Navigation – Plan du site

AccueilNuméros139-140.1Un katadesmos du banquier Pasiôn ...

Un katadesmos du banquier Pasiôn (SEG LIII 256)

Benedetto Bravo et Aleksander Wolicki
p. 211-236

Résumés

L’individu dont le nom, Pasiôn fils de Dikaiarchos, est gravé sur une tablette de plomb publiée par D. Jordan en 2003 (SEG LIII 256) est bien le célèbre banquier Pasiôn, comme l’éditeur l’a soutenu, mais l’interprétation du texte proposée par celui‑ci ne semble pas convaincante. Il ne s’agit pas d’une lettre, mais d’un texte destiné à servir dans une opération magique, un katadesmos dirigé contre des personnes dont trois sont connues grâce au plaidoyer pseudo-démosthénien Contre Nikostratos. Les circonstances dans lesquelles Pasiôn décida d’agir contre ces personnes par le biais de la magie ne se laissent pas établir ; il est cependant permis de supposer qu’il était mécontent des rapports entre elles et son fils aîné, Apollodôros. Il ne semble pas que cette opération magique ait été liée à un procès judiciaire. Il est intéressant, bien que non surprenant, de constater qu’il pouvait arriver à un homme très riche et influent comme le banquier Pasiôn d’avoir recours à la magie.

Haut de page

Notes de l’auteur

La première partie du présent article a été rédigée par B. Bravo, la seconde par A. Wolicki. Nous remercions nos amis Andrzej et Véronique Chankowski, avec qui nous avons eu à plusieurs reprises le plaisir de discuter et dont les observations nous ont été très utiles. Nous avons tiré profit également des objections et des suggestions de Charles Doyen et de Patrice Hamon ; à eux aussi, nous exprimons notre reconnaissance.

Texte intégral

  • 1 Jordan 2003, avec une photographie.
  • 2 M.‑Th. Couilloud, BCH 91 (1967), p. 513.
  • 3 Il faut dire que l’histoire de cette tablette est assez énigmatique. Ph. Gauthier, dans le Bulleti (...)

1Une tablette de plomb portant une inscription peu banale qui, d’après l’écriture et l’orthographe, peut être datée de la première moitié du ive s. av. J.‑C., a été publiée par D. Jordan en 2003 sur la base d’une ou de plusieurs photographies1. Dans la note 1 de son article, l’auteur déclare : « At some point before the Second World War a French archaeologist, who asks to remain unnamed, saw and photographed in a shop in Athens four lead tablets. From these photographs, Marie‑Thérèse Couilloud (1967) has edited two of these inscriptions : they are curse tablets (defixiones). She very kindly sent me photographs of the other two, and when I enthusiastically responded, she most generously invited me to publish them myself. One of them proved to be another curse tablet, fragmentary and difficult to read ; the other has the text that I present here. For permission for the publication I am indebted to Dr. Couilloud‑Le Dinahet and to the anonymous archaeologist. » Le nom de l’« archéologue français » qui a voulu rester anonyme est facile à déterminer. En effet, M.‑Th. Couilloud indiquait dans sa publication2 que les photographies des deux tablettes lui avaient été fournies par P. Amandry3.

2La provenance de la tablette est inconnue, mais il est très probable qu’elle a été trouvée à Athènes. Ainsi que l’éditeur l’a observé, quatre des huit noms propres qui apparaissent dans le texte, à savoir Pasiôn, Nikostratos, Deinôn, Arethousios, se retrouvent dans le plaidoyer LIII du Corpus Demosthenicum, le Contre Nikostratos pseudo-démosthénien. Ce plaidoyer, écrit très probablement par Apollodôros, fils de Pasiôn (le célèbre banquier connu par plusieurs textes : ancien esclave, puis affranchi, devenu enfin citoyen athénien), fut en tout cas prononcé par Apollodôros dans le procès qu’il avait intenté à Nikostratos. Y sont mentionnés, à côté du défendeur, les deux frères de celui‑ci, Deinôn et Arethousios ; le plaignant se présente (§ 18) comme fils de Pasiôn. Tandis que le Deinôn mentionné dans la tablette est expressément désigné comme un frère de Nikostratos, ce n’est pas le cas pour Arethousios, mais son nom apparaît immédiatement après celui de Deinôn. De cet ensemble de coïncidences, D. Jordan a déduit que les quatre personnes dont les noms apparaissent à la fois dans la tablette et dans le Contre Nikostratos sont les mêmes. Pasiôn étant le sujet grammatical dans le texte de la tablette (comme l’indiquent le verbe ἐπιστέλλω et le pronom ἐµέ), l’éditeur a conclu à un texte rédigé par le célèbre banquier, et plus précisément, à une lettre écrite par Pasiôn.

  • 4 BullÉp 2004, 140.
  • 5 Sosin 2008, p. 105‑108 : en ce qui concerne l’identification des personnages, ce savant se déclare (...)

3L’identification des personnes proposée par D. Jordan a été mise en doute par Ph. Gauthier en 20044, et a été jugée très incertaine par J. D. Sosin en 20085. Ce dernier savant a suggéré d’apporter des changements à la lecture et à l’interprétation du texte. En revanche, ni Ph. Gauthier ni J. D. Sosin n’ont mis en doute le fait qu’il s’agisse d’une lettre.

  • 6 Ceccarelli 2013, p. 354 (voir aussi p. 57‑58).

4Dans son livre, Ancient Greek Letter Writing, publié en 2013, P. Ceccarelli s’est limitée pour sa part à reproduire le texte établi par Jordan et à enregistrer les propositions de changement faites par Sosin ; cependant, bien que classant la tablette parmi les lettres « sûres ou probables », elle a soutenu qu’il ne s’agissait sans doute pas d’une lettre au sens propre du terme : « The insistence on punishment on the one hand and plotting on the other, in a letter written on lead, seems to me to speak for an interpretation as a curse, or rather, in this specific case, as a prayer for justice [...]. Although in curses the defigens usually avoids naming himself/herself, this does not apply in the same measure to judicial prayers (but it is surprising to find not only the name of the curser, but also his patronymic !). The first person and the use of τιµωρω find a parallel in an unpublished curse tablet from the sanctuary of Palaimon in Athens, also dated to the fourth century BC (discussed in Versnel 2009 : 311–12 and 317) »6.

  • 7 Voir infra, p. 229‑230.

5Nous sommes convaincus – et notre conviction s’est formée avant la parution du livre de P. Ceccarelli – qu’il faut lire le texte autrement que Jordan et Sosin ne l’ont fait, et qu’il faut l’interpréter comme un texte de κατάδεσµος écrit par, ou plus probablement pour, le banquier Pasiôn et utilisé par lui dans une opération magique. Sur l’identification des personnes proposée par D. Jordan, nous n’avons pas de doutes : il faut certainement l’accepter ; les chances qu’il s’agisse d’une coïncidence fortuite nous paraissent minimes7.

6En 1992, au moment où est paru le livre de P. Millett mentionné ci‑dessus (n. 3), la tablette se trouvait, selon cet auteur, dans une collection privée à Athènes. Nous ignorons si cette information était exacte en 1992. Nous ignorons également où la tablette se trouve aujourd’hui. Espérons qu’elle « reparaisse parmi les hommes » (selon une expression que nous empruntons à une autre tablette de defixio) afin de devenir accessible à ceux qui voudront l’étudier. En attendant, nous allons tenter d’en donner une nouvelle lecture et une nouvelle interprétation en nous appuyant en partie sur la photographie publiée dans l’article de Jordan (fig. 1), en partie – puisque cette photographie est de mauvaise qualité ou a été très mal reproduite, si bien qu’elle est, à quelques endroits, totalement illisible – sur la lecture donnée par l’éditeur lui‑même, qui, à notre avis, a disposé probablement de plus d’une photographie.

Fig. 1 – Photographie de la tablette de plomb reproduite dans Jordan 2003.

Fig. 1 – Photographie de la tablette de plomb reproduite dans Jordan 2003.

Avec l’autorisation de M.‑Th. Couilloud‑Le Dinahet.

Identification de la nature du texte

7Reproduisons d’abord la lecture de D. Jordan, puis sa traduction :

[Π]ασίων <Δ>ικαιάρχο ἐπιστέλλ‑
2 ω Σατυρίωνα τιµωρήσ‑
ασθαι καὶ µετελθε̑ν κα‑
4 ὶ Νικόστρατον τὸν Δείν‑
ων[ο]ς̣ ἀδελφὸν καὶ Ἀρε‑
6 θ̣[ό]σιον, ὡς παρ᾿ ἐµὲ ἀδι‑
κȏσι καὶ ἐπιβολεύοσι,
8 καὶ Γλαυκέτην καὶ Αἰα‑
ντόδωρον καὶ ἐπιβολ‑
10 εύοσι καὶ µὴ πρότερον
[πρ]ο̣σ̣τ̣ελεσθῆναι τὴ‑
12 [ν ..........ca 17........... ]
I, Pasion, (son) of <‑>ikaiarchos, am sending a letter for Satyrion to punish and to prosecute both Nikostratos, Deinon’s brother, and Arethousios because they are wronging me and plotting (against me) and Glauketes and Aiantodoros and they are plotting and (or also ?) for the X not to be paid before ...

8Cette traduction n’est pas tout à fait claire sur un point important, mais le commentaire de Jordan lui‑même permet de l’élucider. L’éditeur pense que les mots καὶ Γλαυκέτην καὶ Αἰαντόδωρον (l. 8‑9) vont avec καὶ Νικόστρατον τὸν Δείνων[ο]ς̣ ἀδελφὸν καὶ Ἀρεθ̣[ό] σιον (l. 3‑6) : Glauketès et Aiantodôros seraient des compléments d’objet des verbes τιµωρήσασθαι καὶ µετελθƐ̑ν (l. 2‑3), tout comme Nikostratos et Arethousios.

  • 8 Sur ce problème, voir Ceccarelli 2013, p. 47‑53, 57‑58.

9La raison pour laquelle D. Jordan et, à sa suite, Ph. Gauthier et J. D. Sosin ont considéré cette tablette comme une lettre, réside sans doute dans le fait que la première proposition contient le verbe ἐπιστέλλω. Or, ce fait ne peut suffire à prouver qu’on a affaire à une lettre – du moins si l’on entend par « lettre » un message écrit, adressé à une ou plus d’une personne vivante. Nous connaissons en effet un petit nombre de textes grecs datables des époques classique ou hellénistique, qui adoptent, à certains égards, la forme de messages épistolaires, mais qui s’adressent à des divinités chthoniennes ou à un mort, et non à une personne vivante8 : ce sont des textes écrits pour être enfouis sous terre au cours d’une opération magique de κατάδεσµος. En un sens, ce sont des « lettres », mais des lettres qui ont une fonction radicalement différente de celle des lettres ordinaires.

Comparanda

10Le mot ἐπιστολή apparaît dans deux tablettes magiques, particulièrement intéressantes au point de vue de notre recherche, découvertes en Attique et datables du ive s. av. J.‑C. :

  • DTA (IG III, 3) 1029, face A, l. 1‑8 : ἐπιστο{σ}λὴν | πέµπων | ΑΙΜΟΝΙΣ | καὶ Φρεσσεφώνες | κοµίσας | Τιβιτίδα | τὴν Χοιρίνης | τὴν ἐµὴ ἀδικȏσαν. Suivent quelques substantifs et quelques noms propres à l’accusatif, écrits d’une manière délibérément chaotique et désignant plusieurs personnes visées par l’opération magique. Qu’est‑ce que cet étrange ΑΙΜΟΝΙΣ ? Dans l’inscription de la face B, on constate un fait analogue : ὦ ΑΙΜΩΝ. L’éditeur, R. Wünsch, pensait que dans un cas comme dans l’autre, on avait affaire à une ligature des lettres Δ et Α qui aurait été réalisée de façon incorrecte (« ligaturam [...] perverse solutam »). Il a donc corrigé ΑΙΜΟΝΙΣ en δαίµοσιν, et ὦ ΑΙΜΩΝ de la face B en ὦ δαίµων. Il nous semble plus raisonnable de supposer qu’en invoquant la divinité infernale qui était la plus importante au point de vue de l’opération magique, l’auteur de l’inscription a voulu déformer le mot δαίµων désignant cette divinité, par peur du mot lui‑même. Bien sûr, outre l’omission délibérée du delta initial, ΑΙΜΟΝΙΣ contient une erreur involontaire. Le rédacteur a dû d’abord envisager : ἐπιστολὴν πέµπων δαίµονι καὶ Φερσεφώνηι, « en envoyant une lettre à la puissance et à Perséphone ... » ; mais après avoir écrit ΑΙΜΟΝΙ, il a dû se décider à formuler son message autrement : il a alors probablement projeté d’écrire ἐπιστολὴν πέµπων δαίµονος καὶ Φερσεφώνης δέοµαι, c’est‑à‑dire « en envoyant une lettre, je demande à la puissance et à Perséphone ... ». Nous corrigeons donc ΑΙΜΟΝΙΣ en αίµονος. On objectera que le verbe δέοµαι n’a pas été écrit. C’est vrai, mais le verbe qui aurait dû désigner l’action principale que l’opérateur attendait de la puissance, du δαίµων, n’a pas été gravé sur le plomb non plus. C’est un participe que le rédacteur a choisi de mettre par écrit : κοµίσας, « ayant accueilli (chez toi) » ; ce participe devrait être lié à un impératif (deuxième personne du singulier), mais l’impératif n’apparaît pas. Manifestement, en s’adressant à un δαίµων, l’auteur de l’inscription n’a pas besoin de tout écrire : il sait que le δαίµων comprendra à demi‑mot10. D’ailleurs, dans une opération magique, le texte écrit n’est qu’un complément, très important, il est vrai, des formules et des demandes qui vont être énoncées oralement. C’est pourquoi les textes magiques sont souvent elliptiques, d’une manière qui serait inconcevable dans des textes d’un autre genre. Dans cette inscription, ce qui est sous‑entendu après αίµονος καὶ Φερσεφώνης est d’autant plus facile à deviner que nous disposons du texte inscrit sur la face B. L’auteur souhaite sans doute dire au δαίµων à peu près ceci : « ayant accueilli Tibitis, la fille de Choirinè, qui m’a fait tort11, retiens‑la auprès de toi‑même (παρὰ σαυτῶι κάτεχε) ». Notons que la demande s’adresse à deux puissances – à un δαίµων non nommé et à Perséphone – mais que c’est la première qui est censée agir. Dans l’inscription de la face B, qui est très complexe et dont l’édition donnée par R. Wünsch nous semble très insatisfaisante, nous lisons deux fois κάτεχε, au singulier, bien que le texte, à un certain endroit, s’adresse à Perséphone et à une autre divinité conjointement12. Quelle est cette autre divinité ? Wünsch a lu Ἑ]ρµῆ Ἄϊδη (sic !), mais nous soupçonnons, sur la base du fac‑similé, que le texte porte en réalité ρµῆ ἄναξ : le nom d’Hermès aurait été écrit délibérément sans la première lettre, tout comme le nom δαίµων.
  • DTA 103, texte réédité par A. Wilhelm (sur la base d’une transcription faite par R. Zahn) dans un article publié en 190413. Wilhelm a montré que cette defixio doit être mise en rapport avec un procès qui eut lieu à Athènes en 323/2 av. J.‑C. ou l’une des années suivantes. Nous ne mettons pas en doute cette thèse, mais en ce qui concerne la lecture et l’interprétation du début du texte, les progrès faits par A. Wilhelm par rapport à l’édition de R. Wünsch ne nous paraissent pas satisfaisants. Sur la base de la copie et de la lecture de Wünsch et de la lecture de Wilhelm, nous proposons de lire14 : Ἑρµ[ῆι] καὶ Φερσεφόν<η>ι τήνδε ἐπιστο[λὴ]ν ἀπο|πέµ[πω· ὁπ]ότε ταῦτα ἰς ἀνθρώπōς ἀναφ[ανήσ] ε[ται],| αὐτṑς δίκη τυχεῖν τέλōς δίκης, « J’envoie ce message à Hermès et à Perséphone : quand cela [c’est‑à‑dire cette tablette] reparaîtra parmi les hommes, il est juste qu’ils [c’est‑à‑dire les personnes énumérées ci‑dessous] atteignent le but de leur procès »15. Autrement dit : de même qu’il est certain que cette tablette ne reparaîtra jamais parmi les hommes, de même il est juste que ces personnes n’atteignent pas le but de leur procès16. Suivent les noms des adversaires (des ἀντίδικοι).

Édition du texte

11Revenons‑en à la tablette de Pasiôn. Dans la phrase ἐπιστέλλ|ω Σατυρίωνα τιµωρήσ|ασθαι καὶ µετελθε̑ν κα|ὶ Νικόστρατον τὸν Δείν|ων[ο]ς̣ ἀδελφὸν καὶ Ἀρε|θ̣[ό]σιον, le verbe ἐπιστέλλω régirait, selon D. Jordan, une proposition infinitive : Σατυρίωνα serait le sujet et καὶ Νικόστρατον ... καὶ Ἀρε|θ̣[ό]σιον, ainsi que Γλαυκέτην καὶ Αἰαντόδωρον qui apparaissent plus loin seraient les compléments d’objet des verbes τιµωρήσ|ασθαι καὶ µετελθε̑ν. Il faudrait, selon l’éditeur, entendre : « j’envoie une lettre pour que Satyriôn punisse et poursuive aussi bien Nikostratos, frère de Deinôn, qu’Arethousios, ... et Glauketès et Aiantodôros » ; et il faudrait comprendre que Pasiôn demande à Satyriôn d’intenter un procès judiciaire aux personnes indiquées. Cette interprétation ne nous paraît pas acceptable pour plus d’une raison.

  • 17 La question de savoir si les métèques athéniens avaient le droit d’ester en justice sans l’intermé (...)

12D’abord, il n’est pas évident que Pasiôn ait eu besoin de recourir à l’aide de quelqu’un pour intenter un procès. Même s’il était encore métèque à ce moment précis (ce qu’on ne sait pas), on ne peut être sûr qu’il n’ait pas eu le droit d’intenter un procès sans l’intermédiaire de son προστάτης17. Et même si l’on admettait qu’il ait eu recours au προστάτης, on ne comprendrait pas pourquoi il n’a pas indiqué de griefs précis, ni le type de δίκη, et pourquoi, au lieu de cela, il a déclaré que les personnes mentionnées lui ont causé (ou lui causent) du tort et complotent contre lui – ce qui est une déclaration tout à fait vague et imprécise. Certes, si l’on suppose que le texte est une missive, il faut penser en même temps que les détails de l’affaire ne sont pas contenus dans la lettre – ce qui ne serait pas étonnant, car il aurait été impossible de les exposer en quelques lignes – mais qu’ils ont pu être transmis oralement au porteur de la lettre. Cependant, il serait étrange que dans le message écrit, Pasiôn, d’une part, n’eût donné aucun renseignement concret, et d’autre part, se fût exprimé comme si le destinataire n’était pas au courant de l’affaire.

  • 18 Jordan 2003, p. 27.
  • 19 Sosin 2008, déjà, a remarqué que dans l’édition de Marchant, il n’y a pas αὐτὸν, mais αὐτῶι.
  • 20 Sosin 2008 a vu que le passage de Sophocle est mal interprété dans le LSJ. Il a compris que τινας (...)

13Du point de vue de la syntaxe, l’interprétation de D. Jordan est très douteuse. Ce savant écrit : « The verb ἐπιστέλλειν + acc. + inf. Is [...] easily paralleled (e.g. Xen. Cyr. 5.5.1, from LSJ)18 ». Cependant, selon les manuscrits sur lesquels se fonde l’édition de Xénophon donnée par E. C. Marchant, dans le passage de la Cyropédie cité par le LSJ, se trouve soit ἐπέστειλεν αὐτῶι ἥκειν ἐπὶ τὸ στρατόπεδον, soit ἐπέστειλεν ἥκειν αὐτῶι ἐπὶ τὸ στρατόπεδον (Marchant choisit la première des deux leçons) : l’accusatif αὐτὸν n’est attesté par aucun de ces manuscrits19. Le dictionnaire LSJ cite également Sophocle, OT 106‑107, mais à tort. Teirésias, qui vient d’arriver de Delphes en portant la réponse du dieu, déclare : τούτου θανόντος νῦν ἐπιστέλλει σαφῶς | τοὺς αὐτοέντας χειρὶ τιµωρεῖν τινας, « il [le dieu]envoie maintenant un message de façon claire : pour le meurtre de celui‑ci, il faut exercer la vengeance par la force sur ceux qui l’ont commis, quels qu’ils soient ». Ici, le pronom τινας est lié à τοὺς αὐτοέντας20. Une construction de ἐπιστέλλειν comme celle que Jordan croit trouver dans la tablette en question n’est attestée – à notre connaissance – nulle part, alors que la construction ἐπιστέλλειν + datif + infinitif est bien attestée. Ph. Gauthier, déjà, s’est aperçu de l’étrangeté de la construction syntactique de la première proposition, telle qu’elle avait été lue par Jordan : « on attendrait plutôt le datif », écrivait‑il.

14J. D. Sosin l’a aussi remarqué. C’est pourquoi il a pensé qu’en écrivant cette phrase, l’auteur de la lettre avait commis des erreurs. Il a proposé deux hypothèses alternatives : l’auteur aurait écrit ΠΑΣΙΩΝΙΚΑΙΑΡΧΟ voulant écrire soit ΠΑΣΙΩΝΔΙΚΑΙΑΡΧΩΙ, soit (mais cela serait moins probable) ΠΑΣΙΩΝΙΚΛΙΑΡΧΟΣ. Dans le premier cas, on aurait Πασίων Δικαιάρχωι (vel sim.) ἐπιστέλλω Σατυρίωνα τιµωρήσασθαι καὶ µετελθε̑ν καὶ Νικόστρατον ... καὶ Ἀρεθόσιον ; dans le second, on aurait Πασίωνι Κλίαρχος ἐπιστέλλω Σατυρίωνα τιµωρήσασθαι καὶ µετελθε̑ν καὶ Νικόστρατον ... καὶ Ἀρεθόσιον. Dans les deux cas, la construction de ἐπιστέλλω serait régulière ; Σατυρίωνα serait un complément d’objet, tout comme Νικόστρατον et Ἀρεθόσιον. Quant à καὶ Γλαυκέτην καὶ Αἰαντόδωρον, Sosin pense que, puisque ces deux noms à l’accusatif apparaissent après les verbes ἀδικȏσι καὶ ἐπιβολεύοσι, ils sont régis par ceux‑ci et liés à παρ᾿ ἐµέ. Il traduit ainsi : « since they are wronging and plotting against me and (against) Glauketes and Aiantodoros ». Cela nous paraît très peu naturel. Nous pensons d’ailleurs qu’il faut lire ὡς γὰρ ἐµὲ et que ce ὡς n’a pas valeur causale (voir infra).

15Observons que, s’il est vrai qu’à Athènes, dans la première moitié du ive s., le fait d’écrire omikron au lieu d’oméga aurait été une faute banale, il n’en aurait pas été de même pour une erreur consistant à écrire Ο au lieu de ΩΙ. N’oublions pas que le iota de la terminaison n’avait pas encore disparu de la prononciation, autrement dit n’était pas encore un iota mutum. Quant au nom Κλίαρχος, qui serait une variante dialectale de Κλέαρχος, Sosin lui‑même n’y croit pas réellement, car Κλίαρχος n’est attesté dans aucun texte attique. En somme, les corrections proposées par Sosin sont hasardeuses, d’autant plus que le rédacteur de ce texte était manifestement une personne habituée à écrire et qui connaissait bien l’orthographe.

16Contrairement à Jordan, Sosin pense que l’expression τιµωρήσασθαι καὶ µετελθε̑ν, qu’il traduit par « to punish and pursue », ne se réfère pas à une poursuite judiciaire. Il écrit : « It does have the air of formula, but perhaps one from outside the courtroom, beyond the technical sense of “prosecute”. »

  • 21 Cf. d’un côté, Antiphon, Contre une belle‑mère 10 : µετέρχοµαι , « je poursuis en justice » ; et d (...)

17Nous en sommes d’autant plus convaincus que nous pensons que µετελθε̑ν, qui est un aoriste, ne signifie pas « poursuivre » (cela se dirait autrement : µετέρχεσθαι), mais « atteindre (au bout d’une poursuite punitive) », donc « frapper de punition »21. Ce verbe a une signification un peu différente de celle de τιµωρήσασθαι, mais désigne une même action : la punition. C’est une redondance, mais une redondance qui s’expliquerait parfaitement si l’on admettait qu’on a affaire à un κατάδεσµος : on pourrait en effet penser qu’elle sert à augmenter l’efficacité du texte magique.

  • 22 En effet, rien – ni les noms de ces individus, ni les actions qui leur sont imputées – ne suggère (...)

18Si, malgré tout, on voulait accepter l’une ou l’autre des corrections que Sosin a proposées pour rendre la première proposition satisfaisante du point de vue de la syntaxe, elle n’en resterait pas moins étrange. Est‑il plausible que l’auteur de la lettre – Pasiôn ou Kliarchos, selon que l’on choisit l’une ou l’autre hypothèse – puisse demander au destinataire – Dikaiarchos ou Pasiôn, également selon l’une ou l’autre hypothèse – « de punir et de frapper de punition » des individus qui sont sans doute des hommes libres22 ?

  • 23 Sosin 2008, p. 108.

19Ayant exclu qu’en écrivant ἐπιστέλλω ... τιµωρήσασθαι καὶ µετελθε̑ν, l’auteur de la lettre ait voulu demander au destinataire d’intenter un procès judiciaire à Satyriôn, à Nikostratos et à Arethousios, Sosin croit pouvoir supposer qu’il a voulu demander à un « collègue », « with an emphatic and threatening turn of phrase », d’exercer « the sort of extra‑judicial pressure that relies more on ergon than logos ». Le ton de cette lettre, selon Sosin, « may well have been a sort of hyperbole shared between colleagues, an insider’s exaggeration in which one asks the other to ‘really put the thumb-screws’ to Satyrion […] We should consider the possibility that Pasion (or whoever wrote this letter) was not calling on a colleague to invoke legal procedure on his behalf, but rather to apply muscle, or at least its threat »23.

20C’est une tentative ingénieuse pour résoudre la difficulté concernant la phrase ἐπιστέλλω ... τιµωρήσασθαι καὶ µετελθε̑ν, mais elle ne nous convainc pas. Pour deux raisons. Premièrement, il est invraisemblable que l’auteur demande à un « collègue » d’employer la manière forte à l’égard de Satyriôn, de Nikostratos et d’Arethousios, sans préciser quels sont ses griefs à leur égard, et qu’en même temps il s’exprime comme si son « collègue » n’était pas au courant de l’affaire. Comme on le voit, une des objections que nous avons faites à Jordan s’applique également, mutatis mutandis, à Sosin.

21Deuxièmement, l’explication donnée par Sosin nous paraît peu plausible à la lumière de l’ensemble du texte. Pour interpréter cet ensemble, il faut d’abord, à notre avis, corriger en deux endroits la lecture de Jordan, acceptée par Sosin. Aux l. 6‑7, où Jordan lit ὡς παρ᾿ ἐµὲ ἀδικȏσι καὶ ἐπιβολεύοσι, le mot παρ᾿ a dû être mal lu, car, comme Jordan lui‑même le reconnaît, une construction ἀδικεῖν παρά τινα n’est attestée nulle part ailleurs. Puisque le verbe ἀδικεῖν est d’un emploi courant, il est invraisemblable que l’auteur de ce texte l’ait employé de cette manière incorrecte. La photographie permet de lire Γ̣ΑΡ au lieu de ΠΑΡ, mais on ne peut en revanche rien voir avant Γ̣ΑΡ ; ici, nous devons faire confiance à la lecture de Jordan. Lisons donc ὡς γ̣ὰρ ἐµὲ ἀδικȏσι καὶ ἐπιβολεύōσι, « car de même qu’à moi, ils m’ont fait tort et font des machinations contre moi ... ». Certes, le verbe ἐπιβουλεύειν demanderait le datif ἐµοί, et non l’accusatif ἐµέ. Mais ἐµοί a pu être sous-entendu : ce texte contient en effet de nombreuses ellipses. Cette lecture permet d’attribuer à ὡς le sens de « de même que » (au lieu de celui de « puisque », que Jordan et Sosin lui ont attribué), et de comprendre que nous avons affaire à un schéma de pensée normal dans les textes magiques : « de même que ... , de même ... », le deuxième membre de cette formule étant ici sous-entendu.

22Selon Jordan, après la l. 11, il y aurait eu encore une autre ligne, dont rien ne serait conservé. C’est, à notre avis, une hypothèse indéfendable, car la l. 11 est gravée tout près du bord inférieur, dans un espace très restreint – ce qui explique que les lettres que nous y entrevoyons soient décidément plus petites que dans les lignes précédentes. Manifestement, la l. 11 a toujours été la dernière ligne du texte, du moins sur cette face de la tablette. Jordan a‑t‑il pensé que le texte continuait sur l’autre face, dont il n’avait pas de photographie ? Si c’était le cas, il aurait dû le préciser. D’ailleurs, pareille hypothèse impliquerait (a) que l’auteur de l’inscription ait cru d’abord pouvoir terminer le texte à la l. 11, en diminuant les dimensions des lettres et les intervalles, mais se soit rendu compte au dernier moment, après avoir écrit une partie de cette ligne, que cela n’était pas possible et qu’il fallait terminer sur l’autre face ; (b) que l’auteur de la photographie, ou des photographies, ne se soit pas aperçu que l’autre face de la tablette était inscrite. Tout cela est possible, mais peu vraisemblable. Or, si la ligne 11 est la dernière du texte, le τη‑ qui, d’après la lecture de Jordan, se trouve à la fin de cette ligne, reste en suspens.

23Au début de la l. 11, nous croyons distinguer sur la photographie, quelques traces et deux lettres : [ . .]Ο̣Ε̣[. Ces deux lettres sont, cependant, très incertaines. Ensuite et jusqu’à la fin de la ligne, nous ne voyons à peu près rien, alors que l’édition donne ici une longue série de lettres non pointées (donc de lettres dont la lecture, selon l’éditeur, serait assurée). Il nous paraît probable que Jordan s’est fondé ici sur une autre photographie, non publiée. Mais en même temps, il nous semble impossible que la lecture qu’il a donnée de ce passage soit entièrement exacte, non seulement parce que le τη‑ à la fin de la ligne ne rime à rien, comme nous venons de le dire, mais aussi parce que la phrase καὶ µὴ πρότερον | [πρ]ο̣σ̣τ̣ελεσθῆναι ne nous semble pas avoir un sens plausible. Nous supposons que l’éditeur a mal interprété ce qu’il voyait à cet endroit.

  • 24 Peut‑être y a‑t‑il, à la dernière ligne, l’infinitif τελεσθῆναι ou le subjonctif τελεσθῆι.

24Puisque l’avant‑dernière ligne se termine par καὶ µὴ πρότερον, nous pensons que l’ensemble de ces mots et de ceux qui se trouvaient sur la dernière ligne, que la photographie ne nous permet pas de voir, a pu avoir à peu près le sens suivant : « et de ne pas avoir de cesse que cela ne soit accompli », ou bien « et de ne pas les lâcher avant que cela ne soit accompli »24.

  • 25 Dans les textes des defixionum tabellae, le mort auprès duquel une tablette va être enfouie peut ê (...)

25En outre, ou plutôt surtout, il nous semble nécessaire de reconnaître que le texte est composé de phrases incomplètes, tronquées ou laissées en suspens, et ne pourra donner un sens satisfaisant tant qu’on essaiera de le comprendre comme une lettre au sens habituel du mot. Si, au lieu de l’envisager de cette manière, on essaie d’y voir un texte de κατάδεσµος, un message adressé à un défunt conçu comme une puissance chthonienne25, ou – plus vraisemblablement – à une ou à plusieurs divinités chthoniennes, et bâti sur la base de formules et d’autres conventions propres aux opérations magiques, les phrases incomplètes qui y apparaissent pourront s’expliquer. On comprendra que l’auteur a pu tronquer ou laisser ses phrases inachevées parce qu’il avait en tête des schémas formulaires souvent employés dans les opérations magiques, et parce qu’il était convaincu que la ou les puissances chthoniennes auxquelles le texte était adressé pouvaient saisir le message sous cette forme incomplète.

  • 26 D’après la réédition et l’interprétation de Bravo 1987. Le texte a été lu et interprété en partie (...)

26Le procédé consistant à écrire des phrases de manière incomplète n’est pas du tout inhabituel dans les textes magiques. Souvenons‑nous des observations faites ci‑dessus au sujet de la tablette DTA 102. Voici encore un exemple : une tablette de κατάδεσµος trouvée à Olbia Pontique, datable du iiie s. av. J.‑C. porte un message adressé, non pas à une divinité chthonienne, mais à un défunt, conçu comme une puissance chthonienne – comme un νεκυδαίµων, pour employer un terme qui apparaît dans des papyrus magiques bien plus tardifs ; dans ce texte, l’opérateur magique s’adresse ainsi au défunt26 :

[ὥ]σπερ ἡµεῖς σε οὐ γεινώσκοµε|ν, οὕτως Εὔπο[λ]ις καὶ Διονύσιος, | Μακαρεύς, Ἀρι[σ]τοκράτης | κὰ Δηµόπολις, [Κ]ωµαῖος, | Ἡραγόρης ἐπὶ [δ]ινὸν πρᾶγµα παρα|γείνονται, κ[α]ὶ Λεπτινᾶς, | Ἐπικράτης, Ἑστιαῖος. | ἐπ᾿ ὅ τι πρᾶγµα [π]αρ<αγ>είνονται, ἐπ᾿ ὅτι|να µαρτυρίην ο̣[ὗ]τοι <ἐκοι>νώνησαν, | ὥ[σπε]ρ ἡµεῖς σε. [ἢ]ν δέ µοι αὐτοὺς | κατάσχῃς καὶ κ̣[ατα]λάβῃς (ou bien π̣[αρα]λάβῃς), ἐπὼ (lire ἐγὼ) δέ σε | τειµήσω καί σο[ι] ἄριστον δ[ῶ]{ρ}|ρον παρασκε[υῶ].

De même qu’(il est certain que) nous ne te connaissons pas, de même (il est certain que) Eupolis et Dionysios, Makareus, Aristokratès et Dèmopolis, Kômaios, Hèragorès vont se présenter (au tribunal) pour faire une chose horrible – et Leptinas, Epikratès, Hestiaios. (Il est certain que nous savons) quel est le but pour lequel ils vont se présenter, quel est le témoignage en vue duquel ceux‑ci ont fait société, de même qu’(il est certain que) nous (ne) te (connaissons pas). Mais si tu les paralyses et les saisis (ou bien : les captures), je t’honorerai et te procurerai un don excellent.

27Ici, la formule ὥσπερ ἡµεῖς σε οὐ γεινώσκοµεν apparaît deux fois : la première de manière complète, la deuxième tronquée.

28Si l’on suppose que la tablette de Pasiôn est un texte de κατάδεσµος, le caractère indéterminé de la déclaration de ses griefs (« ils m’ont fait tort », « ils font des machi­nations ») cesse de sembler étrange. Dans les textes de ce genre, ce type de formu­lation est parfaitement normal.

29Pour terminer cette série de considérations sur le caractère de la tablette, ajoutons une dernière observation. Comme D. Jordan, déjà, l’a constaté, aucune des missives sur plomb publiées jusqu’ici n’utilise le verbe ἐπιστέλλω à la première personne du singulier. C’est peut‑être un hasard – car ces lettres ne sont pas très nombreuses –, mais ce pourrait être aussi un fait significatif. En tout cas, l’emploi d’un verbe à la première personne du singulier est attesté dans plusieurs defixionum tabellae, où l’auteur de l’opération magique adresse une demande à une puissance de l’au‑delà.

30Voici maintenant comment nous proposons de lire et d’interpréter le texte :

ασίων ικαιάρχō ἐπιστέλλ‑

2

ω Σατυρίωνα τιµωρήσ‑
ασθαι καὶ µετελθε̑ν κα‑

4

ὶ Νικόστρατον τὸν Δείν‑
ων[ο]ς̣ ἀδελφὸν καὶ Ἀρε‑

6

θ̣[ṓ]σιον, ὡς γ̣ὰρ ἐµὲ ἀδι‑
κȏσι καὶ ἐπιβōλεύōσι.

8

καὶ Γλαυκέτην καὶ Αἰα‑
ντόδωρον καὶ ἐπιβōλ‑

10

εύōσι. καὶ µὴ πρότερον
[ . .]Ο̣Ε̣[ - - - - - - - - ].

Moi, Asiôn fils de Ikaiarchos, j’envoie la demande de punir et de frapper de punition Satyriôn – et Nikostratos frère de Deinôn, et Arethousios, car de même qu’à moi, ils m’ont fait tort et font des machinations ... (sous‑entendu : de même il est juste qu’ils soient punis). Et Glauketès et Aiantodôros ... (sous‑entendu : car de même qu’à moi, ils m’ont fait tort) et font des machinations ... (sous‑entendu : de même il est juste qu’ils soient punis). Et de ne pas [ - - - ] avant [que - - - - - - ].

  • 27 On connaît toutefois des exceptions. Voir infra, Appendice II.

31L’alpha qu’on voit au début de la première ligne (dans ΑΣΙΩΝ) ne nous semble pas avoir été précédé d’un pi. Certes, l’angle supérieur gauche de la tablette a subi une petite perte, mais entre le bord de la tablette d’origine et l’alpha de ΑΣΙΩΝ, il n’a pu y avoir assez d’espace pour un pi, qui est une lettre assez large. À l’omission de la première lettre du nom Πασίων correspond celle de la première lettre du nom du père de cette personne, Δικαιάρχō. Il y a peu de chances que ces deux omissions, parfaitement analogues, soient fortuites. Si l’on admet qu’on a affaire à un texte de κατάδεσµος, ces omissions s’expliquent. D’ordinaire, dans ce genre de texte, le nom de l’opérateur n’apparaît pas27. Manifestement, on pensait qu’il valait mieux ne pas le faire figurer sur la tablette : on considérait sans doute qu’inscrire son nom augmenterait inutilement le risque auquel l’opérateur s’exposait en se mettant en rapport avec la ou les puissances chthoniennes dont il voulait déclencher l’action par l’opération magique. Notre tablette fait exception : elle porte le nom de l’opérateur et même celui de son père. Mais c’est une exception qui confirme la règle : en effet, les deux noms sont déformés par l’omission de la première lettre (Π et Δ). Cette altération était sans doute censée servir à diminuer le plus possible le danger d’un contact direct avec la ou les puissances. Souvenons‑nous de l’écriture αίµων, au lieu de δαίµων, dans DTA 102.

32Les personnes contre lesquelles cette opération est dirigée ne sont pas mentionnées toutes ensemble. Satyriôn est cité en premier lieu (Σατυρίωνα τιµωρήσασθαι καὶ µετελθε̑ν) : c’est probablement, du point de vue de l’opérateur, la personne la plus importante. Sont ensuite mentionnés deux autres hommes, qui sont sans doute étroitement associés au premier : Νικόστρατον τὸν Δείνων[ο]ς̣ ἀδελφὸν καὶ Ἀρεθ̣[ṓ]σιον. Deinôn ne semble pas être directement visé. Pourquoi est‑il dit que ce Nikostratos est un frère de Deinôn ? Normalement, si l’on entend indiquer le nom d’un homme de manière précise, on lui ajoute celui du père au génitif (parfois, dans quelques textes magiques, celui de la mère au génitif) ; mais ici, on a probablement voulu ajouter le nom d’un frère pour l’exposer lui aussi à l’action de la puissance ou des puissances de l’au‑delà, bien que l’opération ne soit pas dirigée contre lui. Suit une formule, incomplète, qui justifie la demande en établissant un rapport entre un fait constaté (ces trois hommes – Satyriôn, Nikostratos, Arethousios – ont agi et agissent au détriment de l’opérateur) et un jugement sur ce qui doit être fait à leur égard. Observons que dans ὡς γὰρ ἐµὲ ἀδικȏσι καὶ ἐπιβōλεύōσι, le pronom personnel a la forme emphatique (ἐµέ), et non la forme atone (µε) ; cela sert à mettre en relief le parallélisme : « moi, je subis (ou j’ai subi) un tort de leur part » – « eux (les hommes mentionnés ci‑dessus), ils doivent subir une punition ». Après cela, sont mentionnés encore deux hommes qui doivent être punis, Glauketès et Aiantodôros ; à leur propos la formule qui justifie la demande est répétée, mais cette fois elle est rédigée d’une manière encore plus incomplète : il n’y a que deux mots, καὶ ἐπιβōλεύōσι.

33Il serait probablement faux de penser que l’auteur de ce texte a, dans un premier temps, oublié Glauketès et Aiantodôros, et qu’il a ajouté leurs noms après coup, tant bien que mal. À notre avis, l’auteur a d’abord voulu écrire sur la tablette les noms des adversaires principaux et ensuite ceux des adversaires moins importants – ce qui a dû correspondre à deux étapes de l’incantation orale (composante essentielle de l’opération magique). Le même procédé apparaît dans bien d’autres textes de κατάδεσµος, par exemple dans la tablette d’Olbia du Pont citée ci‑dessus : les noms κ[α]ὶ Λεπτινᾶς, Ἐπικράτης, Ἑστιαῖος sont séparés de la série précédente de noms.

34Certes, une interprétation toute différente pourrait, à première vue, sembler admissible, voire plus naturelle. On peut être tenté d’entendre les l. 6‑10 ainsi : « car de même qu’ils m’ont fait tort, à moi, et qu’ils font des machinations (contre moi), (de même ils ont fait tort) à Glauketès et à Aiantodôros aussi, et font des machinations (contre eux aussi) ». Nous sommes cependant convaincus que cette interprétation ne serait pas juste, car dans ce qui précède ce passage, Pasiôn n’a rien dit des torts que Satyriôn, Nikostratos et Arethousios lui ont faits, il a seulement indiqué que ces personnes doivent être punies ; par conséquent, si les l. 6‑10 avaient le sens que nous venons d’envisager, il en ressortirait que ce qui importe le plus à Pasiôn, ce ne sont pas les torts qu’on lui a faits, à lui, mais ceux qu’on a faits à Glauketès et à Aiantodôros – ce qui serait fort surprenant.

35L’auteur est manifestement une personne habituée à écrire des textes de κατάδεσµος. Il est donc naturel de supposer que ce n’est pas Pasiôn lui‑même qui en est le rédacteur, mais plus probablement un spécialiste, qui l’a écrit d’après les indications fournies par Pasiôn.

Observations sur le support du texte

36L’ensemble des observations que nous venons de faire nous paraît suffire à prouver que cette tablette n’est pas une lettre, mais un texte de κατάδεσµος.

  • 28 Ceccarelli 2013, Appendix I A, p. 351‑354.

37Une autre remarque peut encore être formulée. Il serait étrange que pour écrire une lettre, un homme riche comme le banquier Pasiôn, vivant dans une ville comme Athènes, ait utilisé une tablette de plomb (un µολίβδιον ou µολύβδιον), au lieu d’utiliser un feuillet de papyrus (un βιβλίον) ou une tablette cirée (une δέλτος, un δίπτυχον δελτίον). Parmi les tablettes de plomb trouvées en Attique et publiées jusqu’ici, deux sont assurément des lettres : dans la liste établie par P. Ceccarelli28, ce sont les nos 39 et 41 ; le no 40, qui commence par θεοί, si la lecture est correcte, pourrait ne pas être une lettre – comme l’écrit P. Ceccarelli, « the nature of the text is not evident » –, et le no 42 est la tablette de Pasiôn en question. Il faut ajouter que ni dans l’un ni dans l’autre des deux cas assurés, nous n’avons affaire à une lettre d’une personne riche, ni même aisée (le contenu de ces deux lettres exclut cette possibilité). Il est évident qu’à Athènes et dans l’ensemble de l’Attique, les gens fortunés n’écrivaient pas leurs lettres sur des tablettes de plomb, mais sur des feuillets de papyrus ou des tablettes cirées – des matériaux qui, dans le climat grec, n’avaient aucune chance de se conserver jusqu’à aujourd’hui.

  • 29 Ceccarelli 2013, Appendix I A, p. 336‑346. Voir en outre M. Dana, « Lettres grecques dialectales n (...)
  • 30 N. Pavlichenko, S. Kashayev, « A Personal Letter found in Hermonassa », Hyperboreus 18.2 (2012), p (...)
  • 31 L’une – une lettre d’un marchand – à Toronè, l’autre à Mendè ; mais cette dernière est inédite et (...)

38La plupart des lettres sur plomb actuellement connues ont été trouvées sur la côte septentrionale de la mer Noire (zone où les cités étaient, pour la majorité d’entre elles, directement ou indirectement d’origine milésienne) et dans le Golfe du Lion ou à proximité, sur la côte de Catalogne (donc dans la zone d’influence de Marseille, cité fondée par des Phocéens). Elles datent du ve ou du ive s. av. J.‑C., sont liées, d’une manière ou d’une autre, au commerce et sont rédigées en dialecte ionien de l’Est29. Si on élimine de la liste de P. Ceccarelli les inscriptions qui ne nous semblent pas être des lettres, il reste, pour la côte septentrionale de la mer Noire, neuf lettres sur plomb. À celles‑ci, il faudra probablement en ajouter d’autres, car dans un article où ils publiaient une lettre sur plomb trouvée à Hermonassa, N. A. Pavličenko et S. N. Kašaev annonçaient30 : « During recent years, several other personal letters have been found on the Taman Peninsula: some on lead tablet and some on a number of ostraka. These are presently under preparation for a publication by the present authors ». Notons que la péninsule de Taman est dans une zone de colonisation ionienne. À ce propos, il est intéressant de constater que dans la grande cité dorienne de Crimée, Chersonasos, dont la ville et le territoire ont pourtant bien été fouillés par les archéologues, aucune lettre sur plomb n’a été trouvée. Pour le Golfe du Lion et la Catalogne, on compte cinq lettres sur plomb. Pour le reste du monde grec, à part les deux (ou trois ?) lettres attiques déjà mentionnées, deux autres ont été mises au jour en Chalcidique31 et une, rédigée en dialecte dorien, a été découverte en Sicile, à Himera. Alors que le monde ionien du Pont‑Euxin et celui du Golfe du Lion et de la Catalogne sont assez bien représentés, l’Ionie elle‑même ne l’est pas du tout. Compte tenu de cet état de fait, il est peut‑être permis de supposer (a) que l’habitude d’employer des tablettes de plomb comme matériel pour écrire des missives naquit au vie s. dans les cités ioniennes d’Asie Mineure, spécialement dans le milieu des hommes qui voyageaient pour commercer ; (b) qu’elle fut aussitôt importée dans le Pont‑Euxin septentrional par les Milésiens, et dans le Golfe du Lion et la Catalogne par les Phocéens ; (c) qu’elle persista pendant le ve et le ive s. dans le Pont‑Euxin septentrional et dans le Golfe du Lion et la Catalogne ; (d) qu’en Ionie, elle s’éteignit très vite.

39Les tablettes de plomb étaient certainement commodes pour ceux qui voyageaient (on n’avait pas besoin d’encre) et faciles à transporter (il n’était pas nécessaire de les traiter avec précaution pendant le transport maritime), elles coûtaient probablement moins cher que les feuillets de papyrus, et elles étaient réinscriptibles (il suffisait d’en marteler l’inscription). Nous ne prétendons pas que ces considérations suffisent à expliquer la naissance de l’habitude en question. Ce qui nous importe, c’est de suggérer la possibilité que l’emploi de tablettes de plomb pour la correspondance ait été, pendant un certain temps, une habitude répandue dans des aires géographiques et un milieu social restreints.

  • 32 Bien sûr, διφθέρη (διφθέρα) signifiait à l’origine, et a toujours signifié, « peau ». Cependant, l (...)
  • 33 Du moins d’après la lecture et l’interprétation de B. Bravo, « Tre lettere di mercanti del Mar Ner (...)

40Un cas nous paraît être significatif à cet égard. Dans une lettre du début du ve s., gravée sur une tablette de plomb trouvée à Olbia du Pont, l’auteur, un certain Apatourios, qui fait du commerce et dont les marchandises ont été saisies à cause d’une dette non payée, écrit à un certain Leanax (ou Lènax), un homme – ainsi qu’il ressort de la lettre – beaucoup plus riche que lui. Il le prie d’envoyer à deux personnes, Hèrakleidès et Thathaiè (cette dernière étant probablement la femme d’Hèrakleidès), des διφθέρια. Dans ceux‑ci, Leanax devrait déclarer (contrairement à la vérité) que les marchandises qu’Apatourios transportait et qui ont été saisies ne lui appartiennent pas, mais sont la propriété de Leanax. Les διφθέρια, ici, sont vraisemblablement une lettre écrite sur des feuillets de papyrus32. Apatourios, lui, écrit sur une tablette de plomb, mais s’attend à ce que Leanax le fasse sur des feuillets de papyrus33.

Commentaire historique

  • 34 Sur Pasiôn, voir Davies 1971, p. 427‑442 ; M. J. Osborne, Naturalization in Athens, vol. III‑IV (1 (...)

41La prétendue « lettre de Pasiôn » jette une lumière nouvelle sur deux questions, l’une, particulière, l’autre d’une portée plus générale. D’une part, elle nous fournit quelques informations concernant les affaires du banquier Pasiôn et de sa famille34. D’autre part, identifiée comme un texte lié à une opération de κατάδεσµος, elle enrichit nos connaissances sur l’aspect sociologique des pratiques magiques dans l’Athènes du ive s. av. J.‑C.

  • 35 BullÉp 2004, 140, p. 611.
  • 36 J. Traill, Persons of Ancient Athens, vol. 1‑21 (1994‑2012).
  • 37 Sur les anthroponymes dérivés du verbe πάοµαι, voir Jordan 2003, p. 36‑37.

42Comme on l’a déjà signalé plus haut, Ph. Gauthier a mis en doute l’identification du Pasiôn de l’inscription comme étant le fameux banquier. Il écrivait35 : « s’il est rare, le nom Πασίων est cependant attesté dans la prosopographie athénienne et ce dès le ive s. a.C. [...] ensuite, si le banquier, d’abord esclave, puis affranchi, était né d’un père grec (ce que nous ignorons), ce dernier n’aurait‑il pas porté, selon l’usage, l’un des deux noms que le banquier choisit plus tard pour ses deux fils, Apollodoros et Pasiklès ? ». Ces objections nous paraissent mal fondées. Contrairement à ce que dit Gauthier, d’après le Lexicon of Greek Personal Names et d’après la prosopographie attique de J. Traill36 (beaucoup plus exhaustive que le LGPN), le nom Πασίων n’est pas attesté en Attique avant l’époque hellénistique, à l’exception de Pasiôn le banquier et d’un petit‑fils de celui‑ci37. En outre, la répétition des noms dans une famille à chaque seconde génération n’est pas une règle absolue, mais juste un usage.

  • 38 Le cas n’est néanmoins pas sans parallèle : à l’époque hellénistique au moins, on trouve des escla (...)
  • 39 Démosthène, XXXV 13‑14.
  • 40 Démosthène, XXI 157 (IG II2 1622, 472‑473 ; 1623, 246‑248 ; 1629, 647). Voir Davies 1971, p. 435‑4 (...)

43Le seul vrai problème est la présence du patronyme de Pasiôn, chose étrange chez un homme d’origine servile38. Nous ne savons pas quelles étaient les règles qu’on suivait pour nommer les affranchis dans l’Athènes de l’époque classique ; cependant, il faut tenir compte du fait que Pasiôn n’était pas un affranchi comme les autres, mais un affranchi devenu citoyen, ce qui fait de lui un cas à part : il a pu recevoir (ou se procurer) ce patronyme en tant que citoyen, et non à l’époque où il était encore métèque. Il faut noter que J. K. Davies fournit des arguments qui permettraient d’identifier Phormiôn, ancien esclave de Pasiôn (également devenu citoyen), comme étant le Phormiôn fils de Ktèsiphôn du Pirée qui est mentionné dans un plaidoyer de Démosthène39 et qui doit être identifié à son tour avec le triérarque Phormiôn, mentionné dans un autre plaidoyer de cet auteur40. Ainsi le patronyme (réel, fictif ou emprunté à un ancien προστάτης) associé au nom d’un affranchi devenu citoyen n’est peut‑être pas sans parallèle.

  • 41 Voir supra, p. 213‑214.
  • 42 Pseudo-Démosthène, LIII.

44L’identification de Pasiôn fils de Dikaiarchos de notre inscription avec le fameux banquier est garantie  comme nous l’avons dit41 – par le rôle tenu dans l’inscription par trois frères : Nikostratos, Arethousios et Deinôn. Le même trio apparaît dans un plaidoyer préservé dans le corpus démosthénien, prononcé (et très probablement écrit) par Apollodôros à l’occasion d’une action en justice qu’il avait intentée à Nikostratos42. Et c’est la confrontation de notre inscription avec le plaidoyer d’Apollodôros qui est intéressante.

  • 43 Sur l’ἀπογραφή, voir R. Osborne, « Law in Action in Classical Athens », JHS 105 (1985), p. 44‑48 ( (...)

45Grâce au plaidoyer, nous apprenons qu’Apollodôros a été victime d’une (fausse) assignation de la part d’Arethousios. Pour cette raison, il avait intenté contre lui une γραφὴ ψευδοκλητείας. Arethousios avait été condamné à une amende d’un talent qu’il avait été incapable de payer. Quand Apollodôros avait dressé l’inventaire du patrimoine d’Arethousios et en avait requis la confiscation, Nikostratos, le frère d’Arethousios, avait revendiqué deux des esclaves inscrits dans cet inventaire, en déclarant qu’ils lui appartenaient. Un procès, une ἀπογραφή, s’ensuivit43. C’est à cette occasion qu’Apollodôros prononça le plaidoyer en question.

  • 44 Apollodôros dit ἐπιβουλεύει µοι µετὰ τῶν ἀντιδίκων, καὶ πίστιν αὐτοῖς δίδωσιν. Il est presque sûr (...)

46Afin de ne pas passer pour un sycophante, Apollodôros présente son action contre Arethousios et Nikostratos comme une vengeance. D’abord – selon ses dires – Nikostratos et lui étaient amis. Mieux, Nikostratos était son débiteur. Quand celui‑ci, ayant poursuivi trois esclaves fugitifs, avait été capturé par des pirates et vendu à Égine, Apollodôros avait fourni l’argent du voyage à Deinôn pour qu’il puisse aller chercher son frère. Lorsque Nikostratos avait été libéré contre une rançon, Apollodôros y avait contribué en lui prêtant la somme de 1 000 drachmes ; ensuite il avait hypothéqué une maison pour lui accorder un autre prêt de 16 mines (§ 6‑13). Dans des circonstances qu’Apollodôros passe sous silence, Nikostratos, au lieu de lui exprimer sa reconnaissance, s’était allié avec Phormiôn44 dans un procès qui opposait celui‑ci à Apollodôros, et avait fait inscrire ce dernier comme débiteur public en intentant contre lui une action juridique d’un type qui est mal connu de nous, une δίκη εἰς ἐµφανῶν κατάστασιν (§ 14). Une série de batailles judiciaires s’ensuivit, dont la dernière était, pour le moment, l’ἀπογραφή contre Arethousios.

  • 45 Pseudo-Démosthène, LIII 4 (trad. L. Gernet, CUF, 1959).

47De son amitié avec Nikostratos, Apollodôros donne quelques détails intéressants45 :

Nicostratos ici présent, juges, était mon voisin de campagne ; nous étions du même âge ; nous nous connaissions de longue date ; lorsque, après la mort de mon père, je vins vivre à la campagne, à l’endroit où j’habite encore, nos rapports devinrent plus suivis parce que nous étions voisins et du même âge. Avec le temps, nous fûmes tout à fait intimes ; pour moi, je l’étais si bien avec lui que, lorsqu’il avait besoin de quelque chose, il l’obtenait toujours de moi ; de son côté, il n’était pas sans me rendre des services pour la gérance et l’administration de mon bien : quand j’étais absent, soit pour le service public de la triérarchie, soit pour quelque motif personnel, je lui laissais pleins pouvoirs sur ma propriété.

48À en croire Apollodôros, donc, lui et Nikostratos avaient été amis du vivant de Pasiôn, et même après sa mort. S’il en était ainsi, la question suivante se pose : comment comprendre le fait que Pasiôn a effectué une opération magique contre (entre autres) un ami de son fils aîné et contre un frère de cet ami ?

  • 46 Corpus Demosthenicum, XXXVI 8‑9 ; XLV 3 et 37 ; LIII 9.
  • 47 Corpus Demosthenicum, XXXVI 8.
  • 48 Corpus Demosthenicum, XLV 3 ; XLVI 18‑23.
  • 49 Corpus Demosthenicum, XLV 3‑4 ; LIII 9. Trevett 1992, p. 8 et n. 23, évoque à titre de comparaison (...)
  • 50 Pseudo-Démosthène, LIII 4.

49On sait bien que les relations entre Pasiôn et Apollodôros n’étaient pas idylliques. En préparant son testament, le banquier a tout fait pour assurer le bien‑être de son fils cadet, Pasiklès. Il constitua pour lui une double tutelle, celle de son affranchi Phormiôn et celle d’un certain Nikoklès46, et légua sa femme Archippè à Phormiôn en mariage47, évidemment contre la volonté d’Apollodôros48, qui alla même jusqu’à intenter à ce dernier une γραφὴ ὕβρεως49. La décision d’Apollodôros de quitter sa maison natale après la mort de Pasiôn (quoique l’héritage n’eût pas été partagé !), et de s’installer dans une maison de campagne appartenant à la famille, est symptomatique50.

50L’amitié d’Apollodôros avec Nikostratos était‑elle la cause ou la conséquence des mauvaises relations de Nikostratos avec Pasiôn ? Pour répondre à cette question, il faudrait savoir dans quelles circonstances Pasiôn a décidé d’entreprendre une action magique contre Nikostratos et ses compagnons. Hélas, les verbes ἀδικεῖν et ἐπιβουλεύειν par lesquels Pasiôn décrit le comportement des gens contre qui l’action magique est dirigée sont trop vagues.

  • 51 Cela aurait pu également amener les juges à penser que ce qu’il disait de son amitié avec Nikostra (...)
  • 52 Pseudo-Démosthène, LIII 4. Cf. supra, n. 44.
  • 53 A. Audollent, Defixionum tabellae (1904), p. LXXXVIII‑LXXXIX. Il s’agit des catégories suivantes : (...)

51À première vue, ce κατάδεσµος semble être un cas de magie juridique. Tous les adversaires sont apparemment des hommes adultes et en même temps de condition libre. Satyriôn, dont le rôle essentiel est souligné dans la première phrase par l’ordre des mots, pourrait être l’adversaire principal, les autres (à l’exception peut‑être de Deinôn) étant des συνήγοροι et/ou des témoins. Pourtant, cette interprétation ne va pas sans poser de problèmes. Dans le Pseudo-Démosthène, LIII, l’objectif rhétorique d’Apollodôros est, naturellement, de rendre Nikostratos répugnant aux juges : cet homme qui était son ami, et en même temps son débiteur, s’est avéré un ingrat. Mais si Pasiôn avait eu auparavant une querelle judiciaire avec (entre autres) Nikostratos, la stratégie d’Apollodôros serait surprenante : évoquer devant le tribunal (composé en grande partie de personnes âgées !) son amitié avec un ennemi de son propre père aurait pu lui aliéner les juges51. Cela nous amène à penser que le différend de Pasiôn avec Nikostratos et ses compagnons n’est probablement jamais devenu public, ce qui exclut le contexte judiciaire. Nikostratos était un voisin de Pasiôn52, Satyriôn pouvait l’être aussi. Il peut s’agir d’une quelconque querelle de voisinage. Les verbes ἀδικȏσι καὶ ἐπιβōλεύōσι, qui sont très vagues, n’excluent pas cette possibilité. On a l’habitude de classer toutes les inscriptions magiques dans une des cinq catégories d’Audollent53, mais il faut éviter une schématisation excessive.

52Une reconstruction possible des relations entre Pasiôn d’une part, et Nikostratos et ses compagnons de l’autre, pourrait être la suivante : c’est l’amitié d’Apollodôros avec Nikostratos (jeune homme du même âge que lui) et les autres hommes mentionnés dans l’inscription qui a provoqué l’action magique de Pasiôn. Le banquier n’acceptait pas les compagnons d’Apollodôros parce qu’il croyait que ces gens recherchaient les bonnes grâces de son fils pour lui nuire. À en croire Apollodôros, Nikostratos et ses frères étaient bien capables d’une telle méchanceté. Il n’est pas certain que Satyriôn, Nikostratos et les autres aient su que Pasiôn les considérait comme des ennemis.

53Si cette hypothèse est juste, l’action magique n’a pas été dans ce cas un procédé parallèle à une action judiciaire, mais l’unique forme d’action possible : en effet, Pasiôn voulait punir ces hommes, sans détériorer encore davantage ses relations avec son propre fils.

  • 54 Platon, République, 364b‑c (trad. É. Chambry, CUF, 1932).

54En ce qui concerne l’aspect sociologique, si l’identification de l’inscription comme magique et celle de Pasiôn comme le fameux banquier sont correctes, Pasiôn est, dans l’Athènes classique, la première personne utilisant la magie dont nous connaissions la situation sociale et économique. Il est alors intéressant de constater que cette personne est, à l’époque, un des hommes les plus riches d’Athènes. Que les pratiques magiques n’aient pas été étrangères aux gens aisés dans l’Athènes du ive s. av. J.‑C. est attesté par Platon. Dans un fameux passage de la République, le philosophe nous présente les magiciens professionnels offrant leurs services aux gens riches54 :

ἀγύρται δὲ καὶ µάντεις ἐπὶ πλουσίων θύρας ἰόντες πείθουσιν ὡς ἔστι παρὰ σφίσι δύναµις ἐκ θεῶν ποριζοµένη θυσίαις τε καὶ ἐπῳδαῖς, εἴτε τι ἀδίκηµά του γέγονεν αὐτοῦ ἢ προγόνων, ἀκεῖσθαι µεθ᾽ ἡδονῶν τε καὶ ἑορτῶν, ἐάν τέ τινα ἐχθρὸν πηµῆναι ἐθέλῃ, µετὰ σµικρῶν δαπανῶν ὁµοίως δίκαιον ἀδίκῳ βλάψει ἐπαγωγαῖς τισιν καὶ καταδέσµοις, τοὺς θεούς, ὥς φασιν, πείθοντές σφισιν ὑπηρετεῖν.

De leur côté, des prêtres mendiants et des devins viennent à la porte des riches et leur persuadent qu’ils ont obtenu des dieux, par des sacrifices et des incantations, le pouvoir de réparer au moyen de jeux et de fêtes les crimes qu’un homme ou ses ancêtres ont pu commettre. Veut‑on faire du mal à un ennemi, ils s’engagent pour une légère rétribution à nuire à l’homme de bien tout comme au méchant par des évocations et des liens magiques, car, à les entendre, ils persuadent les dieux de se mettre à leur service.

  • 55 Notons qu’il serait hâtif de conclure que, d’après Platon, la magie était le domaine exclusif des (...)

55L’étude des inscriptions magiques conservées apporte une confirmation des paroles du philosophe55.

  • 56 Sur une exception, facilement explicable, voir infra, Appendice I.

56L’identification des auteurs de κατάδεσµοι, ou plutôt de leurs clients, parce qu’il est bien évident que ces textes étaient préparés par des professionnels, n’est pas une tâche aisée. Les inscriptions magiques sont généralement anonymes, par crainte des forces chthoniennes. Nous savons cependant que dans les communautés grecques, les pratiques magiques accompagnent régulièrement les litiges judiciaires et l’activité économique, où il s’agit de rivalité entre égaux. Cela nous fournit un point de départ pour une recherche sociologique. L’esprit de rivalité, détectable dans les κατάδεσµοι, suggère que les clients des magiciens appartenaient d’ordinaire aux mêmes groupes sociaux, ou exerçaient la même profession que les adversaires contre lesquels l’action magique était dirigée. Or, les personnes faisant l’objet d’une action magique étaient normalement nommées56, parfois même décrites d’une manière minutieuse. Par conséquent, en identifiant les « victimes » nous identifions les « agresseurs ».

  • 57 A. Wilhelm (n. 13), p. 118 (= Abhandlungen, p. 210). Voir surtout son analyse de DTA 24, p. 115‑11 (...)

57Déjà en 1904, dans une étude sur la chronologie des κατάδεσµοι attiques, après avoir démontré que parmi les personnes mentionnées dans certaines inscriptions du corpus de Wünsch, datables du ive s. av. J.‑C., il y avait beaucoup de gens à la fois aisés et actifs dans le domaine public, A. Wilhelm constatait : « Treffen diese Vermutungen zu, so sind sie auch für die Bestimmung der gesellschaftlichen Kreise, denen die Fluchtafeln entstammen, von Bedeutung. Denn es liegt kein Grund vor, die Verfluchenden von vornherein und ausnahmslos in tieferen Schichten der Bevölkerung zu suchen als die Verfluchten, und den Aberglauben, durch Verwünschung dem Gegner schaden zu können, auf die Niedrigen und Ungebildeten zu beschränken57 ».

  • 58 Voir en particulier deux trouvailles d’inscriptions et de poupées magiques discutées par D. Jordan(...)
  • 59 Sur la possibilité que certaines « voo‑doo dolls » attiques inscrites (voir l’article de D. Jordan(...)

58Durant le siècle qui s’est écoulé depuis la publication de Wilhelm, la recherche prosopographique, en particulier pour Athènes, a permis d’identifier une dizaine d’autres personnes riches parmi les victimes d’actions magiques58. L’inscription de Pasiôn serait – grâce à l’identification directe d’une personne qui eut recours à la magie – la première defixio à apporter une confirmation solide du raisonnement établi par Wilhelm. La première, mais probablement pas la dernière59.

Appendice I

59Dix‑huit fois le mot anônymos dans une tablette trouvée dans une tombe à Pantikapaion : de qui s’agit‑il ?

60Une tablette de defixio, trouvée dans la nécropole de Pantikapaion et datable de l’époque hellénistique a été publiée par A. Belousov et N. Fedoseev dans ZPE 190 (2014), p. 145‑148. Le texte inscrit sur cette tablette consiste tout simplement dans le mot ἀνώνυµος répété dix‑huit fois, à quoi s’ajoutent, ponctuellement, des lettres isolées ou de brèves suites de lettres qui, pour nous, sont incompréhensibles (Α, Ϲ, ΟΡ, ΡΑ, ΜΑΑΡ). Selon les éditeurs, en écrivant dix‑huit fois ἀνώνυµος, l’opérateur magique se serait adressé au démon d’un mort inconnu ou à plusieurs démons de morts inconnus. Cette interprétation ne nous paraît pas satisfaisante. À notre avis, l’opérateur était convaincu de l’existence de plusieurs personnes qui lui auraient fait, ou seraient en train de lui faire, ou s’apprêteraient à lui faire du mal, mais il ne savait pas quelles étaient ces personnes. L’eût‑il su, il aurait écrit sur le plomb tous leurs noms (souvenons‑nous que de nombreuses tablettes de κατάδεσµος ne contiennent qu’une liste de noms, rien d’autre). Faute de mieux, il a écrit dix‑huit fois ἀνώνυµος, étant convaincu que la puissance chthonienne saurait quels étaient les ἀνώνυµοι qu’il fallait punir. Sans doute ne croyait‑il pas connaître le nombre exact de ses ennemis ; pour être sûr de tous les inclure dans la liste, il a écrit le mot ἀνώνυµος autant de fois qu’il a pu le faire dans l’espace restreint de la tablette.

Appendice II

61Un message de Batis à Diphilos trouvé dans une tombe à Olbia du Pont : une lettre ou un texte magique ?

  • 60 J. G. Vinogradov, « The Greek Colonisation of the Black Sea Region in the Light of Private Lead Le (...)
  • 61 B. Bravo, « Une lettre sur plomb de Berezan’ : colonisation et modes de contact dans le Pont », Di (...)
  • 62 Voir son article « Novye tabellae defixionum iz Ol’vii », Hyperboreus 6.2 (2000), p. 298‑302.
  • 63 J. G. Vinogradov, Vestnik Drevnej Istorii 118 (1971/4), p. 79.

62Il a été fait allusion plus haut, en note 27, au fait que dans les textes magiques, l’absence du nom de l’opérateur est certes la règle, mais non une règle absolue. À ce propos, il est intéressant de prendre en considération un cas controversé, celui d’une tablette de plomb inédite, qui a été trouvée en 1962 au cours de fouilles archéologiques dans une tombe dévastée de la nécropole d’Olbia du Pont, plus précisément dans une tombe faisant partie d’un secteur datable des iveiiie s. av. J.‑C. J. G. Vinogradov l’a mentionnée dans plusieurs de ses travaux, en la caractérisant comme une lettre qu’un certain Batikôn aurait adressée à un certain Diphilos, un juge, au sujet d’un procès judiciaire ; il en a donné des résumés partiels et plutôt vagues et en a cité quelques bribes. En dernier lieu, il a mentionné cette tablette dans sa liste des lettres sur plomb, au début de son article « The Greek Colonisation of the Black Sea Region in the Light of Private Lead Letters60 ». Dans un article des Dialogues d’Histoire Ancienne, l’un de nous, B. Bravo, a soutenu que, puisque la tablette avait été trouvée dans une tombe, il s’agissait probablement d’un message adressé à un défunt désigné par son nom, donc d’un texte de defixio61. Une vingtaine d’années plus tard, le 28 juillet 1995, J. G. Vinogradov a écrit à B. Bravo une lettre pour discuter, entre autres, le problème du caractère de cette tablette inédite. Voici l’opinion qu’il y exposait : le texte en question est une lettre, mais la tablette qui avait servi comme support de cette lettre fut remployée plus tard en tant qu’objet de plomb couvert d’écriture, pour une action magique ; c’est pourquoi elle a été trouvée dans une tombe. Pour montrer qu’il s’agissait bien d’une lettre, Vinogradov en citait le début ; il écrivait que « die erste Zeilen lauten » (il entendait probablement écrire « die ersten Zeilen lauten ») ainsi : Βατ(ι)κ(ὼν ?) Διφίλοι (sic !) χαίρειν · ὅτι ἀβοήθητος ἐών, µευ δὲ γίνεται δίκη πρὸς καλὸν κτλ. Selon son habitude, il employait là les parenthèses rondes pour indiquer ce que la plupart des épigraphistes aujourd’hui indiquent par les crochets < >. Sur le plomb il y aurait donc, selon lui, Βατκ Διφίλοι, etc. Cependant, disposant d’une photographie et d’un fac‑similé qui lui avaient été envoyés par J. G. Vinogradov, S. R. Tokhtas’eva lu au début du texte, non pas Βατκ, mais Βάτις62. Sur le reste du texte, Tokhtas’ev ne s’est pas prononcé. Il est évident que la lecture µευ δὲ γίνεται δίκη πρὸς καλὸν ne peut pas être correcte, car ce n’est pas du grec. Peut‑être la tablette n’est‑elle pas conservée dans son intégralité. Après χαίρειν aussi bien qu’après ὅτι ἀβοήθητος ἐών, il doit y avoir une lacune. Peut‑être est‑il possible de restituer κατ᾿ ἐ]µεῦ δὲ γίνεται δίκη, προσκαλȏµ̣[αι - - - , « un procès se fait contre moi, je suis convoqué en justice - - - ». Il faudrait évidemment voir l’original (qui en 1971, selon le témoignage d’un article de J. G. Vinogradov, se trouvait à l’Institut d’archéologie de l’Académie des Sciences d’Ukraine, à Kiev63) ou du moins une photographie (qui devrait se trouver parmi les documents de J. G. Vinogradov conservés aux Archives de l’Académie russe des Sciences, filiale de Saint‑Pétersbourg). Nous espérons que quelqu’un le fera. Pour le moment, il nous semble qu’il est permis de supposer que Batis a adressé un message à un défunt, Diphilos (dont il a pu probablement lire le nom sur une stèle funéraire), et l’a enfoui dans la tombe de celui‑ci pour obtenir son aide dans un procès qui allait avoir lieu et pour lequel il ne disposait de l’aide d’aucune personne vivante (voir ἀβοήθητος ἐών : peut‑être ne réussissait‑il pas à se procurer de témoins ou de συνήγοροι).

Haut de page

Bibliographie

Bravo 1987 = B. Bravo, « Une tablette magique d’Olbia Pontique, les morts, les héros et les démons », dans Poikilia. Études offertes à Jean‑Pierre Vernant (1987), p. 185‑218.

Ceccarelli 2013 = P. Ceccarelli, Ancient Greek Letter Writing. A Cultural History (600 BC150 BC).

Davies 1971 = J. K. Davies, Athenian Propertied Families.

Jordan 2003 = DJordan, « A Letter from the Banker Pasion », dans D. Jordan, J. Traill (éds), Lettered Attica. A Day of Attic Epigraphy, Proceedings of the Athens Symposium, 8 March 2000, p. 23‑39.

Sosin 2008 = J. D. Sosin, « The New Letter from Pasion », ZPE 165, p. 105‑108.

Trevett 1992 = J. Trevett, Apollodoros Son of Pasion.

Haut de page

Notes

1 Jordan 2003, avec une photographie.

2 M.‑Th. Couilloud, BCH 91 (1967), p. 513.

3 Il faut dire que l’histoire de cette tablette est assez énigmatique. Ph. Gauthier, dans le Bulletin Épigraphique 2004, no 140, donnait une information en contradiction avec celle de l’éditeur du texte. Selon lui, D. Jordan aurait publié « une tablette de plomb parvenue dans le commerce à Athènes vers 1960, dont Marie‑Thérèse Le Dinahet lui a communiqué des photographies ». Il se peut que Ph. Gauthier ait fait une confusion, ou bien qu’il ait reçu une information qu’il considérait comme fiable et qui était inconciliable avec celle donnée par D. Jordan. Nous nous demandons par ailleurs s’il savait qui avait acheté cette tablette et si oui, pourquoi il ne l’a pas signalé. P. Millett, à qui D. Jordan avait fait lire une version inédite de son article sur la tablette en question, écrivit dans son livre publié en 1992 (Lending and Borrowing in Ancient Athens, p. 207), que cette tablette « is at present held in a private collection in Athens ». Il est vraisemblable qu’il avait reçu cette information directement de D. Jordan. Elle n’apparaît cependant pas dans la version de l’article de D. Jordan, publiée en 2003, qui mentionne pourtant le livre de P. Millett.

4 BullÉp 2004, 140.

5 Sosin 2008, p. 105‑108 : en ce qui concerne l’identification des personnages, ce savant se déclare « agnostique ».

6 Ceccarelli 2013, p. 354 (voir aussi p. 57‑58).

7 Voir infra, p. 229‑230.

8 Sur ce problème, voir Ceccarelli 2013, p. 47‑53, 57‑58.

9 Tablette déjà traitée par Bravo 1987, p. 203‑204 ; mais depuis lors, le même auteur a considérablement changé son interprétation.

10 La ou les puissances chthoniennes, à qui les textes de κατάδεσµος s’adressent, sont censées connaître et comprendre des choses qui ne sont pas dites dans ces textes. Par exemple, dans certaines tablettes, l’opérateur magique demande qu’on punisse le voleur inconnu qui lui a volé quelque chose. Un cas extrême est celui d’une tablette trouvée dans la nécropole de Pantikapaion, datable de l’époque hellénistique et publiée par A. Belousov, N. Fedoseev, ZPE 190 (2014), p. 145‑148 : voir infra, Appendice I.

11 Le présent ἀδικῶ τινα signifie, selon les contextes, soit « je me rends coupable d’une injustice à l’égard de quelqu’un », soit « je suis coupable d’une injustice à l’égard de quelqu’un ».

12 L’éditeur des DTA, R. Wünsch, a lu deux fois κάτεχε, une fois κατέχε[τε, mais à notre avis, l’espace qu’on voit sur le fac‑similé après ΚΑΤΕ | ΧΕ a toujours été vide.

13 A. Wilhelm, « Über die Zeit einiger attischen Fluchtafeln », JÖAI 7 (1904), p. 122‑125 (= A. Wilhelm, Kleine Schriften, II: Abhandlungen und Beiträge zur griechischen Inschriftenkunde, I [1984], p. 214‑217).

14 Là encore, il faut partiellement corriger ce qui est dit dans Bravo 1987, p. 213, n. 20.

15 Cf. L. Robert, Collection Froehner I (1936), no 11 : τέλος λαβόντων τῆς [δίκ]ης. Le rapprochement a déjà été fait par L. Robert dans son commentaire à cette tablette.

16 C’est là un schéma de pensée qui apparaît fréquemment dans les textes magiques.

17 La question de savoir si les métèques athéniens avaient le droit d’ester en justice sans l’intermédiaire de leur προστάτης a été vivement débattue. Voir spécialement Ph. Gauthier, Symbola. Les étrangers et la justice dans les cités grecques (1972), p. 126‑136.

18 Jordan 2003, p. 27.

19 Sosin 2008, déjà, a remarqué que dans l’édition de Marchant, il n’y a pas αὐτὸν, mais αὐτῶι.

20 Sosin 2008 a vu que le passage de Sophocle est mal interprété dans le LSJ. Il a compris que τινας est lié à τοὺς αὐτοέντας. Cependant sa traduction ne nous semble pas tout à fait correcte : « Apollo clearly commands punishing murderers by force, any and all ».

21 Cf. d’un côté, Antiphon, Contre une belle‑mère 10 : µετέρχοµαι , « je poursuis en justice » ; et de l’autre côté, Lycurgue, Contre Léocrate 116 : ταῖς ἐσχάταις τιµωρίαις µετῆλθον, « ils ont puni » ; autres exemples : Eschyle, Les Choéphores 988‑989 ; Euripide, Oreste 423 ; Le Cyclope 280 ; Iphigénie en Tauride 13‑14.

22 En effet, rien – ni les noms de ces individus, ni les actions qui leur sont imputées – ne suggère qu’il s’agisse d’esclaves.

23 Sosin 2008, p. 108.

24 Peut‑être y a‑t‑il, à la dernière ligne, l’infinitif τελεσθῆναι ou le subjonctif τελεσθῆι.

25 Dans les textes des defixionum tabellae, le mort auprès duquel une tablette va être enfouie peut être conçu soit comme une chose inerte, appartenant au monde de l’au‑delà, soit comme une puissance capable d’agir. Voir Bravo 1987, p. 185‑218.

26 D’après la réédition et l’interprétation de Bravo 1987. Le texte a été lu et interprété en partie différemment par D. Jordan, « An Address to a Ghost at Olbia », Mnemosyne, ser. IV, 50 (1997), p. 212‑219. Une autre lecture et une autre interprétation ont été données par L. Dubois, Inscriptions grecques dialectales d’Olbia du Pont (1996), p. 176‑178, no 109.

27 On connaît toutefois des exceptions. Voir infra, Appendice II.

28 Ceccarelli 2013, Appendix I A, p. 351‑354.

29 Ceccarelli 2013, Appendix I A, p. 336‑346. Voir en outre M. Dana, « Lettres grecques dialectales nord-pontiques (sauf IGDOP 23‑26) », REA 109 (2007), p. 67‑97. En ce qui concerne quelques‑uns des textes gravés sur des tablettes de plomb et inclus dans ces deux listes, l’un de nous, B. Bravo, a soutenu qu’il ne s’agissait pas de lettre. Sur les nos 2 et 3 de la liste de P. Ceccarelli, voir Palamedes 2 (2007), p. 55‑74 et Palamedes 8 (2013), p. 1‑63 (il s’agirait de textes à caractère initiatique) ; sur le no 7, voir Palamedes 8 (2013), p. 68‑73 (ce serait une defixio) ; sur le no 16, voir Dialogues d’Histoire Ancienne 1 (1974), p. 115, en outre infra, Appendice II. Quant au no 14, il est difficile de se faire une idée, car l’édition ne semble pas satisfaisante, mais nous soupçonnons qu’il s’agit d’un texte de defixio écrit délibérément d’une manière chaotique. B. Bravo a l’intention de publier un article à propos du no 28 ; il ne s’agirait ni d’une lettre ni d’un document d’ordre commercial, mais d’un texte de κατάδεσµος ayant pour but de contraindre deux débiteurs à payer.

30 N. Pavlichenko, S. Kashayev, « A Personal Letter found in Hermonassa », Hyperboreus 18.2 (2012), p. 226, n. 3. Notons à ce propos que, sans être tout à fait satisfaisante, la publication que ces deux savants ont donnée dans cet article (p. 225‑241) de la lettre sur plomb trouvée à Hermonassa, nous semble décidément meilleure que celle qu’en ont donnée A. V. Belousov et S. Yu. Saprykin, ZPE 185 (2013), p. 153‑160. Elle est d’ailleurs la seule qui soit fondée sur un examen direct de l’original. Sur cette lettre, voir aussi Ceccarelli 2013, Appendix I A, no 18, p. 344, qui a proposé une correction conjecturale certainement juste, et un article de B. Bravo dans Palamedes 9‑10 (2014‑2015), p. 9‑18.

31 L’une – une lettre d’un marchand – à Toronè, l’autre à Mendè ; mais cette dernière est inédite et il faudra attendre sa publication pour être sûr qu’il s’agit bien d’une lettre.

32 Bien sûr, διφθέρη (διφθέρα) signifiait à l’origine, et a toujours signifié, « peau ». Cependant, lorsque l’emploi du papyrus comme support d’écriture est devenu fréquent dans le monde grec, ce mot a acquis, du moins en ionien, la signification secondaire de « papyrus » (cf. Hérodote, V 58, 3). Ce qui n’est nullement étonnant, puisque le mot français « papier » vient du latin « papyrus ».

33 Du moins d’après la lecture et l’interprétation de B. Bravo, « Tre lettere di mercanti del Mar Nero rivisitate », Palamedes 6 (2011), p. 67‑85 (voir spécialement p. 78‑79). Une lecture et une interprétation différentes ont été données par M. Dana, « Lettre sur plomb d’Apatorios à Léanax. Un document archaïque d’Olbia du Pont », ZPE 148 (2004), p. 1‑14 ; voir aussi R.‑A. Santiago Álvarez, M. Gardeñez Santiago, « Algunas observaciones a la “Lettre d’Apatorios à Léanax” », ZPE 157 (2006), p. 57‑69.

34 Sur Pasiôn, voir Davies 1971, p. 427‑442 ; M. J. Osborne, Naturalization in Athens, vol. III‑IV (1983), p. 48‑49 (= T 30) ; Trevett 1992, p. 1‑49 (spécialement p. 14 et p. 42‑43, n. 26) ; Apollodoros « Against Neaira » [D 59], ed. with Introduction, Translation and Commentary by K. A. Kapparis (1999), p. 169‑170. Remarquons en passant que la date de la mort de Pasiôn, c’est‑à‑dire 370/69 av. J.‑C., nous fournit un terminus ante quem pour l’inscription en question.

35 BullÉp 2004, 140, p. 611.

36 J. Traill, Persons of Ancient Athens, vol. 1‑21 (1994‑2012).

37 Sur les anthroponymes dérivés du verbe πάοµαι, voir Jordan 2003, p. 36‑37.

38 Le cas n’est néanmoins pas sans parallèle : à l’époque hellénistique au moins, on trouve des esclaves avec patronyme dans les manumissiones (SEG XXXVIII 569 et I. Bouthr. 91).

39 Démosthène, XXXV 13‑14.

40 Démosthène, XXI 157 (IG II2 1622, 472‑473 ; 1623, 246‑248 ; 1629, 647). Voir Davies 1971, p. 435‑437. À la p. 437, Davies écrit : « [...] and there is always the possibility that he was sponsored for membership of Peiraieus by a man who adopted him as his son then or later, or whose name he took unilaterally out of gratitude and to give himself respectability. All in all, I incline to make the identification of trierarch with banker [...] and to accept the consequences, though I should feel happier about it if a parallel existed for an ex-slave taking a patronymic after naturalization. » L’identification proposée par Davies a été acceptée par Trevett 1992, p. 14 et p. 42‑43, n. 26.

41 Voir supra, p. 213‑214.

42 Pseudo-Démosthène, LIII.

43 Sur l’ἀπογραφή, voir R. Osborne, « Law in Action in Classical Athens », JHS 105 (1985), p. 44‑48 (= R. Osborne, Athens and Athenian Democracy [2010], p. 177‑184), et S. C. Todd, The Shape of Athenian Law (1993), p. 118‑119.

44 Apollodôros dit ἐπιβουλεύει µοι µετὰ τῶν ἀντιδίκων, καὶ πίστιν αὐτοῖς δίδωσιν. Il est presque sûr que derrière les ἀντίδικοι anonymes se cache Phormiôn : il était l’adversaire par excellence d’Apollodôros et, en plus, leur querelle a déjà été mentionnée dans le § 9. Notons que l’alliance entre Phormiôn et Nikos tratos suggère que ce dernier connaissait bien toute la famille de Pasiôn.

45 Pseudo-Démosthène, LIII 4 (trad. L. Gernet, CUF, 1959).

46 Corpus Demosthenicum, XXXVI 8‑9 ; XLV 3 et 37 ; LIII 9.

47 Corpus Demosthenicum, XXXVI 8.

48 Corpus Demosthenicum, XLV 3 ; XLVI 18‑23.

49 Corpus Demosthenicum, XLV 3‑4 ; LIII 9. Trevett 1992, p. 8 et n. 23, évoque à titre de comparaison la décision du père de Démosthène qui a disposé de sa femme par testament en la donnant en mariage à Aphobos. Mais le parallèle n’est pas strict : Aphobos n’était pas un affranchi du père de Démosthène mais son neveu, et Démosthène n’avait pas de frère adulte. Sur le mariage d’Archippè, voir D. Whitehead, « Women and Naturalisation in Fourth-Century Athens: The Case of Archippe », CQ 36 (1986), p. 109‑114, et Ch. Carey, « The Wives of Enfranchised Aliens in Athens », CQ 41 (1991), p. 84‑89.

50 Pseudo-Démosthène, LIII 4.

51 Cela aurait pu également amener les juges à penser que ce qu’il disait de son amitié avec Nikostratos était impossible et que, par conséquent, il ne fallait pas croire au reste de son récit. Voir P. Millett (n. 3), p. 207.

52 Pseudo-Démosthène, LIII 4. Cf. supra, n. 44.

53 A. Audollent, Defixionum tabellae (1904), p. LXXXVIII‑LXXXIX. Il s’agit des catégories suivantes : iudiciariae, amatoriae, agonisticae/ludicrae, mercatoriae, in fures.

54 Platon, République, 364b‑c (trad. É. Chambry, CUF, 1932).

55 Notons qu’il serait hâtif de conclure que, d’après Platon, la magie était le domaine exclusif des gens aisés. Dans ce passage de la République, Adeimantos examine différentes idées sur la relation entre la justice et la richesse, il a donc seulement besoin, pour son raisonnement, de montrer des hommes riches, clients des magiciens.

56 Sur une exception, facilement explicable, voir infra, Appendice I.

57 A. Wilhelm (n. 13), p. 118 (= Abhandlungen, p. 210). Voir surtout son analyse de DTA 24, p. 115‑117 (= Abhandlungen, p. 211‑213). Cf. L. Robert (n. 15), p. 13. Cf. déjà E. Ziebarth, « Neue attische Fluchtafeln », NGG 1899, p. 105‑135, et R. Wünsch, « Neue Fluchtafeln », RhM 55 (1900), p. 62‑85. Il est important d’ajouter, qu’à la suite de J. Kirchner (éditeur des IG II2), A. Wilhelm (n. 13) a identifié dans « die gesellschaftlichen Kreise, denen die Fluchtafeln entstammen », non seulement des gens appartenant à la classe liturgique en général, mais aussi deux représentants de la vieille aristocratie athénienne, à savoir Kallias et son fils Hip(p)onikos (cf. Davies 1971, p. 268‑269), membres d’une famille appartenant au γένος des Kèrykes dont l’histoire remonte au vie s. av. J.‑C. (p. 119).

58 Voir en particulier deux trouvailles d’inscriptions et de poupées magiques discutées par D. Jordan, « New Archaeological Evidence for the Practice of Magic in Classical Athens », dans Πρακτικ του Διεθνος Συνεδρου Κλασικς Αρχαιολογας, Αθνα, 4‑10 Σεπτεµβρου 1983 (1988), p. 273‑277. Cf. aussi un texte de κατάδεσµος publié par F. Willemsen, « Die Fluchtafeln », Kerameikos XIV (1990), 142 ; cf. M. del Amor Lopez Jimeno, « Zu einer Fluchtafel vom Athener Kerameikos », ZPE 91 (1992), p. 200‑203, et F. Costabile, « Defixiones dal Kerameikós di Atene – II. Maledizioni proces suali », MEP 4 (2000), p. 115‑120 où apparaît un certain Dioklès fils de Diocharès, du dème de Pithos, politicien et triérarque actif dans le deuxième quart du ive s. av. J.‑C.

59 Sur la possibilité que certaines « voo‑doo dolls » attiques inscrites (voir l’article de D. Jordan [n. 58]) aient été commandées par l’orateur Lysias, A. Wolicki prépare une étude qui sera publiée ailleurs. Pour le moment voir F. Costabile, « La triplice defixio del Kerameikós di Atene », MEP 1 (1998) p. 49‑52 (cf. id., MEP 4 [2000], p. 73‑75), quoique son hypothèse, selon laquelle il faudrait attribuer à Lysias la triple defixio publiée à deux reprises par lui‑même, ne soit pas convaincante.

60 J. G. Vinogradov, « The Greek Colonisation of the Black Sea Region in the Light of Private Lead Letters », dans G. R. Tsetskhladze (éd.), The Greek Colonisation of the Black Sea Area, Historia Einzelschriften 121 (1998), p. 153‑154, n. 4.

61 B. Bravo, « Une lettre sur plomb de Berezan’ : colonisation et modes de contact dans le Pont », Dialogues d’Histoire Ancienne 1 (1974), p. 115.

62 Voir son article « Novye tabellae defixionum iz Ol’vii », Hyperboreus 6.2 (2000), p. 298‑302.

63 J. G. Vinogradov, Vestnik Drevnej Istorii 118 (1971/4), p. 79.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Photographie de la tablette de plomb reproduite dans Jordan 2003.
Crédits Avec l’autorisation de M.‑Th. Couilloud‑Le Dinahet.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/342/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 725k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benedetto Bravo et Aleksander Wolicki, « Un katadesmos du banquier Pasiôn (SEG LIII 256) »Bulletin de correspondance hellénique, 139-140.1 | 2016, 211-236.

Référence électronique

Benedetto Bravo et Aleksander Wolicki, « Un katadesmos du banquier Pasiôn (SEG LIII 256) »Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 139-140.1 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 23 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/bch/342 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bch.342

Haut de page

Auteurs

Benedetto Bravo

Institut d’Histoire, université de Varsovie.

Articles du même auteur

Aleksander Wolicki

Institut d’Histoire, université de Varsovie.

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search