Navigation – Plan du site

Inscriptions agonistiques d’Athènes et de Delphes

Αγωνιστικές επιγραφές από την Αθήνα και τους Δελφούς
Agonistic inscriptions from Athens and Delphi
Jean-Yves Strasser
p. 233-278

Résumés

Sont réexaminées plusieurs inscriptions agonistiques d’Athènes. 1. Le texte IG II3 4, 624 pour un héraut périodonique doit certainement être attribué à Valerius Eklektos de Sinope, déjà connu par un long texte d’Athènes, une base à Olympie et un piédestal retrouvé à Delphes resté inédit et publié ici. L’ensemble permet de reconstituer le parcours d’un artiste hors norme connu par quatre textes gravés à des moments différents de sa carrière. 2. Les fragments IG II3 4, 616 et 617 appartiennent au même palmarès du second tiers du IIIe s. et peuvent vraisemblablement être reliés l’un à l’autre. Si IG II3 4, 618 ne provient pas du même monument, il pourrait lui être en revanche contemporain. 3. La base SEG 58, 185 honore non un agonothète mais un épistate, dont sont vantés les succès lors d’une longue carrière. 4. IG II² 2772 est une dédicace funéraire faite par un boxeur et xystarque pour un parent ou un ami.

Haut de page

Texte intégral

Je remercie vivement N. Tsoniotis, les services de l’Éphorie d’Athènes, ceux du Musée épigraphique d’Athènes et de l’École française d’Athènes pour leur prompte aide et la fourniture des photographies publiées ici. Nos remerciements vont aussi aux experts, dont les remarques ont permis d’améliorer ce texte.

Deux nouveaux palmarès du héraut Valerius Eklektos

  • 1 . BCH 132 (2008), p. 508-511, no 14, ph. fig. 16. Dim. : 43 × 32 × 16,7 cm. Lettres : 1,7 cm (l. 1- (...)
  • 2 . Sur cette discipline, généralités chez N. B. Crowther, « The Role of Heralds and Trumpeters at Gr (...)

1S. Follet et D. Peppas Delmousou ont publié une inscription agonistique d’Athènes1 pour un vainqueur dans les concours grecs exerçant la spécialité de héraut2 (SEG 58, 183, fig. 1). La pierre est conservée au Musée épigraphique mais son origine exacte à l’intérieur de la ville est inconnue. Les auteurs ont relié avec perspicacité trois fragments d’une « base » en marbre pentélique, brisée de toutes parts sauf sur une partie du bord droit. Le texte, daté d’après l’écriture de la seconde moitié du iie s. ap. J.-C. ou du iiie s., a été édité ainsi (désormais IG II3 4, 624) :

[- - - - - - - -]ο̣ς̣[- - - - - - - - -]
[- - - - - - ] Π̣αν̣[- - - – – - - -]
[- - - - - - ]οια̣ῖος κ̣[αὶ - - - -]
4 [πόλεων] ἄ̣λ̣λ̣ων βου̣[λευτὴς - ]
[- - - - - - ] ἠγωνισάμην̣ [- - - - -]
[- - - - - -]ος τῶ̣ν Ἀ̣θ̣ήνησι̣ [..]
[- - - - - -κ]ῆ̣ρυξ περίοδος ἀν̣ί̣-
8 [κητος] τ̣οὺς ἀνακειμένους
[στεφάνους] ὁμοῦ [ἀν]έ̣γ̣ρα̣ψ̣[α].
[- - - -]ι̣α Ἀντώ̣[νεια - - - - - ]
[- - - -] ἐ̣ν Λ̣ακ̣ε̣[δαίμονι ? - - - ]
12 [- - - -] ἐν Ἀσ̣ί[ᾳ - - - - - - - - -]
vacat

Fig. 1

Fig. 1

Inscription d’Athènes IG II3 4, 624.

  • 3 . Moretti, Olympionikai, 934. Stephanis, Διονυσιακοὶ Τεχνῖται, 825. M. L. Caldelli, L ’Agon Capitol (...)

2Les éditrices ne nous semblent pas avoir compris la structure de ce texte. Nous y voyons certes comme elles une partie d’un palmarès. Mais ses formulations et son contenu sont parfois très singuliers et laissent penser que son titulaire n’est peut-être personne d’autre qu’un héraut bien connu, Valerius Eklektos de Sinope3. On a retrouvé à ce jour des inscriptions en son honneur à Olympie et, déjà, à Athènes ; une troisième retrouvée à Delphes est restée quasi inédite : nous la publions infra.

3Le caractère extrêmement fragmentaire de l’inscription pose assurément de nombreux problèmes, aussi bien pour l’estimation de la taille des lacunes que pour la date. Seuls nous paraissent sûrs dans l’editio princeps les suppléments βου̣[λευτής] (l. 4), ἀν̣ί̣[κητος] (l. 7-8) et, aux deux dernières lignes, ἐ̣ν Λ̣ακ̣ε̣[δαίμονι --], ainsi que, très probablement, ἐν Ἀσ̣ί[ᾳ]. C’est d’ailleurs par l’analyse de la fin, une liste de concours remportés par le héraut, qu’il convient de commencer.

  • 4 . P. 511 : « L ’énumération des victoires n’occupait que trois lignes, mais on sait que les palmarè (...)
  • 5 . Voir notre article « La période et les périodoniques à l’époque impériale », CCG 27 (2016), p. 53 (...)
  • 6 . I.Ephesos 4114, texte qui présente de nombreux traits originaux sur lesquels nous reviendrons ail (...)
  • 7 . Comme c’est le cas du reste dans I.Ephesos 4114. Inventaire des périodoniques et de leurs palmarè (...)

4S. Follet et D. Peppas Delmousou n’ont fait qu’un commentaire succinct sur la relation entre les trois dernières lignes, écrites en caractères plus petits et plus irréguliers, et le haut de la base, « d’écriture soignée »4. Si nous comprenons bien les éditrices, le champion aurait énuméré ([ἀν]έγραψ[α]) dans la partie inférieure de la pierre des succès qu’il annoncerait par une formule qui comprendrait l’expression τοὺς ἀνακειμένους [στεφάνους]. Il ne peut pourtant s’agir aux l. 10-12, comme l’ont vu les auteurs, d’un palmarès complet du héraut vainqueur de la période (l. 7 : περίοδος = περιοδονίκης), car, quelle que soit l’étendue de la lacune à gauche, il n’y a nulle part la place pour insérer les concours de la période, qui restent à cette date, selon nous, les Olympia de Pise, les Pythia de Delphes, les Isthmia de Corinthe et les Nemea d’Argos5. Ce ne peut pas être non plus un complément détaillant les concours remportés par ce κῆρυξ περίοδος hors de la période. Dans cette hypothèse, le titre de périodonique (ici la formule apocopée περίοδος) se serait substitué en quelque sorte à un palmarès détaillé, le rédacteur se contentant de mentionner un choix de concours ne faisant pas partie de la période, comme on en a un exemple au moins, à dire vrai isolé et singulier6. C’est ici très invraisemblable car les vestiges de cette liste d’agônes — des concours Antôneia/Antônineia, un agôn de Sparte et un ou plusieurs concours de la province d’Asie — contrastent trop nettement par leur modestie avec le prestige du titre de périodonique ; un tel champion aura nécessairement aussi vaincu en Italie, à Athènes et dans les plus grands concours d’Asie, dont on attendrait dès lors la mention à cet endroit7.

  • 8 . D’après nous, les Antônineia Pythia de Rome, cités par un unique texte (SEG 54, 536), ont été fon (...)
  • 9 . I.Side TEp 4, p. 205, l. 25-31 (ETAM 22 Thr 1b).
  • 10 . J. Nollé, dans K. Coleman et J. Nelis-Clément (éds), L ’organisation des spectacles dans le monde (...)
  • 11 . IG VII 49 (IAG 88), I.Smyrna 667. La troisième célébration datant du règne de Trébonien Galle ou (...)
  • 12 . N. P. Milner, A. S. Hall, dans D. French (éd.), Studies in History and Topography of Lycia and Pi (...)

5Les concours Antôneia ou Antônineia sont restés, à l’exception de ceux organisés à Rome une seule fois en 2148, des compétitions de second rang. La plupart, fondés à l’époque de Caracalla, n’ont pas survécu à cet empereur ou ont à tout le moins changé de nom. Les lettres ΑΝΤΩ n’obligent toutefois nullement à dater notre texte des années avant 222, car on trouve des mentions de concours appelés ou surnommés Antônineia/Antôneia postérieures à la damnatio memoriae des deux derniers empereurs Antonini légitimes, Caracalla et Élagabal. Gordien III est en effet un Antonius et de son nomen dérivent des Antôninia/Antôneia fondés entre 238 et 244. Ainsi à Sidè, on a célébré à partir de son règne un concours de haut rang, ἀγὼν ἱερὸς οἰκουμενικὸς Ἀπολλωνεῖος Γορδιανεῖος Ἀντωνείνιος ἰσοπύθιος ἐκεχείριος ἰσελαστικὸς ἰς ἅπασαν τὴν οἰκουμένην9 ; encore n’en a-t-on jusqu’à présent aucune attestation dans les palmarès sous ce nom impérial de Γορδιανεῖος Ἀντωνείνιος, dont on ne sait s’il a survécu longtemps à l’empereur qui a visiblement fait le don à Sidè de ce concours isélastique10 ; dans les derniers palmarès parvenus jusqu’à nous, des années 250-260, il est simplement appelé Πύθια11. À Oinoanda, ce sont de très modestes panégyries qui ont certainement pris le surnom Antôneia en 23812. Dans tous les cas ces Antônineia/Antôneia ne sont pour un périodonique que des concours d’un renom modeste, loin de la gloire qu’apportent des victoires à Athènes, Éphèse ou Smyrne.

  • 13 . I.Ilion 125, cf. notre article REG 129 (2016), p. 369-403.
  • 14 . IGUR I 240 ; I.Sardis 79 (SEG 53, 1355).
  • 15 . N. Gökalp Özdil, « The Heavy Athlete M. Aurelius Eutychion from Nysa ad Meandrum », Philia 2 (201 (...)

6Des concours de Sparte sont mentionnés à la ligne 11. D’après la documentation conservée jusqu’à il y a peu, les agônes de cette cité n’avaient eu, à l’époque impériale, un prestige suffisant pour figurer dans les palmarès parmi les plus grands concours sacrés que lors de deux brefs moments : d’une part dans les années 80-120, d’autre part dans les deux dernières décennies du iie s., lorsque les Olympia ou Olympia Kommodeia sont plusieurs fois attestés. Autrement les concours de Lacédémone n’apparaissent pas ou seulement chez des athlètes ou des artistes de second ordre13 — ce que notre héraut périodonique n’est assurément pas —, ou dans des listes de victoires dans les concours à prix d’argent14. Avec la publication de notre palmarès athénien et celle, toute récente, de l’inscription pour le champion de Nysa M. Aur. Eutychiôn15, nous avons deux nouvelles mentions des concours spartiates, et même de deux agônes différents (Eurykleia et Hyakinthia), plusieurs décennies après les dernières attestations des Olympia spartiates. Car la carrière d’Eutychiôn appartient indubitablement aux années 245-265. Et comme on le verra, nous pensons que le palmarès athénien est de la même période. Au milieu du iiie s. les concours spartiates semblent donc avoir connu une nouvelle période faste.

  • 16 . Voir en dernier notre révision de I.Magnesia 149 dans notre article « Les premiers champions fait (...)
  • 17 . FD III 1, 89. À la même époque, deux champions comme M. Aurelius Dèmostratos Damas (Sardis VII 1, (...)
  • 18 . I.Tralleis 110.
  • 19 . Voir e. g. Socrate, Histoire ecclésiastique, VII 36, ἀπὸ Ἀπαμείας τῆς ἐν Ἀσίᾳ, avec les remarques (...)

7Quant à ἐν Ἀσ̣ί[ᾳ], l’interprétation n’en est pas si facile. On peut certes penser à une mention générale de concours de la province d’Asie, comme dans des formules synthétiques appartenant plutôt au ier et au iie siècle16. Ainsi celle qui clôt le palmarès d’un poète de la seconde moitié du iie siècle, καὶ ταλαντιαίους πολλοὺς ἐν τῇ Ἀσίᾳ καὶ τῇ Ἑλλάδι17, ou celle pour un biologos, c’est-à-dire une sorte de mime, νεικήσαντα δὲ ἐν Ἀσίᾳ ἀγῶνας ιηʹ, ἐν Λυκίᾳ δὲ καὶ Παμφυλίᾳ18, mais dans ce dernier cas on a affaire à un palmarès d’un type tout différent du nôtre. Une alternative serait d’y voir une précision géographique sur un toponyme prêtant à équivoque ; normalement ce type de formule est un complément du nom au génitif, τῆς Ἀσίας, mais on trouve, essentiellement dans la littérature tardive et byzantine, ἐν avec le datif19. Puisque nous ne pensons pas qu’il y avait là une formule finale générale, qui à notre avis figurait déjà plus haut, cf. infra, nous préférons l’hypothèse d’une précision sur un toponyme, bien que la formule soit dès lors épigraphiquement inédite.

  • 20 . Sont isélastiques les concours qui littéralement donnent à leurs vainqueurs droit à une entrée so (...)

8Ce héraut a été vainqueur à Sparte, dans des Antôneia/Antônineia et dans des concours asiatiques qui réclamaient de préciser leur localisation ἐν Ἀσίᾳ, donc assurément pas dans l’une des capitales agonistiques de la province. La sélectivité dans les palmarès invoquée par les auteurs, parfois bien réelle, ne permet pas d’expliquer la brièveté de l’inventaire et s’accorde mal avec le faible prestige des concours qui y étaient mentionnés. Sauf s’ils dressent un bilan complet de leur carrière, les périodoniques ne mentionnent pas nécessairement les compétitions isélastiques d’un rang moindre que celles d’Athènes ou des principales cités d’Asie20. Les trois dernières lignes, dues à une main moins habile, doivent être un ajout, fait sans doute lors du passage suivant du héraut à Athènes. On aura alors inséré après le texte déjà gravé de nouveaux succès remportés entre le moment où le texte prévu pour le monument a été rédigé et le retour du champion. Il y avait dans ces victoires récentes des concours d’un prestige moindre, mais ce champion a voulu montrer à quel point il avait, sans doute en peu temps, enrichi son palmarès, notamment de concours qui étaient nouveaux (à notre avis les Antôneia) ou promus (ceux de Sparte ?). Comme on le verra, il y avait sans doute d’autres concours que ceux que les vestiges permettent de restituer, mais leur nombre ne devait pas dépasser dans tous les cas six ou sept, au grand maximum, ce qui est déjà remarquable, car il ne s’est pas nécessairement passé beaucoup de temps entre la rédaction du premier texte et les ajouts, car ce champion devait régulièrement passer par Athènes, soit pour y concourir, soit de passage vers d’autres agônes d’Achaïe.

  • 21 . Même si la partie gauche du pi manque, la lecture ΠΑΝ est probable, à cause du vide important à g (...)
  • 22 . La faible incurvation du haut observée par les éditrices ne signifie pas forcément que la surface (...)
  • 23 . Chr. Wallner, Soldatenkaiser und Sport. Grazer Altertumskundliche Studien 4 (1997), p. 179-180 ; (...)

9Les éditrices ont bien compris que le texte commençait par l’état-civil du personnage suivi des citoyennetés honorifiques qu’il a reçues. Mais nous ne pensons pas que les lettres ΠΑΝ puissent appartenir au nom du champion21. Car avant ces trois lettres que pourrait-il y avoir d’assez long pour combler la lacune, même la plus courte possible, dans un texte de ce type commençant par l’onomastique du personnage au nominatif ? Le caractère fragmentaire de la pierre ne permet certes pas de s’assurer de l’étendue de la lacune en haut. Mais dans son état actuel, le bloc est à l’arrière plus haut qu’à l’avant, ce qui ménage la place pour probablement au moins une ligne au-dessus des premières lettres conservées22 ; il y avait donc grosso modo deux lignes et demie avant ΠΑΝ. Même une formule onomastique complexe (en particulier des tria nomina, suivis éventuellement par un second cognomen) n’est pas assez longue pour se terminer à cet endroit de l’inscription. Il est donc préférable d’y voir un ethnique, probablement honorifique. Nous n’en voyons pas d’autre possible que celui de Panopolis. La cité organisait de fait des concours ; leur principal agôn ne devint toutefois isélastique et œcuménique que sous le règne de Gallien seul, ce qui paraît pour notre texte une date trop tardive23.

  • 24 . Même dans ce cas Καλινδοιαῖος serait hautement improbable. D’une part, nous ne connaissons aucun (...)
  • 25 . IAG 69 (SEG 13, 540). Voir W. Leschhorn, « Griechische Agone in Makedonien und Thrakien. Ihre Ver (...)
  • 26 . I.Perinthos 31 ; IG II3 4, 629 (IG II² 3169/3170 ; IAG 90), cf. infra ; dans une inscription athé (...)
  • 27 . SEG 36, 258 ; IG II3 4, 629 ; IG VII 49 (IAG 88).
  • 28 . Pour Béroia, I.Beroia 69 et SEG 49, 815. Pour Thessalonique, IG X 2, 1, 1073-1075.

10Pour les vestiges de l’autre ethnique l. 3, les éditrices ont proposé Καλινδοιαῖος et Βεροιαῖος, les seuls qui correspondent aux lettres conservées. Comme il ne s’agit pas de la patrie du héraut24 mais d’une citoyenneté accordée après une ou des victoires remportées dans des concours, Béroia nous paraît la seule cité envisageable. Car contrairement à la modeste cité de Bottie, Béroia, capitale du Koinon de Macédoine, a eu des concours fréquentés par les champions, artistes ou athlètes, et ce dès le ier siècle de notre ère25. La période la plus faste pour les concours de Macédoine est assurément le milieu du iiie siècle. De grands champions triomphent à Béroia26 et à Thessalonique27, ou encore à Philippopolis dans la Thrace voisine. Certes ils faisaient sans doute de même dès les deux premiers siècles et demi de l’Empire, mais, chose nouvelle, ils citent ces victoires macédoniennes dans leur palmarès car ces compétitions ont alors été promues au rang de concours isélastiques28 : elles font désormais partie des agônes majeurs, au moins du point de vue des privilèges qu’ils offrent aux vainqueurs dans leur patrie, même s’ils ne peuvent rivaliser en prestige avec les plus grands agônes de Grèce, d’Asie ou d’Italie. Avec les mentions de Panopolis et de Béroia, celles d’Antôneia et de concours spartiates, ce texte pourrait se placer au second tiers du iiie siècle.

  • 29 . Art. cit. (n. 1), p. 509.
  • 30 . L ’adjectif n’apparaît pas dans IG II3 4, 629, où le héraut est d’ailleurs seulement qualifié de (...)

11Or on connaît pour cette période un héraut périodonique de grande envergure, Valerius Eklektos, que les éditrices citent d’ailleurs à deux reprises, d’une part comme exemple de citoyen et bouleute de plusieurs cités29, d’autre part comme champion affublé de l’épithète ἀνίκητος, à tort dans ce dernier cas30. Il pourrait être le titulaire de cette inscription, non seulement parce qu’il fait partie des rares hérauts périodoniques connus et que la date pourrait convenir, mais aussi parce que la phraséologie du texte convient tout à fait aux prétentions de ce héraut hors du commun.

  • 31 . Neue IvO 33 (IvO 243 avec SEG 17, 203 et SEG 26, 479) : Οὐαλέριος Ἔκλεκτος [Σιν]ω̣πεὺς | βουλευτὴ (...)
  • 32 . IG II3 4, 629 (IG II² 3169/3170 ; IAG, 90) : Ἀγαθῇ Τύχῃ· | [Οὐα]λέριος Ἔκλεκτος Σινωπεὺς | [βου]λ (...)

12Cet artiste est, chose rarissime, attesté par plusieurs inscriptions différentes retrouvées dans plusieurs endroits différents. Fait plus exceptionnel encore, ces textes datent de la période d’activité d’Eklektos et sont séparés à chaque fois par plusieurs années. On peut donc suivre l’évolution de sa carrière. Le palmarès retrouvé dans l’Altis (IvO 243), l’un des plus tardifs de tous les textes de ce genre conservés puisqu’il est consécutif à une victoire en 261, est, comme souvent à Olympie, réduit à l’essentiel : après l’état-civil du vainqueur vient le titre synthétique de κῆρυξ τρὶς περίοδος ἄλειπτος, puis le détail des quatre victoires locales (en 245, 253, 257 et 261), enfin une courte sélection d’autres succès, uniquement les concours romains, où Eklektos a brillé plus que partout ailleurs31. À l’inverse, la base athénienne (IG II3 4, 629), érigée entre 253 et 257, donne une longue liste des victoires du héraut, tout à fait typique de son époque32. Or on y lit qu’Eklektos a remporté deux fois les Olympia de Béroia, ce qui fait un point de rencontre entre le nouveau texte athénien, dont le titulaire est [Βερ]οιαῖος, et le héraut de Sinope. Ce dernier ne mentionne jamais dans les trois palmarès déjà identifiés comme les siens l’ethnique de la cité macédonienne, mais ces listes de citoyennetés honorifiques sont toujours un choix, commandé par l’origine du champion d’une part, la hiérarchie des concours d’autre part et enfin le moment de l’érection du monument : des citoyennetés acquises depuis longtemps pouvaient être tues, remplacées par de plus prestigieuses ou plus récentes.

  • 33 . La précision Ῥωμαῖος, dans les inscriptions d’Olympie et de Delphes, s’explique par les origines (...)
  • 34 . Cf. I.Perge 312-313 et 334-337 ; P. Weiss, « Auxe Perge. Beobachtungen zu einem bemerkenswerten s (...)
  • 35 . Qui ne mentionne pas l’ethnique ; on pourrait certes expliquer la chose par une victoire à Tripol (...)
  • 36 . Des Apollôneia Pythia (D. O. A. Klose, G. Stumpf [éds], Sport, Spiele, Sieg. Münzen und Gemmen de (...)
  • 37 . Cf. Chr. Wallner (n. 23), p. 146-147. D’après le texte de Nysa, Eutychiôn a vaincu à Tripolis alo (...)

13Dans le cas d’Eklektos, il y a dans la sélection des ethniques des partis pris surprenants, sans véritable parallèle, qui pourraient d’ailleurs expliquer dans la nouvelle inscription athénienne, si l’on admet son appartenance à Eklektos, la présence, inattendue et sans équivalent, de celui de Panopolis33. Dans IG II3 4, 629 comme dans IvO 243 figure ainsi Περγαῖος. C’est, comme pour Τριπολείτης et Ἱεραπολείτης dans IvO 243, sa seule occurrence comme ethnique honorifique dans les palmarès. Le milieu du iiie s. marque alors, il est vrai, l’apogée des concours de Pergé34, notamment de ses Pythia ; mais le concours reste du point de vue de son prestige très inférieur à de nombreux agônes de Grèce et d’Asie, et bien qu’Eklektos rappelle le droit de cité reçu dans la cité pamphylienne, il ne cite aucun concours pergéen dans son palmarès. Si l’ethnique apparaît dans les palmarès gravés à Athènes et Olympie, c’est-à-dire dans deux des principales capitales de l’agonistique grecque, c’est certainement parce qu’à Pergé Eklektos n’a pas été fait seulement citoyen mais aussi membre du Conseil. Cette appartenance à la Boulè éclaire aussi le choix très surprenant de faire apparaître Τριπολείτης dans la base d’Olympie, alors qu’Eklektos n’a pas jugé digne de mentionner de victoire dans la cité lydienne dans le palmarès gravé alors, ni non plus d’ailleurs dans l’inventaire athénien35. Tripolis n’organise au demeurant que des concours modestes, qui ne figuraient dans aucun palmarès avant la découverte de la base de Nysa pour Eutychiôn,36. On peut désormais penser, d’après ce dernier texte et des monnaies, que les Letôa Pythia de Tripolis remportés par le Nyséen ont été promus au plus tard sous Valérien et Gallien, peut-être un peu plus tôt37. Mais même dans ce cas, cet agôn reste de loin inférieur en prestige aux concours plus anciens de Grèce ou d’Asie dans lesquels nous savons qu’Eklektos a vaincu. Ce n’est donc pas pour le haut rang de l’agôn que le héraut mentionne l’ethnique de Tripolis. En revanche il a pu être le premier vainqueur du concours nouvellement promu et, fait important aux yeux de l’artiste, il y a été fait non seulement citoyen mais aussi membre du Conseil.

  • 38 . Seule FD III 4, 476 (Choix d’inscriptions de Delphes 298) contient plus d’ethniques que la grande (...)
  • 39 . Nous y reviendrons ailleurs. SEG 6, 203 n’a par exemple qu’une formule générale indiquant que l’a (...)

14Les autres mentions d’appartenance à la Βουλή vont dans le même sens : certes Eklektos l’a emporté à Sardes (Koina Asias) et Nicée (Sevèreia), mais ces concours sont alors loin d’appartenir à la fleur des concours grecs. À l’inverse, Eklektos a vaincu dans des capitales du monde agonistique (Smyrne, Éphèse, Pergame etc.), dont on peut imaginer qu’au moins une partie d’entre elles l’ont honoré de la politeia, mais les ethniques de ces cités sont absents de tous ses palmarès, sauf Smyrne où il est justement βουλευτής. Même Athènes, où Eklektos n’est que citoyen, disparaît de la liste d’Olympie, au profit de Tripolis ou Hiérapolis, où il est membre du Conseil. S’il n’est bien entendu pas le premier ni le seul champion à énumérer de nombreux ethniques et appartenances au Conseil, le périodonique sinopéen accordait une importance particulière à ce titre de βουλευτής. Cela va encore dans le sens d’une identification du titulaire du nouveau palmarès athénien avec le héraut de Sinope, car l’état-civil du premier mentionne in fine son appartenance au Conseil d’une ou plusieurs cités, soit par un simple βουλευτής, soit par une formule plus développée du type ἄλλων πόλεων βουλευτής. Or l’insistance sur ces honneurs était quelque peu passée de mode : les autres palmarès du milieu du iiie s. ne contiennent plus d’aussi longues listes d’ethniques que dans la seconde moitié du iie s.38 ; elles sont plus sobres ou font parfois même défaut.39

  • 40 . Nous n’avons trouvé dans des expressions comparables aucun cas épigraphique d’ἄλλος postposé.
  • 41 . MDAI(A) 7 (1882), p. 255, no 26 ; IGUR I 240 ; TAM V 3, 1506.
  • 42 . Voire avec les deux termes ; dans une inscription de Smyrne pour un Apollinarius (I.Smyrna 661), (...)
  • 43 . Mais notre identification de ce héraut avec Eklektos éclaire cette exception, puisque l’on sait q (...)

15Le long passage sur les ethniques du héraut ne se laisse pas restituer en toute certitude. L ’ordre des termes dans la restitution des éditrices aux l. 3-4 n’est toutefois pas satisfaisant ; la place d’ἄλλων est singulière40 et nous ne voyons sur la photographie aucune trace de l’alpha signalé par les éditrices, ni même comment il serait possible que celui-ci soit encore visible. Les deux lambda sont, eux, plus sûrs. On écrira [ἄλλων πόλεων πο]λ̣λ̣ῶν, comme dans d’autres palmarès41, sans qu’on sache si l’expression dépend d’un mot qui précéderait (πολείτης en l’occurrence), ou, ce qui est plus probable, si elle va avec βουλευτής.42 Ce serait le seul cas où la mention de l’appartenance honorifique au Conseil dans « de nombreuses autres cités » ne s’accompagne pas de la mention de la citoyenneté : la formule stéréotypée est πολείτης καὶ βουλευτής43. Par ailleurs, à la fin de la l. 3, là où les éditrices écrivent ]οια̣ῖος κ̣[αί], si la haste finale est assez sûre, elle ne permet pas de choisir entre la conjonction de coordination κ̣[αί] et le nom β̣[ουλευτής], qui, compte tenu de nos remarques précédentes, est au moins aussi probable et comblerait toute la fin de ligne.

  • 44 . Chez l’aulète Tib. Claudius Kallimorphos, ταλαντιαίους δὲ καὶ ἡμιταλαντιαίους ἐνί[κα] ἅπαντας οὓς (...)
  • 45 . I.Napoli 47.
  • 46 . SER 67, l. 19-21, voir SEG 54, 724.

16Les mots suivants, [ἠ]γωνισάμην̣ et [---]ος τῶ̣ν Ἀ̣θ̣ήνησι, sont à une place surprenante. En effet, après les citoyennetés honorifiques on attend tout de suite la spécialité et les titres agonistiques, [κ]ῆ̣ρυξ περίοδος ἀν̣ί̣[κητος], qui viennent ici seulement deux lignes plus loin. On ne sait pas si ἠγωνισάμην va avec ce qui précède — ce qui nous paraît meilleur — ou avec ce qui suit. Le verbe ἀγωνίζομαι est attesté dans les palmarès, souvent dans une formule globale à la fin44, mais on le trouve aussi au début, avant la liste des victoires  ; ainsi l’aulète P. Aelius Antigenidas a vaincu το[ὺς ὑπογεγραμμένους] ἀγῶνας, οὕσπερ καὶ μόνους ἠγωνίσατο ἄλειπτος45. Dans une inscription de Rhodes pour un coureur, on rappelle qu’il a été honoré de la citoyenneté là où il l’a emporté, encore « du temps où il concourait », διὰ ταῦτα πολιτείαις ἀξιωθέν[τα Λαοδικέων καὶ Ταρ]σέων καὶ Ἀντιοχέων ὁπότε ἠγωνί[σατο]46.

  • 47 . S. Follet et D. Peppas Delmousou commentent, p. 510 : « La mention d’Athènes indique que le hérau (...)
  • 48 . Seul l’angle inférieur gauche du sigma se lit sur la photographie, on ne voit pas comment quelque (...)
  • 49 . Threatte, GAI I, p. 374-376.
  • 50 . SEG 33, 139.
  • 51 . CID IV 117 (Le GuenTechnites I, no 11) en 121-117 av. J.-C. ; la formule est restituée dans IG (...)
  • 52 . Nous excluons à peu près que l’expression puisse se rapporter aux concours d’Athènes, τῶ̣ν Ἀ̣θ̣ήν (...)

17Il doit s’agir ensuite, autour de la l. 6, d’une allusion à des honneurs reçus à Athènes47. La forme Ἀθήνησι48 invite certainement à y voir une référence à une institution particulière, ancienne. En effet, le locatif au lieu de ἐν Ἀθήναις n’est pratiquement plus en usage, sinon dans quelques rares textes, selon un usage littéraire, ainsi que dans les lettres impériales49. C’est dans l’une d’elles qu’il faut probablement trouver le parallèle pour notre texte. L ’empereur Hadrien écrit en effet à l’association locale des technites dionysiaques, entre 128 et 134 ap. J.-C., en s’adressant à [τῆι] τῶν Ἀθήνη[σιν συνόδωι τῶν περὶ τὸν] Διόνυσον τε[χνειτῶν ἱερονεικῶν στε]φανειτῶν50. Le locatif pouvait dans ce cas se prévaloir d’une grande ancienneté, puisque des documents de la basse-époque hellénistique parlent des Ἀθήνησι τεχνῖται, alors qu’ailleurs on utilise déjà à cette date le groupe prépositionnel ἐν Ἀθήναις51. C’est peut-être de la même association que dans la lettre d’Hadrien dont il est question ici, avec une formulation plus courte qui ne se laisse pas restituer en toute certitude. On peut à tout le moins proposer τῶ̣ν Ἀ̣θ̣ήνησ[ιν τεχνειτῶν]52. Pourrait-on imaginer que notre héraut a été admis à titre honorifique dans cette très honorable association artistique, voire qu’il y occupait une fonction prestigieuse ?

  • 53 . La plus ancienne pourrait être IGUR I 244, qui n’est pas antérieure à 170.
  • 54 . Le palmarès d’Eutychiôn, cf. n. 15 ; Agora XVIII C205 ; IGUR I 244 ; I.Ephesos 1104 ; TAM V 2, 10 (...)
  • 55 . Cl. Vatin, Delphes à l’époque impériale (thèse inédite, déposée à la bibliothèque de la Sorbonne, (...)

18Viennent ensuite les titres agonistiques. Notre artiste est περίοδος ἀνίκητος. La forme apocopée περίοδος pour περιοδονείκης est plutôt tardive53. Elle est surtout très rare, dans les inscriptions comme dans les papyrus. Nous n’en connaissons que dix autres attestations54, dont trois pour le seul Valerius Eklektos. Le champion sinopéen est, dans trois textes différents, successivement περίοδος, δὶς περίοδος et τρὶς περίοδος. Les deux dernières expressions apparaissent dans les inscriptions d’Athènes et d’Olympie déjà citées. Le premier vocable est dans un texte quasi inédit. On connaît en effet un autre palmarès de Valerius Eklektos, retrouvé à Delphes et étudié dans la thèse, jamais publiée, de Claude Vatin55.

  • 56 . Nous remercions vivement D. Rousset, qui a examiné la base pour nous et réalisé les photographies (...)

19Inv. 7720, au Nord-Est de l’Hérôon romain, situé à l’Ouest du sanctuaire d’Apollon. Grande base de calcaire gris, brisée aux angles antérieur droit et postérieur gauche : 130 × 61 × 38 cm ; sur le dessus, reste de deux mortaises circulaires, l’une à l’avant droit, l’autre à l’arrière gauche. Dim. du champ épigraphique conservé : 43 × 51 cm. Lettres anguleuses de taille irrégulière : l. 1-10, 2 à 2,5 cm ; l. 11-12 : 1,4 cm. L. 4, fin : l’omicron en tout petit à l’intérieur d’un pi rehaussé ; l. 5 : les deux dernières lettres en plus petit. Interligne : 0,8 (l. 1-9) à 1,3 cm (l. 10-13). La surface est très endommagée (fig. 2)56.

Οὐαλέριος Ἔ[κλεκτος Σινω-]
πε̣ὺ̣ς βουλευτής κ̣[αὶ Ῥω]μα̣[ῖ]ο̣ς̣ [καὶ]
[Ἠλεῖος καὶ Δε]λ̣φὸς καὶ Κορίνθιος καὶ
4 [Ἀργεῖος ? καὶ Ἀ]θ̣ην̣αῖος καὶ Νεικοπο-
[λείτης καὶ Ἱε]ρα[πολείτης] βουλευτὴς
[καὶ - - - - - - καὶ ἄλ]λ̣ω̣ν̣ π̣ο̣[λλ]ῶν πό-
λε[ων πολείτης καὶ βουλε]υ̣τ[ή]ς, κῆρυξ
8 [περίο]δ̣[ος ἄλειπτος, νεικ]ή̣σ̣α̣ς̣ ἀ[γ]ῶνας
[οἰκουμενικοὺς τοὺς ὑπογεγρ]αμμένους·
[Ὀλύμπια ἐν Πείσῃ] αʹ̣, Πύ̣θ̣[ια] ἐν Δελφοῖς βʹ,
Ν̣[έμεια ἐν Ἄργει .ʹ, Ἴσθμια .ʹ,] τ̣ὴ̣ν̣ [ἐ]ξ̣ Ἄργους ἀσπ̣ί̣δα,
12 [- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -]α̣θ̣η̣[.. ?]
[- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -]O[- - - -]
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Fig. 2

Fig. 2

Palmarès delphique d’Eklektos.

20L. 1-2 : [Σεινω]|πε̣ύ̣ς Vatin ; nous reprenons la forme des textes d’Olympie et Athènes.

21L. 4 : [Σαρδιανός] Vatin, comme dans IG II3 4, 629, mais le supplément est trop long. Une note marginale dans l’exemplaire de la thèse de Claude Vatin conservé à l’École française d’Athènes indique, à juste titre, que les ethniques mentionnés en premier pourraient être ceux des cités organisant les concours de la période. Ils seraient dès lors dans l’ordre qui est celui de la hiérarchie des concours qu’elles célébraient, Olympia, Pythia, Isthmia et Nemea. De manière remarquable, les deux dernières cités disparaissent des palmarès d’Athènes et d’Olympie.

22L. 5 : nous ne lisons plus les deux lettres au centre.

23L. 6 : on pourrait songer à Περγαῖος d’après les inscriptions d’Athènes et d’Olympie, mais Eklektos y est — à une date il est vrai plus tardive — βουλευτής et l’ethnique est un peu court pour la lacune, d’une dizaine de lettres.

24L. 8 : ou ἀνίκητος à la place d’ἄλειπτος, cf. infra.

  • 57 . Dans ce palmarès où ne figurent que les concours de Pise et de Rome, le seul ἱερούς est presque é (...)

25L. 9 : οἰκουμενικούς, comme dans IG II3 4, 629, où il y a aussi l’adjectif ἱερούς ; à Olympie c’est οἰκουμενικούς qui manque57, mais ces différences ne sont ici peut-être pas significatives. Il s’agit dans tous les cas de concours isélastiques et à la place d’οἰκουμενικούς, εἰσελαστικούς n’est pas exclu.

26L. 10 : le premier chiffre est une lettre triangulaire, ni la pierre, selon Vatin, ni l’estampage ni les photographies ne permettant de distinguer entre alpha et delta. – [ἐμ Πείσῃ] Vatin, la préposition est presque toujours écrite ἐν.

27L. 11 : les concours d’Argos et Corinthe pouvaient être dans l’ordre inverse mais nous maintenons celui du palmarès athénien, car la photographie montre nous semble-t-il les vestiges du nu initial de Νέμεια. À la fin, Vatin ne lisait que des signes sans signification (une lettre ronde, deux sigma carrés, une lettre triangulaire, un sigma carré, puis un delta).

28L. 12 : après le êta, il y a de la place pour une ou deux lettres, mais nous ne voyons aucune lettre, peut-être parce que pour respecter la coupe syllabique le lapicide a changé de ligne après le êta. Cf. infra.

29L. 13 : la fin de la l. 12 nécessite dans tous les cas une treizième ligne, vers la fin de laquelle nous lisons un omicron. Des traces évanescentes de lettres incitent à en restituer même une quatorzième voire une quinzième : c’était un palmarès plus détaillé que celui d’Olympie. Nous n’avons rien vu sur toute la moitié inférieure de l’estampage complet de la base, dont la surface est ici entièrement rongée.

  • 58 . Ces trois victoires delphiques sont à notre avis nécessaires pour être trois fois périodonique.

30Claude Vatin notait que, malgré l’incertitude sur la lecture du chiffre des victoires aux Olympia (αʹ ou δʹ), l’inscription delphienne était nécessairement antérieure à l’inscription d’Olympie, où Eklektos est trois fois périodonique. Car ici il n’a remporté les Pythia que deux fois et non trois58. Le héraut sinopéen n’a de ce fait pas encore à son actif la quatrième victoire olympique : le chiffre triangulaire après [Ὀλύμπια ἐν Πείσῃ] est donc un alpha et non un delta et à la l. 8 on restituera [περίο]δ̣[ος], sans chiffre avant, qui est d’ailleurs le supplément qui convient le mieux à la taille de la lacune.

31À la l. 12, la lecture ΑΘΗ, quasi certaine, permet de restituer soit le concours d’Athéna Promachos à Rome, auquel Eklektos a vaincu trois fois (Ἀ̣θ̣η̣[νᾶς Προμάχου ἐν Ῥώμῃ]), soit les Panathénées ([Παν]α̣θ̣ή̣[ναια]), où il l’a emporté quatre fois à l’époque du grand palmarès athénien, soit simplement le toponyme Ἀ̣θ̣ή̣[νας]. Ce dernier est peu probable car inutile pour les Panathénées comme pour les Panhellènia, les deux seuls agônes athéniens auxquels Eklektos a vaincu, dont les noms seuls suffisent à désigner sans ambiguïté ces concours ; le toponyme manque au demeurant dans IG II3 4, 629, il est vrai à Athènes même. Le choix entre les deux autres suppléments dépend de l’ordre des concours dans cette partie du texte ainsi que de sa date.

  • 59 . Le Bouclier d’Argos est mis en valeur à Athènes comme à Delphes à cause de son ancienneté et de s (...)

32Certains éléments vont dans le sens des Panathénées mais aucun n’est réellement décisif. D’une part, les concours romains précédaient probablement ici la ou les victoires athéniennes : en effet, les Panathénées et les Panhellènia n’apparaissent si haut dans IG II3 4, 629 que parce qu’on est à Athènes. Dans le texte d’Olympie, où le palmarès est réduit aux succès majeurs, ils disparaissent tandis que les succès romains sont au contraire mis en valeur. À Delphes les Kapetôlia et les autres compétitions romaines devaient avoir la préséance sur les agônes athéniens et venir juste après les concours de la période59. D’autre part, on pourrait, du point de vue de l’espace disponible, insérer au début de la ligne, avant les Panathénées, les Kapetôlia de Rome et le concours d’Athéna Promachos. La restitution [Καπετώλια ἐν Ῥώμῃ  .ʹ, Ἀθηνᾶς Προμάχου ἐν Ῥώμῃ  .ʹ, Παν]α̣θ̣ή̣|[ναια] donne certes une ligne plus longue que la précédente, mais elle ne paraît pas pouvoir être exclue car la tendance à cet endroit du texte est à une écriture plus petite et plus dense. Dans les palmarès du héraut retrouvés à Athènes et Olympie, où les trois concours romains sont à chaque fois mentionnés, l’ordre est toujours Kapetôlia — Athéna Promachos — concours du Millénaire. Il n’y a pas la place au début de la l. 12 pour cette séquence suivie des Panathénées, ce qui laisse deux options ouvertes : soit l’ordre était Kapetôlia, concours du Millénaire — avec une formulation beaucoup plus courte que dans l’inscription athénienne (τὸν χειλιετῆ ἐν Ῥώμῃ, ἐφ’ ᾧ ἐτειμήθην χρυσῷ βραβείῳ μόνος καὶ πρῶτος τῶν ἀπ’ αἰῶνος κηρύκων) mais plus longue que dans celle d’Olympie (Ῥώμης Αἰών[ια]) — et enfin concours d’Athéna Promachos ; soit l’on est avant 248 et seuls les Kapetôlia et le concours d’Athéna Promachos y figuraient dans ce cas, juste avant les concours d’Athènes. Comme on le verra, quelle que soit l’interprétation que l’on fait de cette l. 12, ce texte ne doit pas être très éloigné de l’année du Millénaire de Rome, donc nous avons du mal à croire qu’Eklektos n’ait pas insisté sur ce triomphe s’il avait déjà eu lieu. Le palmarès pourrait certes être antérieur à 248, mais il reste à nos yeux une difficulté majeure : les Eusebeia et les Sebasta viendraient après les concours athéniens. L ’intercalation d’un ou plusieurs concours athéniens entre ceux de Rome et ceux de Campanie est peu probable et peut-être faut-il en rester à l’hypothèse d’une succession Kapetôlia — concours du Millénaire — Athéna Promachos, même si elle est en désaccord avec les inscriptions d’Athènes et Olympie. Une restitution [Καπετώλια ἐν Ῥώμῃ  .ʹ, τὸν χειλιετῆ ἐν Ῥώμῃ], Ἀ̣θ̣η̣|[νᾶς Προμάχου ἐν Ῥώμῃ  .ʹ] donne du reste une ligne d’une longueur comparable à la précédente. Dans ce cas la seconde victoire delphique et le palmarès sont postérieurs à 248 et datent probablement de 251. Mais les trois seules lettres conservées nous paraissent trop peu pour trancher définitivement. La liste des ethniques, qui ne présente encore aucune originalité puisqu’elle est centrée sur les sièges des concours les plus prestigieux, plaiderait de son côté pour une date haute, plus proche des débuts de la carrière du héraut, avant que celui-ci ne multiplie les victoires et les honneurs.

  • 60 . nous aurions tendance à penser que c’était un palmarès détaillé, car c’est la forme qu’Eklektos a (...)

33Jusqu’à ce point ne figurent assurément que les concours les plus prestigieux. La fin du texte étant entièrement perdue, on ne peut déterminer avec assurance si le palmarès était réduit et centré sur les principales victoires ou s’il se développait à un niveau de détails comparable à celui d’Athènes60.

  • 61 . Le mot est entièrement restitué dans l’inscription de Delphes.
  • 62 . L. Robert, Hellenica XI-XII (1960), p. 338-341.
  • 63 . Les abréviations πολ. et βου. renvoient aux mentions de citoyenneté honorifique et d’appartenance (...)
  • 64 . Les années 210 voire 220 (si le personnage en question a continué sa carrière) sont exclues, car (...)
  • 65 . L ’unique autre occurrence nous paraît être IGUR II 935, funéraire d’un τραγῳδὸς ἀνίκητος.
  • 66 . I.Napoli 47 pour un aulète.

34Dans le texte delphique, Eklektos porte le titre apocopé de περίοδος. La même forme apparaît pour le héraut titulaire de l’inscription athénienne IG II3 4, 624. La ressemblance de ce dernier texte avec les palmarès du Sinopéen va plus loin, puisque l’honorandus d’Athènes est ἀνίκητος : dans l’inscription d’Olympie, à tout le moins61, Eklektos est ἄλειπτος. Le sens est identique, invaincu62. Nous avons donc affaire dans le texte publié par S. Follet et D. Peppas Delmousou à un héraut περίοδος invaincu, probablement dans le second tiers du iiie s., honoré à Béroia, où Valerius Eklektos a été vainqueur. Tout laisse à penser, à notre avis, qu’il s’agit du Sinopéen lui-même. Il y a trop peu de points de rencontre entre les différents textes de Delphes, Olympie et Athènes pour en apporter une preuve décisive, comme le montre le tableau comparatif ci-dessous63. Toutefois il ne peut y avoir eu à la même époque deux hérauts périodoniques ἀνίκητοι, alors que la mention de Béroia dans la nouvelle inscription athénienne la situe probablement après ca 23064. Si ce n’est pas le palmarès du Sinopéen, son titulaire devrait être un héraut immédiatement antérieur, un champion qui domine totalement sa discipline comme Eklektos, usant de surcroît comme la star de Paphlagonie de termes originaux pour caractériser sa carrière (περίοδος et non περιοδονείκης, ἀνίκητος exceptionnel pour un champion65 comme ἄλειπτος l’est pour un artiste66) et avec la même préoccupation que le champion de Sinope pour les ethniques et la qualité de membre honorifique de la boulè. Nous ne croyons guère à cette possibilité.

Cité Concours Neue IvO 33 IG II3 4, 629 Palmarès de Delphes IG II3 4, 624
Élis Olympia 4 Πολ. 2 Πολ. 1 Πολ. ? Au moins une
Delphes Pythia 3 ou plus Βου. 2 Βου. 2 Πολ. Au moins une
Argos Nemea Au moins 3 3 x Πολ. ? Au moins une
Corinthe Isthmia Au moins 4 4 x Πολ. Au moins une
Athènes Panathénées 4 Πολ. ? Πολ. Au moins une, qui justifie l’inscription
Panhellènia 1
Argos Bouclier d’Argos 1 1 Πολ.
Rome Kapetôlia 3 Πολ. 3 Πολ.
Athéna Promachos 3 3
Concours du Millénaire 1 1
Pouzzoles Eusebeia 4
Naples Sebasta 4
Nicopolis Aktia 1 Πολ.
Épidaure Olympia 2
Thèbes Hèrakleia 3
Lébadée Trophôneia 2
Béroia Olympia 2 Πολ. ou Βου.
Philippopolis Pythia 2
Kendreisia 1
Byzance Sebasta 1
Nicomédie Sevèreia 2
Koinon Bithynias 2
Nicée Sevèreia 3 Βου.
Sardes Chrysanthina 1 Βου.
Koina Asias 1
Tralles Pythia 1
Éphèse Olympia 2
Balbilleia 4
Hadrianeia 1
Smyrne Olympia Βου. 2
Hadriana Olympia 2
Koina Asias 1
Pergame Augousteia 1
Cyzique Olympia 1
Milet Didymeia 2
Hiérapolis Pythia Βου. 1 Βου.
Tyr Aktia 1
Damas Sebasmeia 2
Sidon Periporphyron 2
Aphrodisias Attalèa Kapetôlia 1
Tripolis de Lydie Βου.  ?
Philadelphie Βου.
Pergè Βου. Βου.
Panopolis Πολ. ou Βου.
Sparte X
Sidè ?
  • 67 . Cf. notre analyse « La carrière du pancratiaste Markos Aurèlios Dèmostratos Damas », BCH 127 (200 (...)
  • 68 . FD III 1, 554 et SEG 52, 537.
  • 69 . Voir J.-Y. Strasser, Historia 55 (2006), p. 326-327.
  • 70 . Il est possible que tous les vainqueurs à ce concours aient été honorés de la même manière.

35On pourrait objecter qu’il est étonnant qu’un champion ait, ailleurs que dans sa patrie, deux monuments en son honneur dans la même cité. Le cas est cependant avéré. Deux bases pour l’athlète M. Aurelius Dèmostratos Damas de Sardes ont ainsi été érigées à Delphes, probablement toutefois après sa retraite sportive67. Le trompette P. Aelius Serapiôn d’Éphèse a aussi deux statues différentes, à Delphes toujours, à seulement quatre ans d’intervalle et cette fois alors qu’il est en pleine carrière, la première statue après avoir remporté la période dans la période à seulement 22 ans, la seconde après avoir réédité l’exploit immédiatement à la suite68. Valerius Eklektos paraît par ailleurs être une exception dans sa discipline et même parmi les stars des stades et des théâtres. Les hérauts ne sont en général guère estimés. Ils sont très bas dans la hiérarchie des artistes69. Aussi n’a-t-on généralement retrouvé que les bases des plus grandes stars de cette discipline, souvent des périodoniques. D’Eklektos, on connaît pourtant déjà trois ou quatre monuments, dans trois endroits différents. Il semble réellement avoir eu une réputation extraordinaire, qui rejaillit sur son φωνασκός, son maître de voix, honoré en plusieurs endroits et en particulier τειμηθέντα ὑπὸ Ἠλείων καὶ Δελφῶν ἀνδριᾶσι μόνον καὶ πρῶτον τῶν ἐπὶ φωνασκίᾳ. Le talent du κῆρυξ devait être exceptionnel et il ne manque pas de signaler qu’à Rome, à la suite de sa victoire dans le concours du Millénaire, il fut le premier et seul des hérauts à recevoir un brabeion en bronze doré, ἐφ’ ᾧ ἐτειμήθην χρυσῷ βραβείῳ μόνος καὶ πρῶτος τῶν ἀπ’ αἰῶνος κηρύκων70.

  • 71 . Les lettres sont assez curieusement formées et disposées, parce que le lapicide a serré l’ensembl (...)
  • 72 . L. Robert, Hellenica VII (1949), p. 111 et « Les épigrammes satiriques de Lucillius sur les athlè (...)
  • 73 . IGUR I 240.
  • 74 . Ce qui est différent, certainement, d’ἀνίκητος ou ἄλειπτος. Car ce dernier qualificatif s’appliqu (...)

36Dans son nouveau palmarès athénien, se place entre les titres agonistiques et la liste complémentaire une formule délicate à restituer. À la l. 9, les éditrices ont proposé [ἀν]έ̣γ̣ρα̣ψ̣[α], qui ne convient pas. Elles donnent au verbe la signification d’énumérer, considérant probablement que cette énumération est la liste des concours gravée aux trois dernières lignes. Mais ce sens ne nous semble pas attesté et bien que les formulations remarquables ne manquent pas dans ce texte, on voit mal pourquoi il y aurait à cette date, pour signaler que le palmarès était gravé à la suite, autre chose que la formule traditionnelle, présente du reste dans les trois autres inscriptions pour Eklektos (νεικήσας ἀγῶνας - - - τοὺς ὑπογεγραμμένους). La lecture des éditrices paraît sûre, même si elles ne signalent pas la ligature alpha-psi71. Il doit s’agir d’une forme d’ἀπογράφομαι au moyen. Car c’est un terme technique des compétitions pour désigner l’inscription au concours72. À cet endroit du palmarès devait figurer une expression du type de celles qu’on trouve sur la base du pancratiaste M. Aur. Asklèpiadès, ὅσους ποτὲ ἀγῶνας ἀπεγραψάμην πάντας νεικήσας et πάντας οὕς ποτε ἀπεγραψάμην ἐν αὐτοῖς τοῖς σκάμμασιν στεφανωθείς73. Ce qui précède reste incertain. Les éditrices ont lu ὁμοῦ, mais nous ne voyons pas comment elles construisent l’ensemble. Seuls le mu et le second omicron nous paraissent sûrs, le bas de la haste qui suit pouvant appartenir à bien d’autres lettres. Il y a de toute manière encore la place pour une ou deux lettres entre la dernière de ce groupe et [ἀπ]ε̣γ̣ρα̣ψ̣[άμην] (cf. le fac-similé). Du point de vue du sens, on pourrait songer à une expression qui indiquerait qu’Eklektos a remporté tous les concours où il s’est inscrit74, puisqu’il est invaincu. Une formule ὅσ̣[ους ἀπ]ε̣γ̣ρα̣ψ̣[άμην] n’est cependant possible que si le lapicide a commencé à resserrer la gravure dès après le premier omicron d’ὅσους. C’est après tout envisageable, puisque la suite montre qu’il voulait faire encore tenir ce mot et le suivant dans la ligne, non seulement en serrant les lettres mais en recourant aussi aux ligatures : celle liant alpha et psi est bien visible, celles de la fin (mu-êta-nu), restituées, étant quasiment nécessaires pour faire tenir la dernière syllabe. La trace de lettre après le dernier omicron conservé pourrait assurément convenir à un sigma, aussi bien pour le départ d’une oblique que pour le très fin trait horizontal encore visible.

  • 75 . Un thêta à point central dans une inscription chrétienne de Sinope, I. Sinope 185.
  • 76 . I. Sinope 137 (ἑκατοντάρχου λεγ[ε]ῶ[νο]ς αιʹ Κλ.).

37Avant l’omicron, le mu doit dès lors appartenir à un chiffre (40). Le trait vertical qui suit et la barre horizontale qui en part sont l’indication du numéral. La lettre qui précède doit alors être un thêta à point ou triangle central ; l’autre thêta de la pierre est mutilé et ne permet donc pas de comparaison ; la forme est rarissime à cette date mais elle est tout à fait envisageable75. La composition du chiffre est également inhabituelle. Mais on trouve l’unité avant la dizaine à Sinope même, dans un ordinal il est vrai76. Sur la côte Sud du Pont, l’ordre est classique dans les dates, et les exemples abondent, en particulier à Amastris. Un total de 49 (θμʹ) victoires pour Eklektos vers 247-251 dans les concours isélastiques ou isélastiques pour tout l’oikoumenè correspond assez bien avec l’unique point de repère que nous avons : vers 255, probable date de IG II3 4, 629, Eklektos a cité dans son palmarès 79 victoires dans les concours œcuméniques. Quelques années plus tôt il peut donc en avoir sans peine remporté 49.

38Tenter de relier l’expression finale θ̣μʹ ὅσ̣[ους ἀπ]ε̣γ̣ρα̣ψ̣[άμην] à ce qui précède sur la pierre, τ̣οὺς ἀνακειμένους, paraît aventureux. La proposition des éditrices τ̣οὺς ἀνακειμένους [στεφάνους] est possible, mais στέφανος ne va guère avec ἀπογράφομαι, avant lequel on attend ἀγῶνας ; mais parler, par exemple, de τ̣οὺς ἀνακειμένους [εἰσελαστικοὺς ἀγῶνας] θ̣μʹ ὅσ̣[ους ἀπ]ε̣γ̣ρα̣ψ̣[άμην] est une brachylogie peut-être trop audacieuse.

39Comme le montre le fac-similé fig. 3, les dimensions de la lacune à gauche restent impossibles à déterminer. À aucun endroit on ne peut s’assurer que les restitutions à cheval sur deux lignes (notamment ἀν̣ί|[κητος]) se poursuivaient directement par les suppléments — plus ou moins assurés qui plus est — qui suivent (ici [νεικήσας] τ̣οὺς ἀνακειμένους).

  • 77 . G. Steinhauer, Mediterranean Archaeology 19-20 (2006-2007) (= Proceedings of the 25th Annniversar (...)
  • 78 . IAG 85, un concours à prix d’argent à la date de ce texte.

40On peut encore faire quelques hypothèses, dont nous ne mésestimons pas la fragilité. Compte tenu de ce que nous avons dit des concours nommés Antôneia/Antônineia au début de cet article, on serait tenté, avec la plus extrême prudence, de suggérer à la l. 12 le nom du concours de Sidè, sous sa forme « impériale » au neutre pluriel, Γορδιάνεια Ἀντώνεια/Ἀντωνίνεια. En tout cas, cela s’accorderait avec la chronologie de la carrière du héraut. Par ailleurs le palmarès de Nysa déjà invoqué mentionne deux agônes spartiates, les Eurykleia fondés au iie s.77 et les Hyakinthia, vieille fête dont la présence dans le palmarès d’une star des stades est une surprise de taille. Eklektos a très certainement remporté l’un de ces deux concours, après qu’ils ont reçu une promotion due vraisemblablement, pour ce qui est des Hyakinthia, au philhellène Gordien III. On peut faire une dernière hypothèse sur le texte d’Athènes. Comme on l’a dit, la précision ἐν Ἀσίᾳ pourrait porter sur une cité qui aura vu vaincre Eklektos, afin de lever l’ambiguïté d’une homonymie. Et si tel est le cas, Tripolis serait une candidate sérieuse, puisqu’il y a une cité du même nom en Syrie où sont aussi organisés des concours78 et qu’Eklektos est Τριπολείτης βουλευτής. Comme le montre le fac-similé, ces seuls concours ne suffisent pas à combler les lacunes des trois dernières lignes ; d’autres étaient probablement mentionnés, parfois peut-être accompagnés de précisions du type « les premiers (célébrés) », « premier des hérauts », etc.

  • 79 . À la l. 3, les a. hésitent entre Ο et Ε (mais les epsilon ne sont pas lunaires par ailleurs) et e (...)

41Nous proposons le texte suivant79 :

[e.g. Οὐαλέριος Ἔκλεκτος Σινωπεὺς βουλευ-]
[τὴς καὶ Ἀθηναῖος - - - - - - - - - - - - - - - - ]
[- - - - - - - - - - - - ]Ο̣Σ̣[- - - - - - - - - - - - - -]
4 [- - - - - - - - - - - - - καὶ] Παν[οπολείτης ?]
[- - - - - - - καὶ Βερ]οια̣ῖος I[- - - - - - - -]
[- - ? καὶ ἄλλων πόλεων πο]λ̣λ̣ῶν βου̣[λευτής,]
[- - - - - - - - - - - - - - ἠ]γωνισάμην̣ [- - -]
8 [- - - - - - - - - - - - -]ος τῶ̣ν Ἀ̣θ̣ήνησ̣[ι τεχ-]
[νειτῶν - - - - - - - - - κ]ῆ̣ρυξ περίοδος ἀν̣ί̣-
[κητος, - - - νεικήσας] τ̣οὺς ἀνακειμένους
[- - - - - - - - - ] θ̣μʹ ὅσ̣[ους ἀπ]ε̣γ̣ρα̣ψ̣[άμην.]
12 [- - Γορδιάνε]ι̣α Ἀντώ[νεια ἐν Σίδῃ ? - ]
[- - - - - - - - - - ] ἐ̣ν Λ̣ακ̣ε̣[δαίμονι - - - - - ]
[- - - - - - - - - - - ] ἐν Ἀσ̣ί[ᾳ - - - - - - - - - - ]
vacat

Fig. 3

Fig. 3

Fac-similé de SEG 58, 183.

42Πανοπολείτης occuperait sans difficulté tout l’espace restant à la fin de la l. 4, comme βουλευτής à la fin de la ligne suivante. On pourrait donc croire que la liste des ethniques s’achevait avec la cité de Macédoine et que suivait directement l’expression [καὶ ἄλλων πόλεων πο]λ̣λ̣ῶν βου̣[λευτής]. Mais la lacune à gauche est peut-être plus importante qu’il n’y paraît et un autre ethnique était dans ce cas encore intercalé avant la formule finale sur sa qualité de bouleute. Aux l. 8 et 11, on est tenté de faire tenir encore la dernière syllabe dans la lacune de la fin de la ligne, comme le lapicide a fait tenir le -νους de la ligne 10 en écrivant en tout petit les quatre ultimes lettres.

  • 80 . On ignore évidemment si sa carrière s’est poursuivie au-delà.
  • 81 . Nous avons toutefois ignoré ceux qu’Eklektos n’a jamais remportés.
  • 82 . Ce qui est d’ailleurs le cas, grosso modo, comme nous le montrerons ailleurs. Mais de nouveaux co (...)

43On peut tenter de préciser la chronologie de la carrière du héraut et, partant, celle des différentes inscriptions. Quatre victoires du héraut sont en effet bien datées : il a remporté les Olympia en 245, 253, 257 et 261, au moins80. Or le détail de son palmarès athénien (cf. tableau 1 supra), permet de fixer avec une forte probabilité, avec la marge d’erreur inévitable dans toute reconstruction de ce type, la date d’autres succès. Le calendrier des principaux concours81 — qu’Eklektos a remportés pour la plupart — s’établit entre 239 et 261 de la manière suivante, s’il n’y a pas eu de modifications majeures depuis l’époque d’Hadrien82, ce que paraît montrer le palmarès de Nysa déjà mentionné.

Tableau 1

Tableau 1

Les victoires dont la date est connue sont en gras, les célébrations où le héraut l’a très vraisemblablement emporté en italique.

  • 83 . Nous nous demandons en effet s’il n’y avait pas, la même année, deux séries d’épreuves pour les B (...)

44Valerius Eklektos est deux fois olympionique dans le grand palmarès athénien : sa rédaction se situe nécessairement entre 253 (2e victoire olympique) et 257 (3e victoire). Il y est aussi quatre fois vainqueur dans plusieurs concours quadriennaux : les Panathénées et deux agônes du circuit occidental, les Eusebeia de Pouzzoles et les Sebasta de Naples. Ces seuls succès nécessitent un minimum de quatorze années de carrière à la date du texte. Eklektos a donc commencé à participer et à vaincre dans des concours de premier ordre — où il est invaincu — entre 239 et 243. Dans l’activité d’un héraut ἀνικητός on peut certes ménager quelques trous, dus à quelque maladie ou à une pause choisie par l’artiste. Il y a d’ailleurs forcément une année vide ou presque de succès en 258, puisqu’Eklektos n’a pas enrichi son palmarès dans les concours italiens entre IG II3 4, 629 (avant 257) et IvO 243 (de 261) ; le héraut n’est pas non plus vainqueur aux Olympia de 249 et dans deux célébrations des Pythia durant sa carrière connue, sans compter qu’il n’a, du moins vers 255, aucune victoire aux Olympieia ou aux Hadrianeia d’Athènes, concours pourtant très prestigieux. Il est toutefois difficile et inutile d’étirer la carrière en supposant plusieurs années d’inactivité. Si, comme on peut le penser, le palmarès athénien a été réalisé à la suite de la quatrième victoire aux Panathénées, celle-ci tombait en 255, seule célébration du concours entre 253 et 257. Il y a tout lieu de penser que les précédentes ont été acquises lors de trois des célébrations de 239, 243, 247 et 251. Les premières victoires dans les concours campaniens sont, elles, nécessairement antérieures à 243 : en effet, pour compter quatre succès en Italie en 255 (et de toute manière dans l’intervalle 253-257), il faut qu’Eklektos ait déjà été couronné au plus tard en 242, 246, 250 et 254. Encore une fois, il n’est pas facile, et pas nécessaire, de remonter le terminus a quo de quatre ans, car il y aurait alors des périodes sans succès très importantes dans la carrière du héraut, trous qui, rappelons-le, ne peuvent s’expliquer par des défaites et donc des périodes d’infortune dans les concours. Les quatre victoires aux Balbilleia pourraient obliger à reporter le début de la carrière à 241 au plus tard, mais il y a là un problème spécifique aux Balbilleia qui nous fait hésiter à accepter cette chronologie83. Quand bien même ce serait le cas, cela ne change rien au fait que la série des victoires aux Panathénées commence certainement en 243, au plus tôt en 239.

45Le texte delphique et le nouveau document athénien apportent peu de nouveautés sur la carrière du héraut. Visiblement Eklektos ne cherchait pas à accroître systématiquement le nombre de ses victoires dans les deux concours triétériques de la période. Dans le palmarès d’Athènes, il ne compte pas plus de victoires aux Nemea que dans plusieurs concours pentétériques, comme les Sebasta de Naples et les Eusebeia de Pouzzoles. Il n’a pas non plus multiplié les victoires aux Aktia de Nicopolis et au Bouclier d’Argos, qui avaient lieu la même année que ces concours italiens. Il a visiblement privilégié ces derniers, et même commencé à briller en Occident, lui qui vient pourtant de la lointaine Sinope. Curieusement, il n’a plus ensuite gonflé son palmarès romain, qui est le même dans les palmarès d’Athènes et d’Olympie, entre lesquels il y a eu pourtant une célébration de ces concours très convoités.

  • 84 . Il ne faut pas oublier que des concours nouvellement fondés ou promus n’étaient souvent célébrés (...)

46Avec une seule victoire à Olympie, le palmarès de Delphes, postérieur à 245 (première victoire à Élis), est en revanche antérieur à IG II3 4, 629, qui enregistre déjà la couronne olympique de 253. Comme la base a été assurément élevée à la suite de la seconde victoire delphique, celle-ci se place en 247 ou 251 ; la troisième est de 255 ou 259. La date du texte delphique dépend aujourd’hui de la mention ou non du concours du Millénaire. Le premier palmarès athénien IG II3 4, 624 est compris dans la même fourchette 247-251 mais fournit pour le reste des indices contradictoires. D’un côté nous serions assez tenté de le situer dans les tout débuts de la carrière d’Eklektos, car si nous avons raison de voir dans les ajouts des l. 10-12 des concours promus par Gordien III, la gravure de cet inventaire des concours remportés peu avant par le héraut ne saurait être éloignée de la fin du règne de cet empereur84. D’un autre côté Eklektos compte déjà 49 victoires, total considérable qui conviendrait peut-être mieux à 251 qu’à 247.

  • 85 . Tous ces palmarès à couronnes seront rassemblés et analysés dans notre corpus à paraître des palm (...)
  • 86 . Nous reviendrons ailleurs sur l’origine de ces couronnes ; en attendant, voir l’article très comp (...)
  • 87 . IG II3 4, 627 (Agora XIX C204, voir toujours les photos chez B. D. Meritt, Hesperia 17 [1948], pl (...)

47Les éditrices n’ont pas dit grand-chose du nouveau monument athénien, sinon en l’appelant base dans la description des fragments. Or nous ne sommes pas sûr qu’il s’agisse d’un piédestal. Les blocs sont trop mutilés pour permettre la moindre conclusion architecturale. L ’inscription elle-même apporte cependant un élément de description en évoquant τ̣οὺς ἀνακειμένους [στεφάνους ?]. Le verbe ἀνακεῖμαι a le sens général de ce qui est offert, érigé, consacré. Il pourrait bien indiquer que les couronnes — si c’est bien le terme à suppléer — étaient matérialisées. Le monument était peut-être constitué de couronnes sculptées. C’est un type de palmarès bien connu à l’époque impériale, en particulier à l’époque antonine — avec des couronnes végétales dans la presque totalité des cas à cette date – puis dans le second tiers du iiie siècle85. À cette période, qui est celle de notre texte, les monuments sont ornés de couronnes agonistiques monumentales86. À Athènes même, sur l’agora, on a retrouvé les vestiges d’un complexe imposant de ce type, dont sont conservées de manière très fragmentaire une dizaine de couronnes sculptées dans du marbre pentélique, sans doute au milieu du iiie s.87 ; l’ensemble devait avoir une taille considérable car la seule couronne complète a quarante centimètres de large. Ce pourrait être ainsi qu’étaient présentées les couronnes ἀνακείμεναι figurant les succès remportés par Eklektos.

Trois fragments de palmarès tardifs à Athènes

48S. N. Koumanoudis a publié en 1970, sans illustration, trois petits fragments d’inscriptions agonistiques trouvés sur l’agora Romaine qui présentent pour deux d’entre eux de fortes similitudes. Dans IG II3, J. Curbera a repris les éditions du savant grec sans grand changement, sinon en étant, à juste titre, plus prudent dans les restitutions du troisième texte, que nous rééditons infra. Les photographies fournies dans le volume des IG et surtout celles qui ont été mises à notre disposition par les services archéologiques permettent à notre avis de conclure à l’appartenance de deux morceaux à la même pierre. Le troisième appartient en revanche à un palmarès d’un autre champion, qui pourrait toutefois être contemporain du titulaire du premier palmarès ainsi reconstitué.

49Les fragments inventoriés no 760 et 761 ont été repris sous les no 616 et 617 des IG II3 4 :

50Roman Agora, no 760. Fragment de marbre brisé de toutes parts : ht. 10 cm, la. 5,5, pr. 10 cm. Lettres : 1,8 cm. Interligne : 1 cm.

51S. N. Koumanoudis, AD 25 (1970), p. 63, no 12 (SEG 36, 264). J. Curbera, IG II3 4, 616, ph.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
[- - - - - -]. Ι Ι[- - - - - - - - - - - - -]
[Ἀσκληπίεια ἐν Ἐ]π̣ιδα[ύρῳ - - - - - -]
[- - - Ὀλυ]μπε[ῖα - - - - - - - - - ]
4 [- - - - - -]ΗΝΑ[- - - - - - - - - - - - - ]
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Fig. 5

Fig. 5

IG II3 4, 616.

52Notes critiques
L. 1 : [Ὀλύμ]πι[α ἐν Πίσῃ ?] Koumanoudis. Curbera note le bas d’une haste légèrement oblique, puis le bas de deux hastes verticales bien séparées.
L. 2 : [Ἀσκλήπια ἐν Ἐ]π̣ιδα[ύρῳ] Koumanoudis.
L. 3 : [Ὀλυ]μπε[ῖα ἐν Ἀθήναις ?] Curbera dans l’app. cr.
L. 4 : [Παναθ]ήνα[ια] ? Curbera dans l’app. cr.

53Roman Agora, no 761. Fragment de marbre brisé de toutes parts, sauf à g. : ht. 13 cm, la. 10,5 cm, pr. 20 cm. Lettres : 1,8 cm. Interligne : 1 cm.

54S. N. Koumanoudis, AD 25 (1970), p. 62, no 10 (SEG 36, 262). J. Curbera, IG II3 4, 617, ph., sans avoir revu la pierre. N. Tsoniotis nous a signalé que tous les fragments semblent conservés dans une réserve de la Bibliothèque d’Hadrien.

- - - - - - - - - - - -
Ạ[- - - - - - - - - -
EI[- - - - - - - - - ]
Διδ[ύμεια ἐν Μιλήτῳ]
4 POṆ[- - - - - - - -]
ΒΕ[- - - - - - - - -]
- - - - - - - - - - - -

Fig. 4

Fig. 4

IG II3 4, 617.

55Notes critiques
L. 3-4 : [τὸν περιπόρφυ]|ρον ? Curbera dans l’app. cr.
L. 4-5 : [Εὐσέ]|βε[ια ?] Curbera dans l’app. cr.

56S. N. Koumanoudis a eu le mérite d’identifier à chaque fois les quelques lettres subsistantes comme les vestiges d’une inscription agonistique. La datation proposée par l’éditeur et reprise par J. Curbera – le iie s. – est basée uniquement sur la forme des caractères.

57On doit faire l’hypothèse de l’appartenance de ces deux fragments à une même pierre. L ’écriture, la hauteur des lettres, l’interligne sont identiques. Il y a peu de lettres en commun, mais l’epsilon a une forme caractéristique : les barres supérieure et inférieure dépassent nettement à gauche, créant ainsi plus que de simples apices. Non seulement il s’agit de deux morceaux du même palmarès, mais on peut vraisemblablement relier un fragment à l’autre.

  • 88 . Voir toujours sur ce concours syrien L. Robert, « Fêtes de Sidon », RN 1936, p. 274-278 (OMS II, (...)
  • 89 . Ce supplément invaliderait la reconstruction proposée ici mais pas l’appartenance des deux fragme (...)
  • 90 . Sauf si la coupe syllabique n’était pas respectée et que la marge à droite était particulièrement (...)
  • 91 . C’est l’ordre le plus courant quand les palmarès utilisent l’accusatif de lieu pour les sièges de (...)

58Le no 761 (IG II3 4, 617) conserve le bord gauche de l’inscription. La face du 760 (IG II3 4, 616) est, elle, cassée de toutes parts mais les lignes se prolongeaient certainement à droite au-delà de la cassure. Or la ligne 4 du 761 comporte trois lettres, ΡΟΝ, qui, dans un palmarès, ne peuvent appartenir qu’à peu de mots : soit le nom du concours de Tyr auquel J. Curbera a songé ([τὸν περιπόρφυ]|ρον) mais qui est très rare dans les palmarès et à dire vrai difficilement compatible avec la date proposée par le même auteur88, soit ἱερόν, rare aussi mais encore attesté au iie s., soit la fin d’un toponyme à l’accusatif, Ἐπίδαυρον, le siège du très ancien concours en l’honneur d’Asclépios, les Asklèpieia. Précisément, sur le no 760 on lit quatre lettres, Π̣ΙΔΑ, que S. N. Koumanoudis restituait logiquement [Ἀσκλήπια ἐν Ἐ]π̣ιδα[ύρῳ]. Ce n’est pas à vrai dire la seule solution. Dans ce texte qui n’est pas antérieur au iie siècle, on pourrait aussi retrouver le Bouclier d’Argos, c’est-à-dire le concours argien en l’honneur d’Héra, [τὴν ἐξ Ἄργους ἀσ]π̣ίδα89. Il y a toutefois, quelle que soit la manière dont se terminaient les lignes, avec ou sans marge, avec des vacat ou pas, nécessité d’écrire encore quelques lettres à droite du texte conservé de IG II3 4, 616. En effet, à la ligne suivante, on est obligé d’intégrer au moins un iota et éventuellement un alpha pour compléter [Ὀλύ]μπε[ια]90. De la cassure jusqu’au bord droit du fragment, qui pourrait être le bord de la pierre, il y a la place pour une ou deux lettres puis pour une marge peu ou prou identique à celle qui existe à gauche du texte sur le no 761. Par conséquent, il était possible, à la fin de la l. 2 de IG II3 4, 616, de graver après ΔΑ un upsilon, à la suite duquel se trouverait une marge grosso modo égale à celle de gauche : on écrira donc, à cheval sur les nos 760 et 761, [Ἐ]π̣ίδα[υ]|ρον, suivi du nom du concours91.

  • 92 . Cf. J.-Y. Strasser, « Une expression agonistique chez Saint Paul et dans trois inscriptions anato (...)
  • 93 . Le nom du concours est totalement restitué et le siège partiellement, sans que la photographie pe (...)
  • 94 . IG II3 4, 629, voir supra.
  • 95 . IG VII 49 (IAG, 88).
  • 96 . FD III 1, 555 (IAG 87).

59Celui-ci est malheureusement très variable à cette date. L ’agôn est ancien et a compté parmi les concours les plus prestigieux aux époques classique et hellénistique, jusqu’au début de l’Empire même. Mais il a connu une éclipse du point de vue de son rang et de son prestige92 ; il faut attendre les années 180 pour qu’on le revoit régulièrement dans les palmarès de grands champions, et même le second tiers du iiie siècle pour le retrouver en bonne place dans les palmarès des plus grands artistes ou athlètes : Valerius Eklektos, dont nous étudions la carrière supra, y a remporté deux victoires et le concours figure aussi parmi les succès des titulaires de IG VII 49 et de FD III 1, 550 et 555, ainsi que, probablement, dans le palmarès d’Eutychiôn de Nysa93. Mais il est désigné tantôt comme Ὀλύμπια94, tantôt comme Ἀσκληπίδεια95 ou comme Ἀσκληπίεια Ὀλύμπια96. Le nom dans le fragment athénien ne se laisse donc pas restituer en toute certitude, ce qui empêche de progresser dans l’évaluation de la longueur des lignes.

  • 97 . Pour ce qui est des palmarès, cf. FD III 1, 555 (IAG 87) et FD III 4, 476 (Choix d’inscriptions d (...)
  • 98 . TAM II 587, à voir désormais chez D. Reitzenstein, Chiron 44 (2014), p. 571-576, no 6, datée là, (...)
  • 99 . J. Bousquet, BCH 116 (1992), p. 194 (SEG 42, 464).
  • 100 . FD III 1, 555 (IAG 87).
  • 101 . IG II3 4, 630.
  • 102 . IG II3 4, 629, cf. supra n. 32.

60Pour ce dernier point, la mention, bien identifiée par le premier éditeur, du grand concours de Milet, les Didymeia, ne permet pas non plus d’avancer. Car là aussi l’agôn était désigné de diverses manières au iiie siècle, parfois simplement comme les Διδύμεια, ailleurs comme les Διδύμεια Κομ(μ)όδεια97 et même seulement comme des Κομ(μ)όδεια98. En revanche, on peut certainement retrouver le siège du concours à la fin de la l. 1 de 760, car les lettres que S. N. Koumanoudis a pris pour un pi et un iota peuvent tout aussi bien être un êta suivi d’un tau, [Μείλ]η̣τ̣[ον], et même mieux, car le tau explique de façon plus satisfaisante qu’un iota l’écart important avec la lettre précédente. Les Didymeia de Milet sont devenus isélastiques sous Marc Aurèle et Commode et sont peu cités avant cette date ; on les trouve ensuite à plusieurs reprises et en particulier dans le second tiers du iiie s., d’une part dans deux palmarès de Delphes, l’un beaucoup plus tardif qu’on ne l’a cru99 et l’autre parmi les plus récents des palmarès delphiques100, d’autre part dans deux autres textes athéniens du milieu du siècle101, dont le long palmarès de Valerius Eklektos102. Ils apparaissent également sur la base d’Eutychiôn de Nysa dans les années 240-250.

  • 103 . Cf. n. 26.
  • 104 . IG II3 4, 629, cf. supra.
  • 105 . I.Perinthos 31. L ’identité entre les Olympia et les Alexandreia Olympia, généralement admise, es (...)
  • 106 . On ne peut écarter totalement l’hypothèse de la mention du concours d’Athéna Promachos à Rome, [Ἀ (...)

61Enfin, à la ligne 5, les seules lettres ΒΕ, qui dans notre agencement des fragments sont en début de mot, suffisent pratiquement à identifier dans ce contexte la cité macédonienne de Béroia. Comme on l’a vu plus haut, elle organisait au iiie s. des concours prestigieux, auxquels notre athlète ou notre artiste a vaincu103. Une fois encore, le nom de l’agôn reste incertain, puisqu’on pourra aussi bien restituer une formule courte (Ὀλύμπια104) qu’une longue (Ἀλεξάνδρεια Ὀλύμπια105). Suivent probablement pour terminer des concours d’Athènes, mais l’on ne sait pas si les lettres ΗΝΑ appartiennent ici au toponyme ([Ἀθ]ήνα[ς]) ou au nom du plus célèbre concours de la cité ([Παναθ]ήνα[ια])106.

62La longueur des lignes demeure certes trop incertaine pour garantir des suppléments sûrs. On remarquera seulement qu’en restituant les noms longs des concours de Milet et d’Épidaure, on arriverait à des longueurs de lignes cohérentes en écrivant :

- - - - - -
Ạ[- - - - - - - - - - - - - - - - - - -]
EỊ[- - - - - - - - - - Μείλ]η̣τ̣[ον]
Διδ[ύμεια Κομόδεια, Ἐ]πίδα[υ]-
4 ρον̣ [Ἀσκληπεῖα Ολύ]μπε[ια],
Βέ[ροιαν Ὀλύμπια, Ἀθ]ήνα[ς]
- - - - - -

Fig. 6

Fig. 6

IG II3 4, 616 + 617, essai de reconstitution.

  • 107 . Sur ces notions, voir notre article cité n. 5.
  • 108 . Les maigres vestiges de la liste nous paraissent pouvoir s’accorder avec le calendrier des concou (...)

63Si des incertitudes demeurent, la réunion de ces deux fragments permet toutefois de retrouver un bout de palmarès d’un champion, du second tiers du iiie s. plutôt que du second siècle, assez important pour avoir été vainqueur dans plusieurs concours majeurs de son époque, aussi bien en Grèce qu’en Asie. D’après la place du concours athénien, l’ordre des victoires dans son palmarès n’était pas hiérarchique, ou pas exclusivement, car Athènes devrait précéder dans ce cas aussi bien Milet qu’Épidaure. À l’époque, la mode était de lister les concours, après ceux de l’ancienne et de la nouvelle période107, dans un ordre plus ou moins géographique, qui est aussi celui des circuits de l’époque. Viennent souvent en tête les concours de vieille Grèce, avant l’Asie et la Syrie. Ici ce n’était pas le cas, soit que l’Asie était en tête avant la Grèce balkanique, soit que le palmarès était classé dans l’ordre chronologique108, qui peut largement ressembler à une présentation géographique compte tenu de l’organisation géographique des circuits.

64En revanche le troisième fragment édité dans le même article par S. N. Koumanoudis appartient à une autre pierre : l’écriture, la taille des lettres, l’épaisseur du fragment sont différents. Le texte mérite malgré tout qu’on y revienne.

65Roman Agora, no 762. Fragment de marbre : la. 11 cm, h. 10 cm, pr. 5,5 cm. Hauteur des lettres : 1,4 à 1,8 cm ; interligne : 1 cm.

66S. N. Koumanoudis, AD 25 (1970), p. 62-63, no 11 (SEG 36, 263). J. Curbera, IG II3 4, 618, ph.

- - - -
[- - - - -]οπό[λει - - -]
[- - - - -]ίδεια [- - - -]
[- - - -] Πύθια [- - - - -]
Vacat

Fig. 7

Fig. 7

IG II3 4, 618.

67Notes critiques
L. 1 : Ἄκτια ἐν Νεικ]οπό[λει ? ou Πύθια ἐν Φιλιππ]οπό[λει Koumanoudis.
L. 2 : [Τροφώνεια Λεβ]ά̣δεια[ν Koumanoudis ; [Ἐρωτ]ίδεια, [Λεων]ίδεια vel sim. Curbera : le premier de ces concours est peu probable, le second exclu.
L. 3 : Π̣ύθια [ἐν Δελφοῖς] Koumanoudis.

68Comme pour les fragments 760/761, Koumanoudis date celui-ci du iie s. d’après l’écriture, suivi sur ce point par Curbera.

69Il est peu probable que les lignes se poursuivaient à droite ; à moins que la pierre n’ait été à un moment donné remployée et retravaillée, la surface de la face latérale est beaucoup trop nette pour qu’il s’agisse d’une cassure ; ce doit être le retour du bloc. On aura donc la fin des lignes, ce qui ici ne pose aucun problème de coupe syllabique. Il y a d’ailleurs un vacat à la fin de la l. 2 qu’on ne s’explique bien qu’en fin de ligne ; tout comme on verrait probablement la partie inférieure gauche du lambda de -]οπό[λει à la fin de la l. 1 si le texte devait se continuer ici.

  • 109 . Mais on la trouve aussi, sans que nous comprenions cette variante et ses origines, au début du ii(...)

70Comme l’a vu J. Curbera, les restitutions de la première édition ne peuvent être retenues. À la première ligne, on pourra tout aussi bien avoir d’autres toponymes en -όπoλις. Surtout, à la l. 2, les traces de la première lettre n’appartiennent pas à un alpha. La haste est à peine penchée. Ce doit être un iota, avec la même inclinaison, très faible, que la même lettre à la fin de cette ligne et dans la suivante, ou la haste droite d’un êta. Plusieurs hypothèses sont possibles. Peut-être y avait-il là l’un des noms des Asklèpieia d’Épidaure, les Ἀσκληπίδεια. Cette dénomination singulière nous placerait peut-être à la même époque que les deux fragments précédents et que les inscriptions pour Valerius Eklektos, dans le second quart du iiie siècle ou les décennies 250-260, avant l’invasion des Hérules109. L ’autre hypothèse est qu’il s’agit d’un concours de Nicomédie, [ἐν Νεικομ]η̣δείᾳ. À la l. 7, les Pythia ne sont pas nécessairement ceux de Delphes. On est à la fin du palmarès : l’inscription se poursuivait encore sur une ligne incomplète en-dessous du fragment conservé, mais pas au-delà. À moins que l’ordre ait été chronologique, les Pythia sont plus probablement ceux de quelque cité d’Anatolie ou de Macédoine, où des concours de ce nom fleurissent au milieu du iiie siècle, période qui convient bien à ce fragment : Pythia de Sidè, de Pergé, de Magnésie du Méandre etc.

Un épistate à Athènes

  • 110 . BCH 132 (2008), p. 512-513, no 16, fig. 18 (SEG 58, 185). Dim. : 48 × 31,3 × 37 cm. Lettres : 2 à (...)

71Outre le palmarès de Valerius Eklektos étudié supra, S. Follet et D. Peppas Delmousou ont publié une autre inscription agonistique, assurément inhabituelle dans sa formulation et qui reste en partie énigmatique. C’est une « grande base de marbre pentélique », brisée à droite et à gauche (fig. 8)110 :

[----] Σεπτίμ(ιος) Εὔοδ[ος ? ----]
[Σμυρ ?]ναῖος καὶ Ἀθη[ναῖος, ἀγω- ?]
[νοθε]τ̣ήσας ἐκ πεντ[ετηρί-]
4 [δος ? τ]οῦ παίδω̣ν̣ [ἀγῶνος]
[καὶ ἐξ]ήκοντα ἱε̣[ρῶν ἀγώ-]
[νων ἱερ ?]ονείκης τει̣[μῆς ἕνεκεν ?]
vacat

Fig. 8

Fig. 8

Base d’Athènes SEG 58, 185.

  • 111 . Art. cit. (n. 1), p. 513.
  • 112 . La formule proposée par les auteurs est d’ailleurs sans équivalent, nous semble-t-il.

72Les suppléments proposés par les éditrices sont très incertains et surtout sans parallèle. Cet athlète ou artiste vainqueur dans les concours sacrés aurait été agonothète du concours des enfants : « La mention d’une agonothésie est probable. Désigné normalement quatre ans à l’avance, l’agonothète préparait la célébration suivante. Les principaux concours œcuméniques de l’époque sont pentétériques ; l’expression de la ligne 3 se comprend.111 » Certains textes soulignent le lien entre l’agonothésie et la périodicité du concours, mais jamais de la manière dont le ferait cette inscription ; ce n’est pas l’agonothésie qui est dite pentétérique (ou tenue depuis plusieurs années), mais le concours. Pour la durée d’une magistrature ou d’une liturgie, la préposition ἐκ n’est pas attendue112. Il n’y aurait eu au demeurant aucun mérite à exercer une agonothésie pendant quatre ans — πεντ[ετηρίδος] n’est d’ailleurs qu’une restitution — puisque telle était la durée normale de la fonction pour les grands concours pentétériques comme ceux d’Athènes.

  • 113 . La restitution de I.Kalchedon 19, l. 3-4 ([ἀγωνοθετήσας ( ?) Πυθιά]δ[ο]ς ἕξ, Ἀκτίων δίς {ι}, παίδ (...)

73Par ailleurs, on ne connaît pas de cas où l’agonothésie est partagée entre plusieurs titulaires de la fonction de telle sorte que l’un d’eux serait chargé du concours des paides ; l’expression restituée est sans parallèle113. L ’agonothésie est parfois assumée à plusieurs mais l’on ignore comment les responsabilités étaient réparties entre les membres du collège et il n’y a pas à ce jour d’attestation d’agonothésie collégiale pour les concours pentétériques athéniens. Une répartition des tâches selon les catégories d’âge est peu probable car les fonctions qui incombent à un agonothète dans un concours gymnique sont sans rapport direct avec l’âge des concurrents. Et comment cet étranger, probablement smyrniote, pourrait-il avoir été l’agonothète d’un concours à Athènes sans qu’on mentionne le nom de l’agôn, alors qu’à cette date la cité organisait cinq grands concours pentétériques ? Connaît-on au demeurant le moindre ancien champion qui ait été agonothète dans une autre cité que sa patrie ?

74Dans leur commentaire, les éditrices suggèrent une autre hypothèse, « une dédicace faite par un athlète ou un musicien “au nom de ses enfants” » L ’idée n’est pas plus convaincante, car pourquoi cette précision se trouverait-elle à cet endroit, alors que, d’après la reconstruction même des auteurs, la fin de l’inscription poursuivait l’état-civil du personnage ? L ’article ne saurait manquer avant παίδων si le personnage parlait de ses enfants. L ’absence de τῶν convient en revanche à la mention d’une catégorie d’âge, que ce soit au gymnase ou dans les concours.

75Les auteurs ne s’expliquent pas sur le sens qu’elles donnent à la fin du texte, [καὶ ἐξ]ήκοντα ἱε̣[ρῶν ἀγώνων ἱερ ?]ονείκης. Si nous comprenons bien la portée de leur restitution, le numéral soixante — ou tout autre chiffre possible — se rattache à ce qui suit, ce qui serait, notons-le, une formulation inconnue par ailleurs ; ainsi le personnage aurait vaincu dans soixante concours sacrés, à comprendre ici sans doute, compte tenu de la date du texte, comme des concours isélastiques, chiffre qui serait au demeurant tout à fait considérable, au niveau des plus grands champions du iie ou du iiie siècle.

  • 114 . Die Epistaten des Agons und der Palaestra in Literatur und Kunst (1911) ; L. Robert, CRAI 1974, p (...)
  • 115 . À Smyrne même on trouve le nom Εὐοδιανός, qui pourrait convenir, et l’on ne peut exclure l’hypoth (...)

76Le substantif en -ονείκης, quel qu’il soit, assure que nous sommes bien en présence d’un champion. Or ce titre pour un athlète ou un artiste est à une place insolite, non pas là où on l’attend, c’est-à-dire directement après la formule onomastique du personnage et les ethniques, mais après trois lignes qui doivent être les véritables motifs de l’érection de la statue. Ceux-ci se cachent dans les lettres -τήσας, qui ne peuvent appartenir qu’à un participe aoriste décrivant l’activité d’Euodos. On pourrait au demeurant imaginer que celle-ci n’a plus rien à voir avec le passé de champion du personnage. Mais le chiffre finissant en -ήκοντα, le mot commençant par ἱε- et même παίδων invitent tout de même à chercher dans le champ agonistique. Puisque nous excluons ἀγωνοθετέω, il nous semble que le seul terme qui puisse convenir est ἐπιστατέω. Le verbe dans sa dimension agonistique a fait l’objet d’une vieille étude de P. G. Hermann Schween mais surtout d’un mémoire décisif de L. Robert114. Euodos — nous l’appellerons ainsi mais le cognomen reste incertain115 — était très certainement un entraîneur ([ἐπιστα]τ̣ήσας) et les lignes 3-6 doivent décrire ses succès en la matière.

  • 116 . IG XII 4, 935 et 1117 à Cos ; les autres occurrences sont dans un contexte éphébique.
  • 117 . Robert, op. cit., p. 522-523 ; voir e. g. I.Kition 2047 : οἱ ἀπὸ τῆς οἰκουμέν[η]ς ἀθληταὶ ἱερονεῖ (...)
  • 118 . St. Brunet, Journal of Sport History 30 (2003), p. 219-235, suivi par P. Gouw, Griekse atleten in (...)
  • 119 . J. König, Athletics and Literature in the Roman Empire (2005), p. 305-306.
  • 120 . L. Robert, op. cit. (n. 114), p. 523, n. 46, avait déjà insisté sur ce point, dans une note quelq (...)

77En contexte sportif, le verbe lui-même, au contraire du substantif, n’est pas courant116. De manière générale, les mentions d’entraîneurs apparaissent le plus souvent dans les palmarès en l’honneur de champions dont ils se sont occupés ; ils sont aussi associés aux athlètes au sein d’associations professionnelles117. Ces derniers témoignages contredisent partiellement l’idée, formulée par St. Brunet, d’une différence entre les aleiptai d’une part et les épistates d’autre part, qui seraient des responsables locaux, à l’intérieur du gymnase, prioritairement en charge des paides et des éphèbes118 : les épistates qui se joignent aux stéphanites et aux hiéroniques doivent en réalité être très majoritairement des entraîneurs d’andres. Certes il doit exister entre les termes ἀλείπτης, ἐπιστάτης, παιδοτρίβης, γυμναστής des nuances119, et ἐπιστάτης, parce que c’est aussi un terme pour des responsables du gymnase, était de fait dans certains endroits et/ou à certaines époques, préféré à ses quasi-synonymes pour désigner les responsables des jeunes champions. Mais on peut être épistate d’athlètes de toutes catégories d’âge120 et les quatre termes cités sont souvent interchangeables.

  • 121 . FD III 1, 200 + 258 (SEG 37, 396).
  • 122 . FD III 1, 220 ; pour le nomen (lapis ΙΤΟΥΛΑΗΝΟΝ), cf. D. Mulliez, BCH 112 (1988), p. 381 (Πουλλῆν (...)
  • 123 . Μυτιληναῖος est aussi possible, et nous n’écartons pas même la possibilité que l’ethnique en -ναῖ (...)
  • 124 . Sterrett, Wolfe Expedition, no 297 (IGR III 276) : Γά̣ιος Αἴλιος Ῥηγεῖνος Ζμυρναῖος [π]αιδοτρίβη[ (...)
  • 125 . I.Pergamon 579 (Pfuhl-Möbius 2313), cf. L. Robert, Ét. Anat., p. 60.
  • 126 . IG V 1, 491 et 569.
  • 127 . Le no 491 : ἡ πόλις Κλαύδιον Κάσιον Τυχικοῦ, ἀλειπτήν, πίστεως τῆς περὶ τοὺς ὑπ’ αὐτῷ γεγε{ι}νημέ (...)
  • 128 . Cf. Brunet, art. cit. (n. 118).

78On connaît déjà un tout petit nombre de textes gravés en l’honneur d’entraîneurs d’athlètes professionnels. À Delphes, on a retrouvé l’inscription honorifique d’un pédotribe, dont les citoyennetés honorifiques obtenues à Élis, Delphes et ailleurs indiquent qu’il s’agit assurément d’un entraîneur qui avait mené des champions du stade jusqu’au succès dans les plus grands concours : Π. Φλά. Κλαυδιανὸν [- -] Ἐφέσιον καὶ Ἠλ[εῖον] καὶ τῆς Ἑλλάδο[ς] ἁπάσης πολείτ[η]ν κα[ὶ β]ουλευτήν, παιδοτρ[ίβ]η[ν] κτλ.121. Toujours dans le siège des Pythia, un Λούκιος <Π>ουλαῆνος Ἀπόλαυστος Ζμυρναῖος ὁ γυμναστής a lui aussi été honoré de la citoyenneté et de la qualité de membre du Conseil, καλοκαγαθίας ἕνεκεν καὶ διὰ βίου ἦθος καὶ ἐπιείκεια<ν>122. Comme peut-être aussi Euodos123, il venait de Smyrne, d’où est également originaire le pédotribe C. Aelius Rheginus, qui érigea loin de sa patrie, en Isaurie, un cippe pour son fils124. À Pergame, une stèle pour un entraîneur qui fut aussi vainqueur dans des Koina Asias porte de nombreuses couronnes anépigraphes : on ne sait si elles renvoient à ses succès personnels ou à ceux remportés par les champions qu’il entraînait125. Les bases de statues de deux aleiptai ont été découvertes à Sparte, cette fois pour des membres de la cité126 ; pour l’un d’eux au moins il ne fait pas de doute qu’il s’occupait de sportifs « professionnels », d’ἀθληταί127. On sait par des sources littéraires que les athlètes vainqueurs faisaient parfois ériger une statue de leur entraîneur128.

  • 129 . L. Robert, op. cit. (n. 114), p. 528-529.
  • 130 . L ’ethnique athénien suivi du participe fournit la taille minimale de la lacune, mais celle-ci po (...)

79La base athénienne nous fait donc connaître un nouvel entraîneur. Les epistatai sont, comme les athlètes et les artistes, itinérants ; ils accompagnent leurs protégés dans leurs voyages et s’installent fréquemment à l’étranger129. On ne peut donc décider si Euodos était simplement de passage à Athènes pour l’un des nombreux concours qui y étaient organisés, s’il avait été appelé par un (ou des) champion(s) athénien(s) pour devenir son (leur) mentor ou si c’est lui-même qui avait décidé de s’installer dans cette capitale du monde agonistique. En tout cas il avait reçu la citoyenneté dans la cité des Panathénées et des Panhellènia130. Comme on a voulu détailler, de manière tout à fait inhabituelle, ses mérites, on ne s’est pas contenté de la mention de la fonction, ἐπιστάτης, mais le participe ouvre un développement qui apportait des précisions supplémentaires qui n’apparaissent pas dans les autres inscriptions pour des maîtres de gymnastique.

  • 131 . D’autres suppléments sont possibles.
  • 132 . Généralités chez P. Frisch, « Die Klassifikation der παῖδες bei den griechischen Agonen », ZPE 75 (...)
  • 133 . Pour l’expression, voir les inscriptions pour M. Aur. Dèmostratos Damas dans SEG 53, 486 et 1355. (...)

80La mention d’une catégorie d’âge s’accorde avec notre interprétation. Ce πλειστονείκης ou ἱερονείκης131 — il avait été athlète professionnel, comme bien des entraîneurs — s’est occupé de paides, au sens où on l’entend dans les concours grecs132, et aussi d’andres : [ὁμ]οῦ παίδων [καὶ ἀνδρῶν]133. Ce n’est pas la même chose, hier comme aujourd’hui, que de s’occuper d’adolescents, qu’il faut former, ou d’hommes faits ; on comprend qu’une inscription en l’honneur d’un entraîneur souligne sa capacité à être le maître d’athlètes de tous âges.

81On ne peut émettre que des hypothèses sur la suite du texte. Le mot commençant par ἱε- nous paraît toutefois être plutôt ἱερονεικῶν que ἱερῶν (ou le même adjectif à un autre cas). La mention du nombre de hiéroniques dont Euodos aura été l’épistate fait sens. La prudence reste évidemment de rigueur, en l’absence de parallèle exact. Le chiffre minimum qui précède ἱερονεικῶν est au plus bas cinquante. Il n’y aurait, nous semble-t-il, rien d’invraisemblable qu’un épistate en activité pendant de nombreuses années — ce qui est certainement le cas sinon cette durée (ἐκ πεντ[-) ne serait probablement pas indiquée — puisse au bout du compte avoir supervisé au total plusieurs dizaines de champions vainqueurs dans les concours sacrés, d’autant qu’il pouvait avoir plusieurs athlètes en même temps sous sa responsabilité. Ces ἀγῶνες ἱεροί étaient dans la première moitié du iiie s. extrêmement nombreux. Certes les plus grands concours étaient presque réservés à une élite qui trustaient les titres comme aujourd’hui les meilleurs tennismen accaparent les tournois du Grand Chelem et les Master 1000. Mais chaque mois ou presque il y avait quelque part dans l’Empire un concours sacré moins prestigieux et plus ouvert, où un athlète plus modeste pouvait conquérir le titre de hiéronique.

  • 134 . Les éditrices n’ont pas souligné la rareté de ἐκ temporel avec un chiffre. Nous n’en avons trouvé (...)

82Or la période d’activité d’Euodos a pu être très longue. Elle est donnée après la préposition ἐκ, selon un usage somme toute assez rare mais qui ne fait pas difficulté134. Reste que les lettres πεντ- peuvent être le début de chiffres divers et donc de durées très différentes, en particulier à Athènes puisque l’on y trouve parfois l’unité avant la dizaine, c’est-à-dire l’ordre inverse de la formulation la plus courante. Dans notre inscription, le total peut donc tout aussi bien être cinq que cinquante, πεντήκοντα, ou un chiffre intermédiaire, e. g. πέντε καὶ εἴκοσι. Cinquante paraît le maximum réaliste. En tout cas, on pourra restituer sans problème une durée largement suffisante pour avoir mené au succès des dizaines de champions en tant qu’épistate.

  • 135 . Nous voyons bien le trait extrêmement fin qui a pu faire croire à un iota, mais il est sans doute (...)
  • 136 . Cf. l’inscription pour un xystarque citée infra n. 162.

83La restitution de la dernière ligne dépend largement de la lecture du iota final. Nous n’en voyons aucune trace sur la photographie135. Avec ΤΕΙ, S. Follet et P. Peppas Delmousou hésitaient entre deux solutions : « La formule finale devait exprimer la notion d’honneur, avec un participe comme τει̣[μηθείς], éventuellement précisé par un complément d’agent, ou une expression nominale banale, τει̣[μῆς ἕνεκεν]. » En vérité ni la première ni la seconde possibilité ne sont en elles-mêmes confortées par l’épigraphie athénienne, puisque la seconde expression n’apparaît que dans de rares décrets d’époque hellénistique, et même le premier verbe sous cette forme de participe passif n’est pas courant. Par ailleurs, dès que le personnage est identifié comme un athlète et un entraîneur, on n’attend pas que ce soit sa timè qui soit mise en exergue. Si τει̣[μηθείς] nous paraît difficile, car la place pour un complément d’agent manque, τε[ι̣μῆς ἕνεκεν] reste envisageable136. Mais nous n’excluons pas une autre possibilité. Compte tenu de nos précédentes restitutions, on pourrait songer à une formule comme τε[λευτήσας ἐτῶν..]. Un tel supplément s’accorde avec l’évocation de la carrière passée : après une carrière athlétique honorable et quelques victoires — il est πλειστονίκης ou ἱερονίκης vel sim. —, mais surtout une remarquable carrière d’entraîneur, Euodos pourrait être mort à Athènes, ce qui lui aura valu des honneurs dans la cité.

  • 137 . Ce n’est pas même certain : on peut aussi songer à Μ. Αὐρήλιος, ce qui ménagerait du coup de la p (...)

84Le texte demeure très incertain, puisque à aucun endroit la taille de la lacune ne peut être établie avec certitude. La coupe des lignes reste impossible à déterminer. Le début des lignes était peut-être court, puisqu’avant le nomen on pourrait n’avoir que le praenomen, probablement Lucius, plus ou moins abrégé137 : ici comme pour Σεπτίμ., l’abréviation était peut-être inhabituelle (Λούκ(ιος) ?).

[- - -] Σεπτίμ(ιος) Εὐοδ[- - -]
[- - Σμυρ ?]ναῖος καὶ Ἀθη[ναῖος, - - - ?]
[- - ἐπιστα]τ̣ήσας ἐκ πεντ[- - - - -]
4 [- ἐτῶν, ὁμ]οῦ παίδω̣ν̣ [καὶ ἀνδρῶν -]
[- - - - -]ήκοντα ἱε̣[ρονεικῶν -]
[- - - - -]ονείκης, τε[- - - - -]
[- - - - - ?] vacat

85L ’ensemble reste insolite. Les entraîneurs sont connus le plus souvent par une mention en fin de palmarès des champions qu’ils dirigeaient ; dans les inscriptions funéraires ils sont désignés par leur seule fonction. Notre texte est le seul à donner des précisions sur l’ensemble d’une carrière.

Une funéraire mentionnant un boxeur et xystarque

  • 138 . Follet, Athènes, p. 212 ; ce n’est d’ailleurs que pour signaler l’impossibilité d’un rapprochemen (...)
  • 139 . Sans doute lors du transfert des collections de la Société archéologique vers le Musée national.

86L ’inscription étudiée ici a été insérée dans la première puis dans la seconde édition des Inscriptiones graecae de l’Attique dans la section Testamenta aliaeque litterae privatae. N’ayant pas été identifiée pour ce qu’elle est réellement, elle y a été en quelque sorte oubliée et nous n’avons trouvé qu’une seule mention de IG II² 2772138. W. Dittenberger l’a publiée sous IG III 54 à partir d’une copie de U. Koehler, que nous reproduisons fig. 9. C’est en effet la seule trace qui subsiste de ce fragment en marbre pentélique, car la pierre, conservée du temps de W. Dittenberger au Musée de la Société Archéologique, était déjà perdue quand J. Kirchner l’a reprise dans la seconde édition des IG II139, en en donnant le texte suivant, qui reprend pratiquement toutes les suggestions du premier éditeur :

vac. ?
- - - - - - - - - - - τιμίου
- - - - - - - - - αι Ἀθηνα[ι-]
- - - - - - - - - πολλῶν
4 - - - - - - - α]ὐτῆς Πυ- ?
- - - - - - - ξυσ]τάρχης διὰ [βίου ?
- - - - - - - ων ἱερονεί[κης
- - - - - Ἀθ]ηναίων το-
8 τὸν υἱ]ὸν ? μου Αὐρ[ήλιον
- - - - - - - λα τὰ μνημ[εῖα

Fig. 9

Fig. 9

IG II² 2772, fac-similé de U. Koehler.

87La pierre est brisée à droite et à gauche ; d’après la copie de U. Koehler elle pourrait en revanche être complète en haut, peut-être, et en bas assurément. Le pronom personnel à la première personne de la l. 8 a évidemment fait penser à un document privé, pour W. Dittenberger éventuellement une lettre ou des dispositions testamentaires. Ce dernier savant avait reconnu que l’un des personnages mentionnés au moins était en relation avec le monde des concours, puisqu’on lui doit les restitutions des l. 5 et 6.

  • 140 . IG II3 4, 629, cf. supra n. 32.
  • 141 . I.Ephesos 1135.
  • 142 . TAM V 3, 1505.
  • 143 . IG XII 4, 949.

88Dès lors que l’on identifie le début du fragment comme mentionnant un athlète, toute la construction des l. 1-5 apparaît clairement : on doit y retrouver l’état-civil du personnage, nom, citoyenneté(s) et spécialité(s), titres agonistiques et fonction(s) exercée(s) après sa retraite des stades. La longueur même de la lacune se laisse très certainement déterminer, car à cheval sur les lignes 3 et 4 court une formule bien connue des inscriptions pour des champions : ils ont été faits citoyens et membres du Conseil de nombreuses cités autres que celles dont les ethniques sont explicités, comme on l’a vu plus haut pour Valerius Eklektos. Les lettres ΥΤΗΣ sont la fin de βουλευτής, et on restituera [ἄλλων] πολλῶν π̣[ολέων πολείτης καὶ βουλε]υτής, le trait après πολλῶν sur le fac-similé des IG II² étant la barre supérieure d’un pi. C’est la même formule que dans la seconde inscription athénienne pour Eklektos140 ; on la retrouve à l’identique à Éphèse141, à Philadelphie142 et à Cos143.

  • 144 . Les rares noms grecs comprenant la séquence -τιμι- sont improbables à cette date et dans ce conte (...)

89La longueur approximative des lignes s’en déduit, puisqu’il y a 28 caractères du pi de πολλῶν à la fin de la lacune de la ligne suivante, l’epsilon de βουλε]υτής. Les lacunes à droite et à gauche et donc la mise en page de l’inscription sont plus malaisées à déterminer et dépendent d’abord de la compréhension de la première ligne. Le génitif -τιμίου des IG est une extrapolation un peu hâtive de J. Kirchner à partir de la leçon beaucoup plus prudente de W. Dittenberger, qui écrivait τιμίο[υ]. La trace de la lettre restante à la fin de la ligne peut certes appartenir à un upsilon ; dans ce cas il pourrait s’agir d’un élément du patronyme du personnage mentionné ici, qui, lui, est au nominatif, d’après le [ξυσ]τάρχης de la l. 5. Or il n’y a guère qu’un supplément envisageable avec les lettres ΤΙΜΙΟ : le gentilice Septimius144. On trouve parfois mais très rarement les duo ou tria nomina du père accolés à ceux du fils, surtout quand le père a une certaine notoriété et que sa mention est accompagnée de titres ou fonctions ; dans ce cas, notre personnage serait le fils d’un [Σεπ]τιμίου̣. Mais le fait que, d’après Koehler, il y avait un vacat au-dessus de la première ligne conservée et donc peu d’espace avant les premières lettres plaide contre cette hypothèse, d’autant que la série des ethniques commence peu après. Sans pouvoir écarter la solution du patronyme, qui supposerait très certainement une première ligne sur un couronnement perdu, nous préférons restituer un nominatif, car le bout de haste oblique conservé à la fin de la ligne peut aussi appartenir à la barre oblique supérieure d’un sigma à quatre branches dont U. Koehler n’aurait vu ni le bas ni la barre supérieure. Seule la redécouverte de la pierre permettrait de trancher. Notre coupe des lignes, qui demeure incertaine, prend en compte un début de l. 1 avec le praenomen suivi d’un nomen ou de deux nomina au nominatif.

  • 145 . Ce sont alors des L. Septimii Aurelii, cf. SEG 37, 151, I.Smyrna 666. La mise en page de notre te (...)
  • 146 . Cf. les M. Aurelii Septimii de IG VII 1776, I.Ephesos 629 et 1134, IGLS IV 1265 (sans le praenome (...)

90Notre xystarque est de toute évidence un citoyen romain qui a lui-même reçu la ciuitas Romana de Septime Sévère ou qui l’aura héritée de son père. Là encore la pierre ne permet pas d’en décider et la formule onomastique reste incertaine. D’autant que des athlètes faits citoyens romains par l’empereur africain ont ajouté, après 212, le nomen Aurelius à Septimius145. Par ailleurs des champions nés Marci Aurelii ont porté, suite à une victoire aux Kapetôlia de Rome entre 194 et 210, le gentilice Septimius. Des pérégrins vainqueurs à Rome ont peut-être pris parfois d’un côté les praenomen et nomen de Caracalla, de l’autre le gentilice du père de celui-ci146. [Μᾶρκος Αὐρήλιος Σεπ]τίμιος̣̣ conviendrait très bien à la longueur de la lacune mais reste très hypothétique.

91Vient ensuite l’ethnique de la patrie du champion, suivi du ou des droits de cité honorifiques ; compte tenu du lieu de trouvaille, Ἀθηναῖος était probablement le premier ou le seul de la liste. Il n’y avait qu’une dizaine de lettres entre Ἀθηνα[ῖος] et [καὶ ἄλλων] πολλῶν π̣[ολέων | πολίτης καὶ βουλε]υτής : c’est suffisant pour insérer καί suivi d’un second ethnique honorifique ou bien indiquer l’appartenance au Conseil athénien, Ἀθηνα[ῖος βουλευτής].

  • 147 . W. Dittenberger supposait un nom, comme Πυ[θαγόρας].
  • 148 . En soi, on pourrait aussi songer à un titre, en l’occurrence celui de pythionique, mais la spécia (...)
  • 149 . Sur celle-ci, cf. D. Rousset, J.-Y. Strasser, REG 130 (2017), p. 7-12. Voir aussi B. Fauconnier, (...)
  • 150 . Voir en dernier les articles mentionnés dans la note précédente.

92Après l’état-civil147, on doit avoir la spécialité de l’athlète, qui est un boxeur, πυ[κτής]148. Puis viennent le ou les titres, qui précèdent normalement la fonction de xystarque149. La lacune n’étant que de ca 13 lettres, il n’y en avait sans doute qu’un seul, mais parmi ceux qui ont la bonne taille, on ne saurait décider s’il était modeste (πλειστονίκης) ou beaucoup plus prestigieux (περιοδονίκης) ; les nomina portés par le champion, sa citoyenneté athénienne, sa charge de xystarque rendent possible le dernier supplément. Après sa carrière d’athlète, notre homme a exercé la fonction de ξυστάρχης à titre viager. Les xystarques pris parmi les anciens athlètes étaient généralement des champions aux nombreuses victoires150. La spécialité de boxeur du personnage s’accorde bien avec cette charge puisque ce sont souvent d’anciens spécialistes des sports de combat.

  • 151 . C’est l’hypothèse faite par Follet, Athènes, p. 212 ([ξυσ]τάρχης διὰ [βίου τῶν ἐν --- ἀγών]ων).
  • 152 . Sauf pour les grands-prêtres du xyste, qui mentionnent les fonctions extrêmement prestigieuses oc (...)
  • 153 . SEG 53, 866.
  • 154 . I.Smyrna 217.
  • 155 . BCH 37 (1913), p. 183, no 15. Nous reviendrons ailleurs sur ce texte.
  • 156 . Une solution serait d’y voir une dédicace au nom de l’association des hiéroniques, ὑπὲρ τῆς συνόδ (...)
  • 157 . Faudrait-il lire [τ]ῶν ἱερῶν εἰ[σελαστικῶν], avec une simple erreur entre un omicron et un oméga  (...)

93La fin reste difficile et nous en sommes réduit à des hypothèses dont aucune ne mérite de figurer dans le texte même. On pourrait croire d’après les lettres ΩΝ de la ligne suivante qu’étaient précisés là, au génitif pluriel, les concours dont notre athlète a été le xystarque151. Mais dans ce cas on est très embarrassé par le ἱερονει[κ-] qui suit, car ce n’est plus l’endroit pour de nouveaux titres agonistiques puisque la fonction de xystarque est toujours indiquée après ceux-là152. Si la lecture est exacte, nous pensons qu’était mentionnée ici une association de hiéroniques. Il y avait une association « universelle » des hiéroniques, bien connue par de nombreux documents de toutes sortes, avec généralement une titulature développée, beaucoup trop longue pour la lacune des l. 6-7. Mais les hiéroniques, tout comme les artistes dionysiaques ou l’association des athlètes, se rassemblaient aussi lors des concours, ainsi pour voter quelque décret en l’honneur d’un des leurs, pour un responsable de l’agôn ou pour l’empereur. Pour toutes ces formes de regroupement, on trouve des formules courtes. Ainsi à Cos, l’association, qui a fait reconstruire son local, se présente brièvement comme ἡ σύνοδος τῶν ἱερονεικῶν καὶ στ[εφα]νιτῶν153 ; à Smyrne, dans la formule de protection d’un tombeau, très certainement celui d’un ancien athlète, il est prévu que l’amende infligée à tout contrevenant ira au « synode des vainqueurs dans les concours sacrés », δώσει τῇ συνόδῳ τῶν ἱερονεικῶν154. Par ailleurs les hiéroniques rendaient hommage aux athlètes ou anciens athlètes qui décédaient lors des concours ou lors des fréquents et longs voyages que les compétiteurs faisaient à travers tout l’Empire. Dans une inscription trouvée au nord de Gryneion, on lit que les hiéroniques ont enterré là [Γ]ναῖον Τετρείνιον… ἥρωα ἐπιφανῆ155 ; ils se désignent simplement par οἱ ἱερονῖκαι. On pourrait donc dans notre texte restituer une formule courte, comme [σύνοδ- τ]ῶν ἱερονει[κῶν] ou plus simplement [τ]ῶν ἱερονει[κῶν]. La relation entre le boxeur et l’association nous échappe ; aucun titre connu ne convient156. Mais à moins de supposer une erreur de lecture157, nous ne voyons pas d’autre possibilité.

  • 158 . G. E. Bean, Belleten 29 (1965), p. 588-593, no 2, cf. L. Robert, AC 37 (1968), p. 406-417 (OMS VI (...)
  • 159 . I.Tralleis 112 et 133.
  • 160 . IGUR I 244.

94Les lettres conservées à la ligne suivante ne peuvent assurément que se rapporter à un mot se référant à Athènes. Dans l’hypothèse d’une mention des hiéroniques, plutôt qu’[Ἀθ]ηναίων il faut retrouver une mention des Panathénées. Comme on l’a dit, les athlètes dans leur ensemble ou les hiéroniques seuls formaient lors des concours un groupe qui pouvait prendre des décisions. On voit ainsi les hiéroniques voter un décret, lors des Sebasta de Naples, en l’honneur de Marcus Alfidius, ἔδοξεν τοῖς [ἀπὸ τῆς οἰκουμένης ἱερονίκαις] καὶ συνστεφα[νείταις καὶ τοῖς τούτων ἐπι]στάταις ἐπὶ το[ῦ ἐν Νεαπόλει ἀγῶνος]158 ; à Tralles, rassemblé lors des Olympia célébrés dans la cité, le synode se voit affublé de l’épithète ὀλυμπική159. Ici les hiéroniques s’étaient peut-être réunis lors des Panathénées, [ἐπὶ τῶν Παναθ]ηναίων vel sim. Dans une inscription du iiie siècle, on voit le synode des athlètes ériger une statue à Rome en l’honneur d’un de ses grands champions, ἡ ἱερὰ ξυστικὴ σύνοδος τῶν περὶ τὸν Ἡρακλέα ἀθλητῶν ἀνέστησαν ἐν τῇ βασιλίδι Ῥώμῃ μνήμης χάριν160. Cette dernière formule pourrait être restituée à la fin de notre inscription.

  • 161 . Cf. IGUR II 815, Αὐρήλιος Ἀγησίλαος τῷ συνπολείτῃ μνήμης χάριν ἐποίησεν.
  • 162 . Cf. l’inscription de Kourion I. Nicolaou, RDAC 1973, p. 213-216, no 3 avec J. et L. Robert, BE 74 (...)

95À la l. 7, commence un groupe à l’accusatif avec le nom d’un personnage citoyen romain, un Aurelius. Le rapport exact entre le début et la fin reste incertain. C’est visiblement le Septimius de la l. 1qui a érigé ce monument en l’honneur de quelqu’un avec qui il avait une relation personnelle mais pas nécessairement parentale. W. Dittenberger envisageait qu’il s’agissait du fils ([τὸν υἱ]όν μου). La filiation permet assurément d’expliquer l’absence d’ethnique : de toute évidence, le personnage honoré est originaire de la même cité que le boxeur, car même s’il avait été athénien on attendrait ici l’ethnique. Une relation père-fils n’est toutefois pas la seule solution, puisque la désignation du personnage pouvait commencer dès la ligne précédente avec l’article τό[ν], ce qui laisse la place pour indiquer que le défunt était un concitoyen du champion, τὸ[ν συμ|πολίτην]161, précision suivie d’une autre, e. g. [φίλ]ον162, solution que nous présentons sur le fac-similé fig. 10. Suivraient dans ce cas le nomen Aurelius, qui termine l’avant-dernière ligne, puis le cognomen au début de la ligne 9. Ce qui se terminait par deux lettres triangulaires et ΤΑ serait-il alors la fin du patronyme ? On peut y voir ΛΑΤΑ ou ΔΑΤΑ, suites de lettres rarissimes en grec mais qui fournissent de fait quelques exemples de nom en -λάτας ou -δάτας, le patronyme faisant suite aux duo nomina du défunt.

Fig. 10

Fig. 10

IG II² 2772, essai de reconstitution.

96On proposera avec prudence le texte suivant, dont la coupe des lignes reste très incertaine :

[Μᾶρκος Αὐρήλιος ? Σεπ]τίμιος̣ [- cogno-]
[men et ethnique - κ]αὶ Ἀθηνα[ῖος καὶ ?]
[- - - - - καὶ ἄλλων] πολλῶν π̣[ολέων]
4 [πολ(ε)ίτης καὶ βουλε]υτής, πυ[κτὴς - -]
[- - - - - - - - -, ξυσ]τάρχης διὰ [βίου]
[- - - - - - - - - - τ]ῶν ἱερονει[κῶν - -]
[- - - - - - - - Παναθ ?]ηναίων, τὸ[ν συμ]-
8 [πολίτην καὶ φίλ ?]ον μου Αὐρ[ήλιον]
[- cognomen - -]ΛΑΤΑ, μνήμ[ης χάριν.]

97Les gains ne sont pas nombreux et restent hypothétiques. Mais au moins a-t-on fait passer cette inscription des testamenta aliaeque litterae privatae et de l’oubli dans lequel elle était tombée à la catégorie des dédicaces funéraires, où elle prend place parmi les nombreux témoignages sur la présence de grands champions à Athènes, ici au début du iiie s.

98Les abréviations épigraphiques sont celles du SEG, y compris pour Moretti, Olympionikai et Stephanis, Διονυσιακοὶ Τεχνῖται.

Haut de page

Notes

1 . BCH 132 (2008), p. 508-511, no 14, ph. fig. 16. Dim. : 43 × 32 × 16,7 cm. Lettres : 1,7 cm (l. 1-9), puis 1 à 1,1 cm (l. 10-12).

2 . Sur cette discipline, généralités chez N. B. Crowther, « The Role of Heralds and Trumpeters at Greek Athletic Festivals », Nikephoros 7 (1994), p. 135-155 (= Athletika: Studies on the Olympic Games and Greek Athletics [2004], p. 183-202) et A. Wolicki, « The Heralds and the Games in Archaic and Classical Greece », Nikephoros 15 (2002), p. 69-97. Nous reviendrons ailleurs sur l’évolution technique des deux disciplines, hérauts et trompettes, qui se plaçaient au début des concours grecs, mutation qui a fait aller leurs spécialistes du domaine gymnique au monde des artistes.

3 . Moretti, Olympionikai, 934. Stephanis, Διονυσιακοὶ Τεχνῖται, 825. M. L. Caldelli, L ’Agon Capitolinus. Storia e protagonisti dall’istituzione domizianea al IV secolo. Studi pubblicati dall’Istituto italiano per la storia antica 54 (1993), no 59. A. Farrington, Isthmionikai. A Catalogue of Isthmian Victors. Nikephoros Beihefte 21 (2012), no 1.219.

4 . P. 511 : « L ’énumération des victoires n’occupait que trois lignes, mais on sait que les palmarès conservés sont sélectifs. Les concours de la période ne semblent pas avoir été détaillés ».

5 . Voir notre article « La période et les périodoniques à l’époque impériale », CCG 27 (2016), p. 53-85. En l’occurrence la définition exacte importe peu ici, car quels que soient les concours qui constituaient la période, la place manque pour leur énumération.

6 . I.Ephesos 4114, texte qui présente de nombreux traits originaux sur lesquels nous reviendrons ailleurs. Une variante est le palmarès en quelque sorte complémentaire qu’on trouve dans I.Aphr. 12.716, cf. J.-Y. Strasser, BCH 126 (2002), p. 131-134 (SEG 52, 1034ter).

7 . Comme c’est le cas du reste dans I.Ephesos 4114. Inventaire des périodoniques et de leurs palmarès dans notre article cité n. 5.

8 . D’après nous, les Antônineia Pythia de Rome, cités par un unique texte (SEG 54, 536), ont été fondés par Caracalla et organisés une seule fois, cf. J.-Y. Strasser, Nikephoros 17 (2004), p. 181-220. Ce concours n’est pas envisageable ici, car non seulement notre inscription doit être postérieure à cette époque mais encore le vainqueur chez les hérauts nous est certainement connu, cf. infra.

9 . I.Side TEp 4, p. 205, l. 25-31 (ETAM 22 Thr 1b).

10 . J. Nollé, dans K. Coleman et J. Nelis-Clément (éds), L ’organisation des spectacles dans le monde romain (2012), p. 23-27 en part. p. 25 : selon l’a. le concours aurait perdu son surnom dès 247.

11 . IG VII 49 (IAG 88), I.Smyrna 667. La troisième célébration datant du règne de Trébonien Galle ou du début de celui de Valérien, la première est de ca 243-245, voir J. Nollé, I.Side, p. 87-88 et p. 206 ; M. Wörrle, « Delphes et l’Asie Mineure : Pourquoi Delphes ? », dans A. Jacquemin (éd.), Delphes cent ans après la Grande Fouille. Essai de bilan, BCH Suppl. 36 (2000), p. 158. Le concours a pu être autorisé par Gordien et célébré pour la première fois seulement sous son successeur.

12 . N. P. Milner, A. S. Hall, dans D. French (éd.), Studies in History and Topography of Lycia and Pisidia, in Memoriam A.S. Hall, The British Institute of Archaeology at Ankara Monograph 19 (1994), no 1 et 2 (SEG 44, 1165-1166).

13 . I.Ilion 125, cf. notre article REG 129 (2016), p. 369-403.

14 . IGUR I 240 ; I.Sardis 79 (SEG 53, 1355).

15 . N. Gökalp Özdil, « The Heavy Athlete M. Aurelius Eutychion from Nysa ad Meandrum », Philia 2 (2016), p. 163-176 ; nous en réviserons le texte ailleurs.

16 . Voir en dernier notre révision de I.Magnesia 149 dans notre article « Les premiers champions faits citoyens romains », à paraître.

17 . FD III 1, 89. À la même époque, deux champions comme M. Aurelius Dèmostratos Damas (Sardis VII 1, 79 [IAG 84], cf. SEG 53, 1355) et M. Aurelius Asklèpiadès (IGUR 240 [IAG 79]) mentionnent aussi l’Asie comme l’une des régions où ils ont remporté de très nombreuses victoires.

18 . I.Tralleis 110.

19 . Voir e. g. Socrate, Histoire ecclésiastique, VII 36, ἀπὸ Ἀπαμείας τῆς ἐν Ἀσίᾳ, avec les remarques de S. Destephen, Prosopographie chrétienne du Bas-Empire. 3, Diocèse d’Asie (325-641) (2008), p. 921 ; George le Syncelle, Ecloga chronographica, p. 430 (éd. Mosshammer), ἐπίσκοπος Ἱεραπόλεως τῆς ἐν Ἀσίᾳ.

20 . Sont isélastiques les concours qui littéralement donnent à leurs vainqueurs droit à une entrée solennelle dans leur patrie, et qui, surtout, offrent d’importants privilèges, dont une pension.

21 . Même si la partie gauche du pi manque, la lecture ΠΑΝ est probable, à cause du vide important à gauche de la haste conservée. La proposition d’y voir les Panathénées (Follet/Delmousou, Curbera) se heurte aussi bien à la structure du texte qu’à l’absence après le nu de traces de la barre gauche de l’alpha, à un endroit où la surface écrite est pourtant conservée et où l’alpha devrait démarrer. Plus à droite, les traces très légèrement obliques qui pourraient passer pour un vestige de lettre nous paraissent être plutôt le résultat de la cassure.

22 . La faible incurvation du haut observée par les éditrices ne signifie pas forcément que la surface n’était pas inscrite jusqu’au sommet du bloc.

23 . Chr. Wallner, Soldatenkaiser und Sport. Grazer Altertumskundliche Studien 4 (1997), p. 179-180 ; voir S. Remijsen, P. Oxy. LXXIX, p. 194-195 et J.-Y. Strasser, BCH 128-129 (2004/2005), p. 465-468. Certains concours sont isélastiques mais pas œcuméniques ; nous reviendrons ailleurs sur la différence ; pour des propositions d’explication, qui nous ont laissé sceptique, voir O. van Nijf, dans L’organisation des spectacles (n. 10), p. 86-87 et 91-93 et S. Aneziri, Mnemosyne 67 (2014), p. 430.

24 . Même dans ce cas Καλινδοιαῖος serait hautement improbable. D’une part, nous ne connaissons aucun artiste issu de cette petite cité de Bottie, région qui n’a donné, nous semble-t-il, aucun champion assez notable pour avoir laissé sa marque ; d’autre part, il n’y a pas de citoyen de Kalindoia connu hors de la cité, ce qui fait que l’ethnique n’est attesté que par les Ethnika d’Étienne de Byzance.

25 . IAG 69 (SEG 13, 540). Voir W. Leschhorn, « Griechische Agone in Makedonien und Thrakien. Ihre Verbreitung und politisch-religiöse Bedeutung in der römischen Kaiserzeit », dans U. Peter (éd.), Stephanos nomismatikos. Edith Schönert-Geiss zum 65. Geburtstag (1998), p. 400-403 ; Chr. Wallner, op. cit. (n. 23), p. 81-82 ; les inscriptions citées note suivante, et le commentaire de P. Herz, dans A. Chaniotis, J. Rüpke (éds), Festrituale: Diffusion und Wandel im römischen Reich (2008), p. 115-132.

26 . I.Perinthos 31 ; IG II3 4, 629 (IG II² 3169/3170 ; IAG 90), cf. infra ; dans une inscription athénienne, SEG 36, 262, que nous révisons infra ; il convient aussi de retrouver les Olympia de Béroia dans une inscription du territoire de Cyzique que nous republierons dans notre corpus à paraître des palmarès d’époque impériale, C. Mango, I. Ševcenko, DOP 27 (1973), p. 250-251, no 1.

27 . SEG 36, 258 ; IG II3 4, 629 ; IG VII 49 (IAG 88).

28 . Pour Béroia, I.Beroia 69 et SEG 49, 815. Pour Thessalonique, IG X 2, 1, 1073-1075.

29 . Art. cit. (n. 1), p. 509.

30 . L ’adjectif n’apparaît pas dans IG II3 4, 629, où le héraut est d’ailleurs seulement qualifié de δὶς περίοδος, sans autre précision, alors qu’il est τρὶς περίοδος ἄλειπτος à Olympie, ce qui prouve pourtant qu’il était déjà ἄλειπτος à l’époque de l’inscription d’Athènes.

31 . Neue IvO 33 (IvO 243 avec SEG 17, 203 et SEG 26, 479) : Οὐαλέριος Ἔκλεκτος [Σιν]ω̣πεὺς | βουλευτὴς καὶ Ῥωμαῖο[ς κ]αὶ Ἠλεῖος | καὶ Δελφὸς βουλευτὴς καὶ Σαρδιανὸς | βουλευτὴς καὶ Σμυρναῖος βουλευτὴς καὶ Φιλα|δελφεὺς βουλευτὴς καὶ Ἱεραπολε[ί]της βουλευ|τὴς καὶ Τριπολείτης βουλευτὴς καὶ Περγαῖος | βουλευτής, κῆρυξ τρὶς περίοδος ἄλειπτος, | νεικήσας ἱεροὺς ἀγῶνας τοὺς ὑπογεγραμ|μένους ∙ Ὀλύμπια δʹ, Ὀλ(υμπιάδι) σνϛʹ, σνηʹ, σνθʹ, σξʹ, | Καπετώλια ἐν Ῥώμῃ γʹ, Ἀθηνᾶς Π̣ρομά|χου ἐν Ῥώμῃ γʹ, Ῥώμης Αἰών[ια].

32 . IG II3 4, 629 (IG II² 3169/3170 ; IAG, 90) : Ἀγαθῇ Τύχῃ· | [Οὐα]λέριος Ἔκλεκτος Σινωπεὺς | [βου]λευτὴς καὶ Ἀθηναῖος καὶ Δελφὸς | [βου]λευτὴς καὶ Ἠλεῖος καὶ Σαρδιανὸς | [β]ουλευτὴς καὶ Περγαῖος βουλευτὴς | [κ]αὶ Νεικαεὺς βουλευτὴς καὶ ἄλλων πολ|[λ]ῶν πόλεων πολείτης καὶ βουλευτής, | [κ]ῆρυξ δὶς περίοδος, νεικήσας ἀγῶνας ἱε|[ρ]οὺς οἰκουμενικοὺς τοὺς ὑπογεγραμμέ|νους· Ὀλύμπια ἐν Πείσῃ βʹ, Πύθια ἐν Δελ|φοῖς βʹ, Νέμεια ἐν Ἄργει γʹ, Ἴσθμια δʹ, Πανα|θήναια δʹ, Πανελλήνια, τὴν ἐξ Ἄργους ἀσπίδα, | Καπετώλια ἐν Ῥώμῃ γʹ, Ἀθηνᾶς Προμάχου ἐν | Ῥώμῃ γʹ, τὸν χειλιετῆ ἐν Ῥώμῃ, ἐφ’ ᾧ ἐτει|μήθην χρυσῷ βραβείῳ μόνος καὶ πρῶτος τῶν ἀπ’ αἰ|ῶνος κηρύκων, Εὐσέβεια ἐν Ποτιόλοις δʹ, Σεβαστὰ | ἐν Νεαπόλει δʹ, Ἄκτια ἐν Νεικοπόλει, Ὀλύμπια ἐν | Ἐπιδαύρῳ βʹ, Ἡράκλεια ἐν Θήβαις γʹ, Τροφώνει|α ἐν Λεβαδείᾳ βʹ, Ὀλύμπια ἐν Βεροίᾳ βʹ, Πύθια ἐν Φι|λιπποπόλει βʹ, Κεντρείσεια ἐν Φιλιπποπόλει, | Σεβαστὰ ἐν Βυζαντίῳ, Σευήρεια ἐν Νεικομηδεί|ᾳ βʹ, κοινὸν Βειθυνίας ἐν Νεικομηδείᾳ βʹ, Σευήρει|α ἐν Νεικέᾳ γʹ, Χρυσάνθινα ἐν Σάρδεσιν, κοινὰ Ἀσίας ἐν | Σάρδεσιν, Πύθια ἐν Τράλλεσι, Ὀλύμπια ἐν Ἐφέσῳ βʹ, | Βαρβίλληα ἐν Ἐφέσῳ δʹ, Ἁδριάνεια ἐν Ἐφέσῳ, Ὀλύμ|πια ἐν Σμύρνῃ βʹ, Ἁδριανὰ Ὀλύμπια ἐν Σμύρνῃ βʹ, | κοινὰ Ἀσίας ἐν Σμύρνῃ, Αὐγούστεια ἐν Περγάμῳ, | Ὀλύμπια ἐν Κυζικῷ, Διδύμεια ἐν Μειλήτῳ βʹ, | Πύθια ἐν Ἱεροπόλει, Ἄκτια ἐν Τύρῳ, Σεβάσμεια | ἐν Δαμάσκῳ βʹ, τὸν περιπόρφυρον ἐν Σειδόνι βʹ, | Ἀττάληα Καπετώλια ἐν Ἀφροδεισιάδι, ὑπὸ φωνασκὸν Μ(ᾶρκον) Αὐρ(ήλιον) Μουσαῖον τὸν καὶ Ἑορ|τάσιον, Σαρδιανὸν γερουσιαστήν, Δελφὸν | βουλευτὴν καὶ Ἠλεῖον καὶ Ἀφροδεισιέα, ἀρχιγραμ|ματέα, τειμηθέντα ὑπὸ Ἠλείων καὶ Δελφῶν | ἀνδριᾶσι μόνον καὶ πρῶτον τῶν ἐπὶ φωνα|σκίᾳ.

33 . La précision Ῥωμαῖος, dans les inscriptions d’Olympie et de Delphes, s’explique par les origines de la famille d’Eklektos, qui venait de la colonie romaine de Sinope, cf. J. et L. Robert, BE 1976, 279 ; cela dit, la mention surprend tout de même, d’autant qu’Eklektos est très certainement né après l’adoption de la Constitutio Antoniniana.

34 . Cf. I.Perge 312-313 et 334-337 ; P. Weiss, « Auxe Perge. Beobachtungen zu einem bemerkenswerten städtischen Dokument des späten 3. Jahrhunderts n. Chr. », Chiron 21 (1991), p. 353-392 ; J. Nollé, « Die feindlichen Schwestern – Beobachtungen zur Rivalität der pamphylischen Städte », dans Die epigraphische und altertumskundliche Erforschung Kleinasiens, ETAM 14 (1993), p. 297-317 ; R. Merkelbach, S. Şahin, J. Stauber, « Kaiser Tacitus erhebt Perge zur Metropolis Pamphyliens und erlaubt einen Agon », EA 29 (1997), p. 69-74.

35 . Qui ne mentionne pas l’ethnique ; on pourrait certes expliquer la chose par une victoire à Tripolis postérieure à la base athénienne.

36 . Des Apollôneia Pythia (D. O. A. Klose, G. Stumpf [éds], Sport, Spiele, Sieg. Münzen und Gemmen der Antike [1996], p. 123, no 237 = SNG von Aulock 8293 ; Sport, Spiele, Sieg, p. 123, no 238, cf. SNG von Aulock 3328) ; des Attalianeia Olympia (SEG 56, 1403-1404).

37 . Cf. Chr. Wallner (n. 23), p. 146-147. D’après le texte de Nysa, Eutychiôn a vaincu à Tripolis alors qu’il était encore παῖς ; or il s’est écoulé un bon nombre d’années entre ce succès et la gravure du texte, qu’il faudrait dater des années 260 pour que le champion ait pu vaincre à des Lètôa Pythia promus seulement sous Valérien et Gallien, ce qui n’est pas exclu mais reste difficile.

38 . Seule FD III 4, 476 (Choix d’inscriptions de Delphes 298) contient plus d’ethniques que la grande inscription d’Athènes pour Eklektos, mais elle n’a pas de formule du type ἄλλων πόλεων πολείτης et elle est du iie s.

39 . Nous y reviendrons ailleurs. SEG 6, 203 n’a par exemple qu’une formule générale indiquant que l’athlète a été honoré de la politeia dans d’autres cités, I.Smyrna 667 deux ethniques et une formule, le très long palmarès de Nysa publié par N. Gökalp Özdil, art. cit. (n. 15), ne cite que 5 ethniques et n’a pas de formule du type ἄλλων πόλεων πολείτης. I.Aphr. 1.182, que nous datons du milieu du siècle, n’indique aucune citoyenneté honorifique de l’artiste.

40 . Nous n’avons trouvé dans des expressions comparables aucun cas épigraphique d’ἄλλος postposé.

41 . MDAI(A) 7 (1882), p. 255, no 26 ; IGUR I 240 ; TAM V 3, 1506.

42 . Voire avec les deux termes ; dans une inscription de Smyrne pour un Apollinarius (I.Smyrna 661), à notre avis contemporaine de la nôtre, un athlète est ἄλλων πόλεων πολείτης, βουλευτής ; malgré l’absence de copule il faut certainement comprendre qu’Apollinarius a été citoyen et bouleute d’autres cités ; ici on pourrait avoir, mais nous n’y croyons guère, [πολείτης ἄλλων πόλεων πο]λ̣λ̣ῶν, βουλευτής.

43 . Mais notre identification de ce héraut avec Eklektos éclaire cette exception, puisque l’on sait que le héraut de Sinope était d’abord sensible à la qualité de membre de la boulè.

44 . Chez l’aulète Tib. Claudius Kallimorphos, ταλαντιαίους δὲ καὶ ἡμιταλαντια<ί>ους ἐνί[κα] ἅπαντας οὓς ἠγωνίσατο (I.Aphr. 12.716) ; le citharède C. Ant. Sept. Publius, I.Smyrna 659, a vaincu θεματικοὺς δὲ καὶ ταλαντιαίους πάντας ὅσους ἠγωνίσατο. Cf. aussi le pentathlonien Kleôn, qui a remporté ὅσο[υς] ἡγωνίσατο ἀγῶνας ἱερούς τε καὶ στεφανίτας, IG V 1, 668.

45 . I.Napoli 47.

46 . SER 67, l. 19-21, voir SEG 54, 724.

47 . S. Follet et D. Peppas Delmousou commentent, p. 510 : « La mention d’Athènes indique que le héraut avait un lien particulier avec la cité ; il avait pu triompher dans un de ses concours (les Panathénées ?) » Cela ne fait aucun doute mais si l’on devait suivre le raisonnement des auteurs, la victoire athénienne devrait se trouver dans le palmarès des l. 10-12, pas à la l. 6.

48 . Seul l’angle inférieur gauche du sigma se lit sur la photographie, on ne voit pas comment quelque trace du iota pourrait subsister.

49 . Threatte, GAI I, p. 374-376.

50 . SEG 33, 139.

51 . CID IV 117 (Le GuenTechnites I, no 11) en 121-117 av. J.-C. ; la formule est restituée dans IG II² 1330 (Le Guen, Technites I, no 5).

52 . Nous excluons à peu près que l’expression puisse se rapporter aux concours d’Athènes, τῶ̣ν Ἀ̣θ̣ήνησ[ιν ἀγώνων], car si nous avons raison d’identifier ici un palmarès d’Eklektos, celui-ci n’a pas remporté tous les concours d’Athènes, ni aucun des deux agônes, Olympieia et Hadrianeia, qui nécessiteraient une précision Ἀθήνησιν à cause des nombreux concours homonymes.

53 . La plus ancienne pourrait être IGUR I 244, qui n’est pas antérieure à 170.

54 . Le palmarès d’Eutychiôn, cf. n. 15 ; Agora XVIII C205 ; IGUR I 244 ; I.Ephesos 1104 ; TAM V 2, 1018 ; P.FuadUniv. 40 ; SEG 62, 920 et les trois inscriptions pour Eklektos.

55 . Cl. Vatin, Delphes à l’époque impériale (thèse inédite, déposée à la bibliothèque de la Sorbonne, 1965), p. 254-257. Le texte est mentionné par Cl. Vatin, Monuments votifs de Delphes (1991), p. 50 et A. Jacquemin, Offrandes monumentales à Delphes (1999), p. 352, no 440 ; il est repris tel qu’édité par Cl. Vatin chez A. Avram, Prosopographia Ponti Euxini externa (2013), p. 269-270, no 2942.

56 . Nous remercions vivement D. Rousset, qui a examiné la base pour nous et réalisé les photographies et surtout l’estampage à partir desquels, en sus de la photographie de l’EFA fournie ici, nous publions le texte, dont nous sommes seul responsable.

57 . Dans ce palmarès où ne figurent que les concours de Pise et de Rome, le seul ἱερούς est presque étonnant, beaucoup trop modeste pour des agônes tout en haut de la hiérarchie, même si l’on ne connaît pas avec certitude le statut du concours du Millénaire et que ἱερός devait parfois équivaloir à εἰσελαστικός.

58 . Ces trois victoires delphiques sont à notre avis nécessaires pour être trois fois périodonique.

59 . Le Bouclier d’Argos est mis en valeur à Athènes comme à Delphes à cause de son ancienneté et de son appartenance à la période des artistes.

60 . nous aurions tendance à penser que c’était un palmarès détaillé, car c’est la forme qu’Eklektos a choisie deux fois à Athènes ; le fait que le texte d’Olympie soit court n’est pas significatif, car c’est là une habitude à Pise.

61 . Le mot est entièrement restitué dans l’inscription de Delphes.

62 . L. Robert, Hellenica XI-XII (1960), p. 338-341.

63 . Les abréviations πολ. et βου. renvoient aux mentions de citoyenneté honorifique et d’appartenance à la boulè. L ’ordre des cités et des concours est celui du palmarès détaillé d’Athènes.

64 . Les années 210 voire 220 (si le personnage en question a continué sa carrière) sont exclues, car nous connaissons probablement le champion qui, à l’instar d’Eklektos, dominait sa spécialité à cette date, L. Septimius Aurelius Marcianus, cf. J.-Y. Strasser, art. cit. (n. 8).

65 . L ’unique autre occurrence nous paraît être IGUR II 935, funéraire d’un τραγῳδὸς ἀνίκητος.

66 . I.Napoli 47 pour un aulète.

67 . Cf. notre analyse « La carrière du pancratiaste Markos Aurèlios Dèmostratos Damas », BCH 127 (2003), p. 251-299.

68 . FD III 1, 554 et SEG 52, 537.

69 . Voir J.-Y. Strasser, Historia 55 (2006), p. 326-327.

70 . Il est possible que tous les vainqueurs à ce concours aient été honorés de la même manière.

71 . Les lettres sont assez curieusement formées et disposées, parce que le lapicide a serré l’ensemble pour écrire le verbe intégralement sur cette ligne.

72 . L. Robert, Hellenica VII (1949), p. 111 et « Les épigrammes satiriques de Lucillius sur les athlètes : parodie et réalités », dans L ’épigramme grecque. Entretiens sur l’antiquité classique XIV (1969), p. 183-184 et 205, n. 1 (OMS VI, p. 321-322 et 343).

73 . IGUR I 240.

74 . Ce qui est différent, certainement, d’ἀνίκητος ou ἄλειπτος. Car ce dernier qualificatif s’applique probablement à la situation où le concurrent a été retenu pour participer à la phase finale du concours, après des phases éliminatoires qui existaient du moins dans les plus grands concours. Or on peut s’être inscrit et ne pas s’être qualifié pour la compétition finale. Dire qu’on a vaincu à tous les concours auxquels on s’est inscrit est donc probablement plus large qu’ἄλειπτος. Au début d’une carrière, un débutant pouvait s’inscrire puis ne pas aller jusqu’à la compétition finale, sans que cela soit vu comme une défaite à proprement parler. Peut-être cela n’est-il jamais arrivé à Eklektos, qui a vaincu dès le premier concours où il s’est inscrit.

75 . Un thêta à point central dans une inscription chrétienne de Sinope, I. Sinope 185.

76 . I. Sinope 137 (ἑκατοντάρχου λεγ[ε]ῶ[νο]ς αιʹ Κλ.).

77 . G. Steinhauer, Mediterranean Archaeology 19-20 (2006-2007) (= Proceedings of the 25th Annniversary Symposium of the Australian Archaeological Institute at Athens, Athens 10-12 October, 2005), p. 199-206.

78 . IAG 85, un concours à prix d’argent à la date de ce texte.

79 . À la l. 3, les a. hésitent entre Ο et Ε (mais les epsilon ne sont pas lunaires par ailleurs) et entre Σ et Δ.

80 . On ignore évidemment si sa carrière s’est poursuivie au-delà.

81 . Nous avons toutefois ignoré ceux qu’Eklektos n’a jamais remportés.

82 . Ce qui est d’ailleurs le cas, grosso modo, comme nous le montrerons ailleurs. Mais de nouveaux concours ont été créés depuis et surtout certains ont été promus au rang de concours isélastiques, ce qui a complexifié le calendrier agonistique. Sur la chronologie des concours, voir pour l’essentiel nos articles « “Qu’on fouette les concurrents… ”. À propos des lettres d’Hadrien retrouvées à Alexandrie de Troade », REG 123 (2010), p. 585-622 et « Hadrien et le calendrier des concours (SEG, 56, 1359, II) », Hermes 144 (2016), p. 352-373. Nous ne suivons pas les conclusions de R. Gordillo Hervás, « Adriano y el calendario imperial de juegos atléticos: propuesta sobre el tercer y cuarto año del ciclo olímpico », Gerión 35 (2017), p. 119-142 et « La primera celebración de las Hadrianeia de Éfeso », DHA 43 (2017), p. 213-236.

83 . Nous nous demandons en effet s’il n’y avait pas, la même année, deux séries d’épreuves pour les Balbilleia, l’une pour les athlètes – les hérauts y sont aussi conviés –, l’autre pour les artistes, peut-être une nouvelle fois avec une compétition pour les hérauts, cf. nos remarques dans Hermes 144 (2016), p. 359.

84 . Il ne faut pas oublier que des concours nouvellement fondés ou promus n’étaient souvent célébrés pour la première fois que plusieurs années après leur acte de fondation ou leur promotion.

85 . Tous ces palmarès à couronnes seront rassemblés et analysés dans notre corpus à paraître des palmarès d’époque impériale.

86 . Nous reviendrons ailleurs sur l’origine de ces couronnes ; en attendant, voir l’article très complet de K. M. D. Dunbabin, « The Prize Table: Crowns, Wreaths, and Moneybags in Roman Art », dans B. Le Guen (éd.), L ’argent dans les concours du monde grec (2010), p. 301-345.

87 . IG II3 4, 627 (Agora XIX C204, voir toujours les photos chez B. D. Meritt, Hesperia 17 [1948], pl. 15-18).

88 . Voir toujours sur ce concours syrien L. Robert, « Fêtes de Sidon », RN 1936, p. 274-278 (OMS II, p. 1029-1033), à quoi il faut ajouter désormais ce qui semble l’attestation la plus ancienne du concours, à la fin du iie s. selon nous, Chiron 44 (2014), p. 571-576, no 6.

89 . Ce supplément invaliderait la reconstruction proposée ici mais pas l’appartenance des deux fragments à la même inscription.

90 . Sauf si la coupe syllabique n’était pas respectée et que la marge à droite était particulièrement importante, deux conditions peu envisageables.

91 . C’est l’ordre le plus courant quand les palmarès utilisent l’accusatif de lieu pour les sièges des concours.

92 . Cf. J.-Y. Strasser, « Une expression agonistique chez Saint Paul et dans trois inscriptions anatoliennes », REG 129 (2016), p. 369-403.

93 . Le nom du concours est totalement restitué et le siège partiellement, sans que la photographie permette de vérifier la lecture.

94 . IG II3 4, 629, voir supra.

95 . IG VII 49 (IAG, 88).

96 . FD III 1, 555 (IAG 87).

97 . Pour ce qui est des palmarès, cf. FD III 1, 555 (IAG 87) et FD III 4, 476 (Choix d’inscriptions de Delphes 298).

98 . TAM II 587, à voir désormais chez D. Reitzenstein, Chiron 44 (2014), p. 571-576, no 6, datée là, à tort selon nous, d’après 212.

99 . J. Bousquet, BCH 116 (1992), p. 194 (SEG 42, 464).

100 . FD III 1, 555 (IAG 87).

101 . IG II3 4, 630.

102 . IG II3 4, 629, cf. supra n. 32.

103 . Cf. n. 26.

104 . IG II3 4, 629, cf. supra.

105 . I.Perinthos 31. L ’identité entre les Olympia et les Alexandreia Olympia, généralement admise, est récusée par Chr. Wallner, op. cit. (n. 23), p. 81-82.

106 . On ne peut écarter totalement l’hypothèse de la mention du concours d’Athéna Promachos à Rome, [Ἀθ]ηνᾶ[ς Προμάχου ἐν Ῥώμῃ], mais dans la partie conservée l’ordre est toujours toponyme à l’accusatif suivi du nom du concours.

107 . Sur ces notions, voir notre article cité n. 5.

108 . Les maigres vestiges de la liste nous paraissent pouvoir s’accorder avec le calendrier des concours au iiie s. mais forment un ensemble beaucoup trop court pour arriver à une conclusion ferme. Seule la place des concours de Béroia après ceux d’Épidaure surprendrait, du moins à une date plus haute ; pour le milieu du iiie s., il est difficile voire impossible de se prononcer.

109 . Mais on la trouve aussi, sans que nous comprenions cette variante et ses origines, au début du iie s., IG V 1, 659.

110 . BCH 132 (2008), p. 512-513, no 16, fig. 18 (SEG 58, 185). Dim. : 48 × 31,3 × 37 cm. Lettres : 2 à 2,3 cm.

111 . Art. cit. (n. 1), p. 513.

112 . La formule proposée par les auteurs est d’ailleurs sans équivalent, nous semble-t-il.

113 . La restitution de I.Kalchedon 19, l. 3-4 ([ἀγωνοθετήσας ( ?) Πυθιά]δ[ο]ς ἕξ, Ἀκ<τ>ίων δίς {ι}, παίδων δίς), est plus qu’incertaine.

114 . Die Epistaten des Agons und der Palaestra in Literatur und Kunst (1911) ; L. Robert, CRAI 1974, p. 519-525.

115 . À Smyrne même on trouve le nom Εὐοδιανός, qui pourrait convenir, et l’on ne peut exclure l’hypothèse d’un second cognomen ; sont aussi attestés ailleurs Εὐοδίων et Εὐόδιος.

116 . IG XII 4, 935 et 1117 à Cos ; les autres occurrences sont dans un contexte éphébique.

117 . Robert, op. cit., p. 522-523 ; voir e. g. I.Kition 2047 : οἱ ἀπὸ τῆς οἰκουμέν[η]ς ἀθληταὶ ἱερονεῖκαι καὶ στεφανεῖται καὶ οἱ τούτων ἐπιστάται.

118 . St. Brunet, Journal of Sport History 30 (2003), p. 219-235, suivi par P. Gouw, Griekse atleten in de Romeinse keizertijd (31 v. Chr. – 400 n. Chr.) (2009), p. 181-182.

119 . J. König, Athletics and Literature in the Roman Empire (2005), p. 305-306.

120 . L. Robert, op. cit. (n. 114), p. 523, n. 46, avait déjà insisté sur ce point, dans une note quelque peu oubliée par la suite.

121 . FD III 1, 200 + 258 (SEG 37, 396).

122 . FD III 1, 220 ; pour le nomen (lapis ΙΤΟΥΛΑΗΝΟΝ), cf. D. Mulliez, BCH 112 (1988), p. 381 (<Π>ουλ<λ>ῆνος dans SEG 37, 395 mais D. Mulliez n’envisageait une erreur que pour l’initiale, probablement à juste titre) ; l’entraîneur ou l’un de ses ascendants pourrait avoir obtenu la ciuitas Romana par l’intermédiaire du proconsul d’Asie d’époque trajanne L. Albius Pullaienus Pollio, PIR² P 1076.

123 . Μυτιληναῖος est aussi possible, et nous n’écartons pas même la possibilité que l’ethnique en -ναῖος ne soit qu’honorifique.

124 . Sterrett, Wolfe Expedition, no 297 (IGR III 276) : Γά̣ιος Αἴλιος Ῥηγεῖνος Ζμυρναῖος [π]αιδοτρίβη[ς] ἀνέστησα Σωκρ̣[ά]τῃ ὑῷ μνήμης χάριν.

125 . I.Pergamon 579 (Pfuhl-Möbius 2313), cf. L. Robert, Ét. Anat., p. 60.

126 . IG V 1, 491 et 569.

127 . Le no 491 : ἡ πόλις Κλαύδιον Κάσιον Τυχικοῦ, ἀλειπτήν, πίστεως τῆς περὶ τοὺς ὑπ’ αὐτῷ γεγε{ι}ν<η>μένους ἀθλητὰς ἕνεκα.

128 . Cf. Brunet, art. cit. (n. 118).

129 . L. Robert, op. cit. (n. 114), p. 528-529.

130 . L ’ethnique athénien suivi du participe fournit la taille minimale de la lacune, mais celle-ci pouvait être plus importante si une autre politeia s’ajoutait à la suite.

131 . D’autres suppléments sont possibles.

132 . Généralités chez P. Frisch, « Die Klassifikation der παῖδες bei den griechischen Agonen », ZPE 75 (1988), p. 179-185.

133 . Pour l’expression, voir les inscriptions pour M. Aur. Dèmostratos Damas dans SEG 53, 486 et 1355. On pourrait aussi restituer d’autres catégories d’âge, les ageneioi voire les éphèbes.

134 . Les éditrices n’ont pas souligné la rareté de ἐκ temporel avec un chiffre. Nous n’en avons trouvé aucun exemple dans l’épigraphie et n’en connaissons que de rares attestations littéraires, toutes d’époque impériale (Plutarque, Galien, Nouveau Testament).

135 . Nous voyons bien le trait extrêmement fin qui a pu faire croire à un iota, mais il est sans doute trop ténu pour être l’effet de la gravure, toujours plus épaisse.

136 . Cf. l’inscription pour un xystarque citée infra n. 162.

137 . Ce n’est pas même certain : on peut aussi songer à Μ. Αὐρήλιος, ce qui ménagerait du coup de la place pour un autre ethnique avant celui finissant en -ναῖος.

138 . Follet, Athènes, p. 212 ; ce n’est d’ailleurs que pour signaler l’impossibilité d’un rapprochement prosopographique avec un athlète d’Athènes, Athènaios, xystarque comme le personnage de notre inscription.

139 . Sans doute lors du transfert des collections de la Société archéologique vers le Musée national.

140 . IG II3 4, 629, cf. supra n. 32.

141 . I.Ephesos 1135.

142 . TAM V 3, 1505.

143 . IG XII 4, 949.

144 . Les rares noms grecs comprenant la séquence -τιμι- sont improbables à cette date et dans ce contexte.

145 . Ce sont alors des L. Septimii Aurelii, cf. SEG 37, 151, I.Smyrna 666. La mise en page de notre texte semble exclure cette possibilité et nous ne connaissons pas de cas où Aurelius a été intercalé entre le praenomen et le nomen de Sévère.

146 . Cf. les M. Aurelii Septimii de IG VII 1776, I.Ephesos 629 et 1134, IGLS IV 1265 (sans le praenomen).

147 . W. Dittenberger supposait un nom, comme Πυ[θαγόρας].

148 . En soi, on pourrait aussi songer à un titre, en l’occurrence celui de pythionique, mais la spécialité est attendue, et si titre il y a, celui-ci est plutôt après la spécialité, alors qu’ici on est immédiatement après la formule finale sur les citoyennetés.

149 . Sur celle-ci, cf. D. Rousset, J.-Y. Strasser, REG 130 (2017), p. 7-12. Voir aussi B. Fauconnier, « The Organisation of Synods of Competitors in the Roman Empire », Historia 66 (2017), p. 442-467, qui défend toujours l’idée ancienne que les xystarques sont des représentants de l’association des athlètes, ce qui nous paraît tout sauf certain.

150 . Voir en dernier les articles mentionnés dans la note précédente.

151 . C’est l’hypothèse faite par Follet, Athènes, p. 212 ([ξυσ]τάρχης διὰ [βίου τῶν ἐν --- ἀγών]ων).

152 . Sauf pour les grands-prêtres du xyste, qui mentionnent les fonctions extrêmement prestigieuses octroyées par l’empereur avant les titres agonistiques, parfois même avant les ethniques, cf. e. g. IGUR I 240 : ὁ ἀρχιερεὺς τοῦ σύνπαντος ξυστοῦ, διὰ βίου ξυστάρχης καὶ ἐπὶ βαλανείων τοῦ Σεβαστοῦ, Ἀλεξανδρεύς, Ἑρμοπολείτης, Ποτιολανός, Νεαπολείτης καὶ Ἠλεῖος καὶ Ἀθηναῖος βουλευτὴς καὶ ἄλλων πόλεων πολλ̣ῶν πολείτης καὶ βουλευτής, πανκρατιαστὴς περιοδονείκης ἄλειπτος.

153 . SEG 53, 866.

154 . I.Smyrna 217.

155 . BCH 37 (1913), p. 183, no 15. Nous reviendrons ailleurs sur ce texte.

156 . Une solution serait d’y voir une dédicace au nom de l’association des hiéroniques, ὑπὲρ τῆς συνόδου τῶν ἱερονεικῶν.

157 . Faudrait-il lire [τ]ῶν ἱερ<ῶ>ν εἰ[σελαστικῶν], avec une simple erreur entre un omicron et un oméga ? Dans ce cas, il s’agira de la désignation du concours dont notre boxeur était le xystarque, mais ici comme ailleurs il vaut mieux s’en tenir à la lecture de U. Koehler.

158 . G. E. Bean, Belleten 29 (1965), p. 588-593, no 2, cf. L. Robert, AC 37 (1968), p. 406-417 (OMS VI, p. 82-93 ; cf. J. et L. Robert, BE 1969, 489) et R. Merkelbach, ZPE 18 (1975), p. 146-148 (repris dans Hestia und Erigone: Vorträge und Aufsätze [1996], p. 434-436). Nous revenons sur ce texte dans notre article cité n. 91.

159 . I.Tralleis 112 et 133.

160 . IGUR I 244.

161 . Cf. IGUR II 815, Αὐρήλιος Ἀγησίλαος τῷ συνπολείτῃ μνήμης χάριν ἐποίησεν.

162 . Cf. l’inscription de Kourion I. Nicolaou, RDAC 1973, p. 213-216, no 3 avec J. et L. Robert, BE 74, 658 : οἱ ἀπὸ τῆς οἰκουμένης ἀθληταὶ ἱερονεῖκαι καὶ στεφανεῖται καὶ οἱ τούτων ἐπιστάται καὶ νεανίσκοι Ἰσίδωρον Θρεπτοῦ τὸν ξυστάρχην καὶ φίλον τειμῆς χάριν.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Inscription d’Athènes IG II3 4, 624.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/298/img-1.jpg
Fichier image/, 264k
Titre Fig. 2
Légende Palmarès delphique d’Eklektos.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/298/img-2.jpg
Fichier image/, 497k
Titre Fig. 3
Légende Fac-similé de SEG 58, 183.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/298/img-3.jpg
Fichier image/, 674k
Titre Tableau 1
Légende Les victoires dont la date est connue sont en gras, les célébrations où le héraut l’a très vraisemblablement emporté en italique.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/298/img-4.jpg
Fichier image/, 138k
Titre Fig. 5
Légende IG II3 4, 616.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/298/img-5.jpg
Fichier image/, 98k
Titre Fig. 4
Légende IG II3 4, 617.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/298/img-6.jpg
Fichier image/, 254k
Titre Fig. 6
Légende IG II3 4, 616 + 617, essai de reconstitution.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/298/img-7.jpg
Fichier image/, 1,9M
Titre Fig. 7
Légende IG II3 4, 618.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/298/img-8.jpg
Fichier image/, 134k
Titre Fig. 8
Légende Base d’Athènes SEG 58, 185.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/298/img-9.jpg
Fichier image/, 330k
Titre Fig. 9
Légende IG II² 2772, fac-similé de U. Koehler.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/298/img-10.jpg
Fichier image/, 20k
Titre Fig. 10
Légende IG II² 2772, essai de reconstitution.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/298/img-11.jpg
Fichier image/, 48k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Yves Strasser, « Inscriptions agonistiques d’Athènes et de Delphes », Bulletin de correspondance hellénique, 142.1 | 2018, 233-278.

Référence électronique

Jean-Yves Strasser, « Inscriptions agonistiques d’Athènes et de Delphes », Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 142.1 | 2018, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/bch/298 ; DOI : 10.4000/bch.298

Haut de page

Auteur

Jean-Yves Strasser

Chargé de recherche au CNRS, UMR 8210 ANHIMA

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals