Navigation – Plan du site

Recherches sur la sculpture archaïque de Delphes : nouvelles propositions et perspectives

Έρευνες για την αρχαϊκή γλυπτική των Δελφών: νέες προτάσεις και προοπτικές
Study of the Archaic sculpture from Delphi: new propositions and perspectives
Hélène Aurigny, Danièle Braunstein et Jean-Luc Martinez
p. 71-96

Résumés

En 2016, l’examen systématique des fragments de sculpture archaïque de Delphes anciennement publiés dans les trois premiers volumes de la série des FD IV a permis de faire le point sur trois dossiers : les caryatides, la statuaire indépendante et le décor sculpté du temple des Alcméonides.
Nous avons établi l’existence d’une troisième paire de caryatides ornant la façade d’un trésor, dispositif qui semble bien une spécialité de Delphes ; de nouveaux raccords et reconstitutions peuvent être proposés pour les caryatides dites de Cnide et la plinthe de la Caryatide nord du trésor de Siphnos. Trois inédits complètent notre connaissance de la petite plastique indépendante peu représentée à Delphes à l’époque archaïque et à l’époque du style sévère. Enfin, l’étude des fragments conservés des frontons Ouest et Est du temple archaïque d’Apollon permet d’offrir de nouvelles restitutions.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 . Avec la participation de Fr. Croissant, Ph. Jockey (qui prépare la publication du décor sculpté d (...)
  • 2 . H. Aurigny, D. Braunstein et J.-L. Martinez, « Sculptures de Delphes », BCH 139-140.2 (2015-2016) (...)
  • 3 . O. Palagia et N. Herz, « investigation of marbles at Delphi », dans J. Herrmann, N. Herz et R. Ne (...)
  • 4 . Observations faites par Annie et Philippe Blanc, grâce au partenariat entre le musée du Louvre et (...)
  • 5 . H. Aurigny, A. et Ph. Blanc, D. Braunstein et J.-L. Martinez, « New investigation on the fragment (...)
  • 6 . Rapport remis à l’EfA en juillet 2016.
  • 7 . Nous avons réservé pour 2017 l’examen du matériel archaïque de Marmaria, à l’exception des pieds (...)

1Dans le cadre d’un partenariat entre l’École française d’Athènes, le Musée du Louvre et l’université française d’Aix-Marseille, nous préparons, en collaboration avec l’éphorie de Delphes, un ouvrage de synthèse sur la sculpture en marbre de Delphes1. Découverts pour l’essentiel lors de la Grande Fouille menée de 1892 à 1901, ces quelques 2000 fragments de statues et reliefs sont partiellement publiés dans les volumes de la collection des Fouilles de Delphes IV parus entre 1909 (Théophile Homolle, Art primitif. Art archaïque du Péloponnèse et des îles, FD IV,1) et 2003 (Francis Croissant, Les frontons du Temple du ive siècle, FD IV,7). Si la sculpture archaïque a été très tôt publiée, une partie du matériel du ive s. et de l’époque hellénistique ne l’a été que de manière incomplète. La division entre architecture publiée dans les FD II et sculpture publiée dans FD IV n’a pas favorisé les études de synthèse, notamment pour la sculpture architecturale. Par ailleurs, la documentation fournie dans la plupart de ces ouvrages anciens est aujourd’hui obsolète : l’état des connaissances scientifiques et l’état matériel des œuvres, depuis le dernier aménagement du musée de Delphes notamment, obligent à une actualisation des publications. Après une quinzaine d’années de rangement de l’apothèque IV à la demande de l’éphorie 2, nous avons développé un programme de recherche en deux phases portant sur les sculptures en marbre de Delphes : analyses par des méthodes non destructives et campagne de prélèvement (2015-2016), étude et campagne photographique de tous les fragments conservés en réserve et au musée (2016-2020). Nous avons en effet souhaité revenir à la matérialité des œuvres anciennement publiées. À l’exception des analyses mentionnées par Norman Herz et Olga Palagia en 20023, ce corpus pourtant célèbre n’avait jamais fait l’objet d’analyses scientifiques. En 2013 et en 2015, une première campagne d’examens effectués selon des méthodes non destructives sur plus de 250 fragments, conservés au musée et dans la réserve de sculptures, a permis de caractériser la nature de certains des marbres4. Ces deux campagnes d’observation ont fait l’objet d’une présentation au colloque Asmosia qui s’est tenu en mai 2015 à Split5. Nous avons souhaité compléter nos observations par une série de prélèvements faits sur un corpus d’œuvres plus restreint, de manière à déterminer l’appartenance à une même sculpture ou à un même atelier. Avec l’autorisation exceptionnelle du service des anastyloses du ministère et le soutien de l’éphorie, 23 prélèvements ont été réalisés en juillet 2016 sur quatre groupes de sculptures : dossier des caryatides, sculptures du temple du ive s., groupe de Daochos et sculptures de la fin du ive s., sculptures romaines6. L’origine de ces marbres étant pour la première fois caractérisée scientifiquement, nous avons l’ambition de reprendre l’examen de l’ensemble du matériel en pierre conservé à Delphes. Nous souhaiterions mentionner ici les premiers résultats obtenus avant la publication finale. En 2016, notre étude a porté sur le matériel archaïque du sanctuaire d’Apollon publié dans les trois premiers volumes de la série des FD IV7. L’examen systématique de tous les fragments de ces œuvres majeures de l’archaïsme grec a permis de faire le point sur trois dossiers : les caryatides, la statuaire indépendante et le décor sculpté du temple dit des Alcméonides.

État des connaissances sur les caryatides de Delphes

Caryatides d’un trésor non identifié dites « petites caryatides »

  • 8 . Cl. Rolley, La sculpture grecque 1 (1994), p. 224. Renvoi à N. Weill, La plastique archaïque de T (...)
  • 9 . FD IV, 3, no VII à IX p. 78-79.
  • 10 . La Coste-Messelière, Marcadé (1953), p. 364-368.
  • 11 . FD IV, 3, p. 78.
  • 12 . FD IV, 3, no 16, p. 58.
  • 13 . Raccord trouvé le 23 avril 2016.
  • 14 . FD IV, 3 p. 53 no XLV.
  • 15 . Exclu dans BCH 70 (1946), p. 287 et BCH 77 (1953), p. 368. Publié par D. Braunstein pour les trac (...)

2Claude Rolley appelait de ses vœux la reprise du dossier des sculptures que la bibliographie française a pris l’habitude de nommer « petites caryatides »8, afin de déterminer le nombre de fragments et de coraï attestés. Après la première publication de trois fragments dans le volume des Fouilles de Delphes en 19319, Pierre de La Coste-Messelière et Jean Marcadé ont attribué en 195310 cinq fragments à une paire de caryatides « de grandeur naturelle ou un peu plus petite »11. Cet ensemble comprend le fragment de tête à calathos inv. 5854, le fragment de bras gauche plié inv. 4865, autrefois attribué à une deuxième niké acrotère du temple des Alcméonides12 et les trois fragments de cuisses inv. 3376, inv. 3164 et inv. 4869. Le nouvel examen de ces fragments en 2016 nous permet de préciser et d’enrichir ces attributions. Ainsi, nous conservons trois fragments de la caryatide avec la jambe gauche en avant et les plis du drapé convergents vers sa main gauche, qu’on appellera par convention caryatide A. Le fragment inv. 4869 constitue le haut de l’arrière de la cuisse droite et se raccorde matériellement avec le fragment inv. 3376 (fig. 1)13. On attribuera à la même caryatide le fragment de drapé inv. 486714 qui forme la retombée de l’himation sous son bras droit tendu, publié comme appartenant au temple des Alcméonides, mais exclu dès 194615. De la même manière, on conserve de la caryatide B avec la jambe droite en avant et les plis convergents vers sa main droite, le bras droit plié inv. 4865 et les deux cuisses inv. 3164. On ne peut en revanche déterminer l’appartenance à l’une ou l’autre figure du fragment de tête avec calathos inv. 5854.

Fig. 1

Fig. 1

Raccord des fragments inv. 4869 (H. 22 cm) et inv. 3376 (H. 28,5 cm), reconstituant l’arrière de la cuisse droite de la caryatide A de la paire dite des « petites caryatides », musée de Delphes.

L. Damelet, CCJ, AMU, août 2016 no 20164707

  • 16 . Inv. 5381, G. Daux, « Inscriptions et monuments archaïques de Delphes (« décor ionique ») », BCH (...)

3Ces nouveaux raccords permettent de réévaluer la restitution de ces deux caryatides, notamment leur taille : dans FD IV, 3, Pierre de La Coste-Messelière donne pour le fragment de cuisse inv. 3164 une hauteur de 28,5 cm au lieu de 32,5 cm. S’impose ainsi l’idée d’une paire de caryatides de taille plus petite que nature. Si la hauteur de ces caryatides est en effet bien inférieure à celle des caryatides siphniennes (environ 2,50 m) ou cnidiennes (environ 2,20 m), il faut cependant leur restituer une hauteur d’au moins 1,80 m. Cela suffit à exclure l’hypothèse séduisante présentée dans le BCH de 1953 qui attribue ces caryatides au baldaquin trouvé dans le temple archaïque16. Selon Georges Daux, le lit de pose de ce curieux monument présente la trace de six supports de 20 cm de diamètre tous les 72 cm. Cela conviendrait à des colonnettes mais non à des caryatides de taille naturelle ou supérieure, la largeur de leurs épaules étant incompatible avec cet entraxe.

  • 17 . FD IV, 1, p. 65, pl. XXVII, 2 ; FD IV, 2, p. 19, no I, pl. XXVII, 2.
  • 18 . J. Marcadé, Guide de Delphes, Le musée (1991), p. 42 qui ne mentionne pas le fragment inv. 459.

4Ainsi une troisième paire de caryatides, attestant une troisième échelle, vient enrichir ce corpus restreint et pourtant caractéristique de la sculpture architecturale delphique. C’est l’occasion de signaler l’existence d’un fragment de bas de visage inv. 459 (fig. 2) largement méconnu17 qui pourrait appartenir au pendant de la tête dite « ex-Cnidienne » inv. 1203. Le dessin des lèvres charnues, la largeur du nez, la forme des pommettes et du menton de ce fragment de visage sont en effet très proches de ce que l’on peut observer sur l’« ex-Cnidienne ». Ce rapprochement contribue, avec d’autres arguments, à éliminer, malgré la similitude des dimensions, l’hypothèse ancienne, périodiquement reprise18, qui attribue la tête « ex-cnidienne » à la seconde caryatide du Trésor de Siphnos : on conserverait bien des fragments des deux têtes de cette quatrième paire de caryatides d’une taille similaire (environ 2,50 m) à celle attestée au Trésor de Siphnos mais appartenant à un autre trésor.

Fig. 2

Fig. 2

Bas de visage féminin inv. 459 (H. 15 cm) : fragment d’une tête de caryatide, pendant de la tête dite « ex-Cnidienne » inv. 1203, musée de Delphes.

L. Damelet CCJ, AMU, août 2016 no 20164662

Caryatides dites « de Cnide »

  • 19 . Ibid., p. 38, fig. 5.
  • 20 . La Coste-Messelière, Marcadé (1953).

5Cette campagne d’étude a également permis de faire le point sur la connaissance matérielle des Caryatides attribuées par la tradition au trésor de Cnide (fig. 3 et 4)19. Nous ne reviendrons pas ici sur les questions d’identification et d’attribution concernant un monument dont on conserverait peut-être les fondations, ni même ne reprendrons la question débattue de leur datation qu’il faudra cependant appuyer sur une connaissance précise des sculptures. En revanche, à la suite de l’article fondamental de 195320 qui a proposé la restitution de cette paire de caryatides, il nous a semblé opportun de rapprocher tous les fragments connus pour vérifier les hypothèses de raccords et produire pour la première fois des images de la Caryatide dite B dont les fragments sont tous conservés en réserve (fig. 4). La bibliographie abondante consacrée à ces œuvres majeures de l’archaïsme grec, comme les ressources de la photothèque de l’École française d’Athènes, permettent de suivre les étapes de la restauration de ces Caryatides et de mieux comprendre leur état actuel de conservation.

Fig. 3

Fig. 3

État de conservation actuel de la caryatide de Cnide dite A, musée de Delphes.

Eirini Miari

Fig. 4

Fig. 4

État de conservation actuel de la caryatide de Cnide dite B. Restitution au sol des fragments, musée de Delphes.

L. Damelet CCJ, AMU, août 2016, no 20164639

  • 21 . BCH 24 (1900), p. 587-589 et pl. V.
  • 22 . La Caryatide A est alors formée du morceau conservant le bassin et les cuisses inv. 1526, de la j (...)
  • 23 . FD IV, 1, p. 63-65, fig. 33 et 34. C’est encore l’état de conservation qui apparaît dans le volum (...)
  • 24 . Avant-bras droit de la Caryatide A = inv. 4526 a aujourd’hui désolidarisé et conservé en réserve. (...)
  • 25 . P. de La Coste-Messelière, « Sur les caryatides cnidiennes de Delphes », BCH 62 (1938), p. 285-28 (...)
  • 26 . Fragments inv. 3396 b pour l’épaule gauche se raccordant avec le bras inv. 3646 a d’abord publiés (...)
  • 27 . C’est le cliché EFA 45623 publié dans le BCH 77 (1953), pl. XLI, repris dans M.-Ch. Hellmann et a (...)

6Les caryatides furent publiées par Théophile Homolle dès 190021 : leurs jambes sont alors remontées de cinq fragments chacune22 et complétées en plâtre. On suit la progression du remontage dans la publication des FD IV, 1 de 190923 : on a ajouté l’avant-bras droit de la Caryatide A et la main et l’avant-bras gauche de la Caryatide B24. C’est la découverte en 1938 d’un important fragment de torse drapé complétant la Caryatide A qui est à l’origine de la troisième étape de la restauration, mais aussi des problèmes de structure que va connaître la statue25. Conçu pour montrer les seules jambes privées de l’assise solide des pieds et de leur plinthe, le montage de la Caryatide A se trouvait ainsi déstabilisé par l’épais morceau du buste dès lors placé en porte-à-faux, entraînant la statue vers l’avant (fig. 3). Cette découverte a permis également d’identifier, par analogie avec le traitement de l’himation de la Caryatide A, d’autres fragments des bustes des deux caryatides. Ces fragments étaient jusqu’alors attribués aux figures du fronton du temple des Alcméonides. S’il fallut attendre les lendemains de la seconde guerre mondiale pour voir publier ces hypothèses, la restauration de 1938 eut deux conséquences importantes. D’une part, elle exclut de fait la tête inv. 1203 jusque-là considérée comme appartenant à cet ensemble « cnidien », en raison de la forme des parotides que l’on découvrait sur les fragments attribués au buste de la Caryatide B. D’autre part, la restauration de la Caryatide A se poursuivit dès 1939 par l’adjonction de deux fragments reconstituant l’épaule et le bras gauche26. Une photographie de l’École française d’Athènes atteste cet état provisoire (fig. 5)27  : les raccords ne sont pas masqués par du plâtre et leur montage accentue davantage le déséquilibre structurel de la statue. L’enfouissement des deux caryatides, mises à l’abri avec d’autres sculptures en raison de mesures de protection de 1940 à 1952, aggrava sans doute leur état de conservation déjà fragile.

Fig. 5

Fig. 5

État de la caryatide A avec le bras, vers 1939.

EFA 45623

  • 28 . La Coste-Messelière, Marcadé (1953).
  • 29 . Ce fragment, resté sans numéro d’inventaire, conserve un morceau de la paryphè entre les deux sei (...)

7Quoi qu’il en soit, au sortir de la fosse en 1952, la découverte d’un nouveau fragment, ainsi que la remise en état du musée pour sa réouverture, provoquèrent une quatrième et dernière campagne de restauration. Pierre de La Coste-Messelière et Jean Marcadé publient en 195328 le seul buste de la Caryatide B recomposé de six fragments à la suite de la découverte de ce fragment formant le noyau qui permit ce rassemblement29. On devine seulement que l’état actuel des fragments conservés date de cette restauration restée inachevée. Selon un principe en vigueur pour la plupart des sculptures de Delphes, réinstallées dans les années 1950-1960, les anciens montages en plâtre, qui masquent les goujons métalliques sans évoquer les volumes des parties anatomiques manquantes, ne rendent compte du modelé que de manière sommaire et arbitraire. Ainsi s’explique l’état actuel de la Caryatide A exposée au musée (fig. 3). Les raccords des fragments de jambes sont noyés dans une forme suggérant leur anatomie complète, tandis que le raccord des deux fragments de l’épaule et du bras gauche est masqué par du plâtre très en retrait qui, sans évoquer le buste manquant, dissimule les zones de cassure et aussi de contact, au point qu’aujourd’hui on ne peut plus comprendre les limites précises des fragments sans le recours aux photographies de 1939. C’est sans doute à cette occasion que cette caryatide a perdu son avant-bras droit aujourd’hui conservé en réserve. Faute de restauration fondamentale, la statue penche de plus en plus vers l’avant, les problèmes structurels s’aggravent et les contraintes subies provoquent des fissures dans le marbre. La photographie publiée dans le Guide de Delphes (fig. 5, p. 38) et notre figure 3 attestent cet état incomplet de la statue recomposée de sept fragments et présentée aujourd’hui dans le musée.

  • 30 . FD IV, 3, p. 52, no XLI, HT 7 donné à la corè no 12 du temple dit des Alcméonides. Mention dans L (...)
  • 31 . Elles apparaissent déjà restaurées sur une photographie publiée dans BCH 24 (1900), pl. V.

8Le bilan matériel de cette étude nous permet d’y ajouter l’avant-bras droit manquant, inv. 4526 a, raccordé entre 1909 et 1940 au moins, mais d’y associer également un autre fragment du buste, inv. 3646 c (fig. 6). Découvert en mai 1896 et connu depuis longtemps, il conserve le détail de trois parotides dont la forme et l’écartement, par analogie avec le buste de la Caryatide B recomposé en 1953, correspondent au drapé du dessus du sein droit de la Caryatide A30. Animé par les stries ondulées du chiton selon un agencement identique à celui de l’épaule gauche inv. 3396 b, il conserve également la bordure de la paryphè et appartient avec certitude à notre caryatide qui portait l’himation en diagonale couvrant les deux seins. Un raccord matériel supposerait une reprise complète de la restauration de la Caryatide A du musée. C’est sans doute à cette même dérestauration non documentée remontant aux années 1950 qu’il faut attribuer l’état de la Caryatide B dont les quinze fragments connus sont conservés en réserve. Nous en présentons ici une image de travail (fig. 4). Le buste recomposé de six fragments est dans l’état où l’a laissé la restauration de 1953. Les jambes et l’avant-bras gauche avec la main ont en revanche été partiellement dé-restaurés, sans doute pour une restauration fondamentale qui finalement ne fut pas entreprise. Débarrassés du plâtre et des goujons métalliques de la restauration attestée à partir de 190031, les trois fragments de jambes toujours collés sont désormais séparés de celui de la hanche gauche et de celui formant le haut de la cuisse droite. La main gauche, encore collée à son avant-bras, forme un fragment indépendant. L’histoire complexe de ces restaurations et l’état inquiétant de la Caryatide A exposée au musée justifient notre souhait d’une nouvelle campagne de restauration, car, malgré leur état, l’importance des fragments doit redonner toute leur place à la seule paire de caryatides de Delphes dont les corps sont presque entièrement conservés. On apprécierait ainsi davantage les partis-pris stylistiques et iconographiques du sculpteur, éléments qui permettront de préciser la datation des œuvres. Il reprend l’agencement de l’himation sur les deux seins, attesté par les coraï de l’Acropole en marbre de Naxos (Acr. 677 et Acr. 619), datées vers 570-560. Cet agencement correspond au geste du bras plié sur la poitrine tenant l’offrande. Or, le sculpteur de nos caryatides combine ce drapé avec la position des bras, l’un le long du corps, l’autre porté en avant tenant l’offrande, que l’on trouve sur les coraï de l’Acropole de la génération suivante, vers 530 av. J.-C., associée d’ordinaire au port de l’himation en diagonale. Alors qu’elle fut longtemps considérée comme la plus ancienne paire de caryatides attestée à Delphes et datée du milieu du vie s., rien n’empêche désormais qu’elle soit contemporaine des caryatides du Trésor de Siphnos, daté avant 525, voire du dernier tiers du vie s., comme le suggèreraient également le style de tous les fragments qui la recomposent, attribués autrefois au temple des Alcméonides, achevé vers 510-505.

Fig. 6

Fig. 6

Fragment de chiton recouvert par trois parotides, inv. 3646 c (H. 22,5 cm), attribué à la caryatide de Cnide dite A, musée de Delphes.

L. Damelet CCJ, AMU, août 2016, no 20164698

Nouvelle restitution de la Caryatide nord du trésor de Siphnos

  • 32 . Inv. 5732 et inv. 2165 (fragments de pieds de deux coraï colossales publiés dans FD IV, 3, p. 82, (...)
  • 33 . FD II, 8, p. 148-149. Les nouveaux numéros d’inventaire que nous publions ici ont été attribués à (...)
  • 34 . La Coste-Messelière, Marcadé (1953), p. 360-363 excluant K7d du corpus des Siphniennes. Le fragme (...)
  • 35 . Contrairement aux affirmations de FD II, 8, p. 148-150.
  • 36 . Traces de pointe relevées dans FD II, 8, pl. 67.
  • 37 . FD II, 8, pl. 68.

9L’examen de l’ensemble des fragments de pieds de statues féminines archaïques nous a permis de faire le point sur des dossiers que la bibliographie a pu confondre : caryatides du trésor de Siphnos, Athéna de Marmaria, autres statues féminines colossales32. Contrairement à la publication de 1987 des FD II33 reprenant l’opinion déjà exprimée en 1953 dans le BCH34, il est certain que le fragment de cheville d’un pied gauche avancé inv. 34275 (K7c) se raccorde matériellement avec le pied gauche en avant sur plinthe inv. 34276 (K7a)35 : les points de contact des deux surfaces de cassure et la continuité de la semelle de la sandale sur les deux fragments démontrent la pertinence de ce raccord (fig. 7). Or, la cheville inv. 34275 (K7c) semble se raccorder aux jambes inv. 1525 (K5) appartenant à la Caryatide Nord du Trésor, qui avait la jambe gauche en avant mais la présence d’un goujon métallique dans ce fragment empêche de matérialiser cette hypothèse. On peut aller plus loin en y associant le fragment inv. 34277 (K7d), qui porte l’arrachement d’un pied droit en retrait : il présente la même hauteur de plinthe (9 cm) et le même travail à la pointe sur le lit de pose que le fragment inv. 34276 (K7a)36. Il ne peut être exclu, comme on l’a fait jusqu’alors, en raison du seul trou qui paraît moderne et qui ne peut avoir servi de système de fixation des caryatides dans l’Antiquité. Dans les publications, la désignation de K7b (inv. 34278) comme « pied droit en avant » et de K7d (inv. 34277) comme « pied gauche en avant » n’a pas facilité l’interprétation de ces fragments 3737. Plutôt qu’un pied droit en avant, K7b (inv. 34278) conserve la partie postérieure d’une plinthe avec l’arrachement du talon d’un pied gauche en retrait et la retombée du chiton à l’arrière du pied droit, qui était certes en avant mais qui manque complètement. De même, K7d (inv. 34277) est formé de la partie postérieure de la plinthe montrant l’arrachement d’un pied droit en retrait et la retombée du chiton qui se trouvait derrière le pied gauche qui lui aussi était en avant, mais qui manque également. La plinthe de la Caryatide Nord du Trésor de Siphnos, avec l’arrachement des deux pieds, est ainsi reconstituée de trois fragments.

Fig. 7

Fig. 7

Raccord reconstituant la plinthe et les pieds de la caryatide nord du trésor de Siphnos, musée de Delphes.

L. Damelet CCJ, AMU, août 2016, no 20164692

Fragments inédits de statues d’époque archaïque ou de style sévère

  • 38 . Outre Cléobis et Biton (inv. 1524 + 4672 et inv. 467+980), le sanctuaire de Delphes a livré la ba (...)
  • 39 . FD IV,1, no 29, p. 60. Le numéro d’inventaire a été donné à notre demande par l’éphorie en juille (...)
  • 40 . D. Braunstein, « L’usage de la scie dans la sculpture archaïque », dans F. Blondé, A. Muller (éds (...)

10On mentionnera également trois fragments de sculptures archaïques encore inédits et qui méritent une attention particulière. Dans le corpus restreint des couroï de Delphes, qui ne comptait que huit statues ou fragments38, il faut ajouter désormais un fragment retrouvé en réserve en 2016, à peine signalé par Théophile Homolle, qui n’en donnait pas de photographie39. De ce bassin fragmentaire de couros (fig. 8 et 9), conservé aujourd’hui sous le numéro inv. 34273, seul subsiste de la face de la statue le sillon entre les cuisses, le reste étant entièrement bûché. En revanche, à l’arrière sont conservées la cuisse gauche et une partie du modelé le long du sillon interfessier (fig. 8). Est également conservé le profil gauche, qui présente le creux de la fesse et la cuisse animée d’une dépression verticale (fig. 9). L’état de conservation de ce profil permet de constater que le poing ne touchait pas le corps. Ce fragment de 31 cm suggère la restitution d’un couros de 1,60 m de hauteur, de taille moyenne au sein du groupe des couroï pariens. L’étroitesse des hanches, le travail de la cuisse et l’utilisation de la lame font de ce bassin un exemple caractéristique de la production parienne du troisième quart du vie s. 40.

Fig. 8

Fig. 8

Bassin de couros inv. 34273 (H. 31 cm) vu de dos, musée de Delphes.

L. Damelet CCJ, AMU, août 2016, no 20164653

Fig. 9

Fig. 9

Bassin de couros inv. 34273, profil gauche, musée de Delphes.

L. Damelet CCJ, AMU, août 2016, no 20164657

  • 41 . FD IV, 3, p. 83, no XXI, fig. 25 (arrière no 4348,5). De nouveaux numéros d’inventaire ont été at (...)
  • 42 . Cl. Rolley (n. 8), p. 187.

11La petite plastique féminine archaïque compte un fragment intéressant et en partie inédit (fig. 10 et 11): une tête féminine de corè recollée de deux morceaux, dont seul l’arrière est publié41. La tête est ornée d’une stéphanè retenant les cheveux qui tombent en mèches ondulées assez plates depuis le haut de la tête. À l’avant, les cheveux descendent en mèches arrondies sur les tempes et laissent visibles les oreilles dont la droite qui conserve sa boucle d’oreille ronde et plate. Si l’avant du visage est très érodé, l’épiderme est encore sensible sur les tempes et on devine le modelé des joues. Cette tête est proche de celle de la petite corè Acr. 688, dite corè des Propylées, « de très grande qualité » mais « difficile à situer »42 avant ou après 480 et atteste la présence à Delphes du type de la corè au début de l’époque classique.

Fig. 10

Fig. 10

Tête de coré inv. 16680+ 16681 (H. 7 cm), profil droit, musée de Delphes.

L. Damelet CCJ, AMU, août 2016, no 20164678

Fig. 11

Fig. 11

Tête de coré inv. 16680+16681 (H. 7 cm), vue de face, musée de Delphes.

L. Damelet CCJ, AMU, août 2016, no 20164673

  • 43 . J. Marcadé, « Acrotères delphiques », Revue archéologique (1993), p. 14, fig. 8 pour inv. 4372 (2 (...)
  • 44 . J. Marcadé, « Acrotères delphiques », Revue archéologique (1993), p. 14, fig. 8 pour inv. 4372 (2 (...)
  • 45 . Cl. Rolley (n. 8), p. 323, fig. 330.
  • 46 . Cl. Rolley (n. 8), p. 326-327.

12Découverte à Marmaria en juin 1901 près du trésor de Marseille, cette tête d’une hauteur conservée de 17 cm doit appartenir à une figure féminine d’une hauteur de 1,30 m, ce qui semble supérieur aux dimensions usuelles d’un acrotère faîtier. Les fragments d’acrotère attribués au trésor de Marseille par exemple sont de dimensions bien plus modestes 43. Toutefois, son état de surface très abîmé n’est pas incompatible avec une sculpture extérieure, dont on ne conserverait pas d’autres fragments. Pour le style, elle s’inscrit néanmoins dans un ensemble de statuettes féminines du début du style sévère exposées en extérieur à Marmaria44. Enfin, une tête masculine inv. 3692 (fig. 12), de 16,8 cm de hauteur, trouvée en mai 1896 sur la route en contrebas du sanctuaire, appartenait à une statue de 1 m à 1,20 m de hauteur. Coiffée d’une tresse partant de la nuque et revenant sur le front, elle adopte une mode du style sévère ; les yeux, aux paupières inférieures marquées, sont de belle qualité mais paraissent légèrement dissymétriques, car le visage était tourné vers sa droite. Le profil gauche semble inachevé : outre l’arrachement de l’arrière gauche de la tête, les cheveux descendent sur la tempe, cachent l’oreille et la surface est moins précisément travaillée. Pour autant, ce fragment ne peut guère appartenir à un haut-relief, à moins d’imaginer une métope d’une dimension qui n’est pas attestée à Delphes à cette époque. Cette dissymétrie s’explique davantage pour une statue indépendante, la tête n’étant plus dans l’axe du corps. On parlera donc non plus d’un couros, mais d’un éphèbe comparable à celui de Critios45, de dimensions similaires, qui présente cette coiffure et cette attitude avant 480. Plusieurs têtes des années 480-470 offrent un témoignage de la diffusion des formes du style sévère dans le monde grec46 : la tête de Delphes en est une nouvelle attestation.

