Navigation – Plan du site

AccueilNuméros139-140.2DossiersTémoignages numismatiques provena...

Dossiers

Témoignages numismatiques provenant du Nord‑Est de la Mégalopolitide et du Nord‑Ouest de Lacédémone

Léonidas Souchleris
p. 623-632

Résumés

Dans la présente étude, nous livrons un premier aperçu des quelques monnaies restaurées provenant des fouilles réalisées dans la partie Nord‑Est de la province de Mégalopolis à la frontière avec la Laconie, région qui, dans l’Antiquité, relevait de la Belminatide (partie Nord du territoire de Lacédémone). Il s’agit de monnaies en bronze romaines datées du iie s. au troisième quart du ive s., d’Hadrien à Constant II, et qui sont ici replacées dans le contexte de la région, dont l’activité économique tournée vers la vallée de l’Eurotas s’articulait au réseau de routes antiques et à des installations rurales et industrielles repérées par les fouilles menées dans la région ces trois dernières années.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Souchleris 2010, p. 33‑34, p. 53‑65. Dans les rapports préliminaires a été proposée une première e (...)
  • 2  Le site a été repéré par l’auteur en décembre 2009 et fut fouillé en 2011 par la directrice de la (...)

1Au cours du second semestre de 2009, à l’occasion de l’exploration en surface et de la surveillance des fouilles liées à l’aménagement de l’autoroute Tripolis-Kalamata et de la dérivation Mégalopolis-Leuctre-Longanikos, on a pu localiser, dans la partie Sud‑Est de la province de Mégalopolis et à la frontière des « zones périphériques » d’Arcadie et de Laconie, des installations agricoles et industrielles d’époque romaine1. Dans la même région, au Nord de l’habitat de Kyparissios, au carrefour de Longanikos, ce sont, cette fois, des zones artisanales et une installation thermale (fig. 1) d’époque romaine tardive (seconde moitié du iiie s.‑ive s. apr. J.‑C.), qui ont été exhumées. Elles doivent probablement être intégrées à une villa romaine (villa rustica), dont l’implantation s’articule à l’ancienne route Sparte-Mégalopolis-Olympie/Messène2. La fouille réalisée dans la région, de 2009 à 2012 par la XXVIIIe éphorie des Antiquités classiques et la Ve éphorie des Antiquités de Sparte, a mis au jour d’autres vestiges de différentes époques, de la fin du Néolithique (4000‑3000) à l’époque mycénienne, d’époque archaïque et de la fin de l’époque hellénistique.

Fig. 1 – Thermes d’époque romaine tardive. Kyparissios de Longanikos.

Fig. 1 – Thermes d’époque romaine tardive. Kyparissios de Longanikos.

Cl. Ε ́ ΕΠΚΑ.

2Les nouveaux sites sont installés dans une région fertile et riche en eau qui s’étend au Nord des sources de l’Eurotas (Képhalari de Logara), à l’Ouest du monastère de la Naissance de la Vierge à Ambelaki et du Taygète, à l’Est de l’Eurotas et au Sud du torrent de Kotitsiani. Pour être plus précis, signalons que les vestiges anciens dont il sera question ici ont été repérés entre les km 12,750 et 16,150 de la nouvelle autoroute Leuctre-Sparte, au Sud de la zone agricole des communes de Petrina et Spanaïka du dème de Mégalopolis et à la périphérie de la commune de Longanikos rattachée au dème de Sparte (fig. 2).

Fig. 2 – Carte avec les nouveaux sites dans la Lacédémonie Nord‑occidentale.

Fig. 2 – Carte avec les nouveaux sites dans la Lacédémonie Nord‑occidentale.
  • 3  G. A. Pikoulas, « Ο Παυσανίας και η Μεγαλοπολιτική », dans Α. Delivorias et al. (éds), ΕΠΑΙΝΟΣ Lui (...)
  • 4  Pausanias, ΙΙΙ 21, 3 : …ἡ Βελεµίνα και µάλιστα ἄρδεσθαι πέφυκεν, ἥντινα διοδεύει µὲν τοῦ Εὐρώτα τὸ (...)

3Cette région correspond à la Belminatide antique dont le coeur était la « ville » périèque de Vélémina (Belbina). Polybe y fait référence sous la forme Βελµινᾶτις χώρα (II 54, 3), Tite-Live parle de l’ager Belbinates (XXXVIII 34, 8) et Strabon signale le « premier affluent de l’Eurotas », appelé Βλεµινᾶτις (VIII 343). Pausanias3, dans le troisième quart du iie s. apr. J.‑C. décrit la géographie physique de la région en ces termes : « à 100 stades de Pellana se trouve ce qu’on appelle la Vélémina, la région de Laconie la mieux pourvue en eau ; l’Eurotas la traverse, mais elle possède aussi des sources abondantes… »4.

  • 5  Au troisième embranchement de l’échangeur de l’autoroute, à Longanikos, a été repéré un tronçon d’ (...)
  • 6  La route de l’Eurotas est celle suivie par les expéditions spartiates d’époques classique et hellé (...)
  • 7  W. K. Pritchett, Studies in Ancient Greek Topography III. Roads (1980), p. 197‑288 et, plus partic (...)

4La région est un carrefour dont l’artère centrale5, le « boulevard » de l’Eurotas6, reliait Sparte aux autres centres du Péloponnèse. En accord avec les données de fouilles récentes cette route a été fréquentée depuis la préhistoire jusqu’à l’époque romaine (elle est signalée sur la Table de Peutinger7) et est restée utilisée au Moyen Âge ainsi qu’à la période ottomane.

  • 8  Pour une présentation préliminaire des résultats de la fouille, voir Souchleris 2010, p. 33, 54‑65 (...)

5Le matériel numismatique présenté ici provient de deux sites repérés et fouillés8, l’un sur le tronçon km 12,750‑12,800, l’autre au km 13,750 de la nouvelle route Leuctre-Sparte entre le 01/09/2009 et le 31/07/2011. L’examen de ces trouvailles a été mené de concert avec celui des trouvailles monétaires provenant de fouilles réalisées plus au Sud, dans la partie Nord du territoire de Lacédémone, du 01/12/2011 au 30/06/2012.

  • 9  Souchleris 2010, p. 54, p. 57‑60.

6Sur le premier site (B1), à Aghia Irini de Langadia, dans la commune de Pétrina (entre les bornes 12,750 et 12,800), la fouille a exhumé des vestiges d’ateliers de céramique (fig. 3) ainsi que des ruines d’un lieu de culte. Selon toute probabilité, cela est à relier à l’Hermaion de Vélémina (fig. 4), signalé par Pausanias (VIII 35, 4)9, qui servait de borne entre Sparte et Mégalopolis, à l’époque romaine avant tout (seconde moitié du iie s. av. J.‑C.-seconde moitié du iie s. apr. J.‑C.).

Fig. 3 – Installations artisanales à Petrina de Mégalopolis.

Fig. 3 – Installations artisanales à Petrina de Mégalopolis.

Cl. ΛΘ ́ ΕΠΚΑ.

Fig. 4 – Lieu de culte à Petrina de Mégalopolis.

Fig. 4 – Lieu de culte à Petrina de Mégalopolis.

Cl. ΛΘ ́ ΕΠΚΑ.

7La deuxième fouille (A1, au lieu‑dit Μοναστηριακό-Αµπελακιώτικο ρέµα), à la limite des dèmes de Mégalopolis et de Sparte, a révélé, partiellement, une installation agricole d’époque romaine et une nécropole. Bien que les vestiges soient en mauvais état, les trouvailles qu’on y a faites n’en ont pas moins livré d’utiles informations sur l’économie agricole et artisanale de cette région à l’époque romaine.

Mise en perspective du matériel numismatique

8Les trouvailles monétaires des deux fouilles susdites sont constituées de 50 monnaies de bronze, malheureusement mal conservées. 20 d’entre elles présentent une forte usure et n’ont pu être sauvées au cours de la restauration. Des 30 restantes, 7 laissent entrevoir un type au dr., sans qu’il soit sûrement identifiable. Sur les 23 autres, 9 ne conservent de type que sur une face, mais se laissent identifier et 16 seulement sont bien conservées et peuvent être datées avec précision.

9La plus ancienne monnaie est un dupondius de Lacédémone de l’époque d’Hadrien (117‑138) et la plus récente un bronze de Constance II (357‑361). La majorité des pièces datent du règne de Constantin I, quatre seulement sont plus anciennes (iie s. et iiie s. apr. J.‑C.).

10Pour la facilité, les deux fouilles seront désignées par B1 (site d’Aghia Irini) et A1 (au lieu‑dit Μοναστηριακό-Αµπελακιώτικο ρέµα). Nous ne présenterons ci‑dessous que les exemplaires les mieux conservés.

Catalogue des monnaies romaines

iieiiie siècles, avant Constantin

Lacédémone, dupondius, Hadrien (117/118‑129) (fig. 5), prov. : B1.
Dr. : buste de l’empereur couronné de laurier à dr.
Rv. : les Dioscures à dr. Traces de la légende ΛΑΚΕ-ΔΑΙΜΟΝΙΩΝ.
11,66 g., 2,5 cm.
Grunauer 1978, Gruppe XXXVII, pl. 24.

Fig. 5 – Dupondius d’Hadrien frappé à Lacédémone.

Fig. 5 – Dupondius d’Hadrien frappé à Lacédémone.
Bronze de Mégalopolis, Caracalla (211‑217), prov. : A1.
0,58 g., 0,7 cm.
BCD Peloponnesos, p. 373, nos 1571.5 et 1571.7.
Aurélien, antoninianus frappé à Antioche (272/3 apr. J.‑C.) (fig. 6), prov. : A1.
2,04 g., 2,1 cm.
HCC V, p. 120, no 8 ; RIC V/I, 53.
Empereur inconnu (2e‑3e quart du iiie s. apr. J.‑C.), antoninianus, prov. : A1
0,95 g., 1,1 cm.

Fig. 6 – Antoninianus d’Aurélien.

Fig. 6 – Antoninianus d’Aurélien.

Bronzes du Bas‑Empire

Constantin I (330‑337)

Petit bronze, frappé entre 330 et 335, prov. : A1.
1,62 g., 1,4 cm.
LRBC I, nos 747, 1005, p. 19, p. 24.
Idem, frappé entre 337 et 340 (à titre posthume), prov. : A1.
1,20 g., 0,73 cm.
Pour le type : HCC V, 284, nos 12‑14.

Constance II (337‑361)

Petit bronze, frappé entre 351 et 361, prov. : A1.
1,54 g., 1,1 cm.
HCC V, 316‑317, 325, no 18 ; RIC VIII, 482, 499, pl. 24‑25, 113, 118.
Sept petits bronzes frappés entre 355 et 361 du type FEL TEMP REPARATIO (fig. 7), prov. : B1 et A1.
0,89‑2,96 g., 1‑1,6 cm.
HCC V, 319, no 93 ; LRBC II, nos 2024, 2026.
Deux petits bronzes frappés entre 337 et 361 (fig. 8), prov. : B1 et A1.
0,74‑1,54 g., 1,1‑1,4 cm.
HCC V, 316‑317, nos 81‑84.
Bronze, même époque, prov. : A1.
0,85 g., 1,4 cm.
RIC VIII, 541, pl. 28, 40.
Idem, prov. : A1.
1,4 g., 1,3 cm.

Fig. 7‑8 – Bronzes de Constance II.

Fig. 7‑8 – Bronzes de Constance II.

Cadre historique et économique

  • 10  Sur Mégalopolis à l’époque romaine, voir U. Kahrstedt, Das wirtschaftliche Gesicht Griechenlands i (...)
  • 11  P. G. Themelis, « Υστερορωµαϊκή και Πρωτοβυζαντινή Μεσσήνη », dans P. G. Themelis, B. Konti (n. 8) (...)
  • 12  Jusqu’en mai 2012 on en avait retrouvé aux km 14,530 (Α/Κ de Longanikos) et 28,900 (A/K de Pellana (...)

11La région de la Belminatide fut administrativement rattachée à Sparte au début de la période romaine, mais en raison de sa situation géographique elle entretenait aussi des liens avec Mégalopolis10 et Messène11. Comme le reste du Péloponnèse, elle fut durement mise à contribution au cours de la guerre contre Mithridate et des guerres civiles qui ont suivi. À la fin du ier s. apr. J.‑C., sous l’« hégémonie » de Julius Euryklès et de ses descendants, il apparaît que Rome a accordé à la région une large autonomie. C’est donc sans surprise qu’ont été retrouvés des bronzes d’Euryklès12 au cours des fouilles des années 2011‑2012, dans la région des sources, dans la vallée de l’Eurotas et au voisinage de Pellana.

  • 13  Sur les visites d’Hadrien à Sparte, voir A. M. Woodward, « Excavations at Sparta, 1926 II. The The (...)

12Le dupondius d’Hadrien (fig. 5), retrouvé en B1, est comme un souvenir des visites de l’empereur à Sparte dans les années 125 et 128/913.

  • 14  N. A. Giannoukopoulos, « Τα ορόσηµα της αρχαίας Μεσσηνίας και Λακωνικής », Πλάτων 5 (1953), p. 1‑1 (...)
  • 15  Dans la région de Petrina, où ont été fouillées les installations liées à la production de produit (...)
  • 16  I. G. Taïfakos, Ρωµαϊκή Πολιτική εν Λακωνία (1974), p. 55‑56 ; Grunauer 1978, p. 90‑94, Gruppe LI.
  • 17  V. Papaefthimiou, « Λακωνικές στήλες πολεµιστών την εποχή της Ρωµαιοκρατίας », Πελοποννησιακά 21 ( (...)
  • 18  Le droit de la pièce montre une Artémis courant, en tenant une torche.

13Au iie s. apr. J.‑C., Pausanias, qui a quitté Sparte en longeant la rive droite de l’Eurotas, a souligné la fertilité de la région, comme nous l’avons déjà signalé (III 21, 3, passage cité précédemment). Après avoir atteint Mégalopolis, il a aussi évoqué les sanctuaires et les bornes qui jalonnaient le réseau routier ; elles avaient été installées dès le ier s. av. J.‑C. entre Messène et Sparte, en suivant la limite de la Mégalopolitide14 : « […] à une quarantaine de stades de l’Alphée, on arrivera à Phalaisiai. Phalaisiai est à vingt stades de l’Hermaion “du côté de Bélémina” » (VIII 35, 3, trad. M. Jost)15. Dans la seconde moitié du iie s., Sparte prit une part active à l’expédition de L. Verus contre les Parthes, avant que l’empereur Caracalla16 la sollicite à nouveau en 214 dans sa lutte contre son compétiteur à l’empire17. De cette époque date un as frappé à Mégalopolis18, retrouvé dans une installation agricole (A1) près du monastère de la Naissance de la Vierge à Ambélaki.

  • 19  A. Themos et al., « Ύστερη ρωµαϊκή κεραµική από την περιοχή της κώµης της Πιτάνης στη Σπάρτη. Κερα (...)
  • 20  On a repéré des couches de cendres et des éclats de pierre, tandis que des bâtiments furent instal (...)
  • 21  R. H. Rizakou, « Γυθείου επίγραµµα επιτύµβιον », ΑΕ (1912), p. 40‑43 ; A. Alföldi, « La grande cri (...)
  • 22  Sur base essentiellement de témoignages épigraphiques on a pu dater la construction d’édifices pub (...)

14Les fouilles d’urgence des dernières décennies ont aussi révélé que Sparte et sa ré gion ont connu un essor économique important, doublé d’une intense activité édilitaire, aux iiie s. et ive s. apr. J.‑C.19. De nombreuses installations, agricoles, artisanales et commerciales, ont été découvertes, notamment à l’occasion des sondages liés à la construction de la nouvelle autoroute, à peu de distance de l’Eurotas. Si les installations fouillées (fermes, ateliers, fours de potiers, thermes), ont souffert20, surtout dans la partie Nord‑Ouest du territoire de Lacédémone, des raids menés par les Hé rules en 26721, elles n’en furent pas pour autant abandonnées. Dans la zone artisanale de Pétrina (B1) on répara les dégâts. Un fragment de stèle inscrite du iiie s. fut même à cette occasion remployé lors de la reconstruction d’un édifice. En A1 l’antoninianus d’Aurélien (272/3, fig. 6) fait partie d’un ensemble de trouvailles de la fin du iiie s. et surtout du ive. Par contre, les installations fouillées plus au Nord (notamment des fours de potier), près du carrefour de Longanikos (au km 14,500‑14,650, en A2), ne survécurent pas au raid des Hérules, ainsi qu’il ressort des trouvailles dont une monnaie en bronze de Philippe l’Arabe (244‑249)22. Les fours y furent remplacés par des bains dont la construction peut être datée par une monnaie de Maximinien (293‑305).

15Les installations de B1 et A1 restèrent en usage au moins jusqu’au troisième quart du ive s. Leur destruction est postérieure aux monnaies les plus récentes qu’on y a trouvées (15 au total), de Constance II Auguste (355‑361) (fig. 7).

  • 23  Zosime, IX 18. A. M. Woodward (n. 13), p. 210‑254, not. p. 245‑247, no 35.
  • 24  Ph. Avaggelatou-Notara, « …Και τά πολλά τής Πελοποννήσου… σεισµού γεγόνασιν παρανάλωµα », dans Πρα (...)
  • 25  E. Ch. Chrysos, « Οι Βησιγότθοι στην Πελοπόννησο (396‑397 µ.Χ.) », dans Πρακτικά του Β΄ Διεθνούς Σ (...)
  • 26  Th. Spyropoulos, « Ανασκαφικές εργασίες. Πελλάνα », AΔ 37 (1982), Β´1, p. 112‑113 ; A. Avramea, «  (...)

16Les causes de cette destruction doivent être naturelles et ne sont autres probablement que les tremblements de terre23 qui frappèrent le Sud et l’Ouest du Péloponnèse au cours de la décennie 365‑375, dont, le plus important, fut celui de juillet 36524. Il ne doit pas être fortuit que les monnaies retrouvées ne dépassent pas l’année 361, de peu antérieure au grand séisme. C’est la même situation que l’on retrouve plus au Nord, aux grands thermes exhumés en A2, dont les thermes 1 au moins paraissent cesser de fonctionner au cours de cette période (365‑375), une partie étant alors réutilisée comme réserve pour une ferme, tandis qu’un secteur des thermes 2 est transformé en four à chaux. L’occupation humaine n’en persista pas moins jusqu’à la fin du ive s., quand le Sud de l’Arcadie et le territoire de Lacédémone furent frappés de plein fouet par l’attaque des Wisigoths d’Alaric, en 39625, puis par l’installation des Slaves au milieu du viie s.26.

  • 27  Themelis 2002, p. 34.
  • 28  J. A. Tainter, The Collapse of Complex Societies (1988), p. 11, p. 188, p. 193‑199.
  • 29  Sur le tremblement de terre de 365 apr. J.‑C., voir S. Stiros, Z. Papageorgiou, S. Markoulaki, « Κ (...)

17Dans cette partie centrale du Péloponnèse toutefois, l’effondrement de l’Empire romain serait moins dû, d’après P. Themelis27 à des tremblements de terre ou des invasions barbares qu’à des contingences endémiques qui empêchèrent de réagir efficacement aux catastrophes naturelles aussi bien qu’aux attaques extérieures28. En se fondant sur les données de fouilles, toutefois, il apparaît que la réaction de la population à l’attaque des Hérules comme au séisme de 36529 fut immédiate, quelle qu’eût été l’intervention de l’État, avec pour résultat un maintien de la prospérité économique et de la stabilité sociale dans la région. Ce n’est que plus tard, du ve s. au viiie s. que l’Empire romain d’Orient se révéla incapable de soutenir les communautés locales d’une province éloignée des nouveaux axes économiques et stratégiques entre l’Occident et l’Orient, mais aussi de la capitale des Romains.

Haut de page

Bibliographie

Grunauer 1978 = S. Grunauer-von Hoeschelmann, Die Münzprägung der Lakedaimonier (1978).

Themelis 2002 = P. G. Themelis, « Υστερορωµαϊκή και Πρωτοβυζαντινή Μεσσήνη », dans P. G. Themelis, B. Konti (éds), Πρωτοβυζαντινή Μεσσήνη και Ολυµπία: αστικός και αγροτικός χώρος στη Δυτική Πελοπόννησο (2002), p. 20‑58.

Pikoulas 1988 = G. A. Pikoulas, Η Νότια Μεγαλοπολιτική χώρα από τον 8ο π.Χ. έως τον 4ο µ.Χ. αιώνα. Συµβολή στην τοπογραφία της (1988).

Souchleris 2010 = L. Souchleris, « Ιστορικά και Αρχαιολογικά στοιχεία από τον Λογκανίκο Λακεδαίµονος. Νέα πορίσµατα », dans Πρακτικά Α Αρχαιολογικής και Ιστορικής Ηµερίδας: «Αρχαιολογική και Ιστορική Περιήγηση στη Βόρεια Λακεδαίµονα» (2011), p. 17‑66.

Haut de page

Notes

1  Souchleris 2010, p. 33‑34, p. 53‑65. Dans les rapports préliminaires a été proposée une première expertise, provisoire à ce stade, du matériel archéologique. Ont participé aux fouilles E. Argyropoulou et G. Papadopoulou. Les relevés ont été réalisés par E. Zerva et S. Stavropoulou et la localisation topographique par L. Karavia et V. Zekio. La restauration des trouvailles sont l’œuvre des restaurateurs K. Kirkili et K. Makri. La collaboration des ouvriers a été précieuse, notamment de ceux originaires de la commune de Longanikos rattachée au dème de Sparte.

2  Le site a été repéré par l’auteur en décembre 2009 et fut fouillé en 2011 par la directrice de la Ve éphorie des Antiquités, A. Vasilographou, les archéologues Aph. Maltezou et I. Tsouktakos et l’auteur, sous la direction de l’éphore des Antiquités, A. Papadimitriou. Au même endroit a été repéré un habitat Néolithique et Protohelladique, une ferme archaïque et des vestiges d’habitat hellénistiques. Ont pris part à la fouille les archéologues D. Vlakakos et G. Smérou. Les relevés ont été réalisés par la dessinatrice I. Koulogeorgiou et l’architecte M. Koulogeorgiou. La restauration des thermes romains a été assurée par les restaurateurs de la Ve éphorie, D. Traga, R. Giannè, V. Stavropoulos, P. Diamandopoulou et P. Kostakou. Une mention spéciale doit être faite des techniciens spécialisés des communes de Longkanikos et Agoriani, tout particulièrement M. Markou, G. Théophilopoulou, P. Markou, Chr. Psatha, Tr. Chatzi, I. Bouziani, G. Vergado, G. Nikoloulia et I. Vergado.

3  G. A. Pikoulas, « Ο Παυσανίας και η Μεγαλοπολιτική », dans Α. Delivorias et al. (éds), ΕΠΑΙΝΟΣ Luigi Beschi. 7ο Παράρτηµα Μουσείο Μπενάκη (2011), p. 313‑322.

4  Pausanias, ΙΙΙ 21, 3 : …ἡ Βελεµίνα και µάλιστα ἄρδεσθαι πέφυκεν, ἥντινα διοδεύει µὲν τοῦ Εὐρώτα τὸ ὕδωρ, παρέχεται δὲ ἀφθόνους καὶ αὐτή πηγάς…. N. G. Papachatzis, Παυσανίου Περιήγησις. ΚορινθιακάΛακωνικά (1994), p. 404, 535.

5  Au troisième embranchement de l’échangeur de l’autoroute, à Longanikos, a été repéré un tronçon d’une route antique (au Sud du pont de Velona et au Nord de la chapelle de Saint‑Jean) que, sur la base des trouvailles et des vestiges voisins, on peut dater de la fin de l’époque archaïque/époque classique. Sur le réseau antique, voir Pikoulas 1988, p. 200, p. 203‑208, p. 210‑216, p. 224‑226, et id., Το οδικό δίκτυο της Λακωνικς (2012), p. 120‑121, p. 456‑457.

6  La route de l’Eurotas est celle suivie par les expéditions spartiates d’époques classique et hellénistique : Hérodote, IX 11, 2 ; Plutarque, Aristide, 10, 9 ; Thucydide, V 54, 1. Aux ive s.-iiie s. av. J.‑C., les expéditions spartiates vers la région de Mégalopolis empruntaient la voie de l’Eurotas qui passait par Vélémina et Leuctre ; c’est notamment, selon toute vraisemblance, la voie suivie par Archidamos en 364 (Xénophon, Hell., VII 4, 20), par Agis en 331 (Eschine, Ctés., 165) et par Cléomène III (228/7‑222 av. J.‑C.). L’importance de cette route est aussi attestée par l’édification d’un fortin spartiate à Leuctre en 370/369 av. J.‑C. (Xénophon, Hell., VI 4, 24). Voir W. Loring, « Some Ancient Routes in the Peloponnese », JHS 15 (1895), p. 47‑48, et Pikoulas 1988, p. 203‑204, 207‑211.

7  W. K. Pritchett, Studies in Ancient Greek Topography III. Roads (1980), p. 197‑288 et, plus particulièrement, p. 249‑253 et 258‑261 ; E. Weber, « Die Tabula Peutingeriana », AW 15 (1984), p. 3‑8 ; G. A. Pikoulas, « Η Tabula Peutingeriana και η χερσόνησος του Μαλέα », Ηρος 2 (1984), p. 175‑177, et Pikoulas 1988, p. 227.

8  Pour une présentation préliminaire des résultats de la fouille, voir Souchleris 2010, p. 33, 54‑65, fig. 1‑3, 10, 24, 25‑34, pl. 1‑6, 9‑10, et id., « Αγροτικές και βιοτεχνικές εγκαταστάσεις στην Ασεατική χώρα της νότιας της Αρκαδίας και στη Βελµινάτιδα χώρα της Βορειοδυτικής Λακεδαίµονος », dans A. D. Rizakis, I. P. Touratsoglou (éds), Villae Rusticae: Family and Market-Oriented Farms in Greece under Roman Rule. Proceedings of an international congress held at Patrai, 23‑24 April 2010 (2013), p. 344‑361.

9  Souchleris 2010, p. 54, p. 57‑60.

10  Sur Mégalopolis à l’époque romaine, voir U. Kahrstedt, Das wirtschaftliche Gesicht Griechenlands in der Kaiserzeit: Kleinstadt, Villa und Domäne (1954), p. 136‑148 ; S. A. Fritzilas, « Επιτύµβιες στήλες και ταφές στη Μεγαλόπολη », Πελοποννησιακά 30 (2011), p. 351‑376 (avec la bibliographie détaillée).

11  P. G. Themelis, « Υστερορωµαϊκή και Πρωτοβυζαντινή Μεσσήνη », dans P. G. Themelis, B. Konti (n. 8), p. 20‑34, et id., « The Economy and Society of Messenia under Roman Rule », dans Α. D. Rizakis, C. Lepenioti (éds), Roman Peloponnese ΙΙΙ. Society, Economy and Culture in the Imperial Roman Order: Continuity and Innovation (2010), p. 89‑110.

12  Jusqu’en mai 2012 on en avait retrouvé aux km 14,530 (Α/Κ de Longanikos) et 28,900 (A/K de Pellana), emplacement A3.

13  Sur les visites d’Hadrien à Sparte, voir A. M. Woodward, « Excavations at Sparta, 1926 II. The Theatre », ABSA 27 (1925‑1926), p. 227‑234, F2 [= SEG XI 492] ; W. Weber, Untersuchungen zur Geschichte des Kaisers Hadrianus (1907), p. 188‑189, et tableaux chronologiques aux p. 278‑279 ; J. Bingen, « Inscriptions du Péloponnèse », BCH 77 (1953), p. 642‑646 ; A. J. Spawforth, S. Walker, « The World of the Panhellenion II. Three Dorian Cities », JRS 76 (1986), p. 88‑105, princ. p. 88‑96 ; A. S. Bradford, « The Date Hadrian was Eponymous Patronomos of Sparta », Hόρος 4 (1986), p. 71‑74 ; A. A. Themos, « Επιγραφές από την Σπάρτη », Hόρος 13 (1999), p. 57.

14  N. A. Giannoukopoulos, « Τα ορόσηµα της αρχαίας Μεσσηνίας και Λακωνικής », Πλάτων 5 (1953), p. 1‑16 ; W. Kolbe, « Die Grenzen Messeniens », MDAI(A) 29 (1964), p. 364‑378 ; Pikoulas 1988, p. 123, no 80 ; G. Steinhauer, « Το πρόβληµα του AGER DENTHALIATIS », Αριάδνη IV (1988), p. 219‑233, not. p. 224‑226 ; D. Kosmopoulos, S. Koursoumis, « Αρχαία ορόσηµα επί της κορυφογραµµής του Ταϋγέτου », Λακωνικν ηµερολγιον (2012), p. 203‑205.

15  Dans la région de Petrina, où ont été fouillées les installations liées à la production de produits en terre cuite (B1), a aussi été repéré un emplacement de culte qui doit être relié à l’Hermaion signalé par Pausanias. Sur les bornes en Laconie, voir K. Romaios, Οι µεθόριοι λακωνικοί Ερµαί (1908), p. 383‑402, et id., Ίασος-Ιασαία (1957), p. 65‑75, not. p. 71 ; B. Flakaris, ρχαα Κυνουρία. νθρπινη δραστηριτητα κα περιβλλον (1985), p. 193‑195 ; Souchleris 2010, p. 33, p. 57‑60, et id., « Αγροτικές και βιοτεχνικές εγκαταστάσεις… » (n. 8).

16  I. G. Taïfakos, Ρωµαϊκή Πολιτική εν Λακωνία (1974), p. 55‑56 ; Grunauer 1978, p. 90‑94, Gruppe LI.

17  V. Papaefthimiou, « Λακωνικές στήλες πολεµιστών την εποχή της Ρωµαιοκρατίας », Πελοποννησιακά 21 (1995), p. 383‑393.

18  Le droit de la pièce montre une Artémis courant, en tenant une torche.

19  A. Themos et al., « Ύστερη ρωµαϊκή κεραµική από την περιοχή της κώµης της Πιτάνης στη Σπάρτη. Κεραµική της Ύστερης Αρχαιότητας από τον Ελλαδικό χώρο (3ος‑7ος αι. µ.Χ.) », dans Επιστηµονική Συνάντηση, Θεσσαλονίκη, 12‑16 Νοεµβρίου 2006 (2010), p. 743‑762.

20  On a repéré des couches de cendres et des éclats de pierre, tandis que des bâtiments furent installés sur les ruines postérieures à la catastrophe ou sur des couches d’incendie et construits avec des blocs remployés.

21  R. H. Rizakou, « Γυθείου επίγραµµα επιτύµβιον », ΑΕ (1912), p. 40‑43 ; A. Alföldi, « La grande crise du monde romain au iiie siècle », AC 7 (1938), p. 5‑18. ; M. Karamesini-Oikonomidou, « Μία µαρτυρία δια την κάθοδον των Ερούλων εις την Σπάρτην το 267 µ.Χ. Εύρηµα νοµισµάτων των Λακεδαιµονίων », dans Χαριστήριον εις Αναστάσιον Ορλάνδον III (1966), p. 376‑382, surtout p. 376‑377, pl. 121‑123 ; I. G. Taïfakos (n. 16), p. 58 ; M. Piérart, « Ο Ελληνισµός στη χερσόνησο του Αίµου. Πελοπόννησος », dans Ιστορία του Ελληνικού Έθνους, ΣΤ΄ (1976), p. 157‑165, not. p. 164‑165 ; Ι. Tourasoglou, Η Ελλάς και τα Βαλκάνια πριν από τα τέλη της Αρχαιότητος (2006), p. 97, p. 126 ; A. K. Kyrou, « Νοµισµατικές µαρτυρίες για τις βαρβαρικές επιδροµές στον νότιο Ελλαδικό χώρο κατά τους “Σκοτεινούς Αιώνες” του Βυζαντίου », Πελοποννησιακά 29 (2007‑2008), p. 225‑258, not. p. 227‑228.

22  Sur base essentiellement de témoignages épigraphiques on a pu dater la construction d’édifices publics, financés par Rome, dans la région de Sparte, de la décennie 240‑250 apr. J.‑C., et principalement de la période de co‑régence de Philippe I et du fils de Philippe II. G. Alföldy, « The Crisis of the Third Century as Seen by the Contemporaries », GRBS 15 (1974), p. 94‑95 ; A. J. S. Spawforth, « Notes on the Third Century A.D. in Spartan Epigraphy », ABSA 79 (1984), p. 274‑277.

23  Zosime, IX 18. A. M. Woodward (n. 13), p. 210‑254, not. p. 245‑247, no 35.

24  Ph. Avaggelatou-Notara, « …Και τά πολλά τής Πελοποννήσου… σεισµού γεγόνασιν παρανάλωµα », dans Πρακτικά του Γ Διεθνούς Συνεδρίου Πελοποννησιακών Σπουδών (Καλαµάτα, 8‑15 Σεπτεµβρίου 1985), II (1987‑1988), p. 427‑432.

25  E. Ch. Chrysos, « Οι Βησιγότθοι στην Πελοπόννησο (396‑397 µ.Χ.) », dans Πρακτικά του Β΄ Διεθνούς Συνεδρίου Πελοποννησιακών, Πάτραι, 25‑31 Μαΐου 1980, II (1981‑1982), p. 181‑191, n. 185, 188 ; T. Gregory, « The Fortified Cities of Byzantine », Archaeology 35 (1982), p. 14‑21. Les Wisigoths préféraient s’en prendre aux petites propriétés rurales ou urbaines, où ils pouvaient facilement rassembler du butin, notamment des vivres et des objets de valeur. P. Velissariou, « Αρχαιολογική ένδειξη της παρουσίας Βησιγότθων στην Φολόη και στον Ερύµανθο (397 µ.Χ.) », dans T. Rizakis (éd.), Αρχαία Αχαΐα και Ηλεία (1991), p. 269‑273, not. 269‑270 ; G. A. Pikoulas, « Μεγαλοπολιτική, Πελλάνα Λακωνίας: Ο δρόµος, που είναι τείχος… », Ηρος 13 (1999), p. 235‑238.

26  Th. Spyropoulos, « Ανασκαφικές εργασίες. Πελλάνα », AΔ 37 (1982), Β´1, p. 112‑113 ; A. Avramea, « Νοµισµατικοί “θησαυροί” και µεµονωµένα νοµίσµατα από την Πελοπόννησο (Στ‑Ζ´αι.) », Σύµµεικτα 5 (1983), nos 28, 64‑65 ; A. Pariente, « Chronique des fouilles en 1989 », BCH 114 (1990), p. 733 ; T. G. Spyropoulos, « Pellana: The Administrative Centre of Prehistoric Laconia », dans W. G. Cavanaugh, S. E. C. Walker (éds), Sparta in Laconia. Proceedings of the 19th British Museum Classical Colloquium Ηeld with the British School at Athens and King’s and University Colleges (1998), p. 31.

27  Themelis 2002, p. 34.

28  J. A. Tainter, The Collapse of Complex Societies (1988), p. 11, p. 188, p. 193‑199.

29  Sur le tremblement de terre de 365 apr. J.‑C., voir S. Stiros, Z. Papageorgiou, S. Markoulaki, « Καταστροφή των κρητικών πόλεων το 365 µ.Χ. », dans M. Livadiotti, I. Simiakaki (éds), Creta romana e protobizantina. Atti del Congresso Internazionale (2004), II, p. 427‑442.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Thermes d’époque romaine tardive. Kyparissios de Longanikos.
Crédits Cl. Ε ́ ΕΠΚΑ.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/390/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 286k
Titre Fig. 2 – Carte avec les nouveaux sites dans la Lacédémonie Nord‑occidentale.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/390/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 399k
Titre Fig. 3 – Installations artisanales à Petrina de Mégalopolis.
Crédits Cl. ΛΘ ́ ΕΠΚΑ.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/390/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 395k
Titre Fig. 4 – Lieu de culte à Petrina de Mégalopolis.
Crédits Cl. ΛΘ ́ ΕΠΚΑ.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/390/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 585k
Titre Fig. 5 – Dupondius d’Hadrien frappé à Lacédémone.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/390/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 6 – Antoninianus d’Aurélien.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/390/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 7‑8 – Bronzes de Constance II.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/390/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Léonidas Souchleris, « Témoignages numismatiques provenant du Nord‑Est de la Mégalopolitide et du Nord‑Ouest de Lacédémone »Bulletin de correspondance hellénique, 139-140.2 | 2016, 623-632.

Référence électronique

Léonidas Souchleris, « Témoignages numismatiques provenant du Nord‑Est de la Mégalopolitide et du Nord‑Ouest de Lacédémone »Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 139-140.2 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 21 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/bch/390 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bch.390

Haut de page

Auteur

Léonidas Souchleris

Archéologue, éphorie des Antiquités de Laconie.

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search