Navigation – Plan du site

Sanctuaires d’Arcadie trente ans après : bilan des recherches

Ιερά της Αρκαδίας τριάντα χρόνια μετά: απολογισμός των ερευνών
Arcadian sanctuaries thirty years later: review of research
Madeleine Jost
p. 97-143

Résumés

Cet article dresse le bilan des recherches sur les sanctuaires depuis la parution de l’ouvrage Sanctuaires et cultes d’Arcadie publié par l’auteur en 1985. Sur le terrain, des sites anciennement repérés ou de nouveaux sites ont fait l’objet de fouilles. Des publications de monuments déjà connus ont apporté des précisions sur leur datation et leur histoire. L ’identification des sanctuaires laisse peu de place à Pausanias : plus d’une douzaine de temples ne sont pas identifiables à un site décrit par le Périégète. La découverte la plus spectaculaire vient de la fouille de l’autel de Zeus sur le mont Lycée où on a pu mettre en lumière une continuité de culte sans interruption de l’époque mycénienne à la fin de l’époque classique. Ailleurs, l’étude de l’implantation des sanctuaires et de leur chronologie a progressé.

Haut de page

Texte intégral

1Un peu plus de trente ans après la publication de mes Sanctuaires et cultes d’Arcadie en 1985, il m’a paru utile de dresser un bilan des découvertes qui ont été faites depuis lors. Sur le terrain, des sites anciennement repérés ou de nouveaux sites ont fait l’objet de fouilles (carte). Des publications de monuments déjà connus ont apporté des précisions sur leur datation et leur histoire.

Carte

Carte

Carte d’Arcadie (réf fond : Scènes NASA-LANDSAT 1047-08434-6 du 8.9.72 et 1118-08384-6 du 18.11.72).

Jean-François Marcadé

2Ma chronique aura la forme de notices par site, pour lesquelles je reprendrai le plan topographique de la publication. Ces notices sont autant de compléments à mon ouvrage, auquel on se référera pour l’état des lieux et la bibliographie avant 1985. Je ne prétends pas à l’exhaustivité bibliographique : plusieurs articles que j’ai omis sont des doublons ou des études préliminaires que la publication définitive rend caduques. J’utiliserai les conventions orthographiques que j’avais adoptées dans mes Sanctuaires, en uniformisant les noms des toponymes.

Études d’ensemble

  • 1 . M. E. Voyatzis, « The role of temple building in consolidating Arcadian communities », dans T. H. (...)
  • 2 . L. E. Baumer, Kult im Kleinen: Ländliche Heiligtümer spätarchaischer bis hellenistischerZeit, Att (...)
  • 3 . A. Lo Monaco, I crepusculo degli Achaia. Religione culti in Arcadia, Elide, Laconia, e Messenia d (...)

3Plusieurs travaux recensent systématiquement les sanctuaires arcadiens. En 1999, en annexe à un article de portée plus large, M. E. Voyatzis publie un catalogue des sanctuaires connus à cette date1. L ’ouvrage de L. E Baumer sur les cultes ruraux en Attique, Arcadie et Argolide2 donne le catalogue alphabétique des sites d’Arcadie concernés jusqu’en 2004, avec un commentaire synthétique. Après une série de chapitres qui traitent de la religion et des cultes, A. Lo Monaco propose en 2009 un gros catalogue des sanctuaires arcadiens3, dans lequel elle donne systématiquement les sources écrites, puis les données archéologiques, avec leur interprétation, et une bibliographie. Elle n’hésite pas à remonter en amont des limites chronologiques qu’indique son titre et l’on y trouvera une utile documentation.

  • 4 . M. E. Voyatzis, The Early Sanctuary of Athena Alea at Tegea and other Archaic Sanctuaries in Arca (...)

4D’autres études regroupent plusieurs sanctuaires. Parallèlement au hiéron d’Athéna Aléa à Tégée M. E. Voyatzis4 étudie les autres sanctuaires arcadiens des vii-vie s. (Tégée, Mavriki, Gortsouli, Orchomène, Mont Boreion, Alipheira, Bassai, « Krétéa », Gortys et Pétrovouni) et leur matériel (céramique, figurines en bronze, pendentifs et objets en bronze, objets en terre cuite).

  • 5 . F. E. Winter, « Early Doric Temples in Arkadia », Cl. Views, 35 (1991), p. 193-220.
  • 6 . F. E. Winter, « Arkadian Temple-designs », dans Østby 2005, p. 483-492.

5Un article de Fr. Winter5 s’intéresse, à partir des monuments publiés, au développement des plus anciens temples non canoniques d’Arcadie. Il s’agit d’une phase expérimentale qui revêt des formes variées (« oikos » et autres plans non périptères et leur influence sur les plans périptères, survivances des plans de base anciens dans les édifices plus récents) ; l’examen concerne les temples de Pallantion, d’Alipheira (Athéna), de Tégée (Athéna Aléa), d’Orchomène (Artémis Mésopolitis), du mont Kravari (anc. Boreion, Athéna Sôteira et Poséidon), du mont Psili Korphi (Artémis), du mont Haghios Élias près d’Aséa, et de Lousoi (Artémis Héméra) ; des éléments de comparaison sont cités dans le monde grec. En 20056, le même auteur note les proportions inhabituelles des anciens temples d’Arcadie qu’il explique par des considérations pratiques (éviter des portées excessives aux poutres intérieures). Il se consacre aux particularités des temples cités dans l’article précédent, auxquels s’ajoutent les temples de Dimitra (Déméter et Koré), de Stymphale (Athéna ?), de Gortsouli, du mont Kôtilion, du mont Aphrodision et de Phénéos (Asklépios).

  • 7 . E. Østby, « Templi di Pallantion e dell Arcadia: confronti e sviluppi », ASAtene 68-69 (1995), p. (...)

6Le travail d’E. Østby s’appuie sur de nouvelles recherches de terrain pour les principaux temples d’Arcadie7. Partant des temples de Pallantion qu’il a publiés, il examine successivement les édifices à oikoi (temples géométriques de Tégée, temples A et B de Pallantion, temple de Bassai), puis les temples doriques périptères : périptère de Tégée (l’un des plus anciens), temple prostyle tétrastyle d’Artémis sur le mont Psili Korphi (l’auteur relève sa date jusqu’à 560-550), temple périptère d’Orchomène (E. Østby corrige l’étude de Blum-Plassart sur plusieurs points et date l’édifice du 3e quart du vie s. (c’est le premier périptère dorique de Grèce propre à 6 × 13 colonnes et entraxe standardisé), temple périptère d’Athéna Sôteira et de Poséidon de Vigla sur le mont Boreion (dimensions révisées, date : 540-530), temple périptère du mont Haghios Élias, (daté ca 500), temple C de Pallantion (daté ca 500), temple périptère d’Athéna à Alipheira (daté de 480, avec contraction d’angle remarquable et choix archaïsant de 6 × 15 colonnes). Cette étude devra être consultée pour chacun des temples étudiés dans mes Sanctuaires.

  • 8 . J. W. Reithmüller, Asklepios: Heiligtümer und Kulte (2005), vol. 2, p. 189-245.
  • 9 . M. Melfi, I Santuari di Asclepio in Grecia, I (2007), p. 210-246.
  • 10 . J. Mylonopoulos, Πελοπόννησος οἰϰητήριον Ποσειδῶνος, Heiligtümer und Kulte des Poseidon auf der P (...)
  • 11 . I. Solima, Heiligtümer der Artemis auf der Peloponnes (2011), p. 63-123.

7Les monographies sur telle ou telle divinité comportent généralement un chapitre sur les sanctuaires arcadiens : citons J. W. Reithmüller8 et M. Melfi9 pour Asklépios, J. Mylonopoulos pour Poséidon10, I. Solima pour Artémis dans le Péloponnèse11.

  • 12 . M. Jost, « The Distribution of Sanctuaries in Civic Space in Arcadia », dans S. Alcock, R. Osborn (...)
  • 13 . M. Jost, « Sanctuaires périurbains d’Arcadie », dans P. Darcque, R. Ėtienne, A.-M. Guimier-Sorbet (...)
  • 14 . M. E. Voyatzis (n. 1).
  • 15 . B. Forsén, « Sacred Topography and Identity in Arcadia », dans A. H. Rasmussen, S. W. Rasmussen e (...)

8Enfin deux articles de l’auteur concernent la répartition des lieux de culte sur le territoire12 et en particulier le cas des sanctuaires périurbains13. Le contexte politique est analysé par M. E. Voyatzis14 (développement des temples en relation avec la formation des différentes communautés arcadiennes). B. Forsén étudie les sanctuaires urbains, suburbains et extra urbains d’Aséa, de Tégée, de Mantinée et d’Orchomène et s’interroge à leur propos sur le moyen de marquer l’identité des cités, mais aussi des communautés qui ont précédé les cités15.

Le nord de l’Arcadie (Azanie) et les cantons occidentaux

Sanctuaires de Phénéos

  • 16 .  Chronique des fouilles en ligne du BCH : http ://chronique.efa.gr, 2015, n° 5051. Voir aussi ÖJh (...)

9Dans l’enceinte, sur la pente Est de l’acropole, K. Kissas a trouvé en 2015 un sanctuaire dédié à une divinité féminine16 : il s’agit d’une structure rectangulaire de 15,5 m × 4 m, avec deux phases de construction, aux époques archaïque puis classique. De la seconde phase date une base en pierre monolithe pour une statue de culte. Le matériel votif est nombreux pour les deux périodes : céramique de qualité, figurines féminines en terre cuite et protomés, phiales en bronze, épingles, fibules, ornements de vêtements.

Le sanctuaire d’Asklépios (fig. 1)

  • 17 . K. Kissas, T. Mattern, « Das Asklepieion von Pheneos », AntWelt 2016/3, p. 55-62. Voir aussi J. W(...)

10L ’Asklépieion, situé sur la pente Sud de l’acropole, dans la ville basse, est étagé sur trois niveaux. Depuis sa découverte par E. Protonotariou-Deilaki dans les années 1960, la fouille a repris en 2009 par les soins de K. Kissas, Éphore de Corinthie, puis par ceux d’une équipe gréco-autrichienne17. Au-dessous de la rue, trois pièces A, B, C constituent le cœur du sanctuaire sur la terrasse médiane ; les fondations d’un autel ont été trouvées devant la pièce B. À l’Est, au niveau inférieur, les fouilleurs ont mis au jour, une terrasse rectangulaire de 23 × 25 m., bordée sur trois côtés de portiques à colonnes ioniques (à l’Est, au Nord et au Sud), à laquelle on accède par un propylon au Nord et une rampe à l’Est.

Fig. i

Fig. i

Sanctuaire d’Asklepios a Pheneos, vu du Sud-Est.

M. Jost

11K. Kissas et T. Mattern retracent l’évolution du sanctuaire. Dans une première phase, de la période classique récente jusqu’au iie s. av. J.-C., la pièce B (la pièce centrale) existait seule. Elle fut détruite et un nouvel édifice fut construit dans la fin du iie s. av. J.-C. Cette pièce B reçut le groupe cultuel d’Asklépios et Hygie découvert lors de la première fouille. Au Sud, une pièce C fut accolée à la pièce B. La pièce était fermée, sans entrée, mais avec seulement des fenêtres. Il pourrait s’agir, selon les fouilleurs, d’un hérôon. La pièce A, au Nord doit avoir comporté, à la phase II, des klinai dans sa partie Ouest. Cet ensemble fut largement détruit par un tremblement de terre et la reconstruction (phase III) n’eut lieu qu’au iiie s. apr. J.-C., ce qui explique que Pausanias n’a pas vu l’Asklépieion. C’est de cette période que date, dans la pièce du Nord (A) une base cultuelle, plus petite que dans la pièce B.

  • 18 . M. Melfi (n. 9), p. 235-243 ; A. Lo Monaco (n. 3), p. 37-45 (le sanctuaire) et p. 167-171 (le gro (...)

12M. Melfi, suivie par A. Lo Monaco18, refuse de voir dans ce monument complexe un Asklépieion. Selon elle, il s’agirait du sanctuaire de Déméter Éleusinia cité par Pausanias (VIII, 15, 1), qui ne le localise pas ; elle propose, sans argument convaincant, de voir dans le groupe cultuel les statues de Déméter et de Koré ; A. Lo Monaco pense à un groupe représentant Hadès assis, Déméter et Koré. Sans revenir sur le début de l’inscription dédicatoire du sculpteur Attalos (« Thérilaos étant prêtre d’Asklépios ») et sur la présence de l’eau à proximité du groupe cultuel, on n’oubliera pas que des instruments de médecins ont été retrouvés dans la première fouille, ainsi qu’une statuette masculine à l’omphalos, type fréquent pour Asklépios. On s’en tiendra donc à l’identification du site comme Asklépieion.

  • 19 . G. Erath, « Heiligtümer und Kulte Nordostarkadiens. Die archäologische Befund », dans Kl. Tausend(...)

13D’autres sanctuaires ont fait l’objet de prospections de surface et de propositions d’identification par Kl. Tausend et G. Erath19 :

Sanctuaire d’Artémis Pyrônia

  • 20 . G. Erath (n. 19), p. 240-242. Voir M. Moggi, M. Osanna, Pausania, Guida della Grecia, Libro VIII, (...)

14Sur le mont Chelmos, à l’Ouest de Phénéos, dans la passe dite Diaselo tou Kynigou, ils ont trouvé un édifice rectangulaire en gros blocs de calcaire non travaillés, un bâtiment trapézoïdal démembré, et des fragments de deux figurines en terre cuite Ce serait l’emplacement du sanctuaire d’Artémis Pyrônia (Pausanias VIII, 25, 9), sur la route de Phénéos à Kleitor par le mont Krathis. L ’identification des vestiges avec ceux d’un sanctuaire, comme l’identification du mont Chelmos avec le Krathis20, demanderait à être confirmée.

Sanctuaire de Déméter Thesmia

  • 21 . G. Erath (n. 19), p. 240-242.

15Près de la route qui va de Phénéos à Stymphale, à l’endroit nommé Vorros21, ont été repérées en 1996 trois colonnes disposées en triangle, qui affleurent au sol, et un bloc de pierre parallélépipédique. Il s’agirait de l’emplacement du sanctuaire de Déméter Thesmia (Pausanias VIII, 15, 4) situé à 15 stades de Phénéos, soit 2,5 km, au Nord-Est, au pied du mont Cyllène. L ’identification des vestiges avec les restes d’un sanctuaire resterait à vérifier.

La « grotte d’Hermès » sur le mont Cyllène

  • 22 . IG V 2, p. 82.
  • 23 . Voir G. Erath, (n. 19), p. 242-246 et H. Kusch, « Die ‘Hermes – Höhle’. Eines Kultstätte am Ziria (...)

16La grotte vue par H. Hiller von Gärtringen22 sur des indications remontant au xixe s. a été retrouvée par l’équipe autrichienne en 1996. Elle est située dans la partie occidentale du mont Ziria (anc. Cyllène), à une altitude de 1614 m. Une ouverture donne accès à une suite de salles qui s’enfoncent sous terre à 73 m de profondeur, sur une longueur totale de 210 m23.

17L ’usage de la grotte est attesté du début du vie à la fin du ive siècle par de la céramique et des figurines féminines en terre cuite. Des restes d’animaux calcinés y ont été retrouvés. Ces découvertes ont conduit à penser qu’il s’agirait d’un sanctuaire. Rien n’étaye l’appellation « grotte d’Hermès » qui remonte au xixe s. Des figurines avec kalathos suggèrent à G. Erath une déesse matronale : Ilithyie (cf. la naissance d’Hermès sur le Cyllène), Artémis ou Déméter. Mais elle voit aussi des liens possibles avec Pan et les Nymphes. Bref, le destinataire du culte est incertain.

Sanctuaires de Lousoi

  • 24 . V. Mitsopoulos-Leon, « Pausanias VIII, 18, 8 et les fouilles autrichiennes à Lousoi », dans P. Ca (...)

18On connaissait, depuis la fin du xixe siècle, le sanctuaire d’Artémis Héméra, établi sur un contrefort du mont Chelmos et dominant une petite plaine. Des fouilles menées par l’Institut autrichien à partir de 1999, précédées de prospections électromagnétiques, ont mis au jour le centre de la ville de Lousoi, à 1,5 km au Sud-Ouest du sanctuaire d’Artémis, au lieu-dit Stadio : il comporte un temple, un portique du iiie-iie et un oikos dit « à orthostates »24.

19Le temple, inconnu jusqu’alors, a été découvert en 2001, sur une terrasse située en amont du portique fouillé précédemment. C’est un édifice de grandes dimensions (15,80 m × 42,35 m), orienté à l’Est, périptère, avec six colonnes sur quinze. Le sèkos, large de 7,90 m et long de 34,50 m comprend d’Est en Ouest un pronaos distyle in antis, une cella oblongue avec deux pièces, l’une allongée à l’Est (15 m × 8 m, avec deux rangées de six colonnes), et l’autre carrée à l’Ouest, avec deux rangées de trois colonnes et la base de la statue cultuelle, et enfin un espace barlong à l’Ouest (adyton). Les murs du sèkos étaient en briques crues sur un socle en pierres irrégulières. Des dalles de pierres distantes de 2,90 m devaient porter des colonnes en bois, mais la péristasis demeura sans doute inachevée (fig. 2 et 3).

Fig. 2

Fig. 2

Temple périptère de Lousoi.

D’après A. G. Vlacopoulos, Αρχαιολογία Πελοπόννησος, 2012, p. 323, fig. 643).

Fig. 3

Fig. 3

Plan du temple périptère de Lousoi.

D’après G. Ladstatter, « New observations on monumental sacred architecture in Northwestern Arcadia », κύκλος / the circle. Dialogues on Greek and Roman Architecture. The Finnish Institute at Athens, 21.11.2016

20D’après la stratigraphie, le temple est à dater de la première moitié du iiie s. av. J.-C. Par ses proportions allongées, il se situe dans le même courant archaïsant que le temple d’Artémis analysé ci-dessous. Il semble d’ailleurs qu’à une date indéterminée un remaniement ait visé à déplacer le pronaos vers l’Ouest pour raccourcir la cella. Le temple fut abandonné au ier s. apr. J.-C.

