Navigation – Plan du site

Stocker l’eau dans l’ancienne Amathonte : le cas de la citerne de Viklès

Η συλλογή του νερού στην αρχαία Αμαθούντα: μια στέρνα στο λόφο Βίκλες
Water collection in ancient Amathus: a cistern on the hill of Vikles
Antigone Marangou, Léanna Pérès, Yiannis Violaris et Jean-Denis Vigne
p. 145-179

Résumés

Entre 2010 et 2011, une fouille d’urgence a été menée sur la pente Sud de la colline de Viklèsà l’Est de l’acropole d’Amathonte, et a révélé un type de réservoir d’eau alimenté depuis la surface ; découverte à ce jour unique à Chypre. Ce dispositif est constitué d’une citerne creusée dans le rocher et partiellement construite, reliée, par un passage voûté, à un puits d’accès servant également pour puiser. Ce réservoir, d’une capacité de 30 m 3environ, devait desservir les besoins en eau non pas d’un habitat, comme c’est souvent le cas, mais des espaces funéraire, cultuel ou économique implantés sur la colline de Viklèsdans l’Antiquité. Dans cette étude est présenté le mobilier archéologique mis au jour — céramique, lithique, figurines de terre cuite et ossements — qui atteste une occupation continue du lieu, allant de la fin de l’époque archaïque à la fin de l’époque protobyzantine, date d’abandon définitif de l’utilisation de la citerne.

Haut de page

Texte intégral

Les photographies de la fouille de la citerne ont été prises par Y. Violaris. Les dessins architecturaux ont été réalisés par J. Humbert et ceux des objets par M. Constantinidès ; la réélaboration de l’ensemble des illustrations a été effectuée par Soraya Dagman (étudiante en master à l’université Rennes 2), que nous remercions chaleureusement.

Introduction

  • 1 . Notamment des anses timbrées d’amphores rhodiennes indiquant la fin du iii (...)
  • 2 . A.  Hermary, Amathonte II, Testimonia 2 : (...)
  • 3 . Ce matériel, recueilli lors des prospections archéologiques que Catherine Petit-Aupert a conduite (...)
  • 4 . Signalée une première fois dans BCH116 (1992), p. 787, fig. 53-54. (...)
  • 5 . Fouille menée sous la direction de Yiannis Violaris.

1À l’Est de l’acropole d’Amathonte, se dresse la colline de Viklès, au pied de laquelle s’étend une vaste nécropole antique avec des tombeaux souterrains creusés dans le rocher et partiellement construits ( fig. 1). Sur le versant Est sont visibles encore aujourd’hui les vestiges d’une carrière de calcaire qui devait être exploitée au moins dès l’époque hellénistique si l’on en juge par le matériel archéologique recueilli sur le site 1( fig. 2). Plus à l’Ouest, vers le sommet de Viklès, devait se situer un sanctuaire dont la présence fut attestée anciennement par des découvertes fortuites de fragments de figurines, de statuaire et d’un trône d’Astarté 2et, plus récemment, par la découverte en surface — lors de prospections archéologiques — de 33 fragments de figurines archaïques et d’un fragment de kouros en calcaire 3( fig. 1). C’est alors au cœur de ces espaces de fonctions si différentes — économique, sacré et funéraire — qu’une citerne a été révélée récemment 4. Celle-ci, placée dans les parcelles 343-344 ( fig. 2-3) a été fouillée entre 2010 et 2011 par le Département des Antiquités chypriote sous la direction de l’un des auteurs de cet article 5.

Fig. i

Fig.             i

Vue générale sur l’acropole d’Amathonte et la colline de Viklès.

Fig. 2

Fig. 2

Plan cadastral de la colline de Viklès (Département du Cadastre et de l’arpentage).

Les vestiges architecturaux

2C’est au cours des travaux de construction sur la pente Sud de la colline que la pelle mécanique a fait paraître deux ouvertures de petites dimensions laissant entrevoir l’existence d’une structure souterraine qu’aucun indice ne semblait signaler à la surface.

  • 6 . Selon la définition donnée dans R.  Ginouvès et (...)

3La fouille a mis en évidence une citerne 6de plan rectangulaire. Elle mesure 5,40 m de long sur 3,50 m de large, pour une hauteur maximale de 2 m ( fig. 4). Sa partie supérieure est voûtée ( fig. 5) et s’est partiellement effondrée au moment de la fouille ( fig. 6-7) ; seuls 2,50 m de cette couverture ont été conservés en place ainsi qu’un orifice rectangulaire aux angles arrondis, placé au centre de la voûte et permettant de recueillir l’eau de pluie ( fig. 8). Depuis la citerne, un passage a été aménagé dans le rocher, s’ouvrant sur un puits d’accès relié à la surface ( fig. 9-10).

Fig. 4

Fig. 4

Plan de la citerne de Viklès.

Fig. 7

Fig. 7

Vue sur la surface de la citerne avec la partie de la voûte effondrée, l’orifice central à droite et le puits d’accès à gauche.

  • 7 . Kafkalla(terme du dialecte chypriote entré dans la terminologie géologique dési (...)
  • 8 . Havara : roche calcaire très tendre se trouvant sous la Kafka (...)
  • 9 . À l’inverse d’un puits au sens propre.

4À l’origine, le creusement de la citerne a été effectué à partir du Sud-Ouest, là où la kafkalla 7était plus mince, voire absente. La havara 8se trouvant au-dessous, plus tendre, a donc été complètement fouillée dans la partie Ouest, permettant un creusement plus facile de celle-ci ( fig. 4 et fig. 10). À cette même occasion et grâce à cette grande ouverture, le passage et le puits d’accès ont pu être creusés. La paroi Ouest, détruite, a été remontée en maçonnerie après les aménagements, afin de rendre l’installation hermétique ( fig. 6). Le « puits » 9, servait à puiser l’eau et à accéder à la citerne depuis la surface ( fig. 11), comme le montrent des encoches taillées dans le calcaire formant un escalier ( fig. 10-11). Pour les imperméabiliser le fond et les parois du puits d’accès, ainsi que le passage et la citerne, ont été entièrement recouverts d’un épais mortier hydraulique de gypse avec un cailloutis abondant — dont l’épaisseur varie par endroits entre 2 cm et 7 cm environ — ( fig. 12et fig. 13). Parmi les éléments en pierre recueillis à la surface du site, un fragment d’hydragogue en calcaire ( fig. 24, 1. H3) semble faire partie du dispositif de conduite d’eau de pluie jusqu’à l’embouchure de la citerne ( fig. 8).

Fig. 11

Fig. 11

Vue sur le puits d’accès et ses encoches creusées : a : vue sur le puits d’accès depuis la surface ; b : vue sur le puits d’accès depuis l’intérieur de la citerne.

Le mobilier

  • 10 . UF = Unité de Fouille.
  • 11 . L ’étude des ossements a été conduite par Jean-Denis Vigne. Elle est présentée en annexe à cette (...)

5Faute de références architecturales comparatives sur le territoire amathousien, la datation de cette structure, comme sa période d’utilisation, dépend de l’étude du mobilier archéologique découvert lors de la fouille du remplissage de la citerne (UF 10B et C) et de son puits d’accès (UF D et E) mais aussi de la surface qui correspond à cette structure (UF A). Le mobilier est constitué de vases en céramique, d’éléments lithiques, de figurines de terre cuite et d’ossements d’animaux 11. Le traitement du matériel céramique — notamment les collages de vases dont les fragments proviennent d’unités différentes — montre à quel point la stratigraphie de cet ensemble a été perturbée, probablement dès l’Antiquité. Pour cette raison, nous avons opté pour l’étude spécifique de chaque catégorie d’objets, en constituant des assemblages céramiques qui nous permettent de définir des faciès chronologiques et donc de cerner les phases de fréquentation, voire d’utilisation, de ce dispositif destiné au stockage de l’eau.

