Navigation – Plan du site

AccueilNuméros144.1Les dynamiques géomorphologiques ...

Les dynamiques géomorphologiques dans la plaine d’Itéa : caractérisation, cartographie et implications pour la recherche archéologique

Οι γεωµορφολογικές δυναµικές στην πεδιάδα της Ιτέας: χαρακτηριστικά, χαρτογράφηση και συνέπειες για την αρχαιολογική έρευνα
Geomorphological dynamics in the Itea plain: characterization, mapping and implications for archaeological research
Antoine Chabrol, Vasilios Kapsimalis et Athanasia Psalti

Résumés

Cet article vise à caractériser les grandes dynamiques géomorphologiques à l’œuvre dans la plaine d’Itéa. S’appuyant sur trois années de prospections pédestres, de nombreux documents cartographiques, des missions océanographiques ainsi que sur les nombreuses coupes stratigraphiques accessibles dans la plaine, il présente ces résultats sous la forme de deux cartes géomorphologiques inédites. Les résultats obtenus mettent en avant la prédominance du fleuve Hylaithos dans la construction holocène de la plaine ainsi qu’une nette dissymétrie entre des environnements deltaïques au niveau d’Itéa et un marais littoral récemment comblé au niveau de l’actuelle Kirrha. L’étude des dynamiques littorales, associée aux relevés océanographiques sonar et de sismique sous‑marine, a en outre permis de localiser des structures immergées dont l’appartenance au port antique de Delphes doit être discutée.

Haut de page

Plan

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article n’aurait pas pu voir le jour sans le soutien actif de l’École française d’Athènes, de son directeur A. Farnoux et de J. Fournier, directeur des études de 2012 à 2016. La collaboration avec l’Éphorie des antiquités préhistoriques et classiques de Phocide a été rendue possible par N. Petrochilos. Nous souhaitons aussi exprimer notre grande gratitude au Hellenic Center for Marine Research, institut grâce auquel nous avons pu effectuer la mission d’océanographie dans le golfe d’Itéa ainsi qu’à l’UMR 8591 (Laboratoire de Géographie Physique) pour les profils de géophysique. Les différentes missions de terrain menées entre 2013 et 2018 n’auraient aussi pas été possibles sans l’aide de nombreux étudiants, collègues et amis. À tous ces égards, nous adressons nos plus sincères remerciements à : T. Beuzen, S. Brousse, D. Chavand, A. Christol, S. Davidoux, F.‑D. Deltenre, S. Desruelles, S. Disiou, E. Fouache, C. Gouyet, Y. Kougkoulos, A. Levivier, X. Mouroux, C. Pagnoux, A. Skorletou, P. Stephan, C. Virmoux ainsi qu’aux directeurs successifs de la fouille archéologique de Kirrha, J. Zurbach et R. Orgeolet sans qui ce projet n’aurait pas eu lieu.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Chabrol et al. 2012 ; Ghilardi et al. 2008.
  • 2 Dor et al. 1960 ; Orgeolet et al. 2017.
  • 3 Chabrol, Chavand, Beuzen 2018.

1La zone d’étude se situe sur la rive nord du golfe de Corinthe. La plaine d’Itéa, bordée au nord, à l’est et à l’ouest par des massifs montagneux calcaires et leurs versants, est parcourue par les fleuves Hylaithos et Pleistos dont le cours est aujourd’hui régulé et chenalisé pour faciliter l’exploitation agricole des oliviers. Le littoral est presque entièrement occupé par les deux villes d’Itéa et de Kirrha (fig. 1 et 2). Comme dans beaucoup de plaines littorales grecques, c’est la compartimentation des reliefs qui pousse à l’exploitation intense de ces zones planes. Les dynamiques alluviales contribuent aussi, par un alluvionnement fin généralement constitué d’argiles et de limons, à la fertilité de ces plaines, au moins dans leur partie distale. L’intérêt archéologique des plaines littorales grecques n’est plus à démontrer1. Ces zones d’interface ont été intensément parcourues et occupées depuis le Paléolithique. Associant différentes ressources indispensables à la survie des groupes (facilité d’accès, eau douce, littoraux bas aisément accessibles), elles ont pu constituer des zones refuges pour les groupes humains à différentes époques, comme lors de la dernière période glaciaire. Initialement parcourues par des groupes de chasseurs-cueilleurs, elles ont progressivement été occupées plus durablement et parfois aménagées à partir du Néolithique. Pourtant, l’évidence de cette fréquentation très ancienne et continue se heurte souvent à ce paradoxe étonnant : où sont les sites préhistoriques ? La surreprésentation des vestiges antiques s’explique certes par des conditions sociales et démographiques bien plus pérennes et ancrées dans l’espace qu’au Paléolithique. Il n’en reste pas moins que, faute de sites, les groupes du Paléolithique ainsi que du Mésolithique sont très peu connus en Grèce. Ainsi, plutôt que de considérer que l’absence de données archéologiques renvoie à une dynamique de peuplement qui aurait exclu tel ou tel espace, les archéologues renversent le questionnement et s’interrogent sur la raison de cette absence illogique. L’étude des dynamiques environnementales, présentes et passées, ainsi que leur cartographie, permet de mieux comprendre la présence ou non de vestiges archéologiques dans ces espaces littoraux. La plaine d’Itéa, ainsi que sa baie, n’échappe pas à ces questionnements, à ceci près qu’on y a découvert un site archéologique préhistorique majeur2. Le tell de Kirrha, situé à proximité du littoral actuel, soulève de nombreuses questions qui ne peuvent être résolues par la seule étude de ses vestiges. La base du tell ayant été atteinte par carottage durant l’été 2018, il est maintenant établi que la première occupation du site est néolithique3. Mais à quoi ressemblaient les paysages d’alors ? Le tell était‑il littoral ou installé à proximité d’un cours d’eau ? Ou les deux ? De la même manière, les structures associées au port antique de Delphes, pourtant attesté par plusieurs sources historiques et académiques, n’ont toujours pas été retrouvées de manière formelle. Les littoraux de la plaine ont‑ils pu changer de telle manière qu’ils auraient pu enfouir ou détruire ces vestiges, nous rendant ainsi leur découverte plus complexe ? C’est pour répondre à ces questions que nous proposons ici une première synthèse des dynamiques géomorphologiques à l’œuvre dans la plaine d’Itéa.

Fig. 1 — Carte de localisation.

Fig. 1 — Carte de localisation.

La mer des oliviers et la zone d’étude sont ici accentuées en gris sombre.

Réal. EFA, A. Chabrol.

Fig. 2 — La plaine d’Itéa depuis la route menant à Delphes avec la ville d’Itéa visible sur le littoral.

Fig. 2 — La plaine d’Itéa depuis la route menant à Delphes avec la ville d’Itéa visible sur le littoral.

Le port de Kirrha à l’est est dissimulé par l’avancée du massif du Kirphis.

Cl. EFA, A. Chabrol, sept. 2013.

  • 4 Fouache 2007.
  • 5 Birot 1959.
  • 6 Luce (éd.) 2008 ; Luce 1999 ; Péchoux 1992 ; Deslondes 1999 ; Bommelaer 1999.

2À l’échelle de l’Holocène, et comme souvent en Grèce, cinq facteurs principaux contrôlent les dynamiques environnementales : le climat, la tectonique, l’eustatisme, l’action des fleuves ainsi que celle de l’homme. Le paysage à partir duquel nous fondons notre réflexion aujourd’hui étant un héritage, il apparaît primordial de faire la part du rôle de chacun de ces facteurs dans l’édification de la plaine depuis au moins 10 000 ans4. Vu la diversité des milieux à étudier, une approche problématique transversale, empruntant à différents champs scientifiques, est nécessaire. La cartographie de ces dynamiques, avec toutes les difficultés que cela comporte, a été établie de deux manières complémentaires. Dans la plaine, des missions de prospections pédestres systématiques, associées à l’étude de documents cartographiques et photographiques diachroniques, ont servi de base à ce travail. En aval de tout le système hydrologique de la plaine, les environnements sous‑marins littoraux ont pu, pour la première fois et jusqu’à une profondeur de 24 mètres, être cartographiés et classifiés grâce à un relevé sonar et sismique effectué en collaboration avec le Hellenic Center for Marine Research. Si les dynamiques géomorphologiques autour du sanctuaire de Delphes ont été anciennement documentées et cartographiées5, les recherches portant sur les paysages de la plaine n’ont été entreprises qu’une fois dans les années 19906. Prenant en compte cet héritage bibliographique et scientifique, cet article propose une nouvelle synthèse des dynamiques environnementales qui sont à l’origine de l’édification de la plaine telle qu’elle est aujourd’hui. Le but de ce premier article n’est pas de proposer des reconstitutions paléogéographiques à l’échelle des 10 000 dernières années mais bien de comprendre et définir quels sont les espaces qui sont susceptibles d’avoir beaucoup évolué depuis la Préhistoire, et de poser les bases d’une discussion scientifique pour toute prospection archéologique future.

Cadre géographique général et méthodologie

Contexte géodynamique de la plaine d’Itéa

  • 7 Sachpazi et al. 2003.
  • 8 Jolivet, Faccenna 2000.
  • 9 Valkaniotis 2009.
  • 10 Bernard et al. 2006.
  • 11 Doutsos, Poulimenos 1992.
  • 12 McNeill, Collier 2004.
  • 13 De Martini et al. 2004.
  • 14 Evelpidou et al. 2011.
  • 15 Mourtzas, Kissas, Kolaiti 2014.
  • 16 Moretti et al. 2004.
  • 17 Valkaniotis 2009.
  • 18 Thély 2016.
  • 19 Pantosti et al. 2004.
  • 20 Papathanassiou et al. 2014.
  • 21 Stefatos et al. 2006.
  • 22 Briole et al. 1993.
  • 23 Kortekaas et al. 2011.
  • 24 Chabrol, Desruelles 2013.
  • 25 Valkaniotis, Papathanassiou, Pavlides 2011 ; Valkaniotis, Pavlides 2016 ; Koukis et al. 2009 ; Ford (...)

3Le contexte géodynamique de la plaine d’Itéa est complexe et doit être compris en lien avec celui du golfe de Corinthe. Ce golfe, long d’une centaine de kilomètres, large d’une trentaine au niveau d’Itéa et globalement orienté ONO‑ESE, est un rift actif, dont l’ouverture est attestée depuis la fin du Miocène7. Il exprime le plus visiblement l’extension actuelle en zone égéenne et l’ouverture du golfe, même si elle fait encore l’objet de débats, peut être expliquée par les mêmes hypothèses que celles proposées pour l’extension de l’Égée : un retrait vers le sud de la zone de subduction hellénique ou une prolongation en zone Égée de la faille nord‑anatolienne8. Le golfe de Corinthe se présente sous la forme d’un graben dont l’extension est encore aujourd’hui facilitée par les immenses failles normales sous‑marines qui le jalonnent9. Ces failles très actives contribuent à son ouverture ainsi qu’à son approfondissement. C’est le rift le plus actif d’Europe et cette ouverture s’effectue à un rythme moyen d’environ 10 à 15 mm/an, avec des disparités locales. Les observations montrent de plus que la côte sud est soumise à un soulèvement alors que celle au nord se caractérise davantage par une subsidence généralisée10, les taux et les vitesses de ces mouvements variant eux aussi11. Si les processus de soulèvement sont les plus facilement mesurables12 car ils sont évidents à l’œil nu (terrasses marines perchées de Corinthe en rive sud notamment13), les rythmes de subsidence de la rive nord sont moins bien connus14, leurs marqueurs étant soit submergés soit détruits. On déduit cette subsidence d’études parallèles, comme celle des rythmes d’accumulation sédimentaire dans les basses plaines littorales ou la submersion des vestiges archéologiques15. Quoi qu’il en soit, aucune synthèse générale n’existe encore à ce sujet et les études sont ponctuelles. Tout au long du Pliocène et du Quaternaire, l’affaissement de la partie centrale du golfe se poursuit16 tout en se déplaçant vers le nord. Le rift réactive un certain nombre de failles de direction NO‑SE et E‑O (tel le grand accident Amphissa-Delphes-Arachova) qui ont souvent été le siège de puissants séismes historiques. Le Pleistos s’encaisse entre plusieurs de ces failles. Incidemment, l’ouverture du rift a aussi généré un jeu de failles perpendiculaires à ces dernières qui ont pu fonctionner en petits horsts (parties soulevées) et grabens (parties abaissées) locaux. La vallée de l’Hylaithos et la plaine d’Itéa sont installées dans un système de ce type17. La plaine est entourée de failles bordières en partie masquées mais toujours actives. Ces petits fossés d’effondrement séparés par des seuils où la roche en place affleure parfois sous la forme de chicots ont été progressivement colmatés par les alluvions quaternaires. La plaine se trouve donc dans une des régions tectoniques les plus actives et sismiques d’Europe. D’ailleurs, un grand nombre de tremblements de terre majeurs dans l’Antiquité y ont été recensés18. Cette activité sismique soutenue depuis le Pliocène a eu notamment pour conséquence une érosion active dans les massifs environnants. Aujourd’hui, le risque sismique y est encore très présent et la zone est très surveillée. Plusieurs séismes majeurs, de magnitude supérieure à 6, y ont été identifiés aux périodes historiques (1817, 1888, intervalle 540‑1160)19. Mais plus que le séisme en lui‑même, ce sont les conséquences induites par les secousses qui peuvent être les plus morphogènes et les plus dangereuses localement, comme la liquéfaction des sols20. Les tsunamis consécutifs aux séismes constituent le premier aléa majeur sur le littoral21. Le séisme de 1992 (magnitude 6) a induit une succession de vagues qui ont pu être mesurées22. En 1963, plusieurs vagues hautes d’un mètre ont envahi par temps calme et ensoleillé les rues d’Itéa proches du littoral. En 2011, une étude menée dans les environs de Kirrha a mis en évidence une succession de tsunamis aux périodes préhistoriques et médiévales qui ont pu affecter la morphologie du rivage23. Les pentes du sanctuaire d’Apollon Pythien à Delphes sont davantage soumises au risque induit de glissement de terrain et éboulement ; ces risques, associés à des dynamiques hydrologiques parfois dévastatrices24, sont maintenant très bien connus, étudiés et cartographiés, au moins dans la zone du sanctuaire25.

Éléments de topographie générale

  • 26 Valkaniotis 2009.

4La plaine d’Itéa est limitée au nord par les massifs calcaires de la grande faille Amphissa-Delphes-Arachova. Elle est encadrée au nord-ouest ainsi qu’au nord‑est par l’arrivée des fleuves Hylaithos et Pleistos et par les imposants cônes d’alluvions qu’ils y ont déposés, signe d’un changement brutal de la dynamique et de la compétence des cours d’eau (fig. 3). Ces cônes dont la coalescence est complexe sont particulièrement visibles en topographie (mais aussi sur les images aériennes par l’organisation du parcellaire) au nord du resserrement entre Foulas et Aghios Polykarpos (fig. 1 et 3). Ce resserrement, marqué dans le paysage par l’avancée de deux petits promontoires calcaires, divise en quelque sorte la plaine en deux grands ensembles bien distincts : la partie au nord et celle qui se situe au sud jusqu’au littoral de Kirrha et d’Itéa. La rupture de pente y est en effet très nette à ce niveau et est même parfaitement visible par tout visiteur qui regarde la plaine depuis une embarcation au large d’Itéa ou par celui qui arrive à Kirrha par l’ancienne route de Desfina. Au sud de ce resserrement, les altitudes sont moins marquées et décroissent de manière régulière jusqu’au littoral. La quasi-totalité de la plaine est aujourd’hui mise en valeur par la culture de l’olivier, à l’exception près d’une zone déprimée topographiquement dans la partie sud‑est. Les altitudes décroissantes mais aussi la forme du littoral au niveau d’Itéa laissent penser que la partie aval forme un delta qui a progradé aux périodes historiques grâce à l’apport en sédiments fins des deux principaux fleuves. Les versants qui encadrent la plaine, principalement constitués du duo calcaire jurassique/crétacé ainsi que des conglomérats pliocènes, y sont très actifs et leur érosion y a permis la formation de cônes de déjection plus ou moins larges et puissants dont l’apport détritique, aujourd’hui encore alimenté à chaque épisode torrentiel, vient se mêler à la charge sédimentaire qui compose la plaine. Souvent d’origine pléistocène26, des dépôts de pente encore actifs et constitués de colluvions plus ou moins fines sont eux aussi mis en valeur par la culture de l’olivier qui par définition ne supporte que les sols caillouteux et bien drainés. Localement, le contact entre la plaine et les versants bordiers se fait aussi de manière plus abrupte, notamment à l’est au niveau de l’entrée du Pleistos dans la plaine. Ici, les versants raides sont souvent instables comme en témoignent les nombreux tabliers d’éboulis plus ou moins consolidés associés à des couloirs d’avalanche actifs et non végétalisés.

Fig. 3 — Carte géomorphologique de la plaine d’Itéa et de ses marges.

Fig. 3 — Carte géomorphologique de la plaine d’Itéa et de ses marges.

Réal. EFA, A. Chabrol.

Méthodologie pour la cartographie géomorphologique de la plaine et la caractérisation des environnements sous‑marins littoraux

  • 27 Pavlopoulos, Evelpidou, Vassilopoulos 2009.

5La lecture des paysages et leur cartographie passent nécessairement par plusieurs étapes qui vont d’un travail d’inventaire des sources cartographiques et environnementales disponibles aux prospections de terrain (fig. 4). Dans notre cas, la cartographie des formations superficielles de la plaine, de ses marges et de son littoral s’est appuyée sur des méthodes de recherche variées empruntant à la géomorphologie de terrain, la géoarchéologie, l’histoire et l’océanographie27. La mise en commun de ces données et leur spatialisation ont été rendues possibles par la création d’un SIG commun qui a été entretenu et complété à chaque mission de 2013 à 2016.

Fig. 4 — Diagramme méthodologique pour la réalisation des cartographies géomorphologiques et environnementales.

Fig. 4 — Diagramme méthodologique pour la réalisation des cartographies géomorphologiques et environnementales.

Réal. EFA, A. Chabrol.

Les cartes disponibles

6Les informations topographiques de base ont pu être obtenues grâce aux cartes topographiques du Service géographique des armées (GYS) de Grèce28. L’ensemble des cartes à l’échelle 1/50 000 de la région de Delphes a donc pu être utilisé. Le principal défaut de ces documents étant leur ancienneté (parfois la fin des années 1960), certaines informations, comme par exemple des changements du cours des fleuves, même minimes, n’y figurent pas. C’est pour cette raison que nous les avons complétées par les feuilles au 1/5 000, gracieusement fournies par la mission archéologique de Kirrha. Les cartes géologiques, obtenues auprès de l’IGME (Institute of Geology and Mineral Exploration)29, elles aussi très anciennes, sont très peu précises sur les formations les plus récentes, c’est‑à‑dire celles du Pléistocène et de l’Holocène, qui sont celles qui nous intéressent. Elles offrent cependant un bon cadre géologique général.

Les images satellites et les données « ALOS PALSAR »

7Le traitement des images satellites (en l’occurrence Quickbird et Landsat) permet de faire ressortir par contraste les zones humides et d’émettre de premières hypothèses quant aux dynamiques hydrologiques de la plaine. Leur association avec des images géoréférencées et de très haute résolution obtenues grâce à Google Earth est très efficace. Les données numériques d’altitude ont été obtenues grâce aux modèles numériques de terrain ALOS PALSAR30. Ces données topographiques de haute résolution obtenues par le satellite japonais ALOS, mises en ligne en 2019 et initialement prévues pour aider la recherche sur les risques environnementaux, offrent une résolution de 20 mètres, ce qui est inégalé pour des données de satellites civils en libre accès.

Les prospections de terrain

  • 31 Carte des zones d’intérêt archéologique de la région de Delphes, ministère de la Culture : http://l (...)
  • 32 Lespez 1999, p67.
  • 33 Chabrol et al. 2014.
  • 34 Chabrol et al. 2016.
  • 35 Chabrol, Chavand, Beuzen 2018.

8La plaine d’Itéa, site du patrimoine mondial de l’Unesco, étant classée en zone rouge (ou zone A)31 archéologique, les prospections de terrain ont été réalisées grâce à une autorisation de fouilles délivrée par le ministère hellénique de la Culture et l’Éphorie des antiquités de Phocide. La totale liberté de mouvement que nous avons obtenue s’accompagnait d’une impossibilité compréhensible de mener de lourdes campagnes de sondages géomorphologiques, par le biais de tranchées notamment. En conséquence, toutes les coupes permettant d’avoir accès aux formations superficielles ont été relevées. En particulier, les deux cours d’eau Hylaithos et Pleistos ont été remontés à pied et tout changement dans leur dynamique, leur cours ou leur type de sédimentation a été relevé grâce à un DGPS. Suite à l’important incendie de l’été 2013, d’importants travaux ont été menés dans la plaine, au niveau du cône alluvial du Pleistos, afin d’enterrer de larges canalisations pour lutter contre des feux futurs ; dans le cadre de ces travaux, la longueur observable des coupes était « inversement proportionnelle à la durée possible de l’observation32 » et leur relevé a constitué, tout comme dans la plaine de Drama, une véritable « géomorphologie de sauvetage ». Le relevé de ces tranchées dont la profondeur dépassait parfois un mètre a révélé de très nombreux paléochenaux torrentiels du Pleistos (fig. 3). Parallèlement, trois missions de forages ainsi qu’une mission de prospections géophysiques ont été effectuées en 201333, 201534 et 201835. Enfin, et chaque fois que cela était possible, nous avons recueilli les informations données par les agriculteurs, au sujet notamment de la ressource en eau (profondeur, position, qualité) ou de l’organisation du parcellaire en fonction des types de sols.

Les données océanographiques sonar et de sismique-réflexion haute résolution

  • 36 Dierssen, Theberge 2014.
  • 37 Micallef, Krastel, Savini 2018.

9La cartographie sous-marine du littoral a été réalisée grâce à un sonar embarqué sur le zodiac Triton II du Hellenic Center for Marine Research. Son fonctionnement par echo sounding est classique : un signal d’ondes sonores permet de localiser la structure, le contour supérieur, la composition ainsi que la profondeur exacte de tout objet ou formation qui se trouve sur les fonds marins. La méthode est bien connue36 et c’est le temps de trajet de l’onde sonore entre son émission et sa réflexion par un objet sous l’eau qui permet de connaître et de visualiser sur un écran en temps réel l’emplacement, la taille ou la composition dudit objet. Le type de sonar utilisé (Humminbird 998c) associé à un GPS (SI Combo GPS Chartplotter) permet de cartographier avec précision tout fond marin jusqu’à une profondeur de 70 mètres. Le sonar est à balayage latéral, c’est‑à‑dire que les impulsions acoustiques sont envoyées vers l’extérieur à droite et à gauche du bateau, de sorte qu’elles forment un cône ou un éventail (le ping). Le fond marin ainsi que les objets rencontrés réfléchissent une partie de l’énergie sonore dans la direction du sonar (rétrodiffusion) et le temps de parcours de l’impulsion renvoyée est enregistré avec son intensité. Comme la vitesse du son dans l’eau est connue (environ 1 500m/s), la localisation exacte de la cible qui renvoie l’impulsion est connue elle aussi. De même, comme les impulsions sont émises de manière régulière et continue alors que le bateau avance à vitesse constante, c’est une ligne de balayage d’information qui est traitée par l’ordinateur de bord. En assemblant les données des impulsions successives en temps presque réel, nous disposons donc d’une longue image continue et géoréférencée du fond océanique. Cependant, la largeur du cône de balayage dépend de la profondeur de la colonne d’eau. Plus cette dernière est élevée, plus le cône sera large et plus la zone scannée sera étendue. À l’inverse, cette zone sera bien moins large en cas de faibles profondeurs. De même, la verticale absolue du bateau constitue un angle mort et ne fournit aucune donnée autre que celle de la bathymétrie, qui est dès lors ponctuelle. C’est la raison pour laquelle l’enregistrement des données se fait selon de longs transects parallèles qui se superposent légèrement37. Dans le cas de cette mission, 19 profils nommés 156 à 174, pour une longueur totale d’environ 35 kilomètres, ont été enregistrés et étudiés (fig. 5). Le long post-traitement des données a été effectué grâce au logiciel d’océanographie SonarWiz 6. Chaque profil a été nettoyé de toute aberration acoustique due par exemple à la calibration du sonar. Les profils ont été assemblés sous la forme d’une mosaïque géoréférencée qui a servi de base à la caractérisation des milieux sous-marins. L’utilisation de fausses couleurs dans le traitement des données est indispensable : attendu que le sonar n’est pas une photographie des fonds marins, certains artefacts sont plus visibles selon certaines conditions de luminosité artificielle.

Fig. 5 — Localisation des profils sonar réalisés sur le littoral, carte bathymétrique du littoral et visualisation des données sonar.

Fig. 5 — Localisation des profils sonar réalisés sur le littoral, carte bathymétrique du littoral et visualisation des données sonar.

Réal. EFA, A. Chabrol.

10Dans les eaux plus profondes, des profils de sismique-réflexion haute résolution ont été effectués. Une succession d’ondes sonores basses fréquences sont émises sous l’eau, qui se propage et se réfléchit sur les interfaces géologiques du sous‑sol. Des hydrophones, placés à l’arrière ou sous le bateau, enregistrent ces réflexions en fonction de leur angle d’incidence. Le signal alors enregistré diffère en fonction des types de sédiments traversés et de leur épaisseur, et permet d’obtenir une véritable coupe stratigraphique des fonds marins, sur une profondeur de parfois plusieurs dizaines de mètres. Environ 125 kilomètres de profils ont été réalisés grâce au bateau de recherche Alkyon. Seuls trois, les profils les plus proches du littoral, sont présentés dans cette étude (fig. 11).

La dissymétrie des remblaiements préhistoriques et historiques dans la plaine

  • 38 Burdon, Papakis 1963.
  • 39 Chabrol, Sintès 2012-2013.

11À l’exception de la résurgence salée à l’est de Kirrha dont le fonctionnement pérenne (avec tout de même de fortes disparités entre les saisons38) est d’origine karstique39, les deux fleuves Hylaithos et Pleistos sont de type méditerranéen intermittent et n’atteignent la mer qu’à l’occasion de fortes crues. Ces dernières, si elles sont rares, peuvent être à ce point puissantes qu’elles ont conditionné toute une succession de larges travaux hydrauliques au cours du xxe siècle en vue de casser leur dynamique. Ceci est particulièrement impressionnant le long du cours de l’Hylaithos. L’étude des coupes stratigraphiques, des carottages et des vestiges archéologiques découverts dans la plaine mène cependant à ce double paradoxe : la sédimentation historique y est relativement faible et dissymétrique, partagée entre les apports torrentiels d’un Hylaithos au large bassin versant qui s’écoule à l’ouest de la plaine et ceux du Pleistos, au bassin versant certes moins étendu mais dont le profil de pente est plus prononcé et qui se jette aujourd’hui dans la baie à l’est de Kirrha. Cette dissymétrie des formations superficielles est visible dans le paysage et a pu être cartographiée. Ancienne (elle a pu en effet conditionner l’installation des premiers occupants de Kirrha au Néolithique), elle s’explique par une différence marquée des dynamiques hydrologiques entre l’Hylaithos et le Pleistos.

L’Hylaithos, principal agent de remblaiement de la plaine d’Itéa

  • 40 Valavanis 2017.
  • 41 Perrier, Chabrol 2019.
  • 42 Ulrichs 1992.

12Avec un bassin versant couvrant près de 220 km², l’Hylaithos est le plus important cours d’eau de Phocide et de Grèce centrale. Il draine tout l’ouest du massif du Parnasse. Prenant sa source sous le mont Giona, son cours amont est typiquement torrentiel et passe par deux gorges spectaculaires (celle de Reka de 800 mètres de profondeur et celle de Viniani profonde de 300 mètres). Composé d’un grand nombre d’affluents torrentiels, l’ensemble du réseau est contrôlé par la structure tectonique : le cours du fleuve prend place dans une succession de petits grabens parallèles à la grande ligne de failles Amphissa-Delphes-Arachova avant de déboucher dans la plaine d’Itéa par le nord‑ouest. L’importance de son bassin versant, associé à des dynamiques hydrologiques torrentielles et une lithologie particulièrement érodable (principalement des flyschs et des calcaires), en fait l’agent principal de remblaiement de la plaine durant tout le Quaternaire. Si par le passé les crues torrentielles de l’Hylaithos ont pu constituer un obstacle à la mise en valeur de sa vallée, son cours amont est aujourd’hui particulièrement anthropisé : des travaux d’élargissement de son chenal principal (destinés à réduire son débit), d’enrochement de ses berges (destinés à limiter leur érosion latérale) et de création de seuils artificiels (destinés à casser sa pente et donc sa vitesse), associés à un prélèvement d’eau constant pour l’irrigation, ont permis de mettre cet espace entièrement en culture (oliviers) et de le protéger des crues occasionnelles. Deux lambeaux de terrasses alluviales (fig. 3, no 6) ont été observés juste avant l’entrée du fleuve dans la plaine ; leur origine n’est cependant pas tranchée : dans un contexte de graben subsident, il est peu probable qu’elles soient d’origine cosismique. Le même type de terrasses a été observé au niveau du Pleistos. Nous y voyons plutôt une des conséquences des lourds aménagements hydrauliques qui ont forcé le fleuve à inciser dans ses propres sédiments, créant ainsi de fines terrasses alluviales aujourd’hui déconnectées. Si la charge solide de l’Hylaithos n’atteint presque plus la plaine aujourd’hui, il en était bien autrement avant ces aménagements : l’entrée du fleuve dans la plaine se remarque par un large cône alluvial qui est aussi alimenté au nord par de petits torrents descendant du versant de Delphes. Les rigoles et coupes ponctuelles relevées sur ce cône montrent qu’il est principalement composé de sédiments torrentiels non consolidés : des galets centimétriques à décimétriques dans une matrice de sable grossier. Ces sédiments sont cohérents avec l’idée que le fleuve abandonne la majeure partie de sa charge solide très grossière (constituée principalement de blocs parfois métriques) en amont du cône. Le petit graben dans lequel s’écoule l’Hylaithos en amont a pu, au cours du Quaternaire, faire office de piège sédimentaire. Au nord et à l’est, une sédimentation légèrement plus fine et principalement constituée de sables fins et de limons compacts recouvre une partie du cône de l’Hylaithos (fig. 3, no 1). Elle vient pour l’essentiel des petits torrents adjacents qui sont actifs occasionnellement et érodent les brèches de pente pléistocènes et les flyschs sous les versants de Delphes et Crissa. Une fois passé le resserrement entre Foulas et Aghios Polykarpos, la sédimentation change progressivement. En effet, la pente du cours d’eau y est moins prononcée et sa compétence est très largement diminuée. Hormis le long des berges, les formations superficielles rencontrées en rive droite dans l’ouest de la plaine sont beaucoup plus homogènes et principalement constituées de limons et d’argiles. Elles peuvent correspondre à des atterrissements de débordement de crue. C’est particulièrement visible au nord d’Itéa, dans le renfoncement topographique au pied de la colline d’Aghioi Anargyroi (fig. 3, no 3). La sédimentation y est d’ailleurs si fine et régulière que cette zone a été proposée comme lieu d’emplacement possible pour l’hippodrome antique de Delphes40, sans que l’on puisse trancher cette question pour le moment41. Enfin, à l’aval de la plaine, la ville d’Itéa est établie sur des sédiments majoritairement argilo-sableux (fig. 3, no 4). Leur origine deltaïque ne fait aucun doute ; il est maintenant acquis que le cours de l’Hylaithos a changé au cours de l’Holocène et que son embouchure historique a pu se trouver bien plus à l’ouest qu’aujourd’hui, comme en témoignent la forme en flèche du littoral au niveau d’Itéa et certaines cartes anciennes42. Cette partie de la plaine est longtemps restée marécageuse, comme l’indique la toponymie locale au nord-ouest de la ville : les quelques champs qui s’y trouvent sont appelés « Βάλτος », ce qui signifie « Marais » (fig. 3, no 4).

Le Pleistos : des dépôts torrentiels en amont au marais littoral de Kirrha

  • 43 Péchoux 1992.
  • 44 Rousset 2002, p. 64.

13Du fait de la petite taille de son bassin versant (environ 100 km²), le Pleistos (dont le nom était jusqu’au xixe siècle « Xeropotamos ») ne peut jouer qu’un rôle mineur dans l’alluvionnement de la plaine. Le caractère spectaculaire et abrupt de ses versants est essentiellement lié à la tectonique et non à ses capacités érosives43. Tout comme l’Hylaithos, il descend vers la plaine d’Itéa en franchissant un certain nombre de biefs naturels en amont desquels il laisse une bonne part de sa charge solide. À son débouché dans la plaine d’Itéa, il a édifié un petit cône alluvial relativement plat qui a pu naturellement contraindre son cours dans la partie occidentale de la plaine. Entre les deux cônes, au sud du versant de Crissa, une petite dépression déconnectée des cours principaux et de leur charge grossière paraît avoir fonctionné comme piège pour les particules les plus fines (argiles, limons et sables) qui s’y sont lentement accumulées (fig. 3, no 2). Le fleuve est aujourd’hui largement utilisé pour l’irrigation des oliveraies et aménagé depuis le bassin situé immédiatement à l’aval du Kastrouli Magkerlariko44. Il a été utilisé en dérivation puis conduit jusqu’au pied de l’escarpement rocheux dit « Kalogeros ». À partir de là, soigneusement endigué, il est conservé avec une pente faible jusqu’à la chapelle d’Aghios Polykarpos. Juste en aval de celle‑ci, un aménagement moderne, mais prenant la place d’un aménagement plus ancien que l’on peut faire remonter au xixe siècle, renvoie le Pleistos vers le sud‑est en direction de la mer. Si l’aménagement du xixe siècle est clairement identifiable, il est probable qu’il a été précédé par d’autres, plus anciens, en lien avec le site du village médiéval de Xéro Pigado. C’est à partir de cette chapelle que le fleuve incise fortement son cours (environ 6 à 8 mètres par endroits). C’est au niveau de la résurgence salée que le Pleistos n’incise plus et est endigué jusqu’au rivage. Comme pour l’Hylaithos, la carte d’Ulrichs nous indique une situation qui, au xixe siècle, était sensiblement différente. À partir d’Aghios Polykarpos, le fleuve suivait un cours dont le tracé l’a mené à l’ouest de Kirrha, approximativement à l’embouchure actuelle de l’Hylaithos.

14Le type de formations superficielles le long du cours du Pleistos change lui aussi en aval. C’est à peu près au niveau de la résurgence salée, à environ 800 mètres du rivage actuel, que la charge lourde du fleuve est abandonnée, pour faire place à une sédimentation plus fine, principalement constituée de sables et de limons (fig. 3, no 6). La faible dynamique du fleuve dans sa partie aval se remarque aussi dans les paysages : la présence d’une zone déprimée topographiquement d’environ 20 hectares à l’est de Kirrha correspond à un ancien marais maritime en voie de comblement (fig. 3, no 7). Cette zone est d’une importance capitale pour la compréhension des paléogéographies littorales et la lecture des paysages nous indique qu’elle a été comblée très récemment à l’échelle de l’Holocène : à cause de la salinité des sols, la végétation y est halophile, d’importants dépôts de sel y sont visibles chaque matin avec la rosée (fig. 6, B) et c’est le seul endroit de la plaine qui n’est pas planté d’oliviers (fig. 6, A). Il est principalement composé d’argiles et de limons.

Fig. 6 — Photographie aérienne du littoral de Kirrha.

Fig. 6 — Photographie aérienne du littoral de Kirrha.

On y remarque clairement l’étendue du marais maritime impropre à la culture de l’olivier. Les remontées de sel (B) par capillarité y sont permanentes.

Cl. EFA, A. Chabrol.

D’une forte mobilité des chenaux à l’Holocène à la faiblesse de l’alluvionnement historique à Kirrha

15Malgré la présence d’un des plus importants fleuves de Grèce centrale, toutes les missions archéologiques qui ont travaillé dans la plaine ont noté le faible enfouissement des vestiges archéologiques, peu importe leur aire chrono-culturelle. Il ne faut toutefois pas considérer comme uniformes dans l’espace et dans le temps les rythmes de sédimentation à l’échelle de la plaine. Afin de comprendre cet état de fait, assez exceptionnel au regard des plaines alluviales littorales grecques, il convient de s’interroger sur la répartition spatiale de ces formations superficielles holocènes (fig. 3 et 8) dans la plaine ainsi que sur les facteurs physiques qui sont à l’origine de ces dépôts.

16Particulièrement, la mobilité des cours d’eau est l’un des facteurs principaux qu’il faut analyser.

Des cours d’eau très mobiles au cours de l’Holocène

  • 45 Kirrha – 2013.
  • 46 Chabrol et al. 2014.
  • 47 Chabrol, Sintès 2012-2013.

17Les indices morphologiques de la mobilité des fleuves sont nombreux. La documentation cartographique nous indique qu’au xixe siècle l’Hylaithos terminait sa course au niveau de la flèche littorale d’Itéa et que le Pleistos rejoignait la mer au niveau de l’actuelle embouchure de l’Hylaithos. Ces documents ne nous donnent cependant aucune information sur les positions successives des chenaux au cours de l’Holocène. Lors des travaux de drainage de la plaine organisés à l’automne 2013, plusieurs kilomètres de tranchées ont été réalisés au niveau du cône alluvial du Pleistos (fig. 3). L’analyse et le relevé de ces tranchées ont permis de mettre en évidence de nombreux paléochenaux, plus ou moins profonds et plus ou moins larges (fig. 7). Ces paléochenaux, dont quatorze au moins ont été identifiés, correspondent principalement à des épisodes de crue ponctuelle associant charge lourde de fond de chenal et sédimentation plus fine de fin de crue (fig. 7, 14). S’il nous est impossible de les dater avec précision, ces crues semblent être d’époque historique, à en juger par les morceaux de céramique roulés parfois découverts dans les coupes. Il est important de noter qu’aucun fragment de céramique n’a jamais été découvert en surface. Les tranchées n’étant jamais plus profondes d’un mètre, cette information ne concerne que les paléochenaux les plus récents. Au mois de septembre de la même année, des profils ERT (electrical resistivity tomography) ont été réalisés dans toute la plaine45. Un profil réalisé au niveau du resserrement Foulas-Aghios Polykarpos (fig. 3) a mis en évidence des zones de forte résistivité qui peuvent être associées à des paléochenaux. Au moins dix ont été identifiés jusqu’à 20 mètres de profondeur, dont certains sont larges de plus de 50 mètres (fig. 7). Ce profil a aussi mis en évidence la divagation latérale très récente des deux fleuves46. Vu leur profondeur et l’importance de leur charge solide (blocs parfois métriques), il nous est impossible de dater ces chenaux, et encore moins de les attribuer à l’Hylaithos ou au Pleistos. Certains pourraient très bien dater de la dernière période glaciaire. On peut simplement remarquer que ce profil ERT met en évidence l’histoire mouvementée des cours d’eau dans la plaine. Les autres profils réalisés plus en aval mettent tous en avant un très grand nombre d’anciens lits, eux aussi parfois très profonds. Enfin, un paléochenal de surface, visible cette fois‑ci en topographie dans le sud de la plaine, semble avoir tronqué le site archéologique de Kirrha dans sa partie occidentale47. C’est le seul pour lequel on peut proposer une datation relative très large et imprécise : postérieur à l’abandon du tell, c’est‑à‑dire à l’Helladique récent.

Fig. 7 — Paléochenaux observables en coupe dans les tranchées d’irrigation (1‑4).

Fig. 7 — Paléochenaux observables en coupe dans les tranchées d’irrigation (1‑4).

Les dépôts sont typiques d’anciennes crues avec une alternance marquée entre sédimentation grossière et fine. Profil ERT présentant des zones de forte résistivité pouvant être associées à d’anciens chenaux parfois enfouis sous plusieurs dizaines de mètres de sédiments.

Cl. : A. Chabrol, X. Mouroux, 2013 ; Profil : données obtenues par Cl. Virmoux, présentées dans Chabrol et al., 2014.

Fig. 8 — Carte géomorphologique de la partie aval de la plaine ainsi que de la caractérisation des environnements sous‑marins littoraux.

Fig. 8 — Carte géomorphologique de la partie aval de la plaine ainsi que de la caractérisation des environnements sous‑marins littoraux.

Réal. EFA, A. Chabrol.

La faiblesse de l’alluvionnement historique à nuancer

18En l’absence de datations absolues de tous ces paléochenaux, les données archéologiques nous renseignent sur les dynamiques sédimentaires dans la plaine. Il ressort des profils géophysiques que la sédimentation holocène dans la plaine n’est pas du tout inexistante. En revanche, il a souvent été remarqué qu’elle est très faible aux périodes historiques. Les causes de ce faible rythme de sédimentation par rapport à d’autres plaines littorales grecques peuvent être multiples et d’origine climatique, tectonique, hydrologique ou anthropique. Elles peuvent aussi être tout simplement dues à cette forte mobilité des cours d’eau. Par exemple, le marais littoral à l’est de Kirrha a probablement été pendant des siècles distant du Pleistos, qui n’a été canalisé que récemment dans cette partie de la plaine.

  • 48 Amphissa – Oliveraie – 2013 ; Vasileiou, Tsoumari 2017 ; Petrochilos 2017.
  • 49 Luce (éd.) 2008.

19Les fouilles menées par l’Éphorie des antiquités de Phocide et l’École française d’Athènes depuis les années 1930 ont toutes noté un faible enfouissement des vestiges. Le cas de Kirrha est particulier parce qu’il s’agit d’un tell. Mais des fouilles menées en 2013 dans l’oliveraie au nord du village de Kirrha ont par exemple mis au jour des fermes et des pressoirs d’époque impériale et protobyzantine sous moins de 15 centimètres de limons48. De même, J.‑M. Luce souligne, dans son étude des paysages de Delphes49, une diminution de la vitesse de sédimentation aux périodes historiques. L’étude des coupes alluviales du Pleistos confirme ces données : la sédimentation historique, principalement composée de limons et de sables fins surmontant des dépôts torrentiels épais, peut‑être du début de l’Holocène, se retrouve sur moins d’un mètre d’épaisseur. Cette unité est datée de manière relative par les nombreux tessons qui la composent.

  • 50 Delphes – Hippodrome – 2015.

20Il est cependant inexact de dire que la sédimentation historique est faible dans l’ensemble de la plaine : ceci a surtout été remarqué dans sa partie orientale. En effet, un carottage effectué au nord d’Itéa en 2015, dans le cadre de la recherche de l’hippodrome de Delphes, a révélé au moins 5 mètres de sédiments fins50, attestés par des tessons de céramique. De même, les carottages tarières menés au niveau d’Itéa ont révélé une sédimentation historique d’au moins 3 mètres. La dissymétrie est donc flagrante entre l’est et l’ouest de la plaine. De manière générale, la ville d’Itéa reposant en partie sur des dépôts de type deltaïque, contrairement à la ville de Kirrha, cette dissymétrie d’épaisseur dans la sédimentation historique est normale, et renvoie peut‑être tout simplement à la différence de capacité érosive et de dépôt qui existe entre l’Hylaithos et le Pleistos.

21En réalité, la véritable question n’est pas tant de savoir pourquoi il n’y a pas ou peu de sédimentation historique dans la plaine, mais plutôt de savoir quel est le type de sédimentation à ces périodes de l’Holocène final.

Caractérisation et cartographie des environnements littoraux et sous-marins

22Tout comme les dynamiques hydrologiques à l’œuvre dans la plaine, le littoral d’Itéa est aujourd’hui le résultat de l’action conjointe des dynamiques marines, des apports en sédiments alluviaux mais aussi, depuis peu, de tous les aménagements anthropiques qui font maintenant de ce littoral une zone fortement urbanisée. À ce titre, il est intéressant de noter qu’il n’est pas unifié, ni dans ses dynamiques ni dans ses formes, et qu’il évolue rapidement.

Dynamiques littorales et formes associées

  • 51 Xydis 2012.
  • 52 Psimoulis et al. 2007.

23Si l’on met de côté le littoral entièrement anthropisé et régularisé au niveau d’Itéa, on remarque que les plages sont sableuses à l’ouest et à l’est du littoral alors qu’elles sont composées de galets au niveau de l’embouchure actuelle de l’Hylaithos (fig. 9). La dérive littorale se sépare vers l’ouest et l’est au niveau de l’embouchure de l’Hylaithos. Ces courants marins locaux51 remobilisent les sédiments fins au niveau du delta ou du prodelta d’Itéa et les déposent aux deux extrémités du golfe, alors que les sédiments alluviaux plus lourds restent sur place entre Itéa et Kirrha. Du fait des lourds aménagements en amont, les deux littoraux ne sont aujourd’hui presque plus alimentés en charge solide alluviale. Le déficit sédimentaire est évident et ne peut contrebalancer l’élévation actuelle et accélérée du niveau marin. Le littoral est donc majoritairement en érosion, sauf au niveau du marais de Kirrha qui continue à se combler des sables redistribués par la dérive littorale. De manière générale, l’élévation du niveau de la mer n’a pas comme seule conséquence l’érosion des littoraux : la salinisation de la nappe alluviale est largement établie depuis plusieurs années. Ce phénomène est très certainement accéléré par la subsidence de la plaine, subsidence entretenue, voire accélérée52 par le pompage des nappes phréatiques et le tassement des formations superficielles. De nombreux puits sont aujourd’hui abandonnés autour de Kirrha.

Fig. 9 — Types de littoraux entre Itéa et Kirrha (2, 4, 6).

Fig. 9 — Types de littoraux entre Itéa et Kirrha (2, 4, 6).

Embouchures actuelles de l’Hylaithos (1) et de la résurgence salée à l’est de la plaine (5). Ponton de béton en voie de submersion et de destruction par l’élévation du niveau marin (3).

Cl. EFA, A. Chabrol, 2018.

Cartographie sonar du littoral

  • 53 Chough 2004.

24Les lignes de points bathymétriques obtenues grâce aux profils sonar permettent une première cartographie de la morphologie du littoral immergé (fig. 8). La pente y est relativement douce jusqu’à environ −6 ou 7 mètres (fig. 5). Le talus ainsi formé plonge ensuite plus rapidement. Les grandes profondeurs (supérieures à 20 mètres) sont plus rapidement atteintes à l’est de la plaine, au niveau de l’embouchure du Pleistos. Cette morphologie sous-marine est typique de celle d’un prodelta53.

25La cartographie environnementale par sonar passe par plusieurs étapes de traitement informatique, la difficulté étant que nous n’avons pas accès à ces fonds marins. Dès lors, il est indispensable d’opérer des classifications en fonction de ce que l’on observe des formes, des textures ou des tailles des formations rencontrées. Certaines sont facilement identifiables alors que d’autres, parfois enfouies sous de vastes prairies herbeuses, sont plus difficiles à caractériser. La qualité de l’enregistrement est aussi très importante et dépend en grande partie de la régularité avec laquelle les profils ont été effectués. De même, il est nécessaire de vérifier les hypothèses par des plongées ponctuelles, ce que nous n’avons pas pu réaliser.

26Dans les 35 kilomètres cumulés de profils étudiés, nous avons isolé six grandes familles de formes très distinctives (fig. 10).

Fig. 10 — Principaux types de morphologies sous‑marines observés lors de la cartographie sonar.

Fig. 10 — Principaux types de morphologies sous‑marines observés lors de la cartographie sonar.

Réal. EFA, A. Chabrol.

27Les différents types de sédiments sont facilement cartographiables. Particulièrement, le sable présente souvent des rides de courant (ripple‑mark) très caractéristiques et très communes en fond de baie. De même, les étendues de galets sont remarquables par leur aspect granuleux. Il est plus délicat en revanche de différencier les zones de sédimentation très fine (limons et argiles). Sous l’eau, les vases marines sont souvent mélangées avec du sable. Le profil sonar de ces sédiments est toujours très plat et sans aspérités. Les rochers sont quant à eux bien reconnaissables, même s’ils sont souvent végétalisés.

28Les herbiers marins ne constituent pas une formation particulière car ils se développent souvent sur les sables et les rochers, mais ils sont toujours présents jusqu’à une profondeur d’au moins 15 mètres. Ils sont reconnaissables aux patchs irréguliers et parfois circulaires qu’ils forment.

  • 54 Dimitrov, Woodside 2003 ; Ingrassia et al. 2015 ; Loncke, Mascle 2004 ; Moss, Cartwright, Moore 201 (...)
  • 55 Hovland, Gardner, Judd 2002.

29Certains processus géologiques propres aux milieux marins peuvent être identifiés, même dans des eaux peu profondes. En l’occurrence, une succession de pockmarks a été cartographiée en face de la ville d’Itéa. Ces formations sont des dépressions coniques parfois décamétriques qui sont causées par des remontées de gaz du substrat, formant ainsi une sorte d’éruption. Ils se retrouvent généralement dans les régions estuariennes ou deltaïques54. Il n’y a pas encore eu d’étude sur ces pockmarks dans la région d’Itéa, mais ils sont vraisemblablement à mettre en lien avec l’intense activité tectonique du golfe de Corinthe : certaines recherches définissent leur apparition comme précurseur de séismes de grande ampleur55.

30Les traces d’activités anthropiques sur les fonds marins, qui sont bien souvent de longues cicatrices provoquées par les chaluts de pêche ou bien les sillons laissés par les ancres lors du mouillage.

31Les constructions et les enrochements littoraux artificiels se retrouvent parfois à d’assez grandes profondeurs, particulièrement si le port est aménagé pour les navires à large tirant d’eau, comme c’est le cas au niveau d’Itéa.

32Enfin, des structures artificielles qui ne sont reliées à aucun aménagement moderne ont été cartographiées. En l’occurrence, il peut s’agir de vestiges archéologiques submergés, sans que leur datation ne soit pour le moment connue.

  • 56 Trincardi, Syvitski 2005 ; Amorosi et al. 2005 ; Correggiari, Cattaneo, Trincardi 2005 ; Roussiez e (...)

33Le littoral sous-marin d’Itéa et de Kirrha est assez homogène. Il est principalement constitué de vases marines plus ou moins végétalisées. Les principales étendues de sable se trouvent à l’ouest et à l’est de la plaine, en cohérence avec celles du littoral émergé. Cette texture fine des fonds marins est typique des milieux prodeltaïques56. Les pockmarks sont principalement regroupés au niveau de l’embouchure actuelle de l’Hylaithos. Leur apparition n’est pour le moment pas étudiée et ils pourraient être associés à un processus côtier mal documenté et mal compris de redistribution des sédiments et de libération profonde du méthane, vraisemblablement en lien avec l’activité tectonique locale.

Une sédimentation prodeltaïque dissymétrique dans la baie

34Parmi les 125 kilomètres des 38 profils de sismique-réflexion réalisés en 2013, seuls trois profils font ici l’objet d’une courte analyse stratigraphique. Réalisés à distance réduite du littoral, ils permettent de mieux comprendre l’importance et la répartition spatiale des accumulations sédimentaires holocènes dans le fond de la baie d’Itéa (fig. 11).

Fig. 11 — Profils sismiques réalisés en baie d’Itéa montrant la structure interne du prodelta au niveau d’Itéa et la dissymétrie de cette sédimentation dans la baie.

Fig. 11 — Profils sismiques réalisés en baie d’Itéa montrant la structure interne du prodelta au niveau d’Itéa et la dissymétrie de cette sédimentation dans la baie.

Réal. EFA, A. Chabrol.

35Le profil 31, long de 1 168 mètres, est globalement orienté nord‑est/sud‑ouest, perpendiculairement au rivage d’Itéa. Deux grandes unités sédimentaires sont individualisées par les réflecteurs. La première est située à la base. Constituée de sédiments très compacts, elle est en discordance avec l’unité supérieure. Il s’agit de la surface pré‑holocène, vraisemblablement des dépôts alluviaux quaternaires grossiers déposés pour les plus récents lors de la dernière glaciation. La seconde unité est constituée de sédiments fins (sables et argiles). Leur pente ainsi que leur configuration interne selon un biseau de progradation prouvent que cette unité est prodeltaïque. C’est la partie immergée et distale du delta formé au niveau d’Itéa. L’épaisseur de ces dépôts holocènes est d’environ 8 mètres à l’amont du profil et va en s’amincissant vers le large (environ 2 à 3 mètres à la fin du profil). À certains endroits, des remontées de gaz empêchent la bonne lecture stratigraphique, comme c’est globalement le cas dans toute la baie d’Itéa.

36Le profil 01, long de 1 679 mètres, est orienté nord‑ouest/sud‑est. Tout comme sur le profil 31, deux grandes unités sédimentaires sont observables : une base pré‑holocène très compacte et qui n’est pas traversée par les ondes sismiques ainsi qu’une unité de sédiments prodeltaïques fins. C’est à peu près en face de l’embouchure actuelle de l’Hylaithos que différents pockmarks ont été cartographiés et la structure interne de l’un d’entre eux est visible sur ce profil. On y observe clairement la remontée du gaz à travers les sédiments ainsi que le cône formé par l’expulsion de ces gaz sur le fond marin. En l’occurrence, le diamètre de ce pockmark est d’environ une dizaine de mètres. Le profil complet montre aussi une diminution de l’épaisseur des sédiments prodeltaïques d’ouest en est.

37Le profil 05, long de 2 001 mètres, est parallèle au trait de côte (ouest/est) à environ 800 mètres au large. La sédimentation prodeltaïque y est presque inexistante et la surface pré‑holocène constitue la majeure partie du fond marin. Elle est cependant légèrement surcreusée dans sa partie orientale et laisse apparaître ce qui pourrait être deux anciens chenaux, larges d’une centaine de mètres chacun et profonds d’environ 2 à 3 mètres. Le remplissage de ces chenaux est plutôt fin et, en l’absence de prélèvements, il nous est impossible de préciser leur mode de dépôt : s’agit‑il d’anciens sédiments alluviaux pré‑transgressifs ou bien d’un remplissage post-transgression marine facilité par les courants marins ? Ces deux paléochenaux ont pu être encore actifs au début de l’Holocène, lorsque le niveau marin était plus bas d’une trentaine de mètres.

38Ces trois profils de sismique-réflexion marine confirment donc trois points essentiels dans la compréhension des dynamiques géomorphologiques holocènes de la plaine :

  • L’Hylaithos est le principal agent de remblaiement. Il est le seul qui ait formé un delta dans la partie occidentale de la plaine. Son prodelta est clairement visible dans les profils en face d’Itéa, et non en face de l’embouchure actuelle du Pleistos.
  • La sédimentation holocène est bien plus importante dans la partie occidentale que dans la partie orientale de la plaine. Les dépôts fins prodeltaïques ne se retrouvent pas au large de Kirrha. Il y a donc une réelle dissymétrie dans les dynamiques de remplissage de la plaine.
  • L’épaisseur des sédiments prodeltaïques atteint environ 8 mètres au niveau d’Itéa et décroît rapidement vers le large. Comparée à l’épaisseur des dépôts deltaïques holocènes dans d’autres plaines littorales grecques sensiblement de même taille, ces données sont faibles mais ne sont pas aberrantes57.

Implications de la mobilité des paysages sur la recherche archéologique dans la plaine d’Itéa

La relative absence de sites archéologiques historiques en partie attribuable aux dynamiques environnementales

  • 58 Rousset 2002.
  • 59 Amphissa – Oliveraie – 2013 ; Vasileiou, Tsoumari 2017 ; Petrochilos 2017.

39La plaine d’Itéa ne se distingue pas par la densité des vestiges archéologiques antiques58. Si l’on étudie la carte de leur répartition, on observe qu’ils sont surtout situés autour du village de Kirrha. L’hypothèse de leur disparition ou de leur destruction par les activités agricoles nous paraît peu probable : des tessons de céramique ou des fragments de tuiles seraient alors visibles dans les champs d’oliviers, même en faibles concentrations. Or nous n’en avons presque jamais observé lors de nos missions de terrain. La faible épaisseur de la sédimentation alluviale historique nous conduit par ailleurs à penser qu’il est peu probable que la totalité des sites aient été fossilisés sous les alluvions, même si de récentes découvertes du service archéologique grec ont mis au jour des occupations impériales et protobyzantines enfouies sous celles du Pleistos59. Sans perdre de vue l’hypothèse qu’une partie de la plaine ait été consacrée à Apollon et ait pu, à ce titre, être interdite de construction ou de mise en valeur, ce que nous connaissons de la mobilité des paysages dans la plaine nous invite à approfondir l’hypothèse environnementale. La question de la faiblesse de l’alluvionnement historique, si elle est réelle, nous apparaît en réalité plutôt secondaire. En effet, ce n’est pas tant la puissance de ces dépôts qui est à analyser que les types de milieux auxquels ils renvoient. En l’occurrence, toute la partie occidentale au niveau d’Itéa est un delta alors que la partie orientale est un marais littoral (fig. 7). Ces deux milieux, dont on ne connaît pas encore l’étendue antique exacte, peuvent avoir été peu propices à l’occupation sans travaux de drainage importants. D’ailleurs, la répartition des sites dans la plaine se fait surtout autour de Kirrha, sur des dépôts alluviaux, donc légèrement surélevés par rapport à ces milieux marécageux.

Une lagune tardivement comblée au niveau de Kirrha

  • 60 Ghilardi 2007 ; Fouache 2007.
  • 61 Chabrol et al. 2014 ; Kirrha – 2013 ; Kirrha – Évolution du paysage – 2015.
  • 62 Chabrol, Chavand, Beuzen 2018.

40La présence du marais littoral autour de Kirrha est à comprendre en lien avec la dynamique hydrologique du Pleistos et ses paléo-cours. Il est évident que cette zone déprimée s’est trouvée durant de nombreux siècles loin des apports alluviaux du fleuve. Son cours actuel au pied du mont Paloukaki est très récent. En Méditerranée, les marais littoraux se mettent en place à partir de 6000 BP, au moment où la transgression marine holocène ralentit et où les deltas commencent à prograder60. Soumis à un équilibre fragile, ils sont caractérisés par une faible profondeur, sont à l’abri des houles dominantes et se caractérisent par une abondante sédimentation très fine. Les marais maritimes peuvent être en eau durant de nombreux siècles et s’apparentent dès lors à des lagunes, qui sont isolées des dynamiques marines par un cordon littoral, souvent sableux. Le comblement de ces lagunes se fait en fonction des atterrissements qui viennent de l’amont (dépôts alluviaux), mais aussi des sédiments progressivement redistribués par les dynamiques marines, au gré des changements morphologiques littoraux (comme la création de graux). Les deux missions de forages organisées dans cette partie de la plaine autour du tell ont toutes mis en évidence cette sédimentation lagunaire sur une épaisseur d’au moins 10 mètres61. Les deux forages réalisés en 2018 sur le tell ont non seulement prouvé que son occupation remonte au Néolithique, mais aussi que les premiers occupants s’étaient installés au milieu d’une lagune62 peu profonde, soulevant ainsi l’hypothèse d’un premier habitat palafitte. Le début de comblement de cette lagune est donc au moins contemporain, sinon postérieur à l’Âge du bronze. Certains indices archéologiques et géomorphologiques nous laissent cependant penser que ce comblement est assez tardif et que le marais de Kirrha a pu rester en eau jusqu’aux périodes historiques.

Mobilité du littoral et hypothèses de localisation du port de Delphes

  • 63 Chronis, Piper, Anagnostou 1991.
  • 64 Fouache, Dalongeville 1998.
  • 65 Rousset 2002, p. 65‑66.
  • 66 Skorda, Zurbach 2009.
  • 67 Chabrol et al. 2016.

41Les paysages de la plaine ayant beaucoup évolué au cours de l’Holocène, il en est de même des littoraux. Cette mobilité du littoral est dépendante de trois facteurs principaux : l’eustatisme, les mouvements verticaux de subsidence ou de surrection tectonique et l’apport en sédiments des cours d’eau63. Dans la plaine d’Itéa et dans le golfe de Corinthe de manière générale, il est difficile de faire la part de ces trois facteurs. Dans le cas des plaines deltaïques, un niveau marin plus bas que l’actuel ne signifie pas forcément que la ligne de côte qui lui était associée se trouve aujourd’hui submergée. Elle est grandement dépendante des apports sédimentaires et de l’importance de la progradation des deltas64. À Kirrha, les carottages sur et autour du tell ont clairement montré que la mer pénétrait bien plus en avant qu’elle ne l’est aujourd’hui. Reconstituer une ligne de côte précise pour ces périodes de la Préhistoire récente n’est pas le but de cet article. Cependant, quelques indices archéologiques et environnementaux nous permettent de faire quelques hypothèses à ce sujet. Si la lagune de Kirrha a été progressivement comblée au cours des derniers millénaires, à la fois par les apports terrigènes fins du Pleistos et par la redistribution des sédiments deltaïques par la dérive littorale, il est important de savoir jusqu’à quelle période cette lagune était en eau. Certains indices archéologiques nous permettent de penser qu’elle a été comblée tardivement, aux périodes historiques. Les vestiges historiques découverts à Kirrha montrent qu’elle fut une agglomération habitée de manière permanente de l’époque classique à la période romaine. Cet habitat se caractérise par des restes d’habitations, un sanctuaire consacré à la triade apollinienne, quelques tombes et surtout d’épais murs de fortification65. Aucun vestige historique n’a pour le moment été découvert à l’est de ces fortifications dont certains tronçons sont encore visibles dans les champs aujourd’hui. La mission de prospections géophysiques effectuée avant la reprise des fouilles à Kirrha par l’École française d’Athènes et l’Éphorie des antiquités de Phocide en 2008 a mis en évidence l’absence de vestiges dans ce marais maritime66. Plus étonnant, les résultats montrent une limite très claire entre les zones à forte densité de vestiges et celles ne présentant aucun signal anthropique dans le marais. Cette limite correspond exactement à l’enceinte de fortification classique. Les forages qui y ont été effectués montrent de plus, sans qu’aucune date radiocarbone ne soit pour l’instant disponible, que ce mur de fortifications marque une limite très nette entre un milieu lagunaire peu profond mais en eau et la ville antique67. Ces indices, associés à la cartographie géomorphologique, nous indiquent donc que le marais littoral de Kirrha était vraisemblablement encore en eau aux périodes historiques et que son comblement est plus tardif. Ni l’étendue ni la profondeur réelle de cette lagune ne sont encore connues avec précision mais sa superficie devait atteindre au moins 20 hectares.

  • 68 Blackman et al. 2013 ; Typaldou-Fakiris 2004 ; Luce 1990.
  • 69 Kirrha – Rue Aghiou Nikolaou – 2002 ; Α∆ 23, 1968, Χρονικά, p. 247‑250, tabl. 191 ; Α∆ 52, 1997, Β'(...)

42Le littoral, au niveau d’Itéa et surtout de Kirrha, a beaucoup évolué au cours de l’Holocène. Le port de Delphes, dont l’existence est attestée par de nombreuses sources historiques, se situait au niveau de l’actuelle Kirrha. Il est probable que cette zone calme en fond de baie était plus facilement accostable que celle, deltaïque, située à l’embouchure de l’Hylaithos à l’ouest. La large lagune peu profonde pourrait très bien avoir fait office de bassin portuaire naturel. Les larges plages de sable associées à des bas‑fonds auraient aussi pu servir de grève naturelle pour tirer les navires sur le rivage. Des structures portuaires plus lourdes ont également pu avoir été construites. Même si leur attribution au port antique ne fait pas encore l’unanimité68, les neoria dégagées à Kirrha ont été construites sur une couche de petits galets qui constituaient vraisemblablement des dépôts littoraux69. La configuration du rivage antique n’est pas connue avec précision, mais la réalisation des profils sonar a permis de cartographier de larges structures sous-marines anthropiques (fig. 12). Situées en face du petit port actuel de Kirrha à une centaine de mètres du rivage, elles se trouvent entre 3 et 5 mètres de profondeur. La première de ces structures est rectangulaire et d’orientation nord‑ouest/sud‑est. Apparemment constituée de blocs en partie effondrés, leur alignement est encore visible sur une soixantaine de mètres et sur une largeur d’une quinzaine de mètres. Cette structure repose sur un fond sableux. Située un peu plus à l’est, une deuxième structure linéaire longue d’au moins 80 mètres a été mise en évidence, plus ou moins parallèle au rivage actuel. Nous ne pensons pas qu’il s’agisse d’une ligne de beach‑rocks. La troisième structure apparaît de manière incomplète sur les données : il s’agit de l’extrémité distale d’une ancienne jetée longue d’une cinquantaine de mètres qu’on peut tout à fait apercevoir en photographie aérienne. Enfin, il est probable qu’une quatrième structure formant un angle droit se trouve juste en face de l’actuelle jetée du port de Kirrha. Cette dernière mesure une quarantaine de mètres de longueur sur dix de largeur. La concentration de ces structures anthropiques interpelle car elles se trouvent à proximité immédiate des vestiges submergés dans le port de Kirrha. Leur extension réelle n’est qu’approximative et certains pans peuvent avoir été ensablés. Même si aucune fouille ne permet pour le moment de les rattacher avec certitude au port de Delphes, ni d’assurer de leur contemporanéité, leur proximité avec les neoria déjà découvertes ainsi que leur organisation spatiale générale perpendiculaire aux courants marins et aux houles pose la question d’un vaste espace portuaire aujourd’hui englouti. Si la présence de vestiges sous-marins avait déjà été mentionnée, il nous semble qu’ils apportent de précieuses informations sur la position du rivage et du niveau marin aux périodes historiques.

Fig. 12 — Cartographie sonar des structures observées au large du port actuel de Kirrha.

Fig. 12 — Cartographie sonar des structures observées au large du port actuel de Kirrha.

Réal. EFA, A. Chabrol.

  • 70 Evelpidou et al. 2011.

43La localisation de ces vestiges, ainsi que la mise en évidence d’une lagune vraisemblablement encore en eau durant l’Antiquité un peu plus à l’est, nous invite à proposer deux hypothèses quant à la localisation du port de Delphes. Ces deux hypothèses peuvent tout à fait être complémentaires et avoir coexisté. La première, celle d’un port construit, à la faveur d’un littoral relativement stable et principalement constitué de dépôts alluviaux (galets notamment) en face de l’actuel port de Kirrha, semble cohérente avec les données archéologiques locales. Les arguments en faveur d’un niveau marin antique plus bas que l’actuel sont principalement apportés par la présence des vestiges du bâtiment en partie submergé et visible du port moderne de Kirrha. Si aucune fouille ne permet encore de le dater avec précision, sa submersion est forcément postérieure à son occupation, qui, elle, est historique. La question de cette submersion se pose d’ailleurs : est‑elle due à l’élévation récente du niveau de la mer ou bien à la subsidence de la plaine, entretenue par l’activité tectonique70 ? La profondeur des vestiges cartographiés par sonar (entre 3 et 5 mètres) ainsi que leur orientation générale face aux houles et courants marins dominants est aussi un argument fort en faveur d’un niveau marin antique plus bas que l’étude des vestiges pourra peut‑être enfin préciser. La seconde hypothèse est celle d’une lagune facilement accessible, peu profonde et protégée des courants marins. Cette lagune, clairement en contact avec les vestiges de fortification classique découverts à Kirrha, a pu servir d’abri pratique pour les navires alors facilement tirés à sec sur ses rives sableuses.

Conclusion

44Les dynamiques géomorphologiques à l’œuvre dans la plaine d’Itéa sont complexes et interdépendantes. Le travail de cartographie effectué permet cependant de mieux comprendre leur agencement dans l’espace et dans le temps et de proposer de premiers scenarii d’évolution de la plaine à l’échelle de l’Holocène. Malgré une grande mobilité des cours d’eau avant leur canalisation, c’est l’Hylaithos qui en est – assez logiquement – le principal agent de remblaiement. Disposant d’un bassin versant très étendu et en connexion avec de nombreux petits affluents torrentiels, sa capacité érosive est en effet bien supérieure à celle du Pleistos. Il en résulte une véritable dissymétrie dans la sédimentation holocène de la plaine. Cette dissymétrie se retrouve aujourd’hui encore dans les paysages : la ville d’Itéa est construite sur un delta progradant alors que la présence d’un ancien marais littoral est encore remarquable aujourd’hui au niveau de Kirrha. Cette dissymétrie se retrouve aussi en aval de la cascade sédimentaire dans les profils de sismique sous-marine. Les conséquences pour la recherche archéologique sont importantes : les littoraux ont ainsi pu drastiquement changer depuis la Préhistoire. Les carottages menés sur et autour du tell de Kirrha apportent par exemple la preuve que les premières occupations du site se sont faites au Néolithique au milieu d’une lagune peu profonde. La question de la date de comblement de cette lagune doit être posée : de premiers indices archéologiques nous indiquent un comblement historique, au moins postérieur à l’époque classique. La chronologie de ces paléogéographies littorales, particulièrement aux périodes historiques, constitue un enjeu géoarchéologique majeur. La question de la localisation et de la caractérisation du port de Delphes pourrait en effet en découler. La découverte et la cartographie de larges structures submergées entre 3 et 5 mètres de profondeur à Kirrha permettent d’envisager un espace portuaire construit et ouvert sur la mer, alors que l’hypothèse d’un bassin portuaire lagunaire aujourd’hui ensablé dans la partie orientale de la plaine est, pour le moment, tout aussi plausible. Cet article pose donc les bases d’une étude géoarchéologique plus large dont les résultats, issus notamment de nombreux carottages associés à des datations absolues, permettront de bien caractériser l’évolution de la plaine et des littoraux, en lien avec l’occupation humaine, à l’échelle de l’Holocène.

Haut de page

Bibliographie

Amphissa – Oliveraie – 2013 = Amphissa – Oliveraie – 2013, chronique des fouilles no 6751, 2019, en ligne sur BCH‑BSA, https://chronique.efa.gr/?kroute=report&id=6751, consulté le 21 octobre 2019.

Amorosi et al. 2005 = Alessandro Amorosi et al., « Millennial-Scale Depositional Cycles from the Holocene of the Po Plain, Italy », Marine Geology 222‑223, 2005, p. 7‑18.

Bernard et al. 2006 = Pascal Bernard et al., « Seismicity, Deformation and Seismic Hazard in the Western Rift of Corinth: New Insights from the Corinth Rift Laboratory (CRL) », Tectonophysics 426.1, 2006, p. 7‑30.

Besonen, Rapp, Jing 2003 = Mark R. Besonen, George Rapp, Zhichun Jing, « The Lower Acheron River Valley: Ancient Accounts and the Changing Landscape », in James Wiseman, Konstantinos L. Zachos (éd.), Landscape Archaeology in Souhern Epirus, Greece, Athènes, ASCSA, Hesperia Suppl. 32, 2003, p. 199‑263.

Birot 1959 = Pierre Birot, « Géomorphologie de la région de Delphes », BCH 83.1, 1959, p. 258‑274.

Blackman et al. 2013 = David Blackman et al., Shipsheds of the Ancient Mediterranean, Cambridge, UP, 2013.

Bommelaer 1999 = Jean‑François Bommelaer, « Sur le paysage antique de Delphes », Ktèma 24, 1999, p. 23‑28.

Briole et al. 1993 = Pierre Briole et al., « The Itea (Ms~5.9) Earthquake of November 18, 1992: Characteristics of the Main Shock Inferred from Body Wave and Ground Displacement Analysis = Ο σεισµός της Ιτέας (Ms~5.9) της 18ης Νοεµβρίου 1992: χαρακτηριστικά του κύριου σεισµού από την ανάλυση των κυµάτων χώρου και της εδαφικής παραµόρφωσης », Πανελλήνια Συνέδρια Γεωφυσικής, Συλλογή Πρακτικών 1, 1993, p. 297‑308.

Burdon, Papakis 1963 = David J. Burdon, Nicolas Papakis, The Karst Groundwater Resources of Parnassos-Ghiona, rapport, FAO, Institute for Geology and Subsurface Research, 1963.

Chabrol et al. 2012 = Antoine Chabrol et al., « The Holocene Evolution of the Kalamas Delta (Northwestern Greece) Derived from Geophysical and Sedimentological Survey », Géomorphologie : relief, processus, environnement 18, 2012, p. 45‑58, en ligne sur OpenEdition, https://journals.openedition.org/geomorphologie/9731, consulté le 23 octobre 2020.

Chabrol, Sintès 2012-2013 = Antoine Chabrol, Gilles Sintès, « Étude géomorphologique du site de Kirrha », in Julien Zurbach et al., « Kirrha (Phocide) », BCH 136‑137.2, 2012-2013, p. 583‑592.

Chabrol, Desruelles 2013 = Antoine Chabrol, Stéphane Desruelles, L’eau à Delphes : rapport sur la mission effectuée du 28 avril au 4 mai 2013 sur la géomorphologie et l’hydrologie du site de Delphes, rapport de mission, Athènes, EFA, 2013.

Chabrol et al. 2014 = Antoine Chabrol et al., « Kirrha (Phocide) : mission géoarchéologique », BCH 138.2, 2014, p. 694‑703.

Chabrol et al. 2016 = Antoine Chabrol et al., « Kirrha (Phocide) : mission géomorphologique », BCH 139‑140.2, 2016, p. 717‑719.

Chabrol, Chavand, Beuzen 2018 = Antoine Chabrol, Delphine Chavand, Tara Beuzen, « Carottages géoarchéologiques (opération 7) », in Raphaël Orgeolet (éd.), La Phocide protohistorique : recherches archéologiques et géoarchéologiques sur le tell de Kirrha et dans la plaine d’Itéa (Grèce). La campagne de fouilles 2018, rapport de fouilles inédit, 2018, p. 130‑137.

Chough 2004 = Sung Kwun Chough, « The Sedimentary Record of Sea‑Level Change: Edited by Angela L. Coe, The Open University (Authors: Angela Coe, Dan W. J. Bosence, Kevin D. Church, Stephen S. Flint, John A. Howell, and R. Chris L. Wilson) », Geosciences Journal 8.1, 2004, p. 113‑114.

Chronis, Piper, Anagnostou 1991 = George Chronis, David J. W. Piper, Christos Anagnostou, « Late Quaternary Evolution of the Gulf of Patras, Greece: Tectonism, Deltaic Sedimentation and Sea‑Level Change », Marine Geology 97, 1991, p. 191‑209.

Correggiari, Cattaneo, Trincardi 2005 = Annamaria Correggiari, Antonio Cattaneo, Fabio Trincardi, « The Modern Po Delta System: Lobe Switching and Asymmetric Prodelta Growth », Marine Geology 222‑223, 2005, p. 49‑74.

Delphes – Hippodrome – 2015 = Delphes – Hippodrome – 2015, chronique des fouilles no 5102, 2015, en ligne sur BCH‑BSA, https://chronique.efa.gr/?kroute=report&id=5102, consulté le 30 octobre 2019.

De Martini et al. 2004 = Paolo Marco De Martini et al., « Slip Rates of The Aigion and Eliki Faults From Uplifted Marine Terraces, Corinth Gulf, Greece », Comptes Rendus Geosciences 27, 2004, p. 325‑334.

Deslondes 1999 = Olivier Deslondes, « L’exploitation du territoire de Delphes : contribution de la géographie à l’étude des paysages antiques », in Christophe Cusset (éd.), La nature et ses représentations dans l’Antiquité : actes du colloque des 24 et 25 octobre 1996, École normale supérieure de Fontenay Saint-Cloud, Paris, Centre national de documentation pédagogique, 1999, p. 23‑28.

Dierssen, Theberge 2014 = Heidi M. Dierssen, Albert E. Theberge, « Bathymetry: History of Seafloor Mapping », in Yeqiao Wang (éd.), Encyclopedia of Natural Resources, vol. 2 : Water and Air, Boca Raton, CRC Press, 2014, p. 1‑6.

Dimitrov, Woodside 2003 = Lyubomir Dimitrov, John Woodside, « Deep Sea Pockmark Environments in the Eastern Mediterranean », Marine Geology 195, 2003, p. 263‑276.

Dor et al. 1960 = Léopold Dor et al., Kirrha, étude de préhistoire phocidienne, Paris, De Boccard, 1960.

Doutsos, Poulimenos 1992 = Theodor Doutsos, Georgios Poulimenos, « Geometry and Kinematics of Active Faults and Their Seismotectonic Significance in the Western Corinth-Patras Rift (Greece) », Journal of Structural Geology 14.6, 1992, p. 689‑699.

Evelpidou et al. 2011 = Niki Evelpidou et al., « Submerged Notches and Doline Sediments as Evidence for Holocene Subsidence », Continental Shelf Research 31.12, 2011, p. 1273-1281.

Ford et al. 2013 = Mary Ford et al., « Tectono‐sedimentary Evolution of the Western Corinth Rift (Central Greece) », Basin Research 25, 2013, p. 3‑25.

Fouache 2007 = Eric Fouache, 10 000 ans d’évolution des paysages en Adriatique et en Méditerranée orientale: géomorphologie, paléoenvironnements, histoire, Lyon, MOM, 2007.

Fouache, Dalongeville 1998 = Eric Fouache, Rémi Dalongeville, « De la nécessaire prise en compte des sédiments dans la connaissance des variations récentes de la ligne de rivage : exemples d’Aghios Andreas (Grèce) et de Guverdjine Kaya (Syrie) / Taking Into Account Sediments in the Assessment of Recent Variations in the Coastline: The Examples of Aghios Andreas (Greece) and Guverdjine Kaya (Syria) », Géomorphologie : relief, processus, environnement 4.2, 1998, p. 131‑140.

Ghilardi 2007 = Matthieu Ghilardi, Dynamiques spatiales et reconstitutions paléogéographiques de la plaine de Thessalonique (Grèce) à l’Holocène récent, thèse de doctorat, université Paris 12 Val de Marne, 2007.

Ghilardi et al. 2008 = Matthieu Ghilardi et al., « Human Occupation and Geomorphological Evolution of the Thessaloniki Plain (Greece) since Mid-Holocene », Journal of Archaeological Science 35.1, 2008, p. 111‑125.

Hovland, Gardner, Judd 2002 = Martin Hovland, James Gardner, Alan Judd, « The Significance of Pockmarks to Understanding Fluid Flow Processes and Geohazards », Geofluids 2, 2002, p. 127‑136.

Ingrassia et al. 2015 = Michela Ingrassia et al., « The Zannone Giant Pockmark: First Evidence of a Giant Complex Seeping Structure in Shallow-Water, Central Mediterranean Sea, Italy », Marine Geology 363, 2015, p. 38‑51.

Jolivet, Faccenna 2000 = Laurent Jolivet, Claudio Faccenna, « Mediterranean Extension and the Africa-Eurasia Collision », Tectonics 19, 2000, p. 1095‑1106.

Karymbalis et al. 2018 = Efthimios Karymbalis et al., « Geomorphic Evolution of the Lilas River Fan Delta (Central Evia Island, Greece) », Geosciences 8, 2018, p. 361.

Kirrha – 2013 = Kirrha – 2013, chronique des fouilles no 4079, 2014, en ligne sur BCH‑BSA, https://chronique.efa.gr/?kroute=report&id=4079, consulté le 18 octobre 2019.

Kirrha – Évolution du paysage – 2015 = Kirrha – Évolution du paysage – 2015, chronique des fouilles no 5431, 2016, en ligne sur BCH‑BSA, https://chronique.efa.gr/?kroute=report&id=5431, consulté le 20 octobre 2019.

Kirrha – Rue Aghiou Nikolaou – 2002 = Kirrha – Rue Aghiou Nikolaou – 2002, chronique des fouilles no 3759, 2013, https://chronique.efa.gr/?kroute=report&id=3759, consulté le 24 octobre 2019.

Kortekaas et al. 2011 = Stella Kortekaas et al., « Geological Identification of Historical Tsunamis in the Gulf of Corinth, Central Greece », Natural Hazards and Earth System Science 11, 2011, p. 2029-2041.

Koukis et al. 2009 = George Koukis et al., « Landslide Phenomena Related to Major Fault Tectonics: Rift Zone of Corinth Gulf, Greece », Bulletin of Engineering Geology and the Environment 68, 2009, p. 215‑229.

Lespez 1999 = Laurent Lespez, L’évolution des modelés et des paysages de la plaine de Drama et de ses bordures au cours de l’Holocène (Macédoine orientale, Grèce), thèse de doctorat, université Clermont-Ferrand 2, 1999.

Loncke, Mascle 2004 = Lies Loncke, Jean Mascle, « Mud Volcanoes, Gas Chimneys, Pockmarks and Mounds in the Nile Deep‑Sea Fan (Eastern Mediterranean): Geophysical Evidences », Marine and Petroleum Geolog 21.6, 2004, p. 669‑689.

Luce 1990 = Jean‑Marc Luce, « Kirrha, port de Delphes » Dossiers d’archéologie 151, 1990, p. 29.

Luce 1999 = Jean‑Marc Luce, « Le paysage delphique du xiie à la fin du ve siècle av. J.‑C. », CRAI 143.3, 1999, p. 975‑995.

Luce (éd.) 2008 = Jean‑Marc Luce (éd.), FD II, 13. L’aire du pilier des Rhodiens (fouille 1990-1992) à la frontière du profane et du sacré, Athènes, EFA, 2008.

McNeill, Collier 2004 = Lisa McNeill, Richard Collier, « Uplift and Slip Rates of the Eastern Eliki Fault Segment, Gulf of Corinth, Greece, Inferred from Holocene and Pleistocene Terraces », Journal of the Geological Society 161, 2004, p. 81‑92.

Micallef, Krastel, Savini 2018 = Aaron Micallef, Sebastian Krastel, Alessandra Savini, Submarine Geomorphology, Cham, Springer, 2018.

Moretti et al. 2004 = Isabelle Moretti et al., « Sedimentation and Subsidence Rate in the Gulf of Corinth: What We Learn from the Marion Dufresne’s Long-Piston Coring », Comptes Rendus Geoscience 336.4, 2004, p. 291‑299.

Moss, Cartwright, Moore 2012 = Jennifer L. Moss, Joe A. Cartwright, Roger Moore, « Evidence for Fluid Migration Following Pockmark Formation: Examples from the Nile Deep Sea Fan », Marine Geology 303‑306, 2012, p. 1‑13.

Mourtzas, Kissas, Kolaiti 2014 = Nikos Mourtzas, Konstantinos Kissas, Eleni Kolaiti, « Archaeological and Geomorphological Indicators of the Historical Sea Level Changes and the Related Palaeogeographical Reconstruction of the Ancient Foreharbour of Lechaion, East Corinth Gulf (Greece) », Quaternary International 332, 2014, p. 151‑171.

Orgeolet et al2017 = Raphaël Orgeolet et al., « Kirrha 2008‑2015 : un bilan d’étape. La fouille et les structures archéologiques », BCH 141.1, 2017, p. 41‑116.

Pantosti et al. 2004 = Daniela Pantosti et al., « Palaeoseismological Investigations of the Aigion Fault (Gulf of Corinth, Greece) », Comptes Rendus Geoscience 336.4, 2004, p. 335‑342.

Papathanassiou et al. 2014 = George Papathanassiou et al., « Scenario Liquefaction Hazard Map of the Gulf of Corinth », 2014, en ligne, https://spyrospavlides.weebly.com/uploads/2/0/1/4/20143927/papathanassiou_et_al_2014_2ecees.pdf, consulté le 23 octobre 2020.

Pavlopoulos, Evelpidou, Vassilopoulos 2009 = Kosmas Pavlopoulos, Niki Evelpidou, Andreas Vassilopoulos, Mapping Geomorphological Environments, Berlin, Heidelberg, Springer, 2009.

Péchoux 1992 = Pierre‑Yves Péchoux, « Aux origines des paysages de Delphes », in Jean‑François Bommelaer (éd.), Delphes : centenaire de la « grande fouille » réalisée par l’École française d’Athènes (1892-1903). Actes du Colloque Paul Perdrizet, Strasbourg, 6‑9 novembre 1991, Leyde, Brill, 1992, p. 3‑38.

Perrier, Chabrol 2019 = Amélie Perrier, Antoine Chabrol, « Recherches historiques et géomorphologiques sur la localisation de l’hippodrome de Delphes », in Jean‑Charles Moretti, Panos Valavanis (éd.), Les hippodromes et les concours hippiques dans la Grèce antique, Athènes, EFA, BCH Suppl. 62, 2019, p. 179‑196.

Petrochilos 2017 = Nikolaos Petrochilos, « Από τους ∆ελφούς στο Κάλλιο. ∆ιαδροµές στο τοπίο κατά τους αυτοκρατορικούς χρόνους », in Αρχαιολογικές Συµβολές, τόµος ∆' : Φωκίδα, Athènes, 2017, p. 47‑68.

Psimoulis et al. 2007 = Panos Psimoulis et al., « Subsidence and Evolution of the Thessaloniki Plain, Greece, Based on Historical Leveling and GPS Data », Engineering Geology 90.1, 2007, p. 55‑70.

Rousset 2002 = Denis Rousset, Le territoire de Delphes et la terre d’Apollon, Athènes, EFA, BEFAR 310, 2002.

Roussiez et al. 2005 = Vincent Roussiez et al., « Early Muddy Deposits along the Gulf of Lions Shoreline: A Key for a Better Understanding of Land‑to‑Sea Transfer of Sediments and Associated Pollutant Fluxes », Marine Geology 222‑223, 2005, p. 345‑358.

Sachpazi et al. 2003 = Maria Sachpazi et al., « Rift Structure, Evolution, and Earthquakes in the Gulf of Corinth, from Reflection Seismic Images », Earth and Planetary Science Letters 216, 2003, p. 243‑257.

Skorda, Zurbach 2009 = Despina Skorda, Julien Zurbach, « Kirrha », BCH 133.2, 2009, p. 565.

Stefatos et al. 2006 = Aristofanis Stefatos et al., « Tsunamigenic Sources in an Active European Half-graben (Gulf of Corinth, Central Greece) », Marine Geology 232, 2006, p. 35‑47.

Thély 2016 = Ludovic Thély, Les Grecs face aux catastrophes naturelles : savoirs, histoire, mémoire, Athènes, EFA, BEFAR 375, 2016.

Trincardi, Syvitski 2005 = Fabio Trincardi, James P. M. Syvitski, « Advances on Our Understanding of Delta/Prodelta Environments: A Focus on Southern European Margins », Marine Geology 222‑223, 2005, p. 1‑5.

Typaldou-Fakiris 2004 = Catherine Typaldou-Fakiris, Villes fortifiées de Phocide et la IIIe guerre sacrée, 356‑346 av. J.‑C., Aix‑en‑Provence, Publications de l’université de Provence, 2004.

Ulrichs 1992 = Heinrich N. Ulrichs, « Πέρι των πόλεων Κρίσα και Κίρρα (Μτφ. Χρίστος Βούσουρας) », Phokika Kronika 4, 1992, p. 154.

Valavanis 2017 = Panos Valavanis, « Topographical Indications for the Site of the Hippodrome of Delphi: A Preliminary Presentation », BCH 141.2, 2017, p. 623‑644.

Valkaniotis 2009 = Sotiris Valkaniotis, Correlation between Neotectonic Structures and Seismicity in the Broader Area of Gulf of Corinth (Central Greece), PhD Thesis, Aristotle University of Greece, 2009.

Valkaniotis, Papathanassiou, Pavlides 2011 = Sotiris Valkaniotis, George Papathanassiou, Spyros Pavlides, « Active Faulting and Earthquake-induced Slope Failures in Archaeological Sites: Case Study of Delphi, Greece », Conference Paper, 2nd INQUA-IGCP567 International Workshop on “Active Tectonics, Earthquake Geology, Archaeology and Engineering”, Corinthe, 2011.

Valkaniotis, Pavlides 2016 = Sotiris Valkaniotis, Spyros Pavlides, « Late Quaternary and Holocene Faults of the Northern Gulf of Corinth Rift, Central Greece », Bulletin of the Geological Society of Greece 50.1, 2016, p. 164‑172.

Vasileiou, Tsoumari 2017 = Maria Vasileiou, Vasiliki Tsoumari, « Η αγροτική ζωή στην κοιλάδα του Υλαίθου από τους πρώιµους βυζαντινούς έως τους νεότερους χρόνους », in Αρχαιολογικές Συµβολές, τόµος ∆' : Φωκίδα, Athènes, 2017, p. 69‑90.

Xydis 2012 = George Xydis, « Wind-Direction Analysis in Coastal Mountainous Sites: An Experimental Study within the Gulf of Corinth, Greece », Energy Conversion and Management 64, 2012, p. 157‑169.

Haut de page

Notes

1 Chabrol et al. 2012 ; Ghilardi et al. 2008.

2 Dor et al. 1960 ; Orgeolet et al. 2017.

3 Chabrol, Chavand, Beuzen 2018.

4 Fouache 2007.

5 Birot 1959.

6 Luce (éd.) 2008 ; Luce 1999 ; Péchoux 1992 ; Deslondes 1999 ; Bommelaer 1999.

7 Sachpazi et al. 2003.

8 Jolivet, Faccenna 2000.

9 Valkaniotis 2009.

10 Bernard et al. 2006.

11 Doutsos, Poulimenos 1992.

12 McNeill, Collier 2004.

13 De Martini et al. 2004.

14 Evelpidou et al. 2011.

15 Mourtzas, Kissas, Kolaiti 2014.

16 Moretti et al. 2004.

17 Valkaniotis 2009.

18 Thély 2016.

19 Pantosti et al. 2004.

20 Papathanassiou et al. 2014.

21 Stefatos et al. 2006.

22 Briole et al. 1993.

23 Kortekaas et al. 2011.

24 Chabrol, Desruelles 2013.

25 Valkaniotis, Papathanassiou, Pavlides 2011 ; Valkaniotis, Pavlides 2016 ; Koukis et al. 2009 ; Ford et al. 2013.

26 Valkaniotis 2009.

27 Pavlopoulos, Evelpidou, Vassilopoulos 2009.

28 http://www.gys.gr.

29 http://www.igme.gr.

30 https://www.eorc.jaxa.jp.

31 Carte des zones d’intérêt archéologique de la région de Delphes, ministère de la Culture : http://listedmonuments.culture.gr/fek.php?ID_FEKYA=1371629984 ; http://www.eranet.gr/geodata/arch_zones.pdf.

32 Lespez 1999, p67.

33 Chabrol et al. 2014.

34 Chabrol et al. 2016.

35 Chabrol, Chavand, Beuzen 2018.

36 Dierssen, Theberge 2014.

37 Micallef, Krastel, Savini 2018.

38 Burdon, Papakis 1963.

39 Chabrol, Sintès 2012-2013.

40 Valavanis 2017.

41 Perrier, Chabrol 2019.

42 Ulrichs 1992.

43 Péchoux 1992.

44 Rousset 2002, p. 64.

45 Kirrha – 2013.

46 Chabrol et al. 2014.

47 Chabrol, Sintès 2012-2013.

48 Amphissa – Oliveraie – 2013 ; Vasileiou, Tsoumari 2017 ; Petrochilos 2017.

49 Luce (éd.) 2008.

50 Delphes – Hippodrome – 2015.

51 Xydis 2012.

52 Psimoulis et al. 2007.

53 Chough 2004.

54 Dimitrov, Woodside 2003 ; Ingrassia et al. 2015 ; Loncke, Mascle 2004 ; Moss, Cartwright, Moore 2012.

55 Hovland, Gardner, Judd 2002.

56 Trincardi, Syvitski 2005 ; Amorosi et al. 2005 ; Correggiari, Cattaneo, Trincardi 2005 ; Roussiez et al. 2005.

57 Karymbalis et al. 2018 ; Besonen, Rapp, Jing 2003.

58 Rousset 2002.

59 Amphissa – Oliveraie – 2013 ; Vasileiou, Tsoumari 2017 ; Petrochilos 2017.

60 Ghilardi 2007 ; Fouache 2007.

61 Chabrol et al. 2014 ; Kirrha – 2013 ; Kirrha – Évolution du paysage – 2015.

62 Chabrol, Chavand, Beuzen 2018.

63 Chronis, Piper, Anagnostou 1991.

64 Fouache, Dalongeville 1998.

65 Rousset 2002, p. 65‑66.

66 Skorda, Zurbach 2009.

67 Chabrol et al. 2016.

68 Blackman et al. 2013 ; Typaldou-Fakiris 2004 ; Luce 1990.

69 Kirrha – Rue Aghiou Nikolaou – 2002 ; Α∆ 23, 1968, Χρονικά, p. 247‑250, tabl. 191 ; Α∆ 52, 1997, Β'2, p. 451.

70 Evelpidou et al. 2011.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 — Carte de localisation.
Légende La mer des oliviers et la zone d’étude sont ici accentuées en gris sombre.
Crédits Réal. EFA, A. Chabrol.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1035/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Titre Fig. 2 — La plaine d’Itéa depuis la route menant à Delphes avec la ville d’Itéa visible sur le littoral.
Légende Le port de Kirrha à l’est est dissimulé par l’avancée du massif du Kirphis.
Crédits Cl. EFA, A. Chabrol, sept. 2013.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1035/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Titre Fig. 3 — Carte géomorphologique de la plaine d’Itéa et de ses marges.
Crédits Réal. EFA, A. Chabrol.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1035/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 733k
Titre Fig. 4 — Diagramme méthodologique pour la réalisation des cartographies géomorphologiques et environnementales.
Crédits Réal. EFA, A. Chabrol.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1035/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 411k
Titre Fig. 5 — Localisation des profils sonar réalisés sur le littoral, carte bathymétrique du littoral et visualisation des données sonar.
Crédits Réal. EFA, A. Chabrol.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1035/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 685k
Titre Fig. 6 — Photographie aérienne du littoral de Kirrha.
Légende On y remarque clairement l’étendue du marais maritime impropre à la culture de l’olivier. Les remontées de sel (B) par capillarité y sont permanentes.
Crédits Cl. EFA, A. Chabrol.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1035/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 849k
Titre Fig. 7 — Paléochenaux observables en coupe dans les tranchées d’irrigation (1‑4).
Légende Les dépôts sont typiques d’anciennes crues avec une alternance marquée entre sédimentation grossière et fine. Profil ERT présentant des zones de forte résistivité pouvant être associées à d’anciens chenaux parfois enfouis sous plusieurs dizaines de mètres de sédiments.
Crédits Cl. : A. Chabrol, X. Mouroux, 2013 ; Profil : données obtenues par Cl. Virmoux, présentées dans Chabrol et al., 2014.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1035/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 747k
Titre Fig. 8 — Carte géomorphologique de la partie aval de la plaine ainsi que de la caractérisation des environnements sous‑marins littoraux.
Crédits Réal. EFA, A. Chabrol.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1035/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 681k
Titre Fig. 9 — Types de littoraux entre Itéa et Kirrha (2, 4, 6).
Légende Embouchures actuelles de l’Hylaithos (1) et de la résurgence salée à l’est de la plaine (5). Ponton de béton en voie de submersion et de destruction par l’élévation du niveau marin (3).
Crédits Cl. EFA, A. Chabrol, 2018.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1035/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 651k
Titre Fig. 10 — Principaux types de morphologies sous‑marines observés lors de la cartographie sonar.
Crédits Réal. EFA, A. Chabrol.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1035/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 623k
Titre Fig. 11 — Profils sismiques réalisés en baie d’Itéa montrant la structure interne du prodelta au niveau d’Itéa et la dissymétrie de cette sédimentation dans la baie.
Crédits Réal. EFA, A. Chabrol.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1035/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 640k
Titre Fig. 12 — Cartographie sonar des structures observées au large du port actuel de Kirrha.
Crédits Réal. EFA, A. Chabrol.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1035/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 414k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Chabrol, Vasilios Kapsimalis et Athanasia Psalti, « Les dynamiques géomorphologiques dans la plaine d’Itéa : caractérisation, cartographie et implications pour la recherche archéologique »Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 144.1 | 2020, mis en ligne le 29 juin 2021, consulté le 20 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/bch/1035 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bch.1035

Haut de page

Auteurs

Antoine Chabrol

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Articles du même auteur

Vasilios Kapsimalis

Centre hellénique de recherche marine.

Athanasia Psalti

Éphorie des Antiquités de Delphes.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search