Navigation – Plan du site

AccueilNuméros139-140.1Note sur trois inscriptions menti...

Note sur trois inscriptions mentionnant des Rhodiens morts à la guerre

Contribution à l’étude des relations entre Rhodes et Rome à la fin du ive s. av. J.‑C.
Nathan Badoud
p. 237-246

Résumés

Trois inscriptions récemment réunies mentionnent des Rhodiens morts à la guerre. On établit qu’elles se rapportent respectivement à la guerre contre Ptolémée II, à la première guerre mithridatique et à la répression de la piraterie dans les années qui suivirent la levée du siège de Démétrios Poliorcète, en 304 av. J.‑C. On revient alors sur le célèbre chapitre de Polybe XXX 5, 6‑8, selon lequel, en 167 av. J.‑C., les Romains et les Rhodiens coopéraient militairement depuis « presque cent quarante ans ». La lutte contre les pirates est précisément l’objectif qui a réuni les deux États à la fin du ive s. Il faut donc renoncer définitivement à la correction que M. Holleaux apportait au texte de Polybe pour le mettre en conformité avec sa thèse d’une absence presque totale de relations entre Rome et l’Orient jusqu’à la première guerre d’Illyrie (229‑228). On revient en conclusion sur la formule ἄνδρες ἀγαθοὶ γενόµενοι, utilisée pour désigner les combattants ayant bien mérité de Rhodes.

Haut de page

Notes de l’auteur

Je remercie Glen Bowersock de m’avoir confié l’étude du mémoire inédit de Maurice Holleaux Sur le commerce des Rhodiens, conservé au Fonds Louis Robert de l’Institut de France (infra, n. 44), et Béatrice Meyer de m’avoir accueilli sur place.
Sauf mention contraire, les dates s’entendent avant notre ère.

Texte intégral

  • 1 Kontorini 2012‑2013, qui reprend la matière d’une conférence donnée aux Études grecques en 2013 et (...)

1Dans une précédente livraison de ce Bulletin, Vassa Kontorini a réuni trois inscriptions ayant pour point commun de mentionner des Rhodiens morts à la guerre1. Il vaut la peine de revenir brièvement sur la chronologie et la signification de ce dossier, qui comprend une pièce particulièrement importante.

  • 2 Kontorini 2012‑2013, p. 342.
  • 3 Lindos 2, C, l. 99.
  • 4 N. Badoud, « Rhodes et les Cyclades à l’époque hellénistique », dans G. Bonnin, E. Le Quéré (éds), (...)

2La première inscription, précédemment inédite, se rapporte à un stratège du nom d’Astyanax fils d’Astymédès ; elle a été datée du « iiie s. av. n.è.2 ». La paléographie – lettres serrées, Π à hastes encore très inégales, Σ légèrement ouvert, Υ à grande haste, absence d’apices, rareté des queues d’arondes – invite à ramener l’intervalle au deuxième tiers de ce siècle. Le πόλεµος mentionné par le document doit donc être la « guerre contre Ptolémée Philadelphe » évoquée dans la Chronique de Lindos3, dont le terme peut être fixé vers 2584 ; aucun autre conflit impliquant les Rhodiens n’est en effet attesté à la période considérée.

  • 5 Appien, La Guerre de Mithridate, 24, 33.
  • 6 Cicéron, Verrines, II 1, 89.

3La deuxième inscription, constituée de deux fragments rapprochés par l’auteur (NISM 14 + SER 14), honore Anténôr et Phanias fils d’Anténôr, tombés en combattant sur les navires cataphractes ; elle a été attribuée, d’après l’écriture, à la « période des guerres mithridatiques ». Sans doute faut‑il songer à la première (88‑85)5, puisque les Rhodiens ne participèrent pas aux deux suivantes (83‑81, 75‑63), ou à l’opération qu’Aulus Terentius Varro, légat de L. Murena, avait lancée contre les pirates avec l’appui de plusieurs cités d’Asie (84‑82)6.

  • 7 Kontorini 2012‑2013, p. 354.
  • 8 W. Peek, Griechische Vers‑Inschriften I. Grab-Epigramme (1955), p. 16, ad no 41. L’ouvrage ne peut (...)
  • 9 Kontorini 2012‑2013, p. 358.

4La troisième inscription, aujourd’hui perdue, explicite davantage que les précédentes les circonstances dans lesquelles les citoyens honorés – trois frères dont ne subsiste que le patronyme – ont trouvé la mort. Il s’agit donc, si l’on veut, d’un « document historique », dont l’auteur a cependant choisi de traiter « sans commentaire historique »7. En l’absence de certitude sur la longueur des lignes, une note de W. Peek8 fournirait le texte le plus autorisé de l’inscription, mais les suppléments qui l’accompagnent, quoique reproduits in extenso, ne pourraient être acceptés. Il faudrait enfin s’en remettre à la seule paléographie pour aboutir à une date dans la « première moitié du iiie s.9 ».

  • 10 Fr. Hiller von Gaertringen, « Inschriften aus Rhodos », MDAI(A) 20 (1895), p. 222‑226.
  • 11 Kontorini 2012‑2013, p. 357.
  • 12 M. Segre, « Due novi testi storici », RFIC 10 (1932), p. 446‑461. Pour une édition à jour des docu (...)
  • 13 M. Segre, « Due novi testi storici », RFIC 10 (1932), p. 458.
  • 14 IG XII, 1, 43, l. 20‑21 ; M. Segre, « Dedica votiva dell’equipaggio di una nave rodia », Clara Rho (...)
  • 15 Chr. Blinkenberg, Triemiolia. Étude sur un type de navire rhodien (1938), p. 14, no 29.

5Le texte de W. Peek s’appuie sur un estampage de Fr. Hiller von Gaertringen conservé aux Inscriptiones Graecae ; mais cet estampage ne fait que confirmer l’exactitude du dessin que le même Hiller von Gaertringen en donnait dans l’editio princeps de 189510, réserve faite de « l’extrémité d’une barre horizontale supérieure11 » appartenant à un sigma dont la restitution n’a jamais fait de doute. Parue en 1955, l’édition de W. Peek est d’autre part défectueuse en ce que, de deux restitutions apparemment solidaires, elle rejette la bonne et admet la mauvaise. Il revient en effet à M. Segre d’avoir rapproché, dès 1932, l’inscription qui nous occupe d’un décret honorant les participants à une expédition militaire contre Aigila (Anticythère), au nombre desquels figurait un certain Πολέµαρχος Τιµακράτεος Κασαρεύς, responsable de la catapulte12. Puisque les trois frères mentionnés dans l’épitaphe étaient fils de Τιµοκράτης et originaires du dème des Κασαρεῖς, l’un d’eux peut être identifié à Πολέµαρχος, comme l’a conjecturé M. Segre. L’épigraphiste italien poursuivait son raisonnement en attribuant au premier des trois frères la fonction de πρωιρατεύων [εἰς Αἰγι]λίαν, quand Fr. Hiller von Gaertringen rétablissait là, exempli gratia, [ἐς τὰν Ἰτα‑ vel Σικε]λίαν. La seconde restitution de M. Segre, qui est la seule à avoir été retenue par W. Peek, ne peut être admise pour deux raisons d’inégale importance : si la graphie Αἰγιλία est bien attestée à l’époque impériale, l’île est appelée Αἴγιλα dans le décret de Rhodes, qui se trouve être la seule source disponible pour la période hellénistique13 ; surtout, lorsqu’il apparaît dans les inscriptions de la cité, le complément précisant les conditions d’exercice de la fonction de timonier (πρωιρατεύων) n’envisage pas le lieu de destination de la flotte, mais les navires dont elle était composée14. Chr. Blinkenberg a donc eu raison de restituer, aux l. 4‑6 : [- - - Τ]ιµακράτευς πρωιρατεύων | [τριηµιο]λιᾶν ἀγωνιζόµενος | ποτὶ [λαϊστὰς] ἐτελεύτασε15. La longueur des lignes de l’inscription – dont l’évaluation était, dès le départ, rendue aisée par l’hexamètre gravé en tête du document – est hors de doute depuis 1938.

  • 16 Kontorini 2012‑2013, p. 360.
  • 17 Fr. Hiller von Gaertringen (n. 10), p. 223, l. 12.
  • 18 Id., Syll.3, 1225, n. 9.
  • 19 Id., Syll.3, 1225, n. 9.
  • 20 Kontorini 2012‑2013, p. 342, l. 1 (cf. l. 4) ; p. 349, l. 3.

6« Le rôle encore peu défini des [Κα]σαρεῖς16 » mentionnés à la fin de l’épitaphe ne fait pas davantage difficulté. Dans l’editio princeps de 1895, Fr. Hiller von Gaertringen faisait précéder le démotique de l’article défini οἱ (le dialecte rhodien aurait exigé τοί), laissant ainsi supposer que les Kasareis avaient élevé le monument funéraire des trois frères17. L’hypothèse se heurte à la grammaire : ayant leurs noms au cas sujet, les trois défunts ne sauraient être l’objet d’une quelconque action entreprise par les Kasareis. Elle se heurte aussi à l’usage épigraphique : les inscriptions qui précisent le démotique du défunt se comptent par centaines à Rhodes et par milliers dans le monde grec. Dès 1920, Fr. Hiller von Gaertringen se contentait par conséquent de restituer [Κα]σαρεῖς, en précisant : demoticum tres fratres comprehendit18. Contrairement à ce que le commentaire de V. Kontorini cité plus haut pourrait laisser penser, le mot n’est pas un substantif, mais un adjectif. Il est vrai que Fr. Hiller von Gaertringen poursuivait son analyse ainsi : num Casarensium pagus publicum hoc monumentum esse iusserit, nunc disceptare nolumus19. L’hypothèse, que rien dans l’inscription ne rend plus nécessaire, se heurte encore à la vraisemblance historique : le monument se dressait sur l’acropole de Rhodes pour la raison précise qu’il manifestait la reconnaissance de la cité dans son ensemble, et non celle d’un dème en particulier. Elle se heurte enfin aux parallèles fournis par les autres inscriptions évoquant des Rhodiens morts au combat, qui émanent toutes, explicitement, de la cité20. Il faut donc y renoncer.

  • 21 A. Bresson, « Rhodes, Rome et les pirates tyrrhéniens », dans P. Brun (éd.), Scripta Anatolica. Ho (...)
  • 22 N. Sekunda, « The Date and Circumstances of the Construction of the Fortifications at Phalasarna » (...)
  • 23 A. Johnston et al., « Pots, Piracy and Aegila : Hellenistic Ceramics from an Intensive Survey of A (...)
  • 24 N. V. Sekunda (supra).
  • 25 H. H. Schmitt, Rom und Rhodos (1957), p. 44‑45.

7Il reste à revenir sur le rapprochement opéré par M. Segre, que V. Kontorini n’a pas mentionné, mais dont A. Bresson, auteur de l’édition la plus récente et la mieux informée du dossier, a rappelé qu’il était « admis par tous21 ». Les fouilles en cours dans l’île d’Aigila, mentionnée par le décret, ont depuis confirmé que l’île était devenue, à la fin du ive s. – peut‑être plus précisément après 333, date de la bataille d’Issos22 –, un important repère de pirates, qui n’étaient cependant pas tyrrhéniens (selon l’hypothèse d’A. Bresson), mais crétois et sans doute plus précisément originaires de Phalasarna23. Or les trois fils de Τιµοκράτης ont été tués par des ennemis alternativement qualifiés de λαϊσταί (« pirates ») et de Τυρρανοί (« Tyrrhéniens », c’est‑à‑dire « Étrusques ») dans l’épitaphe. Les deux documents, qui nomment un même individu, s’inscrivent donc dans le même contexte, sans pour autant se rapporter à un seul événement (comme inclinait à le penser A. Bresson)24 : après une première expédition destinée à frapper la base navale d’Aigila, à laquelle il participa en tant que préposé à la catapulte, Πολέµαρχος reprit en effet la mer avec le grade supérieur de commandant d’un contingent de mercenaires (s’il est exact de restituer son nom à la fin plutôt qu’au début de l’épitaphe), et trouva la mort contre les pirates. La distinction établie entre les λαϊσταί et les Τυρρανοί, dont H. H. Schmitt est le premier à avoir souligné qu’elle devait être porteuse de sens25, donne à penser que lui et ses frères n’ont pas nécessairement péri ensemble ; du moins luttaient‑ils au même moment contre le même fléau, représenté d’un côté par des « pirates » dont on peut penser qu’ils étaient une fois de plus crétois, de l’autre par des « Tyrrhéniens » faisant assurément profession de pirates.

  • 26 A. Bresson (n. 21), p. 155.
  • 27 TRI 12, B, l. 11.
  • 28 TRI 1, II, l. 21.
  • 29 TRI 9, I, l. 19.
  • 30 TRI 1, II, l. 12.
  • 31 NESM 28.
  • 32 TRI 9, I, l. 29.
  • 33 TRI 12, C, l. 10.
  • 34 Lindos 72.
  • 35 Badoud 2015, p. 159. Les dates des inscriptions mentionnées supra (n. 27‑34) sont empruntées à cet (...)
  • 36 N. Badoud, « L’intégration de la Pérée au territoire de Rhodes », dans N. Badoud (éd.), Philologos (...)
  • 37 Kontorini 2012‑2013, p. 343. Voir déjà V. Kontorini, « Les concours des grands Éréthimia à Rhodes  (...)
  • 38 Sur la structure de l’État rhodien, voir Badoud 2015, p. 1‑2.
  • 39 N. Badoud (n. 36), p. 557.

8La date des inscriptions peut être précisément établie. A. Bresson a souligné que, contrai­rement à l’épitaphe, le décret présentait des génitifs en ‑εος et des séparateurs épigraphiques, ce qui l’a amené à placer les deux documents entre 320 et ca 28526. Les plus anciennes occurrences du génitif en ‑ευς peuvent aujourd’hui être datées de 32927 à Lindos, de 31228 à Rhodes et de 31129 à Camiros ; les dernières occurrences du génitif en ‑εος, de 32130 à Rhodes (avec une exception constituée par une inscription privée attribuable au iiie s.31), de 30632 à Camiros, de 29233 ou de ca 285‑27134 à Lindos. L’emploi des séparateurs épigraphiques est quant à lui attesté dans des inscriptions appartenant au derniers tiers du iiie s. ou approximativement contemporaines35. D’autre part, il est désormais établi que la Pérée est devenue rhodienne en 304 av. J.‑C.36 : c’est alors seulement que le dème des Kasareis fut rattaché au territoire de la communauté de Lindos, laquelle ne saurait être qualifiée de « dème37 » qu’au prix d’un contresens historique38. Au vu de ces différents indices, on a pu placer, dès 2011, « le décret relatif à l’expédition d’Aigila vers 300, un peu avant le monument funéraire des trois frères tombés en opération39 ».

  • 40 Polybe XXX 5, 6‑8.
  • 41 H. H. Schmitt (n. 25), p. 1‑49, qui a cherché à renforcer sa thèse par des arguments peu convainca (...)
  • 42 A. Bresson (n. 21), p. 157.
  • 43 M. Holleaux, « Le prétendu traité de 306 entre les Rhodiens et les Romains », dans Mélanges Perrot (...)
  • 44 M. Holleaux, Étude sur le commerce des Rhodiens (1885) [manuscrit conservé au Fonds Louis Robert d (...)
  • 45 J. Pouilloux (n. 41), p. 255.
  • 46 V. Kontorini (n. 37).
  • 47 V. Kontorini, « Rome et Rhodes au tournant du iiie s. av. J.‑C. d’après une inscription inédite de (...)
  • 48 W. V. Harris, A. La Rocca, « Quando e come l’Italia divenne per la prima volta Italia ? Un saggio (...)
  • 49 Badoud 2015, p. 215, no 245.
  • 50 Badoud 2015, p. 166‑167, A 10, et déjà N. Badoud, « Un nouveau prêtre d’Halios sur les timbres amp (...)

9Il revient à H. H. Schmitt d’avoir rapproché, dès 1957, les renseignements que fournissent les deux inscriptions si pertinemment associées par M. Segre – qu’il datait, suivant l’opinio communis, de la première moitié du iiie s. – du constat que Polybe dressait en 167 : « une politique habile avait permis au peuple rhodien de coopérer pendant presque cent quarante ans (σχεδὸν ἔτη τετταράκοντα πρὸς τοῖς ἑκατόν) avec les Romains dans leurs plus grandioses et leurs plus glorieuses entreprises, sans contracter d’alliance (συµµαχία) avec eux40 ». Pour l’historien allemand, la collaboration des deux États se serait nouée dans la lutte contre la piraterie, dès 30641 : A. Bresson a depuis souligné que la chronologie haute des inscriptions ne pouvait que renforcer le crédit de cette hypothèse42. On sait néanmoins que, dans un article publié en 1902, puis dans son célèbre ouvrage sur Rome, la Grèce et les monarchies hellénistiques au iiie s. av. J.‑C., achevé en 1920, M. Holleaux a voulu corriger le texte de Polybe pour établir l’absence presque totale de relations entre Rome et l’Orient jusqu’à la première guerre d’Illyrie (229‑228) : les mots πρὸς τοῖς ἑκατόν seraient donc une interpolation, et l’entente avec les Rhodiens n’aurait débuté qu’en 200, soit « presque quarante ans » avant 16743. Les difficultés que soulève cette théorie – dont il importe de souligner qu’elle est une œuvre de prime jeunesse, puisqu’elle fut conçue dans le cadre d’un mémoire rédigé en 188544 – sont insurmontables : de l’aveu même de son auteur, la correction porte sur une interpolation impossible à expliquer et dont rien, dans la tradition manuscrite, ne laisse supposer l’existence ; elle est en outre particulièrement lourde, et débouche sur un résultat des plus insatisfaisants, puisque le nombre d’années séparant 200 de 167 est plus proche de 30 que de 40. Rendant compte de la thèse de H. H. Schmitt en 1958, J. Pouilloux réclamait néanmoins « d’autres documents » pour abandonner celle de M. Holleaux. Si ces documents faisaient alors « toujours défaut45 », tel n’est plus le cas aujourd’hui. Il y a de cela une trentaine d’années, V. Kontorini a en effet publié une inscription mutilée, qui paraît de peu postérieure aux premiers rapports entre Romains et Rhodiens, et qui pourrait même faire allusion à l’établissement de ces rapports. À son avis, la paléographie inciterait à la placer à la fin du iiie s. av. J.‑C. – au même titre que le palmarès des grands Éréthimia, également publié par ses soins46 –, et l’analyse du contexte historique permettrait d’y reconnaître les préparatifs de la deuxième guerre de Macédoine : « pour conclure, en 1983 encore, un document épigraphique nous incite à retenir la théorie de M. Holleaux47 ». Comme W. Harris et A. La Rocca le soulignaient dès 2007, l’inscription a été « gravemente fraintesa dalla sua prima editrice », qui l’a en outre placée nettement trop tard, « tanta era la sua venerazione per la teoria di Holleaux, che l’iscrizione minacciava di sovvertire, e di fatto sovverte » : interrogé sur le sujet par les auteurs, Ch. Crowther suggérait une datation « [in] the first rather than the last decades of the third century48 ». Une seconde étude, elle aussi fondée sur la paléographie mais indépendante de la première, a abouti à la conclusion que l’inscription devait être plus précisément placée vers 280‑27049, soit à la même époque que le palmarès des grands Éréthimia, datable, lui, par la mention de plusieurs prêtres d’Halios50. Loin de confirmer la théorie de M. Holleaux, l’inscription publiée par V. Kontorini prouve qu’il faut définitivement renoncer à corriger le texte de Polybe : la coopération entre Romains et Rhodiens remonte bien à 306 environ – sans doute plus précisément aux lendemains du siège de Démétrios Poliorcète, levé en 304, soit « presque cent quarante ans » avant les événements de 167 –, et la lutte contre la piraterie, à laquelle Πολέµαρχος Τιµοκράτευς et ses frères allaient bientôt sacrifier leur vie, en fut le premier objet. Telle est du moins la conclusion à laquelle il est possible de parvenir grâce aux sources et à la bibliographie disponibles.

  • 51 Lindos 292, l. 3‑4 (pour Timachidas) ; Lindos 702, l. 2 (pour un inconnu).
  • 52 L. Robert, « Hellenica XX. Décrets de Priène », RPh 1944, p. 6‑7 [OMS III, p. 1372‑1373].
  • 53 J. Fournier, P. Hamon, « Les orphelins de guerre de Thasos : un nouveau fragment de la stèle des B (...)
  • 54 Kontorini 2012‑2013, p. 345.
  • 55 Sur cette catégorie de combattants, voir N. Badoud, Inscriptions et timbres céramiques de Rhodes. (...)

10Une remarque encore sur l’expression ἄνδρες ἀγαθοὶ γενόµενοι, qui apparaît telle quelle dans les deux premières inscriptions honorant des Rhodiens morts à la guerre et, métrique oblige, sous une forme à peine différente dans la troisième, mais qui s’appliquait également aux vivants, puisqu’on la retrouve dans deux inscriptions honorant des combattants de la première guerre mithridatique, dont Timachidas, l’auteur de la « Chronique » de Lindos51. V. Kontorini a justement souligné, en se fondant sur les travaux de L. Robert52, développés en dernier lieu par P. Hamon et J. Fournier53, qu’elle était « attestée par plusieurs exemples dans la prose historique (épigraphique et philologique)54 », sans toutefois relever le parallèle le plus important, qui ressortit autant à la littérature qu’à l’épigraphie. Décrivant les mesures prises par les Rhodiens au moment du siège de 305/4, Diodore de Sicile rapporte en effet qu’ils firent le compte des citoyens et des étrangers aptes à servir (δυνάµενοι)55, puis signale :

ἐψηφίσαντο δὲ καὶ τῶν δούλων τοὺς ἄνδρας ἀγαθοὺς γενοµένους ἐν τοῖς κινδύνοις ἀγοράσαντας παρὰ τῶν δεσποτῶν ἐλευθεροῦν καὶ πολίτας εἶναι.

  • 56 Diodore de Sicile XX 84,3, passage dont on ne peut déduire, avec J. Fournier et P. Hamon (n. 53), (...)

Ils décrétèrent que ceux des esclaves qui s’étaient conduits en hommes de biendans les situations périlleuses, une fois rachetés à leurs maîtres, seraient affranchis et reconnus comme citoyens56.

  • 57 H.‑U. Wiemer, Rhodische Traditionen in der hellenistischen Historiographie (2001), p. 238‑250.
  • 58 Supra, p. 239.
  • 59 Lindos 292, l. 3‑4.

11L’expression utilisée par l’historien, ou plutôt le décret rhodien allégué par sa source, qui pourrait bien être Zénon57, se retrouve mot pour mot dans l’épitaphe des fils d’Anténôr (NISM 14 + SER 14)58 et, au singulier, dans l’inscription honorant Timachidas59 : ἄνδρες ἀγαθοὶ γενόµενοι ἐν τοῖς κινδύνοις. D’un bout à l’autre de l’époque hellénistique, la cité a usé du même formulaire pour saluer le courage de ses défenseurs, témoignant par là, une fois encore, de la remarquable stabilité de ses institutions.

Haut de page

Bibliographie

Badoud 2015 = N. Badoud, Le Temps de Rhodes. Une chronologie des inscriptions de la cité fondée sur l’étude de ses institutions.

Kontorini 2012‑2013 = V. Kontorini, « Inscriptions de Rhodes pour des citoyens morts au combat, ἄνδρες ἀγαθοὶ γενόµενοι », BCH 136‑137, p. 339‑361.

Lindos = Chr. Blinkenberg, Lindos. Fouilles de l’acropole (1902‑1914) II. Inscriptions […] avec un appendice contenant diverses autres inscriptions rhodiennes (1941).

NESM = G. Iacopi, « Nuove epigrafi dalle Sporadi meridionali », Clara Rhodos II (1932), p. 169‑255.

NISM = A. Maiuri, « Nuove iscrizioni greche dalle Sporadi meridionali I. Iscrizioni del Museo Archeologico di Rodi », ASAA 2 (1916), p. 127‑179.

SER = G. Pugliese Carratelli, « Nuovo supplemento epigrafico rodio », ASAA 33‑34 (1955‑1956), p. 157‑181.

TRI = Badoud 2015 – inscriptions.

Haut de page

Notes

1 Kontorini 2012‑2013, qui reprend la matière d’une conférence donnée aux Études grecques en 2013 et à l’École normale supérieure en 2005.

2 Kontorini 2012‑2013, p. 342.

3 Lindos 2, C, l. 99.

4 N. Badoud, « Rhodes et les Cyclades à l’époque hellénistique », dans G. Bonnin, E. Le Quéré (éds), Pouvoirs, îles et mer. Formes et modalités de l’hégémonie dans les Cyclades antiques (viie s. a.C.-iiie s. p.C.) (2014), p. 116‑119.

5 Appien, La Guerre de Mithridate, 24, 33.

6 Cicéron, Verrines, II 1, 89.

7 Kontorini 2012‑2013, p. 354.

8 W. Peek, Griechische Vers‑Inschriften I. Grab-Epigramme (1955), p. 16, ad no 41. L’ouvrage ne peut se lire sans le compte rendu de L. Robert, Gnomon 31 (1959), p. 1‑30 [OMS III, p. 1640‑1669], qui le qualifiait à juste titre de « fouillis », dans lequel « l’éditeur nous impose un texte arbitraire » accompagné de lemmes « incomplets, sans méthode et presque tous à refaire », consistant en une « série de références enfilées au hasard ».

9 Kontorini 2012‑2013, p. 358.

10 Fr. Hiller von Gaertringen, « Inschriften aus Rhodos », MDAI(A) 20 (1895), p. 222‑226.

11 Kontorini 2012‑2013, p. 357.

12 M. Segre, « Due novi testi storici », RFIC 10 (1932), p. 446‑461. Pour une édition à jour des documents, voir infra, n. 21.

13 M. Segre, « Due novi testi storici », RFIC 10 (1932), p. 458.

14 IG XII, 1, 43, l. 20‑21 ; M. Segre, « Dedica votiva dell’equipaggio di una nave rodia », Clara Rhodos VIII (1936), p. 228, l. 7.

15 Chr. Blinkenberg, Triemiolia. Étude sur un type de navire rhodien (1938), p. 14, no 29.

16 Kontorini 2012‑2013, p. 360.

17 Fr. Hiller von Gaertringen (n. 10), p. 223, l. 12.

18 Id., Syll.3, 1225, n. 9.

19 Id., Syll.3, 1225, n. 9.

20 Kontorini 2012‑2013, p. 342, l. 1 (cf. l. 4) ; p. 349, l. 3.

21 A. Bresson, « Rhodes, Rome et les pirates tyrrhéniens », dans P. Brun (éd.), Scripta Anatolica. Hommages à Pierre Debord (2007), p. 150. L’article de Kontorini 2012‑2013 ne rend pas justice à cette étude : voir p. 354 (n. 51), p. 357 (apparat critique), p. 359 (n. 67).

22 N. Sekunda, « The Date and Circumstances of the Construction of the Fortifications at Phalasarna », Horos 17‑21 (2004‑2009) p. 598‑599.

23 A. Johnston et al., « Pots, Piracy and Aegila : Hellenistic Ceramics from an Intensive Survey of Antikythera, Greece », ABSA 107 (2012), p. 247‑272 ; A. Tsaravopoulos, « Inscribed Sling Bullets from “Kastro” in Antikythera (Greece) », Gdańskie studia archeologiczne 2 (2012), p. 207‑220 ; A. Bevan, J. Conolly, Mediterranean Islands, Fragile Communities and Persistent Landscapes. Antikythera in Long‑Term Perspective (2013), p. 187‑196. N. V. Sekunda, « A Note on the Rhodian Expedition Against Aigila », Grammateion 3 (2014), p. 13‑14.

24 N. V. Sekunda (supra).

25 H. H. Schmitt, Rom und Rhodos (1957), p. 44‑45.

26 A. Bresson (n. 21), p. 155.

27 TRI 12, B, l. 11.

28 TRI 1, II, l. 21.

29 TRI 9, I, l. 19.

30 TRI 1, II, l. 12.

31 NESM 28.

32 TRI 9, I, l. 29.

33 TRI 12, C, l. 10.

34 Lindos 72.

35 Badoud 2015, p. 159. Les dates des inscriptions mentionnées supra (n. 27‑34) sont empruntées à cet ouvrage.

36 N. Badoud, « L’intégration de la Pérée au territoire de Rhodes », dans N. Badoud (éd.), Philologos Dionysios. Mélanges offerts au professeur Denis Knoepfler (2011), p. 533‑565. Cet article (BE 2012, 332) a été ignoré par Kontorini 2012‑2013 [2014].

37 Kontorini 2012‑2013, p. 343. Voir déjà V. Kontorini, « Les concours des grands Éréthimia à Rhodes », BCH 99 (1975), p. 105 (n. 26), 107, 108.

38 Sur la structure de l’État rhodien, voir Badoud 2015, p. 1‑2.

39 N. Badoud (n. 36), p. 557.

40 Polybe XXX 5, 6‑8.

41 H. H. Schmitt (n. 25), p. 1‑49, qui a cherché à renforcer sa thèse par des arguments peu convaincants. Sur ce point, voir le compte rendu de J. Pouilloux, AC 27 (1958), p. 253‑255, qui tombe cependant dans le travers inverse en évoquant « l’étrangeté » de la formulation τετταράκοντα πρὸς τοῖς ἑκατόν, jugée « contournée » (alors que Polybe lui‑même l’emploie régulièrement dans le décompte des Olympiades et qu’elle se retrouve mot pour mot, dans un tout autre contexte, chez Strabon XV.28), mais aussi en omettant la partie épigraphique du dossier.

42 A. Bresson (n. 21), p. 157.

43 M. Holleaux, « Le prétendu traité de 306 entre les Rhodiens et les Romains », dans Mélanges Perrot. Recueil de mémoires concernant l’archéologie classique, la littérature et l’histoire ancienne (1903), p. 183‑190 ; id., Rome, la Grèce et les monarchies hellénistiques au iiie siècle avant J.‑C. (273‑205) (1921), p. 30‑46.

44 M. Holleaux, Étude sur le commerce des Rhodiens (1885) [manuscrit conservé au Fonds Louis Robert de l’Institut de France], p. 46‑49.

45 J. Pouilloux (n. 41), p. 255.

46 V. Kontorini (n. 37).

47 V. Kontorini, « Rome et Rhodes au tournant du iiie s. av. J.‑C. d’après une inscription inédite de Rhodes », JRS 73 (1983), p. 32.

48 W. V. Harris, A. La Rocca, « Quando e come l’Italia divenne per la prima volta Italia ? Un saggio sulla politica dell’identità », Studi storici 48 (2007), p. 316‑317.

49 Badoud 2015, p. 215, no 245.

50 Badoud 2015, p. 166‑167, A 10, et déjà N. Badoud, « Un nouveau prêtre d’Halios sur les timbres amphoriques de Rhodes », dans A. Avram et al. (éds), ΦΙΛΙΑΣ ΧΑΡΙΝ. Mélanges à la mémoire de Niculae Conovici (2008), p. 44‑45. Kontorini 2012‑2013, p. 347, n. 32 (suivie semble‑t‑il par P. Fröhlich, BE 2015, 556), donne une image biaisée de la méthode de l’auteur en résumant de manière incorrecte le raisonnement de N. Badoud, « Une famille de sculpteurs originaire de Tyr », ZPE 172 (2010), p. 129.

51 Lindos 292, l. 3‑4 (pour Timachidas) ; Lindos 702, l. 2 (pour un inconnu).

52 L. Robert, « Hellenica XX. Décrets de Priène », RPh 1944, p. 6‑7 [OMS III, p. 1372‑1373].

53 J. Fournier, P. Hamon, « Les orphelins de guerre de Thasos : un nouveau fragment de la stèle des Braves (ca 360‑350) », BCH 131 (2007), p. 309‑381 ; cf. P. Hamon, « Études d’épigraphie thasienne III. Un troisième fragment de la stèle des Braves et le rôle des polémarques à Thasos », BCH 134 (2010), p. 301‑315.

54 Kontorini 2012‑2013, p. 345.

55 Sur cette catégorie de combattants, voir N. Badoud, Inscriptions et timbres céramiques de Rhodes. Documents recueillis par le médecin et explorateur suédois Johan Hedenborg (1786‑1865), à paraître (inscription no 2).

56 Diodore de Sicile XX 84,3, passage dont on ne peut déduire, avec J. Fournier et P. Hamon (n. 53), p. 342, que « pour résister au Poliorcète, les Rhodiens libérèrent et enrolèrent un certain nombre d’esclaves », l’affranchissement de ces derniers étant explicitement subordonné à leur conduite devant l’ennemi. Pour les honneurs accordés aux citoyens, décrits aussitôt après, voir ibid., p. 328, et Kontorini 2012‑2013, p. 361. L’étude des textes mériterait d’être prolongée par celle des monuments funéraires : voir les exemples évoquant la sphère militaire publiés par A. Maiuri, « Monumenti di scultura del Museo archeologico di Rodi », Clara Rhodos II (1932), p. 57‑64, nos 25‑27 ; G. Gualandi, « Sculture di Rodi », ASAA 54 [n.s. 38] (1976) [1979], p. 201‑202, no 207, p. 210‑211, no 220, p. 218, no 231 ; P. M. Fraser, Rhodian Funerary Monuments (1977), passim.

57 H.‑U. Wiemer, Rhodische Traditionen in der hellenistischen Historiographie (2001), p. 238‑250.

58 Supra, p. 239.

59 Lindos 292, l. 3‑4.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathan Badoud, « Note sur trois inscriptions mentionnant des Rhodiens morts à la guerre »Bulletin de correspondance hellénique, 139-140.1 | 2016, 237-246.

Référence électronique

Nathan Badoud, « Note sur trois inscriptions mentionnant des Rhodiens morts à la guerre »Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 139-140.1 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 30 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/bch/345 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bch.345

Haut de page

Auteur

Nathan Badoud

Université de Fribourg / Fonds national suisse.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search