Navigation – Plan du site

AccueilNuméros139-140.2Rapports (2014-2015)GrèceKirrhaLes terres cuites figurées de Kirrha

Rapports (2014-2015)
Grèce
Kirrha

Les terres cuites figurées de Kirrha

Stéphanie Huysecom-Haxhi
p. 711-716

Texte intégral

1Toutes les photographies sont de G. Sakar. © Hellenic Republic, Ministery of Culture and Sports, General Directorate of Antiquities and Cultural Heritage, Ephorate of Antiquities of Kavala - Thasos.

  • 2 BCH 60 (1936), p. 466, BCH 61 (1937), p. 457‑459, BCH 62 (1938), p. 470.

2Le présent rapport dresse le bilan des trois premières campagnes d’étude des quelque 2 000 terres cuites figurées recueillies dans un large dépôt votif lors des fouilles françaises menées à Kirrha, au lieu‑dit « La Magoula », entre 1936 et 1938, sous la direction de M. Jannoray, H. van Effenterre et J. Roger2. Le projet d’étude et de publication de cet ensemble fait l’objet depuis sa mise en place au printemps 2013 d’une collaboration scientifique entre l’École française d’Athènes et l’université de Lille SHS dans le cadre d’une convention signée entre les deux établissements en 1994. L’accord de collaboration est précisé par un avenant annuel qui fixe le programme de travail et le financement de chaque mission.

3La campagne de 2013 s’est déroulée du 14 au 28 avril au musée d’Amphissa où près de 200 objets sont exposés dans les vitrines du rez‑de‑chaussée réunissant le matériel trouvé à Kirrha ainsi que dans plusieurs vitrines thématiques du premier étage. Les deux campagnes suivantes se sont déroulées du 19 octobre au 3 novembre pour celle de 2014 et du 20 septembre au 3 octobre pour celle de 2015, au musée archéologique de Delphes dont les réserves accueillent le reste du matériel coroplathique, désormais rangé dans une trentaine de caisses en bois. Ont participé aux missions, sous la direction de St. Huysecom-Haxhi : G. Sakar (2013, alors doctorante et désormais assistante de recherche à l’université Celal Bayar d’Izmir), L. Montagne (2014, master 1, université Lille 3) et S. Aït‑Salah (2014 et 2015, master 2, université Paris X Nanterre).

Étude des figurines : travaux réalisés

Stockage et conditionnement

  • 3 Les réserves du musée de Delphes, très petites, ne nous permettent pas de sortir le matériel en un (...)

4La quantité de fragments recueillis, même si elle est loin d’être impressionnante par comparaison avec d’autres ensembles connus, la conservation des objets à deux endroits différents, et les conditions de travail au musée de Delphes3 nous ont amené à prendre en charge le matériel par petits lots successifs. La première campagne s’est donc déroulée à Amphissa, avec pour objectif de traiter la totalité des figurines de Kirrha qui s’y trouvaient exposées. Cette première mission fut ainsi l’occasion de mettre en place la base de données informatisée destinée à enregistrer toutes les informations muséographiques, techniques et iconographiques relevées sur chacun des fragments parvenus, et d’établir un premier répertoire iconographique, le contenu des vitrines d’Amphissa fournissant un échantillonnage très représentatif de l’ensemble du répertoire, incluant en outre les quelques rares objets d’iconographie très spécifique qui ont été retrouvés dans la favissa. Les campagnes suivantes ont permis de traiter, au musée de Delphes, la totalité des statuettes, à l’exception des quelques figurines modelées ou fabriquées dans une technique mixte, ainsi qu’un tiers environ des protomés.

  • 4 J.‑M. Luce, Fouilles de Kirrha en Phocide. Les statuettes corinthiennes en terre cuite du ve avant (...)

5Au moment de leur prise en charge, les objets conservés au musée de Delphes ne se trouvaient pas tous rangés dans les mêmes conditions. Seules les statuettes de types corinthiens, analysées par J.‑M. Luce4, étaient soigneusement entreposées dans six caisses, souvent sur plusieurs couches séparées par du papier doux. Le reste du matériel se trouvait quant à lui pêle‑mêle dans une vingtaine d’autres. Dès la première campagne d’étude, nous avons décidé de procéder à un nettoyage des caisses et au reconditionnement de l’ensemble du matériel en essayant le plus possible de le ranger par grandes catégories iconographiques. Désormais, les figurines sont réunies dans trente caisses qui portent toutes une étiquette mentionnant le lieu de provenance, la date des fouilles et la nature du contenu, afin d’éviter des pertes ou des mélanges, dans la mesure où de nombreuses pièces ne sont pas encore inventoriées.

Marquage et fichage des objets

6À chaque mission l’équipe a d’ailleurs consacré une part importante du temps de travail au marquage et à l’inventaire des figurines. Tous les fragments et objets complets sortis des vitrines ou des réserves lors des trois premières campagnes d’étude ont reçu un numéro d’inventaire (en F, marqué à l’encre de chine entre deux couches de vernis transparent) quand ils n’en possédaient pas, puis ont été enregistrés dans la base de données informatisée créée en 2013. Cette base est toutefois bien plus qu’un simple inventaire dans la mesure où elle rassemble, pour chaque objet, toutes les informations qui seront nécessaires à son étude et à son éventuelle intégration dans le catalogue définitif. La base actuelle comprend 1 242 objets, tous, quel que soit leur état de conservation, illustrés par une photographie.

Classement typologique et établissement des séries

7Parallèlement à ce travail essentiel de marquage et de fichage, on a également commencé le classement des fragments, tout d’abord par classes iconographiques, elles‑mêmes subdivisées en catégories et sous‑catégories (représentations féminines : debout, assises, partielles ; représentations masculines : garçonnets, éphèbes, banqueteurs…), puis selon les cas par types techniques (regroupement des fragments qui dérivent d’un même prototype). 190 types différents ont ainsi pu déjà être définis, parmi lesquels les types féminins (150 types réunissant plus d’un millier de fragments) sont de très loin majoritaires.

8La plupart des types sont le plus souvent attestés par un unique exemplaire ou par plusieurs exemplaires d’une même génération, parfois tirés de deux ou trois moules différents. Aucun type ne comprend plus de trois générations successives de moulages. Mais la qualité souvent moyenne des exemplaires de première génération attestée suggère, pour de nombreux types, l’existence de générations antérieures, que l’étude de la diffusion des séries permettra peut‑être de repérer sur d’autres sites. Les transformations iconographiques par le truchement de prototypes secondaires sont rares et ne concernent que les coiffes et les coiffures ou plus exceptionnellement les objets tenus dans les mains des personnages.

9Dès la première campagne, l’équipe a également commencé le travail de rédaction en vue de la future publication. Ont été ainsi rédigées pour 76 types : la partie catalogue qui comprend tous les fragments nécessaires à la reconstitution de l’image du type et illustrant son histoire généalogique (succession des générations, distinction des moules et des versions), la description iconographique, et l’étude technique (procédé de fabrication, caractéristiques de production, facture). Nous nous sommes engagées également dans l’étude de la diffusion des types, en commençant par les types originaires de Corinthe dont beaucoup sont déjà bien connus en dehors de Kirrha, sur d’autres sites de la Phocide ou de la Béotie toute proche, de même qu’en Corinthie et dans le Péloponnèse, évidemment. Parmi les types les plus populaires, on rencontre ceux de jeunes filles debout tenant dans leurs mains un oiseau et/ou des fruits (fig. 1), attestés dans le dépôt votif par au moins 230 exemplaires, ou encore ceux de protomés diadémées à plastron dont une cinquantaine d’occurrences relevant d’au moins sept types techniques différents ont été dénombrées dans le matériel kirrhéen.

Fig. 1 – Koré avec oiseau et fruit.

Fig. 1 – Koré avec oiseau et fruit.

Cl. musée d’Amphissa, inv. 6631, h : 15,30 cm.

Les figurines dans leur contexte

10L’observation de la totalité du matériel et les travaux réalisés de 2013 à 2015 permettent de formuler quelques remarques intéressantes sur l’artisanat coroplathique dans la région de Kirrha du vie au ive siècles av. J.‑C., fourchette chronologique dans laquelle se situent les figurines, ainsi que sur le répertoire iconographique et le domaine d’intervention de la divinité récipiendaire.

Artisanat de la petite plastique à Kirrha

11Le matériel recueilli dans le dépôt de Kirrha apparaît d’emblée très homogène. À l’exception de quelques objets qui pourraient être des importations d’Attique et de Grèce de l’Est, la majorité des terres cuites peuvent être réparties en trois groupes principaux. Les figurines importées de la région de Corinthe forment un lot particulièrement important, non seulement par leur nombre (environ 800 fragments déjà dénombrés), mais aussi par la grande variété des types iconographiques et techniques dont elles relèvent. Les terres cuites béotiennes, quoique moins nombreuses, occupent une place non négligeable. Il s’agit surtout de types de femmes assises diadémées avec les mains sur les genoux, de quelques femmes debout portant le chiton sous un himation enroulé en écharpe autour du buste, et de protomés. La plupart de ces objets semblent avoir été fabriqués localement, par surmoulage. La copie mécanique des types étrangers ne semble toutefois pas avoir été pratiquée avec excès par les ateliers locaux ou régionaux qui ont plutôt privilégié les importations et développé la production de leurs propres créations. C’est ce que semble indiquer la présence dans le matériel d’un certain nombre de types, en particulier de protomés et de protomés-buste, au style fortement caractérisé, qui pourraient être des créations des ateliers phocidiens dont certains étaient peut‑être installés à Kirrha ou dans les environs (fig. 2). La prise en charge du reste du matériel, composé surtout de protomés, permettra certainement de mettre en évidence les principales caractéristiques de l’activité coroplathique locale et l’originalité de leurs productions.

Fig. 2 – Protomé.

Fig. 2 – Protomé.

Cl. musée d’Amphissa, inv. 3581, 18,80 cm.

Le répertoire et le culte

  • 5 Pour une présentation plus complète du répertoire et de son interprétation, voir S. Huysecom-Haxhi(...)
  • 6 Sur l’interprétation des figurines, voir S. Huysecom-Haxhi, A. Muller, « Déesses et/ou mortelles d (...)

12Dès la mise au jour des vestiges architecturaux et du dépôt votif sur « La Magoula » de Kirrha, les découvreurs ont identifié les lieux comme étant le sanctuaire de la triade apollinienne visité par Pausanias au iie s. apr. J.‑C. de notre ère (Pausanias X 37, 8). L’étude du matériel coroplathique n’est pas suffisamment avancée pour confirmer ou infirmer cette hypothèse. Néanmoins la composition du répertoire, tel qu’il a pu être établi au terme des trois premières missions de terrain, permet quelques observations5. Le matériel comprend près de 90 % de figurines anthropomorphiques dont 80 % de représentations féminines. En dehors de 25 figurines dont les attributs tenus dans les mains (arc seul ou arc + faon) évoquent le domaine d’Artémis, toutes les représentations féminines, comme masculines, appartiennent à des types génériques dépourvus d’attribut spécifiquement divin. Rien n’empêche donc a priori de les comprendre comme de simples images de mortel(le) s, les dédicants et les dédicantes, représenté(e)s de manière conventionnelle dans leurs différents statuts familiaux et sociaux que des marqueurs (pièces vestimentaires, parure, objets, animaux-compagnons, attitude) précisent souvent6. Parmi ces mortel(le) s, ce sont les jeunes filles nubiles et les jeunes épouses qui sont le plus visibles dans le matériel : les premières sont attestées par de nombreux exemplaires de korés et de péplophores, et les secondes par des quantités de protomés et de protomés-buste. Ces dernières nous apparaissent déjà comme étant certainement l’offrande majoritaire, ce que les prochaines missions, avec la prise en charge du reste du matériel, devraient confirmer. À côté de ces banales figurines qu’on retrouve dans la plupart des sanctuaires de divinités féminines du monde grec, il faut signaler la présence dans le mobilier de Kirrha de deux femmes enceintes (fig. 3), auxquelles il faut rattacher d’autres catégories d’objets, très rares, qui évoquent la gestation, la maternité et l’accouchement. Il s’agit en particulier de pains et de gâteaux (qui cuisent et gonflent dans le four, comme l’enfant cuit et grandit dans le ventre de sa mère), dont un est certainement un plakous, un gâteau en forme de placenta. Mais on a pu dénombrer aussi une figue, un coquillage, une tortue, des porcelets, des oiseaux, dont le lien avec la fécondité, et donc avec la jeunesse, n’est plus à démontrer. La présence des figurines masculines n’est pas négligeable, même si leur nombre (autour de 200 exemplaires) peut paraître ridicule par rapport aux quantités de figurines féminines. Les statuettes se répartissent en trois groupes correspondant à trois âges différents : l’enfance (garçonnets accroupis nus), l’adolescence (éphèbes à la lyre) et l’âge adulte (banqueteurs dont le vase à boire tenu dans la main symbolise le statut de citoyen).

Fig. 3 – Femme enceinte.

Fig. 3 – Femme enceinte.

Cl. musée d’Amphissa, inv. 4710, h : 8,30 cm.

  • 7 Pour l’Artémision de Dyrrhachion en Albanie, voir : B. Muka, A. Muller, F. Tartari et al., « D’Aph (...)

13Ces observations permettent de déduire que la divinité (ou les divinités) honorée dans ce sanctuaire est une divinité qui veille au bon déroulement du processus de maturation et de socialisation des jeunes, qui amène en particulier les filles jusqu’au mariage et qui protège les diverses étapes de la vie intime des femmes (développement physiologique, grossesse, accouchement). Cette sphère d’intervention recouvre parfaitement celle de la triade apollinienne : Artémis prenant plus particulièrement en charge la croissance des filles, les préparant au mariage et aux rôles qu’elles devront assumer au sein de leur oikos et de la cité ; Apollon s’occupant de l’intégration des garçons ; et Létô intervenant auprès des femmes enceintes et des parturiantes. Il faut néanmoins prendre toutes ces réflexions autour de l’interprétation du répertoire et de l’identification du sanctuaire avec précaution, la seule Ar témis par exemple pouvant très bien avoir pu assumer toutes ces fonctions sans l’aide d’Apollon et de Létô, comme l’ont montré de nombreuses recherches sur la déesse et ses sanctuaires7. Il s’agit de simples hypothèses de travail que les prochaines campagnes d’étude du matériel, l’analyse des archives et des carnets de fouilles ainsi que la mise en parallèle avec d’autres ensembles coroplathiques permettront d’approfondir.

Haut de page

Notes

2 BCH 60 (1936), p. 466, BCH 61 (1937), p. 457‑459, BCH 62 (1938), p. 470.

3 Les réserves du musée de Delphes, très petites, ne nous permettent pas de sortir le matériel en une seule fois. On remerciera néanmoins ici toute l’équipe du musée, N. Petrochilos et les gardiens, pour leur accueil chaleureux, leur disponibilité et leur volonté de tout mettre en œuvre pour faciliter notre séjour et notre travail.

4 J.‑M. Luce, Fouilles de Kirrha en Phocide. Les statuettes corinthiennes en terre cuite du ve avant J.‑C., mémoire de troisième année, EFA (1991).

5 Pour une présentation plus complète du répertoire et de son interprétation, voir S. Huysecom-Haxhi, « Les terres cuites figurées du sanctuaire de Kirrha (Delphes) : bilan des premières recherches », Les Carnets de l’ACoSt 13 (2015), [en ligne]. URL : https://acost.revues.org/588.

6 Sur l’interprétation des figurines, voir S. Huysecom-Haxhi, A. Muller, « Déesses et/ou mortelles dans la plastique de terre cuite. Réponses actuelles à une question ancienne », Pallas 75 (2007), p. 231‑247 ; S. Huysecom-Haxhi, A. Muller, « Figurines en contexte, de l’identification à la fonction : vers une archéologie de la religion », dans S. Huysecom-Haxhi, A. Muller (dir.), Figurines grecques en contexte. Présence muette dans le sanctuaire, la tombe et la maison (2015), p. 421‑438.

7 Pour l’Artémision de Dyrrhachion en Albanie, voir : B. Muka, A. Muller, F. Tartari et al., « D’Aphrodite à Artémis. Le sanctuaire de la colline de Dautë à Épidamne-Dyrrhachion : recherches 2003‑2012 », dans L. Përzhita et al., Proceedings of the International Congress of Albanian Archaeological Studies (2014), p. 275‑284. Pour l’Artémis de Thasos, voir : S. Huysecom-Haxhi, Les figurines en terre cuite de l’Artémision de Thasos : artisanat et piété populaire à l’époque de l’archaïsme mûr et récent, ÉtThas 21 (2009), et J. J. Maffre, A. Tichit, « Quelles offrandes faisait‑on à Artémis dans son sanctuaire de Thasos ? », Kernos 24 (2011), p. 137‑164.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Koré avec oiseau et fruit.
Crédits Cl. musée d’Amphissa, inv. 6631, h : 15,30 cm.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/411/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 430k
Titre Fig. 2 – Protomé.
Crédits Cl. musée d’Amphissa, inv. 3581, 18,80 cm.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/411/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 851k
Titre Fig. 3 – Femme enceinte.
Crédits Cl. musée d’Amphissa, inv. 4710, h : 8,30 cm.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/411/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 397k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphanie Huysecom-Haxhi, « Les terres cuites figurées de Kirrha »Bulletin de correspondance hellénique, 139-140.2 | 2016, 711-716.

Référence électronique

Stéphanie Huysecom-Haxhi, « Les terres cuites figurées de Kirrha »Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 139-140.2 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 21 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/bch/411 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bch.411

Haut de page

Auteur

Stéphanie Huysecom-Haxhi

CNRS, Halma UMR 8164, université de Lille.

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search