Navigation – Plan du site

AccueilNuméros139-140.1Les thermes impériaux de Délos : ...

Les thermes impériaux de Délos : l’infrastructure publique d’une ville ἄδηλος ?

Alain Bouet et Enora Le Quéré
p. 417-462

Résumés

L’analyse architecturale et planimétrique de deux des édifices thermaux les plus imposants de Délos, leur description et leur interprétation conduisent à la restitution d’une infrastructure balnéaire loin d’être négligeable sur l’île à l’époque impériale romaine, qui ne s’accorde guère avec le village peu peuplé que l’on se plaît à décrire traditionnellement. Grâce à plusieurs comparaisons avec des édifices de Méditerranée orientale comme occidentale, ces monuments déliens sont resitués dans l’évolution générale des thermes grecs tardifs (iiieve s. apr. J.‑C.), apportant une confirmation à leur datation tardive déjà suggérée par l’analyse récente des aqueducs qui les alimentaient. Ces thermes déliens font partie des nombreux vestiges, pas assez connus jusqu’à présent, qui prouvent que la Délos impériale – et surtout la Délos de l’Antiquité tardive – n’était pas aussi « déserte » qu’on ne s’accorde à le dire.

Haut de page

Notes de l’auteur

Les auteurs remercient P. Aupert, Br. Ephrem, R. Étienne, Cl. Hasenohr, Fr. Prost et Fl. Saragoza pour leur aide et leurs conseils. Sauf mention contraire, la DAO a été réalisée par A. Bouet.

Texte intégral

  • 1 M. Trümper, « Baden im späthellenistischen Delos I : Die öffentliche Badeanlage im Quartier du Thé (...)
  • 2 F. Courby, Le Portique d’Antigone ou du Nord‑Est et les constructions voisines, EAD V (1912), p. 4 (...)
  • 3 M.‑Chr. Hellmann, Ph. Fraisse, Le monument aux hexagones et le portique des Naxiens, EAD XXXII (19 (...)
  • 4 G. Leroux (avec la collaboration de H. Convert et A. Gabriel), La salle hypostyle, EAD II (1909), (...)
  • 5 Callimaque, Hymne à Délos 53. Le jeu de mots Δῆλος ἄδηλος a été repris par plusieurs auteurs d’épo (...)
  • 6 Moretti, Fincker 2011. Les thermes de l’Agora des Déliens ont fait l’objet d’une courte notice dan (...)

1L’infrastructure balnéaire de la Délos hellénistique, dont les édifices révèlent une ville à son apogée, a récemment fait l’objet d’une importante publication1. Les bains de la ville impériale ne sont pas pour autant inexistants et plusieurs bâtiments ont été plus ou moins rapidement identifiés dans la plaine du Sanctuaire : peut‑être thermes sur la partie occidentale du Portique d’Antigone (GD 29), la Graphé (GD 35) et le terrain situé immédiatement au Nord2, thermes au niveau du Monument aux Hexagones (GD 44) et du petit Portique ionique (GD 45)3, bains au‑dessus de la Salle Hypostyle (GD 50)4, thermes de l’Agora des Déliens (GD 84), et enfin, thermes au Sud de l’Agora des Compétaliastes (GD 2) (fig. 1). Autant de monuments qui viennent à l’encontre du topos littéraire faisant de la Délos impériale une île déserte (ἄδηλος)5. Il n’est pas question, dans le cadre de cette étude, de reprendre l’intégralité du dossier thermal de Délos, mais de proposer, plus modestement, quelques interprétations concernant deux des édifices les mieux connus – celui de l’Agora des Déliens et celui situé au Sud de l’Agora des Compétaliastes – dont l’alimentation en eau vient de faire l’objet d’une belle étude6.

Fig. 1 – Emplacement des thermes de l’époque impériale dans la plaine du Sanctuaire d’Apollon à Délos, plan schématique.

Fig. 1 – Emplacement des thermes de l’époque impériale dans la plaine du Sanctuaire d’Apollon à Délos, plan schématique.

Dessin E. Le Quéré, d’après GD pl. I, plan Nénot 1882, plan Ardaillon 1896, plan Replat 1914, planothèque EFA nos 1596 et 2582.

Les thermes de l’agora des déliens

Description

  • 7 Durrbach 1902. Ces thermes n’ont pas tout de suite été repérés comme tels par les fouilleurs ; voi (...)
  • 8 Durrbach 1902, p. 484.
  • 9 Durrbach 1902, p. 484. La destruction est moins importante pour la pièce A qui a conservé encore s (...)
  • 10 L’atlas étant encore inédit au moment de la rédaction de cet article, ses auteurs ne nous ont pas (...)

2Les thermes ont été dégagés lors de la fouille de l’Agora Tétragone, appelée également Agora des Déliens, menée entre le 8 juillet et le 20 septembre 1902 par F. Durrbach7. Certains murs et massifs de maçonnerie étaient encore visibles avant la fouille, émergeant à la surface de la couche de destruction haute de 3 à 4 m8. Sitôt le bâtiment mis au jour, un plan en a été dressé (fig. 2), puis l’édifice a été détruit à l’exception de quelques parois au ras du sol conservées au titre de témoins9 (fig. 3). Le plan présente à l’évidence plusieurs états que le fouilleur n’évoque que rarement. Il apparaissait donc difficile, à la simple lecture du plan, de distinguer l’écheveau des structures. Les vestiges toujours visibles sur le terrain, qui ne concernent que les pièces de bain, présentent une lisibilité qui ne trouve pas son pendant sur le plan. Cela s’explique aisément par la destruction voulue par le fouilleur, qui n’a conservé que des murs arasés au niveau du sol de l’Agora. Seules ont donc été sauvegardées les structures les plus profondément fondées, à savoir celles remontant à la construction originelle ; les aménagements postérieurs, peu fondés ou reposant directement sur les sols mosaïqués, ont été irrémédiablement détruits. La construction primitive apparaît donc dans toute sa clarté. Celle‑ci est d’ailleurs moins régulière que ce qui est visible sur le plan de 1902. Le nouveau relevé, réalisé dans le cadre de l’édition de l’atlas de Délos, en fournit toutefois une autre image10 (fig. 4). S’il peut s’agir d’une simplification du plan de 1902 par rapport à la réalité des structures, une autre explication éclaire au moins partiellement ces différences : le premier correspond aux élévations, le second aux fondations probablement moins régulières.

Fig. 2 – Plan des thermes de l’Agora des Déliens dressé en 1902.

Fig. 2 – Plan des thermes de l’Agora des Déliens dressé en 1902.

Dessin A. Bouet, d’après Durrbach 1902, pl. II‑III.

Fig. 3 – Vue générale de l’Agora des Déliens.

Fig. 3 – Vue générale de l’Agora des Déliens.

Cl. A. Bouet.

Fig. 4 – Relevé actuel des thermes de l’Agora des Déliens.

Fig. 4 – Relevé actuel des thermes de l’Agora des Déliens.

Dessin A. Bouet, d’après Moretti, Fincker 2011, p. 165.

  • 11 Voir Durrbach 1902, p. 490‑505 et, en dernier lieu, GD, p. 168 et p. 258‑259.
  • 12 Nous ne comptons ici que les pièces balnéaires et les espaces de service. Si une partie de l’aire (...)
  • 13 Durrbach 1902, p. 484.
  • 14 Durrbach 1902, p. 485.
  • 15 La fouille de ce remblai encore protégé par la mosaïque dans la salle A pourrait apporter des élém (...)

3Les thermes étaient édifiés sur l’emplacement d’un bâtiment antérieur, une place trapézoïdale dallée (GD 84), bordée de portiques sur trois de ses côtés, fruit d’une évolution complexe (fig. 5). On y retrouve en effet, au Sud, un portique dorique, ou « Portique oblique », datant vraisemblablement du ive s. av. J.‑C. ; sur les côtés Nord et Est, un portique coudé du premier tiers du iie s. av. J.‑C., sous lequel s’ouvraient des magasins ; et à l’Ouest, un édifice sans colonnes adossé au mur Ouest d’un portique édifié vers le milieu du iiie s. av. J.‑ C., appelé par convention « Portique Sud » (GD 4)11. Les thermes occupaient une large zone de l’aire centrale, venant même parfois s’appuyer sur une partie du stylobate de l’ancienne colonnade. D’une surface de 460 m212, ils furent édifiés à l’aide de moellons irréguliers et de nombreux matériaux en remplois, blocs architecturaux, bases de statues ou inscriptions13, liés par un mortier peu résistant. Seules les zones de bassins semblent avoir connu un solide mortier14. Les sols se situent, au moins en ce qui concerne la salle A, à 0,58 m au‑dessus du sol de l’Agora des Déliens, ce qui a vraisemblablement nécessité l’apport, au moins partiel, d’un remblai15 (fig. 6).

Fig. 5 – Plan de l’Agora des Déliens.

Fig. 5 – Plan de l’Agora des Déliens.

Dessin A. Bouet, d’après GD, pl. I.

Fig. 6 – Vue depuis le Sud de l’atrium thermarum, pièce A.

Fig. 6 – Vue depuis le Sud de l’atrium thermarum, pièce A.

Cl. A. Bouet.

  • 16 Pour la compréhension du bâtiment, on pourra se reporter soit au plan de 1902 (fig. 2), soit au pl (...)
  • 17 Dimensions du seuil : long. 1,90 m ; larg. 0,54 m ; feuillure de 0,28 m. Dimensions des crapaudine (...)
  • 18 Notamment, remploi de plusieurs orthostates en marbre gris, posés à plat, et d’une dalle en marbre (...)
  • 19 Ph. Bruneau, Les mosaïques, EAD XXIX (1972), p. 203, no 145.

4L’accès principal se trouvait dans la paroi occidentale de la pièce A16. Il en subsiste un seuil de marbre (fig. 7), précédé d’une marche, également en marbre, dont le pas est large de 0,26 m, fermé par deux vantaux pivotant dans deux crapaudines17. La première pièce, carrée, de 90 m2, possédait peut‑être des murs Nord et Sud renforcés de contreforts. En son centre, un impluvium de 2,40 m de côté, profond de 0,18 à 0,24 m, est délimité à chaque angle par un bloc, muni d’une mortaise, qui portait un pilier (fig. 6). Ce bassin est entièrement construit à l’aide de blocs remployés provenant de divers monuments de l’île18. L’évacuation de l’eau se faisait par l’intermédiaire d’une conduite aménagée au fond du bassin, sur le côté Nord. Le sol n’a heureusement pas été détruit et peut toujours être observé. Le tapis mosaïqué est uniformément blanc. Sur le sol de l’impluvium en revanche, des files de tesselles noires délimitent des carrés blancs de 0,27 à 0,30 m de côté, dont le centre est occupé par une croix jaune avec une tesselle blanche à l’intersection des deux branches de la croix19. Cette pièce présente toutes les caractéristiques d’un atrium thermarum.

Fig. 7 – Vue depuis le Nord du seuil d’accès aux thermes.

Fig. 7 – Vue depuis le Nord du seuil d’accès aux thermes.

Cl. A. Bouet.

  • 20 Les surfaces ont été prises, autant que faire se peut, sur le plan des vestiges actuels.
  • 21 Durrbach 1902, p. 485.
  • 22 Description de l’exèdre dans Durrbach 1902, p. 505.
  • 23 Durrbach 1902, p. 485.
  • 24 Durrbach 1902, p. 486.
  • 25 Le banc d mentionné par le fouilleur pourrait en être un des derniers témoins (Durrbach 1902, p. 4 (...)

5La salle suivante B, d’une surface de 127 m220, était la plus vaste de l’ensemble. Elle présentait aux angles et au milieu de chacune des parois un puissant contrefort. Le sol était recouvert d’une mosaïque identique à celle de la pièce précédente21. Au flanc Nord, un bassin était installé dans une exèdre de 4 m de diamètre22 (fig. 8). Le fond, surélevé, était constitué d’« un conglomérat épais et très dur de pierres et d’un ciment en brique pilée23 ». La suite de la description du fouilleur est moins claire : « de plus, afin de rétrécir la cavité, on avait exhaussé, au niveau de l’assise de couronnement, le banc de marbre qui occupait le pourtour intérieur de l’exèdre24. » Nous pensons que la paroi primitive de ce monument honorifique a été épaissie en construisant un mur reposant sur le banc originel. Le mur en fondation, au devant de l’exèdre, ne peut être interprété que comme la base d’une marche‑margelle : elle permet de rattacher cet aménagement à la mise en place des thermes. Le petit « canal » repéré immédiatement à l’Est pourrait correspondre à la vidange du bassin. Plus hypothétique est l’aménagement décrit à l’Ouest. Le fouilleur évoque un escalier menant directement à l’extérieur. Si cet aménagement appartient à la construction primitive, cela sous‑entend que la pièce était en relation directe avec l’extérieur. La zone entre les thermes et la colonnade de l’ancienne agora a alors pu servir de palestre. Mais il peut aussi s’agir d’un aménagement en relation avec la transformation postérieure des thermes. Cette salle B devait être utilisée comme apodyterium – on imagine des bancs disposés entre les contreforts25 – mais, étant donné sa surface, elle a pu également être utilisée comme salle à vocation sportive ou sociale.

Fig. 8 – Vue depuis le Sud‑Ouest de l’exèdre englobée postérieurement dans les thermes tardifs .

Fig. 8 – Vue depuis le Sud‑Ouest de l’exèdre englobée postérieurement dans les thermes tardifs .

Cl. A. Bouet.

  • 26 Il ne peut s’agir aucunement des alignements de baignoires individuelles que l’on retrouve dans le (...)
  • 27 Durrbach 1902, p. 486. Il est probable que les placages qui formaient « plinthe au‑dessus des baig (...)
  • 28 Durrbach 1902, p. 487.
  • 29 Durrbach 1902, p. 487.

6La présence de deux pièces froides avec bassins repérées par le fouilleur – la C et la G – est la preuve indiscutable de l’existence de deux sections thermales. C’est à la plus vaste qu’appartenait le frigidarium C. Les quatre bassins juxtaposés, étroits et allongés (fig. 2), ne sont pas à rattacher à la phase thermale du monument26, mais à une utilisation postérieure. La salle avait une surface de 35 m2. On y accédait par une baie large de 3 m, constituée d’un seuil élevé de 0,30 m. Au vu du plan publié, on peut se demander si ce seuil ne conserve pas la trace des piédroits, ce qui en réduirait la taille, même si un accès aussi large ne pose pas de véritable problème entre deux espaces froids. Une mosaïque identique à la précédente recouvrait le sol et des placages de marbre, les parois27. Un renfoncement grossièrement quadrangulaire de 9 m2, délimité par deux piédroits, correspond à la piscina. Si cet aménagement était masqué par les bassins postérieurs, il apparaît en revanche après leur destruction, à savoir en l’état actuel des vestiges (fig. 9). Les pièces D et E étaient chauffées par hypocaustes constitués de pilettes carrées28. Les sols étaient composés de simples briques, ce qui paraît étonnant. Il s’agit peut‑être des bipedales qui coiffaient les pilettes, le revêtement du sol (plus luxueux ?) ayant disparu. Le fouilleur mentionne que ces hypocaustes se situaient 0,80 m au‑dessus du sol du frigidarium, ce qui est surprenant. Cela oblige à envisager quelques marches (non visibles en plan) pour rattraper la dénivellation. On aurait pu imaginer que la différence de niveau entre l’agora et les sols des thermes ait été utilisée pour y placer les hypocaustes, mais cela n’a pas été le cas. La pièce D, de 13,50 m2, constituait le laconicum, chauffé directement par un praefurnium voûté (fig. 10). Bien que le fouilleur n’en dise mot, il est vraisemblable que l’ouverture dans sa paroi septentrionale corresponde à une porte et non pas à un passage d’air chaud, dont on ne comprendrait pas ici l’utilité. Un renfoncement de 3,30 m2 dans la partie orientale correspond à l’emplacement d’un bassin. Vient ensuite le caldarium E de 30 m2. La différence de plan est importante entre celui des vestiges encore visibles sur place et celui publié après la fouille (fig. 11). La salle comprenait, à l’Est, un renfoncement quadrangulaire destiné à un bassin de 5,80 m² ; au Sud, une abside, moins profonde en réalité que le dessin qui en avait été fait, pourrait avoir reçu un labrum (fig. 12). Les deux « portes étroites » évoquées par le fouilleur29 doivent correspondre à deux passages d’air chaud mettant en relation laconicum et salle du bain chaud.

Fig. 9 – Vue depuis le Sud‑Ouest du frigidarium C et de son renfoncement quadrangulaire destiné à accueillir une piscina.

Fig. 9 – Vue depuis le Sud‑Ouest du frigidarium C et de son renfoncement quadrangulaire destiné à accueillir une piscina.

Cl. A. Bouet.

Fig. 10 – Vue depuis l’Ouest du laconicum D.

Fig. 10 – Vue depuis l’Ouest du laconicum D.

Cl. A. Bouet.

Fig. 11 – Vue depuis le Nord‑Ouest du caldarium E.

Fig. 11 – Vue depuis le Nord‑Ouest du caldarium E.

Cl. A. Bouet.

Fig. 12 – Vue depuis l’Ouest de la paroi méridionale du caldarium E, comprenant une abside qui accueillait peut‑être un labrum.

Fig. 12 – Vue depuis l’Ouest de la paroi méridionale du caldarium E, comprenant une abside qui accueillait peut‑être un labrum.

Cl. A. Bouet.

  • 30 Durrbach 1902, p. 487.
  • 31 Durrbach 1902, p. 488.
  • 32 On ne connaît pas de salle du bain chaud en relation directe avec une chambre de chauffe. Le conta (...)
  • 33 Durrbach 1902, p. 488.
  • 34 Bouet 2003, I, p. 131 ; A. Bouet, J.‑L. Tobie, « Les thermes d’Imus Pyrenaeus (Saint-Jean-le-Vieux (...)

7La pièce était chauffée par un foyer ouvert dans sa paroi Est. La chambre de chauffe J appartenant à cette première section thermale était délimitée par un mur qui englobait, à l’Est, cinq colonnes de l’ancien portique. Un espace avait été laissé libre entre deux d’entre elles pour en permettre l’accès. Son sol, en terre battue, était de plain pied avec celui du portique30. Dans la partie Sud de la pièce, se trouvait un réservoir K de 4,50 m2 aux parois enduites de mortier de tuileau31. Un escalier de pierre très étroit et raide avait été aménagé contre la paroi Nord du solium. Il ne peut pas avoir servi à rattraper la dénivellation entre la suspensura et la chambre de chauffe, ce que n’aurait pas manqué de relever le fouilleur32. Son interprétation est peut‑être la bonne33 ; en tous les cas, nous n’en voyons pas de meilleure : il donnait accès à la toiture en terrasse et, de là, au réservoir K, ce qui permet de déduire que celui‑ci était situé en hauteur. La partie Nord de la pièce était formée par un couloir de plan coudé, doté d’un banc n, qui menait directement au frigidarium. Cet aménagement, classique dans bon nombre de bains34, permettait au personnel de service de pénétrer dans les pièces de bain sans avoir à contourner l’ensemble du bâtiment.

  • 35 Ceci prouve que la salle G était au même niveau que la suspensura de la salle F, alors que dans la (...)
  • 36 Il semble que ce secteur soit moins bien conservé que les autres, car le mur occidental a totaleme (...)
  • 37 Durrbach 1902, p. 487.
  • 38 « I est une sorte de couloir, en contrebas de 1,50 m avec le dallage de F [le caldarium], et serva (...)

8La seconde section thermale est plus modeste. On y pénétrait depuis l’apodyterium B par une porte accessible par un escalier de trois marches35. La première salle G est un frigi­darium quadrangulaire36 (fig. 13). D’une superficie de 30,50 m2, il comprenait, en saillie sur la paroi Sud, une piscina de même plan, de 7,80 m2, chauffée par un hypocauste constitué de pilettes circulaires. Le sol de la pièce était revêtu « d’un dallage soigné en plaques assez minces de marbre blanc dans lequel est inséré un ruban de marbre noir, large de 0,12 m, qui fait le tour de la pièce à peu de distance des murs37 ». Les parois étaient également recouvertes de marbre blanc. La salle F constituait le caldarium. Actuellement, le plan visible correspond à un rectangle de 24,50 m2, mais celui dressé après la fouille présente des aménagements différents. Un épaississement de la partie Sud‑Est de la paroi orientale crée un renfoncement quadrangulaire correspondant à l’emplacement du solium. Si, actuellement, la paroi méridionale est droite, sur le document ancien, à ce mur rectiligne, vient se superposer une abside. Il est vraisemblable que ces deux aménagements, que l’on ne retrouve pas aujourd’hui au niveau des fondations, correspondent à des transformations ponctuelles visant le caldarium. Un passage d’air mettait en relation cette salle du bain chaud avec celle de la première section thermale. Le plan ne mentionne aucun praefurnium et seules quelques allusions dans le texte l’évoquent38. Les deux murs délimitant au Sud et à l’Est la pièce I, qui ne peut être qu’une chambre de chauffe, prouvent que les foyers se situaient dans ce secteur, l’un chauffant directement le solium du caldarium, l’autre la piscina chauffée du frigidarium. Partant du bassin H, un égout, encore visible de nos jours, faisait le tour du monument avant de bifurquer vers l’Ouest.

Fig. 13 – Vue depuis l’Ouest du frigidarium G.

Fig. 13 – Vue depuis l’Ouest du frigidarium G.

Cl. A. Bouet.

9La présence de deux sections thermales, l’une vaste, l’autre plus modeste, ne peut correspondre qu’à une répartition sexuelle des usagers, la plus vaste étant réservée aux hommes, la plus modeste aux femmes.

Formes architecturales caractéristiques

Les pièces

10La plupart des pièces présentent un plan simple : caldarium à solium quadrangulaire, frigidarium à piscina quadrangulaire sont des modèles très répandus dans l’architecture thermale et ne sont donc pas caractéristiques ; d’autres plans sont plus rares et méritent d’être relevés.

  • 39 Pour l’identification de la salle, voir Y. Thébert, Thermes romains d’Afrique du Nord et leur cont (...)
  • 40 Bouet 2003, I, p. 14‑15.

11Tel est le cas de l’atrium thermarum qui est un espace relativement rare (fig. 14). Il est présent dans les thermes de la Maison du Ménandre à Pompéi (I X, 4) dans le troisième quart du ier s. av. J.‑C. ; dans les Thermes du Nord de Vaison‑la‑Romaine (Vaucluse) au milieu du ier s. apr. J.‑C. ; dans ceux suburbains d’Herculanum à l’époque de Claude ou de Néron ; dans ceux des Praedia de Julia Felix (II IV, 3‑1) à Pompéi, postérieurement à 62 apr. J.‑C. ; dans les Thermes du Nageur (V X, 3) à Ostie vers 80‑90 apr. J.‑C. ; dans les Thermes de Caracalla à Dougga (Tunisie) datés du règne de ce même empereur39 ; enfin dans la villa d’Els Munts d’Altafulla (Espagne) dans la seconde moitié du ive s. apr. J.‑C. Ce plan a été particulièrement reproduit en Occident au milieu et dans la seconde moitié du ier s. apr. J.‑C.40.

Fig. 14 – Plans de différents atria thermarum :

Fig. 14 – Plans de différents atria thermarum :

Dessins A. Bouet, a. d’après Moretti, Fincker 2011, p. 165 ; b‑g. d’après Bouet 2003, I, p. 15 ; h. d’après Y. Thébert (n. 39), p. 614 ; i. d’après R. Étienne, J.‑P. Braun (n. 41), pl. VI.

  • 41 R. Étienne, J.‑P. Braun, Ténos I. Le sanctuaire de Poséidon et d’Amphitrite, BEFAR 263 (1986), p.  (...)

12Plus proches de Délos, les « Thermes C » de Ténos (Cyclades), de la seconde moitié du iie s. apr. J.‑C., conservent vraisemblablement un tel atrium, malheureusement en grande partie détruit puisqu’il ne subsiste plus qu’un des murs de la pièce et le dallage de l’impluvium, en contrebas de 0,13 m par rapport au reste de la salle41. Il se différencie de l’exemple délien par le fait qu’il n’est pas carré mais rectangulaire. Toutefois, comme à Délos, l’impluvium était délimité par quatre colonnes, dont on a retrouvé les bases ioniques aux angles du dallage. Si, comme le supposent R. Étienne et J.‑P. Braun, le bassin était centré par rapport à la pièce, celle‑ci aurait eu une superficie de 120 m2.

  • 42 Bouet 2003, I, p. 114‑116.
  • 43 Y. Thébert (n. 39), p. 210‑211.
  • 44 Y. Thébert (n. 39), p. 214‑215 (Grands Thermes) et p. 216‑217 (Petits Thermes).
  • 45 Sur ces bains, voir infra fig. 21k et 21o.

13Le bassin quadrangulaire dans le laconicum de la grande section est également une forme architecturale relativement rare. Sa fonction n’est pas clairement définie, mais on peut penser, considérant ici que cette pièce est la seule entre le frigidarium et le caldarium, qu’elle servait également de destrictarium et qu’elle était utilisée lors du nettoyage au strigile42. Si l’on s’en tient aux édifices datés, une pièce similaire est présente dans la villa du Thovey à Faverges (Haute-Savoie) entre le milieu du ier s. et 200 apr. J.‑C., dans les thermes de Stabies à Pompéi (VII 1, 8) après 62, dans ceux de la place des Jacobins à Limoges (Vienne) entre 70 et 90, de Neptune à Ostie et d’Hadrien à Leptis Magna (Libye) de l’époque d’Hadrien, dans ceux de la place de l’Égalité à Sainte-Colombe-lès-Vienne (Rhône) au milieu ou dans la seconde moitié du iie s., dans les Grands Thermes de Lambèse (Algérie) à l’extrême fin du iie s.43, dans la villa de Saint-Vincent-de-Couladère à Cazères (Haute‑Garonne) aux iiieive s., dans les Grands et les Petits Thermes de Madaure (Algérie) au début du iiie s.44, dans ceux de Sainte-Camille à Escolives (Yonne) postérieurs au iiie s., dans les Thermes impériaux de Trèves (Allemagne) du début du ive s. et dans les thermes au Nord‑Ouest du Théâtre de Bulla Regia (Tunisie) au ive s. (fig. 15). En Grèce, on le rencontre dans les bains de la Stoa Sud de Corinthe dans la première moitié du ve s. et dans ceux du terrain Passas à Argos au début de ce même siècle45.

Fig. 15 – Plans de différents laconica à bassin.

Fig. 15 – Plans de différents laconica à bassin.

Dessins A. Bouet, a. d’après Moretti, Fincker 2011, p. 165 ; b. et d‑n. d’après Bouet 2003, I, p. 114 et p. 116 ; c. d’après H. Eschebach, Die Stabianer Thermen in Pompeji (1979), taf. 8 et 30.

  • 46 Histoire Auguste, Carin XVII 5.
  • 47 Bouet 2003, I, p. 266‑267.

14Un dernier élément original réside dans la présence d’une piscina chauffée dans le frigidarium de la seconde section. Il s’agissait d’un raffinement supplémentaire permettant un chauffage modéré de l’eau de la piscina lorsque la température ambiante rendait délicate l’immersion dans un liquide trop froid. Ceci peut paraître étonnant à Délos, un lieu qui n’est pas spécialement froid – sauf parfois durant la mauvaise saison –, mais cela prouve que les architectes ont eu à cœur de réaliser un édifice le plus au fait des canons ar chitecturaux du moment. On retrouve de tels aménagements dans la villa de Las Peyrous à Blagnac (Haute‑Garonne) à l’époque flavienne ; dans celle de Saint-Ju lien-lès-Martigues à Martigues (Bouches-du-Rhône) dans les années 90‑100 ; dans la villa de Chiragan à Martres-Tolosane (Haute-Garonne) peut‑être à l’époque de Trajan ; dans les thermes de l’Esplanade des Lices en Arles (Bouches-du-Rhône) à l’extrême fin du iie s. ; dans la villa des Prés‑Bas à Loupian (Hérault) dans le courant du iiie s. et dans les Thermes de Maxence sur le Palatin au début du ive s. (fig. 16). À l’époque de Carin46 (fin du iiie s.), le chauffage du bassin froid paraît être entré dans les mœurs47. Si tous ces exemples sont occidentaux, on peut penser qu’il ne s’agit que d’un état de la recherche.

Fig. 16 – Plans de différents frigidaria avec piscina chauffée.

Fig. 16 – Plans de différents frigidaria avec piscina chauffée.

Dessins A. Bouet, a. d’après Moretti, Fincker 2011, p. 165 ; b‑f. d’après Bouet 2003, II, p. 54, 164, 167, 38 et 143 ; g. d’après J. J. Herrmann Jr, « Observations on the Baths of Maxentius in the Palace », dans MDAI(R) 83 (1976), p. 406 et p. 416.

Le plan

15Deux éléments caractérisent l’édifice : l’importance du secteur froid par rapport au secteur chauffé et le dédoublement des sections thermales.

  • 48 Ce pourcentage s’élève à 73,90 % pour les deux sections réunies, à 80,60 % si l’on y ajoute l’atri (...)
  • 49 G. Charpentier, « Les bains », dans G. Tate et al. (éds), Sergilla, villa d’Apamène, Tome 1. Une a (...)
  • 50 Cette salle possède une excroissance avec pédiluve qui porte sa surface totale à 100 m2.
  • 51 G. Charpentier (n. 49), p. 486.
  • 52 G. Charpentier (n. 49), p. 495.

16Avec une surface froide occupant 78,83 % de la surface totale de la grande section et 86,54 % de la petite48, on se rend compte que la partie froide a acquis une place primordiale au sein de l’édifice. Il existe un monument sur lequel la documentation est remarquablement conservée et qui illustre parfaitement ce phénomène : les bains de Sergilla (Syrie) datés par l’inscription dédicatoire de 473 apr. J.‑C.49 (fig. 17). Une grande salle (3) de 91 m250 a conservé le long des parois Est, Nord et Sud les traces d’accroche d’une banquette dont les dossiers étaient constitués de plaques de marbre agrafées sur une hauteur de 1,40 m. Dans la partie Ouest, face à l’entrée, se trouve une tribune (4) supportée par quatre colonnes, accessible par un escalier de bois51. Cette salle pouvait servir de vestiaire avant l’accès aux salles thermales (5, 7‑12), on pouvait également y pratiquer différents jeux et s’y faire prodiguer des soins corporels, mais la tribune atteste également une fonction sociale en dehors de tout contexte balnéaire. L’inscription dédicatoire sur la mosaïque était d’ailleurs tournée vers cette tribune52. On peut donc penser, de façon plus générale, qu’il s’agissait d’un espace dans lequel un orateur pouvait s’adresser à un public installé sur les banquettes.

Fig. 17 – Plan des thermes de Sergilla.

Fig. 17 – Plan des thermes de Sergilla.

Dessin A. Bouet, d’après G. Charpentier [n. 49], pl. D‑10.

  • 53 Varron, De lingua latina IX 68.
  • 54 Vitruve, De architectura V 10, 1.
  • 55 Bouet 2003, I, p. 305 ; A. Bouet (dir.), Thermae gallicae, Les thermes de Barzan (Charente-Maritim (...)
  • 56 Bouet 2003, I, p. 305 ; A. Bouet, J.‑L. Tobie (n. 34), p. 175.
  • 57 Bouet 2003, I, p. 307 ; A. Bouet (n. 55), p. 715‑716.

17Concernant les deux sections de bain, en schématisant, il est possible de mettre en évidence deux périodes qui ont vu leur mise en place. Les thermes doubles font partie des tout premiers édifices construits à Rome, à en croire Varron53, et c’est le plan qui est également préconisé par Vitruve54. L’archéologie confirme d’ailleurs cet état de fait : les thermes de Pompéi comme ceux d’Herculanum possèdent bien deux sections55. La mixité56, qui se développe à partir du milieu du ier s. apr. J.‑C., met pour une large part un coup d’arrêt à la construction de ces complexes. On retrouve de tels aménagements à nouveau au ive s., que l’on met en relation avec le développement du christianisme et la nouvelle forme de pudeur qu’il introduit57. Il s’agit d’un phénomène général, qui ne signifie pas que tous les thermes antérieurs au milieu du ier s. apr. J.‑C. ou datant du ive s. apr. J.‑C. comptent obligatoirement deux sections : tel bâtiment pouvait être réservé aux femmes ou bien la baignade pouvait être autorisée au sein d’un même édifice à des heures distinctes pour chaque sexe.

Datation

  • 58 Durrbach 1902, p. 490. Voir aussi Bruneau 1968, p. 700.
  • 59 S. Follet, Athènes au iie et iiie siècle. Études chronologiques et prosopographiques (1976), p. 16 (...)
  • 60 Durrbach 1902, p. 490. Notons en outre qu’Athènes continue d’envoyer des Dodécaïdes au moins jusqu (...)

18Les critères de datation fournis par le fouilleur sont rares. Une monnaie de Probus (276‑282) et une de Licinius père (307‑323) sont mentionnées, mais en l’absence de position stratigraphique, elles ne sont pas d’un grand secours. Plus précise est l’inscription en remploi (ID 2535), gravée sur une stèle maçonnée « à l’intérieur du fourneau placé au‑dessous du caldarium58 ». Il s’agit de la liste de neuf Dodécaïdes annuelles, toutes conduites par le prêtre athénien d’Apollon, M. Annius Pythodôros. Cette inscription date de la toute fin du ier ou du début du iie s. apr. J.‑C.59. Il ne s’agit que d’un terminus post quem ; le bâtiment ne serait pas antérieur à la fin du iie s. apr. J.‑C., voire au début du iiie s. apr. J.‑C., puisqu’il faut réserver « le nombre minimum d’années nécessaires pour que cette stèle n’offrît plus d’intérêt aux yeux de ceux qui l’avaient érigée, et qu’elle pût être remployée sans scrupules60 ».

  • 61 Voir infra, § IV.2.

19Il est évidemment difficile de dater un édifice uniquement sur des critères planimétriques ; on peut toutefois noter que certaines des particularités relevées (le chauffage de la piscina par exemple), si elles existent antérieurement, sont plus fréquentes aux iiie et ive s. apr. J.‑ C. L’hypertrophie du secteur froid par rapport au chaud est une autre caractéristique que l’on retrouve à partir du ive s. et son ampleur par rapport au secteur chauffé61 pourrait placer la construction de cet édifice à la fin de ce siècle, voire au début du ve s. Enfin, comme cela vient d’être vu, le dédoublement des sections thermales est un phénomène soit antérieur au milieu du ier s. apr. J.‑C., soit datant du ive s. apr. J.‑C. et des siècles suivants.

Des thermes à un atelier artisanal

  • 62 Durrbach 1902, p. 485.
  • 63 Durrbach 1902, p. 486.

20Les thermes ont, dans un second temps, connu des transformations importantes liées au changement de fonction de l’édifice. F. Durrbach mentionne sur le sol mosaïqué de la salle A des murs de refend assez minces, conservés seulement en partie, qui divisaient peut‑être la pièce en cellules62 (fig. 2). Le couloir L, gagné sur la pièce B, qui reliait directement l’extérieur et la pièce A, appartenait vraisemblablement à ces transformations. C’est peut‑être également lors de cette seconde phase qu’un escalier a mis en relation la salle B et l’extérieur. Contre la paroi orientale de cette salle, a été édifiée une construction ovale J de 3 m sur 2 m, constituée d’une assise inférieure de blocs de granit régulièrement taillés. Au moment de la fouille, elle s’élevait encore sur 2 m de haut ; le fouilleur considère que la paroi de cette construction est trop mince et trop peu résistante pour avoir contenu de l’eau et sa fonction le laisse perplexe63. Nous ne voyons pas pour cet élément d’autre fonction que celle de bassin.

  • 64 Ces bassins avaient une profondeur inférieure à 0,80 m, hauteur donnée par le fouilleur pour les p (...)
  • 65 Ph. Bruneau, Ph. Fraisse, « Un pressoir à vin à Délos », BCH 105 (1981), p. 127‑153 ; id., « Press (...)

21Nous rattachons à ces transformations la série de quatre cuves longues de 4 m, larges de 1,70 m64, qui occupaient une partie de la pièce C tout en laissant un passage aisé. Leur juxtaposition en série n’est pas sans évoquer plusieurs activités artisanales. Une première possibilité serait de les mettre en relation avec la viticulture dont des installations peuvent recevoir de telles cuves. Celle‑ci est connue à Délos, tant à la période hellénistique qu’impériale et certains pressoirs remontent à cette dernière époque65. Toutefois, on ne relève pas, dans les aménagements des anciens thermes, d’éléments caractéristiques d’une telle activité, à l’instar des pressoirs. On en abandonnera donc l’idée.

  • 66 Nous remercions Br. Ephrem pour son aide et ses conseils concernant ce thème. En Orient, on retrou (...)
  • 67 D. Mylona, Fish‑Eating in Greece from the Fifth Century B.C. to the Seventh Century A.D. A Story o (...)
  • 68 Varron, De l’agriculture III 17, 2.
  • 69 Columelle, De l’agriculture VIII 16‑17.
  • 70 R. I. Curtis, Garum and Salsamenta, Production and Commerce in Materia Medica (1991), p. 116, n. 2 (...)

22On pourrait également y reconnaître des bassins de salaisons. Mais on ne connaît malheureusement pas, dans l’état actuel de la recherche, d’usine à salaison sur les côtes de la Grèce continentale ou dans les îles66. Les bassins qui ont été inventoriés se rattachent à des piscinae servant de viviers67, telles que rapportées par Varron68 et Columelle69. R. I. Curtis n’exclut pas la possibilité que les bassins de Délos mis en relation avec la fabrication de la pourpre soient en réalité des bassins de salaison70 ; cela paraît douteux si on prend en compte les quantités de murex retrouvées à proximité immédiate.

  • 71 Pour un exemple d’installation liée à la pourpre à Cassopé (Épire), voir H. W. Catling, « Archaeol (...)
  • 72 Ph. Bruneau, « Prolongement de la technique des mosaïques de galets en Grèce », BCH 93 (1969), p.  (...)
  • 73 Ph. Bruneau, BCH 93 (1969), p. 787.

23On pourrait enfin rattacher la présence de ces cuves à un atelier de fabrication de la pourpre71. Si Délos a livré en plusieurs endroits des traces d’une telle production72, essentiellement sous la forme de couches de murex concassés, on connaît au moins, à 550 m en ligne droite de la Synagogue, deux cuves de granit qui appartenaient à un tel atelier (fig. 18). L’une d’entre elles présente des dimensions voisines de celles des thermes : 3,35 m de long, 1,37 m de large, 0,70 m de profondeur pour la première ; 2,50 m de long, 1,23 m de large, 0,65 m de profondeur pour la seconde73. En l’absence de la moindre donnée de fouille, il n’est pas possible d’aller au‑delà des hypothèses.

Fig. 18 – Vue depuis l’Ouest des deux cuves de l’atelier de fabrication de la pourpre au Sud de la Synagogue.

Fig. 18 – Vue depuis l’Ouest des deux cuves de l’atelier de fabrication de la pourpre au Sud de la Synagogue.

Cl. A. Bouet.

Les thermes situés au Sud de l’Agora des compétaliastes

Description

  • 74 Le déblaiement de la zone avait été commencé dès 1892, par M. Chamonard, et poursuivi par A. Jardé (...)
  • 75 Bruneau 1968, p. 702‑705.
  • 76 Hasenohr 2002, p. 104‑106 ; Hasenohr 2014, p. 296‑299.
  • 77 M. Holleaux (n. 74), p. 767.
  • 78 Hasenohr 2002, p. 104 et p. 106 ; Hasenohr 2014, p. 299.
  • 79 Hasenohr 2002, p. 104. Les parties conservées de l’édifice, où ces vestiges apparaissent, sont rep (...)

24Ces bains ont été dégagés entre le 25 mai et le 5 août 1905 par A. Jardé74. Ils ont ensuite été presque entièrement détruits, à l’exception de quelques éléments des fondations, qui ont permis de caler le plan des thermes détruits sur celui des constructions conservées. On ne connaît de ces thermes qu’un plan, sans légende ni niveau, levé en 1905 par H. Convert. Celui‑ci a été publié une première fois par Ph. Bruneau75 (fig. 19), puis une seconde fois par Cl. Hasenohr76. À en croire le premier fouilleur, ils faisaient partie des structures les plus récentes du secteur, au sommet d’un monticule surplombant de 6 m la zone environnante77. Cl. Hasenohr a pu établir que le bâtiment se situait à environ 3 m au‑dessus de l’Agora des Compétaliastes, et qu’il reposait sur un remblai de destruction de l’îlot XIIb du Quartier du Théâtre78. Les murs étaient constitués, pour une large part, de blocs en remploi ; les rares qui subsistent sont construits à l’aide de moellons variés, mêlés à de gros tessons qu’unit un mortier grisâtre très dur79.

Fig. 19 – Plan des thermes du Sud de l’Agora des Compétaliastes.

Fig. 19 – Plan des thermes du Sud de l’Agora des Compétaliastes.

Dessin A. Bouet, d’après Bruneau 1968, p. 703.

  • 80 Aménagée dans un seuil long de 2,40 m.
  • 81 Hasenohr 2002, p. 104 ; Hasenohr 2014, p. 297. La couverture de l’espace ne pose aucun problème.
  • 82 Voir la photographie prise en 1904, lors des fouilles (Bruneau 1968, p. 702, fig. 33).
  • 83 Les parois du solium étaient décorées, mais la photographie prise en 1904, lors des fouilles (Brun (...)
  • 84 L’autre possibilité serait de voir dans ces murs la délimitation d’une chambre de chauffe protégea (...)

25On accédait à l’édifice par un portique profond de 2,60 m, situé au même niveau que l’Agora des Compétaliastes. En arrière, s’ouvrait une pièce de 21,80 m2. Par une série de trois escaliers successifs séparés par des paliers (B), on parvenait au niveau des thermes. Une porte large de 1,30 m80 donnait accès à la première salle (C) qui, contrairement à ce qui a été avancé, ne peut pas être la palestre81. Il s’agissait d’un grand apodyterium de 62 m2 qui a pu également servir de gymnase. Le sol était couvert d’un dallage de marbre82 ; un aménagement le long des côtés Nord, Est et Sud laisse penser à une banquette. Une porte large de 1,50 m ouvrait sur le frigidarium D de 18,10 m2 ; il comprenait deux piscinae, E et F, disposées perpendiculairement l’une par rapport à l’autre. Celle du Nord, E, d’une superficie de 5,01 m2, était la plus vaste. On y descendait par le biais d’une marche‑margelle de deux marches. Celle de l’Est, F, face à l’entrée, avait une surface de 3,65 m2. La pièce suivante, de 14 m2, est le tepidarium G. On y parvenait depuis la salle du bain froid par une porte de 1 m de large. Elle était chauffée indirectement depuis la salle située immédiatement à l’Est, le laconicum H (de 19,40 m2), par un passage aménagé dans son angle Nord‑Est. Le laconicum était chauffé directement par un praefurnium installé dans sa paroi septentrionale et par un passage d’air donnant sur la salle du bain chaud voisine. Celle‑ci, le caldarium I, couvrait 25,60 m2. Dans sa paroi Nord, un renfoncement quadrangulaire de 6,20 m2 accueillait un solium, totalement disparu, dont les murs étaient plaqués (de marbre ?)83. Ce dernier était directement chauffé par un foyer. Il est possible qu’un aménagement ait existé en saillie sur la paroi orientale. Deux murs perpendiculaires aux bains ayant en plan le même tramage que celui utilisé pour les parois de l’édifice, ainsi qu’un rétrécissement de la paroi de la salle, laissent penser à la présence d’un autre bassin quadrangulaire. Si tel était le cas, il faudrait admettre que son état de dégradation était très avancé car aucun hypocauste n’apparaît sur le plan84.

26La chambre de chauffe n’était pas délimitée par des murs autres que ceux des pièces thermales. Il est probable que les foyers étaient protégés par de simples auvents soutenus par des poteaux qui n’ont pas laissé de traces. Le praefurnium du laconicum était constitué d’un canal de chauffe long de 0,90 m et quelques marches permettaient d’accéder au niveau de la chaudière qui le surmontait. Le canal de chauffe du caldarium était plus important (1,80 m). Il était bordé à l’Ouest par un massif, possible support d’un réservoir, à moins qu’il ne s’agisse que de la plateforme située au niveau de la chaudière.

27Les hypocaustes des trois salles G, H, I étaient constitués de pilettes circulaires alignées et disposées avec une grande régularité, ainsi que de briques quadrangulaires (ou de petits massifs maçonnés ?) pour la rangée située contre la paroi méridionale du tepidarium et du laconicum. Des cheminées encastrées, circulaires ou semi-circulaires outrepassées, ont été retrouvées dans les parois des salles chauffées.

  • 85 Bruneau 1968, p. 703, n. 2. Tous les hypocaustes de Délos pour lesquels nous possédons des renseig (...)
  • 86 Plusieurs de ces fragments présentent des traces de mortier hydraulique. D’autres fragments ont ét (...)

28Des matériaux de construction caractéristiques des thermes, il ne reste que très peu d’éléments. Ph. Bruneau mentionne avoir découvert deux briques circulaires de pilettes, en argile rouge micacée, de 25 cm de diamètre et 5,5 cm d’épaisseur85 ; les nombreux fragments de tuiles et de briques déposés auprès des murs encore visibles sont probablement à mettre en rapport avec les thermes86.

Formes architecturales caractéristiques

29Les plans des pièces ne comportent pas vraiment de particularités notables : le tepidarium et le laconicum ne présentent pas, au moins au niveau de l’infrastructure architecturale, de bassin ; le caldarium à bassin quadrangulaire et le frigidarium à deux piscinae perpendiculaires sont usuels. Tout au plus peut‑on noter, comme dans les thermes de l’Agora des Déliens, l’importance du secteur froid (apodyterium/gymnase, frigidarium) par rapport au chaud, qui occupe 57,58 % de la surface totale.

Datation

  • 87 M. Holleaux (n. 74), p. 768.

30Comme pour l’établissement précédent, les indices de datation sont rares. Toutefois, un terminus post quem est donné par des monnaies en bronze d’époque sévérienne trouvées par A. Jardé au‑dessous du sol des pièces chauffées87. Dans les déblais liés à l’abandon, il est question d’un bronze de Justinien. Les thermes seraient donc antérieurs au vie s. apr. J.‑C. et dateraient au plus tôt du iiie s. apr. J.‑C. Le fouilleur note également l’analogie du type de construction avec les thermes de l’Agora des Déliens dont, nous y reviendrons, les systèmes d’alimentation en eau sont par ailleurs liés.

  • 88 Hasenohr 2002, p. 101 et p. 104, fig. 14. Sondage réalisé au niveau de l’angle Sud‑Est du caldariu (...)
  • 89 Hasenohr 2002, p. 101.
  • 90 Hasenohr 2014, p. 299, n. 24.
  • 91 Voir infra, § IV.2.

31Un sondage réalisé contre un tronçon de mur de fondation des thermes avait mis en évidence trois amphores remplies de chaux, calées entre deux murets, dont l’un soutenait une plate‑forme recouverte d’un dallage de gneiss88. Ces amphores avaient été datées dans un premier temps de la fin du iiie s. ou du début du ive s. apr. J.‑C.89, ce qui permettait d’avancer que la construction des bains ne pouvait être antérieure à la fin du iiie s. La datation de ces amphores a été revue récemment et elles sont à placer à l’époque hellénistique (iieier s. av. J.‑C.)90. Elles ne sont donc d’aucun secours pour établir la date de construction. Par comparaison avec les autres thermes tardifs, la taille du secteur froid par rapport au chaud pourrait rapprocher l’édifice des constructions de la première moitié du ive s. apr. J.‑C.91. Cela voudrait donc dire que les deux bains déliens ne sont pas strictement contemporains.

  • 92 Hasenohr 2002, p. 106 ; Hasenohr 2014, p. 298.

32La monnaie de Justinien, trouvée au‑dessus des plus hauts murs conservés, permet, quant à elle, d’envisager un abandon au plus tard au vie s.92.

Gestion de l’eau

  • 93 Moretti, Fincker 2011.
  • 94 M. Fincker, J.‑Ch. Moretti, « Le barrage du Réservoir de l’Inopos à Délos », BCH 131 (2007), p. 22 (...)

33L’alimentation en eau des thermes est très variable en fonction des époques et des ressources locales. On connaît des bains desservis par des citernes, des puits ou des aqueducs qui déversent leur eau en continu. La plus ou moins grande quantité de liquide disponible entraîne des gestions différenciées et un renouvellement plus ou moins rapide du contenu des bassins. Délos offre un témoignage sur une pratique différente, que nous n’avons pas rencontrée jusque‑là : une alimentation par un aqueduc dont l’eau est disponible en quantité limitée (fig. 20)93. Les deux édifices thermaux sont desservis par une conduite maçonnée, large d’environ 0,60 m ; celle‑ci trouve son origine dans le réservoir inférieur de l’Inopos (GD 97) qui a subi pour l’occasion une série de transformations : l’accès au bassin hellénistique fut réduit à 1,50 m de large et rendu étanche ; un aménagement de quatre orifices circulaires de 4 à 7 cm de diamètre, situés à des altitudes différentes sur une hauteur de 1,80 m, en relation avec une conduite verticale se déversant dans la canalisation, permettait de réguler le débit en fonction du niveau de l’eau dans le bassin. Chaque orifice pouvait être fermé par un pied d’amphore, dont quelques‑uns ont été retrouvés en place au moment de l’étude94.

Fig. 20 – Tracé de l’aqueduc alimentant les thermes depuis le réservoir de l’Inopos.

Fig. 20 – Tracé de l’aqueduc alimentant les thermes depuis le réservoir de l’Inopos.

Dessin A. Bouet, d’après Moretti, Fincker 2011, p. 165.

  • 95 C. Durvye, BCH 131 (2007), p. 987‑996.
  • 96 Moretti, Fincker 2011, p. 167.
  • 97 Moretti, Fincker 2011, p. 167.
  • 98 M. Holleaux, « Rapport sur les travaux exécutés dans l’île de Délos par l’École française d’Athène (...)
  • 99 Les deux châteaux d’eau semblent en outre avoir été pourvus d’un système de distribution répartiss (...)
  • 100 Moretti, Fincker 2011, p. 165 (identification de D. Piéri).

34Au‑delà de l’ancienne Maison de l’Hermès (GD 89), alors détruite, l’unique canalisation se divise en deux. La branche la mieux conservée, dont un tronçon a été mis au jour lors de la fouille de l’Aphrodision (GD 88)95, part en direction de l’Agora des Compétaliastes. Bien en contrebas, sur les ruines de l’ancien Îlot X du Quartier du Théâtre (époque hellénistique), a été construit un château d’eau, encore visible de nos jours. Il est constitué de grands blocs de gneiss liés par un mortier grisâtre très résistant. Des contreforts renforcent ses parois. Du réservoir principal qui le surmontait, l’eau s’écoulait vers un autre, secondaire, accolé à la construction originelle, qui alimentait plusieurs conduites et servait peut‑être à la mise en pression pour les thermes96. Le second tronçon, qui se dirige vers les thermes de l’Agora des Déliens, comprend des vestiges plus ténus, mais dont la fonction ne laisse guère de doute. F. Durrbach avait d’ailleurs dégagé l’arrivée de cette conduite au Sud‑Est de la chambre de chauffe J, sous la forme de trois massifs larges de 2,20 m, reliés par un mur d’une largeur de 1,10 m, et dans lesquels il faut reconnaître la base d’arcades cloisonnées97 (fig. 2). Le massif qui jouxte l’extrémité98 doit être interprété comme la base d’un château d’eau qui desservait les différents bassins du complexe99. La similitude de la technique de construction entre les deux ramifications laisse penser qu’elles sont contemporaines. Une amphore tardo-cnidienne du iiie s. apr. J.‑C., prise dans le mortier servant à la fixation des tuyaux dans le réservoir de l’Inopos100, indique que l’ensemble du dispositif – réaménagement du réservoir de l’Inopos, aqueduc, château d’eau et thermes – ne peut être antérieur à cette date.

  • 101 L’Inopos a un débit faible et intermittent (M. Fincker, J.‑Ch. Moretti, « Le barrage du réservoir (...)

35Si on peut imaginer que des trop‑pleins existaient au niveau des deux châteaux d’eau, permettant de réguler ainsi le surplus, c’est depuis le réservoir de l’Inopos que l’alimentation en eau devait être gérée. Tout liquide déversé dans la conduite et non utilisé dans les thermes (ou dans d’autres structures inconnues, si l’on retient le départ de plusieurs tuyauteries dans le réservoir des thermes du Sud de l’Agora des Compétaliastes) était perdu. Or, le réservoir de l’Inopos, bien qu’important, ne fournissait pas une eau en quantité illimitée101. Cela induisait donc une gestion rigoureuse des débits, qui passait par une circulation fréquente du personnel entre les bains et le réservoir, afin d’ouvrir ou de fermer les conduites, en anticipant au maximum pour éviter les déperditions.

36Aussi sommes‑nous en présence d’un mode de gestion hydraulique original, conçu de la sorte uniquement parce que la distance séparant le point de départ de celui de l’arrivée d’eau n’est pas trop importante et permet des déplacements aisés.

Les thermes déliens et les thermes tardifs grecs

  • 102 C’est ce qu’avait mis en évidence R. Ginouvès au sujet des thermes fréquentés au ive s. et dans le (...)
  • 103 Dans ce cadre, les thermes au Sud‑Ouest de l’Agora à Athènes, intégralement dégagés, seraient part (...)
  • 104 Certains ne peuvent pas être pris en compte car ils ne sont pas intégralement dégagés, comme les t (...)
  • 105 On pourra retrouver quelques éléments dans I. Nielsen (n. 6), H. Manderscheid (n. 6) et dans M.‑E. (...)

37Étudier les thermes d’une période donnée consiste à séparer les édifices en deux catégories : ceux construits précédemment et qui continuent d’être fréquentés même au prix de transformations pour s’adapter aux goûts de l’époque102, et ceux nouvellement construits. Délaissant les premiers103, nous ne nous intéresserons qu’au second groupe qui correspond à des projets nouveaux104. Loin de vouloir écrire une histoire des bains romains en Grèce dans le cadre restreint de cette étude, nous souhaitons simplement replacer les thermes de Délos au sein des bains contemporains – à savoir, de façon large, ceux du iiie au ve s. apr. J.‑C. – en nous appuyant sur des exemples provenant de plusieurs cités de Grèce continentale105 : essentiellement des thermes publics, mais également quelques thermes privés car les évolutions sont les mêmes dans les deux cas.

Les édifices

  • 106 Nous ne ferons que mentionner les bains situés à l’angle des avenues Amalias et Olgas construits à (...)
  • 107 S. Eleftheratou, « Το ανατολικό Λουτρό στο οικόπεδο Μακρυγιάννη », AD 55, A’ (2000), p. 285‑328.
  • 108 La limite de la cour orientale n’est pas connue.
  • 109 En arrière de l’abside, se trouve un aménagement circulaire (8) de 1,40 m de diamètre sur hypocaus (...)
  • 110 Celui‑ci aurait alors le même plan que le foyer chauffant le solium Sud du caldarium.

38À Athènes106, les Thermes Est de Makriyiannis sont fréquentés aux ive et ve s.107 (fig. 21c). Bien que partiellement dégagés, on peut restituer leur plan. Ils couvrent une surface d’au moins 190 m2108. La première pièce est l’apodyterium (1) de 32,80 m2. Le frigidarium (2) qui le prolonge est bien plus modeste avec une superficie de 12,60 m2. Il comprend deux piscinae à ses extrémités, probablement quadrangulaire (3) d’environ 1,65 m2 au Nord, absidiale (4) de 2,92 m2 au Sud. Les deux espaces suivants soulèvent des interrogations. Le premier (5), de 12 m2, comprend, au Nord, deux bassins selon S. Eleftheratou, un absidial (6), l’autre carré (7). Considérant l’emplacement du « second » bassin et le relevé des structures, il nous paraît plus logique d’y voir le remaniement du bassin, absidial (1,45 m2) dans un premier temps avant de devenir quadrangulaire dans un second temps, à moins qu’il ne s’agisse de l’inverse. La salle est chauffée directement par un praefurnium109. Au Sud, se trouve une pièce également chauffée (9) de 6,85 m2 interprétée comme un unctorium. Si cette fonction n’a pas de raison d’être dans un espace ainsi situé, la logique voudrait qu’il s’agisse de l’étuve, accessible depuis le tepidarium (5), selon l’ancien schéma vitruvien. La difficulté réside dans le fait que, sur le plan restitué, la salle n’est chauffée qu’indirectement. Faut‑il penser que la température pouvait être élevée par un brasero ? On ne peut pas en tout cas imaginer de foyer disposé dans la paroi Sud, du fait de la présence d’une rue. L’autre solution serait un praefurnium ouvert à l’Ouest, à l’emplacement du bassin froid absidial restitué par la fouilleuse110. Celui‑ci devrait alors être plus réduit, voire totalement inexistant. L’ultime salle (10) est le caldarium de 17,60 m2 avec, au Nord et au Sud, deux excroissances terminées par des exèdres correspondant à des bassins, l’une de 3,45 m2 au Nord, l’autre de 3,85 m2 au Sud. Chacun est chauffé par un praefurnium, tandis qu’un troisième pourvoit aux besoins de la partie centrale de la salle. Les deux foyers du Nord sont aménagés dans une chambre de chauffe distincte (11, 12) ; tel n’est pas le cas de ceux de l’Est disposés dans une cour (13).

Fig. 21 – Comparaison des thermes de Délos et des thermes tardifs de Grèce.

Fig. 21 – Comparaison des thermes de Délos et des thermes tardifs de Grèce.

Dessins A. Bouet, a. d’après Moretti, Fincker 2011, p. 165 ; b. d’après Bruneau 1968, p. 703 ; c. d’après S. Eleftheratou (n. 107), p. 290 ; d. d’après A. d’Amico (n. 111), tav. A ; e. d’après R. S. Young (n. 113), p. 281 ; f. d’après E. Greco, Topografia di Atene, Sviluppo urbano e monumenti dalle origini all III secolo d.C., Tomo 1. Acropoli‑Aeropago‑Tra Acropoli e Pnice (2010), p. 241 ; g. d’après G. Daux, BCH 83 (1959), p. 684 ; h. d’après K. Höghammar (n. 119), p. 85 ; i. d’après S. Charitonidis, R. Ginouvès, BCH 79 (1955), Fig. 1 ; j. d’après ibid., Fig. 1 ; k. d’après O. Broneer (n. 125), pl. V et XIX ; l. d’après G. D. R. Sanders (n. 127), p. 446 ; m. d’après Biers 2003, p. 315 ; n. d’après P. Aupert (n. 132) p. 396 ; o. d’après A. Panayotopoulou (n. 135), p. 382‑383.

  • 111 A. d’Amico, « Le terme dell’Olympieion di Atene », ASAA 84 (2006), p. 696 ; I. Travlos (PAE 104 [1 (...)

39Encore à Athènes, les thermes de l’Olympieion de la première moitié du ive s. appartiennent à une riche demeure et forment une dépendance à l’écart du cœur de la résidence (fig. 21d). La difficulté, pour le propos qui nous intéresse ici, est de déterminer les espaces en relation directe avec la pratique balnéaire de ceux qui en sont extérieurs, mais dont la présence renforce la somptuosité du complexe. L’accès se faisait par une sorte de vestibule (1‑2) ouvrant largement à l’Ouest sur un vaste nymphée (4) et, à l’Est, sur une pièce intermédiaire (5). Tous ces éléments appartiennent assurément au second groupe. La question est plus problématique pour la salle (6) de 50,60 m2, ornée dans sa partie Ouest d’une exèdre. Doit‑on y voir l’apodyterium précédant le frigidarium (7) ou une pièce indépendante ? L’exèdre face à l’entrée est un aménagement qui prouve vraisemblablement le rôle de représentation de cet espace et en cela nous suivons l’hypothèse d’A. d’Amico111. Le frigidarium est de plan octogonal et couvre une surface de 63,50 m2. Il accueille deux bassins absidiaux (8, 9) de 2,15 m2 chacun, faisant face à un autre plus vaste et quadrangulaire (11) de 8 m2 terminé par des exèdres. Un autre quadrangulaire (10) de 3,50 m2 se trouve à la perpendiculaire des précédents. Vient ensuite le tepidarium (12) de 8,75 m2 dont la partie Nord est occupée par un bassin absidial de 1,85 m2, chauffé directement par un praefurnium. Le laconicum (13) est de plan carré avec une superficie de 7 m2. Un foyer est ouvert dans sa paroi Sud. L’ultime salle (14), à l’Ouest, est le caldarium de 13 m2. Une petite exèdre au Nord était destinée à un labrum, une autre plus vaste au Sud à un bassin d’environ 2,20 m2, disposé perpendiculairement à un second, quadrangulaire, d’environ 4 m2. Chacune des cuves possède son propre foyer.

  • 112 Le bâtiment est trop détruit pour avoir conservé trace de cette cuve à laquelle le fouilleur donne (...)
  • 113 R. S. Young, « An Industrial District of Ancient Athens », Hesperia 20 (1951), p. 279‑282.

40Toujours à Athènes, les thermes à l’Est de l’Aréopage, mis en place au ive s. et fréquentés durant le siècle suivant, couvrent 160 m2 (fig. 21e). Bien que le secteur chaud soit en partie détruit, on peut le restituer sans grand risque d’erreur. On y pénètre par une petite palestre (1) de 36 m2 ouvrant sur l’apodyterium (2) d’une superficie de 22,60 m2. On passe ensuite dans le frigidarium (3) de 15 m2 avec, à l’Ouest, une piscina absidiale (4) de 2,10 m2 et à l’Est une autre quadrangulaire (5) de 3,25 m2. La salle suivante (6) est le tepidarium d’environ 4,80 m2. Son extrémité orientale comprend une exèdre dans laquelle R. S. Young imagine un bassin112. La pièce n’est pas placée sur hypocauste et devait être chauffée à l’aide d’un brasero. Le laconicum (7) de 8,60 m2 qui lui succède est chauffé indirectement depuis la salle du bain chaud (8) de 19,30 m2. Le fouilleur restitue deux bassins jumeaux (9, 10) de 2,80 m2, chacun chauffé par un foyer113.

  • 114 A. Frantz (The Athenian Agora 24 : Late Antiquity A.D. 267‑700 [1988], p. 32) propose le iiie ou l (...)
  • 115 A. Frantz (The Athenian Agora 24 : Late Antiquity A.D. 267‑700 [1988], p. 31‑32).

41Les thermes au Nord‑Ouest de l’Aréopage, bien que non datés pour cause de fouilles anciennes, sont très vraisemblablement, par leur plan, contemporains des précédents114 (fig. 21f). Ils couvrent 98 m2. À l’Ouest, on pénètre dans l’apodyterium dallé (1) de 14,80 m2. Vient ensuite le frigidarium (2) au plan trapézoïdal de 17,90 m2 avec, à l’Est et à l’Ouest, deux piscinae (3‑4) de 2,45 m2 chacune. Le tepidarium (5) de 5 m2 qui lui fait suite est chauffé directement par un praefurnium, comme le laconicum (6) de 4,85 m2. L’ultime salle (7), le caldarium, de 14,45 m2, comprend trois solia chauffés chacun par un foyer. L’un, à l’Ouest, semi-circulaire, occupe environ 2 m2, l’autre au Sud, quadrangulaire, 1,75 m2, et le dernier, à l’Est, quadrangulaire également, 1 m2115.

  • 116 Aucune chambre de chauffe ne semble envelopper les praefurnia.
  • 117 G. Daux, BCH 83 (1959), p. 683‑684.
  • 118 I. Threpsiadis, « Ἀνασκαφαὶ ἐν Αὐλίδι », PAE 111 (1956), p. 100.

42À Aulis, en Béotie, de petits thermes de 68 m2116 ont été bâtis sur une partie de la cella du temple d’Artémis (fig. 21g). Ils remploient plusieurs blocs sculptés et architecturaux. On pénètre dans le frigidarium (1) de 28,30 m2 par une porte large de 1,45 m. Deux piscinae légèrement trapézoïdales sont aménagées en saillie du parement Ouest. La plus modeste (2) a une surface de 0,95 m2, la plus vaste (3) de 2 m2. Le laconicum (4), au Nord‑Ouest, de 3,25 m2, est chauffé directement par un praefurnium. Sa chambre de chaleur communique par l’intermédiaire d’un passage avec celle du caldarium voisin. Ce dernier (5), de 6,85 m2, comprend deux solia quadrangulaires en vis‑à‑vis. Au Nord, le plus vaste (6) occupe 1,15 m; au Sud le plus modeste 0,67 m2. Un foyer chauffe directement le bassin (6) ; sa chambre de chauffe est en relation avec le reste de la pièce. Au Sud, un autre foyer est destiné exclusivement au bassin le plus modeste (7)117. Cette construction est postérieure au dernier tiers du ive s., date de destruction du temple118.

  • 119 H. Arbman, « The Roman Baths », dans O. Frödin, A. W. Persson (éds), Asine, Result of the Swedish (...)

43À Asinè (Argolide), des thermes dans un bon état de conservation ont été mis en évidence dans la ville basse119 (fig. 21h). Datés des environs de 400, ils occupent une superficie de 128 m2. Ils comportent un vaste apodyterium (1) de 30 m2 ; le frigidarium (2) qui lui fait suite, au sol de tuiles, a la même surface, à laquelle il faut ajouter les deux piscinae absidiales (3, 4) qui s’ouvrent dans sa paroi orientale. Celle du Nord‑Est (3), de 1,55 m2, profonde de 0,75 m, présente un sol recouvert de briques. Celle du Sud‑Est (4), de 1,24 m2, possède des parois et un fond couverts de marbre. Par une porte de 0,80 m de large, on parvient à la pièce suivante (5) de 2,40 m2. Bien que non chauffée par hypocauste, elle doit être interprétée comme le tepidarium. Son chauffage pouvait se faire seulement par la porte de 0,85 m de large qui ouvre sur la pièce 6 ou à l’aide d’un brasero, bien que l’espace soit très réduit. La salle 6, de 2,45 m2, est le laconicum placé sur hypocauste. Son sol, comme celui de la salle suivante, est recouvert de briques. La dernière salle enfin (7), de 7,70 m2, chauffée directement par un praefurnium ouvert à son extrémité méridionale, est le caldarium. Elle comprend deux solia absidiaux (8, 9) disposés perpendiculairement l’un par rapport à l’autre : le 8, couvert de marbre, a une surface de 1,30 m2 ; le 9, avec le même revêtement, occupe 1 m2. Au Sud, se trouve la chambre de chauffe (10) de 4,50 m2. Quelques remaniements sont par ailleurs évoqués par le fouilleur : ajout d’une petite pièce étroite et allongée (12) de 2,81 m2 contre la paroi Est du vestiaire 1, création d’une salle (11) de 7,75 m2 accessible par une porte large de 1,50 m depuis le frigidarium.

  • 120 S. Charitonidis, R. Ginouvès, « Bain romain de Zevgolatio près de Corinthe », BCH 79 (1955), p. 10 (...)
  • 121 Biers 2003, p. 316. Il était daté à l’origine du tournant des iie et iiie s.
  • 122 Aucune chambre de chauffe n’est connue.

44À Zevgolatio, non loin de Corinthe, de petits thermes ont connu deux états120. Le premier, des années 300121, s’étend sur 91 m2122 (fig. 21i). Il comporte un frigidarium (1) de 21,50 m², au sol décoré de plaques de marbre blanc et noir, comprenant deux piscinae semi-circulaires (2, 3) de 1 m2, profondes de 1,30 m, plaquées de marbre blanc. Par une porte large de 0,97 m, on pénètre dans le tepidarium (4) de 4,10 m2. Celui‑ci présente, au Sud, une abside surélevée de 0,34 m par rapport au sol du reste de la pièce, sans trace aucune de bassin. La pièce est chauffée indirectement par le laconicum voisin (5). Ce dernier, de 3,10 m2, est accessible par une porte de 0,90 m de large. Il est chauffé directement par un foyer. Le caldarium (6) de 7,10 m2 comprend deux solia (7, 8) plaqués de marbre, l’un absidial (7) au Sud de 1,50 m2, l’autre quadrangulaire (8) à l’Ouest de 1,90 m2. Deux foyers disposés sous chacun des bassins fournissent la chaleur à la salle.

  • 123 Le mur Ouest de la salle n’a pas été identifié.
  • 124 Des trois ouvertures qui mettaient en communication la chambre de chaleur du bassin et celle du re (...)

45Des modifications et des agrandissements datés peut‑être de la seconde moitié du ive s. font passer la surface totale à 133 m2 (fig. 21j). Ils consistent en l’ajout d’un apodyterium (9) peut‑être de 33,20 m2123 et en la disparition du laconicum (5) dont la fonction revient à l’ancien tepidarium (4). La pièce est alors alimentée en chaleur directement par un foyer placé dans l’ancienne étuve. Le caldarium (6) perd son foyer Sud124 suite à la mise en place de trois pièces de service voûtées indépendantes du reste du bâtiment.

  • 125 O. Broneer, The South Stoa and its Roman Successors, Corinth I‑IV (1954), p. 145‑151. La datation (...)
  • 126 Celle‑ci serait un ajout postérieur à la plus modeste (O. Broneer, The South Stoa and its Roman Su (...)

46Les bains édifiés dans la première moitié du ve s. dans la Stoa Sud de Corinthe couvrent 186,50 m2 (fig. 21k)125. La partie Nord est occupée par le frigidarium (1) de 52,50 m2 avec, à l’Est, deux piscinae quadrangulaires : l’une vaste (2) de 4,88 m2126, la seconde (3), plus modeste, de 1,63 m2. Au Sud‑Est, on parvient au tepidarium (4) de 8,73 m2 qui comprend un bassin rectangulaire (5) de 2,18 m2, directement chauffé par un praefurnium. La salle suivante est le laconicum (6) de 6,40 m2 dont l’extrémité méridionale est animée par une exèdre semi-circulaire. L’état de destruction avancé ne permet pas d’identifier de bassin ; le fouilleur en restitue toutefois un. L’ensemble est chauffé par un praefurnium percé dans l’axe de la salle et deux ouvertures font communiquer la chambre de chaleur avec celle du caldarium voisin (7). Celui‑ci occupe 10,16 m2. Il comprend un solium semi-circulaire (8) de 0,94 m2 au Sud et un autre quadrangulaire (9), à l’Ouest, de 1,82 m2, directement réchauffé. Les pièces de service occupent les côtés Ouest et Sud des salles du bain. La première (10) qui sert probablement au stockage du combustible mesure 19,35 m2. Elle donne accès à la chambre de chauffe (11) du caldarium de 20,70 m2. Au‑delà, une autre (12) de 7 m2 constitue le praefurnium du laconicum ; et une dernière (13) de 3,16 m2 accueille le foyer du tepidarium.

  • 127 G. D. R. Sanders, « A Late Roman Bath at Corinth : Excavations in the Panayia Field, 1995‑1996 », (...)
  • 128 Il existe en réalité deux ouvertures au niveau de l’hypocauste, l’une dans la paroi Sud, l’autre d (...)

47À Corinthe, les bains I de Panayia appartiennent vraisemblablement à une villa située à proximité127. Mis en place dans le deuxième quart du vie s., ils couvrent une surface de 135,50 m2 (fig. 21l). On pénètre, depuis le Nord ou l’Est, dans l’apodyterium quadrangulaire (1) de 41,60 m2. Il ouvre, peut‑être par une porte axiale, dans le frigidarium (2) avec, à l’Ouest, une piscina (3) de 1,40 m2, profonde de 0,73 m, dont il faut très vraisemblablement restituer la symétrique (4) à l’Est. La salle aurait alors une surface de 16,72 m2. On parvient ensuite au laconicum (5) de 7,35 m2, chauffé directement par un praefurnium ouvert dans sa paroi orientale128, puis au caldarium (6) de 11,33 m2. Ce dernier compte deux solia au Nord et au Sud (7, 8) de 1,50 m2 chacun, un autre à l’Ouest (9) de 2,08 m2, plus chauffé que les précédents car en relation directe avec un foyer muni d’une testudo alvei. Celui‑ci est intégré dans une chambre de chauffe (10) de 6,15 m2, de plan légèrement trapézoïdal.

  • 129 Biers 2003, p. 314. La salle du bain froid est précédée d’un espace qui n’a pas été intégralement (...)
  • 130 Biers 2003, p. 310.
  • 131 L’étendue des zones de service au Sud et à l’Est n’est pas connue, pas plus que celle de la zone o (...)

48Les bains à l’Ouest de l’Odéon, toujours à Corinthe, n’ont fait l’objet que d’une description succincte et leur plan n’est que partiel129 (fig. 21m). Comme le bâtiment précédent, ils datent probablement du vie s.130. L’édifice couvre au minimum 105 m2131. La première salle intégralement dégagée (1) est le frigidarium de 29,50 m2 qui comprend deux piscinae semi-circulaires (2, 3) de 0,66 m2 chacune. Au Sud, se trouve un tepidarium quadrangulaire (4) de 5,30 m2, puis le caldarium (5) de 7,52 m2 avec deux solia, l’un quadrangulaire (6), à l’Est, de 1,45 m2, l’autre (7), au Sud, terminé par une extrémité semi-circulaire de 1,30 m2.

  • 132 P. Aupert, « Objets de la vie quotidienne à Argos en 585 apr. J.‑C. », dans Études Argiennes, BCH  (...)
  • 133 C’est l’hypothèse retenue par P. Aupert (P. Aupert, « Objets de la vie quotidienne à Argos en 585 (...)
  • 134 Si tel était le cas, il s’agirait de l’apodyterium. Sa surface minimale est de 21,50 m2.

49À Argos, les thermes L132, au Sud des thermes A, appartiennent très probablement à une maison133 (fig. 21n). Bâtis dans la première moitié du ive s., ils s’étendent sur au moins 110 m2, auxquels il faudrait ajouter les surfaces du solium Sud, d’une partie de la chambre de chauffe orientale et surtout de la salle (1), si elle appartient bien aux bains134. On parvient au frigidarium (2) de 24,10 m2 par une porte disposée en oblique. Cet édifice compte, au Nord, une piscina quadrangulaire (3) de 3,70 m2 aux parois ornées de niches semi-circulaires disposées à 1,45 m du fond et accueillant chacune une fontaine. À l’Est, le laconicum (4) a une surface totale de 11,70 m2. En saillie sur le mur Nord, se trouve un bassin (5) de 2,30 m2 chauffé directement par un foyer. Le caldarium (6) d’au moins 15,90 m2 comprend un solium quadrangulaire (7) de 3,60 m2 à l’Ouest, un autre absidial (8) à l’Est de 3,60 m2 et un dernier (9), au Sud, hors de l’emprise de la fouille. Le bassin absidial, assurément, et le bassin Sud, probablement, étaient chauffés chacun par un foyer. Une chambre de chauffe (9) a été aménagée au Nord pour le praefurnium de l’étuve, une autre (10), au Sud, devait faire retour au Nord‑Est.

  • 135 A. Panayotopoulou, « Ρωµαϊκά και υστερορωµαϊκά λουτρά στο Άργος (Thermes romains d’époque romaine (...)
  • 136 Nous pensons qu’il s’agit plutôt d’un vestibule que d’un apodyterium.

50Les bains du terrain Passas à Argos, datés du début du ve s., s’étendent sur 163 m2135 (fig. 21o). On parvient au frigidarium par un vestibule (1) de 8,30 m2136. La salle du bain froid (2) de 70,50 m2 possède sa piscina absidiale (3) de 5 m2. À l’Ouest, on accède, au laconicum (4) de 8,15 m2 possédant un bassin (5) de 1,40 m2, chauffé directement par un foyer. L’ultime salle (6) est constituée par le caldarium de 11,20 m2. Au Nord, un solium quadrangulaire (8) de 2,50 m2 tire directement sa chaleur d’un foyer, un second (7) de 2,15 m2 est, lui, absidial. La zone de service entoure sur trois côtés les pièces du bain. Elle recèle à l’Ouest (9) le praefurnium du bassin de l’étuve, au Nord celui du solium (10). Deux portes, l’une au Nord, l’autre, à l’Est, permettent la communication entre pièce de service et secteur froid.

Mise en perspective

51Le tableau ci‑dessous (tabl. 1) synthétise les données des établissements qui viennent d’être décrits : datation, surface totale, surface des secteurs froids et chauds, pourcentages respectifs et rapport froid/chaud.

Tableau 1 – Tableau synthétique des données des édifices décrits.

Tableau 1 – Tableau synthétique des données des édifices décrits.
  • 137 Rappelons que le bâtiment n’étant pas intégralement connu, les surfaces données sont celles minima (...)
  • 138 La pièce (1) n’appartient pas aux thermes.
  • 139 apodyterium La pièce (1) est considérée comme l’apodyterium.

Renvois aux notes137,138 et139.

  • 140 Cette surface ne prend pas en compte les chambres de chauffe qui ne sont pas précisément délimitée (...)

52Premier constat : les surfaces de ces établissements sont modestes et couvrent au plus quelques dizaines de mètres carrés. Elles n’ont plus rien à voir avec ce qui était la réalité du Haut‑Empire. Cela est vraisemblablement dû à un problème d’évergétisme et à un désengagement des élites vis‑à‑vis du monde urbain. Avec une surface de 460 m2, les thermes de l’Agora des Déliens apparaissent toutefois comme particulièrement vastes, voire hors normes pour cette période, ce qui est un indice supplémentaire de l’importance de l’agglomération. Les thermes au Sud de l’Agora des Compétaliastes et leurs 186 m2 de superficie140, sont aussi importants et appartiennent à la frange supérieure de la catégorie des bains.

  • 141 On butte ici sur les problèmes de datations qui ne sont pas toujours – loin s’en faut – établies s (...)

53Deuxième constat : les surfaces des aires froides sont bien plus vastes que celles des aires chauffées. Ce rapport est variable tout au long de la période considérée. Même si elle n’est pas linéaire141, on constate toutefois une tendance générale qui vise, au fil du temps, à un accroissement du froid par rapport au chaud. Une rupture nette apparaît au milieu du ive s. où les secteurs froids de la seconde moitié du siècle sont bien plus vastes que ceux de la première moitié. Plusieurs facteurs se conjuguent vraisemblablement : la zone froide a pu voir sa fonction sociale s’accroître par rapport à celle strictement balnéaire ; le secteur chauffé a tendance à être réduit pour des problèmes de coût de fonctionnement.

  • 142 Grande salle avec tribune et son extension (apodyterium) et frigidarium.
  • 143 Tepidarium (sans hypocauste), laconicum et caldarium.

54Si l’on se réfère aux bains de Sergilla précédemment évoqués, datés sur critère épigraphique de 473, le rapport pièces froides142/pièces chaudes143 est de 3,41, ce qui est d’un ordre de grandeur tout à fait comparable à la plupart des établissements évoqués ci‑dessus.

La Grèce : un cas unique dans l’empire ? Comparaison avec la Gaule

  • 144 A. Bouet, Fl. Saragoza, « Les thermes de la crypte archéologique du parvis de Notre‑Dame », dans E (...)
  • 145 P. Aupert et al., Saint-Bertrand-de-Comminges II. Les thermes du Forum (2001), p. 98.
  • 146 Ils sont interprétés comme appartenant à une habitation, vraisemblablement du fait de leur petite (...)
  • 147 E. Poirel, Le théâtre romain de Lillebonne (1974), p. 16.
  • 148 Bouet 2003, II, p. 40‑41.
  • 149 Bouet 2003, p. 306‑307.
  • 150 Bouet 2003, p. 239‑242.
  • 151 H. Galinié (dir.), Tours antique et médiéval. Lieux de vie, temps de la ville, 40 ans d’archéologi (...)
  • 152 A. Bouet, Fl. Saragoza, « Les thermes de l’Antiquité tardive », dans Et Lutèce devint Paris… Métam (...)

55La situation des bains de la Grèce correspond‑elle à une originalité dans l’Empire romain ? Pour répondre à cette question, nous proposerons quelques comparaisons avec la situation de la Gaule à la même époque, région retenue car éloignée de la Grèce (fig. 22). Le panorama thermal de cette zone géographique dans l’Antiquité tardive peut être brossé grâce à quelques exemples. La construction de nouveaux édifices dépend du contexte, variable d’une région à l’autre, au sortir de la crise du iiie s. Parmi les thermes publics intégralement dégagés, on ne connaît que ceux de l’île de la Cité à Paris, édifiés postérieurement à 308 et qui occupent 370 m2144, ainsi que ceux aménagés sur le portique du Temple du Forum de Saint-Bertrand-de-Comminges (Haute-Garonne), d’environ 300 m2, datés de la fin du ive ou du début du ve s.145. Il faudrait y ajouter vraisemblablement ceux de l’orchestra du théâtre de Lillebonne (Seine-Maritime)146 des iveve s.147. En ce qui concerne les thermes partiellement reconnus, on peut citer ceux de la place Suarès à Arles (Bouches-du-Rhône) du ive s., dont on n’a identifié qu’une partie du frigidarium148 ; ceux de la place Saint-Étienne à Toulouse (Haute-Garonne) du milieu du ive s., dont seuls tepidarium et caldarium sont dégagés149 ; ceux de l’Hôtel de Sade à Saint-Rémy-de-Provence (Bouches-du-Rhône), dont il manque l’extrémité du frigidarium150 ; ou ceux de l’Est à Tours (Indre-et-Loire), fréquentés entre 350‑375 et 400‑420, dont il manque une partie de la section froide151. Au ve s., des bains très modestes sont construits en relation avec des basiliques chrétiennes : à Loupian (Hérault), Montferrand (Aude), Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), ou encore au castrum de Kaiseraugst (Suisse)152 (fig. 23).

Fig. 22 – Comparaison des thermes de Délos et des thermes publics du ive s. de Gaule :

Fig. 22 – Comparaison des thermes de Délos et des thermes publics du ive s. de Gaule :

Dessins A. Bouet a. d’après Moretti, Fincker 2011, p. 165 ; b. d’après Bruneau 1968, p. 703 ; c. d’après A. Bouet, Fl. Saragoza (n. 144), p. 102 ; d. d’après A. Bouet (n. 154), p. 360 ; e. d’après I. Rogeret, Carte archéologique de la Gaule 76 (1997), p. 335 et p. 339 ; f‑h. d’après A. Bouet (n. 154), p. 358 ; i. d’après H. Galinié (n. 151), p. 65.

Fig. 23 – Les thermes du ve s. de Gaule en relation avec une basilique.

Fig. 23 – Les thermes du ve s. de Gaule en relation avec une basilique.

Dessins A. Bouet d’après A. Bouet, Fl. Saragoza (n. 152), p. 98.

  • 153 Seules exceptions, les thermes impériaux de Trèves (Allemagne) de 33 600 m2 et les Thermes de Cons (...)
  • 154 Si on quitte la Gaule pour la Corse, les thermes d’Aléria, édifiés à l’intérieur du péribole du te (...)
  • 155 A. Bouet, Fl. Saragoza (n. 152), p. 100.
  • 156 Il en va de même à Délos où, à la fin du ive s. ou au début du ve s. apr. J.‑C., des thermes furen (...)

56La caractéristique de ces édifices publics consiste en leur taille modeste par rapport à ce qui se faisait au iie s. et, en cela, on retrouve le même phénomène qu’en Grèce153. Autant que l’on puisse la saisir, la dilatation du secteur froid par rapport au chaud est une réalité154. Tel n’est pas le cas des bâtiments du ve s. en relation avec des basiliques. Ceux‑ci sont strictement utilitaires, en relation avec la maison de l’évêque, ou pour des raisons liturgiques, liés à la purification avant le baptême155. À Saint-Bertrand-de-Comminges, on note également la présence de deux sections juxtaposées156.

  • 157 C. Balmelle, Les demeures aristocratiques d’Aquitaine. Société et culture de l’Antiquité tardive d (...)
  • 158 Sidoine Apollinaire, Lettres II 2, 5. Sidoine doit évoquer les thermes publics de l’époque antérie (...)

57Ces phénomènes sont également visibles dans les thermes de villae, particulièrement dans le Sud‑Ouest de la Gaule qui en est richement doté pour l’Antiquité tardive157. Le frigidarium se distingue nettement des autres espaces, pouvant couvrir jusqu’à 300 m2. Cette dilatation apparaissait comme un élément éminemment symbolique du caractère aristocratique du lieu et faisait l’admiration des contemporains : Sidoine Apollinaire n’hésitait pas à affirmer que la salle froide des bains de sa villa d’Avitacus pouvait rivaliser avec les piscines publiques158.

58Dans l’Antiquité tardive, les caractéristiques des thermes de Délos, comme ceux de la Grèce ou de la Gaule, participent donc d’une évolution globale.

Conclusion

  • 159 GD, p. 44. Voir également P. Roussel, Délos, colonie athénienne2, BEFAR 111 (1987), p. 336‑340.
  • 160 On retrouvera l’intégralité des textes dans Bruneau 1968, p. 691‑693.
  • 161 Pour se cantonner à un secteur, plusieurs habitations d’époque impériale ont été mises au jour au‑ (...)

59Dotée d’une infrastructure balnéaire non négligeable, la ville de Délos à l’époque impériale est loin d’offrir en ce domaine l’image d’une ville sous‑équipée. Bien au contraire, les monuments étudiés ici sont particulièrement vastes par rapport à ce qui existait ailleurs dans des agglomérations de taille moyenne dotées, comme elle, d’eau courante. Cette parure balnéaire ne s’accorde guère avec le village peu peuplé que l’on se plaît à décrire traditionnellement159. La solitude délienne, de Strabon à Tertullien, est avant tout un topos littéraire160. En effet, les fouilles réalisées sur l’île, lorsqu’elles mentionnent des niveaux romains trop vite étudiés et détruits au profit des strates plus anciennes, considérées comme plus prestigieuses, attestent une occupation dense, parfois constituée de demeures aisées, qui n’ont rien à envier à d’autres villes contemporaines ni même aux maisons de la Délos hellénistique161. Si la Délos romaine est qualifiée de « déserte », ce n’est que par comparaison avec l’agglomération de la fin de l’époque hellénistique, « ville-champignon » qui a bénéficié pendant moins d’un siècle de conditions religieuses, politiques et économiques tout à fait exceptionnelles.

  • 162 Bruneau 1968, p. 706.
  • 163 GD, p. 44.
  • 164 Bruneau 1968, p. 706.
  • 165 Sur la localisation des activités artisanales à l’époque impériale et protobyzantine, voir A. K. O (...)
  • 166 M. Holleaux (n. 98), p. 358 ; P. Roussel (n. 159), p. 337 ; Hasenohr 2002, p. 106‑107.
  • 167 Sur ces basiliques protobyzantines, voir A. K. Orlandos (n. 165), p. 68‑100 ; Le Quéré à paraître,(...)
  • 168 E. Le Quéré (n. 60).

60Nous pensons que la vision jusque‑là véhiculée, avec seulement deux zones densément occupées à l’époque impériale – au Nord, celle de la Salle Hypostyle, au Sud, celle de l’Agora des Compétaliastes et de l’Agora des Déliens, séparées par le téménos d’Apollon et celui d’Artémis162 –, doit, sinon être rejetée, du moins être considérée avec circonspection. Surtout, il conviendrait d’affiner la chronologie de cette occupation « tardive », car les limites de l’agglomération délienne changent entre le Haut‑Empire et l’Antiquité tardive. On considère habituellement que la ville impériale, constituée d’un habitat pauvre et dispersé, s’étendait, du Nord au Sud, entre l’Établissement des Poséidoniastes (GD 57) et le bas du Quartier du Théâtre, d’Est en Ouest, entre le rivage portuaire et la Rue de l’Est (GD 82)163, et qu’elle s’était resserrée autour du sanctuaire d’Apollon, resté le centre de la vie religieuse de l’île. Tous les autres secteurs auraient été plus ou moins abandonnés à la suite des « catastrophes » de 88 et 69 av. J.‑C., à l’exception de plusieurs sanctuaires, devenus périphériques, qui ont continué d’être fréquentés au moins durant les deux premiers siècles de notre ère164. Si ces limites peuvent éventuellement correspondre à l’agglomération délienne des ier et iie s. apr. J.‑C., il n’en va plus de même à partir du ive s. apr. J.‑C., époque de la construction des thermes de l’Agora des Déliens et de ceux situés au Sud de l’Agora des Compétaliastes. Les fouilles récentes, ainsi que les dernières études architecturales, ont montré que de nombreux quartiers périphériques ont été transformés en locaux artisanaux à partir de cette date165 : au Nord, jusqu’aux limites septentrionales du Quartier de Skardhana ; au Sud, au moins jusqu’au Réservoir de l’Inopos (GD 97) et au niveau du pressoir à vin (GD 121.1) qui barre la Rue 5 du Quartier du Théâtre. L’ensemble de ce quartier, à proximité des thermes que nous avons étudiés, a été densément réoccupé par des habitats dans l’Antiquité tardive et à l’époque protobyzantine166, tandis que pas moins de cinq basiliques ont été construites tout autour du hiéron167. En outre, à partir de la fin du iiie s. apr. J.‑C., la plaine du Sanctuaire d’Apollon fut entièrement réaménagée et devint, aux ive et ve s., le centre d’une ville chrétienne de taille non négligeable168, puisqu’elle se déployait sur une surface d’environ 17 ha.

61Les établissements thermaux de l’île font partie des vestiges qui prouvent que la Délos impériale – et surtout la Délos de l’Antiquité tardive – n’était pas aussi ἄδηλος que l’on s’accorde à le dire : elle se devine certes non extraordinaire, mais une ville ordinaire de l’Empire romain, qui n’a rien à envier à de nombreuses autres cités grecques.

Haut de page

Bibliographie

Biers 2003 = J. C. Biers, « Lavari est vivere : Baths in Roman Corinth », dans Ch. K. Williams II, N. Bookidis (éds), Corinth, the Centenary 1896‑1996, Corinth 20, p. 303‑319.

Bouet 2003 = A. Bouet, Les thermes privés et publics en Gaule Narbonnaise, I. Synthèse ; II. Catalogue, CEFR 320.

Bruneau 1968 = Ph. Bruneau, « Contribution à l’histoire urbaine de Délos à l’époque hellénistique et à l’époque impériale », BCH 92, p. 633‑709.

Durrbach 1902 = F. Durrbach, « Fouilles de Délos : le Portique Tétragone », BCH 26, p. 480‑553.

GD = Ph. Bruneau, J. Ducat, Guide de Délos, Sites et Monuments 1 (2005), 4e éd. refondue et mise à jour avec le concours de M. Brunet, A. Farnoux et J.‑Ch. Moretti.

Hasenohr 2002 = Cl. Hasenohr, « L’Agora des Compétaliastes et ses abords à Délos : topographie et histoire d’un secteur occupé de l’époque archaïque aux temps byzantins », REA 104, p. 85‑110.

Hasenohr 2014 = Cl. Hasenohr, « Le bas Quartier du Théâtre à Délos à l’époque impériale », Topoi 19.1, p. 291‑308.

Le Quéré à paraître = E. Le Quéré, « Édifices et constructions d’époque impériale et protobyzantine dans le Sanctuaire d’Apollon », dans R. Étienne (dir.), Le Sanctuaire d’Apollon à Délos, EAD (à paraître).

Moretti, Fincker 2011 = J.‑Ch. Moretti, M. Fincker, « Les réseaux d’eau courante à Délos », dans C. Abadie-Reynal, S. Provost, P. Vipard (éds), Les réseaux d’eau courante dans l’Antiquité, Réparations, modifications, réutilisation, abandon, récupération, p. 159‑174.

Haut de page

Notes

1 M. Trümper, « Baden im späthellenistischen Delos I : Die öffentliche Badeanlage im Quartier du Théâtre », BCH 130 (2006), p. 143‑229.

2 F. Courby, Le Portique d’Antigone ou du Nord‑Est et les constructions voisines, EAD V (1912), p. 45 et p. 59‑60. On y reconnaît un hypocauste constitué de pilettes circulaires à l’Est de la Graphé, où ont été retrouvés deux fragments de mosaïque en cailloux roulés et deux canaux dans lesquels le fouilleur voit, plutôt que des évacuations, « des adductions d’air chaud ou de vapeur d’eau car on y reconnaît des traces de calcination » (p. 59). Leur orientation vers les angles des murs, la présence d’une zone carrée ou quadrangulaire dans la partie centrale, laissent penser que l’ensemble du bâtiment de 185,80 m2 était chauffé par un hypocauste à canaux et à chambre centrale. Le plan de l’édifice, le type de l’hypocauste à canaux, ne sont absolument pas caractéristiques d’un complexe thermal. Il pourrait s’agir plutôt d’un édifice public ou semi‑public. Pour une étude architecturale du bâtiment, voir Le Quéré à paraître, zone 1 (nos 111‑112).

3 M.‑Chr. Hellmann, Ph. Fraisse, Le monument aux hexagones et le portique des Naxiens, EAD XXXII (1979), p. 5 et p. 78. La seule pièce jusqu’à présent repérée, à l’angle Sud‑Ouest du Monument aux Hexagones (S. Reinach, BCH 8 [1884], p. 168), a fait penser qu’il pouvait plutôt s’agir de thermes privés en raison du caractère modeste de l’installation (Moretti, Fincker 2011, p. 170, n. 37). Toutefois, l’étude architecturale de ce secteur a montré que le complexe ne se limitait pas à cette pièce Sud‑Ouest ; il s’étendait bien au‑delà du Monument aux Hexagones, au Nord et à l’Est (superficie approximative : 290 m²), et comportait plusieurs pièces caractéristiques des édifices thermaux. La construction date de la seconde moitié du ier s. ou du iie s. apr. J.‑C. Voir Le Quéré à paraître, zone 4 (nos 401‑408).

4 G. Leroux (avec la collaboration de H. Convert et A. Gabriel), La salle hypostyle, EAD II (1909), p. 55‑63 ; A. K. Orlandos, « Délos chrétienne », BCH 60 (1936), p. 92‑95 et fig. 29.

5 Callimaque, Hymne à Délos 53. Le jeu de mots Δῆλος ἄδηλος a été repris par plusieurs auteurs d’époque impériale, qui font allusion à une prophétie sibylline : ἔσται καὶ Σάµος ἄµµος, ἐσσεῖται Δῆλος ἄδηλος, voir Bruneau 1968, p. 693.

6 Moretti, Fincker 2011. Les thermes de l’Agora des Déliens ont fait l’objet d’une courte notice dans le catalogue des thermes de l’empire romain dressé par I. Nielsen (Thermae et Balnea. The Architecture and Cultural History of Roman Public Baths [1990], II, p. 33, C. 263). L’auteur ne reproduit pas de plan (et donc ne propose pas d’interprétation des pièces) et renvoie au catalogue de H. Manderscheid (Bibliographie zum römischen Badewesen unter besonderer Berücksichtigung der öffentlichen Thermen [1988], pl. 138), preuve qu’elle considère cet édifice comme secondaire et d’un intérêt relatif. Les thermes de l’Agora des Compétaliastes n’apparaissent pas. M. Galli (« Les réalités associatives dans les Cyclades à l’époque impériale. Le bâtiment à l’intérieur de l’Agora des Déliens et le “Portique des Mystae” de Mélos », Topoi 19.1 [2014], p. 435‑455) a récemment publié une rapide description des thermes de l’Agora des Déliens (p. 437‑442). Cependant, la datation tout comme l’interprétation de l’édifice proposées par l’auteur – qui le met en rapport avec l’envoi des Dodécaïdes athéniennes et en fait l’une des « restructurations réalisées sous l’égide d’associations collégiales » au cours du iie s. apr. J.‑C. (p. 453) –, sont entièrement à revoir.

7 Durrbach 1902. Ces thermes n’ont pas tout de suite été repérés comme tels par les fouilleurs ; voir par exemple les remarques de Th. Homolle, qui attribuait la construction aux Hospitaliers de Saint‑Jean : « Au Sud, sur le portique tétragone, s’élèvent des murailles, épaisses en quelques endroits de plus d’un mètre, et si solidement cimentées que j’ai dû renoncer à les démolir ; il ne me paraît pas douteux que c’ait été une forteresse. » (« Rapport sur une mission archéologique dans l’île de Délos », Arch. Miss. Sc. 13 [1887], p. 393).

8 Durrbach 1902, p. 484.

9 Durrbach 1902, p. 484. La destruction est moins importante pour la pièce A qui a conservé encore sa mosaïque.

10 L’atlas étant encore inédit au moment de la rédaction de cet article, ses auteurs ne nous ont pas autorisés à utiliser la planche concernant l’Agora des Déliens, mais celle‑ci est partiellement publiée dans Moretti, Fincker 2011, pl. XII et XIII.

11 Voir Durrbach 1902, p. 490‑505 et, en dernier lieu, GD, p. 168 et p. 258‑259.

12 Nous ne comptons ici que les pièces balnéaires et les espaces de service. Si une partie de l’aire découverte de l’ancien portique a servi de palestre, il est impossible d’en calculer la surface.

13 Durrbach 1902, p. 484.

14 Durrbach 1902, p. 485.

15 La fouille de ce remblai encore protégé par la mosaïque dans la salle A pourrait apporter des éléments de datation.

16 Pour la compréhension du bâtiment, on pourra se reporter soit au plan de 1902 (fig. 2), soit au plan actuel (fig. 4), moins complet mais plus précis, sur lequel nous avons repris la même nomenclature.

17 Dimensions du seuil : long. 1,90 m ; larg. 0,54 m ; feuillure de 0,28 m. Dimensions des crapaudines : 0,15 × 0,11 × prof. 0,06 m. Ce seuil dit « à pas étroit » n’est pas un remploi issu d’un bâtiment de la ville hellénistique car ce type d’aménagement, qui succède au seuil à pas large, n’apparaît vraisemblablement que dans les années 40/30 av. J.‑C. (voir A. Bouet, « Seuils de pierre en Gaule méridionale : l’exemple d’Olbia (Hyères, Var) », RAN 27‑28 [1994‑1995], p. 28).

18 Notamment, remploi de plusieurs orthostates en marbre gris, posés à plat, et d’une dalle en marbre rose provenant de l’autel (GD 23D) à l’Ouest du Prytanée.

19 Ph. Bruneau, Les mosaïques, EAD XXIX (1972), p. 203, no 145.

20 Les surfaces ont été prises, autant que faire se peut, sur le plan des vestiges actuels.

21 Durrbach 1902, p. 485.

22 Description de l’exèdre dans Durrbach 1902, p. 505.

23 Durrbach 1902, p. 485.

24 Durrbach 1902, p. 486.

25 Le banc d mentionné par le fouilleur pourrait en être un des derniers témoins (Durrbach 1902, p. 486).

26 Il ne peut s’agir aucunement des alignements de baignoires individuelles que l’on retrouve dans les bains hellénistiques (voir en dernier lieu, M. Trümper, « Complex Public Bath Buildings of the Hellenistic Period : a Case Study in Regional Differences », dans M.‑Fr. Boussac et al. (éds), Le bain collectif en Égypte. Balaneia, Thermae, Hammams [2009], p. 141‑142) et dont au moins un exemple est conservé dans la Maison IIIN du Quartier du Théâtre à Délos (J.‑P. Brun, BCH 123 [1999], p. 125 ; M. Trümper [n. 1], p. 149‑154). Leur taille et leur disposition ne permettent pas non plus d’y voir ces bassins individuels qui se développent dans les thermes de l’Antiquité tardive, probablement sous l’influence du christianisme (R. Ginouvès, « Sur un aspect de l’évolution des bains en Grèce vers le ive siècle de notre ère », BCH 79 [1955], p. 135‑152).

27 Durrbach 1902, p. 486. Il est probable que les placages qui formaient « plinthe au‑dessus des baignoires » (p. 487) correspondent au décor original de la pièce contre lequel ont été ensuite maçonnées les cuves artisanales.

28 Durrbach 1902, p. 487.

29 Durrbach 1902, p. 487.

30 Durrbach 1902, p. 487.

31 Durrbach 1902, p. 488.

32 On ne connaît pas de salle du bain chaud en relation directe avec une chambre de chauffe. Le contact se fait généralement au niveau de la pièce froide, pour des raisons évidentes de limitation des pertes de chaleur.

33 Durrbach 1902, p. 488.

34 Bouet 2003, I, p. 131 ; A. Bouet, J.‑L. Tobie, « Les thermes d’Imus Pyrenaeus (Saint-Jean-le-Vieux, Pyrénées-Atlantiques) », Aquitania 19 (2003), p. 175.

35 Ceci prouve que la salle G était au même niveau que la suspensura de la salle F, alors que dans la grande section thermale, la différence de niveau se situe entre le frigidarium et le laconicum.

36 Il semble que ce secteur soit moins bien conservé que les autres, car le mur occidental a totalement disparu en élévation ; il est aujourd’hui visible au niveau des fondations.

37 Durrbach 1902, p. 487.

38 « I est une sorte de couloir, en contrebas de 1,50 m avec le dallage de F [le caldarium], et servait sans doute d’accès au fourneau » (Durrbach 1902, p. 487) ; « H [la piscina chauffée] est un hypocauste qui se trouvait encore tout garni de rondelles de terre cuite ; il recevait sans doute la vapeur du praefurnium situé au dessous de F [le caldarium] » (Durrbach 1902, p. 488).

39 Pour l’identification de la salle, voir Y. Thébert, Thermes romains d’Afrique du Nord et leur contexte méditerranéen, BEFAR 315 (2003), p. 178 ; pour la datation du bâtiment, voir M. Khanoussi, L. Maurin (dir.), Dougga, fragments d’histoire. Choix d’inscriptions latines éditées, traduites et commentées (ierive siècles) (2000).

40 Bouet 2003, I, p. 14‑15.

41 R. Étienne, J.‑P. Braun, Ténos I. Le sanctuaire de Poséidon et d’Amphitrite, BEFAR 263 (1986), p. 42‑44 et pl. III et VI.

42 Bouet 2003, I, p. 114‑116.

43 Y. Thébert (n. 39), p. 210‑211.

44 Y. Thébert (n. 39), p. 214‑215 (Grands Thermes) et p. 216‑217 (Petits Thermes).

45 Sur ces bains, voir infra fig. 21k et 21o.

46 Histoire Auguste, Carin XVII 5.

47 Bouet 2003, I, p. 266‑267.

48 Ce pourcentage s’élève à 73,90 % pour les deux sections réunies, à 80,60 % si l’on y ajoute l’atrium thermarum.

49 G. Charpentier, « Les bains », dans G. Tate et al. (éds), Sergilla, villa d’Apamène, Tome 1. Une architecture de pierre. I. Texte (2013), p. 486.

50 Cette salle possède une excroissance avec pédiluve qui porte sa surface totale à 100 m2.

51 G. Charpentier (n. 49), p. 486.

52 G. Charpentier (n. 49), p. 495.

53 Varron, De lingua latina IX 68.

54 Vitruve, De architectura V 10, 1.

55 Bouet 2003, I, p. 305 ; A. Bouet (dir.), Thermae gallicae, Les thermes de Barzan (Charente-Maritime) et les thermes des provinces gauloises, Aquitania Suppl. (2003), p. 715.

56 Bouet 2003, I, p. 305 ; A. Bouet, J.‑L. Tobie (n. 34), p. 175.

57 Bouet 2003, I, p. 307 ; A. Bouet (n. 55), p. 715‑716.

58 Durrbach 1902, p. 490. Voir aussi Bruneau 1968, p. 700.

59 S. Follet, Athènes au iie et iiie siècle. Études chronologiques et prosopographiques (1976), p. 162‑166 : inscription datée entre 92/3 et 105/6 apr. J.‑C. Cette date est plus ancienne que celle proposée antérieurement (premières années du règne d’Hadrien).

60 Durrbach 1902, p. 490. Notons en outre qu’Athènes continue d’envoyer des Dodécaïdes au moins jusqu’au milieu du iie s. apr. J.‑C. Contra M. Galli (n. 6), p. 443, qui pense que cette stèle était à l’origine insérée dans un mur de l’édifice et que la première phase de l’édifice thermal daterait par conséquent du iie s. apr. J.‑C. Mais c’est oublier que les douze autres fragments d’inscriptions commémoratives des Dodécaïdes ont été retrouvés presque exclusivement à proximité du Grand Temple et à l’intérieur du Hiéron d’Apollon, ce qui plaiderait en faveur d’une exposition de ces stèles non loin du temple d’Apollon bien plutôt que dans le secteur de l’Agora des Déliens, voir E. Le Quéré, « Le Sanctuaire d’Apollon du ier s. av. J.‑C. à la fin de l’époque impériale », dans R. Étienne (dir.), Le Sanctuaire d’Apollon à Délos, EAD (à paraître).

61 Voir infra, § IV.2.

62 Durrbach 1902, p. 485.

63 Durrbach 1902, p. 486.

64 Ces bassins avaient une profondeur inférieure à 0,80 m, hauteur donnée par le fouilleur pour les plaques de marbre qui revêtaient le mur de la pièce, et qui formaient « plinthe au‑dessus des baignoires » (Durrbach 1902, p. 487).

65 Ph. Bruneau, Ph. Fraisse, « Un pressoir à vin à Délos », BCH 105 (1981), p. 127‑153 ; id., « Pressoirs déliens », BCH 108 (1984), p. 713‑730.

66 Nous remercions Br. Ephrem pour son aide et ses conseils concernant ce thème. En Orient, on retrouve des traces de la fabrication de sauces de poisson en mer Noire, en Asie Mineure et en Égypte. Voir en général H. T. Corcoran, « Roman Fish Sauces », Classical Journal 58 (1963), p. 208 et R. I. Curtis, « In Defense of Garum », Classical Journal 78 (1983), p. 237. Sur les usines à salaison de mer Noire, voir J. M. Højte, « The Archaeological Evidence for Fish Processing in the Black Sea Region », dans T. Bekker-Nielsen (éd.), Ancient Fishing and Fish Processing in the Black Sea Region (2005), p. 141‑156.

67 D. Mylona, Fish‑Eating in Greece from the Fifth Century B.C. to the Seventh Century A.D. A Story of impoverished fishermen or luxurious fish banquets ?, BARIS 1754 (2008), p. 77‑78. Sur les viviers en Italie, voir J. Higginbotham, Piscinae. Artificial Fishponds in Roman Italy (1997).

68 Varron, De l’agriculture III 17, 2.

69 Columelle, De l’agriculture VIII 16‑17.

70 R. I. Curtis, Garum and Salsamenta, Production and Commerce in Materia Medica (1991), p. 116, n. 22.

71 Pour un exemple d’installation liée à la pourpre à Cassopé (Épire), voir H. W. Catling, « Archaeology in Greece, 1978‑79 », Archaeological Reports 25 (1978‑1979), p. 25. Horace (Carmina II 18, 7), Pline (Histoire Naturelle IX 125) et Martial (Épigrammes VIII 28, 9) évoquent la pourpre de Laconie, Pausanias (X 37, 3) celle produite à Bulis (Phocide). Sur la pêche au murex et l’industrie de la pourpre dans les îles de l’Égée (en particulier à Cos et à Nisyros, dans plusieurs îles des Cyclades et en Eubée) et à Milet, voir P. Brun, Les Archipels égéens dans l’Antiquité grecque (veiie siècles av. notre ère) (1996), p. 134 ; P. Herrmann, « Milesischer Purpur », Ist. Mitt. 1975, p. 141‑147.

72 Ph. Bruneau, « Prolongement de la technique des mosaïques de galets en Grèce », BCH 93 (1969), p. 759‑791 ; Ph. Bruneau, « Deliaca », BCH 102 (1978), p. 109‑114 ; G. Siebert, L’Îlot des Bijoux, l’Îlot des Bronzes, la Maison des Sceaux. 1. Topographie et Architecture, EAD XXXVIII (2001), p. 139‑140.

73 Ph. Bruneau, BCH 93 (1969), p. 787.

74 Le déblaiement de la zone avait été commencé dès 1892, par M. Chamonard, et poursuivi par A. Jardé en 1903 ; mais aucun carnet de fouille n’en fait mention. Ces différentes campagnes, menées à plusieurs années d’intervalle, expliquent en partie le caractère disparate et imprécis de nos données. Pour la description succincte de l’édifice, voir M. Holleaux, « Rapport sur les travaux exécutés dans l’île de Délos par l’École française d’Athènes pendant l’année 1905 », CRAI (1905), p. 767‑769 et p. 776 ; F. Durrbach, A. Jardé, « Fouilles de Délos, exécutées aux frais de M. le Duc de Loubat (1903) », BCH 29 (1905), p. 256‑257.

75 Bruneau 1968, p. 702‑705.

76 Hasenohr 2002, p. 104‑106 ; Hasenohr 2014, p. 296‑299.

77 M. Holleaux (n. 74), p. 767.

78 Hasenohr 2002, p. 104 et p. 106 ; Hasenohr 2014, p. 299.

79 Hasenohr 2002, p. 104. Les parties conservées de l’édifice, où ces vestiges apparaissent, sont représentées en pointillés sur le plan.

80 Aménagée dans un seuil long de 2,40 m.

81 Hasenohr 2002, p. 104 ; Hasenohr 2014, p. 297. La couverture de l’espace ne pose aucun problème.

82 Voir la photographie prise en 1904, lors des fouilles (Bruneau 1968, p. 702, fig. 33).

83 Les parois du solium étaient décorées, mais la photographie prise en 1904, lors des fouilles (Bruneau 1968, p. 704, fig. 35), ne permet pas de distinguer s’il s’agit de placage en marbre ou de stuc.

84 L’autre possibilité serait de voir dans ces murs la délimitation d’une chambre de chauffe protégeant un foyer.

85 Bruneau 1968, p. 703, n. 2. Tous les hypocaustes de Délos pour lesquels nous possédons des renseignements (tel n’est pas le cas toutefois des pièces D et E des thermes de l’Agora des Déliens) sont constitués de pilettes composées de briques circulaires. Celles‑ci sont fortement répandues en Grèce, contrairement à d’autres régions de l’Empire (pour la Gaule, voir A. Bouet, Les matériaux de construction en terre cuite dans les thermes de la Gaule Narbonnaise, Scripta Antiqua 1 [1999], p. 151‑162).

86 Plusieurs de ces fragments présentent des traces de mortier hydraulique. D’autres fragments ont été découverts lors des fouilles réalisées par l’éphorie en 2014 au Nord du château d’eau.

87 M. Holleaux (n. 74), p. 768.

88 Hasenohr 2002, p. 101 et p. 104, fig. 14. Sondage réalisé au niveau de l’angle Sud‑Est du caldarium.

89 Hasenohr 2002, p. 101.

90 Hasenohr 2014, p. 299, n. 24.

91 Voir infra, § IV.2.

92 Hasenohr 2002, p. 106 ; Hasenohr 2014, p. 298.

93 Moretti, Fincker 2011.

94 M. Fincker, J.‑Ch. Moretti, « Le barrage du Réservoir de l’Inopos à Délos », BCH 131 (2007), p. 226‑227 ; Moretti, Fincker 2011, p. 165‑167.

95 C. Durvye, BCH 131 (2007), p. 987‑996.

96 Moretti, Fincker 2011, p. 167.

97 Moretti, Fincker 2011, p. 167.

98 M. Holleaux, « Rapport sur les travaux exécutés dans l’île de Délos par l’École française d’Athènes pendant l’année 1906 », CRAI (1907), p. 353. Cet « épais massif de maçonnerie, reste des thermes romains », qui masquait l’angle Sud‑Est du Portique Tétragone, ne fut entièrement dégagé qu’en 1906, par G. Leroux.

99 Les deux châteaux d’eau semblent en outre avoir été pourvus d’un système de distribution répartissant l’eau dans les habitations alentour, voir Le Quéré à paraître.

100 Moretti, Fincker 2011, p. 165 (identification de D. Piéri).

101 L’Inopos a un débit faible et intermittent (M. Fincker, J.‑Ch. Moretti, « Le barrage du réservoir de l’Inopos à Délos », BCH 131 [2007], p. 188). La capacité du réservoir à l’époque de l’Indépendance est estimée à 1 700 m3 (ibid., p. 224). Les travaux postérieurs qui nous intéressent dans ce cadre réduisent un peu cette capacité.

102 C’est ce qu’avait mis en évidence R. Ginouvès au sujet des thermes fréquentés au ive s. et dans lesquels on voit se multiplier de petits bassins individuels qui témoigneraient de la nouvelle forme de pudeur et du nouveau rapport au corps introduit par le christianisme (R. Ginouvès, « Sur un aspect de l’évolution des bains en Grèce vers le ive siècle de notre ère », BCH 79 [1955], p. 135‑152).

103 Dans ce cadre, les thermes au Sud‑Ouest de l’Agora à Athènes, intégralement dégagés, seraient particulièrement intéressants. Si une partie d’un bain des iie et ier s. av. J.‑C. a été mise en évidence (T. L. Shear, « The Athenian Agora : Excavations of 1968 », Hesperia 38 [1969], p. 396‑400), le monument est totalement reconstruit au milieu du ier s. apr. J.‑C. (ibid., p. 400‑406). À côté des salles traditionnelles, se trouvent une vaste pièce et des annexes destinées vraisemblablement à une pratique sportive, qui remplacent la palestre, impossible à construire dans un environnement très contraint. Ce principe perdure lors des réaménagements du iie s. (ibid., p. 406‑408) et même lors des travaux de la seconde moitié du ive s., lorsque la zone chauffée est réduite en superficie (ibid., p. 408‑415). Entrent également dans cette série les Grands Thermes partiellement connus de la route de Léchaion à Corinthe. Construits vers 200 apr. J.‑C., ils connaissent des remaniements visant une réduction de la zone chauffée aux ve et vie s. (J. C. Biers, The Great Bath on the Lechaion Road, Corinth 17 [1985] ; Biers 2003, p. 316). Les Thermes A d’Argos du début du iie s. subissent des modifications dans la première moitié du ive s. ; il ne semble pas qu’il y ait une réduction du secteur chauffé (voir, entre autres, R. Ginouvès, BCH 79 [1955], p. 323‑328 ; P. Aupert, BCH 97 [1973], p. 490‑500 et BCH 98 [1974], p. 764‑774). Dans les thermes de l’Asclépéion d’Épidaure du milieu du iie s., les transformations sont importantes à la fin du ive s. et il semble qu’elles s’accompagnent d’une réduction des espaces chauffés (R. Ginouvès [n. 102], p. 141‑146).

104 Certains ne peuvent pas être pris en compte car ils ne sont pas intégralement dégagés, comme les thermes de l’Agora d’Argos (A. Pariente et al., « Les recherches sur l’Agora d’Argos », dans A. Pariente, G. Touchais (éds), Argos et l’Argolide : Topographie et urbanisme [1998], p. 220). Tel est également le cas des Thermes de l’Est de Delphes ; il n’en existe qu’un plan à petite échelle et la description est trop succincte pour une étude fiable. Le bâtiment date du milieu ou de la seconde moitié du iiie s. ; des transformations remontent à la première moitié du ive s. (R. Ginouvès [n. 102], p. 138 ; J.‑Fr. Bommelaer, Guide de Delphes : le site, SitMon 7 [1991], p. 196‑198). Elles sont rapprochées de l’inscription découverte à proximité concernant la donation faite en 319 par L. Gellius Menogenes pour l’entretien d’un établissement de bains (J. Bousquet, BCH 76 [1952], p. 653‑660).

105 On pourra retrouver quelques éléments dans I. Nielsen (n. 6), H. Manderscheid (n. 6) et dans M.‑E. Wassenhoven, The Bath in Greece in Classical Antiquity : The Peloponnese, BARIS 2368 (2012). Nous constatons, à l’occasion de ce bref inventaire, l’ampleur de la tâche à accomplir pour écrire une histoire des thermes romains en Grèce digne de ce nom. Bon nombre de monuments ne sont publiés que succinctement, sans plan par état, datés de façon approximative ou selon des critères qui mériteraient un nouvel examen.

106 Nous ne ferons que mentionner les bains situés à l’angle des avenues Amalias et Olgas construits à l’extrême fin du iiie ou au début du ive s. Bien que très intéressants, on n’en connaît que les deux pièces chaudes. Voir O. Zachariadou, « Zappeion Shaft », dans L. Parlama, N. Chr. Stampolidis (éds), The City beneath the City, Antiquaries from the Metropolitan Railway Excavations (2000), p. 132‑138.

107 S. Eleftheratou, « Το ανατολικό Λουτρό στο οικόπεδο Μακρυγιάννη », AD 55, A’ (2000), p. 285‑328.

108 La limite de la cour orientale n’est pas connue.

109 En arrière de l’abside, se trouve un aménagement circulaire (8) de 1,40 m de diamètre sur hypocauste constitué de deux pilettes. Nous y voyons l’emplacement d’une chaudière, bien que la présence de pilettes à cet emplacement soit unique selon nous.

110 Celui‑ci aurait alors le même plan que le foyer chauffant le solium Sud du caldarium.

111 A. d’Amico, « Le terme dell’Olympieion di Atene », ASAA 84 (2006), p. 696 ; I. Travlos (PAE 104 [1949], p. 34) y voyait un apodyterium.

112 Le bâtiment est trop détruit pour avoir conservé trace de cette cuve à laquelle le fouilleur donne une surface de 0,70 m2.

113 R. S. Young, « An Industrial District of Ancient Athens », Hesperia 20 (1951), p. 279‑282.

114 A. Frantz (The Athenian Agora 24 : Late Antiquity A.D. 267‑700 [1988], p. 32) propose le iiie ou le ive s. avec une fréquentation au ve, voire au vie s.

115 A. Frantz (The Athenian Agora 24 : Late Antiquity A.D. 267‑700 [1988], p. 31‑32).

116 Aucune chambre de chauffe ne semble envelopper les praefurnia.

117 G. Daux, BCH 83 (1959), p. 683‑684.

118 I. Threpsiadis, « Ἀνασκαφαὶ ἐν Αὐλίδι », PAE 111 (1956), p. 100.

119 H. Arbman, « The Roman Baths », dans O. Frödin, A. W. Persson (éds), Asine, Result of the Swedish Excavations 1922‑1930 (1938), p. 105‑112 ; K. Höghammar, « The Dating of the Roman Bath at Asine in Argolis », OAth 15 (1984), p. 97.

120 S. Charitonidis, R. Ginouvès, « Bain romain de Zevgolatio près de Corinthe », BCH 79 (1955), p. 102‑120.

121 Biers 2003, p. 316. Il était daté à l’origine du tournant des iie et iiie s.

122 Aucune chambre de chauffe n’est connue.

123 Le mur Ouest de la salle n’a pas été identifié.

124 Des trois ouvertures qui mettaient en communication la chambre de chaleur du bassin et celle du reste de la pièce, une seule est conservée.

125 O. Broneer, The South Stoa and its Roman Successors, Corinth I‑IV (1954), p. 145‑151. La datation de la construction, placée dans un premier temps vers 300 (ibid., p. 151), a été ensuite revue (Biers 2003, p. 309).

126 Celle‑ci serait un ajout postérieur à la plus modeste (O. Broneer, The South Stoa and its Roman Successors, Corinth I‑IV (1954, p. 316).

127 G. D. R. Sanders, « A Late Roman Bath at Corinth : Excavations in the Panayia Field, 1995‑1996 », Hesperia 68.4 (1999), p. 441‑480.

128 Il existe en réalité deux ouvertures au niveau de l’hypocauste, l’une dans la paroi Sud, l’autre dans celle de l’Est. Le fouilleur pense qu’il s’agit d’éléments davantage liés au nettoyage qu’au chauffage. Si de tels aménagements dans les hypocaustes des établissements d’une certaine ampleur à Ostie – comme les Thermes Maritimes ou ceux du Forum (voir H. Broise, J. Scheid, Recherches archéologiques à La Magliana. Le balneum des Frères Arvales, Roma Antica 1 [1987], p. 106) – sont concevables, cela nous laisse ici sceptiques ; nous proposons de voir dans l’ouverture la plus large de l’Est un foyer.

129 Biers 2003, p. 314. La salle du bain froid est précédée d’un espace qui n’a pas été intégralement dégagé, peut‑être une palestre ou un vestiaire.

130 Biers 2003, p. 310.

131 L’étendue des zones de service au Sud et à l’Est n’est pas connue, pas plus que celle de la zone orientale précédemment évoquée.

132 P. Aupert, « Objets de la vie quotidienne à Argos en 585 apr. J.‑C. », dans Études Argiennes, BCH Suppl. 6 (1980), p. 395‑399.

133 C’est l’hypothèse retenue par P. Aupert (P. Aupert, « Objets de la vie quotidienne à Argos en 585 apr. J.‑C. », dans Études Argiennes, BCH Suppl. 6 (1980), p. 399). M.‑E. Wassenhoven (n. 105), p. 121, y voit l’extension des thermes voisins L.

134 Si tel était le cas, il s’agirait de l’apodyterium. Sa surface minimale est de 21,50 m2.

135 A. Panayotopoulou, « Ρωµαϊκά και υστερορωµαϊκά λουτρά στο Άργος (Thermes romains d’époque romaine et tardo-romaine à Argos) », dans A. Pariente, G. Touchais (éds), Argos et l’Argolide : Topographie et urbanisme (1998), p. 373‑384.

136 Nous pensons qu’il s’agit plutôt d’un vestibule que d’un apodyterium.

137 Rappelons que le bâtiment n’étant pas intégralement connu, les surfaces données sont celles minimales.

138 La pièce (1) n’appartient pas aux thermes.

139 apodyterium La pièce (1) est considérée comme l’apodyterium.

140 Cette surface ne prend pas en compte les chambres de chauffe qui ne sont pas précisément délimitées.

141 On butte ici sur les problèmes de datations qui ne sont pas toujours – loin s’en faut – établies sur des critères archéologiquement fiables.

142 Grande salle avec tribune et son extension (apodyterium) et frigidarium.

143 Tepidarium (sans hypocauste), laconicum et caldarium.

144 A. Bouet, Fl. Saragoza, « Les thermes de la crypte archéologique du parvis de Notre‑Dame », dans Et Lutèce devint Paris… Métamorphoses d’une cité au ive siècle, Crypte archéologique du parvis Notre‑Dame (2011), p. 101‑103.

145 P. Aupert et al., Saint-Bertrand-de-Comminges II. Les thermes du Forum (2001), p. 98.

146 Ils sont interprétés comme appartenant à une habitation, vraisemblablement du fait de leur petite taille, mais leur isolement permet d’envisager leur caractère public.

147 E. Poirel, Le théâtre romain de Lillebonne (1974), p. 16.

148 Bouet 2003, II, p. 40‑41.

149 Bouet 2003, p. 306‑307.

150 Bouet 2003, p. 239‑242.

151 H. Galinié (dir.), Tours antique et médiéval. Lieux de vie, temps de la ville, 40 ans d’archéologie urbaine, RACF Suppl. 30 (2007), p. 64‑66. Pour une synthèse sur les thermes dans l’Antiquité tardive, voir J. Boudeau, « Devenir et place des thermes publics dans les castra du Bas‑Empire du Nord‑Ouest de la Gaule : étude de dix chefs‑lieux de cité de Gaule Belgique et Lyonnaise », RACF 50 (2011), p. 453‑499.

152 A. Bouet, Fl. Saragoza, « Les thermes de l’Antiquité tardive », dans Et Lutèce devint Paris… Métamorphoses d’une cité au ive siècle, Crypte archéologique du parvis Notre‑Dame (2011), p. 98.

153 Seules exceptions, les thermes impériaux de Trèves (Allemagne) de 33 600 m2 et les Thermes de Constantin en Arles (Bouches-du-Rhône) de 3 750 m2, édifiés dans deux villes qui connurent un destin particulier puisqu’elles devinrent durant quelques années résidence impériale (A. Bouet, Fl. Saragoza, « Les thermes de l’Antiquité tardive », dans Et Lutèce devint Paris… Métamorphoses d’une cité au ive siècle, Crypte archéologique du parvis Notre‑Dame (2011) p. 98).

154 Si on quitte la Gaule pour la Corse, les thermes d’Aléria, édifiés à l’intérieur du péribole du temple du forum probablement au début du ive s., n’entrent pas dans ce schéma, car le frigidarium est tout à fait en rapport de taille avec les salles chaudes, voir A. Bouet, « Un complexe thermal de l’Antiquité tardive : le “Prétoire” à Aléria (Haute-Corse) », Gallia 55 (1998), p. 343‑363.

155 A. Bouet, Fl. Saragoza (n. 152), p. 100.

156 Il en va de même à Délos où, à la fin du ive s. ou au début du ve s. apr. J.‑C., des thermes furent construits au‑dessus des habitations d’époque impériale, dans le secteur de la Salle Hypostyle (GD 50). Les dimensions réduites des pièces et leur datation autorisent à suivre l’interprétation d’A. K. Orlandos (BCH 60 [1936], p. 93), selon laquelle nous aurions affaire, non à des bains publics, mais à une salle de bain d’un édifice privé paléochrétien, vraisemblablement un monastère.

157 C. Balmelle, Les demeures aristocratiques d’Aquitaine. Société et culture de l’Antiquité tardive dans le Sud‑Ouest de la Gaule, Mémoires 5, Aquitania Suppl. 10 (2001), p. 178 et p. 190‑191.

158 Sidoine Apollinaire, Lettres II 2, 5. Sidoine doit évoquer les thermes publics de l’époque antérieure et qui avaient dû laisser une image forte dans la conscience collective car, comme cela a été vu, les nouveaux ensembles sont très modestes.

159 GD, p. 44. Voir également P. Roussel, Délos, colonie athénienne2, BEFAR 111 (1987), p. 336‑340.

160 On retrouvera l’intégralité des textes dans Bruneau 1968, p. 691‑693.

161 Pour se cantonner à un secteur, plusieurs habitations d’époque impériale ont été mises au jour au‑dessus de la Salle Hypostyle (GD 50). La maison (I) de 475 m2 s’organisait autour d’un péristyle remarquable en marbre (G. Leroux [n. 4], p. 66‑67). Par sa superficie, elle n’a rien à envier aux belles maisons de la Délos de la grande époque : Maison des Dauphins (404 m2), Maison de Cléopâtre (405 m2), Maison des Tritons (415 m2), Maison A de l’Inopos (439 m2), Maison du Dionysos (451 m2), Maison des Comédiens (515 m2) (les surfaces sont tirées de M. Trümper, Wohnen in Delos, Eine baugeschichtliche Untersuchung zum Wandel der Wohnkultur in hellenistischer Zeit, Internationale Archäologie 46 [1998]). La datation de ces habitations « tardives », toutes contemporaines, a été discutée à plusieurs reprises ; elles sont en réalité à replacer dans le courant du iie s. apr. J.‑C., peut‑être à l’époque antonine, voir E. Le Quéré, Les Cyclades sous l’Empire romain. Histoire d’une renaissance (2015), p. 168.

162 Bruneau 1968, p. 706.

163 GD, p. 44.

164 Bruneau 1968, p. 706.

165 Sur la localisation des activités artisanales à l’époque impériale et protobyzantine, voir A. K. Orlandos, « Délos chrétienne », BCH 60 (1936), p. 68‑71 et p. 84‑86 ; Bruneau 1968, p. 699‑708 ; Ph. Bruneau, Ph. Fraisse, BCH 105 (1981), p. 151‑153 ; id., BCH 108 (1984), p. 723‑730 ; Ph. Bruneau, BCH 111 (1987), p. 339‑340 ; G. Siebert (n. 72), p. 59 et p. 138 ; E. Le Quéré (n. 161), p. 169‑172.

166 M. Holleaux (n. 98), p. 358 ; P. Roussel (n. 159), p. 337 ; Hasenohr 2002, p. 106‑107.

167 Sur ces basiliques protobyzantines, voir A. K. Orlandos (n. 165), p. 68‑100 ; Le Quéré à paraître, zone 1, nos 101‑103.

168 E. Le Quéré (n. 60).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Emplacement des thermes de l’époque impériale dans la plaine du Sanctuaire d’Apollon à Délos, plan schématique.
Crédits Dessin E. Le Quéré, d’après GD pl. I, plan Nénot 1882, plan Ardaillon 1896, plan Replat 1914, planothèque EFA nos 1596 et 2582.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/358/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 625k
Titre Fig. 2 – Plan des thermes de l’Agora des Déliens dressé en 1902.
Crédits Dessin A. Bouet, d’après Durrbach 1902, pl. II‑III.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/358/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 619k
Titre Fig. 3 – Vue générale de l’Agora des Déliens.
Crédits Cl. A. Bouet.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/358/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 507k
Titre Fig. 4 – Relevé actuel des thermes de l’Agora des Déliens.
Crédits Dessin A. Bouet, d’après Moretti, Fincker 2011, p. 165.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/358/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Titre Fig. 5 – Plan de l’Agora des Déliens.
Crédits Dessin A. Bouet, d’après GD, pl. I.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/358/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Fig. 6 – Vue depuis le Sud de l’atrium thermarum, pièce A.
Crédits Cl. A. Bouet.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/358/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 673k
Titre Fig. 7 – Vue depuis le Nord du seuil d’accès aux thermes.
Crédits Cl. A. Bouet.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/358/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 740k
Titre Fig. 8 – Vue depuis le Sud‑Ouest de l’exèdre englobée postérieurement dans les thermes tardifs .
Crédits Cl. A. Bouet.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/358/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 686k
Titre Fig. 9 – Vue depuis le Sud‑Ouest du frigidarium C et de son renfoncement quadrangulaire destiné à accueillir une piscina.
Crédits Cl. A. Bouet.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/358/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 883k
Titre Fig. 10 – Vue depuis l’Ouest du laconicum D.
Crédits Cl. A. Bouet.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/358/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 903k
Titre Fig. 11 – Vue depuis le Nord‑Ouest du caldarium E.
Crédits Cl. A. Bouet.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/358/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 853k
Titre Fig. 12 – Vue depuis l’Ouest de la paroi méridionale du caldarium E, comprenant une abside qui accueillait peut‑être un labrum.
Crédits Cl. A. Bouet.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/358/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 778k
Titre Fig. 13 – Vue depuis l’Ouest du frigidarium G.
Crédits Cl. A. Bouet.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/358/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 738k
Titre Fig. 14 – Plans de différents atria thermarum :
Crédits Dessins A. Bouet, a. d’après Moretti, Fincker 2011, p. 165 ; b‑g. d’après Bouet 2003, I, p. 15 ; h. d’après Y. Thébert (n. 39), p. 614 ; i. d’après R. Étienne, J.‑P. Braun (n. 41), pl. VI.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/358/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 291k
Titre Fig. 15 – Plans de différents laconica à bassin.
Crédits Dessins A. Bouet, a. d’après Moretti, Fincker 2011, p. 165 ; b. et d‑n. d’après Bouet 2003, I, p. 114 et p. 116 ; c. d’après H. Eschebach, Die Stabianer Thermen in Pompeji (1979), taf. 8 et 30.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/358/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 305k
Titre Fig. 16 – Plans de différents frigidaria avec piscina chauffée.
Crédits Dessins A. Bouet, a. d’après Moretti, Fincker 2011, p. 165 ; b‑f. d’après Bouet 2003, II, p. 54, 164, 167, 38 et 143 ; g. d’après J. J. Herrmann Jr, « Observations on the Baths of Maxentius in the Palace », dans MDAI(R) 83 (1976), p. 406 et p. 416.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/358/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Fig. 17 – Plan des thermes de Sergilla.
Crédits Dessin A. Bouet, d’après G. Charpentier [n. 49], pl. D‑10.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/358/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Titre Fig. 18 – Vue depuis l’Ouest des deux cuves de l’atelier de fabrication de la pourpre au Sud de la Synagogue.
Crédits Cl. A. Bouet.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/358/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 776k
Titre Fig. 19 – Plan des thermes du Sud de l’Agora des Compétaliastes.
Crédits Dessin A. Bouet, d’après Bruneau 1968, p. 703.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/358/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 422k
Titre Fig. 20 – Tracé de l’aqueduc alimentant les thermes depuis le réservoir de l’Inopos.
Crédits Dessin A. Bouet, d’après Moretti, Fincker 2011, p. 165.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/358/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Titre Fig. 21 – Comparaison des thermes de Délos et des thermes tardifs de Grèce.
Crédits Dessins A. Bouet, a. d’après Moretti, Fincker 2011, p. 165 ; b. d’après Bruneau 1968, p. 703 ; c. d’après S. Eleftheratou (n. 107), p. 290 ; d. d’après A. d’Amico (n. 111), tav. A ; e. d’après R. S. Young (n. 113), p. 281 ; f. d’après E. Greco, Topografia di Atene, Sviluppo urbano e monumenti dalle origini all III secolo d.C., Tomo 1. Acropoli‑Aeropago‑Tra Acropoli e Pnice (2010), p. 241 ; g. d’après G. Daux, BCH 83 (1959), p. 684 ; h. d’après K. Höghammar (n. 119), p. 85 ; i. d’après S. Charitonidis, R. Ginouvès, BCH 79 (1955), Fig. 1 ; j. d’après ibid., Fig. 1 ; k. d’après O. Broneer (n. 125), pl. V et XIX ; l. d’après G. D. R. Sanders (n. 127), p. 446 ; m. d’après Biers 2003, p. 315 ; n. d’après P. Aupert (n. 132) p. 396 ; o. d’après A. Panayotopoulou (n. 135), p. 382‑383.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/358/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 583k
Titre Tableau 1 – Tableau synthétique des données des édifices décrits.
Légende Renvois aux notes137,138 et139.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/358/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 22 – Comparaison des thermes de Délos et des thermes publics du ive s. de Gaule :
Crédits Dessins A. Bouet a. d’après Moretti, Fincker 2011, p. 165 ; b. d’après Bruneau 1968, p. 703 ; c. d’après A. Bouet, Fl. Saragoza (n. 144), p. 102 ; d. d’après A. Bouet (n. 154), p. 360 ; e. d’après I. Rogeret, Carte archéologique de la Gaule 76 (1997), p. 335 et p. 339 ; f‑h. d’après A. Bouet (n. 154), p. 358 ; i. d’après H. Galinié (n. 151), p. 65.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/358/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 599k
Titre Fig. 23 – Les thermes du ve s. de Gaule en relation avec une basilique.
Crédits Dessins A. Bouet d’après A. Bouet, Fl. Saragoza (n. 152), p. 98.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/358/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Bouet et Enora Le Quéré, « Les thermes impériaux de Délos : l’infrastructure publique d’une ville ἄδηλος ? »Bulletin de correspondance hellénique, 139-140.1 | 2016, 417-462.

Référence électronique

Alain Bouet et Enora Le Quéré, « Les thermes impériaux de Délos : l’infrastructure publique d’une ville ἄδηλος ? »Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 139-140.1 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 19 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/bch/358 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bch.358

Haut de page

Auteurs

Alain Bouet

Université Bordeaux-Montaigne, Ausonius (UMR 5607).

Enora Le Quéré

Université de Rouen, GRHis (EA 3831).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search