Navigation – Plan du site

AccueilNuméros139-140.1Inscriptions d’Amathonte XI

Inscriptions d’Amathonte XI

Un autel en l’honneur de Ptolémée X et Bérénice III découvert aux abords Sud‑Ouest de l’agora
Ludovic Thély
p. 463-484

Résumés

Découverte en remploi dans l’angle du mur d’un bâtiment monumental d’époque impériale, au Sud‑Ouest de l’agora d’Amathonte, cette dédicace inédite en l’honneur des souverains lagides Ptolémée X et Bérénice III, désignés comme « dieux sauveurs », est un cas unique à Chypre. D’abord en raison de la rareté des attestations épigraphiques de ce couple royal qui gouverna depuis Alexandrie l’Empire lagide entre 101 et 88 ; ensuite, parce que l’épithète θεῶν Σωτήρων ne leur est que très rarement attribuée dans la documentation, y compris dans les sources papyrologiques. Enfin, une étude de l’autel et de sa fonction comme élément de remplissage d’un mur à double pare­ment met aussi en lumière certaines caractéristiques de construction du monument où fut trouvé le document.

Haut de page

Notes de l’auteur

Ce m’est un devoir agréable de remercier ceux qui ont contribué à la publication de cette inscription inédite : J. Adam et Fr.‑D. Deltenre, qui œuvrent à mes côtés à Amathonte ; le département des Antiquités de Chypre et son représentant à Limassol, I. Violaris, qui nous offrent les meilleures conditions de travail sur place ; P. Aupert, J.‑Y. Carrez-Maratray, P. Hamon et Cl. Sarrazanas, qui m’ont communiqué avec une amicale bienveillance leurs remarques et ont contribué à l’amélioration du texte.

Texte intégral

Introduction

  • 1 La fouille des abords Sud‑Ouest de l’agora a débuté à l’automne 2014 et s’est poursuivie l’année s (...)
  • 2 Pour la démonstration concernant l’attribution de cet autel à Ptolémée X et Bérénice III (et non à (...)
  • 3 En outre, une confusion demeure dans l’historiographie moderne : jusqu’à une date assez récente, l (...)

1À l’occasion des fouilles menées aux abords Sud‑Ouest de l’agora d’Amathonte, à 80 m environ du centre de la place publique (fig. 1), une inscription gravée sur un autel circulaire fut mise au jour le 16 septembre 20151. Bien que le lit d’attente et la partie supérieure du fût soient entièrement arrachés, la lecture ne pose aucune difficulté. Ce document témoigne d’un culte dynastique rendu aux « dieux sauveurs », Ptolémée X Alexandre Ier et Bérénice III2. En dépit de la brièveté du formulaire, le texte présente deux particularités notables : il s’agit d’abord de la seule attestation connue d’une dédicace conjointe adressée au roi lagide et à son épouse à Chypre. D’autre part, l’épithète royale attribuée aux deux souverains est exceptionnelle : Ptolémée X et Bérénice sont en effet presque toujours désignés θεοὶ φιλοµήτορες dans les inscriptions et, à l’exception d’un document du Fayoum, seule la documentation papyrologique donne, dans de rares cas, le complément θεοὶ Σωτῆρες. Pour ces raisons, il importait de donner une publication rapide de cet inédit ainsi qu’un commentaire historique synthétique, d’autant que les rivalités dynastiques qui ont marqué la fin du iie et le début du ier s. av. n.è. ont parfois conduit à des erreurs d’attribution et d’interprétation de certains testimonia3. Du point de vue de l’histoire des relations entre Chypre et les souverains ptolémaïques, la richesse de ce document procède surtout de l’examen d’une question de chronologie : si, comme nous le pensons, la dédicace fut bien gravée au début du ier s. av. n.è., il convient d’expliquer pourquoi un autel en l’honneur de Ptolémée X Alexandre Ier se retrouve dans une cité de l’île qui, à cette époque, semble avoir été sous le contrôle de son frère et ennemi Ptolémée IX Sôter II.

Fig. 1 – Plan général de situation. Éch. 1⁄1500.

Fig. 1 – Plan général de situation. Éch. 1⁄1500.

EFA, L. Fadin

Le document : l’autel et l’inscription

  • 4 Toutes les dimensions sont données en centimètres.

2Inv. AMA 3726. Actuellement dans la cour du musée archéologique de Limassol (fig. 2)4.

3Graphie. H. l. : min. 1,5 (thèta, 4e ligne), max. 2,5 (iota, 3e ligne) ; int. : 1,5. Gravure relativement soignée et régulière, dans le style habituel des inscriptions de la fin du iie s. av. n.è. à Chypre : alpha à barre brisée ; sigma à barres parallèles ; lettres rondes (thèta et omicron) plus petites que les autres ; apices fourchus peu prononcés (fig. 3).

4Description du bloc (fig. 4). H. cons. : 65,1 ; diam. fût : 54 ; diam. scotie : 58‑62 ; diam. tore inférieur : 67. Autel rond en calcaire coquillé de provenance locale à base moulurée. Le lit d’attente est entièrement arraché, ainsi que toute la partie supérieure du fût, avec une cassure débordante sur la face inscrite à hauteur des deux premières lignes conservées du texte. Le lit de pose présente une mortaise carrée à fond plat de 2,5 cm de côté et de 3 cm de profondeur. Parmi les éléments de la modénature, seule la base de l’autel est conservée : tore inférieur évasé, scotie entre deux filets et tore supérieur plus aplati.

[....]ΕΜΑΙOΥ̣
[..]ΕΞΑΝΔΡΟΥ
ΒΕΡΕΝΙΚΗΣ
ΘΕΩΝΣΩΤΗΡΩΝ

[Πτολ]εµαίου̣
[Ἀλ]εξάνδρου
Βερενίκης
θεῶν Σωτήρων

(Autel de) Ptolémée Alexandre (et) Bérénice, dieux sauveurs.

5Notes critiques.

6L. 1 : Il n’est pas certain que l’inscription commence directement par le nom du roi au génitif. En raison de l’état du bloc au niveau de la partie supérieure du fût, on ne peut pas exclure en effet la disparition dans la cassure du titre royal, [βασιλέως] ou [βασιλέων].

Fig. 2 – L’autel d’Amathonte en l’honneur de Ptolémée X.

Fig. 2 – L’autel d’Amathonte en l’honneur de Ptolémée X.

Cl. EFA, Fr.‑D. Deltenre, L. Thély.

Fig. 3 – Détail de l’inscription.

Fig. 3 – Détail de l’inscription.

Cl. EFA, Fr.‑D. Deltenre, L. Thély.

Fig. 4 – Relevé architectural du bloc, 1⁄15.

Fig. 4 – Relevé architectural du bloc, 1⁄15.

EFA, C. Castres.

Éléments du contexte archéologique

  • 5 L’hypothèse la plus vraisemblable est qu’il s’agit d’une entrée monumentale aménagée. Les prochain (...)
  • 6 Au terme de la campagne 2015, l’identification de cet espace monumental n’était pas assurée. L’ens (...)

7Environ 40 cm au‑dessous de la couche de surface, une structure imposante, large d’1,80 m et conservée sur trois assises, a été mise au jour (fig. 5). Ce mur à double parement avec remplissage de terre et de pierres présente un appareil de moellons quadrangulaires, dont les blocs sont pour une très grande part remployés : on note en effet, parmi les nombreuses traces laissées par des techniques de levage ou d’assemblage, des incohérences significatives comme des scellements ou des trous de louve mal placés ; on observe en outre des marques de carrier inversées sur certains blocs. La plupart d’entre eux devaient sans doute appartenir à des édifices de l’agora hellénistique ou pré‑hellénistique. Le module des deux premières assises est de 0,36 m ; l’assise supérieure possède une hauteur de 0,20 m. De petits moellons obliques composent les fondations en hérisson. La structure est conservée sur un minimum de 12,50 m, d’orientation Est‑Ouest, et se poursuit actuellement dans la berme occidentale. Elle fait retour à l’Est en direction du Nord suivant un angle obtus de 95°. Cette section du mur se prolonge sur 9,5 m puis s’interrompt5. Elle présente des caractéristiques de construction semblables, avec un épais remplissage entre les deux parements distants d’1,80 m. Dans l’ensemble du secteur, les niveaux de fondation ont été atteints : l’étude du matériel céramique invite à dater sûrement l’ensemble au ier s. de n.è.6.

Fig. 5 – Photographie orthonormée des structures.

Fig. 5 – Photographie orthonormée des structures.

Cl. EFA, J. Adam.

8L’autel en l’honneur de Ptolémée X et Bérénice III était remployé comme élément de blocage dans le remplissage du retour Nord, à 1,60 m du point de section de l’angle (fig. 6a‑b). La stratigraphie ne pose pas de difficulté particulière : les couches supérieure et inférieure du remplissage présentent un caractère homogène, contemporain des niveaux de fondation, et marqué par la présence, pour le matériel le plus tardif, de nombreux fragments d’Eastern Sigillata B.

Fig. 6 – a. L’inscription en remploi dans le remplissage du mur. b. Relevé architectural de l’emplacement de l’autel.

Fig. 6 – a. L’inscription en remploi dans le remplissage du mur. b. Relevé architectural de l’emplacement de l’autel.

Cl. EFA, J. Adam (a) ; Cl. EFA, C. Castres (b).

9La position du bloc est particulièrement significative pour la compréhension des techniques de construction ou, plus précisément, pour l’identification des anomalies architecturales de la structure. L’autel n’était pas pris ou intégré dans la maçonnerie du mur, mais il était simplement posé contre la paroi interne du parement extérieur, la base reposant à plat au‑dessus du niveau des fondations. À l’emplacement de l’autel, la face de ce parement dressé rompt l’harmonie d’en semble (fig. 7) : au‑ dessus de la première assise conservée, dont le module est de taille standard, les blocs quadrangulaires sont remplacés par une longue section de moellons de petit calibre, dont quelques‑uns sont en saillie hors du mur, mélangés à des galets et des fragments d’amphores. Cette étrangeté ne se retrouve qu’au niveau de la seconde as sise et seule­ment à l’endroit où était posé l’autel. Il n’est sans doute pas déraisonnable, à ce stade, de suggérer un réaménagement très partiel de cette partie du mur, peut‑être à la suite d’un effondrement li mité. L’autel aurait donc eu pour simple fonction de supporter les poussées de la structure qui, à cet endroit, était fragilisée par une reconstruction à la hâte de la seconde assise. On note par ailleurs la présence de blocs non taillés qui s’appuient contre l’autel au Sud. L’épaisseur et la disposition du remplissage servaient assurément à renforcer la liaison des deux murs à leur point de jonction.

Fig. 7 – Détail de la face externe du retour Nord du mur.

Fig. 7 – Détail de la face externe du retour Nord du mur.

Cl. EFA, C. Castres.

Commentaire

Hypothèses concernant l’emplacement d’origine de l’autel

10Il est hors de doute que l’autel en l’honneur de Ptolémée et Bérénice servit comme élément de remplissage proche de l’angle d’un mur monumental à l’époque impériale. Nous ne devons qu’à une heureuse fortune d’avoir pu lire la dédicace qui se présentait sur la face visible du bloc au moment de la fouille. En tout état de cause, la question de son emplacement d’origine ne peut être résolue avec une absolue certitude. Au mieux sommes‑nous autorisé à proposer quelques hypothèses vraisemblables.

  • 7 J.‑P. Prête, « Topographie du centre monumental d’Amathonte à l’époque hellénistique », dans P. Fl (...)

11Plusieurs éléments techniques doivent guider la réflexion : le poids du bloc, d’une part, que l’on estime à plusieurs centaines de kilos, conduit à penser que la distance parcourue entre son emplacement d’origine et l’endroit où il fut grossièrement remployé ne devait pas excéder un éloignement raisonnable. Si, comme nous le pensons, cet autel n’eut pour autre fonction que d’assurer la stabilité du mur et de pallier la faiblesse de la construction d’ensemble à l’angle de la structure, un tout autre élément architectural massif aurait convenu de la même manière. Il n’était dès lors pas nécessaire de se rendre au‑delà de l’agora pour trouver un bloc aux propriétés semblables. C’est donc dans la partie basse de la cité, depuis les pentes de l’acropole à l’Ouest vers l’agora plus à l’Est, que notre recherche doit être orientée, d’autant que ce vaste ensemble est assurément celui qui a connu les modifications et réaménagements les plus importants entre la fin de l’époque hellénistique et le début de l’Empire7.

  • 8 P. Aupert, « Inscriptions d’Amathonte II », BCH 104 (1980), p. 257.

12Un autre aspect technique mérite une attention particulière : lorsque les services du département des Antiquités ont procédé à l’enlèvement de l’autel, nous avons pu observer que le lit de pose du bloc était muni d’une mortaise carrée à fond plat de 2,5 cm de côté. Il serait tentant, à première vue, de restituer un système de fixation de l’autel, au moyen d’un goujon, à une structure architecturale. La dédicace aurait donc été scellée à l’assise d’un monument pour en assurer la stabilité. En réalité, la raison de cette mortaise carrée s’explique par le mode industriel de fabrication des monuments ronds à Amathonte, tel que P. Aupert l’avait déjà noté à propos des cippes funéraires8. Afin d’assurer le travail de finition, l’autel devait être placé dans un tour où le tailleur achevait le détail des moulures de la base et du couronnement. Le gabarit du bloc portant la dédicace, aux dimensions parfaitement standardisées, autorise également cette hypothèse. Enfin, la mortaise ne présente aucune trace de plomb, d’oxydation ou d’arrachement : il est donc à peu près certain que le bloc ne fut pas fixé, mais tout simplement posé à un endroit visible de l’agora ou dans ses environs immédiats.

  • 9 Le culte des souverains est un phénomène multiforme, dans lequel on distingue le culte dynastique (...)
  • 10 A. Anastassiades, « Ἀρσινοής Φιλαδέλφου : Aspects of a specific Cult in Cyprus », RDAC (1998), p.  (...)
  • 11 I. Nicolaou, « Inscriptiones Cypriae Alphabeticae XXXII, 1992 », RDAC (1993), p. 226‑227. On noter (...)
  • 12 P. Perdrizet, « Notes sur Chypre », BCH 20 (1896), p. 358, nos 7 et 8.
  • 13 L’une des inscriptions fut découverte au pied du grand vase monolithe au sommet de l’acropole d’Am (...)
  • 14 I. Nicolaou (n. 11, 1993), p. 227 ; no d ; P. Aupert, P. Flourentzos, « Inscriptions d’Amathonte X (...)
  • 15 P. Flourentzos, « An Unknown Graeco-Roman Temple from the Lower City of Amathus », CCEC 37 (2007), (...)
  • 16 P. Flourentzos, « An Unknown Graeco-Roman Temple from the Lower City of Amathus », CCEC 37 (2007), (...)
  • 17 P. Flourentzos, « An Unknown Graeco-Roman Temple from the Lower City of Amathus », CCEC 37 (2007), (...)
  • 18 P. Aupert, P. Flourentzos (n. 14), p. 367.
  • 19 J.‑P. Prête, I. Tassignon, T. Kozelj, M. Wurch-Kozelj, « Amathonte. L’agora », BCH 127 (2003), p.  (...)
  • 20 On pense notamment au tremblement de terre mentionné par Dion Cassius (LIV 23) et Eusèbe de Césaré (...)

13L’enquête peut sans doute être poussée plus avant. À Chypre, comme dans l’ensemble des territoires contrôlés par les Lagides, le culte dynastique s’est imposé, dès le premier quart du iiie s., de façon rapide et uniforme9, en particulier celui en l’honneur d’Arsinoé Philadelphe10. Six témoignages épigraphiques confirment, pour la région d’Amathonte, la vitalité de ce culte11. Malheureusement, la presque totalité de ces inscriptions a été vue et copiée chez des habitants du village voisin, Aghios Tychonas, ou dans des propriétés privées de Limassol12. Parmi les rares documents trouvés dans les limites de la cité d’Amathonte13, l’un d’entre eux fut mis au jour par M. Loulloupis à l’occasion des fouilles de l’agora, mais sans que l’on soit précisément averti du lieu de trouvaille14. Une autre inscription, découverte lors des fouilles récentes menées par P. Flourentzos dans la ville basse, porte la banale formule au génitif Ἀρσινόης Φιλαδέλφου15. Selon l’inventeur du document, cette inscription aurait été gravée sur un fût de colonne appartenant à la maçonnerie d’un temple dédié à la reine divinisée et dont des éléments architectoniques – architrave moulurée, triglyphe, chapiteau dorique et fragments de colonne – auraient été retrouvés dans une vaste zone à l’Ouest de l’agora, aux côtés d’autres objets de facture égyptisante16. Il convient néanmoins d’observer une certaine prudence face à la découverte de ces testimonia : d’une part, l’inscription en l’honneur d’Arsinoé ne semble pas avoir été gravée sur un fût de colonne, mais bien plutôt sur un autel rond du même type que celui que nous avons mis au jour17 ; d’autre part, ce serait le seul cas connu à Chypre d’un temple à Arsinoé, et force est d’admettre que les fondations n’ont pas été mises au jour18. Pour autant, cette forte concentration d’objets cultuels, à quelques dizaines de mètres à l’Ouest de l’agora et à seulement 25‑30 mètres au Nord du bâtiment où se trouvait remployée la dédicace en l’honneur de Ptolémée X, suggère qu’un espace public dédié au culte des souverains pouvait prendre place dans ce périmètre en contre‑haut des stoas Sud et Ouest. Cette disposition topographique aurait ainsi pu abriter sans peine les autres dédicaces en l’honneur des rois et reines ptolémaïques, puisque l’on sait que cette zone ne fut jamais abandonnée, mais au contraire successivement réaménagée jusqu’à la période proto-byzantine. Il n’est pas exclu également qu’un sanctuaire bordé par un quadriportique, situé à l’Ouest de la stoa double et partiellement dégagé par J.‑ P. Prête en avril 200219, fût aménagé ou reconstruit au début du Principat, peut‑être à la suite d’un séisme d’ampleur régional qui aurait frappé l’île dans le dernier quart du ier s. av. n.è.20. La proximité géographique entre cet édifice religieux et le mur épais où était remployée l’inscription, ainsi que les rapprochements chronologiques entre ces deux ensembles architecturaux, autorisent pleinement l’hypothèse de l’existence d’un temple où l’on célébrait le culte dynastique aux abords de l’agora.

La date du document

14L’inscription porte distinctement le nom de deux souverains lagides : Ptolémée Alexandre et Bérénice. Comme nous l’avons noté en introduction de cet article, il s’agit d’un unicum à Chypre et, en dépit de la brièveté du formulaire dédicatoire, il est envisageable de proposer une datation du document.

  • 21 P.Adler 12.
  • 22 Eusèbe de Césarée, d’après Porphyre, Chronique I 165 (éd. A. Schoene).
  • 23 P.Grenf 2, 38.
  • 24 Appien, Guerres civiles, I 102.
  • 25 Voir infra, p. 476.
  • 26 La damnatio memoriae est confirmée par la liste des dieux éponymes du temple de Kôm Ombo, gravée s (...)
  • 27 F. Muccioli, Gli epiteti ufficiali dei re ellenistici (2013), p. 210 : Bérénice III est nommée « d (...)

15Dès lors, plusieurs possibilités douteuses ou hypothèses malencontreuses doivent être successivement éliminées. Le nom de règne Ptolémée Alexandre ne fut porté que par deux souverains lagides : Ptolémée X Alexandre Ier, roi de Chypre entre 114 et 107, puis basileus à partir de cette date jusqu’en 88, et Ptolémée XI Alexandre II, fils du précédent, qui régna peu de temps sur l’Égypte en 80. Une première difficulté repose sur le mariage que ces deux rois ont contracté avec la même femme (Bérénice III), le premier à l’automne 10121 et le second au début de l’année 8022. Toutefois, Ptolémée XI, à qui Sylla avait imposé cette union, fit assassiner son épouse peu avant le 2 avril 80, moins de trois semaines après le début de leur règne commun23. Les Alexandrins, qui portaient une affection sincère à leur souveraine, se retournèrent contre le roi et, dans un mouvement de révolte spontanée, le tuèrent à son tour24. La corégence entre les deux souverains n’ayant duré au plus qu’une vingtaine de jours, il semble tout à fait douteux que les Amathousiens aient eu le temps de consacrer un autel en l’honneur de Ptolémée XI et Bérénice III. En outre, un argument décisif procède de l’examen de la titulature royale : la documentation papyrologique atteste un changement de dénomination au plus tard en 91, Bérénice étant dorénavant désignée uniquement sous le nom de Cléopâtre25. Il est d’autre part certain que la dédicace d’Amathonte n’a pu être gravée que du vivant des souverains, dans le cadre du culte dynastique : Ptolémée X Alexandre Ier fut en effet frappé de damnatio memoriae et n’a donc jamais été divinisé après sa mort26. Bérénice III, pour sa part, a bien fait l’objet d’une divinisation, mais elle reçut à cette occasion l’épithète Philopatôr et non celle de Sôteira27. Ainsi, l’autel découvert au Sud‑Ouest de l’agora d’Amathonte fut bien dédié en l’honneur de Ptolémée X et non de son fils.

  • 28 P.Adler 12.
  • 29 P.Adler 11. Le papyrus est daté du 14 octobre 101.
  • 30 Justin, XXXIX 4.
  • 31 Pausanias, I 9, 3 précise que Ptolémée IX et Bérénice, « la seule parmi ses enfants qui fut légiti (...)

16Le terminus post quem de l’inscription est donné par la première mention du couple royal, Ptolémée X et Bérénice III, dans un papyrus de Gebelein daté du 10 Phaophi de la quatorzième année de règne du souverain28, soit le 26 octobre 101. Cette date coïncide d’ailleurs avec la dernière attestation connue de la reine Cléopâtre III dans les sources papyrologiques29. Lassé de son omniprésence dans la conduite des affaires du royaume, Ptolémée X la fit assassiner à la fin du mois de septembre de la même année30. C’est alors qu’il prit pour épouse sa nièce Bérénice, née vers 115/114 et issue d’une union supposée entre Ptolémée IX et Cléopâtre Séléné31.

  • 32 La forme complète donne Πτολεµαῖος ὃς καὶ Ἀλέξανδρος ou Πτολεµαῖος ἐπικαλούµενος Ἀλέξανδρος.
  • 33 Le fait de désigner Bérénice comme la sœur de Ptolémée ne doit pas être compris comme un élément d (...)
  • 34 P.Adler 22. Voir les remarques de l’éditeur, F. Griffith, p. 102, n. li. Il convient de noter pa (...)
  • 35 Suivant cette interprétation, il faut exclure de la liste des documents concernant la reine le tex (...)
  • 36 C’est ainsi que dans sa Chronique, Eusèbe, à la suite de Porphyre, nomme la reine.

17Le terminus ante quem de l’autel découvert à Amathonte ne repose que sur le nom de la souveraine inscrit par le dédicant sur le monument. Alors que le roi est désigné par sa titulature habituelle, Ptolémée Alexandre32, le nom de la reine n’est donné que sous sa forme la plus commune, Bérénice. Il nous faut d’emblée exclure l’hypothèse d’une difficulté technique ou d’un manque de place sur la pierre : le champ épigraphique présente suffisamment d’espace pour que le lapicide eût tout loisir de graver le nom complet de la reine. L’explication est à la fois évidente et significative du point de vue de la chronologie : dans les dix premières années de son règne, seul le nom de Bérénice apparaît dans la documentation, aussi bien publique que privée. Au cours de cette période, la formule de désignation la plus courante est (ὑπὲρ βασιλέως) ou (βασιλευόντων) Πτολεµαίου έπικαλουµένου Ἀλεξάνδρου καὶ Βερενίκης τῆς ἀδελφῆς33. Comme nous l’avons déjà signalé, le changement de nom intervient au plus tard en 91. Dans un document privé concernant une levée d’hypothèque, daté du 22 avril 90, la reine n’est plus appelée Bérénice mais Cléopâtre34, nom de règne qui sera utilisé de façon exclusive jusqu’à sa mort35 et sous lequel la tradition littéraire tardive en a conservé le souvenir36.

Une situation politique troublée

  • 37 Ce n’est pas notre propos de reprendre ici in extenso le dossier concernant la place de Chypre dan (...)
  • 38 Pausanias, I 9, 1.
  • 39 Voir, pour une analyse des données factuelles : W. Huß, Ägypten in hellenistischer Zeit, 332‑30 v. (...)
  • 40 Pausanias, I 9, 2.
  • 41 Notamment d’après l’étude des séries monétaires : O. Mørkholm, « The Last Ptolemaic Silver Coinage (...)
  • 42 Pausanias, I 9, 1 ; Justin, XXXIX 4.
  • 43 Voir infra, p. 481.
  • 44 Justin, XXXIX 4.

18L’inscription d’Amathonte ne peut donc avoir été gravée qu’au cours de la première décennie du règne conjoint de Ptolémée X et Bérénice III, autrement dit entre 101 et 91, ce qui pose dès lors une difficulté nouvelle : ce document surprend dans le contexte politique mouvementé que l’on croit pouvoir restituer à Chypre au tournant du iie et du ier s.37. Dès la mort de Ptolémée VIII Évergète, le 28 juin 116, Chypre fut au centre des querelles dynastiques entre les prétendants au trône d’Égypte. Cléopâtre III tenta d’imposer à Alexandrie son plus jeune fils, Ptolémée Alexandre, en maintenant éloigné sur l’île Ptolémée Sôter38. Le peuple égyptien ayant manifesté une claire opposition à cette manœuvre, la reine fut contrainte de rappeler l’aîné dans la capitale du royaume et, à l’occasion d’un premier chassé‑croisé entre les deux frères ennemis39, envoya Ptolémée X Alexandre Ier à Chypre comme stratège40. Celui‑ci se fit proclamer roi de l’île au plus tard en 11441 et s’y maintint jusqu’à ce que Cléopâtre accomplisse finalement son dessein initial et parvienne à l’installer sur le trône en septembre 10742. Ce nouveau chassé‑croisé en Méditerranée permit à Ptolémée IX Sôter de s’emparer de Chypre – ou d’une partie de l’île seulement43 – au cours de l’été 105 après une première tentative infructueuse44. Il s’ensuivit un nouveau conflit entre Sôter, qui tenta de reconquérir l’Égypte en 103 à partir de Ptolémaïs Akè, et Cléopâtre III, aidée par Ptolémée Alexandre, qui repoussa ses assauts. Sôter retourna à Chypre où il demeura jusqu’en 88, date à laquelle il reprit possession du trône d’Égypte et réunifia ces deux territoires au sein du royaume.

19Ainsi, lorsque la dédicace d’Amathonte fut gravée, Chypre semble avoir été, au moins en partie, une région sous l’autorité de Ptolémée IX Sôter. Comment doit‑on comprendre, dans ce contexte politique intensément troublé, qu’un autel fut élevé dans une cité chypriote en l’honneur de Ptolémée X et Bérénice III, lesquels régnaient à Alexandrie ? Nous ne disposons malheureusement que de maigres indices qui, se prêtant un secours mutuel, autorisent malgré tout quelques conclusions prudentes. Deux explications valables ont été ou doivent être présentées afin de résoudre cette difficulté : soit, comme l’ont écrit certains savants, les souverains de Chypre et d’Égypte entretenaient au cours de cette période des relations pacifiées ; soit, à l’inverse, Ptolémée IX conservait depuis Chypre des vues sur le royaume, mais ne contrôlait pas la totalité de l’île. Amathonte pouvait dès lors faire partie des cités restées fidèles à la branche dynastique alexandrine. Aucune de ces deux interprétations ne peut toutefois être pleinement prouvée et l’absence de données factuelles, qui privilégieraient l’une ou l’autre de ces hypothèses, rend le discours général sensible aux arguments contraires.

Hypothèse 1 : des relations pacifiées entre Chypre et l’Égypte

  • 45 G. F. Hill, A History of Cyprus, vol. 1 (1940), p. 203 : « Cleopatra now disappeared from the scen (...)
  • 46 J. Whitehorne, Cleopatras (1994).

20Cette opinion se lit notamment dans l’ouvrage de G. F. Hill et repose sur deux éléments factuels qui, disons‑le d’emblée, paraissent insuffisants à plusieurs égards45. Le mariage contracté entre Ptolémée X et Bérénice III, la fille de Sôter, a ainsi été interprété comme l’indice d’une réconciliation entre les deux frères. Aucun témoignage littéraire n’apporte à ce sujet de données concluantes et il est assurément fallacieux d’en tirer un argument d’autorité. Bien qu’il ne s’agisse pas d’une règle stricte, les stratégies matrimoniales menées par les Lagides reposent en effet davantage sur l’affirmation de la légitimité dynastique que sur des questions de contrôle territorial46.

  • 47 FD III 4, 37.
  • 48 IK‑41 Knidos I 31.
  • 49 M. H. Crawford (éd.), Roman Statutes, vol. 1 (1996), no 12 ; J.‑L. Ferrary, « Recherches sur la lé (...)
  • 50 R. Kallet Marx, Hegemony to Empire. The Development of the Roman Imperium in the East from 148 to  (...)
  • 51 Voir en dernier lieu : A. Jacquemin, D. Mulliez, G. Rougemont, Choix d’inscriptions de Delphes, tr (...)
  • 52 J.‑L. Ferrary (n. 49), p. 645‑654.
  • 53 G. V. Sumner, « The “Piracy Law” from Delphi and the Law of the Cnidos Inscription », GRBS 19 (197 (...)
  • 54 FD III 4, 37, B. l. 8‑11.

21L’argument principal avancé par G. F. Hill se fonde sur l’examen d’un fragment d’une loi romaine dont deux copies grecques ont été mises au jour, l’une à Delphes entre 1893 et 189647 – la seule qui avait pu être portée à la connaissance du lord anglais –, la seconde à Cnide en 197048. Cette loi, anciennement connue sous le nom de lex de piratis persequendis, puis de lex de prouinciis praetoriis49 ou, plus récemment encore, de lex de Cilicia Macedoniaque prouinciis50, a suscité de riches commentaires et une bibliographie abondante51. La date de ce plebiscitum a été longuement débattue : J.‑L. Ferrary le place dans la seconde moitié de février 100 av. n.è.52 ; G. V. Sumner attribue la paternité de cette loi non pas aux tribuns Saturninus et Glaucia, mais à leurs opposants politiques et la situe donc plutôt en 100/9953. L’une des dispositions réglementaires était destinée à enjoindre aux souverains lagides et séleucides d’apporter leur concours à la lutte contre la piraterie qui sévissait en Méditerranée orientale. La copie delphienne porte le texte suivant54 :

ὁµοίως δὲ] καὶ π[ρ]ὸς τὸν βασιλέα τὸν ἐν [τῇ ν]ήσῳ Κύπρωι βασιλεύοντα καὶ πρὸς τὸν βασιλ[έα τὸν ἐν Ἀλε]ξανδρείαι καὶ Αἰγύ[πτωι βασιλεύοντα καὶ πρὸς τὸν βασιλέα τὸν ἐν Κυ]ρήνῃ βασιλεύοντα καὶ πρ[ὸς] τοὺς βασιλεῖς τοὺς ἐν Συρίαι βασιλεύον[τας, οἷς πᾶσι] φιλία καὶ συµµαχία ἐ[στὶ πρὸς τὸν δῆµον τὸν Ῥωµαίων, γράψας διασαφησά]τω καὶ ὅτι δίκαιόν ἐ[στιν αὐ]τοὺς φροντίσαι µὴ ἐκ τῆς βασιλείας αὐτ[ῶν µήτε] τῆ[ς] χώρας ἢ ὁρίων πειρατὴ[ς µηδεὶς ὁρµήσῃ, µηδὲ οἱ ἄρχοντες ἢ φρούραρχοι οὓς κ]αταστήσουσιν τ[οὺς] πειρατὰς ὑποδέξωνται, καὶ φροντίσαι, ὅσον [ἐν αὐ]τοῖς ἐσ[τι] τοῦτο.

  • 55 Sur le vocabulaire et la notion de port d’attache : A. Bresson, La cité marchande (2000), p. 141.
  • 56 Trad. légèrement modifiée de G. Colin, FD III 4, 37, p. 41‑42.

De même, en écrivant au roi régnant dans l’île de Chypre, au roi régnant à Alexandrie et en Égypte, au roi régnant à Cyrène et aux rois régnant en Syrie, tous amis et alliés du peuple romain, qu’il leur représente également qu’ils sont tenus de veiller à ce qu’aucun pirate n’ait de port d’attache55 dans leur royaume, dans leur territoire ou dans leurs frontières, et à ce que les magistrats ou commandants de places qu’ils institueront ne donnent pas asile aux pirates56.

  • 57 Surnom moqueur (le « pois‑chiche ») donné à Ptolémée IX Sôter II et connu de Plutarque, Vie de Cor (...)
  • 58 M. H. Crawford (n. 49), p. 249. Voir par exemple IGUR I 9.
  • 59 Appien, Guerres civiles, I 102.
  • 60 Pas plus que dans le cas des Lagides, nous ne pouvons admettre une entente entre les deux frères s (...)
  • 61 J.‑L. Ferrary (n. 49), p. 624, n. 23 et p. 655.

22Dans le commentaire qu’il a donné de ce passage, G. Colin admettait que le contexte politique était pacifié, Rome reconnaissant à travers cette loi la nouvelle situation territoriale de la Syrie, de l’Égypte et de Chypre. Il ajoutait : « [Ptolémée IX] se constitue, avec l’agrément des habitants, une souveraineté indépendante. D’ailleurs un accord amiable a dû intervenir entre les deux frères, soit après la fin de la campagne de Syrie, où avait sombré le prestige de la reine‑mère, en 102, soit à sa mort en 101, puisque Ptolémée Alexandre épouse alors sa nièce, Cléopâtre Bérénice, fille de Lathyros57 ». Ces conclusions erronées, fondées sur une interprétation abusive du document, appellent une nouvelle lecture des événements. Le texte ne dit en aucune façon que les souverains de Syrie, d’Égypte, de Chypre et de Cyrène sont amis et alliés entre eux, mais qu’ils le sont auprès du peuple romain, οἷς πᾶσι φιλία καὶ συµµαχία ἐστὶ πρὸς τὸν δῆµον τὸν Ῥωµαίων, traduction d’une formule latine assez fréquente du type quibus amicitia societas cum populo Romano est58. Au fond, la lex de prouinciis praetoriis ne dit rien d’autre que ce que les magistrats en charge de son application furent amenés à constater : entre 101 et 99, plusieurs rois exerçaient leur autorité sur des entités territoriales disputées. Ptolémée X se trouvait en Égypte ; Ptolémée IX à Chypre ; Ptolémée Apion à Cyrène, territoire qu’il sera amené à céder aux Romains en 96 av. n.è.59 ; Antiochos VIII Philométôr et son frère, Antiochos IX Philopatôr, en Syrie60. Cette loi ne traduit finalement qu’un état de fait : la gravité de la situation en Méditerranée avait déjà contraint Marc Antoine l’Orateur à mener campagne en 102 contre les pirates61 ; elle imposait une alliance durable entre les Romains et leurs alliés, sans autre considération pour les luttes de pouvoir et les rivalités dynastiques qui se tramaient entre ces puissances.

  • 62 IK‑41 Knidos I 31, col. III l. 38‑41 et col. IV l. 1.

23La copie cnidienne de la lex de prouinciis praetoriis éclaire d’une tout autre manière le problème des relations entre Chypre et l’Égypte. En un sens, elle apporte même un début de solution satisfaisante. L’inscription découverte en 1970 présente de nombreuses variantes dans la traduction qu’elle donne du texte latin. Au passage qui nous intéresse, le texte dit62 :

ὁµοίως τε πρὸς τὸν βασιλέα τὸν ἐν Κύπρωι διακατέχοντα καὶ βασιλέα τὸν ἐν Ἀλεξανδρείαι καὶ Αἰγύπτωι βασιλεύοντα καὶ πρὸς βασιλέα τὸν ἐπὶ Κυρήνηι βασιλεύοντα καὶ πρὸς βασι[λεῖς τοὺς ἐν Συρίαι βασιλεύοντας].

De même (en écrivant) au roi qui tient Chypre en sa possession, au roi qui règne à Alexandrie et en Égypte, au roi qui règne à Cyrène, ainsi qu’aux rois qui règnent en Syrie.

  • 63 M. H. Crawford (n. 49), p. 262.
  • 64 Voir H. J. Mason, Greek Terms for Roman Institutions. A Lexicon and Analysis (1974), s.v. « διακατ (...)
  • 65 Par exemple chez Polybe, XI 13, 2.
  • 66 IK‑69 Priene I 67, l. 112.
  • 67 Selon J.‑L. Ferrary, « Retour sur la loi des inscriptions des Delphes et de Cnide (Roman Statutes, (...)
  • 68 On peut d’emblée exclure une erreur du lapicide, lequel aurait gravé, par force de l’habitude et s (...)

24Les deux copies divergent en un point essentiel63 : alors que l’inscription de Delphes présente une même formule, appliquée sans distinction à tous les rois mentionnés, τὸν βασιλέα τὸν [...] βασιλεύοντα, le traducteur cnidien observe une situation différente à Chypre, où le roi « tient l’île en sa possession (διακατέχοντα) », et dans les autres territoires mentionnés où les souverains règnent sur leurs territoires respectifs de plein droit. En l’absence du texte latin original, il est délicat de donner une traduction précise du verbe διακατέχω64. Dans la littérature historique, il est employé avec le sens de « tenir fermement » ou d’« occuper » un territoire ou un lieu65. Dans certaines inscriptions de la basse époque hellénistique, διακατέχω souligne également l’idée d’une possession territoriale66. Quoi qu’il en soit, le rédacteur romain avait pris soin de distinguer deux situations différentes. Ptolémée IX, à qui l’on concède toujours le titre de roi, est placé sur un autre plan que son frère régnant en Égypte. En outre, cette divergence notable entre les deux copies de la loi ne se comprend que de deux manières67 : il a pu s’agir, d’un côté, d’une erreur de traduction dans le texte de Delphes ou, à l’inverse, d’une traduction plus à‑propos dans l’inscription de Cnide68 ; d’un autre côté, les Cnidiens pouvaient avoir été mieux informés des troubles entre Chypre et Alexandrie et auraient pris garde d’en rendre compte avec davantage de précision.

Hypothèse 2 : un contrôle partiel de l’île

  • 69 Sauf erreur de ma part, un seul article aborde, dans une note très prudente et sans références pré (...)
  • 70 Voir E. Van’t Dack, W. Clarysse, G. Cohen, J. Quaegebeur, J. K. Winnicki, The Judean-Syrian-Egypti (...)
  • 71 Justin, XXXIX 4.
  • 72 Démonstration convaincante de T. B. Mitford, « Helenos, Governor of Cyprus », JHS 79 (1959), p. 12 (...)
  • 73 I. Nicolaou, O. Mørkholm, Paphos I, A Ptolemaic Coin Hoard (1976), p. 109 ; O. Mørkholm (n. 41), p (...)
  • 74 Cette hypothèse a longtemps été défendue par T. B. Mitford : voir G. F. Hill (n. 45), p. 201, n. 1
  • 75 Après que le savant anglais a lui‑même fini par la rejeter : T. B. Mitford (n. 72), p. 128.
  • 76 I. Kition 2003.
  • 77 I. Michaelidou-Nicolaou (n. 45), p. 106. Cette interprétation est tirée de la mention d’Athéna Nik (...)
  • 78 Flavius Josèphe, Antiquités Juives XIII 284‑287.
  • 79 T. B. Mitford, « Contributions to the Epigraphy of Cyprus, Some Hellenistic Inscriptions », APF 13 (...)
  • 80 Leur datation ne cesse d’ailleurs de poser des difficultés. T. B. Mitford, ibid., p. 36‑38, no 18  (...)
  • 81 Une inscription fragmentaire de Marion pourrait être attribuée à Ptolémée IX. Néanmoins, si tel es (...)

25Il ne resterait guère, pour expliquer que les Amathousiens aient honoré Ptolémée X à une époque où son frère aîné était roi de Chypre, que l’hypothèse d’un contrôle partiel exercé sur l’île par Sôter69. Cette opinion repose là encore sur un petit nombre d’indices ténus. La complexité des événements invite d’abord à jeter un regard prudent sur l’enchaînement des faits et sur leurs conséquences depuis l’expulsion de Sôter du trône d’Égypte, à l’automne 107, jusqu’à son second retour à Chypre à la suite de la « guerre des sceptres »70. Son premier exil se fit en deux temps, Cléopâtre III ayant commandé à la flotte de le pourchasser jusque dans l’île71. Il ne revint à Chypre qu’au printemps ou à l’été 10572, comme l’atteste notamment la continuité d’un monnayage au type de Ptolémée X, daté de la dixième année de son règne (105/4) et dont des exemplaires furent mis au jour à Salamine, Paphos et Kition73. De ce retour à Chypre, nous ne savons presque rien : on a parfois pensé que Sôter n’avait pas été en mesure de contrôler toute l’île, mais seulement la partie orientale74. Cette opinion, essentiellement fondée sur l’étude des rasurae des quelques inscriptions mentionnant Ptolémée IX à Chypre, est peu à peu tombée dans l’oubli75. Pourtant, rien ne contraint à y renoncer définitivement. Si l’on s’attache à présenter le dossier d’une façon plus prudente, on peut du moins noter que la disparité des témoignages épigraphiques tend à montrer que Ptolémée IX n’a pas été honoré partout dans l’île. Seules cinq inscriptions en l’honneur du souverain furent en effet mises au jour à Chypre. L’une d’entre elles provient de Kition76 et a pu être gravée, comme le suggère I. Michaelidou-Nicolaou77, à la suite de la victoire que remporta Sôter en 103 lorsqu’il prêta main forte à la cité de Ptolémaïs Akè assiégée par l’Hasmonéen Alexandre Jannée78. Salamine a également érigé une statue en l’honneur du souverain : ce peut être la même année pour célébrer cette victoire79. Les trois autres attestations de Ptolémée IX furent toutes découvertes à Paphos80. Dans l’état actuel de la recherche archéologique, force est de constater qu’aucune mention du souverain n’a été signalée à Kourion, à Amathonte, à Marion ou dans d’autres cités de l’île81 . Le temps très court qui sépare son retour à Chypre en 105 et l’expédition qu’il a conduite en Syrie puis en Égypte en 103, soit moins de deux années, pourrait sans doute expliquer qu’il n’ait pas eu l’occasion d’asseoir durablement et efficacement son autorité dans toutes les métropoles chypriotes.

  • 82 Pour la difficulté de traduction, voir supra n. 64.

26Après la défaite que lui infligèrent Cléopâtre III et Ptolémée X Alexandre Ier en 103, Sôter retourna une nouvelle fois à Chypre, où il pouvait manifestement compter sur des soutiens actifs. Rien n’indique cependant qu’il parvint à établir sa souveraineté dans toute l’île, ni même au plan international. Il convient à ce sujet de revenir un temps sur la difficulté que pose l’emploi du verbe διακατέχω dans la copie cnidienne de la lex de prouinciis praetoriis. La formation grammaticale soulève en effet une interrogation. Ce verbe se construit d’ordinaire avec un complément à l’accusatif. Or, le texte de l’inscription comporte un datif de lieu, ἐν Κύπρωι. Si l’on ne doit pas exclure l’hypothèse d’une anacoluthe lorsque l’original latin fut traduit en grec, il est malgré tout permis de noter l’embarras dans lequel le rédacteur du texte se trouvait pour témoigner de la situation complexe et du statut de Sôter à Chypre82. Les magistrats de Rome n’ont manifestement pas souhaité maintenir Ptolémée IX dans une situation équivalente à celle des autres souverains. À supposer que la formule latine conservée dans la version originale du texte fut bien obtinere in Cypro, son emploi autorisait, dans le cadre très codifié de la diplomatie romaine, plusieurs interprétations et pouvait s’entendre à la fois comme « celui qui se maintient à Chypre », dans le sens d’une occupation non légitime ou partielle, ou comme « celui qui exerce l’autorité à Chypre ».

  • 83 W. Otto, H. Bengtson, Zur Geschichte des Niederganges des Ptolemäerreiches (1938), p. 181 et n. 5.
  • 84 E. Bernand, Recueil des inscriptions du Fayoum III (1981), p. 43‑52, no 152.

27Dans ce cadre général, dont nous admettons qu’il est très largement hypothétique, un dernier fait ne laisse pas de surprendre : l’autel d’Amathonte porte à la ligne 4 la mention d’une épithète dynastique au génitif pluriel, θεῶν Σωτήρων, sans autre précision. Or, Ptolémée Alexandre et Bérénice ne sont jamais nommés seulement ainsi dans la documentation83. La formule épithétique du couple royal ne varie guère : les époux sont constamment désignés θεοὶ Φιλοµήτορες et, dans un nombre restreint de cas, la précision Σωτῆρες est donnée par les sources papyrologiques. En outre, un seul document épigraphique atteste cette dénomination : il s’agit d’une dédicace aux souverains, θεοὶ [Φιλοµή]τορες Σωτῆρες, datée de 95 av. n.è. qui contient une ordonnance accordant au temple de Hérôn à Magdôla le droit d’asile et le titre d’immunité84.

  • 85 F. Muccioli (n. 27), p. 114 et p. 160‑161.
  • 86 I.Salamine XIII, no 69.

28L’inscription d’Amathonte est d’autant plus singulière que l’épithète Sôter est, à Chypre, normalement réservée à l’aîné, Ptolémée IX85. À Salamine notamment, une statue érigée en son honneur porte la mention [θεὸν Σ]ωτῆρα86. Quel sens concret pouvait alors revêtir aux yeux des Amathousiens la dédicace aux « dieux sauveurs » attribuée à Ptolémée X et Bérénice III ? Était‑ce une manière indirecte de soutenir Alexandre et de s’opposer à l’occupation de Chypre par son frère ? Aucun parallèle ou autre document historique ne permet malheureusement de le dire et il serait sans doute hasardeux d’en déduire de quelconques certitudes. Il n’est pas interdit, du reste, de voir dans l’épithète sôteres une simple démarche consistant, pour les marins, les armateurs, les commerçants et, plus généralement, les cargaisons, à obtenir une protection divine, la dédicace ayant été consacrée non loin du front de mer, dans une zone à forte concentration de sanctuaires.

Objections à l’hypothèse 2

  • 87 Je remercie P. Aupert d’avoir attiré mon attention sur les points qui suivent. La discussion est d (...)
  • 88 P. Aupert, C. Balandier, « Amathonte après la fin des royaumes : la ville sous les Antigonides et (...)
  • 89 Selon les données de la fouille sous‑marine du port extérieur d’Amathonte, l’abandon des structure (...)

29La présentation succincte de ces deux hypothèses n’a pour seule ambition que de donner au lecteur les éléments factuels et les clés d’un raisonnement touchant à un débat important et complexe. S’il me paraît plausible que l’île de Chypre ait pu ne pas être contrôlée entièrement par Ptolémée IX Sôter, quelques arguments contraires doivent toutefois être soulignés87. Amathonte, malgré un regain économique perceptible à partir du iie s. av. n.è.88, semble ne plus avoir disposé d’un port militaire et d’une enceinte défensive digne de ce nom à l’époque des conflits entre Ptolémée Alexandre et Ptolémée Sôter89 : la cité aurait donc peut‑être manqué de moyens suffisants pour s’opposer frontalement au roi de Chypre. En outre, plusieurs faits historiques nous échappent pour une large part : nous ne savons rien, en effet, des rapports qu’entretenaient Ptolémée IX et Bérénice III, sa fille, qui assura avec lui la régence du royaume à la mort de Ptolémée Alexandre. La reine n’aurait‑elle pas pu jouer un rôle de médiation entre les deux frères ennemis, ce qui irait alors plutôt dans le sens d’une relation d’entente entre les rois ?

Conclusion

30La découverte de l’autel d’Amathonte en l’honneur de Ptolémée X Alexandre Ier et Bérénice III soulève davantage de questions qu’elle n’apporte de véritables réponses. Ces quatre lignes ajoutent une confusion à l’histoire politique mouvementée de Chypre au tournant des iie et ier s. av. n.è. et jettent le trouble sur une réalité historique dont on peine à établir les faits eux‑mêmes. Si l’île a joué un rôle manifeste au cœur des rivalités et des querelles dynastiques, elle n’a sans doute pas, comme cela fut si souvent pensé, subi de façon uniforme la domination successive des souverains ptolémaïques. Il est certain qu’entre la mort de Ptolémée VIII Évergète et la réunification du royaume lagide en 88, Chypre fut le théâtre d’incessants va‑et‑vient militaires, une terre d’exil d’où l’on préparait la reconquête du trône d’Égypte. Ce contexte si fortement troublé a ainsi pu contraindre certaines métropoles chypriotes à prendre position en faveur de l’une des branches dynastiques qui s’opposaient.

31Nous avons montré que l’inscription d’Amathonte fut gravée entre 101 et 91 av. n.è., décennie au cours de laquelle Ptolémée IX Sôter exerçait son autorité sur Chypre. Les relations entre les deux frères ennemis étaient‑elles suffisamment apaisées pour que les insulaires honorent l’un ou l’autre des souverains, d’une façon ambiguë autant qu’habile ? La dédicace en l’honneur de Ptolémée Alexandre suggère‑t‑elle, au contraire, que la cité d’Amathonte était restée fidèle à celui‑ci au cours des luttes intestines qu’il livrait contre Sôter ? Que l’on privilégie l’une ou l’autre, ces deux opinions ne doivent être prises que pour ce qu’elles sont : des hypothèses séduisantes qui, pour l’heure, demeurent difficilement vérifiables.

Haut de page

Notes

1 La fouille des abords Sud‑Ouest de l’agora a débuté à l’automne 2014 et s’est poursuivie l’année suivante. Voir L. Thély et al., « Amathonte. Les abords Sud‑Ouest de l’agora. Campagnes 2014‑2015 », BCH 139‑140/2 (2015‑2016), à paraître.

2 Pour la démonstration concernant l’attribution de cet autel à Ptolémée X et Bérénice III (et non à Ptolémée XI et Bérénice III), nous renvoyons le lecteur au § III.2 de cette étude (infra, p. 474).

3 En outre, une confusion demeure dans l’historiographie moderne : jusqu’à une date assez récente, l’ordre des derniers souverains ptolémaïques n’était pas pleinement assuré et il n’est pas rare de lire encore, dans des ouvrages anciens mais toujours utiles, une numérotation faussée, qui tronque l’établissement de la chronologie lagide. Parmi quelques exemples significatifs concernant Chypre : I. Nicolaou, « Inscriptiones Cypriae Alphabeticae VI », RDAC (1967), no 9, p. 84‑85, publie une dédicace fragmentaire en l’honneur de Ptolémée XI Alexandre Ier. Cette même inscription est reprise dans le SEG 25, 1102 avec en exergue la mention « Ptolemaeus IX Alexander ». Il convient désormais de se référer au remarquable travail mis en ligne par C. Bennett à l’adresse suivante http://www.tyndalehouse.com/egypt/ptolemies/ptolemies.htm pour tout ce qui regarde la chronologie des Ptolémées.

4 Toutes les dimensions sont données en centimètres.

5 L’hypothèse la plus vraisemblable est qu’il s’agit d’une entrée monumentale aménagée. Les prochaines fouilles prévues dans ce secteur permettront de confirmer ou d’infirmer cette opinion.

6 Au terme de la campagne 2015, l’identification de cet espace monumental n’était pas assurée. L’ensemble paraît s’inscrire à l’époque d’un réaménagement urbanistique en profondeur de la partie basse de la cité et de l’agora. Il n’est pas impossible que ces murs imposants composent une plateforme supportant un édifice situé sur une terrasse supérieure ou qu’ils matérialisent la présence d’épais murs de ville.

7 J.‑P. Prête, « Topographie du centre monumental d’Amathonte à l’époque hellénistique », dans P. Flourentzos (éd.), From Evagoras I to the Ptolemies (2007), p. 115‑130.

8 P. Aupert, « Inscriptions d’Amathonte II », BCH 104 (1980), p. 257.

9 Le culte des souverains est un phénomène multiforme, dans lequel on distingue le culte dynastique d’État, géré par le pouvoir central, les cultes d’initiative locale qui y répondent et y réagissent (comme c’est manifestement le cas de l’autel d’Amathonte), ainsi que les manifestations privées ou domestiques (à ce sujet : S. Aneziri, « Étude préliminaire sur le culte privé des souverains hellénistiques : problèmes et méthodes », dans V. Dasen, M. Piérart [éds], δί κα δηµοσί : les cultes « privés » et « publics » de la religion grecque antique, Kernos, Suppl. 15 [2005], p. 219‑233).

10 A. Anastassiades, « Ἀρσινοής Φιλαδέλφου : Aspects of a specific Cult in Cyprus », RDAC (1998), p. 129‑140. Voir également, à propos des dédicaces publiques et domestiques en l’honneur d’Arsinoé à Chypre, l’article fondateur de L. Robert, « Un décret d’Ilion et un papyrus concernant des cultes royaux », dans A. E. Samuels (éd.), Essays in Honor of C. Bradford Welles, American Studies of Papyrology (1966), p. 175‑211 (= OMS VII, p. 599‑635 ; Choix d’écrits [2007], p. 569‑601).

11 I. Nicolaou, « Inscriptiones Cypriae Alphabeticae XXXII, 1992 », RDAC (1993), p. 226‑227. On notera également comme un fait exceptionnel la survivance du nom Arsinoé au Haut‑Empire : I. Nicolaou, « Inscriptiones Cypriae Alphabeticae », RDAC (1981), p. 195, no 8a, qui publie un cippe funéraire d’Amathonte du ier ou iie s. de n.è. portant le nom d’une défunte et celui de sa mère, Τειµὴ Ἀρσινόης.

12 P. Perdrizet, « Notes sur Chypre », BCH 20 (1896), p. 358, nos 7 et 8.

13 L’une des inscriptions fut découverte au pied du grand vase monolithe au sommet de l’acropole d’Amathonte : LBW III, no 2821 ; S. Fourrier, A. Hermary, Le sanctuaire d’Aphrodite des origines au début de l’époque impériale, Amathonte VI, ÉtChypr XVII (2006), p. 6 et pl. I.

14 I. Nicolaou (n. 11, 1993), p. 227 ; no d ; P. Aupert, P. Flourentzos, « Inscriptions d’Amathonte X. Inscriptions grecques et latines de l’agora d’Amathonte », BCH 136‑137 (2012‑2013), p. 366‑368.

15 P. Flourentzos, « An Unknown Graeco-Roman Temple from the Lower City of Amathus », CCEC 37 (2007), p. 299‑306.

16 P. Flourentzos, « An Unknown Graeco-Roman Temple from the Lower City of Amathus », CCEC 37 (2007), p. 300 et fig. 4‑8.

17 P. Flourentzos, « An Unknown Graeco-Roman Temple from the Lower City of Amathus », CCEC 37 (2007), p. 300, fig. 5a‑b. Cette figure présente deux photographies du bloc : celui‑ci est mouluré à sa base, ce qui conviendrait assez mal à un bâtiment d’ordre dorique. En outre, les similitudes sont particulièrement frappantes avec les autels circulaires en calcaire que l’on connaît à Chypre.

18 P. Aupert, P. Flourentzos (n. 14), p. 367.

19 J.‑P. Prête, I. Tassignon, T. Kozelj, M. Wurch-Kozelj, « Amathonte. L’agora », BCH 127 (2003), p. 535‑536.

20 On pense notamment au tremblement de terre mentionné par Dion Cassius (LIV 23) et Eusèbe de Césarée, dont la date, bien qu’elle demeure incertaine, doit se situer entre 17 et 15 av. n.è. Voir. N. Ambraseys, Earthquakes in Mediterranean and Middle East. A Multidisciplinary Study of Seismicity up to 1900 (2009), p. 104.

21 P.Adler 12.

22 Eusèbe de Césarée, d’après Porphyre, Chronique I 165 (éd. A. Schoene).

23 P.Grenf 2, 38.

24 Appien, Guerres civiles, I 102.

25 Voir infra, p. 476.

26 La damnatio memoriae est confirmée par la liste des dieux éponymes du temple de Kôm Ombo, gravée sous le règne de Ptolémée XII Aulète, dans laquelle Ptolémée X n’apparaît pas.

27 F. Muccioli, Gli epiteti ufficiali dei re ellenistici (2013), p. 210 : Bérénice III est nommée « déesse Philopatôr ».

28 P.Adler 12.

29 P.Adler 11. Le papyrus est daté du 14 octobre 101.

30 Justin, XXXIX 4.

31 Pausanias, I 9, 3 précise que Ptolémée IX et Bérénice, « la seule parmi ses enfants qui fut légitime » (µόνη γνησία οἱ τῶν παίδων ἦν), reçurent chacun de la part des Athéniens une statue en bronze.

32 La forme complète donne Πτολεµαῖος ὃς καὶ Ἀλέξανδρος ou Πτολεµαῖος ἐπικαλούµενος Ἀλέξανδρος.

33 Le fait de désigner Bérénice comme la sœur de Ptolémée ne doit pas être compris comme un élément de parenté réelle, mais plutôt comme une appellation empruntée à la tradition ptolémaïque.

34 P.Adler 22. Voir les remarques de l’éditeur, F. Griffith, p. 102, n. li. Il convient de noter par ailleurs que dans deux documents datés du début du règne, entre 101 et 99, la reine est désignée comme « Cléopâtre, surnommée Bérénice ».

35 Suivant cette interprétation, il faut exclure de la liste des documents concernant la reine le texte republié par A. Bernand, « Une inscription de Cléopâtre Bérénice III », ZPE 89 (1991), p. 145‑146. L’auteur prétend que ce document, au demeurant très mutilé, constitue la dernière attestation épigraphique de la souveraine, à la suite de son mariage en 80 avec Ptolémée XI Alexandre II. Dans ce cas précis, et à plus forte raison en Égypte même, elle aurait été nommée Cléopâtre et non Bérénice comme dans cette inscription. Cette interprétation avait déjà été écartée par E. Bernand, Inscriptions grecques d’Alexandrie Ptolémaïque (2001), no 16, p. 51, n. 196‑197 : l’inscription concerne en réalité Bérénice II.

36 C’est ainsi que dans sa Chronique, Eusèbe, à la suite de Porphyre, nomme la reine.

37 Ce n’est pas notre propos de reprendre ici in extenso le dossier concernant la place de Chypre dans les querelles dynastiques, mais seulement de donner les éléments utiles à la compréhension de l’autel découvert à Amathonte.

38 Pausanias, I 9, 1.

39 Voir, pour une analyse des données factuelles : W. Huß, Ägypten in hellenistischer Zeit, 332‑30 v. Chr. (2001), p. 644‑652.

40 Pausanias, I 9, 2.

41 Notamment d’après l’étude des séries monétaires : O. Mørkholm, « The Last Ptolemaic Silver Coinage in Cyprus », Chiron 13 (1983), p. 69. En outre, une lettre royale adressée par Antiochos VIII à Ptolémée X, alors roi de Chypre (Βασιλεὺς Ἀντίοχος βασιλεῖ Πτολεµαίωι τῶι καὶ Ἀλεξάνδρωι τῶι ἀδελφῶι χαίρειν), datée de l’été 109, a été découverte à Paphos : C. B. Welles, Royal Correspondence in the Hellenistic Period (1934), p. 288‑290, no 71 (= T. B. Mitford, « The Hellenistic Inscriptions of Old Paphos », ABSA 56 [1961], p. 3‑4, no 3).

42 Pausanias, I 9, 1 ; Justin, XXXIX 4.

43 Voir infra, p. 481.

44 Justin, XXXIX 4.

45 G. F. Hill, A History of Cyprus, vol. 1 (1940), p. 203 : « Cleopatra now disappeared from the scene, to die in the autumn of 101, and a reconciliation was reached between Alexandria and Cyprus, Alexander marrying his niece Cleopatra Berenice, the daughter of Lathyrus. Lathyrus thus remained in peaceful possession of Cyprus ». Le même argument est repris par I. Michaelidou-Nicolaou, Prosopography of Ptolemaic Cyprus (1976), p. 105‑106, no 67.

46 J. Whitehorne, Cleopatras (1994).

47 FD III 4, 37.

48 IK‑41 Knidos I 31.

49 M. H. Crawford (éd.), Roman Statutes, vol. 1 (1996), no 12 ; J.‑L. Ferrary, « Recherches sur la législation de Saturninus et Glaucia. 1. La lex de piratis des inscriptions de Delphes et de Cnide », MEFRA 89 (1977), p. 619‑660.

50 R. Kallet Marx, Hegemony to Empire. The Development of the Roman Imperium in the East from 148 to 62 B.C. (1995), p. 232‑239.

51 Voir en dernier lieu : A. Jacquemin, D. Mulliez, G. Rougemont, Choix d’inscriptions de Delphes, traduites et commentées, ÉtÉpigr 5 (2012), no 184, p. 331‑332.

52 J.‑L. Ferrary (n. 49), p. 645‑654.

53 G. V. Sumner, « The “Piracy Law” from Delphi and the Law of the Cnidos Inscription », GRBS 19 (1978), p. 211‑225.

54 FD III 4, 37, B. l. 8‑11.

55 Sur le vocabulaire et la notion de port d’attache : A. Bresson, La cité marchande (2000), p. 141.

56 Trad. légèrement modifiée de G. Colin, FD III 4, 37, p. 41‑42.

57 Surnom moqueur (le « pois‑chiche ») donné à Ptolémée IX Sôter II et connu de Plutarque, Vie de Coriolan, XI 3. G. Colin, « Inscriptions de Delphes. Traduction d’une loi romaine (de la fin de 101 av. J.‑C.). Projets de politique orientale des démocrates et de Marius », BCH 48 (1924), p. 68. Le même argument est repris par G. F. Hill (n. 45), p. 203.

58 M. H. Crawford (n. 49), p. 249. Voir par exemple IGUR I 9.

59 Appien, Guerres civiles, I 102.

60 Pas plus que dans le cas des Lagides, nous ne pouvons admettre une entente entre les deux frères séleucides au moment où fut promulguée la lex de prouinciis praetoriis. Voir E. Will, Histoire politique du monde hellénistique (1982), p. 445‑447.

61 J.‑L. Ferrary (n. 49), p. 624, n. 23 et p. 655.

62 IK‑41 Knidos I 31, col. III l. 38‑41 et col. IV l. 1.

63 M. H. Crawford (n. 49), p. 262.

64 Voir H. J. Mason, Greek Terms for Roman Institutions. A Lexicon and Analysis (1974), s.v. « διακατέχω », p. 36, qui donne à ce verbe l’équivalent latin optinere. La réalité qu’il sous-tend reste malgré tout délicate à apprécier : « exercer la royauté », « avoir le gouvernement », « tenir fermement », « avoir en pleine possession » ou encore « se maintenir durablement » sont autant de traductions possibles selon les contextes.

65 Par exemple chez Polybe, XI 13, 2.

66 IK‑69 Priene I 67, l. 112.

67 Selon J.‑L. Ferrary, « Retour sur la loi des inscriptions des Delphes et de Cnide (Roman Statutes, no 12) », dans M. L. Caldelli, G. L. Gregori, S. Orlandi (éds), Epigrafia 2006 (2008), p. 101‑114, la traduction delphienne correspondait sans doute à une demande personnelle du gouverneur de Macédoine ; la copie cnidienne fut faite à l’initiative du gouverneur d’Asie.

68 On peut d’emblée exclure une erreur du lapicide, lequel aurait gravé, par force de l’habitude et sans s’en rendre compte, la même formule comprenant le participe présent βασιλεύοντα : Chypre étant en effet mentionnée avant les autres territoires, le terme divergeant aurait dû alors apparaître immédiatement.

69 Sauf erreur de ma part, un seul article aborde, dans une note très prudente et sans références précises, le problème sous un angle point trop éloigné du nôtre : M. Hassall, M. Crawford, J. Reynolds, « Rome and the Eastern Provinces at the End of the Second Century B.C. », JRS 64 (1974), p. 198, n. 4.

70 Voir E. Van’t Dack, W. Clarysse, G. Cohen, J. Quaegebeur, J. K. Winnicki, The Judean-Syrian-Egyptian Conflict of 103‑101 B.C. A Multilingual Dossier Concerning a “War of Specters” (1989).

71 Justin, XXXIX 4.

72 Démonstration convaincante de T. B. Mitford, « Helenos, Governor of Cyprus », JHS 79 (1959), p. 125 et n. 108.

73 I. Nicolaou, O. Mørkholm, Paphos I, A Ptolemaic Coin Hoard (1976), p. 109 ; O. Mørkholm (n. 41), p. 75.

74 Cette hypothèse a longtemps été défendue par T. B. Mitford : voir G. F. Hill (n. 45), p. 201, n. 1.

75 Après que le savant anglais a lui‑même fini par la rejeter : T. B. Mitford (n. 72), p. 128.

76 I. Kition 2003.

77 I. Michaelidou-Nicolaou (n. 45), p. 106. Cette interprétation est tirée de la mention d’Athéna Niképhoros sur la pierre.

78 Flavius Josèphe, Antiquités Juives XIII 284‑287.

79 T. B. Mitford, « Contributions to the Epigraphy of Cyprus, Some Hellenistic Inscriptions », APF 13 (1939), p. 36, no 17 (= I.Salamine XIII, no 69).

80 Leur datation ne cesse d’ailleurs de poser des difficultés. T. B. Mitford, ibid., p. 36‑38, no 18 ; T. B. Mitford (n. 41), p. 36, no 97 ; I. Nicolaou, « Inscriptiones Cypriae Alphabeticae VII, 1967 », RDAC (1968), p. 74‑76, no 4.

81 Une inscription fragmentaire de Marion pourrait être attribuée à Ptolémée IX. Néanmoins, si tel est bien le cas, ce document devrait être daté des années 114‑107, puisque sa mère, Cléopâtre III, est mentionnée sur la pierre et, dans l’ordre de préséance, elle est désignée avant son fils Ptolémée. Voir T. B. Mitford (n. 72), p. 117‑119, no 10. Il n’est pas exclu non plus que le roi mentionné soit en fait Ptolémée Alexandre : la photographie de l’inscription reproduite par Mitford présente une cassure en oblique de la partie gauche de la pierre. On n’y distingue pas le èta pointé par l’éditeur, d’autant que la haste du rhô n’est elle‑même pas complète. Je ne vois donc pas ce qui empêcherait alors de restituer [Βασιλίσσης Κλ] εοπάτρας [καὶ βασιλέως Π]τολεµαίου [θεῶν Φιλοµητό]ρων, qui aurait en outre l’avantage de respecter le nombre de lettres par ligne. Cette inscription pourrait être datée des années 114‑107, quand Ptolémée Alexandre était roi de Chypre, ou des années 107‑101 lorsqu’il était basileus aux côtés de sa mère Cléo pâtre.

82 Pour la difficulté de traduction, voir supra n. 64.

83 W. Otto, H. Bengtson, Zur Geschichte des Niederganges des Ptolemäerreiches (1938), p. 181 et n. 5.

84 E. Bernand, Recueil des inscriptions du Fayoum III (1981), p. 43‑52, no 152.

85 F. Muccioli (n. 27), p. 114 et p. 160‑161.

86 I.Salamine XIII, no 69.

87 Je remercie P. Aupert d’avoir attiré mon attention sur les points qui suivent. La discussion est donc plus que jamais ouverte et les lecteurs auront tout loisir de se ranger à l’une de ces opinions.

88 P. Aupert, C. Balandier, « Amathonte après la fin des royaumes : la ville sous les Antigonides et les premiers Lagides », dans A. Cannavò, L. Thély (éds), Les royaumes chypriotes à l’épreuve de l’histoire. Transitions et ruptures de la fin de l’âge du Bronze au début de l’époque hellénistique, BCH Suppl., à paraître.

89 Selon les données de la fouille sous‑marine du port extérieur d’Amathonte, l’abandon des structures doit être daté de la fin du iiie s. : J.‑Y. Empereur, « Rapport sur les travaux de l’École française d’Athènes à Amathonte de Chypre en 1984. 2. Le port », BCH 109 (1985), p. 984‑989 ; id., « 21. Le port externe », dans P. Aupert (dir.), Guide d’Amathonte (1996), p. 164‑168.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan général de situation. Éch. 1⁄1500.
Crédits EFA, L. Fadin
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/361/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 733k
Titre Fig. 2 – L’autel d’Amathonte en l’honneur de Ptolémée X.
Crédits Cl. EFA, Fr.‑D. Deltenre, L. Thély.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/361/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 604k
Titre Fig. 3 – Détail de l’inscription.
Crédits Cl. EFA, Fr.‑D. Deltenre, L. Thély.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/361/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 667k
Titre Fig. 4 – Relevé architectural du bloc, 1⁄15.
Crédits EFA, C. Castres.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/361/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 198k
Titre Fig. 5 – Photographie orthonormée des structures.
Crédits Cl. EFA, J. Adam.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/361/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 778k
Titre Fig. 6 – a. L’inscription en remploi dans le remplissage du mur. b. Relevé architectural de l’emplacement de l’autel.
Crédits Cl. EFA, J. Adam (a) ; Cl. EFA, C. Castres (b).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/361/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 904k
Titre Fig. 7 – Détail de la face externe du retour Nord du mur.
Crédits Cl. EFA, C. Castres.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/361/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 812k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ludovic Thély, « Inscriptions d’Amathonte XI »Bulletin de correspondance hellénique, 139-140.1 | 2016, 463-484.

Référence électronique

Ludovic Thély, « Inscriptions d’Amathonte XI »Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 139-140.1 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 30 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/bch/361 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bch.361

Haut de page

Auteur

Ludovic Thély

École française d’Athènes.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search