Navigation – Plan du site

AccueilNuméros139-140.2DossiersTrouvailles monétaires à l’« édif...

Dossiers

Trouvailles monétaires à l’« édifice E » de l’Asklépieion d’Épidaure

Précieux témoignages pour l’étude d’un important lieu de culte
Ariane Klonizaki
p. 553-564

Résumés

« L’édifice E », le « sanctuaire ancien », comme l’a appelé le premier fouilleur, P. Kavvadias, est un édifice‑clef pour la compréhension du culte ancien d’Asclépios. Au cours de la fouille menée par la Commission de restauration des monuments d’Épidaure, durant les années 2001‑2003, fut découvert un petit lot de monnaies intéressantes. Dans leur majorité, il s’agit de monnaies d’argent ; celles de l’Édifice E se situent entre la fin du vie s. et le iie s. av. J.‑C. Elles s’accordent avec les résultats livrés jusqu’à ce jour par la fouille et notamment avec les principales phases de construction de l’édifice, qui correspondent elles‑mêmes aux grandes périodes de construction dans le sanctuaire. Elles proviennent d’ateliers péloponnésiens et attestent de l’origine variée des pèlerins. La plupart d’entre elles ont été retrouvées avec d’autres offrandes cultuelles. Malgré les difficultés inhérentes à l’étude des trouvailles provenant de l’Édifice E, en raison des fréquentes reconstructions et des changements d’affectation de l’édifice, l’étude de ces monnaies contribue à notre compréhension de l’évolution du culte à l’Asclépieion d’Épidaure.

Haut de page

Notes de l’auteur

Je dois de vifs remerciements à la Commission de restauration des monuments d’Épidaure et à son président le professeur V. Lambrinoudakis, qui m’a autorisée à étudier et publier le matériel et n’a pas manqué de m’instruire de ses pertinentes suggestions, à la ive éphorie des Antiquités, à l’architecte Y. Anastasiadou, au numismate O. Zervos, à notre confrère A. Andreou, à la restauratrice des Antiquités N. Anastasatou et au dessinateur Th. Gounari.

Texte intégral

  • 1 P. Kavvadias, Το ιερόν του Ασκληπιού εν Επιδαύρωι και η θεραπεία των ασθενών (1900), p. 128.

1L’« édifice E », comme l’a appelé le premier fouilleur, P. Kavvadias1, est un édifice essentiel pour la compréhension des débuts du culte d’Asclépios. C’est là que se concentre la recherche actuelle, axée sur ce qui peut éclairer le lien qui associe Apollon à Asclépios. Avec la reprise de la fouille en 2001‑2003 par la Commission de restauration des monuments d’Épidaure (ESME) a été découvert un ensemble de monnaies, restreint certes, mais important, que nous présentons ici.

2Il s’agit surtout de monnaies d’argent qui s’échelonnent du vie s. au iie s. av. J.‑C. Elles correspondent aux différentes phases de construction révélées au cours des fouilles systématiques de l’édifice, qui s’accordent par ailleurs aux grandes périodes édilitaires du sanctuaire. L’essentiel provient d’ateliers péloponnésiens et révèle les liens qui unissent le sanctuaire aux cités avec lesquelles il était politiquement relié tout au long de son histoire et desquelles proviennent aussi les pèlerins.

L’édifice E et l’histoire de sa découverte

  • 2 Sur l’Asclépiéion d’Épidaure, voir V. Lambrinoudakis, S. Katakis, « Επίδαυρος. Η πόλις και το ιερό (...)
  • 3 R. Martin, H. Metzger, « Édifice E », BCH 66‑67 (1942‑1943), p. 332‑334.
  • 4 P. Kavvadias (n. 1), p. 128‑131. Voir aussi « Ἀνασκαφαὶ ἐν Ἐπιδαύρῳ », ΑΔ 1891, p. 85. Sur l’inter (...)
  • 5 La fouille a été conduite sous la direction du professeur V. Lambrinoudakis et sous la supervision (...)
  • 6 V. Lambrinoudakis, « Grenzen im Asklepioskult », dans M. Guggisberg (éd.), Grenzen in ritual und k (...)

3L’édifice E, situé face à l’autel d’Asclépios dans l’Asclépiéion d’Épidaure2, a été dégagé par la Société archéologique entre 1884 et 1904. Un premier relevé figure sur le plus ancien plan topographique de l’Asclépiéion dans les Praktika de 1884 (fig. 1). Après la dépose des édifices tardifs qui le recouvraient, son plan est révélé par le fouilleur en 1905. Des fouilles complémentaires y ont aussi été effectuées en 1942 par Martin et Metzger de l’École française d’Athènes3. Kavvadias proposa d’y voir l’habitation des prêtres ou un bâtiment réservé aux pèlerins. Il fut le premier à évoquer l’autel de cendres à cause du mobilier archéologique4. Entre 2001 et 2003, l’intervention de la Commission de restauration des monuments d’Épidaure s’est étendue pratiquement à toute la surface5. La recherche se poursuit sous la conduite du professeur V. Lambrinoudakis et les premiers résultats sont publiés6.

Fig. 1 – Relevé topographique de l’Asclépiéion d’Épidaure.

Fig. 1 – Relevé topographique de l’Asclépiéion d’Épidaure.

P. Kavviadas, « Περί των εν Επιδαυρία ανασκαφών », ΠΑΕ 1884, Fig. 1.

4L’édifice quasiment quadrangulaire (de 24 m de côté) est délimité par quatre portiques qui entourent une cour centrale dans laquelle est intégrée une petite aire carrée, dallée, avec une entrée à l’ouest, de 2,95 m sur 2,20 m. La différence de niveau entre les deux zones de la cour centrale varie de 0,5 à 1 m ; elles sont séparées par un mur d’analemma en Z. L’édifice est construit en assises isodomes de blocs de poros à joints vifs, recouverts d’enduit. Si certains éléments en calcaire sont assez bien conservés, les poros sont fortement érodés.

  • 7 V. Lambrinoudakis, « Conservation and Research: New Evidence on a Long‑Living Cult. The Sanctuary (...)

5On peut résumer ainsi les données livrées par la fouille de l’édifice7 : à la première phase est attribué le sékos quadrangulaire dégagé dans l’angle Nord‑Ouest, qui constitue l’édifice primitif. Au début du ve s. av. J.‑C., sont construits un portique en gamma sur les côtés Nord et Est et la cour centrale. Vers la fin du ve s. ou au début du ive s., un dallage est installé dans le sékos ; à la même époque, celle de la grande activité édilitaire dans le sanctuaire, on ajoute le portique Sud, à deux étages semble‑t‑il, et la cour carrée est fermée du côté Ouest où est aménagé un petit porche. À la fin de l’époque hellénistique ou au début de l’Empire, les portiques Nord et Est de la cour sont refaits. L’aile occidentale de l’édifice est totalement réaménagée, notamment du côté du porche.

  • 8 Les deux monnaies non identifiées (nos 5 et 7) ne sont pas reproduites.

6Au cours des fouilles de 2001‑2003 ont été retrouvées 16 monnaies, 9 en argent et 7 en bronze, dont deux ne peuvent être identifiées8. L’emplacement exact de leur découverte est signalé sur le plan (fig. 2).

Fig. 2 – Asclépiéion d’Épidaure, édifice E.

Fig. 2 – Asclépiéion d’Épidaure, édifice E.

État actuel, relevé ESME, Y. Anastasiadou, 2003.

Inventaire des monnaies

Monnaies d’argent

A/A 1 (inv. ESME 79/2001). Zone A, à l’extérieur de l’édifice et du mur d’enceinte en poros du portique Est. Sondage : E5, prof. : 326.536.
Triobole de la Confédération achéenne : Antigoneia (Mantinée).
Dr. : tête de Zeus couronné à dr.
Rv. : monogramme ΑΧ ; dans le champ les lettres A‑N.
1,32 cm ; 2,2 g.
BMC Peloponnesus, p. 9, nos 100‑101, 104‑105 ; BCD Peloponnesos, nos 1491‑1492 ; M. G. Clerk, Catalogue of the Coins of the Achaean League (1895), p. 12‑13, nos 192‑203 (188‑180 av. J.‑C.).
A/A 2 (inv. ESME 98/2001). Sondage E8. Portique Nord (immédiatement au Nord du naïskos), dans une couche de pierres, prof. : 326.606.
Non identifiée (au dr. : tête d’Hermès ?) : veive s. av. J.C.
0,93 cm ; 0,7 g.
A/A 4 (inv. ESME 109/2001). Cour, sondage E14, prof. : 326.746.
Égine, statère.
Dr. : tortue marine.
Rv. : carré creux en forme d’« Union Jack ».
2,24 cm ; 12,5 g.
BMC Attica, Megaris, Aegina, p. 126, nos 1‑9 ; Kraay 1976, p. 43, pl. 6, no 114 (550 av. J.‑C.) ; SNG München, pl. 19, nos 523‑525 (550‑500 av. J.‑C.).
A/A 9 (inv. ESME 140/2001). Cour, couche de pierres, sondage E14 (partie occidentale), prof. : 326.53.
Tanagra, obole en argent.
Dr. : bouclier.
Rv. : protomé de cheval à dr. ; dans le champ supérieur, de part et d’autre T‑A ; en bas : grappe.
0,8 g.
BMC Central Greece, p. 63, no 45 ; BCD Boeotia, no 297 (première moitié du ive s. av. J.‑C.).
A/A 10 (inv. ESME 195/2002). Porche de l’édifice E, sondage E, prof. : 326.23.
Cléones, obole d’argent.
Dr. : tête d’Héraklès coiffé de la léontè à g.
Rv. : K accroché à un lourd tenon à g. dans carré creux.
0,92 cm ; 1 g.
BMC Peloponnesus, p. 154, nos 1‑5 ; BCD Peloponnesos, nos 1314‑1318,1 (460‑420 av. J.‑C.).
A/A 11 (Inv. ESME 197/2002). Porche de l’édifice E, sondage E.
Égine, obole d’argent.
Dr. : tortue de mer.
Rv. : carré creux avec barre oblique dans le quartier inférieur droit.
1,09 cm ; 0,9 g.
BMC Attica, Megaris, Aegina, p. 135, no 123 ; SNG München, pl. 20, nos 552‑555 ; Kraay 1976, p. 43, pl. 6, nos 117, 123 (480‑456 av. J.‑C.).
A/A 12 (Inv. ESME 198/2002). Porche de l’édifice E, tranchée E.
Égine, obole d’argent.
Dr. : tortue de terre.
Rv. : carré creux comme le précédent.
1,04 cm ; 0,9 g.
BMC Attica, Megaris, Aegina, p. 139, no 177 ; Kraay 1976, p. 43, pl. 6, no 127 (456‑431 av. J.‑ C.).
A/A 13 (Inv. ESME 202/2002). Proche de l’édifice E, tranchée E.
Cléones, obole d’argent.
Dr. : tête d’Héraklès à g. (peu visible).
Rv. : carré creux, au centre duquel K.
1,01 cm ; 1,1 g.
BCD Peloponnesοs, p. 312‑313, nos 1315‑1318 (fin ve s. av. J.‑C.).
A/A14 (Inv. ESME 203/2002). Porche de l’édifice E, tranchée E.
Égine, obole d’argent.
Dr. : tortue de mer.
Rv. : carré creux avec barre oblique.
0,99 cm ; 1,1 g.
Kraay 1976, p. 43, pl. 6, no 117 (480‑456 av. J.‑C.) ; SNG München, pl. 20, no 552.

Monnaies de bronze

A/A 3 (Inv. ESME 105/2001). Sondage E12, prof. : 326.796.
Hermioné.
Dr. : tête de Déméter couronnée vers la g.
Rv. : torche et, de part et d’autre, Ε‑Ρ dans une couronne d’épis.
1,49 cm ; 2 g.
BMC Peloponnesus, p. 160, no 8 ; BCD Peloponnesos, no 1295 ; C. Grandjean, « Le monnayage d’argent et de bronze d’Hermioné, Argolide », RN 32.6 (1990), pl. XI, nos 123‑132 (360‑310 av. J.‑C.).
A/A5 (Inv. ESME 110/2001). Sondage E14, prof. : 326.866.
Non identifiée.
1,290 cm ; 0,26 g.
A/A 6 (Inv. ESME 113/2001). Sondage E14, prof. : 326.866.
Sicyone.
Dr. : colombe en vol à g.
Rv. : ΕΥ dans couronne de laurier.
1,825 cm ; 3,7 g.
BMC Peloponnesus, p. 48, no 149 ; J. A. Warren, « The Autonomous Bronze Coinage of Sicyon. Part 1 », NC 143 (1983), Group 5, no 4a (pl. 7, no 4a) ; ead., « Updating (and Downdating) the Autonomous Bronze Coinage of Sikyon », dans R. Ashton, S. Hurter (éds), Studies in Greek Numismatics in Memory of Martin Jessop Price (1998), p. 350‑352 (330‑290 av. J.‑C.).
A/A 7 (Inv. ESME 124/2001). Sondage E22, prof. : 326.2.
Non identifiée.
1,170 cm ; 0,6 g.
A/A 8 (Inv. ESME 138/2001). Sondage E22, prof. : 326.2.
Corinthe.
Dr. : Pégase volant vers la g., koppa non visible.
Rv. : trident et symboles non visibles.
1,34 cm ; 1,7 g.
BMC Corinth, p. 53, nos 423‑426 ; BCD Κorinth, nos 217‑286 (400‑287 av. J.‑C.) ; M. J. Price, Greek Bronze Coinage c. 450‑150 B.C. Its Introduction, Circulation and Value, with Particular Reference to the Series of Corinth, PhD Diss., Cambridge University (1967), Groups I‑VII.

Fig. 3.1 – ΕΣΜΕ 79/2001.

Fig. 3.1 – ΕΣΜΕ 79/2001.

Fig. 3.2 – ΕΣΜΕ 98/2001.

Fig. 3.2 – ΕΣΜΕ 98/2001.

Fig. 3.3 – ΕΣΜΕ 105/2001.

Fig. 3.3 – ΕΣΜΕ 105/2001.

Fig. 3.4 – ΕΣΜΕ 109/2001.

Fig. 3.4 – ΕΣΜΕ 109/2001.

Fig. 3.6 – ΕΣΜΕ 113/2001.

Fig. 3.6 – ΕΣΜΕ 113/2001.

Fig. 3.8 – ΕΣΜΕ 138/2001.

Fig. 3.8 – ΕΣΜΕ 138/2001.

Fig. 3.9 – ΕΣΜΕ 140/2001.

Fig. 3.9 – ΕΣΜΕ 140/2001.

Fig. 3.10 – ΕΣΜΕ 195/2002.

Fig. 3.10 – ΕΣΜΕ 195/2002.

Fig. 3.11 – ΕΣΜΕ 197/2002.

Fig. 3.11 – ΕΣΜΕ 197/2002.

Fig. 3.12 – ΕΣΜΕ 198/2002.

Fig. 3.12 – ΕΣΜΕ 198/2002.

Fig. 3.13 – ΕΣΜΕ 202/2002.

Fig. 3.13 – ΕΣΜΕ 202/2002.

Fig. 3.14 – ΕΣΜΕ 203/2002.

Fig. 3.14 – ΕΣΜΕ 203/2002.

Commentaires

Mise en perspective historique

  • 9 V. Lambroudakis, Κρατική λατρεία και ιστορία της Πόλεως Επιδαύρου (1979), p. 62.
  • 10 V. Lambroudakis, Κρατική λατρεία και ιστορία της Πόλεως Επιδαύρου (1979), p. 64.

7Les monnaies retrouvées en fouille sont pour l’essentiel des émissions de cités du Péloponnèse, de métrologie éginétique. À l’époque archaïque, les liens d’Épidaure avec Athènes, les îles et la Béotie sont bien attestés9. De manière générale, dès le début de la période historique, d’intenses échanges s’opéraient entre l’Attique et le Nord‑Est de la péninsule péloponnésienne autour d’Épidaure, avec Égine, colonie d’Épidaure, avec la côte orientale du Péloponnèse (Astros et Léonidio/Prasiai), avec les côtes béotiennes autour de Chalcis et des îles. Il n’est pas fortuit que les membres de la première Amphictionie, dans la première moitié du viie s. av. J.‑C., centrée autour du sanctuaire de Poséidon à Calaurie, se trouvaient être Trézène, Épidaure, Égine, Hermioné, Nauplie, Athènes, Prasiai et Orchomène de Béotie10. À la fin du viie s. Épidaure se rapprocha de la puissante Corinthe et toutes deux entrèrent, vers le milieu du vie s., dans l’alliance de Sparte et demeurèrent longtemps de fidèles alliés des Lacédémoniens.

  • 11 V. Lambroudakis, Κρατική λατρεία και ιστορία της Πόλεως Επιδαύρου (1979), p. 74.
  • 12 Dans le monde anatolien la réputation de l’Asclépiéion dut beaucoup, sans aucun doute, à l’action (...)
  • 13 Strabon, Géographie, VIII 6, 15. Sur le sanctuaire à l’époque romaine, voir S. Katakis (n. 4), p.  (...)

8Le ive s. est l’époque d’apogée du sanctuaire. Avec l’effondrement de la puissance athénienne, au début du ive s., les antiques alliances d’Épidaure, conclues aux vie et ve s.11, furent malmenées, en premier celle qui la liait à Corinthe lorsque cette dernière se retira de la Ligue péloponnésienne à laquelle Épidaure fut toujours fidèle. Finalement, après 338, Épidaure dut accepter l’hégémonie macédonienne. Il vaut toutefois la peine de souligner que le développement du culte y coïncide avec l’effondrement au ive s. des schémas politiques traditionnels. On se doit de souligner qu’Alexandre le Grand était, en effet, un fervent d’Asclépios qu’il honorait d’offrandes et de fêtes12. Au cours des iiie et iie s., la foule de pèlerins ne décroît pas à Épidaure, contrairement au ier s. av. J.‑C., qui correspond à une période de déclin. Strabon rapporte qu’à son époque le sanctuaire était encore rempli de fervents adorateurs du dieu13.

Chronologie, provenance et nature des trouvailles monétaires

  • 14 Voir V. Lambrinoudakis (n. 7), p. 216.

9Les trouvailles monétaires de l’édifice E s’échelonnent du vie au iie s. av. J.‑C. et révèlent donc que cet édifice était une structure essentielle du sanctuaire, au cœur même de l’aire sacrée, qui resta en usage tout au long de la période d’apogée du sanctuaire. Comme les autres trouvailles mobilières, les monnaies ici étudiées peuvent être reliées à l’histoire du culte14 à cet endroit, dès cette époque.

  • 15 E. L. Edelstein (n. 12), p. 238.

10Les monnaies découvertes à l’édifice E proviennent dans leur grande majorité d’ateliers péloponnésiens (Corinthe, Hermioné, Cléones, Sicyone, Mantinée), mais aussi d’Égine et de Tanagra (une pièce). Les monnaies d’Égine sont particulièrement nombreuses, du vie au ive s. Elles furent utilisées par les Épidauriens jusqu’à ce qu’ils frappent eux‑mêmes monnaie au ive s. av. J.‑C. Sicyone y est représentée par un exemplaire (cat. no 6), alors même que des artisans sicyoniens travaillèrent à la tholos et que Pausanias souligne l’étroitesse des liens entre Sicyone et Épidaure15. Les villes qui ont fourni des monnaies sont aussi celles qui entretinrent des relations amicales avec Épidaure et où le culte d’Asclépios était en vogue. On relèvera qu’Argos ne figure pas dans la liste. L’absence de monnaies postérieures à la seconde moitié du ive s. implique un changement de destination de l’édifice ou d’accès à la zone cultuelle, contemporain de l’installation et de la mise en service d’autres autels dans l’Asclépiéion qui s’est alors considérablement agrandi.

  • 16 À comparer avec l’autel d’Apollon Lycien en Arcadie, K. Kourouniotis, « Βωµό του Λυκείου Απόλλωνος (...)
  • 17 Il est intéressant de relever que deux images différentes nous sont renvoyées, l’une provenant de (...)

11Le fait que 9 des 16 monnaies retrouvées sont en argent oblige à les voir avant tout comme des offrandes faites par les pèlerins de passage, dans la région de l’autel de cendres repéré par P. Kavvadias16 et des structures qui lui sont associées, dont une couche de pierres largement étendue (fig. 4‑5). La nature des autres trouvailles le confirme : céramique, petits vases miniatures, petits objets en métal, quelques bijoux, notamment. La dispersion des monnaies à la surface de l’édifice (fig. 2) et leur concentration autour du porche et du sékos carré, ainsi que dans les niveaux supérieurs de la couche de pierres17, permettent de localiser le centre du culte au sein même de l’édifice qui devait en constituer le foyer le plus ancien. La raréfaction des trouvailles monétaires après le ive s. doit être mise en relation avec la construction de l’autel qui fait face au temple de cette époque, lui‑même élément d’un programme plus vaste. C’est à cet autel que les pèlerins déposèrent désormais leurs offrandes, même si quelques‑uns, peu nombreux, continuèrent de vénérer le « vieux sanctuaire ».

Fig. 4 – L’édifice E en 1905. Vue depuis le Nord‑Est.

Fig. 4 – L’édifice E en 1905. Vue depuis le Nord‑Est.

P. Kavviadas, ΠΑΕ 1905, pl. Γ‑Δ.

Fig. 5 – L’édifice E après la fouille des années 2001‑2003.

Fig. 5 – L’édifice E après la fouille des années 2001‑2003.

Vue depuis le Nord‑Est.

Archives ΕΣΜΕ, cl. A. Klonizaki.

  • 18 Les difficultés d’analyse de l’édifice consécutives à de multiples interventions étaient déjà soul (...)
  • 19 À l’exception de la couche de pierres, de laquelle provient un grand nombre de monnaies de l’ensem (...)
  • 20 Cette monnaie a été trouvée dans un secteur de la tranchée de fondation du mur d’analemma en Z, qu (...)
  • 21 N. Faraklas (n. 4), plan 30. Il s’agit d’un aménagement tangent aux murs extérieurs de l’édifice, (...)

12Dans un édifice aussi compact que l’édifice E, qui s’est développé par phases et au sein duquel fut remployé du matériel de phases plus anciennes ou provenant d’autres parties du sanctuaire où elles n’étaient plus en usage18, des témoins monétaires recueillis au cours d’une fouille systématique constituent un outil d’analyse majeur, d’autant plus précieux que la stratigraphie de l’édifice a été gravement perturbée19, tant par les remodelages architecturaux permanents dans l’Antiquité qu’au cours d’interventions contemporaines. Elles fournissent d’intéressants points de repère, notamment en terme de termini post quos, pour la datation de la durée d’utilisation de la couche de pierres (nos 2, 3, 4, 5, 6, 9) du vie s. jusqu’à la première moitié du ive s. (no 9)20 ; et la datation de la réfection du portique oriental et du motif alterné de pierres et de remplissage de pierres qui entoure l’édifice21 (no 1) au iie s. av. J.‑C.

Haut de page

Bibliographie

Kraay  976 = C. M. Kraay, Archaic and Classical Greek Coins (1976).

Haut de page

Notes

1 P. Kavvadias, Το ιερόν του Ασκληπιού εν Επιδαύρωι και η θεραπεία των ασθενών (1900), p. 128.

2 Sur l’Asclépiéion d’Épidaure, voir V. Lambrinoudakis, S. Katakis, « Επίδαυρος. Η πόλις και το ιερό του Ασκληπιού », dans A. Vlachopoulos, Αρχαιολογία Πελοπόννησος (2012), p. 197‑207.

3 R. Martin, H. Metzger, « Édifice E », BCH 66‑67 (1942‑1943), p. 332‑334.

4 P. Kavvadias (n. 1), p. 128‑131. Voir aussi « Ἀνασκαφαὶ ἐν Ἐπιδαύρῳ », ΑΔ 1891, p. 85. Sur l’interprétation ancienne de l’édifice E, voir P. Kavvadias, Fouilles d’Épidaure, I (1891), p. 9 ; A. Defrasse, H. Lechat, Épidaure. Restauration et description des principaux monuments du sanctuaire d’Asclépios (1895) ; F. Robert, Épidaure (1935), p. 380‑393 ; id., « L’édifice E d’Épidaure et la topographie du hiéron d’Asclépios », BCH 57 (1933), p. 380‑393 (fig. 1‑4) ; A. Burford, The Greek Temple Builders at Epidauros (1969), p. 48‑51 ; N. Faraklas, Επιδαυρία (1972), p. 36‑38 ; D. W. Rupp, Greek Altars (1975), p. 136‑138 ; R. A. Tomlinson, Epidauros (1983), p. 73‑75. Sur les sculptures trouvées dans et près de l’édifice E et leur interprétation, voir S. Katakis, Επίδαυρος. Τα γλυπτά των ρωµαϊκών χρόνων από το Ιερό του Απόλλωνος Μαλεάτα και Ασκληπιού (2002).

5 La fouille a été conduite sous la direction du professeur V. Lambrinoudakis et sous la supervision de l’auteur, du printemps 2001 à l’automne 2003.

6 V. Lambrinoudakis, « Grenzen im Asklepioskult », dans M. Guggisberg (éd.), Grenzen in ritual und kult der Antike Internationales Kolloquium, Basel 2009 (2013), p. 93‑112.

7 V. Lambrinoudakis, « Conservation and Research: New Evidence on a Long‑Living Cult. The Sanctuary of Apollo Maleatas and Asklepios at Epidauros », dans M. Stamatopoulou, M. Geroulanou (éds), Excavating Classical Culture. Recent Archaeological Discoveries in Greece (2002), p. 216‑219.

8 Les deux monnaies non identifiées (nos 5 et 7) ne sont pas reproduites.

9 V. Lambroudakis, Κρατική λατρεία και ιστορία της Πόλεως Επιδαύρου (1979), p. 62.

10 V. Lambroudakis, Κρατική λατρεία και ιστορία της Πόλεως Επιδαύρου (1979), p. 64.

11 V. Lambroudakis, Κρατική λατρεία και ιστορία της Πόλεως Επιδαύρου (1979), p. 74.

12 Dans le monde anatolien la réputation de l’Asclépiéion dut beaucoup, sans aucun doute, à l’action d’Alexandre, voir E. L. Edelstein, Asclepius. A Collection and Interpretation of the Testimonies, II (1945), p. 251‑ 252.

13 Strabon, Géographie, VIII 6, 15. Sur le sanctuaire à l’époque romaine, voir S. Katakis (n. 4), p. 323‑328 ; M. Melfi, I santuari di Asclepio in Grecia, I (2007) p. 67‑147.

14 Voir V. Lambrinoudakis (n. 7), p. 216.

15 E. L. Edelstein (n. 12), p. 238.

16 À comparer avec l’autel d’Apollon Lycien en Arcadie, K. Kourouniotis, « Βωµό του Λυκείου Απόλλωνος », ΑΕ (1904), p. 163‑168, pl. 7.

17 Il est intéressant de relever que deux images différentes nous sont renvoyées, l’une provenant de la couche de pierres, la seconde de la région du Porche, qu’il sera utile d’approfondir dans une prochaine étude.

18 Les difficultés d’analyse de l’édifice consécutives à de multiples interventions étaient déjà soulignées par P. Kavvadias.

19 À l’exception de la couche de pierres, de laquelle provient un grand nombre de monnaies de l’ensemble étudié (nos 2, 4, 5, 6, 9).

20 Cette monnaie a été trouvée dans un secteur de la tranchée de fondation du mur d’analemma en Z, qui fut ouverte dans la couche de pierres existante.

21 N. Faraklas (n. 4), plan 30. Il s’agit d’un aménagement tangent aux murs extérieurs de l’édifice, sur les côtés Nord, Est et Sud, et constitué de plaques entre lesquelles sont insérées de petites pierres.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Relevé topographique de l’Asclépiéion d’Épidaure.
Crédits P. Kavviadas, « Περί των εν Επιδαυρία ανασκαφών », ΠΑΕ 1884, Fig. 1.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/375/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 735k
Titre Fig. 2 – Asclépiéion d’Épidaure, édifice E.
Crédits État actuel, relevé ESME, Y. Anastasiadou, 2003.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/375/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 843k
Titre Fig. 3.1 – ΕΣΜΕ 79/2001.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/375/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Titre Fig. 3.2 – ΕΣΜΕ 98/2001.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/375/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 3.3 – ΕΣΜΕ 105/2001.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/375/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Titre Fig. 3.4 – ΕΣΜΕ 109/2001.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/375/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Titre Fig. 3.6 – ΕΣΜΕ 113/2001.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/375/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Titre Fig. 3.8 – ΕΣΜΕ 138/2001.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/375/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Titre Fig. 3.9 – ΕΣΜΕ 140/2001.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/375/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Titre Fig. 3.10 – ΕΣΜΕ 195/2002.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/375/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Titre Fig. 3.11 – ΕΣΜΕ 197/2002.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/375/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 3.12 – ΕΣΜΕ 198/2002.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/375/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre Fig. 3.13 – ΕΣΜΕ 202/2002.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/375/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 3.14 – ΕΣΜΕ 203/2002.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/375/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 4 – L’édifice E en 1905. Vue depuis le Nord‑Est.
Crédits P. Kavviadas, ΠΑΕ 1905, pl. Γ‑Δ.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/375/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Fig. 5 – L’édifice E après la fouille des années 2001‑2003.
Légende Vue depuis le Nord‑Est.
Crédits Archives ΕΣΜΕ, cl. A. Klonizaki.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/375/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 637k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ariane Klonizaki, « Trouvailles monétaires à l’« édifice E » de l’Asklépieion d’Épidaure »Bulletin de correspondance hellénique, 139-140.2 | 2016, 553-564.

Référence électronique

Ariane Klonizaki, « Trouvailles monétaires à l’« édifice E » de l’Asklépieion d’Épidaure »Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 139-140.2 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 19 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/bch/375 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bch.375

Haut de page

Auteur

Ariane Klonizaki

Archéologue, musée Archéologique national.

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search