Navigation – Plan du site

AccueilNuméros144.1Apollon à Delphes au ive siècle

Apollon à Delphes au ive siècle

Ο Απόλλωνας στους ∆ελφούς του 4ου αιώνα
Apollo at Delphi in the 4th century
Anne Jacquemin et Didier Laroche

Résumés

En dehors des frontons du temple, patiemment reconstitués par Francis Croissant, l’image d’Apollon à Delphes au ive siècle est restée jusqu’à présent largement méconnue. Nous proposons, à la suite d’un réexamen des figures centrales de ces frontons, de les redistribuer et les réinterpréter. L’interversion, qui en résulte, des représentations d’Apollon et de Dionysos s’explique, selon nous, par un programme général qui concerne également la figure d’acrotère central du fronton est. Dans cette nouvelle proposition, nous incluons une statue monumentale d’Apollon, qui se trouvait selon nous sur la grande base de l’opisthodome. L’observation de la pierre interprétée comme un omphalos et récemment replacée au sommet de la colonne d’acanthe nous conduit à y reconnaître une représentation non figurative du dieu, rappelant les Agyieis connus à Cyrène et Apollonia d’Illyrie. Cette nouvelle lecture du monument nous amène à l’identifier au Sitalkas de trente‑cinq coudées connu par Pausanias. Par ailleurs, nous replaçons sur une fondation anciennement attribuée au monument d’Aristainéta une base pour deux statues, contemporaine, également, de l’achèvement du temple.

Haut de page

Notes de l’auteur

Nous remercions vivement nos lecteurs M. Casevitz, A. Hermary, J.‑L. Martinez, D. Mulliez, O. Picard, Fr. Prost, Fr. Quantin et V. Regnot pour l’aide que nous ont apportée leur lecture attentive et leurs suggestions. Les erreurs restent nôtres.

Texte intégral

Οὐκ ἐν ταῖς ζαθέαις Ἀθα-
ναις εὐκίονες ἦσαν αὐ-
λαὶ θεῶν µόνον οὐδ᾽ἀγυι-
άτιδες θεραπεῖαι·
ἀλλὰ καὶ παρὰ Λοξίᾳ
τῷ Λατοῦς διδύµων προσώ-
πων καλλιβλέφαρον φῶς.

Ce n’est pas seulement dans la divine Athènes
que l’on voit des demeures de dieux
aux belles colonnes et des honneurs
rendus aux pierres d’Agyieus.
Chez Loxias aussi,
chez le fils de Létô, brillent des visages jumeaux,
sous leurs belles paupières, les regards.
Euripide, Ion, 184‑189.

  • 1 Pausanias, X, 9, 1 : ἀνωτάτω τοῦ ἄστεώς ἐστι. Tout en haut de la ville, le sanctuaire n’occupe cepe (...)
  • 2 Voir Marcadé 1969, p. 461‑464 : la statue est connue par un passage des Aitiai de Callimaque, des t (...)
  • 3 Pline, Histoire naturelle, XXXIV, 75 ; Pausanias, II, 10, 5 et IX, 10, 2. Ces statues représentant (...)
  • 4 Pausanias, X, 24, 5. Philochore (FgrH 328 F 7) situe le tombeau de Dionysos près de cette statue.

1Apollon Pythien est le dieu de l’oracle, le maître du sanctuaire situé en haut de la ville de Delphes1. Cependant, à la différence d’Athéna à Athènes ou de Zeus à Olympie, Apollon n’y est pas attaché, du moins dans la tradition archéologique actuelle, à une image particulière, une statue qui résumerait à elle seule la divinité et le lieu. D’autres sanctuaires apolliniens ont pourtant produit des images qui ont traversé les siècles à travers les copies, les représentations monétaires ou sigillographiques, comme ce fut le cas de l’Apollon de Délos, œuvre de bois, plaquée d’or et comportant peut‑être des parties en ivoire, chef‑d’œuvre de Tektaios et d’Angéliôn2, de l’Apollon Philésios de Didymes en bronze et l’Apollon Isménios de Thèbes en cèdre3. La statue d’or qui se trouvait, selon Pausanias, dans la partie la plus intérieure du temple de Delphes, celle où n’avaient accès que peu de personnes4, n’est associée à aucun sculpteur ni à aucune description précise.

  • 5 Platon, Euthydème, 299 b.
  • 6 J. Bousquet, CID II, 43, l. 29‑32.
  • 7 Pausanias, X, 15, 2. Voir infra.
  • 8 Hérodote, VIII, 121 ; Pausanias, 14, 5. Sur l’identification de la base et l’identité du sculpteur, (...)

2La documentation textuelle fait certes allusion à « la statue qui est à Delphes » qui devait être bien connue, mais l’Euthydème de Platon laisse entendre seulement qu’il s’agissait d’une statue de grande taille, puisqu’elle sert de référence à Ctésippe pour imaginer le buveur capable de boire le remède obtenu en broyant une charretée d’ellébore5. Cette effigie, que les commentateurs de Pausanias ont pensé retrouver dans la « grande statue » (ὁ µέγας ἀνδριάς)6 sur laquelle Nikodamos plaça une couronne en 341, a été identifiée à l’Apollon Sitalkas7 ou à l’Apollon de Salamine8, qui sont des offrandes, l’une des Amphictions sur une amende payée par les Phocidiens reconnus coupables envers le dieu, l’autre des Grecs vainqueurs à Salamine, deux statues que Pausanias a vues en dehors du temple. Deux assimilations qui, nous le verrons, ne sont pas satisfaisantes.

3Nous nous intéresserons dans cet article à l’image du dieu pythien en prenant en compte le décor des frontons du temple et les statues contenues dans l’édifice, puis les statues consacrées par l’Amphictionie à la suite d’impiétés commises par les Phocidiens, en laissant de côté les Apollon figurant dans les groupes sculptés comme ceux qui furent offerts par les Arcadiens après leurs succès sur Lacédémone et le Thessalien Daochos.

Images d’Apollon liées au temple du IVe siècle

Les images du décor architectural : frontons et acrotères9

  • 9 Certains points ont été développés lors du colloque Στα βήµατα του Παυσανία qui s’est tenu à Athène (...)
  • 10 Hérodote, V, 62. Selon l’historien qui laisse entendre que leurs richesses et leurs relations le le (...)
  • 11 Picard, La Coste-Messelière 1931, p. 67‑74.
  • 12 Plassart 1940. Eschyle, Euménides, 9‑16 : Apollon, après avoir quitté Délos, aborde en Attique et l (...)
  • 13 L’état lacunaire du fronton occidental a en général découragé les spécialistes, à l’exception de S. (...)

4Le fronton oriental du temple construit à la fin du vie siècle par les Alcméonides qui en avaient été les adjudicataires10 fut confié à un atelier athénien, très vraisemblablement celui d’Anténor11. Il montre l’arrivée d’Apollon à Delphes : selon A. Plassart qui rapproche la scène sculptée des vers prononcés par la Pythie dans le prologue des Euménides12, le sculpteur aurait donné la version attique de l’installation du dieu escorté par les Athéniens et accueilli par le roi Delphos. Compte tenu des contraintes de la présentation linéaire du fronton qui place toutes les figures sur un même plan, il est difficile de dire si les jeunes filles et les jeunes gens qui encadrent le quadrige d’Apollon représentent l’escorte athénienne avançant avec le dieu ou le peuple de Delphes qui l’attend. Le sculpteur a pu laisser planer l’ambiguïté et satisfaire ainsi ceux qui l’avaient engagé, ses compatriotes, les Alcméonides, et les commanditaires amphictioniques soucieux d’exalter Delphes. L’état du fronton occidental ne permet pas de savoir avec certitude si Apollon était présent dans la Gigantomachie qui, dans son état actuel, ne conserve qu’une figure d’Athéna affrontant un Géant, un personnage masculin et les restes d’un quadrige13.

  • 14 Cet aspect a été bien mis en lumière dans Croissant 1996.
  • 15 Pausanias, X, 19, 4. Ce point a été souligné dans Hitzig, Blümner (éd.) 1910, p. 732 (commentaire à (...)
  • 16 Pausanias, X, 19, 5 – 23, 14. Après une énumération de ce qu’on trouve « dans le pronaos, celui qui (...)

5C’est une autre image d’Apollon que donnait à voir le décor tympanal du temple du ive siècle, même si, là encore, l’ensemble dégageait une forte tonalité athénienne14. Les frontons font l’objet d’une description succincte de Pausanias, curieusement présentée, puisque l’auteur, après avoir décrit les dernières offrandes de la terrasse du temple, énumère les figures des frontons, sans jamais dire qu’il s’agit du temple d’Apollon15. Puis, après s’être intéressé aux boucliers fixés sur les épistyles, Pausanias consacre un long excursus à l’invasion des Galates en 279/278 avant d’évoquer l’intérieur de l’édifice16 : une telle rupture dans la présentation d’un bâtiment est unique dans son œuvre.

  • 17 Le trophée étolien pourrait donner une indication, puisque ses vestiges ont été trouvés à l’ouest ((...)

6Puisque Pausanias décrit les deux frontons dans une seule phrase, l’emplacement où il est censé se trouver à ce moment‑là – devant l’un ou l’autre fronton ? – ne nous renseignera pas sur l’ordre dans lequel il les décrit. Les rares données topographiques17 tendraient à nous faire penser qu’il se tient à l’ouest du temple (fig. 1). Dans ce cas, le premier fronton décrit, celui d’Apollon et des Muses, serait logiquement le fronton ouest, mais, comme nous l’avons écrit plus haut, cela ne peut constituer un argument décisif pour replacer les frontons d’Apollon et de Dionysos d’un côté et de l’autre. Pour résoudre cette question, nous nous tournons vers les sources textuelles et les lieux de trouvailles des fragments.

Fig. 1 — La terrasse du temple vers 320 av. J.‑C.

Fig. 1 — La terrasse du temple vers 320 av. J.‑C.

Les sources textuelles

7Pausanias parle des frontons dans un texte que la tradition manuscrite a transmis manifestement de façon insatisfaisante :

Τὰ δὲ ἐν τοῖς ἀετοῖς ἔστιν Ἄρτεµις καὶ Λητὼ καὶ Ἀπόλλων καὶ Μοῦσαι δύσις τε Ἡλίου καὶ ∆ιόνυσός τε καὶ αἱ γυναῖκες αἱ Θυιάδες, τὰ µὲν δὴ πρῶτα αὐτῶν Ἀθηναῖος Πραξίας µαθητὴς Καλάµιδός ἐστιν <ὁ> ἐργασάµενος· χρόνου δὲ ὡς ὁ ναὸς ἐποιεῖτο ἐγγινοµένου Πραξίαν µὲν ἀπάξειν τὸ χρεών, τὰ δὲ ὑπολειπόµενα τοῦ ἐν τοῖς ἀετοῖς κόσµου ἐποίησεν Ἀνδροσθένης, γένος µὲν καὶ οὗτος Ἀθηναῖος, µαθητὴς δὲ Εὐκάδµου.

« Ce qu’il y a dans les frontons c’est Artémis, Létô, Apollon et les Muses, le coucher du Soleil et Dionysos et les femmes, les Thyiades ; les premières de ces (figures), c’est l’Athénien Praxias, élève de Calamis qui les a exécutées ; comme le temps s’écoulait, alors que le temple se construisait, le destin devait emporter Praxias ; les (figures) qui restaient du décor des frontons, Androsthénès les fit, lui aussi d’origine athénienne et élève d’Eucadmos. »

  • 18 Croissant 1980, p. 172‑179. Dans sa conclusion (p. 179), Fr. Croissant reste prudent et ne propose (...)
  • 19 L. Lerat, alors chargé de l’étude des sculptures hellénistiques et romaines de Delphes, avait attri (...)
  • 20 L’étude de L. Lacroix consacrée aux chevaux et attelages légendaires, et particulièrement à ceux de (...)

8Comme, dans le fronton oriental du Parthénon, la naissance d’Athéna est encadrée par un lever du Soleil et un coucher de la Lune, ce qui signifie que la déesse apparaît avec le jour, longtemps la mention d’un coucher de Soleil parmi les figures des frontons de Delphes n’a point trop étonné. Puisque, de surcroît, s’était imposée l’idée que les sculptures tympanales avaient été déménagées, quelque cent cinquante ans après le passage de Pausanias, à Rome ou à Constantinople, uniquement parce que les archéologues pensaient n’avoir rien retrouvé de ces statues, la leçon des manuscrits ne fut point mise en question, avant l’article de Fr. Croissant en 1980 qui s’était interrogé sur une possible confusion, « au moment de la rédaction, [d’]une simple notation topographique avec le contenu iconographique18 ». À ce moment, Fr. Croissant, qui avait, avec J. Marcadé, repris, sans la connaître, l’hypothèse de L. Lerat sur l’existence à Delphes de vestiges des frontons19 et était en mesure de reconstituer les deux ensembles sculptés, n’avait pas de place dans sa restitution pour cette singularité iconographique du coucher du Soleil20.

  • 21 Il convient de supprimer la majuscule d’ἡλίου, car il s’agit là d’une expression banale qu’on trouv (...)

9L’interprétation traditionnelle du texte de Pausanias décrivant les frontons suppose qu’il commence par le fronton oriental, fronton principal situé au‑dessus de l’entrée. Dans ce cas, la triade apollinienne et les Muses doivent trouver place dans la façade principale du temple. Si l’on adopte la correction suggérée par Fr. Croissant, en se fondant, malgré l’autorité de la tradition textuelle, sur ce qui est vraisemblable dans le domaine de l’art grec, la mention « du côté ouest » (πρὸς δὲ δύσιν ἡλίου – du côté du couchant)21 introduirait le second groupe, celui de Dionysos et des Thyiades.

  • 22 Il faut souligner que cette publication bénéficie du talent graphique de K. Iliakis alliant dans se (...)

10Cette vision des choses a été reprise dans sa publication22 par Fr. Croissant (fig. 2) qui a cependant été sensible à plusieurs difficultés soulevées par le texte de Pausanias et la documentation archéologique.

Fig. 2 — Restitution des frontons du temple par Fr. Croissant.

Fig. 2 — Restitution des frontons du temple par Fr. Croissant.

Croissant 2003, pl. 83 ; dessin K. Iliakis.

  • 23 Pausanias, X, 19, 1. Il s’agit des armes qui déclenchèrent le scandale indirectement à l’origine de (...)

11Le lecteur ne peut cependant que s’étonner face au vague des indications de Pausanias relatives aux frontons et à la précision de celles qui concernent les boucliers dorés décorant l’entablement23.

  • 24 Pausanias, VII, 26, 6.
  • 25 Pausanias, II, 11, 8. Il faut comprendre que les Nikai sont des figures d’acrotères.
  • 26 Pausanias, IX, 11, 6.
  • 27 Pausanias, V, 10, 5‑6 ; VIII, 45, 6‑7.
  • 28 Pausanias, I, 24, 5.

12Pausanias décrit peu de frontons, sept dans toute son œuvre, et, dans le cas du temple d’Apollon à Aigeira24, il se contente de dire que les sculptures sont anciennes. À propos de l’Asclépieion d’Épidaure, il écrit simplement « Héraclès et des Nikai aux extrémités25 » ; il en est de même à Thèbes, pour le temple d’Héraclès26 où il mentionne seulement que Praxitèle a sculpté les travaux du héros dans les frontons et que la lutte contre Antée y remplace les étables d’Augias et les oiseaux du lac Stymphale, un singulier sujet pour cet emplacement et qui conviendrait mieux à des métopes. Lorsqu’il s’intéresse au décor tympanal d’Olympie et de Tégée27, après avoir employé la formule τὰ δὲ ἐν τοῖς ἀετοῖς, comme il le fait à Delphes, il recourt aux expressions claires que sont ἔµπροσθεν et ὄπισθεν ou τὰ δὲ ὄπισθε. Il se montre tout aussi clair pour le Parthénon28 : il y évoque le fronton oriental par « pour ceux qui entrent dans cet édifice » et recourt plus loin à ὄπισθεν pour désigner le fronton occidental. Dans le cas de Delphes, l’incertitude liée à l’indication topographique et la réunion de deux frontons en une description conjointe ne permettent pas de trancher.

  • 29 Croissant 2003, p. 125, n. 16, renvoyant à Vallois 1931, p. 348 et à Lapalus 1947, p. 205‑207.

