Navigation – Plan du site

AccueilNuméros139-140.1Les mezzanines déliennes : étude ...

Les mezzanines déliennes : étude technique et contexte archéologique

Pavlos Karvonis et Jean‑Jacques Malmary
p. 321-344

Résumés

Cet article traite de la technique de construction et de l’utilisation des mezzanines à Délos au iie s. av. J.‑C. Il présente les critères d’identification et le procédé d’installation d’une mezzanine et explique les principes des restitutions que nous proposons. Nous tentons de calculer les charges que les mezzanines pouvaient supporter. Les mezzanines servaient surtout au stockage. Leur présence permet de tirer des conclusions sur le fonctionnement des pièces qui en étaient munies. Les mezzanines étaient une particularité de Délos, liée au développement rapide du commerce et au manque d’espace commercial, ce qui explique pourquoi elles ne se retrouvent pas ailleurs en Grèce et que les constructions analogues que l’on trouve en Italie ont un caractère différent.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cette recherche a bénéficié d’un financement du programme ANR « Entrepôts et lieux de stockage du monde gréco-romain antique », dirigé par C. Virlouvet et V. Chankowski. J.‑Fr. Billot et L. Fadin nous ont aidés à prendre des mesures sur le site de Délos et J.‑Ch. Moretti a accepté de relire notre texte et nous a donné des conseils précieux. Nous les remercions tous.

Texte intégral

  • 1 EAD VIII, p. 210.
  • 2 Pour le vocabulaire, voir J. De Vigan, Le Petit Dicobat, dictionnaire général du bâtiment (1994), (...)
  • 3 Karvonis, Malmary 2009, p. 207, 214, fig. 11‑13, 20‑21.
  • 4 La seule boutique avec mezzanine et dépendance est la pièce 43 de la Rue du théâtre. Cela s’expliq (...)

1Dans la publication du Quartier du théâtre à Délos, J. Chamonard avait reconnu des trous de solives qui attestent l’existence de mezzanines et qui se distinguent clairement des cavités d’encastrement ayant servi au logement des poutres qui portaient le plancher d’étage ou le toit1. Il s’agissait d’une brève mention dans le chapitre concernant les boutiques et les locaux industriels, accompagnée d’une photographie. Dans un article consacré à l’étude architecturale de quatre pièces polyvalentes du Quartier du théâtre, nous avions fourni des dessins des murs portant ces empochements2 et avions proposé une restitution de deux mezzanines3. Nous présentons ici une étude technique de ce dispositif, rendue possible grâce au nombre relativement élevé de pièces ayant comporté une mezzanine à Délos ; sur les 269 boutiques à une seule pièce qui ont été découvertes, 25, soit un peu plus de 9 %, sont munies de mezzanines4. Nous essayons aussi de comprendre leur fonctionnement et de placer les pièces qui en étaient équipées dans leur contexte urbain.

Étude technique

Identification et caractéristiques des mezzanines, des plateformes et des planchers d’étages

  • 5 Par convention, la longueur d’une pièce désigne ici la dimension parallèle au mur comportant la ba (...)
  • 6 EAD VIII, p. 208, fig. 89 ; Karvonis, Malmary 2009, p. 203‑208.
  • 7 Il s’agit des pièces E, F, G, H du Monument de granit, 16, 18, 26, 30, 32, 43, 47, 49 de la Rue du (...)

2On observe souvent des cavités d’encastrement dans les murs des chambres des maisons ou des pièces polyvalentes déliennes (fig. 1). De façon générale, les cavités qui sont disposées en rangs sur deux murs opposés et qui sont toutes situées à la même altitude servaient au logement de poutres. Quand les cavités sont présentes sur toute la longueur5 des deux parois opposées, les poutres qu’elles accueillaient formaient la structure porteuse d’un toit en terrasse ou du plancher d’un étage. Quand les encastrements sont concentrés dans la partie arrière de la pièce, les solives servaient à l’installation du plancher d’une mezzanine. L’exemple de la pièce 30 de la Rue du théâtre est particulièrement représentatif, puisqu’on voit, dans le mur Sud de la pièce, les empochements des solives de la mezzanine et ceux du plancher d’étage6. Des mezzanines ont été repérées dans d’autres pièces, notamment dans la partie basse du Quartier du théâtre, dans le Quartier du lac et dans le Quartier du Front de mer7.

Fig. 1 – Rue du théâtre, pièce 30.

Fig. 1 – Rue du théâtre, pièce 30.

a. plan coupé à 1 m du sol ; b. plan coupé au niveau de la mezzanine ; c. plan coupé au niveau du plancher d’étage (éch. 1⁄100).

Relevé et dessin J.‑J. Malmary.

  • 8 Le niveau du sol antique n’étant pas connu dans la plupart des cas, les hauteurs ont été mesurées (...)

3L’identification d’une mezzanine repose sur l’existence des indices suivants (fig. 1, 2) : un alignement horizontal, sur une même paroi, de cavités d’encastrement, formant des travées de même longueur et correspondant à un même nombre et une même disposition de cavités sur la paroi opposée. Les deux parois opposées sont souvent assez proches l’une de l’autre et leur écartement dépasse rarement les 5 m, sans doute pour que la portée reste admissible pour des poutres simples en bois d’une section de 0,21 m en moyenne. Les trous d’encastrement ayant servi à l’installation d’une mezzanine se distinguent de ceux utilisés pour le plancher d’un étage ou d’un toit par leur positionnement à une hauteur plus faible et par leur présence uniquement dans la partie arrière de la pièce. Ces cavités8 se situent à une hauteur de 0,98 m à 3,22 m par rapport au rez‑de‑chaussée, la moyenne étant de 2,2 m. On trouve aussi des cavités d’encastrement à un niveau qui peut être plus bas que celui des mezzanines, à savoir de 0,85 m à 1,74 m du sol de la pièce. Ces empochements servaient à l’installation d’un plancher en bois, situé également dans la partie arrière de la pièce, mais n’occupant pas toute sa longueur ; un seul côté était fixé au mur, tandis que l’autre devait être suspendu ou soutenu par des supports dans la partie centrale de la pièce. Ce dispositif est désigné ici par le terme de « plateforme ». Enfin, les cavités d’encastrement des poutres qui portaient le plancher de l’étage ou le toit se trouvent à une hauteur qui varie de 2,22 à 3,53 m, la hauteur moyenne étant de 2,71 m.

Fig. 2 – Rue du théâtre, pièce 30.

Fig. 2 – Rue du théâtre, pièce 30.

a. élévation du mur Sud‑Est (éch. 1⁄100) et b. détail des empochements (éch. 1⁄50) ; c. élévation du mur Nord‑Ouest (éch. 1⁄100) et d. détail des empochements (éch. 1⁄50).

Relevé et dessin J.‑J. Malmary.

  • 9 A. Plassart, « Fouilles de Délos exécutées aux frais de M. le Duc de Loubat (1912‑1913). Quartier (...)

4Ces critères d’identification sont suffisants quand on connaît la hauteur totale de la pièce ou quand ses murs sont conservés dans toute leur profondeur. Il est un peu plus difficile d’identifier une mezzanine quand les murs de la pièce ne sont pas bien conservés, et cela parce qu’il existe des planchers d’étage assez bas, comme ceux de l’Habitation II B du Quartier du stade9 – à une hauteur de 1,70 à 2,60 m – ou des mezzanines très hautes, comme celle de la pièce 47 de la Rue du théâtre – à une hauteur de 2,23 m.

5La comparaison entre les cavités d’encastrement pour les mezzanines et celles pour les planchers d’étage ou les toits permet de proposer un autre critère d’identification, qui s’avère plus décisif et qui permet d’éclairer les cas douteux : il s’agit de l’entraxe des solives.

6La distance axiale moyenne entre les solives supportant le plancher d’étage est de 0,64 m, alors que celle entre les trous d’encastrement pour les mezzanines est de 0,98 m. Les entraxes des solives de mezzanines sont donc sensiblement supérieurs à ceux des planchers d’étage. Dans le cas des mezzanines, il y avait un besoin moindre en termes de port de charges, ce qui permettait un écart plus important entre les poutres et par là même une économie de bois.

7L’observation des cavités d’encastrement montre que les solives étaient certainement des pièces de bois de brin et devaient avoir des sections plus ou moins carrées. Les côtés des sections oscillent entre 0,1 et 0,3 m avec une moyenne de 0,21 m (fig. 1‑3). La section du bois dépend assez peu de la portée, du moins pour les portées variant de 1,5 à 4,5 m. La profondeur des trous d’encastrement correspond au parement du mur, c’est‑à‑dire 30 cm environ, puisque les murs ont une épaisseur de 60 cm dans la plupart des cas. Quelquefois, ces trous sont traversants.

Fig. 3 – Rue du théâtre, pièce 30 : empochements pour le plancher de l’étage dans le mur Sud‑Est.

Fig. 3 – Rue du théâtre, pièce 30 : empochements pour le plancher de l’étage dans le mur Sud‑Est.

P. Karvonis.

  • 10 EAD VIII, p. 334.

8Nous rappelons, pour des raisons de comparaison, que les poutres qui supportaient le couvrement des citernes avaient une section moyenne de 15 cm ; elles étaient engagées de 40 cm dans les murs et étaient espacées de 35 cm en moyenne10.

9Les empochements pour le plancher d’étage sont généralement bien faits (fig. 2, 3) : ils sont parfois composés d’une pierre d’appui, de piles de gneiss régulières de part et d’autre de l’ouverture et d’une pierre formant linteau. Ces trous furent très certainement effectués lors de la construction du mur mais il existe également des cas où ils furent réalisés sans soin particulier. Les empochements pour les mezzanines sont, eux, presque toujours de facture moins soignée (fig. 2, 4) : les cavités peuvent se trouver au même niveau ou présenter de légères différences d’altitude, le plus souvent de l’ordre de 10 cm ; elles peuvent elles aussi avoir des pierres formant linteau ou des pierres d’appui, mais ce n’est pas aussi souvent le cas. À plusieurs endroits (fig. 4), les pierres du mur furent retaillées pour insérer les poutres. Cette construction moins soignée se ressent aussi dans l’effondrement plus fréquent des pierres autour des empochements pour les mezzanines.

Fig. 4 – Monument de granit, pièce F : empochements de la mezzanine dans le mur Sud.

Fig. 4 – Monument de granit, pièce F : empochements de la mezzanine dans le mur Sud.

P. Karvonis.

Particularités des mezzanines et des plateformes

10Les pièces de façade du Magasin des colonnes portent souvent plusieurs séries d’empochements, creusés à des niveaux différents dans la même paroi d’un mur. Les niveaux de ces séries de trous sont souvent très proches, c’est‑à‑dire moins de 20 cm (fig. 5), mais ils peuvent aussi présenter un écart important, de l’ordre de 1 m (fig. 6). L’état de conser­vation des pièces ne permet pas toujours de vérifier les correspondances entre les trous des murs opposés. Ces empochements ont probablement servi à l’installation d’une mezzanine. Quand les trous d’encastrement se situent à des niveaux très proches, nous avons supposé qu’ils correspondaient à deux mezzanines qui se sont succédé.

Fig. 5 – Magasin des colonnes, pièce IV.

Fig. 5 – Magasin des colonnes, pièce IV.

a. élévation du mur Nord (éch. 1⁄100) et b. détail des empochements (éch. 1⁄50) ; c. élévation du mur Sud (éch. 1⁄100) et d. détail des empochements (éch. 1⁄50).

Relevé et dessin J.‑J. Malmary.

Fig. 6 – Magasin des colonnes, pièce VII.

Fig. 6 – Magasin des colonnes, pièce VII.

a. élévation du mur Nord (éch. 1⁄100) et b. détail des empochements (éch. 1⁄50) ; c.  élévation du mur Sud (éch. 1⁄100) et d. détail des empochements (éch. 1⁄50).

Relevé et dessin J.‑J. Malmary.

11D’une manière générale, les mezzanines des pièces de la façade occidentale du Magasin des colonnes semblent moins soignées que celles des pièces polyvalentes du Quartier du théâtre. Les empochements qui se font face présentent souvent une différence de niveau qui atteint 15 cm dans le cas de la pièce IX. Dans la pièce 30 du Quartier du théâtre, la différence de niveau maximale entre les cavités d’encastrement des murs opposés est de 10 cm. Dans la pièce 47 de la Rue du théâtre, cette différence de niveau est de 5 cm seulement. Les mezzanines du Magasin des colonnes sont plus hautes que celles du reste de la ville ; elles se trouvent à un niveau moyen de 2,51 m, alors que les mezzanines dans les autres endroits de la ville se situent à un niveau moyen de 1,76 m du sol.

  • 11 Il s’agit des pièces II, VIII et IX du Magasin des colonnes et de la pièce 43 de la Rue du théâtre

12Pour certaines mezzanines11, le premier trou d’encastrement se trouve à un niveau légèrement plus bas, de 10 à 18 cm, que les cavités suivantes, situées vers le fond de la pièce. Nous pensons que ces mezzanines étaient pourvues de paliers, c’est‑à‑dire qu’une partie de leur plancher était située à un niveau légèrement inférieur, ce qui facilitait peut‑être les manœuvres de manutention.

  • 12 Il s’agit de la pièce 4 du Magasin α, de la pièce 2 du Magasin β et de la pièce I du Magasin des c (...)
  • 13 Cette restitution est inspirée de la boutique 6 de l’insula V d’Herculanum.

13Certaines pièces12 ont des trous d’encastrement qui posent quelques problèmes d’interprétation : ils présentent les mêmes caractéristiques que les empochements des mezzanines, mais n’ont pas de répondant dans le mur opposé. Ils sont situés sur un mur faisant face à une porte (fig. 7) ou enserrant une cour (Hôtellerie, cour latérale Sud du magasin des colonnes, fig. 8). Nous proposons d’y voir des plateformes qui occupaient une partie de la pièce. La présence de la porte rendait impossible l’installation d’une mezzanine et on a probablement opté pour la solution intermédiaire de la plateforme, pour ne pas perdre le bénéfice d’une double surface de stockage au fond de la pièce. La question qui se pose dans ce cas est celle de la restitution des supports des planchers à l’intérieur de la pièce. Nous proposons deux solutions : selon la première (fig. 9), la plateforme est portée par deux poteaux de bois ; selon la seconde (fig. 10), elle est fixée aux poutres qui supportaient le plancher de l’étage13.

Fig. 7 – Magasin β, pièces 2 et 1.

Fig. 7 – Magasin β, pièces 2 et 1.

Plan coupé au niveau de la mezzanine (éch. 1⁄100).

Relevé et dessin J.‑J. Malmary.

Fig. 8 – Magasin des colonnes : angle Nord‑Est de la cour latérale Sud.

Fig. 8 – Magasin des colonnes : angle Nord‑Est de la cour latérale Sud.

P. Karvonis.

Fig. 9 – Magasin β : première hypothèse de restitution de la plateforme de la pièce 2 et de la mezzanine de la pièce 1. (éch. 1⁄150).

Fig. 9 – Magasin β : première hypothèse de restitution de la plateforme de la pièce 2 et de la mezzanine de la pièce 1. (éch. 1⁄150).

Relevé et dessin J.‑J. Malmary.

Fig. 10 – Magasin β : deuxième hypothèse de restitution de la plateforme de la pièce 2. (éch. 1⁄150).

Fig. 10 – Magasin β : deuxième hypothèse de restitution de la plateforme de la pièce 2. (éch. 1⁄150).

Relevé et dessin J.‑J. Malmary.

Installation initiale ou postérieure de la mezzanine ?

14Les pierres retaillées des empochements des mezzanines indiquent que ces dernières étaient généralement posées après la construction du mur. On trouve parfois des cavités très soignées associées à d’autres moins bien réalisées ou ayant des pierres retaillées, pour la même mezzanine ; on pourrait penser au remplacement d’une solive dans ce cas, mais, étant donné la durée de vie relativement courte de ces bâtiments, une autre explication nous semble plus probable : cette différence résulterait du procédé d’installation des mezzanines après l’achèvement du mur.

Procédé d’installation

15Quand une mezzanine devait être installée, on définissait d’abord sa hauteur par rapport au sol (fig. 11). Il était sans doute nécessaire d’ôter l’enduit au niveau de la hauteur désirée pour voir l’état des maçonneries et choisir plus aisément les endroits à excaver. La plupart des mezzanines étaient installées après l’achèvement de la construction des murs, mais l’enduit avait‑il déjà été posé au moment de leur installation ? On pourrait penser qu’on créait les empochements juste après la construction du mur, mais avant de poser l’enduit, pour gagner du temps. Cependant, quand la pièce polyvalente est le résultat d’un réaménagement, comme la pièce 18 de la Rue du théâtre, qui faisait primitivement partie de la Maison de Dionysos, on est obligé d’admettre que l’enduit a été enlevé pour l’installation de la mezzanine. Il en est de même dans le cas du remplacement d’une mezzanine par une autre, comme dans les pièces de façade du Magasin des colonnes. Les pièces du Monument de granit ne sont pas toutes munies de mezzanines, ce qui signifie que l’enduit était posé au moment de la mise en place des mezzanines. Tous ces indices nous font penser que le plus souvent, leur installation a nécessité l’enlèvement de l’enduit des murs. Les empochements pouvaient dès lors être creusés en retirant ou en retaillant les pierres là où les solives devaient être placées. Ces trous ressemblent parfois beaucoup à ceux réalisés au moment de la construction. Quand il n’était pas possible de retirer une pierre, elle était cassée ou retaillée. Ce qui importait était de maintenir un même niveau d’assise et un entraxe des solives à peu près régulier, souvent au détriment de la qualité de taille des empochements. Comme ces trous d’encastrement se faisaient après la construction du mur, il était parfois difficile de maintenir exactement le même niveau tout le long d’une série d’empochements, notamment à cause de la présence de pierres qui pouvaient difficilement être enlevées ou retaillées ; dans ces cas, on perçait les trous d’encastrement à un niveau légèrement inférieur à celui des autres trous de la même série.

Fig. 11 – Magasin β, pièce 1.

Fig. 11 – Magasin β, pièce 1.

a. hypothèse de restitution du procédé d’installation de la mezzanine ; b. restitution de la mezzanine.

Relevé et dessin J.‑J. Malmary.

16D’un point de vue technique, l’installation de la mezzanine pose le problème de l’insert­ion des solives, dont la longueur dépasse nécessairement la largeur de la pièce. La solution la plus habituelle qui semble avoir été adoptée par les artisans consiste en un léger décalage des empochements opposés dans les deux axes, horizontal et vertical (fig. 2, 12). Selon ce principe, les empochements qui se font face n’ont pas les mêmes dimensions et une série de cavités sur une même paroi a une hauteur et une longueur supérieures à celle qui lui fait face. Cette différence de hauteur et de longueur, ainsi que le léger décalage dans l’axe horizontal, facilitait la manutention et l’insertion des solives. On faisait d’abord rentrer une extrémité de la solive dans l’empochement le plus petit et on insérait ensuite l’autre extrémité dans la cavité la plus grande. Cette cavité, occupée partiellement par la pièce de bois, devait être comblée par des cales en pierre ou en bois qui servaient à stabiliser la solive. On trouve parfois des pierres, qui formaient le linteau des encastrements, recreusées en arc de cercle (fig. 13, 14). Dans le cas de la pièce 3 du Magasin α ou de la pièce X du Magasin des colonnes, cette retaille a pu être utilisée pour l’insertion des solives : la solive était d’abord insérée dans un petit empochement d’une paroi et son autre extrémité était ensuite progressivement descendue vers le trou de la paroi opposée dont la pierre formant linteau avait été préalablement recreusée. Mais ce recreusement en arc de cercle se rencontre également pour un empochement de plateforme (la pièce 4 du Magasin α), ce qui nous fait penser qu’il a pu avoir une tout autre fonction. En effet, l’installation des solives des plateformes ne posait pas les mêmes problèmes que pour les mezzanines, puisqu’elles n’occupaient pas toute la longueur de la pièce (fig. 9, 10). Ce recreusement pourrait alors s’expliquer par la volonté d’accéder plus facilement à la pierre du dessous afin de l’enlever à l’aide d’un levier.

Fig. 12 – Rue du théâtre, pièce 30.

Fig. 12 – Rue du théâtre, pièce 30.

a. plan restitué, coupé à 1 m du sol actuel, et b. plan restitué, coupé au niveau de la mezzanine (éch. 1⁄100).

Relevé et dessin J.‑J. Malmary.

Fig. 13 – Magasin α, pièce 3 : a. élévation du mur Sud (éch. 1⁄50) et b. détail des empochements (éch. 1⁄20)

Fig. 13 – Magasin α, pièce 3 : a. élévation du mur Sud (éch. 1⁄50) et b. détail des empochements (éch. 1⁄20)

Relevé M. Fincker, dessin J.‑J. Malmary.

Fig. 14 – Magasin α, pièce 3 : mur Sud.

Fig. 14 – Magasin α, pièce 3 : mur Sud.

P. Karvonis.

Principes de restitution des mezzanines

  • 14 Il arrive souvent que les empochements ne soient pas tous conservés dans un mur, à cause de l’effo (...)
  • 15 Pour le vocabulaire, voir R. Ginouvès, R. Martin, Dictionnaire méthodique de l’architecture grecqu (...)

17Aujourd’hui, rien ne subsiste des mezzanines si ce n’est leur négatif, mais nous sommes portés à croire qu’il s’agissait de constructions entièrement en bois, dont il est possible de proposer la restitution (fig. 9, 12b, 15). Les empochements encore visibles14 dans les murs latéraux des pièces nous donnent le nombre exact des solives qui supportaient le plancher de la mezzanine. Les dimensions des solives sont calculées de manière hypothétique, selon la méthode suivante : la longueur restituée des solives correspond à la somme de leur portée et de leur appui dans les cavités, évaluée au maximum à la moitié de l’épaisseur du mur sur chaque côté. Afin d’obtenir la largeur des solives, nous avons soustrait 6 cm de la longueur de l’empochement, ce qui correspond à un espace libre de 3 cm de chaque côté de la solive. La hauteur de la solive est la hauteur de la cavité à laquelle on soustrait 3 cm, qui correspondent à l’espace entre la poutre et l’arase inférieure du linteau. Dans le cas de la pièce 47 de la Rue du théâtre, nous restituons des poutres d’une section de 13 cm sur 19 cm. En ce qui concerne la composition du plancher de la mezzanine, deux hypothèses sont proposées : selon la première, le plancher est composé d’un simple platelage posé directement sur les solives. Les planches doivent alors être suffisamment épaisses pour franchir sans fléchir les travées entre les solives. Selon notre seconde hypothèse, plus sophistiquée, les lames sont posées sur un gîtage de lambourdes15. Dans ce cas, elles peuvent être de plus faible section.

Fig. 15 – Rue du théâtre, pièce 30 : axonométrie restituée.

Fig. 15 – Rue du théâtre, pièce 30 : axonométrie restituée.

Relevé et dessin J.‑J. Malmary.

Accès à la mezzanine

  • 16 Karvonis, Malmary 2009, p. 214.

18Rien ne subsiste aujourd’hui du système d’accès à la mezzanine ou à la plateforme. On ne trouve aucune trace de départ d’escalier en pierre, ce qui signifie que l’accès se faisait probablement avec une échelle en bois (fig. 9, 11b, 15). Cela n’est pas étonnant, puisque l’installation des mezzanines vient le plus souvent après la construction des murs. De plus, un escalier en partie en pierre serait trop encombrant dans les pièces polyvalentes, où l’on essayait précisément de gagner de la place, comme on le montrera plus loin. Dans la pièce 47 de la Rue du théâtre, où la mezzanine semble appartenir à l’état initial, nous avons restitué de manière hypothétique une dalle de gneiss pouvant servir de base à l’échelle16, l’isolant aussi de l’humidité du sol.

Charge supportée par une mezzanine

19Les éléments dont on dispose permettent d’évaluer la charge maximale supportée par les mezzanines. Pour ce faire, le problème doit être posé clairement : l’ossature d’un plancher présente une résistance limitée aux efforts qui sont exercés par deux types de charges : les charges permanentes et les charges d’exploitation. Les charges permanentes concernent le poids propre des éléments constituant le plancher. Les charges d’exploitation sont des charges par essence variables (poids des habitants, des meubles ou des objets mobiles). La question posée consiste donc à évaluer la charge d’exploitation maximale supportée par le plancher sans déformation ni rupture de sa structure.

20La résistance de la structure et les charges permanentes sont la base sur laquelle nous nous fondons pour évaluer la charge d’exploitation maximale. Elles sont déterminées par les observations archéologiques et les hypothèses de restitution et elles dépendent également des caractéristiques géométriques et dimensionnelles du plancher et de la nature des matériaux employés. La solidité de la structure dépend de la portée franchie, de la section de ses éléments constitutifs et de leur résistance. Les charges permanentes sont calculées à partir des volumes de chaque élément et des masses volumiques inhérentes à leur matériau. Dans le cas de la mezzanine, ces éléments sont les solives, les lambourdes et les planches. Le plancher de l’étage est utilisé ici à titre de comparaison car sa composition est bien mieux connue grâce aux observations faites au moment des fouilles. Dans ce cas, le calcul comprend les poutres porteuses, les dalles de gneiss, le mortier hydraulique et la mosaïque en éclats de marbre.

  • 17 M.‑Chr. Hellmann, Recherches sur le vocabulaire de l’architecture grecque, d’après les inscription (...)

21L’essence du bois utilisée pour la construction des mezzanines est une donnée importante de ces calculs, mais, à défaut de données archéologiques assurées, elle est le plus souvent inconnue. Dans les inscriptions de Délos, nous trouvons des mentions sur l’emploi du sapin et du chêne pour la construction. Bien que ces mentions concernent des bâtiments publics17, nous nous sommes néanmoins résolus à prendre en compte ces deux essences de bois dans nos calculs, car ils correspondent à ce qui était disponible sur le marché délien. Dans tous les cas, il s’agit d’achats faits par les hiéropes à des marchands. Le chêne étant bien plus dense que le sapin, leurs masses volumiques sont très différentes, ce qui a donné lieu à deux résultats suffisamment distincts pour établir une fourchette qui est, dans ce cas, plus pertinente qu’un résultat unique et encore plus hypothétique.

  • 18 Parmi ces doutes et inconnues, notons les différences de résistance d’un même bois selon sa teneur (...)

22À défaut de calculs de résistances de structure, qui sont sujets à de nombreux doutes et inconnues18, nous avons calculé le poids propre du plancher d’étage porté par une poutre – dont la composition est bien connue – et celui porté par une poutre de mezzanine ; ces poutres ont, dans le cas de la pièce 30 (fig. 15, 16), la même portée (3,61 m), et approximativement la même section (environ 20 sur 20 cm). Si une poutre d’une section et d’une portée connues est capable de porter la très forte charge exercée par un plancher d’étage, elle sera bien évidemment susceptible de porter le même poids dans le cas d’une mezzanine. Les résultats présentés ici sont donc des minimas puisque nous ne connaissons pas la charge d’exploitation du plancher d’étage. De manière à simplifier la lecture de ces résultats, les charges sont exprimées non pas en unités de poids (décanewton) mais de masse (kg).

Fig. 16 – Rue du théâtre, pièce 30.

Fig. 16 – Rue du théâtre, pièce 30.

a. section du plancher de la mezzanine supportée par une solive (éch. 1⁄100) ; b. section du plancher de l’étage supportée par une solive (éch. 1⁄100).

Relevé et dessin J.‑J. Malmary.

23Le plancher de l’étage, sans les poutres qui le soutiennent, présente une masse surfacique d’environ 731,2 kg/m2. Le plancher de la pièce 30, qui mesure 16,4 m2, pèse donc avec son solivage entre 12,55 (solives en sapin) et 12,96 tonnes (solives en chêne), ce qui correspond à 790 kg/m2.

  • 19 J.‑Y. Empereur, « Une cour remplie d’amphores à l’Est du Lac Sacré », BCH 107 (1983), p. 885.
  • 20 F. Laubenheimer, C. Barthélemy-Sylvand, « Des amphores de l’oppidum de Châteaumeillant (Cher). Le (...)

24Une solive du plancher d’étage devait ainsi porter plus de 730 kg. Une solive de la mezzanine porte en charge propre (platelage) environ 170 kg. Elle pouvait donc suppor­ter au minimum 560 kg de denrées. La mezzanine de la pièce 30 est composée de 3 solives susceptibles de porter 560 kg chacune ; on peut ainsi évaluer à 1,6 tonne la charge minimale admissible par cette mezzanine. Nous n’avons aucun renseignement concernant les denrées stockées sur les mezzanines, mais nous avons calculé, à titre indicatif, le nombre d’amphores de vin qui pouvaient y avoir été entreposées. Nous avons utilisé comme exemple les amphores Dressel 1, retrouvées dans la cour aux amphores à l’Est du lac19. Leur poids varie entre 11,2 et 20 kg et leur contenance entre 17,05 et 26,95 litres20. Les amphores contenaient alors entre 17 et 26,9 kg de vin. Le poids total de l’amphore et de son contenu s’élève alors de 28,2 à 46,9 kg. La mezzanine pouvait porter entre 34 et 56 amphores de vin.

Étude archéologique

Fonction des mezzanines

  • 21 EAD VIII, p. 210.
  • 22 M. Bettalli, « Case, botteghe, ergasteria: note sui luoghi di produzione e di vendita nell’Atene c (...)
  • 23 P. Karvonis, « Les installations commerciales de la ville de Délos à l’époque hellénistique », BCH (...)

25Selon J. Chamonard, les mezzanines servaient au stockage des marchandises ou au logement d’un gardien de nuit21. Cette deuxième solution n’est certainement pas à exclure, puisque les pièces polyvalentes pouvaient fonctionner à la fois comme local de travail et comme logement22, mais, dans le cas de ces pièces, il est plus probable que l’exploitant fasse également office de gardien, contrairement à des structures plus importantes où les deux fonctions peuvent être séparées. Cependant, la concentration des pièces ayant des mezzanines dans la partie basse de la ville et près du port, ainsi que leur association systématique avec des pièces de dimensions moyennes ou grandes et munies de larges baies d’entrée et de portes brisées23, nous font penser qu’elles étaient surtout utilisées pour le stockage. Installées dans la partie arrière de la pièce, elles offraient une superficie supplémentaire non négligeable, puisqu’elles occupaient environ 42 % de la superficie de la pièce. Si l’on accepte que l’espace sous la mezzanine correspond au pourcentage de la pièce utilisé pour le stockage, l’installation de la mezzanine doublait la superficie de stockage de la pièce. Le volume de stockage augmentait aussi, puisque la présence de la mezzanine permettait d’utiliser plus facilement la hauteur de la pièce.

Fonctionnement et gestion des pièces munies de mezzanines

  • 24 J. Chamonard, « Fouilles de Délos. Fouilles dans le Quartier du théâtre », BCH 30 (1906), p. 507‑5 (...)
  • 25 Aucun mur de la pièce 43 n’est liaisonné aux murs des pièces contiguës. Par ailleurs, un égout tra (...)

26Les caractéristiques techniques des mezzanines nous aident à mieux comprendre le fonctionnement des pièces dans lesquelles elles étaient installées. Nous avons vu qu’en règle générale, elles ne faisaient pas partie de l’équipement initial des pièces. Cela se comprend quand il s’agit de pièces qui résultent d’un réaménagement, comme la pièce 18 de la Rue du théâtre, qui appartenait au départ à la maison de Dionysos24, ou la pièce 43 de la Rue du théâtre, qui a occupé un espace qui était primitivement à ciel ouvert25. Dans ces cas, la mezzanine est, comme la pièce elle‑même, une preuve supplémentaire du besoin d’espace commercial dans la Délos de la seconde domination athénienne. Cette explication ne vaut pas pour l’installation postérieure des mezzanines dans des locaux qui ont été dès le départ conçus comme des pièces polyvalentes. L’absence systématique de ces dispositifs dans les pièces de façade des édifices commerciaux du bord de mer, prévus comme des locaux de commerce dès leur construction, ne peut pas être le résultat d’une simple négligence. Les pièces polyvalentes des Magasins α, β et γ, ainsi que celles du Monument de granit, sont toutes munies de larges baies, appartenant à l’état d’origine des bâtiments ; une mezzanine aurait également eu sa place dans ces pièces. L’explication de son absence à l’état d’origine des pièces est peut‑être à chercher dans leur gestion : ces pièces étaient louées et c’était au locataire de faire installer la mezzanine.

  • 26 Karvonis, Malmary 2009, p. 226.

27Cela expliquerait les traces de mezzanines successives identifiées dans les pièces de façade du Magasin des colonnes et les différences de niveaux des mezzanines d’une pièce à l’autre. Notamment, l’existence de mezzanines successives dans une seule et même pièce nous rappelle les nombreux états des portes observés sur les seuils26, et pourrait signifier que les locataires pouvaient partir non seulement avec leurs portes mais aussi avec les pièces de bois composant les mezzanines, comme c’est fréquemment le cas pour les portes dans le cas des locations de terrains équipés de bâtiments.

Les mezzanines dans leur contexte urbain

  • 27 Pour les particularités des pièces polyvalentes déliennes et pour l’absence de mezzanines dans les (...)

28La présence de mezzanines est une des caractéristiques qui distinguent les pièces polyvalentes déliennes des autres pièces de ce type découvertes en Grèce27. Leur utilisation révèle une exploitation de l’espace dans le sens vertical qui fut rendue possible par la construction de pièces de grande hauteur (fréquemment de plus de trois mètres). Elle est peut‑être due au manque de place causé par le développement rapide du commerce délien. Outre ce besoin d’espace supplémentaire, ces mezzanines permettaient sans doute d’isoler et de protéger les denrées sensibles de l’humidité du sol, ainsi que des rongeurs.

  • 28 R. Bohn, Altertümer von Aegae, JdI, Zweites Ergänzungsheft (1889), p. 16‑17 ; H. Knackfuss, Milet  (...)

29Ces conditions propres à Délos peuvent expliquer l’absence de mezzanines dans les pièces polyvalentes de Pergame ou de Priène. La présence de dépendances dans les pièces associées à des portiques, comme à Aigai, à Milet, à Corinthe, à Pella et à Athènes28, rendait les mezzanines inutiles.

  • 29 Le demi‑étage ou salle entresolée occupe l’ensemble de la pièce, à la différence de la mezzanine ( (...)
  • 30 V. Gassner, Die Kaufläden in Pompeii (1986), p. 31‑33, 40‑41 ; F. Carocci, E. De Albentiis, M. Gar (...)

30Les seules structures qui rappellent les installations déliennes viennent du monde romain et sont plus tardives. Les boutiques de Pompéi, d’Ostie et d’Herculanum sont dotées d’entresols29, qui sont considérés comme des locaux d’habitation30. Ces derniers présentent des différences notables par rapport aux mezzanines de Délos. D’une part ils occupaient toute la superficie de la pièce. D’autre part ils étaient accessibles par un escalier situé au fond de la pièce, dont les premières marches étaient construites. Ces observations, associées à la présence de puits et de latrines, accentuent le caractère résidentiel des boutiques italiennes, qui est beaucoup moins prononcé à Délos.

31L’étude de la technique de construction des mezzanines complète nos connaissances sur l’architecture privée de Délos. Le mode de construction des empochements révèle un aspect du travail des artisans et la mesure systématique des entraxes offre un élément fiable permettant de distinguer les planchers d’étages de ceux des mezzanines. La présence même de mezzanines est une particularité propre au commerce délien. Leur installation révèle une nécessité croissante d’espaces de stockage, encore plus ressentie dans le cas des plateformes, qui visaient à profiter au maximum d’un espace obligatoirement réduit par la présence d’une porte. La concentration de ces structures dans la partie basse de la ville est la conséquence du type de commerce pratiqué à ces endroits : il s’agissait d’un commerce de transit ou de redistribution des produits dans la ville. Enfin, l’installation des mezzanines après l’achèvement de la construction des murs et leur remplacement dans certains cas attestent l’importance de l’initiative privée dans le commerce délien.

Haut de page

Bibliographie

EAD VIII = J. Chamonard, Le Quartier du Théâtre (1922‑1924).

Karvonis, Malmary 2009 = P. Karvonis, J.‑J. Malmary, « Étude architecturale de quatre pièces polyvalentes du Quartier du théâtre à Délos », BCH 133 (2009), p. 195‑226.

Haut de page

Notes

1 EAD VIII, p. 210.

2 Pour le vocabulaire, voir J. De Vigan, Le Petit Dicobat, dictionnaire général du bâtiment (1994), s.v. « empochement », p. 334.

3 Karvonis, Malmary 2009, p. 207, 214, fig. 11‑13, 20‑21.

4 La seule boutique avec mezzanine et dépendance est la pièce 43 de la Rue du théâtre. Cela s’explique par son plan irrégulier, qui est le résultat de l’appropriation d’un espace public à ciel ouvert pour la construction de la pièce 43.

5 Par convention, la longueur d’une pièce désigne ici la dimension parallèle au mur comportant la baie d’entrée principale de cette pièce, sa profondeur correspond à la dimension qui lui est perpendiculaire.

6 EAD VIII, p. 208, fig. 89 ; Karvonis, Malmary 2009, p. 203‑208.

7 Il s’agit des pièces E, F, G, H du Monument de granit, 16, 18, 26, 30, 32, 43, 47, 49 de la Rue du théâtre, 3, 4 du Magasin α, 2, 1 du Magasin β, I, II, III, IV, VII, VIII, IX, X du Magasin des colonnes et de la pièce d de la Maison du Dionysos, ancienne boutique transformée en pièce d’habitation.

8 Le niveau du sol antique n’étant pas connu dans la plupart des cas, les hauteurs ont été mesurées à partir du niveau des stylobates, des seuils ou des fondations des seuils. Dans certaines pièces, le sol pouvait se trouver à un niveau inférieur de celui du seuil ; dans ces cas, la hauteur de la mezzanine ainsi que la hauteur de la pièce pouvaient être supérieures à celles que nous présentons.

9 A. Plassart, « Fouilles de Délos exécutées aux frais de M. le Duc de Loubat (1912‑1913). Quartier d’habitations privées à l’Est du stade », BCH 40 (1916), p. 250.

10 EAD VIII, p. 334.

11 Il s’agit des pièces II, VIII et IX du Magasin des colonnes et de la pièce 43 de la Rue du théâtre.

12 Il s’agit de la pièce 4 du Magasin α, de la pièce 2 du Magasin β et de la pièce I du Magasin des colonnes.

13 Cette restitution est inspirée de la boutique 6 de l’insula V d’Herculanum.

14 Il arrive souvent que les empochements ne soient pas tous conservés dans un mur, à cause de l’effondrement d’une partie du mur ou de restaurations, qui ont eu comme résultat l’obstruction d’une ou de plusieurs cavités. Dans ce cas, les cavités disparues peuvent être restituées grâce aux entraxes, qui doivent être plus ou moins réguliers.

15 Pour le vocabulaire, voir R. Ginouvès, R. Martin, Dictionnaire méthodique de l’architecture grecque et romaine. Tome I. Matériaux, techniques de construction, techniques et formes du décor (1985), p. 147.

16 Karvonis, Malmary 2009, p. 214.

17 M.‑Chr. Hellmann, Recherches sur le vocabulaire de l’architecture grecque, d’après les inscriptions de Délos, BEFAR 278 (1992), p. 278.

18 Parmi ces doutes et inconnues, notons les différences de résistance d’un même bois selon sa teneur en eau ou encore, le calcul complexe de résistance d’un plancher d’étage qui n’est probablement pas assurée uniquement par les solives mais aussi par l’épaisse couche de mortier hydraulique au‑dessus d’elles. Cette dernière joue certainement un rôle structurel important à la manière de l’opus caementicium des voûtes romaines.

19 J.‑Y. Empereur, « Une cour remplie d’amphores à l’Est du Lac Sacré », BCH 107 (1983), p. 885.

20 F. Laubenheimer, C. Barthélemy-Sylvand, « Des amphores de l’oppidum de Châteaumeillant (Cher). Le matériel des fouilles des xixe et xxe s. », Gallia 67‑2 (2010), p. 18.

21 EAD VIII, p. 210.

22 M. Bettalli, « Case, botteghe, ergasteria: note sui luoghi di produzione e di vendita nell’Atene classica », Opus 4 (1985), p. 35 ; IG XII 6, 169, l. 7‑8.

23 P. Karvonis, « Les installations commerciales de la ville de Délos à l’époque hellénistique », BCH 132 (2008), p. 193 ; P. Karvonis, J.‑J. Malmary, « Du quartier à l’agora : étude de cas dans le Quartier du théâtre à Délos », dans V. Chankowski, P. Karvonis (éds), Tout vendre, tout acheter. Structures et équipements des marchés antiques, Actes du colloque d’Athènes, 16‑19 juin 2009 (2012), p. 267.

24 J. Chamonard, « Fouilles de Délos. Fouilles dans le Quartier du théâtre », BCH 30 (1906), p. 507‑508.

25 Aucun mur de la pièce 43 n’est liaisonné aux murs des pièces contiguës. Par ailleurs, un égout traverse la pièce et se poursuit sous un dallage dans la dépendance. Tout cela indique que cet espace était une sorte de passage ou de rue avant de devenir une pièce close et couverte.

26 Karvonis, Malmary 2009, p. 226.

27 Pour les particularités des pièces polyvalentes déliennes et pour l’absence de mezzanines dans les autres sites grecs, voir P. Karvonis, J.‑J. Malmary (n. 23), p. 274.

28 R. Bohn, Altertümer von Aegae, JdI, Zweites Ergänzungsheft (1889), p. 16‑17 ; H. Knackfuss, Milet I, 7, Der Südmarkt und die benachbarten Bauanlagen (1924), p. 31‑47 ; O. Broneer, The South Stoa and its Roman Successors, Corinth I, Part IV, (1954), p. 48‑59 ; T. Leslie Shear Jr, « The Athenian Agora: Excavations of 1971 », Hesperia 42 (1973), p. 138‑144 ; I. Akamatis, « Η Αγορά της Πέλλας », AEMTh 2 (1988), p. 77‑78 ; R. F. Townsend, The Athenian Agora XXVII, The East Side of the Agora. The Remains beneath the Stoa of Attalos (1995), p. 107‑112.

29 Le demi‑étage ou salle entresolée occupe l’ensemble de la pièce, à la différence de la mezzanine (R. Ginouvès, Dictionnaire méthodique de l’architecture grecque et romaine. Tome III. Espaces architecturaux, bâtiments et ensembles [1998], p. 17, n. 17).

30 V. Gassner, Die Kaufläden in Pompeii (1986), p. 31‑33, 40‑41 ; F. Carocci, E. De Albentiis, M. Gargiulio, F. Pesando, Le Insulae 3 e 4 della regio VI di Pompei. Un’ analisi storico-urbanistica (1990), p. 47‑49, 98‑99, 101‑104 ; F. Pirson, Mietwohnungen in Pompeji und Herkulaneum. Untersuchungen zur Architektur, zum Wohnen und zur Sozial‑ und Wirtschaftsgeschichte der Vesuvstädte (1999), p. 19‑20 ; M. Heinzelmann, « Die vermietete Stadt. Zur Kommerzialisierung und Standardisierung der Wohnkultur in der kaiserzeitlichen Grossstadtgesellschaft », dans R. Neudecker, P. Zanker (éds), Lebenswelten: Bilder und Räume in der römischen Stadt der Kaiserzeit, Symposium am 24. und 25. Januar 2002 zum Abschluss des von der Gerda Henkel Stiftung geförderten Forschungsprogramms “Stadtkultur in der römischen Kaiserzeit” (2005), p. 119.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Rue du théâtre, pièce 30.
Légende a. plan coupé à 1 m du sol ; b. plan coupé au niveau de la mezzanine ; c. plan coupé au niveau du plancher d’étage (éch. 1⁄100).
Crédits Relevé et dessin J.‑J. Malmary.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/355/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 529k
Titre Fig. 2 – Rue du théâtre, pièce 30.
Légende a. élévation du mur Sud‑Est (éch. 1⁄100) et b. détail des empochements (éch. 1⁄50) ; c. élévation du mur Nord‑Ouest (éch. 1⁄100) et d. détail des empochements (éch. 1⁄50).
Crédits Relevé et dessin J.‑J. Malmary.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/355/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Titre Fig. 3 – Rue du théâtre, pièce 30 : empochements pour le plancher de l’étage dans le mur Sud‑Est.
Crédits P. Karvonis.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/355/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 767k
Titre Fig. 4 – Monument de granit, pièce F : empochements de la mezzanine dans le mur Sud.
Crédits P. Karvonis.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/355/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 607k
Titre Fig. 5 – Magasin des colonnes, pièce IV.
Légende a. élévation du mur Nord (éch. 1⁄100) et b. détail des empochements (éch. 1⁄50) ; c. élévation du mur Sud (éch. 1⁄100) et d. détail des empochements (éch. 1⁄50).
Crédits Relevé et dessin J.‑J. Malmary.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/355/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 441k
Titre Fig. 6 – Magasin des colonnes, pièce VII.
Légende a. élévation du mur Nord (éch. 1⁄100) et b. détail des empochements (éch. 1⁄50) ; c.  élévation du mur Sud (éch. 1⁄100) et d. détail des empochements (éch. 1⁄50).
Crédits Relevé et dessin J.‑J. Malmary.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/355/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 395k
Titre Fig. 7 – Magasin β, pièces 2 et 1.
Légende Plan coupé au niveau de la mezzanine (éch. 1⁄100).
Crédits Relevé et dessin J.‑J. Malmary.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/355/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
Titre Fig. 8 – Magasin des colonnes : angle Nord‑Est de la cour latérale Sud.
Crédits P. Karvonis.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/355/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 638k
Titre Fig. 9 – Magasin β : première hypothèse de restitution de la plateforme de la pièce 2 et de la mezzanine de la pièce 1. (éch. 1⁄150).
Crédits Relevé et dessin J.‑J. Malmary.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/355/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 684k
Titre Fig. 10 – Magasin β : deuxième hypothèse de restitution de la plateforme de la pièce 2. (éch. 1⁄150).
Crédits Relevé et dessin J.‑J. Malmary.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/355/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Titre Fig. 11 – Magasin β, pièce 1.
Légende a. hypothèse de restitution du procédé d’installation de la mezzanine ; b. restitution de la mezzanine.
Crédits Relevé et dessin J.‑J. Malmary.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/355/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Titre Fig. 12 – Rue du théâtre, pièce 30.
Légende a. plan restitué, coupé à 1 m du sol actuel, et b. plan restitué, coupé au niveau de la mezzanine (éch. 1⁄100).
Crédits Relevé et dessin J.‑J. Malmary.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/355/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Titre Fig. 13 – Magasin α, pièce 3 : a. élévation du mur Sud (éch. 1⁄50) et b. détail des empochements (éch. 1⁄20)
Crédits Relevé M. Fincker, dessin J.‑J. Malmary.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/355/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 558k
Titre Fig. 14 – Magasin α, pièce 3 : mur Sud.
Crédits P. Karvonis.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/355/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Titre Fig. 15 – Rue du théâtre, pièce 30 : axonométrie restituée.
Crédits Relevé et dessin J.‑J. Malmary.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/355/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 550k
Titre Fig. 16 – Rue du théâtre, pièce 30.
Légende a. section du plancher de la mezzanine supportée par une solive (éch. 1⁄100) ; b. section du plancher de l’étage supportée par une solive (éch. 1⁄100).
Crédits Relevé et dessin J.‑J. Malmary.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/355/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 357k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pavlos Karvonis et Jean‑Jacques Malmary, « Les mezzanines déliennes : étude technique et contexte archéologique »Bulletin de correspondance hellénique, 139-140.1 | 2016, 321-344.

Référence électronique

Pavlos Karvonis et Jean‑Jacques Malmary, « Les mezzanines déliennes : étude technique et contexte archéologique »Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 139-140.1 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 30 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/bch/355 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bch.355

Haut de page

Auteurs

Pavlos Karvonis

académie des sciences d’athènes.

Articles du même auteur

Jean‑Jacques Malmary

IRAA‑CNRS Lyon.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search