Navigation – Plan du site

AccueilNuméros139-140.2DossiersUne collection de monnaies conser...

Dossiers

Une collection de monnaies conservée au Musée de Nauplie

Georgia Ivou
p. 669-682

Résumés

Un ensemble de 55 monnaies conservé dans les réserves du Musée archéologique de Nauplie est accompagné d’une indication ancienne, qui le relie à la collection de G. Thermogiannis, offerte au Musée, très probablement après sa mort en 1945. Il y est signalé que les monnaies proviennent d’une boîte qui contenait aussi les gemmes de la même collection. Toutefois, les monnaies n’ont pas reçu de numéro d’inventaire et ne sont reprises dans aucun des catalogues anciens de la donation Thermogiannis. L’identification des 51 monnaies antiques, grecques et romaines, les unes assez banales, d’autres moins, permet de les ordonner par ateliers et zones géographiques, ce qui amène à constater que l’ensemble correspond mieux au contenu d’une autre grande donation faite au Musée archéologique de Nauplie, celle de l’avocat E. Glymenopoulos.

Haut de page

Notes de l’auteur

La présentation de la collection avait fait l’objet d’un poster lors du colloque de 2011 à Argos, sous le titre « Νομισματικό σύνολο από ιδιωτική συλλογή στο Μουσείο Ναυπλίου ». Les monnaies ont été nettoyées par la restauratrice de la ive éphorie, G. Kapsali.

Texte intégral

  • 1  On notera l’absence de monnaies byzantines et la présence d’à peine quatre pièces pour les période (...)

1La collection de monnaies conservée dans les réserves du musée de Nauplie est composée de 55 monnaies d’argent et de bronze, datant du vie s. av. J.‑C. à l’époque moderne. Nous présentons ici les 51 monnaies antiques, grecques et romaines1, de divers cités ou États. La disparité géographique et chronologique de l’ensemble et les conditions de leur entrée au musée invitent à les attribuer à l’une des deux collections privées offertes jadis au Musée de Nauplie et non comme un ensemble provenant de fouilles.

  • 2  BCH 79 (1955), p. 236, où est signalée la provenance argienne de la collection. Nous devons les in (...)
  • 3  CMS V Suppl. 1B (1993), nos 89‑103. La collection contenait aussi un scarabée égyptien : E. H. Kli (...)

2La collection de G. Thermogiannis (1862‑1945), pharmacien de Nauplie, fut très probablement remise au Musée de la ville après sa mort en 1945, dès lors que la première mention qu’on en trouve dans les inventaires se lit dans les archives de 19542. Nous ignorons tout des modalités de sa constitution. Elle était essentiellement composée de vases corinthiens et attiques, de figurines en terre cuite d’époque classique, de bijoux en or et de sceaux. Bien qu’il ne soit pas question de monnaies dans l’inventaire de la collection Thermogiannis, il ne peut être fortuit que l’ensemble ici présenté fût conservé au Musée dans la même boîte métallique que les sceaux mycéniens de la collection3.

  • 4  D. Ch. Georgopoulos, « Το Αρχαιολογικό Μουσείο Ναυπλίου και η συµβολή των Σουηδών στην οργάνωσή το (...)

3Par contre, un grand nombre de monnaies étaient intégrées à l’inventaire de la collection de l’avocat E. Glymenopoulou (1833‑1912) qui prit du service en qualité d’employé d’ambassade dans les Balkans et en Égypte. Sa collection, donnée au Musée en 1902, était composée, entre autres, de vases attiques et de figurines, de vases béotiens et corinthiens, de figurines égyptiennes. Parmi d’autres objets, on signale qu’elle contenait aussi « 300 monnaies environ des Ptolémées, d’Alexandre et gréco-romaines d’Alexandrie, outre des milliers de monnaies grecques et romaines, sans valeur scientifique directe, mais non dépourvues d’intérêt dans la mesure où elles présentaient les types caractéristiques de la plupart des cités grecques et les bustes de tous les empereurs romains »4. Ces nombreuses monnaies n’ont pas été intégrées dans les réserves du Musée.

4Attribuer l’ensemble présenté ici à l’une de ces deux grandes donations est tentant. On y repère des paquets comme les « tortues » d’Égine, les « chouettes » d’Athènes, des exemplaires au nom de Philippe II et d’Alexandre le Grand et des monnaies de Cléopâtre VII, outre des émissions de villes et d’États grecs, regroupées autour de deux zones géographiques axées sur le Péloponnèse et, enfin, des monnaies impériales romaines.

Monnaies d’Égine

  • 5  L’identification des exemplaires se réfère à la classification de Gjongegaj, Nicolet-Pierre 1995.
  • 6  SNG Deutschland (München) 14, no 576.

5Des riches émissions d’Égine sont ici conservées huit monnaies d’argent : six statères, une drachme et une hémidrachme, que l’on date de la fin du vie s. à la seconde moitié du ive av. J.‑C. Elles appartiennent aux types bien connus – tortues de terre ou de mer au dr., carré creux au revers5 – qui inondèrent les marchés aux époques archaïque et classique et influencèrent la métrologie et les techniques de fabrication de la production monétaire grecque. Au rv. de la drachme, qui est aussi la plus récente des pièces de la série, se lit le début de l’ethnique Α/ΙΓΙ dans les deux quartiers supérieurs tandis qu’un dauphin occupe le quartier inférieur gauche (fig. 1)6.

Fig. 1 – Revers de la drachme d’argent d’Égine (cat. no 6).

Fig. 1 – Revers de la drachme d’argent d’Égine (cat. no 6).

Monnaies d’Athènes

  • 7  Bingen 1973. Les détails du droit de la quatrième pièce ne sont pas clairs.
  • 8  H. Nicolet-Pierre, J. H. Kroll, « Athenian Tetradrachm Coinage of the Third Century B.C. », AJN 2  (...)

6L’ensemble constitué par les tétradrachmes en argent d’Athènes est important : neuf pièces au type de la « chouette », certaines assez usées. Quatre d’entre elles se rangent apparemment dans la série de « style Π » identifiée par J. Bingen à partir des éléments décoratifs du casque de la déesse et de la forme des lettres au revers7. Trois autres relèvent du style « quadridigité » et sont datées du iiie s. av. J.‑C. Du même siècle datent aussi les deux plus récents tétradrachmes qui ressemblent aux prototypes des monnaies hétérogènes de H. Nicolet‑Pierre et J. H. Kroll8.

Émissions au nom de Philippe II et d’Alexandre le Grand

  • 9  L’identification se réfère à Le Rider 1977. Pour les problèmes de date et d’attribution aux atelie (...)
  • 10  Les symboles complémentaires du rv., massue et H, rattachent le tétradrachme aux productions ancie (...)
  • 11  Les deux monnaies avec proue et poupe de navire entre les pattes avant du cheval sont les éléments (...)
  • 12  Le Rider 1977, p. 23‑24, nos 159‑162, pl. 7, série Pella II A1. Chr. Flament (n. 10), p. 90‑93.

7Aux séries de Philippe II et d’Alexandre le Grand appartiennent onze pièces en argent, cinq au nom du premier roi (Zeus couronné de laurier/chevalier)9. La plus ancienne montre le cavalier vêtu, portant la kausia, se dirigeant vers la g., la main levée (fig. 2)10 ; sur les quatre autres, le cavalier se dirige à dr., est nu et tient le rameau de la victoire. Trois d’entre elles sont attribuées par G. Le Rider à l’atelier d’Amphipolis11, la quatrième, datée des années 348/7‑343/2 av. J.‑C., est attribuée à Pella, en raison d’une pointe de lance au rv. sous la ligne de terre12.

Fig. 2 – Revers d’un tétradrachme d’argent au nom de Philippe II (cat. no 20).

Fig. 2 – Revers d’un tétradrachme d’argent au nom de Philippe II (cat. no 20).
  • 13  Price 1991, no 691.
  • 14  Price 1991, p. 247‑248, no 1751. Cet exemplaire est sorti d’un atelier impliqué dans une productio (...)
  • 15  Si l’objet devant Zeus est une torche, l’exemplaire de la collection ressemblerait aux drachmes at (...)

8Six pièces de la collection portent au rv. le nom d’Alexandre, cinq en argent – un tétradrachme et quatre drachmes – montrent au dr. la tête d’Héraklès et au rv. Zeus assis sur son trône, tenant le sceptre. Le tétradrachme est attribué à Corinthe et daté de l’époque où y séjournait Démétrios Poliorcète (310‑291) ; on y voit au rv. les lettres NO sous le trône, des Nikès sur les épaules du dieu et la corne d’Amalthée en bas à dr. du dieu (fig. 3)13. C’est dans un atelier d’Asie Mineure, par contre, qu’a été frappée la drachme portant comme symbole un grain de blé entre les pieds du trône et un fer de lance disposé le long de l’inscription ΑΛΕΞΑΝΔΡΟΥ14. Sur une autre drachme on aperçoit un Α entre les pieds du trône et un objet indistinct devant le trône15.

Fig. 3 – Revers du tétradrachme en argent au nom d’Alexandre (cat. no 23).

Fig. 3 – Revers du tétradrachme en argent au nom d’Alexandre (cat. no 23).
  • 16  Price 1991, p. 378, no 3061.

9La dernière pièce au nom d’Alexandre est un bronze qui montre, au dr., la tête d’Héraklès et un caducée et, au rv., un caducée, la massue, un carquois et une étoile. Entre le carquois et la massue se lit l’inscription ΑΛΕΞΑΝΔΡΟΥ. La monnaie est datée des années 323‑317 et attribuée à Sardes, où fonctionnait un atelier monétaire bien avant la prise de la ville par Alexandre le Grand16.

Monnaies de Cléopâtre VII

  • 17  Les deux portent les lettres LΘ et le troisième LI : SNG Italia (Milano) XIII/1, nos 418‑420, 421, (...)

10Les trois monnaies ptolémaïques de la collection portent les types traditionnels des émissions de la dynastie : le portrait des successeurs de Ptolémée I au dr. et l’aigle au revers. Sur l’une d’elles on reconnaît le portrait de Ptolémée XII, père de Cléopâtre VII. Dans le champ du rv. on distingue une branche de palmier derrière l’aigle, les lettres ΠΑ à dr. et le symbole d’Isis à g. (fig. 4). L’indication de l’année à g. de l’aigle (ΣΤ) permet d’en attribuer la production à l’atelier d’Alexandrie et de la dater des 9e et 10e années du règne de Cléopâtre VII, soit 44/43 et 43/42 av. J.‑C.17.

Fig. 4 – Tétradrachme d’argent de Cléopâtre VII (cat. no 29).

Fig. 4 – Tétradrachme d’argent de Cléopâtre VII (cat. no 29).

Série péloponnésienne

  • 18  La production monétaire de Sicyone débute au début du ve s. et s’échelonne jusque la fin du ier s. (...)

11Huit pièces en argent et en bronze appartiennent à des productions monétaires de villes du Péloponnèse et s’échelonnent du ive s. au troisième quart du ier s. av. J.‑C. À côté des émissions traditionnelles comme celles de Sicyone, l’un des ateliers les plus actifs de la région18, et d’Élis on trouve aussi des exemplaires moins connus : une hémidrachme de Messène et un bronze de Tégée, tandis que l’Argolide est peu représentée, ce qui ne laisse pas de surprendre.

  • 19  Pour la chronologie : J. A. W. Warren, « The Silver Coins of Sicyon in Leiden: Analyses and Some C (...)
  • 20  Les lettres ΣΕ se lisent entre les pattes de la Chimère et la lettre Ι sous le cou de la colombe : (...)
  • 21  Les lettres Σ et Ι se lisent devant le cou et derrière l’aile de la colombe au droit, la lettre Ε (...)

12Les deux drachmes de Sicyone appartiennent aux séries anciennes frappées à l’occasion de la guerre du Péloponnèse, de 431 à 400 env., avant que la production ne soit relancée dans la seconde moitié du ive s.19. La première porte au dr. une Chimère avançant vers la g. sur une ligne de terre et au rv. le type bien connu de la colombe dans une couronne d’olivier20, qu’on retrouve sur la deuxième drachme dont le dr., cette fois, est occupé par une colombe s’envolant vers la g.21.

  • 22  Pour les dénominations en argent d’Argos et le problème de leur identification, voir provisoiremen (...)
  • 23  La figure du dr. est identifiée dans la bibliographie, tantôt comme Pallas, tantôt comme Athéna Al (...)
  • 24  BCD Peloponnesos, nos 1097‑1099 : les monnaies de ce type y sont datées des années 270‑260 av. J.‑ (...)
  • 25  BCD Peloponnesos, nos 1226‑1234.

13L’Argolide est représentée par un diobole d’Argos et une hémidrachme d’Épidaure. Le premier s’intègre dans une série de frappes en argent et en bronze datée du milieu du ive s. à la fin du iiie s. av. J.‑C.22. Au dr. on voit une tête d’Héra et au rv. Athéna à dr., armée du bouclier et de la lance (fig. 5)23. La pièce est plus précisément datée de la première moitié du iiie s.24. L’hémidrachme d’Épidaure est, elle, datée des années 290‑260 : au dr. une tête d’Asclépios couronnée de laurier tournée à g., au rv. le monogramme ΕΠ dans une couronne de feuillage25.

Fig. 5 – Diobole (?) d’argent d’Argos (cat. no 34).

Fig. 5 – Diobole (?) d’argent d’Argos (cat. no 34).
  • 26  La monnaie est analysée comme un hexachalque ou une hémiobole et datée de 180 av. J.‑C. au milieu (...)
  • 27  C. Grandjean (n. 26), série X, signale quatre monnaies de ce type avec des poids compris entre 2,2 (...)

14Deux pièces se rattachent à Messène. Sur la première, en bronze, on distingue au dr. la tête couronnée de Déméter et au rv. Zeus Ithomatas lançant le foudre de la dr., tenant un aigle sur la gauche tendue, un trépied devant. Derrière le type se lit ΜΕ en monogramme et en dessous ΔΙ dans une couronne. La pièce est datée de la première moitié du iie s.26. La seconde monnaie est une hémidrachme en argent qui porte au dr. la tête diadémée de Zeus et au rv. un trépied dans une couronne (fig. 6). De part et d’autre du trépied on lit l’ethnique ΜΕΣ et le nom ΙΠ-ΠΑ/ΡΧ-ΟΣ27.

Fig. 6 – Hémidrachme d’argent de Messène (cat. no 37).

Fig. 6 – Hémidrachme d’argent de Messène (cat. no 37).
  • 28  A. Moustaka date une monnaie semblable d’après 146 av. J.‑C. : A. Moustaka, « Die Fundmünzen der S (...)

15C’est de la seconde moitié du iie s. av. J.‑C. qu’il convient aussi de dater la monnaie d’Élis28, un exemplaire d’une abondante série de bronzes (parfois identifiés comme tétrachalques) reconnaissables à leurs types : au dr. une tête de Zeus de face et au rv. l’ethnique FA/ΛΕΙ/ΩΝ dans une couronne et, sous la couronne, un monogramme.

  • 29  La chevelure de Méduse était conservée au sanctuaire d’Athéna Polias à Tégée (Pausanias VIII 47, 6 (...)
  • 30  R. C. Knapp, J. D. Mac Isaac, Excavations at Nemea III. The Coins (2005), nos 1967‑1969, où des mo (...)

16L’arcadienne Tégée a produit peu de monnaies. La monnaie, en bronze, de la collection évoque des figures du panthéon local en relation avec la légende épichorique (fig. 7) : au dr. la tête du héros local Aléos, fondateur du sanctuaire d’Aléa et de la ville de Tégée ; au rv. une scène mêlant plusieurs personnages – Céphée, Athéna et la fille de Céphée – s’analyse comme les préparatifs du départ du héros pour Sparte, où il envisage d’offrir son concours à Héraklès. Entre le héros et la déesse se tient la fille de Céphée, Aéropè ou Stéropè, portant un vase, à laquelle la déesse remet une mèche de la chevelure de Méduse pour assurer la protection de la ville en l’absence du héros29 ; entre les deux personnages principaux et devant la jeune fille, des monogrammes. L’ensemble est accompagné de l’ethnique ΤΕΓΕΑΤΑΝ. La monnaie est datée du troisième quart du ier s. av. J.‑C.30.

Fig. 7 – Bronze de Tégée (cat. no 39).

Fig. 7 – Bronze de Tégée (cat. no 39).

Monnaies extérieures au Péloponnèse

  • 31  L’attribution à Thèra des statères archaïques au dr. desquels on voit deux dauphins nageant en dir (...)
  • 32  Sur l’influence exercée par Égine sur les monnayages cycladiques, voir A. Liampi, « Οι νοµισµατικέ (...)

17Les sept autres monnaies grecques de la collection se répartissent entre des frappes du Koinon des Phocidiens, du Koinon des Étoliens et des monnaies de Théra. La drachme en argent de Théra est une des plus anciennes pièces du lot. On y voit au dr. nager deux dauphins, l’un vers la g., l’autre vers la dr. (fig. 8). Des monnaies de ce type ont été, au cours du temps, attribuées à des frappes archaïques de Kéa, d’Égine, de Délos, d’Argos, de Tinos et de Théra31. Comme on le constate dans d’autres productions monétaires cycladiques, la monnaie de Théra s’intègre manifestement dans la production éginétique, ainsi que le révèlent l’épaisseur de la pièce et le carré creux du revers. On peut dater cet exemplaire du dernier quart du vie s.32.

Fig. 8 – Droit de la drachme en argent de Thèra (cat. no 40).

Fig. 8 – Droit de la drachme en argent de Thèra (cat. no 40).
  • 33  C. M. Kraay, Archaic and Classical Greek Coins (1976), p. 120‑122. Pour la production de monnaies (...)
  • 34  Identification et analyse des représentations dans Williams 1972, p. 1‑2, pour qui le choix d’une (...)
  • 35  Elles sont proches par le style des émissions de la période III de Williams 1972 (460‑445 av. J.‑C (...)
  • 36  Les premières frappes de bronzes du Koinon reprennent les types des monnaies d’argent. Pour leur d (...)

18C’est dès la fin du vie s. que le Koinon des Phocidiens frappa monnaie33, auquel appartiennent ici trois monnaies, deux en argent et une en bronze. Sur les trioboles d’argent figurent habituellement au dr. une tête de taureau de face et au rv. une tête féminine à dr. dans un cadre circulaire, qui doit être celle de la déesse Artémis, vénérée dans la région comme Ἐλαφηβόλος et qui est réputée avoir contribué à la victoire des Phocidiens sur les Thessaliens34. Les deux exemplaires sont datés du milieu du ve s. av. J.‑ C.35. Il est plus difficile de proposer une date pour la troisième monnaie phocidienne, en bronze, en raison de son mauvais état de conservation et en l’absence d’un corpus des monnaies phocidiennes en bronze36. On distingue au dr. la tête de taureau et au rv. la partie antérieure d’un bouc, animal voué à Artémis.

  • 37  O. Picard, Chalcis et la Confédération eubéenne. Étude de numismatique et d’histoire (iveier sièc (...)

19C’est de la période postérieure à la bataille de Chéronée (338‑308 av. J.‑C.) que l’on date la drachme en argent de Chalcis qui montre au dr. la nymphe éponyme et au rv. un aigle saisissant un serpent. Dans le champ : Χ‑ΑΛ et un petit canthare37.

  • 38  D. Tsangari, Corpus des monnaies d’or, d’argent et de bronze de la Confédération étolienne (2007), (...)
  • 39  D. Tsangari, Corpus des monnaies d’or, d’argent et de bronze de la Confédération étolienne (2007), (...)

20À la Confédération étolienne, dont les frappes monétaires débutent à la fin du ive s., soit relativement tard, appartiennent deux monnaies dont un triobole en argent de la première moitié du iie s. (205‑150) qui montre la tête d’Atalante coiffée de la kausia au dr. et, au rv. le sanglier de Calydon vers la dr., entre les pattes duquel est gravé un monogramme ; la légende ΑΙΤΩΛΩΝ se lit au‑dessus de la bête. Sous la ligne de terre : un fer de lance38. De la même époque date la seconde monnaie étolienne, un bronze parfois analysé comme hémiobole, dont le dr. présente une tête d’Athéna coiffée d’un casque corinthien et le rv. Héraklès nu, de face, avec massue et léontè39.

Monnaies impériales romaines

  • 40  RRC, no 544.
  • 41  Sur les forces militaires de Marc Antoine et le nombre de ses légions, voir P. A. Brunt, Italian M (...)

21C’est à un atelier itinérant de Marc Antoine que sont attribués les legionaria, émissions que l’on dit destinées à liquider les soldes. À cette série appartient un denier daté des années 33‑31, de peu antérieur à la bataille d’Actium40. Une proue au dr. et les restes de la légende ANTA[VGIIIVIRRPC] affirment le lien de Marc Antoine avec Rome. Au rv. on discerne un aigle entre deux trophées et, en dessous, la mention LEG X, qui renvoie à la dixième légion41.

  • 42  RPC I (1992), no 5289 ; SNG Italia (Milano) XIII/2, nos 717‑725.

22Du règne de Néron, un tétradrachme frappé à Alexandrie montre le portrait de l’empereur au dr. coiffé d’une couronne radiée et au rv. une tête couverte à dr. (fig. 9). La tête de l’empereur est entourée de la légende ΝΕΡΩ ΚΛΑV ΚΑΙΣ ΣΕΒ ΓΕΡ. La couronne radiée, la direction de la tête et le chiffre LI[B] au rv. assurent une datation en 65‑66 apr. J.‑C. On peut voir dans la tête du rv. une représentation d’Alexandrie couverte d’une peau d’éléphant42.

Fig. 9 – Tétradrachme alexandrin de Néron (cat. no 48).

Fig. 9 – Tétradrachme alexandrin de Néron (cat. no 48).
  • 43  La tête de l’empereur et la figure de Nikè ressemblent à BMC III, « Traian », no 138, où l’on ajou (...)
  • 44  RIC II (1926), « Trajan », no 345.

23Pas moins de 700 types différents ont été repérés dans le monnayage de Trajan. La collection en offre deux : un denier de 101‑102 apr. J.‑C. où l’on distingue au dr. la tête couronnée de l’empereur à dr., entourée de la légende IMP CAES NERVA TRAIAN AVG GERM et au rv. une Nikè tenant dans la dr. couronne et branche de palmier, accompagnée de la légende PM TR P COS IIII43. Un autre denier, de 114‑117 cette fois, montre, au dr., la tête laurée de l’empereur avec la légende IMP CAES NER TRAIAN OPTIM AVG GER DAC PARTHICO et, au rv., une figure féminine, Tychè, tenant la corne d’abondance et le caducée avec l’inscription ]M T R P [ ]V I P P S P Q R44.

  • 45  H. Mattingly, « The Imperial “Vota” », PBA 36 (1950), p. 155‑195 ; PBA 37 (1951), p. 219‑268 ; RIC(...)
  • 46  RIC VIII (1981), Constantinople, no 76 ; Nicomédie, nos 50, 59 ; Antioche, no 113.

24La monnaie la plus récente du lot est un exemplaire très courant d’une émission d’anniversaire impérial45 : au rv. la formule VOT / XX / MULT / XXX célèbre les vingt ans de règne et en souhaite dix de plus ; au dr. la tête de l’empereur diadémé est tournée vers la dr. La jeunesse du portrait invite à attribuer l’émission à un atelier oriental de l’empereur Constant II, après 342 apr. J.‑C.46.

Catalogue

1

Égine, statère,
11,7 g.
Gjongegaj, Nicolet-Pierre 1995, série 4.

2

Égine, statère,
11,7 g.
Gjongegaj, Nicolet-Pierre 1995, série 3.

3

Égine, statère,
11,9 g.
Gjongegaj, Nicolet-Pierre 1995, série 6.

4

Égine, statère,
11,9 g.
Gjongegaj, Nicolet-Pierre 1995, série 5.

5

Égine, statère,
12 g.
Usé.

6

Égine, drachme,
5,6 g.
SNG Deutschland (München) 14, no 576.

7

Égine, hémidrachme,
2,9 g.
Gjongegaj, Nicolet-Pierre 1995, série 1.

8

Égine, statère,
11,9 g.
Gjongegaj, Nicolet-Pierre 1995, série 1.

9

Athènes, tétradrachme,
17 g.
Bingen 1973, style Pi II.

10

Athènes, tétradrachme,
16,8 g.
Bingen 1973, style Pi.

11

Athènes, tétradrachme,
17,1 g.
Bingen 1973, style Pi II.

12

Athènes, tétradrachme,
17,1 g.
Bingen 1973, Quadridigité.

13

Athènes, tétradrachme,
16,7 g.
Bingen 1973, Quadridigité.

14

Athènes, tétradrachme,
16,8 g.
H. Nicolet-Pierre, J.H. Kroll (n. 8), série A.

15

Athènes, tétradrachme,
17,2 g.
ingen 1973, Quadridigité.

16

Athènes, tétradrachme,
17 g.
H. Nicolet-Pierre, J.H. Kroll (n. 8), série F.

17

Athènes, tétradrachme,
17,1 g.
Bingen 1973, style Pi V.

18

Philippe II, tétradrachme,
14,1 g.
Le Rider 1977, no 344.

19

Philippe II, tétradrachme,
14,3 g.
Le Rider 1977, nos 160‑162.

20

Philippe II, tétradrachme,
14,3 g.
Le Rider 1977, nos 111‑115,

21

Philippe II, tétradrachme.
14,4 g.
Le Rider 1977, nos 335‑337.

22

Philippe II, tétradrachme,
14,3 g.
Le Rider 1977, pl. 46, 3.

23

Alexandre III, tétradrachme,
16,7 g.
Price 1991, no 691.

24

Alexandre III, drachme,
4,3 g.
M. Thompson (n. 15), no 355.

25

Alerxandre III, drachme,
4,2 g.
Price 1991, symbole indiscernable devant Zeus.

26

Alexandre III, drachme,
4,3 g.
Price 1991, symbole indiscernable devant Zeus.

27

Alexandre III, drachme,
4,1 g.
Price 1991, p. 247‑248, no 1751.

28

Alerxandre III, hémiobole (?) en bronze,
5,3 g.
Price 1991, p. 378, no 3061.

29

Cléopâtre VII, tétradrachme d’argent, 9,5 g.
SNG Italia (Milano) XIII/1, nos 418‑420,

30

Cléopâtre VII, tétradrachme d’argent
9,5 g.
SNG Italia (Milano) XIII/1, nos 418‑420.

31

Cléopâtre VII, tétradrachme d’argent,
8,6 g.
SNG Italia (Milano) XIII/1, no 421.

32

Sicyone, drachme,
5,7 g.
BCD Peloponnesos, nos 227‑229, 234.1‑3, 234.6.

33

Sicyone, drachme,
5,7 g.
BCD Peloponnesos, nos 223‑226.

34

Argos, diobole d’argent,
1,5 g.
BCD Peloponnesos, nos 1097‑1099.

35

Épidaure, hémidrachme d’argent,
2,4 g.
BCD Peloponnesos, nos 1226‑1234.

36

Messène, tétrachalque (?),
6,7 g.
BCD Peloponnesos, nos 712‑713.

37

Messène, hémidrachme d’argent,
3,7 g.
BCD Peloponnesos, no 746.

38

Élis, tétrachalque (?),
4,5 g.
BCD Olympia, ns 304.

39

Tégée, bronze,
5,1 g.
R. C. Knapp, J. D. Mac Isaac (n. 30), nos 1967‑1969.

40

Théra, drachme,
6 g.
K. A. Sheedy (n. 31), p. 57‑81.

41

Confédération phocidienne, triobole d’argent,
2,6 g.
Williams 1972, période III.

42

Confédération phocidienne, triobole d’argent,
2,7 g.
Williams 1972, période III.

43

Confédération phocidienne, bronze,
0,8 g.
BCD Lokris-Phokis, p. 99‑101.

44

Chalcis, drachme,
3,2 g.
O. Picard (n. 37), 1ère série, 1er groupe, no 4.

45

Confédération étolienne, triobole d’argent,
2,1 g.
D. Tsangari (n. 38), série 5η, no 66b (1162‑1169).

46

Confédération étolienne, hémiobole (?) en bronze,
4 g.
D. Tsangari (n. 38), série 5η, no 80.

47

Marc Antoine, denier.
2,8 g.
RRC, no 544.

48

Néron, tétradrachme,
12,7 g.
SNG Italia (Milano) XIII/2, nos 717‑725.

49

Trajan, denier,
2,8 g.
R.A.G. Carson (n. 43), p. 36‑40.

50

Trajan, denier,
2,8 g.
RIC II, « Trajan », no 345.

51

Constant II (?), bronze, type votum,
1,4 g.
RIC VIII, p. 50‑54.

Conclusion

25La collection du Musée de Nauplie présentée ici, composée essentiellement de monnaies grecques et romaines (vie s. av.-ive s. apr. J.‑C.), reflète les intérêts du collectionneur qui l’a constituée. La rareté des monnaies d’Argolide et la présence d’un ensemble homogène de monnaies de Cléopâtre VII, auquel s’ajoute le tétradrachme alexandrin de Néron sont de nature à renforcer la probabilité que cette petite collection puisse provenir de la donation d’E. Glymenopoulou, qui fut ministre des Cultes et de l’Éducation publique, même si elle est absente de l’inventaire déposé au Musée.

Haut de page

Bibliographie

Bingen 1973 = J. Bingen, « Le trésor monétaire de Thorikos 1969 », dans Thorikos 1969. Rapport préliminaire sur la sixième campagne de fouilles (1973), p. 7‑59.

Gjongegaj, Nicolet-Pierre 1995 = S. Gjongegaj, H. Nicolet-Pierre, « Le monnayage d’argent d’Égine et le trésor de Hollm (Albanie) 1991 », BCH 119 (1995), p. 283‑338.

G. Le Rider 1977 = G.Le Rider, Le monnayage d’argent et d’or de Philippe II frappé en Macédoine de 359 à 294 (1977).

Price 1991 = M. J. Price, The Coinage in the Name of Alexander the Great and Philip Arrhidaeus (1991).

Williams 1972 = R. D. Williams, The Silver Coinage of the Phokians (1972).

Haut de page

Notes

1  On notera l’absence de monnaies byzantines et la présence d’à peine quatre pièces pour les périodes ottomane et plus récente.

2  BCH 79 (1955), p. 236, où est signalée la provenance argienne de la collection. Nous devons les informations à ce propos à l’archéologue de la IVe éphorie, E. Pappi, que nous remercions chaleureusement.

3  CMS V Suppl. 1B (1993), nos 89‑103. La collection contenait aussi un scarabée égyptien : E. H. Kline, « A Problematic Scarab from the Thermojannis Collection », AAA 22 (1989), p. 131‑138.

4  D. Ch. Georgopoulos, « Το Αρχαιολογικό Μουσείο Ναυπλίου και η συµβολή των Σουηδών στην οργάνωσή του (1833‑1933) », dans I. D. Baralès (éd.) Μνήµη Τασούλας Οικονόµου (2009), p. 97‑118. Glymenopoulos signale qu’il céda des objets de sa collection au Musée d’Alexandrie.

5  L’identification des exemplaires se réfère à la classification de Gjongegaj, Nicolet-Pierre 1995.

6  SNG Deutschland (München) 14, no 576.

7  Bingen 1973. Les détails du droit de la quatrième pièce ne sont pas clairs.

8  H. Nicolet-Pierre, J. H. Kroll, « Athenian Tetradrachm Coinage of the Third Century B.C. », AJN 2 (1990), p. 1‑35, séries A et F. Voir aussi Chr. Flament, Le monnayage en argent d’Athènes (2007), p. 134 et 136.

9  L’identification se réfère à Le Rider 1977. Pour les problèmes de date et d’attribution aux ateliers, voir M. J. Price, « The Coinage of Philip II », NC (1979), p. 230‑241 ; Price 1991, p. 85‑89 ; G. Le Rider, Monnayage et finances de Philippe II. Un état de la question (1996).

10  Les symboles complémentaires du rv., massue et H, rattachent le tétradrachme aux productions anciennes de l’atelier d’Amphipolis, des années 355-349/8 av. J.‑C. : Le Rider 1977, p. 83, nos 111‑115, pl. 27, Amphipolis IB. Pour l’attribution de cette série, voir aussi Chr Flament, Contribution à l’étude des ateliers monétaires grecs (2010), p. 96‑98.

11  Les deux monnaies avec proue et poupe de navire entre les pattes avant du cheval sont les éléments distinctifs de la série Amphipolis IIB, 342/1-329/8 (Le Rider 1977, p. 104, nos 335‑337, pl. 36 ; p. 105, nos 344, pl. 37, respectivement). Les symboles complémentaires du revers de la troisième monnaie, grappe et Π, la rattache aux tétradrachmes de la période Amphipolis III, 323/2-316/5 (Le Rider 1977, p. 123, pl. 46,3). Voir aussi H. Y. Troxell, Studies in the Macedonian Coinage of Alexander the Great (1997), p. 53, série 8, après 323 av. J.‑C., et Chr. Flament (n. 10), p. 96‑101.

12  Le Rider 1977, p. 23‑24, nos 159‑162, pl. 7, série Pella II A1. Chr. Flament (n. 10), p. 90‑93.

13  Price 1991, no 691.

14  Price 1991, p. 247‑248, no 1751. Cet exemplaire est sorti d’un atelier impliqué dans une production massive de drachmes, d’où son attribution à Colophon, siège d’un atelier monétaire dès l’époque perse.

15  Si l’objet devant Zeus est une torche, l’exemplaire de la collection ressemblerait aux drachmes attribuées à Sardes : M. Thompson, Alexander’s Drachm Mints I. Sardes and Miletus (1983), no 355. L’attribution des deux autres drachmes à des ateliers précis n’est guère possible en raison de l’usure prononcée du revers.

16  Price 1991, p. 378, no 3061.

17  Les deux portent les lettres LΘ et le troisième LI : SNG Italia (Milano) XIII/1, nos 418‑420, 421, respectivement. Les tétradrachmes de ce type ont un poids moyen de 12‑13 g. Il existe toutefois des exemplaires plus légers. Les trois monnaies de la collection pèsent entre 8,6 g. et 9,5 g.

18  La production monétaire de Sicyone débute au début du ve s. et s’échelonne jusque la fin du ier s. (?). Les émissions de bronze dès le ve s. sont riches. L’atelier a fait l’objet, not. pour l’argent, d’études de J. A. W. Warren. Dernièrement : J. A. W. Warren, « Sikyon: a Case‑Study in the Adoption of Coinage by a Polis in the Fifth Century B.C. », NC 169 (2009), p. 1‑13, où l’on trouvera la bibliographie plus ancienne.

19  Pour la chronologie : J. A. W. Warren, « The Silver Coins of Sicyon in Leiden: Analyses and Some Comments on the Coinage », dans S. M. Hurter, C. Arnold-Biucchi (éds), Pour Denyse. Divertissements numismatiques (2000), p. 206 ; BCD Peloponnesos, p. 56‑73.

20  Les lettres ΣΕ se lisent entre les pattes de la Chimère et la lettre Ι sous le cou de la colombe : BCD Peloponnesos, nos 227‑229, 234.1‑3, 234.6.

21  Les lettres Σ et Ι se lisent devant le cou et derrière l’aile de la colombe au droit, la lettre Ε est gravée entre l’aile et la queue de la colombe du revers : BCD Peloponnesos, no 223‑226.

22  Pour les dénominations en argent d’Argos et le problème de leur identification, voir provisoirement BCD Peloponnesos, p. 266. L’atelier civique n’a toujours pas fait l’objet d’une étude exhaustive, depuis l’annonce par T. Hackens, « À propos du monnayage d’Argos (vieiiie s. av. J.‑C.) », dans H. A. Cahn, G. Le Rider (éds), Actes du 8e Congrès international de numismatique (New York-Washington, septembre 1973) (1976), p. 83‑84. Le corpus est en préparation par les soins de Chr. Flament et P. Marchetti.

23  La figure du dr. est identifiée dans la bibliographie, tantôt comme Pallas, tantôt comme Athéna Alkida (Preka-Alexandri). La légende argienne relative au rapt du Palladion est illustrée sur les monnaies argiennes avec le même droit et au rv. Diomède tenant le Palladion dans la g.

24  BCD Peloponnesos, nos 1097‑1099 : les monnaies de ce type y sont datées des années 270‑260 av. J.‑C., sur base du trésor de Mycènes.

25  BCD Peloponnesos, nos 1226‑1234.

26  La monnaie est analysée comme un hexachalque ou une hémiobole et datée de 180 av. J.‑C. au milieu du iie s. : BCD Peloponnesos, nos 712‑713 ; C. Grandjean, Les Messéniens de 370/369 au 1er siècle de notre ère. Monnayages et Histoire (2003), série XI, émission 3. Cl. Sidiropoulos, que je remercie chaleureusement pour ses précieuses informations, y verrait plutôt un tétrachalque des années 200‑180 av. J.‑C.

27  C. Grandjean (n. 26), série X, signale quatre monnaies de ce type avec des poids compris entre 2,20 g. et 2,37 g. (émission I, nos 196‑199). Il existe d’assez nombreux exemplaires fourrés avec le même éponyme et un poids moindre. Des monnaies semblables sont datées par A. Walker de la décennie 40‑30 av. J.‑C. : BCD Peloponnesos, no 746. Cl. Sidiropoulos les situe au plus tard au début du ier s. av. J.‑C.

28  A. Moustaka date une monnaie semblable d’après 146 av. J.‑C. : A. Moustaka, « Die Fundmünzen der Südostgrabung », dans A. Mallitz (éd.), Bericht über die Ausgrabungen in Olympia XI (1999), p. 153‑180, no 184. Pour la datation de ces monnaies, voir : BCD Olympia, p. 85‑86, no 304.

29  La chevelure de Méduse était conservée au sanctuaire d’Athéna Polias à Tégée (Pausanias VIII 47, 6).

30  R. C. Knapp, J. D. Mac Isaac, Excavations at Nemea III. The Coins (2005), nos 1967‑1969, où des monnaies comparables sont datées de 50‑25 av. J‑C. Elles sont datées d’après 146 av. J.‑C. par J. H. Kroll, The Athenian Agora XXVI. The Greek Coins (1993), no 815, et SNG Copenhagen, 314‑315.

31  L’attribution à Thèra des statères archaïques au dr. desquels on voit deux dauphins nageant en directions opposées fait pratiquement l’objet d’un consensus. K. A. Sheedy les distingue des frappes sur lesquelles les deux dauphins nagent dans la même direction, qu’il attribue à un atelier d’Asie Mineure méridionale : K. A. Sheedy, The Archaic and Classical Coinages of the Cyclades (2006), p. 57‑81. Un catalogue des statères et drachmes de Théra est donné par S. Boutin, « Essai de classement de monnaies archaïques de la mer Égée au type des deux dauphins », dans R. Margolis, H. Voegtli (éds), Numismatics-Witness to History (1986), p. 1‑10.

32  Sur l’influence exercée par Égine sur les monnayages cycladiques, voir A. Liampi, « Οι νοµισµατικές εκδόσεις των Κυκλάδων και η κυκλοφορία τους », dans L. G. Mendoni, N. Margaris (éds), Κυκλάδες. Ιστορία του τοπίου και τοπικές ιστορίες. Από το φυσικό περιβάλλον στο ιστορικό τοπίο (1998), p. 208‑293, avec référence aussi à Thèra.

33  C. M. Kraay, Archaic and Classical Greek Coins (1976), p. 120‑122. Pour la production de monnaies d’argent, voir Williams 1972.

34  Identification et analyse des représentations dans Williams 1972, p. 1‑2, pour qui le choix d’une tête de taureau peut s’expliquer de plusieurs manières : en référence aux hécatombes et aux cérémonies qui avaient lieu au sanctuaire de Xanthippe ou de Phokos, héros fondateur du Koinon, ou en relation avec le fleuve Céphise qu’on a pu représenter, comme tant d’autres fleuves, en lui donnant l’apparence d’un taureau.

35  Elles sont proches par le style des émissions de la période III de Williams 1972 (460‑445 av. J.‑C.).

36  Les premières frappes de bronzes du Koinon reprennent les types des monnaies d’argent. Pour leur datation nous nous référons à BCD Lokris-Phokis, p. 99‑101, où la frappe de bronzes en grande quantité est située avant le milieu du ive s. av. J.‑C.

37  O. Picard, Chalcis et la Confédération eubéenne. Étude de numismatique et d’histoire (iveier siècle) (1979), 1ère série, 1er groupe, no 4 (« drachmes au canthare »).

38  D. Tsangari, Corpus des monnaies d’or, d’argent et de bronze de la Confédération étolienne (2007), série 5η, no 66b (1162‑1169).

39  D. Tsangari, Corpus des monnaies d’or, d’argent et de bronze de la Confédération étolienne (2007), série 5η, no 80. La mauvaise conservation de la pièce n’autorise pas d’y reconnaître la présence ou non de symboles au‑dessus de la main droite d’Héraklès.

40  RRC, no 544.

41  Sur les forces militaires de Marc Antoine et le nombre de ses légions, voir P. A. Brunt, Italian Manpower, 225 BC-AD 14 (1971), p. 504‑506.

42  RPC I (1992), no 5289 ; SNG Italia (Milano) XIII/2, nos 717‑725.

43  La tête de l’empereur et la figure de Nikè ressemblent à BMC III, « Traian », no 138, où l’on ajoute toutefois le titre DACICUS, rare sur les monnaies de l’année 102, qui ne devient courant que sur les monnaies de Trajan avec la mention COS V, voir R. A. G. Carson, Coins of the Roman Empire (1990), p. 36‑40.

44  RIC II (1926), « Trajan », no 345.

45  H. Mattingly, « The Imperial “Vota” », PBA 36 (1950), p. 155‑195 ; PBA 37 (1951), p. 219‑268 ; RIC VIII (1981), p. 50‑54.

46  RIC VIII (1981), Constantinople, no 76 ; Nicomédie, nos 50, 59 ; Antioche, no 113.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Revers de la drachme d’argent d’Égine (cat. no 6).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/396/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Titre Fig. 2 – Revers d’un tétradrachme d’argent au nom de Philippe II (cat. no 20).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/396/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 3 – Revers du tétradrachme en argent au nom d’Alexandre (cat. no 23).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/396/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Titre Fig. 4 – Tétradrachme d’argent de Cléopâtre VII (cat. no 29).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/396/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Titre Fig. 5 – Diobole (?) d’argent d’Argos (cat. no 34).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/396/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Fig. 6 – Hémidrachme d’argent de Messène (cat. no 37).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/396/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 7 – Bronze de Tégée (cat. no 39).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/396/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 355k
Titre Fig. 8 – Droit de la drachme en argent de Thèra (cat. no 40).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/396/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Titre Fig. 9 – Tétradrachme alexandrin de Néron (cat. no 48).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/396/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Georgia Ivou, « Une collection de monnaies conservée au Musée de Nauplie »Bulletin de correspondance hellénique, 139-140.2 | 2016, 669-682.

Référence électronique

Georgia Ivou, « Une collection de monnaies conservée au Musée de Nauplie »Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 139-140.2 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 25 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/bch/396 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bch.396

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search