13L’absence dans le cas de Delphes d’une semblable formule doit nous rendre plus attentifs et nous amener à nous demander si l’auteur se trouve vraiment devant l’entrée de l’édifice. L ’insolite précision « du côté du couchant » pourrait s’expliquer s’il commence sa description, contrairement à son habitude, par le fronton arrière. S’il paraît difficile d’imaginer une correction erronée de Pausanias qui, en relisant ses notes, n’aurait plus compris le sens de son indication topographique, nécessaire à cause du paradoxe de l’iconographie du temple de Delphes, un excès de zèle d’un copiste qui aurait transformé la mention incompréhensible pour lui, « du côté du couchant », en un élément de décor tympanal, « un coucher d’Hélios », est une hypothèse plus vraisemblable. Quel était alors le texte primitif ? Quand il a proposé sa lecture, Fr. Croissant a fait référence à des travaux antérieurs, comme ceux de R. Vallois et d’É. Lapalus qui concluaient à la nécessité de faire aller la mention du « soleil couchant » avec la seconde partie de la phrase, ce qui s’accordait avec la topographie29. L’argument des liaisons fortes invoqué par É. Lapalus ne vaut plus à partir du moment où on remplace la mention d’une figure, qui a besoin d’une coordination, par une indication topographique qui demanderait plutôt le jeu de particules µέν‑δέ. On aurait alors le texte suivant :

Τὰ δὲ ἐν τοῖς ἀετοῖς ἔστιν Ἄρτεµις καὶ Λητὼ καὶ Ἀπόλλων καὶ Μοῦσαι < πρὸς > δύσιν ἡλίου καὶ ∆ιόνυσός τε καὶ αἱ γυναῖκες αἱ Θυιάδες.

« Les (figures) dans les frontons sont Artémis, Létô, Apollon et les Muses < du côté du > couchant et Dionysos ainsi que les femmes (appelées) Thyiades. »

14Il est possible que le texte voulu par Pausanias ait comporté un balancement semblable à celui qui se trouve dans les descriptions des frontons d’Olympie, de Tégée et du Parthénon d’Athènes. On pourrait imaginer :

Τὰ δὲ ἐν τοῖς ἀετοῖς ἔστιν Ἄρτεµις καὶ Λητὼ καὶ Ἀπόλλων καὶ Μοῦσαι < πρὸς µὲν > δύσιν ἡλίου καὶ < ἑτέρωθεν δὲ > ∆ιόνυσός τε καὶ αἱ γυναῖκες αἱ Θυιάδες.

  • 30 On pourrait certes justifier le caractère asclépiéien du décor, en disant que la scène d’enlèvement (...)

15Cette proposition rencontre cependant deux objections : elle suppose une intervention sur un texte transmis par des manuscrits unanimes et elle conduit à affirmer que le fronton principal n’était pas consacré au dieu maître du temple. On pourrait certes invoquer des frontons comme ceux du temple d’Asclépios à Épidaure avec une Ilioupersis et une Amazonomachie30 ou ceux du temple d’Aléa à Tégée avec la chasse de Calydon et le combat d’Achille contre Télèphe. Il convient donc d’examiner maintenant les données matérielles dont nous disposons pour connaître le décor des frontons.

Les vestiges archéologiques

  • 31 Croissant 2003, p. 26‑27 avec de larges citations de Picard 1963, p. 933‑936 (les frontons), p. 102 (...)
  • 32 Marcadé 1977. Il avait pensé à une rencontre des deux dieux, mais la composition des frontons n’éta (...)

16Parmi les fragments utilisés par Fr. Croissant, seuls quelques‑uns ont un lieu de trouvaille connu. C’est le cas en particulier du « mitréphore », dont le torse fut trouvé derrière l’opisthodome et la tête derrière le trésor des Athéniens (fig. 3). Comme, pour Fr. Croissant, le fronton apollinien était forcément en façade, il était obligé de voir dans cette figure un Dionysos31. Pourtant J. Marcadé, quand il s’était intéressé à cette statue, avait reconnu tout naturellement un Apollon dans ce citharède32. Pour maintenir sa thèse, Fr. Croissant conclut à un Dionysos sous des traits apolliniens, un Dionysios Melpomènos.

Fig. 3 — Citharède mitréphore (Apollon).

Fig. 3 — Citharède mitréphore (Apollon).

Cl. D. Laroche.

17Étant donné les incertitudes qui pèsent sur l’ordre des frontons décrits par Pausanias, il est plus sage de garder l’identification proposée par J. Marcadé, quitte à remettre en cause un présupposé – Apollon doit être représenté dans le fronton oriental – qui semble en contradiction avec les données matérielles.

  • 33 Il convient de souligner qu’aucune des informations ne provient du Journal de la Grande Fouille et (...)
  • 34 Le texte du registre d’inventaire en date du 24 février 1896, cité dans Croissant 2003, p. 89, n. 7 (...)
  • 35 Fr. Croissant a rendu à cette statue son identité de panthère (Croissant 2003, p. 94‑95).

18Voyons ce qu’il en est des rares autres fragments pour lesquels il existe des informations33. Il s’agit d’une tête de panthère trouvée devant l’entrée du temple le 14 mai 1894, de deux éléments du corps d’une Thyiade, recollés en 1971, qui proviennent du secteur de « l’Hermeion », un lieu où étaient entreposées de façon provisoire les trouvailles34, d’un fragment de plinthe avec pattes de félin, trouvé en bas de l’escalier du théâtre en juillet 1914, d’un morceau de patte de félin trouvée à l’ouest du temple en 1949, sans parler d’un corps de félin, sans lieu de découverte précis, qui se trouvait exposé au musée en 1913, quand F. Courby y reconnut une Sphinge servant d’acrotère au temple des Alcméonides35. La recherche a en effet longtemps souffert de la théorie de Th. Homolle, selon laquelle les frontons du temple du ive siècle avaient été déménagés.

  • 36 Ces hypothèses ont été, pour certaines, évoquées par Fr. Croissant lui‑même qui les a rejetées. Le (...)

19Dans sa publication, Fr. Croissant donne une description précise des fragments qu’il a patiemment rassemblés, étudiés et replacés en contexte. Il s’agit pour nous de tester ici la possibilité d’une interversion des frontons36 (fig. 4).

Fig. 4 — Restitution des frontons du temple, nouvelle proposition.

Fig. 4 — Restitution des frontons du temple, nouvelle proposition.
  • 37 Voir sur ce point Prost 2005, p. 579‑581.

20Si on place dans le fronton occidental la triade apollinienne, composée des trois figures debout du citharède et de ses parentes, en compagnie de Mnémosyne et ses neuf filles, ce qui aurait été la cause de la précision de Pausanias et de la mauvaise interprétation de ses commentateurs, l’échange des figures féminines ne pose pas grand problème, à la différence des figures masculines. L’interversion que nous proposons remet en cause l’Apollon restitué par Fr. Croissant au fronton est (fig. 5), restitution qui n’allait pas sans difficulté du fait de l’état de la pierre et de ses dimensions37.

Fig. 5 — Statue d’Apollon assis sur un trépied.

Fig. 5 — Statue d’Apollon assis sur un trépied.

a‑b : cl. D. Laroche ; c‑d : Croissant 2003, pl. 7, 1c‑d.

  • 38 Marcadé 1994.
  • 39 Croissant 1974, principalement p. 588.

21Fr. Croissant a en effet patiemment reconstitué un Apollon assis à partir de nombreux fragments : cette figure est celle qui a subi l’éclatement le plus important, comme si elle était tombée de plus haut que les autres ou qu’elle était plus fragile. Elle présente une autre particularité : son épiderme, en particulier dans le dos, a souffert plus que les autres de l’exposition aux intempéries. Ces singularités la rapprochent des figures étudiées par J. Marcadé38 : cependant Fr. Croissant avait rejeté cette hypothèse, pour des raisons de dimensions, mais surtout pour l’incongruité du type en milieu grec39. Toutefois, si le fronton représente l’installation de Dionysos à Delphes au début de l’hiver, le dieu pythien peut l’accueillir, tout en signifiant qu’il demeure le maître de l’oracle.

  • 40 Voir Croissant 1996 ; Strauss Clay 1996 ; Croissant 2003, p. 165‑182.

22Si l’acrotère central de la façade orientale est très vraisemblablement un Apollon oraculaire, on ne peut se prononcer pour l’acrotère central occidental, même si un Dionysos donnerait plus de force encore à l’association des deux dieux que célèbre le Péan de Philodamos40.

  • 41 Pausanias, V, 10, 4.

23Quant aux acrotères latéraux, on aurait pu, en l’absence de toute trace archéologique, répéter le motif du trépied sommital aux angles, sur le modèle de ceux qui ornaient la toiture du temple d’Olympie41, mais nous proposons plus bas une autre hypothèse plus en phase avec notre reconstitution des Apollon du ive siècle sur la place du pronaos.

  • 42 Cependant, de façon curieuse, dans le Journal de la Grande Fouille, ce sobriquet désigne une autre (...)
  • 43 Une photographie (fig. 6a) vraisemblablement de début octobre 1893 – une lettre de L. Couve à Th. H (...)
  • 44 Croissant 1978. Cependant ni la figure centrale du fronton occidental ni deux des Thyiades les mieu (...)
  • 45 Thémélis 1976.
  • 46 Dans l’article « Apollon » du LIMC II (Palagia 1984), le no 101 (p. 201 et pl. 192) est le torse de (...)

24Il ne resterait donc plus qu’à trouver une figure de Dionysos. Une statue trouvée au pied de ce même fronton nous apportera la solution pour cette nouvelle restitution. Connue parmi les « Delphiens » sous le sobriquet de « la Romaine »42, cette statue, découverte le 31 juillet 1893 devant le retour est du mur polygonal (fig. 6), mit près de cent ans pour arriver au musée de Delphes43. Dès 1967, Fr. Croissant la fit sortir de sa « romanité », la rendant à une époque plus haute, le iiie, voire le ive siècle, et accrut son ambiguïté en montrant qu’elle pouvait aussi bien représenter un Apollon ou un Dionysos trônant qu’une Mère des Dieux. En 1971, elle lui parut, ainsi qu’à J. Marcadé, fournir une hypothèse tentante pour l’une ou l’autre des figures centrales des frontons du temple, plus précisément pour celle de l’est. Le travail différent de celui des figures des frontons qui ont été recreusées et les dimensions les conduisirent à l’écarter44. Quelques années plus tard, P. Thémélis45 reprit l’hypothèse et fit de la statue l’Apollon du fronton oriental46.

Fig. 6 — Statue drapée assise.

Fig. 6 — Statue drapée assise.

a. à l’époque des fouilles (1893) ; b‑c. exposée à l’angle sud‑est du mur polygonal.

Cl. W. Deonna, 1904.

  • 47 Amandry, Hansen 2010, p. 453, fig. 18.20.
  • 48 Amandry, Hansen 2010, p. 416, fig. 17.8 et p. 419.
  • 49 Amandry, Hansen 2010, p. 419.

25Si la figure de la planche 83 de la publication des frontons fait conclure à une impossibilité de placer la divinité assise dans le fronton oriental, le dessin qui insère cette statue dans la coupe longitudinale faite d’après E. Hansen47 (fig. 7) montre qu’elle y tient parfaitement. En se fondant sur les premières évaluations de l’architecte danois, Fr. Croissant restituait la hauteur disponible à 2,30 m, mais la publication définitive donne le chiffre de 2,44 m48. Il en est de même de la profondeur : 0,70 m est une valeur minimale qui place le tympan à l’aplomb du triglyphe, mais, comme le rappelle E. Hansen49, dans d’autres temples, comme le Parthénon, il est plus reculé, ce qui permet de placer le centre de gravité plus au‑dessus de l’entablement. Avec un simple recul de 0,92 m – on pourrait augmenter cette profondeur, mais ce n’est point nécessaire –, la divinité au centre, penchée en avant, trouve sa place parfaitement au milieu du fronton. Les vues latérales et une modélisation tridimensionnelle font bien apparaître l’inclinaison du siège, qui entraîne celle du torse. Cette observation rend caduque toute attribution de cette statue à un groupe placé à hauteur de vue humaine.

  • 50 Cependant on remarque que le siège de cette statue est creusé, sans doute pour recevoir des pièces (...)
  • 51 C’était le cas du moins quand Cyriaque d’Ancône et, trois siècles plus tard, J. Stuart et N. Revett (...)
  • 52 Croissant 2003, p. 87‑92.

26Cette statue ne peut provenir que du fronton oriental (fig. 4), si elle appartient bien au décor tympanal du temple de Delphes, et son lieu de trouvaille, son matériau, ses dimensions, son style, ses caractéristiques, même si elle ne présente pas le refouillement à l’arrière50, vont dans ce sens. Elle représente donc forcément Dionysos et son type correspond mieux à l’iconographie de ce dieu à la fin du ive siècle qu’à celle d’Apollon. Si Phidias a rajeuni Dionysos qui a toujours été, à la différence d’Apollon, un dieu barbu dans l’iconographie depuis l’époque archaïque, les sculpteurs au fil du ive siècle lui ont fait perdre sa sveltesse. La statue assise ressemble d’ailleurs beaucoup au Dionysos qui décorait le monument chorégique de Thrasyllos à Athènes (fig. 8)51, par sa disposition générale et le traitement des drapés ; quant à la tête de panthère de la pardalide, coincée par la ceinture de la statue athénienne, elle a des parallèles précis dans les Thyiades I, II et III du temple de Delphes52. La différence de taille – le dieu est assis – est moins incongrue pour un Dionysos face à des mortelles, les Thyiades, que pour un Apollon en compagnie de sa mère, de sa sœur et des Muses, toutes créatures divines. Le dieu est assis, légèrement penché en avant, ses deux bras sont décollés du corps, ce qui pourrait correspondre aux représentations de Dionysos tenant un canthare dans la main et un thyrse à gauche. Légèrement au‑dessus des sandales à semelles épaisses d’acteur que chausse le personnage, il nous a semblé reconnaître des griffes de félin, sans pouvoir être sûrs de ce détail qui lèverait tout doute sur l’identité du dieu.

Fig. 7 — Coupe sur la façade orientale du temple, avec figure drapée assise (Dionysos).

Fig. 7 — Coupe sur la façade orientale du temple, avec figure drapée assise (Dionysos).

Fig. 8 — Comparaison des statues de Dionysos à Delphes et à Athènes.

Fig. 8 — Comparaison des statues de Dionysos à Delphes et à Athènes.

Monument de Thrasyllos, statue aujourd’hui à Londres, British Museum 432.

Les statues d’Apollon à l’intérieur du temple

Dans la partie accessible de la cella

  • 53 Pausanias, X, 24, 4.
  • 54 Mais, comme Plutarque (Sur l’E de Delphes 2, 385 C) le remarque aussi et classe le fait au nombre d (...)

27Pausanias décrit, à l’entrée de la cella, un Apollon Moiragète avec un Zeus qui porte la même épiclèse accompagnant deux Moires53, ce qui est singulier, car ces figures, comme les Heures ou les Grâces, sont généralement au nombre de trois54.

Dans les profondeurs du temple inaccessibles au tout‑venant

  • 55 Pausanias, X, 25, 4. Voir Parke 1935.
  • 56 Frazer 1898, V, p. 352.
  • 57 Hitzig, Blümner (éd.) 1910, p. 752.
  • 58 Amsterdam, musée Allard Pierson 2579 : Trendall 1938, p. 28, pl. 32 ; Trendall, Cambitoglou 1978, p (...)
  • 59 Pindare, Pyth. V, 39‑42. Voir Roux 1962.
  • 60 Pour une autre hypothèse, celle d’un agyieus d’or, voir ci‑dessous.

28Au‑delà de ce secteur, dans une partie où ne pouvaient pénétrer que quelques privilégiés, se trouvait la statue en or ou dorée évoquée par Pausanias qui ne l’a pas vue55. Pour J. Frazer56, cette statue était postérieure à 346, parce qu’il ne pouvait imaginer que les Phocidiens l’eussent respectée, et antérieure à la mort de Philochoros qui la mentionne, mais pour H. Hitzig et H. Blümner, cet objet précieux ne saurait avoir survécu au pillage des Maides en 83 et ce qui était conservé à l’époque des Antonins n’était donc qu’une copie57. En fait, ces affirmations ne sont nullement fondées : il est possible que le cratère en calice apulien à figures rouges du Peintre de la Naissance de Dionysos de la fin du ve siècle montre une statue dorée visible par la porte du temple d’Apollon, sans d’ailleurs que le peintre l’ait vue58. Pausanias qualifie l’Apollon d’or de « seconde image » (ἕτερον ἄγαλµα), en référence à l’Apollon Moiragétès qu’il vient de mentionner. Il est peu vraisemblable qu’il ait fait allusion à la statue de bois de la Cinquième ode pythique de Pindare, sans le dire expressément59. Il est possible cependant que ces deux statues n’en aient fait qu’une, si le xoanon de Pindare était recouvert d’or60.

La statue de l’opisthodome

  • 61 Svoronos 1896, essentiellement p3348.
  • 62 Svoronos 1896, pl. xxix, 11‑15. Sur cette base, voir Amandry 1993 – repris dans Amandry, Hansen 201 (...)

29Les monnaies de bronze émises à Delphes61 à l’époque d’Hadrien et d’Antonin le Pieux aux effigies d’Hadrien et de Faustine l’Aînée, épouse du second, présentent parfois au revers une représentation du temple de Delphes, selon deux types, représentant assurément la façade orientale, comme l’indique le E de Delphes entre les colonnes, ou une façade avec une statue masculine. Il est très tentant de voir dans cette représentation, non pas la statue d’Apollon située dans la cella, mais la statue qui se dressait sur la grande base de l’opisthodome62.

