Navigation – Plan du site

AccueilNuméros144.1Les pavements de Plytra (Laconie)...

Les pavements de Plytra (Laconie) : diversité des techniques dans les mosaïques du sud du Péloponnèse

Τα δάπεδα της Πλύτρας (Λακωνία): η ποικιλοµορφία των τεχνικών στα ψηφιδωτά της νότιας Πελοποννήσου
The pavements of Plytra (Laconia): diversity of techniques in the mosaics of the southern Peloponnese
Anne‑Marie Guimier‑Sorbets et Anastasia Panagiotopoulou

Résumés

Un édifice mis au jour à Plytra (Laconie) présente une superposition de trois pavements réalisés à l’aide de diverses techniques (mosaïque d’éclats de pierre de chant, d’éclats de pierre polychromes, opus tessellatum), ainsi qu’un pavement en opus figlinum et tesselles irrégulières. Leur décor est comparable aux mosaïques de Sparte et de Gytheion, cités proches de Plytra. La publication de ces pavements est l’occasion d’étudier la variété des techniques employées par les mosaïstes dans le sud du Péloponnèse durant l’époque hellénistique et l’époque impériale. Si ces techniques ne sont pas inconnues dans le reste de la Grèce, l’emploi d’éclats polychromes et/ou de tesselles irrégulières pour la réalisation de décors géométriques, végétaux mais aussi figurés, semble caractéristique des ateliers du Péloponnèse.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Spyropoulos 1982.
  • 2 Zavvou 2006.
  • 3 Hadjidaki, Lianos, Edwards 1985, p. 235, fig. 8‑9.
  • 4 Nous remercions Alain Guimier pour la préparation de l’illustration de l’article, ainsi que les arc (...)

1Dans des bâtiments situés en bord de mer à Plytra (ancienne Asopos, au sud de la Laconie, à 84 km de Sparte), un pavement a été mis au jour par une tempête en 1982, qui a entraîné des fouilles de sauvetage ; une première campagne a été menée par Z. Bonias en 19821 ; une deuxième a été effectuée en 1984 par A. Panagiotopoulou ; les fouilles ont été reprises en 2005 par E. Zavvou2. Ces fouilles ont mis au jour un bâtiment dont trois salles (A, B, C) étaient revêtues de pavements ; un quatrième pavement appartenait à une salle placée à l’extérieur du mur sud du bâtiment (salle D) et, selon E. Zavvou, cette salle correspond à sa phase la plus ancienne. Comme d’autres vestiges de l’ancienne Asopos, une partie de ce bâtiment se trouve aujourd’hui immergée3 (fig. 12)4. La fonction des pièces n’est pas connue, mais, sur la base de l’inscription remployée sur un seuil, le bâtiment a été identifié comme des bains, bien qu’on n’y ait trouvé aucun aménagement caractéristique dans les salles conservées. Il s’agit, en tout cas, d’un édifice assez luxueux ce que montre la série de pavements découverts ainsi que les peintures imitant un appareil de pierre qui ornaient les parois intérieures du dernier état de la salle B. L’un des intérêts du bâtiment réside dans la superposition, dans cette dernière salle, de trois pavements se différenciant par leurs matériaux et leur mise en œuvre : cette circonstance exceptionnelle permet d’enrichir l’étude technique des mosaïques du Péloponnèse, et d’en souligner les caractéristiques.

Fig. 1 — Plytra, vue générale.

Fig. 1 — Plytra, vue générale.

Archives A.‑M. Guimier-Sorbets, ArScAn.

Fig. 2 — Plytra, plan du bâtiment.

Fig. 2 — Plytra, plan du bâtiment.

EphALak.

Description des pavements

2Du bâtiment de Plytra en partie détruit par la mer, il reste quatre salles dont trois étaient revêtues de mosaïque.

Salle A

3Dans l’angle nord‑ouest de la salle A (7,50 m × 5,20 m), une partie de la mosaïque en opus tessellatum est conservée sur 1,68 m du côté ouest et 0,91 m du côté nord. De l’extérieur vers l’intérieur, on reconnaît un raccord en opus tessellatum blanc, puis une bordure constituée d’un filet double noir, d’une bande monochrome blanche (5‑6 cm), d’une bande (16‑21 cm) décorée d’une ligne brisée noire déterminant des triangles blancs, chargés de triangles inclus, alternativement noirs et rouges, puis d’une bande monochrome blanche (6‑11 cm). Cette bordure entourait un panneau à fond noir chargé d’une natte aux brins rouges bordés de blanc (fig. 3).

Fig. 3 — Plytra, salle A, dessin du pavement.

Fig. 3 — Plytra, salle A, dessin du pavement.

Archives A. Panagiotopoulou.

Salle B

4La salle B (7,70 m × 7,55 m) est dans le prolongement de la salle A avec laquelle elle est en communication, comme avec la salle C. Dans la salle B, dont l’angle nord‑est a disparu dans la mer, on reconnaît trois pavements superposés. Le pavement supérieur (B1) est en opus tessellatum, le pavement de niveau intermédiaire (B2) est en éclats de pierre, le pavement de niveau inférieur (B3) est en éclats de pierre posés de chant : seule sa section était visible le long de la limite de l’angle nord‑est endommagé.

Pavement B1 (niveau supérieur)

5Ce pavement, déposé en 1984, est dans les réserves du musée de Sparte. Dans la salle B, le pavement d’opus tessellatum n’était conservé que le long des murs est, sud et ouest. L’épaisseur de cette mosaïque, tesselles et mortier compris, n’est que de quelques centimètres. À l’intérieur d’un raccord blanc, le tapis est bordé d’une bande (17‑22 cm) décorée d’une ligne brisée noire déterminant des triangles blancs. Dans la partie conservée du tapis, on distingue trois panneaux rectangulaires dont l’axe majeur est parallèle aux murs (fig. 4‑5). Dans les trois angles conservés, se trouvaient des panneaux carrés. Le centre du pavement est détruit. Le long du mur ouest, le panneau rectangulaire est adjacent à la bande ornée de la ligne brisée, tandis qu’une bande blanche de 10 cm s’intercale le long des côtés est et sud. Le fond de ces panneaux porte une composition orthogonale de cercles sécants déterminant des quatre-feuilles et des carrés concaves avec carré droit inscrit. Sur fond noir, les quatre-feuilles sont blancs comme les carrés droits inscrits bordés d’un filet jaune et d’un filet rouge (fig. 6). Les panneaux carrés des angles sont bordés d’un filet triple rouge ; leur fond contient une composition losangée de parallélogrammes adjacents, alternativement jaunes, noirs, blancs, rouges. L’insertion de ces panneaux carrés dans le fond du tapis n’est pas régulière. Dans l’angle sud‑ouest, on trouve en outre un panneau rectangulaire noir, à losange inscrit blanc ; en son centre, détruit, on reconnaît les traces d’un cercle inclus.

Fig. 4 — Plytra, dessin du pavement B1.

Fig. 4 — Plytra, dessin du pavement B1.

Archives A. Panagiotopoulou.

Fig. 5 — Plytra, pavement B1, seuil.

Fig. 5 — Plytra, pavement B1, seuil.

EphALak, cl. A. Panagiotopoulou.

Fig. 6 — Plytra, pavement B1, détail.

Fig. 6 — Plytra, pavement B1, détail.

EphALak, cl. A. Panagiotopoulou.

Pavement B2 (niveau intermédiaire)

6La dépose du pavement B1 en opus tessellatum a permis la mise au jour de la partie conservée du pavement sous‑jacent, constitué d’une mosaïque d’éclats de pierre (fig. 78). Après un raccord vert (l. 30‑32 cm), le tapis est bordé de :

Fig. 7 — Plytra, pavement B2, dessin.

Fig. 7 — Plytra, pavement B2, dessin.

Archives A. Panagiotopoulou.

Fig. 8 — Plytra, pavement B2.

Fig. 8 — Plytra, pavement B2.

EphALak, cl. A. Panagiotopoulou.

  • une bande blanche (12‑13 cm) ;
  • une bande (69‑77 cm) ornée d’un rinceau à fond blanc entre deux filets simples monochromes noirs. Les deux tiges du rinceau jaillissent d’un culot d’acanthe placé au centre du côté sud, et sans doute aussi du côté nord (détruit). De la tige noire partent des volutes d’où s’échappent des tigelles vertes ;
  • une bande blanche (11 cm) ;
  • entre deux filets noirs, une large bande (98‑104 cm) à fond blanc, ornée de cercles aux angles (90‑96 cm de diamètre) et de losanges flanqués de deux peltes, placés au milieu de chacun des côtés du tapis. Les cercles et les losanges sont rouges bordés de vert. Les peltes qui les flanquent sont dessinées au trait vert sur fond blanc ; les demi‑cercles qu’elles découpent sont rouges ;
  • une bande rouge (12‑19 cm) porte un thyrse sur chacun des côtés. Chaque thyrse est vert et formé d’une longue tige (4‑5 cm de large) terminée aux deux extrémités d’une touffe végétale ou d’une pomme de pin, large de 10 cm (fig. 9).

Fig. 9 — Plytra, pavement B2, détail des thyrses.

Fig. 9 — Plytra, pavement B2, détail des thyrses.

Archives A.‑M. Guimier-Sorbets, ArScAn.

7Au centre du pavement, un panneau approximativement carré (2,44 m × 2,52 m) porte un svastika blanc orienté vers la gauche, se détachant sur un fond vert. Les segments blancs sont larges d’environ 20 cm, les intervalles verts de 20‑22 cm. Les quatre segments du svastika se referment pour former un carré.

  • 5 Pour les dénominations et plus généralement, voir Lazzarini 2007 ; pour les carrières du cap Ténare (...)

8Les éclats blancs sont en calcaire blanchâtre et en marbre blanc-gris ; les éclats verts sont en porphyre de la carrière de Krokeai (κροκεάτης λίθος, lapis lacedaemonius) ; les éclats rouges sont du rosso antico du cap Ténare (λίθος ερυθρός ταινάριος, marmor taenarium), les éclats noirs sont vraisemblablement du marbre noir du cap Ténare (ταινάριος λίθος)5.

9Ces éclats sont fixés dans du mortier blanchâtre, puis polis en surface. Leurs dimensions varient selon les motifs : ainsi le méandre est fait d’éclats blancs longs de 2 à 5 cm et d’éclats verts de 4 à 8 cm. L’usure de ces éclats varie selon leur matériau : le calcaire blanc est plus usé que le rosso antico, lui‑même plus usé que le porphyre vert (fig. 10). L’angle sud‑ouest est réparé avec de gros galets. Avec le mortier sous‑jacent, la couche correspondant au pavement B2 est épaisse de 12 cm.

Fig. 10 — Plytra, pavement B2, détail du méandre.

Fig. 10 — Plytra, pavement B2, détail du méandre.

Archives A.‑M. Guimier-Sorbets, ArScAn.

Pavement B3 (niveau inférieur)

1050 cm plus bas, sous un remblai, un pavement plus ancien n’était visible qu’en coupe, dans la partie est de la salle détruite par la mer. Dans son rapport de fouille de 1982, Z. Bonias l’a décrit comme formé de « galets polychromes aplatis ». Toutefois, d’après la seule photo d’archives dont nous disposons, le pavement semble formé de fins éclats posés de chant ; on y reconnaît aussi quelques éclats grossièrement carrés, posés à plat. La construction d’un muret de protection du côté de la mer ne permet plus de voir cette mosaïque.

Salle C

11La salle C (5,72 m × 6,40 m) est située au sud‑est du bâtiment, en communication avec la salle B, son angle sud‑est détruit par la mer ; son sol est revêtu d’une mosaïque polychrome en éclats de pierre.

12Après un raccord vert (14‑17 cm), le tapis est bordé de plusieurs bandes (fig. 11) :

Fig. 11 — Plytra, dessin du pavement de la salle C.

Fig. 11 — Plytra, dessin du pavement de la salle C.

Archives A. Panagiotopoulou.

  • une bande blanche (54‑62 cm) porte une ligne de carrés alternant avec des ovales dressés, reliés par une bande6. Le motif, dessiné au trait par un filet de fins éclats noirs, est assez irrégulier ;
  • une bande noire (10‑17 cm) ;
  • une bande blanche (72‑92 cm) porte, au centre de chaque côté, deux canthares de profil, opposés par les pieds. Ces canthares sont verts ; les zones les plus renflées, et donc les plus éclairées, en haut de la vasque et au pied, sont marquées en rouge. De ces canthares opposés par les pieds, sortent des thyrses verts ; leurs deux extrémités se terminent par une touffe végétale (fig. 12).

Fig. 12 — Plytra, pavement de la salle C.

Fig. 12 — Plytra, pavement de la salle C.

EphALak, cl. A. Panagiotopoulou.

13Dans le fond blanc du tapis, limité par un filet simple noir, est inscrit un cercle (2,60 m de diamètre) bordé d’une bande noire (12‑16 cm). Dans ce panneau circulaire, une composition centrée est formée de sept hexagones en nid d’abeilles. Chaque hexagone, à fond blanc, est bordé d’une bande verte.

Salle D

  • 7 Balmelle et al. 1985, p. 22, no 104c.

14Le sol de la salle D, extérieure au bâtiment (fig. 2), était revêtu de mosaïque, partiellement conservée (2,10 m × 0,84 m). Dans l’angle sud‑ouest de la salle, la partie extérieure du pavement était constituée de fragments de tuileau posés de chant et disposés trois par trois perpendiculairement pour former des carrés : il s’agit de ce que l’on nomme figlinum7 ; dans certains d’entre eux, un fragment de tuileau est remplacé par un fragment de pierre rosso antico de forme équivalente. Le centre du pavement, très partiellement conservé, était en tesselles irrégulières blanches, parsemées de tesselles noires et rouges (marbres du Ténare) (fig. 13). Le décor du pavement est ainsi créé par l’opposition entre deux techniques créant en outre un contraste chromatique entre le rouge vif de la terre cuite mêlé à des éléments de rosso antico et la pierre blanche des tesselles irrégulières avec quelques éléments noirs et rouges.

Fig. 13 — Plytra, pavement de la salle D, détail.

Fig. 13 — Plytra, pavement de la salle D, détail.

Archives A. Panagiotopoulou.

Comparaisons du décor

  • 8 Panagiotopoulou 2011, p. 61.
  • 9 Steinhauer 1975.
  • 10 Steinhauer 1973-1974.
  • 11 Balmelle et al. 1985, no 238b.
  • 12 Sparte, terrain Katsichtis, Rammou 1997. Zavvou 2000b (bains de la fin de l’époque romaine, salle 4 (...)

15Pour la partie conservée de la mosaïque d’opus tessellatum de la salle A, on peut rapprocher la ligne brisée noire déterminant des triangles blancs, chargés de triangles polychromes, des nombreuses attestations à Sparte de files de triangles polychromes (dents de loup), par exemple sur le pavement du terrain Papadimitriou, qui présente aussi le motif de natte8. Un même rapprochement peut être fait pour le décor du pavement B1 en opus tessellatum de la salle B voisine : on retrouve à Sparte le motif de la ligne brisée, rendu à Plytra seulement au trait sur fond blanc ; la composition de parallélogrammes polychromes est également attestée dans deux mosaïques spartiates de tessellatum : sur l’une, le motif orne une rallonge (terrain Moustakakis)9, sur l’autre, encore inédite (terrain Zavras, fouille Z. Bonias), la composition remplit un panneau. Le losange inscrit dans un carré et frappé d’un petit cercle central est plus fréquent, et on le trouve à Sparte sur le terrain Toumplis (pavement inédit, fouille G. Steinhauer). Tous les pavements cités sont du iiie s. apr. J.‑C. À Gytheion, ce même motif, employé en tapis de seuil, est réalisé en mosaïque d’éclats au début du iie s. apr. J.‑C.10. La composition des cercles sécants déterminant des carrés concaves frappés de petits carrés inscrits11 est très fréquente, mais il faut signaler que le traitement polychrome de la bordure des petits carrés se retrouve, dans une composition identique, à Sparte sur le terrain Katsichtis12.

  • 13 Pour l’exposé des caractéristiques des pavements de Sparte du iie et du iiie s. apr. J.‑C., voir Pa (...)

16Ainsi, par leur décor et leur rendu polychrome, les deux mosaïques d’opus tessellatum partiellement conservées dans le bâtiment de Plytra présentent de fortes ressemblances avec des pavements de tessellatum de Sparte datés du iiie s. apr. J.‑C.13. On peut donc proposer le iiie s. pour le troisième état du bâtiment de Plytra ; cette datation stylistique est aussi en accord avec les indices de chronologie relative donnés par la superposition des pavements de la salle B.

17Pour le décor des pavements d’éclats polychromes (deuxième état du bâtiment), moins fréquents que ceux en opus tessellatum, on peut établir des parallèles à Sparte et à Gytheion.

  • 14 Panagiotopoulou sous presse.
  • 15 Pour la fouille de ce terrain, Zavvou 2000a, p. 211, fig. 2.
  • 16 Rodziewicz 1976, p. 188, fig. 24 ; Rodziewicz 1991, p. 208‑214, fig. 7 ; Daszewski 1982, p. 411, fi (...)
  • 17 Bejaoui 1997 mais cet article, pas plus que les suivants, ne mentionne ni ne montre le thyrse figur (...)
  • 18 Becatti 1969, p. 49‑71.
  • 19 Panagiotopoulou 1994, fig. 18.
  • 20 Rammou 1996, p. 117, fig. 7. À propos de cette composition, également découverte à Héraklion, voir (...)
  • 21 Yalouris 1968, p. 78, n. 2 ; Guimier-Sorbets 2001, p. 47.

18Sur le pavement B2, le rinceau peut être comparé à celui qui borde le pavement d’éclats polychromes d’une tombe de Gytheion, datée du iie s. apr. J.‑C.14. Une composition de quatre svastikas orne le panneau central carré d’une mosaïque en tessellatum, découverte à Sparte dans le terrain Panagakis15. Un thyrse terminé, comme celui de Plytra, par une pomme de pin, orne un fin pavement d’opus sectile découvert dans une maison de Kôm el‑Dikka à Alexandrie (iiie s. apr. J.‑C.), ainsi que de deux panneaux de l’église de Huwariya (ancienne Maréotis) (ve s. apr. J.‑C.)16. Sur le pavement de tessellatum de la « mosaïque aux îles » d’Ammaedara (Haïdra, Tunisie), un thyrse terminé par une hedera est placé à l’entrée de la pièce17. Un tel emblème est évidemment en relation avec Dionysos. Le motif formé de cercles, de losanges et de peltes est courant en opus sectile, comme sur la paroi du bâtiment d’Ostie situé à l’extérieur de la Porta Marina (fin ive – début ve s.) ; cette paroi porte un rinceau exécuté dans la même technique18. Pour le pavement d’éclats de la salle C, il est plus difficile de trouver des parallèles en tessellatum ou en opus sectile du motif des canthares d’où jaillissent des thyrses, autre fort « marqueur » dionysiaque. On peut juste comparer avec les guirlandes de feuilles et de fruits s’échappant de canthares sur la mosaïque de tessellatum de Sparte du terrain Mazis19. La composition centrée de sept hexagones en nid d’abeilles du panneau circulaire central de Plytra est plus fréquente. On la trouve sur une mosaïque de tessellatum de Sparte, dans le terrain Photopoulos20. Une plus large composition d’hexagones en nid d’abeilles formées de plaquettes d’albâtre (opus sectile) a été adjointe au sol du pronaos du temple de Zeus à Olympie, au début de l’époque impériale21.

19En raison du nombre restreint de pavements d’opus sectile d’époque impériale qui ont été conservés en Grèce, les comparaisons de motifs établies avec les pavements réalisés dans cette technique ne peuvent pas servir à étayer la datation des mosaïques B2 et C ; toutefois, les comparaisons établies avec des pavements plus lointains, même plus récents, montrent que le décor de ces deux salles a été choisi pour évoquer les pavements plus luxueux d’opus sectile ; en outre, comme pour cette technique, les mosaïques d’éclats de Plytra comportent des matériaux lithiques assez précieux, des pierres provenant de carrières proches.

Datation

  • 22 Kourinou, Pikoulas 1989 (SEG XXXIX, no 372, p. 130‑131) ; Cavanagh et al. 1996, p. 310 ; Pikoulas 2 (...)

20Lors de la pose du troisième pavement de la salle B, on a installé un nouveau seuil entre les salles B et C (fig. 5) : l’une des dalles est une plaque de marbre inscrite remployée, publiée par E. Kourinou et G. A. Pikoulas, et aujourd’hui transférée dans la collection archéologique de Gytheion. Il s’agit d’une dédicace précisant que Lepouscla a financé la réfection des bains de la ville d’Asopos. La graphie de l’inscription a permis de la dater de la fin du ier s. ou du début du iie s. apr. J.‑C.22. Les différents états du bâtiment ne sont pas datés stratigraphiquement, mais la datation de l’inscription fournit un terminus post quem pour le pavement d’opus tessellatum. Il est très probable que l’inscription concerne la réfection qui a conduit à la pose du deuxième pavement (en éclats de marbre). En se fondant sur ces éléments de chronologie, nous pouvons proposer la datation suivante : le deuxième état (pavement d’éclats) doit être daté, selon l’inscription, de la fin du ier ou du début du iie s. apr. J.‑C., le troisième état (opus tessellatum) serait à placer vraisemblablement au cours du iiie s. apr. J.‑C. par comparaison avec les décors de Sparte. Par sa technique, le premier pavement de fins éclats peut être soit de l’époque hellénistique, soit du début du ier s. apr. J.‑C. Quant au pavement de la salle D, qu’il n’est pas possible de rattacher à la stratigraphie du reste du bâtiment, il est vraisemblablement du début de l’époque impériale.

Diversité des techniques de pavements, à Plytra et dans le sud du Péloponnèse

Mosaïque de galets (βοτσαλωτό ψηφιδωτό)

  • 23 Salzmann 1982, nos 76‑93.
  • 24 Salzmann 1982 : Corinthe, nos 63‑66 ; Sicyone, nos 116‑122 ; Olympie, no 138.
  • 25 Salzmann 1982, no 11
  • 26 Banaka-Dimaki 1991.
  • 27 Salzmann 1982, no 34.
  • 28 Salzmann 1982, no 68.
  • 29 Raftopoulou 1998, p. 127, fig. 12.5.
  • 30 Zavvou 1998.

21Les mosaïques de galets, attestées en Grèce depuis la seconde moitié du ve s. av. J.‑C. notamment à Olynthe23 (Chalcidique) et largement répandues jusqu’au iiie s. av. J.‑C., ont connu une faveur moins grande dans le sud du Péloponnèse. Pour la partie nord de cette région, on ne citera ici que les exemples bien connus de Corinthe, Sicyone et Olympie, datés des ive-iiie s. av. J.‑C.24, ainsi que ceux de la région d’Argos. Un premier pavement de galets avait été trouvé dans le sanctuaire d’Héra25. Plus récemment, un pavement à décor géométrique et végétal stylisé, en galets noirs et blancs avec quelques galets rouges, a été mis au jour dans une maison de la ville26. À Spiliotaki (ancienne Elaious), près d’Argos, deux pavements de galets couvrent le pronaos et la cella sud du temple de Déméter et Korè daté du ive s. av. J.‑C.27. Plus au sud, une ancienne fouille avait mis au jour un pavement figuré à Mantinée28. Lors de la publication du corpus de D. Salzmann en 1982, on ne connaissait pas de pavements de galets dans le sud du Péloponnèse. Depuis, trois pavements ont été trouvés à Sparte : deux, encore inédits (fouille S. Raftopoulou), sont à décor géométrique et végétal stylisé29 ; sur une autre mosaïque de galets blancs sur fond noir, des fauves sont figurés en écoinçon, autour d’une composition végétale30. Par rapport aux autres régions de la Grèce, les mosaïques de galets sont peu nombreuses dans le sud du Péloponnèse. Ce n’est donc pas un hasard si le pavement le plus ancien de la salle B n’est probablement pas en galets, mais en éclats posés de chant.

Mosaïque d’opus tessellatum

22Dans toute la Grèce, comme dans l’ensemble du monde grec, les tesselles ont remplacé les galets comme matériau de base des mosaïques dans le courant du iiie s. av. J.‑C. ; l’opus tessellatum devient majoritaire à partir du iie s. av. J.‑C. – l’île de Délos en offre un témoignage éclatant – et ce type de mosaïques se répand durant toute l’époque impériale. Le Péloponnèse connaît cette évolution technique majeure et des villes comme Patras ou Sparte ont livré chacune un très grand nombre de pavements polychromes réalisés avec des tesselles principalement de pierre mais aussi de verre.

23Le Péloponnèse, particulièrement dans sa partie méridionale, se caractérise par l’emploi de matériaux et de techniques de réalisation de pavements qui, sans être méconnus dans le reste de la Grèce, y sont moins fréquents. Il s’agit des mosaïques d’éclats, de tesselles irrégulières, de tuileaux comme d’éclats de pierre posés de chant, l’ensemble de ces matériaux pouvant en outre être combinés dans le même pavement.

Mosaïque de tuileau de chant (δάπεδο από όρθια κοµµάτια κεραµίδων) et opus figlinum

  • 31 Bruneau 1972, p. 17‑18.
  • 32 Salzmann 1982, no 170 ; Panagiotopoulou 2001-2004.
  • 33 Panagiotopoulou 1998, p. 112, n. 1 ; Zavvou et al. 2006, p. 415, n. 11.
  • 34 Zavvou 2001-2004.
  • 35 Zavvou 1995.
  • 36 Kakourou 2011.

24Le recyclage dans les pavements de fragments de parois ou d’anses d’amphores a été pratiqué dès l’époque hellénistique, à Délos notamment, pour réaliser à peu de frais des sols solides et imperméables dans des locaux de service31. Mais il s’agissait de pavements à fonction utilitaire, relativement grossiers car les fragments de terre cuite de dimensions irrégulières étaient peu jointifs. Tel n’est pas le cas, comme nous l’avons vu, pour la bordure du pavement D du bâtiment de Plytra, exécutée dans un opus figlinum soigné où la forme et la pose des fragments de terre cuite, même mêlés à des morceaux de rosso antico, présentent une grande régularité (fig. 13). Des pavements entiers ou des parties extérieures de pavement réalisées en tuileaux posés de chant sont également attestés à Sparte et au cap Ténare. Les éléments de terre cuite posés de chant sont parallèles entre eux dans les deux pavements du cap Ténare32 (fig. 14) ; ils sont aussi parallèles en bordure autour du pavement au fauve de Sparte33, ou sur toute la surface du pavement du terrain Georgantas34. Au contraire, ces tuileaux sont agencés en opus figlinum pour border deux pavements de Sparte, sur le terrain Georgitsogiannakos35 (fig. 15), ainsi qu’autour du pavement signé ΕΥΟ∆ΟΣ ΕΠΟΙΕΙ36 ; le centre de ces deux pavements est réalisé en tesselles irrégulières. On retrouve ainsi la combinaison de techniques de la salle D de Plytra.

Fig. 14 — Ténare, bâtiment D, détail du pavement de la salle 2.

Fig. 14 — Ténare, bâtiment D, détail du pavement de la salle 2.

Archives A. Panagiotopoulou.

Fig. 15 — Sparte, pavement du terrain Georgitsogiannakos, détail.

Fig. 15 — Sparte, pavement du terrain Georgitsogiannakos, détail.

EphALak, cl. Th. Rigou.

Technique mixte, mosaïque de tesselles irrégulières (ψηφιδωτό από ασύµµετρα κοµµένες ψηφίδες)

  • 37 Assimakopoulou-Atzaka 2017, p202222, avec la bibliographie antérieure.
  • 38 Bruneau 1969 ; Dunbabin 1979 ; Guimier-Sorbets 2001.

25La principale difficulté de notre étude typologique des techniques réside dans la distinction entre les mosaïques de tesselles irrégulières et celles d’éclats de pierre. En effet, en nous fondant sur le critère de forme des éléments et sur leur plus ou moins grande densité de pose, nous considérons comme réalisés d’éclats les pavements dont une partie ou la totalité de la surface est en éléments lithiques de formes différentes, qui sont de ce fait peu jointifs et laissent apparaître une surface de mortier relativement importante. Par opposition, nous considérons comme tesselles irrégulières des éléments grossièrement carrés et donc assez jointifs. La difficulté typologique vient du fait qu’un même pavement peut avoir des éléments plus ou moins réguliers (éclats ou tesselles irrégulières) selon le décor : nous avons donc groupé sous le terme de techniques mixtes les pavements de tesselles irrégulières avec quelques éclats, et avons gardé la dénomination de pavements d’éclats pour ceux qui présentent une forte majorité de ce type d’éléments. Dans ses corpus des mosaïques paléochrétiennes de la Macédoine et de la Thrace, P. Assimakopoulou-Atzaka étudie ces deux techniques qu’elle englobe dans une même dénomination de χονδρά ψηφιδωτά37. Par ailleurs, ces divers types de pavements et leur éventuelle succession dans le temps ont été discutés par plusieurs spécialistes, certains voyant les éclats comme une phase de transition entre les galets et les tesselles, d’autres le démentant38.

  • 39 Panagiotopoulou 1998 ; Panagiotopoulou 2011.
  • 40 Guimier-Sorbets, Panagiotopoulou 2008, p. 194‑195, 198‑199.
  • 41 Pour la bibliographie antérieure et les différentes dates proposées : Guimier-Sorbets, Panagiotopou (...)
  • 42 Guimier-Sorbets, Panagiotopoulou 2008, voir aussi p. 91 pour les conclusions chronologiques de la j (...)

26Si, à l’époque impériale, les mosaïques du sud du Péloponnèse, comme ailleurs en Grèce, sont majoritairement en opus tessellatum régulier, tout particulièrement à Sparte39, une série de pavements de technique mixte présentent à la fois des galets (gros galets, entiers ou coupés), des tesselles irrégulières ou des éclats, ou encore des tesselles et des éclats. Cette technique mixte est attestée dès l’époque hellénistique40. Elle semble avoir connu une faveur particulière dans le sud du Péloponnèse. La plus célèbre de ces mosaïques d’éclats (avec quelques tesselles) est certainement celle du Triton de Sparte, dont la datation a été controversée mais qui semble, par sa composition générale et son iconographie, d’époque hellénistique41. On peut remarquer que, pour tracer des traits rectilignes, le mosaïste a choisi des lames de pierre gris‑noir (fig. 16). Le pavement du temple de Despoina à Lykosoura, à décor géométrique, végétal et figuré, est d’une technique très voisine de celle du Triton, comme plusieurs spécialistes l’ont remarqué. À partir de son étude technique et stylistique, nous avions proposé de le dater de la seconde moitié du iiie s. av. J.‑C. ou, au plus tard, du début du iie s. av. J.‑C. Au cours de la même journée d’étude, se fondant sur d’autres éléments du sanctuaire, un consensus s’est dégagé pour dater le temple – et donc aussi son pavement qui appartient à la même phase – du iiie s. av. J.‑C.42.

Fig. 16 — Sparte, musée, pavement du Triton, détail.

Fig. 16 — Sparte, musée, pavement du Triton, détail.

Archives A. Guimier, ArScAn.

  • 43 Sur le terrain du Service archéologique : Tsouli 2010 ; dans les thermes du terrain Kalkanakos : St (...)

27Un pavement de Sparte du terrain Georgitsogiannakos, dont il a déjà été question pour la partie extérieure, est orné d’une grande rosace à six fuseaux et de postes, rouges sur fond blanc ; les parties rouges du décor sont en tesselles de terre cuite de forme régulière, tandis que le fond blanc est en tesselles irrégulières, de même que les écoinçons réalisés en tesselles irrégulières et galets coupés multicolores. Dans la même unité cadastrale, le pavement au fauve de Sparte, dont il a déjà été question, est en tesselles irrégulières plus ou moins fines selon les parties du décor : de façon paradoxale, les tesselles sont plus grosses dans le panneau central (attaque d’un bovidé par un fauve, sur fond noir) que dans le décor géométrique du fond et de la bordure du tapis (cubes en perspective et postes). Rappelons que l’autre pavement de Sparte bordé en opus figlinum et portant une signature est lui aussi fait de tesselles irrégulières. À Gytheion, trois pavements à décor géométrique sont en tesselles irrégulières43.

Mosaïque d’éclats polychromes (ψηφιδωτό από θραύσµατα λίθων)

  • 44 Olynthe, maison 5 : Robinson 1930, p. 55‑59, fig. 153‑161, pl. i. Andrôn E13 : Salzmann 1982, no 13 (...)
  • 45 Pour les nombreux pavements déliens d’éclats de marbre blanc et un très petit nombre à éclats de pi (...)
  • 46 Boraik, Guimier-Sorbets 2013 ; Guimier-Sorbets 2015.

28Les pavements constitués uniquement d’éclats de pierre de formes irrégulières sont apparus en Grèce en même temps que les mosaïques de galets, comme l’attestent deux pavements d’Olynthe44. Mais dans ces pavements, les éclats sont en pierre blanche ou gris clair (calcaire, marbre), insérés dans le mortier dont la surface, après ponçage, a été colorée en rouge : cela produit donc un décor blanc ou gris clair sur fond rouge, qui devait être considéré comme assez luxueux puisqu’il orne plusieurs pièces du palais royal de Vergina (dernier tiers du ive s. av. J.‑C.) et est fréquent dans les maisons de Délos (fin iie – début ier s. av. J.‑C.)45 ; des découvertes et une étude récentes ont montré que cette technique est également présente en Égypte, dans les bains grecs de Karnak à la fin du iiie ou au début du iie s. av. J.‑C. Dans la tholos nord de cet édifice balnéaire, le centre du pavement d’éclats est orné d’un fleuron et d’animaux aquatiques, faits de petits éclats de pierre ou de terre cuite posés dans du mortier coloré46. Toutefois, en grande majorité, les pavements formés d’éclats – pas ou peu jointifs – sont de pierre blanche, dont la couleur contraste avec le rouge de la surface du mortier.

  • 47 Assimakopoulou-Atzaka 2017, p. 202.
  • 48 Guimier-Sorbets 2001, p. 50‑52, fig. 3.
  • 49 Guimier-Sorbets 2019, p. 155‑156, fig. 167.

29Tout différents sont les pavements d’éclats de Plytra dont la polychromie est apportée par la nature des pierres, se détachant sur un mortier blanchâtre. Cette technique est attestée sur plusieurs sites du monde grec, notamment en Grèce du Nord comme l’a montré P. Assimakopoulou-Atzaka47, à Corinthe en noir et blanc pour évoquer l’opus sectile et former des tapis rectangulaires à losange inscrit dans le Bema complex, au cours de la première moitié du ier s. apr. J.‑C.48, ou à Alexandrie, là encore en imitation de l’opus sectile49. Les pavements d’éclats polychromes connaissent une faveur particulière dans le sud du Péloponnèse à l’époque impériale.

  • 50 Themos 1994 ; Themos 1995.
  • 51 Panagiotopoulou 1998, p. 112, fig. 10.1.

30À Sparte, la plupart de ces pavements polychromes d’éclats de pierre portent un décor géométrique, certains avec des figures. Ainsi, sur le terrain Kakaletris (inédit, fouille Th. Spyropoulos), on reconnaît un bouclier de triangles, avec, dans les écoinçons, un Triton affronté à un kètos (fig. 17). Dans le même terrain, une pièce est revêtue d’un pavement en éclats de couleurs mélangées. Sur le terrain Liakakos, le décor est uniquement géométrique : méandre, damier de carrés, composition de cercles sécants. Trouvée sous cette mosaïque, une monnaie d’Euryklès (31‑7 av. J.‑C.) constitue un terminus post quem50. Des fragments d’un pavement inscrit, sur le terrain Lyberakos, sont ornés de damiers de triangles, de carrés avec des postes, un losange inscrit dans un rectangle51. Sur le terrain Vartsakis, un fond de bassin est revêtu d’un pavement d’éclats polychromes avec une bande de carrés sur la pointe bipartis (inédit, fouille E. Kourinou).

Fig. 17 — Sparte, pavement du terrain Kakaletris, détail du Triton et du kètos.

Fig. 17 — Sparte, pavement du terrain Kakaletris, détail du Triton et du kètos.

Archives A. Panagiotopoulou.

  • 52 Panagiotopoulou sous presse.

31À Gytheion, huit pavements d’éclats polychromes ornent six bâtiments d’époque impériale : quatre édifices thermaux, une maison et une tombe (fig. 18‑20). Leur décor est principalement géométrique, avec quelques figures et des ornements végétaux. Avec les pavements de tesselles irrégulières, ceux d’éclats constituent une partie importante de l’ensemble des mosaïques d’époque impériale à Gytheion. Ces éclats sont en calcaire (blanc), en rosso antico et en marbre noir du Ténare ; il ne semble pas y avoir de porphyre vert, comme on en trouve à Sparte et à Plytra. Ce dossier inédit est en cours de publication par A. Panagiotopoulou52.

  • 53 Terrain Diakoumakos, Themos 2001-2004.
  • 54 Bruneau 1972, no 75.
  • 55 Dubosson 2011.
  • 56 Salzmann 1982, no 18 ; Spiro 1978, p. 38, 48, fig. 49‑50.

32On peut donc émettre l’hypothèse que dans des bâtiments comme celui de Plytra ou ceux de Gytheion, ces pavements d’éclats polychromes ont été choisis en référence à l’opus sectile ou même en tant que substitut, comme dans la maison de Gytheion où l’opus sectile orne la pièce de réception tandis que les éclats polychromes sont réservés au corridor53. Lorsque les éclats forment des décors figurés, le rapport est moins étroit avec l’opus sectile, et on peut penser qu’il s’agit d’un raffinement technique d’un atelier rompu à la mise en œuvre de ces matériaux lithiques. Les ressemblances entre les pavements d’éclats d’époque impériale de Plytra, de Gytheion et aussi de Sparte sont telles – pour la technique mais aussi pour la richesse du répertoire – qu’on peut s’interroger sur le travail d’un même atelier. Faut‑il y voir un goût archaïsant, comme on l’a montré pour le renouveau de techniques dans la mosaïque de la Tritonesse de Délos, en tesselles irrégulières faiblement polychromes, à la fin du iie s. av. J.‑C.54 ? Ou pour les pavements de gros galets dans les thermes d’Érétrie vers 150 apr. J.‑C.55, ou encore pour une mosaïque à décor végétal en petits galets dans une maison d’Athènes d’époque paléochrétienne56 ?

Fig. 18 — Gytheion, thermes du terrain Agrapidis, salle A, détail du pavement avec un vase et des fleurs dans les angles.

Fig. 18 — Gytheion, thermes du terrain Agrapidis, salle A, détail du pavement avec un vase et des fleurs dans les angles.

EphALak, cl. A. Themo.

Fig. 19 — Gytheion, thermes du terrain Agrapidis, salle A, détail du pavement à décor géométrique.

Fig. 19 — Gytheion, thermes du terrain Agrapidis, salle A, détail du pavement à décor géométrique.

EphALak, cl. A. Themos.

Fig. 20 — Gytheion, thermes du terrain Kapasouri, détail de la bordure.

Fig. 20 — Gytheion, thermes du terrain Kapasouri, détail de la bordure.

EphALak, cl. E. Zavvou.

  • 57 Guimier-Sorbets 2008.

33Pour conclure, rappelons que, à notre connaissance, seule la pièce B du bâtiment de Plytra présente la superposition de trois pavements de techniques différentes, dont deux d’éclats de pierre surmontés d’opus tessellatum. Toutefois si cette superposition fournit pour le bâtiment des indices de chronologie relative, ceux‑ci ne peuvent pas être généralisés à l’emploi de ces techniques. En effet, on ne peut pas conclure que les sols d’éclats polychromes sont, de façon générale, intermédiaires chronologiquement entre les galets et les tesselles dont ils assureraient la transition, comme certains l’avaient soutenu. Comme les tesselles irrégulières (technique mixte), les éclats polychromes ont été employés dans les mosaïques d’époque hellénistique et leur emploi s’est développé à l’époque impériale, particulièrement à Gytheion et aussi à Sparte. À l’époque classique et hellénistique, les mosaïstes ont fait preuve de beaucoup d’inventivité et ont expérimenté toute une série de techniques, mettant en œuvre divers matériaux, dans divers états d’élaboration. Cette inventivité s’est quelque peu réduite à l’époque impériale où l’opus tessellatum a triomphé, à côté des sols d’opus sectile les plus précieux57. Toutefois, les ateliers de mosaïstes du sud du Péloponnèse bénéficiaient de conditions particulières puisqu’ils pouvaient se procurer facilement des éclats de pierres de couleur prisées dans tout l’Empire pour l’opus sectile et extraites des carrières voisines. Ils ont donc tiré parti de cette facilité d’approvisionnement de matériaux luxueux pour développer un style particulier de pavements, qui a rencontré la faveur des commanditaires, à côté des mosaïques d’opus tessellatum, dont la polychromie était particulièrement vive à Sparte. L’abondance, la variété technique et l’originalité des pavements mis au jour depuis quelques décennies à Plytra, à Sparte et à Gytheion témoignent de la vitalité des ateliers locaux ainsi que du développement et de la richesse de ces villes durant l’Empire.

Haut de page

Bibliographie

Assimakopoulou-Atzaka 2017 = Panagiota Assimakopoulou-Atzaka, Σύνταγµα των παλαιοχριστιανικών ψηφιδωτών δαπέδων της Ελλάδος, III.2 : Τα ψηφιδωτά δάπεδα της Μακεδονίας και της Θράκης εκτός Θεσσαλονίκης, Thessalonique, Centre for Byzantine Research, Aristotle University of Thessaloniki, Byzantine Monuments 18, 2017.

Balmelle et al. 1985 = Catherine Balmelle et al., Le décor géométrique de la mosaïque romaine, I : Répertoire graphique et descriptif des compositions linéaires et isotropes, Paris, Picard, 1985.

Banaka-Dimaki 1991 = Anna Banaka-Dimaki, « Ανασκαφικές εργασίες. Άργος. οδός Παπαοικονόµου (οικόπεδο Αντώνη Κάπου) », AD 46, 1991, Chron., p. 95, fig. 4‑5.

Becatti 1969 = Giovanni Becatti, Edificio con opus sectile fuori Porta Marina, Rome, Istituto poligrafico dello stato, Scavi di Ostia 6, 1969.

Bejaoui 1997 = Fathi Bejaoui, « Îles et villes de la Méditerranée sur une mosaïque d’Ammaedara (Haidra, Tunisie) », CRAI, 1997, p. 125‑154.

Boraik, Guimier-Sorbets 2013 = Mansour Boraik, Anne-Marie Guimier-Sorbets, « Ptolemaic Baths in front of Karnak Temples: Recent Discoveries (Season 2009–2010), Part 2. The Floor Decoration and Painted Plaster of the Baths », Cahiers de Karnak 14, 2013, p. 47‑77.

Bruneau 1969 = Philippe Bruneau, « Prolongements de la technique des mosaïques de galets en Grèce », BCH 93, 1969, p. 308‑332, 1066.

Bruneau 1972 = Philippe Bruneau, EAD XXIX. Les mosaïques, Athènes, EFA, 1972.

Bruno, Pallante 2002 = Matthias Bruno, Paolo Pallante, « The Lapis Taenarius Quarries of Cape Tainaron (Mani Peninsula, S. Peloponnesus, Greece) », in Lorenzo Lazzarini (éd.), Interdisciplinary Studies on Ancient Stone: Proceedings of the Sixth International Conference of the Association for the Study of Marble and Other Stones in Antiquity, Venice, June 15–18, 2000, Padoue, Botega d’Erasmo, 2002, p. 163‑176.

Cavanagh et al. 1996 = William G. Cavanagh et al., The Laconia Survey: Continuity and Change in a Greek Rural Landscape, vol. 2 : Archaeological data, Londres, BSA, ABSA Suppl. 27, 1996.

Daszewski 1982 = Wiktor A. Daszewski, « Die Fussboden-Dekoration in Hausern und Palasten des griechisch-romischen Egypten », in Dietrich Papenfuss, Volker Michael Strocka (éd.), Palast und Hütte: Beiträge zum Bauen und Wohnen im Altertum von Archäologen, Vor- und Frühgeschichtlern. Tagungsbeiträge eines Symposiums der Alexander von Humboldt-Stiftung, Bonn-Bad Godesberg, veranstaltet vom 25.–30. November 1979 in Berlin, Mayence, Ph. von Zabern, 1982.

Dubosson 2011 = Benoît Dubosson, « Une mosaïque de galets romaine à Erétrie (Grèce, Eubée) », Journal of Mosaic Research 4, 2011, p. 5‑16.

Dunbabin 1979 = Katherine Dunbabin, « Technique and Materials of Hellenistic Mosaics », AJA 83, 1979, p. 265‑277.

Guimier-Sorbets 2001 = Anne‑Marie Guimier-Sorbets, « Le décor des sols dans les bâtiments publics en Grèce du iie siècle avant J.‑C. au ier siècle après J.‑C. », in Jean‑Yves Marc, Jean‑Charles Moretti (éd.), Constructions publiques et programmes édilitaires en Grèce entre le iie siècle av. J.‑C. et le ier siècle ap. J.‑C. : actes du colloque organisé par l’École française d’Athènes et le CNRS, Athènes, 14‑17 mai 1995, Athènes, EFA, BCH Suppl. 39, 2001, p. 41‑59.

Guimier-Sorbets 2008 = Anne-Marie Guimier-Sorbets, « De la mosaïque hellénistique à la mosaïque impériale : continuités et ruptures techniques », in Michel Molin (éd.), Archéologie et histoire des techniques du monde romain, Paris, De Boccard, 2008, p. 63‑74.

Guimier-Sorbets 2015 = Anne-Marie Guimier-Sorbets, « Le décor architectural grec en Thébaïde : pavements et peintures murales dans des bains de l’époque lagide », in Antigone Marangou, Gilles Gorre (éd.), La présence grecque dans la vallée de Thèbes, Rennes, PUR, 2015, p. 135‑138.

Guimier-Sorbets 2019 = Anne‑Marie Guimier-Sorbets, Mosaïques d’Alexandrie : pavements d’Égypte grecque et romaine, Alexandrie, CEAlex, Antiquités alexandrines 3, 2019.

Guimier-Sorbets, Panagiotopoulou 2008 = Anne-Marie Guimier-Sorbets, Anastasia Panagiotopoulou, « La mosaïque du temple de Despoina à Lykosoura », Ktema 33, 2008, p. 191‑200.

Hadjidaki, Lianos, Edwards 1985 = Elpida Hadjidaki, Nikos Lianos, Mark Edwards, « A Preliminary Report on an Underwater Survey at Plitra, South Laconia, Greece: 1980 », IJNA 14.3, 1985, p. 227‑236.

Jost 2018 = Madeleine Jost, « Sanctuaires d’Arcadie trente ans après : bilan des recherches », BCH 142.1, 2018, p. 97‑144.

Kakourou 2011 = Christina Kakourou, « Οδός Καλλικρατίδα (Ο.Τ.131, οικόπεδα Α. Κούτσαρη-Μ. Θεοφιλάκου και Α. και ∆. Παπαδόπουλου) », AD 66, 2011, Chron., p. 178‑179, fig. 15.

Kourinou, Pikoulas 1989 = Eleni Kourinou, Giannis Pikoulas, « Επιγραφή από τον Ασωπό (Πλύτρα) Λακωνίας », ΗΟΡΟΣ 7, 1989, p. 125‑127.

Lazzarini 2007 = Lorenzo Lazzarini, Poikiloi lithoi, versiculores maculae i marmi colorati della Grecia antica: storia, uso, diffusione, cave, geologia, caratterizzazione scientifica, archeometria, deterioramento, Rome, Serra, Marmora Suppl. 1, 2007.

Markoulaki 2008 = Stavroula Markoulaki, « Ψηφιδωτά από το χώρο της βόρειας επέκτασης του Αρχαιολογικού Μουσείου Ηρακλείου και το περιβάλλον τους », in Alexandra Ioannidou-Karetsou, Stavroula Markoulaki, Natalia Poulou-Papadimitriou, Vassiliki Penna, Ηράκλειο. Η άγνωστη ιστορία της αρχαίας πόλης, Héraclion, Nea Kriti, 2008, p. 109‑147.

Panagiotopoulou 1994 = Anastasia Panagiotopoulou, « Les représentations de la méduse dans les mosaïques de Grèce », in VI Coloquio internacional sobre mosaico antiguo, Palencia-Merida, octubre 1990, Guadalajara, Associacion espagnola del mosaico, 1994, p. 369‑382.

Panagiotopoulou 1998 = Anastasia Panagiotopoulou [Panayotopoulou], « Roman Mosaics from Sparta », in William G. Cavanagh, Susan E. C. Walker (éd.), Sparta in Laconia: Proceedings of the 19th British Museum Classical Colloquium held with the British School at Athens and King’s and University Colleges, London, 6–8 December 1995, Londres, BSA, Studies 4, 1998, p. 112‑118.

Panagiotopoulou 2001 = Anastasia Panagiotopoulou, « Un atelier de mosaïques romaines à Sparte », in Daniel Paunier, Christophe Schmidt (éd.), Actes du VIIIe colloque international pour l’étude de la mosaïque antique et médiévale, Lausanne (Suisse : 6‑11 octobre 1997), vol. 1, Lausanne, Cahiers d’archéologie romande 85, 2001, p. 238‑248.

Panagiotopoulou 2001-2004 = Anastasia Panagiotopoulou, « Μάνη. Αρχαιολογικός χώρος Ταινάρου », AD 56‑59, 2001-2004, Chron., p. 290.

Panagiotopoulou 2011 = Anastasia Panagiotopoulou, « Sparte et ses ateliers à l’époque impériale : iconographie et innovation », in Mosaïque antique, Dossiers d’archéologie 346, 2011, p. 60‑65.

Panagiotopoulou sous presse = Anastasia Panagiotopoulou, « Ψηφιδωτά και µαρµαροθετήµατα από το Γύθειο (Ελλάδα). Πρώτη προσέγγιση », communication au XIVe colloque international de l’AIEMA (Nicosie, octobre 2018), texte à paraître dans les actes, sous presse.

Pikoulas 2012 = Giannis Pikoulas, Το οδικό δίκτυο της Λακωνικής, Athènes, Horos, 2012.

Raftopoulou 1998 = Stella Raftopoulou, « New Finds from Sparta », in William G. Cavanagh, Susan E. C. Walker (éd.), Sparta in Laconia: Proceedings of the 19th British Museum Classical Colloquium held with the British School at Athens and King’s and University Colleges, London, 6–8 December 1995, Londres, BSA, Studies 4, 1998, p. 125‑140.

Rammou 1996 = Anastasia Rammou, « Οδός Θερµοπυλών (Ο.Τ. 122, οικόπεδο Ν. Φωτόπουλου) », AD 51, 1996, Chron., p. 116‑118.

Rammou 1997 = Anastasia Rammou, « Οδός Θερµοπυλών (Ο.Τ. 122, οικόπεδο Γ. και Κ. Κατσίχτη) », AD 52, 1997, Chron., p. 187‑189, fig. 12.

Robinson 1930 = David M. Robinson, Excavations at Olynthus, Part II. Architecture and Sculpture: Houses and Other Buildings, Baltimore, The John Hopkins Press, 1930.

Rodziewicz 1976 = Mieczysław Rodziewicz, « Un quartier d’habitation gréco-romaine à Kôm el‑Dikka (sondage R, 1970-1973) », Études et travaux 9, 1976, p. 169‑210.

Rodziewicz 1991 = Mieczysław Rodziewicz, « Opus sectile Mosaics from Alexandria and Mareotis », in Festschrift für Josef Engemann, Münster, Aschendorff, JbAC Erg. 18, 1991, p. 204‑214.

Salzmann 1982 = Dieter Salzmann, Untersuchungen zu den antiken Kieselmosaiken, Berlin, Mann, Archäologische Forschungen 10, 1982.

Spiro 1978 = Marie Spiro, Critical Corpus of the Mosaic Pavements on the Greek Mainland, Fourth/Sixth Centuries with Architectural Surveys, New York, Garland, 1978.

Spyropoulos 1982 = Theodoros Spyropoulos, « Ανασκαφικές εργασίες. Νοµός Λακωνίας. Πλύτρα », AD 37, 1982, Chron., p. 112.

Steinhauer 1973-1974 = Georgios Steinhauer, « Αρχαιότητες και Μνηµεία Λακωνίας-Αρκαδίας. Λακωνία. Ανασκαφαί. Γύθειον, Οικόπεδον Ε. Καλκανάκου », AD 29, 1973-1974, Chron., p. 292‑294, fig. 5.

Steinhauer 1975 = Georgios Steinhauer, « Αρχαιότητες και Μνηµεία Λακωνίας-Αρκαδίας. Ανασκαφικές εργασίες. Νοµός Λακωνίας, Σπάρτη, οδός Βρασίδου (οικόπεδο Μουστακάκη) », AD 30, 1975, Chron., p. 76‑77, pl. 45.

Themos 1994 = Athanasios Themos, « Οδός Καλλικρατίδη (Ο.Τ. 131, οικόπεδο ∆. Λιακάκου) », AD 49, 1994, Chron., p. 177‑178.

Themos 1995 = Athanasios Themos, « Οδός Καλλικρατίδη (Ο.Τ. 131, οικόπεδο ∆ηµ. Λιακάκου) », AD 50, 1995, Chron., p. 130‑133, fig. 7.

Themos 2001-2004 = Athanasios Themos, « Οδός Αγίας Τριάδος (Ο.Τ. 15 (19), οικόπεδο Σπ. ∆ιακουµάκου) », AD 56‑59, 2001-2004, Chron., p. 207.

Tsouli 2010 = Maria Tsouli, « Oδός Αρχαίου Θεάτρου (απαλλοτριωµένο οικόπεδο Αρχαιολογικής Υπηρεσίας, πρώην ιδιοκτησίας Καρτσιµά-Βουρλίτη) », AD 65, 2010, Chron., p. 531‑532, fig. 66‑67.

Yalouris 1968 = Nicholas Yalouris, « The Mosaic Pavement of the Temple of Zeus at Olympia », AAA 1, 1968, p. 78‑82.

Zavvou 1995 = Eleni Zavvou, « Συµβολή των οδών Πλατανιστά και Ανωνύµου ∆ηµοτικής (O.T. 5A, οικόπεδο Αριστοτ. Γεωργιτσογιαννάκου) », AD 50, 1995, Chron., p. 121‑122.

Zavvou 1998 = E. Zavvou, « Οδός Θερµοπυλών 94 (Ο.Τ. 122, οικόπεδο Ν. Φωτοπούλου) », AD 53, 1998, Chron., p. 152‑153, fig. 3.

Zavvou 2000a = Eleni Zavvou, « Οδός Πλατανιστά (Ο.Τ. 6, οικόπεδο Ι. Παναγάκη) », AD 55, 2000, Chron., p. 211‑214.

Zavvou 2000b = Eleni Zavvou, « Οδός Θερµοπυλών 98 (Ο.Τ. 122, οικόπεδο Γ. και Κ. Κατσίχτη) », AD 55, 2000, Chron., p. 214‑216, fig. 3.

Zavvou 2001-2004 = Eleni Zavvou, « Συµβολή των οδών Κλεάρχου και Περιµετρικής (O.Τ. 113, οικόπεδο Σπ. Γεωργαντά και Α. Πετράκου) », AD 56‑59, 2001-2004, Chron., p. 180‑181.

Zavvou 2006 = Eleni Zavvou, « Πλύτρα (αρχ. Ασωπός) », AD 61, 2006, Chron., p. 298‑299.

Zavvou et al. 2006 = Eleni Zavvou et al., « Το αρχαιολογικό έργο στη Λακωνία κατά τα έτη 1994-1995 », in Α’ Αρχαιολογική Σύνοδος Νότιας και ∆υτικής Ελλάδος, Athènes, TAΠ, 2006, p. 411‑426.

Haut de page

Notes

1 Spyropoulos 1982.

2 Zavvou 2006.

3 Hadjidaki, Lianos, Edwards 1985, p. 235, fig. 8‑9.

4 Nous remercions Alain Guimier pour la préparation de l’illustration de l’article, ainsi que les archéologues ayant découvert des mosaïques qui ont permis l’accès aux archives de leurs fouilles encore inédites.

5 Pour les dénominations et plus généralement, voir Lazzarini 2007 ; pour les carrières du cap Ténare : Bruno, Pallante 2002.

6 Pour un parallèle à ce motif : Balmelle et al. 1985, no 24i.

7 Balmelle et al. 1985, p. 22, no 104c.

8 Panagiotopoulou 2011, p. 61.

9 Steinhauer 1975.

10 Steinhauer 1973-1974.

11 Balmelle et al. 1985, no 238b.

12 Sparte, terrain Katsichtis, Rammou 1997. Zavvou 2000b (bains de la fin de l’époque romaine, salle 4, pavement de tuileau de chant).

13 Pour l’exposé des caractéristiques des pavements de Sparte du iie et du iiie s. apr. J.‑C., voir Panagiotopoulou 1998, p. 112‑113 et 2001, p. 242‑244.

14 Panagiotopoulou sous presse.

15 Pour la fouille de ce terrain, Zavvou 2000a, p. 211, fig. 2.

16 Rodziewicz 1976, p. 188, fig. 24 ; Rodziewicz 1991, p. 208‑214, fig. 7 ; Daszewski 1982, p. 411, fig. 17 ; Guimier-Sorbets 2019, p. 148, fig. 162.

17 Bejaoui 1997 mais cet article, pas plus que les suivants, ne mentionne ni ne montre le thyrse figuré à l’entrée du pavement.

18 Becatti 1969, p. 49‑71.

19 Panagiotopoulou 1994, fig. 18.

20 Rammou 1996, p. 117, fig. 7. À propos de cette composition, également découverte à Héraklion, voir l’étude du motif dans Markoulaki 2008.

21 Yalouris 1968, p. 78, n. 2 ; Guimier-Sorbets 2001, p. 47.

22 Kourinou, Pikoulas 1989 (SEG XXXIX, no 372, p. 130‑131) ; Cavanagh et al. 1996, p. 310 ; Pikoulas 2012, p. 510, 631 n. 593.

23 Salzmann 1982, nos 76‑93.

24 Salzmann 1982 : Corinthe, nos 63‑66 ; Sicyone, nos 116‑122 ; Olympie, no 138.

25 Salzmann 1982, no 11

26 Banaka-Dimaki 1991.

27 Salzmann 1982, no 34.

28 Salzmann 1982, no 68.

29 Raftopoulou 1998, p. 127, fig. 12.5.

30 Zavvou 1998.

31 Bruneau 1972, p. 17‑18.

32 Salzmann 1982, no 170 ; Panagiotopoulou 2001-2004.

33 Panagiotopoulou 1998, p. 112, n. 1 ; Zavvou et al. 2006, p. 415, n. 11.

34 Zavvou 2001-2004.

35 Zavvou 1995.

36 Kakourou 2011.

37 Assimakopoulou-Atzaka 2017, p202222, avec la bibliographie antérieure.

38 Bruneau 1969 ; Dunbabin 1979 ; Guimier-Sorbets 2001.

39 Panagiotopoulou 1998 ; Panagiotopoulou 2011.

40 Guimier-Sorbets, Panagiotopoulou 2008, p. 194‑195, 198‑199.

41 Pour la bibliographie antérieure et les différentes dates proposées : Guimier-Sorbets, Panagiotopoulou 2008, p. 198 et note 51.

42 Guimier-Sorbets, Panagiotopoulou 2008, voir aussi p. 91 pour les conclusions chronologiques de la journée d’étude, et Jost 2018, p. 128‑130.

43 Sur le terrain du Service archéologique : Tsouli 2010 ; dans les thermes du terrain Kalkanakos : Steinhauer 1973-1974.

44 Olynthe, maison 5 : Robinson 1930, p. 55‑59, fig. 153‑161, pl. i. Andrôn E13 : Salzmann 1982, no 130. Pour des illustrations en couleurs, Guimier-Sorbets 2015, particulièrement pl. vii. Pour un exemple archaïque, voir Assimakopoulou-Atzaka 2017, p. 202 et n. 1020-1022.

45 Pour les nombreux pavements déliens d’éclats de marbre blanc et un très petit nombre à éclats de pierre polychromes, voir Bruneau 1972, p. 20‑22. Les exemples macédoniens sont repris dans Guimier-Sorbets 2015, p. 137.

46 Boraik, Guimier-Sorbets 2013 ; Guimier-Sorbets 2015.

47 Assimakopoulou-Atzaka 2017, p. 202.

48 Guimier-Sorbets 2001, p. 50‑52, fig. 3.

49 Guimier-Sorbets 2019, p. 155‑156, fig. 167.

50 Themos 1994 ; Themos 1995.

51 Panagiotopoulou 1998, p. 112, fig. 10.1.

52 Panagiotopoulou sous presse.

53 Terrain Diakoumakos, Themos 2001-2004.

54 Bruneau 1972, no 75.

55 Dubosson 2011.

56 Salzmann 1982, no 18 ; Spiro 1978, p. 38, 48, fig. 49‑50.

57 Guimier-Sorbets 2008.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 — Plytra, vue générale.
Crédits Archives A.‑M. Guimier-Sorbets, ArScAn.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1108/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 663k
Titre Fig. 2 — Plytra, plan du bâtiment.
Crédits EphALak.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1108/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 349k
Titre Fig. 3 — Plytra, salle A, dessin du pavement.
Crédits Archives A. Panagiotopoulou.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1108/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Fig. 4 — Plytra, dessin du pavement B1.
Crédits Archives A. Panagiotopoulou.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1108/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 559k
Titre Fig. 5 — Plytra, pavement B1, seuil.
Crédits EphALak, cl. A. Panagiotopoulou.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1108/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 615k
Titre Fig. 6 — Plytra, pavement B1, détail.
Crédits EphALak, cl. A. Panagiotopoulou.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1108/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 688k
Titre Fig. 7 — Plytra, pavement B2, dessin.
Crédits Archives A. Panagiotopoulou.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1108/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 597k
Titre Fig. 8 — Plytra, pavement B2.
Crédits EphALak, cl. A. Panagiotopoulou.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1108/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 581k
Titre Fig. 9 — Plytra, pavement B2, détail des thyrses.
Crédits Archives A.‑M. Guimier-Sorbets, ArScAn.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1108/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Titre Fig. 10 — Plytra, pavement B2, détail du méandre.
Crédits Archives A.‑M. Guimier-Sorbets, ArScAn.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1108/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 697k
Titre Fig. 11 — Plytra, dessin du pavement de la salle C.
Crédits Archives A. Panagiotopoulou.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1108/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 640k
Titre Fig. 12 — Plytra, pavement de la salle C.
Crédits EphALak, cl. A. Panagiotopoulou.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1108/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 641k
Titre Fig. 13 — Plytra, pavement de la salle D, détail.
Crédits Archives A. Panagiotopoulou.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1108/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 526k
Titre Fig. 14 — Ténare, bâtiment D, détail du pavement de la salle 2.
Crédits Archives A. Panagiotopoulou.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1108/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 639k
Titre Fig. 15 — Sparte, pavement du terrain Georgitsogiannakos, détail.
Crédits EphALak, cl. Th. Rigou.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1108/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 519k
Titre Fig. 16 — Sparte, musée, pavement du Triton, détail.
Crédits Archives A. Guimier, ArScAn.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1108/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 654k
Titre Fig. 17 — Sparte, pavement du terrain Kakaletris, détail du Triton et du kètos.
Crédits Archives A. Panagiotopoulou.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1108/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 627k
Titre Fig. 18 — Gytheion, thermes du terrain Agrapidis, salle A, détail du pavement avec un vase et des fleurs dans les angles.
Crédits EphALak, cl. A. Themo.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1108/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 681k
Titre Fig. 19 — Gytheion, thermes du terrain Agrapidis, salle A, détail du pavement à décor géométrique.
Crédits EphALak, cl. A. Themos.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1108/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 660k
Titre Fig. 20 — Gytheion, thermes du terrain Kapasouri, détail de la bordure.
Crédits EphALak, cl. E. Zavvou.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/1108/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 682k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne‑Marie Guimier‑Sorbets et Anastasia Panagiotopoulou, « Les pavements de Plytra (Laconie) : diversité des techniques dans les mosaïques du sud du Péloponnèse »Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 144.1 | 2020, mis en ligne le 29 juin 2021, consulté le 02 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/bch/1108 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bch.1108

Haut de page

Auteurs

Anne‑Marie Guimier‑Sorbets

Professeur émérite, université Paris Nanterre, unité de recherche ArScAn (université Paris 1, université Paris Nanterre, CNRS, ministère de la Culture).

Articles du même auteur

Anastasia Panagiotopoulou

Directrice honoraire des Antiquités, ministère grec de la Culture.

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search