Navigation – Plan du site
Études

Une nouvelle phase d’occupation à Dikili Tash

Le Néolithique/Chalcolithique Final (fin du ve‑début du ive millénaire av. J.‑C.)
Zoï Tsirtsoni et Dimitra Malamidou
p. 487-541

Résumés

Les fouilles conduites en 2013 à Dikili Tash dans le secteur 6 ont mis en évidence une nouvelle phase d’occupation. Deux fosses et leur sol environnant se trouvent dans une position stratigraphique intermédiaire entre la couche de destruction de la fin du Néolithique Récent et les premières structures du Bronze Ancien. Parmi les quelque 80 vases ou fragments collectés dans le remblai, plusieurs ont des parallèles sur des sites de Thasos et des Rhodopes dans des niveaux du Néolithique/Chalcolithique Final. Les datations absolues placent ce mobilier vers 4000 av. J.‑C. C’est la première fois que cette phase est attestée sur un tell de la région ; le scénario d’un abandon des habitats des plaines vers 4200 av. J.‑C. doit donc être révisé. De plus, l’apparition de certains traits typiques des productions céramiques du Bronze Ancien invite à reconsidérer l’émergence de ce faciès.

Haut de page

Notes de l’auteur

Les auteurs tiennent à remercier les autres co‑directeurs du programme de recherches à Dikili Tash, Haido Koukouli-Chryssanthaki et Pascal Darcque, pour leur avoir laissé la primeur de cette présentation, ainsi que le directeur de l’EFA, Alexandre Farnoux, pour avoir accordé à cette dernière une place aussi importante dans les pages du BCH.
Abréviations utilisées : ass. = assise, BA = Bronze Ancien, ChF = Chalcolithique Final, ChR = Chalcolithique Récent, cons. = conservé, diam. = diamètre, ép. = épaisseur, ext. = extérieur, fr. = fragment, h. = hauteur, inf. = inférieur, int. = intérieur, KGK = Kodžadermen-Gumelniţa-Karanovo, max. = maximum, NF = Néolithique Final, NR = Néolithique Récent, ouv. = ouverture, sup. = supérieur, US = unité stratigraphique.

Texte intégral

Introduction

  • 1 R. Treuil (éd.), Dikili Tash, village préhistorique de Macédoine orientale, I. Fouilles de Jean De (...)
  • 2 L’existence de cette étape est incontestable mais elle n’est pas reconnue partout comme faisant pa (...)
  • 3 Voir Z. Tsirtsoni, « Το τέλος της νεολιθικής Εποχής στην Ελλάδα και τα Βαλκάνια », dans NPapadim (...)

1Dikili Tash (fig. 1) est connu dans la littérature archéologique comme l’un des sites où les fouilles ont permis d’établir la succession chronologique du Néolithique et de l’âge du Bronze dans le domaine égéo-balkanique1. Depuis une quarantaine d’années on sait, en effet, que la fin de la période néolithique (appelé aussi parfois chalcolithique) en Grèce du Nord et dans la plupart des Balkans précède nettement le début du Bronze Ancien (BA) égéen, puisque les niveaux assignés aux deux périodes se trouvent superposés. La première étape du BA, antérieure au premier horizon d’occupation sur le site de référence traditionnel de Troie, commencerait d’après les datations 14C dans les derniers siècles du IVe millénaire av. J.‑C., alors que NR II/ChR se terminerait un millénaire plus tôt2. Les données disponibles à Dikili Tash jusqu’au début des années 2010 ne permettaient pas de dire, toutefois, ce qui s’était passé entre les deux. Des situations analogues étaient enregistrées dans d’autres sites de la région, conduisant certains à parler d’un remodelage brutal du peuplement, voire d’un dépeuplement généralisé3.

  • 4 Par exemple H. Todorova, « The Neolithic, Eneolithic and Transitional period in Bulgarian prehisto (...)

2En effet, la situation attestée à Dikili Tash – séquence d’occupation néolithique s’achevant par une couche de destruction par incendie et surmontée d’un niveau du Bronze Ancien avec des structures en creux – se retrouve sur de nombreux tells de la Grèce du Nord et des Balkans : Sitagroi, Karanovo, Yunatsite, Ezero, et bien d’autres. Sa répétition semblait indiquer qu’il y aurait un modèle d’occupation valable pour les habitats en forme de tell, que l’on pourrait opposer à un modèle de sites plus « marginaux », notamment de sites de hauteur (par exemple Kastri, sur l’île de Thasos, ou Yagodina, dans les Rhodopes). Ces derniers semblaient précisément être peuplés, ou repeuplés, après l’abandon des premiers, et la vie y continuait au moins durant les premiers siècles du IVe millénaire av. J.‑C. Certains auteurs voyaient dans ce tableau les signes d’un effondrement brutal de la « culture des tells » sous l’effet d’un événement extérieur majeur (changement climatique ou invasion), entraînant le déplacement massif des habitants vers des zones de refuge éloignées des plaines4.

Fig. 1 – Dikili Tash et les sites mentionnés dans le texte.

Fig. 1 – Dikili Tash et les sites mentionnés dans le texte.

Archives EFA.

  • 5 P. Darcque, H. Koukouli-Chryssanthaki, D. Malamidou, Z. Tsirtsoni, BCH 133 (2009), p. 531 ; eid., (...)

3L’un des objectifs du nouveau programme de recherches commencé en 2008 à Dikili Tash était de clarifier davantage cette transition, en recherchant, entre autres, l’existence de niveaux intermédiaires entre la fin du Néolithique (Chalcolithique) « classique » et le début du BA5. Cet article présente les données qui non seulement confirment que de tels niveaux ont existé, mais permettent aussi de comprendre leur mise en place générale, d’étudier leurs affinités culturelles et de fixer leur date.

Les recherches dans le secteur 6

État des lieux avant 2013

  • 6 H. Koukouli-Chryssanthaki, « Ανασκαφή προϊστορικού οικισµού Φιλίππων (Ντικιλί Τας) », PAAH 1994, p (...)
  • 7 Voir Darcque et al., BCH 133 (2009), p. 533‑536 ; BCH 135 (2011), p. 507‑512 ; BCH 136‑137 (2012‑2 (...)
  • 8 Tsirtsoni 2016b ; P. Darcque (n. 1), p. 62‑69 ; P. Darcque et al., « New Insights to the Copper Ag (...)

4L’existence d’un ou plusieurs niveaux intermédiaires en place a été recherchée en priorité dans le secteur 6, situé sur le flanc Sud‑Est du tell (fig. 2). Le secteur 6 est l’un des principaux secteurs d’investigation sur le site et l’un des mieux connus dans la bibliographie, grâce notamment au groupe de quatre maisons néolithiques mises au jour dans les années 19906, dont une, la maison 1, a été explorée à nouveau entre 2008 et 20137. Détruits par un incendie alors qu’ils étaient en activité, ces édifices ont livré un mobilier extrêmement riche et varié (vases céramiques, pièces d’outillage en différents matériaux, graines et fruits carbonisés, ossements, parures) qui a enrichi considérablement nos connaissances sur les productions artisanales, ainsi que sur les pratiques économiques et sociales des étapes avancées du Néolithique/Chalcolithique. En datant avec précision leur destruction vers 4340‑4260 av. J.‑C. au moyen d’une vingtaine de datations 14C et d’une demi‑douzaine de datations TL, nous avons montré que cette phase, qui correspond à « l’apogée » de la koinè néolithique égéo-balkanique (Néolithique Récent [NR] II ou Chalcolithique Récent [ChR], selon la terminologie employée, assimilé à la « culture » KGK VI et ses équivalents), se termine bel et bien avant la fin du Ve millénaire av. J.‑C.8.

Fig. 2 – Plan du tell montrant l’emplacement des différentes opérations archéologiques

Fig. 2 – Plan du tell montrant l’emplacement des différentes opérations archéologiques

Fond de plan, Et. Richard ; levé, L. Fadin, S. Budin, Al. Masalski, S. Laqbayli, K. Guadagnini ; calage et environnement graphique, Fr. Bourguignon, Nova Cella).

  • 9 Darcque et al., BCH 133 (2009), p. 534‑535 et fig. 6‑7 ; BCH 135 (2011), p. 507 ; BCH 136‑137 (201 (...)
  • 10 Y. Maniatis et al., « New 14C Evidence for the Late Neolithic-Early Bronze Age Transition in Sout (...)
  • 11 Ce qui explique pourquoi nous avions tant de mal à obtenir des bons échantillons à dater : le remp (...)

5Le niveau d’occupation suivant cette destruction était représenté, jusqu’en 2012, par une série de structures en creux (trous remplis de pierres de calage de poteaux, fosses simples et enduites), assignées au BA (fig. 3)9. Les rares datations 14C disponibles permettaient de dater l’aménagement de ces structures dans les années 3300‑3000 av. J.‑ C.10, c’est‑à‑dire presque mille ans après la destruction des maisons 1 à 4, dont elles pénétraient directement les débris11.

Fig. 3 – Plan schématique de la situation générale des vestiges dans le secteur 6 (état fin 2013).

Fig. 3 – Plan schématique de la situation générale des vestiges dans le secteur 6 (état fin 2013).

Archives EFA.

  • 12 P. Darcque et al., « The Impact of Environmental Changes on the Neolithic Settlement of Dikili Tas (...)

6Cependant, une première série d’indices collectés à la périphérie Sud du tell (secteur 2) indiquait que le site n’était pas complètement abandonné après la destruction de 4340‑4260 av. J.‑C. En effet, une puissante couche de colluvions mise au jour à cet endroit contenait des charbons datés de 4200‑4000 av. J.‑C., montrant que l’occupation s’était maintenue au moins jusqu’à cette date‑là. Le matériel céramique recueilli comportait, à côté de types du NR II « classique », plusieurs tessons trouvant des parallèles parmi les sites tardifs de Rhodopes12. Des datations et des tessons analogues étaient connus également dans le secteur 6 lui‑même, mais aucune structure ou niveau véritable ne leur était associé. Nous étions donc amenés à conclure qu’un niveau (ou des niveaux) postérieur(s) à 4200 av. J.‑C. avait existé également à cet endroit, mais qu’il avait été complètement rasé par l’érosion et disparu.

Les découvertes de la fouille 2013

  • 13 Au départ on a pensé qu’il pourrait s’agir d’un premier niveau du BA : BCH 136‑137 (2012‑2013), p. (...)
  • 14 Une partie de cette couche (appelée locus 6‑119 au centre de la zone en fouille) avait été vue déj (...)

7Heureusement, il n’en était pas complètement ainsi. À la fin de la campagne 2012, nous avons vu pour la première fois, près de la limite Nord du secteur 6, un lambeau de sol (locus 6‑109, ca 2 m2 au départ) en position stratigraphique intermédiaire entre la couche de destruction de la maison 1 et le niveau des fosses du BA (fig. 3‑4). Sur ce sol gisaient quelques vases fragmentés en position subhorizontale, dont la date n’a pas pu être déterminée immédiatement13. La reprise de la fouille en 2013 et son extension vers l’Ouest, dans une zone où les travaux s’étaient arrêtés à une altitude plus élevée, a permis de constater que le sol se poursuivait dans cette direction, même s’il n’était pas préservé en continu. Il était surmonté, sur une bonne partie de la surface, d’une couche de limon compacte contenant surtout des débris de construction (fragments de terre à bâtir plus ou moins tassés : fig. 5), mais aussi des pierres, des graviers, ainsi que du mobilier en quantité modérée, le plus souvent de petite taille (tessons, pièces lithiques taillées, etc.)14. Un terrier perturbait cette couche du côté Nord/Nord‑Est (locus 6‑140), modifiant son aspect (limon plus meuble, proportions plus grandes de mobilier), mais pas sa nature. La couche était apparemment coupée du côté Nord, juste à l’emplacement du sol 6‑109 initial, puisque l’amas de débris qui le surmonte au Sud (locus 6‑054, US 6372) n’est pas visible sur la paroi Nord.

Fig. 4 – Le sol 6‑109 à la fin de la campagne de 2012, vers le Nord.

Fig. 4 – Le sol 6‑109 à la fin de la campagne de 2012, vers le Nord.

Cl. P. Darcque.

Fig. 5 – Couche de débris dans la partie Nord‑Ouest du secteur 6, vers l’Est ; état 2013.

Fig. 5 – Couche de débris dans la partie Nord‑Ouest du secteur 6, vers l’Est ; état 2013.

Cl. P. Darcque.

  • 15 La fouille minutieuse de ces structures a été menée par S. Grosfilley (archéologue contractuel) et (...)

8Deux structures en creux, pratiquement accolées, sont apparues sous les débris près de la limite Ouest de la zone fouillée (locus 6‑128 au Sud et 6‑131 au Nord : fig. 6‑7)15. Leur rebord se trouve en continuité avec le sol environnant (appelé ici 6‑136) : cela les différencie des fosses supérieures du BA dont le sol associé est perdu suite à l’érosion. Les parois de la première structure (diamètre à l’ouverture 1,20 m, profondeur 1,20 m) étaient enduites sur toute la circonférence jusqu’à environ un tiers de la hauteur, tandis que celles de la seconde (diamètre 1,10 m, profondeur 0,80 m) ne conservaient pas de revêtement (fig. 8‑9). La régularité de la construction et la présence d’un enduit suggèrent qu’il s’agit probablement de fosses destinées initialement au stockage. Leur remplissage consistait pour l’essentiel de fragments de terre à bâtir d’un aspect analogue à ceux trouvés à l’extérieur, mais contenait également des quantités relativement importantes de céramique, dont quelques vases quasi complets, ainsi que des ossements. L’examen préliminaire de ces céramiques confirmait qu’on était face à un matériel différent à la fois de celui trouvé dans la maison 1 ou dans les autres assemblages contemporains, et de celui qu’on connaissait pour le BA I.

Fig. 6 – Apparition des fosses 6‑131 (premier plan) et 6‑128 (second plan), vers le Sud.

Fig. 6 – Apparition des fosses 6‑131 (premier plan) et 6‑128 (second plan), vers le Sud.

Cl. P. Darcque.

Fig. 7 – Vue des fosses 6‑128 et 6‑131 au début de leur fouille, vers l’Est.

Fig. 7 – Vue des fosses 6‑128 et 6‑131 au début de leur fouille, vers l’Est.

Cl. P. Darcque.

Fig. 8 – Vue de détail des parois et du fond de la fosse 6‑128, vers l’Est.

Fig. 8 – Vue de détail des parois et du fond de la fosse 6‑128, vers l’Est.

Cl. P. Darcque.

Fig. 9 – Vue de la fosse 6‑131, vers le Sud.

Fig. 9 – Vue de la fosse 6‑131, vers le Sud.

Cl. P. Darcque.

  • 16 Ces observations ont été confirmées par la suite par l’examen du matériel osseux (communication pe (...)

9Le fond des fosses était tapissé d’une couche épaisse de cendre (5 cm dans le 6‑128, 8 cm dans le 6‑131) et beaucoup d’objets affichaient des traces intenses de feu (parois de vases déformées, surfaces quasiment vitrifiées, os calcinés) ; cependant, la coexistence avec des objets dans un excellent état de conservation laissait penser que ces altérations avaient eu lieu avant que les objets ne soient insérés dans les fosses. Aucune différence n’a été observée selon la hauteur ou la partie fouillée, qui justifierait l’idée d’un remplissage en plusieurs étapes : au contraire, chaque fosse semblait avoir été comblée en une seule fois et sur toute la hauteur. Tout cela suggérait qu’on était là devant un remblai unique composé d’éléments apportés d’ailleurs, même si nous ne pouvions exclure complètement la possibilité d’avoir, dans la masse, quelques objets ou fragments appartenant au contenu originel de ces structures16.

Le traitement du matériel céramique et les conséquences stratigraphiques

  • 17 Outre les auteurs, ont participé à cette recherche O. Karélanidou, archéologue, diplômée de l’univ (...)

10Durant l’été 2014, nous avons entrepris d’étudier de manière plus approfondie les céramiques recueillies dans ce niveau (fig. 10‑11), en commençant par une recherche systématique des collages ou rapprochements entre les fragments17. Le but de l’opération était double : augmenter et améliorer le volume des données d’une part, clarifier l’ordre et la nature des événements d’autre part, en répondant notamment à deux questions essentielles. La première était de savoir si le remplissage des fosses et le remblai environnant constituaient, comme nous le supposions, un même épisode ; la seconde consistait à savoir s’ils mobilisaient ou non des débris de la couche de destruction sous‑jacente, celle de la maison 1.

Fig. 10 – Vue d’ensemble des vestiges du niveau du Néolithique/Chalcolithique Final, vers l’Est. Les vestiges sans numéro appartiennent à d’autres niveaux.

Fig. 10 – Vue d’ensemble des vestiges du niveau du Néolithique/Chalcolithique Final, vers l’Est. Les vestiges sans numéro appartiennent à d’autres niveaux.

Cl. P. Darcque.

Fig. 11 – Les vestiges du niveau du Néolithique/Chalcolithique Final.

Fig. 11 – Les vestiges du niveau du Néolithique/Chalcolithique Final.

Relevé Nova Cella, S. Monnet ; mise au net R. Douaud-P. Darcque.

  • 18 On tombait directement sur cette couche dans les endroits où le sol du niveau supérieur n’était pa (...)

11En effet, les observations faites au moment de la fouille suggéraient que le remblai en question était séparé du niveau de la maison 1 par une fine couche de limon gris meuble peu chargée en matériel archéologique, faisant penser à une petite couche d’abandon18. Mais le caractère réduit de la surface exposée et le fait que nous étions ici à la limite de la maison 1 proprement dite, donc peut‑être sur une zone extérieure, nous obligeaient à vérifier cette information.

  • 19 Locus 6‑042 ; voir supra, n. 14.

12La recherche a procédé par cercles concentriques : d’abord dans les zones les plus sûres (contenu des fosses 6‑128 et 6‑131, matériel en place sur le sol 6‑109), puis dans les marges (zones au contact de la couche de destruction de la maison 1, notamment vers le sud19), enfin dans les unités stratigraphiques mixtes de proximité depuis 2008. Nous avons passé en revue le matériel de 67 unités stratigraphiques (US) au total, soit environ 2 400 tessons, qui ont livré ca 110 corrélations (collages ou rapprochements), permettant d’acquérir une vingtaine de nouveaux vases et de compléter certains de ceux issus de la fouille 2013.

  • 20 L’étude préliminaire du matériel architectural par S. Prévost-Dermarkar et B. Pérello va dans le m (...)
  • 21 La seule exception est peut‑être la meule no 6554‑001, qui gisait à plat sur le sol au Sud de la f (...)

13La répartition des fragments associés a montré clairement que le remplissage des fosses 6‑128 et 6‑131 et le remblai environnant appartiennent bel et bien à un seul et même épisode (fig. 12). Par ailleurs, l’absence de tout collage ou rapprochement entre le matériel de ce niveau et celui de la maison 1 sous‑jacente confirme qu’il ne s’agit pas d’un nivellement/réaménagement des débris de ladite maison, mais d’un remblai qui met en œuvre des éléments issus de constructions postérieures20. En d’autres termes, il y a d’abord eu construction d’autres édifices au‑dessus de la maison 1 abandonnée, contenant un mobilier déjà différent sur le plan typologique, puis destruction de ces édifices et réarrangement de leurs débris, sans doute en vue d’une nouvelle construction qui n’a pas été conservée. Comme nous l’avons dit, il n’y a pas moyen de distinguer parmi le matériel recueilli ce qui appartiendrait éventuellement à la phase d’utilisation du sol 6‑109/6‑136 et des fosses 6‑128/6‑131, et ce qui serait apporté ici au cours du remblaiement21.

Fig. 12 – Graphiques de répartition des fragments de vases selon les US.

Fig. 12 – Graphiques de répartition des fragments de vases selon les US.

a. askos 6613‑003 ; b. jarre 6613‑017.

Archives EFA.

  • 22 H. Koukouli-Chryssanthaki (n. 6), p. 123‑124. Cette recherche a été poursuivie et complétée durant (...)
  • 23 Un niveau compact avec des fragments de terre à bâtir, tessons et pierres, situé vers 63,97/63,85  (...)

14L’élargissement de la recherche aux parties fouillées en 1993‑1994 dans la même zone (extension Nord de l’ancien secteur VIB)22 montre que l’étendue initiale de ce niveau débordait légèrement vers le Sud et l’Est. En effet, une demi‑douzaine de collages ont été obtenus parmi le matériel recueilli notamment dans les carrés 314/138‑139 et 312‑313/137‑13823. En revanche, aucune association n’a été trouvée au‑delà, ni de matériel « suspect » recueilli de façon indépendante dans le reste du secteur. Cela confirmerait que le niveau assigné à cette phase n’a pas été conservé au Sud de la ligne 137.

Le répertoire des vases céramiques

  • 24 Étude en cours par P. Yiouni (ministère grec de la Culture, éphorie de Ioannina).

15Au total, nous disposons d’environ 80 vases ou fragments de vases pouvant être attribués de façon certaine au niveau du Néolithique / Chalcolithique Final. Plusieurs sont uniques, mais d’autres peuvent se grouper en types, même si la cohérence de certains de ces types pourrait se trouver compromise à l’avenir par une étude technologique plus approfondie24 ou par la découverte de nouveaux exemples. C’est pour cette raison que nous préférons parler ici de « répertoire » plutôt que de « typologie ». Pour la même raison, nous adoptons un mode de présentation très détaillé, qui permet de découvrir et d’apprécier en finesse cet assemblage rare.

Vases fermés

Askos

16Un seul vase représente cette forme.

6613‑003 (fig. 13 a, et fig. 15). Vase recollé à partir d’une douzaine de fr., tous de la fosse 6‑128, à l’exception d’un petit fr. trouvé à l’extérieur dans une US mixte à l’Est de la zone fouillée (US 6530, carré 317.141 ; voir fig. 12 a). Il est quasiment complet.
Forme : récipient de plan elliptique avec ouverture latérale circulaire ; assise légèrement concave, paroi verticale convexe (sauf du côté de l’ouverture, où elle est droite), lèvre légèrement évasée à extrémité amincie ; le côté opposé à l’ouverture est modelé sous la forme de deux arrondis séparés par un sillon, évoquant clairement un derrière humain ; une anse cylindrique en panier relie la lèvre à la paroi (dos du récipient). Dimensions : assise 12 × 14 cm, diam. ouv. 8,50 cm, ép. 1 cm, h. récip. 12 cm, h. totale 16 cm. Pâte : fine, dense ; graviers blancs et mica assez abondants fins, gros rares. Finition : int. raclé avec un outil dur, ext. raclé et soigneusement lissé (toucher onctueux), sans engobe. Cuisson : couleur brun-rouge à brique avec taches noirâtres ; quelques altérations dues au feu sont postérieures au bris du vase. Décor : une pastille appliquée à la base inf. de l’anse ; un autre petit cordon appliqué, puis modelé par pincement sur la partie avant du vase, sous l’ouverture ; sur le cordon, petites incisions horizontales.
  • 25 D. Malamidou, « Kryoneri, Nea Kerdyllia: A settlement of the Late Neolithic and Early Bronze Age o (...)
  • 26 B. Koleva (n. 25), p. 122‑123 et 128, fig. 6 : A, Б, Д, Ж, И.
  • 27 G. Seure, J A. Degrand, « Exploration de quelques tells de la Thrace », BCH 30 (1906), p. 397, fig (...)
  • 28 Jungsteinzeit in Bulgarien (Neolithikum und Äneolithikum), catalogue d’exposition Braunschweigisch (...)
  • 29 S. Hansen et al., « Der kupferzeitliche Siedlungshügel Pietrele an der Unteren Donau. Bericht über (...)
  • 30 B. Koleva (n. 25), p. 123 ; 125, fig. 3 et 128, fig. 6 : B ; A. Raduncheva, « Le centre cultuel ch (...)
  • 31 Jungsteinzeit in Bulgarien (n. 28), p. 160, cat. no 174.
  • 32 N. Todorova, V. Matsanova, « Late Chalcolithic Ceramic Style at Yunatsite tell (Approach to the Sy (...)
  • 33 Par exemple à Yunatsite : R. Katinčarov, V. Macanova, « Razkopki na selištnata mogila pri s. Junac (...)

17Parallèles-discussion : Des askoi sont connus dans la phase « classique » du NR II/ChR dans plusieurs sites de Grèce du Nord et de Bulgarie, y compris à Dikili Tash (maisons 3 et 4 du secteur 6)25. Mais ils sont le plus souvent associés à un décor peint au graphite et ont en général une forme plus étirée, avec une anse à profil plus allongé, pas arrondi comme ici. Des askoi plus trapus et sans décor sont attestés aussi, notamment dans les tells thraces de Dolnoslav26 et de Metchkur27, ainsi qu’à ceux de Hotnitsa28 et Pietrele29, dans la basse vallée du Danube, sans qu’aucun ne réunisse toutefois l’ensemble des éléments rencontrés sur le présent vase. La partie arrière en forme de fesses apparaît sur l’un des exemplaires de Dolnoslav, décoré au graphite30, et un autre de Telish-Redutite en Bulgarie du Nord‑Ouest, également décoré au graphite31, ainsi que sur un exemplaire de Yunatsite, en Thrace, non décoré et avec une anse cylindrique comme le nôtre, mais qui est une miniature32. Des askoi sont connus par ailleurs au BA, mais là encore ils sont d’une morphologie très différente, à corps plus redressé33. En somme, le présent askos s’inscrit clairement dans la lignée des productions néolithiques, mais reste, pour l’instant, unique.

Fig. 13 – Vases du niveau du Néolithique/Chalcolithique Final.

Fig. 13 – Vases du niveau du Néolithique/Chalcolithique Final.

a. askos 6613‑003 ; b. jarre 6613‑017 ; c. pot biconique à col 6586‑002 ; d. jatte à décor en relief 6550‑001 (éch. 1⁄4).

Archives EFA.

Fig. 14 – Vases du niveau du Néolithique/Chalcolithique Final.

Fig. 14 – Vases du niveau du Néolithique/Chalcolithique Final.

a. bol sinueux avec décor imprimé et incisé 602265‑022 ; b. bord avec décor cannelé, imprimé et graphite 6614‑003 ; c‑e. parois de vases avec cordons en faible relief, à décor peint au graphite (ou peinture blanche) et ocre rouge 6355‑005, 6373‑009 et 6562‑003 ; f. tasse peinte au graphite 6613‑001 ; g‑h. écuelles en S au décor au graphite 6576‑002 et 6629‑009 (éch. 1⁄3).

Archives EFA.

Fig. 15 – L’askos 6613‑003. (éch. 1⁄4).

Fig. 15 – L’askos 6613‑003. (éch. 1⁄4).

Archives EFA.

Jarres globulaires/biconiques à col à deux anses verticales

18Quatre récipients bien conservés permettent de définir ce type, auquel appartiennent peut‑être aussi quelques fragments. Il s’agit de jarres d’une forme générale biconique, mais avec une panse globulaire (profil continu, sans carène), munies de deux anses verticales de profil arrondi sur la panse. À part quelques petits éléments en relief, qui semblent d’ailleurs avoir plutôt un rôle fonctionnel, aucun décor ne leur est associé. Elles sont toutes faites avec une pâte abondamment dégraissée en minéraux (essentiellement du quartz), même si les proportions et la taille des inclusions varient considérablement d’un vase à l’autre. La surface extérieure est lissée ou sommairement polie le plus souvent sans engobe, d’une couleur brun-rouge, parfois altérée par le feu.

  • 34 Une applique similaire apparaît sur un fr. de paroi convexe à Ilinden : Todorova 2014, p. 287, fig (...)
6629‑002 (fig. 16 a). Vase trouvé intact dans la fosse 6‑128, légèrement déformé par le feu.
Forme : base à paroi évasée rectiligne, assise légèrement concave et fond plat ; panse globulaire, col cylindrique concave : la jonction est marquée par un cordon appliqué en faible relief formant un léger ressaut ; deux anses à profil arrondi et de section elliptique collées sur le diamètre maximal (une préservée et les attaches de l’autre) ; deux paires de pastilles diamétralement opposées sous le cordon dans l’intervalle entre les deux anses. Dimensions : diam. ass. 8,50 cm, diam. max. 21,70 cm, diam. ouv. 10 cm, h. 25,20 cm, ép. 0,50‑0,90 cm. Pâte : semi‑fine ; graviers blancs assez abondants fins et moyens, quelques gros, mica assez abondant fin et moyen (paillettes). Finition : surface raclée int. Et ext. (traces dans le sens horizontal), puis engobe sommairement poli ext. Cuisson : couleur brun‑rouge homogène.
6613‑017 (fig. 13 b, et 16 b). Vase obtenu par collage d’une cinquantaine de fragments recueillis dans les deux fosses, mais pas à l’extérieur (fig. 12 b). Il n’est pas reconstitué en entier ; restent quelques lacunes au niveau de la panse.
Forme : base à paroi rectiligne, assise légèrement concave, fond plat ; panse globulaire, épaule continue, col cylindrique à paroi concave et à lèvre épaissie et arrondie ; deux anses (dont une seule conservée) à profil arrondi et de section elliptique, placées sur la panse au niveau du diam. max. ; deux pastilles appliquées, puis pincées au centre formant une sorte de petite protubérance double, diamétralement opposées sur l’épaule dans l’intervalle entre les anses34. Dimensions : diam. ass. 10 cm, diam. max. 25,50 cm, diam. ouv. 8,50 cm, h. 36 cm, ép. 0,60‑0,70 cm. Pâte : grossière ; graviers abondants fins, moyens, gros et quelques très gros, mica peu abondant très fin. Finition : int. et ext. lissés ; à l’int., traces horizontales d’un raclage avec un outil plus dur. Cuisson : couleur brun-rouge avec taches noires ; quelques fragments présentent aussi des traces de feu postérieures au bris du vase.
6610‑008 (fig. 16 c). Moitié sup. de jarre, trouvée au fond de la fosse 6‑131 à côté d’une autre moitié de jarre, plus fragmentée. Au départ nous pensions qu’il s’agissait du même vase (voir ci‑dessous 6610‑004), mais il s’est avéré que ce sont deux différents. Vase déformé par le feu, avec de nombreuses craquelures et concrétions. Pas d’autres associations de fr. trouvées.
Forme : paroi fortement convexe reliée au col cylindrique concave par une courbe continue, lèvre arrondie ; deux anses verticales (dont une conservée et les points d’attache de l’autre) de section elliptique et à profil arrondi placées sur la panse ; deux boutons appliqués diamétralement opposés sur l’épaule entre les anses. Dimensions : diam. max. 28,50 cm, diam. ouv. 10 cm, h. cons. 27 cm, ép. 0,80‑1 cm. Pâte : grossière ; graviers blancs abondants fins et quelques moyens ; mica abondant fin, moyen et gros (paillettes). Finition : ext. probablement lissé à l’origine, int. sommairement égalisé avec un outil dur laissant des traces horizontales caractéristiques ressemblant à des incisions fines. Cuisson : secondaire ; couleur brun-rouge avec taches noirâtres.
6610‑004 (fig. 16 d). Collage de 23 fr. trouvés ensemble au fond de la fosse 6‑131, à côté d’une autre moitié de jarre (ci‑dessus 6610‑008). La paroi, déformée par le feu, présente des craquelures et des concrétions. Pas d’autres associations de fr. trouvées.
Forme : assise et fond plats, paroi faiblement évasée rectiligne, début d’épaule convexe continue. Dimensions : diam. ass. 15 cm, diam. max. 31 cm, h. cons. 28,50 cm ; ép. 0,80‑1,20 cm. Pâte : grossière, graviers blancs et quartz très abondants fins, moyens et gros jusqu’à très gros ; mica peu abondant très fin. Finition : ext. probablement lissé à l’origine, int. sommairement égalisé avec un outil dur laissant des traces horizontales caractéristiques ressemblant à des incisions fines. Cuisson : secondaire ; couleur brun-rouge à brique avec taches noirâtres.
6629‑032 (fig. 16 e). Partie inférieure de vase, recollée à partie de 9 fr. de la fosse 6‑128 (US 6629, 6574, 6593). Une quarantaine d’autres fr. (pour la plupart de l’US 6629) pourraient appartenir à ce vase ou à un autre avec lequel il partage les mêmes caractéristiques techniques (fr. non jointifs de base et de paroi d’une jarre, numérotée 6629‑031 ; non illustré ici).
Forme : assise plate, paroi faiblement évasée rectiligne. Dimensions : diam. ass. 12,50 cm, h. cons. 13,30 cm, ép. 0,70‑1 cm. Pâte : semi‑fine ; graviers (quartz) abondants fins, quelques gros ; pas de mica. Finition : int. raclé (sillons horizontaux), ext. bien lissé et sommairement poli par endroits. Cuisson : couleur brun-rouge partout avec quelques taches grisâtres ; pâte dense. Il pourrait appartenir aux jarres de ce type ou à celles à ouverture large (infra).
602288‑004 (non illustré). Collage de deux fr. isolés, trouvés dans la couche au‑dessus du four 6‑015 (carré 312.137, alt. 64,08‑63,98 m).
Forme : Col cylindrique concave avec lèvre aplatie. Dimensions : diam. ouv. 10,50 cm, h. cons. 9,50 cm, ép. 0,60‑0,90 cm. Pâte : semi‑fine ; graviers assez abondants fins et moyens, pas de mica visible. Finition : int. Et ext. sommairement poli. Cuisson : couleur brun-rouge.
  • 35 C’est une tradition qui remonte au moins au NR I : Z. Tsirtsoni, « Les poteries du début du Néolit (...)
  • 36 Dikili Tash I.2, pl. 98 : 11167 ; Darcque et al., BCH 135 (2011), p. 510, fig. 14. Ces vases ont p (...)

19Parallèles-discussion : Dans la plupart des sites de la région, y compris à Dikili Tash, les jarres du NR II/ChR « classique » sont encore dans la tradition néolithique des grandes jarres globulaires avec ou sans col. D’une hauteur supérieure à 50 cm, elles sont munies de deux, trois ou quatre anses cylindriques à profil relativement étiré (i.e. pas arrondies comme ici), verticales et/ou horizontales, placées juste au niveau du diamètre maximal ou un peu en dessous35. Des jarres plus petites à deux anses verticales (amphores) sont plus rares et semblent toujours associées à un décor (noir sur rouge, graphite, barbotine)36.

  • 37 K. Trantalidou, V. Skaraki, E. Kara, « Πηγές του Αγγίτη στη λεκάνη της Δράµας: τα κεραµικά σύνολα (...)
  • 38 Leshtakov et al. 2016, p. 200, fig. 10 : 2, 4, 5, 6 (diam. ass. 13‑14 cm, diam. ouv. 9‑11 cm, diam (...)

20C’est pourquoi les présentes jarres apparaissent comme une nouveauté. Une jarre similaire à la 6613‑017, dans sa forme comme dans ses dimensions (mais sans élément en relief sur l’épaule), est connue dans la grotte d’Angitis-Maara, dont la principale phase d’occupation est attribuée à une étape finale du Néolithique/Chalcolithique37. Des parallèles existent aussi dans les sites du ChF des Rhodopes, notamment à Tatul38.

  • 39 A. Sherratt, « The Pottery of phases IV and V: The Early Bronze Age », dans Sitagroi I, p. 460, fi (...)
  • 40 Voir la jarre 6043‑002, également du locus 6‑008/6‑029 : Darcque et al., BCH 136‑137 (2012‑2013), (...)

21Des petites jarres biconiques sont, d’autre part, trouvées dans les niveaux du début du BA, mais elles sont apparemment sans anses39. Des jarres avec deux anses verticales existent aussi, mais leur corps est plutôt ovoïde (la paroi étant convexe depuis la base) et les anses sont plus larges et de section plate40.

Fig. 16 – Jarres globulaires/biconiques à col.

Fig. 16 – Jarres globulaires/biconiques à col.

a. 6629‑002 ; b. 6613‑017 ; c. 6610‑008 ; d. 6610‑004 ; e. 6629‑032 (éch. 1⁄6).

Archives EFA.

Pots biconiques à col à anse(s) verticale(s)

22Deux vases semblent décliner la même forme générale dans deux formats différents (moyen/petit).

6586‑002 (fig. 13 c, et 17 a). Vase obtenu par collage parmi des fragments (21 au total) trouvés surtout dans la fosse 6‑131, sauf un de la fosse 6‑128 ; une douzaine d’autres fr. des deux fosses lui appartiennent probablement. Le vase a été remonté à plus de 75 %. Fortement brûlé, paroi déformée.
Forme : assise et fond plat, paroi à partie inf. légèrement évasée rectiligne, sup. fortement rentrante convexe, col cylindrique court relié à la panse par une courbe continue concave, lèvre amincie (mal conservée) ; une seule anse verticale de section elliptique et de profil arrondie collée sur l’épaule et à la base du bord (il faut probablement en reconstituer une deuxième, symétrique). Dimensions : diam. ass. 6,30 cm, diam. max. 13,50 cm, diam. ouv. 7,20 cm, h. cons. 15 cm, ép. 0,60‑0,80 cm. Pâte : semi‑fine ; graviers (quartz) fins et moyens abondants et quelques gros, mica assez abondant très fin. Finition : int. égalisé (traces dans le sens horizontal), ext. poli à l’origine, probablement avec engobe ; surface enlevée sur la plus grande partie de la surface. Cuisson : secondaire ; couleur brun‑rouge à beige, friable. Décor : relief appliqué : deux pastilles diamétralement opposées sur l’épaule.
6613‑018 (fig. 17 b). Vase obtenu par collage d’une dizaine de fr. trouvés dans la fosse 6‑128.
Forme : profil sinueux, à mi‑chemin entre formes fermées et ouvertes ; assise concave, fond plat, paroi à partie inf. évasée rectiligne, partie sup. fortement rentrante convexe, bord redressé concave à lèvre amincie (fr. de bord non jointif mais associé de façon certaine) ; possible départ d’une anse verticale sur la carène. Dimensions : diam. assise 5 cm, diam. max. 10,20 cm, diam. ouv. 6,50 cm, h. cons. 7,80 cm, h. totale (restituée) 8,80 cm, ép. 0,50‑0,90 cm. Pâte : fine ; graviers blancs assez abondants fins et quelques moyens ; mica rare très fin. Finition : int. lissé, ext. poli à l’origine, abîmé par le feu. Cuisson : secondaire ; couleur brun‑rouge clair avec taches noirâtres.
  • 41 Dikili Tash I.2, p. 75‑76 (formes B2 et C1), pl. 18 : 2, D : 2, E : 1.
  • 42 Z. Tsirtsoni (n. 35), p. 27‑29, fig. 3 : M2, et p. 34‑35, fig. 4.
  • 43 K. Dimitrov, « Stone Scepters Type Zoomorphic Figure from Sozopol. Steppe Influences on the West B (...)

23Parallèles-discussion : Ces vases sont, d’un point de vue morphologique, dans la continuité des tasses sinueuses et pots à col du NR II/ChR « classique »41 (eux‑mêmes dans la lignée des pots carénés à col du NR I42), mais n’ont pas le décor habituel au graphite ou en noir‑sur-rouge, ni les éléments un peu « fantaisistes » qui les accompagnent souvent (plan subquadran gulaire au niveau du diamètre maximal, plan elliptique au niveau de l’ouverture). Nous retrouvons en revanche parfois de petits éléments en relief (pastilles) comme celui rencontré sur 6586‑002. Le petit pot 6613‑018 trouve peut‑être un parallèle sur un vase fragmentaire de l’habitat submergé du ChF à Sozopol, sur la côte de la mer Noire43.

Fig. 17 – Pots biconiques à col à anse(s) verticale(s).

Fig. 17 – Pots biconiques à col à anse(s) verticale(s).

a. 6586‑002 ; b. 6613‑018 (éch. 1⁄4).

Archives EFA.

Vases à ouverture restreinte44

  • 44 Nous rangeons dans cette catégorie des vases dont le diamètre à l’ouverture est égal ou supérieur (...)

24Ces formes sont très fréquentes dans l’assemblage.

  • 45 On s’inspire ici de la définition fournie par H. Balfet, M.‑F. Berthelot, S. Monzon, Lexique et ty (...)

25Un premier groupe, la majorité, comporte des récipients de dimensions moyennes à grandes, qui sont tous des déclinaisons d’une même forme générale : corps plus ou moins globulaire avec un bord concave redressé ou sensiblement rentrant, munis éventuellement de deux anses verticales. Selon leurs dimensions et leurs proportions d’ensemble, ces vases sont décrits tantôt comme des pots, jattes ou bols (= vases d’une profondeur plus ou moins égale au diamètre d’ouverture), tantôt comme des jarres (= vases plus profonds que larges45). Dans le deuxième cas, la paroi n’est pas convexe sur toute la hauteur mais devient rectiligne vers la base, et la forme globale est plus conique que globulaire, très proche dans sa partie inférieure de celle des jarres à col (supra). Mais le découpage n’est pas facile et l’on hésitera souvent entre les deux, surtout lorsqu’il s’agit de fragments.

26Le deuxième groupe, plus limité en nombre, comporte des tasses.

Jarres globulaires/ovoïdes à deux anses verticales

27Le type est représenté par trois exemplaires conservant presque l’intégralité du profil et quelques fragments possibles.

6629‑030 (fig. 18 a). Il s’agissait au départ d’un grand fr. de paroi avec anse trouvé au fond de la fosse 6‑128, qui conservait une toute petite partie du bord et a été considéré comme appartenant à une jatte globulaire à bord redressé. Il a collé ensuite avec trois autres bords et un petit fr. de paroi ramassés à l’extérieur (à l’Est) de la fosse (US 6034, US 6074, US 6122), permettant d’améliorer son orientation et de compléter la forme. On lui associe de façon certaine un grand fr. de paroi (no 6593‑006), lui‑même constitué de trois fr. jointifs trouvés dans la fosse 6‑128. L’ensemble désigne un vase profond (h. totale estimée ca 35 cm) à partie inférieure rectiligne (forme conique) et à partie supérieure convexe, coiffée d’un bord redressé concave.
Forme : paroi inférieure rectiligne légèrement évasée, paroi supérieure fortement convexe, bord vertical concave continu, lèvre arrondie, légèrement amincie par endroits ; une anse verticale de profil arrondi et de section elliptique placée sous le bord et sur l’épaule. Dimensions : h. cons. des parties respectives 17 et 16 cm, diam. max. 34 cm, diam. ouv. 27 cm, ép. 0,70‑0,90 cm. Pâte : fine ; graviers blancs (calcaires ?) et mica très fins assez abondants ; pâte dense, cassures nettes. Finition : int. Et ext. soigneusement égalisés ; traces dans le sens oblique à l’ext., horizontal à l’int. ; toucher onctueux. Cuisson : couleur brun clair à beige, avec quelques taches noirâtres.
6576‑004 (fig. 18 b). Collage de 9 fr. recueillis dans la fosse 6‑131 ; conservé presque à moitié.
Forme : paroi évasée convexe, bord redressé concave relié à la paroi par une courbe continue, lèvre amincie ; une anse verticale de profil arrondi et de section elliptique collée sous le bord et sur le diam. max. (il y en avait sans doute deux). Dimensions : diam. max. 28 cm, diam. ouv. 22 cm, h. cons. 18 cm, ép. 0,50‑0,80 cm. Pâte : semi‑fine ; graviers et mica assez abondants fins et moyens (quelques paillettes). Finition : int. Et ext. sommairement polis ; traces fines dans le sens horizontal, dégraissant visible en surface. Cuisson : couleur brun‑rouge avec tache noire (après le bris du vase).
602265‑023 (fig. 18 c). Collage à partir d’une vingtaine de fragments recueillis dans la couche surmontant le four 6‑015 (carrés 312‑313.137) ; un autre fr. non jointif (collage lui‑même de quatre fr. plus petits) doit se placer vers la base.
Forme : quasi‑profil (manque l’assise) ; partie inf. faiblement évasée rectiligne, partie sup. verticale convexe, bord redressé rectiligne ext./concave int. relié à la panse par une courbe discontinue, lèvre arrondie ; une anse verticale de profil arrondi et de section elliptique collée sous le diam. max. (il y en avait sans doute deux). Dimensions : diam. max. 30 cm, diam. ouv. 22 cm, h. cons. 24 cm ; h. totale estimée ca 30 cm ; ép. 0,90‑1 cm. Pâte : fine, mica assez abondant très fin ; texture savonneuse. Finition : int. Et ext. sommairement polis ; traces dans le sens horizontal (effet de brillance effacé par endroits). Cuisson : ext. couleur beige avec taches noirâtres, int. gris clair à foncé.
6072‑004 (fig. 18 d). Collage de quatre fragments recueillis dans la couche de débris derrière le four 6‑015 (locus 6‑041) ; d’autres fr. de la même zone lui sont associés. Forme : paroi rentrante légèrement convexe, bord vertical rectiligne relié par une courbe concave continue, lèvre aplatie, arrondie par endroits. Dimensions : diam. ouv. 20 cm, h. cons. 9,50 cm, diam. max. cons. 28 cm, ép. 1‑1,20 cm. Pâte : semi‑fine, graviers assez abondants fins et moyens, mica peu abondant très fin. Finition : int. égalisé, ext. vigoureusement poli (traces dans le sens horizontal et oblique). Cuisson : cœur brun avec traces charbonneuses, int. brun foncé, ext. rouge.
6528‑003 (fig. 18 e). Collage de deux fr. trouvés parmi les débris du locus 6‑119 ; deux autres fr. jointifs de la même US appartiennent probablement au même vase.
Forme : paroi rentrante convexe, bord vertical concave relié par une courbe continue, lèvre épaissie vers l’int. à extrémité amincie. Dimensions : diam. ouv. 18,50 cm, diam. max. cons. 29 cm, h. cons. 10 cm, ép. 0,70‑1 cm. Pâte : semi‑fine ; graviers peu abondants fins et moyens, mica abondant très fin. Finition : int. Et ext. soigneusement lissé ; traces dans le sens horizontal ; une bande polie sur et sous la lèvre int. Cuisson : couleur brun gris clair partout.
6583‑004 (fig. 18 f). Collage de cinq fr. trouvés dans la fosse 6‑131 ; trois autres fr. trouvés sur le pourtour lui sont associés.
Forme : paroi convexe avec départ possible d’une anse au niveau du diam. max. Dimensions : diam. max. ca 26 cm, ép. 0,80‑1 cm. Pâte : grossière ; graviers et mica assez abondant fins et moyens, quelques graviers (quartz) très gros. Finition : int. et ext. lissés et polis, sauf une bande ext. au niveau du diam. max. qui est finement rugueuse : cela semble être un effet volontaire. Cuisson : brun‑rouge plus ou moins vif, presque beige par endroits.
  • 46 Dikili Tash I.2, p. 77 (« marmites globulaires à petit col », forme D2.2), pl. 15 : 3 ; 16 : 1 ; 3 (...)
  • 47 Sitagroi I, p. 426, fig. 12.13 : 2.
  • 48 Sitagroi I, p. 212‑214 et fig. 8.18.
  • 49 Par exemple à Kryoneri : D. Malamidou (n. 25), p. 313, fig. 31 (avec rangée d’impressions sur la l (...)
  • 50 La forme du vase 602265‑023 rappelle un vase de la « culture » de Baden tardif (Kostolac) trouvé à (...)

28Parallèles-discussion : Des vases non décorés à corps globulaire et à bord redressé sont connus à Dikili Tash et dans la région au NR II/ChR, mais ils ont la forme et les proportions des pots (c’est‑à‑dire presque aussi profonds que larges) et sont d’habitude totalement dépourvus de préhensions ou munis de simples tenons46. Un seul vase de Sitagroi, décrit comme une « jarre conique à col court », est muni de deux anses verticales de profil arrondi placées sous le bord : par sa forme générale il s’apparente à nos jarres 6629‑030 et 6576‑004, bien qu’il soit un peu plus petit (diam. ouv. Ca 18 cm, diam. max. 21,50 cm, h. 20,50 cm)47. Sa position stratigraphique, dans une couche assignée à la phase IIIc (la dernière de la séquence NR II de Sitagroi) mais affectée par le creusement d’une fosse de la phase IV48, n’exclut pas totalement la possibilité d’une intrusion ou d’un événement légèrement postérieur au reste. Des récipients ovoïdes à bord redressé et à deux anses verticales de profil arrondi sont attestés par ailleurs au BA49 (y compris assez loin géographiquement, parmi les productions de la « culture » de Baden50), mais la section des anses est différente (plate), tout comme la pâte et la finition de la surface.

  • 51 Leshtakov et al. 2016, p. 198, fig. 8.
  • 52 Todorova, Avramova 2016, p. 259, fig. 9 : 3, 6, 7, 10.
  • 53 Todorova 2016, p. 179, fig. 10 : 3, 4, 6, 8.
  • 54 M. Valentinova, « An Early Fourth Millennium Settlement near the Village of Bezhanovo, Lovech Regi (...)
  • 55 M. Valentinova, « An Early Fourth Millennium Settlement near the Village of Bezhanovo, Lovech Regi (...)

29Plusieurs fragments de récipients à paroi fortement convexe et bord redressé se trouvent parmi le matériel du ChF dans des sites de Rhodopes, notamment à Tatul, associés parfois à un décor peint au graphite ou avec des bandes en relief 51, mais aussi à Yagodina52 et à Dolno Dryanovo53. Des anses ne sont pas toujours conservées, mais quand elles le sont, elles s’attachent sur la panse ou sous le bord comme sur nos exemples, ou carrément sur la lèvre ; cette dernière option n’est pas représentée à Dikili Tash. Partout ces vases sont reconstitués comme des pots ou jattes, mais il est possible qu’une partie au moins doive être reconstituée comme des jarres, c’est‑à‑dire avec une profondeur nettement supérieure à leur diamètre. Des fragments similaires existent par ailleurs sur le site de Bejanovo, au Nord de la Bulgarie, daté également du ChF54, qui est le seul à fournir aussi des exemplaires de jarres ovoïdes complètes55.

Fig. 18 – Jarres globulaires/ovoïdes à ouverture large.

Fig. 18 – Jarres globulaires/ovoïdes à ouverture large.

a. 6629‑030 ; b. 6576‑004 ; c. 602265‑023 ; d. 6072‑004 ; e. 6528‑003 ; f. 6583‑004 (éch. 1⁄6).

Archives EFA.

Jattes globulaires à deux anses verticales avec décor en relief

30Un seul vase bien conservé illustre ce type. L’existence de jattes similaires sans décor ne peut pas être exclue (voir type précédent et type suivant), mais n’est pas attestée de façon certaine parmi le matériel disponible.

6550‑001 (fig. 13 d, et 19 a). Collage de six fragments trouvés dans la fosse 6‑128 et dans la couche de débris environnante ; d’autres fr. associés ont été recueillis dans les mêmes zones et dans la fosse 6‑131.
Forme : paroi verticale convexe, bord légèrement évasé concave, lèvre épaissie à extrémité amincie ; deux anses (dont une non jointive) verticales à profil arrondi et de section elliptique placées sous la lèvre et à la base du bord. Dimensions : diam. max. = diam. ouv. 27 cm, h. cons. 12 cm, ép. 0,60‑0,70 cm. Pâte : semi‑fine : graviers blancs assez abondants très fins, mica peu abondant et gros (paillettes). Finition : int. lissé ; ext. lissé et sommairement poli ; surfaces altérées par le feu (craquelures, concrétions). Cuisson : secondaire ; couleur brun‑rouge avec taches foncées. Décor : larges cannelures horizontales sur la paroi (larg. 1‑1,40 cm) formant en négatif de petits cordons en faible relief ; les bandes suivent le contour des anses ; à la base du bord, rangée d’incisions verticales faites avec un outil pointu ; petite pastille appliquée entre les anses au niveau du deuxième « cordon » décoratif (il y en avait sans doute deux au total).
  • 56 Leshtakov et al. 2016, p. 198, fig. 8 : 10.
  • 57 Leshtakov et al. 2016, p. 200, fig. 10 : 6.
  • 58 À Tatul, les fouilleurs utilisent pour ce décor le terme de « barbotine ». En réalité (du moins su (...)

31Parallèles-discussion : On trouve un « jumeau » de cette jatte à Tatul, avec un diamètre à la panse de 27 cm et un décor en bandes en léger relief56. Le même décor se trouve aussi sur une jarre globulaire à col, similaire de tout point de vue aux jarres à col de Dikili Tash57. Nous pouvons donc le considérer comme un trait caractéristique des productions céramiques de cette période dans la région, dans la mesure où il est apparemment inconnu ailleurs58.

Fig. 19 – a. Jatte globula0 ire à anses verticales et décor en relief 6550‑001 ; b‑d. Bols sinueux sans décor : 602265‑027 ; 6070‑004 ; d. 6074‑005 (éch. 1⁄4).

Fig. 19 – a. Jatte globula0 ire à anses verticales et décor en relief 6550‑001 ; b‑d. Bols sinueux sans décor : 602265‑027 ; 6070‑004 ; d. 6074‑005 (éch. 1⁄4).

Archives EFA.

Bols/jattes à profil sinueux sans décor

32Aucun vase complet n’est attesté. Aucun des fragments ne comporte d’anse, ce qui ne veut pas dire toutefois qu’ils en étaient forcément dépourvus.

602265‑027 (fig. 19 b). Fr. isolé trouvé dans la couche surmontant le four 6‑015 (carrés 312‑313.137, vers 64,15 m).
Forme : paroi verticale convexe, bord vertical concave continu, lèvre amincie. Dimensions : diam. max. 19,50 cm, diam. ouv. 17 cm, h. cons. 6,20 cm, ép. 0,60 cm. Pâte : fine ; graviers et mica peu abondant très fins. Finition : ext. sommairement lissé (surface rugueuse), int. lissé et sommairement poli. Cuisson : couleur beige à gris, flammé. Décor : relief ; pastille appliquée sur l’épaule.
6070‑004 (fig. 19 c). Fr. isolé trouvé dans la couche des débris derrière le four 6‑015 (locus 6‑004/6‑041).
Forme : paroi légèrement convexe, bord évasé concave, lèvre arrondie à peine conservée. Dimensions : diam. max. cons. 24 cm, diam. ouv. 18 cm, h. cons. 6,20 cm, ép. 0,60‑0,80 cm. Pâte : semi‑fine ; graviers et mica abondants fins et moyens (paillettes). Finition : int. et ext. sommairement polis ; traces dans le sens horizontal. Cuisson : surfaces et cœur rouge vif.
6074‑005 (fig. 19 d). Fr. isolé trouvé dans la couche mixte au Nord‑Ouest (à l’ext.) de la maison 1 (carré 314‑315.140).
Forme : paroi verticale convexe, bord redressé concave formant un léger ressaut à la jonction avec la paroi, lèvre fortement évasé arrondie soulignée à l’ext. par une ligne de démarcation légère. Dimensions : diam. max. 24,80 cm, diam. ouv. 21 cm, h. cons. 8,50 cm, ép. 0,80‑0,90 cm. Pâte : fine ; graviers et mica peu abondants, très fins à fins. Finition : int. et ext. lissés et polis ; traces dans le sens horizontal. Cuisson : couleur brune plus ou moins foncée.
  • 59 Yagodina : Todorova, Avramova 2016, p. 259, fig. 9 : 5, 8 ; Dolno Dryanovo : Todorova 2016, fig. 1 (...)

33Parallèles : Vu la simplicité relative de la forme et le caractère fragmentaire de nos exemples, il est difficile de proposer des parallèles précis. Des fragments similaires sont connus dans les sites du ChF des Rhodopes59.

Bols/jattes à profil sinueux avec décor imprimé et incisé (ou cannelé)

34Ce type de récipients semblent très répandus, mais sont représentés, eux aussi, presque exclusivement par des fragments de petite taille, ce qui rend leur étude fine difficile. D’autre part, ils sont souvent trouvés (peut‑être à cause, précisément, de leur degré de fragmentation) dans des contextes mixtes ou mal assurés.

35Seul un vase, provenant de façon certaine de la couche de débris surmontant le four 6‑015, conserve la quasi-totalité du profil.

602265‑022 (fig. 14 a, et 20 a). Collage à partir d’une quinzaine de fr. recueillis dans la couche de débris surmontant le four 6‑015 (carrés 312‑313.137‑138).
Forme : paroi verticale fortement convexe, délimitée en haut (vers le bord) et en bas (vers la base, non conservée) par un sillon ; bord redressé légèrement concave, lèvre arrondie ; parmi les fr. qui appartiennent certainement à ce vase mais ne collent pas, un conserve le départ d’une anse ou tenon perforé sous le bord. Dimensions : diam. max. 21 cm, diam. ouv. 19 cm, h. cons. 7,80 cm, ép. 0,50‑0,70 cm. Pâte : semi‑fine ; graviers assez abondants fins et quelques gros ; mica rare fin. Cuisson : ext. brun gris avec taches noirâtres, int. brun foncé. Finition : int. et ext. lissés ; présence possible d’un lait d’engobe rosâtre sur le bord et sous la panse ext. Décor : impressions fines et incisions fines, sans remplissage, exécutées probablement avec le même outil, après lissage ; motifs : groupes de lignes parallèles obliques formant des triangles opposés sur la panse ; rangée d’impressions à la base du bord.
  • 60 Un exemple du site de Arbon‑Bleiche 3 en Suisse, daté peu après le milieu du IVe millénaire av. J. (...)
  • 61 Voir en particulier les fr. d’une très grande jarre illustrée par R. Gleser, M. Thomas, Drama, For (...)

36Parallèles-discussion : La conception générale du décor rappelle les décors des céramiques de la « culture » de Baden, notamment dans ses débuts (phase mise en parallèle avec la « culture » de Cernavodă III)60. En Bulgarie méridionale, quelques tessons sont répertoriés parmi le matériel du niveau Cernavodă III, aux pieds Sud‑Est du tell de Drama-Merdžumekja, mais aucun avec cette forme de vase61.

Fig. 20 – Bols/jattes à profil sinueux avec décor imprimé et incisé.

Fig. 20 – Bols/jattes à profil sinueux avec décor imprimé et incisé.

a. 602265‑022 ; b. 6017‑001 ; c. 6034‑002 ; d. 6224‑012 ; e. 6324‑001 ; f. 6587‑002 ; g. 6614‑003 ; h. 6607‑004 ; i. 6610‑007 ; éch. 1⁄4.

Archives EFA.

  • 62 R. Gleser, M. Thomas, Drama, Forschungen in einer Mikroregion, Band 1. Merdžumekja-Südosthang Spät (...)
  • 63 R. Gleser, M. Thomas, Drama, Forschungen in einer Mikroregion, Band 1. Merdžumekja-Südosthang Spät (...)
  • 64 R. Gleser, M. Thomas, Drama, Forschungen in einer Mikroregion, Band 1. Merdžumekja-Südosthang Spät (...)
  • 65 La couche dite de nivellement à Drama-Merdžumekja est décrite comme une colluvion à tout point sim (...)

37Cependant, les plus proches sur le plan morphologique sont une série de bols à corps globulaire aplati et à décor cannelé ou incisé, associé éventuellement à une rangée d’impressions, qui viennent aussi de Drama-Merdžumekja, mais de contextes assignés à la fin du Chalcolithique. Deux fr. sont à mentionner en particulier, l’un provenant du fossé 360, l’autre de la dépression 109262. Dans les deux cas, il s’agit de dépressions scellées par la couche de nivellement (« Planierschicht ») qui marque la fin de l’occupation chalcolithique et qui précède le paléosol (« fossiler Humus ») séparant cette dernière de la couche de réoccupation de Cernavodă III. Les fouilleurs proposent de dater l’ensemble du remplissage de ces dépressions de la phase Karanovo VI, dernière phase d’occupation attestée sur le tell, pour laquelle ils disposent d’une série de dates 14C s’achevant vers 4400 av. J.‑ C.63 ; ils précisent toutefois que le matériel trouvé aux pieds du tell représente l’étape la plus récente, dont aucune trace ne subsiste sur le tell même à cause de l’érosion64. Cette situation, qui rappelle fortement ce que l’on a observé à Dikili Tash dans le secteur 265, permet de supposer qu’il aurait pu y avoir des niveaux encore plus tardifs à cet endroit, rasés également par l’érosion, et dont le matériel, mélangé aux pieds du tell avec celui des phases précédentes (Karanovo VI « classique »), serait passé inaperçu.

  • 66 N. Todorova, P. Leshtakov, T. Kuncheva-Russeva, « Late Chalcolithic Pottery from Sudievo Tell, Nov (...)
  • 67 Leshtakov et al. 2016, fig. 4, 7‑9, 12 ; Todorova 2014, fig. 10 : 1, 3, 5.
  • 68 Tsirtsoni 2016b, fig. 27 : d (du secteur 2). Le deuxième exemple de Dikili Tash est le no 6324‑001 (...)

38Un autre bol très proche morphologiquement est publié parmi le matériel du second horizon de Sadievo, assigné lui aussi à Karanovo VI, mais également susceptible de renfermer des éléments plus récents66. Parmi ces éléments « suspects », l’on notera la présence, sur ce même vase, d’une protubérance plate du côté intérieur de la lèvre, particularité attestée sur quelques sites du ChF des Rhodopes (Tatul, Ilinden)67, et dans deux exemples de Dikili Tash68.

39Les autres fragments rangés avec ce type sont :

6017‑001 (fig. 20 b). Fr. isolé, trouvé lors du nettoyage pour la reprise des fouilles en 2008 dans la zone de la maison 1 ; contexte imprécis.
Forme : paroi verticale faiblement convexe, bord vertical concave, lèvre arrondie ; une anse verticale de section elliptique attachée sur la paroi et à la base du bord. Dimensions : diam. max. 15 cm, diam. ouv. 13,70 cm, h. cons. 5 cm, ép. 0,50‑0,70 cm. Pâte : semi‑fine ; graviers assez abondants fins, mica peu abondant fin. Finition : ext. lissé avant décor, sauf sur le bord qui est poli ; int. sommairement poli (traces dans le sens horizontal) Cuisson : couleur variant du rouge au brun foncé. Décor : sur la paroi incisions assez profondes faites avec un outil pointu : lignes obliques qui s’incurvent sous l’anse, probablement des festons ; sous le bord, rangée d’impressions circulaires.
6034‑002 (fig. 20 c). Petit fr. de bord trouvé dans les débris à l’Est de la fosse 6‑131 (locus 6‑119).
Forme : paroi verticale convexe, bord redressé concave continu int. et discontinu ext., lèvre amincie. Dimensions : diam. ouv. 25 cm, h. cons. 5,50 cm, ép. 0,50‑0,70 cm. Pâte : semi‑fine ; graviers assez abondants très fins, mica peu abondant fin et gros. Finition : int. lissé, ext. de la paroi lissé (avant le décor), bord soigneusement poli. Cuisson : couleur noire partout. Décor : incisions très fines et peu profondes, impressions circulaires assez larges et profondes (qui n’ont pas été faites avec le même outil) : groupes opposés de lignes obliques sur la paroi, rangée d’impressions à la base du bord.
6224‑012 (fig. 20 d). Petit fr. de bord trouvé dans les débris du locus 6‑054, mais en bordure d’une fosse ; contexte mal assuré.
Forme : paroi convexe, bord vertical concave formant un léger ressaut, lèvre amincie. Dimensions : diam. ouv. 16,80 cm, h. cons. 3,80 cm, ép. 0,50 cm. Pâte : fine ; graviers assez abondants fins, mica assez abondant fin et moyen. Finition : int. et ext. soigneusement polis. Cuisson : homogène ; couleur noire. Décor : incisions et impressions très fines sans remplissage ; motifs : groupes opposés de lignes obliques sur la paroi ; rangée d’impressions à la base du bord.
6324‑001 (fig. 20 e). Fr. isolé, trouvé dans la couche grise, aux abords de la fosse 6‑029 (carrés 314‑316/137‑138) ; contexte mal assuré.
Forme : paroi verticale convexe, bord redressé rectiligne ext., en biseau int. ; sur la partie sup. plate de la lèvre aplatie, une petite languette oblique. Dimensions : diam. ouv. Ca 30 cm, h. cons. 4,80 cm, ép. 0,60‑0,80 cm. Pâte : semi‑fine ; graviers abondants fins et moyens, mica assez abondant fin et moyen. Finition : int. sommairement poli (traces horizontales), ext. soigneusement poli et lustré (effet de brillance intense). Cuisson : couleur uniforme brun rouge. Décor : incisions et impressions assez profondes sans remplissage, peut‑être faites avec le même outil pointu : sur la paroi, groupes opposés d’incisions obliques ; rangée d’impressions à la base du bord.
6587‑002 (fig. 20 f). Fr. isolé, trouvé sur le pourtour Est de la fosse 6‑131 (sol 6‑136).
Forme : paroi verticale faiblement convexe, bord vertical concave relié à la paroi par un ressaut, lèvre épaissie et arrondie. Dimensions : diam. ouv. 26 cm, h. cons. 6,30 cm, ép. 0,80‑1,20 cm. Pâte : fine ; graviers peu abondants fins, mica assez abondant très fin. Finition : int. et ext. vigoureusement polis, effet de brillance. Cuisson : couleur noire uniforme. Décor : incisions et impression très fines et très peu profondes, sans remplissage ; motifs : groupes opposés de lignes parallèles obliques (chevrons) sur la paroi ; rangée de petites impressions sur le ressaut.
6614‑003 (fig. 14 b, et fig. 20 g). Fr. isolé, trouvé derrière le four 6‑015 de la maison 1 (carré 312.138) ; contexte mal assuré. C’est le seul fr. à présenter des traces, en plus, d’un décor au graphite.
Forme : paroi et bord continus verticaux rectilignes à l’ext., bord sensiblement épaissi à l’int., ce qui donne à la cavité int. un aspect légèrement convexe ; lèvre aplatie. Dimensions : diam. ouv. 24 cm, h. cons. 8 cm, ép. 0,60‑0,90 cm. Pâte : fine, graviers blancs assez abondants et fins, pas de mica. Finition : int. et ext. polis, toucher onctueux, pas de brillance. Cuisson : couleur brune avec taches noirâtres. Décor : cannelures larges et peu profondes, impressions faites avec un outil à pointe mousse (peut‑être le même) ; motifs : rangée d’impressions circulaires à la base du bord, cannelures obliques sur la paroi ; par‑dessus l’ensemble, bandes obliques peintes au graphite dilué appliqué avec un pinceau large.
6607‑004 (fig. 20 h). Fr. isolé, trouvé dans la fosse 6‑131. Forme : paroi convexe (à peine conservée), bord légèrement évasé concave relié à la paroi par un léger ressaut, lèvre qui s’épaissit et s’arrondit. Dimensions : diam. ouv. Ca 30 cm, h. cons. 3 cm, ép. 0,60‑0,80 cm. Pâte : dégraissant calcaire fin et moyen assez abondant, mica rare moyen. Finition : surfaces altérées par le feu ; lissé (peut‑être poli à l’origine). Cuisson : secondaire, couleur rouge (brûlé). Décor : impressions et incisions avec le même outil pointu, pas de remplissage ; motifs : lignes parallèles obliques sur la paroi, rangée de points sur le ressaut (pas toujours à l’extrémité des lignes).
6610‑007 (fig. 20 i). Fr. isolé, trouvé dans la fosse 6‑131.
Forme : paroi convexe (à peine conservée), bord évasé concave relié à la paroi par un faible ressaut ext., lèvre amincie. Dimensions : diam. max. ca. 33 cm, diam. ouv. 30 cm, h. cons. 6,50 cm, ép. 0,90‑1 cm. Pâte : fine ; mica abondant extrêmement fin, quelques graviers plus gros. Finition : soigneusement poli int. et ext. Cuisson : couleur brun clair homogène, juste une tache noire int. Décor : incisions fines obliques sur la paroi, rangée de petites impressions circulaires à la base du bord.
  • 69 Todorova 2014, fig. 8 : 2, 7 ; P. Delev, N. Todorova, V. Petrova, Arheologičeski otkritiya i razko (...)
  • 70 Todorova 2014, fig. 10 : 10‑16.
  • 71 Sitagroi I, pl. XCIV : 6 ; unité ZA 38 (couches supérieures indifférenciées assignees à la phase I (...)
  • 72 J. Deshayes, « Dikili Tash and the Origins of the Troadic Culture », Archaeology 25 (1972), p. 202 (...)
  • 73 Tsirtsoni 2016b, p. 295‑296 et fig. 27 : a‑c (no inv. 2049‑005, 2050‑057, 2091‑009).

40Parallèles-discussion : Des fragments similaires (quoique d’habitude avec un bord concave plus haut et plus évasé que sur nos exemples) se trouvent sur le site ChF de Dolno Dryanovo69, ainsi que sur le site voisin d’Ilinden, qui a livré également un vase presque complet70. Ils donnent une idée de l’organisation globale du décor, constitué apparemment la plupart du temps de festons couvrant la paroi jusqu’à quelques centimètres au‑dessus de la base et créant ainsi un effet de symétrie avec le bord. Plusieurs (dont le vase complet) conservent des anses verticales, collées à la base du bord ou un peu plus bas, suggérant alors que la présence de ces dernières serait systématique. De rares fragments, mais sans anse dans la partie conservée, sont attestés aussi parmi le matériel des dernières unités NR II (ou mixtes NR II‑BA) à Sitagroi71 et à Dikili Tash même, au sommet du tell72 et dans le secteur 273.

  • 74 Voir par exemple les bols illustrés dans Sitagroi I, fig. 13.4 : 1‑4 ; 13.6 : 8‑9, et à Dikili Tas (...)

41En revanche, aucun fragment de ce type n’est enregistré parmi le matériel issu de contextes purement BA, où sont attestés seulement des bols ou jattes à décor incisé/cannelé simple (groupes de lignes parallèles, sans rangée d’impressions à la base du bord), apparemment dépourvus de préhensions ou munis de petits tenons74.

Bol à anses à décor incisé et ocre rouge

6076‑004 (fig. 21 a). Association de trois fr. trouvés dans la couche de débris surmontant la couche de destruction de la maison 1 (abords de la fosse 6‑029, aux pieds du locus 6‑042).
Forme : deux parties non jointives, d’orientation difficile (dimensions approximatives) ; paroi verticale fortement convexe vers le bas, beaucoup moins vers le haut ; une anse verticale de section elliptique et profil arrondi collée sur la partie redressée. Dimensions : diam. max. ca 18 cm, h. cons. 7,50 cm, ép. 0,30‑0,40 cm. Pâte : semi‑fine ; graviers peu abondants fins, mica assez abondant très fin. Cuisson : cœur brun, surfaces int. et ext. noires. Finition : int. grossièrement lissé (traces dans le sens horizontal), ext. soigneusement lissé, voire poli par endroits. Décor : incisions profondes exécutées après lissage/polissage, incrustées de pâte blanche ; aplats de peinture rouge vif après cuisson ; motifs : incisions curvilignes (peut‑être spirales aplaties).
  • 75 V. Draganov, « Submerged Coastal Settlements from the Final Eneolithic and Early Bronze Age in the (...)
  • 76 Voir pot biconique sans anses à Pietrele : S. Hansen et al. (n. 29), p. 357, fig. 18 : 5.

42Parallèles : On ne connaît pas de parallèles parmi les sites ChF de Rhodopes, mais un fragment vaguement similaire au nôtre (paroi convexe avec anse verticale et décor de spirale aplatie) est attesté sur le site contemporain de Sozopol, sur la côte de la mer Noire (sans qu’il ne soit toutefois précisé s’il conserve aussi des traces de peinture rouge)75. Le motif de spirales aplaties apparaît déjà sur certaines céramiques incisées du ChR au Nord de la Bulgarie et en Roumanie, mais la forme globale est assez différente76. De fait, le présent vase reste pour l’instant isolé.

Fig. 21 – a. Bol à anses à décor incisé et ocre rouge 6076‑004 ; b‑e. Vases avec cordons en faible relief, à décor peint au graphite (ou blanc) et ocre rouge : 6355‑005 ; 6562‑003 ; 6373‑009 ; 6429‑002 ; f. fr. avec décor incisé, peint au graphite et ocre rouge 6446‑004 (éch. 1⁄4).

Fig. 21 – a. Bol à anses à décor incisé et ocre rouge 6076‑004 ; b‑e. Vases avec cordons en faible relief, à décor peint au graphite (ou blanc) et ocre rouge : 6355‑005 ; 6562‑003 ; 6373‑009 ; 6429‑002 ; f. fr. avec décor incisé, peint au graphite et ocre rouge 6446‑004 (éch. 1⁄4).

Archives EFA.

Récipients ouverts (?) avec cordons en faible relief, à décor peint au graphite (ou peinture blanche) et ocre rouge

43Aucun récipient complet n’est attesté, mais en combinant les indications fournies par les différents fragments, il semble que l’on puisse reconstituer des récipients d’assez grandes dimensions (jattes ?), à paroi convexe continue, divisée artificiellement en une partie inférieure et une partie supérieure par une série de deux ou trois cordons horizontaux en faible relief, formant ainsi une troisième zone intermédiaire de faux ressaut : cette zone intermédiaire est décorée au graphite (groupes opposés de lignes parallèles obliques), alors que la partie supérieure porte éventuellement un décor incisé et la partie inférieure est badigeonnée avec de l’ocre rouge après cuisson. Un arrangement légèrement différent est attesté sur le fr. 6373‑009.

6355‑005 (fig. 14 c, et 21 b). Fr. isolé, trouvé dans la couche de débris au‑dessus du sol 6‑109.
Forme : paroi convexe marquée à l’ext. par trois cordons parallèles horizontaux peu saillants. Dimensions : diam. estimé ca 30 cm ; ép. 0,70‑1 cm. Pâte : semi‑fine ; graviers assez abondants fins et moyens, mica assez abondant très fin. Cuisson : cœur brun rouge, int. brun clair, ext. brun foncé à noir. Finition : int. et ext. sommairement polis ; après décor au graphite, polissage soigneux de l’ext., sauf une zone près de la cassure sup. Décor : ext. peinture au graphite, peinture rouge après cuisson (et peut‑être jaune aussi), incisions fines peu profondes ; motifs : graphite : groupes opposés de six fines lignes parallèles obliques (traits assez réguliers, ép. 3‑4 mm) ; peinture rouge couvrant toute la partie inf., quelques traces de graphite aussi sur la partie inf. ; incisions fines visibles sur la partie sup.
6562‑003 (fig. 14 e, et 21 c). Collage à partir de 6 fr. trouvés dans la fosse 6‑131.
Forme : paroi convexe. Dimensions : diam. max. ca 36 cm, ép. 0,70 cm. Pâte : fine ; graviers et mica assez abondants très fins. Cuisson : couleur grise foncée à noire. Finition : int. égalisé et sommairement lissé, ext. sur la partie inf. (qui reçoit l’ocre) égalisée, partie sup. (qui reçoit le graphite) poli. Décor : peint au graphite avant cuisson ; ocre après cuisson de couleur rouille ; les deux zones sont séparées par un léger cordon en relief ; d’autres cannelures au‑dessus, sur la partie peinte ensuite au graphite ; sur la partie sup., groupes opposés de cinq lignes parallèles obliques de part et d’autre de petits triangles ; la partie inf. uniformément recouverte d’ocre.
6373‑009 (fig. 14 d, et 21 d). Fr. isolé, trouvé dans le pourtour de la fosse du BA 6‑094 (carrés 314‑315/143‑144).
Forme : paroi rectiligne marquée à l’ext. par trois cordons peu saillants parallèles, apparemment obliques (orientation exacte difficile.) Dimensions : diam. cons. estimé ca 30 cm, h. cons. 5 cm, ép. 0,50‑0,60 cm. Pâte : semi‑fine ; graviers et mica assez abondants fins. Finition : int. et ext. sommairement égalisé. Décor : deux types de peinture (blanche et rouge couleur rouille) appliqués après cuisson ; sur la partie avec les cordons (partie sup.), groupes opposés de lignes parallèles obliques, le reste uniformément recouvert de rouge.
6429‑002 (fig. 21 e). Fr. isolé, trouvé sur le sol 6‑109.
Forme : base évasée concave à assise et à fond plats, paroi convexe (à peine conservée) qui se relie à la base par un léger ressaut (= cordon en faible relief). Dimensions : diam. assise 8,40 cm, h. cons. 8,50 cm, diam. max. cons. 19,30 cm, ép. 0,60 cm. Pâte : semi‑fine ; graviers blancs, quartz, et mica doré abondants fins et moyens (paillettes). Cuisson : cœur brun rouge, int. et ext. gris foncé à noir. Finition : int. et ext. égalisés avec un outil dur, sauf sur les zones recevant le graphite, qui sont polies. Décor : peint au graphite avant cuisson, ocre rouge après cuisson ; sur la paroi groupes de lignes parallèles peintes au graphite formant des bandes assez larges (ca. 2,50 cm) ; peinture ocre rouge sur la paroi de la base, ainsi qu’entre les bandes de graphite.
  • 77 Leshtakov et al. 2016, p. 199, fig. 9 : 3, 5, 6, 7.
  • 78 V. Draganov (n. 75, 1998), p. 209, fig. 3 : 8.

44Parallèles-discussion : La combinaison de cordons en faible relief avec du graphite et/ou de la peinture ocre ou jaune blanche après cuisson est attestée sur plusieurs exemplaires de Tatul, tous malheureusement fragmentaires77. Dans cette version, le décor au graphite se trouve aussi sur la partie inf. (i.e. sous les cordons), où il forme des festons et des bandes encadrés par la peinture : la base 6429‑002 pourrait afficher un motif similaire. En revanche, aucun des fragments ne semble monter assez haut pour déterminer s’il y avait à cet endroit un décor de fines incisions, comme à Dikili Tash, seul ou combiné à une autre technique. On ne connaît pas de fr. analogues pour l’instant sur les autres sites de Rhodopes ni ailleurs dans la région, bien que l’idée de création d’une zone intermédiaire au moyen d’une alternance de reliefs est attestée aussi parmi le matériel du ChF à Sozopol78.

Récipient ouvert (?) avec décor incisé, peint au graphite et en rouge

45Un seul fragment, minuscule, représente ce type.

6446‑004 (fig. 21 f). Fr. de base, trouvé dans la couche de débris (locus 6‑119).
Forme : assise et fond plats, paroi évasée rectiligne. Dimensions : diam. assise 8 cm, h. cons. 4 cm, ép. 0,60 cm. Pâte : fine ; mica assez abondant très fin. Cuisson : couleur grise foncée partout, sauf une fine tranche orange sous la surface int. Finition : int. grossièrement égalisé, ext. lissé (sur la partie qui reçoit l’ocre rouge) et polie (sur la partie qui reçoit le graphite). Décor : incisions fines, peinture de graphite et d’ocre rouge après cuisson ; motifs : alternance de bandes peintes au graphite et rouges, délimitées par des incisions fines.
  • 79 Leshtakov et al. 2016, p. 195, fig. 5 :1, 2.
  • 80 H. Koukouli-Chrysanthaki, S. Papadopoulos, « The Island of Thasos from the Neolithic to the Early (...)

46Parallèles : Ce type de décor est attesté sur une série de vases ouverts (plats creux) de Tatul, où il est associé à un décor peint au graphite à l’int. et sur le bord ext., complété par des détails en peinture jaunâtre après cuisson79. Notre fragment vient sûrement d’un vase plus fermé, peut‑être du type avec les cordons en bas relief (supra). Des fragments de bases avec le même type de décor se trouvent aussi à Liménaria et Kastri à Thasos80.

Petit bol globulaire à décor peint au graphite

6371‑001 (fig. 22 a). Collage de deux fr. trouvés dans la couche de débris 6‑102.
Forme : paroi convexe, bord redressé concave, lèvre amincie ; tenon cylindrique verticalement perforé sur la paroi. Dimensions : diam. max. 8 cm, diam. ouv. 6 cm, h. cons. 4,50 cm, ép. 0,50 cm. Pâte : semi‑fine ; graviers assez abondants fins, moyens et gros rares ; mica extrêmement fin rare. Finition : int. sommairement poli (traces horizontales), ext. soigneusement poli. Cuisson : cœur noir, surface brun‑rouge avec taches brun foncé. Décor : ext. peint au graphite, mal conservé ; motifs : groupe de lignes obliques.
  • 81 V. Draganov (n. 75, 1995), p. 237, fig. 7 : 6, 7, 9.
  • 82 Todorova 2014, p. 287, fig. 12 : 1, 2, 5.

47Parallèles : Des bols similaires sont attestés à Sozopol81, ainsi qu’à Ilinden82. Ces récipients semblent alors constituer une production caractéristique de sites du ChF, d’autant plus qu’ils sont apparemment absents des assemblages du ChR « classique ».

Fig. 22 – Récipients à ouverture restreinte avec décor peint au graphite.

Fig. 22 – Récipients à ouverture restreinte avec décor peint au graphite.

a. Petit bol globulaire 6371‑001 ; b. tasse sinueuse 6629‑029 ; c. tasse à anses surélevées 6613‑001 (éch. 1⁄4).

Archives EFA.

Tasse sinueuse à décor peint au graphite

6629‑029 (fig. 22 b). Trois fr. jointifs trouvés dans la fosse 6‑128.
Forme : paroi verticale fortement convexe, bord vertical concave continu, lèvre amincie ; points d’attache d’une anse verticale sur la panse, à section cylindrique. Dimensions : diam. max. 10,3 cm, diam. ouv. 7 cm, h. cons. 8,30 cm, ép. 0,70‑0,90 cm. Pâte : fine ; gravier peu abondant très fin. Finition : int. égalisé (traces de raclage horizontales), ext. poli. Cuisson : couleur brique avec tache noirâtre. Décor : ext. peint au graphite ; lignes verticales sur la paroi le long de l’anse délimitant une zone avec motifs curvilignes mal discernables ; sur le bord, groupe de quatre lignes obliques.
  • 83 Todorova, Avramova 2016, p. 260, fig. 10 : 1‑2 (surtout le no 2 qui a la même transition douce au (...)

48Parallèles : Des tasses similaires sont connues dans le premier niveau d’occupation de Yagodina83. Ils partagent avec le présent vase, outre la forme et les dimensions générales, l’organisation du décor, avec la délimitation d’un espace de part et d’autre de l’anse au moyen de lignes verticales. La seule différence concerne les motifs qui remplissent ensuite cet espace, rectilignes sur les vases de Yagodina, plutôt curvilignes ici.

Tasse à anses légèrement surélevées à décor peint au graphite

6613‑001 (fig. 14 f, et 22 c). Trouvé quasiment intact dans la fosse 6‑128 ; seul un fr. de l’anse a été recueilli lors de la flottation des sédiments.
Forme : le vase est sensiblement dissymétrique ; assise circulaire totalement plate, paroi fortement convexe (sans transition avec la base) de plan elliptique ; col vertical concave relié à la paroi par un léger ressaut ; bord évasé à lèvre amincie, ouverture elliptique également ; deux anses verticales plates légèrement surélevées placées sur la panse ; les anses sont disposées symétriquement entre elles, mais pas par rapport à l’ouverture elliptique (décalage visible sur la vue de dessus). Dimensions : diam. assise 2,50 cm, diam. max. 6,50‑7,30 cm, diam. ouv. 5‑6 cm, h. 6,80 cm, ép. 0,20‑0,40 cm. Pâte : extrêmement fine. Finition : int. lissé, sauf une zone sous la lèvre avec engobe poli ; ext. engobe poli. Cuisson : oxydante ; couleur brique avec quelques zones plus foncées, noircies. Décor : peint au graphite ; à l’ext., triangles étroits en alternance (pointe en haut, pointe en bas) disposées en deux bandes, une sur la panse et l’autre sur le col ; à l’int., ligne de zigzags sous le bord.
  • 84 Le plus célèbre étant le vase DT150 (secteur B2 ; Dikili Tash I.2, pl. 18 : 2, E : 1). J.‑P. Demou (...)

49Parallèles-discussion : d’un point de vue technologique (pâte, finesse de la paroi, finition, cuisson) mais aussi d’un point de vue morphologique général (profil en S, ouverture elliptique), ce vase rappelle clairement les tasses (ou pots à deux anses) à décor noir‑sur-rouge du NR II de Macédoine orientale, vases particulièrement populaires à Dikili Tash84. Mais, ici, la peinture noire à base de manganèse est remplacée par du graphite et les motifs qui, sur les tasses noir‑sur-rouge « normales » sont curvilignes et exécutés avec un tracé moyen à large, sont remplacés par des zigzags et des triangles pointus exécutés avec un tracé fin.

  • 85 D. Malamidou (n. 84), tabl. 5, p. 101 et 104, échantillon KRY 67 provenant d’un vase peint au grap (...)
  • 86 C. Blegen et al., Troy 1: The First and Second Settlements (1950), vol. I, part II, fig. 129 : A39 (...)

50L’hybridation ne s’arrête pas là. Si le transfert d’une technique de décor différente de celle associée d’habitude à une pâte donnée, mais tout au moins contemporaine, nous surprend85, la présence d’un élément morphologique supposé plus tardif d’environ mille ans, a de quoi choquer. En effet, des anses surélevées en « boucle » sont inconnues au Néolithique « classique », où dominent les anses à profil allongé, attachées sur la panse (ou l’épaule) et sur la lèvre des vases. Les anses surélevées sont, en revanche, caractéristiques des céramiques de l’âge du Bronze ; disposées, seules ou par deux, sur la paroi des gobelets à profil sinueux ou conique (« tankards » ou « depata »), elles constitueront même l’un des marqueurs des étapes avancées de la période (BA II et III) dans son faciès égéo-balkanique et anatolien86. Leur apparition sur un corps et avec un décor typiquement NR II illustre parfaitement le caractère intermédiaire de cette production.

51Il n’y a pas de parallèles connus.

Vases ouverts

Écuelles/bols en S avec décor peint au graphite

52Une dizaine de vases plus ou moins fragmentés représentent ce type. Ils présentent tous un décor peint au graphite sur les deux surfaces.

602263‑007 (fig. 23 a). Deux fr. jointifs trouvés dans la couche de débris surmontant le four 6‑015 (carré 313.137, alt. vers 64,15 m).
Forme : assise plate (à peine conservée), paroi évasée rectiligne, bord vertical convexe, lèvre arrondie qui s’épaissit légèrement à l’int. Dimensions : diam. assise 8 cm, diam. ouv. 15 cm, h. 5,80 cm, ép. 0,70‑0,90 cm. Pâte : fine ; graviers assez abondants fins, mica peu abondant très fin. Cuisson : couleur brune partout avec tache plus rouge près de la base. Finition : int. et ext. soigneusement polis, sauf la partie inf. de la paroi (une bande de ca. 2,50 cm de large autour de l’assise) qui est sommairement lissée, peut‑être pour accrocher une autre matière. Décor : motifs au graphite exécutés au tracé moyen à large (ép. 0,50‑0,70 cm) ; spirales sur l’ensemble de la surface int., festons sur le bord ext.
602263‑014 (fig. 23 b). Deux fr. jointifs trouvés dans la couche de débris surmontant le four 6‑015 (même US que le précédent).
Forme : paroi évasée rectiligne, bord vertical convexe, lèvre qui s’épaissit et s’aplatit légèrement à l’int. ; près de la cassure inf. un élément décollé, peut‑être tenon. Dimensions : diam. ouv. 21 cm, h. cons. 4,70 cm, ép. 0,70 cm. Pâte : fine ; graviers assez abondants fins ; gros graviers rares ; mica assez abondant très fin, gros rare. Cuisson : cœur noir avec éléments charbonneux, int. et ext. brun gris clair. Finition : int. et ext. soigneusement polis. Décor : motifs au graphite exécutés au tracé large (ép. 1,20 cm), assez effacés, surtout à l’ext. ; groupes de lignes (?) obliques int. et ext.
602320‑003 (fig. 23 c). Couche de débris au‑dessus de la maison 1 (carré 314.139, suite du locus 6‑041).
Forme : assise et fond plats (à peine conservés), paroi évasée légèrement concave, bord vertical convexe, lèvre épaissie et arrondie. Dimensions : diam. assise 4,70 cm, diam. ouv. 21,70 cm, h. 10,60 cm, ép. 0,60‑1 cm. Pâte : fine ; graviers et mica assez abondants très fins. Cuisson : couleur brune claire avec quelques taches gris‑noir à l’int. Finition : int. lissé et poli (surface onctueuse mate) ; ext., sur la partie inf. (jusqu’à mi‑hauteur de la paroi), la surface est juste égalisée, avec des traces obliques dans tous les sens ; au‑dessus, c’est‑à‑dire sur le reste de la paroi et sur le bord, surface soigneusement lissée et polie, brillante. Décor : à l’int., groupes d’arcs de cercles concentriques, peut‑être spirale et point ; à l’ext., sur le bord, groupes alternés d’arcs de cercles concentriques.
6562‑004 (fig. 23 d). Deux fr. jointifs trouvés dans la fosse 6‑131 ; peut‑être même vase que le 6629‑009 ?
Forme : paroi évasée légèrement concave, bord vertical convexe relié à la paroi par une courbe continue, lèvre aplatie (préservée sur une toute petite portion). Dimensions : diam. ouv. Ca 20 cm, h. cons. 7,20 cm, ép. 0,70‑0,80 cm. Pâte : fine d’aspect feuilletée ; graviers blancs (calcaire ?) et mica assez abondants très fins. Cuisson : secondaire ; int. brique, surface int. et ext. brun à brun foncé. Finition : poli int. et ext. Décor : int. groupes de lignes obliques, ext. groupes d’arcs de cercles pendants de la lèvre (un avec deux traits, l’autre avec trois ou quatre).
6574‑006 (fig. 24 a). Fr. isolé, trouvé dans la fosse 6‑128. Forme : paroi évasée légèrement concave, bord pratiquement vertical convexe, lèvre arrondie. Dimensions : diam. ouv. 20 cm, h. cons. 6 cm, ép. 0,60‑0,80 cm. Pâte : très fine ; graviers blanc très fins peu abondants, mica très fin assez abondant. Cuisson : couleur uniforme brun clair. Finition : poli int. et ext. Décor : int. groupes de lignes ondulées (par deux ou par quatre) sur l’ens. de la surface ; ext. sur le bord, groupes alternés d’arcs de cercles concentriques (avec deux ou quatre lignes, ép. de trait 0,30 cm).
6576‑002 (fig. 14 g, et 24 b). Collage de plusieurs fr. trouvés dans la fosse 6‑131 (trois US différentes).
Forme : paroi évasée convexe (à peine conservée), bord légèrement rentrant convexe continu, lèvre arrondie. Dimensions : diam. ouv. 21 cm, h. cons. 6,70 cm, ép. 0,70‑1 cm. Pâte : fine, feuilletée ; graviers assez abondant fin, mica peu abondant très fin. Finition : int. et ext. soigneusement polis. Cuisson : couleur brun‑rouge clair. Décor : à l’int., lignes verticales irrégulières entre lesquelles s’intercale peut‑être un triangle plein ; à l’ext., groupes d’arcs de cercle concentriques vers le bas ; cinq traits à chaque fois, assez irréguliers (ép. entre 0,30‑0,60 cm).
6576‑003 (fig. 24 c). Fr. isolé, trouvé dans la fosse 6‑131.
Forme : bord vertical fortement convexe, lèvre épaissie en biseau interne. Dimensions : diam. ouv. ca 24 cm, h. cons. 4,70 cm, ép. 0,50‑0,80 cm. Pâte : très fine, avec un peu de mica fin et graviers blancs (calcaire) fins. Cuisson : couleur brun clair partout. Finition : soigneusement poli int. et ext. Décor : int. et ext. arcs de cercles concentriques (groupes à lignes ou à cinq lignes ; ép. du trait entre 0,30 et 0,60 cm).
6613‑019 (non illustré). Fr. isolé trouvé dans la fosse 6‑128. Tesson vitrifié en partie et déformé : peut‑être appartient‑il à l’un des autres vases ? Décor : ext. festons pendant de la lèvre.
6629‑009 (fig. 14 h, et 24 d). Collage de fr. trouvés dans la fosse 6‑128 (quatre US différentes).
Forme : paroi évasée rectiligne, bord vertical convexe relié à la paroi par une courbe continue, lèvre légèrement épaissie et arrondie ; un fr. de base plate (diam. assise 7,20 cm) lui appartient peut‑être. Dimensions : diam. ouv. 22 cm, h. cons. 7,40 cm, ép. 0,50‑0,70 cm. Pâte : semi‑fine, graviers blancs (calcaires ?) très fins assez abondants, moyens rares ; mica assez abondant très fin. Cuisson : uniformément brun avec quelques taches noirâtres. Finition : int. et ext. polis, avec des degrés de brillance différents ; à l’ext. le bord est nettement mieux poli que la paroi inf., sur laquelle sont encore visibles des traces horizontales et obliques de raclage avec un outil dur. Décor : int. groupes parallèles de cinq lignes obliques qui se croisent en chevron autour d’un petit triangle plein pendant de la lèvre ; ext. groupes alternés d’arcs de cercles concentriques (un avec deux traits et un avec quatre) ; épaisseur du trait relativement constante (0,30 cm).
  • 87 Formes A.1.2 et A.2 de la typologie de J.‑P. Demoule. Voir Dikili Tash I.2, pl. 32 : 22072, 33 : 1 (...)
  • 88 Dikili Tash I.2, pl. IX : 4 (no inv. DT85). Le dessin publié pl. 15 : 4, ne montre pas la totalité (...)

53Parallèles-discussion : Ce type de vase n’est pas attesté dans les assemblages KGK VI « classique », alors même que les décors au graphite connaissent leur apogée au cours de cette période. Des écuelles en S décorées au seul graphite sont bien représentées à Dikili Tash dans les niveaux inférieurs et moyens, assignés à Karanovo V87. Mais leur décor est complètement différent (motifs à tracé fin, essentiellement des spirales et des chevrons curvilignes couvrant toute la surface) et la lèvre ne présente jamais l’épaississement caractéristique des présents vases. Parmi les exceptions, nous pouvons mentionner une écuelle en S avec une anse horizontale, dont le décor, exécuté au tracé large, semble se limiter à la partie supérieure88.

  • 89 Todorova 2014, p. 284, fig. 9 : 1, 4.
  • 90 Leshtakov et al. 2016, p. 196, fig. 6 : 6.

54En revanche, on connaît de bons parallèles parmi les sites du ChF dans les Rhodopes : deux vases trouvés à Ilinden apparaissent comme des jumeaux parfaits de notre groupe (même forme, même décor à festons ext. et à lignes obliques ou motifs spiraliformes int.)89. La forme existe aussi à Tatul, sans décor, mais aussi dans un cas avec décor au graphite et incisions verticales sur la lèvre90.

  • 91 Cette hypothèse vient de R. Douaud, notre collègue qui a réalisé les dessins des vases (supra, n.  (...)

55Un élément qui revient fréquemment sur ce type de vases à Dikili Tash est le traitement différentiel de la surface ext. : une hypothèse est que la partie inf. rugueuse recevrait un revêtement, peut‑être d’ocre rouge91. Rien de tel n’est attesté dans les sites de la région, mais le cas mériterait d’être examiné.

Fig. 23 – Écuelles/bols en S avec décor peint au graphite.

Fig. 23 – Écuelles/bols en S avec décor peint au graphite.

a. 602263‑007 ; b. 602263‑014 ; c. 602320‑003 ; d. 6562‑004 (éch. 1⁄4).

Archives EFA.

Plat creux en S à décor peint au graphite

56Ce vase se distingue de ceux du type précédent par ses dimensions plus grandes, qui expliquent peut‑être d’ailleurs la nécessité d’ajouter une petite préhension.

6429‑004 (fig. 24 e). Vase trouvé brisé sur le sol 6‑109.
Forme : assise plate, fond étroit légèrement bombé au centre ; paroi très évasée rectiligne, début d’un rebord vertical convexe relié à la paroi par une courbe continue (lèvre non conservée) ; une petite protubérance collée sous le bord. Dimensions : diam. ass. 7,40 cm, diam. ouv. estimé à ca 28 cm, h. cons. 9,50 cm, ép. 0,50‑1,50 cm. Pâte : semi‑fine ; graviers (surtout quartz) et mica assez abondants fins et moyens (paillettes). Finition : ext. partie inf. soigneusement égalisée, partie sup. polie ; traces dans le sens horizontal ; int. probablement poli à l’origine. Cuisson : hétérogène, couleur brun gris à noir. Décor : peint au graphite int. et ext. ; int. traces de lignes obliques sur toute la surface ; ext. arcs de cercles concentriques sur le bord.

57Parallèles : Voir type précédent.

Fig. 24 – Écuelles/bols en S avec décor peint au graphite.

Fig. 24 – Écuelles/bols en S avec décor peint au graphite.

a. 6574‑006 ; b. 6576‑002 ; c. 6576‑003 ; d. 6629‑009 ; e. 6429‑004 ; éch. 1⁄4 .

Archives EFA.

La chronologie

La datation relative

  • 92 P. Roman, S. Diamandi (n. 60) ; R. Gleser, M. Thomas (n. 61), p. 311‑323.

58Ce qui précède suggère clairement que le nouveau niveau mis au jour dans le Nord‑Ouest du secteur 6 appartient à une phase postérieure au NR II/ChR « classique », tel qu’il est défini par l’horizon « culturel » KGK VI. Il est aussi antérieur au début de l’âge du Bronze balkanique, y compris à l’étape « proto-Bronze » de Cernavodă III92. En effet, aucun des objets présentés ici n’a de parallèles parmi le matériel connu assigné à l’une ou à l’autre de ces périodes.

  • 93 Sur les caractéristiques de cette dernière, voir I. Manzura, « Chernavoda Ι Culture », dans L. Nik (...)

59Beaucoup d’entre eux se trouvent dans la continuité des productions NR II/Ch, par exemple les bols peints au graphite (voir p. 43‑47) et les vases combinant graphite et ocre rouge (voir p. 36‑39), sans rien annoncer de ce qui sera attesté plus tard au BA. La plupart ont des parallèles à Thasos et dans les Rhodopes. Ils pourraient alors être aisément rattachés à la phase appelée ici ChF, corrélée à celle dite de Transition plus au Nord de la Bulgarie, et mise en parallèle avec la « culture » de Cernavodă I93.

60D’autres objets combinent véritablement des éléments NR II/Ch avec des éléments du BA, par exemple la tasse peinte au graphite avec les anses surélevées (6613‑001, voir p. 40‑42). Nous n’avons pas de spécimens analogues, ni dans les Rhodopes, ni plus au Nord.

61D’autres enfin, trouveraient des similitudes potentielles des deux, voire des trois côtés (c’est‑à‑dire dans le NR II/Ch « classique », le ChF et le BA), par exemple les jarres et les pots à bord redressé ou les bols avec décor incisé et imprimé (voir p. 19‑36). Si on les trouvait dans un contexte moins assuré, nous pourrions hésiter à les ranger dans l’un ou l’autre de ces horizons ; mais leur découverte dans un contexte pratiquement clos, aux limites bien circonscrites, entre autres, par la répartition des collages et associations de fragments, permet d’affirmer qu’ils appartiennent tous au même épisode, et donc a priori à la même phase intermédiaire.

Les datations absolues

  • 94 Supra, p. 11.

62Avant même de commencer à regarder le matériel exhumé des deux fosses 6‑128 et 6‑13194, nous avions pris soin de prélever, directement à la fouille, deux échantillons (un dans chaque fosse) pour une datation par le radiocarbone. Vu la composition du remplissage (restes botaniques rares et très dispersés, matériel osseux très fragmenté et majoritairement calciné), nous étions plus ou moins obligés de choisir de petits fragments calcinés d’os, envoyés pour une datation par AMS sans détermination préalable.

  • 95 Nous remercions les responsables et techniciens des deux laboratoires, et tout particulièrement Ch (...)
  • 96 Soit avec un taux de probabilités de 95,4 %. Cette fourchette statistique est la plus large pratiq (...)
  • 97 Supra, p. 5‑7.
  • 98 Tsirtsoni 2016a.
  • 99 Y. Maniatis et al. (n. 10).

63Les deux mesures effectuées à l’accélérateur de Saclay sous la responsabilité du Laboratoire de Radiocarbone de Lyon95 (tabl. I : Lyon‑11521/SacA‑38669 et Lyon‑11522/SacA‑38670) étaient loin de se conformer à nos attentes. D’abord, elles étaient trop éloignées l’une de l’autre (ca 300 ans BP) et ne se recoupaient à aucun endroit, même calibrées à 2 sigmas96. Ensuite, elles paraissaient globalement trop basses, c’est‑à‑dire trop récentes, par rapport aux dates attendues. En effet, d’après ce que l’on sait de la date de la maison 1 sous‑jacente d’une part97 et de la date des niveaux comparables sur les sites de Thasos et des Rhodopes d’autre part98, l’on était à peu près certain d’obtenir une date aux alentours de 4200‑4000/3900. Enfin, la plus jeune des deux était clairement celle d’un épisode du début du BA « classique », tel qu’on le connaît, à Dikili Tash comme ailleurs, par un nombre significatif de dates concordantes99.

  • 100 D’après nos collègues de Lyon, l’un des deux os fournis en 2013 (celui qui a donné la date la plus (...)
  • 101 Opération pilotée par T. Valamoti, professeure à l’université de Thessalonique et responsable pour (...)
  • 102 Supra, p. 20‑21.
  • 103 Le choix du laboratoire a été fait en concertation avec nos collègues de Lyon. Nous remercions les (...)

64Pour cette raison, nous avons décidé de procéder à de nouvelles datations à partir d’un nouveau lot d’échantillons. Afin d’éviter tout éventuel problème qui serait lié à la nature ou à l’état de conservation des ossements100, nous avons cherché à obtenir des échantillons parmi les graines recueillies entre‑temps par la flottation des sédiments101. Mais seule la fosse 6‑128 avait livré un matériel suffisant et suffisamment fiable. En l’absence de restes botaniques adaptés, nous avons encore pris un os dans la fosse 6‑131, prélevé cependant cette fois‑ci sur un crâne très fragmenté trouvé en connexion avec la moitié de jarre 6610‑004102. Les trois échantillons ont été datés par AMS au Laboratoire de Groningen103.

65Les nouveaux résultats viennent conforter, et en même temps nuancer, le tableau esquissé par l’étude des parallèles (tabl. 1).

Tabl. 1 – Les datations 14C des échantillons prélevés dans le niveau intermédiaire, présentées dans l’ordre (croissant) des mesures BP (= Before Present). En gras, les dates correspondant à des échantillons à vie courte ; en italique une date probablement intrusive du niveau du BA.

No inv. Échantillon Contexte No labo Date BP ±BP Date BC cal. (2σ)
6603‑001 os calciné fosse 6‑131 Lyon‑11521/ SacA‑38669 4430 35 3328‑2925
6629‑007 os calciné fosse 6‑128, partie inférieure du remplissage Lyon‑11522/ SacA‑38670 4725 35 3635‑3376
6610‑006 os calciné fosse 6‑131, crâne fragmenté dans la moitié de jarre 6610‑004, au fond de la fosse GrA‑63887 5010 35 3943‑3705
NK12894 graines fosse 6‑128, graines de céréales (blé), dans la partie inférieure du remplissage (US 6629) GrA‑63118 5155 35 4042‑3811
NK12907 graines fosse 6‑128, graines de céréales (blé, orge), près du fond (US 6629) GrA‑63117 5225 35 4226‑3963
MK718 charbon couche de débris au‑dessus (au Nord‑Ouest) de la maison 1 : carré 314.139/sac 320 DEM‑553 5296 46 4246‑3985

66Tout d’abord, l’absence de nouvelles dates dans les années après 4450 BP, soit après 3300 av. J.‑C., semble confirmer que la date Lyon‑11521/SacA‑38669 est due à une intrusion. L’os daté a probablement été apporté à cet endroit par un terrier situé immédiatement au Nord du 6‑131 (fig. 3 : locus 6‑140), et qui traverse également la fosse voisine du BA 6‑094 ; il faudrait donc la rattacher à cette dernière.

  • 104 Date DEM‑553 : Darcque et al. (n. 7, 2011), p. 198, fig. 13 ; Y. Maniatis et al. (n. 10), p. 45, f (...)
  • 105 Z. Tsirtsoni (n. 3, 2016), p. 14‑15, 35‑37.

67Les quatre dates restantes, auxquelles on peut sans doute ajouter une date sur charbon réalisée dans les années 1990 dans ce qui semblait être à l’époque la partie supérieure de la couche de destruction de la maison 1104, s’échelonnent sur presque 600 ans BP et couvrent, après calibration, en gros toute la première moitié du IVe millénaire av. J.‑ C.  – le « millénaire perdu »105. Leur traitement statistique montre qu’il n’y a aucune plage commune entre toutes, c’est‑à‑dire aucune fourchette chronologique qui pourrait contenir l’ensemble des événements représentés par les échantillons datés (fig. 25 a). L’on distingue au moins trois groupes, mais comme il n’y a pas d’indices suggérant des contraintes (c’est‑à‑dire des critères d’ordonnancement) stratigraphiques particulières, toute tentative de modélisation plus fine est vaine et les résultats restent à chaque fois pratiquement les mêmes (fig. 25 b‑d) :

  • un premier groupe entre 4226‑3990 av. J.‑C., qui comporterait les dates DEM‑553, GrA‑63117, et GrA‑63118 (fig. 25 b). L’avantage de cette option par rapport à la suivante (fig. 25 d) est qu’elle maintiendrait ensemble les échantillons botaniques de la fosse 6‑128. Si nous combinions, en plus, les deux graines (c’est‑à‑dire, si l’on considérait qu’ils appartiennent au même événement stricto sensu), nous ferions passer la limite supérieure de la fourchette à 4046 av. J.‑C. (fig. 25 c). Le décalage de DEM‑553 n’est pas gênant car le charbon daté peut être légèrement plus ancien que les graines ;
  • un deuxième groupe entre 3943‑3705 av. J.‑C., correspondant à la date GrA‑63887, et auquel pourrait se rattacher, alternativement, la date GrA‑63118 (fig. 25 d) ;
  • un groupe après 3700 av. J.‑C., correspondant à la date Lyon‑11522 (3635‑3376 av. J.‑ C.).

Fig. 25 – Diagrammes modélisés des dates 14C du niveau du Néolithique/Chalcolithique Final selon différentes hypothèses.

Fig. 25 – Diagrammes modélisés des dates 14C du niveau du Néolithique/Chalcolithique Final selon différentes hypothèses.

a. simplement rangées dans une même phase ; b. avec trois épisodes, version 1 (graines de la fosse 6‑128 rangées ensemble) ; c. avec les graines de la fosse 6‑128 combinées ; d. avec trois épisodes, version 2 (graines de la fosse 6‑128 rangées dans deux épisodes distincts).

Archives EFA.

68Cette situation peut apparaître au premier abord comme une anomalie, puisque nous avons établi que le remplissage des deux fosses et de leurs alentours est un événement unique. Cependant, rien ne dit que la constitution du remblai qui s’est introduit dans ces remplissages était aussi un événement rapide, ni qu’elle était proche chronologiquement de la mise en place. En d’autres termes, il est parfaitement possible qu’une partie du remplissage, peut‑être la majorité, soit issue d’une destruction qui aurait eu lieu vers 4046‑3990 av. J.‑C. (premier groupe), puis que les débris sont restés exposés (ou déposés ailleurs ?) pendant encore quelques décennies ou plus (deuxième groupe), avant d’être finalement insérés dans les fosses (troisième groupe). Ce scénario donne une explication logique ou du moins plausible aux résultats des datations 14C, tout en tenant compte des indices fournis par la fouille et l’étude du mobilier. Il laisse néanmoins pendantes deux questions.

69La première : de quand faut‑il dater la construction des fosses 6‑128 et 6‑131 et du sol environnant ? Pour l’instant, nous n’avons aucun élément de réponse, si ce n’est que ces structures s’établissent sur une couche de colluvion, qui recouvre en partie la couche de destruction de la maison 1 et qui pourrait donc correspondre à une courte suspension de l’activité dans ce secteur. Sachant que la destruction de la maison survient au plus tard vers 4260 av. J.‑C. (supra), nous pourrions alors imaginer une réoccupation des lieux un peu avant ou aux alentours de 4000 av. J.‑C. Une telle date s’accorderait bien avec celles connues pour les autres sites qui fournissent les parallèles les plus pertinents avec le mobilier du présent niveau, comprises en gros entre 4200 et 4000/3900 av. J.‑C.

70Deuxième question : où faudrait‑il situer l’occupation qui va avec le dernier événement attesté (3635‑3376 av. J.‑C.) ? Dans le matériel recueilli, il n’y a aucune céramique, aucun artefact qui pourrait être assigné à cette période. Mais on ne sait pas vraiment à quoi s’attendre. En effet, cette période tombe au cœur même du célèbre « vide » du IVe millénaire, une sorte de « trou noir » où l’on n’a, pour l’instant, aucune visibilité archéologique. Dire qu’on n’a pas de mobilier de cette époque pourrait signifier simplement que nous ne savons pas le reconnaître.

Conclusion

  • 106 Supra, p. 4.

71Les résultats permettent de circonscrire avec précision une nouvelle phase d’occupation dans la séquence locale, c’est‑à‑dire à l’échelle du site de Dikili Tash, d’en établir la chronologie et de décrire les caractéristiques de ses productions céramiques. Les synchronismes régionaux, aussi bien relatifs qu’absolus, permettent de consolider par ailleurs la définition d’une phase distincte dans la séquence régionale, qui n’était pas très bien connue jusqu’à présent. C’est la première fois que cette phase est attestée de façon incontestable sur un tell106.

  • 107 Supra, n. 12.

72Les conséquences historiques de cette découverte sont importantes. Il apparaît, en effet, que le scénario dominant d’un abandon massif des grands habitats des plaines vers 4200 av. J.‑C., suivi d’un déplacement des populations vers des sites‑refuges dans les environs (grottes, sites de hauteur), doit être sérieusement révisé. Certes, Dikili Tash semble connaître un rétrécissement ou un déplacement d’activités en ce moment : cela est suggéré par l’absence de constructions succédant directement à la maison 1 dans le secteur 6 et par la désaffection progressive des espaces périphériques (secteur 2), « conquis » lors d’un apparent mouvement d’expansion quelques siècles auparavant. Mais, la présence de restes carbonisés datés de 4200‑4000 av. J‑C. dans les colluvions qui ont dévalé la pente dans ce même secteur montre clairement que le site continue à être occupé à la même époque que les présumés « sites‑refuges »107. La mise en évidence d’une nouvelle série de constructions – celles auxquelles auraient appartenu les vases déposés dans les fosses 6‑128 et 6‑131, puis (ou en même temps) la construction des fosses elles‑mêmes – permet d’assurer ce constat et prolonge un peu plus encore la durée de vie de l’habitat.

  • 108 Voir les résultats des recherches et datations récentes à Orlitsa et Varhari : Y. Boyadzhiev, K. B (...)
  • 109 Supra, n. 4.
  • 110 Supra, n. 80.

73Le fait que les productions céramiques de cette période à Dikili Tash soient de tout point de vue comparables à celles connues sur les sites de montagne indique que les deux formes d’habitat non seulement coexistent chronologiquement, mais participent aux mêmes réseaux dont la portée semble s’étendre, d’ailleurs, assez loin. L’hypothèse d’un déplacement de population dans les montagnes voisines n’est pas à exclure, bien au contraire. Un phénomène similaire pourrait effectivement expliquer l’augmentation avérée du nombre des sites dans les Rhodopes à partir de 4300 av. J.‑C., même si l’on sait à présent que la région était habitée longtemps avant108. Mais le contexte de ce déplacement de population n’est de toute évidence pas celui d’une catastrophe (naturelle ou autre), qui aurait eu pour conséquence le remplacement d’une « culture » et d’un mode de vie par d’autres109. Si Dikili Tash a pu se maintenir tout en établissant des relations avec des sites de hauteur nouvellement fondés (ou refondés, comme Kastri110), l’on devrait peut‑être imaginer plutôt un système où les deux « cultures » et les deux modes de vie fonctionnent ensemble.

  • 111 Voir Z. Tsirtsoni, « Formation or Transformation? The 4th Millennium BC in the Aegean and the Balk (...)

74C’est sans doute au sein de ce système qu’il faut concevoir la genèse de ce qui sera, quelques siècles plus tard, le BA. L’apparition, dans le matériel céramique, de certains traits typiques ou annonciateurs des productions du BA dès les années 4000 (e.g. tasse aux anses surélevées, bols à décor incisé et imprimé rappelant les décors « Baden ») montre que beaucoup des éléments supposés nouveaux – sous‑entendu, arrivés avec des nouveaux venus – étaient en réalité présents dans la région beaucoup plus tôt. Sans aller jusqu’à nier complètement l’apport d’éléments extérieurs dans la création du faciès BA des Balkans méridionaux, ni proposer un courant inverse de la circulation des nouveautés, nous pouvons quand même nous demander dans quelle mesure notre vision ne serait pas affectée par la présence de cette période « opaque » entre le NR II/Ch et le BA, qui masque les évolutions, transformant une évolution lente et progressive en changement brutal111. Les découvertes récentes à Dikili Tash éclairent cette période de transition. Mais il en faudra d’autres pour parvenir à une image vraiment nette.

Haut de page

Bibliographie

Dikili Tash I.2 = R. Treuil (éd.), Dikili Tash, village préhistorique de Macédoine orientale, I. Fouilles de Jean Deshayes (1961‑1975), vol. 2, BCH Suppl. 37 (2004).

Leshtakov et al. 2016 = K. Leshtakov, N. Todorova, V. Petrova, « Late Chalcolithic Tatul », dans Tsirtsoni 2016a, p. 187‑207.

Sitagroi I = C. Renfrew, M. Gimbutas, E. S. Elster (éds), Excavations at Sitagroi. A Prehistoric Village in Northeastern Greece, vol. 1, Monumenta Archaeologica 13 (1986).

Todorova 2014 = N. Todorova, « New Data for the Final Chalcolithic in the Middle Mesta Valley », dans V. Petrova, K. Boyadzhiev, S. Taneva (éds), In Memoriam Liliana Pernicheva-Perets (1940‑2011), Annual of the National Archaeological Museum 12 (2014), p. 263‑295 [en bulgare, résumé en anglais].

Todorova 2016 = N. Todorova, « The Final Chalcolithic site in the “Gradishteto” Locality near the Village of Dolno Dryanovo, Southwest Bulgaria », dans Tsirtsoni 2016a, p. 169‑186.

Todorova, Avramova 2016 = N. Todorova, M. Avramova, « The Yagodina Cave and the Final Stages of the Chalcolithic in the Western Rhodope Mountains », dans Tsirtsoni 2016a, p. 249‑268.

Tsirtsoni 2016a = Z. Tsirtsoni (éd.), The Human Face of Radiocarbon. Reassessing Chronology in Prehistoric Greece and Bulgaria, 5000‑3000 cal BC, TMO 69 (2016).

Tsirtsoni 2016b = Z. Tsirtsoni, « The Late Neolithic II (Chalcolithic)-Early Bronze Age Transition at the Tell of Dikili Tash », dans Tsirtsoni 2016a, p. 271‑297.

Haut de page

Notes

1 R. Treuil (éd.), Dikili Tash, village préhistorique de Macédoine orientale, I. Fouilles de Jean Deshayes (1961‑1975), vol. 1, BCH Suppl. XXIV (1992) ; H. Koukouli-Chryssanthaki, K. Romiopoulou, « Οι ανασκαφές στον ελληνικό τοµέα του προϊστορικού οικισµού Ντικιλί Τας (1961‑1967) », Διεθνές Συνέδριο για την αρχαία Θεσσαλία στη µνήµη του Δηµήτρη Ρ. Θεοχάρη, Δηµοσιεύµατα Αρχαιολογικού Δελτίου 48 (1992), p. 226‑248 ; P. Darcque, « Dikili Tash, un village néolithique dans le Nord de la Grèce », CRAI 2013, p. 51‑73 ; et sur le site web http://www.dikili-tash.fr/ (avec toute la bibliographie). Cette succession a été confirmée par les fouilles de Sitagroi, dans la plaine de Drama, et d’Ezero, en Thrace bulgare, menées à peu près aux mêmes années ; voir respectivement Sitagroi I ; G. Georgiev, N. Merpert, R. Katinčarov, D. Dimitrov, Ezero, Rannobronzovoto selište (1979).

2 L’existence de cette étape est incontestable mais elle n’est pas reconnue partout comme faisant partie du Bronze Ancien : c’est le cas notamment en Turquie, où l’on continue à faire coïncider le début de l’âge du Bronze avec la phase I de Troie, et l’on inclut l’étape en question dans le « Chalcolithique Récent ». Sur ce débat, voir plusieurs articles dans B. Horejs, M. Mehofer (éds), Western Anatolia before Troy. Proto-Urbanisation in the 4th Millennium BC? Proceedings of the International Symposium held at the Kunsthistorisches Museum Wien, Vienna, Austria, 21‑24 November, 2012, OREA 1 (2014).

3 Voir Z. Tsirtsoni, « Το τέλος της νεολιθικής Εποχής στην Ελλάδα και τα Βαλκάνια », dans NPapadimitriou, Z. Tsirtsoni (éds), Η Ελλάδα στο ευρύτερο πολιτισµικό πλαίσιο των Βαλκανίων κατά την 5η και 4η χιλιετία π.Χ. (2010), p. 92‑103 ; ead., « The Chronological Framework in Greece and Bulgaria between the Late 6th and the Early 3rd Millennium BC, and the “Balkans 4000” Project” », dans Tsirtsoni 2016a, p. 13‑39.

4 Par exemple H. Todorova, « The Neolithic, Eneolithic and Transitional period in Bulgarian prehistory », dans D. Bailey, I. Panayotov (éds), Prehistoric Bulgaria (1995), p. 89‑90 ; J. Bojadžiev, « Radiocarbon dating from Southeastern Europe », dans M. Stefanovich, H. Todorova, H. Hauptmann (éds), James Harvey Gaul – In Memoriam (1998), p. 358‑359 ; B. Weninger et al., « The impact of Rapid Climate Change on Prehistoric Societies during the Holocene in the Eastern Mediterranean », Documenta Praehistorica XXXVI (2009), p. 34‑44. Voir aussi les synthèses par M. Ivanova « Dunkle Übergangszeit? Wandel und Kontinuität im (End)Chalkolithikum an der Unteren Donau », dans V. Slavchev (éd.), Studia in Memoriam Ivani Ivanov: The Varna Eneolithic Necropolis and Problems of Prehistory in Southeast Europe, Acta Musei Varnaensis VI (2008), p. 163‑169 ; D. H. Anthony « The rise and fall of Old Europe », dans D. W. Anthony, J. Y. Chi (éds), The Lost World of Old Europe. The Danube Valley, 5000‑3500 BC (2010), p. 45‑51.

5 P. Darcque, H. Koukouli-Chryssanthaki, D. Malamidou, Z. Tsirtsoni, BCH 133 (2009), p. 531 ; eid., « Προϊστορικός οικισµός στη θέση “Ντικιλί Τας” (Φίλιπποι, Ν. Καβάλας), PAAH 163 (2008), p. 76‑77 ; eid., « Νέο ερευνητικό πρόγραµµα στον προϊστορικό οικισµό του Ντικιλί Τας (Φίλιπποι, Ν. Καβάλας): οι γενικοί στόχοι και η πρώτη ανασκαφική περίοδος (2008) », AEMTh 22 (2008), p. 530.

6 H. Koukouli-Chryssanthaki, « Ανασκαφή προϊστορικού οικισµού Φιλίππων (Ντικιλί Τας) », PAAH 1994, p. 125‑129 ; H. Koukouli-Chryssanthaki, R. Treuil, D. Malamidou, « Προϊστορικός οικισµός Φιλίππων “Ντικιλί Τας”, Δέκα χρόνια ανασκαφικής έρευνας », AEMTh 10B (1996), p. 689‑696 ; P. Darcque et al., « Recent Researches at the Neolithic Settlement of Dikili Tash, Eastern Macedonia, Greece: an Overview », dans H. Todorova, M. Stefanovich, G. Ivanov (éds), The Struma/Strymon River Valley in Prehistory, Proceedings of the International Symposium ‘Strymon Praehistoricus’, Kjustendil-Blagoevgrad (Bulgaria) and Serres-Amphipolis (Greece), 27.09‑1.10.2004 (2007), p. 252‑254 ; eid., « The Chalcolithic Period at Dikili Tash (Eastern Macedonia, Greece) », dans Y. Boyadzhiev, S. Terzijska-Ignatova (éds), The Golden Fifth Millennium. Thrace and its Neighbour Areas in the Chalcolithic, Proceedings of the International Symposium in Pazardzhik, Yundola, 26‑30.10.2009 (2011), p. 195‑199.

7 Voir Darcque et al., BCH 133 (2009), p. 533‑536 ; BCH 135 (2011), p. 507‑512 ; BCH 136‑137 (2012‑2013), p. 747‑759 ; BCH 138 (2014), p. 601‑611.

8 Tsirtsoni 2016b ; P. Darcque (n. 1), p. 62‑69 ; P. Darcque et al., « New Insights to the Copper Age Economy and Chronology at the Tell Settlement of Dikili Tash (Northern Greece) », dans S. Hansen, P. Raczky, A. Anders, A. Reingruber (éds), Neolithic and Copper Age between the Carpathians and the Aegean Sea. Chronologies and Technologies from the 6  th to the 4th millennium BCE, Archäologie in Eurasien 31 (2015), p. 406‑411 et 414.

9 Darcque et al., BCH 133 (2009), p. 534‑535 et fig. 6‑7 ; BCH 135 (2011), p. 507 ; BCH 136‑137 (2012‑2013), p. 751‑752 ; Tsirtsoni 2016b, p. 282‑284.

10 Y. Maniatis et al., « New 14C Evidence for the Late Neolithic-Early Bronze Age Transition in Southeast Europe », dans R. H. Tykot (éd.), Proceedings of the 38   th International Symposium on Archaeometry, May 10  th–14  th 2010, Tampa, Florida, Open Journal of Archaeometry 2: 5262 (2014), p. 46‑47 ; Tsirtsoni 2016b, p. 278, 283.

11 Ce qui explique pourquoi nous avions tant de mal à obtenir des bons échantillons à dater : le remplissage de ces fosses était souvent constitué, en effet, d’éléments de la couche de destructions sous‑jacente.

12 P. Darcque et al., « The Impact of Environmental Changes on the Neolithic Settlement of Dikili Tash (Northern Greece) », dans G. Touchais, R. Laffineur, Fr. Rougemont (éds), Physis. L’environnement naturel et la relation homme‑milieu dans le monde égéen protohistorique. Actes de la 14  e Rencontre égéenne Internationale, Paris, INHA, 11‑14 décembre 2012, Aegaeum 37 (2014), p. 427‑428 et pl. CXXIV‑CXXV ; Darcque et al. (n. 8), p. 411‑413 ; Tsirtsoni 2016b, p. 290‑296.

13 Au départ on a pensé qu’il pourrait s’agir d’un premier niveau du BA : BCH 136‑137 (2012‑2013), p. 752.

14 Une partie de cette couche (appelée locus 6‑119 au centre de la zone en fouille) avait été vue déjà en 2010 (locus 6‑054 au Nord, au contact du sol 6‑109, et locus 6‑042/6‑102 au Sud‑Ouest, derrière les vestiges visibles du four 6‑015 de la maison 1), mais elle avait été interprétée comme appartenant à la zone de circulation extérieure de la maison elle‑même. Une autre partie était vue en 2010 et 2012 près de la limite Nord de la maison 1 (locus 6‑038) et avait été aussi, sous réserve, rattachée à cette dernière.

15 La fouille minutieuse de ces structures a été menée par S. Grosfilley (archéologue contractuel) et A. Fassoulas (doctorant, Paris I Panthéon-Sorbonne) ; BCH 138 (2014), p. 604‑610.

16 Ces observations ont été confirmées par la suite par l’examen du matériel osseux (communication personnelle de A. Gardeisen et R. Christidou, chargées respectivement de l’étude de la faune terrestre et des outils en os et en bois animal).

17 Outre les auteurs, ont participé à cette recherche O. Karélanidou, archéologue, diplômée de l’université de Thessalonique, et E. Gérasimidou, étudiante en archéologie à l’université de Rethymno. La restauration des objets a été faite par les restauratrices L. Karpathiotaki, O. Simitsi et G. Velivassaki. Tous les dessins ont été réalisés par R. Douaud, ingénieure d’étude au CNRS (UMR 7041 ArScAn, Nanterre), et les photos par Ph. Collet, photographe de l’EFA.

18 On tombait directement sur cette couche dans les endroits où le sol du niveau supérieur n’était pas conservé. Elle était également visible sur une petite coupe effectuée aux pieds du sol 6‑136 (zone d’effondrement 6‑105) par C. Germain-Vallée, notre spécialiste de l’étude des sédiments (Service départemental du Calvados).

19 Locus 6‑042 ; voir supra, n. 14.

20 L’étude préliminaire du matériel architectural par S. Prévost-Dermarkar et B. Pérello va dans le même sens.

21 La seule exception est peut‑être la meule no 6554‑001, qui gisait à plat sur le sol au Sud de la fosse 6‑131.

22 H. Koukouli-Chryssanthaki (n. 6), p. 123‑124. Cette recherche a été poursuivie et complétée durant l’été 2015, avec l’aide d’O. Karélanidou (voir supra, n. 17) et de M. Papadopoulou (étudiante, université de Kalamata).

23 Un niveau compact avec des fragments de terre à bâtir, tessons et pierres, situé vers 63,97/63,85 m précisément dans 312‑313.138, pourrait être considéré comme la suite du locus 6‑004/6‑041 des fouilles 2008‑2013.

24 Étude en cours par P. Yiouni (ministère grec de la Culture, éphorie de Ioannina).

25 D. Malamidou, « Kryoneri, Nea Kerdyllia: A settlement of the Late Neolithic and Early Bronze Age on the lower Strymon valley, Eastern Macedonia », dans Tsirtsoni 2016a, p. 309, fig. 19 ; H. Koukouli-Chryssanthaki, R. Treuil, D. Malamidou (n. 6), p. 703, fig. 17 ; Tsirtsoni 2016b, p. 287, fig. 16c ; S. Chohadziev, Slatino, prehistoric settlements (2006), p. 197, fig. 127 : 3 ; p. 208, fig. 138 : 6 ; B. Koleva, « Kăsnohalkolitni askosi ot Dolnoslav, Plovdivsko », dans V. Nikolov (éd.), Praistoričeski nahodki i izsledvanja. Sbornik v pamet na prof. Georgi I. Georgiev (1993) (avec bibliographie antérieure).

26 B. Koleva (n. 25), p. 122‑123 et 128, fig. 6 : A, Б, Д, Ж, И.

27 G. Seure, J A. Degrand, « Exploration de quelques tells de la Thrace », BCH 30 (1906), p. 397, fig. 32 ; V. Petrova, « The Ceramic Assemblage of the Late Chalcolithic Karanovo VI Culture, phase III », dans V. Nikolov, K. Băčvarov, P. Kalchev (éds), Prehistoric Thrace. Proceedings of the International Symposium in Stara Zagora 30.09‑4.10.2003 (2004), p. 432, fig. 4:6.

28 Jungsteinzeit in Bulgarien (Neolithikum und Äneolithikum), catalogue d’exposition Braunschweigisches Landesmuseum (1981), p. 169, cat. no 188a.

29 S. Hansen et al., « Der kupferzeitliche Siedlungshügel Pietrele an der Unteren Donau. Bericht über die Ausgrabungen im Sommer 2004 », Eurasia Antiqua 11 (2005), p. 360‑361, fig. 21 : 2 (secteur B).

30 B. Koleva (n. 25), p. 123 ; 125, fig. 3 et 128, fig. 6 : B ; A. Raduncheva, « Le centre cultuel chalcolithique du village de Dolnoslav, région de Plovdiv », dans Le premier or de l’humanité en Bulgarie, 5e millénaire (catalogue d’exposition au Musée des Antiquités nationales St‑Germain-en‑Laye) (1989), p. 82, cat. no 33.

31 Jungsteinzeit in Bulgarien (n. 28), p. 160, cat. no 174.

32 N. Todorova, V. Matsanova, « Late Chalcolithic Ceramic Style at Yunatsite tell (Approach to the Systematization of the Ceramics from the Newly Excavated Levels) », dans L. Nikolova (éd.), Technology, Style and Society. Contributions to the Innovations between the Alps and the Black Sea in Prehistory, BAR IS 854 (2000), p. 354 : cat. no 41, fig. 26.7 : 7.

33 Par exemple à Yunatsite : R. Katinčarov, V. Macanova, « Razkopki na selištnata mogila pri s. Junacite, Pazardžisko », dans V. Nikolov (éd.), Praistoričeski nahodki i izsledvanja. Sbornik v pamet na prof. Georgi I. Georgiev (1993), p. 167, fig. 15 ; à Ezero : G. Georgiev et al. (n. 1), p. 370, fig. 174 ; à Ezerovo II : G. Tončeva, « Un habitat lacustre de l’âge du Bronze Ancien dans les environs de la ville de Varna (Ezerovo II) », Dacia n.s. 1981, p. 52, fig. 7 ; à Smyadovo : S. Chohadzhiev, « The Prehistoric Cemetery at Smyadovo, Shumen District », dans Tsirtsoni 2016a, p. 79, fig. 8 : 6‑7 ; à Sidirokastro : T. Siros, M. Miteletsis, « The “Katarraktes” Cave at Sidirokastro, Serres District », ibid., p. 329, fig. 14 : 9 (avec décor incisé).

34 Une applique similaire apparaît sur un fr. de paroi convexe à Ilinden : Todorova 2014, p. 287, fig. 12 : 8.

35 C’est une tradition qui remonte au moins au NR I : Z. Tsirtsoni, « Les poteries du début du Néolithique Récent en Macédoine : 1. Les types de récipients », BCH 124 (2000), p. 28‑30, fig. 3 : N, O1, et p. 49, fig. 19 ; C. Commenge-Pellerin, « Les récipients en céramique : formes et décors du Néolithique Moyen », dans Dikili Tash I.2, pl. II : 1 ; VIII : 1. Pour le NR II, voir J.‑P. Demoule, « Les récipients en céramique du Néolithique Récent (Chalcolithique) : description, évolution et contexte régional », dans Dikili Tash I.2, p. 76, et pl. 11 : 2 ; 14 : 1, XII : 7 ; et plusieurs jarres de la maison 1, non encore publiées.

36 Dikili Tash I.2, pl. 98 : 11167 ; Darcque et al., BCH 135 (2011), p. 510, fig. 14. Ces vases ont parfois un plan plus sophistiqué, subquadrangulaire au niveau de la panse et/ou elliptique au niveau de l’ouverture. Voir aussi à Yunatsite : N. Todorova, V. Matsanova (n. 32), fig. 26 : 6.

37 K. Trantalidou, V. Skaraki, E. Kara, « Πηγές του Αγγίτη στη λεκάνη της Δράµας: τα κεραµικά σύνολα από το εσωτερικό του σπηλαίου », AAA 39 (2006), p. 125‑126, fig. 11 : 1 (diam. ass. 13,80 cm, diam. max. 25,50 cm, diam. ouv. 10 cm, h. 33 cm). Les autrices renvoient à des formes similaires à Paradimi IV (mais qu’il faut sans doute rejeter, car beaucoup plus anciens), ainsi qu’à Salcuța III et Cernavoda I, illustrées respectivement dans L. Nikolova, The Balkans in Later Prehistory. Periodization, Chronology and Cultural Development in the Final Copper and Early Bronze Age (Fourth and Third Millennia BC), BAR IS 791 (1999), fig. 6.4 : 1 (sans échelle) et fig. 7.7 : 4 (amphora type 3.1).

38 Leshtakov et al. 2016, p. 200, fig. 10 : 2, 4, 5, 6 (diam. ass. 13‑14 cm, diam. ouv. 9‑11 cm, diam. max. 34‑36 cm, h. 49‑51 cm). L’on remarquera que le no 6 est décoré sur la panse de cordons parallèles en relief, comme ceux qu’on trouve sur un autre vase de notre assemblage, infra : 6550‑001.

39 A. Sherratt, « The Pottery of phases IV and V: The Early Bronze Age », dans Sitagroi I, p. 460, fig. 13.14 : 6. Une jarre de ce type a été trouvée dans une fosse du BA (locus 6‑008/6‑029) dans le secteur 6 de Dikili Tash (no 6271‑001, non publiée).

40 Voir la jarre 6043‑002, également du locus 6‑008/6‑029 : Darcque et al., BCH 136‑137 (2012‑2013), p. 752, fig. 3.

41 Dikili Tash I.2, p. 75‑76 (formes B2 et C1), pl. 18 : 2, D : 2, E : 1.

42 Z. Tsirtsoni (n. 35), p. 27‑29, fig. 3 : M2, et p. 34‑35, fig. 4.

43 K. Dimitrov, « Stone Scepters Type Zoomorphic Figure from Sozopol. Steppe Influences on the West Black Sea Coast at the Beginning of the 4th Mill. BC », dans M. Stefanovich, Ch. Angelova (éds), PRAE. In Honorem Henrieta Todorova (2007), p. 156, fig. 8 : E. Il est intéressant de noter que ce vase a la partie inférieure rugueuse, séparée de la partie supérieure lissée par un cordon en faible relief (« false edge » d’après l’auteur : id., p. 153). Cet élément, présent aussi sur d’autres vases à Sozopol, est attesté parmi quelques‑uns des vases de notre assemblage, infra.

44 Nous rangeons dans cette catégorie des vases dont le diamètre à l’ouverture est égal ou supérieur aux 4/5 du diamètre maximal.

45 On s’inspire ici de la définition fournie par H. Balfet, M.‑F. Berthelot, S. Monzon, Lexique et typologie des poteries (1989), p. 18‑19, qui établit cependant la limite pour les jarres à une hauteur supérieure à deux fois le diamètre d’ouverture.

46 Dikili Tash I.2, p. 77 (« marmites globulaires à petit col », forme D2.2), pl. 15 : 3 ; 16 : 1 ; 31 (no inv. 21183) ; 88 (no inv. 6600) ; Sitagroi I, p. 426, fig. 12.13 : 1 (« globular jar »).

47 Sitagroi I, p. 426, fig. 12.13 : 2.

48 Sitagroi I, p. 212‑214 et fig. 8.18.

49 Par exemple à Kryoneri : D. Malamidou (n. 25), p. 313, fig. 31 (avec rangée d’impressions sur la lèvre) ; à Sitagroi : Sitagroi I, p. 465, fig. 13.19 : 1 (plus proche cependant de ce que nous qualifions ici de pots, et avec des anses de profil légèrement angulaire).

50 La forme du vase 602265‑023 rappelle un vase de la « culture » de Baden tardif (Kostolac) trouvé à Foeni, dans le Banat roumain, mais qui a un décor assez élaboré de rangées d’impressions et d’incisions : R. Krauss, D. Ciobotaru, « Daten zum Ende des Badener Keramikstils und dem Beginn der Frühbronzezeit aus Foeni‑Gaz im rumänischen Banat », PZ 88, 1‑2 (2013), p. 55 : fig. 13, et p. 90 : pl. 3.

51 Leshtakov et al. 2016, p. 198, fig. 8.

52 Todorova, Avramova 2016, p. 259, fig. 9 : 3, 6, 7, 10.

53 Todorova 2016, p. 179, fig. 10 : 3, 4, 6, 8.

54 M. Valentinova, « An Early Fourth Millennium Settlement near the Village of Bezhanovo, Lovech Region », dans Tsirtsoni 2016a, p. 105 : fig. 10, et p. 108, fig. 13 : 13, 14.

55 M. Valentinova, « An Early Fourth Millennium Settlement near the Village of Bezhanovo, Lovech Region », dans Tsirtsoni 2016a, p. 108, fig. 13 : 18, 19, et p. 110, fig. 15 : 2.

56 Leshtakov et al. 2016, p. 198, fig. 8 : 10.

57 Leshtakov et al. 2016, p. 200, fig. 10 : 6.

58 À Tatul, les fouilleurs utilisent pour ce décor le terme de « barbotine ». En réalité (du moins sur l’exemple de Dikili Tash), on ne peut déterminer s’il y a ajout volontaire de matière argileuse ou si c’est la paroi même du vase qui est creusée par des sillons. Quoi qu’il en soit, il ne faut pas confondre ce décor avec le décor appelé « barbotine » au NR II/ChR, qui consiste à rendre la surface rugueuse ; voir N. Todorova, V. Matsanova (n. 32).

59 Yagodina : Todorova, Avramova 2016, p. 259, fig. 9 : 5, 8 ; Dolno Dryanovo : Todorova 2016, fig. 10 :  1, 5 (avec des petites anses) ; Ilinden : Todorova 2014, fig. 10 : 2, 9.

60 Un exemple du site de Arbon‑Bleiche 3 en Suisse, daté peu après le milieu du IVe millénaire av. J.‑C., est illustré par R. Krauss, D. Ciobotaru (n. 50), fig. 14 (d’après A. de Capitani, U. LeuzingerArbon, « Bleiche 3. Eine jungsteinzeitliche Seeufersiedlung am schweizerischen Bodenseeufer aus dem frühen 34. Jh. v. Chr. », dans P. Roman, S. Diamandi [éds], Cernavodà III Boleraz. Ein vorgeschichtliches Phänomen zwischen dem Oberrhein und der Unteren Donau [2001], fig. 311). D’autres parallèles de la « culture » de Baden sont illustrés par T. Horváth, Networks and Netwars: New perspectives on the Late Copper Age and Early Bronze Age. Typo-chronological relationships of the Boleraz/Baden/Kostolac finds at the site of Balatonőszöd-Temetői-Dűlő (2012), fig. 5 : 5‑6 ; fig. 6 : 2 ; 8 : 15 ; 14 ; 19 : 5 ; 32 : 22 ; 33 ; 36.

61 Voir en particulier les fr. d’une très grande jarre illustrée par R. Gleser, M. Thomas, Drama, Forschungen in einer Mikroregion, Band 1. Merdžumekja-Südosthang Späte Kupferzeit und früheste Bronzezeit: Ergebnisse siedlungsarchäologischer Forschungen (2012), pl. 36.

62 R. Gleser, M. Thomas, Drama, Forschungen in einer Mikroregion, Band 1. Merdžumekja-Südosthang Späte Kupferzeit und früheste Bronzezeit: Ergebnisse siedlungsarchäologischer Forschungen (2012), pl. 9 : 15524 (diam. 30 cm, surface gris noir polie, décor cannelé et imprimé) ; p. 526 et pl. 70 : 17434 (diam. ca 25 cm, surface brun clair lissée sauf le bord qui est poli, décor incisé en chevrons). Pour d’autres fr. proches (tous des mêmes contextes), voir aussi pl. 8 : 14608 ; 10 : 17282 ; pl. 73 : 17093 (PS) ; 101 : 14712 ; 104 : 14106 ; 105 : 14211 ; 106 : 13773.

63 R. Gleser, M. Thomas, Drama, Forschungen in einer Mikroregion, Band 1. Merdžumekja-Südosthang Späte Kupferzeit und früheste Bronzezeit: Ergebnisse siedlungsarchäologischer Forschungen (2012), p. 283‑295.

64 R. Gleser, M. Thomas, Drama, Forschungen in einer Mikroregion, Band 1. Merdžumekja-Südosthang Späte Kupferzeit und früheste Bronzezeit: Ergebnisse siedlungsarchäologischer Forschungen (2012), p. 290.

65 La couche dite de nivellement à Drama-Merdžumekja est décrite comme une colluvion à tout point similaire à notre niveau 2‑4, surmontée par le paléosol 2‑3. Voir Darcque et al. (n. 12, 2014), pl. CXXV : 5 et 6 respectivement.

66 N. Todorova, P. Leshtakov, T. Kuncheva-Russeva, « Late Chalcolithic Pottery from Sudievo Tell, Nova Zagora District: Towards the Characteristics of Karanovo VI Ceramic Style in Eastern Upper Thrace », dans L. Nikolova (éd.), Early Symbolic Systems for Communication in Southeast Europe (2003), p. 262 et fig. 12 : 4 (bol avec double goulot verseur sur l’épaule, diam. ouv. 28 cm, h. ca 17 cm ; incisions verticales et obliques + rangée d’impressions en haut et en bas de la zone ; surface lissée après application d’un lait d’engobe‑« wash »). En réalité, l’horizon en question représente le dernier niveau d’occupation du tell, puisque le dit premier horizon n’est apparemment qu’une couche de colluvion (« gray and green clay‑like soil… probably used for leveling of the terrain ») : ibid., p. 242.

67 Leshtakov et al. 2016, fig. 4, 7‑9, 12 ; Todorova 2014, fig. 10 : 1, 3, 5.

68 Tsirtsoni 2016b, fig. 27 : d (du secteur 2). Le deuxième exemple de Dikili Tash est le no 6324‑001, infra.

69 Todorova 2014, fig. 8 : 2, 7 ; P. Delev, N. Todorova, V. Petrova, Arheologičeski otkritiya i razkopki prez 2014, p. 190, fig. 2 ; Todorova 2016, fig. 10 : 7 ; 11 : 7.

70 Todorova 2014, fig. 10 : 10‑16.

71 Sitagroi I, pl. XCIV : 6 ; unité ZA 38 (couches supérieures indifférenciées assignees à la phase IIIc).

72 J. Deshayes, « Dikili Tash and the Origins of the Troadic Culture », Archaeology 25 (1972), p. 202, photo en bas à droite ; la provenance indiquée (carré A, niveau 17) correspond au niveau 16 du carré R24 de la publication finale (R. Treuil [n. 4], p. 14 et 27).

73 Tsirtsoni 2016b, p. 295‑296 et fig. 27 : a‑c (no inv. 2049‑005, 2050‑057, 2091‑009).

74 Voir par exemple les bols illustrés dans Sitagroi I, fig. 13.4 : 1‑4 ; 13.6 : 8‑9, et à Dikili Tash : D. Malamidou, « Les récipients en céramique : formes et décors du Bronze Ancien », dans R. Treuil (éd.), Dikili Tash, village préhistorique de Macédoine orientale, I. Fouilles de Jean Deshayes (1961‑1975), vol. 3 (à paraître), ainsi qu’une jatte de la fosse 6‑008/6‑029 du secteur 6 (no 6271‑006, non publiée).

75 V. Draganov, « Submerged Coastal Settlements from the Final Eneolithic and Early Bronze Age in the Sea around Sozopol and the Urdoviza Bay near Kiten », dans D. Bailey, I. Panayotov (éds), Prehistoric Bulgaria (1995), p. 238, fig. 9 : 16 ; id., « The Present State of Eneolithic Research in Northeastern Bulgaria and Thrace (the Area of the Krivodol-Gumelnita-Karanovo VI and Varna Cultures) », dans M. Stefanovich, H. Todorova, H. Hauptmann (éds), James Harvey Gaul - In Memoriam (1998), p. 209, fig. 3 : 11.

76 Voir pot biconique sans anses à Pietrele : S. Hansen et al. (n. 29), p. 357, fig. 18 : 5.

77 Leshtakov et al. 2016, p. 199, fig. 9 : 3, 5, 6, 7.

78 V. Draganov (n. 75, 1998), p. 209, fig. 3 : 8.

79 Leshtakov et al. 2016, p. 195, fig. 5 :1, 2.

80 H. Koukouli-Chrysanthaki, S. Papadopoulos, « The Island of Thasos from the Neolithic to the Early Bronze Age. Excavation Data and Absolute Dates », dans Tsirtsoni 2016a, p. 342, fig. 7, et p. 346, fig. 18a.

81 V. Draganov (n. 75, 1995), p. 237, fig. 7 : 6, 7, 9.

82 Todorova 2014, p. 287, fig. 12 : 1, 2, 5.

83 Todorova, Avramova 2016, p. 260, fig. 10 : 1‑2 (surtout le no 2 qui a la même transition douce au niveau de la jonction col‑paroi et le même départ d’anse).

84 Le plus célèbre étant le vase DT150 (secteur B2 ; Dikili Tash I.2, pl. 18 : 2, E : 1). J.‑P. Demoule utilise pour ce type de récipients le terme « bouteille » (ibid., p. 76). Un exemplaire quasi complet muni d’un petit goulot latéral (« biberon ») vient aussi du secteur V (no inv. 310 104/10/28) ; il est illustré dans Z. Tsirtsoni, « Η κεραµεική της Νεότερης Νεολιθικής περιόδου από τον γαλλικό τοµέα των πρόσφατων ανασκαφών (1986‑1996) στο Ντικιλί Τας (Φίλιπποι Ν. Καβάλας) », AEMTh 14 (2000), p. 54, pl. 10 : 6. Des exemples d’autres sites de Macédoine orientale sont énumérés dans D. Malamidou, La céramique à décor peint « noir sur rouge » du Néolithique Récent II en Grèce du Nord : production, distribution et utilisation, thèse de doctorat, université Paris I (2005), vol. II, fig. 107‑198. D. Malamidou les décrit comme des pots à deux anses.

85 D. Malamidou (n. 84), tabl. 5, p. 101 et 104, échantillon KRY 67 provenant d’un vase peint au graphite mais fabriqué avec une pâte très fine caractéristique des vases noir‑sur‑rouge de la basse vallée du Strymon.

86 C. Blegen et al., Troy 1: The First and Second Settlements (1950), vol. I, part II, fig. 129 : A39, A43, et fig. 378‑382 ; L. Bernabò Brea, Poliochni: città preistorica nell’isola di Lemnos 1 (1964), vol. I,2, pl. CXLIII ; G. Georgiev et al. (n. 1), fig. 189 ; I. Aslanis, Kastanas. Ausgrabungen in einem Siedlungshügel der Bronzeund Eisenzeit Makedoniens 1975‑1979: die frühbronzezeitlichen Funde und Befunde (1985), pl. 113 : 9 ; 126 : 7 ; M. Sharp-Joukowsky, Prehistoric Aphrodisias (1986), vol. I, p. 392 ; Sitagroi I, fig. 13.20, pl. XCIX :1‑18 ; S. Papadopoulos, V. Papalazarou, S. Tsoutsoubei-Lioliou, « Νέα δεδοµένα από τον οικισµό της Πρώιµης Εποχής Χαλκού της Σκάλας Σωτήρος Θάσου », AEMTh 21 (2007), p. 431, fig. 9 ; H. Koukouli-Chrysanthaki, S. Papadopoulos (n. 80), p. 355, fig. 33 : b.

87 Formes A.1.2 et A.2 de la typologie de J.‑P. Demoule. Voir Dikili Tash I.2, pl. 32 : 22072, 33 : 15196, 44 : 16368, 49 : 10591, IX : 7 (DT 146), et plusieurs exemplaires parmi le matériel du secteur V (non publiés). à ne pas confondre avec les jattes en S de plus grandes dimensions, combinant décor au graphite sur le bord et décor incisé avec peinture rouge après cuisson sur la paroi (e.g. Dikili Tash I.2, pl. IX : 3, 5), qui caractérisent les niveaux moyens et supérieurs. La description faite p. 72‑73, 91, et l’évolution donnée p. 223, tabl. 3.4c, mettent ensemble les deux catégories.

88 Dikili Tash I.2, pl. IX : 4 (no inv. DT85). Le dessin publié pl. 15 : 4, ne montre pas la totalité du décor.

89 Todorova 2014, p. 284, fig. 9 : 1, 4.

90 Leshtakov et al. 2016, p. 196, fig. 6 : 6.

91 Cette hypothèse vient de R. Douaud, notre collègue qui a réalisé les dessins des vases (supra, n. 17). Nous tenons à la remercier ici pour l’attention manifestée et tous les échanges autour de ce matériel.

92 P. Roman, S. Diamandi (n. 60) ; R. Gleser, M. Thomas (n. 61), p. 311‑323.

93 Sur les caractéristiques de cette dernière, voir I. Manzura, « Chernavoda Ι Culture », dans L. Nikolova (n. 37), p. 95‑174. Pour la période de Transition en général et la terminologie utilisée, voir Z. Tsirtsoni, dans Tsirtsoni 2016a (n. 3), p. 26‑29, et aussi M. Valentinova (n. 54), p. 111‑113 ; Todorova 2016, p. 175, n. 20 (avec références antérieures).

94 Supra, p. 11.

95 Nous remercions les responsables et techniciens des deux laboratoires, et tout particulièrement Ch. Oberlin, directrice du Laboratoire de Lyon, qui a su, comme d’habitude, accompagner nos questionnements archéologiques avant, pendant et après la réalisation de ces datations. L’opération a bénéficié des conditions privilégiées d’accès au dispositif Artémis, dans le cadre d’une convention signée par le CNRS.

96 Soit avec un taux de probabilités de 95,4 %. Cette fourchette statistique est la plus large pratiquée en calibration : elle donne des résultats plus sûrs mais moins précis que celle dite à 1 sigma (68,2 %). Toutes les dates 14C discutées ici sont à 2 sigmas.

97 Supra, p. 5‑7.

98 Tsirtsoni 2016a.

99 Y. Maniatis et al. (n. 10).

100 D’après nos collègues de Lyon, l’un des deux os fournis en 2013 (celui qui a donné la date la plus jeune) était relativement pauvre en collagène, mais pas au point d’être rejeté.

101 Opération pilotée par T. Valamoti, professeure à l’université de Thessalonique et responsable pour l’acquisition et l’étude des restes botaniques à Dikili Tash. C’est elle‑même qui a passé « au peigne fin » le contenu des deux fosses et nous a suggéré les échantillons finalement retenus. Qu’elle trouve ici nos sincères remerciements.

102 Supra, p. 20‑21.

103 Le choix du laboratoire a été fait en concertation avec nos collègues de Lyon. Nous remercions les responsables et techniciens de Groningen pour le soin et la rapidité de réalisation de ces datations.

104 Date DEM‑553 : Darcque et al. (n. 7, 2011), p. 198, fig. 13 ; Y. Maniatis et al. (n. 10), p. 45, fig. 3.

105 Z. Tsirtsoni (n. 3, 2016), p. 14‑15, 35‑37.

106 Supra, p. 4.

107 Supra, n. 12.

108 Voir les résultats des recherches et datations récentes à Orlitsa et Varhari : Y. Boyadzhiev, K. Boyadzhiev, dans Tsirtsoni 2016a, respectivement p. 209‑229 et p. 231‑248.

109 Supra, n. 4.

110 Supra, n. 80.

111 Voir Z. Tsirtsoni, « Formation or Transformation? The 4th Millennium BC in the Aegean and the Balkans », dans B. Horejs, M. Mehofer (n. 2), p. 275‑304.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Dikili Tash et les sites mentionnés dans le texte.
Crédits Archives EFA.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/372/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 313k
Titre Fig. 2 – Plan du tell montrant l’emplacement des différentes opérations archéologiques
Crédits Fond de plan, Et. Richard ; levé, L. Fadin, S. Budin, Al. Masalski, S. Laqbayli, K. Guadagnini ; calage et environnement graphique, Fr. Bourguignon, Nova Cella).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/372/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 562k
Titre Fig. 3 – Plan schématique de la situation générale des vestiges dans le secteur 6 (état fin 2013).
Crédits Archives EFA.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/372/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Titre Fig. 4 – Le sol 6‑109 à la fin de la campagne de 2012, vers le Nord.
Crédits Cl. P. Darcque.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/372/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 732k
Titre Fig. 5 – Couche de débris dans la partie Nord‑Ouest du secteur 6, vers l’Est ; état 2013.
Crédits Cl. P. Darcque.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/372/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Titre Fig. 6 – Apparition des fosses 6‑131 (premier plan) et 6‑128 (second plan), vers le Sud.
Crédits Cl. P. Darcque.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/372/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 762k
Titre Fig. 7 – Vue des fosses 6‑128 et 6‑131 au début de leur fouille, vers l’Est.
Crédits Cl. P. Darcque.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/372/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 718k
Titre Fig. 8 – Vue de détail des parois et du fond de la fosse 6‑128, vers l’Est.
Crédits Cl. P. Darcque.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/372/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 892k
Titre Fig. 9 – Vue de la fosse 6‑131, vers le Sud.
Crédits Cl. P. Darcque.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/372/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 859k
Titre Fig. 10 – Vue d’ensemble des vestiges du niveau du Néolithique/Chalcolithique Final, vers l’Est. Les vestiges sans numéro appartiennent à d’autres niveaux.
Crédits Cl. P. Darcque.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/372/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 869k
Titre Fig. 11 – Les vestiges du niveau du Néolithique/Chalcolithique Final.
Crédits Relevé Nova Cella, S. Monnet ; mise au net R. Douaud-P. Darcque.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/372/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 557k
Titre Fig. 12 – Graphiques de répartition des fragments de vases selon les US.
Légende a. askos 6613‑003 ; b. jarre 6613‑017.
Crédits Archives EFA.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/372/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Titre Fig. 13 – Vases du niveau du Néolithique/Chalcolithique Final.
Légende a. askos 6613‑003 ; b. jarre 6613‑017 ; c. pot biconique à col 6586‑002 ; d. jatte à décor en relief 6550‑001 (éch. 1⁄4).
Crédits Archives EFA.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/372/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Fig. 14 – Vases du niveau du Néolithique/Chalcolithique Final.
Légende a. bol sinueux avec décor imprimé et incisé 602265‑022 ; b. bord avec décor cannelé, imprimé et graphite 6614‑003 ; c‑e. parois de vases avec cordons en faible relief, à décor peint au graphite (ou peinture blanche) et ocre rouge 6355‑005, 6373‑009 et 6562‑003 ; f. tasse peinte au graphite 6613‑001 ; g‑h. écuelles en S au décor au graphite 6576‑002 et 6629‑009 (éch. 1⁄3).
Crédits Archives EFA.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/372/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 597k
Titre Fig. 15 – L’askos 6613‑003. (éch. 1⁄4).
Crédits Archives EFA.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/372/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 679k
Titre Fig. 16 – Jarres globulaires/biconiques à col.
Légende a. 6629‑002 ; b. 6613‑017 ; c. 6610‑008 ; d. 6610‑004 ; e. 6629‑032 (éch. 1⁄6).
Crédits Archives EFA.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/372/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 218k
Titre Fig. 17 – Pots biconiques à col à anse(s) verticale(s).
Légende a. 6586‑002 ; b. 6613‑018 (éch. 1⁄4).
Crédits Archives EFA.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/372/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Titre Fig. 18 – Jarres globulaires/ovoïdes à ouverture large.
Légende a. 6629‑030 ; b. 6576‑004 ; c. 602265‑023 ; d. 6072‑004 ; e. 6528‑003 ; f. 6583‑004 (éch. 1⁄6).
Crédits Archives EFA.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/372/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Fig. 19 – a. Jatte globula0 ire à anses verticales et décor en relief 6550‑001 ; b‑d. Bols sinueux sans décor : 602265‑027 ; 6070‑004 ; d. 6074‑005 (éch. 1⁄4).
Crédits Archives EFA.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/372/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Titre Fig. 20 – Bols/jattes à profil sinueux avec décor imprimé et incisé.
Légende a. 602265‑022 ; b. 6017‑001 ; c. 6034‑002 ; d. 6224‑012 ; e. 6324‑001 ; f. 6587‑002 ; g. 6614‑003 ; h. 6607‑004 ; i. 6610‑007 ; éch. 1⁄4.
Crédits Archives EFA.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/372/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 314k
Titre Fig. 21 – a. Bol à anses à décor incisé et ocre rouge 6076‑004 ; b‑e. Vases avec cordons en faible relief, à décor peint au graphite (ou blanc) et ocre rouge : 6355‑005 ; 6562‑003 ; 6373‑009 ; 6429‑002 ; f. fr. avec décor incisé, peint au graphite et ocre rouge 6446‑004 (éch. 1⁄4).
Crédits Archives EFA.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/372/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 203k
Titre Fig. 22 – Récipients à ouverture restreinte avec décor peint au graphite.
Légende a. Petit bol globulaire 6371‑001 ; b. tasse sinueuse 6629‑029 ; c. tasse à anses surélevées 6613‑001 (éch. 1⁄4).
Crédits Archives EFA.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/372/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Titre Fig. 23 – Écuelles/bols en S avec décor peint au graphite.
Légende a. 602263‑007 ; b. 602263‑014 ; c. 602320‑003 ; d. 6562‑004 (éch. 1⁄4).
Crédits Archives EFA.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/372/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Fig. 24 – Écuelles/bols en S avec décor peint au graphite.
Légende a. 6574‑006 ; b. 6576‑002 ; c. 6576‑003 ; d. 6629‑009 ; e. 6429‑004 ; éch. 1⁄4 .
Crédits Archives EFA.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/372/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 397k
Titre Fig. 25 – Diagrammes modélisés des dates 14C du niveau du Néolithique/Chalcolithique Final selon différentes hypothèses.
Légende a. simplement rangées dans une même phase ; b. avec trois épisodes, version 1 (graines de la fosse 6‑128 rangées ensemble) ; c. avec les graines de la fosse 6‑128 combinées ; d. avec trois épisodes, version 2 (graines de la fosse 6‑128 rangées dans deux épisodes distincts).
Crédits Archives EFA.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/372/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Zoï Tsirtsoni et Dimitra Malamidou, « Une nouvelle phase d’occupation à Dikili Tash »Bulletin de correspondance hellénique, 139-140.2 | 2016, 487-541.

Référence électronique

Zoï Tsirtsoni et Dimitra Malamidou, « Une nouvelle phase d’occupation à Dikili Tash »Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 139-140.2 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 14 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/bch/372 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bch.372

Haut de page

Auteurs

Zoï Tsirtsoni

CNRS, UMR 7041 ArScAn, Nanterre.

Dimitra Malamidou

Ministère grec de la Culture, éphorie des Antiquités de Serrès.

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals