827 ; M. Maass (n. 12), no 182, p. 207 ; Pétridis 2010, p. 133, pl. 43 fig. 236.
Des parallèles dans J. W. Hayes, Ancient Lamps in the Royal Ontario Museum, I : Greek and Roman Clay Lamps (1980), no 288, pl. 192 ; Bailey 1988, Q1832-1834, pl. 27 ; Bonifay 2004, no 23, p. 397, fig. 221 p. 396 (en provenance d’Oudhna, mentionnée comme surmoulage).
ve s.

Fig. 39 — Lampe L7 (africaine).

Fig. 39 — Lampe L7 (africaine).

Cl. EFA / P. Pétridis.

Conclusions : les routes du commerce

D’éventuels centres de diffusion

31Les produits céramiques qui proviennent de régions lointaines du monde romain, occidental ou oriental, arrivaient certainement à Delphes non pas directement, mais par l’intermédiaire d’une autre ville, nœud commercial de la vaste région de la Grèce du Sud ou de la Grèce Centrale.

32Démétrias, avec laquelle les liens commerciaux et artistiques sont importants, ou plutôt la plus grande ville de sa région, site portuaire de surcroît, Thèbes de Phtiotide, peut avoir diffusé vers Delphes des produits micrasiatiques à côté de ses propres productions (Céramique peinte de la Grèce Centrale ou lampes de type africain). Delphes de son côté y exportait au ive s. ses amphores, emballage d’un produit probablement renommé qui pourrait être l’huile produite dans la plaine autrefois sacrée ou le vin provenant des versants du Parnasse.

33Athènes peut avoir acheminé vers Delphes certains des objets importés et surtout les produits africains (plats et lampes), ainsi que des lampes attiques, surtout du ive et ve s., qui ont été trouvées en grandes quantités ; Delphes, à son tour, y exportait des lampes circulaires, mais plus tard, au vie s.

34Mais, c’est Corinthe, la capitale de la province d’Achaïe qui a plus de chances d’avoir été le grand centre qui diffusait de la céramique importée vers Delphes et sa région ; la voie d’accès était alors essentiellement maritime, le golfe de Corinthe. Corinthe exporte à Delphes ses propres produits, des lampes en particulier, durant tout le iie et iiie s. Toutefois, l’absence de matériel corinthien après le iiie s., et surtout de lampes du ve et vie s., ne cesse d’étonner, Corinthe étant très bien placée pour approvisionner directement Delphes, non seulement avec des sigillées africaines, mais également avec ses propres produits, lampes ou autres, qui ont continué à se produire tout au long de l’époque protobyzantine. La prédominance incontestable des produits africains et la capacité de l’industrie locale de Delphes de produire des céramiques de bonne qualité pour couvrir un large éventail des besoins de ses habitants, sont probablement à l’origine de l’expulsion de tout autre concurrent du marché delphique du ve et vie s. Cette prédominance commerciale des objets africains est-elle due à leur meilleure qualité, aux goûts luxueux de la clientèle, aux courants de la mode ou bien les africains avaient-ils également réussi à vendre leurs produits à des prix concurrentiels, plus intéressants encore que les prix des potiers athéniens ou corinthiens ? L’étendue des imitations des produits africains, aussi bien à Delphes qu’ailleurs, montre non seulement la popularité de ces produits, mais également que le prix des originaux devait être considérable. Mais alors pourquoi les delphiens se contentait d’imiter seulement les lampes et non les plats africains ? Probablement parce qu’ils n’avaient pas réussi à imiter convenablement l’engobe africain et si cela n’est pas indispensable pour une lampe, il l’est en revanche pour les plats qui recevaient de la nourriture. Des plats et des bols étaient localement produits, aussi bien au ive s. qu’au vie s., mais ils n’ont jamais pu concurrencer la qualité de leurs équivalents africains.

Résultats de la recherche sur la céramique de Delphes

35Au bout de trente ans d’études sur la céramique de l’époque protobyzantine de Delphes, une monographie et une douzaine d’articles publiés, malgré les incertitudes et les restrictions imposées par la nature même du matériel ou le manque de matériel de comparaison, je pense au moins pouvoir conclure avec certitude sur deux points :

36i. qu’il y a eu une production locale riche et de bonne qualité dont le profil peut être tracé avec certitude grâce aux fours de potiers et surtout aux dépotoirs remplis de ratés de cuisson que nous avons eu la chance de découvrir dans les fouilles et

37ii. que la nature et les origines de la céramique importée découverte jusqu’à présent et que je viens de présenter ici nous permettent désormais de positionner cette ville moyenne d’une province éloignée de la nouvelle capitale du monde romain dans un faciès commercial assez précis, valable également pour d’autres villes de la Grèce du Centre et du Sud.

38Toutes les deux, céramique locale comme céramique importée font entrer Delphes dans un réseau actif d’échanges économiques et artistiques avec d’autres villes ; elles prouvent également que sa société, jusqu’au dernier moment avant l’abandon définitif du site vers 620, malgré les difficultés économiques et autres que nous supposons, a su produire et importer de la céramique de qualité et a toujours suivi les modes en vogue. Ceci doit être valable aussi pour les autres villes dont la céramique, aussi peu connue qu’elle soit, nous avons examinée en parallèle. Il reste sûrement beaucoup à faire encore pour nous débarrasser des idées fixes qui ont rayé de la carte historique ces villes, déjà à partir de 570-580, leur privant quelques décennies de vie « normale » ou des généralités qui perpétuent l’idée de squatters qui végètent sur des ruines en attendant le coup de sabre slave qui les condamnera à l’anéantissement.

Appendice : bibliographie thématique par ville ou région

39Comme noté plus haut, les catalogues suivants concernent les villes ou régions (en dehors de Delphes) où une monographie et/ou une série d’articles esquissent suffisamment le profil céramologique de la ville ou de la région. Il va de soi que plusieurs autres localités en Grèce continentale et sur les îles possèdent des publications sporadiques sur la céramique qui y fut découverte. Les publications apparaissent par ordre chronologique et, dans la même année, par ordre alphabétique.

