Navigation – Plan du site

Sépulture « de guerrier » dans une tombe à chambre Minoen Récent IIIA2-B de Galia, Messara (Crète)

Ταφή « πολεμιστή » σε Yστερομινωϊκό ΙΙΙ Α2-Β θαλαμω τό τάφο στη Γαλιά Μεσαράς
‘Warrior Grave’ in a Late Minoan A2-B Chamber Tomb at Galia in the Messara, Crete
Alexandra Karetsou et Nikos Merousis
Traduction de Béatrice Detournay
p. 1-47

Résumés

En 1975 a été fouillée une tombe à chambre taillée, à Galia Kainourgiou, dans la plaine de la Messara. Dans cette tombe ont été découverts quatre défunts dont trois (I, II, III) avaient été déposés sur des brancards en bois. La défunte de la sépulture IV avait été placée dans une larnax en terre cuite sans décor. La sépulture I (« sépulture de guerrier ») présente un intérêt tout particulier, du fait que le défunt était accompagné d’un poignard, d’une pointe, d’un couteau, d’un rasoir, d’une perle en os et de deux vases en terre cuite. Les brancards de bois et le mobilier funéraire en bronze de la tombe de Galia montrent que les pratiques funéraires de la phase palatiale finale se poursuivaient dans la Crète post-palatiale et prouvent de façon indéniable que les élites locales voulaient, de cette manière, afficher leur statut social.

Haut de page

Texte intégral

Les dessins de la tombe sont de la regrettée N. Zographaki, architecte, les dessins des objets et de la céramique de P. Stéphanaki et I. Pappou, les photographies de G. Xylouris et N. Daskalakis. Les fouilles ont été menées par A. Karetsou. Nous adressons nos remerciements au professeur N. Efstratiou à C. Macdonald, A. Kanta et au professeur S. Andréou.

  • 1 . A. Karetsou, « Περισυλλογή αρχαίων στην κεντρική Κρήτη », PAAH 1975, p. 522-524, pl. 335-336, AD (...)
  • 2 . AD 19 (1964), Β3 Chron., p. 441, Kanta 1980, p. 89. À l’Ouest de la caserne de Galia, diamétralem (...)

1À l’occasion de labours profonds dans le champ T. Droungakis, une tombe à chambre MR IIIA2-B a été fouillée en février 1975 à Galia, dans l’éparchie de Kainourgiou, au Nord de Moirès, dans une région de collines basses entre la plaine de la Messara et la masse montagneuse de l’Ida1 (pl. ia). La tombe se situe à l’Est du village, au lieu-dit Stavros. C’est à 30 m de cette tombe que se trouvait l’une des quatre tombes à chambre explorées en 1963 par K. Davaras2.

Pl. ia.

Pl. ia.

Carte de la Mesara Ouest.

L. V. Watrous, D. Hatzi-Vallianou, H. Blitzer [n. 1]

La Tombe

  • 3 . C’est à peu près la même surface que deux tombes à chambre fouillées par A. Karetsou à Aghios Syl (...)
  • 4 . Les tombes suivantes ont un plan rectangulaire : les tombes à chambre (Γ et Δ) de Katsambas, plus (...)
  • 5 . Des tombes à chambre voûtées ont été découvertes à Kyparissi, au lieu-dit Tou Vathia, avec une ha (...)
  • 6 . Alexiou 1967, p. 21.
  • 7 . J. Shaw, Minoan Architecture: Materials and Techniques, ASAA 49 (1971), p. 48-49, 52, fig. 36a-b, (...)
  • 8 . J. Shaw (n. 7), p. 48-49, 52, fig. 36c, 39-40, R. D. G. Evely (n. 7), p. 63, 67, fig. 27. Voir au (...)
  • 9 . Κatsambas : Alexiou 1967, fig. 17, J. Shaw (n. 7), p. 52, fig. 55. Κalochoraphitis : Davaras, Ban (...)

2Une partie du plafond et une petite portion de la façade de la tombe s’étaient écroulées avant la fouille, si bien que beaucoup de terres s’étaient amoncelées à l’intérieur de la chambre (pl. ib). Mesurant 2,30 × 1,90 m (surface 4,37 m 2)3, la chambre a un plan presque rectangulaire4 et elle est taillée dans le calcaire tendre marneux (kouskouras) (pl. 2a-c, fig. ia, 2a-b). La chute d’une grande partie du plafond a brisé la larnax en terre cuite et perturbé les sépultures qui se trouvaient à l’Est et à l’Ouest (pl. 2a). Si l’on en juge par la partie conservée, le plafond était à 2 m du sol et il était voûté5. Les côtés de la chambre sont verticaux, à l’exception d’une partie du côté Ouest qui était tombée et dessinait comme un petit renfoncement. Sur les parois de la chambre sont bien conservées des traces du travail de taille qui semble avoir été fait un peu à la va-vite avec des outils dont furent utilisées les surfaces coupantes et pointues (pl. 2b-c). Une sorte de pique-herminette, comparable à celles qu’on appelle aujourd’hui en Crète manaroskalida6, avec une surface pointue et une autre coupante, devait être l’outil principal pour tailler7. L’usage de la double herminette parallèlement aux surfaces de percussion tranchantes, est vraisemblable8. Des traces comparables se rencontrent dans les tombes Z de Katsambas, à Kalochoraphitis et à Kyparissi9. Les parois grossièrement taillées indiquent que ces tombes ont été creusées rapidement et qu’on n’a pas fait l’effort de régulariser les parois de la chambre et du dromos, ni passé du temps à cela. L’étroitesse de l’espace (dans la plupart des exemples, la chambre ne dépasse pas une surface de 4-5 m 2) contribuait aussi peut-être à ce que le travail ne soit pas plus soigné. Sans aucun doute, la construction d’une tombe à chambre souterraine nécessitait des ouvriers qualifiés disposant du savoir-faire nécessaire pour choisir l’emplacement au sous-sol approprié, pour tailler la tombe et le dromos aux dimensions voulues, de façon à disposer à l’intérieur les brancards ou les larnakès en terre cuite, ou pour déposer les dépouilles et le mobilier funéraire, et pour enlever le gigantesque volume de pierres et de terre qui s’amassait au cours de la taille.

Pl. ib.

Pl. ib.

Entrée et plafond de la tombe.

Pl. 2a.

Pl. 2a.

Intérieur de la tombe.

Pl. 2b.

Pl. 2b.

Traces du travail de taille dans la chambre de la tombe.

Pl. 2c.

Pl. 2c.

Traces du travail de taille dans la chambre de la tombe

Pl. 3a.

Pl. 3a.

Entrée et dromos de la tombe.

PL. 3b.

PL. 3b.

Sépultures I-II.

Pl. 3c.

Pl. 3c.

Sépultures I-II.

Fig. i

Fig. i

a. Coupe b-b de la tombe. b. Plan de la tombe.

  • 10 . Voir le stomion de tombes à chambre de Katsambas (Alexiou 1967, pl. hors texte A, B, E), de Kaloc (...)
  • 11 . Voir l’encadrement de porte de la tombe Z de Katsambas (Alexiou 1967, p. 18-20, fig. 15).
  • 12 . S. Iakovidis (n. 9), p. 9-11.

3Comme de coutume, le stomion (long. 0,70 m, larg. 0,80 m, haut. 1,18 m env.)10 se trouve entre la chambre et le dromos. La porte, en dehors du rétrécissement habituel vers le haut (larg. max. 0,88 m, larg. min. 0,62 m, haut. 1,18 m), présente à l’extérieur une anathyrose de 0,10 m de large11. Le linteau de l’entrée est conservé presque intact sur une hauteur de 0,70 m. Le bouchon de pierres brutes qui obstruait l’entrée était particulièrement important (haut. 1,16 m, pl. ib, 3a)12.

  • 13 . C’est à peu près la longueur des tombes 13, 14, 19 (AD 26 [1971] Β2 Chron, p. 515), 46 (AD 27 [19 (...)

4Le dromos de la tombe (long. 4,40 m, larg. 1,70 m)13 est orienté Nord-Sud (pl. ib). Les parois sont verticales et parallèles sur toute la longueur fouillée. La taille du dromos est plus soignée que celle de la chambre. Le sol de la tombe et celui du dromos sont presque au même niveau.

Les sépultures

5Dans la tombe ont été découvertes quatre sépultures disposées parallèlement et orientées Nord-Sud (fig. ib). Le long des parois Est et Ouest, les défunts avaient été disposés sur des brancards de bois (sépultures I, II et III). Une sépulture féminine (sépulture II) était tout près du premier défunt et une deuxième femme — jeune comme l’a montré l’étude du squelette (voir annexe) — avait été déposée dans une larnax (sépulture IV), placée entre les sépultures II et III, presque devant la porte de la tombe.

Fig. 2

Fig. 2

a. Coupe A-A de la tombe ; b. Coupe Γ-Γ de la tombe, entrée et plafond.

Sépulture I

6Le squelette du premier homme, découvert non perturbé en position repliée, était en bon état dans l’ensemble, à l’exception du crâne (pl. 3b-c, fig. ib).

  • 14 . Le dépôt d’objets de bronze sous des brancards et des larnakès en bois est une pratique que l’on (...)

7L’étude anthropologique a montré que le défunt était un homme entre 17 et 25 ans, mesurant 1,63 m et mort de la brucellose (fièvre de Malte). Au moment de la fouille, les ossements étaient sur une couche de bois qui avait pris la forme d’une poussière brun-noir et s’étendait sur une surface de 1,62 × 0,52 m, mêlée à la terre du sol ; par endroit, de petits morceaux de bois étaient conservés. Il est évident que le défunt avait été placé sur un brancard de bois. Bien que la disposition du bois désagrégé ait d’une certaine manière dessiné le contour rectangulaire d’une structure, surtout au Sud et à l’Est de la sépulture, sa répartition inégale et sa dispersion sur le reste de la surface n’ont pas permis de se faire une idée précise. À l’emplacement de la tête du défunt, on a découvert une perle lenticulaire en os (fig. ib, no 1). Le mobilier funéraire comprenait un poignard en bronze (fig. ib, no X2) et une pointe en bronze (fig. ib, no X3), sous les vertèbres, recouverte par la couche de bois décomposé14, tandis que le poignard était en dehors de cette couche et parallèle à la sépulture. À la taille du défunt, il y avait un couteau de bronze (fig. ib, no X4) et un rasoir (fig. ib, no X5) ; à ses pieds et autour du corps, avaient été déposées une petite gourde (fig. ib, no 6) et une tasse à pied avec une anse (fig. ib, no 7). Au même endroit, on a localisé du gypse non travaillé ; les débris (pl. 3b-c) d’un autre morceau de gypse, identique ou plus grand, avaient été posés dans la partie supérieure de la sépulture, mêlés aux traces du brancard décomposé.

Sépulture II

  • 15 . Sur des coupelles renversées dans des tombes (Métochi Kalou tombe III, Kamilari, Épiskopi, Poros (...)

8Le squelette de la femme adulte, très mal conservé, semble avoir été déposé sur un brancard de bois (pl. 3b-c, fig. ib). Au moment de la fouille, on avait eu l’impression que les défunts I et II avaient été placés sur le même brancard, mais l’état du bois décomposé ne laissait pas la possibilité de le vérifier. La question reste donc en suspens : avait-on utilisé un brancard commun ou avait-on réuni deux brancards ? En dehors de la coupelle conique (pl. ib, no 8), placée retournée entre la sépulture I et celle-ci15, on n’a pas trouvé d’autre mobilier funéraire.

Sépulture III

9Le deuxième squelette d’homme fut découvert, lui aussi, en position repliée. En dépit de la perturbation qu’il avait subie, la larnax de terre cuite s’étant brisée, il était en très bon état (pl. 4a-c, fig. ib). L’étude anthropologique a montré que le défunt avait une trentaine d’années et qu’il devait boiter en raison d’une blessure à la jambe gauche. Les ossements furent découverts sur une couche de poussière brun-noir, identique à celle de la sépulture I, et ici elle dessinait un parallélogramme de 1,50 × 0,60 m ; un morceau de bois décomposé était conservé encore en place dans la partie supérieure de la sépulture. Le seul mobilier funéraire du défunt était une louche (arytaina) en bronze trouvée en deux morceaux, dans des endroits différents de la sépulture (fig. ib, no X12, X12a). Un troisième morceau de gypse se trouvait à la limite supérieure de la sépulture, en contact avec le bois décomposé et au même emplacement que celui de la sépulture I.

Pl. 4a.

Pl. 4a.

Sépulture III.

Pl. 4b.

Pl. 4b.

Sépulture III.

Pl. 4c.

Pl. 4c.

Sépulture III.

10Dans l’angle Nord-Ouest de la chambre, ont été découverts une coupelle conique retournée (fig. 1b, no 9) et la partie supérieure d’un amphorisque à étrier (fig. ib, no 10).

Sépulture IV

11Le squelette de la femme qui avait été placé dans la larnax de terre cuite (pl. 2a, fig. ib) — laquelle fut abîmée lorsque le plafond et une partie de la façade de la tombe se sont écroulés — avait été complètement perturbé. L’étude anthropologique a montré qu’il s’agit d’une femme d’environ 23 ans, mesurant 1,45 m, présentant des symptômes d’anémie en raison de mauvaises conditions de vie. Le mobilier de la défunte était composé d’un couteau en bronze (fig. ib, no X13), d’une aiguille brisée et oxydée (fig. ib, no X14) et d’une fibule en bronze (fig. ib, no X15).

  • 16 . Voir par exemple les tombes IV et V de Métochi Kalou avec des fosses contenant des sépultures ant (...)

12Le bon état des squelettes — signe que les défunts ne furent pas déplacés après avoir été posés sur les brancards et dans la larnax —, l’absence de fosses avec des ossements de sépultures antérieures, la régularité dans l’arrangement de la chambre funéraire — où manquent les niches creusées pour d’autres sépultures —, et le fait qu’il n’y avait qu’un seul défunt dans la larnax et seulement quatre corps dans la tombe différencient la tombe de Galia de la majorité des tombes à chambre qui, d’habitude, accueillaient une multitude de sépultures au MR IIIA-B16.

Le mobilier funéraire

Catalogue

Les Bronzes

Fig. 3.

Fig. 3.

Mobilier funéraire en métal.

X2. Poignard (M.H. 4160) (pl. 5a, fig. 1b et 3)

13Presque intact, oxydé, trois fragments recollés.

14Long. 0,341 m, larg. manche 0,026 m, larg. épaule 0,06 m.

  • 17 . Sandars 1963, p. 133.

15Manche en T avec extrémité en croissant, lame à double courbure sans dos avec épaule courbe, d’où commence le rétrécissement progressif de la largeur jusqu’à la pointe arrondie. Quatre clous le long du manche — deux sont conservés — et deux sur l’épaule fixaient le revêtement. Le poignard relève du type Εii de Sandars17.

Pl. 5

Pl. 5

a. Poignard en bronze. b. Rasoir et pointe de javelot en bronze.

16Bibliographie : A. Karetsou (n. 1), p. 522, pl. 335β, Driessen, Macdonald 1984, p. 71, Kilian-Dirlmeier 1993, p. 178 (D35), Karantzali 2001, p. 67.

17Commentaire : sur le type Eii et d’autres exemples du monde égéen, voir Sandars 1963, p. 133, 149-150 (catalogue), pl. 24.30-31, Driessen, Macdonald 1984, 58-59, 71 (catalogue), 74, fig. 1, 4, Kilian-Dirlmeier 1993, p. 176-179, Karantzali 2001, p. 67-68.

18Parallèles :

19Knossos : Unexplored Mansion, MRII, AR 1972-1973, p. 58, fig. 35, Popham 1984, p. 212 (P10), pl. 200.4.

20Sellopoulo : tombe 4, sépulture ΙΙ, MRIIIA1, Popham, Catling, Catling 1974, p. 229 (no cat. 3), fig. 16, pl. 40a.

21Mavrospilio : tombe XVIII, MRIIIA, Forsdyke 1926-27, p. 282, Sandars 1963, p. 149-150, pl. 25.30.

22Armenoi : tombe à tholos, MRIIIA1-2 (Μ.Ρ. Μ393), E. Papadopoulou, « Une tombe à tholos “intra-muros”. Le cas du cimetière MR d’Armenoi », dans Driessen, Farnoux 1997, p. 333, fig. 18.

23Armenoi : tombe 78, MRIIIA2-B, Godart, Tzedakis 1992, pl. CXLII.4, Karantzali 2001, p. 68.

24La Canée-Tribunaux : M. Andreadaki-Vlasaki, « La nécropole du MR III de la ville de La Canée », dans Driessen, Farnoux 1997, p. 504 (M714), fig. 14.

25Pharmakoképhalo Sklavoi : tombe A, MRIIIA2(?) : AD 19 (1964), Chron., p. 442, Kilian-dirmeier 1993, p. 78 (D42), Karantzali 2011, p. 68.

26Athènes, Agora : tombe à chambre J-K 2:2, HRIIB-IIIA1 : J. Μ. Camp II, « Excavations in the Athenian Agora: 1998-2001 », Hesperia 72 (2003), p. 262 (no cat. 27), fig. 27 et tombe à chambre K 2:5, HRIIIA1, deux poignards : J. Μ. Camp II, op. cit., p. 268 (nos cat. 41-42), fig. 35.

27Prosymna : tombe XXV, HRIIIA1-2 : C. W. Blegen, Prosymna, the Helladic Settlement Preceding the Argive Heraeum (1937), p. 92, 337-338, fig. 198 et tombe XLII, HRIIIA1 : Blegen 1937, 152, 337, fig. 377.

28Dendra : tombe à chambre 2, HRIIIA2, A. Persson, The Royal Tombs at Dendra near Midea (1931), 97 (no cat. 23), fig. 33.4 et tombe à chambre 7, HRIIIA1-2, A. Persson, New Tombs at Dendra near Midea (1942), p. 35, fig. 35.1.

29Κos, Asklépiéion (fouille 1938 – près de l’angle Sud-Est du sanctuaire), HRIIIA2, L. Morricone, « Coo - scavi e scoperte nel ‘Serraglio’ e in localita minori (1935-1943) », ASAA 50-51 (1972-1973), p. 253, 255, fig. 198-199.

30Rhodes, Pylonas : tombe à chambre 3, HMIIIA2, Karantzali 2001, p. 67 (no 1348), pl. 46α, fig. 42.

31Eubée, Androniani : deux poignards de la tombe, sans autres indications (remis au Musée National archéologique en 1940), HRIIIA, K. Paschalidis, « Άγνωστος μυκηναϊκός ’θησαυρός’ από τους Ανδρονιάνους Ευβοίας στο Εθνικό Αρχαιολογικό Μουσείο. Νέα στοιχεία για τη μεταλλοτεχνία της μυκηναϊκής Εύβοιας », το Μουσείον, Περιοδική έκδοση του Εθνικού Αρχαιολογικού Μουσείου 5 (2005), p. 33-35, fig. 4-5.

32Provenance inconnue : Oxford (Ashmolean Museum), MRIIIA, H. W. Catling, « Late Minoan Vases and Bronzes in Oxford », ABSA 63 (1968), p. 90-92, 105, 108, fig. 1, pl. 23b.

X3. Pointe de javelot (M.H. 4162) (pl. 5b, fig. 1b et 3)

33Intacte, oxydée.

34Long. 0,275 m, long. douille 0,10 m, diam. douille max. 0,025 m, min. 0,016 m, larg. max. lame 0,04 m.

35Lame lancéolée avec dos. Le diamètre de la douille se rétrécit peu à peu vers la lame, dessinant une courbe ouverte avec l’épaule. Près de sa base, la douille présente deux perforations pour fixer la pointe sur la tige. La fente de la douille a les bords presque unis car ils se sont légèrement ouverts, il reste à l’intérieur des traces de la tige en bois.

36Bibliographie : A. Karetsou (n. 1), p. 524, pl. 335γ, Höckmann 1980, p. 27 (D5), 88, 134, Αbb. 4.

37Commentaire : elle relève du type D de la classification d’Höckmann 1980. Sur les pointes en général, Höckmann 1980, Avila 1983.

  • 18 . Voir un commentaire détaillé ci-dessous (III.2).

38Parallèles18 :

39Knossos : « Acropolis tomb » (Ashmolean), MRII, Sandars 1963, p. 121, pl. 23.14, Höckmann 1980, p. 88 (D12), Αbb. 4.

40Aghios Ioannis : tombe en fosse, MRIIIA1(?), Hood, de Jong 1952, p. 262, no AJ (4), fig. 8, Avila 1983, p. 134, no cat. 877, pl. 34.

41Hôpital Vénizélio : tombe à chambre I, MRII, Hood, de Jong 1952, p. 265, no I (11), pl. 53b, Höckmann 1980, 88 (D13), fig. 4.

42Crète (Collection Giamalakis) : A. Xenaki, « Όπλα και εργαλεία της Συλλογής Γιαμαλάκη », Κρητικά Χρονικά 4 (1950), p. 112, pl. Δ, no 435, Avila 1983, pl. 3, no 21.

43Ιalysos : tombe LXII, HRIIIA-B, G. Jacopi, « Nuovi scavi nella necropolis micenea di Jalisso », ASAA 13-14 (1930-1931), p. 263, fig. 9, p. 267 no 14, Avila 1983, p. 28, cat. no 62A, pl. 11 (similitude de section).

44Pérati : tombe 123, HRIIIC, S. Iakovidis, Περατή. Το νεκροταφείον. Α. Οι τάφοι και τα ευρήματα (1969), p. 429, S. Iakovidis (n. 9), p. 357-359, pl. 128γ, Avila 1983, 46, cat. no 100, pl. 15 (lame semblable de forme et de section, mais différence de proportion douille/lame).

45Achaïe, Troumbès : PAAH 1929, p. 91, fig. 7, Avila 1983, 47, cat. no 101A, pl. 15 (lame semblable de forme, mais différence de proportion douille/lame).

X4. Couteau (M.H. 4182) (pl. 6a en haut, fig. 1b et 3)

46Intact, petit éclat à l’extrémité pointue de la lame et autour des clous ; oxydé.

47Long. 0,234 m, larg. max. 0,028 m.

48Un seul tranchant, la lame et le manche se distinguent du côté du tranchant, tandis que sur la face supérieure ils sont sur la même droite, avec une légère courbure vers la pointe. Sur le manche, il reste deux clous et un petit morceau du revêtement de bois.

49Bibliographie : inédit.

50Commentaire : le couteau relève du type Ib de Sandars 1955. Sur les couteaux de ce type en général et des catalogues, Sandars 1955, p. 191-193, Karantzali 2001, p. 71-72.

51Parallèles :

52Knossos, Ιsopata : tombe 2 (tombe des Doubles Haches), MRII-IIIA1, A. J. Evans, « The Tomb of the Double Axes and Associated Group, and the Pillar Rooms and Ritual Vessels of the ‘Little Palace’ at Knossos », Archaeologia 65 (1914), p. 42, 58 (2d), fig. 54,Sandars 1955, p. 179, 192.

53Ζapher Papoura : tombe 3, MRIIIA, Evans 1906, p. 23 (3a), fig. 113 (3α), Sandars 1955, p. 177.

54Mavrospilio : tombe III, MRIIIA1, Forsdyke 1926-27, p. 252, fig. 6, Sandars 1955, p. 192.

55Epano Gypsades : tombe I, MRIIIA1, Hood, Huxley, Sandars 1958-59, p. 245 (I.7), fig. 32, pl. 59b.

56Rhodes, Pylonas : tombe 4, MRIIIC, Karantzali 2001, p. 71, fig. 42, pl. 47c (cat. no 1353).

Pl. 6

Pl. 6

a. Couteaux en bronze ; b. Louche en bronze.

X5. Rasoir (M.H. 4161) (pl. 5b, fig. 1b et 3)

57Très oxydé, tranchants abîmés.

58Long. 0,17 m, larg. max. 0,074 m, ép. max. 0,06 m.

59Rasoir en forme de langue à col court, portant trois clous avec des restes du manche en bois. Du clou médian part une nervure de 0,06 m de long sur les deux faces de la lame.

60Bibliographie : A. Karetsou (n. 1), p. 522, pl. 335γ, A. Papaefthimiou-Papanthimou, Σκεύη και σύνεργα του καλλωπισμού στον κρητομυκηναϊκό κόσμο (1979), p. 82, no 8, pl. 23β.

61Commentaire : il relève du type IIIγ de Papaefthimiou-Papanthimou (1979), p. 82, no 8, pl. 23β. Sur les rasoirs en général, Papaefthimiou-Papanthimou op. cit., p. 75 ss., M. S. F. Hood (n. 4), p. 96-97, Hood, Huxley, Sandars 1958-59, p. 234-235, Popham 1984, p. 217.

62Parallèles :

63Knossos, Aghios Ioannis : tombe 2, MRIB-II, M. S. F. Hood (n. 4), p. 98 (15), fig. 14, pl. 15(a).

64Hôpital Vénizélio : tombe III, MRII, Hood, de Jong 1952, p. 271 (III 15), fig. 12, pl. 53b.

65Epano Gypsades : tombe I, MRIIIA, Hood, Huxley, Sandars 1958-59, p. 245 (Ι6), fig. 33, pl. 59b.

66Ialysos : tombe LXV, G. Jacopi, « Nuovi scavi nella necropolis micenea di Jalisso », ASAA 13-14 (1930-1931), p. 274, fig. 19.

67Prosymna : tombe XXXVII, HRIIIA, C. W. Blegen, Prosymna, the Helladic Settlement Preceding the Argive Heraeum (1937), p. 334, fig. 299.

X12. Louche (M.H. 4165) (pl. 6b, fig. 1b et 3)

68Presque intacte, nombreux fragments recollés.

69Haut. phiale 0,016 m, diam. lèvre 0,048 m, long. anse 0,10 m.

70Phiale globulaire peu profonde, faite d’une fine feuille de bronze, à lèvre éversée, légèrement relevée au point d’attache de l’anse en ruban repliée sur laquelle on distingue une série d’incisions en X entre deux lignes incisées.

71Bibliographie : Κaretsou 1975, p. 524, pl. 336β.

72Parallèles :

73Knossos, Zapher Papoura : tombe 14 (tombe du Foyer tripode), MRIIIA1-2, Evans 1906, p. 43 (140), fig. 330, pl. LXXXIX, H. W. Catling, Cypriot Bronzework in the Mycenaean World (1964), p. 185.

74Gypsades : tombe 3, AD 48 (1993), B2 Chron., pl. 139β.

75Gournes : tombe 2, AD 4 (1918), p. 74, no 4, fig. 17.4, H. W. Catling, op. cit., p. 185, voir pl. 11.

76Vaphio : tombe à tholos, HRIIA, avec base plate, AEph 1889, p. 157, pl. 8.6, C. Τsountas, I. Manatt, The Mycenaean Age: A Study of the Monuments and Culture of Pre-Homeric Greece (1897), p. 74, fig. 22, H. W. Catling, op. cit., p. 185.

X13. Couteau (M.H. 4164) (pl. 6a en bas, fig. 1b et 3)

77Intact, abîmé par endroit ; trois morceaux recollés, très oxydés.

78Long. 0,153 m, larg. max. 0,008 m.

79À un seul tranchant, avec lame oblongue dont le dos dessine une droite avec le manche ; du côté du tranchant, elle se courbe dans la région du manche, probablement pour tenir le revêtement. Sur le manche sont conservés deux trous d’attache.

80Bibliographie : non publié.

81Parallèles :

82Ζapher Papoura : tombe 51 (pit-cave), MRIIIA1, Evans 1906, p. 64 (51f), fig. 71, V. Apostolakou, « YMIII τάφοι στη Γρα Λυγιά Ιεράπετρας », AD 53 (1998), Études, p. 61-62, dessin 44, pl. 18δ en bas.

X14. Aiguille (pl. 7a, fig. 1b et 4a)

83Trois fragments très oxydés, recollés.

84Long. 0,075 m.

85Petite aiguille de section circulaire.

Pl. 7.

Pl. 7.

a. Aiguille en bronze ; b. Fibule en bronze.

86Bibliographie : inédite.

87Parallèles :

88Knossos, Epano Gypsades : tombe ΧΙΙΙ, Hood, Huxley, Sandars 1958-59, p. 215, 252.

89Ζapher Papoura : tombes 32 et 72, Evans 1906, p. 49, 76 (respectivement), Μavrospélio, tombe V, Forsdyke 1926-27, p. 257 (no 3).

X15. Fibule (pl. 7b, fig. 1b et 4b)

90Très oxydée, arc presque intact, épingle incomplète.

91Diam. de l’arc 0,09 m, long. épingle 0,06 m, diam. tige 0,02 m.

92Fibule en arc faite d’une tige de bronze. Une extrémité de l’arc est conservée avec la spirale, l’autre extrémité avec le fourreau de l’épingle n’existe plus.

Fig. 4

Fig. 4

a. Aiguille en bronze ; b. Fibule en bronze.

93Bibliographie : inédite.

94Parallèles :

95Μouliana : tombe Α, S. Xanthoudides, « Εκ Κρήτης », AEph 1904, p. 31, fig. 7. Sur les fibu­les en général, voir K. Kilian, Fibeln in Thessalien von der Mykenischen bis zur archaischen Zeit, Prähistorische Bronzefunde XIV.2 (1975), E. Sapouna-Sakellaraki, Die Fibeln der griechischen Inseln, Prähistorische Bronzefunde XIV 4 (1978).

Objets en terre cuite et autre mobilier funéraire

6. Gourde (M.H. 21083) (pl. 8a-b, fig. 1b, 5a)

96Intacte, treize fragments recollés, peinture et engobe écaillés.

97Haut. 0,094 m, diam. lèvre 0,018 m, diam. base 0,027 m, diam. max. panse 0,068 m.

98Pâte fine, jaune clair (Munsell 2.5Y 7/3 pale yellow), sans inclusions ni mica.

99Cuisson homogène.

100Engobe fin jaunâtre (Munsell 2.5Y 8/3 pale yellow).

101Peinture brune allant du brun-noir au brun clair (Munsell 10YR 3/2 very dark grayish brown à 10ΥR 6/6 brownish yellow).

102Panse globulaire, col cylindrique, les anses verticales cylindriques sont attachées sous la lèvre annulaire et aboutissent à l’épaule ; base creuse discoïde. La paroi du vase est décorée de dix cercles concentriques ; au centre, disque entièrement peint ; sous les anses, motifs en S imbriqués, disposés verticalement.

Pl. 8

Pl. 8

a-b. Gourde ; c. Tasse à pied avec anse.Pl. 8b.

Fig. 5

Fig. 5

a. Gourde ; b. Tasse à pied avec anse.

103Bibliographie : A. Karetsou (n. 1), p. 524, fig. 2, pl. 336α.

104Datation : MRIIIA2

105Parallèles :

  • 19 . La gourde mentionnée (p. 51, n. 35) ne vient pas de Kalochoraphitis, c’est celle de Galia.

106Μétochi Kalou : Dimopoulou-Rethemiotaki, Rethemiotakis 1978, p. 50-52, dessin 519.

107Kalochoraphitis : A. Karetsou, L. Girella, Kalochorafitis. Two Chamber Tombs from the LMIIIA-B Cemetery. A Contribution to Postpalatial Funerary Practice in the Mesara (2015), p. 148-149, 159, fig. 6.2, pl. 1.

108Armenoi, tombe 21 : Y. Tzedakis, H. Martlew, Minoans and Mycenaean Flavours of their Time (2002), 58 (no cat. 29).

109Égypte, Riggeh : Mountjoy 1998, p. 86, fig. 95.2, A. Karetsou, M. Andreadaki-Vlasaki (éds), Κρήτη-Αίγυπτος. Πολιτισμικοί δεσμοί τριών χιλιετιών, Kατάλογος (2000), cat. no 277α.

110Égypte, El-Amarna : E. J. Forsdyke, Catalogue of the Greek and Etruscan Vases in the British Museum. Vol. I, Part I: Prehistoric Aegean Pottery (1925), p. 187 (A998), fig. 268,

111Liban : N. Stampolidis (éd.), ΠΛΟΕΣ… από τη Σιδώνα στη Χουέλβα. Σχέσεις λαών της Μεσογείου 16ος-6ος αιώνας π.Χ. (2003), p. 285, cat. no 236 (L. Badre). Sur la forme, cf. Mountjoy 1998, p. 86, fig. 95 (FS 189), Y. Tzedakis, « Minoan Globular Flasks », ABSA 66 (1971), p. 363-368.

7. Tasse à pied avec anse (M.H. 21080) (pl. 8c, fig. 1b et 5b)

112Intacte, douze fragments recollés, éclats sur la lèvre, engobe fortement écaillé.

113Haut. 0,074 m, diam. lèvre 0,017 m, diam. base 0,054 m.

114Pâte fine, jaunâtre (Munsell 2.5Y 8/3 pale yellow), rares traces de mica.

115Cuisson non homogène.

116Εngobe fin, poli, brun-rouge (Munsell 5ΥR 3/3 dark reddish brown).

117Sans décor, panse hémisphérique, anse verticale en ruban, bord droit, pied bas et base creuse.

118Bibliographie : A. Karetsou (n. 1), p. 524, fig. 3, B. Hallager, « Terminology-The Late Minoan Goblet, Kylix and Footed Cup », dans Hallager, Hallager 1997, p. 30.

119Datation : MRIIIA2.

120Parallèles : B. Hallager, op. cit., p. 30 (nombreux exemples de la même époque, avec bibliographie), Popham 1985, p. 183, pl. 176.10, 13 (MRIIIA2), P. Warren, « Late Minoan III Pottery from the City of Knossos: Stratigraphical Museum Extension Site » dans Hallager, Hallager 1997, fig. 19, Alexiou 1967, tombe Η (MRIIIA1-2), pl. 26.α, Dimopoulou-Rethemiotaki, Rethemiotakis 1978, p. 71, dessin 22 (MRIIIA2-B), p. 83, dessin 34 (MRIIIA2), Hatzaki 2007, pl. 6.22.

8. Coupelle conique (M.H. 21081) (pl. 9b, fig. 1b et 6b)

121Intacte.

122Haut. 0,058 m, diam. lèvre 0,11 m, diam. base 0,043 m.

123Pâte fine, rouge jaunâtre (Munsell 7.5YR 7/6 reddish yellow et 2.5Y 7/6 yellow), avec très peu d’inclusions.

124Εngobe fin, jaunâtre (Munsell 2.5Y 7/4 pale yellow).

125Panse conique asymétrique, sans anse, base plane ; sur la paroi, traces du tour ; non décorée.

PL. 9

PL. 9

a. M. H. 21081 ; b. Coupelle M. H. 21081 ; c. Amphorisque à étrier.

Fig. 6

Fig. 6

a. Coupelle M. H. 21082 ; b. Coupelle M. H. 21081.

126Parallèles : Dimopoulou-Rethemiotaki, Rethemiotakis 1978, p. 63-64, dessin 16, Popham 1984, pl. 176.1-3, 176.16-17, Hatzaki 2007, pl. 6.22.12, Popham, Catling, Catling 1974, p. 209, fig. 9 (surtout 4/1 et 4/10), pl. 35c. P. Betancourt, E. S. Banou, C. R. Floyd, « Provincial LM III at Pseira, Crete », dans Hallager, Hallager, 1997, p. 65, fig. 4.52, M. Andreadaki-Vlasaki, E. Papadopoulou, « LMIIIA1 pottery from Khamalevri, Rethymnon », dans Hallager, Hallager 1997, p. 119, fig. 17, P. Warren, op. cit., p. 168-169, fig. 16 (troisième rangée Ρ683), A. J. MacGillivray, « Late Minoan II and III Pottery and Chronology at Pakaikastro: An Introduction », dans Hallager, Hallager 1997, p. 197, fig. 1 b-d.

9. Coupelle conique (M.H. 21082) (pl. 9a, fig. 1b et 6a)

127Intacte, sept fragments recollés, éclat à la base.

128Haut. 0,042 m, diam. lèvre 0,108 m, diam. base 0,044 m.

129Pâte fine, rouge jaunâtre (Munsell 7.5YR 7/6 reddish yellow), engobe fin, de même couleur.

130Panse conique sans anse, base plane ; sur la paroi, traces du tour ; non décorée.

131Datation : MRIIIA2.

132Parallèles : voir ci-dessus et aussi Davaras, Banou 2003, p. 60-61, pl. XVIII (MRIIIA1).

10. Amphorisque à étrier (pl. 9c, fig. 1b et 7)

133Fragmentaire ; ne sont conservées qu’une partie de l’épaule et de la panse, une anse et la fausse embouchure.

134Haut. cons. 0,047 m, diam. max. panse cons. 0,068 m.

135Pâte fine, jaunâtre (Munsell 2.5Y 8/6 yellow), avec de rares inclusions.

136Cuisson homogène.

137Εngobe fin, jaunâtre (Munsell 2.5Y 7/4 pale yellow).

138Peinture brun-noir, polie (Munsell 2.5Y 3/2 very dark grayish brown).

139Épaule courbe, anse cylindrique attachée à la fausse embouchure et à l’épaule, panse probablement globulaire.
Le disque, légèrement concave, de la fausse embouchure est orné de deux cercles concentriques, avec un point au centre. Sur le dos de l’anse, petites lignes désordonnées ; au bas de la fausse embouchure, anneau peint, un « nœud » entoure le bas de la fausse embouchure et de l’anse. À l’épaule, sont conservés un treillis, des triangles avec des arcs superposés et un triangle orné d’arcs superposés. Sur la panse, bandes d’égale épaisseur.

Fig. 7

Fig. 7

Amphorisque à étrier.

140Bibliographie : A. Karetsou (n. 1), p. 524, pl. 336γ.

141Datation : MRIIIB.

142Parallèles : pour la forme (avec réserve, vu l’état fragmentaire du vase), Dimopoulou-Rethemiotaki, Rethemiotakis 1978, p. 60, 62, cat. no ΙΙΙ/6 (21795), dessin 14 (Métochi Kalou), Davaras, Banou 2003, p. 45-46 (cat. nos 3-4), pl. VII, V. Apostolakou, « YMIII τάφοι στη Γρα Λυγιά Ιεράπετρας », ΑD 53 (1998), Études, p. 40-41, cat. no 15, dessin 19, pl. 11 (Gra Lygia), Kanta 1980, fig. 122.2-3 (Κalochoraphitis). Pour le décor, Kanta 1980, p. 136, fig. 120.4 (Κritsa, MRIIIB), 120.6 (Κalochoraphitis), 119.5-6 (Κalochoraphitis), V. Apostolakou, op. cit., p. 38, dessin 12, 42, dessin 17, 44, dessin 21 (Gra Lygia, MRIIIB).

11. Larnax non décorée en forme de coffre à couvercle plat (M.H. 21493) (pl. 10)

143Intacte, nombreux fragments recollés.

144Pâte à gros grains avec une abondance d’éléments non plastiques, jaunâtre (Munsell 2.5Y 7/3 pale yellow, par endroit Munsell 5YR 7/6 reddish yellow en raison d’une cuisson non homogène) ; un engobe fin, presque de même couleur que la pâte, couvre la larnax et son couvercle.

145Cuisson non homogène (cœur 5YR 6/6 reddish yellow).

146Coffre — Long. côté Α : long. totale 1,04 m, long. panneau (entre les montants) 0,81 m, haut. avec les pieds 0,81 m, haut. des pieds 0,19 m. Long. côté Β : long. totale 1,02 m, long. panneau 0,79 m, haut. totale avec les pieds 0,81 m, haut. des pieds 0,19 m, haut. int. max. du coffre 0,61 m. Petits côtés A et B : long. totale 0,44 m, long. panneau. 0,25 m, haut. avec pieds 0,81 m, haut. pieds 0,19 m, larg. du rebord 0,035 m.

147Couvercle — Il se compose de deux plaques rectangulaires. Plaque A : long. 0,54 m, larg. 0,48 m, ép. 0,02 m. Plaque Β : long. 0,51 m, larg. 0,48 m, ép. 0,024 m. Anses : long. 0,12 m, larg. 0,05-0,07 m, ép. 0,03 m.

  • 20 . Les pieds des larnakès sont tantôt d’un seul tenant avec les montants, tantôt faits à part et fix (...)

148Le coffre est rectangulaire et repose sur quatre pieds, vraisemblablement d’un seul tenant avec les montants20. Chacun des côtés est bordé, dans l’axe vertical, par les montants légèrement saillants, dessinant un panneau. Il n’y a pas d’anses. Sur les deux longs côtés, il existe deux perforations de 0,02 m de diamètre, distantes de 0,06 m sous le bord. Le fond présente six perforations (trois à chaque extrémité de l’axe vertical) de 0,015 à 0,025 m de diamètre ; il y en avait probablement une septième au centre, mais cet endroit a été restauré avec du plâtre. Le couvercle est fait de deux morceaux plats presque rectangulaires, comportant chacun une anse cylindrique.

