Navigation – Plan du site

AccueilNuméros139-140.2Rapports (2014-2015)GrèceDelphesLe portique Ouest à Delphes

Rapports (2014-2015)
Grèce
Delphes

Le portique Ouest à Delphes

Bilan des campagnes de terrain 2010‑2013
Amélie Perrier et Jean‑Jacques Malmary
p. 721-726

Texte intégral

  • 2 Perrier, Malmary 2013. Cette étude a fait l’objet de publications régulières : A. Perrier, « Le po (...)

1L’étude du portique de Delphes attribué initialement aux Étoliens a été entreprise par A. Perrier en 2007 et les campagnes de relevés de terrain, commencées à la fin de l’année 2010 avec J.‑J. Malmary (architecte) et L. Fadin (topographe), se sont achevées en 2013 par des vérifications sur le monument, les derniers relevés ayant été mis au net en 2014. Un mémoire sur l’histoire, l’architecture et la topographie du portique et de sa terrasse a été déposé à l’Académie des inscriptions et belles lettres au printemps 20132. L’étude devra être complétée par des sondages de la terrasse et des fondations du portique. Mais les caractéristiques architecturales du portique ainsi que les principales conclusions sur le fonctionnement de cette zone située à l’Ouest du péribole d’origine ont pu être présentées dès le printemps 2013 à l’AIBL ainsi qu’à l’EFA lors de la journée d’étude organisée par A. Perrier et J. Des Courtils sur l’architecture du iiie s.

Caractéristiques architecturales du portique et de sa terrasse

2Le portique est situé sur une terrasse d’environ 2 000 m² à l’Ouest du sanctuaire. Cette terrasse est surélevée de 2,63 m par rapport à la terrasse du temple et son mur de soutènement forme une ligne brisée. Le sol de la terrasse présente actuellement une pente de 1,7 % d’Ouest en Est. Bien que le niveau de sol actuel soit plus bas que le sol antique, celui‑ci présentait une pente équivalente à l’époque de la construction du portique. Cette terrasse est occupée par le portique, l’un des plus grands monuments de Delphes, et par les fondations de sept bases qui se succèdent d’Ouest en Est devant le portique. Pour le moment, aucun monument en rapport avec ces fondations n’a été identifié. Le portique est orienté vers le Sud, construit sur une longueur de 74,12 m hors tout pour une profondeur hors tout de 13,15 m. Il possédait une double colonnade (29 colonnes in antis en façade, 15 colonnes intérieures). Seuls le mur de fond, les murs latéraux formant de courts retours en façade, la krépis et huit fondations de la colonnade intérieure sont conservés. Le retour des murs en façade s’explique par une particularité du plan du portique, puisque le mur latéral Est du portique est parallèle au mur de péribole, mais pas au mur latéral Ouest. Ces retours permettent de masquer cette asymétrie.

3Krépis — L’ensemble de la krépis, euthyntèria et fondations comprises, de même que les murs, sont en conglomérat, sauf le stylobate qui est en calcaire gris. La krépis comprend, sur l’euthyntèria, deux degrés à l’Ouest et trois degrés à l’Est, en raison de la pente de la terrasse. Elle est interrompue à plusieurs reprises par les vestiges postérieurs et le stylobate n’est pas conservé à l’Est. Une dalle du stylobate sur deux portait une colonne, dont le lit de pose du premier tambour était scellé au stylobate par une paire de goujons plats, sans canaux de coulée. On observe dans plusieurs cas la trace d’une pointe de compas entre les mortaises de goujon. Comme la gaine de plomb, là où elle est conservée, ne montre pas de trace d’arrachement, on suppose que le goujon était en bois dur. Sur la dalle du stylobate qui portait le pilier d’ante à l’Ouest, deux canaux de coulée ont servi à sceller les goujons. L’entraxe des colonnes sur le stylobate est de 2,35 m. Les goujons sur une des faces de joint des blocs du stylobate, associés à un creux de levier, et à des encoches sur l’assise inférieure, indiquent l’ordre de mise en œuvre du stylobate, depuis chaque extrémité. Seul le bloc clé, situé un peu à l’Est de l’axe du stylobate, présente un trou de louve. Le deuxième degré de la krépis présente, sous les joints des blocs du stylobate, des croix incisées indiquant l’emplacement exact de chaque bloc. Les traces de trois seuils sont visibles sur le stylobate. Un seul a été installé alors que les colonnes étaient encore en place tandis que les deux autres sont nettement postérieurs à la construction. Le travail de la pierre est très fin, en particulier sur le stylobate dont la face de parement a été dressée à la pointe fine, avec une ciselure périmétrale plus lisse, dressée à la gradine sur tout le pourtour de la face des blocs. La krépis présente des irrégularités : un ressaut marqué sur l’assise de réglage à l’Ouest et surtout un décrochement sur deux assises, permettant l’ajout d’un degré supplémentaire, en raison de la pente du sol de la terrasse. Par ailleurs, toutes les assises présentent une courbe régulière, le stylobate suivant une flèche de 7 cm au centre. On trouve le même type de courbure dans d’autres portiques : à Brauron, dans le portique Sud de Corinthe ou encore dans le portique Nord‑Ouest de Thasos.

4Colonnade intérieure — Les fondations de la colonnade intérieure sont composées d’une assise à double cours sur laquelle repose un dé d’environ 90 cm par 90 cm.

  • 3 J. Bousquet, « L’hoplothèque de Delphes », BCH 109 (1985), p. 717‑726, repris dans J. Bousquet, Ét (...)
  • 4 P. Amandry, « Consécration d’armes galates à Delphes », BCH 102 (1978), p. 571‑586.

5Murs — Les murs du portique sont construits en conglomérat local et en appareil pseudo-isodome présentant ponctuellement des ressauts. Le mur de fond, qui sert aussi de mur de soutènement, est conservé sur treize assises et une hauteur maximale d’environ 7 m, avec des parpaings en panneresse et des parpaings en boutisse. Il est ancré à la terrasse par une série de contreforts situés à l’arrière du mur. Un raccord est observable dans la partie Est du mur, sur les cinq premières assises, les assises suivantes étant réglées au même niveau. Ce raccord s’explique notamment en raison d’une assise supplémentaire à l’Est. Là encore, il semble que deux équipes d’ouvriers soient parties de chaque extrémité. La partie supérieure du mur présente deux grandes séries d’encastrements, l’une pour les poutres, l’autre pour les chevrons. Ces encastrements ont été taillés après la construction du mur et le lit d’attente des encastrements montre deux mortaises de goujons. Les trois murs présentent des cavités finement taillées, disposées suivant quatre rangs et vraisemblablement liées à l’ameublement du portique. La présence de ces cavités renforce l’hypothèse de J. Bousquet qui identifie le portique à l’hoplothèque des comptes3. D’autres encastrements sont liés aux vestiges postérieurs d’époque romaine et proto-byzantine. Dans la partie Ouest du mur de fond, les restes d’une inscription découverte par P. Amandry et publiée en 19784 sont visibles, sur une bande aplanie d’une longueur de 18,50 m. Il s’agit d’une dédicace étolienne d’armes galates. P. Amandry lit Αἰτ[ω]λο[ί], puis, après cinq mètres, suite à l’enlèvement du dépôt calcaire qui recouvrait l’inscription : τὰ ὅπλα ἀπὸ Γαλατᾶν. Aujourd’hui, ΠΟΓΑΛΑΤΑ est très nettement visible.

6Le mur latéral Ouest est conservé sur neuf assises. À l’extérieur du portique, trois contreforts conservés sont harpés à ce mur. Un escalier s’appuyait contre le mur, sur les contreforts, mais ses vestiges ont disparu. Le mur latéral Est est également conservé sur neuf assises. Le chaînage des murs latéraux au mur de fond est différent à l’Est et à l’Ouest puisqu’à l’Ouest, le mur de fond se prolonge au‑delà du mur latéral, remplissant sa fonction de mur de soutènement, tandis qu’à l’Est, c’est le mur latéral qui se prolonge au‑delà du mur de fond, servant ainsi de support aux dernières dalles du caniveau qui longe les murs du portique. Les contreforts, qui servent à la fois à retenir la poussée horizontale des terres et à supporter le caniveau, ont un rythme irrégulier, qui ne correspond pas au rythme des colonnades. Sur ces contreforts, à l’Ouest, on a remarqué la présence de deux marques de chantier : un alpha et un delta, à l’envers. Le mur latéral Ouest est prolongé, sans y être lié, par un mur de clôture de la terrasse, qui se termine par la base d’un piédroit (fig. 1), où l’on voit deux mortaises de goujons, avec canaux de coulée.

Fig. 1 – Terrasse du portique, vue depuis l’Ouest.

Fig. 1 – Terrasse du portique, vue depuis l’Ouest.

Cl. EFA, A. Perrier.

7Évacuation des eaux — Un grand caniveau de belle facture longeait le portique à l’extérieur des trois murs. Il est conservé uniquement au Nord et à l’Est. Il a plusieurs particularités remarquables : il présente des ruptures de pente ; les trois derniers blocs Est du caniveau Nord sont en calcaire et scellés par des goujons, tandis que les autres dalles sont en conglomérat ; dans la partie plus plane du caniveau Nord, les dalles sont rendues étanches par du plomb coulé dans les joints verticaux ; enfin, une partie du caniveau Est était couverte de façon à ménager un passage vers la terrasse du temple. Sur le caniveau Nord débouchent deux canalisations dont le point d’origine est inconnu. L’une, à l’Ouest, est conservée sur une dizaine de mètres (fig. 2). Ses dalles sont en pôros, à l’exception de la dalle en calcaire qui fait la jonction avec le grand caniveau. Le canal n’était pas couvert. La canalisation Est est différente : elle était couverte et jointe de façon étanche à une autre canalisation d’orientation différente, plus étroite et couverte par des tuiles au niveau des deux blocs qui étaient dressés de champ et qui sont aujourd’hui en partie détruits (fig. 3).

Fig. 2 – Canalisation Ouest, vue depuis le Nord.

Fig. 2 – Canalisation Ouest, vue depuis le Nord.

Cl. EFA, A. Perrier.

Fig. 3 – Canalisation Est, vue depuis le Nord‑Ouest.

Fig. 3 – Canalisation Est, vue depuis le Nord‑Ouest.

Cl. EFA, A. Perrier.

8État du monument — L’état de conservation du portique montre l’excellence de sa construction. Le monument a été soumis à de fortes contraintes, notamment à l’Ouest comme le montrent un léger renflement du mur, une légère saillie des assises sommitales, un décalage des assises du mur latéral Ouest, en surplomb de ±5 mm les unes par rapport aux autres, enfin un décalage comparable des blocs du stylobate, dû vraisemblablement à un accident tel que des chutes de rochers à un moment où les colonnes étaient encore en place.

9Pied — Il semble que le pied employé pour le portique ait été de 29,40 cm, qui est le pied employé pour le xyste du gymnase de Delphes. Ainsi, par exemple, la hauteur du stylobate est égale à 1 pied, l’entraxe de la colonnade extérieure à 8 pieds, la longueur des dalles du stylobate à 4 pieds, la longueur intérieure du portique, au Sud, à 247 pieds, la profondeur du portique à 40 pieds.

Principales conclusions de l’étude

  • 5 Perrier, Malmary 2013, p. 77‑98 ; A. Perrier, « Le portique dit “des Étoliens” à Delphes. Bilan et (...)
  • 6 Qu’il nous soit permis de les remercier ici chaleureusement pour nos précieuses et passionnantes d (...)
  • 7 G. Blum, « L’Antinoos de Delphes », BCH 37 (1913), p. 323‑339.
  • 8 Perrier, Malmary 2013, p. 93‑96.
  • 9 A. Jacquemin, « Aitolia et Aristaineta. Offrandes monumentales étoliennes à Delphes au iiie s. av. (...)
  • 10 Cette hypothèse reste à vérifier par des sondages.
  • 11 Considéré comme une annexe extérieure à l’espace sacré, il n’apparaît pas systématiquement sur les (...)

10L’étude, développée ailleurs, a confirmé et précisé les hypothèses de travail concernant la datation et l’attribution du portique, ainsi que la fonction de la terrasse5. Les techniques de construction employées, qui portent les marques de l’architecture locale, rapprochent le portique du programme de construction du temple d’Apollon et de réaménagement de cette zone du sanctuaire dans la deuxième moitié du ive s. Si les Étoliens ont utilisé le portique après leur victoire sur les Galates, comme en témoigne l’inscription jadis découverte par P. Amandry, aucun indice historique ou archéologique ne permet de leur attribuer la construction du monument. L’analyse topographique et architecturale des différentes terrasses (portique, temple, « Hermeion »), a confirmé notre hypothèse de départ à savoir qu’il s’agit de l’entrée principale du sanctuaire au moins à partir de la fin du ive s. Les arguments principaux sont les suivants : la terrasse du portique était fermée à l’Ouest (une base de piédroit dans le prolongement du mur latéral du portique a été remarquée par D. Laroche), mais non à l’Est (l’analyse architecturale de la liaison entre la terrasse du portique et la terrasse du temple prouve l’aménagement d’un passage dans l’ancien mur de péribole : le caniveau était couvert par des dalles aujourd’hui disparues, les blocs permettant actuellement le passage étant une réutilisation vraisemblablement postérieure) ; l’étude topographique de la terrasse du portique permet d’y voir l’accès principal à l’Ouest lors des travaux du temple, ce que confirment G. Algreen-Ussing et E. Hansen6, à la suite de l’hypothèse de J. Bousquet ; le caractère local et tout à fait unique de l’épithète propylaios attribuée à Antinoüs, d’après une monnaie de Delphes7, et le lieu de découverte de la statue, à l’Ouest du temple, dans une région où d’autres héros sont susceptibles de tenir le rôle de propylaioi (Hermès et le cavalier thrace) renforcent l’hypothèse d’une entrée monumentale8 ; enfin la mise en scène architecturale de cette zone du sanctuaire par les Étoliens au iiie s., depuis l’extrémité Ouest de la terrasse du portique jusqu’à l’entrée du temple9, achève de prouver qu’il s’agissait assurément d’un des axes les plus importants dans la topographie du sanctuaire. Le portique, contemporain de sa terrasse qui a sans doute, au cours du ive s., succédé à une autre terrasse orientée un peu différemment10, a donc monumentalisé l’accès vers le nouveau temple et offert un espace aux pèlerins et aux processions. Cet aménagement fait suite aux ateliers du temple qui avaient dû être installés sur la terrasse du portique, seul espace disponible à cet effet à proximité du temple. Le portique Ouest, loin d’être l’arrière‑cour du sanctuaire11, fut, à la fin du ive s., le deuxième aménagement le plus important après le temple, en dotant le sanctuaire, par une extension de l’espace sacré, d’une véritable entrée.

Haut de page

Bibliographie

Perrier, Malmary 2013 = A. Perrier, J.‑J. Malmary, Le Portique Ouest à Delphes. Étude d’histoire et d’architecture, mémoire inédit, 3 vol., Athènes (2013).

Haut de page

Notes

2 Perrier, Malmary 2013. Cette étude a fait l’objet de publications régulières : A. Perrier, « Le portique dit “des Étoliens” à Delphes. Bilan et perspectives », dans J.‑M. Luce (éd.), Delphes, sa cité, sa région, ses relations internationales, Pallas 87 (2011), p. 39‑56 ; A. Perrier, J.‑J. Malmary, Étude architecturale du Portique Ouest », BCH 135 (2011), p. 541‑546 ; A. Perrier, J.‑J. Malmary, L. Fadin, E. Jud, « Delphes. Étude architecturale du Portique Ouest », BCH 136‑137 (2012‑2013), p. 769‑771 ; A. Perrier, « La réorganisation de l’espace du sanctuaire d’Apollon à Delphes au ive s. av. J.‑C. », dans S. Montel, A. Pollini (éds), La question de l’espace au ive s. av. J.‑C. : continuités, ruptures, reprises, DHA Suppl. (à paraître).

3 J. Bousquet, « L’hoplothèque de Delphes », BCH 109 (1985), p. 717‑726, repris dans J. Bousquet, Études sur les comptes de Delphes, BEFAR 267 (1988), p. 167‑177.

4 P. Amandry, « Consécration d’armes galates à Delphes », BCH 102 (1978), p. 571‑586.

5 Perrier, Malmary 2013, p. 77‑98 ; A. Perrier, « Le portique dit “des Étoliens” à Delphes. Bilan et perspectives », dans J.‑M. Luce (éd.), Delphes, sa cité, sa région, ses relations internationales, Pallas 87 (2011), p. 50.

6 Qu’il nous soit permis de les remercier ici chaleureusement pour nos précieuses et passionnantes discussions à Delphes.

7 G. Blum, « L’Antinoos de Delphes », BCH 37 (1913), p. 323‑339.

8 Perrier, Malmary 2013, p. 93‑96.

9 A. Jacquemin, « Aitolia et Aristaineta. Offrandes monumentales étoliennes à Delphes au iiie s. av. J.‑C. », Ktèma 10 (1985), p. 27‑35 ; A. Perrier, Les Étoliens dans l’Antiquité. Essai d’histoire des représentations, thèse, université Paris IV Sorbonne (2012), 3e partie, chap. II : « L’utilisation d’un grand sanctuaire panhellénique : une topographie de la propagande », p. 291‑332.

10 Cette hypothèse reste à vérifier par des sondages.

11 Considéré comme une annexe extérieure à l’espace sacré, il n’apparaît pas systématiquement sur les plans du sanctuaire avant l’ajout effectué dans la dernière version du Guide de Delphes (J.‑Fr. Bommelaer, Guide de Delphes : Le site, SitMon 7 [2015]).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Terrasse du portique, vue depuis l’Ouest.
Crédits Cl. EFA, A. Perrier.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/420/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 2 – Canalisation Ouest, vue depuis le Nord.
Crédits Cl. EFA, A. Perrier.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/420/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1015k
Titre Fig. 3 – Canalisation Est, vue depuis le Nord‑Ouest.
Crédits Cl. EFA, A. Perrier.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/420/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 797k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Amélie Perrier et Jean‑Jacques Malmary, « Le portique Ouest à Delphes »Bulletin de correspondance hellénique, 139-140.2 | 2016, 721-726.

Référence électronique

Amélie Perrier et Jean‑Jacques Malmary, « Le portique Ouest à Delphes »Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 139-140.2 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 25 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/bch/420 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bch.420

Haut de page

Auteurs

Amélie Perrier

EFA

Jean‑Jacques Malmary

Architecte.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search