La céramique

  • 12 . Le comptage est fait dans le but d’établir l’équivalent des fragments en nombre de vases : Nombre (...)

6À première vue, la céramique du site paraît dans sa globalité très fragmentaire, à l’exception de certaines amphores protobyzantines qui sont parvenues presque complètes. L ’étude porte sur l’ensemble de 339 fragments de céramiques enregistrés, toutes périodes et tous types confondus, qui appartiennent au moins à 88 vases (NTI 12). Même si, dans les pages qui suivent, seul un choix de fragments de vases est illustré (il s’agit des fragments les mieux conservés), l’étude s’appuie sur l’ensemble du matériel découvert, dont les comptages sont présentés sous forme de tableaux tant pour les amphores que pour les autres catégories de céramiques ( tableaux 1-5).

Le faciès céramique I : fin Chypro-Archaïque II / début Chypro-Classique II ( ca 500-350 av. J.-C.)

7Pour la première phase de fréquentation de ce point d’eau sur la colline de Viklès, l’assemblage céramique, réunit, à l’exception de quelques tessons d’une amphore grecque, des vases de production chypriote essentiellement, datant de la fin du CAII au début du CCII. Quantitativement, cette production représente plus de la moitié de vases enregistrés sur le site : 51 sur 88. Dans l’ensemble, ces fragments sont brisés ou très usés et semblent résiduels.

La production chypriote 

8Nous avons identifié surtout la production des ateliers locaux, amathousiens, qui est classée dans les pages qui suivent, selon la fabrique et la forme des vases ( tableau 1). Il n’est pas exclue la présence d’autres productions de l’île. Dans le doute, nous les avons jointes, séparément, au tableau 5.

Tableau i

Tableau                   i

Le faciès céramique I, de l’époque Chypro-Archaïque II et Chypro-classique II (ca fin vi e– milieu iv es. av. J.-C.).

Plain White (PW)

9La catégorie des cuvettes, connues sous le nom de « Persian Bowls » ou « bols perses », était utilisée pour la préparation des aliments. Omniprésente sur l’acropole d’Amathonte (sanctuaire, palais etc…), elle est aussi attestée dans la zone de la citerne, témoignant d’une phase d’occupation antérieure à l’époque hellénistique sur la colline de Viklès. La taille de l’embouchure des exemplaires recueillis ici varie de 15 à 42 cm de diamètre. Du point de vue typologique, nos exemplaires possèdent essentiellement des fonds annulaires.

10NTI : 14.

11 A11.Surface. Fragment de fond annulaire d’un « bol perse ». Diam. 15 cm. Pâte d’Amathonte.

12 E10.Entrée du puits d’accès. Fragment de lèvre d’un « bol perse ». Diam. 42 cm. Pâte d’Amathonte.

  • 13 . A.  Marangou, S.  Marchand, « La contribution (...)

13Les jarres à « anses de panier », attestées par un petit lot d’anses et de panses recueillies à la surface du site, sont tournées dans la pâte locale. Les anses sont arquées et portent à leurs extrémités les empreintes digitales des potiers qui les fixent aux épaules du récipient, geste connu sur les jarres d’Amathonte de l’époque classique 13. Une de ces anses, fragmentaire et déformée par la cuisson ( fig. 14, B2), constitue, la preuve, s’il en faut, de l’activité d’un atelier de potiers situé à proximité.

14NTI : 2.

15 B2. Surface de la citerne. Un fragment d’anse surcuit et déformé. Pâte d’Amathonte.

16Les amphores de tableà anses horizontales sont attestées par plusieurs éléments diagnostics : anses et bords verdâtres. Il n’est pas exclu que ces fragments aient perdu leur décor peint qui nous permettrait de les placer dans une autre fabrique.

17NTI : 5.

18La catégorie des cruches en PW est attestée par des anses bifide ou à un seul boudin verticales et dont l’embouchure est circulaire ou trilobée.

19NTI : 2.

20Les bols peu profondsrecueillis sont représentés par deux variantes : celle à profil continu et celle à lèvre aplatie à sa surface ( fig. 14, B6).

21NTI : 8.

22 B6. Surface de la citerne. Fragment de lèvre d’un bol à lèvre courte et aplatie. Diam. 15,6 cm. Pâte d’Amathonte.

White Painted (wp)

23Les amphores de table à lèvre en bourrelet externe et anses probablement horizontales sont représentées principalement par deux fragments de bord ( fig. 14, A16-A17) .

24NTI : 4.

25 A16. Surface. Fragment d’amphore à lèvre en bourrelet externe. Diam. 16 cm.

26 A17. Surface. Fragment d’amphore à lèvre en bourrelet externe. Diam. 11,5 cm.

27La présence d’une crucheà anses bifides est à peine signalée par une attache d’anse inférieure qui conserve des traces d’engobe noir.

28NTI : 1.

29Quelques fragments de lèvres de larges écuelles avec des traces d’engobe.

30NTI : 2.

Fabrique à engobe noir (Black Slip Ware)
  • 14 . Pour un aperçu général sur les décors et le classement de la céramique chypriote du chypro-géomét (...)

31La cruchede la fabrique à engobe noir, à anses bifides 14est attestée par quelques fragments qui conservent des traces d’engobe noir.

32NTI : 1.

Fabrique à engobe rouge (Red Slip Ware)

33La série de vases à engobe rouge est représentée par quelques fragments seulement qui peuvent difficilement être attribués à un type précis.

34NTI : 1.

35 B9. Surface de la citerne. Fragment de lèvre d’une cruche avec la surface externe recouverte d’engobe rouge.

Les importations

36Les importations sont rares mais les tessons d’amphores grecques, aussi fragmentaires soient-ils, permettent de cerner, mieux que pourrait le faire la céramique chypriote, la première séquence chronologique du site.

Amphore commerciale grecque
  • 15 . P.  Dupont, « Archaic East Greek Trade Amphoras », dans R. M.  (...)

37Les tessons de panses provenant de la surface de la citerne et de son remplissage appartiennent à une amphore du type de Clazomènesà bandes rouges peintes horizontalement sur les parois externes, décor caractéristique de la production archaïque de la seconde moitié du vi e s. av. J.-C. 15. La présence de ces fragments parmi les différentes catégories de céramiques chypriotes ( fig. 15, B5) donne un terminus ante quemautour de 500 av. J.-C. pour la plus ancienne phase d’occupation du site.

Fig. 15

Fig. 15

Fragment d’amphore de Clazomènes .

38NTI : 1.

39 B5.Surface de la citerne. Fragment de panse avec bandes rouges horizontales sur la paroi externe. Impossible de déterminer le type exact en l’absence du profil de l’amphore. En pâte orangée à la surface et gris violet à la cassure, elle contient des dégraissants noirs, gris et du quartz.

Jarre commerciale de centre indéterminé
  • 16 . J.-B.  Humbert, « Essai de classification des amphores dites « à anses (...)
  • 17 . Elle est attestée dans la Pièce II du Palais d’Amathonte : n o inv. 89. (...)
  • 18 . Les récipients de transport dans les tombes des nécropoles orientales d’Amathonte sont en cours d (...)

40Deux grands fragments de panse appartiennent à une jarre à « anse de panier » fusiforme de type tardif, v e/iv e s. av. J.-C. 16. Son centre de production n’est pas vraiment localisé à ce jour. Néanmoins, il y a une ressemblance entre la pâte des fragments de la citerne et certaines productions syro-palestiniennes. Tournée dans une pâte peu cuite, cette jarre est de couleur brune et gris foncé dans l’âme. Elle est rarement attestée sur l’acropole 17ainsi que dans les tombes de la nécropole orientale d’Amathonte 18.

41NTI : 1.

Le faciès céramique II : période hellénistique ( cafin iv e– fin i ers. av. J.-C.)

42Le deuxième assemblage céramique est constitué de vases de l’époque hellénistique. Leur état est aussi fragmentaire que l’assemblage précédent mais, contrairement à ce dernier, ne comprend que 10 exemplaires au total ( tableau 2), recueillis à partir de la surface de la citerne, de son remplissage et de son puits d’accès.

Tableau 2

Tableau 2

Le faciès céramique II : période hellénistique ( ca fin iv e– fin i ers. av. J.-C.).

Productions chypriotes

Imitation des céramiques à vernis noir

43L ’état de conservation de ces quelques tessons de panses ne permet pas de préciser le type de vase à boire.

44NTI : 1.

Amphores commerciales
  • 19 . Y.  Calvet, « Les amphores chypriotes et leur diffusion en Méditerranée (...)
  • 20 . Matériel inédit du Palais.
  • 21 . A.  Marangou, « Amphores hellénistiques d’Amathonte », (...)

45Les fragments d’une amphore chypriote proviennent plutôt de la surface ( fig. 16, B1). Il s’agit d’un récipient de transport très répandu à partir du iv e s. av. J.-C. dans les contextes hellénistiques de l’île en général 19et d’Amathonte en particulier 20. Cette amphore, est déjà attestée lors des fouilles dans la ville basse 21et lors des prospections menées dans ses environs. Elle reproduit les modèles égéens contemporains, à col long et avec pied en forme de pointe. On la reconnaît par sa pâte rugueuse, caractérisée d’une couleur brune et rouge foncé riche en dégraissants blancs et noirs. Elle est souvent désignée sous le nom de « pâte de Kourion ». Quant à ses lieux de productions, ils ne sont pas encore localisés.

46NTI : 1.

47 B1. Surface de la citerne. Pied d’amphore en forme de pointe évidée et évasée à l’extrémité. H. : 2,5 cm ; diam. 5,3 cm. Pâte brun rougeâtre, bien cuite et rugueuse avec de nombreux dégraissants blancs et noirs.

Importations

Céramique fine
  • 22 . J. W.  Hayes, Paphos, III, (...)

48L ’importation des céramiques fines hellénistiques est tout juste représentée par un petit fragment de fond annulaire, de la catégorie des colour-coated ware 22produites dans un des centres du sud-est de la mer Égée entre le iii eet le ii es. av. J.-C.

49NTI : 1.

50 C14. Remplissage de la citerne. Fragment de fond annulaire d’un vase ouvert. Sa pâte est fine, pure, de couleur rose foncé et, sur sa surface extérieure, il conserve des traces de doigts au niveau de l’engobe rouge.

Amphores commerciales grecques

51Le lot des amphoresimportées du monde grec est varié. Il est composé d’amphores venant des îles de Rhodes, de Cos, de Chios et probablement de Thasos et de Péparéthos. La finesse de la texture et l’aspect très épuré de la pâte d’une fine anse bifide pourrait appartenir à un lagynosrhodien.

52– Thasos ?

53Un pied haut avec l’extrémité évasée pourrait appartenir à une amphore de Thasos au regard de la forme et de la pâte ( fig. 17, E7).

Fig. 17

Fig. 17

Amphores égéennes : D4, E7, E8.

54NTI : 1.

55 E7. Entrée du puits d’accès. Pied complet à pâte fine et micacée, de couleur beige rosé à la surface et rose foncé à la cassure. Diam. : 7 cm ; H. 11 cm.

56– Péparéthos ?

  • 23 . A.  Doulgéri-Intzessiliglou, Y. Garlan, «  V (...)

57Un autre pied d’amphore, cette fois-ci court, présente une extrémité évasée et évidée que l’on retrouve sur les amphores de type mushroom rim( fig. 17, E8) dont un de leurs centres de production a été découvert à Péparéthos 23.

58NTI : 1.

59 E8. Entrée du puits d’accès. Pied usé, tourné dans une pâte brun rougeâtre à la surface et beige gris à la cassure. Diam. : 7 cm. H. 4 cm.

60– Chios

61La production de cette île est représentée par un fragment d’anse qui rappelle celles des amphores de Chios à longues anses et à panse conique du iv es. et du début de l’époque hellénistique.

62NTI : 1.

63 E5. Entrée du puits d’accès. Fragment d’anse en boudin à pâte fine de couleur rose foncé à la cassure et beige grisâtre à la surface.

64– Cos

65Une anse bifide témoigne de la présence d’une amphore de Cos qui pourrait dater de l’époque hellénistique.

66NTI : 1.

67 E6. Entrée du puits d’accès. Partie inférieure d’une anse bifide. Pâte beige à la surface un peu rugueuse et rose à la cassure, contenant des paillettes de mica doré.

68– Rhodes

  • 24 . N.  Badoud, Le temps de Rhodes. Une chronolog (...)

69La découverte dans la citerne, parmi les fragments d’une amphore rhodienne, d’un timbre, au nom de l’éponyme rhodien, Philonidas, en charge vers 233 av. J.-C. 24( fig. 18, C3), apporte une précision sur la période de fréquentation du site.

70Une fine anse bifide tournée en pâte rhodienne pourrait appartenir à un lagynosrhodien.

71NTI : 2.

72 C3. Remplissage de la citerne ; anse d’amphore rhodienne timbrée. Timbre rectangulaire : 3 cm × 1,5 cm.

Ἐπὶ Φι
λωνίδα
(tête d’Halios à gauche)

73– Centres indéterminés

74Quant au lot d’amphores égéennes, composé majoritairement de tessons de panses, il est difficile de le répartir entre des centres de production précis.

75NTI : 1.

76 D4. Comblement du puits d’accès. Fragment de lèvre en bourrelet ( fig. 17). Diam. Lèvre : 10 cm. Pâte fine orangée contenant une poussière de micas.

Le faciès céramique III : Période romaine ( ca i eriv es. apr. J.-C.)

77Ce petit assemblage de céramiques qui réunit les restes d’à peine cinq récipients, qui sont surtout des amphores commerciales importées, indique l’utilisation de la citerne perpétuée durant l’époque romaine ( tableau 3).

Tableau 3

Tableau 3

Le faciès céramique III : période romaine ( cafin i ers. av.- iv eapr. J.-C.).

Production chypriote

Céramique fine
  • 25 . J. W.  Hayes, Sigillate Orientale. Ceramica f (...)

78Un fragment de bord appartient à un plat en sigillée chypriote (CS) ( fig. 19, B7) souvent attesté dans des contextes de la fin du i ers. av. J.-C. 25

79NTI : 1.

80 B7. Surface de la citerne. Fragment de lèvre arrondie d’un plat peu profond de type P4 du classement de sigillée chypriote. Diam. Lèvre : environ 24 cm.

Importations

Amphore de Cilicie
  • 26 . C.  Autret,A.  Marangou, « L ’importation des (...)

81Un fragment d’anse, recueilli dans le remplissage de la citerne, appartient à l’amphore type Pompéi V de Cilicie, produite à l’époque impériale. Déjà enregistrée dans plusieurs sites de la ville basse d’Amathonte, cette amphore est aussi identifiée sur d’autres sites du territoire de la cité 26.

82NTI : 1.

83 C4. Remplissage de la citerne. Partie supérieure d’anse à larges sillons à la surface. Pâte sableuse de couleur beige jaune clair.

Amphore type Kapitän II
  • 27 . Pour un état de la question sur cette catégorie d’amphores, P.  Dyczek, (...)

84Deux fragments appartiennent à une amphore type Kapitän II, produite dans un centre non localisé encore entre la mer Égée et le Sud de l’Asie Mineure. Ces amphores étaient diffusées en Méditerranée et en Mer Noire entre le iii eet le iv es. 27.

85NTI : 1.

86 A8. Surface. Attache supérieure d’anse large et surélevée. Pâte rouge foncé avec dégraissants noirs à la cassure.

Origine indéterminée

87Plusieurs anses bifides pourraient appartenir à des amphores type Dr. 2-4 d’Italie ou d’Égypte.

88NTI : 2.

89 D6. Comblement du puits d’accès. Attache inférieure d’anse bifide. Pâte beige à la surface et rose brun à la cassure ; elle contient du dégraissant noir.

90 E9. Entrée du puits d’accès. Attache inférieure d’anse bifide. Pâte gris violet, proche de certaines pâtes d’amphores égyptiennes.

Le faciès céramique IV : Période protobyzantine ( ca v e- vii e s. apr. J.-C.)

91Le dernier assemblage céramique, assez maigre lui aussi, est composé de 6 exemplaires qui proviennent surtout d’amphores commerciales locales et importées ( tableau 4). Parmi ces dernières, certaines sont de bons indicateurs chronologiques comme les amphores LRA 1 produites entre la fin du vi eet le milieu du vii esiècle.

Tableau 4

Tableau 4

Le faciès céramique IV : période paléochrétienne ( v es. - vii eapr. J.-C.).

Production d’Amathonte

Amphores type Late Roman Amphora 1B ( = LRA 1B)
  • 28 . Port : le matériel est inédit. Basilique : un premier état de la question sur les amphores LRA 1 (...)
  • 29 . Ibidem, p. 278.
  • 30 . Des amphores LRA 1 déformées par la cuisson ont été découvertes dans les contextes tardifs de la (...)

92Bien que les tessons des amphores type LRA 1B soient éparpillés un peu dans toutes les unités de la fouille, c’est néanmoins dans le puits d’accès à la citerne que deux exemplaires presque complets ont été découverts empilés ( fig. 20, E1-E3). Il s’agit de petits modules de LRA 1B, à panse conique et à base arrondie, d’une capacité de 5,3 litres environ. Elles sont du même type que les exemplaires découverts dans les puits du port d’Amathonte ou à la basilique 28. Un autre fragment de lèvre ( D2) appartient à un module plus grand le standard des amphores LRA 1B qui est d’une capacité de 15/20 litres environ. Il est tourné dans une pâte légèrement différente des exemplaires précédents. La production de ces amphores à Amathonte, entre le vi eet le milieu du vii e s. apr. J.-C. 29est attestée par les rebus des fours des ateliers situés dans la ville basse 30. Ces amphores auraient transporté le vin local si l’on juge à partir des traces de poix qui recouvraient les parois internes des exemplaires découverts dans le port d’Amathonte. En revanche, ici à Viklès, où leurs parois étaient dépourvues de toute traces de résidus visibles à l’œil nu, elles devaient être réutilisées pour le puisage et le transport de l’eau, d’où leur concentration dans le puits d’accès.

93NTI : 3.

94 E1. Comblement du puits d’accès. Amphore quasi complète d’un petit module de LRA 1B ; H. 50 cm, poids de l’amphore vide : 2,2 kilos ; capacité : 5,3 litres environ ; diam. Lèvre : 7,2 cm. Pâte d’Amathonte, de couleur beige verdâtre, dure, sableuse, riche en dégraissants noirs visibles aussi à la surface. Traitement de la surface : cannelures qui se resserrent près de la base et au niveau de l’épaule.

95 E2. Comblement du puits d’accès. Col complet de LRA 1B petit module : diam. lèvre 7,3 cm. Pâte d’Amathonte couleur beige rosé clair, dure, riche en dégraissants noirs visibles aussi à la surface.

96 E3. Comblement du puits d’accès : fond et panse complets d’un petit module de LRA 1B à pâte d’Amathonte identique à celle des exemplaires précédents.

97 D2. Comblement du puits d’accès. Fragment de lèvre de LRA 1B grand module. Pâte d’Amathonte couleur beige sombre à brun, sableuse.

Importations

Mer Noire
  • 31 . Pour la pâte et pour la bibliographie sur cette production : N. Hasan, (...)

98On dénombre un fragment d’amphore type « carotte » de la cité de Sinope ( fig. 21, C5). Cette amphore est produite de manière intensive au cours du v e s. apr. J.-C. et a été largement diffusée pendant cette période 31en Mer Noire comme en Méditerranée orientale.

99NTI : 1.

100 C5. Remplissage de la citerne : fragment de bord d’amphore type « carotte » de Sinope, à pâte rose et riche en pyroxène.

Afrique du Nord

101Un fragment de bord, très abîmé d’une amphore probablement de type «  spatheion » ( fig. 21, B3) produite dans les ateliers de Tunisie entre le v eet le vii esiècle.

102NTI : 1.

103 B3. Surface de la citerne. Fragment de lèvre d’une amphore tunisienne, type Keay 25 ( Spatheion). Pâte rouge contenant des particules blanches et noires.

Proche-Orient

104Un tesson à pâte brune d’amphore de la production de Gaza et probablement de type Late Roman Amphora4 (LRA 4).

105NTI : 1.

Céramiques de forme et de période indéterminée (tableau 5)

Céramique culinaire

106Quelques dizaines de fragments de panses, bords et anses, tournés dans une pâte siliceuse indiquent la présence des récipients qui vont au feu. Compte tenu de la longévité (et de l’état de conservation) des formes de vases à cuisson, nous pouvons difficilement les dater.

107NTI : 4.

108 B9 : Surface de la citerne. Un fragment de lèvre à bord en marli. Diam. 28 cm et larg. Lèvre : 3cm.

Récipients de stockage 

109Des gros fragments de lèvres et de panses de pithoisont découverts à l’entrée du puits d’accès. Leur chronologie est difficile à établir.

110NTI : 2.

111 E4. Comblement du puits d’accès. Fragment de lèvre d’un pithos. Diam. Lèvre : 38 cm, ép. Lèvre : 4,5 cm, H. lèvre : 5 cm. Pâte grossière rouge orangé, foncé, avec de gros dégraissants blancs et noirs.

112D’autres fragments de lèvres appartiennent à de grands récipients tournés dans une pâte calcaire de couleur beige contenant de nombreuses inclusions ferreuses.

113NTI : 2.

Tuiles

114À l’exception d’un fragment de tuile plate en pâte locale, découvert dans le remplissage de la citerne, les éléments architectoniques sont absents de ce complexe.

115NTI : 1.

Les figurines de terre cuite

  • 32 . A.  Hermary, Amathonte V : (...)
  • 33 . Voir références bibliographiques (n. 3-5).

116Deux fragments de figurines de terre cuite, issus des ateliers locaux, ont été recueillis à la surface de la citerne et du comblement de son puits d’accès. L ’une, brisée au milieu ( fig. 22), est anthropomorphe et entièrement modelée dans de l’argile locale ; elle conserve le torse et la tête d’un personnage masculin. L ’autre, découverte à la surface de la citerne, est zoomorphe et conserve seulement la tête d’un cheval harnaché ( fig. 23) ; elle aussi est entièrement modelée dans une argile, brune foncée cette fois-ci, ce qui pourrait faire penser à la production de Kourion. De par la technique utilisée pour leur façonnage 32, ces figurines pourraient dater du Chypro-Archaïque II et/ou du Chypro-Classique I ( ca625/600-350) et elles sont à mettre en relation avec un lieu de culte situé à proximité 33.

Fig. 23

Fig. 23

Tête d’un cheval harnaché, brisée à l’encolure A2.

117 1. D10( fig. 22). Comblement du puits d’accès.

118Modelée. Argile amathousienne : pâte riche en dégraissants noirs, orangée à la cassure et beige verdâtre à la surface. H. 5,5 cm ; L. inférieure à 5 cm. Torse masculin (d’un cavalier ?) à bras brisés et tête abîmée. Datation : CAII probablement.

119 2. A2 (fig. 23). Surface de la citerne.

120Modelée. Argile brune foncée à la cassure et à la surface. H. 5,5 cm. Tête d’un cheval harnaché, brisée à l’encolure. Datation : début du v es. av. J.-C. (CCI).

Mobilier lithique

  • 34 . S.  Fourrier, A.  Hermary, Amathonte (...)

121Un lot d’objets en pierre a été constitué à l’issue de la prospection menée en surface, et de la fouille de la citerne comme du puits d’accès. Hormis un fragment d’hydragogue ( fig. 24, 1), les autres objets sont des auges ou des bassins qui ne semblent pas être en relation directe avec la citerne mais plutôt avec les diverses activités artisanales ou autres qui se déroulaient à proximité et qui nécessitaient sûrement de l’eau ; mais faute de documents, nous pouvons difficilement les préciser. Néanmoins, nous constatons que des fragments de vasques semblables que ceux catalogués ci-dessous, ont été découverts, réutilisés au vii es. apr. J.-C., dans la construction de la basilique paléochrétienne au sommet de l’acropole d’Amathonte 34.

Fig. 24

Fig. 24

Mobilier lithique : 1. H3 : 2. H1 ; 3. H2 ; 4. F1 ; 5. F2 ; 6. G1 ; 7. G2, 8. Couvercle calcaire A1.

Types d’objets

122Ces objets sont taillés de manière rudimentaire dans la calcarénite, le calcaire local, afin de donner forme, le plus souvent, à des bassins de petites dimensions et peu profonds.

Hydragogue

123 1. H3 : surface (hors contexte) ( fig. 24, 1)

124Calcaire. L. cons. 24 cm ; larg. 14 cm ; prof. canal: 2 cm. Canalisation rectangulaire à fond plat, brisée sur un de ses petits côtés. Les parois extérieures comme intérieures ont été dégrossies et tout le bloc est recouvert de concrétions calcaires dues probablement, comme le bloc H1 ( fig. 24, 2), à un contact prolongé avec l’eau. Le bloc conserve à son extrémité un décrochement de 6 cm de largeur qui pourrait servir de potentiel point d’ancrage ou de support pour créer une inclinaison au bloc.

Auges ou bassins

125 2.H1 : surface (hors contexte) ( fig. 24, 2).

126Calcaire. L. 27 cm ; larg. cons. 19 cm; H. ext. 14 cm; prof. 11 cm. Bord d’angle droit d’un bassin à fond plat assez lisse et légèrement incliné. Creusement assez droit à l’intérieur. Les bords extérieurs dégrossis, présentent des surfaces planes. Bloc recouvert de concrétions comme l’hydragogue ( fig. 24, 1).

127 3. H2 : surface de la citerne (hors contexte) ( fig. 24, 3).

128Calcaire. L. cons. 19 cm ; larg. cons. 17 ; H. ext. 11,5 ; prof. 8 cm. Bord d’angle droit d’un bassin à surface plus ou moins lisse et à fond plutôt plat.

129 4.F1 : remplissage de la citerne ( fig. 24, 4).

130Calcaire. L. 25,5 cm ; larg. cons. 14 cm ; prof. 4 cm. Bord d’un bassin quadrangulaire, à fond légèrement bombé. Il est brisé de manière rectiligne dans la largeur du bloc. Les parois extérieures sont dégrossies de manière à former des surfaces relativement planes.

131 5. F2 : remplissage de la citerne ( fig. 24, 5).

132Calcaire. L. cons. 27 cm ; larg. cons. 19,4 cm ; prof. 6 cm ; H. max. extérieure : 13 cm. Angle arrondi d’un bassin (ou auge) de forme carrée ou rectangulaire (brisé sur trois de ses faces) à fond dégrossi sans être plat. Surface intérieure lissée avec creusement en pente douce. Surface extérieure dégrossie et relativement plane.

133 6.G1 : comblement du puits d’accès ( fig. 24, 6).

134Calcaire. L. 25,5 cm; larg. 23 cm; H. ext. 14 cm; prof. 9 cm. Bassin rectangulaire complet à fond extérieur plat et lisse, probablement un réemploi. Le creusement à l’intérieur a été suivi d’un bref lissage. Les parois extérieures sont relativement planes et gardent des traces d’outils.

135 7. G2 : comblement du puits d’accès ( fig. 24, 7).

136Calcaire. larg. cons. 27,5 cm. H. 10 cm ; prof. 4 cm. Bord de l’extrémité d’un bassin à fond lissé et brisé sur toute une face, ce qui empêche de connaître sa forme initiale.

Couvercle

137 8.A1 : surface (hors contexte) ( fig. 24, 8).

138Calcaire. Diam. 10,5 cm. Couvercle d’un vase.

Conclusion

  • 35 . Dans la zone du Palais : BCH 114 (1990), p. 998 et p. 1022-1023 ; au sanctuaire (...)
  • 36 . Citerne localisée dans la zone du Rempart Nord : BCH132 (2008), p. 347-387. (...)
  • 37 . A.  Tricoche, L (...)
  • 38 . Fr . Choël, M.  Jacquemin, « La fouille du secteur 5. Pont de (...)
  • 39 . St.  Rousseau, « Les hypogées de la zone C. Nécropolis d’Alexandrie », dans (...)

139À Chypre, comme dans les autres régions méditerranéennes où la pluviométrie annuelle est variable, la conservation de l’eau dans des citernes creusées ou construites est assez fréquente. Nous connaissons ce type d’aménagement hydraulique sur l’acropole d’Amathonte 35− dans les entrepôts du palais ou au sanctuaire sommital −, dans la ville basse 36et désormais sur la colline de Viklèsoù la citerne étudiée présente un cas particulier, tant par son plan que par sa fonction. Aménagée dans une cavité naturelle et en partie construite, la citerne est de plan rectangulaire, voûtée en berceau et elle communique par un passage avec un puits d’accès. Ce dernier sert également à puiser l’eau. Il est aussi muni d’encoches creusées sur les parois qui permettent d’y accéder afin de nettoyer la cavité de décantation présente sur son sol ainsi que la citerne dans son ensemble ( fig. 11 et 13). Ce dispositif, inconnu par ailleurs à Chypre, se rapproche de celui utilisé pour certaines citernes installées sur les nécropoles hellénistiques d’Alexandrie 37. Dans celle de Gabbari par exemple, à l’Ouest de la ville, au secteur 5 38ou aux hypogée C5 et C6 39, nous retrouvons sur les niveaux anciens, des citernes − de faible capacité comme celle de Viklès − à plans rectangulaires associées à des puits d’accès marqués par des encoches pour y accéder. Ces dernières ont été installées au début du iv e s. apr. J.-C. au moment de l’abandon de la fonction funéraire des lieux.

  • 40 . Pour le calcul de la capacité de la citerne, la forme de cette dernière a été considérée comme un (...)

140La citerne de Viklèsétait alimentée seulement par les eaux de pluie, canalisées sans doute par un hydragogue dont les vestiges sont repérés en surface ( fig. 24, 1). Le transport de l’eau était effectué à la main, à l’aide de grands récipients comme les amphores, en l’occurrence ici des amphores LRA 1B, réutilisées lors de la dernière phase d’occupation du site, et découvertes complètes dans le puits d’accès ( fig. 20). Cette citerne constituait un réservoir de faible contenance que l’on a estimé à 30 m 3environ 40, une eau stagnante que l’on utilisait plus volontiers pour d’autres usages que la boisson, dans les espaces funéraires et religieux tels que la nécropole et le sanctuaire ou des espaces d’exploitation tels que les carrières, puisque dans l’état de la recherche archéologique actuelle, la colline de Viklèsne présente pas de traces d’habitat.

  • 41 . Pour les invasions arabes à Chypre en général et à Amathonte plus précisément voir A. I.  (...)

141Du point de vue chronologique, même si le dispositif, citerne et puits d’accès avec encoches, semble avoir été utilisé à partir de l’époque hellénistique, tout au moins à Alexandrie, la céramique du site indique une fréquentation du lieu plus étalée dans le temps. Plus que la céramique chypriote, les figurines de terre cuite comme les tessons d’une amphore de Clazomènes remontent l’horizon chronologique de la fréquentation du lieu dès la fin du vi e s. av. J.-C. Reste à savoir si le premier faciès céramique défini sur le site est en relation directe avec les débuts de l’utilisation de la citerne à cet endroit ou avec le sanctuaire situé à proximité. Il se distingue des autres faciès par la diversité des formes qui indiquent des vases d’usages très différents, allant des amphores/jarres commerciales jusqu’à la céramique commune et à la vaisselle de table (amphores, cruches, bols) réduite essentiellement aux vases à verser et à boire ( tableau 1). Le second faciès céramique, aussi réduit qu’il soit du point de vue quantitatif, montre une nette présence de récipients de transport : 7 vases, sur les 10 identifiés, sont des amphores commerciales réutilisées probablement pour puiser l’eau. C’est également le cas pour le troisième faciès qui comprend également des amphores commerciales importées, datées de l’époque romaine. Le quatrième faciès est constitué d’amphores protobyzantines, des LRA 1B d’Amathonte, extraites du puits d’accès quasiment complètes, qui indiquent le terminus post quemdu site qui peut être placé au plus tard au milieu du vii e s. apr. J.-C., période où succède au type LRA 1B à Amathonte l’amphore type LRA 13, type complètement absent du mobilier étudié. L’abandon de cette citerne ce serait peut-être à mettre en relation avec les premières invasions arabes que la ville a subi vers le milieu du vii e s. apr. J.-C. 41

142Nous pouvons alors conclure que l’état fragmentaire du matériel recueilli, et réparti sur un long temps, s’explique par le fait que la colline de Viklèsétait fréquentée dès l’époque archaïque mais aussi du fait que ce type de réservoir bénéficie d’un curage régulier nécessaire à sa salubrité : en conséquence, les phases qui précèdent la période protobyzantine ne peuvent être attestées que par un matériel très fragmentaire. Cependant, ces humbles vestiges nous offrent l’occasion d’ouvrir le dossier des aménagements hydrauliques, à Amathonte, et de s’interroger sur leur place — sans doute en rapport avec l’extension de la ville — et leur fonction dans la cité ainsi que sur leur durée d’utilisation.

Haut de page

Annexe

La faune

Les ossements animaux de la citerne de Viklès, à Amathonte

La citerne sur la colline de Viklèsà Amathonte, a livré 27 restes fauniques peu fragmentés et en général bien conservés. La principale question posée est celle de leur origine dans cette cavité et de leur contemporanéité avec les dépôts archéologiques recueillis dans le comblement.

Ils sont issus de quatre taxons domestiques : le porc ( Sus scrofa), la chèvre ( Capra hircus), le mouton ( Ovis aries) et le bœuf ( Bos taurus). Les os de caprins représentent plus de la moitié de ce petit effectif, le bœuf n’étant représenté que par deux vertèbres de jeune veau et le porc par une moitié proximale de troisième métatarsien gauche de petite taille (tableau 1).

Tableau i

Tableau                i

Spectre taxinomique des ossements animaux collectés dans la Citerne de Viklès, à Amathonte. NR, Nombre de Restes ; NMI, Mombre Minimal d’individu de fréquence (NMIf ) ou de combinaison (NMIc).

Les remontages sur cassure ancienne sont absents, aucun appariement ne semble possible et seul un articulé entre un humérus gauche et un radius de chèvre adulte suggère, toutefois de façon peu convaincante, que ces pièces ont pu être jetées dans la citerne en connexion. L ’impression dominante est au contraire celle de vestiges disparates : deux hémi-mandibules mais l’une renvoie au mouton, l’autre à la chèvre, une dernière cervicale et une première thoracique mais ne venant manifestement pas du même individu, deux vertèbres de veau non contigües (4 ecervicale et 4-5 ethoracique), deux métacarpiens de chèvre sur les trois identifiés mais les deux métatarsiens sont de brebis.

On est toutefois tenté d’opérer quelques regroupements au sein de cette diversité. Ainsi, huit restes au moins renvoient tous à une chèvre adulte de taille moyenne a, un métacarpien, un fémur et une première phalange ont pu appartenir à un même bouc mort jeune. Il est difficile avec un si petit effectif de décider si cette situation traduit un dépôt secondaire d’os déjà désarticulés ou bien résulte de l’échantillonnage aléatoire au sein de quelques squelettes accumulés dans la cavité en dépôt primaire.

C’est pourquoi nous avons procédé à un examen tracéologique approfondi des vestiges. En premier lieu, on remarque que tous les os présentent une cassure crayeuse et une densité faible, preuves qu’ils ont perdu une large part de leur composante organique et ont donc passé plusieurs siècles enfouis. Si l’on excepte les inévitables cassures liées à la fouille, la fragmentation est très faible : 80 % des pièces sont entières. La présence de fines concrétions sur presque la moitié des restes (48 %), d’attaques racinaires nettes bien que peu denses sur 15 des 27 pièces et sept cas de plages de desquamation superficielle de l’os périostique confirment cette première impression. Les patines sont homogènes, du beige clair au bistre, avec toutefois quatre exceptions : un distal d’humérus, un distal de métacarpien et une première phalange de caprin sont pratiquement dépourvus de patine alors qu’au contraire, un proximal de métatarse de brebis, par ailleurs couvert d’attaques racinaires, offre un aspect gris beige bien différent de tout le reste du lot d’ossements. Seulement trois restes portent les séquelles de l’utilisation de la viande : une vertèbre thoracique de caprinés porte de fines traces de décarnisation sur son apophyse épineuse, une moitié distale de fémur de chèvre montre des cassures hélicoïdales caractéristiques de la fragmentation sur os frais, et l’extrémité proximale de métatarse de brebis dont nous venons de souligner la singularité montre de profondes incisions de couteau sur la diaphyse.

Les données métriques n’éclairent pas la situation, car elles sont trop peu nombreuses et les référentiels disponibles pour les périodes chronologiques susceptibles d’être concernées sont maigres ou absents.

L ’examen anatomique et tracéologique incitent donc pareillement à voir dans ce petit lot d’ossements un ensemble disparate réunissant quelques rares restes de consommation, ainsi que des (portions de) cadavres dont on s’est débarrassé dans la citerne, peut-être même des vestiges plus anciens, inclus dans le sédiment de comblement de la cavité. Même s’il est indéniable que la plupart des pièces y ont été jetées anciennement, il est dès lors difficile de se prononcer sur leur contemporanéité avec les séries céramiques collectées dans les mêmes dépôts.

Les ossements animaux du puits d’accès à la citerne de Viklès

Le puits d’accès de la citerne a livré 34 restes de caprinés (mouton ou chèvre). Seulement cinq d’entre eux ont pu être identifiés plus précisément. Ils renvoient tous à la chèvre ( Capra hircus).

