Navigation – Plan du site

Études d’épigraphie thasienne, VΙ. Deux nouveaux blocs de la Grande Liste des théores

Μελέτες θασιακής επιγραφικής, VI. Δύο νέοι λίθοι του Μεγάλου Καταλόγου των θεωρών
Studies in Thasian inscriptions, VI. Two new blocks of the Grand List of Theoroi
Patrice Hamon
p. 181-208

Résumés

Publication de deux blocs inédits du mur portant la Grande Liste des théores, trouvés en remploi au Nord-Est de l’agora. On expose les arguments qui permettent de les situer dans la liste, le premier aux colonnes 1-2 (vie s. av. J.-C.), le second peut-être aux colonnes 11-13 (iie s. av. J.-C.). On propose ensuite une analyse prosopographique et onomastique (deux hapax ; plusieurs noms nouveaux à Thasos).

Haut de page

Texte intégral

Ma gratitude va à l’Éphorie des Antiquités de Kavala-Thasos, à la directrice du musée de Thasos, D. Malamidou, et aux trois responsables de la fouille des Abords Nord-Est de l’agora de Thasos (terrain Valma), Fr. Blondé, A. Muller et D. Mulliez. Ce dernier m’a généreusement cédé la publication des documents présentés ci-après, ce dont je le remercie vivement. Que M. Wurch-Koželj (EFA), qui a réalisé les relevés et la mise en page des planches, et Ph. Collet (EFA), qui a pris les clichés (sauf indication contraire), trouvent ici l’expression de ma sincère reconnaissance. Merci enfin à S. Minon (EPHE), qui m’a éclairé sur un nom nouveau, ainsi qu’à Fr. Gaultier, directrice du Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines du musée du Louvre, qui m’a permis d’étudier les blocs thasiens conservés à Paris, et à A. Scherer qui m’a guidé dans les réserves.

Les abords Nord-Est de l’agora de Thasos, I.3

  • 1 Fr. Salviat et moi-même préparons une réédition des quatre listes dans le Corpus des inscriptions (...)
  • 2 E. Miller, Le Mont Athos, Vatopédi, l’île de Thasos (1889), en part. p. 199-218.
  • 3 Vingt-huit blocs du Passage sont entrés dans les collections du Louvre, tandis que cinquante-neuf (...)
  • 4 Sur le monument lui-même, son insertion dans le paysage urbain et son histoire, voir J. Pouilloux, (...)
  • 5 Huit blocs : IG XII Suppl. 370 ; Recherches I, 35-39 ; Recherches II, 406 ; P. Bernard, Fr. Salvia (...)
  • 6 . La fouille de la zone dite des « Abords Nord-Est de l’agora », puis de la demeure protobyzantine (...)
  • 7 . Voir le plan publié par Fr. Blondé et al. (n. 6), p. 615, fig. 1.

1Des quatre listes thasiennes de magistrats, la Grande Liste des théores est celle dont les fragments conservés sont les plus nombreux1. Cette gigantesque inscription fut exhumée en 1864 par E. Miller, à l’endroit même où le mur qui la portait s’était effondré en un amas de blocs, les uns ornés de reliefs, les autres inscrits2. Une part importante d’entre eux furent rapportés par Miller en France et entrèrent au Louvre. D’autres, en plus grand nombre, furent copiés par lui, puis abandonnés sur place, et ont presque tous disparu3. Après Miller, l’exploration du secteur fut reprise par l’École française d’Athènes à partir de 1912. L ’ensemble du monument fut mis au jour en 1954 et se révéla être un passage monumental, édifié au début du ve s. av. J.-C. et orné de deux niches votives, auquel les archéologues ont donné par convention le nom de « Passage des théores » (GTh 46)4. Le démontage de murs tardifs construits en travers du passage et faits de remplois, ainsi que quelques trouvailles fortuites aux alentours, ont permis de découvrir une demi-douzaine de pierres supplémentaires5. À partir de 1979, la zone située en contre-haut du passage a été explorée par une équipe dirigée par Fr. Blondé, A. Muller et D. Mulliez (terrain Valma ; programme « Abords Nord-Est de l’agora »), puis par A. Muller et St. Dadaki (terrains Kokkinos et Delkos ; programme « Thanar »). Une vaste demeure construite au début du ve s. apr. J.-C. (DOM5 = GTh 51) a été peu à peu dégagée à cet endroit, avec ses dépendances6. Parmi le matériel, deux blocs (ci-après 1 et 2) ont été recueillis dans la cour de service située au Sud de la demeure (ESP33), à l’emplacement de l’ancienne « Place des Charites » (PLA11) soit à un peu plus d’une vingtaine de mètres au Nord du Passage des théores7. Ils appartiennent originellement, sans aucun doute possible, au grand mur inscrit du passage (dit « mur A-B »).

  • 8 . La présentation la plus complète est celle de Salviat 1979, qui se limite aux cinq premières colo (...)
  • 9 . Le nombre d’assises a fait l’objet de discussions : voir Hamon 2015-2016, p. 83-88. Les assises
    i (...)

2Avant de donner l’édition des deux blocs nouveaux, il convient de faire quelques brefs rappels sur l’inscription monumentale à laquelle ils se rapportent. Depuis sa découverte au xixe s., la Grande Liste des théores a fait l’objet de plusieurs tentatives de restitution, qui sont restées inabouties ou incomplètes8 ; Fr. Salviat et moi-même en préparons actuellement une réédition intégrale, accompagnée de relevés, qui prendra place dans le Corpus des inscriptions de Thasos (CITh I). La liste en question, qui enregistre les collèges annuels de théores depuis l’époque archaïque, est gravée dans la partie haute du mur A-B. Elle prend son départ contre le pilier A et s’organise en colonnes, qui occupent selon nous huit assises de hauteurs différentes (assise I de 29,5 cm ; assises II-IV de 31 cm ; assises V-VIII de 38,5 cm), tandis que les quatre assises inférieures étaient anépigraphes à l’origine (assises IX-XII de 46 cm)9. Chaque colonne compte une centaine de lignes, ce qui correspond en moyenne à trente-trois collèges de trois théores, soit à trente-trois années.

  • 10 . Le même dispositif s’observe dans les trois autres listes thasiennes, du moins pour leur partie i (...)
  • 11 . À propos des colonnes hellénistiques et en particulier de la colonne 14, voir P. Hamon, « Études (...)

3La liste s’articule en deux parties : une partie initiale, gravée en une seule fois vers 320 av. J.-C., et une partie additionnelle, gravée de façon progressive à partir de cette date. La partie initiale (fig. 1) comprend sept colonnes régulières, larges de ca 35 cm, inscrites d’une même écriture et accotées sur des verticales tirées à l’aplomb les unes après les autres (colonnes 1 à 7) ; les collèges de trois théores y sont clairement séparés par des paragraphoi en léger retrait vers la gauche10. Au sommet de la colonne 8 commence la partie additionnelle de la liste (fig. 2), gravée aux époques hellénistique et impériale. Les nouvelles colonnes, au nombre de neuf ou dix (colonnes 8 à 16 [ou 17 ?]), sont moins bien connues que les précédentes11. La liste devient alors un work in progress, qui avance au fil du temps, des collèges s’ajoutant un à un, année après année ou quelquefois par groupes, sans être toujours séparés par des paragraphoi. En s’accroissant par accumulation et reprise incessante, la liste perd son équilibre graphique : le calibre et la forme des lettres ne cessent de varier ; les colonnes gagnent en largeur ; les lignes verticales tracées de haut en bas cèdent la place à des lignes en zig-zag, marquées de vides, d’à-coups et de décrochements.

Fig. 1

Fig. 1

Grande Liste des théores, colonnes 1 à 8.

EFA, P. Hamon & M. Wurch-Koželj

Fig. 2

Fig. 2

Grande Liste des théores, colonnes 8 à 14.

EFA, P. Hamon & M. Wurch-Koželj

  • 12 . E. Miller (n. 2), p. 208, l’avait déjà noté lors de ses fouilles de 1864 : « ce qu’il y a de sing (...)

4Les blocs exhumés par Miller et par les fouilleurs postérieurs sont suffisamment nombreux pour qu’on puisse proposer aujourd’hui une restitution d’ensemble du mur plausible, avec une datation absolue des collèges (plus ou moins certaine selon les endroits). Cette restitution ne saurait être tout à fait assurée, car il manque un nombre non négligeable de blocs, en particulier dans les assises les plus élevées12. Aussi les nouveaux blocs du terrain Valma, qui viennent combler deux lacunes, constituent-ils une heureuse surprise.

Un bloc des colonnes initiales : théores de la seconde moitié du vie siècle

  • 13 . Communication de D. Mulliez et A. Muller.

5Le premier bloc appartient à la section ancienne ou « récapitulative », comme suffit à le prouver le style des lettres, caractéristique des colonnes 1 à 7. Il fut mis au jour dans la cour de service de la demeure DOM5, « dans la couche de terre noire mêlée de très nombreuses coquilles d’huîtres [qui] s’est accumulée pendant la dernière phase d’occupation [de la demeure], entre la première dégradation de celle-ci (dans les années 570) et sa destruction finale en 619-620 apr. J.-C. »13.

  • 14 . Fr. Blondé, A. Muller, D. Mulliez, BCH 108 (1984), p. 878 et n. 10.

61 – Musée de Thasos, inv. 3698. Bloc d’assise de marbre gris à gros grains. Les quatre faces de joint sont conservées. L ’angle sup. dr. et la moitié sup. de l’arête dr. ont été emportés. Au lit d’attente, encoche de levier à 42 cm du joint g. et à 4 cm de l’arête antérieure. Bandeau d’anathyrose sur les quatre faces, le long de l’arête antérieure. Sur la face gravée, un clou pour la fixation d’un objet (peut-être une couronne) est situé à 6,5 cm sous l’arête sup. et à 22 cm du joint dr. La surface est extrêmement érodée et parcourue de fissures verticales, qui gênent considérablement la lecture. Découvert le 8 juillet 198314.

  • 15 . J’ai bénéficié, aussi bien pour cette inscription que pour la suivante, d’une transcription faite (...)

7H. : 38,5 ; l. : 54 ; prof. : 39. La face comporte à g. une marge de 8,5 cm (entre l’arête et les premières lettres de la colonne inscrite), puis deux colonnes inscrites de 15 lignes (A et B). La colonne A mesure 36,5 cm de largeur. De la colonne B ne subsiste qu’une lettre de la l. 1 à la l. 9, puis quatre lettres de la l. 10 à la l. 15. H. l. : 1 ; int. : 1,4. Phot. : fig. 3. Relevé : fig. 4. Six estampages à l’EFA (6560 à 6560 sexties). Collation sur la pierre et sur photographie15. Inédit.

Fig. 3

Fig. 3

Inscription 1.

Cl. EFA, Ph. Collet

Fig. 4*

Fig. 4*

Bloc inv. 3698 et inscription 1.

Relevé EFA, M. Wurch-Koželj

Α Β
[- - - - - - - - - - - - - - -] . [. . . .]|[- - -]
. Ο̣Δ̣ . . Σ[. . . . . . .]ευς . [. . . .]|[- - -]
[Ν]έ̣στι[ς ? - - - - - - - -] Σ̣[. . . .]|[- - -]
4 Τέτριχος Ἀ.λ̣ε̣ξίππου. . [. . . .]|[- - -]
̅Ἀμφ̣ίδ̣ιος Χαρ[ι]λλίδε̣ω̣ Σ[. . . .]|[- - -]
[Θρ]ασων̣ [Πολ]ύ̣[ωνος ?] . [. . . .]|[- - -]
[- - -]Λ[- - - - - - - -]ρίλλου. . [. . . .]|[- - -]
8 ̅[- - -]Σ[- - - - - - - - - - - -] . [. . . .]|[- - -]
. Ο̣[.]Ι[.]ΣΕΥ̣Η[. .]Ο̣̣Σ̣ [.]Μ̣[. . .]|[- - -]
Κ̣ . Λ̣Λ̣ . . ΗΣ Φα̣[ν]ολεω. [.]Μ̣Φ̣Η̣[.]|[- - -]
̅Λεωμέδων Κόνωνος Π̣ . Λ̣ . [.]|[- - -]
12 Ἀείμνηστος Προλόχου ΑΛ[. .]|[- - - -]
Δρόμων Χ̣έλωνος̣̣. ̅Ι̣Λ̣[. . .]|[- - - -]
̅Θ̣ε̣οκλῆς Πρηξιδίκου Τ̣[. . . . .]|[- - -]
[. .] . ιάδης Φιλάνθου [.]Γ̣[. . .]|[- - -]

8A. La paragraphos entre les l. 1 et 2 n’est pas visible. L. 3 : lecture incertaine : la place est étroite pour le N initial ; la 2e lettre paraît d’abord être Σ. L. 4 : Α̣Λ̣Ε̣ : on distingue les pieds obliques de Α et de Λ, ainsi que la haste verticale et les deux barres inf. de E. L. 5 : la 3e lettre, dont toute la moitié dr. a disparu dans la fissure, paraît être ronde : Φ ? ; la 5e lettre est apparemment Δ, dont le côté inf. ne se distingue plus. L. 6 : on peut hésiter sur la 4e lettre du patronyme, qui semble être tantôt Ω, tantôt Y. L. 7 : [Εὐφ]ρίλλου vel [Δο]ρίλλου vel [Χα]ρίλλου. L. 9 : la 1re lettre paraît d’abord être un N, mais si déséquilibré vers la dr. qu’il est douteux ; la 2e est un O ou un Ω ; avant le Σ, qui est sûr, lacune de 2 ou 3 lettres, dont la seconde comporte une haste verticale : peut-être [Π]ό[σ]ι̣ς vel [Π]ό[ρ]ι̣ς ( ?), sans aucune certitude ; plus loin, on distingue la moitié g. de l’Y, la partie inf. de l’O et peut-être la barre sup. ascendante du Σ̣ final : Εὐ̣ή[ρε]ο̣ς̣ (?). L. 10 : très indistinct : Γλαῦκ[ο]ς (?), Mu(lliez) ; peut-être plutôt Κ̣[α]λ̣λ̣[ιάδ]ης ( ?). L. 13 : Γέλωνος̣, Mu. ; on distingue les extrémités en croix du X. L. 14 : [Ἀλ]κιάδης ? – B. Les paragraphoi ne sont pas visibles, sauf la dernière.

  • 16 . Voir supra n. 14.
  • 17 . Hamon 2015-2016, p. 95-97.
  • 18 . À l’assise VII, il me paraît préférable de placer le bloc IG XII 8, 290 (perdu), dont Miller avai (...)

9L ’emplacement du bloc peut être déterminé avec une entière certitude (fig. 1), comme les inventeurs l’ont signalé d’un mot au moment de la découverte16. Devant la colonne gauche (A) court une marge verticale de 8,4 cm. La même marge s’observe sur les quatre blocs IG XII 8, 273, 275, 274 et 276 (respectivement Louvre, Ma 870, 872, 871 et 873), qui se placent à l’extrémité gauche du mur, contre le pilier A. Les deux colonnes en question sont donc la colonne 1 et, conservée en partie seulement, la colonne 2. Le bloc a une hauteur de 38,5 cm : il appartient à l’une des quatre assises inférieures gravées (assises V à VIII). Dans cette partie gauche du mur, deux autres blocs des assises V à VIII sont déjà connus et bien situés : IG XII 8, 276 (Louvre, Ma 873), un bloc étroit qui se place certainement à l’assise V, en contact avec IG XII 8, 277 A-B (Louvre, Ma 902.1) ; et IG XII 8, 282 (perdu), un bloc long qui se situe à l’assise VIII et contient le pied des colonnes 1 à 417. Par conséquent, il ne reste que deux emplacements libres : à l’assise VI et à l’assise VII. Il n’est pas possible de placer notre bloc à l’assise VII, car la lacune créée entre lui et le bloc IG XII 8, 278 A-C (perdu) devrait être comblée par un bloc excessivement étroit (ca 30 cm de largeur), dont on n’a pas d’exemple dans la structure du mur18. La seule possibilité est de placer le bloc 1 à l’assise VI (fig. 1). Il comporte, au lit d’attente, une encoche de levier à 42 cm du joint gauche, qui correspond à la mise en place, de la droite vers la gauche, du bloc IG XII 8, 276 (Louvre, Ma 873), large de 39,4 cm. Ainsi situé, le bloc 1 s’accorde parfaitement, y compris pour les textes eux-mêmes, avec ceux qui l’entourent. Sur le bloc supérieur (IG XII 8, 276), le dernier collège gravé avant le joint horizontal ne comprend que deux noms : le troisième (perdu) occupait la l. 1 du nouveau bloc, avant la paragraphos. Les noms gravés dans la colonne B, coupés par le joint vertical, se poursuivent sur le bloc adjacent à droite, IG XII 8, 280 (Louvre, Ma 876), comme on le verra plus loin.

  • 19 . Voir l’analyse et le commentaire historique de Salviat 1979, p. 120-123.
  • 20 . Salviat 1979, p. 123-127.
  • 21 . Ces dates s’appuient sur des points de repères absolus et des calculs, qui sont exposés dans Hamo (...)
  • 22 . Les paragraphoi séparant les collèges sont indiquées, qu’elles soient ou non visibles sur la pier (...)

10Les théores qui apparaissent ici peuvent être datés de façon précise. Dans l’hypothèse exposée plus haut, chaque colonne de la Grande Liste compte environ 99 lignes. La colonne 1 prend son départ à une date indéterminée au viie s., vraisemblablement peu après la fondation de Thasos. Elle se subdivise d’abord en plusieurs époques de longueur indéterminée (« première aparchè », « régime des douze archontes », etc.), au cours desquelles les théores étaient peut-être des magistrats uniques et/ou exerçaient leur fonction pendant plusieurs années, sinon à vie : cette phase primitive occupe toute la première moitié de la colonne 1, de l’assise I jusqu’au début de l’assise V19. À l’assise V intervient une rupture : avec l’instauration du « régime des Trois Cent Soixante », qui pourrait être liée à la chute du tyran Symmachos20, apparaissent des collèges annuels de trois théores — un nombre qui sera désormais de règle jusqu’à la fin de l’Antiquité. La rupture se situe 51 lignes avant le pied de la colonne, ce qui correspond à 17 collèges triples. Si l’on admet que le dernier collège de la colonne 1 est daté de 528 av. J.-C., le début des triades se place en 544 : les collèges no 1 à 3 (544-542) sont gravés sur l’assise V ; les collèges révélés par le bloc 1 à l’assise VI sont les nos 3 à 8 (542-537)21. Pour résumer, la section nouvelle de la colonne 1 se présente comme suit22 :

[- - - - - - - - - - - - - - -].
̅. Ο̣Δ̣. . Σ[. . . . . . .]ευς (4) 541
[Ν]έ̣στι[ς ? - - - - - - - -] p. ( ?) de GLTH. 2/III/(8) [520]
4 Τέτριχος Ἀ̣λ̣ε̣ξίππου. p. ( ?) de GLTH. 2/V/(15) [513]
̅Ἀμφ̣ίδ̣ιος Χαρ[ι]λλίδε̣ω̣ (5) 540
[Θρ]ασων̣ [Πολ]υ̣[ωνος ?] PLArch. 3/VI/(33)
[- - -]Λ[- - - - - - - -]ρίλλου.
8 ̅[- - -]Σ[- - - - - - - - - - - -] (6) 539
. Ο̣[.]Ι[.]ΣΕΥ̣Η[. .]Ο̣Σ̣
Κ̣ . Λ̣Λ̣ . . ΗΣ Φα̣[ν]ολεω.
̅Λεωμέδων Κόνωνος (7) 538 PLArch. 3/VI/(32) [558]
12 Ἀείμνηστος προλόχου
δρόμων χ̣έλωνος.
̅θ̣ε̣οκλῆς πρηξιδίκου (8) 537 p. ( ?) de PLArch. 5/III/(10) [514]
[. .] . ιάδησ φιλάνθου f. ( ?) de PLArch. 3/VI/(31) [559]
  • 23 . PLArch. 3/VI/(33) : Recherches I, 31 A, l. 15.
  • 24 . Nous reviendrons dans la publication générale des listes sur cet écart, qui peut varier d’une épo (...)
  • 25 . J. Pouilloux, « Akératos de Thasos : poésie et histoire », dans R. Étienne, M.-Th. Le Dinahet, M. (...)
  • 26 . PLArch. 3/VI/(32) : Recherches I, 31 A, l. 12.
  • 27 . Archonte : GLArch. 5/(2 ou 3) : Recherches I, 67, l. 1. Théore : GLTh. 2/III/(8) : IG XII 8, 275  (...)
  • 28 . GLTh. 2/V/(15) : IG XII 8, 277 A, l. 2.
  • 29 . PLArch. 5/III/(10) : Recherches I, 28 A, l. 1 ([- - - - -]ο̣ς Θεοκλέος) ; GLArch. 5/(11) : Recher (...)
  • 30 . Outre ces deux occurrences, qui concernent peut-être un seul et même personnage, le nom apparaît (...)

11Sur les quinze noms de théores initialement gravés, seuls huit se laissent déchiffrer, entièrement ou partiellement. Deux de ces personnages sont déjà connus. Thrasôn f. d’[Untel] (l. 6) a de bonnes chances d’être identique à Thrasôn f. de Polyôn, qui fut archonte en ± 55723, soit dix-sept ans avant de devenir théore en 540 – un intervalle relativement habituel à Thasos24. En 557, dans son collège d’archontes, il avait eu pour collègue un personnage éminent de la Thasos archaïque, Akèratos f. de Phrasièridès, qui conduisit des ambassades pour la cité25. Leômedôn f. de Konôn (l. 11) mena une carrière parallèle à celle de Thrasôn : il fut archonte en ± 55826, puis théore vingt ans plus tard, en 538. Dans l’état actuel de nos connaissances, ce sont les premiers Thasiens qui revêtirent successivement les deux magistratures. Trois autres théores ici présents sont peut-être liés à des magistrats connus par ailleurs, sans que le lien soit assuré. Nestis f. d’[Untel] (si la lecture est correcte à la l. 3), théore en 541, pourrait bien être le père de Leagorès f. de Nestis, archonte en 523 ou 522 et théore en 52027. En faveur de cette hypothèse plaident deux indices : d’une part, le nom Νέστις est fort rare à Thasos (voir infra) ; d’autre part, la durée de vingt-et-un ans est vraisemblable pour l’écart séparant un père de son fils. De même, Tetrichos f. d’Alexippos (l. 4), théore en 541 et qui porte un nom d’une rareté insigne, pourrait bien être le père de Prèxagorès f. de Tetrichos, théore en 51328. Enfin, Theoklès f. de Prèxidikos (l. 14), théore en 537, pourrait être le père de [Prèxidik ?]os
f. de Theoklès, qui fut archonte en 51429 : Θεοκλῆς est un nom fréquent en Grèce, mais il ne l’est pas à Thasos30.

  • 31 . Le LGPN recense quatre exemples d’Εὐήρης, dont deux à Thasos au ve et au ive s. Un seul et même E (...)
  • 32 . Voir O. Masson, « Quelques noms de magistrats monétaires grecs », RN 26 (1984), p. 52-53 (= OGS I (...)
  • 33 . Mis à part ces deux occurrences, qui se rapportent peut-être au même individu, on connaît un troi (...)
  • 34 . Le LGPN n’en recense que quatre exemples, dont un à Paros : IG XII 5, 220, l. 6 (iiie s.).
  • 35 . L ’anthroponyme Χέλων, tiré de la tortue (ἡ χελώνη), est apparemment connu sous sa forme thessali (...)
  • 36 . Le nom est connu à Paros, à l’époque hellénistique, sous la forme Πραξίδικος : IG XII 5, 136, l.  (...)

12Un simple extrait de la Grande Liste comme celui-ci illustre à lui seul la richesse et la variété des noms thasiens archaïques, telle qu’on pouvait déjà l’apprécier dans les sections connues des colonnes initiales de la Grande Liste. Parmi les seize anthroponymes déchiffrés, certains sont spécifiquement thasiens, tels Φανόλεως, Εὐήρης (si la lecture est exacte)31 ou encore l’épichorique Νέστις, tiré du nom du fleuve Nestos32. Τέτριχος, tiré de τετράς (le « quatrième jour » de la décade ou du mois, sc. celui de la naissance), est quant à lui exclusivement thasien33. D’autres noms sont plus ou moins fréquents ailleurs en Grèce, mais rares dans l’île, comme Ἀλέξιππος (1 autre exemple), Δρόμων (1 exemple), Κόνων (1 exemple) et Λεωμέδων (2 exemples). Les noms Ἀείμνηστος (l. 12), Πρόλοχος (l. 12)34 et Χέλων (l. 13)35 font leur première apparition à Thasos, de même que Πρηξίδικος (l. 14)36, qu’il faut ranger dans un groupe abondant de composés à premier élément Πρηξ(ι)- (Πρηξαγόρης, Πρηξίλεως et Πρηξίπολις).

  • 37 . S. Minon reviendra ailleurs, plus en détail, sur l’analyse de ce nom nouveau.
  • 38 . H. Chantraine, Dictionnaire étymologique de la langue grecque, II (1970), p. 346, s.v.
  • 39 . Ἀμφίας Κλεοστράτου est théore en 417 av. J.-C. : GLTh. 5/IV/(12) : IG XII 8, 277 D, l. 59. Κλεόστ (...)
  • 40 . Un archonte Χάριλλος Ἀριζήλου est connu au viie s. : PLArch. 1/IV/(16 ?) : Recherches I, 33, l. 3 (...)

13L ’inscription livre enfin deux noms nouveaux. Le théore de la l. 5 porte le nom Ἀμφίδιος, si la lecture est correcte (la troisième lettre, ronde, est mutilée). Comme S. Minon a bien voulu me l’expliquer, on peut hésiter entre deux hypothèses en ce qui concerne l’analyse linguistique de cet anthroponyme, inconnu jusqu’ici37. La première hypothèse est celle d’un composé à second élément δῖος (au sens très ancien de « jour »), comparable aux noms Ἔνδιος, Ἐπίδιος, Εὔδιος et Πάνδιος. L ’adjectif homérique ἔνδιος signifie « au milieu du jour, à midi »38 : de même que Ἔνδιος, le nom Ἀμφίδιος pourrait être motivé par le moment de la naissance – » de chaque côté du jour, au point du jour ». La seconde hypothèse, moins convaincante selon S. Minon, est que Ἀμφίδιος, comme Λεοντίδιος, soit un hypocoristique, en l’occurrence dérivé d’un nom composé à premier élément Ἀμφ(ι)-, dont les exemples sont nombreux à Thasos dès l’époque archaïque (Ἄμφανδρος, Ἀμφικράτης, etc.) ; on pourrait le comparer à un autre diminutif attesté localement, Ἀμφίας (vel *Ἀμφίης)39. Le père d’Amphidios porte également, sauf erreur, un nom nouveau : Χαριλλίδης, dérivé de Χάριλλος qui, lui, est assez répandu et déjà attesté à Thasos, en particulier à l’époque archaïque (4 exemples)40.

  • 41 . E. Miller, « Inscriptions grecques inédites découvertes dans l’île de Thasos (suite) », RA 6/2 (1 (...)

14Le bloc porte également à droite des traces de la colonne 2. Dans cette assise VI, on connaissait déjà le bloc adjacent, conservé au Louvre (fig. 1). Il s’agit d’IG XII 8, 280 (Louvre, Ma 876), qui contient un extrait des colonnes 2 et 3 (fig. 5)41. En combinant les lettres visibles sur le nouveau bloc 1 et sur IG XII 8, 280 A, on reconstitue 15 lignes de la colonne 2, qui correspondent aux collèges nos 20 à 24 de cette colonne (508-504 av. J.-C.). Le texte est le suivant :

̅. [. . . . .]|ος Α̣Υ̣Τ̣Ο̣νίκου (20) 508
. [. . . . .]|ης Παγκλέος PLArch. 5/II/(9) [515 (ou 514)]
Σ̣[. . . . .]|ς Δ̣ο̣ρ̣ίλλου.
4 ̅. [. . . . .]| Δ̣Η̣Μ̣[.]ος (21) 507
Σ[φοδρα]|γόρης Φανόλεω p. de GLTh. 3/VI/(22) [473]
. [. . . . κ]|ρ̣άτης Θυονίδεω.
̅. [. . . . .]|ς̣ Μέγωνος (22) 506
8 . [. . . . .]|ος Ἀριστοφάνεος
[Ἄ]μ̣[φαν]|δρος Πολυαινέτου.
̅[Ἀ]μ̣φ̣η̣[ρ]|ίδης Σιμαλίωνος (23) 505 PLArch. 5/III/(13) [511]
Π̣ . Λ̣ . [.]| . δρος Ἀριστοκλέος
12 Ἀλ[κί ?]|[μ]αχος Λεωφάνευς.
̅Ι̣Λ̣[. . .]| . κος Κλεάριος (24) 504
Τ̣[. . . . .]| Ἡ̣ροβούλου
[Δ]ε̣[ινό]|[σ]τρατος Ἀ̣τ̣τ̣α̣λ̣έ̣ω̣. PLArch. 5/III/(14) [510]

Fig. 5

Fig. 5

Musée du Louvre, Ma 876, détail : IG XII 8, 280 A.

P. Hamon

15Les trois premières paragraphoi, invisibles sur la pierre, sont restituées. L. 1 : [- - -]ος Αὐξονίκου, Mi(ller) ; [- - -]ονίκου, Bech(tel) ; [- - -]ος Αὐτονίκου, Fr(edrich), suivi par le LGPN ; douteux. L. 2 : [- - -]κλέος, Mi. ; [- - -.]ς Παγκλέος, Bech. ; [- - -]η̣ς, Fr. L. 3 : [- - -]ου, Mi. ; [- - -]ίλλου, Bech. ; [- - -]ρ̣ίλλου, Fr. (haste du Ρ) ; [- - -]ς Δ̣ο̣ρ̣ίλλου, legi. L. 4 : ΔΗΜΙΟΣ, Mi. ; ΔΗΜ[- -], Fr. ; le sommet de ΟΣ se distingue sur l’estampage, le reste est douteux : Δήμ[ι]ος vel Δείν[ι]ος ? L. 5 : [- - -]έθρης, Mi. ; [Σφοδρα]γόρης, Bech. d’après IG XII 8, 280 B, l. 22. L. 7 : [Λεώδικο ?]ς, Fr. d’après IG XII 8, 287 B, l. 16. L. 8 : [Ἡρόδοτ ?]ος, Fr. d’après IG XII 8, 278 E, l. 72, où Ἀριστοφάνης est en fait une lecture erronée. L. 10 : [- - -]μης, Mi., Fr. ; [Ἀμφηρ]ίδης, Salviat d’après Recherches I, 28 A, l. 9. L. 11 : [Ἄμφαν]δρος, Fr. d’après IG XII 8, 287 A, l. 4 ; la 1re lettre semble plutôt être un Π et la 3e pourrait être triangulaire : Π[ερίαν]δρος ? L. 12 : Ἀλ[κίμα]χος vel Ἀλ[εξίμα]χος. L. 13 : [- - -]ος Σκλεάριος, puis [- - -]τος Κλεάριος, Mi. ; sur l’estampage, on distingue O (incertain) puis ΚΟΣ (net). L. 14 : [Χ]ειροβούλου, Mi., Fr. ; on distingue le sommet d’une haste, puis une haste entière. L. 15 : [Δεινόσ]τρατος, Pouilloux d’après Recherches I, 28 A, l. 12.

  • 42 . Deux fils de Panklès exercèrent l’archontat en deux années successives. Le premier fut archonte e (...)
  • 43 . PLArch. 5/III/(13) : Recherches I, 28 A, l. 9.
  • 44 . PLArch. 5/III/(13) : Recherches I, 28 A, l. 12.
  • 45 . GLArch. 6/(1) : P. Bernard, Fr. Salviat, « Inscriptions de Thasos », BCH 86 (1962), p. 582, no 3 (...)
  • 46 . GLTh. 3/VI/(22) : IG XII 8, 280 B, l. 22. Dans l’hypothèse où le théore de 507 est bien le père d (...)

16Une génération après les théores étudiés plus haut, on observe les mêmes phénomènes. Trois des personnages qui figurent ici furent archontes quelques années avant de devenir théores : [- - -]ès
f. de Panklès (l. 2), archonte en 515 ou en 51442, théore en 508 ; Amphèridès f. de Simaliôn (l. 10), archonte en 51143, théore en 505 ; et Deinostratos f. d’Attalès (l. 15), archonte en 51044, théore en 504. Par rapport aux années 550-530, l’intervalle entre l’archontat et la fonction de théore paraît s’être rétréci, pour des raisons qui nous échappent, mais qui pourraient s’expliquer par un contexte particulier, par exemple une crise politique (dont nous ne savons rien par ailleurs). Par ailleurs, Sphodragorès f. de Phanoleôs (si la restitution est exacte, à la l. 5), théore en 507, semble porter le même nom qu’un archonte situé une quinzaine d’années plus tard, en principe en 49145. S’agit-il du même personnage ? – auquel cas nous aurions affaire à l’un des très rares cas où la charge de théore est revêtue avant celle d’archonte. Ou bien a-t-on affaire à deux parents homonymes, peut-être des cousins ? Un certain Phanoleôs f. de Sphodragorès, qui doit être le fils de l’un d’eux – peut-être plus vraisemblablement du théore de 507 –, devint théore à son tour en 47346.

  • 47 . Il est bien connu sous la forme Δᾶμις ; la forme Δῆμις est attestée à Périnthe au vie s. : IG XII (...)
  • 48 . On en connaît deux autres occurrences thasiennes, l’une au ve s. (GLTh. 5/V/(18) : IG XII 8, 277 (...)

17Le raccord ne dévoile aucun nom nouveau ou notable. Parmi les patronymes, *Αὐτόνικος (l. 1) a été déchiffré par Fredrich et accepté par les auteurs du LGPN ; la collation sur la pierre ne permet pas de confirmer ou d’infirmer la lecture, qui me semble douteuse. Le diminutif Δῆμις (l. 3), proposé par Miller, mais écarté par Fredrich et par le LGPN, est lui aussi incertain47. À la l. 14, l’hapax *[Χ]ειρόβουλος, restitué à l’origine par Miller et enregistré par le LGPN, est probablement un fantôme : il me semble préférable de lire le nom Ἡρόβουλος48, qui est bien connu à Thasos et sur la côte thrace.

Un bloc des colonnes additionnelles : théores du début du iie siècle ( ?)

  • 49 . Communication écrite de D. Mulliez et A. Muller.

18Le second bloc du terrain Valma appartient à la partie additionnelle de la liste, plus irrégulière et accidentée que la partie initiale (fig. 2). Il fut découvert quelques jours après le premier, dans la même cour de service. Il était « pris dans une poche de pierres qui pourrait bien représenter le reliquat de la couche de destruction finale » et se trouvait « à faible distance et dans le même horizon chronologique que le bloc inv. 3698 [1] »49.

192 – Musée de Thasos, inv. 3699. Bloc d’assise de marbre gris à gros grains. Les quatre faces de joint sont conservées. L ’arête horizontale sup. et les deux angles sup. sont épaufrés, ainsi que l’angle inf. dr. Le lit d’attente ne présente aucune trace d’encoche de levier. La face antérieure est extrêmement érodée et comporte des concrétions, ainsi que plusieurs éraflures. On observe quatre cavités pour des clous destinés à fixer des objets (peut-être des couronnes) : deux dans l’angle sup. dr., respectivement à 6,5 et 6,4 cm de l’arête sup. et à 14,5 et 7,9 cm du joint dr. (la première cavité conservant une partie du clou encore en place) ; deux autres dans l’angle inf. g., respectivement à 4,5 et 5,4 cm de l’arête inf. et à 2,2 et 6,9 cm du joint g. – Découvert le 20 juillet 1983.

  • 50 . Voir supra note 15.

20H. : 38,3 ; l. : 68,1 ; prof. (max.) : 26. Col. A : h. l. : 1,7. – Col. B : h. l. : de 1,3 à 1,8 ; int. 1,2. – Col. C : h. l. : 2,1 ; int. : 1. Phot. : fig. 6. Relevé : fig. 7. Six estampages à l’EFA (6567 à 6567 quinquies). Collation sur la pierre et sur photographies50. Inédit.

A B C
[- - - - - - - - - - - - - - -] [- - - - - -]|[- - - - - - - - -]
[- - -]Λ̣ος Εὐαγόρ̣[ου ?] [- - - - - -]|[- - - - - - - - -]
[- - - - - - - - - - - - - - -]. [-]Δ̣[. . . .]|[- - - - - - - -].
4 Χαιριππίδης Σκ̣ύλλου Ἀρισ̣[τ. .]|[- - - - - - - -]
Νύμφων Ἀλκίφρο̣νος Λ̣εωΙ[. .|- - - - - - - - - -]
Νόσσος Ἀρκεσίλεω. Ἀλκιά̣|[δης ? - - - - - - -].
[- -]|Ι̣Ν̣ου ̅ Ἀρ[ι]σ̣τόκ̣ριτος̣ Σ̣[- - - - -] ̅Ε̣ . Ο̣. .|[- - - - - - - - -]
8 . Ι [- - - - - - - - - - - - - - -] [- - - - -]|[ - - - - - - - -]
[- -]|ν̣ος Ε̣[- - - - - - - - - - - - - - - -]. [- - - - -]|[ - - - - - - - -].
̅Ἡγησιτ̣έ̣λ̣ης (Σ ?)τί̣λ̣πωνος [- - - - -]|[ - - - - - - - -]
Σ̣[. . . . .]Τ̣Ο̣Σ Πυ[θ]ᾶ̣δος ? [- - - - -]|[ - - - - - - - -]
12 [- -]|Ε .Τ̣ . Σ̣ [- - - - - - - - - - - - -]ωνος. [- - - - -]|[ - - - - - - - -]
vac.

Fig. 6

Fig. 6

Inscription 2.

Cl. EFA, Ph. Collet

Fig. 7

Fig. 7

Bloc inv. 3699 et inscription.

Relevé EFA, M. Wurch-Koželj

21A. L. 12 : peut-être [- -]|ῶ̣ντ[ο]ς, incertain. – B. Un intervalle de 2 cm sépare le collège des l. 1-3 du collège des l. 4-6 ; on distingue ensuite deux paragraphoi, entre les l. 6 et 7 et les l. 9 et 10 respectivement. L. 2 : Εὐάγον[τος], Mu(lliez). L. 7-12 : les noms sont décalés de 1 cm vers la dr. pour éviter la fin des patronymes de la colonne A. L. 7 : lu par Mu. et visible sur la phot., très indistinct sur la pierre. L. 10 : ΤΙ̣Λ̣ΠΩΝΟΣ, lapis ; voir commentaire. – C. L. 5 : de la 4e lettre, on distingue une haste verticale : Λ̣εωγ[έ|νης] vel Λ̣εωκ̣[ρά|της] vel Λ̣έων̣.

  • 51 . Les paragraphoi sont trop mal conservées pour qu’on puisse les comparer entre elles et éventuelle (...)

22Ce bloc, qui porte les traces de trois colonnes inscrites (A, B et C), est beaucoup plus difficile à situer que le précédent. Plusieurs éléments indiquent qu’il doit s’intégrer aux colonnes d’époque hellénistique. Le premier indice est la largeur de la colonne centrale (B), la seule qui soit relativement bien conservée : elle mesure ± 46 cm, ce qui excède de beaucoup la largeur moyenne des sept colonnes initiales (ca 35 cm). Les lettres varient en outre d’une colonne à l’autre et à l’intérieur même d’une colonne, voire (pour autant qu’on puisse en juger) d’un collège au suivant51. Enfin, les collèges ne s’accotent pas tous à gauche sur une même ligne tracée d’aplomb, mais marquent çà et là des retraits vers la droite, pour éviter les noms trop longs gravés dans la colonne précédente (ainsi à la l. 7 de la colonne B).

  • 52 . Cette restitution, avec les apories qui lui sont liées, sera exposée en détail dans CITh I, en pr (...)
  • 53 . En IG XII 8, 288 B, l. 22, il ne faut pas restituer Κλεω[νύμου] (Miller et Fredrich d’après IG XI (...)

23Par sa hauteur (38,5 cm), le bloc appartient certainement à l’une des quatre dernières assises inscrites (V à VIII). C’est un secteur du mur qui pose encore plusieurs difficultés de restitution, pour différentes raisons. Il est malaisé, en particulier, de déterminer la place des encoches de levier au lit d’attente et donc des joints verticaux, car les blocs ont été sciés dans l’épaisseur au xixe s. et par la suite percés à plusieurs reprises de mortaises pour être exposés. Dans l’état actuel de notre restitution (fig. 2), qui est sujette à révision et amendement, la partie inférieure des colonnes 8 à 12 est déjà presque entièrement occupée par des blocs connus, pour la plupart conservés au Louvre. Nous proposons ainsi de replacer : à l’assise VIII, les blocs IG XII 8, 286 (Louvre, Ma 877) et IG XII 8, 293 (Louvre, Ma 881) ; à l’assise VII, après une lacune, le bloc IG XII 8, 292 (Louvre, Ma 880) ; à l’assise VI, les blocs IG XII 8, 287 (Louvre, Ma 878) et IG XII 8, 291 (Louvre, Ma 903) ; à l’assise V, les blocs IG XII 8, 297 (Thasos, inv. 2359) et IG XII 8, 288 (perdu)52. Il ne reste de place disponible qu’à l’assise V, à droite d’IG XII 8, 288. Mais il ne peut y avoir de contact immédiat entre ce dernier bloc et le bloc 2, car tous les noms gravés dans la colonne IG XII 8, 288 B sont complets (d’après la copie de Miller)53, alors que l’on distingue l’extrémité de trois noms sur la partie gauche du bloc 2 (colonne A). Il faut donc glisser ce dernier un peu plus loin vers la droite. Sur la base de ces observations, je proposerai avec réserve de situer le bloc 2 comme indiqué sur la fig. 2. Entièrement recouvert par IG XII 8, 294 (Louvre, Ma 882), il ne comporte aucune trace d’encoche au lit d’attente. Plus bas, en contact avec l’assise VI, il pourrait reposer sur un bloc perdu et sur le bloc IG XII 8, 299 (Louvre, Ma 896), qui semble comporter une encoche. En superposant les blocs attribués à la colonne 12, on voit se dessiner son parcours descendant en chicane. Ce zigzag peut surprendre, mais on l’observe en d’autres endroits de la partie hellénistique de la liste.

24Si l’on retient pour le bloc 2 l’hypothèse formulée ci-dessus, la colonne A correspondrait à l’extrémité droite de la colonne 11 (collèges nos 15 à 18 [ou 19], ± 215-212 [ou 211]), B à la colonne 12 (collèges nos 16 à 19, ± 183-180) et C à la colonne 13 (collèges nos 15 à 18, ± 155-152). Pour plus de clarté, on peut présenter la colonne B, qui est la mieux conservée, de la façon suivante :

̅[- - - - - - - - - - - - - - -] (16 ?) ± 183 ?
[- - -]Λ̣Ο̣Σ̣ Εὐαγόρ̣[ο]υ̣ ? 
[- - - - - - - - - - - - - - -].
4 ̅Χαιρ̣ιππίδης Σκ̣ύλλου (17) ± 182
Νύμφων Ἀλκίφρο̣νος
Νόσσος Ἀρκεσίλεω.
̅ Ἀρ[ι]σ̣τόκ̣ριτος̣ ? Σ̣[- - - - -] (18) ± 181
8 . Ι [- - - - - - - - - - - - - -]Υ̣
Ε̣[- - - - - - - - - - - - - - - - -].
̅ Ἡγησιτ̣έ̣λ̣ης (Σ ?)τί̣λ̣πωνος (19) ± 180
Σ̣[. . . . .]Τ̣Ο̣Σ Πυ[θ]ᾶ̣δος ? 
12 [- - - - - - - - - - - - - -]ωνος.

25La paléographie et la prosopographie ne sont pas d’un grand secours pour confirmer ou infirmer cette datation de la colonne B. L ’inscription est en grande partie illisible, car la surface est extrêmement usée à cause du ruissellement. Seules les l. 4-6 (fig. 8 : détail) et les l. 10-12 donnent une idée approximative du style des lettres. On relèvera les particularités suivantes : alpha à barre droite ; kappa à deux courtes barres légèrement incurvées, formant un angle aigu ; petit omicron à mi-hauteur ; sigma allongé, à branches peu divergentes, çà et là presque parallèles ; hypsilon plus grand que les autres lettres et à bras largement écartés ; phi à hampe centrale plus élancée que les autres lettres et où la boucle est accrochée assez bas ; ômega large, un peu refermé à la base, orné de pattes latérales assez longues.

Fig. 8

Fig. 8

Inscription 2, détail des l. 4-6.

Cl. EFA, Ph. Collet

  • 54 . GLTh. 12/IV/(14)-(15) : IG XII 8, 294 B, l. 18-21 (± 185-184 av. J.-C.). – GLTh. 12/VIII/(29)-(30 (...)

26Du haut en bas de la colonne 12, la gravure présente des irrégularités ; elle est parfois soignée, parfois très négligée. Les fig. 9 et 10 donnent à voir l’aspect de l’écriture sur deux blocs situés à l’assise IV et à l’assise VIII respectivement54. Le rapprochement avec 2 B n’est pas absolument probant, mais on trouve – me semble-t-il – certains traits communs, comme l’alpha à barre droite, le sigma encore ouvert, l’hypsilon et le phi à haute hampe.

  • 55 . Voir M. Debidour, Les timbres amphoriques thasiens de type récent. Méthodologie, chronologie et i (...)
  • 56 . Deux exemples thasiens sont connus : IG XII 8, 270 = CITh III, 47, l. 8 (fin du ve ou début du iv(...)
  • 57 . IG XII 8, 305 B, l. 16 (iie s. av. J.-C. ?). À la suite de Miller, C. Fredrich a transcrit Στίλπω (...)

27La prosopographie ne permet pas non plus de trancher. Seuls quatre noms complets d’individus se déchiffrent dans la colonne B, dont aucun n’est formellement connu par ailleurs. Chairippidès f. d’Alexippos (l. 4) retient néanmoins l’attention. L ’anthroponyme Χαιριππίδης est peu répandu en Grèce (Χαίριππος est plus courant) et il n’est attesté, à Thasos même, que par une seule autre occurrence : un certain Chairippidès est magistrat éponyme sur des timbres récents du premier quart du iie s. av. J.-C.55. Étant donné la rareté du nom, il est tentant d’identifier le théore et le magistrat amphorique, mais ce dernier est dépourvu de patronyme sur les timbres, si bien que l’hypothèse, si elle est plausible, ne peut être vérifiée. Les autres noms ne se prêtent à aucun rapprochement. Du point de vue onomastique, on notera que Νύμφων et Νόσσος sont des noms assez banals à Thasos ; le diminutif Πυθᾶς y est plus rare (alors que les composés en Πυθο- sont fréquents et témoignent de l’importance du culte d’Apollon Pythios)56 ; Ἀλκίφρων y est nouveau. À la l. 10, le patronyme d’Hègèsitelès pose une difficulté : on déchiffre sur la pierre ΤΙΛΠΩΝΟΣ ; l’hypothèse la plus simple est qu’il s’agisse d’une erreur du lapicide pour Στίλπωνος, par attraction du sigma final qui précède ; Στίλβων est un nom répandu à Thasos, dont on rencontre une autre fois la variante Στίλπων57.

Fig. 9

Fig. 9

Musée du Louvre, Ma 882, détail : GLTh. 12/IV/(14)-(15) : IG XII 8, 294 B, l. 18-21 (± 185-184 av. J.-C.).

Fig. 10

Fig. 10

Estampage 1401 (EFA), détail : GLTh. 12/VIII/(29)-(30) : IG XII 8, 293 C, l. 35-38 (± 170-169 av. J.-C.).

Cl. P. Hamon

28Architecture, gravure et prosopographie offrent ainsi un faisceau d’indices sur la place du bloc 2, mais ces indices demeurent fragiles : la proposition présentée ici doit donc être considérée comme une hypothèse de travail et soumise à la critique.

  • 58 . E. Miller, JSav 1872, p. 241-242.
  • 59 . Miller fait la même appréciation à propos des blocs IG XII 8, 300 et 303, qui sont certainement d (...)
  • 60 . Voir Pouilloux, Recherches I, p. 454-455. Le graveur de la liste récapitulative (ca 320) emploie (...)
  • 61 . À la l. 9, Miller a lu ΑΜΩΝΙΟΥ et y a vu une haplographie pour Ἀμ(μ)ωνίου (enregistré ainsi par l (...)

29Dans la colonne C se devinent les premières lettres de noms qui se prolongeaient au-delà du joint (fig. 6). Est-il possible d’établir, comme dans le cas de 1, un raccord avec un bloc déjà connu ? À titre exploratoire, on peut avancer une hypothèse. Parmi ses trouvailles du Passage, Miller copia en 1864 le bloc IG XII 8, 305, qui comprenait deux colonnes gravées (A et B)58. Le bloc étant aujourd’hui perdu, nous n’en connaissons ni l’aspect ni les dimensions, mais on constate d’après la copie que les noms gravés dans la colonne A étaient incomplets à gauche : ils commençaient sur un autre bloc, en deçà d’un joint vertical. Miller releva que les lettres étaient « anciennes » – une qualification imprécise qui peut correspondre, sous sa plume, à une date à l’époque hellénistique (c’est-à-dire dans les colonnes additionnelles, et non dans la liste récapitulative de la fin du ive s.)59. Du reste, deux indices étayent cette datation : la forme Καλλικλέιους du nom Καλλικλῆς au génitif (A, l. 8)60 ; le décrochement latéral qu’on observe dans le premier collège de la colonne B (l. 12-14)61. Une hypothèse consisterait à placer ce bloc perdu dans l’assise V, en contact avec le bloc 2, ce qui revient à combiner 2 C et IG XII 8, 305 A, qui formeraient une section de la colonne 13 :

[- - - - - -]|[- - - - - - -]ων[τος ?] (15 ?) ± 155
[- - - - - -]|ΝΕΡΓΟΝΤΟΣ
[-]Δ̣[. . . .]|της ΔημοΓΗ[- - -].
4 ̅Ἀρισ̣[. . .]|ος Ἀριστοκράτ[ου] (16) ± 154
Λ̣εωκ̣[ρ]|άτης Σατύρου
Ἀλκιά̣|⟨δ⟩ης Κάδμου.
̅Ε̣ . Ο̣ . .|της Τιμοδήμου (17) ± 153
8 [- - - - -]|ς Καλλικλέιους
[- - - - -]|ατος Ἀμωνίου ( ?).
̅[- - - - -]|[- - - -] Ἡρακλείδου (18) ± 152
[- - - - -]|[- - - - Πο]σιδωνίου
12 [- - - - -]|[- - - - - - - - - - - -].

30L. 2 : [- - -]νέργοντος, Mi. ; [Κρέω]ν ? ⟨Κ⟩ρ⟨έ⟩οντος, Fr. ; peut-être [Παρ]μ̣έ⟨ν⟩οντος ( ?). L. 4 : Ἀρισ̣[ταῖ]|ος ? L. 5 : de la 4e lettre, on distingue une haste verticale. L. 6 : ΝΗΣ, Mi. ; [Θεοφά]νης, Fr. d’après IG XII 8, 312, l. 6 ([Θ]εοφάνης Κάδμου). L. 9 : Ἀμ(μ)ωνίου, corr. Fr. ; erreur de copie pour Ἀμώμ̣ου ? L. 11 : Σιδωνίου, Mi. ; [Ποσ]ε̣ιδωνίου, Fr. – La l. 12, si elle a bien existé, n’a pas été notée par Mi.

  • 62 . Alkimos f. de Dèmalkès : GLTh. 10/VII/(27) : IG XII 8, 292 A, l. 5 (± 235 av. J.-C.). – Kadmos f. (...)
  • 63 . À la l. 5, Leôkratès ( ?) f. de Satyros pourrait éventuellement avoir un lien avec Deinokratès f. (...)

31Le raccord n’est pas sans poser problème, car il nécessite de corriger sur un point la copie de Miller : à la l. 6, au lieu de ΝΗΣΚΑΔΜΟΥ, il faudrait lire Ἀλκιά⟨δ⟩ης Κάδμου. Ce personnage, si son nom est avéré, pourrait appartenir à la famille des frères Alkimos et Kadmos, fils de Dèmalkès, tous deux théores à la fin du iiie s.62. Les autres individus ne sont pas connus, ni apparentés à des personnages connus63. Les noms situés dans la partie droite du même bloc perdu (IG XII 8, 305 B) se situeraient quant à eux dans la colonne 14 (GLTh. 14/V/(14) à (17)). La prudence est de mise, car aucun argument prosopographique solide ne vient confirmer ou infirmer ce raccord : il doit impérativement demeurer hypothétique.

Conclusion

32Les deux blocs trouvés aux abords de la demeure DOM5 appartiennent respectivement à l’assise VI et à l’assise V (ou du moins à l’une des assises V-VIII), autrement dit à la partie médiane du mur, juste au-dessus des grandes assises de 0,46 m où était inséré le relief d’Apollon et des Nymphes. Ces trouvailles permettent de combler des lacunes dans la Grande Liste, de découvrir et de situer de nouveaux théores, d’établir quelques liens prosopographiques supplémentaires. Mais elles ont aussi un intérêt proprement archéologique : elles invitent à s’interroger sur les circonstances dans lesquelles le mur des théores fut détruit. Sans prétendre régler ici un problème aussi complexe, on peut rappeler brièvement quelques faits et poser des questions.

  • 64 . Hamon 2015-2016, p. 73-77, et P. Hamon (n. 11), p. 268-286.
  • 65 . J. Fournier, « Archontes et théores thasiens du ier au iiie siècle apr. J.-C. De la transformatio (...)
  • 66 . Dunant, Pouilloux, Recherches II, p. 187-192.

33Il existait dans le centre urbain de Thasos deux catalogues inscrits : la Grande Liste des théores du Passage et — plus importante, plus vaste aussi — la Grande Liste des archontes, située sur l’agora64. La première fut complétée jusque vers 200 apr. J.-C. ; la seconde se prolongea encore un peu plus tard ou, du moins, des noms d’archontes furent inscrits jusqu’après 21265. Une fois les listes interrompues, une forme de vie civique se maintint à Thasos jusqu’au début du ive s. apr. J.-C., puis la cité s’éteignit une première fois66. L ’histoire des deux inscriptions jumelles — naissance et développement — court ainsi en parallèle pendant des siècles. Mais elle ne s’achève pas de la même façon pour l’une et pour l’autre.

  • 67 . Sur la basilique GTh 13, voir J.-P. Sodini, « Thasos protobyzantine », CRAI 2011, p. 1161-1207, p (...)
  • 68 . B. Holtzmann, R. Jacob, « Les Abords Nord-Est de l’agora III.1 : les sculptures », BCH 134 (2010) (...)

34Les monuments qui portaient la liste des archontes furent réduits en miettes dans le premier quart du ve s. apr. J.-C., quand on érigea sur le flanc Nord-Est de l’agora la basilique dite d’Akakios (GTh 13)67. L ’agora, abandonnée, ne devait plus être alors qu’un champ de ruines, où la plupart des édifices publics, des stèles inscrites et des statues honorifiques avaient été systématiquement détruits et concassés. Comme l’écrit B. Holtzmann, « au lieu de restaurer tant bien que mal, comme on l’observe généralement ailleurs, on achève ici de détruire, pour construire tout autre chose »68.

  • 69 . Dans la forteresse médiévale du port, construite au xive s. (GTh 5b), ont été découverts en rempl (...)
  • 70 . Sur la chronologie de ces états, voir Fr. Blondé et al. (n. 6), p. 633-634. Elle correspond à cel (...)
  • 71 . Selon B. Holtzmann (n. 3), p. 38 et fig. 6, le dallage pourrait dater du début du iiie s. apr. J. (...)
  • 72 . Voir supra. Deux blocs publiés dans P. Hamon (n. 11), p. 251-259, nos 1-2, proviennent précisémen (...)
  • 73 . Quand Miller exhuma le passage en 1864, le pilier A, mutilé au sommet, était encore debout et les (...)
  • 74 . Sur l’évolution du paysage aux abords de la DOM5, voir BCH 128-129 (2004-2005), Rapport, p. 749-7 (...)

35La Grande Liste des théores ne subit pas le même sort : elle survécut encore quelque temps, avant de disparaître à son tour. Quand et comment exactement ? Il est malaisé de le comprendre. Nous savons que la plupart de ses blocs furent découverts par E. Miller à l’intérieur même du passage, apparemment dans le plus grand désordre. Tous les blocs, cependant, n’étaient pas restés sur place : avant même que la fouille n’eût lieu, certains avaient été déplacés et remployés ailleurs. Nous connaissions déjà quelques remplois d’époque médiévale et d’époque moderne69. Les blocs du terrain Valma, quant à eux, furent remployés dès la fin de l’Antiquité – une particularité qui en fait les témoins précieux des derniers temps du monument, précédant son enfouissement. Comme on l’a rappelé plus haut, le Passage des théores jouxtait la demeure DOM5. Les fouilleurs du programme « Thanar » ont montré que celle-ci connut plusieurs états successifs70. Elle fut édifiée vers le début du ve s. apr. J.-C., à une époque où le Passage, pavé de dalles et traversé par un caniveau, était encore praticable et n’avait pas subi de dommages significatifs71. Autrement dit, au ve et encore au vie s. apr. J. C., celui ou celle qui montait le long de la voie dallée et se dirigeait vers la demeure voyait encore à main gauche, intacts, le relief d’Apollon et des Nymphes, ainsi que la liste gravée en seize ou dix-sept colonnes – étrange et impénétrable mer de noms antiques. Après plusieurs remaniements, la demeure subit vers 570 apr. J.-C. des dégradations importantes et peut-être une phase d’abandon, avant d’être réoccupée pendant une cinquantaine d’années. C’est dans cette ultime phase, entre ca 570 et 620, que la cour méridionale fut enclose par un muret, pour la construction duquel les blocs 1 et 2 servirent vraisemblablement de matériau de fortune (comme d’autres blocs de même calibre et de même provenance72). Il s’ensuit qu’à cette époque tardive, dans les toutes dernières décennies de la Thasos antique, le Passage était devenu une ruine à ciel ouvert : les assises supérieures et médianes du mur A-B (au moins jusqu’à l’assise VI, sinon jusqu’à l’assise IX, y compris le relief d’Apollon) s’étaient effondrées ou avaient été démontées, comme celles du mur C-D selon toute vraisemblance73. Paradoxalement, ce gisement de marbres ne fut pas exploité de façon massive pour de nouvelles constructions : seuls quelques-uns des blocs disponibles furent remployés à proximité ; les autres – y compris des blocs placés plus haut dans l’élévation d’origine – restèrent sur place, au pied du mur. Après le séisme de 620 apr. J.-C., la demeure et la ville entière furent définitivement abandonnées. Le Passage s’efface alors tout à fait. Plus tard, peut-être au xixe s. seulement, un sentier se dessine à peu près sur le même tracé, au pied des pentes de l’acropole, entre les champs et les jardins74.

Index des noms

36Ἀείμνηστος: 1 A, l. 12.

37Ἀλέξιππος : 1 A, l. 4.

38Ἀλκιά̣[δης ?]: 2 C, l. 6.

39Ἀλ[κί ?μ]αχος: 1 B, l. 12.

40Ἀλκίφρων: 2 B, l. 5.

41Ἀμφηρίδης: 1 B, l. 10.

42Ἀμφίδιος: 1 A, l. 5.

43Ἀριστόκριτος̣: 2 B, l. 7.

44Ἀρισ̣[τ- - - - -]: 2 C, l. 4.

45Ἀρκεσίλεως: 2 B, l. 6.

46Δεινόστρατος: 1 B, l. 15.

47Δόριλλος: 1 B, l. 3.

48Δρόμων: 1 A, l. 13.

49Εὐαγόρας ( ?): 2 B, l. 2.

50Εὐήρης ( ?): 1 A, l. 9.

51Ἡγησιτέλης: 2 B, l. 10.

52Ἡρόβουλος: 1 B, l. 14.

53Θεοκλῆς: 1 A, l. 14.

54Κόνων: 1 A, l. 11.

55Λεωγ[ένης ?] vel Λεωκ̣[ράτης ?]: 2 C, l. 5.

56Λεωμέδων: 1 A, l. 11.

57Νέστις ( ?): 1 A, l. 3.

58Νόσσος: 2 B, l. 6.

59Νύμφων: 2 B, l. 5.

60Πρηξίδικος: 1 A, l. 14.

61Πρόλοχος: 1 A, l. 12

62Πυθᾶς ( ?): 2 B, l. 11.

63Σκύλλος: 2 B, l. 4.

64(Σ ?)τίλπων: 2 B, l. 10.

65Σφοδραγόρης: 1 B, l. 5.

66Τέτριχος: 1 A, l. 4.

67Φανόλεως: 1 A, l. 10

68Φίλανθος: 1 A, l. 15.

69Χαιριππίδης: 2 B, l. 

70Χαριλλίδης: 1 A, l. 5.

71*[Χ]ειρόβουλος: 1 B, l. 14.

72Χέλων: 1 A, l. 13.

Haut de page

Bibliographie

CITh III = P. Hamon, Corpus des inscriptions de Thasos III. Documents publics du ive siècle et de l’époque hellénistique, ÉtThas XXVI, à paraître.

Dunant, Pouilloux, Recherches II = Chr. Dunant, J. Pouilloux, Recherches sur l’histoire et les cultes de Thasos, II : de 196 avant J.-C. jusqu’à la fin de l’Antiquité, ÉtThas V (1958). Les inscriptions publiées dans cet ouvrage sont désignées par la simple référence : e.g. « Recherches II, 406 ».

GTh = Y. Grandjean, Fr. Salviat, Guide de Thasos, 2e éd. (2000) ; trad. grecque mise à jour, 2012.

Hamon 2015-2016 = P. Hamon, « Études d’épigraphie thasienne, IV. Les magistrats thasiens du ivsiècle av. J.-C. et le royaume de Macédoine », BCH 139-140 (2015-2016), p. 67-125.

LGPN = P. M. Fraser, E. Matthews (éds), A Lexicon of Greek Personal Names, 7 volumes (1987-2016).

Pouilloux, Recherches I = J. Pouilloux, Recherches sur l’histoire et les cultes de Thasos, I : de la fondation de la cité à 196 avant J.-C., ÉtThas III (1954). Les inscriptions publiées dans cet ouvrage sont désignées par la simple référence : e.g. « Recherches I, 37 ».

Salviat 1979 = Fr. Salviat, « Les colonnes initiales du catalogue des théores et les institutions thasiennes archaïques », dans Thasiaca, BCH Suppl. V (1979), p. 107-127.

Haut de page

Notes

1 Fr. Salviat et moi-même préparons une réédition des quatre listes dans le Corpus des inscriptions de Thasos (CITh I, en préparation). Voir, à titre provisoire, Hamon 2015-2016, en particulier p. 82-90 sur la Grande Liste des théores, avec les références. Le système d’abréviation adopté ci-après pour désigner les collèges d’archontes et de théores est présenté ibid., p. 90. Pour rappel, PLArch. désigne la Petite Liste des archontes, GLArch. la Grande Liste des archontes, PLTh. la Petite Liste des théores et GLTh. la Grande Liste des théores. Le sigle « GLTh. 7/VII/(29) » signifie « Grande Liste des théores / colonne 7 / assise VII / collège no 29 (décompté depuis le sommet de la colonne) » ; cette abréviation est suivie de la référence bibliographique actuelle (p. ex. « IG XII 8, 278 E, l. 67-69 »), en attendant la republication dans CITh I. Quand un bloc comporte plusieurs sections de colonnes gravées, celles-ci sont systématiquement numérotées à partir de A : ainsi « Recherches I, 36 A », « Recherches I, 36 B », etc.

2 E. Miller, Le Mont Athos, Vatopédi, l’île de Thasos (1889), en part. p. 199-218.

3 Vingt-huit blocs du Passage sont entrés dans les collections du Louvre, tandis que cinquante-neuf autres furent copiés puis laissés sur place (auxquels s’ajoutent les trois piliers d’angle inscrits). Parmi ces derniers, six seulement ont refait surface par la suite (IG XII 8, 278 D-E = inv. 242 ; 297 = inv. 2359 ; 330, 343, 347 et 352, égarés). Une cinquantaine de blocs anépigraphes furent également dégagés. Voir B. Holtzmann, La sculpture de Thasos. Corpus des reliefs I, ÉtThas XV (1994), p. 29-30.

4 Sur le monument lui-même, son insertion dans le paysage urbain et son histoire, voir J. Pouilloux, « Une énigme thasienne : le passage des théores », dans Thasiaca, BCH Suppl. V (1979), p. 129-141 ; le très utile bilan de B. Holtzmann (n. 3), p. 29-59 ; et Fr. Blondé, A. Muller, D. Mulliez, « Le passage des théores à Thasos : une énigme résolue ? Questions de topographie et d’urbanisme à l’époque archaïque », CRAI 2000, p. 885-907.

5 Huit blocs : IG XII Suppl. 370 ; Recherches I, 35-39 ; Recherches II, 406 ; P. Bernard, Fr. Salviat, « Inscriptions de Thasos », BCH 91 (1967), p. 578, no 25.

6 . La fouille de la zone dite des « Abords Nord-Est de l’agora », puis de la demeure protobyzantine DOM5 et des édifices qui l’ont précédée, est présentée de façon synthétique par A. Muller et al., « Mutations et permanence architecturale au cœur de Thasos (viiis. av. J.-C.-viie s. apr. J.-C.) », CRAI 2012, p. 1855-1889. Sur la demeure, voir également le dernier rapport publié par Fr. Blondé et al., BCH 138.2 (2014), p. 613-661.

7 . Voir le plan publié par Fr. Blondé et al. (n. 6), p. 615, fig. 1.

8 . La présentation la plus complète est celle de Salviat 1979, qui se limite aux cinq premières colonnes.

9 . Le nombre d’assises a fait l’objet de discussions : voir Hamon 2015-2016, p. 83-88. Les assises
inférieures (IX-XII) ne commencèrent à être gravées, à droite du relief, puis à gauche, qu’à l’époque impériale.

10 . Le même dispositif s’observe dans les trois autres listes thasiennes, du moins pour leur partie initiale et récapitulative, gravée d’un seul et même geste : cf. Hamon 2015-2016, p. 70-81.

11 . À propos des colonnes hellénistiques et en particulier de la colonne 14, voir P. Hamon, « Études d’épigraphie thasienne, V. Théores et archontes thasiens de l’époque hellénistique et impériale : du simple au double », BCH 141 (2017), p. 245-286. Dans cet article, j’ai rappelé que, à droite du relief d’Apollon, les colonnes se mettaient à descendre jusqu’aux assises IX et X : mon hypothèse était alors que ce phénomène commence à la colonne 14, mais les progrès de l’étude architecturale laissent penser qu’il ne commence en fait qu’à la colonne 15.

12 . E. Miller (n. 2), p. 208, l’avait déjà noté lors de ses fouilles de 1864 : « ce qu’il y a de singulier, c’est que je n’ai pas trouvé la tête d’une de ces listes » — ce qui n’est pas tout à fait exact, puisque le départ de la liste a bien été découvert par lui (IG XII 8, 273 [Louvre, Ma 870]).

13 . Communication de D. Mulliez et A. Muller.

14 . Fr. Blondé, A. Muller, D. Mulliez, BCH 108 (1984), p. 878 et n. 10.

15 . J’ai bénéficié, aussi bien pour cette inscription que pour la suivante, d’une transcription faite par D. Mulliez au moment de la découverte et communiquée à J. Pouilloux (archives de l’EFA), ainsi qu’à Fr. Salviat (archives personnelles : lettres d’août et de décembre 1983).

16 . Voir supra n. 14.

17 . Hamon 2015-2016, p. 95-97.

18 . À l’assise VII, il me paraît préférable de placer le bloc IG XII 8, 290 (perdu), dont Miller avait noté qu’il était gravé en « lettres anciennes ». Si l’hypothèse est exacte, il faut supposer qu’il comportait deux colonnes gravées, dont Miller n’a presque rien pu déchiffrer, tant les lettres étaient « effacées ». Le bloc situé immédiatement sous lui, IG XII 8, 282, était lui aussi illisible dans ses deux premières colonnes (A* et B*).

19 . Voir l’analyse et le commentaire historique de Salviat 1979, p. 120-123.

20 . Salviat 1979, p. 123-127.

21 . Ces dates s’appuient sur des points de repères absolus et des calculs, qui sont exposés dans Hamon 2015-2016, p. 90.

22 . Les paragraphoi séparant les collèges sont indiquées, qu’elles soient ou non visibles sur la pierre. Sont soulignés en gras les noms d’individus qui furent à la fois archonte et théore. Dans les indications marginales à droite de la colonne, on utilise les abréviations suivantes : f. = fils ; p. = père.

23 . PLArch. 3/VI/(33) : Recherches I, 31 A, l. 15.

24 . Nous reviendrons dans la publication générale des listes sur cet écart, qui peut varier d’une époque à l’autre, se réduire ou s’allonger : voir infra, p. 196, à propos de la fin du vie s., et provisoirement Hamon 2015-2016, p. 115-116, à propos de la fin du ive s.

25 . J. Pouilloux, « Akératos de Thasos : poésie et histoire », dans R. Étienne, M.-Th. Le Dinahet, M. Yon (éds), Architecture et poésie dans le monde grec : hommage à G. Roux (1989), p. 193-204 (d’après IG XII 8, 683 et IG XII Suppl. 412).

26 . PLArch. 3/VI/(32) : Recherches I, 31 A, l. 12.

27 . Archonte : GLArch. 5/(2 ou 3) : Recherches I, 67, l. 1. Théore : GLTh. 2/III/(8) : IG XII 8, 275 B, l. 14.

28 . GLTh. 2/V/(15) : IG XII 8, 277 A, l. 2.

29 . PLArch. 5/III/(10) : Recherches I, 28 A, l. 1 ([- - - - -]ο̣ς Θεοκλέος) ; GLArch. 5/(11) : Recherches I, 50, l. 2.

30 . Outre ces deux occurrences, qui concernent peut-être un seul et même personnage, le nom apparaît au ive s. dans une épitaphe (IG XII 8, 410, l. 2) et sans doute aussi dans la Grande Liste des théores (GLTh. 8/VI/(19) : IG XII 8, 287 A, l. 3, où il convient de lire, à mon avis, non *Θεύλ̣λ̣[ου], mais Θευκ̣λ̣[εῦς]). On ne peut raisonner sur le nom Πρηξίδικος, attesté pour le grand-père, mais restitué pour le petit-fils ; on notera cependant qu’il est rarissime (cf. infra).

31 . Le LGPN recense quatre exemples d’Εὐήρης, dont deux à Thasos au ve et au ive s. Un seul et même Euèrès est vraisemblablement le père de Sôstratos f. d’Euèrès (IG XII 8, 270 = CITh III, 47, l. 5) et d’Hèrakleidès f. d’Euèrès (Recherches I, 25 = CITh III, 53, l. 7) ; le premier frère eut lui-même un fils dénommé Euèrès, dont le fils fut théore (GLTh. 8/V/(18) : IG XII 8, 297, l. 12 [± 308 av. J.-C.]).

32 . Voir O. Masson, « Quelques noms de magistrats monétaires grecs », RN 26 (1984), p. 52-53 (= OGS II, p. 431-432). Le LGPN n’enregistre que quatre exemples de Νέστις, dont deux à Thasos : le père de Leagorès dont il est ici question (voir n. 27) et un autre, incisé sur un peson non daté (BCH 76 [1952], Rapport, p. 272). Les deux autres occurrences viennent de la côte thrace voisine (Abdère et Strymè). Thasos a fourni une variété d’autres anthroponymes composés sur le nom du fleuve : Νεστογένης, Νεστοκλῆς, Νεστοκράτης, Νεστόπυρις, et Νεστῶναξ.

33 . Mis à part ces deux occurrences, qui se rapportent peut-être au même individu, on connaît un troisième et dernier exemple, dans une épitaphe du ive s. : P. Bernard, Fr. Salviat (n. 5), p. 598-600, no 46 et fig. 24 (Τέτριχος Φιλωνίδεω, sans lien apparent avec les théores sus-mentionnés). Sur l’étymologie, voir O. Masson, « Nouvelles notes d’anthroponymie grecque », ZPE 119 (1997), p. 59-75, part. p. 70 (= OGS III, p. 264-282, part. p. 277). Plusieurs autres noms suffixés en -ιχος sont connus à Thasos, tels Ἵππιχος et Οἴνιχος.

34 . Le LGPN n’en recense que quatre exemples, dont un à Paros : IG XII 5, 220, l. 6 (iiie s.).

35 . L ’anthroponyme Χέλων, tiré de la tortue (ἡ χελώνη), est apparemment connu sous sa forme thessalienne, à travers l’adjectif patronymique Χελούνιος, à Phères (SEG XXV 664 II, l. 29). À Thasos même est attesté le dérivé Χελωνίων (GLTh. 6/V/(16) : IG XII 8, 277 E, l. 99 [378 av. J.-C.] ; GLTh. 10/II/(4) : IG XII 8, 313, l. 2 [± 258 av. J.-C.]). D’autres anthroponymes thasiens sont tirés de noms d’animaux, tels Ἵππων et Χοίρων. Le nom Χέλλων, attesté à Éphèse (cf. LGPN, s.v.), a sans doute une étymologie différente (ὁ χελλών est un poisson).

36 . Le nom est connu à Paros, à l’époque hellénistique, sous la forme Πραξίδικος : IG XII 5, 136, l. 6. D’après le LGPN, on n’en trouve que deux autres exemples dans tout le monde grec, à Érythrées et à Colophon.

37 . S. Minon reviendra ailleurs, plus en détail, sur l’analyse de ce nom nouveau.

38 . H. Chantraine, Dictionnaire étymologique de la langue grecque, II (1970), p. 346, s.v.

39 . Ἀμφίας Κλεοστράτου est théore en 417 av. J.-C. : GLTh. 5/IV/(12) : IG XII 8, 277 D, l. 59. Κλεόστρατος Ἀ[μφίεω ?], qui est vraisemblablement son père, est théore en 459 av. J.-C. : GLTh. 4/I/(3) : Recherches II, 406 B, l. 16. Sur les noms composés en Ἀμφι- et leurs dérivés, voir S. Minon, « Anthroponymes en Ἀμφ(ι)- et en Ἀρ(ι)- : de Ἀμφιάρης à Ἀμφαρίōν », RPh 84 (2010), p. 289-324, part. p. 291-295.

40 . Un archonte Χάριλλος Ἀριζήλου est connu au viie s. : PLArch. 1/IV/(16 ?) : Recherches I, 33, l. 3. Un descendant de celui-ci, Ἀρίζηλος Χαρίλλου, fut à la fois archonte (PLArch. 4/II/(5) : Recherches I, 44, l. 3, et GLArch. 5/(6) : Recherches I, 47, l. 3 [519 av. J.-C.]) et théore (GLTh. 2/V/(18) : IG XII 8, 277 A, l. 9 [510 av. J.-C.]). À la même famille pourrait appartenir Ὀρθαγόρης Χαρίλλου, qui fut théore à l’époque archaïque : GLTh. 1/II ou III : IG XII 8, 275 A, l. 7 (date indéterminée). De ce dernier descend peut-être un théore du nom d’[Ὀρθαγ ?]όρ̣ης (copie : [. . .]ότης) Χαρίλλου au ve s. : GLTh. 4/VI/(22) : IG XII 8, 285 A, l. 7 (440 av. J.-C.).

41 . E. Miller, « Inscriptions grecques inédites découvertes dans l’île de Thasos (suite) », RA 6/2 (1865), p. 271, no 12 ; Fr. Bechtel, Thasische Inschriften ionischen Dialekts im Louvre (1884), no 4, d’après un estampage (SGDI 5471) ; C. Fredrich, IG XII 8, 280. Cf. E. Miller, « Lettre de M. Adert sur les bas-reliefs de Thasos », RA 7/1 (1866), p. 424 (corrections d’après un estampage) ; Dunant, Pouilloux, Recherches II, p. 268 (l. 15). – Musée du Louvre, Ma 876. Bloc scié à l’arrière. Cadre d’anathyrose sur les quatre faces de joint. H. : 38,5 ; l. : 59,3 ; prof. (conservée) : 8. Deux estampages à l’EFA (1396, 5846-5847). Collation sur la pierre, sur estampages et sur photographie.

42 . Deux fils de Panklès exercèrent l’archontat en deux années successives. Le premier fut archonte en 515 : PLArch. 5/II/(9) : Recherches I, 66 bis, l. 2 ([- - - - -]ς Παγκλέ[ος]). Le second le fut en 514 : PLArch. 5/III/(10) : Recherches I, 28 A, l. 2, et GLArch. III/(11) : Recherches I, 50, l. 3 ([- - - - -]η̣ς Π̣α̣γκ̣[λ]έος). Ce passage de la liste des archontes est connu par les deux copies : voir Hamon 2015-2016, p. 75, n. 21. Il est impossible de savoir lequel des deux frères est le théore de 508.

43 . PLArch. 5/III/(13) : Recherches I, 28 A, l. 9.

44 . PLArch. 5/III/(13) : Recherches I, 28 A, l. 12.

45 . GLArch. 6/(1) : P. Bernard, Fr. Salviat, « Inscriptions de Thasos », BCH 86 (1962), p. 582, no 3 B, l. 2.

46 . GLTh. 3/VI/(22) : IG XII 8, 280 B, l. 22. Dans l’hypothèse où le théore de 507 est bien le père du théore de 473, les deux noms sont placés presque au même niveau (horizontalement) sur le bloc IG XII 8, 280, dans deux colonnes adjacentes – un phénomène que l’on observe pour d’autres couples père/fils.

47 . Il est bien connu sous la forme Δᾶμις ; la forme Δῆμις est attestée à Périnthe au vie s. : IG XII 6, 577, l. 2.

48 . On en connaît deux autres occurrences thasiennes, l’une au ve s. (GLTh. 5/V/(18) : IG XII 8, 277 D, l. 77), l’autre au début du iiie s. (IG XII Suppl. 375 = CITh III, 59, l. 5). Le LGPN en enregistre deux à Maronée et deux autres, plus incertaines, à Strymè.

49 . Communication écrite de D. Mulliez et A. Muller.

50 . Voir supra note 15.

51 . Les paragraphoi sont trop mal conservées pour qu’on puisse les comparer entre elles et éventuellement constater leur irrégularité.

52 . Cette restitution, avec les apories qui lui sont liées, sera exposée en détail dans CITh I, en préparation.

53 . En IG XII 8, 288 B, l. 22, il ne faut pas restituer Κλεω[νύμου] (Miller et Fredrich d’après IG XII 8, 338, l. 7), mais Κλέω[νος], comme l’a vu H. Seyrig, « Quatre cultes de Thasos », BCH 51 (1927), p. 224 (d’après IG XII Suppl. 365 = CITh III, 102, l. 44).

54 . GLTh. 12/IV/(14)-(15) : IG XII 8, 294 B, l. 18-21 (± 185-184 av. J.-C.). – GLTh. 12/VIII/(29)-(30) : IG XII 8, 293 C, l. 35-38 (± 170-169 av. J.-C.).

55 . Voir M. Debidour, Les timbres amphoriques thasiens de type récent. Méthodologie, chronologie et interprétation, mémoire d’habilitation à diriger des recherches, université de Lyon III (1999), inédit, p. 1048, nos 3152-3153 (groupe XVIII, ca 192-181 av. J.-C.). Les résultats de cette recherche sont synthétisés dans M. Debidour, « Étudier le commerce des amphores thasiennes : quelques remarques à propos des trouvailles autour du Pont-Euxin (ive-iie s. av. J.-C.) », dans Ch. Tzochev, T. Stoyanov, A. Bozkova (éds), Production and trade of amphorae in the Black Sea (PA TABS II). Acts of the International Round Table held in Kiten, Nessebar and Sredetz, September 26-30, 2007 (2011), p. 35-53, avec le tableau récapitulatif p. 48-53. De son côté, Ch. Tzochev, Amphora Stamps from Thasos, The Athenian Agora XXXVII (2016), p. 40-41 et p. 63, range le magistrat Chairippidès dans sa « période XII » (cf. tableau 2) et propose une date ca 188-175 av. J.-C.

56 . Deux exemples thasiens sont connus : IG XII 8, 270 = CITh III, 47, l. 8 (fin du ve ou début du ive s.) ; Recherches I, 142 bis, l. 2 (ive s.).

57 . IG XII 8, 305 B, l. 16 (iie s. av. J.-C. ?). À la suite de Miller, C. Fredrich a transcrit Στίλπων dans GLTh. 12/IV/(15) : IG XII 8, 294 B, l. 21 (± 184 av. J.-C.), mais Στίλβων est clair sur la pierre (collation au Louvre : voir fig. 9). On peut également douter de la lecture Στίλπων en IG XII 8, 353, l. 36 (CITh III 49 C, l. 1), connu uniquement par une copie de Conze, qui n’indique qu’une haste verticale. La forme Στίλπων est bien attestée ailleurs en Grèce.

58 . E. Miller, JSav 1872, p. 241-242.

59 . Miller fait la même appréciation à propos des blocs IG XII 8, 300 et 303, qui sont certainement de la basse époque hellénistique. Le qualificatif d’» ancien » est sans doute à comprendre, chez lui, par contraste avec les lettres « très-anciennes » des premières colonnes d’un côté et les lettres « de l’époque gréco-romaine » (c’est-à-dire impériale) de l’autre. Sur la valeur de ces remarques paléographiques, voir Hamon (n. 11), p. 249 et n. 5.

60 . Voir Pouilloux, Recherches I, p. 454-455. Le graveur de la liste récapitulative (ca 320) emploie encore systématiquement la finale -κλέος. La forme -κλέους n’apparaît qu’à partir de la colonne 10 : GLTh. 10/5/(19) :
IG XII 8, 288 B, l. 24 (Γήθυλος Κρατησικλέους, ± 243 av. J.-C.). Le premier exemple de -κλέιους est à la colonne 11 : GLTh. 11/4/(13) : IG XII 8, 294 A, l. 6 (Πανφαίης Εὐθυκλέιους, ± 217 av. J.-C.). Je suis ici, pour l’accentuation -κλέιους (au lieu de -κλείους), D. Rousset, « La stèle des Géléontes au sanctuaire de Claros », JSav 2014, p. 95, n. 206.

61 . À la l. 9, Miller a lu ΑΜΩΝΙΟΥ et y a vu une haplographie pour Ἀμ(μ)ωνίου (enregistré ainsi par le LGPN) – un nom dont il n’y a guère d’exemple, en Grèce propre, avant le iiie s. av. J.-C. Il est cependant préférable de ne pas invoquer cet argument pour dater l’inscription, car il est possible que Miller ait en fait méconnu le nom Ἄμωμος au génitif.

62 . Alkimos f. de Dèmalkès : GLTh. 10/VII/(27) : IG XII 8, 292 A, l. 5 (± 235 av. J.-C.). – Kadmos f. de Dèmalkès : GLTh. 11/IV/(13) : IG XII 8, 294 A, l. 7 (± 217 av. J.-C.).

63 . À la l. 5, Leôkratès ( ?) f. de Satyros pourrait éventuellement avoir un lien avec Deinokratès f. de Satyros, qui est connu par une tessère de tirage au sort, peut-être datée du ive ou du iiie s. : Y. Grandjean, « Tessères de juge thasiennes », dans A. Tamis, C. J. Mackie, S. G. Byrne (éds), Philathenaios. Studies in honour of Michael J. Osborne (2010), p. 65-80, no 5 (SEG LX 950).

64 . Hamon 2015-2016, p. 73-77, et P. Hamon (n. 11), p. 268-286.

65 . J. Fournier, « Archontes et théores thasiens du ier au iiie siècle apr. J.-C. De la transformation à l’abandon des listes de magistrats », JSav 2018, p. 3-53, part. p. 31-34, montre qu’on ne trouve aucun Aurelius parmi les théores, tandis qu’il en existe plusieurs parmi les archontes.

66 . Dunant, Pouilloux, Recherches II, p. 187-192.

67 . Sur la basilique GTh 13, voir J.-P. Sodini, « Thasos protobyzantine », CRAI 2011, p. 1161-1207, part. p. 1164-1173. Les blocs et les plaques appartenant à la Petite Liste des archontes et à la Grande Liste des archontes ont principalement été remployés dans les murs et le dallage des nefs et du narthex : Recherches I, 28-34 ; Recherches II, 204-205, 209-212, 225, etc. On a par ailleurs recueilli dans la fouille une pluie de tout petits fragments inscrits (Recherches I, 40-73), issus du concassage d’autres blocs et plaques.

68 . B. Holtzmann, R. Jacob, « Les Abords Nord-Est de l’agora III.1 : les sculptures », BCH 134 (2010), p. 223-299, part. p. 226.

69 . Dans la forteresse médiévale du port, construite au xive s. (GTh 5b), ont été découverts en remploi trois blocs (Y. Grandjean, « Inscriptions de Thasos », BCH 136-137 [2012-2013], p. 229-241, nos 2-4 [SEG LXIII 709-711]) qui n’appartiennent pas au mur A-B, mais ont de fortes chances de provenir de la région du Passage des théores, à l’instar de deux autres blocs mentionnés dans la note 72. – Parmi les blocs de la Grande Liste des théores cités supra (n. 3), le bloc BCH 91 (1967), p. 578, no 25, qui ne fut pas exhumé ni copié par Miller, a été trouvé « au cours de la démolition d’une maison près du port antique » ; il est probable que cette maison datait au plus tôt du xixe s. – Quant aux blocs dégagés par Miller en 1864 et abandonnés derrière lui, ils ont été remployés pour les uns dans l’église de Panaghia, pour d’autres dans le konak (« ou maison du wakouf ») : cf. B. Holtzmann (n. 3), p. 29-30, avec les notes. Un autre encore (IG XII 8, 330), appartenant au mur C-D, fut brisé et remployé dans le quai du port, où il fut retrouvé par Fredrich en 1904 (cf. C. Fredrich, MDAI[A] 33 [1908], p. 232).

70 . Sur la chronologie de ces états, voir Fr. Blondé et al. (n. 6), p. 633-634. Elle correspond à celle observée dans une autre demeure urbaine de Thasos : J.-P. Sodini, T. Koželj, M. Wurch-Koželj, Le nymphée d’une maison de l’Antiquité tardive à Thasos, ÉtThas XXIV (2016), part. p. 137-152.

71 . Selon B. Holtzmann (n. 3), p. 38 et fig. 6, le dallage pourrait dater du début du iiie s. apr. J.-C. Le caniveau est postérieur, car il a nécessité la suppression d’une partie du dallage au pied du mur A-B. Le passage n’était pas encore encombré de blocs effondrés lorsque ces travaux tardifs furent effectués. La canalisation en question est sans doute liée à la DOM5 (dans son premier état ?) : voir Fr. Blondé, A. Muller, D. Mulliez (n. 14), p. 876, et eidem, « Une nouvelle place publique à Thasos. Les abords nord du Passage des théores de l’époque archaïque à l’époque paléo-chrétienne », RA 1987, p. 25-39, part. p. 35-39 et fig. 8.

72 . Voir supra. Deux blocs publiés dans P. Hamon (n. 11), p. 251-259, nos 1-2, proviennent précisément de ce mur de clôture [MUR72]. Ils n’appartiennent pas formellement à la Grande Liste gravée sur le mur A-B, mais pourraient provenir du mur C-D ou en tout cas des abords immédiats du passage.

73 . Quand Miller exhuma le passage en 1864, le pilier A, mutilé au sommet, était encore debout et les trois – sinon les quatre – dernières assises (hautes de 46 cm) étaient restées en place, au moins en partie, aussi bien du côté A-B que du côté C-D : il s’agit des assises IX à XII, sous la partie initialement gravée. Le reste des blocs, y compris les trois blocs portant les reliefs, étaient tombés pêle-mêle. E. Miller (n. 2), p. 209, écrit ainsi : « Vous ne pouvez vous figurer la peine que nous avons pour extraire ces marbres, qui ont toutes les positions possibles, comme après un tremblement de terre ».

74 . Sur l’évolution du paysage aux abords de la DOM5, voir BCH 128-129 (2004-2005), Rapport, p. 749-750, et BCH 134 (2010), Rapport, p. 538-539.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Grande Liste des théores, colonnes 1 à 8.
Crédits EFA, P. Hamon & M. Wurch-Koželj
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/331/img-1.jpg
Fichier image/, 344k
Titre Fig. 2
Légende Grande Liste des théores, colonnes 8 à 14.
Crédits EFA, P. Hamon & M. Wurch-Koželj
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/331/img-2.jpg
Fichier image/, 336k
Titre Fig. 3
Légende Inscription 1.
Crédits Cl. EFA, Ph. Collet
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/331/img-3.jpg
Fichier image/, 1,1M
Titre Fig. 4*
Légende Bloc inv. 3698 et inscription 1.
Crédits Relevé EFA, M. Wurch-Koželj
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/331/img-4.jpg
Fichier image/, 216k
Titre Fig. 5
Légende Musée du Louvre, Ma 876, détail : IG XII 8, 280 A.
Crédits P. Hamon
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/331/img-5.jpg
Fichier image/, 428k
Titre Fig. 6
Légende Inscription 2.
Crédits Cl. EFA, Ph. Collet
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/331/img-6.jpg
Fichier image/, 568k
Titre Fig. 7
Légende Bloc inv. 3699 et inscription.
Crédits Relevé EFA, M. Wurch-Koželj
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/331/img-7.jpg
Fichier image/, 201k
Titre Fig. 8
Légende Inscription 2, détail des l. 4-6.
Crédits Cl. EFA, Ph. Collet
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/331/img-8.jpg
Fichier image/, 67k
Titre Fig. 9
Légende Musée du Louvre, Ma 882, détail : GLTh. 12/IV/(14)-(15) : IG XII 8, 294 B, l. 18-21 (± 185-184 av. J.-C.).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/331/img-9.jpg
Fichier image/, 241k
Titre Fig. 10
Légende Estampage 1401 (EFA), détail : GLTh. 12/VIII/(29)-(30) : IG XII 8, 293 C, l. 35-38 (± 170-169 av. J.-C.).
Crédits Cl. P. Hamon
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/331/img-10.jpg
Fichier image/, 297k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrice Hamon, « Études d’épigraphie thasienne, VΙ. Deux nouveaux blocs de la Grande Liste des théores », Bulletin de correspondance hellénique, 142.1 | 2018, 181-208.

Référence électronique

Patrice Hamon, « Études d’épigraphie thasienne, VΙ. Deux nouveaux blocs de la Grande Liste des théores », Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 142.1 | 2018, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/bch/331 ; DOI : 10.4000/bch.331

Haut de page

Auteur

Patrice Hamon

Université de Rouen-Normandie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals