Navigation – Plan du site

AccueilNuméros139-140.2DossiersMonnaies et trouvailles péloponné...

Dossiers

Monnaies et trouvailles péloponnésiennes

Compléments au Colloque d’Argos 2011
Patrick Marchetti
p. 545-551

Résumés

Une série particulière de communications présentées, sous forme d’exposés ou de posters, dans le cadre du Colloque qui s’est tenu à Argos en 2011 (La Monnaie dans le Péloponnèse) complète ici la publication des Actes proprement dits (sous le double label BCH Suppléments 57 et Obolos 10). L’essentiel, en cela homogène, porte sur des trouvailles monétaires sporadiques réalisées en fouilles, à l’exception du signalement de deux collections particulières, l’une conservée au Musée de Nauplie, l’autre constituant la partie péloponnésienne d’une riche collection acquise par la Fondation du monde hellénique. Il est opportun, à cette occasion, de souligner combien sont plus valables pour le travail scientifique les informations livrées par une trouvaille réalisée au cours de fouilles officielles que celles tirées abusivement des « trésors » reconstitués à partir de lots repérés dans le commerce des Antiquités.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 La Monnaie dans le Péloponnèse.
  • 2 L’apparat bibliographique est resté tel qu’au moment du dépôt des manuscrits. Il était impossible (...)

1Le succès qu’a rencontré le colloque organisé à Argos, en 2011, par les Amis du Musée numismatique et l’École française d’Athènes, se mesure au nombre considérable de communications ou de posters qui y furent présentés. Les actes ont paru dans la série Obolos dont ils constituent le volume 101, intégré dans la série BCH suppléments, volume 57. L’abondance de la matière, toutefois, nous a amenés à extraire du volume un certain nombre d’études pour les traduire en français et les regrouper dans un dossier annexe. C’est ce dossier que nous présentons ici2. Pour l’essentiel, il s’agit de publications de monnaies de fouille par les archéologues chargés de leur étude, parallèlement à la fouille qu’ils ont menée eux‑mêmes, ou – pour deux études – de la présentation de collections conservées dans des institutions publiques.

  • 3 C. Grandjean, « Introduction », dans Fr. Duyrat, C. Grandjean (éds), Les monnaies de fouilles (vi(...)

2La multiplication des fouilles, notamment d’urgence, offre aux travaux numismatiques un matériau de choix, sans cesse enrichi de nouvelles trouvailles. La récolte est si riche qu’elle est de nature à modifier en profondeur les travaux dans la discipline. D’ambitieux projets d’étude de la circulation monétaire, sur des bases nouvelles et mieux étayées, devraient en résulter et voir le jour prochainement, notamment dans le cadre défini par C. Grandjean, en introduction à un colloque dédié aux « monnaies de fouilles du monde grec »3.

  • 4 Nous ne pouvons que renvoyer à l’introduction que nous avons rédigée pour Obolos 10. De ce que le (...)

3Les monnaies trouvées dans des fouilles systématiques et dûment contrôlées remplaceront progressivement, espérons‑le, les « trésors » reconstitués après leur dispersion dans le commerce, dont le contenu, parce que reconstitué, peut être aisément manipulé à des fins démonstratives et qui est, de ce fait, parfaitement inadéquat pour toute étude scientifique. Il est, à cet égard, des exemples éloquents qui ont entraîné l’étude des monnaies antiques sur des chemins funestes. Nous ne voulons pas nous y étendre ici4. La multiplication des trouvailles réalisées en fouilles offre en tout état de cause la possibilité d’une confrontation entre, d’une part, des données totalement fiables quant à leur provenance et, d’autre part, les lots que le commerce des Antiquités livre régulièrement à la curiosité des chercheurs, sans jamais leur donner la moindre certitude sur les conditions de leur découverte. Une telle confrontation aboutira inévitablement à disqualifier beaucoup de « faux trésors » qui ont servi d’aliments à nos travaux, surtout à partir de la publication de l’IGCH. Les informations livrées à leur propos sont a priori toujours suspectes, dans la mesure où tout marchand a intérêt à brouiller les pistes pour éviter, aujourd’hui plus que jamais, que des enquêteurs avisés puissent remonter à l’origine véritable des trouvailles. Dans ce contexte, toute découverte réalisée en fouilles est précieuse, si modeste soit‑elle, et on ne peut qu’en faciliter, par tous moyens, la publication. Du reste, il est, à cet égard, une évidence qui ressort du nombre même des participants au colloque d’Argos : les trouvailles de monnaies sont innombrables, d’où le volume important des actes !

4Malheureusement, il s’en faut de beaucoup que toutes les trouvailles soient rapidement portées à la connaissance des spécialistes, auxquels fait ainsi défaut une source d’informations de première main, véritablement irremplaçable. C’est pour remédier à cette carence qu’à l’initiative des Amis du Musée numismatique et de celle qui en fut l’âme, Mando Oikonomidès, furent organisées, région après région, ces rencontres Obolos pour inciter les archéologues régionaux, rattachés notamment aux éphories des Antiquités ou à des centres de recherche, à faire connaître leur matériel numismatique.

  • 5 Sur la fouille, voir le rapport dans ΑΔ 60 (2005), Χρονικά, p. 257‑259.

5Les collections de monnaies sont souvent riches d’exemplaires en métaux précieux, plutôt qu’en bronzes, ce qui les distingue des trouvailles de sites, plus souvent des bronzes que des monnaies d’argent ou d’or, à moins que, par chance, un fouilleur découvre lui‑même un trésor, comme ceux, nombreux, dont il est question dans les actes du colloque. Certaines collections toutefois tranchent par le nombre de leurs monnaies de bronze, ainsi la collection dont les initiales sont désormais célèbres : BCD. Le catalogue en est très répandu, au point de servir aujourd’hui d’ouvrage de référence. Dans les études présentées ici, l’abondance même – jusqu’à satiété – des renvois faits à cette collection témoigne de la place que les volumes du catalogue occupent désormais sur les étagères des bibliothèques de tous les centres d’exploration ou de recherche archéologique. Un appel à la prudence n’est donc pas déplacé. Tant de monnaies de bronze y ont été rassemblées qu’il ne fait aucun doute qu’elles proviennent, dans leur très grande majorité, de « trésors », comme celui trouvé à Argos même sur la propriété des frères Xixi5, dont nous espérons qu’il sera publié sous peu, tant son contenu est décisif pour une taxinomie correcte des émissions argiennes. La disparition de tous ces trésors dont proviennent les monnaies du commerce constitue une perte irréparable, que ne compense pas, loin s’en faut, l’effort accompli par les rédacteurs de BCD pour accompagner leurs descriptions de considérations fréquemment inappropriées, notamment en matière de datation. Les dates proposées, en effet – et cela est surtout vrai de BCD Peloponnesos – le sont souvent sans réel fondement scientifique. Il serait donc particulièrement regrettable que les archéologues qui se réfèrent à ce genre de catalogues s’y fient aveuglément, d’autant plus qu’ils disposent, eux, d’éléments de vérification : les contextes de trouvailles. Seules de méticuleuses publications de matériel, par des archéologues patentés, sont, en effet, de nature à fournir d’authentiques repères en termes de chronologie. Autrement dit, si un catalogue comme BCD Peloponnesos constitue assurément un instrument utile pour identifier des témoins numismatiques, il ne devrait toutefois jamais être utilisé pour ce qu’il n’est pas : à savoir une référence en matière de chronologie. Seuls des études sous forme de corpus ou des publications de fouilles correctement élaborées peuvent aboutir à des propositions de datation fondées sur des informations historiques ou archéologiques adéquates. Ce genre de travaux requiert beaucoup de temps et des efforts plus soutenus que celui requis par la rédaction d’un simple catalogue.

6Dans les études rassemblées ici, on mesurera tout à la fois l’importance des monnaies de fouille pour la datation des vestiges, pour une évaluation correcte de la durée d’occupation des édifices où elles sont retrouvées, mais aussi l’intérêt que leur portent des archéologues, qui ne se présentent pas comme « numismates », mais qui n’en sont pas moins attentifs à « faire parler » leurs trouvailles ou à en extraire les informations qu’ils jugent utiles. À ce titre, les travaux qu’on lira ci‑après devraient d’autant plus intéresser les numismates qu’ils sont une invitation à ouvrir un dialogue efficace avec les archéologues de terrain, pour qui les monnaies ne sont qu’un matériel d’étude parmi d’autres.

7Un cas particulier mérite d’être épinglé, celui des trouvailles réalisées en contexte funéraire. À la différence des monnaies thésaurisées – dont la récolte par le propriétaire du trésor peut parfois s’étaler sur de longues années – ou des monnaies perdues au hasard sur l’espace public, les offrandes funéraires – sous la forme d’« oboles » pour accompagner les inhumations dans des tombes regroupées en nécropole –, qui correspondaient à des usages précis, sont particulièrement intéressantes. Il s’agit, en effet, de prélèvements ponctuels, réalisés au moment de l’enfouissement et pratiquement toujours accompagnés de vases contemporains, tant et si bien qu’à chaque occasion nous sommes invités à confronter les datations respectives des différents matériels, céramique d’un côté, numismatique de l’autre, pour le plus grand bénéfice de la recherche. De surcroît, la nature même des offrandes – ces fameuses « oboles de Charon » –, explique que l’on ait choisi les monnaies enfouies dans la tombe, souvent dans la bouche même des défunts, avant tout pour la valeur symbolique de leurs types, comme le relèvent ici‑même les trouvailles étudiées par E. Palaiologou et O. Psychogios.

  • 6 Le monnayage de Phlionte – dont les monnaies se retrouvent souvent sur les sites du Nord‑Ouest du (...)

8Comme chaque trouvaille est précieuse, dans la mesure où leur accumulation modifiera radicalement la base d’étude des monnayages antiques, il nous paraît utile d’évoquer aussi les trouvailles argiennes présentées à l’occasion du colloque, qui, pour des raisons diverses, n’ont pas abouti à un texte qu’il eût été possible d’intégrer aux actes ou au présent rapport6.

Trouvailles argiennes encore inédites

9Plusieurs trouvailles, réalisées à Argos, ont été signalées à l’occasion du colloque et sont, à ce jour, restées inédites, à ma connaissance du moins. Au premier rang se place un trésor de 70 statères d’Égine, découvert au cours de fouilles réalisées sur la propriété Rentas à Argos, dont l’intérêt est d’autant plus grand qu’il fut trouvé à Argos même, une cité à laquelle il n’est pas absurde d’attribuer l’émission de statères « éginétiques » au type de la tortue. K. Barakari-Gléni avait, elle, préparé un poster où elle présentait 50 monnaies provenant des fouilles menées à Argos par la IVe éphorie au cours des années 1980, notamment dans des quartiers d’habitation antiques, à l’Est et au Sud de l’agora. E. Sarri avait fait de même pour les « trouvailles monétaires provenant de la fouille du terrain A. Yakoumalis », constituées surtout de bronzes du Bas‑Empire provenant d’un établissement thermal : des émissions frappées sous les successeurs de Constantin le Grand à Nicomédie et Constantinople, ainsi qu’un solidus de Justinien daté des années 545‑565 apr. J.‑C. ; s’y ajoutaient les monnaies trouvées à l’extérieur des thermes, émissions « provinciales » d’Argos, un petit trésor de 34 bronzes usés, probablement enfoui au iiie s. apr. J.‑C. et une monnaie en argent au type du loup.

  • 7 C. Grandjean, « Les monnaies grecques des fouilles de l’EFA à Argos », dans Fr. Duyrat, C. Grandje (...)

10Il ne nous paraît pas inutile de rappeler ici que l’identification des monnaies trouvées sur les fouilles que l’École française a menées sur le site est achevée : pour les monnaies grecques (antérieures à Auguste) un premier bilan vient d’être présenté par C. Grandjean7, tandis que Chr. Flament et moi‑même avons déposé aux archives de l’École française un CDRom où sont inventoriés tous les exemplaires d’époque romaine. Une publication exhaustive suivra.

Trouvailles d’époque byzantine

11Le colloque s’intéressait à toutes les époques de l’histoire monétaire. Sa section byzantine et moderne n’était donc pas moins riche que les périodes classique, hellénistique et romaine. Au nombre des communications restées inédites pour cette période on signalera celle de B. Callegher sur « les vicissitudes de la circulation des bronzes dans le Péloponnèse » : si, à partir du viie s., la démonétisation est une réalité largement observée dans le Péloponnèse où, pour compenser un approvisionnement monétaire inexistant, les bronzes des ivevie s. ont continué de circuler pendant des siècles, un examen attentif des données numismatiques (fouilles et trésors) révèle que la pénurie des espèces en bronze dura longtemps, jusqu’au règne de Constantin VII, au xe s., quand reprennent les frappes en bronze. Il est judicieux de mettre cela en relation avec le nouveau rôle stratégique tenu alors par le Péloponnèse, tête de pont vers l’Italie byzantine (Pouilles et Calabre), où l’on observe à la même période une circulation comparable du bronze monnayé, ainsi que l’a souligné l’auteur de la communication. C. Stavrakos et E. Bakourou ont, pour leur part, présenté à nouveau les « trouvailles monétaires réalisées à la chapelle funéraire trilobée de Sparte » : 138 monnaies de la fin de l’Empire jusqu’au milieu du xiiie s., la plupart se concentrant toutefois aux xie et xiie s., tandis que Kl. Sidiropoulos a passé en revue les trouvailles monétaires provenant des fouilles systématiques menées sur le site de la Messène médiévale, trouvailles isolées ou trésors, qui permettent de reconstituer les tendances de la circulation monétaire selon les époques. O. Zervos, enfin, a tiré parti de la documentation livrée par les fouilles américaines de Corinthe des années 1898‑2008, pour étudier deux monnayages, tout aussi intéressants que particuliers, émis au début du xiiie s. par Guillaume II de Villehardouin (1245‑1278) dans la Corinthe franque, sous forme d’unités et de fractions, portant les légendes CORINTUM ou CORINTI. On y a vu tantôt du billion, tantôt des deniers et oboles de cuivre ou encore des « coppers » de dénomination inconnue, alors même que les plus anciennes monnaies en cuivre dans l’Occident latin sont plus tardives. O. Zervos a proposé d’y voir des deniers (unités) et oboles (fractions) fourrés, constitués d’une âme en cuivre recouverte d’une pellicule d’argent et de ne pas les dater postérieurement aux deniers tournois de Guillaume frappés à Clarenza, soit de 1245 (voire plus tôt) jusqu’en 1261, au plus tard, date de la reprise de Constantinople par les Byzantins.

Haut de page

Bibliographie

ΑΔ = Αρχαιολογικν Δελτον

ΑΕ = Αρχαιολογικ Εφηµερς

ASAA = Annuario della Scuola archeologica di Atene e delle missioni italiane in Oriente

BCD Akarnanien–Aetolien = Münzen & Medaillen, Sammlung BCD. Akarnanien und Aetolien, Auction 23 (18/10/2007)

BCD Euboia = Numismatik Lanz, Münzen von Euboia. Sammlung BCD, Auction 111 (25/11/2002)

BCD Korinth = Numismatik Lanz, Münzen von Korinth. Sammlung BCD, Auction 105 (26/11/2001)

BCD Lokris‑Phokis = NAC AG, The BCD Collection. Lokris–Phokis, Auction 55 (08/10/2010)

BCD Olympia = Leu Numismatics, Coins of Olympia. The BCD Collection, Auction 90 (10/05/2004)

BCD Peloponnesos = LHS Numismatics, Coins of Peloponnesos. The BCD Collection, Auction 96 (08‑09/05/2006)

BCD Thessaly I = Nomos AG, Coins of Thessaly. The BCD Collection, Auction IV (10/05/2011)

BMC = The British Museum. Catalogue of the Greek Coins, 1‑30 (1873‑1927)

CLRC = P. Grierson, M. Mays, Catalogue of Late Roman Coins in the Dumbarton Oaks Collection and in the Whittemore Collection (1992)

CMS = Corpus der minoischen und mykenischen Siegel

DOCoins = A. R. Bellinger, P. Grierson (éds), Catalogue of the Byzantine Coins in the Dumbarton Oaks Collection and in the Whittemore Collection, 1‑5 (1966‑1999)

HCC = A. S. Robertson, Roman Imperial Coins in the Hunter Coins Cabinet, University of Glasgow, 1‑5 (1962‑1982)

LRBC = R. A. G. Carson, P. V. Hill, J. P. C. Kent, Late Roman Bronze Coinage (1960)

MIB = W. Hahn, Moneta Imperii Byzantini : I. Von Anastasius I. bis Justinianus I. (491‑565), einschließlich der ostgotischen und vandalischen Prägungen (1973) ; II. Von Justinus II. bis Phocas (565‑610), einschließlich der Prägungen der Heraclius-Revolte und mit Nachträgen zum I. Band (1975) ; III. Von Heraclius bis Leo III. Alleinregierung (610‑720). Mit Nachträgen zum I. und II. Band (1981)

NC = Numismatic Chronicle

NMΑ = Νοµισµατικό Μουσείο, Αθήνα

Oath = Opuscula Atheniensia

RIC = H. Mattingly et al., The Roman Imperial Coinage, I‑X (1923‑1994)

RPh = Revue de philologie, de littérature et d’histoire anciennes

RPC = A. Burnett, M. Amandry (éds), Roman Provincial Coinage, I‑II (1992‑2006) ; III (2015) ; VII (2006) ; online <http://rpc.ashmus.ox.ac.uk>

TAPhS = Transactions of the American Philosophical Society

Haut de page

Notes

1 La Monnaie dans le Péloponnèse.

2 L’apparat bibliographique est resté tel qu’au moment du dépôt des manuscrits. Il était impossible de mettre à jour, sans compromettre la publication. Cela est vrai pour les actes aussi bien que pour les dix textes présentés ici. On voudra bien en tenir compte.

3 C. Grandjean, « Introduction », dans Fr. Duyrat, C. Grandjean (éds), Les monnaies de fouilles (vieier s. a. C.). Apports, approches et méthodes, Scripta Antiqua 93 (2016), p. 11‑15.

4 Nous ne pouvons que renvoyer à l’introduction que nous avons rédigée pour Obolos 10. De ce que le débat sur les émissions achéennes est relancé témoigne notamment l’étude récente de C. Grandjean, « Les dernières monnaies d’argent du Péloponnèse (2) », RN 173 (2016), p. 45‑54.

5 Sur la fouille, voir le rapport dans ΑΔ 60 (2005), Χρονικά, p. 257‑259.

6 Le monnayage de Phlionte – dont les monnaies se retrouvent souvent sur les sites du Nord‑Ouest du Péloponnèse, notamment au nombre des offrandes funéraires – n’ayant pas encore fait l’objet, à ce jour, d’une étude exhaustive, il paraît utile de signaler aussi le panorama de synthèse qu’en a présenté, à l’occasion du colloque, S. Dreni, en premier les émissions, datées au plus tôt de la fin du vie s. ou du début du ve s., jusqu’à l’arrêt des frappes autonomes au iiie s., puis les bronzes frappés au nom des Phliasiens dans le cadre de la ligue achéenne et, enfin, la série intégrée aux « provinciales romaines » de l’époque des Sévères.

7 C. Grandjean, « Les monnaies grecques des fouilles de l’EFA à Argos », dans Fr. Duyrat, C. Grandjean (n. 4), p. 51‑63.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Marchetti, « Monnaies et trouvailles péloponnésiennes »Bulletin de correspondance hellénique, 139-140.2 | 2016, 545-551.

Référence électronique

Patrick Marchetti, « Monnaies et trouvailles péloponnésiennes »Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 139-140.2 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 19 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/bch/369 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bch.369

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search