Navigation – Plan du site

AccueilNuméros139-140.2Rapports (2014-2015)GrèceThasosLes abords Nord de l’Artémision (...

Rapports (2014-2015)
Grèce
Thasos

Les abords Nord de l’Artémision (Thanar)

Campagnes d’étude 2014‑2015 – Collaboration EA Kavala‑EFA
Stavroula Dadaki, Arthur Muller, Platon Pétridis et Giorgos Sanidas
p. 701-709

Texte intégral

  • 2  Le présent rapport prend la suite de ceux publiés BCH 128‑129 (2004‑2005), p. 734‑751 : fouille 20 (...)
  • 3  En 2014, le programme Thanar était placé sous l’autorité administrative de M. Nikolaïdou-Patera, a (...)

1Comme les rapports précédents2, celui‑ci rend compte en une fois de deux campagnes, d’étude et de restauration uniquement désormais : en effet, l’équipe est engagée maintenant dans la préparation de la publication de la demeure protobyzantine DOM5 (architecture et trouvailles mobilières) sous la forme d’une monographie destinée à la collection des Études thasiennes. Les campagnes se sont déroulées les deux années de la mi‑juillet à la fin août, avec des effectifs sensiblement équivalents : une douzaine de chercheurs et spécialistes, une dizaine d’étudiants stagiaires. En juin 2015 et après une année d’interruption, une équipe de trois restaurateurs, dont deux stagiaires, a mené à bien la 4e tranche de restauration des mosaïques de la demeure DOM53.

Travaux de conservation restauration

Nettoyage annuel, projet de présentation

  • 4  Voir BCH 138 (2014), p.  659‑660.

2En début de chaque campagne il a été procédé au débroussaillage de l’ensemble de la fouille Thanar et de la place dite « des Théores » (Place des Charites PLA11, jusqu’au Passage des Théores), puis au nettoyage fin de tous les espaces de la demeure protobyzantine DOM5. Malgré son coût, il est impératif de renouveler cette opération chaque année : c’est à ce prix qu’on limite les dégradations et que DOM5 reste accessible et visitable, en attendant un programme plus ambitieux de présentation et de mise en valeur4. L’équipe a continué a réfléchir aux différentes options d’un tel projet et a en étoffer le dossier graphique.

Restauration du pavement de mosaïque de la pièce PCE21 de DOM5

  • 5  Voir BCH 136‑137 (2012‑2013), p. 545, p. 558‑559 et BCH 138 (2014), p. 624‑625.

3Après les travaux préparatoires des campagnes de 2011 à 2013 sur la mosaïque déposée en 20105, F. Konstantatos a entrepris en 2015 le remontage des tapis de tesselles sur un support rigide pérenne. Pour chaque panneau on a nettoyé les interstices entre les tesselles pour faire place au nouveau mortier, réalisé un cadre rigide en aluminium armé d’un filet galvanisé, posé un nouveau mortier (sable de rivière + tuileau + chaux de fibre de polypropylène + un peu de ciment blanc), et enfin retiré la toile encollée et brossé les résidus de colle (fig. 1). Ce travail a été mené à bien pour 13 panneaux de dimensions variables, désormais stockés en position verticale. Il reste 15 panneaux à traiter de la même façon. À terme il est prévu de reposer la mosaïque in situ, dans la pièce d’apparat PCE21, dans le cadre de la mise en valeur de DOM5.

Fig. 1 – Restauration de la mosaïque de PCE21.

Fig. 1 – Restauration de la mosaïque de PCE21.

a. Enlèvement des restes de mortier entre les tesselles ; b. Réalisation de l’armature des panneaux ; c. Pose du nouveau mortier ; d. Enlèvement de la toile encollée.

Cl. A. Konstantatos.

Autres travaux de restauration

  • 6  Voir BCH 109 (1985), p. 879‑880.

4Parallèlement au tri et à l’étude des différents ensembles de vases (protobyzantins et archaïques), V. Papazikou a assuré de façon systématique la matérialisation des collages. Elle a en outre remonté trois grands vases protobyzantins à partir d’un lot de tessons uniformes recueillis en 1984 dans le puits carré PUI40 de la demeure protobyzantine6 (fig. 2). Elle a enfin nettoyé quelques monnaies et objets métalliques recueillis lors des derniers travaux de terrain en PCE13.

Fig. 2 – Vases du puits carré PUI40 remontés.

Fig. 2 – Vases du puits carré PUI40 remontés.

Cl. Th. Nicq.

Établissement de la documentation

Dossier architectural : élévations, plans

5T. Kozelj a achevé le relevé systématique de toutes les élévations de DOM5 dans la partie fouillée de 2004 à 2012. M. Wurch-Kozelj a mis ces dessins aux normes retenues dans la charte graphique établie pour la publication. Il reste à faire le même travail sur l’aile Sud et l’ensemble thermal (fouille 1979‑1985). Ces relevés constituent un élément fondamental de l’analyse architecturale de DOM5, mais aussi du dossier de mise en valeur du site.

6D’autre part, T. Kozelj a progressé dans le toilettage du document informatique unique qui regroupe, sur près de 80 calques différents en l’état actuel, tous les plans de DOM5 et de ses abords (Artémision et Dionysion compris). Ce document maître permettra de générer les différents plans de DOM5 et des abords Nord de l’Artémision par périodes.

Gestion de la documentation, information de ArchéoData

  • 7  Sur le système d’information archéologique ArchéoData, voir BCH 128‑129 (2004‑2005), p. 736, n. 6, (...)

7Chr. Aubry a travaillé sur la base de données ArchéoData-Thanar7, d’une part en apportant des améliorations au progiciel lui‑même (suppression de rubriques non utilisées, rétablissement de liens manquants ou posant problème, etc.), d’autre part, et surtout, en y intégrant de nouvelles données :

  • saisie des informations relatives au chantier d’agrandissement de PCE13 (fouille de 2012, nettoyages et analyse de 2013‑2014) : 401 unités stratigraphiques, qui ont livré en tout 1 864 objets ;
  • reversement des informations des carnets de la fouille ancienne dans l’aile Sud et les thermes de DOM5 (fouille Valma, 1979‑1985)8 dans une base ArchéoData-Valma, parallèle à la base ArchéoData-Thanar. Ce travail est essentiel : c’est lui qui permettra, une fois les deux bases fusionnées, la gestion uniformisée de l’ensemble des données stratigraphiques et des trouvailles de la demeure protobyzantine DOM5 ; cette opération sera achevée dans les prochaines campagnes ;
  • intégration de la documentation graphique dans la base ArchéoData : 1 775 profils de vases vectorisés ont été liés aux objets inventoriés.

Quelques résultats

Acquis scientifiques sur le chantier d’agrandissement de PCE13

  • 9  Sur ce chantier et son phasage, voir BCH 138 (2014), p. 626‑632.

8G. Sanidas et A. Muller ont consacré une grande partie de leur activité à PCE13 avec le réexamen des très nombreuses données de la fouille du chantier de construction, accumulées dans les campagnes 2012 à 20139. La reprise des informations stratigraphiques a permis de lever presque tous les problèmes qui restaient encore en suspens et de progresser sur quelques points :

  • on est désormais en mesure de distinguer sur le terrain 4 échafaudages : 3 relèvent de la première phase du chantier pendant laquelle sont construites les maçonneries (ECH71 contre MUR21, ECH72 contre MUR20, ECH70 contre l’abside MUR26) ; le dernier relève de la deuxième phase, pour la mise en place de la charpente (ECH73). La quasi-totalité des très nombreux trous de poteau a pu être attribuée à l’un ou l’autre de ces échafaudages ;
  • le phasage du chantier a été affiné sur deux points, qui montrent une succession des opérations moins tranchée que celle décrite jusqu’à présent. On a d’une part mis en évidence le fait que les échafaudages des maçons (première phase du chantier, ECH71‑72) ont été partiellement récupérés pour la réalisation de l’échafaudage unique des charpentiers (2e phase du chantier, ECH73). D’autre part, l’atelier ATL68 lié à la préparation des mortiers a continué à être utilisé pendant le début de la 2e phase du chantier, mais avec un canal d’évacuation des eaux CAN241 sommairement creusé en pleine terre, qui remplace pendant quelque temps CAN249 partiellement détruite et remblayée (fig. 3), avant le remblaiement de ATL68 et sa mise hors service définitive.

9Le fonctionnement du chantier de construction avec ces nouveaux acquis a été traduit d’une part dans une série de plans de PCE13 avec les vestiges de chacune des phases, d’autre part dans un diagramme qui reprend la succession des entités archéologiques.

Fig. 3 – Dans PCE13, ATL68, vue vers l’Est : les évacuations CAN249 et CAN241.

Fig. 3 – Dans PCE13, ATL68, vue vers l’Est : les évacuations CAN249 et CAN241.

Cl. A. Muller.

Le PPSE de la fouille Thanar

10La périodisation de la fouille Thanar, a été affinée selon les 4 niveaux prévus dans le progiciel ArchéoData, avec une numérotation qui va du plus récent au plus ancien, dans l’ordre rencontré par la fouille : période > phase > séquence > événement (sigle : PPSE) ; on a commencé à attribuer systématiquement aux différentes entités de la fouille le code à 4 chiffres traduisant leur PPSE. C’est évidemment pour les dernières phases de la période 3 (phases 3.4 à 3.1, du chantier d’agrandissement de PCE13 jusqu’à la destruction de 620) que ce tableau est le plus précis, en raison de la richesse des informations scellées par la couche de destruction, elle‑même à peine perturbée durant les périodes plus récentes. Inversement, pour les périodes 4 à 7, antérieures à DOM5 en remontant jusqu’aux dernières décennies du viiie s. av. J.‑C., ce tableau reste lacunaire, la fouille n’ayant pu explorer pour l’instant ces périodes anciennes que dans l’étroite fenêtre des différents sondages sous les sols de DOM5.

Études de mobilier

11Toutes les études de mobilier mentionnées ci‑dessous s’accompagnent de l’établissement de bases de données spécialisées, qui seront à terme intégrées dans la base de données ArchéoData.

Céramique protobyzantine

  • 10  Voir ci‑dessus n. 8.

12En 2014, l’équipe de céramologues de l’université d’Athènes sous la houlette de P. Pétridis a d’abord achevé le traitement des très abondantes trouvailles céramiques de 2012 dans les contextes protobyzantins : tris par catégories de vases, recherche systématique de collages, identification d’un maximum d’individus selon les typologies usuelles, numérotation des individus et des lots, inventaire, dessin et/ou photographie des individus remarquables ou significatifs. D’autre part, le classement typologique a été poursuivi et affiné cette année avec l’examen rétrospectif des trouvailles des campagnes 1979‑1985 dans DOM510 : ont été extraits des ensembles classés par unités stratigraphiques de cette fouille, tous les tessons entrant dans la typologie établie pour Thanar (sigillées, amphores), tout en respectant encore la division fouille ancienne (1979‑1985 : aile Sud et thermes) et fouille récente (2004‑2012 : ailes Est et Nord). Il reste à assurer l’enregistrement informatique de ces nouveaux individus, qui implique la création des unités stratigraphiques correspondantes de la fouille ancienne dans la base ArchéoData-Valma.

13En 2015, l’équipe a entrepris de jeter les bases de la publication de la céramique, en commençant par les amphores. 7 612 tessons d’amphores, classés les années passées, ont été enregistrés, en commençant par les catégories les moins nombreuses (LR 7, LR 5, LR 4, amphores crétoises) et en poursuivant par les catégories LR 1 et LR 2, représentées quant à elles par des milliers de tessons.

Céramique tardo-archaïque

  • 11  Sur ces bâtiments, voir BCH 138 (2014), p. 643‑650.
  • 12  Sur ce remblai, voir BCH 138 (2014), p. 649.

14A. Tichit et M. Perron, chargés de l’étude des céramiques antérieures à l’époque romaine, ont en 2014 achevé l’enregistrement systématique des abondantes trouvailles des contextes archaïques et classiques, ceux de BAT25 et BAT24, sous l’aile Nord de DOM511. Ils ont en particulier évalué l’abondante céramique archaïque des contextes de PCE62 de BAT25 et en ont montré tout l’intérêt pour la connaissance des productions locales thasiennes mais aussi des importations dans le courant du vie s. av. J.‑C. L’année suivante, ils ont entrepris l’étude du lot le plus important : 481,7 kg de tessons provenant d’un seul remblai des alentours de 480 av. J.‑C. dans la pièce PCE62 de BAT2512. L’étude s’est concentrée sur les céramiques communes, et en particulier les amphores, pour lesquelles plusieurs résultats peuvent d’ores et déjà être signalés. La typologie des amphores thasiennes de la fin de l’archaïsme a pu être enrichie. Plusieurs catégories d’amphores importées ont été distinguées, en particulier de Corinthe (amphores de type « A »), Clazomènes, Chios, Lesbos (type « fractionnal red » de Clickenberg), Milet, Samos. La question des amphores sud‑ioniennes, toujours débattue, a été affinée, de même que celle du groupe dit « Nord égéen » ou « proto‑thasien ». Ont ensuite été étudiés les mortiers (aux deux types reconnus à Phari s’ajoutent quelques autres), les réchauds, les pithoi et les tuiles.

Archéométallurgie

  • 13  Cette étude relève en même temps du programme de recherche Habitat et Métallurgie en Égée du Nord (...)

15Sous la direction de G. Sanidas a été entrepris durant ces deux campagnes le fichage systématique du mobilier métallique recueilli dans la demeure DOM5 : les objets métalliques des campagnes 2008‑2012 sont désormais enregistrés (1 270 objets)13. Il reste à traiter ceux des campagnes précédentes. Les clous de fer et les autres objets de quincaillerie prédominent alors que les objets de bronze, plus facilement recyclables, sont plus rares.

  • 14  Sur cet atelier, voir BCH 138 (2014), p. 629‑631.

16Ce sont les trouvailles de PCE13 qui constituent le lot le plus intéressant, en rapport avec l’atelier de métallurgiste ATL67 qui a fonctionné parallèlement au chantier d’agrandissement de la pièce vers la fin du 3e quart du vie s.14. Les analyses des culots de forge et des scories sont en cours ainsi que l’étude statistique ; on en attend des indications sur les travaux effectués et le type d’objets élaborés durant la phase du chantier : les observations préliminaires suggèrent des objets allongés de petite taille, comme des clous. Des clous de charpente ont d’ailleurs été retrouvés en très grand nombre dans cette pièce, à la base de la couche de destruction de 620. Les remblais de la dernière phase de la pièce PCE55 ont aussi livré des objets métalliques assez nombreux : outre deux poids de balance, une certaine quantité de scories de travail de fer (plus de 2 kg) mais aussi de cuivre (134 g) : il pourrait s’agir de rebuts de l’atelier ATL67.

Archéozoologie

  • 15  Voir ci‑dessus, § III.2. et note 12.

17Au cours de ces deux campagnes, T. Oueslati a concentré l’essentiel de ses efforts sur les trouvailles archéozoologiques des contextes classiques et surtout tardo-archaïques : en effet le remblai des alentours de 480 av. J.‑C. dans la pièce PCE62 de BAT2515 est particulièrement riche et ouvre la voie à une comparaison entre les diètes des époques protobyzantine et archaïque. Le faciès de l’époque archaïque est caractérisé par la prédominance du bétail (mouton-chèvre, bœuf, porc), la présence du poisson et le recours aux seules coques et pétoncles pour les mollusques : il est tout à fait différent de celui observé jusqu’à présent dans le contexte protobyzantin, que signalent l’exploitation intensive des huîtres et des mollusques, le recours relativement important à la chasse, la place marginale du bœuf et l’absence de pêche organisée des gros poissons.

Haut de page

Notes

2  Le présent rapport prend la suite de ceux publiés BCH 128‑129 (2004‑2005), p. 734‑751 : fouille 2004 ; BCH 130 (2006), p. 688‑689 : post-fouille 2005 ; BCH 132 (2008), p. 715‑735 : fouille 2006 + post-fouille 2007 ; BCH 134 (2010), p. 523‑544 : fouille 2008 + post-fouille 2009 ; BCH 136‑137 (2012‑2013), p. 541‑560 : fouille 2010 + post-fouille 2011 ; et BCH 138 (2014), p. 613‑661 : fouille 2012 et post-fouille 2013.

3  En 2014, le programme Thanar était placé sous l’autorité administrative de M. Nikolaïdou-Patera, alors directrice de la XVIIIe éphorie des Antiquités préhistoriques et classiques de Kavala ; en 2015, il était placé sous l’autorité administrative de S. Dadaki, directrice de la nouvelle éphorie des Antiquités de Kavala. La direction scientifique des travaux a été assurée par A. Muller, entouré de P. Petridis et G. Sanidas. Ces deux campagnes ont bénéficié du concours permanent de plusieurs archéologues : A.‑C. Gillis (univ. Lille SHS), A. Konstantinidou (univ. Leiden, 2014), M. Perron (Ausonius-Bordeaux), A. Tichit (univ. Lille SHS, 2014) et M. Xenaki (EFA, 2014) et de différents spécialistes : C. Aubry (gestion bases de données, univ. Lille SHS), T. Koželj (architecte, EFA), Th. Nicq (photographe, univ. Lille SHS), T. Oueslati (archéozoologie, CNRS Lille), M. Wurch-Koželj (architecte, EFA). D’autres cherceurs sont intervenus de façon ponctuelle : O. Picard (AIBL, identification des monnaies), B. Jagou (INRAP, archéométallurgie, 2014). Les travaux de restauration ont été assurés par F. Konstantatos (EFA, 2015), V. Papazikou (EFA), V. Goutakou (EA Kavala, 2015), épaulés par deux stagiaires : S. Argyreli (2014) et S. Piegos (2015). Enfin, une dizaine d’étudiants stagiaires (licence, master, doctorat), tant Grecs que Français, ont participé chaque année aux travaux : – université d’Athènes : E. Bia, E. Dialoupi, V. Korosis, E. Lampaki (2014), N. Papatzikos (2015), K. Peppa, A. Sfika (2014) ; – université de Lille SHS : L. Deseille (2014), B. Enaud, N. Machrzak (2015), L. Montagne (2014), S. Nodin, D. Postiaux (2014), N. Revert (2015) ; – autres universités : A. Passialis (Ioannina, 2014), M. Delalonde (Toulouse, 2015). Les campagnes ont été financées pour l’essentiel par l’EFA, par diverses composantes de l’université de Lille SHS (centre de recherche Halma UMR 8164 auquel appartiennent plusieurs membres de l’équipe, UFR des Sciences historiques, Conseil scientifique et Relations internationales) et par l’Institut universitaire de France. L’EA‑Kavala a contribué principalement par la mise à disposition des techniciens et infrastructures du musée.

4  Voir BCH 138 (2014), p.  659‑660.

5  Voir BCH 136‑137 (2012‑2013), p. 545, p. 558‑559 et BCH 138 (2014), p. 624‑625.

6  Voir BCH 109 (1985), p. 879‑880.

7  Sur le système d’information archéologique ArchéoData, voir BCH 128‑129 (2004‑2005), p. 736, n. 6, et BCH 132 (2008), p. 715, n. 2.

8  Sur ces campagnes, voir BCH 104 (1980), p. 720‑726, BCH 105 (1981), p. 947‑955 ; BCH 106 (1982), p. 654‑660 ; BCH 107 (1983), p. 863‑867 ; BCH 108 (1984), p. 872‑878 ; BCH 109 (1985), p. 874‑881 ; BCH 110 (1986), p. 797‑801.

9  Sur ce chantier et son phasage, voir BCH 138 (2014), p. 626‑632.

10  Voir ci‑dessus n. 8.

11  Sur ces bâtiments, voir BCH 138 (2014), p. 643‑650.

12  Sur ce remblai, voir BCH 138 (2014), p. 649.

13  Cette étude relève en même temps du programme de recherche Habitat et Métallurgie en Égée du Nord (HeMEN) que dirige G. Sanidas.

14  Sur cet atelier, voir BCH 138 (2014), p. 629‑631.

15  Voir ci‑dessus, § III.2. et note 12.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Restauration de la mosaïque de PCE21.
Légende a. Enlèvement des restes de mortier entre les tesselles ; b. Réalisation de l’armature des panneaux ; c. Pose du nouveau mortier ; d. Enlèvement de la toile encollée.
Crédits Cl. A. Konstantatos.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/405/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 589k
Titre Fig. 2 – Vases du puits carré PUI40 remontés.
Crédits Cl. Th. Nicq.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/405/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Fig. 3 – Dans PCE13, ATL68, vue vers l’Est : les évacuations CAN249 et CAN241.
Crédits Cl. A. Muller.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/405/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 318k
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/405/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 864k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stavroula Dadaki, Arthur Muller, Platon Pétridis et Giorgos Sanidas, « Les abords Nord de l’Artémision (Thanar) »Bulletin de correspondance hellénique, 139-140.2 | 2016, 701-709.

Référence électronique

Stavroula Dadaki, Arthur Muller, Platon Pétridis et Giorgos Sanidas, « Les abords Nord de l’Artémision (Thanar) »Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 139-140.2 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 21 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/bch/405 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bch.405

Haut de page

Auteurs

Stavroula Dadaki

Éphorie des Antiquités, Kavala.

Arthur Muller

Université de Lille SHS, IUF.

Articles du même auteur

Platon Pétridis

Université d’Athènes.

Giorgos Sanidas

Université de Lille SHS.

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search