Athènes et l’Attique
K. Kübler, « Mitteilungen aus dem Kerameikos V. Spätantike Stempelkeramik », AM LVI (1931), p. 75-86.
F. O. Waagé, « The American Excavations in the Athenian Agora, First Report: the Roman and Byzantine Pottery », Hesperia 2 (1933), p. 279-328.
H. S. Robinson, Pottery of the Roman Period, Agora V (1959).
J. Perlzweig, Lamps of the Roman Period, Agora VII (1961).
A. Karivieri, The Athenian Lamp Industry in Late Antiquity, Papers and Monographs of the Finnish Institute at Athens 5 (1996).
A. Karivieri, « Late Roman lamps in the deposits of the Athenian Agora: a statistical approach », dans R. F. Docter, E. M. Moormann (éds), Proceedings of the XV International Congress of Classical archaeology, Classical archaeology towards the third millennium - Reflections and Perspectives (12. - 17. 7. 1998, Amsterdam) (1999), p. 208-210.
EGhini-Tsofopoulou, EChalkia, « Ταφική παλαιοχριστιανική κεραµική από την Αττική: οι περιπτώσεις της Σταµάτας και της Αναβύσσου », dans ChBakirtzis (éd.), Actes du viie Congrès international de céramique médiévale en Méditerranée, Thessalonique 11-16 octobre 1999 (2003), p. 755-758.
D. Grigoropoulos, « After Sulla : study in the settlement and material culture of the Piraeus peninsula in the Roman and Late Roman period », these inédite, Durham University (2005), p. 225-234.
J. W. Hayes, Roman pottery. Fine-ware imports, Agora 32 (2008).
DGrigoropoulos, « Επιτραπέζια κεραµική και αµφορείς στον Πειραιά κατά την ύστερη ρωµαϊκή περίοδο: γενικές τάσεις στην προµήθεια και κατανάλωση από τον 3ο µέχρι τον 6ο αι. µ.Χ. », dans Papanikola-Bakirtzi, Kousoulakou 2010, p. 563-579.
EGhini-Tsofopoulou, AYangaki, « Παλαιοχριστιανικό νεκροταφείο στη θέση “∆ρίβλια” Πόρτο-Ράφτη: Μια πρώτη προσέγγιση της κεραµικής », dans Papanikola-Bakirtzi, Kousoulakou 2010, p. 689-711.
AKouveli, « Υστερορωµαϊκή και παλαιοχριστιανική κεραµική από το Φρέαρ 114 της “Οικίας Α΄” του οικοπέδου Μακρυγιάννη στην Αθήνα », dans Papanikola-Bakirtzi, Kousoulakou 2010, p. 610-632.
EManoli, « Κεραµική από το Φρέαρ 20 της υστερορωµαϊκής/ παλαιοχριστιανικής “Οικίας Α΄” από το οικόπεδο Μακρυγιάννη στην Αθήνα », dans Papanikola-Bakirtzi, Kousoulakou 2010, p. 633-648.
A. Opait, « Pontic Wine in the Athenian Market », dans Papanikola-Bakirtzi, Kousoulakou 2010, p. 108-130.
ETzavela, « Κεραµική από αθηναϊκούς τάφους του τέλους της Ύστερης αρχαιότητας και οι µαρτυρίες για τον 7ο αιώνα στην Αττική », dans Papanikola-Bakirtzi, Kousoulakou 2010, p. 649-670.
Argos et l’Argolide
A. Bovon, Lampes d’Argos, EtPélop V (1966), p. 45-94.
P. Aupert, « Céramique Slave à Argos (585 apr. J.-C.) », EtArg, BCH Suppl. VI (1980), p. 373-394.
P. Aupert, « Objets de la vie quotidienne à Argos », EtArg, BCH Suppl. VI (1980), p. 395-457.
M. Pierrart, J.-P. Thalmann, « Céramique romaine et médiévale d’Argos », EtArg, BCH Suppl. VI (1980), p. 459-492.
C. Abadie, « À propos d’un vase de sigillée gauloise trouvé à Argos », BCH 106 (1982), p. 153-161.
A. Oikonomou, « Lampes paléochrétiennes d’Argos », BCH 118 (1988), p. 481-502.
CAbadie, « Les amphores protobyzantines d’Argos (ive-vie siècles) » dans V. Déroche, J.-M. Spieser (éds), Recherches sur la céramique byzantine, BCH Suppl. XVIII (1989), p. 47-56.
Y. D. Varalis, « Un sceau paléochrétien de pain eucharistique de l’Agora d’Argos », BCH 118 (1994), p. 331-342.
CAbadie-Reynal, « Les importations moyen-orientales à Argos, ive-viie siècles », dans E. Villeneuve, P. M. Watson (éds), La céramique byzantine et protoislamique en Syrie-Jordanie (ive-viie siècles ap. J.-C.) (2001), p. 283-287.
A. Oikonomou-Laniado, Argos Paléochrétienne : Contribution à l’étude du Péloponnèse Byzantin, BAR-IS 1173 (2003), p. 14,19, 33-50.
J. Hjohlman, « Self-sufficiency and trade in Late Antiquity : a study of the pottery found at the Pyrgouthi farmhouse in Berbati », dans M. Berg Briese, L. E. Vaag (éds), Trade relations in the eastern Mediterranean from the late Hellenistic period to late antiquity : the ceramic evidence (2005), p. 117-123.
J. Hjohlman, « Pyrgouthi in Late Antiquity », dans J. Hjohlman, A. Penttinen, B. Wells (éds), Pyrgouthi : a rural site in the Berbati Valley from the Early Iron Age to Late Antiquity: excavations by the Swedish Institute at Athens, 1995 and 1997 (2005), p. 127-266.
C. Abadie-Reynal, La céramique romaine d’Argos (fin du iie siècle av. J.-C.-fin du ive siècle après J.-C.), ÉtPélop 13 (2007).
L. Koutoussaki, « Lampes d’Argos. Les lampes en terre cuite découvertes dans l’Agora et les Thermes. Campagnes de fouilles 1972-1991 », Thèse de Doctorat, Université de Fribourg (2008), p. 162-409.
E. Sarri, « Aspects of a Roman Bath at Argos », RCRFA 43 (2014), p. 63-70.
Isthmia
O. Broneer, Terracotta Lamps, Isthmia III (1977), p. 73-83.
BLindros Wohl, « A deposit of Lamps from the Roman Bath at Isthmia », Hesperia 50 (1981), p. 112-140.
J. Marty, « Three Pottery Deposits and the History of Roman Isthmia », The Corinthia in the Roman Period, JRA Suppl. 8 (1993), p. 115-129.
Cenchrées
B. Adamsheck, Kenchreai. Eastern Port of Corinth IV, The Pottery (1979), p. 82-99, 106-146.
H. Williams, Kenchreai. Eastern Port of Corinth V, The Lamps (1981), p. 35-88.
Olympie
Th. Völling, « Ein frühbyzantinischer Hortfund aus Olympia », MDAI(A) 110 (1995), p. 425-459, pl. 93-97.
A. Martin, « Two Roman Contexts from Olympia », RCRFA 33 (1996), p. 127-134.
A. Martin, « Roman and Late Antique Fine Wares at Olympia », RCRFA 35 (1997), p. 211-216.
A. Martin, « Amphorae at Olympia », RCRFA 36 (2000), p. 427-434.
Chr. Schauer, « Εργαστήριο κεραµικής του 5ου µ.Χ. αιώνα στην Ολυµπία », dans P. G. Themelis, VKonti (éds), Πρωτοβυζαντινή Μεσσήνη και Ολυµπία. Αστικός και αγροτικός χώρος στη ∆υτική Πελοπόννησο (2002), p. 208-218.
Chr. Schauer, « Early Byzantine Pottery Workshops in Olympia », RCRFA 41 (2010), p. 29-35.
Chr. Schauer, « Late Roman and Early Byzantine pottery from Olympia », Πελοποννησιακά 31 (2018), p. 165-188.
Corinthe
O. Broneer, Terracotta Lamps, Corinth IV2 (1930), p. 70-121, 166-292.
G. Siebert, « Lampes corinthiennes et imitations au Musée national d’Athènes », BCH 90 (1966), p. 472-513.
Ph. Bruneau, « Lampes corinthiennes », BCH 95 (1971), p. 437-501.
Ph. Bruneau, « Lampes corinthiennes (II) », BCH 101 (1977), p. 249-295.
BJohnson, « Late Roman imports at Corinth from Egypt and Syropalestine », AJA 89 (1985), p. 335-336.
K. W. Slane, The Sanctuary of Demeter and Kore. The Roman Pottery and Lamps, Corinth XVIII, 2 (1990).
P. Petridis, « Les lampes corinthiennes de Kritika », BCH 116 (1992), p. 649-671.
K. W. Slane, « Tetrarchic Recovery in Corinth : Pottery, Lamps and other Finds from the Peribolos of Apollo », Hesperia 63 (1994), p. 127-168.
G. D. R. Sanders, « A Late Roman Bath at Corinth : Excavations at the Panayia field 1995-1996 », Hesperia 68 (1999), p. 441-480.
K. W. Slane, « East-West Trade in Fine Wares and Commodities : the view from Corinth », RCRFA 36 (2000), p. 299-312.
K. W. Slane, « Corinth’s Roman Pottery : Quantification and Meaning », dans C. K. Williams, N. Bookidis (éds), Corinth. The Centenary 1896-1996, Corinth XX (2003), p. 321-336.
K. W. Slane, G. D. R. Sanders, « Corinth: Late Roman Horizons » ; Hesperia 74.2 (2005), p. 243-97.
KSkarmoutsou, « Κεραµική από το παλαιοχριστιανικό νεκροταφείο περιοχής Κρανείου-Αρχαίας Κορίνθου », dans Papanikola-Bakirtzi, Kousoulakou 2010, p. 712-742.
P. Petridis, « D’un bout du golfe à l’autre. Les lampes corinthiennes découvertes à Delphes », BCH 135 (2011), p. 313-349.
B. Lindros Wohl, « Circular Lamps in the Late Antique Peloponnese », dans E. R. Gebhard, T. E. Gregory (éds), Bridge of the Untiring Sea: The Corinthian Isthmus from Prehistory to Late Antiquity, Hesperia Suppl. 48 (2015), p. 341-351.
Élatée
K. Kouzeli, G. A. Zachos, « Middle/Late Roman Elateian Ware (Phokis, Greece). Archaeological – Physiochemical – Petrological Analysis », RCRFA 36 (2000), p. 555-560.
G. A. Zachos, Ελάτεια. Ελληνιστική και Ρωµαϊκή περίοδος, Αρχαιολογικό Ινστιτούτο Θεσσαλικών Σπουδών Μελέτες 3 (2013).
Démétrias
J. Eiwanger, Keramik und Kleinfunde aus der Damokratia-Basilika im Demetrias, Demetrias IV, (1981).
Thessalonique
E. Pelekanidou, « Νέα ευρήµατα στο ανατολικό νεκροταφείο της Θεσσαλονίκης », AEMTh 7 (1993), p. 373-387.
F. Athanasiou, V. Malama, M. Miza, M. Sarantidou, « Πλίνθοι και σφραγίσµατα από τα ανάκτορα του Γαλερίου », AEMTh 20 (2006), p. 299-317.
P. Adam-Veleni, « Λύχνοι του 3ου αι. µ.Χ. από την Αρχαία Αγορά Θεσσαλονίκης », dans Papanikola-Bakirtzi, Kousoulakou 2010, p. 185-207.
P. Antonaras, « Γυάλινα και κεραµικά αγγεία 3ου-7ου αι. µ.Χ. από την Θεσσαλονίκη. ∆ύο όψεις του ίδιου νοµίσµατος ; », dans Papanikola-Bakirtzi, Kousoulakou 2010, p. 309-319.
A. Panti, « Κεραµική της ΄Υστερης Αρχαιότητας από το ανατολικό νεκροταφείο της Θεσσαλονίκης », dans Papanikola-Bakirtzi, Kousoulakou 2010, p. 466-487.
S. Tzevreni, « Λυχνάρια από την τάφρο των δυτικών τειχών της Θεσσαλονίκης », dans I. Motsianos, E. Bintsi (éds), Μια ιστορία από Φως στο Φως. Κατάλογος έκθεσης. Λαογραφικό και Εθνολογικό Μουσείο Μακεδονίας-Θράκης (2011), p. 211-227.
S. Vassiliadou, S. Tzevreni, « Λυχνάρια από την ανασκαφή του Αγωγού Ύδρευσης Θεσσαλονίκης ΙΙ » ; dans I. Motsianos, E. Bintsi, (op. cit.), p. 228-236.
G. Velenis, S. Zachariadis, « Λυχνάρια από την Αγορά Θεσσαλονίκης », dans I. Motsianos, E. Bintsi, (op. cit.), p. 183-210.
K. T. Raptis, « Brick and Tile Producing Workshops in the Outskirts of Thessaloniki from Fifth until Fifteenth Century: a Diachronic Study of the Firing Technology that has been Continuously Applied in the Ceramic Workshops of a Large Byzantine Urban Center », dans M. J. Gonçalves, S. Gómez-Martinez (éds), Actas do X Congresso international a ceramica medieval no Mediterraneo (2015), p. 493-508.
E. Aidona, G. S. Polymeris, P. Camps, D. Kondopoulou, N. Ioannidis, K. T. Raptis, « Archaeomagnetic versus luminescence methods : the case of an Early Byzantine ceramic workshop in Thessaloniki, Greece », Archaeological and Anthtopological Sciences (2017).
Thasos
C. Abadie-Reynal, J.-P. Sodini, La céramique paléochrétienne de Thasos, EtThas 13 (1992).
Fr. Blondé, A. Muller, D. Mulliez, « Thasos. La céramique d’usage quotidien dans une demeure paléochrétienne », dans Ch. Bakirtzis (éd.), Actes du viie Congrès international de céramique médiévale en Méditerranée, Thessalonique 11-16 octobre 1999 (2003), p. 773-776.
Fr. Blondé, A. Muller, D. Mulliez, « Terra Sigillata et céramiques communes de la fin de l’antiquité tardive à Thasos, le cas de DOM 5 », dans Papanikola-Bakirtzi, Kousoulakou 2010, p. 402-420.
Fr. Blondé, J.-S. Gros, P. Pétridis, « La céramique au quotidien à Thasos de l’époque archaïque à l’époque protobyzantine », REG 124 (2011), p. 193-204.
P. Petridis, « Πρόσκληση σε γεύµα στην πρωτοβυζαντινή Θάσο », dans P. Pétridis, V. Foskolou (éds), ∆ασκάλα. An honorary tribute to Prof. Em. Maria Panayotidi-Kesisoglou (2015), p. 437-453.
A. Genevey, D. Kondopoulou, P. Petridis, E. Aidona, A. Muller, Fr. Blondé, J.-S. Gros « New Constraints on Geomagnetic Field Intensity Variations in the Balkans during the Early Byzantine Period from Ceramics Unearthed at Thasos and Delphi, Greece », Journal of Archaeological Science: Reports 21 (2018), p. 952-961.
Chios
J. Boardman, « The Finds », dans M. Balance, J. Boardman, S. Corbet, S. Hood (éds), Excavations in Chios 1952-1955. Byzantine Emporio, BSA Suppl. 20 (1989), p. 86-142.
A. Opait, A. Tsaravopoulos, « A Chiote pottery workshop of the Roman period », RCRFA 41 (2010), p. 23-28.
Th. Theodoulou, B. Foley, D. Kourkoumelis, K. Preka-Alexandri, « Roman amphora cargoes in the sea of Chios : the 2008 mission » dans S. Demesticha (éd.), Per Terram, Per Mare. Seaborne Trade and the Distribution of Roman Amphorae in the Mediterranean (2015), p. 41-54.
Samos
U. Jantzen, W. RMegow, « Eine Zisterne im Stadtgebiet von Samos », MDAI(A) 92 (1977), p. 171-195.
EUnterlircher, « Terra Sigillata aus dem Heraion von Samos », MDAI(A) 98 (1983), p. 173-214.
NPoulou-Papadimitriou, « Lampes paléochrétiennes de Samos », BCH 110 (1986), p. 583-610.
C. Steckner, « Les amphores LR1 et LR2 en relation avec le pressoir du complexe ecclésiastique des thermes de Samos », dans Déroche, Spieser 1989 (n. 15), p. 57-71.
Eu. Gerousi, « Κεραµικά παλαιοχριστιανικών χρόνων από την περιοχή του ‘Επισκοπείου’ της Σάµου », AD 47-48 (1992-1993), Α΄ Μελέτες, p. 251-268.
Rhodes
AKatsioti, « Πήλινα φιαλίδια-ευλογίες από τα ∆ωδεκάνησα », DChAE 30 (2009), p. 271-282.
AKatsioti, « Οµάδα λυχναριών της Ύστερης Αρχαιότητας από τη Ρόδο », dans Papanikola-Bakirtzi, Kousoulakou 2010, p. 232-248.
K. Bairami, « Ταφικό σύνολο λυχναριών από τη ροδιακή νεκρόπολη », dans Papanikola-Bakirtzi, Kousoulakou 2010, p. 249-269.
Th. Archontopoulos, AKatsioti, « Λυχνάρια της Ύστερης Αρχαιότητας από τη Ρόδο. Α΄ µέρος », AD 65-66 (2010-2011) Μελέτες, p. 305-418.
AKatsioti, « Πήλινη ηµίτοµη µήτρα λύχνου πρωτοβυζαντινών χρόνων από την Κω και ζητήµατα εργαστηρίων κατασκευής λύχνων στα ∆ωδεκάνησα », dans PAdam-Veleni, KTzanavari (éds), ∆ινήεσσα. Τιµητικός τόµος για την Κ. Ρωµιοπούλου (2012), p. 555-560.
AKatsioti, « The circulation of Cypriot Lamps in Late Roman-Early Byzantine Rhodes, Greece », dans NZarras, MStefanakis (éds), Ευλιµένη 2. Αρχαιολογία και Τέχνη στα ∆ωδεκάνησα κατά την Ύστερη Αρχαιότητα (2014), p. 153-166.
AKatsioti, KBairami, « Τα λυχνάρια της υστερορωµαϊκής - πρωτοβυζαντινής εποχής από τον Ερεθίµιο Απόλλωνα στον Θεολόγο Ρόδου », dans PTriantafyllidis (éd.), Ερεθίµια. ∆ιαµόρφωση και ανάδειξη του ιερού του Ερεθιµίου Απόλλωνος στη Ρόδο (2015), 161-176.
A. Katsioti, The Lamps of Late Antiquity from Rhodes : 3rd-7th centuries AD (2017).
A. Katsioti, N. Mastrochristos, « Aspects of Pilgrimage in the Eastern Mediterranean During the Early Byzantine Period. Archaeological Evidence from Rhodes », dans D. Ariantzi, I. Eichner (éds), Für Seelenheil und Lebensglück. Das byzantinische Pilgerwesen und seine Wurzeln (2018), p. 83-95.
Halassarna (Cos)
N. Roumeliotis, « Παλαιοχριστιανικά λυχνάρια από την Αλάσαρνα (σηµ. Καρδάµαινα) της Κω », dans G. Kokorou-Alevra, A. A. Laimou, E. Simantoni-Bournia (éds), Ιστορία-Τέχνη-ΑρχαιολογίατηςΚω(2001), p. 255-276.
Ch. Diamanti, Εντόπια παραγωγή και εισαγωγή αµφορέων στην Αλάσαρνα της Κω (5ος – 7ος αι.), Σαριπόλειος Βιβλιοθήκη 115 (2010).
Ch. Diamanti, « Stamped Late Roman/Proto-Byzantine Amphoras from Halasarna Kos », RCRFA 41 (2010), p. 1-5.
Ch. Diamanti, « Εντόπιοι υστερορωµαϊκοί/πρωτοβυζαντινοί αµφορείς από την Αλάσαρνα της Κω », dans Papanikola-Bakirtzi, Kousoulakou 2010, p. 143-152.
N. Poulou-Papadimitriou, S. Didioumi, « Nouvelles donées sur la production de l’atelier céramique protobyzantin à Kardamaina (Cos-Grèce) », dans G. Guiducci, S. Menchelli, M. Pasquinucci, S. Santoro (éds), LRCW3 Late Roman Coarse Wares, Cooking Wares and Amphorae in the Mediterranean. Archaeology and Archaeometry. Comparison between Western and Eastern Mediterranean (2011), p. 741-749.
Ch. Diamanti, « Byzantine Emperors on stamped Late Roman/Early Byzantine Amphoras », RCRFA 42 (2012), p. 1-8.
Ch. Diamanti, K. Kouzeli, P. Pétridis, « Archaeology and Archaeometry in Late Roman Greece : the case of mainland and insular settlements, workshops and imports », dans N. Poulou-Papadimitriou, E. Nodarou, V. Kilikoglou (éds) LRCW4. Late Roman Coarse Wares, Cooking Wares and Amphorae in the Mediterranean. Archaeology and Archaeometry. The Mediterranean: a market without frontiers (2014), p. 181-192.
Eleutherna (Crète)
Chr. Vogt, « The Early Byzantine Pottery », dans P. G. Themelis (éd.), Πρωτοβυζαντινή Ελεύθερνα. Τοµέας Ι (2000), p. 37-199.
Chr. Vogt, « Échanges et économie protobyzantines d’Eleutherna d’après les témoins céramiques » dans M. Livadiotti, I. Simiakaki (éds), Creta romana e protobizantina. Atti del congresso internazionale (Iraklion, 23-30 settembre 2000), III (2004), p. 923-944.
A. GYangaki, « Ελεύθερνα: ένα σύνολο κεραµικής του 4ου αι. µ.Χ. », dans M. Livadiotti, I. Simiakaki (op. cit.), p. 909-922.
A. GYangaki, La céramique des ive-viiie siècles ap. J.-C. d’Eleutherna : sa place en Crète et dans le bassin égéen (2005).
A. GYangaki, « Amphores crétoises: le cas d’Eleutherna, en Crète », BCH 128/129 (2004/2005), p. 503-523.
A. GYangaki, « Πρωτοβυζαντινή κεραµική από την Ελεύθερνα: Ενδείξεις για τοπική παραγωγή », dans E. Gavrilaki, G. Tzifopoulos, Ο Μυλοπόταµος από την Αρχαιότητα ως Σήµερα. Περιβάλλον – Αρχαιολογία – Ιστορία – Λαογραφία – Κοινωνιολογία. Πρακτικά ∆ιεθνούς Συνεδρίου, V. Βυζαντινοί Χρόνοι (2006), p. 57-76.
E. Aloupi, V. Kilikoglou, A. Tsolakidou, P. Themelis, A. G. Yangaki, « Imported and Local pottery in Eastern Mediterranean Sites during the Early Byzantine Period: the Case of Eleutherna, Crete », dans Y. Facorellis, N. Zacharias, KPolikreti (éds), Proceedings of the 4th Symposium of the Hellenic Society for Archaeometry, National Hellenic Research Foundation, Athens 28-31 May 2003 (2008), p. 313-325.
Gortys (Crète)
A. C. Dello Preite, « Le importazioni di ceramica fine tardoromana a Gortina e a Creta tra il iv e il vii sec. d.C. », ASAA LXII (1988), p. 177-198.
D. Monacchi, « Ceramiche sigillate », dans ADi Vita (éd.), Gortina I (1988), p. 199-200.
P. Rendini, « Lucerne », dans A. Di Vita (op. cit.), p. 221-228.
P. Rendini, « Ceramica acroma », dans A. Di Vita (op. cit.), p. 229-251.
P. Rendini, « Ceramica da cucina », dans A. Di Vita (op. cit.), p. 253-261.
P. Rendini, « Anfore », dans A. Di Vita (op. cit.), p. 263-277.
P. Rendini, « Anfore di produzione locale e d’importazione a Gortina », dans N. B. Tomadakis, I. Tzedakis (éds), Πεπραγµένα του ΣΤ’ ∆ιεθνούς Κρητολογικού Συνεδρίου A2, (1990), p. 233-240.
ADi Vita, « Il forno bizantino per ceramica dipinta di Gortina (Creta) », Κεραµικά Εργαστήρια στην Κρήτη από την Αρχαιότητα ως σήµερα (Μαργαρίτες, 30 Σεπτεµβρίου 1995) (1996), p. 47-53.
A. Di Vita, A. Martin (éds), Gortina, II : Pretorio. Il materiale degli scavi Colini (1970-1977) (1997).
A. Martin, « Lucerne », dans A. Di Vita, A. Martin (op. cit.), p. 264-290.
A. Martin, « Ceramica comune: vasi da mensa e da dispensa », dans Di Vita, Martin (op. cit.), p. 291-345.
A. Martin, « Ceramica comune: vasi da fuoco », dans A. Di Vita, A. Martin (op. cit.), p. 346-365.
M. Albertocchi, « Ceramica commune in epoca tardoromana e protobizantina a Gortina (Creta) », RCRFA 36 (2000), p. 205-210.
E. C. Portale, L. Romeo, « Le anfore locali di Gortina ellenistica e romana », RCRFA 36 (2000), p. 417-427.
M. A. Rizzo, « Terra sigillata Africana », dans A. Di Vita (éd.), Gortina V3. Lo scavo del Pretorio (1989-1995), (2001), p. 40-54.
M. A. Rizzo, « Terra sigillata LRC », dans A. Di Vita (op. cit.), p. 55-65.
M. A. Rizzo, « Terra sigillata Cipriota tarda “Cypriot Red Slip Ware” », dans A. Di Vita (op. cit.), p. 65-66.
E. Lippolis, « Terra sigillata tarda affine all’Africana e Egiziana‘C.’ », dans A. Di Vita (op. cit.), p. 69-71.
E. Vitale, « Ceramica sovradipinta bizantina », dans A. Di Vita (op. cit.), p. 86-113.
I. Baldini, G. Parello, « Lucerne », dans A. Di Vita (op. cit.), p. 114-189.
E. C. Portale, L. Romeo, « Contenitori da transporto », dans A. Di vita (op. cit.), p. 260-410.
M. Albertocchi, R. Perna, « Ceramica commune: vasi di mensa et da dispensa », dans A. Di Vita (op. cit.), p. 411-536.
F. Sirano, « Ceramica da fuoco », dans A. Di Vita (op. cit.), p. 537-561.
I. Romeo, E. C. Portale, « Gortina ed il commercio mediterraneo: le anfore da transporto tra l’età di Augusto e la conquista araba », dans M. Livadiotti, I. Simiakaki (op. cit.), p. 959-973.
P. Rendini, « Spatheia, tipologia e loro impiego a Gortina », dans Livadiotti, Simiakaki (op. cit.), p. 975-988.
E. Vitale Magnelli, « Aspetti della produzione ceramica a Gortina in epoca protobizantina : il vasellame da mensa dipinto », dans M. Livadiotti, I. Simiakaki (n. 27), p. 1001-1011.
A. di Vita (éd.), Gortina VI. Scavi 1979-1982 (2004).
M. A. Rizzo, « Ceramica sigillata », dans A. Di Vita (op. cit.), p. 184-198, 326-336.
P. Rendini, « Lucerne », dans A. Di Vita (op. cit.), p. 199-208, 336-340, 398-399.
P. Rendini, « Anfore », dans A. Di Vita (op. cit.), p. 241-253, 349-359, 411-414, 455-461.
A. C. Dello Preite, « Ceramica sigillata », dans A. Di Vita (op. cit.), p. 426-436.
M. Micozzi, « Lucerne », dans A. Di Vita (op. cit.), p. 442-443.
E. Vitale, La ceramica sovradipinta bizantina di Gortina (2008).
G. Bejor, E. Panero (éds), La ceramica di Gortina (Creta). Atti del Convegno, Milano 17 giugno 2009 Lanx, Rivista della Scuola di specializzazione in archeologia dell’Università degli studi di Milano 4 (2009).
E. Panero, « Il contributo dell’Università degli Studi di Milano negli scavi di Gortina : il materiale ceramico proveniente dalle Terme al Sud del Pretorio », dans G. Bejor, E. Panero (op. cit.), p. 16-31.
A. Rizzotto, « La ceramica sovradipinta proveniente dalle terme a Sud del Pretorio di Gortina », dans G. Bejor, A. Panero (op. cit.), p. 32-37.
I. De Aloe, « Le Terme a sud del Pretorio di Gortina. Produzione e circolazione dei contenitori da trasporto », dans G. Bejor, I. Panero (op. cit.), p. 38-43.
E. Zanini, « Uomini et “cocci”: i contesti ceramologici del Quartiere Bizantino del Pythion in una prospettiva antropologica », dans G. Bejor, A. Panero (op. cit.), 44-72.
M. Albertocchi, « Considerazioni sulla ceramica d’uso commune a Gortina (Creta) nel IV sec. D.C. », dans S. Menchelli, S. Santoro, M. Pasquinucci, G. Guiducci (éds), LRCW3. Late Roman Coarse Wares, Cooking Wares and Amphorae in the Mediterranean. Archaeology and Archaeometry. Comparison between Western and Eastern Mediterranean II (2010), p. 923-929.
J. Bonetto, S. Mazzochin, E. Schindler-Kaudelka, « Missione archeologica italiana presso il Teatro del Pythion a Gortyna a (Creta): i dati preliminari della ceramica comune dietà tardoantica », dans S. Menchelli, S. Santoro, M. Pasquinucci, G. Guiducci (op. cit.), p. 899-905.
E. Panero, « Lo studio delle ceramiche delle Terme di Gortina. Problemi et prospettive di ricerca », dans S. Menchelli, S. Santoro, M. Pasquinucci, G. Guiducci (op. cit.), p. 907-914.
E. C. Portale, « Nuovi dati sulla circolazione anforica a Gortina », dans S. Menchelli, S. Santoro, M. Pasquinucci, G. Guiducci (op. cit.), p. 931-939.
A. Di Vita, M. A. Rizzo (éds), Gortina agorà: scavi 1996-1997 (2011).
M. A. Rizzo, « Terrasigillata », dans A. Di Vita, M. A. Rizzo (op. cit.), p. 83-89.
M. A. Rizzo, « Ceramica bizantina sovradipinta », dans A. Di Vita, M. A. Rizzo (op. cit.), p. 95-103.
M. Albertocchi, « Lucerne », dans A. Di Vita, M. A. Rizzo (op. cit.), p. 105-112.
M. Albertocchi, « Contenitori da transporto », dans A. Di Vita, M. A. Rizzo (op. cit.), p. 123-182.
M. Albertocchi, « Ceramica commune: vasi da mensa e da dispensa, Ceramica da fuoco », dans A. Di Vita, M. A. Rizzo (op. cit.), p. 183-226.
E. Zanini, S. Costa, « Ceramica e contesti nel Quartiere Bizantino del Pythion di Gortina (Creta): alla ricerca della “complessità” nella datazione », dans M.-A. Cau, P. Reynolds, M. Bonifay (éds), LRFW1. Late Roman Fine Wares: Solving Problems of Typology and Chronology : a Review of the Evidence, Debate and New Contexts, Roman and Late Antique Mediterranean Pottery 1 (2012), p. 33-44.
Haut de page

Bibliographie

Abadie, Sodini 1992 = C. Abadie-Reynal, J.-P. Sodini, La céramique paléochrétienne de Thasos, EtThas 13 (1992).

Atlante I = A. Carandini et al., Atlante delle Forme Ceramiche, I : Ceramica fine Romana nel bacino Mediterraneo (Medio et Tardo Impero), Enciclopedia dell’Arte Antica (1981).

Bailey 1988 = D. M. Bailey, A Catalogue of the Lamps in the British Museum, III (1988).

Boardman 1989 = J. Boardman, « The Finds », dans M. Balance, J. Boardman, S. Corbet, S. Hood (éds), Excavations in Chios 1952-1955. Byzantine Emporio, BSA Suppl. 20 (1989), p. 86-142.

Bonifay 2004 = M. Bonifay, Études sur la céramique romaine tardive d’Afrique, BAR IS 1301 (2004).

Hayes 1972 = J. W. Hayes, Late Roman Pottery (1972).

Karivieri 1996 = A. Karivieri, The Athenian Lamp Industry in Late Antiquity, Papers and Monographs of the Finnish Institute at Athens 5 (1996).

Kenrick 1985 = P. M. Kenrick, Excavations at Sidi Khrebish Benghazi (Berenice), III, 1 : the Fine Pottery, Suppl. to LibAnt V (1985).

Papanikola-Bakirtzi, Kousoulakou 2010 = D. Papanikola-Bakirtzi, D. Kousoulakou (éds), Κεραµική της Ύστερης Αρχαιότητας από τον ελλαδικό χώρο (3ο 7ος αι. µ.Χ.) (2010).

Perlzweig 1961 = J. Perlzweig, Lamps of the Roman Period, Agora VII (1961).

Pétridis 2010 = P. Pétridis, La céramique protobyzantine de Delphes. Une production et son contexte, FD V. Monuments Figurés 4 (2010).

Riley 1979 = J. A. Riley, Excavations at Sidi Krebish, Benghazi (Berenice) II. Coarse Pottery, Suppl. to LibAnt V (1979).

Haut de page

Notes

1 Hiéroklès, Synekdèmos 643,13 (éd. E. Honigmann).

2 La Notitia du cod. Paris. graec. 1555 A (éd. De Boor, 758) nous informe que Delphes était siège d’un évêché. La seule inscription chrétienne arrivée jusqu’à nous, la stèle funéraire de la diaconesse Athanasia où il est mention d’un évêque, constitue une preuve archéologique de l’existence d’un évêché déjà au vs. (voir J. Laurent, « Plaques sculptées byzantines trouvées à Delphes », BCH 21 [1897], p. 615-616 ; voir également P. Pétridis, « Από την Πυθία στην Αθανασία: οι ∆ελφοί της Ύστερης Αρχαιότητας υπό το φως των νέων ανασκαφικών δεδοµένων », Πρακτικά του 1ου Αρχαιολογικού Έργου στη Θεσσαλία και Κεντρική Ελλάδα [2006], p. 1093-1103).

3 Hiéroklès Synekdèmos 644,1, 644,4, 643,10 et 644,7 respectivement (éd. EHonigmann).

4 N. Papatzikos, Αντίκυρα: ο πρωτοβυζαντινός οικισµός-λιµάνι και τα αρχαιολογικά κατάλοιπά του.

5 La maison d’époque protobyzantine la plus spacieuse découverte jusqu’à présent est celle appelée conventionnellement Secteur au Sud-Est du Péribole ou, dans certaines publications, Villa Sud-Est ou Νοτιοανατολική Έπαυλη. Sa fouille exhaustive entreprise entre 1991 et 1997 a donné lieu à plusieurs rapports de fouille et à une monographie en 2014 (V. Déroche, P. Pétridis, A. Badie, Delphes de l’Antiquité tardive. Secteur au Sud-est du Péribole, École française d’Athènes, Fouilles de Delphes II, Topographie et Architecture 15). Pour les autres demeures, une publication sommaire de leurs restes, aujourd’hui en grande partie couverts de végétation, se trouve dans P. Pétridis, « Un exemple d’architecture civile en Grèce : les maisons protobyzantines de Delphes (ive-viie s.) », Mélanges Jean-Pierre Sodini, Travaux et Mémoires 15 (2005), p. 193-204. La découverte récente en 2017 et 2018 de restes architecturaux appartenant probablement à une habitation, au niveau des fortifications dites de Philomélos, au Nord-Ouest du site archéologique (voir N. Kyriakidis, P. Pétridis, S. Zugmeyer, « Excavating the Fortifications of Delphi », dans A. Mazarakis-Ainian [éd.], 6ο Αρχαιολογικό Έργο Θεσσαλίας και Στερεάς Ελλάδας. Πρακτικά Επιστηµονικής Συνάντησης, Τµήµα Ιστορίας, Αρχαιολογίας, Κοινωνικής Ανθρωπολογίας Πανεπιστηµίου Θεσσαλίας και ΥΠΠΟA, Βόλος 1-4.3.2018 [sous presse]), étend encore plus la superficie couverte par la ville à l’époque protobyzantine, illustrée, d’après les données connues à l’époque, dans Pétridis 2010, pl. 1.

6 P. Pétridis, « Μάργαρον ἐς χεῖρας τὰς ἐµὰς τῇ προτεραίᾳ ἐµπέπτωκεν : Η λεοπάρδαλη των ∆ελφών και τα αντικείµενα µικροτεχνίας από µάργαρο », dans O. Gratziou, Chr. Loukos (éds), Ψηφίδες. Μελέτες Ιστορίας, Αρχαιολογίας και Τέχνης στη µνήµη της Στέλλας Παπαδάκη-Oekland (2009), p. 73-84.

7 Déroche, Pétridis, Badie 2014 (n. 5), p. 42 et fig. 66 p. 43.

8 Pour les monnaies découvertes dans Le Secteur au Sud-Est du Péribole, voir A. Destrooper, « Les monnaies », dans Déroche, Pétridis, Badie 2014 (n. 5), p. 46-74.

9 Voir supra n. 5.

10 Pour la sculpture architecturale de Delphes voir V. Déroche, « Études sur Delphes paléochrétienne, Mémoire de Membre 3ème année de l’École française d’Athènes » (1986) (inédit ; voir également : J.-P. Sodini, « Un chapiteau mixte d’époque paléochrétienne à Delphes », dans L. Hadermann-Misguish, G. Raepsaet (éds), Rayonnement grec. Hommages à Charles Delvoye (1982), p. 325-340 ; V. Déroche, « Identification de marbres antiques à Delphes », BCH 131 (1989), p. 403-416 ; id., « Les chapiteaux ioniques d’époque romaine et tardive à Delphes », dans J.-F. Bommelaer (éd.), Delphes : centenaire de la « grande fouille » réalisée par l’École française d’Athènes, 1892-1903. Actes du Colloque P. Perdrizet (1992), p. 301-315.

11 Pour ces mosaïques voir H. Stern, « Sur quelques pavements paléo-chrétiens du Liban », CArch 15 (1965), p. 35, n. 45 ; J.-P. Sodini, « Mosaïques paléochrétiennes de Grèce », BCH 94 (1970), p. 710-711 et p. 745 ; id., « Mosaïques paléochrétiennes de la Grèce : Compléments », BCH 95 (1971), p. 582 ; P. Assimakopoulou-Atzaka, « I mosaici pavimentali in Grecia », Corsi di cultura sull arte ravenate e bizantina 31 (1984), p. 42-43 et pl. 7c.

12 P. Pétridis, « Das frühchristliche Delphi. Die keramischen Zeugnisse », dans M. Maass (éd.), Delphi, Orakel am Nabel der Welt (1996), p. 121-124 et 208-209 ; id., « Delphes dans l’Antiquité tardive : première approche topographique et céramologique », BCH 121 (1997), p. 681-695 ; id., « Les ateliers des potiers à Delphes à l’époque paléochrétienne », TOPOI 8 (1998), p. 703-710 ; id., « Ateliers de potiers protobyzantins à Delphes », dans Ch. Bakirtzis (éd.), Actes du viie Congrès international de céramique médiévale en Méditerranée, Thessalonique 11-16 octobre 1999 (2003), p. 443-446 ; id., « Βιοτεχνικές εγκαταστάσεις της πρώιµης βυζαντινής περιόδου στους ∆ελφούς », Αρχαιολογικά Τεκµήρια Βιοτεχνικών Εγκαταστάσεων κατά τη Βυζαντινή Εποχή 5ος–15ος αιώνας (2004), p. 243-256 ; Pétridis 2010 ; id., « Pottery and Society in the Ceramic Production Centre of Late Roman Delphi », Rei Cretariae Romanae Fautorum Acta 42 (2012), p. 15-22 ; id., « Holy Bread Stamps from Early Byzantine Delphi », dans B. Böhlendorf-Arslan, A. Ricci (éds), Byzantine Small Finds in Archaeological Contexts, Byzas 15 (2012), p. 81-89 ; id., « Ateliers de potiers à l’aube de l’ère médiévale en Grèce (ive-viie s.) », dans F. Thuillier, É. Louis (éds), Tourner autour du pot. Les ateliers de potiers médiévaux du ve au xiie siècle dans l’espace européen (2015), p. 389-400 ; id., « Οἰκιῶν καὶ κεραµίων συναγωγὴ : τα σπίτια και ο κεραµικός εξοπλισµός τους στην Πρωτοβυζαντινή Ελλάδα », dans A. Panopoulou, A. Yangaki (éds), Byzantium without Glamour. The humble objects and their use in the everyday life of the Byzantines (2018), p. 19-44 ; A. Genevey, D. Kondopoulou, P. Petridis, E. Aidona, A. Muller, Fr. Blondé, J.-S. Gros, « New Constraints on Geomagnetic Field Intensity Variations in the Balkans during the Early Byzantine Period from Ceramics Unearthed at Thasos and Delphi, Greece », Journal of Archaeological Science: Reports 21 (2018), p. 952-961.

13 Voir plus particulièrement à propos de la céramique produite localement à la fin du vie et au début du viie s. dans certaines villes grecques : P. Pétridis, « Relations between pottery workshops in the Greek mainland during the Early Byzantine period », dans B. Böhlendorf-Arslan, A. O. Uysal, J. Witte-Orr (éds), Çanak. Late Antique and Medieval Pottery in Mediterranean Archaeological Contexts. International Symposium, Çanakkale 31 May-3 June 2005, Byzas 7 (2007), p. 43-54.

14 PPetridis, « Late Roman/Early Byzantine Archaeology in Greece: a “Gateway” to the period of Transformations », Pharos XX.I (2014), p. 269-290 ; id., « From Pompous to Humble: Urban Villas at the Beginning of the “Period of Transformations” », dans I. Baldini, C. Sfameni (éds), Abitare nel Mediterraneo Tardoantico, Atti del II Convegno internazionale del CISEM, Bologna 2-5 marzo 2016, Insulae Diomedeae 35 (2018), p. 181-187.

15 Pétridis 2010.

16 Ces sphères d’influence des deux principales productions de sigillées sont illustrées dans P. Pétridis, Πρωτοβυζαντινή Κεραµική του Ελλαδικού χώρου (2013), carte 3.

17 Dans cette dernière catégorie se classent bon nombre de sites grecs présentés dans Papanikola-Bakirtzi, Kousoulakou 2010 ; le lecteur peut trouver dans ces Actes un panorama intéressant des découvertes faites en matière de céramique de l’antiquité tardive (en gros du iiie au viie s.) lors des décennies 1990 et 2000. D’autres découvertes un peu plus récentes sont présentées dans les Actes d’un autre congrès (N. Poulou-Papadimitriou, E. Nodarou, V. Kilikoglou [éds], LRCW4. Late Roman Coarse Wares, Cooking Wares and Amphorae in the Mediterranean. Archaeology and Archaeometry. The Mediterranean: a market without forntiers [2014]). Une énumération détaillée de toutes les publications concernant la céramique protobyzantine trouvée sur des sites grecs jusqu’en 2012 est à chercher dans P. Pétridis (n. 16), bibliographie et carte 1.

18 Nous invitons le lecteur à la bibliographie thématique par ville ou région précisée en fin d’article.

19 Voir supra n. 12 et 15.

20 En particulier les monographies sur Corinthe et Athènes, le livre de J. Hayes Late Roman Pottery et les deux Atlante delle forme ceramiche de l’Enciclopedia dell’Arte Antica.

21 Pétridis 2010, p. 47-49, pl. 10-11.

22 Pétridis 2010, p. 93-95, fig. 148-150 pl. 33 pour les lampes elles-mêmes et p. 95, fig. 167-169 pl. 34 pour les moules de ces lampes.

23 Pétridis 2010, p. 177-178 (échantillon 29).

24 Observation personnelle.

25 Pétridis 2010, p. 48 n. 16.

26 Voir par exemple le rapprochement dans la production de lampes de ces villes, dans P. Pétridis (n. 13).

27 K. Kouzeli, G. A. Zachos « Middle/Late Roman Elateian Ware (Phokis, Greece). Archaeological – Physiochemical – Petrological Analysis », RCRFA 36 (2000), p. 555-560, fig. 2.9 ; G. A. Zachos Ελάτεια. Ελληνιστική και Ρωµαϊκή περίοδος, Αρχαιολογικό Ινστιτούτο Θεσσαλικών Σπουδών Μελέτες 3 (2013), p. 237, pl. 22 dessin 39.2-6 et pl. 61b.

28 U. Heimberg, Die Keramik des Kabirions. Das Kabirenheiligtum bei Theben 3 (1982), p. 147, pl. 39.

29 H. S. Robinson, Pottery of the Roman Period, Agora V (1959), M96 p. 93, pl. 22.

30 K. W. Slane, The Sanctuary of Demeter and Kore. The Roman Pottery and Lamps, Corinth XVIII, 2 (1990), nos 248-249, p. 115-116, fig. 28, pl. 14 ; ead., « Two deposits from the Early Roman Cellar Building, Corinth », Hesperia 55 (1986), n° 111 p. 296, 312, pl. 68.

31  M. Palaczyk, « Quite new in Eretria - not very new in the Aegean ? Roman amphorae from the Swiss excavations : preliminary observations », dans S. Demesticha (éd.), Per Terram, Per Mare. Seaborne Trade and the Distribution of Roman Amphorae in the Mediterranean (2015), p. 31-40, fig. 2.4.

32 G. A. Zachos (n. 27).

33 Pétridis 2010, p. 176-178 (échantillons 7 et 25).

34 Perlzweig 1961, nos 2828-2831, p. 193, pl. 44 ; Karivieri 1996, nos 157-158, p. 207, pl. 48, 50.

35 Pour une étude détaillée des amphores locales voir Pétridis 2010, p. 45-53.

36 L’absence de nomenclature unanimement acceptée sème souvent la confusion ; j’ai donc choisi de mentionner les principales classifications sous la rubrique « Amphore de type : » en donnant en premier lieu le nom sous lequel apparaît (si c’est le cas) le type dans la base ADS (Archaeology Data Service) Roman Amphorae : a digital ressource de l’Université de Southampton créée en 2005 et mise à jour en 2014 (archaeologydataservice.ac.uk).

37 Bonifay 2004, p. 125.

38 Bonifay 2004, p. 129.

39 Voir par exemple l’amphore miniature de type LRA2 dans V. Korosis (loc. cit.), p. 306, fig. 7.

40 Pétridis 2010, p. 47-52 : à comparer les amphores de type Delphes I avec celles de type Delphes II et Delphes III.

41 Des produits en terre cuite très distants géographiquement et chronologiquement, mais ayant certaines caractéristiques communes très apparentes sont ici regroupés pour des raisons d’uniformité sous ce terme vaste, mais compréhensible par tous. Le terme français « sigillée », utilisé pour signaler la plus importante catégorie de céramique de table romaine, provient en effet des mots italiens « terra sigillata » qui dérivent du terme latin « sigillatus » signifiant « décoré de sigilla (figures en relief) ». Le terme « sigillata » a en effet été emprunté au vocabulaire de l’argenterie pour désigner dans la littérature archéologique la céramique ornée de figures en relief et par extension la production la plus fine de la céramique romaine à partir de la haute époque impériale. Cette céramique était couverte d’une solution argileuse colloïdale de même nature que le corps du récipient, luisante ou mate, de couleur à dominante rouge. Elle était souvent ornée, soit de motifs imprimés exécutés à partir d’un poinçon ou d’une roulette, soit de sujets en relief, sortis de moules.

42 A.-L. Delattre, « Sujets chrétiens figurés sur le fond intérieur de vases de belle poterie rouge, trouvés à Carthage », Revue de l’art chrétien VI (1888), p. 219-223.

43 CAbadie-Reynal, « Céramique et commerce dans le bassin égéen du ive au viie siècle », dans Hommes et richesses dans l’Empire byzantin, I : VIe au VIIe siècle, Réalités byzantines (1989), p. 144-145 ; J.-PSodini, « Productions et échanges dans le monde protobyzantin (ive-viie siècles) : le cas de la céramique », dans K. Belke, F. Hild, J. Koder, P. Soustal (éds), Byzanz als Raum. Zu Methoden und Inhalten der historischen Geographic des östlichen Mittelmeerraumes (2000), p. 188.

44 Pour quelques remarques générales sur la sigillée africaine et les problèmes que pose une typologie foisonnante voir Bonifay 2004, p. 155-156.

45 Voir supra n. 16.

46 P.-A. Février, « Remarques préliminaires sur la céramique romaine d’Afrique du Nord (à propos des fouilles du Sétif) », RStLig XXIX (1963), p. 125-136.

47 La méthode utilisée est celle de la spectroscopie d’absorption atomique.

48 Effectuée par Diffraction des Rayons X. Pour les méthodes et les résultats des analyses de pâte, chimique et minéralogique, voir Pétridis 2010, p. 175-180. Analyses effectuées par K. Kouzéli.

49 Quant aux taux élevés d’Al2O3 et le faible pourcentage de MgO, MnO et surtout CaO contenus dans les exemplaires africains. Du point de vue minéralogique, les mêmes échantillons sont caractérisés par l’absence de mica et de silicates de magnésium ainsi que par la très faible quantité de calcite et de feldspaths.

50 L’importance que l’on attribuait à cette céramique s’exprime aussi par le soin que l’on prenait pour la réparer : deux exemplaires de Delphes portent des traces de réfection.

51 C’est un fait qu’il faut sans doute mettre en rapport avec la popularité des lampes de type africain détectée à Delphes à partir du ve, tout au long du vie et au début du viie s.

52 S. Loeschke, « Sigillata-Topfereien in Tschandarli », MDAI(A) 37 (1912), p. 344-407.

53 Autrefois connue sous le nom de Sigillée Chypriote.

54 À part Delphes, des sigillées gauloises ont été mises au jour à Athènes, Argos et Corinthe.

55 J. Rigoir, « Les sigillées paléochrétiennes grises et orangées », Gallia 26 (1968), p. 177-244.

56 La classification de Hayes 1972 reste dans ses grandes lignes unanimement acceptée ; elle est donc utilisée ici pour les sigillées africaines, une forme tardive de la sigillée pergaménienne, les sigillées phocéennes et la Late Roman D, enrichie en ce qui concerne les africaines avec la typologie de Bonifay 2004 et, occasionnellement, là où il est indispensable pour plus de précision, avec celle de Atlante I. Pour le plus ancien exemplaire des sigillées pergaméniennes on suit la typologie de Loeschke 1912 et pour la production gauloise la typologie de Rigoir 1968.

57 Bonifay 2004, p. 55-56.

58 G. Daux, « Chronique des fouilles 1961 », BCH 86 (1962), p. 911-912, fig. 3.

59 Pour ces vases voir aussi PPétridis, « Εισαγωγές αττικής κεραµικής στους ∆ελφούς κατά την παλαιοχριστιανική περίοδο », Πρακτικά Η’ Επιστηµονικής Συνάντησης NA Αττικής. Κερατέα 30 Οκτωβρίου - 2 Νοεµβρίου 1998 ( 2001), p. 279-295 et en particulier p. 284, fig. 7.

60 Pour une étude globale de toutes les productions de céramique protobyzantine peinte découvertes en Grèce, leurs origines et leurs influences, ainsi que leur diffusion voir : P. Pétridis, « Les productions protobyzantines de céramique peinte en Grèce Continentale et dans les îles », dans J. Zozaya, M. Retuerce, M. A. Hervás, A. De Juan (éds), Actas del viii Congreso internacional de cerámica medieval en el Mediterráneo, I (2009), p. 39-48 ; voir aussi id., (n. 16), p. 61-67.

61 P. Pétridis, « Delphes dans l’Antiquité tardive : première approche topographique et céramologique », BCH 121 (1997), p. 693 n. 44 et plus récemment supra note précédente pour le développement détaillé de cette hypothèse.

62 Supposée dans Hayes 1972, p. 413.

63 Pétridis 2010, p. 179.

64 Matériel en cours d’étude provenant de la fouille ThANAr.

65 Un tesson de cette catégorie trouvé à Argos en 1968, publié dans J.-P. Sodini, J-F. Bommelaer, « Argos », dans G. Daux, « Chronique des fouilles en 1968 », BCH 93 (1969), p. 282, fig. 25, date, d’après une communication personnelle du professeur J.-P. Sodini, de la fin du du vie s.

66 En ce qui concerne les lampes corinthiennes par exemple, j’ai proposé l’application du modèle romain de production à échelle régionale dans tout le nord du Péloponnèse (voir : P. Pétridis, « Échanges et imitations dans la production des lampes romaines et paléochrétiennes en Grèce Centrale », dans F. Blondé, A. Muller [éds], L’artisanat en Grèce ancienne. Les productions, les diffusions. Actes du Colloque de Lyon, 10-11 décembre 1998 [2000], p. 243-246 ; id., « Ρωµαϊκά και πρωτοβυζαντινά εργαστήρια κεραµικής στον Ελλαδικό χώρο », dans Papanikola-Bakirtzi, Kousoulakou 2010, 81-96 ; plus récemment encore id., [n. 16], p. 68-74).

67 Pour ce phénomène d’imitation massive et surtout pour la création de type hybrides inspirés par les grandes productions de l’époque et pour une éventuelle interprétation des similitudes iconographiques voir en dernier lieu : P. Pétridis, « The 6th-7th AD Greek Lamps Phenomenon: An Indication of Regional Identity or a Large-Scale Imitation ? », dans C. Diamanti, A. Vassiliou (éds), Eν Σοφίᾳ µαθητεύσαντες. Essays in Byzantine Material Culture and Society in honour of Sophia Kalopissi-Verti (2019), p. 217-226. Voir également, id., « Η Τασούλα Οικονόµου και η συµβολή της στη µελέτης της βυζαντινής κεραµεικής της Αργολίδας » dans IDVaralis, GAPikoulas (éds), Μνήµη Τασούλας Οικονόµου (1998-2008) (2009), p. 126-127.

68 Une première publication de ces lampes dans P. Perdrizet, Monuments Figurés, FD V (1908), p. 188-194 ; une publication plus détaillée dans Ph. Bruneau « Lampes corinthiennes », BCH 95 (1971), p. 460-479, fig. 18-40 et id., « Lampes corinthiennes (II) », BCH 101 (1977), p. 275-276, fig. 23-26 ; pour une étude plus récente voir P. Pétridis, « D’un bout du golfe à l’autre : les lampes corinthiennes découvertes à Delphes », BCH 135 (2011), p. 313-349 avec de nouvelles cartes de diffusion du type.

69 P. Petridis (supra n. 68), no 1, p. 323-324, fig. 3.

70 Une première présentation des lampes attiques importées à Delphes dans P. Pétridis (n. 59), p. 280-284, fig. 1-6. Pour un aspect différent de l’industrie lychnologique attique voir P. Pétridis, « Femmes d’affaires dans Athènes de l’Antiquité tardive : le cas de trois propriétaires d’ateliers de potiers », dans C. Macris, K. Panagopoulou, E. Fassa (éds), The Changing Face of Hellenism : Cultural Transformations in the Eastern Mediterranean, 323 BC-700 AD (sous presse).

71 - À l’exception d’une lampe signée XIONHC (MD 17700) qui date du début du vie s.

72 Pour les lampes produites localement à Delphes entre le vie s. et le viie s. voir en détail Pétridis 2010, p. 85-95.

73 Supra n. 67.

74 Voir par exemple B. D. Meritt, J. S. Traill, Inscriptions. The Athenian Councillors, The Athenian Agora XV, no 460, p. 320.

75 Les codes des fleurons sont donnés d’après A. Ennabli, Lampes chrétiennes de Tunisie (1976) et J. Bussière, J.-Cl. Rivel, Répertoire de fleurons sur bandeaux de lampes africaines de type Hayes II (2015).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 — Delphes, basilique cémétériale, mosaïque de la nef centrale (détail).
Crédits Cl. P. Pétridis.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1013/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 669k
Titre Fig. 2 — Amphore locale de type Delphes I (ive s.).
Crédits Cl. EFA / Ph. Collet ; dessin EFA / P. Pétridis ; Échelle 1/4.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1013/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 463k
Titre Fig. 3 — Lampe circulaire locale (vie-viie s.).
Crédits Cl. et dessin EFA / P. Pétridis.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1013/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 413k
Titre Fig. 4 — Amphore A1 (micrasiatique).
Crédits Dessin EFA / P. Pétridis.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1013/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 219k
Titre Fig. 5 — Amphore A2 (égéenne ?).
Crédits Dessin EFA / P. Pétridis.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1013/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Fig. 6 — Amphore A3 (africaine).
Crédits Dessin EFA / P. Pétridis.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1013/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Fig. 7 — Amphore A4 (égyptienne).
Crédits Dessin EFA / P. Pétridis.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1013/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 259k
Titre Fig. 8 — Amphore A5 (égéenne).
Crédits Dessin EFA / P. Pétridis.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1013/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Titre Fig. 9 — Amphore A6 (africaine).
Crédits Cl. et dessin EFA / P. Pétridis.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1013/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 329k
Titre Fig. 10 — Sigillée S1 (africaine).
Crédits Dessin EFA / P. Pétridis.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1013/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 11 — Sigillée S2 (africaine).
Crédits Dessin EFA / P. Pétridis.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1013/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 12 — Sigillée S3 (africaine).
Crédits Cl. et dessin EFA / P. Pétridis.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1013/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Titre Fig. 13 — Sigillée S4 (africaine).
Crédits Dessin EFA / P. Pétridis.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1013/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Titre Fig. 14 — Sigillée S5 (africaine).
Crédits Cl. et dessin EFA / P. Pétridis.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1013/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 682k
Titre Fig. 15 — Sigillée S6 (africaine).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1013/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 617k
Titre Fig. 16Sigillée S7 (africaine).
Crédits Cl. et dessin EFA / P. Pétridis.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1013/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 534k
Titre Fig. 17 — Sigillée S8 (africaine).
Crédits Cl. et dessin EFA / P. Pétridis.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1013/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Titre Fig. 18 — Sigillée S9 (africaine).
Crédits Dessin EFA / P. Pétridis.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1013/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 19 — Sigillée S10 (africaine).
Crédits Dessin EFA / P. Pétridis.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1013/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Titre Fig. 20 — Sigillée S11 (pergaménienne).
Crédits Dessin EFA / P. Pétridis.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1013/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 21 — Sigillée S12 (pergaménienne).
Crédits Dessin EFA / P. Pétridis.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1013/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Titre Fig. 22 — Sigillée S13 (phocéenne).
Crédits Dessin EFA / P. Pétridis.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1013/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Titre Fig. 23 — Sigillée S14 (phocéenne).
Crédits Dessin EFA / P. Pétridis.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1013/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Titre Fig. 24 — Sigillée S15 (gauloise).
Crédits Dessin EFA / P. Pétridis.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1013/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 25Sigillée S16 (gauloise).
Crédits Dessin EFA / P. Pétridis.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1013/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Titre Fig. 26 — Sigillée S17 (gauloise).
Crédits Dessin EFA / P. Pétridis.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1013/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 27 — Sigillée S18 (gauloise).
Crédits Dessin EFA / P. Pétridis.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1013/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 28 — Sigillée S19 (LRD).
Crédits Dessin EFA / P. Pétridis.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1013/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Titre Fig. 29 — Céramique peinte CP1 (attique).
Crédits Dessin EFA / P. Pétridis.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1013/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 298k
Titre Fig. 30 — Céramique peinte CP2 (attique).
Crédits Dessin EFA / P. Pétridis.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1013/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Titre Fig. 31 — Céramique peinte CP3 (de Grèce Centrale).
Crédits Dessin EFA / P. Pétridis.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1013/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 658k
Titre Fig. 32 — Céramique peinte CP4 (de Grèce Centrale).
Crédits Dessin EFA / P. Pétridis.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1013/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 33 — Lampe L1 (attique).
Crédits Cl. et dessin EFA / P. Pétridis.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1013/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Titre Fig. 34 — Lampe L2 (attique).
Crédits Cl. EFA / P. Pétridis.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1013/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 527k
Titre Fig. 35 — Lampe L3 (attique).
Crédits Dessin EFA / P. Pétridis.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1013/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre Fig. 36 — Lampe L4 (attique).
Crédits Dessin EFA / P. Pétridis.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1013/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Titre Fig. 37 Lampe L5 (attique).
Crédits Dessin EFA / P. Pétridis.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1013/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 38 — Lampe L6 (africaine).
Crédits Cl. et dessin EFA / P. Pétridis.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1013/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Fig. 39 — Lampe L7 (africaine).
Crédits Cl. EFA / P. Pétridis.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1013/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 465k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Platon Pétridis, « Commerce interrégional pendant l’époque protobyzantine »Bulletin de correspondance hellénique, 143.2 | 2019, 817-881.

Référence électronique

Platon Pétridis, « Commerce interrégional pendant l’époque protobyzantine »Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 143.2 | 2019, mis en ligne le 05 mars 2020, consulté le 18 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/bch/1013 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bch.1013

Haut de page

Auteur

Platon Pétridis

Université nationale et capodistrienne d’Athènes, Département d’archéologie et d’histoire de l’art.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search