Navigation – Plan du site

AccueilNuméros144.1Nouveaux catalogues militaires de...

Nouveaux catalogues militaires de Chorsiai en Béotie

Νέοι κατάλογοι στρατευσίµων των Χορσειών
New military catalogues from Chorsiai in Boeotia
Yannis Kalliontzis et Christel Müller

Résumés

Est ici publiée une stèle inédite, composée de deux fragments découverts en 2012 et 2017 et portant sept catalogues militaires de la cité de Chorsiai en Béotie du Sud‑Ouest. Ces documents, gravés sans doute par le même lapicide, s’échelonnent, d’après la nouvelle chronologie des archontes fédéraux, entre 223/222 et ca. 194/193 av. J.‑C. On compte un nouvel archonte, Kalliklès, qui peut être daté de 196/195. L’analyse de ces documents est l’occasion d’une réflexion portant principalement sur deux points : d’une part, les modalités d’application de la possible réforme militaire intervenue en Béotie dans le dernier quart du iiie s. malgré la présence d’éphèbes thyréaphores sous l’archonte Hippias I (221/220), alors que sous le même archonte à Aigosthènes ils sont classés parmi les peltophores ; d’autre part, le nombre de conscrits (entre un et sept) et la manière dont ce polisma contribuait, selon ses forces, à l’effort militaire du koinon béotien.

Haut de page

Notes de la rédaction

avec la collaboration d’Alexandra Charami (Directrice de l’Éphorie des antiquités de Béotie et du musée de Thèbes) [collaboratrice].

Notes de l’auteur

Nous remercions l’Éphorie des antiquités de Béotie de nous avoir autorisés à publier ces catalogues inédits. Nous remercions également Denis Knoepfler qui a financé notre mission en Béotie en 2012 grâce à une subvention de la Fondation du Collège de France accordée à la chaire d’épigraphie et d’histoire des cités grecques (voir Knoepfler 2013, p. 445). Cet article a été préparé dans le cadre du projet franco-allemand Corpus des inscriptions de la Béotie centrale financé par l’ANR et la DFG. Ces catalogues seront traités et commentés plus en détail dans Kalliontzis 2020. Nous remercions enfin Thierry Lucas pour la production des cartes de situation.

Texte intégral

  • 1 Sur l’utilité de ces catalogues pour les historiens du fait militaire, on se reportera à la thèse d (...)

1Les catalogues de conscrits forment en Béotie une catégorie documentaire d’une richesse exceptionnelle, qui fournit des indications essentielles pour l’histoire militaire de la région, mais aussi pour l’établissement des chiffres de population1. L’usage de transcrire ces listes, qui a fait florès à l’époque de la Confédération hellénistique (335‑171 av. J.‑C.), a même perduré quelque temps après la fin de cette dernière. Celles‑ci ont été gravées sur des supports variés, allant de la muraille de la cité comme à Hyettos, une habitude épigraphique qui a fait la célébrité de cette polis du Copaïs nord, à des monuments plus ordinaires, comme les stèles dressées dans des lieux publics. La plupart des documents n’ont, malheureusement, pas été retrouvés in situ, comme c’est le cas pour les inscriptions ici publiées, qui ont été découvertes à Chorsiai en 2012 et 2017.

  • 2 Sur les recherches à Chorsiai, voir Farinetti 2011, p. 352‑355.
  • 3 I.Thespies 38 : l’inscription a été « trouvée au Kastro de Chorsiai près du village de Chostia », a (...)
  • 4 Roesch 2007-2009. Sur cet inventaire sacré voir aussi Ma 2016, p. 38 et p. 176, n. 25.

2La petite cité béotienne de Chorsiai qui se trouve à l’est de Thisbé (fig. 1) a livré un nombre restreint d’inscriptions. H. Lolling avait déjà publié une première moisson de documents épigraphiques de la cité dans le volume des IG VII (nos 2383-2404). Des fouilles et des prospections de terrain, entreprises par J. M. Fossey, sont par ailleurs parues dans une série consacrée à l’archéologie de cette cité2. Parmi les trouvailles plus récentes, on mentionnera un inventaire sacré3 qui est vraisemblablement une pierre errante provenant de Thespies et qui figure désormais dans le corpus de cette cité, établi à partir des archives laissées par P. Roesch4. La source majeure d’où proviennent les documents gravés de Chorsiai est le monastère des Taxiarques qui se trouve au nord du site antique (fig. 2) : la plus grande partie des inscriptions présentes dans les IG VII avaient ainsi déjà été trouvées encastrées dans les murs de ce monastère.

Fig. 1 — Carte de la Béotie avec la localisation de Chorsiai.

Fig. 1 — Carte de la Béotie avec la localisation de Chorsiai.

DAO Thierry Lucas.

Fig. 2 — Région de Chorsiai avec le monastère des Taxiarques.

Fig. 2 — Région de Chorsiai avec le monastère des Taxiarques.

DAO Thierry Lucas.

3Lors d’une visite en août 2012, nous avons constaté que le monastère était en cours de rénovation. À cause de ces travaux, non autorisés par l’Éphorie des antiquités byzantines d’Eubée et de Béotie, une partie de ce bâtiment datant du xviiie s. avait été démolie. C’est très probablement dans le cadre de ces démolitions que les ouvriers ont trouvé une pierre inscrite et l’ont mise de côté sans autre mesure préventive : il n’est donc pas possible d’établir le contexte archéologique de son remploi. Un second fragment de la même inscription a été identifié en 2017 dans des circonstances analogues par Y. Kalliontzis. Le premier fragment a été transporté au musée de Thèbes, tandis que le second se trouve encore dans le dépôt du monastère. Un nouveau projet pour la restauration de ce dernier a été entrepris par l’Éphorie des antiquités byzantines, en collaboration désormais avec l’Éphorie des antiquités de Béotie.

Description du monument

4Les deux fragments de la pierre, jointifs sur une petite partie de leur surface, portent sept catalogues militaires et forment un monument de calcaire grisâtre, dont la nature est difficile à identifier : il s’agit soit d’une stèle malgré son épaisseur, soit d’une base. La surface qui porte le texte est finement travaillée. Les dimensions de l’ensemble sont les suivantes : h. 1,36 m, l. 0,36 m, ép. 0,40 m, h.l. 0,008-0,012 m. Le fragment A est brisé obliquement à droite et en bas et présente en haut une légère moulure. Le fragment B est brisé de tous côtés : sur ce fragment, les catalogues (à partir du no 5) sont séparés par des intervalles d’une ligne laissée vide, ce qui donne une mise en page un peu différente.

5Les catalogues, tous de la même écriture, ont probablement été gravés par le même lapicide. La forme des lettres est assez belle et présente des caractéristiques du dernier quart du iiie s. av. J.‑C. La barre médiane de l’alpha est incurvée et parfois brisée, le thêta a un point au milieu, le omicron est plus petit que les autres lettres. La forme du phi, en arbalète, est également caractéristique.

  • 5 Les questions militaires et institutionnelles suscitées par ces nouveaux catalogues comme par les c (...)

6On trouvera ci‑dessous l’édition des nouveaux catalogues, assortie de commentaires onomastiques et prosopographiques au fur et à mesure sur les noms les plus saillants, puis quelques observations sur les questions militaires et institutionnelles que ces listes viennent éclairer5.

Catalogue militaire de l’année de l’archonte fédéral Kaphisias I (fig. 3)

223/222 av. J.‑C.
fr. a [Κ]αφισίαο ἄρχοντος Βοιωτοῖ[ς],
ἐπὶ δὲ πόλιος ∆αµοξένω· [τοιὶ]
ἐσσεγράφεν ἐν θυρεαφόρ[ως],
4 [Μ]νασίων Λασίαο, Ἀρισ̣[τό]-
[φ]ιλος Φαούλλω̣,
[Ἐ]πικλείδας Σίµων̣[ος],
[Ἱ]άρων Εὐξένω,
8 Ἀλέξαρχος Εὐ [– – – – – –],
[Τ]ίµων Ὁµολωΐχ[ω],
[Ἀ]γ̣̣εισίλαος Μν[– – – – –].
L. 3 : la forme verbale ἐσσεγράφεν (« ont été enregistrés ») apparaît uniquement dans les catalogues militaires de Chorsiai IG VII 2389-2390 et dans ceux de Thisbé SEG 3, 351‑353. Elle montre l’influence de cette dernière cité sur sa petite voisine.
L. 4 : le nom Λασίας n’est attesté qu’une seule fois et hors de la Béotie, à Dipaia en Arcadie (LGPN III A s. v.), mais on trouve un Λασῆς à Thespies chez Polybe 27, 1, 4.
L. 5 : la forme Φάουλλος du nom Φάϋλλος est attestée à Orchomène (LGPN III B s. v.).
L. 7 : un Εὔξενος Ἱάρωνος apparaît dans le deuxième des catalogues militaires de Chorsiai déjà connus (IG VII 2390, l. 6), qui date de l’archonte fédéral Sôstrotos : il doit s’agir du fils du personnage connu par la nouvelle inscription. Ce lien prosopographique rend certaine l’appartenance de la nouvelle pierre à Chorsiai : il est impossible, en effet, qu’il s’agisse d’une pierre errante provenant d’une autre cité béotienne.

Fig. 3 — Photographie du premier fragment.

Fig. 3 — Photographie du premier fragment.

Cl. Y. Kalliontzis, 2012.

Catalogue militaire de l’année de l’archonte fédéral Hippias I (fig. 3)

  • 6 Pour le dernier état de la liste, voir Kalliontzis 2020, p. 7‑50.
Gravé immédiatement au‑dessous du catalogue précédent.
221/220 av. J.‑C.
fr. a [Ἱππ]ί̣αο ἄρχοντο[ς Βοιωτοῖς],
[ἐπ]ὶ δὲ πόλιος Ἀρι[– – –·, τοιὶ]
[ἐσσε]γράφεν ἐν θυρε[αφόρως]
4 [Ἀρ]ιστοµείδεις Μ[– – – – –],
[Ε]ὐφρόνιος Ἐµπέ[δωνος],
Κάλλιππος Πολ[– – – – – –],
Κλέων Νικάρχ[ω],
8 Ὀλούµπιχος [patronymicum]
L. 1 : compte tenu de la liste actuelle des archontes fédéraux et de leur succession chronologique6, le nom à restituer ici est vraisemblablement Ἱππίας.
L. 4 : le nom Ἀριστοµείδεις n’est pas attesté en Béotie, mais à Phères en Thessalie (LGPN III B s. v.).
L. 5 : le nom Εὐφρόνιος est attesté à neuf reprises dans plusieurs cités béotiennes (LGPN III B s. v.) et notamment à Thespies (six occurrences).

Catalogue militaire de l’année de L’archonte fédéral Potidaichos (fig. 3 et 4)

Gravé immédiatement au‑dessous du catalogue précédent.
220/219 av. J.‑C.
fr. a Ποτιδαΐχω [ἄρχοντος Βοιωτοῖς],
ἐπὶ δὲ πόλ̣[ιος nomen, τοιὶ]
[ἐσ]σεγρά[φεν ἐν – – – – – – ]·
4 fr. b [Θ]ιόµναστος [– – – – – –]
[– –] ∆ινί]ας Ἀντιδ[ – – – – – ]
[– – – – –] Ἀδµάτω
L. 5 : pour le patronyme qui commence par Ἀντιδ-, si l’on en juge par les attestations locales et régionales (LGPN III B s. v.), les suppléments les plus probables sont Ἀντιδ[ότω], le nom Ἀντίδοτος étant attesté à Chorsiai, Ἀντιδ[ώρου] attesté à Thespies, Kopai et Thèbes, ou encore, mais dans une moindre mesure, Ἀντιδ[ίκου] attesté à Akraiphia.
L. 6 : le nom mythique Ἄδµατος/Ἄδµητος n’est pas attesté en Béotie, mais en Thessalie (LGPN III B s. v.).

Fig. 4 — Photographie du second fragment

Fig. 4 — Photographie du second fragment

Cl. Y. Kalliontzis, 2017.

Catalogue militaire de l’année de l’archonte fédéral Philon II (fig. 4)

  • 7 Kalliontzis 2020, p. 25‑28. R. Étienne et D. Knoepfler dataient le premier après 230 av. J.‑C. et l (...)
Gravé immédiatement au‑dessous du catalogue précédent.
sans doute 206/205 av. J.‑C.
fr. b [Φίλ]ωνος ἄρχοντο[ς Βοιωτοῖς],
[ἐπὶ δ]ὲ πόλιος Ἀγλάω̣[νος· ἐσ]-
[σεγρά]φεν ἐν θυρεαφόρ[ως – –]
4 [– – ]µιχος Ἱάρωνος.
L. 1 : on peut proposer le supplément [Φί]λωνος, parce que les traces de la troisième lettre appartiennent plutôt à un lambda. On peut se demander si l’archonte Philôn qui apparaît dans ce catalogue est le premier ou le deuxième du nom. Il s’agit probablement de l’archonte fédéral Philôn II. Selon la nouvelle chronologie proposée par Y. Kalliontzis, l’écart entre ces deux archontes ne doit pas être très important ; le premier doit dater de 210/9 et le deuxième de 206/5 av. J.‑C.7.
L. 4 : le nom à restituer a toutes les chances d’être Σάµιχος, très largement répandu en Béotie avec 30 occurrences (LGPN III B s. v.), et plus particulièrement à Thespies (14 occurrences).

Catalogue militaire de l’année de l’archonte fédéral Euklidas (fig. 4)

Gravé au‑dessous du catalogue précédent, avec une ligne d’intervalle.
197/196 av. J.‑C.
fr. b [Εὐ]κλίδαο ἄρχοντος Β[οιωτοῖς],
[ἐπὶ] δὲ πόλιος Καλλικρ[άτιος· ἐσ]-
[σεγ]ράφεν ἐν πελτοφό[ρας – –]
4 [– – Ἀρ]ιστονίκω.

Catalogue militaire de l’année de l’archonte fédéral Kalliklès (fig. 4)

  • 8 Sur l’usage des adjectifs patronymiques en Béotie et leur caractère de marqueur chronologique, voir (...)
Gravé au‑dessous du catalogue précédent avec une ligne d’intervalle.
196/195 av. J.‑C.
fr. b [Κα]λλικλεῖος ἄρχοντ[ος Βοιωτοῖς],
ἐπὶ δὲ πόλιος Θεοτίµω̣ [ἐσσεγρά]-
φεν ἐµ πελτοφόρας· Ἐ[– – – – – ]
4 Ἐν[πε]δωνίω.
L. 3 : il n’est pas impossible, compte tenu du patronyme, que l’on puisse restituer le nom Ἐ[νπέδων] pour le conscrit.
L. 4 : la forme Ἐν[πε]δωνίω ne peut être que le génitif d’un nom Ἐνπεδώνιος, issu de l’adjectif patronymique formé sur le nom Ἐνπέδων (pour Ἐµπέδων). Ce dernier nom est attesté dans plusieurs cités béotiennes (LGPN III B s. v.) et majoritairement en Béotie (28 attestations sur 34 dans le LGPN avec les deux orthographes), mais l’usage de ce patronymique précis en onoma est une curiosité non attestée jusqu’ici. Il semble témoigner d’un phénomène de substantivation secondaire tardif d’un patronymique sorti d’usage à l’état d’adjectif à la date considérée8.

Catalogue militaire de l’année de l’archonte fédéral Kaphisotimos (fig. 4)

Gravé au‑dessous du catalogue précédent avec une ligne d’intervalle.
sans doute 194/193 av. J.‑C.
fr. b Καφισοτίµω ἄρχο[ντος Βοι]-
ωτοῖς, ἐπὶ δὲ πόλ[ιος – – – ]-
στρότω· ἐσσεγρά[φεν ἐν θυρ]-
4 εαφόρως Γνω[– – – – – ],
[– – ]άγορος Γ̣[– – –]
L. 2 : les possibilités de restitution sont nombreuses pour le nom de l’archonte local, la deuxième partie du nom, -στροτος, étant purement béotienne : Ἀγέστροτος, Εὔστροτος, Καλλίστροτος, Σώστροτος, etc. (LGPN III B s. v.).
L. 4 : on peut penser à Γνωσίας ou Γνώτας, même si ces noms ne sont pas attestés en Béotie, mais en Phocide et en Thessalie (LGPN III B s. v.).
L. 5 : on restituera en priorité Εὐάγορος, déjà attesté à Chorsiai (LGPN III B s. v.), mais d’autres noms sont possibles, comme Κλιάγορος attesté à Orchomène (LGPN III B s. v.) ou encore Νικάγορος attesté à Platées (LGPN III B s. v.).

Intitulé et chronologie

L’intitulé

  • 9 IG VII 2389 et 2390.
  • 10 Pour Hyettos on verra la longue série IG VII 2809-2832, à laquelle s’ajoutent les cinq documents pu (...)
  • 11 Sur les polémarques, on verra Roesch 1965, p. 162‑176, qui note avec raison qu’il y a peu de chance (...)

7Comme dans les deux autres catalogues militaires de Chorsiai déjà connus9, seuls apparaissent dans l’intitulé du document le nom de l’archonte fédéral et celui de l’archonte de la cité, et non ceux des magistrats dits polémarques, contrairement à ce que l’on constate dans d’autres cités. À Hyettos, par exemple, le collège des trois polémarques est mentionné en bonne et due place après les archontes10. Cette absence peut s’expliquer soit par le fait que Chorsiai était une petite cité qui n’avait pas la possibilité d’avoir trois polémarques (mais Hyettos n’était pas non plus très grande et en avait bien trois), soit plutôt par une habitude épigraphique consistant à omettre leurs noms dans l’intitulé de ses catalogues militaires pour une raison qui nous échappe11.

La chronologie12

L’archonte fédéral Kaphisias I (223/222 av. J.‑C.)

8L’archonte fédéral Kaphisias peut être identifié avec Kaphisias I, archonte attesté à Aigosthènes et à l’Amphiareion d’Oropos (IG VII 209, Aigosthènes ; I.Oropos 75). Cet archonte date le premier des catalogues militaires gravés sur la stèle d’Aigosthènes qui porte les catalogues IG VII 209‑218.

L’archonte fédéral Hippias I (221/220 av. J.‑C.)

9L’archonte Hippias I est attesté dans le catalogue militaire d’Aigosthènes IG VII 211.

L’archonte Potidaichos (220/219 av. J.‑C.)

  • 13 I.Rhamnous 38.
  • 14 Knoepfler 2002, p. 133.

10L’archonte fédéral Potidaichos qui apparaît dans le troisième catalogue est attesté dans plusieurs documents (I.Oropos 84 ; IG VII 2 ; IG VII 212 ; IG VII 2820). R. Étienne et D. Knoepfler ont restauré son nom dans le catalogue militaire d’Aigosthènes IG VII 212 et l’ont daté de ca. 221 av. J.‑C. Un autre lien prosopographique a permis à D. Knoepfler de confirmer la date de Potidaichos : l’Athénien Télésippos fils de Timothéos, honoré dans un décret de Rhamnonte en tant que στρατηγὸς ἐπὶ τὴν χώραν sous l’archonte athénien Kallimachos daté de 218/713, est également honoré dans un décret de proxénie du koinon béotien gravé à l’Amphiareion sous Potidaichos (I.Oropos 84)14.

  • 15 Étienne, Knoepfler 1976, p. 302.

11Le nouveau catalogue de Chorsiai corrobore donc la restitution du nom de Potidaichos dans IG VII 212 et assure la séquence continue des archontes fédéraux Kaphisias I, Onasimos, Hippias I, Potidaichos proposée par R. Étienne et D. Knoepfler15. Mais il faut alors supposer l’absence de conscrits l’année d’Onasimos (222/221 av. J.‑C.).

  • 16 Ce catalogue, publié par St. Koumanoudis (Koumanoudis 1876, p. 215) et réédité par W. Dittenberger (...)

12Enfin, grâce au lien prosopographique que la l. 7 du premier catalogue permet d’établir entre deux conscrits, un père et son fils, mentionnés dans les catalogues datés des archontes fédéraux Kaphisias I et Sôstrotos, nous pouvons préciser la date de ce dernier. Celle‑ci était jusqu’à présent considérée comme incertaine, car il est connu seulement grâce au catalogue militaire de Chorsiai IG VII 239016. Nous pouvons maintenant le dater du début du iie s. av. J.‑C. grâce à l’écart d’une génération entre l’ancien catalogue et le nouveau.

L’archonte fédéral Philôn II (sans doute 206/205 av. J.‑C.)

  • 17 Étienne, Knoepfler 1976, p. 305‑306 et 317, n. 197.

13L’archonte Philon II date une série importante d’inscriptions provenant de différentes cités : les décrets de proxénie gravés à l’Amphiareion d’Oropos I.Oropos 173, 174 et 178 ; le catalogue militaire de Hyettos IG VII 2815 ; enfin, le catalogue des magistrats sacrés de Halai en Locride orientale IG IX 12, 5, 1864. Il a dû être en fonction en 206/205 av. J.‑C.17

L’archonte fédéral Euklidas (197/196 av. J.‑C.)

  • 18 Ce dernier sera prochainement publié par A. Robu et Y. Kalliontzis dans un article commun et repris (...)
  • 19 Étienne, Knoepfler 1976, p. 319.
  • 20 Pour l’analyse de la datation de cet archonte, voir Kalliontzis 2020.

14La documentation sur Euklidas était jusqu’à présent limitée. Seul le catalogue militaire de Hyettos IG VII 2827 était daté de cet archonte. Nous possédons maintenant deux nouveaux catalogues qui datent de cet archonte, celui qui est présenté ici ainsi qu’un catalogue militaire inédit de Mégare18. En se fondant sur le catalogue militaire de Hyettos, R. Étienne et D. Knoepfler avaient daté cet archonte de la dernière décennie du koinon béotien, vers 175 av. J.‑C.19 Le fait qu’Euklidas est assurément un prédécesseur de l’archonte fédéral Kaphisotimos, lui‑même daté de la première décennie du iie s. av. J.‑C., offre un terminus ante quem pour Euklidas20.

L’archonte fédéral Kalliklès (196/195 av. J.‑C.)

  • 21 Y. Kalliontzis les publiera dans Kalliontzis 2020, inscr. 2 ; 7.
  • 22 Pour une première présentation de ce catalogue militaire, voir Kalliontzis 2016.

15L’archonte fédéral Kalliklès est un nouvel archonte, qui apparaît pour la première fois dans ce catalogue de Chorsiai. Deux catalogues militaires qui datent également de cet archonte seront bientôt publiés, le premier provenant de Mégare et le deuxième d’Aigosthènes21. En ce qui concerne ce dernier, grâce à un nouveau fragment, Y. Kalliontzis a pu montrer, en effet, que le catalogue militaire d’Aigosthènes IG VII 222, jusqu’à maintenant anonyme, était effectivement daté de Kalliklès22. Nous savons, par la disposition des catalogues, que ce dernier est un prédécesseur de l’archonte fédéral Kaphisotimos qui date, comme on l’a déjà vu, de la première décennie du iie s. av. J.‑C. et fournit à nouveau un terminus ante quem.

L’archonte fédéral Kaphisotimos (sans doute 194/193 av. J.‑C.)

  • 23 Perdrizet 1899, p. 198, no 6.
  • 24 Étienne, Knoepfler 1976, p. 319.

16Outre le catalogue militaire édité ici, l’archonte fédéral Kaphisotimos date un catalogue militaire de Hyettos (IG VII 2829) et un catalogue militaire d’Akraiphia23. Il a été daté de la première décennie du iie s. av. J.‑C. (ca. 190)24 et le nouveau catalogue corrobore cette datation.

17En définitive, si la chronologie des archontes fédéraux présentée ici est juste, on peut éventuellement supposer, pour éviter une carrière trop longue pour le lapicide (en l’occurrence les catalogues s’échelonneraient sur près de trente ans), que ce dernier ait en réalité gravé tous les catalogues en une seule fois et a posteriori, plutôt qu’au fur et à mesure.

Les aspects militaires et institutionnels

La question de la réforme de l’armement

  • 25 Beloch 1906.
  • 26 Feyel 1942, p. 197 et 302.
  • 27 Roesch 1982, p. 353‑354.

18Le problème majeur posé par ces nouveaux catalogues militaires, notamment par ceux de Kaphisias I (223/222 av. J.‑C.) et Hippias I (221/220 av. J.‑C.), réside dans le fait que dans le catalogue d’Hippias I à Aigosthènes les éphèbes sont rangés dans les peltophores, alors que dans le nouveau catalogue de Chorsiai ils sont classés comme thyréaphores. Le thyreos est considéré comme un bouclier ancien et, sans doute, plus lourd, alors que la pelte est interprétée comme un bouclier plus moderne et plus léger. À un certain moment, les Béotiens ont abandonné le thyreos et adopté la pelte. Ce changement est interprété par de nombreux historiens comme le signe d’une réforme militaire, datée par K. J. Beloch du milieu du iiie s. av. J.‑C.25 Beloch considérait la réforme militaire comme la conséquence de la défaite des Béotiens par les Étoliens à la bataille de Chéronée en 245 av. J.‑C. et plusieurs auteurs, dont M. Feyel, ont accepté cette datation26. P. Roesch pensait, à l’inverse, que la défaite de Chéronée en 245 était précisément le résultat d’une réforme inachevée27.

  • 28 Sur la date de la réforme militaire du koinon béotien, voir Kalliontzis 2020. Sur la possibilité d’ (...)

19Les nouveaux catalogues de Chorsiai nous montrent donc que, si réforme de l’armement il avait pu y avoir au niveau du koinon, cette réforme ne fut pas appliquée de façon homogène dans toutes les poleis, notamment dans une petite cité relativement isolée comme Chorsiai. Ainsi, alors que les conscrits des années des archontes fédéraux Kaphisias I, Hippias I et Philon II sont enregistrés parmi les thyréaphores, les conscrits des années d’Euklidas et Kalliklès sont enregistrés parmi les peltophores. Toutefois, pour l’année de l’archonte fédéral Kaphisotimos, ils sont étonnamment de nouveau enregistrés comme thyréaophores. Il n’est donc pas impossible que l’on ait pu, à Chorsiai, continuer à utiliser un terme ancien dans le formulaire des catalogues militaires y compris après le changement d’armement, à moins de supposer que les deux types d’armement aient coexisté pendant un certain temps28.

Le nombre de conscrits et les liens avec l’organisation du koinon béotien

20Nous savions déjà que Chorsiai était l’une des plus petites cités de la Béotie. Les catalogues militaires déjà connus présentaient très peu de conscrits. Le catalogue IG VII 2389 comportait probablement un conscrit et le catalogue IG VII 2390, trois. Dans les nouveaux catalogues, le nombre des conscrits varie considérablement. Dans le catalogue de l’archonte fédéral Kaphisias I, on trouve sept conscrits, dans celui d’Hippias I cinq conscrits, dans celui de Potidaichos quatre conscrits, dans ceux de Philon II, d’Euklidas et de Kalliklès seulement un conscrit, et dans celui de Kaphisotimos deux conscrits ou plus. Aigosthènes, une autre petite cité membre du koinon béotien, est la seule où l’on ait trouvé des catalogues militaires avec un seul conscrit. Il s’agit des inscriptions IG VII 210 et 211 pour les années des archontes Onasimos et Hippias I.

  • 29 Knoepfler 2001.
  • 30 Sur les listes d’aphédriates, Knoepfler 2001, p. 354.

21On conclura le propos par quelques remarques relatives au témoignage que ces catalogues apportent concernant l’organisation du koinon béotien et la place occupée en son sein par la cité de Chorsiai. Outre le nom d’un nouvel archonte fédéral (Kalliklès, 196/195 av. J.‑C.), ce qui est un apport non négligeable, ces sept nouvelles listes, qui viennent s’ajouter aux deux déjà connues, confirment d’abord, si besoin était, la vitalité de la vie civique des Chorsiéens : six nouveaux archontes locaux sont attestés et, même si le nom des polémarques n’a pas été gravé, il y a fort à parier que ce collège existait également. Par ailleurs, la cité montre, grâce à la gravure de ces catalogues, qu’elle avait à cœur de remplir le rôle qui lui était dévolu au sein de la confédération. Certes, ce rôle était minime par rapport à celui que jouaient les grandes poleis et, sur ce plan, Chorsiai appartenait assurément à la catégorie des polismata. Toutefois, dans le système territorial du koinon hellénistique tel que mis au jour par D. Knoepfler à la fin des années 199029, elle était incluse dans le district no 6, qui comprenait également, à l’ouest du lac Copaïs, les cités de Coronée, Lébadée et Thisbé. Les deux premières cités, qui étaient aussi les plus importantes du district, et même la troisième se trouvaient régulièrement représentées dans les institutions fédérales, par exemple parmi les magistrats religieux fédéraux appelés aphédriates, mais ce n’est pas le cas de Chorsiai30. En revanche, dans le domaine militaire, on constate que Chorsiai, du fait de sa position côtière, avait une fonction non négligeable. Ainsi, bon an mal an et vaille que vaille, la petite cité contribuait à l’effort défensif de son district dans la mesure de ses forces : il pouvait n’y avoir qu’un conscrit ou, dans les bonnes années, jusqu’à sept jeunes gens, mais il pouvait aussi n’y avoir personne, ce dont semble témoigner l’absence de listes certaines années, puisque ces listes ont été gravées dans l’ordre chronologique. Pour autant, la cité de Chorsiai n’en était pas moins bien arrimée à la structure fédérale que ses consœurs plus puissantes.

Haut de page

Bibliographie

Beloch 1906 = Karl J. Beloch, « Griechische Aufgebote II », Klio 6, 1906, p. 34‑78.

Étienne, Knoepfler 1976 = Roland Étienne, Denis Knoepfler, Hyettos de Béotie et la chronologie des archontes fédéraux entre 250 et 171 avant J.‑C., Athènes, EFA, BCH Suppl. 3, 1976.

Farinetti 2011 = Emeri Farinetti, Boeotian Landscapes: A GIS-based Study for the Reconstruction and Interpretation of the Archaeological Datasets of Ancient Boeotia, Oxford, Archaeopress, BAR IS 2195, 2011.

Feyel 1942 = Michel Feyel, Polybe et l’histoire de Béotie au iiie siècle avant notre ère, Paris, De Boccard, BEFAR 152, 1942.

Lucas à paraître = Thierry Lucas, L’organisation militaire de la Confédération béotienne (447‑171 av. J.‑C.), Athènes, EFA, BEFAR, à paraître.

Kalliontzis 2016 = Yannis Kalliontzis, « Rapport préliminaire sur le nouveau fragment de l’inscription d’Aigosthènes IG VII 219‑222 », in Adrian Robu, Iulian Bîrzescu (éd.), Mégarika. Nouvelles recherches sur Mégare et les cités de la Propontide et du Pont-Euxin : archéologie, épigraphie, histoire. Actes du colloque de Mangalia, 8‑12 juillet 2012, Paris, De Boccard, De l’archéologie à l’histoire 66, 2016, p. 377‑378.

Kalliontzis 2020 = Yannis Kalliontzis, Contribution à l’épigraphie et l’histoire de la Béotie hellénistique de la destruction de Thèbes à la bataille de Pydna, Athènes, EFA, BEFAR 391, 2020.

Knoepfler 2001 = Denis Knoepfler, « La fête des Daidala de Platées chez Pausanias : une clef pour l’histoire de la Béotie hellénistique », in Denis Knoepfler, Marcel Piérart (éd.), Éditer, traduire et commenter Pausanias en l’an 2000 : actes du colloque de Neuchâtel et de Fribourg (18‑22 septembre 1998), Neuchâtel, Faculté des lettres et sciences humaines, Genève, Droz, 2001, p. 343‑374.

Knoepfler 2002 = Denis Knoepfler, « Oropos et la confédération béotienne à la lumière de quelques inscriptions revisitées », Chiron 32, 2002, p. 119‑155.

Knoepfler 2013 = Denis Knoepfler, « Épigraphie et histoire des cités grecques », Annuaire du Collège de France 2011-2012, 2013, en ligne, https://journals.openedition.org/annuaire-cdf/884, consulté le 22 octobre 2020.

Koumanoudis 1876 = Stephanos Koumanoudis, « Ἐπιγραφαὶ Ταναγραίων καὶ Χορσιείων », Ἀθήναιον 4, 1876, p. 209‑216.

Ma 2016 = John Ma, « The Autonomy of the Boiotian Poleis », in Samuel D. Gartland (éd.), Boiotia in the Fourth Century B.C., Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 2016, p. 32‑41.

Müller 1997 = Christel Müller, « Catalogues militaires trouvés à Haliarte », BCH 121.1, 1997, p. 95‑101.

Perdrizet 1899 = Paul Perdrizet, « Inscriptions d’Acræphiae (Suite de BCH, XXII, p. 241‑260) », BCH 23, 1899, p. 90‑96.

Roesch 1965 = Paul Roesch, Thespies et la confédération béotienne, Paris, De Boccard, 1965.

Roesch 1982 = Paul Roesch, Études béotiennes, Paris, De Boccard, 1982.

Roesch 2009 = Paul Roesch, Les inscriptions de Thespies, édition électronique mise en forme par Gilbert Argoud, Albert Schachter et Guy Vottéro, UMR 5189 HISOMA, MOM, en ligne, https://www.hisoma.mom.fr/production-scientifique/les-inscriptions-de-thespies, 2009, consulté le 23 octobre 2020.

Haut de page

Notes

1 Sur l’utilité de ces catalogues pour les historiens du fait militaire, on se reportera à la thèse de Thierry Lucas, soutenue en décembre 2019 (Lucas à paraître).