Pl. 10a.

Pl. 10a.

Larnax de terre cuite.

Pl. 10b.

Pl. 10b.

Couvercle de la larnax.

PL. 10c.

PL. 10c.

Intérieur de la larnax.

149Datation : MRIIIB.

150Parallèles :

151Κalochoraphitis (M.H. 20588) : coffre à quatre pieds sans anses, non décoré, chacune des deux plaques du couvercle présente une anse, A. Karetsou, L. Girella, Kalochorafitis. Two Chamber Tombs from the LMIIIA-B Cemetery. A Contribution to Postpalatial Funerary Practice in the Mesara (2015), p. 48, fig. 3.1, Galia (non publiées, M.H. 15085-15088 – fouille K. Davaras 1963) AD 19 (1964), Chron., p. 441, Dimopoulou-Rethemiotaki, Rethemiotakis 1978, p. 90. Goudiès Mirès, larnax Β : coffre sans pieds avec deux anses, chaque plaque du couvercle porte une anse, C. Laviosa (n. 4), p. 105-106, fig. 12.

1. Perle lenticulaire en os (non retrouvée/2015)

152Fragmentaire

153Diam. 0,012 m.

154Une surface porte un motif gravé en spirale.

Commentaires

  • 21 . Sandars 1963, p. 149-150.
  • 22 . Driessen, Macdonald 1984, p. 71, Karantzali 2001, p. 67-68.
  • 23 . J. M. Camp II, « Excavations in the Athenian Agora: 1998-2001 », Hesperia 72 (2003), p. 262 (no c (...)
  • 24 . Unexplored Mansion : Popham 1984, p. 212 (P10), Agora d’Athènes : J. M. Camp II, supra, p. 262 (n(...)
  • 25 . Driessen, Macdonald 1984, p. 58-59.
  • 26 . Par exemple, Armenoi : Karantzali 2001, p. 68, Grigoropoulos 2010, pl. 12, Sklavoi (tombe Α, Kili (...)

155Le poignard (X2) de la tombe de Galia relève du type Eii de Sandars 1963 et du type Eii. b de Kilian-Dirlmeier 1993, qui se rencontre aussi bien en Grèce continentale qu’en Crète et dans le Dodécanèse. Au début des années 1960, N. Sandars, dans son catalogue21, n’avait qu’un seul poignard comme celui-ci de Crète et dix autres de Grèce continentale et du Dodécanèse. Au début des années 1980, J. Driessen et C. Macdonald enregistrèrent 18 exemples, et en 2001 les poignards Eii atteignaient le nombre de 2522 (16 de Grèce continentale et 9 de Crète). Depuis, d’autres exemplaires ont été mis au jour23. Le plus ancien, pour l’instant, est le poignard fragmentaire de l’Unexplored Mansion de Knossos, qui est daté du MRIII, et un autre à peu près contemporain (HRIIB-IIIA1), de la tombe à chambre J-K 2:2 de l’Agora d’Athènes24. L’idée que les poignards Eii se rencontrent plus fréquemment en Grèce continentale25 peut ne pas se révéler juste, étant donné que bon nombre d’exemplaires minoens ne sont pas publiés26.

  • 27 . Popham, Catling, Catling 1974.
  • 28 . Forsdyke 1926-1927, p. 282, Sandars 1963, p. 133, 149-150, L. Alberti, Οι νεκροπόλεις της Κνωσού (...)
  • 29 . AD 27 (1972), Chron., p. 640, Godart, Tzedakis 1992, pl. CXLIX, 1, Grigoropoulos 2010, p. 413-414 (...)
  • 30 . Godart, Tzedakis 1992 : 89-90, E. Papadopoulou, « Une tombe à tholos “intra-muros”. Le cas du cim (...)
  • 31 . Driessen, Macdonald 1984, p. 58-59.
  • 32 . Cf. Grigoropoulos 2010, pl. 7, 12.
  • 33 . Voir, à titre indicatif : Aghios Syllas, tombe Γ, deuxième sépulture : poignard Di et un autre po (...)

156Le poignard de type Eii est, dans les premières phases du MRIIIA, associé à l’épée de type Di. Ainsi, dans la tombe à chambre 4 de Sellopoulo de Knossos, datée MRIIIA1, l’un des deux défunts (sépulture II) était accompagné d’une épée Di, d’un poignard Eii, de deux couteaux, d’une multitude de perles en or, d’une bague en or, d’argent et de trois ustensiles en bronze, d’un miroir, d’un ciseau, d’un hameçon et de perles en pâte de verre27, comme dans la tombe à chambre XVIII (MRIIIA1-2) de Mavrospilio où le poignard Eii est associé à une épée Di, une pointe de lance et deux couteaux28. Une épée et un poignard (Di et Eii) accompagnaient le défunt dans la tombe à chambre 35 d’Armenoi (MRIIIA1 ?), avec deux pointes de lance et trois vases en bronze29, comme dans la tombe à tholos d’Armenoi (tombe 200, MRIIIA1-2) où ont été découverts, avec les deux armes, d’autres objets de bronze, mais il n’est pas sûr qu’ils n’accompagnaient qu’un seul défunt30. On a pensé31 que le poignard court (arme blanche) Eii, lorsqu’il est associé à une épée et une pointe, doit être considéré comme une arme d’une importance secondaire. La sépulture I (MRIIIA2) de Galia, avec le poignard, la pointe de javelot, le couteau et le rasoir, rappelle la sépulture d’époque antérieure de Mavrospilio (tombe XVIII), mais à Galia il manque l’épée Di qui, à ce qu’il semble, avait disparu32 au milieu du MRIIIA2. Dans cette phase, on a observé que les défunts « guerriers » ne sont plus accompagnés que d’une seule arme blanche, épée ou poignard, associée, selon le cas, à un couteau, à une pointe et/ou à un rasoir33. Dans les sépultures de « guerriers », à partir du MRIIIA2, on note d’importantes différences par rapport au MRII-IIIA1-2, phénomène qui est discuté dans la partie IV.

  • 34 . Hood, de Jong 1952, p. 262, no AJ(4), long. 0,24 m, fig. 8 et surtout p. 265, no I (11), long. 0, (...)
  • 35 . Sandars 1963, p. 121, long. 0,295 m, pl. 23.14.
  • 36 . A. Xenaki, « Όπλα και εργαλεία της Συλλογής Γιαμαλάκη », Κρητικά Χρονικά 4 (1950), p. 112, no 435 (...)
  • 37 . Popham 1984, p. 285, n. 54 (Η. W. Catling), A. W. Sakellariou (n. 8), p. 227.
  • 38 . Höckmann 1980, p. 25-36.
  • 39 . Voir des tombes d’Armenoi (Grigoropoulos 2010, pl. 12). Voir aussi la tombe à chambre MRIIIA2 au (...)
  • 40 . Par exemple Sellopoulos tombe 4/sépulture II, Mavrospelio t. XVIII, Armenoi tombes 35, 38, 78, 20 (...)

157La pointe en bronze de la sépulture I partage bien des éléments morphologiques avec les pointes de la tombe en fosse d’Aghios Ioannis et de la tombe à chambre I de l’hôpital Vénizélio à Knossos34, mais le rapport entre la longueur de la douille et celle de la lame est différent. Avec une autre pointe, toujours de Knossos (aujourd’hui à l’Ashmolean Museum)35, les proportions lame/douille sont les mêmes, mais la courbe dans la région de l’épaule n’est pas si prononcée que celle de la pointe de Galia. Avec la pointe de la collection Giamalakis, publiée par A. Xénaki-Sakellariou en 195036, le rapport douille/lame est à peu près la même, mais la lame de Galia est plus large. Le fait qu’il n’y a pas de parallèle exact de la pointe de Galia confirme l’observation de bon nombre de chercheurs, à savoir que pour les pointes en bronze il existe une grande variété de formes, ce qui explique que la constitution d’une typologie soit particulièrement difficile37. Ainsi, sur un ensemble de 55 pointes de type D, dans lequel s’insère la pointe de Galia, Höckmann38 distingue sept types (le type de base et six sous-groupes). Il est clair que la standardisation que l’on rencontre dans les épées et les poignards MR/HR, qui est visiblement une conséquence de leur production contrôlée par les ateliers palatiaux, ne se retrouve pas dans les pointes où domine la multiplicité des types, non seulement dans la longueur, la forme de la lame et de la douille, mais aussi dans les proportions de l’une par rapport à l’autre. L’association pointe et poignard Eii se rencontre dans des tombes de la même époque39. Quoi qu’il en soit, l’association épée ou poignard et pointe, dans les tombes « de guerriers », semble être la plus fréquente et la plus caractéristique, tant au MRII-MRIIIA1-2 qu’au MRIIIA2-B40.

  • 41 . S. Marinatos, « Σιγύνη », ABSA 37 (1937), p. 189-191, fig. 1-4, voir ce que notent Hood, de Jong (...)
  • 42 . Voir par exemple les pointes d’une tombe d’Aghios Ioannis (M. S. F. Hood, « Another Warrior-Grave (...)
  • 43 . Cf. n. 30. Aussi S. Iakovidis, Περατή. Το νεκροταφείον. Α. Οι τάφοι και τα ευρήματα (1969), p. 42 (...)
  • 44 . Hérodote V 9 (S. Marinatos [n. 41], p. 191, n. 2).

158Il y a huit décennies, Marinatos avait pensé que les pointes d’une longueur inférieure à 30 cm étaient adaptées à une tige de bois et donc que le javelot ne dépassait pas une longueur totale d’un mètre. S’appuyant sur des scènes gravées sur des sceaux, il émit l’idée que ces pointes étaient destinées à la chasse41, au contraire des pointes de grande longueur, avec dans bon nombre de cas un anneau sur la douille, qui étaient destinées à des lances42. Si son hypothèse est juste, on pourrait dire que certaines pointes des tombes « de guerriers » de Knossos43, ainsi que la pointe de la « sépulture du guerrier » de Galia servaient à la chasse, et qu’il s’agit probablement de pointes de l’épieu de chasseur mentionné par Hérodote44.

  • 45 . Sandars 1955, p. 177-179, 191-193.
  • 46 . Sandars 1955, p. 179, fig. 2.1.
  • 47 . Sandars 1955, p. 179.
  • 48 . Sandars 1955, p. 177-179.

159Le couteau à un seul tranchant (X4) de la sépulture I relève du type 1b de Sandars que l’on trouve dès les premières phases du Bronze Récent. Au début, il se rencontre dans les tombes en fosse de Mycènes (tombes II, III, IV, VI)45. En Crète, il apparaît à la fin du MRII ou au début du MRIIIA. L’exemp le le plus ancien est peut-être celui de la tombe des Doubles Haches avec les clous en or46. Leutype se retrouve dans tout le monde égéen (Crète, Grèce continentale et Dodécanèse) et dans les îles ioniennes, mais pas à Chypre47. Le petit couteau à un seul tranchant bien aiguisé de la sépulture féminine IV (X13), découvert dans la larnax non décorée au couvercle plat, relève du même type de Sandars48.

  • 49 . Τypes IIIα et β de A. Papaefthimiou-Papanthimou, Σκεύη και σύνεργα του καλλωπισμού στον κρητομυκη (...)
  • 50 . A. Papaefthimiou-Papanthimou (n. 49), p. 75-76.
  • 51 . Karantzali 2001, p. 18.

160Le type du rasoir en forme de langue, en faveur depuis le Minoen Ancien, se distingue par des côtés courbes et un rétrécissement de la lame à l’endroit où se trouvent deux, trois ou aucun clous pour fixer le manche49. Ce type, au Bronze Récent, se poursuit jusqu’à ce qu’apparaisse le rasoir à un seul tranchant. À cette époque vont se dégager deux autres variantes : IIIγ – à laquelle appartient le rasoir de Galia (X5) – présente les traits que nous avons décrits ci-dessus, auxquels s’ajoute maintenant « le col » à l’endroit où le manche s’adapte à la lame en forme de langue et la variante IIIδ où la partie de la lame sur laquelle s’adapte le manche est allongée jusqu’à devenir cruciforme50. L’association d’un poignard Eii, d’une pointe et d’un rasoir se rencontre dans la sépulture 3α d’Asprospilia à Pylonas (Rhodes)51.

  • 52 . H. W. Catling, Cypriot Bronzework in the Mycenaean World (1964), p. 185, fig. 21.14. La louche de (...)
  • 53 . La Canée : E. Karantzali (n. 16), p. 67 (V26), fig. 13, Knossos : Hatzaki 2007, p. 242, fig. 6.31 (...)
  • 54 . Y. Sakellarakis, E. Sakellaraki (n. 14), p. 590-591, fig. 607. Il s’agit peut-être de lampes, quo (...)

161La louche (arytaina) de Galia (X12) relève d’un type de vase en bronze qui se rencontre très rarement dans le monde créto-mycénien. Les exemplaires de Gournes (pl. 11), de Zapher Papoura, de Galia et de Vaphio ont une phiale hémisphérique (la base de la louche de Gypsades est plate) et une anse en ruban repliée52. Dans des contextes domestiques, elles servaient vraisemblablement à puiser des liquides. En tant que mobilier funéraire, elles devaient jouer le même rôle que les autres ustensiles en bronze entreposés dans des tombes « de guerriers » (seaux, phiales, gobelets, etc.). Des vases de ce type en terre cuite se rencontrent dans des tombes et des contextes domestiques53. Les ustensiles en bronze à paroi droite et anse, découverts dans la tombe à tholos A et dans le péribole funéraire d’Archanès, ne semblent pas être des louches54.

Pl. 11.

Pl. 11.

Louche en bronze de Gournes.

  • 55 . Sur le terme « ’δοξαρωτή’ πόρπη », S. Iakovidis (n. 9), p. 275-276 et n. 1 ; il est mieux adapté (...)
  • 56 . S. Iakovidis (n. 9), p. 276-277, A. F. Harding, The Mycenaeans and Europe (1984), p. 138, Karantz (...)
  • 57 . Deux fibules de la tombe A de Mouliana, S. Xanthoudides, « Εκ Κρήτης », ΑΕph 1904, p. 31, fig. 7, (...)
  • 58 . Sur les fibules avec une petite spirale et une longueur comparable à celle de Galia, K. Kilian, F (...)
  • 59 . K. Perna, « LM IIIC Burial Culture in Crete: A Socioeconomic Perspective », dans J. M. A. Murphy (...)

162La trouvaille la plus inattendue de la tombe de Galia est la fibule en bronze (X15) très oxydée qui avait à l’origine était identifiée comme un anneau. Un réexamen et sa restauration en février 2015 ont montré qu’il s’agit d’une fibule en arc qui, selon les données actuelles, semble être la plus ancienne du monde égéen. À l’Âge du Bronze on rencontre deux types de fibules : celle en violon et celle en arc55, et l’on pense généralement, bien que les données archéologiques ne soient ni claires ni sûres, que le premier type doit être antérieur, puisqu’il apparaît à la fin du MRIII56. Les plus anciens exemples publiés du type en arc (Mouliana, tombe A, Pérati et Pylonas à Rhodes) sont du MRIII57. La fibule de Galia est datée du MRIIIB grâce au vase le plus récent de la tombe qui n’est autre que l’amphorisque à étrier (10), découvert dans l’angle Nord-Ouest de la chambre funéraire. La fibule faite d’une fine tige de bronze de section circulaire de 2 cm de diamètre, ne portait pas d’incisions ni de boutons, comme les fibules MRIIIC de Mouliana, de Pylonas à Rhodes et de Pérati. L’artisan a d’abord plié à peu près la moitié de la tige (long. env. 23-25 cm) pour dessiner l’arc et le fourreau de l’épingle qui n’est toutefois pas conservé ; ensuite, il l’a tournée pour faire une petite spirale58 qui, en raison de l’oxydation, ne se distingue pas bien et, avec le reste, il a fait l’épingle. La sépulture féminine avec la fibule de Galia annonce celles que l’on rencontre en Crète au MRIIIC et à l’époque subminoenne59.

  • 60 . B. Hallager, « Terminology-The Late Minoan Goblet, Kylix and Footed Cup », dans Hallager, Hallage (...)
  • 61 . L’exemple le plus ancien de tasse à pied avec une anse vient de l’Unexplored Mansion de Knossos e (...)
  • 62 . Popham 1984, pl. 176, L. V. Watrous (n. 53), p. 132, B. Hallager (n. 60), p. 30, 35-37, fig. 25, (...)
  • 63 . B. Hallager (n. 60), p. 30 (mention est faite de la tasse de Galia et de beaucoup d’autres parall (...)

163Dans la tombe de Galia, bien qu’on ait déposé des armes et d’autres objets en bronze – il faut noter qu’on y trouve des pratiques qui se rencontrent rarement à cette époque-là, comme les brancards de bois, la « sépulture de guerrier », la larnax sans décor à couvercle plat en deux parties, la fibule en bronze – les vases en terre cuite sont fort peu nombreux. La tasse à pied avec une anse60 (7) et les deux coupelles coniques (8, 9) comptent parmi les types de vases les plus communs de l’époque. La tasse à pied avec une anse, apparue au MRIIIA et qui a probablement comme modèles des vases en métal61, est particulièrement en faveur au MRIIIA2 et IIIB62. Celle de Galia est datée de la fin du MRIIIA263. En dehors de ces vases, très fréquents dans les tombes et dans les habitats — il est impossible de dater précisément les deux coupelles coniques au MRIIIA2 ou au IIIB — et de l’amphorisque incomplètement conservé du MRIIIB, dans la tombe a été découverte une petite gourde (6) tout à fait intéressante parce que c’est un type de vase relativement rare qui donne, pour la sépulture I, un cadre chronologique sûr.

  • 64 . Gourdes MRIIIA1 : ville de Réthymnon, importée de Knossos, Y. Tzedakis, « Minoan Globular Flasks  (...)
  • 65 . Y. Tzedakis (n. 64), p. 363, 368.
  • 66 . A. Leonard, An Index to the Late Bronze Age Aegean Pottery from Syria-Palestine, SIMA CXIV (1994) (...)

164Le type de la gourde à base peu marquée et creuse, panse globulaire et col court ou relativement haut et deux anses verticales cylindriques, apparaît en Crète au MRIIIA1, mais se rencontre surtout au MRIIIA264. Sa fabrication présuppose un savoir-faire particulier. À l’origine en effet, les deux parties hémisphériques, la lèvre, les anses et la base étaient faites séparément et raccordées ensuite65. Ce qui explique que ces vases étaient fragiles. D’une manière générale, la présence des gourdes dans le monde égéen au Bronze Récent est limitée, surtout si l’on pense aux exemplaires découverts en Méditerranée orientale66.

  • 67 . A. Furumark, Mycenaean Pottery I. Analysis and Classification (1972), p. 616, Mountjoy 1998, p. 8 (...)

165Au MRIIIA2, la petite gourde dont la hauteur habituelle est inférieure à 20 cm se rencontre dans deux types que Furumark a classés à partir de la disposition du décor sur la panse67.

  • 68 . Crète : Ζapher Papoura, tombe 76, MRIIIA2, Evans 1906, p. 78 (76e), fig. 117 (considérée comme im (...)
  • 69 . Hatzaki 2007, p. 222-223.
  • 70 . Dimopoulou-Rethemiotaki, Rethemiotakis 1978, p. 52, A. Karetsou, L. Girella, Kalochorafitis. Two (...)
  • 71 . Chypre : H. B. Walters, Catalogue of the Greek and Etruscan Vases in the British Museum. Volume 1 (...)

166Type a1 — Gourde « verticale » : des cercles concentriques (tantôt de même épaisseur tantôt plus fins ou plus épais) décorent les faces principales de la paroi de la panse, tandis que des motifs divers, comme des spires, des losanges, des lignes brisées et des bandes de lignes superposées ou des chevrons ornent les compartiments des petits côtés68. Certains de ces vases sont considérés comme importés de Grèce continentale parce qu’ils sont proches des vases d’Argolide69. Les exemples de Galia, de Métochi Kalou et de Kalochoraphitis sont locaux, si l’on considère la composition de l’argile, et datés de la fin du MRIIIA270. De nombreuses gourdes de ce type ont été découvertes à Chypre, en Syrie-Palestine et en Égypte71.

  • 72 . Il s’agit d’un petit groupe de vases. La Canée : Y. Tzedakis (n. 64), p. 367, cat. nos 13, 14, 15 (...)
  • 73 . Mountjoy 1998, p. 115, M. Popham (n. 64), p. 76.

167Type a2 — Des bandes avec des motifs divers comme des spirales courantes, des groupes d’arcs imbriqués et de chevrons, des motifs végétaux, agencés pour épouser la courbe des faces principales de la paroi, ornent la panse des vases72. Le type a ne se rencontre pas au MRIIIB73.

  • 74 . A. Leonard (n. 66), p. 80, 87-88, n. 78.
  • 75 . A. Furumark (n. 67), p. 616 (FS 190), Mountjoy 1998, p. 87, fig. 96. Palaikastro, R. Bosanquet, R(...)
  • 76 . A. Furumark (n. 67), p. 616-617, Mountjoy 1998, p. 114-115, fig. 132. Les trois exemples ci-desso (...)

168Type b — Gourde « horizontale ». Elle est faite au tour74 et la panse est ornée de groupes de bandes horizontales parallèles et d’une frise d’ornements peints qui couvre d’habitude la zone allant de la base du col à la base des anses75. Ce type se poursuit au MRIIIB76.

  • 77 . Voir les tombes de Métochi Kalou, Dimopoulou-Rethemiotaki, Rethemiotakis 1978, p. 88-89, 91-92, 9 (...)
  • 78 . Sur les larnakès non décorées, les informations publiées sont rares, en raison du peu d’intérêt d (...)
  • 79 . Kanta 1980, p. 291. Sur ce groupe de larnakès, N. Merousis (n. 20) sous presse.
  • 80 . AD 19 (1964), Β3 Chron., p. 441.
  • 81 . En tout, trois larnakès à couvercle plat et une partie d’un couvercle isolé, Dimopoulou-Rethemiot (...)
  • 82 . A. Karetsou, L. Girella (n. 70), p. 38, 48, fig. 3.1.
  • 83 . D’autres larnakès sans pieds : Gypsades, t. VI, larnax II (Hood, Huxley, Sandars 1958-59, p. 227, (...)
  • 84 . D. Levi, « La tomba a tholos di Kamilari presso a Festos », ASAA XXXIX-XL (n.s. XIX-XX) (1961-196 (...)
  • 85 . Davaras, Banou 2003, p. 63-64, pl. XIX, XX, A. Karetsou, L. Girella (n. 70), p. 50, fig. 3.2. Des (...)
  • 86 . L. Savignoni, « Scavi e scoperte nella necropoli di Phaestos », Monumenti Antichi XIV (1904), p.  (...)
  • 87 . AD 38 (1983), B2 Chron., p. 354-355, G. Rethemiotakis, « Μινωική λάρνακα από το Κλήμα Μεσαράς », (...)
  • 88 . Dimopoulou-Rethemiotaki, Rethemiotakis 1978, p. 89-90, pl. 17α.
  • 89 . S. Xanthoudides, AEph 1904, p. 3-4, fig. 1.
  • 90 . V. Apostolakou (n. 53), p. 70-71, dessin 48, pl. 21α et 21β. Les larnakès en forme de baignoire n (...)
  • 91 . Forsdyke 1926-27, p. 247, p. 264-265, fig. 20.

169La larnax de Galia a deux traits morphologiques qui la différencient du type classique de la larnax MRIII : elle n’est pas décorée et son couvercle est plat. Les larnakès non décorées coexistaient avec les larnakès décorées dans les tombes MRIII77, mais elles étaient moins souvent utilisées78. Le couvercle plat, fait de deux plaques rectangulaires ou taillées en biseau, avec des perforations ou des anses, se rencontre dans la plaine de la Messara où ont été découverts d’assez nombreux exemplaires ; on a pensé que c’était une survivance des larnakès79 du Minoen Moyen. La larnax de Galia est presque semblable à celle de la tombe du même cimetière (M.H. 29212) mise au jour par K. Davaras au début des années 196080, qui a un couvercle plat en deux parties, n’est pas décorée, mais dont les montants ne sont pas en saillie par rapport au panneau qui est marqué par une incision. Une larnax presque identique, du même cimetière (M.H. 15088), n’est pas publiée. Sur le coffre non décoré, accompagné d’un couvercle plat en deux parties, le panneau est d’un seul tenant avec les montants. Dans la partie supérieure du coffre, il y a deux anses verticales, tandis que sur notre larnax on a, à la même place, deux perforations. À ce qu’il semble, dans les tombes du cimetière de Galia, le type de la larnax non décorée à couvercle plat en deux parties était fréquent81. En dehors de Galia, on trouve des larnakès à couvercle plat dans la Messara. Dans la tombe de Kalochoraphitis, fouillée par A. Lembessi en 1973, une larnax presque identique à la nôtre a été découverte82. De mêmes dimensions, elle est sans décor, repose sur quatre pieds et elle a un couvercle plat en deux parties avec une anse sur chacune. La seule différence est que le panneau de la larnax de Kalochoraphitis est bordé, non seulement par les montants, mais aussi dans l’axe horizontal, détail que l’on ne rencontre pas sur la larnax de Galia. La larnax de Goudiès à Moirès se range aussi dans ce groupe : sans décor, elle a un couvercle plat en deux parties avec une poignée sur chacune d’elles, mais n’a pas de pieds83. En dehors des exemples non décorés, on trouve aussi des larnakès décorées à couvercle plat en deux parties. Les exemplaires connus à ce jour, qui portent des groupes de bandes ondulées verticales, ont été découverts dans la tombe à tholos de Kamilari84 (dé but du MRIIIA), à Kalochoraphitis85 (M.H. 13655 et 20586, MRIIIA2), de même qu’à Liliana de Phaistos (fin MRIIIB)86. Des couvercles plats étaient portés par quatre larnakès en forme de coffre sans décor et trois décorées, provenant respectivement de la tombe 1 et de la tombe 2 de Klima Messara87. Le couvercle plat décoré d’une larnax de Métochi Kalou (M.H. 19024) est intéressant. Il n’est pas en deux parties et il a un rebord très marqué sur lequel ont été placées six poignées88. Une larnax sans décor avec un couvercle plat en deux parties a été découverte au lieu-dit Artsa à Kato Vathia Pédiadas par S. Xanthoudides89. On mentionnera aussi les deux couvercles presque plats ornés de bandeaux peints de Gra Ligia, qui sont probablement associés aux deux larnakès en forme de baignoire découvertes dans la même tombe90, comme la larnax en ellipse Minoen Moyen à couvercle plat de la tombe IX (chambre E8) de Mavrospilio qui fut utilisée au MRII91.

Datation

170D’après les trouvailles et surtout la céramique, le « guerrier » aux armes de bronze a dû être le premier déposé dans la tombe à chambre de Galia, vers la fin du MRIIIA2. À ce qu’il semble, la tombe fut taillée pour recevoir sa dépouille, placée par ses proches sur un brancard en bois, avec ses armes. La dernière sépulture doit dater du MRIIIB, d’après l’amphorisque incomplètement conservé découvert dans l’angle Nord-Ouest de la tombe. L’ordre dans lequel ont été déposés les trois autres défunts est difficile à reconstituer. La dépouille d’une femme (sépulture II) pourrait avoir été la deuxième, qui fut déposée tout près du défunt I en raison du lien étroit les unissant. Mais on ne peut exclure qu’elle ait été placée dans la tombe plus tard (malheureusement, le seul mobilier funéraire qui lui revient est la coupelle conique 8 dont la datation n’est pas sûre), parce que la larnax et la sépulture masculine III n’avaient pas laissé de place. La femme de la sépulture IV a dû être la dernière enterrée, peut-être très près du défunt III, si l’on suppose que c’est à lui qu’appartient l’amphorisque à étrier MRIIIB (10). Bien qu’elle n’ait accueilli que quatre défunts, la tombe semble avoir été utilisée pendant un assez grand laps de temps, environ un siècle.

Brancards de bois

171Le bois désagrégé retrouvé dans la chambre funéraire appartient vraisemblablement à des restes de brancards plus que de larnakès (pl. 12a-c). Cette idée repose sur les indications observées au cours de la fouille, que nous allons évoquer ici.

Pl. 12

Pl. 12

Restes de brancards en bois.

  • 92 . Hood, de Jong 1952, p. 248 (tombe Ι du Sanatorium), Popham, Catling, Catling 1974, p. 199, fig. 3 (...)
  • 93 . On pense que la larnax de bois avait un couvercle : Hood, Huxley, Sandars 1958-59, p. 218, R. D.  (...)
  • 94 . On ignore si la sépulture II avait été placée sur le même brancard que la sépulture I ou sur un a (...)

172Les traces des structures en bois désagrégées n’ont été découvertes que sous les squelettes, ce qui laisse à penser que les défunts avaient été placés sur des brancards92, parce que s’ils avaient été mis dans des cercueils/larnakès, on aurait retrouvé du bois désagrégé sur eux ou bien du bois aurait été mêlé aux ossements, comme dans la tombe XV (MRIIIA2) d’Epano Gypsades93. Et dans le cas des sépultures I et II, qui étaient presque en contact l’une avec l’autre, cela aurait été presque obligatoire94.

173L’idée de l’utilisation de brancards dans la tombe de Galia est encore confortée par l’état de conservation du matériel anthropologique. Les défunts I et III ont été découverts en place et les bouleversements sont dus à l’écroulement du plafond de la tombe. Si les défunts avaient été disposés dans une larnax en bois, on aurait pu s’attendre à ce qu’après sa décomposition les squelettes en position contractée aient été déplacés, ce qui n’arrive pratiquement pas dans le cas du brancard.

  • 95 . Des plaques de schiste, probablement utilisées pour soutenir les brancards, ont été découvertes d (...)

174Une dernière indication renforce encore cette idée : les morceaux de gypse découverts dans la chambre, qui correspondent, dans le cas des sépultures I et III, à l’emplacement de la tête des défunts95 (pl. 12a-c). Leur présence dans la chambre funéraire et leur position laissent à penser qu’ils ont pu être utilisés pour soutenir les brancards qui n’avaient peut-être pas de pieds.

  • 96 . R. Evely (n. 93), p. 534, fig. 221.5, Alexiou 1967, p. 8-9, Metaxa-Muhly 1992, p. 151.
  • 97 . Metaxa-Muhly 1992, p. 163, n. 423 (pieds sur cercueils de bois).
  • 98 . Metaxa-Muhly 1992, p. 150-155, fig. 32. Le brancard ΙΙ était assemblé sans attaches en bronze (Me (...)
  • 99 . Metaxa-Muhly 1992, p. 153.
  • 100 . S. Marinnatos, Excavations at Thera IV. 1970 Season (1971), p. 41-42, pl. 36, 104-105.
  • 101 . C. W. Blegen (n. 68), p. 76, 367, cat. no 421, fig. 156, C. W. Blegen, Zygouries: A Prehistoric S (...)
  • 102 . Pour le modèle de meuble en terre cuite d’Agios Syllas, il est difficile de dire s’il s’agit d’un (...)
  • 103 . H. Van Effenterre, Nécropoles du Mirabello, ÉtCrét VIII (1948), p. 9-10, pl. 36.
  • 104 . K. Baxevani (n. 3), O. Vikatou, « Σκηνή πρόθεσης από το μυκηναϊκό νεκροταφείο της Αγίας Τριάδας » (...)
  • 105 . O. Vikatou, « Olympia und sein Umfeld während der mykenischer Zeit », dans W.-D. Heilmeyer et al.(...)

175Sur la forme des brancards, en dehors du contour presque rectangulaire dessiné par le bois — plus visible dans le cas de la sépulture III et moins pour les sépultures I et II — leur longueur (environ 1,60 m et 1,30 m) et la couche d’une épaisseur de 3-5 cm formée par leur désagrégation, la fouille n’a pas fourni d’autres indications. Le fait qu’aucun clou de bronze n’a été retrouvé laisse à croire que pour la fabrication des brancards avaient été utilisées des techniques comme l’assemblage à encoches, l’agrafage oblique (notched, mitre), des clous, des goujons ou/et des mortaises de bois96. Le cadre rectangulaire était probablement fait de poutres de bois, vraisemblablement des petits troncs d’arbres ou des grandes branches, sur lesquels on avait entrelacé de la paille ou des lanières de cuir fixées ensuite par des clous de bois ou tressées sur le cadre. Si les brancards de bois avaient des pieds97, il se peut qu’on les ait attachés au cadre avec des lanières ou des cordes ou qu’on les ait assemblés avec l’une des techniques évoquées ci-dessus. Les seuls brancards de bois pour lesquels la fouille a donné des éléments sur leur fabrication sont ceux qui ont été découverts en 1967 dans la tombe en forme de grotte de Poros. Le cadre avait probablement été assemblé selon l’une des techniques que nous avons décrites et c’est avec des attaches en bronze (P. Muhly-Metaxa les appelle « crochets »)98 qu’avait été fixé sur le cadre un matériau léger, probablement un tressage de paille ou de cuir99. Le lit en bois d’Akrotiri à Santorin (long. 1, 60 m, larg. 0,68 m, comme le brancard de notre sépulture I) dont l’empreinte a été conservée dans la cendre volcanique est le seul exemp le qui aide à imaginer comment pouvaient être les brancards funéraires en bois. Le cadre rectangulaire était fait de deux longues pièces de bois de section circulaire et de deux morceaux transversaux de section rectangulaire, qui sont passés dans les pieds, chacun à un niveau différent. Le moulage en plâtre montre que les longs morceaux n’avaient pas été taillés avec soin, car ils n’ont pas la même épaisseur sur toute leur longueur100. Des modèles de lits en terre cuite découverts à Prosymna, à Zygouriès, à Mycènes et à Tirynthe, avec quatre pieds généralement, portent un décor peint qui rend peut-être la paille ou des lanières de cuir101 tressées. On ne rencontre pas d’exemples analogues de lits ou de brancards en Crète102. Dans une autre variante, les brancards peuvent avoir des planches de bois transversales, comme dans les lits de terre cuite des tombes XXII et XXIII du cimetière d’Olonte (long. 1,08 m, larg. 0,45 m)103. Dans l’iconographie, la représentation de lits est extrêmement limitée. Pour l’instant, trois exemples sont connus : la représentation succincte de l’exposition du défunt sur le petit côté du couvercle de la larnax de Pigi Réthymnou et une scène comparable, plus parlante, sur un cratère MRIIIC d’Aghia Triada en Élide104. Sur la représentation de l’amphore HRIIIC d’Olympie, conservée de manière fragmentaire, a été immortalisée une scène de convoi funèbre, le défunt ayant été placé sur un lit avec de la paille tressée ou de fines lanières de cuir qui sont rendues par un motif en X105. Le lit avec le défunt sur la représentation conservée est porté par deux personnages — on peut supposer qu’à l’autre extrémité deux autres étaient représentés — qui l’ont chargé sur leurs épaules.

  • 106 . Hägg, Sieurin 1982, Metaxa-Muhly 1992, p. 162-164, où des doutes sont émis pour certains d’entre (...)
  • 107 . Hägg, Sieurin 1982, Metaxa-Muhly 1992, P. Metaxa-Muhly, supra (1996) ; voir aussi N. Merousis (n. (...)
  • 108 . G. Rethemiotakis (n. 5), p. 237, dessin 2.
  • 109 . Κρητικά Χρονικά ΙΑ (1957), p. 335, Kanta 1980, p. 17.
  • 110 . AD 33 (1978), Β2 Chron., p. 352-353.
  • 111 . Metaxa-Muhly 1992, p. 162, n. 415.
  • 112 . Y. Sakellarakis, E. Sakellaraki (n. 14), p. 185-186, plan 46.
  • 113 . AD 38 (1983), Β2 Chron., p. 356-357, G. Rethemiotakis (n. 5), p. 237.
  • 114 . Hood, Huxley, Sandars 1958-59, p. 210.
  • 115 . H. Van Effenterre (n. 103), p. 8-9.
  • 116 . Godart, Tzedakis 1992, p. 87-88.
  • 117 . Sur le terme « Palatial Final » (Final Palatial), P. Rehak, J. Younger, « Review of Aegean Prehis (...)
  • 118 . Hägg, Sieurin 1982, table I. La pratique apparaît probablement à Kalyvia de Phaistos, Hägg, Sieur (...)
  • 119 . Sur le climat politique et administratif de l’époque post-palatiale, H. W. Haskell, « LM III Knos (...)
  • 120 . La tombe de Kyparissi a été découverte pillée, mais les rares objets qui se trouvaient encore là (...)
  • 121 . Metaxa-Muhly 1992, p. 168.

176Des brancards, des lits ou des cercueils de bois étaient déjà utilisés en Crète au tournant du MMIII et du MRIA, dans des tombes de Poros Hérakliou et dans bon nombre de « tombes de guerriers » au MRII-IIIA1-2 dans la région de Knossos106. La question n’a pas besoin d’être discutée, car elle a été présentée et commentée en détail107. Ce qui est intéressant toutefois, c’est que cette pratique funéraire a continué d’être en vigueur après la fin de la civilisation palatiale, c’est-à-dire après la destruction finale du palais de Knossos, dans le courant du MRIIIA2. Les brancards en bois de Galia ne sont pas les seuls exemples de l’époque post-palatiale ; des traces comparables, de brancards de bois ou de larnakès, ont été repérées dans la tombe à chambre pillée MRIIIB de Kyparissi Téménous108, dans une tombe MRIIIB d’Athanatoi Maléviziou109, peut-être aussi dans la tombe B d’Aghios Syllas110 et dans la tombe à tholos de Kamilari111. De même, dans la petite tombe à tholos Δ d’Archanès, datée MRIIIA2, la défunte avec son riche mobilier funéraire reposait sur un brancard de bois112. À Kato Vathia Pédiadas, au lieu-dit Sopata, il semble qu’aient été utilisés des cercueils de bois113, tandis que leur présence dans la sépulture féminine et masculine de la tombe X d’Epano Gypsades est hypothétique114. Les données publiées sur l’utilisation de larnakès en bois dans le cimetière d’Olonte sont floues et nécessitent un réexamen115. Dans la tombe 159 d’Armenoi116, particulièrement riche, la découverte de traces d’un brancard de bois a été mentionnée. Quoique les données sur les sépultures avec des larnakès et des brancards en bois soient incomplètes, parce que les tombes ont été découvertes pillées et perturbées ou bien parce qu’elle ne sont pas publiées — ou pour les deux raisons à la fois —, elles indiquent qu’on continuait de déposer des défunts sur des constructions en bois à l’époque post-palatiale, même dans un nombre limité de sépultures, une pratique qu’il faut rattacher aux préférences de la période chronologique immédiatement antérieure, que l’on appelle Palatial Final117. Si l’on compare les données des deux périodes, on remarque un changement notable dans la distribution géographique des exemples connus à ce jour : tandis que dans les phases palatiales (MRI et MRII-IIIA1-2), l’utilisation de larnakès et de brancards de bois se rencontre dans les cimetières de Knossos118, à l’époque post-palatiale le changement est net, puisque la pratique funéraire est répandue dans toute l’île. Ce changement est conforme au climat politique et administratif de l’époque, où des centres puissants de portée locale, comme La Canée, Palaikastro, Kommos, etc., prirent la direction des opérations, juste après la fin de la monarchie absolue knossienne qui dura quelques décennies119. Ce qui semble se prolonger d’une époque à l’autre, c’est le fait que dans la phase post-palatiale aussi les brancards et les larnakès en bois apparaissent dans des tombes de membres des groupes dirigeants, comme le laissent à penser les données archéologiques des tombes de Galia, d’Armenoi, d’Athanatoi et de Kyparissi120. Il semble donc qu’en dépit des changements, importants pour l’histoire de l’humanité, qui se produisirent au xive s. av. J.-C. en Crète, l’utilisation de brancards funéraires — une pratique qui exclut le défunt puisqu’il n’est pas posé sur le sol de la chambre, mais gît isolé et surélevé sur un lit individuel121 — a continué de faire partie du rituel de groupes à statut social élevé qui, semble-t-il, perpétuaient les pratiques funéraires des élites de la phase palatiale finale précédente.

La « Tombe de guerrier » de Galia : quelques réflexions

  • 122 . Grigoropoulos 2010, B. P. C. Molloy, « Martial Minoans? War as social process, practice, and even (...)
  • 123 . A. D. Peatfield, « The Paradox of Violence: Weaponry and Martial Art in Minoan Crete », dans RL(...)
  • 124 . J. Driessen, I. Schoep, « The Stylus and the Sword. The Role of Warriors and Scribes in the Conqu (...)
  • 125 . L’interprétation des transformations culturelles par la théorie de la dispersion et des migration (...)

177La rivalité, la violence et la guerre étaient des paramètres essentiels de la réalité sociale au Bronze Récent dans le monde égéen. Les aspects que revêtaient les affrontements armés, leurs objectifs et leurs répercussions dans la formation du climat social et idéologique de chaque communauté étaient différents, présentant, comme l’ont montré des recherches récentes, des disparités notables dans le temps comme dans l’espace122. En ce qui concerne la Crète, à l’époque prépalatiale déjà, les rivalités et tous les types de conflits étaient déjà à l’époque prépalatiale des phénomènes bien réels qui, à ce qu’il semble, constituèrent un facteur central de l’évolution politique et sociale123. Cependant, les procédures de formation et de déstabilisation d’une règle morale combattante/guerrière et d’un modèle « de guerrier viril » ont été initiées dans les périodes palatiales. Le rôle de Knossos dans l’élaboration, la consécration et la diffusion de ces modèles fut même sans aucun doute un rôle d’avant-garde, tant à l’intérieur de l’île qu’à l’extérieur, à l’époque néopalatiale et au Palatial Final124. La pax minoica et les « Minoens pacifiques », aussi bien que la théorie de l’invasion des Mycéniens belliqueux en Crète et de l’occupation achéenne de Knossos qui s’ensuivit, interprétations qui furent émises et consolidées au xxe s., ont aujourd’hui été sérieusement ébranlées125.

  • 126 . N. Merousis (n. 83), p. 81-90, A. Kanta (n. 33).

178Après l’écroulement définitif de Knossos, lorsque le décor politique, administratif et social changea radicalement dans l’ensemble de l’île, les inégalités, les antagonismes et les conflits, armés ou non, constituèrent toujours un trait essentiel de la nouvelle époque, comme en témoignent, entre autres, les cimetières dans lesquels on a des « sépultures de guerriers »126, du type de la sépulture I de Galia.

  • 127 . Harke 1990, p. 42-43, Metaxa-Muhly 1992, p. 171-172, J. Driessen, I. Schoep (n. 124), p. 395, n. (...)
  • 128 . Harke 1990, p. 42 et n. 37, Metaxa-Muhly 1992, p. 172, A. J. M. Whitley (n. 127), p. 208, B. P. C (...)
  • 129 . PAAH 1966, p. 182-183, Y. Sakellarakis, E. Sakellaraki (n. 14), p. 197-198.
  • 130 . Popham, Catling, Catling 1974, p. 202-203, 225-229.
  • 131 . S. K. Smith, « Skeletal Evidence for Militarism in Myceaean Athens », dans L. A. Schepartz, S. C.(...)
  • 132 . Popham, Catling, Catling 1974, p. 243, I. Kilian-Dirlmeier, « Remarks on the Non-Military Functio (...)
  • 133 . Harke 1990, p. 43.
  • 134 . Voir les remarques de Popham, Catling, Catling 1974, p. 245 « In fact, an analysis of individual (...)
  • 135 . Sur la tablette R 4482 de Knossos sont enregistrées des milliers de pointes de flèches (8.640), J(...)
  • 136 . Cf. Harke 1990, p. 36 (Angleterre anglo-saxonne), A. J. M. Whitley (n. 127) (monde grec, Premier (...)
  • 137 . Grigoropoulos 2010, p. 155-156. Dans l’iconographie il existe très peu d’exemples de figures fémi (...)
  • 138 . N. Merousis (n. 83).

179Le terme « tombe de guerrier » est général et plutôt simpliste, dans le sens où une sépulture avec des armes (par exemple épée, poignard et javelot) n’est pas automatiquement celle d’un défunt qui était guerrier de son vivant127. Des études, archéologiques et ethnographiques, ont montré que la présence d’armes dans des contextes funéraires peut ne pas reproduire une réalité, à savoir que le défunt était véritablement un guerrier, mais indique comment ses proches ou lui-même peut-être, souhaitaient exprimer d’une manière concrète sa position dans la hiérarchie sociale ou/et donner une dernière image de lui, dans le cadre des cérémonies funèbres auxquelles prenait part une partie ou l’ensemble de la communauté128. En d’autres termes, les armes dans les tombes peuvent faire partie des processus adoptés par des groupes pour façonner, consacrer et promouvoir leur identité et leur prestige dans la hiérarchie sociale. Il existe donc des « guerriers » morts minoens qui étaient des enfants, comme dans le bâtiment funéraire 3 d’Archanès129 et dans la tombe 4 de Sellopoulo de Knossos (A-45)130, des « guerriers » morts dont l’étude anthropologique a montré que leur engagement dans des conflits guerriers est improbable131 ou encore que les armes n’avaient aucune utilisation pratique132. D’une manière générale, les armes semblent avoir été un moyen — mais pas le seul — par lequel un individu ou un groupe social pouvait montrer sa position et négocier son « image » à un niveau collectif, l’espace des pratiques funéraires étant considéré comme idéal133. Les choix qui sont faits, chaque fois, présentent une variété134 notable. Ainsi, dans les « tombes de guerriers » MRII-IIIA de Knossos, les flèches, comme d’autres armes défensives (casque, bouclier), sont absentes, alors que nous savons qu’elles constituaient une partie importante de l’arsenal de Knossos135. Au contraire, les épées, les poignards et les pointes apparaissent dans toutes les « tombes de guerriers », associés à d’autres objets de luxe et de prestige (ustensiles en bronze, rasoirs et miroirs de bronze, vases de pierre, bijoux en or, objets en ivoire). Dans cette phase, les membres de l’élite knossienne avaient visiblement choisi de promouvoir, dans le contexte des cérémonies funèbres, le modèle du guerrier qui se bat au corps à corps à l’arme blanche — poignard, épée et javelot —, laquelle évoque une présence individualisée, dynamique et agressive dans le champ de la guerre, davantage qu’une arme de jet comme l’arc. D’une manière générale, l’individualisation des sépultures est l’une des caractéristiques essentielles des pratiques funéraires de cette période, comme le fait que dans le monde égéen, et pas seulement136, partout où il existe des éléments sur le sexe des « guerriers » défunts, il s’agit de mâles137, comme dans le cas de la sépulture I de Galia. Un autre trait commun est que les armes, quelles qu’elles soient, se retrouvent dans un nombre limité de tombes, ce qu’on pouvait attendre, puisque tout ce qui est destiné à fonctionner comme symbole de puissance, de pouvoir et de différenciation, ne doit pas être accessible à beaucoup de monde. Ainsi par exemple, à Armenoi Réthymnou, 18 % des tombes seulement renfermaient un poignard138, ce qui laisse à penser qu’un groupe de quelques membres avait la possibilité de déposer des armes de bronze dans des tombes. Comme il a été dit plus haut, la quantité, la qualité et la variété des armes sont fort différentes, montrant qu’au sein des élites il y avait des degrés et une souplesse sur ce qui devait accompagner un « guerrier » défunt.

  • 139 . AD 49 (1993), B2 Chron., p. 447-448.
  • 140 . Evans 1906, p. 83-85. La sépulture peut être datée du MRIIIA2-B grâce au poignard de type F, voir (...)
  • 141 . AD 30 (1975), B2 Chron., p. 352-353, Kilian-Dirlmeier 1993, p. 62.
  • 142 . Κρητικά Χρονικά 6 (1952), p. 475, PAAH 1952, p. 624-628, Kanta 1980, p. 53-58, Kanta (n. 33), p.  (...)
  • 143 . R. C. Bosanquet, « Excavations at Palaikastro », ABSA 8 (1901-1902), p. 303-305, fig. 20, M. H. S(...)
  • 144 . Voir par exemple la tombe de la rue K. Manou (Kanta 1980, p. 226-227, M. Andreadaki-Vlasaki, « La (...)
  • 145 . E. Karantzali (n. 16).
  • 146 . Armenoi, tombes 38, 78, 186, etc., voir aussi N. Merousis (n. 83) et Grigoropoulos 2010, passim. (...)
  • 147 . Dans la tombe MRIIIB ont été découverts une épée et deux poignards, Kanta 1980, p. 238, Kilian-Di (...)
  • 148 . A. Kanta (n. 33), p. 178-180, Grigoropoulos 2010 passim.
  • 149 . Très peu de tombes du MRIIIA1-2 (début) ont été localisées en dehors de Knossos, voir La Canée, c (...)
  • 150 . L. Hakulin, Metals in LBA Minoan and Mycenaean Societies on Crete: A Quantitative Approach, thèse (...)
  • 151 . Ibid.
  • 152 . L. Hakulin, p. 114, 112-113, E. Baboula, « ‘Buried’ metal in Late Minoan inheritance customs », d (...)

180La « tombe du guerrier » de Galia ne constitue pas un exempl e unique dans la Crète post-palatiale. Il en existe d’autres : la sépulture dans une larnax de la tombe 3 de Gyp sadès, qui avait pour mobilier funéraire un poignard de type Fii, un rasoir, une phiale et une louche139, le « guerrier » défunt de la tombe 95 de Zapher Papoura140 qui était accompagné d’un poignard de type F, d’un miroir, de deux vases en terre cuite, d’un braséro et de deux fusaïoles. Nous avons aussi les deux sépultures masculines mises au jour par A. Karetsou en 1978 à Aghios Syllas Téménous141. Dans la tombe Γ, l’un des défunts avait avec lui une épée, un poignard, un rasoir, un ustensile en bronze et un braséro en terre cuite, le deuxième un couteau, un rasoir et une pointe. Dans la tombe E du cimetière de Stamnioi Pédiadas, le mobilier funéraire qui accompagnait les défunts comprenait une épée, une pointe et quelques rasoirs, bien que l’image soit floue, les tombes demeurant inédites142. Parmi d’autres tombes de Crète orientale, une tombe à chambre de Palaikastro est intéressante. On y a découvert un poignard, un rasoir et un couteau, avec trois amphores à étrier et d’autres vases143. Même des tombes de la vaste nécropole de La Canée attestent l’existence d’une puissante classe de « guerriers » à l’époque post-palatiale144. L’exemple le plus caractéristique est la tombe MRIIIB d’Aghios Ioannis où le défunt avait été déposé sur le sol de la chambre avec trente-deux vases de terre cuite, une épée en bronze de type Ci, un miroir, dix rosaces en or, quatre anneaux d’argent, huit sceaux, un gobelet MRIIIA2 en bronze avec un décor au repoussé, peut-être un souvenir, et bien d’autres objets145. La liste est relativement longue, en dépit du caractère parcellaire des données ; elle comprend des tombes des cimetières d’Armenoi, de Pigi146 et de Kalami en Crète occidentale147 jusqu’à Sklavi Sitias, et d’autres encore148. Ce dont on s’aperçoit c’est que les « tombes de guerriers » post-palatiales sont éparpillées dans l’île, au contraire de la phase précédente où elles sont localisées presque exclusivement à Knossos149. Une deuxième constatation est que les armes et ustensiles de bronze des tombes post-palatiales sont notablement moins nombreux et moins variés que ceux du Palatial Final (MRII-IIA2). Cependant, dans les deux périodes, on n’a pas de compositions fixes de mobilier funéraire, mais une grande diversité qui montre que les règles et les choix étaient flexibles, exprimant d’une manière ou d’une autre les modèles du « guerrier ». Les chiffres de Crète centrale donnés par L. Hakulin150 sont éclairants : 505 objets en métal dont 141 armes sont datés du Palatial Final, tandis qu’à la période post-palatiale il y en a 195 dont seulement 24 armes. Quant aux épées, 32 proviennent de la brève période du Palatial Final et 5 seulement de la période post-palatiale, une période qui dure deux fois plus longtemps. En outre, les objets en métal de l’époque post-palatiale viennent de 67 tombes éparpillées dans la partie centrale de l’île, au contraire du Palatial Final où ces objets apparaissaient surtout dans la région de Knossos151. Cette importante transformation constitue un témoignage direct des grands changements qui se sont produits en Crète après la destruction de Knossos et l’écroulement définitif du système palatial. Une facette de ces changements a été la circulation limitée du bronze, résultant du fait que les élites post-palatiales, dispersées dans toute l’île, n’avaient pas la possibilité de s’approvisionner en matières premières dans de grandes quantités, comme Knossos au MRII-IIIA1/2. En dépit de ces différences, il semble exister un trait commun aux deux périodes, à savoir que l’écrasante majorité des objets en métal proviennent de tombes, un choix qui doit avoir eu des prolongements sociaux et politiques. Le dépôt d’objets précieux, comme les armes et les ustensiles de bronze, dans des tombes, a dû fonctionner comme moyen d’expression de la position élevée qu’occupaient dans la société ceux qui avaient la possibilité de mettre des bronzes et autres objets précieux dans des tombes et, en même temps, de renforcer cette position. Cela engendrait peut-être aussi, comme on l’a parfois dit, une pénurie artificielle d’objets en métal et donc un accès contrôlé par certaines personnes aux métaux et aux objets de prestige152. Il faut cependant avoir à l’esprit que les données dont nous disposons à ce jour sont incomplètes et ne permettent pas de formuler des observations définitives sur le rôle des objets métalliques dans la société post-palatiale, une grande partie des tombes fouillées restant inédites. Quant aux habitats MRIIIA2-B repérés jusqu’à présent, ils sont peu nombreux et ceux qui ont été fouillés (par exempl e Gournes) ne sont pas publiés.

  • 153 . N. Merousis (n. 119), H. W. Haskell (2005, n. 119).

181À l’époque post-palatiale le dépôt d’armes de bronze et d’objets métalliques en général dans les tombes s’est poursuivi, mais à un autre rythme et probablement avec des symbolismes différents, adaptés aux nouvelles conditions. Dans le paysage politique morcelé du MRIIIA-B, avec pour chefs des centres importants de l’époque, comme La Canée, Aghia Triada, Palaikastro, etc.153, il existait une rivalité sociale ; les oppositions et par conséquent la violence étaient présentes dans la réalité sociale, les « guerriers » défunts, qu’ils aient été guerriers de leur vivant ou non, faisaient partie des mécanismes avec lesquels les groupes dirigeants exprimaient leur position élevée dans la pyramide sociale, justifiaient les inégalités et imposaient leur pouvoir. Le « guerrier » de Galia doit avoir appartenu à un tel groupe qui vivait dans la région fertile de la Messara au MRIIIA-B et avait la possibilité de déposer près de ses défunts des armes et des objets de bronze.

Haut de page

Bibliographie

Alexiou 1967 = S. Alexiou, Υστερομινωικοί τάφοι Λιμένος Κνωσού (Κατσαμπά).

Avila 1983 = R. J. A. Avila, Bronzene Lanzen-und Pfeilspitzen der griechischen Spatbronzezeit, Praehistorische Bronzefunde. Abteilung V: Bd. 1.

Davaras, Banou 2003 = C. Davaras, E. Banou, « A Post-Palatial Tomb at Kalochoraphitis, Mesara », Cretan Studies 8, p. 41-78.

Dimopoulou-Rethemiotaki, Rethemiotakis 1978 = N. Dimopoulou-Rethemiotaki, G. Rethemiotakis, « Υστερομινωικό νεκροταφείο στο Μετόχι Καλού Hρακλείου », AD 33, p. 40-109.

Driessen, Farnoux 1997 = J. Driessen, A. Farnoux (éds), La Crète Mycénienne. Actes de la Table Ronde Internationale, organisée par l’École française d’Athènes, BCH Suppl. 30.

Driessen, Macdonald 1984 = J. M. Driessen, C. Macdonald, « Some Military Aspects of the Aegean in the Late Fifteenth and Early Fourteenth Centuries B.C. », ABSA 79, p. 49-74.

Evans 1906 = A. J. Evans, The Prehistoric Tombs at Knossos. I. The Cemetery of Zapher Papoura. II. The Royal Tomb of Isopata.

Forsdyke 1926-27 = E. J. Forsdyke, « The Mavro Spelio Cemetery at Knossos », ABSA 28, p. 243-296.

Godart, Tzedakis 1992 = L. Godart, Y. Tzedakis, Témoignages archéologiques et épigraphiques en Crète occidentale du Néolithique au Minoen Récent IIIB, Incunabula Graeca XLIII.

Grigoropoulos 2010 = K. Grigoropoulos, ‘Ταφές πολεμιστών’ στο νότιο Αιγαίο (τέλος ΜΕ-ΥΕ ΙΙΙΒ). Κοινωνική ταυτότητα, μαχητικό ήθος και ανακτορική εξουσία, thèse de doctorat, université d’Athènes.

Hägg, Sieurin 1982 = R. Hägg, F. Sieurin, « On the Origin of the Wooden Coffin in the Late Bronze Age Greece », ABSA 76, p. 175-186.

Hallager, Hallager 1997 = H. Hallager, B. P. Hallager (éds), Late Minoan Pottery. Chronology and Terminology. Acts of a Meeting held at the Danish Institute at Athens. August 12-14, 1994.

Harke 1990 = H. Harke, « “Warrior Graves”? The Background of the Anglo-Saxon Weapon Burial Rite », Past and Present 126, p. 22-43.

Hatzaki 2007 = E. Hatzaki, « Final Palatial (LM II-IIIA2) and Postpalatial (LM IIIB-LM IIIC Early): MUM South Sector, Long Corridor Cists, MUM Pits (8, 10-11), Makritikhos ‘Kitchen’, MUM North Platform Pits, and SEX Southern Half Groups », dans N. Momigliano (éd.), Knossos Pottery Handbook: Neolithic and Bronze Age, ABSA Studies 14, p. 253-268.

Höckmann 1980 = O. Höckmann, « Lanze und Speer im spätminoischen und mykenischen Griechenland », JRGZ 27, p. 13-158.

Hood, Huxley, Sandars 1958-59 = S. Hood, G. Huxley, N. Sandars, « A Minoan Cemetery on Upper Gypsades », ABSA 53-54, p. 194-262.

Hood, de Jong 1952 = M. S. F. Hood, P. de Jong, « Late Minoan warrior-graves from Ayios Ioannis and the New Hospital site at Knossos », ABSA 47, p. 243-277.

Kanta 1980 = A. Kanta, The Late Minoan III Period in Crete. A Survey of Sites, Pottery and their Distribution, SIMA LVIII.

Karantzali 2001 = E. Karantzali, The Mycenaean Cemetery at Pylona on Rhodes, British Archaeological Reports IS 988.

Kilian-Dirlmeier 1993 = I. Kilian-Dirlmeier, Die Schwerter in Griecheland (ausserhalb der Peloponnes) Bulgarien und Albanien, Praehistorische Bronzefunde. Abteilung IV: 12.

Metaxa-Muhly 1992 = P. Metaxa-Muhly, Μινωικός λαξευτός τάφος στον Πόρο Ηρακλείου (ανασκαφής 1967).

Mountjoy 1998 = P. Mountjoy, Μυκηναϊκή γραπτή κεραμική. Οδηγός ταύτισης.

Popham 1984 = M. Popham, The Minoan Unexplored Mansion at Knossos, ABSA Suppl. 17.

Popham, Catling, Catling 1974 = M. R. Popham, E. A. Catling, H. W. Catling, « Sellopoulo Tombs 3 and 4. Two Late Minoan Graves near Knossos », ABSA 69, p. 195-257.

Sandars 1955 = N. K. Sandars, « The Antiquity of the One-Edged Bronze Knife in the Aegean », Proceedings of the Prehistoric Society 21, p. 174-197.

Sandars 1963 = N. K. Sandars, Later Aegean Bronze Swords, AJA 67, p. 117-153.

Haut de page

Notes

1 . A. Karetsou, « Περισυλλογή αρχαίων στην κεντρική Κρήτη », PAAH 1975, p. 522-524, pl. 335-336, AD 30 (1975), Β2 Chron., p. 342, To Έργον της εν Αθήναις Αρχαιολογικής Εταιρείας κατά το 1975, p. 195, fig. 192, AR 22 (1975-1976), p. 31. Le toponyme de Galia est mentionné dans les sources depuis les xiiie-xive s., D. Tsougarakis, H. Angelomatis-Tsougarakis, « Appendix G: Catalogue of Sites of the Byzantine-Ottoman Period », dans L. V. Watrous, D. Hatzi-Vallianou, H. Blitzer (éds), The Plain of Phaistos: Cycles of Social Complexity in the Mesara Region of Crete, Monumenta Archaeologica 23 (2004), p. 558 (avec bibliographie), S. Spanakis, Πόλεις και χωριά της Κρήτης στο πέρασμα των αιώνων, vol. Α΄ (20063), p. 213 (avec bibliographie).

2 . AD 19 (1964), Β3 Chron., p. 441, Kanta 1980, p. 89. À l’Ouest de la caserne de Galia, diamétralement opposée au lieu-dit Stavros, une tombe à chambre pillée a été fouillée en 1978, au lieu-dit Gérontospilio, AD 33 (1978), Β2 Chron., p. 358-359.

3 . C’est à peu près la même surface que deux tombes à chambre fouillées par A. Karetsou à Aghios Syllas en 1975 et 1978 (4,0 m 2 et 4,60 m 2), A. Karetsou (n. 1), p. 524, AD 33 (1978), B2 Chron., p. 352, que la tombe I d’Epano Gypsades, Knossos (4,75 m 2), Hood, Huxley, Sandars 1958-1959 ; les tombes 9, 98 et 99 de Zapher Papoura (respectivement 4,40 m 2, 4,60 m 2 et 4,80 m 2) ; Evans 1906, fig. 25a, 97, 99 respectivement ; de Pigi Réthymnou (4,5 m 2), K. Baxevani, « A Minoan Larnax from Pigi Rethymnou With Religious and Funerary Iconography », dans C. Morris (éd.), Klados. Essays in Honour of J.N. Coldstream (1995), p. 16 ; et bon nombre de tombes du cimetière d’Armenoi (tombes 10, 39, 46, 89, 98 avec une surface de 4,83 m 2, 4,62 m 2, 4,83 m 2, 4,65 m 2, 4,32 m 2 respectivement), AD 26 (1971), Chron., p. 513, AD 27 (1972), Chron., p. 639, AD 27 (1972), Chron., p. 640, AD 29 (1973-1974), Chron., p. 921, AD 31 (1976), Chron., p. 369. Sur la surface des chambres dans le cimetière d’Armenoi, N. Merousis, « Κοινωνικές αντιθέσεις στη μετανακτορική Κρήτη: η περίπτωση του νεκροταφείου των Αρμένων », dans EVoulgari (éd.), Η προϊστορική έρευνα στην Ελλάδα και οι προοπτικές της: Θεωρητικοί και μεθοδολογικοί προβληματισμοί, Actes du symposium à la mémoire de D. R. Théocharis, Thessalonique-Kastoria, 26-28 nov. 1998 (2002), fig. 1β. La surface de la tombe de Galia que mentionne GNEvaggelou, Πρακτικές ταφής κατά την νεοανακτορική, τελική ανακτορική και μετανακτορική περίοδο στην Κεντρική Κρήτη, thèse de doctorat, université d’Athènes (2009) (catalogue Α, 76), est erronée.

4 . Les tombes suivantes ont un plan rectangulaire : les tombes à chambre (Γ et Δ) de Katsambas, plus anciennes (Alexiou 1967) et la « tombe avec le gobelet en or » de Aghios Ioannis, Knossos (M. S. F. Hood, « Another Warrior-Grave at Ayios loannis Near Knossos », ABSA 51 [1956] p. 82), les tombes à chambre contemporaines de celle de Galia à Kalochoraphitis (Davaras, Banoy 2003), à Goudiès (C. Laviosa, « La tomba Tardo-Minoica di Goudies presso Mires », Kρητικά Χρονικά 22 [1970], pl. A΄), au lieu-dit Palialona à Stamnioi Pédiadas (tombes Γ et Ε) (PAAH 1952, 626-627, fig. 5, Κρητικά Χρονικά 6 [1952], p. 474-475), la tombe 10 d’Armenoi (AD 26 [1971] Chron., p. 514, plan 3), etc.

5 . Des tombes à chambre voûtées ont été découvertes à Kyparissi, au lieu-dit Tou Vathia, avec une hauteur d’1,70 m (G. Rethemiotakis, « YM θαλαμωτός τάφος στο Κυπαρίσσι Ηρακλείου », dans Ειλαπίνη. Τιμητικός τόμος για τον καθηγητή Ν. Πλάτωνα [1987], p. 236), les tombes 9 et 92 de Zapher Papoura avec une hauteur de 2,24 m et 2,00 m respectivement (Evans 1906, fig. 25b-c et 1b respectivement), la tombe à chambre de Goudiès avec une hauteur maximum d’1,70 m avant l’écroulement du plafond (CLaviosa [n. 4], p. 103, pl. A), la tombe de Pigi Réthymnou (E. Kapranos, « ΥΜ θαλαμωτός τάφος στην Πηγή Ρεθύμνου », dans M. Andrianakis, I. Tzahili [éds], Αρχαιολογικό έργο Κρήτης 1: Πρακτικά 1ης συνάντησης (Réthymnon, 28-30 nov. 2008) [2010], p. 476).

6 . Alexiou 1967, p. 21.

7 . J. Shaw, Minoan Architecture: Materials and Techniques, ASAA 49 (1971), p. 48-49, 52, fig. 36a-b, 37a, 38a, R. D. G. Evely, Minoan Crafts: Tools and Techniques. An Introduction, vol. I (1993), SIMA 92.1, p. 71-72, fig. 29.

8 . J. Shaw (n. 7), p. 48-49, 52, fig. 36c, 39-40, R. D. G. Evely (n. 7), p. 63, 67, fig. 27. Voir aussi A. Sakellariou, « Μινωική μεταλλουργία », dans L. Maragou (éd.), Μινωικός και ελληνικός πολιτισμός από την συλλογή Μητσοτάκη (1992), p. 230, fig. 14. 4-6.

9 . Κatsambas : Alexiou 1967, fig. 17, J. Shaw (n. 7), p. 52, fig. 55. Κalochoraphitis : Davaras, Banou 2003, p. 42-43, Κyparissi (traces plus floues) : G. Rethemiotakis (n. 5), p. 236, ill. 1. Pour un travail de taille plus soigné sur les parois de la chambre, avec les mêmes outils, voir une tombe à chambre de Néa Halikarnassos Hérakliou (AD 28 [1973], Β2 Chron., p. 565, pl. 536β) et aussi à Pérati en Attique (S. Iakovidis, Περατή. Το νεκροταφείον. Β. Γενικαί παρατηρήσεις [1970], p. 15-16).

10 . Voir le stomion de tombes à chambre de Katsambas (Alexiou 1967, pl. hors texte A, B, E), de Kalochoraphitis (Davaras, Banou 2003, 42, pl. XVIII), de Goudiès (C. Laviosa [n. 4], p. 103, pl. A), de la tombe 10 d’Armenoi (AD 26 [1971] Chron., p. 514, plan 3). Voir aussi S. Iakovidis (n. 9), p. 8-9 (Pérati).

11 . Voir l’encadrement de porte de la tombe Z de Katsambas (Alexiou 1967, p. 18-20, fig. 15).

12 . S. Iakovidis (n. 9), p. 9-11.

13 . C’est à peu près la longueur des tombes 13, 14, 19 (AD 26 [1971] Β2 Chron, p. 515), 46 (AD 27 [1972] Chron., p. 641) et 93 (AD 31 [1976] Chron., p. 369) d’Armenoi (4,30 m, 4,30 m, 4,70 m, 4,80 m, 4,40 m respectivement). Sur le dromos à Armenoi, voir N. Merousis (n. 3), p. 203-204, fig. 1a. Il existe des tombes à chambre dont le dromos est sensiblement plus long : à Goudiès 7,50 m (C. Laviosa [n. 4], p. 103, pl. A΄), à Armenoi, tombe 74, 5,94 m, (AD 29 [1973-1974] Chron., p. 918), tombe 76, 7,02 m (ibid.), tombe 104, 7,10 m (AD 31 [1976] Chron., p. 371), et une tombe d’Halikarnassos, 8,60 m de long, pour une surface de chambre de 11,2 m 2 (AD 28 [1973], Β2 Chron., p. 564-567, dessin 1).

14 . Le dépôt d’objets de bronze sous des brancards et des larnakès en bois est une pratique que l’on rencontre dans la sépulture MRIIIA 1 de la tombe 4 de Sellopoulo, Knossos (Popham, Catling, Catling 1974, p. 199). Dans la tombe H (MRIII1-2) de Katsambas, sous le sarcophage 2, a été découvert un fragment d’ustensile en bronze (vase ou casque ?) (Alexiou 1967, p. 32). De même, dans la tombe B (MR IIIA1) de Katsambas, sous la larnax de bois, ont été mis au jour un foyer tripode en terre cuite et un braséro (Alexiou 1967, p. 9). Dans la tombe à tholos A d’Archanès (Y. Sakellarakis, ESakellaraki, Αρχάνες. Μια νέα ματιά στη μινωική Κρήτη [1997], p. 168), sous la larnax de terre cuite, ont été déposés trois vases en bronze, comme dans le cas de trois larnakès en terre cuite du bâtiment funéraire 3 de Phourni (Y. Sakellarakis, E. Sakellaraki, op. cit., p. 197-198). Et sous la larnax Nord, on a même trouvé un gobelet en argent, trois armes en bronze et un rhyton de pierre. Ces données indiquent que les brancards et les larnakès de bois avaient des pieds ou des supports. Lors de la fouille, l’impression a tout d’abord été que les plaques de gypse pouvaient avoir constitué l’oreiller des défunts.

15 . Sur des coupelles renversées dans des tombes (Métochi Kalou tombe III, Kamilari, Épiskopi, Poros Hérakliou), Dimopoulou-Rethemiotaki, Rethemiotakis 1978, p. 44-45, n. 13-14, Kanta 1980, p. 268.

16 . Voir par exemple les tombes IV et V de Métochi Kalou avec des fosses contenant des sépultures antérieures et beaucoup de larnakès renfermant chacune plus d’un défunt (Dimopoulou-Rethemiotaki, Rethemiotakis 1978, p. 45-49 et n. 10 p. 44 avec des exemples similaires), la tombe 93 d’Armenoi avec 12 défunts et une fosse de translation (AD 31 [1976], Chron., p. 369), les tombes 67, 84 et 89 du même cimetière avec respectivement 11, 13 et 13 défunts (AD 28 [1973], p. 919-921), la tombe de Pigi Réthymnou avec sept larnakès et deux fosses (K. Baxevani [n. 3], p. 16). Contra, la tombe à chambre ΜRΙΙΙΒ dans la ville de La Canée qui ne reçut qu’un seul défunt lequel était accompagné d’une épée, d’un couteau, d’un miroir, d’un gobelet en bronze, d’une multitude de perles en matières précieuses et semi-précieuses, de vases de terre cuite, de sceaux, etc. (E. Karantzali, « Une tombe du Minoen récent III B à la Canée », BCH 110 [1986], p. 53-87) et la tombe à chambre de Pigi Réthymnou avec un défunt, vingt et un vases de terre cuite et un en pierre (E. Kapranos [n. 5]).

17 . Sandars 1963, p. 133.

18 . Voir un commentaire détaillé ci-dessous (III.2).

19 . La gourde mentionnée (p. 51, n. 35) ne vient pas de Kalochoraphitis, c’est celle de Galia.

20 . Les pieds des larnakès sont tantôt d’un seul tenant avec les montants, tantôt faits à part et fixés aux montants avec des clous d’argile, cf. N. Merousis, « ΥΜΙΙΙ λάρνακες στο Εθνικό Αρχαιολογικό Μουσείο », AAA 40-41 (2007-2008), p. 78, n. 5, N. Merousis, « Τεχνίτες και εργαστήρια λαρνάκων στην ΥΜΙΙΙ δυτική Κρήτη », dans M. Andreadaki-Vlasaki, E. Papadopoulou (éds), Actes du Xe Congrès Crétologique, La Canée 1-8 oct. 2006, vol. A3 (2011), p. 91-92, N. Merousis, « H διαδικασία παραγωγής Υστερομινωικών ΙΙΙ λαρνάκων και ένα ‘εργαστήριο’ της Μεσαράς », Κρητική Εστία 15 (2014-2018), p. 28, n. 16.

21 . Sandars 1963, p. 149-150.

22 . Driessen, Macdonald 1984, p. 71, Karantzali 2001, p. 67-68.

23 . J. M. Camp II, « Excavations in the Athenian Agora: 1998-2001 », Hesperia 72 (2003), p. 262 (no cat. 27), fig. 27, p. 268 (nos cat. 41-42), fig. 35.

24 . Unexplored Mansion : Popham 1984, p. 212 (P10), Agora d’Athènes : J. M. Camp II, supra, p. 262 (no cat. 27), fig. 27.

25 . Driessen, Macdonald 1984, p. 58-59.

26 . Par exemple, Armenoi : Karantzali 2001, p. 68, Grigoropoulos 2010, pl. 12, Sklavoi (tombe Α, Kilian-Dirlmeier 1993, p. 178, Karantzali 2001, p. 68, Kalami de La Canée : Kilian-Dirlmeier 1993, p. 177, Karantzali 2001, p. 68.

27 . Popham, Catling, Catling 1974.

28 . Forsdyke 1926-1927, p. 282, Sandars 1963, p. 133, 149-150, L. Alberti, Οι νεκροπόλεις της Κνωσού κατά την Υστερομινωϊκή ΙΙΙΙΙΑ1 περίοδο, thèse de doctorat, université d’Athènes (2004), p. 55-57, Grigoropoulos 2010, p. 407-408.

29 . AD 27 (1972), Chron., p. 640, Godart, Tzedakis 1992, pl. CXLIX, 1, Grigoropoulos 2010, p. 413-414.

30 . Godart, Tzedakis 1992 : 89-90, E. Papadopoulou, « Une tombe à tholos “intra-muros”. Le cas du cimetière MR d’Armenoi », dans Driessen, Farnoux 1997, p. 319-340, Grigoropoulos 2010, p. 415-416.

31 . Driessen, Macdonald 1984, p. 58-59.

32 . Cf. Grigoropoulos 2010, pl. 7, 12.

33 . Voir, à titre indicatif : Aghios Syllas, tombe Γ, deuxième sépulture : poignard Di et un autre poignard (M.H. 4468), un rasoir et une cuvette en bronze (AD 33 [1978], B2 Chron., p. 353) ; Gournes, tombe 2 : épée Dii, rasoir, couteau et vase de bronze (AD 4 [1918], p. 72, 74-75) ; La Canée, épée C1, couteau, vase en bronze et miroir, E. Karantzali (n. 16), p. 53-87. Une des sépultures dans une larnax, dans la tombe à chambre 3 de Gypsades, était accompagnée d’une épée Fii, d’une phiale en bronze, d’une louche et d’un rasoir (AD 49 [1993], B2 Chron., p. 447-448). Voir aussi les tombes de Stamnioi : PAAH 1952, p. 624-628, Kanta 1980, p. 53-58, A. Kanta, « Aristocrats-traders-emigrants-settlers. Crete in the closing phases of the Bronze Age », dans N. Stampolidis, V. Karageorghis (éds), ΠΛΟΕΣ. Sea Routes… Interconnections in the Mediterranean 16th-6th BC, Proceedings of the International Symposium held at Rethymnon, Crete, September 29-October 2, 2002 (2003), p. 178. C’est vraisemblablement à cette phase qu’appartient la sépulture dans la larnax Nord du bâtiment funéraire 3 d’Archanès, sous laquelle furent découverts une épée de type Ci, un couteau, une pointe, un gobelet en argent et un rhyton en albâtre égyptien (Y. Sakellarakis, E. Sakellaraki [n. 14], p. 198, fig. 147).

34 . Hood, de Jong 1952, p. 262, no AJ(4), long. 0,24 m, fig. 8 et surtout p. 265, no I (11), long. 0,25 m, pl. 53b.

35 . Sandars 1963, p. 121, long. 0,295 m, pl. 23.14.

36 . A. Xenaki, « Όπλα και εργαλεία της Συλλογής Γιαμαλάκη », Κρητικά Χρονικά 4 (1950), p. 112, no 435, long. 0,315 m, pl. Δ΄.

37 . Popham 1984, p. 285, n. 54 (Η. W. Catling), A. W. Sakellariou (n. 8), p. 227.

38 . Höckmann 1980, p. 25-36.

39 . Voir des tombes d’Armenoi (Grigoropoulos 2010, pl. 12). Voir aussi la tombe à chambre MRIIIA2 au lieu-dit Lakkofolia en Élide, avec un poignard de type Eii et une pointe de lance : AD 25 (1970), B1 Chron., p. 193, pl. 173β-γ, Avila 1983, p. 134, cat. no 872, pl. 34.

40 . Par exemple Sellopoulos tombe 4/sépulture II, Mavrospelio t. XVIII, Armenoi tombes 35, 38, 78, 200 (à tholos), Aghios Syllas, Grigoropoulos 2010, pl. 7, 12.

41 . S. Marinatos, « Σιγύνη », ABSA 37 (1937), p. 189-191, fig. 1-4, voir ce que notent Hood, de Jong 1952, p. 246, n. 9, p. 256, M. S. F. Hood (n. 4), p. 96, S. Iakovidis (n. 9), p. 359.

42 . Voir par exemple les pointes d’une tombe d’Aghios Ioannis (M. S. F. Hood, « Another Warrior-Grave at Ayios Ioannis Near Knossos », ABSA 51 [1956], p. 98 no 8, long. 0,504 m, fig. 4, pl. 14e), la tombe ΙΙ de l’hôpital Vénizélio (Hood, de Jong 1952, p. 267, no ΙΙ4, long. 0, 56 m, fig. 12, 15b, pl. 53a, b), la tombe III (Hood, de Jong 1952, p. 271, no III14, long. 0, 47 m, fig. 12, pl. 52b), la tombe V (Hood, de Jong 1952, p. 275, no V7, long. 0,49 m, fig. 12, pl. 53b), la tombe en fosse (Hood, de Jong 1952, p. 261, no AJ3, long. 0, 43 m, fig. 8).

43 . Cf. n. 30. Aussi S. Iakovidis, Περατή. Το νεκροταφείον. Α. Οι τάφοι και τα ευρήματα (1969), p. 429, S. Iakovidis (n. 9), p. 357-359, fig. 157 (pointe de Pérati avec une longueur de 0,22 m).

44 . Hérodote V 9 (S. Marinatos [n. 41], p. 191, n. 2).

45 . Sandars 1955, p. 177-179, 191-193.

46 . Sandars 1955, p. 179, fig. 2.1.

47 . Sandars 1955, p. 179.

48 . Sandars 1955, p. 177-179.

49 . Τypes IIIα et β de A. Papaefthimiou-Papanthimou, Σκεύη και σύνεργα του καλλωπισμού στον κρητομυκηναϊκό κόσμο (1979), p. 75.

50 . A. Papaefthimiou-Papanthimou (n. 49), p. 75-76.

51 . Karantzali 2001, p. 18.

52 . H. W. Catling, Cypriot Bronzework in the Mycenaean World (1964), p. 185, fig. 21.14. La louche de Vaphio n’a pas d’anse double. Celle de la tombe à chambre 3 de Gypsades, Knossos, a été trouvée avec une phiale, une épée de type Fii, un rasoir et une amphore à étrier – d’après la fouilleuse, elle est liée avec la sépulture dans la larnax qui se trouvait tout près AD 49 (1993), B2 Chron., p. 447-448, pl. 139.

53 . La Canée : E. Karantzali (n. 16), p. 67 (V26), fig. 13, Knossos : Hatzaki 2007, p. 242, fig. 6.31.3, Gra Lygia : V. Apostolakou, « YMIII τάφοι στη Γρα Λυγιά Ιεράπετρας », AD 53 (1998), Études, p. 43-44, dessin 22, pl. 12, L. V. Watrous, Kommos III. The Late Bronze Age Pottery (1992), p. 77 (no 1315), p. 86 (no 1500), pl. 37 ; sanctuaire du Iouchtas : PAAH 1976, p. 417, pl. 232δ.

54 . Y. Sakellarakis, E. Sakellaraki (n. 14), p. 590-591, fig. 607. Il s’agit peut-être de lampes, quoiqu’il n’y ait pas de mèche. Sur les lampes en bronze, H. W. Catling (n. 52), p. 183-184, fig. 21.10 (des tombes 14 et 36 de Zapher Papoura et de la tombe 8 de Phaistos).

55 . Sur le terme « ’δοξαρωτή’ πόρπη », S. Iakovidis (n. 9), p. 275-276 et n. 1 ; il est mieux adapté que celui de « en violon ».

56 . S. Iakovidis (n. 9), p. 276-277, A. F. Harding, The Mycenaeans and Europe (1984), p. 138, Karantzali 2001, p. 70. Voir une fibule de la tombe 20 de Langadia à Kos : LMorricone, « Eleona e Lanzada: Sepolcreti della Tarda Età del Bronzo a Coo », ASAA 43-44 (1965-1966), p. 134, fig. 119.

57 . Deux fibules de la tombe A de Mouliana, S. Xanthoudides, « Εκ Κρήτης », ΑΕph 1904, p. 31, fig. 7, quatre de Pérati, S. Iakovidis (n. 9), p. 275-277, fig. 122 et une de Pylonas à Rhodes, tombe 4, Karantzali 2001, p. 70-71, pl. 47α.

58 . Sur les fibules avec une petite spirale et une longueur comparable à celle de Galia, K. Kilian, Fibeln in Thessalien von der Mykenischen bis zur archaischen Zeit, Prähistorische Bronzefunde XIV.2 (1975), pl. 1.29, 2.72, 29.794, 30.828.

59 . K. Perna, « LM IIIC Burial Culture in Crete: A Socioeconomic Perspective », dans J. M. A. Murphy (éd.), Prehistoric Crete Regional and Diachronic Studies on Mortuary System (2011), p. 130, 136, 140, 145, 147.

60 . B. Hallager, « Terminology-The Late Minoan Goblet, Kylix and Footed Cup », dans Hallager, Hallager 1997, p. 23, 30, fig. 12, 25.

61 . L’exemple le plus ancien de tasse à pied avec une anse vient de l’Unexplored Mansion de Knossos et il n’est pas sûr qu’il date du MRIIIA1 (Popham 1984, 182, pl. 172.6, B. Hallager [n. 60], p. 30, n. 93, Hatzaki 2007, p. 214, fig. 6.15.6).

62 . Popham 1984, pl. 176, L. V. Watrous (n. 53), p. 132, B. Hallager (n. 60), p. 30, 35-37, fig. 25, 32, Hatzaki 2007, p. 229, fig. 6.22.2-6, Alexiou 1967, pl. 26 α, P. Warren, « Late Minoan III Pottery from the City of Knossos: Stratigraphical Museum Extension Site » dans Hallager, Hallager 1997, fig. 14, 19, 22, 28, 32, 36.

63 . B. Hallager (n. 60), p. 30 (mention est faite de la tasse de Galia et de beaucoup d’autres parallèles contemporains).

64 . Gourdes MRIIIA1 : ville de Réthymnon, importée de Knossos, Y. Tzedakis, « Minoan Globular Flasks », ABSA 66 (1971), p. 363-364, fig. 62 ; Knossos, Tombe-Sanctuaire (inner sepulchral chamber) ; A. J. Evans, The Palace of Minos: A Comparative Account of the Successive Stages of the Early Cretan Civilization as illustrated by the Discoveries at Knossos. Volume IV, Part I (1935), p. 353-354, fig. 297, a1-2, A. J. Evans, The Palace of Minos: A Comparative Account of the Successive Stages of the Early Cretan Civilization as illustrated by the Discoveries at Knossos. Volume IV, Part II (1935), p. 1006-1007, fig. 953, 960, 959, Y. Tzedakis, op. cit., p. 364-365, no 4, Hatzaki 2007, p. 219, fig. 6.14.5, Knossos (Αshmolean Museum), M. Popham, The Destruction of the Palace at Knossos: Pottery of the LM IIIA Crete, SIMA XII (1970), p. 76, pl. 48e, Y. Tzedakis, op. cit., p. 366, pl. 63d, Mavrospelio, tombe III, Forsdyke 1926-27, 254, no III.28 (la tombe III a été datée du MRIIIA1, LAlberti [n. 28], p. 54-55). Voir aussi les gourdes néopalatiales en terre cuite de Palaikastro et de Poros qui n’ont pas de parenté morphologique avec les gourdes MRIII : Palaikastro, A. J. Evans, The Palace of Minos at Knossos: A Comparative Account of the Successive Stages of the Early Cretan Civilization as Illustrated by the Discoveries at Knossos, Volume II: Part II (1928), p. 510, fig. 312d ; Poros, Metaxa-Muhly 1992, p. 87-88 (no 232), fig. 20, pl. 22.

65 . Y. Tzedakis (n. 64), p. 363, 368.

66 . A. Leonard, An Index to the Late Bronze Age Aegean Pottery from Syria-Palestine, SIMA CXIV (1994), p. 83-87 (FS 187-189).

67 . A. Furumark, Mycenaean Pottery I. Analysis and Classification (1972), p. 616, Mountjoy 1998, p. 86-87, 115, A. Leonard, supra, p. 84.

68 . Crète : Ζapher Papoura, tombe 76, MRIIIA2, Evans 1906, p. 78 (76e), fig. 117 (considérée comme importée de Grèce continentale, probablement d’Argolide, Hatzaki 2007, p. 222), comme celle de Stavroménos, MRIIIA2, haut. 15,6 cm, Y. Tzedakis (n. 64), 367-368, no cat. 16, pl. 65 f, g (considérée comme locale) et Kanta 1980, p. 287 qui pense que le vase est importé. Athènes, Αgora, tombe III, MRIIIA2, S. A. Immerwahr, Athenian Agora XIII. The Neolithic and Bronze Ages (1971), p. 174-175, pl. 35-36, Mountjoy 1998, p. 86, fig. 95.1, Prosymna, C. W. Blegen, Prosymna, the Helladic Settlement preceding the Argive Heraeum (1937), p. 443, fig. 706:1101 (haut. 0,24 cm), p. 443, fig. 110:226 (hauteur inférieure à la précédente, d’après C. W. Blegen, op. cit.). Βrauron, T. I. Papadopoulos, LKontorli-Papadopoulou, Vravron. The Mycenaean Cemetery, SIMA CXLII (2014), p. 49-50 (no 294), fig. 3.117, pl. 32, color pl. 1, 74 (no 242), fig. 3.185, pl. 58. Sur le décor des petits côtés, E. J. Forsdyke, Catalogue of the Greek and Etruscan Vases in the British Museum. Vol. I, Part I: Prehistoric Aegean Pottery (1925), p. 187 (A 998.1-11), fig. 268.

69 . Hatzaki 2007, p. 222-223.

70 . Dimopoulou-Rethemiotaki, Rethemiotakis 1978, p. 52, A. Karetsou, L. Girella, Kalochorafitis. Two Chamber Tombs from the LMIIIA-B Cemetery. A Contribution to Postpalatial Funerary Practice in the Mesara (2015), p. 149, 159.

71 . Chypre : H. B. Walters, Catalogue of the Greek and Etruscan Vases in the British Museum. Volume 1. Part 2. Cypriote, Italian and Etruscan Pottery (1912), p. 109-111, cat. nos C561-562, 564-566, 568-570, fig. 192, 194-195, 197 ; Syrie-Palestine : A. Leonard (n. 66), p. 84-87 ; Liban : NStampolidis (éd.), ΠΛOΕΣαπό τη Σιδώνα στη Χουέλβα. Σχέσεις λαών της Μεσογείου 16ος-6ος αιώνας π.Χ. (2003), p. 285, cat. no 236 ; Égypte, Riggeh et Gurob (?) : A. Karetsou, M. Andreadaki-Vlasaki (éds), Κρήτη-Αίγυπτος. Πολιτισμικοί δεσμοί τριών χιλιετιών, Kατάλογος (2000), p. 258, cat. no 257 α-β respectivement. Sur des gourdes de Grèce continentale, T. I. Papadopoulos, L. Kontorli- Papadopoulou (n. 68), p. 137-138. Une gourde de ce type a été découverte en Macédoine, dans les cimetières d’Olympe, E. Poulaki-Pantermali, Μακεδονικός Όλυμπος. Μύθος-Ιστορία-Αρχαιολογία (2013), p. 58 (tombe 8).

72 . Il s’agit d’un petit groupe de vases. La Canée : Y. Tzedakis (n. 64), p. 367, cat. nos 13, 14, 15, pl. 64f, g, 65a, b, 65c-e (haut. 16,5 cm, haut. cons. 7,8 et 14 cm respectivement). Voir aussi, de Ras Shamra, N. Stampolidis (n. 71), p. 285, cat. no 235 (haut. 0,20 m) identique à celle de Minet el-Beida, ALeonard (n. 66), p. 83, cat. no 1245 (au centre, spirale d’où sortent des spirales circulaires avec tige). Pour d’autres exemples en Orient, A. Leonard (n. 66), p. 83. Ces gourdes sont assurément étroitement liées avec des gourdes MRIIIA1-2 portant un décor comparable, mais elles sont plus hautes, voir n. 60 et Y. Tzedakis (n. 64), cat. nos 1-8 ; également Palaikastro, R. M. Dawkins, « Excavations at Palaikastro, II », ABSA9 (1902-1903), p. 316-317, fig. 15, R. C. Bosanquet, R. M. Dawkins, The Unpublished Objects from the Palaikastro Excavations 1902-1906. Part I (1923), p. 85, fig. 67 ; Chypre, H. B. Walters (n. 71), p. 110 (C563), fig. 193 ; Épiskopi Pédiadas, Kanta 1980, p. 60, p. 287, fig. 27.2, 5. La provenance des exemples les plus anciens, dont bon nombre ont été découverts à Knossos, nécessite une recherche plus approfondie (Hatzaki 2007, p. 219). Les gourdes les moins hautes imiteraient-elles celles de Knossos, chronologiquement antérieures ? Pour des exemples comparables de Grèce continentale, voir Prosymna, C. W. Blegen (n. 68), p. 443, fig. 706:541, 709:707.

73 . Mountjoy 1998, p. 115, M. Popham (n. 64), p. 76.

74 . A. Leonard (n. 66), p. 80, 87-88, n. 78.

75 . A. Furumark (n. 67), p. 616 (FS 190), Mountjoy 1998, p. 87, fig. 96. Palaikastro, R. Bosanquet, R. M. Dawkins (n. 72), p. 109-110, fig. 94 ; Pétras, M. Tsipoloulou, « Late Minoan III Preoccupation in the Area of the Palatial Building at Petras, Siteia », dans Hallager, Hallager 1997, p. 225, fig. 21 (92.53.4, 6) ; Knossos, Epano Gypsades, tombe X : Hood, Huxley, Sandars 1958-59, p. 250, fig. 29 (X1), pl. 56g (elle est considérée comme importée d’Argolide, Hatzaki 2007, p. 233), Rhodes, Ialysos, E. J. Forsdyke (n. 68), p. 159 (A 887), fig. 213, 160 (A 888), pl. XIII, Enkomi, H. B. Walters (n. 71), p. 110 (C567), fig. 196 ; Limassol, tombe 278, V. Karageorghis, Y. Violaris, Tombs of the Late Bronze Age in the Limassol Area, Cyprus (17th-13th centuries BC) (2012), p. 97, no 6, pl. XXXI, LXXII. Pour des exemples de Syrie-Palestine, A. Leonard (n. 66), p. 88.

76 . A. Furumark (n. 67), p. 616-617, Mountjoy 1998, p. 114-115, fig. 132. Les trois exemples ci-dessous sont datés du MRIIIB : Knossos, Epano Gypsades, Hood, Huxley, Sandars 1958-1959, p. 247 (VIa.3), fig. 28, pl. 56d, Armenoi, t. 67, AD 29 (1973-1974), pl. 687.γ, Épiskopi Pédiadas, tombe Γ, Kanta 1980, p. 63-64, fig. 28.7.

77 . Voir les tombes de Métochi Kalou, Dimopoulou-Rethemiotaki, Rethemiotakis 1978, p. 88-89, 91-92, 96.

78 . Sur les larnakès non décorées, les informations publiées sont rares, en raison du peu d’intérêt de la recherche pour ce matériel archéologique qui compte un total de plusieurs dizaines d’exemples. Sur des tombes avec des larnakès non décorées, voir à titre indicatif Métochi Kalou (Dimopoulou-Rethemiotaki, Rethemiotakis 1978), Gypsades Knossos, tombes 1-4 (AD 48 [1993] B2 Chron., p. 445-448), Mavrospilio, tombes XI, XIII, XV, XVII (Forsdyke 1926-1927, p. 272, 275, 278-279), Gournes (AD 4, 1918), Thrapsano (Επετηρίς της Εταιρείας Κρητικών Σπουδών 3 [1940], p. 490), Klima Pyrgiotissas, lieu-dit Ston Hellina (AD 38 [1983], Β2 Chron., p. 354), Épiskopi Pédiadas, tombe A (PAAH 1952, p. 619, fig. 2).

79 . Kanta 1980, p. 291. Sur ce groupe de larnakès, N. Merousis (n. 20) sous presse.

80 . AD 19 (1964), Β3 Chron., p. 441.

81 . En tout, trois larnakès à couvercle plat et une partie d’un couvercle isolé, Dimopoulou-Rethemiotaki, Rethemiotakis 1978, p. 90.

82 . A. Karetsou, L. Girella (n. 70), p. 38, 48, fig. 3.1.

83 . D’autres larnakès sans pieds : Gypsades, t. VI, larnax II (Hood, Huxley, Sandars 1958-59, p. 227, fig. 24a), Chouméri (AD 19 [1964], B3 Chron., p. 443, pl. 518β, seul exemple de larnax avec des bandeaux plastiques imitant des cordes), Métochi Kalou (Dimopoulou-Rethemiotaki, Rethemiotakis 1978, p. 88-89, 97-98 /larnakès I1, 2, V13), Katsoulianou Zirou (AD 30 [1976], B2 Chron, pl. 295 α-β), Sphaka (Kanta 1980, 173, fig. 66.6), Pétras/Papourès (AEph 1904, p. 54, fig. 16, N. Merousis, Οι εικονογραφικοί κύκλοι των ΥΜΙΙΙ λαρνάκων. Οι διαστάσεις της εικονογραφίας στα πλαίσια των ταφικών πρακτικών [2000], p. 174, cat. no 163), Bérati Piskoképhalou (PAAH 1952, p. 640, fig. 21).

84 . D. Levi, « La tomba a tholos di Kamilari presso a Festos », ASAA XXXIX-XL (n.s. XIX-XX) (1961-1962), p. 34, fig. 31, C. Laviosa (n. 4), p. 106, N. Merousis (n. 83), cat. no 198, N. Merousis (n. 20, sous presse).

85 . Davaras, Banou 2003, p. 63-64, pl. XIX, XX, A. Karetsou, L. Girella (n. 70), p. 50, fig. 3.2. Des couvercles plats ont été découverts dans une tombe fouillée récemment à Kalochoraphitis, I. Antonakaki, « The Larnakes of the 2010 Tomb », dans A. Karetsou, L. Girella (n. 70), p. 127-128. Provenant du même atelier, si pas de la même « main », vu le décor peint, deux autres larnakès de Kalochoraphitis : la larnax 2 de la tombe fouillée par K. Davaras (Davaras, Banou 2003, pl. XXI) et la larnax M. H. 20587 mise au jour par l’auteur (A. Karetsou, L. Girella [n. 70], p. 51-53, fig. 3.3-4).

86 . L. Savignoni, « Scavi e scoperte nella necropoli di Phaestos », Monumenti Antichi XIV (1904), p. 648-649, fig. 118, D. Levi (n. 84), p. 34, n. 1, B. Rutkowski, « Les sarcophages minoens et mycéniens en dehors de la Gréce », Archaeologia XV (1964), p. 158, B. Rutkowski, Larnaksy Egenjskie (1966), p. 121 (56), pl. XV.1, C. Laviosa (n. 4), p. 106, Dimopoulou-Rethemiotaki, Rethemiotakis 1978, p. 90, Creta Antica: Cento anni di archeologia italiana (1884-1984) (1984), p. 221, fig. 398-399, N. Merousis (n. 20, sous presse).

87 . AD 38 (1983), B2 Chron., p. 354-355, G. Rethemiotakis, « Μινωική λάρνακα από το Κλήμα Μεσαράς », AEph 134 (1995), p. 163-164.

88 . Dimopoulou-Rethemiotaki, Rethemiotakis 1978, p. 89-90, pl. 17α.

89 . S. Xanthoudides, AEph 1904, p. 3-4, fig. 1.

90 . V. Apostolakou (n. 53), p. 70-71, dessin 48, pl. 21α et 21β. Les larnakès en forme de baignoire ne portaient pas de couvercle ; il y a cependant des exemples inhabituels, avec des couvercles, C. Mavriyannaki, Recherches sur les larnakes minoennes de la Crète Occidentale, Incunabula Graeca LIV (1972), p. 109.

91 . Forsdyke 1926-27, p. 247, p. 264-265, fig. 20.

92 . Hood, de Jong 1952, p. 248 (tombe Ι du Sanatorium), Popham, Catling, Catling 1974, p. 199, fig. 3, p. 202 (tombe 4). Il en est probablement de même pour la tombe 9 de Kalyvia de Phaistos, R. Paribeni, « Scavi della missione italiana a Phaestos 1902-1905. Rapporto preliminare », Monumenti Antichi 14 (1904), p. 522, Hägg, Sieurin 1982, p. 181, n. 54 (brancard ou cercueil), Metaxa-Muhly 1992, p. 163, n. 418 (cercueil).

93 . On pense que la larnax de bois avait un couvercle : Hood, Huxley, Sandars 1958-59, p. 218, R. D. G. Evely, Minoan Crafts: Tools and Techniques. An Introduction, vol. II, SIMA 92.2 (2000), 534.

94 . On ignore si la sépulture II avait été placée sur le même brancard que la sépulture I ou sur un autre, tout près du premier. Malheureusement, l’état dans lequel les brancards ont été découverts n’a pas permis d’éclaircir cette question.

95 . Des plaques de schiste, probablement utilisées pour soutenir les brancards, ont été découvertes dans la tombe de Poros, Metaxa-Muhly 1992, p. 35, 153.

96 . R. Evely (n. 93), p. 534, fig. 221.5, Alexiou 1967, p. 8-9, Metaxa-Muhly 1992, p. 151.

97 . Metaxa-Muhly 1992, p. 163, n. 423 (pieds sur cercueils de bois).

98 . Metaxa-Muhly 1992, p. 150-155, fig. 32. Le brancard ΙΙ était assemblé sans attaches en bronze (Metaxa-Muhly 1992 p. 153-154), peut-être selon une technique semblable à celle des brancards de Galia.

99 . Metaxa-Muhly 1992, p. 153.

100 . S. Marinnatos, Excavations at Thera IV. 1970 Season (1971), p. 41-42, pl. 36, 104-105.

101 . C. W. Blegen (n. 68), p. 76, 367, cat. no 421, fig. 156, C. W. Blegen, Zygouries: A Prehistoric Settlement in the Valley of Cleonae (1928), p. 206-207, cat. no 334, fig. 196, A. Tamvaki, « Some Unusual Mycenaean Terracottas Form the Citadel House Area, 1954-1969 », ABSA 68 (1973), p. 253, cat. no 224, fig. 23, EFrench, « The development of Mycenaean terracotta figurines », ABSA 66 (1971), p. 172-173, pl. 28 c, e. Le cas de la tombe ΧΧΙΧ de Prosymna est intéressant parce qu’un modèle de lit en terre cuite coexistait avec un brancard de bois (long. 1,20 m, larg. 0,70 m), cf. C. W. Blegen (n. 68), p. 76.

102 . Pour le modèle de meuble en terre cuite d’Agios Syllas, il est difficile de dire s’il s’agit d’une table, d’un siège ou d’un lit (Y. Sakellarakis, E. Sakellaraki [n. 14], p. 567, fig. 567). Il semble plutôt improbable que ce soit un lit. L’identification du modèle de meuble en terre cuite d’Agios Yiannis Phaistou pose aussi des problèmes. K. Kopaka l’a identifié comme un divan (K. Kopaka, « Πήλινο ομοίωμα ανακλίντρου από τη Φαιστό », EΙΛΑΠΙΝΗ, Τιμητικός τόμος για τον καθηγητή Nικόλαο Πλάτωνα [1987], p. 93-100), tandis que Y. et E. Sakellarakis (n. 14, p. 567) ont pensé que ce pourrait être une table. Il n’est pas impossible qu’il s’agisse d’une table à offrandes miniature, comparable à celles qui sont représentées en glyptique, ISakellarakis, « Das Kuppelgrab A von Archanes und das kretisch-mykenische Tieropferritual », Prähistorische Zeitschrift 45 (1970), fig. 9-10, CMS ΙΙ, 8, nos 481, 540 (empreintes de sceaux de Knossos), CMS I, no 80 (sceau de Mycènes), CMS V, Suppl. 1B, no 3 (sceau de Kynos). Voir le fragment de fresque de Pylos où, dans une procession, une figure masculine transporte une sorte de table, J. G. Younger, « The Iconography of Rulership in the Aegean: A Conspectus », dans P. Rehak (éd.), The Role of the Ruler in the Prehistoric Aegean. Proceedings of a Panel Discussion presented at the Annual Meeting of the Archaeological Institute of America, New Orleans, Louisiana, 28 December 1992, Aegaeum 11 (1995), pl. LXXIIIc.

103 . H. Van Effenterre, Nécropoles du Mirabello, ÉtCrét VIII (1948), p. 9-10, pl. 36.

104 . K. Baxevani (n. 3), O. Vikatou, « Σκηνή πρόθεσης από το μυκηναϊκό νεκροταφείο της Αγίας Τριάδας », dans V. Mitsopoulou-Leon (éd.), Forschungen in der Peloponnes. Acten des Symposions anläblich der Feier “100 Jahre Österreichisches Archäologisches Institut Athen” (Athen 5.3-7.3 1998) (2001), p. 273-285.

105 . O. Vikatou, « Olympia und sein Umfeld während der mykenischer Zeit », dans W.-D. Heilmeyer et al., Mythos. Olympia Kult und Spiele (2012), p. 69-70, fig. 2.

106 . Hägg, Sieurin 1982, Metaxa-Muhly 1992, p. 162-164, où des doutes sont émis pour certains d’entre eux, par exemple la tombe II de Gypsades et une tombe du Sanatorium. Voir P. Metaxa-Muhly, « Furniture from the Shaft Graves: The Occurrence of Wood in Aegean Burials of the Bronze Age », ABSA 91 (1996), p. 197-211, avec une discussion pour savoir s’il s’agit d’une pratique minoenne ou mycénienne. Pour des exemples de brancards de bois dans des tombes de Poros qui ne sont pas incluses dans le catalogue de Hägg, Sieurin 1982, voir ΑD 42 (1987), Chron., p. 528-529, AD 49 (1994), B2 Chron., p. 708-710.

107 . Hägg, Sieurin 1982, Metaxa-Muhly 1992, P. Metaxa-Muhly, supra (1996) ; voir aussi N. Merousis (n. 83), p. 49-58 (comparaison de données, discussion et interprétation alternative).

108 . G. Rethemiotakis (n. 5), p. 237, dessin 2.

109 . Κρητικά Χρονικά ΙΑ (1957), p. 335, Kanta 1980, p. 17.

110 . AD 33 (1978), Β2 Chron., p. 352-353.

111 . Metaxa-Muhly 1992, p. 162, n. 415.

112 . Y. Sakellarakis, E. Sakellaraki (n. 14), p. 185-186, plan 46.

113 . AD 38 (1983), Β2 Chron., p. 356-357, G. Rethemiotakis (n. 5), p. 237.

114 . Hood, Huxley, Sandars 1958-59, p. 210.

115 . H. Van Effenterre (n. 103), p. 8-9.

116 . Godart, Tzedakis 1992, p. 87-88.

117 . Sur le terme « Palatial Final » (Final Palatial), P. Rehak, J. Younger, « Review of Aegean Prehistory VII: Neopalatial, Final Palatial, and Postpalatial Crete; Addendum 1998-1999 », dans T. Cullen (éd.), Aegean Prehistory. A Review, AJA Suppl. 1 (2001), p. 384, 391 (table 1), 441.

118 . Hägg, Sieurin 1982, table I. La pratique apparaît probablement à Kalyvia de Phaistos, Hägg, Sieurin 1982, p. 181, n. 54.

119 . Sur le climat politique et administratif de l’époque post-palatiale, H. W. Haskell, « LM III Knossos: Evidence Beyond the Palace », Studi Micenei ed Egeo-Anatolici XXVI (1989), p. 81-110, N. Merousis (n. 83), p. 63-78, P. Rehak, J. Younger (n. 117), p. 458-463, H. W. Haskell, « Region to Region Export of Transport Stirrup Jars from LM IIIA2/B Crete », dans A.-L. D’Agata, J. Moody, E. Williams (éds), Ariadne’s Threads. Connections between Crete and the Greek Mainland in Late Minoan III (LM IIIA2 to LM IIIC). Proceedings of the International Workshop held at Athens (Scuola Archeologica Italiana, 5-6 April 2003), Tripodes 3 (2005), p. 203-222, N. Merousis, « Changes in the Economic and Administrative Organization of Crete in the Late Minoan II-III period: A New Proposal », ABSA 97 (2002), p. 163-169, E. Hatzaki, « Postpalatial Knossos: town and cemeteries from LM IIIA2 to LM IIIC », dans A.-L. D’Agata, J. Moody, E. Williams (éds), op. cit., p. 65-95.

120 . La tombe de Kyparissi a été découverte pillée, mais les rares objets qui se trouvaient encore là (un chaînon en or et un serre-cheveux [sphykotère] en or, G. Rethemiotakis [n. 5], p. 237) prouvent que des membres de l’élite locale y étaient enterrés. Il est caractéristique que dans la tombe B d’Athanatoi (Κρητικά Χρονικά ΙΑ [1957], p. 335), dans laquelle ont été découverts des objets en bronze, les brancards (et donc les défunts ?) avaient été recouverts de couleur bleue, une pratique connue depuis la période précédente. Voir la couleur bleue sur le brancard de la sépulture II de la tombe 4 de Sellopoulo (Popham, Catling, Catling 1974, p. 199) et sur les cercueils des tombes B et Z de Katsambas (Alexiou 1967, p. 9, 22), dans la tombe Ι d’Epano Gypsades (Hood, Huxley, Sandars 1958-59, p. 198) et dans la tombe à chambre d’Aghios Ioannis, Knossos (M. S. F. Hood [n. 4], p. 84). Des traces de couleur comparables ont été découvertes dans des tombes (nos 8 et 12) de Dendra en Argolide, Hägg, Sieurin 1982, p. 180.

121 . Metaxa-Muhly 1992, p. 168.

122 . Grigoropoulos 2010, B. P. C. Molloy, « Martial Minoans? War as social process, practice, and event in Bronze Age Crete », ABSA 107 (2012), p. 87-142, B. P. C. Molloy, « Malice in Wonderland: The Role of Warfare in ‘Minoan’ Society », dans S. O’Brien, D. Boatrigh (éds), Warfare and Society in the Ancient Eastern Mediterranean. Papers Arising from a Colloquium Held at the University of Liverpool, 13th June 2008, BAR IS 2583 (2013), p. 59-70, S. O’Brien, « The Development of Warfare and Society in ‘Mycenaean’ Greece », dans S. O’Brien, D. Boatrigh (éds), op. cit., p.  5-41.

123 . A. D. Peatfield, « The Paradox of Violence: Weaponry and Martial Art in Minoan Crete », dans RLaffineur (éd.), POLEMOS : le contexte guerrier en Egée à l’âge du Bronze : actes de la 7 e Rencontre égéenne internationale, université de Liège, 14-17 Αvril 1998, Aegaeum 19 (1999), p.  7-68, B. P. C. Molloy (n. 122, 2012), p. 123-125, B. P. C. Molloy (n. 122, 2013), p. 59-61.

124 . J. Driessen, I. Schoep, « The Stylus and the Sword. The Role of Warriors and Scribes in the Conquest of Crete », dans R. Laffineur (éd.) (n. 123), p. 394-396, A. D. Peatfield (n. 123), part. p. 70-71, n. 27, Grigoropoulos 2010, M. Miller, The Funerary Landscape at Knossos. A Diachronic Study of Minoan Burial Customs with Special Reference to the Warrior Graves, BAR IS S2201 (2011), part. p. 66-70.

125 . L’interprétation des transformations culturelles par la théorie de la dispersion et des migrations remonte au xixe s., mais elle fut largement utilisée au xxe dans le monde de la préhistoire égéenne, voir à titre indicatif M. Johnson, Archaeological Theory. An Introduction2 (2010), p. 18-21, S. E. Hakenbeck « Migration in Archaeology. Are We Nearly There Yet? », Archaeological Review from Cambridge 23.2 (2008), p. 10-13. Sur la mise en doute du caractère pacifique de la civilisation minoenne (pax minoica), l’étude de J. L. Bintliff, « Structural and myth in Minoan studies », Antiquity 58 (1984), p. 33-38, fut radicale. Sur une approche différente des changements au ΜRΙΙ-ΙΙΙΑ1 et la soi-disant « conquête achéenne » de Knossos, voir à titre indicatif N. Merousis (n. 83), p. 46-58, B. P. C. Molloy (n. 122, 2012), p. 63-66, S. O’Brien (n. 122), p. 28, ainsi que les résultats de l’étude menée par A. Nafplioti, « Mycenae Revisited Part 2. Exploring the Local versus Non-Local Geographical Origin of the Individuals from Grave Circle A: Evidence from Strontium Isotope Ratio (87Sr/86Sr) Analysis », ABSA 104 (2009), p. 279-291 contra M. Wiener, « The Mycenaean conquest of Minoan Crete », dans C. F. Macdonald, E. Xatzaki, S. Andreou (éds), The Great Islands. Studies of Crete and Cyprus presented to Gerald Gadogan (2015), p. 131-141, surtout p. 135.

126 . N. Merousis (n. 83), p. 81-90, A. Kanta (n. 33).

127 . Harke 1990, p. 42-43, Metaxa-Muhly 1992, p. 171-172, J. Driessen, I. Schoep (n. 124), p. 395, n. 46, A. J. M. Whitley, « Objects with attitude: biographical facts and fallacies in the study of the Late Bronze Age and Early Iron Age warrior graves », Cambridge Archaeological Journal 12.2 (2002), p. 219-220, 222-223, B. P. C. Molloy (n. 122, 2012), p. 119-120. Voir aussi la remarque judicieuse de P. Muhly dans A. Kanta (n. 33), p. 184.

128 . Harke 1990, p. 42 et n. 37, Metaxa-Muhly 1992, p. 172, A. J. M. Whitley (n. 127), p. 208, B. P. C. Molloy (n. 122, 2012), S. O’Brien (n. 122). Voir aussi F. McHugh, Theorethical and Quantitative Approaches to the Study of Mortuary Practice, BAR IS 785 (1999), p. 14, où il est mentionné que dans la tribu Bontoc Igorot des Philippines, la sépulture avec lance et hache de guerre signifiait que l’homme n’était pas marié.

129 . PAAH 1966, p. 182-183, Y. Sakellarakis, E. Sakellaraki (n. 14), p. 197-198.

130 . Popham, Catling, Catling 1974, p. 202-203, 225-229.

131 . S. K. Smith, « Skeletal Evidence for Militarism in Myceaean Athens », dans L. A. Schepartz, S. C. Fox, C. Bourbou (éds), New Directions in the Skeletal Biology of Greece, Hesperia Suppl. 43 (2009), p. 107-108.

132 . Popham, Catling, Catling 1974, p. 243, I. Kilian-Dirlmeier, « Remarks on the Non-Military Functions of Swords in the Mycenaean Argolid », dans R. Hägg, G. C. Nordquist (éds), Celebrations of Death and Divinity in the Bronze Age Argolid. Proceedings of the Sixth International Symposium at the Swedish Institute in Athens, 11-13 June 1988 (1990), p. 157-161, J. Driessen, I. Schoep (n. 124), p. 394.

133 . Harke 1990, p. 43.

134 . Voir les remarques de Popham, Catling, Catling 1974, p. 245 « In fact, an analysis of individual warrior burials shows so much variety of choice in this matter that generalization from mere numbers may be misleading ». Sur la variété du mobilier funéraire dans les cimetières de Knossos au MRII-IIIA1 les tableaux qu’inclut L. Alberti, « The Late Minoan II-IIIA1 warrior graves at Knossos: the burial assemblages », dans G. Cadogan, E. Hatzaki, A. Vasilakis (éds), Knossos: Palace, City, State. Proceedings of the Conference in Herakleion organised by the British School at Athens and 23rd Ephoreia of Prehistoric and Classical Antiquities of Herakeion, in November 2000, British School at Athens Studies 12 (2004), p. 127-136 sont éclairants.

135 . Sur la tablette R 4482 de Knossos sont enregistrées des milliers de pointes de flèches (8.640), JChadwick, The Mycenaean World (1976), p. 172, fig. 73, T. G. Palaima, « Maritime matters in the Linear B tablets », dans R. Laffineur, L. Basch (éds), Thalassa. L’Égée préhistorique et la mer. Actes de la troisième rencontre égéenne internationale de l’université de Liège (StaReSo), Calvi, Corse, 23-25 Avril 1990, Aegaeum 7 (1991), p. 285, n. 59. Tombes dans lesquelles ont été découvertes des pointes de flèches : tombe 3 de Sellopoulo (Popham, Catling, Catling 1974, p. 240, nos cat. 1-3, fig. 25), tombe ΙΙΙ de l’hôpital Vénizélio (Hood, de Jong 1952, p. 251, 271-272, pl. 53), tombe d’Aghios Ioannis (M. S. F. Hood [n. 4], p. 85, 95, 96, 99 [cat. nos 16-20], fig. 4, pl. 15a), Zapher Papoura tombe 10 (Evans 1906, p. 31, fig. 27), Isopata, tombe des Doubles Haches (A. J. Evans, « The Tomb of the Double Axes and Associated Group, and the Pillar rooms and ritual vessels of the ’Little Palace’ at Knossos », Archaeologia 65 [1914], p. 42, fig. 54 [2f], tombe 1A (A. J. Evans 1914, op. cit., p. 6, fig. 10a-c), tombe 3 (A. J. Evans 1914, op. cit., p. 14-15, fig. 19e). Deux pointes de flèches en bronze de la collection Giamalakis (A. Xenaki [n. 36], p. 114, no 335, 441, pl. E2).

136 . Cf. Harke 1990, p. 36 (Angleterre anglo-saxonne), A. J. M. Whitley (n. 127) (monde grec, Premier Âge du Fer).

137 . Grigoropoulos 2010, p. 155-156. Dans l’iconographie il existe très peu d’exemples de figures féminines avec des traits guerriers, ce qui confirme la règle, P. Rehak (n. 102).

138 . N. Merousis (n. 83).

139 . AD 49 (1993), B2 Chron., p. 447-448.

140 . Evans 1906, p. 83-85. La sépulture peut être datée du MRIIIA2-B grâce au poignard de type F, voir Kilian-Dirlmeier 1993, p. 84.

141 . AD 30 (1975), B2 Chron., p. 352-353, Kilian-Dirlmeier 1993, p. 62.

142 . Κρητικά Χρονικά 6 (1952), p. 475, PAAH 1952, p. 624-628, Kanta 1980, p. 53-58, Kanta (n. 33), p. 178, et Höckmann 1980, p. 141 (pointe), Kilian-Dirlmeier 1993, p. 82 (épée).

143 . R. C. Bosanquet, « Excavations at Palaikastro », ABSA 8 (1901-1902), p. 303-305, fig. 20, M. H. Smee, « A Late Minoan Tomb at Palaikastro », ABSA 61 (1966), p. 157-162.

144 . Voir par exemple la tombe de la rue K. Manou (Kanta 1980, p. 226-227, M. Andreadaki-Vlasaki, « La nécropole du MR III de la ville de La Canée », dans Driessen, Farnoux 1997, p. 504.

145 . E. Karantzali (n. 16).

146 . Armenoi, tombes 38, 78, 186, etc., voir aussi N. Merousis (n. 83) et Grigoropoulos 2010, passim. Une tombe à chambre de Pigi Réthymnou renfermait deux sépultures ; au milieu du mobilier funéraire nombreux et varié, il y avait une épée, quatre poignards (?), un couteau (?) et une multitude de vases, Tzedakis 1971, p. 516-517, Kanta 1980, p. 213, Godart, Tzedakis 1992, p. 98, Kilian-Dirlmeier 1993, p. 59.

147 . Dans la tombe MRIIIB ont été découverts une épée et deux poignards, Kanta 1980, p. 238, Kilian-Dirlmeier 1993, p. 177.

148 . A. Kanta (n. 33), p. 178-180, Grigoropoulos 2010 passim.

149 . Très peu de tombes du MRIIIA1-2 (début) ont été localisées en dehors de Knossos, voir La Canée, cimetière de Phaistos, peut-être à Armenoi (par exemple tombes 35, 200).

150 . L. Hakulin, Metals in LBA Minoan and Mycenaean Societies on Crete: A Quantitative Approach, thèse de doctorat, université d’Helsinki (2013), p. 108.

151 . Ibid.

152 . L. Hakulin, p. 114, 112-113, E. Baboula, « ‘Buried’ metal in Late Minoan inheritance customs », dans C. F. E. Pare (éd.), Metals Make the World Go Round: The Supply and Circulation of Metals in Bronze Age Europe: Proceedings of a Conference Held at the University of Birmingham in June 1997 (2000), p. 71. Sur le métal retiré de la circulation, Metaxa-Muhly 1992, p. 173 et n. 480.

153 . N. Merousis (n. 119), H. W. Haskell (2005, n. 119).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Pl. ia.
Légende Carte de la Mesara Ouest.
Crédits L. V. Watrous, D. Hatzi-Vallianou, H. Blitzer [n. 1]
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/282/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 566k
Titre Pl. ib.
Légende Entrée et plafond de la tombe.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/282/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 635k
Titre Pl. 2a.
Légende Intérieur de la tombe.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/282/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 389k
Titre Pl. 2b.
Légende Traces du travail de taille dans la chambre de la tombe.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/282/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 593k
Titre Pl. 2c.
Légende Traces du travail de taille dans la chambre de la tombe
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/282/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 681k
Titre Pl. 3a.
Légende Entrée et dromos de la tombe.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/282/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Titre PL. 3b.
Légende Sépultures I-II.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/282/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Titre Pl. 3c.
Légende Sépultures I-II.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/282/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 523k
Titre Fig. i
Légende a. Coupe b-b de la tombe. b. Plan de la tombe.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/282/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 329k
Titre Fig. 2
Légende a. Coupe A-A de la tombe ; b. Coupe Γ-Γ de la tombe, entrée et plafond.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/282/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre Pl. 4a.
Légende Sépulture III.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/282/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 518k
Titre Pl. 4b.
Légende Sépulture III.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/282/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 466k
Titre Pl. 4c.
Légende Sépulture III.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/282/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 449k
Titre Fig. 3.
Légende Mobilier funéraire en métal.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/282/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Titre Pl. 5
Légende a. Poignard en bronze. b. Rasoir et pointe de javelot en bronze.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/282/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Pl. 6
Légende a. Couteaux en bronze ; b. Louche en bronze.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/282/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Titre Pl. 7.
Légende a. Aiguille en bronze ; b. Fibule en bronze.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/282/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Titre Fig. 4
Légende a. Aiguille en bronze ; b. Fibule en bronze.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/282/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Titre Pl. 8
Légende a-b. Gourde ; c. Tasse à pied avec anse.Pl. 8b.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/282/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Titre Fig. 5
Légende a. Gourde ; b. Tasse à pied avec anse.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/282/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Titre PL. 9
Légende a. M. H. 21081 ; b. Coupelle M. H. 21081 ; c. Amphorisque à étrier.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/282/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Titre Fig. 6
Légende a. Coupelle M. H. 21082 ; b. Coupelle M. H. 21081.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/282/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Titre Fig. 7
Légende Amphorisque à étrier.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/282/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Titre Pl. 10a.
Légende Larnax de terre cuite.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/282/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 287k
Titre Pl. 10b.
Légende Couvercle de la larnax.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/282/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre PL. 10c.
Légende Intérieur de la larnax.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/282/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 869k
Titre Pl. 11.
Légende Louche en bronze de Gournes.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/282/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre Pl. 12
Légende Restes de brancards en bois.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/282/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 286k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandra Karetsou et Nikos Merousis, « Sépulture « de guerrier » dans une tombe à chambre Minoen Récent IIIA2-B de Galia, Messara (Crète) », Bulletin de correspondance hellénique, 142.1 | 2018, 1-47.

Référence électronique

Alexandra Karetsou et Nikos Merousis, « Sépulture « de guerrier » dans une tombe à chambre Minoen Récent IIIA2-B de Galia, Messara (Crète) », Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 142.1 | 2018, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/bch/282 ; DOI : 10.4000/bch.282

Haut de page

Auteurs

Alexandra Karetsou

Éphore honoraire des Antiquités

Nikos Merousis

Université ouverte hellénique

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals