Navigation – Plan du site

Un lot de céramiques d’époque impériale romaine provenant du puits du Prytanée de Délos

Ένα σύνολο κεραμικής ρωμαϊκών αυτοκρατορικών χρόνων από το πηγάδι του Πρυτανείου της Δήλου
A ceramics assemblage of the Roman imperial period from the Prytaneion well at Delos
Enora Le Quéré
p. 317-402

Résumés

Lors des fouilles du Prytanée de Délos en 1987, un puits d’époque classique fut mis au jour. Ce puits avait été entièrement comblé, vraisemblablement en une seule fois, à la fin du iii eou au début du iv e s. apr. J.-C., avec des matériaux divers pris sur place et une grande quantité de céramiques. Cet ensemble clos, contenant un minimum de 215 individus, est presque exclusivement constitué de fragments de céramiques communes très diverses, de céramiques culinaires et d’amphores de 24 types différents. Un tel matériel permet d’enrichir considérablement notre connaissance sur la céramique cycladique d’époque impériale romaine, qui reste à ce jour encore très mal documentée. Il apporte également un nouvel éclairage sur tout un pan — jusqu’à présent souvent resté dans l’ombre — de l’histoire économique, commerciale et artisanale de Délos en ces siècles « tardifs ».

Haut de page

Texte intégral

Je dois à la confiance de R. Étienne la publication de ce matériel, dont il m’a généreusement et avec enthousiasme confié l’étude. J’adresse mes plus chaleureux remerciements à D. Pieri, dont l’aide m’a été extrêmement précieuse, ainsi qu’à C. Autret, A. Marangou-Lerat et St. Martin pour leurs conseils toujours très avisés et leurs relectures. Je remercie également infiniment B. Konnemann et A. Tchesnakoff, qui ont eu la patience de réaliser les dessins, et Ph. Collet les photographies du mobilier illustrant cet article. Tous les calculs des volumes ont été effectués grâce au site http://capacity.ulb.ac.be

  • 1 . A.  Peignard-Giros, « La céramique d’époque impériale dans les Cyclades. L ’exemp (...)
  • 2 . Sur l’histoire de Délos à l’époque impériale et protobyzantine, voir entre autres A. K.  (...)
  • 3 . Voir la mise au point de Ph.  Bruneau(n. 2), p. 697-698 et d’A.  (...)
  • 4 . C’est le cas des fouilles de Cl. Hasenohr dans le secteur de l’Agora des Compétaliastes, ou encor (...)

1« La céramique d’époque impériale dans les Cyclades constitue pour l’instant une terra incognita en raison de l’absence de publications » 1. À ce constat s’ajoute la méconnaissance de l’histoire et de la topographie de Délos à l’époque impériale, pour des raisons qui tiennent tout autant à l’histoire événementielle (catastrophes de 88 et 69 av. J.-C.) qu’à l’histoire des fouilles. En effet, à la fin du xix eet au début du xx e siècle, les archéologues opérèrent des sélections drastiques dans le matériel archéologique, faisant disparaître presque toutes les traces de l’occupation « tardive » de l’île d’Apollon. C’est pourquoi la céramique d’époque impériale semble quasi inexistante à Délos. Et pourtant, une agglomération loin d’être négligeable continua d’occuper l’île jusqu’au vii e s. apr. J.-C. 2Des vases et amphores d’époque impériale ont également été retrouvés dans plusieurs secteurs de l’île 3, et les fouilles plus récentes continuent d’en mettre au jour quelques fragments 4.

  • 5 . Principales publications d’ensembles de céramique d’époque hellénistique tardive à Délos : (...)
  • 6 . Ph.  Bruneau, Les lampes, EAD 26 (1965), chap. 27 (...)
  • 7 . A.  Peignard- Giros(n. 1), p. 422-432.

2La céramique d’époque hellénistique tardive a été relativement bien étudiée à Délos, en particulier celle qui provenait des quartiers d’habitation 5. En revanche, pour l’époque impériale, seules les lampes ont fait l’objet d’une publication 6, ainsi que quelques vases et fragments de céramique fine « tardive » repérés dans les réserves du Musée de Délos 7. Le matériel provenant du puits du Prytanée, très judicieusement conservé dans son intégralité par les fouilleurs, permet de publier pour la première fois un ensemble non négligeable d’amphores, de céramiques communes et de céramiques culinaires d’époque impériale. Il permet d’éclairer tout un pan – jusqu’à présent resté dans l’ombre – de l’histoire économique, commerciale et artisanale de l’île d’Apollon, ainsi que de la vie quotidienne de ses habitants en ces siècles « tardifs ».

Le puits du Prytanée : histoire des fouilles et contexte archéologique

  • 8 . R.  Étienne, A.  Farnoux, BCH 112.2 (1988), (...)
  • 9 . Dimensions du puits : prof. 3,80 m ; diam. à la base 1,22 m ; diam. à l’ouverture 0,64 m. L ’ouve (...)
  • 10 . Malheureusement, aucune indication stratigraphique n’est fournie pour la fouille du puits. R. Éti (...)

3Le puits dont est issu le matériel présenté ici a été mis au jour lors de la reprise des fouilles du Prytanée de Délos ( GD 22) en 1987 par R. Étienne et A. Farnoux 8. Il était situé à peu près au centre de la cour dallée de gneiss hypèthre (B), à laquelle on accédait par un vestibule (A) à quatre colonnes doriques en façade ( fig. 1-2). Ce puits était englobé dans une construction plus vaste et plus ancienne, remontant vraisemblablement au vii e s. av. J.-C. : il s’agit d’une grande cavité circulaire d’un diamètre de près de 5 m munie d’une volée de marches taillées dans la paroi, et dans laquelle on peut reconnaître une fontaine à degrés permettant d’accéder à la nappe phréatique ( fig. 3). Au moment de la construction du Prytanée (fin du v e s. ou première moitié du iv e s. av. J.-C.), on aménagea dans cet ensemble un puits dont l’ouverture se trouvait au niveau du dallage de la cour, et le reste fut soigneusement comblé par un blocage de pierres 9. Ce puits fut par la suite comblé à l’époque impériale romaine, vraisemblablement en une seule fois 10, avec des matériaux pris sur place et de la céramique commune, mais la date exacte de ce comblement reste à préciser, et là se trouve l’un des enjeux de la présente étude.

Fig. 1

Fig. 1

Plan schématique du Prytanée (d’après GD, p. 190).

Fig. 2

Fig. 2

Plan de situation des sondages effectués dans le Prytanée en 1987 : la partie hachurée correspond au sondage 10-103 incluant le puits (d’après BCH 112 [1988], p. 748, fig. 1).

Fig. 3

Fig. 3

Vue d’ensemble du puits et de la fontaine (d’après BCH 112 [1988], p. 751, fig. 8 ; dessin Ph. Fraisse).

  • 11 . Sur ces inscriptions, voir Chr. Feyel, « Inscriptions inédites du Prytanée déli (...)
  • 12 . Ont été retrouvés : la partie inférieure d’une grande statuette drapée, en marbre blanc brillant, (...)
  • 13 . Diam. 26 mm ; dr. buste féminin et légende illisible ; rev. motif peu discernable (portrait ?). L (...)

4Outre le mobilier céramique très abondant, la fouille du puits appareillé a permis la mise au jour de huit fragments d’inscriptions — dont trois actes des archontes datant des iii eet ii e s. av. J.-C., une dédicace d’archonte datant du milieu du iii e s. av. J.-C. et un petit chapiteau dorique votif portant la dédicace d’un archonte de la fin du iv e s. av. J.-C., une inscription chorégique datée de 168 av. J.-C., ainsi qu’une stèle de comptes des naopes datant du milieu du iv e s. av. J.-C. 11 —, de quelques fragments de sculpture d’époque hellénistique 12, de plusieurs fragments moulurés d’une base et de près de soixante-dix fragments de tuiles diverses. Une monnaie en bronze d’époque impériale a également été retrouvée, portant au droit un buste féminin, probablement d’impératrice ( fig. 4). En raison du type de coiffure et de la forme du chignon, il pourrait s’agir d’un portrait de Faustine la Jeune ou de Lucille ( ca 150-180 apr. J.-C.) ; mais le mauvais état de conservation de la monnaie ne permet d’avancer que de très vagues hypothèses 13.

Fig. 4

Fig. 4

Monnaie en bronze d’époque impériale provenant du puits, éch. 1.

Cl. E. Le Quéré

Le mobilier céramique provenant du puits

  • 14 . Voir infra, Annexe. Une première étude de ce matériel avait été tentée par L. Foschia en 1997 dan (...)
  • 15 . Seuls les fragments significatifs sont pris en compte (bords, anses, fonds et vases graphiquement (...)

5Le lot de céramiques provenant du puits appareillé comptait près de 9 600 fragments, qui ont été triés, analysés et restaurés quand cela était possible : la restauration a permis de reconstituer un grand nombre de vases graphiquement complets 14. Ces fragments proviennent d’un minimum de 215 individus, nombre qui est utilisé à la base de tous nos raisonnements et analyses 15. À l’exception de quelques fragments résiduels de lampes et d’ unguentaria, aucune céramique fine n’a été retrouvée dans le puits. Il comprenait presque uniquement des fragments de céramiques communes, de céramiques culinaires et d’amphores, dont la répartition est indiquée dans le graphique ci-dessus ( fig. 5).

Fig. 5

Fig. 5

Répartition du mobilier céramique provenant du puits du Prytanée (NMI = 215).

Les amphores

  • 16 . La nomenclature, la typologie et la datation des amphores retenues ici suivent celles du catalogu (...)

6Le matériel amphorique, quantitativement important (42 %), est en outre celui qui est le plus à même de fournir des indications chronologiques précises : il se compose en effet d’un grand nombre de formes relativement bien connues, dont la typologie et la chronologie sont bien étudiées et sur lesquelles nous ne nous attarderons pas, et de quelques amphores de types plus rares ou nouveaux, pour lesquelles nous avons moins de parallèles publiés à ce jour en Méditerranée orientale, et que nous décrirons plus en détail ( tabl. 1) 16.

  • 17 . Lamboglia 2: Peacock, Williams1986, n (...)

7Le dépôt comprend des fragments d’amphores d’origine italienne ( fig. 15) du type Lamboglia 2 ( A1-A2), Dressel 1B ( A3-A7), Dressel 1 (les fragments conservés ne permettent pas d’en préciser le type) ( A8-A9) et Forlimpopoli ( A10-A11) 17.

  • 18 . Crétoise 1 (ou Agora G 197) : Peacock, Williams1986, n (...)

8En ce qui concerne les amphores égéennes, des fragments d’amphores crétoises ( fig. 15) du type Crétoise 4 ( A12-A14) et Crétoise 1 ( A15-A23) 18ont été retrouvés, ainsi que deux autres formes particulièrement intéressantes en raison de leur chronologie tardive et de l’absence de parallèle précis pour les identifier :

  • 19 . Peacock, Williams1986, n o 47; (...)
  • 20 . Pour cette datation et les sites d’importation en Méditerranée, voir Panella1 (...)
  • 21 . J.-Y.  Empereur, M.  Picon, « Les régions de production d (...)

9 Kapitän 2 : D’origine égéenne et très largement diffusées en Méditerranée orientale comme occidentale, les amphores Kapitän 2 (ou Agora K 113) se caractérisent par une panse fuselée à pied annulaire creux et étroit, un col tronconique cannelé et de hautes anses coudées ( A24 ; fig. 15) 19. Cette forme couvre essentiellement les iii eet iv e s. apr. J.-C., même si elle a pu commencer à être diffusée dès la toute fin du ii e s. apr.  J.-C. 20. Ces amphores paraissent avoir été fabriquées dans plusieurs ateliers, mais elles proviennent toutes avec certitude de la région égéenne : Cos et Éphèse ont été proposées comme faisant partie de ces centres de production 21. La présence de ces amphores est pour la première fois attestée à Délos.

10 Type 1 (égéenne) : Le profil de ce col cylindrique trapu et large ( A25 ; fig. 15), surmonté d’une petite lèvre en bourrelet, pourrait éventuellement être rapproché des amphores de type Agora G 199, Agora m 239 ou Knossos A28. Cependant, la pâte claire, sableuse, assez fine, avec de fines inclusions de quartz translucide et de calcite, permet de déduire une provenance égéenne, proche des productions du Dodécanèse.

11D’autres amphores égéennes ont également pu être identifiées, provenant de la région de Chios et d’Éphèse :

  • 22 . A.  Opaiț, « From DR 24 to LR 2 ? », dans M.  Bonifay, J. (...)
  • 23 . A.  Opaiț(n. 22), p. 629-643 ; A.  Opaiț, A.  (...)
  • 24 . A.  Opaiț, A.  Tsaravopoulos(n. 23), p. 293-295 et p. 302 (...)

12 Dressel 24 similis  : Les amphores à huile de type Dressel 24 font partie des amphores les plus connues fabriquées dans le monde égéen à l’époque impériale. Mais comme le rappelle A. Opaiț, plusieurs types et sous-types sont discernables, en fonction des époques et des lieux de production, grâce à l’argile employée et à des détails morphologiques mineurs, suggérant l’existence d’un grand nombre d’ateliers producteurs 22. Les fragments provenant du puits ( A26-A28 ; fig. 16), présentant un haut col en forme de sablier terminé par une lèvre simple de section ronde et un pied plein en petite pointe, conduisent à les rattacher au type appelé « Dressel 24 similis », dans ses évolutions caractéristiques des i eret ii e s. apr. J.-C. 23 . Les particularités de l’argile permettent d’attribuer ces fragments très probablement à la production de Chios 24.

  • 25 . Pour une révision de la chronologie du groupe F de l’Agora d’Athènes, voir A (...)
  • 26 . Lattara 6, p. 73; Williams2005, « Agora F 65-66 ». Pour u (...)
  • 27 . Peacock, Williams1986, n o 45; (...)
  • 28 . Robinson1959, n os  m125, p. 95 et pl (...)
  • 29 . J. W.  Hayes, « Pottery : Stratified Groups and Typology », dans J. H.  (...)
  • 30 . Voir M.  Lang(n. 26), pâte 2 ; S.  Lemaître(n. 26), pâte (...)
  • 31 . Voir M.  Lang(n. 26), p. 277 et pl. 79, a-b (tardo- hellénistique- (...)
  • 32 . La pâte n’a pas pu être analysée en raison de la restauration du vase avant étude.

13 Agora F 65-66 : Les amphores du type Agora F 65-66 (ou Knossos 49), quant à elles, sont extrêmement répandues en Méditerranée orientale. Elles se caractérisent par une panse ovoïde à pied fuselé étroit, un col étroit et une unique petite anse arrondie. Leur forme a cependant connu une longue évolution durant l’époque impériale et protobyzantine : apparaissant d’abord vers le milieu du i er s. av. J.-C. ou au cours du i er s. apr. J.-C. 25avec un épaulement très arrondi, une panse lisse et un pied plat assez large, le profil évolue au cours du ii eet du iii e s. apr. J.-C. vers une forme de plus en plus fuselée, avec un col plus étroit, une anse plus petite parfois à double nervure, une panse cannelée et un pied plus étroit à fond creux ombiliqué, qui devient de plus en plus tubulaire à partir du iv e s. apr. J.-C. 26. À partir de la fin du iv e s. apr. J.-C. et jusqu’à la fin du vi e s. apr. J.-C., le type évolue en LRA 3, avec deux anses et un pied de plus en plus fin et pointu 27. Ces différentes caractéristiques permettent de dater assez précisément la plupart des fragments concernés ( A30-A48 ; fig. 17) du iii eou du début du iv e s. apr. J.-C., en raison de leur très grande ressemblance formelle avec les types Agora M 125 et Agora M 240 provenant d’Athènes 28. Ils sont facilement identifiables grâce à leur pâte très caractéristique, très fine, de couleur rouge-brique à brune, contenant une très grande quantité de mica argenté. Ces amphores ont vraisemblablement été produites dans plusieurs ateliers de la côte micrasiatique, et en particulier dans la région d’Éphèse, de Milet et dans la Vallée du Méandre 29. Un fragment ( A46) se distingue néanmoins par sa pâte claire (beige rosé) et calcaire, non micacée, et sa surface de couleur crème, à l’aspect savonneux, dénotant vraisemblablement une origine ou un atelier différents 30. L ’amphore complète restaurée et exposée au musée de Délos ( A29 ; fig. 16), d’une capacité d’environ 11 litres et proche du type Agora F 66, est en revanche plus ancienne et coïncide avec les premières attestations de cette forme 31. L ’argile semble différente de celle de tous les autres fragments : la surface est plus mate, elle ne contient presque pas de mica, mais seulement quelques inclusions de calcite 32.

  • 33 . Dressel 2/4: Peacock, Williams1986, n (...)
  • 34 . Lattara 6, p. 72; Williams2005, « Pompeii 38 ». Sur les p (...)

14Le dépôt comprend également des fragments d’amphores de Cos à anses bifides du type Dressel 2/4 ( A49-A50 ; fig. 18) et Dressel 5 ( A51-A52) 33, mais surtout, les amphores d’origine cnidienne sont de loin les plus représentées dans ce lot (plus de 41 % du matériel amphorique). Elles sont aisément identifiables grâce à leur épaule carénée, à leur lèvre en petit bourrelet, à leurs anses de section ovale, et surtout à leur pied en pointe entouré d’un annelet bien caractéristique. La forme plus étriquée et plus allongée de ce type, à la carène de moins en moins marquée, au col rétréci et au pied de plus en plus pointu permet de distinguer une évolution chronologique entre les amphores cnidiennes « canoniques » ( A53-A62 ; fig. 18) et les amphores dites « tardo-cnidiennes » ou Pompeii 38 ( A63-A112 ; fig. 18-19), dont le type se développe à partir du milieu du i er s. av. J.-C. environ et qui est ici le plus représenté 34.

  • 35 . Rhodiennes anciennes : Grace1979, fig. 22-25 et 62 ; Empe (...)

15Le lot comporte en outre des amphores fabriquées dans la région de Rhodes, à savoir des amphores rhodiennes anciennes ( A113-A115 ; fig. 20), rhodiennes ( A116 ; fig. 20) 35, et une troisième forme plus atypique :

  • 36 . Hayes1983, Types 24-25, p. 151-152, fig. 24, n o A66. Voi (...)
  • 37 . J.-Y.  Empereur, N.  Tuna, « Hieroteles, potier Rhodien d (...)

16 Hayes 1983, Type 24-25 : Ces amphores sont une évolution de la forme rhodienne de la fin de l’époque hellénistique 36. Elles se caractérisent par un col cylindrique terminé par une lèvre en bourrelet, des anses de section ronde fortement pincées et un corps se terminant par un pied en longue pointe, massif et vrillé (sillons torsadés) ( A117-A121 ; fig. 20). Les caractéristiques de la pâte semblent dénoter une origine égéenne, et très vraisemblablement de la Pérée rhodienne, où deux ateliers importants associés à cette forme ont été retrouvés 37. Ces amphores sont attestées de la fin du i er s. av. J.-C. au milieu du ii e s. apr. J.-C.

  • 38 . Lattara 6, p. 73; Williams2005, « Agora G 199 »; (...)

17On note également la présence d’amphores d’origines plus lointaines, à savoir des amphores ciliciennes du type Agora G 199 (ou AK1) ( A122-A127 ; fig. 20) 38, Agora M 54 (ou AK2) et Pompeii 5 (ou AK3), ainsi qu’un fragment d’amphore phénicienne :

  • 39 . Williams2005, « Agora  m54 »; Autret2 (...)
  • 40 . Autret 2015, p. 257 .
  • 41 . Pour cette datation, plutôt que la deuxième moitié du i e (...)
  • 42 . Reynolds2005, p. 564.

18 Agora M 54 : Ces amphores, appelées également « Pseudo-Cos en cloche », sont caractérisées par leur forme ovoïde allongée marquée d’une légère constriction qui symbolise la limite entre le col et la panse, leur lèvre en bourrelet, leur pied en pointe formant un bouton épais arrondi et surtout leurs anses bifides à appendice ( A128-A129 ; fig. 20) 39. Ces amphores étaient produites en Cilicie Pédiane à Aigéai et peut-être également en Cilicie Trachée, dans un atelier d’Élaioussa Sébasté 40. Elles sont attestées à Athènes dès la première moitié du i er s. apr. J.-C. 41et leur exportation se poursuit jusqu’à la fin du ii e s. et même jusqu’au début du iii e s. apr. J.-C., comme en témoignent les exemplaires retrouvés à Beyrouth 42. Ces amphores sont surtout diffusées en Méditerranée orientale, en particulier en Égypte et à Chypre, mais quelques exemplaires ont également été retrouvés à Rome, Ostie et Marseille. L ’exemplaire provenant de Délos est le premier à être mentionné pour les Cyclades.

  • 43 . Reynolds2005, p. 565, pl. 2, fig. 13, 17-18 ; Williams200 (...)
  • 44 . J.-Y.  Empereur, M.  Picon(n. 21), p. 237 et fig. 18-21 ; (...)
  • 45 . Reynolds2005, p. 565.

19 Pompeii 5 : Ces petites amphores à fond plat et à panse ovoïde ont un long col terminé par une petite lèvre déversée vers l’extérieur soulignée par une profonde rainure ( fig. 6) 43. Elles sont surtout caractérisées par deux longues anses coudées en ruban et de section ovale, partant de sous la lèvre et se rattachant à la panse. Comme on l’observe sur les exemplaires provenant de Délos ( A130-A132 ; fig. 20), ces anses possèdent une rainure centrale avec deux bourrelets médians. Ces amphores étaient produites en grande quantité en Cilicie orientale, et peut-être aussi dans des ateliers du Nord-Ouest de la Syrie. Elles sont relativement bien attestées à Alexandrie, Beyrouth et Chypre, mais ne sont présentes qu’en petit nombre à Pompéi, Ostie, Athènes ou encore Corinthe 44, et sont pour la première fois attestées ici en Égée. Bien qu’on les trouve à Pompéi, elles proviennent en général de contextes datant de la première moitié du ii e s. apr. J.-C. ; quelques exemplaires ont été retrouvés à Beyrouth dans des couches datées du premier quart du iii e s. apr. J.-C. 45.

Fig. 6

Fig. 6

Amphore Pompeii 5 (dessin E. Le Quéré, d’après J.-Y. Empereur[n. 44], p. 397, fig. 10).

  • 46 . Reynolds2005, p. 568, pl. 7, fig. 46, 51-52. Voir aussi le Type IX de Paphos (...)
  • 47 . P.  Reynolds, « Pottery Production and Economic Exchange in second century Be (...)
  • 48 . J. W.  Hayes, Paphos III: Hellenistic and Roman Pottery ( (...)

20 Amrit : Les amphores impériales d’Amrit (Phénicie) sont une imitation assez proche des Dressel 4 de Cos et des amphores Dressel 2/4 campaniennes, mais avec des anses incisées et rainurées ( fig. 7) 46. Le col haut, orné de deux rainures, est surmonté d’une lèvre en bourrelet et l’épaulement est caréné. Le fond se termine par un petit pied plein, court et orné de cannelures en spirales, comme le fragment provenant du puits de Délos ( A133 ; fig. 20). Ces amphores sont attestées du ii eau iv e s. apr. J.-C. et étaient probablement produites à Amrit et/ou à Tartus (au Nord de la côte syrienne, près de la frontière libanaise) 47. Courantes à Beyrouth, Tartus et Amrit, elles ont aussi été exportées à Chypre 48. L ’exemplaire trouvé à Délos semble être une des premières attestations de ce type en Égée.

Fig. 7

Fig. 7

Amphore d’Amrit conservée au musée de Tartus, n o 609 (dessin E. Le Quéré, d’après Reynolds2005, pl. 7, fig. 46).

  • 49 . Robinson1959, n oF 67, p. 17 et pl. 2.

21Enfin, le lot comprend des fragments d’amphores dont l’origine n’a pu être déterminée avec certitude. Deux formes appartiennent à la catégorie des amphores ou grandes cruches : l’une relève du type Agora F 67 ( A134-A135 ; fig. 20-21), amphore (ou grande jarre) mono-ansée au col haut tronconique et étroit, à la panse sphérique et au fond annulaire, caractérisée par son anse en ruban et en équerre, pourvue de deux nervures 49 ; l’autre du type Agora L 30. Un dernier type ne trouve pas de parallèle très précis.

  • 50 . A.  Opaiţ, « Defining more Roman amphora types from the Athenian Agora: too m (...)
  • 51 . A.  Opaiţ(n. 50), p. 46-48 et fig. 12-14. Voir par exemple à Argos, A. I.  (...)

22 Agora L 30 : Ce type d’amphore ou de grande cruche correspond à un sous-type de la forme Agora m 235/M 327, dont l’évolution peut être retracée du début du i er s. au vi e s. apr. J.-C. L ’une des particularités de cette forme est que les ateliers n’ont pas produit uniquement des amphores pour l’exportation du vin sur les marchés étrangers et lointains, mais également des amphores dites « de table » pour un usage sans doute plus local ou régional, à l’image de celle provenant de Délos ( A136-A137 ; fig. 21) et dont on a retrouvé deux exemplaires sur l’Agora d’Athènes 50. Les caractéristiques morphologiques de l’amphore provenant du puits sont typiques de la seconde moitié du iii e s. et du début du iv e s. apr. J.-C. (fig. 8) : le bord en entonnoir est séparé du col tronconique par une série de stries ; la panse, presque globulaire, est cannelée sur toute sa surface et se termine par un fond annulaire de faible hauteur, légèrement ombiliqué. Les caractéristiques de la pâte sont en tout point semblables à celles des exemplaires retrouvés sur l’Agora d’Athènes. Selon A. Opaiţ, ces amphores ne seraient pas d’origine crétoise, comme cela a été récemment suggéré, mais pourraient être originaires du Péloponnèse où elles ont été retrouvées en abondance 51. Mais la forme étant courante et relativement banale, il est probable que ces amphores aient été fabriquées dans de nombreux endroits.

Fig. 8

Fig. 8

Amphore Agora L 30 provenant de l’Agora d’Athènes, n o P 16344 (dessin E. Le Quéré, d’après A.  Opaiţ [n. 50], p. 47, fig. 12 et 13).

  • 52 . P.  Reynolds(n. 47), p. 39-40, p. 59-61, fig. 20-23 et fig. 228-230; (...)

23 Type 2 : Le profil de ce col d’amphore cylindrique à lèvre de section légèrement triangulaire et de l’anse à double nervure ( A138 ; fig. 21) ressemble à celui des amphores de type Beirut 3, produites entre la fin du i er s. et le milieu du ii e s. apr. J.-C. 52. La pâte diffère cependant des productions locales de Beyrouth. La présence en grand nombre d’inclusions volcaniques noires (pyroxène) rappelle les pâtes typiques des productions de Mer Noire ou de certains centres de Méditerranée orientale (Cilicie, Laodicée sur Mer en Syrie).

Les céramiques communes

24Les céramiques communes sont également bien représentées dans le lot provenant du puits (42 %). Elles comprennent un grand nombre de vases à eau dits « à anse de panier » – parfois aussi appelés «  kadoi » – de trois types différents, des cruches de différents types et formes, ainsi que quelques fragments de bols et d’une bassine ( tabl. 2).

Vases à eau à anse de panier

  • 53 . S. I.  Rotroff, The Athenian Agora, (...)
  • 54 . Robinson1959, p. 92.
  • 55 . Robinson1959, n os [G 106], J 44, [J 45] (début (...)

25Cette forme de vase fut vraisemblablement inventée au cours du ii e s. av. J.-C. et fut utilisée durant toute la fin de l’époque hellénistique : outre à Délos, elle est attestée à Athènes, Knossos, Mytilène, Paros, Mykonos et Amorgos 53. À l’époque impériale romaine, le type évolua vers une forme plus grande, aux parois plus fines et à l’anse plus épaisse, souvent nervurée ; mais les parallèles publiés pour cette époque sont encore peu nombreux. On en trouve sur l’Agora d’Athènes, datés entre le i eret la fin du iii e s. apr. J.-C., époque à partir de laquelle la forme semble avoir disparu 54. Leur hauteur oscille entre 26 et 35 cm, mais un module plus petit existait aussi (M 198 : 19 cm) ( fig. 9) 55. Leur profil général ne ressemble cependant en rien à celui des vases du puits de Délos, dont la forme semble à ce jour inédite, et parmi lesquels on peut distinguer trois types.

Fig. 9

Fig. 9

Vases à anse de panier provenant de l’Agora d’Athènes ; éch. 1/6 (montage E. Le Quéré, d’après Robinson1959, pl. 10, 22 et 26 et http://ascsa.net/​id/​agora/​object).

26 Type 1 : Ce premier type n’est représenté que par un seul vase ( 1  ; fig. 22), qui est d’un module plus petit que les autres. De forme piriforme et légèrement ovoïde, il a une capacité d’environ 4,70 L. L ’embouchure ovale très étroite se termine par une petite lèvre déversée vers l’extérieur, sur laquelle vient se souder une petite anse de panier de section ovale ; la jonction entre la lèvre et l’anse est peu marquée. La panse est parcourue de quelques stries, sans être cannelée, et le fond est quasiment plat. La forme générale de ce vase pourrait faire penser à celle d’une outre en peau. La pâte est assez proche de celle des vases à anse de panier de Type 2, mais de facture plus grossière et moins soignée. Elle est en revanche très proche de la pâte de la cruche 57.

27 Type 2 : Le deuxième type correspond à des vases de forme ovoïde à large ouverture, aux parois épaisses (0,7 à 0,9 cm), de deux modules différents : le plus petit est représenté par un grand nombre de vases ( 2-6, 8-16 ; fig. 22-25) d’une capacité d’environ 6 L ; le plus grand n’est assurément représenté que par un seul vase presque complet ( 7) — et peut-être par quelques autres fragments ( 18 ?) — d’une capacité supérieure d’environ 7 L. L ’embouchure ovale, sans col, se termine par une lèvre montante à gorge, très marquée, déversée vers l’extérieur, et de section triangulaire. La lèvre est fortement pincée au niveau des attaches de l’anse, comme marquée par l’impression des pouces du potier de part et d’autre. De section ovale, l’anse est légèrement nervurée en surface. La panse est parcourue de cannelures sur sa quasi-totalité et le fond, assez large (diam. ± 10 cm), est annulaire et ombiliqué. La pâte de tous ces vases est relativement uniforme, de couleur beige-orangé, parfois à cœur gris. De texture très sableuse et relativement fine, elle contient assez peu d’inclusions mis à part quelques grains de calcite, de quartz et parfois de fines paillettes de mica.

  • 56 . Voir infraIII. 2, p. 350.

28 Type 3 : Le troisième type a été placé dans cette catégorie en raison de la ressemblance formelle des vases avec le Type 2, mais il faut noter que la présence d’anse pour le Type 3 n’a jamais pu être vérifiée : aucun exemplaire n’en présente une, ni même la trace du départ de l’anse. Elle a cependant pu être systématiquement cassée, en raison de la finesse de la pâte. On ne peut exclure non plus que l’anse ait pris la forme d’une corde que l’on passait dans des trous percés de part et d’autre du vase 56. Le Type 3 correspond à des vases à large ouverture ( 25-42 ; fig. 26), de forme générale globulaire et aux parois plus fines (0,5 cm). D’un module similaire ou légèrement inférieur à la plupart des vases de Type 2, ils avaient une capacité d’environ 5 à 7 L. L ’embouchure ronde, sans col, se termine par une fine lèvre montante à ressaut et déversée vers l’extérieur. La panse est parcourue de fines et nombreuses cannelures sur ses deux-tiers supérieurs, tandis que son tiers inférieur est lisse, avec souvent des traces de tournassage en surface. Le fond est plus petit (diam. 6,5 à 8,5 cm), annulaire, parfois légèrement ombiliqué, au bourrelet souvent bien marqué ; il présente de profondes traces de tournassage sur sa paroi interne. Le Type 3 est cependant moins homogène dans son ensemble que le Type 2, et les vases présentent plusieurs variantes dans les détails (cf. 25, 35, 36). Les pâtes sont très différentes d’un vase à l’autre, de couleur beige clair à orange vif, mais elles se distinguent toutes par leur finesse : sableuses, très épurées, elles contiennent très peu d’inclusions, si ce n’est parfois de fines paillettes de calcite et de mica.

29À ces exemplaires s’ajoutent une série très homogène de vases ( 97-110) possédant tous le même type de fond annulaire (diam. ± 8 cm) – simple de profil, peu élevé, au bourrelet parfois bien marqué – et dont les pâtes se distinguent là encore par leur finesse. Mais l’état fragmentaire de ces exemplaires ne permet pas de déterminer avec certitude s’il s’agit de vases à eau à anse de panier de Type 3 ou de cruches de Type 9, ces deux catégories de pots ayant en commun un fond de même forme.

  • 57 . Deux vases provenant de la citerne de la Maison de l’Hermès, début du i (...)
  • 58 . G.  Daux, BCH 90 (1966), p. 991-992, fig. 6 : seule u (...)
  • 59 . Musée de Délos, n oB.00777. H. tot. 35 ; H. fl. 23,5. Anse (4 × 1,5), embou (...)
  • 60 . Musée de Délos, n oB.01026. H. fl. 25,2. Embouchure (22 × 16,8) et fond ann (...)

30Plusieurs autres vases à anse de panier ont été mis au jour à Délos lors de différentes campagnes de fouilles, mais la plupart datent de l’époque tardo-hellénistique : ils sont plus petits (H. 24 à 27 cm), de forme globulaire, et à la paroi entièrement lisse 57. Deux vases provenant de la citerne de la cour S de l’habitation III du Quartier de Skardhana, datés du iii e s. apr. J.-C., présentent des caractéristiques qui les rapprochent de ceux du puits (panse cannelée), sans pour autant offrir un parallèle strict ( fig. 10) 58. L ’un deux est percé de deux trous, de part et d’autre du vase, sous la lèvre, au niveau des attaches de l’anse. Deux autres vases, jusqu’alors restés inédits, offrent en revanche un parallèle exact avec les vases à anse de panier de Type 2. L ’un d’eux aurait été retrouvé dans un puits du Sanctuaire d’Apollon lors des fouilles de 1907 59 : intact et complet, sa panse est cannelée et son fond très usé ( fig. 11). Le second, trouvé en 1907 « dans le puits B de l’ oikos Γ » 60, est presque complet : seule l’anse manque, brisée de chaque côté au niveau des attaches, et les cannelures de la panse sont moins marquées ou plus usées ( fig. 12). Deux trous ont été percés de part et d’autre du vase, sous la lèvre, au niveau des attaches de l’anse.

Fig. 10

Fig. 10

Vases à anse de panier provenant de l’habitation III du Quartier de Skardhana (d’après G. Daux, BCH 90 [1966], p. 992, fig. 6).

Fig. 11

Fig. 11

Vase à anse de panier conservé au musée de Délos, n o B.00777 ; éch. 1/6.

Cl. E. Le Quéré

Fig. 12

Fig. 12

Vase à anse de panier conservé au musée de Délos, n oB.01026 ; éch. 1/6.

Cl. E. Le Quéré

Cruches et cruchons

31Les cruches représentent une part importante (41,8 %) de la céramique commune provenant du puits. Elles sont non seulement nombreuses, mais présentent également des profils et des formes très variés, qui permettent de distinguer plus de neuf types différents.

  • 61 . Bruneau et al. 1970, p. 257 et pl. 47, n (...)
  • 62 . Bruneau et al. 1970, p. 41.
  • 63 . Étienne, Braun1986, n oEa 16, p (...)
  • 64 . J. W.  Hayes, The Athenian Agora, (...)

32 Type 1 : Ce premier type est représenté par un nombre important de cruches ( 43-55 ; fig. 27). Il s’agit de grandes cruches, à la paroi plus ou moins épaisse (0,5 à 1 cm), d’une capacité de 4 L. La panse est ovoïde – sauf dans un cas où elle s’avère plutôt globulaire ( 43) – et l’embouchure est ronde. Le col tronconique se termine par un bord en corolle, surmonté d’une petite lèvre fine de section triangulaire. Une de ces cruches ( 48) présente cependant une légère variante : l’embouchure est plus étroite et le bord en corolle se termine par une lèvre en amande formant presque un bourrelet. L ’anse est verticale, rubanée et à deux nervures ; son attache supérieure vient s’appuyer sur une grande partie du bord et du col. La panse, décorée à la base du col par deux ou trois stries, est pour le reste quasiment lisse, mais parcourue de légers et nombreux sillons à l’extérieur comme à l’intérieur. Le fond est large, annulaire, parfois légèrement ombiliqué. La pâte, de couleur rouille ou rouge brique, pure, très fine et finement micacée, est très homogène d’une cruche à l’autre : elle s’avère être relativement proche de celle de certains exemplaires d’amphores Agora F 65-66, caractéristique de la production des ateliers de la côte micrasiatique, et en particulier d’Éphèse et de Samos. À Délos, cinq cruches en « argile ocre micacée » de forme similaire (H. 27 cm) ont été retrouvées dans le puits de la cour I de l’îlot de la Maison des Comédiens 61. Les autres vases provenant de ce même puits datent plutôt du ii eou du i er s. av. J.-C. ; on ne peut néanmoins exclure une datation plus tardive, en raison de l’utilisation avérée du puits après l’abandon de l’édifice 62. Cependant, une cruche semblable a été retrouvée à Ténos dans le Sanctuaire de Poséidon et Amphitrite, dans un contexte daté entre la fin du ii e s. et le début du i er s. av. J.-C., ce qui semblerait concorder avec le contexte délien 63. Sur l’Agora d’Athènes, une cruche au profil similaire mais de plus petit module (H. 13,45 cm), à l’argile gris-brun micacée, a été retrouvée dans un contexte daté de la première moitié du i er s. av. J.-C. 64.

  • 65 . Robinson1959, n osL 49, p. 79, pl. 17 et  (...)

33 Type 2 : Ce deuxième type n’est représenté que par une seule cruche ( 56 ; fig. 28) d’une capacité d’environ 2,80 L. L ’embouchure est large et ronde ; le col haut et cylindrique se termine par une petite lèvre de section triangulaire déversée vers l’extérieur, soulignée dans sa partie inférieure par deux stries profondes. L ’anse est verticale, de section ovale et à double bourrelet ; son attache supérieure est quasiment confondue avec la lèvre. La panse est globulaire, trapue, et légèrement cannelée. Le fond est large, presque plat, à peine souligné par un anneau. Les trois-quarts supérieurs de cette cruche sont recouverts d’un engobe foncé, et l’on distingue également à l’intérieur du col des coulures d’engobe rougeâtre foncé. La forme de cette cruche peut être rapprochée de celle de certaines cruches retrouvées sur l’Agora d’Athènes, datées du début du iv e s. apr. J.-C., sans qu’aucune ne fournisse néanmoins un parallèle strict 65.

  • 66 . Robinson1959, n os[G 105], p. 33, pl. 6 et [J 42], p. (...)

34 Type 3 : Cette cruche ( 57 ; fig. 28), d’une capacité d’environ 3 L, a l’embouchure ronde. Le col, souligné à sa base par deux rainures profondes, est court, trapu et cylindrique ; il se termine par une lèvre simple, épaisse, déversée vers l’extérieur. L ’anse verticale, de section ovale et à trois nervures, surmonte le bord de la cruche ; son attache supérieure est confondue avec la lèvre, qui s’en trouve déformée. La panse, sphérique, est parcourue de larges cannelures dans sa partie inférieure ; à l’intérieur, de nombreuses traces de tournassage sont visibles. Le fond, plutôt petit comparé au diamètre de la panse, est plat avec un petit ombilic central. Cette cruche était très probablement surmontée d’un couvercle ( 58), de facture tout à fait semblable et dont le diamètre correspond à celui de l’ouverture du récipient. Ce couvercle, de forme très irrégulière, aux bords légèrement montants et de facture grossière, est surmonté d’un petit bouton simple et plein. La pâte de cette cruche, grossière et peu soignée, semble très proche de celle du vase à anse de panier 1. Les caractéristiques de l’argile et la facture peu soignée de ces vases invitent à se demander s’il ne s’agit pas d’objets de facture locale. Le profil général de cette cruche est proche de celui de quelques cruches retrouvées sur l’Agora d’Athènes, dans des contextes des i eret ii e s. apr. J.-C. 66.

  • 67 . G.  Daux, BCH 87 (1963), p. 874, fig. 3. (...)
  • 68 . S. I.  Rotroff(n. 53), n o73, p. 252, fig. 12 et pl.  (...)

35 Type 4 : Ce quatrième type correspond à des cruches de deux modules : les plus grandes ( 59-62 et 65 ; fig. 29) ont une capacité d’environ 3,70 L, tandis que les plus petites ( 63-64) ont une capacité d’environ 1,20 L. Le col tronconique court, parfois presque absent, se termine par une lèvre de section triangulaire en méplat et à gorge ; l’embouchure est ronde. L ’anse verticale, de section ovale, est rubanée ; son attache supérieure se confond avec la lèvre, qui s’en trouve légèrement déformée. La panse, ovoïde ou globulaire en fonction des cruches, est parcourue de cannelures très peu marquées et de fines traces de tournassage. Le fond plat est annulaire, sauf dans un cas ( 59). La surface de ces cruches, rugueuse au toucher et présentant de nombreux microsillons, ainsi que leur pâte, contenant une grande quantité d’inclusions diverses et de nombreuses empreintes de végétaux, témoignent d’une facture peu soignée. Dans deux cas ( 59 et 64), deux trous ont été volontairement percés dans la partie inférieure de la panse. À Délos, une cruche au profil similaire a été retrouvée dans la citerne de la Synagogue ( GD 80) 67, mais aucune datation n’est avancée par les fouilleurs. Une autre, dont le profil ressemble et dont l’argile semble assez proche de celle des exemplaires de Délos, a été retrouvée sur l’Agora d’Athènes : elle est datée de ca 50 av. J.-C.-50 apr. J.-C. 68.

  • 69 . Ladstätter2010, n osA-K 516, p. 262 et pl. 90. (...)

36 Type 5 : Ce type n’est représenté que par un bord fragmentaire de cruche ( 66 ; fig. 30), haut et vertical, terminé par une lèvre de section triangulaire soulignée par une profonde et large rainure (0,6 cm). La position et le profil de l’anse de cette cruche à pâte fine et sonnante sont inconnus. Un bord de cruche au profil tout à fait semblable a été retrouvé à Éphèse dans un contexte daté du troisième quart du i er s. apr. J.-C. 69.

37 Type 6 : Cette petite cruche ( 67 ; fig. 30) a une capacité d’environ 1,20 L. Son col haut et côtelé, à l’embouchure étroite et ronde, est terminé par une lèvre de section triangulaire inclinée vers l’extérieur. L ’anse verticale part de la lèvre et se rattache à l’épaule. La panse globulaire, entièrement côtelée, se termine par un petit fond plat, légèrement annulaire. La surface et la pâte de cette cruche sont très grossières et de très mauvaise facture.

  • 70 . Ladstätter2010, n oA-K 731, p. 260 et pl. 104 (vers 2 (...)

38 Type 7 : Cette grande cruche ( 68 ; fig. 30) aux parois fines et à la panse piriforme a une capacité d’environ 3,80 L. Le col haut, souligné à la base par deux profondes rainures, est légèrement bombé ; il se termine par un bord en « S » dont la lèvre est également soulignée par une rainure. L ’embouchure est large et ronde. La panse, large et côtelée sur ses trois-quarts supérieurs, se termine par un petit fond annulaire, légèrement ombiliqué. La position et le profil de l’anse de cette cruche – si elle en possédait une – restent cependant inconnus. De par ses caractéristiques, la pâte de ce vase semble très proche des productions de céramique culinaire communément appelée «  brittle ware ». Des cruches de forme similaire, de même facture mais d’un module plus petit (H. 16 à 19 cm), ont été retrouvées à Éphèse dans différents contextes datant du iii e s. apr. J.-C. 70. Sur plusieurs d’entre elles des lettres étaient gravées sur le haut de la panse.

  • 71 . J. W.  Hayes (n.  64), n o1486, (...)

39 Type 8 :De cette grande cruche aux parois fines, seule la partie supérieure a été préservée ( 69 ; fig. 30), ainsi qu’un fond appartenant très probablement au même objet ( 70). De forme piriforme, la cruche se termine par un haut col resserré, au bord légèrement incurvé et à la lèvre en méplat soulignée par une fine strie. L ’embouchure est ronde. La panse est parcourue de légers sillons et le fond, assez large, est annulaire. La position et le profil de l’anse de cette cruche restent cependant inconnus. La pâte de cette cruche, pure et très fine, zonée et feuilletée, évoque une argile cuite en atmosphère réductrice, assez comparable à l’argile de certaines céramiques culinaires. Un vase de profil identique mais de plus petit module (H. 12 cm) a été retrouvé dans un puits de l’Agora d’Athènes 71 : J. Hayes évoque une origine possible d’Asie Mineure, et plus particulièrement des ateliers de la région de Pergame. Au vu des caractéristiques de l’argile, on ne peut exclure non plus une origine levantine pour ce type de cruche.

40 Type 9 : Ces diverses cruches ( 71-86) ont été répertoriées sous le même type car leur forme complète est indescriptible, mais elles possèdent toutes une caractéristique commune : un fond annulaire, avec un diamètre compris entre 6 et 11,4 cm (9,2 cm en moyenne). Il s’agissait vraisemblablement de cruches monoansées, avec des bords et des cols de forme différente, ainsi que des panses cannelées ou non. Parmi les argiles utilisées pour la fabrication de ces cruches à fond annulaire, quatre ont pu être identifiées, ce qui a permis de déterminer l’appartenance de quelques fragments de bords, de panses ou d’anses à cette forme :

  • argile n o 1( 71-74) : argile de couleur orangée, sableuse et assez fine, contenant quelques inclusions de calcite, en général assez fines ;

  • argile n o 2 ( 75-76) : argile de couleur rosée, assez grossière, rugueuse, contenant de nombreuses inclusions de quartz, de calcite et de fines particules de mica ;

  • argile n o 3 ( 77-78) : argile de couleur orange vif, sableuse, contenant de nombreuses inclusions très diverses (principalement quartz, calcite et nodules ferreux), parfois de grande dimension. Cette argile est très proche de celle des cruches de Type 4, mais leur forme est différente car le fond est ici bien marqué par un bourrelet ;

  • argile n o 4 ( 79-81) : argile de couleur beige-grisâtre, fine, assez pure et légèrement micacée.

  • 72 . Voir supra, II.2.1.

41Comme mentionné précédemment, à ces exemplaires s’ajoutent une série de vases ( 97-110) dont l’état fragmentaire ne permet pas de déterminer avec certitude s’il s’agit de cruches de Type 9 ou de vase à eau à anse de panier de Type 3 72.

Divers

42Outre trois fragments de bords de bols ( 111-113), on peut noter la présence de la partie inférieure d’un grand vase à fond plat convexe et à paroi verticale ( 114 ; fig. 31). La forme générale de ce vase pourrait faire penser à celle d’une bassine, mais les parois se rétrécissent dans la partie supérieure conservée, ce qui nous invite à pencher pour une identification avec un conteneur fermé. Il pourrait s’agir d’une grande cruche, d’une jarre ou d’une bouilloire ( ?) ; mais aucun parallèle précis n’a pu être trouvé.

Les céramiques culinaires

43Les céramiques culinaires sont proportionnellement beaucoup moins nombreuses (12,1 %). Elles comptent essentiellement des marmites de formes diverses, ainsi que quelques plats et pots à cuire ( tabl. 3).

Marmites

  • 73 . Pl.  Pétridis(n. 20), p. 60.
  • 74 . Pour toutes les références, voir Abadie-Reynal2007, p. 214-215, n (...)
  • 75 . Étienne, Braun1986, n osGa 16, (...)

44 Type 1 : Cette première forme de marmites est la plus représentée dans le lot provenant du puits ( C1-C18 ; fig. 32-33). Elles correspondent à des vases à cuire de taille moyenne, profonds, de forme plus ou moins globulaire, la panse ayant parfois des parois presque verticales. Ces marmites possèdent une ouverture large terminée par une lèvre montante en méplat, de section triangulaire. Deux petites anses verticales en « S », rubanées, lisses ou parfois légèrement nervurées, prennent appui sous la lèvre et se rattachent au départ de la panse. Cette dernière est légèrement côtelée sur toute sa hauteur. Le fond de ces marmites est arrondi, souvent légèrement aplati à l’extérieur et en spirale rentrante ou avec petit ombilic central à l’intérieur. L ’un de ces vases ( C18) présente une forme identique, mais est d’un module plus petit, avec une ouverture plus étroite. Comme le souligne Pl. Pétridis, ces petites marmites étaient peut-être davantage utilisées pour la préparation de portions individuelles ou d’aliments complémentaires tels des sauces, tandis que les marmites de taille moyenne pouvaient servir à une préparation pour plusieurs personnes 73. Des traces de calcination sont visibles sur les parois externes et internes de la plupart des exemplaires. Cette forme de marmites est très courante dans l’ensemble du bassin égéen et est attestée entre autres à Athènes, Argos, Sparte, Isthmia, Thasos, Démétrias, Cnossos, Gortyne, ou encore Éphèse. Elle fait son apparition à Athènes, Argos et Cnossos dans la première moitié du ii e s. apr. J.-C., et constitue, à partir du milieu du ii e s. et jusqu’au iii e s. apr. J.-C., la forme prédominante des vases à cuire dans le bassin égéen 74. Ces marmites semblent disparaître ensuite progressivement au cours de la seconde moitié du iii e s. apr. J.-C. À Ténos, trois marmites de ce type ont été retrouvées dans le Sanctuaire de Poséidon et Amphitrite, dans des contextes datés respectivement de la première moitié du ii e s. apr. J.-C. et du milieu du iii e s. apr. J.-C. 75.

  • 76 . Pour toutes les références, voir Abadie-Reynal2007, p. 216, n (...)
  • 77 . Abadie-Reynal2007, p. 217.

45 Type 2 : La forme de ces vases à cuire ( C19-C21 ; fig. 33) est très proche de la précédente, dont elle semble dériver. Ces marmites sont néanmoins légèrement plus profondes et plus globulaires. Elles se distinguent surtout par leur lèvre descendante, déversée vers le bas, dont la surface supérieure n’est non pas plane mais légèrement concave. Les argiles utilisées pour la confection de ces marmites dénotent vraisemblablement des origines différentes de celles des marmites de type 1, à l’exception de la marmite C21. Cette forme semble plus tardive ; elle est attestée à Argos, Corinthe, Isthmia, Kenchreai, Démétrias, Cnossos, Bérénice, ou encore Éphèse, dans des contextes datant presque uniquement du iii e s. apr. J.-C. 76. La question se pose néanmoins de savoir si cette forme continua d’être utilisée au iv e s. apr. J.-C., ce qui fut peut-être le cas à Argos, mais les arguments précis pour le confirmer manquent 77.

  • 78 . Ladstätter 2010 , n oA-K 705, p (...)

46 Type 3 : Seule la partie inférieure de cette marmite est conservée ( C22 ; fig. 33). Elle se distingue des types précédents par son fond large et plat, portant des cercles concentriques incisés, très marqués, et par sa forme globulaire plus prononcée, assez large. Une marmite de forme similaire a été retrouvée à Éphèse dans un contexte daté des environs de 230 apr. J.-C. 78.

  • 79 . Pour toutes les références, voir Abadie-Reynal2007, p. 215-216, n (...)

47 Type 4 : Ces marmites ( C23-C25 ; fig. 34), parfois appelées aussi faitouts ou lopades, se distinguent des précédentes par leur panse carénée, cannelée sous la carène et lisse au-dessus, et par leur plus faible profondeur. Leur bord est terminé par une lèvre montante en méplat et leur fond est bombé. Deux petites anses verticales en « S », rubanées, prennent appui sous la lèvre et se rattachent au départ de la carène. Des traces de calcination sont visibles sur les parois externes et internes de ces marmites. Les trois exemplaires provenant de Délos sont fabriqués dans trois argiles différentes. Cette forme de marmites est très courante dans l’ensemble du bassin égéen et est attestée entre autres à Athènes, Argos, Sparte, Corinthe, Isthmia, Démétrias, Cnossos ou encore Éphèse. Tout comme les marmites de Type 1, elles font leur apparition à Athènes et à Argos au cours de la première moitié du ii e s. apr. J.-C., sont surtout utilisées pendant les ii eet iii e s. apr. J.-C., et semblent disparaître au cours de la seconde moitié du iii e s. apr. J.-C. 79. Les exemplaires provenant de Délos sont très proches de ceux trouvés sur l’Agora d’Athènes (K 93) et à Éphèse, ce qui nous conduirait à les dater plutôt du iii e s. apr. J.-C.

48Par ailleurs, on peut isoler au moins quatre argiles différentes ayant servi à la fabrication de ces marmites :

  • argile n o 1( C1, C5, C8-C11, C13, C17, C21, C23) : argile la plus représentée, de couleur orangée et plutôt grossière, contenant de très nombreuses inclusions de calcite parfois de taille assez importante, de petits grains de quartz et quelques particules grises de petite taille ;

  • argile n o 2 ( C4, C7, C14, C18, C24) : argile de couleur orange vif à rouge brique, contenant également des inclusions de calcite en grand nombre, mais de facture beaucoup plus fine ;

  • argile n o 3 ( C2, C3, C22, C25) : argile de couleur rosée à brune, relativement fine et beaucoup plus pure, contenant de très fines inclusions essentiellement de calcite ;

  • argile n o 4 ( C6, C12, C15, C16) : argile grésée, de couleur orangée, fine et dure, contenant de nombreuses et très fines inclusions de calcite.

Plats à cuire

  • 80 . Pour toutes les références, voir Abadie-Reynal2007, p. 219, n (...)
  • 81 . Voir par exemple à Athènes, Robinson1959, n osK89-K91 (...)

49 Type 1 : Ces grands plats à cuire ( C26-C30 ; fig. 34), de faible hauteur et à large ouverture, sont caractérisés par un bord à grande lèvre montante en méplat souligné, à sa jonction avec la paroi, à l’intérieur, par un ressaut. Leur fond est plat. Ils pouvaient être couverts d’un couvercle rond à bouton creux ( C31-C32) marqué par des cercles concentriques. La pâte de ces plats est assez grossière. Ce type de plats à cuire apparaît au cours de la seconde moitié du ii e s. apr. J.-C. à Cnossos et à Corinthe 80. Mais ils semblent surtout utilisés au cours du iii e s. apr. J.-C., comme le montrent les exemples d’Athènes, d’Argos, de Cnossos, de Thasos, de Démétrias ou encore d’Éphèse 81, dont le profil est plus proche des exemplaires provenant du puits du Prytanée. Cette forme disparaît au début du iv e s. apr. J.-C. Au vu des caractéristiques de la pâte, ces plats pourraient être d’origine anatolienne.

  • 82 . Athènes : Robinson1959, n oJ 22, p. 53 et pl. 72 (dé (...)

50 Type 2 : La forme de ce plat à cuire ( C33 ; fig. 34) est très proche de la précédente, mais son bord se distingue par une lèvre plus large, en méplat et à gorge, souligné, à sa jonction avec la paroi, sur sa face supérieure, par un ressaut. Ce plat était également doté d’une ou de deux anses, dont seul le départ supérieur sur le bord est conservé. Cette forme, dotée d’anses ou non, n’est à ce jour attestée qu’au iii e s. apr. J.-C. à Athènes, Argos, ou encore Éphèse 82.

Pot à cuire

51Seule la partie supérieure fragmentaire d’un pot à cuire ( C34 ; fig. 34) est conservée. Le col court et cylindrique est terminé par une large lèvre en bandeau quadrangulaire. Une anse de section ovale est rattachée au col ; il faut peut-être restituer une deuxième anse en vis-à-vis, comme pourrait le laisser penser la présence dans le lot d’un autre fragment d’anse similaire ( C35).

Les lampes

  • 83 . Pour un parallèle strict, voir J.  Perlzweig, The Athenia (...)
  • 84 . Ph.  Bruneau(n. 6), p. 136-137, n os 4666-4670 et pl. 32. (...)

52Le remplissage du puits contenait enfin quelques fragments d’ unguentaria ( 118-119), de réchaud ( 120) et de lampes ( L1-L5) ( tabl. 4). Parmi les lampes, seule une est assez bien conservée pour être identifiée. Cette lampe ronde ( L1 ; fig. 35) possède un bec arrondi délimité par deux rainures et une large bordure ornée de quatre séries de deux « S », interrompues par quatre « panneaux ». Son médaillon, entouré de deux anneaux, est décoré d’un motif central représentant un chien dressé sur ses pattes, tourné vers la gauche, dont le pelage est bien marqué. Deux autres exemplaires strictement identiques de cette lampe attique ont été retrouvés à Athènes et à Corinthe, permettant de dater la lampe provenant du puits de manière assurée de la fin du iii eou du début du iv e s. apr. J.-C. 83. À Délos, quelques autres lampes attiques du même type et datant de la même période ont été retrouvées ; mais on ignore la plupart du temps leur contexte de trouvaille 84. En ce qui concerne le fragment de lampe L3, les caractéristiques de son argile permettent de déduire une origine corinthienne, tandis que celles de l’anse L2 dénotent une probable origine de l’Égée orientale, sans qu’il ne soit possible d’aller plus loin dans l’identification.

Tableau 4

Catégorie Type Bords Anses Fonds Panses Total NMI Chronologie
Lampes attique / / / 1 1 1 fin III e-début IV es. apr. J.-C.
corinthienne / 1 / / 1 1 indéterminée
Égée orientale / 1 / / 1 1 indéterminée
indéterminées / 2 / / 2 2 indéterminée
TOTAL 5
Varia unguentaria / / 2 / 2 2 indéterminée
réchaud / / / 1 1 1 I ers. av. J.-C.
TOTAL 3

Lampes et autres fragments divers provenant du puits du Prytanée (NMI = 8).

Mise en perspective historique et remarques interprétatives

53Grâce à l’étude de ce mobilier céramique, quelques remarques interprétatives – qui ne tendent en aucun cas à l’exhaustivité – peuvent être proposées, éclairant ainsi un pan de l’histoire délienne trop souvent oublié ou laissé de côté.

Datation du comblement du puits et agglomération délienne au Bas-Empire

  • 85 . Voir par exemple J.  Marcadé, BCH 77 (1953), p. 599-600 ( (...)

54D’autres puits et citernes déliens ont été fouillés et ont livré divers ensembles de céramiques 85, mais le matériel du puits du Prytanée se distingue clairement par le fait qu’il est beaucoup plus tardif que ce qui a été jusqu’à ce jour publié à Délos. L ’essentiel de la céramique étudiée ici est en effet chronologiquement très homogène : mis à part quelques rares fragments résiduels remontant à l’époque hellénistique, la quasi-totalité du matériel date de l’époque impériale ( i er s. av. J.-C. – début du iv e s. apr. J.-C.), avec une importance toute particulière – pour les formes qui ont pu être datées – des ii eet iii e s.  apr. J.-C. Comme nous avons affaire à un contexte clos, le matériel le plus tardif permet de fixer un terminus post quem pour le comblement. En cela, la présence, dans le lot, de fragments d’amphores du type Agora F 65-66 – dans leur évolution tardive ( A30-A48), Kapitän 2 ( A24) et Agora L 30 ( A136-A137), permet de déduire que le puits n’a pas été comblé avant la fin du iii e s. apr. J.-C., et qu’il le fut même plus probablement au cours des premières décennies du iv e s. apr. J.-C. La présence de la lampe attique ( L1), des cruches de Type 2 ( 56) et de Type 7 ( 68), de la monnaie probablement encore en usage au iii e s. apr. J.-C., et l’abondance de marmites et plats à cuire datant du iii e s. apr. J.-C., ne font que confirmer cette datation. Ces objets invitent par ailleurs à se demander si certaines pièces du Prytanée, déjà désaffecté, n’avaient pas été réoccupées et transformées en habitat à cette époque.

  • 86 . Pour l’étude de ces puits, avec toutes les références, voir J.-Ch. Moretti, M (...)
  • 87 . E.  Le Quéré(n. 2), p. 276-277 et pl. 28 ; Ead (...)
  • 88 . Voir sur ce point E.  Le Quéré(n. 2), p. 273-277.
  • 89 . E.  Le Quéré (n. 87), p. 139-147 .
  • 90 . Sur l’aqueduc, voir J.-Ch. Moretti, M.  Fincker(n. 86), p (...)

55De telles remarques chronologiques ne sont pas sans intérêt pour l’histoire de ce secteur de la plaine du Sanctuaire d’Apollon, et plus généralement pour la question de l’alimentation en eau de Délos à l’époque impériale. Les puits étaient nombreux dans cette partie de l’île : pas moins de onze puits ont été retrouvés et fouillés dans la plaine du sanctuaire, certains ayant été rebouchés depuis 86. Comme l’a montré une étude récente, la plupart de ces points d’eau furent comblés vers la même époque, voire tous en même temps 87. Ce constat est d’autant plus étonnant que cette date correspond peu ou prou à l’installation d’une importante agglomération urbaine à l’emplacement du Hiéron, dont les besoins en eau devaient être accrus en comparaison de ceux du début de l’époque impériale 88. On allait donc chercher l’eau ailleurs, ou on la faisait venir d’ailleurs. Par conséquent, on a pu se servir des puits du sanctuaire comme de fosses-dépotoirs, à la fois pour « faire place nette » et débarrasser l’espace de tous les objets et blocs dont on ne servait plus, et pour « augmenter la surface constructible » : une fois les puits comblés, des édifices pouvait venir s’implanter par-dessus, dans un secteur qui fut transformé en quartier d’habitation et densément réoccupé à la fin de l’époque impériale et à l’époque protobyzantine 89. Notons par ailleurs qu’exactement à la même époque (pas avant le iii e s. apr. J.-C.), un aqueduc, récemment mis en évidence, fut construit : constitué d’une conduite maçonnée large d’environ 60 cm, il trouvait son origine dans le réservoir inférieur de l’Inopos et alimentait par le moyen de châteaux d’eau la partie basse du Quartier du Théâtre et le secteur de l’Agora de Déliens, ainsi que les deux vastes édifices thermaux qui s’y étaient implantés 90. Un tel système d’approvisionnement en eau apparaît pour la première fois à Délos. Il ne semble donc pas fortuit que le comblement des puits de la plaine du sanctuaire, la mise en place d’un réseau d’eau courante à Délos et la construction de thermes soient exactement contemporains.

De l’usage de la céramique commune et de l’absence de céramique fine

56En ce qui concerne la fonction et l’utilisation des divers vases provenant du puits, à l’examen des différents tableaux de comptage du mobilier, trois remarques s’imposent. D’une part, les fonds de vases de céramique commune et d’amphores sont beaucoup plus nombreux que les bords, alors qu’il n’en va pas du tout de même pour la céramique culinaire. C’est particulièrement le cas pour les cruches et les vases à anse de panier, qui constituent par ailleurs le mobilier le plus abondant du puits. Un tel constat est vraisemblablement à mettre en rapport avec la fonction et l’usage du puits, puisqu’il s’agit essentiellement de vases servant à puiser, verser ou reverser l’eau. D’autre part, comparativement, le matériel amphorique comporte davantage de fragments résiduels remontant à la fin de l’époque hellénistique et au début de l’époque impériale, tandis que les vases communs et surtout culinaires sont plus homogènes, la majorité datant des ii eet iii e s. apr. J.-C. Enfin, il faut noter l’absence totale, à l’exception de quelques fragments de lampes et d’ unguentaria, de céramique fine dans ce dépôt. Nous proposons ici quelques observations éclairant chacun de ces trois points :

    • 91 . Voir supra, n. 53. Pour d’autres hypothèses sur les usages possibles de ces vases (paniers pour t (...)
    • 92 . Même observation pour les vases d’époque tardo-hellénistique à Athènes : cf. S. I.  (...)
    • 93 . Voir aussi les remarques de P.  Chatzidakis (n. 5), p. 46-47. (...)
    • 94 . Y.  Kourayos, E.  Hasaki(n. 53), p. 474, fig. 22- (...)
    • 95 . Voir Cl.  Prêtre(n. 11), p. 261-271.

    Les vases à anse de panier déliens ont tous sans exception été retrouvés lors de fouilles de puits ou de citernes : ils sont donc très vraisemblablement à mettre en rapport avec le puisage de l’eau 91. La trace laissée par la corde sous l’anse du vase 1 est un indice supplémentaire de cet usage. Aucun de ces vases ne présente de traces de poix ou d’autres résines, ce qui tendrait à prouver qu’ils n’étaient utilisés que pour puiser l’eau, et non pour la stocker, pas même à court terme 92. L ’anse constituait la partie la plus fragile de ces pots et pouvait casser très facilement sous le poids de l’eau ou rester attachée à la corde, tandis que le fond tombait dans le puits 93 : toutes les anses de panier retrouvées dans le puits du Prytanée sont en effet brisées en leur milieu. C’est sans doute à cette fragilité que le potier a tenté de remédier en soudant fortement la lèvre et l’anse dans la forme donnée aux vases de Type 2 ( 2-24). De même, à Paros, les potiers ont inventé un système ingénieux de moules semi-circulaires en terre cuite servant à façonner les anses de panier des vases, preuve là encore de la difficulté à réaliser cette partie des pots 94. Les vases aux anses brisées pouvaient cependant être réutilisés en remplaçant l’anse par une corde passée dans deux trous percés de part et d’autre, sous la lèvre, comme cela est attesté sur quelques exemplaires déliens. Il en va de même pour les cruches, qui pouvaient dans certains cas être utilisées pour puiser directement l’eau, et sur lesquelles on retrouve parfois le même système de corde pour remplacer l’anse brisée (cruches 59 et 64). Certains pots ont donc pu tomber au fond du puits encore à l’époque de son utilisation, mais seulement très peu de temps avant son comblement, qui fut réalisé en une seule fois.
    En effet, il est étonnant de ne retrouver aucun fragment appartenant à une époque antérieure, surtout lorsque l’on sait que le puits a fonctionné dès l’époque classique. Est-ce à dire qu’on utilisait aux époques précédentes uniquement des seaux en bois et en métal pour puiser l’eau ? Cela semble peu vraisemblable, d’autant plus que plusieurs vases à anse de panier d’époque hellénistique ont été retrouvés à Délos. En réalité, on devait nettoyer régulièrement les puits, ce qui expliquerait aussi la quasi-absence dans le lot de matériel résiduel antérieur à l’époque hellénistique tardive. En outre, la stèle portant la Tabula délienne de 168 av. J.-C., également retrouvée dans le puits, était en bon état 95 : elle devait donc se trouver encore à l’abri dans l’une des pièces du Prytanée ou en remploi dans une construction ultérieure, tout comme les restes divers de matériel d’époque hellénistique, tels les fragments de statues et de la base moulurée. Il est peu vraisemblable que ces objets aient été jetés avant le nettoyage final du secteur, au risque en outre de boucher le puits. Tout concourt donc à affirmer que ce dépôt ne s’est pas formé par accumulation graduelle, mais qu’il est bel et bien le résultat d’un comblement fait à un moment donné.

    • 96 . Pour des exemples de réutilisations d’amphores pour stocker différentes denrées (orge, blé, lenti (...)

    Par ailleurs, les fragments d’amphores remontant à une époque antérieure au ii e s. apr. J.-C. sont en beaucoup plus grand nombre que ceux de céramiques communes et surtout de céramiques culinaires. À ce constat, plusieurs explications sont possibles : soit les amphores les plus anciennes ont été jetées dans le puits avant son comblement ; soit – hypothèse la plus vraisemblable – elles ont été réutilisées comme conteneurs d’autres denrées dans les édifices alentour et ont ainsi traversé des décennies voire des siècles avant d’être jetées avec le reste dans le puits 96. Les amphores ont même éventuellement pu être réutilisées comme conteneur à eau, au même titre que les cruches ou les vases à anse de panier, ce qui expliquerait leur longévité d’utilisation et le fait que l’on retrouve là encore beaucoup plus de fonds que de bords dans le lot.

    • 97 . H.  Meyza, A.  Peignard-Giros, « The sigillata of (...)
    • 98 . A.  Peignard-Giros(n. 1), p. 422-432.
    • 99 . C.  Abadie-Reynal, « Céramique et commerce dans le bassin égéen du (...)
    • 100 . Étienne, Braun1986, p. 220-231. (...)
    • 101 . À Sardes : M. L.  Rautman, « Two Late Roman Wells at Sardis », (...)

    Enfin, il convient de s’interroger sur l’absence complète de céramique fine dans ce dépôt, alors qu’à cette époque elle est abondante ailleurs en Égée. Est-ce à dire que les Déliens n’importaient plus de céramique fine sous l’Empire, ou qu’ils ne la jetaient pas ? Alors qu’au début du i er s. av. J.-C., l’ESA et la céramique « pergaménienne » étaient encore bien présentes sur l’île d’Apollon aux côtés de bols à reliefs 97, la place de Délos dans le commerce et les courants d’échanges de cette céramique fine d’origine orientale a pu décliner sous l’Empire. Quelques fragments d’ESA et d’ESB datant de la fin du i er s. av. J.-C. et du tout début du i er s. apr. J.-C. ont été récemment identifiés à Délos, mais ils ne représentent en tout et pour tout qu’une quinzaine de fragments 98. En cela toutefois, la situation délienne ne semble en rien différente de celle des îles qui l’entourent. En effet, pour ce qui est de la céramique fine d’époque impériale romaine, les Cyclades forment exception dans le paysage égéen général : l’ Eastern Sigillata(ESA, ESB, ESC) y est présente, mais en petite quantité en comparaison des autres régions égéennes, tandis que les sigillées chypriote et italienne sont quasi absentes des îles, contrairement à la Crète et à la Grèce centrale où ces types de céramiques fines sont très bien représentés 99. La constatation est exactement la même à Ténos : alors que l’ESA est bien présente dans les contextes de la fin du ii eet du début du i er s. av. J.-C., elle disparaît totalement, tout comme les bols à reliefs, à partir du milieu du i er s. av. J.-C., pour réapparaître en quantité moindre au i er s. apr. J.-C., aux côtés de quelques rares formes d’ESB et ESC à partir du ii e s. apr. J.-C. 100. Il conviendrait néanmoins de nuancer ces premières observations et ce panorama général par des études plus précises de la céramique fine d’époque impériale dans les Cyclades.
    À cette remarque d’ordre géographique et relevant vraisemblablement des courants d’échanges commerciaux dans lesquels les Cyclades se trouvaient impliquées ou non au cours des premiers siècles de l’Empire, s’ajoute peut-être une explication tenant au contexte propre du dépôt : celui d’un comblement de puits. Pour les époques impériale et protobyzantine en effet, lorsque de tels dépôts sont publiés en entier, il appert généralement qu’en dehors des lampes et des unguentaria, ils ne comprennent proportionnellement que très peu de céramique fine et presque jamais de formes complètes, comme le montrent les exemples de Sardes, Argos ou encore Amathonte 101. L ’absence totale de céramique fine dans le puits de Délos, alors qu’il contient quelques fragments de lampes et de bols, reste néanmoins quelque peu mystérieuse.

Amphores, échanges et commerce à Délos à l’époque impériale

57Il est bien évident qu’aucune conclusion tranchée ni définitive sur l’histoire économique délienne à l’époque impériale ne peut être tirée de la seule étude du matériel amphorique provenant du puits du Prytanée, qui n’est en fait constitué que de 90 individus (NMI). D’autant plus que l’absence de céramique fine, habituellement très abondante en cette époque dans le bassin égéen, empêche de travailler de manière précise sur une éventuelle évolution des courants d’échanges à Délos en ces siècles tardifs. Mais en l’absence d’autre matériel disponible pour cette époque, une telle analyse permet néanmoins d’avancer quelques hypothèses quant à la datation, l’origine et le contenu de ces amphores, et vient entièrement bouleverser le paysage du matériel amphorique jusqu’à présent identifié à Délos.

  • 102 . Deux projets sur ce sujet sont actuellement en cours, l’un sous la direction de N. Badoud dans le (...)
  • 103 . Empereur1982, p. 109.
  • 104 . Empereur1982, p. 110. Voir aussi A.  Tchernia, (...)
  • 105 . A.  Tchernia(n. 104), p. 74-75. Sur la diffusion des amphores italiques en Or (...)

58Aucune synthèse sur les amphores trouvées à Délos n’a encore vu le jour 102. Cependant J.-Y. Empereur, dans son mémoire inédit sur les amphores complètes de l’île, rappelle la part écrasante des amphores italiennes (apuliennes et campaniennes), qui représentent plus de 63 % de l’ensemble, contre seulement 25 % d’amphores grecques 103. Un tel constat ne saurait étonner outre mesure puisque les Dressel 1 – relativement rares ailleurs en Égée – et les Lamboglia  2 sont de loin les amphores les plus nombreuses trouvées sur le sol délien 104. L’importante quantité de vin italien à Délos à l’époque tardo-hellénistique est bien évidemment liée à la présence des Ῥωμαῖοι, qui le faisaient venir d’Apulie non seulement pour le boire, mais aussi pour le revendre 105.

  • 106 . Empereur1982, p. 28, p. 55 et p. 107.
  • 107 . Empereur1982, p. 55 : « 3 fragments d’une amphore tardive côtelée. Terre roug (...)
  • 108 . Empereur1982, p. 107 et pl. XLIII, fig. 3 (musée de Délos, n (...)
  • 109 . Musée de Délos, n o TD7568 (H. cons. 41 cm ; diam. panse 23,9 cm). Voir (...)
  • 110 . Grace1979, fig. 66 (n oP 25183). Voir A.  (...)
  • 111 . Empereur1982, p. 106 et pl. XLIII, fig. 2 : col d’amphore interprétée à tort (...)

59Par ailleurs, les amphores d’époque impériale répertoriées jusqu’alors à Délos n’étaient qu’au nombre de trois 106 : une amphore probablement du type Agora F 65-66, retrouvée dans la Maison de Fourni, dans un contexte du début du iv e s. apr. J.-C. 107 ; un col d’amphore du type Pompeii 5, portant deux graffites (MYΓ ligaturés et ΜΘ) 108 ; et une petite amphore retrouvée dans l’Ilot des Bronzes. D’après la description que
J.-Y. Empereur fait de cette dernière 109, il pourrait s’agir d’une amphore de même type que celle provenant de l’Agora d’Athènes, datée de la fin du iii eou du début du iv e s. apr. J.-C., et dont A. Opaiţ donne des parallèles trouvés en Scythie 110. Il faut ajouter à ce nombre un col de Crétoise 4, retrouvé à Délos lors des fouilles du début du xx e siècle 111. C’est donc dire l’importance que revêtent les fragments provenant du puits, qui viennent en partie combler une grande lacune dans notre connaissance du matériel amphorique « tardif » délien.

60En effet, mis à part quelques fragments résiduels datant du début de l’époque hellénistique (2 %), les amphores datant des ii e et i er s. av. J.-C. sont quantitativement peu nombreuses (19 %) ( fig. 13). En revanche, près de 75 % du matériel amphorique provenant du puits est à dater de l’époque impériale romaine — c’est-à-dire entre la fin du i er s. av. J.-C. et le iv e s. apr. J.-C. —, traditionnellement considérée comme une période de déclin et de désertion à Délos. En outre, les amphores italiennes ne représentent que 8 % des fragments, tandis que les importations égéennes — et en particulier de Crète, de Chios, d’Éphèse, de Cos, de Cnide et de Rhodes — dominent très largement le tableau (76 %) ( fig. 14). Certaines amphores proviennent même de régions éloignées telles que la Cilicie ou même la Phénicie (7 %).

Fig. 13

Fig. 13

Répartition chronologique du matériel amphorique provenant du puits (NMI = 90).

  • 112 . Voir les remarques méthodologiques de S.  Lemaître (n 1 (...)
  • 113 . C.  Abadie-Reynal(n. 99), p. 145.
  • 114 . K. W.  Slane, Corinth XVIII.2 : The S (...)
  • 115 . Étienne, Braun1986, groupes Eb-H.

61Comme l’on pouvait s’y attendre, le bilan dressé pour le matériel amphorique n’est plus du tout le même que pour la fin de l’époque hellénistique : en effet, Délos cesse d’être une exception — si tant est qu’elle le fût en ce qui concerne les importations amphoriques 112 — et présente à l’époque impériale un faciès qui semble relativement commun aux autres cités égéennes. À Argos par exemple, parmi les amphores impériales provenant de dépôts clos à la fin du iii eou au début du iv e s. apr. J.-C., près de 90 % des types identifiés sont également originaires du bassin égéen 113. À Corinthe, la part des amphores égéennes est également très importante 114. À Ténos enfin, tous les fragments d’amphores d’époque impériale provenant du Sanctuaire de Poséidon et d’Amphitrite sont d’origine égéenne 115.

  • 116 . Robinson1959, groupe J, couches I-III (29 %) ; groupe M, couches II-VIII (25  (...)
  • 117 . R.  Étienne, M.-A.  Zagdoun, BCH 100 (...)
  • 118 . S.  Ladstätter, « Keramik », dans H.  Thür(éd.), (...)
  • 119 . K. W.  Slane(n. 114), p. 108.
  • 120 . Voir les remarques de Hayes1983, p. 141 et Type 49, p. 157-158, fig. 26 ; L.  (...)
  • 121 . C.  Abadie-Reynal (n.  99), p. 147-148.

62À l’examen des tableaux quantitatifs, plusieurs remarques s’imposent : sur les 90 individus dénombrés, 24 sortes d’amphores différentes ont pu être identifiées. Cela explique que 19 types ne soient représentés que par un ou deux individus — ce qui est par ailleurs tout à fait attendu dans un contexte de comblement —, et que seuls six types comprennent quatre individus ou plus. Parmi eux, deux catégories se distinguent tout particulièrement. Il convient en effet de noter la très forte proportion des amphores « tardo-cnidiennes » (33 %), ainsi que l’importance quantitative des amphores Agora F65-66 (11 %, soit 14 % des amphores d’époque impériale). La forte proportion de ce dernier type se rencontre aussi sur l’Agora d’Athènes, où ces amphores représentent plus de 25 % de l’ensemble des amphores publiées pour le ii e, le iii eet la première moitié du iv e s. apr. J.-C. 116et forment l’un des types les plus répandus. À Ténos, parmi les quelques fragments d’amphores retrouvés dans le Sanctuaire de Poséidon et d’Amphitrite, dans des contextes datables du i er au début du iii e s. apr. J.-C., le type Agora F 65-66 occupe la première place (37,5 %) 117. À Éphèse, comme on peut s’y attendre, ce type est surreprésenté en contexte domestique (de 38 à 51 % en fonction des habitations) 118. À Corinthe, les amphores Agora F 65-66 forment, avec les Kapitän 2, les deux types les plus représentés dans le sanctuaire de Déméter et Korè 119. À Knossos en revanche, ces amphores, bien que présentes dans des contextes allant du milieu du ii eau début du iv e s. apr. J.-C., sont exceptionnellement rares (1,1 %) 120. Enfin, C. Abadie-Reynal note que les amphores de type Agora F 65-66 sont encore rares à Argos à la fin du iii e s. apr. J.-C., mais que leur importation se développe considérablement au cours du iv e s. apr. J.-C. » jusqu’à constituer à la fin de cette période, selon les groupes, entre 30 et 50 % du matériel amphorique » 121.

  • 122 . Étienne, Braun1986, n oEb 17 ( (...)
  • 123 . S.  Ladstätter (n. 118), n osK 344, p. 300, pl. 169 et K  (...)
  • 124 . Empereur1982, p. 4 et p. 109-110. Voir aussi P.  Chatzida (...)

63En revanche, en l’état actuel de notre documentation, la très forte proportion du type tardo-cnidienne (ou Pompeii 38) semble plus insolite. À Ténos, seul un fragment d’amphore cnidienne a été retrouvé dans le sanctuaire 122, mais aucun du type dans son évolution plus tardive. À Éphèse, on dénombre seulement un fragment de cnidienne et deux fragments de tardo-cnidienne sur un total de 140 fragments d’amphores 123. Sur l’Agora d’Athènes, aucun de ces deux types n’est représenté parmi les amphores publiées par H. S. Robinson, ni non plus à Argos, parmi la céramique romaine publiée par C. Abadie-Reynal. Pour expliquer ce phénomène, peut-être peut-on évoquer une continuité d’importation et de consommation du vin de Cnide, empruntant des voies de commerce et de circulation passant par Délos, selon une tradition bien établie depuis la fin de l’époque hellénistique. En effet, les amphores cnidiennes sont déjà relativement bien représentées dans le lot provenant du puits (7 NMI). Rappelons néanmoins combien il est difficile et hasardeux de tirer quelque conclusion que ce soit quant à l’évolution des échanges et du commerce délien à partir du seul matériel amphorique. Les amphores cnidiennes ne forment par exemple qu’un peu plus de 3 % des amphores complètes étudiées par J.-Y. Empereur, mais 61 % des anses timbrées 124. Tenons-nous en à souligner que les amphores vinaires sont bien représentées (environ 60 % des amphores d’époque impériale), et que l’on continuait donc en cette époque « tardive » à importer à Délos du vin et d’autres denrées, parfois de très loin (Cilicie, Phénicie).

  • 125 . Robinson1959, n osG 197,  m102 et J 2 (...)
  • 126 . Étienne, Braun1986, n oGa 24 (premièr (...)
  • 127 . Marangou-Lerat1996, p. 70 et pl. XLI, carte 6.

64On remarquera à ce propos que les importations crétoises occupent une place non négligeable (6 NMI). C’est également le cas à Athènes, où la proportion d’amphores de type Crétoise 1 retrouvées sur l’Agora est importante, tout comme à Érétrie, Argos ou Ithmia 125. En revanche à Ténos par exemple, seul un fragment d’amphore crétoise (Crétoise 1) a été retrouvé dans le Sanctuaire de Poséidon et d’Amphitrite, tandis qu’à Éphèse on ne dénombre qu’un fragment de Crétoise 1 sur un total de 140 amphores 126, et il en va de même au Pirée, à Corinthe, à Thèbes ou encore à Milet. Le nombre des trouvailles déliennes est donc loin d’être dérisoire. Comme le note A. Marangou-Lerat, en l’état actuel de nos connaissances et au vu du nombre d’exemplaires trouvés sur les sites d’importation en Orient et en Occident, la zone de commercialisation du vin crétois contenu dans ces amphores se limitait à la Méditerranée centrale, « avec comme pôle d’attraction principal la côte tyrrhénienne entre Rome et la péninsule de Sorrente » 127. Ces amphores sont en effet quasi absentes de la partie orientale du bassin égéen. Il n’est pour l’instant guère possible de pousser l’analyse au-delà de ces premières constatations, mais elle montre que Délos était sans doute intégrée d’une manière ou d’une autre dans un réseau de diffusion du vin crétois au cours des premiers siècles de l’Empire.

  • 128 . Sur le trésor monétaire d’époque constantinienne trouvé à Délos et la probable installation d’une (...)

65Ces divers témoignages prouvent en tout cas que les Déliens n’avaient pas cessé tout échange au cours des premiers siècles de notre ère, qu’il s’agisse d’échanges commerciaux réguliers ou simplement de déplacements d’individus emportant avec eux amphores et denrées diverses : on sait par exemple que des garnisons occupèrent l’île à différentes reprises sous l’Empire 128.

Une production délienne ?

66Enfin, un des problèmes principaux posés dans l’étude de cet ensemble de céramiques concerne bien évidemment l’origine du matériel et la détermination de son lieu de production, qu’elle soit locale, régionale, égéenne ou même méditerranéenne. La production et la circulation des céramiques communes dans les Cyclades – et plus généralement dans le bassin égéen – à l’époque impériale, restent encore très mal connues, en particulier en raison de l’absence d’ateliers de production bien identifiés pour ce type de matériel. Toutefois, au vu de la piètre qualité et des caractéristiques de l’argile de certains vases d’usage commun retrouvés dans le puits ( 1, 57-58, 67), il ne semble pas déraisonnable de supposer qu’elle provient de quelque(s) île(s) alentour, voire de Rhénée ou de Délos même. Mais en l’absence d’analyses pétrographiques et d’éléments de comparaison dans les autres Cyclades, il n’est guère possible de proposer des hypothèses fiables.

  • 129 . W.  Déonna, La vie privée des Déliens, (...)
  • 130 . M.  Brunet, « L ’artisanat dans la Délos hellénistique : essai de bilan arché (...)
  • 131 . ID 98, B fgt. a, l. 32-34.
  • 132 . W.  Déonna (n. 129), p. 69-73  ;A. L (...)
  • 133 . A. L aumonier (n 132), p. 20-21 . (...)

67Comme le soulignait déjà W. Déonna, « une île aussi peuplée que Délos ne peut pas être privée d’ateliers céramiques qui lui fournissent les produits d’usage courants » 129. La question de savoir si Délos possédait des gisements de bonne argile plastique divise encore les chercheurs 130, mais la matière pouvait aussi être importée. On connaît l’existence de tuileries ( kerameia), confisquées à Euphantos en 375 av. J.-C. 131. Deux ateliers de coroplathes ont été repérés, l’un dans une boutique à l’angle Sud-Est de l’Agora des Italiens ( GD 52, salle 80), d’où proviennent de gros morceaux d’argile non cuite et une grande quantité de figurines et de fragments en terre cuite, l’autre dans la maison VI B du Quartier du Théâtre, où ont été retrouvés les restes d’un four, ainsi que des mottes d’argile, des moules, des boules de couleurs, quantité d’objets en terre cuite, des statuettes, des vases et des lampes 132. Deux autres ateliers devaient se trouver l’un dans le quartier immédiatement à l’Est du mur de Triarius à l’Est du Lac, l’autre dans les parages de l’Inopos 133. La quantité de moules pour des figurines de terre cuite et pour des lampes retrouvés dans ces divers édifices atteste sans conteste la fabrication de ces objets, localement, à Délos, à la fin de l’époque hellénistique. Cependant, une synthèse sur ces questions reste à faire, tout comme la poursuite des prospections à la recherche de gisements naturels d’argile et de dépotoirs céramiques sur les territoires de Délos, Rhénée et Mykonos.

  • 134 . Y.  Kourayos, S. Detoratou, ADelt, 55 (2000), p. 966-968; (...)
  • 135 . Pour une courte description de ce four, voir J.  Delorme, (...)
  • 136 . Sur les fours romains et protobyzantins dans le monde grec, voir E.  Hasaki, (...)

68Par ailleurs, dans les Cyclades, seuls deux ateliers de potiers « tardifs » ont été identifiés : l’un à Paroikia (Paros), datant du début de l’époque romaine, où cinq fours ont été fouillés 134, l’autre à Délos, où un grand four quadrangulaire est conservé dans l’angle Nord-Ouest de la pièce S de la Palestre de Granit ( GD 66) 135. Mais selon toute vraisemblance, ce dernier remonte à l’époque protobyzantine et n’est donc pas contemporain du matériel provenant du puits du Prytanée. Dans les autres îles de l’Égée, des fours de
potiers d’époque romaine et protobyzantine ont été fouillés à Chios, Rhodes, Cos, et dans différentes cités de Crète 136. Une synthèse sur le lien entre ces ateliers, leurs productions
et la circulation de ces produits reste encore à faire.

  • 137 . Sur cette expression et ce jeu de mot antique, voir Ph.  Bruneau(n. 2), p. 69 (...)

69Bien que le matériel étudié ici ne représente qu’une infime partie des céramiques qui devaient exister à Délos à l’époque impériale, il apporte la preuve, s’il en faut encore, que Délos n’avait pas cessé toute activité commerciale – ni même, peut-être, artisanale – en ces siècles où l’île est traditionnellement considérée comme déserte ( adélos) 137. Elle permet aussi d’enrichir de quelques formes, types et profils le catalogue, bien maigre il faut l’avouer, de la céramique cycladique à l’époque romaine. Encore une fois, aucune conclusion définitive ne peut être proposée ici ; mais cette analyse a le mérite d’offrir quelques premières pistes de réflexion pour une époque qui reste très mal documentée et très mal connue à Délos. Il serait donc intéressant de multiplier ce type d’études et d’entreprendre une publication systématique des amphores et de la céramique d’époque romaine, dans les îles comme dans les autres cités égéennes, si l’on veut, à l’avenir, parvenir à cerner de manière plus précise les questions liées à la production, au commerce et à la circulation de ces récipients et des denrées qu’ils contenaient. Ce sera un moyen également de mieux appréhender les habitudes alimentaires et la vie quotidienne des habitants du monde égéen sous l’Empire romain.

Haut de page

Bibliographie

Abadie-Reynal2007  = C. Abadie-Reynal, La céramique romaine d’Argos (fin du ii e  siècle avant J.-C.-fin du  iv   e  siècle après J.-C.), ÉtPélop13.

Autret2015 = C.  Autret, La vigne, le vin et les amphores en Cilicie à l’époque romaine. Production et diffusion du i er  s. av. J.-C. au iv e  s. apr. J.-C., Thèse de Doctorat inédite, Universités de Paris-Sorbonne et de Chypre.

Bruneau et al.1970 = Ph.  Bruneau, Cl.  Vatin, et al., L ’ îlot de la Maison des Comédiens, EAD27.

Eiring, Lund2004= J.  Eiring, J.  Lund(éds), Transport Amphorae and Trade in the Eastern Mediterranean. Acts of the International Colloquium at the Danish Institute at Athens (September 26-29, 2002).

Empereur1982 = J.-Y.  Empereur, Les Amphores de Délos, Mémoire inédit présenté à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres.

Empereur, Hesnard 1987  =J.-Y.  Empereur, A. Hesnard, « Les amphores hellénistiques », dans Céramiques hellénistiques et romaines2, p. 9-71.

Étienne, Braun1986 = R.  Étienne, J.-P.  Braun, Ténos I. Le Sanctuaire de Poséidon et d’Amphitrite, BEFAR 263.

GD = Ph . Bruneau, J.  Ducat, Guide de Délos, SitMon 1, 2005 (4 eéd. refondue et mise à jour).

Grace1979= V. R.  Grace, Amphoras and the Ancient Wine Trade.

Hayes1983= J. W.  Hayes, « The Villa Dionysos Excavations, Knossos: The Pottery », ABSA78, p. 97-169.

Ladstätter2010= s. Ladstätter, « Wohneinheit 1. Keramik », dans F.  Krinzinger(éd.), Hanghaus 2 in Ephesos. Die Wohneinheiten 1 und 2, Forschungen in Ephesus VIII.8, p. 172-279 et p. 530-587.

Lattara 6 = Cl.  Raynaud, « A-ORI Amphores orientales », dans M.  Py(éd.), Dicocer 1. Dictionnaire des céramiques antiques ( vii e  s. av. n. è.- vii e  s. de n. è.) en Méditerranée nord-occidentale, Lattara 6 (2 eéd. 2007), p. 69-73.

Marangou-Lerat1996 = A.  Marangou-Lerat, Le vin et les amphores de Crète de l’époque classique à l’époque impériale, ÉtCrét30.

Panella1986 = C.  Panella, « Oriente ed Occidente. I considerazioni su alcune anfore “egee” di età imperiale a Ostia », dans J.-Y.  Empereur, Y.  Garlan(éds), Recherches sur les amphores grecques, BCH Suppl. 13, p. 609-636.

Peacock, Williams 1986 = D. P. S. Peacock, D. F. Williams, Amphorae and the Roman Economy: an Introduction Guide.

Reynolds2005= P.  Reynolds, « Levantine amphorae from Cilicia to Gaza: a Typology and Analysis of Regional Production Trends from the 1st to 7th Centuries », dans J.  Esparraguera(éd.), LRCW I, p. 563-612.

Robinson1959= H. S.  Robinson, The Athenian Agora, V, Pottery of the Roman period.

Williams2005= D.  Williams(éd.), Roman Amphorae: a digital resource, University of Southampton (online), (updated 2014): DOI:10.5284/1028192

Haut de page

Annexe

Annexe - Catalogue de la céramique provenant du puits du Prytanée

Seuls les vases ou fragments significatifs sont répertoriés dans ce catalogue ; l’intégralité du mobilier – dont les centaines de fragments de panses de vases divers – apparaît dans les tableaux récapitulatifs de comptage. Les numéros d’inventaire du musée sont donnés entre parenthèses après le numéro de référence du catalogue. Les désignations numériques des couleurs correspondent au système d’identification des couleurs selon le nuancier de Munsell (cf. Munsell Soil Color Charts [1990]). Abréviations : H. = hauteur (fl. = fond-lèvre) ; diam. = diamètre (en l’absence de précision, le diamètre donné correspond toujours au diamètre externe) ; cons. = dimensions conservées ; rest. = dimensions restituées ; max. = dimensions maximales ; fr. = fragment ; sup. = supérieur(e) ; inf. = inférieur(e) ; ext. = externe ; int. = interne. Toutes les dimensions sont données en centimètres. La mention « pâte indescriptible » signifie que le vase a été restauré avant étude et qu’il n’a par conséquent pas été possible d’en étudier l’argile.

Amphores a

Lamboglia 2

A1. (909) Deux fr. jointifs de l’épaulement avec carène d’une amphore. Surface beige clair. Pâte beige-rosé (2,5 YR 7/4), fine.

A2. (911) Fr. de fond d’amphore, avec départ du pied. Surface beige, avec nombreuses inclusions diverses. Pâte beige-rosé (5 YR 8/3), avec nombreuses inclusions.

Dressel 1B

A3. (601) Fr. d’anse d’amphore (16 × 5,5 × 3,1). Pâte beige-rosé (2,5 YR 7/4), poreuse, avec nombreuses inclusions.

A4. (908) Fr. de bord d’amphore. Pâte beige-rosé (2,5 YR 7/4), assez fine.

A5. (912) Fr. de fond, sans pied, d’amphore. Pâte brun-rosé (2,5 YR 7/3), avec quelques inclusions.

A6. (non réf.) Fr. de fond très usé, sans pied, d’amphore. Pâte brun-rosé (2,5 YR 7/3).

A7. (non réf.) Deux fr. d’anses d’amphore(s). Pâte beige-rosé (2,5 YR 7/4).

Dressel 1

A8. (202) Fr. d’épaulement d’amphore avec attache inf. d’une anse. H. cons. 15. Surface marron-orangé (2,5 YR 6/4), très rugueuse. Pâte rouge-brique (7,5 YR 4/2), relativement fine, avec nombreuses inclusions de calcite et inclusions grises.

A9. (267) Partie inf. d’amphore. H. cons. 31. Fond cylindrique, dont le pied manque. Surface orangée (2,5 YR 7/6), altérée, laissant apparaître de grosses inclusions nombreuses et variées. Pâte indescriptible.

Forlimpopoli / Agora K 114

A10. (61) Deux fr. jointifs de fond creux d’amphore (diam. 9,5), avec départ de la panse. H. cons. 13. Surface orangée, avec fines inclusions de calcite. Pâte brun-orangé (2,5 YR 6/8), avec nombreuses inclusions de calcite et de quartz, ainsi que quelques inclusions grises. Fig. 15.

Fig. 15

Fig. 15

Amphores : types Forlimpopoli, Crétoise 4, Crétoise 1, Kapitän 2 et Type 1 (éch. 1/4).

A11. (956) Deux fr. jointifs de fond creux d’amphore (diam. 9,3). H. cons. 8,2. Surface beige clair. Pâte orangée (2,5 YR 8/4), assez fine, sableuse, avec inclusions de calcite.

Crétoise 4 / Dressel 43

A12. (281) Partie inf. d’amphore, avec petit pied plein. H. cons. 4,5. Surface beige. Pâte orange vif (5 YR 6/6), avec grosses inclusions de calcite. Fig. 15.

A13. (non réf.) Fr. d’anse d’amphore coudée, au changement de direction angulaire et à appendice (9 × 4 × 3). Surface beige, constellée de paillettes de calcite. Pâte rosée (5 YR 7/4), avec nombreuses et fine inclusions de calcite. Fig. 15.

A14. (non réf.) Trois fr. d’anses d’amphores. Forme, surface et pâte similaires à A13, avec de plus ou moins grosses inclusions de calcite.

Crétoise 1 / Agora G 197

A15. (100) Partie sup. d’amphore. H. cons. 13,7. Col haut, étroit, renflé dans sa partie sup., surmonté par une lèvre en bourrelet (diam. ext. 6,7 ; int. 4,3). Deux anses lisses de section ovale partant de la base du col et se rattachant à l’épaule. Surface beige-crème, assez rugueuse au toucher et constellée de particules de calcite. Pâte beige (10 YR 8/3), très sableuse, avec inclusions de quartz blanc et translucide et des nodules de roche volcanique. N.B. restes de titulus pictusà l’ocre rouge sur l’épaulement, non lisible. Fig. 15.

A16. (101) Partie sup. d’amphore. Haut. cons. 10,8. Col identique à A15(diam. ext. 6,3 ; int. 4,2). Surface et pâte (10 YR 7/4) similaires à A15. Fig. 15.

A17. (102) Fr. de col d’amphore, dont le bord manque, avec une anse de section ovale conservée. Haut. cons. 14. Surface et pâte (5 YR 8/3) similaires à A15.

A18. (103) Deux fr. jointifs d’un bord renflé d’amphore (diam. ext. 6,6 ; int. 4,3). Haut. cons. 5. Surface et pâte (5 YR 8/3) similaires à A15.

A19 (904) Grande panse fragmentaire d’amphore, constituée de huit fr. jointifs. Paroi très épaisse. Surface beige-jaunâtre. Pâte orangée (2,5 YR 7/8), très lourde, sableuse, avec inclusions de quartz et de calcite.

A20. (non réf.) Grande panse fragmentaire d’amphore, constituée de huit fr. non jointifs. Surface beige-crème. Pâte beige clair (2,5 YR 8/4), sableuse, fine.

A21. (906) Fr. de fond ombiliqué d’amphore. Surface beige-crème, assez rugueuse au toucher. Pâte beige (5 YR 8/3), sableuse.

A22. (non réf.) Fr. de fond ombiliqué d’amphore. Surface et pâte similaires à A19.

A23. (non réf.) Deux anses d’amphore(s), de forme caractéristique.

Kapitän 2

A24.(600) Anse d’amphore haute coudée, de section ovale, rubanée à double nervure (21 × 4,7 × 3). Pâte brune à cœur gris (10 R 6/4), avec grosses inclusions de calcite. Fig. 15.

Type 1 (égéenne)

A25.(907) Col fragmentaire d’amphore, cylindrique, trapu et large, marqué d’une rainure entre le col et l’épaulement, et surmonté d’une petite lèvre en bourrelet (diam. rest. 12,8). H. cons. 10,8. L ’attache d’une anse de section ovale, empiétant sur le bord inf. de la lèvre, est conservée. Surface beige-crème. Pâte rose-orangé (5 YR 7/4), sableuse, assez fine, avec fines inclusions de quartz translucide, de calcite, quelques nodules volcaniques et des petits dégraissants rouges. Fig. 15.

Dressel 24 similis

A26. (905) Bord d’amphore restauré, tronconique, en collerette (diam. 11). H. cons. 11,2. Surface orange vif. Pâte orange vif (2,5 YR 6/6), très sableuse, avec nodules ferreux en grand nombre, inclusions de calcite et de quartz, et quelques fines paillettes de mica. Fig. 16.

Fig. 16

Fig. 16

Amphores : Dressel 24 similis (éch. 1/4) et Agora F65-66 (éch. 1/5).

A27.(266) Partie inf. d’amphore, au pied plein en pointe et à l’extrémité arrondie. H. cons. 10. Surface orange vif. Pâte orange vif (2,5 YR 6/8), fine et micacée, avec quelques inclusions de calcite. Fig. 16.

A28. (275) Pied d’amphore plein, allongé et effilé. H. cons. 8. Surface orangée. Pâte orangée (2,5 YR 6/4), sableuse, avec des inclusions nombreuses et diverses (calcite, quartz et nodules ferreux).

Agora F 65-66

A29. (360 / B.10310) Amphore complète restaurée. H. 47,5. Col haut et étroit (H. 7,8 ; diam. 4,8), anse rubanée à double nervure, panse lisse (diam. max. 38,5) et pied plat à fond annulaire (diam. ext. 8,6 ; int. 7). Surface brun-orangé (2,5 YR 6/6), avec quelques inclusions de calcite et de très rares paillettes de mica. Pâte indescriptible. Fig. 16.

A30. (104, 901) Partie inf. d’amphore restaurée, avec panse cannelée et fr. du pied plat à fond annulaire (diam. 3,5). H. cons. 31. Surface rouille, constellée de très fines paillettes de mica (mica argenté). Pâte brune (2,5 YR 4/4), très fine, très micacée (mica argenté). Fig. 17.

A31. (106) Partie inf. d’amphore restaurée, dont le pied manque. H. cons. 16,5. Surface et pâte brune (7,5 YR 5/2) caractéristiques, similaires à A30. Fig. 17.

A32. (109) Partie inf. d’amphore restaurée, dont le fond manque. H. cons. 18. Surface et pâte brune (5 YR 5/3) caractéristiques, similaires à A30. Fig. 17.

A33. (108) Partie inf. d’amphore restaurée, dont une partie du fond manque. H. cons. 14. Surface et pâte brun-orangé (10 R 5/4) caractéristiques, similaires à A30. Fig. 17.

A34. (107) Col d’amphore restauré, avec bord et anse conservés (diam. 3,8). H. cons. 10,3. Surface et pâte rouille (10 R 4/4) caractéristiques, similaires à A30. N.B. traces de résine sur la paroi int.  Fig. 17.

A35.(981) Col d’amphore restauré (diam. 4,1), dont le bord et l’anse manquent, mais l’attache sup. de l’anse est conservée. H. cons. 6,3. Surface rouge-orangé, très micacée. Pâte rouge-orangé (10 R 5/6), très fine, très finement micacée (mica argenté). Fig. 17.

A36. (110) Grand fr. de panse cannelée d’amphore. H. cons. 28. Pâte brune (7,5 YR 5/2), similaire à A30.

A37. (111, 112) Dix fr. jointifs de panse cannelée d’amphore. H. cons. 13,2. Pâte brun-orangé (2,5 YR 4/6), similaire à A30.

A38. (901) Treize fr., dont certains sont jointifs, de panse cannelée d’amphore. Pâte brune (5 YR 4/3), similaire à A30.

A39. (non réf.) Douze petits fr., dont certains sont jointifs, de panse cannelée d’amphore. Pâte rouge brique (7,5 YR 4/2), similaire à A30. N.B. traces d’un engobe sur la paroi ext.

A40. (non réf.) Quatre fr. de petits bords d’amphores, provenant de quatre amphores distinctes. Pâte caractéristique, micacée, de couleurs différentes.

A41. (non réf.) Six fr. de petites anses d’amphores, provenant de six amphores distinctes. Pâte caractéristique, micacée, de couleurs différentes.

A42.(P3) Petit fond creux ombiliqué d’amphore (diam. 4,5). H. cons. 4,7. Pâte rouge-brique (7,5 YR 4/2), très fine et très micacée. Fig. 17.

A43.(P4) Fr. de petit fond creux ombiliqué d’amphore (diam. 4,5). H. cons. 4,5. Pâte rouge clair (5 YR 4/3), très fine et micacée. N.B. infimes traces de poix sur la paroi int.  Fig. 17.

A44.(P1) Petit fond creux ombiliqué d’amphore (diam. 4,5). H. cons. 2,5. Pâte orangée (2,5 YR 5/6), très fine et très micacée. Fig. 17.

A45.(P2) Petit fond creux ombiliqué d’amphore (diam. 4). H. cons. 3,2. Pâte rosée (5 YR 5/3), très fine et très micacée. Fig. 17.

A46. (262) Petit fond creux ombiliqué d’amphore (diam. 4,4), à bouton interne très marqué. H. cons. 4,3. Surface beige-crème, savonneuse. Pâte beige-rosé (2,5 YR 7/4), fine, non micacée, avec inclusions éparses de calcite. Fig. 17.

A47.(P5) Fr. de petit fond creux ombiliqué d’amphore (diam. 3,7). H. cons. 1,6. Pâte orangée (7,5 R 4/0), très fine, micacée.

A48. (P6) Fr. de petit fond creux ombiliqué d’amphore (diam. 4,3). H. cons. 1. Pâte ocre (5 YR 5/3), fine, micacée.

Dressel 2/4

A49. (280) Petit pied d’amphore en pointe, usé. H. cons. 4,9. Surface avec traces d’engobe beige crème. Pâte rosée (2,5 YR 7/4), relativement fine. Fig. 18.

Fig. 18

Fig. 18

Amphores : types Dressel 2/4 (éch. 1/4), Cnidienne et Tardo-Cnidienne (éch. 1/5).

A50. (non réf.) Douze petits fr. d’anses bifides, provenant d’au moins deux anses distinctes.

Dressel 5

A51. (604) Anse bifide d’amphore (11,5 × 4,5 × 2,2). Pâte beige-rosé (2,5 YR 6/6), avec inclusions de calcite.

A52. (non réf.) Trois fr. d’anses bifides d’amphores, provenant de trois anses distinctes.

Cnidienne

A53. (203) Fr. de col (diam. 14) et d’épaulement caréné d’une amphore, avec attache inf. de l’anse. H. cons. 14. Surface marron-orangé, très rugueuse. Pâte rouge-brique (2,5 YR 6/4), relativement fine, avec nombreuses inclusions grises et de calcite. Fig. 18.

A54. (221) Fr. de l’épaulement caréné d’une amphore. H. cons. 9,5. Surface et pâte (5 YR 7/4) similaires à A53.

A55. (514) Col d’amphore fragmentaire, surmonté d’une petite lèvre en bourrelet (diam. 10). H. cons. 7,1. Surface beige-chamois. Pâte orangée (10 R 6/4), avec inclusions de quartz, de calcite et des dégraissants gris.

A56. (249) Partie inf. d’amphore, avec pied annelé conservé (H. 6). H. cons. 15. Surface beige-orangé. Pâte brune (2,5 YR 7/2), relativement fine, avec inclusions de calcite. Fig. 18.

A57. (250) Partie inf. d’amphore, dont le pied annelé est cassé. H. cons. 12. Surface marron-orangé. Pâte orangée (2,5 YR 6/8), avec nombreuses inclusions de calcite.

A58. (251) Pied annelé d’amphore. H. cons. 8. Surface et pâte (2,5 YR 6/4) similaires à A57.

A59. (255) Pied annelé d’amphore. H. cons. 8,4. Surface orangée. Pâte rouge-orangé (2,5 YR 5/8), avec nombreuses inclusions de calcite.

A60. (257) Pied annelé d’amphore. H. cons. 8,5. Surface marron-orangé, rugueuse. Pâte rouge-orangé (2,5 YR 5/8), avec inclusions de calcite.

A61. (258) Pied annelé d’amphore. H. cons. 8. Surface et pâte (10 R 6/4) similaires à A57.

A62. (273) Petit pied d’amphore usé, cassé au-dessus de l’anneau, très légèrement torsadé. H. cons. 4,8. Surface orangée. Pâte orange (2,5 YR 6/8), relativement fine, avec quelques inclusions de calcite.

Tardo-cnidienne / Pompeii 38

A63. (205) Col complet d’amphore, tronconique, surmonté d’une petite lèvre en bourrelet (diam. ext. 6 ; int. 3,8), avec deux anses rubanées, fortement coudées, de section ovale (8,4 × 2,8 × 1,4). H. cons. 13,3. Surface orange vif, assez lisse, avec inclusions de calcite. Pâte orange vif (5 YR 6/3), sableuse, avec inclusions de quartz, de calcite et des inclusions grises. Fig. 18.

A64. (219) Col d’amphore (diam. ext. 6,3 ; int. 4), avec une anse conservée (9 × 3 × 1,5), ainsi que l’attache sup. de la seconde anse. H. cons. 12,5. Surface et pâte (2,5 YR 6/8) similaires à A63. Fig. 18.

A65. (206) Fr. de col d’amphore (diam. ext. 6 ; int. 3,7), avec une anse conservée (8,5 × 3 × 1,6), ainsi que le départ de l’épaulement. H. cons. 15,2. Surface et pâte (2,5 YR 7/8) similaires à A63. Fig. 18.

A66. (207) Col d’amphore (diam. ext. 6,3 ; int. 4,4), avec une anse conservée (8 × 3 × 1,6), ainsi que l’attache sup. de la seconde anse. H. cons. 11,3. Surface et pâte (2,5 YR 6/8) similaires à A63. Fig. 19.

Fig. 19

Fig. 19

Amphores : type Tardo-Cnidienne (éch. 1/7).

A67. (211) Fr. de col d’amphore (diam. rest. 6), avec une anse conservée (9,5 × 3 × 1,5). H. cons. 13. Surface et pâte (2,5 YR 7/8) similaires à A63. Fig. 19.

A68. (204, 209) Partie sup. d’amphore restaurée. H. cons. 29. Col tronconique (diam. ext. 6,5 ; int. 4,5), avec attache sup. des deux anses. Surface orange vif, assez lisse, avec inclusions de calcite. Pâte orange vif (5 YR 6/6), sableuse, avec inclusions de quartz, calcite et dégraissants gris. Fig. 19.

A69. (208) Fr. de col d’amphore (diam. rest. 6), avec attache sup. des deux anses. H. cons. 9. Surface et pâte (5 YR 7/4) similaires à A63.

A70. (227) Col d’amphore (diam. ext. 6 ; int. 3,8), avec attache sup. des deux anses. H. cons. 10. Surface et pâte (2,5 YR 7/8) similaires à A63.

A71. (212) Fr. de col d’amphore (diam. ext. 6,2 ; int. 4), avec une anse presque complète. H. cons. 11,3. Surface et pâte (5 YR 7/7) similaires à A63.

A72. (213) Fr. de col d’amphore (diam. rest. 6,1), avec départ sup. d’une anse. H. cons. 9,2. Surface et pâte (5 YR 7/4) similaires à A63.

A73. (279’’) Fr. de col d’amphore, avec départ sup. d’une anse. H. cons. 10. Surface et pâte (5 YR 7/7) similaires à A63.

A74. (226) Fr. de col d’amphore, avec départ sup. d’une anse. H. cons. 9,5. Surface grise, cuisson réductrice. Pâte rougeâtre (5 YR 3/2) à cœur gris, fine, très différente de celle des autres exemplaires.

A75. (521) Fr. de col d’amphore restauré, très usé. H. cons. 3,6. Surface orange vif, rugueuse, avec inclusions de calcite. Pâte orange vif (2,5 YR 7/8), sableuse, avec inclusions de quartz et de calcite.

A76. (214) Fr. de col d’amphore, avec départ sup. de l’anse. H. cons. 6,5. Surface et pâte (2,5 YR 6/8) similaires à A63.

A77. (210) Bord d’amphore restauré, avec petite lèvre en bourrelet (diam. ext. 6,6 ; int. 4,5). H. cons. 3,2. Surface et pâte (2,5 YR 7/8) similaires à A63.

A78. (215) Fr. de bord d’amphore. H. cons. 5,5. Surface et pâte (10 YR 6/4) similaires à A63.

A79. (216) Fr. de bord d’amphore. H. cons. 4,5. Surface et pâte (2,5 YR 7/8) similaires à A63.

A80. (218) Fr.de bord d’amphore. H. cons. 4. Surface et pâte (2,5 YR 6/8) similaires à A63.

A81. (222) Fr. de bord d’amphore. H. cons. 6,5. Surface et pâte (5 YR 7/4) similaires à A63.

A82. (64) Partie inf. d’amphore restaurée, avec pied annelé conservé (H. 6). H. cons. 14,8. Surface orange vif, avec inclusions de calcite et de quartz. Pâte orange vif (5 YR 7/7), avec fines inclusions de calcite et plus grosses inclusions de quartz. Fig. 19.

A83. (228) Partie inf. d’amphore, avec pied annelé conservé mais usé (H. 7). H. cons. 19. Surface beige à orange vif, rugueuse, avec inclusions de calcite. Pâte beige-rosé (2,5 YR 6/6), avec nombreuses inclusions de calcite. Fig. 19.

A84. (285) Partie inf. d’amphore, avec pied annelé conservé (H. 7). H. cons. 20,8. Surface orangée, constellée de grains de calcite. Pâte orangée (2,5 YR 6/8), sableuse, avec nombreuses inclusions de calcite et quelques inclusions grises. Fig. 19.

A85. (281) Fond d’amphore, avec pied annelé conservé (H. 8). H. cons. 13,5. Surface beige-orangé, avec quelques inclusions. Pâte orangée (5 YR 7/6), fine, avec quelques inclusions de calcite et de quartz. Fig. 19.

A86. (229) Partie inf. d’amphore, avec pied annelé conservé (H. 7,5). H. cons. 13. Surface et pâte (5 YR 7/6) similaires à A82.

A87. (230) Partie inf. d’amphore, avec pied annelé conservé (H. 8). H. cons. 13. Pâte orange clair (5 YR 7/6), avec nombreuses inclusions de calcite.

A88.(231) Partie inf. d’amphore, avec pied annelé conservé (H. 7). H. cons. 12. Pâte orange vif (5 YR 7/7), avec nombreuses inclusions (calcite, quartz et particules grises).

A89. (232) Partie inf. d’amphore, avec pied annelé conservé (H. 6,7). H. cons. 10,5. Pâte beige-rosé (10 R 7/4), avec nombreuses et grosses inclusions grises.

A90. (233) Partie inf. d’amphore, avec pied annelé conservé (H. 7). H. cons. 9,8. Pâte orange vif (5 YR 7/7), avec nombreuses inclusions de calcite.

A91. (234) Partie inf. d’amphore, avec pied annelé conservé (H. 6,8). H. cons. 8,5. Surface et pâte similaires à A82.

A92. (235) Pied annelé d’amphore. H. cons. 10. Surface brun-orangé. Pâte brune (5 YR 5/8), assez pure.

A93. (236) Pied annelé d’amphore. H. cons. 10. Surface brune. Pâte orangée (5 YR 7/8) à cœur rouge, avec fines inclusions de calcite.

A94. (237) Pied annelé d’amphore. H. cons. 8,8. Pâte orangée (5 YR 7/6), avec nombreuses inclusions de calcite.

A95. (238) Pied annelé d’amphore. H. cons. 10. Pâte orangée (5 YR 7/6), avec nombreuses inclusions de calcite.

A96. (239) Pied annelé d’amphore. H. cons. 7. Pâte similaire à A82.

A97. (240) Pied annelé d’amphore. H. cons. 7,5. Pâte orange clair (5 YR 7/6), avec semis d’inclusions fines.

A98. (241) Pied annelé d’amphore. H. cons. 6. Pâte ocre (2,5 YR 5/8), avec nombreuses inclusions fines diverses.

A99. (242) Pied annelé d’amphore. H. cons. 6. Pâte orangée (5 YR 7/6), avec nombreuses inclusions de calcite.

A100. (243) Pied annelé d’amphore. H. cons. 6. Pâte brune (5 YR 5/8), avec quelques fines inclusions de calcite.

A101. (244) Pied annelé d’amphore, de forme plus petite que les autres. H. cons. 5. Pâte orange clair (5 YR 7/6), assez pure.

A102. (245) Pied annelé d’amphore. H. cons. 5,5. Pâte orange foncé (5 YR 6/8), assez pure.

A103. (246) Pied annelé d’amphore. H. cons. 6,5. Pâte (2,5 YR 6/8) similaire à A93.

A104. (247) Pied annelé d’amphore. H. cons. 5,5. Pâte orange foncé (5 YR 6/8) à cœur gris.

A105. (248) Pied annelé d’amphore. H. cons. 8. Pâte orangée (5 YR 7/6), avec nombreuses inclusions de calcite (2,5 YR 6/8).

A106. (252) Pied annelé d’amphore. H. cons. 9. Pâte (2,5 YR 6/8) similaire à A104.

A107. (253) Pied annelé d’amphore. H. cons. 8,5. Pâte (2,5 YR 6/8) similaire à A104.

A108. (254) Pied annelé d’amphore. H. cons. 8. Pâte (5 YR 5/3) similaire à A104.

A109. (256) Pied annelé d’amphore. H. cons. 8. Pâte rouge-orangé (2,5 YR 5/8), rugueuse, avec inclusions de calcite.

A110. (259) Pied annelé d’amphore. H. cons. 8. Pâte marron clair (2,5 YR 6/6), avec nombreuses inclusions de calcite.

A111. (274) Pied annelé d’amphore. H. cons. 6,8. Pâte marron foncé (2,5 YR 5/6), avec nombreuses inclusions diverses.

A112. (non réf.) Cinq fr. d’anses d’amphores en ruban, de section ovale.

Rhodienne ancienne

A113. (261) Pied d’amphore à fond annulaire et à bandeau creux (diam. 3,3). H. cons. 5,5. Surface orangée, rugueuse au toucher, micacée, avec très nombreuses inclusions volcaniques et de quartz. Pâte brun-rougeâtre (2,5 YR 5/6), avec inclusions de calcite, de quartz et volcaniques. Fig. 20.

A114. (603) Anse d’amphore coudée, au changement de direction angulaire, avec attache sup. conservée (20 × 3,8 × 3,1). Surface brun-rosé, rugueuse au toucher, avec nombreuses inclusions de calcite. Pâte brun-rosé (10 R 6/4), avec inclusions volcaniques et de calcite. Fig. 20.

A115. (non réf.) Cinq fr. d’anses de forme similaire à A114.

Rhodienne

A116. (277) Petit pied d’amphore plein, court et trapu. H. cons. 5,9. Surface beige-grisâtre, rugueuse au toucher, avec nombreuses inclusions grises. Pâte beige-chamois (5 YR 8/3), rugueuse et poreuse, avec quelques inclusions grises et de calcite. Fig. 20.

Hayes 1983, Type 24-25

A117. (282) Partie inf. d’amphore, avec pied plein en longue pointe, vrillé (sillons torsadés). H. cons. 16,5. Surface beige, avec inclusions de calcite et de quartz. Pâte rosée (2,5 YR 8/3), fine, avec fines inclusions de calcite et quelques inclusions grises. Fig. 20.

A118. (269) Pied d’amphore en longue pointe, vrillé. H. cons. 12. Surface beige, avec inclusions de quartz. Pâte brun-rosé (5 YR 8/3), similaire à A117.

A119. (270) Pied d’amphore en longue pointe, vrillé. H. cons. 11,5. Surface beige, avec inclusions de quartz. Pâte orangée (2,5 YR 5/6) à cœur gris, avec inclusions de calcite.

A120. (271) Pied d’amphore en longue pointe, vrillé. H. cons. 7,2. Surface beige, avec inclusions de quartz. Pâte beige-rosé (5 YR 6/6), fine, avec inclusions de calcite et de fines inclusions grises.

A121. (910) Pied d’amphore en longue pointe, vrillé. H. cons. 9,7. Forme, surface et pâte (2,5 YR 7/4) similaires à A117.

Agora G 199 / AK1

A122. (265) Pied pilon d’amphore. H. cons. 7,8. Surface orange vif, avec fines inclusions de calcite. Pâte orange vif (5 YR 6/6), sableuse, avec nombreuses et fines inclusions de calcite. Fig. 20.

A123. (263) Pied pilon d’amphore. H. cons. 8,2. Pâte orangée (2,5 YR 7/8), sableuse, relativement fine, contenant quelques paillettes de mica.

A124. (264) Pied pilon d’amphore. H. cons. 7,5. Pâte (2,5 YR 5/8) similaire à A123.

A125.(201) Partie sup. d’amphore, avec fr. du col trapu et large et départ de l’épaulement. H. cons. 14,5. Surface orangée. Pâte orangée (2,5 YR 6/8), très micacée.

A126. (non réf.) Anse pincée d’amphore (H. 9,2), au changement de direction en équerre et de section ovale, avec attaches sup. et inf. conservées. Pâte orange vif (10 R 7/8), relativement fine, avec quelques inclusions de calcite et quelques paillettes de mica. Fig. 20.

A127. (non réf.) Quatre fr. d’anses pincées d’amphores, en équerre et de section ovale, provenant de quatre anses bien distinctes. Pâtes similaires à A123 et à A126.

Agora M 54 / AK2

A128. (non réf.) Fr. d’épaulement caréné d’amphore, avec attache inf. de l’anse. H. cons. 12,4. Surface beige-orangé. Pâte orangée (10 R 7/8), sableuse, avec quelques inclusions de calcite.

A129. (non réf.) Fr. d’anse d’amphore bifide à appendice (8,5 × 4,8 × 2,3). Surface beige-orangé, avec fines inclusions de calcite. Pâte orangée (10 R 7/8), sableuse, avec fines inclusions de calcite. Fig. 20.

Pompeii 5 / AK3

A130. (373) Fr. d’anse d’amphore en ruban, légèrement coudée, large et très plate, de section ovale, avec attache sup. conservée ; rainure centrale avec deux bourrelets médians (8,9 × 4,4 × 1,5). Surface brun-orangé. Pâte rosée (5 YR 7/3), assez fine. Fig. 20.

A131. (373’) Fr. d’anse d’amphore en ruban, large et très plate, de section ovale ; rainure centrale avec deux bourrelets médians (6,9 × 4,4 × 1,6). Appartient vraisemblablement à la même amphore que A130. Surface et pâte similaires à A130. Fig. 20.

A132. (non réf.) Fr. d’anse d’amphore en ruban, large et très plate, avec rainure centrale et deux bourrelets médians (10,5 × 4,8 × 2). Surface beige-crème. Pâte rosée (5 YR 7/4), assez fine, avec peu d’inclusions. Fig. 20.

Amrit

A133. (260) Petit fond d’amphore plein, court et orné de cannelures en spirales. H. cons. 6,5. Surface orangée, avec très nombreuses inclusions diverses. Pâte orangée (2,5 YR 6/6), grossière, lourde, avec très nombreuses inclusions de calcite et de quartz, ainsi que petites inclusions grises (petites pierres et foraminifères) et nodules ferreux. Fig. 20.

Agora F 67

A134. (224) Col d’amphore monoansée, haut, tronconique et étroit (diam. 5,8), dont le bord manque. H. cons. 14. Anse en ruban et en équerre, pourvue de deux nervures (12 × 4,2 × 1,9). Surface orangée, légèrement rugueuse, avec grains de calcite d’assez grande dimension et paillettes de mica doré. Pâte orange-brique (2,5 YR 6/8), sableuse et granuleuse, avec inclusions variées et de grande dimension, ainsi que des paillettes de mica doré. Fig. 20.

A135. (225) Col fragmentaire d’amphore monoansée, dont le bord manque. H. cons. 17. Anse en ruban et en équerre, pourvue de deux nervures (10 × 4 × 1,3). Surface et pâte (2,5 YR 7/2) similaires à A134. Fig. 21.

Fig. 21

Fig. 21

Amphores : types Agora F 67 (éch. 1/4), Agora L 30 (éch. 1/5) et Type 2 (éch. 1/4).

Agora L30

A 136. (927) Bord d’amphore restauré, en entonnoir (diam. 11,7). H. cons. 5. Surface beige clair, rugueuse, avec nombreuses inclusions de calcite. Pâte beige clair (2,5 YR 7/4), granuleuse et très sableuse, avec nombreuses inclusions de calcite, particules d’oxyde de fer et quelques grains de quartz. Selon toute vraisemblance, ce bord provient de la même amphore que A 137. Fig. 21.

A 137. (96) Partie inf. d’amphore et dix-sept fr., dont certains sont jointifs, de grosse panse globulaire cannelée. H. cons. 38. Fond annulaire ombiliqué (diam. 12,5). Surface et pâte identiques à A 136. Selon toute vraisemblance, ces fr. proviennent de la même amphore que A136. Fig. 21.

Type 2

A138.(520) Col d’amphore restauré, cylindrique et cannelé, à lèvre de section légèrement triangulaire (diam. ext. 12,9 ; int. 9,9) ; attache sup. d’une anse à double nervure conservée. H. cons. 4,7. Surface beige clair, granuleuse, avec quelques inclusions de calcite et inclusions volcaniques en grand nombre. Pâte beige (2,5 YR 7/2), avec quelques inclusions de calcite et inclusions volcaniques en grand nombre. Fig. 21.

Types indéterminables

A139.(955) Sept fr. de panse d’amphore, dont certains sont jointifs. Surface rose-orangé, avec nombreuses particules de calcite et de mica. Pâte orange vif (2,5 YR 6/6), avec nombreuses particules de calcite.

A140. (268) Pied d’amphore très usé. H. cons. 6,8. Pâte beige (2,5 YR 7/2), assez fine, avec quelques inclusions de quartz et de calcite.

A141. (279) Pied pilon d’amphore, très usé. H. cons. 7,1. Pâte rosée (2,5 YR 6/4), rugueuse.

A142. (288) Petit pied d’amphore plein, court et trapu. H. cons. 4,9. Pâte brun-rosé (5 YR 6/3), rugueuse, avec inclusions de calcite.

A143. (276) Fond d’amphore dont le pied est cassé. H. cons. 5,8. Surface beige-crème. Pâte rosée (5 YR 7/4) à cœur orangé, sableuse, avec quelques inclusions de calcite.

Vases à eau à anse de panier

Type 1

1.(2) Vase complet restauré, dont quelques fr. de panse manquent. H. 32,4. Anse (2,2 × 1,3), embouchure (diam. 11,8) et fond quasiment plat (diam. 10,1). Surface beige-jaunâtre (10 R 8/3), assez rugueuse, marquée par des traces de tournassage, constellée de grains de calcite qui ont éclaté à la cuisson et de quelques paillettes de mica biotite. Pâte orange (2,5 YR 7/8), très granuleuse et sableuse, avec inclusions de quartz, de calcite, de roche volcanique et de nodules ferreux, qui dénotent très vraisemblablement une origine différente de celle des vases de Type 2. Fig. 22.

Fig. 22

Fig. 22

Vases à eau à anse de panier : Types 1 et 2 (éch. 1/5).

Type 2

2. (1) Vase complet restauré. H. 35 ; H. fl. 27,1. Anse (3,9 × 1,6), embouchure (21,1 × 15,4) et fond annulaire ombiliqué (diam. 8,8). Surface beige-chamois (2,5 YR 6/4), savonneuse et légèrement rugueuse au toucher, avec micas argentés et empreintes de végétaux (brindilles). Pâte indescriptible. Fig. 22.

3.(18) Vase complet restauré. H. 34,7 ; H. fl. 26,8. Anse (3,9 × 1,6), embouchure (26,8 × 15,9) et fond annulaire ombiliqué (diam. 9,7). Surface beige-rosé (5 YR 7/2), savonneuse et légèrement rugueuse au toucher. Pâte indescriptible. N.B. traces de métal (fer ?) solidarisé sur la surface de l’anse. Fig. 23.

Fig. 23

Fig. 23

Vases à eau à anse de panier : Type 2 (éch. 1/5).

4. (3) Vase complet restauré. H. 35,9 ; H. fl. 27,5. Anse (3,9 × 1,8), embouchure (21,6 × 16,8) et fond annulaire ombiliqué (diam. 10). Surface beige-orangé (5 YR 7/4) — mais la couleur n’est pas uniforme sur le corps — savonneuse, avec quelques inclusions de calcite. Pâte indescriptible. Fig. 23.

5. (6) Vase en partie restauré, dont une partie de la lèvre et de l’anse, désolidarisée du col, manque. H. 34,9 ; H. fl. 25,9. Anse (3,9 × 1,4), embouchure (21,5 × 17) et fond annulaire ombiliqué (diam. 9,2). Surface beige-rosé (2,5 YR 6/2), savonneuse, avec empreintes de végétaux (brindilles, graines et noyaux). Pâte beige-orangé clair (2,5 YR 8/3), avec quelques grains de calcite. N.B. :traces de métal (fer) solidarisé sur la surface du corps. Fig. 24.

Fig. 24

Fig. 24

Vases à eau à anse de panier : Type 2 (éch. 1/5).

6. (13) Vase restauré, dont une petite partie du fond manque. H. 35,8 ; H. fl. 27,4. Anse (3,7 × 1,6), embouchure (21,4 × 17) et fond annulaire ombiliqué (diam. 10). Surface beige clair (10 R 8/2), rugueuse au toucher, avec quelques inclusions de calcite et paillettes de mica argenté. Pâte indescriptible. Fig. 24.

7. (7) Vase restauré, dont une partie du col et l’anse manquent. H. fl. 32. Fond annulaire ombiliqué (diam. 10,3). Surface beige-orangé (5 YR 7/4), savonneuse, avec quelques micas argentés. Pâte orangée (2,5 YR 7/8), relativement fine et sableuse. Fig. 25.

Fig. 25

Fig. 25

Vases à eau à anse de panier : Type 2 (éch. 1/5).

8. (5, 951) Vase restauré, dont une partie du col, un tiers de la panse, la moitié du fond et l’anse manquent. H. fl. 26,3. Lèvre à gorge très marquée et fond annulaire ombiliqué (diam. rest. 9). Surface beige clair (2,5 YR 8/2), savonneuse, avec quelques inclusions de calcite, fines paillettes de mica argenté et empreintes de végétaux (brindilles). Pâte beige-orangé à cœur gris clair, assez fine, avec fines paillettes de mica. Fig. 25.

9. (4) Partie inf. de vase restaurée. H. cons. 25,5. Fond annulaire ombiliqué (diam. 9,3). Surface beige crème (5 YR 7/3), rugueuse au toucher. Pâte orangée claire, très fine, avec toutes petites particules de calcite et de quartz. Fig. 25.

10. (12) Partie inf. de vase restaurée, dont une partie du fond manque. H. cons. 25. Fond annulaire ombiliqué (diam. 9,9). Surface beige-chamois (5 YR 8/3), savonneuse. Pâte beige-orangé (2,5 YR 8/3), avec grains de calcite. Fig. 25.

11. (8) Partie sup. de vase restaurée. H. cons. 9. Anse (3,8 × 1,6), embouchure (22 × 16,8). Surface beige (5 YR 8/3), assez lisse, sans mica. Pâte marron foncé, sableuse, avec grains de quartz et de calcite. Fig. 25.

12. (14, 951) Vase fragmentaire restauré, dont la moitié de la panse, du col et du fond, ainsi que l’anse manquent. H. fl. 26,7. Surface beige clair (5 YR 8/4), savonneuse, avec quelques inclusions de calcite, paillettes de mica argenté et empreintes de végétaux (brindilles et noyaux). Pâte beige à cœur gris clair, assez fine, avec inclusions de quartz, de calcite et paillettes de mica argenté.

13.(9) Partie inf. de vase. Fond annulaire ombiliqué (diam. 9,9). Surface beige grisâtre (5 YR 8/1), savonneuse, avec quelques inclusions de calcite et micas argentés. Pâte rouge brique, assez fine, avec inclusions de calcite, de mica et quelques nodules ferreux.

14.(19, 925, 950) Partie sup. de vase, dont l’anse manque. H. cons. 12,3. Surface beige-chamois (5 YR 7/4), savonneuse, avec quelques inclusions de calcite, de quartz et fines paillettes de mica argenté. Pâte rosée à cœur gris, assez fine, avec peu d’inclusions.

15. (952) Partie sup. de vase, dont l’anse manque. H. cons. 9,2. Surface beige rosé (5 YR 7/2), savonneuse, avec quelques inclusions de calcite et micas argentés. Pâte orange-brun à cœur gris foncé, assez fine, contenant peu d’inclusions.

16. (11) Partie sup. de vase (col et départ de la panse). H. cons. 11,4. Surface beige
(5 YR 8/3), rugueuse au toucher. Pâte beige-rosé, avec peu d’inclusions.

17. (20) Partie sup. de vase, avec une attache inf. de l’anse conservée. H. cons. 9,5. Surface beige-jaunâtre (5 YR 8/4), rugueuse, avec quelques inclusions de calcite et micas argentés. Pâte beige à cœur gris clair, assez fine, avec inclusions de quartz, de calcite et de mica.

18. (926) Fr. de bord de vase. H. cons. 4,3. Surface et pâte similaires à 13.

19. (938) Fr. de bord de vase. H. cons. 3,9. Surface beige clair (5 YR 8/3), savonneuse, avec quelques inclusions de calcite. Pâte beige-rosé, avec peu d’inclusions.

20. (16) Partie inf. de vase, ainsi que quatre fr. non jointifs. H. cons. 6,5. Fond annulaire ombiliqué (diam. rest.10,2). Surface beige-rosé (5 YR 7/2), savonneuse, avec quelques inclusions de calcite. Pâte beige-rosé, avec quelques inclusions de calcite.

21. (953) Fr. de panse de vase. H. cons. 15,8. Surface beige-chamois (5 YR 8/3), savonneuse, avec quelques inclusions de calcite, de quartz et des paillettes de mica argenté. Pâte rosée à cœur gris clair, avec inclusions de calcite.

22. (98) Partie inf. de vase. H. cons. 5,2. Fond annulaire ombiliqué (diam. non restituable). Surface beige clair (5 YR 8/4), savonneuse, avec peu d’inclusions. Pâte beige clair, très fine.

23. (99) Fr. de partie inf. de vase. H. cons. 4,8. Surface et pâte similaires à 22.

24. (916) Fr. de fond de vase (diam. 9). H. cons. 4. Surface beige clair (5 YR 8/4), savonneuse, avec quelques inclusions de calcite et fines paillettes de mica argenté. Pâte rosée à cœur gris, avec quelques inclusions de calcite.

Type 3

25. (17) Vase fragmentaire restauré, dont la quasi-totalité de la partie sup. manque. H. fl. 26,5. Fond annulaire (diam. 8,3). Surface beige clair (5 YR 8/3), crayeuse, avec peu d’inclusions. Pâte beige clair, très fine, épurée, presque sans inclusions. Fig. 26.

Fig. 26

Fig. 26

Vases à eau à anse de panier : Type 3 (éch. 1/5).

26. (46) Fond annulaire de vase (diam. 8,7). H. cons. 7. Surface rosée (2,5 YR 7/4), crayeuse, avec empreintes de végétaux (brindilles). Pâte rosée, avec un noyau rouge-brun, friable, très fine, presque sans inclusions. N.B. traces de sciure (découpage volontaire ?) et dépôt de concrétions au fond. Fig. 26.

27. (37) Dix-sept fr., dont certains sont jointifs, correspondant au bord, à une partie de la panse et au fond d’un vase. Forme identique à 25. Surface beige clair et rosée (2,5 YR 8/4), savonneuse, avec peu d’inclusions. Pâte rose-orangé, fine, avec quelques inclusions de calcite.

28. (933, 941) Treize fr., dont certains sont jointifs, correspondant au bord, à une partie de la panse et au fond d’un vase. H. cons. 24,5. Forme, surface et pâte (5 YR 8/3) similaires à  25.

29. (934) Partie sup. de vase. H. cons. 22,1. Forme similaire à 25. Surface orange vif (2,5 YR 6/8), crayeuse, finement micacée, avec quelques petites inclusions de calcite. Pâte orange vif, fine, avec quelques paillettes de mica.

30. (954) Partie inf. de vase, dont une partie de fond manque. H. cons. 10,2. Surface beige clair (5 YR 8/3), savonneuse. Pâte rosée, assez fine, contenant peu d’inclusions.

31. (72, 917) Fond de vase annulaire, légèrement ombiliqué, constitué de deux fr. jointifs (diam. 8). H. cons. 6,3. Quelques stries sur le départ de la panse. Surface beige clair (2,5 YR 8/4), crayeuse. Pâte orange vif, fine, avec quelques rares inclusions de calcite.

32. (935) Bord fragmentaire de vase. H. cons. 5,6. Forme, surface (2,5 YR 8/4) et pâte similaires à 25.

33. (936) Partie sup. de vase. H. 7,8. Forme, surface (5 YR 8/3) et pâte similaires à  25.

34. (937) Fr. de bord de vase. H. cons. 4,8. Forme, surface (5 YR 7/3) et pâte similaires à  25.

35. (36) Vase fragmentaire restauré, dont la quasi-totalité de la partie sup. manque. H. fl. 21,5. Fond annulaire ombiliqué (diam. 6,5). Surface beige clair à orangée (5 YR 7/7), micacée, avec empreintes de végétaux. Pâte orangée, fine, avec fines paillettes de mica. Fig. 26.

36. (39) Partie inf. de vase, avec cannelures plus larges et plus prononcées. H. cons. 17,5. Fond annulaire (diam. 9). Surface rouge-orangé (2,5 YR 6/8), avec rares et minuscules inclusions de calcite. Pâte rouge-orangé, sableuse, fine, avec inclusions de quartz, de calcite, volcaniques, et quelques paillettes de mica. Fig. 26.

37. (35) Partie inf. de vase. H. cons. 15,2. Fond annulaire bien marqué (diam. 8,6), dont le bandeau se détache nettement du reste de la panse. Surface beige-orangé (5 YR 7/7), lisse, avec nombreuses traces de tournassage. Pâte orange vif, très fine, avec petites inclusions diverses.

38. (515) Deux fr. non jointifs de bord de vase. H. cons. 5,2. Forme et surface similaires à 36. Pâte beige-orangé (2,5 YR 7/8), très fine, sableuse, sans véritables inclusions.

39. (516) Partie sup. de vase. Forme et surface similaires à 36. H. cons. 4,8. Pâte rouge-orangé (5 YR 6/3), fine, sableuse, avec quelques inclusions de calcite et de mica.

40. (517) Bord fragmentaire de vase. H. cons. 4,2. Forme et surface similaires à 36. Pâte orange (2,5 YR 6/6), fine, sableuse, avec quelques inclusions de calcite et de mica.

41. (non réf.) Trois fr. non jointifs de bord de vase. Pâte orange vif, fine, avec paillettes de mica.

42. (non réf.) Trois fr. non jointifs de bord de vase. Pâte beige clair, très fine.

Cruches

Type 1

43. (33) Cruche presque complète restaurée. H. 26,8. Embouchure (diam. 8,8), anse rubanée à double nervure (10 × 3,6 × 1), panse globulaire (diam. max. 20,8) et fond annulaire (diam. 8,5). Surface orangée, finement micacée, avec présence de petits gravillons. Pâte rouge-orangé (5 YR 5/6), assez fine, finement micacée. Fig. 27.

Fig. 27

Fig. 27

Cruches: Type 1 (éch. 1/5).

44.(40, 43, 913) Cruche graphiquement complète en partie restaurée, dont une partie de la panse et du bord manque. H. 31,2. Embouchure (diam. 8,8), anse rubanée à double nervure (11 × 3,7 × 1), panse ovoïde (diam. max. 21,3) et fond annulaire (diam. 9,2). Surface rouille, avec peu d’inclusions à l’exception de quelques fines paillettes de mica. Pâte rouge-orangé (2,5 YR 5/8), assez fine, finement micacée. Fig. 27.

45.(903) Partie inf. de cruche. Haut. cons. 15. Panse ovoïde (diam. max. 20,3) et fond annulaire à peine marqué (diam. 9,6). Surface rouge-brique, très finement micacée, avec quelques inclusions de calcite. Pâte rouge-brique (10 R 5/6) à cœur gris, granuleuse, finement micacée. Fig. 27.

46. (42) Partie sup. de cruche, restaurée, dont le bord et l’anse manquent. Haut. cons. 18. Surface rouille, lisse. Pâte rouille (2,5 YR 5/6), assez fine, très micacée.

47. (900). Partie sup. de cruche, restaurée, dont le bord et l’anse manquent. Haut. cons. 17. Surface rouille, rugueuse au toucher. Pâte rouille (10 R 5/8) à cœur gris, fine et granuleuse, très micacée, avec de petits grains volcaniques en abondance.

48. (509) Bord fragmentaire de cruche (diam. 7). H. cons. 4,2. Lèvre en amande formant presque un bourrelet. Surface rouge-brique, lisse. Pâte rouge-brique (10 R 5/6), pure, finement micacée.

49. (41) Partie inf. de cruche. H. cons. 11,3. Fond annulaire (diam. 9). Surface brun-orangé, savonneuse. Pâte orangée (5 YR 6/3), légèrement micacée.

50. (912) Partie inf. de cruche. H. cons. 8,4. Fond annulaire avec petit ombilic (diam. 8,5). Surface rouille, lisse au toucher, très micacée. Pâte rouille (10 R 6/4), fine, très micacée.

51. (84) Partie inf. de cruche, dont la moitié du fond manque. H. cons. 5. Fond annulaire (diam. rest. 9,5). Surface rouge, micacée. Pâte rouge (10 R 5/6), fine, micacée.

52. (non réf.) Fond annulaire de cruche (diam. 8,9). H. cons. 4,9. Surface rouille, rugueuse au toucher. Pâte rouille (10 R 5/8), fine, très micacée.

53. (920) Fr. de fond annulaire de cruche (diam. 8,1). H. cons. 5,1. Surface brune, relativement lisse, finement micacée. Pâte rouge foncé presque brune (5 YR 6/3), fine, micacée.

54. (non réf.) Fr. de fond annulaire de cruche, légèrement ombiliqué (diam. rest. 8,4). H. 4,5. Surface et pâte similaires à 44.

55. (non réf) Fr. de fond annulaire de cruche (diam. non restituable). H. cons. 3,7. Surface rouge-brique, lisse. Pâte rouge-brique (10 R 5/6), assez pure, fine, micacée.

55. (non réf.) Trois fr. d’anse rubanée à double nervure, provenant vraisemblablement du même vase. Surface brune, micacée. Pâte rouge (5 YR 6/3), fine, micacée.

Type 2

56. (31) Cruche presque complète restaurée, dont quelques fr. de panse, de col et de bord manquent. H. 25,2. Embouchure (diam. 9,9), anse à double bourrelet (12,5 × 3 × 0,8), panse globulaire (diam. max. 20,2) et fond large, à peine souligné par un anneau (diam. 9,6). Surface beige clair (10 YR 7/4), lisse, avec engobe foncé sur la paroi ext. et coulures d’engobe à l’intérieur du col. Pâte indescriptible. Fig. 28.

Fig. 28

Fig. 28

Cruches : Types 2 et 3 (éch. 1/5).

Type 3

57. (34) Cruche graphiquement complète restaurée, dont une petite partie du col manque. H. 31 ; H. fl. 28. Embouchure (diam. ext. 14,2 ; int. 10,2), anse à trois nervures (15,6 × 3,2 × 1,6), panse sphérique (diam. max. 23,2) et petit fond plat à ombilic central (diam. 8,2). Surface beige-grisâtre (2,5 Y 9/0), rugueuse, constellée d’inclusions de calcite, parfois de grandes dimensions. Pâte beige foncé (5 YR 8/3), granuleuse et sableuse, avec très nombreuses inclusions (quartz, calcite, pyroxène et nodules ferreux). Fig. 28.

58. (C3) Couvercle de cruche presque complet (diam. 10,1), à bouton plein (diam. 1,7), de forme irrégulière, aux bords légèrement montants. Surface et pâte identiques à 57. Fig. 28.

Type 4

59. (32) Cruche presque complète restaurée, dont quelques fr. du bord manquent. H. 25,6. Embouchure (diam. 10), anse rubanée (10,8 × 3,2 × 1,3), panse globulaire (diam. max. 19,5) et fond plat (diam. 7,8) ; dans la partie inf. de la panse, deux trous volontairement percés. Surface beige-orangé, avec petites inclusions de calcite et de quartz. Pâte orange clair vif (5 YR 8/4), granuleuse, avec nombreuses inclusions diverses (quartz, nodules ferreux, quelques particules de roche volcanique) et nombreuses empreintes de végétaux (vacuoles). Fig. 29.

Fig. 29

Fig. 29

Cruches : Type 4 (éch. 1/5).

60. (44) Partie sup. de cruche restaurée, dont une partie du col et du bord manque ; seule l’attache inf. de l’anse subsiste. H. cons. 19,2. Embouchure (diam. 9), panse globulaire (diam. max. 18,3). Surface beige clair (5 YR 7/4) parfois jaunâtre, de même facture que 59. Pâte similaire à 59. Fig. 29.

61. (38) Partie inf. de cruche restaurée. H. cons. 16,5. Panse globulaire (diam. max. cons. 20) et fond annulaire (diam. 8,4). Surface beige clair (5 YR 7/4), de même facture que 59. Pâte similaire à 59. Fig. 29.

62. (80) Fr. de fond annulaire de cruche (diam. 8,5). H. cons. 5. Surface et pâte similaires à 59.

63. (44’’) Petite cruche fragmentaire restaurée, dont le col, le bord et l’anse manquent. H. cons. 12,5. Panse globulaire (diam. max. 13,6) et petit fond annulaire (diam. 5,5). Surface beige-rosé (2,5 YR 6/4), de même facture que 59. Pâte similaire à 59. Fig. 29.

64. (200) Partie inf. de petite cruche restaurée, ainsi que plusieurs fr. de panses non jointifs appartenant au même vase. H. cons. 7. Petit fond annulaire (diam. 5,5) ; dans la partie inf. de la panse, un trou volontairement percé. Surface et pâte similaires à 63. Fig. 29.

65. (919) Partie inf. de cruche. H. cons. 14,5. Fond annulaire (diam. 8,3) et départ de la panse. Surface orangée, rugueuse, avec petites inclusions volcaniques et de quartz. Pâte orange vif (5 YR 7/6), avec inclusions volcaniques et de quartz.

Type 5

66 (518) Bord fragmentaire de cruche restauré (diam. rest. 8). H. cons. 5,3. Surface orangée, lisse, parcourue de très légers sillons. Pâte orange vif (10 R 6/4), fine, dure et sonnante, avec très peu d’inclusions, mis à part quelques grains de calcite. Fig. 30.

Fig. 30

Fig. 30

Cruches (Types 5, 6, 7 et 8) et Bouchons (éch. 1/5).

Type 6

67.(30) Petite cruche graphiquement complète restaurée. H. 20,5. Embouchure (diam. 6), anse (7,8 × 2 × 1,2), panse globulaire (diam. max. 14,5) et fond annulaire (diam. 6). Surface beige crème, avec inclusions en assez grand nombre (calcite, quartz, nodules ferreux et micas dorés). Pâte orange clair (5 YR 7/4), sableuse et très granuleuse, très grossière et de très mauvaise facture, avec très nombreuses inclusions (calcite, quartz, ophiolites, nodules ferreux et micas dorés). Fig. 30.

Type 7

68. (59, 400) Cruche presque complète restaurée. H. 32,3. Embouchure (diam. 12), panse côtelée (diam. max. 23) et fond annulaire, légèrement ombiliqué (diam. 8,5). Surface rouge-brique et grise, poreuse, avec nombreuses particules, en particulier volcaniques, ainsi que nombreuses empreintes de végétaux (vacuoles) dans la partie inf. de la cruche. Pâte rouge-brique (7,5 R 6/4), dure, fine, avec quelques fines particules volcaniques, de calcite et de mica. Fig. 30.

Type 8

69.(905’) Partie sup. de cruche, constituée du col (diam. rest. 10) et de cinq fr. non jointifs de panse. H. cons. 23,3. Surface marron, très lisse au toucher, dure. Pâte orange foncé (5 YR 6/3), zonée, pure, finement micacée, avec quelques particules de mica biotite et minuscules inclusions de quartz. Fig. 30.

70. (78) Fr. de fond annulaire (diam. 9). H. cons. 4,5. Surface marron foncé, lisse. Pâte orange foncé (5 YR 6/4), similaire à 69.

Type 9

71. (45) Partie inf. de cruche. H. cons. 12,5. Fond annulaire avec petit ombilic central (diam. 9,4) et quelques sillons sur la panse. Surface beige orangé, rugueuse au toucher. Pâte orangée (2,5 YR 6/6), assez fine, avec quelques inclusions de calcite. Coulure d’engobe rougeâtre le long de la panse.

72.(57) Fr. de fond annulaire de cruche (diam. 11). H. cons. 5,5. Surface beige-orangé, assez rugueuse. Pâte orangée (2,5 YR 6/8), avec fines inclusions de calcite.

73.(non réf.) Partie inf. de cruche. H. cons. 4,6. Fond annulaire (diam. non restituable). Pâte beige à orange clair (2,5 YR 6/4), avec quelques inclusions de calcite.

74.(219) Fr. de bord de cruche (diam. non restituable). H. cons. 4. Col cylindrique, surmonté d’une lèvre de section quadrangulaire. Pâte sableuse, orange clair (2,5 YR 6/4), avec quelques inclusions de calcite.

75. (914) Fr. de fond annulaire de cruche (diam. 9,1). H. cons. 6,5. Surface beige-rosé, assez rugueuse, avec grosses inclusions de quartz. Pâte rosée (2,5 YR 8/4), assez grossière, avec nombreuses inclusions diverses.

76. (918) Fr. de fond annulaire de cruche (diam. 10,5). H. cons. 8,3. Surface rose foncé, rugueuse, avec nombreuses inclusions de quartz, de calcite et fines particules de mica. Pâte rose vif (2,5 YR 6/4), avec nombreuses inclusions diverses.

77. (81) Partie inf. de cruche. H. cons. 7,6. Fond annulaire au bourrelet bien marqué (diam. 8,8). Surface beige-orangé, avec de nombreux grains visibles. Pâte orange vif (10 R 6/4), sableuse, avec des inclusions variées.

78. (514) Fr. d’un bord de cruche (diam. rest. 10). H. cons. 7,1. Lèvre arrondie, formant un petit bourrelet. Surface beige-orangé, avec quelques inclusions de calcite. Pâte orange vif (10 R 6/4), sableuse, avec nombreuses inclusions très diverses.

79. (70) Fr. de fond annulaire de cruche ou de vase à eau (diam. 8,2). Spirales bien marquées sur la paroi int. H. cons. 2,3. Surface grise, sans véritables inclusions, recouverte par endroit d’un engobe foncé. Pâte beige-grisâtre (7,5 YR 5/2), fine, assez pure, légèrement micacée.

80. (522) Petit fr. de bord de cruche. H. cons. 2,1. Lèvre arrondie, formant un léger bourrelet. Pâte beige-grisâtre (2,5 YR 6/2), fine, assez pure, légèrement micacée.

81. (non réf.) Vingt-deux fr., dont certains sont jointifs, de panse cannelée de cruche, et un fr. de petite anse de section ovale. Surface lisse, recouverte d’un engobe foncé. Pâte beige-grisâtre (7,5 YR 5/2), fine, assez pure.

82. (55) Fr. de fond annulaire de cruche, creux, légèrement ombiliqué (diam. 6,9). H. cons. 2,5. Pâte jaunâtre (10 YR 7/4), avec nombreuses et fines inclusions de calcite.

83. (902) Partie inf. de cruche. H. cons. 8,6. Fond annulaire à ombilic (diam. 9,1). Surface blanchâtre, légèrement pulvérulente. Pâte de matrice calcaire, beige clair (5 YR 8/3), très sableuse, avec grains de quartz et nodules volcaniques en petite quantité.

84. (82) Fr. de fond annulaire de cruche (diam. 11,4). H. cons. 2,3. Pâte rosée (7,5 YR 7/2), avec nombreuses inclusions de petite dimension, essentiellement volcaniques.

85. (85) Fr. de fond annulaire de cruche (diam. 9,5). H. cons. 5. Pâte orange foncé (5 YR 6/4) à cœur gris, lourde, assez pure.

86. (60) Fr. de fond annulaire de petite cruche (diam. 6). H. cons. 6. Pâte bordeaux (5 YR 5/3), avec nombreuses inclusions variées.

Types indéterminables

87. (77) Fr. de fond ombiliqué de cruche (diam. 7,8). H. cons. 4,5. Surface orangée, très lisse, avec quelques traces de tournassage. Pâte orangée (5 YR 8/4), dure et très fine, avec inclusions essentiellement de quartz.

88. (906) Fr. de fond plat de cruche, à petit ombilic. Surface beige avec nombreuses inclusions de calcite. Pâte beige-rosé (2,5 YR 6/4), fine, poreuse.

89. (980) Fond plat de cruche, formé de cercles concentriques. Surface beige-rosé (2,5 YR 8/4), avec peu d’inclusions. Pâte beige-chamois, fine, avec quelques inclusions de calcite, très proche de certaines pâtes des vases à eau de Type 3.

90. (924) Partie sup. de cruche ( ?), dont le col et le bord manquent, constituée de onze fr. dont certains sont jointifs. Surface beige clair, très lisse. Pâte rosée (2,5 YR 8/4), très fine, sans véritables inclusions. N.B. reste d’un graffite incisé avant cuisson à la pointe fine (Lambda ou Alpha ?).

91. (605) Anse de cruche rubanée à trois nervures (9,3 × 3 × 1), avec attache sup. conservée. Pâte bordeaux (5 YR 5/3), proche des céramiques culinaires.

92. (606) Fr. d’anse de cruche, de section ovale, rubanée à trois nervures (10,5 × 4,2 × 1,5). Surface recouverte d’un engobe rouge. Pâte rouge-brique (7,5 R 7/8), très fine.

93. (607) Anse courbe de cruche, de section ovale, rubanée à trois nervures (11,5 × 3 × 1,4), avec attache sup. conservée. et un fr. de bord. Surface recouverte d’un engobe rouge. Pâte rouge-orangé (2,5 YR 6/6), très fine.

94.(410) Bouchon de petite cruche (ou d’amphore ?), retaillé dans une panse (diam. 4,2). Surface beige-jaunâtre (5 YR 7/4), savonneuse, avec nombreuses inclusions. Pâte indescriptible. Fig. 30.

95. (411) Bouchon de petite cruche (ou d’amphore ?), retaillé dans une panse (diam. 3,7). Surface orange vif (5 YR 7/6), rugueuse, assez fine. Pâte indescriptible. Fig. 30.

96. (C4, 83) Fr. de couvercle de cruche très concrétionné. H. cons. 6. Bouton cylindrique très irrégulier. Pâte orangée (2,5 YR 7/2), très grossière, avec nombreuses inclusions.

Vases à eau à anse de panier ou cruches (indéterminable)

97. (52) Partie inf. de cruche ou de vase à eau. H. cons. 9,2. Fond annulaire (diam. 8,4). Surface beige-crème (5 YR 8/3), très douce au toucher, presque savonneuse. Pâte rouge-orangé, très fine, légèrement feuilletée, sans véritables inclusions.

98. (53) Partie inf. de cruche ou de vase à eau. H. cons. 10,5. Fond annulaire (diam. 8,2). Surface similaire à 97, mais à la paroi beaucoup plus épaisse et traces d’engobe grisâtre. Pâte beige clair (5 YR 8/4) à cœur gris, très fine.

99. (56) Fr. de fond annulaire de cruche ou de vase à eau (diam. 8,6). H. cons. 3,5. Surface orangée (2,5 YR 7/4), crayeuse, sans véritables inclusions. Pâte orangée, assez pure.

100. (62) Fr. de fond annulaire de cruche ou de vase à eau (diam. 8,2). H. cons. 6,4. Traces de tournassage sur la paroi. Pâte orangée (10 R 7/3), sans véritables inclusions.

101. (63) Fr. de fond annulaire de cruche ou de vase à eau (diam. 8). H. cons. 5,3. Surface orange clair (7,5 YR 7/4), crayeuse. Pâte orangée.

102. (66) Fr. de fond annulaire de cruche ou de vase à eau (diam. 8,4). H. cons. 5,1. Surface orangée (2,5 YR 6/8), striée, avec quelques fines inclusions de calcite.

103. (67) Fr. de fond annulaire de cruche ou de vase à eau (diam. 8,2). H. cons. 5,9. Traces de tournassage sur la paroi. Surface rosée (5 YR 7/6) à blanchâtre. Pâte rosée, assez pure.

104. (71) Fr. de fond annulaire de cruche ou de vase à eau (diam. 8). H. cons. 3,7. Surface beige, crayeuse. Pâte beige-rosé (5 YR 8/3), relativement fine.

105. (73) Fr. de fond annulaire de cruche ou de vase à eau (diam. 8). H. cons. 3,1. Pâte rosée (2,5 YR 6/8), avec fines inclusions.

106. (75) Fr. de fond annulaire de cruche ou de vase à eau (diam. 8,2). H. cons. 5. Spirales bien marquées sur la paroi int. et traces de tournassage sur la paroi ext. Surface blanchâtre (2,5 YR 8/4). Pâte orange clair.

107. (79) Fr. de fond annulaire de cruche ou de vase à eau (diam. 8). H. cons. 6. Traces de tournassage sur la paroi. Surface orange clair, crayeuse. Pâte orangée (5 YR 5/4), assez pure.

108. (97) Fr. de fond annulaire de cruche ou de vase à eau (diam. 7,5). H. cons. 5,1. Surface blanchâtre à rosâtre (2,5 YR 8/2), crayeuse, avec de nombreuses inclusions.

109. (915) Fr. de fond annulaire de cruche ou de vase à eau (diam. 8,5). H. cons. 5,5. Surface beige clair, poreuse, presque sans inclusions. Pâte beige (5 YR 7/4), assez fine, sans inclusions.

110. (921) Fr. de fond annulaire de cruche ou de vase à eau (diam. 8,5). H. cons. 2,9. Surface rosée (2,5 YR 8/2), poreuse, presque sans inclusions. Pâte marron-orangé, assez fine, avec quelques inclusions volcaniques et de calcite.

Bols

111. (512) Deux fr. non jointifs d’un bord de bol (diam. rest. 7). H. cons. 4,2. Lèvre plate de section triangulaire, avec sillon prononcé sous la lèvre. Pâte rouge-orangé (5 YR 6/3), sableuse, avec très nombreuses et fines inclusions de calcite, quartz et mica.

112. (523) Fr. de bord de bol. H. cons. 3,5. Lèvre en petit bourrelet. Pâte beige-orangé (5 YR 7/4), fine, très sableuse.

113. (non réf.) Fr. de bord de bol. H. cons. 2,2. Lèvre en petit bourrelet. Pâte rouge-orangé (5 YR 6/3), avec quelques inclusions de calcite et de quartz.

Grand vase indéterminé

114. (409) Partie inf. restaurée de vase. Haut. cons. 14,5. Large fond plat convexe (diam. 18,7) et paroi verticale, se rétrécissant vers l’intérieur dans la partie sup. conservée, avec trois rainures sur le départ inf. de la panse ; traces de tournassage sur la paroi int. Surface orangée. Pâte orangée (2,5 YR 6/8), avec très peu d’inclusions (quelques points de mica et de calcite seulement). Fig. 31.

Petits vases (indéterminable)

115. (51) Fr. de fond de cruchon ( ?), de petit pot ( ?) ou de skyphos ( ?). H. cons. 4,2. Pied conique évasé et fond épais ombiliqué (diam. 4,8). Surface blanchâtre à rosée, lisse. Pâte rosée (5 YR 7/4), assez fine, très micacée. Fig. 31.

116. (54) Fr. de fond annulaire de cruchon ( ?) ou de petit pot ( ?), légèrement ombiliqué (diam. 4,4). H. cons. 1,8. Large strie au-dessus du pied. Pâte orangée (2,5 YR 7/2), revêtue d’un engobe grisâtre.

117. (76) Fr. de fond creux de cruchon ( ?) ou de petit pot ( ?), sans pied (diam. 4,8), avec petite spirale sur la paroi int. H. cons. 2,7. Surface orangée (5 YR 8/4), revêtue d’une couverte jaune clair.

Unguentaria

118. (278) Petit pied d’ unguentarium. H. cons. 2,5. Surface orange vif (2,5 YR 6/8), avec quelques inclusions de calcite.

119.(406) Petit pied d’ unguentarium, plein et cylindrique (diam. 2,8). H. cons. 4. Surface grise (5 YR 6/1), très lisse au toucher. Pâte grise, très pure.

Réchaud

120. (407) Petit fragment de réchaud. H. cons. 11.

Marmites

Type 1

C1. (20) Marmite complète restaurée. H. 16,7. Large ouverture (diam. 16,3), deux petites anses verticales en S (4,5 × 1,4 × 0,6) et panse légèrement côtelée (diam. max. 17,6). Surface orangée, granuleuse, avec nombreuses inclusions de calcite. Pâte orangée (2,5 YR 6/8), avec nombreuses inclusions de calcite et quelques particules grises. Fig. 32.

Fig. 32

Fig. 32

Marmites: Type 1 (éch. 1/4).

C2. (21) Marmite graphiquement complète restaurée, dont la moitié de la panse, du bord et les anses manquent. H. 16. Large ouverture (diam. 15,5) et panse légèrement côtelée (diam. max. 17,7) ; trace de l’attache inf. d’une anse sur la panse. Surface brune, avec nombreuses et très fines inclusions, essentiellement de calcite. Pâte rose-orangé (10 R 6/4), dure, fine, avec nombreuses petites inclusions diverses. Fig. 32.

C3. (22) Marmite graphiquement complète, non entièrement restaurée, dont une partie de la panse et les anses manquent. H. 16. Large ouverture (diam. 15,9) et panse légèrement côtelée (diam. max. 18,3) ; sous la lèvre, trace de l’attache sup. d’une anse. Surface brune, lisse au toucher. Pâte brune (5 YR 6/4), dure, relativement fine, avec fines inclusions de calcite en assez grande quantité. Fig. 32.

C4. (507, 923) Bord fragmentaire de marmite, constitué de trois fr. jointifs. H. cons. 6,3. Large ouverture (diam. rest. 15) et une petite anse en S conservée (5,1 × 1,3 × 0,7). Surface orange vif, rugueuse, avec nombreuses inclusions de calcite. Pâte orange vif (10 R 6/4), plutôt fine, avec nombreuses inclusions de calcite. Fig. 32.

C5. (508) Fr. de partie sup. de marmite. H. cons. 7,7. Large ouverture (diam. rest. 17,8), départ de la panse légèrement côtelée et une petite anse en S conservée (5,6 × 1,3 × 1). Surface orangée, rugueuse, très chargée en inclusions de calcite. Pâte orangée (2,5 YR 6/8), avec nombreuses inclusions de calcite. Fig. 33.

Fig. 33

Fig. 33

Marmites : Types 1, 2 et 3 (éch. 1/4).

C6. (931) Bord fragmentaire de marmite constitué de trois fr. jointifs. H. cons. 2,9. Large ouverture (diam. rest. 16,5). Surface brun-grisâtre, avec quelques fines inclusions de calcite. Pâte grésée, orangée à cœur gris (7,5 YR 4/2), fine, dure, avec nombreuses et fines inclusions de calcite. Fig. 33.

C7. (26, 932) Partie sup. de marmite, constituée de cinq fr. dont certains sont jointifs. H. cons. 7. Large ouverture (diam. rest. 16,4), départ de la panse cannelée, une petite anse en S conservée (5,5 × 1,3 × 0,7) et sous la lèvre, trace de l’attache sup. de l’autre anse. Surface orange vif, rugueuse. Pâte orange vif (10 R 6/4), avec nombreuses inclusions de calcite, très similaire à C4.

C8. (504A) Fr. de bord de marmite. H. cons. 3,2. Large ouverture (diam. rest. 18,5). Surface orangée, rugueuse. Pâte orangée (2,5 YR 6/8), avec très nombreuses inclusions de calcite, proche de C1.

C9. Grand bord fragmentaire de marmite. H. cons. 6,5. Large ouverture (diam. rest. 17,5). Surface orangée, granuleuse. Pâte orange-grisâtre (7,5 YR 4/2), avec nombreuses inclusions diverses de taille moyenne.

C10. (505) Fr. de bord de marmite. H. cons. 4,3. Sous la lèvre, trace de l’attache sup. d’une anse. Surface et pâte similaires à C8.

C11. (922) Fr. de bord de marmite. H. cons. 3,9. Large ouverture (diam. rest. 18). Surface orangée, granuleuse. Pâte orangée (2,5 YR 6/7), avec nombreuses inclusions de calcite, de quartz et des particules grises.

C12. (non réf.) Bord fragmentaire de marmite, constitué de deux fr. non jointifs. H. cons. 3,8. Sous la lèvre, trace de l’attache sup. d’une anse. Pâte grésée, orangée (7,5 YR 4/2), avec nombreuses inclusions de calcite.

C13. (510) Partie inf. de marmite, constituée de six fr. jointifs. H. cons. 4,3. Fond légèrement aplati à l’extérieur (diam. 6) avec petit ombilic central à l’intérieur et départ de la panse légèrement côtelée. Surface et pâte orangées (2,5 YR 6/8), avec nombreuses inclusions de calcite.

C14. (511) Partie inf. de marmite constituée de deux fr. jointifs. H. cons. 1,7. Fond légèrement aplati à l’extérieur (diam. 5,5) et en spirale rentrante à l’intérieur. Surface orangée, avec nombreuses inclusions de calcite. Pâte orange vif (10 R 6/4), avec nombreuses inclusions de calcite.

C15. (non réf.) Deux fr. jointifs de panse de marmite. Pâte grésée, fine, avec nombreuses et fines inclusions de calcite, proche de C6.

C16. (non réf.) Fr. de petite anse en S de marmite. Pâte grésée, relativement fine, avec fines inclusions de calcite.

C17. (non réf.) Trois fr. de petites anses en S provenant vraisemblablement de marmites différentes. Pâte orangée (2,5 YR 6/8), avec nombreuses inclusions de calcite.

C18. (24) Marmite graphiquement complète restaurée, dont presque toute la partie sup. manque. H. 11,8. Ouverture plus étroite (diam. 11,3), panse légèrement côtelée (diam. max. 12,2) et une seule petite anse en S conservée (2,6 × 1,2 × 0,4). Surface brune, avec nombreuses inclusions de calcite, parfois de grande dimension. Pâte rouge-brique (10 R 8/5), avec nombreuses et fines inclusions de calcite. Fig. 33.

Type 2

C19. (25) Marmite presque complète restaurée. H. 20,5. Large ouverture (diam. 16,1), panse légèrement côtelée (diam. max. 22) et une petite anse conservée (4,8 × 1,9 × 0,6). Surface brune, avec nombreuses inclusions variées. Pâte rouille (7,5 YR 5/2), granuleuse, avec fines inclusions de calcite, de quartz et nombreuses particules grises. Fig. 33.

C20. (503) Partie sup. de marmite. H. cons. 4,2. Large ouverture (diam. rest. 16,5) et départ de la panse légèrement côtelée. Surface grésée. Pâte grésée, lourde, assez pure.

C21. (506) Fr. de bord de marmite. H. cons. 4,8. Large ouverture (diam. rest. 17). Surface orange foncé, granuleuse. Pâte similaire à C1 et C8.

Type 3

C22. (23) Partie inf. restaurée de marmite. H. cons. 12,7. Panse très légèrement côtelée (diam. max. 20) et fond plat (diam. 12), portant des cercles concentriques incisés, très marqués. Surface orangée, avec quelques fines inclusions de calcite. Pâte rouge-orangé (10 R 5/8), assez fine, avec très peu d’inclusions. Fig. 33.

Type 4

C23. (74) Marmite restaurée, presque complète à l’origine mais brisée accidentellement en 1992. Lèvre montante en méplat, panse carénée et cannelée sous la carène, fond légèrement bombé, et une petite anse en S conservée. Surface orangée, rugueuse, avec nombreuses inclusions de calcite, de quartz, et des inclusions grises (volcaniques ?). Pâte orange-brun, avec nombreuses particules, notamment de calcite.

C24. (927’) Fr. de panse carénée de marmite (diam. max. 22,5). H. cons. 5,8. Attache inf. d’une anse conservée et panse cannelée sous la carène. Surface grise, avec peu d’inclusions visibles. Pâte orange vif (5 YR 6/3), dure, avec nombreuses inclusions de calcite. Fig. 34.

Fig. 34

Fig. 34

Marmite (Type 4), Plats à cuire (Types 1 et 2) et Pot à cuire (éch. 1/4).

C25. (940) Partie sup. de marmite à panse carénée. Attache sup. d’une anse conservée. Surface marron clair, avec nombreuses inclusions de calcite. Pâte brune (5 YR 6/4), dure, relativement fine, avec fines inclusions de calcite en assez grande quantité, très proche de C3.

Plats à cuire

Type 1

C26. (501) Partie sup. de plat à cuire, constituée de deux fr. jointifs. H. cons. 7. Large ouverture (diam. rest. 29,7) et bord à grande lèvre montante en méplat. Surface brune, très rugueuse, avec très nombreuses inclusions angulaires. Pâte brune (7,5 YR 5/2), très grossière, très granuleuse, avec nombreuses inclusions d’assez grande taille et très variées (principalement de quartz). Fig. 34.

C27. (500) Fr. de bord à grande lèvre montante en méplat de plat à cuire (diam. rest. 30). H. cons. 3,5. Surface et pâte similaires à C26.

C28. (502) Deux fr. jointifs de bord à grande lèvre montante en méplat de plat à cuire. H. cons. 4. Forme, surface et pâte similaires à C26.

C29. (16 B) Partie sup. de plat à cuire, constituée de quatre fr. non jointifs. Forme, surface et pâte similaires à C26.

C30. (non réf.) Partie inf. de plat à cuire, constituée de cinq fr., dont certains sont jointifs. Fond plat et départ de la panse. Forme, surface et pâte similaires à C26.

C31. (58, C1) Couvercle rond à bouton creux, de forme très irrégulière, marqué par des cercles concentriques sur les parois int. et ext. (diam. rest. 18,4). H. cons. 5,2. Surface et pâte orange foncé (10 R 6/8), de même facture que C26. Fig. 34.

C32.(C2) Fr. de couvercle rond à bouton creux (diam. cons. 8,5). H. cons. 3. Forme, surface et pâte similaires à C31.

Type 2

C33. (930) Plat à cuire fragmentaire, graphiquement complet. H. 6,7. Large ouverture (diam. rest. 32,7), bord à large lèvre en méplat et à gorge, avec attache sup. d’une anse conservée. Surface orangée, rugueuse, avec très nombreuses inclusions diverses. Pâte brun-grisâtre (7,5 YR 5/2), très grossière, granuleuse, avec nombreuses inclusions de taille moyenne et très variées (quartz, calcite et particules volcaniques). Fig. 34.

Pot à cuire

C34. (519) Partie sup. d’un pot à cuire. H. cons. 9,7. Col haut cylindrique (diam. rest. 8,3) et une anse de section ovale conservée (7,8 × 2 × 1,2). Surface beige-
grisâtre (2,5 YR 7/2), très rugueuse au toucher, constellée de grains noirs volcaniques. Pâte rouge foncé, dense, à matrice très serrée, avec très nombreuses inclusions, essentiellement volcaniques et de calcite. Fig. 34.

C35. (non réf.) Fr. d’anse de pot à cuire, de section ovale. Surface et pâte proches de C34.

Lampes

L1. (402) Moitié de lampe ronde, dont il manque une partie du réservoir et l’anse ; bec arrondi, délimité par deux rainures. Diam. cons. 7,8 ; diam. médaillon 4. Surface orangée, sans vernis. Pâte orangée (2,5 YR 6/6), relativement pure. Fig. 35.

Fig. 35

Fig. 35

Lampe attique (éch. 1/1).

L2. (403) Anse de lampe, à deux nervures, repliée de manière à former un ovale. Surface gris foncé et lisse. Pâte grise (5 YR 7/1) très fine, avec très fines inclusions de calcite.

L3. (404) Anse de lampe et départ du réservoir. Surface jaune vif et très lisse. Pâte jaune pâle (7,5 YR 8/6), très lisse et très pure.

L4. (405) Anse de lampe, plate, percée d’un trou. Surface orange foncé, avec très nombreuses inclusions, principalement de calcite. Pâte orangée (5 YR 7/6), avec nombreuses inclusions.

L5. (408) Anse de lampe, plate avec deux nervures, percée d’un trou. Surface orange vif, avec quelques inclusions de calcite. Pâte orange (5 YR 7/8) à cœur gris.

Haut de page

Notes

1 . A.  Peignard-Giros, « La céramique d’époque impériale dans les Cyclades. L ’exemple de Délos », Topoi 19.1 (2014), p. 417.

2 . Sur l’histoire de Délos à l’époque impériale et protobyzantine, voir entre autres A. K.  Orlandos, « Délos chrétienne », BCH 60 (1936), p. 68-100 ; Ph.  Bruneau, « Contribution à l’histoire urbaine de Délos à l’époque hellénistique et à l’époque impériale », BCH 92 (1968), p. 633-709 ; E.  Le Quéré, Les Cyclades sous l’Empire romain. Histoire d’une renaissance(2015), p. 165-173 ; Ead ., « Chap. XIV : Un paysage sacré en mutation, du i er s. av. J.-C. à la fin de l’époque impériale  », dans R.  Étienne(éd.), Le Sanctuaire d’Apollon à Délos, EAD 44 (2018), p. 249-288 ; A.  Bouet, E.  Le Quéré, « Les thermes impériaux de Délos : l’infrastructure publique d’une ville ἄδηλος ? », BCH139-140.1 (2015-2016), p. 417-462 ; C. G.  Malacrino, « L ’architettura ‘sacrificata’. Le terme dell’Agora dei Deli a Delo », dans F.  Longo et al. (éds), DROMOI. Studi sul mondo antico offerti a Emanuele Greco dagli allievi della Scuola archeologica italiana di Atene(2016), p. 553-573.

3 . Voir la mise au point de Ph.  Bruneau(n. 2), p. 697-698 et d’A.  Peignard-Giros(n. 1), p. 418-419 ; sur les amphores, voir Empereur1982.

4 . C’est le cas des fouilles de Cl. Hasenohr dans le secteur de l’Agora des Compétaliastes, ou encore de celles de H. Wurmser dans la Maison de Fourni.

5 . Principales publications d’ensembles de céramique d’époque hellénistique tardive à Délos : Bruneau et al. 1970, p. 239-262 ; J.-P.  Morel, « Céramiques à vernis noir d’Italie trouvées à Délos », BCH 110 (1986), p. 461-493 ; P.  Chatzidakis, « “House of the Lake”, South Well in the Atrium », dans Hellenistic Pottery from the Aegean (1994), p. 46-73 ; Id ., « Κτίριο νότια του “Ιερού του Προμαχώνος”. Μία taverna vinaria στη Δήλο », dans Δ’ Επιστημονική Συνάντηση για την Ελληνιστική Κεραμική (1997), p. 291-307 ; Id ., « Oψοποιικά σκεύη από τη Δήλο », dans E ’ Επιστημονική Συνάντηση για την Ελληνιστική Κεραμική (2000), p. 115-130 ; Id ., « Τα μαγειρικά σκεύη στους αρχαίους Έλληνες κωμωδιογράφους και στη Δήλο », dans ΣΤ’ Επιστημονική Συνάντηση για την Ελληνιστική Κεραμική (2004), p. 641-654 ; Ph.  Zapheiropoulou, P.  Chatzidakis, « Agora of the Italians, Niche of Publius Satricianus », dans Hellenistic Pottery from the Aegean (1994), p. 28-45 ; Eid ., « Δήλος – Κεραμική από τον δρόμο βόρειά του Ανδήρου των Λεόντων », dans Γ’ Επιστημονική Συνάντηση για την Ελληνιστική Κεραμική(1994), p. 235-248 ; A.  Peignard- Giros, « La vaisselle de la Maison des sceaux, Délos », dans Δ’ Επιστημονική Συνάντηση για την Ελληνιστική Κεραμική(1997), p. 308-316 ; Ead ., « Les céramiques communes à Délos à l’époque hellénistique tardive ( ii e- i er s. av. J.-C.) », dans C.  Batigne Vallet(éd.), Les céramiques communes dans leur contexte régional, TMO 60 (2012), p. 243-256 ; Ead., « Importations et imitations de céramiques occidentales à Délos à la fin de l’époque hellénistique tardive », dans N.  Fenn, Chr. Römer- Strehl(éds), Networks in the Hellenistic World : According to the pottery in the eastern Mediterranean and beyond (2013), p. 243-256 ; J.-S.  Gros, « La céramique hellénistique à Délos : essai de quantification des productions dans le matériel des fouilles de l’Aphrodision de Stèsiléos », dans Ibid (2013), p. 143-152.

6 . Ph.  Bruneau, Les lampes, EAD 26 (1965), chap. 27, p. 115-145.

7 . A.  Peignard- Giros(n. 1), p. 422-432.

8 . R.  Étienne, A.  Farnoux, BCH 112.2 (1988), p. 746-752. Voir aussi R.  Étienne, BCH 111.2 (1987), p. 628-629. Pour l’histoire des fouilles de cet édifice et sa restitution architecturale, voir R.  Étienne, « Le Prytanée de Délos », REA99 (1997), p. 305-324.

9 . Dimensions du puits : prof. 3,80 m ; diam. à la base 1,22 m ; diam. à l’ouverture 0,64 m. L ’ouverture du puits se trouvait à environ 3 m au Nord du mur du fond du portique (cf. A.  Farnoux, Carnet de fouilles, Archives de l’É fA [1987], p. 106).

10 . Malheureusement, aucune indication stratigraphique n’est fournie pour la fouille du puits. R. Étienne m’a néanmoins informée que le mobilier céramique était mélangé du haut jusqu’en bas, avec certains tessons recollant entre eux, alors que récupérés aussi bien en haut qu’au fond du puits.

11 . Sur ces inscriptions, voir Chr. Feyel, « Inscriptions inédites du Prytanée délien : dédicaces et actes d’archontes », BCH 124.1 (2000), p. 247-260 ; Cl.  Prêtre, « La Tabula délienne de 168 av. J.-C. », BCH 124.1 (2000), p. 261-271 ; V.  Chankowski, « Un nouveau procès délien : les comptes des naopes de Délos et la procédure athénienne au iv e siècle », BCH 125.1 (2001), p. 175-193.

12 . Ont été retrouvés : la partie inférieure d’une grande statuette drapée, en marbre blanc brillant, à grain très fin (n o A.08122) ; un fragment de coiffure (cheveux attachés en chignon), en marbre blanc, à grain fin (n o A.08123) ; un petit torse masculin, en marbre gris blanc, à fins cristaux (n o A.08121) ; une tête féminine, en marbre blanc brillant, à grain fin bien individualisé, qui se délite par minces plaques (n o A.08120). Il faut également ajouter à ces fragments une grande vasque de marbre (n o A.08124). Je remercie Fr. Prost pour ces identifications et indications.

13 . Diam. 26 mm ; dr. buste féminin et légende illisible ; rev. motif peu discernable (portrait ?). La pièce étant très usée, cela prouve qu’elle a circulé soit très intensément, soit très longtemps, soit – probablement – les deux. Il faut donc pondérer la date de frappe par ce critère, mais il est impossible de le faire de manière mécanique. Ainsi, cette monnaie était probablement encore en usage au iii e s. apr. J.-C. L ’aspect du flan ferait plutôt penser à une monnaie provinciale parce qu’à cette époque, les monnaies impériales ont tendance à avoir des flans plus épais et moins larges qu’auparavant, ce qui ne semble pas être le cas ici. Je dois ces identifications et informations à St. Martin, que je remercie.

14 . Voir infra, Annexe. Une première étude de ce matériel avait été tentée par L. Foschia en 1997 dans le cadre d’un mémoire de DEA. La restauration des vases date de l’époque des fouilles (1987-1988). Le matériel a été de nouveau trié, classé et répertorié par E. Le Quéré et D. Pieri lors de différentes campagnes réalisées entre 2009 et 2011, puis étudié par E. Le Quéré de 2012 à 2016.

15 . Seuls les fragments significatifs sont pris en compte (bords, anses, fonds et vases graphiquement complets), suivant en cela le « protocole de Bibracte » pour la quantification des céramiques, afin d’obtenir un NMI (Nombre Minimum d’Individus) : cf. P.  Arcelin, M.  Tuffreau- Libre(éds), La quantification des céramiques : conditions et protocole, Bibracte2 (1998). Le détail de ces comptages apparaît dans les différents tableaux accompagnant cet article.

16 . La nomenclature, la typologie et la datation des amphores retenues ici suivent celles du catalogue de Williams2005, dans lequel on retrouvera pour chaque type une bibliographie exhaustive. Les amphores sont classées selon leur origine géographique, suivant l’ordre du Tableau 1.

17 . Lamboglia 2: Peacock, Williams1986, n o8; Williams2005, « Lamboglia 2 ». Dressel 1: Peacock, Williams1986, n os4-5; Williams2005, « Dressel 1 ». Forlimpopoli: Peacock, Williams1986, n o 42; Williams2005, « Forlimpopoli ».

18 . Crétoise 1 (ou Agora G 197) : Peacock, Williams1986, n o 41 ; Lattara 6, p. 73 ; Marangou-Lerat1996, p. 67-77 et pl. II-XI ; Williams2005, « Crétoise 1 ». Crétoise 4 (ou Dressel 43) : Lattara 6, p. 70 ; Marangou-Lerat1996, p. 84-89 et pl. XIX-XXI; Williams2005, « Dressel 43 ».

19 . Peacock, Williams1986, n o 47; Lattara 6, p. 70; Williams2005, « Kapitän 2 ». Pour une possible origine de Samos ou de la région d’Éphèse, voir T.  Bezeczky, « Roman Amphorae from Vindobona », dans F.  Krinzinger(éd.), Vindobona. Beiträg zu ausgewählten Keramikgattungen in ihrem topographiscen Kontext(2005), p. 43-45.

20 . Pour cette datation et les sites d’importation en Méditerranée, voir Panella1986, p. 616-617, fig. 11 et p. 626-628, fig. 25, n. 36 avec bibliographie exhaustive. Des amphores Kapitän 2 ont aussi été retrouvées dans des contextes du iii e s. apr. J.-C. à Augst et en Panonnie (S.  Martin-Kilcher, Die römischen amphoren aus Augst und Kaiseraugst. Ein Beitrag zur römischen Handels- und Kulturgeschichte II [1994], p. 440 ; T.  Bezeczky[n. 19], p. 43-45), et des iii eet iv es. apr. J.-C. à Athènes ( Robinson 1959, n os K 113, L 33,  m237,  m274), à Corinthe (K.  W. Slane, « Amphoras – Used and Reused – at Corinth », dans Eiring, Lund 2004 , p. 364-365), à Zeugma (C.  Abadie-Reynal, « Les amphores méditerranéennes d’importation trouvées à Zeugma : présentation préliminaire », dans Eiring, Lund 2004 , p. 16-17, fig. 3), à Argos ( Abadie-Reynal2007, p. 247-248, n o 447), ou encore à Delphes (Pl.  Pétridis, La céramique protobyzantine de Delphes : une production et son contexte, FDV.4 [2010], p. 126, pl. 40, fig. 214).

21 . J.-Y.  Empereur, M.  Picon, « Les régions de production d’amphores impériales en Méditerranée orientale », dans Amphores romaines et histoire économique : dix ans de recherche, CEFR 114 (1989), p. 233. Pour une possible origine de Cos, voir J. S.  Keay, Late Roman Amphorae in the Western Mediterranean, BARIntSer 136 (1984), p. 137 ; d’Éphèse, voir U.  Outschar, « Beobachtungen und Aspekte zur ephesischen Keramik », dans M . Herfort-Koch et al. (éds), Hellenistische und kaiserzeitliche Keramik des östlichen Mittelmeergebietes (1996), p. 37.

22 . A.  Opaiț, « From DR 24 to LR 2 ? », dans M.  Bonifay, J.-C.  Tréglia(éds), LRCW II (2007), p. 629.

23 . A.  Opaiț(n. 22), p. 629-643 ; A.  Opaiț, A.  Tsaravopoulos, « Amphorae of Dressel 24 similisType in the Central Aegean Area (Chios–Erythrai–Kyme) », ABSA 106.1 (2011), p. 285-287.

24 . A.  Opaiț, A.  Tsaravopoulos(n. 23), p. 293-295 et p. 302, fig. 31.

25 . Pour une révision de la chronologie du groupe F de l’Agora d’Athènes, voir Abadie-Reynal2007, p. 71 et p. 246.

26 . Lattara 6, p. 73; Williams2005, « Agora F 65-66 ». Pour une illustration de cette évolution, voir M.  Lang, « Dated Jars of Early Imperial Times », Hesperia 24 (1955), p. 277-285 et pl. 79-80 ; Robinson1959, p. 17 et pl. 41 (cols et pieds) ; S.  Lemaître, « L ’amphore de type Agora F 65/66, dite “monoansée”. Essai de synthèse à partir d’exemplaires lyonnais », S.F.E.C.A.G., Actes du Congrès du Mans(1997), p. 311-320. Pour les datations et les sites d’importation en Méditerranée, voir Panella1986, p. 614, fig. 5 et n. 7, p. 622-624, fig. 21.

27 . Peacock, Williams1986, n o 45; Lattara 6, p. 71; Williams2005, « Late Roman Amphora 3 ».

28 . Robinson1959, n os  m125, p. 95 et pl. 23 (début iii es. apr. J.-C.) et  m240, p. 106 (début iv es. apr. J.-C.). Voir aussi M.  Lang(n. 26), p. 278 et pl. 79, s-t ( iii es. apr. J.-C.) ; S.  Lemaître(n. 26), p. 316-318, fig. 8 (fin  ii e- iv es. apr. J.-C.).

29 . J. W.  Hayes, « Pottery : Stratified Groups and Typology », dans J. H.  Humphrey(éd.), Excavations at Carthage 1975 conducted by the University of Michigan 1 (1976), p. 117 ; D. F.  Williams, « The petrology of certain Byzantine amphorae : some suggestions as to origins », dans Actes du Colloque sur la céramique antique (1982), p. 103-104 ; M.  Bonifay, D.  Piéri, « Amphores du v eau vi es. à Marseille : nouvelles données sur la typologie et le contenu », JRA 8 (1995), p. 111 ; T.  Bezeczky(n. 19), p. 87.

30 . Voir M.  Lang(n. 26), pâte 2 ; S.  Lemaître(n. 26), pâte 2.

31 . Voir M.  Lang(n. 26), p. 277 et pl. 79, a-b (tardo- hellénistique- i er s. apr. J.-C.) ; S.  Lemaître(n. 26), p. 312-313, fig. 2 (époque augustéenne).

32 . La pâte n’a pas pu être analysée en raison de la restauration du vase avant étude.

33 . Dressel 2/4: Peacock, Williams1986, n o 10;  Empereur, Hesnard1987, p. 36; Lattara 6, p. 70; Williams2005, « Dressel 2-4 Cos ». Dressel 5: Empereur, Hesnard1987, p. 22-23; Williams2005, « Dressel 5 ».

34 . Lattara 6, p. 72; Williams2005, « Pompeii 38 ». Sur les précisions de cette chronologie en fonction de la morphologie des amphores, voir Grace1979, fig. 64 ; Panella1986, p. 621, fig. 18 ; Empereur, Hesnard1987, p. 20-21, fig. 16 ; S.  Martin-Kilcher(n. 20), p. 440.

35 . Rhodiennes anciennes : Grace1979, fig. 22-25 et 62 ; Empereur, Hesnard1987, p. 18-19. Rhodiennes: Grace1979, fig. 36 et 62; Empereur, Hesnard1987, p. 18-20.

36 . Hayes1983, Types 24-25, p. 151-152, fig. 24, n o A66. Voir aussi Peacock, Williams1986, n o 9; Williams2005, « Rhodian Type ».

37 . J.-Y.  Empereur, N.  Tuna, « Hieroteles, potier Rhodien de la Perée », dans V.  Deroche, J. M.  Spieser(éds), Recherches sur la céramique Byzantine, BCH Suppl. 18 (1983), p. 277-299. Pour la large distribution géographique de ces amphores, voir D. P. S.  Peacock, « Roman amphorae : typology, fabric and origin », dans Méthodes classiques et méthodes formelles dans l’étude des amphores, CEFR 32 (1977), p. 261-273.

38 . Lattara 6, p. 73; Williams2005, « Agora G 199 »; Autret2015, p. 212-254. Sur l’origine cilicienne de ces amphores, voir aussi N. K.  Rauh, « Pirated Knock-offs: Cilician Imitations of Internationally Traded Amphoras », dans Eiring, Lund2004, p. 329-332; C.  Autret, N. K.  Rauh, « Roman Amphora Production in Roman Rough Cilicia », dans Ü.  Aydınoğlu, A. K.  Şenol(éds), Olive oil and wine production in Anatolia during Antiquity (2010), p. 109-122.

39 . Williams2005, « Agora  m54 »; Autret2015, p. 255-270. Voir aussi J.-Y.  Empereur, M.  Picon(n. 21), p. 231-232.

40 . Autret 2015, p. 257 .

41 . Pour cette datation, plutôt que la deuxième moitié du i er s. apr. J.-C., voir Autret 2015, p. 258 .

42 . Reynolds2005, p. 564.

43 . Reynolds2005, p. 565, pl. 2, fig. 13, 17-18 ; Williams2005, « Pompeii 5 » ; Autret2015, p. 270-284.

44 . J.-Y.  Empereur, M.  Picon(n. 21), p. 237 et fig. 18-21 ; J.-Y.  Empereur, « Les amphores complètes du Musée d’Alexandrie : importations et productions locales », dans J.-Y.  Empereur(éd.), Commerce et artisanat dans l’Alexandrie hellénistique et romaine, BCH Suppl. 33 (1998), p. 393-399 ; Autret2015, p. 277-283.

45 . Reynolds2005, p. 565.

46 . Reynolds2005, p. 568, pl. 7, fig. 46, 51-52. Voir aussi le Type IX de Paphos (J. W.  Hayes, PaphosIII.  The Hellenistic and Roman Pottery [1991], p. 94, pl. 25, fig. 7); Williams2005, « Amrit Amphora ».

47 . P.  Reynolds, « Pottery Production and Economic Exchange in second century Berytus », Berytus 43 (1999), p. 41.

48 . J. W.  Hayes, Paphos III: Hellenistic and Roman Pottery (1991), Type 9, p. 94, pl. 25.7.

49 . Robinson1959, n oF 67, p. 17 et pl. 2.

50 . A.  Opaiţ, « Defining more Roman amphora types from the Athenian Agora: too much history, too little typology (I) », Rei Cretariae Romanae Fautorum Acta 43 (2014), p. 43-54. Voir Robinson1959, n os L 30, p. 77, pl. 16 ( iii e- iv e s. av. J.-C.) et L 54, p. 79, pl. 17 ( iv e s. apr. J.-C.).

51 . A.  Opaiţ(n. 50), p. 46-48 et fig. 12-14. Voir par exemple à Argos, A. I.  Ivantchik, « Un puits de l’époque paléochrétienne sur l’agora d’Argos », BCH 126 (2002), p. 379, n o120 et p. 388, n o137.

52 . P.  Reynolds(n. 47), p. 39-40, p. 59-61, fig. 20-23 et fig. 228-230; Reynolds2005, p. 569-570, pl. 10; Williams2005, « Beirut 3 ».

53 . S. I.  Rotroff, The Athenian Agora, XXXIII , Hellenistic Pottery: the Plain Wares(2006), p. 81 (avec bibliographie), p. 253-254, n os85-99, fig. 14-15, pl. 13-14; Y.  Kourayos, E.  Hasaki, « The Early Roman Pottery Workshop, the Classical House, and Geometric burials at Skiadas Plot, Paroikia, Paros (Cyclades) », A Δ 67-68 [2012-2013] (2017), p. 472-473, fig. 19-21 (vases datés de la fin du i er s. av. J.-C.) ; P.  Chatzidakis(n. 5), p. 66-67 (Mykonos) ; communication orale de Chr. Mitsopoulou (Amorgos). Pour une discussion sur l’éventuelle origine plus ancienne des vases à anses de panier, voir B. A.  Sparkes, L.  Talcott, The Athenian Agora, XII, Black and Plain Pottery of the 6th, 5th and 4th centuries B.C. (1970), p. 203.

54 . Robinson1959, p. 92.

55 . Robinson1959, n os [G 106], J 44, [J 45] (début iii es. apr. J.-C.),  m44,  m88-89 (fin ii es. apr. J.-C.), m 198 (fin iii es. apr. J.-C.). La même forme existe aussi en miniature (7 à 9 cm de hauteur)  : Robinson1959, n os J 2-3, L 7,  m 160.

56 . Voir infraIII. 2, p. 350.

57 . Deux vases provenant de la citerne de la Maison de l’Hermès, début du i er s. av. J.-C. (J.  Marcadé, BCH 77 [1953], p. 599-600 et fig. 95, n os B 7343 et B 7344) ; trois vases provenant du puits de la cour I de l’Ilot de la Maison des Comédiens, fin du ii es.-début du i er s. av. J.-C. (et non i er s. apr. J.-C. comme le proposaient les fouilleurs) ( Bruneau et al. 1970, p. 257 et pl. 47, n osD 198-D 200) ; un vase provenant du puits Sud de la cour de la Maison du Lac, début du i er s. av. J.-C. (P.  Hadzidakis[n. 5], p. 64-67, n o 27, fig. 19). Pour les datations, voir S. I.  Rotroff(n. 53), p. 81.

58 . G.  Daux, BCH 90 (1966), p. 991-992, fig. 6 : seule une photographie de ces vases est publiée, sans aucune description. Voir aussi trois tessons gaufrés trouvés en surface dans l’Ilot de la Maison des Comédiens, « argile crème, rouge dans la masse », datés des iii e- iv e s. apr. J.-C., et pouvant appartenir à un type de vase similaire ( Bruneau et al. 1970, p. 262 et pl. 49, n o D 253).

59 . Musée de Délos, n oB.00777. H. tot. 35 ; H. fl. 23,5. Anse (4 × 1,5), embouchure (20,9 × 15,2) et fond annulaire ombiliqué (diam. 9,5). Surface beige-chamois (5 YR 8/4), savonneuse, avec inclusions de calcite et empreintes de végétaux. Pâte indescriptible.

60 . Musée de Délos, n oB.01026. H. fl. 25,2. Embouchure (22 × 16,8) et fond annulaire ombiliqué (diam. 9,1). Surface beige-chamois (5 YR 8/4), savonneuse, avec inclusions de calcites et de quartz. Pâte indescriptible. Nous n’avons pas retrouvé dans les carnets de fouilles à quoi correspond l’ oikos Γ ; peut-être s’agit-il d’une pièce d’une maison du Quartier du Théâtre, fouillé à cette époque-là.

61 . Bruneau et al. 1970, p. 257 et pl. 47, n osD 193-D197.

62 . Bruneau et al. 1970, p. 41.

63 . Étienne, Braun1986, n oEa 16, p. 222.

64 . J. W.  Hayes, The Athenian Agora, XXXII, Roman Pottery: Fine Ware Imports(2008), n o 1499, p. 259, fig. 46. Voir aussi Id ., « From Rome to Beirut and Beyond: Asia Minor and Eastern Mediterranean Trade Connections », Rei Cretariae Romanae Fautorum Acta 36 (2000), p. 290, fig. 11.

65 . Robinson1959, n osL 49, p. 79, pl. 17 et  m222, p. 105, pl. 27.

66 . Robinson1959, n os[G 105], p. 33, pl. 6 et [J 42], p. 55, pl. 10.

67 . G.  Daux, BCH 87 (1963), p. 874, fig. 3.

68 . S. I.  Rotroff(n. 53), n o73, p. 252, fig. 12 et pl. 12.

69 . Ladstätter2010, n osA-K 516, p. 262 et pl. 90.

70 . Ladstätter2010, n oA-K 731, p. 260 et pl. 104 (vers 230 apr. J.-C.) ; n oA-K 950, p. 278 et pl. 117 ; n o B-K 416, p. 577 et pl. 221 ; n oB-K 468, p. 583 et pl. 226 (troisième quart du iii es. apr. J.-C.).

71 . J. W.  Hayes (n.  64), n o1486, p. 275, fig. 45 : cruche datée avec incertitude du milieu du v e s. apr. J.-C.

72 . Voir supra, II.2.1.

73 . Pl.  Pétridis(n. 20), p. 60.

74 . Pour toutes les références, voir Abadie-Reynal2007, p. 214-215, n o 361. Voir aussi à Éphèse, Ladstätter 2010 , n osA-K 700-704, p. 257-258, pl. 102 et 128 et n osA-K 893-894, p. 273, pl. 113 (vers 230 apr. J.-C.).

75 . Étienne, Braun1986, n osGa 16, p. 229 et H 3, p. 230, pl. 124 ; voir aussi n oAn 20, p. 231 et pl. 111 (non daté).

76 . Pour toutes les références, voir Abadie-Reynal2007, p. 216, n o 363. Voir aussi à Éphèse, Ladstätter 2010 , n osA-K 885-886, p. 272-273, pl. 113 (vers 230 apr. J.-C.).

77 . Abadie-Reynal2007, p. 217.

78 . Ladstätter 2010 , n oA-K 705, p. 258, pl. 102 et 128.

79 . Pour toutes les références, voir Abadie-Reynal2007, p. 215-216, n o 362. Voir aussi à Éphèse, Ladstätter 2010 , n osA-K 903-908, p. 274, pl. 114 et 133 (230 apr. J.-C.).

80 . Pour toutes les références, voir Abadie-Reynal2007, p. 219, n o 370.

81 . Voir par exemple à Athènes, Robinson1959, n osK89-K91, p. 67 et pl. 42 et 72 (milieu du iii es. apr. J.-C.); à Cnossos, L. H. Sackett et al., Knossos from Greek City to Roman Colony. Excavations at the Unexplored Mansion II (1992), n osS1, 11 et S1, 12, p. 248 et pl. 188 (époque sévérienne) et n o U68, p. 252 et pl. 193 ( iii e s. apr. J.-C.) ; à Éphèse, Ladstätter 2010 , n oA-K 711, p. 258, pl. 103 (vers 230 apr. J.-C.).

82 . Athènes : Robinson1959, n oJ 22, p. 53 et pl. 72 (début du iii es. apr. J.-C.) ; Argos : Abadie-Reynal2007, n o 370.2, p. 219 et pl. 58 ( iii es. apr. J.-C.) ; Éphèse : Ladstätter 2010 , n oA-K 739, p. 260 et pl. 104 (vers 230 apr. J.-C.).

83 . Pour un parallèle strict, voir J.  Perlzweig, The Athenian Agora, VII, Lamps of the Roman Period (1961), p. 128-129, n os 924-927 et pl. 20 (seconde moitié du iii e-première moitié du iv e s. apr. J.-C.) et O.  Broneer, Corinth IV.2  : Terracotta Lamps(1930), p. 263, n o 1254 et fig. 187 ( iv e s. apr. J.-C.). Pour des formes similaires, voir J.  Perlzweig, n os 646, 752-767, 784, 908, 1007 et 1017 ; O.  Broneer, type XXVIII, p. 103, fig. 48.18 (bordure), p. 105, fig. 49.1 (bec) et n os 1185, 1241, 1257, 1310 et 1316 ; M. A.  Frantz, The Middle Ages in the Athenian Agora, Picture Book7 (1961), fig. 10.

84 . Ph.  Bruneau(n. 6), p. 136-137, n os 4666-4670 et pl. 32.

85 . Voir par exemple J.  Marcadé, BCH 77 (1953), p. 599-600 (puits de la Maison de l’Hermès) ; G.  Daux, BCH 87 (1963), p. 874 (citerne de la Synagogue) ; G.  Daux, BCH 90 (1966), p. 991-992 (citerne de la cour S de l’habitation III du Quartier de Skardhana) ; Bruneau et al. 1970, p. 257 et pl. 47 (puits de la cour I de l’Ilot de la Maison des Comédiens) ; P.  Chatzidakis (n. 5), p. 46-73 (puits de la Maison du Lac).

86 . Pour l’étude de ces puits, avec toutes les références, voir J.-Ch. Moretti, M.  Fincker, « Les réseaux d’eau courante à Délos », dans C.  Abadie-Raynal et al. (éds), Les réseaux d’eau courante dans l’Antiquité. Réparations, modifications, réutilisations, abandon, récupération(2011), p. 159-172 ; L.  Chevalier, « Chap. XVII : Puits et canalisations  », dans R.  Étienne(éd.), Le Sanctuaire d’Apollon à Délos, EAD 44 (2018).

87 . E.  Le Quéré(n. 2), p. 276-277 et pl. 28 ; Ead ., « Chap. VIII : Édifices et constructions des époques impériale et protobyzantine dans le Sanctuaire d’Apollon », dans R.  Étienne(éd.), Le Sanctuaire d’Apollon à Délos, EAD 44 (2018), p. 140.

88 . Voir sur ce point E.  Le Quéré(n. 2), p. 273-277.

89 . E.  Le Quéré (n. 87), p. 139-147 .

90 . Sur l’aqueduc, voir J.-Ch. Moretti, M.  Fincker(n. 86), p. 164-169 ; sur les thermes, datés du iv e- v e s. apr. J.-C., voir A.  Bouet, E.  Le Quéré(n. 2), p. 435-436, contra C. G.  Malacrino (n. 2), p. 569, qui date l’établissement de la deuxième moitié du ii es. apr. J.-C., sans prendre en compte son approvisionnement par l’aqueduc.

91 . Voir supra, n. 53. Pour d’autres hypothèses sur les usages possibles de ces vases (paniers pour transporter de la nourriture, vases pour la fabrication de fromage, etc.), voir Y.  Kourayos, E.  Hasaki(n. 53), p. 474.

92 . Même observation pour les vases d’époque tardo-hellénistique à Athènes : cf. S. I.  Rotroff(n. 50), p. 81.

93 . Voir aussi les remarques de P.  Chatzidakis (n. 5), p. 46-47.

94 . Y.  Kourayos, E.  Hasaki(n. 53), p. 474, fig. 22-23 : plus de 60 moules ont été retrouvés (9,8 × 5,5 cm en moyenne).

95 . Voir Cl.  Prêtre(n. 11), p. 261-271.

96 . Pour des exemples de réutilisations d’amphores pour stocker différentes denrées (orge, blé, lentilles, millet, poisson) en contexte domestique à Olbia pontique, voir J.  Lund, V.  Gabrielsen, « A Fishy Business : Transport Amphorae of the Black Sea Region », dans T.  Bekker-Nielsen(éd.), Ancient Fishing and Fish Processing in the Black Sea Region (2005), p. 164-165. Voir aussi à Délos, J. H.  Kent, « Stamped Amphora Handles from the Delian Temple Estates », dans Studies Presented to David Moore Robinson2 (1953), p. 128; à Athènes, M. L.  Lawall, Transport amphoras and trademarks: imports to Athens and economic diversity in the fifth century B.C., Ph.D. dissertation, University of Michigan (1995), p. 19-20; à Corinthe, K. W.  Slane(n. 20).

97 . H.  Meyza, A.  Peignard-Giros, « The sigillata of Delos, Greece. Archaeological report », dans Études et Travaux24 (2011), p. 120-127.

98 . A.  Peignard-Giros(n. 1), p. 422-432.

99 . C.  Abadie-Reynal, « Céramique et commerce dans le bassin égéen du iv eau vii e siècle », dans Hommes et richesses dans l’Empire byzantinI (1989), p. 144-145 ; D.  Malfitana, « Eastern terra sigillitawares in the Eastern Mediterranean. Notes on an initial quantitative analysis », dans F.  Blondé, P.  Ballet, J.-F.  Salles(éds), Céramiques hellénistiques et romaines. Productions et diffusion en Méditerranée orientale (Chypre, Égypte et côte syro-palestinienne), TMO35 (2002), p. 139-140 : les études quantitatives ont été réalisées, pour les Cyclades, à partir du matériel publié provenant de Ténos, Délos et Siphnos.

100 . Étienne, Braun1986, p. 220-231.

101 . À Sardes : M. L.  Rautman, « Two Late Roman Wells at Sardis », AASOR53 (1995), p. 37-84 : 266 fragments de céramique fine sur plus de 12 000 fragments provenant du comblement de deux puits. À Argos : M.  Sève, « Un puits argien du Haut-Empire », BCH Suppl. 6 (1980), p. 302-303 : un seul fond de coupe sigillée sur 50 objets constituant le dépôt ; A. I.  Ivantchik (n. 51), p. 344 : une dizaine de fragments de sigillée sur près de 200 formes étudiées. À Amathonte : A.  Marangou et al., « Stocker l’eau dans l’ancienne Amathonte : le cas de la citerne de Viklès », BCH 142 (2018).

102 . Deux projets sur ce sujet sont actuellement en cours, l’un sous la direction de N. Badoud dans le cadre du programme FNS « AEGEUM : l’intégration économique du monde égéen à l’empire romain », l’autre sous la direction de J.-Y. Empereur, portant sur les timbres amphoriques déliens.

103 . Empereur1982, p. 109.

104 . Empereur1982, p. 110. Voir aussi A.  Tchernia, Le vin de l’Italie romaine : essai d’histoire économique d’après les amphores, BEFAR 261 (1986), p. 70-72 ; A.  Lindhagen, « The freedmen milieus at Delos and Narona. New perspectives on the Lamboglia 2 wine trade », dans A.-L. S challin(éd.), Perspectives on Ancient Greece (2013), p. 231-232 ; P.  Chatzidakis(n. 5), p. 295 ; S.  Lemaître, « Amphores italiques en Lycie : témoins des réseaux marchands en Méditerranée orientale ? ( ii e s. av. J.-C./ i er s. ap. J.-C.) », Cahiers « Mondes anciens   »7 (2015), p. 22-23.

105 . A.  Tchernia(n. 104), p. 74-75. Sur la diffusion des amphores italiques en Orient et leur lien avec les économies régionales, voir J.  Lund, « Transport Amphorae as Evidence of Exportation of Italian Wine and Oil to the Eastern Mediterranean in the Hellenistic Period  », dans J.  Lund, P.  Pentz(éds), Between Orient and Occident, Studies in Honour of P. J. Riis(2000), p. 77-99; M.  Lawall« Consuming the West in the East: Amphoras of the western Mediterranean in the Aegean before 86 BC », dans D.  Malfitana et al.  (éds), Old Pottery in a New Century: Innovating Perspectives on Roman Pottery Studies (2006), p. 265-286; S.  Lemaître (n 104 ),p. 1-30.

106 . Empereur1982, p. 28, p. 55 et p. 107.

107 . Empereur1982, p. 55 : « 3 fragments d’une amphore tardive côtelée. Terre rouge ». Pour la datation, voir A. K.  Orlandos (n.  2 ), p. 84-86.

108 . Empereur1982, p. 107 et pl. XLIII, fig. 3 (musée de Délos, n o TD7731 ; provenance inconnue).

109 . Musée de Délos, n o TD7568 (H. cons. 41 cm ; diam. panse 23,9 cm). Voir Empereur1982, p. 28 et fig. 5 : « Petite amphore non timbrée reconstituée à partir de nombreux fragments ; il manque la lèvre et le pied (actuellement refait de plâtre). Elle est légèrement côtelée sur l’épaule et sur la panse. Terre marron clair avec inclusions blanches ».

110 . Grace1979, fig. 66 (n oP 25183). Voir A.  Opaiţ, Aspecte ale vietii economice din provincia Scythia (secolele iv-vi p. Ch.). Producţia ceramicii locale şi de import (1996), p. 227 ; Williams2005, « Opaiţ F9 ».

111 . Empereur1982, p. 106 et pl. XLIII, fig. 2 : col d’amphore interprétée à tort comme « rhodienne », de provenance inconnue. Voir Marangou-Lerat 1996, p. 88.

112 . Voir les remarques méthodologiques de S.  Lemaître (n 104), p. 23, qui rappelle la présence massive des amphores Lamboglia 2 ailleurs en Égée et l’importance de la « zone Adriatique » dans toute l’Égée centrale, au sein de laquelle Délos aurait peut-être servi de relais.

113 . C.  Abadie-Reynal(n. 99), p. 145.

114 . K. W.  Slane, Corinth XVIII.2 : The Sanctuary of Demeter and Kore: the Roman Pottery and Lamps(1990), p. 108.

115 . Étienne, Braun1986, groupes Eb-H.

116 . Robinson1959, groupe J, couches I-III (29 %) ; groupe M, couches II-VIII (25 %).

117 . R.  Étienne, M.-A.  Zagdoun, BCH 100 (1976), p. 831-832, fig. 9 (deuxième moitié du ii e s. ou début du iii e s. apr. J.-C.) ; Étienne, Braun1986, n o Fb 8, p. 227, pl. 107, 122 ( i er s. apr. J.-C.) et n osGa 25 et Gb 16, p. 230, pl. 108 ( ii e s. apr. J.-C.).

118 . S.  Ladstätter, « Keramik », dans H.  Thür(éd.), Hanghaus 2 in Ephesos. Die Wohneinheiten 4, Forschungen in EphesusVIII.6 (2005), p. 230-358 : 38 % (sur un total de 71 fragments d’amphores entre l’époque augustéenne et le troisième quart du iii e s. apr. J.-C.) ; Ladstätter2010, p. 172-279 : 51 % (sur un total de 69 fragments d’amphores entre le i er et le premier tiers du iii e s. apr. J.-C.). Ces pourcentages ne sont à prendre en compte qu’à titre indicatif, car aucun calcul de NMI n’a été réalisé dans ces publications.

119 . K. W.  Slane(n. 114), p. 108.

120 . Voir les remarques de Hayes1983, p. 141 et Type 49, p. 157-158, fig. 26 ; L. H.  Sackett et al.  (n 81 ), n o S1.9, p. 248 et pl. 188.

121 . C.  Abadie-Reynal (n.  99), p. 147-148.

122 . Étienne, Braun1986, n oEb 17 ( ca 50 av. J.-C.).

123 . S.  Ladstätter (n. 118), n osK 344, p. 300, pl. 169 et K 889, p. 355, pl. 205 ; Ladstätter2010, n o A-K 715, p. 258 et pl. 103.

124 . Empereur1982, p. 4 et p. 109-110. Voir aussi P.  Chatzidakis(n. 5), p. 294.

125 . Robinson1959, n osG 197,  m102 et J 20 ; Marangou-Lerat1996, p. 69-72 et pl. XLI, carte 6.

126 . Étienne, Braun1986, n oGa 24 (première moitié du ii e s. apr. J.-C.) ; Ladstätter2010, n o AK 910, p. 274, pl. 115 et 133.

127 . Marangou-Lerat1996, p. 70 et pl. XLI, carte 6.

128 . Sur le trésor monétaire d’époque constantinienne trouvé à Délos et la probable installation d’une garnison sur l’île à cette époque, voir R.  Étienne, Ténos, II, Ténos et les Cyclades du milieu du IV   e  siècle av. J.-C. au milieu du III    e  siècle apr. J.-C., BEFAR 263bis (1990), p. 203 et n. 29.

129 . W.  Déonna, La vie privée des Déliens, TravMém7 (1948), p. 68.

130 . M.  Brunet, « L ’artisanat dans la Délos hellénistique : essai de bilan archéologique », Topoi8.2 (1998), p. 688.

131 . ID 98, B fgt. a, l. 32-34.

132 . W.  Déonna (n. 129), p. 69-73  ;A. L aumonier, Les figurines de terre cuite, EAD23 (1956), p. 16-20. Pour plus de précisions, voir E.  Lapalus, L ’Agora des Italiens, EAD 19 (1939), p. 63 ; M.  Trümper, Die « Agora des Italiens » in Delos, Internationale Archäologie 104 (2008), p. 43-44 et fig. 21-22 ; J.  Chamonard, Le Quartier du Théâtre, EAD 8.1 (1922), p. 53 et p. 213-214.

133 . A. L aumonier (n 132), p. 20-21 .

134 . Y.  Kourayos, S. Detoratou, ADelt, 55 (2000), p. 966-968; Y.  Kourayos, E.  Hasaki(n. 53), p. 466-471.

135 . Pour une courte description de ce four, voir J.  Delorme, Les palestres, EAD 25 (1961), p. 37 et pl. 8, fig. 64. Une étude complète de ce four est actuellement en cours, réalisée par C. Autret, E. Le Quéré, N. Monteix et S. Zanella.

136 . Sur les fours romains et protobyzantins dans le monde grec, voir E.  Hasaki, K. T. Raptis, « Roman and Byzantine ceramic kilns in Greece (1 st-15 thc. CE) », dans N.  Cucuzza et al. (éds), Archeologia delle produzioni ceramiche nel mondo antico. Spazi, prodotti, strumenti e tecniche (2016), p. 209-229, avec un catalogue de tous les fours fouillés et les références bibliographiques. Voir aussi Marangou-Lerat 1996 , p. 37-38 et p. 45-47 (Crète) ; Pl.  Pétridis (n.  20), p. 35-41 et pl. 7-8 (Delphes). Voir pour comparaison A. F.  Ferrazzoli, M.  Ricci, « Un centro di produzione delle anfore LR 1 : Elaiussa Sebaste in Cilicia. Gli impianti, le anfore », dans S.  Menchelli et al. (éds), LRCW 3 (2010), p. 815-826 ; St.  Demesticha, D.  Michaelides, « The Excavation of a Late Roman 1 Amphora Kiln in Paphos, Cyprus », dans E.  Villeneuve, P. M.  Watson(éds), La céramique byzantine et proto-islamique en Syrie-Jordanie ( iv e -viii e  siècles apr.  J.-C.)(2001), p. 289-296; E. A.  Murphy, J.  Poblome, « A late antique ceramic workshop complex: evidence for workshop organisation at Sagalassos (southwest Turkey) », Anatolian Studies66 (2016), p. 185-199.

137 . Sur cette expression et ce jeu de mot antique, voir Ph.  Bruneau(n. 2), p. 693.

a . Les amphores sont classées selon leur origine géographique, suivant l’ordre du Tableau 1.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Plan schématique du Prytanée (d’après GD, p. 190).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/328/img-1.png
Fichier image/, 71k
Titre Fig. 2
Légende Plan de situation des sondages effectués dans le Prytanée en 1987 : la partie hachurée correspond au sondage 10-103 incluant le puits (d’après BCH 112 [1988], p. 748, fig. 1).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/328/img-2.jpg
Fichier image/, 1,4M
Titre Fig. 3
Légende Vue d’ensemble du puits et de la fontaine (d’après BCH 112 [1988], p. 751, fig. 8 ; dessin Ph. Fraisse).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/328/img-3.jpg
Fichier image/, 720k
Titre Fig. 4
Légende Monnaie en bronze d’époque impériale provenant du puits, éch. 1.
Crédits Cl. E. Le Quéré
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/328/img-4.jpg
Fichier image/, 50k
Titre Fig. 5
Légende Répartition du mobilier céramique provenant du puits du Prytanée (NMI = 215).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/328/img-5.jpg
Fichier image/, 44k
Titre Tableau 1
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/328/img-6.png
Fichier image/, 439k
Titre Fig. 6
Légende Amphore Pompeii 5 (dessin E. Le Quéré, d’après J.-Y. Empereur[n. 44], p. 397, fig. 10).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/328/img-7.png
Fichier image/, 66k
Titre Fig. 7
Légende Amphore d’Amrit conservée au musée de Tartus, n o 609 (dessin E. Le Quéré, d’après Reynolds2005, pl. 7, fig. 46).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/328/img-8.png
Fichier image/, 51k
Titre Fig. 8
Légende Amphore Agora L 30 provenant de l’Agora d’Athènes, n o P 16344 (dessin E. Le Quéré, d’après A.  Opaiţ [n. 50], p. 47, fig. 12 et 13).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/328/img-9.png
Fichier image/, 78k
Titre Tableau 2
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/328/img-10.png
Fichier image/, 250k
Titre Fig. 9
Légende Vases à anse de panier provenant de l’Agora d’Athènes ; éch. 1/6 (montage E. Le Quéré, d’après Robinson1959, pl. 10, 22 et 26 et http://ascsa.net/​id/​agora/​object).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/328/img-11.png
Fichier image/, 726k
Titre Fig. 10
Légende Vases à anse de panier provenant de l’habitation III du Quartier de Skardhana (d’après G. Daux, BCH 90 [1966], p. 992, fig. 6).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/328/img-12.jpg
Fichier image/, 437k
Titre Fig. 11
Légende Vase à anse de panier conservé au musée de Délos, n o B.00777 ; éch. 1/6.
Crédits Cl. E. Le Quéré
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/328/img-13.jpg
Fichier image/, 35k
Titre Fig. 12
Légende Vase à anse de panier conservé au musée de Délos, n oB.01026 ; éch. 1/6.
Crédits Cl. E. Le Quéré
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/328/img-14.jpg
Fichier image/, 34k
Titre Tableau 3
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/328/img-15.png
Fichier image/, 145k
Titre Fig. 13
Légende Répartition chronologique du matériel amphorique provenant du puits (NMI = 90).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/328/img-16.jpg
Fichier image/, 170k
Titre Fig. 14
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/328/img-17.jpg
Fichier image/, 73k
Titre Fig. 15
Légende Amphores : types Forlimpopoli, Crétoise 4, Crétoise 1, Kapitän 2 et Type 1 (éch. 1/4).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/328/img-18.png
Fichier image/, 984k
Titre Fig. 16
Légende Amphores : Dressel 24 similis (éch. 1/4) et Agora F65-66 (éch. 1/5).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/328/img-19.png
Fichier image/, 872k
Titre Fig. 17
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/328/img-20.png
Fichier image/, 872k
Titre Fig. 18
Légende Amphores : types Dressel 2/4 (éch. 1/4), Cnidienne et Tardo-Cnidienne (éch. 1/5).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/328/img-21.png
Fichier image/, 711k
Titre Fig. 19
Légende Amphores : type Tardo-Cnidienne (éch. 1/7).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/328/img-22.png
Fichier image/, 636k
Titre Fig. 20
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/328/img-23.png
Fichier image/, 635k
Titre Fig. 21
Légende Amphores : types Agora F 67 (éch. 1/4), Agora L 30 (éch. 1/5) et Type 2 (éch. 1/4).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/328/img-24.png
Fichier image/, 530k
Titre Fig. 22
Légende Vases à eau à anse de panier : Types 1 et 2 (éch. 1/5).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/328/img-25.png
Fichier image/, 829k
Titre Fig. 23
Légende Vases à eau à anse de panier : Type 2 (éch. 1/5).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/328/img-26.png
Fichier image/, 690k
Titre Fig. 24
Légende Vases à eau à anse de panier : Type 2 (éch. 1/5).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/328/img-27.png
Fichier image/, 704k
Titre Fig. 25
Légende Vases à eau à anse de panier : Type 2 (éch. 1/5).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/328/img-28.png
Fichier image/, 732k
Titre Fig. 26
Légende Vases à eau à anse de panier : Type 3 (éch. 1/5).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/328/img-29.png
Fichier image/, 782k
Titre Fig. 27
Légende Cruches: Type 1 (éch. 1/5).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/328/img-30.png
Fichier image/, 628k
Titre Fig. 28
Légende Cruches : Types 2 et 3 (éch. 1/5).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/328/img-31.png
Fichier image/, 820k
Titre Fig. 29
Légende Cruches : Type 4 (éch. 1/5).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/328/img-32.png
Fichier image/, 773k
Titre Fig. 30
Légende Cruches (Types 5, 6, 7 et 8) et Bouchons (éch. 1/5).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/328/img-33.png
Fichier image/, 679k
Titre Fig. 31
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/328/img-34.png
Fichier image/, 377k
Titre Fig. 32
Légende Marmites: Type 1 (éch. 1/4).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/328/img-35.png
Fichier image/, 653k
Titre Fig. 33
Légende Marmites : Types 1, 2 et 3 (éch. 1/4).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/328/img-36.png
Fichier image/, 904k
Titre Fig. 34
Légende Marmite (Type 4), Plats à cuire (Types 1 et 2) et Pot à cuire (éch. 1/4).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/328/img-37.png
Fichier image/, 697k
Titre Fig. 35
Légende Lampe attique (éch. 1/1).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/328/img-38.png
Fichier image/, 607k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Enora Le Quéré, « Un lot de céramiques d’époque impériale romaine provenant du puits du Prytanée de Délos », Bulletin de correspondance hellénique, 142.1 | 2018, 317-402.

Référence électronique

Enora Le Quéré, « Un lot de céramiques d’époque impériale romaine provenant du puits du Prytanée de Délos », Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 142.1 | 2018, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/bch/328 ; DOI : 10.4000/bch.328

Haut de page

Auteur

Enora Le Quéré

Maître de conférences, université de Rouen, GRHis (EA 3831)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals