Navigation – Plan du site

AccueilNuméros139-140.1Dédicaces d’affranchis à Larissa ...

Dédicaces d’affranchis à Larissa (Thessalie)

Athanasios Tziafalias et Laurence Darmezin
p. 127-210

Résumés

Les inscriptions présentées dans cet article proviennent du second théâtre de Larissa qui a été construit au ier s. av. J.‑C. avec des blocs de remploi provenant d’un bâtiment arrondi, appartenant à un sanctuaire. Certains de ces blocs portent des dédicaces faites par des affranchis à une divinité qui n’est jamais nommée ; la nature de l’objet consacré n’est jamais précisée (peut‑être s’agit‑il de la pierre elle‑même ?). Ces inscriptions, qui datent de la fin du iiie s.-début du iie s. av. J.‑C, sont toutes en dialecte thessalien. Les noms des affranchis sont généralement accompagnés d’un adjectif patronymique, toujours différent du nom de leur manumissor, dont on ne peut dire s’il correspond au nom de leur père ou à celui de leur ancien maître. Certains des affranchissements mentionnés dans ces dédicaces apparaissent comme consécutifs à un héritage et il se pourrait que ce soit le cas de l’ensemble de ces inscriptions. Ces dédicaces constituent vraisemblablement une première forme de la taxe d’affranchissement.

Haut de page

Plan

Haut de page

Notes de l’auteur

Nous tenons à remercier chaleureusement MM. L. Dubois et D. Mulliez d’avoir bien voulu relire ce manuscrit et nous faire bénéficier de leurs corrections, dont nous espérons avoir tiré le meilleur profit. Bien entendu, toute erreur encore existante n’est que de notre fait.

Texte intégral

Données archéologiques

Théâtre

  • 1 Voir A. Tziafalias, « Αρχαιολογικές έρευνες στη Λάρισα », dans Πρακτικ του Αιστορικο-αρχαιολογ (...)
  • 2 Voir Th. Palioungas, Η Λρισα κατ την Τουρκοκρατα (1423‑1881), tome I (2002), p. 305‑312 et p. 3 (...)
  • 3 Voir P. C. Rosseto, G. Pisani Sartorio (éds), Teatri greci e romani alle origini del linguaggio ra (...)

1Découvert dans les années 1970, le second théâtre de Larissa, situé à l’angle des rues Tagmatarchou Velissariou et Ergatikis Prôtomayias, sur la rive Sud du Pénée et tout près du principal pont de Larissa (Gr. Lambraki), à environ 200 m à l’Ouest du premier théâtre, a été fouillé au milieu des années 1980 et restauré à la fin de ces mêmes années1. Il était adossé au versant Sud‑Est d’une colline appelée, à l’époque moderne, Pefkakia (Πευκάκια), dont le sommet fut occupé à l’époque byzantine par une église dédiée, selon les sources, à Ayia Sophia ou Ayia Paraskevi, puis par une mosquée, la mosquée d’Hassan Bey (Τζαµί του Χασάν Μπέη), construite au début du xvie s. et détruite au début du xxe s.2. Cette colline a été aplanie à la fin des années 1960 pour permettre la construction d’immeubles modernes, ce qui a totalement bouleversé l’aspect de ce quartier, mais a aussi vraisemblablement permis de découvrir le théâtre peu de temps après. L’existence de deux théâtres à Larissa n’est pas extraordinaire et on en connaît d’autres exemples en Grèce, à Argos ou Épidaure ainsi qu’à Ambracie et Cassopé, en Épire3. On ne peut cependant pas expliquer pourquoi la cité de Larissa, déjà dotée d’un théâtre depuis le iiie s. av. J.‑C., a eu besoin d’un deuxième bâtiment de ce type au ier s. av. J.‑C. Le premier théâtre a‑t‑il subi des dommages qui en empêchaient l’usage ? Les données de fouilles ne permettent pas de l’établir. A‑t‑on développé à cette époque des activités auxquelles le premier théâtre n’était pas adapté ? On ne saurait le dire…

2Le second théâtre a une forme de fer à cheval, est orienté au Sud‑Est et est composé d’un bâtiment de scène à trois pièces, d’une orchestra de 29,70 m de diamètre et d’un koilon à treize kerkides de deux rangées de sièges en marbre, séparées par quatorze escaliers (pl. Ia‑b). Ces deux rangées de sièges correspondent vraisemblablement à la réalité antique : il n’y en a pas eu davantage et il y a tout lieu de penser que le reste de la pente était occupé par des sièges en bois. Au Sud, le théâtre était fermé par un mur de soutènement pour retenir la terrasse creusée dans la pente de la colline. La scène, le mur de soutènement et l’orchestra datent de la première moitié du ier s. av. J.‑C., tandis que le koilon n’a été aménagé qu’à la fin de ce même siècle. L’essentiel du théâtre (parodos, bâtiments de scène et mur de soutènement) a pu être dégagé, sauf à l’Est où une partie de la parodos et du mur de soutènement demeure enfouie.

3Le koilon a été construit à la fin du ier s. av. J.‑C. avec des blocs provenant manifestement d’un bâtiment précédent : nombre d’entre eux portent en effet des inscriptions qui ont été coupées lorsqu’il a fallu adapter la forme et les dimensions de ces blocs à la construc­tion du théâtre. Cependant, l’élément le plus notable est que ces blocs étaient eux‑mêmes incurvés et que leur courbure a été utilisée telle quelle pour constituer les sièges du théâtre. Ils n’ont été retaillés que sur leur face antérieure par creusement d’un cavet en laissant un bandeau, ou front de siège, ce qui a eu pour résultat de ne conserver sur ces fronts que la première ligne des inscriptions disparues avec l’évidement (nos 15, 27, 30 et 49 à 52). D’autres blocs ont été retaillés à gauche ou à droite pour former des marches d’escalier, mais les blocs de la parodos occidentale semblent à peu près entiers et présentent eux aussi une courbure, que les constructeurs du théâtre ont tenté de corriger, mais sans les retailler. Il est à noter que lors des constructions d’immeubles des années 1960, plusieurs blocs de sièges et d’escaliers avaient été extraits de leur emplacement et jetés dans un secteur utilisé pour le dépôt de gravats, au lieu‑dit Kioski, à l’Ouest de Larissa. Ces blocs ont toutefois pu être récupérés par l’Éphorie, ce qui a permis de les restaurer à leur place, à l’exception d’une quinzaine d’entre eux qui n’ont pu être retrouvés. À leur emplacement, dans les kerkides IV et V et les escaliers correspondants, des blocs ont été reconstitués en matériaux modernes.

  • 4 Sur les 52 blocs inscrits connus, 29 ont ainsi été réenfouis. On trouvera à la fin de cet article (...)

4Après les fouilles, l’Éphorie de Larissa a procédé à l’anastylose du théâtre, qui est aujourd’hui utilisé pour certaines manifestations culturelles, ce qui a eu pour effet le réenfouissement de plusieurs blocs, en particulier ceux qui servent maintenant de repose‑pieds au premier rang de sièges4.

5À l’exception des fronts de sièges évoqués ci‑dessus, qui ne portent au mieux qu’une ligne d’inscription, les blocs inscrits se présentent sous deux formes :

  • des blocs d’environ 1,30 m à 1,60 m de long sur une trentaine de centimètres de hauteur, dont la face antérieure est polie ; l’inscription est gravée sur une zone un peu plus finement polie, sur deux à six lignes, dans la moitié supérieure de la face, avec des marges importantes à droite et à gauche. C’est ce qu’on peut observer sur les blocs de la parodos Ouest ainsi que sur les blocs retaillés pour servir de marches d’escaliers, mais, dans ce dernier cas, il ne subsiste de l’inscription que la moitié droite (nos 40, 43 à 45) ou gauche (nos 3, 20, 28, 34, 38) ;
  • des blocs de dimensions analogues, mais dont la face antérieure est dégrossie à la grosse pointe, à l’exception d’une zone polie rectangulaire, un cartouche, où est gravée l’inscription. La dimension de ces cartouches varie selon l’importance de l’inscription qui peut compter de trois à sept lignes (20 à 40 cm × 9 à 18 cm), et ils occupent la moitié supérieure de la face avec de grandes marges de chaque côté, comme sur les blocs précédents. Un seul de ces blocs est encore visible (no 40), les seize autres ont été réensevelis lors de l’anastylose du théâtre et font office de repose‑pieds devant le premier rang de gradins.

Bâtiment précédent

6Les inscriptions que portent ces blocs sont des dédicaces, datables de la fin du iiie ou du début du iie s. av. J.‑C., faites par des affranchis à une divinité dont le nom n’est jamais précisé (voir ci‑dessous § II.3). On ignore à quel type de bâtiment ces pierres, qui ne sont pas toutes inscrites, appartenaient. Dans l’état actuel de nos connaissances, tout ce qu’on peut établir est que ce bâtiment était un sanctuaire (peut‑être en lien avec le gymnase, voir le commentaire du no 6), qu’il était arrondi et qu’il était en usage à la fin du iiie s. av. J.‑C. On peut supposer qu’il se trouvait à l’emplacement du théâtre ou aux alentours (peut‑être au sommet de la colline qui sera plus tard occupé par une église, puis par la mosquée Hassan Bey), mais rien ne permet de l’affirmer : ce sanctuaire pouvait être installé ailleurs dans Larissa et les pierres ont pu être transportées lors de son démantèlement pour la construction du théâtre.

  • 5 Voir IG IX 2, 623 (ier s. av. J.‑C.) (GHW4153), et 904 (iieiiie s. apr. J.‑C.) (GHW1302) et A. S. (...)
  • 6 Voir E. Santin, Autori di epigrammi sepolcrali greci su pietra. Firme di poeti occasionali e profe (...)
  • 7 Voir A. S. Arvanitopoulos, AEph 1910, col. 377‑378, no 24 (non datée) (GHW4281) : Δήµητρι καὶ Κόρῃ (...)

7Les trouvailles épigraphiques faites dans ce secteur ne nous sont d’aucun secours puisque, sur les cinq inscriptions trouvées aux environs de la mosquée Hassan Bey, quatre sont de nature funéraire et toutes sont largement postérieures au iiie s. av.  J.‑C. : trois épitaphes5 et une épigramme6, à peu près toutes d’époque impériale, proviennent à l’évidence d’une nécropole de Larissa, c’est‑à‑dire hors les murs de la cité, alors que la colline occupée par le théâtre se trouvait à l’intérieur du rempart Nord, lequel longeait la rive Sud du Pénée. Ces quatre inscriptions ont vraisemblablement été remployées lors de la construction de l’église byzantine ou de la mosquée. La cinquième inscription est une dédicace à la triade chthonienne (Déméter, Korè et Despotès, autre nom d’Hadès-Ploutôn)7, et a permis d’émettre l’hypothèse que l’emplacement du théâtre avait pu être précédemment occupé par un Thesmophorion. Mais cette dédicace est largement postérieure à la construction du théâtre : le nom de la dédicante, Longeina, un nom romain qui n’est pas attesté en Thessalie avant l’époque impériale, tout comme l’écriture ne peuvent convenir à une inscription du iiie s. av. J.‑C. De plus, les dédicaces exposées dans ce bâtiment étaient destinées à être vues de tous, ce qui est incompatible avec un culte à mystères.

  • 8 Tholos d’un diamètre de 20,22 m, construite au début du iiie s. av. J.‑C. et consacrée aux Megaloi (...)
  • 9 Tholos d’un diamètre de 21,74 m, construite au milieu du ive s. av. J.‑C. Voir J. W. Riethmüller, (...)
  • 10 Voir S. Freifrau von Thüngen, Die frei stehende griechische Exedra (1994).
  • 11 Voir J.‑Ch. Moretti, M. Fincker, V. Chankowski, « Les cercles de Sôkratès : un édifice commercial (...)
  • 12 Voir J. R. McCredie, Hesperia 37 (1968), p. 216‑221.
  • 13 Voir Ch. I. Makaronas, AD 19 (1964), p. 340‑344 et pl. 398‑403 et AD 20 (1965), p. 414‑416 et pl.  (...)
  • 14 Fl. Seiler, Die griechische Tholos (1986), p. 129‑135.
  • 15 Th. Hadzisteliou-Price, AJA 77 (1973), p. 66‑71.

8La question de la nature de ce bâtiment antérieur reste donc posée. Dans la mesure où la courbure des blocs n’a pas été retaillée, on peut penser que son diamètre devait être sensiblement le même que celui de l’orchestra (soit près de 30 m). Était‑ce une tholos ? Il existe quelques tholoi d’un diamètre relativement proche (environ 20 m) à Samothrace8 ou à Épidaure9, mais ce type de monument était généralement fermé et sans fenêtres, ce qui ne peut convenir à un lieu où l’on devait pouvoir lire les inscriptions exposées. Peut‑être était‑ce une exèdre ? Mais on ne connaît, pour l’instant, aucun monument de ce type avec de telles dimensions10. Cependant, quelques monuments ronds et non couverts sont connus : on peut penser, par exemple, aux kykloi de Délos11, où deux murs concentriques, datés de la fin du iie ou du début du ier s. av. J.‑C., délimitaient deux espaces, l’un annulaire, d’environ 4 m de large, et l’autre circulaire, une aire centrale de 9,60 m de diamètre. Dans ce cas, la fonction du bâtiment est claire : il s’agit d’un équipement commercial pour les ventes aux enchères de divers produits, comme les poissons ou les esclaves. De même, à Samothrace, on a découvert un bâtiment rond dont la faible épaisseur des murs démontre qu’il n’avait pas de toit, mais dont la fonction demeure inconnue12 ; toutefois, son diamètre (9 m) est trop petit pour être comparé à ce qui devait exister à Larissa. Un monument, découvert à Pella en Macédoine13, pourrait constituer un parallèle intéressant : il s’agit d’un péristyle rond entourant une cour intérieure, d’un diamètre de 30,50 m, flanqué de trois petites tholoi à l’extérieur et construit à la fin du ive ou au début du iiie s. av. J.‑C. Sa fonction n’a pas été établie avec certitude : bâtiment cultuel ou public ? Fl. Seiler y verrait plutôt un bâtiment public ou un local pour une association cultuelle, où les tholoi feraient office de salles de banquet14. Mais Th. Hadzisteliou-Price fait une hypothèse intéressante en rapprochant cette « tholos énigmatique » et le culte d’Héraklès, dont quelques dédicaces attestent l’existence à Pella et dont l’importance en Macédoine n’est plus à démontrer15. Ce rapprochement est d’autant plus tentant que l’on connaît, en Macédoine, plusieurs cas de dédicaces d’affranchis à Héraklès, parfois qualifié de Kynagidas (voir ci‑dessous § II.3).

Inscriptions

9Sur les 52 inscriptions rassemblées ici, seules vingt‑huit sont complètes, treize sont partielles, dont neuf retaillées verticalement de sorte qu’il ne subsiste que la partie gauche ou droite (nos 3, 13, 20, 28, 34, 38, 40, 43 et 44) et quatre retaillées horizontalement ce qui a fait disparaître la première ligne (nos 24, 39, 41 et 42) ; les onze inscriptions restantes sont très fragmentaires (nos 15, 27, 30 et 45 à 52).

  • 16 On en connaît des exemples à Oiniadai, en Acarnanie, où, à la fin du iiie s. ou au début du iie s. (...)

10Ces inscriptions se présentent comme des dédicaces à une divinité dont le nom n’est jamais précisé, faites par des affranchis après leur affranchissement. Comme l’objet de la consécration n’est jamais indiqué lui non plus, on peut supposer que c’était la pierre elle‑même qui constituait l’offrande (voir § II.3). Le fait qu’il n’y ait jamais plus d’une inscription par pierre et que ces inscriptions soient en quelque sorte « mises en page », avec beaucoup de surface non exploitée, va dans le même sens. Il faut souligner que ces inscriptions sont sans lien avec le théâtre : bien qu’on connaisse plusieurs exemples de gravure d’affranchissements ou de dédicaces d’affranchis sur des sièges de théâtre16, à Larissa les dédicaces sont gravées sur des blocs remployés pour construire le théâtre et les inscriptions elles‑mêmes n’ont absolument pas été prises en compte.

Éléments de datation et remarques sur l’écriture

11Quelques recoupements prosopographiques permettent de dater ces inscriptions de la fin du iiie ou du début du iie s. av. J.‑C., sans plus de précision ; même en cas de recoupement prosopographique précis, comme dans les nos 25 et 29 où les manumissores (Μνασίας Πουτάλειος et Νυµείνιος Μνασίαιος) apparaissent comme tages dans les lettres de Philippe V (IG IX 2, 517), datées de 217/6 et 215/4 av. J.‑C., nous n’avons aucun moyen de savoir si la dédicace et l’affranchissement ont eu lieu avant ou après cette date. Il en va de même avec les nos 6 et 42, dont le manumissor Προυτόµαχος Λακούνειος est mentionné comme tage dans une inscription datée de 220‑200, ou avec le no 11, dont le manumissor Ἀριστοκλέας Ἀριστιούνειος est également attesté dans une inscription de 192‑186.

12En l’absence d’éléments de datation interne, nous avons donc opté pour un classement alphabétique (français) de ces inscriptions, selon les noms des affranchis.

13On aurait pu penser que, dans un ensemble aussi circonscrit dans le temps et dans l’espace, il aurait été facile de reconnaître des mains de graveurs, mais il n’en est rien. Nous n’avons, en effet, pu observer de rares similitudes que dans quatre groupes de deux inscriptions, et encore ne s’agit‑il, dans la plupart des cas, que d’impressions d’ensemble, parfois appuyées sur quelque détail :

  • les nos 2 et 4, qui présentent une très belle graphie, très soignée et profondément gravée ;
  • les nos 8 et 21, avec une gravure fine et un peu heurtée, mais aussi avec des différences notables sur certaines lettres, comme l’upsilon, très spécifique dans le no 8, mais pas dans le no 21 ;
  • les nos 23 et 37, qui présentent le même aspect peu esthétique, avec une gravure épaisse et très profonde, ainsi que l’emploi de certaines lettres presque cursives, comme l’upsilon de la ligne 3 du no 23 et le mu de la ligne 4 du no 37 ;
  • les nos 3 et 20 enfin, avec leurs lettres un peu « dégingandées », plutôt grêles bien qu’assez profondément gravées.
  • 17 Voir M. Guarducci, Epigrafia greca I (1967), p. 377.
  • 18 Pour la Magnésie, voir e.g. A. S. Arvanitopoulos, Θεσσαλικ Μνηµεα (1909), no 184 (GHW192) ; A. S (...)

14Peut‑être pourrait‑on aussi rapprocher les nos 13 et 31, où apparaissent des lettres longues (Η dans le no 13 et Ω dans le no 31), phénomène inhabituel dans des inscriptions dialectales. Indépendamment de ce trait commun, ces deux inscriptions présentent quelques ressemblances et pourraient émaner d’une même main. On remarque également un groupe de six inscriptions avec des sigma et des epsilon lunaires (nos 6, 28, 29, 34, 39 et 41) : ce phénomène, très répandu à l’époque impériale, apparaît dès le ive s. av. J.‑C., se développe au iiie s. et surtout au iie s. av. J.‑C.17. On en connaît d’autres exemples en Magnésie, à Démétrias, mais aussi à Delphes ou en Macédoine18, à la même époque qu’à Larissa. Dans ce groupe, les nos 6 et 41 pourraient être l’œuvre d’un même graveur (?).

Formulaires

15Toutes ces inscriptions sont rédigées en dialecte, le texte en est généralement très court et prend la forme d’un formulaire qu’on peut décomposer comme suit :

  • nom de l’affranchi(e) au nominatif suivi le plus souvent d’un adjectif patronymique ;
  • participe aoriste passif du verbe ἀπελευθερόω (ἀπελευθερουθείς / ‒θένσα) au nominatif ;
  • ἀπό (ou ἀπύ) suivi du nom du manumissor au génitif ;
  • aoriste du verbe ἀνατίθηµι (ὀνέθεικε).

16Ce formulaire‑type apparaît dans 20 des 35 inscriptions exploitables de ce point de vue. À partir de ce formulaire « de base », on observe quelques variantes :

  • dans quinze inscriptions, le verbe de dédicace n’est pas gravé ;
  • dans six inscriptions, le nom du manumissor (précédé de ἀπό/ἀπύ) est placé avant le participe ἀπελευθερουθείς (nos 5, 15, 18, 28, 39 et 41) ;
  • exceptionnellement, le nom de l’affranchi est employé seul, sans adjectif patronymique (nos 1, 11, 16 et 19) ;
  • dans deux cas, le nom de l’affranchi apparaît à l’accusatif, mais avec le participe au nominatif (nos 22 et 31) ;
  • deux inscriptions sont datées par la mention du mois, du jour et du gymnasiarque en exercice (nos 6 et 14) ;
  • dans deux cas, il est fait référence à une loi par la locution κατ’ τὸν νόµον (nos 41 et 43), placée avant ou après ὀνέθεικε ;
  • une inscription est hors formulaire et se présente comme un acte d’affranchissement avec l’expression ἄφεικε ἐλεύθερον (no 36).
  • 19 IG IX 2, 133. On trouve ce même type de formulaire, mais le plus souvent avec la préposition ὑπό à (...)

17C’est le même formulaire qui apparaît dans les listes de versement de la taxe d’affranchissement à partir de la deuxième moitié du iie s. av. J.‑C., à la différence près que le verbe de dédicace est alors remplacé par la mention du versement de la taxe au trésorier de la cité : e.g. Σώσυλλα Μητροδώρου ἀπελευθερωθεῖσα ἀπὸ Ἀπολλοφάνεος τοῦ Ἁρµοδίου ἔδωκε τῇ πόλει τὸ ἐκ τοῦ νόµου στατῆρας ΙΕ’ (Thèbes de Phthiotide, vers 80 av. J.‑C.)19.

Parallèles épigraphiques

  • 20 Voir N. Ceka, Iliria 1984/2, p. 78, nos 2 (Byllis) et 3 (Nikaia/Klos) (SEG 35, 1985, 679 et 696) ; (...)
  • 21 Voir M.‑Chr. Hellmann (éd.), Choix d’inscriptions architecturales grecques, TMO 30 (1999), nos 12, (...)

18Il est vraisemblable que les pierres elles‑mêmes aient constitué l’offrande des affranchis de Larissa. Un tel usage, inhabituel, évoque des actes d’affran­chissement illyriens, à Klos et à Byllis, où, au iiie ou iie s. av. J.‑C., il est question de « dépôt de pierres »20. Ainsi l’acte d’affranchissement d’un certain Chrèsimos, à Klos, se termine‑t‑il sur la mention suivante : καὶ ἔθηκε Χρήσιµος τοὺς λίθους κατὰ τὸν νόµον. Cette expression, très courante dans les inscriptions architecturales21, signifie « poser/mettre les pierres en place » et démontrerait l’existence, chez les Bylliones, d’une loi qui faisait obligation aux affranchis de participer aux constructions de la ville, à Klos comme à Byllis, et de s’acquitter ainsi de leur taxe d’affranchissement.

19Peut‑on supposer un usage similaire à Larissa ? On ne saurait le dire dans l’état actuel de nos connaissances, mais il faut noter qu’à une exception près (no 36), les documents de Larissa ne sont pas des actes d’affran­chissement à proprement parler, mais des dédicaces émanant d’affranchis dont l’affranchissement a eu lieu précédemment. Ces dédicaces étaient donc nécessairement exposées dans le sanctuaire concerné, dont un secteur pouvait être affecté à l’affichage des dédicaces d’affranchis : ainsi était assurée la publicité nécessaire pour attester que tel esclave était affranchi et avait rempli l’obligation prévue par la loi (cf. nos 41 et 43) pour valider son affranchissement.

  • 22 Voir IG II2, 1469A (inventaire des objets d’argent d’un sanctuaire, parmi lesquels des φιάλαι ἐξελ (...)
  • 23 Voir A. Magnelli, « Una nuova epigrafe gortinia in materia di manomissione », Dike 1 (1998), p. 95 (...)
  • 24 Voir M. B. Hatzopoulos, L. Gounaropoulou (éds), « Le règlement urbanistique de Kyrrhos (Macédoine) (...)
  • 25 Voir EKM 1, p. 91‑95, no 3 et p. 134‑135, nos 31‑33 (iieier s. av. J.‑C.) : e.g. (noms de onze es (...)
  • 26 Voir EAM, p. 111‑112, no 115 : … Εὔδικος Ταυρίωνο̣[ς] Βρυναῖος ἀφῆκεν ἐλευθέραν Μέλισαν εὐχὴν Ἡρακ (...)
  • 27 Voir EAM, p. 94‑95, no 96 : … Ἡρακλεῖ Ἡδονὴ Ἀµύντου ἐλευθερωθεῖσα εὐχαριστήριον.
  • 28 Voir EAM, p. 35‑36, no 20 (inscription trouvée à Velvendos en Élimée et datée des iieiiie s. apr. (...)
  • 29 Voir EAM, p. 45‑46, no 30 : Θευδᾶς Νεικ̣ά̣[νο]ρ̣ο̣[ς] ἀπελεύθ̣ερος Ἡρακλεῖ φιαλί[σ]κ̣ον ; cette in (...)

20Quoi qu’il en soit, ce contexte religieux évoque l’obligation pour les affranchis de dédier un objet, le plus souvent une phiale, à une divinité après leur affranchissement, obligation qui constitue de fait une forme de paiement d’une taxe d’affranchissement. On connaît le cas des phialai exeleutherikai22 à Athènes (fin du ive s. av. J.‑C.), mais des usages similaires sont également attestés en Crète, à Gortyne23, où, au milieu du iie s. av. J.‑C., les affranchis devaient consacrer une phiale à Héra Kydista pour s’acquitter de cette taxe. C’est néanmoins en Macédoine que l’on trouve les plus nombreuses attestations de cet usage, à Kyrrhos, où, comme à Larissa, l’objet consacré n’est pas précisé24, mais surtout à Béroia, où, au milieu du iiie s. av. J.‑C., une lettre royale préconise le remplacement des offrandes de phiales, que les affranchis consacraient à Héraklès, par des offrandes de kerata ou de skyphoi. Cette directive est d’ailleurs illustrée par trois consécrations de skyphoi à Héraklès Kynagidas par des affranchis de Béroia, au iie ou ier s. av. J.‑C., en des termes très proches des dédicaces de Larissa25. On observe en outre une certaine pérennité du lien entre Héraklès, ou Héraklès Kynagidas, et les affranchis à travers plusieurs inscriptions de Haute-Macédoine : ainsi voit‑on, à Petrai en Éordée, au milieu du ier s. av. J.‑C., un homme affranchir son esclave « en accomplissement d’un vœu à Héraklès Kynagidas26 » ; un peu plus tard, en 24/3 av. J.‑C., à Ryaki, toujours en Éordée, une affranchie remercie Héraklès par une offrande27. On retrouve ce même usage et ce même lien en Élimée, où, deux ou trois siècles plus tard, un affranchi fait une dédicace à Héraklès Kynagidas28, tandis que, dans une inscription non datée provenant d’Ayios Georgios en Tymphée, un affranchi consacre un phialiskos à Héraklès29.

21À Larissa, on ignore quel était l’objet consacré, mais, ainsi que nous l’avons déjà souligné, la disposition des textes sur les blocs permet de penser que la pierre elle‑même constituait l’offrande et que le prix payé par l’affranchi pour la pierre et pour la gravure de la dédicace représentait une première forme de taxe d’affranchissement qui, à partir du milieu du iie s. av. J.‑C., s’élèvera à 15 statères. Quant à la divinité concernée, les parallèles macédoniens conduisent à l’hypothèse qu’à Larissa, comme à Béroia, un sanctuaire d’Héraklès, peut‑être Kynagidas, accueillait les offrandes des affranchis. Bien attesté en Perrhébie, et bien sûr en Magnésie, le culte d’Héraklès n’est pour l’instant connu à Larissa que par une dédicace (IG IX 2, 580).

Onomastique

22Un commentaire onomastique plus détaillé accompagne chacune des inscriptions. Nous en présentons ici une récapitulation.

Hapax : Γνάθιππος (no 16), Εἵρεχος (no 15)

23Noms rares partout, dont certains apparaissent pour la première fois en Thessalie : Ἀµµίχα (pour Ἀµµίκα ? no 2), Ἀννία (no 4), Αὐτονόα (no 5), Γλαυκιάδας (no 33), Ἱππόλυτος (no 10), Καρίνα (no 35), Κελ[έ]ας (no 30), Κλεάδας (no 17), Κριτόφυλος (no 7), Μεννίδας (no 32), Πανάγαθος (no 31), Πελεία (no 8), Πιστογένεις (no 33), Ῥεῖσος (no 29), Τριτεύτας (no 2), Φάλαικος (no 22), Φύσις (no 27).

  • 30 J.‑L. García Ramón, « Thessalian Personal Names », dans Old and New Worlds in Greek Onomastics, Pr (...)

24Noms rares, attestés uniquement (ou surtout) en Thessalie : Ἀλκότας (no 5), Ἀµφίνοος (no 18), Ἀρναῖος (no 41), Εὐδέξιος (no 9), Θρασύδαος (no 41), Κόττυφος (no 20), Λυκόρµας (no 31), Μόλυκκος (no 14), Πούταλος (no 25). Rappelons qu’il ne faut pas considérer ces noms comme des noms thessaliens, comme l’a déjà souligné J.‑L. García Ramón : « A word attested in Thessaly may only be considered as specifically Thessalian under one of the following conditions: (1) when it is attested only in Thessalian, and, moreover, stands in contrast with other terms attested as their synonymous counterparts in Attic and/or in other dialects; (2) when it has in Thessaly a special meaning different from those attested for the same term in Attic30. »

25Noms rares en Thessalie, mais connus ailleurs : Δαµάσιππος (no 15), Δεινόστρατος (no 10), Εὔιππος (no 26), Νυµείνιος (no 29), Πλάτουρ (no 33), Πρόµαχος (no 22), Ῥόδα (no 30), Σόφων (no 31), Ταῦρος (no 36), Τεισαµενός (no 10).

26Formes rares, ou apparaissant pour la première fois, de noms dont d’autres formes sont bien connues : Ἀµµούνειος (no 1), Ἄστιππος (no 4), Δικαιΐδας (no 21), Δῖννις (no 13), Διοννυσογένεις (no 21), Εἰρείνα (no 9), Ἐπιγίνεις (no 36), Ἐράτουν (no 15), Ἑργασίουν (no 10), Κλεού (no 18), Μυλλῆς (no 13), Νικασού (no 23), Πανθειρίς (no 10), Περιγένεις (no 26), Πυθογένεις (no 14), Σουκλέας (no 14).

Affranchissements consécutifs à des héritages ?

27Dans huit de ces dédicaces, ce sont des groupes familiaux qui apparaissent comme manumissores. Le plus souvent, ils se composent de deux personnes : deux frères dans les nos 31 et 41, et vraisemblablement aussi dans le no 16 ; un homme et sa sœur dans le no 40 ; deux hommes à patronymes différents (père et fils ?) dans le no 44 ; on trouve aussi deux groupes de trois personnes : un père ou une mère et ses deux enfants (no 13) ainsi qu’un homme et ses deux sœurs mariées auxquels s’ajoutent, par la mention de leur consentement, les maris des deux sœurs (no 33). Le groupe le plus important se compose de quatre personnes, une femme et ses trois fils (no 10).

  • 31 Sauf, justement, en cas d’héritage (communio incidens), voir A. M. Babakos, Πρξεις κοινς διαθσε (...)

28L’inscription no 13 illustre très vraisemblablement un cas d’affranchissement d’un esclave hérité : le groupe de manumissores, composé d’un parent dont le nom manque et de ses deux enfants, a affranchi un esclave [κατ’ τὰν] βέλλεισιν d’une tierce personne, propriétaire de l’esclave et décédée. Le texte est malheureusement fragmentaire, ce qui empêche toute certitude, mais les exemples d’affranchissements effectués par des héritiers « conformément au testament » (κατά τήν διαθήκην) d’un propriétaire défunt sont suffisamment nombreux pour identifier ici une situation similaire (voir le commentaire du no 13). Cette explication convient sans doute aux sept autres cas d’affranchissements à manumissores multiples, même si l’un de ces groupes (no 33) pose quelques problèmes, en particulier sur l’apparente égalité d’un frère et de ses sœurs mariées devant l’héritage (voir le commentaire du no 33). Si cette situation n’était pas le résultat d’un héritage, on ne saurait comment expliquer cette « co‑propriété familiale », entre frères et sœurs en particulier, dont A. M. Babakos considérait, avec des arguments pas toujours très convaincants cependant, qu’elle n’existait pas en Thessalie31. De plus, à travers la situation du no 33, il faudrait supposer une cohabitation d’au moins trois foyers différents qui usaient conjointement de l’esclave affranchi. Une telle situation impliquerait que deux filles auraient continué d’habiter sous le toit de leur père, même après leur mariage, ce qui, à notre connaissance, ne paraît guère concevable. On ne peut toutefois exclure une autre hypothèse : des foyers différents, mais voisins, entre lesquels se partageait l’esclave, en fonction des travaux à faire... Quoi qu’il en soit, la question de la co‑propriété familiale reste posée, nous semble‑t‑il, et mériterait un réexamen à la lueur des nouvelles lectures et des nouveaux textes trouvés depuis la parution de l’ouvrage d’A. M. Babakos.

  • 32 Voir e.g. Br. Helly, Gonnoi II (1973), no 115 ou IG IX 2, 1282, l. 36‑41 (Pythion).

29Toutefois, il est indéniable qu’il existait un droit d’usage des esclaves, qui explique bien des situations d’affranchissements en commun : des groupes familiaux, généralement composés du couple parental et de ses enfants, utilisateurs des esclaves sans en être forcément propriétaires à proprement parler, participaient collectivement à leur affranchissement pour leur donner l’assurance qu’aucun d’entre eux ne remettrait plus tard leur statut d’affranchis en cause32. Cette procédure paraît tout à fait équivalente de l’affranchissement par le seul propriétaire avec le consentement des futurs héritiers, mais ne peut convenir au no 33. Il nous semble donc qu’on peut considérer ces affranchissements comme le résultat d’un héritage, d’autant que cette situation est quasi-certaine dans le no 13 et qu’elle éclaire les co‑affranchissements par des frères, ou des frères et sœurs, ou par le groupe du no 10 où nous reconnaissons une veuve et ses trois fils. On verra plus loin que l’ensemble des inscriptions de ce corpus pourrait refléter une même situation : des affranchissements consécutifs à l’héritage d’un esclave, ce qui pourrait expliquer, au moins partiellement, l’absence de concordance entre l’adjectif patronymique qui accompagne le nom des esclaves affranchis et celui de leur manumissor.

Assistance légale pour des femmes ?

  • 33 Voir A. M. Babakos (n. 31), p. 89‑91.

30Cette même inscription no 33 amène également à s’interroger sur l’assistance légale des femmes thessaliennes, dont on admet généralement qu’elle n’existait pas33. En effet, les époux des deux sœurs sont mentionnés dans ce qu’on pourrait considérer à première vue comme une clause d’eudokésis, par laquelle les usagers et héritiers de l’esclave donnent leur consentement à son affranchissement, selon une procédure fréquente. Or, le verbe utilisé pour exprimer ce consentement est un hapax (ἐπιλιάσαντος), glosé par les lexicographes comme synonyme d’ἐπιτρέπειν, le terme technique par lequel s’exprime généralement la notion de tutelle des mineurs. Il faut souligner que l’affirmation de la non-existence de la tutelle des femmes en Thessalie repose uniquement sur l’examen des actes d’affranchissement et sur le fait que les femmes procèdent seules à cet acte, sans mention explicite d’un kyrios pour le valider, ce qui n’apparaît pas comme un argument probant au regard du caractère abrégé des affranchissements gravés sur pierre. Sans prétendre traiter cette question ici, nous ne pouvons que remarquer que ce texte pourrait fournir un indice de l’existence de cette tutelle (voir le commentaire du no 33).

Le « nom au génitif » des esclaves

  • 34 Voir A. M. Babakos, BCH 86 (1962), p. 494‑503 ; M. Zachou-Kontogianni, La Thessalie. Quinze années (...)

31Dans les inscriptions étudiées ici, on note qu’à quatre exceptions près (nos 1, 11, 16 et 19), les esclaves affranchis s’identifient eux‑mêmes (ce sont eux qui font graver ces inscriptions et on peut supposer qu’ils en ont choisi les termes) avec un adjectif patronymique, selon un usage déjà bien connu en Thessalie. On observe également que cet adjectif patronymique ne coïncide jamais avec le nom du manumissor, ce qui pose, une fois de plus, les questions de la nature du lien ainsi exprimé et de l’identification de la personne ainsi nommée34.

  • 35 On connaît actuellement 1 712 déclarations d’affranchissement, qui sont réparties sur 264 pierres, (...)

32Dans les nombreuses attestations de cet usage qui apparaît, en Thessalie, dans envi­ron un tiers des déclarations d’affranchissement entre le milieu du iie s. et le début du ier s. apr. J.‑ C. – sous forme, comme ici, d’un adjectif patronymique dans les inscriptions dialectales ou d’un nom au génitif dans les inscriptions en koinè – on observe, en propor­tions à peu près égales, tantôt une concordance entre le nom au génitif de l’esclave et le nom du manumissor (dans 40 % des cas), tantôt une absence de concordance (dans 36 % des cas)35. Il faut y ajouter les quelques exemples, beaucoup plus rares, de concordance entre le nom au génitif de l’esclave et le patronyme du manumissor, qui n’apparaissent que dans 4 % des cas ; dans ce corpus, on n’en trouve qu’une attestation : le no 35, où Στρατονίκα Διοδουρεία est affranchie par Καρίνα Διοδουρεία.

  • 36 Voir P. Cabanes, F. Drini, Corpus des inscriptions grecques d’Illyrie méridionale et d’Épire, 2. I (...)
  • 37 SGDI 2084 (Mulliez, Thèse, no 110) ; SGDI 1803, l. 4‑8 (ibid., no 214) ; FD III.3, 8 (ibid., no 38 (...)
  • 38 FD III.3, 329 (Mulliez, Thèse, no 1115) ; FD III.3, 333 (ibid., no 1140) ; FD III.6, 39 (ibid., no(...)

33Bien que cet usage apparaisse essentiellement en Thessalie, il est également attesté ailleurs, en Épire, à Delphes et en Macédoine. Les listes d’affranchissements épirotes se présentent le plus souvent comme des énumérations de noms simples (sans patronymes), au nominatif pour les manumissores, et à l’accusatif pour les esclaves affranchis, mais on connaît deux cas où l’esclave est nommé avec un nom au génitif qui ne présente aucune concordance parmi les manumissores36. À Delphes, en revanche, on dispose dans certains cas d’un véritable dossier qui permet de suivre l’histoire d’un esclave affranchi : acte d’affranchissement par vente à Apollon avec clause de paramonè, puis libération de l’obligation de paramonè, et finalement acte d’affranchissement où l’affranchi est à son tour manumissor, et où l’on peut observer parfois que ces affranchis ont un « état‑civil » tout à fait semblable à celui d’un citoyen. On peut citer, à titre d’exemple, le cas de Δώρηµα Νίκωνος37, manumissor dans la première moitié du iie s. av. J.‑C., qui est en fait une ancienne esclave affranchie par Νίκων Θεοξένου et non pas une femme de condition libre, fille de Nikôn, comme on pourrait le comprendre au seul énoncé de son identité ; il en va de même pour Εἰσιὰς Κλεοµάντιος, affranchie à la fin du ier s. av. J.‑C. par Κλεόµαντις Δείνωνος, et manumissor au début du ier s. apr. J.‑C.38. Si nous ne connaissions pas les antécédents de ces deux femmes, ce nom au génitif serait compris comme un patronyme, sans plus de questions. Mais en l’occurrence, sachant que ces femmes sont des affranchies, on peut au moins s’interroger sur la nature de ce nom : patronyme ou génitif « d’appartenance » à un ancien maître, à comprendre comme « affranchie de » ? Si la plupart des documents dont nous disposons, et en particulier ceux de ce corpus, ne permettent pas de répondre à cette question, quelques‑uns apportent toutefois des précisions bienvenues et font apparaître différentes réalités.

  • 39 Voir n. 24 et 28.
  • 40 Voir n. 29.
  • 41 Voir n. 27.

34En Macédoine, les affranchissements et dédicaces d’affranchis évoqués plus haut (§ II.3) montrent qu’à Béroia les affranchis sont nommés sans nom au génitif, contrairement à ce qu’on observe à Kyrrhos, au iie s. av. J.‑C., et à Velvendos (Élimée), au iie ou iiie s. apr. J.‑C., où les affranchis portent le nom de leurs manumissores39. En revanche, l’affranchi tymphéen se présente comme « ἀπελεύθερος de Nikanôr40 », tandis qu’en Éordée, à la fin du ier s. av. J.‑C., Hédonè porte un nom au génitif (Ἀµύντου) qui peut correspondre aussi bien à celui de son manumissor qu’à celui de son père41.

Nom au génitif = patronyme

  • 42 Voir G. N. Pallis, N. D. Petrocheilos, Horos 22‑25 (2010‑2013), p. 327‑341.
  • 43 IG IX 2, 109B, l. 9‑11 et 25‑27 (stèle attribuée à Halos ; pour l’attribution à Thèbes de Phthioti (...)
  • 44 Voir Br. Helly, Phoenix 30 (1976), p. 156‑158 qui attribuait cette pierre à Thèbes de Phthiotide, (...)

35En Thessalie, on connaît au moins trois cas où le nom au génitif de l’esclave affranchi est à coup sûr le nom de son père. à Hypata (début du iie s. apr. J.‑C. ?)42, Εὔτυχος Χαρµύλου υἱός est affranchi par un certain Asklépiadès, nommé sans patronyme et également manumissor d’un autre fils de Charmylos quelques lignes plus bas. à Thèbes de Phthiotide (milieu du ier s. av. J.‑C.)43, une esclave du nom de Σωσιβία Ἀν[τιφ]άνεος est affranchie par Simadas fils de Xanthias, lequel a également affranchi, quelques lignes plus haut Ἀντιφάνης. On peut aussi citer le cas de ce manumissor de Démétrias (iie s. apr. J.‑C.) qui, par deux déclarations successives, affranchit toute sa famille, ses deux fils d’abord en leur accordant le droit de « porter le nom » (χρηµατίζειν) de son père, puis sa femme et sa fille44 : Ζώσιµος (Ζωσίµου) [ἠλευθέρω]σεν Ζώσιµον καὶ Λέωντα τὰ τέκνα αὐτοῦ, χρη[µατίζοντα δ]ὲ πατρὸς ἐµου· [...] ὁ αὐτὸς Ζώσιµος [ἠλευθέρω]σεν Διδύµην τὴν ἑαυτοῦ γυναῖκα καὶ τὸ ἐ[ξ αὐτῆς γεν]νηθὲν αὐτῷ κοράσιον Ἀντιόχην... On notera toutefois que dans deux cas sur trois, le lien de parenté est explicitement mentionné (υἱος à Hypata et τὰ τέκνα αὐτοῦ à Démétrias). Ces trois exemples montrent donc :

  • que la parenté servile pouvait être reconnue (Hypata), ce que nous savons depuis longtemps ;
  • qu’un maître pouvait fonder une famille avec une esclave, ce dont on ne doutait certes pas, mais plus étonnante est la reconnaissance officielle de cette famille, et plus particu­lièrement des deux fils par l’emploi du verbe χρηµατίζειν (Démétrias) ;
  • que le nom au génitif de l’esclave, employé seul, pouvait correspondre à un patronyme (Thèbes de Phthiotide).

Nom au génitif = « propriété/dépendant de »

  • 45 Cette inscription était attribuée à Phalanna dans les IG (IG IX 2, 1232), mais voir M. Zachou-Kont (...)

36Il existe au moins un cas où le nom au génitif de l’esclave affranchi exprime de façon certaine le lien de propriété entre l’esclave et le maître : à Larissa (deuxième quart du ier s. av. J.‑C.), un esclave nommé Παράµονος Νικοπόλεως est affranchi par Nikopolis fils d’Agathôn, et la taxe d’affranchissement est versée par le père de l’esclave, nommé lui aussi Παράµονος Νικοπόλεως45. Si on peut hésiter sur la nature du lien entre Paramonos père et Nikopolis, il est évident ici que le nom au génitif de Paramonos fils est celui de son maître et manumissor, Nikopolis fils d’Agathôn, et qu’il est à comprendre comme « propriété de », « dépendant de » ou « appartenant à ».

Nom au génitif = « affranchi de » ?

  • 46 Les exemples les plus nombreux proviennent de Larissa (IG IX 2, 851 à 868), mais on en connaît aus (...)

37Plusieurs inscriptions attestent que, lorsqu’ils procédaient eux‑mêmes à des affranchissements, les affranchis thessaliens étaient généralement désignés par l’expression « Untel ἀπελεύθερος d’Untel » et non par un seul nom au génitif, comme à Aiginion par exemple (IG IX 2, 1342 add. : Πρωτογένης ἀπελευθερωθεὶς ὑπὸ Μελανθίας τῆς Ἀλεξάνδρου ἀπελευθέρας ἔδωκε...) ou à Larissa (IG IX 2, 562, l. 12‑13 [ier s. av. J.‑C.] : Σύρα ἀπὸ Ἀγαθανγέλου τοῦ Θέωνος ἀπελευθέρου ou IG IX 2, 563 [iie s. apr. J.‑C.]). C’est aussi ce qu’on peut observer sur plusieurs stèles funéraires d’affranchis46. Ce lien de dépendance avec leur manumissor était précisé au moment de l’affranchissement, comme le montrent deux inscriptions thessaliennes, mais c’est surtout dans les affranchissements de l’île de Calymna qu’on en trouve les attestations les plus nombreuses.

  • 47 Voir L. Gounaropoulou, dans ΑΜΗΤΟΣ (1987), p. 251‑259 (voir Bull. 1991, 314).

38À Échinos47, deux esclaves, Pleistarchos et Eutychos, sont affranchis par Tychè fille d’Eutychidès, « à condition de porter le nom d’affranchis de son fils Thrasymachos » (ἐφ’ ᾧ χρηµατίζειν αὐτοὺς Θρασυµάχου τοῦ ὑοῦ αὐτῆς ἀπελευθέρους).

  • 48 Voir P. H. Lazaridis, PAAH 1972 (1974), p. 46‑48, no 2, avec les corrections de G. Daux, BCH 100 ( (...)

39À Thèbes de Phthiotide48, Agathanôr fils de Philôn affranchit l’esclave Agathaggélos et fait bénéficier son fils, Archidémos, de cet affranchissement, à condition qu’Agathaggélos « soit et porte le nom d’affranchi d’Archidémos » (Ἀγαθ̣[άγ]γελος ὑπὸ Ἀγαθάνορος τοῦ Φίλωνος, χαρισαµένου αὐτοῦ τὴν ἀπελευθέρωσιν Ἀρχιδήµῳ τῷ υἱῷ α(ὐ)τοῦ, ἐπὶ τῷ εἶναι καὶ χρηµατίζειν ἀπελεύθερον Ἀρχιδήµου). Un peu plus bas, sur la même stèle, le même manumissor affranchit une femme, Athénaïs, à la même condition : après son affranchissement, elle sera l’affranchie du seul Archidémos fils d’Agathanôr (ἐπὶ τῷ χρηµατίζειν ἀπελευθέραν µόνου Ἀρχιδήµου τοῦ Ἀγαθάνορος).

  • 49 Voir par exemple une inscription de Phères (IG IX 2, 415, l. 19‑21) où le trésorier de la cité est (...)
  • 50 Μ. Segre, Tituli Calymnii, in Annuario della Scuola archeologica di Atene e delle Missioni italian (...)
  • 51 Aucun manumissor n’est désigné par la locution « Untel ἀπελεύθερος d’Untel », mais on peut remarqu (...)

40Comme dans l’inscription de Démétrias citée plus haut, on retrouve le verbe χρηµα­τίζειν avec son sens de « porter le nom de », un verbe qui pouvait être utilisé comme équivalent de ὁ καί pour marquer les doubles dénominations (métonomasies)49, mais qu’on rencontre surtout dans les affranchissements de Calymna où, au ier s. apr. J.‑C., certains manumissores précisent ainsi le devenir de leurs affranchis : [Εὐτ]ηρίδας Ἀπολλωνίδου ἀνεκήρυξεν [ἐλε]υθέραν Ἐπαύξησιν ἐφ’ ᾧ χρηµατιεῖ [Εὐ]τηρίδα καὶ παραµενεῖ αὐτῷ τῶι [ἠλ]ευθερωκότι αὐτὴν τὸν τῆς ζωῆς [α]ὐτοῦ χρόνον· µετὰ δὲ τὸν θὰνατον [αὐ]τοῦ µηδενὸς ἔστω ἀπελευθέρα50, « Eutéridas fils d’Apollônidas a proclamé libre Épauxésis, à condition qu’elle porte le nom d’Eutéridas et demeure auprès de celui qui l’a libérée tant que celui‑ci vivra ; après sa mort, qu’elle ne soit l’affranchie de personne ». Porter le nom du manumissor, ou d’une tierce personne désignée par ce dernier, apparaît donc comme une obligation, au même titre que la paramonè, qui, selon les cas, s’achèvera avec la mort du manumissor, comme à Calymna où l’affranchie deviendra alors « affranchie de personne », ou se prolongera auprès des enfants des manumissores, comme à Échinos et à Thèbes de Phthiotide. Précisons toutefois qu’à Calymna, cette obligation n’était pas systématiquement liée à la paramonè : des maîtres affranchissent leur esclave sans paramonè, mais sous réserve qu’il soit leur propre affranchi (ἐφ’ ᾧτε ἔσται [ἀπε]λευθέρα αὐτοῦ µόνου [no 170] ou ἐφ’ ᾧ ἔσται ἀπελεύθερος ἐµοῦ [no 181]) ou celui de leurs enfants (nos 171 et 177). Ces exemples montrent à l’évidence que, parallèllement à ceux qui n’étaient « affranchis de personne », il existait des « affranchis d’Untel » qui conservaient un rapport de dépendance avec leurs manumissores et/ou leurs descendants et que ce lien s’exprimait par la locution « Untel ἀπελεύθερος d’Untel ». On ne sait comment se désignaient les affranchis calymnéens51 lorsqu’ils procédaient eux‑mêmes à des affranchissements, mais, en Thessalie, il apparaît clairement qu’on ne peut pas considérer le nom au génitif – ou l’adjectif patronymique – accolé au nom des affranchis comme une version abrégée de l’expression « ἀπελεύθερος d’Untel ».

41De plus, dans les inscriptions réunies ici, l’adjectif patronymique ne coïncide jamais avec le nom du manumissor, ce qui interdit une interprétation comme « affranchi de ». En revanche, si nous sommes bien dans un contexte d’affranchissements consécutifs à des héritages, ce nom pourrait être celui du maître défunt et nous pourrions le comprendre comme « propriété de » ou « dépendant de », mais comment alors expliquer qu’il n’y ait presque jamais de concordance des patronymes ? Certes, s’il s’agissait de frères héritant d’un autre frère décédé ou de neveux héritant d’un oncle, cette absence de concordance s’expliquerait, mais il n’en irait pas de même lorsqu’une épouse et ses enfants héritent d’un mari et père : dans ce dernier cas en effet le nom au génitif de l’esclave et le patronyme des enfants devraient être identiques, or il n’en est rien (nos 10 et 13) sauf dans le no 35 où Karina Diodouréia a affranchi Stratonika Diodouréia. Mais même dans ce cas, on se trouve devant la même incertitude : patronyme ou génitif « d’appartenance » ? Devant l’impossibilité où nous nous trouvons de répondre à cette question, nous avons traduit cet adjectif patronymique par l’expression « fils/dépendant de ». En outre, en admettant même qu’on puisse un jour apporter une réponse à cette question, il en demeurera toujours une autre : pourquoi environ un tiers des affranchis thessaliens portent‑ils ce nom au génitif ou adjectif patronymique et pas les autres ?

Catalogue des inscriptions

(Dédicace d’)Aischina

Inventaire ΔΘΛ 50‑1 et 51‑1.
On ne dispose que d’une photographie partielle de la pierre, mais l’inscription a été entièrement transcrite dans l’inventaire. Selon toute vraisemblance, la pierre a été photographiée avant dégagement, mais n’a été ni photographiée ni estampée après. Il est impossible dans ces conditions de faire une description de la pierre. Nous indiquons en gras les lettres visibles sur la photographie dont nous disposons.
GHW6426. Photographie de la pierre (pl. II) et reproduction de la transcription dans l’inventaire (fig. 1).
Αἰσχνα πελευθερουθένσα
ἀπὸ µµο(υ)νείοι Διοδουρείοι
N.C. L. 2 : Ἀµµονείοι, dans la transcription de l’inventaire.
Aischina, affranchie par Ammo(u)neios fils de Diodouros.

42L’absence du verbe de dédicace (ὀνέθεικε) est fréquente : c’est le cas dans quinze des 35 inscriptions exploitables de ce point de vue, c’est‑à‑dire non lacunaires ni hors formulaires. Cette inscription est l’une des quatre, avec les nos 11, 16 et 19, où l’affranchi est nommé sans adjectif patronymique.

43La transcription du nom du manumissor dans l’inventaire (Ἀµµόνειος) est vraisemblablement fautive : avec deux mu, il s’agit en effet d’un nom bâti sur celui du dieu libyque Zeus Ἄµµων (Ἄµµουν en dialecte) et il manque donc un upsilon ; c’est pourquoi nous proposons la correction Ἀµµο(ύ)νειος. C’est la première attestation dialectale (avec une graphie ‑ει‑ pour ‑ι‑) d’Ἀµµώνιος, un nom largement répandu partout, mais qui n’a que quatre attestations en Thessalie, à Démétrias et Gyrton.

Fig. 1 – Inscription no 1 (copie de l’inventaire).

Fig. 1 – Inscription no 1 (copie de l’inventaire).

Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).

Planche I – a. Vue d’ensemble du second théâtre de Larissa (vers le Nord) ; b. Plan du second théâtre de Larissa, d’après A. Tziafalias, AD 42 (1987 [1992]), p. 277.

Planche I – a. Vue d’ensemble du second théâtre de Larissa (vers le Nord) ; b. Plan du second théâtre de Larissa, d’après A. Tziafalias, AD 42 (1987 [1992]), p. 277.

Cl. A. Tziafalias.

2. (Dédicace d’)Ammicha fille/dépendante de Triteutas

Inventaire ΔΘΛ 26 (Πάροδος, ΠΔ2β). In situ, sur la parodos Ouest, cinquième bloc en partant de la gauche.
Grand bloc de marbre gris rectangulaire. La face antérieure, incurvée et polie, porte l’inscription gravée dans sa partie supérieure, avec d’importantes marges à gauche et à droite (50 cm environ du bord gauche et une soixantaine du bord droit).
Dim. de la partie visible du bloc : L. : 1,55 × h. : 0,29 m ; h.l. : 1,5‑1,6 cm (omicron, 1) ; int. : 0,3‑0,6 cm.
GHW6199. Estampage no 26 (archives A. Tziafalias, Larissa) ; photographies de la pierre (pl. II) et de l’estampage (fig. 2).
Ἀµµίχα Τριτεύτοι vacat
ἀπελευθερουθένσα vacat
ἀπὸ Δαµαινέτας Νικουνείας
Ammicha, fille/dépendante de Triteutas, affranchie par Damainéta fille de Nikoun.
  • 52 On peut peut‑être en rapprocher un nom mal établi dans une inscription de Byllis (iiieiie s. av.  (...)
  • 53 Voir Dion Cassius, Histoire romaine XII 53, Loeb vol. II.

44Les deux noms de l’affranchie sont illyriens et très rares : la forme Ἀµµίχα est même un hapax, mais correspond sans doute au nom Ἀµµίκα qui n’a qu’une attestation, dans une épitaphe (non datée) de Dyrrhachion52. L’emploi d’un chi à la place d’un kappa relève vraisemblablement d’une erreur de graphie (ou d’un trait de prononciation ?), comme dans le no 23 avec Ἄλχιππος pour Ἄλκιππος. Toutefois, les deux inscriptions n’émanent pas du même graveur, comme une telle similitude d’erreur pourrait le faire penser. C’est le seul cas où le deuxième nom de l’affranchi ne prend pas la forme d’un adjectif patronymique, ce qu’on ne sait pas bien expliquer : il est possible que ce soit dû à « l’exotisme » du nom Τριτεύτας, encore qu’on ne voie pas bien en quoi le génitif du nom était plus approprié (ou plus facile) que l’adjectif patronymique, d’autant que les noms étrangers ne semblaient pas constituer un problème lorsqu’il fallait les adapter à la pratique thessalienne (cf. Σαλβικειον, no 36). On remarquera en outre que la forme Τριτεύτοι suppose un nominatif *Τριτευτος et non Τριτεύτας. Ce dernier nom n’a qu’une seule autre attestation épigraphique, à Byllis au iie s. av. J.‑C., où il apparaît comme le nom d’un prytane (SEG 38, 358). Mais il est aussi connu, au féminin (Τριτεύτα), dans l’histoire illyrienne puisque, dans la deuxième moitié du iiie s. av. J.‑C., ce fut le nom de la première femme du roi Agron, mère de Πίννης l’héritier du trône illyrien, laquelle épousa ensuite Démétrios de Pharos53.

Fig. 2 – Estampage de l’inscription no 2.

Fig. 2 – Estampage de l’inscription no 2.

Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).

Planche II – Inscriptions nos 1 à 8.

Planche II – Inscriptions nos 1 à 8.

Cl. A. Tziafalias.

3. (Dédicace d’)Andronikos fils/dépendant d’A- - - -

Inventaire ΔΘΛ 29 (Κλίµακες, Κ3α). In situ, escalier 3, sur la contremarche de la première marche. Bloc de marbre gris, retaillé à droite. La face antérieure est polie et l’inscription est gravée dans la moitié supérieure de la face. La partie droite de l’inscription manque.
Dim. de la partie visible du bloc : L. : 0,70 × h. : 0,31 m ; h.l. : 1,8‑2,4 cm (omicron, 1) ; int. : 1 cm.
GHW6200. Estampage no 29 (archives A. Tziafalias, Larissa) ; photographies de la pierre (pl. II) et de l’estampage (fig. 3).
Ἀνδρόνικος Α[- - - - - - -]
ἀπελευθερο[υθὲς ἀπὸ Ἀρι/Ἀ]-
στίουνος Κυ[- - - - - - - -]
Andronikos fils/dépendant d’A(- - - - - ), affranchi par (Ari/A)stioun fils de Ky(- - -)

45Le nom du manumissor pourrait être aussi Ἀριστίουν, ou la forme syncopée du même nom, Ἀσ(σ)τίουν, deux formes dialectales du nom Ἀριστίων, bien attestées en Thessalie. Ce même nom pourrait aussi constituer le deuxième nom de l’affranchi, dont seule la première lettre a été préservée, auquel cas nous aurions le seul exemple, dans ce corpus, de concordance entre l’adjectif patronymique de l’affranchi et le nom du manumissor. Le patronyme du manumissor pourrait être Κύναγος, Κύδας ou Κύλλος, tous noms large­ment attestés en Thessalie, mais les possibilités sont trop nombreuses pour permettre une hypothèse.

Fig. 3 – Estampage de l’inscription no 3.

Fig. 3 – Estampage de l’inscription no 3.

Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).

4. (Dédicace d’)Annia fille/dépendante d’Antigonos

Inventaire ΔΘΛ 25 (Πάροδος, ΠΑ2γ). In situ, sur la parodos Ouest, quatrième bloc en partant de la gauche.
Grand bloc de marbre gris rectangulaire. La face antérieure, incurvée et polie, porte l’inscription, gravée dans sa partie supérieure, à 45 cm du bord gauche et 66 cm du bord droit. La pierre a été recoupée au ras de la première ligne, ce qui a fait disparaître la partie supérieure de quelques lettres de cette première ligne.
Dim. de la partie visible du bloc : L. : 1,50 × h. : 0,30 m ; h.l. : 1,5 cm ; int. : 0,5‑1 cm.
GHW6359. Estampage no 25 (archives A. Tziafalias, Larissa) ; photographies de la pierre (pl. II) et de l’estampage (fig. 4).
Ἀν̣ν̣ί̣α Ἀντιγονεία vacat
ἀπελευθερουθένσα vacat
ἀπὸ Θερσίπποι ᾿Αστιππείοι
N.C. L. 1 : on ne voit que le bas des lettres pointées, mais de façon suffisamment claire pour déchiffrer sans ambiguïté le nom de l’affranchie.
Annia, fille/dépendante d’Antigonos, affranchie par Thersippos fils d’Astippos.
  • 54 Voir L. Robert dans N. Firatli, Les Stèles funéraires de Byzance gréco-romaine (1964), p. 138‑141, (...)

46Ἀννία est une forme rare d’un nom assez largement répandu, Ἄννα/Ἄννη et diverses variantes (Ἀννώ, Ἄννιον, Ἀννίς, etc.), fondé sur un terme enfantin pour désigner la grand‑mère54. C’est la plus ancienne attestation de ce nom qui n’était connu jusque‑là que par quatre occurrences en Crète, en Cyrénaïque, en Illyrie et à Naples entre les iie et ve s. apr.  J.‑ C. Il apparaît pour la première fois en Thessalie où l’on connaissait cependant la forme masculine (Ἄννιος) à Hypata au ier s. apr. J.‑C. La graphie Ἄστιππος (= Ἀρίστιππος) n’a que deux autres attestations (à Lamia, fin iie s. av. J.‑C. et à Larissa, iiie s. av. J.‑ C.) auxquelles il faut à présent en ajouter une, encore inédite, à Larissa (GHW6815, iiie s. av. J.‑C.).

  • 55 Voir P. M. Fraser, Samothrace. The inscriptions on stone (1960), p. 23‑24, no 23 (GHW6419), qui y (...)

47Dans la mesure où Θέρσιππος est un nom assez peu répandu (une trentaine d’attestations dans le LGPN), on pourrait peut‑être identifier Ἀντίγονος avec Ἀντίγονος Θερσίππου qui apparaît dans une liste de théores de Larissa à Samothrace55, datée des iiieiie s. av. J.‑C., auquel cas le manumissor d’Annia, Θέρσιππος Ἀστίππειος, pourrait être le père d’Ἀντίγονος. On pourrait également considérer le deuxième nom d’Annia comme celui de son ancien maître, vraisemblablement décédé sans descendance et alors que son père était encore vivant, ce qui expliquerait que ce soit ce dernier qui ait procédé à l’affranchissement. Mais il se pourrait aussi que Thersippos, le père, affranchisse une fille bâtarde de son fils, Antigonos, mort prématurément, pour veiller sur ses vieux jours.

Fig. 4 – Estampage de l’inscription no 4.

Fig. 4 – Estampage de l’inscription no 4.

Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).

5. Dédicace d’Antiocha fille/dépendante d’Ageisilaos

Inventaire ΔΘΛ 14 (Υποδοµή 14, κυβόλιθος 28). In situ, mais non visible, car le bloc a été réenseveli.
Bloc de marbre gris dont la face antérieure est à peine dégrossie, à l’exception d’un cartouche poli dans lequel est gravée l’inscription
Dim. du bloc : L. : 1,42 × h. : 0,29 m ; du cartouche : L. : 26 × h. : 12 cm ; h.l. : 1,3‑1,5 cm ; int. : 0,8‑1 cm.
GHW6344. Estampage no 14 (archives A. Tziafalias, Larissa) ; photographies de la pierre (pl. II) et de l’estampage (fig. 5).
Ἀντιόχα Ἀγεισιλα-
εία ἀπὺ Αὐτονόας
Ἀλκοταίας ἀπελευ
4 θερουθένσα ὀνέθε-
ικε vacat
Antiocha fille/dépendante d’Ageisilaos, affranchie par Autonoa fille d’Alkotas, a consacré (cette offrande).

48L’emploi d’ἀπύ, forme dialectale d’ἀπό, dans le formulaire ne donne aucune indication chronologique et on ne peut pas considérer qu’ἀπύ est antérieur à ἀπό. Dans l’ensemble des dédicaces du second théâtre, les deux formes apparaissent indifféremment. Tout au plus peut‑on remarquer que la forme ἀπύ est majoritaire : on la rencontre dans vingt‑deux dédicaces contre quinze avec ἀπό (sur les 37 inscriptions qui ne présentent pas de lacunes à cet endroit du texte). On retrouve le même type de formulaire, avec le nom du manumissor tout de suite après le nom de l’affranchi et avant ἀπελευθερουθές, dans les nos 15, 18, 28, 39 et 41.

  • 56 Les deux décrets, celui d’Athènes et celui de Larissa pour les juges de Mylasa, sont gravés sur la (...)
  • 57 Voir en dernier lieu Ch. Crowther, ABSA 92 (1997), p. 350‑354 (GHW3364).
  • 58 Voir Chr. Habicht, Chiron 13 (1983), p. 21‑32 ; voir aussi Br. Helly, Topoi 15/1 (2007), p. 210‑21 (...)

49Sur le plan onomastique, la forme dialectale Ἀγεισίλαος n’était jusqu’à présent connue qu’en Béotie (huit occurrences) et on trouve ici sa première attestation en Thessalie. On notera que le nom en koinè (Ἀγησίλαος) est assez bien attesté (43 occurences dans le LGPN), sauf en Béotie et en Thessalie. Αὐτονόα comme Ἀλκότας sont des noms très rares : Αὐτονόα n’était connu jusque là que par une seule attestation, bien postérieure, en Macédoine (Édessa, époque impériale) et apparaît pour la première fois en Thessalie, où l’on connaît toutefois la forme masculine Αὐτόνοος (onze attestations dont sept en Thessalie). En revanche, Ἀλκότας n’est attesté qu’en Thessalie, à Atrax et à Larissa. Les références du LGPN pour les Ἀλκότας de Larissa sont à corriger : il n’y a aucun Ἀλκότας dans les IG et les attestations larisséennes concernent deux frères, Πάνδοκος et Θεοπροπίδης, tous deux fils d’Alkotas (et sans doute descendants de l’Alkotas de notre inscription) et tous deux juges, honorés, à la fin du iie s. av. J.‑C. (en 109/8) par Athènes, tandis que le même Théopropidès fils d’Alkotas a été envoyé à Mylasa pour demander l’intervention d’un tribunal étranger56 ; d’autre part, Pandokos fils d’Alkotas est aussi l’un des juges de Larissa honorés par la cité de Péparethos57. On connaît maintenant une autre attestation de ce nom à Larissa, dans une liste de dédicants encore inédite (GHW6387), où apparaît un prêtre, Ἀλκότας Νικάνδρειος, qui est vraisemblablement le père d’Autonoa. Quelques recoupements prosopographiques permettent en effet de rapprocher cette liste inédite de celle des contributeurs à la réfection du gymnase datée de 192‑18658. On retrouve Autonoa fille d’Alkotas comme manumissor d’une esclave dont le nom manque, mais qui était dépendante d’un certain Daphnos (no 39).

Fig. 5 – Estampage de l’inscription no 5.

Fig. 5 – Estampage de l’inscription no 5.

Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).

6. Dédicace d’Apollounios fils/dépendant de Bithys

Inventaire ΔΘΛ 4 (Υποδοµή 4, κυβόλιθος 9). In situ, mais non visible, car le bloc a été réenseveli.
Bloc de marbre gris dont la face antérieure est à peine dégrossie, à l’exception d’un cartouche poli dans lequel est gravée l’inscription.
Dim. du bloc : L. : 1,53 × h. : 0,26 m ; du cartouche : L. : 33 × h. : 13 cm ; h.l. : 1,2‑1,6 cm ; int. : 0,2‑0,3 cm.
GHW6437. Estampage no 4 (archives A. Tziafalias, Larissa) ; photographies de la pierre (pl. II) et de l’estampage (fig. 6).
Μειννὸς Ἰτουνίοι δευτέρα,
γυµνασσάρχεντος Ἱπποκ-
ράτεος Ἀντιγονείοι, Ἀπολ-
4 λούνιος Βιθύειος ἀπελευθε-
ρουθὲς ἀπὸ Προυτοµά-
χοι Λακουνείοι ὀνέ-
θεικε vacat
N.C. Écriture: epsilon et sigma lunaires (cf. nos 28, 29, 34, 39 et 41).
Au mois d’Itounios, le 2, alors qu’était gymnasiarque Hippokrateis fils d’Antigonos, Apollounios fils/dépendant de Bithys, affranchi par Proutomachos fils de Lakoun, a consacré (cette offrande).
  • 59 Sur ce trait dialectal, commun à l’ensemble du thessalien, voir J. L. García Ramón, Verbum 10 (198 (...)
  • 60 On en connaît six attestations, entre la deuxième moitié du iie s. et la fin du ier s. av. J.‑C. : (...)
  • 61 Voir A. S. Arvanitopoulos, AEph 1924, p. 159‑160, nos 402 et 403 (seconde moitié du iie s. av. J.‑ (...)
  • 62 Voir R. Bouchon, « La taxe des affranchis et le financement de la vie publique dans les cités thes (...)
  • 63 M. B. Hatzopoulos, Cultes et rites de passage en Macédoine, Μελετµατα 19 (1994), p. 110‑111. On n (...)

50C’est, avec le no 14, l’une des deux inscriptions datées, avec mention du mois et du jour (2 Itounios ici et dernier jour de Panamos dans le no 14), ainsi que du gymnasiarque en exercice. La forme dialectale γυµνασσάρχεντος (= γυµνασιαρχοῦντος) est à rapprocher du nom Σούσσας (= Σώσιας, no 33)59. On connaît d’autres mentions de gymnasiarques dans des listes d’affranchissements, à Larissa60 et à Pythion61, où ils apparaissent, comme ici, en situation de pseudo-éponymes, mais aussi à Hypata62 où, au iie s. apr. J.‑C., l’épimélète de la caisse des affranchissements (ἐπιµελετής τῶν ἀπελευθερικῶν χρηµάτων) reverse une partie de la collecte de la taxe d’enregistrement aux gymnasiarques. On ne peut que remarquer ce lien entre gymnasiarchie et affranchissement en Thessalie et le rapprocher de ce qui existait en Macédoine : on se souvient, en effet, qu’à Béroia et en Élimée, les affranchis consacraient des phiales ou des skyphoi à Héraklès ou Héraklès Kynagidas (voir § II.3). Or, ce dieu apparaît fréquemment, seul ou avec Hermès, comme la divinité tutélaire des gymnases où les jeunes hommes passaient diverses épreuves destinées à faire d’eux des hommes adultes et des citoyens. On ne peut ici que reprendre ce qu’en disait M. B. Hatzopoulos : « Héraclès est le dieu sous la tutelle de qui les jeunes Macédoniens accomplissent le passage qui fera d’eux des hommes adultes, des soldats et des citoyens, tandis que jusqu’alors ils étaient des mineurs, sans droits civiques [...]. Il n’y a rien d’étonnant à ce que les anciens Macédoniens établissent une correspondance entre l’accession à la majorité physique et juridique des jeunes et celle purement juridique des esclaves affranchis et missent ces deux passages sous la tutelle de la même divinité, Héraclès63. » En Thessalie, la mention du gymnasiarque pourrait traduire une conception similaire de l’affranchissement, bien que la rareté de ces mentions pose question.

  • 64 Voir K. Gallis, AD 29 (1973‑1974 [1979]), p. 571 ; SEG 29 (1979), no 529 et BCH 104 (1980), p. 463 (...)

51Pour ce qui est de l’onomastique, on remarque que le nom thrace Βίθυς est fréquem­ment porté par des esclaves ; le deuxième nom de l’affranchi pourrait donc être ici celui de son père. Ce pourrait être le même personnage que dans le no 12 où Εὔπραξις Βιθυεία est affranchie par Ἀριστόµαχος Ἀριστοκλέαιος. Le manumissor d’Apollounios, Προυτόµαχος Λακούνειος, qui se retrouve dans la dédicace lacunaire no 42 et peut‑être aussi dans l’inscription no 16 (sans patronyme), est également connu comme tage dans un décret honorifique de Larissa pour Ὀνοµακλεῖς Πειθίαιος Πετθαλός64, que l’on peut dater de 220‑200 grâce à d’autres liens prosopographiques avec la première lettre de Philippe V datée de 217/6 (IG IX 2, 517).

Fig. 6 – Estampage de l’inscription no 6.

Fig. 6 – Estampage de l’inscription no 6.

Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).

7. (Dédicace d’)Asklapiadas fils/dépendant de Damokrateis

Inventaire ΔΘΛ 11 (Υποδοµή 11, κυβόλιθος 21). In situ, mais non visible, car le bloc a été réenseveli.
Bloc de marbre gris dont la face antérieure est polie et porte l’inscription, gravée dans la partie supérieure de la face avec des marges importantes à gauche et à droite.
Dim. : L. : 1,47 × h. : 0,30 m ; h.l. : 1,5‑1,8 cm ; int. : 0,1 cm.
GHW6421. Estampage no 11 (archives A. Tziafalias, Larissa) ; photographies de la pierre (pl. II) et de l’estampage (fig. 7).
Ἀσκλαπιάδας Δαµοκράτειος
ἀπελευθερουθὲς ἀπὸ Ἀρτεµισ(ίας)
Κριτοφυλείας vacat
N.C. L. 2 : la pierre porte ΑΡΤΕΜΙΣ sans rien après, mais on attend ici un génitif ; il faut donc supposer un oubli de la syllabe finale par le graveur. Vu l’adjectif patronymique au féminin, le nom ne peut guère être qu’Ἀρτεµισία.
Asklapiadas fils/dépendant de Damokrateis, affranchi par Artémis(ia) fille de Kritophylos.

52Ἀσκλαπιάδας est la forme syncopée d’Ἀσκαλαπιάδας, bâti sur la forme dialectale du nom d’Asklépios. Κριτόφυλος (« d’une excellente tribu » ) est un nom très rare, dont on ne connaît que quatre attestations dans le LGPN, dont une à Larissa, parmi les Gyrtoniens qui deviennent Larisséens, en 215/4 (IG IX 2, 517, l. 89 : Ἀτθόνειτος Κριτοφύλειος). Les trois autres attestations de ce nom viennent d’îles de l’Égée : Théra (viie s. av. J.‑C.), Rhodes (ive s. av. J.‑C.) et la Crète (iie s. av. J.‑C.).

Fig. 7 – Estampage de l’inscription no 7.

Fig. 7 – Estampage de l’inscription no 7.

Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).

8. Dédicace de Dionysia fille/dépendante de Diokléas

Inventaire ΔΘΛ 22 (Πάροδος, ΠΑ2α‑62). In situ sur la parodos Ouest, premier bloc en partant de la gauche.
Grand bloc de marbre gris rectangulaire dont ne sont visibles que la face antérieure et une partie de la face supérieure. La face antérieure, incurvée et polie, porte l’inscription qui est gravée à peu près au centre de la face, avec des marges importantes à gauche et à droite.
Dim. de la partie visible du bloc : L. : 1,53 × h. : 0,20 m ; h.l. : 2‑2,1 cm ; int. : 1‑1,3 cm.
GHW6356. Estampage no 22 (archives A. Tziafalias, Larissa, deux exemplaires) ; photographies de la pierre (pl. II) et de l’estampage (fig. 8).
Διονυσία Διοκλεαία ἀπελευθερουθένσα
ἀπό Πελείας Αἰσχιναίας ὀνέθεικε
Dionysia fille/dépendante de Diokléas, affranchie par Péléia fille d’Aischinas, a consacré (cette offrande).

53Le nom Πελεία, « la colombe », est rare (sept attestations dans le LGPN) et cette inscrip­tion n’en fournit que la deuxième attestation en Thessalie (l’autre est à Atrax).

Fig. 8 – Estampage de l’inscription no 8.

Fig. 8 – Estampage de l’inscription no 8.

Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).

9. (Dédicace d’)Eireina fille/dépendante d’Eudexios

Inventaire ΔΘΛ 10 (Υποδοµή 10, κυβόλιθος 19 dans l’inventaire). In situ, mais non visible, car le bloc a été réenseveli.
Bloc de marbre gris rectangulaire dont la face antérieure est polie et porte l’inscription dans sa partie supérieure.
Dim. : L. : 1,30 × h. : 0,30 m ; h.l. : 2,5‑3 cm (omicron, 1,5) ; int. : 1,2‑3 cm.
GHW6353. Estampage no 10 (archives A. Tziafalias, Larissa, deux exemplaires) ; photographies de la pierre (pl. III) et de l’estampage (fig. 9).
Εἰρείνα Εὐδεξιεία vac.
ἀπελευθερουθένσα vac.
ἀπὺ Νικοκρατείας Ἀνφιαίας
Eireina fille/dépendante dEudexios, affranchie par Nikokratéia fille dAnphias.
  • 65 Sur les autres formes dialectales du substantif εἰρήνη (ιρεινα et ιρανα), voir Φωνς, p. 91, § 5.
  • 66 Le LGPN fait état d’une attestation à Chios, mais le nom est presque intégralement restitué : [Εὐδ (...)
  • 67 Pour l’explication de la graphie Ευδεξος pour Εὐδέξιος, voir Φωνς, p. 68, no 5, l. 5 et 16 : τολί (...)

54Εἰρείνα est la première attestation de cette forme dialectale d’Εἰρήνα/Εἰρήνη65, un nom très répandu. En revanche, Εὐδέξιος apparaît comme un nom rare, dont les sept attestations sont thessaliennes66 : deux à Atrax (iveiiie s. av. J.‑C.), une à Gyrton (iie s. av. J.‑C.), quatre à Larissa (iveiiie s. av. J.‑C.), auxquelles il faut maintenant en ajouter une provenant de Mopsion, avec la forme dialectale Ευδεξος67 (fin iiie‑début iie s. av. J.‑C.). Quant à Ἀνφίας, il s’agit d’une graphie encore non attestée, mais banale, du nom bien connu, Ἀµφίας.

Fig. 9 – Estampage de l’inscription no 9.

Fig. 9 – Estampage de l’inscription no 9.

Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).

Planche III – Inscriptions nos 9 à 16.

Planche III – Inscriptions nos 9 à 16.

Cl. A. Tziafalias.

10. Dédicace d’Ergasioun fils/dépendant de Kritoun

Inventaire ΔΘΛ 37. In situ, mais non visible, car le bloc a été réenseveli.
Bloc de marbre gris dont la face antérieure est à peine dégrossie, à l’exception d’un cartouche poli, dans lequel est gravée l’inscription.
Dim. inconnues, non indiquées dans l’inventaire ; h.l. : 1‑1,3 cm ; int. : 0,6‑1 cm.
GHW6422 . Estampage no 37 (archives A. Tziafalias, Larissa, deux exemplaires) ; photographies de la pierre (pl. III) et de l’estampage (fig. 10).
Ἐργασίουν Κριτούνε-
ιος ἀπελευθερουθὲς
ἀπὺ Πανθειρίδος Ἱππο-
4 λυτέας καὶ ἁτοῦν παί-
δουν Δεινοστράτοι,
Τεισαµενοῖ, Ἱππολύτοι
Εὐρυλοχείουν ὀνέ-
8 θεικε vacat
Ergasioun fils/dépendant de Kritoun, affranchi par Pantheiris fille d’Hippolytos et (ses) enfants, Deinostratos, Teisaménos, Hippolytos (les) fils d’Eurylochos, a consacré (cette offrande).
  • 68 Voir M. B. Hatzopoulos, Tekmeria 10 (2011), p. 55‑56 (ταγῶν ἀτῶν). Pour des exemples similaires, v (...)
  • 69 Voir Φωνς, p. 77, § 3c.

55À la ligne 4, nous comprenons ἁτοῦν (pour αὑτῶν) comme un pronom anaphorique68 correspondant au couple Pantheiris-Eurylochos, les parents des trois enfants. On pourrait aussi y voir une rupture de construction avec changement de nombre (peut‑être par attraction avec ce qui suit), auquel cas on aurait ἁτοῦν au lieu de ἁτᾶς (pour αὑτῆς). La forme du patronyme de la manumissor, Ἱππολυτέα (et non Ἱππολυτεία), illustre le phénomène de disparition de ‑i‑ intervocalique après yotisation69.

  • 70 Voir Br. Helly, A. Tziafalias, BCH 128‑129 (2004‑2005), p. 378‑379, no I, l. 3.
  • 71 Voir l’étude de J. L. García Ramón, dans Στεφανος Αριστειος (2007), p. 119‑120, § 6.

56Du point de vue onomastique, Ἐργασίουν, « le laboureur », est la première attestation de la forme dialectale du nom Ἐργασίων, lui‑même rare en Thessalie (une occurrence à Démétrias [fin iiie‑début iie s. av. J.‑C] et une à Larissa [début ier s. av. J.‑C.]). Πανθειρίς, « la panthère », apparaît pour la première fois en Thessalie, mais cette forme est connue à Tanagra (iiieiie s. av. J‑C.). Le masculin, Πάνθειρ, n’est lui aussi attesté qu’une fois (en Béotie, iiie s. av. J.‑C.), mais on en connaît maintenant un exemple à Larissa, dans un décret honorifique pour Bacchios de Mytilène (début iie s. av. J.‑C.), où Πάνθειρ Πετθάλειος est l’un des tages70. Les formes en koinè sont tout aussi rares en Thessalie et beaucoup plus tardives : Πανθήρας à Démétrias au iiie s. apr. J.‑C. et Πανθηρώ à Larissa aux iieiiie s. apr. J.‑C. Δεινόστρατος, « à la terrifiante armée », est un nom assez peu répandu avec 21 attestations dans le LGPN, dont seulement deux en Thessalie, l’une à Larissa (iveiiie s. av. J.‑C.) et l’autre à Pharsale (iie s. av. J.‑C.). Il en va de même pour Τεισαµενός (formé à partir de τίνω/τίνοµαι71), attesté trois fois en Thessalie, en Malide (fin ve s. av. J.‑C.), à Hypata (iie s. av. J.‑C.) et à Larissa (iieiiie s. apr. J.‑C.). Quant à Ἱππόλυτος, c’est un nom qui n’a qu’une quinzaine d’attestations dans le LGPN, réparties à peu près partout sauf en Attique. En Thessalie, il est attesté trois fois sur la façade Est de la région : à Démétrias (iiieiie s. av. J.‑C.), à Phères (iiieiie s. av. J.‑C.) et à Halos (iiie s. av. J.‑C.).

57Comme dans les nos 13, 16, 31, 33, 40, 41 et 44, c’est un groupe familial qui a procédé à l’affranchissement, composé ici d’une femme, vraisemblablement veuve, et de ses trois fils (voir supra, § II.5).

Fig. 10 – Estampage de l’inscription no 10.

Fig. 10 – Estampage de l’inscription no 10.

Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).

11. Dédicace d’Euporia

Inventaire ΔΘΛ 23 (Πάροδος, ΠΔ2ε). In situ sur la parodos Ouest, deuxième bloc en partant de la gauche.
Grand bloc de marbre gris rectangulaire dont on ne voit que la face antérieure. Celle‑ci, incurvée et polie, porte l’inscription qui est gravée dans sa partie supérieure, avec de grandes marges à gauche et à droite (34 cm du bord gauche, 40 cm du bord droit).
Dim. de la partie visible du bloc : L. : 1,43 × h. : 0,28 m ; h.l. : 2‑2,1 cm ; int. : 1‑1,3 cm.
GHW6357. Estampage no 23 (archives A. Tziafalias, Larissa, deux exemplaires) ; photographies de la pierre (pl. III) et de l’estampage (fig. 11).
Εὐπορία ἀπελευθερουθένσα vacat
ἀπὸ Ἀριστοκλέα Ἀριστιουνείοι ὀνέθεικε
Euporia, affranchie par Aristokléas fils d’Aristioun, a consacré (cette offrande).

58Euporia fait partie des rares affranchis nommés sans adjectif patronymique (cf. nos 1, 16 et 19). Le manumissor est connu par deux autres inscriptions que l’écriture et la prosopographie permettent de considérer comme contemporaines de celle‑ci : il apparaît parmi les contributeurs de la réfection du gymnase de Larissa en 192‑186 av. J.‑C. et parmi les dédicants d’une liste inédite de Larissa (GHW6387, voir supra commentaire du no 5), où son nom est cité sous forme syncopée (Ἀστοκλέας Ἀστίουνειος). Il est vraisemblablement le père du manumissor de l’inscription suivante (no 12), Ἀριστόµαχος Ἀριστοκλέαιος.

Fig. 11 – Estampage de l’inscription no 11.

Fig. 11 – Estampage de l’inscription no 11.

Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).

12. Dédicace d’Eupraxis fille/dépendante de Bithys

Inventaire ΔΘΛ 17 (Υποδοµή 17, κυβόλιθος 31). In situ, mais non visible, car le bloc a été réenseveli.
Bloc de marbre gris dont la face antérieure est à peine dégrossie, à l’exception d’un cartouche poli dans lequel est gravée l’inscription.
Dim. du bloc : L. : 1,45 × h. : 0,26 m ; du cartouche : L. : 32 × h. : 13 cm ; h.l. : 1,4‑1,8 cm ; int. : 1‑1,5 cm.
GHW6348. Estampage no 17 (archives A. Tziafalias, Larissa) ; photographies de la pierre (pl. III) et de l’estampage (fig. 12).
Εὔπραξις Βιθυεία
ἀπελευθερουθένσα
ἀπὺ Ἀριστοµάχοι Ἀρι-
4 στοκλεαίοι ὀνέθεικε
Eupraxis fille/dépendante de Bithys, affranchie par Aristomachos fils d’Aristokléas, a consacré (cette offrande).

59Βίθυς, père ou ancien maître d’Eupraxis, pourrait être le même que dans le no 6 (Ἀπολλούνιος Βιθύειος). Le manumissor, Aristomachos fils d’Aristokléas, est très vraisemblablement le fils d’Aristokléas fils d’Aristioun, manumissor dans le numéro précédent. Sans qu’il s’agisse de papponymie au sens strict du terme, il n’est pas rare d’observer, dans une même famille, des noms à premier ou second élément semblable, comme dans ce cas avec Ἀριστίουν, Ἀριστοκλέας et Ἀριστόµαχος.

Fig. 12 – Estampage de l’inscription no 12.

Fig. 12 – Estampage de l’inscription no 12.

Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).

13. (Dédicace d’)Eutychos fils/dépendant de Dinnis

Inventaire ΔΘΛ 30 (Κλίµακες, Κ4α). In situ, escalier 4, sur la contremarche de la première marche.
Bloc de marbre gris, retaillé à droite pour former la marche de l’escalier. La face antérieure est polie et porte l’inscription, gravée dans sa partie supérieure, avec une marge importante à gauche (30 cm environ). La partie droite de l’inscription manque.
Dim. de la partie visible du bloc : L. : 0,75 × h. : 0,295 m ; h.l. : 1,5‑1,7 cm ; int. : 0,6‑0,8 cm.
GHW6201. Estampage no 30 (archives A. Tziafalias, Larissa) ; photographies de la pierre (pl. iii) et de l’estampage (fig. 13).
Εὔτυχος Δίννειος ἀπε[λευθερουθὲς ἀπό - - - - - - καὶ]
τοῦν παίδουν Μύλληος καὶ Α̣? Λ̣? [- - - - - - κατ’ τὰν]
βέλλεισιν τὰν Ἁγεισαν̣[δρείαν?- - - - - - - - - - - - - - -]
N.C. L. 2 : à la fin de la ligne, départ d’une haste oblique, correspondant à un alpha ou un lambda, mais pas à un delta. L. 3 : on voit (sur la photographie seulement) une petite moitié gauche du dernier nu.
Eutychos, fils/dépendant de Dinnis, affranchi par - - - et ses enfants, Myllès et - - -, conformément à la volonté d’Hageisan(dros - - -).

60L’adjectif patronymique Δίννειος renvoie à un nom *Δίννος, non attesté, ou Δίννις, connu en Troade (iiie s. av. J.‑C.). Cette dernière forme est vraisemblablement une variante, avec redoublement du ν et graphie ‑ι‑ pour ‑ει‑, de noms comme Δεινίας/Δειννίας/Δινίας, Δεῖνις ou Δινίας formés à partir de δεινός (« terrible, puissant, habile ») et largement attestés partout.

  • 72 Voir L. Robert, Noms indigènes dans l’Asie mineure gréco-romaine (1963), p. 155‑156.
  • 73 En dehors de Μύλλος et Μυλλίς, mentionnés plus haut, on connaît aussi les formes Μυλλέας, Μυλλίας, (...)

61À la ligne 2, si l’étymologie du nom Μύλληος ne pose guère de problème, il n’en va pas de même de sa morphologie. Étymologiquement, ce nom se rattache à plusieurs mots grecs72 : µύλλον = « lèvre » ; µύλλος = « mulet » (poisson) ou µυλλός = « tordu, crochu, aux lèvres tombantes » ou « épaisses » ou « aux yeux louches », et relève donc des sobriquets. Les noms construits sur ces racines sont relativement rares, mais on peut retenir parmi eux Μύλλος (dix‑sept occurrences, dont une à Pharsale [iiie s. av. J.‑C.]) ou Μυλλίς (six occurrences, dont deux en Thessalie, à Pharsale [fin ve s. av. J.‑C.] et à Démétrias [iiie s. av. J.‑C.]). On ne sait toutefois comment expliquer la forme de ce nom, Μύλληος, dans lequel on ne peut que remarquer l’emploi du êta, dont on peut rapprocher l’omega du no 31 (Σουσικρατεία Σοφω[νεία]), deux « anomalies » qui traduisent vraisemblablement une contamination de la koinè : la coexistence de documents en dialecte et en koinè est bien attestée à cette époque. Grammaticalement, à cet endroit du texte, nous sommes dans l’énumération des manumissores après ἀπό, et donc dans un groupe de noms au génitif. Dans ce contexte, Μύλληος ne peut être que le génitif singulier d’un nominatif Μύλλης, bien que cette forme ne soit pas attestée73.

  • 74 Voir e.g. IG IX 2, 546 (Larissa), et 1301b (Azoros) ; A. S. Arvanitopoulos, AEph 1916, p. 78, no 2 (...)
  • 75 Voir L. Darmezin, Les Affranchissements par consécration (1999), no 139.
  • 76 Voir IG IX 2, 102, 109 (iieier s. av. J.‑C.) et 1301 (iiie s. apr. J.‑C.) et l’analyse de R. Bouc (...)

62Cette dédicace contient une précision unique (mais malheureusement lacunaire) dans ce corpus : l’affranchissement s’est fait « conformément à la volonté » [κατ’ τὰν] βέλλεισιν (= κατὰ τὴν βούλησιν) d’une tierce personne, Hageisandros (ou Hageisandra), ce qui nous place dans un contexte d’affranchissement testamentaire, un phénomène relativement rare, mais bien attesté, en Thessalie en particulier. Toutefois, au lieu de l’expression traditionnelle κατὰ τὴν διαθήκην74, on constate la présence d’un substantif abstrait différent, βέλλεισις qui est au thessalien βέλλοµαι ce que βούλησις est à βούλοµαι. On connaît aussi un cas comparable à Thespies en Béotie, où une femme affranchit un esclave κατ’ τὰν ἐντολὰν τῶ παιδός75, « conformément à la demande de son enfant », en se référant également au testament (θείκη) de ce dernier. Toutefois, la référence à la volonté du défunt laisse penser qu’il n’y a justement pas eu de testament et que les héritiers respectent une volonté exprimée mais non écrite. Il existe vraisemblablement des situations similaires dans les quelques affranchissements thessaliens faits κατὰ διανόησιν76, c’est‑à‑dire « conformément à l’intention » des anciens maîtres avant leur mort, mais sans qu’un testament ait été rédigé.

63Quant au défunt dont on a exécuté la volonté en affranchissant Eutychos, son nom ne peut guère être qu’Ἁγείσανδρος (ou Ἁγεισάνδρα) soit sous la forme d’un adjectif à lier à βέλλεισιν, comme nous l’avons restitué (Ἁγεισαν[δρείαν]), soit sous la forme d’un génitif (Ἁγεισάν[δροι]/[δρας]). Les manumissores apparaissent donc comme les exécuteurs testamentaires d’un parent décédé, le père ou la mère, et se composent du conjoint survivant et d’au moins deux enfants, dont le deuxième portait peut‑être le même nom que le défunt (Ἁ[γείσανδρος] ou Ἁ[γεισάνδρα]), en admettant que la dernière lettre visible à la ligne 2 soit un alpha.

64On a vraisemblablement une situation similaire dans les inscriptions où l’affranchis­sement a été fait par un groupe familial, et plus particulièrement dans les nos 10 et 33, si ce n’est dans l’ensemble des inscriptions de ce corpus (voir supra § II.5).

Fig. 13 – Estampage de l’inscription no 13.

Fig. 13 – Estampage de l’inscription no 13.

Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).

14. (Dédicace de) Glaukias fils/dépendant de Soukléas

Inventaire ΔΘΛ 9 (Υποδοµή 9, κυβόλιθος 18). In situ, mais non visible, car le bloc a été réenseveli.
Bloc de marbre gris dont la face antérieure est à peine dégrossie, à l’exception d’un cartouche poli dans lequel est gravée l’inscription.
Dim. du bloc : L. : 1,42 × h. : 0,33 m ; du cartouche : L. : 41 × h. : 14 cm ; h.l. : 1‑2 cm ; int. : 0,3‑0,5 cm.
GHW6350. Estampage no 9 (archives A. Tziafalias, Larissa) ; photographies de la pierre (pl. III) et de l’estampage (fig. 14).
Μειννὸς Πανάµµοι ὑστέρα, γυ-
µνασιάρχεντος Μολύκκοι
Νικουνιδαίοι, Γλαυκίας Σου-
4 κλέαιος ἀπελευθερουθὲς
ἀπὺ Νικασίπποι Πυθογε-
νείοι vacat
Au mois de Panammos, le dernier jour, alors que Molykkos fils de Nikounidas était gymnasiarque, Glaukias fils/dépendant de Soukléas, affranchi par Nikasippos fils de Pythogéneis.

65On retrouve le même système de datation que dans le no 6, avec mention du mois, du jour et du gymnasiarque en exercice.

  • 77 Voir J. L. Garcia Ramon, dans Old and New Worlds in Greek Onomastics (2007), p. 49.
  • 78 Voir Φωνς, p. 70‑71, no 4, l. 17 et p. 94.
  • 79 Dans le LGPN, cette deuxième occurrence est attribuée à Larissa (voir Br. Helly, Ancient Macedonia(...)
  • 80 Voir Chr. Habicht, Demetrias I (1976), p. 157‑159, A (SEG 26, no 672).

66Le nom Μόλυκκος77 (« sale ») est un nom rare qui n’est, pour l’instant, attesté qu’en Thes­salie, à Crannon, Larissa et Gonnoi (neuf occurrences en tout en comptant une forme Μολύκκας) ainsi qu’à Mopsion78. La forme dialectale Νικουνίδας n’a que deux autres attesta­tions, à Gyrton et Larissa, mais, même dans ses formes en koinè (Νικωνίδας/Νικωνίδης), ce nom reste rare : dix occurrences dans l’ensemble du LGPN, dont trois à Larissa. Le nom Σουκλέας fait partie des formes rares de noms communs : en effet, si le nom Σωκλῆς est largement répandu partout, cette forme dialectale (Σουκλέας) n’a que deux attestations, l’une à Larissa, l’autre à Atrax79. L’attestation larisséenne concerne un certain Ἀνθρουπίνας Σουκλέαιος qui apparaît comme le propriétaire d’un terrain dans un registre cadastral80 daté de 200‑190 av. J.‑C. et qui pourrait donc avoir un lien avec le Σουκλέας ci‑dessus (?). La forme Πυθογένεις n’a qu’une autre attestation en Thessalie, à Atrax.

Fig. 14 – Estampage de l’inscription no 14.

Fig. 14 – Estampage de l’inscription no 14.

Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).

15. (Dédicace d’)Heirechos fils/dépendant d’Ératoun

Inventaire ΔΘΛ 43. Kerkis VII, premier gradin, bloc central.
Bloc de marbre gris incurvé, retaillé pour former un gradin par évidement sous le front, ce qui a fait disparaître une grande partie de l’inscription. Il subsiste cependant le haut des lettres de la première ligne.
Dim. du bloc : non mesurées.
GHW6434. Photographie de la pierre (pl. III) ; estampage TH03561 (Archives thessaliennes, Maison de l’Orient, Lyon, fig. 15).
Ε̣ἵ̣ρ̣ε̣χ̣ο̣ς̣ Ἐ̣ρ̣α̣τ̣ο̣ύ̣ν̣ε̣ι̣ο̣ς̣ ἀ̣π̣ὸ̣ Δ̣α̣µ̣α̣σ̣ί̣π̣π̣ο̣ι̣ (traces de lettres ?)
[- - - - ἀπελευθερουθές ὀνέθεικε]
N.C. La séquence finale du nom du manumissor (ΣΙΠΠΟΙ) est assurée et, bien que les quatre premières lettres soient à peine visibles, les hauts de lettres triangulaires que l’on peut discerner concordent avec une séquence ΔΑΜΑ qui nous amène à reconnaître ici le nom Δαµάσιππος. Il semble qu’il y ait des traces d’une ou deux lettres après Δαµασίπποι, mais elles pourraient aussi bien correspondre au début du patronyme du manumissor qu’à des accidents de la pierre.
Heiréchos fils/dépendant d’Ératoun, (affranchi) par Damasippos (fils de - -, a consacré cette offrande).
  • 81 Voir J. L. Garcia Ramon, Verbum 10 (1987), p. 130, § 12.2.
  • 82 Voir Br. Helly, Topoi 15/1 (2007), p. 236‑239 (voir aussi BCH 130 [2006], p. 471‑472).

67Le formulaire est le même que celui des nos 5, 18, 28, 39 et 41. Le nom Εἵρεχος est un hapax ; il correspond très vraisemblablement à la forme dialectale thessalienne du nom Ἥριχος, rare, mais attesté une fois à Thespies (fin ve s. av. J.‑C. ?), tandis que le féminin Ἡρίχα apparaît une fois en Chersonèse de Tauride (ive s. av. J.‑C.) et une fois en Thrace (iiie s. av. J.‑C.). La forme Εἵριχος est également attestée deux fois en Béotie, à Thèbes et à Thespies, aux iiieiie s. av. J.‑C. On a donc ici la forme thessalienne de ce nom, avec une notation <Ε> pour *ι après /r/81, comme dans Ὑβρέστας pour Ὑβρίστας. Étymologiquement, le sens de ce nom nous échappe : il s’agit peut‑être d’un théonyme à partir du nom d’Héra ? Le nom Ἐράτων, largement répandu partout, est rare en Thessalie, où il n’est attesté que deux fois (dont une à Larissa), et nous avons ici la première attestation de sa forme dialectale, Ἐράτουν. On ne connaît pour l’instant qu’un Δαµάσιππος à Larissa, Δαµάσιππος Ἀντιγένειος, tage vers 170 av. J.‑C.82, mais rien ne permet de l’identifier avec le manumissor ci‑dessus.

Fig. 15 – Estampage de l’inscription no 15.

Fig. 15 – Estampage de l’inscription no 15.

Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).

16. Dédicace d’Hermias

Inventaire ΔΘΛ 15 (Υποδοµή 15, κυβόλιθος 29). In situ, mais non visible, car le bloc a été réenseveli.
Bloc de marbre gris dont la face antérieure est à peine dégrossie, à l’exception d’un cartouche poli dans lequel est gravée l’inscription.
Dim. du bloc : L. : 1,42 × h. : 0,30 m ; du cartouche : L. : 20 × h. : 10 cm ; h.l. : 1‑1,2 cm (omicron, 0,8) ; int. : 0,8‑1 cm.
GHW6454. Estampage no 15 (archives A. Tziafalias, Larissa) ; photographies de la pierre (pl. III) et de l’estampage (fig. 16).
Ἑρµίας ἀπελευ-
θερουθὲς ἀπὸ Γνα-
θίπποι καὶ Πρου-
4 τοµάχοι ὀνέθεικε
Hermias, affranchi par Gnathippos et Proutomachos, a consacré (cette offrande).
  • 83 Voir Br. Helly, A. Tziafalias, « Décrets inédits de Larisa organisant la vente de terres publiques (...)

68Hermias fait partie de la petite série des affranchis nommés sans adjectif patronymique (cf. nos 1, 11 et 19), mais on remarque que, fait unique dans ce corpus, les manumissores eux‑mêmes sont nommés sans patronymes. Le nom Γνάθιππος, « à la mâchoire de cheval », est un hapax, ce qui pourrait expliquer l’absence de patronyme. On connaissait par Pausanias (V 24.5) un Γνάθις Θεσσαλός, dédicant d’une statuette de Zeus au sanctuaire d’Olympie ; plus récemment, un Γνάθις, père d’Ἀνθρουπύλος, est apparu à Larissa dans un catalogue de ventes de terrains83 (fin iiie‑début iie s. av. J.‑C.). Deux manumissores portent le nom de Προυτόµαχος dans ce corpus, l’un est fils de Λάκουν (nos 6 et 42), l’autre fils d’Εὔιππος (no 26). Gnathippos et Proutomachos sont certainement unis par des liens familiaux, mais il est impossible de dire lesquels : deux frères, un père et son fils, ou un lien plus lointain ?

Fig. 16 – Estampage de l’inscription no 16.

Fig. 16 – Estampage de l’inscription no 16.

Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).

17. (Dédicace d’)Hippostrata fille/dépendante de Mnasippos

Inventaire ΔΘΛ 24 (Πάροδος, ΠΑ2δ). In situ sur la parodos Ouest, troisième bloc en partant de la gauche.
Grand bloc de marbre gris rectangulaire dont la face antérieure, incurvée et polie, porte l’inscription qui est gravée dans sa partie supérieure, avec des marges importantes à gauche et à droite (30 cm du bord gauche, 15 cm du bord droit).
Dim. de la partie visible du bloc : L. : 1,45 × h. : 0,31 m ; h.l. : 2,1‑2,5 cm ; int. : 1,8‑2 cm.
GHW6358. Estampage no 24 (archives A. Tziafalias, Larissa) ; photographies de la pierre (pl. IV) et de l’estampage (fig. 17).
Ἱππο(σ)τράτα Μνασιππεία ἀπελευθερουθένσα
ἀπὺ Κλευµάχοι Κλεαδαίοι vacat
N.C. L. 1 : ΙΠΠΟΤΡΑΤΑ, sur la pierre.
Hippo(s)trata, fille/dépendante de Mnasippos, affranchie par Kleumachos fils de Kléadas.

69Un autre Mnasippos apparaît dans ce corpus, Μνάσιππος Ἀπολλοδούρειος, qui a donné son consentement à son épouse manumissor (no 33). Ces deux inscriptions constituent les deux premières attestations de ce nom à Larissa, mais il paraît bien hasardeux d’en tirer la conclusion qu’elles puissent concerner une seule et même personne, dans la mesure où ce nom n’a rien de rare dans le reste de la Thessalie, ni ailleurs en Grèce. Le nom du manu­missor Κλεύµαχος, autre forme de Κλεόµαχος, est largement répandu partout, mais son patronyme en revanche, Κλεάδας, fait partie des noms rares : neuf attestations dans l’ensemble du LGPN, dont une seule en Thessalie, à Thèbes de Phthiotide (iiieiie s. av. J.‑C.).

Fig. 17 – Estampage de l’inscription no 17.

Fig. 17 – Estampage de l’inscription no 17.

Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).

Planche IV – Inscriptions nos 17, 18 et 20 à 25.

Planche IV – Inscriptions nos 17, 18 et 20 à 25.

Cl. A. Tziafalias.

18. Dédicace de Kléou fille/dépendante d’Hermaphilos

Inventaire ΔΘΛ 5 (Υποδοµή 5, κυβόλιθος 10). In situ, mais non visible, car le bloc a été réenseveli.
Bloc de marbre gris dont la face antérieure est à peine dégrossie, à l’exception d’un cartouche poli dans lequel est gravée l’inscription.
Dim. du bloc : L. : 1,02 × h. : 0,26 m ; du cartouche : L. : 28 × h. : 12 cm ; h.l. : 1,4‑1,6 cm (phi, 2,5) ; int. : 0,7‑2 cm.
GHW6345. Estampage no 5 (archives A. Tziafalias, Larissa) ; photographies de la pierre (pl. IV) et de l’estampage (fig. 18).
Κλεοὺ Ἑρµαφιλεία
ἀπὺ Ἀµφινόοι Μνα-
σιµαχείοι ἀπελευθε-
4 ρουθένσα ὀνέθεικε
Kléou fille/dépendante dHermaphilos, affranchie par Amphinoos fils de Mnasimachos, a consacré (cette offrande).

70Κλεού est le première attestation de la forme dialectale d’un nom féminin (Κλεώ) bien connu partout. Le nom Ἑρµάφιλος, assez répandu ailleurs, n’apparaît qu’une fois en Thessalie, à Démétrias (iiieiie s. av. J.‑C.). Ἀµφίνοος, « indécis, prudent », est en revanche un nom rare, comme les autres noms construits sur cette racine (Ἀµφινόα, Ἀµφίνους), et il n’est attesté qu’en Thessalie, à Crannon et Larissa (iiie s. av. J.‑C.).

Fig. 18 – Estampage de l’inscription no 18.

Fig. 18 – Estampage de l’inscription no 18.

Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).

19. Dédicace de Léontiskos

Pierre à présent disparue. Elle se trouvait au musée de Larissa (ancienne collection, no 321) où H. G Lolling, E. M. Pridik et O. Kern l’ont vue.
Plinthe de marbre bleu, épaisse, retaillée en bouche de fontaine, c’est‑à‑dire percée d’un trou pour faire passer un tuyau, et polie sur la face antérieure uniquement. Du temps de Kern, la pierre était brisée en deux morceaux recollés, mais Pridik n’en a vu que la moitié droite.
Dim. inconnues, mais Pridik donne les dimensions de la partie droite : h. : 25,5 × l. : 26,5 cm ; prof. : 86 ; h.l. : 1,2 à 2,5 cm (Pridik) ; 1 à 2 cm (Kern).
GHW4124
Éd. H. G. Lolling, MDAI(A) 8 (1883), p. 112, no 3 (pierre entière) ; E. M. Pridik, Bulletin de l’Institut archéologique russe de Constantinople I (1896), p. 125, no 108 (partie droite : ἐλευθερουθεὶς | Τυφείοι ὀνέθεικ[εν) ; O. Kern, IG IX 2, 594 avec fac‑similé (pierre reconstituée).
Fac‑similé ci‑dessous (fig. 19).
Λεοντίσκος ἀπελευθερουθὲ<ι>ς
ἀπὺ Στράτουνος Κοττυφείοι ὀνέθεικ[ε]
N.C. L. 1 : Lolling, Pridik et Kern ont lu ἀπελευθερουθείς et non ἀπελευθερουθές comme dans les autres dédicaces. Erreur collective ou graphie différente ? Plus vraisemblablement correction automatique d’une forme inconnue des éditeurs (mais aucun apparat critique ne le dit).
Léontiskos, affranchi par Stratoun fils de Kottyphos, a consacré (cette offrande).

71Comme dans les nos 1, 11 et 16, l’affranchi est cité sans adjectif patronymique. Le nom Κόττυφος, « le merle », est un nom rare dont on ne connaît que sept attestations, toutes thessaliennes, à Lamia (ive s. av. J.‑C.), Pharsale (deuxième moitié du ive s. av. J.‑C.) et Larissa (entre la fin du iiie et la fin du ier s. av. J.‑C.), tandis que Κοττύφα apparaît une fois à Atrax et une fois à Phères. Hors Thessalie, le nom existe aussi sous la forme Κόσσυφ‑, mais il est tout aussi rare (sept occurrences).

Fig. 19 – Inscription no 19 (fac‑similé O. Kern, IG IX 2, 594).

Fig. 19 – Inscription no 19 (fac‑similé O. Kern, IG IX 2, 594).

Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).

20. (Dédicace de) Myrsina fille/dépendante de T- - -

Inventaire ΔΘΛ 28 (Κλίµακες, Κ1α). In situ, escalier 1, sur la contremarche de la première marche.
Bloc de marbre gris, retaillé à droite pour faire une marche d’escalier. La face antérieure est polie et porte l’inscription, gravée dans sa partie supérieure avec une grande marge à gauche (52 cm). La partie droite de l’inscription manque.
Dim. de la partie visible du bloc : L. : 0,71 × h. : 0,29 m ; h.l. : 1,8‑2 cm (omicron, 1) ; int. : 1 cm.
GHW6362. Estampage no 28 (archives A. Tziafalias, Larissa) ; photographies de la pierre (pl. IV) et de l’estampage (fig. 20).
Μυρσίνα Τ[- - - - - -]
Θρᾶισσα ἀ[πελευθε]-
ρουθένσα [ἀπὸ - - -]-
4 ρέτας Ἀνδρ[- - - - -]
Myrsina, fille/dépendante de T(- - -), Thrace, affranchie par (- -)réta fille d’Andr(- - -).

72Le nom Μυρσίνα (cf. µυρσίνη, µυρρίνη, µύρτος = « myrte ») apparaît pour la première fois en Thessalie, mais il ne représente qu’une variante des noms en Μυρτ- ou Μυρριν-, largement attestés en Thessalie comme ailleurs. C’est la seule inscription qui précise l’ethnique de l’affranchi, ce qui laisse penser que les autres affranchis étaient vraisembla­blement ἐνδογένεις ou οἰκογένεις.

73D’après la lacune de la ligne 2, et en admettant que les lignes soient d’égale longueur, on peut supposer qu’il ne manque que 4 à 5 lettres pour restituer le nom de la manumissor de Myrsina, mais, avec une fin en -ρέτα, les possibilités sont trop nombreuses pour proposer une restitution (Nikaréta, Mnasaréta, Damaréta, etc. pour s’en tenir aux noms les plus fréquents), et il en va de même pour le patronyme.

Fig. 20 – Estampage de l’inscription no 20.

Fig. 20 – Estampage de l’inscription no 20.

Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).

21. (Dédicace de) Nikaia fille/dépendante de Dikaiidas

Inventaire ΔΘΛ 20 (Πάροδος, ΠΔ1β). In situ, mais non visible, car le bloc a été réenseveli.
Bloc de marbre gris dont la face antérieure est polie et porte l’inscription, gravée avec d’importantes marges à gauche et à droite, mais aussi en haut et en bas.
Dim. : L. : 1,56 × h. : 0,37 m ; h.l. : 1,5‑2,5 cm ; int. : 1,3‑1,5 cm.
GHW6346. Estampage no 20 (archives A. Tziafalias, Larissa, deux exemplaires) ; photographies de la pierre (pl. IV) et de l’estampage (fig. 21).
Νικαία Δικαιιδαία ἀπελευθερουθένσα
ἀπὺ Δαµαινέτας Διοννυσογενείας
Nikaia, fille/dépendante de Dikaiidas, affranchie par Damainéta fille de Dionnysogéneis.

74Bâtie sur un nom très largement répandu (Δικαῖος), la forme Δικαιΐδας (ou Δικαΐδας) ne se trouve qu’en Thessalie, à Atrax (quatre occurrences) et Crannon (une occurrence), aux iiie et iie s. av. J.‑C.

75Διοννυσογένεις est la première attestation de la forme dialectale d’un nom assez peu répandu, Διονυσογένης (vingt‑trois occurrences dans le LGPN), qui n’est attesté qu’une fois en Thessalie, à Démétrias au iie s. av. J.‑C.

Fig. 21 – Estampage de l’inscription no 21.

Fig. 21 – Estampage de l’inscription no 21.

Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).

22. (Dédicace de) Nikaia fille/dépendante de Soukrateis

Inventaire ΔΘΛ 19 (Πάροδος, ΠΔ1γ). In situ, mais non visible, car le bloc a été réenseveli.
Bloc de marbre gris dont la face antérieure est polie et porte l’inscription, gravée dans un cartouche plus finement poli que le reste de la face.
Dim. du bloc : L. : 1,63 × h. : 0,31 m ; h.l. : 1,6‑1,7 cm ; int. : 0,8‑1,5 cm.
GHW6352. Estampage no 19 (archives A. Tziafalias, Larissa) ; photographies de la pierre (pl. IV) et de l’estampage (fig. 22).
Νικαίαν Σουκρατείαν
ἀπελευθερουθένσα ἀπὸ
Φαλαίκοι Προµαχείοι
N.C. L. 2 : à la fin de la ligne, les lettres ΠΟ sont gravées hors du champ poli.
(Cette offrande officialise/entérine?) Nikaia, fille/dépendante de Soukrateis, (comme) affranchie par Phalaikos fils de Promachos.

76C’est l’un des deux cas où le nom de l’affranchi-dédicant est à l’accusatif, mais avec le participe au nominatif (cf. no 31), ce qui évoque l’existence de deux formulaires concurrents, dont l’un était peut‑être tombé en désuétude et dont ne subsis­tait qu’un accusatif « fi gé » (?). Quoi qu’il en soit, c’est une caractéristique qui n’existe pas dans les listes d’affranchissements postérieures.

77Avec douze attestations dans le LGPN, le nom Φάλαικος peut être considéré comme rare et, en Thessalie, on ne le relève que quatre fois, à Thèbes de Phthiotide, Narthakion et Pharsale, entre le ive et le iie s. av. J.‑C. Πρόµαχος, un peu plus répandu, n’apparaît que trois fois en Thessalie, à Mélitaia et Angéiai (iie et ier s. av. J.‑C.) ainsi qu’à Larissa, sous la forme Προµάχιος, au iiie s. av. J.‑C.

Fig. 22 – Estampage de l’inscription no 22.

Fig. 22 – Estampage de l’inscription no 22.

Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).

23. Dédicace de Nikasou fille/dépendante de Nikoun

Inventaire ΔΘΛ 6 (Υποδοµή 6, κυβόλιθος 14). In situ, mais non visible, car le bloc a été réenseveli.
Bloc de marbre gris dont la face antérieure est à peine dégrossie, à l’exception d’un cartouche poli dans lequel est gravée l’inscription.
Dim. du bloc : L. : 1,45 × h. : 0,26 m ; du cartouche : L. : 39 × h. : 15 cm ; h.l. : 1,7‑1,8 cm (omicron, 1,3 ; upsilon : 3) ; int. : 0,9‑1 cm.
GHW6438. Estampage no 6 (archives A. Tziafalias, Larissa) ; photographies de la pierre (pl. IV) et de l’estampage (fig. 23).
Νικασοὺ Νικουνεία
ἀπελευθερουθένσ-
α ἀπὺ Ἀριστοκλείδα
4 Ἀλχιππείοι (sic) ὀνέθ̣ε̣[ικε]
N.C. L. 2-3 : c’est l’un des rares exemples de coupe non-syllabique (voir no 34). L. 3 : l’upsilon de ἀπύ est très proche de la forme cursive ; on retrouve la même caractéristique dans le no 37 (mu de la l. 4), ce qui laisse penser que ces deux inscriptions sont de la même main.
Nikasou fille/dépendante de Nikoun, affranchie par Aristokleidas fils d’Alchippos, a consacré (cette offrande).

78On remarque évidemment la gravure d’un chi à la place du kappa dans Ἀλχιππείοι, mais sans pouvoir dire s’il s’agit d’une erreur du lapicide ou d’un trait linguistique. On a vraisemblablement un phénomène similaire dans le no 2 (Ἀµµίχα). Νικασού est la première attestation dialectale d’un nom féminin (Νικασώ) assez peu répandu (25 occurrences dans le LGPN), dont on ne connaissait jusqu’à présent qu’une attestation en Thessalie, à Chyrétiai (fin ier s. av. J.‑C.).

Fig. 23 – Estampage de l’inscription no 23.

Fig. 23 – Estampage de l’inscription no 23.

Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).

24. (Dédicace de) P[- - -]

Inventaire ΔΘΛ 27 (Πάροδος, ΠΑ2α). In situ sur la parodos Ouest, sixième bloc en partant de la gauche.
Grand bloc de marbre gris rectangulaire dont la face antérieure, incurvée et polie, porte, outre l’inscription, un tenon de bardage, contemporain de l’inscription (ou antérieur). L’inscription est gravée dans la partie supérieure, au‑dessus du tenon, avec d’importantes marges à gauche et à droite (29 cm du bord gauche, 60 cm du bord droit). Une encoche, creusée le long de la partie supérieure du bloc, a fait disparaître la majeure partie de la première ligne de l’inscription.
Dim. de la partie visible du bloc : L. : 1,43 × h. : 0,30 m ; h.l. : 1,8‑2 cm (omicron, 1) ; int. : 1,5 cm.
GHW6360. Estampage no 27 (archives A. Tziafalias, Larissa) ; photographies de la pierre (pl. IV) et de l’estampage (fig. 24).
Π̣[- ca. 12-13 l.-] ἀ̣π̣ε̣λ̣ε̣υ̣θ̣ε̣ρ̣ο̣υ̣[θὲς/θένσα]
ἀπὸ Νικοστράτας Πιθουνείας
N.C. L. 1 : on ne voit que l’extrême bas des lettres pointées.
P[- - - affranchi(e)] par Nikostrata fille de Pithoun.

Fig. 24 – Estampage de l’inscription no 24.

Fig. 24 – Estampage de l’inscription no 24.

Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).

25. Dédicace de Parmonis fille/dépendante de Kléarchos

Inventaire ΔΘΛ 3 (Υποδοµή 3, κυβόλιθος 8). In situ, mais non visible, car le bloc a été réenseveli.
Bloc de marbre gris dont la face antérieure est à peine dégrossie, à l’exception d’un cartouche poli dans lequel est gravée l’inscription.
Dim. du bloc : L. : 1,55 × h. : 0,26 m ; du cartouche : L. : 34 × h. : 14 cm ; h.l. : 1,8‑1,9 cm (omicron, 1,2) ; int. : 0,4‑0,5 cm.
GHW6349. Estampage no 3 (archives A. Tziafalias, Larissa) ; photographies de la pierre (pl. IV) et de l’estampage (fig. 25).
Éd. A. Tziafalias, « Αρχαιολογικές έρευνες στη Λάρισα », Πρακτικ του ΑΙστορικο, αρχαιο­λογικο Συµποσου. Λρισα - Παρελθν και µλλον (1985), p. 56‑78 (SEG 35, 616).
Παρµονὶς Κλεαρχεία
ἀπελευθερουθέν-
σα ἀπὸ Μνασία Που-
4 ταλείοι ὀνέθεικε
Parmonis fille/dépendante de Kléarchos, affranchie par Mnasias fils de Poutalos, a consacré (cette offrande).
  • 84 Voir K. Gallis, Ancient Macedonia II (1977), p. 36‑38 (SEG 27, 202) (GHW3334).

79Le manumissor Μνασίας Πουτάλειος apparaît comme l’un des cinq tages dans un décret honorifique de la cité de Larissa pour Chrysogonos fils de Pyrrhichos d’Édessa, daté de la fin du iiie s. av. J.‑C. (vers 220‑200)84. Il est aussi, très vraisemblablement, le père du manumissor Νυµείνιος Μνασίαιος (no 29). Le nom Πούταλος/Πώταλος, dont l’étymologie nous demeure obscure, est rare (quatorze occurrences dans le LGPN, toutes formes confondues) : attesté en Béotie (ve et iiie s. av. J.‑C.) et en Macédoine (ive s. av. J.‑ C.), c’est en Thessalie qu’il est le plus répandu et plus particulièrement à Larissa, d’où proviennent cinq des sept attestations thessaliennes (huit avec la dédicace ci‑dessus), entre la fin du iiie s. et la fin du ier s. av. J.‑C. On peut très vraisemblablement y ajouter un stratège fédéral nommé Πώταλος, mais sans patronyme ni ethnique, qui date une déclaration d’affranchissements inédite de Dolichè (GHW6494C). Dans le chapitre des affranchissements de la Tripolis qu’il prépare, R. Bouchon place ce stratège vers le milieu du ier s. apr. J.‑C. et considère que, dans la mesure où les seules fonctions officielles connues pour des individus nommés Πούταλος/Πώταλος (tage et gymnasiarque) se trouvent dans des documents de Larissa, le stratège Πώταλος devait en venir lui aussi.

Fig. 25 – Estampage de l’inscription no 25.

Fig. 25 – Estampage de l’inscription no 25.

Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).

26. (Dédicace de) Philoun fils/dépendant de Périgéneis

Inventaire ΔΘΛ 12 (Υποδοµή 12, κυβόλιθος 22). In situ, mais non visible, car le bloc a été réenseveli.
Grand bloc de marbre gris rectangulaire dont la face antérieure est polie et porte, outre l’inscription, un tenon de bardage, contemporain de l’inscription (ou antérieur). L’inscription est gravée dans la partie supérieure, au‑dessus du tenon, sur une zone plus finement polie que le reste de la face.
Dim. : L. : 1,52 × h. : 0,31 m ; h.l. : 2,5‑3 cm (omicron/thêta, 1,8) ; int. : 1,5 cm.
GHW6351. Estampage no 12, (archives A. Tziafalias, Larissa, deux exemplaires) ; photographies de la pierre (pl. V) et de l’estampage (fig. 26).
Φίλουν Περιγένειος ἀπελευθερ[ο]υ̣θὲς
ἀπὺ Προυτοµάχοι Εὐιππείοι vacat
Philoun fils/dépendant de Périgéneis, affranchi par Proutomachos fils d’Euippos.
  • 85 Ce texte (un arbitrage dans un conflit à propos d’un terrain aux alentours du théâtre de Larissa) (...)

80La forme dialectale Περιγένεις apparaît pour la première fois en Thessalie, ce qui porte à deux le nombre d’attestations de cette forme, avec celle d’Akraiphia en Béotie (iie s. av. J.‑C.), mais la forme en koinè (Περιγένης) est largement attestée partout. Assez courant ailleurs, Εὔιππος est rare en Thessalie où il n’est attesté que deux fois à Larissa. L’une de ces attestations, l’épitaphe d’un couple formé par Εὔιππος Γοργίλειος et Γοργονίσκα Φιλοξενιδαία (IG IX 2, 698), pourrait correspondre aux parents de notre Προυτόµαχος (?), mais la seconde (IG IX 2, 522), datée de la fin du iiie‑début du iie s. av. J.‑C. par O. Kern, est en fait plus tardive (milieu du iie s. av. J.‑C.)85.

Fig. 26 – Estampage de l’inscription no 26.

Fig. 26 – Estampage de l’inscription no 26.

Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).

27. (Dédicace de) Physis fille/dépendante de Patroun

Inventaire  ΔΘΛ 45 (Κλίµακες). In situ, Kerkis IX, premier gradin, bloc central.
Bloc de marbre gris incurvé, retaillé pour servir de gradin avec évidement de la face antérieure sous le bandeau : il ne subsiste de l’inscription d’origine que la première ligne.
Dim. de la partie visible du bloc : L. : 1,14 × h. : 0,37 m ; h.l. : 1,4‑1,6 cm.
GHW6366. Estampage no 45 (archives A. Tziafalias, Larissa) ; photographies de la pierre (pl. V) et de l’estampage (fig. 27).
Φ̣̣ύ̣σ̣ις Πατρουνεία ἀπελευθερουθένσα
[ἀπὸ - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -]
Physis, fille/dépendante de Patroun, affranchie par - - - - -

81Φύσις apparaît pour la première fois en Thessalie et fait partie des noms rares avec cinq attestations dans le LGPN, auxquelles s’ajoute une forme Φούσις à Tanagra.

Fig. 27 – Estampage de l’inscription no 27.

Fig. 27 – Estampage de l’inscription no 27.

Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).

Planche V – Inscriptions nos 26, 27, 29 à 33 et 36.

Planche V – Inscriptions nos 26, 27, 29 à 33 et 36.

Cl. A. Tziafalias.

28. (Dédicace de) Pyth[- - - -]

Non répertorié dans l’inventaire.
Nous ne disposons que d’une photographie de l’estampage : l’inscription semble gravée dans un cartouche poli.
Dim. inconnues ; h.l. : 0,8‑1 cm ; int. : 0,6 cm.
GHW6456. Estampage sans numéro (archives A. Tziafalias, Larissa) ; pas de photographie de la pierre ; photographie de l’estampage (fig. 28).
Πυθ[- - - - - -]
ἀπὺ ΣΙ[- - - - -]
Εὐβιο[τείοι?]
4 ἀπελ̣[ευθερου]
θένσ̣[α - - - - -]
N.C. Sigma et epsilon lunaires, (cf. nos 6, 29, 34 [?], 39 et 41). L. 2 : on voit une haste après le sigma ; iota ou partie gauche d’une autre lettre ?

82La forme du participe établit que l’affranchie est une femme, mais les noms commençant par Πυθ- sont trop nombreux pour permettre une restitution.

Fig. 28 – Estampage de l’inscription no 28.

Fig. 28 – Estampage de l’inscription no 28.

Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).

29. (Dédicace de) Rheisos fils/dépendant de Théagéneis

Inventaire ΔΘΛ 21 (Πάροδος, ΠΑ1β). In situ, mais non visible, car le bloc a été réenseveli.
Grand bloc de marbre gris rectangulaire dont la face antérieure est polie et porte, outre l’inscription, un tenon de bardage, contemporain de l’inscription (ou antérieur). L’inscription est gravée dans la partie supérieure, au‑dessus du tenon, avec d’importantes marges à gauche et à droite.
Dim. : L. : 1,56 × h. : 0,29 m ; h.l. : 2,5‑3 cm ; int. : 1,5‑2 cm.
GHW6354. Estampage no 21 (archives A. Tziafalias, Larissa) ; photographies de la pierre (pl. V) et de l’estampage (fig. 29).
4 Ῥεῖσος Θεαγένειος
ἀπελευθερουθὲς
ἀπὸ Νυµεινίοι vac.
Μνασιαίοι vacat
N.C. sigma et epsilon lunaires, comme dans les nos 6, 28, 34(?), 39 et 41.
Rheisos, fils/dépendant de Théagéneis, affranchi par Nymeinios fils de Mnasias.
  • 86 DELG, s.v. L. Dubois nous signale cependant que l’apparition de la forme Ϝρῆσος sur un vase attiqu (...)
  • 87 La référence du LGPN à un Ῥῆσος de Kleitor, dans une inscription de Delphes au début du iiie s. av (...)

83Ῥεῖσος est la première attestation de la forme dialectale du nom Ῥῆσος, un nom rare (huit occurrences dans le LGPN) encore non attesté en Thessalie. C’est le nom d’un héros homérique, chef du contingent thrace, qui sera tué très tôt dans la guerre par Diomède (Iliade, X) ou Ulysse (Euripide, Tragédies, Tome VII, 2e partie [2004]). L’étymologie est considérée comme douteuse (= ἀρχός ?) par P. Chantraine86 et l’essentiel des attestations date des premiers siècles avant ou après J.‑C. ou de l’époque impériale87. On peut remarquer au passage qu’une seule attestation vient de Thrace et encore correspond‑elle à un nom romain (C. Iulius Resus) au ier s. apr. J.‑C. Νυµείνιος est la forme dialectale du nom Νουµήνιος, « de la nouvelle lune », largement répandu partout sauf en Thessalie où il n’est attesté que deux fois, à Thèbes de Phthiotide et à Lamia aux iieier s. av. J.‑C. Diverses formes dialectales sont connues (Νιοµείνιος, Νιουµείνιος, Νιυµείνιος, etc.) essentiellement en Béotie. En Thessalie, on ne relève que Νουµείνιος (Phères, iie s. av. J.‑C.) et cette forme Νυµείνιος qui n’avait jusque là qu’une attestation à Larissa. Cette deuxième attestation concerne en fait le même personnage, Νυµείνιος Μνασίαιος, qui est l’un des tages dans la seconde lettre de Philippe V, datée de 215/4 (IG IX 2, 517) et apparaît ici comme manumissor. C’est aussi, très vraisemblablement, le fils de Μνασίας Πουτάλειος, tage à la fin du iiie s. av. J.‑C. et manumissor dans le no 25.

Fig. 29 – Estampage de l’inscription no 29.

Fig. 29 – Estampage de l’inscription no 29.

Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).

30. (Dédicace de) Rhoda fille/dépendante de Keléas

Inventaire ΔΘΛ 46 (8) (Κλίµακες). In situ, Kerkis IX, premier gradin, bloc droit.
Bloc de marbre gris incurvé, retaillé pour servir de gradin avec évidement de la face antérieure sous le bandeau : il ne subsiste de l’inscription d’origine que quelques lettres de la première ligne légèrement descendante.
Dim. : L. : 1,14 × h. : 0,34 m ; h.l. : 2‑2,6 cm.
GHW6203. Estampage no 46 (archives A. Tziafalias, Larissa) ; photographies de la pierre (pl. V) et de l’estampage (fig. 30).
Ῥόδα Κελ̣[ε]αία̣ [ἀπελευθερουθένσα ἀπὸ - - - -?]
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -?
N.C. La surface est abrasée entre le lambda et l’alpha, il n’y a guère place que pour une lettre large ou deux étroites.
Rhoda fille/dépendante de Kél(é)as, affranchie par - - - - -

84Le nom Ῥόδα, connu en Béotie, n’est pas attesté en Thessalie mais à Démétrias, en Magnésie, par une occurrence d’époque impériale. Compte tenu de la place disponible, des rares noms existants commençant par Κελ- et finissant en -ας, l’adjectif patronymique ne peut guère correspondre qu’à Κελέας, un nom qui n’est connu que par Héro­dote (V 46) comme celui d’un des compagnons spartiates de Dorieus, partis avec lui pour coloniser la Sicile. C’est donc un nom rare de plus, peut‑être fondé sur κελεός, « le pivert ».

Fig. 30 – Estampage de l’inscription no 30.

Fig. 30 – Estampage de l’inscription no 30.

Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).

31. (Dédicace de) Sousikratéia fille/dépendante de Sophôn

Inventaire ΔΘΛ 31 (Κλίµακες, Κ1β). In situ. Kerkis I, deuxième gradin, sur le côté gauche du bloc gauche.
Bloc de marbre gris, retaillé à droite, dont la face antérieure est polie et porte l’inscription, gravée à 32 cm du bord gauche et dont la moitié droite manque. Sur le dessus, une encoche à usage de repose‑pieds a été recreusée.
Dim. de la partie visible du bloc : L. : 0,70 × h. : 0,25‑0,30 m ; h.l. : 1,8‑2 cm ; int. : 0,4‑0,6 cm.
GHW6361. Estampage no 31 (archives A. Tziafalias, Larissa) ; photographies de la pierre (pl. V) et de l’estampage (fig. 31).
Σουσικρατείαν Σοφω[νείαν]
ἀπελευθερουθένσα ἀπὸ
Ἀστοµένεος καὶ Λυκόρµ[α]
4 Παναγαθείοι vacat
(Cette offrande officialise/entérine?) Sousikratéia, fille/dépendante de Sophôn, (comme) affranchie par Astoméneis et Lykormas, les fils de Panagathos.
  • 88 310 et non 338/7 comme l’indique Chr. Habicht, Chiron 13 (1983), p. 26, 9a (il s’agit des 69e Pyth (...)
  • 89 Voir Br. Helly, Chiron 36 (2006), p. 171‑203.
  • 90 Voir Br. Helly, A. Tziafalias, BCH 128‑129 (2004‑2005), p. 378‑406, no I.

85Comme dans le no 22, le nom de l’affranchie est à l’accusatif, mais le participe au nominatif. On remarque également l’adjectif patronymique de l’affranchie, qui contient un omega, phénomène comparable au êta de Μύλληος dans le no 13. La présence de cet omega permet de restituer l’adjectif patronymique de Sousikratéia, puisque les possibilités de noms commençant par Σοφω- sont au nombre de deux : Σόφων ou son dérivé Σοφωνιανός, lequel peut être exclu ici, puisqu’il n’est attesté qu’à l’époque impériale. Σόφων n’est pas très répandu (35 attestations dans le LGPN) et, en Thessalie, on ne connaissait jusque là que sa forme dialectale (Σόφουν) dans une inscription de Phalanna (iiie s. av. J.‑C.). Le nom Λυκόρµας est très rare ; on en avait quatre attestations qui, à une exception près (Athènes, veive s. av. J.‑C.), proviennent de Thessalie, une de Gonnoi (début iie s. av. J.‑ C.), et deux de Larissa : Λυκόρµας Λαρισαῖος, vainqueur aux Pythia de 31088 av. J.‑C., et Λυκόρµας Ἀδαµάντειος, l’un des contributeurs à la réfection du gymnase en 192‑186 av. J.‑C., peut‑être un descendant du précédent. Il convient d’y ajouter à présent deux attestations supplémentaires : Λ[υκ]όρµας Χαριδάµειος, gymnasiarque dans un décret de la cité pour Bombos d’Alexandrie de Troade89, au milieu du iie s. av. J.‑C., et le manumissor ci‑dessus qui pourrait être contemporain du contributeur du gymnase. Il en va de même pour Πανάγαθος qui n’est attesté que deux fois dans l’ensemble du LGPN : une fois à Rhodes (Lindos, 325 av. J‑C.) et une fois à Larissa, où il apparaît comme le patronyme d’un tage au iiie s. av. J.‑C. (Αἰνεισσάδας Παναγάθειος, IG IX 2, 513). Il faut à présent y ajouter deux autres attestations, toujours comme patronyme et toujours à Larissa : le tage Ἱππόνοος Παναγάθειος dans un décret de la cité pour Bacchios de Mytilène90 (début du iie s. av. J.‑ C.) et les manumissores ci‑dessus. On remarque que ces personnages paraissent à peu près contemporains (fin iiie‑début iie s. av. J.‑C.), mais on manque d’éléments assez précis pour affirmer que ces patronymes correspondent à une seule et même personne. Toutefois, la rareté de ces noms (Λυκόρµας et Πανάγαθος) permet au moins d’y voir plusieurs générations, et plusieurs branches, d’une même famille. On remarquera d’autre part que l’accord de l’adjectif patronymique (Παναγαθείοι) se fait au singulier avec le dernier nom, contrairement à ce qu’on peut observer dans d’autres dédicaces à manumissores multiples (nos 10 et 40).

Fig. 31 – Estampage de l’inscription no 31.

Fig. 31 – Estampage de l’inscription no 31.

Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).

32. Dédicace de Sousos fils/dépendant de Sousos

Inventaire ΔΘΛ 16 (Υποδοµή 16, κυβόλιθος 30). In situ, mais non visible, car le bloc a été réenseveli.
Bloc de marbre gris dont la face antérieure est à peine dégrossie, à l’exception d’un cartouche poli dans lequel est gravée l’inscription.
Dim. : L. : 1,31 × h. : 0,26 m ; du cartouche : L. : 25 × h. : 9 cm ; h.l. : 1‑1,2 cm ; int. : 0,3‑0,8 cm.
GHW6347. Estampage no 16 (archives A. Tziafalias, Larissa) ; photographies de la pierre (pl. V) et de l’estampage (fig. 32).
Σοῦσος Σούσειος
ἀπελευθερουθὲς
ἀπύ <πυ> Πολυκλείτ̣οι
4 Μεννιδαίοι ὀνέθεικε
N.C. L. 3 : à la fin de la ligne, on ne voit que la haste du tau. L. 4 : le dernier epsilon a été gravé « hors champ ».
Sousos, fils/dépendant de Sousos, affranchi par Polykleitos fils de Mennidas, a consacré (cette offrande).

86Μεννίδας est un nom rare (sept occurrences dans le LGPN), qui n’a qu’une autre attestation thessalienne, à Kiérion (iie s. av. J.‑C.), à laquelle on peut ajouter deux attestations de la forme Μεννείδας, à Crannon (iiie s. av. J.‑C.) et Phères (fin ive s. av. J.‑ C.). On re­trouve le même manumissor dans le no 37 où il affranchit Ζούπυρος Ἀγαθ[ού]νειος.

Fig. 32 – Estampage de l’inscription no 32.

Fig. 32 – Estampage de l’inscription no 32.

Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).

33. (Dédicace de) Soussas fils/dépendant de Platour

Inventaire ΔΘΛ 13 (Υποδοµή 13, κυβόλιθος 23). In situ, mais non visible, car le bloc a été réenseveli.
Bloc de marbre gris rectangulaire dont la face antérieure est polie et porte l’inscription avec d’importantes marges à gauche et à droite.
Dim. : L. : 1,53 × h. : 0,30 m ; h.l. : 1,3‑1,5 cm ; int. : 0,6‑1 cm.
GHW6420. Estampage no 13 (archives A. Tziafalias, Larissa, deux exemplaires) ; photographies de la pierre (pl. V) et de l’estampage (fig. 33).
Cf. Br. Helly, « Deux notes lexicographiques sur des inscriptions thessaliennes inédites », à paraître dans les Actes du 6e Colloque international de dialectologie grecque (Nicosie, septembre 2011), § 2.
Σούσσας Πλατού(ρ)ειος ἀπελευθερουθὲς ἀπὸ
Πιστογένεος Θεµιστοκλεαίοι καὶ Ἑρµιόνας
Θεµιστοκλεαίας ἐπιλιάσαντος Μνασίπποι
4 Ἀπολλοδουρείοι τοῖ ἀνδρὸς καὶ Ἀγεισιπόλιος
Θεµιστοκλεαίας ἐπιλιάσαντος τοῖ ἀνδρὸς
Πολυνείκεος Γλαυκιαδαίοι vacat
N.C. L. 1: le graveur avait d’abord écrit ΠΛΑΤΟΥΝΕΙΟΣ, puis il a un rajouté un rho, chevauchant la partie gauche du nu.
Soussas, fils/dépendant de Platour, affranchi par Pistogéneis fils de Thémistokléas et Hermiona fille de Thémistokléas, avec l’accord de Mnasippos fils d’Apollodouros son mari, et par Ageisipolis fille de Thémistokléas, avec l’accord de son mari Polyneikeis fils de Glaukiadas.
  • 91 Dans une épitaphe d’époque impériale (IG IX 2, 953), ce qui évoque une forme dialectale « fossilis (...)
  • 92 CID II (1989), no 119, l. 18 (Γλαυκιάδας Τηλ[- - - -]).

87Σούσσας est une forme dialectale encore non attestée (voir no 6) d’un nom, Σωσίας, largement répandu partout. Pour l’adjectif patronymique de la ligne 1, la correction du graveur conduit à penser qu’il correspond à la forme dialectale du nom illyrien Πλάτωρ, dans la mesure où le nom *Πλατουρνος, qu’évoque la gravure en l’état, ne peut pas exister. Πλάτουρ est largement attesté en Illyrie, mais apparaît pour la première fois en Thessalie, où l’on connaissait toutefois la forme féminine, Πλατούρα, à Larissa91. Le nom du manumissor fait partie des noms rares : Πιστογένεις est la première attestation de la forme dialectale du nom Πιστογένης, dont on ne trouve que quatre occurrences dans le LGPN. Le nom Γλαυκιάδας n’a qu’une autre attestation dans une liste de naopes thessaliens à Delphes (fin ive s. av. J.‑C.)92, mais elle correspond à un naope dont le patronyme et l’ethnique ont disparu.

88Cette inscription est intéressante à plus d’un titre : d’une part par la composition du groupe des co‑manumissores, un frère et ses deux sœurs mariées, d’autre part par la mention de l’accord ou de l’assistance des époux des deux sœurs.

Fig. 33 – Estampage de l’inscription no 33.

Fig. 33 – Estampage de l’inscription no 33.

Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).

Des femmes héritières au même titre que leur frère ?

  • 93 Voir A.‑M. Vérilhac, Cl. Vial, Le Mariage grec du vie siècle av. J.‑C. à l’époque d’Auguste, BCH S (...)

89Comme nous l’avons vu précédemment (voir § II.5 et commentaire du no 13), l’affranchissement évoqué dans cette inscription concerne vraisemblablement un esclave que les co‑manumissores ont hérité de leur père, Thémistokléas. Dans le cas contraire, en effet, on ne saurait expliquer comment un groupe composé d’un homme et de ses deux sœurs mariées pouvait posséder un esclave en commun. Or, pour autant qu’on sache, et en dehors des cas de fille épiclère, c’étaient les garçons qui héritaient, dans la mesure où les filles recevaient à leur mariage une dot qui leur demeurait acquise à vie. On connaît toutefois, en Égypte, des cas de dot versée en deux temps : une partie au moment du mariage et le complément au décès du père93 : peut‑être en avons‑nous ici une illustration en Thessalie ?

Existence de la tutelle enThessalie ?

  • 94 On en connaît actuellement neuf attestations avec des verbes comme συνευδοκέω, συνευαρεστέω ou συν (...)
  • 95 Voir e.g. à Larissa (IG IX 2, 562, l. 12‑14, début ier s. av. J.‑C. ; N. Giannopoulos, AEph 1930, (...)
  • 96 Voir Chr. Habicht (n. 80), p. 157‑173 (SEG 26, 672‑676).
  • 97 Voir Cl. Vial, « La femme grecque : statut et subordination », dans Cl. Baladier, Chr. Chandezon ( (...)
  • 98 Voir Br. Helly, A. Tziafalias (n. 83), p. 135‑249.

90Dans ce qui apparaît à première vue comme une clause d’eudokésis, les maris des deux femmes ont donné leur consentement à l’affranchissement de Soussas. Même si elle est relativement rare en Thessalie94, du fait du caractère particulièrement abrégé des listes thessaliennes, cette clause, destinée à prévenir toute contestation du statut de l’affranchi par les héritiers du manumissor, est fréquente dans les affranchissements. Le terme employé ici, l’hapax ἐπιλιάσαντος, pose toutefois question. Dans son étude de ce terme, Br. Helly (voir lemme) montre que ce mot présente un rapport sémantique avec les verbes ἐπιλίηµι, « permettre », λιάζοµαι, « se retirer », et λίναµαι, « abandonner » et le considère comme une nouvelle expression du consentement des héritiers à l’affranchissement d’un esclave, à côté des autres verbes et expressions employés en Thessalie. Il cite cependant une glose d’Hésychius pour qui ἐπιλίηµι est synonyme d’ἐπιτρέπειν, le verbe qui exprime généralement le fait d’assurer la tutelle d’un enfant mineur, ce qui nous amène à nous interroger sur la nature de l’autorisation exprimée ici : simple consentement ou validation légale de l’acte des deux femmes ? On admet généralement que les femmes thessaliennes n’étaient pas soumises à la tutelle mais, sans prétendre traiter ici de cette question en profondeur, il faut souligner que cette affirmation repose uniquement sur l’examen des actes d’affranchissement et sur le fait que les femmes procèdent seules à cet acte, sans mention d’un kyrios pour le valider. Il faut cependant rappeler que le caractère abrégé des affranchissements en général, et des listes thessaliennes plus particulièrement, constitue un obstacle majeur à une telle conclusion : quelle était la nécessité d’ajouter, dans des copies particulièrement abrégées et gravées sur pierre de l’affranchissement, une telle précision qui allait de soi ? En outre, il est notable que lorsque des affranchis procèdent eux‑mêmes à des affranchissements, aucune assistance légale n’est mentionnée alors qu’elle était certainement nécessaire95. Or, en Thessalie, nous ne connaissons aucun autre document où des femmes disposent d’un bien : dans les listes cadastrales de Larissa96, on trouve plusieurs femmes dont les noms sont suivis de la superficie des terrains qu’elles possèdent, mais aucune action n’est engagée sur ces terrains et, par conséquent, aucune mention d’assistance légale n’est nécessaire97. Enfin dans un catalogue d’actes de vente de terrains de Larissa98, connu depuis peu, aucune femme n’est mentionnée.

91Il semble donc qu’il faille examiner cette question de plus près, mais on peut d’ores et déjà remarquer qu’aucun document ne constitue une preuve indiscutable de la non‑existence de la tutelle des femmes en Thessalie. Il se pourrait donc que les deux hommes du no 33 ne soient mentionnés qu’en tant que représentants légaux de leurs épouses respectives et non comme co‑propriétaires, ou usagers, de l’esclave, consentant à son affranchissement.

Communauté de biens des époux ou droit d’usage ?

  • 99 Sauf dans l’île d’Amorgos, voir A.‑M. Vérilhac, Cl. Vial (n. 93), p. 134 et 203.
  • 100 A.‑M. Vérilhac, Cl. Vial (n. 93), p. 183 et n. 127. On aimerait toutefois savoir quelle différence (...)

92Même en admettant que les deux maris donnent ici leur consentement, on pourrait aussi s’étonner de cette mention puisque la communauté légale des biens dans le mariage n’existait généralement pas en Grèce99 et que, par conséquent, ces deux hommes n’avaient a priori aucun droit sur un esclave hérité par leurs femmes respectives. Mais ces hommes, au même titre que le reste de la famille, avaient un droit d’usage, et c’est ce droit d’usage qui se traduit généralement par la clause d’eudokésis : « donne son consentement qui a un droit d’usage sur l’esclave ou un droit de propriété présent ou futur100 ».

34. Dédicace de Soustra[ta ? - - -]

Inventaire ΔΘΛ 38 (simple  transcription, aucun autre détail).
Nous ne disposons d’aucune photographie, ni de la pierre, ni de l’estampage, ce qui rend toute description impossible. La pierre n’est en tout cas pas visible parmi celles qui sont en surface et a donc été réensevelie.
GHW6457. Estampage absent de la chemise photographiée en septembre 2007, mais no 38 dans l’inventaire ; pas de photographies ; texte établi à partir de la transcription dans l’inventaire (fig. 34).
Σουστρά[τα ?- - - -]
ἀπελευθερ[ουθένσ]-
α ἀπὺ Ἀρχ[- - - -ο]-
4 υνείας ὀνέθ̣[εικε]
Soustra(ta fille/dépendante de - - -), affranchie par Arch(- -) fille de (- -)oun, a consacré (cette offrande).
N.C. Si la copie de l’inventaire reproduit effectivement l’inscription, les sigma sont lunaires, mais les epsilon droits, comme dans le no 39 (cf. nos 6, 28, 29 et 41). L. 2‑3 : coupe non syllabique, comme dans le no 23.

93étant donné le genre féminin du participe et ce qu’il reste du nom de la première ligne, le nom de l’affranchie ne peut être que Σουστρά[τα], forme dialectale de Σωστράτα, qui apparaît ici pour la première fois, tandis que le nom masculin (Σούστρατος) est attesté six fois en Pélasgiotide et en Perrhébie. La ligne 2 permet d’évaluer l’importance de la lacune, soit environ six ou sept lettres ; par conséquent, l’adjectif patronymique de l’affranchie, comme le nom et le patronyme de la manumissor, devraient être très courts. Toutefois, les exemples de lignes inégales ne manquent pas dans ce corpus et il est donc difficile de proposer des restitutions fiables. En l’état le nom de la manumissor peut aussi bien être Ἀρχ[ού] que Ἀρχ[ιδάµα], pour s’en tenir à des noms relativement fréquents. Quant au patronyme, c’est forcément un nom en ‑ουν, et là encore les possibilités sont trop nombreuses pour proposer une restitution (Λάκουν, Νίκουν, Πίθουν, etc.).

Fig. 34 – Inscription no 34 (copie de l’inventaire).

Fig. 34 – Inscription no 34 (copie de l’inventaire).

Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).

35. Dédicace de Stratonika fille/dépendante de Diodouros

Inventaire ΔΘΛ 34 (Κλίµακες, Κ5β). In situ, mais non visible, car le bloc a été réenseveli.
Nous ne disposons que d’une photographie de l’estampage, ce qui rend toute description de la pierre impossible.
Dim. inconnues ; h.l. : 1,6‑1,8 cm (l. 4 : 2,8) ; int. : 0,4‑0,5 cm.
GHW6455. Estampage no 34 (archives A. Tziafalias, Larissa) ; pas de photographie de la pierre ; photographie de l’estampage (fig. 35).
[Σ]τ̣ρατονίκα Διοδουρεί-
α̣ ἀπελευθερουθέν-
[σ]α ἀπὺ Καρίνας Διοδου-
4 ρείας ὀνέθεικε vacat
Stratonika, fille/dépendante de Diodouros, affranchie par Karina fille de Diodouros, a consacré (cette offrande).

94Cette inscription est le seul exemple d’homonymie patronymique entre l’affranchie et la manumissor. Il y a tout lieu de penser que la fille a hérité de l’esclave de son père et l’a affranchie, mais on ne peut exclure qu’elle affranchisse une demi‑sœur. Ce patronyme est peut‑être à rapprocher de celui d’Ἀµµο(ύ)νειος Διοδούρειος (no 1), manumissor d’Αἰσχίνα.Le nom Καρίνα, « la Carienne », est très rare puisqu’on en a qu’une autre attestation en Bithynie (iieiiie s. apr. J.‑C.) et que la forme en koinè (Καρίνη) n’est attestée qu’une fois à Amorgos (iiie s. av. J.‑C.). On connaît aussi une forme masculine de ce nom, Καρίνας, par quatre occurrences à Athènes, mais à l’époque impériale.

Fig. 35 – Estampage de l’inscription no 35.

Fig. 35 – Estampage de l’inscription no 35.

Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).

36. Affranchissement de Tauros fils/dépendant de Salbikos

Inventaire ΔΘΛ 2 (Υποδοµή 2, κυβόλιθος 4). In situ, mais non visible, car le bloc a été réenseveli.
Bloc de marbre gris dont la face antérieure est à peine dégrossie, à l’exception d’un cartouche poli dans lequel est gravée l’inscription.
Dim. du bloc : L. : 1,30 × h. : 0,26 m ; du cartouche : L. : 39 × h. : 18 cm ; h.l. : 2‑2,2 cm (omicron : 1,2) ; int. : 0,4‑0,5 cm.
GHW6343. Estampage no 2 (archives A. Tziafalias, Larissa) ; photographies de la pierre (pl. V) et de l’estampage (fig. 36).
Ἐπιγίνεις Πολυ-
στράτειος ἄφει-
κε ἐλεύθερον Ταῦρον Σαλβικειον
N.C. Le nom ΣΑΛΒΙΚΕΙΟΝ, qui est l’adjectif patronymique de l’affranchi, a été rajouté sur deux lignes, à droite des deux premières lignes de l’inscription et légèrement décalé vers le haut : ΣΑΛΒΙ après l’upsilon de Πολυ- et ΚΕΙΟΝ après le iota de ἄφει-. Selon toute vraisemblance, le graveur s’est trouvé à court de place après avoir gravé le nom de l’affranchi et a inscrit son adjectif patronymique là où il en restait un peu. Selon les photographies, on pourrait hésiter sur la troisième lettre de cet adjectif patronymique : lambda ou delta ? Remarquοns toutefois qu’un nom Σαδβικος pose encore plus de problèmes que Σαλβικος.
Epigineis fils de Polystratos a accordé la liberté à Tauros fils/dépendant de Salbikos.
  • 101 Voir e.g. A. S. Arvanitopoulos, AEph 1924, p. 155‑160, nos 400‑403.

95Ce texte est le seul exemple d’acte d’affranchissement à proprement parler parmi les inscriptions rassemblées ici et constitue le plus ancien affranchissement thessalien. Des formulaires de ce type, c’est‑à‑dire sous forme de déclaration individuelle et sans mention de versement de taxe, sont bien connus en Perrhébie101, mais un peu plus tard, entre la deuxième moitié du iie s. av. J.‑C. et la fin du ier s. av. J.‑C.

96Sans être commun, le nom Ἐπιγένης est assez courant, au moins sous sa forme en koinè ; la forme dialectale, Ἐπιγένεις, se trouve en Béotie (deux fois) et en Thessalie (six fois), mais cette forme dialectale, Ἐπιγίνεις, apparaît pour la première fois et illustre un phéno­mène fréquent en thessalien, la variabilité des sons <ε> et <ι>.

  • 102 En dehors d’une forme Ταύρουν, attestée à Pharsale, et correspondant au nom Ταύρων.
  • 103 Aujourd’hui Hammam Meskhoutin, près de Guelma en Algérie (CIL 18817). D’autre part, on connaît un (...)
  • 104 Tite‑Live, 34, 50 et A. Bielman, Museum Helveticum 46 (1989), p. 38.
  • 105 Une autre hypothèse est possible : le nom Salvicus apparaît aussi sur des monnaies gauloises (mili (...)

97Le nom et le patronyme de l’affranchi retiennent quelque peu l’attention : en effet le nom Ταῦρος « le taureau », dont on trouve ici la première attestation thessalienne102, apparaît à première vue comme un nom parfaitement grec à ranger parmi les surnoms (ou sobriquets). Néanmoins l’examen de ses 35 attestations dans le LGPN montre qu’à part cinq occurrences à l’époque classique – en Grèce (Athènes, Sparte et Épidaure), en Thrace et en Asie Mineure (Halicarnasse) –, cet anthroponyme est surtout porté à la fin de l’époque hellénistique et à l’époque impériale par des citoyens romains et correspond manifestement au nom latin Taurus. Dans ce contexte, le patronyme de Tauros est encore plus intéressant : en effet, l’adjectif patronymique Σαλβικειον est construit sur un nom Σαλβικος inconnu jusque‑là, mais qui pourrait être la forme grecque d’un nom latin, Salvicus. Ce nom est certes très rare dans le contexte latin, mais il n’est pas inconnu : un Caelius Salvicus apparaît en effet dans une épitaphe non datée d’Aquae Thibilitanae en Numidie103. Et si tel est bien le cas, on pourrait peut‑être expliquer la présence à Larissa d’un esclave latin par l’épisode de la seconde guerre punique en 211 av. J.‑C. rapporté par Tite‑Live104 : de nombreux soldats romains, capturés par Hannibal et dont le Sénat romain refusa de payer la rançon, furent vendus comme esclaves sur divers marchés. Ainsi un Taurus fils de Salvicus aurait‑il pu se retrouver esclave à Larissa et voir son nom transformé en Ταῦρος Σαλβικειος105.

98En tous les cas, l’adjectif patronymique Σαλβικειος exprime très vraisemblablement ici le lien de filiation de l’affranchi et correspond sans doute au patronyme de Tauros.

Fig. 36 – Estampage de l’inscription no 36.

Fig. 36 – Estampage de l’inscription no 36.

Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).

37. Dédicace de Zoupyros fils/dépendant d’Agathoun

Inventaire ΔΘΛ 8 (Υποδοµή 8, κυβόλιθος 16). In situ, mais non visible, car le bloc a été réenseveli.
Bloc de marbre gris dont la face antérieure est à peine dégrossie, à l’exception d’un cartouche poli dans lequel est gravée l’inscription.
Dim. du bloc : L. : 1,57 × h. : 0,26 m ; du cartouche : L. : 30 × h. : 16 cm ; h.l. : 1,5‑1,6 cm (omicron : 1‑1,3) ; int. : 1‑1,5 cm.
GHW6440. Estampage no 8 (archives A. Tziafalias, Larissa) ; photographies de la pierre (pl. VI) et de l’estampage (fig. 37).
Ζούπυρος Ἀγαθ[ού]-
νειος ἀπελευθερου-
θὲς ἀπὺ Πολυκλεί-
4 τοι Μεννιδαίοι
ὀνέθ̣ε̣ικε vacat
Zoupyros fils/dépendant d’Agathoun, affranchi par Polykleitos fils de Mennidas, a consacré (cette offrande).

99On retrouve le même manumissor, Πολύκλειτος Μεννίδαιος, dans le no 32, où il affranchit Σοῦσος Σούσειος.

Fig. 37 – Estampage de l’inscription no 37.

Fig. 37 – Estampage de l’inscription no 37.

Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).

38. (Dédicace de) Zoupyros fils/dépendant de Dionnys[- -]

Inventaire ΔΘΛ 48 (Κλίµακες). In situ, Kerkis VI, deuxième gradin, sur le côté droit du bloc droit.
Partie gauche d’un bloc de marbre gris rectangulaire recoupé à droite et entaillé sur le dessus pour une encoche à usage de repose‑pieds. La face antérieure est polie et porte l’inscription dont la moitié droite manque, avec une marge de 30 cm du bord gauche.
Dim. de la partie visible du bloc : L. : 0,70 × h. : 0,27‑0,29 m ; h.l. : 1,5‑2,2 cm ; int. : 0,6‑1 cm.
GHW6423. Estampage no 48 (archives A. Tziafalias, Larissa, deux exemplaires) ; photographies de la pierre (pl. VI) et de l’estampage (fig. 38).
Ζούπυρος Διοννυσ[- - - - ἀπελευθε]-
ρουθὲς ἀπὺ Θευζότ̣[οι - - - - - - - -]
Zoupyros fils/dépendant de Dionnys(- -), affranchi par Theuzotos (- - - -).
  • 106 Voir Chr. Habicht (n. 80), p. 161, EF, l. 18 (SEG 26, 676).

100On ne peut proposer de restitution pour l’adjectif patronymique de l’affranchi, car les possibilités sont multiples : Διοννύσ[ειος], connu à Phères, Διοννυσ[οδούρειος], attesté à Crannon ou encore Διοννυσ[ογένειος], comme dans le no 21 ci‑dessus, etc. Quant à Θεύζοτ[ος], c’est une forme encore non attestée d’un nom assez rare, Θεόζοτος (lui‑même variante du banal Θεόδοτος), dont on ne relève que 22 attestations dans le LGPN, essentiellement en Grèce centrale : treize en Béotie, une en Locride et quatre en Thessalie, une à Thèbes de Phthiotide (époque hellénistique), deux à Crannon (iiieiie s. av. J.‑ C.) et une à Larissa (dans un registre cadastral de 200‑190106).

Fig. 38 – Estampage de l’inscription no 38.

Fig. 38 – Estampage de l’inscription no 38.

Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).

Planche VI – Inscriptions nos 37 à 44.

Planche VI – Inscriptions nos 37 à 44.

Cl. A. Tziafalias.

39. Dédicace de [- - -] fille/dépendante de Daphnos

Inventaire ΔΘΛ 7 (Υποδοµή 7, κυβόλιθος 15). In situ, mais non visible, car le bloc a été réenseveli.
Bloc de marbre gris dont la face antérieure est à peine dégrossie, à l’exception d’un cartouche poli dans lequel est gravée l’inscription. Le bloc a été retaillé sur le dessus, ce qui a fait disparaître la première ligne de l’inscription.
Dim. : L. : 1,53 × h. : 0,26 m ; h.l. : 1,4‑1,9 cm ; int. : 0,1‑0,6 cm.
GHW6439. Estampage no 7 (archives A. Tziafalias, Larissa, deux exemplaires) ; photographies de la pierre (pl. VI) et de l’estampage (fig. 39).
- - - - - - - - - Δα]-
φ̣̣νεία ἀπὺ Αὐτο-
νόας Ἀλκοταία ἀπε-
4 λευθερουθένσα ὀνέ-
θεικε vacat
N.C. Sigma lunaires, mais epsilon droits, comme dans le no 34 ? (cf. nos 6, 28, 29 et 41).
(- - -) fille/dépendante de (Da)phnos, affranchie par Autonoa fille d’Alkotas, a consacré (cette offrande).

101Avec une telle terminaison (-φνεία), l’adjectif patronymique de l’affranchie ne peut être que Δάφνος, un nom bien connu partout, même si ce masculin en est la première attestation en Thessalie. On retrouve ici Autonoa fille d’Alkotas, manumissor d’Ἀντιόχα Ἀγεισιλαεία dans le no 5, avec le même type de formulaire (ἀπύ + nom du manumissor placé avant ἀπελευθερουθές/−θένσα ; outre le no 5 voir, les nos 15, 18, 28 et 41).

Fig. 39 – Estampage de l’inscription no 39.

Fig. 39 – Estampage de l’inscription no 39.

Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).

40. (Dédicace de) [- -]oun fils/dépendant de Kal[lik]kleis

Inventaire ΔΘΛ 32 (Κλίµακες/Κ2β) In situ, Kerkis II, deuxième gradin, sur le côté gauche du bloc gauche.
Partie droite d’un bloc de marbre gris, retaillé à gauche. L’inscription, dont la moitié gauche manque, est gravée dans un cartouche poli, et s’arrête à 55 cm du bord droit, tandis que le reste de la face est à peine dégrossi.
Dim. de la partie visible du bloc : L. : 0,71 × h. : 0,23‑0,28 m ; h.l. : 1,4‑1,7 cm ; int. : 0,5‑1 cm.
GHW6424. Estampage no 32 (archives A. Tziafalias, Larissa) ; photographies de la pierre (pl. VI) et de l’estampage (fig. 40).
[- - - -]ουν Καλ-
[λίκ]λειος ἀπε-
[λευθε]ρουθὲς ἀ-
4 [πὸ - - ]κ̣ουνος καὶ
[- - - -]ινέτας Ἀρ-
[χελ]α̣είουν
N.C. Seule la photographie de la pierre permet de distinguer la première lettre de chacune des lignes, juste à la coupure de la pierre. L. 2 : la première lettre pourrait être un delta, mais la barre horizontale (qui pourrait être un accident de la pierre) n’atteint pas exactement l’extrémité de la haste oblique droite, c’est pourquoi nous préférons lire ici un lambda. L. 4 : en début de ligne, on distingue la partie droite d’un kappa. L. 5 : en début de ligne, on voit assez nettement un iota avant le nu.
(- -)oun fils/dépendant de Kal(lik)leis affranchi par (- -)koun et (- -)inéta, les enfants d’Ar(chél)aos.
  • 107 Voir Br. Helly, A. Tziafalias, BCH 128‑129 (2005‑2006), p. 378‑406, no I.

102La ligne 3 permet d’établir qu’il manque cinq lettres à gauche. Aux autres lignes, ce nombre pourrait être de trois à cinq lettres selon leur largeur, ce qui amène donc à tenter quelques restitutions : ainsi l’adjectif patronymique de l’affranchi pourrait‑il être Καλ[λικ]λεῖς, un nom commun partout dans sa forme en koinè (Καλλικλῆς), mais dont cette forme dialectale n’est jusqu’à présent connue qu’en Béotie et à Larymna en Phocide. Pour les noms des manumissores, les possibilités sont trop nombreuses pour permettre des restitutions : Νίκουν, Λάκουν, Μάκουν ou même Σίκουν pourraient convenir pour l’homme, tandis que la femme pourrait s’appeler Δαµαινέτα, Ἐπαινέτα, Τιµαινέτα, etc. Leur patronyme en revanche est très vraisemblablement Ἀρ[χέλ]αος, dans la mesure où la coupe syllabique et le nombre de lettres manquantes excluent le nom Ἀρ[ιστόλ]αος, auquel on aurait aussi pu penser. Le nom Ἀρχέλαος est bien attesté en Thessalie, mais, à Larissa, on n’en connaissait qu’une occurrence comme patronyme d’un tage (Ἀργέας Ἀρχελάειος, IG IX 2, 515) ; on peut à présent en ajouter une autre provenant d’un décret de la cité pour un citoyen de Mitylène107, où l’un des tages se nomme Ἀρ[χ]έλαος Τιµοσθένειος. Vu la date de ce décret (peu après 196 av. J.‑C.), il pourrait être le père des deux manumissores ci‑dessus.

Fig. 40 – Estampage de l’inscription no 40.

Fig. 40 – Estampage de l’inscription no 40.

Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).

41. Dédicace de [- - -] fils/dépendant de [- -]todouros

Inventaire ΔΘΛ 18 (Υποδοµή 18, κυβόλιθος 33). In situ, mais non visible, car le bloc a été réenseveli.
Bloc de marbre gris dont la face antérieure est à peine dégrossie, à l’exception d’un cartouche poli dans lequel est gravée l’inscription. Le bloc a été retaillé sur le dessus, ce qui a fait disparaître la première ligne de l’inscription.
Dim. du bloc : L. : 1,42 × h. : 0,27 m ; du cartouche : L. : 29 × h. : 12 cm ; h.l. : 1,5 cm ; int. : 0,6‑1 cm.
GHW6355. Estampage no 18 (archives A. Tziafalias, Larissa, deux exemplaires) ; photographies de la pierre (pl. VI) et de l’estampage (fig. 41).
- - - - - - - - - - - - - - -
τοδο[ύρ]ειος ἀπὺ Ἀρ-
ναίοι Θρασυδαείοι καὶ
Σουστράτοι Θρασυδαεί-
4 οι ἀπελευθερουθὲς
κατ’ τὸν νόµον vac.
ὀνέθεικε vacat
N.C. Sigma et epsilon lunaires (voir nos 6, 28, 29, 34 [?] et 39).
- - -, fils/dépendant de [- -]todouros, affranchi par Arnaios fils de Thrasydaos et Soustratos fils de Thrasydaos, conformément à la loi, a consacré (cette offrande).

103À l’exception d’un Ὀγχειστόδουρος attesté à Scotoussa au début du iie s. av. J.‑C., on ne connaît pas de noms finissant en ‑τόδουρος en Thessalie. Toutefois, en koinè, les noms en ‑τόδωρος (théonymes pour la plupart) ne manquent pas (cf. e.g. Ἑκατόδωρος, Ἡφαιστόδωρος, Ὑπατόδωρος, mais aussi Ἀριστόδωρος, Κλειτόδωρος, etc.). Ἀρναῖος et Θρασύδαος sont tous deux des noms rares à couleur thessalienne fortement marquée : sur les treize attestations d’Ἀρναῖος, dix proviennent de Thessalie et Θρασύδαος n’est connu que par quatre occurrences, dont trois proviennent de Pharsale.

104Cette inscription est l’une des deux où il est fait référence à une loi (voir no 43), comme dans les futures listes de versement de la taxe d’affranchissement, où, sans être systé­matique, cette mention apparaît fréquemment, portant soit sur les modalités d’affranchissement (ἀπελευθερωθεὶς κατὰ τὸν νόµον), soit sur le versement de la taxe (ἔδωκε τὰ γεινόµενα κατὰ τὸν νόµον). Ici, on ne saurait dire si κατ’ τὸν νόµον, avec apocope de la préposition κατά comme il est normal en dialecte, porte sur ἀπελευθερουθές ou sur ὀνέθεικε, mais dans le no 43, c’est manifestement la dédicace qui est faite « conformément à la loi ».

Fig. 41 – Estampage de l’inscription no 41.

Fig. 41 – Estampage de l’inscription no 41.

Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).

42. Dédicace de [- - - -]

Inventaire ΔΘΛ 1 (Υποδοµή 1, sans numéro de κυβόλιθος). In situ, mais non visible, car le bloc a été réenseveli.
Bloc de marbre gris dont la face antérieure est à peine dégrossie, à l’exception d’un cartouche poli dans lequel est gravée l’inscription. Le bloc a été retaillé sur le dessus, ce qui a fait disparaître au moins une ligne, peut‑être deux, de l’inscription.
Dim. du bloc : L. : 1,48 × h. : 0,26 m ; du cartouche : L. : 24 × h. : 15 cm ; h.l. ; 1‑1,2 cm ; int. : 1,2‑1,5 cm.
GHW6342. Estampage no 1 (archives A. Tziafalias, Larissa) ; photographies de la pierre (pl. VI) et de l’estampage (fig. 42).
[- - - ἀπελευθερου]-
θένσα ἀπὺ Προυτο-
µάχοι Λακουνείοι
4 ὀνέθεικε vacat
- - - affranchie par Proutomachos fils de Lakoun, a consacré (cette offrande).

105Προυτόµαχος Λακούνειος est aussi manumissor d’Ἀπολλούνιος Βιθύειος dans le no 6.

Fig. 42 – Estampage de l’inscription no 42.

Fig. 42 – Estampage de l’inscription no 42.

Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).

43. Dédicace de - - -

Inventaire ΔΘΛ 36 (Κλίµακες, Κ12β). In situ, Kerkis XII, deuxième rangée, sur le côté gauche du bloc gauche.
Partie droite d’un bloc de marbre gris, retaillé à gauche. La face antérieure est polie et porte l’inscription, dont la moitié gauche manque. Une encoche, à usage de repose‑pieds, a été creusée sur le dessus du bloc.
Dim. de la partie visible du bloc : L. : 0,71 × h. : 0,25‑0,285 m ; h.l. : 1,8‑2 cm ; int. : 0,5‑0,6 cm.
GHW6425. Estampage LAR‑36 (archives A. Tziafalias, Larissa) ; photographies de la pierre (pl. VI) et de l’estampage (fig. 43).
[- - - - - - - - ἀπελε]υθερουθένσα ἀπὸ vacat
[- - - - - - - - - - - - - - -]χείοι ὀνέθεικε κατ’ τὸν νόµον
(- - - -) affranchie par (- - -) fils de (- -)chos a consacré (cette offrande) conformément à la loi.

106Comme dans le no 41, on trouve mention d’une loi. Cette précision est ici en lien avec le verbe ὀνέθεικε, mais elle semble aussi avoir été rajoutée à la fin pour pallier un oubli : en effet, si les lignes d’inégale longueur ne sont pas rares dans ce corpus, c’est le seul exemple d’un tel décalage.

Fig. 43 – Estampage de l’inscription no 43.

Fig. 43 – Estampage de l’inscription no 43.

Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).

44. Fragment

Inventaire ΔΘΛ 49 (11 ?) (Κλίµακες). In situ, escalier 10, sur la contremarche de la première marche.
Bloc de marbre gris, retaillé à gauche pour former une marche d’escalier. La face antérieure est polie et porte l’inscription qui s’arrête à 54 cm du bord droit et dont les deux tiers gauches manquent.
Dim. de la partie visible du bloc : L. : 0,78 × h. : 0,285 m ; h.l. : 1‑1,5 cm ; int. : 0,5‑1,5 cm.
GHW6364. Estampage no 49 (archives A. Tziafalias, Larissa), non photographié ; photographie de la pierre (pl. VI).
[- - - - - - - - ἀπελ]ευθερουθένσα
[ἀπὸ Εἱροδότοι? - -]ορείοι vacat
[καὶ - - - - - - - - Εἱ]ροδοτείοι

107Le patronyme du second manumissor est vraisemblablement [Εἱ]ρόδοτος, celui du premier pourrait être un nom en ‑πορος ou en ‑φορος. Bien que cette inscription soit très fragmentaire, les terminaisons d’adjectifs patronymiques masculins aux lignes 2 et 3 et l’importance des lacunes à gauche laissent penser qu’il y a là au moins deux manumissores, deux hommes, à patronymes différents. C’est le seul cas de ce genre, dans ce corpus, où d’autres affranchissements sont faits par des frères, des frères et sœurs, ou des groupes parent/enfants (voir nos 10, 13, 16, 31, 33, 40 et 41). À titre d’hypothèse, on pourrait voir dans ces deux hommes un père et son fils : c’est pourquoi nous proposons cette restitution à la ligne 2. L’importance de la lacune à la ligne 3 pourrait aussi permettre de supposer deux noms juxtaposés, avec accord de l’adjectif patronymique avec le plus proche, comme dans le no 31, auquel cas le groupe se composerait d’un père et de ses deux fils.

45. Fragment

Inventaire ΔΘΛ 52. In situ, escalier 11, sur la contremarche de la première marche.
Bloc de marbre gris retaillé à gauche pour former une marche d’escalier. La face antérieure est polie et porte l’inscription qui a presque entièrement disparu : il n’en subsiste que quelques lettres à l’extrémité droite.
GHW6431. Photographie de la pierre (pl. VII) ; pas d’estampage.
[- - - - - - - - - - -]αία
[ἀπελευθερουθέ]νσα
[ἀπὸ - - - - - - -]ΑΔΑ
- - - - - - - - - - - - - -

Planche VII – Inscriptions nos 45 à 48.

Planche VII – Inscriptions nos 45 à 48.

Cl. A. Tziafalias.

46. Fragment

Inventaire ΔΘΛ 39. In situ, pierre posée perpendiculairement au‑dessus du premier bloc de la parodos.
Bloc de marbre gris dont la face antérieure a été presque entièrement retaillée dans l’épaisseur, à l’exception d’une partie conservée comme tenon. Les quelques lettres subsistantes se trouvent sur le tenon.
GHW642. Photographie de la pierre (pl. VII) ; pas d’estampage.
- - - - - - - - - - - -
- - - - - - -]ειος ἀ-
[πελευθε]ρουθὲ[ς]
[ἀπὸ - - - - - - - - -

47. Fragment

Inventaire ΔΘΛ 19α. In situ, mais non visible, car le bloc a été réenseveli.
Bloc de marbre gris retaillé à gauche : seules quelques lettres, à l’extrémité droite ont subsisté.
GHW6427. Photographie de la pierre (pl. VII) ; estampage non numéroté (archives A. Tziafalias, Larissa).
- - - - - - - ΟΣ
- - - - - - - ΑΡΙ-
- - - - - - -

48. Fragment

Inventaire ΔΘΛ 33. In situ, mais non visible, car le bloc a été réenseveli. Bloc de marbre gris retaillé sur le dessus et à gauche. Il ne subsite de l’inscription que quelques lettres de la dernière ligne. GHW6436. Photographie de la pierre (pl. VII) ; pas d’estampage.
- - - - - - - - - - - - - - -
- - - - - - - ὀνέθε]ικε

49. Fragment

Inventaire ΔΘΛ 40. Kerkis I, premier gradin, bloc gauche.
Bloc de marbre gris incurvé, retaillé pour former un gradin à face antérieure évidée sous bandeau. Le haut de quelques lettres est visible sur le front.
GHW6435. Photographie de la pierre (pl. VIII) ; estampage TH03562 (Archives thessaliennes, Maison de l’Orient, Lyon).
. . . Μ̣Ε̣Σ̣Τ̣Α̣ (?)
- - - - - - - - - - -

Planche VIII – Inscriptions nos 49 à 52.

Planche VIII – Inscriptions nos 49 à 52.

Cl. A. Tziafalias.

50. Fragment

Inventaire ΔΘΛ 47. Kerkis III, premier gradin, bloc gauche.
Bloc de marbre gris incurvé, retaillé pour former un gradin à face antérieure évidée sous bandeau. Le haut de quelques lettres est visible sur le front.
GHW6433. Photographie de la pierre (pl. VIII) ; pas d’estampage.
traces de lettres

51. Fragment

Inventaire ΔΘΛ 50. Kerkis XII, premier gradin, bloc gauche.
Bloc de marbre gris incurvé, retaillé pour former un gradin à face antérieure évidée sous bandeau. Le haut de quelques lettres est visible sur le front.
GHW6430. Photographie de la pierre (pl. VIII) ; pas d’estampage.
- - Σ]τ̣ά̣χ̣υ̣ο̣ς̣ (?) - -
- - - - - - - - - - - -
  • 108 Voir Br. Helly, « La capitale de la Thessalie face aux dangers de la troisième guerre de Macédoine (...)

108Malgré la pauvreté de ces vestiges de lettres, la lecture [Σ]τάχυος, qui nous est proposée par R. Bouchon, présente l’avantage de leur donner sens, bien que le fragment de lettre visible avant le tau ne semble pas correspondre à un sigma. Le nom Στάχυς est en effet connu à Larissa comme patronyme d’un personnage important : Ἀθαναγόρας Σταχύειος apparaît comme tage dans un décret de Larissa qu’on peut dater des années 170‑165 av. J.‑C. (soit à peu près une génération après les inscriptions du second théâtre). À la même époque, il est honoré par un décret de Cos, où l’on apprend qu’il était le médecin d’un des généraux de Paul‑Émile, Cn. Octavius108. Dans le fragment ci‑dessus, ce nom pourrait correspondre à celui d’un manumissor (- - -ἀπελευθερουθὲς/‑θένσα ἀπὸ Σ]τάχυος - - -) qu’on pourrait identifier au père d’Athanagoras.

52. Fragment

Inventaire ΔΘΛ 44. Kerkis IX, premier gradin, bloc gauche.
Bloc de marbre gris incurvé, retaillé pour former un gradin à face antérieure évidée sous bandeau. Deux lettres sont visibles sur le bandeau.
GHW6429. Photographie de la pierre (pl. VIII) ; pas d’estampage.
vacat ΑΑ vacat

109Fragment de dédicace ou marque de pose ?

Planche IX – Parodos Ouest : situation des nos 2, 4, 8, 11, 17, 24 et 46 ; Escalier 1‑Kerkis I : situation des nos 20, 31 et 49 ; Kerkis IX‑Escalier 10 : situation des nos 27, 30, 44 et 52.

Planche IX – Parodos Ouest : situation des nos 2, 4, 8, 11, 17, 24 et 46 ; Escalier 1‑Kerkis I : situation des nos 20, 31 et 49 ; Kerkis IX‑Escalier 10 : situation des nos 27, 30, 44 et 52.

Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).

Prosopographie

110Les chiffres renvoient aux numéros des inscriptions.

Α[- - -], patronymique d’Ἀνδρόνικος, affr. par [Ἀρι/Ἀ(σ)]στίουν Κυ[- - -] 3
Ἀγάθ[ου]ν, patronymique de Ζούπυρος, affr. par Πολύκλειτος Μεννίδαιος 37
Ἁγείσαν̣[δρος] ou Ἁγεισάν̣[δρα] ? manumissor par testament (?) d’Εὔτυχος Δίννειος 13
Ἀγεισίλαος, patronymique d’Ἀντιόχα, affr. par Αὐτονόα Ἀλκοταία 5
Ἀγεισίπολις Θεµιστοκλεαία, manumissor, avec son frère Πιστογένεις et sa sœur Ἑρµιόνα, de Σούσσας Πλατούρειος, épouse de Πολύνεικος Γλαυκιάδαιος 33
Αἰσχίνα, affr. par Ἀµµο(ύ)νειος Διοδούρειος 1
Αἰσχίνας, père de Πελεία 8
Ἀλκότας, père d’Αὐτονόα 5, 39
Ἄλχιππος (sic), père d’Ἀριστοκλείδας 23
Ἀµµίχα Τριτεύτοι, affr. par Δαµαινέτα Νικουνεία 2
Ἀµµο(ύ)νειος Διοδούρειος, manumissor d’Αἰσχίνα 1
Ἀµφίνοος Μνασιµάχειος, manumissor de Κλέου Ἑρµαφιλεία 18
Ἀνδρ[- -], père de [- -]ρέτα 20
Ἀνδρόνικος Α[- - -], affr. par [Ἀρι/Ἀ(σ)]στίουν Κυ[- - -] 3
Ἀν̣ν̣ία Ἀντιγονεία, affr. par Θέρσιππος Ἀστίππειος 4
Ἀντίγονος, patronymique d’ Ἀν̣ν̣ία 4
Ἀντίγονος, père d’Ἱπποκράτεις 6
Ἀντιόχα Ἀγεισιλαεία, affr. par Αὐτονόα Ἀλκοταία 5
Ἀνφίας, père de Νικοκρατεία 9
Ἀπολλόδουρος, père de Μνάσιππος 33
Ἀπολλούνιος Βιθύειος, affr. par Προυτόµαχος Λακούνειος 6
[Ἀρι]στίουν ou [Ἀ(σ)]στίουν Κυ[- - -], manumissor d’Ἀνδρόνικος Α[- - -] 3
Ἀριστίουν, père d’Ἀριστοκλέας 11
Αριστοκλέας, père d’Ἀριστόµαχος 12
Ἀριστοκλέας Ἀριστιούνειος, manumissor d’Εὐπορία 11
Ἀριστοκλείδας Ἀλχίππειος, manumissor de Νικασοὺ Νικουνεία 23
Ἀριστόµαχος Ἀριστοκλέαιος, manumissor d’Εὔπραξις Βιθυεία 12
Ἀρναῖος Θρασυδάειος, manumissor, avec son frère Σουστράτος, de [- - -]τοδο[ύρ]ειος 41
Ἀρτεµισ(ία) Κριτοφυλεία, manumissor d’Ἀσκλαπιάδας Δαµοκράτειος 7
Ἀρχ[- - - ο]υνεία, manumissor de Σουστρά[τα - - -] 34
Ἀρ[χέλ]α̣ος, père de [- -]κ̣ουν et [- -]ινέτα 40
Ἀσκλαπιάδας Δαµοκράτειος, affr. par Ἀρτεµισ(ία) Κριτοφυλεία 7
[Ἀ(σ)]στίουν ou [Ἀρι]στίουν Κυ[- - -], manumissor d’Ἀνδρόνικος Α[- - -] 3
Ἄστιππος, père de Θέρσιππος 4
Ἀστοµένεις Παναγάθειος, manumissor, avec son frère Λυκόρµ[ας], de Σουσικρατεία Σοφω[νεία] 31
Αὐτονόα Ἀλκοταία, manumissor d’Ἀντιόχα Ἀγεισιλαεία 5
Αὐτονόα Ἀλκοταία, manumissor de [- - - Δα]φνεία 39
Βίθυς, patronymique d’Ἀπολλούνιος, affr. par Προυτόµαχος Λακούνειος 6
Βίθυς, patronymique d’Εὔπραξις, affr. par Ἀριστόµαχος Ἀριστοκλέαιος 12
Γλαυκιάδας, père de Πολύνεικος 33
Γλαυκίας Σουκλέαιος, affr. par Νικάσιππος Πυθογένειος 14
Γνάθιππος (sans patronyme), manumissor, avec Προυτόµαχος, de Ἑρµίας 16
Δαµαινέτα Διοννυσογενεία, manumissor de Νικαία Δικαιιδαία 21
Δαµαινέτα Νικουνεία, manumissor d’Ἀµµίχα Τριτεύτοι 2
Δ̣α̣µ̣ά̣σ̣ι̣π̣π̣ο̣ς̣ [- - -], manumissor de Εἵρεχος Ἑρατούνειος 15
Δαµοκράτεις, patronymique d’Ἀσκλαπιάδας, affr. par Ἀρτεµισ(ία) Κριτοφυλεία 7
[Δά]φνος, patronymique de [- - - -] 39
Δεινόστρατος Εὐρυλόχειος, manumissor, avec sa mère Πανθειρὶς Ἱππολυτέα et ses frères Τεισάµενος et Ἱππόλυτος, d’Ἐργασίουν Κριτούνειος 10
Δικαιίδας, patronymique de Νικαία, affr. par Δαµαινέτα Διοννυσογενεία 21
Δῖννις, patronymique d’Εὔτυχος, affr. par [- - - καὶ] τοῦν παίδουν Μύλληος καὶ Λ/Α?[ - - - -] 13
Διόδουρος, patronymique de [Σ]τ̣ρατονίκα 35
Διόδουρος, père d’Ἀµµο(ύ)νειος 1
Διόδουρος, père de Καρίνα 35
Διοκλέας, patronymique de Διονυσία, affr. par Πελεία Αἰσχιναία 8
Διοννυσ[- -], patronymique de Ζούπυρος, affr. par Θεύζο[τος - - -] 38
Διοννυσογένεις, père de Δαµαινέτα 21
Διονυσία Διοκλεαία, affr. par Πελεία Αἰσχιναία 8
Εἵρεχος Ἑρατούνειος, affr. par Δ̣α̣µ̣ά̣σ̣ι̣π̣π̣ο̣ς̣ [- - -] 15
[Εἱρόδοτος? - - -]όρειος 44
[Εἱ]ρόδοτος, père de [- - -] 44
Ἐπιγίνεις Πολυστράτειος, manumissor de Ταῦρος Σαλβικειος 36
Ἐράτουν, patronymique de Εἵρεχος, affr. par Δ̣α̣µ̣ά̣σ̣ι̣π̣π̣ο̣ς̣ [- - -] 15
Ἐργασίουν Κριτούνειος, affr. par Πανθειρὶς Ἱππολυτέα et ses enfants Δεινόστρατος, Τεισαµενός, Ἱππόλυτος Εὐρυλοχείοι 10
Ἑρµάφιλος, patronymique de Κλεού, affr. par Ἀµφίνοος Μνασιµάχειος 18
Ἑρµίας, affr. par Γνάθιππος καὶ Προυτόµαχος (sans patronyme) 16
Ἑρµιόνα Θεµιστοκλεαία, manumissor, avec son frère Πιστογένεις et sa sœur Ἀγεισίπολις, de Σούσσας Πλατούρειος, épouse de Μνάσιππος Ἀπολλοδούρειος 33
Εὐβίο[τος], père de ΣΙ[- - -] 28
Εὐδέξιος, patronymique d’Εἰρείνα, affr. par Νικοκρατεία Ἀνφιαία 9
Εὔιππος, père de Προυτόµαχος 26
Εὐπορία, affr. par Ἀριστοκλέας Ἀριστιούνειος 11
Εὔπραξις Βιθυεία, affr. par Ἀριστόµαχος Ἀριστοκλέαιος 12
Εὐρύλοχος, père de Δεινόστρατος, Τεισαµενός et Ἱππόλυτος, époux de Πανθειρὶς Ἱππολυτέα 10
Εὔτυχος Δίννειος, affr. par [- - - καὶ] τοῦν παίδουν Μύλληος καὶ Λ/Α?[- - - -], exécuteurs testamentaires d’Ἁγείσαν[δρος/-α] 13
Ζούπυρος Ἀγαθ[ού]νειος, affr. par Πολύκλειτος Μεννίδαιος 37
Ζούπυρος Διοννυσ[- -], affr. par Θεύζο[τος - - -] 38
Θεαγένεις, patronymique de Ῥεῖσος, affr. par Νυµείνιος Μνασίαιος 29
Θεµιστοκλέας, père de Πιστογένεις, Ἑρµιόνα et Ἀγεισίπολις 33
Θέρσιππος Ἀστίππειος, manumissor d’Ἀν̣ν̣ία Ἀντιγονεία 4
Θεύζο[τος - - -], manumissor de Ζούπυρος Διοννυσ[- -] 38
Θρασύδαος, père d’Ἀρναῖος et Σούστρατος 41
Ἱπποκράτεις Ἀντιγόνειος, gymnasiarque 6
Ἱππόλυτος, père de Πανθειρίς 10
Ἱππόλυτος Εὐρυλόχειος, manumissor, avec sa mère Πανθειρὶς Ἱππολυτέα et ses frères Δεινόστρατος et Τεισάµενος, d’Ἐργασίουν Κριτούνειος 10
Ἱππο(σ)τράτα Μνασιππεία, affr. par Κλεύµαχος Κλεάδαιος 17
Καλ[λικ]λεῖς, père de [- - -]ουν 40
Καρίνα Διοδουρεία, manumissor de [Σ]τ̣ρ̣ατονίκα Διοδουρεία 35
Κελ̣[έ]ας, patronymique de ῾ Ρόδα, affr. par [- - - -] 30
Κλεάδας, père de Κλεύµαχος 17
Κλέαρχος, patronymique de Παρµονίς, affr. par Μνασίας Πουτάλειος 25
Κλεού Ἑρµαφιλεία, affr. par Ἀµφίνοος Μνασιµάχειος 18
Κλεύµαχος Κλεάδαιος, manumissor d’Ἱππο(σ)τράτα Μνασιππεία 17
Κόττυφος, père de Στράτουν 19
Κρίτουν, patronymique d’ Ἐργασίουν, affr. par Πανθειρὶς Ἱππολυτέα et ses enfants Δεινόστρατος, Τεισαµενός et Ἱππόλυτος Εὐρυλοχείοι 10
Κριτόφυλος, père d’Ἀρτεµισ(ία) 7
Κυ[- - -], père de [Ἀρι]στίουν ou [Ἀ(σ)]στίουν 3
Λάκουν, père de Προυτόµαχος 6, 42
Λεοντίσκος, affr. par Στράτουν Κοττύφειος 19
Λυκόρµ[ας] Παναγάθειος, manumissor, avec son frère Ἀστοµένεις, de Σουσικρατεία Σοφω[νεία] 31
Μεννίδας, père de Πολύκλειτος 32, 37
Μνασίας, père de Νυµείνιος 29
Μνασίας Πουτάλειος, manumissor de Παρµονὶς Κλεαρχεία 25
Μνασίµαχος, père d’Ἀµφίνοος 18
Μνάσιππος Ἀπολλοδούρειος, époux d’Ἑρµιόνα Θεµιστοκλεαία 33
Μνάσιππος, patronymique de Ἱππο(σ)τράτα, affr. par Κλεύµαχος Κλεάδαιος 17
Μόλυκκος Νικουνίδαιος, gymnasiarque 14
Μύλλης [- - -], manumissor avec (son père/sa mère ? et son frère/sa sœur ?) d’Εὔτυχος Δίννειος 13
Μυρσίνα Τ[- -] Θρᾶισσα, affr. par [- -]ρέτα Ἀνδρ[- -] 20
Νικαία Δικαιιδαία, affr. par Δαµαινέτα Διοννυσογενεία 21
Νικαία Σουκρατεία, affr. par Φάλαικος Προµάχειος 22
Νικάσιππος Πυθογένειος, manumissor de Γλαυκίας Σουκλέαιος 14
Νικασοὺ Νικουνεία, affr. par Ἀριστοκλείδας Ἀλχίππειος 23
Νικοκρατεία Ἀνφιαία, manumissor d’Εἰρείνα Εὐδεξιεία 9
Νικοστράτα Πιθουνεία, manumissor de Π̣[- - - - -] 24
Νίκουν, patronymique de Νικασού, affr. par Ἀριστοκλείδας Ἀλχίππειος 23
Νίκουν, père de Δαµαινέτα 2
Νικουνίδας, père de Μόλυκκος 14
Νυµείνιος Μνασίαιος, manumissor de Ῥεῖσος Θεαγένειος 29
Πανάγαθος, père d’Ἀστοµένεις et de Λυκόρµ[ας] 31
Πανθειρὶς Ἱππολυτέα, manumissor, avec ses fils Δεινόστρατος, Τεισαµενός, Ἱππόλυτος Εὐρυλοχείοι, d’Ἐργασίουν Κριτούνειος 10
Παρµονὶς Κλεαρχεία, affr. par Μνασίας Πουτάλειος 25
Πάτρουν, patronymique de Φ̣ύ̣σις, affr. par [- - - -] 27
Πελεία Αἰσχιναία, manumissor de Διονυσία Διοκλεαία 8
Περιγένεις, patronymique de Φίλουν, affr. par Προυτόµαχος Εὐίππειος 26
Πίθουν, père de Νικοστράτα 24
Πιστογένεις Θεµιστοκλέαιος, manumissor, avec ses soeurs Ἑρµιόνα et Ἀγεισίπολις, de Σούσσας Πλατούρειος 33
Πλάτουρ, patronymique de Σούσσας, affr. par Πιστογένεις, Ἑρµιόνα et Ἀγεισίπολις Θεµιστοκλεαίοι 33
Πολύκλειτος Μεννίδαιος, manumissor de Ζούπυρος Ἀγαθ[ού]νειος 37
Πολύκλειτος Μεννίδαιος, manumissor de Σούσος Σούσειος 32
Πολύνεικος Γλαυκιάδαιος, époux d’Ἀγεισίπολις Θεµιστοκλεαία 33
Πολύστρατος, père d’Ἐπιγίνεις 36
Πούταλος, père de Μνασίας 25
Πρόµαχος, père de Φάλαικος 22
Προυτόµαχος (sans patronyme), manumissor, avec Γνάθιππος, de Ἑρµίας 16
Προυτόµαχος Εὐίππειος, manumissor de Φίλουν Περιγένειος 26
Προυτόµαχος Λακούνειος, manumissor de [- - -] 42
Προυτόµαχος Λακούνειος, manumissor de Ἀπολλούνιος Βιθύειος 6
Πυθ[- - - -], affr. par ΣΙ[- - -] Εὐβιό[τειος] 28
Πυθογένεις, père de Νικάσιππος 14
Ῥεῖσος Θεαγένειος,
affr. par Νυµείνιος Μνασίαιος 29
Ῥόδα Κελ̣[ε]αία, affr. par [- - - -] 30
Σαλβικος, patronymique de Ταῦρος, affr. par Ἐπιγίνεις Πολυστράτειος 36
ΣΙ[- - -] Εὐβιό[τειος], manumissor de Πυθ[- - - -] 28
Σουκλέας, patronymique de Γλαυκίας, affr. par Νικάσιππος Πυθογένειος 14
Σουκράτεις, patronymique de Νικαία, affr. par Φάλαικος Προµάχειος 22
Σουσικρατεία Σοφω[νεία], affr. par Ἀστοµένεις καὶ Λυκόρµ[ας] Παναγαθείοι 31
Σοῦσος, patronymique de Σοῦσος, affr. par Πολύκλειτος Μεννίδαιος 32
Σοῦσος Σούσειος, affr. par Πολύκλειτος Μεννίδαιος 32
Σούσσας Πλατούρειος, affr. par Πιστογένεις, Ἑρµιόνα et Ἀγεισίπολις Θεµιστοκλεαίοι 33
Σουστρά[τα - - - -], affr. par Ἀρχ[- - -ο]υνεία 34
Σούστρατος Θρασυδάειος, manumissor, avec son frère Ἀρναῖος, de [- - - -]τοδο[ύρ]ειος 41
Σόφω[ν], patronymique de Σουσικρατεία, affr. par Ἀστοµένεις καὶ Λυκόρµ[ας] Παναγαθείοι 31
[Σ]τ̣ά̣χ̣υ̣ς̣?, manumissor de [- - -] 51
[Σ]τ̣ρατονίκα Διοδουρεία, affr. par Καρίνα Διοδουρεία 35
Στράτουν Κοττύφειος, manumissor de Λεοντίσκος 19
Τ[- - -], patronymique de Μυρσίνα Θρᾶισσα, affr. par [- -]ρέτα Ἀνδρ[- -] 20
Ταῦρος Σαλβικειος, affr. par Ἐπιγίνεις Πολυστράτειος 36
Τεισαµενὸς Εὐρυλόχειος, manumissor, avec sa mère Πανθειρὶς Ἱππολυτέα et ses frères Δεινόστρατος et Ἱππόλυτος, d’Ἐργασίουν Κριτούνειος 10
Τριτεύτας, patronymique d’Ἀµµίχα, affr. par Δαµαινέτα Νικουνεία 2
Φάλαικος Προµάχειος, manumissor de Νικαία Σουκρατεία 22
Φίλουν Περιγένειος, affr. par Προυτόµαχος Εὐίππειος 26
Φ̣ύ̣σις Πατρουνεία, affr. par [- - - - -] 27

Noms fragmentaires

[- -]ινέτα Ἀρ[χελ]α̣εία, manumissor avec son frère [- -]κ̣ουν, de [- -]ουν Καλ[λίκ]λειος 40
[- -]κ̣ουν Ἀρ[χελ]ά̣ειος, manumissor avec sa sœur [- -]ινέτα, de [- -]ουν Καλ[λίκ]λειος 40
[- -]ορος, père de [Εἱρόδοτος?] 44
[- - ο]υν, père de Ἀρχ[- - -] 34
[- -]ουν Καλ[λίκ]λειος, affr. par [- -]κ̣ουν et [- -]ινέτα Ἀρ[χελ]α̣είοι 40
[- -]ρέτα Ἀνδρ[- -], manumissor de Μυρσίνα Τ[- - -] Θρᾶισσα 20
[- -]τόδο[υρ]ος, patronymique de [- - -] 41

Localisation des inscriptions encore visibles (23)

111Les directions (droit, gauche) se comprennent en allant de gauche à droite, et la numérotation des marches (1re, 2  e), en allant de bas en haut.

Parodos 8 (6356), bloc 1
11 (6357), bloc 2
17 (6358), bloc 3
4 (6359), bloc 4
2 (6199), bloc 5
24 (6360), bloc 6
46 (6428), frg. sur tenon du bloc au‑dessus du bloc 1
Escalier 1 20 (6362), contremarche 1re marche
Kerkis I 31 (6361), 2e gradin, côté gauche du bloc gauche
49 (6435), 1er gradin, frg. sur front bloc gauche
Kerkis II 40 (6424), 2e gradin, côté gauche du bloc gauche
Escalier 3 3 (6200), contremarche 1re marche
Kerkis III 50 (6433), 1er gradin, frg. sur front bloc gauche
Escalier 4 13 (6201), contremarche 1re marche
Kerkis VI 38 (6423), 2e gradin, côté droit du bloc droit
Kerkis VII 15 (6434), 1er gradin, sur front bloc central
Kerkis IX 27 (6366), 1er gradin, frg. sur front du bloc central
30 (6203), 1er gradin, frg. sur front du bloc droit
52 (6429), 1er gradin, frg. sur front bloc gauche
Escalier 10 44 (6364), contremarche 1re marche
Escalier 11 45 (6431), contremarche 1re marche
Kerkis XII 43 (6425), 2e gradin, côté gauche du bloc gauche
51 (6430), 1er gradin, sur front bloc gauche

Concordance

112ΔΘΛ = Δετερο Θατρο Λρισας

No inv. No Corpus No code
Lar. 321 19 GHW4124
ΔΘΛ01 42 GHW6342
ΔΘΛ02 36 GHW6343
ΔΘΛ03 25 GHW6349
ΔΘΛ04 6 GHW6437
ΔΘΛ05 18 GHW6345
ΔΘΛ06 23 GHW6438
ΔΘΛ07 39 GHW6439
ΔΘΛ08 37 GHW6440
ΔΘΛ09 14 GHW6350
ΔΘΛ10 9 GHW6353
ΔΘΛ11 7 GHW6421
ΔΘΛ12 26 GHW6351
ΔΘΛ13 33 GHW6420
ΔΘΛ14 5 GHW6344
ΔΘΛ15 16 GHW6454
ΔΘΛ16 32 GHW6347
ΔΘΛ17 12 GHW6348
ΔΘΛ18 41 GHW6355
ΔΘΛ19 22 GHW6352
ΔΘΛ19α 47 GHW6427
ΔΘΛ20 21 GHW6346
ΔΘΛ21 29 GHW6354
ΔΘΛ22 8 GHW6356
ΔΘΛ23 11 GHW6357
ΔΘΛ24 17 GHW6358
ΔΘΛ25 4 GHW6359
ΔΘΛ26 2 GHW6199
ΔΘΛ27 24 GHW6360
ΔΘΛ28 20 GHW6362
ΔΘΛ29 3 GHW6200
ΔΘΛ30 13 GHW6201
ΔΘΛ31 31 GHW6361
ΔΘΛ32 40 GHW6424
ΔΘΛ33 48 GHW6436
ΔΘΛ34 35 GHW6455
ΔΘΛ36 43 GHW6425
ΔΘΛ37 10 GHW6422
ΔΘΛ38 34 GHW6457
ΔΘΛ39 46 GHW6428
ΔΘΛ40 49 GHW6435
ΔΘΛ43 15 GHW6434
ΔΘΛ44 52 GHW6429
ΔΘΛ45 27 GHW6366
ΔΘΛ46(8) 30 GHW6203
ΔΘΛ47 50 GHW6433
ΔΘΛ48 38 GHW6423
ΔΘΛ49(11) 44 GHW6364
ΔΘΛ50 51 GHW6430
ΔΘΛ50‑51 1 GHW6426
ΔΘΛ52 45 GHW6431
--- 28 GHW6456
Haut de page

Bibliographie

CID II = J. Bousquet, Les comptes du quatrième et du troisième siècle, CID II (1989).

CID IV = Fr. Lefèvre, Documents Amphictioniques, CID IV (2002).

ΕΑΜ = A. Rizakis, I. Touratsoglou, Επιγραφς Άνω Μακεδονας (1985).

ΕΚΜ 1 = L. Gounaropoulou, M. B. Hatzopoulos, Επιγραφς Κάτω Μακεδονας. Τεύχος Α’, Επιγραφς Βεροας (1998).

FD III.1 = É. Bourguet, Fouilles de Delphes. Tome III, Épigraphie. Fasc. 1, Inscriptions de l’entrée du sanctuaire au trésor des Athéniens (1929).

FD III.3 = G. Daux, A. Salac, Fouilles de Delphes. Tome III, Épigraphie. Fasc. 3, Inscriptions depuis le Trésor des Athéniens jusqu’aux bases de Gélon (1932).

FD III.6 = N. Valmin, Fouilles de Delphes. Tome III, Épigraphie. Fasc. 6, Inscriptions du théâtre (1939).

Φωνς = J. L. Garcia Ramon, Br. Helly, A. Tziafalias, « Inscriptions inédites de Mopsion: décrets et dédicaces en dialecte thessalien », dans M. B. Hatzopoulos (dir.), Φωνς χαρακτρ εθνικς, Μελετµατα 52 (2007), p. 63‑103.

I.Atrax = A. Tziafalias (dir.), R. Bouchon, L. Darmezin, J.‑Cl. Decourt, Br. Helly et G. Lucas, Corpus des inscriptions d’Atrax en Pélasgiotide (Thessalie), ÉtÉpigr 7 (2016).

Mulliez, Thèse = D. Mulliez, Recherches sur les actes d’affranchissement delphiques, thèse, université Paris I (1994) (à paraître dans CID V).

Haut de page

Notes

1 Voir A. Tziafalias, « Αρχαιολογικές έρευνες στη Λάρισα », dans Πρακτικ του Αιστορικο-αρχαιολογικο Συµποσου Λρισα· Παρελθν και Μλλον (1985), p. 60‑78 ; id., AD 40 (1985 [1990]), p. 198‑199 et pl. 69 ; id., AD 42 (1987 [1992]), p. 276‑278 et pl. 161‑162.

2 Voir Th. Palioungas, Η Λρισα κατ την Τουρκοκρατα (1423‑1881), tome I (2002), p. 305‑312 et p. 340, note 267.

3 Voir P. C. Rosseto, G. Pisani Sartorio (éds), Teatri greci e romani alle origini del linguaggio rappresentato, vol. II (chap. Grecia) (1994).

4 Sur les 52 blocs inscrits connus, 29 ont ainsi été réenfouis. On trouvera à la fin de cet article un tableau de localisation des 23 inscriptions encore visibles (p. 199 et pl. IX).

5 Voir IG IX 2, 623 (ier s. av. J.‑C.) (GHW4153), et 904 (iieiiie s. apr. J.‑C.) (GHW1302) et A. S. Arvani­topoulos, RPh 1911, p. 128, no 30 (« d’assez basse époque » = ép. impériale) (GHW2684).

6 Voir E. Santin, Autori di epigrammi sepolcrali greci su pietra. Firme di poeti occasionali e professionisti, Memorie della Accademia nazionale dei Lincei, ser. IX, vol. XXIV, fasc. 2 (2009), p. 248‑252, no 17 (iiieive s. apr. J.‑C.) (GHW1780).

7 Voir A. S. Arvanitopoulos, AEph 1910, col. 377‑378, no 24 (non datée) (GHW4281) : Δήµητρι καὶ Κόρῃ καὶ Δεσπότῃ Λογγεῖν[α - -]του ἱερατεύσασα. Il indique comme lieu de trouvaille la « mosquée Orchan » (τζαµί Ὀρχάν), dont le nom n’est pas autrement connu (voir Th. Palioungas [n. 2]), mais il précise que cette mosquée se trouvait « près du pont du Pénée », ce qui permet de l’identifier avec certitude à la mosquée Hassan Bey.

8 Tholos d’un diamètre de 20,22 m, construite au début du iiie s. av. J.‑C. et consacrée aux Megaloi Theoi, c’est‑à‑dire les Cabires. Voir J. R. McCredie, G. Roux, S. M. Shaw et al., Samothrace 7. The Rotunda of Arsinoe (1992).

9 Tholos d’un diamètre de 21,74 m, construite au milieu du ive s. av. J.‑C. Voir J. W. Riethmüller, Asklepios. Heiligtümer und Kulte, vol. I (2005), p. 313‑324.

10 Voir S. Freifrau von Thüngen, Die frei stehende griechische Exedra (1994).

11 Voir J.‑Ch. Moretti, M. Fincker, V. Chankowski, « Les cercles de Sôkratès : un édifice commercial sur l’Agora de Théophrastos à Délos », dans V. Chankowski, P. Karvonis (éds), Tout vendre, tout acheter. Structures et équipements des marchés antiques, Scripta Antiqua 42 (2012), p. 225‑246.

12 Voir J. R. McCredie, Hesperia 37 (1968), p. 216‑221.

13 Voir Ch. I. Makaronas, AD 19 (1964), p. 340‑344 et pl. 398‑403 et AD 20 (1965), p. 414‑416 et pl. 469‑470 ; D. Papakonstantinou-Diamantourou, Πελλα I. Ιστορικ επισκπησις και µαρτυραι, Βιβλιοθκη της εν Αθναις Αρχαιολογικς ταιρεας 70 (1971).

14 Fl. Seiler, Die griechische Tholos (1986), p. 129‑135.

15 Th. Hadzisteliou-Price, AJA 77 (1973), p. 66‑71.

16 On en connaît des exemples à Oiniadai, en Acarnanie, où, à la fin du iiie s. ou au début du iie s. av. J.‑C., des affranchis portaient leur affranchissement à la connaissance de tous en en gravant une forme très abrégée sur les sièges du théâtre : e.g. Μύρτα ἀφῆκε ἐλεύθερον Ποσειδώνιον, voir S. Zoumbaki, « Οι επιγραφές του θεάτρου », dans S. Gogos (éd.), Το αρχαο θατρο των Οινιαδν (2005), p. 181‑209. À Messène, ce sont des dédicaces d’affranchis qui, au iie s. av. J.‑C., sont ainsi gravées au théâtre : e.g. Σαιθίδας Ἀποδάµου ἀπελεύθερος ἀνέθηκε, voir P. G. Themelis, « Ανασκαφή Μεσσήνης », PAAH 2006 (2008), p. 37‑40 (SEG 56, 482‑483). Des inscriptions similaires sont également connues à Épidaure (fin du iiie s. av. J.‑C.), mais elles sont gravées sur les sièges du stade (voir W. Peek, Inschriften aus dem Asklepieion von Epidauros [1969], nos 153, 4 à 20).

17 Voir M. Guarducci, Epigrafia greca I (1967), p. 377.

18 Pour la Magnésie, voir e.g. A. S. Arvanitopoulos, Θεσσαλικ Μνηµεα (1909), no 184 (GHW192) ; A. S. Arvanitopoulos, PAAH 1915 (1916), p. 187‑188 (GHW757) ; H. Riemann, Jahrbuch des deutschen archäologischen Instituts 52 (1937), AA, col. 147 (GHW922) ; Th. A. Arvanitopoulou, πολέµων Ε’ (1952‑53), πµετρον, p. 57, no 5 (GHW1315). Pour Delphes, voir J. Bousquet, BCH 80 (1956), p. 26 et n. 2 (vers 270 av. J.‑C.) et pour la Macédoine : EAM, no 74 (une inscription d’Élimée datée des iiieiie s. av. J.‑C.).

19 IG IX 2, 133. On trouve ce même type de formulaire, mais le plus souvent avec la préposition ὑπό à la place de ἀπό, à peu près partout en Thessalie : voir par exemple, à Mélitaia (IG IX 2, 207c et e), Pharsale (IG IX 2, 399), Atrax (IG IX 2, 543 = I.Atrax, no 42), Chyrétiai (AEph 1917, p. 30‑34, no 316), Gonnoi (Br. Helly, Gonnoi [1973], no 127), Oloosson (AEph 1916, nos 284‑285) ou Dolichè (AEph 1923, p. 126‑132, no 361).

20 Voir N. Ceka, Iliria 1984/2, p. 78, nos 2 (Byllis) et 3 (Nikaia/Klos) (SEG 35, 1985, 679 et 696) ; id., Iliria 1987/2, p. 76, no 2 (Byllis) (SEG 38, 1988, 523) ; voir aussi P. Cabanes, BullÉp. 1987, 639 ; id., L’Illyrie méridionale et l’Épire dans l’Antiquité (1987), p. 148‑149.

21 Voir M.‑Chr. Hellmann (éd.), Choix d’inscriptions architecturales grecques, TMO 30 (1999), nos 12, 13 ou 16 entre autres.

22 Voir IG II2, 1469A (inventaire des objets d’argent d’un sanctuaire, parmi lesquels des φιάλαι ἐξελευθερικαί, en vue de les fondre pour en faire des hydries). Voir aussi E. Meyer, Metics and the Athenian Phialai-Inscriptions. A Study in Athenian Epigraphy and Law, Historia 208 (2010), qui démontre que les listes de phiales (IG II2, 1554‑1578) offertes par des particuliers seraient en fait la trace d’attaques judiciaires abusives contre des métèques et ne concerneraient donc pas des affranchis.

23 Voir A. Magnelli, « Una nuova epigrafe gortinia in materia di manomissione », Dike 1 (1998), p. 95‑113 (recollage d’un fragment inédit avec IC IV, 232).

24 Voir M. B. Hatzopoulos, L. Gounaropoulou (éds), « Le règlement urbanistique de Kyrrhos (Macédoine) », CRAI 2013, p. 1376‑1377 : Ἀνναία Ξενάνθου ἀπελευθερωθεῖσα ὑπὸ Ξενάνθου τοῦ Ἀµβικάτου Ἀθηνᾷ Κυρρεστίδι (iie s. av. J.‑C.).

25 Voir EKM 1, p. 91‑95, no 3 et p. 134‑135, nos 31‑33 (iieier s. av. J.‑C.) : e.g. (noms de onze esclaves) ἀπελευ­θερωθέντες ὑπὸ Κρίτωνος τοῦ Εὐτυχίδου Ἡρακλῇ Κυναγίδαι σκύφον οὗ ὁλκὴ εἰς τὸ αὐτὸ δραχ(µαὶ) ΦΝ.

26 Voir EAM, p. 111‑112, no 115 : … Εὔδικος Ταυρίωνο̣[ς] Βρυναῖος ἀφῆκεν ἐλευθέραν Μέλισαν εὐχὴν Ἡρακλῇ Κυναγίδᾳ.

27 Voir EAM, p. 94‑95, no 96 : … Ἡρακλεῖ Ἡδονὴ Ἀµύντου ἐλευθερωθεῖσα εὐχαριστήριον.

28 Voir EAM, p. 35‑36, no 20 (inscription trouvée à Velvendos en Élimée et datée des iieiiie s. apr. J.‑C.) : … Βάσσος Ἀν[τ]ιπάτρου ἐ[λ]ευθερωθεὶς ὑπὸ Ἀντιπάτρο[υ τ]οῦ Ἀλεξάνδρο[υ] Ἡ̣ρακλεῖ Κυνα[γί]δᾳ.

29 Voir EAM, p. 45‑46, no 30 : Θευδᾶς Νεικ̣ά̣[νο]ρ̣ο̣[ς] ἀπελεύθ̣ερος Ἡρακλεῖ φιαλί[σ]κ̣ον ; cette inscription est classée en Élimée dans le corpus, mais sur la carte, le village d’Αγ. Γεώργιος apparaît au Nord‑Est de la région Τυµφαία.

30 J.‑L. García Ramón, « Thessalian Personal Names », dans Old and New Worlds in Greek Onomastics, Proceedings of the British Academy 148 (2007), p. 66 ; voir aussi « Cuestiones de léxico y onomástica tesalios », dans Kata Dialekton, A.I.O.N. XIX (1997), p. 533‑536, § 6.

31 Sauf, justement, en cas d’héritage (communio incidens), voir A. M. Babakos, Πρξεις κοινς διαθσεως κα λλα συγγεν φαινµενα κατ τ δκαιον τς ρχαας Θεσσαλας (1961) et sa traduction française : Actes d’aliénation en commun et autres phénomènes apparentés d’après le droit de la Thessalie antique (1966), p. 29‑39 ; voir aussi infra le commentaire du no 33. On notera d’autre part qu’une liste de déclarations d’affranchissements de Larissa (G. J. M. J. Te Riele, ZPE 49 [1982], p. 161‑167, no 1, l. 24‑27, ca. 80 av. J.‑C.) atteste l’existence d’une forme de copropriété, dont on ne peut dire si elle était familiale ou non : deux hommes à patronymes différents, l’un de Gyrton et l’autre de Larissa, apparaissent comme co‑manumissores d’un même esclave.

32 Voir e.g. Br. Helly, Gonnoi II (1973), no 115 ou IG IX 2, 1282, l. 36‑41 (Pythion).

33 Voir A. M. Babakos (n. 31), p. 89‑91.

34 Voir A. M. Babakos, BCH 86 (1962), p. 494‑503 ; M. Zachou-Kontogianni, La Thessalie. Quinze années de recherches archéologiques, Actes du colloque international, Lyon 1990 (1994), p. 301‑306 ; R. Zelnick-Abramovitz, Not Wholly Free. The Concept of Manumission and the Status of Manumitted Slave in the Ancient Greek World (2005), p. 259‑261.

35 On connaît actuellement 1 712 déclarations d’affranchissement, qui sont réparties sur 264 pierres, concernent 2 068 esclaves et s’étendent du milieu du iie s. av. J.‑C. au iiie s. apr. J.‑C. Dans la mesure où l’usage du nom au génitif disparaît vers la fin du ier s. av. J.‑C.-début du ier s. apr. J.‑C., nous n’avons pris en compte, pour établir ces pourcentages, que les déclarations datées du iie s. av. J.‑C. au milieu du ier s. apr. J.‑C., soit 1 126 déclarations pour 1 288 esclaves.

36 Voir P. Cabanes, F. Drini, Corpus des inscriptions grecques d’Illyrie méridionale et d’Épire, 2. Inscriptions de Bouthrôtos (2007), no 91 : ἀφῆκε ἐλεύθερον, κατὰ τὸν τῶν ἀτέκνων νόµον, Τιµοκράτης Νητίδιος, καὶ ἁ γυνά ἁ Τιµοκρά[τ]εος Μεγανίκα, Χρήσιµον Μένωνος et no 156 : ἀφίεντι [ἐλε]ύθερον Χρ[ύσιπ]πον Χρυσογόνου Μυρτίλος, Λυσανίας, Κλέας, Φερενίκα, Μυρτίλος, Μέλισσα.

37 SGDI 2084 (Mulliez, Thèse, no 110) ; SGDI 1803, l. 4‑8 (ibid., no 214) ; FD III.3, 8 (ibid., no 386) et SGDI 1945 (ibid., no 436). Les exemples en sont bien sûr plus nombreux et plus complexes, voir ibid., introduction à l’index des affranchis, p. 1828‑1830.

38 FD III.3, 329 (Mulliez, Thèse, no 1115) ; FD III.3, 333 (ibid., no 1140) ; FD III.6, 39 (ibid., no 1166) et FD III.6, 40 (ibid., no 1188). Voir aussi D. Mulliez, « Maîtres et esclaves : les relations au sein de l’oikos. L’exemple de Delphes », dans A. Bresson et al., Parenté et Société dans le monde grec de l’antiquité à l’âge moderne, Études 12 (2006), p. 165.

39 Voir n. 24 et 28.

40 Voir n. 29.

41 Voir n. 27.

42 Voir G. N. Pallis, N. D. Petrocheilos, Horos 22‑25 (2010‑2013), p. 327‑341.

43 IG IX 2, 109B, l. 9‑11 et 25‑27 (stèle attribuée à Halos ; pour l’attribution à Thèbes de Phthiotide, voir Chr. Habicht, Chiron 2 [1972], p. 118‑120, § 8).

44 Voir Br. Helly, Phoenix 30 (1976), p. 156‑158 qui attribuait cette pierre à Thèbes de Phthiotide, mais le calendrier et les formulaires correspondent à ceux de Démétrias, voir R. Bouchon, Les Élites politiques de la cité de Delphes et du koinon des Thessaliens, thèse, université de Lyon (2005), préambule, p. 19.

45 Cette inscription était attribuée à Phalanna dans les IG (IG IX 2, 1232), mais voir M. Zachou-Kontogianni (n. 34), pour sa réattribution à Larissa. Le cas évoqué ci‑dessus se trouve aux lignes 8‑10 : Παραµόνος Νικοπό[λε]ως ἀπὸ Νικοπόλεως τοῦ Ἀγάθωνος, δόντος [ὑπ]ὲρ αὐτοῦ Παραµόνου τοῦ Νικοπόλεως τοῦ π[α]τρὸς αὐτοῦ. Voir aussi le commentaire de I.Atrax 22 par R. Bouchon.

46 Les exemples les plus nombreux proviennent de Larissa (IG IX 2, 851 à 868), mais on en connaît aussi à Phères (IG 448), dans la région d’Ayia (IG 1082), à Pythion (inédite) ou encore à Démétrias (IG 1166).

47 Voir L. Gounaropoulou, dans ΑΜΗΤΟΣ (1987), p. 251‑259 (voir Bull. 1991, 314).

48 Voir P. H. Lazaridis, PAAH 1972 (1974), p. 46‑48, no 2, avec les corrections de G. Daux, BCH 100 (1976), p. 231 et de Br. Helly, Phoenix 30 (1976), p. 158.

49 Voir par exemple une inscription de Phères (IG IX 2, 415, l. 19‑21) où le trésorier de la cité est ainsi nommé : Νικολάου τοῦ χρηµατίζοντος Κύδα τοῦ Νίκωνος.

50 Μ. Segre, Tituli Calymnii, in Annuario della Scuola archeologica di Atene e delle Missioni italiane in Oriente, XXII‑XXIII, n.s. VI‑VII (1944‑45) (1952), no 192 (voir aussi les nos 179, 185, 188 et 198) ; pour des exemples « d’affranchis de personne » (οὐδενὸς/µηδενὸς ἔσται ἀπελεύθερος/‑θέρα), voir les nos 153, 156, 157, 164, 172, 176a, 187, 192a et 205.

51 Aucun manumissor n’est désigné par la locution « Untel ἀπελεύθερος d’Untel », mais on peut remarquer que de nombreux manumissores sont nommés sans patronyme. Faut‑il y voir des affranchis, ou un phénomène très normal dans une petite cité insulaire ?

52 On peut peut‑être en rapprocher un nom mal établi dans une inscription de Byllis (iiieiie s. av. J.‑C.) (SEG 38, 523) : Π[ρυτανεύ]οντος [- - -]ΑΜΙΚΙΑ[- - -]… ?

53 Voir Dion Cassius, Histoire romaine XII 53, Loeb vol. II.

54 Voir L. Robert dans N. Firatli, Les Stèles funéraires de Byzance gréco-romaine (1964), p. 138‑141, s.v. « Ἄννη » (avec, entre autres, renvoi à Hésychius : ἀννίς· µητρὸς ἢ πατρὸς µήτηρ). Il paraît exclu, à cette époque, de reconnaître dans ce nom, la forme féminine du gentilice Annius, bien que la présence italienne à Larissa soit bien attestée dès le début du iie s. av. J.‑C., voir Br. Helly, « Les Italiens en Thessalie au iie et ier s. av. J.‑C. », dans Les « Bourgeoisies » municipales italiennes aux iie et ier s. av. J.‑C. (1983), p. 355‑380.

55 Voir P. M. Fraser, Samothrace. The inscriptions on stone (1960), p. 23‑24, no 23 (GHW6419), qui y reconnaissait presumably Larissa de l’Hermos, tandis que L. Robert (Bull. 1964, 372) y voyait plutôt Larissa de Thessalie. Si l’identification ci‑dessus était avérée, on aurait un argument supplémentaire pour la seconde proposition.

56 Les deux décrets, celui d’Athènes et celui de Larissa pour les juges de Mylasa, sont gravés sur la même pierre (GHW3312) : voir Y. Béquignon, BCH 59 (1935), p. 64‑70, no 3 ; Ph. Gauthier, BCH 123 (1999), p. 165‑174 ne reprend que le décret d’Athènes.

57 Voir en dernier lieu Ch. Crowther, ABSA 92 (1997), p. 350‑354 (GHW3364).

58 Voir Chr. Habicht, Chiron 13 (1983), p. 21‑32 ; voir aussi Br. Helly, Topoi 15/1 (2007), p. 210‑214 (GHW3162+3173). L’un de ces contributeurs apparaît aussi comme manumissor dans le no 11.

59 Sur ce trait dialectal, commun à l’ensemble du thessalien, voir J. L. García Ramón, Verbum 10 (1987), § 15, p. 135‑138, avec des exemples comme Πεισσας et Αγασσας pour Πεισίας et Ἀγασίας.

60 On en connaît six attestations, entre la deuxième moitié du iie s. et la fin du ier s. av. J.‑C. : voir IG X 2, 516, 539 et 541 ; K. Gallis, AAA 13 (1981), p. 252‑256, no 2(b) ; N. Giannopoulos, AEph 1930, p. 176‑179 ; la sixième inscription est encore inédite (GHW6118).

61 Voir A. S. Arvanitopoulos, AEph 1924, p. 159‑160, nos 402 et 403 (seconde moitié du iie s. av. J.‑C.).

62 Voir R. Bouchon, « La taxe des affranchis et le financement de la vie publique dans les cités thessaliennes : nouvelle lecture de documents du iie s. apr. J.‑C. », ρχαιολογικ ργο Θεσσαλας και Στερες Ελλδας 2, 2006. Πρακτικ επιστηµονικς συνντησης, Βλος 16.3‑19.3.2006. Τµος ΙΘεσσαλα (2009), p. 395‑407.

63 M. B. Hatzopoulos, Cultes et rites de passage en Macédoine, Μελετµατα 19 (1994), p. 110‑111. On notera cependant qu’à Béroia les affranchis étaient exclus du gymnase, contrairement à ce qu’on peut observer dans d’autres cités (voir Ph. Gauthier, M. B. Hatzopoulos, La Loi gymnasiarchique de Béroia, Μελετµατα 16 [1993], p. 79‑81).

64 Voir K. Gallis, AD 29 (1973‑1974 [1979]), p. 571 ; SEG 29 (1979), no 529 et BCH 104 (1980), p. 463 (photographie) (GHW3324).

65 Sur les autres formes dialectales du substantif εἰρήνη (ιρεινα et ιρανα), voir Φωνς, p. 91, § 5.

66 Le LGPN fait état d’une attestation à Chios, mais le nom est presque intégralement restitué : [Εὐδέ] ξ̣ι̣ο̣ς̣: s. Νίκη, Οἰνοπίων. Pour l’instant, faute d’avoir pu vérifier la référence (RPh 1949, p. 5, no 1, 16), nous préférons ne pas la prendre en compte.

67 Pour l’explication de la graphie Ευδεξος pour Εὐδέξιος, voir Φωνς, p. 68, no 5, l. 5 et 16 : τολίαρχος Ευδεξος Ἀλκινόειος et p. 75‑76, § 3a.

68 Voir M. B. Hatzopoulos, Tekmeria 10 (2011), p. 55‑56 (ταγῶν ἀτῶν). Pour des exemples similaires, voir Φωνς, p. 77‑78, § 5 (εατου, εατης).

69 Voir Φωνς, p. 77, § 3c.

70 Voir Br. Helly, A. Tziafalias, BCH 128‑129 (2004‑2005), p. 378‑379, no I, l. 3.

71 Voir l’étude de J. L. García Ramón, dans Στεφανος Αριστειος (2007), p. 119‑120, § 6.

72 Voir L. Robert, Noms indigènes dans l’Asie mineure gréco-romaine (1963), p. 155‑156.

73 En dehors de Μύλλος et Μυλλίς, mentionnés plus haut, on connaît aussi les formes Μυλλέας, Μυλλίας, Μύλλιχος, Μυλλίων et Μύλλων (29 attestations en tout, sans répartition géographique très marquée).

74 Voir e.g. IG IX 2, 546 (Larissa), et 1301b (Azoros) ; A. S. Arvanitopoulos, AEph 1916, p. 78, no 284 (Oloosson). Voir A. M. Babakos (n. 31), p. 57‑64 de la traduction française et BCH 86 (1962), p. 502.

75 Voir L. Darmezin, Les Affranchissements par consécration (1999), no 139.

76 Voir IG IX 2, 102, 109 (iieier s. av. J.‑C.) et 1301 (iiie s. apr. J.‑C.) et l’analyse de R. Bouchon dans l’introduction au chapitre des affranchissements dans le Corpus de Pythion, à paraître.

77 Voir J. L. Garcia Ramon, dans Old and New Worlds in Greek Onomastics (2007), p. 49.

78 Voir Φωνς, p. 70‑71, no 4, l. 17 et p. 94.

79 Dans le LGPN, cette deuxième occurrence est attribuée à Larissa (voir Br. Helly, Ancient Macedonia II, 1977, p. 534‑536), alors qu’elle relève à coup sûr d’Atrax (voir I.Atrax, no 84).

80 Voir Chr. Habicht, Demetrias I (1976), p. 157‑159, A (SEG 26, no 672).

81 Voir J. L. Garcia Ramon, Verbum 10 (1987), p. 130, § 12.2.

82 Voir Br. Helly, Topoi 15/1 (2007), p. 236‑239 (voir aussi BCH 130 [2006], p. 471‑472).

83 Voir Br. Helly, A. Tziafalias, « Décrets inédits de Larisa organisant la vente de terres publiques attribuées aux cavaliers », Topoi 18/1 (2013), p. 140, l. 71 à 78 (GHW5800).

84 Voir K. Gallis, Ancient Macedonia II (1977), p. 36‑38 (SEG 27, 202) (GHW3334).

85 Ce texte (un arbitrage dans un conflit à propos d’un terrain aux alentours du théâtre de Larissa) est en cours d’étude par R. Bouchon et Br. Helly qui en ont d’ores et déjà fortement abaissé la datation. Pour l’instant, il convient d’utiliser la publication d’A. Wilhelm, Griechische Inschriften rechtlichen Inhalts, Pragmateiai de l’Académie d’Athènes 17‑1 (1952), p. 37‑43 (voir Bull. 1953, 3 et 99).

86 DELG, s.v. L. Dubois nous signale cependant que l’apparition de la forme Ϝρῆσος sur un vase attique fait du nom un hypocoristique de Ῥησίδικος, de la racine de ἐρρήθην.

87 La référence du LGPN à un Ῥῆσος de Kleitor, dans une inscription de Delphes au début du iiie s. av. J.‑C., n’est sans doute pas à retenir : tant l’editio princeps (FD III.1, 83, l. 16) que la dernière édition (CID IV, 20) n’indiquent à cet endroit du texte qu’une séquence ΚΗΣΟΥ.

88 310 et non 338/7 comme l’indique Chr. Habicht, Chiron 13 (1983), p. 26, 9a (il s’agit des 69e Pythia).

89 Voir Br. Helly, Chiron 36 (2006), p. 171‑203.

90 Voir Br. Helly, A. Tziafalias, BCH 128‑129 (2004‑2005), p. 378‑406, no I.

91 Dans une épitaphe d’époque impériale (IG IX 2, 953), ce qui évoque une forme dialectale « fossilisée » ou une affectation archaïsante, fréquente à cette époque, mais il est étrange que cela se soit fait sur un nom aussi peu thessalien…

92 CID II (1989), no 119, l. 18 (Γλαυκιάδας Τηλ[- - - -]).

93 Voir A.‑M. Vérilhac, Cl. Vial, Le Mariage grec du vie siècle av. J.‑C. à l’époque d’Auguste, BCH Suppl. 32 (1998), p. 140‑144, voir aussi p. 183‑186 le paragraphe consacré aux esclaves comme éléments de la dot.

94 On en connaît actuellement neuf attestations avec des verbes comme συνευδοκέω, συνευαρεστέω ou συνεπαινέω, comme ailleurs, mais aussi avec des expressions plus spécifiques comme µετὰ τῆς γνώµης ou le verbe συντηρέω, qui feront l’objet d’une étude ultérieure.

95 Voir e.g. à Larissa (IG IX 2, 562, l. 12‑14, début ier s. av. J.‑C. ; N. Giannopoulos, AEph 1930, p. 176‑179, l. 22‑23, début ier s. apr. J.‑C.) ou à Aiginion (IG IX 2, 1342 add., début iiie s. apr. J.‑C.). On notera que dans deux des exemples choisis, les manumissores sont des femmes.

96 Voir Chr. Habicht (n. 80), p. 157‑173 (SEG 26, 672‑676).

97 Voir Cl. Vial, « La femme grecque : statut et subordination », dans Cl. Baladier, Chr. Chandezon (éds), Institutions, sociétés et cultes de la Méditerranée antique. Mélanges d’histoire ancienne rassemblés en l’honneur de Claude Vial, Scripta Antiqua 58 (2014), p. 225‑238, et plus particulièrement p. 230 : « Être kyrios n’est pas un état : c’est un rôle que l’on joue lors d’actes juridiques ponctuels accomplis par une personne qui, du fait de son âge ou de son sexe, n’a pas la capacité juridique pleine et entière. Pour qu’un homme ait à jouer ce rôle, il faut que l’enfant ou la femme ait à agir. »

98 Voir Br. Helly, A. Tziafalias (n. 83), p. 135‑249.

99 Sauf dans l’île d’Amorgos, voir A.‑M. Vérilhac, Cl. Vial (n. 93), p. 134 et 203.

100 A.‑M. Vérilhac, Cl. Vial (n. 93), p. 183 et n. 127. On aimerait toutefois savoir quelle différence existait entre les nombreux cas d’affranchissements faits par des couples, et ceux faits par l’un ou l’autre des époux avec le consentement de l’autre.

101 Voir e.g. A. S. Arvanitopoulos, AEph 1924, p. 155‑160, nos 400‑403.

102 En dehors d’une forme Ταύρουν, attestée à Pharsale, et correspondant au nom Ταύρων.

103 Aujourd’hui Hammam Meskhoutin, près de Guelma en Algérie (CIL 18817). D’autre part, on connaît un Q. Fabius Salviculus, dans une épitaphe de Gades (Cadiz) en Bétique (CIL 1808). Voir aussi W. Thieling, Der Hellenismus in Kleinafrika, der griechische Kultureinfluss in den römischen Provinzen Nordwestafrikas (1911), p. 135, qui range Salvicus parmi les « lateinische Cognomina mit griechischen Suffixen ».

104 Tite‑Live, 34, 50 et A. Bielman, Museum Helveticum 46 (1989), p. 38.

105 Une autre hypothèse est possible : le nom Salvicus apparaît aussi sur des monnaies gauloises (milieu ier s. av. J.‑C.), découvertes à Angers (Maine‑et‑Loire) (voir J.‑B. Colbert de Beaulieu, Br. Fischer, Recueil des Inscriptions Gauloises, vol. IV : Les légendes monétaires, XLVe Supplément à Gallia [1998], p. 390‑391, no 250) et, dans ce contexte, Salvicus correspondrait alors à un nom gaulois latinisé (voir M. Provost, « Les origines d’Angers », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest 86/3 [1979], p. 362‑363). Un nom Salbikos pourrait donc aussi reposer sur un nom d’origine celtique et marquer la trace d’un soldat Galate, fait prisonnier au cours de l’une ou l’autre des incursions des Celtes du Danube (ou Galates) en Grèce à partir de 280 av. J.‑C., et devenu esclave. D’autre part, Σαλβικος pourrait aussi être une variante du nom Σάµβικος, un voleur sacrilège éléen, connu par Plutarque (Quaestiones Graecae, 47).

106 Voir Chr. Habicht (n. 80), p. 161, EF, l. 18 (SEG 26, 676).

107 Voir Br. Helly, A. Tziafalias, BCH 128‑129 (2005‑2006), p. 378‑406, no I.

108 Voir Br. Helly, « La capitale de la Thessalie face aux dangers de la troisième guerre de Macédoine : l’année 171 av. J.‑C. à Larisa », Topoi 15 (2007), p. 236‑239 ; pour le décret de Cos qui honore Ἀθηναγόρας Στάχυος Θεσσαλὸς ἐγ Λαρίσας, voir L. et Kl. Hallof, Chr. Habicht, Chiron 28 (1998), p. 105‑109, no 6.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Inscription no 1 (copie de l’inventaire).
Crédits Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/340/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Planche I – a. Vue d’ensemble du second théâtre de Larissa (vers le Nord) ; b. Plan du second théâtre de Larissa, d’après A. Tziafalias, AD 42 (1987 [1992]), p. 277.
Crédits Cl. A. Tziafalias.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/340/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 618k
Titre Fig. 2 – Estampage de l’inscription no 2.
Crédits Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/340/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 342k
Titre Planche II – Inscriptions nos 1 à 8.
Crédits Cl. A. Tziafalias.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/340/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 942k
Titre Fig. 3 – Estampage de l’inscription no 3.
Crédits Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/340/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 382k
Titre Fig. 4 – Estampage de l’inscription no 4.
Crédits Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/340/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 435k
Titre Fig. 5 – Estampage de l’inscription no 5.
Crédits Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/340/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 289k
Titre Fig. 6 – Estampage de l’inscription no 6.
Crédits Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/340/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 681k
Titre Fig. 7 – Estampage de l’inscription no 7.
Crédits Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/340/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 266k
Titre Fig. 8 – Estampage de l’inscription no 8.
Crédits Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/340/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 346k
Titre Fig. 9 – Estampage de l’inscription no 9.
Crédits Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/340/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 573k
Titre Planche III – Inscriptions nos 9 à 16.
Crédits Cl. A. Tziafalias.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/340/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 10 – Estampage de l’inscription no 10.
Crédits Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/340/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre Fig. 11 – Estampage de l’inscription no 11.
Crédits Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/340/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 278k
Titre Fig. 12 – Estampage de l’inscription no 12.
Crédits Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/340/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 381k
Titre Fig. 13 – Estampage de l’inscription no 13.
Crédits Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/340/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 358k
Titre Fig. 14 – Estampage de l’inscription no 14.
Crédits Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/340/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 429k
Titre Fig. 15 – Estampage de l’inscription no 15.
Crédits Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/340/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Fig. 16 – Estampage de l’inscription no 16.
Crédits Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/340/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Fig. 17 – Estampage de l’inscription no 17.
Crédits Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/340/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 343k
Titre Planche IV – Inscriptions nos 17, 18 et 20 à 25.
Crédits Cl. A. Tziafalias.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/340/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 1009k
Titre Fig. 18 – Estampage de l’inscription no 18.
Crédits Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/340/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre Fig. 19 – Inscription no 19 (fac‑similé O. Kern, IG IX 2, 594).
Crédits Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/340/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Titre Fig. 20 – Estampage de l’inscription no 20.
Crédits Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/340/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 350k
Titre Fig. 21 – Estampage de l’inscription no 21.
Crédits Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/340/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Fig. 22 – Estampage de l’inscription no 22.
Crédits Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/340/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 329k
Titre Fig. 23 – Estampage de l’inscription no 23.
Crédits Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/340/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Titre Fig. 24 – Estampage de l’inscription no 24.
Crédits Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/340/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 333k
Titre Fig. 25 – Estampage de l’inscription no 25.
Crédits Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/340/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 393k
Titre Fig. 26 – Estampage de l’inscription no 26.
Crédits Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/340/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 382k
Titre Fig. 27 – Estampage de l’inscription no 27.
Crédits Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/340/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Planche V – Inscriptions nos 26, 27, 29 à 33 et 36.
Crédits Cl. A. Tziafalias.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/340/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 944k
Titre Fig. 28 – Estampage de l’inscription no 28.
Crédits Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/340/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Fig. 29 – Estampage de l’inscription no 29.
Crédits Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/340/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 622k
Titre Fig. 30 – Estampage de l’inscription no 30.
Crédits Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/340/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
Titre Fig. 31 – Estampage de l’inscription no 31.
Crédits Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/340/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 373k
Titre Fig. 32 – Estampage de l’inscription no 32.
Crédits Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/340/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 243k
Titre Fig. 33 – Estampage de l’inscription no 33.
Crédits Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/340/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre Fig. 34 – Inscription no 34 (copie de l’inventaire).
Crédits Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/340/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Titre Fig. 35 – Estampage de l’inscription no 35.
Crédits Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/340/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Fig. 36 – Estampage de l’inscription no 36.
Crédits Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/340/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 361k
Titre Fig. 37 – Estampage de l’inscription no 37.
Crédits Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/340/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 455k
Titre Fig. 38 – Estampage de l’inscription no 38.
Crédits Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/340/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 434k
Titre Planche VI – Inscriptions nos 37 à 44.
Crédits Cl. A. Tziafalias.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/340/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 877k
Titre Fig. 39 – Estampage de l’inscription no 39.
Crédits Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/340/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 247k
Titre Fig. 40 – Estampage de l’inscription no 40.
Crédits Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/340/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 254k
Titre Fig. 41 – Estampage de l’inscription no 41.
Crédits Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/340/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 462k
Titre Fig. 42 – Estampage de l’inscription no 42.
Crédits Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/340/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 434k
Titre Fig. 43 – Estampage de l’inscription no 43.
Crédits Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/340/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 286k
Titre Planche VII – Inscriptions nos 45 à 48.
Crédits Cl. A. Tziafalias.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/340/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 702k
Titre Planche VIII – Inscriptions nos 49 à 52.
Crédits Cl. A. Tziafalias.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/340/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 625k
Titre Planche IX – Parodos Ouest : situation des nos 2, 4, 8, 11, 17, 24 et 46 ; Escalier 1‑Kerkis I : situation des nos 20, 31 et 49 ; Kerkis IX‑Escalier 10 : situation des nos 27, 30, 44 et 52.
Crédits Archives thessaliennes (Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/340/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Athanasios Tziafalias et Laurence Darmezin, « Dédicaces d’affranchis à Larissa (Thessalie) »Bulletin de correspondance hellénique, 139-140.1 | 2016, 127-210.

Référence électronique

Athanasios Tziafalias et Laurence Darmezin, « Dédicaces d’affranchis à Larissa (Thessalie) »Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 139-140.1 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 23 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/bch/340 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bch.340

Haut de page

Auteurs

Athanasios Tziafalias

Ancien Éphore des Antiquités préhistoriques et classiques, Larissa.

Articles du même auteur

Laurence Darmezin

Laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search