Navigation – Plan du site

AccueilNuméros139-140.2DossiersMonnaies en bronze provenant d’un...

Dossiers

Monnaies en bronze provenant d’un nouveau sanctuaire à Olympie

Christos Liangouras et Konstantina Ntountoumi
p. 599-608

Résumés

En octobre 2006, à 150 m du stade antique d’Olympie, a été mis au jour un mur en calcaire daté de l’époque romaine. La fouille d’urgence menée par la VIIe éphorie des Antiquités préhistoriques et classiques en 2007 et 2008 a dégagé un édifice antique rectangulaire à deux pièces, en poros coquillier, probablement du ve s. av. J.‑C. et, à l’Est, des bains romains. Au cours de la fouille, furent découverts des cerbères bicéphales avec des galettes (popana) dans la gueule. L’un d’eux porte l’inscription dédicatoire ΜΑΤΡΙ ΚΟΡ[ΑΙ ΒΑ]ΣΙΛΕΙ (« à Déméter, à Coré et au roi [c.‑à‑d. Pluton] »), ce qui nous autorise à identifier le sanctuaire comme celui de Déméter Chamyné dont parle Pausanias (VI 21, 1‑3). Cette fouille a aussi livré 33 monnaies de bronze et une monnaie fourrée, dont les mieux conservées datent principalement du iiie s. et du ive s. apr. J.‑C. Dans le lot, on reconnaît parmi les monnaies locales six exemplaires d’Élis, dont les plus anciennes remontent au ive s. av. J.‑C. et les plus récentes datent de l’époque d’Hadrien. La présence de quatre monnaies de Sicyone et de deux monnaies de la région d’Héraia atteste des liens de l’Élide avec le reste du Péloponnèse.

Haut de page

Notes de l’auteur

Le présent travail est une première approche du matériel numismatique de la fouille d’urgence, qui sera réexaminé dans le cadre de la publication de fouille.

Texte intégral

L’autre partie de l’hippodrome n’est pas un talus en terre, mais une colline qui n’est pas élevée. À l’extrémité de la colline, on a fait un sanctuaire de Déméter surnommée Chamynè. Certains considèrent que le nom est ancien ; car, selon eux, la terre s’est ouverte là pour le char d’Hadès, et puis refermée […] à la place des statues anciennes l’Athénien Hérode a consacré Corè et Déméter en marbre pentélique.
(Pausanias, Élide II, VI 21,1‑2, trad. J. Pouilloux, PUF)

La fouille1

  • 1 Pour une présentation rapide de la fouille, voir Chr. Liangouras, « Ιερό Δήµητρας και Κόρης στην Ολ (...)

1De janvier à avril 2007 et au cours de l’été 2008, à 150 m au Nord du stade ancien, le long de l’ancienne route provinciale Olympie-Mirakas-Tripolis, à hauteur des installations du Comité olympique international, la VIIe éphorie des Antiquités préhistoriques et classiques a mené une fouille d’urgence dans le cadre des travaux pour le creusement d’un canal d’irrigation d’Érymanthe à Pyrgos. Ce fut l’occasion d’exhumer un bâtiment en poros (fig. 1) et, à 25 m à l’Est de ce bâtiment, des hypocaustes de thermes romains avec une portion de réservoir (fig. 2).

Fig. 1 – Localisation de la découverte du sanctuaire.

Fig. 1 – Localisation de la découverte du sanctuaire.

Plan Ch. Liangouras.

Fig. 2 – Relevé de la zone du sanctuaire et des ruines des thermes romains.

Fig. 2 – Relevé de la zone du sanctuaire et des ruines des thermes romains.

Plan J. Schumann, Ch. Liangouras.

2Le bâtiment, orienté Est‑Ouest, est de plan rectangulaire et construit en poros coquillier. Il est constitué de quatre murs qui entourent le foyer original, auxquels s’est ajouté plus tard le mur N1 (fig. 2‑3). Les trouvailles mobilières, l’appareil, mais aussi la découverte in situ de deux chapiteaux doriques permettent de dater l’édifice du début du ve s. av. J.‑C. La présence, ici et là, de couches de tuiles, permet de suivre les aménagements successifs de la zone jusqu’aux iiieive s. apr. J.‑C., terminus confirmé par des monnaies de bronze romaines.

Fig. 3 – Photographie aérienne du sanctuaire.

Fig. 3 – Photographie aérienne du sanctuaire.

Cl. P. Kostantopoulos.

Les trouvailles

3Les trouvailles réalisées en cours de fouille sont à la fois variées et importantes, même si la plupart ne sont plus conservées qu’à l’état fragmentaire. L’essentiel provient des couches de remblai qui recouvraient l’édifice. Outre la céramique, la fouille a livré un grand nombre de figurines en terre cuite, féminines essentiellement, mais certaines d’éphèbes ou d’animaux (porcins et bovins), ainsi que d’assez nombreux protomés féminins ou encore des fragments de grande sculpture en terre cuite (des avant‑bras de statues de grande taille, des couronnes d’épis, un sanctuaire tripartite et des grenades). Plus exceptionnelles, et à vrai dire inconnues jusqu’à ce jour pour toute la région d’Olympie, sont des figurines bicéphales représentant Cerbère tenant des galettes en bouche (fig. 4). Il vaut la peine de mentionner la présence d’une inscription gravée sur la poitrine d’un grand Cerbère bicéphale, partiellement conservée : ΜΑΤΡΙ ΚΟΡ[ΑΙ ΒΑ]ΣΙΛΕΙ (« À la mère, à Corè, au roi [c’est‑à‑dire à Pluton] »).

Fig. 4 – Figurine de Cerbère bicéphale.

Fig. 4 – Figurine de Cerbère bicéphale.

Cl. Chr. Liangouras, K. Ntountoumi.

Monnaies

434 monnaies ont été retrouvées lors de la fouille du sanctuaire : 33 en bronze et une fourrée. La plus ancienne date du ive s. av. J.‑C., la plus récente du ive s. apr. J.‑C.

Monnaies d’époque romaine

511 des 34 monnaies datent de l’époque romaine, dont deux impossibles à dater avec précision en raison de l’usure du droit qui ne permet pas d’identifier le buste de l’empereur ou de lire la légende qui l’accompagne. Les autres se répartissent ainsi : une est du Haut‑Empire, 4 de l’époque de la tétrarchie et 4 autres de la période constantinienne.

  • 2 P. Agallopoulou, Θέµατα νοµισµατοκοπίας και νοµισµατικής κυκλοφορίας των Πατρών14 π.Χ.‑268 µ.Χ. (...)

6La monnaie N1161 (fig. 5), sortie de l’atelier de Patras2, date du ier s. apr. J.‑C. : elle montre au dr. le buste d’Auguste et au rv. une scène de labour rituel.

  • 3 D. Nalpantis, Ανασκαφή στο οικόπεδο του Μουσείου Βυζαντινού Πολιτισµού στη Θεσσαλονίκη. Ταφές και (...)

7Les pièces N1157, N1158, N1169 (fig. 68) datent de la fin du iiie s. et du début du ive s. apr. J.‑C. Elles montrent au droit le buste de Maximien et au rv., pour l’une le Genius Populi Romani, pour les deux autres l’empereur recevant une Nikè des mains de Jupiter3.

  • 4 Rare avant le iiie s., mais devenu par la suite l’un des types les plus courants à l’époque de Con (...)

8Les autres monnaies romaines datent du milieu du ive s. Sur la monnaie N1180 (fig. 9) est représenté au dr. l’empereur Maximin II et au rv. Jupiter tenant le sceptre d’une main et Nikè de l’autre. Les N1159, N1171 (fig. 10‑11) datent de Constant qui figure au dr. Au rv., la première montre l’empereur recevant la Nikè de Jupiter, et la seconde Jupiter debout dans la même attitude que sur la N1180. Sur la N1177 (fig. 12) est représenté au dr. l’empereur Constantin I et au rv. Hélios4. Pour finir, on reconnaît sur la N1181 (fig. 13) le buste de l’empereur Constantin II et au rv. le labarum encadré de deux prisonniers agenouillés.

9Différents ateliers sont représentés : Thessalonique (1), Cyzique (2), Alexandrie (2), Nicomédie (2), Siscia (1), outre l’atelier provincial de Patras (1).

Fig. 5‑13 – Monnaies d’époque romaine.

Fig. 5‑13 – Monnaies d’époque romaine.

Cl. Chr. Liangouras, K. Ntountoumi.

Monnaies d’Élis

  • 5 BCD Olympia, p. 72, no 218.

10L’atelier d’Élis a livré 7 monnaies. Sur N1168 et N1188 (fig. 14‑15), on peut voir au dr. la tête de Zeus et au rv. son oiseau favori, l’aigle, mais le mauvais état de conservation n’autorise pas une description plus fine. Toutefois les types et l’épaisseur du flan suffisent à les dater du milieu du ive s. av. J.‑C. La monnaie N1190 (fig. 16), qui au dr. porte la tête de Zeus et au rv. l’aigle tenant un serpent dans ses serres, est datée du milieu du iiie s. av. J.‑C.5.

  • 6 BCD Olympia, p. 84, nos 291‑297. Voir aussi A. Moustaka, « Die Fundmünzen der Südostgrabung », dan (...)

11Les monnaies N1173, N1178 (fig. 17‑18) datent de la fin du iiie s. ou du début du iie s. av  J.‑C. : au dr. la tête d’Apollon, au rv. Zeus debout lançant le foudre6.

  • 7 BCD Olympia, p. 88, no 317.
  • 8 BCD Olympia, p. 90, no 324.

12Deux bronzes d’époque romaine proviennent également de l’atelier d’Élis : le N1184 (fig. 19), daté de 125 apr. J.‑C., porte au dr. le portrait d’Hadrien et au rv. l’aigle, à la dr. duquel on peut lire …ΩΝ. (ΗΛΕΙΩΝ)7 ; le second exemplaire, N1176 (fig. 20), est un dupondius daté de 198‑217 apr. J.‑C. Il porte au dr. le buste de Caracalla, accompagné au rv. d’une couronne de laurier qui entoure la légende ΗΛΕΙΩΝ8.

Fig. 14‑20 – Monnaies d’Élis.

Fig. 14‑20 – Monnaies d’Élis.

Cl. Chr. Liangouras, K. Ntountoumi.

Monnaies de Sicyone

13De Sicyone proviennent trois monnaies très mal conservées : N1179, N1183, N1186 (fig. 21‑23). Au dr. des trois on distingue une colombe en vol ; au rv. de N1179 on croit voir une couronne d’olivier entourant la lettre Σ. Un tel état de conservation n’autorise pas une datation plus précise qu’entre la fin du ive s. et le milieu du iiie s. av. J.‑C.

Fig. 21‑23 – Monnaies de Sicyone.

Fig. 21‑23 – Monnaies de Sicyone.

Cl. Chr. Liangouras, K. Ntountoumi.

Monnaies d’Héraia

  • 9 A. Moustaka (n. 6), no 202, 29.

14De la ville arcadienne d’Héraia proviennent les deux monnaies N1170, N1187 (fig. 24‑25). On y voit au dr. la déesse Athéna casquée vers la dr. et au rv. un grand H. On les date de la fin du ve‑début ive s. av. J.‑C.9.

Fig. 24‑25 – Monnaies d’Héraia.

Fig. 24‑25 – Monnaies d’Héraia.

Cl. Chr. Liangouras, K. Ntountoumi.

Le culte de Déméter Chamynè à Olympie

  • 10 Pausanias, citation p. 601 (VI 21, 1‑2).

15L’emplacement du bâtiment d’où proviennent les monnaies et les trouvailles monétaires elles‑mêmes facilitent l’identification de l’édifice fouillé comme étant le sanctuaire de Déméter Chamynè décrit par Pausanias. L’étymologie de l’épiclèse la rattache à χαµαί – « à terre » – et traduit évidemment son hypostase chthonienne. Jusqu’à il y a peu, on ne connaissait que l’autel en pierre de la prêtresse de la déesse, installé sur les pentes Nord du stade. Comme on le sait, elle était la seule des femmes mariées qui avait le droit d’assister aux jeux olympiques. À l’époque romaine, le culte de la Déméter Chamynè est en plein essor, quand la fonction de prêtresse de la déesse – ainsi que le révèlent des inscriptions – est occupée par des femmes romaines de haute naissance, la plus célèbre étant Régilla, l’épouse d’Hérode Atticus qui exerça la prêtrise en 167 apr. J.‑C. Les trouvailles réalisées au cours de la fouille, qui s’échelonnent du ve s. av. J.‑C. jusqu’au iiieive s. apr. J.‑C., assurent la pérennité d’occupation du sanctuaire tout au long de cette période, en plein accord avec la distribution des trouvailles monétaires. Les monnaies romaines, notamment, confirment le maintien, voire le développement, du culte de Déméter Chamynè à l’époque impériale, confirmant ainsi ce que nous apprend Pausanias sur le remplacement, aux frais d’Hérode Atticus, des anciennes statues de Déméter et de Corè par de nouvelles en marbre10.

Haut de page

Notes

1 Pour une présentation rapide de la fouille, voir Chr. Liangouras, « Ιερό Δήµητρας και Κόρης στην Ολυµπία », ΑΑΑ 40‑41 (2009), p. 61‑73.

2 P. Agallopoulou, Θέµατα νοµισµατοκοπίας και νοµισµατικής κυκλοφορίας των Πατρών14 π.Χ.‑268 µ.Χ. (1994), p. 2, pl. 1. Voir aussi H. Papageorgiadou-Bani, The Numismatic Iconography of the Roman Colonies in Greece. Local Spirit and the Expression of the Imperial Policy (2004), p. 35.

3 D. Nalpantis, Ανασκαφή στο οικόπεδο του Μουσείου Βυζαντινού Πολιτισµού στη Θεσσαλονίκη. Ταφές και ευρήµατα (2003), p. 23.

4 Rare avant le iiie s., mais devenu par la suite l’un des types les plus courants à l’époque de Constantin I.

5 BCD Olympia, p. 72, no 218.

6 BCD Olympia, p. 84, nos 291‑297. Voir aussi A. Moustaka, « Die Fundmünzen der Südostgrabung », dans Bericht über die Ausgrabungen in Olympia IX (1999), no 178 ; P. R. Franke, « Olympia und seine Münzen », AW 15 (1984), p. 21 ; M. Oikonomidoi-Karamesini, « Νοµίσµατα ανασκαφών Ήλιδος », ΑΕ (1963) [1965], p. 69‑79, pl. 5, nos 14‑16.

7 BCD Olympia, p. 88, no 317.

8 BCD Olympia, p. 90, no 324.

9 A. Moustaka (n. 6), no 202, 29.

10 Pausanias, citation p. 601 (VI 21, 1‑2).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Localisation de la découverte du sanctuaire.
Crédits Plan Ch. Liangouras.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/384/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 970k
Titre Fig. 2 – Relevé de la zone du sanctuaire et des ruines des thermes romains.
Crédits Plan J. Schumann, Ch. Liangouras.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/384/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 419k
Titre Fig. 3 – Photographie aérienne du sanctuaire.
Crédits Cl. P. Kostantopoulos.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/384/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 912k
Titre Fig. 4 – Figurine de Cerbère bicéphale.
Crédits Cl. Chr. Liangouras, K. Ntountoumi.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/384/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Titre Fig. 5‑13 – Monnaies d’époque romaine.
Crédits Cl. Chr. Liangouras, K. Ntountoumi.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/384/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 663k
Titre Fig. 14‑20 – Monnaies d’Élis.
Crédits Cl. Chr. Liangouras, K. Ntountoumi.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/384/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Titre Fig. 21‑23 – Monnaies de Sicyone.
Crédits Cl. Chr. Liangouras, K. Ntountoumi.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/384/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 219k
Titre Fig. 24‑25 – Monnaies d’Héraia.
Crédits Cl. Chr. Liangouras, K. Ntountoumi.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/384/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christos Liangouras et Konstantina Ntountoumi, « Monnaies en bronze provenant d’un nouveau sanctuaire à Olympie »Bulletin de correspondance hellénique, 139-140.2 | 2016, 599-608.

Référence électronique

Christos Liangouras et Konstantina Ntountoumi, « Monnaies en bronze provenant d’un nouveau sanctuaire à Olympie »Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 139-140.2 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 26 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/bch/384 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bch.384

Haut de page

Auteurs

Christos Liangouras

Archéologue MA.

Konstantina Ntountoumi

Archéologue MA.

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search