Navigation – Plan du site

AccueilNuméros139-140.1Études d’épigraphie thasienne, IV

Études d’épigraphie thasienne, IV

Les magistrats thasiens du ive s. av. J.‑C. et le royaume de Macédoine
Patrice Hamon
p. 67-125

Résumés

L’article présente la structure et l’histoire des quatre listes monumentales de magistrats de Thasos. Les deux premières furent gravées vers 360 et complétées pendant une quarantaine d’années. Les deux suivantes furent gravées vers 320, reprenant le contenu des précédentes, et tenues à jour jusqu’à l’époque impériale. Ces inscriptions font l’objet d’un projet de republication. Le bloc Recherches I, 36, appartenant à la Grande Liste des théores, doit se placer dans les colonnes du ive s. L’article étudie une section datée de 334‑326 et propose une analyse prosopographique. Parmi ces théores figure un certain Aristoleôs, qui doit être le leader des partisans de Philippe II (Dém. XVIII 197). Un autel du « Roi Philippe Sauveur », publié ici, illustre l’entrée de Thasos dans l’hégémonie macédonienne. La gravure des deux grandes listes de magistrats pourrait se placer dans le même contexte.

Haut de page

Dédicace

À Michael Wörrle pour ses soixante‑quinze ans, en hommage affectueux et reconnaissant

Notes de l’auteur

J’adresse, comme à l’accoutumée, mes plus sincères remerciements à nos hôtes et amis grecs, et tout particulièrement à Mme D. Malamidou, directrice du Musée de Thasos, pour la générosité avec laquelle elle me permet de travailler dans les réserves. La présente étude est le fruit des échanges continus que j’ai, depuis près de dix ans, avec Fr. Salviat (univ. Aix‑Marseille) ; ma dette est grande à son égard. Mes remerciements particuliers s’adressent à M. Wurch-Koželj, architecte de l’EFA, avec qui j’ai étroitement collaboré pour mettre au point les fig. 2, 4, 6, 8, 9 et 12, ainsi qu’à G. Biard pour la fig. 11. Merci également à M. Brunet (univ. Lyon II) et à N. Bresch (IRAA, CNRS), qui travaillent actuellement sur l’architecture du Passage des théores et ont libéralement mis à ma disposition leurs relevés des blocs et discuté avec moi des problèmes d’architecture et de chronologie qui se posent. Toutes les photographies sont dues à Ph. Collet, irremplaçable photographe de l’EFA. – La Fondation A. von Humboldt m’a permis de commencer cette recherche dans les meilleures conditions à la Kommission für Alte Geschichte und Epigraphik du DAI (Munich) en 2011. Elle s’inscrit dans la préparation d’un nouveau Corpus des inscriptions de Thasos : voir J. Fournier, P. Hamon, N. Trippé, « Cent ans d’épigraphie à Thasos (1911‑2011) », REG 124 (2011), p. 205‑226. J’ai pour ma part rédigé un premier volume, consacré aux docu­ments publics de l’époque classique tardive et de l’époque hellénistique, déposé au service des publications de l’EFA. Je mentionnerai ci‑après les documents réédités dans ce volume sous la forme CITh III, suivi d’un numéro d’ordre. – La présente étude a fait l’objet d’une communication à Munich, le 5 mars 2015, au colloque « Neue Forschungen zur griechischen Geschichte und Epigraphik. Kolloquium anlässlich des 75. Geburtstages von Michael Wörrle » ; je remercie Chr. Schuler, organisateur de l’événement, pour son amicale invitation.

Texte intégral

  • 1 Y. Grandjean, « Inscriptions de Thasos », BCH 136‑137 (2012‑2013), p. 225‑268, part. p. 241‑252, n(...)
  • 2 L. Robert, CRAI 1972, p. 437.
  • 3 SEG XLII 820 (CITh III, 5), l. 12, avec les remarques de J. Fournier, P. Hamon, BCH 131 (2007), p. (...)
  • 4 IG XII 8, 353, 354 et 355 (CITh III, 49, 50 et 51), copiées au xixe s. et aujourd’hui perdues. Y.  (...)
  • 5 Voir Pouilloux, Recherches I, p. 387‑411.

1Y. Grandjean a publié, dans l’avant-dernière livraison du BCH, un bel ensemble de nouvelles inscriptions thasiennes. La pièce maîtresse est une base exhumée au Nord‑Ouest de l’agora1. Présentée peu après sa découverte, elle avait suscité la remarque suivante de la part de L. Robert : « le no [5] a dû apporter aux fouilleurs de 1971 une déception, car cette grande stèle de 1 m 40, à la fin du ive s. ou au début du iiie, avec 50 lignes, ne comporte qu’une liste de noms avec patronymes. En tête, ἀρχαί, qui semble indiquer une dédicace collective de tous les magistrats, sans que les divers collèges soient indiqués »2. Y. Grandjean a su en fait montrer tout l’intérêt du document pour l’histoire des institutions. Bien située dans les années 290 av. J.‑C., grâce à des rencontres prosopographiques concordantes, la liste énumère les noms de quarante‑neuf dédicants. Ce sont les magistrats thasiens d’une seule et même année, ceux qu’un décret du ive s. appelle également les τιµῶχοι3 et que l’on désigne, dans d’autres cités grecques, comme la συναρχία. Le document permet de comprendre la nature de trois autres listes thasiennes de même longueur, dépourvues d’intitulé4. Les dédicants se répartissent entre une dizaine de collèges au moins, dont les titres ont été omis, mais que l’on connaît grâce au reste de la documentation épigraphique : archontes, théores, polémarques, gynéconomes, apologoi, épistates, epignômones, auxquels s’ajoutent un apodecte, un hieromnèmôn, un gymnasiarque, deux agoranomes, sans doute des prêtres et des hiéropes, ainsi que d’autres magistrats et secrétaires plus ou moins subalternes5. Les fonctions sont attribuées selon des modalités, des règles, des conditions d’âge et des rythmes fixés par les lois thasiennes. Elles constituent un système et un cadre, où se joue une grande partie de la vie politique, qu’elle soit routinière ou dramatique, et où se déploient et s’affrontent les ambitions des citoyens en vue et de leurs familles, à l’époque classique et hellénistique.

  • 6 Pouilloux, Recherches I, p. 400‑401. Voir également IG XII 4, 136 (CITh III, 18), l. 2‑4 et l. 15‑ (...)
  • 7 Pouilloux, Recherches I, p. 239‑241 ; p. 400, n. 3.
  • 8 IG XII 8, 267 (CITh III, 14), l. 2‑3 et l. 10‑11.
  • 9 Les exemples de ce type de théores-magistrats, par opposition aux délégués sacrés, ont été réunis (...)

2Les deux principales magistratures sont le collège annuel des trois archontes et le collège annuel des trois théores. Les premiers, dont la création remonte peut‑être aux origines de la cité, ont d’abord une fonction éponymique. Ils exercent par ailleurs des responsabilités importantes : ils invitent par exemple les hôtes étrangers au prytanée et peuvent émettre des propositions devant le Conseil et l’Assemblée6. Les attributions des théores sont plus difficiles à saisir7 : à partir du milieu du vie s., ils sont constitués en collèges triples ; ils n’ont pas de fonction éponymique au sens propre ; on les voit chargés de faire graver certaines décisions dans le sanctuaire d’Apollon ou celui d’Athéna, « conformément au décret du Conseil et du Peuple »8. J. Pouilloux concluait prudemment que les théores avaient un rôle de surveillants, « chargés de veiller au respect des lois fondamentales ». Il ne s’agit pas d’ambassadeurs sacrés, mais, sans aucun doute possible, de magistrats à responsabilités exécutives, peut‑être attachés plus particulièrement au domaine des cultes. Leur charge était vraisemblablement la plus prestigieuse des archai à Thasos, revêtue le plus souvent à un âge avancé9.

Les listes monumentales de magistrats : questions de chronologie relative et absolue

3Les Thasiens gravèrent au ive s. av. J.‑C. sur l’agora – et tinrent ensuite à jour – une liste de leurs archontes et une liste de leurs théores. Chacune de ces listes est connue en deux exemplaires. Nous avons donc conservé les vestiges de quatre grands catalogues épigraphiques, de longueur inégale. Je commencerai par les présenter brièvement les uns après les autres, en essayant d’éclairer leurs rapports mutuels et de déterminer, autant que faire se peut, la date à laquelle chacun d’eux fut gravé.

Petite Liste des archontes

4Le premier document est le catalogue récapitulatif des collèges d’archontes, qu’on dési­gnera sous le nom de « Petite Liste des archontes » (ou « Liste des archontes sur marbre blanc »). Elle était gravée sur un édifice non identifié, situé sur le côté Nord‑Est de l’agora. Les fragments ont été découverts en remploi dans la basilique protobyzantine de l’agora (Guide2 13), lors des fouilles de 1922, puis de 1949. Il s’agit de carreaux d’un mur de marbre blanc, soigneusement polis ; huit blocs inscrits sont conservés, complets ou fragmentaires ; vient s’y ajouter une demi‑douzaine de tout petits fragments.

  • 10 Pouilloux, Recherches I, p. 263‑283, nos 28‑33.
  • 11 Fr. Salviat, « Les archontes de Thasos », dans Actes du VIIIe Congrès international d’épigraphie g (...)
  • 12 Dans sa publication de 1984 (note précédente), Fr. Salviat avait adopté une numérotation des colon (...)
  • 13 Le raisonnement est expliqué par Fr. Salviat (n. 11), auquel je renvoie. Nous préciserons encore q (...)

5Les inscriptions ont été publiées par J. Pouilloux en 1954, avec un commentaire essentiellement prosopographique10. C’est Fr. Salviat qui a proposé en 1984 le premier essai de mise en place architecturale des blocs11. Il a montré que les blocs inscrits doivent se répartir entre cinq assises (+ une assise perdue), de hauteur décroissante à mesure que l’on s’élève, comme cela est courant à Thasos (assises I à VI). On peut ainsi reconstituer des colonnes de ca 100 lignes, autrement dit de 32 ou 33 collèges triples : une colonne couvre en principe 32 ou 33 ans (sauf perturbation passagère des institutions) ; trois colonnes correspondent grosso modo à un siècle. En largeur, la liste se développe sur huit ou plutôt neuf colonnes complètes, depuis l’époque archaïque jusqu’au cours du ive s. (colonnes 1 à 9)12. Plusieurs rencontres prosopographiques permettent de situer approximativement la plupart des fragments dans le temps. Salviat a en outre démontré que certaines sections se laissent dater de façon tout à fait précise, grâce à des indices historiques internes et des correspondances avec la liste des théores, qui est mieux conservée (voir infra). Au ve s., c’est‑à‑dire dans la colonne 7, on identifie ainsi les archontes situés entre la fin de l’hégémonie athénienne et le début du régime oligarchique (418‑409 av. J.‑C.) et une partie de ceux situés sous le régime laconisant (402‑396 av. J.‑C.)13.

  • 14 Pouilloux, Recherches I, p. 268, à propos du bloc no 30. Le schéma de mise en place figurant ibid. (...)
  • 15 Le bloc situé au pied de cette colonne a été reconstitué par P. Bernard, Fr. Salviat, BCH 86 (1962 (...)

6La liste est gravée d’une écriture homogène, fine et élégante (h. l. : 1,2 cm), que Pouilloux datait du milieu du ive s. (fig. 1). Les triades sont nettement séparées par des paragraphoi. Quelque part entre le bas de la colonne 8 et le haut de la colonne 9, le style et la taille des lettres changent très nettement. La rupture se situe dans une fourchette chronologique que nous situons aujourd’hui entre 378 et ± 349 av. J.‑C. Pouilloux en tirait déjà la conclusion suivante : « ce changement marque la fin de la période où l’on grava en une seule fois toutes les listes antérieures »14. Je reviendrai plus loin sur la date probable de la gravure initiale des huit premières colonnes. La colonne complémentaire no 9 s’achève, quant à elle, en principe en ± 326 ou 32515. Plus à droite sur le mur, il est possible que l’on ait entamé une dixième colonne (dont les deux premières assises, en haut, sont perdues) et que la gravure se soit poursuivie pendant quelques années, au plus tard jusqu’en 318. Quoi qu’il en soit, il est certain qu’elle s’interrompt ensuite définitivement.

Fig. 1 – Petite Liste des archontes (sur marbre blanc), Recherches I, 29 B, l. 7‑12 (colonne 7 : collèges de 400 et de 399 av J.‑C.).

Fig. 1 – Petite Liste des archontes (sur marbre blanc), Recherches I, 29 B, l. 7‑12 (colonne 7 : collèges de 400 et de 399 av J.‑C.).

Cl. de Ph. Collet, EFA.

  • 16 Les dates absolues que nous proposons ne peuvent être tenues pour certaines et doivent être consid (...)

7Dans l’état actuel des recherches, on aboutit à la chronologie suivante (tabl. 1), avec une marge d’incertitude incompressible, d’au moins une ou deux années, en particulier dans les cinq premières colonnes16 .

Tableau 1 – Proposition de chronologie des 9 colonnes de la Petite Liste des archontes.

col. 1 col. 2 col. 3 col. 4 col. 5 col. 6 col. 7 col. 8 col. 9
premier collège mi‑viie s. 622 589 556 523 490 446 390 358 ou 357
[…]
dernier collège 623 590 557 524 491 447 391 359 ou 358 326 ou 325
  • 17 Fr. Salviat, dans D. Mulliez (éd.), Thasos. Métropole et colonies. Actes du colloque international (...)

8Ces résultats, acquis pour l’essentiel depuis 1984, sont toujours valables. Il restait à relever précisément chaque bloc, à vérifier les hypothèses architecturales et à élaborer une reconstitution d’ensemble. C’est le travail auquel Fr. Salviat et moi nous sommes attachés depuis 2010, avec la collaboration de l’architecte M. Wurch-Koželj. Le nombre d’assises, et donc le nombre de collèges par colonne qu’on en déduit, sont confirmés. La seule modification notable concerne le nombre exact de colonnes. Fr. Salviat avait d’abord hésité entre huit et neuf colonnes. Nous estimons aujourd’hui que la liste remonte, en amont, aussi haut que le milieu du viie s., si bien que le nombre total de colonnes gravées doit être neuf17. Le dossier graphique est prêt et j’en livre ci‑contre un aperçu, à titre provisoire (fig. 2). Nous l’accompagnerons, dans la publication à venir, d’un commentaire architectural et historique détaillé, où seront justifiées les datations absolues que nous proposons (voir infra).

Fig. 2 – Petite Liste des archontes (sur marbre blanc), schéma d’ensemble.

Fig. 2 – Petite Liste des archontes (sur marbre blanc), schéma d’ensemble.

Éch. 1⁄25.

P. Hamon et Fr. Salviat ; relevé et dessin, EFA, M. Wurch‑Koželj.

Grande Liste des archontes

  • 18 L’hypothèse de grandes plaques, y compris dans la partie initiale de la liste, demande à être véri (...)

9Il existe une seconde liste ou « Grande Liste des archontes ». Elle est gravée sur un marbre gris, tout à fait différent du précédent. Les fragments en sont beaucoup moins nombreux, rescapés d’une destruction systématique à la fin de l’Antiquité. Ils ont été découverts au même endroit, lors de la fouille de la basilique en 1949. J. Pouilloux les attribuait prudemment à un « édifice aux orthostates », situé dans la même région au Nord‑Est de l’agora. On a également formulé l’hypothèse que ces débris se rapportent à l’« Édifice à paraskénia », un portique ouvert sur l’aulè, construit vers la fin du ive s. (Guide2 12). La question doit pour l’instant rester ouverte. Plutôt qu’à des blocs d’assise appartenant à l’élévation de l’« Édifice à paraskénia », il faut peut‑être songer à une série de grandes plaques abritées sous le portique ou dans ses parages18.

  • 19 Pouilloux, Recherches I, p. 275.
  • 20 P. Bernard, Fr. Salviat, BCH 86 (1962), p. 582, no 3, et Fr. Salviat (n. 11), p. 235.
  • 21 Les deux collèges de Recherches I, 66 bis, l. 4 + Recherches I, 28 A, l. 1‑5 (Petite Liste : PLArc (...)

10La liste sur marbre gris est gravée dans un style différent et plus récent que la précédente, en lettres soignées, plus grandes (1,5 cm) et plus appuyées (fig. 3). Pouilloux avait bien distingué les deux séries, marbre blanc et marbre gris. Reconnaissant qu’elles concernaient toutes deux les archontes, il avait pensé qu’il s’agissait de deux listes successives : « On peut […] légitimement admettre que le catalogue commencé sur l’édifice en marbre blanc fut continué dans le monument aux orthostates à partir de 350 environ. […] On aurait continué à graver la suite des collèges dans un édifice public nouvellement construit »19. La déduction était naturelle, mais elle a été démentie. Fr. Salviat a en effet découvert qu’un collège de la Petite Liste sur marbre blanc réapparaît à l’identique dans la Grande Liste sur marbre gris20. J’ai identifié un deuxième recoupement de ce type21. Il est donc assuré que la seconde liste ne prend pas simplement le relais de la première ; elle récapitule entièrement le catalogue depuis les origines, et le prolonge ensuite.

Fig. 3 – Fragment de la Grande Liste des archontes (sur marbre gris), Recherches I, 50 (colonne 5 : collèges de ± 514 et ± 513 av. J.‑C.).

Fig. 3 – Fragment de la Grande Liste des archontes (sur marbre gris), Recherches I, 50 (colonne 5 : collèges de ± 514 et ± 513 av. J.‑C.).

Cl. de Ph. Collet, EFA.

  • 22 L’édifice portant la Petite Liste ne fut pas détruit pour autant, semble‑t‑il. Nous reviendrons su (...)
  • 23 L’histoire complexe de ces rythmes de gravure sera reprise en détail dans la publication finale. D (...)
  • 24 Recherches I, 34 + BCH 86 (1962), p. 580, no 1 ; ibid., p. 580‑582, no 2 ; Recherches II, 205.

11Le nombre de collèges triples par colonne est presque le même dans les deux listes d’archontes, à un léger décalage près : ca 32 ou 33 collèges, soit autant d’années (sauf perturbation). Au moment de sa gravure initiale, la Grande Liste sur marbre gris devait compter neuf colonnes de style homogène, peut‑être réparties sur trois grandes plaques juxtaposées (fig. 4). Au pied de la neuvième colonne (qui est entièrement perdue), nous sommes en principe vers 325 av. J.‑C. (voir supra). Il me semble que c’est à cette date, ou peu de temps après, que le transfert se fit de la Petite à la Grande Liste22. Après une période assez longue, de deux ou trois décennies peut‑être, pendant laquelle on ne compléta pas la liste, la gravure reprend sur une colonne no 10, puis une colonne no 11, etc., dans une écriture différente, d’abord par phases rétrospectives (plusieurs collèges sont gravés d’un coup), ensuite à rythme annuel23. Il subsiste deux grands fragments des colonnes 10 à 12, puis des débris d’époque hellénistique, qui sont plus difficiles à classer, et enfin une grande plaque fragmentaire du début de l’époque impériale24.

Fig. 4 – Grande Liste des archontes (sur marbre gris), schéma d’ensemble des colonnes 1 à 9.

Fig. 4 – Grande Liste des archontes (sur marbre gris), schéma d’ensemble des colonnes 1 à 9.

Éch. 1⁄25.

P. Hamon et Fr. Salviat ; relevé et dessin EFA, M. Wurch‑Koželj.

12Nous avons effectué au Musée de Thasos le même travail de relevé que pour la liste sur marbre blanc. La fig. 4 offre une première tentative de reconstitution de la partie récapitulative (colonnes 1 à 9). La reconstitution du dispositif de la partie additionnelle (colonnes 10 et suivantes) nous pose encore des problèmes épineux, que nous espérons résoudre à moyen terme. Une fois le dossier clos, les deux listes d’archontes seront republiées l’une avec l’autre.

Petite Liste des théores

  • 25 L’existence de cette liste ne fut découverte que bien longtemps après les fouilles de Miller. C’es (...)

13Les Thasiens firent également graver au ive s. la liste récapitulative de leurs collèges de théores, en miroir des archontes. Nous en avons, ici aussi, deux exemplaires. À mon avis, l’exemplaire le plus ancien est ce qu’on a coutume d’appeler la « Petite Liste des théores »25. Elle est gravée en lettres toutes petites (h. l. : 1 cm ; int. : 0,8 cm), assez profondes, d’un style fort proche de celui de la Petite Liste des archontes (fig. 5). Les triades sont, ici aussi, séparées par des paragraphoi. L’édifice qui portait l’inscription, d’un marbre blanc à grains moyens, était situé quelque part sur l’agora, mais il n’est pas identifié.

Fig. 5 – Bloc de la Petite Liste des théores (inv. 935), Recherches I, 27 B‑C (colonnes 5 et 6 : collèges de 409‑403 et de 372‑366 av. J.‑C.

Fig. 5 – Bloc de la Petite Liste des théores (inv. 935), Recherches I, 27 B‑C (colonnes 5 et 6 : collèges de 409‑403 et de 372‑366 av. J.‑C.

Cl. de Ph. Collet, EFA.

  • 26 Sur ces épisodes historiques de la fin de l’archaïsme, mentionnés par les rubriques de la colonne  (...)

14Il ne reste que trois blocs inscrits, appartenant à trois assises différentes, sensiblement de même hauteur (ca 31 cm). J. Pouilloux a pu reconstituer l’organisation générale de l’inscription en six colonnes au moins. À la colonne 5, figure le collège d’Antiphôn, Athènippos et Kleochos, que l’on peut dater précisément de 409 av. J‑C. Ce point de repère absolu et la comparaison avec la liste postérieure permettent de remonter jusqu’à la colonne initiale. Au tout début de la liste, pendant trois périodes enchaînées, de durée indéterminée (« Première Aparchè », régime des « Douze archontes », « Seconde Aparchè »), la charge de théore fut vraisemblablement pluriannuelle ou même intermit­tente. Le premier collège annuel régulier, composé de trois membres, n’apparaît qu’avec le régime des « Trois Cent Soixante », qui se situe en principe en ± 54426. Il y a donc un retard par rapport aux collèges d’archontes, qui furent annuels plus tôt, dès le viie s. Ce retard explique que la liste initiale des archontes soit plus longue de deux colonnes en amont (vers la gauche) que la liste des théores : colonnes 1 à 8 et colonnes 1 à 6 respectivement.

  • 27 La Grande Liste, dont les colonnes comptent 34 collèges en moyenne et où l’on peut fixer le même r (...)

15J’ai repris au musée l’étude des trois blocs de la Petite Liste des théores, en collaboration avec M. Wurch-Koželj : ce travail provisoire permet de proposer une première restitution graphique d’ensemble, encore hypothétique (fig. 6). Elle montre que la liste devait se répartir en hauteur sur six assises (I à VI) et que chaque colonne devait comporter en moyenne 36 collèges – soit 36 années27.

Fig. 6 – Petite Liste des théores (Recherches I, 27 A‑C) : hypothèse de reconstitution.

Fig. 6 – Petite Liste des théores (Recherches I, 27 A‑C) : hypothèse de reconstitution.

Éch. 1⁄15.

P. Hamon ; relevé et dessin EFA, M. Wurch‑Koželj.

  • 28 Pouilloux, Recherches I, p. 257 : « tous ces catalogues ont été inscrits sensiblement à la même ép (...)
  • 29 Recherches I, 27 C (= colonne 6) : collèges no 26 (368) et 27 (367). Cf. pl. XXI, 1. – Noter qu’à (...)
  • 30 Ces dates absolues sont calculées à partir de la Grande Liste des théores : GLTh. 6/VII/(26), (27) (...)

16J. Pouilloux datait cette première liste de théores, elle aussi, du milieu du ive s. approximativement28. Il faut cependant s’arrêter sur un détail important, dans un bloc situé à la colonne 6 (inv. 935 : fig. 5). Les noms sont gravés dans le même style que sur les deux autres blocs conservés, jusqu’à ce qu’intervienne un changement très net dans les quatre dernières lignes29 : la gravure se fait alors beaucoup moins profonde ; les lettres sont un peu plus hautes (1,2 cm) et un peu plus larges (12 lettres au lieu de 13 jusqu’au joint à droite) ; la paragraphos séparant les deux collèges est plus courte (fig. 7). Pouilloux avait relevé cette particularité dans sa publication, mais ne lui avait pas accordé d’importance. Or il me semble qu’elle est capitale. Comme on l’observe dans la Petite Liste des archontes, le graveur initial dut inscrire les noms des théores depuis le début de la colonne 1 jusque vers le milieu de la colonne 6, puis il s’arrêta. La liste fut par la suite complétée, si bien que les deux collèges suivants sont d’une main différente ou en tout cas d’un moment ultérieur. Dans la liste des archontes, on a vu que le passage de la gravure initiale à la gravure additionnelle se faisait quelque part entre la colonne 8 et la colonne 9 (entre 378 et ± 349), sur un bloc qui a disparu. Ici, on saisit la transition elle‑même, la « reprise » de la gravure, et on peut en outre la dater : elle se fait après le collège de 368 (Erxillos, Lèlantidès, Arotès) ; les deux premiers collèges complémentaires sont ceux de 367 et de 36630. Les ajouts se poursuivirent sans doute encore un certain temps ; la liste dut se prolonger d’une colonne, au moins partiellement remplie, qui est la colonne 7 (voir infra).

Fig. 7 – Petite Liste des théores, colonne 6, détail (Recherches I, 27 C, l. 25‑38 [Musée de Thasos, inv. 935]).

Fig. 7 – Petite Liste des théores, colonne 6, détail (Recherches I, 27 C, l. 25‑38 [Musée de Thasos, inv. 935]).

Cl. de Ph. Collet, EFA.

  • 31 Diodore XV 36, 4 ; IG II2 43 (P. J. Rhodes, R. Osborne, Greek Historical Inscriptions, 404‑323 BC (...)

17J’en tire la conclusion que cette première liste des théores fut probablement gravée en 368 av. J.‑C. ou peu de temps après. Il me paraît en outre vraisemblable que la première liste des archontes, évoquée plus haut, fut gravée dans les mêmes circonstances et peut‑être vers le même moment, c’est‑à‑dire qu’elle procéda de la même décision concertée des autorités thasiennes. Il est difficile de replacer cette double opération épigraphique de grande envergure dans un contexte historique précis. Vers 375, après un long cycle de guerres civiles enchaînées, Thasos avait rejoint l’alliance athénienne, dans le cadre de la Seconde Confédération maritime31. Nous connaissons cependant si mal l’histoire thasienne du second quart du ive s. qu’il est périlleux de formuler des hypothèses sur le rapport entre les événements et la gravure des listes, ainsi que sur les intentions des initiateurs.

Grande Liste des théores

18Au bout d’un certain temps, cette première liste des théores fut vraisemblablement interrompue et « désactivée », à l’instar de ce qu’il advint pour la première liste des archontes. Les Thasiens prirent alors la décision de regraver intégralement le catalogue à un autre endroit et dans de plus grandes dimensions. Le deuxième exemplaire n’est autre que la « Grande Liste des théores », la mieux connue et la mieux conservée des quatre listes thasiennes. Je reviendrai plus loin sur la date probable du transfert, sans doute proche de ce qu’on observe chez les archontes.

  • 32 Sur le monument et son histoire, voir J. Pouilloux, « Une énigme thasienne : le passage des théore (...)
  • 33 C. Fredrich, IG XII 8 (1909), p. 89‑125, nos 272‑348, avec le tableau analytique p. 90‑91. Un prem (...)
  • 34 Pouilloux, Recherches I, p. 238‑262, avec un schéma d’ensemble sur le dépliant inséré entre les p. (...)
  • 35 Fr. Salviat, « Les colonnes initiales du catalogue des théores et les institutions thasiennes arch (...)
  • 36 Projet ANR « E‑pigramme » (2013‑2015). M. Brunet (univ. Lyon‑II), que je remercie, m’a généreuseme (...)

19Le choix se porta sur le Passage des théores, un nœud de circulation au centre de la ville et un endroit chargé de cultes et d’histoire (Guide2 46)32. Le marbre se caractérise par ses gros grains à éclats grisâtres. La liste fut gravée sur les assises hautes du mur Nord-Ouest (A‑B), à main gauche en montant de l’agora vers l’Artémision et le Dionysion. Le monument s’effondra à la fin de l’Antiquité et plusieurs blocs furent remployés dans des constructions alentour. Mais la plupart d’entre eux restèrent sur place, pêle‑mêle et enfouis, jusqu’à ce qu’E. Miller les exhume et les copie en 1864 (d’où le nom de « catalogue Miller »). Une sélection de blocs inscrits a été transportée au Louvre ; les autres, abandonnés sur place, ont presque tous disparu. Le nombre de blocs connus est beaucoup plus important que pour la Petite Liste. Partant des publications très médiocres de Miller, E. Jacobs et C. Fredrich ont été les premiers savants à poser les bases d’une reconstitution33. Le travail a été poursuivi par J. Pouilloux, grâce à quelques nouvelles trouvailles faites dans les fouilles de l’École française34. Fr. Salviat, enfin, a procuré en 1979 une synthèse approfondie, mais encore provisoire, et je collabore désormais avec lui pour mener à bien l’entreprise de classement chronologique et de commentaire35. En parallèle, le monument fait actuellement l’objet d’une étude architecturale approfondie de la part de M. Brunet, qui procurera une reconstitution du mur, reliefs et inscriptions compris, sur la base d’un relevé exhaustif des blocs, effectué par N. Bresch36.

  • 37 On constate un décalage de quelques noms, d’une liste à l’autre, dans l’alignement horizontal des (...)

20La Seconde ou Grande Liste est organisée elle aussi en colonnes. Au moment de l’inscrip­tion initiale, elles ne sont plus seulement six, mais sept, car une trentaine ou une quarantaine d’années se sont écoulées depuis la gravure de la Petite Liste, en 368 ou peu après. De même que chez les archontes, il s’agit d’une regravure intégrale, comme on le vérifie par des recoupements entre liste ancienne et liste récente. Chez les archontes, le recoupement se limitait à quelques maigres instantanés, connus par des débris. Chez les théores, il s’étend sur toute la partie médiane des colonnes 4, 5 et 6 : on constate pleinement que la Grande Liste est une copie conforme, et augmentée, de la Petite Liste37. Au‑delà de la colonne 7, la Grande Liste des théores s’étend vers la droite sur plus d’une dizaine de colonnes complémentaires, plus larges, d’une écriture variable et de plus en plus irrégulière, qui couvrent l’époque hellénistique et le début de l’époque impériale.

  • 38 La fig. 8, qui reprend en le modifiant légèrement un schéma de Fr. Salviat publié en 1979, ne préj (...)

21Ce n’est que peu à peu, par tâtonnements et discussion, que les savants modernes sont parvenus à déterminer la hauteur des colonnes (et, par voie de conséquence, le nombre de collèges par colonne). Celle‑ci dépend du nombre d’assises inscrites. Comme les autres murs thasiens, le mur des théores est construit en assises de hauteur décroissante (à mesure que l’on s’élève). Trois modules sont connus pour la liste initiale : 29,5 ; 31 ; 38,5 cm. J. Pouilloux avait suggéré avec prudence une séquence de six assises. Fr. Salviat a démontré en 1979 qu’il fallait au moins sept assises et même probablement huit : I de 29,5 cm (tout en haut) ; II‑IV de 31 cm ; V‑VIII de 38,5 cm (fig. 8)38.

Fig. 8 – Grande Liste des théores : colonnes 1 à 7, assises I à VIII.

Fig. 8 – Grande Liste des théores : colonnes 1 à 7, assises I à VIII.

Éch. 1⁄25.

P. Hamon d’après Fr. Salviat, dans Thasiaca, p. 116, Fig. 6 ; retouches EFA, M. Wurch-Koželj.

  • 39 A. J. Graham, « On the Great List of Theori at Thasos », The Ancient World 5 (1982), p. 103‑120, r (...)
  • 40 Fr. Salviat, « Catalogue des théores de Thasos : objections et réponses », BCH 107 (1983), p. 181‑ (...)
  • 41 Pouilloux, Recherches I, p. 274. Voir plus récemment Fr. Salviat et al., BCH 128‑129 (2004‑2005), (...)
  • 42 Fr. Salviat (n. 40), p. 182‑184.

22La démonstration a été passagèrement contestée par A. J. Graham, qui proposait de réduire le nombre d’assises de 31 cm de trois à deux – un schéma en quelque sorte plus « économique »39. Mais Salviat a défendu sa proposition avec un nouvel argument architectural à l’appui40. Rappelons que la clef du problème ne se trouve pas dans les sept colonnes initiales, mais plus à droite, dans les colonnes 8‑9. Je cite Salviat : « Le fragment de liste Recherches I, 35 est […] gravé sur un carreau de 0,31 m de haut. J. Pouilloux a établi, avec des raisons prosopographiques solides, que la deuxième colonne – seule entière – inscrite sur ce bloc correspond à la colonne 9 du catalogue41. Mais une autre assise de 0,31 m de haut, est attestée à la colonne 9, en IG XII, 8, 277 H. Or le bloc Recherches I, 35 […] ne peut être immédiatement superposé au bloc IG 277 F‑H […] : une encoche pour la pince au lit d’attente, indiquant un joint au‑dessus, à 0,81 m du bord gauche, l’interdit. Il faut restituer une assise intermédiaire, ce qui oblige à compter trois assises de 0,31 m. […] Ce point doit être considéré comme acquis »42.

  • 43 A. J. Graham, « Thasian Controversies », dans id., Collected Papers (2001), p. 387.

23A. J. Graham a finalement reconnu la validité de ces arguments et renoncé à son système « resserré » à sept assises, en faveur de celui proposé par Fr. Salviat43. Aujourd’hui encore, et bien que la discussion soit relancée par le relevé des blocs mené par M. Brunet et N. Bresch, le système à huit assises me paraît toujours le seul possible, jusqu’à preuve du contraire. Je crois du reste pouvoir apporter deux arguments supplémentaires, qui viennent conforter la conclusion de Salviat.

  • 44 12 + 5 + 12 = 29 lignes, auxquelles s’ajoutent les sous‑titres, soit 39 lignes au maximum.

24Le premier argument est d’ordre épigraphique et constitue en quelque sorte une contre-épreuve à l’hypothèse initiale de Graham, selon laquelle les colonnes n’auraient eu que sept assises. Ce système « resserré » aurait pour conséquence de supprimer quatre collèges par colonne, soit quatre années. Au lieu de contenir ca 34 collèges annuels, les colonnes n’en contiendraient que 29 ou 30, et toute la chronologie s’en trouverait contractée. Si l’on répercute cette déperdition jusqu’au début de la liste à la colonne 1, il faudrait admettre que le premier collège triple, qui commence sous le régime des « Trois Cent Soixante », ne date pas de ± 544, mais de ± 529 av. J.‑C. Comme on l’a dit plus haut, cette première triade est précédée de trois périodes de durée indéterminée : la « Première Aparchè » (12 théores), le régime des « Douze archontes » (5 théores), la « Seconde Aparchè » (12 théores). Dès lors qu’on essaie de reporter cette séquence hypothétique sur la Petite Liste, un problème majeur apparaît, qui se lit clairement sur la fig. 9. Les colonnes y deviennent plus compactes (ca 33 collèges) ; dans la colonne 1, le repère de ± 529 se situe au bas de l’assise IV ; plus haut dans la même colonne, les théores plus anciens44 remplissent le haut de l’assise IV, l’assise III et un peu moins de la moitié de l’assise II. Il reste une grande lacune de près de 15 lignes au sommet de la colonne 1 : cela est strictement impossible.

Fig. 9 – Conséquence sur la Petite Liste de l’hypothèse, formulée par A. J. Graham (The Ancient World 5 [1982], p. 107), d’un système à sept assises dans la Grande Liste

Fig. 9 – Conséquence sur la Petite Liste de l’hypothèse, formulée par A. J. Graham (The Ancient World 5 [1982], p. 107), d’un système à sept assises dans la Grande Liste

Éch. 1⁄20.

Relevé et dessin EFA, M. Wurch-Koželj.

  • 45 P. Bernard, Fr. Salviat, BCH 91 (1967), p. 578, no 25 et fig. 1 (inv. 2370). La face de joint gauc (...)
  • 46 Thèta et omicron presque de même calibre que les autres lettres, my à jambages peu divergents, sig (...)
  • 47 La taille des lettres, les interlignes irréguliers entre les collèges et surtout la présence du va (...)
  • 48 À l’assise II, la colonne 8 est déjà occupée par Recherches 35 A, la colonne 9 par Recherches 35 B (...)

25Le second argument, plus positif, est d’ordre architectural. Il concerne les colonnes 8 et 9 évoquées plus haut, où Fr. Salviat a postulé l’existence d’une assise intermédiaire de 31 cm entre l’assise II et l’assise IV. Je crois que nous possédons le bloc qui vient s’insérer précisément dans cette lacune. Il s’agit d’un carreau (inv. 2370), complet à gauche, brisé à droite, publié en 1967 (fig. 10)45. Trois collèges y sont gravés, chacun d’une main légèrement différente, suivis d’un vacat de 7,5 cm ; seuls les patronymes sont conservés. Par sa hauteur (31 cm), le bloc pourrait théoriquement appartenir à la Petite Liste (colonne 7), mais on doit exclure cette possibilité, car le marbre à gros grains est typiquement celui de la Grande Liste. Les lettres sont hautes de 1,5 à 1,8 cm et d’un style assez avancé, qui convient au début de l’époque hellénistique46. Comme l’avaient déjà proposé les éditeurs, il faut assigner le bloc à l’une des assises de 31 cm de la Grande Liste. Sa place exacte n’a cependant pas été discutée jusqu’ici. Le style des lettres le rattache aux colonnes 8 à 11 (entre 325 et le cours du iiie s.)47. Or aucun emplacement n’est disponible dans cette zone, ni à l’assise II ni à l’assise IV48. Par conséquent, il faut le situer à l’assise III – soit dans la colonne 8, soit peut‑être plutôt dans la colonne 9 (fig. 11). Si l’on accepte ce raisonnement, c’est la preuve matérielle et positive que trois assises de 31 cm se superposent.

Fig. 10 – Bloc fragmentaire, Musée de Thasos, inv. 2370 (BCH 91 [1967], p. 578, no 25).

Fig. 10 – Bloc fragmentaire, Musée de Thasos, inv. 2370 (BCH 91 [1967], p. 578, no 25).

Cl. de Ph. Collet, EFA.

Fig. 11 – Grande Liste des théores : colonnes 5 à 9, assises I à IV.

Fig. 11 – Grande Liste des théores : colonnes 5 à 9, assises I à IV.

Deux hypothèses ; les flèches indiquent la place approximative des joints verticaux, d’après les trous de levier.

D’après Fr. Salviat, BCH 107 [1983], p. 182, Fig. 1.

  • 49 Fr. Salviat, dans Thasiaca, p. 117‑118. La question est longuement discutée par A. J. Graham (n. 4 (...)
  • 50 Holtzmann, Reliefs I, p. 35 : « le mur se compose […] de trois zones de quatre assises, dont la ha (...)

26Par conséquent, dans l’état actuel de nos connaissances et en attendant l’étude architecturale définitive de M. Brunet et N. Bresch, qui pourrait apporter du nouveau, je considère qu’il devait bien y avoir trois assises de 31 cm. L’existence d’une dernière assise gravée, tout en bas (VIII : 38,5 cm), était jugée très vraisemblable par Fr. Salviat en 1979, car les derniers collèges gravés sur l’assise VII sont ici ou là tronqués49. Nous verrons plus loin que ce postulat est aujourd’hui vérifié de façon définitive. Les colonnes de la Grande Liste devaient donc se déployer sur huit assises : I (29,5 cm), II‑IV (31 cm), V‑VIII (38,5 cm). Le mur ainsi reconstitué est d’ailleurs parfaitement rythmé, en zones qui se succèdent de façon équilibrée du haut vers le bas, comme B. Holtzmann l’a mis en évidence50.

27Les colonnes comportent, dans cette partie initiale de la Grande Liste, assez régulièrement gravée, 34 collèges (soit 34 années), le cas échéant un de plus ou un de moins. Aucun accident institutionnel ne vient rompre, à notre connaissance, la succession régulière des triades. Dans la Petite Liste, qui a servi de modèle à la Grande, il y avait deux collèges de plus par colonnes (36 collèges contre 34 ici) : le transfert et la regravure se sont donc accompagnés d’un réajustement de l’emprise de chaque colonne et par conséquent de décalages entre les deux listes jumelles. Le même phénomène s’observe, avec une moindre ampleur, dans le cas des archontes.

  • 51 GLTh. 5/V/(20) : IG XII 8, 277 D, l. 81‑83 + copie sur la Petite Liste, Recherches I, 27 B, l. 20‑ (...)
  • 52 Fr. Salviat, dans Thasiaca, p. 118, et, de façon plus précise, dans Actes du VIIIe Congrès interna (...)
  • 53 E. Jacobs (n. 33), p. 23, fut le premier à relever cette coïncidence. Sur le séjour d’Hippocrate à (...)

28Comme je l’ai déjà rappelé, il est possible de dater les collèges de théores de façon absolue, grâce à l’existence d’un point de repère chronologique à la colonne 5 de la Petite Liste et de la Grande Liste, identifié dès le xixe s. Le collège composé d’Antiphôn, Athènippos et Kleochos (colonne 5, collège no 20 dans la Grande Liste), était en fonction l’année où les Thasiens adoptèrent une (première) loi sur la délation politique et confisquèrent les biens de l’atticisant Apèmantos51. Nous sommes alors sous l’oligarchie de 411‑407 et Fr. Salviat a montré de façon convaincante qu’il doit s’agir précisément de l’année 409 av. J.‑C.52. Antiphôn f. de Kritoboulos est par ailleurs l’un des patients du médecin Hippocrate pendant son séjour de quatre années dans l’île53. Il suffit, à partir de cette date‑pivot, de remonter les colonnes en amont et de les descendre en aval pour calculer l’emprise chronologique de chaque colonne et la date exacte de chaque collège. Fr. Salviat l’a fait en 1979, dans un tableau qui demeure valable à quelques détails près (tabl. 2).

Tableau 2 – Proposition de chronologie des 7premières colonnes de la Grande Liste des théores.

col. 1 col. 2 col. 3 col. 4 col. 5 col. 6 col. 7
Collège (1) 544 [ass. V] 527 494 461 428 393 359
[…]
Collège (33) à (35) 528 495 462 429 394 360 326

29Nota bene : tant que la réédition complète des deux listes n’aura pas abouti et que chaque pierre inscrite n’aura pas reçu un nouveau numéro d’ordre, les références restent fort complexes pour désigner un collège ou un magistrat. Pour simplifier, je propose de désigner les collèges par la liste, la colonne (chiffre arabe), l’assise (chiffre romain), le numéro de collège (chiffre arabe entre parenthèses), suivis de la référence bibliographique actuelle. Par exemple : PLArch. 5/III/(11) : Recherches I, 28 A, l. 3‑5 (513 av. J.‑C.) ; GLTh. 7/VII/(29) : IG XII 8, 278 E, l. 67‑69 (331 av. J.‑ C.).

  • 54 Voir P. Hamon, « Études d’épigraphie thasienne, V. Théores et archontes thasiens de la basse époqu (...)
  • 55 Voir Fr. Salviat (n. 17 et 35).

30La fig. 12 permet de visualiser les quatre listes – deux listes successives d’archontes et deux listes successives de théores – à la même échelle. Fr. Salviat et moi‑même préparons actuellement une réédition d’ensemble des inscriptions proprement dites. Nous espérons que cette réédition prendra place dans le nouveau Corpus des inscriptions de Thasos (CITh I). Le travail est aujourd’hui très avancé pour ce qui concerne les archontes ; il est encore en cours pour les théores, à propos desquels des difficultés demeurent dans les parties hellénistique et impériale de la Grande Liste, qui sont mal conservées54. Nous nous proposons de collationner à nouveau tous les textes sur les pierres et d’accompagner la réédition d’un commentaire. La partie la plus ancienne de la liste des théores (colonne 1), correspondant aux événements du viie et du vie s., a déjà été analysée en détail par Fr. Salviat55. Le commentaire historique et prosopographique manque encore pour les colonnes d’époque classique et hellénistique.

Fig. 12 – Comparaison des quatre listes thasiennes.

Fig. 12 – Comparaison des quatre listes thasiennes.

Éch. 1⁄40.

Dessin EFA, M. Wurch-Koželj.

31Dès la fin du xixe s., Fr. Bechtel et E. Jacobs avaient observé que les mêmes noms, souvent très originaux, reviennent d’une colonne à l’autre, ce qui permet d’établir des liens entre pères et fils et de reconstruire des stemmata sur plusieurs générations. On a depuis lors beaucoup progressé dans la mise en place des blocs et, partant, dans la datation des collèges. Il est en outre possible désormais de confronter la liste des archontes et la liste des théores, sachant que les mêmes individus exerçaient souvent les deux magistratures l’une après l’autre, à quelques années ou décennies de distance. Les analyses prosopographiques se sont donc affinées. Elles donnent à voir la remarquable longévité des familles de l’élite thasienne, chez qui les noms se transmettent comme un patrimoine. Ce conservatisme onomastique est un trait saillant à Thasos, dont le commentaire exhaustif des listes permettra de mesurer l’ampleur et la durée pendant plusieurs siècles.

Les blocs recherches I, 36 et IG XII 8, 282 : nouvel emplacement

  • 56 Pouilloux, Recherches I, 36, avec la planche XXIV, 2 ; pour la chronologie, voir le « tableau géné (...)

32Le travail en cours livre déjà des résultats intéressants en matière de chronologie et de prosopographie. Je voudrais l’illustrer par un exemple. Après la fouille hâtive de Miller au Passage des théores en 1864, l’exploration archéologique reprit à partir de 1912, sous l’égide de l’École française d’Athènes, en plusieurs étapes. Les fouilles livrèrent quelques blocs supplémentaires du mur A‑B, inconnus de Miller et de Fredrich, et qui sont autant de pièces s’ajoutant au puzzle de la Grande Liste des théores. L’une des plus intéressantes est un bloc haut de 38,5 cm, appartenant par conséquent aux assises basses (V à VIII). Il semble avoir été scié dans l’Antiquité tardive et fut découvert en deux fois : la partie gauche (inv. 588) en 1912, la partie droite (inv. 583) en 1939. C’est J. Pouilloux qui a établi le raccord entre les deux fragments et reconstitué un carreau long de 115 cm, portant trois colonnes de noms : Recherches I, 36 A, B et C (fig. 13). La pierre est extrêmement usée et l’inscription se déchiffre avec difficulté. Les inventeurs respectifs avaient situé la gravure au iiie s. Ils ont été suivis par Pouilloux, qui proposait de replacer le bloc dans les colonnes 7, 8 et 9, soit vers 320 (A), vers 290 (B) et vers 250 av. J.‑C. (C) respectivement56.

Fig. 13 – Musée de Thasos, inv. 588+583 (Recherches I, 36 A, B et C)

Fig. 13 – Musée de Thasos, inv. 588+583 (Recherches I, 36 A, B et C)

Cl. Archives EFA.

  • 57 Recherches I, 27 B, l. 54‑59 (Musée de Thasos, inv. 982).

33En étudiant les relevés réalisés par N. Bresch, j’ai fait une observation nouvelle qui m’a permis de lui attribuer en toute certitude un autre emplacement. Il faut partir, pour raisonner, de la Petite Liste des théores, qui est l’original de la Grande Liste. À la colonne 5 de cette Petite Liste, on lit les noms suivants57 :

Γλαύκων Δειν[οκλέος]
̲Φανόπολις [- - - - -]
56 Παυσανίης [- - - - -]
Ἡρόδηλος Ἀρχε[- - -]
̲Κτησίας Θεοδότου
[- - - - - - -]ΣΤΕΝ[- - -]

34Sur le bloc Recherches I, 36, qui appartient à la Grande Liste, J. Pouilloux a transcrit ceci dans la colonne de gauche (A), aux l. 1‑6 :

- - - - - - - - - - - -
[ca. 4] π̣ο̣λις Ε̣Ι̣ΛΙ
̅Παυσανίης Ἑρξίλλου
4 [ca. 4] ηλος Ἀρχέλ̣εω
Κ̣τ̣ῆ̣σ̣ι̣ς Θεοδώτου
̅Σκύµνος Τεισιά̣[δευς?]
κτλ.
  • 58 À la l. 2, la restitution [Φανό]π̣ο̣λις Ἐρ̣ά̣τ̣[ου?], hypothétique, se fonde sur le nom de l’archo (...)

35Le recoupement était resté inaperçu, mais il n’y a aucun doute possible : il s’agit des mêmes noms, dans le même ordre, c’est‑à‑dire des deux mêmes collèges. Il faut lire aux l. 1‑4 : [Γλαύ]κ̣[ων Δεινοκλέος], [Φανό]π̣ο̣λις ΕΙΛΙ[- - -] (peut‑être Ἐρ̣ά̣τ̣[ου?]), Παυσανίης Ἑρξίλλου, Ἡ̣[ρό]δ̣ηλος Ἀρχέλ̣εω58.

  • 59 C’est le bloc d’assise dont Fr. Salviat, dans Thasiaca, p. 117, avait supputé l’existence. IG XII  (...)

36Les conséquences architecturales sont considérables, puisqu’on peut désormais placer le bloc Recherches I, 36 à sa juste place. Il ne se situe pas dans les colonnes 7, 8 et 9, comme on l’avait cru. Il faut le faire glisser vers la gauche, dans les colonnes 5, 6 et 7 et plus précisément juste au‑dessous d’IG XII 8, 278, c’est‑à‑dire à l’assise VIII (fig. 8 et 14)59. Nous avons ainsi la confirmation matérielle, indubitable, qu’il existait, au pied de la liste, une quatrième et dernière assise inscrite de 38,5 cm.

  • 60 E. Miller, RA 1869, p. 142‑143. Seules les deux colonnes de gauche étaient entièrement illisibles  (...)

37Il est possible d’aller encore un peu plus loin. Dans une première phase de sa recherche (inédite), Fr. Salviat a eu l’intuition que le bloc IG XII 8, 282, copié par Miller et aujourd’hui perdu, pouvait se placer dans l’assise VIII. Il suggérait de le situer au pied des colonnes 1 et 2. Comme M. Brunet me l’a très justement fait remarquer, cette hypothèse fait difficulté, puisque Miller précise que « le marbre contenait quatre colonnes [et que] les trois à gauche sont illisibles »60. J’en conclus que, s’il n’occupe pas les colonnes 1‑2, le bloc peut très bien occuper les colonnes 1‑4. Or cette conjecture est confirmée par un deuxième recoupement avec la Petite Liste, qui lui aussi était resté inaperçu jusqu’ici.

38Dans la Petite Liste, on lit à la colonne 4, l. 57‑58 :

Ἀρχε[- - - -] Εὐµάχου
̲Φιλ[- - - - -]νίδεω (complété en Φιλ[ωνίδης Φιλω]νίδεω par Pouilloux)
[- - - - - - - - - - -]

39Au tout début d’IG XII 8, 282 B, l. 15-13 (= l. 1‑3), Miller a transcrit :

4 [- - - σ]τρατος [- - - -]
̲Πλιστίδης Νικίδεω. (corrigé en Φ̣ι̣λιστίδης par Bechtel)
Καλλιφῶν Θεσσάλου
κτλ.

40Ce sont là encore des noms identiques. La seconde inscription permet de compléter la première : Ἀρχέ[στρατος] Εὐµάχου, | Φιλ[ιστίδης Νι]κ̣ίδεω, | [Καλλιφῶν Θεσσάλου] ; et inversement. IG XII 8, 282 B (= D*) se place à l’assise VIII de la colonne 4.

41Toute l’assise VIII, haute de 38,5 cm, est ainsi reconstituée, de la colonne 1 à la colonne 7 (fig. 8). Nous avons, comme je l’ai rappelé, un point de repère absolu à la colonne 5 : le collège de l’année 409 av. J.‑C. À partir de ce point fixe, en retenant l’hypothèse de huit assises (et non de sept), telle que je l’ai défendue plus haut, et en supposant qu’il n’y ait aucun accroc dans la succession régulière des triades, on peut calculer les dates absolues des collèges qui figurent sur les blocs en question (tabl. 3).

Tableau 3 – Proposition de chronologie des blocs de l’assise VIII de la Grande Liste des théores.

Blocs de l’assise VIII Chronologie
IG XII 8, 282 A* (colonne 1) 532‑528 av. J.‑C.
IG XII 8, 282 B* (colonne 2) 499‑495 av. J.‑C.
IG XII 8, 282 C* (colonne 3) 466‑462 av. J.‑C.
IG XII 8, 282 D* (colonne 4) 433‑429 av. J.‑C.
Recherches I, 36 A (colonne 5) 398‑394 av. J.‑C.
Recherches I, 36 B (colonne 6) 363‑360 av. J.‑C.
Recherches I, 36 C (colonne 7) 329‑326 av. J.‑C.

Les théories du pieds de la colonne 7

  • 61 Sont signalés par un astérisque (*) les individus connus pour avoir exercé une autre charge ou avo (...)

42Nous explorerons, dans la publication finale, toutes les conséquences prosopographiques de ces redatations. À titre préliminaire, je voudrais m’attarder sur une section précise et illustrer, par un exemple, la méthode mise en œuvre pour commenter les listes thasiennes. La section qui m’intéresse est la partie basse de la colonne 7. Trois des assises supérieures étaient déjà connues (IV, V et VII). Au pied, vient désormais s’ajouter Recherches I, 36 C. Je reproduis ci‑après le texte gravé sur les deux dernières assises (VII et VIII), tel que je l’ai collationné sur les pierres au Musée de Thasos61 :

Assise VII

Bloc découvert dans le Passage des théores et lu par Miller en 1864, retrouvé au même endroit le 18 juin 1913 par Ch. Picard. Les difficultés de lecture s’expliquent par le fait que l’épiderme a entièrement disparu par endroits, sans doute à cause du gel.
Musée de Thasos, inv. 271. H. : 38,5 ; l. : 59 ; ép. : 14. H. l. : 1,2 ; int. : 1/1,5. Les paragraphoi séparant les collèges sont visibles. Phot. : Recherches I, pl. XXI, 2 ; fig. 14. Quatre estampages à l’EFA (1355, 1418, 1422, 1423). Collation.
Éd. E. Miller, JSav. 1872, p. 48 (Fr. Bechtel, Die Inschriften des ionischen Dialekts [Abhandl. der hist.‑phil. Klasse Göttingen 34, 1887], p. 60‑61, no 77b ; id., SGDI III, 2 [1905], 5474e ; C. Fredrich, IG XII 8, 278 E) ; Pouilloux, Recherches I, p. 262.
̲[Νι]κόδηµος Τη̣[λε]φάνευς.
Κλεογνης Λέ̣ων̣[ος] * (26) 334
[Γό]ργ[ιπ]πος Σιναύρου
4 [. . . .]ων Λεωδίκου̣.
̅Λ̣[. . . .]ΗΣ . Ε̣[. . . . . . .]Υ̣ (27) 333
Ι[. . . .]Ι Ι Ι[. . . . .]ιος̣
[Ἀµφ]ι̣µ̣έδων Θεοπόµ[πο]υ.
8 ̅Θεόδωρος Αἴσχρωνος (28) 332
Πυθαγόρης Δηµόσωντος
Εὐαλκίδης Ἀµφικλείδευς.
̅Σκλλος Φιλσκου * (29) 331
12 Κλεόµβροτος Φίλωνος
Λυσίστρατος Κόδιδος. *
̅Τηλεφάνης Ἀριστείδευς (30) 330
γησιάναξ Σιναρου *
16 Ἀριστοκλ̣ῆς Ἡρο[φῶντος?].
L. 2 : Λ . . . Ν[- - -], Mi(ller) ; Δ[αµασιστράτου?], Bech(tel) 1887 d’après IG XII 8, 277 E, l. 88 ; Λ[υσά]ν[δρου] vel Λ[υσα]ν[ίω], Bech. 1905 ; on lit ΛΕΩΝ̣[- -]. L. 3 : [Γόρ]γος, Mi., Fr(edrich) ; [Γό]ργ[ιπ]πος, Pouilloux (Plx). L. 4 : . . . ΑΝΛΕΩΔΕΥΣ . . . . .  [. . .]άνδεω? Δευσ[- - -], Mi. ; [Ἀκαρν]ὰν (« unsicher ») Λεώδευς, Bech. ; Λεωδίκου, Plx ; l’Α, vu par Mi. et par Plx, n’existe pas : je distingue clairement Ω ; serait‑ce [Μέγ]ω̣ν, qui paraît un peu court pour la lacune initiale, qui est de 3 ou 4 lettres, et non 5 (cf. IG XII 8, 287 B, l. 16) ? L. 5 : la première lettre, que ni Fr. ni Plx n’ont vue, doit être A, Δ ou Λ ; de la dernière lettre du patronyme, on distingue une haste oblique ascendante : Σ ou Y. L. 6 : [- - -]ΙΟ[- -], Mi. ; Ν̣[ικόδ]η̣µ[ος] Π̣υ̣θί[ωνος?], Plx d’après Recherches 30 B, l. 5 ; cette lecture me paraît impossible. L. 7 : [- - - -]λων Θεοπόµ[που], Mi., Fr. ; Ἀ̣[µφ]ι̣µέδων, Plx. L. 8 : ΛΙΣΑ . . ΩΝ . . . , Mi. ; Αἰσ[χρί]ων[ος], Bech. ; Αἴσχρωνος, Plx. L. 10 : Εὐαλκείδης, Mi., Fr. L. 16 : Ἀριστοφάνης, Fr. ; Ἀριστοκλῆς, Plx ; le K est sûr ; Ἡρο[βούλου] vel Ἡρο[φῶντος], Mi. ; Ἡρο[φῶντος], Bech. 1905 ; Ἡρο[δότου ?], Fr. d’après la fausse lecture Ἀριστοφάνης et le rapprochement avec IG XII 8, 280, l. 8. ; Ἡρο[φῶντος] est préférable, mais hypothétique, si l’on admet le rapprochement avec IG XII 277 G, l. 149.

Fig. 14 – Musée de Thasos, inv. 271 (IG XII 8, 278 D et E), à l’assise VII, et inv. 588+583 (Recherches I, 36 A, B et C), à l’assise VIII.

Fig. 14 – Musée de Thasos, inv. 271 (IG XII 8, 278 D et E), à l’assise VII, et inv. 588+583 (Recherches I, 36 A, B et C), à l’assise VIII.

Cl. de Ph. Collet, EFA.

Assise VIII

  • 62 La découverte a d’abord été brièvement signalée dans BCH 63 (1939), p. 317.
Partie droite d’un bloc de marbre brisé en deux, se raccordant à gauche avec le bloc inv. 588. Au lit d’attente, trou de levier à 7,5 cm du joint droit. Le bloc inv. 271 vient se placer à l’assise supérieure (VII), son joint droit se situant à 4 cm à gauche du trou de levier et à 11,5 cm du joint droit du présent bloc.
Le bloc fut découvert en 1939 par E. Will dans le Passage des théores (« sur la terrasse même du prytanée »)62. Le raccord avec inv. 588 a été établi en 1954 par J. Pouilloux.
Musée de Thasos, inv. 583. H. : 38,5 ; l. : 82 ; ép. : 22,5 (le bloc complet, une fois la partie gauche raccordée [inv. 588] mesure 115 cm de longueur). H. l. : 1, 2 ; int. : ca 1 (Pouilloux indique par erreur : h. l. : 2 et int. : 1,5 respectivement). Vacat de 7,5 de h. après la l. 12. Phot. : Recherches I, pl. XXIV, 2 ; fig. 13 et 14. Six estampages à l’EFA (1266, 1267, 1374, 1471, 4657, 4671). Collation.
Éd. R. Martin, BCH 68‑69 (1944‑1945), p. 156‑158, no 2 ; Pouilloux, Recherches I, 36 C.
Cf. Pouilloux, Recherches I, p. 401, n. 1 (l. 5‑6 : magistrats dans IG XII Suppl. 353, l. 3 ?).
̅Α̣[- - - - - - - - - - - - -]Σ̣ (31) 329
Ἀριστ[ο]φά[ν]ης [Π]α[γχά]ρευς?
ρετριες Κλ[εοφ]ντος. *
4 ̅Στράτων Πύξιος (32) 328
Στρατόνικος Πυθωνύµου
Κρατησικλῆς Τεισιάδευς.
̅Μεγακλείδης Μεναίχµου (33) 327
8 Αχµόκριτος Πυθ̣ί̣ωνος *
Ναυφάντης Ἀστυδίκου.
̅Ἀριστόλεως Μελίσσου (34) 326
Ἰδνάδης Νικοδήµου *
12 Δηµοφῶν Νύµφιος. *
vac.
Les paragraphoi étaient mal placées par Plx ; elles sont apparues à la révision. L. 1 : la première ligne n’a pas été vue par Ma(rtin) ; Α̣[- - -], Plx. L. 2 : [Π]α[γχά]ρευς, Ma. ; quasiment illisible aujourd’hui. L. 3 : Κλ[εοφῶ] ντος, Plx d’après Recherches I, 34 B, l. 37. L. 9 : Ἀστυδόκου, Ma., Plx. – Ma. et Plx ont cru à tort qu’une dernière ligne était gravée après la l. 12.
  • 63 Miller a transcrit huit lignes, ce qui correspond à une assise de faible hauteur (29,5 cm), c’est‑ (...)
  • 64 IG XII Suppl. 354 (CITh III, 106).
  • 65 Il est possible que le bloc IG XII 8, 296, perdu (« lettres anciennes »), se place à cet endroit.

43Ajoutons que les collèges immédiatement suivants, gravés sur les assises sommitales de la colonne 8, sont connus. À l’assise I, Fr. Salviat propose, dans ses recherches inédites, de placer le bloc IG XII 8, 284, copié par Miller et aujourd’hui perdu63. Il compte trois collèges, qui doivent correspondre aux années 325 à 323 av. J.‑C. : (1) Νοσσικᾶς Ἡρᾶδος, Δηµοφῶν Ἡγησιπόλιος, Ἡγήσιππος Ἡρᾶδος (325) ; (2) [. . . . .]ίδης Ἀνταγοράδε[υς], Χοῖρος Τιµοκλεῦς, [- - -] (324) ; (3) [- - -], Πολυδάµας Ἀριστοφῶντος, [- - -] (323). Le premier est certainement Nossikas f. d’Hèras, bienfaiteur thasien honoré par un décret des Lampsacéniens64. À l’assise II se place le bloc Recherches I, 35 A, où on lit les patronymes, mutilés, de douze noms, qui doivent correspondre aux collèges des années 322 à 319 av. J.‑C. Le bloc de l’assise III semble perdu (voir supra)65. La marge d’erreur possible, pour la datation des collèges gravés sur les deux assises de la colonne 7 qui m’intéressent (et sur les trois assises suivantes, évoquées à l’instant), me semble être d’une année tout au plus.

  • 66 P. J. Rhodes, R. Osborne, Greek Historical Inscriptions, 404‑323 BC (2003), 76 b, l. 5 (IG II3 318 (...)
  • 67 Théophraste, De causa plantarum II 5, 5 ; Strabon XVI 3, 2 (766 C) ; Arrien, Indikè 18, 4 ; Athéné (...)
  • 68 Fr. Salviat, BCH 82 (1958), p. 195 (SEG XVII 415 ; Fr. Sokolowski, LSCG Suppl. 69 ; CITh III, 9), (...)

44Nous sommes à l’époque d’Alexandre. Les Thasiens, membres de la Seconde confédération maritime athénienne depuis ca 375 av. J.‑C., se sont ralliés à l’hégémonie macédonienne au lendemain de la bataille de Chéronée et sont devenus membres de la Ligue de Corinthe66. Il est possible qu’ils aient participé à l’expédition contre l’Empire perse, en fournissant des contingents, ou que des citoyens thasiens se soient engagés à titre individuel. Les sources sont muettes à ce sujet. Le seul Thasien dont nous sachions qu’il suivit Alexandre en Orient est Androsthenès f. de Kallistratos, triérarque dans la flotte de l’Hydaspe, explorateur du Golfe Persique et auteur d’un Περίπλους τς νδικς. Les auteurs anciens hésitent sur son origine, tantôt thasienne, tantôt amphipolitaine : il est possible qu’il ait quitté Thasos, sa patrie, pour s’installer à Amphipolis, soit avant 334, soit lors de son retour67. L’Expédition d’Alexandre eut certainement un fort retentissement à Thasos, comme dans toutes les cités grecques. On le perçoit dans la vie des cultes : les Thasiens instituèrent, en 324 ou même déjà avant cette date, une fête des Alexandreia et édifièrent vraisemblablement un Alexandreion sur la « Place des Charites » qui s’étend au‑dessus du Passage des théores68.

45Les théores des années 335 à 326 suivirent de loin ces événements d’ampleur mondiale, avec l’intérêt et sans doute la stupéfaction que l’on imagine. Ils furent peut‑être aussi les acteurs de certaines décisions prises à Thasos même. Les vingt‑huit noms conservés sur les deux assises en question (dont trois complètement ou quasiment illisibles) sont en effet, à n’en pas douter, ceux de figures locales, qui appartenaient à des familles en vue, avaient revêtu d’autres magistratures et participaient plus généralement à la vie politique, sociale et économique de la cité.

  • 69 SEG XVII 423 (CITh III, 57).
  • 70 Recherches I, 73, l. 2, où l’on lit [. . . . .]αναξ [- - - -] ; je proposerais volontiers de resti (...)
  • 71 Recherches I, 73, l. 3.
  • 72 PLArch. 9/VI/(32) ou (33) : P. Bernard, Fr. Salviat, BCH 86 (1962), p. 583‑584, no 5.
  • 73 Recherches I, 152, où il faut presque certainement lire, non pas [ἐ]πὶ Κλεοξένου ἄρχοντος, mais [ἐ (...)

46Il suffit, pour s’en persuader, d’invoquer le reste de la documentation épigraphique thasienne – listes, décrets, dédicaces. Entre cinq et sept des théores ici enregistrés, sinon davantage, sont connus pour avoir exercé d’autres magistratures. Idnadès f. de Nikodèmos et Dèmophôn f. de Nymphis, tous deux théores en 326, furent membres du même collège d’épistates, vraisemblablement quelques années plus tôt ou plus tard69. C’est un exemple parmi d’autres de ces carrières menées en parallèle par des contemporains, de fonction en fonction. Skyllos f. de Philiskos, théore en 331, fut archonte trois ans plus tard, en 328 (cf. infra). Hègèsianax f. de Sinauros, théore en 330, fut peut‑être archonte, approximativement entre 340 et 32070. Eretrieus f. de Kleophôn, théore en 329, fut archonte l’année suivant celle d’Hègèsianax71. Aichmokritos f. de Pythiôn, théore en 327, devint archonte un ou deux ans plus tard, en ± 326 ou 32572. Kleogenès f. de Leôn (?), théore en 334, pourrait lui aussi avoir été archonte : son nom apparaît (sans patronyme) sur une dédicace fort difficile à dater73.

  • 74 Pour les timbres anciens, voir le corpus de Garlan, Timbres anciens. Pour les timbres récents, voi (...)
  • 75 Fr. Salviat, « Magistratures thasiennes et timbres amphoriques », dans N. Badoud, A. Marangou-Ler (...)

47Les timbres amphoriques thasiens constituent une autre source d’information importante, et jusqu’ici sous‑exploitée pour la prosopographie. On distingue à Thasos deux périodes dans l’histoire du timbrage : 1) entre ca 395 et ca 335, la phase des timbres dits « anciens », qui portent le nom d’un magistrat éponyme annuel (différent de l’archonte éponyme) et celui d’un « fabricant » ; 2) de ca 335 au début du iie s. environ, la phase des timbres dits « récents », qui ne portent plus qu’un nom, celui du magistrat éponyme74. Comme Fr. Salviat l’a démontré en 2010, plusieurs noms d’éponymes figurant sur les timbres se retrouvent dans les inscriptions lapidaires75. Les recoupements prosopographiques sont sujets à caution, car la plupart des noms gravés sur les timbres ne comportent pas de patronyme (à quelques exceptions près dans les timbres récents), mais on peut néanmoins suggérer des identifications avec des Thasiens connus par ailleurs et préciser ainsi les étapes et la durée de certaines carrières individuelles.

  • 76 Garlan, Timbres anciens, p. 185‑190 (groupe E 1).
  • 77 Il est par ailleurs possible que ce personnage ne soit autre que Kleophôn f. de Tèlephanès, comme (...)
  • 78 Garlan, Timbres anciens, p. 273‑275 (groupe G 2).
  • 79 GLTh. 7/V/(20) : IG XII 8, 277 F, l. 136.
  • 80 Garlan, Timbres anciens, p. 283‑286 (groupe G 2).

48Si l’on applique cette méthode à l’échantillon qui nous intéresse, celui des ving‑huit théores des années 335 à 326, on relève effectivement plusieurs coïncidences avec des noms figurant sur les timbres anciens. Un certain Kleophôn est éponyme amphorique sur des timbres des années ca 365‑36076 : il pourrait être le père d’Eretrieus f. de Kleophôn, théore en 32977. Tèlephanès, éponyme amphorique des années ca 345‑33578, est peut‑être identifiable à Tèlephanès, sans doute fils du même Kleophôn et théore en 34079, ou bien à son cousin Tèlephanès f. d’Aristeidès, théore en 330. Un éponyme amphorique nommé Aristophanès, daté des mêmes années80, pourrait être Aristophanès f. de Pancharès (?), théore en 329.

  • 81 Y. Garlan, « Les “fabricants” d’amphores », Topoi 8 (1998), p. 581‑590, et id., Timbres anciens, p (...)
  • 82 Y. Garlan (supra, 1988), p. 29‑30 ; id., Timbres anciens, p. 74‑75, avec les références et des con (...)
  • 83 Leophantos f. de Dèmalkès : GLTh. 6/V/(20) : IG XII 8, 277 E, l. 109 + Recherches I, 27 C, l. 14 ; (...)
  • 84 Garlan, Timbres anciens : groupe G 1, sous Amyntôr (nos 817‑818), et groupe G 2, sous Amphandros ( (...)

49Il serait plus intéressant encore de repérer des « fabricants » parmi nos théores. Il est aujourd’hui assez clair que les « fabricants » (terme consacré par la recherche moderne), que certains timbres appellent « kéramarques », c’est‑à‑dire maîtres d’atelier, possédaient les domaines viticoles où le vin était produit, mis en chai, transvasé dans des amphores fabriquées dans l’atelier local, puis transporté par mer et vraisemblablement taxé sous une forme ou une autre81. Ce sont des propriétaires fonciers, des acteurs de l’économie thasienne et, pour une part d’entre eux au moins, des hommes fortunés. L’exemple classique à Thasos, analysé par Y. Garlan, est celui des frères Leophantos et Aristagorès et du fils et héritier de ce dernier, Dèmalkès. Leurs trois noms apparaissent massivement dans l’atelier de Kalonero, sur la côte orientale de l’île, entre ca 360 et 330 : il doit s’agir d’une famille de grands propriétaires terriens82. Or ils menèrent tous trois une carrière civique jusqu’aux plus hautes magistratures : Leophantos fut théore en 374 et Aristagorès huit ans plus tard, en 366 ; Dèmalkès fut archonte dans les dernières années du ive s.83. Il est vraisemblable que d’autres de ces notables viticulteurs soient à découvrir, même s’il s’avère impossible de situer leur atelier domanial. Megakleidès est par exemple un fabricant en activité sous huit magistrats éponymes différents, à la fin du timbrage ancien, approximativement entre 345 et 33584. S’agirait‑il du Megakleidès f. de Menaichmos, qui fut théore ici en 327 ?

  • 85 Dédicace (trouvée près de l’Hèrakleion) : Holtzmann, Reliefs I, p. 151‑152 et pl. LIV (Guide2, p. (...)
  • 86 IG XII Suppl. 399 (CITh III, 97).
  • 87 Fr. Salviat, « Le bâtiment de scène du théâtre de Thasos », BCH 84 (1960), p. 300‑316. Voir égalem (...)
  • 88 Cf. Fr. Salviat, BCH 128‑129 (2004‑2005), p. 258, n. 125, ajoutant que le nom thrace du père, Kodi (...)
  • 89 IG XII Suppl. 354 (CITh III, 106), l. 9‑11 : πολλὰς καὶ µεγάλας χρε[ί]α[ς] κα[θ]ά[περ] καὶ οἱ πρόγ (...)

50La prééminence sociale de ces individus se marque par d’autres indices. Amphimédôn f. de Theopompos, théore en 333, est probablement le parent – fils ou oncle – d’une célébrité thasienne de l’époque : Theopompos f. de Melèsidèmos, dont l’attelage fut vainqueur dans l’épreuve du bige des Pythia de Delphes dans les années 350‑310. Outre un relief votif consacré à l’Hérakleion, ce dernier fit ériger un très remarquable monument de victoire sur l’agora, signé du sculpteur Praxias d’Athènes85. L’épreuve de course hippique indique à elle seule que la famille disposait de gros moyens. Lysistratos f. de Kodis est le nom d’un évergète thasien bien connu, qui assuma les frais de travaux importants au théâtre et fit graver une dédicace en lettres monumentales sur le proskénion du théâtre : [Λυσίσ]τρατος Κόδ[ι]δος Διονύσ[ωι (καὶ τῆι πόλει? vel sim.)]86. Le riche bienfaiteur inscrivit ainsi, pour des siècles, la mémoire de son nom dans un des lieux centraux de la vie collective des Thasiens. En rééditant cette dédicace et en étudiant l’édifice87, Fr. Salviat avait d’abord prudemment émis l’hypothèse que le dédicant Lysistratos pût être le petit‑fils du théore homonyme, dont la charge est située en 331. Il a reconnu plus récemment qu’il s’agit d’un seul et même individu, à l’évidence une grande fortune thasienne et un personnage de premier plan88. Nossikas f. d’Hèras, théore au sommet de la colonne 8, en 325 (avec son frère Hègèsippos dans le même collège), est lui aussi, à n’en pas douter, membre d’une famille fortunée, peut‑être enrichie dans le commerce maritime et, pour cette raison, liée à la région de l’Hellespont et plus précisément à la cité de Lampsaque89.

  • 90 Voir l’exemple des quatre fils d’Apèmantos f. de Philôn, honorés de la proxénie athénienne à la fi (...)
  • 91 Archonte : PLArch. 9/III/(9) ou (10) : Recherches I, 30 B, l. 1. Théores : GLTh. 7/V/(16) et (20)  (...)
  • 92 Philippos : PLArch. 9/III/(10) ou (11) : Recherches I, 30 B, l. 4 ; GLTh. 7/V/(16) : IG XII 8, 277 (...)
  • 93 GLTh. 8/IV/(13) : IG XII 8, 277 G, l. 143. Le même Nikias f. de Pythônymos figure peut‑être dans u (...)

51Les familles de notables thasiens ont couramment deux, trois ou quatre fils qui parviennent à l’âge adulte90. Il n’est pas rare que des frères soient archontes ou théores à peu d’années de distance. On en trouve un exemple très frappant un peu plus haut dans la colonne 7 : Dèïalkos f. de Theotimidès est archonte en ± 348 ; son frère Megaklès est théore en 344 et lui‑même en 34091. Ils mènent leur carrière en parallèle avec une autre fratrie : Philippos f. de Nymphôn est archonte en ± 347 et théore en 344 ; son frère Philôn est archonte en ± 346 ; un troisième frère, Hèragorès, est théore en 34092. C’est certainement aussi le cas, parmi les théores des années 335‑326, de Gorgippos et Hègèsianax, tous deux fils du même Sinauros (un nom très rare, presque exclusivement thasien), théores le premier en 334, le second en 330. Stratonikos f. de Pythônymos, théore en 328, est le frère ou le cousin éloigné de Nikias f. de Pythônymos, théore en 31393.

  • 94 GLTh. 6/V/(19) : IG XII 8, 277 E, l. 107.
  • 95 GLTh. 6/IV/(13) : IG XII 8, 277 E, l. 90. L’hypothèse a d’abord été émise par Fr. Salviat (n. 75).
  • 96 Pour le grand‑père, GLTh. 4/VI/(23) : IG XII 8, 285 A, l. 10 (avec la copie dans Recherches I, 27  (...)
  • 97 GLTh. 6/VI/(29) : IG XII 8, 278 D, l. 51.
  • 98 GLTh. 6/VI/(23), originellement gravé sur le bloc IG XII 8, 283 B (qui est entièrement effacé) et (...)
  • 99 GLTh. 5/VIII/(33) : Recherches I, 36 A, l. 6. Le nom Teisiadès n’est attesté qu’à Thasos et à Athè (...)
  • 100 Groupe XI des timbres récents, daté par M. Debidour (n. 74) entre ca 255 et ca 246 (voir également (...)
  • 101 Hèrophôn f. d’Aristoklès : éponyme sur timbres récents du groupe II, ca 327‑323 ? (cf. Fr. Salviat(...)
  • 102 Apologos : P. Bernard, Fr. Salviat, BCH 83 (1959), p. 294‑297 (SEG XVII 421 ; CITh III, 66) ; dans (...)
  • 103 GLTh. 8/VIII/(32) : IG XII 8, 286 A, l. 13 (sur le nom, voir R. Martin, BCH 68‑69 [1944‑1945], p.  (...)
  • 104 Archontes : Recherches I, 34 B, l. 9 et 21 (et P. Bernard, Fr. Salviat, BCH 86 [1962], p. 580, no  (...)
  • 105 P. Bernard, Fr. Salviat, BCH 83 (1959), p. 294‑297 ; cf. supra, n. 102.
  • 106 J’hésite à restituer [Μέγ]ω̣ν Λεωδίκου en IG XII 8, 278 E, l. 4 (théore en 334). Un Λεώδικος Μέγων (...)

52D’autres de nos théores ont un père ou un fils connu par l’épigraphie. Du côté des ascendants : Pythagorès f. de Dèmosôn, théore en 332, est le fils de Dèmosôn f. de Pythagorès, théore en 37594 ; Eualkidès f. d’Amphikleidès, lui aussi théore en 332, est peut‑être le fils (cadet ?) d’Amphikleidès f. d’Alkiadès, théore en 38195 ; Skyllos (II) f. de Philiskos, théore en 331, est le petit‑fils de Skyllos (I) f. de Philiskos, théore en 439, et le fils de Philiskos f. de Skyllos, connu par une épitaphe que l’on peut situer vers 370‑36096 ; Tèlephanès f. d’Aristeidès, théore en 330, est le fils d’Aristeidès f. de Tèlephanès, théore en 36597 ; Stratonikos f. de Pythônymos, théore en 328, est le fils de Pythônymos f. de Stratonikos, théore en 37198 ; Kratèsiklès f. de Teisiadès, théore en 328, a de fortes chances d’être le petit‑fils de Skymnos f. de Teisiadès, théore en 39699. Du côté des descendants : Eualkidès f. d’Amphikleidès, déjà mentionné, doit être le père (ou le bisaïeul ?) d’Amphikleidès f. d’Eu(alkidès), éponyme amphorique situé vers le second quart ou le milieu du iiie s.100 ; Aristoklès f. d’Hèr[ophôn], théore en 330, pourrait être le père d’[Hèrophô]n f. d’Aristoklès (si les restitutions sont exactes), éponyme amphorique et théore en 311, ainsi peut‑être que de Tèlemachos f. d’Aristoklès, archonte à la fin du siècle et théore en 312101 ; Eretrieus f. de Kleophôn, théore en 329, est le père de Kleophôn f. d’Eretrieus, qui fut à la fois apologos et archonte entre la fin du ive et le début du iiie s.102 ; Stratôn f. de Pyxis, théore en 328, est le père de Pyxis f. de Stratôn, théore en ± 294103 ; Aichmokritos f. de Pythiôn, théore en 327, est le père de Pythiôn et de Pamphaiès f. d’Aichmokritos, chacun archonte et théore une trentaine d’années plus tard104 ; Dèmophôn f. de Nymphis, théore en 326, est le père de [Nymphis ?] f. de Dèmophôn, apologos dans le dernier quart du ive s.105. D’autres connexions peuvent sans doute s’établir entre oncles et neveux et entre branches collatérales des mêmes grandes familles : elles sont, par la force des choses, plus difficiles à détecter et exigent d’établir des stemmata plus ou moins hypothétiques106. On constate en tout cas, dans ce seul échantillon, que tout un réseau serré de liens de parenté associe nos théores à la génération précédente et à la génération suivante. Seule une petite minorité d’entre eux – moins de dix – sont pour nous, en l’état actuel des connaissances, de parfaits inconnus.

Prosopographie et paléographie

  • 107 M. Launey, BCH 61 (1937), p. 380‑409 (IG XII Suppl. 353 ; I. Pernin, Les baux ruraux en Grèce anci (...)

53Le déplacement du bloc Recherches I, 36 a une autre conséquence importante pour l’épigraphie thasienne. Il permet de fixer de façon certaine la date, longtemps débattue, d’un document fort important : le bail du « Jardin d’Héraclès »107. L’Hèrakleion, principal sanctuaire urbain, possédait aux portes de la ville un domaine foncier, que la cité attri­buait à des locataires pour une longue durée. Le contrat de location qui m’intéresse comporte des clauses habituelles sur les obligations du preneur en matière d’entretien et de mise en valeur du fonds, par des plantations et des constructions. Les travaux à réaliser sont lourds : ils comprennent la construction de salles de banquet et d’un mur d’enceinte (peut‑être une partie du péribole du sanctuaire). S’y ajoute une clause plus originale, et abondamment commentée, sur la contrainte de fournir un bœuf lors de la fête d’Héraclès. Je donnerai dans le Corpus des inscriptions de Thasos une réédition du document, mais je voudrais d’ores et déjà présenter quelques progrès acquis.

54Le texte est gravé sur un bloc brisé à gauche et dont la longueur originale est incon­nue. En procurant la première édition, M. Launey a estimé que près des deux tiers du texte étaient perdus à gauche. Sa conjecture se fondait sur une restitution qui me paraît douteuse, à la l. 5, et j’estime pour ma part que les lacunes sont beaucoup moins longues : il ne doit manquer que la moitié des lignes, soit une quarantaine de lettres. Seul m’inté­resse ici l’intitulé, où se lisent six noms de magistrats :

[Ἐπὶ ἀρχόντων τοῦ δεῖνος τοῦ δεῖνος], Θ̣εορρήτου τοῦ Ἐράτωνος, Σκύλλου τοῦ Φιλίσκου̣,
[καὶ - - - - - - - - - - - - - - - - - - τοῦ δεῖνος τοῦ δεῖνος], Πυθώνακτος τοῦ Πυθώνακτος, Ἀθηναγόρεος τοῦ
[δεῖνος· - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -, Κρα]τησικλῆς Τεισιάδευς, Στρατόνικος Πυθωνύµου καὶ
[- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -· Ἀγαθῆι Τ]ύχηι· ὁ µισθωσάµενος τὸν κῆπον τοῦ Ἡρακλέος κτλ.
  • 108 Pouilloux, Recherches I, p. 400, n. 2, a réuni les exemples.
  • 109 M. Launey (n. 107), p. 407.
  • 110 Je me suis demandé s’il ne fallait pas retrouver ces trois archontes dans un fragment qui pourrait (...)
  • 111 Archonte : Recherches I, 34 A, l. 29 (date précise à déterminer). Théore : GLTh. 8/VI/(22) (± 304) (...)

55Les décrets thasiens sont datés par l’archonte principal ou les trois archontes ; les intitulés mentionnent aussi, le cas échéant, les trois théores, en charge de l’anagraphè108. Dans le cas présent (qui n’est pas un décret), figure un nombre supérieur de personnes. Launey pensait qu’elles étaient très nombreuses et que ce nombre inhabituel, ainsi que les lourdes constructions imposées au preneur, étaient le signe d’une réorganisation générale des affaires du sanctuaire : « on dut réunir une commission importante pour surveiller cette réforme et les noms de ses membres, entre autres, figurèrent dans l’intitulé »109. Je crois qu’il n’y a en fait que trois collèges de trois membres, peut‑être suivis d’un quatrième, soit neuf ou douze personnes tout au plus. Les trois premiers, comme il est d’usage, sont les archontes : Untel, Theorrètos, Skyllos. La triade en question n’apparaît pas, semble‑t‑il, dans la liste des archontes, qui est très lacunaire (voir supra)110, mais Skyllos f. de Philiskos figure dans notre section de la liste des théores, à l’année 331, dans le même collège que Lysistratos f. de Kodis. Les trois noms suivants sont eux aussi au génitif et obéissent sans doute à la même préposition ἐπί que les archontes : ce doivent être des magistrats à attributions cultuelles ou financières, peut‑être les epignômones, qui figurent ici en fonction de « faux éponymes ». L’un d’entre eux, Pythônax f. de Pythônax, sera archonte et théore dans les toutes dernières années du ive s.111.

  • 112 R. Martin, BCH 68‑69 (1944‑1945), p. 157‑158.
  • 113 Pouilloux, Recherches I, p. 400, n. 3 et p. 401, n. 1 ; voir également p. 241, n. 2.
  • 114 Fr. Salviat m’indique qu’il est en désaccord avec moi sur ce point. Selon lui, les noms au nominat (...)
  • 115 Pour un exemple de la formule θευροὶ ἀνέγραψαν, voir IG XII 8, 267 (CITh III, 14), l. 2. R. Martin(...)
  • 116 Le collège de théores de 374 est connu à la fois par la liste des théores (GLTh. 6/V/(20) : IG XII (...)

56Les derniers noms lisibles, à la l. 3, sont au nominatif ([Κρα]τησικλῆς Τεισιάδευς, Στρατόνικος Πυθωνύµου) et gouvernent un verbe disparu dans la lacune. Leur identité était jusqu’ici controversée. R. Martin avait reconnu en eux deux théores figurant, dans un ordre certes différent, sur le nouveau fragment de liste qu’il avait découvert dans le Passage : Στρατόνικος Πυθωνύµου, Κρατησικλῆς Τεισιάδευς (voir supra)112. Quinze ans plus tard, J. Pouilloux republia le bloc dans son entier – c’est Recherches I, 36, dont nous sommes partis – et mit en doute cette identification : « [il n’est] pas sûr que Στρατόνικος Πυθωνύµου et Κρατησικλῆς Τεισιάδευς soient mentionnés dans le texte IG XII, sup. 353 en qualité de théores. Ils appartenaient nécessairement aux notables de leur temps, comme le montre leur inscription parmi les théores ; ils firent naturellement partie d’une commission désignée pour régler l’affaire du verger d’Héraclès »113. C’est à mon avis se montrer trop sceptique et écarter une interprétation beaucoup plus simple. Le collège en question doit bien être celui des théores, qui firent enregistrer ou graver le bail114. Dans cette hypothèse, on restituera donc : [θευροὶ ἀνέγραψαν Στράτων Πύξιος, Κρα]τησικλῆς Τεισιάδευς, Στρατόνικος Πυθωνύµου115. Il ne faut pas s’étonner que l’ordre des noms à l’intérieur du collège puisse varier d’une inscription à l’autre, car le phénomène est attesté par ailleurs à Thasos116.

  • 117 Launey et Pouilloux avaient estimé que le document datait du début du iiie s., mais Fr. Salviat, B (...)
  • 118 Une part du bœuf fourni par le locataire sert à récompenser la taxis de l’armée thasienne victorie (...)
  • 119 IG XII 8, 265 et Fr. Salviat, BCH 96 (1972), p. 363‑373 (I. Pernin [n. 107], 132 ; CITh III, 40 et (...)
  • 120 Si l’on accepte mon hypothèse selon laquelle les personnages mentionnés à la l. 3 du bail sont les (...)
  • 121 Sur le calendrier thasien, voir Fr. Salviat, « Calendrier de Paros et calendrier de Thasos », dans(...)

57La principale nouveauté, si l’on accepte mon hypothèse, est que nous connaissons désormais la date précise à laquelle le bail fut conclu : 328 av. J.‑C.117. Tandis qu’Alexandre guerroie en Sogdiane, les Thasiens conduisent leurs affaires locales, veillent aux intérêts de leur dieu, organisent leurs fêtes, leurs banquets et leurs concours entre bataillons armés118. Nul besoin de supposer que le contrat soit lié à une réforme d’ampleur ou vise à remettre en état un bien‑fonds laissé à l’abandon. Il s’inscrit au contraire dans une série de baux thasiens, dont deux autres exemples sont connus119. Du fonctionnement ordinaire des institutions, relevons un détail : Skyllos, qui était théore en 331, est devenu archonte trois ans plus tard, en 328120. Il est d’ailleurs cité en troisième position dans l’intitulé du contrat, mais figure seul dans la clause relative, semble‑t‑il, au paiement de la première tranche du loyer : [τῆς δὲ µισθώσεως? τὸ µὲν e.g. ἥµυσυ ἀποδώσει ἐν τῶι Θ] α̣ργηλιῶνι ἐπὶ Σκύλλου, τὸ δὲ λοιπὸν ἐν τῶι Θαργηλιῶνι | [(sc. de l’année suivante)· κτλ.] (l. 15‑16). Thargèliôn est en principe le septième mois de l’année thasienne : il y a peut‑être ici la trace d’une rotation par quadrimestre à la tête du collège des trois archontes121.

  • 122 M. Launey (n. 107), p. 382.

58L’intérêt d’une datation aussi précise est en outre de fournir un point d’appui solide – et fort précieux – pour la paléographie thasienne. Le style de gravure du bail, que Launey avait spontanément situé au « début du iiie siècle av. J.‑C. »122, se distingue par certains traits (fig. 15) : le bèta a une boucle supérieure plus grosse que l’inférieure ; le lambda, le my et le sigma ont des jambages ou hastes extérieures bien ouvertes et quelquefois très légèrement courbées ; le ny a une haste droite à peine plus courte que la gauche ; les lettres rondes sont un peu plus petites que les autres et légèrement suspendues au‑dessus de la ligne ; l’ômega, suspendu et en arche de pont, a deux pieds latéraux bien marqués.

Fig. 15 – Bail du Jardin d’Héraclès (IG XII Suppl. 353) ; détail des l. 1‑3.

Fig. 15 – Bail du Jardin d’Héraclès (IG XII Suppl. 353) ; détail des l. 1‑3.

Cl. de Ph. Collet, EFA.

  • 123 Voir de bonnes illustrations dans IG XII 8, p. 94 et 98 ; Recherches I, pl. XXVI, 1‑2 et XXVII, 1  (...)

59Je ne vois guère, dans l’épigraphie thasienne, qu’un parallèle probant : les colonnes initiales de la Grande Liste des théores. Leur écriture est uniforme, appuyée et relativement soignée (fig. 16)123. Elle part de la colonne 1 et s’étend, non pas seulement jusqu’à la colonne 6 (comme le croyaient Fredrich et Pouilloux), mais jusques et y compris la colonne 7. Il suffit pour s’en persuader d’observer les dernières assises de cette colonne 7 et en particulier l’assise VII, étudiée plus haut (IG XII 8, 278 E [fig. 14]), où l’écriture est la même que dans les colonnes précédentes (1 à 6). Elle se caractérise par ses lambda, my et sigma assez ouverts, ses pi plus hauts que larges, ses ômega en arche de pont. Sans être identique en tout point à celle du bail d’Héraclès, elle présente un air de parenté très prononcé.

Fig. 16 – Grande Liste des théores (IG XII 8, 278 E, l. 66‑72) ; années 332‑330 av. J.‑C. [détail].

Fig. 16 – Grande Liste des théores (IG XII 8, 278 E, l. 66‑72) ; années 332‑330 av. J.‑C. [détail].

Cl. de Ph. Collet, EFA.

60Le premier changement d’écriture marque le passage de la gravure initiale à la gravure additionnelle et fournit donc un terminus ante quem pour l’inauguration de la Grande Liste. Ce changement se situe un peu plus loin, quelque part entre le bas de la colonne 7 et le sommet de la colonne 8 :

  • soit déjà dans les deux derniers collèges d’IG XII 8, 278 E, à l’assise VII (années 331 et 330), où l’on observe des différences infimes par rapport aux collèges précédents : le premier nom (Σκύλλος) est un peu décalé vers la droite ; les lettres et les interlignes sont de taille très légèrement inférieure (0,8 à 1,1 cm) ; les trois dernières lignes avant le joint horizontal sont un peu plus serrées (fig. 16)124 ;
  • soit dans les assises hautes de la colonne 8 (années 325‑315), qui sont perdues pour les unes (I et III) ou très mal conservée pour l’autre (II)125.

61Quoi qu’il en soit exactement, le changement est acquis et net à l’assise IV de la colonne 8 (IG XII 8, 277 G), qui correspond aux années 314‑311. Ces questions complexes nécessitent un examen plus approfondi et une illustration adéquate. Je poserai néanmoins l’hypothèse de travail selon laquelle la Grande Liste des théores fut gravée, non vers 360‑350, comme le pensait Pouilloux, mais une quarantaine d’années après la Petite Liste, c’est‑à‑dire entre ca 330 et ca 320, à l’époque même des vingt‑huit théores étudiés plus haut.

Prosopographie et histoire politique

  • 126 Les sources sont réunies et commentées par Pouilloux, Recherches I, p. 430‑433. Voir également O.  (...)
  • 127 Cf. M. B. Hatzopoulos, « Philippes, πόλις ἑλληνίς, Μακεδόνων κτίσµα », et P. Hamon, « Philippes, v (...)
  • 128 J. Pouilloux, BCH 71‑72 (1947‑1948), p. 262‑270 ; F. G. Maier, Griechische Mauerinschriften I (195 (...)
  • 129 L. J. Bliquez, « Philip II and Abdera », Eranos 79 (1981), p. 65‑79 ; K. Chryssanthaki, « Les troi (...)
  • 130 Sur la prise de contrôle de Maronée et sa possible refondation, voir S. Psôma, Chr. Karadima, D. T (...)
  • 131 Sur le contexte général des années 344‑341 et le phénomène de la stasis, voir G. L. Cawkwell, « De (...)

62Formulons encore une conjecture à propos de l’un d’entre eux. Nous savons peu de chose sur la vie politique thasienne au ive s., en particulier sur les tensions et les crispations qu’entraîna la montée en puissance du royaume de Macédoine126. C’est pourtant une histoire tissée de violence et de vengeance. En 356, la catastrophique guerre de Datos, la perte de la Pérée et la fondation de Philippes constituèrent un premier choc majeur pour les Thasiens127. La cité demeura fidèle à son alliée Athènes, mais l’opinion se polarisa peu à peu entre partisans et adversaires de Philippe II, avec toutes les nuances intermédiaires qu’on peut imaginer. En 348 ou peu après, les Thasiens accueillirent chez eux un riche réfugié olynthien, Hèrakleodôros, qui les aida à renforcer le port de guerre en construisant une tour à ses frais128. Abdère, la voisine de Thasos sur le continent, entra dans l’alliance macédonienne selon toute vraisemblance en 347/346, au prix de divisions internes et d’exils129. Il en alla de même pour Maronée130. Après la Paix de Philocrate, à Thasos comme ailleurs, les divergences entre concitoyens sur les choix stratégiques à adopter s’aggravèrent inexorablement : le cycle invétéré de la stasis était réactivé131.

  • 132 Ps.‑Démosthène (Hégésippe) VII (Sur l’Halonnèse) 15 (trad. M. Croiset, CUF, retouchée). Le discour (...)
  • 133 M. R. Dilts, Scholia Demosthenica: scholia in orations 1‑18 (1986), p. 130, 22a.

63Dans son discours Sur l’Halonnèse en 342, l’orateur athénien Hégésippe, adversaire déclaré de Philippe, fait allusion à des faits récemment advenus à Thasos et apparemment bien connus de ses auditeurs : ἔτι δὲ καὶ δοθῆναι αὐτῷ ταύτην τὴν ἄδειαν, περιπλέοντι καὶ ὁρµιζοµένῳ εἰς τὰς νήσους ἐπὶ προφάσει τῇ τῶν λῃστῶν φυλακῇ διαφθείρειν τοὺς νησιώτας καὶ ἀφιστάναι ὑµῶν, καὶ µὴ µόνον τοὺς φυγάδας τοὺς παρ᾿ ἑαυτοῦ εἰς Θάσον κεκοµικέναι διὰ τῶν ὑµετέρων στρατηγῶν, ἀλλὰ καὶ τὰς ἄλλας νήσους οἰκειώσασθαι, « [Philippe veut] que vous lui donniez toute liberté de naviguer d’île en île, d’y mouiller sous prétexte de surveiller les pirates, pour corrompre les insulaires et les détacher de vous ; et il ne lui suffit pas d’avoir ramené à Thasos, en se servant de vos propres stratèges, les exilés qui s’étaient réfugiés chez lui ; il faut encore qu’il s’approprie les autres îles, etc. »132. Un scholiaste donne des précisions intéressantes, qui ne sont vraisemblablement pas inventées de toute pièce, bien que nous en ignorions la source : ἐλεγχθέντες γάρ τινες τῶν Θασίων, ὡς µέλλουσι Φιλίππῳ προδιδόναι τὰ πράγµατα, ἐφυγαδεύθησαν ἐκ τῶν πολιτῶν. τούτους ὁ Φίλιππος πείσας τοὺς περὶ Χάρητα κατήγαγεν, « certains Thasiens, accusés de s’apprêter à livrer la cité à Philippe, furent chassés d’entre les citoyens. Philippe, après avoir convaincu Charès, les fit rentrer chez eux »133. L’affaire est obscure, et en particulier le rôle joué par le stratège athénien Charès dans le marchandage en question, mais on perçoit que les clivages se sont accentués, que Philippe s’immisce dans les affaires locales et qu’il dispose à Thasos du relais d’un groupe actif de philippisants.

  • 134 Démosthène XVIII 197 (trad. G. Mathieu, CUF, retouchée). H. Wankel, Rede für Ktesiphon über den Kr (...)
  • 135 H. Wankel (supra) I, p. 8‑41. Sur le contexte athénien, parmi une bibliographie pléthorique, et so (...)
  • 136 Démosthène XVIII 296, avec le commentaire de H. Wankel (n. 134), p. 1247‑1258. Comparer la liste d (...)

64En 338, la bataille de Chéronée donne des ailes aux philippisants, qui opèrent enfin le retournement d’alliance qu’ils appelaient de leurs vœux. La curée sonne à Thasos, les procès s’abattent sur les perdants. Démosthène livre un bref aperçu, peut‑être outrancier, de la tournure dramatique des événements dans le discours Sur la couronne, au détour d’une phrase où il invective Eschine : ὅπερ δ’ ἂν φαυλότατος καὶ δυσµενέστατος ἄνθρωπος τῇ πόλει, τοῦτο πεποιηκὼς ἐπὶ τοῖς συµβᾶσιν ἐξήτασαι· καὶ ἅµα Ἀρίστρατος ἐν Νάξῳ καὶ Ἀριστόλεως ἐν Θάσῳ, οἱ καθάπαξ ἐχθροὶ τῆς πόλεως, τοὺς Ἀθηναίων κρίνουσι φίλους, καὶ Ἀθήνησιν Αἰσχίνης Δηµοσθένους κατηγορεῖ, « on a reconnu à l’expérience que tu avais agi comme l’aurait fait l’individu le plus vil et le plus hostile à notre cité. Et c’est au même moment qu’Aristratos à Naxos et Aristoleôs à Thasos, les ennemis jurés de notre cité, mettent en jugement les amis des Athéniens, et qu’à Athènes Eschine accuse Démosthène ! »134. Le procès contre Ctésiphon se déroule à Athènes à l’été 330, mais l’accusation d’illégalité avait été déposée en 336. Démosthène compare l’affaire à des procès extérieurs, qui peuvent donc être contemporains du discours ou, peut‑être de préfé­rence, remonter à 337 ou 336, au moment du basculement politique des cités égéennes en faveur des Macédoniens135. Quoi qu’il en soit, le Naxien Aristratos et le Thasien Aristoleôs viennent rejoindre le cortège des affidés de Philippe que Démosthène énumère par leurs noms propres et qu’il conspue, plein de rage et sans nuance, à la fin de son discours : ἄνθρωποι µιαροὶ καὶ κόλακες καὶ ἀλάστορες, ἠκρωτηριασµένοι τὰς ἑαυτῶν ἕκαστοι πατρίδας, τὴν ἐλευθερίαν προπεπωκότες πρότερον µὲν Φιλίππῳ, νῦν δ᾿ Ἀλεξάνδρῳ, « ces sacrilèges, ces lèche‑bottes, ces calamités, qui chacun ont coupé les mains et les pieds de leurs propres patries, qui ont fait cadeau de la liberté comme on porte un toast, d’abord à Philippe, aujourd’hui à Alexandre »136.

  • 137 IG II2 336 (M. J. Osborne, Naturalization in Athens, I [1981], D 23, avec le commentaire ibid., II (...)
  • 138 Néapolis connut peut‑être une même vague d’exils, mais les indices sont fragiles (cf. supra n. 130 (...)

65L’un des adversaires thasiens de Philippe, Archippos f. d’Archippos, descendant d’atticisants convaincus, fuit alors sa patrie pour se réfugier à Athènes. Il y obtint en 334 la confirmation du droit de cité octroyé autrefois à sa famille et son inscription dans un dème137. Il doit n’être qu’un exemple parmi d’autres de ces nouveaux exilés thasiens, peut‑être nombreux138. Il n’est pas impossible que les procès et les exils qui suivirent Chéronée aient eu pour conséquence un certain resserrement du personnel politique thasien, qui entraîna des perturbations dans le recrutement des magistrats. Les théores continuent, dans les années 335‑326, de se succéder régulièrement tous les ans trois par trois, mais un grand nombre d’entre eux sont également connus comme archontes, quelquefois à très peu d’années de distance. Il faut peut‑être déceler, dans cette concentration et cette accélération des carrières, un effet de la situation politique interne. Le même phénomène semble s’observer dans les années très troublées à la charnière entre le ve et le ive s.

  • 139 Les volumes parus du LGPN n’en recensent, sauf erreur, que dix occurrences, dont trois à Athènes.
  • 140 GLTh. 10/VI/(20) : IG XII 8, 291 A, l. 2 (± 242 [?]).
  • 141 Garlan, Timbres anciens, no 853 (éponyme « au pilos », groupe G 2) et peut‑être no 839 (éponyme Am (...)
  • 142 Recherches I, 77. Pouilloux, ad loc., avait déjà fait le rapprochement avec « Ἀριστόλεως Μελίσσου, (...)

66Le nom du leader des philippisants thasiens, Ἀριστόλεως, n’est pas si courant qu’il y paraît, en tout cas à Thasos139. Un Thasien de ce nom se situe dans la première moitié du iiie s. environ : son fils, Κριτόβουλος Ἀριστόλεω, fut théore vers 240140. Avant lui, l’épigraphie thasienne ne livre que deux occurrences du nom en tout et pour tout. Un fabricant en activité sous des éponymes amphoriques des années ca 345‑335 s’appelle Ἀριστόλεως141. Αu pied de la colonne 7 de la Grande Liste, le dernier collège de théores, désormais daté de 326, a pour membre un certain Ἀριστόλεως Μελίσσου. Il est vraisemblablement le frère de Μίκη Μελίσσου, dont on a trouvé l’épitaphe, gravée en lettres du ive s. (fig. 17)142. Je suis fort tenté de croire que le fabricant et le théore ne sont qu’un seul et même indi­vidu, une figure en vue de la vie thasienne. Et je suggérerai que cette figure n’est autre que le chef de la faction pro-macédonienne dont parle Démosthène.

Fig. 17 – Épitaphe de Mikè, fille de Melissos : Recherches I, 77.

Fig. 17 – Épitaphe de Mikè, fille de Melissos : Recherches I, 77.

Cl. de Ph. Collet, EFA.

  • 143 Voir Y. Grandjean, Le rempart de Thasos, ÉtThas 22 (2011), p. 289‑298 et p. 446‑478 ; id., « Où si (...)
  • 144 B. Holtzmann, BCH 100 (1976), p. 792, et AD 30 (1975), Chron., p. 292 (terrain Psatheri). Je remer (...)
  • 145 La hauteur décroît légèrement de l’arrière (13,8 cm) vers l’avant (12,5 cm).

67Versons une dernière pièce, inédite, au dossier. En 1975, dans sa fouille de l’édifice défensif qui jouxte la Porte Maritime et dans lequel il faut peut‑être reconnaître le polemarcheion (Guide2 4)143, B. Holtzmann a découvert, parmi les débris de la couche d’abandon d’époque byzantine, un bloc fragmentaire de marbre blanc (fig. 18)144. Le bloc est intact en hauteur (ca 13 cm)145 et, semble‑t‑il, en profondeur (20,5 cm) ; il est brisé à droite et à gauche (largeur conservée : 28 cm). La face arrière est dégrossie ; au lit d’attente, un bandeau finement piqueté court à l’avant ; de même au lit de pose, où la surface est lisse sur une profondeur de 10 cm à l’avant. La face gravée est soigneusement travaillée ; l’arête horizontale supérieure est endommagée ; l’arête inférieure est arrondie. On lit :

[Β]ασιλέως v Φιλί[ππου]
σωτῆρος

Fig. 18 – Autel du roi Philippe, Musée de Thasos, inv. 3761.

Fig. 18 – Autel du roi Philippe, Musée de Thasos, inv. 3761.

Phot. inédite.

Cl. de Ph. Collet, EFA.

  • 146 Fr. Salviat, BCH 96 (1972), p. 364‑373, avec la fig. 1, repris dans CITh III, 41. La gravure est b (...)
  • 147 Les inscriptions thasiennes bien situées vers 200 av. J.‑C. ne sont certes pas nombreuses. On comp (...)
  • 148 M. B. Hatzopoulos, Bull. 2002, 284. B. Holtzmann (n. 144), avait déjà explicitement attribué l’ins (...)

68La gravure est surprenante. Les lettres sont hautes d’1,6 cm à la l. 1, mais seulement d’1 cm à la l. 2. La seconde ligne fut peut‑être ajoutée dans un second temps. Le lapicide a commencé à la graver, puis s’est rendu compte qu’il allait heurter le pied du phi, qui descend très bas, si bien qu’il a ménagé un décrochement en hauteur assez maladroit, avant de remonter. L’écriture est sobre, mais pas parfaitement régulière : les sigma présentent de légères variations entre eux, de même que les ômega ; la boucle du phi est « patatoïde ». Malgré la facture hâtive, certains traits me paraissent caractéristiques de la fin de l’époque classique : les hastes sont dépourvues d’apices ; les lettres rondes sont suspendues et nettement plus petites que les autres ; l’ômega a la forme d’une arche de pont qui commence à se fermer à la base, entre deux pieds horizontaux assez longs ; le lambda et le sigma ont des angles bien ouverts. Il est à mon avis certain que l’inscription date de la seconde moitié du ive s. Je suis tenté de la comparer à un bail du domaine d’Héraclès, antérieur à celui mentionné plus haut et qu’on peut situer dans les années 350‑330146. Une date après 250 me paraît résolument exclue147. Le « Roi Philippe » en question ne peut être que Philippe II, comme l’a déjà suggéré M. Hatzopoulos, sans avoir vu la pierre, dans une notice du Bulletin épigraphique148. Le génitif indique en principe qu’il s’agit d’un autel ; l’aspect de la pierre exclut qu’il puisse s’agir d’une borne.

  • 149 Recherches II, 405, avec la bonne photographie de la pl. LIII, 2 (face A uniquement).

69Le culte de Philippe Sauveur était en fait connu par un autre document thasien, à mon avis mal daté. J. Pouilloux a en effet publié en 1958 une curieuse inscription, dont on ignore la provenance149. Elle est gravée sur une sorte de dé de marbre, de faibles dimensions (h. : 19 ; l. : 13,5 ; prof. : 17,2 en haut, 16 en bas). L’angle inférieur droit manque, parce qu’il est cassé (selon Pouilloux) ou plutôt parce que le bloc fut taillé de cette façon dès l’origine. Un bandeau d’anathyrose le long des arêtes de la face gauche indique un contact avec un autre bloc. Pouilloux a transcrit le texte de la face antérieure (A) et indiqué qu’un second texte, « presque totalement effacé » et pour lui inintelligible, était gravé sur la face droite (B). J’ai relu la pierre au Musée de Thasos et déchiffré en partie le texte de B (fig. 19) :

Α Βασιλε[ῖ]
Φιλί⟨π⟩πω[ι]
σωτῆρι̣
vac.
Β
[- - -]Ο̣Υ̣[- -]
. Θ̣ΙΙ . Λ̣
Β̣α̣σ̣ι̣[λεῖ?]
4 Φ̣ιλί[ππωι ?]
vac.?
A. H. l. : 1,7 en moy. ; int. : 1,5. L. 2 : « l’auteur de l’inscription avait commencé à écrire ΦΙΛΙΛ, puis tenté de corriger le second lambda en pi en l’encadrant de deux hastes, sans toutefois terminer la lettre par une barre horizontale, et on a l’impression, au premier abord, que la pierre porte ΦΙΛΙΛΙΠΩ », Pouilloux (Plx). – B. L. 3 : [. .]ΜΑΞΙ, Plx. L. 4 : [. .]Ι ΙΛΙ, Plx. Les l. 3 et 4, gravées en lettres plus petites que les l. 1‑2, semblent en retrait vers la droite (à 9 cm du bord gauche). L’espace est très étroit à droite pour loger les trois ou quatre lettres qui manquent.

Fig. 19 – Dédicace au roi Philippe Sauveur : Recherches II, 405, A et B.

Fig. 19 – Dédicace au roi Philippe Sauveur : Recherches II, 405, A et B.

Phot. inédites.

Cl. de Ph. Collet, EFA.

  • 150 J’ai été tenté de faire un rapprochement typologique avec Recherches I, 152, un dé de marbre de di (...)
  • 151 Il est cependant difficile d’expliquer l’aspect irrégulier de cette face, verticale à gauche, légè (...)
  • 152 M. B. Hatzopoulos, L. D. Loukopoulou, Morrylos, cité de la Crestonie, Μελετήµατα 7 (1989), p. 47, (...)

70Il ne s’agit vraisemblablement pas d’une base à proprement parler, car le lit d’attente ne comporte aucune mortaise150. L’objet semble avoir connu deux phases d’utilisation. Il est possible que B ait été à l’origine la face principale, ce qui expliquerait que la partie inférieure est taillée en oblique, que l’arrière présente un cadre d’anathyrose et que les deux faces latérales sont parfaitement dressées151. L’inscription comportait peut‑être le nom d’un dédicant (les l. 1‑2 me demeurent impénétrables), s’adressant « au roi Philippe ». Dans un second temps, on aurait soigneusement effacé l’inscription B et retourné la pierre pour graver sur le petit côté gauche l’inscription A, qui est une simple dédicace « au roi Philippe Sauveur », sans nom de dédicant. Les deux faces sont aussi pauvrement gravées l’une que l’autre. On ne peut vraiment juger que de A : les lettres sont à peine incisées, anguleuses, griffues et gauches. L’auteur (qui n’est pas un lapicide confirmé) s’est trompé en gravant Φιλίππωι et a bricolé une correction, avec un piètre résultat. J. Pouilloux écrivait : « si l’on ne peut guère tirer de conclusions chronologiques de l’écriture d’un tel graffite, il faut cependant remarquer la forme du pi à deux branches égales, le phi triangulaire, l’omega ouvert. Le roi en question est sans aucun doute Philippe V de Macédoine ». À dire vrai, les formes de lettres relevées par Pouilloux sont incompatibles entre elles dans l’épigraphie officielle : le pi et le sigma à barres horizontales pourraient paraître hellénistiques, mais l’ômega en arche de pont a un air bien plus ancien. Selon moi, l’argument paléographique de Pouilloux ne porte pas pour une inscription aussi bâclée. Je pense que l’inscription précédente doit nous ôter le doute : la dédicace s’adresse vraisemblablement elle aussi à Philippe II, comme l’a pressenti M. Hatzopoulos152, qu’elle soit contemporaine de l’autel (hypothèse que je n’écarterais pas) ou postérieure de quelques années, voire de quelques décennies.

  • 153 Justin, Abrégé des Histoires philippiques XXIV 5, 9‑11.
  • 154 M. Mari, « The Ruler Cult in Macedonia », Studi Ellenistici XX (2008), p. 219‑268, avec la liste d (...)
  • 155 Voir en particulier le cas d’Amphipolis en 359 : Chr. Habicht, Gottmenschentum und griechische Stä (...)
  • 156 Sur les cultes de Philippe II en Macédoine et ailleurs en Grèce, voir E. A. Fredricksmeyer, « Divi (...)
  • 157 Plutarque, Moralia 210 c‑d (Apophthegmes laconiens, Agésilas, 25) : πάλιν δὲ τῶν Θασίων διὰ τὸ δοκ (...)
  • 158 O. Picard, « Le retour des émigrés et le monnayage de Thasos (390) », CRAI 2000, p. 1057‑1084, par (...)

71Par leur qualité d’exécution, l’autel et la dédicace sont à l’opposé des grandes listes de magistrats étudiées plus haut, mais ce sont des documents d’un intérêt historique presque aussi grand. Si l’on accepte la datation que je propose, il faut y voir les vestiges d’un culte local rendu à Philippe II. Il est bien connu que des honneurs cultuels furent octroyés à Philippe et à Alexandre, à titre public et privé, de leur vivant et après leur mort. Un passage de Trogue-Pompée (résumé par Justin) se fait l’écho de la popularité de ces cultes en Macédoine. Le passage est relatif à la défaite de Ptolémée Kéraunos face aux Galates en 280 ou 279 et au vent de panique qui se répandit alors dans les cités macédoniennes, réduites à invoquer la puissance salvatrice de Philippe et Alexandre : Alexandri Philippique, regum suorum, nomina, sicuti numina, in auxilium vocabant ; ut tuerentur patriam suam […], ut opem adflictis ferrent, quos furor et temeritas Ptolomei regis perdidisset, orabant, « ils invoquaient à leur secours, comme des divinités, les noms de leurs rois Philippe et Alexandre et les imploraient de protéger leur patrie […] et de les soutenir dans ces épreuves, eux que la fureur et la témérité du roi Ptolémée avaient perdus »153. La source est tardive et peut prêter à discussion, mais elle est confirmée par plusieurs attestations épigraphiques de ces cultes en Macédoine et en Grèce du Nord, récemment étudiées en détail par M. Mari154. Les circonstances politiques de l’apparition de ces cultes, au moins pour certains d’entre eux, sont du reste comparables au cas thasien155. Il n’est pas exclu que les Athéniens eux‑mêmes aient octroyé des honneurs cultuels à Philippe156. À Thasos, le culte de Philippe s’autorise de deux précédents. En 394 av. J.‑C., à l’imitation des Samiens qui avaient honoré Lysandre, les Thasiens auraient, semble‑t‑il, offert au roi spartiate Agésilas des honneurs cultuels, qu’il refusa157. Quelques années plus tard, après le retour des exilés pro-athéniens et la restauration de la démocratie, le culte du héros Théagenès, figure du siècle précédent, fut institué sur l’agora de Thasos158. Cette fois‑ci, pour Philippe, la tendance politique est inverse, mais les moyens mis en œuvre sont, sinon identiques, en tout cas comparables.

  • 159 Voir les réflexions convaincantes de M. Mari (n. 154), p. 254. Comparer le cas des autels de Zeus (...)
  • 160 Fr. Salviat, BCH 82 (1958), p. 195, l. 2 (SEG XVII 415 ; CITh III, 9) et commentaire p. 228‑232.
  • 161 L. Robert, « Sur un décret d’Ilion et sur un papyrus concernant des cultes royaux », dans Essays i (...)
  • 162 L. Robert (supra), p. 191 (= 615).
  • 163 On ne peut tout à fait exclure la possibilité que la dédicace émane de troupes d’occupation macédo (...)

72Je ne saurais dire si l’autel de Philippe II, d’apparence assez médiocre, est public ou privé. Il fait cependant peu de doute que le culte, assorti de l’épiclèse « Sauveur », eut bien un caractère officiel dans la cité de Thasos159. Il peut avoir comporté des sacrifices et une fête civique en bonne et due forme. On connaît à Thasos, à la fin du ive s., une fête annuelle des Sôtèria, que l’on a jusqu’ici mise en rapport avec Héraclès (qualifié de σωτήρ sur le monnayage du iie s.)160 : serait‑elle en fait consacrée à Philippe, voire à Héraclès et Philippe associés ? Il est impossible de se prononcer. Par ailleurs, comme L. Robert l’a montré à propos des cités égéennes du iiie s., les rites publics du culte royal se doublaient souvent de manifestations de piété privées, imposées ou spontanées, et celles‑ci prenaient généralement la forme de libations et sacrifices sur de petits autels consacrés devant les portes extérieures des maisons ou des boutiques161. La seconde inscription thasienne, gravée deux fois de suite, émane certainement d’un simple particulier. Il ne s’agit pas d’un autel, mais d’une dédicace, qui pourrait témoigner de « la participation domestique aux cultes de l’État »162 ou du moins de l’écho que le culte célébré au niveau civique reçut chez certains Thasiens163.

  • 164 Sur cette question abondamment traitée, on peut se contenter de renvoyer à Chr. Habicht (n. 155), (...)
  • 165 Démosthène, XVIII (Sur la Couronne), 43 (trad. G. Mathieu, CUF, retouchée).
  • 166 Cf. M. Mari (n. 154), p. 250‑251 et p. 254‑256 ; F. Muccioli, Gli epiteti ufficiali dei re ellenis (...)

73Il me semble possible – sinon probable – que l’initiative de la fondation du culte du « Roi Philippe Sauveur » appartint aux philippisants réunis autour d’Aristoleôs ou en tout cas à ceux des politeuomenoi thasiens qui souhaitaient donner des gages de bonne volonté à la Macédoine. Dans cette hypothèse, il faut situer cette création soit entre 338 et 336 (du vivant du roi), soit juste après la mort du souverain à la fin de 336 av. J.‑ C. (le culte étant posthume). C’est un des tout premiers exemples d’honneurs cultuels accordés à un roi par une cité grecque164. L’épithète σωτήρ est à elle seule un slogan politique. Elle attribue au roi un salut, voire une libération, qui marque le début d’une ère nouvelle pour la cité, et elle convient beaucoup mieux, en principe, à un roi vivant, remercié pour son action efficace. C’est précisément le qualificatif que les partisans de Philippe lui octroyèrent en Thessalie et en Béotie, aux dires de Démosthène : οἱ µὲν κατάπτυστοι Θετταλοὶ καὶ ἀναίσθητοι Θηβαῖοι φίλον, εὐεργέτην, σωτῆρα τὸν Φίλιππον ἡγοῦντο, « les répugnants Thessaliens et ces abrutis de Thébains voyaient en Philippe un ami, un bienfaiteur, un sauveur »165. C’est aussi, comme on sait, l’une des épithètes que plusieurs Diadoques et rois hellénistiques se virent attribuer par des cités, ou adoptèrent eux‑mêmes, à la fin du ive et au iiie s.166.

  • 167 Fr. Salviat, BCH 82 (1958), p. 248.
  • 168 J’ai suggéré plus haut, avec circonspection, le rapport possible entre le culte de Philippe Sôtèr (...)
  • 169 Cf. supra, n. 68.

74Des deux inscriptions pour Philippe étudiées plus haut, la première date à mon avis du dernier tiers du ive s., au moment de l’institution du culte ou peu de temps après ; la seconde est peut‑être postérieure, mais je n’exclurais pas qu’elle soit plus ou moins contemporaine de la première, malgré les apparences. Le culte d’Alexandre fut le prolongement de celui de Philippe, même si le contexte historique avait changé entre‑temps : il fut institué en 324 en réponse à la demande plus ou moins explicite du roi, ou peut‑être plus tôt encore et à l’initiative des Thasiens eux‑mêmes, en tout cas de façon tout à fait officielle, avec une fête annuelle possiblement fixée au jour anniversaire du souverain167. Rien n’interdit de penser, du reste, que les deux cultes étaient pratiqués côte à côte, dans un même lieu consacré168. On ne sait quel succès le culte de Philippe rencontra auprès des Thasiens, ni combien de temps il fut pratiqué, mais il est certain que celui d’Alexandre perdura, quant à lui, pendant plusieurs siècles169.

Conclusion

  • 170 On n’observe aucune perturbation dans la succession des triades de théores. La liste des archontes (...)

75La liste des théores thasiens déroule ses noms, imperturbable, colonne après colonne. Mais entre les lignes et les paragraphoi sourd l’histoire de la cité. Nous sommes loin de pouvoir en suivre tous les détails et retracer la vie politique et institutionnelle dans ces années cruciales qui vont de la fin du règne de Philippe à la mort d’Alexandre. Il faut se contenter, comme presque toujours quand il ne s’agit pas d’Athènes, de bribes d’information. À Thasos, rien ne laisse penser que le régime démocratique en vigueur fut modifié après la bataille de Chéronée170. On distingue en revanche certains acteurs et certaines décisions.

76Parmi les théores rencontrés au pied de la colonne 7 émerge la figure d’Aristoleôs f. de Melissos. Plusieurs autres de ces théores durent être, eux aussi, des personnalités marquantes, peut‑être d’anciens exilés pour certains d’entre eux, ou simplement des politeuomenoi capables de s’adapter à la situation et de s’accommoder du changement. Il faut en tout cas se garder d’y voir un groupe parfaitement homogène, et encore moins une faction au pouvoir. Il est fort possible qu’un bon nombre d’entre eux exercèrent d’autres magistratures, comme la lourde charge de polémarque, qu’ils siégèrent comme juges, qu’ils reçurent des plaintes et présidèrent des tribunaux en tant qu’apologoi, qu’ils se portèrent accusateurs le cas échéant ou plaidèrent devant ces mêmes tribunaux, qu’ils participèrent enfin aux débats du Conseil et de l’Assemblée et rédigèrent des décrets.

  • 171 Le passage du système des timbres « anciens » à celui des timbres « récents » a été daté vers 335‑ (...)
  • 172 A. Rehm, Milet I 3 (Das Delphinion), 122 (avec P. J. Rhodes, « Milesian “Stephanephoroi”: Applying (...)
  • 173 Sur Athènes à l’époque d’Alexandre, voir en particulier M. Faraguna, Atene nell’età di Alessandro  (...)

77Les mesures prises alors touchaient, pour la plupart, à la gestion des affaires courantes171. D’autres décisions, de nature variée et apparemment contradictoire, marquaient l’entrée dans des temps nouveaux. L’institution d’un culte de Philippe, puis d’un culte d’Alexandre, était destinée à agréer aux nouveaux maîtres macédoniens. La gravure des deux grandes listes d’archontes et de théores, si elle se place bien entre la fin des années 330 et les années 320 av. J.‑C., comme je l’ai suggéré plus haut, est une décision plus difficile à interpréter, car elle apparaît comme un geste d’affirmation de soi et de confiance. Elle est contemporaine de la consécration en 333/332, par les Milésiens « libérés » par Alexandre, d’une liste de leurs stéphanéphores éponymes, remontant au vie s.172. Les Thasiens ne gravèrent pas alors leurs listes pour la première fois ; ils les transférèrent d’un endroit à un autre et les regravèrent intégralement, en leur donnant un caractère plus monumental que dans la version initiale. Les modalités de cette grande opération nous échappent. Il n’est pas exclu qu’elle s’explique par des raisons purement matérielles, par exemple par un réaménagement de la zone des édifices civiques au Nord‑Est de l’agora, qui aurait rendu les deux premières listes difficiles d’accès. Mais elle pourrait aussi avoir partie liée avec les événements historiques et offrir une sorte de contrepoint délibéré à l’institution du culte de Philippe. Au même moment, l’Athènes d’après Chéronée, l’Athènes de Lycurgue et de Démade, s’efforçait à la fois de ménager l’avenir et d’exalter par de multiples moyens – discours, fêtes, inscriptions, monuments – les riches heures de son histoire173. Thasos, éprouvée et affaiblie par la discorde, entrait également dans l’alliance macédonienne et assistait à des bouleversements géopolitiques majeurs. Les longues listes d’archontes et de théores lui donnaient à voir le spectacle de son enracinement dans les profondeurs du passé.

Haut de page

Bibliographie

CITh III = P. Hamon, Corpus des inscriptions de Thasos III. Documents publics du quatrième siècle et de l’époque hellénistique, à paraître.

Dunant, Pouilloux, Recherches II = Chr. Dunant, J. Pouilloux, Recherches sur l’histoire et les cultes de Thasos II, ÉtThas V (1958). Les inscriptions publiées dans cet ouvrage sont désignées par la simple référence e.g. « Recherches II, 205 ».

Garlan, Timbres anciens = Y. Garlan, Les timbres amphoriques de Thasos, I : timbres protothasiens et thasiens anciens, ÉtThas XVIII (1999).

Guide2 = Y. Grandjean, Fr. Salviat, Guide de Thasos, 2e éd. (2000) ; trad. grecque mise à jour, 2012. Les monuments sont désignés par la simple référence e.g. « Guide2 46 ».

Holtzmann, Reliefs I = B. Holtzmann, La sculpture de Thasos. Corpus des reliefs, I, ÉtThas XV (1994).

Pouilloux, Recherches I = J. Pouilloux, Recherches sur l’histoire et les cultes de Thasos I, ÉtThas III (1954). Les inscriptions publiées dans cet ouvrage sont désignées par la simple référence e.g. « Recherches I, 34 ».

Thasiaca = Thasiaca, BCH Suppl. V (1979).

Pour les abréviations du type PLArch., GLArch. et GLTh., voir la note explicative supra.

Haut de page

Notes

1 Y. Grandjean, « Inscriptions de Thasos », BCH 136‑137 (2012‑2013), p. 225‑268, part. p. 241‑252, no 5 (CITh III, 48).

2 L. Robert, CRAI 1972, p. 437.

3 SEG XLII 820 (CITh III, 5), l. 12, avec les remarques de J. Fournier, P. Hamon, BCH 131 (2007), p. 320.

4 IG XII 8, 353, 354 et 355 (CITh III, 49, 50 et 51), copiées au xixe s. et aujourd’hui perdues. Y. Grandjean (n. 1), p. 248‑249, n. 55, m’attribue leur interprétation, mais c’est en fait Fr. Salviat qui a le premier établi un parallèle avec le nouveau document. Ce dernier me suggère que la liste IG XII 8, 270 (CITh III, 47) pourrait appartenir à la même catégorie.

5 Voir Pouilloux, Recherches I, p. 387‑411.

6 Pouilloux, Recherches I, p. 400‑401. Voir également IG XII 4, 136 (CITh III, 18), l. 2‑4 et l. 15‑19 ; J. Fournier, P. Hamon, BCH 131 (2007), p. 331‑332 ; P. Hamon, BCH 134 (2010), p. 308‑309. Les remarques de R. Sherk, « The Eponymous Officials of Greek Cities », ZPE 84 (1990), p. 292‑294, sur les archontes thasiens sont incomplètes.

7 Pouilloux, Recherches I, p. 239‑241 ; p. 400, n. 3.

8 IG XII 8, 267 (CITh III, 14), l. 2‑3 et l. 10‑11.

9 Les exemples de ce type de théores-magistrats, par opposition aux délégués sacrés, ont été réunis par B. Haussoullier, Traité entre Delphes et Pellana (1917), p. 143‑147 ; voir également L. Robert, « Les théores de Pergame », REG 40 (1927), p. 208‑213 (OMS I, p. 449‑454), U. Bultrighini, « I teori come istituzione politica », AION 2 (1980), p. 123‑146, et I. Rutherford, State-Pilgrims and Sacred Observers in Ancient Greece: A Study of Theoria and Theoroi (2013), p. 126‑141. La nature de l’institution à l’époque archaïque reste obscure, mais la question est d’importance secondaire pour ce qui concerne les époques classique et hellénistique. Th. Suk Fong Jim, « Aparchai in the Great List of Thasian theôroi », CQ 64 (2014), p. 13‑24, voudrait interpréter les théores thasiens comme des ambassadeurs sacrés envoyés chaque année par la cité consacrer des offrandes aux Grands Dieux de Samothrace ou en tout cas des responsables principalement chargés, d’une manière ou d’une autre, de l’envoi de ces offrandes : ces conjectures sont dépourvues de fondement et l’article, paradoxal et assez mal informé sur la documentation thasienne, est tout à fait contestable (voir Bull. 2015, 581). I. Rutherford, ibid., p. 130 (et p. 396‑398), formule une hypothèse analogue, mais avec plus de prudence et en songeant de préférence à Delphes (« at least originally »).

10 Pouilloux, Recherches I, p. 263‑283, nos 28‑33.

11 Fr. Salviat, « Les archontes de Thasos », dans Actes du VIIIe Congrès international d’épigraphie grecque et latine. Athènes, 3‑9 octobre 1982 (1984), p. 235‑258. Voir également J. Pouilloux, Fr. Salviat, « Lichas, Lacédémonien, archonte à Thasos, et le livre VIII de Thucydide », CRAI 1983, p. 376‑403, avec le dépliant entre les p. 382 et 383.

12 Dans sa publication de 1984 (note précédente), Fr. Salviat avait adopté une numérotation des colonnes de 0 à 7, afin de mettre en évidence le synchronisme entre la liste des archontes et la liste des théores à partir de la seconde moitié du vie s. Pour des raisons de clarté, je préfère renoncer à ce système et renuméroter les colonnes d’archontes à partir de 1. On prendra garde, en relisant l’article indispensable de Salviat, à cette différence de numérotation.

13 Le raisonnement est expliqué par Fr. Salviat (n. 11), auquel je renvoie. Nous préciserons encore quelques détails dans la publication finale.

14 Pouilloux, Recherches I, p. 268, à propos du bloc no 30. Le schéma de mise en place figurant ibid., p. 276, est entièrement dépassé par l’étude de Fr. Salviat parue en 1984.

15 Le bloc situé au pied de cette colonne a été reconstitué par P. Bernard, Fr. Salviat, BCH 86 (1962), p. 583‑584, no 5.

16 Les dates absolues que nous proposons ne peuvent être tenues pour certaines et doivent être considérées avec la plus extrême prudence. Le calcul se fonde sur l’hypothèse sérieuse d’un nombre de lignes (et donc de collèges) uniforme pour toutes les colonnes, mais il est possible que des intertitres (dans la partie initiale) et/ou des ruptures politiques, entraînant une anarchie passagère, soient venus perturber telle ou telle section de la liste. Les colonnes sont conservées dans un état si lacunaire que ces perturbations éventuelles – avec leurs conséquences chronologiques – nous échappent. Le problème ne se pose pas de la même façon pour la liste des théores, qui est mieux conservée et ne connaît aucune perturbation à partir du milieu du vie s. – Rappelons que l’année thasienne commence en Apatouriôn, qui se situe vers novembre-décembre (infra, n. 121) : l’année que nous désignons ici comme e.g. 409 av. J.‑C. commence en fait à la toute fin de 410 et s’étend jusqu’à novembre-décembre 409.

17 Fr. Salviat, dans D. Mulliez (éd.), Thasos. Métropole et colonies. Actes du colloque international de Thasos en mémoire à Marina Sgourou, 21‑22 septembre 2006, à paraître.

18 L’hypothèse de grandes plaques, y compris dans la partie initiale de la liste, demande à être vérifiée et n’est formulée ici qu’à titre exploratoire.

19 Pouilloux, Recherches I, p. 275.

20 P. Bernard, Fr. Salviat, BCH 86 (1962), p. 582, no 3, et Fr. Salviat (n. 11), p. 235.

21 Les deux collèges de Recherches I, 66 bis, l. 4 + Recherches I, 28 A, l. 1‑5 (Petite Liste : PLArch. 5/II‑III/(9) et (10) [pour ce système de référence, voir infra, p. 90]) se retrouvent à l’identique sur le fragment Recherches I, 50 (Grande Liste [fig. 3]). La démonstration sera faite dans la publication finale.

22 L’édifice portant la Petite Liste ne fut pas détruit pour autant, semble‑t‑il. Nous reviendrons sur cette question dans la publication finale.

23 L’histoire complexe de ces rythmes de gravure sera reprise en détail dans la publication finale. Dans la colonne 10 (Recherches I, 34 A), les noms conservés sont gravés d’une seule et même écriture (différente de celle des colonnes 1‑9) : on en déduit que, après l’inauguration des neuf colonnes récapitulatives, la gravure complémentaire ne reprit pas immédiatement, à rythme annuel, mais qu’une sorte de pause fut observée. Le phénomène est difficile à expliquer, d’autant plus qu’il ne s’observe pas dans la Grande Liste des théores (voir infra).

24 Recherches I, 34 + BCH 86 (1962), p. 580, no 1 ; ibid., p. 580‑582, no 2 ; Recherches II, 205.

25 L’existence de cette liste ne fut découverte que bien longtemps après les fouilles de Miller. C’est C. Fredrich qui en publia le premier bloc en 1909 (IG XII 8, 271‑272 [inv. 971]). Les deux autres blocs (inv. 935 et 982) furent exhumés dans les fouilles de l’agora et publiés en 1954 par Pouilloux, Recherches I, 27, avec la pl. XXI, 1 (par souci de clarté, je renumérote ici les trois sections de colonnes conservées en 27 A, B et C). Cette découverte tardive explique qu’on ait longtemps parlé de « seconde liste » ou de « double [sc. de la Liste Miller] » (cf. Pouilloux, Recherches I, p. 256), alors qu’il s’agit chronologiquement de la première.

26 Sur ces épisodes historiques de la fin de l’archaïsme, mentionnés par les rubriques de la colonne 1 (dans la Grande Liste), voir Fr. Salviat, dans Thasiaca, p. 120‑123, et infra.

27 La Grande Liste, dont les colonnes comptent 34 collèges en moyenne et où l’on peut fixer le même repère absolu de 409 (cf. infra), sert de base à la reconstitution de la Petite. On peut ainsi dater, dans cette dernière, tous les collèges des trois assises partiellement conservées (années 444 à 432 dans la colonne 4 ; 415 à 396 dans la colonne 5 ; 379 à 366 dans la colonne 6). Il est certain qu’une assise I, gravée, de hauteur inconnue, existait au sommet, car les deux premiers collèges conservés sur le bloc inv. 971 (Recherches I, 27 B  et C), sont incomplets : le début était gravé sur le bloc supérieur. L’extension de la gravure vers le haut, sur cette assise I, se déduit de la colonne 1, qui est presque entièrement connue dans la Grande Liste (cinq des six premières assises sont conservées) : l’année ± 544, qui marque le début du décompte en triades, se situe à l’assise III ; il faut ensuite exactement 50 lignes, couvrant les assises I et II, au‑dessus de ce repère. Une fois le sommet des colonnes ainsi établi, à l’assise I, on peut calculer l’extension de ces mêmes colonnes vers le bas : elles couvrent probablement deux assises perdues (V et VI), de hauteur inconnue. Il faut admettre la possibilité de petites irrégularités (comme on en observe à l’assise III de la colonne 4, où les lignes sont moins serrées qu’ailleurs). Elles peuvent avoir pour conséquence de modifier légèrement la répartition des collèges entre l’assise I et l’assise VI : la certitude est en l’occurrence hors de portée. – Je reviendrai dans la publication définitive sur les détails de cette démonstration.

28 Pouilloux, Recherches I, p. 257 : « tous ces catalogues ont été inscrits sensiblement à la même époque, vers le milieu du ive siècle » ; voir également p. 256, n. 2 ; p. 259 ; p. 442. Le parallèle des deux listes d’archontes prouve au contraire que la Petite et la Grande Liste des théores ne sont pas exactement contemporaines.

29 Recherches I, 27 C (= colonne 6) : collèges no 26 (368) et 27 (367). Cf. pl. XXI, 1. – Noter qu’à la l. 34, il faut lire et restituer Ἀρότης Ἀρχηγέν[εος] (Pouilloux a copié par erreur Ἀρχηγέλ[- - -]) ; le nom Ἀρχηγένης est connu à Paros (IG XII 5, 110, l. 10‑11).

30 Ces dates absolues sont calculées à partir de la Grande Liste des théores : GLTh. 6/VII/(26), (27) et (28) (cf. n. 27 et infra) ; pour ce système de référence, voir infra, p. 90.

31 Diodore XV 36, 4 ; IG II2 43 (P. J. Rhodes, R. Osborne, Greek Historical Inscriptions, 404‑323 BC [2003], 22), l. 100, où le nom des Thasiens est restitué. L’hypothèse de Pouilloux, Recherches I, p. 428, n. 7, selon laquelle ils auraient figuré dans la première partie de la liste, à la l. 89, et donc que la cité aurait rejoint Athènes dès 376, est écartée par J. Cargill, The Second Athenian Confederation (1981), p. 35 et p. 42. Sur la présence athénienne dans la région, voir J. Heskel, The North Aegean Wars, 371‑360 B.C. (1997).

32 Sur le monument et son histoire, voir J. Pouilloux, « Une énigme thasienne : le passage des théores », dans Thasiaca, p. 129‑141, Holtzmann, Reliefs I, p. 29‑59, et Fr. Blondé, A. Muller, D. Mulliez, « Le Passage des théores à Thasos : une énigme résolue ? Questions de topographie et d’urbanisme à l’époque archaïque », CRAI 2000, p. 885‑907.

33 C. Fredrich, IG XII 8 (1909), p. 89‑125, nos 272‑348, avec le tableau analytique p. 90‑91. Un premier classement des blocs avait été tenté par E. Jacobs, Thasiaca, diss. Berlin (1893), p. 13‑33.

34 Pouilloux, Recherches I, p. 238‑262, avec un schéma d’ensemble sur le dépliant inséré entre les p. 262 et 263 (« Catalogue 1 »).

35 Fr. Salviat, « Les colonnes initiales du catalogue des théores et les institutions thasiennes archaïques », dans Thasiaca, p. 107‑127, avec le schéma d’ensemble de la fig. 6, p. 116. D. Mulliez m’a confié la publication de deux blocs inédits, trouvés dans la fouille du terrain Valma (inv. 3698 et 3699).

36 Projet ANR « E‑pigramme » (2013‑2015). M. Brunet (univ. Lyon‑II), que je remercie, m’a généreusement donné accès aux relevés des blocs du Louvre et du Musée de Thasos réalisés par N. Bresch (IRAA, CNRS).

37 On constate un décalage de quelques noms, d’une liste à l’autre, dans l’alignement horizontal des collèges. Il est dû à une différence du nombre de collèges par colonne, à quoi s’ajoutent de petites irrégularités éparses : sauf erreur de ma part, la Petite Liste a en moyenne 36 collèges par colonne (entre 35 et 37), la Grande Liste en a en moyenne 34 (cf. infra). La copie est parfaite à un détail prêt. Dans la Petite Liste, gravée peu après 368, tous les noms sigmatiques en ‑ης ont un génitif en ‑εος, sans aucune exception. Dans la Grande Liste, gravée une quarantaine d’années plus tard, on a adopté la finale « moderne » en ‑ευς, sauf pour les noms en ‑κλῆς (qui conservent le génitif en ‑κλέος, ici comme ailleurs, jusqu’au iiie s.). Cette mise à jour délibérée de l’orthographe connaît des exceptions dans les colonnes 1 et 2, les plus anciennes, et, une seule fois, dans la colonne 5 (Μενάλκεος en IG XII 8, 277 D, l. 70). De même, dans la Petite Liste des archontes, on ne rencontre que la finale ‑εος (corriger Δηµοσθένο[υς] en Δηµοσθένε̣[ος] dans Recherches I, 31 B, l. 12). Les débris de la Grande Liste des archontes sont trop minces pour qu’on puisse vérifier si la même mise à jour, au moins partielle, a eu lieu dans les colonnes 1 à 9 (on lit [Παγκρ] ατίδεος dans la colonne 5 : BCH 86 [1962], p. 582, no 3 A, l. 2). Voir en général Pouilloux, Recherches I, p. 454, qui parle trop rapidement de « grand désordre », et K. A. Garbrah, A Grammar of the Ionic Inscriptions from Erythrae (1978), p. 93‑97. Je remercie N. Trippé d’avoir discuté avec moi de cette question, qui devra être reprise plus en détail.

38 La fig. 8, qui reprend en le modifiant légèrement un schéma de Fr. Salviat publié en 1979, ne préjuge pas des modifications et compléments qui pourront être apportés par l’étude architecturale de M. Brunet et N. Bresch. Je fais figurer à la colonne I un bloc inédit, que j’ai la charge de publier (inv. 3698).

39 A. J. Graham, « On the Great List of Theori at Thasos », The Ancient World 5 (1982), p. 103‑120, repris dans id., Collected Papers (2001), p. 231‑256.

40 Fr. Salviat, « Catalogue des théores de Thasos : objections et réponses », BCH 107 (1983), p. 181‑187, part. p. 182 et fig. 1.

41 Pouilloux, Recherches I, p. 274. Voir plus récemment Fr. Salviat et al., BCH 128‑129 (2004‑2005), p. 254‑256. Il n’est pas inutile d’expliciter le problème en quelques mots. Dans la colonne de droite (Recherches I, 35 B), le premier collège de théores, composé d’Amphèridès, Euphrillos et Timoklès, est en fonction pendant l’année des trois archontes Aristoklès, Aristomenès et Teisikratès, comme le prouve l’intitulé du décret IG XII 8, 267 (CITh III, 14). Or ces trois archontes apparaissent dans la Grande Liste des archontes (Recherches I, 34 B, l. 16‑18), sur un grand fragment de plaque qui n’appartient pas à la liste récapitulative, gravée vers 320 (colonnes 1‑9), mais aux premières colonnes complémentaires, inscrites dans une écriture différente : Recherches I, 34 A correspond à la colonne 10 (ca 330‑300) ; Recherches I, 34 B – qui nous intéresse ici – à la colonne 11 (ca 300‑270) ; les dates données par Pouilloux sont un peu trop hautes. Le nombre d’années par colonne est en l’occurrence perturbé par le passage de trois à six archontes annuels pendant une dizaine ou une quinzaine d’années, ce qui crée un phénomène d’étirement. L’analyse détaillée de cette section complexe sera présentée dans la publication d’ensemble de la liste des archontes, mais l’important est ici de comprendre que le collège des archontes Aristoklès, Aristomenès et Teisikratès (et par conséquent le collège des théores Amphèridès, Euphrillos et Timoklès) se place nécessairement vers le tout début du iiie s. Dans la Grande Liste des théores, il n’y a, pour Recherches I 35 B, pas d’autre emplacement possible que le sommet de la colonne 9 (qui couvre les années ± 293‑ca 260). Les théores Amphèridès, Euphrillos et Timoklès, à l’assise II, doivent se situer en ± 290 av. J.‑C.

42 Fr. Salviat (n. 40), p. 182‑184.

43 A. J. Graham, « Thasian Controversies », dans id., Collected Papers (2001), p. 387.

44 12 + 5 + 12 = 29 lignes, auxquelles s’ajoutent les sous‑titres, soit 39 lignes au maximum.

45 P. Bernard, Fr. Salviat, BCH 91 (1967), p. 578, no 25 et fig. 1 (inv. 2370). La face de joint gauche est conservée. Le joint en question se situait au beau milieu d’une colonne inscrite.

46 Thèta et omicron presque de même calibre que les autres lettres, my à jambages peu divergents, sigma à barres extérieures peu ouvertes, ômega légèrement fermé à la base. Je comparerai ce style à celui d’une dédicace de polémarques, que je place dans le 1er tiers du iiie s. : IG XII Suppl. 433 (CITh III, 80), illustré dans Recherches I, pl. XLIV, 4.

47 La taille des lettres, les interlignes irréguliers entre les collèges et surtout la présence du vacat à la fin, prouvent que ce bloc n’appartient pas à la partie initiale de la Grande Liste, qui est de gravure uniforme de la colonne 1 jusqu’à la colonne 7 comprise (cf. infra). Par conséquent, il se place nécessairement dans les colonnes 8 et suivantes. La disparition des idionymes ne permet aucune identification certaine. Le théore de la l. 5, [- - -] Πρηξαγόρου, pourrait néanmoins être identique à Φίδιππος Πρηξαγόρου, gynéconome dans la première moitié du iiie s. : Y. Grandjean, BCH 136‑137 (2012‑2013), p. 254, no 7 (CITh III, 79), l. 2 (l’éditeur marque avec prudence sa préférence pour la seconde moitié du iiie s.).

48 À l’assise II, la colonne 8 est déjà occupée par Recherches 35 A, la colonne 9 par Recherches 35 B ; la colonne 10 est exclue, car il faudrait placer le début de nos noms sur un bloc très étroit (environ 15 cm), ce qui est sans aucun exemple dans le mur ; la colonne 11 est exclue par le coup de sabre qui se créerait plus bas avec le bloc Recherches 37 A, sûrement placé. – À l’assise IV, tous les emplacements sont occupés par une séquence désormais bien établie de la colonne 7 à la colonne 12 : IG XII 8, 277 F‑H ; IG XII Suppl. 390 ; IG XII 8, 294 A et B. – D’après les seuls deux trous de levier connus au lit d’attente du bloc IG XII 8, 277 G‑H, on ne peut hésiter, pour placer le bloc inv. 2370, qu’entre la colonne 8 et la colonne 9 de l’assise III. J’indique, sur la fig. 11, les deux hypothèses envisageables. S’il faut retenir un emplacement à la colonne 9, il est possible, mais non certain, que le bloc IG XII 8, 296, perdu (« lettres anciennes »), ait occupé la colonne 8.

49 Fr. Salviat, dans Thasiaca, p. 117‑118. La question est longuement discutée par A. J. Graham (n. 43), p. 388‑394, qui conclut avec prudence que la huitième assise est vraisemblable.

50 Holtzmann, Reliefs I, p. 35 : « le mur se compose […] de trois zones de quatre assises, dont la hauteur diminue chaque fois de 7,5 cm [sc. 31 ; 38,5 ; et 46 pour les assises les plus basses, non gravées], l’assise la plus haute [sc. I], plus petite de 1,5 cm, pouvant être assimilée pour l’effet d’ensemble au groupe des trois assises de 31 cm [sc. II‑IV]. Cette petite anomalie pourrait d’ailleurs s’expliquer, soit par la volonté de donner à la mouluration de couronnement [sc. sur l’assise sommitale, non gravée, située au‑dessus de I] un développement un peu plus grand à l’intérieur du cadre général de la composition, soit par quelque raison technique : par exemple un astragale moins fragile et plus facile à exécuter avec le profil de l’assise de couronnement. Le rythme ainsi établi semble bien résulter de calculs faits en prenant pour module 46 cm, longueur proche d’une coudée attique ».

51 GLTh. 5/V/(20) : IG XII 8, 277 D, l. 81‑83 + copie sur la Petite Liste, Recherches I, 27 B, l. 20‑22. Loi sur la dénonciation : Recherches I, 18 (J. Pouilloux, Choix d’inscriptions grecques [1960], 31 ; R. Meiggs, D. Lewis, A Selection of Greek Historical Inscriptions to the End of the Fifth Century BC2 [1988], 83). Acte de confiscation : IG XII 8, 263.

52 Fr. Salviat, dans Thasiaca, p. 118, et, de façon plus précise, dans Actes du VIIIe Congrès international d’épigraphie (1984), p. 252‑254 (« à une année près »).

53 E. Jacobs (n. 33), p. 23, fut le premier à relever cette coïncidence. Sur le séjour d’Hippocrate à Thasos, voir récemment Y. Grandjean, Fr. Salviat, « Hippocrate et le sanctuaire de la Délienne à Thasos », BCH 136‑137 (2012‑2013), p. 215‑223 (contra J. Jouanna, REG 127 [2014], p. 40).

54 Voir P. Hamon, « Études d’épigraphie thasienne, V. Théores et archontes thasiens de la basse époque hellénistique et du début de l’Empire : du simple au double », en préparation.

55 Voir Fr. Salviat (n. 17 et 35).

56 Pouilloux, Recherches I, 36, avec la planche XXIV, 2 ; pour la chronologie, voir le « tableau général » sur le dépliant inséré entre les p. 286 et 287. L’emplacement a été provisoirement approuvé par Fr. Salviat (assise VI ?) : voir la discussion chez A. J. Graham, Collected Papers (2001), p. 389‑394, lequel, sans remettre en cause la place dans les colonnes 8‑10, a perçu les difficultés que posait cette hypothèse.

57 Recherches I, 27 B, l. 54‑59 (Musée de Thasos, inv. 982).

58 À la l. 2, la restitution [Φανό]π̣ο̣λις Ἐρ̣ά̣τ̣[ου?], hypothétique, se fonde sur le nom de l’archonte Ἔρατος Φαν[- - -] (Recherches I, 73, l. 4) : l’écart chronologique entre Phanopolis, théore en 398, et Eratos, qui serait son fils, archonte approximativement dans le troisième quart du ive s., est certes important, mais pas tout à fait rédhibitoire. – Dans la Petite Liste, Recherches I, 27 B, l. 58, Κτησίας Θεοδότου est une transcription inexacte de Pouilloux pour Κτῆσ̣ι̣[ς] Θεοδώ̣το̣[υ], comme j’ai pu le vérifier en collationnant le texte sur la pierre, qui est à cet endroit endommagée (Musée de Thasos, inv. 982). À la ligne suivante, il faut lire [Σ]κύ̣[µνο]ς Τεισ̣[ιάδεος]. Le Κτῆσις en question, théore en 397 (cf. infra), a de fortes chances d’être identique à l’éponyme amphorique du même nom : Garlan, Timbres anciens, p. 118‑122 (groupe B, ca 395‑380).

59 C’est le bloc d’assise dont Fr. Salviat, dans Thasiaca, p. 117, avait supputé l’existence. IG XII 8, 278 comprend deux blocs et cinq colonnes inscrites (A à E). Le bloc de gauche (278 A‑C), vu par Miller, est perdu. Le bloc de droite (278 D‑E) est conservé (Musée de Thasos, inv. 271) : cf. infra.

60 E. Miller, RA 1869, p. 142‑143. Seules les deux colonnes de gauche étaient entièrement illisibles ; la troisième a été partiellement déchiffrée par Miller. Celui‑ci précise que l’inscription est « très‑ancienne et remonte au cinquième siècle avant notre ère », ce qui signifie en fait qu’elle appartient aux colonnes initiales de la Grande Liste, gravées d’une même écriture uniforme. Dans sa réédition des IG, Fredrich a malencontreusement omis l’indication de Miller sur l’existence de quatre colonnes et numéroté les seules deux colonnes plus ou moins lisibles : IG XII 8, 282 A et B. Il faut, en toute rigueur, les renuméroter : A*, B*, C* et D*, en sachant que A* et B* étaient totalement effacées. – On relèvera que C. Fredrich, IG XII 8, p. 92, et A. J. Graham, dans id., Collected Papers (2001), p. 393‑394, ont tenté de placer le bloc dans les colonnes 8 et 9.

61 Sont signalés par un astérisque (*) les individus connus pour avoir exercé une autre charge ou avoir eu d’autres activités publiques. Si cette charge est l’archontat, le nom est en outre signalé en gras. Cf. infra.

62 La découverte a d’abord été brièvement signalée dans BCH 63 (1939), p. 317.

63 Miller a transcrit huit lignes, ce qui correspond à une assise de faible hauteur (29,5 cm), c’est‑à‑dire à l’assise I. Les noms y étaient gravés dans un style « d’une époque très-ancienne », ce qui indique certainement que le bloc appartient aux colonnes inscrites au ive s. Le seul problème qui demeure est que le bloc, dont la longueur se laisse déduire de la place du trou de levier au lit d’attente du bloc inférieur (inv. 249 [Recherches I, 35]), aurait dû comporter à droite la trace du début des noms de la colonne adjacente, à savoir la colonne 9. Or Miller n’a rien indiqué de tel dans sa copie. Il est possible que ces débuts de noms aient été très effacés. Nous reviendrons plus en détail sur ce bloc dans la publication définitive.

64 IG XII Suppl. 354 (CITh III, 106).

65 Il est possible que le bloc IG XII 8, 296, perdu (« lettres anciennes »), se place à cet endroit.

66 P. J. Rhodes, R. Osborne, Greek Historical Inscriptions, 404‑323 BC (2003), 76 b, l. 5 (IG II3 318 II, l. 44).

67 Théophraste, De causa plantarum II 5, 5 ; Strabon XVI 3, 2 (766 C) ; Arrien, Indikè 18, 4 ; Athénée, Deipnosophistes III 93b ; Marcien d’Héraclée, Epitome Peripli Menippi I 2 (K. Müller, Geographi Graeci Minores I [1865], p. 565). Cf. J. Papastavru, Amphipolis. Geschichte und Prosopographie (1936), p. 60‑81. Le nom Ἀνδροσθένης n’est pas connu par ailleurs dans la prosopographie thasienne ; Καλλίστρατος, en revanche, y est attesté à plusieurs reprises.

68 Fr. Salviat, BCH 82 (1958), p. 195 (SEG XVII 415 ; Fr. Sokolowski, LSCG Suppl. 69 ; CITh III, 9), l. 2 et commentaire p. 244‑248 ; Chr. Habicht, Gottmenschentum und griechische Städte2 (1970), p. 251‑252. Un portrait du roi, appartenant à une statue colossale d’époque impériale – vraisemblablement une statue de culte –, a été trouvé en remploi dans le secteur de la place‑carrefour située entre l’Artémision et le Dionysion (Guide  2, p. 87‑89) : voir B. Holtzmann, R. Jacob, BCH 134 (2010), p. 259‑261, no 31. Sur la place, un puits rond (Guide2 49) fut comblé en une seule fois, à une date bien fixée vers 330 ou peu après, et on édifia au‑dessus de lui le petit temple Guide2 50, qui pourrait bien avoir été consacré à Alexandre : cf. Fr. Blondé, A. Muller, D. Mulliez, « Une nouvelle place publique à Thasos », RA 1987, p. 32‑34 ; eid., BCH 113 (1989), p. 467‑549, et BCH 115 (1991), p. 231‑242.

69 SEG XVII 423 (CITh III, 57).

70 Recherches I, 73, l. 2, où l’on lit [. . . . .]αναξ [- - - -] ; je proposerais volontiers de restituer, à titre d’hypothèse : [Ἡγησι]άναξ [Σιναύρου]. Le fragment, brisé de toutes parts, appartient à la Petite Liste des archontes. Il se situe dans une assise indéterminée de la colonne 9 (entre ± 345 et ± 330) ou au sommet de la colonne 10 (entre 325 ou 324 et 319 ou 318). – On ne peut tout à fait exclure [Εὐρυ]άναξ, connu comme fabricant sur des timbres anciens, sur une longue période au ive s. : cf. Garlan, Timbres anciens, index.

71 Recherches I, 73, l. 3.

72 PLArch. 9/VI/(32) ou (33) : P. Bernard, Fr. Salviat, BCH 86 (1962), p. 583‑584, no 5.

73 Recherches I, 152, où il faut presque certainement lire, non pas [ἐ]πὶ Κλεοξένου ἄρχοντος, mais [ἐ]πὶ Κλεογ̣ένο(υ) ἄρχοντος (cf. infra, note 150). – Pouilloux pensait avoir déchiffré, en IG XII 8, 278 E, l. 62 (soit en 333), le nom de Nikodèmos f. de Pythiôn, qui fut archonte en ± 347 (PLArch. 9/III/(10) ou (11) : Recherches I, 30 B, l. 5), mais les traces visibles sur la pierre ne me semblent pas correspondre à cette lecture.

74 Pour les timbres anciens, voir le corpus de Garlan, Timbres anciens. Pour les timbres récents, voir Y. Garlan, « En visitant et revisitant les ateliers amphoriques de Thasos », BCH 128‑129 (2004‑2005), p. 269‑329, et M. Debidour, « Étudier le commerce des amphores thasiennes : quelques remarques à propos des trouvailles autour du Pont‑Euxin (iveiie s. av. J.‑C.) », dans Ch. Tzochev, T. Stoyanov, A. Bozkova (éds), Production and Trade of Amphorae in the Black Sea (PATABS II) (2011), p. 35‑53. Sur le timbrage et sa signification, voir l’article de synthèse d’Y. Garlan, « Les timbres amphoriques en Grèce ancienne. Nouvelles questions. Nouvelles méthodes. Nouveaux résultats », JSav 2013, p. 204‑270.

75 Fr. Salviat, « Magistratures thasiennes et timbres amphoriques », dans N. Badoud, A. Marangou-Lerat (éds), Analyse et exploitation des timbres amphoriques grecs. Actes du colloque d’Athènes, 3‑5 février 2010, à paraître.

76 Garlan, Timbres anciens, p. 185‑190 (groupe E 1).

77 Il est par ailleurs possible que ce personnage ne soit autre que Kleophôn f. de Tèlephanès, comme le propose Fr. Salviat (n. 75). Ce dernier fut théore en 367 : GLTh. 6/VII/(27) : IG XII 8, 278 D, l. 45 + Recherches I, 27 C, l. 36. Il aurait eu deux fils : Tèlephanès, l’aîné (cf. infra), et Eretrieus, le cadet.

78 Garlan, Timbres anciens, p. 273‑275 (groupe G 2).

79 GLTh. 7/V/(20) : IG XII 8, 277 F, l. 136.

80 Garlan, Timbres anciens, p. 283‑286 (groupe G 2).

81 Y. Garlan, « Les “fabricants” d’amphores », Topoi 8 (1998), p. 581‑590, et id., Timbres anciens, p. 71‑73 ; Fr. Salviat et al., BCH 128‑129 (2004‑2005), p. 256. Sur le vin thasien en général, voir Fr. Salviat, « Le vin de Thasos. Amphores, vin et sources écrites », dans J.‑Y. Empereur, Y. Garlan (éds), Recherches sur les amphores grecques, BCH Suppl. XIII (1986), p. 145‑196 (repris dans Fr. Salviat, A. Tchernia, Vins, vignerons et buveurs de l’Antiquité [2013], p. 1‑69) ; Y. Garlan, Vin et amphores de Thasos (1988).

82 Y. Garlan (supra, 1988), p. 29‑30 ; id., Timbres anciens, p. 74‑75, avec les références et des conclusions plus sceptiques qu’auparavant sur la possibilité de voir dans tous les kéramarques des propriétaires de grands domaines viticoles.

83 Leophantos f. de Dèmalkès : GLTh. 6/V/(20) : IG XII 8, 277 E, l. 109 + Recherches I, 27 C, l. 14 ; voir également IG XII Suppl. 369 et Recherches II, 404 (CITh III, 82‑83). Aristagorès f. de Dèmalkès : GLTh. 6/VII/(28) : IG XII 8, 278 D + Recherches I, 27 C, l. 38. Dèmalkès f. d’Aristagorès : Recherches I, 34 A, l. 9. La lignée se prolonge au iiie s. : Aristagorès II f. de Dèmalkès est archonte (Recherches I, 34 B, l. 12), puis théore (GLTh. 9/V/(17 ?) : IG XII 8, 288 A, l. 5).

84 Garlan, Timbres anciens : groupe G 1, sous Amyntôr (nos 817‑818), et groupe G 2, sous Amphandros (no 847), Aristophanès (no 874), Pythiôn (no 880 [avec le titre de keramarchès]), Pytholeôs (no 889), Hippidès (no 908), Tèlephanès (no 926) et Aristokratès (no 966). On peut aussi s’interroger sur le rapport entre Eualkidès, « fabricant » actif à la même époque, dans le groupe G 2, sous Amphandros (no 843), et Eualkidès f. d’Amphikleidès, théore en 332.

85 Dédicace (trouvée près de l’Hèrakleion) : Holtzmann, Reliefs I, p. 151‑152 et pl. LIV (Guide2, p. 262, no 34) ; l’attribution à Theopompos est fort tentante, sans être certaine, faute de dédicace inscrite. Base de l’agora : R. Martin, RA 1948, p. 705‑715 ; J. Marcadé, Recueil des signatures de sculpteurs grecs, II (1957), 112 (SEG XVIII 359 ; S. Kansteiner et al., Der Neue Overbeck 1824). Cf. Pouilloux, Recherches I, p. 227, n. 7 ; B. Holtzmann, « Praxias et fils : un atelier de sculpture attique actif à Thasos durant la seconde moitié du ive siècle avant J.‑C. », dans V. M. Strocka (éd.), Meisterwerke. Internationales Symposion anläßlich des 150. Geburtstages von Adolf Furtwängler (2005), p. 169‑177. B. Holtzmann suggère avec prudence qu’il pourrait s’agir des Pythia de 342 (le vainqueur Théopompos étant le père d’Amphimédôn), auquel cas c’est peut‑être pour célébrer ce succès retentissant que l’on organisa à Thasos un cycle de récitals d’artistes athéniens de renom, dont le grand monument votif du Dionysion (Guide2 56) conserve le souvenir : cf. Fr. Salviat, « Vedettes de la scène en province : signification et date des monuments chorégiques de Thasos », dans Thasiaca, p. 155‑167. Il peut néanmoins s’agir d’un concours ultérieur, entre 338 et 310. Dans cette seconde hypothèse, Théopompos f. de Melèsidèmos serait plutôt le neveu d’Amphimédôn et on le retrouverait comme apologos dans une dédicace située à mon avis vers 310‑300 : P. Bernard, Fr. Salviat, BCH 83 (1959), p. 294‑297 (SEG XVII 421 ; CITh III, 66).

86 IG XII Suppl. 399 (CITh III, 97).

87 Fr. Salviat, « Le bâtiment de scène du théâtre de Thasos », BCH 84 (1960), p. 300‑316. Voir également Holtzmann, Reliefs I, p. 108‑111 ; Guide2 62, avec la fig. 62 ; J.‑Y. Marc, « Thasos et la Macédoine au iiie s. a.C. », dans J. des Courtils (éd.), L’architecture monumentale grecque au iiie s. a.C. (2015), p. 339‑357, part. p. 344.

88 Cf. Fr. Salviat, BCH 128‑129 (2004‑2005), p. 258, n. 125, ajoutant que le nom thrace du père, Kodis, pourrait s’expliquer par les liens de la famille avec les Odryses. D. Dana, Onomasticon Thracicum, Μελετήµατα 70 (2014), p. 87, y verrait plutôt un métronyme.

89 IG XII Suppl. 354 (CITh III, 106), l. 9‑11 : πολλὰς καὶ µεγάλας χρε[ί]α[ς] κα[θ]ά[περ] καὶ οἱ πρόγονοι [αὐ]το[ῦ] παρέσχηνται τῶι δήµωι. La nature de la « bataille navale » mentionnée aux l. 12‑13 demeure controversée : voir P. Frisch, Die Inschriften von Lampsakos (1978), 1, et A. Bielman, Retour à la liberté (1992), 11. Le grand‑père homonyme, Nossikas f. d’Hèras, fut théore en 378 : GLTh. 6/V/(16) : IG XII 8, 277 E, l. 98. Vu la rareté du nom, il est peut‑être identifiable au fabricant Νοσσικᾶς, qui apparaît sur des timbres anciens répartis entre le groupe B et le groupe F1 (ca 380‑350). Le père Hèras est peut‑être le fabricant du même nom qui apparaît sur un timbre du groupe F1 (éponyme Batôn, ca 360‑350). Outre Nossikas le Jeune et Hègèsippos, la fratrie compte peut‑être deux autres membres : Kleinandros f. d’Hèras, théore en ± 312 (GLTh. 8/IV/(14) : IG XII 8, 277 G, l. 146) et, de façon plus incertaine, Melanôpidès f. d’Hèras, connu par une plaquette de tirage au sort datée vers la fin du ive s. (Y. Grandjean, « Tessères de juge thasiennes », dans A. Tamis et al. [éds], Philathenaios. Studies in honour of Michael J. Osborne [2010], p. 70‑72, no 6 [SEG LX 951]).

90 Voir l’exemple des quatre fils d’Apèmantos f. de Philôn, honorés de la proxénie athénienne à la fin du ve s. (IG II2 6). Il faut sans doute leur ajouter un cinquième frère, Aristomenès, théore en 377 (GLTh. 6/V/(17) : IG XII 8, 277 E, l. 100). Voir également les quatre fils de Polyarètos, exilés à Athènes vers 385 (IG II2 33, l. 21‑24 [M. J. Osborne, Naturalization in Athens, II (1982), p. 49‑50], avec la lecture de A. P. Matthaiou, Γραµµατεον 2 [2013], p. 8‑9, à la l. 21). Une liste du iiie s., provenant peut‑être de la palestre ou du gymnase et enregistrant des paides par le nom de leur père, donne un autre exemple de fratries de deux ou de quatre : Y. Grandjean, BCH 136‑137 (2012‑2013), p. 227‑229, no 1 (CITh III, 95).

91 Archonte : PLArch. 9/III/(9) ou (10) : Recherches I, 30 B, l. 1. Théores : GLTh. 7/V/(16) et (20) : IG XII 8, 277 F, l. 125 et 137.

92 Philippos : PLArch. 9/III/(10) ou (11) : Recherches I, 30 B, l. 4 ; GLTh. 7/V/(16) : IG XII 8, 277 F, l. 126. Philôn : PLArch. 9/III/(11) ou (12) : Recherches I, 30 B, l. 7. Hèragorès : GLTh. 7/V/(20) : IG XII 8, 277 F, l. 138.

93 GLTh. 8/IV/(13) : IG XII 8, 277 G, l. 143. Le même Nikias f. de Pythônymos figure peut‑être dans un fragment que je serais tenté d’attribuer à la colonne 9 de la Petite Liste des archontes : Fr. Salviat, BCH 82 (1958), p. 326‑327, no 3 (SEG XVII 424), l. 1 (Νικία̣[ς - - -]).

94 GLTh. 6/V/(19) : IG XII 8, 277 E, l. 107.

95 GLTh. 6/IV/(13) : IG XII 8, 277 E, l. 90. L’hypothèse a d’abord été émise par Fr. Salviat (n. 75).

96 Pour le grand‑père, GLTh. 4/VI/(23) : IG XII 8, 285 A, l. 10 (avec la copie dans Recherches I, 27 A, l. 1). Pour le père, M. Sève, BCH 105 (1981), p. 185‑186, no 5 (SEG XXXI 781) : Φιλίσκος Σκύλλο (et non Σκύλλο[υ]) ; le style de gravure est très comparable à celui de la stèle du Délion (SEG LVI 1017 ; CITh III, 4), bien située entre ca 380 et 360 ; le même Philiskos est peut‑être mentionné dans une clause mutilée du règlement Recherches I, 155, l. 8 (CITh III, 10).

97 GLTh. 6/VI/(29) : IG XII 8, 278 D, l. 51.

98 GLTh. 6/VI/(23), originellement gravé sur le bloc IG XII 8, 283 B (qui est entièrement effacé) et connu par la Petite Liste : Recherches I, 27 C, l. 24. Stratonikos l’Ancien doit lui‑même être le frère de Nikiès f. de Pythônymos, archonte en 411 : PLArch. 7/III/(36) : Recherches I, 28 C, l. 10.

99 GLTh. 5/VIII/(33) : Recherches I, 36 A, l. 6. Le nom Teisiadès n’est attesté qu’à Thasos et à Athènes. Dans l’épigraphie thasienne, ces deux occurrences sont les seules : Teisiadès I doit donc être le grand‑père de Teisiadès II.

100 Groupe XI des timbres récents, daté par M. Debidour (n. 74) entre ca 255 et ca 246 (voir également M. Debidour, Les timbres amphoriques thasiens de type récent : méthodologie, chronologie et interprétation [1999, inédit], p. 850‑854, nos 2542‑2556). Le rapprochement, suggéré par M. Debidour, est approuvé par Fr. Salviat (n. 75).

101 Hèrophôn f. d’Aristoklès : éponyme sur timbres récents du groupe II, ca 327‑323 ? (cf. Fr. Salviat [n. 75]) ; théore en GLTh. 8/IV/(15) : IG XII 8, 277 G, l. 149, où je restituerais, à titre d’hypothèse, [Ἡροφῶ]ν? Ἀριστοκλέος ; on le retrouve peut‑être aussi dans la Liste des archontes à la toute fin du ive s. (Recherches I, 34 A, l. 30 : Ἡροφῶν [Ἀριστοκλέος?]). Tèlemachos f. d’Aristoklès : théore en GLTh. 8/V/(16) : IG XII 8, 297, l. 3 ; archonte deux ans avant Hèrophôn (Recherches I, 34 A, l. 22).

102 Apologos : P. Bernard, Fr. Salviat, BCH 83 (1959), p. 294‑297 (SEG XVII 421 ; CITh III, 66) ; dans le même collège figurent Theopompos f. de Melèsidèmos, sans doute neveu du théore de 333, et [Nymphis?] f. de Dèmophôn (cf. infra). Archonte : Recherches I, 34 B, l. 4.

103 GLTh. 8/VIII/(32) : IG XII 8, 286 A, l. 13 (sur le nom, voir R. Martin, BCH 68‑69 [1944‑1945], p. 157). La place du bloc (Louvre Ma 877), sans être absolument certaine, paraît très vraisemblable. Le numéro exact du collège dans la colonne 8, et partant la date absolue, peuvent varier de quelques années, compte tenu des irrégularités de gravure dans le cours de la colonne 8.

104 Archontes : Recherches I, 34 B, l. 9 et 21 (et P. Bernard, Fr. Salviat, BCH 86 [1962], p. 580, no 1) ; les dates précises sont encore à déterminer. Théores : GLTh. 9/II/(7) : Recherches I, 35 B, l. 11, avec la restitution inédite de Fr. Salviat d’après IG XII Suppl. 355 [CITh III, 15], l. 1) et GLTh. 9/IV/(11) : IG XII 8, 277 H, l. 152. Fr. Salviat (n. 75) reconnaît en outre le second frère dans un éponyme amphorique du nom de Pampha(i)ès (groupe V), daté de la dernière décennie du ive s. (Y. Garlan, BCH 128‑129 [2004‑2005], p. 324 [ca 309‑300] ; M. Debidour [n. 74 : ca 306‑297]).

105 P. Bernard, Fr. Salviat, BCH 83 (1959), p. 294‑297 ; cf. supra, n. 102.

106 J’hésite à restituer [Μέγ]ω̣ν Λεωδίκου en IG XII 8, 278 E, l. 4 (théore en 334). Un Λεώδικος Μέγωνος est connu au iiie s., vers ± 274 : GLTh. 9/VI ?/(20 ?) : IG XII 8, 287 B, l. 16 (la place du bloc n’est pas certaine). L’écart temporel paraît trop grand pour un père et son fils, mais trop court pour un bisaïeul et son arrière-petit-fils. Il s’agit peut‑être de parents plus éloignés, malgré l’homonymie (hypothétique).

107 M. Launey, BCH 61 (1937), p. 380‑409 (IG XII Suppl. 353 ; I. Pernin, Les baux ruraux en Grèce ancienne [2014], 133) ; CITh III, 42.

108 Pouilloux, Recherches I, p. 400, n. 2, a réuni les exemples.

109 M. Launey (n. 107), p. 407.

110 Je me suis demandé s’il ne fallait pas retrouver ces trois archontes dans un fragment qui pourrait appartenir à la colonne 9 de la Petite Liste des archontes (Recherches I, 70, l. 3‑5) et où on lit le début des trois noms d’un même collège : Ἡγη . [- - -], Θε[- - -], Σ[- - -]. Le style de gravure et l’aspect du marbre me font cependant hésiter à pousser plus avant cette conjecture.

111 Archonte : Recherches I, 34 A, l. 29 (date précise à déterminer). Théore : GLTh. 8/VI/(22) (± 304) ou 8/VII/(26) (± 300) : IG XII 287 A, l. 10 ; la place exacte du bloc est encore à l’étude. Le père de cet individu pourrait être Pythônax f. de Lykinos, théore en 348 : GLTh. 6/IV/(12) : IG XII 8, 277 F, l. 113. – Le deuxième membre du collège en question, dont le patronyme est perdu, pourrait éventuellement être Athènagorès f. de Prèÿlos, qui dédia, avec ses camarades garnisaires, une offrande à Pan vers 350‑330 : IG XII Suppl. 429 (CITh III, 93), l. 14.

112 R. Martin, BCH 68‑69 (1944‑1945), p. 157‑158.

113 Pouilloux, Recherches I, p. 400, n. 3 et p. 401, n. 1 ; voir également p. 241, n. 2.

114 Fr. Salviat m’indique qu’il est en désaccord avec moi sur ce point. Selon lui, les noms au nominatif seraient ceux de témoins ou de garants. La nécessité, pour le preneur, de fournir des garants apparaît effectivement à la l. 16 et il est vrai que leurs noms ne figurent pas à la fin du texte, dont la dernière ligne est mutilée. Kratèsiklès et Stratonikos, choisis comme garants parmi les notables, auraient par ailleurs été théores dans le même collège, un peu plus tôt ou un peu plus tard, mais le bail ne daterait pas précisément de l’année 328.

115 Pour un exemple de la formule θευροὶ ἀνέγραψαν, voir IG XII 8, 267 (CITh III, 14), l. 2. R. Martin (n. 112) a cru à tort que le troisième membre du collège était ici Megakleidès f. de Menaichmos. La collation de la pierre m’a permis de déceler de façon certaine la place exacte des paragraphoi : le troisième théore est en fait Stratôn f. de Pyxis ; Megakleidès appartient au collège suivant.

116 Le collège de théores de 374 est connu à la fois par la liste des théores (GLTh. 6/V/(20) : IG XII 8, 277 E, l. 109‑111 et Recherches I, 27 C, l. 14‑16) et par deux dédicaces jumelles consacrées dans le Passage (IG XII Suppl. 369 et Recherches II, 404 ; CITh III, 82‑83) : or les trois membres y apparaissent dans trois ordres différents. Cf. P. Bernard, Fr. Salviat, BCH 86 (1962), p. 591.

117 Launey et Pouilloux avaient estimé que le document datait du début du iiie s., mais Fr. Salviat, BCH 96 (1972), p. 364, n. 1, a déjà justement vu que cette date était « trop basse d’une quarantaine d’années ».

118 Une part du bœuf fourni par le locataire sert à récompenser la taxis de l’armée thasienne victorieuse d’une épreuve athlétique, à l’évidence lors des Hèrakleia : [τῶν δὲ - - - - - - - - ἀποδώσ]ει? τοῖς πολεµάρχοις ὥστε τῆι τάξει τῆι νικώσηι [κτλ.] (IG XII Suppl. 353, l. 11). Sur les polémarques thasiens, voir P. Hamon, BCH 134 (2010), p. 301‑315.

119 IG XII 8, 265 et Fr. Salviat, BCH 96 (1972), p. 363‑373 (I. Pernin [n. 107], 132 ; CITh III, 40 et 41).

120 Si l’on accepte mon hypothèse selon laquelle les personnages mentionnés à la l. 3 du bail sont les théores de 328, l’écart temporel entre les deux magistratures de Skyllos est, pour une fois, absolument indubitable et ne dépend aucunement de nos reconstructions chronologiques respectives de la liste des archontes et de la liste des théores. Le collègue de Skyllos à l’archontat, Theorrètos f. d’Eratôn, eut un fils, Eratôn f. de Theorrètos, qui devint gynéconome dans le premier tiers du iiie s. : R. Martin, BCH 68‑69 (1944‑1945), p. 159, no 4 (Recherches II, 373 ; CITh III, 78). Fr. Salviat a par ailleurs décelé son nom dans un bloc du catalogue des théores où Miller avait déchiffré par erreur Κράτων Θεορρήτου. Il s’agit du collège GLTh. 9/VI?/(22?) : IG XII 8, 287 B, l. 8. Si le bloc est placé au bon endroit (ce qui est encore à vérifier), le collège est celui de ± 272. – Cf. supra, n. 106 pour un écart comparable.

121 Sur le calendrier thasien, voir Fr. Salviat, « Calendrier de Paros et calendrier de Thasos », dans M.‑M. Mactoux, E. Geny (éds), Mélanges P. Lévêque VI (1992), p. 261‑267. C. Trümpy, Untersuchungen zu den altgriechischen Monatsnamen und Monatsfolgen (1997), p. 65‑72, propose une séquence des mois différente, mais hypothétique.

122 M. Launey (n. 107), p. 382.

123 Voir de bonnes illustrations dans IG XII 8, p. 94 et 98 ; Recherches I, pl. XXVI, 1‑2 et XXVII, 1 ; Dunant, Pouilloux, Recherches II, pl. LVI, 1. Les dédicaces du Monument votif du Dionysion, situées vers 340, sont tout à fait comparables : IG XII Suppl. 400 (Thasiaca, p. 161).

124 J. Pouilloux indique, à propos de Recherches I, 36 C, situé juste en dessous d’IG XII 8, 278 E (années 329‑326), que les lettres sont de calibre légèrement supérieur (2 cm). En fait, j’ai constaté, en étudiant la pierre, que cette information est inexacte : les lettres, certes peu lisibles, sont exactement de même forme et de même taille (haut. : ca 1,2 cm ; interligne : ca 1 cm) que plus haut. Il n’y a donc pas de rupture sensible entre l’assise VII et l’assise VIII.

125 L’assise II est occupée par Recherches I, 35 A (inv. 249), où on ne lit, avec de grandes difficultés, que la fin des patronymes (années 322‑319). L’écriture semble encore présenter les traits caractéristiques des colonnes précédentes (omicron légèrement suspendu, pi étroit, ômega en arche de pont). On a cependant l’impression fugace que les collèges ne sont pas tous gravés de la même main et qu’il s’agit donc déjà de compléments à la liste initiale. – Le bloc BCH 91 (1967), p. 578, no 1 (inv. 2370) a de fortes chances d’appartenir à l’assise III (cf. supra). S’il devait se placer dans la colonne 8 (plutôt que dans la colonne 9, comme je l’ai proposé supra), il correspondrait aux années 318‑316 (trois collèges, gravés en trois fois). Or il comporte dans sa partie inférieure un vacat très net, haut de 7,5 cm, qui marque une rupture dans la colonne. – Ces points complexes méritent encore un examen approfondi.

126 Les sources sont réunies et commentées par Pouilloux, Recherches I, p. 430‑433. Voir également O. Picard, « Thasos et la Macédoine au ive et au iiie siècle », CRAI 1985, p. 761‑776, et H.‑J. Gehrke, Stasis. Untersuchungen zu den inneren Kriegen in den griechischen Staaten des 5. und 4. Jahrhunderts v. Chr. (1985), p. 164.

127 Cf. M. B. Hatzopoulos, « Philippes, πόλις ἑλληνίς, Μακεδόνων κτίσµα », et P. Hamon, « Philippes, vue de Thasos et d’ailleurs (iveiie s. av. J.‑C.) », dans J. Fournier (éd.), Philippes, de la Préhistoire à Byzance. Études d’archéologie et d’histoire, BCH Suppl. (2016), à paraître.

128 J. Pouilloux, BCH 71‑72 (1947‑1948), p. 262‑270 ; F. G. Maier, Griechische Mauerinschriften I (1959), 55 (SEG XIX 595) ; CITh III, 99. Cf. Pouilloux, Recherches I, p. 317 ; Y. Grandjean, Le rempart de Thasos, ÉtThas 22 (2011), p. 323‑324, avec la fig. 330, et p. 329 ; W. Mack, Proxeny and Polis: Institutional Networks in the Ancient Greek World (2015), p. 134‑138.

129 L. J. Bliquez, « Philip II and Abdera », Eranos 79 (1981), p. 65‑79 ; K. Chryssanthaki, « Les trois fondations d’Abdère », REG 114 (2001), p. 383‑406, part. p. 397‑402, et ead., L’histoire monétaire d’Abdère en Thrace, Μελετήµατα 51 (2007), p. 128‑134. Des Abdéritains chassés de leur patrie se réfugièrent à Athènes en 345 : IG II2 218 (désormais IG II3 302).

130 Sur la prise de contrôle de Maronée et sa possible refondation, voir S. Psôma, Chr. Karadima, D. Terzopoulou, The Coins from Maroneia and the Classical City at Molyvoti, Μελετήµατα 62 (2008), p. 193‑204. Le cas de Néapolis n’est pas clair, mais il est possible qu’elle soit restée, comme Thasos, l’alliée d’Athènes jusqu’en 338 : cf. N. G. L. Hammond, G. T. Griffith, A History of Macedonia II (1979), p. 364‑365.

131 Sur le contexte général des années 344‑341 et le phénomène de la stasis, voir G. L. Cawkwell, « Demosthenes’ Policy after the Peace of Philocrates, I‑II », CQ 13 (1963), p. 120‑138 et p. 200‑213 ; N. G. L. Hammond, G. T. Griffith (supra), p. 496‑584 ; J. Cargill, « Demosthenes, Aischines, and the Crop of Traitors », The Ancient World 11 (1985), p. 75‑85. L’ingérence macédonienne dans les cités d’Eubée est un cas exemplaire : P. A. Brunt, « Euboea in the time of Philip II », CQ 19 (1969), p. 245‑265 ; Fr. Landucci, « L’Eubea nella politica macedone », dans C. Bearzot, Fr. Landucci (éds), Tra mare e continente: l’isola d’Eubea (2013), p. 227‑256, et les remarques critiques de D. Knoepfler, Bull. 2014, 223‑224 (avec les références, en particulier id., BCH 126 [2002], p. 192‑202).

132 Ps.‑Démosthène (Hégésippe) VII (Sur l’Halonnèse) 15 (trad. M. Croiset, CUF, retouchée). Le discours date de 342 av. J.‑C. Cf. R. W. Parker, Χάρης γγελθεν: Biography of a Fourth‑Century Athenian Strategos, thèse, université de Columbia (1986), p. 47‑48 (T64) ; J. Davies, « Hegesippos of Sounion: An underrated politician », dans S. D. Lambert (éd.), Sociable Man. Essays N. Fisher (2011), p. 11‑23.

133 M. R. Dilts, Scholia Demosthenica: scholia in orations 1‑18 (1986), p. 130, 22a.

134 Démosthène XVIII 197 (trad. G. Mathieu, CUF, retouchée). H. Wankel, Rede für Ktesiphon über den Kranz, II (1976), p. 923 : « von den Personen und politischen Prozessen, auf die angespielt wird, ist sonst nichts bekannt ».

135 H. Wankel (supra) I, p. 8‑41. Sur le contexte athénien, parmi une bibliographie pléthorique, et souvent répétitive, voir par exemple N. Sawada, « Athenian Politics in the Age of Alexander: A Reconsideration of the Trial of Ctesiphon », Chiron 26 (1996), p. 57‑83 ; I. Worthington, « Demosthenes’ (in)activity during the reign of Alexander the Great », dans I. Worthington (éd.), Demosthenes, Statesman and Orator (2000), p. 90‑113 ; P. Brun, Démosthène. Rhétorique, pouvoir et corruption (2015). Sur la date possible des procès thasiens, cf. Pouilloux, Recherches I, p. 433.

136 Démosthène XVIII 296, avec le commentaire de H. Wankel (n. 134), p. 1247‑1258. Comparer la liste de noms, plus courte, dans le discours d’Hypéride Contre Diôndas (prononcé en 334) : L. Horváth, Der ‘Neue Hypereides’ (2014), p. 78, [21] 173r 31‑175r 2.

137 IG II2 336 (M. J. Osborne, Naturalization in Athens, I [1981], D 23, avec le commentaire ibid., II [1982], p. 90‑94, et C. J. Schwenk, Athens in the Age of Alexander [1985], 31). Le document vient d’être réédité par S. D. Lambert, avec des restitutions très prudentes, dans IG II3 333 (cf. id., Inscribed Athenian Laws and Decrees 352/1-322/1 BC: Epigraphical Essays [2012], p. 103, n. 21). Comparer IGII2 237 (IG II3 316). L’objet de la demande adressée par Archippos aux Athéniens dans le décret II (III chez Osborne) reste obscur. La stèle était surmontée d’un relief, dont ne subsiste que la partie inférieure gauche. C. L. Lawton, Attic Document Reliefs (1995), p. 45 et 101‑102, no 41 (pl. 21), y reconnaît, d’après des parallèles athéniens, Héra (à gauche) et Zeus (assis au centre, tourné vers la gauche), une troisième figure (Athéna ?) ayant disparu plus loin à droite. On ne voit cependant guère comment Zeus et Héra peuvent incarner la cité de Thasos. Lawton invoque les reliefs de la Porte de Zeus et Héra (Guide2 74), qui sont postérieurs d’une trentaine d’années : le parallèle ne semble guère pertinent.

138 Néapolis connut peut‑être une même vague d’exils, mais les indices sont fragiles (cf. supra n. 130). Le décret IG II2 435 montre qu’Athènes accueillit à une date indéterminée (ca 345‑320) des exilés privés de leur patrie, dans lesquels A. Wilhelm, « Attische Urkunden VI, 19 », dans id., Kleine Schriften III, Schriften aus Adolf Wilhelms Nachlass (2006), p. 194‑198, a proposé de reconnaître des Néapolitains ([Νεα]πολ⟨ι⟩τῶν). La date est incertaine (346 ou 338 ?) et l’origine des exilés n’est pas assurée, car les compléments de Wilhelm ont été remis en cause par S. D. Lambert, ZPE 161 (2007), p. 82 (voir la réédition dans IG II3 404).

139 Les volumes parus du LGPN n’en recensent, sauf erreur, que dix occurrences, dont trois à Athènes.

140 GLTh. 10/VI/(20) : IG XII 8, 291 A, l. 2 (± 242 [?]).

141 Garlan, Timbres anciens, no 853 (éponyme « au pilos », groupe G 2) et peut‑être no 839 (éponyme Amphandros, groupe G 2)

142 Recherches I, 77. Pouilloux, ad loc., avait déjà fait le rapprochement avec « Ἀριστόλεως Μελίσσου, au iiie siècle avant J.‑C. ». Le nom Μέλισσος est assez courant, par exemple à Athènes et en Béotie, mais il n’est pas connu par ailleurs dans l’onomastique thasienne. R. Martin, BCH 68‑69 (1944‑1945), p. 158, avait relevé qu’une notice lexicographique du iie s. apr. J.‑C. (P. Oxy. XV, 1802, fr. 3 ii, s.v. « µέλισσαι ») rapporte une légende selon laquelle Melissos, roi légendaire de Paros, aurait reçu chez lui Déméter (cf. Fr. Salviat, BCH 82 [1958], p. 249). La déesse aurait offert aux soixante filles du roi le métier à tisser de Perséphone et leur aurait enseigné les mystères, « d’où vient que les femmes célébrant les Thesmophories furent depuis lors nommées µέλισσαι ». Le culte de Déméter joue un rôle fondamental, comme on sait, dans l’histoire de la fondation de Thasos par les colons pariens (Pausanias X 28, 3 ; cf. Cl. Rolley, « Encore les ἀφιδρύµατα : sur la fondation de Marseille, de Thasos et de Rome », AION Arch., n.s. 4 [1997], p. 35‑43). Il fait peu de doute que le mythe des « abeilles » était connu aussi bien dans la métropole que dans la colonie. L’anthroponyme Μέλισσος devait donc avoir pour les Thasiens cultivés une résonance particulière.

143 Voir Y. Grandjean, Le rempart de Thasos, ÉtThas 22 (2011), p. 289‑298 et p. 446‑478 ; id., « Où siégeaient les polémarques thasiens ? », REG 127 (2014), p. 187‑193.

144 B. Holtzmann, BCH 100 (1976), p. 792, et AD 30 (1975), Chron., p. 292 (terrain Psatheri). Je remercie vivement B. Holtzmann de m’avoir confié la publication de cette inscription.

145 La hauteur décroît légèrement de l’arrière (13,8 cm) vers l’avant (12,5 cm).

146 Fr. Salviat, BCH 96 (1972), p. 364‑373, avec la fig. 1, repris dans CITh III, 41. La gravure est beaucoup plus soignée et régulière que sur l’autel de Philippe. La forme des lettres est dans l’ensemble comparable, sauf pour le rhô, qui a une boucle plus grosse, et l’ômega en arche de pont, qui est ouvert à la base.

147 Les inscriptions thasiennes bien situées vers 200 av. J.‑C. ne sont certes pas nombreuses. On comparera, dans la colonne 12 de la Grande Liste des théores, le style de gravure de l’assise III, datée vers 190 : Recherches I, 37 B (pl. XXIV, 1). Voir également le décret pour des juges thasiens publié par Y. Grandjean, dans Thasiaca, p. 386‑391, no 1 (SEG XXIX 769 ; CITh III, 117), avec la fig. 1. Tout autant que la forme des lettres, c’est le style de la présente inscription, considéré dans son ensemble, qui me conduit à écarter une date dans l’époque hellénistique avancée.

148 M. B. Hatzopoulos, Bull. 2002, 284. B. Holtzmann (n. 144), avait déjà explicitement attribué l’inscription à Philippe II.

149 Recherches II, 405, avec la bonne photographie de la pl. LIII, 2 (face A uniquement).

150 J’ai été tenté de faire un rapprochement typologique avec Recherches I, 152, un dé de marbre de dimensions très comparables, mais brisé en haut (le lit d’attente est perdu). Il porte une inscription très médiocrement gravée, émanant probablement de la πόλις (et non d’un particulier dépourvu de patronyme, comme le pensait Pouilloux). L’inscription est datée d’un archonte dont le nom doit être Kleogenès (ἐπὶ Κλε⟨ο⟩γ̣ένου ἄρχοντος) et dans lequel il faut peut‑être reconnaître Kleogenès f. de Léôn (?), théore en 334 (cf. supra). Je ne prétends aucunement que ce document se rapporte lui aussi au culte de Philippe. Son interprétation pose des problèmes, que je préfère laisser ouverts.

151 Il est cependant difficile d’expliquer l’aspect irrégulier de cette face, verticale à gauche, légèrement oblique à droite, ainsi que la position de l’inscription, décentrée vers la droite : l’hypothèse est par conséquent incertaine.

152 M. B. Hatzopoulos, L. D. Loukopoulou, Morrylos, cité de la Crestonie, Μελετήµατα 7 (1989), p. 47, n. 5. Sur l’emploi du titre βασιλεύς dans des documents antérieurs à Alexandre, qu’ils émanent du roi lui‑même ou d’autres entités, il suffit de renvoyer à M. B. Hatzopoulos, « La lettre royale d’Olévéni », Chiron 25 (1995), p. 163‑185, part. p. 171‑175 (cf. Bull. 2005, 309).

153 Justin, Abrégé des Histoires philippiques XXIV 5, 9‑11.

154 M. Mari, « The Ruler Cult in Macedonia », Studi Ellenistici XX (2008), p. 219‑268, avec la liste des documents p. 267‑268, où les inscriptions thasiennes portent les nos 13 et 14 (cf. en part. n. 91 p. 260). Les nos 2, 3, 7, 8 et 10 proviennent de Philippes, Amphipolis, Bergè, Nikiti en Chalcidique, et Maronée. L’attribution des inscriptions de Thasos et de Maronée à Philippe II a été défendue à plusieurs reprises par M. B. Hatzopoulos (n. 152 et Bull. 1991, 277 ; 1996, 239 ; 2002, 284). Elle est contestée, en faveur d’une attribution à Philippe V, par Chr. Veligianni, Tekmeria 1 (1995), p. 191‑192, et mise en doute avec prudence par M. Mari, ibid., p. 257.

155 Voir en particulier le cas d’Amphipolis en 359 : Chr. Habicht, Gottmenschentum und griechische Städte2 (1970), p. 12‑13 ; M. Mari (supra), p. 240.

156 Sur les cultes de Philippe II en Macédoine et ailleurs en Grèce, voir E. A. Fredricksmeyer, « Divine Honors for Philip II », TAPhA 109 (1979), p. 39‑61, et K. Buraselis, ThesCRA II (2004), p. 165‑167 (avec les sources).

157 Plutarque, Moralia 210 c‑d (Apophthegmes laconiens, Agésilas, 25) : πάλιν δὲ τῶν Θασίων διὰ τὸ δοκεῖν µεγάλως ὐπ᾿ αὐτοῦ εὐεργετεῖσθαι ναοῖς αὐτὸν καὶ ἀποθεώσεσιν τιµησάντων καὶ πρεσβείαν περὶ τούτου ἀποστείλαντων, ἀναγνοὺς τὰς τιµὰς, ἃς αὐτῷ προσήνεγκαν οἱ πρέσβεις, ἠρώτησεν εἰ ἡ πατρὶς αὐτῶν ἀποθεοῦν ἀνθρώπους ἔχει δύναµιν· φαµένων δέ, ‘ἄγετ’᾿ ἔφη ‘ποιήσατε πρώτους ἑαυτοὺς ⟨θεούς⟩· καὶ τοῦτ’ ἂν πράξητε, τότε πιστεύσω ὑµῖν ὅτι κἀµὲ δυνήσεσθε θεὸν ποιῆσαι’, « les Thasiens – eux encore – l’ayant honoré de temples et d’apothéoses, car ils jugeaient avoir reçu de grands bienfaits de sa part, et lui ayant envoyé à ce sujet une ambassade, (Agésilas) lut le décret honorifique que lui présentèrent les ambassadeurs et leur demanda si leur patrie avait le pouvoir de diviniser des hommes. Comme ils répondirent par l’affirmative, “eh bien”, dit‑il, “faites‑vous d’abord dieux vous‑mêmes, et si vous y parvenez, alors je vous croirai capables de me faire dieu moi aussi” ». L’authenticité de l’anecdote est mise en doute par Chr. Habicht (n. 155), p. 179‑184, mais défendue par M. A. Flower, « Agesilaus of Sparta and the Origins of the Ruler Cult », CQ 38 (1988), p. 123‑134, qui en attribue la source à Théopompe. Il est fort douteux, comme le souligne Flower, que les Thasiens aient érigé des « temples » à proprement parler, mais la consécration d’un autel est vraisemblable.

158 O. Picard, « Le retour des émigrés et le monnayage de Thasos (390) », CRAI 2000, p. 1057‑1084, part. 1076‑1078. Cette tradition thasienne est soulignée par M. Mari (n. 154), p. 245‑247. On ajoutera que les honneurs attribués aux « Braves » et assimilant ceux‑ci à des héros, participent de la même tradition : cf. J. Fournier, P. Hamon, BCH 131 (2007), p. 318‑321.

159 Voir les réflexions convaincantes de M. Mari (n. 154), p. 254. Comparer le cas des autels de Zeus Philippios érigés à Érésos par les partisans du roi après une première « libération » (en 336 ?), puis détruits par les tyrans : Chr. Habicht (n. 155), p. 15 (P. J. Rhodes, R. Osborne, Greek Historical Inscriptions. 404‑323 BC [2003], 83γ ii, l. 4‑5), avec les remarques de K. Buraselis, ThesCRA II (2004), p. 166.

160 Fr. Salviat, BCH 82 (1958), p. 195, l. 2 (SEG XVII 415 ; CITh III, 9) et commentaire p. 228‑232.

161 L. Robert, « Sur un décret d’Ilion et sur un papyrus concernant des cultes royaux », dans Essays in honor of C.B. Welles (1966), p. 175‑211 (OMS VII, p. 599‑635 ; Choix d’écrits [2007], p. 569‑601). Parmi les documents invoqués par Robert, signalons un passage de Justin sur l’entrée de Ptolémée Kéraunos à Cassandreia en 280 (Abrégé des Histoires philippiques XXIV 3, 4 : diem festum urbi in adventum eius indicit, domos, templa ceteraque omnia exornari iubet, arasque ubique hostiasque disponi) et le décret I. Magnesia 100 b, l. 38‑41 (ἄµεινον δὲ εἶναι καὶ τοῖς κεκτηµένοις οἰκίας ἢ ἐργαστήρια κατασκευάσασιν [κα]τὰ δύναµιν βωµοὺς πρὸ τῶν θυρῶν καὶ κονιάσασιν, ποιήσασιν δὲ [ἐ]πιγραφὴν ‘Ἀρτέµιδος Λευκοφρυηνῆς Νικηφόρου’). Sur la même question, voir S. Aneziri, « Étude préliminaire sur le culte privé des souverains hellénistiques : problèmes et méthode », dans V. Dasen, M. Piérart (éds), δί κα δηµοσί: les cadres « privés » et « publics » de la religion grecque antique, Kernos, suppl. 15 (2005), p. 219‑233.

162 L. Robert (supra), p. 191 (= 615).

163 On ne peut tout à fait exclure la possibilité que la dédicace émane de troupes d’occupation macédoniennes, dont nous n’avons cependant aucune trace par ailleurs. Je préfère considérer que les deux documents constituent les pièces d’un même dossier.

164 Sur cette question abondamment traitée, on peut se contenter de renvoyer à Chr. Habicht (n. 155), p. 3‑16 et 243‑245, et, plus récemment, à Fr. Muccioli, « Il culto del sovrano di epoca ellenistica e i suoi prodomi », dans G. A. Cecconi, G. Gabrielli (éds), Politiche religiose nel mondo antico e tardoantico (2011), p. 97‑132.

165 Démosthène, XVIII (Sur la Couronne), 43 (trad. G. Mathieu, CUF, retouchée).

166 Cf. M. Mari (n. 154), p. 250‑251 et p. 254‑256 ; F. Muccioli, Gli epiteti ufficiali dei re ellenistici (2013), p. 81‑94 et p. 159‑178. Parmi les exemples de l’épiclèse σωτήρ attribuée à des rois au début de l’époque hellénistique, on mentionnera un décret d’Aigai d’Éolide : H. Malay, M. Ricl, Ep. Anat. 43 (2010), p. 39‑60 (SEG XLIX 1406 A ; cf. Bull. 2010, 522). La cité, « libérée » par les Séleucides en 281, créa un culte en l’honneur de Σέλευκος καὶ Ἀντίοχος σωτῆρες et fit édifier un temple, deux statues et un autel (l. 11‑14 : ἱδρύσασθαι [δ]ὲ καὶ βωµὸν τοῦ ναοῦ κατεναντίον σωτή[ρ]ων ἐπιγεγραµµένον Σελεύκου καὶ Ἀντι[ό]χου ; cf. aussi l. 43).

167 Fr. Salviat, BCH 82 (1958), p. 248.

168 J’ai suggéré plus haut, avec circonspection, le rapport possible entre le culte de Philippe Sôtèr et la fête des Sôtèria. Il me semble périlleux d’établir un lien avec celui de la déesse Sôteira (vraisemblablement une Artémis), dont le sanctuaire est situé près de la Porte Maritime : voir R. Martin, BCH 68‑69 (1944‑1945), p. 147‑154 ; Fr. Salviat, BCH 82 (1958), p. 230‑232 ; Guide2, p. 58 ; Y. Grandjean, Le rempart de Thasos, ÉtThas 22 (2011), p. 571‑572. Deux dédicaces furent consacrées par des collèges de polémarques à la déesse vers le début du iiie s., dont l’une a été trouvée in situ, contre la Porte Maritime elle‑même : IG XII Suppl. 433 et Recherches II, 378 (CITh III, 80 et 81).

169 Cf. supra, n. 68.

170 On n’observe aucune perturbation dans la succession des triades de théores. La liste des archontes connaît en revanche des perturbations à deux reprises, mais dans des périodes éloignées de celle qui nous concerne : l’une entre 465 et 411 (cf. Fr. Salviat [n. 11]), l’autre à la charnière entre le ive et le iiie s. (Recherches I, 34, A‑B). Nous reviendrons en détail sur ces deux épisodes dans la publication définitive. Il n’est pas impossible qu’un accident du même type se soit produit dans les années 330‑320 av. J.‑C., mais rien ne l’indique dans l’état de nos connaissances : cette section de la liste des archontes (colonne 9) est gravement lacunaire. P. Brun, L’orateur Démade (2000), p. 61, n. 22, suggère en passant, d’après Démosthène XVIII 197 cité plus haut, que la politeia thasienne fut renversée en 338 et qu’Aristoleôs établit une tyrannie pro-macédonienne, mais le texte ne dit en fait rien de tel et l’hypothèse me paraît infondée.

171 Le passage du système des timbres « anciens » à celui des timbres « récents » a été daté vers 335‑330 av. J.‑C. Il est fort délicat d’établir un lien quelconque entre cette réforme et les événements politiques : voir Y. Garlan, BCH 128‑129 (2004‑2005), p. 315, et M. Debidour (n. 74). La date de la réforme continue du reste de faire l’objet de débats et est susceptible d’ajustements : cf. Ch. Tzochev, « Notes on the Thasian amphora stamps chronology », Archaeologia Bulgarica 13 (2009), p. 55‑72, et id., « Markets, amphora trade and the wine industry: the case of Thasos », dans E. M. Harris, D. M. Lewis, M. Woolmer (éds), The Ancient Greek Economy: Markets, Households and City‑States (2016), p. 230‑253. – O. Picard, « Thasos et la Macédoine au ive et au iiie siècle », CRAI 1985, p. 761‑776, part. 765‑766, souligne par ailleurs que la victoire des Macédoniens n’eut presque aucune incidence sur la frappe monétaire thasienne, qui se poursuivit sans changement pendant les vingt ou trente années suivant Chéronée, aussi bien pour l’argent que pour le bronze. Le seul changement notable est la fin de la frappe des tétradrachmes thasiens, signe du renoncement de la cité « à une grande politique militaire ». Voir id., BCH 113 (1989), p. 474.

172 A. Rehm, Milet I 3 (Das Delphinion), 122 (avec P. J. Rhodes, « Milesian “Stephanephoroi”: Applying Cavaignac Correctly », ZPE 156 [2006], p. 116). Sur les événements, cf. Chr. Habicht, Gottmenschentum2 (1970), p. 23‑25, et K. Nawotka, « Miletus and Alexander the Great », dans E. Dąbrowa et al. (éds), Hortus Historiae [Mélanges J. Wolski] (2010), p. 143‑163 (qui ne retient pas la datation des stéphanéphores fixée par Cavaignac et Rhodes). – Les listes thasiennes s’insèrent dans le contexte intellectuel du ive s., où l’activité chronographique joue un grand rôle. La question mérite de plus amples développements, mais Fr. Salviat, dans Thasiaca, p. 127, a déjà fait des remarques à ce sujet et relevé la proximité chronologique entre les listes thasiennes et milésienne. Sur Hippias d’Élis et la compilation de la première liste des Olympioniques, voir P. Christesen, Olympic Victor Lists and Ancient Greek History (2007).

173 Sur Athènes à l’époque d’Alexandre, voir en particulier M. Faraguna, Atene nell’età di Alessandro (1992) et le livre plein de finesse de P. Brun, L’orateur Démade (2000). Sur le recours au passé, voir S. D. Lambert, « Connecting with the past in Lykourgan Athens: an epigraphical perspective », dans H.‑J. Gehrke et al. (éds), Intentional History: Spinning Time in Ancient Greece (2010), p. 225‑238, avec les références.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Petite Liste des archontes (sur marbre blanc), Recherches I, 29 B, l. 7‑12 (colonne 7 : collèges de 400 et de 399 av J.‑C.).
Crédits Cl. de Ph. Collet, EFA.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/339/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 485k
Titre Fig. 2 – Petite Liste des archontes (sur marbre blanc), schéma d’ensemble.
Légende Éch. 1⁄25.
Crédits P. Hamon et Fr. Salviat ; relevé et dessin, EFA, M. Wurch‑Koželj.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/339/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Titre Fig. 3 – Fragment de la Grande Liste des archontes (sur marbre gris), Recherches I, 50 (colonne 5 : collèges de ± 514 et ± 513 av. J.‑C.).
Crédits Cl. de Ph. Collet, EFA.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/339/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 259k
Titre Fig. 4 – Grande Liste des archontes (sur marbre gris), schéma d’ensemble des colonnes 1 à 9.
Légende Éch. 1⁄25.
Crédits P. Hamon et Fr. Salviat ; relevé et dessin EFA, M. Wurch‑Koželj.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/339/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 931k
Titre Fig. 5 – Bloc de la Petite Liste des théores (inv. 935), Recherches I, 27 B‑C (colonnes 5 et 6 : collèges de 409‑403 et de 372‑366 av. J.‑C.
Crédits Cl. de Ph. Collet, EFA.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/339/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 991k
Titre Fig. 6 – Petite Liste des théores (Recherches I, 27 A‑C) : hypothèse de reconstitution.
Légende Éch. 1⁄15.
Crédits P. Hamon ; relevé et dessin EFA, M. Wurch‑Koželj.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/339/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 999k
Titre Fig. 7 – Petite Liste des théores, colonne 6, détail (Recherches I, 27 C, l. 25‑38 [Musée de Thasos, inv. 935]).
Crédits Cl. de Ph. Collet, EFA.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/339/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 8 – Grande Liste des théores : colonnes 1 à 7, assises I à VIII.
Légende Éch. 1⁄25.
Crédits P. Hamon d’après Fr. Salviat, dans Thasiaca, p. 116, Fig. 6 ; retouches EFA, M. Wurch-Koželj.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/339/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 554k
Titre Fig. 9 – Conséquence sur la Petite Liste de l’hypothèse, formulée par A. J. Graham (The Ancient World 5 [1982], p. 107), d’un système à sept assises dans la Grande Liste
Légende Éch. 1⁄20.
Crédits Relevé et dessin EFA, M. Wurch-Koželj.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/339/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 662k
Titre Fig. 10 – Bloc fragmentaire, Musée de Thasos, inv. 2370 (BCH 91 [1967], p. 578, no 25).
Crédits Cl. de Ph. Collet, EFA.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/339/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Titre Fig. 11 – Grande Liste des théores : colonnes 5 à 9, assises I à IV.
Légende Deux hypothèses ; les flèches indiquent la place approximative des joints verticaux, d’après les trous de levier.
Crédits D’après Fr. Salviat, BCH 107 [1983], p. 182, Fig. 1.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/339/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 571k
Titre Fig. 12 – Comparaison des quatre listes thasiennes.
Légende Éch. 1⁄40.
Crédits Dessin EFA, M. Wurch-Koželj.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/339/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 844k
Titre Fig. 13 – Musée de Thasos, inv. 588+583 (Recherches I, 36 A, B et C)
Crédits Cl. Archives EFA.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/339/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 877k
Titre Fig. 14 – Musée de Thasos, inv. 271 (IG XII 8, 278 D et E), à l’assise VII, et inv. 588+583 (Recherches I, 36 A, B et C), à l’assise VIII.
Crédits Cl. de Ph. Collet, EFA.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/339/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 927k
Titre Fig. 15 – Bail du Jardin d’Héraclès (IG XII Suppl. 353) ; détail des l. 1‑3.
Crédits Cl. de Ph. Collet, EFA.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/339/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 274k
Titre Fig. 16 – Grande Liste des théores (IG XII 8, 278 E, l. 66‑72) ; années 332‑330 av. J.‑C. [détail].
Crédits Cl. de Ph. Collet, EFA.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/339/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 646k
Titre Fig. 17 – Épitaphe de Mikè, fille de Melissos : Recherches I, 77.
Crédits Cl. de Ph. Collet, EFA.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/339/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 788k
Titre Fig. 18 – Autel du roi Philippe, Musée de Thasos, inv. 3761.
Légende Phot. inédite.
Crédits Cl. de Ph. Collet, EFA.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/339/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 562k
Titre Fig. 19 – Dédicace au roi Philippe Sauveur : Recherches II, 405, A et B.
Légende Phot. inédites.
Crédits Cl. de Ph. Collet, EFA.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/339/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrice Hamon, « Études d’épigraphie thasienne, IV »Bulletin de correspondance hellénique, 139-140.1 | 2016, 67-125.

Référence électronique

Patrice Hamon, « Études d’épigraphie thasienne, IV »Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 139-140.1 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 19 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/bch/339 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bch.339

Haut de page

Auteur

Patrice Hamon

Université de Rouen.

Articles du même auteur

  • Magistrats, patients, défunts : en relisant les noms thasiens
    Μελέτες θασιακής επιγραφικής, VII. Αξιωµατούχοι, ασθενείς, αποθανόντες: ξαναδιαβάζοντας τα θασιακά ονόµατα.
    Studies in Thasian epigraphy, VII. Magistrates, the sick and the dead: on rereading Thasian names.
    Paru dans Bulletin de correspondance hellénique, 143.1 | 2019
  • Μελέτες θασιακής επιγραφικής, VI. Δύο νέοι λίθοι του Μεγάλου Καταλόγου των θεωρών
    Studies in Thasian inscriptions, VI. Two new blocks of the Grand List of Theoroi
    Paru dans Bulletin de correspondance hellénique, 142.1 | 2018
  • Théores et archontes thasiens de l’époque hellénistique et impériale : du simple au double
    Paru dans Bulletin de correspondance hellénique, 141.1 | 2017
Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search