Navigation – Plan du site

AccueilNuméros139-140.2DossiersMonnaies trouvées dans la fouille...

Dossiers

Monnaies trouvées dans la fouille du terrain de la rue Kanakari 135 à Patras

Nicolas Vasilakis, Lydia Malatara et Maria Stephanopoulou
p. 587-598

Résumés

Dans le terrain sis au 135 rue Kanakari à Patras a été mise au jour une parcelle de la nécropole romaine du Nord‑Est, qui est organisée conformément aux normes des nécropoles de l’Italie et de ses colonies. Au total, onze tombes à ciste et un tombeau couvert d’une toiture en tuiles, dans un enclos, ont été dégagés. Ils ont été utilisés sans interruption du iiie s. au viie s. apr. J.‑C. À l’époque byzantine, la présence d’installations artisanales est attestée sur une partie du terrain. Des 157 monnaies de bronze récupérées, nous présentons ici dix‑sept monnaies du Bas‑Empire et cinq monnaies byzantines, de la fin du iiie s. au début du viie s. apr. J.‑C., qui apportent une preuve supplémentaire de l’utilisation de la nécropole romaine du Nord‑Est de Patras à cette période.

Haut de page

Notes de l’auteur

Nous remercions chaleureusement la directrice de la 6e éphorie des Antiquités byzantines, D. Anastasia Koumousi et la conservatrice du Musée numismatique, Eva Apostolou, pour leurs corrections et leurs utiles remarques sur le texte. Nous remercions tout aussi chaleureusement l’archéologue du Musée numismatique Antonia Nikolakopoulou pour son aide dans les recherches bibliographiques. Les monnaies ont été restaurées par Katia Antonopoulou et Kelly Katsigianni, tandis que le relevé et la couverture photographique de la fouille ont été réalisés par le dessinateur Georgios Kyriakopoulos, tous trois employés de la 6e éphorie des Antiquités byzantines.

Texte intégral

  • 1 Nous renvoyons ici à l’étude essentielle de I. A. Papapostolou, « Θέµατα Τοπογραφίας και Πολεοδοµί (...)

1Patras connut son apogée à l’époque romaine après avoir été choisie pour être le siège d’une colonie, en raison de la situation remarquable de son port dont l’importance stratégique contribua progressivement au développement commercial et économique de la ville. Bien que fondée à l’époque mycénienne, comme le signalent nos sources, seule la ville romaine s’est largement étendue, conformément à un plan préétabli. Les éléments majeurs du maillage urbain étaient constitués par le port et ses installations, l’acropole, les agoras et les grandes artères qui divisaient la ville en conduisant au port, à l’odéon et au stade1.

2L’exploration archéologique, décousue car dépendante de l’activité édilitaire moderne, a révélé que les premiers quartiers d’époque romaine étaient situés sur les pentes Sud‑Ouest de l’acropole sur laquelle fut plus tard érigé le château médiéval, avant que la ville s’étende en direction de la mer, vers le Sud‑Ouest, jusqu’à l’église de Saint‑André et la route littorale vers Dymè. Les limites urbaines sont données par l’emplacement des nécropoles installées au‑delà de la zone habitée. Trois ont été en partie explorées : la plus importante au Nord‑Est, les deux autres au Sud‑Ouest et au Sud‑Est de la ville. On y a découvert de riches mausolées romains, édifiés par une classe sociale aisée, constituée de grands propriétaires indigènes, de commerçants et de vétérans.

  • 2 Voir P. Agallopoulou-Kalliotzi, « Two Unpublished Coins from Patras », Hesperia 58 (1989), p. 445‑ (...)

3Dès la fondation de la colonie par Auguste, en 14 av. J.‑C., on y frappa monnaie avec les légendes CAAP ou COL.AA PATR2. Le droit de frappe lui fut ensuite retiré par Vespasien, puis restitué par Domitien avant d’être définitivement suspendu par Élagabale.

4Après la catastrophe provoquée par les Hérules en 267 et la séparation de l’Empire entre l’Occident et l’Orient, Patras et son port connurent une nouvelle période de prospérité, aux ve et vie s., marquée par la construction de nouveaux édifices publics. La Patras paléo-chrétienne et byzantine s’édifia sur les ruines romaines en assurant son développement de manière autonome, grâce à ses productions agricoles, à l’artisanat et au commerce.

  • 3 Sur la nécropole Nord‑Est de Patras, les principaux éléments ont été réunis, notamment par I. Deko (...)

5La fouille du terrain au 135 rue Kanakari a fourni des témoignages sur la circulation monétaire pour l’époque romaine tardive et le début de la période byzantine. Elle s’est étendue sur une superficie de 204 m2, occupée par une partie de la nécropole du Nord‑Est (fig. 1‑2), laquelle est extérieure à la zone densément habitée qui en est toutefois tout proche. La nécropole y était structurée sur le modèle de celles d’Italie et de ses colonies, avec des monuments funéraires alignés en ordre serré sur des parcelles carrées, le long d’un grand axe, de direction Sud‑Ouest/Nord‑Est, et de ses dérivations3. On y a mis au jour les angles de deux mausolées, établis sur une crépis en pierre au ier s. et alignés sur l’allée principale, avant d’être au Bas‑Empire inclus dans un péribole, comme les deux autres qui à la même époque sont attestés dans la nécropole. Au total ont été dégagées 11 tombes à ciste et une tombe recouverte de tuiles, où les défunts étaient couchés et orientés Ouest‑Est. Certaines des tombes, aménagées au pied même des mausolées, furent utilisées sans interruption du iiie s. au vie s. apr. J.‑C. Les tombes à ciste étaient construites en opus testaceum ou en simple maçonnerie recouverte d’une épaisse couche d’enduit, tandis que le sol était couvert de plaques de marbre ou d’un enduit de mortier. Dans certaines d’entre elles, situées dans le secteur Nord‑Est, ont été façonnés des coussins. Les tombes non pillées dans l’Antiquité étaient scellées de plaques en terre cuite, recouvertes d’un épais mortier typique de l’époque, le kourasani. Les restes de squelettes révèlent que les tombes furent utilisées pour plusieurs inhumations. Signalons à toutes fins utiles que dans l’angle Nord‑Est du sondage ont été découverts des ateliers d’époque byzantine.

Fig. 1 – Relevé de la fouille.

Fig. 1 – Relevé de la fouille.

Fig. 2 – Vue photographique de la fouille.

Fig. 2 – Vue photographique de la fouille.

6Les fouilles ont permis de rassembler 157 monnaies, toutes en bronze, dont nous publions ici 17 exemplaires du Bas‑Empire et 5 byzantines, qui proviennent aussi bien de l’intérieur des tombes que des couches perturbées des périboles funéraires ou des ateliers qui leur ont succédé. Celles enfouies dans les tombes ont été retrouvées sur le crâne ou près de lui, notamment à hauteur des épaules, ce qui donne à penser qu’elles ont été déposées dans la bouche du mort, pour « payer » le voyage dans l’au‑delà. Elles datent de la fin du iiie s. à la fin du vie s.

7En fonction de leur état de conservation, on peut ranger au nombre des témoins de la circulation monétaire de la période du Bas‑Empire : un follis de Dioclétien, un assarion de Constantin I, un autre de Gratien, quatre de Valentinien II, cinq de Théodose I, quatre d’Arcadius et un de Pulcheria, dans leur majorité frappés à Thessalonique, mais aussi à Cyzique, Nicomédie, Constantinople et Sirmium.

  • 4 Sur l’iconographie, voir CLRC, p. 75 e.a.
  • 5 Pour le type, RIC VI, p. 310‑311, p. 493, p. 555 ; Ch. Papageorgiadou-Bani, Νοµισµατικό Μουσείο. Η(...)

8Les droits des émissions impériales du Bas‑Empire montrent l’empereur en habit militaire et diadémé, avec une attention particulière pour les détails qui mettent en scène le pouvoir, sous la forme d’une simple couronne ou d’un bandeau perlé, souvent en double rang. Sur le buste tourné à dr., la cuirasse est souvent recouverte du paludamentum jeté sur l’épaule gauche et attaché à l’épaule droite par une fibule ronde4. Les revers sont ornés de scènes qui célèbrent le prestige et la force du chef, le tout accompagné de légendes appropriées exaltant l’État. Un bel exemple en est fourni par le follis de Dioclétien (N. 125 : fig. 3a), où l’on voit, au dr., le buste impérial, tourné à dr., de l’empereur coiffé d’une couronne radiée et, au rv., un Zeus debout armé du foudre dans la dr. et d’une lance dans la g. (294‑303)5.

  • 6 Pour le type, RIC VII, p. 204‑205, p. 209, p. 262‑263, p. 383, p. 519, pl. 15, no 19.

9Progressivement se dessinent de nouveaux types monétaires qui modifient la thématique et font écho aux événements contemporains. La nouvelle situation politique se reflète dans l’assarion de Constantin I (N. 154 : fig. 3b), particulièrement symbolique avec un rv. qui met en scène l’empereur, déjà présent au dr., debout et en habit militaire, tenant un globe surmonté d’une croix dans la dr. et, dans la g., une lance (324‑326)6.

  • 7 CLRC, p. 77.

10Jusqu’à la fin du iiie s., les frappes provinciales de Grèce et d’Asie Mineure reflétèrent pour ainsi dire systématiquement les émissions impériales. Conformément aux canons du Haut‑Empire le relief du buste impérial tourné à dr. est accentué, à la différence du ive s. où le relief s’aplatit et les traits se fondent dans un style neutre, plus anonyme en tout cas. La légende circulaire est fragmentée par le développement du buste, sauf dans le cas d’un empereur représenté jeune, dont le visage est alors réduit. On l’observe surtout sur les monnaies de la seconde moitié du ive s. où l’on souligne ainsi la faiblesse qui résulte, au niveau de la puissance impériale, d’un empereur trop jeune7.

  • 8 Pour le type de Nikè sur les monnaies, voir Nίκη. Νοµίσµατα και Μετάλλια (2004).
  • 9 RIC IX, p. 194, p. 288, pl. XIV, no 6.
  • 10 RIC IX, p. 26‑27, 257.
  • 11 RIC IX, p. 104‑105.
  • 12 RIC IX, p. 106‑107.

11L’un des types de prédilection du revers est celui de la Victoire8 couronnant l’empereur, habillé de manière à souligner sa force militaire ou politique, tenant tantôt fermement un prisonnier, tantôt le gouvernail d’un navire. Empereur et Victoire sont accompagnés de la légende VICTORIA AUGUSTORUM ou d’autres, traditionnelles à Rome, pour encadrer le thème de la Victoire : SALUS REI PUBLICAE, SECURITAS REI PUBLICAE ou CONCORDIA AUGUSTORUM. On retrouve ces schémas sur des assaria de Gratien (N. 349 : fig. 4) et de Valentinien II (N. 5 : fig. 5a ; N. 71 : fig. 5c ; N. 137 : fig. 5d et N. 4910 : fig. 5b), de Théodose (N. 62 : fig. 6b ; N. 63 : fig. 6c ; N. 60 : fig. 6d, et N. 151 : fig. 6a) ou d’Arcadius (N. 4711 : fig. 7c, et N. 7512 : fig. 7d).

  • 13 CLRC, pl. 1, nos 10‑11, 15, pl. 2, nos 22‑25, 27, 35.

12Le type qui célèbre l’anniversaire impérial (vota V, X ou XX) est, lui aussi, fréquemment frappé à la fin de l’Empire romain et au début de la période byzantine, autant pour son caractère panégyrique que pour insister sur la sécurité qui résulte d’un long exercice du pouvoir. On le retrouve sur deux assaria d’Arcadius (N. 70 : fig. 7a, et N. 48 : fig. 7b) sur lesquels on peut lire au rv. : VOT/V (383‑386)13.

  • 14 RIC IX, p. 181, no 37(a).
  • 15 CLRC, pl. 17, no 436.

13Parmi les émissions retrouvées lors de la fouille se distinguent un assarion de Théodose I (N. 130 : fig. 6e) au revers duquel est représenté l’empereur qui relève une femme portant la couronne tourelée et agenouillée à dr.14, ainsi qu’un assarion de Pulcheria (N. 109 : fig. 8) montrant au rv. une Nikè assise sur une panoplie militaire et dessinant le christogramme sur un bouclier, scène originale et caractéristique de l’atelier de Constantinople (414‑419)15.

  • 16 Pour l’atelier de Thessalonique, voir RIC VI, p. 500‑508 ; RIC VII, p. 481‑497 ; RIC VIII, p. 395‑ (...)

14La majorité des monnaies du Bas‑Empire sont des émissions de Thessalonique16, qui devient à partir du début du ive s. le plus important atelier des Balkans méridionaux, siège de l’Illyricum et pourvoyeur de types variés, à la riche symbolique. Au cours de la seconde moitié du ve s., sa production chute considérablement avant de reprendre dans la seconde moitié du vie s., exploitant une large gamme de symboles qui reflètent les influences reçues aussi bien de l’Occident que de l’Orient.

  • 17 Pour l’atelier de Sirmium, voir LRBC I, p. 20.
  • 18 Pour l’atelier de Cyzique, voir LRBC I, p. 27.
  • 19 Pour l’atelier de Constantinople, voir LRBC I, p. 23.

15L’atelier de Sirmium17 est représenté par une monnaie de Valentinien II (N. 49) avec la marque SM suivie d’une référence à la 6e officine. L’officine B de l’atelier de Cyzique18 (SMK) se lit sur une monnaie de Théodose I (N. 63), l’officine A de Nicomédie sur une monnaie d’Arcadius (N. 70) et l’officine B de Constantinople19 (CON) sur la monnaie de Pulcheria (N. 109).

  • 20 Pour les ateliers actifs à ce moment, voir MIB I‑II ; C. Morrison, Catalogue des monnaies byzantin (...)
  • 21 Pour le type, DOCoins I, p. 62‑104, pl. ΧΧ, nos Æ 47d, Æ 50a, Æ 50b, Æ 50d 2, Æ 51b, Æ 51c, Æ 52a, (...)
  • 22 DOCoins I, p. 234‑240, pl. LV, nos Æ 117a, Æ 117c, Æ 121d, Æ 122d, Æ 123a 4, Æ 123a 5, Æ 123b, Æ 1 (...)
  • 23 DOCoins I, p. 323‑330, pl. LXXI, nos Æ 97a, Æ 98a, Æ 98b 2, Æ 99a 1, Æ 101 1, Æ 103a, Æ 104, Æ 108 (...)
  • 24 Pour le type, voir DOCoins I, pl. LXXIII, nos Æ 136 1, Æ 137, Æ 138a 2, Æ 138b, Æ 139a 1, Æ 139a 2 (...)

16La numismatique byzantine débute avec la réforme d’Anastase I, en 49120. Du début de cette période datent deux tessarakontanoummia de Justinien I (527‑565) (N. 29 : fig. 9a et N. 28 : fig. 9b), de l’atelier de Constantinople21, officines E (N. 29) et Γ (N. 28), de la 13e et 18e année respectivement. Le tessarakontanoummion de Justin II (565‑578) (N. 19 : fig. 9c) est sorti de Cyzique (ΚΥΖ)22. De l’empereur Maurice (582‑602) datent un tessarakontanoummion (N. 103 : fig. 9d) frappé à Nicomédie (année inconnue)23 et un eikosinoummion (N. 224 : fig. 9e), d’atelier inconnu, mais de la 16e année.

17Les ateliers de Cyzique et de Nicomédie ont des productions proches et sont tous deux importants dans la frappe de monnaies de bronze au début de l’époque byzantine. Ils prolongent ainsi l’activité déployée au Bas‑Empire, comme en atteste ici l’assarion d’Arcadius, frappé à Nicomédie (N. 70), avec les initiales SMNA à l’exergue, qui restera la marque de l’atelier jusqu’à Théodose I, avant d’être remplacée par NIKO (N. 103). La marque de l’atelier de Cyzique (SMK) se lit à l’exergue d’un assarion de Théodose I (N. 63), avant d’être transcrite KYZ comme sur le tessarakontanoummion de Justin II. La marque CON pour Constantinople demeure inchangée, tandis que celle de Thessalonique (TES ou SMTES) ne se retrouve plus sur les monnaies du vie s., alors même que l’atelier reste en activité dans les siècles ultérieurs.

18De ce qui précède il est clair que les trouvailles de la fouille au 135 rue Kanakari offrent un bon reflet de la circulation monétaire, du iiie s. au vie s., période de profonds changements politiques, économiques et sociaux. Ces trouvailles constituent en outre un témoignage sur le maintien de la nécropole Nord‑Est de Patras et, malgré les vides, sur l’importance de la ville qui demeura tout au long de l’époque byzantine un port commercial et militaire important.

Inventaire des monnaies et Figures

N. 125

Secteur 4, tombe 3. Follis de Dioclétien (284‑305) (fig. 3a).
Dr. : buste à dr. de l’empereur cuirassé portant la couronne radiée, IMPCC VAL DIOCLETIANUS [PFAUG].
Rv. : Zeus debout tourné vers la g., tenant foudre dans la dr. et s’appuyant de la g. sur une lance, autour [IOVI‑C]ON‑S[E]R[VAT][A]U[GG] ; à l’exergue : XXIT.
Date : 294‑303 ; 2,1 cm, 1,6 g.

N. 154

Secteur 4, tombe 3. As de Constantin I (306‑337) (fig. 3b).
Dr. : buste de l’empereur à dr., lég. DN CONSTAN[TINUS] PFAUG.
Rv. : figure debout en habit militaire, tenant une sphère dans la dr. et une lance dans la g., autour [SAL]US REI-PUBLICAE. Marque d’atelier illisible.
Date : 324‑326 ; 1,4 cm, 1,3 g.

Fig. 3 – a. Follis de Dioclétien (N. 125) ; b. As de Constantin I (N. 154).

Fig. 3 – a. Follis de Dioclétien (N. 125) ; b. As de Constantin I (N. 154).

N. 34

Secteur 4, tombe 1. As de Gratien (367‑383) (fig. 4).
Dr. : buste de l’empereur cuirassé à dr., portant un diadème perlé, lég. DN GRATIA-NUS PFAUG.
Rv. : Nikè à g. avec couronne, autour SECURITA[S]-REI PUBLICAE, à l’exergue : TES.
Date : 378‑383 ; 1,7 cm, 1,4 g.

Fig. 4 – As de Gratien (N. 34).

Fig. 4 – As de Gratien (N. 34).

N. 5

Secteur 3, sol 2. Assarion de Valentinien II (375‑392) (fig. 5a).
Dr. : buste impérial à dr. portant un diadème à double rang de perles, lég. DN VALENTINIANUS [PFAUG].
Rv. : Nikè à g. avec couronne dans la dr. et un phénix dans la g., lég. Circulaire : SECURITA[S] RE[I]–[PUB]LI[C]AE ; à l’exergue : TES, officine A.
Date : 383‑392 ; 1,6 cm, 2,1 g.

N. 49

Secteur 4, tombe 1. Assarion de Valentinien II (375‑392) (fig. 5b).
Dr. : buste impérial à dr. portant un diadème à double rang de perles, lég. DN VALENTINI[ANUS] [PFAUG].
Rv. : Nikè couronnant l’empereur (?) vainqueur, autour CONC[ORDIA] AU GGG ; à l’exergue : SM, officine Ϛ (= 6).
Date : 383‑392 ; 1,2 cm, 1,4 g.

N. 71

Secteur 2, sol 1. Assarion de Valentinien II (375‑392) (fig. 5c).
Dr. : buste impérial à dr. portant un diadème à double rang de perles, lég. DN VALENTINI-ANUS PFAU[G].
Rv. : Nikè à g. avec couronne, autour SECURITAS REI PUBLICAE ; à l’exergue : TES, officine A.
Date : 383‑392 ; 1,5 cm, 2,2 g.

N. 137

Secteur 4, tombe 3, Assarion de Valentinien II (375‑392) (fig. 5d).
Dr. : buste impérial à dr. portant un diadème à double rang de perles, lég. DN VALENTINI-ANUS [PFAUG].
Rv. : Nikè à g. avec couronne, autour SECURITAS REI PUBLICAE ; à l’exergue : TES.
Date : 383‑392 ; 1,6 cm, 2,2 g.

Fig. 5 – a. Valentinien II (M. 5) ; b. Valentinien II (N. 49) ; c. Valentinien II (N. 71) ; d. Valentinien II (N. 137).

Fig. 5 – a. Valentinien II (M. 5) ; b. Valentinien II (N. 49) ; c. Valentinien II (N. 71) ; d. Valentinien II (N. 137).

N. 151

Secteur 4, tombe 3. Assarion de Théodose I (379‑395) (fig. 6a).
Dr. : buste impérial à dr. portant un diadème à double rang de perles, lég. [DN THEOD]OSIU[S] [PF]AUG.
Rv. : Nikè à g. soumettant prisonnier, autour SALUS REI-PUBLICAE ; à l’exergue TES, officine A.
Date : 383‑392 ; 1,2 cm, 1,2 g.

N. 62

Secteur 5, tombe 8. Assarion de Théodose I (379‑395) (fig. 6b).
Dr. : buste impérial à dr. portant un diadème à double rang de perles, lég. DN THEODO[SIU]S PFAUG.
Rv. : l’empereur à g. soumettant prisonnier, autour SALUS REI [PUB]LICAE. Atelier inconnu. Date : 383‑392 ; 1,3 cm, 0,6 g.

N. 63

Secteur 5, tombe 8. Assarion de Théodose I (379‑395) (fig. 6c).
Dr. : buste impérial à dr. portant un diadème à double rang de perles, lég. DN THEODO[S]IUS [PFAUG].
Rv. : Nikè à g. soumettant prisonnier, légende illisible ; à l’exergue : [S]MK, officine B.
Date : 383‑392 ; 1,2 cm, 1,0 g.

N. 60

Secteur 4, tombe 1. Assarion de Théodose I (379‑395) (fig. 6d).
Dr. : buste impérial à dr. portant un diadème à double rang de perles, lég. DN THEODOSIUS PFA[UG].
Rv. : l’empereur à g. sur navire, piétinant un prisonnier agenouillé ; dans sa dr. levée il tient un globe surmonté d’un phénix et de la g. le labarum ; à dr. Nikè assise tenant le gouvernail, autour [VIRTUS] AUGG[G] ; à l’exergue : TES.
Date : 383‑392 ; 1,4 cm, 2,7 g.

N. 130

Secteur 4, tombe 3. Assarion de Théodose I (379‑395) (fig. 6e).
Dr. : buste impérial à dr. portant un diadème à double rang de perles, lég. DN THEODOSIUS PFA[UG].
Rv. : l’empereur en habit militaire, debout à g., tenant Nikè sur globe, soulevant femme coiffée d’une couronne tourelée à genoux à dr., autour REPARATIO [R]EIPUB ; à l’exergue : SMTES.
Date : 383‑392 ; 2,2 cm, 6,4 g.

Fig. 6 – a. Théodose I (N. 151) ; b. Théodose I (N. 62) ; c. Théodose I (N. 63) ; d. Théodose I (N. 60) ; e. Théodose I (N. 130).

Fig. 6 – a. Théodose I (N. 151) ; b. Théodose I (N. 62) ; c. Théodose I (N. 63) ; d. Théodose I (N. 60) ; e. Théodose I (N. 130).
N. 70 Secteur 2, sol 1. Assarion d’Arcadius (395‑408) (fig. 7a).
Dr. : buste impérial à dr. portant un diadème à double rang de perles, lég. [DN] ARCADIUS P[F]AU[G].
Rv. : dans couronne VOT/V ; à l’exergue : SMN, officine A.
Date : 383‑386 ; 1,2 cm, 1,0 g.
N. 48 Secteur 4, tombe 1. Assarion d’Arcadius (395‑408) (fig. 7b).
Dr. : buste impérial à dr. portant un diadème à double rang de perles, lég. DN ARCADIUS [PFAUG].
Rv. : dans couronne VOT/V. Atelier inconnu.
Date : 383‑386 ; 1,2 cm, 0,9 g.
N. 47 Secteur 4, tombe 1. Assarion d’Arcadius (395‑408) (fig. 7c).
Dr. : buste impérial à dr. portant un diadème à double rang de perles, lég. [DN] ARCADIUS PFAUG.
Rv. : Nikè portant himation à g., soumettant prisonnier, autour [VICTORIA] [A]UG[GG] ; à l’exergue : CON, officine A.
Date : 392‑395 ; 1,2 cm, 1,2 g.
N. 75 Secteur 3, sol 2. Assarion d’Arcadius (395‑408) (fig. 7d).
Dr. : buste impérial à dr. portant un diadème à double rang de perles, lég. DN [A]RCADIUS [PFA]U[G].
Rv. : Nikè à g. soumettant prisonnier, autour SALUS REI-PUBLICAE. Atelier inconnu.
Date : 392‑395 ; 1,2 cm, 1,0 g.

Fig. 7 – a. Arcadius (N. 70) ; b. Arcadius (N. 48) ; c. Arcadius (N. 47) ; d. Arcadius (N. 75).

Fig. 7 – a. Arcadius (N. 70) ; b. Arcadius (N. 48) ; c. Arcadius (N. 47) ; d. Arcadius (N. 75).
N. 109 Secteur 5, tombe 9. Assarion de Pulcheria (414‑453) (fig. 8).
Dr. : buste à dr., l’empereur couronné par la main de Dieu (manus Dei), lég. AEL P[ULC]H-[ERIA] AUG.
Rv. : Nikè assise sur cuirasse et gravant un christogramme sur bouclier posé sur un pilier, lég. [SALUS REI]-[PU]BLICAE ; à l’exergue CON, officine B.
Date : 414‑419 ; 1,2 cm, 1,5 g.

Fig. 8 – Pulcheria (N. 109).

Fig. 8 – Pulcheria (N. 109).
N. 29 Secteur 2, sol 4. Tessarakontanoummion de Justinien I (527‑565) (fig. 9a).
Dr. : buste de face de l’empereur casqué, diadémé, avec prependulia et cuirasse ; dans la dr. un globe surmonté d’une croix, sur l’épaule g. un bouclier ; symbole : cavalier frappant de la lance un ennemi tombant ; dans le champ à dr., croix, lég. DN IUSTINIANUS PPAUG.
Rv. : M, au‑dessus croix, en dessous E, à g. A/N/N/O, à dr. XIII (= 13), à l’exergue CON.
Date : 539‑540 ; 3,8 cm, 21,1 g.
N. 28 Secteur 2, sol 4, Tessarakontanoummion de Justinien I (527‑565) (fig. 9b).
Dr. : buste de face de l’empereur casqué, diadémé, avec prependulia et cuirasse ; dans la dr. un globe surmonté d’une croix, sur l’épaule g. un bouclier (effacé) ; symbole : cavalier frappant de la lance un ennemi tombant ; dans le champ à dr., croix, lég. [D]N IUSTINIANUS [P PAUG].
Rv. : Μ, au‑dessus croix, en dessous E, à g. A/N/N/O, à dr. XVIII (= 18), à l’exergue CON.
Date : 544‑545 ; 3 cm, 19,7 g.
N. 19 Secteur 3, sol 2. Tessarakontanoummion de Justin II (565‑578) (fig. 9c).
Dr. : Justin et Sophie trônant. Justin tient dans la dr. un globe et Sophie, dans la dr. également, un sceptre cruciforme, lég. DN IUS[TINUS PPAUG].
Rv. : M, au‑dessus croix, en dessous A, à g. A/N/N/O, à dr. X (= 10) ; à l’exergue KYZ.
Date : 574‑575 ; 2,9 cm, 13 g.
N. 103 Secteur 4, tombe 6. Tessarakontanoummion de Maurice (582‑602) (fig. 9d).
Dr. : buste de face de l’empereur avec bandelette, prependulia et cuirasse ; dans la dr. un globe surmonté d’une croix, sur l’épaule g. un bouclier, lég. DN MAVRICTIbER PPAUG.
Rv. : M, au‑dessus croix, en dessous A, à l’exergue NIKO.
Date : 585‑586 ; 2,9 cm, 13,2 g.
N. 2 Secteur 5, sol 7. Eikosinoummion de Maurice (582‑602) (fig. 9e).
Dr. : buste de face de l’empereur avec bandelette, prependulia et cuirasse ; dans la dr. un globe surmonté d’une croix, lég. [DNM]AVR[I]C[TIbE]R PPAU[G].
Rv. : K, au‑dessus croix, en dessous Γ, à g. A/N/N/O, à dr. ΧϚ (=16). Atelier inconnu.
Date : 597‑598 ; 2,8 cm, 4,8 g.

Fig. 9 – a. Justinien I (N. 29) ; b. Justinien I (N. 28) ; c. Justin II (N. 19) ; d. Maurice (N. 103) ; e. Maurice (N. 2).

Fig. 9 – a. Justinien I (N. 29) ; b. Justinien I (N. 28) ; c. Justin II (N. 19) ; d. Maurice (N. 103) ; e. Maurice (N. 2).
Haut de page

Notes

1 Nous renvoyons ici à l’étude essentielle de I. A. Papapostolou, « Θέµατα Τοπογραφίας και Πολεοδοµίας των Πατρών κατά τη Ρωµαιοκρατία », dans A. D. Rizakis (éd.), Αρχαία Αχαΐα και Ηλεία, Μελετήµατα, 13 (1991), p. 305‑320 ; voir aussi id., « Τοπογραφικά των Πατρών », ΑΑΑ 4 (1971), p. 305‑319.

2 Voir P. Agallopoulou-Kalliotzi, « Two Unpublished Coins from Patras », Hesperia 58 (1989), p. 445‑447, et « Colonia Augusta Achaica Patrensis », dans A. D. Rizakis (n. 1), p. 211‑215.

3 Sur la nécropole Nord‑Est de Patras, les principaux éléments ont été réunis, notamment par I. Dekoulakou, « Ρωµαϊκό Μαυσωλείο στην Πάτρα », dans K. Schefold, J. Pouilloux, Στήλη τόµος εις µνήµην Νικολάου Κοντολέοντος (1980), p. 557‑559 ; voir aussi M. Petropoulou, Τα εργαστήρια των ρωµαϊκών λυχναριών της Πάτρας και το λυχνοµαντείο (1999), p. 42‑43. Sur les fouilles, voir ΑΔ 28 (1973), B1, p. 208‑218 ; ΑΔ 29 (1973‑1974), B2, p. 346‑354, p. 382‑387, p. 391‑394, p. 403 ; ΑΔ 32 (1977), B1, p. 90‑93.

4 Sur l’iconographie, voir CLRC, p. 75 e.a.

5 Pour le type, RIC VI, p. 310‑311, p. 493, p. 555 ; Ch. Papageorgiadou-Bani, Νοµισµατικό Μουσείο. Η Δωρεά Ζαρίφη (2006), p. 18‑19, pl. 57, nos 667‑668.

6 Pour le type, RIC VII, p. 204‑205, p. 209, p. 262‑263, p. 383, p. 519, pl. 15, no 19.

7 CLRC, p. 77.

8 Pour le type de Nikè sur les monnaies, voir Nίκη. Νοµίσµατα και Μετάλλια (2004).

9 RIC IX, p. 194, p. 288, pl. XIV, no 6.

10 RIC IX, p. 26‑27, 257.

11 RIC IX, p. 104‑105.

12 RIC IX, p. 106‑107.

13 CLRC, pl. 1, nos 10‑11, 15, pl. 2, nos 22‑25, 27, 35.

14 RIC IX, p. 181, no 37(a).

15 CLRC, pl. 17, no 436.

16 Pour l’atelier de Thessalonique, voir RIC VI, p. 500‑508 ; RIC VII, p. 481‑497 ; RIC VIII, p. 395‑400 ; RIC IX, p. 163‑167 ; RIC X, p. 36‑38 ; LRBC I, p. 20 ; LRBC II, p. 77 ; CLRC, p. 48‑56, 67‑68.

17 Pour l’atelier de Sirmium, voir LRBC I, p. 20.

18 Pour l’atelier de Cyzique, voir LRBC I, p. 27.

19 Pour l’atelier de Constantinople, voir LRBC I, p. 23.

20 Pour les ateliers actifs à ce moment, voir MIB I‑II ; C. Morrison, Catalogue des monnaies byzantines de la Bibliothèque Nationale I, D’Anastase Ier à Justinien II (491‑711) (1970) ; W. Wroth, Catalogue of the Byzantine Coins in the British Museum 2 (1908) ; Νοµισµατικό Μουσείο Συλλογή Η. Καντά: Βυζαντινά Νοµίσµατα (2000) ; M. F. Hendy, Studies in the Byzantine Monetary Economy c. 300‑1450 (1985).

21 Pour le type, DOCoins I, p. 62‑104, pl. ΧΧ, nos Æ 47d, Æ 50a, Æ 50b, Æ 50d 2, Æ 51b, Æ 51c, Æ 52a, Æ 52e, Æ 54, Æ 58c, Æ 60b 2, Æ 62a.

22 DOCoins I, p. 234‑240, pl. LV, nos Æ 117a, Æ 117c, Æ 121d, Æ 122d, Æ 123a 4, Æ 123a 5, Æ 123b, Æ 124b 1, Æ 125a 1, Æ 126a.

23 DOCoins I, p. 323‑330, pl. LXXI, nos Æ 97a, Æ 98a, Æ 98b 2, Æ 99a 1, Æ 101 1, Æ 103a, Æ 104, Æ 108, Æ 109b 1, Æ 110a.

24 Pour le type, voir DOCoins I, pl. LXXIII, nos Æ 136 1, Æ 137, Æ 138a 2, Æ 138b, Æ 139a 1, Æ 139a 2, Æ 139a 3, Æ 139b, Æ 140a, Æ 140b 1, Æ 140b 2, Æ 141a, Æ 142, Æ 143a, Æ 143b 1, Æ 143b 2, Æ 143b 3, Æ 144, Æ 145.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Relevé de la fouille.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/380/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Titre Fig. 2 – Vue photographique de la fouille.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/380/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Titre Fig. 3 – a. Follis de Dioclétien (N. 125) ; b. As de Constantin I (N. 154).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/380/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
Titre Fig. 4 – As de Gratien (N. 34).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/380/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 5 – a. Valentinien II (M. 5) ; b. Valentinien II (N. 49) ; c. Valentinien II (N. 71) ; d. Valentinien II (N. 137).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/380/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 239k
Titre Fig. 6 – a. Théodose I (N. 151) ; b. Théodose I (N. 62) ; c. Théodose I (N. 63) ; d. Théodose I (N. 60) ; e. Théodose I (N. 130).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/380/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 261k
Titre Fig. 7 – a. Arcadius (N. 70) ; b. Arcadius (N. 48) ; c. Arcadius (N. 47) ; d. Arcadius (N. 75).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/380/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Fig. 8 – Pulcheria (N. 109).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/380/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Titre Fig. 9 – a. Justinien I (N. 29) ; b. Justinien I (N. 28) ; c. Justin II (N. 19) ; d. Maurice (N. 103) ; e. Maurice (N. 2).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/380/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 748k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Vasilakis, Lydia Malatara et Maria Stephanopoulou, « Monnaies trouvées dans la fouille du terrain de la rue Kanakari 135 à Patras »Bulletin de correspondance hellénique, 139-140.2 | 2016, 587-598.

Référence électronique

Nicolas Vasilakis, Lydia Malatara et Maria Stephanopoulou, « Monnaies trouvées dans la fouille du terrain de la rue Kanakari 135 à Patras »Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 139-140.2 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 30 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/bch/380 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bch.380

Haut de page

Auteurs

Nicolas Vasilakis

Archéologue, 6e éphorie des Antiquités byzantines.

Lydia Malatara

Archéologue, 6e éphorie des Antiquités byzantines.

Maria Stephanopoulou

Archéologue, 6e éphorie des Antiquités byzantines.

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search