Navigation – Plan du site

AccueilNuméros139-140.1Les monuments attalides du Dromos...

Les monuments attalides du Dromos à Délos (I) : la « base des Galates »

Frédéric Herbin et François Queyrel
p. 267-319

Résumés

Cet article constitue la publication architecturale de la base dite « des Galates » (IG XI, 4, 1110), située devant l’extrémité Nord du Portique Sud, à Délos. L’analyse des vestiges conservés in situ et des blocs erratiques attribués au monument par R. Vallois, Chr. Llinas et nous‑mêmes, permet de resti­tuer une grande base à orthostates à peu près carrée. Les traces de fixation encore visibles à la face supérieure de son couronnement laissent penser que le monument supportait la représentation d’un trophée et une statue en pied, toutes les deux en bronze, dédiées par Attale Ier suite à ses victoires remportées sur les Galates après le milieu du iiie s. Le groupe associait Niké, ou peut‑être une divinité comme Apollon, à un trophée, de préférence à une statue du roi qui a érigé le monument.

Haut de page

Dédicace

À la mémoire de grands Déliens, René Vallois, Christian Llinas et Jean Marcadé

Notes de l’auteur

Cette étude a été conduite dans le cadre du programme franco-allemand « Eikon – la vie des portraits grecs » soutenu par l’ANR et la DFG. Un second article sera consacré à deux autres monuments situés devant le Portique Sud de Délos qui permettent de compléter l’étude de la scénographie attalide aux abords du sanctuaire d’Apollon. Nous sommes reconnaissants aux relecteurs anonymes du me BCH dont les observations nous ont été utiles.
Fr. Queyrel remercie D. Hollard, conservateur en chef au Cabinet des médailles de Paris, pour les renseignements donnés sur le monnayage romain. Pour les photographies et l’autorisation de publication gracieusement accordées, sa gratitude va à Mme E. Apostolou, conservateur au Musée numismatique d’Athènes, et à son directeur, le Dr G. Ka kavas, à M. A. Themos, directeur du Musée épigraphique d’Athènes, à Mme A. Fendt, conservateur aux Staatliche Antikensammlungen und Glyptothek de Munich, à M M. Stef, responsable du musée de la Princerie à Verdun, et au British Museum de Londres ainsi qu’à M. D. Roger, conservateur au Musée du Louvre, à C. Christophi, responsable de la photothèque de l’EFA, à E. Chairi, responsable de la planothèque de l’EFA, et à D. Lanzuolo, de la photothèque de l’Institut archéologique allemand de Rome. Les remarques amicales de L. Baumer lui ont enfin été utiles et un remerciement tout particulier s’adresse à T. et F. Hölscher pour leurs suggestions.
Sauf mention contraire, toutes les dates s’entendent av. J.‑C.

Texte intégral

  • 1 F. Durrbach, A. Jardé, « Fouilles de Délos exécutées aux frais de M. le Duc de Loubat (1903) », BC (...)
  • 2 R. Vallois, EAD VII 1, pl. IX, no 41, reproduit ici fig. 1.

1Le 25 août 1903, une inscription, IG XI 4, 1110, fut découverte vers l’extrémité Nord du Portique de Philippe (GD 3). Celle‑ci fut immédiatement interprétée par F. Durrbach et A. Jardé comme la dédicace d’un monument célébrant une victoire sur les Galates1. L’examen du bloc, un orthostate en marbre bleuté, et sa parfaite connaissance du site ont permis à R. Vallois d’attribuer cette inscription à un soubassement situé à proximité de son lieu de découverte2. La publication complète du monument devait prendre place dans le fascicule VII 2 de l’Exploration Archéologique de Délos qu’il préparait au sujet du Portique Sud (GD 4). La réalisation de ce projet tourna court en raison de la mort prématurée de l’architecte avec lequel il collaborait, G. Poulsen. À la suite de R. Vallois, Chr. Llinas, ayant repris l’étude du Portique Sud et des autres monuments du Dromos, s’intéressa à son tour à cette « base des Galates », en collaboration avec l’architecte K. Kolokotsas, sans qu’eux non plus puissent aboutir. J. Marcadé avait porté un intérêt particulier à cette base quand il avait travaillé sur les restes de statues de Galates, en rajustant notamment sa tête sur le torse du Gaulois blessé de l’Agora des Italiens. C’est en hommage à la mémoire de ces grands anciens que nous avons repris l’étude de la base des Galates, en présentant d’abord sa reconstitution architecturale, puis en passant en revue quelques hypothèses de restitution des statues en bronze disparues.

La base : description et reconstitution architecturale (Fr. Herbin)3

  • 3 Il sera ici question de deux fonds d’archives. Le premier est constitué de ce que l’on nommera « D (...)
  • 4 Par exemple, I. Schmidt, Hellenistische Statuenbasen (1995), p. 437, affirme que la fondation étai (...)

2Cette première partie reprend le travail de R. Vallois et de Chr. Llinas là où ils l’avaient laissé. Chacun d’entre eux avait repéré et attribué un certain nombre de fragments erratiques au monument des Galates : deux fragments d’orthostates et quatre de couronnement. Reprenant le dossier, j’ai trouvé à mon tour de nouveaux éléments que l’on peut attribuer à la base : il s’agit de deux fragments et d’un bloc supplémentaires du couronnement ainsi que de deux blocs de granit qui devaient faire partie de son remplissage. L’examen des vestiges in situ et des onze fragments erratiques me permet aujourd’hui de proposer pour la première fois une restitution complète de ce monument. Cela me paraît d’autant plus utile que de nombreux chercheurs ont mentionné cette base, commettant des erreurs d’interprétation et/ou de restitution, faute d’avoir pu prendre en compte l’ensemble des vestiges conservés4.

Les vestiges in situ : le monument no 41 (fig. 2‑5)5

  • 5 Les blocs du monument ont été numérotés comme suit : les marbres formant la plinthe de P1 à P6, le (...)

3Le monument portant le no 41 sur le plan restitué du Dromos (fig. 1) compte au moins deux assises complètes in situ, en assez bon état de conservation : la dernière (?) assise du soubassement en granit, qui joue ici le rôle d’euthyntèria, et la première assise de l’élévation qui prend la forme d’une simple plinthe (fig. 2‑3).

Fig. 1 – Plan restitué du dromos.

Fig. 1 – Plan restitué du dromos.

D’après EAD VII 1.

Fig. 2 – Le monument no 41 vu de l’Est.

Fig. 2 – Le monument no 41 vu de l’Est.

Cl. Fr. Herbin.

Fig. 3 – Relevé (plan et élévation) du monument no 41 (1⁄20).

Fig. 3 – Relevé (plan et élévation) du monument no 41 (1⁄20).

Dessin Fr. Herbin.

  • 6 R. Vallois, AHHD II, p. 22.

4L’assise de soubassement visible sous la première assise de l’élévation est constituée de grands blocs de granit blond à grandes orthoses laiteuses, soigneusement aplanis. En l’absence de sondage pratiqué sur l’un ou l’autre de ses fronts, on ne saurait dire s’il existe ou non une ou plusieurs assises de fondation plus profondes. Celle que l’on peut observer déborde de tous les côtés de la plinthe (dim. max. : 2,84 m du Nord au Sud × 2,61 m d’Est en Ouest). Une dizaine de blocs de granit se laisse ainsi voir sous la première assise de l’élévation. Leurs dimensions sont variables. Les fronts Nord, Ouest et Sud de cette assise sont bien rectilignes ; son front Est, donc sur l’arrière du monument, ne l’est pas : les deux blocs centraux débordent en effet plus largement de la plinthe (débord variable de 0,07 à 0,23 m). Ce type de fondation en grands blocs de granit aplanis est tout à fait typique du iiie s. à Délos6. La première assise de l’élévation (fig. 2‑4) est complète et encore in situ (dim. totales : 2,64 m du Nord au Sud × 2,315 m d’Est en Ouest ; haut. : 0,29 m). Six pièces de marbre blanc ou gris‑bleuté forment son pourtour (P1‑P6) ; tandis que quatre blocs de granit blond en constituent le remplissage (R1‑R4) (tabl. I).

5L’état de conservation de l’ensemble est généralement bon. Les interstices entre les blocs de marbre et de granit ont été comblés avec du ciment moderne. Les blocs de marbre présentent tous quelques fissures et leurs arêtes sont souvent épaufrées. L’angle supérieur Sud‑Ouest du bloc P1 est brisé et érodé. Côté Est, les blocs P4 à P6 présentent des cassures assez importantes au niveau de leurs angles supérieurs internes et leurs faces de parement sont largement fissurées. Les blocs de granit sont généralement érodés au niveau de leurs arêtes. Le bloc R4 est fendu en deux fragments sur toute sa profondeur, d’Est en Ouest.

6Les blocs P1‑P6 et R1‑R4 ne sont pas réguliers. S’ils présentent des faces de parements et des plans de contact bien rectilignes, les faces internes des marbres ne sont pas droites et semblent tout juste dégrossies. Les blocs de remplissage en granit sont quant à eux à peu près rectangulaires.

P1 P2 P3 P4 P5 P6 R1 R2 R3 R4
Nord‑Sud 0,620 1,490 0,524 0,745 1,333 0,555 0,855 0,630 0,650 0,620
Est‑Ouest 1,232 0,370 1,079 1,230 0,410 1,076 0,700 0,750 0,800 0,800

7Tableau I – Dimensions maximales des blocs de la première assise (en m).

  • 7 Notée par un * sur la fig. 4.
  • 8 Je dois cette explication à M. M. Korrès auquel j’adresse mes plus chaleureux remerciements.

8Les faces de parement des marbres étaient uniformément travaillées au ciseau grain d’orge. Leurs plans de contact ne bâillent pas et doivent donc être méticuleusement parés à joint. Au lit d’attente, les blocs de granit R1‑R4 sont régulièrement dressés. Les blocs de marbre présentent de nombreuses marques d’outils. Ils sont polis à l’extérieur sur une largeur variable (± 0,083 m le long des parements Nord et Sud ; ± 0,092 m le long des parements Est et Ouest), là où ils restaient visibles. Vers l’intérieur, ils sont travaillés au ciseau grain d’orge et/ou à la pointe, aux endroits où venaient prendre place les blocs de l’assise supérieure. La jonction entre la bande polie extérieure et la surface intérieure est matérialisée par une ligne plus ou moins marquée selon l’usure des marbres. Vingt‑six mortaises pour goujons et crampons sont réparties sur l’ensemble des blocs formant la première assise du monument (fig. 4). Une vingt‑septième cavité7 se trouve à l’arrière du bloc P3. Trapézoïdale (long. à l’ouverture : 0,119 m ; long. au fond : 0,097 m ; larg. : 0,021 m ; prof. variable de 0,05 à 0,058 m), elle est creusée obliquement par rapport au lit d’attente et perpendiculairement au litage du marbre. Il s’agit manifestement d’une cavité aménagée pour l’insertion d’un coin, en vue d’extraire la pierre de la carrière. Les tailleurs de pierre se sont ravisés et ne l’ont finalement pas utilisée pour détacher le bloc, préférant obtenir un bloc plus volumineux8.

Fig. 4 – Plan simplifié des mortaises (1⁄20).

Fig. 4 – Plan simplifié des mortaises (1⁄20).

Dessin Fr. Herbin.

  • 9 R. Vallois, AHHD II, p. 576, classe, à tort, ces crampons parmi les crampons en bronze de la varié (...)
  • 10 Comme l’avait déjà souligné R. Vallois, AHHD II, p. 544, n. 2.
  • 11 Voir fig. 4. T. Pönitz (étudiant, EPHE) m’a patiemment assisté pour effectuer l’ensemble de ces me (...)

9Les dix blocs P1‑P6 et R1‑R4 étaient solidement liaisonnés deux à deux au moyen de crampons en Π en fer9 noyés dans du plomb (fig. 4 et tabl. II) ; les blocs de marbre entre eux, parallèlement au parement le plus proche ; les blocs de granit entre eux également mais uniquement dans le sens Nord‑Sud selon deux rangs ; les blocs de marbre des petits côtés et les blocs de granit internes perpendiculairement aux parements Nord et Sud10. Ces agrafes en fer avaient des dimensions bien moindres que leurs logements ; on peut en apprécier les dimensions grâce au scellement no X qui en conserve le négatif dans le plomb qui est resté en place (fig. 5) : long. : 0,259 m ; larg. : 0,015 m ; ép. de la tige : 0,01 m ; haut. des griffes : ± 0,04 m (d’après les scellements nos I, III et VI)11.

Fig. 5 – Crampon no X.

Fig. 5 – Crampon no X.

Cl. Fr. Herbin.

no de scellement no de bloc long. long. sur bloc 1 long. sur bloc 2 larg. prof. tige prof. nid remarques
I P1‑P6 21,5 11,3 9,4 2,1 4 - restes de plomb et de fer dans les nids
II P1‑R1 23,4 ± 12 ± 11,4 1,7 2,9 4,5
III P1‑P2 23,2 11,6 11,5 2,3 4,4 - restes de plomb dans les nids
IV P2‑P3 20 9,9 10,1 1,8 2,6 - restes de plomb et de fer dans les nids
V P3‑R2 23,6 ± 12 ± 11,6 1,8 3,1 5
VI P3‑P4 21,9 11,1 10,8 1,7 3,9 - restes de plomb dans les nids
VII P4‑R3 24,5 ± 10,5 ± 14 1,6 2,9 4,8 restes de plomb dans la tige
VIII P4‑P5 22,2 11 11,2 2 3,7 6,4
IX P5‑P6 17,5 8,5 9 1,8 3,4 5,5
X P6‑R4 25,9 11,8 14,1 1,5 - - restes de plomb avec négatif de la tige, et restes de fer dans les nids
XI R3‑R4 22,5 ? ? 2,7 3,9 5,5
XII R1‑R2 22 ? ? 1,7 4,1 4,3

10Tableau II – Dimensions des cuvettes pour crampons en Π (en cm).

11Deux systèmes de goujons distincts permettaient de fixer les blocs de l’assise supérieure à la plinthe. Le premier est constitué de petits goujons plats en fer. Les dix mortaises correspondant à ces goujons sont toutes aménagées dans la zone périmétrale travaillée au ciseau grain d’orge des blocs P1‑P6 (numérotées de a à j sur la fig. 4). Le second compte quatre mortaises pour goujon (en bois ?) de section à peu près carrée. Trois se trouvent dans la partie piquetée des blocs P1, P4 et P6, la dernière dans l’angle Nord‑Ouest du bloc R2 (numérotées de A à D sur la fig. 4). Le tableau III récapitule les caractéristiques des cuvettes de l’ensemble de ces goujons.

no de scellement no de bloc long. larg. prof. canal de coulée long. canal remarques
a P1 6,8 2,7 oblique, vers l’intérieur 13,9 restes de plomb
b P2 7,2 2 - non - restes de plomb
c P2 6,2 2 3,5 non - restes de plomb
d P3 6,6 2,1 4,5 oblique, vers l’intérieur 9
e P4 7,4 1,7 - non - restes de plomb et de goujon en fer
f P4 8,2 2,4 4,1 dans l’axe du goujon, vers l’extérieur 7,3 restes de plomb
g P5 7,3 1,6 - non - restes de plomb
h P5 6,9 2,3 3,9 perpendiculaire, vers l’extérieur 6,5
i P6 7,3 2,5 4,5 perpendiculaire, vers l’extérieur 8,2
j P6 6 1,8 4,5 non -
A P1 8,4 7,8 6,7 oblique, vers l’extérieur 11,8
B R2 ± 9,6 ± 9,5 - non - rempli de ciment moderne
C P4 5,9 6 6,1 oblique, vers l’extérieur 9,5
D P6 7 5,5 6,5 oblique, vers l’extérieur 10,1

12Tableau III – Dimensions des cuvettes pour goujons (en cm).

Du monument no 41 à la base des Galates

Les orthostates O1‑O6 (fig. 6‑10, 27)

  • 12 EFA, « Archives Vallois » : DELOS 3‑N(7,1)‑32‑5, p. 22/87

13R. Vallois avait réalisé un schéma intitulé « Base des Galates. Cuvettes de krépis et distribution des orthostates » (fig. 6)12 où il restituait la position des six orthostates qui formaient l’enveloppe externe du corps du monument en fonction de la disposition des mortaises pour goujons plats (a‑j). Deux orthostates étaient placés sur chacun des longs côtés du monument, soit à l’avant et à l’arrière, et un sur chacun des petits côtés. Le dessin de R. Vallois montre également la position des deux fragments d’orthostates qu’il avait attribués au monument. Cette restitution de la seconde assise est, me semble‑t‑il, certaine, mais elle nécessite néanmoins quelques explications et compléments, notamment en ce qui concerne le remplissage du monument (fig. 10).

Fig. 6 – Schéma de distribution des orthostates.

Fig. 6 – Schéma de distribution des orthostates.

R. Vallois.

14La limite extérieure de la seconde assise est matérialisée par la ligne que nous avons mentionnée plus haut et qui marque donc le retrait de la seconde assise par rapport aux faces de parement de la plinthe : 0,082 m à l’Ouest, 0,083 à 0,084 m au Nord, 0,092 m à l’Est et 0,083 m au Sud. Ce retrait détermine la surface couverte par la seconde assise, au niveau de son lit de pose, soit 2,14 × 2,475 m. C’est à l’intérieur de cet espace, sur son pourtour, que prenaient donc place les six orthostates restitués par R. Vallois. En effet, l’examen des mortaises a‑j conduit indubitablement à cette restitution.

15Seules certaines de ces mortaises sont associées à un canal de coulée (a, d, f, h, i), contrairement aux autres (b, c, e, g, j), ce qui amène nécessairement à restituer :

  • trois orthostates avec un double goujonnage en queue sur joint et en tête perdu, avec canal de coulée (O1 : a‑b ; O2 : c‑d ; O4 : g‑f) ;
  • deux orthostates avec simple goujonnage sur joint (O3 : e ; O6 : j)
  • un orthostate avec deux goujons perdus (O5 : h‑i).

16De plus, les mortaises sans canal marquent exactement l’emplacement du joint séparant les orthostates O1 et O2, O3 et O4, O4 et O5, O5 et O6. Par conséquent, la largeur de chacun des orthostates peut être estimée : O1 : 1,43 m ; O2 : 1,03 m ; O3 : ± 1,80 m ; O4 : 1,45 m ; O5 : 1,01 m ; O6 : 1,79 m.

  • 13 Relevé déposé à la planothèque de l’EFA sous le numéro 8962 : voir fig. 7.
  • 14 Reproduit ici fig. 6 : plan de distribution des orthostates avec la mention « Quid ? Conservé : le (...)

17Cette reconstitution est confirmée grâce aux deux fragments d’orthostates que R. Vallois avait identifiés et attribués au monument. K. Kolokotsas avait effectué un relevé au 1⁄5 de celui qui porte l’inscription IG XI 4, 111013. Chr. Llinas en avait donc forcément pris connaissance. En revanche, j’ai retrouvé la trace du second fragment uniquement dans les archives de R. Vallois14, et non dans les notes de Chr. Llinas ou les relevés de K. Kolokotsas. L’attribution de ces deux blocs au monument no 41 est assurée par la nature du marbre et le type de scellement employé, identiques à ceux des blocs de la plinthe.

18L’orthostate O1 (fig. 7, 27), en marbre gris bleuté, est celui qui porte la dédicace IG XI 4, 1110. L’inscription est très mutilée. Les deux premières lettres, « ΩΣ », mentionnées dans le corpus, ne sont plus guère lisibles aujourd’hui. Comme nous l’avons précisé au début de cet article, ce bloc a été découvert au Nord du Porti­que de Philippe (GD 4). Il se trouve actuellement contre le mur de refend Nord de la seconde boutique du Portique Sud (GD 3) en partant du Nord.

Fig. 7 – Relevé de l’orthostate O1 (1⁄20).

Fig. 7 – Relevé de l’orthostate O1 (1⁄20).

D’après Kolokotsas.

  • 15 Sur son relevé, K. Kolokotsas avait représenté une seconde de ces mortaises 0,145 m plus à droite (...)

Le bloc, très érodé, est brisé à droite sur toute sa hauteur et au niveau de ses angles inférieur et supérieur gauches (larg. max. conservée : 0,752 m ; prof. en bas : 0,18 m ; prof. en haut : 0,162 m ; haut. : 0,74 m). Seules de faibles portions de ses lits et de ses faces sont conservées. Le lit de pose est uniformément piqueté là où il est conservé. Il présente une logette pour goujon plat sur joint au centre de son arête de gauche (long. : 0,057 m ; larg. : 0,016 m ; haut. : 0,054 m). La face latérale gauche devait être parée à joint à l’origine. Il n’en subsiste qu’une partie de la zone piquetée ; le bandeau d’anathyrose a disparu. La face postérieure est fruste. La face antérieure est polie. Elle porte l’inscription IG XI 4, 1110, répartie sur trois lignes. Les deux premières (haut. des lettres : 0,03 m ; interligne : 0,028 m), situées à 0,147 de l’arête supérieure, forment la dédicace à proprement parler. Plus bas, la troisième (haut. des lettres : 0,018 m), située à 0,227 m de l’arête inférieure, donnait le nom du sculpteur. La face présente un fruit de 0,009 m. Le lit d’attente n’est conservé que sur quelques centimètres carrés, piquetés. Dans les cassures, on repère néanmoins la présence de deux scellements, axés sur la largeur du lit : une mortaise pour goujon plat (long. : 0,06 m ; larg. : 0,017 ; prof. : 0,045)15 et le nid d’une cuvette pour crampon en Π (long. du demi-scellement : 0,123 m ; larg. : 0,011 m ; prof. du nid : 0,045 m). Ce dernier servait à agrafer le bloc O1 à son voisin de gauche (O2) ; le goujon à fixer une des pièces du couronnement.

19Les dimensions de la cuvette pour goujon sur joint conservée au lit de pose corres­pondent exactement à celles de la mortaise b située sur P2. Cela assure le positionnement de O1, logiquement placé de manière à ce que l’inscription soit lisible à l’avant du monument. La présence d’une cuvette pour crampon en Π au lit d’attente et à proximité de la face de joint permet de supposer que l’ensemble des orthostates – et non les seuls O1 et O2 – étaient liaisonnés deux à deux, comme les six pièces du socle. Cette hypothèse semble d’autant plus vraisemblable que la cohésion de l’ensemble paraît, vu l’abondance des crampons employés dans le socle, avoir été un des soucis majeurs du ou des constructeurs du monument.

20Le second orthostate (O4) attribué au monument par R. Vallois (fig. 8‑9), également en marbre gris bleuté, se trouve aujourd’hui dans la première boutique du Portique Sud en partant du Nord. On ne saurait dire où il a été découvert, ni par qui.

Fig. 8 – Relevé de l’orthostate O4 (1⁄20).

Fig. 8 – Relevé de l’orthostate O4 (1⁄20).

Dessin Fr. Herbin.

Fig. 9 – Orthostate O4.

Fig. 9 – Orthostate O4.

Cl. Fr. Herbin.

Le bloc est brisé en haut et à gauche (larg. : 0,98 m ; prof. : 0,152 m ; haut. max. conservée : 0,41 m). Ses arêtes conservées sont quelque peu épaufrées. Le lit de pose présente un liseré poli de 0,015 m le long de son arête antérieure et de 0,01 m le long de son arête droite. Le reste de la surface a été uniformément aplani à la pointe puis travaillé au ciseau grain d’orge. À 0,05 m de son arête droite et à 0,08 m de son arête antérieure, une mortaise pour goujon plat (long. : 0,055 m ; larg. : 0,02 m) est encore remplie de restes de plomb. Deux cavités de faible profondeur – des trous de pinces ? – ont été aménagées au contact de l’arête postérieure (larg. : 0,06 et 0,065 m ; prof. : 0,025 m), respectivement à 0,25 m et 0,64 m de l’arête de droite. Les faces de parement (antérieure et droite) sont lisses, là où elles sont conservées. La face postérieure est démaigrie à la pointe, exception faite d’un bandeau d’anathyrose vertical poli qui court le long de son arête gauche (larg. : 0,075 m). Une lettre d’assemblage – un « Γ » – est gravée au centre de ce bandeau, à 0,175 m de l’arête inférieure. Le lit d’attente a entièrement disparu dans la cassure.

21L’attribution du bloc O4 au monument repose sur l’identité du marbre et de sa mise en forme avec O1, mais également sur les dimensions et la position de la mortaise conservée au lit de pose. Sa place dans le monument, étant donné qu’il s’agit d’un bloc angulaire, ne peut être que celle que lui avait attribuée R. Vallois, dans la partie Nord de la face Est. En effet, le seul autre emplacement possible, dans la partie Sud de la face Ouest, est déjà assurément occupé par O1.

Ordre de montage (fig. 10)

22La présence ou l’absence et la disposition des canaux de coulée permettent de reconstituer l’ordre de montage des blocs constituant la seconde assise du monument, orthostates et blocs de remplissage. Ces derniers étaient fixés au socle au moyen de goujons qui étaient insérés dans les mortaises A‑D situées dans les quatre angles internes du quadrilatère délimité par les orthostates. Au moins trois de ces mortaises étaient munies de canaux de coulée. Ainsi, l’orientation des canaux des mortaises a et d, vers l’intérieur du monument, indique‑t‑elle que les orthostates O1 et O2 ont été posés avant les orthostates O3 et O6 et également avant les blocs de remplissage R5 et R6, dont la présence n’aurait pas permis l’utilisation des canaux associés à a et d. En effet, O1 a nécessairement été posé avant O6 parce que le canal de coulée de la mortaise a implique que O1 a été monté avant R5 ; or, le canal de coulée de la mortaise A fixant R5 suppose que ce bloc ait été monté avant O6. Le même raisonnement s’applique pour déterminer que le bloc R7 a été monté avant O4 et R8 avant O5 et O6. Les canaux associés aux mortaises f, h et i, dirigés vers l’extérieur du monument, prouvent enfin que O4 et O5 ont été posés en dernier. L’ordre de montage est donc le suivant : O1, O2, O3 (?), R5‑R6, O3 (?), R7‑R8, O3 (?), O6, O4, O5. La seule incertitude porte sur O3, qui a pu être posé avant ou après R5‑R6, voire après R7‑R8.

Fig. 10 – Plan de la seconde assise (1⁄20).

Fig. 10 – Plan de la seconde assise (1⁄20).

Dessin Fr. Herbin.

Les blocs de remplissage R9‑R10 (fig. 11‑14)

23À l’instar de la première assise, il est attendu que le remplissage interne de la seconde assise soit constitué de blocs de granit blond, soigneusement taillés et liaisonnés. Or, dans les environs des vestiges in situ du monument, j’ai repéré deux blocs erratiques, en granit blond à grandes orthoses blanches  (R9‑R10), qui correspondent à ces critères et faisaient manifestement partie du remplissage interne du corps du monument.

24Le bloc R9 (fig. 11‑12) se trouve actuellement dans le Portique de Philippe, vers son extrémité Nord, au niveau de l’exèdre no 74 :

Le bloc est brisé sur deux côtés et passablement émoussé (long. max. cons. : 0,89 m ; larg. max. cons. : 0,83 m ; haut. : 0,37 m). Toutes ses faces sont pareillement traitées, aplanies à la pointe. Au lit d’attente, deux cuvettes pour crampons en Π en fer partiellement conservées (long. des de mi-scellements : 0,12 m ; larg. : ± 0,03  m ; prof. des nids : 0,035 et 0,045 m) sont respectivement situées à 0,17 et 0,46 m de l’angle conservé.

Fig. 11 – Relevé du bloc de remplissage R9 (1⁄20).

Fig. 11 – Relevé du bloc de remplissage R9 (1⁄20).

Dessin Fr. Herbin.

Fig. 12 – Bloc de remplissage R9.

Fig. 12 – Bloc de remplissage R9.

Cl. Fr. Herbin.

  • 16 On en retrouve également la trace dans les archives « Llinas/Vallois » : quelques photographies pr (...)

25Le bloc R10 (fig. 13‑14) se trouve dans la galerie Ouest du Portique Sud, devant le seuil de la troisième boutique en partant du Nord16 :

Les quatre angles du bloc sont brisés, plus ou moins largement et la pierre est passablement érodée (long. : 1,02 m ; larg. : 0,93 m ; haut. : 0,37 m). Là où elles sont conservées, les faces du bloc sont uniformément aplanies à la pointe. Le lit d’attente présente quatre cuvettes pour crampons en Π en fer (long. des demi-scellements de 0,115 à 0,175 m ; larg. de 0,018 à 0,021 m ; prof. des nids de 0,034 à 0,048 m). Deux de ces crampons correspondent à une même face. Une cuvette ellipsoïdale a également été aménagée au lit d’attente, vers le rebord qui ne comporte pas de scelle­ment (long. : 0,30 ; larg. : 0,28 m ; prof. : 0,08 m là où le fond est conservé et jusqu’à 0,11 m où il est érodé).

Fig. 13 – Relevé du bloc de remplissage R10 (1⁄20).

Fig. 13 – Relevé du bloc de remplissage R10 (1⁄20).

Dessin Fr. Herbin.

Fig. 14 – Bloc de remplissage R10.

Fig. 14 – Bloc de remplissage R10.

Cl. Fr. Herbin.

  • 17 Voir description infra et fig. 23‑25.

26L’attribution de ces deux blocs au monument repose sur le fait qu’ils sont taillés dans le même granit que celui qui est utilisé dans son soubassement et comme antithéma de la plinthe (R1‑R4), et selon la même technique ; qu’ils montrent des cuvettes pour scellements en Π en fer identiques à ceux employés à la première assise du monument ; et enfin que le diamètre de la cuvette ellipsoïdale ménagée au lit d’attente du bloc R10 correspond exactement à celui d’une cavité similaire creusée à travers le bloc de couronnement C417. On remarque en outre que leur hauteur, constante (0,37 m), est égale à la moitié de celle des orthostates (0,74 m). Cette précision nous amène à restituer deux assises de ces blocs de remplissage en granit qui correspondaient à la hauteur totale du corps.

27R10 est le seul de ces deux blocs de remplissage qu’il est possible de repositionner dans le monument. Il prenait place dans l’angle Nord‑Est du monument, au niveau de la seconde assise, directement sous le bloc de couronnement C4 (voir infra). Sa disposition permet de voir que les blocs de remplissage de l’assise supérieure – ou tout du moins celui‑ci – étaient liaisonnés aux orthostates au moyen d’agrafes en fer. Comme les blocs R1‑R4 sont liaisonnés aux blocs du socle seulement dans le sens Nord‑Sud et que le bloc R10 était vraisemblablement relié à l’orthostate O2 seulement dans le sens Est‑Ouest, il semble possible que les blocs de remplissage de l’assise supérieure aient tous été agrafés dans ce sens, au moins, aux orthostates du monument.

28R9 a pu appartenir à l’une ou l’autre des deux assises de remplissage du corps. S’il devait être repositionné dans l’assise basse, la mortaise pour goujon rectangulaire attendue au lit de pose aurait alors été creusée dans l’un des angles manquants du bloc.

Le couronnement : blocs C1‑C4 (fig. 15‑26, 28)

  • 18 Cette lettre et ces photographies proviennent des « Archives Llinas/Vallois ». Nous reproduisons l (...)
  • 19 Il avait d’ailleurs lui‑même réalisé un schéma du bloc C1. En effet, sur un feuillet conservé à l’ (...)
  • 20 Voir fig. 16, 18, 23, d’après les relevés originaux conservés à la planothèque de l’EFA sous les n(...)
  • 21 Fr. Herbin a repéré le fragment C2b et le bloc C3 et Fr. Queyrel le fragment C4b.

29D’après une lettre de J. Chamonard à R. Vallois, datée du 16 août 1924, accompagnée de photographies18, il apparaît que ce dernier avait attribué au monument des Galates quatre fragments de couronnement (C1a‑b, C2a et C4a)19. Découverts au Portique de Philippe, R. Vallois les avait fait rassembler au Sud des Ergastéria des Théandridai (GD 8), où ils se trouvent encore aujourd’hui (fig. 15). Ces quatre fragments furent dessinés par K. Kolokotsas ainsi qu’un cinquième (C2c)20, qui lui avait probablement été signalé par Chr. Llinas, et auquel on doit donc manifestement l’attribution de ce dernier fragment de couronnement au monument des Galates. Celui‑ci se trouve aujourd’hui dans la galerie Ouest du Portique Sud, en avant du mur de refend qui sépare la première et la seconde « boutique » en partant du Nord. Nous avons à notre tour retrouvé deux fragments (C2b et C4b) et un bloc (C3) qui complètent cette assise21. C3 se trouve vers l’extrémité Nord du Portique de Philippe, tout près de R10. Nous avons repéré C2b et C4b vers l’extrémité Nord du portique ajouté au Portique de Philippe. Nous avons laissé C4b au même endroit et avons déplacé C2b auprès de C2c auquel il se raccorde parfaitement.

Fig. 15 – Blocs de couronnement rassemblés par R. Vallois.

Fig. 15 – Blocs de couronnement rassemblés par R. Vallois.

Cl. J. Chamonard.

Le bloc angulaire C1 (fig. 16, 17), en marbre blanc parcouru de veines gris bleuté, est brisé en deux grands fragments (a et b) qui recollent (dim. complètes : larg. : 1,112 m ; prof. : 0,99 m ; haut. : 0,333 m). Ses arêtes sont plus ou moins épaufrées selon les endroits. En plan, il prend la forme d’un trapèze rectangle : sa face latérale gauche est taillée en oblique, formant un angle aigu à sa rencontre avec la face antérieure, un angle obtus avec la face postérieure. Le lit de pose est lisse le long des deux arêtes correspondant aux faces de parement (larg. moyenne : 0,13 m). Il est travaillé au ciseau grain d’orge le long de ses deux autres arêtes (larg. moyenne : ± 0,15 m) et piqueté au centre. Deux mortaises pour goujons plats sont situées, d’une part sur le joint, à 0,115 m de la face latérale parée (0,045 × 0,016 m ; prof. : 0,049 m), et d’autre part vers l’angle opposé à 0,115 m du parement antérieur (0,049 × 0,016 m). De plus, deux surcreusements arrondis (0,08 × 0,055 m) prennent place vers le centre des arêtes internes du bloc. Comme sur l’orthostate O4, il semble que ce soit là des marques de pinces ou de transport. Les deux faces de parement sont lisses et présentent un léger fruit de 0,005 m. Les deux autres faces sont parées à joint. La face arrière, très ruinée, ne montre plus qu’une partie du bandeau vertical de l’anathyrose en Γ originelle (larg. : 0,155 m). La face de gauche présente le même type d’anathyrose en Γ (larg. : ± 0,15 m). Le lit d’attente du bloc est lisse exception faite d’une large bande à peu près parallèle à l’arête postérieure (?) – mais largement emportée dans la cassure –, uniformément piquetée (larg. max. : ± 0,16 m), tout comme la zone située de part et d’autre de la rainure que l’on a observée au lit d’attente du bloc C4. Les cuvettes de deux paires de crampons en bronze, correspondant aux deux faces de joint, sont encore partiellement visibles (crampon avant, face de gauche : 0,12 × 0,021 m ; prof. : 0,06 m ; crampon arrière, face de gauche : 0,115 × 0,022 m ; prof. 0,057 m ; crampon droit, face arrière : 0,117 × 0,017 m ; prof. du nid : 0,059 m ; crampon gauche, face arrière : 0,119 × 0,03 m ; prof. de la tige : 0,03 m ; prof. du nid : 0,053 m). Le bloc C2a (fig. 18‑19), en marbre blanc parcouru de veines gris bleuté, est brisé à gauche et à l’arrière (larg. max. cons. : 0,55 m ; prof. max. cons. : 0,92 m ; haut. : 0,333 m). Ses arêtes sont passablement épaufrées. L’angle formé par la réunion de ses deux faces conservées, antérieure et latérale droite, est légèrement obtus : le bloc devait ainsi prendre la forme d’un trapèze rectangle. Le lit de pose est travaillé au ciseau grain d’orge le long des arêtes conservées et piqueté au centre. Une mortaise pour goujon plat se trouve sur le joint droit (0,059 × 0,016 m ; haut. : 0,053 m), vers l’avant de la pierre. Sur la même arête, vers l’arrière du lit, on retrouve cette sorte de cupule arrondie, peu profonde et taillée à la pointe (larg. : 0,085 m ; prof. vers l’intérieur du lit : 0,107 m), que l’on voit également aux lits de pose des blocs C2 et O4 (trous de pince ou entailles servant au transport du bloc ?). Une trace de rouille se trouve dans l’alignement du goujon, le long de l’arête qui correspond à la face de parement du bloc. Elle marque sans doute la position du crampon qui unissait les orthostates situés directement sous C3. La face antérieure du bloc est lisse et présente un léger fruit de 0,005 m. Sa face latérale droite est parée à joint au moyen d’un bandeau d’anathyrose (larg. le long de la face de parement : 0,127 m ; le long de l’arête supérieure : 0,105 m). Le lit d’attente est parfaitement lisse. Il montre seulement les vestiges de deux cuvettes pour crampon en Π en bronze (0,114 × 0,018 m ; 0,115 × 0,027 m).

Fig. 16 – Relevé du bloc de couronnement C1a‑b (1⁄20).

Fig. 16 – Relevé du bloc de couronnement C1a‑b (1⁄20).

D’après Kolokotsas.

Fig. 17 – Bloc de couronnement C1a‑b.

Fig. 17 – Bloc de couronnement C1a‑b.

Cl. Fr. Herbin.

30C1 et C2a étaient jointifs. Les angles formés par la rencontre de leur face de parement et de leur face de joint – aigu sur C1 et obtus sur C2a – sont parfaitement complémentaires et les mortaises de scellements qu’ils présentent se correspondent. Les fragments C2b‑c complètent nécessairement le fragment C2a (voir infra pour la distribution des blocs de couronnement), quoiqu’il n’existe aucun raccord direct entre eux.

Les fragments rapprochés C2b‑c (fig. 18, 20), en marbre blanc veiné de gris, sont brisés à droite et à l’arrière (larg. totale max. conservée : ± 0,94 m ; prof. max. conservée : 0,737 m ; haut. : 0,333 m). Ils sont très endommagés et les surfaces conservées sont limitées. Le lit de pose est travaillé au ciseau grain d’orge le long de son arête conservée et piqueté vers l’intérieur. Une mortaise pour goujon plat (0,064 × 0,021 m ; prof. : ± 0,055 m) est encore visible dans une cassure, disposée parallèlement à la face principale, vers l’angle subsistant du bloc. Une trainée de traces de rouille perpendiculaire à la face antérieure marque l’emplacement d’un des crampons qui unissait les blocs de l’assise inférieure. Les deux faces conservées sont polies et présentent un fruit de 0,005 m. Il s’agit de deux faces de parement. La face antérieure présente une roue à huit rayons (diam. : 0,052 m) gravée dans son angle supérieur gauche. Il s’agit très probablement d’un simple graffito. La portion conservée du lit d’attente, usé, ne montre plus aucune trace d’outil. Dans la cassure, vers l’arrière, une grande mortaise ellipsoïdale (long. max. conservée : ± 0,20 m ; larg. : 0,205 m ; prof. : 0,162 m), dont le fond est régulièrement piqueté, permettait de fixer une statue en bronze.
Le bloc angulaire C3 est complet (fig. 21‑22). Ses arêtes sont épaufrées par endroit. En plan, il prend la forme d’un quadrilatère irrégulier, dont le seul angle droit est celui formé par les faces externes (larg. : 1,35 m ; prof. : 1,06 m ; haut. : 0,333 m). Le lit de pose est piqueté au centre, travaillé au ciseau grain d’orge sur son pourtour (larg. : 0,12 à 0,18 m), au‑delà de l’espace défini par les trois mortaises pour goujons plats qui occupent trois de ses quatre angles (long. : 0,055 à 0,06 m ; larg. : 0,02 m). Ces trois mortaises sont encore remplies de plomb. Le bloc reposant sur son long côté paré, nous n’avons pas vu cette face. Elle devait néanmoins être lisse, comme la face de parement de droite. Ces deux faces présentent un léger fruit de 0,005 m. Les faces internes sont parées à joint. Un bandeau d’anathyrose en Γ court le long des arêtes correspondant aux faces de parement et au lit d’attente. Le reste de la surface est légèrement piqueté. Le lit d’attente du bloc est entièrement travaillé au ciseau grain d’orge. Les cuvettes de deux paires de crampons en bronze, correspondant aux deux faces de joint, sont encore bien visibles (crampon avant, face de gauche : 0,10 × 0,022 m ; prof. de la tige : 0,028 m ; la griffe en bronze est encore dans son nid enrobée dans du plomb ; crampon arrière, face de gauche : 0,121 × 0,021 m ; prof. de la tige 0,03 m ; griffe conservée ; crampon droit, face arrière : 0,11 × 0,022 m ; prof. du nid : 0,056 m ; crampon gauche, face arrière : 0,12 × 0,022 m ; prof. de la tige : 0,031 m ; griffe conservée). Enfin, entre les deux crampons situés vers l’arrière du lit, on observe les traces de pointes caractéristiques d’un arrachement de statue en bronze. La mortaise qui fixait cette dernière était située sur le bloc adjacent du couronnement, à peu de distance du joint.

Fig. 18 – Relevé du bloc de couronnement C2a‑b‑c (1⁄20).

Fig. 18 – Relevé du bloc de couronnement C2a‑b‑c (1⁄20).

C2a et C2c d’après Kolokotsas.

Fig. 19 – Bloc de couronnement C2a.

Fig. 19 – Bloc de couronnement C2a.

Cl. Fr. Herbin.

Fig. 20 – Bloc de couronnement C2b‑c.

Fig. 20 – Bloc de couronnement C2b‑c.

Cl. Fr. Herbin.

Fig. 21 – Relevé du bloc de couronnement C3 (1⁄20).

Fig. 21 – Relevé du bloc de couronnement C3 (1⁄20).

Dessin Fr. Herbin.

Fig. 22 – Bloc de couronnement C3.

Fig. 22 – Bloc de couronnement C3.

Cl. Fr. Herbin.

31Les deux derniers fragments C4a et b recollent :

Les fragments C4a et b (fig. 23‑25), en marbre bleuté veiné de blanc, sont médiocrement conservés. Ils sont brisés en biais sur toute la profondeur du bloc et comportent également de nombreuses cassures, notamment le long de leurs arêtes conservées et au lit d’attente (larg. cumulée max. cons. : ± 1,17 m ; prof. en bas : 1,215 m ; prof. en haut : 1,21 m ; haut. : 0,333 m). Au niveau de la cassure, le bloc est percé sur toute sa hauteur. La cavité ellipsoïdale (long. : 0,265 m ; larg. : 0,215) correspond manifestement à la cuvette creusée au lit d’attente du bloc R10. Le lit de pose du bloc est travaillé au ciseau grain d’orge le long des arêtes conservées, ailleurs il est piqueté. Deux mortaises pour goujons plats ont été aménagées dans la zone traitée au ciseau (0,05 × 0,016 m ; prof. : 0,045 m ; et 0,051 × 0,018 m avec restes de plomb), disposées parallèlement aux faces de parement les plus proches vers les angles conservés. Deux des trois faces conservées sont lisses : ce sont des faces de parement. Elles accusent un léger fruit de 0,005 m. La troisième face conservée est une face de joint. Elle présente une anathyrose en Γ (larg. le long de l’arête latérale : 0,13 m ; larg. le long de l’arête supérieure : 0,10 m). Le lit d’attente, quoique extrêmement ruiné, montre encore plusieurs mortaises. Les nids de deux cuvettes pour crampon en Π en bronze (long. : 0,102 et 0,11 m ; larg. : 0,022 et 0,024 m ; prof. des nids : 0,057 et 0,056 m) se trouvent près de l’arête de la face de joint, respectivement à 0,276 et 0,895 m de la face de parement. Outre le percement circulaire évoqué plus haut, le lit d’attente présente deux « semelles » ellipsoïdales (0,155 × 0,135 m et prof. : 0,125 m pour celle située vers l’angle ; 0,12 × 0,085 m maximum conservé et prof. : 0,103 m pour celle disposée dans la cassure) situées près des faces de parement, ainsi qu’une rainure parallèle à la face de joint (larg. : 0,038 m ; long. conservée : ± 0,26 m ; prof. : 0,025 m), qui servaient à fixer une ou plusieurs statues en bronze sur le bloc. Dans la mesure où le reste du lit est lisse là où il est conservé, la zone piquetée, de forme irrégulière, qui se trouve de part et d’autre de la rainure, a également pu être recouverte par un élément statuaire. Des « cratères » taillés à la pointe entourent le percement ellipsoïdal et les « semelles » et constituent autant de traces de l’arra­chement volontaire des statues que portait le bloc.

Fig. 23 – Relevé du bloc de couronnement C4a‑b (1⁄20).

Fig. 23 – Relevé du bloc de couronnement C4a‑b (1⁄20).

C4a D’après Kolokotsas.

Fig. 24 – Bloc de couronnement C4a.

Fig. 24 – Bloc de couronnement C4a.

Cl. Fr. Herbin.

Fig. 25 – Bloc de couronnement C4b.

Fig. 25 – Bloc de couronnement C4b.

Cl. Fr. Herbin.

32C1 et C4 étaient jointifs. En effet, les cuvettes pour crampon en Π conservées le long de la face arrière de C1 correspondent à celles qui sont présentes sur C4a‑b. De plus, comme nous l’avons vu, C1 était jointif avec C2a. Le bloc C3, complet, doit donc être replacé dans l’angle diamétralement opposé à C1. De là, il faut en conclure que l’angle formé par C2b‑c complétait le fragment C2a (fig. 26).

Fig. 26 – Plan du lit d’attente du couronnement (1⁄20).

Fig. 26 – Plan du lit d’attente du couronnement (1⁄20).

Dessin Fr. Herbin.

33Cette disposition acquise, remarquons que C1 et C4 forment l’unique parement continu entièrement conservé (larg. cumulée au lit de pose : 2,21 m). Afin de positionner avec quelque précision les fragments C2b‑c et le bloc C3 par rapport au groupe formé par C1, C2a et C4a‑b, il convient d’estimer la surface couverte par le couronnement et donc le débord du couronnement par rapport au lit d’attente des orthostates. L’unique mortaise conservée au lit d’attente de O1 étant en retrait de 0,085 m par rapport au parement et les mortaises conservées aux lits de pose des fragments et blocs C1‑C4, se trouvant elles‑mêmes en retrait de 0,115 à 0,125 des parements, le débord du couronnement était donc compris entre ± 0,03 et ± 0,04 m (0,115 ‑ 0,085 = 0,03 et 0,125 ‑ 0,085 = 0,04). La surface couverte au lit de pose par O1‑O4 étant de 2,14 × 2,475 m, nous pouvons calculer, en retranchant le fruit des orthostates, une surface pour leur lit d’attente de 2,14 ‑ (0,009 × 2) × 2,475 ‑ (0,009 × 2) = 2,122 × 2,457 m. Si nous ajoutons le débord que nous avons calculé précédemment à la surface portante ainsi définie, nous obtenons théoriquement, pour le lit de pose du couronnement, une surface maximale de : 2,122 + (0,04 × 2) × 2,477 + (0,04 × 2) = 2,202 × 2,557 m. À 0,008 m près, le calcul est donc vérifié pour le petit côté du couronnement (larg. : 2,21 m). Ainsi, nous pouvons estimer que la surface du couronnement était d’environ 2,56 × 2,21 m au lit de pose et de 2,55 × 2,20 m au lit d’attente, une fois retranchée la valeur du fruit de ses faces de parement (0,005 m).

34Le sens dans lequel étaient positionnés les quatre blocs du couronnement nous est donné par la correspondance de la mortaise de goujon conservée au lit d’attente de O1 avec celle du lit de pose, sur joint, de C2a, car si l’on replaçait à cet endroit une autre des mortaises présentes sur les lits de pose de C1 ou C3, le couronnement ne serait plus centré. Ainsi, le bloc C1 formait l’angle Sud‑Ouest ou avant droit du couronnement, C2 son angle Nord‑Ouest ou avant gauche, C3 son angle Nord‑Est ou arrière gauche, C4 son angle Sud‑Est ou arrière droit.

L’inscription IG XI 4, 1110 (E 368 ; fig. 27‑28)

35L’inscription (fig. 27) est divisée en deux parties : la dédicace à proprement parler (haut. des lettres : ± 0,03 m ; interligne : ± 0,028 m) et la signature de l’artiste (haut. des lettres : ± 0,018 m) séparées par un espace de ± 0,26 m. Α à barre brisée ; Ε à barre centrale moyenne ; Π à jambes inégales ; Σ ouvert, aux branches droites ; Υ à grande haste et branches droites ; Ω fermé. Les lettres rondes n’occupent pas toute la hauteur de la ligne. Apices.

Fig. 27 – Orthostate O1.

Fig. 27 – Orthostate O1.

Cl. Fr. Herbin.

  • 22 F. Durrbach, A. Jardé (n. 1).
  • 23 « Archives Vallois » : DELOS 3‑N(4)‑19, p. 20/65 ; « Archives Llinas/Vallois », feuillet PP1, et n (...)
  • 24 AHHD I, p. 67 et n. 3.
  • 25 M. Holleaux, « Le décret des Ioniens en l’honneur d’Eumène II », REG 37 (1924), p. 317, n. 1 (= Ét (...)
  • 26 R. Vallois, EAD VII 1, p. 162, n. 2.

36Dans la première publication22, un Ω, certes pointé, avait été vu comme la première lettre conservée à la ligne 1. Un O se devine plus qu’il ne se lit aujourd’hui. D’après les nombreuses mentions que j’ai pu retrouver dans les notes de R. Vallois, ce dernier s’est souvent penché sur la question de la restitution de la dédicace du monument23. Il avait lui aussi vu un O au début de la première ligne. De son propre aveu, la restitution de la dédicace lui avait été finalement fournie par M. Holleaux24. Celui‑ci avait d’ailleurs prévu de la publier : « Pour l’inscription du “monument des Galates”, Durrbach [Choix, p. 279] fait observer que “la restitution [ΒΑΣΙΛΕΥΣ ΑΤΤΑΛΟ]Σ ΤΟΥΣ ΓΑΛΑ[ΤΑΣ] remplirait très exactement la l. 1”. Je ne doute guère que le texte ne doive être ainsi complété : [ΒΑΣΙΛΕΥΣ ΑΤΤΑΛΟ]Σ ΤΟΥΣ ΓΑΛΑ[ΤΑΣ] / [ΝΙΚΗΣΑΣ ΑΠΑΝ]ΤΑΣ ΑΠΟΛΛΩ[ΝΙ]. C’est, au reste, un sujet qui se veut [sic] être traité à part et sur lequel j’aurai lieu de revenir »25. R. Vallois a également avancé un autre argument, architectural et plus en rapport avec ses intérêts, au crédit de cette restitution : « La ressemblance de la base des Galates avec le piédestal d’Épigénès est trop singulière pour que l’on se fasse scrupule d’attribuer à Attale le premier de ces monuments »26.

37À mon sens, il subsiste néanmoins deux inconnues concernant l’inscription IG XI 4, 1110 : celle de sa « mise en page » et celle du nom de l’artiste dont la signature était apposée en‑dessous de la dédicace à proprement parler.

38En ce qui concerne la « mise en page » de la dédicace, il est clair que l’inscription s’étendait sur les deux orthostates O1 et O2. Cependant, selon la restitution de M. Holleaux, les deux premières lignes seraient centrées. Or, il se pourrait qu’elles aient en fait été justifiées à gauche et que seule la première ligne fût centrée. Dans ce cas, on pourrait penser que la seconde ligne comportait quelques lettres de plus au début, par exemple « ΕΚΝΙΚΗΣΑΣ », sans que le sens général de la dédicace soit radicalement transformé. Aussi, bien que les deux lignes de l’inscription que porte la base d’Épigénès soient justifiées à gauche (IG XI 4, 1109), nous avons néanmoins retenu la leçon proposée par M. Holleaux sur nos restitutions graphiques (fig. 28, 45) :

[Bασιλεὺς Ἄτταλο]ς τοὺ[ς] Γαλά[τας] [νικήσας ἅπαν]τας Ἀπόλλω[νι]. vacat - - - ἐπόει.

39En ce qui concerne le nom de l’artiste, le problème demeure insoluble. Notre dessin de restitution porte le nom de Nikératos, exempli gratia, et il est fort possible que l’ethnique ait accompagné le nom.

Les statues : hypothèses de restitution (Fr. Queyrel)

  • 27 J. Marcadé, MD, p. 334, n. 1 ; p. 358 ; Schalles 1985, p. 60‑61.
  • 28 Hypothèse de P. Moreno, Cultura ellenistica I (1994), p. 285, 302 ; voir J. Marcadé, Fr. Queyrel, (...)
  • 29 R. Vallois, AHHD I, p. 56, n. 3 ; Schalles 1985, p. 60‑64 ; B. Hintzen-Bohlen, Herrscherrepräsenta (...)
  • 30 GD2, p. 76, no 4 ; A. Jacquemin, BCH 109 (1985), p. 578 ; B. Schmidt-Dounas, Egnatia 4 (1993‑1994) (...)

40Même complété, le couronnement de la base dite des Galates présente des lacunes qui ne permettent pas d’avancer une restitution certaine du schéma statuaire. Les traces conservées font cependant écarter la présence d’une statue équestre du roi Attale Ier qui avait été supposée d’après les dimensions de la base inédite27. La présence de mortaises qui servaient à fixer des statues en bronze ne permet évidemment pas de replacer sur cette base le Gaulois blessé trouvé dans l’Agora des Italiens28, qui est en marbre, avec sa plinthe qui s’encastrait dans le couronnement d’une base. D’autres hypothèses ont été avancées et doivent être écartées maintenant que le couronnement est complété : un groupe d’Attale Ier à cheval terrassant un ou deux Galates tombés à terre29 ou un groupe de statues de Galates30.

  • 31 Il existe une autre fondation, in situ, en avant de l’angle Sud‑Ouest du Temple des Athéniens, qui (...)

41La cavité profonde de section ovale, presque circulaire, qui traverse de part en part le bloc de couronnement (fig. 26, 28, no 1) suggère la présence d’un objet élevé dont la partie inférieure venait s’encastrer dans l’assise supérieure du remplissage intérieur en granit pour renforcer son ancrage (fig. 13, 14). D’après la forme légèrement ovale de la cavité sur la face supérieure du couronnement, on exclura a priori une colonne, qui aurait une section circulaire ; reste la possibilité d’un tronc d’arbre, mais pas d’une stipe de palmier, qui aurait aussi une section circulaire, comme la base où l’on restitue le palmier de Nicias en présente une (GD 37)31. Ce tronc d’arbre se dressait dans l’angle postérieur droit (par rapport au spectateur) de la base.

42Les autres mortaises repérables sur le couronnement (fig. 28) sont toutes moins profondes : elles se présentent sous la forme, plus ou moins bien conservée, des « semelles » habi­tuelles qui servaient à fixer la partie inférieure d’éléments statuaires en bronze (tabl. IV).

Fig. 28 – Restitution de l’élévation face Ouest et du lit d’attente du couronnement (1⁄20).

Fig. 28 – Restitution de l’élévation face Ouest et du lit d’attente du couronnement (1⁄20).

Dessin Fr. Herbin.

Semelle Bloc Long. Larg. Prof. Remarques
1 C4a‑b 26,5 21,5 33,3 transperce tout le bloc C4 ainsi que le lit d’attente de R10 sur 8 cm de profondeur ; traces d’arrachement au pourtour.
2 C2c 20* 20,5 16,2 semelle incomplète ; traces d’arrachement au pourtour.
3 C2 - - - semelle disparue dont la position approximative nous est donnée par les traces d’arrachement présentes sur le bloc C3.
4 C4a 15,5 13,5 12,5 semelle complète ; traces d’arrachement au pourtour.
5 C4a 12* 8,5* 10,3 semelle incomplète ; traces d’arrachement au pourtour.
6 C4a 26* 3,8 2,5 rainure incomplète.
  • 32 Les chiffres suivis d’un astérisque expriment les dimensions maximales conservées.

43Tableau IV – Dimensions des « semelles » (en cm)32.

44Deux semelles, l’une brisée sur l’arrière (no 2), l’autre repérable uniquement aux traces de pointe sur la tranche antérieure du bloc de couronnement jointif à l’arrière (no 3), peuvent correspondre à un personnage en pied placé sur la partie antérieure gauche du couronnement : on ne peut déterminer exactement sa pondération, vu le mauvais état de conservation des mortaises. Ce personnage se présentait de face, se détachant devant un espace vide, comme l’indique l’absence de toute mortaise ou semelle sur le bloc postérieur gauche.

  • 33 R. Vallois, AHHD I, p. 56, n. 3, évoquait cette possibilité : « la base Nord d’Attale a peut‑être (...)
  • 34 Voir par exemple la base pour un cheval cabré signée de Sophoklès : H. B. Siedentopf, Das hellenis (...)

45Revenons vers l’angle postérieur droit du couronnement, où se dressait le tronc d’arbre. Deux mortaises circulaires, l’une complète (no 4), l’autre brisée (no 5), pourraient correspondre à un personnage debout sur la pointe des pieds, mais il faut d’emblée souligner que ce personnage serait coincé dans l’angle entre le tronc et les bords du couronnement, ce qui rend la restitution peu probable. Nous avions aussi d’abord pensé à l’emplacement des deux sabots arrière d’un cheval en position extrêmement cabrée33, qui aurait été maintenu par un support ventral en forme de tronc, comme on en connaît pour des statues en marbre, par exemple les Dioscures du Capitole où le support mouluré a la forme d’un cippe ; mais, pour une statue en bronze, le support ventral est ordinairement une mince tige, en tout cas pas aussi grosse que le tronc qui était arrimé dans la base34. Une autre possibilité paraît préférable : deux objets pouvaient être fixés dans ces mortaises, éventuellement inclinés et appuyés contre le tronc. Il reste enfin sur l’avant de la première cavité, à droite, une rainure incomplète (no 6) qui va en s’amincissant vers la face latérale de la base. Elle servait à fixer un objet sur sa tranche qui pouvait être incliné et appuyé contre le tronc.

46Les objets fixés dans les mortaises nos 4 à 6 peuvent ainsi être mis en relation avec le tronc. La mortaise no 6 suggère la présence d’un bouclier allongé posé sur sa tranche. Si c’est le cas, le tronc en bronze était ébranché et portait des armes. Les deux mortaises nos 4 et 5 correspondraient à la fixation de deux objets sur lesquels nous reviendrons.

  • 35 P. Gardner, R. S. Poole (éds), Thessaly to Aetolia, A catalogue of the Greek coins in the British (...)
  • 36 Base de l’Étolie : Delphes, Musée archéologique. Deux fragments trouvés près de l’angle Sud‑Ouest (...)

47Le schéma statuaire se réduit donc à un personnage debout, plus grand que nature, près d’un trophée entouré de quelques armes fixées au sol. La composition se développait selon une diagonale qui reliait le personnage sur le bloc antérieur gauche au trophée entouré de quelques armes au sol dans l’angle postérieur droit, offrant une vision privilégiée quand on s’approchait du sanctuaire en empruntant le Dromos. Des comparaisons avec des images qui présentent personnage en pied et trophée peuvent donner quelques indices pour la restitution du groupe statuaire, qui restera de toute façon hypothétique dans le détail. Les images numismatiques et glyptiques doivent aussi être replacées dans leur contexte ; ce ne sont pas des photographies de monuments disparus, comme l’indiquent les variations iconographiques sur le monnayage étolien du monceau d’armes qui sert de siège à l’Étolie ; comme l’a montré D. Knoepfler, les Étoliens mêlèrent sur les images monétaires des boucliers macédoniens rhomboïdes aux boucliers ovales des Galates pour rappeler les hostilités avec les Macédoniens dans les années 230 et suivantes35 (fig. 29), alors que la statue dont la base a été érigée à Delphes vers 275 était assise sur des armes exclusivement galates36 (fig. 30).

Fig. 29 – L’Étolie assise sur des boucliers galates et macédoniens au revers d’un tétradrachme de la confédération étolienne. Londres, British Museum, RPK, p47A.1.Aet.

Fig. 29 – L’Étolie assise sur des boucliers galates et macédoniens au revers d’un tétradrachme de la confédération étolienne. Londres, British Museum, RPK, p47A.1.Aet.

Cl. du musée.

Fig. 30 – Base de l’Étolie. Delphes, Musée archéologique. H. 95 cm. Calcaire de Saint‑Élie.

Fig. 30 – Base de l’Étolie. Delphes, Musée archéologique. H. 95 cm. Calcaire de Saint‑Élie.

Cl. EFA.

Le trophée

  • 37 A. Reinach, Dictionnaire des Antiquités V (1919), p. 497‑507, s.v. « Tropaeum ». Étude récente de (...)
  • 38 Th. Fischer, « Waffenweihungen und Tropaia im römischen Reich », dans Waffen für die Götter. Krieg (...)
  • 39 Munich, Staatliche Antikensammlungen und Glyptothek, 15032. B. Kaeser, « Tropaion mit westgriechis (...)
  • 40 A. Jacquemin, Offrandes monumentales à Delphes, BEFAR 304 (1999), p. 189, 327, no 214.
  • 41 Rabe 2008, p. 85.
  • 42 L. Pernet (n. 36), avec bibliographie.

48Le trophée, tumuliforme, avec un entassement d’armes prises à l’ennemi, ou anthropomorphe, avec la panoplie clouée sur une poutre, marquait sur le champ de bataille le point où le vaincu avait été mis en fuite, faisant demi‑tour (τροπή, tropê)37. Des trophées étaient aussi offerts en ex‑voto dans des sanctuaires38, comme en témoigne probablement un trophée en bois avec cuirasse et casque de Grèce de l’Ouest qui date du ive s.39 (fig. 31). La dédicace d’un trophée anthropomorphe en pierre n’apparaît probablement qu’à l’époque hellénistique, même si on ignore presque tout de celui qui, à Delphes, signalait l’endroit où les Perses avaient été arrêtés en 48040. Les armes fixées sur le trophée anthropomorphe ou présentes à côté sur le sol ont une signification historique et topique : ainsi le scutum sur les monnaies d’or de Pyrrhos est‑il du type appelé étrusque qui avait été adopté par les Romains, pour indiquer que le roi d’Épire commémorait des victoires précédemment remportées sur les Romains41. Le trophée anthropomorphe que nous restituons sur la base délienne rappelait, d’après l’inscription, une victoire, ou des victoires, d’Attale Ier sur les Galates, ce qui était sûrement signalé par la forme des armes42.

Fig. 31 – Trophée. Munich, Staatliche Antikensammlungen und Glyptothek, 15032. Sans provenance précise. H. 2,40 m. Bois, bronze.

Fig. 31 – Trophée. Munich, Staatliche Antikensammlungen und Glyptothek, 15032. Sans provenance précise. H. 2,40 m. Bois, bronze.

Cl. du musée, Renate Kühling.

  • 43 Crawford, RRC, no 281/1, p. 297, pl. XXXIX (type). H. Zehnacker, Moneta. Recherches sur l’organisa (...)
  • 44 Ch. Parisot-Sillon, A. Suspène, « Le stéréotype du barbare dans la communication monétaire à la fi (...)
  • 45 Crawford, RRC, no 437, p. 457‑459, pl. LII ; Ch. Parisot-Sillon, A. Suspène (n. 44), p. 56.
  • 46 Crawford, RRC, no 482/1, p. 495, pl. LVII.
  • 47 Crawford, RRC, no 52, p. 467, pl. LIII.
  • 48 Ch. Parisot-Sillon, A. Suspène (n. 44), p. 56, fig. 7.

49Dans le monnayage romain, le trophée gaulois est caractérisé par la présence du carnyx : deux de ces trompettes de guerre sont fichées en terre au revers du denier de M. Furius L. f. Philus en 119 (fig. 32) où Roma victrix couronne un trophée pour commémorer les triomphes de 120 après les victoires remportées sur les Allobroges et les Arvernes43 : les armes des Gaulois représentées de manière stéréotypée « expriment en négatif les qualités du peuple romain, dont les Furii, parmi d’autres, se veulent les champions »44. Le trophée gaulois se signale aussi par le bouclier ovale, associé au carnyx sur un des deux trophées au revers des deniers émis par C. Coelius Caldus en 50 pour commémorer les hauts faits de C. Coelius Caldus consul en 94 et vainqueur des Salluvii ; l’autre trophée en pendant, avec un bouclier macédonien, rappellerait des succès remportés dans l’Orient grec45. Sur des deniers de César en 44, le carnyx est placé contre le trophée auquel est fixé un bouclier ovale tandis qu’un second bouclier de même forme est posé au sol devant deux lances, appuyé contre le tronc ébranché46 ; le 13 juillet 48/7, le même César avait émis des aurei et des deniers où le trophée, surmonté d’un casque à cornes, est armé d’un unique bouclier à droite et d’un carnyx à gauche, alors que les quinaires présentent au revers le bouclier macédonien et l’épée47 ; le trophée sur les monnaies de César est ainsi devenu de plus en plus imposant et chargé au fil du temps48.

Fig. 32 – Rome victrix couronnant un trophée au revers du denier de M. Furius L. f. Philus. Londres, British Museum, 2002,0102.996.

Fig. 32 – Rome victrix couronnant un trophée au revers du denier de M. Furius L. f. Philus. Londres, British Museum, 2002,0102.996.

Cl. du musée.

  • 49 G. Naechtergael, Les Galates en Grèce et les Sôtéria de Delphes, Recherches d’histoire et d’épigra (...)
  • 50 P. A. Pantos, Τα σφραγσµατα της Αιτολικς Καλλιπλεως (1985), p. 124‑125, no 100, pl. 18, suivi p (...)
  • 51 P. A. Pantos (supra), p. 123‑124, no 99, pl. 18.
  • 52 L. Pernet (n. 36), p. 23‑24, fig. 1.

50Ces images s’inscrivent dans la tradition hellénistique du trophée galate, attestée dans la région de Delphes après l’invasion des Galates en 27849. On a vu sur une crétule de Callion un trophée avec cuirasse, épée, peut‑être cnémide, entouré à gauche d’un bouclier galate et à droite d’une pointe de lance50 (fig. 33) ; je ne reconnais pas ici de trophée au centre, mais plutôt un carnyx, avec son pavillon en forme de tête monstrueuse et sur le bord de la crétule, à droite de la pointe de lance, une épée dans son fourreau. Je retrouve la même réunion d’armes, mais inversée, sur une autre crétule51 qui présente au centre un carnyx, entouré d’une pointe de lance et d’un fourreau d’épée à gauche et d’un bouclier ovale à droite ; on discerne ici un casque à terre au pied du carnyx (fig. 34). Les armes galates entassées sur lesquelles était assise la statue de l’Étolie comprenaient aussi deux carnyces avec leurs pavillons zoomorphes52.

Fig. 33 – Armes galates sur une crétule de Callion. Delphes, Musée archéologique, 14173

Fig. 33 – Armes galates sur une crétule de Callion. Delphes, Musée archéologique, 14173

D’après Pantos 1985, no 100, pl. 18.

Fig. 34 – Armes galates sur une crétule de Callion. Delphes, Musée archéologique, 14172

Fig. 34 – Armes galates sur une crétule de Callion. Delphes, Musée archéologique, 14172

D’après Pantos 1985, no 99, pl. 18.

  • 53 M.‑L. Vollenweider, Catalogue raisonné des sceaux, cylindres, intailles et camées, II, Les portrai (...)

51Un trophée galate me paraît figuré sur une intaille en verre de Genève (fig. 35), ainsi décrite par M.‑L. Vollenweider53 : « Sur une massue s’érige un trophée qui consiste en une tunique serrée à mi‑hauteur par une large ceinture, flanquée de chaque côté des épaules d’un bouclier oblong et d’une trompette reliée à un javelot. En haut et au centre, le casque vu de face aux couvre‑joues baissés. » En fait, c’est le bas du tronc du trophée, plutôt qu’une massue, qui est renflé et l’armement est caractéristique des Galates avec les boucliers ovales à nervure centrale et les « trompettes », qui sont des carnyces pendus au niveau des épaules ; l’image permet de compléter la panoplie galate avec le sayon à large ceinture au lieu du corselet de la cuirasse qu’on voit sur les trophées monétaires de la République romaine. Peut‑on pour autant restituer à Délos, fixés dans les deux mortaises de l’angle postérieur droit de la base, deux carnyces ? Il nous a paru plus prudent à la réflexion de restituer deux lances, qui étaient peut‑être croisées ou plus ou moins inclinées vers le tronc ébranché (fig. 45).

Fig. 35 – Trophée galate sur une intaille. Genève, Musée d’art et d’histoire, Musée Fol no 3208.

Fig. 35 – Trophée galate sur une intaille. Genève, Musée d’art et d’histoire, Musée Fol no 3208.

D’après Vollenweider 1976‑1979, no 523, pl. 132.

Le personnage en pied

  • 54 H. Kotsidu, Τιµ κα δξα. Ehrungen für hellenistische Herrscher im griechischen Mutterland und in (...)
  • 55 Rabe 2008, p. 93‑95, 191 no 83, pl. 24, 1.
  • 56 E. Laurenzi, dans E. La Rocca, S. Tortorella (éds), Trionfi romani, Exposition « Il Trionfo. Vinci (...)
  • 57 Par exemple, F. Miele, « Vittoria e guerriero vincitore con trofeo », dans M. L. Nava, R. Paris, R (...)

52Un couronnement de base à Athènes porte des traces de fixation de deux personnages avec un trophée et des armes au sol54 (fig. 36), alors qu’il n’y avait qu’un seul personnage à Délos près du trophée. Sur la base athénienne, le roi Ariobarzane III (54‑42) se dressait en appui sur la jambe gauche à droite d’un trophée près duquel étaient des armes à terre ; de la main droite, il tenait un bouclier posé au sol sur sa tranche et deux mortaises visibles sur l’avancée latérale gauche du couronnement correspondraient à la fixation d’une statue de Niké qui aurait couronné le roi ou qui aurait plutôt, me semble‑t‑il, été tournée sur la pointe des pieds, d’après la forme et la position des « semelles », vers le trophée, dont elle est plus proche. Une peinture de Pompéi souvent commentée peut donner une idée de cette composition55 (fig. 37) : un personnage cuirassé à droite paraît fermer l’épaulière d’un corselet de cuirasse tandis que Niké va planter un clou sur le côté d’un casque pour le fixer au sommet du tronc d’un trophée : les deux figures sont en train de le parer de ses armes. Le rapprochement avec la base d’Ariobarzane III permet d’inscrire cette image, datée de l’époque de Néron ou des Flaviens (45‑79)56, dans une tradition hellénistique, même si on ne peut pas a priori avancer que l’inspiration en est pergaménienne, ce qui est souvent présenté comme une évidence57.

Fig. 36 – Couronnement d’une base du roi Ariobarzane III. L. 1,12 m ; prof. 0,57‑0,66 m. Athènes, Musée épigraphique, 10585.

Fig. 36 – Couronnement d’une base du roi Ariobarzane III. L. 1,12 m ; prof. 0,57‑0,66 m. Athènes, Musée épigraphique, 10585.

D’après Rabe 2008, pl. 2, 1.

Fig. 37 – Peinture de Pompéi. Naples, Musée national archéologique, 8843.

Fig. 37 – Peinture de Pompéi. Naples, Musée national archéologique, 8843.

D’après Rabe 2008, pl. 24, 1.

  • 58 Liste d’images classées suivant l’attitude de Niké : Woelcke 1911, p. 162‑169. Lors d’un passage à (...)
  • 59 Rabe 2008, p. 172‑174, no 15, pl. 7 (avec bibliographie et renvois internes).
  • 60 Picard 1957, p. 52‑59.
  • 61 Choix d’images dans Nike-Victoria, avec un commentaire rapide de Y. Stoyas, « Victory with trophy  (...)
  • 62 P. R. Franke, M. Hirmer, Die griechische Münze2 (1972), p. 148, no 731 V, pl. 202.
  • 63 P. R. Franke, M. Hirmer, Die griechische Münze2 (1972), p. 104, 105 no 475 R, pl. 151 ; Rabe 2008 (...)
  • 64 Liste d’images monétaires : Nike 1992, p. 891‑892, nos 621‑632, pl. 599 (no 626).
  • 65 Rabe 2008, p. 205, pl. 68, 4.
  • 66 P. R. Franke, M. Hirmer (n. 62), p. 54, 55, no 137 R, pl. 48 ; Nike 1992, p. 891‑892, no 631 ; Rab (...)
  • 67 Rabe 2008, p. 89, n. 459, 191 no 82, pl. 20, 6.
  • 68 Nike 1992, p. 891, no 626, pl. 599 ; Rabe 2008, p. 88, n. 446, 205, pl. 68, 6.
  • 69 Rabe 2008, p. 89, n. 459, no 8, pl. 20, 5 ; K. Lapatin, Luxus. The Sumptuous Arts of Greece and Ro (...)

53L’association de Niké avec un trophée58 qu’elle garnit est un motif bien connu dans l’art d’Athènes à la fin du ve s., décliné en particulier sur la balustrade du temple d’Athéna Niké sur l’Acropole vers 420‑410 où les trophées et les Nikés sont multipliés comme Athéna elle‑même59. Cependant, le plus souvent, Niké est isolée avec un seul trophée60. Le motif est repris et varié dans le monnayage grec, où la représentation de Niké avec un trophée est courante à partir du ive s.61 : le sujet apparaît à Lampsaque vers 360‑350 où Niké, agenouillée, cloue un casque au sommet du trophée62. À partir de la fin du ive s., l’image de Niké avec un trophée se répand. Deux schémas sont alors privilégiés : celui de Niké ailée tropéophore, ainsi sur les statères émis en 278‑279 par Pyrrhos à Syracuse pour célébrer ses victoires sur les Romains63, et surtout celui de Niké debout à côté d’un trophée64, dans deux attitudes différentes : elle fixe une arme sur le trophée ou elle le couronne, comme sur des tétradrachmes du diadoque Séleucos Ier Nikator (294‑281)65 (fig. 38). Quand Niké place une arme pour compléter la panoplie sur le trophée, le plus souvent elle ajuste d’une main un clou qu’elle va planter avec le marteau tenu dans l’autre main, pour fixer le casque au sommet du trophée garni, notamment sur des tétradrachmes du tyran de Syracuse Agathocle (310‑304)66 (fig. 39), ou pour clouer un bouclier sur le tronc ébranché qui n’est pas encore garni, comme sur une bague contemporaine de Crimée signée de Parménôn67 (fig. 40), mais on la voit aussi mettre le casque en place, comme sur une monnaie en bronze de Kibyra en Cilicie (iieier s. av. J.‑ C.) où Niké paraît bien tenir dans la main gauche le marteau68, ou encore sur une intaille du ive s. signée d’Onatas où elle ferme l’épaulière du corselet de la cuirasse69 (fig. 41).

  • 70 M.‑Chr. Hellmann a eu l’obligeance de me signaler ce relief inédit, qui avait retenu l’attention d (...)
  • 71 Rome, Musée national romain, 125890 : T. Hölscher, « Actium und Salamis », JDAI 99 (1984), p. 187‑ (...)
  • 72 Liverpool, World Museum (anciennement Merseyside County Museum, 1959.148.250) (seule la partie inf (...)
  • 73 Comptes rendus des séances de la société philomathique 2 (1855), p. 296 ; Mémoires de la société p (...)
  • 74 La collection Ince Bludell comprend essentiellement des sculptures de provenance romaine : E. Sout (...)
  • 75 Par exemple une base fragmentaire trouvée en 1838 à l’est du Parthénon : Athènes, Musée de l’Acrop (...)

54L’art archaïsant reprend à l’époque d’Auguste le motif de la Victoire qui complète un trophée, tenant un aplustre avec une attitude maniérée qui marque l’écart avec l’art classique tout en faisant référence à Athènes70 (fig. 42) : T. Hölscher associe ce motif, qu’il ne connaissait que par un relief trouvé dans le quartier résidentiel du Quirinal à Rome, à la célébration de la victoire d’Actium mise en parallèle avec des reliefs également néo‑attiques qui célébraient la victoire de Salamine71 ; une variante un peu postérieure, mais toujours du règne d’Auguste, présenterait selon lui la Victoire nourrissant un serpent72 ; je crois cependant plutôt que ce dernier relief a été mal complété lors de sa restauration moderne : il ne reste du serpent qu’un fragment de queue qui pouvait correspondre à un nœud du tronc ; ici aussi la Victoire garnit un trophée, dont la partie basse est cachée par une cuirasse et un bouclier à terre ; le bas du tronc ébranché a été interprété par le restaurateur comme un fût de colonne. Le fragment de relief de la fig. 42 a été offert au général Mayran (1802‑1854), commandant des armées françaises au Pirée en 1852‑1854, par le général Kallergis (1803‑1867), ministre de la guerre de Grèce, avant d’entrer dans les collections du musée de Ver dun, comme venant du Parthénon73. Cette provenance flatteuse est évidemment erronée, mais il est possible que le fragment vienne de l’Acropole. Le motif est donc connu par trois exemplaires fragmentaires, dont deux viennent de Rome74 et le troisième d’Athènes ; il illus­tre la réinvention augustéenne de l’art de l’Athènes classique où les images de Niké avec un trophée étaient nombreuses sur l’Acropole, non seulement sur les reliefs de la balus­trade d’Athéna Niké, mais aussi sur des reliefs et des bases de la fin du ve s.75.

Fig. 38 – Niké couronnant un trophée au revers d’un tétradrachme de Séleucos Ier Nikator. Londres, British Museum, 1973,1210.2.

Fig. 38 – Niké couronnant un trophée au revers d’un tétradrachme de Séleucos Ier Nikator. Londres, British Museum, 1973,1210.2.

Cl. du musée.

Fig. 39 – Niké clouant un casque sur un trophée au revers d’un tétradrachme d’Agathocle. Athènes, Musée numismatique, collection Saroglos, sans numéro.

Fig. 39 – Niké clouant un casque sur un trophée au revers d’un tétradrachme d’Agathocle. Athènes, Musée numismatique, collection Saroglos, sans numéro.

Cl. du musée.

Fig. 40 – Niké clouant un bouclier sur un trophée, sur une bague signée de Parménôn. L. 2,3 cm. Or. Londres, British Museum, 1885,0417.1.

Fig. 40 – Niké clouant un bouclier sur un trophée, sur une bague signée de Parménôn. L. 2,3 cm. Or. Londres, British Museum, 1885,0417.1.

Cl. du musée.

Fig. 41 – Niké attachant l’épaulière du corselet de la cuirasse, sur une intaille signée d’Onatas. L.3,3 cm ; l. 2,7 cm. Chalcédoine. Londres, British Museum, 1865,0712.86.

Fig. 41 – Niké attachant l’épaulière du corselet de la cuirasse, sur une intaille signée d’Onatas. L.3,3 cm ; l. 2,7 cm. Chalcédoine. Londres, British Museum, 1865,0712.86.

Cl. du musée.

Fig. 42 – Victoire tenant un aplustre et complétant un trophée, relief. H. 27 cm ; l. 30 cm. Marbre. Verdun, musée de la Princerie, inv. 85.7.109 ; 54.9.109.

Fig. 42 – Victoire tenant un aplustre et complétant un trophée, relief. H. 27 cm ; l. 30 cm. Marbre. Verdun, musée de la Princerie, inv. 85.7.109 ; 54.9.109.

Cl. du musée.

  • 76 Rapide présentation : A. Höck, « Tropaia auf Münzen, Darstellungen von Sieg und Niederlage », dans (...)
  • 77 Crawford, RRC, no 98A/1b ; voir Nike-Victoria, p. 76, no 3, fig. 3.
  • 78 Crawford, RRC, nos 44/1‑168/1 passim.
  • 79 Crawford, RRC, no 332, p. 331‑332, pl. XLIII.

55La scène de Niké qui couronne un trophée est reprise pendant la seconde guerre punique (216‑211) sur des monnaies en bronze d’ethnè et de cités d’Italie du Sud rangées du côté d’Hannibal ; on a pensé qu’anciens alliés d’Agathocle, ces peuples étaient habitués à voir cette image sur des monnaies. Au même moment, la République romaine s’approprie le sujet76 en frappant à partir de 211, à un moment critique de la guerre, des victoriats (victoriati) en argent avec Victoria qui couronne un trophée77 (fig. 43) ; ce motif se rencontre sur ces dénominations monétaires jusqu’en 17078. Il se retrouve ponctuellement plus tard, notamment en 98 sur des quinaires (quinarii) de T. Cloelius où le trophée gaulois fait allusion aux victoires de Marius sur les Celtes79.

Fig. 43 – Victoire couronnant un trophée au revers d’un victoriat. Londres, British Museum, R.7097.

Fig. 43 – Victoire couronnant un trophée au revers d’un victoriat. Londres, British Museum, R.7097.

Cl. du musée.

  • 80 Crawford, RRC, no 296/2, p. 309, 311, pl. XL.

56La Victoire fixant un casque au sommet du trophée est moins souvent représentée sur le monnayage romain. Sur un as de 112 ou 111 (fig. 44), le motif serait inspiré par le type au revers du monnayage d’Agathocle80, mais le graveur a pris quelques libertés avec ce modèle supposé.

Fig. 44 – Niké fixant un casque sur un trophée au revers d’un as de Cn. Blasio Cn. f. Londres, British Museum, 1909,1006.4.

Fig. 44 – Niké fixant un casque sur un trophée au revers d’un as de Cn. Blasio Cn. f. Londres, British Museum, 1909,1006.4.

Cl. du musée.

  • 81 Crawford, RRC, no 333, p. 332, pl. XLIII.
  • 82 H. Mattingly, Coins of the Roman Empire in the British Museum IV. Antoninus Pius to Commodus (1940 (...)
  • 83 H. Mattingly, Coins of the Roman Empire in the British Museum IV. Antoninus Pius to Commodus (1940 (...)

57Le monnayage républicain figure rarement la Victoire portant un bouclier ovale sur lequel elle écrit avant de le fixer sur le trophée gaulois avec carnyx incliné à terre, comme en 97 où le monétaire fait allusion aux victoires de Marius81. Ce n’est qu’à l’époque impériale qu’un bouclier inscrit tenu par la Victoire est placé sur un support en forme de palmier : la Victoire peut écrire de la main droite sur le bouclier82 ou encore simplement le retenir de la main droite, ayant une palme dans l’autre main83.

  • 84 Crawford, RRC, no 415, p. 441, pl. LI.

58La représentation du vainqueur à côté du trophée est exceptionnelle sur les monnaies d’époque républicaine. On citera le revers du denier où Paul‑Émile en toge, plus grand que le trophée à côté duquel il se dresse, domine le roi Persée et ses deux fils représentés à plus petite échelle et entravés84 : une telle image apparaît bien après la mort du vainqueur de Pydna en 168, puisque ces deniers sont émis en 62 par un monétaire qui affiche ainsi son ascendance glorieuse.

  • 85 Par exemple à Délos, Fr. Herbin me signale les bases inscrites pour la reine Cléopâtre III (ID 153 (...)

59Quelle restitution préférer pour le monument délien ? Au vu du nombre de documents de comparaison, on a d’abord tendance à privilégier la restitution d’une Niké à côté du trophée plutôt que l’image d’Attale, sans Niké. Cependant, si la figure féminine avait cette attitude, on attendrait un autre mode de fixation que des « semelles » correspondant aux pieds : une statue féminine en bronze vêtue d’un chiton talaire est habituellement fixée par des crampons sur le pourtour du bas de son vêtement85 ; la base délienne ne présente pas de mortaises pour de tels scellements. Il est cependant possible que le chiton ne touchait pas le sol si Niké était vêtue d’une tunique un peu plus courte, comme sur une monnaie romaine (fig. 44) ou même sur le tétradrachme de Séleucos Ier (fig. 38) : l’effigie était alors fixée sur la base par ses deux pieds, comme F. Hölscher me l’a suggéré (fig. 45a), sans qu’on puisse déterminer sa pondération. D’autres restitutions, avec un personnage masculin debout dans une attitude calme, sont cependant envisageables : on restituerait le roi Attale Ier en cuirasse (fig. 45b) comme sur la peinture de Pompéi (fig. 37), ou une divinité masculine, peut‑être Apollon (fig. 45c).

Fig. 45 – Propositions de restitution du groupe statuaire en bronze de la base « des Galates » ; a. avec Niké ; b. avec Attale Ier ; c. avec Apollon.

Fig. 45 – Propositions de restitution du groupe statuaire en bronze de la base « des Galates » ; a. avec Niké ; b. avec Attale Ier ; c. avec Apollon.

Dessins Fr. Herbin.

Attitude et identité de la figure debout

  • 86 Nike 1992, p. 891, no 626, pl. 599.

60Les comparaisons avec l’iconographie monétaire font ressortir la faveur dont jouissait le thème de Niké complétant ou couronnant un trophée. La composition du motif repose sur la proximité entre la Victoire et le trophée : elle doit pouvoir le toucher et elle est tournée vers lui. Niké est figurée à côté du trophée vers lequel elle se tourne : elle ajuste de la main gauche un clou qu’elle va enfoncer avec le marteau tenu dans la main droite, ou elle tient de la main droite une couronne au‑dessus du trophée. Elle peut être placée à gauche du trophée ou à droite, le plus souvent en appui sur la jambe proche du trophée (la gauche si elle est à gauche, la droite si elle est à droite)86, sans que ce soit une règle absolue.

  • 87 Crawford, RRC, nos 44/1‑168/1 passim (victoriats entre 211 et 170) ; no 331, p. 331, pl. XLIII (en (...)
  • 88 Ci‑dessus n. 67.

61Quand le personnage en pied couronne le trophée, il peut approcher la couronne du casque de la main droite87 (fig. 32) ou des deux mains88 (fig. 38), mais pas de la main gauche seule. Quand Niké s’apprête à clouer le casque sur le trophée, elle est vue de face, tête de profil tournée vers le trophée, en appui sur la jambe gauche :

  • elle tient le clou ajusté de la main gauche tendue sur le côté du casque et le marteau dans la main droite abaissée sur les monnaies d’Agathocle89 (fig. 39) ;
  • sur les as romains de 112 ou 111, si la Victoire tient de la main gauche un clou (qu’on ne discerne pas sur ces monnaies de bronze), elle s’apprête à l’enfoncer au sommet du casque, non pas sur le côté comme sur les monnaies d’Agathocle, et elle tient le marteau dans la main droite avec l’avant‑bras à l’horizontale, non pas abaissé90 (fig. 44).

62Sur la base délienne, la distance entre l’emplacement du trophée et le personnage permet d’envisager la restitution de Niké, en appui sur la jambe droite, qui tendrait la main gauche vers le trophée, mais pas la droite, trop éloignée (fig. 45a). Faisant ce geste, elle pouvait tenir le marteau dans la main droite et un clou dans la main gauche pour fixer le casque au sommet du trophée. Dans cette hypothèse de restitution, le trophée n’avait peut‑être pas encore reçu le grand bouclier ovale, ici posé au sol et incliné vers le tronc à l’avant. Si le trophée était complètement garni, Niké tendait peut‑être une couronne vers le casque au sommet pour le couronner, mais il faudrait que ce soit des deux mains d’après les comparaisons avec des images monétaires. Le mode de présentation de Niké debout sur une jambe d’appui et vêtue d’une tunique qui ne touchait pas le sol se concilie avec la présence de deux scellements correspondant aux pieds de la statue, dont l’un, partiellement conservé, est celui du pied droit (fig. 26, 28, no 2).

  • 91 Rabe 2008, p. 172‑173, avec citation de Pline, NH 35, 141.
  • 92 Cette observation que m’a faite T. Hölscher se vérifie dans les dédicaces réunies de Schenkungen 1 (...)

63Si la figure debout était celle du roi Attale Ier, la restitution correspond aussi aux traces de scellement. On pense d’abord à une statue qui garnissait le trophée ; cependant on attendrait aussi alors la présence de Niké d’après les quelques documents de comparaison déjà invoqués, la base d’Ariobarzane III (fig. 36) ou la peinture de Pompéi (fig. 37). On restitue, dans cette hypothèse, la statue du roi en pied à côté du trophée (fig. 45b) ; une peinture de Léontiskos représentait un groupe analogue, du stratège Aratos de Sicyone (271‑213) avec un trophée91. Une difficulté se présente : il n’y a pas d’exemple d’un roi dédiant sa propre image, dont la dédicace porterait donc le nom au nominatif92.

  • 93 Délos, Musée archéologique, A 4124. J. Marcadé, MD, p. 182‑184, 281, 366‑367, pl. XXX ; Ph. Jockey(...)

64Si le personnage était masculin sur la base délienne, il représentait plutôt un dieu, peut‑être Apollon, comme la figure 45c en propose une silhouette à titre de pure hypothèse, car les parallèles manquent, alors qu’une statue d’appartement figure par exemple à Délos Apollon un pied posé sur un amoncellement de boucliers galates93.

Dimensions et sculpteur

  • 94 OGIS 234, l. 26 ; FD III 4, 163, l. 26.

65La restitution d’un personnage s’apprêtant à clouer une arme sur le trophée est possible si la statue mesurait environ 3,50 m de haut : le bras gauche élevé était assez long pour tenir le clou sur le haut du trophée, qui avait à peu près la même hauteur (fig. 45a). La largeur conservée de la « semelle » no 2 (fig. 26, 28), 20,5 cm, inférieure à la largeur du pied, fait attendre un pied chaussé long de plus de 60 cm. Des effigies en bronze colossales, de 8 coudées, soit 3,552 m, sont connues, comme celles du peuple d’Antioche des Chrysaoriens et du roi Antiochos III dans le sanctuaire d’Apollon à Delphes94. Si la statue ne clouait pas le casque ou ne couronnait pas le trophée, elle pouvait être un peu moins haute (fig. 45b‑c).

  • 95 G. Leroux, BCH 34 (1910), p. 486‑490, fig. 2‑3. Dédicace inscrite : IG XI 4, 1105 ; F. Durrbach, C (...)
  • 96 IG XI 4, 1212 ; Marcadé, Signatures II, 82 ; DNO, IV, no 3134, p. 336. Voir J. Marcadé, MD, p. 358

66Comme la base « des Galates » porte la fin de la signature d’un sculpteur dont le nom a disparu (ci‑dessus, p. 294‑295), on pourrait penser sans preuve, pour une commande aussi importante, à l’un des deux bronziers qui ont travaillé à Délos pour les Attalides, en laissant de côté les problèmes liés à leur datation : Nikératos, auteur des effigies disparues sur la base de Sôsikratès qui, devant le temple des Athéniens, rappelaient les victoires de Philétairos sur les Galates95, ou bien Phyromachos, qui paraît s’être spécialisé dans les sujets divins et qui a collaboré avec Nikératos dans le sanctuaire96. Aucun indice cependant n’amène à attribuer le groupe de la base délienne à un sculpteur précis.

Monuments de victoire, comparaisons

Bases à Pergame

  • 97 Présentation succincte de L. Winkler-Horaček, dans Pergamon2 2012, p. 139‑143. L’ouvrage Schenkung (...)
  • 98 Fr. Queyrel, L’Autel de Pergame. Images et pouvoir en Grèce d’Asie, Antiqua 9 (2005), p. 130‑133, (...)
  • 99 Éd. Will, Histoire politique du monde hellénistique, 323‑30 av. J.‑C., Annales de l’Est, mémoire 3 (...)
  • 100 Sur l’image littéraire des Celtes, surtout chez les écrivains latins, voir en général B. Kremer, D (...)

67Attale Ier avait, en 238 ou 237, repoussé une invasion des Galates, qui menaçaient Pergame97. Si l’on accepte la reconstitution que j’ai proposée de la suite des événements98, il en massacra une partie dans le bois sacré de l’Aphrodision, sous les murs même de sa capitale, dans les ravins rocailleux du Kétios, avant de les anéantir dans la plaine du Haut‑Caïque « près des eaux jaillissantes du Caïque » (Inschr. Pergamon 20), où il remporta la victoire dite inexactement des « sources du Caïque »99. Dans le dernier quart du iiie s., des ex‑voto commémorent ces victoires, notamment à Pergame où des bases inscrites du sanctuaire d’Athéna supportaient des statues en bronze dans les années 220‑210100 (fig. 46).

Fig. 46 – Plan schématique du sanctuaire d’Athéna à Pergame.

Fig. 46 – Plan schématique du sanctuaire d’Athéna à Pergame.

Dessin F. Ory, UMR 8546 Aoroc, d’après R. Wenning, Die Galateranatheme Attalos I. [1978], pl. 20.

  • 101 Inschr. Pergamon 33‑37, 58 ; Alt. Pergamon IX, p. 126, no 4 (complète probablement Inschr. Pergamo (...)
  • 102 Par exemple Schalles 1985, p. 69‑80 ; voir Queyrel 2016, p. 207‑208.
  • 103 B. S. Ridgway, Hellenistic Sculpture, I. The Styles of ca. 331‑200 B.C. (1990), p. 295 ; J. R. Mar (...)

68La statue associée au trophée de Délos ne trouve pas à Pergame de parallèle conservé pour célébrer une victoire sur les Galates ; on ne replace pas de trophée sur les bases du sanctuaire d’Athéna, sauf à supposer que des petites bases dédiées par Eumène II en supportaient101. On discute toujours pour savoir quelles statues étaient érigées sur la base au centre de l’espla­nade dans son état originel : une Athéna colossale ? Les statues en bronze que copieraient les Grands Galates en marbre retrouvés à Rome ? Quant à la base allongée en bordure de l’esplanade, qui commémore les victoires remportées sur Antiochos Hiérax et les Galates, on en connaît fort mal l’architecture et on préfère y restituer des groupes de combattants galates et séleucides avec leurs vainqueurs pergaméniens102, à moins d’estimer que les Grands Galates sont des créations romaines, non pas des copies d’originaux exposés à Pergame103.

  • 104 H. von Fritze, « Zur Chronologie der autonomen Prägung von Pergamon », dans Corolla Numismatica. N (...)
  • 105 Fr. Queyrel, Les portraits des Attalides: fonction et représentation, BEFAR 308 (2003), p. 48‑49, (...)
  • 106 Ci‑dessus n. 91.
  • 107 Inschr. Pergamon 246, l. 8 ; voir Fr. Queyrel (n. 105), p. 45‑48.
  • 108 Hypothèse reprise par Picard 1957, p. 79‑81.

69Le monnayage de Pergame présente au revers d’un très grand module de bronze au nom d’Athéna Niképhoros, qui apparaît sous Eumène II, un trophée isolé dépourvu de caractéristiques typiques des Galates104. On a aussi souvent reconnu sur une peinture de Pompéi la représentation d’un Attalide (Attale Ier ou Eumène II) qui complète un trophée avec Niké, quoique rien n’assure l’identification d’un roi particulier105 (fig. 37). Br. Rabe, montrant que les armes ne sont pas typiques des Galates, a rejeté tout rapport de l’image avec Pergame en envisageant la possibilité d’y reconnaître un écho d’une peinture de Léontiskos où le stratège Aratos était figuré avec un trophée ; cette hypothèse paraît cependant bien fragile, car Niké n’est pas mentionnée dans le texte de Pline106 ; le document constitue en revanche un parallèle pour la restitution d’une statue d’Attale Ier près du trophée à Délos. Une statue de culte du dernier roi de la dynastie, Attale III, le représentait en cuirasse, « le pied posé sur des boucliers » dans le temple d’Asclépios à Pergame107, mais il n’était pas pour autant à côté d’un trophée. Il n’est pas non plus certain que les sarcophages romains où les combats contre les barbares se déroulent entre deux trophées soient des citations exactes de monuments pergaméniens disparus, même si certains de ces vaincus ont des attitudes qui dérivent de modèles pergaméniens108.

  • 109 P. Apianus, Inscriptiones sacro‑sanctae vetustatis (1534), p. CCCCCVII ; E. Loewy, Inschriften gri (...)
  • 110 R. Vollkommer, LIMC VIII (1997), p. 246, no 76, pl. 172, s.v. « Victoria ».

70Reste enfin à mentionner un document d’interprétation délicate : la copie d’un dessin attribué à Cyriaque d’Ancône montre une statue acéphale qui ressemble à une Victoire, sans ailes, sur un globe, juchée sur une base moulurée cylindrique109 (fig. 47) ; elle tient dans la main gauche ce qui semble être une épée dans son fourreau, mais peut aussi être le tronc d’un trophée, ainsi figuré sur des monnaies du règne d’Auguste110. L’inscription latine mêle traduction du grec et glose :

Opus Nice‑
rati. Fertur
autem ima‑
ginem fuisse
Eumen{est}is
regis.

Fig. 47 – Statue de Niké sur une base, copie d’un dessin de Cyriaque d’Ancône à Pergame.

Fig. 47 – Statue de Niké sur une base, copie d’un dessin de Cyriaque d’Ancône à Pergame.

D’après Marcadé, Signatures II, 80 verso.

  • 111 Marcadé, Signatures II, 80.
  • 112 Woelcke 1911, p. 169.
  • 113 T. Hölscher (n. 109), p. 6‑17 ; U. Grote, LIMC VI, 1992, p. 903, 904, s.v. « Nike ».

71On suppose que la signature de Nikératos figurait en grec sur la base111. Le dessinateur y a‑t‑il replacé arbitrairement une statue vue sur le site ? On peut le penser en remarquant que la Niké est figurée avec une plinthe apparente, qui n’est pas encastrée dans la base comme c’est habituel à l’époque hellénistique pour les statues en marbre. Si l’association des deux éléments est fidèle à la réalité, la statue serait de Nikératos. La suite est affichée comme une interprétation (fertur, « on rapporte ») : Cyriaque a‑t‑il voulu dire que la statue était un portrait d’Eumène II ? Il mentionnait peut‑être le dédicant auquel on attribuait la base112. Une interprétation indémontrable est possible : la statue, qui serait colossale et en bronze, se serait dressée sur la grande base cylindrique au centre de l’esplanade du sanctuaire ; cette Victoire sur un globe, dont les ailes auraient disparu avec le haut du buste, aurait subsisté au xve s. après avoir remplacé sous Auguste la statue ou le groupe statuaire d’origine. Le motif de la Victoire sur un globe est bien augustéen, rappelant la Niké dédiée par l’empereur après Actium dans la Curie Julienne, qui était un original hellénistique offert par Pyrrhus à Tarente113. Cet écheveau d’hypothèses est bien fragile, car il n’est pas du tout assuré que la base dessinée ait supporté cette effigie ni qu’il s’agisse de celle retrouvée au centre du sanctuaire d’Athéna. On ne peut donc attribuer le groupe originel de cette dernière base à Nikératos sur la foi de ce dessin.

Le monument de la victoire du Caïque

  • 114 V. Kästner, « Das Heiligtum der Athena », dans Pergamon2 2012, p. 185‑187, 188, fig. 4 ; Queyrel 2 (...)
  • 115 A. Schober, « Das Gallierdenkmal Attalos I. in Pergamon », MDAI(R) 51 (1936), p. 104‑124 ; F. Coar (...)
  • 116 E. Künzl, Die Kelten des Epigonos von Pergamon, Beiträge zur Archäologie 4 (1971), p. 19 ; Schalle (...)
  • 117 Picard 1957, p. 289‑290.
  • 118 Rabe 2008, p. 155‑158, 183, no 48, pl. 43, 1‑3 ; voir le trophée sur une monnaie de la confédérati (...)

72Revenons sur cette grande base circulaire (diam. 3,15 m à l’assise de couronnement) qui a été réutilisée à l’époque impériale114 (fig. 48). Les fragments inscrits sur l’assise de couronnement mentionnent la victoire remportée par Attale Ier aux « Eaux vives du Caïque » sur les Galates Tolistoagiens (Inschr. Pergamon, 20). Je rappelle seulement pour mémoire les deux restitutions qui sont en présence : cette base aurait supporté les originaux en bronze des Grands Galates115 ou une statue colossale d’Athéna116. V. Kästner a brièvement rejeté ces deux restitutions en rappelant les caractéristiques du monument : sur un socle circulaire modifié au début de l’époque impériale (diam. à la base 5,24 m ; haut. 0,87 m) s’élevait le cylindre de la base (diam. 3,15 m ; haut. 3,10 m) ; l’élargissement du podium est mis en rapport avec la remise des insignes par les Parthes sous Auguste dont le nom figure sur l’inscription alors ajoutée en 20 av. J.‑C. (Inschr. Pergamon, 301) ; l’avancée du socle présente des traces de fixation de sculptures en bronze grandeur nature dédiées par Auguste : on y a restitué des groupes de trophées entourés de prisonniers debout, qui auraient été ajoutés sous Auguste117. La base cylindrique porte une dédicace du peuple et des Romains résidant à Pergame (Inschr. Pergamon, 383 A‑B), gravée au‑dessus d’une autre inscription postérieure qui rappelle la restauration du monument par le conseil et le peuple de Pergame (Inschr. Pergamon, 383 C). Sur le couronnement bombé de cette base cylindrique des traces de « semelles » près du bord plaident contre la restitution d’une effigie colossale à l’origine : il y aurait eu un groupe à plusieurs personnages. Une autre observation de V. Kästner ouvre la voie à une interprétation renouvelée de la question : la ressemblance de cette base au couronnement bombé avec la base qui supportait le trophée de Leuctres est patente118. Contrairement à ce que l’on croit habituellement, cette base de Leuctres, selon Br. Rabe, ne serait pas hellénistique, mais immédiatement postérieure à la bataille de 371 qui vit le triomphe des Thébains sur les Spartiates. Elle supportait en tout cas un trophée. Le couronnement également rhomboïde de la base de Pergame peut amener de même à y restituer un trophée. Seule une étude des traces de semelles conservées au bord du couronnement permettrait de voir si une figure garnissait ou couronnait ce trophée et si le roi Attale, remplacé ou simplement renommé par Auguste, était associé à cette action, comme l’est le vainqueur sur la fresque de Pompéi (fig. 37), ou si ces traces de fixation mentionnées sur le pourtour du couronnement correspondent à des statues ajoutées dans un second temps.

Fig. 48 – Monument circulaire d’Attale Ier à Pergame, restitution de V. Kästner.

Fig. 48 – Monument circulaire d’Attale Ier à Pergame, restitution de V. Kästner.

D’après Pergamon2, p. 188, Fig. 4.

Trophée, Galates et barbares captifs à Rome

73Certaines statues trouvées dans les Jardins de Salluste à Rome font peut‑être écho à des statues érigées dans le sanctuaire d’Athéna à Pergame : on pense aux Grands Galates découverts au début du xviie s., le groupe Ludovisi (fig. 49) et le Gaulois mourant, mais on a aussi découvert au même emplacement un trophée monumental lors des travaux d’urbanisation à la fin du xixe s. (fig. 50), ainsi que trois captifs barbares en marbres colorés.

Fig. 49 – Groupe Ludovisi. Rome, Musée national romain, Palais Altemps, 8608. H. 2,11 m. Marbre.

Fig. 49 – Groupe Ludovisi. Rome, Musée national romain, Palais Altemps, 8608. H. 2,11 m. Marbre.

Cl. Fr. Queyrel.

Fig. 50 – Trophée des Jardins de Salluste. Rome, Musées Capitolins, Centrale Montemartini, M.C. 43.

Fig. 50 – Trophée des Jardins de Salluste. Rome, Musées Capitolins, Centrale Montemartini, M.C. 43.

Cl. M.‑L. Nguyen/Wikimedia Commons.

  • 119 Hartswick 2004, p. 104‑108.
  • 120 G. Zecchini, « C. Giulio Cesare e il Galata morente », dans M. Sordi, « Dulce et decorum est pro p (...)
  • 121 Hartswick 2004, p. 9‑10, 107.
  • 122 D. Attanasio, M. Bruno, W. Prochaska, « The Docimian marble of the Ludovisi and Capitoline Gauls a (...)
  • 123 H. Gregarek, « Untersuchungen zur kaiserzeitlichen Idealplastik aus Buntmarmor », Kölner Jahrbuch  (...)
  • 124 D. Attanasio, M. Bruno, W. Prochaska (n. 122), p. 575‑587.

74Cette localisation de la découverte laisse ouverte une large fourchette chronologique, entre la fin du ier s. av. J.‑C. et le règne d’Hadrien dans la première moitié du iie s. apr. J.‑ C.119, mais une hypothèse qui attribuait la commande de l’exécution des Grands Galates à César120 ne peut être maintenue : celui‑ci n’a jamais possédé de jardins sur le Pincio à l’emplacement de la Villa Ludovisi où se situaient les Jardins de Salluste avant qu’ils ne reviennent au domaine impérial121. Le marbre des Grands Galates s’avère, à la lumière d’analyses récentes, venir des carrières de Dokimeion en Phrygie, près d’Afyon122. Ces carrières qui appartenaient à l’empereur produisaient à la fois du marbre blanc d’excellente qualité et des marbres de couleurs, comme le marbre à veines colorées dit pavonazetto123, et ont été exploitées à partir du milieu du règne d’Auguste, ce qui exclut une commande sous César124. Leurs originaux en bronze ont pu être transportés à Rome par Néron, comme on l’a pensé d’après un passage de Pline (NH 34, 84) qui, après avoir mentionné les « combats d’Attale et d’Eumène contre les Gaulois, œuvres d’Isigonus, Pyromachus, Stratonicus et Antigonus », indique que la plupart des statues qu’il vient de citer avaient été pillées par Néron pour orner sa Maison Dorée ; si les copies en marbre datent au plus tôt du règne de cet empereur, elles auraient, dans cette hypothèse, été faites à Rome avec du marbre importé de Dokimeion, plutôt qu’à Pergame avant le transport des statues.

  • 125 Naples, Musée archéologique national, 6117 et 6115 ; Copenhague, Glyptothèque Ny Carlsberg, 1177. (...)
  • 126 E. Talamo (n. 120), p. 168‑169 ; Hartswick 2004, p. 125‑129, fig. 3.32‑34.

75Les trois barbares agenouillés retrouvés dans la villa Ludovisi sont en marbres de couleur qui peuvent venir des mêmes carrières de Dokimeion, mais il n’y a pas d’analyse publiée à ma connaissance ; deux statues sont conservées à Naples, de l’ancienne collection Farnèse, et une troisième à Copenhague125. Le lieu de découverte des deux statues de la collection Farnèse, longtemps méconnu, est maintenant établi : elles ont été trouvées, comme celle de Copenhague, dans les Jardins de Salluste126. Le trophée en marbre des Jardins de Salluste ne rappelle pas forcément la bataille d’Actium, mais on ne peut pas non plus établir de relation certaine avec Pergame, où un trophée se dressait peut‑être sur la base au centre du sanctuaire d’Athéna.

Conclusion

  • 127 S. Dillon, E. Palmer Baltes, « Honorific Practices and the Politics of Space on Hellenistic Delos  (...)

76Revenons à la base délienne « des Galates », qu’il serait dorénavant préférable de désigner sous le nom de « base au trophée d’Attale », à l’extrémité nord du Dromos : l’étude architecturale assure sa restitution et son couronnement est maintenant mieux connu que celui de la base circulaire à Pergame et a fortiori que celui de la base allongée dans ses différents segments. Nous n’y avons pas trouvé de Galates, mais une évocation de la victoire remportée par Attale Ier sur eux, avec une figure debout à côté du trophée : elle représentait Niké ou peut‑être Apollon plutôt qu’Attale Ier lui‑même. Ce groupe colossal dominait le peuple des statues portraits qui s’est agrégé au fil du temps le long du Dromos127 : il le complète et lui donne un sens dès le début. Cette base se dressait à un emplacement privilégié devant le portique Sud, tout près des propylées. La publication de deux autres bases attalides qui bordent le Dromos devant le portique Sud permettra d’apprécier toute l’importance de la mise en scène des statues disparues.

Haut de page

Bibliographie

L’usage veut que l’on désigne les monuments déliens selon le numéro de notice qui les concerne dans Ph. Bruneau, J. Ducat, Guide de Délos4, 2005 (abrégé ici GD). Ainsi le Portique Sud sera‑t‑il appelé GD 3. Les autres abréviations employées dans cet article sont celles du GD, p. 19‑25 ou celles ci‑dessous.

Crawford, RRC = M. H. Crawford, Roman Republican Coinage I‑II (1975).

DNO = Der Neue Overbeck. Die antiken Schriftquellen zu den bildenden Künsten der Griechen (2014).

Hartswick 2004 = K. Hartswick, The Gardens of Sallust, A Changing Landscape.

Marcadé, Signatures II = J. Marcadé, Recueil des signatures de sculpteurs grecs II (1957).

Nike 1992 = A. Moustaka (« Archaische Zeit »), A. Goulaki-Voutira (« Einleitung und klassische Zeit »), U. Grote (« Hellenistische Zeit »), LIMC VI, p. 850‑904, pl. 557‑606, s.v. « Nike ».

Nike-Victoria = Nike-Victoria: on Coins and Medals (2004).

Pergamon2 2012 = R. Grüssinger, V. Kästner, A. Scholl (éds), Pergamon. Panorama der antiken Metropole2.

Picard 1957 = G.‑Ch. Picard, Les Trophées romains. Contribution à l’histoire de la religion et de l’art triomphal de Rome, BEFAR 187.

Queyrel 2016 = Fr. Queyrel, La sculpture hellénistique. Formes, thèmes et fonctions, Les manuels d’art et d’archéologie antiques.

Rabe 2008 = B. Rabe, Tropaia, τροπή und σκλα – Entstehung, Funktion und Bedeutung des griechischen Tropaions, Tübinger Archäologische Forschungen 5.

Schalles 1985 = H.‑J. Schalles, Untersuchungen zur Kulturpolitik der pergamenischen Herrscher im dritten Jahrhundert vor Christus, Istanbuler Forschungen 36.

Schenkungen 1995 = K. Bringmann, H. von Steuben (éds), Schenkungen hellenistischer Herrscher I. Zeugnisse und Kommentare.

Woelcke 1911 = K. Woelcke, « Beiträge zur Geschichte des Tropaions », BJ 120, p. 127‑235, pl. VIII‑ XII.

Haut de page

Notes

1 F. Durrbach, A. Jardé, « Fouilles de Délos exécutées aux frais de M. le Duc de Loubat (1903) », BCH 29 (1905), no 77, p. 220‑221.

2 R. Vallois, EAD VII 1, pl. IX, no 41, reproduit ici fig. 1.

3 Il sera ici question de deux fonds d’archives. Le premier est constitué de ce que l’on nommera « Dossiers » ou « Archives Vallois », conservés aux archives de l’EFA. Il s’agit des notes rassemblées par ce chercheur sur l’architecture délienne. Nous en donnerons les références au fur et à mesure. L’autre fonds est constitué de notes et de photographies réalisées par Chr. Llinas et d’une partie des « Dossiers Vallois » que Chr. Llinas avait empruntée aux archives de l’EFA en vue de la publication du Portique Sud et des autres monuments du Dromos. J.‑Ch. Moretti, au moment où il était temporairement le dépositaire de ces « Archives Llinas/Vallois », m’a très amicalement permis de les consulter et je l’en remercie chaleureusement.

4 Par exemple, I. Schmidt, Hellenistische Statuenbasen (1995), p. 437, affirme que la fondation était en gneiss alors qu’elle est construite avec des blocs de granit, qu’il ne nous en est parvenu qu’un seul orthostate sur huit, alors que le monument n’en comportait que six (voir infra) et que deux d’entre eux nous sont en fait parvenus ; et aussi que le couronnement mouluré (profilierte Basiskrönung) a entièrement disparu alors que quatre blocs de ce couronnement non moulurés sont en réalité conservés. Ces inexactitudes ont pu être reprises ultérieurement et mener à des erreurs d’interprétation, comme celle de P. Moreno, Scultura ellenistica (1994), p. 285, 302, qui s’appuie sur la disparition du couronnement du monument des Galates pour y replacer le Gaulois blessé en marbre de l’Agora des Italiens ; contra J. Marcadé, Fr. Queyrel, « Le Gaulois blessé de Délos reconsidéré », Mon Piot 82 (2003), p. 41‑42, qui rétablissent l’existence du couronnement. Plus récemment, S. Dillon, E. Palmer-Baltes, « Honorific Practices and the Politics of Space on Hellenistic Delos: Portrait Statue Monuments Along the Dromos », AJA 117 (2013), p. 207‑246, ne prennent pas du tout le risque de restituer ce monument, alors même qu’elles présentent des restitutions en trois dimensions de l’ensemble des autres monuments du Dromos à travers les nombreuses illustrations de leur article : la base des Galates est représentée au niveau de sa plinthe.

5 Les blocs du monument ont été numérotés comme suit : les marbres formant la plinthe de P1 à P6, les granits du remplissage de R1 à R6, les orthostates de O1 à O6 et les blocs de couronnement de C1 à C4, en partant de l’angle Sud‑Ouest du monument et en tournant vers le Nord et l’Est, dans le sens des aiguilles d’une montre. C’est là le système employé par R. Vallois pour décrire la distribution des orthostates, généralisé ici pour toutes les assises.

6 R. Vallois, AHHD II, p. 22.

7 Notée par un * sur la fig. 4.

8 Je dois cette explication à M. M. Korrès auquel j’adresse mes plus chaleureux remerciements.

9 R. Vallois, AHHD II, p. 576, classe, à tort, ces crampons parmi les crampons en bronze de la variété α, alors que les crochets conservés dans le fond de certains des nids sont assurément en fer. La confusion vient peut‑être du fait que les agrafes qui reliaient les pièces de couronnement entre elles étaient en bronze ; voir infra, description des blocs C1 à C4. L’utilisation concomitante de scellements en bronze et en fer dans une même construction se retrouve, par exemple, au Monument de Mithridate (GD 94), où, comme l’avait noté Ph. Bruneau, « Contribution à l’histoire urbaine de Délos à l’époque hellénistique et à l’époque impériale », BCH 92 (1968), p. 673 (= BCH Suppl. 47 [2006], p. 151), les têtes des personnages insérées dans les médaillons étaient « fixées à l’arrière par une tige de fer (ou, au fronton, de bronze) ». Dans ces deux cas, les scellements en bronze concernent les parties extérieures du monument, plus ou moins directement exposées aux intempéries, alors que ceux en fer sont à l’intérieur. On peut éventuellement expliquer ce choix des bâtisseurs par le souci qu’ils avaient de préserver les parties visibles des marbres de la rouille, qui bien souvent engendre coulures et taches rougeâtres indélébiles sur la pierre autour du scellement oxydé. L’oxydation du bronze (qui lui donne sa couleur verdâtre) ne produisant pas de telles traces sur le marbre, le fer était peut‑être réservé pour les scellements non visibles et les moins exposés à l’humidité et donc à la corrosion.

10 Comme l’avait déjà souligné R. Vallois, AHHD II, p. 544, n. 2.

11 Voir fig. 4. T. Pönitz (étudiant, EPHE) m’a patiemment assisté pour effectuer l’ensemble de ces mesures. Je le remercie chaleureusement pour son aide.

12 EFA, « Archives Vallois » : DELOS 3‑N(7,1)‑32‑5, p. 22/87

13 Relevé déposé à la planothèque de l’EFA sous le numéro 8962 : voir fig. 7.

14 Reproduit ici fig. 6 : plan de distribution des orthostates avec la mention « Quid ? Conservé : le bas ».

15 Sur son relevé, K. Kolokotsas avait représenté une seconde de ces mortaises 0,145 m plus à droite (long. : 0,06 m ; larg. : 0,02 m ; prof. : 0,06 m). Nous n’en avons identifié qu’une seule en revoyant la pierre : aucune trace ne subsiste aujourd’hui de la seconde, si elle a jamais existé.

16 On en retrouve également la trace dans les archives « Llinas/Vallois » : quelques photographies prises par Chr. Llinas et feuillet « P. Sud 38 » (original de R. Vallois). Cependant, le bloc ne semble pas avoir été attribué au monument des Galates, ni par Chr. Llinas, ni par R. Vallois.

17 Voir description infra et fig. 23‑25.

18 Cette lettre et ces photographies proviennent des « Archives Llinas/Vallois ». Nous reproduisons l’une d’entre elles à la fig. 15.

19 Il avait d’ailleurs lui‑même réalisé un schéma du bloc C1. En effet, sur un feuillet conservé à l’EFA sous la cote DELOS 3‑N(7,1)‑32‑5, p. 40/87, on lit : « 1928. Dossier PS début inscr. Galates orthost. » suivi de mesures concernant les scellements de l’orthostate O1, et les mentions : « PP1 » notée en rouge (par Chr. Llinas ?) et « Verso : dalle de couronnement piédestal Galates. Pièce dans Port. Phil., cr. en partie conservés » avec schémas et mesures des scellements. J’ai retrouvé ce feuillet « PP1 » dans les « Archives Llinas/Vallois ». Le coin du feuillet qui devait porter la mention « PP1 » (?) est déchiré.

20 Voir fig. 16, 18, 23, d’après les relevés originaux conservés à la planothèque de l’EFA sous les nos 8963‑8966.

21 Fr. Herbin a repéré le fragment C2b et le bloc C3 et Fr. Queyrel le fragment C4b.

22 F. Durrbach, A. Jardé (n. 1).

23 « Archives Vallois » : DELOS 3‑N(4)‑19, p. 20/65 ; « Archives Llinas/Vallois », feuillet PP1, et nombreuses notes éparses (sans pagination) de la main de R. Vallois.

24 AHHD I, p. 67 et n. 3.

25 M. Holleaux, « Le décret des Ioniens en l’honneur d’Eumène II », REG 37 (1924), p. 317, n. 1 (= Études d’épigraphie et d’histoire grecques, t. II [1968], p. 164, n. 1). M. Holleaux ne semble pas avoir traité de ce monument par ailleurs.

26 R. Vallois, EAD VII 1, p. 162, n. 2.

27 J. Marcadé, MD, p. 334, n. 1 ; p. 358 ; Schalles 1985, p. 60‑61.

28 Hypothèse de P. Moreno, Cultura ellenistica I (1994), p. 285, 302 ; voir J. Marcadé, Fr. Queyrel, (n. 1), p. 41‑43, 71‑72.

29 R. Vallois, AHHD I, p. 56, n. 3 ; Schalles 1985, p. 60‑64 ; B. Hintzen-Bohlen, Herrscherrepräsentation im Hellenismus. Untersuchungen zu Weihgeschenken, Stiftungen und Ehrenmonumenten in den mutterländischen Heiligtümern Delphi, Olympia, Delos und Dodona, Arbeiten zur Archäologie (1992), p. 120 ; F. Coarelli, La gloria dei vinti. Pergamo, Atene, Roma, Exposition Rome 2014 (2014), p. 108‑109.

30 GD2, p. 76, no 4 ; A. Jacquemin, BCH 109 (1985), p. 578 ; B. Schmidt-Dounas, Egnatia 4 (1993‑1994) [1995], p. 117‑118 ; résumé dans Schenkungen 1995, p. 222‑223, no 174, fig. 108‑109.

31 Il existe une autre fondation, in situ, en avant de l’angle Sud‑Ouest du Temple des Athéniens, qui présente deux cavités ellipsoïdales pour des arbres, trophées ou mâts votifs. Description de Fr. Herbin, dans R. étienne (dir.), Le Sanctuaire d’Apollon, EAD (à paraître).

32 Les chiffres suivis d’un astérisque expriment les dimensions maximales conservées.

33 R. Vallois, AHHD I, p. 56, n. 3, évoquait cette possibilité : « la base Nord d’Attale a peut‑être porté un cavalier dont le cheval se cabrait sur un Galate terrassé ».

34 Voir par exemple la base pour un cheval cabré signée de Sophoklès : H. B. Siedentopf, Das hellenistische Reiterdenkmal (1968), p. 53, fig. 10.

35 P. Gardner, R. S. Poole (éds), Thessaly to Aetolia, A catalogue of the Greek coins in the British museum 7 (1883), p. 195, no 8. Voir E. Polito, Fulgentibus armis. Introduzione allo studio dei fregi d’armi antichi, Xenia antiqua, Monografie 4 (1998), p. 91, 100, n. 103 ; D. Knoepfler, « De Delphes à Thermos : un témoignage épigraphique méconnu sur le trophée galate des Étoliens dans leur capitale (le traité étolo-béotien) », CRAI 2007, 3, p. 1247‑1248 ; D. I. Tsangari, Corpus des monnaies d’or, d’argent et de bronze de la Confédération étolienne (2007), p. 79‑81, nos 491‑506, pl. 27‑28 ; Rabe 2008, p. 120, 202, nos 124 a‑c, pl. 35, 5.

36 Base de l’Étolie : Delphes, Musée archéologique. Deux fragments trouvés près de l’angle Sud‑Ouest du temple d’Apollon à Delphes. A. J. Reinach, « Un monument delphien. L’Étolie sur les trophées gaulois de Kallion », Journal international d’archéologie numismatique 13 (1911), en particulier p. 203‑206, fig. 1‑4 ; F. Courby, La terrasse du temple, FD II (1927), p. 288‑291, fig. 231‑236 ; P. Amandry, « Consécration d’armes galates à Delphes », BCH 102 (1978), p. 579‑580 ; D. Knoepfler (n. 35), p. 1225‑1237, fig. 9‑10, 13 ; Rabe 2008, p. 119‑121, 178, no 34, pl. 34‑35, 1‑4 ; L. Pernet, « Les représentations d’armes celtiques sur les monuments de victoire aux époques hellénistique et romaine. De la statue de l’Étolie vainqueur à l’arc d’Orange : origine et mutation d’un stéréotype », dans H. Ménard, R. Plana-Mallart (éds), Contacts de cultures, constructions identitaires et stéréotypes dans l’espace méditerranéen antique, Collection « Mondes anciens » (2014), p. 22‑25, fig. 4, 6.

37 A. Reinach, Dictionnaire des Antiquités V (1919), p. 497‑507, s.v. « Tropaeum ». Étude récente de Rabe 2008.

38 Th. Fischer, « Waffenweihungen und Tropaia im römischen Reich », dans Waffen für die Götter. Krieger, Trophäen, Heiligtümer, Exposition Innsbruck 2012‑2013 (2012), p. 207‑212.

39 Munich, Staatliche Antikensammlungen und Glyptothek, 15032. B. Kaeser, « Tropaion mit westgriechischer Rüstung », Münchner Jahrbuch der bildenden Kunst 38 (1987), p. 232‑234, fig. 9‑10 ; R. Gebhard, E. Rehm, H. Schulze (éds), Alexander der Groβe Herrscher der Welt, Exposition Rosenheim, 2013 (2013), fig. p. 132, 223, no 64 ; Queyrel 2016, p. 176, 177 fig. 161.

40 A. Jacquemin, Offrandes monumentales à Delphes, BEFAR 304 (1999), p. 189, 327, no 214.

41 Rabe 2008, p. 85.

42 L. Pernet (n. 36), avec bibliographie.

43 Crawford, RRC, no 281/1, p. 297, pl. XXXIX (type). H. Zehnacker, Moneta. Recherches sur l’organisation et l’art des émissions monétaires de la République romaine (289‑31 av. J.‑C.), BEFAR 222 (1973), 1, p. 500‑501, y reconnaît le rappel d’une victoire plus ancienne, celle d’Ariminum remportée en 223.

44 Ch. Parisot-Sillon, A. Suspène, « Le stéréotype du barbare dans la communication monétaire à la fin de la République romaine », dans H. Ménard, R. Plana-Mallart (n. 36), p. 51‑52, fig. 2.

45 Crawford, RRC, no 437, p. 457‑459, pl. LII ; Ch. Parisot-Sillon, A. Suspène (n. 44), p. 56.

46 Crawford, RRC, no 482/1, p. 495, pl. LVII.

47 Crawford, RRC, no 52, p. 467, pl. LIII.

48 Ch. Parisot-Sillon, A. Suspène (n. 44), p. 56, fig. 7.

49 G. Naechtergael, Les Galates en Grèce et les Sôtéria de Delphes, Recherches d’histoire et d’épigraphie hellénistiques, Académie royale de Belgique, Mémoires de la classe des Lettres, 2e série, 63/1 (1977), p. 3‑205.

50 P. A. Pantos, Τα σφραγσµατα της Αιτολικς Καλλιπλεως (1985), p. 124‑125, no 100, pl. 18, suivi par D. Knoepfler (n. 35), p. 1227, n. 34 ; p. 1240, n. 57.

51 P. A. Pantos (supra), p. 123‑124, no 99, pl. 18.

52 L. Pernet (n. 36), p. 23‑24, fig. 1.

53 M.‑L. Vollenweider, Catalogue raisonné des sceaux, cylindres, intailles et camées, II, Les portraits, les masques de théâtre, les symboles politiques. Une contribution à l’histoire des civilisations hellénistique et romaine, Musée d’art et d’histoire de Genève (1976‑1979), no 523, p. 462‑463, pl. 132.

54 H. Kotsidu, Τιµ κα δξα. Ehrungen für hellenistische Herrscher im griechischen Mutterland und in Kleinasien unter besonderer Berücksichtigung der archäologischen Denkmäler (2000), p. 100‑101, K 47 [E]‑[A] ; p. 497‑498, 64 fig. 8‑9 ; p. 694, fig. 85 ; Rabe 2008, p. 178, no 31, pl. 2, 1‑2 ; R. Krumeich, Chr. Witschel, « Hellenistische Statuen in ihrem räumlichen Kontext: das Beispiel der Akropolis und der Agora von Athen », dans A. Matthaei, M. Zimmermann (éds), Stadtbilder im Hellenismus, Die hellenistische Polis als Lebensform 1 (2009), p. 190, n. 62. Inscription IG II2 3428.

55 Rabe 2008, p. 93‑95, 191 no 83, pl. 24, 1.

56 E. Laurenzi, dans E. La Rocca, S. Tortorella (éds), Trionfi romani, Exposition « Il Trionfo. Vincitori e Vinti », Rome 2008 (2008), p. 191, II.2.12, fig.

57 Par exemple, F. Miele, « Vittoria e guerriero vincitore con trofeo », dans M. L. Nava, R. Paris, R. Friggeri (éds), Rosso Pompeiano (2007), p. 101.

58 Liste d’images classées suivant l’attitude de Niké : Woelcke 1911, p. 162‑169. Lors d’un passage à Délos, M. Korres, que nous remercions, nous a suggéré l’association de Niké avec le trophée que nous avions restitué. Voir Queyrel 2016, p. 196‑197, fig. 187.

59 Rabe 2008, p. 172‑174, no 15, pl. 7 (avec bibliographie et renvois internes).

60 Picard 1957, p. 52‑59.

61 Choix d’images dans Nike-Victoria, avec un commentaire rapide de Y. Stoyas, « Victory with trophy », p. 73.

62 P. R. Franke, M. Hirmer, Die griechische Münze2 (1972), p. 148, no 731 V, pl. 202.

63 P. R. Franke, M. Hirmer, Die griechische Münze2 (1972), p. 104, 105 no 475 R, pl. 151 ; Rabe 2008, p. 85, 201 no 119, pl. 69, 1 ; Nike-Victoria, p. 75, no 2, fig. 2.

64 Liste d’images monétaires : Nike 1992, p. 891‑892, nos 621‑632, pl. 599 (no 626).

65 Rabe 2008, p. 205, pl. 68, 4.

66 P. R. Franke, M. Hirmer (n. 62), p. 54, 55, no 137 R, pl. 48 ; Nike 1992, p. 891‑892, no 631 ; Rabe 2008, p. 86, 88, 200, no 118, pl. 68, 11 ; Nike-Victoria, p. 74, fig. 1 et p. 75, no 1.

67 Rabe 2008, p. 89, n. 459, 191 no 82, pl. 20, 6.

68 Nike 1992, p. 891, no 626, pl. 599 ; Rabe 2008, p. 88, n. 446, 205, pl. 68, 6.

69 Rabe 2008, p. 89, n. 459, no 8, pl. 20, 5 ; K. Lapatin, Luxus. The Sumptuous Arts of Greece and Rome (2015), p. 133, fig. 86 et p. 244.

70 M.‑Chr. Hellmann a eu l’obligeance de me signaler ce relief inédit, qui avait retenu l’attention d’une de ses étudiantes, Ch. Maillard.

71 Rome, Musée national romain, 125890 : T. Hölscher, « Actium und Salamis », JDAI 99 (1984), p. 187‑194, fig. 1 ; id., dans Kaiser Augustus und die verlorene Republik, catalogue d’exposition Berlin, Martin-Gropius-Bau, 6 juin‑14 août 1988, Berlin 1988, p. 370, no 202, fig. ; R. Vollkommer, LIMC VIII (1997), p. 244, no 46 ; L.‑A. Touchette, « Two Nikai with a Trophy – Two Women with a Herm: Public and Private in Roman Copies of the Nike Parapet », dans M. Cima, E. La Rocca (éds), Horti Romani. Atti del Convegno Internazionale Roma, 4‑6 maggio 1995, BCAR Supplementi 6 (1998), p. 327, n. 64.

72 Liverpool, World Museum (anciennement Merseyside County Museum, 1959.148.250) (seule la partie inférieure droite est antique) : B. Ashmole, A Catalogue of the Ancient Marbles at Ince Blundell Hall (1929), p. 93, no 250, pl. 41 ; T. Hölscher (supra, 1984), p. 188‑194, fig. 2.

73 Comptes rendus des séances de la société philomathique 2 (1855), p. 296 ; Mémoires de la société philomathique de Verdun 6 (1863), p. 101.

74 La collection Ince Bludell comprend essentiellement des sculptures de provenance romaine : E. Southworth, dans J. Fejfer, E. Southworth, The Ince Blundell Collection of Classical Sculpture I. The Portraits, CSIR Great Britain III 2 (1991), p. 11‑14.

75 Par exemple une base fragmentaire trouvée en 1838 à l’est du Parthénon : Athènes, Musée de l’Acropole, 4078. Woelcke 1911, p. 181, 230, n. 138 ; A. Goulaki-Voutira, LIMC VI (1992), p. 865, nos 162 et 343, s.v. « Nike ». En général L.‑A. Touchette (n. 71), p. 315‑331.

76 Rapide présentation : A. Höck, « Tropaia auf Münzen, Darstellungen von Sieg und Niederlage », dans Waffen für die Götter. Krieger, Trophäen, Heiligtümer, Exposition Innsbruck 2012‑2013 (2012), p. 217‑218, 219, fig. 1‑15.

77 Crawford, RRC, no 98A/1b ; voir Nike-Victoria, p. 76, no 3, fig. 3.

78 Crawford, RRC, nos 44/1‑168/1 passim.

79 Crawford, RRC, no 332, p. 331‑332, pl. XLIII.

80 Crawford, RRC, no 296/2, p. 309, 311, pl. XL.

81 Crawford, RRC, no 333, p. 332, pl. XLIII.

82 H. Mattingly, Coins of the Roman Empire in the British Museum IV. Antoninus Pius to Commodus (1940), no 584, p. 806, pl. 106, 12 (sous Commode).

83 H. Mattingly, Coins of the Roman Empire in the British Museum IV. Antoninus Pius to Commodus (1940), no 584, p. 596, pl. 80, 4 (sous Marc‑Aurèle).

84 Crawford, RRC, no 415, p. 441, pl. LI.

85 Par exemple à Délos, Fr. Herbin me signale les bases inscrites pour la reine Cléopâtre III (ID 1530) ou pour une prêtresse d’Artémis (ID 1871 ; Marcadé, Signatures II 50 verso‑51 recto), étudiées dans le cadre d’Eikon.

86 Nike 1992, p. 891, no 626, pl. 599.

87 Crawford, RRC, nos 44/1‑168/1 passim (victoriats entre 211 et 170) ; no 331, p. 331, pl. XLIII (en 99 av. J‑C.).

88 Ci‑dessus n. 67.

89 Nike‑Victoria, p. 74, fig. 1 et p. 75, no 1 (Agathocle, 310‑304).

90 Crawford, RRC, no 296/2, p. 309, 311, pl. XL (en 112 ou 111).

91 Rabe 2008, p. 172‑173, avec citation de Pline, NH 35, 141.

92 Cette observation que m’a faite T. Hölscher se vérifie dans les dédicaces réunies de Schenkungen 1995 ; H. Kotsidu (n. 54).

93 Délos, Musée archéologique, A 4124. J. Marcadé, MD, p. 182‑184, 281, 366‑367, pl. XXX ; Ph. Jockey, dans J. Marcadé (dir.), Sculptures déliennes, SitMon XVII (1996), p. 98, no 39, fig. p. 99 ; Queyrel 2016, p. 327, fig. 396 ; p. 377.

94 OGIS 234, l. 26 ; FD III 4, 163, l. 26.

95 G. Leroux, BCH 34 (1910), p. 486‑490, fig. 2‑3. Dédicace inscrite : IG XI 4, 1105 ; F. Durrbach, Choix, no 31, p. 38‑39 ; Marcadé, Signatures II, 79, 3 fig., pl. XXXVIII 1 ; DNO, IV, no 3136, p. 337‑338. Fr. Queyrel, RA 1989, p. 287, n. 110 (bibl.) ; p. 288, 293‑294, fig. 31‑32.

96 IG XI 4, 1212 ; Marcadé, Signatures II, 82 ; DNO, IV, no 3134, p. 336. Voir J. Marcadé, MD, p. 358.

97 Présentation succincte de L. Winkler-Horaček, dans Pergamon2 2012, p. 139‑143. L’ouvrage Schenkungen 1995 n’a pas pris en considération les ex‑voto et les monuments des Attalides à Pergame (avant‑propos, p. 5).

98 Fr. Queyrel, L’Autel de Pergame. Images et pouvoir en Grèce d’Asie, Antiqua 9 (2005), p. 130‑133, fig. 108 ; p. 143‑144.

99 Éd. Will, Histoire politique du monde hellénistique, 323‑30 av. J.‑C., Annales de l’Est, mémoire 32, I (1979), p. 296‑298.

100 Sur l’image littéraire des Celtes, surtout chez les écrivains latins, voir en général B. Kremer, Das Bild der Kelten bis in augusteische Zeit. Studien zur Instrumentalisierung eines antiken Feindbildes bei griechischen und römischen Autoren, Historia Einzelschriften 88 (1994). Sur leur représentation à partir des sources iconographiques, E. Kistler, Funktionalisierte Keltenbilder. Die Indienstnahme der Kelten zur Vermittlung von Normen und Werten in der hellenistischen Welt (2009). Aucun de ces deux ouvrages ne traite de l’association des Celtes au trophée.

101 Inschr. Pergamon 33‑37, 58 ; Alt. Pergamon IX, p. 126, no 4 (complète probablement Inschr. Pergamon 36) ; voir A. Schober, Die Kunst von Pergamon (1951), p. 53, 194 n. 29 ; Picard 1957, p. 78 ; R. Wenning, Die Galateranatheme Attalos I. Eine Untersuchung zum Bestand und zur Nachwirkung pergamenischer Skulptur, Pergamenische Forschungen 4 (1978), p. 41‑42.

102 Par exemple Schalles 1985, p. 69‑80 ; voir Queyrel 2016, p. 207‑208.

103 B. S. Ridgway, Hellenistic Sculpture, I. The Styles of ca. 331‑200 B.C. (1990), p. 295 ; J. R. Marszal, « Ubiquitous Barbarians. Representations of the Gauls at Pergamon and elsewhere », dans N. T. de Grummond, B. S. Ridgway (éds), From Pergamon to Sperlonga. Sculpture and Context, Hellenistic Culture and Society XXXIV (2000), p. 208‑209.

104 H. von Fritze, « Zur Chronologie der autonomen Prägung von Pergamon », dans Corolla Numismatica. Numismatic Essays in Honour of Barclay V. Head (1906), p. 60, pl. II 35 ; M.‑C. Marcellesi, Pergame de la fin du ve au début du ier siècle avant J.‑C. Pratiques monétaires et histoire, Studi ellenistici XXVI (2012), p. 127‑128, 264 pl. 6 (module no 53) ; sur les interprétations du monnayage théophore, P. Thonemann, RBN 159 (2013), p. 320‑321.

105 Fr. Queyrel, Les portraits des Attalides: fonction et représentation, BEFAR 308 (2003), p. 48‑49, pl. 76, 2 ; Rabe 2008, p. 93‑95, 191, no 83, pl. 24, 1.

106 Ci‑dessus n. 91.

107 Inschr. Pergamon 246, l. 8 ; voir Fr. Queyrel (n. 105), p. 45‑48.

108 Hypothèse reprise par Picard 1957, p. 79‑81.

109 P. Apianus, Inscriptiones sacro‑sanctae vetustatis (1534), p. CCCCCVII ; E. Loewy, Inschriften griechischer Bildhauer (1885), 496 ; F. Winter, Die Skulpturen mit Ausnahme der Altarreliefs, Altertümer von Pergamon VII (1908), p. 143, fig. 129 c ; T. Hölscher, Victoria Romana. Archäologische Untersuchungen zur Geschichte und Wesensart der römischen Siegesgöttin von den Anfängen bis zum Ende des 3. Jhs. n. Chr. (1967), p. 14‑15 ; Marcadé, Signatures II, 80, fig. ; Fr. Queyrel (n. 105), p. 196, pl. 76, 2 ; DNO, IV, no 3137, p. 338‑339, fig.

110 R. Vollkommer, LIMC VIII (1997), p. 246, no 76, pl. 172, s.v. « Victoria ».

111 Marcadé, Signatures II, 80.

112 Woelcke 1911, p. 169.

113 T. Hölscher (n. 109), p. 6‑17 ; U. Grote, LIMC VI, 1992, p. 903, 904, s.v. « Nike ».

114 V. Kästner, « Das Heiligtum der Athena », dans Pergamon2 2012, p. 185‑187, 188, fig. 4 ; Queyrel 2016, p. 207‑208, fig. 211.

115 A. Schober, « Das Gallierdenkmal Attalos I. in Pergamon », MDAI(R) 51 (1936), p. 104‑124 ; F. Coarelli, Da Pergamo a Roma. I Galati nella città degli Attalidi, Exposition Rome 1995 (1995) ; id.La gloria dei vinti. Pergamo, Atene, Roma, Exposition Rome 2014 (2014), p. 38‑95, avec un nouveau groupement de figures.

116 E. Künzl, Die Kelten des Epigonos von Pergamon, Beiträge zur Archäologie 4 (1971), p. 19 ; Schalles 1985, p. 53‑55.

117 Picard 1957, p. 289‑290.

118 Rabe 2008, p. 155‑158, 183, no 48, pl. 43, 1‑3 ; voir le trophée sur une monnaie de la confédération béotienne (288‑244) : Rabe 2008, p. 202, no 126, pl. 69, 13.

119 Hartswick 2004, p. 104‑108.

120 G. Zecchini, « C. Giulio Cesare e il Galata morente », dans M. Sordi, « Dulce et decorum est pro patria mori ». La morte in combattimento nell’antichità, Scienze storiche 45, Contributi dell’Istituto di storia antica 16 (1990), p. 255‑256 ; F. Coarelli (n. 115), p. 10‑15 ; E. Talamo, « Gli horti di Sallustio a Porta Collina », dans M. Cima, E. La Rocca (n. 71), p. 169. Sur la trouvaille dans les jardins de Salluste, Hartswick 2004, p. 104‑108, fig. 3.15‑3.16.

121 Hartswick 2004, p. 9‑10, 107.

122 D. Attanasio, M. Bruno, W. Prochaska, « The Docimian marble of the Ludovisi and Capitoline Gauls and other replicas of the Pergamene dedications », AJA 115 (2011), p. 575‑587.

123 H. Gregarek, « Untersuchungen zur kaiserzeitlichen Idealplastik aus Buntmarmor », Kölner Jahrbuch 32 (1999), p. 149‑150. Nombreux témoignages épigraphiques : L. Robert, JS 1962, p. 42‑51 ; L. Robert, À travers l’Asie Mineure, BEFAR 239 (1980), p. 223‑240 ; Th. Drew-Bear, MEFRA 106 (1994), p. 747‑844 (fin ier s.‑160 apr. J.‑C.).

124 D. Attanasio, M. Bruno, W. Prochaska (n. 122), p. 575‑587.

125 Naples, Musée archéologique national, 6117 et 6115 ; Copenhague, Glyptothèque Ny Carlsberg, 1177. R. M. Schneider, Bunte Barbaren. Orientalenstatuen aus farbigem Marmor in der römischen Repräsentationskunst (1986), p. 188‑195, KO 1‑3, pl. II et 1‑7 ; M. Moltesen, « The sculptures from the horti Sallustiani in the Ny Carlsberg Glyptothek », dans M. Cima, E. La Rocca (n. 71), p. 182‑184, fig. 8.

126 E. Talamo (n. 120), p. 168‑169 ; Hartswick 2004, p. 125‑129, fig. 3.32‑34.

127 S. Dillon, E. Palmer Baltes, « Honorific Practices and the Politics of Space on Hellenistic Delos : Portrait Statue Monuments Along the Dromos », AJA 117 (2013), p. 207‑246.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan restitué du dromos.
Crédits D’après EAD VII 1.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/349/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 222k
Titre Fig. 2 – Le monument no 41 vu de l’Est.
Crédits Cl. Fr. Herbin.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/349/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 728k
Titre Fig. 3 – Relevé (plan et élévation) du monument no 41 (1⁄20).
Crédits Dessin Fr. Herbin.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/349/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 595k
Titre Fig. 4 – Plan simplifié des mortaises (1⁄20).
Crédits Dessin Fr. Herbin.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/349/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 341k
Titre Fig. 5 – Crampon no X.
Crédits Cl. Fr. Herbin.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/349/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 726k
Titre Fig. 6 – Schéma de distribution des orthostates.
Crédits R. Vallois.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/349/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Fig. 7 – Relevé de l’orthostate O1 (1⁄20).
Crédits D’après Kolokotsas.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/349/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Titre Fig. 8 – Relevé de l’orthostate O4 (1⁄20).
Crédits Dessin Fr. Herbin.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/349/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Fig. 9 – Orthostate O4.
Crédits Cl. Fr. Herbin.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/349/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
Titre Fig. 10 – Plan de la seconde assise (1⁄20).
Crédits Dessin Fr. Herbin.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/349/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 331k
Titre Fig. 11 – Relevé du bloc de remplissage R9 (1⁄20).
Crédits Dessin Fr. Herbin.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/349/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Fig. 12 – Bloc de remplissage R9.
Crédits Cl. Fr. Herbin.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/349/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 737k
Titre Fig. 13 – Relevé du bloc de remplissage R10 (1⁄20).
Crédits Dessin Fr. Herbin.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/349/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 638k
Titre Fig. 14 – Bloc de remplissage R10.
Crédits Cl. Fr. Herbin.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/349/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 671k
Titre Fig. 15 – Blocs de couronnement rassemblés par R. Vallois.
Crédits Cl. J. Chamonard.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/349/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 585k
Titre Fig. 16 – Relevé du bloc de couronnement C1a‑b (1⁄20).
Crédits D’après Kolokotsas.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/349/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 555k
Titre Fig. 17 – Bloc de couronnement C1a‑b.
Crédits Cl. Fr. Herbin.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/349/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 705k
Titre Fig. 18 – Relevé du bloc de couronnement C2a‑b‑c (1⁄20).
Crédits C2a et C2c d’après Kolokotsas.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/349/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 660k
Titre Fig. 19 – Bloc de couronnement C2a.
Crédits Cl. Fr. Herbin.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/349/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 726k
Titre Fig. 20 – Bloc de couronnement C2b‑c.
Crédits Cl. Fr. Herbin.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/349/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 705k
Titre Fig. 21 – Relevé du bloc de couronnement C3 (1⁄20).
Crédits Dessin Fr. Herbin.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/349/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 526k
Titre Fig. 22 – Bloc de couronnement C3.
Crédits Cl. Fr. Herbin.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/349/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Titre Fig. 23 – Relevé du bloc de couronnement C4a‑b (1⁄20).
Crédits C4a D’après Kolokotsas.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/349/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 731k
Titre Fig. 24 – Bloc de couronnement C4a.
Crédits Cl. Fr. Herbin.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/349/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 562k
Titre Fig. 25 – Bloc de couronnement C4b.
Crédits Cl. Fr. Herbin.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/349/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 757k
Titre Fig. 26 – Plan du lit d’attente du couronnement (1⁄20).
Crédits Dessin Fr. Herbin.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/349/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 770k
Titre Fig. 27 – Orthostate O1.
Crédits Cl. Fr. Herbin.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/349/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Titre Fig. 28 – Restitution de l’élévation face Ouest et du lit d’attente du couronnement (1⁄20).
Crédits Dessin Fr. Herbin.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/349/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 262k
Titre Fig. 29 – L’Étolie assise sur des boucliers galates et macédoniens au revers d’un tétradrachme de la confédération étolienne. Londres, British Museum, RPK, p47A.1.Aet.
Crédits Cl. du musée.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/349/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 249k
Titre Fig. 30 – Base de l’Étolie. Delphes, Musée archéologique. H. 95 cm. Calcaire de Saint‑Élie.
Crédits Cl. EFA.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/349/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 627k
Titre Fig. 31 – Trophée. Munich, Staatliche Antikensammlungen und Glyptothek, 15032. Sans provenance précise. H. 2,40 m. Bois, bronze.
Crédits Cl. du musée, Renate Kühling.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/349/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre Fig. 32 – Rome victrix couronnant un trophée au revers du denier de M. Furius L. f. Philus. Londres, British Museum, 2002,0102.996.
Crédits Cl. du musée.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/349/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 437k
Titre Fig. 33 – Armes galates sur une crétule de Callion. Delphes, Musée archéologique, 14173
Crédits D’après Pantos 1985, no 100, pl. 18.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/349/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Fig. 34 – Armes galates sur une crétule de Callion. Delphes, Musée archéologique, 14172
Crédits D’après Pantos 1985, no 99, pl. 18.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/349/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 494k
Titre Fig. 35 – Trophée galate sur une intaille. Genève, Musée d’art et d’histoire, Musée Fol no 3208.
Crédits D’après Vollenweider 1976‑1979, no 523, pl. 132.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/349/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Titre Fig. 36 – Couronnement d’une base du roi Ariobarzane III. L. 1,12 m ; prof. 0,57‑0,66 m. Athènes, Musée épigraphique, 10585.
Crédits D’après Rabe 2008, pl. 2, 1.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/349/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 760k
Titre Fig. 37 – Peinture de Pompéi. Naples, Musée national archéologique, 8843.
Crédits D’après Rabe 2008, pl. 24, 1.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/349/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Titre Fig. 38 – Niké couronnant un trophée au revers d’un tétradrachme de Séleucos Ier Nikator. Londres, British Museum, 1973,1210.2.
Crédits Cl. du musée.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/349/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 258k
Titre Fig. 39 – Niké clouant un casque sur un trophée au revers d’un tétradrachme d’Agathocle. Athènes, Musée numismatique, collection Saroglos, sans numéro.
Crédits Cl. du musée.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/349/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Titre Fig. 40 – Niké clouant un bouclier sur un trophée, sur une bague signée de Parménôn. L. 2,3 cm. Or. Londres, British Museum, 1885,0417.1.
Crédits Cl. du musée.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/349/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 218k
Titre Fig. 41 – Niké attachant l’épaulière du corselet de la cuirasse, sur une intaille signée d’Onatas. L.3,3 cm ; l. 2,7 cm. Chalcédoine. Londres, British Museum, 1865,0712.86.
Crédits Cl. du musée.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/349/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 649k
Titre Fig. 42 – Victoire tenant un aplustre et complétant un trophée, relief. H. 27 cm ; l. 30 cm. Marbre. Verdun, musée de la Princerie, inv. 85.7.109 ; 54.9.109.
Crédits Cl. du musée.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/349/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 613k
Titre Fig. 43 – Victoire couronnant un trophée au revers d’un victoriat. Londres, British Museum, R.7097.
Crédits Cl. du musée.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/349/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 337k
Titre Fig. 44 – Niké fixant un casque sur un trophée au revers d’un as de Cn. Blasio Cn. f. Londres, British Museum, 1909,1006.4.
Crédits Cl. du musée.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/349/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 583k
Titre Fig. 45 – Propositions de restitution du groupe statuaire en bronze de la base « des Galates » ; a. avec Niké ; b. avec Attale Ier ; c. avec Apollon.
Crédits Dessins Fr. Herbin.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/349/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 469k
Titre Fig. 46 – Plan schématique du sanctuaire d’Athéna à Pergame.
Crédits Dessin F. Ory, UMR 8546 Aoroc, d’après R. Wenning, Die Galateranatheme Attalos I. [1978], pl. 20.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/349/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 47 – Statue de Niké sur une base, copie d’un dessin de Cyriaque d’Ancône à Pergame.
Crédits D’après Marcadé, Signatures II, 80 verso.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/349/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Titre Fig. 48 – Monument circulaire d’Attale Ier à Pergame, restitution de V. Kästner.
Crédits D’après Pergamon2, p. 188, Fig. 4.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/349/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 353k
Titre Fig. 49 – Groupe Ludovisi. Rome, Musée national romain, Palais Altemps, 8608. H. 2,11 m. Marbre.
Crédits Cl. Fr. Queyrel.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/349/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 402k
Titre Fig. 50 – Trophée des Jardins de Salluste. Rome, Musées Capitolins, Centrale Montemartini, M.C. 43.
Crédits Cl. M.‑L. Nguyen/Wikimedia Commons.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/349/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 794k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Herbin et François Queyrel, « Les monuments attalides du Dromos à Délos (I) : la « base des Galates » »Bulletin de correspondance hellénique, 139-140.1 | 2016, 267-319.

Référence électronique

Frédéric Herbin et François Queyrel, « Les monuments attalides du Dromos à Délos (I) : la « base des Galates » »Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 139-140.1 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 30 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/bch/349 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bch.349

Haut de page

Auteurs

Frédéric Herbin

Archéologue, Service archéologique de la Ville de Lyon.

Articles du même auteur

François Queyrel

Directeur d’études à l’EPHE.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search