21Des vestiges antérieurs au temple hellénistique ont été mis au jour sous les fondations de celui-ci : un important matériel votif archaïque et classique, la présence de nombreux fragments d’un toit d’argile archaïque et des fondations repérées au Sud de cet édifice sont sans doute à mettre en relation avec un temple archaïque précédant. Sous le temple, les fondations en pierre de deux structures à abside accompagnées d’une cruche d’époque géométrique attestent l’usage des lieux dès cette période. Enfin des tablettes en bronze portant des décrets de proxénie du ve siècle trouvées dans le temple montrent que le sanctuaire était alors au centre de la vie civique à Lousoi. On n’a aucune donnée sur la divinité qui était honorée là.

22À 25 mètres à l’Ouest du temple a été trouvé un petit « édifice à orthostates », rectangulaire (5,7 m × 8,1 m), avec un autel. Outre l’autel, de la céramique, des fragments de balsamaires, de lampes et de thymiatéria, ainsi qu’un dépôt de dix figurines en terre-cuite des ve-ive s., suggèrent une fonction cultuelle pour l’édifice. Il est divisé par un mur interne en deux pièces carrées et une pièce transversale. Orienté de la même façon que le temple, il appartient apparemment au même programme architectural et date du iiie s. ; il pourrait s’agir, selon les fouilleurs, d’un hérôon. À l’époque romaine sans doute, le « bâtiment à orthostates » reçut l’addition de deux pièces au Nord et au Sud. Sous cet édifice on a reconnu les fondations, d’une structure plus ancienne et des vases à boire d’époques géométrique et archaïque indiquent une fréquentation ancienne. Ainsi l’antiquité des cultes de Lousoi, dont témoignent maintes trouvailles de l’Artémision, se trouve confirmée par les vestiges de la ville.

  • 25 . G. Ladstätter, « Der Artemistempel von Lousoi », dans V. Mitsopoulos-Leon (éd.), Forschungen in d (...)
  • 26 . W. Reichel, A. Wilhelm, « Das Heiligtum der Artemis zu Lousoi », Öjh 4 (1901), p. 1-89.
  • 27 . Pour la statue de culte, voir V. Mitsopoulos-Leon, « The Statue of Artemis at Lousoi: Some though (...)

23Par rapport à la ville, le sanctuaire d’Artémis Héméra se trouve en situation périurbaine. À partir de 1981, l’Institut autrichien a repris l’étude du temple en marbre, qui fera l’objet d’une publication par G. Ladstätter. Dans un article préliminaire25, l’auteur date l’édifice du début du iiie s. (d’après le matériel et la forme du demi-chapiteau dorique de la cella). Il corrige la publication de Reichel et Willhelm26 sur quelques points (fig. 4). Le temple comporte un corps central allongé (10,30 m × 31,75 m) avec pronaos tétrastyle dorique in antis entre deux ailes symétriques en forme de portiques, mais au lieu d’un opisthodome symétrique du pronaos, G. Ladstätter propose un adyton fermé, plus profond que le pronaos, dans lequel on pénétrait par une porte dont la présence au fond de la cella explique la position avancée de la base pour la statue de culte27. Entre la cella et l’aile Nord l’A. exclut la possibilité qu’il y ait eu une porte et un escalier, comme au Sud. Ces ailes étaient fermées au Nord et au Sud soit par un mur plein soit, plus vraisemblablement, par des colonnes moins élevées que les supports de la cella et reliés par des parapets ou barrières. Elles devaient comporter des portes donnant sur l’extérieur. La face interne de la cella était scandée par cinq demi-colonnes doriques adossées à des pilastres.

Fig. 4

Fig. 4

Plan du temple d’Artémis Héméra à Lousoi.

G. Ladstätter, « New observations on monumental sacred architecture in Northwestern Arcadia », κύκλος / the circle. Dialogues on Greek and Roman Architecture. The Finnish Institute at Athens, 21.11.2016).

  • 28 . Pour les antéfixes, voir V. Mitsopoulos-Leon, « Athena oder Artemis? Zu einem Antefixtypus vom Te (...)

24G. Ladstätter tend à attribuer à des raisons religieuses la forme originale du bâtiment, sans toutefois préciser leur nature. Quoi qu’il en soit, sa structure garde des traits de l’architecture péloponnésienne antérieure, comme les proportions allongées du sèkos et la manière de structurer la cella (cf. Héraion à Olympie, Bassai, Némée), mais elle introduit aussi des éléments de son temps comme le type du chapiteau des cinq demi colonnes engagées dans des pilastres de la cella et l’ampleur de celle-ci (cf. le temple d’Aléa Athéna à Tégée) ; sa forme d’ensemble est unique28.

  • 29 . V. Mitsopoulos-Leon, « Votive Offerings for Artemis Hemera (Lousoi) and their Significance », dan (...)

25Parallèlement à l’étude du temple, celle du matériel, ancien et récent, a fait l’objet de plusieurs publications29.

  • 30 . Voir n. 26.

26Le nettoyage du secteur du temple jusqu’au rocher et la fouille du secteur Est n’ont pas permis de retrouver un édifice antérieur. L ’autel n’a pas été identifié. à l’Est du temple d’Artémis, un « édifice Est » est vraisemblablement un petit temple. Mal conservé, il est de structure rectangulaire (16,30 m × 7 m), avec, à l’Ouest, un vestibule profond de 2,80 m. Le mur Est ne comportait pas d’ouverture ; l’édifice était ouvert vers l’Ouest. Son mur Sud est aligné dans le même axe que la façade de l’aile Sud du temple d’Artémis. D’abord daté du vie s., l’édifice serait en définitive du ive s. (d’après un vase à vernis noir dans une couche d’argile contemporaine de la fondation). Il précédait donc le temple d’Artémis à qui il pouvait être également dédié. Il fut détruit avant la fin du ive s. Sa relation avec l’Artémision est à éclaircir. Enfin, il resterait à trouver les structures auxquelles rattacher les nombreux objets géométriques et archaïques mis au jour lors de la première fouille30.

27La vie dans le sanctuaire d’Artémis Héméra s’arrête dans la première moitié du ier s. apr. J.-C.

Kynaitha (?) : temple de Grémoulias (fig. 5)

  • 31 . Voir ÖJh 73 (2004), p. 388 ; Öjh 76 (2007), p. 431-432 ; Öjh 77 (2008), p. 430-431 et Wissenschaf (...)

28Un temple jusqu’ici inconnu a été fouillé par l’Institut archéologique autrichien à partir de 2005, au lieu-dit Grémoulias, sur le mont Chelmos, à 4 km au Sud-Est de Kalavryta et à 6 km au Nord de l’ancienne Lousoi. Le site est dans un col, à une altitude de 1200 m, sur la route de Kalavryta, l’ancienne Kynaitha, dont il pourrait être un sanctuaire extra-urbain31. Dans le secteur Nord du site, une terrasse orientée Est-Ouest (60 m × 25 m) porte un temple en pôros, dont les substructions presque complètes ont été trouvées in situ. De nombreux éléments architecturaux en place (blocs d’eunthyntéria et de toichobate) ou épars sur le site ont permis de restituer un temple dorique, périptère, avec un péristyle de 6 × 14 colonnes entourant une cella très étroite (4,5 m de largeur à l’intérieur), sans division interne. La cella n’est pas articulée sur la péristasis. Le temple, de construction très soignée, doit être de l’époque classique tardive. Par ses proportions, il s’inscrit dans la série des temples archaïsants, dont on a vu deux exemples à Lousoi, mais à l’inverse de ceux-ci, il est de plan périptère canonique. À 10 m à l’Est du temple, se trouvent, dans le même axe, les fondations d’un autel rectangulaire (4 m × 7 m).

Fig. 5

Fig. 5

Plan du temple de Grémoulias.

D’après Wissenschaftlicher Jahresbericht des Österreichischen Archäologischen Instituts [2015], I 3 Gremoulias/Kalavryta, fig. de la p. 103).

29Sur le site, plusieurs blocs de pierre peuvent être assignés à un ordre dorique de l’archaïsme récent, ce qui fait penser à l’existence d’un temple précédant l’édifice classique (cf. également le plan allongé de celui-ci). Un grand nombre d’objets votifs (des fers de lances miniature ou de taille usuelle et des figurines féminines archaïques à pôlos) a été trouvé dans le secteur de l’autel dans un contexte de sol brûlé, ainsi qu’un dépôt près de la péristasis Sud du temple : ils suggèrent qu’il y a eu un culte dès le Géométrique Récent.

30On ne peut pas dire à qui ce culte était offert. G. Ladstätter pense à Artémis, sans raison déterminante.

Sanctuaires de Psophis et de son territoire

  • 32 . G. Z. Alexopoulou, « Η Αρκαδική Ψωφίς », AAA 32-34 (1999-2001), p. 173 ; M. Pétropoulos, « Ἐρευνε (...)
  • 33 . Chr. Kardara, Ἀφροδίτη Ἐρυκίνη. Ιερὸν καὶ μαντεῖον εἰς τὴν ΒΔ’ Ἀρκαδίαν (1988). Voir une réfutati (...)

31M. Pétropoulos, après G. Z. Alexopoulou32, propose avec raison de situer le temple d’Aphrodite Éricyne (Paus., VIII, 24, 6) dans la ville de Psophis et non sur le mont Aphrodision, comme le croyait Chr. Kardara33. Ils pensent à l’emplacement du Monastère de la Dormition, auquel de nombreux blocs architecturaux sont rattachés, dont un chapiteau dorique en calcaire de plus d’un mètre de diamètre récemment trouvé lors d’un sondage.

Sanctuaire du mont Haghios Pétros (anc. mont Aphrodision)

  • 34 . Y. A Pikoulas, « “ Ἀφροδίτι Ἐρυκίνης ”: 25 χρονια μετά... Ἡ ἐπιβεβλημένη ἀναθεώρηση », Horos 14-1 (...)
  • 35 . Voir n. 33.

32Y. A. Pikoulas34 revient sur le sanctuaire fouillé par Chr. Kardara sur le mont Aphrodision et attribué par elle, à tort à Aphrodite Éricyne35. Il propose une nouvelle interprétation des restes d’édifices visibles sur le site et un plan. Selon lui, l’« autel » et la « voie sacrée » sont en réalité l’entrée dans le sanctuaire, un petit propylon dont la partie Sud constitue un mur d’analemma sur la pente du col. Le « télestèrion » était une double stoa et le « téménos » était le temple en partie préservé sous l’église moderne d’Haghios Pétros, mais non fouillé ; le temple était dorique et périptère. L ’omphalos est un thèsauros comme on en connait beaucoup. Le complexe de bâtiments à l’Est abritait des ateliers ou un xénon. Il n’y avait ni stade ni odéon. Il n’y avait pas d’oracle. D’après le matériel, le sanctuaire était sans doute celui d’une divinité féminine (Artémis ?). Sa durée de vie s’étend au moins du début de l’archaïsme à l’époque hellénistique. Sa situation dans un col à 1155 m, à la limite de partage des eaux entre Psophis et Thelpousa peut faire hésiter entre les deux cités comme propriétaire. Y. A. Pikoulas penche pour Thelpousa, tout en reconnaissant qu’il peut s’agir d’un no man’s land, un de ces interland comme on trouve souvent aux frontières.

Alipheira : sanctuaire d’Asklépios

  • 36 . S. Alevridis, M. Melfi, « New Archaeological and Topographical Observations on the Sanctuary of A (...)
  • 37 . P. Roesch, « Le sanctuaire d’Asclépios à Alipheira d’Arcadie », Bulletin de liaison de la Société (...)

33Une révision du site effectuée en 2002 par M. Melfi et S. Alévridis36 a abouti à confirmer la date du temple au ive s. (cf. le temple d’Athéna à Phigalie). Le bâtiment carré au Sud-Est de l’autel, auquel M. Melfi tend à attribuer les éléments de banquette jadis repérés par P. Roesch37, pourrait avoir eu à la fois vocation d’enkoimètèrion et d’hestiatorion, à moins que l’enkoimètèrion ne soit encore à trouver.

Sanctuaires de Phigalie

Sanctuaire de la ville

  • 38 . Une fouille de secours opérée en 1984 avait mis au jour un périrrhantérion en marbre d’époque déd (...)
  • 39 . Voir infra p. 114.
  • 40 . SEG 51, 512. Cf. l’inscription IG V 2, 421, jadis trouvée dans la chapelle Stavrouli (non loin du (...)

34Un temple d’« Athéna et Zeus Sôter » a été fouillé par X. Arapogianni, éphore d’Élide, entre 1996 et 199838 (fig. 6). Il est situé dans le secteur Sud-Ouest de la ville, sur une terrasse, au lieu-dit « Kourdoubouli ». L ’attribution repose sur une dédicace d’Évagoras à Athéna et Zeus Sôter gravée sur la base d’une statue de bronze trouvée dans la cella. La présence d’Athéna comme destinataire du culte est rendue indubitable par les trouvailles qui renvoient à la déesse39. Un décret de proxénie inédit trouvé sur le site nomme ᾿Αθηνᾶ Πολίαϛ40, ce qui permet de préciser son épiclèse. Zeus en revanche n’est pas attesté autrement dans le matériel, et le temple n’appartenait peut-être qu’à la seule Athéna Polias.

Fig. 6

Fig. 6

Temple d’Athéna Polias à Phigalie : pronaos et cella.

35Orienté à l’Est, ce temple est conservé sur trois assises de blocs en appareil isodome irrégulier. Il est de dimensions modestes (15,70 m × 7,70 m) et comporte un pronaos et une cella, à laquelle on accède par un seuil monolithique monumental. Au fond de la cella se dresse une base carrée (1,70 m × 1,64 m), qui portait la statue d’Athéna Polias. Devant la base se trouvait une table à offrandes dont on a retrouvé les deux plaques verticales ornées de pattes de lion. Le temple est daté du ive s. d’après le matériel.

36On a les vestiges d’un édifice antérieur : deux segments de mur parallèles longs de 3 m, de part et d’autre de la base de la statue cultuelle, et des fragments architecturaux retrouvés sur le site, ainsi que des blocs de pôros remployés ont sans doute appartenu à un temple qui a précédé l’édifice du ive s. Ce dernier a fait l’objet de réparations au cours des temps. Son usage est attesté encore jusqu’aux débuts de l’époque romaine.

  • 41 . X. Arapogianni (n. 38, 2002), p. 322, fig. 9.
  • 42 . SEG 47, 440.
  • 43 . SEG 47, 439 (ἄρδις désignerait l’objet en question en dialecte éléen, à moins qu’il ne s’agisse d (...)
  • 44 . X. Arapogianni (n. 38, 2002), 322, fig. 13.

37Un important matériel a été recueilli à l’intérieur et à l’extérieur du temple. Parmi les objets de bronze (vaisselle, anneaux, épingles, pointes de flèche), on remarque des plaquettes découpées, dont deux représentent Athéna avec le casque, la lance et le bouclier41, une plaque en bronze portant une dédicace archaïque à la déesse42 et une grande épingle inscrite τάθαναία ἄρδι<ν>43. Les objets en terre cuite comportent, outre des tuiles estampées au nom de la cité, des protomés féminines, des figurines (sphinx, animaux), des bobines, des pesons et un grand nombre de barques miniatures44 que l’on peut mettre en relation avec la rivière Néda, que domine le sanctuaire et à laquelle les jeunes gens consacraient leur chevelure selon Pausanias (VIII, 41, 3). Enfin, de la céramique classique a été trouvée dans le temple et dans les remblais du mur Sud.

  • 45 . Les renseignements, donnés de manière éparse par X. Arapogianni (n. 38), sont regroupés dans SEG  (...)
  • 46 . X. Arapogianni, A. P. Matthaiou, « Ἀπελευθερωτικὴ ἐπιγραφὴ Φιγαλείας », Horos 22-25 (2010-2013), (...)

38De nombreux fragments d’inscriptions datés du ve au iie s. av. J.-C. montrent la place du sanctuaire dans la vie de la cité.45. Plusieurs décrets de proxénie mentionnent des proxènes de Mégalopolis, d’Aléa, d’Aigion, de Céphalonie, du koinon lacédémonien, de Byzance et d’Éphèse, ce qui témoigne de la renommée du sanctuaire. Un texte de traité concerne les Lépréates. Les rapports de fouille parlent également de sept listes de noms, dont un acte d’affranchissement gravé sur une tablette de bronze et daté vers 460-450 (?), concernant une femme esclave (c’est la seule inscription publiée)46 ; on y lit (l. 6) ᾿Αθηνᾶ δὲ κορρα, la déesse poliade étant peut-être à l’occasion protectrice des jeunes filles. Des décrets honorifiques et des dédicaces ont encore été découverts. Ces textes, du plus haut intérêt pour l’histoire de Phigalie, mais malheureusement encore largement inédits, étaient confiés à la garde d’Athéna Polias, dont le temple était l’épiphanestatos topos de la cité, le lieu où étaient affichés les textes officiels les plus marquants.

  • 47 . R. T. Walker, Coins of Peloponnesus, The BCD Collection. Auction LHS 96, May 8-9 May, 2006, p. 39 (...)

39À l’époque de Pausanias, le temple était certainement encore visible et le culte d’Athéna était bien vivant, comme l’attestent les monnaies sévériennes à son effigie47. La banalité d’Athéna Polias n’a pas retenu l’attention du Périégète, qui était venu à Phigalie pour Déméter Mélaina (VIII, 42, 11).

Sanctuaire périurbain au lieu-dit Kato Vryssi (Phigalie)

  • 48 . Chr. Schoinas, dans AD (1989) [1995] B’ 1, p. 107.

40Le sanctuaire d’une divinité féminine, daté d’après le matériel de la fin du vie au début du ive s., a été découvert en 1989, au lieu-dit Kato Vryssi, à l’extérieur du rempart Est de Phigalie48. À l’extrémité Est du sanctuaire, une cavité rocheuse servait d’antre cultuel pour des cérémonies nocturnes : on y a retrouvé plus de 150 lampes intactes, qui datent pour la plupart de la seconde moitié du ve ou du début du ive siècle. Chr. Schoinas mentionne la présence de nombreux os de porcs soigneusement disposés à côté des lampes et peut-être liés au rituel. Le matériel comporte aussi des plaquettes en bronze et en terre cuite, des masques féminins, des couronnes votives en plomb, un petit miroir en bronze.

Sanctuaire(s) extra-urbains du mont Kôtilion

  • 49 . Cooper 1996 ; B.C. Madigan, with contribution by Fr. A. Cooper, The Temple of Apollo Bassitas, II (...)
  • 50 . Fr. A. Cooper, The Temple of Apollo Bassitas. A Preliminary Study (1978).

41Les sanctuaires du mont Kôtilion sont situés à 13 km au Nord-Ouest de la ville. Ils ont fait l’objet d’une grosse publication par Fr. A. Cooper49. Elle avait été précédée en 1978 par un volume d’étude préliminaire50 dont j’avais utilisé les conclusions. La publication définitive ajoute plusieurs données ou hypothèses.

  • 51 . Cooper 1996, p. 59-60.
  • 52 . M. E. Voyatzis (n. 4), p. 40-43. Contra Cooper 1996, p. 90.

42Fr. A. Cooper considère en premier lieu que les temples d’Apollon Épikourios/Bassitas, situés sur une plate-forme du versant Sud de la montagne, à 1150 m (lieu-dit Bassai), et les deux édifices qui se trouvent sous le sommet, dans une cuvette allongée, à cent mètres au Nord du temple (lieu-dit Kôtilon), appartiennent à un même vaste sanctuaire (750 m × 350 m), qui n’a pas de mur de péribole.51. Il s’appuie sur l’idée que le plus grand des édifices de Kôtilon, érigé en même temps que le temple I de Bassai à la fin du viie s., ferait partie du même programme architectural. M. A. Voyatzis conteste cette affirmation en s’appuyant sur une analyse d’antéfixes que Fr. A. Cooper récuse52. Bref, il est difficile de se faire une opinion.

  • 53 . Cooper 1996, p. 73-75.

43À Bassai, Fr. A. Cooper restitue quatre phases de construction53. Le temple I, au Sud du temple classique, attesté par des terre cuites architecturales, serait de la fin du viie s. ; il aurait mesuré approximativement 5,50 m × 6,50 m, comme l’édifice A de Kôtilon, et n’aurait pas compris d’opisthodome. Le temple II, construit dans le deuxième quart du vie s. sur le même site, était plus grand (24 m × 7,50 m) ; c’est celui qu’on voit sur place et que j’ai décrit dans mes Sanctuaires, avec pronaos, cella, adyton et opisthodome. Le temple III, édifié entre 500 et 475, à l’emplacement du grand temple actuellement en place, serait connu par des remplois dans les fondations du temple IV et par quelques vestiges trouvés sous sa superstructure. Il reprenait les proportions du temple II, avec l’ajout d’un péristyle. Le temple IV est le temple classique construit entre 429 et ca 400, avec une interruption entre 421 et 416 av. J.-C.

  • 54 . N. Kelly, « The Archaic Temple of Apollo at Bassai. Correspondences to the Classic Temple », Hesp (...)

44Cette séquence est mise en doute par N. J. Kelly.54 De manière plus économique, elle refuse l’idée d’un temple III, précédant le temple Iktinien (« an unecessary complication ») : les blocs remployés dans le temple classique doivent provenir du temple archaïque (II). Elle refuse aussi qu’un premier temple ait été achevé sans l’opisthodome. Selon elle, les fondations du temple archaïque ont été construites en une seule phase. Pour ce temple, elle restitue un édifice comportant un pronaos, une cella, un adyton avec porte au Sud et opisthodome réduit ; dans le sèkos, on aurait eu des colonnes de bois, dressées sur un soubassement de pierre et armant l’élévation de briques crues. Il n’y avait pas de péristasis. Le temple archaïque préfigure le temple d’Iktinos par son allongement, son orientation au Sud et ses divisions internes : le plan du sèkos du temple archaïque et celui du temple classique sont pratiquement superposables.

  • 55 . Cooper 1996, p. 98-368. Voir aussi, dans le cadre des travaux de la commission crée en 1975, pour (...)
  • 56 . Cooper 1996, p. 120-129.
  • 57 . Cooper 1996, p. 152-158. Compte rendu de F. E. Winter, Phoenix 51 (1997), p. 439 et J.-Ch. Morett (...)
  • 58 . Cooper 1996, p. 305-324.
  • 59 . Cooper 1996, p. 339-353.
  • 60 . Cooper 1996, p. 369-379 ; J.-Ch. Moretti (n. 57), p. 326-327.

45Pour le temple périptère classique55, on retiendra de la publication qu’il avait une remarquable qualité antisismique56. Il ne comportait aucun des raffinements standard (courbure du stylobate, inclinaison des colonnes vers l’intérieur, entasis des fûts). En revanche, selon Fr. A. Cooper, le plan légèrement trapézoïdal de l’euthyntéria et du sèkos comme la disposition sur des lignes paraboliques des colonnes de la péristasis seraient des « subtilités » intentionnelles, ce qui suscite le doute de F. E. Winter et de J.-Ch. Moretti57. Le naos comportait dans l’axe une colonne corinthienne libre (une nouvelle restitution du chapiteau est proposée)58. Un plafond de pierre comptait sept types de caissons, cinq en marbre et deux en calcaire, répartis par Fr. A. Cooper entre les différentes zones du temple : l’hypothèse d’une partie hypèthre est définitivement écartée59. La construction combine calcaires locaux et marbres importés. Fr. A. Cooper attribue l’ensemble à Iktinos60.

  • 61 . Madigan (n. 49).
  • 62 . B. Holtzmann, http://www.mae.u-paris10.fr/bullarchi, notice n° 1996.108.
  • 63 . I. Jenkins, D. Williams, « The Arrangement of the Sculptured Frieze from the Temple of Apollo Epi (...)

46Pour la sculpture du temple classique de Bassai, on dispose désormais du volume de B. C. Madigan, avec des contributions de Fr. A. Cooper, qui publie de manière exhaustive les décors sculptés61. Quatre sculpteurs auraient réalisé l’ensemble dans la dernière décennie du ve s. Des métopes du pronaos et de l’opisthodome il ne reste que des fragments, ce qui rend « aléatoires, selon B. Holtzmann, les restitutions ingénieuses qui en sont proposes »62. Une nouvelle disposition de la frise intérieure suggérée par Fr. A. Cooper d’après des observations architecturales est mise en doute par I. Jenkins et D. Williams63. Cette disposition se heurte, selon eux, « à de nombreuses impossibilités matérielles ».

  • 64 . U. Sinn, « Artemis in the Sanctuary on Mount Kotilion (Phigalia) » dans R. Hägg (éd.), Peloponnes (...)

47Pour les édifices de Kôtilon, on notera la proposition d’U. Sinn64 de voir dans l’édifice Sud un temple d’Artémis (dernier quart viie s.) et dans le petit édifice Nord, plus récent (déb. vie s.), un trésor. Réévaluant la place d’Artémis dans la frise de Bassai, il note que cette déesse est la seule destinataire du matériel retrouvé dans les deux édifices de Kôtilon (objets votifs féminins et deux petites effigies d’Artémis). Elle serait donc la seule déesse en ces lieux.

Sanctuaire du territoire : le temple de Périvolia, anc. Garditsa (Diasello)

  • 65 . X. Arapogianni, « Ὁ ναὸς τῶν “Περιβολίων” Φιγαλείας », AE 143 (2004) [2007], p. 41-51.
  • 66 . Voir http://chronique.efa.gr, 2009 n° 1901.

48Le temple de Périvolia, situé sur la route qui mène de Phigalie au mont Kôtilion, à 2 km au Nord-Est de Périvolia, a été découvert par Fr. A. Cooper, qui l’a nettoyé et a fait les premières constatations dès 1972. Depuis, à partir de 1990, le Service grec (VIe Éphorie) sous la direction de X. Arapogianni65, a effectué un nettoyage de tous les vestiges visibles ; les blocs ont été regroupés, après un relevé de leur emplacement, enregistrés et étudiés. Le temple, qui mesure 10,04 m × 6,67 m, était orienté à l’Est et comportait une grande cella et un pronaos distyle in antis. Il daterait de l’époque classique tardive ou de la première période hellénistique. En 2009, G. Hadzi (VIe Éphorie)66 a mis au jour la base en pierre d’une statue de culte dans le temple. L ’autel et une table à pieds de lion ont été restaurés. Des tranchées ont été ouvertes révélant un péribole ou un mur de soutènement au Nord du temple et un canal de 110 m en pierre à ciel ouvert pour l’eau. La divinité honorée reste inconnue.

La frange argolido-arcadienne et l’Arcadie orientale

Sanctuaires de stymphale

  • 67 . Schaus 2015 : le volume publie l’architecture du sanctuaire, puis le matériel par catégorie — hor (...)
  • 68 . A. K. Orlandos, Praktika 1922-1924, p. 117-123 et Praktika 1925/6, p. 134. Voir Schaus 2015, p. 1 (...)

49Entre 1994 et 2001, une équipe canadienne dirigée par H. Williams, sous les auspices de l’Institut canadien à Athènes, a fouillé un petit sanctuaire de l’acropole de Stymphale, sur une terrasse située dans le secteur Sud-Ouest de l’enceinte fortifiée. Une partie importante des résultats de la fouille est exposée dans le premier volume67 d’une publication qui en comprendra deux. Connu des voyageurs du xixe s., le sanctuaire avait fait l’objet d’un nettoyage, de relevés et de photographies par A. K. Orlandos68 qui l’attribuait à Athéna Polias en raison de la découverte, à l’extérieur du temple, d’une stèle inscrite ΠΟΛΙΑΔΟΣ, « appartenant à Polias », aujourd’hui perdue. La nouvelle fouille a apporté une meilleure connaissance du complexe religieux et un important materiel : deux statues, des figurines de terre-cuite, des monnaies, des armes, des bijoux, de la céramique et des pesons.

  • 69 . Schaus 2015, p. 12-35.

50Le sanctuaire69 enferme un petit temple (6 m × 11,5 m), un autel (1,65 m × 2,4 m), un bâtiment annexe (« édifice A ») et une structure B, en contrebas de l’autel et sans doute en relation avec lui. Édifié dans le deuxième quart du ive s. — son acmè se situe entre 340 et 270 — il fut détruit brutalement vers le milieu du iie s. av. J.-C. 

  • 70 . M. Sturgeon, « Sculpture », dans Schaus 2015, p. 36-55.

51Le petit temple, comportait une cella et un pronaos sans colonnes (fig. 7). Il avait un soubassement et des orthostates en calcaire portant un mur en briques crues ; on y accédait par un escalier de cinq marches. À l’intérieur, il y a une « base » en calcaire, décentrée vers le Nord, à côté de laquelle se trouvait un pilier rectangulaire (statue de culte ?) comparable à des piliers « aniconiques » rangés dans l’angle Nord-Ouest du sanctuaire. Deux statues en marbre ont été découvertes dans le fond du temple : une koré archaïque (ca 490-480 av. J-C.), qui tient sans doute un lièvre, et un temple boy du milieu du ive s. La koré — vestige du passé du sanctuaire — aurait été transportée dans le temple comme offrande ou comme statue cultuelle ; M. Sturgeon y voit une Artémis, déesse propriétaire du temple, tandis que le temple-boy indiquerait une divinité courotrophe70.

Fig. 7

Fig. 7

Temple de l’acropole à Stymphale, vu de l’Ouest.

  • 71 . Schaus 2015, p 29-30.
  • 72 . P. Stone, « Pottery of Building A », dans Schaus 2015, p. 193-215, en particulier p. 196.
  • 73 . L.Surters, « Loomweights », dans Schaus 2015, p.236-247.
  • 74 . Pausanias, VIII, 21, 3.

52L ’« édifice A » mesurait originellement 10,7 m (d’Est en Ouest) sur 8,8 m (du Nord au Sud) ; il comportait deux pièces en façade et une pièce allongée (« Middle room »). Une « annexe Nord » y fut ajoutée (3,45 m de profondeur), ainsi qu’une « annexe Ouest » plus petite. Les fouilleurs abandonnent l’appellation de « maison des prêtres » d’Orlandos, sans en offrir d’autre. L ’utilisation de la « Middle room » reste indéterminée (elle comportait peu de céramique)71. La pièce Sud-Est est à interpréter comme une cuisine pour préparer des repas pris soit dans la pièce de façade soit, plus vraisemblablement, sur la terrasse du temple. La pièce Nord, qui contient un foyer, pouvait servir aux membres de quelque association qui apportaient leur gobelet (il y en une grande variété)72. Quant à l’« annexe Ouest », elle devait permettre le stockage pour des ustensiles de banquet, et surtout, selon L. Surters, elle servait pour le tissage73. Dix-neuf pesons trouvés dans la même pièce seraient des objets utilitaires plutôt que de simples offrandes : l’annexe aurait contenu un métier à tisser destiné peut-être à la réalisation d’un vêtement de culte, ce qui renvoie à Athéna ou à Ilithyie (tisseuse selon un hymne d’Olen74).

  • 75 . Schaus 2015, p. 32-34.

53Entre le temple et l’« annexe Ouest » de l’« édifice A », les fouilleurs ont trouvé une rangée de cinq piliers tétragonaux « aniconiques », dont manque l’extrémité supérieure (formes de divinités ?). À l’Est des quatre premiers piliers une pierre brute à la surface supérieure plane pourrait avoir constitué une table à offrandes75.

  • 76 . H. Williams, G. P. Schaus (n. 67), p. 75-77 et Schaus 2015, p. 13. Il peut s’agir soit d’une born (...)
  • 77 . A. Young, « Jewellery », dans Schaus 2015, p. 321 n. 273.
  • 78 . D. Ruscillo, « Faunal Remains: Environment and Ritual in the Stymphalos Valley », dans Schaus 201 (...)

54Le problème de l’identification de la ou des divinités honorées dans le sanctuaire se retrouve dans toute la publication, sans qu’une doctrine s’impose. Les très nombreux bijoux, 325 pièces, surtout des boucles d’oreilles et des bagues, retrouvés dans le temple et au Sud de l’aire des piliers, suggèrent une divinité féminine. Le pilier inscrit ΠΟΛΙΑΔΟΣ a orienté H. Williams et G. P. Schaus vers une attribution à Athéna76, ce qui serait conforté, selon L. Surters, par la trouvaille des pesons. Une autre déesse doit être prise en compte, Ilithyie, qui est attestée par trois fragments d’inscriptions sur des objets77 et dont l’aspect courotrophe serait illustré par le temple boy. Artémis est aussi candidate avec sa statue au lièvre (M. Sturgeon). L ’analyse de la faune par D. Ruscillo, avec en particulier des canidés, oriente vers Artémis ou Ilithyie 78. Le nom d’Aphrodite apparaît également dans la publication. Il est possible, au vu de l’aire des piliers, que les divinités aient été multiples dans le sanctuaire. D. Ruscillo en arrive à l’idée consensuelle que selon les besoins on invoquait Athéna, Artémis, Aphrodite ou Ilithyie. Quant à savoir quelle était la divinité principale du sanctuaire, c’est impossible.

  • 79 . H. Williams et al., « Ancient Stymphalos, 1999-2002 », Mouseion 2 (2002), p. 154-155. D’autres tu (...)

55Les comptes rendus de fouille mentionnent encore l’existence d’un temple probable, mais non localisé, qu’attestent la trouvaille, lors d’un examen de surface en 2002 au lieu-dit « Monastiraki » près du village moderne, d’une série de tuiles en marbre qui s’ajoutent à plusieurs éléments d’architecture dorique déjà connus79.

  • 80 . Fl. Seiler, Die Griechische Tholos. Untersuchungen zur Entwicklung, Typologie und Funktion kunstm (...)
  • 81 . Voir aussi H. Williams et al, Mouseion 2 (2002), p. 175-177, qui pensent à une imitation d’époque (...)

56Enfin, un bâtiment situé sur une terrasse au pied de l’acropole a été considéré par Fl. Seiler comme un temple80. Long de 15,50 m., il est constitué d’une partie rectangulaire allongée distyle in antis, que prolonge une structure circulaire. Le bâtiment, qui serait de la fin du ive s., est unique. La proximité d’une fontaine, d’où provient une statuette d’Artémis, suggère à Fl. Seiler qu’il s’agit d’un temple de cette déesse. La fonction de l’édifice comme temple est possible, mais rien n’indique le nom du destinataire81.

Orchomène

  • 82 . Voir A. V. Karapanagiotou, Ορχομενὸς Αρκαδίας. Οδηγός αρχαιολογικού χώρου (2014). Pour le temple (...)

57Signalons les travaux de la Ve Éphorie, qui ont redonné vie au site jadis fouillé par Blum et Plassart, en redégageant les vestiges antiques et en les présentant de manière claire et agréable82.

Mantinée et les sanctuaires de Gortsouli

  • 83 . Voir A. V. Karapanagiotou, Μαντίνεια. Αρχαιολογικὸς οδηγός (2015).

58À Mantinée, de même, les travaux de la Ve Éphorie ont, entre autres, remis au jour, entre 2007 et 2013, les temples de l’agora fouillés par Fougères, qui bénéficient maintenant d’une présentation lisible pour le visiteur83.

Sanctuaires de Gortsouli

  • 84 . Jost 1985, p. 137.
  • 85 . Th. Karaghiorga-Stathakopoulos, « Η Μαντινικὴ Πτολίς », dans Acts of the Fourth International C (...)

59La colline de Gortsouli se dresse à 1 km au Nord de Mantinée. Haute de 112 m et étendue sur 800 à 1000 m d’Ouest en Est, elle a un sommet plat, des pentes douces propices aux terrasses. Elle se prête donc à recevoir un établissement, contrairement à ce que je suggérais dans mes Sanctuaires84. L ’identification avec Ptolis, l’ancienne Mantinée que Pausanias (VIII, 12, 7) situe sur la route d’Orchomène est ainsi possible. Elle est adoptée par Th. Karaghiorga, qui a fouillé un sanctuaire sur la pente Ouest du site en 1962 et y a fait, en 1989 et 1990, une série de sondages permettant de préciser l’histoire du site85.

  • 86 . Autre interprétation des vestiges chez A. Mazarakis-Ainian, From Rulers’ Dwellings to Temples. Ar (...)
  • 87 . Th. Karaghiorga-Stathakopoulos 1992-93 (n. 85). Ead. 2001 (n. 88).

60Le premier état (A) est daté du milieu du viie s. ; il a été remplacé dans le troisième quart du vie s. par un édifice (B) : un oikos (env.14,60 m × 4,65 m) avec prodomos et adyton, qui a été fréquenté jusqu’au iiie s. av. J-C.86 Le riche matériel (statuettes féminines en terre cuite en grand nombre, péplophore en bronze, épingles, anneaux) indique une divinité féminine. Th. Karaghiorga a d’abord pensé à Artémis, avant de suggérer une déesse locale, spécifiquement mantinéenne, version d’une primitive Déméter arcadienne87. On ne saurait décider.

  • 88 . Th. Karaghiorga-Stathakopoulos, « Οι κόρες της Μαντινείας », AD A’(Meletes) 56 [2001]), p. 127-15 (...)

61L ’intérêt de ce sanctuaire réside surtout dans son matériel, qui a fait l’objet de deux articles de Th. Karaghiorga, avec de nombreuses illustrations88. Les figurines en terre cuite féminines, dont elle donne une sélection, sont debout en position frontale, les bras le long du corps, habillées d’un péplos et coiffées d’un pôlos et d’une couronne ; elles peuvent atteindre jusqu’à 30 cm. Datées de la seconde moitié du vie s., ce sont des œuvres d’un art local qui subit des influence argiennes, laconiennes et corinthiennes et qui s’apparente à la grande sculpture. Un article sur la communauté mantinéenne fournit quatorze planches de céramique, épingles, anneaux, plaques en bronze, bijoux, terres cuites dédaliques, miroir, statuette de péplophore en bronze du milieu du ve s., qui illustrent l’essentiel du matériel.

  • 89 . Th. Spyropoulos, dans AD 37 (1982) [1989], p. 119-120.

62Au sommet de la colline, Th. Spyropoulos a dégagé un temple archaïque89 conservé jusqu’à 1 m de hauteur, avec un pronaos et un naos profond. Des éléments de métal, des figurines en terre cuite et de la céramique archaïques ont été trouvés lors de la fouille.

63En l’absence de vestiges d’un habitat et au vu des traces abondantes de vie religieuse dispersées sur la colline, Th. Karaghiorga fait l’hypothèse qu’elle était réservée au culte. Ses sanctuaires auraient été le « foyer commun » des citoyens de l’État mantinéen avant le synœcisme de la cité. En fait, la fonction du site en relation avec les villages mantinéens puis avec la cité de Mantinée resterait à étudier.

Sanctuaires et Temples de Tégée

Le sanctuaire d’Athéna Aléa

  • 90 . K. Ødegärd, « The Topography of Ancient Tegea: New Discoveries and Old Problems », dans Østby 200 (...)
  • 91 . V. Bérard, BCH 16 (1882), pl. xiii et p. 543-549.

64À la suite des prospections magnétométriques conduites entre 2003 et 2006 par K. Ødegård90, on sait désormais que le sanctuaire d’Athéna Aléa n’était pas à l’intérieur de l’enceinte fortifiée, comme le pensait V. Bérard91, mais à l’extérieur.

  • 92 . Ch. Dugas, J. Berchmans, M. Clemmensen, Le sanctuaire d’Aléa Athéna à Tégée au ive siècle (1924), (...)
  • 93 . E. Østby, « The Archaïc Temple of Athena Alea at Tegea », OpAth 16 (1986), p. 75-102 et, pour un (...)

65Des travaux menés entre 1978 et 1983 et publiés en 1986 ont conduit E. Østby à identifier les restes du temple archaïque : les alignements de blocs visibles à l’intérieur du temple classique n’appartiennent pas aux restes d’une église byzantine, comme le croyait Dugas92, mais plutôt à ce temple. Une ligne de fondation devant le pronaos du temple classique, deux fondations parallèles à l’intérieur du pronaos et de la cella et une fondation devant l’opisthodome lui appartiennent (fig. 8). Plusieurs blocs en place et de nombreux blocs remployés dans les fondations et le stylobate du temple classique ont permis à E. Østby de proposer une restitution de l’édifice93 (fig. 9). Le temple serait de la seconde moitié du viie siècle et vraisemblablement d’ordre dorique (voir un fragment de chapiteau en pierre qui a dû remplacer un chapiteau en bois). De sa structure seule demeure la cella, qui mesurait approximativement 37,80 m sur 10 m. Cette cella, dont le mur était fait de briques crues sur des orthostates en calcaire, s’ouvrait à l’Est sans pronaos ; elle se terminait par un adyton à l’extrémité Ouest et avait sans doute une porte latérale au Nord. Elle comportait une nef centrale (les deux colonnades intérieures n’avaient probablement qu’un seul niveau, d’où un toit bas et peu incliné) et deux nefs latérales, dispositif dont elle est le premier exemple. E. Østby fait l’hypothèse d’une péristasis dont le dispositif est inconnu. Au stylobate, le temple pourrait ainsi avoir mesuré 48,50 m à 50 m sur plus de 16 m.

Fig. 8

Fig. 8

Fondations du temple archaïque de Tégée à l’intérieur du temple classique, vues de l’Ouest.

Fig. 9

Fig. 9

Plan du temple archaïque de Tégée (en gris, le temple classique).

D’après Tegea 1, pl. 1

  • 94 . Voir K. Ødegärd, « Urban planning in the Greek motherland: late archaic Tegea » et, pour le synœc (...)

66Selon l’archéologue, la construction d’un grand temple à la fin du viie siècle demandant la mise en œuvre de toutes les ressources d’une communauté, il serait possible que le synœcisme des neuf dèmes de Tégée remonte à cette fin du viie siècle94. Il précéderait d’un demi-siècle la création d’un centre urbain au milieu du vie siècle et coïnciderait avec la paix avec Sparte.

  • 95 . Østby 2014 [a] et 2014 [b].

67Entre 1990 et 1994, un programme de recherches, qui réunissait, sous la direction d’E. Østby, l’Institut norvégien, l’Institut suédois et les Ecoles françaises et italiennes d’archéologie, ainsi que l’Université de l’Arizona (USA) et les archéologues grecs Th. Spyropoulos et A. Délivorrias, a abouti à la publication de deux volumes exhaustifs tant pour la stratigraphie que pour l’étude des monuments et celle du matériel — y compris palynologique95.

  • 96 . E. Østby (n. 93) dans Østby 2014 [a], p. 1-35, fig. 10. Très nombreuses études préliminaires que (...)

68La fouille à l’intérieur des temples archaïque et classique96 a montré que dès la seconde moitié du xe s. on commence à avoir dans le matériel des indications sûres d’un culte. Un bothros a été trouvé dans le pronaos du temple du ive s. Il contient de la céramique protogéométrique et géométrique, qui date les débuts d’un sanctuaire à ciel ouvert, ainsi que des objets de métal et de terre cuite et quelques ossements animaux. Le sanctuaire de Tégée est ainsi l’un des plus anciens lieux de culte péloponnésiens.

69Dans la seconde moitié du viiie s., le bothros est abandonné et un atelier de métallurgie se développe au-dessus. En arrière, à l’Ouest, sont construits successivement deux temples orientés à l’Est, dont les techniques archéologiques modernes ont permis une étude particulièrement fines. L ’« édifice 2 » date de la fin du viiie s. et l’« édifice 1 » du début du viie siècle. Les deux édifices sont de forme absidale ; le plus ancien mesure 1,70 m sur à peu près 3 m ; le second, qui est autour du premier, fait 12 m sur 4 m (fig. 10). La technique pour les murs était celle du clayonnage. Il n’y avait pas de socle de pierres, seulement un lit de galets et de graviers pour le drainage. Ces murs peu solides étaient confortés par des poteaux de bois.

Fig. 10

Fig. 10

Plan des temples géométriques de Tégée, à l’intérieur du temple archaïque.

D’après Tegea 1, p. 50, pl. 1

  • 97 . Østby 2014 [a], p. 31-35. Les colonnades centrales du temple archaïque laissaient libre l’espace (...)

70La fonction exclusivement cultuelle de ces édifices est assurée par le matériel votif et l’absence de foyer domestique. Une abondance de vaisselle à boire et de restes d’animaux seraient des offrandes faites après des banquets tenus à l’extérieur. Il semble que l’intérieur n’était pas accessible (sauf au prêtre ?) et il n’y avait pas de statue de culte (peut-être un symbole aniconique qu’indiqueraient des trous). L ’autel aurait été à l’angle Nord-Est du temple archaïque, où on a relevé une forte concentration de matériel votif. L ’édifice le plus récent fut détruit vers 680-670 av. J.-C., mais les lieux ne furent pas abandonnés et plusieurs indices permettent de restituer un temple « intermédiaire » construit au milieu du viie s.97.

  • 98 . M. Voyatzis (n. 4), p. 62-218.
  • 99 . Østby 2014 [a], p. 197-546 et Østby 2014 [b], p. 109-288.

71Le matériel correspondant au temple archaïque trouvé lors de la fouille de Dugas a fait l’objet d’une étude par M. E. Voyatzis publiée en 199098. Pour le matériel issu des fouilles récentes, on consultera la publication détaillée de Tegea I et II (céramique et petits objets)99.

  • 100 . J. Pakkanen, The Temple of Athena Alea at Tegea. A Reconstruction of the Peristyle Column (1998).
  • 101 . J. Pakkanen, « Observations on the reconstruction of the Late Classical temple of Athena Alea », (...)

72Le programme de recherches de l’équipe internationale dirigée par E. Østby s’est aussi attaché à l’étude du temple classique qui a remplacé le temple archaïque détruit en 395/4 av. J.-C. par un incendie (Pausanias VIII, 45, 4). Il s’agissait d’affiner les observations de Dugas, Berchmans et Clemmensen. J. Pakkanen, qui a reconsidéré le péristyle du temple à l’aide de moyens informatiques et statistiques100, complète leur publication en indiquant quelques précisions101 : pas d’inclinaison des colonnes vers l’intérieur ; les courbures vont des fondations à l’entablement ; entasis de 11 mm à mi-hauteur des colonnes ; podium sous les demi-colonnes de la cella, porte Nord avec un linteau porté par deux pilastres à chapiteau.

  • 102 . M. E. Voyatzis, « The objects of the northern sector », dans Østby 2014 [b], p. 242-243 et les co (...)

73E. Østby a étudié les entraxes de la colonnade Est, avec une « double contraction angulaire » pour mettre en valeur l’entrecolonnement central. Les colonnes devaient atteindre 9,58 m. Au Nord, les fondations de la rampe ne correspondent pas un accès secondaire (le secteur Nord était peu utilisé102), mais à une terrasse avec vue sur la cité et la fontaine sacrée.

  • 103 . Østby 2014 [b], p. 341-348.

74Enfin, l’archéologue replace le temple classique dans le temps. Il est clair que le temple archaïque a dicté la forme allongée de celui-ci : la longue péristasis entraîne la présence d’un opisthodome — dont E. Østby revoit la profondeur — qui est un peu démodé au ive s. Les volumes extérieurs du temple sont dans la tradition péloponnésienne d’Olympie, mais la richesse décorative de l’intérieur et les partis qui y sont adoptés (demi-colonnes corinthiennes sur un podium contre les murs) sont résolument modernes Ces caractères conduisent E. Østby à dater le temple du troisième quart du ive s. L ’auteur pourrait être Skopas103.

  • 104 . K. Ødegård, ArchRep 2000-2001, p. 32 (Norwegian Arcadia Survey). Ajoutons que le stade partait du (...)

75Lors de la campagne de prospection sur l’aire de la cité, des blocs de construction et une prospection au géoradar suggèrent l’emplacement d’un temple inconnu jusque-là, près du village d’Épiskopi, à 600 m à l’Ouest de l’agora. Les fondations seraient d’environ 16 m × 26 m. On ne peut déterminer sa date104.

Sanctuaire extra-urbain d’Haghios Sostis

  • 105 . A. V. Karapanagiotou, I. K. Leventi, « The Terracota Figurines from Haghios Sostis Sanctuary at T (...)

76A. V. Karapanagiotou et I. Leventi ont mis sur pied un projet pour étudier l’ensemble du matériel recueilli lors de fouilles des xixe et xxe s. sur la colline d’Haghios Sostis et conservé aux musées de Tégée (qui fait l’objet d’une nouvelle présentation) et de Tripolis105.
Il s’agirait du sanctuaire de Déméter et Koré de la Périégèse de Pausanias (VIII, 53, 7). Ce sont des figurines de terre cuite féminines pour l’essentiel, mais aussi des statuettes de bronze, lampes, vaisselles, tuiles inscrites aux noms de Koré, d’Asklépios et de Tyché, reliefs, céramique. Le matériel semble s’étendre du viie s. à l’époque hellénistique.

La Mégalopolitide

  • 106 . Y. A. Pikoulas, Ή Νότια Μεγαλοπολιτὴ Χώρα, ἀπό τον 8° π.Χ. ὢς τόν 4° μ. Χ. αἰώνα (1988), p. 63-64 (...)

77Un Survey mené par Y. A. Pikoulas entre 1980 et 1984 dans l’ensemble de la Mégalopolitide106 a abouti à quelques propositions pour la localisation de sanctuaires : à Aï Ianni de Manari (n° 16) et Aï Ianni d Anémodouri (n° 63), sanctuaire d’Apollon Kéréatas (Pausanias VIII, 34, 5) à côté de Tourkoleika (n° 109), temple d’Haghia Marina à Périvolia (n° 44).

Parrhasie

Sanctuaire de Despoina à Lykosoura

  • 107 . M. Jost, J. Marcadé, M. Sève et al, « Rites, cultes et religion : le site de Lykosoura », Ktèma 3 (...)

78Une Journée d’études tenue à Nanterre le 20 novembre 2006 sur Lykosoura107 a donné lieu à la plusieurs articles ayant trait à l’architecture et à la sculpture sur le site.

  • 108 . M.-F. Billot, « Le temple de Despoina » (n. 107), p. 135-180.

79Le temple de Despoina est étudié par M.-F. Billot108 qui décrit les vestiges de cet édifice dorique, prostyle hexastyle avec crépis « contractée », un vestibule de style ionique et une cella réduite dotée d’une immense effigie. Elle note que le dispositif de la façade s’inscrit dans un groupe cohérent d’édifices datés entre 360 environ et 270 ; elle compare les proportions et l’élévations des colonnes avec celles de quelques temples doriques du troisième quart du ive ou de la première moitié du iiie s.Ces éléments la conduisent à dater le temple dans le premier quart du iiie siècle. Des réfections augustéennes ont concerné les frontons et la couverture.

  • 109 . A.-M. Guimiers-Sorbets et A. Panagiatopoulou, « La mosaïque du temple de Despoina à Lykosoura » ( (...)

80La mosaïque de sol, dégagée par l’Éphorie de Sparte en 2004, est étudiée par A.-M. Guimiers-Sorbets et A. Panagiotopoulou109. Les comparaisons effectuées avec d’autres pavements et les techniques employées incitent à la dater de la seconde moitié du iiie s. et au plus tard au début du iie s.

  • 110 . Pour l’épineux dossier épigraphique du sculpteur Damophon de Messène, auteur du groupe cultuel, v (...)
  • 111 . J. Marcadé, « À propos du groupe cultuel de Lykosoura » (n. 107), p. 111-116.
  • 112 . Y. Morizot, « La draperie de Despoina » (n. 107), p. 201-209.

81Pour le groupe cultuel110, J. Marcadé fait une étude « objective » en évoquant la technique avec pièces de marbre recreusées et ajustage de tenons, de taille variable, simples et à gradins dans des mortaises ad hoc pour fixer des éléments rapportés111. Il pense sinon au ive s. « du moins à la première moitié du iiie siècle, où les réminiscences parthénoniennes dans les attitudes des déesses assises seraient combinées avec des expériences techniques préludant aux innovations proprement hellénistiques ». Y. Morizot, à propos de la draperie de Despoina, envisage une date dans le iiie ou le début du iie s.112.

  • 113 . M.-Chr. Hellmann, « Le Mégaron de Lykosoura » (n. 107), p. 181-190.
  • 114 . Voir déjà Jost 1985, p. 177. Les gradins, qui peuvent avoir constitué un théâtron (outre leur rôl (...)
  • 115 . L ’A. admet également (p. 190) qu’« une datation dans le premier quart du IIe s. est tout à fait (...)

82Le Mégaron, mentionné par Pausanias (VIII, 37, 8), est étudié par M.-Chr. Hellmann113. Elle commence par assurer l’identification du monument : il s’agit du bâtiment qui suit la pente de la colline à quelques dizaines de mètres au Sud-Est du temple, et non de la cavité située sur la colline au-dessus des gradins qui longent le temple114. Le Mégaron est composé de deux parties : un portique, fermé par des murs d’orthostates sur une hauteur de 2,45 m, surplombait un enclos encadré par des escaliers latéraux, le tout agencé de sorte que les cérémonies et les sacrifices offerts dans l’enclos puissent rester secrets. Au total, « on ne connaît pas de parallèle à ce curieux dispositive », destiné à des cérémonies à mystères. Pour dater l’édifice, M.-C. Hellmann recourt à des comparaisons avec les monuments de Mégalopolis dont les équipes d’artisans peuvent avoir été les mêmes. L ’emploi exclusif de crampons-griffes rend vraisemblable une date après 250. Les demi-colonnes du portique évoquent celles du proscenion d’Aigira (milieu iiie s.). Une datation après le milieu du iiie s. est proposée115.

83Devant la divergence des opinions sur la datation du sanctuaire, on ne peut que souhaiter une reprise des travaux archéologiques à Lykosoura.

Temple d’Ano Melpeia, Pétroula

  • 116 . X. Arapogianni, « Ἀνασκαφὴ στὴν Ἄνω Μέλπεια Μεσσηνίας », AE 149 (2010), p. 249-258. Voir
    http://c (...)
  • 117 . D. G. Romano, M. E. Voyatzis, « Preserving Ancient Arcadian Heritage: Proposal for an Archaeologi (...)

84Au Sud de Lykosoura, à 7 km au Nord d’Ano Melpeia, les archéologues, sous la direction de X. Arapogianni (VIIe Éphorie), ont repéré en 1995, à l’occasion de la démolition d’une chapelle de Saint-Élie, les restes d’un temple sur la colline de Pétroula116. Les fondations sont conservées sur trois côtés (22,70 m × 11,70 m). Le matériel trouvé dans des sondages indiquerait une date de la fin du vie s. ou du début du ve (pointes de lances en fer, abondante céramique, dont un fragment de phiale portant l’inscription ΑΝΕΘΕΚΕ, figurine de guerrier en bronze avec une lance, bracelet et divers objets en bronze). De nombreux blocs d’architecture dorique en calcaire remployés dans la chapelle ou visibles alentour suggèrent une réfection du sanctuaire au ive s. La dédicace ne permet pas de nommer le propriétaire du temple. D. G. Romano et M. E Voyatzis proposent, sans argument décisif, de rapprocher le temple de Pan Nomios mentionné par Pausanias (VIII, 38, 11)117.

Sanctuaires du mont Lycée

85Le Mt Lykaion Excavation and Survey Project s’est mis en place pendant les étés 2004 et 2005 ; des investigations préliminaires à la fouille ont été menées alors, sous la direction de D. G. Romano et de M. E. Voyatzis de l’Université de Tucson (Arizona), en collaboration avec la Ve Éphorie. De 2004 à 2010 a eu lieu un Survey topographique et architectural informatisé du sanctuaire de Zeus Lykaios sur le sommet Sud (mont Saint-Élie, à 1383 m) et sur le plateau inférieur du Lycée. Il a été accompagné, au cours des étés 2006 à 2010, de fouilles dans les parties supérieures et inférieures du sanctuaire. Les années 2011 à 2014 ont été consacrées à l’étude du matériel. Les fouilles ont repris en 2016 et se poursuivent.

  • 118 . D. G. Romano, M. E. Voyatzis, « Mt. Lykaion Excavation and Survey Project, Part 1: The Upper Sanc (...)

86Les recherches ont d’abord concerné l’autel de cendres au sommet Sud du mont Lycée118. À côté des anciennes fouilles de K. Kourouniotis, deux nouvelles tranchées ont été ouvertes : la tranchée Z, entre 2007 et 2010, puis en 2009 et 2010, la tranchée ZZ. Dans la tranchée Z (Z3), on retiendra la présence d’une zone de combustion intense où des sacrifices animaux ont dû prendre place à partir du xe s. et jusqu’aux époques archaïque et classique. Dans la tranchée ZZ, de gros blocs peuvent avoir été mis en place comme mur de retenue des cendres accumulées sur l’autel après des siècles d’utilisation, lors d’une réorganisation à partir du milieu du viie s. ; on note aussi une forte concentration de pierres craquelées par le feu en lien avec de la céramique et des offrandes archaïques. De nombreuses tuiles corinthiennes (du milieu ve s.) et laconiennes suggèrent qu’il y a eu sur le site deux petits édifices. Mais le plus neuf réside dans le matériel.

87La céramique recueillie au cours de la fouille est attestée sans interruption du Néolithique final à la fin de l’époque classique. Il y a des signes d’activité au Néolithique final, à l’Helladique Ancien et à l’Helladique Moyen. L ’époque mycénienne fournit une céramique abondante (en particulier des kylikes) à l’HR IIB et HR IIIC. Viennent ensuite de la céramique submycénienne et de la céramique protogéométrique, incluant des productions messénienne et laconienne des « Dark Ages » ; enfin, la séquence stratigraphique apporte de la céramique protogéométrique, archaïque, classique. Depuis l’HR II B, la céramique a été trouvée en même temps que des fragments d’os d’animaux (fémurs, rotules et queues de moutons et de chèvres), ce qui témoigne d’un usage continu de l’autel de cendre à des fins cultuelles au moins depuis l’HR II B jusqu’à l’époque classique tardive. Les offrandes des ve et ive s. sont encore nombreuses ; au iiie s. il y a peu de traces d’activité.

  • 119 . Voir M. B. Cosmopoulos, « Lieux de mémoire mycéniens et la naissance des sanctuaires grecs », RA (...)

88La continuité de culte de l’Helladique Récent à la période classique tardive est particulièrement remarquable : l’activité cultuelle va du xvie s. jusqu’à la période hellénistique. C’est un des rares sites en Grèce, avec Kalapodi, à offrir une telle séquence119. Les origines du sanctuaire sont ainsi antérieures à celles d’Olympie.

89À la céramique s’ajoute la découverte de nombreux petits objets qui sont des offrandes cultuelles. Des figurines en terre cuite et un sceau en cristal de roche datent de l’âge du Bronze Récent. Quarante chaudrons miniature en bronze sur trépied vont du xe au viis. ; une main en bronze tenant le foudre provenant d’une statuette est de l’archaïsme récent. Le matériel en plomb comporte des couronnes (viie s.) et un kouros miniature (fin viie s.). De nombreux objets en fer ont également été découverts, comme des double-haches (âge du fer ancien), deux broches, un couteau, des épingles et des bagues. On a aussi trouvé des perles en os, des lampes en terre cuite, des fragments de vaisselle de verre, des outils en pierre et trente-trois monnaies.

  • 120 . Voir B. Starkovitch dans l’appendice 5 (faunique) de D. Romano, M. E. Voyatzis (n. 116), p. 646. (...)
  • 121 . Ajoutons qu’au cours de la campagne 2016 une tombe humaine a été découverte, près du sommet de l’ (...)

90Au total, comme le soulignent D. G. Romano et M. E. Voyatzis, il apparaît que l’intuition de Mylonas sur un sanctuaire mycénien au sommet du mont Lycée était juste : le nombre de vases à boire suggère la tenue de festivités sur le site et les analyses des restes de faunes120 laissent penser que l’on pratiquait le rite de la thusia, ce qui fait du Lycée un site crucial pour l’histoire de ce rite ensuite attesté jusqu’à la fin de l’époque classique121.

  • 122 . D. G. Romano, M. E. Voyatzis, « Mt. Lykaion Excavation and Survey Project, Part 2: The Lower Sanc (...)
  • 123 . Un sanctuaire de Pan mentionné par Pausanias (VIII, 38, 5) n’est pas sûrement localisé Un mur dég (...)
  • 124 . Ce bâtiment administratif est le « xénon » de Kourouniotis. U. Sinn, « Die Ἱερὰ κορυφή der Arkade (...)

91Sous le titre « The Lower Sanctuary »122, D. G. Romano et M. E. Voyatzis étudient les annexes au sanctuaire qui se trouvent à 200 m sous l’autel (Kato Kambos)123. Elles avaient pour l’essentiel été exhumés par Kontopoulos et Kourouniots : on voit un portique, qui doit dater de la période classique récente, des sièges ou degrés ( ?) pour des spectacles ( ?) à une vingtaine de mètres au Nord de la stoa, une fontaine, un bâtiment dévolu à l’administration du sanctuaire et des concours124, un corridor qui mène du bâtiment administratif au stade, un hippodrome, un stade et des installations de bain. L ’étude topographique et archéologique du site a montré que l’hippodrome et le stade étaient construits comme deux parties d’un tout : le dromos du stade a été trouvé à l’intérieur des limites de l’hippodrome, ce qui est un cas unique de cette configuration.

92Les premiers témoignages d’activité datent du viie s. (céramique). Un vaste programme de constructions a lieu au 2e quart du ive s., en relation avec la fondation de Mégalopolis : tous les édifices du plateau inférieur ont été construits en une seule phase, que suit une période d’activité continue jusqu’au ier s. av. J.-C. Une grande quantité de céramique hellénistique moulée découverte dans le corridor indique une activité intensive entre les iiie et ier s. av. J.-C.

Sanctuaire de Liakos

  • 125 . Y. A. Pikoulas, « Ἔρευνες στὸ ανατολικὸ Λύκαιo », dans ARKADIA. Συλλογή μελετων (2002), p. 449-45 (...)
  • 126 . Y. A. Pikoulas (n. 125), p. 452-453.
  • 127 . Voir Jost 1985, p. 185-187.

93L ’identification par Kourouniotis des ruines trouvées au lieu-dit « Sta Marmara », sur la petite colline de Liakos, à quelques cinq kilomètres au Sud-Est du sanctuaire de Zeus, avec Krétéa et le sanctuaire d’Apollon Parrhasios (Pausanias, VIII, 38, 2 et 8), est reprise à son compte par Y. A. Pikoulas125. Il tire argument de l’absence d’autre endroit connu où les situer (il fait cependant état d’un sanctuaire sur l’éperon rocheux de Haghios Psilos Giorgos à l’Est du mont Lycée)126. On souhaiterait pour étayer l’identification quelque argument positif ; Y. A. Pikoulas cite IG V 2, 444c, qui comporte la mention d’un Pythion à rapprocher du texte de Pausanias donnant à Apollon Parrhasios l’appellation de Pythios. Mais ce texte d’un règlement de litige entre propriétaires provient de la région de Karytaina et non de Liakos. On peut d’ailleurs en donner une autre lecture 127. L ’identification est donc possible, mais elle n’est pas certaine.

Sanctuaire de Bérékla

  • 128 . J. Roy, « Arkadian Religion without Pausanias. The Sanctuary at Berekla », dans P. Carlier, Ch. L (...)
  • 129 . U. Hûbinger, « On Pan’s Iconography and the Cult in the Sanctuary of Pan on the Slopes of Mount L (...)

94Sur les pentes Sud du mont Lycée, à Bérékla (auj. Néda), sans doute encore en Parrhasie, se trouve un sanctuaire de Pan fouillé en 1902 par Kourouniotis. J. Roy examine ses relations avec les communautés voisines aux frontières avec la Messénie128. Pour le matériel de ce sanctuaire, on dispose maintenant d’un très utile catalogue donné par U. Hübinger dans l’appendice à son article sur l’iconographie de Pan129.

Ménalie

Vallée d’Aséa

  • 130 . J. Forsén, B. Forsén et al., The Asea Valley Survey. An Arkadian Mountain Valley from the Paleoli (...)

95Un Survey de la vallée d’Aséa a été conduit entre 1994 et 1996 sous les auspices de l’Institut Suédois d’Athènes et de la Ve Éphorie, par J. et B. Forsén130. La prospection a permis de repérer trois sanctuaires éventuels nouveaux.

  • 131 . Forsén, Forsén (n. 130), p. 89-90. « Bâtiment » (n° 16), suivant Y. Pikoulas, qui y a trouvé des (...)
  • 132 . J. Forsén, B. Forsén et al., (n. 130), p. 26-27. La statue d’Agémo, tenue par certains pour la Mè (...)

96Le premier (S 46), situé à 1 km au Sud-Est d’Aséa, à Haghios Ioannis de Manaris au sommet d’un monticule et à proximité d’une source, est périurbain. Il s’agirait, selon les Forsén des fondations entaillées dans le rocher et des blocs de calcaire et de marbre d’un temple ( ?)131. Ce serait peut-être le temple de la Mère des Dieux cité par Pausanias (VIII, 44, 3), qui n’est en tout cas pas à localiser à Frankovryssi, mais plus au Sud du côté de Tsambouria132.

  • 133 . Forsén, Forsén (n. 130), p. 101-102 et 252.

97Sur le site périurbain S 60/35-36, la richesse du matériel et sa densité sur une surface de 25 m × 15 m (389 tessons des vie-ive s., des tuiles, 13 figurines de terre cuite et des objets de métal), indiqueraient l’emplacement d’un lieu de culte de Déméter ( ?)133.

  • 134 . Forsén, Forsén (n. 132), p. 116 ; Pikoulas n° 63 (supra p. 128).

98Enfin, à Haghios Ioannis d’Anémodourion autour de la chapelle quelques blocs antiques peuvent avoir appartenu à un temple134.

Sanctuaire d’Artémis Lykoatis a Haghia Paraskévi d’Arachamytès

  • 135 . B. Forsén, « Artemis Lykoatis and the Bones of Arkas: Sanctuaries and Territoriality », dans M. M (...)

99Le site se trouve au point le plus élevé de la passe qui sépare le bassin d’Aséa et la petite plaine d’Arachamytès, à 400 m de la chapelle Haghia Paraskévi et à 1,5 km au Nord du temple d’Haghios Élias cité ci-après. Sur la base de trouvailles de surface, une équipe finlandaise dirigée par B. Forsén a, en 2006, étudié les blocs architecturaux visibles sur le site et mené un Survey magnétométrique pour repérer les édifices enfouis. Après des sondages en 2007 et 2008, l’équipe a entrepris une fouille systématique135. Deux bâtiments rectangulaires parallèles RB I (45 m × 11 m) et RB II (32-34 m × 12-13 m) étaient visibles sur la carte magnétométrique : ils appartiennent à un même complexe, avec une cour centrale. La fouille s’est surtout attachée au bâtiment RB 1, qui a été construit au cours du IIe s. av. J.-C et détruit vers 50-25 av. J.-C. Il est composé de deux rangées de petites pièces (deux concernent le bain ; d’autres peuvent avoir servi de xénon). Il n’y avait aucun signe clair d’activité cultuelle dans le bâtiment, bien que des tuiles estampées hellénistiques au nom d’Artémis Lykoatis et de Despoina, un grand nombre de figurines en terre cuite brisées et de la vaisselle miniature indiquent qu’il était relié à un sanctuaire.

  • 136 . Un courriel de B. Forsén (23-09-2018) m’informe que l’activité cultuelle du sanctuaire est désorm (...)

100Ce sanctuaire doit être plus ancien, comme en témoignent plusieurs objets datables à partir du vie siècle : un pied d’hydrie (milieu vie s.), des épingles de fer, des couronnes en plomb ; un petit cheval en terre cuite (fin vie-déb. ve s.) et un pied de miroir en bronze (caryatide au péplos dorique des années 460), ainsi que de la céramique à figures rouges du ve s. et des monnaies de Mantinée datées entre 460 et 450 av. J.-C.136.

  • 137 . B. Forsén (1er article de la n. 135), p. 56-57 ; J. G. Frazer, Pausanias’s Description of Greece, (...)

101À défaut de localiser sûrement le sanctuaire, on en connait la/les propriétaires à partir des fragments des tuiles hellénistiques estampées Ἀρτέμιτος Λυκοάτιδος ou Δέσποινας AK [- - -], Artémis Despoina ou Artémis et Despoina. L ’épiclèse d’Artémis Lykoatis n’est connue que par le passage de la Périégèse de Pausanias (VIII, 36, 7) : « Au bas des dernières pentes de la montagne (le Ménale), il y a les traces de la ville de Lykoa, avec un sanctuaire d’Artémis Lykoatis et sa statue de culte en bronze ». Le sanctuaire d’Haghia Paraskévi d’Arachamitès appartient donc à Artémis Lykoatis et à Despoina. Il découle de cette identification assurée que la plaine ménalienne de Pausanias est la vallée d’Arachamytès et que le mont Ménale est le mont Saint-Élie (Haghios Élias) qui se dresse à 1 km au Sud du site d’Haghia Paraskévi et non la montagne qui domine la vallée de Davia, comme on le croyait depuis les voyageurs du xixe s.137.

102Resterait à localiser le lieu de culte d’Artémis. En 2014, plusieurs indices montraient que le centre des faits cultuels devait se trouver dans le secteur situé à l’Est du bâtiment RB I.

Sanctuaire du mont Saint-Élie de Kandréva (Haghios Élias)

  • 138 . J. Forsén, B. Forsén, E. Østby, « The Sanctuary of Haghios Elias-Its Significance, and Its Relati (...)

103Sous le sommet du mont Saint-Élie de Kandréva (auj. Aséa) — qui serait le mont Ménale (voir ci-dessus) — se trouve un grand temple de l’époque archaïque récente jadis fouillé par E. J. Holmberg. À l’été 1997, une campagne de fouilles et d’études y a été conduite, sous les auspices de l’Institut suédois à Athènes, par J. et B. Forsén et E. Østby138 (fig. 11).

Fig. 11

Fig. 11

Temple du mont Saint-Élie de Kandréva, vu de l’Est.

104Les fouilles ont montré qu’il y a eu un temple sur le site avant celui de l’archaïsme récent : des tuiles laconiennes (dernières décades du viie ou premières du vie s.) ont été trouvées en grand nombres, ainsi que des tuiles argiennes (après 560), ce qui fait penser à l’existence de deux édifices de culte consécutifs sur le site. Des pièces en marbre de Doliana, qui ont été retaillées comme bouche-trou dans la crépis du temple le plus récent, peuvent provenir de l’ancien.

105Un lieu de culte à ciel ouvert a dû précéder les édifices archaïques, comme l’indiquent la céramique et les objets de métal votifs du viiie-viie s., sans doute en relation avec un autel de cendres (voir les cendres, le charbon et les os d’animaux situés à 10 m de l’extrémité Est du grand temple).

  • 139 . E. J. Holmberg, A Doric Temple near Asea in Arcadia (1941), p. 6.

106Le temple de l’archaïsme récent est l’un des plus grands en Arcadie à cette époque (après Tégée). E. Østby corrige les dimensions générales données par Holmberg139 : il aboutit à 12,04 m × 29,51 m au stylobate. Il propose un plan avec 6 × 13 colonnes (et non 14), un pronaos distyle in antis et une cella sans division interne. Au-dessus du stylobate, le temple était en marbre de Doliana. Il semble que les architectes aient voulu surpasser le temple voisin du mont Boreion (Vigla) également en marbre, tout en s’en inspirant. Avec sa colonnade spacieuse et son entablement léger, l’édifice daterait d’environ 500-490 av. J.-C. Monument de prestige de vaste ampleur, il n’a pas dû être construit par une seule cité (Aséa, Lykoa ou Péraitheis). Ce pourrait être un sanctuaire régional ménalien inter-états, sans que l’on puisse préciser davantage.

  • 140 . B. Forsén (1er article de la n. 133), p. 57.

107La divinité honorée n’est pas déterminée. B. Forsén propose140 d’y voir le temple d’Athéna rattaché par Pausanias (VIII, 36, 8) à Mainalos, cité voisine de Lykoa : « Des ruines de la cité proprement dite de Mainalos subsistent encore, avec les traces d’un temple d’Athéna, un stade pour les concours athlétiques et un autre pour les courses de chevaux » : le stade et l’hippodrome se trouveraient sur les pentes Nord du mont Saint-Élie. En fait, il resterait à situer la cité de Mainalos.

Temples de Pallantion

  • 141 . E. Østby, « Templi di Pallantion », ASAtene 68-69 (1995), p. 53-93 ; E. Østby (n. 7). Ces études (...)

108Sur la petite colline de Pallantion, pas moins de quatre temples avaient été mis au jour par la fouille italienne de 1940 conduite par G. Libertini, mais les édifices n’avaient donné lieu qu’à de brefs rapports. On dispose désormais de données plus précises depuis une mission italo-suédoise dirigée par E. Østby en 1984, qui a procédé à des nettoyages et à quelques sondages et a abouti à une publication détaillée141 (fig. 12). Deux des temples étaient situés au sommet de l’acropole (B et D) et deux autres sur des terrasses de la pente Sud-Est (A et C). E. Østby, après Libertini, les attribue à un même sanctuaire, celui des Dieux Katharoi (« Purs ») cité par Pausanias (VIII, 44, 6) au sommet de l’acropole, bien qu’aucune donnée matérielle n’étaye l’hypothèse.

Fig. 12

Fig. 12

Temple du mont Saint-Élie de Kandréva, vu de l’Est.

109Le temple A, le premier pour qui monte sur l’acropole, consistait en une seule pièce légèrement trapézoïdale de 5,53-6 m × 9,10-9,35 m, sans division interne, avec des murs en blocs de calcaire supportant des assises en briques crues. L ’entrée était dans l’angle Sud-Est. L ’édifice serait du viie-vie s. Un autel de marbre a remplacé à la fin du vie s. le foyer primitif. L ’usage religieux de l’édifice est attesté par l’autel, par des figurines féminines et un « erma aniconica » ; on le rapprochera aussi des édifices protogéométriques qui pouvaient servir subsidiairement de prytanée, d’hestiatorion ou de résidence. Il a continué à être en usage après la construction des édifices suivants au ve et au ive siècle.

110Le temple B est situé au sommet de l’acropole, près des restes du mur d’enceinte fortifiée. Orienté au Sud-Est, il avait une forme rectangulaire allongée (4,45 m × 10,40 m). Les murs étaient faits de petites pierres liées par de l’argile sans autre fondation. On accède au naos par une porte latérale contre l’angle Nord et il communique par une porte décentrée avec un adyton où l’on a les fondations d’une banquette (destinée aux offrandes ?). Ce temple, qui n’a pas de parallèle exact, daterait du début du vie siècle.

111Les recherches de 1984 se sont concentrées sur le temple C, installé sur une terrasse de la pente Sud, au-dessus du temple A et sous le sommet ; orienté au Sud-Est, c’est le plus grand et le mieux conservé. Deux sondages dans le sèkos et dans le ptéron Ouest ont permis de déterminer quatre phases. Entre 650 et 550 (phase 1) : construction du sèkos, avec pavement intérieur en pierres. Ce sèkos comporte une cella allongée (5,12 m × 17,68 m), en petit appareil irrégulier posé directement sur le sol ; à l’Ouest, deux bases rondes en pierre, pour deux colonnes probablement en bois, marquent une division dans l’espace du sèkos (cf. le temple B). Devant elle une base de statue peut dater de la phase 1 ou de la phase 2. Ce dispositif annonce celui de Bassai. La phase 2, datée par quelques objets en bronze, remonte à 500-480 av. J.-C : on voit la construction de fondations extérieures pour une péristasis de 6 × 13 colonnes (11,65 m × 25,75 m) sur le modèle du temple de marbre du mont Kravari (anc. Boreion) tout proche. Mais il est clair que la péristasis ne fut jamais exécutée : aucune trace de stylobate, de colonnes ou de blocs d’élévation ne subsiste. Le projet ambitieux dut être abandonné faute de ressources et/ou à cause de la pente du terrain. Dans la phase 3, aux iii-iie s., un pavement de terre cuite fut mis en place dans la cella et le ptéroma. Enfin à l’époque romaine impériale un mur de fond Ouest adjacent au sèkos fut construit, peut-être inspiré du modèle du périptère sine postico de type italien. Il est notable que la notoriété dont jouissait Pallantion à l’époque de Pausanias (VIII, 43, 1) trouve son écho dans la vitalité de son architecture.

112Le temple D établi au sommet de l’acropole est à peu près complètement détruit. Une chapelle Haghios Ioannis a été construite au début du xxe s. sur son emplacement, réutilisant de nombreux blocs du vieux temple. Orienté au Sud-Est, comme le temple C, avec des fondations travaillées à l’identique, il pourrait faire partie du même programme. E. Østby suppose un petit sèkos D I, ultérieurement entouré, comme le temple C, d’une péristasis D 2 qui ne fut pas réalisée (elle aurait comporté cinq colonnes sur dix).

113Les plans de ces édifices de Pallantion se répartissent en deux catégories qui se retrouvent dans toute l’Arcadie : le simple oikos sans colonne (temples A, B, C 1 et D 1) et le périptère dorique représenté par C 2 et D 2, inachevés.

Megalopolis : sanctuaire de Zeus Sôter, Homarion (?)

  • 142  . H. Lauter-bufe, Das Heiligtum des Zeus Soter in Megalopolis (2009) (qui remplace les rapports pr (...)

114À Mégalopolis, des fouilles gréco-allemandes ont eu lieu de 1991 à 2003, suivies de publications. Le sanctuaire de Zeus Sôter, déjà fouillé en 1890 par les Anglais dans l’angle Sud-Est de l’agora et identifié grâce à Pausanias (VIII, 30, 10), a été remis au jour, nettoyé et étudié, après plusieurs sondages en 1992-93 (fouille du propylon Est et de la rampe en particulier)142. La structure s’en trouve précisée. Le sanctuaire couvre une aire de 55 m × 75 m. C’est un quadrilatère, auquel on accède par deux propyla, au Nord et à l’Est, qui ont une façade de temple. Il est bordé par un portique à deux nefs d’ordre dorique à l’extérieur et ionique à l’intérieur. Au centre se trouve ainsi une cour à péristyle de 24,50 m sur 24,53 m, avec un autel d’assez grandes dimensions au milieu (il n’est pas tout à fait dans l’axe du temple). Une salle de destination indéterminée se trouve à l’angle Nord-Ouest du portique. Le temple de Zeus Sôter coupe l’aile Ouest du portique. C’est un temple hexastyle prostyle, dorique, à façade « contractée » (cf. les parallèles cités par H. Lauter-Buffe).

115L ’apport essentiel est la datation de l’édifice qui serait du dernier quart du ive siècle (320-310 av. J.-C.) d’après la céramique recueillie dans les sondages, d’après les statues placées à l’intérieur du temple, imputées par Pausanias (VIII, 30, 10) à Xénophon et à Céphisodote le Jeune (il travailla dans la seconde moitié du ive ou au début du iiie s.), ainsi que d’après les ressemblances dans les modes de construction avec la stoa de Philippe qui est datée du troisième quart du ive s.

  • 143 . H. Lauter-bufe, H. Lauter, Die politischen Bauten von Megalopolis (2011), p. 96-99 et p. 104-105.

116Plus nouvelle est la découverte d’un sanctuaire civique lors de la fouille des bâtiments politiques qui bordent le côté Ouest de l’agora et ont été élevés peu après la fondation de Mégalopolis143. Au Sud des trois édifices qui forment ce que H. Lauter appelle la demosia oikia, se trouve une cour à péristyle sur laquelle ouvrent plusieurs pièces, dont l’une à l’angle Nord-Ouest a pu servir au culte d’Hestia, sur un foyer carré d’où part un canal pour l’écoulement des libations. On y a trouvé 35 tuiles dédiées par Polybe dans la fin du troisième quart du iie s., qui portent l’inscription damosioi, indiquant une commande publique.

117La cour contient une eschara, un autel-foyer, de 2,85 m × 2,95 m, faite de quatre dalles de calcaire carrées, au milieu desquelles était encastrée une dalle circulaire avec une cavité, qui peut avoir porté un récipient de métal (fig. 13). Un lot de 178 tuiles tombées avec la couverture de l’auvent du péristyle porte une dédicace de Philopoimen à Zeus, liée à une reconstruction publique de l’édifice vers 220 av. J.-C. L ’eschara devait donc appartenir à ce dieu. Les fouilleurs font l’hypothèse qu’il s’agit du Zeus Homarios que cite Polybe (V, 93, 10), lorsque, après une période de dissension au sein des Mégalopolitains en 217/6, « ils gravèrent les conditions auxquelles ils cessaient leurs querelles sur une stèle qu’ils dressèrent près de l’autel d’Hestia, dans l’Homarion ». Dans ce cas, cet Homarion ne serait pas le même que le lieu de réunion de la Ligue achéenne à Aigion appelé Hamarion par Strabon (VIII, 7, 3). Localisé à tort, selon les auteurs, en Achaïe, le sanctuaire de Zeus Homarios de Polybe se trouverait à Mégalopolis : il associait Hestia et Zeus, qui étaient sumbomoi.

  • 144 . Voir en dernier lieu l’appendice à un article arcadien de V. Tsiolis, « Regarding the so-called S (...)

118L ’édifice à péristyle semble avoir été détruit par un incendie vers la fin du ier s. av. J.-C., ce qui peut expliquer le silence de Pausanias sur ce sanctuaire civique rattaché à la vocation politique des édifices du secteur Ouest de l’agora. Un sanctuaire de Zeus est assure ; l’épiclèse Homarios reste hypothétique144.

Fig. 13

Fig. 13

Agora de Mégalopolis : « eschara » de Zeus.

Conclusion

  • 145 . Voir V. Pirenne-Delforge, dans le bilan d’un colloque tenu à Lille, dans Cl. Prêtre (n. 29), p. 1 (...)

119La période examinée se révèle très fertile en découvertes que l’utilisation de techniques modernes a permis de rationnaliser et d’intensifier. Dans l’ensemble, les archéologues sont plus prudents que dans le passé pour baptiser sanctuaire tout alignement de pierres antiques. Les Survey s’accompagnent de sondages et de fouilles qui confirment les hypothèses. L ’attribution d’un sanctuaire à une divinité précise est encore une tentation forte, à laquelle succombent les publications les plus sérieuses. Et pourtant, comme l’avait bien montré un colloque à Lille, l’étude des offrandes, si minutieuse soit elle, ne permet pas de déterminer la divinité honorée. Tout au plus arrivent-elles à cerner une sphère d’influence145. Il faut se résoudre pour le moment à conserver leur anonymat aux temples de Stymphale, du mont Aphrodsion, de Gortsouli ou aux ruines de Liakos.

120Les trouvailles des trente dernières années tendraient à prouver que l’Arcadie sans Pausanias donne plus de résultats que la recherche sur les traces du Périégète : mis à part le mont Lycée et le sanctuaire de Zeus Sôter à Mégalopolis, connus depuis longtemps, un seul sanctuaire, celui d’Artémis Lykoatis d’Arachamytès, se laisse rapprocher de la Périégèse et fournit d’intéressantes nouveautés sur la topographie de la région. Mais la plupart du temps, les vestiges étudiés sont ignorés du Périégète : Asklépieion de Phénéos, grotte du mont Cyllène, temple périptère et complexe religieux de Lousoi, sanctuaire de Grémoulias, temple d’Athéna Polias à Phigalie ou sanctuaire de Kato Vryssi à ses portes, temples de Périvolia, d’Ano Melpeia et de Bérékla, sanctuaires présumés de la vallée d’Aséa, nouveau temple de Tégée, temple du mont Kandréva. Plus d’une douzaine de temples ne sont pas identifiables à un site décrit par Pausanias. Certains n’existaient sans doute plus à son époque (Aslépieion de Phénéos), d’autres n’étaient pas sur son chemin (Grémoulias), d’autres enfin ne l’ont pas intéressé (Athéna Polias à Phigalie).

121L ’étude de ces nouveaux édifices contribue à donner de l’implantation des sanctuaires une idée plus précise : on retiendra la situation en position périurbaine du sanctuaire d’Athéna Aléa correspondant à son rôle dans l’accueil des fugitifs, la forte densité de temples dans une petite bourgade comme Pallantion, l’itinéraire de la voie processionnelle pour aller de Phigalie au mont Kôtilion en passant par Kato Vryssi au sortir de la ville, puis par Périvolia, la situation des sanctuaires de col dans un no man’s land ou interland entre deux cité (temples de Grémoulias ou du mont Aphrodision), les sanctuaires appartenant à un ensemble d’établissements (temple du mont Kandréva).

122Certains sites sont réinterprétés (sanctuaire du mont Aphrodision, édifice B du mont Kôtilion). D’autres sont publiés avec leur matériel étudié de la manière la plus précise, y compris la faune et la flore (Tégée, Stymphale). Ces éléments sont essentiels pour comprendre l’histoire des sites où apparaissent plusieurs données nouvelles. La découverte la plus spectaculaire vient de la fouille de l’autel de Zeus sur le mont Lycée où on a pu mettre en lumière une continuité de culte sans interruption de l’époque mycénienne à la fin de l’époque classique sur un site qui est indubitablement de destination religieuse. Les parallèles sont rares, mais il est sûr que les résultats du mont Lycée devront peser dans la discussion sur la question de la continuité à travers les « Dark Ages ». Des fouilles minutieuses ont révélé des édifices fort anciens sous des vestiges classiques : ainsi au mont Lycée, on l’a dit, au sanctuaire d’Arachamytès, à Lousoi où l’on remonte à l’époque géométrique dans les fouilles de la ville, à Grémoulias (Géométrique récent), de même à Bassai (temple I) ou à Kôtilon au début viie, au sanctuaire I à Gortsouli (milieu du viie s.), au sanctuaire de Tégée (culte dès la seconde moitié du xe et temples de la fin du viiie et du viie s.), au mont Saint-Élie de Kandréva (le culte pouvant remonter au viiie-viie s.), à Pallantion (édifice A du viie s.). Ainsi, l’Arcadie prend place aux côtés d’Olympie pour l’ancienneté de ses lieux de culte.

123Des études de monuments ont par ailleurs permis de préciser les dates de construction des temples de Tégée, Bassai, Pallantion, Zeus Sôter à Mégalopolis. Elles montrent aussi la vitalité des sanctuaires à l’époque hellénistique : à Lousoi on construit un temple périptère et le temple d’Artémis Héméra, à Pallantion, on offre un dallage au temple C, sans compter avec la continuation des cultes des sanctuaires anciens comme celui de Phigalie.

124L ’originalité des plans de temples, souvent expliquée auparavant par des « raisons religieuses », est aussi à revoir à la lumière des récentes études. La « rampe » Est du temple d’Athéna Aléa à Tégée n’est pas un accès à la fontaine sacrée, mais une plate-forme de destination incertaine. Plusieurs temples reprennent en fait le plan d’édifices antérieurs, qui ne sont pas encore canoniques (Bassai, Tégée avec la même entrée latérales) ou se situent dans la tradition archaïque des temples allongés (temples de Lousoi, Grémoulias, Bassai, Tégée). Tout en intégrant des éléments de modernité (intérieur de la cella à Tégée), ils comportent des éléments archaïsants. Ils font ainsi preuve d’une originalité dont les particularités peuvent relever de l’histoire de l’architecture tout autant que de données de culte souvent mal établies. Mais c’est un autre article que nécessiteraient les cultes.

Haut de page

Bibliographie

Cooper 1996 = Fr. A. Cooper (avec des contributions de N. J. Kelly), The Temple of Apollo Bassitas, 1, The architecture (1996).

Jost 1985 = M. Jost, Sanctuaires et cultes d’Arcadie (1985).

Østby 2005 = E. Østby (éd.), Ancient Arcadia. Papers from the third international seminar on Ancient Arcadia, held at the Norwegian Institute at Athens, 7-10 May 2002 (2005).

Østby 2014 [a] = E. Østby (éd.), avec les contributions de G. C. Nordquist, M. E. Voyatzis, E. Østby et al., Tegea I. Investigations in the Temple of Athena Alea 1991-94 (2014).

Østby 2014 [b] = E. Ostby (éd.), avec les contributions de H. Bakke-Alisøy, A. E. Bjune, N. Drocourt et al., Tegea II. Investigations in the Temple of Athena Alea 1991-94 (2014).

Schaus 2015 = G. P. Schaus (éd.), avec les contributions de S. Garvie-Lok, Chr. Hagerman, M. Munaretto et al., Stymphalos: The Acropolis Sanctuary, vol. 1 (2015).

Haut de page

Notes

1 . M. E. Voyatzis, « The role of temple building in consolidating Arcadian communities », dans T. H. Nielsen, J. Roy (éds), Defining Ancient Arcadia, Symposium, April, 1-4 1998, Acts of the Copenhagen Polis Center, vol. 6 (1999), p. 130-168.

2 . L. E. Baumer, Kult im Kleinen: Ländliche Heiligtümer spätarchaischer bis hellenistischerZeit, Attika, Arkadien, Argolis, Kynouria (2004).

3 . A. Lo Monaco, I crepusculo degli Achaia. Religione culti in Arcadia, Elide, Laconia, e Messenia della conquista romana ad età flavia (2009), p. 301-491.

4 . M. E. Voyatzis, The Early Sanctuary of Athena Alea at Tegea and other Archaic Sanctuaries in Arcadia (1990).

5 . F. E. Winter, « Early Doric Temples in Arkadia », Cl. Views, 35 (1991), p. 193-220.

6 . F. E. Winter, « Arkadian Temple-designs », dans Østby 2005, p. 483-492.

7 . E. Østby, « Templi di Pallantion e dell Arcadia: confronti e sviluppi », ASAtene 68-69 (1995), p. 285-391.

8 . J. W. Reithmüller, Asklepios: Heiligtümer und Kulte (2005), vol. 2, p. 189-245.

9 . M. Melfi, I Santuari di Asclepio in Grecia, I (2007), p. 210-246.

10 . J. Mylonopoulos, Πελοπόννησος οἰϰητήριον Ποσειδῶνος, Heiligtümer und Kulte des Poseidon auf der Peloponnes (Kernos Suppl. 13) (2003), p. 98-131.

11 . I. Solima, Heiligtümer der Artemis auf der Peloponnes (2011), p. 63-123.

12 . M. Jost, « The Distribution of Sanctuaries in Civic Space in Arcadia », dans S. Alcock, R. Osborne (éds), Placing the Gods. Sanctuaries and Sacred Space in Ancient Greece (1994), p. 217-230 ; 2e éd. en 1996.

13 . M. Jost, « Sanctuaires périurbains d’Arcadie », dans P. Darcque, R. Ėtienne, A.-M. Guimier-Sorbets (éds), Proasteion. Recherches sur le périurbain dans le monde grec (2013), p. 137-154.

14 . M. E. Voyatzis (n. 1).

15 . B. Forsén, « Sacred Topography and Identity in Arcadia », dans A. H. Rasmussen, S. W. Rasmussen et al. (éds), Religion and Society. Rituals, Ressources and Identity in the Ancient Graeco-Roman World. The BOMOS-Conferences 2002-2005 (2008), p. 249-258.

16 .  Chronique des fouilles en ligne du BCH : http ://chronique.efa.gr, 2015, n° 5051. Voir aussi ÖJh 83 (2014), p. 133-156.

17 . K. Kissas, T. Mattern, « Das Asklepieion von Pheneos », AntWelt 2016/3, p. 55-62. Voir aussi J. W. Reithmüller (n. 8), p. 219-224.

18 . M. Melfi (n. 9), p. 235-243 ; A. Lo Monaco (n. 3), p. 37-45 (le sanctuaire) et p. 167-171 (le groupe cultuel).

19 . G. Erath, « Heiligtümer und Kulte Nordostarkadiens. Die archäologische Befund », dans Kl. Tausend (éd.), Pheneos und Lousoi. Untersuschungen zu Geschichte und Topographie Nordostarkadiens (1999), p. 238-240, avec le résumé de Kl. Tausend, « Von Artemis zu Artemis? Die antike Weg von Lousoi nach Pheneos », ÖJh 64 1995), p. 12-16 et Kl. Tausend et G. Erath, « Ein antikes Heiligtum in der Pheneatike », ÖJh 63 (1997), p. 1-8.

20 . G. Erath (n. 19), p. 240-242. Voir M. Moggi, M. Osanna, Pausania, Guida della Grecia, Libro VIII, LArcadia (2001), p. 364 pour le mont Krathis.

21 . G. Erath (n. 19), p. 240-242.

22 . IG V 2, p. 82.

23 . Voir G. Erath, (n. 19), p. 242-246 et H. Kusch, « Die ‘Hermes – Höhle’. Eines Kultstätte am Ziria », dans Kl. Tausend (éd.) (n. 19), p. 253-261 et pl. 17.

24 . V. Mitsopoulos-Leon, « Pausanias VIII, 18, 8 et les fouilles autrichiennes à Lousoi », dans P. Carlier et Ch. Lerouge-Cohen (éds), Paysage et religion en Grèce antique. Mélanges offerts à Madeleine Jost (2010), p. 31-35 et fig. 1. Voir ÖJh 72 (2003) « Jahresbericht », p. 330 ; ÖJh 73 (2004) « Jahresbericht », p. 387 ; ÖJh 74 (2005) « Jahresbericht », p. 366 ; ÖJh 75 (2006) « Jahresbericht », p. 361 ; ÖJh 76 (2007) « Jahresbericht », p. 432-433 ; ÖJh 77 (2008) « Jahresbericht », p. 431-439. Voir aussi ÖAI, Wissenschaftlicher Jahresbericht des Österreichischen Archäologischen Instituts 2008 (2008), p. 36-37 et (2009), p. 36-37.

25 . G. Ladstätter, « Der Artemistempel von Lousoi », dans V. Mitsopoulos-Leon (éd.), Forschungen in der Peloponnes, Akten des Symposions anläßlich der Feier „100 Jahre Österreichisches Archäologisches Institut Athen“, 5.3.-7.3. 1998 (2001), p. 143-153. Voir aussi V. Mitsopoulos-Leon, « Lousoi nach Hundert Jahren », ibid., p. 131-142 (avec renvois aux chroniques de l’Öjh) ; Ead., « Artémis de Lousoi. Les fouilles autrichiennes », Kernos 5 (1992), p. 97-108. Courtes notices également dans ÖAI, Wissenschaftlicher Jahresbericht des Österreichischen Archäologischen Instituts (2013), p. 88-91 et (2014), p.87-89.

26 . W. Reichel, A. Wilhelm, « Das Heiligtum der Artemis zu Lousoi », Öjh 4 (1901), p. 1-89.

27 . Pour la statue de culte, voir V. Mitsopoulos-Leon, « The Statue of Artemis at Lousoi: Some thoughts », dans O. Palagia, W. Coulson (éds), Sculpture from Arcadia and Laconia. Proceedings of an international conference held at the American School of Classical Studies at Athens, April 10-14, 1992 (1993), p. 33-39.

28 . Pour les antéfixes, voir V. Mitsopoulos-Leon, « Athena oder Artemis? Zu einem Antefixtypus vom Tempel der Artemis in Lousoi », dans, A. Alexandri, I. Leventi (éds), Kallisteuma [Mélanges en l’honneur d’O. Tzachou-Alexandri] (2001), p. 411-424, qui développe l’article d’Hesperia 59 (1990), p. 163-166.

29 . V. Mitsopoulos-Leon, « Votive Offerings for Artemis Hemera (Lousoi) and their Significance », dans Cl. Prêtre et St. Huysecom-Haxhi (éds), Le donateur, l’offrande et la déesse. Actes du 31e colloque international organisé par l’UMR Halma-Ipel, Lille 13-15 décembre 2007, Kernos, Suppl. 23 (2009), p. 255-271. Ead., « Clay Figurines from Lousoi: Some Thoughts on Local Production. The Ear is Shaky », dans Østby 2005, p. 445-458. Ead., Das Heiligtum der Artemis Hemera in Lousoi. Kleinfunde aus den Grabungen 1986-2000, ÖAI, suppl. 47 (2012). Pour la céramiques Chr. Schauer, « Zur frühen Keramik aus dem Artemisheiligtum von Lousoi », dans VMitsopoulos-Leon (n. 25), p. 155-159. M. Kerschner doit continuer l’étude du matériel.

30 . Voir n. 26.

31 . Voir ÖJh 73 (2004), p. 388 ; Öjh 76 (2007), p. 431-432 ; Öjh 77 (2008), p. 430-431 et Wissenschaftlicher Jahresbericht des Österreichischen Archäologischen Instituts 2015 (2015), p.101-105 et fig. p. 103. Voir aussi G. Z. Alexopoulou, Συμβολή στην αρχαιολογία καὶ τοπογραφία της Αζανίας (Βόρειας Αρκαδίας). Επαρχία Καλαβρύτων (2009) disponible en ligne pour les abonnés à (greek) National Archive of PhD Thesis, p. 484-485.

32 . G. Z. Alexopoulou, « Η Αρκαδική Ψωφίς », AAA 32-34 (1999-2001), p. 173 ; M. Pétropoulos, « Ἐρευνες για την αρχαία Ψωφίδα », dans Østby 2005, p. 368-369.

33 . Chr. Kardara, Ἀφροδίτη Ἐρυκίνη. Ιερὸν καὶ μαντεῖον εἰς τὴν ΒΔ’ Ἀρκαδίαν (1988). Voir une réfutation d’après les rapports préliminaires dans Jost 1985, p. 58-60.

34 . Y. A Pikoulas, « “ Ἀφροδίτι Ἐρυκίνης ”: 25 χρονια μετά... Ἡ ἐπιβεβλημένη ἀναθεώρηση », Horos 14-16 (2000-03), p. 333-344. Résumé dans Østby 2005, p. 377-379.

35 . Voir n. 33.

36 . S. Alevridis, M. Melfi, « New Archaeological and Topographical Observations on the Sanctuary of Asklepios in Alipheira », dans Østby 2005, p273-284.

37 . P. Roesch, « Le sanctuaire d’Asclépios à Alipheira d’Arcadie », Bulletin de liaison de la Société des amis de la Bibliothèque Salomon Reinach (1985), p. 28-32.

38 . Une fouille de secours opérée en 1984 avait mis au jour un périrrhantérion en marbre d’époque dédalique : voir X. Arapogianni, « Ein archaïsches Perirrhanterion aus Phigalia », AM 111 (1996), p. 65-78. Pour les fouilles qui ont suivi, voir les rapports provisoires de X. Arapogianni « Ανασκφή στη Φιγάλεια », Praktika 1996 [1998], 129-137 ; Praktika 1997 [1999], 115-120 ; Praktika 1998 [2000], 127-128. Voir aussi AD 44 (1989) [1995] B’1, 107 et AD 53 1998 [2004], B’1, 227. Voir enfin les rapports de V. Pétrakos dans l’Ergon en 1996, 41-47, en 1997, 43-49 et en 1998, 51-53. Présentations d’ensemble : X. Arapogianni, « Ανασκαφέϛ στη Φιγάλεια », dans V. Mitsopoulos-Leon (éd) (n. 25), p. 299-305 et X. Arapogianni, « Neue archäologische Entdeckungen in der weiteren Umbegung von Olympia » dans H. Kyrieleis (éd.), Olympia 1875-2000, 125 Jahre Deutsche Ausgrabungen. International Symposion, Berlin 9.-11. November 2000 (2002), p. 317-329. J’avais signalé l’existence de l’édifice et son probable rattachement à Athéna dans M. Jost 1985, p. 87 et pl. 21.

39 . Voir infra p. 114.

40 . SEG 51, 512. Cf. l’inscription IG V 2, 421, jadis trouvée dans la chapelle Stavrouli (non loin du temple), qui porte l’appellation Πολιά[δι.

41 . X. Arapogianni (n. 38, 2002), p. 322, fig. 9.

42 . SEG 47, 440.

43 . SEG 47, 439 (ἄρδις désignerait l’objet en question en dialecte éléen, à moins qu’il ne s’agisse d’un nom propre).

44 . X. Arapogianni (n. 38, 2002), 322, fig. 13.

45 . Les renseignements, donnés de manière éparse par X. Arapogianni (n. 38), sont regroupés dans SEG 47, 438 et SEG 51, 511-512.

46 . X. Arapogianni, A. P. Matthaiou, « Ἀπελευθερωτικὴ ἐπιγραφὴ Φιγαλείας », Horos 22-25 (2010-2013), p. 289–307.

47 . R. T. Walker, Coins of Peloponnesus, The BCD Collection. Auction LHS 96, May 8-9 May, 2006, p. 390-393.

48 . Chr. Schoinas, dans AD (1989) [1995] B’ 1, p. 107.

49 . Cooper 1996 ; B.C. Madigan, with contribution by Fr. A. Cooper, The Temple of Apollo Bassitas, II, The Sculpture (1992) ; Fr. A. Cooper, The Temple of Apollo Bassitas, III, The Architecture: illustrations (1996) ; Fr. A. Cooper, The Temple of Apollo Bassitas, IV (1992) [planches].

50 . Fr. A. Cooper, The Temple of Apollo Bassitas. A Preliminary Study (1978).

51 . Cooper 1996, p. 59-60.

52 . M. E. Voyatzis (n. 4), p. 40-43. Contra Cooper 1996, p. 90.

53 . Cooper 1996, p. 73-75.

54 . N. Kelly, « The Archaic Temple of Apollo at Bassai. Correspondences to the Classic Temple », Hesperia 64 (1995), p. 227-277. Cet article fondamental, paru un an avant la publication de Fr. A. Cooper, utilise l’étude préliminaire mentionnée plus haut (n. 50).

55 . Cooper 1996, p. 98-368. Voir aussi, dans le cadre des travaux de la commission crée en 1975, pour la conservation de l’édifice, des restitutions sensiblement différentes dans D. Svolopoulos, Ναός Επικουρίου Απόλλονος Βασσών. Αρχτεκτονική μελέτη (1995).

56 . Cooper 1996, p. 120-129.

57 . Cooper 1996, p. 152-158. Compte rendu de F. E. Winter, Phoenix 51 (1997), p. 439 et J.-Ch. Moretti, Topoi 7 (1997), p. 324.

58 . Cooper 1996, p. 305-324.

59 . Cooper 1996, p. 339-353.

60 . Cooper 1996, p. 369-379 ; J.-Ch. Moretti (n. 57), p. 326-327.

61 . Madigan (n. 49).

62 . B. Holtzmann, http://www.mae.u-paris10.fr/bullarchi, notice n° 1996.108.

63 . I. Jenkins, D. Williams, « The Arrangement of the Sculptured Frieze from the Temple of Apollo Epikourios at Bassae », dans O. Palagia, W. Coulson (éds), Sculpture from Arcadia and Laconia. Proceedings of an international conference held at the American School of Classical Studies at Athens, April 10-14, 1992 (1993), p. 57-77.

64 . U. Sinn, « Artemis in the Sanctuary on Mount Kotilion (Phigalia) » dans R. Hägg (éd.), Peloponnesian Sanctuaries and Cults. Proceedings of the Ninth International Symposium at the Swedish Institute at Athens, 11-13 June 1994 (2002) p. 193-198.

65 . X. Arapogianni, « Ὁ ναὸς τῶν “Περιβολίων” Φιγαλείας », AE 143 (2004) [2007], p. 41-51.

66 . Voir http://chronique.efa.gr, 2009 n° 1901.

67 . Schaus 2015 : le volume publie l’architecture du sanctuaire, puis le matériel par catégorie — hormis les terres cuites —, avec des catalogues (p. 36-365) et des illustrations (p. 367-494). Voir aussi H. Williams, G. P. Schaus, « The Sanctuary of Athena at Ancient Stymphalos », dans S. Deacy, A. Villing (éds), Athena in the Classical World (2001), p. 75-94 et H. Williams, « The Exploration of Ancient Stymphalos, 1982-2002 », dans Østby 2005, p. 397-411, avec la liste des chroniques de fouilles parues dans EchCl et Mouseion.

68 . A. K. Orlandos, Praktika 1922-1924, p. 117-123 et Praktika 1925/6, p. 134. Voir Schaus 2015, p. 11.

69 . Schaus 2015, p. 12-35.

70 . M. Sturgeon, « Sculpture », dans Schaus 2015, p. 36-55.

71 . Schaus 2015, p 29-30.

72 . P. Stone, « Pottery of Building A », dans Schaus 2015, p. 193-215, en particulier p. 196.

73 . L.Surters, « Loomweights », dans Schaus 2015, p.236-247.

74 . Pausanias, VIII, 21, 3.

75 . Schaus 2015, p. 32-34.

76 . H. Williams, G. P. Schaus (n. 67), p. 75-77 et Schaus 2015, p. 13. Il peut s’agir soit d’une borne du sanctuaire, soit d’une dédicace soit d’un pilier « aniconique » allant dans la même série que les piliers de l’aire.

77 . A. Young, « Jewellery », dans Schaus 2015, p. 321 n. 273.

78 . D. Ruscillo, « Faunal Remains: Environment and Ritual in the Stymphalos Valley », dans Schaus 2015 p. 248-267 (en particulier, p. 267).

79 . H. Williams et al., « Ancient Stymphalos, 1999-2002 », Mouseion 2 (2002), p. 154-155. D’autres tuiles en marbre ont également été trouvées près de la porte de Phénéos.

80 . Fl. Seiler, Die Griechische Tholos. Untersuchungen zur Entwicklung, Typologie und Funktion kunstmässiger Rundbauten (1986), p. 120-129.

81 . Voir aussi H. Williams et al, Mouseion 2 (2002), p. 175-177, qui pensent à une imitation d’époque hellénistique d’une tombe à tholos de l’âge du Bronze (hérôon ?).

82 . Voir A. V. Karapanagiotou, Ορχομενὸς Αρκαδίας. Οδηγός αρχαιολογικού χώρου (2014). Pour le temple signalé de source orale à 1 km au Sud-Est de l’acropole, au lieu-dit Mytika, dans Jost 1985, p. 121, n. 5b, voir désormais Th. Spyropoulos, AD 37 (1982) [1989] B1, p. 113-115 et fig. 63a.

83 . Voir A. V. Karapanagiotou, Μαντίνεια. Αρχαιολογικὸς οδηγός (2015).

84 . Jost 1985, p. 137.

85 . Th. Karaghiorga-Stathakopoulos, « Η Μαντινικὴ Πτολίς », dans Acts of the Fourth International Congress of Peloponnesian Studies, Peloponnesiaka, suppl. 19 (1992-1993), p. 97-115.Voir aussi Th. Karaghiorga-Stathakopoulos, « Πτολίς Μαντινείας », AAA 22 (1989), p. 113-121.

86 . Autre interprétation des vestiges chez A. Mazarakis-Ainian, From Rulers’ Dwellings to Temples. Architecture, Religion and Society in Early Iron Age Greece (1100-700 B.C.) (1997), p. 167-169.

87 . Th. Karaghiorga-Stathakopoulos 1992-93 (n. 85). Ead. 2001 (n. 88).

88 . Th. Karaghiorga-Stathakopoulos, « Οι κόρες της Μαντινείας », AD A’(Meletes) 56 [2001]), p. 127-152 [pour les figurines en terre cuite] ; Th. Karaghiorga-Stathakopoulos, « Στα ίχνη της αρχαικής Μαντινείας », dans Y. A. Pikoulas (éd.), Ιστορίες για την Αρχαία Αρκαδία πρακτικά = Proceedings of the International Symposium in honor of James Roy, 50 χρόνια Αρκάς (1958-2008), [9-10 Μαίου 2008] (2008), p. 125-143 [pour le reste du matériel].

89 . Th. Spyropoulos, dans AD 37 (1982) [1989], p. 119-120.

90 . K. Ødegärd, « The Topography of Ancient Tegea: New Discoveries and Old Problems », dans Østby 2005, p. 214. Voir aussi la chronique des fouilles du BCH : http ://chronique.efa.gr, 2006, revue en 2009, n° 120.

91 . V. Bérard, BCH 16 (1882), pl. xiii et p. 543-549.

92 . Ch. Dugas, J. Berchmans, M. Clemmensen, Le sanctuaire d’Aléa Athéna à Tégée au ive siècle (1924), p. 11-13.

93 . E. Østby, « The Archaïc Temple of Athena Alea at Tegea », OpAth 16 (1986), p. 75-102 et, pour un dernier état de la question, id., « The Sanctuary of Alea Athena in the pre-classical period », dans Østby 2014 [a], p. 35-54 et pl. 1.

94 . Voir K. Ødegärd, « Urban planning in the Greek motherland: late archaic Tegea » et, pour le synœcisme, T. H. Nielsen, Arkadia and its Poleis in the Archaic and Classical Periods (2002), p. 172-173.

95 . Østby 2014 [a] et 2014 [b].

96 . E. Østby (n. 93) dans Østby 2014 [a], p. 1-35, fig. 10. Très nombreuses études préliminaires que l’on ne peut citer ici, dont on trouvera mention dans cet ouvrage. Retenons E. Østby, « Recent Excavations in the Sanctuary of Athena Alea at Tegea (1990-93) », dans A. Scheedy (éd.), Archaeology in the Peloponnese. New Excavations and Research (1994), p. 39-63. Plus récemment, voir C. Tarditi, « Il santuario di Atena Alea a Tegea (Grecia). Continuità di culto dall’Età Proto-Geometrica alla fine del Periodo Romano », dans E. Villari (éd.), Il paesaggio e il sacro: Levoluzione dello spazio di culto in Grecia: interpretazioni e rappresentazioni (2013), p. 77-92.

97 . Østby 2014 [a], p. 31-35. Les colonnades centrales du temple archaïque laissaient libre l’espace d’une « plateforme » appartenant à ce temple ; elle aurait eu valeur sacrée.

98 . M. Voyatzis (n. 4), p. 62-218.

99 . Østby 2014 [a], p. 197-546 et Østby 2014 [b], p. 109-288.

100 . J. Pakkanen, The Temple of Athena Alea at Tegea. A Reconstruction of the Peristyle Column (1998).

101 . J. Pakkanen, « Observations on the reconstruction of the Late Classical temple of Athena Alea », dans Østby 2014 [b], p. 363-370.

102 . M. E. Voyatzis, « The objects of the northern sector », dans Østby 2014 [b], p. 242-243 et les contributions de Ch. Tarditi dans Østby 2014 [b].

103 . Østby 2014 [b], p. 341-348.

104 . K. Ødegård, ArchRep 2000-2001, p. 32 (Norwegian Arcadia Survey). Ajoutons que le stade partait du sanctuaire ou était très voisin, comme le montre le bloc d’aphèsis retrouvé dans le voisinage des fondations du temple.

105 . A. V. Karapanagiotou, I. K. Leventi, « The Terracota Figurines from Haghios Sostis Sanctuary at Tegea », dans A. Muller, E. Lafli (dir) et St. Huysecom-Haxhi (coll.), Figurines de terre cuite en Méditerranée grecque et romaine, vol. 2, Iconographie et contexte (2015), p. 431-436.

106 . Y. A. Pikoulas, Ή Νότια Μεγαλοπολιτὴ Χώρα, ἀπό τον 8° π.Χ. ὢς τόν 4° μ. Χ. αἰώνα (1988), p. 63-64 (n° 16), p. 106-107 (n° 63), p. 154-155 (n° 109), p. 90 (n° 44). Voir aussi p. 102-104 (n° 60) pour le site d’Oresthasion et de son sanctuaire d’Artémis (Pausanias VIII, 44, 2) à Anémodouri Paliolakka et la synthèse des p. 191-196.

107 . M. Jost, J. Marcadé, M. Sève et al, « Rites, cultes et religion : le site de Lykosoura », Ktèma 33 (2008), p. 93-209.

108 . M.-F. Billot, « Le temple de Despoina » (n. 107), p. 135-180.

109 . A.-M. Guimiers-Sorbets et A. Panagiatopoulou, « La mosaïque du temple de Despoina à Lykosoura » (n. 107), p. 191-200.

110 . Pour l’épineux dossier épigraphique du sculpteur Damophon de Messène, auteur du groupe cultuel, voir M. Sève, « Le dossier épigraphique du sculpteur Damophon de Messène » (n. 107), p. 117-124, qui date Damophon de la fin du iiie s. ou du début du iie s., et C. Grandjean, H. Nicolet-Pierre, « Le décret de Lykosoura en l’honneur de Damophon et la circulation monétaire dans le Péloponnèse » (n. 107), p. 129-134. La transaction « est donc plutôt à placer au iiie ou au début du iie s. » (p. 133), mais divers autres critères « incitent à proposer comme vraisemblable la période 210-180 ». Pour une « histoire » du sanctuaire, voir A. Palamidis, « The sanctuary of Despoina at Lykosoura. A Megalopolitan Creation ? », dans Kl. Tausend (éd.), Arkadien im Altertum. Geschichte und Kultur einer antiken Gebirgslandschaft Beiträge des Internationalen Symposium in Graz, Österrich. 11. bis 13. Februar 2016 (2018), p. 127-151.

111 . J. Marcadé, « À propos du groupe cultuel de Lykosoura » (n. 107), p. 111-116.

112 . Y. Morizot, « La draperie de Despoina » (n. 107), p. 201-209.

113 . M.-Chr. Hellmann, « Le Mégaron de Lykosoura » (n. 107), p. 181-190.

114 . Voir déjà Jost 1985, p. 177. Les gradins, qui peuvent avoir constitué un théâtron (outre leur rôle de soutènement), ont été aménagés, comme la stoa Nord, avant le temple comme l’ont montré Becker, puis Mylonopoulos (voir M. Chr. Hellmann, ibid., p. 183 n. 7). L ’insertion du temple entre ces deux structures a obstrué en grande partie la vue vers l’esplanade des autels.

115 . L ’A. admet également (p. 190) qu’« une datation dans le premier quart du IIe s. est tout à fait possible ».

116 . X. Arapogianni, « Ἀνασκαφὴ στὴν Ἄνω Μέλπεια Μεσσηνίας », AE 149 (2010), p. 249-258. Voir
http://chronique.efa.gr, 2012, n° 2582.

117 . D. G. Romano, M. E. Voyatzis, « Preserving Ancient Arcadian Heritage: Proposal for an Archaeological Park », dans P. Carlier, Ch. Lerouge-Cohen (n. 24), p. 51.

118 . D. G. Romano, M. E. Voyatzis, « Mt. Lykaion Excavation and Survey Project, Part 1: The Upper Sanctuary », Hesperia 83 (2014), p. 569-652. Voir aussi, sur l’ensemble du site, D. G. Romano, « A New Topographical and Architectural Survey of the Sanctuary of Zeus at Mt. Lykaion », dans Østby 2005, p. 381-396.

119 . Voir M. B. Cosmopoulos, « Lieux de mémoire mycéniens et la naissance des sanctuaires grecs », RA 82 (2016), p. 251-278.

120 . Voir B. Starkovitch dans l’appendice 5 (faunique) de D. Romano, M. E. Voyatzis (n. 116), p. 646. On note une grande homogénéité à travers les âges. Les animaux sacrifiés ont moins de trois ans. On trouve en majorité des moutons et des chèvres.

121 . Ajoutons qu’au cours de la campagne 2016 une tombe humaine a été découverte, près du sommet de l’autel. Sa datation n’est pas encore connue.

122 . D. G. Romano, M. E. Voyatzis, « Mt. Lykaion Excavation and Survey Project, Part 2: The Lower Sanctuary », Hesperia 84 (2015), p. 207-276.

123 . Un sanctuaire de Pan mentionné par Pausanias (VIII, 38, 5) n’est pas sûrement localisé Un mur dégagé en 2016 dans une tranchée située à égale distance entre le bâtiment administratif, la stoa et la fontaine pourrait lui appartenir.

124 . Ce bâtiment administratif est le « xénon » de Kourouniotis. U. Sinn, « Die Ἱερὰ κορυφή der Arkader: Zur sakralen Topographie des Zeus-Heligtums im Lykaion » dans E. Simantoni-Bournia, A. A. Laimou, L. G. Mendoni, N. Kourou (éds), Ἀμύμονα Ἔργα: Τιμητικὸς τόμος γιὰ τὸν καθηγητὴ Βασίλη Κ. Λαμπρινουδάκη (2007), p. 177-188, a proposé d’y voir un pompeion, mais le tracé qu’il propose pour la procession est contesté par D. G. Romano (n. 122), p. 216 n. 16.

125 . Y. A. Pikoulas, « Ἔρευνες στὸ ανατολικὸ Λύκαιo », dans ARKADIA. Συλλογή μελετων (2002), p. 449-458.

126 . Y. A. Pikoulas (n. 125), p. 452-453.

127 . Voir Jost 1985, p. 185-187.

128 . J. Roy, « Arkadian Religion without Pausanias. The Sanctuary at Berekla », dans P. Carlier, Ch. Lerouge-Cohen (n. 24), p. 55-65. P. G. Broucke identifie le sanctuaire avec celui de Pan Nomios (Paus. VIII, 38, 11) : « ‘To the Right of Lykosoura’: Pausanias and the Topography of the Nomian Mountains », AJA 97 (1993), p. 345, sans preuve.

129 . U. Hûbinger, « On Pan’s Iconography and the Cult in the Sanctuary of Pan on the Slopes of Mount Lykaion », dans The Iconography of Greek Cult in the Archaic and Classical Periods. Proceedings of the First International Seminar on Ancient Greek Cult (Delphi, 16-18 November 1990) (1992), p. 208-212.

130 . J. Forsén, B. Forsén et al., The Asea Valley Survey. An Arkadian Mountain Valley from the Paleolithic Period until Modern Times (2003).

131 . Forsén, Forsén (n. 130), p. 89-90. « Bâtiment » (n° 16), suivant Y. Pikoulas, qui y a trouvé des tuiles laconiennes (supra, p. 128).

132 . J. Forsén, B. Forsén et al., (n. 130), p. 26-27. La statue d’Agémo, tenue par certains pour la Mère des dieux, n’est pas à mettre en relation avec Frankovryssi : elle provient d’une tour (dite Zourlou Mylos au xixe s.), où elle était remployée, et n’a a priori rien à voir avec le sanctuaire de la Mère des Dieux. La statue analogue dégagée par Th. Spyropoulos et visible au Musée de Tripolis se rattacherait à un autre sanctuaire indéterminé.

133 . Forsén, Forsén (n. 130), p. 101-102 et 252.

134 . Forsén, Forsén (n. 132), p. 116 ; Pikoulas n° 63 (supra p. 128).

135 . B. Forsén, « Artemis Lykoatis and the Bones of Arkas: Sanctuaries and Territoriality », dans M. Melfi, O. Bobou (éds), Hellenistic Sanctuaries. Between Greece and Rome (2016), p. 40-62 ; id., « Neue Funde aus dem Heiligtum der Artemis Lykoatis in Arkadien », dans H. Frielinghaus, J. Stroszeck, Kulte und Heiligtümer in Griechenland. Neue Funde und Forschungen (2017), p. 133-154 et pl. 55-62 ; id., « Το ιερό Αρτέμίδος Λυκοάτιδος και η Μαιναλία: Αποτελέματα των ανασκαφικών εργασιών στην Αγία Παρασκευή Αραχαμιτών από το 2010 μέχρι το 2014 », Peloponnesiaka 31 (2018), p. 185-218. Voir aussi http://chronique.efa.gr de 2007 à 2012.

136 . Un courriel de B. Forsén (23-09-2018) m’informe que l’activité cultuelle du sanctuaire est désormais attestée de manière continue du xe s. av. J.-C. au iiie s. apr. J.-C.

137 . B. Forsén (1er article de la n. 135), p. 56-57 ; J. G. Frazer, Pausanias’s Description of Greece, vol. 4, 1897, p. 365-366.

138 . J. Forsén, B. Forsén, E. Østby, « The Sanctuary of Haghios Elias-Its Significance, and Its Relations to Surrounding Sanctuaries and Settlements », dans T. H. Nielsen, J. Roy (n. 1), p. 169-191. Voir aussi B. Forsén, « Ressources and Manpower Needed for Constructing Greek Temples – Reflections Stemming from an Arcadian Sanctuary », dans A. H. Rasmussen, S. W. Rasmussen et al. (n. 15), p. 119-124.

139 . E. J. Holmberg, A Doric Temple near Asea in Arcadia (1941), p. 6.

140 . B. Forsén (1er article de la n. 133), p. 57.

141 . E. Østby, « Templi di Pallantion », ASAtene 68-69 (1995), p. 53-93 ; E. Østby (n. 7). Ces études remplacent les articles antérieurs.

142  . H. Lauter-bufe, Das Heiligtum des Zeus Soter in Megalopolis (2009) (qui remplace les rapports provisoires de l’AA de 1995 à 1998). Voir, auparavant, U. W. Ganz, U. Kreilinger, « The Sanctuary of Zeus Soter at Megalopolis », dans R. Hägg (n. 64), p. 240-241 (qui voit dans l’annexe au mur Nord une exèdre sans installation hydraulique, et non un propylon, et dans la salle Nord-Ouest un hestiatorion) et H. Lauter « Megalopolis Ausgrabungen auf der Agora 1991-2002 », dans Østby 2005, p. 240-241.

143 . H. Lauter-bufe, H. Lauter, Die politischen Bauten von Megalopolis (2011), p. 96-99 et p. 104-105.

144 . Voir en dernier lieu l’appendice à un article arcadien de V. Tsiolis, « Regarding the so-called Sanctuary of Zeus Homarios and Hestia at Megalopolis and the nature of the (supposed) eschara (actually a thesaurus) », dans Kl. Tausend (éd.) (n. 110), p. 184-190. L ’hypothèse d’un thésauros demanderait à être confortée par une fouille en profondeur sous la structure en place.

145 . Voir V. Pirenne-Delforge, dans le bilan d’un colloque tenu à Lille, dans Cl. Prêtre (n. 29), p. 121-122.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte
Légende Carte d’Arcadie (réf fond : Scènes NASA-LANDSAT 1047-08434-6 du 8.9.72 et 1118-08384-6 du 18.11.72).
Crédits Jean-François Marcadé
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/288/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. i
Légende Sanctuaire d’Asklepios a Pheneos, vu du Sud-Est.
Crédits M. Jost
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/288/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Fig. 2
Légende Temple périptère de Lousoi.
Crédits D’après A. G. Vlacopoulos, Αρχαιολογία Πελοπόννησος, 2012, p. 323, fig. 643).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/288/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 882k
Titre Fig. 3
Légende Plan du temple périptère de Lousoi.
Crédits D’après G. Ladstatter, « New observations on monumental sacred architecture in Northwestern Arcadia », κύκλος / the circle. Dialogues on Greek and Roman Architecture. The Finnish Institute at Athens, 21.11.2016
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/288/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Titre Fig. 4
Légende Plan du temple d’Artémis Héméra à Lousoi.
Crédits G. Ladstätter, « New observations on monumental sacred architecture in Northwestern Arcadia », κύκλος / the circle. Dialogues on Greek and Roman Architecture. The Finnish Institute at Athens, 21.11.2016).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/288/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Titre Fig. 5
Légende Plan du temple de Grémoulias.
Crédits D’après Wissenschaftlicher Jahresbericht des Österreichischen Archäologischen Instituts [2015], I 3 Gremoulias/Kalavryta, fig. de la p. 103).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/288/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Titre Fig. 6
Légende Temple d’Athéna Polias à Phigalie : pronaos et cella.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/288/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 796k
Titre Fig. 7
Légende Temple de l’acropole à Stymphale, vu de l’Ouest.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/288/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 8
Légende Fondations du temple archaïque de Tégée à l’intérieur du temple classique, vues de l’Ouest.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/288/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Fig. 9
Légende Plan du temple archaïque de Tégée (en gris, le temple classique).
Crédits D’après Tegea 1, pl. 1
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/288/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Titre Fig. 10
Légende Plan des temples géométriques de Tégée, à l’intérieur du temple archaïque.
Crédits D’après Tegea 1, p. 50, pl. 1
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/288/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 703k
Titre Fig. 11
Légende Temple du mont Saint-Élie de Kandréva, vu de l’Est.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/288/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 438k
Titre Fig. 12
Légende Temple du mont Saint-Élie de Kandréva, vu de l’Est.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/288/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 378k
Titre Fig. 13
Légende Agora de Mégalopolis : « eschara » de Zeus.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/288/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 470k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Madeleine Jost, « Sanctuaires d’Arcadie trente ans après : bilan des recherches », Bulletin de correspondance hellénique, 142.1 | 2018, 97-143.

Référence électronique

Madeleine Jost, « Sanctuaires d’Arcadie trente ans après : bilan des recherches », Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 142.1 | 2018, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/bch/288 ; DOI : 10.4000/bch.288

Haut de page

Auteur

Madeleine Jost

Professeur émérite d’histoire grecque, Université Paris Nanterre.

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals