Navigation – Plan du site

AccueilNuméros139-140.1La « déesse au serpent » de Délos...

La « déesse au serpent » de Délos et l’aménagement des Propylées déliens à l’époque classique

Rachel Nouet
p. 247-265

Résumés

Cet article reprend le dossier de la statue dite de la « déesse au serpent », découverte avec sa base non loin des Propylées du sanctuaire d’Apollon à Délos. Son propos est de remettre en cause, à travers l’examen de la base et de la technique de fixation, toutes deux exceptionnelles, l’hypothèse selon laquelle il s’agirait d’une copie ou d’une adaptation de l’Athéna Hygieia en bronze, réalisée par Pyrrhos et érigée devant les Propylées de l’Acropole d’Athènes dans les années 430 av. J.‑C. C’est en fin de compte l’idée, largement acceptée aujourd’hui, d’un programme sculpté reproduisant à Délos l’aménagement de l’entrée de l’Acropole et destiné à manifester la domination athénienne sur le sanctuaire à l’époque classique, qui doit être revue.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Notre monument porte le no 44, juste devant le petit monument no 43, sur le plan du dromos dressé (...)
  • 2 Dimensions (en mètres) : haut. totale 0,22 ; partie cylindrique : haut. 0,12 ; diam. 0,60 ; partie (...)

1En 1879, Th. Homolle a découvert, au Sud‑Est des Propylées du sanctuaire d’Apollon (GD 5), une statue de marbre très endommagée accompagnée de sa base, qui est aujourd’hui exposée au musée de Délos sous le numéro d’inventaire A 7780. Lors de sa découverte, et jusqu’en 1979 (date à laquelle elle a été mise à l’abri au musée), la statue se dressait juste en avant de l’angle Nord‑Ouest du petit monument rectangulaire dont on peut encore voir la krepis de marbre entre les Propylées et le Portique Sud (GD 4)1. Seule la partie inférieure du corps du personnage subsiste, jusqu’à la taille (fig. 1). Celui‑ci est debout et vêtu d’un vêtement long qui couvre intégralement les jambes, serré à la ceinture ; les pieds sont invisibles, et il n’y a pas de plinthe sous la statue. À l’arrière, du côté droit, un tronc d’arbre collé au personnage porte la queue d’un serpent. La base est, comme la statue, en marbre blanc à grain fin, proba­blement de Paros : mono­lithique, elle se compose d’une partie basse carrée seulement dégrossie, sur­montée d’une partie cylindrique lisse, sans aucune moulure2.

Fig. 1 – Statue et base de la « déesse au serpent » exposée au musée de Délos.

Fig. 1 – Statue et base de la « déesse au serpent » exposée au musée de Délos.

Cl. Rachel Nouet.

2En raison de son lieu de découverte, de son aspect fragmentaire, de ses carac­téris­tiques iconographiques et stylistiques, et surtout de sa base, cette statue a suscité de nombreuses interrogations. Elle constitue cependant l’un des arguments clés de la thèse selon laquelle il y aurait eu la volonté, à l’époque de la domination athénienne sur le sanctuaire, d’imiter les Propylées de l’Acropole en adaptant en partie son programme sculpté. Or, grâce à l’étude de la base et de la fixation, de nouveaux éléments techniques permettent aujourd’hui de réévaluer la validité de ces arguments, et de porter un regard nouveau sur cette œuvre.

  • 3 Th. Homolle, lors de la découverte de la statue, jugeait l’œuvre « archaïque » (Archives des Missi (...)
  • 4 À l’époque classique, on trouve en effet des représentations d’Hygie en lien avec un arbre et un s (...)
  • 5 Sur les représentations d’Apollon en citharède, voir en dernier lieu M. Flashar, Apollon Kitharodo (...)
  • 6 On ne dispose pas de représentations classiques d’Apollon accoudé à un arbre avec un serpent ; mai (...)
  • 7 Hermary 1984, p. 56, n. 3. Lorsqu’il est accompagné d’un serpent, Apollon n’apparaît généralement (...)
  • 8 AHHD I, p. 66, n. 3 ; celui‑ci se fonde pour cette proposition sur un texte de Macrobe qui suggère (...)

3L’appréciation stylistique de l’œuvre est problématique, du fait de son mauvais état de conservation et de ses caractéristiques contradictoires. Comme plusieurs auteurs l’ont déjà noté, si l’absence de pieds et de plinthe, ainsi que la rigidité de l’ensemble de la composition, font penser à une date haute, sinon archaïque, du moins de style sévère, la relative souplesse des plis du drapé, et surtout la présence du tronc d’arbre à l’arrière de la statue, paraissent difficiles à admettre avant la seconde moitié du ve s.3. Outre la datation, l’identification même du sexe du personnage représenté est sujette à caution, dans la mesure où la poitrine a disparu. Il est vrai que le serpent est bien l’un des attributs iconographiques d’Hygie, fille d’Asklépios, et comme lui divinité médicale4 ; mais une telle représentation pourrait tout aussi bien renvoyer à Apollon, qui, en tant que citharède, est souvent représenté debout en tunique talaire, dans une attitude calme, et ce, dès l’époque classique5. Il peut aussi être représenté accoudé à un arbre ou accompagné d’un serpent, voire les deux6. Néanmoins, il faut noter que la combinaison d’un Apollon citharède et d’un serpent demeure pour l’instant sans parallèle attesté7. R. Vallois avait aussi proposé l’hypothèse d’une représentation d’Athéna Pronaia, dont l’épiclèse pourrait correspondre au contexte de découverte, à l’en trée du sanctuaire d’Apollon8.

  • 9 Marcadé 1969, p. 44‑45 (qui ne repousse pas totalement, il faut le noter, l’hypothèse de R. Valloi (...)
  • 10 Sur la statue d’Athéna Hygieia de l’Acropole, voir Pline, Hist. Nat. XXXIV 80 ; Plutarque, Périclè (...)
  • 11 Cette dédicace a été mise en relation par A. Hermary avec le procès que les Déliens avaient engagé (...)
  • 12 IG XI 199 A, l. 28, et IG XI 287 A, l. 49.

4Mais l’hypothèse qui s’est imposée est la « conjecture […] tentante » avan cée par J. Marcadé en 1969 et reprise par A. Her mary dans sa publication des sculp­tures archaïques et classiques de Délos9 : s’appuyant notamment sur la présence du serpent, il propose de voir dans cette statue une adaptation en marbre de l’Athéna Hygieia en bronze réalisée par Pyrrhos dans les années 430, dont la base se dresse encore sur l’Acropole d’Athènes, tout près des Propylées (fig. 2)10. Les arguments avancés par J. Marcadé en faveur de cette identification sont les suivants : premièrement, les caractéristiques archaïques de la statue, alliées à des éléments plutôt classiques, font penser à une œuvre archaïsante des années 430‑420 av. J.‑C. ; deuxièmement, la présence combinée du serpent, de l’arbre et d’un personnage en vêtement long, peut renvoyer à l’iconographie d’Athéna Hygieia ; troisièmement, la statue a été découverte près des Propylées du sanctuaire et possédait une base « ronde », tout comme la statue d’Athéna Hygieia de l’Acropole, qui date précisément des années 430‑420 ; et quatrièmement, on a retrouvé à Délos un Hermès dont la base indique qu’il a été érigé juste devant les Propylées en 341‑340 par les Amphictyons athéniens11, et qui ne pourrait, par son emplacement, que rappeler l’Hermès Propylaios dont on sait par Pausanias qu’il se dressait, accompagné d’un groupe de Charites, devant les Propylées de l’Acropole (Pausanias, I 22, 8). Or plusieurs inscriptions déliennes du iiie s. mentionnent un groupe de Charites, situé non loin d’une porte, qui pourrait précisément correspondre aux Propylées du sanctuaire d’Apollon12. Ce faisceau d’indices semble ainsi montrer qu’il y aurait eu, étalée sur un siècle, une volonté de copier ou d’adapter devant les Propylées de Délos certains aspects du programme sculpté de l’entrée de l’Acropole, dans le but d’affirmer la domination athénienne sur le sanctuaire d’Apollon. Ce phénomène aurait été lent, avec d’abord, à la fin du ve s., l’érection d’une Athéna Hygieia en marbre, copie ou adaptation de l’Athéna Hygieia en bronze de Pyrrhos, puis l’érection à un moment indéterminé d’un groupe de Charites, et enfin, en 341‑340, celle de l’Hermès.

Fig. 2 – Base de la statue d’Athéna Hygieia (Acr. 13259), devant les Propylées de l’Acropole d’Athènes.

Fig. 2 – Base de la statue d’Athéna Hygieia (Acr. 13259), devant les Propylées de l’Acropole d’Athènes.

Cl. Rachel Nouet.

  • 13 À propos d’Alcamène, voir W. Müller, « Alkamenes (1) », dans Vollkommer, Künstlerlexikon, p. 24‑26 (...)
  • 14 Hermary 1979, p. 138‑149.

5A. Hermary, qui reprend entièrement cette interprétation, propose même de descendre la date d’érection de la « déesse au serpent » au ive s., au moment de la dédicace de l’Hermès par les Amphictyons. Il y aurait eu ainsi à Délos, à la fin des années 340, un véritable programme monumental destiné à imiter l’Acropole, constitué de l’Hermès, de la statue d’Athéna Hygieia, et peut‑être aussi d’un groupe de Charites, commandé par les Athéniens désireux de marquer leur domination sur le sanctuaire, précisément après que celle‑ci ait été mise en jeu lors du procès delphique de 345 ou 343. Cette interprétation s’appuie également sur la thèse selon laquelle l’Hermès qui se dressait devant les Propylées de l’Acropole était une œuvre d’Alcamène13 ; l’Hermès délien étant justement de type alcaménien (très proche de l’exemplaire de Pergame), on aurait alors à Délos une copie exacte de l’Hermès de l’Acropole, et la plus ancienne copie précisément datée de l’Hermès d’Alcamène14.

  • 15 D’autres éléments paraissent aller incontestablement dans ce sens ; c’est en effet ainsi qu’il fau (...)
  • 16 Par exemple par V. Chankowski, Athènes et Délos à l’époque classique, BEFAR 331 (2008), p. 74‑75. (...)
  • 17 C’est le cas par exemple de Ph. Jockey, « À propos de quelques fragments de statues féminines drap (...)

6Cette thèse d’un groupe reproduisant, imitant ou simplement rappelant l’entrée du sanctuaire athénien à Délos, est importante pour l’étude des relations entre Athènes et Délos à l’époque classique, puisqu’elle fait partie du dossier attestant que la domination athénienne sur le sanctuaire s’est exprimée, sur l’île, par une utilisation de la sculpture comme instrument de propagande15. Elle apparaît d’autant plus importante que le nombre d’œuvres classiques retrouvées à Délos est très faible, alors même qu’à Athènes à la même époque, la représentation plastique de l’idéologie civique connaît son apogée, notamment à travers le programme sculpté de l’Acropole. À ce titre, cette thèse est régulièrement reprise dans l’historiographie délienne, soit comme témoignage d’une propagande sculptée athénienne – même limitée – à Délos à l’époque classique16, soit pour servir de parallèle justifiant l’identification d’autres fragments sculptés déliens comme copies d’œuvres athéniennes classiques17.

7Or, si le raisonnement peut sembler séduisant, il apparaît pourtant particulièrement complexe et mérite un examen approfondi ; qu’on nous permette donc d’en reprendre les arguments un à un afin d’en éprouver la validité, avant de nous concentrer sur la statue de la « déesse au serpent » elle‑même.

  • 18 Marcadé 1969, p. 151‑152, qui a montré que la tête hermaïque A 6558 retrouvée à Délos dans le Pryt (...)
  • 19 Fr. Chamoux, « Hermès Propylaios », CRAI (1996), p. 37‑53. Cet auteur montre que c’est à tort qu’o (...)
  • 20 Idée émise par V. Chankowski (n. 16).

8Tout d’abord, c’est bien la présence conjointe à Délos des deux œuvres, Hermès Propylaios et Athéna Hygieia, copies ou adaptations de statues présentes à l’entrée de l’Acropole, qui accréditerait l’idée d’un tel programme. Or, pour ce qui est de la première œuvre délienne, l’Hermès retrouvé devant les Propylées, l’idée qu’il s’agirait d’une copie de l’Hermès Propylaios mentionné par Pausanias à Athènes a déjà été remise en question, indirectement, par Fr. Chamoux. Il ne semble pas discutable que l’Hermès de Délos soit du même type que celui retrouvé à Pergame, dont l’inscription indique qu’il était une œuvre d’Alcamène18 ; l’Hermès délien est probablement bien une copie d’un original d’Alcamène. Mais rien ne prouve de façon certaine que cet original soit l’Hermès Propylaios athénien mentionné par Pausanias ; Fr. Chamoux a en effet jeté un très sérieux doute sur l’attribution de ce dernier à Alcamène, en soulignant tout particulièrement l’absence de preuve matérielle et textuelle19. En définitive, si la question reste largement débattue, il ne me semble en tout cas plus possible de tenir cette identification pour acquise, et de l’utili­ser comme argument dans le cadre délien. Dans ces conditions, l’Hermès érigé par les Amphictyons devant les Propylées de Délos en 341‑340 est peut‑être bien le fruit d’une volonté d’affirmation de la présence athénienne après le procès de 345 ou 343 ; cependant, il ne s’agissait pas d’imiter une œuvre ornant l’entrée du sanctuaire athénien, mais plutôt d’ériger la copie d’une œuvre d’un célèbre sculpteur athénien du ve s.20.

  • 21 La présence conjointe d’un Hermès et d’une Athéna Hygieia devant les Propylées à Délos est même ex (...)

9Pourtant, la présence d’une représentation d’Athéna Hygieia à Délos est restée un argu­ment pour montrer qu’il y avait, à l’entrée du sanctuaire d’Apollon, sinon des copies, du moins « un groupement étonnamment semblable d’images protectrices », composé d’un Hermès devant des Propylées (même s’il n’était pas la copie de celui d’Athènes) et d’une Athéna Hygieia, copie ou adaptation de celle de l’Acropole (voire de Charites, mais leur présence demeure évanescente), groupement qui ne serait pas « fortuit »21. Revenons donc sur cette seconde statue.

  • 22 B. Holtzmann, L’Acropole d’Athènes. Monuments, cultes et histoire du sanctuaire d’Athéna Polias (2 (...)

10Tout d’abord, d’un point de vue historique, on peut douter de l’intérêt idéologique, pour les Athéniens de la seconde moitié du ive s., de faire réaliser une copie de l’Athéna Hygieia de l’Acropole. En effet, cette divinité, attestée uniquement à Athènes, a vraisemblablement bien reçu un culte sur l’Acropole dans les années 430, organisé autour de la statue de Pyrrhos ; il semble cependant, d’après B. Holtzmann, que ce culte particulier, bien qu’encore attesté dans la seconde moitié du ive s., se soit progressivement étiolé au profit de celui d’Asklépios et de sa fille Hygie, introduit à Athènes dans les années 420, et connaissant un succès considérable au ive s.22. Dans cette optique, si l’on peut encore accepter l’idée de J. Marcadé de situer vers 430 la copie à Délos de la statue d’Athéna Hygieia, dans les années 340 en revanche, elle n’était déjà probablement plus la divinité la mieux susceptible de porter le discours de propagande athénien.

11Mais c’est surtout l’identification même de la « déesse au serpent » de Délos en tant qu’Athéna Hygieia qui est à revoir. Toute identification sur des critères intrinsèques est en effet problématique, comme on l’a dit, dans la mesure où l’état de conservation de la statue est particulièrement mauvais. Il faut ainsi noter l’absence de critères stylistiques et iconographiques réellement déterminants : la datation stylistique varie entre le début et la fin du ve s. (auquel cas il s’agirait d’une statue de style « archaïsant »), voire la seconde moitié du ive s. si on accepte qu’il s’agit d’une copie (et pourquoi alors s’arrêter à la fin du ive s. ?), tandis que la présence du vêtement long, du serpent et de l’arbre autorise aussi bien à y voir une représentation d’Hygie que d’Apollon citharède ; il faut d’ailleurs noter qu’Athéna Hygieia, divinité spécifiquement athénienne, reste quant à elle assez énigmatique du point de vue de son iconographie. En elle‑même, la statue est donc difficile à dater et à identifier avec précision.

  • 23 Hermary 1984, p. 57, reprenant ici R. Bohn (« Zur Basis der Athena Hygieia », MDAI(A) 5 [1880], p. (...)
  • 24 C. Keesling (n. 10), p. 66. C’est aussi, après un examen des traces de fixation des bases délienne (...)

12En outre, il est absolument certain que l’œuvre délienne n’est pas une copie au sens propre de la statue d’Athéna Hygieia de l’Acropole. En effet, les traces de fixation sur le lit d’attente de la base athénienne montrent que la figure, en bronze, se tenait avec la jambe droite comme jambe d’appui, et le pied gauche en retrait sur la pointe, dans une position de pondération polyclétéenne (fig. 3) ; un petit trou devant le pied gauche montre qu’elle tenait un élément rapporté dans la main gauche ; enfin il n’y a aucune trace d’un quelconque élément de décor pouvant correspondre à l’arbre sur lequel s’appuie la statue délienne et qui porte même le fameux serpent. Par ailleurs, aucune trace de vêtement n’est conservée sur la base, ce qui prouve que, même si la statue de bronze était vêtue d’un vêtement long, il ne touchait pas la surface de la base, et ne peut donc se comparer au vêtement particulier de la « déesse au serpent ». La statue de Délos ne présentait donc ni la même position, ni les mêmes attributs que celle de l’Acropole. Tout cela a bien été noté par A. Hermary et l’a conduit à parler d’ « adaptation » du type plutôt que de copie. Il explique en effet ces différences typologiques comme pouvant résulter du simple passage du bronze au marbre. Le tronc d’arbre sur l’œuvre délienne aurait pour fonction de supporter le serpent, ainsi que la statue ; la différence dans la position des pieds résulterait de l’adjonction du tronc d’arbre, et aussi de la disparition des pieds sur la statue de marbre, qui n’empêcherait cependant pas de restituer une position pondérée. Il propose enfin de voir dans le petit trou sur la base athénienne non pas la trace de la fixation d’une lance, mais celle de la queue d’un serpent, tenu dans la main gauche de la statue, et qui se serait dressé au côté d’Athéna23. Cette interprétation n’est cependant pas retenue dans les derniers travaux sur la base d’Athéna Hygieia à Athènes, notamment par C. Keesling, pour qui il ne fait pas de doute que ce petit trou servait à la fixation d’une lance24. Cette idée d’« adaptation » du type me semble en réalité difficilement acceptable au vu des témoignages matériels : il faut avouer que la question d’un rapport de copie ou d’adaptation entre les deux œuvres ne se serait même jamais posée sans l’hypothèse initiale de J. Marcadé.

Fig. 3 – Lit d’attente de la base d’Athéna Hygieia.

Fig. 3 – Lit d’attente de la base d’Athéna Hygieia.

Cl. Rachel Nouet.

  • 25 Ils sont d’ailleurs plutôt utilisés a posteriori par ces deux auteurs, pour justifier un rapport d (...)
  • 26 Hermary 1984, p. 56.

13Les critères d’identification intrinsèques, stylistiques et iconographiques, ne peuvent donc être retenus25 ; en outre, l’Hermès Propylaios, comme l’a montré Fr. Chamoux, ne peut plus être pris en considération pour l’identification de notre « déesse au serpent ». L’identification, et, partant, toute l’idée d’une copie, ou même simplement d’une adaptation d’un modèle athénien pour les Propylées de Délos à l’époque classique, repose donc finalement essentiellement sur trois arguments : 1) la statue délienne est accompagnée d’un serpent, 2) elle se trouvait non loin des Propylées comme la statue athénienne, et 3) elle était dressée elle aussi sur une base ronde, type rare à l’époque clas sique. Un quatrième argument, qui n’apparaît pas chez J. Marcadé, mais qui est pro posé par A. Her mary, est que la fixation, dont « nous ne connais­sons aucun autre exemple en Grèce » pour une statue de marbre, imiterait la fixation de l’original de bronze « en remplaçant les tenons encastrés par des agrafes extérieures »26. Pour ce qui est du premier argument, si la présence du serpent est incontestable, elle n’est pas en soi dirimante, comme on l’a vu. Il convient donc d’examiner de manière plus approfondie la question du type de base, de la fixation, et partant, la question de l’emplacement original de la statue.

  • 27 Un premier exemple, ancien et isolé, de ce type de base pourrait être la base de la statue de cult (...)

14Le type de la base monolithe ronde est très rare à l’époque classique, et se développe surtout à partir de l’époque hellénistique27 ; or aucune des bases rondes attestées et étudiées dans le monde grec ne peut, pour l’instant, fournir de parallèle à la forme exceptionnelle de la base de la « déesse au serpent », avec cette partie inférieure carrée grossièrement taillée, et cette partie supérieure cylindrique lisse (fig. 4). Elle n’a d’ailleurs absolument rien à voir avec la base de l’Athéna Hygieia de l’Acropole, qui est une base ronde moulurée en haut et en bas, simplement taillée de façon rectiligne à l’arrière pour être installée au plus près du stylobate des Propylées orientaux.

Fig. 4 – Base de la statue de la « Déesse au serpent ».

Fig. 4 – Base de la statue de la « Déesse au serpent ».

D’après Hermary 1984, pl. XXV, Fig. 1.

  • 28 H. Gallet de Santerre, La terrasse des lions, le Létoôn et le Monument de granit à Délos, EAD XXIV(...)
  • 29 Il n’est pas à mettre directement en relation avec notre base, car il est de dimensions plus petit (...)

15Cependant, on peut observer à Délos, aux alentours du Monument de granit (GD 54), qui se situe au Nord du sanctuaire d’Apollon et à l’Ouest du Létôon, trois blocs qui ont exactement la même forme, et sensiblement les mêmes dimensions que notre base. Il s’agit de trois blocs monolithiques, composés de la même façon d’un tronc cylindrique surmontant un élément parallélépipédique, sans aucune moulure, qui ont été publiés par H. Gallet de Santerre (fig. 5‑7)28. Un quatrième bloc ayant la même forme (base quadrangulaire surmontée d’une partie circulaire) mais des dimensions plus réduites, se trouve actuellement au Sud‑Est des Propylées, aux alentours du lieu de découverte de notre base et de la statue (fig. 8)29.

Fig. 5 – Base de colonne no 42, trouvée dans le magasin D du Monument de granit.

Fig. 5 – Base de colonne no 42, trouvée dans le magasin D du Monument de granit.

Cl. Rachel Nouet.

Fig. 6 – Base de colonne no 43, trouvée devant le magasin A.

Fig. 6 – Base de colonne no 43, trouvée devant le magasin A.

Cl. Rachel Nouet.

Fig. 7 – Base de colonne no 44, trouvée aux alentours du Monument de granit.

Fig. 7 – Base de colonne no 44, trouvée aux alentours du Monument de granit.

Cl. Rachel Nouet.

Fig. 8 – Base de colonne, actuellement au Nord‑Est des Propylées.

Fig. 8 – Base de colonne, actuellement au Nord‑Est des Propylées.

Cl. Rachel Nouet.

16Le tableau (tabl. 1) ci‑dessous donne les dimensions respectives (en mètres) de chacun des trois premiers blocs, telles que données par H. Gallet de Santerre, ainsi que celles de la base de la « déesse au serpent ».

Tableau 1 – Dimensions comparées des blocs retrouvés près du Monument de granit et de la base de la déesse au serpent.

Haut. totale Partie cylindrique Partie rectangulaire
Haut. Diam. Haut. Larg.
no 42 (fig. 5) 0,283 0,143 0,575 0,14 cassé
no 43 (fig. 6) 0,26 0,135 0,57 0,125 0,615/0,62
no 44 (fig. 7) 0,285 0,155 0,57 0,13 0,615
Base déesse (fig. 4) 0,22 0,12 0,60 0,10 0,66/0,62

17Le dernier bloc (no 44, fig. 7) présente deux mortaises rectangulaires, mais qui sont placées sur le lit supérieur de la partie rectangulaire du bloc, et non sur le lit d’attente, et ne peuvent donc être reliés à la fixation d’une statue. En réalité, aucun de ces blocs ne portait de statue, puisqu’aucun d’entre eux ne présente de trace de fixation de ce type sur le lit d’attente. Il s’agit vraisemblablement de bases de colonnes, comme les interprète H. Gallet de Santerre, le diamètre de leur partie cylindrique correspondant à celui des colonnes non cannelées dont on a retrouvé les fragments aux alentours ; elles n’ont cependant jamais encore été mises en relation avec la base de la statue de « la déesse au serpent », qui pourtant présente les mêmes caractéristiques.

  • 30 H. Gallet de Santerre (n. 28), p. 106, indique la période de la seconde domination athénienne, ent (...)
  • 31 Pour ce qui est des bases près du Monument de granit, on pourrait penser à des bases de colonnes a (...)

18Ces parallèles montrent que cette dernière était à l’origine probablement elle aussi une base de colonne non cannelée, et qu’elle n’a été remployée que dans un second temps seulement comme base de statue. Il n’est malheureusement pas possible, dans l’état actuel de la documentation, de proposer une chronologie fiable pour ce type de base de colonne, qui n’a semble‑t‑il pas été étudié. En outre, si le Monument de granit (GD 54) est daté de la période de la seconde domination athénienne, l’appartenance même de ces bases de colonne au monument est sujette à caution30. Cependant, ces parallèles nous permettent d’affirmer que le type de base utilisé pour la « déesse au serpent » ne peut être un argument pour la rapprocher de l’Athéna Hygieia de l’Acropole : non seulement la forme de la base est radicalement différente, mais il s’agit du remploi d’un type de base de colonne qu’on retrouve ailleurs à Délos, et que les seuls éléments de datation tendraient plutôt à placer au iie s. av. J.‑C. Ce remploi avéré pour la base jette dans le même temps un doute sur l’emplacement de la statue devant les Propylées : si la base n’est pas d’origine, rien ne prouve que la statue se dressait à l’époque classique à cet endroit. Surtout, il semble difficile d’imaginer que cette statue ait été, à l’époque classique, et dans le cadre d’un programme sculpté de l’importance de celui postulé par J. Marcadé, érigée sur une base remployée aussi fruste, quand bien même on accepterait de faire remonter ce type de base de colonne à une époque aussi haute (ce que rien n’indique)31.

  • 32 Il s’agit de la base E 45, qui se trouve actuellement derrière le mur Nord de la Salle hypostyle ((...)

19Non seulement la forme de la base est sans parallèle typologique en tant que support de statue, ce qui est lié au remploi dont on vient de parler, mais la technique de fixation est elle aussi un hapax (supra, fig. 4). On ne peut relier cette particularité au remploi, car en géné­ral, les blocs remployés pour servir de base de statue présentent des traces de fixation « canoniques », typiques du matériau de la statue. Pour en proposer un seul exemple, la base signée par Agasias d’Éphèse et retrouvée en construction dans un mur de la Salle hypostyle de Délos, était en réalité une base de colonne ionique attique, remployée pour supporter une statue de marbre ; elle présente une simple cavité d’encastrement sur le lit d’attente pour recevoir la plinthe de la statue, comme n’importe quelle base de statue de marbre32.

  • 33 Hermary 1984, pl. XXV, fig. 1.
  • 34 La cavité d’encastrement pour statue de marbre correspond normalement aux dimensions de la plinthe (...)
  • 35 Il faudrait avoir accès au lit de pose de la statue pour savoir s’il présente lui aussi un trou cy (...)

20Or, comme on l’a dit, notre statue ne présente ni tenon de marbre (technique de fixation ancienne, utilisée par exemple sur la koré de Nikandrè) ni plinthe (technique la plus courante à partir du vie s. et jusqu’aux époques les plus récentes) qui auraient pu être insérés dans une cavité sur la base ; la base retrouvée ne présente d’ailleurs pas de cavité d’encastrement pour recevoir cette plinthe. On peut voir cependant sur la photographie publiée par A. Hermary (reproduite ici fig. 4) une mortaise circulaire au centre du lit d’attente de la base33 ; je n’ai pas pu en mesurer les dimensions, mais elle paraît particulièrement étroite et profonde, ce qui ne correspond pas à une cavité d’encastrement « normale »34. Soit cette mortaise a servi à recevoir un tenon circulaire en métal ou en bois sous la statue, soit elle est liée au premier usage de la base35. En périphérie du vêtement, on peut voir sur le lit d’attente les mortaises de quatre goujons plats verticaux de petite taille, probablement rectangulaires, avec le petit côté dirigé vers la statue, qui correspondent à des mortaises étroites creusées dans les plis du vêtement (fig. 4, 9). Ces quatre goujons demeuraient visibles une fois la statue en place, mais ils étaient légèrement cachés par les plis du vêtement (et probablement par la peinture qui devait recouvrir la statue). Il semble donc que la statue ait d’abord été installée sur la base, puis qu’on ait creusé les cavités dans les plis du vêtement et sur le lit d’attente, pour ensuite insérer de l’extérieur les petits goujons, et les fixer avec du plomb (ou l’inverse, à savoir couler du plomb dans les cavités avant d’insérer les goujons) ; en effet, les petites mortaises sur la base sont en pente, plus profondes près de la statue. Plutôt que pour en empêcher l’arrachement, ce système semble surtout avoir été conçu pour éviter le déplacement latéral de la statue et son basculement, étant donné l’étroitesse de la surface de pose.

Fig. 9 – « Déesse au serpent » : trou antérieur gauche, pour goujon plat extérieur, avec restes de plomb.

Fig. 9 – « Déesse au serpent » : trou antérieur gauche, pour goujon plat extérieur, avec restes de plomb.

Cl. Rachel Nouet.

  • 36 Ce que propose, un peu rapidement, Hermary 1984, p. 56.
  • 37 Ce n’était cependant pas la seule technique utilisée à cette époque. En effet, les deux statues de (...)
  • 38 C’est ce que montre la statue de l’Aurige de Delphes, qui, comme on le voit sur la photographie pu (...)

21Il n’est pas possible d’expliquer cette technique unique en son genre par une volonté d’imiter la fixation d’une statue de bronze36, car le type de fixation n’a absolument rien de commun. On a, il est vrai, une fixation de statue par des pièces métalliques rapportées (et peut‑être par un tenon central, mais cela n’est pas assuré), sans plinthe et sans cavité d’encastrement ; mais le parallèle s’arrête là. Ces pièces sont disposées à la périphérie de la statue, et non sous la surface en contact avec la base, comme on devrait s’y attendre. L’étude des bases de statues de bronze et des pieds des statues conservées montre qu’elles pouvaient certes, jusqu’au troisième quart du ve s., être fixées par des pièces métalliques rapportées37, mais que celles‑ci étaient placées sous les pieds de la statue (une sous le talon, ou une sous le talon et une sous la pointe), ou bien sous le vêtement long dans le cas d’une figure vêtue (technique qu’on retrouve cette fois pendant toute l’époque hellénistique) ; il n’y a pas d’exemple d’un éventuel tenon/goujon central accompagné de goujons placés, comme ici, de façon visible à l’extérieur. De plus, les rares goujons de fixa­tion de statues de bronze conservés sont de section rectangulaire ou ronde, mais tous sont des tiges de métal de taille relativement importante38, et non des pièces aplaties de petite taille, comme c’est le cas ici (fig. 9). L’hypothèse d’un artisan spécialisé dans le bronze et peu habitué au marbre qui aurait importé une technique d’un matériau à l’autre est peu crédible : d’une part, comme on l’a vu, les techniques sont vraiment différentes ; d’autre part, on ne saurait alors expliquer la réalisation en marbre de la statue elle‑même. C’est bien plutôt une volonté délibérée d’imitation d’un mode de fixation propre aux bronzes que propose A. Hermary ; or il ne me semble y avoir aucune raison pour qu’un artisan ait recours volontairement à une technique adaptée à un autre matériau que celui utilisé, dans la mesure où les fixations restaient largement invisibles au spectateur et étaient surtout choisies en fonction de critères techniques. Ce serait d’autant plus étonnant d’aller jusqu’à imiter ce trait inapparent que la statue délienne n’était même pas une copie fidèle de celle de l’Acropole.

  • 39 Je tiens à remercier ici M. Raphaël Jacob pour m’avoir indiqué ces parallèles, ainsi que pour ses (...)
  • 40 J. Pouilloux, G. Roux, Énigmes à Delphes (1963), p. 123‑149, avec un dessin du lit d’attente du bl (...)
  • 41 Sur les Caryatides et le « baldaquin » au Sud de l’Érechthéion où elles figurent, voir H. Lauter, (...)

22Si l’on veut trouver des parallèles à ce type de fixation, il semble qu’il faille plutôt chercher dans le domaine de la sculpture architecturale en marbre39. On remarque en effet une technique semblable sur la fameuse colonne des danseuses de Delphes. Sur le lit d’attente du bloc de la dernière assise de la base, on peut voir sept trous de goujons rectangulaires, deux grands placés sur un même axe perpendiculaire au petit côté, plutôt au centre du bloc, et quatre plus petits, placés à la péri­phérie d’un cercle entourant les deux premiers ; un dernier trou se situe près de l’angle de la pierre. Les deux goujons centraux ont en fait servi à la fixation du premier tambour de la colonne, tandis que les petits en périphérie étaient destinés à bloquer les feuilles d’acanthe sculptées contre ce tambour40. On a donc ici un parallèle très intéressant de fixation par des goujons rectangulaires placés à l’extérieur d’une pièce de marbre pour la coincer latéralement, même s’il faut noter que l’utilisation de cette technique se justifie dans ce cas par le fait que les feuilles d’acanthe étaient des pièces rapportées sur un tambour déjà fixé. Quant à l’absence de plinthe, on pourrait invoquer un deuxième parallèle, toujours dans la sculpture architecturale en marbre : les Caryatides de l’Érechthéion. Ces figures, qui supportent l’entablement du baldaquin Sud de ce temple, sont en effet montées chacune sur une base séparée de très faible hauteur placée sur la balustrade, mais ne sont pas non plus munies de plinthes, de même que leurs bases ne sont pas munies de cavité d’encastrement ; elles sont en réalité installées de la même façon que des colonnes, leur fût fixé à la base par un goujon rectangulaire central rapporté41.

  • 42 Les difficultés d’accès au lit de pose de la statue, aujourd’hui remontée sur la base, ne permette (...)

23Ainsi, il semble que nous soyons plutôt en présence d’un travail technique propre à l’architecture sculptée en marbre plutôt qu’à la sculpture de bronze. Pour expliquer ces caractéristiques étonnantes, on pourrait faire l’hypothèse d’une réparation, réalisée par un ou des artisans spécialisés dans la sculpture architecturale : l’absence de pieds et l’absence de plinthe sur la statue pourraient être à relier au remploi avéré de la base. Dans cette optique, la statue aurait été dans un premier temps sculptée avec une plinthe, qui aurait été insérée de façon normale dans une cavité d’encastrement taillée sur le lit d’attente d’une base ; un accident, survenu alors que la statue était en place, l’aurait brisée au niveau des pieds, et aurait rendu la base d’origine inutilisable ; on aurait donc retaillé la partie basse de la statue pour obtenir une surface plane, puis on aurait utilisé une base de colonne pour la dresser, base avec laquelle on l’a découverte. L’avantage de cette proposition est qu’elle permettrait d’expliquer l’étrangeté de la technique utilisée, et sa maladresse : l’utilisation d’une base de colonne et le type de fixation choisie indiqueraient que les artisans responsables de cette réparation n’étaient pas spécialisés dans la sculpture, mais plutôt dans l’architecture. Il faut cependant souligner qu’on manque de parallèles attestant le recours à ce type de réparation dans l’Antiquité42. Les quelques exemples mentionnés ci‑dessus pointent en tout cas vers la sculpture architecturale, sans permettre pour l’instant d’explication globale satisfaisante.

  • 43 Voir supra n. 32.

24Quoi qu’il en soit, l’érection de la statue sur cette base ne se laisse pas dater aisément. La base de colonne servant de support à la statue est, comme on l’a montré, à mettre en rapport avec d’autres blocs du même type trouvés à Délos aux alentours du Monument de granit datant probablement de la période de la seconde domination athénienne, et plutôt de la fin du iie s. ; mais ces blocs eux‑mêmes pourraient appartenir à un monument voisin plus ancien, bien qu’il soit difficile de déterminer lequel43. On ne saurait donc être catégorique quant à la date d’érection de la statue de la « déesse au serpent » devant les Propylées ; la statue est effectivement probablement ancienne, peut‑être du ve s., mais il est assuré que l’état découvert n’est pas son état d’origine.

25Ainsi, on a pu mettre en doute les arguments avancés pour proposer l’identification de la « déesse au serpent » comme copie ou adaptation de l’Athéna Hygieia de l’Acropole : la base « ronde » avec laquelle la statue a été découverte n’est probablement pas sa base d’origine, et ne saurait justifier ce rapprochement ; cette base est en réalité une base de colonne remployée, tandis que la statue elle‑même avait probablement fait l’objet d’une première érection sur une autre base ; la technique de fixation ne saurait être comprise comme l’imitation de la fixation d’une statue de bronze. Finalement, c’est l’emplacement original de la statue lui‑même qui peut être mis en doute : rien ne prouve qu’avant cette nouvelle érection, la statue se trouvait même devant les Propylées du sanctuaire. Dans ces conditions, le rapprochement avec l’Athéna Hygieia de l’Acropole est des plus hasardeux ; seule la présence du serpent et du vêtement long pourrait renvoyer à cette divinité, mais, on l’a vu, Apollon constitue un candidat tout aussi valable.

26Alors que de sérieux doutes ont déjà été émis quant à l’idée que l’Hermès des Propylées déliens ait été une copie de l’Hermès Propylaios athénien, l’examen de la base et de la technique de fixation de la « déesse au serpent » de Délos invalide, à mon sens, les arguments qui permettaient d’en faire une imitation, ou même une adaptation, de l’Athéna Hygieia de l’Acropole. Si la dédicace d’un Hermès de type alcaménien par les Amphictyons athéniens devant les Propylées déliens à la fin des années 340 peut être interprétée comme une volonté d’afficher leur domination, il faut renoncer à l’idée d’une imitation du programme sculpté de l’Acropole. Ce groupe statuaire ne peut donc plus être avancé pour attester la présence athénienne dans le sanctuaire ; les traces de la domination athénienne à l’époque classique doivent être cherchées ailleurs. Quant à la « déesse au serpent », elle semble destinée pour l’heure à garder ses mystères.

Haut de page

Bibliographie

AHHD I = R. Vallois, L’architecture hellénique et hellénistique à Délos jusqu’à l’éviction des Déliens (166 av. J.‑C.). I : Les monuments, BEFAR 157 (1944).

DAA = A. E. Raubitschek, Dedications from the Athenian Akropolis. A Catalogue of the Inscriptions of the Sixth and Fifth Centuries B.C. (with the collaboration of L. H. Jeffery), Supplementum Inscriptionum Atticarum VII (1949).

GD = Ph. Bruneau, J. Ducat, Guide de Délos4 (2005).

Hermary 1979 = A. Hermary, « À propos de l’Hermès Propylaios de Délos », BCH 103, p. 137‑149.

Hermary 1984 = A. Hermary, La sculpture archaïque et classique, EAD XXXIV.

Jacob-Felsch 1969 = M. Jacob-Felsch, Die Entwicklung griechischer Statuenbasen und die Aufstellung der Statuen.

Marcadé 1969 = J. Marcadé, Au musée de Délos. Étude sur la sculpture hellénistique en ronde bosse découverte dans l’île, BEFAR 215.

Mélanges Daux = Mélanges helléniques offerts à G. Daux (1974).

Vollkommer, Künstlerlexikon = R. Vollkommer (dir.), Künstlerlexikon der Antike, 1‑2 (2001‑2004).

Haut de page

Notes

1 Notre monument porte le no 44, juste devant le petit monument no 43, sur le plan du dromos dressé par R. Vallois, Le portique de Philippe, EAD VII (1923), pl. IX ; on peut voir en photographie la statue en place sur le site, ibid., fig. 22, p. 27.

2 Dimensions (en mètres) : haut. totale 0,22 ; partie cylindrique : haut. 0,12 ; diam. 0,60 ; partie rectangulaire : haut. 0,10 ; côté 0,66/0,62.

3 Th. Homolle, lors de la découverte de la statue, jugeait l’œuvre « archaïque » (Archives des Missions Scientifiques 7 [1881], p. 69), tandis que R. Vallois (AHHD I, p. 66, n. 3) indique qu’E. Langlotz considérait en 1928 que son style était antérieur à 450 av. J.‑C. J. Marcadé écrit que « le socle carré taillé en disque à sa partie supérieure, l’absence de plinthe, la rigidité de l’attitude suggéreraient une date assez ancienne (vers 470) », mais il estime, étant donné les éléments classicisants, qu’il s’agit plutôt d’une œuvre archaïsante des années 430‑420 (Marcadé 1969, p. 44). A. Hermary propose quant à lui d’y voir une adaptation, dans les années 340, d’un original des années 430‑420, interprétation qui repose sur la reconstitution qu’il propose de l’histoire de l’aménagement des Propylées déliens (Hermary 1984, p. 55‑58).

4 À l’époque classique, on trouve en effet des représentations d’Hygie en lien avec un arbre et un serpent. Ainsi, un relief de la seconde moitié du ive s. la représente accompagnée d’un serpent associé à un arbre ; voir LIMC V (1990), s.v. « Hygieia », no  34. Un autre relief de la même époque la montre appuyée simplement contre un arbre ; voir LIMC V (1990), s.v. « Hygieia », no 33.

5 Sur les représentations d’Apollon en citharède, voir en dernier lieu M. Flashar, Apollon Kitharodos. Statuarische Typen des musischen Apollon (1992), p. 14‑103.

6 On ne dispose pas de représentations classiques d’Apollon accoudé à un arbre avec un serpent ; mais la conjonction des deux éléments iconographiques existe sur des adaptations tardives de types classiques. Une adaptation tardive du type de l’Apollon Lykeios le montre accoudé à un tronc sur lequel est enroulé un serpent ; LIMC II (1984), s.v. « Apollon », no 39f ; voir aussi LIMC II (1984), s.v. « Apollon », no 200i, qui montre un Apollon citharède accoudé à un tronc où monte un serpent, copie d’un original probablement du ve s. Pour des exemples déliens d’Apollon accoudé ou accompagné d’un serpent, voir Marcadé 1969, p. 172‑173 (Apollon accoudé à un arbre) ; ibid., p. 186‑187 (statue A 4121 ; c’est d’ailleurs le serpent accompagnant cette statue qui permet de l’identifier comme Apollon, alors même qu’elle a été retrouvée dans la chapelle dionysiaque GD 81).

7 Hermary 1984, p. 56, n. 3. Lorsqu’il est accompagné d’un serpent, Apollon n’apparaît généralement pas vêtu, mais nu, ou demi‑vêtu, comme c’est le cas pour la statue A 4121 de Délos, s’il s’agit bien d’Apollon. Pour d’autres exemples de représentations d’Apollon accompagné d’un serpent, voir LIMC II (1984), s.v. « Apollon », p. 230‑231, nos 371‑377, pl. 213.

8 AHHD I, p. 66, n. 3 ; celui‑ci se fonde pour cette proposition sur un texte de Macrobe qui suggère l’existence d’un naos d’Athéna Pronaia à Délos (Saturnales, I 17, 54). Selon Ph. Bruneau (Recherches sur les cultes de Délos à l’époque hellénistique et à l’époque impériale [1970], p. 249), l’existence d’un temple d’Athéna Pronaia à Délos est cependant douteuse.

9 Marcadé 1969, p. 44‑45 (qui ne repousse pas totalement, il faut le noter, l’hypothèse de R. Vallois, AHHD I, p. 66, n. 3) ; Hermary 1984, p. 56‑58.

10 Sur la statue d’Athéna Hygieia de l’Acropole, voir Pline, Hist. Nat. XXXIV 80 ; Plutarque, Périclès, 13, 7. La base de la statue a été retrouvée, et se trouve encore en place contre une colonne au Sud‑Est des Propylées : il s’agit de la base Acr. 13259, qui porte une dédicace des Athéniens à Athéna Hygieia et la signature du sculpteur Pyrrhos (Ch. Picard, Manuel d’archéologie grecque. La Sculpture II : période classique-ve s. [1939], p. 547‑451 ; DAA n166, avec bibliographie ; pour une photographie, voir C. Keesling, « Misunderstood Gestures : Iconatrophy and the Reception of Greek Sculpture in the Roman Imperial Period », ClAnt 24 [2005], fig. 3‑4).

11 Cette dédicace a été mise en relation par A. Hermary avec le procès que les Déliens avaient engagé devant l’Amphyctionie delphique pour retirer le contrôle du sanctuaire aux Athéniens en 345 ou en 343 ; ces derniers, ayant obtenu gain de cause, auraient alors dédié l’Hermès devant les Propylées déliens pour réaffirmer leur domination (Hermary 1979, p. 146).

12 IG XI 199 A, l. 28, et IG XI 287 A, l. 49.

13 À propos d’Alcamène, voir W. Müller, « Alkamenes (1) », dans Vollkommer, Künstlerlexikon, p. 24‑26. La thèse selon laquelle l’Hermès retrouvé à Pergame, que son inscription attribue à Alcamène, et qui est appelé τὸν πρὸ πυλῶν, serait une copie de l’Hermès Propylaios mentionné par Pausanias devant l’Acropole d’Athènes, a été pour la première fois émise par A. Conze (« Hermès propylaios », Sitzungsberichte der Berliner Akademie [1904], p. 69‑71), et a été largement reprise et approfondie depuis, notamment par J. Bousquet (BCH 80 [1956], p. 567‑573). Un autre Hermès a été retrouvé à Éphèse, portant lui aussi une inscription indiquant qu’il s’agissait d’une copie d’une œuvre d’Alcamène, mais il est d’un type différent ; à ce propos, voir C. Praschniker, « Der Hermes des Alkamenes in Ephesos », JÖAI 29 (1935), p. 23‑31, fig. 20‑24. Ces deux types ont été abondamment copiés à la fin de l’époque hellénistique. L’étude la plus poussée allant dans le sens de cette attribution de l’Hermès Propylaios à Alcamène (et traitant du problème des deux types de styles différents et de leurs nombreuses copies) est celle de D. Willers (« Zum Hermes Propylaios des Alkamenes », JDAI 82 [1967], p. 37‑109). Cette thèse est encore reprise plus récemment par A. Stewart, « Alkamenes at Ephesos and Athens », ZPE 143 (2003), p. 101‑103, pour qui Alcamène avait en fait réalisé deux Hermès, l’un pour Athènes, dont on aurait retrouvé la copie à Pergame, et l’autre pour Éphèse, dont on a retrouvé la copie à Éphèse.

14 Hermary 1979, p. 138‑149.

15 D’autres éléments paraissent aller incontestablement dans ce sens ; c’est en effet ainsi qu’il faut interpréter les acrotères sculptés du temple des Athéniens, dont la thématique mythologique doit vraisemblablement être reliée à Athènes (Borée enlevant Orithyie à l’Est, et Éos enlevant Képhalos à l’Ouest) ; voir Hermary 1984, p. 23‑42.

16 Par exemple par V. Chankowski, Athènes et Délos à l’époque classique, BEFAR 331 (2008), p. 74‑75. Si cette dernière retient les objections de Fr. Chamoux à la thèse d’A. Hermary, que l’on va voir ci‑après, elle accepte l’idée d’un programme à l’athénienne des Propylées déliens, et admet que la « déesse au serpent » renvoyait à l’Athéna Hygieia de l’Acropole.

17 C’est le cas par exemple de Ph. Jockey, « À propos de quelques fragments de statues féminines drapées retrouvés au cours des fouilles de Délos », BCH 117 (1993), p. 466‑467.

18 Marcadé 1969, p. 151‑152, qui a montré que la tête hermaïque A 6558 retrouvée à Délos dans le Prytanée était pratiquement identique à celle, plus endommagée, de l’Hermès des Propylées du sanctuaire ; toutes deux se rattachent au type de Pergame, comme l’a montré Hermary 1979.

19 Fr. Chamoux, « Hermès Propylaios », CRAI (1996), p. 37‑53. Cet auteur montre que c’est à tort qu’on a interprété l’expression de l’inscription de Pergame Ἑρµᾶν τὸν πρὸ πυλῶν comme étant l’équivalent de l’épiclèse Προπύλαιον, ce qui autorisait à postuler l’identité de l’Hermès d’Alcamène et de l’Hermès Propylaios de l’Acropole, alors même que Pausanias attribue ce dernier à Sokratès, fils de Sophroniskos. Avant lui, E. B. Harrison, The Athenian Agora XI : Archaic and Archaistic Sculpture (1965), p. 122‑124, avait déjà elle aussi remis en cause cette attribution de l’Hermès Propylaios athénien à Alcamène, mais en montrant que l’épithète « Propylaios » était largement utilisée pour caractériser des divinités gardant des portes, et n’était pas réservée au seul Hermès de l’Acropole. La remise en cause la plus récente de la théorie d’A. Conze est celle de J. E. Francis, « Re‑writing Attributions : Alkamenes and the Hermes Propylaios », dans K. J. Hartswick, M. C. Sturgeon (dir.), Stephanos, Studies in honor of Brunilde Sismondo Ridgway (1998), p. 61‑68, mais sur d’autres arguments moins convaincants, et elle est elle‑même réfutée à juste titre par A. Stewart, « Alkamene’s two herms again », ZPE 145 (2003), p. 107‑108.

20 Idée émise par V. Chankowski (n. 16).

21 La présence conjointe d’un Hermès et d’une Athéna Hygieia devant les Propylées à Délos est même explicitement utilisée comme argument pour accréditer l’idée que l’Hermès des Propylées déliens aurait tout de même un lien, quel qu’il fût, avec l’Hermès Propylaios d’Athènes : on le voit dans l’intervention de J. Marcadé après la communication de Fr. Chamoux (n. 19), p. 54‑55, ainsi que chez A. Stewart (n. 13), p. 103.

22 B. Holtzmann, L’Acropole d’Athènes. Monuments, cultes et histoire du sanctuaire d’Athéna Polias (2003), p. 177‑178. Sur la spécificité de l’Athéna Hygieia athénienne, voir LIMC V (1990), s.v. « Hygieia », p. 554‑555. Ce culte est attesté dès le vie s. par la dédicace à Athéna Hygieia d’un vase signé par Callias (P. Wolters, « Zur Athena Hygieia des Pyrrhos », MDAI[A] 16 [1891], p. 153‑165, pl. 6). Vers 430, peut‑être à la suite d’une guérison miraculeuse mentionnée par Plutarque (Vie de Périclès, 13, 13), les Athéniens (et non Périclès comme l’indique Plutarque) ont fait ériger, comme simple offrande à l’origine, la statue de bronze de Pyrrhos ; très rapidement, cette statue a apparemment fait l’objet d’un culte, puisqu’on a retrouvé autour de la base une table à offrandes et un autel, ainsi que d’autres objets votifs. Mais la présence d’une statue d’Hygie mentionnée par Pausanias (I 23, 4) aux côtés d’Athéna Hygieia indique que le succès du culte d’Asklépios associé à sa fille Hygie à Athènes a dû progressivement éclipser celui d’Athéna Hygieia, même si ce dernier est encore attesté dans la seconde moitié du ive s. (IG II2 334, l. 9).

23 Hermary 1984, p. 57, reprenant ici R. Bohn (« Zur Basis der Athena Hygieia », MDAI(A) 5 [1880], p. 332), qui considérait que le trou pour l’élément rapporté ne pouvait pas correspondre à la fixation de la hampe d’une lance, et proposait d’y voir une trace de remploi tardif du bloc.

24 C. Keesling (n. 10), p. 66. C’est aussi, après un examen des traces de fixation des bases déliennes, delphiennes, et athéniennes, mon avis ; le trou a vraisemblablement été usé et élargi par l’érosion. Dans cette interprétation, la reconstitution du type qui semble le mieux convenir aux traces de fixation serait celle de l’Athéna Hope-Farnese ; voir F. Studniczka, AA 14 (1899), p. 134‑135 ; I. Leventi, Hygieia in Classical Greek Art (2003), p. 39‑45.

25 Ils sont d’ailleurs plutôt utilisés a posteriori par ces deux auteurs, pour justifier un rapport déjà établi entre les deux œuvres.

26 Hermary 1984, p. 56.

27 Un premier exemple, ancien et isolé, de ce type de base pourrait être la base de la statue de culte de l’Héraion de Samos, liée au premier hekatompedon de la fin du viie s. (Jacob-Felsch 1969, Kat. II, no 23, et p. 26). On dispose de quelques exemples de bases rondes monolithiques pour le ve s. : Jacob-Felsch 1969, Kat. II, no 24, no 25, no 26, no 27 (base d’Athéna Hygieia) ; DAA 162 et 167. Pour le ive s., Jacob-Felsch 1969, p. 50, n. 156, mentionne seulement deux bases moulurées (O. Walter, Beschreibung der Reliefs im kleinen Akropolis-museum in Athen [1923], no 395, p. 188, et DAA 164) ; on peut y ajouter, à Athènes, la base de Lysimachè (IG II2 3453), ainsi qu’à Delphes, la base de Damaios (A. Jacquemin, Offrandes monumentales à Delphes [1999], no 221), et à Délos, la base de Krinô (ID 53). À partir du iiie s., ces bases se multiplient : voir Jacob-Felsch 1969, p. 78 et p. 91, n. 286‑287 (13 exemples pour la période hellénistique) ; I. Schmidt, Hellenistische Statuenbasen (1995), Kat. II, nos 1‑23 (23 exemples).

28 H. Gallet de Santerre, La terrasse des lions, le Létoôn et le Monument de granit à Délos, EAD XXIV (1959), p. 97, nos 42‑44. Ils se trouvent aujourd’hui à la même place, à savoir, pour le premier (no 42), dans le magasin D du Monument de granit, pour le deuxième (no 43) devant le magasin A (phot. : ibid., pl. LXXXI, 165), et le troisième (no 44), dans la rue à l’Est du monument.

29 Il n’est pas à mettre directement en relation avec notre base, car il est de dimensions plus petites, mais le diamètre de sa partie supérieure correspond à celui des colonnes non cannelées monolithiques qui se trouvent à proximité ; cette base était donc vraisemblablement elle aussi une base de colonne. Elle présente de plus une mortaise circulaire en son centre, munie d’un canal de coulée, qui correspond aux mortaises circulaires qui se retrouvent sur le lit de pose des colonnes monolithiques voisines.

30 H. Gallet de Santerre (n. 28), p. 106, indique la période de la seconde domination athénienne, entre 166 et les premières années du ier s. av. J.‑C, et plutôt la fin du iie s. Le même auteur signale que G. Leroux, qui est à l’origine du rapprochement avec les colonnes non cannelées, pensait qu’elles n’appartenaient pas au Monument de granit, mais selon lui il est alors difficile de savoir de quel monument elles pourraient provenir (ibid., p. 97).

31 Pour ce qui est des bases près du Monument de granit, on pourrait penser à des bases de colonnes archaïques provenant du Létoôn (GD 53) ou du temple des douze dieux (GD 51), mais le premier ne présentait, d’après les restitutions, que deux colonnes séparant le naos et le pronaos, et le second était apparemment dorique.

32 Il s’agit de la base E 45, qui se trouve actuellement derrière le mur Nord de la Salle hypostyle (GD 50) ; Ch. Picard, BCH 34 (1910), p. 544, no 11 ; J. Marcadé, Recueil des signatures de sculpteurs grecs II (1957), 7 ; Jacob-Felsch 1969, Kat. II, no 30.

33 Hermary 1984, pl. XXV, fig. 1.

34 La cavité d’encastrement pour statue de marbre correspond normalement aux dimensions de la plinthe : elle est donc large, de forme irrégulière et relativement peu profonde.

35 Il faudrait avoir accès au lit de pose de la statue pour savoir s’il présente lui aussi un trou cylindrique, ou un tenon taillé dans le marbre ; cela n’a en tout cas à aucun moment été mentionné dans les publications. Dans les autres exemples de fixation par tenon (et l’exemple le plus proche serait celui de la statue de Nikandré), celui‑ci correspond à la largeur de la statue, et n’apparaît jamais aussi parfaitement cylindrique que ce qu’indique la cavité sur notre base. Il me semble au final que cette mortaise était plutôt liée à sa fonction première, à savoir un support de colonne, car elle ressemble fortement à la mortaise qu’on retrouve sur la base de colonne déjà citée, de dimensions plus petites, qui se trouve à l’Est des Propylées (fig. 8) ; celle‑ci est cependant munie d’un canal de coulée.

36 Ce que propose, un peu rapidement, Hermary 1984, p. 56.

37 Ce n’était cependant pas la seule technique utilisée à cette époque. En effet, les deux statues des guerriers de Riace présentaient lors de leur découverte des sortes de « sabots » de plomb, sous la pointe et sous le talon, ou seulement sous le talon, mais dans lesquels on n’a pas retrouvé de trace de tige métallique ; la présence de deux trous de fixation par pied sur une base n’indique donc pas nécessairement la présence d’un goujon de métal rapporté. À ce propos, voir E. Formigli, « La tecnica di costruzione delle statue di Riace », dans G. B. Triches (dir.), Due bronzi da Riace : rinvenimento, restauro, analisi e ipotesi di interpretazione, Bollettino d’arte sér. spé. III (1984), p. 107‑142. À partir de la fin du ve s., on fixera les statues par des semelles, c’est‑à‑dire simplement du plomb remplissant entièrement la cavité du pied, et s’ancrant dans une cavité allongée sur le lit d’attente de la base.

38 C’est ce que montre la statue de l’Aurige de Delphes, qui, comme on le voit sur la photographie publiée par Fr. Chamoux, L’Aurige, FD IV.5 (1955), pl. II, fig. 1, avait conservé, lors de sa découverte, un goujon métallique de section carrée à la pointe du pied gauche. Par ailleurs, plusieurs bases de la fin du vie ou du début du ve s., ont conservé dans les mortaises de scellements des restes de la tige métallique qui s’insérait dans le pied de la statue : on trouve ainsi des tiges circulaires pleines (base de Léobios, DAA 88), ou creuses (base dite des « Tarentins du bas » à Delphes, Jacquemin 1999, no 456).

39 Je tiens à remercier ici M. Raphaël Jacob pour m’avoir indiqué ces parallèles, ainsi que pour ses diverses réflexions sur ce problème.

40 J. Pouilloux, G. Roux, Énigmes à Delphes (1963), p. 123‑149, avec un dessin du lit d’attente du bloc en question (p. 126, fig. 29). Sur le monument, voir J. Pouilloux, FD II : Topographie et architecture. La région Nord du sanctuaire (de l’époque archaïque à la fin du sanctuaire) (1960), p. 60‑67 et J. Bousquet, « Delphes et les Aglaurides d’Athènes », BCH 88 (1964), p. 655‑675. Sur les sculptures, voir J. Marcadé, « Les bras des danseuses », dans Mélanges Daux (1974), p. 239‑254 ; J. Frel, « Le sculpteur des danseuses », The J. Paul Getty Museum Journal 6/7 (1978/79), p. 75‑82 ; et enfin J.‑L. Martinez, « Note d’information. La colonne des danseuses de Delphes », CRAI 141/1 (1997), p. 35‑46.

41 Sur les Caryatides et le « baldaquin » au Sud de l’Érechthéion où elles figurent, voir H. Lauter, Die Koren des Erechtheion, AntPl. 16 (1976) ; A. Scholl, « Χοηφόροι : Zur Deutung der Korenhalle des Erechtheion », JDAI 110 (1995), p. 179‑212 ; id., Die Korenhalle des Erechtheion auf der Akropolis (1998), notamment fig. 4, p. 12, où l’on peut voir représentée la mortaise rectangulaire pour le goujon de fixation d’une des figures.

42 Les difficultés d’accès au lit de pose de la statue, aujourd’hui remontée sur la base, ne permettent pas en tout cas de vérifier ou d’infirmer cette idée. Sur les techniques de réparation en général, voir E. B. Harrison, « Repair, Reuse and Reworking of Ancient Greek Sculpture », dans Marble : Art Historical and Scientific Perspectives on Ancient Sculpture, Papers Delivered at a Symposium Organized by the Departments of Antiquities and Antiquities Conservation and Held at the J. Paul Getty Museum April 28‑30, 1988 (1990), p. 163‑184 ; B. S. Ridgway, « Metal Attachments in Greek Marble Sculpture », dans ibid., p. 185‑206 ; E. Leka, « Restaurations antiques de sculptures archaïques de l’Acropole d’Athènes », BAParis, série Antiquité, archéologie classique 30 (2003), p. 17‑31 ; id.L’entretien et la restauration des sculptures en Grèce ancienne : le cas de la sculpture archaïque, thèse, université de Paris‑1 (2008).

43 Voir supra n. 32.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Statue et base de la « déesse au serpent » exposée au musée de Délos.
Crédits Cl. Rachel Nouet.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/347/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 653k
Titre Fig. 2 – Base de la statue d’Athéna Hygieia (Acr. 13259), devant les Propylées de l’Acropole d’Athènes.
Crédits Cl. Rachel Nouet.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/347/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 876k
Titre Fig. 3 – Lit d’attente de la base d’Athéna Hygieia.
Crédits Cl. Rachel Nouet.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/347/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 809k
Titre Fig. 4 – Base de la statue de la « Déesse au serpent ».
Crédits D’après Hermary 1984, pl. XXV, Fig. 1.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/347/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 317k
Titre Fig. 5 – Base de colonne no 42, trouvée dans le magasin D du Monument de granit.
Crédits Cl. Rachel Nouet.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/347/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 6 – Base de colonne no 43, trouvée devant le magasin A.
Crédits Cl. Rachel Nouet.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/347/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 571k
Titre Fig. 7 – Base de colonne no 44, trouvée aux alentours du Monument de granit.
Crédits Cl. Rachel Nouet.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/347/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 740k
Titre Fig. 8 – Base de colonne, actuellement au Nord‑Est des Propylées.
Crédits Cl. Rachel Nouet.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/347/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 931k
Titre Fig. 9 – « Déesse au serpent » : trou antérieur gauche, pour goujon plat extérieur, avec restes de plomb.
Crédits Cl. Rachel Nouet.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/347/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rachel Nouet, « La « déesse au serpent » de Délos et l’aménagement des Propylées déliens à l’époque classique »Bulletin de correspondance hellénique, 139-140.1 | 2016, 247-265.

Référence électronique

Rachel Nouet, « La « déesse au serpent » de Délos et l’aménagement des Propylées déliens à l’époque classique »Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 139-140.1 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 19 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/bch/347 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bch.347

Haut de page

Auteur

Rachel Nouet

Doctorante UMR 7041 ArScAn – université Paris‑1 Panthéon‑Sorbonne.

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search