L ’état de conservation des vestiges est excellent. Ils sont tous de patine beige homogène, excepté une portion de fémur plus claire, qu’on peut donc soupçonner d’être plus récente que le reste du lot. Les traces de concrétionnement, discrètes, n’affectent que quatre des 34 pièces. Il n’y a pas de trace de découpe.

La caractéristique la plus frappante concerne l’âge de décès des animaux. Vingt-huit restes renvoient à des bêtes mortes avant 6 mois, certains d’entre eux ayant assurément appartenu à des cabris ou agneaux nouveaux nés (moins de 2-3 mois). Ils concernent quatre individus au minimum (NMI par appariement sur les fémurs). Toutes les régions du squelette sont représentées, sauf les phalanges. Six restes disparates ayant appartenu à des sujets plus âgés tranchent sur le reste de l’assemblage : un métacarpien et deux métatarsiens droits d’adultes, ainsi qu’une portion de fémur, une diaphyse de tibia très gracile et un disque vertébral renvoyant à au moins deux individus subadultes.

L ’assemblage est trop restreint pour qu’on puisse se prononcer de façon tranchée sur sa signification ou sur sa contemporanéité avec les céramiques associées. L ’impression dominante est celle du rejet dans le puits en cours de comblement de quelques os disparates issus de la consommation domestique, et surtout de cadavres de jeunes cabris (ou agneaux) morts peu après leur naissance, probablement de mort naturelle. Rien ne s’oppose à ce que toute ou partie de ces vestiges aient été contemporains des phases de comblement antiques du puits.

Haut de page

Notes

1 . Notamment des anses timbrées d’amphores rhodiennes indiquant la fin du iii eet/ou le ii e s. av. J.-C. (matériel inédit et conservé au musée archéologique de Limassol). Pour les vestiges des carrières de Viklèsvoir tout récemment : T.  Koželj, M.  Wurch-Koželj, « The stone quarries of Amathus harbor », dans J.-Y. Empereur, T. Koželj (éds), The Hellenistic Harbour of Amathus. Underwater Excavations (1984-1986), 1, Architecture and History, ÉtChypr19 (2017), p. 102-110, fig. 17 site 155.

2 . A.  Hermary, Amathonte II, Testimonia 2 : la sculpture, ÉtChypr5 (1981), n° 10, 15, 17, 38 et 62-67.

3 . Ce matériel, recueilli lors des prospections archéologiques que Catherine Petit-Aupert a conduites dans ce secteur, est signalé dans le BCH116 (1992), p. 784, p. 789, fig. 50 et il est actuellement en cours de publication.

4 . Signalée une première fois dans BCH116 (1992), p. 787, fig. 53-54.

5 . Fouille menée sous la direction de Yiannis Violaris.

6 . Selon la définition donnée dans R.  Ginouvès et al. , Dictionnaire méthodique de l’architecture grecque et romaine, II, Éléments constructifs   : supports, couvertures, aménagements intérieurs(1992), p. 207 : un « dispositif permettant d’emmagasiner et de conserver de l’eau provenant d’une origine plus ou moins éloignée, et en particulier les eaux pluviales ».

7 . Kafkalla(terme du dialecte chypriote entré dans la terminologie géologique désignant la croûte) : formation pédologique signifiant d’une manière générale une croûte calcaire (calcrète), cf. P.-Y.  Péchoux, « La situation géographique », dans Guide d’Amathonte, SitMonXV (1996), p. 11.

8 . Havara : roche calcaire très tendre se trouvant sous la Kafkalla, ibidem.

9 . À l’inverse d’un puits au sens propre.

10 . UF = Unité de Fouille.

11 . L ’étude des ossements a été conduite par Jean-Denis Vigne. Elle est présentée en annexe à cette étude.

12 . Le comptage est fait dans le but d’établir l’équivalent des fragments en nombre de vases : Nombre Typologique d’Individus (= NTI) ; cf. P.  Arcellin, M.  Tuffreau-Libre (éds), La quantification des céramiques. Conditions et protocole. Actes de la table ronde du Mont Beuvray (Glux-en-Glenne, 7-9 avril 1998), Bibracte2 (1998), p. XIII-XIV.

13 . A.  Marangou, S.  Marchand, « La contribution des conteneurs commerciaux à l’histoire des échanges entre Chypre et l’Égypte de l’époque archaïque à l’époque romaine tardive », dans D.  Michaelides, V.  Kassianidou, R. S. Merrillees(éds), Egypt and Cyprus in Antiquity, Proceedings of the International Conference, Nicosia 3-6 April 2003(2009), p. 250-251, A1.

14 . Pour un aperçu général sur les décors et le classement de la céramique chypriote du chypro-géométrique au chypro-classique, Fl . Daniel, S. Fourrier, A. Plantey et A. Röhfritsch, « Techniques de décor de la céramique amathousienne archaïque », BCH131 (2007), p. 40.

15 . P.  Dupont, « Archaic East Greek Trade Amphoras », dans R. M.  Cook, P.  Dupont(éds), East Greek pottery(1998), fig. 23.3.

16 . J.-B.  Humbert, « Essai de classification des amphores dites « à anses de panier » », Revue Biblique98/4 (1991), p. 588.

17 . Elle est attestée dans la Pièce II du Palais d’Amathonte : n o inv. 89.721.34.

18 . Les récipients de transport dans les tombes des nécropoles orientales d’Amathonte sont en cours d’étude par l’un des auteurs.

19 . Y.  Calvet, « Les amphores chypriotes et leur diffusion en Méditerranée orientale », dans J.-Y.  Empereur, Y.  Garlan(éds), Recherche sur les amphores grecques, BCH Suppl. XIII (1986), p. 505-514, fig. 1a ; H.  Meyza, «  Kouriakaagain: Amphora Stamps from the Kourion Acropolis Excavation », dans J.  Eiring,J.  Lund(éds), Transport Amphorae and Trade in the Eastern Mediterranean, Monographs of the Danish Institute at Athens5 (2004), p. 273-284.

20 . Matériel inédit du Palais.

21 . A.  Marangou, « Amphores hellénistiques d’Amathonte », CCEC39 (2009), p. 350, fig. 3g, p. 352.

22 . J. W.  Hayes, Paphos, III, The Hellenistic and Roman Pottery(1991), p. 23-25.

23 . A.  Doulgéri-Intzessiliglou, Y. Garlan, «  Vin et amphores de Péparéthos et d’Ikos », BCH114 (1990), p. 375, 377, fig. 23, 24.

24 . N.  Badoud, Le temps de Rhodes. Une chronologie des inscriptions de la cité fondée sur l’étude de ses institutions, Vestigia63 (2015), p. 255.

25 . J. W.  Hayes, Sigillate Orientale. Ceramica fine romana nel bacino mediterraneo (tardo ellenismo e primo imperio), Enciclopedia dell’arte antica, classica e orientale, Atlante delle forme ceramicheII (1985), p. 1-96.

26 . C.  Autret,A.  Marangou, « L ’importation des amphores ciliciennes à Chypre à l’époque impériale », dans A. Dimitriou (éd.), Πρακτικά του Δ Διεθνούς Κυπρολογικού Συνεδρίου , Λευκωσία , 29 Απριλίου -3  Μαΐου 2008, vol. A’1 (2011), p. 361-362, fig. 6.

27 . Pour un état de la question sur cette catégorie d’amphores, P.  Dyczek, « Kapitän II Amphorae from Novae – Between East and West », dans S. Menchelli et al. (éds), Late Roman Coarse Wares, Cooking Wares and Amphorae in the Mediterranean, LRCW 3 (2010), p. 993-999.

28 . Port : le matériel est inédit. Basilique : un premier état de la question sur les amphores LRA 1 dans M.  Touma, « Chypre : céramique et problèmes », dans E.  Κουντούρα - Γαλάκη(éd.), Oι σκοτεινοί αιώνες του Βυζαντίου (7ος-9ος αι.), Διεθνή συμπόσια 9(2001), p. 267-270, p. 278, 282.

29 . Ibidem, p. 278.

30 . Des amphores LRA 1 déformées par la cuisson ont été découvertes dans les contextes tardifs de la zone du Rempart Nord (fouilles de P. Aupert).

31 . Pour la pâte et pour la bibliographie sur cette production : N. Hasan, D. Kassab Tezgör, I. R. Türkmen et al., « The Typology and Trade of the Amphorae of Sinope. Archaeological Stydy and Scientific Analyses », dans J.  Eiring,J.  Lund(éds), Transport Amphorae and Trade in the Eastern Mediterranean, Monographs of the Danish Institute at Athens5 (2004), p. 104.

32 . A.  Hermary, Amathonte V : Les figurines en terre cuite archaïques et classiques. Les sculptures en pierre, (2000), p. 13-17.

33 . Voir références bibliographiques (n. 3-5).

34 . S.  Fourrier, A.  Hermary, Amathonte VI : Le sanctuaire d’Aphrodite, des origines au début de l’époque impériale(2006), p. 159, pl. 46 n° 2-5, pl. 47 n° 1.

35 . Dans la zone du Palais : BCH 114 (1990), p. 998 et p. 1022-1023 ; au sanctuaire sommital : BCH118 (1994), p. 485-492, BCH119 (1995), p. 703-712.

36 . Citerne localisée dans la zone du Rempart Nord : BCH132 (2008), p. 347-387.

37 . A.  Tricoche, L eau dans les espaces funéraires d’Alexandrie à l’époque grecque et romaine (IV    e s. av. J.-C.-III    e  s. apr.  J.-C.), BAR IS1919 (2009), p. 17.

38 . Fr . Choël, M.  Jacquemin, « La fouille du secteur 5. Pont de Gabbari », dans J.-Y.  Empereuret M.-D.  Nenna(éds), Nécropolis 2, Études Alexandrines 7 (2002), p. 318-319, fig. 15-17.

39 . St.  Rousseau, « Les hypogées de la zone C. Nécropolis d’Alexandrie », dans Ibid., p. 682.

40 . Pour le calcul de la capacité de la citerne, la forme de cette dernière a été considérée comme un demi-cylindre elliptique : Image

41 . Pour les invasions arabes à Chypre en général et à Amathonte plus précisément voir A. I.  Dikigoropoulos, « The Political Status of Cyprus A. D. 648-965 », RDAC 1940-1948(1958), p. 94-114.

a . Boite crânienne, humérus gauche, radius gauche, métatarsien gauche, coxaux droit et gauche, distal de fémur droit, talus droit, auxquels il faut peut-être rattacher une partie au moins des quatre vertèbres et un proximal de côte.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. i
Légende Vue générale sur l’acropole d’Amathonte et la colline de Viklès.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/320/img-1.jpg
Fichier image/, 909k
Titre Fig. 2
Légende Plan cadastral de la colline de Viklès (Département du Cadastre et de l’arpentage).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/320/img-2.jpg
Fichier image/, 318k
Titre Fig. 3
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/320/img-3.jpg
Fichier image/, 518k
Titre Fig. 4
Légende Plan de la citerne de Viklès.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/320/img-4.jpg
Fichier image/, 1,0M
Titre Fig. 5
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/320/img-5.jpg
Fichier image/, 139k
Titre Fig. 6
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/320/img-6.jpg
Fichier image/, 132k
Titre Fig. 7
Légende Vue sur la surface de la citerne avec la partie de la voûte effondrée, l’orifice central à droite et le puits d’accès à gauche.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/320/img-7.jpg
Fichier image/, 183k
Titre Fig. 8
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/320/img-8.jpg
Fichier image/, 178k
Titre Fig. 9
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/320/img-9.jpg
Fichier image/, 139k
Titre Fig. 10
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/320/img-10.jpg
Fichier image/, 204k
Titre Fig. 11
Légende Vue sur le puits d’accès et ses encoches creusées : a : vue sur le puits d’accès depuis la surface ; b : vue sur le puits d’accès depuis l’intérieur de la citerne.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/320/img-11.jpg
Fichier image/, 309k
Titre Fig. 12
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/320/img-12.jpg
Fichier image/, 149k
Titre Fig. 13
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/320/img-13.jpg
Fichier image/, 500k
Titre Tableau i
Légende Le faciès céramique I, de l’époque Chypro-Archaïque II et Chypro-classique II (ca fin vi e– milieu iv es. av. J.-C.).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/320/img-14.png
Fichier image/, 217k
Titre Fig. 14
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/320/img-15.jpg
Fichier image/, 138k
Titre Fig. 15
Légende Fragment d’amphore de Clazomènes .
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/320/img-16.jpg
Fichier image/, 123k
Titre Tableau 2
Légende Le faciès céramique II : période hellénistique ( ca fin iv e– fin i ers. av. J.-C.).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/320/img-17.png
Fichier image/, 132k
Titre Fig. 16
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/320/img-18.jpg
Fichier image/, 91k
Titre Fig. 17
Légende Amphores égéennes : D4, E7, E8.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/320/img-19.jpg
Fichier image/, 60k
Titre Fig. 18
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/320/img-20.jpg
Fichier image/, 82k
Titre Tableau 3
Légende Le faciès céramique III : période romaine ( cafin i ers. av.- iv eapr. J.-C.).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/320/img-21.png
Fichier image/, 88k
Titre Fig. 19
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/320/img-22.jpg
Fichier image/, 17k
Titre Tableau 4
Légende Le faciès céramique IV : période paléochrétienne ( v es. - vii eapr. J.-C.).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/320/img-23.png
Fichier image/, 83k
Titre Fig. 20
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/320/img-24.jpg
Fichier image/, 455k
Titre Fig. 21
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/320/img-25.jpg
Fichier image/, 32k
Titre Tableau 5
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/320/img-26.png
Fichier image/, 87k
Titre Fig. 22
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/320/img-27.jpg
Fichier image/, 123k
Titre Fig. 23
Légende Tête d’un cheval harnaché, brisée à l’encolure A2.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/320/img-28.jpg
Fichier image/, 119k
Titre Fig. 24
Légende Mobilier lithique : 1. H3 : 2. H1 ; 3. H2 ; 4. F1 ; 5. F2 ; 6. G1 ; 7. G2, 8. Couvercle calcaire A1.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/320/img-29.jpg
Fichier image/, 727k
Titre Tableau i
Légende Spectre taxinomique des ossements animaux collectés dans la Citerne de Viklès, à Amathonte. NR, Nombre de Restes ; NMI, Mombre Minimal d’individu de fréquence (NMIf ) ou de combinaison (NMIc).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/320/img-31.png
Fichier image/, 56k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antigone Marangou, Léanna Pérès, Yiannis Violaris et Jean-Denis Vigne, « Stocker l’eau dans l’ancienne Amathonte : le cas de la citerne de Viklès  », Bulletin de correspondance hellénique, 142.1 | 2018, 145-179.

Référence électronique

Antigone Marangou, Léanna Pérès, Yiannis Violaris et Jean-Denis Vigne, « Stocker l’eau dans l’ancienne Amathonte : le cas de la citerne de Viklès  », Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 142.1 | 2018, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/bch/320 ; DOI : 10.4000/bch.320

Haut de page

Auteurs

Antigone Marangou

Maître de conférences, université Rennes 2

Articles du même auteur

Léanna Pérès

Doctorante, université Rennes 2 

Yiannis Violaris

Archéologue, Département des Antiquités de Chypre

Jean-Denis Vigne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals