Navigation – Plan du site

AccueilNuméros139-140.2DossiersMonnaies trouvées à Mycènes

Dossiers

Monnaies trouvées à Mycènes

Éléni Palaiologou
p. 633-640

Résumés

L’utilisation du territoire de la kômè de Mycènes, intégrée à la cité‑état d’Argos à l’époque historique, est documentée par la présence sporadique de monnaies, ainsi deux oboles en argent usées, trouvées dans des tombes du début du iie s. av. J.‑C. (une d’Égine du ve s. et une de Phlionte du ive s.). La nécropole, en usage depuis le vie s. et composée de tombes à fosse et à ciste, se trouvait le long de la « voie sacrée » qui conduisait de Mycènes au grand sanctuaire d’Héra, le célèbre Héraion. Dans la plaine, au Nord‑Ouest de l’acropole de Mycènes et du centre de la kômè hellénistique, en bordure de la route qui menait à Argos, trois monnaies de bronze ont été retrouvées dans un monument funéraire du Mycénien tardif (xiie s. av. J.‑C.) : deux d’Argos, la troisième de Sicyone. À ces trouvailles s’ajoute une monnaie d’argent frappée au Sud‑Est de la France au xiie s. apr. J.‑C., retrouvée en surface dans la région de Mycènes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Les talents de bronze ou d’étain de l’âge du bronze, en forme de peau de bœuf, ne doivent pas être (...)

1Malgré son riche passé au cours du IIe millénaire, quand elle répandait dans le monde helladique des matières premières de grande valeur, comme du bronze sous forme de talents1, Mycènes n’est pas parvenue à l’époque historique à faire fonctionner un atelier monétaire propre, à la différence des cités voisines, Argos, Égine et Corinthe, en raison de son importance mineure et d’une autonomie limitée. Les monnaies retrouvées sur son territoire proviennent donc de cités‑États voisines et datent pour les plus anciennes du début du ve s. av. J.‑C.

  • 2  J. A. Dengate, « Coins from the Mycenae Excavations, 1939‑1962 », ABSA 69 (1974), p. 95‑102. On le (...)
  • 3  Les unguentaria, à la fois par leur couleur et la qualité de l’argile, sont semblables d’une part (...)
  • 4  La tombe en poros 12 est clairement antérieure à la tombe à fosse 13. Bien que dépourvue d’offrand (...)

2Aux débuts de l’époque historique, Mycènes était une petite cité, certes, mais importante, fière de son passé et qui a lutté pour conserver son indépendance face aux prétentions de sa puissante voisine, Argos, en s’alliant à ses rivaux. Si les importations de céramique proviennent en masse aussi bien des ennemis que des amis d’Argos, les plus anciennes monnaies qu’on y a retrouvées, du début du ve s., sont des frappes d’Égine2, encore thésaurisées dans des trésors « mycéniens » au iiie s. av. J.‑C. et qui ont, effectivement, circulé longtemps, puisqu’une obole en argent (fig. 1) à la tortue de mer fut encore déposée comme offrande à Charon dans une tombe du iie s. av. J.‑C. Son usure témoigne de sa longue circulation avant d’aboutir dans la tombe avec d’autres offrandes, quatre unguentaria intacts, trois autres brisés et un alabastre en terre cuite à fond blanc3 (fig. 2). L’obole a dû circuler pendant plusieurs siècles si elle a été déposée dans la sépulture 13, en pleine terre, ou pendant de longues années si elle provient de la sépulture voisine, tombe à fosse aux parois en poros (tombe 12), qui fut perturbée sur toute sa longueur par le creusement de la tombe du iie s. av. J.‑C.4.

Fig. 1 – Obole en argent d’Égine AMM 1890 : au dr. tortue marine ; au rv. carré creux en ailes de moulin. Tserania, tombe 13, ca 1 g, 0,9 cm.

Fig. 1 – Obole en argent d’Égine AMM 1890 : au dr. tortue marine ; au rv. carré creux en ailes de moulin. Tserania, tombe 13, ca 1 g, 0,9 cm.

Fig. 2 – a. Alabastre de la tombe 13 à Tserania ; b. Unguentaria de la tombe 13 à Tserania.

Fig. 2 – a. Alabastre de la tombe 13 à Tserania ; b. Unguentaria de la tombe 13 à Tserania.
  • 5  J. M. Hall, « Alternative Responses Within Polis Formation: Argos, Mykenai and Tiryns », dans H. D (...)
  • 6  S. Iakovidis, E. B. French, Archaeological Atlas of Mycenae (2003), carte 7, E4 :29, F4 :11.

3Les deux tombes appartiennent à une nécropole densément occupée et qui a livré d’abondantes offrandes, du vie et des débuts du ve s. av. J.‑C., au lieu‑dit Tserania (fig. 3), en bordure de la route, fréquentée pendant des siècles, qui menait de l’acropole de Mycènes à l’Héraion de Prosymna, la « voie sacrée » de Mycènes5. L’emplacement de la nécropole donnait quelque prestige aux défunts enterrés à cet endroit, qu’accompagnaient dans la tombe des phiales en bronze, des bijoux, des pyxides corinthiennes et d’autres vases, à une époque où la ville peu peuplée des Mycéniens contrôlait le sanctuaire d’Héra. D’autres nécropoles mycéniennes de même époque ont été localisées, l’une le long de cette même voie au lieu‑dit Kokkinia, à l’Ouest de la tholos d’Agamemnon, vouée à un culte héroïque depuis le viiie s. jusqu’à l’époque hellénistique, une autre au Sud de l’acropole au lieu‑dit Chônia, du début du ve s.6.

Fig. 3 – Relevé de la nécropole de Tserania.

Fig. 3 – Relevé de la nécropole de Tserania.
  • 7  Pour un exemplaire du iiie, voir S. E. Iakovidis, Ανασκαφές Μυκηνών. Η Βορειοδυτική Συνοικία (2006 (...)
  • 8  Ch. Kritzas, « Nouvelles inscriptions d’Argos : les archives des comptes du trésor sacré (ive s. a (...)
  • 9  Α. J. B. Wace, Chamber Tombs at Mycenae (1932), p. 47, sur le four circulaire installé dans le dro (...)

4Les monnaies, d’époque classique ou hellénistique, récupérées à Mycènes, sur l’acropole, dans la zone d’habitation autour de celle‑ci, à l’intérieur des murs et au‑delà, sont des trouvailles7 de surface ou localisées dans des couches datant au plus tôt du iiie s. C’est l’époque de la renaissance définitive de la région, après l’abandon consécutif à la destruction et au dépeuplement par Argos en 468 av. J.‑C. Deux raisons essentielles expliquent cette résurgence : d’abord la reconnaissance par Argos, après la guerre de Corinthe (394‑386 av. J.‑C.), de la position stratégique de Mycènes pour contrer les machinations de Sparte et d’autres ennemis, ce qui amena la métropole argienne à faciliter le redressement de sa kômè, appelée Mykanai dans les tablettes en bronze trouvées à Argos8 ; puis, au début du iiie s. les Argiens réparent ce qu’ils avaient eux‑mêmes précédemment détruit, notamment des portions du rempart de l’acropole, et, à l’Ouest de l’acropole, ils fortifient la zone habitée. Pour barrer les accès au territoire ils édifient des forts qui protègent l’Argolide de toute menace extérieure. À l’intérieur de l’enceinte de l’acropole mycénienne ils mettent en place des cellules artisanales  et industrielles – teintureries, pressoirs, installations vinicoles  et à l’extérieur des murs, par‑dessus les tombes à tholos effondrées, des fours de potier9. Parallèlement, comme on le constate plus généralement à cette époque, ils développent dans l’arrière‑pays la production agricole en exploitant une riche terre, qui précédemment avait été le moteur du développement économique. On tire aussi parti de la situation de Mycènes, au milieu des terres, pour protéger la campagne des pirates qui dévastaient la Méditerranée à cette époque. Les sanctuaires, ceux d’Héra, d’Ényalios, d’Apollon Smintheus, mais aussi l’Agamemnonion, veillent sur la production et assurent la protection des frontières de la riche terre « consacrée » par la puissante Argos.

  • 10  Sur les monnaies de Phlionte, voir BCD Peloponnesos, p. 50‑55.
  • 11  N. Papachatzis, Παυσανίου Ελλάδος Περιήγησις (Κορινθιακά, Λακωνικά) (1963), II, 13, 7 ; U. Westerm (...)

5La nécropole de Tserania n’a cessé d’être en usage du vie s. au iie s. av. J.‑C. Dans la tombe en poros 11, du iie s., identique à la tombe à fosse 13, a été retrouvée, sous le tronc du mort, une obole de Phlionte (fig. 4), que l’on date du ive s.10 et un strigile en fer (fig. 5). Les types de l’obole ne paraissent pas anodins : le taureau, tête de face, qui orne le droit, évoque le sacrifice de la bête et à ce titre la mort ; la lettre Φ, initiale du nom et symbole de la cité, renvoie à Phlionte11.

Fig. 4 – Obole en argent de Phlionte (2:1) AMM 1887. Tombe 11 de Tserania. Au dr. : avant‑corps de taureau ; au rv. lettre Φ, ca 1 g, 1,2 cm.

Fig. 4 – Obole en argent de Phlionte (2:1) AMM 1887. Tombe 11 de Tserania. Au dr. : avant‑corps de taureau ; au rv. lettre Φ, ca 1 g, 1,2 cm.

Cl. G. Patrikianou.

Fig. 5 – Strigile en fer trouvée dans la tombe 11 de Tserania. AMM 971.

Fig. 5 – Strigile en fer trouvée dans la tombe 11 de Tserania. AMM 971.
  • 12  Ph. Bruneau, « Tombes d’Argos », BCH 94 (1970), p. 528.

6Les deux oboles qui accompagnaient les défunts sont ce que l’on appelle des « oboles de Charon », droits d’entrée pour monter à bord de la barque qui mène les âmes à l’au‑delà, fruit d’une croyance qui prit naissance dans le courant du ve s. et qui se développa progressivement en Argolide12. La coutume, à ses débuts, fut raillée avec vivacité par Aristophane dans Les Grenouilles, pièce représentée en 403 av. J.‑C. aux Grandes Dionysies d’Athènes.

  • 13  H. Palaiologou, « Late Helladic IIIC Cremation Burials at Chania of Mycenae », dans M. Lochner, F. (...)
  • 14  N. Papachatzis (n. 11), II, 18, 1 ; H. Palaiologou (n. 13), p. 263. Dans l’hypothèse où le tumulus (...)
  • 15  S. E. Alcock, « Tomb Cult and Post‑Classical Polis », AJA 95 (1991), p. 447‑467.

7Dans la plaine, au Sud‑Ouest de l’acropole, au lieu‑dit Chania, le long de la route qui conduisait à Argos, à l’emplacement d’un tumulus funéraire du xiie s. (fig. 6) voisin de ruines mycéniennes du xiiie s. fut installé un sanctuaire voué au passé, en service de l’époque archaïque à l’époque hellénistique. Le tumulus a reçu aussi des offrandes, objets en terre cuite et trois monnaies de bronze, deux au‑dessus du tumulus, la troisième à côté13. Le tumulus était manifestement visible et l’on peut se demander si telle n’est pas la tombe de Thyeste signalée par Pausanias sur la route de Mycènes à Argos14. Des offrandes monétaires ont aussi été signalées dans la tombe à tholos d’Égisthe à Mycènes, dans la tombe à chambre à Volmidia de Messénie, dans la tombe à tholos de Médéon, autant de témoignages de la réoccupation de ces monuments ou des honneurs rendus aux lointains ancêtres15.

Fig. 6 – Tumulus funéraire de l’Helladique Récent III C à Chania, Mycènes.

Fig. 6 – Tumulus funéraire de l’Helladique Récent III C à Chania, Mycènes.

Cl. G. Kalkanakou.

  • 16  BCD Peloponnesos, p. 273, nos 1124‑1126.

8Comme nous l’avons dit, la métropole argienne est représentée à Mycènes par deux monnaies de bronze et l’omniprésente Sicyone par une autre. Les deux monnaies argiennes en bronze sont datées, l’une et l’autre, de la fin du iiie s. / début du iie s. av. J.‑ C.16 et renvoient l’image des deux principales divinités du panthéon, Héra et Apollon : l’une porte au dr. une tête couronnée d’Héra (fig. 7), celle de la statue de culte de l’Héraion et montre au rv. une source, qui évoquait tout autant l’eau des ablutions mystériques de l’Héraion que l’eau « libératrice » puisée au ruisseau ὓδωρ Ἐλευθέριον (Pausanias II 17,1) ; à gauche un casque corinthien, à droite 日, initiale de la déesse.

Fig. 7 – Bronze d’Argos. BE 29345. Chania, ca 3 g, 1,5 cm.

Fig. 7 – Bronze d’Argos. BE 29345. Chania, ca 3 g, 1,5 cm.

Cl. G. Patrikianou.

  • 17  Pour les liens d’Argos avec le loup et Apollon Lycien, voir B. Eder, « The Dorian Migration. Relig (...)

9L’autre bronze argien (fig. 8) porte au dr. la tête d’Apollon à g. et au rv. le loup avançant à g.17. La tête du dieu est probablement inspirée de la statue cultuelle de son temple argien. Le loup évoque, lui, la force d’Apollon qui tua l’animal sauvage et libéra les bergers argiens de la crainte qu’il leur inspirait.

Fig. 8 – Bronze d’Argos. BE 29346. Chania, ca 3 g, 1,5 cm.

Fig. 8 – Bronze d’Argos. BE 29346. Chania, ca 3 g, 1,5 cm.

Cl. É. Palaiologou.

  • 18  BCD Peloponnesos. J. A. W. Warren, « The Autonomous Bronze Coinage of Sicyon. Part I », NC 143 (19 (...)

10La monnaie en bronze de Sicyone (fig. 9) porte au dr. la colombe volant à g., l’emblème d’Aphrodite, et au rv. une couronne d’olivier entourant les lettres TE, interprétées comme l’abréviation de tétartémorion, tandis que les lettres ΔΗ qui apparaissent sur les monnaies contemporaines ont, elles, été analysées comme les initiales de Démétrios, en l’occurrence de Démétrios Poliorcète qui s’empara de Sicyone en 303 et y frappa monnaie. Le bronze avec TE peut être daté de cette même année18.

Fig. 9 – Bronze de Sicyone. BE 29344. Chania, ca 3 g, 1,5 cm.

Fig. 9 – Bronze de Sicyone. BE 29344. Chania, ca 3 g, 1,5 cm.

Cl. G. Patrikianou.

11Les trois monnaies ont pu faire l’objet d’une offrande groupée ou d’offrandes distinctes à l’imposant monument funéraire que pouvaient apercevoir ceux qui se rendaient à Argos par cette route. Ces vestiges impressionnants du passé mycénien devaient inspirer crainte et respect aux habitants de la Mycènes hellénistique, qui ne cessaient de les honorer par des offrandes et de les revendiquer comme des témoins de leur identité et de leurs droits sur le sol. En outre, toute la région de Mycènes était envahie de légendes, entretenues par l’épopée homérique et les tragédies, celles‑là mêmes qui furent narrées à Pausanias beaucoup plus tard, au iie s. apr. J.‑C.

  • 19  Sur l’effondrement économique des villes péloponnésiennes, voir A. Rizakis, Y. Touratsoglou, « L’é (...)
  • 20  Anthologie Palatine, IX,101.
  • 21  J. A. Dengate (n. 2), p. 102.

12Dès 146 et la prise de Corinthe par les Romains, la terre argienne fut abandonnée et Mycènes définitivement désertée19. N’y survivent que quelques familles de paysans qui accueillent les voyageurs de passage, comme Pausanias qui relaiera dans sa Périégèse les récits que lui firent ses guides locaux, tandis que l’Anthologie palatine conserve une épigramme d’Alcée de Mytilène qui décrit la désolation de la « Mycènes riche en or »20. Le seul vestige numismatique de ce temps est une monnaie de Julia Domna trouvée sur l’acropole21.

  • 22  À l’Agamemnonion ont été retrouvées deux monnaies byzantines en bronze, J. M. Cook, « The Agamemno (...)
  • 23  S. Iakovidis, E. B. French (n. 6), p. 3.
  • 24  Gui de Bourgogne fut archevêque de Vienne entre 1083 et 1119, avant d’occuper le siège papal sous (...)
  • 25  A. J. B. Wace, Mycenae. Αn Archaeological History and Guide (1949), p. 26, no 2.

13Après des siècles d’abandon, émaillés de rares trouvailles monétaires22, l’intérêt pour Mycènes et sa riche terre se manifeste à nouveau. À l’époque byzantine tardive de nouvelles communautés s’installent dans des villages, comme celui de Krabata à l’emplacement de la moderne Mycènes ou au lieu‑dit Palio Chôrio sur la colline de la Vierge, à l’Ouest de l’acropole23. De cette époque date un denier d’argent (fig. 10), trouvé en surface à « Vathy Rèma » qui montre, au dr., un homme barbu dans un cercle et sur le pourtour l’inscription SM VIENNA ; au rv. une croix dans un cercle, des globules aux quatre quartiers et l’inscription MAXIMA GA au pourtour. Il s’agit d’un denier du Sud‑Est de la France, du xiie s. apr. J.‑C., représentant l’archevêque de Vienne, peut‑être Gui de Bourgogne24. Cette monnaie a dû parvenir à Mycènes au xiiie s. apr. J.‑C. avec les hordes venues du Nord, les vagues de croisés ou les occupants Francs. Peut‑être pourrions‑nous relier le nom du village Krabata ou Carvati à la Croatie (Hrvat)25, généralement bien disposée envers le Vatican.

Fig. 10 – Denier d’argent MM1889, trouvé en surface à « Vathy Rèma », un peu moins de 1 g, 1,7 cm.

Fig. 10 – Denier d’argent MM1889, trouvé en surface à « Vathy Rèma », un peu moins de 1 g, 1,7 cm.

Cl. G. Patrikianou.

14Plus tard, les occupants, dans leur soif de tribut, facilitèrent l’exploitation des terres fertiles, mais le Palio Chôrio fut abandonné, très probablement après le départ des Vénitiens en 1715. Depuis, tout au long de l’occupation turque (1715‑1821), le village de Krabata/Carvati se maintient et portera à partir de 1928 jusqu’à nos jours le nom de Mycènes, tirant sa subsistance de l’agriculture et du tourisme.

Haut de page

Notes

1  Les talents de bronze ou d’étain de l’âge du bronze, en forme de peau de bœuf, ne doivent pas être tenus pour de la « pré‑monnaie », mais uniquement comme un étalon commercial, ainsi que l’explique G. F. Bass, « Cape Gelidonya: A Bronze Age Shipwreck », TAPhS n. s. 57 (1967), p. 71.

2  J. A. Dengate, « Coins from the Mycenae Excavations, 1939‑1962 », ABSA 69 (1974), p. 95‑102. On les retrouve encore dans des trésors du iiie s., comme IGCH 171 (Mycènes 1895, constitué de 3 786 monnaies d’argent, présentées pour la première fois par A. Lambropoulou, « Ἀρχαῖα Ἑλληνικά Νοµίσµατα εὐρεθέντα ἐν Μυκήναις », ΑΕ [1896], p. 137‑198, pl. 6‑10).

3  Les unguentaria, à la fois par leur couleur et la qualité de l’argile, sont semblables d’une part à ceux de la « Maison des Figurines » (voir W. Rudolph, « Hellenistic Fine Ware Pottery and Lamps from the House with the Idols at Mycenae », ABSA 73 [1978], p. 233), d’autre part à ceux retrouvés dans la tombe 1 de la nécropole préhistorique (A. J. B. Wace et al., « Mycenae 1939‑1952 », ABSA 48 [1953], p. 9). Les unguentaria et les alabastres sont datés de la fin du iie s. et du début du ier s. av. J.‑C. Pour d’autres tombes hellénistiques de cette époque, voir A. Boethius, « Hellenistic Mycenae », ABSA 25 (1921‑1923), p. 421.

4  La tombe en poros 12 est clairement antérieure à la tombe à fosse 13. Bien que dépourvue d’offrandes, son mode de construction la situe avant l’époque hellénistique, quand les tombes sont oblongues.

5  J. M. Hall, « Alternative Responses Within Polis Formation: Argos, Mykenai and Tiryns », dans H. Damgaard Andersen et al. (éds), Urbanization in the Mediterranean in the 9th to 6 th Centuries B.C. (1997), p. 104.

6  S. Iakovidis, E. B. French, Archaeological Atlas of Mycenae (2003), carte 7, E4 :29, F4 :11.

7  Pour un exemplaire du iiie, voir S. E. Iakovidis, Ανασκαφές Μυκηνών. Η Βορειοδυτική Συνοικία (2006), p. 84, p. 119. Pour un autre exemple de la fin ive s.-début iiie s., S. E. Lakovidis, Ανασκαφές Μυκηνών. Η Οικία στις Πλάκες (2013), p. 94‑95, pl. 33α.

8  Ch. Kritzas, « Nouvelles inscriptions d’Argos : les archives des comptes du trésor sacré (ive s. av. J.‑C.) », CRAI (2006), p. 434. Les tablettes de bronze constituent le premier témoignage sur la kômè de Mycènes au ive s.

9  Α. J. B. Wace, Chamber Tombs at Mycenae (1932), p. 47, sur le four circulaire installé dans le dromos de la tombe à chambre 513. Un autre four de ce type était installé dans la chambre d’une tombe de « Panô Fournou », dont le toit s’était effondré.

10  Sur les monnaies de Phlionte, voir BCD Peloponnesos, p. 50‑55.

11  N. Papachatzis, Παυσανίου Ελλάδος Περιήγησις (Κορινθιακά, Λακωνικά) (1963), II, 13, 7 ; U. Westermark, « Coins from the Swedish Excavations at Asine in Argolis », OAth 13/17 (1980), p. 253, no 30.

12  Ph. Bruneau, « Tombes d’Argos », BCH 94 (1970), p. 528.

13  H. Palaiologou, « Late Helladic IIIC Cremation Burials at Chania of Mycenae », dans M. Lochner, F. Ruppenstein (éds), Brandbestattungen von der mittleren Donau bis zur Ägäis zwischen 1300 und 750 v. Chr. (2012), p. 263.

14  N. Papachatzis (n. 11), II, 18, 1 ; H. Palaiologou (n. 13), p. 263. Dans l’hypothèse où le tumulus est identifié à la tombe de Thyeste signalée par Pausanias, on y localisera aussi le lieu‑dit « Les Béliers », conformément aux informations du Périégète. L’autel cylindrique en pierre qui porte l’inscription et la tête sculptée d’un bélier, trouvé dans l’église de Phichtia, doit provenir de Chania, sans que l’on doive y reconnaître le monument vu par Pausanias, qui le décrit comme un bélier de pierre dressé, sans autre détail (autel ou inscription).

15  S. E. Alcock, « Tomb Cult and Post‑Classical Polis », AJA 95 (1991), p. 447‑467.

16  BCD Peloponnesos, p. 273, nos 1124‑1126.

17  Pour les liens d’Argos avec le loup et Apollon Lycien, voir B. Eder, « The Dorian Migration. Religious Consequences in the Argolid », dans R. Hägg, G. C. Nordquist (éds), Celebrations of Death and Divinity in the Bronze Age Argolid. Proceedings of the Sixth International Symposium at the Swedish Institute at Athens, 11‑13 June 1988 (1990), p. 207‑211. Sur le type, voir BCD Peloponnesos, no 1128.

18  BCD Peloponnesos. J. A. W. Warren, « The Autonomous Bronze Coinage of Sicyon. Part I », NC 143 (1983), p. 46‑47.

19  Sur l’effondrement économique des villes péloponnésiennes, voir A. Rizakis, Y. Touratsoglou, « L’économie du Péloponnèse hellénistique : un cas régional », dans C. Grandjean (éd.), Le Péloponnèse d’Épaminondas à Hadrien. Actes du colloque de Tours, 5‑7 octobre 2005 (2008), p. 69‑82.

20  Anthologie Palatine, IX,101.

21  J. A. Dengate (n. 2), p. 102.

22  À l’Agamemnonion ont été retrouvées deux monnaies byzantines en bronze, J. M. Cook, « The Agamemnoneion », ABSA 48 (1953), p. 68, 6.

23  S. Iakovidis, E. B. French (n. 6), p. 3.

24  Gui de Bourgogne fut archevêque de Vienne entre 1083 et 1119, avant d’occuper le siège papal sous le nom de Calixte (1119‑1124). Nous devons l’identification à J. Baker de l’Ashmolean Museum, que je remercie vivement, autant que M. Galani-Krikou pour son aide précieuse. F. Poey d’Avant, Monnaies féodales de France III (1862), p. 4826, pl. CVI, no 15 ; J. N. Roberts, The Silver Coins of Medieval France (476‑1610 A.D.) (1996), p. 280‑281, no 5045.

25  A. J. B. Wace, Mycenae. Αn Archaeological History and Guide (1949), p. 26, no 2.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Obole en argent d’Égine AMM 1890 : au dr. tortue marine ; au rv. carré creux en ailes de moulin. Tserania, tombe 13, ca 1 g, 0,9 cm.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/392/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Titre Fig. 2 – a. Alabastre de la tombe 13 à Tserania ; b. Unguentaria de la tombe 13 à Tserania.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/392/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Fig. 3 – Relevé de la nécropole de Tserania.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/392/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 673k
Titre Fig. 4 – Obole en argent de Phlionte (2:1) AMM 1887. Tombe 11 de Tserania. Au dr. : avant‑corps de taureau ; au rv. lettre Φ, ca 1 g, 1,2 cm.
Crédits Cl. G. Patrikianou.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/392/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Titre Fig. 5 – Strigile en fer trouvée dans la tombe 11 de Tserania. AMM 971.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/392/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Titre Fig. 6 – Tumulus funéraire de l’Helladique Récent III C à Chania, Mycènes.
Crédits Cl. G. Kalkanakou.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/392/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Fig. 7 – Bronze d’Argos. BE 29345. Chania, ca 3 g, 1,5 cm.
Crédits Cl. G. Patrikianou.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/392/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Titre Fig. 8 – Bronze d’Argos. BE 29346. Chania, ca 3 g, 1,5 cm.
Crédits Cl. É. Palaiologou.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/392/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Titre Fig. 9 – Bronze de Sicyone. BE 29344. Chania, ca 3 g, 1,5 cm.
Crédits Cl. G. Patrikianou.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/392/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Titre Fig. 10 – Denier d’argent MM1889, trouvé en surface à « Vathy Rèma », un peu moins de 1 g, 1,7 cm.
Crédits Cl. G. Patrikianou.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/392/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éléni Palaiologou, « Monnaies trouvées à Mycènes »Bulletin de correspondance hellénique, 139-140.2 | 2016, 633-640.

Référence électronique

Éléni Palaiologou, « Monnaies trouvées à Mycènes »Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 139-140.2 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 24 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/bch/392 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bch.392

Haut de page

Auteur

Éléni Palaiologou

Éphorie des Antiquités préhistoriques et classiques de Nauplie.

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search