Navigation – Plan du site

AccueilNuméros139-140.1Les monuments érigés à Délos et à...

Les monuments érigés à Délos et à Athènes en l’honneur de Ménodôros, pancratiaste et lutteur

Nathan Badoud, Myriam Fincker et Jean‑Charles Moretti
p. 345-416

Résumés

Les monuments de Délos et d’Athènes célébrant le pancratiaste et lutteur Ménodôros fils de Gnaios font l’objet d’une analyse conjointe, qui débute par la restitution de leurs bases et la reconstitution du groupe statuaire que portait le premier d’entre eux ; suit un nouvel établissement du texte des inscriptions (ID 1957 et 2498 à Délos, Agora XVIII, C196 / IG II/III3, 4.1, 599, à Athènes), doublé d’une étude des couronnes composant le palmarès de l’athlète. Les données prosopographiques amènent à dater les deux monuments des années 120‑110 et à les situer à l’intersection des chronologies attique et rhodienne. On examine ensuite leur position dans l’histoire du mouvement agonistique et leur environnement topographique. Ces diverses approches aboutissent à des résultats cohérents sur les plans historique et archéologique.

Haut de page

Notes de l’auteur

Nos remerciements vont à Jean-Sébastien Balzat, John McK. Camp II, Frédéric Herbin et Jean‑Yves Strasser.
Sur les figures, les altimétries sont indiquées en mètre et le reste des cotes en centimètre.
Les lettres D et A désignent respectivement les monuments de Délos et d’Athènes.

Texte intégral

1Le pancratiaste et lutteur athénien Ménodôros, fils de Gnaios, compta au nombre des athlètes les plus redoutables de son temps : il remporta probablement trente‑cinq victoires dans les concours sacrés du monde grec et deux monuments au moins furent élevés à sa gloire, l’un à Délos, l’autre à Athènes. Chacun d’entre eux se composait d’un groupe statuaire en bronze fixé sur une base dont la face principale reproduisait les couronnes remportées par le combattant. Des inscriptions précisaient dans quels concours, dans quelles épreuves et dans quelles classes d’âge elles l’avaient été.

  • 1 Bizard, Roussel 1907, p. 432‑435 (nos 25‑26).
  • 2 P. Roussel, « Les Athéniens mentionnés dans les inscriptions de Délos (époque de la seconde domina (...)
  • 3 P. Roussel, Délos colonie athénienne, BEFAR 111 (1916), réimpression augmentée de compléments bibl (...)

2Gravé sur un orthostate mis au jour dans les fouilles de l’Agora de Théophrastos, le palmarès de Délos fut publié en 1907 par L. Bizard et P. Roussel, qui le rappro­chèrent aussitôt d’une assise de couronnement trouvée « au même endroit », sur laquelle apparaissait la dédicace du monument et le nom de l’athlète1. Un an plus tard, le seul P. Roussel rapportait la découverte d’une signature de sculpteur2, apposée sur un bloc dans lequel il devait ensuite suggérer de reconnaître l’assise placée sous les orthostates3.

  • 4 Cf. L. Robert, « Études sur les inscriptions et la topographie de la Grèce centrale, I‑V », BCH 59 (...)
  • 5 S. Dow, « Monument to the Athletic Victor Menodoros », dans J. H. Oliver, S. Dow, « Greek Inscript (...)
  • 6 J. Kirchner, IG II  2, 3147, p. 67.
  • 7 Dow 1941, p. 351‑360.

3Il revient à S. Dow d’avoir démontré – en suivant une intuition de W. Ferguson, son maître et prédécesseur à l’université de Harvard – qu’une série de fragments découverts à Athènes appartenait à un autre monument élevé en l’honneur de Ménodôros : en l’absence du nom de l’athlète, les segments conservés du palmarès ne laissaient aucune place au doute4. Parvenu à cette conclusion dans un article publié en 1935, le savant américain n’en relevait pas moins d’importantes discordances entre les inscriptions de Délos et d’Athènes, qu’il plaçait l’une et l’autre entre 146 et 130 av. J.‑C.5. Dans le cadre d’un article paru en 1941, il s’intéressa plus particulièrement aux deux sculpteurs du monument athénien, et les rattacha, comme J. Kirchner avant lui6, à une famille de bronziers établie à Rhodes7. Depuis lors, de nombreuses études ont été consacrées à tel ou tel volet du dossier, qui n’a cependant jamais été appréhendé dans son entier.

4La première partie de cet article sera donc consacrée à la configuration des monu­ments : les bases n’ont jusqu’à présent fait l’objet que de remarques très succinctes, dont il n’a d’ailleurs pas été tenu compte dans la restitution des inscriptions ; les statues n’ont pas été du tout évoquées. Nous proposerons ensuite une édition des textes fondée sur l’autopsie des documents, ce qui permettra, après avoir analysé les couronnes qui le com­posent, d’envisager le palmarès de Ménodôros sous un jour nouveau. Une fois l’identité de l’athlète établie, nous reviendrons sur la datation des deux bases, en les plaçant à l’intersection des chronologies attique et rhodienne. Il sera alors possible de situer le pal­marès de Ménodôros dans l’histoire du mouvement agonistique et, pour finir, de rendre les monuments de Délos et d’Athènes à leur environnement topographique.

Les monuments : architecture et sculpture

Le monument de Délos

  • 8 Marcadé 1957, 46.
  • 9 Fr. Herbin, qui a eu l’intuition de cette association, nous en a généreusement fait part, ce dont (...)

5La base délienne (D) se trouvait à l’angle Nord‑Est de l’Agora de Théophrastos (fig. 1). Elle portait trois inscriptions correspondant à autant d’assises : la dédicace (a : ID 1957 a) incisée sur le couronnement, où apparaît le nom de l’athlète ; son palmarès (b : ID 1957 b), gravé avec les couronnes sur l’orthostate sous‑jacent ; la signature de l’auteur du monument – Εὐτυχίδης Ἡφαιστίωνος –, apposée sur l’assise de mouluration de base (c : ID 2498). L’attribution de la base à Εὐτυχίδης est demeurée conjecturale jusqu’à aujourd’hui : il en va ainsi, en particulier, dans le Recueil des signatures de sculpteurs grecs de J. Marcadé, dont la présentation des six blocs conservés du monument constitue la dernière étude qui leur ait été consacrée8. Notre analyse assure et précise l’association des blocs ; elle permet en outre de restituer la base sur un soubassement de trois degrés conservé en place dans l’angle Nord‑Est de l’Agora de Théophrastos9. Le rapprochement de la base et du soubassement se justifie par la proximité de leur lieu de découverte ainsi que par la convenance de leurs dimensions et des datations que l’on peut leur attribuer.

Fig. 1 – Délos : plan de situation du monument de Ménodôros au 1⁄2 000.

Fig. 1 – Délos : plan de situation du monument de Ménodôros au 1⁄2 000.

D’après EAD XLIII.

Le soubassement à trois degrés

  • 10 G. Leroux avec la collaboration de H. Convert et d’A. Gabriel, La salle hypostyle, EAD II (1909), (...)
  • 11 R. Vallois, G. Poulsen, Nouvelles recherches sur la salle hypostyle (La stoa proche du Posideion - (...)
  • 12 Même interprétation, récemment, dans l’étude de L. Mercuri, « Contributi allo studio degli spazi p (...)

6Dans sa publication de la Salle hypostyle, G. Leroux a succinctement présenté les monuments découverts devant la façade de l’édifice10 et en a publié un plan levé par A. Gabriel en 1908. À l’Est du Posideion11 se trouvent les vestiges de trois petits édifices couverts et de plusieurs monuments honorifiques (fig. 2). Les constructions désignées par les lettres allant de G à O constituent un groupe compact, éloigné de quelques mètres de la Salle hypostyle ; suit, plus à l’Est, l’exèdre R, qui est adossée à l’extrémité orientale de sa façade. G. Leroux considérait les bases M et O comme des soubassements de statues équestres12. C’était sans doute le cas de M, mais non celui de O, bien que sa forme allongée puisse faire songer à ce type de support (fig. 3‑9). Notre étude conduit en effet à penser que ce soubassement portait la base de Ménodôros. Son long côté Ouest est accolé au petit édifice N, qui lui est antérieur et à peu près parallèle ; ses autres faces étaient libres. Le long côté oriental s’offrait au regard quand on arrivait sur l’Agora de Théophrastos par son angle Nord‑Est : il constituait la face antérieure du monument, sur laquelle étaient gravées la dédicace, les couronnes légendées et la signature du sculpteur. Le petit côté Sud donnait sur la place, tandis que le petit côté Nord était tourné vers la façade de la Salle hypostyle.

Fig. 2 – Délos : plan des vestiges en place devant la partie Est de la Salle hypostyle au 1⁄250.

Fig. 2 – Délos : plan des vestiges en place devant la partie Est de la Salle hypostyle au 1⁄250.

La référence employée pour les niveaux se trouve à + 0,82 m par rapport au système employé actuellement à Délos.

Extrait d’EAD II, pl. I, relevé d’A. Gabriel.

Fig. 3 – Délos : le soubassement à trois degrés du monument de Ménodôros, du Sud‑Est.

Fig. 3 – Délos : le soubassement à trois degrés du monument de Ménodôros, du Sud‑Est.

Cl. Nathan Badoud, Myriam Fincker, Jean‑Charles Moretti.

Fig. 4 – Délos : plan des vestiges en place du monument de Ménodôros au 1⁄25.

Fig. 4 – Délos : plan des vestiges en place du monument de Ménodôros au 1⁄25.

Relevé M. Fincker.

Fig. 5 – Délos : emplacement des blocs remployés dans le soubassement du monument de Ménodôros et des lettres inscrites sur les degrés au 1⁄50.

Fig. 5 – Délos : emplacement des blocs remployés dans le soubassement du monument de Ménodôros et des lettres inscrites sur les degrés au 1⁄50.

Relevé M. Fincker

7La fondation du soubassement repose partiel­lement sur une autre fondation ara­sée, plus étroite mais de même orientation, visible au Nord de la construction sur 1,30 m Est‑Ouest et 0,66 m Nord‑Sud (niveau supérieur d’arasement : 0,47 m). Sur ses flancs Est (fig. 6) et Sud (fig. 7), le soubassement de trois degrés est porté par une fondation dont on distingue actuellement trois assises de plaques de gneiss, complétées, pour les plus fines, par quelques plaquettes de même matière. Les trois degrés ont chacun une hauteur moyenne de 26 cm. Ils se composent de trois marbres différents : blanc de Paros probablement, gris bleu de Ténos, à veines beiges et bleues peut‑être aussi de Paros. Plusieurs blocs sont des remplois, comme le montre la présence de mortaises pour des agrafes ou des goujons sans utilité dans la présente construction, de panneaux sculptés sur ce qui a été le soffite de deux architraves, ou encore de deux lettres gravées sur deux blocs de la face Ouest, près d’un joint : un bêta haut de 3,5 cm à l’extrémité Nord du premier degré et un tau de même hauteur à l’extrémité Sud du troisième degré ainsi peut‑être qu’un phi au lit d’attente de la deuxième assise à proximité du joint médian (fig. 5).

Fig. 6 – Délos : élévation restituée de la face Est du monument de Ménodôros et relevé du lit d’attente de l’assise de couronnement au 1⁄25.

Fig. 6 – Délos : élévation restituée de la face Est du monument de Ménodôros et relevé du lit d’attente de l’assise de couronnement au 1⁄25.

Relevé M. Fincker.

Fig. 7 – Délos : élévation restituée de la face Sud du monument de Ménodôros au 1⁄25 et profil des moulures au 1⁄10.

Fig. 7 – Délos : élévation restituée de la face Sud du monument de Ménodôros au 1⁄25 et profil des moulures au 1⁄10.

Relevé M. Fincker.

Fig. 8 – Délos : élévation restituée de la face Ouest du monument de Ménodôros au 1⁄25.

Fig. 8 – Délos : élévation restituée de la face Ouest du monument de Ménodôros au 1⁄25.

Relevé M. Fincker.

Fig. 9 – Délos : élévation restituée de la face Nord du monument de Ménodôros au 1⁄25.

Fig. 9 – Délos : élévation restituée de la face Nord du monument de Ménodôros au 1⁄25.

Relevé M. Fincker.

  • 13 R. Martin, Manuel d’architecture grecque I. Matériaux et techniques (1965), p. 254. Voir aussi A.  (...)

8Il n’y a pas trace de goujons, mais les blocs étaient scellés horizontalement. Au troisième degré, on a utilisé des agrafes en pi, qui ont été récupérées avec le plomb de leur scellement, ce qui n’est pas allé sans dommage pour les extrémités des blocs. Aux deux premiers degrés, on s’est contenté de plomb, coulé dans des mortaises en queue d’aronde dotées de têtes moins profondes que celles des agrafes du troisième degré (fig. 10, 11). Ces scellements sont conservés en place, mais l’un d’eux, à la face Ouest, est brisé en deux et n’adhère plus à sa cavité. Son démontage a permis d’établir qu’il n’y avait pas d’agrafe (fig. 10b, 11). Dans certains joints montants mal ajustés, le plomb a coulé (fig. 10c) : il ne s’agissait donc pas d’éléments moulés à l’avance dans une forme. Dans son Manuel d’architecture grecque, R. Martin excluait l’existence de ce type de scellements. Il écrivait, en se référant à A. Orlandos, que, « si le plomb était coulé directement dans la cavité, des “bavures” seraient observées sur les bords, ce qui n’est jamais le cas »13. La base de Ménodôros, qui n’est pas unique en son genre à Délos, permet d’observer de telles « bavures », et donc d’assurer l’existence de scellements à coulée directe sans agrafe. Leur coût était modique et leur efficacité très faible, à tel point que l’on peut se demander si l’on n’a pas affaire, plutôt qu’à un nouveau type de scellement, au travail d’un entrepreneur peu scrupuleux qui aurait fait des économies en se passant d’agrafes. Ces dernières, une fois scellées, n’étaient plus visibles, et leur absence pouvait donc passer inaperçue au moment de la remise du chantier.

Fig. 10 – Délos : scellements horizontaux du soubassement du monument de Ménodôros.

Fig. 10 – Délos : scellements horizontaux du soubassement du monument de Ménodôros.

a. À la face Ouest du premier degré, scellement en place ; b. À la face Ouest du premier degré, moitié gauche du scellement retournée ; c. À la face Sud du premier degré, scellement en place.

Cl. Nathan Badoud, Myriam Fincker, Jean‑Charles Moretti.

Fig. 11 – Délos : mortaise d’un scellement horizontal du monument de Ménodôros, à la première assise du soubassement, face Ouest.

Fig. 11 – Délos : mortaise d’un scellement horizontal du monument de Ménodôros, à la première assise du soubassement, face Ouest.

Relevé M. Fincker.

  • 14 F. Courby, « Notes topographiques et chronologiques sur le sanctuaire d’Apollon Délien », BCH 45 ( (...)

9Le premier degré mesure 3,02 m Nord‑Sud sur 1,89 m Est‑Ouest. Pour en assurer l’horizontalité, on a utilisé de petites cales de plomb placées entre le lit supérieur de la fondation et le lit de pose des cinq blocs qui constituent cette assise (fig. 12). On compte parmi eux deux pièces d’architrave à double cours à panneau convexe au soffite ; pour être remployées, elles ont été retaillées à l’une de leurs extrémités et à leur face antérieure, où les fasces et la moulure de couronnement ont été abattues. Dans les deux cas, le lit de pose est devenu la face antérieure. L’architrave placée à la face orientale du monument présente une longueur conservée de 2,696 m, une hauteur de 0,416 m et une profondeur conservée de 0,257 m. Le panneau au soffite est large de 3,5 cm. L’architrave placée à la face occidentale a quant à elle une longueur conservée de 2,687 m, une hauteur de 0,373 m, une profondeur conservée de 0,251 m et un panneau large de 5,3 cm. Nous avons vainement cherché l’édifice d’où proviennent ces architraves : elles ne conviennent ni au Portique adossé à l’Artémision (GD 35) ni au temple hellénistique d’Artémis ni sans doute au Portique coudé de l’Artémision, dont l’entraxe n’a pas encore été fixé avec certitude14.

Fig. 12 – Délos : cale de plomb entre les fondations et le premier degré du soubassement du monument de Ménodôros, face Nord, angle Nord‑Ouest.

Fig. 12 – Délos : cale de plomb entre les fondations et le premier degré du soubassement du monument de Ménodôros, face Nord, angle Nord‑Ouest.

Cl. Nathan Badoud, Myriam Fincker, Jean‑Charles Moretti.

10Composé de six blocs, le deuxième degré mesure 2,80 m Nord‑Sud sur 1,64 m Est‑Ouest. Le retrait sur le premier degré est à peu près uniforme aux faces Est (12,6 cm), Sud (13 cm) et Ouest (12,4 cm) ; il est moins important au Nord (9,6 cm). Au lit supérieur, à la face Est, des signes sont gravés de part et d’autre d’un joint : d’un côté on ne voit qu’un trait ; de l’autre, ce trait rejoint un arc de cercle dans lequel est gravé un autre trait.

11Lui aussi composé de six blocs, le troisième degré mesure 2,65 m sur l’axe Nord‑Sud pour 1,43 m sur l’axe Est‑Ouest. Le retrait sur le deuxième degré n’est pas identique sur les quatre faces. Il est en moyenne de 11 cm à l’Ouest, de 10 cm à l’Est, de 8 cm au Sud et de 7 cm au Nord. À son lit d’attente, le troisième degré a conservé la trace de l’assise qu’il portait, en retrait de 7 à 9 cm par rapport à ses faces de parement : elle mesurait environ 2,50 m Nord‑Sud sur 1,26 m Est‑Ouest.

  • 15 Sur ce blocage se trouvent actuellement deux pièces de marbre blanc qui étaient autrefois posées s (...)
  • 16 R. Vallois, G. Poulsen (n. 11), p. 18‑20.
  • 17 IG XI 4, 1071 ; R. Vallois, G. Poulsen (n. 11), p. 24‑26.
  • 18 Infra, p. 412‑413.

12Les parements sont dressés au ciseau grain d’orge. Quelques blocs présentent des tenons triangulaires, peu saillants ou arasés. Il s’agit probablement de remplois, car certains de ces tenons se trouvent sur la face Ouest de la construction, qui était adossée à l’édifice N. Dans cette position, ils ne peuvent avoir eu d’utilité ni pratique ni esthétique. Le blocage à l’intérieur de la base est conservé jusqu’au lit supérieur du deuxième degré. À ce niveau, il est fait de gneiss et d’une corniche ionique en marbre gris bleu, avec deux encastrements pour des poutres à la face postérieure et, au lit d’attente, deux mortaises pour des agrafes en pi en bordure des faces de joints15 (fig. 5, 13). Le matériau, la taille et la forme des scellements, comme les dimensions que l’on peut mesurer (L. : 1,405 m ; prof. : 0,59 m ; ht. : + de 0,17 m ; entraxe des deux encastrements : 0,92 m) sont ceux des corniches de la Salle hypostyle16. La corniche, qui a été posée, puisqu’elle a été scellée, ne présente pas de défaut apparent. Fut‑elle mise au rebut lors d’une réfection de la Salle, dont la dédicace athénienne pourrait être l’écho17 ? Atteste‑t‑elle la destruction de la Salle hypostyle à la fin du iie s. av. J.‑C. ? On hésite à retenir la seconde hypothèse tant sont nombreux les indices de l’importance de l’Agora de Théophrastos à cette époque18.

Fig. 13 – Délos : blocage des degrés du monument de Ménodôros avec un bloc de corniche de la Salle hypostyle, en surplomb de l’Ouest.

Fig. 13 – Délos : blocage des degrés du monument de Ménodôros avec un bloc de corniche de la Salle hypostyle, en surplomb de l’Ouest.

Cl. Nathan Badoud, Myriam Fincker, Jean‑Charles Moretti.

La base

13Toute la base, comme certains degrés, est faite en marbre blanc à grain moyen, traversé de veines beiges et gris bleu.

L’assise de mouluration de base

  • 19 En septembre 2012, nous les avons tous fait ranger, à l’exception de l’orthostate, à côté du souba (...)

14De la première assise de la base, qui reposait sur le soubassement à trois degrés, il demeure quatre blocs (fig. 14). Leur lieu de trouvaille n’a pas été enregistré, mais il s’agit très probablement de l’Agora de Théophrastos, puisque, après leur découverte, ils ont été rangés et associés dans l’angle Sud‑Est de la place avec le bloc d’orthostate et le bloc de couronnement du monument19.

Fig. 14 – Délos : plan restitué de l’assise de mouluration de base sur le soubassement du monument de Ménodôros au 1⁄25.

Fig. 14 – Délos : plan restitué de l’assise de mouluration de base sur le soubassement du monument de Ménodôros au 1⁄25.

Relevé M. Fincker.

15En façade, l’assise présentait, de bas en haut, une plinthe, un listel, une doucine, un tore, un autre listel et un congé. Sur les flancs Nord et Sud, la doucine était remplacée par un cavet droit. À l’arrière, un bandeau déversé occupe l’emplacement de toutes les moulures au‑dessus de la plinthe. Sont conservés :

  • le bloc médian de la façade Est (no 1) portant sur le congé la signature du sculpteur (fig. 15) ;
  • le bloc formant l’angle Sud‑Est (no 2) qui était conjoint au bloc no 1 ;
  • le bloc médian du flanc Nord (no 3) (fig. 16) ;
  • le bloc de l’angle Sud‑Ouest (no 4).

Fig. 15 – Délos : assise de mouluration de base du monument de Ménodôros. a. Les blocs nos 1 et 2 ; b. La si gnature ID 2498 sur le bloc 1.

Fig. 15 – Délos : assise de mouluration de base du monument de Ménodôros. a. Les blocs nos 1 et 2 ; b. La si gnature ID 2498 sur le bloc 1.

Cl. Nathan Badoud, Myriam Fincker, Jean‑Charles Moretti.

Fig. 16 – Délos : le bloc no 3 de l’assise de mouluration de base du monument de Ménodôros.

Fig. 16 – Délos : le bloc no 3 de l’assise de mouluration de base du monument de Ménodôros.

Cl. Nathan Badoud, Myriam Fincker, Jean‑Charles Moretti.

16En façade (no 1 et face Est du no 2), la mouluration, soignée, présente un parement poli. Sur les petits côtés, les techniques de taille sont légèrement différentes : la plinthe est taillée au ciseau grain d’orge au Sud (petits côtés des nos 2 et 4) et à la pointe assez épaisse au Nord (no 3) ; le reste est taillé au ciseau grain d’orge et au ciseau droit. La face postérieure est taillée à la pointe. Les faces de joint présentent des bandeaux d’anathyrose de forme arquée dressés au ciseau ou au marteau grain d’orge ; le reste de la surface a été taillé à la pointe. L’extrémité droite de la face postérieure du bloc no 1 présente une surface dressée avec un bandeau d’anathyrose en gamma, qui est peut‑être l’indice d’un remploi. Au lit d’attente, sont creusées, en bordure des faces de joint, des mortaises pour les agrafes en pi qui scellaient les blocs conjoints. Certaines contiennent encore un peu de plomb, qui conserve soit le négatif de têtes d’agrafes de 1,2 sur 0,5 cm de section, soit de maigres vestiges de bronze (fig. 17).

Fig. 17 – Délos : assise de mouluration de base du monument de Ménodôros. a. Restitution d’une demi‑agrafe d’après son négatif dans le plomb en bordure du joint droit du bloc no 4 ; b. Relevé de la mortaise pour agrafe en bronze en bordure du joint droit du bloc no 3.

Fig. 17 – Délos : assise de mouluration de base du monument de Ménodôros. a. Restitution d’une demi‑agrafe d’après son négatif dans le plomb en bordure du joint droit du bloc no 4 ; b. Relevé de la mortaise pour agrafe en bronze en bordure du joint droit du bloc no 3.

Relevé M. Fincker.

L’assise d’orthostate

  • 20 Bizard, Roussel 1907, p. 432.

17Découvert en juillet 1904 au Sud de l’Agora de Théophrastos20, l’orthostate de la face Est du monument (no 5, fig. 18 a‑b, 19) est longtemps resté dans la partie Sud‑Est de la place, où il avait été rangé avec les autres blocs de la base. Il a été déplacé, il y a quelques années, pour être exposé devant le musée, à droite de l’entrée (côté Sud). Cet orthostate ne constituait pas l’ensemble de la façade du monument : s’il présente à son flanc gauche une face parée pour être visible, son flanc droit est une face de joint.

Fig. 18 – Délos : la face antérieure de l’orthostate no 5 du monument de Ménodôros.

Fig. 18 – Délos : la face antérieure de l’orthostate no 5 du monument de Ménodôros.

a. Cliché de 2009 ; b. Cliché vers 1905.

Fig. 19 – Délos : l’orthostate no 5 du monument de Ménodôros, relevé de la face antérieure et du lit d’attente au 1⁄10.

Fig. 19 – Délos : l’orthostate no 5 du monument de Ménodôros, relevé de la face antérieure et du lit d’attente au 1⁄10.

Relevé M. Fincker.

  • 21 Infra, p. 377‑391.

18Le lit inférieur paraît lisse au toucher. La face antérieure, que nous analysons en détail ci‑dessous21, est ornée de quatre rangées de neuf couronnes disposées dans un quadrillage de bandeaux lisses définissant des carrés de 15,7 à 16,4 cm de long sur 15,7 à 16 cm de haut. Longue de 187,1 cm et haute de 91,7 cm, elle comporte un fruit de 5,1 cm. Le flanc gauche, profond de 31,5 cm au lit de pose, est dressé au ciseau grain d’orge ; son fruit est de 0,5 cm. La face de joint droit comporte un bandeau d’anathyrose vertical le long de l’arête antérieure. À la face postérieure, une face de joint large de 27 cm a été taillée en bordure du flanc gauche avec un bandeau d’anathyrose le long de l’arête verticale. Au lit d’attente, un bandeau d’anathyrose large d’une quinzaine de centimètres longe les arêtes du parement. Deux demi-mortaises pour agrafes en pi sont creusées en bordure des faces de joint. La face supérieure et la face postérieure conservent quelques vestiges d’un mortier blanc à gris, qui attestent un remploi du bloc dans une maçonnerie. Le même mortier se trouve dans le Monument aux hexagones et sur d’autres blocs découverts dans l’angle Sud‑Est de l’Agora de Théophrastos : les trois bases inscrites ID 1663, 1673 et 1845, ainsi que plusieurs blocs rangés dans l’angle Sud‑Est de la place.

19Le quadrillage de la face antérieure n’est pas régulier. La surface plane qui borde l’arête inférieure est large de 5,2 à 6,2 cm ; celle qui borde l’arête supérieure, de 5,1 à 5,6 cm ; et les trois bandeaux horizontaux sont larges de 6,1 à 7 cm. En bordure de l’arête de gauche, le bandeau est large de 9,5 cm à sa base et de 7,1 cm à son sommet : la diminution est donc plus forte que le fruit du flanc gauche. Les autres bandeaux verticaux sont larges de 4 à 4,5 cm. Il n’y a pas de bandeau le long de l’arête de droite. Nous en déduisons que le bloc conjoint devait comporter un bandeau le long de son arête de gauche.

L’assise de couronnement

  • 22 Bizard, Roussel 1907, p. 432‑435 (no 25, inv. 103).
  • 23 Voir la photographie publiée par J. Marcadé (n. 8), loc. cit.
  • 24 Voir Fr. Herbin, Monuments, Espaces, Histoire. Les monuments votifs et honorifiques du sanctuaire (...)

20L’assise de couronnement qui portait la statue de Ménodôros se composait de deux blocs. Un seul (no 6, fig. 68, 20) a été retrouvé en octobre 1904, au même endroit que l’orthos­tate22. Il a trois faces libres et une face de joint, à gauche. Au flanc droit, presque toute la partie saillante du couronnement a été abattue à la pointe. Le lit de pose comporte un bandeau d’anathyrose le long des arêtes des trois faces visibles23. La face antérieure présente, de bas en haut : une surface plane qui était placée au même nu que l’orthostate, un congé, un listel, un ovolo, un autre listel, un cavet, un dernier listel et un haut bandeau droit, ce qui constitue une association de moulures attestée à Délos dès la seconde moitié du iiie s. et courante à l’époque athénienne24. Le bandeau droit porte la dédicace du monument à Apollon.

Fig. 20 – Délos : le couronnement no 6 du monument de Ménodôros.

Fig. 20 – Délos : le couronnement no 6 du monument de Ménodôros.

a. Lit d’attente ; b. Face antérieure.

Cl. Nathan Badoud, Myriam Fincker, Jean‑Charles Moretti.

21Au flanc droit, rien n’est conservé au‑dessus de l’ovolo. À la face postérieure, toutes les moulures sous le bandeau droit ont été remplacées par un bandeau déversé vers l’avant. À la face de joint gauche, il y a un bandeau d’anathyrose en pi. Au lit supérieur, la surface en bordure de l’arête antérieure est légèrement inclinée vers l’avant sur une profondeur de 12 cm. On relève plusieurs mortaises : deux demi-mortaises pour agrafes en pi en bordure de l’arête de gauche et plusieurs autres destinées à la fixation des statues (fig. 6). Dans l’angle postérieur droit est creusée une mortaise circulaire (u) de 11 cm de diamètre pour une dizaine de centimètres de profondeur. Dans la partie centrale, on relève une mortaise presque rectangulaire (v) (22 × 8 cm ; prof. : 8,2 cm) ; en bordure du joint gauche, deux autres mortaises incomplètes (y et z). La première (y) a la forme d’une semelle (14 × 6 à 6,5 cm ; prof. : 7,6 cm). Dans la seconde (z), on peut reconnaître le talon d’une autre semelle qui se développait principalement sur le bloc conjoint (4,5 × 4 cm ; prof. : 6 cm). À droite de la mortaise en semelle y, ont été creusées deux petites mortaises circulaires (w et x), qui conservent les vestiges de tenons en fer ; celui qui est scellé dans la mortaise w est de section circulaire (diam. : 2,3 cm).

Restitution générale

  • 25 Bizard, Roussel 1907, p. 433.

22Les six blocs conservés de la base permettent de la restituer dans son intégralité et d’en connaître les dimensions, nécessairement approximatives étant donnée l’irrégularité de la taille (fig. 21). La face Est du corps se composait de deux blocs, l’orthostate conservé (no 5) et le petit côté d’un autre bloc, qui occupait le flanc Nord du monument et portait en façade, selon L. Bizard et P. Roussel, une colonne de couronnes complétant celles du bloc no 525.

Fig. 21 – Délos : perspective éclatée du monument de Ménodôros et nomenclature. Les blocs en gris sont restitués. Les traces des tenons triangulaires ont été accentuées.

Fig. 21 – Délos : perspective éclatée du monument de Ménodôros et nomenclature. Les blocs en gris sont restitués. Les traces des tenons triangulaires ont été accentuées.

Relevé M. Fincker.

23Dans cette hypothèse, on conviendra que la dimension Nord‑Sud au lit de pose de l’orthostate manquant devait égaler la longueur de la colonne de couronnes sculptées à l’extrémité gauche du bloc no 5 avec les bandeaux qui les bordent, soit 29,2 cm. La longueur Nord‑Sud de l’assise d’orthostate à son lit de pose équivalait alors à la somme de cette dimension et de la longueur du bloc no 5, soit 0,292 + 1,871 = 2,163 m. Pour restituer la dimension Nord‑Sud de l’assise de mouluration de base, on ajoute aux 2,163 m la saillie des moulures latérales mesurée sur les blocs no 2 (15,5 cm) et no 3 (15 cm), soit 2,163 + 0,155 + 0,15 = 2,468 m. La dimension Est‑Ouest de cette assise correspond à la profondeur du couronnement no 6 (0,812 m) + (deux fois le fruit de la face antérieure de l’orthostate no 5, soit 0,051 m) + la saillie des moulures des blocs no 1 (0,17 m) et no 4 à sa face Ouest (0,201 m), soit 1,285 m. Nous restituons ainsi une base dont les dimensions au lit de pose étaient de 2,468 m (Nord‑Sud) sur 1,285 m (Est‑Ouest).

24Si l’on préfère restituer le monument sans supposer que le bloc manquant à droite de l’orthostate no 5 portait une colonne de couronnes, on arrive presque au même résultat, puisque les dimensions de l’emprise de l’assise de mouluration de base mesurée au lit d’attente du soubassement à trois degrés sont de 2,50 m Nord‑Sud sur 1,26 m Est‑Ouest. Si, enfin, on restitue le bloc manquant à droite à partir de la largeur de la face de joint taillée à l’extrémité gauche de l’orthostate no 5, soit 27 cm, on obtient toujours le même résultat, à moins de 3 cm près, ce qui assure l’association du soubassement et de la base.

25Les autres dimensions restituées du monument sont données sur la fig. 6. La hauteur est remarquable : 0,80 m (ht. des degrés) + 1,57 m (ht. de la base) = 2,37 m. Le rapport entre la hauteur des degrés et celle de la base est proche de ½, et la hauteur du monument (2,37 m) avoisine la longueur de son couronnement (2,44 m) ; la hauteur des degrés (0,80 m) est égale au tiers de la longueur du couronnement (2,44 m) ; la hauteur du monument au‑dessus des degrés aux deux tiers.

Les statues

26Les six mortaises creusées au lit d’attente du bloc no 6 (fig. 6, 20 et 24) montrent que la base ne portait pas une seule statue, mais un groupe dont on peut penser qu’il représentait, à taille humaine ou un peu supérieure, Ménodôros combattant un adversaire qu’il dominait. La restitution de pieds dans les mortaises v et y ne fait pas de doute ; celle d’un troisième pied dans z est très probable. Dans les trois cas, on a affaire à des pieds dont le talon était tourné vers le Nord Nord‑Ouest, en sorte que les orteils étaient orientés de trois quarts vers l’Agora de Théophrastos. L’incurvation des longs côtés de la mortaise y laisse attendre un pied gauche ; pour v et z il n’est pas possible de se prononcer.

  • 26 R. Thomas, « Zu Ringergruppen in der hellenistischen Kleinplastik », dans Hellenistische Gruppen. (...)
  • 27 Pour un groupe similaire, conservé à Genève dans une collection privée, voir L. Toschi, L’arte del (...)

27On est conduit à restituer le pied d’une jambe gauche tendue en v et à l’associer au pied d’une jambe droite fléchie en z. C’est la disposition que l’on trouve – inversée – dans trois petits groupes de pancratiastes en bronze conservés à Istanbul (Musée archéologique, 190), à Baltimore (Walters Art Gallery, 54.1050, fig. 22) et à Athènes (MN, ANE 2547)26, qui permettent d’imaginer Ménodôros debout et son adversaire le genou droit à terre, le corps penché vers l’avant, luttant pour se dégager. À Délos, la mortaise w a servi à sceller l’extrémité du pied droit de ce dernier ; x, qui est plus profonde, son genou ; y, son pied gauche. Il n’y a pas trace de main posée au sol à droite de y. Contrairement à ce l’on observe sur les groupes d’Istanbul, de Baltimore et d’Athènes, Ménodôros devait donc tenir les deux bras de son adversaire, dans une double clef de bras ou d’épaule, typique des pancratiastes, dont une figurine de la Glyptothèque de Munich (SL 18, fig. 23) fournit un excellent exemple27.

Fig. 22 – Groupes de pancratiastes en bronze, Baltimore, Walters Art Gallery, 54.1050.

Fig. 22 – Groupes de pancratiastes en bronze, Baltimore, Walters Art Gallery, 54.1050.

http://art. thewalters.org/detail/19363/allegorical‑group‑of‑ triumphant‑ptolemy/.

Fig. 23 – Groupe de pancratiastes en bronze, glyptothèque de Munich SL 18

Fig. 23 – Groupe de pancratiastes en bronze, glyptothèque de Munich SL 18

Cl. Studio Koppermann, d’après D. Vanhove [éd.], Le sport dans la Grèce antique. Du jeu à la compétition [1992], p. 343, Fig. 209.

  • 28 Plutarque, Propos de table II 4 (638 F) : µόνους δὲ τοὺς παλαιστὰς ὁρῶµεν ἀλλήλους ἀγκαλιζοµένους (...)

28Une telle restitution (fig. 24) est bien dans le goût des groupes de combattants hellénistiques, dont les corps, qui « se serrent et se confondent »28, étaient faits pour être appréciés sous plusieurs angles. À cet égard, l’emplacement retenu pour le monument de Ménodôros était particulièrement bien choisi, puisque les statues, tournées vers l’Agora de Théophrastos, étaient également visibles depuis la rue qui, de l’Est, conduisait sur la place.

Fig. 24 – Délos : restitution du monument de Ménodôros avec évocation des statues au 1⁄50. Face Sud, face Est et interprétation des mortaises au lit d’attente du couronnement.

Fig. 24 – Délos : restitution du monument de Ménodôros avec évocation des statues au 1⁄50. Face Sud, face Est et interprétation des mortaises au lit d’attente du couronnement.

Relevé M. Fincker.

  • 29 Ph. Bruneau, Recherches sur les cultes de Délos à l’époque hellénistique et à l’époque impériale, (...)
  • 30 Pour des exemples de palmes agonistiques à Délos, voir Ph. Bruneau, Les mosaïques, EAD XXIX (1972) (...)

29Reste à rendre compte de la mortaise u, pour laquelle nous n’avons trouvé aucun indice susceptible de guider la restitution parmi les groupes de lutteurs d’époque hellénistique ou impériale en bronze ou en marbre. On pourrait, en première analyse, songer à une colonnette portant une Victoire ou un vase, outil du tirage au sort pour apparier les adversaires dans les concours ou prix de la victoire, comme on en connaît représentées sur des mosaïques déliennes. Les dimensions de la mortaise et son isolement laissent cependant attendre une sculpture d’un volume important, de nature à équilibrer la composition, qui formait une structure pyramidante n’occupant que les deux tiers méridionaux de la base. Il convient peut‑être d’y restituer une représentation du palmier au pied duquel était né Apollon à Délos et dont Thésée aurait prélevé des feuilles pour honorer les vainqueurs du concours qu’il avait institué en l’honneur du dieu. La légende n’est pas attestée avant le iie s. apr. J.‑C.29, mais plusieurs mosaïques montrent qu’à l’époque de Ménodôros, les feuilles de palmier étaient déjà considérées dans l’île comme un symbole de victoire30, ainsi qu’elles l’étaient chez les Romains.

Fig. 25 – Athènes : stemma des fragments de l’orthostate du monument de Ménodôros.

Fig. 25 – Athènes : stemma des fragments de l’orthostate du monument de Ménodôros.

Le monument d’Athènes

  • 31 K. S. Pittakys, L’ancienne Athènes ou la description des antiquités d’Athènes et de ses environs ( (...)

30De la base d’Athènes (A), beaucoup moins bien conservée que celle de Délos, il reste aujourd’hui sept fragments de marbre bleu à veines blanches, découverts aux alentours de l’Agora grecque et identifiés grâce à leurs couronnes et à leurs inscriptions (tabl. 1 et fig. 26, 27). Les deux premiers – EM 8734 et EM 10589 – sont conservés au musée épigraphique ; les cinq autres – I 382a‑e – ont été mis au jour dans les fouilles américaines de l’Agora d’Athènes. Au début du xixe s., EM 8734 et I 382b d’une part, I 382e d’autre part, faisaient encore partie de deux fragments plus importants, que nous nommerons Pittakys I et II, puisqu’ils furent copiés par K. Pittakys et inclus dans son livre sur L’ancienne Athènes31 ; le premier contenait notamment la signature des artistes ayant réalisé la statue de l’athlète (fig. 25).

Fig. 26 – Athènes : orthostate du monument de Ménodôros. Relevé de la face antérieure et du lit d’attente au 1⁄12,5.

Fig. 26 – Athènes : orthostate du monument de Ménodôros. Relevé de la face antérieure et du lit d’attente au 1⁄12,5.

Relevé M. Fincker

Fig. 27 – Athènes : orthostate du monument de Ménodôros. Montage photographique de la face antérieure des fragments au 1⁄12,5.

Fig. 27 – Athènes : orthostate du monument de Ménodôros. Montage photographique de la face antérieure des fragments au 1⁄12,5.

Cl. Nathan Badoud, Myriam Fincker, Jean‑Charles Moretti.

31Reprenant l’analyse de la base, D. Geagan lui a attribué un fragment « non numéroté et non inscrit (non illustré) conservant une partie de la face et du lit de pose ». Grâce à l’assistance de S. Dumont, nous avons pu retrouver ce fragment dans le maté­riel provenant de fouilles de l’Agora et constater qu’il n’était pas mouluré, ce qui rend très incertain son attribution à la base de Ménodôros. Ses mesures exactes sont les suivantes : ht. : 8,6 cm ; L. : 18,5 cm ; prof. : 13,9 cm.

  • 32 U. Koehler, IG II, 1318, 1319.
  • 33 B. D. Meritt, « The Inscriptions », The American Excavations in the Athenian Agora : Third Report. (...)
  • 34 J. Kirchner, IG II  2, 3149a.
  • 35 Dow 1941, p. 81‑83.
  • 36 B. D. Meritt, « Greek Inscriptions », Hesperia 29 (1960), p. 56, no 81.

32Les deux fragments du musée épigraphique apparaissent sous des numéros différents dans la première édition des Inscriptiones Graecae, due à U. Koehler, mais EM 8734 y est déjà reconnu comme une partie de Pittakys I32. Dès leur publication par B. Meritt en 1934, I 382a, b et c furent considérés comme trois fragments d’un même monument33. En les intégrant aux addenda de la seconde édition des Inscriptiones Graecae, parue en 1935, J. Kirchner se contenta de faire observer que l’un des concours qu’ils mentionnaient se retrouvait en EM 873434. La même année, S. Dow démontra que les fragments du musée épigraphique et ceux de l’Agora, auxquels il ajoutait le fragment d, faisaient partie d’un même monument, élevé à la gloire de Ménodôros35. En 1960, B. Meritt publia le dernier fragment athénien connu à ce jour, I 382e, qui s’était détaché de Pittakys II36 : S. Dow n’en avait pas identifié l’origine, à cause de la mauvaise qualité de la copie produite par son lointain prédécesseur. L’édition de D. Geagan, datée de 2011, et celle de J. Curbera dans les Inscriptiones Graecae II/III3, parue en 2015, ont le mérite de prendre cette découverte en compte ; les problèmes qu’elles posent, hérités pour une large part des publications antérieures, sont signalés dans notre apparat critique.

Tableau 1 – Table de concordance entre les publications des fragments du monument athénien.

Fragments IG II Meritt 1934 IG II2 Dow 1935 Meritt 1960
Pittakys I (p. 67) 1318 - 3147 38
Pittakys II (p. 94) 1323 - 3154 - 81
EM 8734 1318 - 3147 38
EM 10589 1319 - 3150 38
I 382a - 65a 3149a 38
I 382b - 65b 3149a 38
I 382c - 65c 3149a 38
I 382d - - - 38
I 382e - - - - 81
  • 37 Tel est l’avis qui a été jusqu’ici exprimé par toutes les personnes qui se sont intéressées à la b (...)
  • 38 Telle est l’hypothèse de N. Badoud, exprimée sous toute réserve en l’absence de comparaison entre (...)

33Le marbre dont sont faits les fragments peut provenir des carrières de l’Hymette37, ou de celles de Lartos, dans l’île de Rhodes : la base aurait alors été préparée dans l’atelier des sculpteurs comme le laisse penser le type de couronne (à lemnisques)38. Ils proviennent très probablement d’un même orthostate, qui s’adossait à un bloc similaire ; tous deux reposaient sur un soubassement à un ou à plusieurs degrés et portaient l’assise sur laquelle étaient fixées les statues (fig. 26, 27).

  • 39 Nous ne connaissons ce lit de pose que par une photographie.

34Le lit de pose est conservé sur les blocs EM 1058939 et I 382c. Sur chacun des deux frag­ments est creusée une mortaise pour un goujon perdu. Sur I 382c, la mortaise est creusée à 17 cm de l’arête latérale droite et 8 cm de l’arête antérieure. Elle mesure en L. × l. × prof. 2,5 × 1,2 × 4,8 cm.

35La face antérieure et les flancs étaient ornés de moulures à la base et au sommet. La moulu­ration de base comprend un tore, un listel et un congé ; la mouluration de couronnement, un listel saillant, un bec de corbin à front en talon et un cavet, qui était sans doute couronné d’un bandeau. Elle a été abattue à la pointe sur les flancs et, en façade, sur I 382a et e. Les faces ont été uniformément dressées à la ripe avant d’être sculptées. Les fragments conservés attestent l’existence de plusieurs colonnes de trois couronnes complé­tées, à droite, par une dernière colonne à deux couronnes. Un fragment (EM 10589) permet de connaître la hauteur originelle du bloc : 0,698 m. La restitution de sa longueur dépend de celle de l’inscription : 2,25 m au niveau du corps s’il y avait onze colonnes de couronnes, 2,45 m s’il y en avait douze (fig. 28).

Fig. 28 – Athènes : propositions de restitution du monument de Ménodôros avec 32 ou 35 couronnes au 1⁄25 et profil de la mouluration au 1⁄10.

Fig. 28 – Athènes : propositions de restitution du monument de Ménodôros avec 32 ou 35 couronnes au 1⁄25 et profil de la mouluration au 1⁄10.

Relevé M. Fincker.

36Quatre fragments conservent des surfaces du lit d’attente (EM 10582, I 382d, I 382a, I 382e) dressées à la pointe avec une large bande taillée au ciseau grain d’orge, qui court en bordure de l’arête antérieure et faisait peut‑être retour sur les flancs. Sur deux fragments sont conservés les vestiges, complets sur EM 10582, I 1315 et I 382d, très ténus sur I 382e, de demi-mortaises en queue d’aronde pour des agrafes en pi. Sur I 382e, qui prenait place dans l’angle antérieur droit, est creusée une grande mortaise de plan rectangulaire (L. : 5 cm ; l. : 7 cm ; prof. : 3,8 cm) avec un canal de coulée tourné vers l’arête antérieure. Cette mortaise et le travail du lit d’attente conduisent à restituer sur les orthostates, en retrait par rapport à la saillie de la moulure de couronnement, une grande plaque monolithe scellée aux angles antérieur droit et postérieur gauche. Elle portait sans doute un groupe statuaire dont il est impossible de proposer une restitution.

Les inscriptions

37D’un point de vue épigraphique, les bases de Ménodôros, dont nous présentons les textes en double page suivante, posent – ou ont posé – une série de problèmes qui tiennent au nombre total de victoires à restituer, aux concours dans lesquels elles ont été rempor­tées, aux différences existant entre les deux versions du palmarès de l’athlète et, enfin, à l’établissement du texte des signatures nommant les auteurs des statues.

Le nombre de victoires

  • 40 Sur ce point, voir infra, p. 400‑402.

38L’orthostate délien présente 36 couronnes réparties sur un damier comportant quatre lignes et neuf colonnes. Les 32 premières couronnes sont surmontées par les noms des concours dans lesquels elles ont été remportées, et précisent en leur centre l’épreuve et la catégorie d’âge concernées ; les 4 dernières, respectivement octroyées par les Athéniens, les Rhodiens, les Thébains et le roi Ariarathès, ne mentionnent en revanche aucun concours, et peuvent être plus largement qualifiées d’honorifiques40.

39L’état fragmentaire de la base d’Athènes n’empêche pas de constater que le palmarès de Ménodôros s’y développait sur trois lignes seulement, dont la dernière s’achevait par un vacat correspondant à l’espace d’une couronne, sans inclure la série des couronnes honorifiques, qui apparaissait peut‑être, avec le nom de l’athlète, sur l’assise sommitale, aujourd’hui perdue. Au total, dix colonnes de couronnes sont au moins partiellement conservées. Il a donc fallu doter le monument d’Athènes d’au moins une colonne de plus que son pendant délien pour lui permettre d’accueillir le même nombre de couronnes agonistiques que ce dernier : si 32 = [(10 + x) × 3] – 1, = [(32 + 1) ÷ 3] – 10 = 1.

  • 41 Dow 1941, p. 82.
  • 42 Bizard, Roussel 1907, p. 433. Leur avis a été récemment suivi par J. Ma, Statues and Cities (2013) (...)
  • 43 P. Roussel, M. Launey, ID 1957.
  • 44 Supra, p. 367.

40S. Dow est parti du principe que le palmarès délien était complet, négligeant ainsi, à dessein41, la conclusion à laquelle L. Bizard et P. Roussel parvenaient en 1907 : « la série des couronnes se continuait sur une autre plaque, qui s’ajustait, à droite, à la plaque b [notre orthostate no 5] et qui, jusqu’à présent, n’a pas été retrouvée.42 » Souscrivant à la démonstration de S. Dow, les auteurs des ID se sont contentés de relever que « la face latérale droite [était] parée à joint », sans revenir sur les conclusions – pourtant épigraphiques – que le premier d’entre eux avait tirées de ce constat43. Depuis lors, on est parti du principe que le palmarès de Ménodôros comportait 32 couronnes agonistiques, sans évoquer l’existence possible de couronnes supplémentaires : ainsi dans les récentes éditions de la base athénienne dues à D. Geagan (Agora XVIII) et à J. Curbera (IG II/III3). Or l’étude architecturale dont nous avons exposé les résultats, bien visibles dans les fig. 6 et 24, permet de s’en convaincre : à droite de l’orthostate délien, il faut restituer un bloc portant le bandeau qui flanquait vers l'extérieur la neuvième colonne de couronnes ; la longueur de ce bloc en façade convient pour recevoir une dixième colonne, non prise en compte dans la reconstitution de S. Dow. Particulièrement séduisante sur le plan architectural44, cette solution ne va, il est vrai, pas sans difficulté sur le plan épigraphique. Si l’on suppose l’existence d’un total de 32 victoires réparties en 9 colonnes sur le monument délien, la partie droite du monument athénien, qui conser­ve les deux dernières colonnes du palmarès, sera séparée des autres fragments par une lacune dans laquelle on ne restituera qu’une seule colonne de couronnes (portant le no 9), pour aboutir à un total de 11 colonnes. Les couronnes restituées dans cette lacune, incontestable, porteront les numéros 9, 21 et 33. Si l’on admet l’existence de 35 victoires réparties en 10 colonnes (la dernière étant perdue) sur le monument délien, il conviendra alors de restituer une seconde colonne (portant le no 10) sur le monument athénien pour aboutir à un total de 12 colonnes. En raison de la configuration différente des deux palmarès (lignes de 10 couronnes à Délos contre 12 à Athènes), la colonne ainsi conjecturée contiendra les couronnes 10, 20 et 30 à Délos, 10, 22 et 34 à Athènes (fig. 29). L’hypothèse de restitution peut de ce fait être mise à l’épreuve : comme les couronnes restituées à Athènes (22 et 34) se trouveront à droite de celles restituées à Délos (20 et 30), si la colonne no 10 a été restituée à tort (32 victoires effectives au lieu des 35 conjecturées), le palmarès athénien « retardera » d’une victoire sur son pendant délien dans la zone comprenant les couronnes 20 et 21 à la l. 2 et les couronnes 30 à 33 à la l. 3.

Fig. 29 – Les bases de Délos et d’Athènes restituées avec 35 couronnes agonistiques.

Fig. 29 – Les bases de Délos et d’Athènes restituées avec 35 couronnes agonistiques.

Relevé M. Fincker.

41Que constate‑t‑on dans les faits ? Manquantes à Athènes, les couronnes 20‑21 n’offrent aucune possibilité de vérification. En revanche, aux couronnes 30‑32, le palma­rès d’Athènes (Νᾶα – Τροφώνια – [---]), présente clairement un retard sur celui de Délos (X – Νᾶα – Τροφώνια). L’alternative est donc la suivante : soit on renonce à restituer une dixième file de couronnes sur le monument délien, et l’on y crée une dissymétrie architecturalement incongrue ; soit on maintient la restitution, et l’on se résout à admettre une divergence des palmarès au seul endroit susceptible de vérifier notre hypothèse. Telle est la solution que nous adopterons ici : la difficulté qu’elle présente se trouve en effet atténuée – voire annulée – par le fait que les couronnes 24‑25 ont été gravées dans un ordre différent à Athènes et à Délos, ce qui autorise à conjecturer une interversion similaire entre D30 et A31 ou éventuellement entre D31 et A32. On aurait ainsi, dans la première hypothèse :

  • 45 Infra, p. 396‑397.

42De manière remarquable, les couronnes A31 et A32 auraient été remportées dans le même concours, cas de figure qui ne se retrouve guère qu’en A23 et A24, à l’endroit précis de la première interversion constatée dans le palmarès de Ménodôros. L’auteur de D peut certes avoir omis la seconde mention des Ἡρακλεῖα et celle des Τροφώνια, avant de se corriger ; mais il a plus probablement pris l’initiative d’améliorer le panachage des victoires qui semble avoir présidé à l’établissement du palmarès45 en évitant de juxtaposer deux couronnes remportées dans le même concours. Si l’on supposait une interversion entre D31 et A32, et donc une identité de D30 à A30, deux victoires remportées dans un même concours se suivraient dans le palmarès de Délos (Naa‑Naa en D30‑31) : cette hypothèse ne pouvant s’appuyer sur aucun parallèle, contrairement à la précédente, nous préférons y renoncer.

  • 46 Infra, p. 401.

43Par ailleurs, le titre de périodonique attribué à l’athlète (D, a, l. 1) et les honneurs qu’il reçut à Rhodes (D37) s’accorderaient bien avec des victoires remportées aux Ἴσθµια et aux Ἁλίεια, deux concours dont il n’y a pas trace dans la partie conservée du palmarès, et qu’il est par conséquent tentant de restituer en haut de la dixième colonne conjecturée à Délos (D10, D20), sans toutefois que cela ne soit impératif46.

L’identification des concours mentionnés à Délos et à Athènes

  • 47 ID 1957b. Cf. L. Moretti, Iscrizioni agonistiche greche (1953), p. 132, no 51 ; G. Nachtergael, Le (...)
  • 48 Infra, p. 389.
  • 49 P. Cabanes (dir.) (n. 47), p. 87. D. J. Geagan, The Athenian Agora XVIII. Inscriptions : The Dedic (...)
  • 50 L. Robert (n. 38), p. 47 [OMS VII, p. 753].

44S’agissant du texte proprement dit (et pour s’en tenir à l’essentiel), il convient d’abord d’amender la copie originale de l’inscription délienne, utilisée par S. Dow et reprise dans les ID sans avoir été vérifiée sur la pierre, comme on peut le déduire de la réitération des leçons Σωτ̣̣ή̣ρ̣ια̣, [---] et Ν̣έ̣µε̣α̣ aux couronnes D4, D5 et D6, où l’on lit en réalité Π̣ύ̣θ̣ια, Νέµεα et λ[ευθέρι]α47. Les noms des mêmes concours se retrouvent en A4 et A6 ; en A5, l’inscription a complètement disparu, mais la couronne, dont ne subsiste qu’un fragment passé inaperçu, est d’un type exclusivement associé au Νέµεα48. D’autre part, S. Dow a lui‑même commis plusieurs erreurs d’établissement de texte, qui sont parvenues jusque dans le catalogue des inscriptions dédicatoires de l’Agora, paru en 201149. En A21 (ex‑A20), on ne saurait en effet accepter la restitution des [Ἡράκλεια τὰ ἐν Χαλκίδι], censément remportés [ἄνδρας πάλην]. Comme le soulignait déjà L. Robert, qui n’aura guère été entendu sur ce point, « elle est arbitraire, car ce concours ne figure pas dans le monument de Délos. Elle est même erronée, car il n’y eut pas d’Héracleia à Chalcis parmi les concours d’un rang “panhellénique” et en même temps que les Romaia50 ». Que faut‑il donc restituer ? La base délienne donne la solution : [Ἡραῖα | τὰ ἐν Ἄργει], remportés [ἄνδρας | παγκράτιον]. Inversement, on ne saurait suivre S. Dow lorsqu’il rétablit [Ἡ] ρ̣αῖ[α | τὰ ἐν Ἄργει] en A18 (ex‑A17) ; il faut bien plutôt lire et restituer, d’après le modèle délien : [Ἡ] ρ̣άκ̣[λεια | τὰ ἐν Θήβαις]. Avec nos lectures – qui rejoignent, sur les deux derniers points, celles de J. Curbera en IG II/III3, 4.1, 599 –, loin d’avoir l’ampleur et l’origine imaginées jusqu’à présent, les différences entre les deux palmarès se trouvent limitées à quelques cas, dont le nombre dépend de la restitution que l’on peut admettre ou refuser d’une dixième colonne de couronnes sur la base délienne.

Les divergences entre les deux versions du palmarès

  • 51 I. E. Stéfanis, « Ἀθλητῶν ἀπολογία », Hellenika 39 (1988), p. 281‑286.

45Telles qu’elles se donnent à lire dans la publication de S. Dow (fig. 30), les deux versions du palmarès de Ménodôros frappent d’emblée par leurs divergences, trop importantes pour que l’on puisse s’en accommoder : les couronnes D15 et A16, D16 et A15, D18 et A24, D22 et A18, D24 et A25, D25 et A21 (ex‑D14 et A15, D15 et A14, D17 et A22, D20 et A17, D22 et A23, D23 et A20) auraient été interverties, et de graves erreurs de copie auraient affecté le nom des concours aux couronnes 4, 5, 6. I. Stéfanis est le premier à avoir fait observer que la situation s’éclaircissait dès lors que l’on renonçait aux restitutions de son prédécesseur. Selon lui, les palmarès A et D dériveraient d’un même archétype (X), mais le second en aurait été séparé par une copie intermédiaire (d) ; la disposition en trois lignes et onze colonnes, que S. Dow attribuait à A, aurait également été celle de X et de d. La troisième ligne de X aurait contenu un vacat au niveau de la deuxième colonne (Ἡράκλεια | Ὀλύµπια – vacat – Σωτήρια…) : ce vacat aurait été déplacé à la fin de la même ligne en A (Ἡράκλεια | Ὀλύµπια – Σωτήρια – … – vacat), permuté avec la dernière couronne de la deuxième ligne en d (Ἡράκλεια – vacat | Ὀλύµπια - Ἡράκλεια – Σωτήρια…), et supprimé en D grâce à l’adjonction des couronnes civiques (Ἡράκλεια – Ὀλύµπια –Ἡράκλεια – Σωτήρια…). En X4, le palmarès aurait d’autre part mentionné les Πύθια, que l’auteur de D aurait confondus avec les Σωτήρια, autre concours delphique51. Outre cependant que l’existence d’un vacat à l’intérieur même d’une rangée de couronnes serait inexplicable, la théorie de Stéfanis ne rend qu’imparfaitement compte de la mention de Σωτήρια en D4, et aucunement du conflit opposant les Ἐλευθέρια d’A6 aux Νέµεα de D6.

Fig. 30 – La restitution des palmarès de Ménodôros par S. Dow (n. 5), p. 82‑83.

Fig. 30 – La restitution des palmarès de Ménodôros par S. Dow (n. 5), p. 82‑83.
  • 52 Supra, p. 381.
  • 53 Pour un aperçu d’ensemble du palmarès de Ménodôros, voir infra, p. 394‑395.

46Le nouvel établissement du texte et l’analyse des couronnes font disparaître toute divergence embarrassante dans la première ligne des palmarès (tabl. 2). Ne subsistent par ailleurs que les deux cas d’interversion des concours dont nous avons rendu compte ci‑dessus (couronnes 24‑25 et 30‑31 plus vraisemblablement que 31‑32)52 et quatre (?) cas de non-concordance des épreuves (couronnes 12 [?], 13, 16, A24/D25). En l’occurrence, πάλην a valeur de lectio difficilior en face du plus fréquent παγκράτιον : nous conjecturerons donc, sous toute réserve, que les victoires 12 (?), 13, 16 et A24/D25 ont été remportées à la lutte, et non au pancrace53.

Tableau 2 – Le palmarès de Ménodôros à Délos et à Athènes, restitué avec 35 couronnes agonistiques.

Délos Athènes
No de la couronne Concours Épreuve Concours Épreuve
1 Éleusinia HP Éleusinia HP
2 Panathénées HP Panathénées HP
3 Olympia ? Olympia ?
4 Pythia HP Pythia HP
5 Néméa HP ? ?
6 Éleuthéria HL Éleuthéria ?
7 Éleusinia IL Éleusinia IL
8 Néméa HP Néméa HP
9 Éleusinia HL ? ?
10 ? ? ? ?
11 Néméa IL Néméa IL
12 Hérakleia de Thèbes HP Hérakleia de Thèbes HL (?)
13 Panathénées HP Panathénées HL
14 Délia de Délos HL Délia de Délos HL
15 Rhômaia de Chalkis HP ? ?
16 Héraia d’Argos HL ? HP
17 Lykaia HP ? HP
18 Hérakleia de Thèbes HP Hérakleia de Thèbes HP
19 Sôtéria de Delphes HL ? HL
20 ? ? ? ?
21 Rhômaia de Chalkis HL ? ?
22 Héraia d’Argos HP ? ?
23 Hérakleia de Thèbes HP Hérakleia de Thèbes HP
24 Olympia HP Hérakleia de Thèbes HP
25 Hérakleia de Thèbes HL Olympia HP
26 Sôtéria de Delphes HP Sôtéria de Delphes HP
27 Naa de Dodone HL Naa de Dodone HL
28 Trophônia de Lébadée HL Trophônia de Lébadée HL
29 Nymphaia d’Apollonia HP Nymphaia d’Apollonia HP
30 ? ? Naa de Dodone HP
31 Naa de Dodone HP Trophônia de Lébadée HP
32 Trophônia de Lébadée HP ? ?
33 Hérakleia de Thèbes HP ? ?
34 Nymphaia HL ? ?
35 Hérakleia de Thèbes HL ? HL

H = homme ; I = imberbe ; L = lutte ; P = pancrace. Quand il y a une concordance entre les deux palmarès, les noms des concours et des épreuves sont notés en romain bas de casse. Quand des lacunes empêchent la comparaison entre les deux palmarès, les noms des concours et des épreuves sont notés en italique. Quand il y a une différence entre les deux palmarès, les noms des concours et des épreuves sont notés en caractères gras.

Les signatures

  • 54 N. Badoud, « Une famille de bronziers originaire de Tyr », ZPE 172 (2010), p. 131‑132.
  • 55 Infra, p. 403‑406.
  • 56 Chr. Blinkenberg, Lindos, col. 36.
  • 57 Nous ne voyons pas de raison de nous demander, avec J. Curbera, IG II/III3, 599, p. 232, an Menodo (...)

47De la signature inscrite sur la base d’Athènes, aujourd’hui presque entièrement perdue, K. Pittakys a donné une copie dont le texte a fait l’objet de plusieurs corrections54. S. Dow s’en est tenu à celle que J. Kirchner proposait en 1935, ce qui a biaisé sa propre reconstruction de la famille des deux artistes mentionnés dans la signature, mais s’est aussi avéré préjudiciable lorsque ses successeurs ont voulu préciser la datation des monuments élevés en l’honneur de Ménodôros55. Comme Chr. Blinkenberg le faisait observer dès 1941, le premier artiste ne se nommait pas [Ἀρτεµίδωρος] Χαρµ<όλ>ου, mais Χαρµ<όλας> Ἀρτεµιδώρου56 ; c’était le frère du second57, Μηνόδοτος Ἀρτεµιδώρου. Quant à la base de Délos, S. Dow a ignoré qu’elle avait été attribuée à Εὐτυχίδης Ἡφαιστίωνος, ce qui a également porté à conséquence sur le plan chronologique.

La représentation des couronnes

48La place des couronnes sur les deux bases et leur importance dans les concours remportés par Ménodôros justifient un examen de leur sculpture et de leurs types.

À Délos (fig. 31)

  • 58 Le terme de « stéphanothèque », qui conviendrait bien, et désigne aujourd’hui un dispositif destin (...)
  • 59 Voir G. Coquegniot, « Coffre, casier et armoire : la kibôtos et le mobilier des archives et des bi (...)
  • 60 Cl. Nicolet, dans Cl. Nicolet, A. Beschaouch, « Nouvelles observations sur la “mosaïque des chevau (...)
  • 61 NS 46.

49Chaque couronne a été taillée dans un panneau carré d’en moyenne 16 cm de côté pour une profondeur équivalant à la saillie maximale du relief (fig. 18, 19). La disposition générale des panneaux fait songer aux casiers d’une bibliothèque58 dans lesquels les couronnes prendraient la place des rouleaux de papyrus59. Le sculpteur pourrait avoir représenté un type de meuble qui semble attesté sur une mosaïque de Carthage, où il s’apparente à « une sorte de lutrin formant un plateau incliné », dont la fonction aurait été d’exposer des couronnes agonistiques60. Le même type de meuble pourrait avoir inspiré l’auteur d’un autel mis au jour à Rhodes, sur lequel les couronnes – honorifiques – apparaissent cette fois comme suspendues dans leurs cases respectives61. Il convient toutefois de faire observer que le mode de représentation employé à Délos et à Rhodes l’est aussi, sous sa forme la plus élémentaire, dans de nombreux décrets ornés d’une couronne unique, dont rien n’indique qu’elle ait été exposée dans un meuble. Il est donc difficile, en la circonstance, de distinguer l’intention mimétique du procédé technique.

Fig. 31 – Délos : répartition typologique des couronnes du monument de Ménodôros.

Fig. 31 – Délos : répartition typologique des couronnes du monument de Ménodôros.

Relevé M. Fincker

  • 62 Sur les lemnisques, confondus avec la taenia par J. Curbera, IG II/III3, 4.1, 599, p. 231, malgré (...)
  • 63 Déjà republiée par P. Amandry, « Sur les concours argiens », BCH suppl. VI (1980), p. 228 et P. Ca (...)

50Chacune des couronnes de Ménodôros définit une surface centrale d’environ 9 cm de diamètre et comporte un lemnisque62 dont les extrémités arrondies tombent du sommet de la composition. Toutes, sauf une (les rameaux des Olympia), comprennent un anneau plat large de 1,5 à 2 cm à la périphérie duquel sont associés des motifs végétaux. En nous aidant de la photographie publiée en 190763 (fig. 18b), nous pensons distinguer quatre types principaux de feuillages, auxquels nous avons attribué les lettres A à D, et six formes de couronnes associées à un seul concours, désignées par les lettres E à J (fig. 31‑32).

Fig. 32 – Délos : les dix types de couronnes du monument de Ménodôros au 1⁄5 environ. Pour chaque type, le cliché de gauche date du début du xxe s. et celui de droite du début du xxie s.

Fig. 32 – Délos : les dix types de couronnes du monument de Ménodôros au 1⁄5 environ. Pour chaque type, le cliché de gauche date du début du xxe s. et celui de droite du début du xxie s.

A : 23, Hérakleia de Thèbes. B : 21, Rhômaia de Chalcis. C : 16, Héraia d’Argos. D : 28, Trophônia de Lébadée.
E : 24, Olympia. I : 25, Hérakleia de Thèbes. F : 34, Nymphaia d’Apollonia.J : 27, Naa de Dodone. G : 11, Néméa. H : 17, Lykaia.

  • Dans le type A (fig. 32A), la couronne est représentée par un anneau bombé à la périphérie duquel se détachent douze motifs radiants composés chacun de deux feuilles en V et d’un élément axial en forme de goutte. C’est le type de couronne le plus fréquent : il est associé aux Panathénées ([2], 13), aux Néméa (5, 8), aux Pythia (4), aux Éleuthéria (6), aux Hérakleia (12, 18, 23, 33, 35), aux Délia (14), aux Sôtéria (19, 26), aux Trophônia (32) ; il est aussi employé pour la couronne des Athéniens (36) et celle des Rhodiens (37).
  • Dans le type B (fig. 32B), la couronne est représentée par un anneau à la périphérie duquel se détachent douze feuilles en forme de palmettes. Cette couronne est associée aux Éleusinia (7), aux Rhômaia (15, 21), aux Héraia (22) et aux Naa (31).
  • Dans le type C (fig. 32C), la couronne est représentée par un anneau muni de feuilles lancéolées à plusieurs digitations, inclinées vers le bas. Elles sont au nombre de douze ou de quatorze. Cette couronne est associée aux Éleusinia (1, 9) et aux Héraia (16).
  • Dans le type D (fig. 32D), la couronne est représentée par un anneau d’où partent en s’inclinant seize motifs, composés chacun de deux feuilles en V ainsi que d’un élément axial en forme de goutte. Cette couronne est associée aux Trophônia (28) ; c’est aussi celle des Thébains (38) et du roi Ariarathès (39).
  • Dans le type E (fig. 32E), qui est celui de la couronne des Olympia 24, deux rameaux de feuilles et, peut‑être, de fruits disposés en chevrons denses et réguliers bordent un anneau central plus étroit. L’ensemble a une largeur de 3,7 cm. Les feuilles pourraient faire songer à des palmes, mais on sait qu’à Olympie les vainqueurs remportaient des couronnes d’olivier sauvage. Il est difficile de savoir si l’autre couronne associée aux Olympia, la couronne 3, était de même type. Elle aussi est composée de deux anneaux avec un élément central plus étroit que l’autre, mais l’anneau central paraît plus bombé qu’il ne l’est dans la couronne 24 et le feuillage de l’anneau périphérique est méconnaissable.
  • Le type F (fig. 32F) est celui de la couronne des Nymphaia (29, 34) qui est représentée par un anneau à la périphérie duquel sont groupées des feuilles pointues et imbriquées.
  • Le type G de la couronne des Néméa (11) (fig. 32G) revêt la forme d’un anneau dont se détachent seize motifs radiants composés chacun d’une courte tige surmontée d’un élément évasé, apparemment composite.
  • Le type H de la couronne des Lykaia (17) (fig. 32H) se définit comme un anneau entouré de quatorze feuilles effilées, composées de plusieurs folioles.
  • Le type I de la couronne des Hérakleia (25) (fig. 32I) est composé d’un anneau dont se détachent seize motifs triangulaires sur pointe, comprenant chacun deux branches en V et une zone médiane en triangle dans laquelle on distingue plusieurs éléments circulaires.
  • Le type J de la couronne des Naa (27) (fig. 32J) est un anneau plat à la périphérie duquel se détachent dix‑sept feuilles, à plusieurs folioles, formant des triangles aux sommets tronqués.
  • 64 Bizard, Roussel 1907, p. 435.
  • 65 P. Amandry (n. 63), p. 232, n. 50.

51L. Bizard et P. Roussel jugeaient les feuillages des couronnes « trop stylisés pour qu’on les puisse aisément reconnaître » ; le vainqueur des Naa leur paraissait néanmoins avoir été récompensé par du chêne. Ils relevaient en outre la « grande similitude » des couronnes remportées dans un même concours64. Dans les Études argiennes, P. Amandry soulignait cependant que « les deux couronnes associées aux Héraia sont différentes, ce qui ne peut pas s’expliquer par le fait qu’elles ont été remportées à deux épreuves différentes, lutte et pancrace »65. Certains concours sont en effet associés à différents types de couronnes : les Hérakleia aux types A et I ; les Néméa aux types A et G ; les Naa aux types B et J ; les Trophônia, aux types A et D ; les Éleusinia et les Héraia aux types B et C.

À Athènes (fig. 33)

52Les couronnes ont été dégagées en creusant autour d’elles une mince surface en biseau avec un ciseau droit. Elles revêtent la même apparence que sur maints monuments de l’époque hellénistique : leurs deux branches sont représentées avec une intention naturaliste ; il ne s’agit pas encore des épaisses couronnes de l’époque impériale, dont les brins constituent un véritable cylindre. Les inscriptions n’ont été gravées qu’en second lieu.

  • Dans le type A (fig. 34A), qui est le plus courant (nos 1‑4, 7, 12‑15, 18‑19, 24‑26 et 35), les couronnes sont composées de deux branches portant trois motifs de deux feuilles en Λ aux bords convexes, entre lesquelles se détache un élément en losange. Au sommet de chaque couronne, les branches sont croisées et forment un 8 horizontal allongé. Les extrémités du lemnisque tombent à l’intérieur de la couronne ; elles se développent parfois de part et d’autre des branches (nos 12 et 13).
  • Dans le type B (fig. 34B) (nos 17 et 27), le principe de la composition est le même, mais les feuilles et l’élément qui se détache entre elles ont des bords dentelés. Les motifs sont reliés entre eux par une large bande. Il n’y a pas de branches entrelacées au sommet de la couronne.
  • Le type C (fig. 34C) (nos 5, 8 et 11) est caractérisé par la succession de groupes de deux feuilles qui divergent et s’évasent en trompettes ; au milieu, on distingue une feuille de même type ou de forme lancéolée. Les motifs sont reliés entre eux par des losanges, qui pourraient appartenir au lemnisque, dont les extrémités retombent dans la couronne.
  • Le type D (fig. 34D) n’est représenté que par une très faible portion de la couronne des Nymphaia (no 29). On distingue surtout, en haut à droite, un motif en bec de corbin que l’on ne retrouve pas ailleurs.

Fig. 33 – Athènes : répartition typologique des couronnes du monument de Ménodôros.

Fig. 33 – Athènes : répartition typologique des couronnes du monument de Ménodôros.

Relevé M. Fincker

Fig. 34 – Athènes : les quatre types de couronnes du monument de Ménodôros au 1⁄5 environ.

Fig. 34 – Athènes : les quatre types de couronnes du monument de Ménodôros au 1⁄5 environ.

A : 1, Éleusinia. C : 8, Néméa. B : 27, Naa. D : 29, Nymphaia.

Cl. Nathan Badoud, Myriam Fincker, Jean‑Charles Moretti.

  • 66 Dow 1941, p. 87 ; J. Curbera, IG II/III3, 4.1, 599.

53S. Dow, comme J. Curbera, reconnaissait quatre espèces végétales sur la base d’Athènes : l’ache pour les Néméa, le chêne pour les Naa et les Lykaia, le laurier pour les Nymphaia, l’olivier partout ailleurs66.

Synthèse (tabl. 3)

  • 67 Scholies à Pindare, Olympiques, III 27.
  • 68 P. Amandry (n. 63), p. 222.
  • 69 D’après notre propre observation de la base IG II2, 2971, au musée d’Éleusis.
  • 70 D. J. Geagan (n. 49), p. 115‑117, C200, V‑VI.
  • 71 Scholies à Pindare, Néméennes, argum., p. 10, 11.
  • 72 Pausanias, X 7.
  • 73 P. Amandry (n. 63), p. 252.
  • 74 P. Charneux, « Inscriptions d’Argos », BCH 109 (1985), p. 357‑358, I, l. 7.
  • 75 Scholies à Pindare, Isthmiques, IV 117.
  • 76 D. J. Geagan (n. 49), XV. Pour une couronne d’armoise utilisée par un officiant et un enfant‑médiu (...)

54Abstraction faite des monuments de Ménodôros, les sources littéraires et archéologiques permettent de déterminer le végétal utilisé dans plusieurs contextes : olivier sauvage aux Olympia67, olivier aux Panathénaia68, aux Délia69 et aux Rhômaia de Chalcis (?)70, ache aux Néméa71, laurier aux Pythia72, lierre aux Héraia73, chêne aux Lykaia74, myrte aux Hérakleia75, et armoise aux Trophônia, si notre interprétation, conjecturale, d’un fragment de base très mutilé sur lequel apparaît une feuille palmée est correcte76.

  • 77 IG XII 9, 952.

55Sur la base de Délos, le chêne des Lykaia est aisément reconnaissable en H ; associé aux Naa et très proche du précédent, le type J évoque le même arbre ; distinct de A, le type G doit figurer l’ache des Néméa. Les autres types de couronnes (A‑F et I) s’avèrent peu caractéristiques, le premier d’entre eux correspondant même à un minimum de quatre végétaux différents (olivier, myrte, ache, laurier). Il arrive par ailleurs qu’un concours unique soit associé à des types de couronnes différents. Une inscription du gymnase de Chalcis établit que le végétal des couronnes pouvait être fonction de l’âge du vain­queur77 : l’explication pourrait a priori s’appliquer au cas des Néméa et des Éleusinia, où le type de couronne varie avec la classe d’âge, mais pas à celui des Héraia, des Hérakleia, des Trophônia et des Naa, où le type de la couronne varie indépendamment de la classe d’âge.

56La base d’Athènes témoigne de la même indistinction que son pendant délien, dans la mesure où le type A y correspond aussi à quatre espèces de végétaux (olivier, laurier, lierre, myrte). Jamais cependant deux types de couronnes différents ne sont associés à un même concours : une couronne d’ache accompagne par exemple chaque mention des Néméa, ce qui s’accorde au style conventionnel des couronnes représentées.

  • 78 D. J. Geagan (n. 49), VII.

57Les monuments de Ménodôros ne permettent pas de reconnaître les couronnes mises en jeu aux Délia, aux Éleusinia, aux Éleuthéria et aux Trophônia, sur lesquelles nous ne disposons par ailleurs d’aucune information décisive : toutes ressortissent en effet à un type non discriminant. Les mêmes monuments suffisent en revanche à établir que la couronne des Naa était de chêne (l’apparence de l’olivier qu’elle prend sur une autre base procédant une fois encore d’une simplification trompeuse)78, et donnent à penser que celle des Nymphaia était de laurier.

58Les sculpteurs ont ainsi donné une apparence variable à des couronnes de même nature et, à l’inverse, formellement apparenté des couronnes différentes ; les Modernes n’ont fait qu’ajouter à la confusion des Anciens en évoquant trop facilement, ici ou là, des couronnes « d’olivier ».

Tableau 3 – Typologie des couronnes de Ménodôros (les végétaux identifiés grâce aux deux bases de Ménodôros sont soulignés).

Concours Matière de la couronne Type à Délos Type à Athènes
Δήλια olivier A (14) A (14)
Ἐλευσίνια ? Β (7), C (1, 9) A (1, 7)
Ἐλευθέρια ? Α (6) ?
Ἡραῖα lierre B (22), C (16) A (16)
Ἡράκλεια myrte A (12, 18, 23, 33, 35), I (25) A (12, 18, 24, [35])
Λυκαῖα chêne H (17) B (17) ?
Νᾶα chêne B (31), J (27) B (30)
Νέµεα céleri A (5, 8), G (11) C (5, 8, 11)
Νυµφαῖα Laurier ? F (29, 34) D (29)
Ὀλύµπια olivier E (3 ?, 24) A (3, 25)
Παναθήναια olivier A (2, 13) A (2, 13)
Πύθια laurier A (4) A (4)
Ῥωµαῖα olivier B (15, 21) A (15) ?
Σωτήρια ? A (19, 26) A (19 [?], 26)
Τροφώνια Armoise ? A (32), D (28) A (28)

Le palmarès de Ménodôros

  • 79 L. Moretti (n. 47), p. 131‑138, no 51.
  • 80 L. Moretti, « Note sugli antichi periodonikai », Athenaeum 32 (1954), p. 115‑120.
  • 81 J. & L. Robert, BE 1954, 57. Le compte rendu des Iscrizioni agonistiche greche, que le BE 1955, 29 (...)
  • 82 L. Robert (n. 50) ; id., Noms indigènes de l’Asie mineure (1963), p. 496.
  • 83 L. Robert (n. 50), p. 47, n. 4.
  • 84 D. Knoepfler, « Louis Robert en sa forge : ébauche d’un mémoire resté inédit sur l’histoire contro (...)

59Le palmarès de Ménodôros (tabl. 4) ne pouvait manquer d’attirer l’attention des épigraphistes. Publiant son recueil d’inscriptions agonistiques grecques en 1952, L. Moretti lui a consacré la première place de son chapitre sur la « romanisation des concours »79 avant de revenir en un article à part sur le titre de « périodonique » attribué à l’athlète80. Indépendamment de la notice qu’il consacra à ce dernier ouvrage81, L. Robert s’est intéressé aux couronnes de Ménodôros en marge de plusieurs travaux publiés dans les années 196082. Les archives de l’Institut de France conservent également les matériaux, rassemblés en 1972, d’un mémoire inédit sur les « Fêtes à Lébadée » – les Trophônia de notre inscription – qui aurait dû en constituer le prolongement83. D’un point de vue historiographique, ce mémoire, auquel D. Knoepfler a consacré une étude approfondie, revêt une importance particulière, car il aurait indubitablement contribué à faire apparaître les limites de l’approche de S. Dow et le caractère erroné de sa reconstruction de l’histoire du concours84.

Tableau 4 – Le palmarès délien de Ménodôros.

Concours Lutte Pancrace Total
Délia 1 0 1
Éleusinia 1 + 1* 1 3*
Éleuthéria 1 0 1
Héraia 1 1 2
Hérakleia 2 + 1 ? 3 + 1 ? 6
Lykaia 0 1 1
Naa 1 1 2
Néméa 1* 2 3*
Nymphaia 1 1 2
Olympia 1 ? 1 + 1 ? 2
Panathénées 0 2 2
Pythia 0 1 1
Rhômaia 1 1 2
Sôtéria 1 1 2
Trophônia 1 1 2
Total 13* + 2 ? 17 + 2 ? 32*

Sauf indication contraire, les victoires ont été remportées dans la catégorie des hommes. L’astérisque (*) marque le fait que la victoire (ou une victoire) a été remportée en tant qu’imberbe.

Organisation et spécificité du palmarès de Ménodôros

  • 85 Aussi ne peut‑on admettre l’avis de Ph. Bruneau (n. 29), p. 83, selon lequel l’ordre du palmarès « (...)
  • 86 Infra, p. 402.

60Si la disposition originale du palmarès de Ménodôros apparaît désormais plus nettement que par le passé, elle n’en reste pas moins difficile à comprendre. En consultant le recueil des Iscrizioni agonistiche greche, on s’avisera en effet que les couronnes des athlètes, comme celles des artistes, pouvaient être ordonnées selon plusieurs critères, éventuellement combinés les uns aux autres : prestige ou lieu des concours, chronologie ou nombre des victoires, type d’épreuves… La première partie du palmarès (couronnes 1‑14) fait apparaître des victoires remportées pour la plupart dans les sanctuaires de la période et dans la patrie de l’athlète, tandis que la seconde (couronnes 15‑35) pourrait suivre un ordre essentiellement chronologique : les séquences Rhômaia-Héraia (couronnes 15‑16 et 21‑22), Hérakleia-Sôtéria (couronnes 18‑19 et 25‑26), Naa-Trophônia (couronnes 27‑28 et 31‑32), avec un prolongement éventuel dans les Nymphaia (couronnes 29 et 34) semblent en effet refléter le déroulé de la carrière de l’athlète, sans que l’on sache si ce dernier a parcouru deux fois le même circuit, ou si un seul passage lui a suffi pour triompher aussi bien à la lutte qu’au pancrace lors d’une même visite. Quoi qu’il en soit, la première partie du palmarès mélange les victoires de manière déconcertante, en omet une, particulièrement importante (D24/A25), lui en substitue une autre, tout à fait incongrue (12), et mêle les victoires remportées en tant qu’imberbe (7, 11) à celles remportées en tant qu’homme85. Il semble impossible de résoudre le problème en conjecturant l’existence d’une copie intermédiaire du palmarès de Ménodôros : l’athlète était vivant lorsque furent construits les monuments de Délos et d’Athènes86, et l’on ne voit pas que son palmarès ait pu être altéré sans son aveu à deux reprises, en deux endroits différents, mais de manière convergente. Se résoudra‑t‑on alors à admettre que les couronnes ont été panachées pour renforcer l’impression produite sur le spectateur ?

  • 87 Pour un aperçu d’ensemble de ces concours, voir supra, p. 394‑395.
  • 88 Sur ce point, voir J.‑Y. Strasser, « La carrière du pancratiaste Markos Aurèlios Dèmostratos Damas (...)

61Les 32 victoires que l’on peut identifier ont été remportées dans 15 concours différents87 : réserve faite d’un cas incertain, 14 l’ont été à la lutte et 17 au pancrace, deux disciplines fréquemment pratiquées par les mêmes athlètes, au contraire de la boxe88. La première était plus volontiers ouverte aux mineurs, parce qu’elle était la moins dangereuse ; c’est d’ailleurs en tant qu’« imberbe » que Ménodôros commença par s’y illustrer, aux Éleusinia (7) et aux Néméa (11), alors qu’il remporta ensuite les deux tiers de ses victoires au pancrace.

  • 89 Cela confirme qu’il faut préférer la leçon d’A13 (παλήν) à celle de D13 (παγκράτιον), celle de D16 (...)

62Les Délia, les Éleuthéria, les Lykaia et les Pythia n’apparaissent qu’une seule fois dans le palmarès de Ménodôros ; les Héraia, les Naa, les Nymphaia, les Olympia, les Panathénaia, les Rhômaia, les Sôtéria et les Trophônia apparaissent deux fois, mais les victoires ont, dans chaque cas, été remportées au pancrace et à la lutte89 ; les Éleusinia et les Néméa apparaissent trois fois, parce que le combattant y a remporté la lutte dans deux catégories d’âge différentes. S. Dow en a conclu, de manière vraisemblable, qu’en règle générale Ménodôros ne cherchait pas à remporter deux fois la même couronne. Il y a toutefois une exception manifeste à cette règle, puisque Ménodôros a triomphé six fois aux Hérakleia en tant qu’adulte : deux fois à la lutte et quatre fois au pancrace. Sans doute le concours thébain, aisément accessible aux Athéniens, promettait‑il une victoire plus aisée qu’ailleurs : mais le constat ne s’appliquait‑il pas, par exemple, aux Éleusinia, et justifiait‑il, à lui seul, que l’athlète s’écartât de la ligne directrice de sa carrière ?

Le titre de « périodonique »

  • 90 Dow 1941, p. 86.
  • 91 L. Moretti (n. 80), p. 120 ; Olympionikai. I vincitori negli antichi agoni olimpici (1957), p. 114 (...)
  • 92 J. & L. Robert (n. 81), loc. cit.
  • 93 I. E. Stéfanis (n. 51), p. 284‑285.
  • 94 Supra, p. 382.

63Olympia, Pythia, Néméa et Isthmia constituaient les quatre concours les plus importants du monde grec et formaient ce que l’on appelait la « période » : l’athlète ou l’artiste qui avait triomphé dans chacun d’entre eux à la même épreuve était qualifié de « périodonique ». Tel est le titre que le monument délien attribue à Ménodôros, pancratiaste vainqueur aux Olympia (une fois au moins), aux Pythia (une fois) et aux Néméa (deux fois), mais dont le palmarès, pour autant que les bases de Délos et d’Athènes permettent d’en juger, n’incluait pas les Isthmia. S. Dow en a conclu que ces bases étaient postérieures à 146, date de la destruction de Corinthe, qui aurait entraîné une interruption des concours célébrés dans le sanctuaire de l’Isthme90. Selon L. Moretti, quelle qu’en ait été la cause, l’absence de victoire dans tel concours de la période aurait pu être compensée par une victoire supplémentaire dans un autre concours, de rang équivalent : Ménodôros se serait donc rendu digne du titre de périodonique en remportant deux fois les Néméa91. Cette hypothèse a été rejetée par L. Robert, convaincu par celle de S. Dow92, mais aussi par I. Stéfanis, qui en a élaboré une troisième : les Isthmia auraient occupé le cinquième rang du palmarès de Ménodôros93. S’il est exact que le monument d’Athènes présente une lacune à cet endroit, il a cependant fallu une erreur d’édition pour laisser penser qu’il en allait de même à Délos, où l’on lit en réalité Néméa94. En restituant une dixième colonne de couronnes à la base délienne de Ménodôros, nous avons fait passer le nombre de ses victoires de 32 à 35 : il n’est donc pas impossible que les Isthmia aient figuré au palmarès de l’athlète.

  • 95 Pausanias, II 2, 2.
  • 96 Strabon, VIII 6, 23.
  • 97 Polybe, XXXIX 10, 1.
  • 98 Tacite, Annales, XIV 21.

64Que sait‑on au juste de l’histoire des Isthmia dans la seconde moitié du iie s. ? Le témoignage de Pausanias, omis par S. Dow, est catégorique : « les Isthmia ne connurent pas d’interruption, même lorsque Corinthe fut dévastée par Mummius » ; et le Périégète d’ajouter que l’organisation des concours fut un temps reprise par Sicyone95, gratifiée pour l’occasion (nous apprend Strabon) de la majeure partie de la Corinthie96. Sans être aussi explicite, Polybe crédite le général romain d’avoir non seulement réaménagé le site de l’Isthme (ἐπισκευάσας τὸν ἐν Ἰσθµῷ τόπον), mais aussi embelli les temples d’Olympie et de Delphes97. Effectués dans les sanctuaires de la période, ces travaux illustrent l’intérêt du conquérant pour les concours grecs : si l’on en croit Tacite, ce fut précisément Mummius qui les fit découvrir au peuple de Rome98.

  • 99 Th. Schwertfeger, Der Achaiische Bund von 146 bis 27 v. Chr. (1974), p. 42‑48.
  • 100 Chr. Habicht, « Versäumter Götterdienst », Historia 55 (2006), p. 154‑155.
  • 101 Même position chez A. Farrington, Isthmionikai. A Catalogue of Isthmian Victors, Nikephoros Beihef (...)
  • 102 B. Le Guen, Les associations de technites dionysiaques à l’époque hellénistique II (2001), p. 26‑2 (...)
  • 103 G. Daux, « Concours des Titeia dans un décret d’Argos », BCH 88 (1964), p. 570, l. 23‑25 (p. 573‑5 (...)
  • 104 F. Canali De Rossi, Le ambascerie dal mondo gréco a Roma in età repubblicana (1997), p. 173‑174, n(...)

65Il n’en demeure pas moins que, malgré l’interprétation que Th. Schwertfeger99 puis Chr. Habicht100 ont donnée des sources que nous allons maintenant discuter, il n’y a pas de trace incontestable d’une reprise de la célébration des Isthmia antérieure à la fondation de la Colonia Laus Iulia Corinthiensis en 44101. Certes, la vénérable association des technites dionysiaques « de l’Isthme et de Némée » continua d’exister après 146102, son siège étant désormais établi à Sicyone, mais cela ne prouve pas, de soi, qu’elle dépêchait encore des artistes sur le premier de ses sites éponymes. Placé « vers 100 av. J.‑ C., avec la marge convenable, et plutôt après qu’avant », un décret d’Argos prévoit, d’après l’editio princeps, d’annoncer des honneurs [ἐν τοῖς ἀγῶσιν τοῖς] | στεφανίταις ἔν τε τοῖ[ς] µε[γάλοις Ἡραίοις καὶ Ἰσθµί]|οις καὶ Νεµείοις καὶ Ὀλυ̣[µ]πί̣ο[ις καὶ Πυθίοις]103. Cette inscription doit être mise en rapport avec un décret mégarien attribuable aux années 50, où il serait cette fois prévu d’annoncer les honneurs ἐν τ[οῖς ἀγῶσι πᾶσιν οἷς ἁ πό]|λις τίθη̣[τι, κ]αὶ ἐν τοῖς Π[υθίοις καὶ Ἰσθµίοις καὶ] | Νεµείοις [καὶ] Ἀσκλαπιε[ίοις καὶ τοῖς ἄλλοις στε]|φανίτα[ις ἀγῶ]σιν104. Le parallèle est instructif : il montre que les deux inscriptions pourraient avoir mentionné a) les concours locaux ; b) les Pythia, les Néméa et les Olympia ; c) un autre concours stéphanite, tel que les Asclépieia. La restitution des Isthmia est donc incertaine dans les deux cas.

  • 105 W. Blümel, « Kopien A. Biliottis von Inschriften aus Halikarnassos, Bargylia, Keramos und Kos », A (...)
  • 106 Sur ce point, voir D. Knoepfler, « Les Rômaia de Thèbes : un nouveau concours musical (et athlétiq (...)
  • 107 Badoud 2015, p. 281, signature 97.
  • 108 Lindos 236.

66Hors de doute est en revanche l’attestation des Isthmia dans une inscription d’Halicarnasse honorant le coureur Δρακοντοµένης Ἱεροκλέους105. Parce qu’elle se réfère à des Amphiaraia-Rhômaia institués après les victoires béotiennes de Sylla106, sans faire allusion à aucun concours d’époque impériale, cette inscription peut être datée de 86‑31 : il est donc possible que l’athlète ait triomphé à l’Isthme avant la refondation de Corinthe, mais ce n’est nullement certain. Attribuable, d’après la signature du sculpteur107, aux années 140‑130, une base de Lindos conserve les dernières lignes d’un curriculum qui se clôt par la mention d’une victoire remportée dans la course de chars des Isthmia. S’agissant probablement, selon l’usage, d’un curriculum « descendant », cette victoire doit se rapporter aux jeunes années de l’honorandus, et a donc de fortes chances d’être antérieure à la destruction de Corinthe108.

  • 109 IG XII, 1, 73b, n’est que légèrement postérieure à 208, et pourrait se placer vers 190‑169. Attrib (...)
  • 110 Voir les autres documents cités par Chr. Habicht (n. 100), p. 155, n. 17.
  • 111 E. Gebhard, The Theater at Isthmia (1973), p. 141 ; M. C. Sturgeon, Isthmia IV. Sculpture I : 1952 (...)
  • 112 R. Knab, Die Periodoniken. Ein Beitrag zur Geschichte der gymnischen Agone an den 4 griechischen H (...)

67Les autres inscriptions alléguées à l’appui d’une reprise précoce des Isthmia s’avèrent soit nettement antérieures à 146109, soit impossibles à dater avec une précision satisfaisante110 ; quant aux fouilles archéologiques, elles n’ont établi ni l’interruption ni la poursuite des activités agonistiques dans le sanctuaire de l’Isthme111. Cherchera‑t‑on alors appui dans une source littéraire, telle que l’Histoire variée ? Élien y parle d’un certain Stratôn d’Alexandrie, lutteur et pancratiaste qui triompha deux fois aux Olympia et remporta également « les Néméa, les Pythia et les Isthmia ». Le témoignage de Pausanias assure d’autre part « qu’en la cent soixante‑dix‑huitième olympiade [68 av. J.‑C.] Stratôn d’Alexandrie remporta dans le même jour le prix du pancrace et celui de la lutte » : il pourrait s’agir des deux victoires dont parle Élien, auquel cas R. Knab aurait eu tort de placer la seconde en 64112. L’identité de l’athlète ne fait pas plus de doute que son statut de périodonique, mais on peut se demander si Élien, qui écrivait au début du iie s. apr. J.‑C., n’a pas procédé par énumération catégorielle en rendant implicitement ce titre par « vainqueur des Olympia, des Néméa, des Pythia et des Isthmia », sans savoir que les célébrations du dernier concours étaient suspendues à l’époque de Stratôn. Cela nous ramène au problème de la signification du titre de « périodonique » attribué à Ménodôros, que l’état des sources ne permet pas de résoudre, sauf à s’en remettre au témoignage de Pausanias, fondé peut‑être sur l’interprétation personnelle d’une source favorable à Mummius.

Les quatre dernières couronnes de la base de Délos

  • 113 Seul le premier sens, attesté dans une inscription rhodienne (Lindos 299c, l. 49), est admis par l (...)
  • 114 IG XII, 1, 383, l. 2‑3.
  • 115 Ch. Fantaoutsaki, « Νεότερα ονοµαστικά και προσωπογραφικά στοιχεία για τους ξένους στη Ρόδo », dan (...)

68Il reste à examiner les quatre dernières couronnes de la base de Délos, décernées par les Athéniens, les Rhodiens, les Thébains et « le roi Ariarathès ». Seule la couronne des Rhodiens s’accompagne du terme τῷ ξενίῳ, qui ne désigne pas ici, comme à l’accoutumée, un « présent d’hospitalité », mais une « cérémonie d’accueil », comme les plus fréquents ξένισις et ξενίσµος113 : Ménodôros a été logé et nourri par le Conseil, honneur équivalant à la σίτησις ἐν τῶι πρυτανείωι accordée aux citoyens et auquel renvoient des expressions telles que ξενωθεὶς ὑπὸ τᾶς βουλᾶς καὶ τοῦ δάµου114 ou ξενισθεὶς ὑπὸ τᾶς βουλᾶς (δίς ou τρίς)115.

  • 116 L. Robert (n. 82 [1963]), loc. cit.
  • 117 Chr. Michels, « The Spread of Polis Institutions in Hellenistic Cappadocia and the Peer Polity Int (...)

69Dans son ouvrage sur les Noms indigènes de l’Asie mineure, L. Robert s’est plus particulièrement intéressé à la couronne d’Ariarathès. Selon lui, le souverain l’aurait décernée à Ménodôros « apparemment parce que l’athlète s’était rendu en Cappadoce et y avait dignement participé à un concours. S’il n’y a pas le nom de la fête c’est que les rois de Cappadoce ne peuvent célébrer des fêtes qui soient mises d’emblée sur le pied des grands concours panhelléniques ». Quant aux Rhodiens, ils auraient voulu témoigner de leur estime envers l’athlète « à son passage lors du voyage de Cappadoce ». Cependant, no tait L. Robert, la couronne des Rhodiens se place « entre deux autres couronnes qui, comme celle‑ci, ne contiennent pas le nom d’un concours, où l’athlète fut vainqueur, mais d’une ville qui l’a honoré : à gauche, ὁ δῆµος ὁ Ἀθηναίων, à droite ὁ δῆµος ὁ Θηβαίων ἐν Βοι ωτί αι. Cet Athénien avait été vainqueur six fois aux Héracleia de Thèbes ; il faut remarquer qu’il ne l’avait pas été aux Halieia de Rhodes.116 » Il faudrait donc distinguer la couronne d’Ariarathès, strictement agonistique, des trois autres, de caractère plus largement honorifique. Il est cependant douteux que Ménodôros ait jugé le concours cappadocien digne de figurer à son palmarès, mais trop modeste pour qu’en fût précisé le nom ou indiquée la catégorie dans laquelle il avait remporté la victoire. Quand bien même, on ne comprendrait pas que la couronne d’Ariarathès ne figure pas à la suite des couronnes remportées dans les concours panhelléniques, et qu’elle en soit au contraire séparée par trois couronnes civiques, dont l’une a explicitement été accordée en signe d’hospitalité ; il n’y a d’ailleurs aucune trace du concours cappadocien dont L. Robert a conjecturé l’existence117.

  • 118 Bizard, Roussel 1907, p. 435.
  • 119 Le fait est établi par une amphore panathénaïque du musée national d’Athènes (A 17934) publiée par (...)
  • 120 IG II2, 1330 (B. Le Guen, Les associations de technites dionysiaques à l’époque hellénistique I [ (...)
  • 121 Diogène Laërce, IV 65.
  • 122 IG II2, 3781, avec le commentaire de M. Haake, Der Philosoph in der Stadt. Untersuchungen zur öff (...)
  • 123 Dow 1941, p. 86.

70Tout indique en réalité que les quatre dernières couronnes du monument de Délos ont été accordées, sans exception, au titre d’honneurs civiques dont Ménodôros s’était sans doute rendu digne par son prestige d’athlète, mais qui ne constituaient pas pour autant le prix d’une épreuve. Les Athéniens avaient eu maintes occasions de témoigner leur reconnaissance envers leur compatriote, qui entre autres concours avait plusieurs fois remporté les Panathénées et les Éleusinia ; les Thébains, d’honorer le sextuple vainqueur des Hérakleia ; et les Rhodiens de célébrer un athlète de réputation internationale, qui avait peut‑être inscrit les Halieia à son palmarès, puisque rien n’interdit de restituer une mention du concours dans la dixième colonne des monuments de Délos et d’Athènes. Mais « le roi Ariarathès » ? Il n’est certes pas impossible que Ménodôros ait fait le voyage de Cappadoce, comme le pensait L. Robert, qui ne s’est cependant pas prononcé sur l’identité exacte du monarque. Or, dès 1907, L. Bizard et P. Roussel suggéraient de considérer Ariarathès comme le cinquième souverain du nom, qui avait entretenu des liens privilégiés avec la patrie de l’athlète118 : on sait en effet qu’il avait assumé – sans doute in absentia – la charge d’agonothète des Grandes Panathénées119, et que, dans son royaume, lui et son épouse avaient accordé leur protection à l’association athénienne des technites dionysiaques120. S’il est en outre exact qu’il entretint une correspondance avec Carnéade121, c’est un homonyme athénien, enrôlé dans le dème des Συπαλήττιοι, qui dédia la statue du philosophe dont on a retrouvé la base sur l’agora d’Athènes122 : S. Dow a donc eu tort d’admettre, avec beaucoup d’autres, que le souverain « étudia à Athènes sous Carnéade », et qu’il avait reçu la citoyenneté athénienne123. Il n’en demeure pas moins vraisemblable que la couronne d’Ariarathès dont se prévaut Ménodôros lui ait été remise à Athènes même, au nom du roi, lors des Panathénées qu’il remporta à deux reprises au moins (couronnes 2 et 14) ou en une autre occasion.

Qui était Ménodôros ?

  • 124 K. S. Pittakys (n. 31), p. 163.
  • 125 J. Kirchner, ad IG II2, 2452, l. 52, p. 730.
  • 126 U. Köhler, IG II, 1047.
  • 127 S. V. Tracy, « The Cutter of Agora I 286 », Attic Letter‑cutters of 229 to 86 B.C. (1990), p. 214‑ (...)
  • 128 J. Curbera, ad IG II/III3, 4.1, 599, p. 231 (cf. supra, n. 57).

71Si Ménodôros n’est pas attesté comme athlète en dehors des monuments élevés pour célébrer son palmarès, il est cité comme ressortissant du dème de Pallène dans une liste de notables athéniens dont S. Dow ignorait encore l’existence en 1935, quoiqu’elle ait été publiée par K. Pittakys un siècle auparavant124, et incluse entre‑temps dans les deux éditions successives des Inscriptiones Graecae : auteur de la seconde, J. Kirchner y avait déjà reconnu l’athlète nommé sur la base publiée par L. Bizard et P. Roussel125. La date de l’inscription est longtemps restée celle qu’U. Köhler lui attribuait, soit environ 125126. S. Tracy a toutefois pu établir que le document avait été gravé par un lapicide actif un peu plus tard, entre 105 et 95127. Preuve de l’influence de l’article de S. Dow, auquel elle se réfère explicitement : en 2015, la troisième édition des Inscriptiones Graecae présente encore – contre la deuxième – l’athlète Ménodôros comme aliunde ignotus128.

  • 129 Chr. Habicht, Athènes hellénistique. Histoire de la cité d’Alexandre le Grand à Marc Antoine (2006(...)
  • 130 Hypothèse défendue par P. Byrne, « Early Roman Athenians », dans D. Jordan, J. Traill (éds), Lette (...)

72Le père de Ménodôros, sur lequel nous ne savons rien, a probablement reçu son nom de Γναῖος (Cnaeus) à l’époque où se nouaient les relations entre Rome et Athènes129 ; il paraît impossible d’en faire un ressortissant romain ayant reçu la citoyenneté athénienne130. Néanmoins, la famille de l’athlète avait peut‑être certaines accointances avec l’Italie, dont le monument de Délos, élevé à une époque où la communauté des Ῥωµαῖοι fleurissait dans l’île, a quelque chance d’être le reflet. Δηµήτριος Ἀπολλοδότου Ἀντιοχεύς, qui le dédia à Apollon, nous est hélas inconnu, comme son rapport avec l’honorandus.

Chronologie des monuments

  • 131 Dow 1941, p. 86, suivi en dernier lieu par W. Decker, Antike Spitzensportler. Athletenbiografien a (...)

73De l’absence des Isthmia dans le palmarès de Ménodôros, S. Dow a conclu que les monuments de Délos et d’Athènes étaient quelque peu postérieurs à 146. Souscrivant d’autre part à l’hypothèse de L. Bizard et P. Roussel, selon laquelle le roi Ariarathès serait le cinquième du nom, il en a déduit que le monument de Délos était antérieur à 130, date de la mort du souverain : on aurait en effet gravé βασιλεὺς Ἀριαράθης en « lettres exceptionnellement grandes » parce que le monarque était alors en vie131.

74Dans deux ouvrages parus en 1953, J. Marcadé et L. Moretti ont cherché à tirer parti de l’identité des sculpteurs ayant signé les monuments de Ménodôros, non prise en compte par S. Dow, pour confirmer ou préciser la chronologie du savant américain.

  • 132 ID 1869 ; 1871‑1873 ; 1891‑1892 ; 1923bis ; 1929 ; 1967 ; 1994 ; 2010 ; 2015 ; 2081 ; 2090 ; 2336.
  • 133 IG II2, 4303.
  • 134 Marcadé 1957, 47‑55.
  • 135 Marcadé 1957, 58.
  • 136 Marcadé 1957, 46.
  • 137 ID 2010.
  • 138 Marcadé 1957, 51.
  • 139 Kl. Hallof (n. 131), p. 67‑68, 9.

75Le monument de Délos a été réalisé par Εὐτυχίδης Ἡφαιστίωνος, que l’on a proposé d’identifier au sculpteur qui signa quinze œuvres à Délos132 et probablement une seizième à Athènes133 du simple nom d’Εὐτυχίδης, sans patronyme. Il semble avoir été actif dès 125 et l’être resté jusqu’à l’époque des guerres mithridatiques134. Peut‑être s’agit‑il du fils d’Ἡφαιστίων Μύρωνος, qui exerçait son art dans le troisième quart du iie s. av. J.‑C.135. Pour J. Marcadé, l’absence de patronyme sur les ouvrages réalisés par Eutychidès serait ainsi l’« indice d’une célébrité bien assise » ; sa présence sur le monument de Ménodôros inciterait donc à le placer au début de la carrière de l’artiste, soit avant 125 environ136. Si l’hypothèse ne manque pas de séduction, le caractère exceptionnel de la mention du patronyme ne la rend pas contraignante. Il reste d’autre part à attirer l’attention sur l’une des bases découvertes à Délos137. Comme les premiers éditeurs, J. Marcadé considérait que le nom d’Eutychidès y était suivi d’un « vac. ? »138 : il s’agit en réalité d’une rature, qui a emporté le patronyme du sculpteur139. Il est donc permis de se demander si le productif Eutychidès ne doit pas être distingué d’Eutychidès fils d’Héphaistiôn (lui‑même fils de Myrôn ?), auteur de la base délienne de Ménodôros : la mention du patronyme aurait précisément servi à le démarquer d’un artiste déjà actif vers 125, et plaiderait en faveur d’une datation de sa signature après ce terminus. L’hypothèse nous paraît cependant trop fragile pour être retenue.

  • 140 Dow 1941.
  • 141 Chr. Blinkenberg, Lindos, col. 35‑36. Cf. Badoud 2015, p. 304.
  • 142 N. Badoud (n. 54), p. 139‑140, dont les résultats, dans l’établissement des textes, leur datation (...)

76Auteurs du monument athénien, Χαρµόλας et son frère Μηνόδοτος Ἀρτεµιδώρου appartiennent à une dynastie de sculpteurs originaire de Tyr, mais établie et active à Rhodes dès le milieu du iie s. Deux reconstructions de cette famille ont été publiées en 1941 : la première est due à S. Dow lui‑même140 ; placée au début du recueil des inscriptions de Lindos, la seconde est l’œuvre de Chr. Blinkenberg141, et c’est la seule correcte142.

  • 143 Badoud 2015, p. 281, signature 103.
  • 144 E. Grzybek, « Rhodische Inschriften », ZPE 165 (2008), p. 67‑72, I ; IG XII 1, 109.
  • 145 Lindos 281b ; NESM 19 ; AER I, 7.

77Peut‑être rencontrés à l’occasion d’un voyage que l’athlète fit à Rhodes, les deux frères choisis pour réaliser le monument athénien de Ménodôros ont conjointement signé cinq bases découvertes dans l’île143. Sur deux d’entre elles144, le nom de l’aîné, Ménodotos, précède celui du cadet, Charmolas ; le seul exemplaire conservé peut être daté de 115‑107 environ. Sur les trois autres145, le nom du cadet précède au contraire celui de l’aîné, comme c’est le cas sur le monument athénien : ces bases sont à placer vers 110‑100.

  • 146 L. Moretti (n. 47), p. 134‑136 ; id. (n. 91, 1957), loc. cit.

78En raison des incertitudes qui planaient alors sur la restitution de la signature copiée par K. Pittakys, L. Moretti n’a tenu compte que du second des noms qui la composaient, celui de Ménodotos. Constatant que, selon la chronologie de Chr. Blinkenberg, ce sculpteur travaillait avec son père « peu après 124 », et qu’on le retrouvait associé « à un plus jeune frère, nommé Charmolas », vers 100, il suggérait de placer le monument athénien « une décennie avant le premier témoignage épigraphique (de 124 [sic]), parce qu’il importe de ne pas descendre après 130, date de la mort d’Ariarathès V de Cappadoce »146. Bien qu’il se soit servi du recueil de Chr. Blinkenberg, L. Moretti n’a manifestement pas remarqué le stemma qui indiquait l’identité des deux auteurs de la base athénienne : Ménodotos et son « jeune frère » Charmolas. Il est donc évident que la datation du savant italien ne peut être admise.

  • 147 Supra, p. 398‑400.
  • 148 J. Curbera, ad IG II/III, 4.1, 599, p. 232, qui renvoie à Ph. Bruneau (n. 29) ; cf. supra, p. 402.

79Ne reste alors qu’à revenir sur les arguments que S. Dow a développés à l’appui de sa chronologie. Dans l’ignorance où nous sommes de l’histoire des Isthmia, le terminus ante quem de 146 ne peut être retenu : le seul témoignage réellement pertinent conduirait d’ailleurs à l’écarter147. D’autre part, on ne saurait admettre que le lapicide du monument délien a gravé βασιλεὺς Ἀριαράθης en « lettres exceptionnellement grandes » parce que le souverain était encore en vie. Le constat sur lequel se fonde cette induction est en effet erroné, puisqu’un module identique a été employé pour les noms des concours figurant au‑dessus des autres couronnes ; ce sont les noms des épreuves et des catégories dans lesquelles s’est imposé l’athlète qui ont été incisés en petites lettres, parce qu’ils devaient se loger dans un espace exigu. Par conséquent, rien n’indique que le monument de Délos, ou celui d’Athènes, soit antérieur à la mort d’Ariarathès V : le terminus ante quem de 130, encore admis dans la dernière édition des Inscriptiones Graecae148, ne tient pas. Si l’on s’avise que l’ordre suivi pour dresser le palmarès de Ménodôros n’est pas strictement chronologique, les victoires remportées dans les catégories « hommes » et « imberbes » étant mélangées, rien n’oblige en outre à considérer que la couronne du roi Ariarathès soit l’une des dernières à avoir été décernées à l’athlète : L. Robert préférait d’ailleurs expliquer sa position par le caractère marginal du concours auquel elle était censée se référer, sans emporter davantage la conviction. S’il est exact de conjecturer qu’Ariarathès est bien le cinquième du nom, et que c’est en sa qualité d’agonothète des Grandes Panathénées qu’il témoigna son estime envers un athlète qui y avait triomphé au moins deux fois, cela signifie seulement que Ménodôros – à s’en tenir à l’état actuel de son palmarès – concourait dans la catégorie « hommes » dès avant 130.

  • 149 Lindos 216.
  • 150 Badoud 2015, p. 281, signature 94.
  • 151 Badoud 2015, p. 282, signatures 118‑120.

80Or aucune des bases que Ménodotos et Charmolas ont signées à Rhodes ne semble antérieure à 115. D’autre part, depuis 153 environ, le père des deux sculpteurs, Ἀρτεµίδωρος Μηνοδότου, travaillait seul149 ; ce n’est qu’en 124 qu’on le trouve associé à son fils aîné150, à un moment où le cadet n’avait manifestement pas encore entamé sa carrière, qui devait se prolonger jusque dans les années 80151. Il est donc exclu de placer les monuments de Ménodôros entre 146 et 130, comme on l’a fait jusqu’à présent.

  • 152 S. V. Tracy (n. 127), p. 189‑191.
  • 153 Pour Athènes, voir la bibliographie de S. V. Tracy (complète jusqu’en 2009) publiée dans G. Reger (...)

81Il serait en revanche tentant de dater la base d’Athènes de 110‑100 environ, comme les autres bases sur lesquelles le nom de Charmolas précède celui de Ménodotos. Cependant, si l’athlète a bien été couronné par Ariarathès V, et que les monuments aient été élevés à la fin de sa carrière, la décennie 120‑110 est probablement préférable. Le résultat auquel nous parvenons se trouve corroboré par le fait que S. Tracy attribue les fragments du monument athénien – non directement datés par lui – à un lapicide dont l’activité est attestée entre 130/29 et 117/6152. Le monument signé par Ménodotos et Charmolas permet donc non seulement d’établir un pont entre chronologies rhodienne et attique, mais aussi de constater que les révisions récemment entreprises dans l’une et l’autre153, de manière indépendante et suivant des méthodes différentes, aboutissent à des résultats parfaitement concordants.

  • 154 Supra, p. 402.

82Comme son auteur, Eutychidès, était actif dans la décennie 120‑110, le monument de Délos a de bonnes chances d’être exactement contemporain de celui d’Athènes. D’autre part, comme Ménodôros se trouve mentionné dans une inscription datée de 105‑95, à laquelle nous avons déjà eu l’occasion de faire référence154, les deux monuments qui l’honorent ont assurément été élevés de son vivant, sans doute pour marquer la fin de sa carrière agonistique.

Place des monuments dans l’histoire des concours sacrés

  • 155 K. Clinton, Eleusis. The Inscriptions on Stone. Documents of the Sanctuary of the Two Goddesses an (...)
  • 156 L. Robert, « Ἄριστος Ἑλλήνων », REA 31 (1929), p. 13‑20, 225‑26 [OMS II, 758‑767].
  • 157 P. Roesch, « Les Herakleia de Thèbes », ZPE 17 (1975), p. 1‑7.
  • 158 M. Jost, Sanctuaires et cultes d’Arcadie (1985), p. 267‑268 ; Chr. Habicht, « Neues aus Messene », (...)
  • 159 P. Cabanes, « Les concours des Naia de Dodone », Nikephoros 1 (1988), p. 49‑84 ; « Le Mécanisme d’ (...)
  • 160 G. Nachtergael (n. 47), avec les remarques de D. Knoepfler, « Les relations des cités eubéennes av (...)
  • 161 P. Cabanes (n. 47), p. 85, 88.
  • 162 W. J. Slater, D. Summa, « Crowns at Magnesia », GRBS 46 (2006), p. 294, qui emploient le texte d’I (...)
  • 163 D. Knoepfler, ACF 109 (2008‑2009) (2010), p. 700‑701.
  • 164 P. Roussel (n. 3), p. 208‑211 ; Ph. Bruneau (n. 29), p. 83‑85.
  • 165 D. Knoepfler (n. 84).

83L. Robert a donné de l’histoire des concours sacrés une périodisation désormais classique : d’abord limités à la période, aux Panathénées et aux Héraia, organisés par conséquent dans une zone limitée au Nord du Péloponnèse, à Delphes et à Athènes, ils se sont diffusés dans le monde hellénistique suivant le modèle des Ptolémaia célébrés depuis 279 à Alexandrie, pour finalement connaître une véritable « explosion » à l’époque impériale. Comparé à celui de deux autres pancratiastes – et bien qu’il soit encore centré sur la vieille Grèce – , le palmarès de Ménodôros témoigne de ce mouvement (fig. 35 à 37) : aux cinq concours les plus anciens, s’en ajoutent dix qui, sans être nécessairement de création récente, n’avaient vu leur caractère sacré reconnu par l’ensemble du monde grec qu’aux iiieiie s. Les monuments de l’athlète n’ajoutent rien de particulier à notre connaissance des Éleusinia155, des Éleuthéria de Platées156, des Hérakleia de Thèbes157, des Lykaia158, des Naa de Dodone159 et des Sôtéria de Delphes160 ; mais ils sont seuls à révéler l’existence des Nymphaia d’Apollonia161, dont rien n’autorise plus à affirmer, depuis que S. Dow a sur ce point corrigé l’édition fautive des IG, que le concours était également appelé « brabeia des Nymphes » et donnait par conséquent lieu à la remise d’un prix distinct de la couronne (brabeion)162. La date de 120‑110 que nous avons attribuée au palmarès de Ménodôros constitue en outre le terminus ante quem de la création des Rhômaia de Chalcis163, de la restauration des Délia à Délos164, et de la reconnaissance des Trophônia de Lébadée165 comme concours stéphanite.

Fig. 35 – Carte de situation des lieux de victoires de Kallias, fils de Didymios, d’Athènes (ve s. av. J.‑C.), au 1⁄10 000 000.

Fig. 35 – Carte de situation des lieux de victoires de Kallias, fils de Didymios, d’Athènes (ve s. av. J.‑C.), au 1⁄10 000 000.

Fig. 36 – Carte de situation des lieux de victoires de Ménodôros au 1⁄10 000 000.

Fig. 36 – Carte de situation des lieux de victoires de Ménodôros au 1⁄10 000 000.

Fig. 37 – Carte de situation des lieux de victoires de Markos Aurélios Asklépiadès, d’Alexandrie (iie/iiie s. apr. J.‑C.), au 1⁄10 000 000.

Fig. 37 – Carte de situation des lieux de victoires de Markos Aurélios Asklépiadès, d’Alexandrie (iie/iiie s. apr. J.‑C.), au 1⁄10 000 000.
  • 166 J. D. Grainger, The League of the Aitolians, Leiden [etc.] (1999), p. 542‑543.
  • 167 D. Knoepfler (n. 84).
  • 168 Infra, p. 414‑416.

84Les monuments de Ménodôros témoignent d’autre part de la « romanisation des concours », mais dans un sens plus large que ne l’entendait L. Moretti. Certes, la mention des Rhômaia de Chalcis et le patronyme de Γναίου évoquent très directement la présence des Romains en Égée, mais – indépendamment même d’une possible suspension des Isthmia consécutive à la destruction de Corinthe – la conquête avait marqué de son empreinte le monde dans lequel évoluait l’athlète ; à l’origine de la réorganisation des Sôtéria de Delphes, la ligue étolienne avait depuis longtemps perdu le contrôle du sanctuaire et achevait de disparaître166 ; la confédération béotienne ayant été dissoute, le concours fédéral des Basileia avait laissé la place à celui, local, des Trophônia de Lébadée167 ; la ligue achéenne, qui contrôlait naguère les Lykaia et les Héraia, avait elle aussi cessé d’être ; Athènes, dont dépendaient les Panathénées et les Délia, demeurait sous tutelle ; quant aux fêtes de Dodone, autrefois organisées par le koinon des Épirotes et un temps peut‑être déplacées à Ambracie168, elles se déroulaient désormais dans la province de Macédoine, comme celles d’Apollonia.

Topographie

  • 169 D. J. Geagan (n. 49), p. 111.
  • 170 Pour la situation à l’époque classique, voir : K. Seaman, « Athletes and Agoraphobia? Commemorativ (...)

85Les informations dont nous disposons sur l’emplacement des deux bases sont contrastées. Tous les fragments d’Athènes ont été découverts erratiques ou remployés dans une zone qui s’étend entre la Middle Stoa au Sud et le Portique d’Attale au Nord, en passant par la Bibliothèque de Pantainos. D. Geagan en a déduit que la base de Ménodôros devait être érigée « quelque part devant le Portique d’Attale »169. Ce n’est pas impossible, mais aucune fondation n’a été découverte devant le portique qui puisse convenir à la base de Ménodôros et l’on sait que de nombreux blocs ont été apportés dans cette zone pour l’édification de la muraille construite quinze ou vingt ans après le raid des Hérules de 267. Le corpus rassemblé par D. Geagan donne en tout cas à penser que si la base s’était trouvée sur l’Agora, en bordure de la Voie des Panathénées, elle y aurait été, à la basse époque hellénistique, l’un des rares monuments agonistiques170.

  • 171 ID 1645.

86Nous sommes beaucoup mieux informés sur l’emplacement et l’environnement du monument délien. La base se range parmi les premières à avoir été érigées en bordure de la place qui fut réaménagée, développée et assainie par Théophrastos, grâce à un apport de remblais171 (fig. 12). Les bases et les exèdres inscrites qui furent retrouvées en place ou dont l’emplacement d’origine a été reconnu sont peu nombreuses. On en compte cinq :

  • au flanc Est de la place, le monument de Sylla (ID 1850), dans lequel il convient sans doute de reconnaître une tribune172 ;
  • à l’angle Nord‑Est, contre la Salle hypostyle, l’exèdre qui portait des statues de membres de la famille de Dionysios, fils de Nikôn, qui fut épimélète en 110/109 (ID 1969) (R sur la fig. 2) ;
  • à quelques mètres à l’Ouest de la base de Ménodôros, une colonne à fût lisse qui a été partiellement remontée et dont la dédicace est très mutilée (ID 2018) (L sur la fig. 2) ;
  • la base de Théophrastos, épimélète en 126/125 (ID 1645) (fig. 1) ;
  • et, enfin, à l’Ouest de cette base, l’exèdre semi-circulaire portant la dédicace ID 1978 (fig. 1).
  • S’y ajoutent les vestiges de treize bases pour nous anonymes :
  • au Nord du monument de Sylla, devant l’Édifice à cour péristyle GD 48, cinq bases, sans doute équestres ;
  • entre l’édifice G et le monument de Ménodôros : les constructions H, J et K, qui sont réduites à des fondations ; M, qui est une base équestre ; la fondation rectangulaire qui longe la face Sud de N ; et, contre la façade de la Salle hypostyle, deux autres fondations ;
  • à l’Ouest de la base de Théophrastos, une fondation carrée.
  • 173 Cf. L. Mercuri (n. 12), p. 201‑203.

87Les inscriptions erratiques provenant de bases honorifiques qui ont été découvertes sur l’agora sont nombreuses. Beaucoup ont été trouvées remployées dans les constructions qui ont occupé cette zone après l’époque hellénistique. Nous les avons rassemblées dans le tableau 5, qui prend aussi en compte les dédicaces inscrites sur des bases dont l’emplacement est connu173. L’ordre retenu est, dans la mesure du possible, chronologique.

  • 174 Les dédicaces des Hermaïstes, Apolloniastes et Poséidoniastes (ID 1751, 1752, 1753 et 1754), qui s (...)

Tableau 5 – Bases et exèdres honorifiques trouvées dans l’Agora de Théophrastos174.

  • 175 La restitution de cette dédicace à une base équestre a été avancée par Cl. Hasenohr en 1993 dans s (...)
  • 176 L’orthostate qui porte l’inscription paraît provenir d’une grande base, plutôt que d’une exèdre co (...)
Date Lieu de découverte Nature ID
156/155 Dans un mur récent au Sud de la Salle hypostyle Dédicace des agoranomes de 156/155 (archonte restitué en grande partie) 1837
Après 126/125 Dans la partie Nord de l’agora Dédicace d’une statue de Théophrastos par la population de Délos 1645
Vers 125 Vers l’angle Sud‑Est de l’agora Dédicace avec signature du sculpteur Ammônios 2496
Après 124/123 Dans un mur récent au Nord de la base de Théophrastos Dédicace d’une statue de Thrasippos, agoranome en 124/123, par la population de Délos 1649
Avant 120 Dans un mur récent au Nord de la base de Théophrastos, au Sud du sanctuaire de Poséidon Dédicace d’une statue de l’Athénien Dionysios, τιµώµενος φίλος de Mithridate V, par Hermogénès 1559
120‑110 Au Sud de l’agora Dédicace de la statue de Ménodôros 1957 et 2498
122/1 ou 110/9 Au Sud‑Est de l’agora Dédicace des Poséidoniastes de Bérytos pour les Athéniens 1777
Après 112/111 Dans un mur récent au Nord‑Est de l’agora Dédicace d’une statue de Darkôn, épimélète en 112/111, par la population de Délos 1653
Entre 116 et 108 ou 88 et 80 Dans un mur récent à l’Ouest de la base de Théophrastos Dédicace d’une statue de Stolos, fils de Théôn, Athénien, officier et fonctionnaire de Ptolémée Sôter II, par Simalos, fils de Timarchos, de Salamine de Chypre 1534
Probablement avant 110/109 Au flanc Est de l’agora, à l’Ouest du portique adossé à l’Artémision (GD 45) Dédicace d’une statue d’un certain Démétrios par Dionysios, épimélète en 110/109 2011 bis
Probablement avant 110/109 Au flanc Est de l’agora Dédicace d’une statue, sans doute équestre175, de Ser. Cornélius Lentulus par Dionysios, épimélète en 110/109 1845
Probablement avant 110/109 À l’angle Nord‑Est de l’agora Sur une exèdre, dédicace de statues de membres de sa famille par Dionysios, épimélète en 110/109 1969
110/109 Au Sud‑Est de l’agora Dédicace d’une statue d’Antiochos VIII par Laodicée de Phénicie (Bérytos) 1551 Même base que 1777
Dernier quart du iie s. À l’Ouest de l’Artémision Dédicace de statues de Médeios, fils de Médéios, et de ses deux sœurs176 1869
Époque athénienne À l’Ouest du portique adossé à l’Artémision (GD 35) Dédicace d’une statue d’un Athénien par la cité de Naxos 1601
Époque athénienne À l’Ouest de l’Artémision Dédicace de la population de Délos 1642
Époque athénienne Au flanc Est de l’agora Dédicace d’une statue de l’épimélète Zènôn par la population de Délos 1663
Époque athénienne Devant le portique adossé à l’Artémision (GD 35) Dédicace d’une statue par la population de Délos 1673
Époque athénienne À l’Ouest de la base de Théophrastos Sans doute une exèdre de famille 1978
Époque athénienne Au flanc Nord de l’agora, vers son angle Nord‑Est Dédicace d’une statue sur une colonne 2018
87 Au flanc Est de l’agora Monument de Sylla 1850
Vers 68 Sur la Salle hypostyle Dédicace de la population de Délos pour le légat Triarius 1621
Entre 103 et 116 apr. J.‑C. Dans un mur récent à l’Ouest de la base de Théophrastos Dédicace d’une statue de Trajan par Apellès 1596
  • 177 Une autre stèle qui date des environs de 150 et porte deux inscriptions concernant les agoranomes (...)

88Dans cet inventaire, le monument le plus ancien est la dédicace des agoranomes de 156/5, ID 1837. De trente ans antérieure à l’épimélétat de Théophrastos, elle paraît isolée dans le temps au sein des inscriptions découvertes sur la place, mais bien qu’elle ait été retrouvée remployée, il n’y a pas à supposer qu’elle ait été transportée loin de son emplacement d’origine. On a pu en effet montrer que les agoranomes ont quitté à l’époque athénienne l’Agora des Déliens afin de s’installer sur la place associée à la Salle hypostyle et que le transfert de l’agoranomion et des activités contrôlées par les agoranomes date des premières décennies, voire de la première décennie de la colonie athénienne177. Théophrastos n’a pas créé une nouvelle place principalement dévolue au commerce. Il a financé l’assainissement d’une zone où les activités commerciales, déjà présentes à la fin de l’Indépendance, paraissent s’être intensifiées après 167.

  • 178 L. Mercuri a rapproché le monument de Ménodôros d’une table consacrée à Athéna Niké, découverte à (...)

89La statue de l’épimélète, sans doute érigée dès sa sortie de charge en 125, apparaît comme la première d’une importante série qui se concentre sur une période d’une quinzaine d’années, entre 125 et 110 environ. La nouvelle datation avancée pour le monument de Ménodôros permet de l’intégrer à cet ensemble et, plus précisément, au groupe des statues érigées alors sur la place par des particuliers (ID 1534, 1559, 1845, 1869, 1969, 2011 bis). Il est, dans ce groupe, le seul à porter des statues d’athlètes178, mais il n’était pas le seul à porter des œuvres d’Eutychidès. Le sculpteur avait aussi signé les statues de Médeios et de ses deux sœurs (ID 1869) qui se dressaient sur l’agora, ainsi peut‑être que deux autres statues dont les bases furent trouvées pour l’une remployée dans une maison élevée sur la partie Nord de la Salle hypostyle (ID 1871) et pour l’autre dans une maison moderne à l’Ouest de la Salle (ID 1872).

90On ne saurait manquer de souligner, pour conclure, que les différents éclairages portés sur les monuments élevés en l’honneur de Ménodôros (fig. 38) révèlent une image cohérente à tout point de vue. Les deux versions du palmarès se recoupent beaucoup plus étroitement qu’on ne le pensait ; la date de ca 120‑110 que nous leur avons attribuée, en plus d’être conforme aux chronologies attique et rhodienne, s’accorde désormais avec la localisation de l’un d’entre eux sur l’Agora que Théophrastos réaménagea en 126/5 à Délos ; cette place appelée à devenir le « forum » de la ville accueillit un monument qui se rattachait aux traditions grecques, mais peut‑être aussi plus secondairement romaines, comme l’athlète qu’il célébrait.

Fig. 38 – Perspectives comparées des monuments de Délos et d’Athènes.

Fig. 38 – Perspectives comparées des monuments de Délos et d’Athènes.

Relevé M. Fincker.

Appendice : des Naa à Ambracie

  • 179 G. Zimmer, K. Baïrami, Ροδιακ εργαστρια χαλκοπλαστικς (2008), p. 149‑154, E2609.
  • 180 L. Robert, « Notes d’épigraphie hellénistique », BCH 54 (1930), p. 334‑338 [OMS I, p. 153‑157] ; C (...)
  • 181 P. Cabanes (n. 47), p. 51‑53.
  • 182 P. Cabanes, L’Épire de la mort de Pyrrhos à la conquête romaine (272‑167) (1976), p. 297‑306.
  • 183 Badoud 2015, p. 218, n. 52.
  • 184 D. Knoepfler, BE 2014, 213, p. 462 ; cf. BE 2015, 339.

91En 2008, Gerhard Zimmer et Kalliopi Baïrami ont publié une inscription découverte à Rhodes, qui honore le lutteur, boxeur et pancratiaste Πυθίων Κλευφάνευς, vainqueur aux Ἁλίεια de la période et à plus d’une dizaine d’autres concours sacrés179. Parmi eux figurent les Νᾶα ἐν Ἀµ[---] et les Νικαφόρια ἐµ Περγάµωι, dont le caractère stéphanite fut reconnu en 181180. La première fête n’est connue qu’à Dodone, et en dehors de ce sanctuaire le Zeus Naios qu’elle célébrait n’est attesté qu’à Athènes, fort tardivement et comme parèdre de Dioné181. Il se peut donc que la célébration des Naa se soit un temps interrompue à Dodone pour se faire ἐν Ἀµ[βρακίαι] : au terme de la troisième guerre de Macédoine, cette ville d’Étolie, quoique mise au pillage, fut en effet laissée libre par les Romains ; le sanctuaire voisin fut au contraire détruit en 167 et le pays molosse dont il formait le cœur livré à la terreur jusqu’à la mort du nouveau maître de l’Épire, Charops le Jeune, qui survint en 159‑157182. À l’heure où nous achevions notre article, nous avons constaté que la restitution ἐν Ἀµ[βρακίαι], déjà suggérée dans un ouvrage terminé en 2013183, venait d’être défendue de manière indépendante par D. Knoepfler, avec des arguments chronologiques en partie fondés sur les victoires de Pythiôn aux concours des Amphiareia, interrompus en 146, et des Épidélia (ou Épidalia en dialecte rhodien), substitut probable des Délia organisés par le koinon béotien jusqu’en 171184.

  • 185 J.‑Y. Strasser, « Inscriptions agonistiques de Rhodes », Philia 1 (2015), p. 57‑66.
  • 186 J.‑Y. Strasser, « Inscriptions agonistiques de Rhodes », Philia 1 (2015), p. 66 ; cf. p. 62.
  • 187 D. Knoepfler, « Oropos et la Confédération béotienne à la lumière de quelques inscriptions “revisi (...)

92Nous nous sommes ensuite avisés que, dans un article paru fin 2015, J.‑Y. Strasser était à son tour revenu sur l’inscription de Pythiôn, en en revoyant entièrement le texte185. Deux des restitutions proposées par notre collègue méritent d’être examinées ici. À la l. 7, la formule Ἀµφιάρεια ἐµ [Βοιω]τοῖ[ς] emporte l’adhésion, mais on ne saurait en déduire que « la carrière de Pythion a dû se dérouler avant la dissolution du koinon béotien en 171 »186 : les inscriptions montrent en effet que ni le concours des Amphiareia ni le sanctuaire dont il dépendait n’ont jamais revêtu un caractère fédéral187, si bien qu’il n’y a aucun indice à tirer de la localisation du premier « en Béotie » plutôt qu’« à Oropos ». Le même raisonnement vaut pour les Épidélia, également situés ἐµ Βοιωτοῖς (l. 8) : rien n’oblige à les placer avant 171 en les considérant comme un concours fédéral que les Délia de Tanagra auraient remplacé. L’année 171 n’est donc pas un terminus ante quem ; si l’on attribue, comme il est vraisemblable, le changement – très provisoire – du nom de la fête aux bouleversements institutionnels et pratiques occasionés par la dissolution du koinon, c’est un terminus post quem qui confirme que le palmarès de Pythiôn est postérieur à 167, date de la destruction du sanctuaire de Dodone où se déroulaient jusqu’alors les Naa.

  • 188 J.‑Y. Strasser (n. 185), p. 64.
  • 189 IG II2, 2326.
  • 190 J.‑Y. Strasser (n. 88), p. 291.
  • 191 J.‑Y. Strasser (n. 185), loc. cit.

93La chronologie haute proposée par J.‑Y. Strasser est en effet incompatible avec la restitution Νᾶα ἐν Ἀµ[βρακίαι] que nous adoptons : il la rejette a priori en arguant que « l’existence d’autres Naia que les concours épirotes est extrêmement improbable », ce qui est incontestable, mais sans envisager la possibilité d’une délocalisation du concours à l’échelle régionale188. Il faudrait plutôt lire, selon lui, Νᾶα ἐν ἀµ[έρᾳ µιᾷ] (sic), c’est‑à‑dire Νᾶα ἐν ἁµ[έραι µιᾶι]. Pythiôn aurait donc remporté deux victoires le même jour : d’ordinaire – et nous ne faisons ici que reproduire le raisonnement de notre collègue –, ce type d’exploit concerne plutôt les coureurs, et la formule utilisée pour le désigner est τῇ αὐτῇ ἡµέρᾳ ou µιᾷ ἡµέρᾳ. Il est cependant envisageable de restituer la formule dans une inscription attique du iiie s. av. J.‑C.189 et de la rétablir dans un palmarès du iie s. apr. J.‑C.190 ; comme l’on connaît quelques spécialistes des sports de combats ayant remporté deux épreuves ou triomphé dans deux catégories d’âge le même jour, la restitution Νᾶα ἐν ἁµ[έραι µιᾶι] est, en soi, séduisante191. L’inscription dans laquelle elle doit prendre place dissuade toutefois de la retenir. Après les Ἁλίεια et les concours de la période, le palmarès de Pythiôn mentionne les concours suivants : Ἡραῖα ἐν Ἄργει, Ὀλύµπια ἐν Δίωι, Ἀµφιάρεια ἐµ Βοιωτοῖς, Ἐπιδάλια ἐµ Βοιωτοῖς, Ἁµαρίεια ἐν Αἰγίωι, Πύθια (?) ἐν Σικυῶνι, Νᾶα ἐν ΑΜ[---], Νικαφόρια ἐµ Περγάµωι, Ἀσκλαπίεια ἐγ Κῶι, Δωρίεια ἐν Κνίδωι. Le lieu d’organisation des concours est systématiquement indiqué : la restitution de Νᾶα ἐν ἁµ[έραι µιᾶι] doit par conséquent être rejetée ; celle de Νᾶα ἐν Ἀµ[βρακίαι] paraît désormais assurée.

  • 192 D. Knoepfler (n. 184 [2014]), loc. cit.
  • 193 Badoud 2015, p. 218, no 308.
  • 194 Badoud 2015, p. 133‑134.

94Pythiôn a donc commencé à constituer son palmarès entre 167 (date de destruc­tion du sanctuaire de Dodone) et 146 (date d’interruption du concours des Amphiareia). Si la gravure de l’inscription, jusqu’à présent datée des environs de 160192 ou de 150193, est contemporaine d’une victoire aux Halieia (l. 1), elle doit tomber dans la série des années 166, 162, 158, 154, 150, 146, que l’on peut désormais attribuer aux célébrations du grand concours rhodien194.

Haut de page

Bibliographie

Marcadé 1957 = J. Marcadé, Recueil des signatures des sculpteurs grecs II.

GD = Ph. Bruneau, J. Ducat, Guide de Délos  4 (2005).

Badoud 2015 = N. Badoud, Le Temps de Rhodes. Une chronologie des inscriptions de la cité fondée sur l’étude de ses institutions.

Dow 1941 = S. Dow, « A Family of Sculptors from Tyre », Hesperia 10, p. 351‑360.

Bizard, Roussel 1907 = L. Bizard, P. Roussel, « Fouilles de Délos, exécutées aux frais de M. le Duc de Loubat (1904). Inscriptions (suite) », BCH 31, p. 421‑470.

Haut de page

Notes

1 Bizard, Roussel 1907, p. 432‑435 (nos 25‑26).

2 P. Roussel, « Les Athéniens mentionnés dans les inscriptions de Délos (époque de la seconde domination athénienne) », BCH 32 (1908), p. 404, n. 7.

3 P. Roussel, Délos colonie athénienne, BEFAR 111 (1916), réimpression augmentée de compléments bibliographiques et de concordances épigraphiques par Ph. Bruneau, M.‑Th. Couilloud-Le Dinahet et R. Étienne (1987), p. 288, n. 1.

4 Cf. L. Robert, « Études sur les inscriptions et la topographie de la Grèce centrale, I‑V », BCH 59 (1935), p. 194, n. 4 : « Le rapprochement me paraît certain : je l’avais fait de mon côté, dès que je lus le texte de la nouvelle inscription [sc. le palmarès athénien], en août 1934 ».

5 S. Dow, « Monument to the Athletic Victor Menodoros », dans J. H. Oliver, S. Dow, « Greek Inscriptions », Hesperia 4 (1935), p. 81‑90.

6 J. Kirchner, IG II  2, 3147, p. 67.

7 Dow 1941, p. 351‑360.

8 Marcadé 1957, 46.

9 Fr. Herbin, qui a eu l’intuition de cette association, nous en a généreusement fait part, ce dont nous le remercions.

10 G. Leroux avec la collaboration de H. Convert et d’A. Gabriel, La salle hypostyle, EAD II (1909), p. 72‑74.

11 R. Vallois, G. Poulsen, Nouvelles recherches sur la salle hypostyle (La stoa proche du Posideion - Le Posideion), EAD II, Complément (1914), p. 29‑34.

12 Même interprétation, récemment, dans l’étude de L. Mercuri, « Contributi allo studio degli spazi pubblici delii : l’Agora di Teofrasto », ASAtene 86 [s. III] 8 (2008), p. 193‑214 (p. 198 pour la base O).

13 R. Martin, Manuel d’architecture grecque I. Matériaux et techniques (1965), p. 254. Voir aussi A. K. Orlandos, Les matériaux de construction et la technique architecturale des anciens Grecs II (1968), p. 102‑103.

14 F. Courby, « Notes topographiques et chronologiques sur le sanctuaire d’Apollon Délien », BCH 45 (1921), p. 218, hésitait entre 2,12 m et 1,81 m.

15 Sur ce blocage se trouvent actuellement deux pièces de marbre blanc qui étaient autrefois posées sur le troisième degré : voir G. Leroux (n. 10), p. 73, fig. 106. Elles n’ont pas été trouvées en place. A. Gabriel ne les a d’ailleurs pas dessinées dans le relevé publié ibid., pl. I.

16 R. Vallois, G. Poulsen (n. 11), p. 18‑20.

17 IG XI 4, 1071 ; R. Vallois, G. Poulsen (n. 11), p. 24‑26.

18 Infra, p. 412‑413.

19 En septembre 2012, nous les avons tous fait ranger, à l’exception de l’orthostate, à côté du soubassement à degrés dont ils proviennent.

20 Bizard, Roussel 1907, p. 432.

21 Infra, p. 377‑391.

22 Bizard, Roussel 1907, p. 432‑435 (no 25, inv. 103).

23 Voir la photographie publiée par J. Marcadé (n. 8), loc. cit.

24 Voir Fr. Herbin, Monuments, Espaces, Histoire. Les monuments votifs et honorifiques du sanctuaire d’Apollon à Délos à l’exclusion des bâtiments comportant un toit, thèse, université de Paris 1 et université d’Athènes (2010), p. 341‑343, type C3 des « moulures hautes », dont sont présentés vingt et un exemples.

25 Bizard, Roussel 1907, p. 433.

26 R. Thomas, « Zu Ringergruppen in der hellenistischen Kleinplastik », dans Hellenistische Gruppen. Gedenkschrift für Andreas Linfert (1999), p. 199‑211.

27 Pour un groupe similaire, conservé à Genève dans une collection privée, voir L. Toschi, L’arte della lotta, la lotta nell’arte (2008), p. 51, fig. 65.

28 Plutarque, Propos de table II 4 (638 F) : µόνους δὲ τοὺς παλαιστὰς ὁρῶµεν ἀλλήλους ἀγκαλιζοµένους καὶ περιλαµβάνοντας· καὶ τὰ πλεῖστα τῶν ἀγωνισµάτων, ἐµβολαί, παρεµβολαί, συστάσεις, παραθέσεις, συνάγουσιν αὐτοὺς καὶ ἀναµιγνύουσιν ἀλλήλοις, « seuls les lutteurs peuvent s’étreindre et s’enlacer, et dans la plupart de leurs assauts, charges de front, charges de flanc, ceinture et prises d’épaules, leurs corps se serrent et se confondent » (trad. Fr. Fuhrman, 1972, CUF).

29 Ph. Bruneau, Recherches sur les cultes de Délos à l’époque hellénistique et à l’époque impériale, BEFAR 217 (1970), p. 20‑21, a rassemblé les textes relatifs à cette légende : Plutarque, Thésée 21, 3 ; Plutarque, Propos de table VIII, Questions IV 3 (724 A) ; Pausanias, VIII 48, 3. Sur la couronne des Délia, qui n’était pas de palmes mais d’olivier, voir infra, p. 392.

30 Pour des exemples de palmes agonistiques à Délos, voir Ph. Bruneau, Les mosaïques, EAD XXIX (1972), p. 73‑75 et nos 25, 217 et 234 : à la Maison du trident, amphore panathénaïque accompagnée d’une palme et d’une couronne ; à la Maison des masques, amphore avec une palme ; dans une niche de l’Agora des Italiens, hydrie de bronze doré avec une palme et des objets non identifiés.

31 K. S. Pittakys, L’ancienne Athènes ou la description des antiquités d’Athènes et de ses environs (1835), p. 67, 94.

32 U. Koehler, IG II, 1318, 1319.

33 B. D. Meritt, « The Inscriptions », The American Excavations in the Athenian Agora : Third Report. Hesperia 3 (1934), p. 69‑71, no 65.

34 J. Kirchner, IG II  2, 3149a.

35 Dow 1941, p. 81‑83.

36 B. D. Meritt, « Greek Inscriptions », Hesperia 29 (1960), p. 56, no 81.

37 Tel est l’avis qui a été jusqu’ici exprimé par toutes les personnes qui se sont intéressées à la base. J.‑Ch. Moretti le partage.

38 Telle est l’hypothèse de N. Badoud, exprimée sous toute réserve en l’absence de comparaison entre les fragments de la base athénienne et un échantillon de pierre de Lartos. Pour des exemples de bases fabriquées à Rhodes mais exposées à l’étranger, voir N. Badoud, Fr. Herbin, « Le monument d’Agathostratos de Rhodes à Délos », dans G. Bonnin, E. Le Quéré (éds), Pouvoirs, îles et mer. Formes et modalités de l’hégémonie dans les Cyclades antiques (viie s. a.C.‑iiie s. p.C.) (2014), p. 183. Sur les couronnes à lemnisques bien attestées « à Rhodes, à Cos et dans la région », voir L. Robert, AE 1969, p. 23, n. 2. Nous avons aussi repéré des bases importées, sans doute en pierre de Lartos, dans un dépôt du musée de l’Ermitage que nous avons pu visiter grâce à l’amabilité de D. Čistov.

39 Nous ne connaissons ce lit de pose que par une photographie.

40 Sur ce point, voir infra, p. 400‑402.

41 Dow 1941, p. 82.

42 Bizard, Roussel 1907, p. 433. Leur avis a été récemment suivi par J. Ma, Statues and Cities (2013), p. 230‑231.

43 P. Roussel, M. Launey, ID 1957.

44 Supra, p. 367.

45 Infra, p. 396‑397.

46 Infra, p. 401.

47 ID 1957b. Cf. L. Moretti, Iscrizioni agonistiche greche (1953), p. 132, no 51 ; G. Nachtergael, Les Galates en Grèce et les Sôtèria de Delphes. Recherche d’histoire et d’épigraphie hellénistique (1977), p. 489 ; P. Cabanes (dir.), Corpus des inscriptions grecques d’Illyrie méridionale et d’Épire I.2. Inscriptions d’Apollonia d’Illyrie (1997), p. 86.

48 Infra, p. 389.

49 P. Cabanes (dir.) (n. 47), p. 87. D. J. Geagan, The Athenian Agora XVIII. Inscriptions : The Dedicatory Monuments (2011), p. 112.

50 L. Robert (n. 38), p. 47 [OMS VII, p. 753].

51 I. E. Stéfanis, « Ἀθλητῶν ἀπολογία », Hellenika 39 (1988), p. 281‑286.

52 Supra, p. 381.

53 Pour un aperçu d’ensemble du palmarès de Ménodôros, voir infra, p. 394‑395.

54 N. Badoud, « Une famille de bronziers originaire de Tyr », ZPE 172 (2010), p. 131‑132.

55 Infra, p. 403‑406.

56 Chr. Blinkenberg, Lindos, col. 36.

57 Nous ne voyons pas de raison de nous demander, avec J. Curbera, IG II/III3, 599, p. 232, an Menodotus hoc monumentum sculpserit una cum Charmolao fratre vel Charmolai cuiusdam filio ignoto ; qui plus est, la seconde hypothèse ne ferait qu’accroître l’écart entre les données prosopographiques et la chronologie, trop haute, de S. Dow, adoptée par l’éditeur (cf. infra, p. 402).

58 Le terme de « stéphanothèque », qui conviendrait bien, et désigne aujourd’hui un dispositif destiné à la conservation des couronnes nuptiales ou funéraires, ne paraît pas attesté en grec ancien.

59 Voir G. Coquegniot, « Coffre, casier et armoire : la kibôtos et le mobilier des archives et des bibliothèques grecques », RA 2007, p. 293‑304 et, en particulier, p. 303, fig. 6, le relevé d’un fragment de verre doré figurant une armoire aux portes ouvertes contenant la Thora.

60 Cl. Nicolet, dans Cl. Nicolet, A. Beschaouch, « Nouvelles observations sur la “mosaïque des chevaux” et son édifice à Carthage », CRAI 1991, p. 501‑507.

61 NS 46.

62 Sur les lemnisques, confondus avec la taenia par J. Curbera, IG II/III3, 4.1, 599, p. 231, malgré la référence à L. Robert (n. 38), p. 22‑23 [OMS VII, p. 728‑729], voir A. Wilhelm, « ΑΤΤΙΚΑ ΨΗΦΙΣΜΑΤΑ », EA 1905, p. 242‑243 [Kleine Schriften VIII.2 (1984), p. 38‑39], étude à laquelle renvoyaient déjà Bizard, Roussel 1907, p. 435, n. 1.

63 Déjà republiée par P. Amandry, « Sur les concours argiens », BCH suppl. VI (1980), p. 228 et P. Cabanes (n. 47), p. 67 et fig. 13.

64 Bizard, Roussel 1907, p. 435.

65 P. Amandry (n. 63), p. 232, n. 50.

66 Dow 1941, p. 87 ; J. Curbera, IG II/III3, 4.1, 599.

67 Scholies à Pindare, Olympiques, III 27.

68 P. Amandry (n. 63), p. 222.

69 D’après notre propre observation de la base IG II2, 2971, au musée d’Éleusis.

70 D. J. Geagan (n. 49), p. 115‑117, C200, V‑VI.

71 Scholies à Pindare, Néméennes, argum., p. 10, 11.

72 Pausanias, X 7.

73 P. Amandry (n. 63), p. 252.

74 P. Charneux, « Inscriptions d’Argos », BCH 109 (1985), p. 357‑358, I, l. 7.

75 Scholies à Pindare, Isthmiques, IV 117.

76 D. J. Geagan (n. 49), XV. Pour une couronne d’armoise utilisée par un officiant et un enfant‑médium, voir PGM 4, 913‑915, document cité par P. Bonnechère, Trophonios de Lébadée : cultes et mythes d’une cité béotienne au miroir de la mentalité antique (2003), p. 237, n. 52.

77 IG XII 9, 952.

78 D. J. Geagan (n. 49), VII.

79 L. Moretti (n. 47), p. 131‑138, no 51.

80 L. Moretti, « Note sugli antichi periodonikai », Athenaeum 32 (1954), p. 115‑120.

81 J. & L. Robert, BE 1954, 57. Le compte rendu des Iscrizioni agonistiche greche, que le BE 1955, 29, présente comme publié dans la Revue de philologie, n’a en réalité jamais paru ; il ne s’en trouve pas trace au Fonds Louis‑Robert.

82 L. Robert (n. 50) ; id., Noms indigènes de l’Asie mineure (1963), p. 496.

83 L. Robert (n. 50), p. 47, n. 4.

84 D. Knoepfler, « Louis Robert en sa forge : ébauche d’un mémoire resté inédit sur l’histoire controversée de deux concours grecs, les Trophônia et les Basileia à Lébadée », CRAI 2008, p. 1421‑1462.

85 Aussi ne peut‑on admettre l’avis de Ph. Bruneau (n. 29), p. 83, selon lequel l’ordre du palmarès « doit être chronologique », ni celui de J. Curbera, IG II/III3, 4.1, 599, p. 232, selon lequel les couronnes auraient été classées secundum ludorum auctoritatem : l’un et l’autre sont, à tout le moins, trop tranchés.

86 Infra, p. 402.

87 Pour un aperçu d’ensemble de ces concours, voir supra, p. 394‑395.

88 Sur ce point, voir J.‑Y. Strasser, « La carrière du pancratiaste Markos Aurèlios Dèmostratos Damas », BCH 127 (2003), p. 281.

89 Cela confirme qu’il faut préférer la leçon d’A13 (παλήν) à celle de D13 (παγκράτιον), celle de D16 (παλήν) à celle d’A16 (παγκράτιον).

90 Dow 1941, p. 86.

91 L. Moretti (n. 80), p. 120 ; Olympionikai. I vincitori negli antichi agoni olimpici (1957), p. 114 (no 645).

92 J. & L. Robert (n. 81), loc. cit.

93 I. E. Stéfanis (n. 51), p. 284‑285.

94 Supra, p. 382.

95 Pausanias, II 2, 2.

96 Strabon, VIII 6, 23.

97 Polybe, XXXIX 10, 1.

98 Tacite, Annales, XIV 21.

99 Th. Schwertfeger, Der Achaiische Bund von 146 bis 27 v. Chr. (1974), p. 42‑48.

100 Chr. Habicht, « Versäumter Götterdienst », Historia 55 (2006), p. 154‑155.

101 Même position chez A. Farrington, Isthmionikai. A Catalogue of Isthmian Victors, Nikephoros Beihefte I (2012), p. 22‑25.

102 B. Le Guen, Les associations de technites dionysiaques à l’époque hellénistique II (2001), p. 26‑27 ; S. Aneziri, Die Vereine der dionsysischen Techniten im Kontext der hellenistischen Gesellschaft. Untersuchungen zur Geschichte, Organisation und Wirkung der hellenistischen Technitenvereine (2003), p. 305‑316.

103 G. Daux, « Concours des Titeia dans un décret d’Argos », BCH 88 (1964), p. 570, l. 23‑25 (p. 573‑574 pour la restitution et 576 pour la datation).

104 F. Canali De Rossi, Le ambascerie dal mondo gréco a Roma in età repubblicana (1997), p. 173‑174, no 215, l. 22‑25 (qui reprend le texte d’IG VII, 18, en supprimant les restitutions de Dittenberger aux l. 23‑25.

105 W. Blümel, « Kopien A. Biliottis von Inschriften aus Halikarnassos, Bargylia, Keramos und Kos », ArkDerg 2 (1994), p. 106‑107, 32.

106 Sur ce point, voir D. Knoepfler, « Les Rômaia de Thèbes : un nouveau concours musical (et athlétique ?) en Béotie », CRAI 2004, p. 1265.

107 Badoud 2015, p. 281, signature 97.

108 Lindos 236.

109 IG XII, 1, 73b, n’est que légèrement postérieure à 208, et pourrait se placer vers 190‑169. Attribuée altero fere a. Chr. n. saeculo par l’éditeur, IG XII, 1, 78 est sans doute antérieure à 171, date de suppression des Βασίλεια nommés l. 9 (sur ce point, voir D. Knoepfler [n. 84], p. 1460). D’après la paléographie, TC 79 appartient au dernier tiers du iiie s. au ou au premier tiers du iie s.

110 Voir les autres documents cités par Chr. Habicht (n. 100), p. 155, n. 17.

111 E. Gebhard, The Theater at Isthmia (1973), p. 141 ; M. C. Sturgeon, Isthmia IV. Sculpture I : 1952‑1967 (1987), p. 2. Pour un bilan de nos connaissances sur la situation de l’Isthme après 146, voir E. R. Gebhard, M. W. Dickie, « The View from the Isthmus, ca 200 to 44 B.C. », Corinth XX. Corinth, The Centenary : 1896‑1996 (2003), p. 261‑278.

112 R. Knab, Die Periodoniken. Ein Beitrag zur Geschichte der gymnischen Agone an den 4 griechischen Haupfesten (1934), p. 66.

113 Seul le premier sens, attesté dans une inscription rhodienne (Lindos 299c, l. 49), est admis par le LSJ, mais le second se retrouve dans deux autres inscriptions rhodiennes, provenant de Carpathos (M. Segre, Historia 7 [1933], p. 577, 1, l. 13, et Lindos, additions et corrections, col. 1009, l. 39‑40) : καλέσαι τὸν δεῖνα ἐπὶ ξένια εἰς τὸ ἰεροθυτεῖον. La base athénienne reste exceptionnelle en ce qu’elle fait apparaître le terme au singulier. Sur les magistrats probablement responsables de l’accueil des étrangers à Rhodes, voir L. Criscuolo, « Nuove considerazioni sugli stranieri a Rodi : gli επιµεληται των ξενων », Epigraphica 44 (1982), p. 137‑147.

114 IG XII, 1, 383, l. 2‑3.

115 Ch. Fantaoutsaki, « Νεότερα ονοµαστικά και προσωπογραφικά στοιχεία για τους ξένους στη Ρόδo », dans P. Triantafyllidis (éd.), Σοφία άδολος Τιµητικός τόµος για τον Ιωάννη Χρ. Παπαχριστοδούλου (2014), p. 69, l. 2 ; I. Kollias, « Παναγία τοῦ Κάστρου εἰς Ρόδον », AD Chronica 25 (1970) [1973], p. 524, I.

116 L. Robert (n. 82 [1963]), loc. cit.

117 Chr. Michels, « The Spread of Polis Institutions in Hellenistic Cappadocia and the Peer Polity Interaction Model », dans E. Stavrianopoulou (éd.), Shifting Social Imaginaries in the Hellenistic Period. Narrations, Practices, and Images (2013), p. 292, rattache quant à lui le concours prétendument créé par Ariarathès à la politique décrite par D.S. 31.19.8, qu’il reconnaît être de « prestige » plutôt que « d’hellénisation ».

118 Bizard, Roussel 1907, p. 435.

119 Le fait est établi par une amphore panathénaïque du musée national d’Athènes (A 17934) publiée par M. T. Mitsos, « Παναθηναϊκὸς ἀµφορεὺς ἑλλενιστικῆς ἐποχῆς ἐκ τοῦ ἐν Ἀθήναις Ὀλυµπείου », AE 1948‑1949, p. 5‑9, avec la correction de J. & L. Robert, BE 1951, 78 : voir S. V. Tracy, Chr. Habicht, « New and Old Panathenaic Victor Lists », Hesperia 60 (1991), p. 217 ; K. Bringmann, H. von Steuben, Schenkungen hellenistischer Herrscher an griechische Städte und Heiligtümer I. Zeugnisse und Kommentare (1995), p. 82‑83.

120 IG II2, 1330 (B. Le Guen, Les associations de technites dionysiaques à l’époque hellénistique I [2001], no 5, p. 67‑74).

121 Diogène Laërce, IV 65.

122 IG II2, 3781, avec le commentaire de M. Haake, Der Philosoph in der Stadt. Untersuchungen zur öffentlichen Rede über Philosophen und Philosophie in den hellnistischen Poleis (2007), p. 110‑117.

123 Dow 1941, p. 86.

124 K. S. Pittakys (n. 31), p. 163.

125 J. Kirchner, ad IG II2, 2452, l. 52, p. 730.

126 U. Köhler, IG II, 1047.

127 S. V. Tracy, « The Cutter of Agora I 286 », Attic Letter‑cutters of 229 to 86 B.C. (1990), p. 214‑215.

128 J. Curbera, ad IG II/III3, 4.1, 599, p. 231 (cf. supra, n. 57).

129 Chr. Habicht, Athènes hellénistique. Histoire de la cité d’Alexandre le Grand à Marc Antoine (20062 [traduction M. & D. Knoepfler], p. 387. Voir également P. Roussel, « Les Athéniens mentionnés dans les inscriptions de Délos (époque de la seconde domination athénienne). Contribution à la Prosopographia Attica de J. Kirchner », BCH 32 (1908), p. 303‑444. M.‑Fr. Baslez, « La première présence romaine à Délos (vers 250 – vers 140) », dans A. Rizakis (éd.), Roman Onomastics in the Greek East (1996), p. 215‑224. Chr. Habicht, « Roman Citizens in Athens (228‑31 BC) », dans M. C. Hoff, S. I. Rotroff (éds), The Romanization of Athens. Proceedings of an International Conference Held at Lincoln, Nebraska (April 1996) (1997), p. 9‑17. S. Follet, « Les Italiens à Athènes », dans Chr. Müller, Cl. Hasenohr (éds), Les Italiens dans le monde grec (iie s. av. J.‑C. - ier siècle apr. J.‑C.) : circulation, activités, intégration. Actes de la table ronde (École normale supérieure, Paris, 14‑16 mai 1998), BCH suppl. 41 (2002), p. 79‑88.

130 Hypothèse défendue par P. Byrne, « Early Roman Athenians », dans D. Jordan, J. Traill (éds), Lettered Attica (2003), p. 12, no 12 (sans référence à IG II2, 2068).

131 Dow 1941, p. 86, suivi en dernier lieu par W. Decker, Antike Spitzensportler. Athletenbiografien aus dem Alten Orient, Ägypten und Griechenland (2014), p. 113 (no 48), et Kl. Hallof, Der neue Overbeck. Die antiken Schriftquellen zu den Bildenden Künsten der Griechen V. Späthellenismus, Kaiserzeit (2014), p. 381‑382.

132 ID 1869 ; 1871‑1873 ; 1891‑1892 ; 1923bis ; 1929 ; 1967 ; 1994 ; 2010 ; 2015 ; 2081 ; 2090 ; 2336.

133 IG II2, 4303.

134 Marcadé 1957, 47‑55.

135 Marcadé 1957, 58.

136 Marcadé 1957, 46.

137 ID 2010.

138 Marcadé 1957, 51.

139 Kl. Hallof (n. 131), p. 67‑68, 9.

140 Dow 1941.

141 Chr. Blinkenberg, Lindos, col. 35‑36. Cf. Badoud 2015, p. 304.

142 N. Badoud (n. 54), p. 139‑140, dont les résultats, dans l’établissement des textes, leur datation et la reconstitution du stemma familial, n’ont été que partiellement pris en compte par Kl. Hallof (n. 131), p. 375‑396. On relèvera que J.‑S. Balzat et al., LGPN VB (2014), s.v. « Ταλέστης », inclinent comme N. Badoud (loc. cit.) à expliquer cet hapax par une erreur de gravure.

143 Badoud 2015, p. 281, signature 103.

144 E. Grzybek, « Rhodische Inschriften », ZPE 165 (2008), p. 67‑72, I ; IG XII 1, 109.

145 Lindos 281b ; NESM 19 ; AER I, 7.

146 L. Moretti (n. 47), p. 134‑136 ; id. (n. 91, 1957), loc. cit.

147 Supra, p. 398‑400.

148 J. Curbera, ad IG II/III, 4.1, 599, p. 232, qui renvoie à Ph. Bruneau (n. 29) ; cf. supra, p. 402.

149 Lindos 216.

150 Badoud 2015, p. 281, signature 94.

151 Badoud 2015, p. 282, signatures 118‑120.

152 S. V. Tracy (n. 127), p. 189‑191.

153 Pour Athènes, voir la bibliographie de S. V. Tracy (complète jusqu’en 2009) publiée dans G. Reger et al. (éds), Studies in Greek Epigraphy and History in Honor of Stephen V. Tracy (2010), p. 35‑44 ; pour Rhodes, voir Badoud 2015.

154 Supra, p. 402.

155 K. Clinton, Eleusis. The Inscriptions on Stone. Documents of the Sanctuary of the Two Goddesses and Public Documents of the Deme II. Commentary (2008), p. 228.

156 L. Robert, « Ἄριστος Ἑλλήνων », REA 31 (1929), p. 13‑20, 225‑26 [OMS II, 758‑767].

157 P. Roesch, « Les Herakleia de Thèbes », ZPE 17 (1975), p. 1‑7.

158 M. Jost, Sanctuaires et cultes d’Arcadie (1985), p. 267‑268 ; Chr. Habicht, « Neues aus Messene », ZPE 130 (2000), p. 125.

159 P. Cabanes, « Les concours des Naia de Dodone », Nikephoros 1 (1988), p. 49‑84 ; « Le Mécanisme d’Anticythère, les Naa de Dodone et le calendrier épirote », Tekmeria 10 (2011), p. 249‑260, à compléter par R. Étienne, Ténos II. Ténos et les Cyclades du milieu du ive s. av. J.‑C. au milieu du iiie s. ap. J.‑C. (1990), p. 102‑106 ; cf. infra, p. 414‑416.

160 G. Nachtergael (n. 47), avec les remarques de D. Knoepfler, « Les relations des cités eubéennes avec Antigone Gonatas et la chronologie delphique au début de l’émancipation étolienne », BCH 119 (1995), p. 154‑155, 158‑159. Pour une possible mention du concours dans un palmarès d’époque impériale, voir J.‑Y. Strasser, « Une inscription de Kéramos, le coureur Politès et la Carie “Trachée” », REA 106 (2004), p. 555, A, l. 7, et p. 551‑553.

161 P. Cabanes (n. 47), p. 85, 88.

162 W. J. Slater, D. Summa, « Crowns at Magnesia », GRBS 46 (2006), p. 294, qui emploient le texte d’IG II2, 3147 (tout en citant le mémoire de S. Dow ibid., n. 56).

163 D. Knoepfler, ACF 109 (2008‑2009) (2010), p. 700‑701.

164 P. Roussel (n. 3), p. 208‑211 ; Ph. Bruneau (n. 29), p. 83‑85.

165 D. Knoepfler (n. 84).

166 J. D. Grainger, The League of the Aitolians, Leiden [etc.] (1999), p. 542‑543.

167 D. Knoepfler (n. 84).

168 Infra, p. 414‑416.

169 D. J. Geagan (n. 49), p. 111.

170 Pour la situation à l’époque classique, voir : K. Seaman, « Athletes and Agoraphobia? Commemorative Athletic Sculpture in Classical Athens », Nikephoros 15 (2002), p. 99‑115.

171 ID 1645.

172 Nous comptons consacrer prochainement un article à cette hypothèse de N. Badoud qui conduit à reconnaître dans l’Agora de Théophrastos le « forum » de Délos.

173 Cf. L. Mercuri (n. 12), p. 201‑203.

174 Les dédicaces des Hermaïstes, Apolloniastes et Poséidoniastes (ID 1751, 1752, 1753 et 1754), qui se trouvaient dans le sanctuaire de Poséidon, ne sont pas mentionnées dans ce tableau.

175 La restitution de cette dédicace à une base équestre a été avancée par Cl. Hasenohr en 1993 dans son DEA de l’université Paris IV.

176 L’orthostate qui porte l’inscription paraît provenir d’une grande base, plutôt que d’une exèdre comme le suggèrent, entre autres, P. Roussel et M. Launey dans les ID.

177 Une autre stèle qui date des environs de 150 et porte deux inscriptions concernant les agoranomes (ID 1500 et 1833) a été trouvée dans ce secteur, au Nord de l’Artémision. Sur le déplacement de l’agoranomion : J.‑Ch. Moretti et al., « Les cercles de Sôkratès : un édifice commercial sur l’Agora de Théophrasotos à Délos », dans V. Chankowski, P. Karvonis (éds), Tout vendre, tout acheter. Structures et équipements des marchés antiques (2012), p. 242‑243. Voir aussi Cl. Hasenohr, « Athènes et le commerce délien : lieux d’échange et magistrats des marchés à Délos pendant la seconde domination athénienne (167‑88 a.C.) », dans K. Konuk (éd.), Stéphanéphoros. De l’économie antique à l’Asie Mineure. Hommages à Raymond Descat (2012), p. 102‑105, qui force un peu nos conclusions pour conforter les siennes.

178 L. Mercuri a rapproché le monument de Ménodôros d’une table consacrée à Athéna Niké, découverte à l’Ouest de GD 48 et d’un relief représentant une victoire, découvert remployé dans un mur, devant la Salle hypostyle, près de l’angle Sud‑Ouest (G. Leroux [n. 10], p. 63), pour supposer l’existence sur la place d’un « espace associé à la sphère de la victoire et à sa célébration » (L. Mercuri [n. 12], p. 205). Cela ne s’impose pas.

179 G. Zimmer, K. Baïrami, Ροδιακ εργαστρια χαλκοπλαστικς (2008), p. 149‑154, E2609.

180 L. Robert, « Notes d’épigraphie hellénistique », BCH 54 (1930), p. 334‑338 [OMS I, p. 153‑157] ; C. P. Jones, « Diodoros Pasparos Revisited », Chiron 30 (2000), p. 1‑14.

181 P. Cabanes (n. 47), p. 51‑53.

182 P. Cabanes, L’Épire de la mort de Pyrrhos à la conquête romaine (272‑167) (1976), p. 297‑306.

183 Badoud 2015, p. 218, n. 52.

184 D. Knoepfler, BE 2014, 213, p. 462 ; cf. BE 2015, 339.

185 J.‑Y. Strasser, « Inscriptions agonistiques de Rhodes », Philia 1 (2015), p. 57‑66.

186 J.‑Y. Strasser, « Inscriptions agonistiques de Rhodes », Philia 1 (2015), p. 66 ; cf. p. 62.

187 D. Knoepfler, « Oropos et la Confédération béotienne à la lumière de quelques inscriptions “revisitées” », Chiron 32 (2002), p. 144.

188 J.‑Y. Strasser (n. 185), p. 64.

189 IG II2, 2326.

190 J.‑Y. Strasser (n. 88), p. 291.

191 J.‑Y. Strasser (n. 185), loc. cit.

192 D. Knoepfler (n. 184 [2014]), loc. cit.

193 Badoud 2015, p. 218, no 308.

194 Badoud 2015, p. 133‑134.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Délos : plan de situation du monument de Ménodôros au 1⁄2 000.
Crédits D’après EAD XLIII.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/352/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 534k
Titre Fig. 2 – Délos : plan des vestiges en place devant la partie Est de la Salle hypostyle au 1⁄250.
Légende La référence employée pour les niveaux se trouve à + 0,82 m par rapport au système employé actuellement à Délos.
Crédits Extrait d’EAD II, pl. I, relevé d’A. Gabriel.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/352/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 866k
Titre Fig. 3 – Délos : le soubassement à trois degrés du monument de Ménodôros, du Sud‑Est.
Crédits Cl. Nathan Badoud, Myriam Fincker, Jean‑Charles Moretti.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/352/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 828k
Titre Fig. 4 – Délos : plan des vestiges en place du monument de Ménodôros au 1⁄25.
Crédits Relevé M. Fincker.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/352/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 511k
Titre Fig. 5 – Délos : emplacement des blocs remployés dans le soubassement du monument de Ménodôros et des lettres inscrites sur les degrés au 1⁄50.
Crédits Relevé M. Fincker
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/352/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Titre Fig. 6 – Délos : élévation restituée de la face Est du monument de Ménodôros et relevé du lit d’attente de l’assise de couronnement au 1⁄25.
Crédits Relevé M. Fincker.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/352/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Titre Fig. 7 – Délos : élévation restituée de la face Sud du monument de Ménodôros au 1⁄25 et profil des moulures au 1⁄10.
Crédits Relevé M. Fincker.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/352/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Fig. 8 – Délos : élévation restituée de la face Ouest du monument de Ménodôros au 1⁄25.
Crédits Relevé M. Fincker.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/352/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Fig. 9 – Délos : élévation restituée de la face Nord du monument de Ménodôros au 1⁄25.
Crédits Relevé M. Fincker.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/352/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 306k
Titre Fig. 10 – Délos : scellements horizontaux du soubassement du monument de Ménodôros.
Légende a. À la face Ouest du premier degré, scellement en place ; b. À la face Ouest du premier degré, moitié gauche du scellement retournée ; c. À la face Sud du premier degré, scellement en place.
Crédits Cl. Nathan Badoud, Myriam Fincker, Jean‑Charles Moretti.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/352/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 345k
Titre Fig. 11 – Délos : mortaise d’un scellement horizontal du monument de Ménodôros, à la première assise du soubassement, face Ouest.
Crédits Relevé M. Fincker.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/352/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 202k
Titre Fig. 12 – Délos : cale de plomb entre les fondations et le premier degré du soubassement du monument de Ménodôros, face Nord, angle Nord‑Ouest.
Crédits Cl. Nathan Badoud, Myriam Fincker, Jean‑Charles Moretti.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/352/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 586k
Titre Fig. 13 – Délos : blocage des degrés du monument de Ménodôros avec un bloc de corniche de la Salle hypostyle, en surplomb de l’Ouest.
Crédits Cl. Nathan Badoud, Myriam Fincker, Jean‑Charles Moretti.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/352/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 545k
Titre Fig. 14 – Délos : plan restitué de l’assise de mouluration de base sur le soubassement du monument de Ménodôros au 1⁄25.
Crédits Relevé M. Fincker.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/352/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 553k
Titre Fig. 15 – Délos : assise de mouluration de base du monument de Ménodôros. a. Les blocs nos 1 et 2 ; b. La si gnature ID 2498 sur le bloc 1.
Crédits Cl. Nathan Badoud, Myriam Fincker, Jean‑Charles Moretti.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/352/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 253k
Titre Fig. 16 – Délos : le bloc no 3 de l’assise de mouluration de base du monument de Ménodôros.
Crédits Cl. Nathan Badoud, Myriam Fincker, Jean‑Charles Moretti.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/352/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Fig. 17 – Délos : assise de mouluration de base du monument de Ménodôros. a. Restitution d’une demi‑agrafe d’après son négatif dans le plomb en bordure du joint droit du bloc no 4 ; b. Relevé de la mortaise pour agrafe en bronze en bordure du joint droit du bloc no 3.
Crédits Relevé M. Fincker.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/352/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 271k
Titre Fig. 18 – Délos : la face antérieure de l’orthostate no 5 du monument de Ménodôros.
Légende a. Cliché de 2009 ; b. Cliché vers 1905.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/352/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 19 – Délos : l’orthostate no 5 du monument de Ménodôros, relevé de la face antérieure et du lit d’attente au 1⁄10.
Crédits Relevé M. Fincker.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/352/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 599k
Titre Fig. 20 – Délos : le couronnement no 6 du monument de Ménodôros.
Légende a. Lit d’attente ; b. Face antérieure.
Crédits Cl. Nathan Badoud, Myriam Fincker, Jean‑Charles Moretti.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/352/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 347k
Titre Fig. 21 – Délos : perspective éclatée du monument de Ménodôros et nomenclature. Les blocs en gris sont restitués. Les traces des tenons triangulaires ont été accentuées.
Crédits Relevé M. Fincker.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/352/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 430k
Titre Fig. 22 – Groupes de pancratiastes en bronze, Baltimore, Walters Art Gallery, 54.1050.
Crédits http://art. thewalters.org/detail/19363/allegorical‑group‑of‑ triumphant‑ptolemy/.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/352/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 250k
Titre Fig. 23 – Groupe de pancratiastes en bronze, glyptothèque de Munich SL 18
Crédits Cl. Studio Koppermann, d’après D. Vanhove [éd.], Le sport dans la Grèce antique. Du jeu à la compétition [1992], p. 343, Fig. 209.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/352/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 875k
Titre Fig. 24 – Délos : restitution du monument de Ménodôros avec évocation des statues au 1⁄50. Face Sud, face Est et interprétation des mortaises au lit d’attente du couronnement.
Crédits Relevé M. Fincker.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/352/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre Fig. 25 – Athènes : stemma des fragments de l’orthostate du monument de Ménodôros.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/352/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Titre Fig. 26 – Athènes : orthostate du monument de Ménodôros. Relevé de la face antérieure et du lit d’attente au 1⁄12,5.
Crédits Relevé M. Fincker
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/352/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 791k
Titre Fig. 27 – Athènes : orthostate du monument de Ménodôros. Montage photographique de la face antérieure des fragments au 1⁄12,5.
Crédits Cl. Nathan Badoud, Myriam Fincker, Jean‑Charles Moretti.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/352/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 741k
Titre Fig. 28 – Athènes : propositions de restitution du monument de Ménodôros avec 32 ou 35 couronnes au 1⁄25 et profil de la mouluration au 1⁄10.
Crédits Relevé M. Fincker.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/352/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 207k
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/352/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/352/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 789k
Titre Fig. 29 – Les bases de Délos et d’Athènes restituées avec 35 couronnes agonistiques.
Crédits Relevé M. Fincker.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/352/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 258k
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/352/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Fig. 30 – La restitution des palmarès de Ménodôros par S. Dow (n. 5), p. 82‑83.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/352/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Titre Fig. 31 – Délos : répartition typologique des couronnes du monument de Ménodôros.
Crédits Relevé M. Fincker
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/352/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 263k
Titre Fig. 32 – Délos : les dix types de couronnes du monument de Ménodôros au 1⁄5 environ. Pour chaque type, le cliché de gauche date du début du xxe s. et celui de droite du début du xxie s.
Légende A : 23, Hérakleia de Thèbes. B : 21, Rhômaia de Chalcis. C : 16, Héraia d’Argos. D : 28, Trophônia de Lébadée.E : 24, Olympia. I : 25, Hérakleia de Thèbes. F : 34, Nymphaia d’Apollonia.J : 27, Naa de Dodone. G : 11, Néméa. H : 17, Lykaia.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/352/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 681k
Titre Fig. 33 – Athènes : répartition typologique des couronnes du monument de Ménodôros.
Crédits Relevé M. Fincker
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/352/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Titre Fig. 34 – Athènes : les quatre types de couronnes du monument de Ménodôros au 1⁄5 environ.
Légende A : 1, Éleusinia. C : 8, Néméa. B : 27, Naa. D : 29, Nymphaia.
Crédits Cl. Nathan Badoud, Myriam Fincker, Jean‑Charles Moretti.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/352/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Fig. 35 – Carte de situation des lieux de victoires de Kallias, fils de Didymios, d’Athènes (ve s. av. J.‑C.), au 1⁄10 000 000.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/352/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Titre Fig. 36 – Carte de situation des lieux de victoires de Ménodôros au 1⁄10 000 000.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/352/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Titre Fig. 37 – Carte de situation des lieux de victoires de Markos Aurélios Asklépiadès, d’Alexandrie (iie/iiie s. apr. J.‑C.), au 1⁄10 000 000.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/352/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
Titre Fig. 38 – Perspectives comparées des monuments de Délos et d’Athènes.
Crédits Relevé M. Fincker.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/352/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 373k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathan Badoud, Myriam Fincker et Jean‑Charles Moretti, « Les monuments érigés à Délos et à Athènes en l’honneur de Ménodôros, pancratiaste et lutteur »Bulletin de correspondance hellénique, 139-140.1 | 2016, 345-416.

Référence électronique

Nathan Badoud, Myriam Fincker et Jean‑Charles Moretti, « Les monuments érigés à Délos et à Athènes en l’honneur de Ménodôros, pancratiaste et lutteur »Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 139-140.1 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 30 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/bch/352 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bch.352

Haut de page

Auteurs

Nathan Badoud

Université de Fribourg / Fonds National Suisse.

Articles du même auteur

Myriam Fincker

IRAA, CNRS, AMU.

Articles du même auteur

Jean‑Charles Moretti

IRAA, CNRS, MOM, université Lumière Lyon 2, AMU.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search