  • 63 Croissant 2003, p. 5‑7 et pl. 1. Il s’agit de deux monnaies au type d’Hadrien et une à celui de Fau (...)

30Les trois types M1, M2, M3 présentés par Fr. Croissant63 associent l’E suspendu dans le pronaos à un fronton encadré de félins, ce qui corroborerait notre hypothèse d’un Dionysos placé à l’est, mais nous reconnaissons que ces représentations ne sont pas à prendre au pied de la lettre et qu’elles peuvent constituer une synthèse iconographique du modèle réel.

  • 64 Les deux autres grands types d’Apollon présents à Delphes après la reconstruction du temple au ive  (...)
  • 65 Comme le devis descriptif (CID II, 116) est conservé de façon très lacunaire et que la première stè (...)

31Certaines monnaies de Faustine montrent donc bien la façade arrière du temple, et non la façade orientale identifiée par la présence du E delphique, indice qui tend à souligner l’importance de la partie arrière du temple, ce que la présence exceptionnelle d’une grande base dans l’opisthodome laissait déjà supposer. L’interprétation de ces pièces est difficile du fait de leur taille et de l’usure du bronze64. De ce temple, représenté sur les monnaies impériales, nous ne connaissons pas avec certitude l’auteur65.

  • 66 Rolley 1994, p. 398‑399 et fig. 431 et p. 343‑344 et fig. 355.
  • 67 Ce sanctuaire de l’Apollon au loup était lié à un gymnase qui servait à la mobilisation de l’infant (...)
  • 68 Une origine athénienne de l’œuvre convient de plus à cette période (voir Croissant 1996). On pourra (...)
  • 69 CID II 43, l. 29‑30.

32Quelle statue de grande taille pouvait se trouver dans l’opisthodome (fig. 9) ? La question qui se pose, si l’on admet que sa reproduction sur les monnaies implique qu’il s’agit du dieu de Delphes, est celle de son type iconographique : s’agissait‑il de l’archer, un type bien attesté dans la sculpture de la fin de l’époque archaïque et du début de l’époque classique, que l’on songe à l’Apollon du Pirée ou à l’Apollon de Cassel, réplique de l’Apollon Parnopios de Phidias du milieu du ve siècle66 ? Apollon archer est l’Apollon tueur : celui qui débarrasse les humains des fléaux que sont les sauterelles, les souris, les loups, celui qui venge sa mère par le meurtre des Niobides et de Tityos, celui qui apporte la peste comme châtiment, et celui qui à Delphes tue Python. L’appellation d’Apollon Lykeios renvoie à l’œuvre de Praxitèle pour le sanctuaire du Lycée à Athènes et ses dérivés, à l’occasion de la restauration de Lycurgue après 33667. Apollon Pythien apparaît dans les dédicaces delphiques au ive siècle, s’impose au iiie siècle et triomphe véritablement au iie et au ier siècle. Parmi les premières attestations de cette épiclèse après plus de trois siècles de l’emploi du seul théonyme, il faut mentionner la dédicace gravée au sommet du pilier rhodien d’Hélios, érigé en face du temple. Certaines monnaies de bronze au type de Faustine l’Aînée montrent au revers, dans le temple, une statue présentant un déhanchement qui conviendrait à une création du dernier tiers du ive siècle et pourrait renvoyer au type du Lykeios. C’est cette hypothèse qui a été retenue pour l’illustration (fig. 10), en postulant que le type de l’archer représentait Apollon Pythien, maître de l’oracle après le meurtre du serpent gardien du sanctuaire68. Il pourrait s’agir de la « grande statue » sur laquelle Nikodamos replace en 341 une couronne d’or, en remplacement, a‑t‑on supposé, de celle que les Phocidiens auraient volée69.

Fig. 9 — Base de l’opisthodome avec restitution des pieds d’une grande statue.

Fig. 9 — Base de l’opisthodome avec restitution des pieds d’une grande statue.

Fig. 10 — Restitution d’une grande statue d’Apollon dans l’opisthodome du temple.

Fig. 10 — Restitution d’une grande statue d’Apollon dans l’opisthodome du temple.

Deux exemples de revers des monnaies de bronze émises à Delphes au nom de Faustine l’Aînée.

  • 70 P. Amandry, Guide de Delphes : le musée, p. 206‑219.
  • 71 En octobre 2020, nous avons examiné à nouveau ces blocs, qui proviennent d’une base trop grande pou (...)

33Est‑il possible de préciser le matériau dans lequel avait été réalisée cette œuvre ? Au marbre ou au bronze qui viennent immédiatement à l’esprit, on doit ajouter l’or et l’ivoire d’une statue chryséléphantine. Des années 550 aux années 420 environ, le temple de Delphes conservait un groupe de trois statues chryséléphantines représentant vraisemblablement la triade apollinienne et d’autres statues, plus petites, de même technique70. La statue représentée sur les monnaies émises à Delphes au iie siècle apr. J.‑C. devait être une statue remarquable : ce pourrait être une statue d’or et d’ivoire. Aucune source, certes, ne mentionne une telle statue à Delphes, mais un ensemble de blocs moulurés de pierre bleu‑noir, découvert dans la partie centre ouest du sanctuaire, en dessous du niveau du temple, présente des mortaises adaptées au bâti de statues chryséléphantines plus grandes qu’une taille humaine71.

34À l’issue de ces différentes observations, nous nous retrouvons avec une iconographie très différente de la configuration résultant des travaux de nos prédécesseurs et notamment une inversion des frontons apolliniens et dionysiaque par rapport à ce qui serait la logique attendue, à savoir qu’Apollon soit tourné vers l’est, vers son autel. À cela nous pouvons répondre par plusieurs observations qui relèvent de la topographie propre au sanctuaire delphique (fig. 11) : en premier lieu, ce qu’on pourrait considérer comme « l’arrière du temple » est en réalité une zone particulièrement importante, puisque c’est de ce côté que fut aménagée, également au ive siècle, l’entrée principale, soulignée par la présence du portique ouest, deuxième plus grand bâtiment de Delphes, après le temple. Cet accès monumental permettait aux processions d’accéder au sanctuaire exactement dans l’axe de la façade ouest, face à ce qui pouvait être la plus grande statue du téménos, sur l’imposante base de l’opisthodome. Ainsi Apollon Pythien, loin d’être relégué « à l’arrière du temple », accueillait au contraire les processions et les visiteurs par le plus vaste accès. Si nous nous tournons vers la façade est, nous ne devons pas être surpris que Dionysos, maître des lieux durant les trois mois d’hiver, ait regardé en direction de son sanctuaire qui se trouvait, nous le savons, à l’est de la terrasse attalide, exactement dans l’axe du temple. Apollon, absent certes du fronton, domine, assis sur le trépied, l’espace sacrificiel. De toute façon, le destinataire des sacrifices effectués sur l’autel est le dieu qui siège dans la statue de culte. Dans les cas où la statue n’était pas placée dans une relation visuelle depuis la cella, on devait probablement la déplacer pour la rapprocher du lieu de sacrifice.

Fig. 11 — Représentation schématique du programme iconographique du temple dans le contexte du sanctuaire à la fin du ive siècle av. J.‑C.

Fig. 11 — Représentation schématique du programme iconographique du temple dans le contexte du sanctuaire à la fin du ive siècle av. J.‑C.

Autres Apollon de la seconde moitié du IVe siècle

Un monument singulier

  • 72 Voir pour le rapprochement de la colonne avec la base dite « Pan », du nom du carrier et entreprene (...)
  • 73 Pausanias, X, 15, 2.
  • 74 Martinez 1997, p. 40.

35La maquette exécutée en 1992 pour l’exposition du musée Bénaki d’Athènes à l’occasion du centenaire des fouilles de Delphes présente deux offrandes véritablement monumentales, la colonne d’acanthe qui avait retrouvé en 1963 son emplacement d’origine72 et le Sitalkas pour lequel, dans la suite du dessin de restitution du sanctuaire par A. Tournaire, avait été confectionnée une statue correspondant aux trente‑cinq coudées données par Pausanias73, sans que la question des vestiges de sa base n’ait été vraiment posée. L’audacieux et judicieux rapprochement dû à P. Amandry entre l’omphalos de marbre qui trônait au sommet de l’escalier du musée, à l’entrée des salles d’exposition, et la colonne d’acanthe74 nous conduisit à mieux regarder cet objet qui semblait pourtant bien familier.

Le pseudo-omphalos

  • 75 Voir P. Perdrizet, Journal de la Grande Fouille, 18 mai 1894 : l’archéologue fonde son identificati (...)
  • 76 F. Courby crut avoir retrouvé le « vrai » omphalos (Courby 1915, p. 69‑70), mais cet objet fut ulté (...)
  • 77 Voir une synthèse sur la question dans Amandry 1992, repris dans Amandry, Hansen 2010, p. 85‑100.

36Trouvés disséminés en 1894 entre la place du pronaos et la terrasse supérieure qui porte la fondation dite « base PAN », plusieurs fragments de marbre se distinguant par la présence d’un agrènon sculpté sur une surface courbe furent réunis en un seul objet par les fouilleurs, qui reconnurent aussitôt une représentation de l’omphalos delphique75. L’objet se composait de deux blocs superposés, scellés entre eux. Il fut identifié par Th. Homolle comme une représentation d’époque « tardive » (i.e. romaine) de l’omphalos véritable, non retrouvé76 et dont l’emplacement est un sujet encore très débattu77.

  • 78 Voir Pouilloux, Roux 1963, p. 123‑149 et Martinez 1997.

37Cette datation nuisit à la réputation du monument, dont personne ne chercha réellement à savoir d’où il provenait et qui intéressait essentiellement pour sa valeur documentaire. Ce relatif manque de curiosité perdura jusqu’à ce que P. Amandry, qui avait été frappé par la concomitance de la trouvaille de cet objet avec celle des différentes parties de la colonne d’acanthe, dont J. Pouilloux et G. Roux avaient entretemps reconnu la fondation, à savoir la « base PAN » érigée sur une terrasse surplombant la voie longeant l’autel, fît le rapprochement entre ces deux ensembles78.

  • 79 Voir pour les recherches en cours Martinez 1997 ; Martinez 1995 ; Thibault, Martinez 2008. Sur ces (...)

38L’appartenance de « l’omphalos » à la colonne d’acanthe fut confirmée par les relevés des faces de contact des deux parties, vérification effectuée au moment où Jean‑Luc Martinez entreprenait l’étude du monument également appelé « des danseuses », non encore publié dans les Fouilles de Delphes malgré sa notoriété79.

  • 80 P. Perdrizet, Journal de la Grande Fouille, 16 mai 1894.
  • 81 Le prélude inspiré à Cl. Debussy par les photographies du groupe féminin a pu jouer un rôle dans la (...)
  • 82 Bousquet 1964.
  • 83 L’hypothèse de Jean‑Marc Luce (Luce 2001), qui donne un véritable rôle à ces figures féminines, cel (...)

39Ce rapprochement semblait ajouter une énigme supplémentaire rendant plus difficile encore la compréhension de cette structure, qui ressemblait alors à un patchwork de différents symboles, à caractère delphique affirmé pour au moins deux d’entre eux, le trépied et l’omphalos. Les « danseuses », de leur côté, faisaient également l’objet de tentatives d’identification : si les fouilleurs virent en elles les Thyiades à cause de leur coiffure80, l’appellation de danseuses s’est peu à peu imposée81 jusqu’à ce que J. Bousquet propose de voir en elles les Aglaurides, princesses athéniennes filles de Kécrops et d’Aglauros82. Cependant aucune de ces identifications n’explique le vêtement de ces jeunes filles : les déesses, à l’exception parfois d’Artémis et de ses compagnes, les princesses et les simples citoyennes, quand elles ne sont pas de Sparte, portent des tuniques longues83.

  • 84 Hésychius, s. v. ἀγρηνόν· ἔνδυµα δικτυοειδὲς ὅ περτίθενται οἱ βακχεύοντες ∆ιονύσῳ – vêtement, à l’a (...)

40Pourtant, un point qui paraissait assuré – l’identification de l’objet couvert d’un « filet » comme omphalos – aurait dû être examiné plus attentivement, en raison de plusieurs difficultés que soulève cette interprétation. L’objet qui est exposé au musée de Delphes présente plutôt qu’un filet une résille disposée en plusieurs couches qui s’apparente plus à un vêtement, le mot agrènon renvoyant à la notion de filet comme de vêtement84. L’objection la plus importante à l’identification comme omphalos concerne la forme même de l’objet enveloppé par la résille (fig. 12). Alors que l’omphalos se caractérise par une forme fuselée qui rappelle celle d’un obus, voire l’extrémité pointue d’un œuf, notre objet présente un profil tout à fait différent, qui s’apparente plutôt à celui d’une bouteille moderne, à savoir :

  • un départ cylindrique parfaitement vertical sur une hauteur de 45 cm environ85 ;
  • une inflexion convexe, suivie d’un redressement concave du profil interrompu par le lit supérieur du bloc.

Fig. 12 — a. Comparaison entre les deux « omphaloi » supposés de Delphes : pierre restituée au sommet de la colonne d’acanthe et pierre trouvée en contrebas du trésor des Athéniens. b. Exemples de sculptures aniconiques de Cyrène.

Fig. 12 — a. Comparaison entre les deux « omphaloi » supposés de Delphes : pierre restituée au sommet de la colonne d’acanthe et pierre trouvée en contrebas du trésor des Athéniens. b. Exemples de sculptures aniconiques de Cyrène.
  • 86 Les dimensions de la mortaise (8 × 12 cm, prof. 13 cm) indiquent un scellement en bois, comme c’est (...)
  • 87 Quantin 2011. Sur l’aniconisme et le culte des pierres en Grèce, voir Gaifman 2012.

41La taille de la mortaise creusée au lit d’attente86 atteste l’importance du bloc suivant, pour l’instant non retrouvé, qui constituait la suite de notre objet, toujours enveloppé de sa résille, comme le montre la façon dont les mailles de celle‑ci suivent la forme de l’objet qu’elles recouvrent. De ce point de vue, le monument présente d’étonnantes similitudes avec l’Apollon Agyieus d’Apollonia étudié par Fr. Quantin87. De même qu’à Apollonia, la restitution d’une simple terminaison ogivale est exclue, à Delphes, elle l’est de façon encore plus assurée, du fait du redressement du profil dans sa partie haute. Le traitement continu de cet objet et de sa résille exclut la présence d’un Apollon assis, comme l’avait imaginé, avec prudence, P. Amandry.

  • 88 Saglio 1969, citant Pollux, Onomasticon, IV, 116.

42Ainsi, l’objet se différencie de manière assurée des omphaloi conservés ou connus par leurs représentations monétaires, peintes ou sculptées. L’agrènon qui recouvre l’agalma du dieu, élément qui avait largement conduit à l’identification de cet objet comme omphalos, recouvre une signification plus large, à savoir le caractère oraculaire de l’objet qu’il enveloppe88.

43On pourrait ajouter que si l’omphalos delphique est également, par son histoire, une pierre sacrée fichée dans la terre, en tout cas toujours représentée dans cette situation, parfois même entourée de feuilles d’acanthe, ce qui incite à le restituer dans un contexte de sol naturel, sa présence à 12,50 mètres au‑dessus du niveau de la terrasse, juché sur un trépied, a en soi de quoi surprendre.

  • 89 Di Filippo Balestrazzi 1996. La dédicace du monument aniconique par Pratomédès s’adresse à un Apoll (...)
  • 90 Voir Chamoux 1953, p. 293‑300 et surtout l’étude générale accompagnée d’un catalogue de 159 numéros (...)

44Ces différentes observations nous amènent à considérer que l’objet sculpté représente bien une sorte de pierre sacrée, ou, plutôt, de monument aniconique, semblable à ceux de Cyrène89 et d’Apollonia d’Illyrie, dans lesquels on reconnaît des Apollon, dont la présence ne surprend pas dans ces deux cités fondées, selon la tradition, à la suite d’oracles delphiques (fig. 13). À Cyrène même sont bien connues des représentations féminines coupées à mi‑corps : plusieurs sont non figuratives, notamment les plus anciennes ; l’une d’entre elles (fig. 13b) présente une analogie formelle frappante avec la pierre delphique90. Cette présence, à Delphes même, d’un Apollon non anthropomorphe est une nouveauté pour ce sanctuaire où prédomine – malgré l’existence de l’omphalos et de la « pierre de Cronos » – une approche plus classique du culte du dieu, approche qui a sans doute joué un rôle dans la difficulté à reconnaître la nature de cette représentation.

Fig. 13 — Représentations aniconiques d’Apollon.

Fig. 13 — Représentations aniconiques d’Apollon.

a. Cyrène (exèdre de Pratomédès) ; b. monnaie d’Ambracie, d’après Schmitz 1867, p. 83 ; c. Apollonia d’Illyrie.

Dessin É. Follain, Vergnieux, Delevoie (éd.) 2015, p. 78, fig. 6.

  • 91 Martinez 1997, p. 41, n. 19. Musée de Thèbes, inv. 317. Keramopoullos 1921, p. 172‑177. Le réexamen (...)

45La restitution de la partie manquante de cet objet est guidée par une image que J.‑L. Martinez avait déjà rapprochée du monument delphique, à savoir une stèle exposée au musée de Thèbes et provenant de Thespies (fig. 14) : elle porte un décret de cette cité relatif à trois citoyens qui furent envoyés comme juges à Delphes et honorés ensuite par les Delphiens91.

Fig. 14 — Stèle pour des juges de Thespies.

Fig. 14 — Stèle pour des juges de Thespies.

Musée de Thèbes ; cl. D. Laroche.

46Au haut de cette stèle sont figurés trois « symboles » de Delphes, la cithare, le trépied et l’omphalos. Posé sur le trépied, au centre, apparaît un objet qu’il serait tentant d’interpréter également comme un omphalos pourvu d’une sorte de mât. Mais cette interprétation heurte la logique, puisque serait représenté deux fois, côte à côte, mais dans une situation différente, le même objet, dont l’unicité, en tant que marqueur du centre de la terre, est précisément le caractère principal. Si l’objet de droite correspond bien à la représentation habituelle de l’omphalos, celui qui est juché sur le trépied s’en écarte par son appendice sommital et nous renvoie au monument delphique auquel nous nous intéressons.

  • 92 Il y a également un disque au‑dessus du bétyle apollinien de Cyrène ; la première interprétation qu (...)
  • 93 Bieber 1961, fig. 659. Sur le plateau est posé un van (λίκνον) rempli de fruits.

47L’interprétation de la partie haute de ce monument sur la stèle n’est pas aisée. En raison de l’état de la pierre, on a du mal à percevoir la hauteur exacte du cylindre et la façon dont sont tenus les éléments qui sont suspendus de part et d’autre de l’objet central. À Apollonia, Fr. Quantin, prenant modèle sur le monnayage local, restitue un disque horizontal formant une sorte de protection ou de couronnement92. Une autre référence pour ces représentations non figuratives se trouve à la glyptothèque de Munich : sur un relief romain d’inspiration hellénistique, on voit dans un sanctuaire une pierre fusiforme surmontée d’un plateau cylindrique d’où pendent deux objets ronds, difficilement interprétables, comme sur la stèle du musée de Thèbes93. Dans le cas de la stèle, comme celui du monnayage, il est possible que les contraintes de place aient empêché la représentation à l’échelle réelle du support vertical. Pour cette même raison, les feuilles d’acanthe du relief thespien, placées sur la cuve là où on attendrait les anneaux, renvoient peut‑être au décor de la colonne de Delphes. Quant aux objets suspendus, qui ont l’apparence de deux pendentifs, ils sont difficiles à interpréter, même si on retrouve un dispositif voisin sur la monnaie d’Ambracie.

48L’épiderme de la pierre à agrènon était dans un état remarquable au moment de sa découverte (fig. 12), ce qui, au vu de sa situation très exposée, oblige à restituer une protection en partie supérieure d’un diamètre au moins égal à celui du cône de pierre, confirmant ainsi l’image donnée par la stèle des juges de Thespies.

49Pour résumer, nous nous trouvons confrontés au sommet de ce monument à une représentation aniconique, inédite à Delphes, mais qui renvoie d’une manière plus générale à des cultes attestés sur d’autres sites du monde grec.

Pour une interprétation globale du monument

  • 94 Schamp 1981 ; Di Filippo Balestrazzi 1984. Pausanias (X, 5, 8) cite deux vers de la poétesse d’époq (...)
  • 95 Zografou 2010, p. 123‑152.

50La pierre longtemps prise pour un omphalos semble donc bien une évocation aniconique d’Apollon, un dieu qui est, comme Hermès et même plus que ce dernier, souvent représenté sous la forme d’une pierre, surtout lorsqu’il est vu comme divinité oraculaire94. Peut‑on préciser la nature exacte de l’Apollon aniconique de la colonne d’acanthe ? Athanasia Zographou, dans son travail sur Hécate95, met l’accent sur la proximité d’Apollon Agyieus, dieu des voies, notamment de celles qu’empruntent les processions, avec Delphes. Il nous paraît, en l’état, impossible de préciser dans quelle mesure l’Agyieus se superpose à l’Apollon delphien.

  • 96 Le motif de la danseuse court-vêtue est connu à Tarente, en Lycie, mais aussi comme décor du péplos (...)
  • 97 Pour ces plaques, voir Carettoni 1988, p. 267‑272. Pour cette plaque précisément, voir p. 270 et fi (...)
  • 98 Hymne homérique à Hermès, 552‑564 – d’autres versions du vers 552 donnent cependant Μοῖραι ou Σεµνα (...)
  • 99 Voir Rolley 1994, p. 269 et fig. 272 (acrotère du temple d’Aléa, vers 340).
  • 100 Pindare, Olympiques, II, 70‑71. Les Brises, filles d’Océan, ont été parfois confondues avec les Nér (...)
  • 101 Depuis 480 et à la suite d’un oracle d’Apollon Pythien, les Delphiens rendaient un culte aux vents (...)
  • 102 Marcadé 1993. La publication des frontons du temple du ive siècle de Fr. Croissant laisse de côté l (...)

51Nous avons d’abord pensé que les jeunes filles virevoltant autour du monument étaient les sœurs des Lacédémoniennes dansant lors de la fête d’Apollon Karneios96, ce qui expliquerait leur calathos de roseaux et leur tunique courte, mais elles ne dansent pas. Elles pourraient évoquer les prêtresses qui ornent de bandelettes l’agyieus, déjà support de la cithare, de l’arc et du carquois, sur une plaque Campana provenant du sanctuaire d’Apollon sur le Palatin, dans un contexte apollinien97. C’est à ce point que l’hypothèse de J.‑M. Luce qui voyait en elles les Thries, ces vierges ailées du Parnasse qui apprirent à Hermès la divination par les sorts qu’il transmit à Apollon98, nous avait paru pertinente. Le trépied, siège de l’oracle, est tenu par les Thries qui descendent du Parnasse, portées par les souffles des vents, et qui contribuent ainsi à l’installation à Delphes du dieu oraculaire représenté par la pierre qui le symbolise. Cependant le vêtement court qui met en valeur l’action du vent ne convient pas aux Thries, mais rappelle les figures d’acrotères du temple d’Aléa à Tégée qui sont leurs sœurs aînées99. Ces dernières ont été interprétées comme des Aurai, ces brises fraîches, salubres, qui entourent l’île des Bienheureux100. Comme elles sont représentées juste avant le moment où elles posent le trépied, aujourd’hui disparu, mais qu’il faut restituer en marbre, siège du dieu oraculaire sur la puissante tige végétale qui se dresse au‑dessus du temple, le calathos ne joue plus son rôle de coussin protecteur et le geste de leur main ne fait que guider la mise en place101. C’est cette dernière identification que nous privilégions. Dans ce cas, on attendrait comme acrotères latéraux de la façade est également des Brises dont la présence est attestée comme acrotères de la tholos102.

  • 103 Voir Bommelaer 2015, SD 518, p. 195, fig. 69.
  • 104 Pausanias, X, 15, 4‑5.

52Quant à la colonne qui, comme le montre bien la coupe (fig. 15), est une translation le long de la pente de la colonne du monument de Gélon portant le trépied103, elle est la fille des colonnes végétales dont le palmier de l’Eurymédon demeure la plus célèbre104.

Fig. 15 — Coupe en avant du temple, montrant la correspondance entre l’Apollon assis en acrotère central du temple et la représentation aniconique du dieu, au‑dessus de la colonne d’acanthe, tous deux posés sur un trépied.

Fig. 15 — Coupe en avant du temple, montrant la correspondance entre l’Apollon assis en acrotère central du temple et la représentation aniconique du dieu, au‑dessus de la colonne d’acanthe, tous deux posés sur un trépied.
  • 105 Jacquemin, Laroche 2001.
  • 106 Lefèvre 1998, p. 25.

53L’emplacement du monument permet de préciser sa date. Ses fondations empiètent sur l’espace occupé par le monument de Daochos et la colonne d’acanthe ne peut être que postérieure à sa destruction, alors que la base portant les statues était en cours d’achèvement105. Comme le monument a été voulu par Daochos de Pharsale qui mentionne sa qualité de hiéromnémon, attestée entre le printemps 336 et le printemps 332106, la colonne d’acanthe est datable d’environ 330, ce qui en fait une contemporaine des sculptures du temple d’Apollon.

Pour une identification du monument

  • 107 Cette ambiguïté est commune à la plupart des statues monumentales dont la hauteur indiquée inclut g (...)

54La restitution qui prend en compte les dimensions des différents éléments de la colonne, son emplacement, ses relations avec d’autres constructions du sanctuaire, et, en tout premier lieu, le temple, aboutit à une hauteur de 15,50 m qui rappelle les trente‑cinq coudées du Sitalkas de Pausanias que les commentateurs interprètent comme celle de la statue, et non celle de la statue avec son support107.

  • 108 La hauteur exacte du monument n’est pas connue et on ignore la répartition entre le socle et la sta (...)
  • 109 Jacquemin, Laroche 1988.
  • 110 Pomtow 1912, p. 87‑94 et fig. 9, p. 90 ; Bommelaer 2015, p. 223‑225.
  • 111 Eckstein 1969, p. 54‑60 et surtout fig. 13 p. 58.

55La hauteur exceptionnelle de ce dernier monument – environ la moitié de celle du Colosse de Rhodes108 –, soulignée par Pausanias, est en elle‑même un sujet d’étonnement. L’étude de l’Apollon de Salamine109 nous a montré qu’une statue de 12 coudées de haut avait des pieds longs de 0,90 m environ. Une statue de 35 coudées doit donc avoir des pieds d’une longueur de 2,60 m environ. Il faut donc chercher au nord‑est du temple une base qui réponde à cette exigence. H. Pomtow avait proposé de placer la statue sur la base dite aujourd’hui SD 521 (fig. 1) et il avait fourni un dessin, montrant que l’assise porte‑statue avait les dimensions de l’encastrement110. Certes le carré de 4,295 m de côté peut accueillir des pieds de 2,60 m, mais la composition de la base, son inscription dans un encastrement ainsi que sa forme rappellent de fort près la base qui commémorait la victoire de Gélon à la course de quadriges d’Olympie111. De plus, les dimensions modestes des blocs qui composent cette base ne correspondent pas du tout à la fondation puissante que l’on attend pour une telle statue. L ’Apollon de Salamine, de taille nettement plus réduite, reposait sur un gros socle monolithe, lui‑même solidement fondé. Malgré ces difficultés matérielles, la proposition de H. Pomtow a été adoptée, faute sans doute de trouver une meilleure solution.

56Il ne paraît donc guère possible de trouver non seulement des vestiges, mais même un simple emplacement pour le Sitalkas dans le secteur où on le restitue.

  • 112 Pausanias, X, 15, 1‑2 : τὸ δὲ Ἀµφικτυόνων ἐστίν, ὅτε Φωκεῦσιν ἀπεργαζοµένοις τοῦ θεοῦ τὴν χώραν ἐπέ (...)
  • 113 Il ne s’agit pas d’une épiclèse, d’une dénomination en rapport avec le culte, qui, dans ce cas, aur (...)
  • 114 C’est la traduction que propose A. Bailly qui renvoie à la même étymologie pour le nom royal thrace (...)
  • 115 Pour le premier, voir Hérodote, IV, 80 et VII, 137 ; Thucydide, II, 101 ; IV, 101 et Aristophane, A (...)
  • 116 Xénophon, Anabase, VI, 1, 5‑6. Le nom du chant est associé au roi homonyme par les commentateurs (v (...)
  • 117 Lanérès 2012 : le terme agalma se rapportait plus précisément à une représentation aniconique, mais (...)

57Pausanias, la seule source à parler nommément du Sitalkas112, l’associe au châtiment des Phocidiens, donne son nom local113 et, nous l’avons vu, sa hauteur. Le nom de Sitalkas est peu fréquent ; il est porté par des rois thraces. Il peut signifier étymologiquement « protecteur du blé »114, ce qui est singulier pour un monument sur les Phocidiens qui auraient violé l’interdit de la mise en culture de la terre sacrée. Il est également difficile de penser à un rapport avec un personnage de ce nom, que ce soit le roi allié d’Athènes, le chef du contingent thrace impliqué dans l’exécution extrajudiciaire de Parménon et condamné en 325 pour ses nombreux pillages et sacrilèges115, ou avec le chant de victoire qui clôt la danse guerrière donnée par deux Thraces lors du banquet offert à Cotyora par les chefs des Dix Mille aux ambassadeurs paphlagoniens116. Pausanias désigne cette statue par le terme ἄγαλµα qu’on retrouve à diverses reprises dans sa Périégèse pour désigner toujours des statues divines par opposition aux statues humaines (εἰκόνες, ἀνδριάντες)117.

  • 118 Parke 1939 – l’étude relative au Sitalkas se trouve p. 65‑71. L’un des points importants de son étu (...)

58Pausanias donne pour seule indication que le Sitalkas fut élevé sur le produit de l’amende à laquelle les Amphictions avaient condamné les Phocidiens pour exploitation illicite de la terre sacrée : ce qui exclurait une datation au ive siècle, puisque les Phocidiens refusèrent de payer ce qu’ils devaient au titre de la sentence amphictionique et qu’au terme de la troisième guerre sacrée ils furent astreints au remboursement des emprunts qu’ils avaient contractés envers Apollon. L’analyse précise des sources à laquelle se livra H. W. Parke le conduisit à conclure que la statue avait été érigée à la suite de la deuxième guerre sacrée118. Cette conclusion est juste dans la logique du récit, mais l’histoire est‑elle vraie ?

59Or, si le texte de Diodore peut s’accommoder d’une fiction de statue, il n’en est pas de même de celui de Pausanias. Une autre solution consiste à placer le Sitalkas sur une base haute et à réduire ainsi la taille de la statue. C’est le cas de notre proposition d’identification qui permet de retrouver la hauteur de 35 coudées dans le monument le plus haut de Delphes.

  • 119 Chantraine 2009, p. 144, s. v. ἄχνη : ce terme qui désigne aussi l’écume peut être apparenté à ἄχυρ (...)

60Si l’objet qui couronne la colonne d’acanthe est bien une forme d’agyieus, il nous donne peut‑être l’explication du nom donné par les Delphiens qui serait un sobriquet évocateur, comme les noms de pyramide et d’obélisque attribués par des Grecs à des monuments égyptiens. Le « protecteur du blé » ne serait pas le dieu, mais l’image que suggérerait la pierre couverte de l’agrènon et s’achevant par un élément dressé, celle d’un grain de blé (froment ou orge) dans sa balle avec son germe : σιτάλκας serait alors un équivalent local d’ἄχνη qui désigne précisément la balle119.

  • 120 On ne peut écarter l’hypothèse que le nom de Sitalkas ait été mal interprété par Pausanias qui aura (...)
  • 121 Cette iconographie rappelle la représentation d’Apollon sur son trépied volant de l’hydrie du Peint (...)

61S’il s’agit bien du Sitalkas et si Pausanias ne s’est point trompé120, les dédicants mentionnés à la première ligne devraient être οἱ ᾽Αµφικτίονες ou τό κοινὸν τῶν Ἀµφικτιόνων proposé par J. Pouilloux et G. Roux. La deuxième ligne, fort lacunaire, reste énigmatique de toute façon, mais le peuple athénien qui apparaît à la troisième ligne doit être associé au monument soit par le don de la pierre, du marbre pentélique, soit également par l’origine du sculpteur. Une hypothèse serait de faire du monument la réponse des Amphictions au péan de Philodamos, la célébration de l’achèvement du temple, une offrande à laquelle le peuple athénien pouvait légitimement être associé. Il nous semble que le monument représente l’arrivée d’Apollon paré de son agrènon, symbole de sa fonction oraculaire. S’agit‑il du rappel de l’arrivée initiale à Delphes du dieu Agyieus, fondateur, ou plutôt celui de son retour périodique chaque printemps (fig. 16)121 ? Cette dernière interprétation s’accorderait bien avec la présence au fronton est de Dionysos, gardien du sanctuaire sans oracle, en l’absence du dieu pythien.

Fig. 16 — Interprétation du groupe sculpté de la colonne d’acanthe comme représentation de l’arrivée d’Apollon.

Fig. 16 — Interprétation du groupe sculpté de la colonne d’acanthe comme représentation de l’arrivée d’Apollon.

Un autre Apollon amphictionique

Les données de Pausanias

  • 122 Pausanias, X, 15, 7.
  • 123 CID II, 36‑45. J. Bousquet parle d’« amende des Phocidiens » aussi bien pour le document delphique  (...)

62Pausanias est la seule source à mentionner un second Apollon dédié par les Amphictions sur l’amende payée par les Phocidiens122. Pausanias déclare qu’il se dresse près du char de Battos, qu’il décrit juste après le palmier de l’Eurymédon. Il faudrait donc chercher son emplacement sur la place du pronaos, au nord. Pour ce monument, comme pour le Sitalkas, se pose la question de la date : en effet la mention d’une amende payée renverrait plutôt à la deuxième guerre sacrée, puisque les Phocidiens refusèrent de payer celle à laquelle ils furent condamnés au milieu du ive siècle et que les versements qu’ils durent faire après 346 étaient en fait des remboursements. Le terme de ζηµία ne figure pas dans les inscriptions123, mais les auteurs anciens ont pu, comme les historiens modernes, employer, de façon inexacte, le terme d’amende.

Proposition d’identification de la base SD 523

  • 124 Jacquemin 1986, p. 33.
  • 125 Amandry, Hansen 2010, p. 112‑117.
  • 126 Amandry, Hansen 2010, p. 285‑286, fig. 10.6.
  • 127 Le double jeu de mortaises à l’ouest rend compte d’une modification au cours du chantier, qu’a bien (...)
  • 128 Les statues des chefs phocidiens Onymarchos et Philomélos (CID II, 34, l. 56‑62) sont à exclure, ca (...)
  • 129 Les fouilleurs ont découvert un fragment d’une base de Philippe II dédiée par les Amphisséens (Daux(...)

63Intéressons‑nous maintenant à un monument qui est susceptible, comme on le verra ci‑dessous, d’avoir accueilli lui aussi une effigie d’Apollon et dont l’emplacement pourrait convenir pour le second Apollon amphictionique de Pausanias. Monument soigné et particulièrement bien situé, cette base avait été attribuée par F. Courby au monument à deux colonnes d’Aristaineta. À la suite de remarques de P. Amandry, nous avons déjà signalé que ce rapprochement était infondé124. Dans la publication récente du temple du ive siècle, P. Amandry et E. Hansen consacrent quelques pages à un bloc de marbre dont P. Amandry s’était demandé s’il pouvait provenir de la grande base carrée de l’opisthodome. En raison de sa similarité avec les gradins du temple et bien que P. Amandry ait renoncé à ce rapprochement125, E. Hansen a proposé la restitution d’une base carrée qui utiliserait ce bloc, mais il n’emporte pas la conviction126. Ce bloc trouve en fait sa place sur la fondation SD 523 (fig. 17). Nous donnons ici (fig. 18) un ensemble de dessins de restitution des assises du monument, qui montre que les caractéristiques du bloc angulaire de marbre correspondent très précisément à celles qui sont attendues du fait des traces visibles sur la fondation127. C’est le cas également de sa hauteur (32,5 cm), qui est la moitié de la hauteur des deux premières assises, connue par l’évidement du socle du pilier de Prusias (65 cm). Les traces au lit supérieur du bloc de marbre et la restitution du monument conduisent à postuler une quatrième assise de dimensions 122 cm sur 266 cm (environ 1 par 2), dont nous ignorons s’il s’agit ou non de l’assise terminale. Si tel était le cas – une restitution haute, de type pilier, ne paraît guère plausible, malgré les dimensions en plan qui sont conformes à ce qui est connu en ce domaine –, la base supporterait plutôt, pour une question d’orientation, un couple de statues tournées vers l’espace sacrificiel plutôt qu’une effigie équestre qui aurait été écrasée par le monument de Prusias. À l’époque vers laquelle orientent les caractéristiques techniques des blocs, le milieu du ive siècle av. J.‑C., on pourrait songer à différentes possibilités : deux divinités comme Apollon et Athéna ou Philippe II couronné par Apollon à la suite de sa victoire contre les Phocidiens128. Quoi qu’il en soit, l’emplacement, la qualité d’exécution et la taille des statues (au moins deux fois plus grandes que nature) témoignent de l’importance de ce monument jusqu’à présent négligé dans les études delphiques129.

Fig. 17 — Fondation de la base SD 523.

Fig. 17 — Fondation de la base SD 523.

Relevé D. Laroche.

Fig. 18 — Essai de restitution de SD 523.

Fig. 18 — Essai de restitution de SD 523.

Un groupe constitué d’Apollon et d’Athéna est placé de façon hypothétique, afin de visualiser la taille probable des statues portées par la base.

  • 130 Dans ce cas, la base SD 521 ne peut avoir porté l’offrande des Cyrénéens, car Pausanias écrit que l (...)

64La typologie du monument s’oppose donc à son identification au second Apollon amphictionique de Pausanias, sauf à supposer la disparition de la seconde statue. Cette effigie était‑elle la grande statue de l’opisthodome130 ?

  • 131 Malgré l’importance de l’aulétique dans ce concours que montre bien la thèse de Sylvain Perrot, Mus (...)
  • 132 Comme l’a bien montré Fr. Croissant (Croissant 1996).
  • 133 Sur la pente nord de l’acropole d’Athènes, dans le sanctuaire d’Apollon Hypoakraios, l’Apollon « au (...)

65Au terme de ce parcours au cœur du sanctuaire pythique, le renouvellement de la figure d’Apollon à Delphes dans la seconde moitié du ive siècle apparaît en pleine lumière. Non seulement une nouvelle version du dieu musicien s’impose, plus proche des professionnels qui s’affrontent dans le concours des Pythia, avec sa longue robe et sa majestueuse cithare131, mais la pierre sacrée du dieu, l’agyieus, tient une place importante (fig. 19). Le rôle majeur joué par Athènes dans le rapprochement entre les figures des deux fils de Zeus que sont Apollon et Dionysos s’exprime à la fois dans une iconographie unificatrice qui se place dans la ligne de la théologie delphique132 et dans une réinterprétation de l’agyieus, point commun aux versions attique et delphique du Létoïde. La reconstruction des frontons que nous proposons suggère de prolonger la relecture du péan composé en 340 par le Locrien Philodamos et ses deux frères, à laquelle invitait Fr. Croissant dans sa publication des sculptures du temple du ive siècle : le compositeur associe harmonieusement motifs dionysiaques et apolliniens dans un paysage attico-delphique où les Thyiades du Parnasse retrouvent leurs consœurs athéniennes, où Dionysos s’en va à travers la Thessalie chercher dans la vallée du Tempé, non la purification d’un meurtre et la promesse d’un retour sous l’escorte d’une sœur dévouée, mais les Muses couronnées de son lierre et conduites par le seigneur de Pytho. L’évocation de la construction du temple qui s’achève alors et celle des concours se placent sous le signe du lien spatial de la « voie sacrée par laquelle la Pythaïde chemine vers Delphes », celle qui conduisait les Athéniens au sanctuaire pythique quand trois fois de suite un éclair frappait le mont Harma133.

Fig. 19 — Panorama restitué de la place du pronaos à Delphes.

Fig. 19 — Panorama restitué de la place du pronaos à Delphes.
Haut de page

Bibliographie

Amandry 1992 = Pierre Amandry, « Où était l’omphalos ? », in Jean‑François Bommelaer, Delphes : centenaire de la « grande fouille » réalisée par l’École française d’Athènes (1892-1903). Actes du colloque Paul Perdrizet, Strasbourg, 6‑9 novembre 1891, Leyde, Brill, 1992, p. 177‑205.

Amandry 1993 = Pierre Amandry, « Notes de topographie et d’architecture delphiques, IX : l’opisthodome du temple d’Apollon », BCH 117.1, 1993, p. 263‑283.

Amandry 1997 = Pierre Amandry, « Monuments chorégiques d’Athènes », BCH 123.2, 1997, p. 445‑487.

Amandry, Hansen 2010 = Pierre Amandry, Erik Hansen, FD II, 14. Le temple d’Apollon du ive siècle, Athènes, EFA, 2010.

Andreae 2001 = Bernard Andreae, Skulptur des Hellenismus, Munich, Hirmer, 2001.

Arena 2004-2005 = Emiliano Arena, « Filippo II e gli Anfissei in un’iscrizione delfica tra Terza e Quarta Guerra Sacra [IG IX, 1, 2, 775] », MEP 7‑8, fasc. 9‑10, 2004-2005, p. 211‑226.

Azoulay 2010 = Vincent Azoulay, « Le rêve d’Onomarchos : les statues et les Phocidiens à Delphes », Mètis 8, 2010, p. 223‑254.

Beschi 1969-1970 = Luigi Beschi, « Divinità funerarie Cirenaiche », ASAA 47‑48, 1969-1970, p. 133‑341.

Bieber 1961 = Margarete Bieber, The Sculpture of the Hellenistic Age, 2e éd., New York, Columbia UP, 1961.

Bielefeld 1969 = Erwin Bielefeld, « Drei Akroter-Statuen reichen Stils », Antike Plastik 9, 1969, p. 47‑64.

Bommelaer 2015 = Jean‑François Bommelaer, Guide de Delphes : le site, 2e éd., Athènes, EFA, SitMon 7, 2015.

Bousquet 1940-1941 = Jean Bousquet, « Architecture », BCH 64‑65, 1940-1941, p. 267‑268.

Bousquet 1951 = Jean Bousquet, « Observations sur l’“omphalos archaïque” de Delphes », BCH 75, 1951, p. 210‑233.

Bousquet 1964 = Jean Bousquet, « Delphes et les Aglaurides de Delphes », BCH 88.2, 1964, p. 655‑675.

Bousquet 1988 = Jean Bousquet, Études sur les comptes de Delphes, Athènes, EFA, BEFAR 267, 1988.

Brandenburg 1966 = Hugo Brandenburg, Studien zur Mitra: Beiträge zur Waffen- und Trachtgeschichte der Antike, Munster, Aschendorff, Fontes et commentationes 4, 1966.

Brownson 1922 = Carleton L. Brownson (éd.), Xenophon, Anabasis, Londres, Heinemann, Cambridge Mass., Harvard UP, 1922.

Bruneau 1970 = Philippe Bruneau, Recherches sur les cultes de Délos à l’époque hellénistique et à l’époque impériale, Paris, De Boccard, BEFAR 217, 1970.

Bruneau, Ducat 2005 = Philippe Bruneau, Jean Ducat, Guide de Délos, 4e éd., Athènes, EFA, 2005.

Carettoni 1988 = Gianfilippo Carettoni, « Die „Campana“-Terrakotten vom Apollo-Palatinus-Tempel », in Kaiser Augustus und die verlorene Republik: Eine Ausstellung im Martin-Gropius-Bau, Berlin, 7. Juni–24. August 1988, Berlin, Antikenmuseum, 1988, p. 267‑272.

Chamoux 1953 = François Chamoux, Cyrène sous la monarchie des Battiades, Paris, De Boccard, BEFAR 177, 1953.

Chantraine 2009 = Pierre Chantraine, Dictionnaire étymologique de la langue grecque, 2e éd., Paris, Klincksieck, 2009.

Courby 1915 = Fernand Courby, FD II, 2, 1. La terrasse du temple : relevés et restaurations, Paris, Fontemoing, 1915.

Courby 1927 = Fernand Courby, FD II, 2, 2. La terrasse du temple, Paris, De Boccard, 1927.

Croissant 1974 = Francis Croissant, « Delphes : sculptures », BCH 98.2, 1974, p. 785‑789.

Croissant 1978 = Francis Croissant, « La statue assise de la voie sacrée à Delphes », BCH 102.2, 1978, p. 587‑589.

Croissant 1980 = Francis Croissant, « Les frontons du temple du ive siècle à Delphes : premiers essais de restitution », RA, 1980.

Croissant 1996 = Francis Croissant, « Les Athéniens à Delphes avant et après Chéronée », in Pierre Carlier (éd.), Le ive siècle av. J.‑C. : approches historiographiques, Nancy, ADRA, Études anciennes 15, 1996, p. 127‑139.

Croissant 2003 = Francis Croissant, FD IV, 7. Les frontons du temple du ive siècle : relevés et restitutions, Athènes, EFA, 2003.

Croissant 2011 = Francis Croissant, « Deux sculpteurs athéniens du milieu du ive siècle : Praxias père et fils », RA, 2011, p. 309‑322.

Daux 1936 = Georges Daux, Pausanias à Delphes, Paris, Picard, 1936.

Daux 1949 = Georges Daux, « Inscriptions de Delphes inédites ou revues », BCH 73, 1949, p. 248‑293.

Di Filippo Balestrazzi 1984 = Elena Di Filippo Balestrazzi, LIMC, II, 1984, s. v. « Apollon Agyieus », p. 327‑332.

Di Filippo Balestrazzi 1996 = Elena Di Filippo Balestrazzi, « La colonna acantina dell’Agora di Cirene e l’agyieus di Apollo », in Lidiano Bacchielli, Margherita Bonanno Aravantinos (éd.), Scritti di Antichità in memoria di Sandro Stucchi, Rome, L’Erma di Bretschneider, Studi Miscellanei 29.1, 1996, p. 61‑72.

Eckstein 1969 = Felix Eckstein, ΑΝΑΘΗΜΑΤΑ: Studien zu den Weihgeschenken strengen Stils im Heiligtum von Olympia, Berlin, Mann, 1969.

Eckstein, Bol (éd.) 1989 = Felix Eckstein, Peter C. Bol (éd.), Pausanias Reisen in Griechenland, t. III : Delphoi, Bücher VIII‑IX, Arkadien, Boiotien, Phokis, Zurich, Munich, Artemis, 1989.

Farnell 1907 = Lewis R. Farnell, The Cults of the Greek States, IV, Oxford, Clarendon Press, 1907.

Flashar 1992 = Martin Flashar, Apollon Kitharodos: Statuarische Typen des musischen Apollon, Cologne, Böhlau, 1992.

Fraser, Matthews (éd.) 2000 = Peter M. Fraser, Elaine Matthews (éd.), A Lexicon of Greek Personal Names, vol. 3B : Central Greece from the Megarid to Thessaly, Oxford, Clarendon Press, 2000.

Frazer 1898 = James G. Frazer, Pausanias’s Description of Greece, Londres, New York, Macmillan, 1898.

Gaifman 2012 = Milette Gaifman, Aniconism in Greek Antiquity, Oxford, OUP, 2012.

Guide de Delphes : le musée = Guide de Delphes : le musée, Athènes, EFA, SitMon 6, 1991.

Habicht 1987 = Christian Habicht, « Fremde Richter in ätolischen Delphi ? », Chiron 17, 1987, p. 87‑95.

Hansen, Algreen-Ussing (éd.) 1975 = Erik Hansen, Gregers Algreen-Ussing (éd.), FD II, 9. Atlas, Athènes, EFA, 1975.

Hitzig, Blümner (éd.) 1910 = Hermann Hitzig, Hugo Blümner (éd.), Pausaniae Graeciae Descriptio, vol. 3.2 : Phocica, Leipzig, Reisland, 1910.

Hofkes-Brukker 1965 = Charline Hofkes-Brukker, « Die Akrotere des Bassaetempels », BABesch 40, 1965, p. 51‑71.

Jacquemin 1985 = Anne Jacquemin, « Aitolia et Aristaineta : offrandes monumentales étoliennes à Delphes au iiie siècle av. J.‑C. », Ktèma 10, 1985, p. 27‑35.

Jacquemin, Laroche 1988 = Anne Jacquemin, Didier Laroche, « Une base pour l’Apollon de Salamine à Delphes », BCH 112.1, 1988, p. 235‑246.

Jacquemin, Laroche 2001 = Anne Jacquemin, Didier Laroche, « Le monument de Daochos ou le trésor des Thessaliens », BCH 125.1, 2001, p. 305‑322.

Jacquemin, Mulliez, Rougemont 2012 = Anne Jacquemin, Dominique Mulliez, Georges Rougemont, Choix d’inscriptions de Delphes, Athènes, EFA, Et. epig. 12, 2012.

Jameson 1980 = Michael H. Jameson, « Apollo Lykeios at Athens », Archaiognosia 1, 1980, p. 217‑236.

Journal de la Grande Fouille = Journal de la Grande Fouille de Delphes, journal de fouilles, 1892‑1901.

Keramopoullos 1921 = Antonio D. Keramopoullos, in Ἀφιέρωµα εἰς Ι. Ν. Χατζιδάκιν, Athènes, 1921.

Knœpfler 2007 = Denis Knœpfler, « De Delphes à Thermos. Un témoignage épigraphique méconnu sur le trophée galate des Étoliens dans leur capitale : le traité étolo-béotien », CRAI, 2007, p. 1215-1256.

Lacroix 1949 = Léon Lacroix, Les reproductions de statues sur les monnaies grecques : la statuaire archaïque et classique, Liège, Faculté de philosophie et lettres, 1949.

Lacroix 1974 = Léon Lacroix, Études d’archéologie numismatique, Paris, De Boccard, 1974.

Lanérès 2012 = Nicole Lanérès, « La notion d’agalma dans les inscriptions grecques, des origines à la fin du classicisme », Mètis NS 10, 2012, p. 137‑173.

Lapalus 1947 = Étienne Lapalus, Le fronton sculpté en Grèce des origines à la fin du ive siècle, Paris, De Boccard, BEFAR 165, 1947.

Lefèvre 1998 = François Lefèvre, L’Amphictionie pyléo-delphique : histoire et institutions, Athènes, EFA, BEFAR 298, 1998.

Le Roy 1965 = Christian Le Roy, « Lakonika II », BCH 89.2, 1965, p. 358‑382.

Luce 2001 = Jean‑Marc Luce, « Les trois Thries et la “colonne des danseuses” à Delphes », Pallas 77, 2001, p. 111‑128.

Marcadé 1969 = Jean Marcadé, Au musée de Délos: étude sur la sculpture hellénistique en ronde bosse découverte dans l’île, Paris, De Boccard, BEFAR 215, 1969.

Marcadé 1974 = Jean Marcadé, « Les bras des Danseuses », in Mélanges helléniques offerts à Georges Daux, Paris, De Boccard, 1974, p. 239‑254.

Marcadé 1977 = Jean Marcadé, « Apollon “mitréphoros” », in Claude Vatin, François Salviat, Georges Rougemont (éd.), Études delphiques, Athènes, EFA, BCH Suppl. 4, 1977, p. 389‑408.

Marcadé 1993 = Jean Marcadé, « Acrotères delphiques », RA, 1993, p. 25‑26.

Marcadé 1994 = Jean Marcadé, « Acrotères delphiques », RA, 1994, p. 3‑32.

Martinez 1995 = Jean‑Luc Martinez, « Delphes 1 : colonne d’acanthe dite “colonne des danseuses”, BCH 119.2, 1995, p. 645‑649.

Martinez 1997 = Jean‑Luc Martinez, « La colonne des danseuses de Delphes », CRAI, 1997.

Palagia 1980 = Olga Palagia, Euphranor, Leyde, Brill, Monumenta graeca et romana 3, 1980.

Palagia 1984 = Olga Palagia, LIMC, II, 1984, s. v. « Apollon. D Apollon allein mit Kithara oder Lyra », p. 199‑213.

Parke 1935 = Herbert W. Parke, « Pausanias’ Description of the Temple of Delphi », Hermathena 34, 1935, p. 102‑105.

Parke 1939 = Herbert W. Parke, « Delphica », Hermathena 38, 1939, p. 59‑78.

Pasquier, Martinez (éd.) 2007 = Alain Pasquier, Jean‑Luc Martinez (éd.), Praxitèle, catalogue d’exposition, Paris, musée du Louvre, 2007.

Picard 1932 = Charles Picard, « Dionysos µιτρηφόρος », in Mélanges Gustave Glotz, Paris, PUF, 1932, p. 709‑721.

Picard 1963 = Charles Picard, Manuel d’archéologie grecque, IV : La sculpture. Période classique : le ive siècle, 2.2, Paris, Picard, 1963.

Picard, La Coste-Messelière 1931 = Charles Picard, Pierre de La Coste-Messelière, FD IV, 3. Monuments figurés : sculpture. Art archaïque : sculptures des temples, Paris, De Boccard, 1931.

Plassart 1940 = André Plassart, « Eschyle et le fronton est du temple delphique des Alcméonides », in Fernand Chapouthier, William Seston, Pierre Boyancé (éd.), Mélanges d’études anciennes offerts à Georges Radet, directeur de la Revue des études anciennes, REA 42, 1940, p. 293‑299.

Pomtow 1909 = Hans R. Pomtow, Delphica II: Bericht über die Ergebnisse einer neuen Reise nach Delphi, Leipzig, Reisland, 1909.

Pomtow 1912 = Hans R. Pomtow, Delphica III: Bericht über die Ergebnisse einer dritten Reise nach Delphi, Leipzig, Reisland, 1912.

Pouilloux, Roux 1963 = Jean Pouilloux, Georges Roux, Énigmes à Delphes, Paris, De Boccard, 1963, p. 123‑149.

Prost 2005 = Francis Prost, « Note de sculpture grecque, III : Francis Croissant, Les frontons du temple du ive siècle, Fouilles de Delphes, série IV, volume 7, 2003 », Topoi 12‑13.2, 2005, p. 575‑582.

Quantin 2011 = François Quantin, « L’aguieus d’Apollon à Apollonia d’Illyrie », in Jean‑Luc Lamboley, Maria Paola Castiglioni (éd.), L’Illyrie méridionale et l’Épire dans l’Antiquité, V : Actes du Ve colloque international de Grenoble (8‑11 octobre 2008), vol. 1, Paris, De Boccard, 2011, p. 218‑231.

Richer 2012 = Nicolas Richer, La religion des Spartiates : croyances et cultes dans l’Antiquité, Paris, Les Belles Lettres, 2012.

Rolley 1994 = Claude Rolley, La sculpture grecque, 1 : Des origines au milieu du ve siècle, Paris, Picard, 1994.

Rolley 1999 = Claude Rolley, La sculpture grecque, 2 : La période classique, Paris, Picard, 1999.

Roux 1962 = Georges Roux, « Pindare, le prétendu trésor des Crétois et l’ancienne statue d’Apollon à Delphes », REG 75, 1962, p. 366‑380.

Saglio 1969 = Edmond Saglio, Dictionnaire des Antiquités grecques et romaines, I, s. v. « Agyieus », p. 168‑169.

Schamp 1981 = Jacques Schamp, « Apollon prophète par la pierre », RBPh 59, 1981, p. 29‑49.

Schmitz 1867 = Leonhard Schmitz, in William Smith, Dictionary of Greek and Roman Biography and Mythology, 1867, s. v. « Agyieus », p. 41‑42.

Schröder 1904 = Bruno Schröder, « Archaische Skulpturen aus Lakonien und der Mania, I: Herme von Passava », MDAI(A) 29, 1904, p. 21‑24.

Simon 1976 = Erika Simon, Die griechischen Vasen, Munich, Hirmer, 1976.

Strauss Clay 1996 = Jenny Strauss Clay, « Fusing the Boundaries: Apollo and Dionysos in Delphi and Religion Reform in the Age of Alexander », Mètis 11, 1996, p. 83‑100.

Svoronos 1896 = Ioannis N. Svoronos, « Νοµισµατική τῶν ∆ελφῶν », BCH 20, 1896, p. 5‑54.

Thémélis 1976 = Petros Thémélis, « Κεντρικὴ µορφὴ ἀπὸ τὸ ἀνατολικὸ ἀέτωµα τοῦ ναοῦ τοῦ Ἀπόλλωνος τῶν ∆ελφῶν », ArchEph 1976, p. 8‑11.

Thibault, Martinez 2008 = Guillaume Thibault, Jean‑Luc Martinez, « La reconstitution de la colonne des danseuses de Delphes », in Robert Vergnieux, Caroline Delevoie (éd.), Virtual Retrospect 2007, actes du colloque de Pessac, 14-16 novembre 2007, Bordeaux, Ausonius, Archéovision 3, 2008, p. 231‑238.

Torelli (éd.) 2017 = Mario Torelli (éd.), Pausania, Guida della Grecia, libro X : Delfi e la Focide, Milan, Mondadori, 2017.

Tournaire 1902 = Albert Tournaire, Fouilles de Delphes, t. II : Topographie et architecture, Paris, Fontemoing, 1902.

Travlos 1971 = John Travlos, Bildlexikon zur Topographie des antiken Athen, Tübingen, Wasmuth, 1971.

Trendall 1938 = Arthur D. Trendall, Frühitaliotische Vasen, Leipzig, Keller, 1938.

Trendall 1967 = Arthur D. Trendall, The Red-figured Vases of Lucania, Campania and Sicily, Oxford, Clarendon Press, 1967.

Trendall, Cambitoglou 1978 = Arthur D. Trendall, Alexander Cambitoglou, The Red-figured Vases of Apulia, vol. 1 : Early and Middle Apulian, Oxford, Clarendon Press, 1978.

Triantis 2000 = Stelios Triantis, « Παρατηρήσεις στα αρχαϊκά αετώµατα του νάου του Απόλλωνα », in Anne Jacquemin (éd.), Delphes cent ans après la Grande Fouille : essai de bilan. Actes du colloque international organisé par l’École française d’Athènes, Athènes-Delphes, 17-20 septembre 1992, Athènes, EFA, BCH Suppl. 36, 2000, p. 349‑354.

Vallois 1931 = René Vallois, « Les strophes mutilés du Péan de Philodamos », BCH 55, 1931, p. 241‑364.

Vergnieux, Delevoie (éd.) 2015 = Robert Vergnieux, Caroline Delevoie (éd.), Virtual Retrospect 2013, actes du colloque de Pessac, 27-29 novembre 2013, Bordeaux, Ausonius, Archéovision 6, 2015.

Zagdoun 1977 = Mary Anne Zagdoun, FD IV, 6. Reliefs, Paris, De Boccard, 1977.

Zografou 2010 = Athanassia Zografou, Chemins d’Hécate : portes, routes, carrefours et autres figures de l’entre‑deux, Liège, CIERGA, Kernos Suppl. 24, 2010.

Haut de page

Notes

1 Pausanias, X, 9, 1 : ἀνωτάτω τοῦ ἄστεώς ἐστι. Tout en haut de la ville, le sanctuaire n’occupe cependant pas un site d’acropole, puisque l’ensemble est dominé par la paroi à pic de la Phédriade occidentale.

2 Voir Marcadé 1969, p. 461‑464 : la statue est connue par un passage des Aitiai de Callimaque, des tétradrachmes athéniens du iie siècle où elle apparaît comme symbole secondaire à côté de la chouette au revers (Lacroix 1949, p. 203‑204, pl. xvii, 1) et des empreintes de sceaux retrouvées à Délos (Bruneau, Ducat 2005, p. 144, fig. 37). Voir aussi Bruneau 1970, p. 54‑59 : le dieu tenait son arc et ses flèches de la main gauche et avait dans sa main droite un plateau supportant les trois Charites.

3 Pline, Histoire naturelle, XXXIV, 75 ; Pausanias, II, 10, 5 et IX, 10, 2. Ces statues représentant le dieu avec un cerf sont dues toutes deux à Canachos, sculpteur de l’époque archaïque. L’image du dieu de Didymes fut emportée par les Perses et rendue au sanctuaire par les Séleucides. On peut citer également les images du dieu invoqué contre les fléaux naturels que sont les sauterelles – le Parnopios de Phidias à l’acropole d’Athènes (Pausanias, I, 24, 8) –, les souris dans les greniers – le Smintheus de Scopas à Chrysé de Troade (Strabon, XIII, 1, 48 = C 604 et Flashar 1992, p. 46‑49) – ou les lézards verts – le Sauroctone de Praxitèle que Pline vit à Rome, mais dont l’emplacement originel est inconnu (Histoire naturelle, XXXIV, 70).

4 Pausanias, X, 24, 5. Philochore (FgrH 328 F 7) situe le tombeau de Dionysos près de cette statue.

5 Platon, Euthydème, 299 b.

6 J. Bousquet, CID II, 43, l. 29‑32.

7 Pausanias, X, 15, 2. Voir infra.

8 Hérodote, VIII, 121 ; Pausanias, 14, 5. Sur l’identification de la base et l’identité du sculpteur, voir Jacquemin, Laroche 1988.

9 Certains points ont été développés lors du colloque Στα βήµατα του Παυσανία qui s’est tenu à Athènes du 3 au 5 mai 2007 et dont les actes n’ont pas été publiés. La communication intitulée « Pausanias Auxanios, un autre Loxias ou quelques énigmes delphiques » portait sur l’édifice de la terrasse de Marmaria connu comme « le temple en calcaire », les frontons du temple du ive siècle et l’intervention d’Hérode Atticus au stade. Les questions relatives aux frontons ont été largement discutées avec Francis Croissant, mais aucun de nous n’est parvenu à convaincre l’autre. Il n’en demeure pas moins que sans son travail patient d’identification des fragments, de reconstruction méthodique du décor sculpté du temple, l’interrogation n’eût point été possible. Nous ne parlerons pas des douze métopes du pronaos et de l’opisthodome dont aucun vestige n’a été trouvé et dont les indices qui pourraient faire penser à des œuvres de sculpture attribuables aux sculpteurs des frontons (J. Bousquet, CID II, 57, 1‑10) doivent beaucoup à des restitutions. Malgré leur prise en compte par E. Hansen (Amandry, Hansen 2010, 14, p. 432, n. 9 et p. 433, fig. 18.3 avec deux restitutions de la frise), il nous paraît plus prudent de suivre sur ce point Croissant 2011, essentiellement p. 321.

10 Hérodote, V, 62. Selon l’historien qui laisse entendre que leurs richesses et leurs relations le leur permettaient, ils firent la façade orientale en marbre pour le prix convenu d’une construction en tuf.

11 Picard, La Coste-Messelière 1931, p. 67‑74.

12 Plassart 1940. Eschyle, Euménides, 9‑16 : Apollon, après avoir quitté Délos, aborde en Attique et les Athéniens, qualifiés d’« enfants d’Héphaïstos », lui ouvrent un chemin à travers le monde sauvage, qui est celui de la Béotie, que le poète ne nomme pas.

13 L’état lacunaire du fronton occidental a en général découragé les spécialistes, à l’exception de S. Triantis dont le dessin de restitution est très hypothétique (Triantis 2000).

14 Cet aspect a été bien mis en lumière dans Croissant 1996.

15 Pausanias, X, 19, 4. Ce point a été souligné dans Hitzig, Blümner (éd.) 1910, p. 732 (commentaire à p. 568, l. 15 = X, 19, 4) ; Daux 1936, p. 167 ; Eckstein, Bol (éd.) 1989, p. 238, n. 92. M. Torelli, en revanche, ne manifeste aucun étonnement (Torelli [éd.] 2017, p. 374).

16 Pausanias, X, 19, 5 – 23, 14. Après une énumération de ce qu’on trouve « dans le pronaos, celui qui est à Delphes » (ἐν τῷ προνάῳ τῷ ἐν ∆ελφοῖς – X, 24, 1), Pausanias emploie ναός dans un sens restreint pour désigner l’intérieur du temple (X, 24, 4 et 5) avant d’utiliser le terme pour renvoyer à l’édifice dans son intégralité (X, 24, 6 et 7), comme il l’avait fait dans son histoire des temples successifs (X, 5, 9‑13).

17 Le trophée étolien pourrait donner une indication, puisque ses vestiges ont été trouvés à l’ouest (Courby 1927, p. 288‑289). Ce monument, dont le type est bien connu par les émissions monétaires de la Confédération étolienne, était la copie de celui qui se dressait dans le sanctuaire de Thermos (Knœpfler 2007).

18 Croissant 1980, p. 172‑179. Dans sa conclusion (p. 179), Fr. Croissant reste prudent et ne propose pas une correction du texte. Après avoir rappelé la place qu’a longtemps tenue dans la recherche « le coucher du Soleil » (Croissant 2003, p. 12 ; 24‑25), il a réaffirmé cette position dans la publication définitive (p. 12 et 125‑127). Si J. Bousquet a approuvé l’hypothèse de Fr. Croissant (Bousquet 1988, p. 103), cette remarque qui faisait disparaître un hapax iconographique n’a point été reprise par M. Torelli dans son commentaire accompagnant l’édition du livre X de Pausanias (n. 15).

19 L. Lerat, alors chargé de l’étude des sculptures hellénistiques et romaines de Delphes, avait attribué à la figure centrale du fronton occidental une tête « mitréphore », pour laquelle il devait proposer peu après un raccord avec un fragment de torse. Devant la réaction des spécialistes de sculpture delphique, il jugea plus sage de changer de domaine et de se consacrer à la Delphes d’époque mycénienne et géométrique, avant d’écrire une thèse de géographie historique sur les Locriens de l’Ouest, peuple méprisé dans l’Antiquité et qui ne suscitait qu’un intérêt médiocre chez les Modernes.

20 L’étude de L. Lacroix consacrée aux chevaux et attelages légendaires, et particulièrement à ceux des divinités astrales (Lacroix 1974, p. 92‑10 et pl. xxiii-xxvi), montre que l’art grec connaît les couchers de la Lune et des étoiles, mais paraît ignorer celui du Soleil.

21 Il convient de supprimer la majuscule d’ἡλίου, car il s’agit là d’une expression banale qu’on trouve, par exemple, chez Thucydide (II, 96) pour situer géographiquement les Tilatiens de Thrace.

22 Il faut souligner que cette publication bénéficie du talent graphique de K. Iliakis alliant dans ses dessins précision et élégance.

23 Pausanias, X, 19, 1. Il s’agit des armes qui déclenchèrent le scandale indirectement à l’origine de la quatrième guerre sacrée en 340 : Eschine, Contre Ctésiphon, 115‑121. La seule trace qui en subsiste, l’empreinte d’un bouclier allongé, se trouve sur une métope, et non sur une architrave, comme l’indiquerait le texte de Pausanias.

24 Pausanias, VII, 26, 6.

25 Pausanias, II, 11, 8. Il faut comprendre que les Nikai sont des figures d’acrotères.

26 Pausanias, IX, 11, 6.

27 Pausanias, V, 10, 5‑6 ; VIII, 45, 6‑7.

28 Pausanias, I, 24, 5.

29 Croissant 2003, p. 125, n. 16, renvoyant à Vallois 1931, p. 348 et à Lapalus 1947, p. 205‑207.

30 On pourrait certes justifier le caractère asclépiéien du décor, en disant que la scène d’enlèvement de l’acrotère central est celui de Coronis par Apollon, dont Asclépios fut le produit, ou que les fils du dieu, Machaon et Podalire, participèrent à la guerre de Troie.

31 Croissant 2003, p. 26‑27 avec de larges citations de Picard 1963, p. 933‑936 (les frontons), p. 1025‑1027 et pl. xxvi (la tête mitréphore).

32 Marcadé 1977. Il avait pensé à une rencontre des deux dieux, mais la composition des frontons n’était guère favorable à la présence de deux figures au centre. Dans cet article, J. Marcadé réglait (p. 402‑408) la question du caractère dionysiaque ou apollinien de la mitra en expliquant que le mot peut désigner, entre autres, une coiffe qui couvre les cheveux comme une sorte de turban, propre à Dionysos, ce qui est le sens que retient H. Brandenburg (Brandenburg 1966, p. 151), et une bandelette frontale qui pare certains Apollons, sens que les archéologues ont souvent adopté (p. ex. Picard 1932), mais que rejetait l’auteur de la dissertation (Brandenburg 1966, p. 138‑139).

33 Il convient de souligner qu’aucune des informations ne provient du Journal de la Grande Fouille et d’un contexte archéologique clair, à l’exception d’un cas (voir ci‑dessous).

34 Le texte du registre d’inventaire en date du 24 février 1896, cité dans Croissant 2003, p. 89, n. 7 (« indication prolixe, mais passablement confuse »), mentionne une découverte de « surface », « immédia­tement à l’ouest du péribole à la hauteur du mur polygonal entre les deux branches du chemin de fer non loin de la courbe de la voie ferrée qui va de la maison au temple » : il s’éclaire par des photographies de blocs entreposés au terme de trajets en wagonnets Decauville.

35 Fr. Croissant a rendu à cette statue son identité de panthère (Croissant 2003, p. 94‑95).

36 Ces hypothèses ont été, pour certaines, évoquées par Fr. Croissant lui‑même qui les a rejetées. Le compte-rendu donné dans Prost 2005 pose bien les problèmes d’échelle entre les figures que nous avons également rencontrés (p. 587‑580).

37 Voir sur ce point Prost 2005, p. 579‑581.

38 Marcadé 1994.

39 Croissant 1974, principalement p. 588.

40 Voir Croissant 1996 ; Strauss Clay 1996 ; Croissant 2003, p. 165‑182.

41 Pausanias, V, 10, 4.

42 Cependant, de façon curieuse, dans le Journal de la Grande Fouille, ce sobriquet désigne une autre statue trouvée un an plus tard, en août 1894, avec le « philosophe » et l’homme en chiton et himation, dans l’édifice situé à l’est de l’offrande de Daochos. Cette statue fut ultérieurement désignée comme la « Pseudo-Artémise » (inv. 1817).

43 Une photographie (fig. 6a) vraisemblablement de début octobre 1893 – une lettre de L. Couve à Th. Homolle du 7 octobre mentionne la prise de photographies – montre la statue à un endroit proche de son lieu de trouvaille. En 1901, comme le montre l’élévation dessinée alors par A. Tournaire (Tournaire 1902, pl. viii, reprise Hansen, Algreen-Ussing [éd.] 1975, pl. F), elle est déjà installée à l’emplacement qui fut le sien jusqu’en 1977 quand P. Thémélis la fit déposer au musée. Après un séjour sous le portique d’entrée, elle gagna les salles d’exposition lors du réaménagement du début du xxie siècle. Une légende delphique transmise oralement par J. Bousquet laissait entendre que son poids et le peu d’intérêt qu’elle suscitait expliqueraient qu’on eût cessé de la transporter au bout de quelques mètres. La mention de sa découverte le 31 juillet 1893 n’est cependant accompagnée d’aucun commentaire désobligeant dans le Journal de fouille. L’interruption imprévue de la fouille entre le 5 août et le 3 octobre fut sans doute la cause de son abandon et de sa longue absence de la bibliographie delphique, alors que sa position en avait longtemps fait une attraction pour les touristes qui n’avaient cessé de la photographier en lui attribuant bien des visages.

44 Croissant 1978. Cependant ni la figure centrale du fronton occidental ni deux des Thyiades les mieux conservées (II et IV) ne présentent ce recreusement (Croissant 2003, p. 138).

45 Thémélis 1976.

46 Dans l’article « Apollon » du LIMC II (Palagia 1984), le no 101 (p. 201 et pl. 192) est le torse de citharède debout, inv. 1344, que l’auteur de la notice sépare de la tête, inv. 2380, qui le surmonte au musée de Delphes (et sur la photographie pl. 192) ; le no 179 (p. 207 et pl. 198) est l’Apollon assis que Fr. Croissant a reconstitué à partir de nombreux fragments et le no 189 (p. 208 et pl. 199), l’Apollon retenu par P. Thémélis, dans lequel O. Palagia veut voir une figure féminine.

47 Amandry, Hansen 2010, p. 453, fig. 18.20.

48 Amandry, Hansen 2010, p. 416, fig. 17.8 et p. 419.

49 Amandry, Hansen 2010, p. 419.

50 Cependant on remarque que le siège de cette statue est creusé, sans doute pour recevoir des pièces rapportées qui ne peuvent être que des éléments naturels, semblables aux nombreux rochers identifiés par Fr. Croissant qu’il associe aux Muses (Croissant 2003, p. 110‑111).

51 C’était le cas du moins quand Cyriaque d’Ancône et, trois siècles plus tard, J. Stuart et N. Revett le dessinèrent, avant sa destruction en 1827 lors du siège de l’Acropole. Andreae 2001, pl. 24. L’étude fouillée de P. Amandry revient sur l’histoire de ce monument (Amandry 1997, notamment p. 446‑463). La statue, qui avait déjà perdu sa tête au milieu du xve siècle et que les voyageurs restituaient de manière indubitablement féminine, fut emportée en 1802 par Elgin et se trouve aujourd’hui au British Museum (Catalogue of Sculptures, I, no 432). Ceux qui voulaient voir en elle un apport au monument de Thrasyllos dû à son fils qui était agonothète du concours de dithyrambe des Dionysies de 271/0 la dataient du premier tiers du iiie siècle, mais J. Marcadé (cité dans Amandry 1997, p. 460, n. 30) préférait une date dans le dernier tiers du ive siècle. Pour P. Amandry, la statue, certes contemporaine de Thrasyllos, vainqueur aux Dionysies de 320/319, aurait été installée lors du réaménagement de la grotte en église : la statue supposée féminine aurait représenté la Vierge, ce qui expliquerait sa survie, à l’image de la rencontre de Niké et d’Héra de la métope près de l’angle nord‑ouest de la frise du Parthénon prise pour une Annonciation. Nous reviendrons prochainement sur la consécration de Thrasyllos.

52 Croissant 2003, p. 87‑92.

53 Pausanias, X, 24, 4.

54 Mais, comme Plutarque (Sur l’E de Delphes 2, 385 C) le remarque aussi et classe le fait au nombre des « énigmes » qui entourent le dieu pythien, il ne peut s’agir d’une erreur de Pausanias.

55 Pausanias, X, 25, 4. Voir Parke 1935.

56 Frazer 1898, V, p. 352.

57 Hitzig, Blümner (éd.) 1910, p. 752.

58 Amsterdam, musée Allard Pierson 2579 : Trendall 1938, p. 28, pl. 32 ; Trendall, Cambitoglou 1978, p. 36, no 2/10 ; pl. 2/9. Sur ce vase malheureusement fragmentaire, on voit Dionysos (nom inscrit) assis près d’une femme jouant du tympanon, un Silène avec un canthare vide près d’un trépied de grande dimension, Apollon (nom inscrit) jouant de la lyre, une femme assise portant un chiton avec des bandes croisées sur la poitrine, sans doute Artémis. A. D. Trendall, pour qui l’effigie divine évoque un bronze des années 480, pense que le temple est celui d’Apollon à Tarente, mais l’association des deux dieux pourrait faire davantage songer à un contexte delphique. Il ne faut pas oublier que les Tarentins avaient offert deux groupes de statues dans la première moitié du ve siècle et en avaient renouvelé d’une certaine façon la consécration dans la seconde moitié du ive siècle, comme le montrent les deux dédicaces de chacun des monuments, mais aussi qu’ils avaient le privilège de figurer en tête, à égalité avec les Thouriens, dans la liste des Italiotes qui faisaient des consultations publiques de l’oracle et que le nom Tarantinos a été porté par plusieurs Delphiens (Fraser, Matthews [éd.] 2000, p. 400‑401, s. v. Ταραντῖνος – 43 occurrences).

59 Pindare, Pyth. V, 39‑42. Voir Roux 1962.

60 Pour une autre hypothèse, celle d’un agyieus d’or, voir ci‑dessous.

61 Svoronos 1896, essentiellement p3348.

62 Svoronos 1896, pl. xxix, 11‑15. Sur cette base, voir Amandry 1993 – repris dans Amandry, Hansen 2010, p. 100‑117 – qui proposait, avec réserves, d’y placer soit l’omphalos soit un Apollon consacré par l’amphictionie sur l’amende des Phocidiens.

63 Croissant 2003, p. 5‑7 et pl. 1. Il s’agit de deux monnaies au type d’Hadrien et une à celui de Faustine l’Aînée (Svoronos 1896, pl. xxvii, 12 [M1], 10‑11 [M2], xix, 18).

64 Les deux autres grands types d’Apollon présents à Delphes après la reconstruction du temple au ive siècle – l’Apollon assis sur l’omphalos des monnaies amphictioniques et le citharède, type créé par Euphranor à Athènes pour l’Apollon Patrôos (voir Palagia 1980) et diffusé à Delphes par les pythaïdes et l’iconographie des frontons, œuvres de sculpteurs athéniens (Flashar 1992) – figurent aussi sur les monnaies d’Hadrien, à la différence de l’Apollon sur le trépied de la façade orientale du temple.

65 Comme le devis descriptif (CID II, 116) est conservé de façon très lacunaire et que la première stèle des versements de la polis de Delphes qui pouvait donner le nom de l’architecte est perdue, il est possible que le concepteur du bâtiment ait été le Corinthien Spintharos mentionné par Pausanias (X, 5, 13) ; les architectes et architectes-adjoints dont les salaires figurent dans les Comptes ne seraient alors que des chefs de chantier.

66 Rolley 1994, p. 398‑399 et fig. 431 et p. 343‑344 et fig. 355.

67 Ce sanctuaire de l’Apollon au loup était lié à un gymnase qui servait à la mobilisation de l’infanterie athénienne et à l’entraînement de la cavalerie (Travlos 1971, P. 345‑347 ; Jameson 1980). Un règlement des années 440 imposait une cotisation annuelle aux hoplites, cavaliers et archers (IG I3 138). Sur le type de la statue connue par une description de Lucien (Anacharsis, 7) et la discussion relative à son créateur, voir Rolley 1999, p. 262‑263 et Pasquier, Martinez (éd.) 2007, p. 232‑239 : le véritable type, vraisemblablement attribuable à Euphranor, est connu par une série de petites répliques en ivoire (agora d’Athènes), en bronze et en marbre (Musée archéologique national d’Athènes, provenant de Patras et d’Épidaure).

68 Une origine athénienne de l’œuvre convient de plus à cette période (voir Croissant 1996). On pourrait aussi voir là un écho anthropomorphe du loup dont la statue, offrande des Delphiens, se dressait près de l’autel (Pausanias, X, 14, 7).

69 CID II 43, l. 29‑30.

70 P. Amandry, Guide de Delphes : le musée, p. 206‑219.

71 En octobre 2020, nous avons examiné à nouveau ces blocs, qui proviennent d’une base trop grande pour coïncider avec les traces du dallage de l’opisthodome.

72 Voir pour le rapprochement de la colonne avec la base dite « Pan », du nom du carrier et entrepreneur argien Pancratès, dont le nom se lit plusieurs fois, abrégé ou entier, voir Pouilloux, Roux 1963, p. 123‑149.

73 Pausanias, X, 15, 2.

74 Martinez 1997, p. 40.

75 Voir P. Perdrizet, Journal de la Grande Fouille, 18 mai 1894 : l’archéologue fonde son identification sur un rapprochement avec un vase du style de Kertch. Ce premier fragment répertorié a été trouvé « dans le prolongement du grand autel, à 13 m de l’angle sud‑est, à 1,50 m au‑dessus du niveau de la Voie Sacrée ». Les fouilleurs avaient déjà trouvé un omphalos l’année précédente : voir L. Couve, Journal de la Grande Fouille, 13 juin 1893 – cet objet, en calcaire de Saint‑Élie, trouvé contre un mur, derrière le trésor des Athéniens, y est indûment dit « de marbre ».

76 F. Courby crut avoir retrouvé le « vrai » omphalos (Courby 1915, p. 69‑70), mais cet objet fut ultérieurement identifié par J. Bousquet comme le couvercle d’une iconostase du village de Castri (Bousquet 1951).

77 Voir une synthèse sur la question dans Amandry 1992, repris dans Amandry, Hansen 2010, p. 85‑100.

78 Voir Pouilloux, Roux 1963, p. 123‑149 et Martinez 1997.

79 Voir pour les recherches en cours Martinez 1997 ; Martinez 1995 ; Thibault, Martinez 2008. Sur ces derniers travaux réalisés dans le cadre du mécénat d’EDF, voir aussi le film de Ph. Percebois et C. Rocchesani, Diola Production, 2007, en ligne, https://vimeo.com/294122618.

80 P. Perdrizet, Journal de la Grande Fouille, 16 mai 1894.

81 Le prélude inspiré à Cl. Debussy par les photographies du groupe féminin a pu jouer un rôle dans la diffusion de ce nom, comme leur coiffure et leur vêtement court qui ressemblent beaucoup à ceux que Callimachos donna à ses danseuses laconiennes, si du moins on se fie aux copies qui en sont connues (voir Rolley 1999, p. 152‑154 : à la différence des Ménades en vêtement long [fig. 157], les Lacédémoniennes sont court-vêtues [fig. 156]). Cependant, comme l’ont bien noté J. Marcadé (Marcadé 1974) et Fr. Croissant à qui l’on doit l’heureuse formule de « caryatides aériennes » (dans Guide de Delphes : le musée, p. 84‑90), le geste du bras et la position du corps ne sont pas ceux de danseuses. Ces figures ne posent pas non plus pied sur un sol. L’idée de danse a longtemps guidé la recherche d’une identification : les Charites, les Muses delphiques sous leur forme de triade, les Cnidiennes filles de Triopas, les Cyrénéennes, quand on identifiait le feuillage de la colonne à celui du silphion, ces dernières ayant un lien fort avec les Lacaenae saltantes (Pline l’Ancien, Histoire naturelle, XXXIV, 92).

82 Bousquet 1964.

83 L’hypothèse de Jean‑Marc Luce (Luce 2001), qui donne un véritable rôle à ces figures féminines, celui de jeunes filles ayant enseigné la mantique à Apollon, directement ou non, selon les traditions qui font parfois intervenir comme intermédiaires Hermès ou Athéna, et justifie pleinement leur lien avec le trépied, sera examinée plus loin, dans l’interprétation globale du monument.

84 Hésychius, s. v. ἀγρηνόν· <ἔνδυµα> δικτυοειδὲς ὅ περτίθενται οἱ βακχεύοντες ∆ιονύσῳ – vêtement, à l’aspect de filet dont s’enveloppent les bacchants en l’honneur de Dionysos ; Pollux, Onomasticon, IV, 116 : ἀγρηνόν· τὸ δ᾽ἦν πλέγµα ἐξ ἐρίων δικτυῶδες περὶ πᾶν τὸ σῶµα, ὃ Τειρεσίας ἐπεβάλλετο ἤ τις ἄλλος µάντις – vêtement de laine, à l’aspect de filet, enveloppant tout le corps, que portait (au théâtre) Tirésias et tout autre devin ; Chantraine 2009, p. 14, s. v. ἀγρηνά. Le substantif est tiré de ἄγρα « fait d’attraper, chasse (ou pêche), gibier ».

85 On ne tient pas compte ici de la partie inférieure non travaillée, contre laquelle venait s’appuyer la couronne de pierre représentant le bord de la cuve du trépied, bien que la façon dont se poursuit l’agrènon jusqu’au bord inférieur sculpté montre que l’objet représenté était censé se poursuivre au‑delà de cette limite. L. R. Farnell voulait voir dans l’omphalos une version modifiée de l’agyieus (Farnell 1907, p. 308), mais ces deux pierres diffèrent non seulement par la forme, mais aussi par la fonction, puisque l’une (l’omphalos) est un attribut du dieu, alors que l’autre (l’agyieus) est le dieu même.

86 Les dimensions de la mortaise (8 × 12 cm, prof. 13 cm) indiquent un scellement en bois, comme c’est le cas de la plupart des structures verticales (tambours de colonnes) à Delphes ou ailleurs. Le creusement de la mortaise a fait disparaître la partie centrale du trou de louve, moins profond.

87 Quantin 2011. Sur l’aniconisme et le culte des pierres en Grèce, voir Gaifman 2012.

88 Saglio 1969, citant Pollux, Onomasticon, IV, 116.

89 Di Filippo Balestrazzi 1996. La dédicace du monument aniconique par Pratomédès s’adresse à un Apollon sans épiclèse, même si le grand Apollon de Cyrène est Apollon Karneios (Pindare, Pyth. V, 63‑81 ; Callimaque, Hymnes, II [Apollon]), l’Apollon dorien venu de Sparte par l’intermédiaire de la métropole Théra. En Laconie, ce dieu pouvait prendre la forme d’un tronc de pyramide surmonté d’une tête de bélier : pour un exemplaire du viie siècle, voir Le Roy 1965, p. 370‑376, et, pour une version plus récente en forme d’herme à Las, près de Gytheion, Schröder 1904. Sur cet aspect thériomorphe du dieu, voir Richer 2012, p. 435‑438.

90 Voir Chamoux 1953, p. 293‑300 et surtout l’étude générale accompagnée d’un catalogue de 159 numéros : Beschi 1969-1970.

91 Martinez 1997, p. 41, n. 19. Musée de Thèbes, inv. 317. Keramopoullos 1921, p. 172‑177. Le réexamen du texte par Chr. Habicht a conduit à dater ce texte non plus du iiie siècle, mais du début du iie siècle (Habicht 1987).

92 Il y a également un disque au‑dessus du bétyle apollinien de Cyrène ; la première interprétation qui vient à l’esprit est celle d’un ménisque comparable avec ceux qui surmontaient les têtes de certaines statues archaïques.

93 Bieber 1961, fig. 659. Sur le plateau est posé un van (λίκνον) rempli de fruits.

94 Schamp 1981 ; Di Filippo Balestrazzi 1984. Pausanias (X, 5, 8) cite deux vers de la poétesse d’époque hellénistique Boio de Delphes (fr. 1 Powell) qui attribue l’installation de l’oracle de Delphes à deux « enfants des Hyperboréens », Pagasos, éponyme de la cité thessalienne de Pagasai, et Agyieus, héros dont le nom est homonyme d’une épiclèse d’Apollon, comme Hyakinthos à Amyclées de Laconie.

95 Zografou 2010, p. 123‑152.

96 Le motif de la danseuse court-vêtue est connu à Tarente, en Lycie, mais aussi comme décor du péplos d’Athéna sur une amphore panathénaïque : voir les références données par Cl. Rolley (Rolley 1999, p. 153). Les danseuses des Karneia qui se mêlent à des danseurs sont connues par le cratère à volutes apulien du musée de Tarente inv. 8263 : Trendall 1967, p. 55, no 280 et pl. 24.

97 Pour ces plaques, voir Carettoni 1988, p. 267‑272. Pour cette plaque précisément, voir p. 270 et fig. 123.

98 Hymne homérique à Hermès, 552‑564 – d’autres versions du vers 552 donnent cependant Μοῖραι ou Σεµναί. J.‑M. Luce (Luce 2001) retrouve les Thries dans les trois figures féminines assises, aptères, coiffées de polos et long-vêtues du relief consacré par Kleuménès à Artémis (Zagdoun 1977, nos 8 et 9, p. 32‑40). Ces divinités secondaires semblent en effet, à lire les sources plus tardives, avoir perdu les ailes qui les faisaient divines.

99 Voir Rolley 1994, p. 269 et fig. 272 (acrotère du temple d’Aléa, vers 340).

100 Pindare, Olympiques, II, 70‑71. Les Brises, filles d’Océan, ont été parfois confondues avec les Néréides qui escortent Pélée en ce séjour d’immortalité heureuse où il retrouve Achille (Euripide, Andromaque, 1253-1272). Les Aurai n’ont jamais d’ailes, elles peuvent utiliser leur voile comme une voile, ainsi que le dit Pline à propos de statues de la schola du Portique d’Octavie à Rome (HN XXXVI, 29 : duaeque Aurae velificantes sua veste). Un skyphos italiote à figures rouges de la fin du ve siècle, conservé au musée Nicholson de l’Université de Sidney (inv. 53.30), représente une telle figure féminine avec l’inscription ΑΥΡΑ (Trendall 1967, 70/253 et pl. 33.1). Parmi les acrotères utilisant ce motif, on peut noter ceux du temple de Bassai, conservés au Louvre (Hofkes-Brukker 1965) ; les acrotères de la façade ouest du temple d’Épidaure (Rolley 1994, p. 206‑208, fig. 193 et 195) représentent des Aurai cavalières au moment où elles s’apprêtent à poser pied à terre ; le thème était également celui des acrotères du temple de Poséidon à Hermione, mais les chevaux étaient remplacés par des hippocampes (Bielefeld 1969).

101 Depuis 480 et à la suite d’un oracle d’Apollon Pythien, les Delphiens rendaient un culte aux vents à qui ils avaient élevé, près du sanctuaire de Thyia, fille de Képhisos, le fleuve d’au‑delà du Parnasse, un autel sur lequel ils accomplissaient des sacrifices propitiatoires (Hérodote, VII, 178).

102 Marcadé 1993. La publication des frontons du temple du ive siècle de Fr. Croissant laisse de côté la question des acrotères. Parmi les nombreux fragments non attribués à l’un ou l’autre des frontons (torses, draperies), il n’est pas impossible que certains aient appartenu aux acrotères. Si l’Apollon au trépied était la figure centrale d’acrotère, il serait logique qu’il subsiste également des vestiges des acrotères latéraux.

103 Voir Bommelaer 2015, SD 518, p. 195, fig. 69.

104 Pausanias, X, 15, 4‑5.

105 Jacquemin, Laroche 2001.

106 Lefèvre 1998, p. 25.

107 Cette ambiguïté est commune à la plupart des statues monumentales dont la hauteur indiquée inclut généralement celle de sa base.

108 La hauteur exacte du monument n’est pas connue et on ignore la répartition entre le socle et la statue elle‑même.

109 Jacquemin, Laroche 1988.

110 Pomtow 1912, p. 87‑94 et fig. 9, p. 90 ; Bommelaer 2015, p. 223‑225.

111 Eckstein 1969, p. 54‑60 et surtout fig. 13 p. 58.

112 Pausanias, X, 15, 1‑2 : τὸ δὲ Ἀµφικτυόνων ἐστίν, ὅτε Φωκεῦσιν ἀπεργαζοµένοις τοῦ θεοῦ τὴν χώραν ἐπέβαλον χρηµάτων ζηµίαν. ὁ δὲ Ἀπόλλων οὗτος καλεῖται µὲν ὑπὸ τῶν ∆ελφῶν Σιτάλκας, µέγεθος δὲ πέντε πηχῶν καὶ τριάκοντα ἐστι.

113 Il ne s’agit pas d’une épiclèse, d’une dénomination en rapport avec le culte, qui, dans ce cas, aurait une origine amphictionique, mais d’une sorte de sobriquet évocateur propre aux habitants du lieu.

114 C’est la traduction que propose A. Bailly qui renvoie à la même étymologie pour le nom royal thrace connu sous sa forme attique de Sitalkès. Liddle-Scott-Jones ne propose pas de traduction et se contente de gloser « epith. of Apollo at Delphi ». Le nom ne figure dans le Dictionnaire étymologique de la langue grecque de P. Chantraine à aucun de ses composants.

115 Pour le premier, voir Hérodote, IV, 80 et VII, 137 ; Thucydide, II, 101 ; IV, 101 et Aristophane, Acharniens, 134 ; 141 ; pour le second, Arrien, Anabase, I, 28, 4 ; III, 26, 3 et VI, 27, 3‑4.

116 Xénophon, Anabase, VI, 1, 5‑6. Le nom du chant est associé au roi homonyme par les commentateurs (voir Brownson 1922, p. 438, n. 1).

117 Lanérès 2012 : le terme agalma se rapportait plus précisément à une représentation aniconique, mais cette restriction ne nous paraît pas véritablement fondée. Un autel du ier siècle apr. J.‑C., conservé au Musée archéologique national d’Athènes (inv. 1730 – LIMC II, Apollon 219), associe une image anthropomorphe d’Apollon à une série d’épiclèses qualifiant le dieu, Agyieus, Prostatèrios, Patrôos, Pythios, Klarios, Panionios.

118 Parke 1939 – l’étude relative au Sitalkas se trouve p. 65‑71. L’un des points importants de son étude concerne le rêve d’Onomarchos (Diodore, XVI, 33, 1) qui a fait l’objet d’une relecture récente dans une perspective différente qui dégage bien le mécanisme de création du récit chez Diodore, ou plutôt chez sa source : Azoulay 2010.

119 Chantraine 2009, p. 144, s. v. ἄχνη : ce terme qui désigne aussi l’écume peut être apparenté à ἄχυρον (Chantraine 2009, p. 145, s. v. ἀχυρα), surtout employé au pluriel, qui renvoie à tous les sous-produits de la céréaliculture (paille, balle et son).

120 On ne peut écarter l’hypothèse que le nom de Sitalkas ait été mal interprété par Pausanias qui aurait fait le rapprochement avec la guerre sacrée.

121 Cette iconographie rappelle la représentation d’Apollon sur son trépied volant de l’hydrie du Peintre de Berlin des années 480‑470, trouvée à Vulci (Vatican, Museo Gregoriano Etrusco 16568) : voir Simon 1976, fig. 140‑141 et p. 109‑110 qui interprète la scène comme le retour d’Apollon reprenant au printemps sa fonction oraculaire dans le sanctuaire qu’avait gardé Dionysos.

122 Pausanias, X, 15, 7.

123 CID II, 36‑45. J. Bousquet parle d’« amende des Phocidiens » aussi bien pour le document delphique (36) que pour les reçus gravés à Élatée (37‑45).

124 Jacquemin 1986, p. 33.

125 Amandry, Hansen 2010, p. 112‑117.

126 Amandry, Hansen 2010, p. 285‑286, fig. 10.6.

127 Le double jeu de mortaises à l’ouest rend compte d’une modification au cours du chantier, qu’a bien décrite F. Courby : la première assise a été raccourcie, ou bien déplacée, de 11,5 cm.

128 Les statues des chefs phocidiens Onymarchos et Philomélos (CID II, 34, l. 56‑62) sont à exclure, car chacune a son socle (βαθρόν) qu’Eukratès a sorti du sanctuaire avec les statues, et il s’agissait de statues équestres, puisque Kléon a enlevé les chevaux et les statues.

129 Les fouilleurs ont découvert un fragment d’une base de Philippe II dédiée par les Amphisséens (Daux 1949, p. 258‑260). Il existait à Delphes une statue de Philippe II sur une colonne, comme il y en avait une du roi Archidamos III de Sparte (Alkétas, apud Athénée, XIII, 591 b‑c). E. Arena a proposé de restituer la colonne portant l’effigie royale sur la base portant la dédicace des Amphisséens (Arena 2004-2005).

130 Dans ce cas, la base SD 521 ne peut avoir porté l’offrande des Cyrénéens, car Pausanias écrit que le second Apollon amphictionique est voisin de ce monument.

131 Malgré l’importance de l’aulétique dans ce concours que montre bien la thèse de Sylvain Perrot, Musiques et musiciens à Delphes de l’époque archaïque à l’Antiquité tardive, soutenue le 7 décembre 2013 à l’université Paris-Sorbonne, Apollon n’est jamais représenté jouant de l’aulos. L’Apollon de l’époque archaïque et du premier âge classique est un lyricine qui s’accompagne de l’instrument à la carapace de tortue inventé par Hermès.

132 Comme l’a bien montré Fr. Croissant (Croissant 1996).

133 Sur la pente nord de l’acropole d’Athènes, dans le sanctuaire d’Apollon Hypoakraios, l’Apollon « au pied des Hautes Roches », qui servait de point de départ de la procession athénienne vers Delphes, se trouvait une borne du ive siècle av. J.‑C., portant l’inscription : ὅρος ἱερᾶς ὁδ δι᾽ ἧς πορεύεται ἡ Πυθαὶς ἐς ∆ελφούς (Travlos 1971, p. 91 et fig. 117 p. 93 – borne trouvée dans les fouilles américaines de l’Agora, I 5476). Dans les années 330‑325, à l’époque de l’achèvement des frontons et de l’exécution de la colonne d’acanthe, une Pythaïde conduite par Lycurgue et neuf collègues consacra un trépied à Delphes (Jacquemin, Mulliez, Rougemont 2012, no 54).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 — La terrasse du temple vers 320 av. J.‑C.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1053/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 478k
Titre Fig. 2 — Restitution des frontons du temple par Fr. Croissant.
Crédits Croissant 2003, pl. 83 ; dessin K. Iliakis.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1053/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Titre Fig. 3 — Citharède mitréphore (Apollon).
Crédits Cl. D. Laroche.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1053/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 653k
Titre Fig. 4 — Restitution des frontons du temple, nouvelle proposition.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1053/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Titre Fig. 5 — Statue d’Apollon assis sur un trépied.
Crédits a‑b : cl. D. Laroche ; c‑d : Croissant 2003, pl. 7, 1c‑d.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1053/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 521k
Titre Fig. 6 — Statue drapée assise.
Légende a. à l’époque des fouilles (1893) ; b‑c. exposée à l’angle sud‑est du mur polygonal.
Crédits Cl. W. Deonna, 1904.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1053/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 635k
Titre Fig. 7 — Coupe sur la façade orientale du temple, avec figure drapée assise (Dionysos).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1053/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 511k
Titre Fig. 8 — Comparaison des statues de Dionysos à Delphes et à Athènes.
Crédits Monument de Thrasyllos, statue aujourd’hui à Londres, British Museum 432.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1053/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 607k
Titre Fig. 9 — Base de l’opisthodome avec restitution des pieds d’une grande statue.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1053/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 379k
Titre Fig. 10 — Restitution d’une grande statue d’Apollon dans l’opisthodome du temple.
Légende Deux exemples de revers des monnaies de bronze émises à Delphes au nom de Faustine l’Aînée.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1053/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 473k
Titre Fig. 11 — Représentation schématique du programme iconographique du temple dans le contexte du sanctuaire à la fin du ive siècle av. J.‑C.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1053/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 393k
Titre Fig. 12 — a. Comparaison entre les deux « omphaloi » supposés de Delphes : pierre restituée au sommet de la colonne d’acanthe et pierre trouvée en contrebas du trésor des Athéniens. b. Exemples de sculptures aniconiques de Cyrène.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1053/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 665k
Titre Fig. 13 — Représentations aniconiques d’Apollon.
Légende a. Cyrène (exèdre de Pratomédès) ; b. monnaie d’Ambracie, d’après Schmitz 1867, p. 83 ; c. Apollonia d’Illyrie.
Crédits Dessin É. Follain, Vergnieux, Delevoie (éd.) 2015, p. 78, fig. 6.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1053/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 447k
Titre Fig. 14 — Stèle pour des juges de Thespies.
Crédits Musée de Thèbes ; cl. D. Laroche.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1053/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre Fig. 15 — Coupe en avant du temple, montrant la correspondance entre l’Apollon assis en acrotère central du temple et la représentation aniconique du dieu, au‑dessus de la colonne d’acanthe, tous deux posés sur un trépied.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1053/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 614k
Titre Fig. 16 — Interprétation du groupe sculpté de la colonne d’acanthe comme représentation de l’arrivée d’Apollon.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1053/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 601k
Titre Fig. 17 — Fondation de la base SD 523.
Crédits Relevé D. Laroche.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1053/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Titre Fig. 18 — Essai de restitution de SD 523.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1053/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 622k
Titre Fig. 19 — Panorama restitué de la place du pronaos à Delphes.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1053/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 613k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Jacquemin et Didier Laroche, « Apollon à Delphes au ive siècle »Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 144.1 | 2020, mis en ligne le 29 juin 2021, consulté le 17 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/bch/1053 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bch.1053

Haut de page

Auteurs

Anne Jacquemin

Professeur émérite, université de Strasbourg, UMR 7044 ARCHIMÈDE

Articles du même auteur

Didier Laroche

Architecte, ENSA Strasbourg, UMR 7044 ARCHIMÈDE

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search