2 Sur les recherches à Chorsiai, voir Farinetti 2011, p. 352‑355.

3 I.Thespies 38 : l’inscription a été « trouvée au Kastro de Chorsiai près du village de Chostia », avant d’être finalement transportée au musée de Thèbes.

4 Roesch 2007-2009. Sur cet inventaire sacré voir aussi Ma 2016, p. 38 et p. 176, n. 25.

5 Les questions militaires et institutionnelles suscitées par ces nouveaux catalogues comme par les catalogues plus anciennement découverts sont abordées ici de manière volontairement succincte, car elles seront commentées à loisir dans Kalliontzis 2020 et Lucas à paraître.

6 Pour le dernier état de la liste, voir Kalliontzis 2020, p. 7‑50.

7 Kalliontzis 2020, p. 25‑28. R. Étienne et D. Knoepfler dataient le premier après 230 av. J.‑C. et le deuxième de 206/205 av. J.‑C. : Étienne, Knoepfler 1976, p. 285 et 300 (Philôn I) ; p. 305‑306 (Philôn II).

8 Sur l’usage des adjectifs patronymiques en Béotie et leur caractère de marqueur chronologique, voir Müller 1997, p. 98‑99 : les adjectifs patronymiques en lieu et place des patronymes cessent d’être utilisés vers le milieu du iiie s. av. J.‑C.

9 IG VII 2389 et 2390.

10 Pour Hyettos on verra la longue série IG VII 2809-2832, à laquelle s’ajoutent les cinq documents publiés dans Étienne, Knoepfler 1976, p. 67‑112, nos 1 à 5.

11 Sur les polémarques, on verra Roesch 1965, p. 162‑176, qui note avec raison qu’il y a peu de chances que Chorsiai en ait été dépourvue, « car la vie politique y était réglée de la même façon, sinon à la même échelle, que dans les autres cités autonomes » (p. 163).

12 Nous nous fondons ici sur la chronologie révisée des archontes fédéraux publiée par Y. Kalliontzis dans sa thèse (Kalliontzis 2020), qui corrige sur plusieurs points celle qu’avaient publiée les auteurs de la monographie sur Hyettos de Béotie en 1976 (Étienne, Knoepfler 1976, p. 350).

13 I.Rhamnous 38.

14 Knoepfler 2002, p. 133.

15 Étienne, Knoepfler 1976, p. 302.

16 Ce catalogue, publié par St. Koumanoudis (Koumanoudis 1876, p. 215) et réédité par W. Dittenberger grâce au facsimilé de H. Lolling, était encastré dans la chapelle en ruines de Haghios Ioannis au sud du monastère des Taxiarques : le bloc qui comportait également trois décrets de proxénie est aujourd’hui égaré.

17 Étienne, Knoepfler 1976, p. 305‑306 et 317, n. 197.

18 Ce dernier sera prochainement publié par A. Robu et Y. Kalliontzis dans un article commun et repris également dans Kalliontzis 2020, inscr. 2.

19 Étienne, Knoepfler 1976, p. 319.

20 Pour l’analyse de la datation de cet archonte, voir Kalliontzis 2020.

21 Y. Kalliontzis les publiera dans Kalliontzis 2020, inscr. 2 ; 7.

22 Pour une première présentation de ce catalogue militaire, voir Kalliontzis 2016.

23 Perdrizet 1899, p. 198, no 6.

24 Étienne, Knoepfler 1976, p. 319.

25 Beloch 1906.

26 Feyel 1942, p. 197 et 302.

27 Roesch 1982, p. 353‑354.

28 Sur la date de la réforme militaire du koinon béotien, voir Kalliontzis 2020. Sur la possibilité d’une coexistence des types d’armement, voir Lucas à paraître.

29 Knoepfler 2001.

30 Sur les listes d’aphédriates, Knoepfler 2001, p. 354.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 — Carte de la Béotie avec la localisation de Chorsiai.
Crédits DAO Thierry Lucas.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1064/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 562k
Titre Fig. 2 — Région de Chorsiai avec le monastère des Taxiarques.
Crédits DAO Thierry Lucas.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1064/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Fig. 3 — Photographie du premier fragment.
Crédits Cl. Y. Kalliontzis, 2012.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1064/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Titre Fig. 4 — Photographie du second fragment
Crédits Cl. Y. Kalliontzis, 2017.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1064/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 647k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yannis Kalliontzis et Christel Müller, « Nouveaux catalogues militaires de Chorsiai en Béotie »Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 144.1 | 2020, mis en ligne le 29 juin 2021, consulté le 24 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/bch/1064 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bch.1064

Haut de page

Auteurs

Yannis Kalliontzis

Ancien membre de l’École française d’Athènes.

Articles du même auteur

Christel Müller

Professeure d’histoire grecque à l’université Paris Nanterre, UMR 7041 ArScAn, membre senior de l’Institut universitaire de France (IUF).

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search