Fig. 12

Fig. 12

Tête masculine, inv. 3692 (H. 16,8 cm), musée de Delphes.

L. Damelet CCJ, AMU, août 2016, no 20164646

Nouvelles restitutions des frontons du temple des alcméonides

13La campagne 2016 aura également fourni l’occasion de reprendre l’étude matérielle des fragments attribuables aux frontons du temple dit des Alcméonides.

  • 47  ; « Les frontons du temple d’Apollon », BCH 25 (1901), p. 457-515 et pl. IX-XVI et XVIII-XIX.
  • 48 . « Le fronton oriental du temple archaïque d’Apollon à Delphes », BCH 38 (1914), p. 327-350 et pl. (...)
  • 49 . P. de La Coste-Messelière, Art archaïque (fin) : sculptures des temples, FD IV, 3 (1931) p. 15-74
  • 50 . P. de La Coste-Messelière, appendice p. 287 de son article « Les Alcméonides à Delphes », BCH 70 (...)
  • 51 . La Coste-Messelière, Marcadé (1953), p. 346-376 et pl. XLI-XLIV.
  • 52 . J. Marcadé, « Sculptures inédites de Marmaria (Delphes) », BCH 79 (1955), p. 379-418.
  • 53 . J. Marcadé (n. 43), p. 3-32.
  • 54 . St. Triandis, « Παρατηρήσεις στα αρχαικά αετώματα του ναού του Απόλλωνα », dans A. Jacquemin (éd. (...)
  • 55 . J.-Fr. Bommelaer, Guide de Delphes. Le site (2015)2, p. 213, fig. 76b dessin au 1/200 par Didier (...)

14L’historiographie de la question permet de mesurer la complexité du dossier. Trois études fondamentales marquèrent les progrès dans la compréhension du décor sculpté du temple archaïque d’Apollon mais furent remises en cause sans nouvelle synthèse ou bilan, ce qui oblige tout chercheur à revoir entièrement l’état matériel des sculptures conservées. En 1901, Théophile Homolle publie l’étude fondatrice dans le BCH : il imagine au centre du fronton oriental une dispute du trépied, comme sur le fronton du trésor de Siphnos, avec deux biges de part et d’autre47. En 1914, Fernand Courby dessine un premier essai d’assemblage des fragments du même fronton et propose dans le BCH une première restitution avec deux hommes et deux femmes de part et d’autre d’un quadrige central et une Nikè en acrotère faîtier48. La publication officielle de 1931 des FD IV, 3 de Pierre de La Coste-Messelière rectifie cette restitution en proposant trois femmes à gauche et trois hommes à droite tout en conservant l’acquis du quadrige central49. Toutefois, cette publication — qui reste fondamentale — a été largement remise en cause par plusieurs révisions successives, parues en marge de commentaires d’autres œuvres, dans les BCH de 194650, de 195351 ou de 195552 ; elles recomposaient notamment les caryatides dites « cnidiennes » ou l’Athéna de Marmaria, au détriment des figures féminines du temple. Révisions parues également dans la Revue archéologique de 199353 pour les acrotères ou encore à l’occasion du colloque du centenaire de la Grande en Fouille en 199254. Elles remettent en cause l’existence d’un troisième couros tourné vers le char, font disparaître les personnages féminins de la triade imaginée sur le même char et dédoublent les Nikès acrotères. Une restitution parue dans la nouvelle édition du guide de Delphes de 201555 reprend partiellement ces nouvelles données en figurant deux Nikès centrifuges en acrotères latéraux, un fleuron en acrotère faîtier et en éliminant l’Artémis et la Létô de la triade en char mais non le couros tourné vers le char. Au-delà des hypothèses de restitution, aucune synthèse ne permet à ce jour de connaître le nombre de fragments présentés au musée ni le nombre de figures attestées par les fragments conservés en réserve. Nous en proposons donc un premier bilan matériel avant la reprise de la publication.

Le fronton Ouest

  • 56 . FD IV, 3, Z. p. 26, fig. 5. Ce fragment n’a pas été vu depuis longtemps ; nous l’avons cherché en (...)

15Du fronton Ouest en pôros, cinq figures sur les vingt imaginées sont exposées au musée formant la partie gauche du fronton (le géant inv. 5258, l’Athéna inv. 2547, le bas du corps revêtu d’une peau de bête interprété comme un Apollon archer inv. 1795b et deux avant-train de chevaux inv. 5259 et 5261, fig. 13) et vingt-deux fragments sont conservés en réserve. On doit signaler que le corps de félin inv. 5262 anciennement publié 56 semble avoir disparu.

  • 57 . Les neuf fragments de figures animales du fronton ouest portent les numéros suivants : patte inv. (...)
  • 58 . Les six fragments de figures humaines portent les numéros d’inventaire suivants : bras gauche pli (...)
  • 59 . Les sept fragments de drapés portent les numéros d’inventaire suivants : inv. 21427, 4899b, 4899c (...)

16Les vingt-deux fragments conservés en réserve appartiennent à des figures animales (9 fragments)57, à des parties anatomiques de figures humaines (6 fragments)58, ou enfin à des figures drapées (7 fragments)59. Un nouvel examen de ces fragments permet de proposer des attributions qui enrichissent la restitution donnée dans FD IV,3.

Fig. 13

Fig. 13

Partie gauche du fronton ouest du temple dit des Alcméonides, reconstitué au musée.

Eirini Miari

17Le pied droit de profil gauche inv. 4899a appartient bien à une figure en marche vers notre gauche et pourrait être le pied de l’Athéna inv. 2547 au musée dont on ne conserve que l’arrière du talon du pied, le reste étant une restauration en plâtre : la limite du bloc conservant la plinthe passait par le cou-de-pied, ce qui expliquerait le travail du fragment inv. 4899a rapporté avec un lit de pose préparé.

  • 60 . Ce fragment inv. 5864 n’est pas mentionné dans la publication des FD IV, 3. Pour autant le matéri (...)

18Par ailleurs, contrairement à la proposition faite dans le volume des FD, les chevaux du quadrige central semblent avoir des têtes disposées de manière divergente, selon une composition centrifuge et non centripète. Nous conserverions ainsi des fragments des quatre chevaux : la tête inv. 5260 en réserve se raccorderait avec le corps inv. 5259 au musée pour former un cheval extérieur se tournant vers sa droite. Le corps d’un deuxième cheval inv. 5261 au musée appartient au cheval vu de face au centre du quadrige. Nous possèderions peut-être le corps d’un troisième cheval dans le fragment inédit inv. 586460 en réserve, tandis que la jambe gauche levée de cheval inv. 4909 atteste l’existence d’un quatrième cheval, pendant du premier, avec la jambe droite levée.

19Le lion imaginé dans l’angle sud serait attesté par le corps de félin disparu inv. 5262 et le jarret postérieur inv. 3136, fait pour être vu de profil gauche, très proche du travail des lions en marbre. C’est d’ailleurs un argument qui s’ajoute à la comparaison des plis de la Nikè acrotère et ceux du drapé de l’Athéna en pôros, pour une attribution des deux frontons au même atelier malgré la différence de matériaux.

20On notera également que la main inv. 4902 semble refermée sur un siège ou le caisson d’un char : elle pourrait être le seul fragment attestant l’existence du Zeus en char du centre de la composition. Le pied gauche chaussé inv. 4900 (sur semelle de sandale ?) vu de profil droit conviendrait au Dionysos en marche vers notre droite, imaginé d’après l’allusion des vers d’Eschyle (Euménides, 24-26), tout comme le bras drapé plié inv. 4917 également fait pour être vu selon son profil droit. Quoi qu’il en soit d’une attribution à une figure précise, ces deux fragments, incompatibles avec le Géant, l’Athéna et l’Apollon de profil vers notre gauche ou le Zeus qui devait être vu de face, indiquent la présence d’une cinquième figure humaine.

21Enfin des fragments de pattes animales postérieures révèlent l’existence d’animaux autres que les chevaux représentés de face avec leurs seuls antérieurs ou que le lion imaginé dans l’angle sud : par exemple, le fragment de postérieur gauche inv. 4914 ou celui conservant le boulet d’un membre postérieur gauche inv. 4916 peuvent appartenir à un animal non attesté dans la restitution jusqu’alors proposée (un bovidé ? un cervidé ?). De même, un petit fragment avec le départ de poils inv. 21424 semble appartenir à un autre félin que le lion déjà connu car il est sculpté pour montrer son profil droit.

Le fronton Est (fig. 14)61

  • 61 . Dessin réalisé par Fr. Siard sur nos indications en reprenant et en complétant le dessin de F. Co (...)

22Du fronton oriental en marbre du temple des Alcméonides, sont remontées partiellement au musée dix des quinze figures qu’il faut, au mieux, restituer. La fig. 8 des FD IV, 3 souvent reproduite, comptait dix-sept figures : huit animaux (deux lions dans les angles attaquant un taureau au sud et un cerf au nord et quatre chevaux) et neuf figures humaines (la triade apollinienne sur le char et trois coraï et trois couroï). Si les troisièmes couros et corè ne semblent guère attestés que par des très maigres fragments d’attribution incertaine, il faut admettre que nous ne conservons aucun fragment du ou des personnages montés en char au point de supposer seulement, par prudence, le personnage d’Apollon.

  • 62 . FD IV, 3 p. 63-64, fig. 19 no 1.
  • 63 . FD IV, 3 p. 66 no XIII et no XIV.

23Les réserves conservent quarante-six fragments rassemblés dans la publication, mais seuls trente-six appartiennent avec certitude au décor du temple. Excepté les fragments attestant peut-être l’existence des deuxième et troisième couroï ainsi que de la troisième corè — que l’on examinera plus loin —, il faut cependant renoncer à attribuer au décor du fronton oriental une tête de chien inv. 485762 (mais est-elle seulement d’époque archaïque ?) et deux corps d’animaux, d’une échelle plus petite, inv. 4826 et inv. 483363 que Fernand Courby et Pierre de La Coste-Messelière n’ont jamais réussi à intégrer dans leur restitution qui ne peut pas compter d’animaux d’échelle secondaire. Pierre de La Coste-Messelière avait pourtant évoqué un chien défendant le taureau et attaquant le lion mais il n’a pas pu l’insérer dans la composition. Est acquise, depuis 1914 au moins, l’identification de quatorze fragments qui complètent les deux groupes d’animaux combattants des angles du fronton.

Fig. 14

Fig. 14

Restitution de la position des fragments conservés des figures du fronton Est du temple des Alcméonides.

2017, dessin de Frédéric Siard, à partir du dessin de F. Courby, no 391 à la planothèque de l’EfA, paru dans le BCH de 1914

24Pour les groupes animaliers des angles du fronton, les attributions faites dès 1914 par F. Courby et reprises dans la publication des FD IV, 3 restent parfaitement valides. Pour le groupe 1, au nord, on compte en plus des fragments exposés au musée (lion attaquant un cerf recomposé de 23 fragments sous le numéro inv. 2546 et associé sans raccord matériel à la patte postérieure gauche du lion inv. 4835 simplement posée à côté) six autres fragments non raccordés et conservés en réserve : jarret postérieur gauche du cerf inv. 4842, fragment de naseau du cerf inv. 4852, boulet de la patte antérieure droite du cerf inv. 4847, canon de la patte antérieure droite du cerf inv. 4837, fragment du dos du cerf avec trace de griffe du lion inv. 4855, cuisse droite du cerf inv. 4829. Pour le groupe 2, au sud, on compte en plus des fragments exposés au musée (sous le numéro inv. 2555 le corps du taureau portant les pattes du lion en quatre fragments associé à la tête de lion inv. 4839) huit autres fragments : le jarret postérieur gauche du lion inv. 2484, la cuisse postérieure droite du lion inv. 4832, un fragment de l’enroulement de la queue du lion inv. 4838, la cuisse postérieure gauche du taureau inv. 4843, le flanc et le ventre du lion inv. 4845, le boulet antérieur gauche du taureau inv. 4854, le talon postérieur droit du lion inv. 4856, un fragment du corps du taureau avec trace de la griffe du pouce du lion inv. 21443. En revanche, on ne retiendra pas le fragment inv. 21432 (FD IV, 3 p. 64, no V, fig. 19) d’une facture très différente, présenté, certes avec beaucoup de prudence, comme le jarret postérieur gauche tendu du lion ou du taureau du groupe animalier no 2.

  • 64 . Dans la publication des FD IV,3 les auteurs semblent avoir confondu inv. 4862 et inv. 4841. Le no(...)
  • 65 . Le fragment de poitrail inv. 4825 peut convenir également au cheval no 3 mais le raccord matériel (...)

25En outre, le dernier examen permet de préciser les attributions des fragments non raccordés pour les autres figures ou groupes. Pour le quadrige, sont présentés au musée trois des quatre chevaux identifiés dans les FD IV, 3 par les numéros 3, 4 et 5. Le cheval no 3 sur notre gauche, regardant sur sa droite et qui levait la jambe gauche, est recollé de deux fragments (tête inv. 1497 et corps inv. 1797) ; le no 4 au centre, les deux jambes portantes, est recomposé de deux fragments (corps et départ du cou inv. 1796a, départ de la jambe gauche inv. 1796b) ; enfin, le no 5 au centre, les deux jambes également portantes, est recollé lui aussi de deux fragments (l’avant-train avec le cou inv. 3622 et un petit morceau de crinière sans numéro d’inventaire connu). Nous conservons en plus de ces trois avant-trains de chevaux remontés au musée, huit fragments des chevaux du quadrige central : l’un complète assurément le cheval no 3 du musée dont la jambe gauche était pliée et soulevée (inv. 4862) 64. Deux autres (inv. 4848 et inv. 4849) recomposent une jambe droite portante qui pourrait appartenir au cheval no 3, 4 ou 5 et cinq autres fragments au moins attestent l’existence du cheval no 6 manquant (poitrail inv. 4825, coude et départ d’un antérieur droit levé inv. 4861, articulation d’un antérieur gauche inv. 4841, fragment appartenant à la même jambe gauche inv. 4846 et fragment de cou inv. 4844)65.

26C’est pour les figures humaines du fronton Est que le nombre de statues attestées ainsi que le nombre de fragments conservés en réserve restent à préciser, depuis les révisions partielles de l’immédiate après seconde guerre mondiale. Au musée, deux coraï et un couros sont présentés.

  • 66 . FD IV, 3, no 11, p. 51-52, HT IX.
  • 67 . FD IV, 3, no 10, p. 49-51, HT VIII.
  • 68 . Photographie à jour dans le Guide de Delphes (1991), p. 54, fig. 18a.
  • 69 . FD IV, 3, no 7, p. 44-47 et HT VI.
  • 70 . Photographie à jour dans le Guide de Delphes (1991), p. 54, fig. 18b.

27La première corè à notre gauche, inv. 187366, fut publiée sous le no 11. Elle est la plus petite des deux coraï du musée et, recomposée de quatre fragments, est restée dans l’état de conservation de la publication des années 30. La deuxième corè, publiée sous le numéro 10, inv. 179467, est recomposée de cinq fragments et a été complétée après 1931 d’un fragment du bas de l’himation descendant de l’avant-bras droit, d’un fragment très peu visible de mèche à droite du cou et d’un éclat de la tête avec le cou et le départ de trois parotides à gauche68. Le seul couros remonté au musée, inv. 1874, publié sous le numéro no 769, est recomposé de cinq fragments dont un, conservant une partie du bras droit sans numéro connu, apparaît après la publication de 193170.

  • 71 . No XLIV, p. 53, HT VII.

28En réserve sont conservés cinq autres fragments de couroï et huit autres fragments de coraï. Reste à définir à quelles figures les attribuer. Pour les coraï, dès les articles de 1946 et 1953, la plupart des fragments attribués à une hypothétique corè no 12 ont été exclus. Nous exclurons également le fragment inv. 486871 conservant la retombée d’un himation du côté gauche car le travail au foret – deux trous sous chacun des plis – et un « pompon » décorant le premier pli de cette retombée en queue d’hirondelle, ne se rencontrent nulle part ailleurs dans les fragments et figures assurés du décor du fronton du temple des Alcméonides. Restent huit fragments très proches par le style et le matériau des coraï du fronton.

  • 72 . Inv. 4817 = FD IV, 3 p. 52 no XL attribuée dès 1931 à la corè 11 complétée dans le BCH 77 (1953), (...)
  • 73 . C’est le fragment publié sans no dans le BCH 77 (1953), p. XLIV E et p. 368 n. 4.
  • 74 . FD IV, 3 no VIII p. 65 et fig. 19, p. 64.

29Trois complètent la corè no 11 inv. 1873 et ont été identifiés entre 1931 et 195372, même si ces raccords n’ont jamais été matérialisés depuis : inv. 21436 conserve les plis et une partie de la paryphè du chiton le long de la cuisse gauche, à la jonction avec un pli de la retombée de l’himation ; deux autres sont jointifs et restituent le coude droit sortant de l’himation, inv. 4817, et le pan de ce vêtement descendant au-dessous, inv. 4820. Un fragment d’avant-bras droit inv. 4850 a été publié comme appartenant à la plus grande des deux coraï du musée, inv.1794, no 10. Restent quatre fragments de draperie qui ont permis l’hypothèse de l’existence d’une troisième coré appelée no 12. De fait, le fragment inv. 4836, qui conserve le bas de la retombée d’un himation du côté droit, pourrait tout aussi bien appartenir à la corè du musée inv. 1873 no 11. En revanche, le fragment que nous avons fait inventorier en 1995 sous le numéro inv. 2143373 présente la retombée d’un himation le long du flanc gauche, ce qui suppose une corè avec l’avant-bras gauche plié (tenant une offrande ?) et le bras droit le long du corps, la main pinçant le chiton selon une attitude inverse de la composition la plus souvent adoptée par les coraï et seulement attestée par les caryatides quand elles forment un pendant avec leur jumelle. De même les deux fragments inv. 21434 et 21435, connus depuis la publication de 193174 malgré leurs numéros récents, appartiennent aux plis d’un chiton fin pincé de la main droite, contrairement au schéma classique selon lequel les coraï tenant une offrande de la main droite tendue en avant pincent de la main gauche leur chiton qu’elles soulèvent pour dégager la jambe gauche avancée. Ils seraient ainsi compatibles avec le fragment inv. 21433. La corè no 12, la plus petite des trois, ne serait attestée que par ces trois maigres fragments de draperie. Elle présenterait une position inversée, la jambe droite en avant, la main droite le long du corps pinçant le chiton, l’avant-bras gauche tendu en avant, l’himation porté en bandoulière couvrant le sein gauche et non le droit.

  • 75 . Inv. 4822 in FD IV, 3 no XXXIV p. 47-49 et fig. 16 et HT VII ; des doutes dès le BCH 70 (1946) p. (...)
  • 76 . FD IV, 3 p. 48, no XXXVI, fig. 16, appartenance pourtant répétée dans BCH 70 (1946), p. 287. Le f (...)
  • 77 . Inv. 4823= FD IV, 3 no XXXV, p. 48 et HT VII.

30Pour les couroï, l’identification par Stélios Triandis en 1992 d’un groupe d’enlèvement en marbre pentélique d’époque classique a retiré au temple archaïque le buste masculin75 qui fondait la restitution d’un couros vu de trois-quarts, tourné vers le quadrige central, qu’on avait même interprété comme le héros Delphos accueillant Apollon. On peut sans doute aller plus loin en retirant à cet hypothétique couros no 9 la cuisse gauche inv. 4831 qui paraît être également en pentélique76. Ne resterait de ce couros no 9 que le fragment inv. 482377 conservant un bras droit plié dont le biceps est drapé dans une chlamyde aux plis épais selon un agencement proche de celui du couros du musée inv. 1874. Pour autant, ce fragment de bras droit semble appartenir à un couros plus grand que celui du musée, mais vu de face comme lui et non de trois-quarts.

31On conserverait au moins un, voire trois fragments d’un troisième couros, la figure no 8 de la composition, également vu de face mais plus petit, avec une hauteur totale estimée à environ 1,65 m. Certes le genou droit avec le bas de la cuisse inv. 4827 et le bras gauche inv. 21437, qui conserve le biceps autour duquel s’enroule une chlamyde et le départ de l’avant-bras tendu en avant, pourraient en principe appartenir au couros du musée. Cela supposerait cependant que ce couros du musée présentait les deux avant-bras levés, la chlamyde s’enroulant autour de l’avant-bras droit et du biceps gauche comme en écharpe. On notera également que le genou droit inv. 4827 appartient à une jambe portante. Or on n’a pas suffisamment noté que le couros no 7 du musée avait la jambe droite libre, avec le bras droit en avant selon une composition qui annonce le style sévère et une jambe gauche portante. Ce genou inv. 4827 dont les bourrelets sus-rotuliens indiquent l’appartenance à une jambe droite portante appartient donc plutôt au couros no 8.

32En revanche, l’avant-bras droit baissé le long du corps, sur lequel retombe un pan du drapé inv. 4870, présente un autre agencement : la chlamyde est portée sur l’épaule droite. Elle pouvait revenir sur le biceps gauche si le fragment inv. 21437 appartient à la même figure ou retomber dans le dos laissant le bras gauche libre comme l’atteste un second bras gauche plié nu inv. 21438 qu’on attribuera alors au couros du musée.

33La composition montrait donc deux couroï le bras droit plié autour duquel s’enroulait une chlamyde, sur l’avant-bras droit (au musée) ou sur le biceps droit (inv. 4823), les deux présentant l’avant-bras droit levé tenant sans doute un attribut. Il est plus vraisemblable que le troisième couros présentait une position inversée avec le même agencement de drapé autour du bras gauche tenant l’attribut et la chlamyde portée sur l’épaule droite retombant sur l’avant-bras droit baissé. Si, malgré la fragilité de l’hypothèse, la plus petite corè no 12 présentait également une position inversée par rapport à ses voisines plus grandes, on retrouverait cette alternance dans le groupe des trois couroï. On rectifiera en ce sens la restitution traditionnellement proposée.

Les acrotères

  • 78 . J. Marcadé (n. 43), p. 7-9 et fig. 4 et 5.
  • 79 . FD IV, 3 p. 55, no LI, et fig. 17, p. 57. Apparaît également dans un montage photographique de la (...)
  • 80 . FD IV,3 p. 57, no LV, et fig. 17.

34Quant aux acrotères en marbre du fronton est, on reprendra en partie seulement les conclusions de l’article de Jean Marcadé de 199378 : le fragment de mollet gauche inv. 481579, autrefois attribué à la Nikè inv. 1872 comme son mollet droit, atteste l’existence d’une seconde Nikè en course. Il faut donc restituer deux acrotères latéraux sans que nous puissions préciser s’ils formaient une composition centrifuge ou centripète. C’est l’occasion de signaler qu’une restauration de la Nikè inv. 1872, commencée en 2003 à l’occasion de la réouverture du musée, est restée inachevée. Nous donnons une photographie à jour de cet état de surface inédit (fig. 15) : la tête est actuellement dégagée de ses concrétions d’enfouissement et, très partiellement, l’himation, dont les plis conservent des traces de couleur bleu-vert. En revanche, nous n’observons pas de traces d’exposition en plein air sur l’aile inv. 486680 qui ne peut appartenir à une figure d’acrotère même si, en raison de la différence de style, Jean Marcadé proposait prudemment de l’attribuer à une autre Nikè du fronton ouest, hypothèse que nous ne suivrons pas étant donné l’absence de fragments attestant l’existence de ces acrotères en marbre du côté ouest du temple.

Fig. 15

Fig. 15

Niké, acrotère latéral du temple des Alcméonides, musée de Delphes.

Eirini Miari

Conclusion

35Avec ce premier bilan, nous donnons une idée des objectifs de la démarche que nous souhaiterions mettre en œuvre pour la publication que nous préparons sur l’ensemble des sculptures en marbre de Delphes : offrir à la communauté scientifique le résultat de trois générations de recherche en actualisant les publications anciennes. Nous souhaitons faire le point sur l’étude matérielle des sculptures, la documentation photographique, établir l’histoire des restaurations et l’état de conservation des œuvres, et publier les nouveaux numéros d’inventaire attribués par l’éphorie. Notre objectif est de faciliter la lecture des volumes des FD toujours précieux pour les descriptions et l’historique des découvertes, et de permettre aux chercheurs un accès plus aisé à ce matériel essentiel à la connaissance de la sculpture grecque.

36La campagne d’étude 2016 nous permet de présenter les premiers résultats pour la sculpture archaïque. Avec le dossier des « petites caryatides », nous avons établi plus précisément l’existence d’une troisième paire de caryatides, légèrement supérieure à la taille naturelle, qui, en raison de leur position symétrique comme les caryatides de Cnide et de Siphnos, devaient orner la façade d’un trésor, dispositif qui semble bien une spécialité de Delphes. L’étude matérielle et photographique des fragments des caryatides dites de Cnide a permis de retracer l’histoire complète de leur état de conservation, de reconstituer au sol en réserve la Cnidienne B, et d’ajouter notamment un fragment du buste drapé à la Cnidienne A dans le musée. Ce bilan montre que les deux caryatides devraient bénéficier chacune d’une restauration fondamentale et être exposées ensemble. Deux raccords ont permis de reconstituer la plinthe de la Caryatide nord du trésor de Siphnos avec ses deux pieds et un fragment de jambe gauche. Les trois inédits que nous avons étudiés complètent notre connaissance de la petite plastique indépendante peu représentée à Delphes à l’époque archaïque et à l’époque du style sévère. Enfin, l’étude des fragments conservés des frontons Ouest et Est du temple archaïque d’Apollon permet d’apporter quelques précisions dans ce dossier complexe et d’offrir de nouvelles restitutions.

Haut de page

Bibliographie

FD II, 8 = G. Daux et E. Hansen, Le trésor de Siphnos, Fouilles de Delphes II, Topographie et architecture, 8 (1987).

FD IV, 1 = Th. Homolle, Art primitif. Art archaïque du Péloponnèse et des îles, Fouilles de Delphes IV, 1 (1909).

FD IV, 2 = Ch. Picard, P. de La Coste-Messelière, Art archaïque (suite) : les trésors « ioniques », Fouilles de Delphes IV, 2 (1928).

FD IV, 3 = Ch. Picard, P. de La Coste-Messelière, Art archaïque (fin) : sculptures des temples, Fouilles de Delphes, IV, 3 (1931).

La Coste-Messelière, Marcadé (1953) = P. de La Coste-Messelière, J. Marcadé, « Coraï delphiques », BCH 77 (1953), p. 346-353.

Haut de page

Notes

1 . Avec la participation de Fr. Croissant, Ph. Jockey (qui prépare la publication du décor sculpté de la Tholos du ive s. dans les Fouilles de Delphes IV), R. Nouet et V. Régnot.

2 . H. Aurigny, D. Braunstein et J.-L. Martinez, « Sculptures de Delphes », BCH 139-140.2 (2015-2016), p. 784-794.

3 . O. Palagia et N. Herz, « investigation of marbles at Delphi », dans J. Herrmann, N. Herz et R. Newman (éds), Asmosia V (2002), p. 240-249.

4 . Observations faites par Annie et Philippe Blanc, grâce au partenariat entre le musée du Louvre et l’Université P. et M. Curie Paris VI (Sorbonne Universités), dans le Laboratoire de biominéralisations et paléoenvironnements du Département de géologie sédimentaire sous la direction de Marc de Rafélis son directeur, et de Philippe Huchon, directeur de l’IsTeP.

5 . H. Aurigny, A. et Ph. Blanc, D. Braunstein et J.-L. Martinez, « New investigation on the fragments of white marble statues in the Museum of Delphi », dans Asmosia XI.

6 . Rapport remis à l’EfA en juillet 2016.

7 . Nous avons réservé pour 2017 l’examen du matériel archaïque de Marmaria, à l’exception des pieds de statues colossales et de fragments de tête que nous publions plus loin, étudiées par comparaison avec les fragments provenant du sanctuaire d’Apollon.

8 . Cl. Rolley, La sculpture grecque 1 (1994), p. 224. Renvoi à N. Weill, La plastique archaïque de Thasos : figurines et statues de terre cuite de l’Artémision, I, Le haut archaïsme (1985), p. 199, fig. 88.

9 . FD IV, 3, no VII à IX p. 78-79.

10 . La Coste-Messelière, Marcadé (1953), p. 364-368.

11 . FD IV, 3, p. 78.

12 . FD IV, 3, no 16, p. 58.

13 . Raccord trouvé le 23 avril 2016.

14 . FD IV, 3 p. 53 no XLV.

15 . Exclu dans BCH 70 (1946), p. 287 et BCH 77 (1953), p. 368. Publié par D. Braunstein pour les traces de mèche à bout rond dans BCH 134-1 (2010), p. 78.

16 . Inv. 5381, G. Daux, « Inscriptions et monuments archaïques de Delphes (« décor ionique ») », BCH 61 (1937), p. 73-78, pl. VIII.

17 . FD IV, 1, p. 65, pl. XXVII, 2 ; FD IV, 2, p. 19, no I, pl. XXVII, 2.

18 . J. Marcadé, Guide de Delphes, Le musée (1991), p. 42 qui ne mentionne pas le fragment inv. 459.

19 . Ibid., p. 38, fig. 5.

20 . La Coste-Messelière, Marcadé (1953).

21 . BCH 24 (1900), p. 587-589 et pl. V.

22 . La Caryatide A est alors formée du morceau conservant le bassin et les cuisses inv. 1526, de la jambe gauche inv. 3611a, du genou gauche inv. 3611 et de la main droite inv. 4526. La Caryatide B est recomposée de trois fragments des jambes, du morceau conservant la hanche gauche et d’un autre montrant le haut de la cuisse droite : c’est ce remontage de cinq fragments qui se voit attribuer le numéro inv. 1526 bis.

23 . FD IV, 1, p. 63-65, fig. 33 et 34. C’est encore l’état de conservation qui apparaît dans le volume des

FD IV, 2, p. 6-18.

24 . Avant-bras droit de la Caryatide A = inv. 4526 a aujourd’hui désolidarisé et conservé en réserve. Avant-bras et main gauches de la Caryatide B = inv. 530 en deux fragments. Aujourd’hui également conservés en réserve.

25 . P. de La Coste-Messelière, « Sur les caryatides cnidiennes de Delphes », BCH 62 (1938), p. 285-288 et pl. XXIX, découverte qui permit également d’identifier les fragments des bustes des deux caryatides jusqu’alors donnés aux figures du fronton du temple dit des Alcméonides.

26 . Fragments inv. 3396 b pour l’épaule gauche se raccordant avec le bras inv. 3646 a d’abord publiés dans FD IV,3, HT VII, no XLII-XLIII, p. 52-53 et interprétés comme fragments de la corè no 12 du fronton du temple dit des Alcméonides.

27 . C’est le cliché EFA 45623 publié dans le BCH 77 (1953), pl. XLI, repris dans M.-Ch. Hellmann et alii, La redécouverte de Delphes (1992), fig. 165 et choisie — car c’est l’état le plus complet avec le bras — dans Cl. Rolley (n. 8), p. 223, fig. 215.

28 . La Coste-Messelière, Marcadé (1953).

29 . Ce fragment, resté sans numéro d’inventaire, conserve un morceau de la paryphè entre les deux seins et l’arrière du drapé au dos. Ce fragment se raccorde avec l’épaule gauche et le sein gauche conservé et les deux fragments de drapé formant la retombée de l’himation sous les seins.

30 . FD IV, 3, p. 52, no XLI, HT 7 donné à la corè no 12 du temple dit des Alcméonides. Mention dans La Coste-Messelière, Marcadé (1953), p. 346, no 2 qui attribue ce fragment à l’ensemble cnidien sans préciser la localisation et la caryatide concernée.

31 . Elles apparaissent déjà restaurées sur une photographie publiée dans BCH 24 (1900), pl. V.

32 . Inv. 5732 et inv. 2165 (fragments de pieds de deux coraï colossales publiés dans FD IV, 3, p. 82, no XIX, fig. 24 et no XVIII, p. 81-82 et fig. 24) ; inv. 4279 et inv. 16884 (Athéna de Marmaria, fragments publiés dans BCH 79 (1955), p. 393, fig. 13 a et b et p. 394, fig. 15 a et b) ; fragments de pieds attribuables aux caryatides du trésor de Siphnos inv. 34275, 34276, 34277, 34278 publiés dans La Coste-Messelière, Marcadé (1953), p. 360-363 et fig. 3.

33 . FD II, 8, p. 148-149. Les nouveaux numéros d’inventaire que nous publions ici ont été attribués à notre demande par l’éphorie le 27 juillet 2016 aux fragments désignés dans la publication de 1987 par la lettre K suivie des minuscules a, b, c, d. Il s’agit des quatre numéros d’inventaire 34275 à 34278.

34 . La Coste-Messelière, Marcadé (1953), p. 360-363 excluant K7d du corpus des Siphniennes. Le fragment ne peut appartenir ni à l’Athéna de Marmaria dont le chiton est plissé ni aux deux statues colossales dont les pieds sont perpendiculaires dans l’attitude d’une « promachos » ni aux caryatides attribuées au trésor de Cnide qui n’ont pas les jambes si écartées.

35 . Contrairement aux affirmations de FD II, 8, p. 148-150.

36 . Traces de pointe relevées dans FD II, 8, pl. 67.

37 . FD II, 8, pl. 68.

38 . Outre Cléobis et Biton (inv. 1524 + 4672 et inv. 467+980), le sanctuaire de Delphes a livré la base de Charopinos (inv. 2278), trois corps de couroï pariens (inv. 2557, 2696, 4859), un bassin inv. 2870 et le torse en pentélique inv. 1696 qui pourrait davantage correspondre au type de « l’éphèbe ». On pourrait y ajouter le fragment de plinthe de forme ovale avec arrachement des deux pieds (inv. 555 : L. 16,5 cm ; P. 13,2 cm ; H. 7,5 cm) inédit qui doit appartenir à une statuette de couros de 80 cm de hauteur environ.

39 . FD IV,1, no 29, p. 60. Le numéro d’inventaire a été donné à notre demande par l’éphorie en juillet 2016.

40 . D. Braunstein, « L’usage de la scie dans la sculpture archaïque », dans F. Blondé, A. Muller (éds), L’artisanat en Grèce ancienne : les productions, les diffusions (2000), p. 63-73.

41 . FD IV, 3, p. 83, no XXI, fig. 25 (arrière no 4348,5). De nouveaux numéros d’inventaire ont été attribués en 1995 : inv. 16681 pour l’arrière, inv. 16680 pour l’avant.

42 . Cl. Rolley (n. 8), p. 187.

43 . J. Marcadé, « Acrotères delphiques », Revue archéologique (1993), p. 14, fig. 8 pour inv. 4372 (28,7 cm) et p. 16, fig. 9 pour inv. 16738 (23 cm de haut).

44 . J. Marcadé, « Acrotères delphiques », Revue archéologique (1993), p. 14, fig. 8 pour inv. 4372 (28,7 cm) et p. 16, fig. 9 pour inv. 16738 (23 cm de haut).

45 . Cl. Rolley (n. 8), p. 323, fig. 330.

46 . Cl. Rolley (n. 8), p. 326-327.

47  ; « Les frontons du temple d’Apollon », BCH 25 (1901), p. 457-515 et pl. IX-XVI et XVIII-XIX.

48 . « Le fronton oriental du temple archaïque d’Apollon à Delphes », BCH 38 (1914), p. 327-350 et pl. VI-VII.

49 . P. de La Coste-Messelière, Art archaïque (fin) : sculptures des temples, FD IV, 3 (1931) p. 15-74.

50 . P. de La Coste-Messelière, appendice p. 287 de son article « Les Alcméonides à Delphes », BCH 70 (1946), p. 271-287.

51 . La Coste-Messelière, Marcadé (1953), p. 346-376 et pl. XLI-XLIV.

52 . J. Marcadé, « Sculptures inédites de Marmaria (Delphes) », BCH 79 (1955), p. 379-418.

53 . J. Marcadé (n. 43), p. 3-32.

54 . St. Triandis, « Παρατηρήσεις στα αρχαικά αετώματα του ναού του Απόλλωνα », dans A. Jacquemin (éd.), Delphes cent ans après la Grande Fouille : essai de bilan, BCH Suppl. 36 (2000), p. 351-352.

55 . J.-Fr. Bommelaer, Guide de Delphes. Le site (2015)2, p. 213, fig. 76b dessin au 1/200 par Didier Laroche.

56 . FD IV, 3, Z. p. 26, fig. 5. Ce fragment n’a pas été vu depuis longtemps ; nous l’avons cherché en vain dans les différentes réserves du musée en juillet 2016.

57 . Les neuf fragments de figures animales du fronton ouest portent les numéros suivants : patte inv. 4915, boulet postérieur gauche inv. 4916, jarret postérieur droit inv. 3136, tête de cheval inv. 5260, corps de cheval ( ?) inédit inv. 5864 ; avant-bras antérieur gauche de cheval inv. 4909, patte inv. 4013, postérieur gauche ( ?) inv. 4914, morceau de patte de lion ( ?) avec départ de poils inv. 21424.

58 . Les six fragments de figures humaines portent les numéros d’inventaire suivants : bras gauche plié et drapé inv. 4917, jambe inv. 21426, avant d’un pied droit de profil gauche inv. 4899a, avant d’un pied gauche de profil droit inv. 4900, main gauche fermée inv. 4901, main droite posée sur support inv. 4902.

59 . Les sept fragments de drapés portent les numéros d’inventaire suivants : inv. 21427, 4899b, 4899c, 4905, 4906k, 4908, 4912.

60 . Ce fragment inv. 5864 n’est pas mentionné dans la publication des FD IV, 3. Pour autant le matériau (un pôros conservant un enduit blanc épais) comme la technique (un tenon ou une pièce rapportée de format carré entouré de plomb comme pour le géant inv. 1795a et une surface préparée pour une grande pièce rapportée) soutiennent son appartenance au fronton ouest du temple des Alcméonides. Ses dimensions sont 41,5 cm × 38 cm × 21,5 cm.

61 . Dessin réalisé par Fr. Siard sur nos indications en reprenant et en complétant le dessin de F. Courby, paru dans le BCH de 1914. L’acrotère inv. 1872 est placée par convention au Sud et le mollet inv. 4815, seul fragment de son pendant, par convention, au Nord. L’inverse est possible. La jambe droite de cheval recomposée des fragments inv. 4848 et inv. 4849 a été placée sous l’avant-train de cheval inv. 3622 par convention ; elle pourrait tout aussi bien appartenir au cheval no 3 ou au cheval no 4. De même, l’avant-bras droit inv. 4850 est donné à la corè inv. 1794, mais peut tout autant appartenir à la corè inv. 1873.

62 . FD IV, 3 p. 63-64, fig. 19 no 1.

63 . FD IV, 3 p. 66 no XIII et no XIV.

64 . Dans la publication des FD IV,3 les auteurs semblent avoir confondu inv. 4862 et inv. 4841. Le no inv. 4862 no XXVIII p. 43, fig. 14 est décrit comme un avant-bras gauche en position verticale appartenant « au cheval 6 plutôt que 5 » or ce fragment appartient à la jambe gauche pliée et levée du cheval no 3 et non au cheval no 6 qui ne peut avoir les deux antérieurs levés ! Le no d’inventaire 4841 no XIX, p. 40, fig. 14 est décrit comme l’articulation de l’antérieur gauche d’une jambe levée et est attribué logiquement au cheval no 3 alors que l’arrière à peine travaillé indique que ce fragment n’était pas en position horizontale car ce qui est l’arrière à peine travaillé d’une jambe en position verticale serait le dessous visible d’une jambe levée. Le fragment inv. 4841 appartient donc au départ d’une jambe portante gauche et ne peut donc être attribué qu’au cheval no 6 car les chevaux no 4 et 5 qui avaient la jambe gauche portante conservent déjà cette partie.

65 . Le fragment de poitrail inv. 4825 peut convenir également au cheval no 3 mais le raccord matériel n’a pas été trouvé.

66 . FD IV, 3, no 11, p. 51-52, HT IX.

67 . FD IV, 3, no 10, p. 49-51, HT VIII.

68 . Photographie à jour dans le Guide de Delphes (1991), p. 54, fig. 18a.

69 . FD IV, 3, no 7, p. 44-47 et HT VI.

70 . Photographie à jour dans le Guide de Delphes (1991), p. 54, fig. 18b.

71 . No XLIV, p. 53, HT VII.

72 . Inv. 4817 = FD IV, 3 p. 52 no XL attribuée dès 1931 à la corè 11 complétée dans le BCH 77 (1953), p. XLIV A et C et p. 370 des numéros inv. 4820 (pourtant exclu dans FD IV, 3 p. 79 no X) et du fragment publié sans numéro d’inventaire alors auquel on a fait attribuer en 1995 le numéro 21436 (était-ce l’ancien numéro 4910 publié comme appartenance probable dans FD IV, 3 no VI p. 65 et « seulement probable » dans le BCH 70 [1946], p. 287 ? La dimension donnée, 13 cm, ne correspond pas aux 19 cm maximum de notre fragment).

73 . C’est le fragment publié sans no dans le BCH 77 (1953), p. XLIV E et p. 368 n. 4.

74 . FD IV, 3 no VIII p. 65 et fig. 19, p. 64.

75 . Inv. 4822 in FD IV, 3 no XXXIV p. 47-49 et fig. 16 et HT VII ; des doutes dès le BCH 70 (1946) p. 287 ; St. Triandis (n. 54), p. 351-352.

76 . FD IV, 3 p. 48, no XXXVI, fig. 16, appartenance pourtant répétée dans BCH 70 (1946), p. 287. Le fragment porte bien inscrit le no 4831 mais avait été publié par F. Courby en 1914 sous le numéro 4827 dans BCH 38 (1914), p. 338, fig. 8,5.

77 . Inv. 4823= FD IV, 3 no XXXV, p. 48 et HT VII.

78 . J. Marcadé (n. 43), p. 7-9 et fig. 4 et 5.

79 . FD IV, 3 p. 55, no LI, et fig. 17, p. 57. Apparaît également dans un montage photographique de la planche HT X l’associant au corps de la Nikè inv. 1872 comme son mollet droit.

80 . FD IV,3 p. 57, no LV, et fig. 17.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Raccord des fragments inv. 4869 (H. 22 cm) et inv. 3376 (H. 28,5 cm), reconstituant l’arrière de la cuisse droite de la caryatide A de la paire dite des « petites caryatides », musée de Delphes.
Crédits L. Damelet, CCJ, AMU, août 2016 no 20164707
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/323/img-1.jpg
Fichier image/, 681k
Titre Fig. 2
Légende Bas de visage féminin inv. 459 (H. 15 cm) : fragment d’une tête de caryatide, pendant de la tête dite « ex-Cnidienne » inv. 1203, musée de Delphes.
Crédits L. Damelet CCJ, AMU, août 2016 no 20164662
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/323/img-2.jpg
Fichier image/, 2,5M
Titre Fig. 3
Légende État de conservation actuel de la caryatide de Cnide dite A, musée de Delphes.
Crédits Eirini Miari
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/323/img-3.jpg
Fichier image/, 4,1M
Titre Fig. 4
Légende État de conservation actuel de la caryatide de Cnide dite B. Restitution au sol des fragments, musée de Delphes.
Crédits L. Damelet CCJ, AMU, août 2016, no 20164639
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/323/img-4.jpg
Fichier image/, 2,8M
Titre Fig. 5
Légende État de la caryatide A avec le bras, vers 1939.
Crédits EFA 45623
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/323/img-5.jpg
Fichier image/, 979k
Titre Fig. 6
Légende Fragment de chiton recouvert par trois parotides, inv. 3646 c (H. 22,5 cm), attribué à la caryatide de Cnide dite A, musée de Delphes.
Crédits L. Damelet CCJ, AMU, août 2016, no 20164698
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/323/img-6.jpg
Fichier image/, 2,2M
Titre Fig. 7
Légende Raccord reconstituant la plinthe et les pieds de la caryatide nord du trésor de Siphnos, musée de Delphes.
Crédits L. Damelet CCJ, AMU, août 2016, no 20164692
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/323/img-7.jpg
Fichier image/, 2,6M
Titre Fig. 8
Légende Bassin de couros inv. 34273 (H. 31 cm) vu de dos, musée de Delphes.
Crédits L. Damelet CCJ, AMU, août 2016, no 20164653
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/323/img-8.jpg
Fichier image/, 4,0M
Titre Fig. 9
Légende Bassin de couros inv. 34273, profil gauche, musée de Delphes.
Crédits L. Damelet CCJ, AMU, août 2016, no 20164657
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/323/img-9.jpg
Fichier image/, 3,0M
Titre Fig. 10
Légende Tête de coré inv. 16680+ 16681 (H. 7 cm), profil droit, musée de Delphes.
Crédits L. Damelet CCJ, AMU, août 2016, no 20164678
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/323/img-10.jpg
Fichier image/, 3,1M
Titre Fig. 11
Légende Tête de coré inv. 16680+16681 (H. 7 cm), vue de face, musée de Delphes.
Crédits L. Damelet CCJ, AMU, août 2016, no 20164673
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/323/img-11.jpg
Fichier image/, 537k
Titre Fig. 12
Légende Tête masculine, inv. 3692 (H. 16,8 cm), musée de Delphes.
Crédits L. Damelet CCJ, AMU, août 2016, no 20164646
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/323/img-12.jpg
Fichier image/, 3,3M
Titre Fig. 13
Légende Partie gauche du fronton ouest du temple dit des Alcméonides, reconstitué au musée.
Crédits Eirini Miari
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/323/img-13.jpg
Fichier image/, 4,8M
Titre Fig. 14
Légende Restitution de la position des fragments conservés des figures du fronton Est du temple des Alcméonides.
Crédits 2017, dessin de Frédéric Siard, à partir du dessin de F. Courby, no 391 à la planothèque de l’EfA, paru dans le BCH de 1914
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/323/img-14.jpg
Fichier image/, 9,6M
Titre Fig. 15
Légende Niké, acrotère latéral du temple des Alcméonides, musée de Delphes.
Crédits Eirini Miari
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/323/img-15.jpg
Fichier image/, 2,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Aurigny, Danièle Braunstein et Jean-Luc Martinez, « Recherches sur la sculpture archaïque de Delphes : nouvelles propositions et perspectives », Bulletin de correspondance hellénique, 142.1 | 2018, 71-96.

Référence électronique

Hélène Aurigny, Danièle Braunstein et Jean-Luc Martinez, « Recherches sur la sculpture archaïque de Delphes : nouvelles propositions et perspectives », Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 142.1 | 2018, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/bch/323 ; DOI : 10.4000/bch.323

Haut de page

Auteurs

Hélène Aurigny

Maître de conférences en histoire grecque, Aix-Marseille Université, UMR 7299 Centre Camille-Jullian

Articles du même auteur

Danièle Braunstein

Directrice de projet, musée du Louvre

Articles du même auteur

Jean-Luc Martinez

Président-Directeur du musée du Louvre.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals