Navigation – Plan du site

AccueilNuméros139-140.2Rapports (2014-2015)GrèceDelphesLa ville de Delphes

Rapports (2014-2015)
Grèce
Delphes

La ville de Delphes

Jean‑Marc Luce
p. 726-766

Texte intégral

Introduction

1La campagne de cette année a eu pour objet la poursuite de nos travaux dans la fortification dite de Philomélos, ainsi que dans la ville elle‑même. Pour les travaux réalisés dans la forteresse, qui visaient à la réalisation d’un plan plus complet et plus exact, on se reportera ci‑dessous au rapport de M. Kyriakidis, D. Laroche et S. Zugmeyer (nettoyages, prospections). Les travaux dans la ville comportaient, comme en 2013, trois volets : une prospection géophysique dans le secteur situé entre la rue 20 et le musée ; une prospection pédestre ayant pour objet la poursuite de notre inventaire des murs, accompagnée de relevés architecturaux et topographiques ; et des fouilles archéologiques dans les secteurs Est et Ouest du site.

2Les principaux résultats de ces travaux sont : la progression du relevé général du site à l’échelle 1⁄1 000, avec des relevés plus précis dans certains secteurs (Fortifications, secteur Est) ; la poursuite de la restitution du réseau des rues et la mise en place de quelques éléments de leur histoire ; les premiers éléments de chronologie permettant d’opposer la fin de l’occupation dans le secteur Est et dans le secteur Ouest.

L’inventaire des murs

3L’inventaire des murs du site a été poursuivi cette année. Nous avons continué le travail commencé en 2013 dans la partie située à l’Est du sanctuaire d’Apollon et commencé la zone Sud‑Ouest, entre la rue 20, conduisant du cimetière de Saint‑Élie à la porte C’ du sanctuaire, en nous concentrant sur l’îlot d’habitation paléochrétien situé à l’Est de l’héroôn de Blum. Deux équipes ont été constituées, la première sous la direction de N. Kyriakidis, a travaillé à l’Ouest, dans l’îlot d’habitation paléochrétien, la seconde, sous la direction de J.‑M. Luce a travaillé à l’Est, à partir de la porte D. Pendant ce temps, A. Perrier a poursuivi son relevé et son étude de la terrasse Est.

Le secteur Est13

  • 13  Ont participé à la campagne, outre les architectes M. Bublot et M. Guijarro, J. Bobineau, E. Balom (...)

4Lors de la campagne de 2013, l’inventaire des murs visibles en élévation et la prospection géophysique qui l’accompagnait avaient concerné deux zones à l’Est du sanctuaire d’Apollon (fig. 4). La première est située entre la fontaine rupestre de Castalie et les vestiges fouillés à l’Est de la « Maison à péristyle » ; la seconde, dont l’étude était destinée à mieux encadrer la fouille de la Voie Nord‑Est, a concerné la zone au Nord de la stoa d’Attale. La seconde zone, dont l’étude était destinée à mieux encadrer la fouille de la voie Nord‑Est, a concerné la zone située entre la stoa d’Attale et la terrasse Est. Les travaux engagés dans ces deux zones avaient permis de proposer quelques hypothèses sur le tracé des rues dans le village antique.

Fig. 4 – Plan général avec essai de restitution des rues.

Fig. 4 – Plan général avec essai de restitution des rues.

Tracés assurés en beige, hypothétique en rose.

  • 14  BCH 75 (1951), p. 138‑139 ; BCH 76 (1952), p. 249‑250. Rapports plus détaillés aux archives.
  • 15  BCH 81 (1957), p. 707‑710.
  • 16  BCH 81 (1957), p. 707.
  • 17  L. Lerat, « Fouilles à Delphes, à l’Est du grand sanctuaire (1950‑1957) », BCH 85 (1961), p. 316‑3 (...)
  • 18  R. Ginouvès, « Une salle de bain hellénistique à Delphes », BCH 76 (1952), p. 541‑561 ; id. « Sur (...)
  • 19  BCH 85 (1961), p. 321, plan I, coupes II‑V.
  • 20  BCH 96 (1972), p. 898, fig. 17.

5Tandis qu’en 2013, nous avions mis l’accent sur les secteurs non fouillés ou très partiellement, en suivant, autant que possible, les tranchées exploratoires creusées à la fin du xixe s., cette année, nous nous sommes attachés à décrire et inventorier un secteur déjà fouillé de façon extensive, entre la porte D et les premières tranchées de fouille du xixe s. (fig. 5 et 6). Cette zone a été explorée en plusieurs étapes dans les années 1950. Les fouilles conduites en 1950 et 1951 par J. Bousquet, qui recherchait le sanctuaire de Dionysos Sphaléôtas, lui ont permis de dégager la moitié la plus à l’Ouest, depuis l’oikos de la terrasse attalide jusqu’au mur E25414. Après une interruption, les fouilles ont repris sous la direction de L. Lerat qui a terminé la fouille dans les pièces déjà explorées, et a poursuivi vers l’Est15. Les fouilles de 1956 ont également mis au jour le bâtiment aux latrines, les dites « annexes des thermes », que la rue 5 sépare des bains16. La publication des thermes et de leurs « annexes » avait été confiée à R. Ginouvès, mais elle n’a jamais vu le jour. Ces travaux ont abouti à deux articles de synthèse, dans lesquels L. Lerat s’attacha principalement à décrire les vestiges des périodes anciennes, de l’époque mycénienne à l’époque archaïque17. Une salle de bains hellénistique a également été publiée par R. Ginouvès qui a aussi fait paraître en 1955 un article sur les thermes et leurs modifications18. Un plan de la région a été réalisé par l’architecte G. Tousloukof, avec un premier état levé en 1957 et publié en 1961, accompagné d’une série de coupes19, et un second, publié en 1972, complété par les nouvelles découvertes20.

Fig. 5 – Secteur Est.

Fig. 5 – Secteur Est.

Plan M. Guijarro et M. Blubot, intégrant le plan de Tousloukof.

Fig. 6 – Zone Est, avec essai de restitution des rues.

Fig. 6 – Zone Est, avec essai de restitution des rues.

Les couleurs sur les murs indiquent les datations proposées, pour la plupart, par L. Lerat (noir : mycénien ; gris : géométrique ; rose : archaïque ; orange : classique et hellénistique ; jaune : paléochrétien ; vert : moderne). Les différentes zones colorées en dehors des rues et des murs (mauve, orange, jaune, bleu) représentent les anomalies repérées à la géoprospection avec les différentes méthodes.

6Ces publications ont un caractère préliminaire et sont orientées vers les périodes anciennes. Il était donc utile de les reprendre, en faisant un état de tout ce qui est aujourd’hui visible, quelle qu’en soit l’époque. Afin de mener à bien notre nouvel inventaire, nous avons procédé à un nettoyage de la zone, sans toutefois nous lancer dans l’enlèvement des dépôts de pierres et de sable accumulés par l’orage de juillet 2006. Celui‑ci a constitué un cône de déjection qui couvre toute la zone entre les murs E240, E239, E244, E240. Il nous est également apparu nécessaire de reprendre le plan de Tousloukof. En effet, ce plan, précis par endroits, n’est que synthétique en d’autres et présente de nombreuses lacunes. Tout le secteur à l’Est de la fouille Lerat, mis au jour lors du percement d’une tranchée au xixe s., avait été laissé de côté, et n’avait donc jamais été relevé. Il en est de même des murs à l’Est et au Sud des latrines. Inversement, il est de nombreux murs dessinés par Touskoulof qui sont aujourd’hui entièrement invisibles, soit parce qu’ils ont été irrémédiablement détruits par l’érosion, soit parce qu’ils sont enfouis sous le cône de déjection. Il arrive aussi que l’érosion fasse apparaître des murs ou des détails qui n’étaient pas visibles lors du relevé Tousloukof. Le nouveau relevé a été réalisé par l’architecte M. Guijarro, avec l’aide de M. Bublot (fig. 5, intégré dans le plan de la fig. 4).

Prospection secteur Est

7Le secteur que nous avons exploré est situé entre les rues E9 et E4, à partir du péribole Est, à la hauteur de la porte D, jusqu’à l’extrémité de la zone fouillée environ 80 m plus à l’Est. La zone est traversée sur toute sa longueur, d’Ouest en Est, par la rue E6 dont le nouveau plan et les résultats de la géoprospection permettent de suivre, hypothétiquement, le prolongement vers l’Est au‑delà de la zone fouillée (voir ci‑dessous). Au‑dessus comme en dessous de cette rue, chacun des deux secteurs est lui‑même partagé en deux terrasses. Le secteur Sud est également divisé en une zone Ouest et une zone Est par la rue Nord‑Sud E5, qui devait relier les rues E4 et E6, entre les thermes de l’Est et le bâtiment aux latrines.

  • 21  A. Jacquemin, D. Mulliez, G. Rougemont, Choix d’inscriptions de Delphes traduites et commentées Ét (...)

8Au Nord de la rue E6, la ligne de rupture entre les terrasses inférieure et supérieure se suit parfaitement. Si l’on s’en tient aux murs aujourd’hui visibles, on peut citer, d’Est en Ouest (fig. 5), les numéros E268, E261, E258. Plus à l’Ouest, les murs sont enfouis sous le cône de déjection de 2006, mais le plan permet de reconnaître la suite de ces murs, jusqu’à E243. Plus à l’Ouest encore, la distribution des terrasses est moins nette, mais se reconnaît néanmoins entre E244 et E239, puis à l’Ouest de E239. On ignore pour le moment comment on faisait pour passer de la terrasse inférieure à la terrasse supérieure. Néanmoins, entre 274 et 243, un espace de circulation desservant les pièces situées plus au Nord se laisse deviner. Les fouilles Bousquet et Lerat ont montré que ce secteur était habité à toutes les époques de la vie de Delphes (fig. 6), puisqu’on y trouve une maison de l’époque mycénienne (en noir, entre les murs 256 et 255), une maison du géométrique récent (en gris, seconde moitié du viiie s.), englobant la maison mycénienne, et une maison du viie s. (en orange, la « maison archaïque »), ainsi que de nombreux murs de soutènement archaïques (E268, E258, E253, E400, mais aussi E242, E241), avec un foyer datant du vie s. (l’eschara) et divers murs de refend (E260, E243, E235, E233), et d’autres constructions datées par L. Lerat de cette époque, mais aujourd’hui recouvertes par le cône de déjection à l’Est de la stèle de l’oracle. L’époque hellénistique n’est représentée que par une salle de bains, aujourd’hui également recouverte par le cône de déjection, mais aussi par ladite base de l’oracle qui, d’après les fouilleurs, soutenait la stèle de l’inscription portant le texte de la consécration d’Héracleidas et Pista à Dionysos Sphaleôtas21. L’époque romaine et paléochrétienne est également très présente. L. Lerat lui attribue les murs E261, E231 et, sous le cône de déjection, le refend en face de la stèle de l’oracle (à l’Ouest) ainsi que des murs entourant la salle de bains hellénistique. Les autres murs sont datés par lui de l’époque moderne, mais il exprime dans son texte la difficulté qu’il a à donner une datation aux constructions, dès lors que le sol n’est pas conservé. Cette question reste donc à réexaminer de près.

9À l’est de la zone dessinée sur les plans Tousloukof, on peut encore voir tout un secteur qui, comme indiqué ci‑dessus, n’avait jamais été relevé (pierre à pierre sur la fig. 5) et qui a été fouillé lors du percement des grandes tranchées du xixe s. La ligne de rupture à l’arrière de l’îlot, avec les murs E251, E287, se poursuit vers l’Est, avec une série de murs en élévation (E288, E289), contre lesquels s’appuient des murs tardifs (E274, E290, E278) dessinant au moins deux pièces que ferme au Sud le long mur E269. Celui‑ci fait la transition avec la terrasse inférieure, où l’on observe un caniveau qui se jetait dans la rue, traversant une pièce fermée au Sud par E272. Plus à l’Est, un grand mur polygonal à joints courbes, E275, qui paraît s’enfoncer plus profondément dans la terre, atteste de l’occupation dans ce secteur à l’époque archaïque. Au Sud de cet ensemble, les murs 280 et 279 appartiennent à une phase tardive, impossible à dater en l’état, peut‑être moderne.

  • 22  R. Ginouvès, « Sur un aspect de l’évolution des bains en Grèce vers le ive s. de notre ère », BCH  (...)
  • 23  Voir note 11, no 399 p. 235‑237.

10Au Sud de la voie E6, le secteur est partagé par une voie Nord‑Sud, séparant les thermes de l’Est du grand bâtiment aux latrines. Cette rue est délimitée par deux murs Nord‑Sud qui correspondent à deux phases différentes, le mur le plus à l’Est (E418) étant le plus ancien (appareil polygonal), le plus à l’Ouest datant de l’Antiquité tardive (moellons et mortier). À l’Ouest de cette ruelle, s’étendaient les thermes et à l’Est, le complexe aux latrines, c’est‑à‑dire le bâtiment que les fouilleurs appelaient « l’annexe des bains ». Comme les thermes ont déjà été décrits par Ginouvès22 et Bommelaer23, bien qu’ils attendent toujours une publication véritable, ils ne nécessitaient pas un inventaire avec la même urgence. En revanche, le bâtiment aux latrines n’a jamais été décrit, pas même de façon succincte, sauf dans un mémoire inédit de R. Ginouvès. C’est pourquoi nous avons limité, cette année, notre enregistrement à ce dernier complexe. Il se subdivise en trois ensembles orientés Est‑Ouest, le premier étant sur la terrasse haute, les deux autres sur la terrasse basse. Le premier de ces trois ensembles, au Nord, est constitué d’un groupe d’au moins quatre pièces qui, très probablement, ouvrait sur la rue E6. Leur fonction est inconnue, mais la troisième pièce en partant de l’Ouest, entre E403 et E409, a livré un « énorme pithos tardif » mentionné dans les archives, juste au‑dessus du four de l’époque géométrique. Il se peut donc que ces pièces aient été des magasins ouvrant sur la rue E6, mais cela reste à démontrer. On peut également songer à des pièces liées aux thermes contenant, par exemple, l’huile d’onction des baigneurs. Le deuxième ensemble est construit de façon plus ou moins symétrique, avec au centre une grande pièce circulaire et de part et d’autre deux étroits couloirs.

  • 24  Sur le laconicum, la source littéraire principale est Vitruve, V 10, 5 ; 11,2. Sur le mot laconicu (...)

11Cette pièce circulaire porte par endroits les marques très nettes de l’action de la chaleur dans sa partie inférieure (fig. 7). Contre la partie basse du mur Sud‑Ouest, qui délimitait cette pièce des latrines, subsiste un massif de briques appuyé à la partie basse du mur, qui devait soutenir le sol suspendu sur lesquels marchaient les utilisateurs. Cette pièce circulaire devait être un laconicum, c’est‑à‑dire une pièce de transpiration sèche à laquelle on accédait par l’Est, le long du mur E410 (fig. 8)24. La fonction du couloir à l’Ouest, dont l’aboutissement a été fermé lors d’un remaniement tardif, est plus difficile à déterminer. Il faudrait une fouille complémentaire pour déterminer si, par exemple, il contenait le praefurnium ou si ce dernier se trouvait au contraire dans le couloir Est.

Fig. 7 – Le laconicum (?).

Fig. 7 – Le laconicum (?).

Cl. EFA, J.‑M. Luce.

Fig. 8 – À droite, mur E410 reposant sur 411, et conduisant au laconicum.

Fig. 8 – À droite, mur E410 reposant sur 411, et conduisant au laconicum.

Cl. EFA, J.‑M. Luce.

12Les latrines occupaient la terrasse inférieure (fig. 9). Elles formaient un rectangle d’environ 11 m de long sur un peu plus de 4 m de profondeur. Les côtés intérieurs étaient bordés par un caniveau toujours visible, sur les quatre côtés, l’amorce du caniveau Sud ayant été mise au jour par notre nettoyage (fig. 10). Au milieu, se trouve un double système de carrelage, E421 étant entouré sur au moins trois côtés par E412, dont les carreaux se trouvent à un niveau supérieur à celui de E421. Une limite de mortier de chaux assurait la transition. Le carrelage le plus bas constituait donc un vaste bassin où les utilisateurs pouvaient disposer de l’eau dont ils avaient besoin. Le mur 423 est pourtant bien conservé et a pu être nettoyé sur 3,80 m de long (fig. 5, 9 et 11). La rue E4, soutenue par le mur E429, dont seule la partie Est est visible, mais dont on devine le volume sous la terre tout au long du monument, devait longer le Sud des latrines.

Fig. 9 – Les latrines. Vue du Sud‑Est.

Fig. 9 – Les latrines. Vue du Sud‑Est.

Cl. EFA, J.‑M. Luce.

Fig. 10 – Le caniveau Est des latrines.

Fig. 10 – Le caniveau Est des latrines.

Cl. EFA, J.‑M. Luce.

Fig. 11 – Latrines. Le dallage et le bassin.

Fig. 11 – Latrines. Le dallage et le bassin.

Cl. EFA, J.‑M. Luce.

  • 25  Dans un rapport rendu au CNRS, daté du 23 février 1958, et dont le double est conservé aux archive (...)

13La voie E5 permettait sans doute d’accéder aux latrines dont l’entrée se faisait par les angles, du moins par l’angle Sud‑Ouest qui, assurant du même coup une bonne corrélation avec les thermes, permettait aussi de rejoindre la rue E4. L’ensemble des thermes et du bâtiment aux latrines fonctionne donc comme un ensemble cohérent. Une canalisation traversant cette même rue E5 et provenant des thermes alimentait le caniveau des latrines des eaux usées issues des bains. Les fouilleurs de 1956 avaient d’ailleurs identifié ce système d’alimentation des latrines, que l’on voit dans le plan Tousloukof et qui est encore en partie visible25. Nous avions donc un système fonctionnel, avec à l’Ouest de la rue 5, les thermes à proprement parler, avec leurs baignoires, piscines, frigidarium et caldarium, d’une façon générale, tout ce qui nécessitait de l’eau propre, et de l’autre côté de la rue, la salle de sudation sèche (laconicum) et les latrines.

  • 26  Pl. Pétridis, La céramique protobyzantine de Delphes : une production et son contexte, FD V 4 (201 (...)
  • 27  Pl. Pétridis, La céramique protobyzantine de Delphes : une production et son contexte, FD V 4 (201 (...)
  • 28  J. Bousquet (avec citations de R. Ginouvès), BCH 79 (1952), p. 653‑660. Voir aussi P. Amandry, BCH (...)

14Pour la datation de ces dernières, la seule certitude est leur dépendance vis‑à‑vis des thermes, dont elles sont soit contemporaines, soit postérieures. Remarquons seulement que l’appareil du mur du fond (E407) présente un opus mixtum particulier (fig. 9), avec des briques disposées en carré entourant un gros moellon et parfois des pierres de remplissage. Cet appareil rappelle, à Delphes, le mur Nord des dites « Thermes du bas », daté par Pl. Pétridis du ive s.26 et les boutiques de l’agora romaine, que le même chercheur27 propose de redater encore au ive s. au lieu du iiie s. proposé antérieurement. Toutefois, dans ces exemples, les cadres de briques dessinent des losanges et non des carrés comme dans nos latrines. Rappelons également que les thermes de l’Est avaient été datés dans un premier temps du iiie s., à cause de la donation de L. Gellius Monogénès, elle‑même datée de 317 de notre ère, et qui mentionne une λοῦσιν τῶν βα[λανείων]. Ginouvès avait observé les traces de réfection assez nombreuses dans les thermes. C’est cette réfection qui, selon Bousquet, serait désignée par la lousis, et c’est donc elle qui daterait de l’époque de la donation, la construction se trouvant reportée à une date antérieure, dans le cours du iiie s 28. Cependant, L. Robert (Bull. ép. 1954, no 146) a montré que la λοῦσις βαλανείου ne désignait pas le nettoyage des thermes, mais l’action de fournir des bains gratuits à la population, ce qui ruine le raisonnement sur une phase au iiie s. La seule certitude est que l’inscription, ayant été trouvée dans le site des bains, se rapporte à eux et en atteste l’existence au début du ive s. Il est donc probable que les deux ensembles, thermes et bâtiment aux latrines, appartiennent à un seul et même projet et qu’ils soient contemporains. Ils ont été construits à la fin du iiie s. ou au début du ive s., en tout cas avant 317.

15On peut penser qu’on pouvait se rendre directement au laconicum depuis les latrines sans faire le tour par la rue E5. Il faut donc supposer qu’il existait à l’Est une autre rue Nord‑Sud assurant la communication, à l’Est du bâtiment, longeant le retour du bâtiment E266 et reliant probablement les rues E4, E6, voire E4 (?). Nous n’en avons pas encore retrouvé la trace, mais le couloir d’accès par l’Est le suggère fortement. En revanche, on voit que le système de terrasses sur lequel reposent les latrines, le laconicum et les pièces situées au‑dessus se poursuit vers l’Est, comme le révèlent clairement les données de la prospection géophysique qui, cette année, ont reçu d’importants compléments dans ce secteur.

  • 29  BCH 85 (1961), p. 352.

16En dessous de la terrasse supérieure du bâtiment aux latrines, les fouilles Lerat-Bousquet ont mis au jour un four et des murs d’époque géométrique, aujourd’hui remblayés29. La structuration de toute la terrasse remonte sans doute à une époque ancienne. En effet, les murs Nord du complexe aux latrines semblent reprendre des murs plus anciens. Cette hypothèse peut se vérifier dans le cas de l’ensemble des murs 262, 263, 264. Le plus récent est le dernier d’entre eux, E264, construit en même temps que le complexe aux latrines dont il fait partie. Il s’appuie contre E262, qui est fait avec des blocs provenant d’un mur polygonal à joints courbes remployés, avec de nombreux bouchons, sans doute construit pour exhausser la rue qu’il soutenait (fig. 12). Mais ce mur E262 est lui‑même construit sur un mur plus ancien : E264, aligné de façon légèrement différente, et dont les assises apparaissent à la base de E262. Ce mur ne peut se dater aisément, mais il est nécessairement plus ancien que les deux autres et devait soutenir la rue A6 avant qu’on en élève le niveau du sol, en construisant E262. À cette époque, il se peut que la rue ait été équipée d’un égout dont on voit peut‑être encore une dalle de couverture.

Fig. 12 – Murs E262, E263 et E264.

Fig. 12 – Murs E262, E263 et E264.

Cl. EFA, J.‑M. Luce.

17La voie E6 présentait, dans sa partie Ouest, une pente assez forte, descendant de la porte D jusqu’au niveau du mur 232. Cette pente est ancienne, comme le prouve la maison du viie s. trouvée en plein milieu de la voie et fouillée par G. Roux (murs E225‑226). Cette construction est en effet située à un niveau nettement plus élevé que la partie Est de la rue. Elle indique aussi que la voie a connu des déplacements au cours du temps. Il est possible qu’elle n’ait pris le tracé visible actuellement qu’au début du vie s., lorsqu’on construisit les murs M3‑M6, si du moins elle permettait d’entrer dans le sanctuaire dès cette époque, voire au ive s.

  • 30   É. Trouki [n. 53], p. 172
  • 31  Mais on se trouve alors dans la difficulté d’avoir à restituer un escalier en travers de la route, (...)

18Les plus anciens plans du sanctuaire indiquent une entrée dans le sanctuaire, non à l’emplacement de la porte D, mais sous la terrasse attalide et, en effet, l’interruption dans le péribole a été observée lorsque G. Roux a dégagé une deuxième fois la terrasse. Comme rappelle É. Trouki30, l’entrée dans le péribole du ive s. se trouvait donc au Nord de la porte D, à un endroit où les fouilles ont fait apparaître un vide précédé, au Nord, d’un contrefort. Dans le remplissage de la terrasse attalide, à l’Ouest de l’oikos, un mur de terrasse archaïque sur un axe oblique est orienté vers cette ancienne entrée. Il devait supporter la rue E9 qui rejoignait ainsi le sanctuaire. Au moins un mur s’appuie contre ce soutènement. Il y avait donc, sur la terrasse inférieure, des constructions qui ne pouvaient ouvrir que sur le Sud, donc sur la rue 6, laquelle devait passer au Nord de la petite maison du viie s. représentée par les murs E225 et 226, soit au Nord du tracé actuellement visible, ou éventuellement par‑dessus si elle était déjà détruite, et suivre un tracé dont les soutènements immédiatement au Sud des deux piliers attalides devaient suivre la ligne avant la construction du péribole II. Il est donc probable que la construction du portique d’Attale ait conduit à l’ouverture de la porte D, afin de décaler vers le Sud la rue et permettre la circulation jusqu’à l’exèdre voûtée31.

19Le niveau du sol a été fortement exhaussé à l’époque des thermes, comme l’avait déjà indiqué G. Roux. Le mur E231 ne présente de parement que sur le côté Est, ce qui laisse penser que le côté Ouest était rempli de terre. Dans ce cas, on pourrait supposer que ce mur rejoignait les thermes (fig. 13). S’il existait encore une rue à cette époque conduisant à la porte D, ce que l’angle avec la rue E8 semble indiquer, il faut donc imaginer un escalier pour la relier à la partie basse, à l’Est, de la partie haute, près de l’entrée.

Fig. 13 – Le mur E231. Vue de l’Est (face avec parement).

Fig. 13 – Le mur E231. Vue de l’Est (face avec parement).

Cl. EFA, J.‑M. Luce.

20À l’Est des latrines, au moins deux pièces donnaient sur la rue E4, située au Sud du bâtiment (fig. 14). La paroi E415 qui délimite le bâtiment à l’Est s’appuie sur le mur du fond E415. L’ensemble a donc été construit en même temps. E407 est la simple continuation de E415, avec un autre appareil, qui est plus ancien. L’analyse détaillée de ce secteur montre que le réseau des rues remonte à une époque ancienne, au moins à l’époque géométrique (bâtiments de cette époque des deux côtés de la rue E6), peut‑être plus haut encore, mais qu’il a connu des modifications de détail. La construction du double ensemble des thermes et de leurs annexes contenant les latrines et le laconicum appartiennent à un programme ambitieux, comme l’était, à la même époque, l’agora romaine. Ce vaste programme a respecté la rue 5 qui, pourtant, séparait les deux bâtiments.

Fig. 14 – Pièce à l’Est des latrines.

Fig. 14 – Pièce à l’Est des latrines.

Cl. EFA, J.‑M. Luce.

21Notons la découverte d’une inscription cursive, gravée sur un enduit recouvrant un bloc de tuf, avec des lettres lunaires dont N. Kyriakidis va entreprendre l’étude.

Le secteur Ouest

Prospection secteur Ouest : le quartier de l’hérôon dit « de Blum » (N. Kyriakidis)

22La totalité des vestiges du quartier de l’hérôon dit « de Blum » ont fait l’objet d’une campagne de photographie et de relevé systématique. Si l’essentiel du bâti semble avoir été construit en une seule phase lors de l’Antiquité tardive, on observe des traces de remaniements postérieurs (portes bouchées, ajouts de murs de refend) (fig. 15).

Fig. 15 – Exemple de porte bouchée.

Fig. 15 – Exemple de porte bouchée.

Cl. EFA, J.‑M. Luce.

23À l’extrémité Est du quartier, les murs tardifs reprennent des murs plus anciens (appareil polygonal, rectangulaire et trapézoïdal) (fig. 16).

Fig. 16 – Murs de divers appareils à la base de murs tardifs.

Fig. 16 – Murs de divers appareils à la base de murs tardifs.

Cl. EFA, J.‑M. Luce.

24Ces vestiges de phases antérieures sont non seulement des murs de terrasse, mais aussi des murs des maisons d’états plus anciens de ce quartier (fig. 17).

Fig. 17 – Murs de maisons antérieurs à l’époque romaine.

Fig. 17 – Murs de maisons antérieurs à l’époque romaine.

Cl. EFA, J.‑M. Luce.

25Vers l’Ouest, dans le reste du quartier, on ne trouve que les murs récents, mais le niveau d’arrêt de la Grande Fouille est ici plus élevé. À terme, il serait souhaitable d’implanter au moins deux sondages, l’un dans la partie Est pour retrouver des traces de l’occupation antérieure à la (re)construction du quartier, l’autre à l’Ouest pour voir si cette portion du quartier est une extension tardive ou si le quartier ancien s’étendait jusqu’aux abords immédiats de l’hérôon et que ses vestiges, pris dans les fondations des murs tardifs, sont encore remblayés.

La prospection du secteur Ouest : la géophysique (A. Sarris, N. Papadopoulos)32

  • 32  Foundation for Research and Technology.

26La dernière zone à prospecter avec les méthodes de la géophysique était la partie Ouest du sanctuaire, entre la route qui mène en longeant la stoa Ouest du cimetière de Saint‑ Élie à l’opisthodome du temple et le musée (fig. 18). Cette zone ne pouvait pas être entièrement prospectée, pas plus que les précédentes. Néanmoins, d’assez vastes secteurs ont pu être explorés par A. Sarris et son équipe. Cette année 5 méthodes ont été utilisées : la méthode magnétique, la résistance du sol, le radar (GPR), la tomographie électrique (EM), et la tomographie de la résistivité électrique (ERT).

Fig. 18 – Répartition spatiale des techniques utilisées.

Fig. 18 – Répartition spatiale des techniques utilisées.

Grilles C1 à C17 : GPR ; zones en vert : l’ERT 3D ; transects en rouge : 2D ERT ; grilles C11, C12, C15, C16, C17, C18 : techniques EM ; Grilles C15, C16, C17 : méthode de radiométrie magnétique.

A. Sarris, N. Papadoupolos.

27La suite n’est que la traduction française de la conclusion du rapport d’A. Sarris et N. Papadopoulos, rédigé en anglais :

28De même qu’en 2012 et 2013, les cartes géophysiques ont été géoréférencées avec le système topographique local et ont été superposées à l’image satellite de Google Earth, avec les autres cartes et plans de la zone représentant certains des vestiges fouillés et restes architecturaux visibles en surface. La phase III de la prospection géophysique à Delphes était concentrée dans la zone Ouest du site archéologique (fig. 19‑20).

Fig. 19 – Répartition des grilles et lignes (flèches rouges) analysées avec l’ERT dans la zone Ouest de Delphes en 2014.

Fig. 19 – Répartition des grilles et lignes (flèches rouges) analysées avec l’ERT dans la zone Ouest de Delphes en 2014.

A. Sarris, N. Papadoupolos.

Fig. 20 – Répartition des secteurs ERT et des lignes dans la zone Ouest de Delphes durant la saison d’exploration géophysique de 2014.

Fig. 20 – Répartition des secteurs ERT et des lignes dans la zone Ouest de Delphes durant la saison d’exploration géophysique de 2014.

A. Sarris, N. Papadoupolos.

29Dans les zones Ouest, la méthode électromagnétique (ERT) a permis de scanner en tout 4 secteurs (quatre « grilles »), 8 lignes individuelles dans la direction Nord‑Ouest et 2 lignes orientées dans la direction Nord‑Ouest/Sud‑Est. La flèche dipole‑dipole a été employée pour recueillir les données de la résistivité tomographique. Le traitement de ces données par des algorithmes d’inversion de la résistivité 2D et 3D a permis de reconstruire la subsurface de la terre en procédant à l’extraction des sections de la résistivité verticale 2D et des tranches horizontales de profondeur croissante de résistivité horizontale, décrivant, dans ces données, la variation de la résistivité de la subsurface. Les fortes anomalies de la résistivité sont d’un intérêt particulier, car elles peuvent être corrélées avec des restes de constructions comme des murs ou des bâtiments. Les anomalies de la résistivité sont classées en trois catégories fondées sur la profondeur enregistrée dans les tranches ou dans les sections ERT.

30Les points X17, X19, X20 et X18 dans la partie Ouest de la zone forment un secteur (grille C6) de 28 m (Nord‑Est/Sud‑Ouest) sur 6 m (Sud‑Est/Nord‑Ouest) qui a été exploré à l’aide de sept sections ERT complètement parallèles (lignes T1‑T7 – la ligne T1 va du point S17 au point X19). Deux lignes verticales additionnelles (X16X17 et X14X15) ont également été réalisées afin d’accroître le contexte d’information d’un secteur spécifique. Ce secteur a été nommé « Nord de la route ».

31Le mur Nord du bâtiment qui est traversé par la ligne X16X18 est clairement représenté sur la carte par la section de la résistivité qui atteint en cet endroit jusqu’à 1 m sous la surface du sol. En même temps, une grande partie de la zone de résistivité a été enregistrée dans des tranches de profondeur qui vont de 0,5 m à 3 m et qui, horizontalement, mesurent environ 14 m sur 4 m. Étant donné les dimensions et la forte pente de ce secteur spécifique près des points X17 et X15 (c’est‑à‑dire au Sud‑Ouest), cette région d’anomies dans la résistivité (rouge vif sur les images) est probablement liée à un grand mur de terrasse (fig. 21).

Fig. 21 – Tranches de résistivité du secteur « Nord de la route ». Grille C6.

Fig. 21 – Tranches de résistivité du secteur « Nord de la route ». Grille C6.

A. Sarris, N. Papadoupolos.

32La grille C2 explorée par ERT au « Nord de la citerne » (fig. 22) est délimitée par les points X6, X5 et X12 (il n’y avait pas de topographique au Sud‑Ouest) ; elle mesure 36 m (Nord‑Est/Sud‑Ouest) sur 10 m (Sud‑Est/Nord‑Ouest) et a été intégralement couverte par la prospection grâce à 11 lignes ERT (Lignes LS11 à S21 – la ligne S11 va du point X6 au point X5).

Fig. 22 – Tranches de résistivité issues des données ERT dans le secteur « Nord de la citerne ». Grille C2.

Fig. 22 – Tranches de résistivité issues des données ERT dans le secteur « Nord de la citerne ». Grille C2.

A. Sarris, N. Papadoupolos.

33Le secteur, en pente vers le Sud‑Est, a été fortement perturbé par des travaux modernes pour l’installation de canalisations d’eau. Nous avons attribué à ces canalisations les tranches à faible profondeur (Z = 0‑1m), là où la tranchée de fouille et les terrasses ont été enregistrées grâce des anomalies de forte résistivité qui traversent la grille diagonalement dans la direction Nord‑Sud (fig. 20).

34En dehors des interférences modernes, les analyses ERT ont permis d’extraire des informations concernant les vestiges de constructions auxquels on a donné les noms d’anomalies N1 et N2. N2 a notamment une forme rectangulaire nette, indiquant les fondations d’un bâtiment mesurant 5 m sur 6 m, et atteignant la profondeur de presque 2 m sous le sol actuel.

35La longue anomalie linéaire qui parcourt la grille du Sud au Nord sur environ 22‑25 m est très probablement liée à un mur de soutènement situé à 1,5 m de profondeur sous la surface du sol et descendant jusqu’à la profondeur de 3,5 m.

36Les points X2, X1, X4 et X3 délimitent la grille de la « citerne » (grille C1) (fig. 23). Cette grille qui a aussi une orientation Nord‑Est/Sud‑Ouest, mesure 36 m (Nord‑Est/Sud‑Ouest) sur 5 m (Sud‑Est/Nord‑Ouest) et a été explorée grâce à six lignes toutes parallèles (lignes S1 à S6, la ligne S1 va du point X3 au point X4). Ce secteur repose sur une terrasse plane qui est délimitée à l’Est par un haut mur de terrasse (environ 4 m). Le but de la prospection ERT de cette partie du site archéologique était de dessiner une citerne qu’on supposait enfouie dans la terre. Les sections verticales ERT (voir section 5.2) montrent la présence de matériaux de remplissage sur environ 1,50 à 2 m de profondeur. À l’extrémité Sud de la grille C1, une anomalie de forte résistivité est alignée sur le mur de surface qui constitue la limite Sud de la citerne. Il semble que le mur soit bien conservé et se poursuive à une profondeur plus grande. Les dimensions horizontales de la citerne sont de 25 m sur 3,50 m et la profondeur doit se situer dans une fourchette de 2 à 4 m avec des valeurs de fortes résistivités (plus que 2000 Ohm‑m), ce qui montre la présence d’une cavité partiellement remplie.

Fig. 23 – Tranches de résistivité issues des données ERT dans le secteur de la « citerne ». Grille C1.

Fig. 23 – Tranches de résistivité issues des données ERT dans le secteur de la « citerne ». Grille C1.

A. Sarris, N. Papadoupolos.

37En se déplaçant à l’Est de la citerne, quatre lignes ERT orientées Nord‑Est/Sud‑Ouest (X 36 X 35, X 38 X 37, X29 X33, X 31 X 34) ont été définies sur la route de terre conduisant au Nord de la maison de fouille de l’École française d’Athènes (voir section 5.2 – Maison de fouilles). L’interprétation sous forme de diagramme d’anomalies à forte résistance pour chaque ligne individuelle montre la présence de murs enfouis superficiellement ou profondément qui apparaissent dans toutes les lignes (fig. 24).

Fig. 24 – Interprétation diagrammatique des anomalies à faible et grande profondeur le long des lignes ERT à l’Est de la « citerne ».

Fig. 24 – Interprétation diagrammatique des anomalies à faible et grande profondeur le long des lignes ERT à l’Est de la « citerne ».

A. Sarris, N. Papadoupolos.

38La plupart des faits qui ont été identifiés par la méthode ERT ont également été vérifiés avec le GPR. Ce dernier a permis de donner un contour plus précis aux anomalies souterraines et aussi d’explorer d’autres régions (fig. 25). Certaines des anomalies intenses ont très probablement été provoquées par les rails de métal qui ont été utilisés lors des anciennes fouilles pour transporter la terre en dehors du site archéologique. Certaines de ces barres métalliques sont même visibles en surface. Ce genre d’anomalies est visible par exemple sur le secteur C9 (au Nord de la fig. 25, secteur 12). D’un autre côté, l’anomalie A72 est clairement un puits bien délimité d’environ 2 m de rayon (fig. 26). Les anomalies A74, A75 et A76 suivent également la courbe de niveau de la pente et, si on se fonde sur des vestiges visibles en surface, il semble qu’ils soient corrélés à un mur de soutènement. Plus à l’Est, le GPR a été en mesure de relever les sections de divers vestiges architecturaux (anomalies A77, A78, A79 et A80) (fig. 27). Les faits particuliers semblent être alignés comme le reste du plan de l’ancien établissement, avec des murs parallèles aux courbes de niveau.

Fig. 25 – Tranches ERT (en haut) et GPR (en bas) et représentation diagrammatique en regard des anomalies GPR et ERT dans la partie Ouest de l’établissement de Delphes.

Fig. 25 – Tranches ERT (en haut) et GPR (en bas) et représentation diagrammatique en regard des anomalies GPR et ERT dans la partie Ouest de l’établissement de Delphes.

A. Sarris, N. Papadoupolos.

Fig. 26 – Photo de l’ouverture en surface du puits (anomalie A72) identifié par le GPR dans la grille C10.

Fig. 26 – Photo de l’ouverture en surface du puits (anomalie A72) identifié par le GPR dans la grille C10.

Cl. A. Sarris, N. Papadoupolos.

Fig. 27 – Codage et représentation diagrammatique des anomalies repérées au GPR et à l’ERT dans la partie Ouest de l’établissement de Delphes.

Fig. 27 – Codage et représentation diagrammatique des anomalies repérées au GPR et à l’ERT dans la partie Ouest de l’établissement de Delphes.

A. Sarris, N. Papadoupolos.

39Le secteur « Nord du musée » (secteur C11), est situé au Sud des escaliers qui conduisent de la maison de l’École française d’Athènes au Musée archéologique. En dépit de ses dimensions relativement petites (13 m sur 22 m), il présente un dénivelé substantiel d’environ 4 m quand on se déplace du Nord‑Ouest au Sud‑Est. La microtopographie de ce secteur a été établie en prenant l’élévation de nombreux points avec un GPS différentiel. Le Digital Elevation Model a été utilisé pour corriger les données ERT qui affectent la topographie au cours de leur traitement.

40Ce secteur a été scanné avec en tout 14 lignes ERT (M1‑M14) qui ont une orientation Nord‑Sud. La tranche de résistivité située à 1,50 m de profondeur sous le sol moderne, extraite grâce au modèle d’inversion 3D, dessine les fondations d’un bâtiment qui semble se diviser en au moins trois compartiments plus petits. La signature des anomalies repérées, avec leur résistivité forte et compacte, montre le bon niveau de conservation de cette structure. Son orientation est similaire à celle d’un des bâtiments qui ont été fouillés dans le passé au Nord, suggérant une continuation de la même phase de construction. De plus, l’existence d’une anomalie linéaire de très forte intensité dans la partie Sud, jusqu’à une profondeur de 4 mètres, suggère l’existence d’un mur de soutènement que justifient la pente abrupte du secteur dans cette direction et le nivellement de la terre juste au Sud (fig. 28).

Fig. 28 – Tranches de résistivité issues des données ERT dans le secteur « Nord du musée ». Grille C11.

Fig. 28 – Tranches de résistivité issues des données ERT dans le secteur « Nord du musée ». Grille C11.

A. Sarris, N. Papadoupolos.

41De façon générale, la couverture GPR et ERT des secteurs spécifiques ont produit des résultats comparables. D’un autre côté, les mesures de la conductivité ont permis d’identifier uniquement l’anomalie située au Sud de la structure, confirmant qu’il s’agit très probablement d’un mur de soutènement. La figure (fig. 29) permet de comparer les différentes techniques avec le rendu plus détaillé de la structure que donne la méthode du GPR.

Fig. 29 – Tranches de résistivité à 1,50‑2 m de profondeur, tranches GPR à 1,60 m, interprétation diagrammatique de la conductivité EM et GPR pour les faits architecturaux existant dans la grille C11.

Fig. 29 – Tranches de résistivité à 1,50‑2 m de profondeur, tranches GPR à 1,60 m, interprétation diagrammatique de la conductivité EM et GPR pour les faits architecturaux existant dans la grille C11.

A. Sarris, N. Papadoupolos.

42Quatre lignes parallèles ERT (X23X27, H2, X25X26, H1) ont été mises en place sur une zone plane à l’Est de la maison de l’École française d’Athènes. Toutes les lignes montrent des modèles d’inversion de la résistivité 2D comparables les uns aux autres (voir section 5.2 – Maison de fouille), ce qui signifie qu’elles enregistrent la continuation de la même structure enfouie. La fig. 30 illustre l’interprétation sous forme de diagramme des anomalies à forte résistivité. L’analyse ERT conduit à délimiter un mur couvrant une petite surface (Z= 0,5‑1,5 m) et un autre mur plus grand et plus profond qui constitue probablement la suite d’un grand mur de terrasse qui vient de l’Est.

Fig. 30 – Interprétation diagrammatique des anomalies de la résistivité à faible et grande profondeur le long des lignes ERT à l’Est de la maison de l’École française d’Athènes.

Fig. 30 – Interprétation diagrammatique des anomalies de la résistivité à faible et grande profondeur le long des lignes ERT à l’Est de la maison de l’École française d’Athènes.

A. Sarris, N. Papadoupolos.

43La méthode magnétométrique a également été appliquée à trois secteurs (C15, C16 et C17) (fig. 31). Les grilles spécifiques ont été installées dans deux corridors entre la Maison de l’École française d’Athènes et le musée. Le traitement des données magnétiques a mis en évidence des anomalies limitées, dont la plus importante a été trouvée dans le corridor inférieur, près du musée. Le fait linéaire particulier (anomalie A65, voir fig. 33) court sur plus de 20 m dans une direction parallèle au reste des restes architecturaux du site, et nous l’interprétons comme un mur de soutènement. L’anomalie de la zone supérieure n’est pas flagrante dans les données mesurées avec la conductivité grâce au GEM‑2 (fig. 32 gauche). On retrouve le même flou dans le reste des secteurs des grilles C12, C15 C16 et C17. On peut seulement observer quelques anomalies à forte résistance en C12, très probablement dues à des éléments appartenant à des vestiges architecturaux qui sont situés sur les bords du corridor spécifique.

Fig. 31 – Résultats des analyses magnétiques dans les grilles C15, C16, C17.

Fig. 31 – Résultats des analyses magnétiques dans les grilles C15, C16, C17.

A. Sarris, N. Papadoupolos.

Fig. 32 – Gauche : Résultats de la conductivité électromagnétique C4, C12, C15, C16, C17. Droite : résultats du GPR (radar) dans les grilles C4, C12, C15, C16, C17.

Fig. 32 – Gauche : Résultats de la conductivité électromagnétique C4, C12, C15, C16, C17. Droite : résultats du GPR (radar) dans les grilles C4, C12, C15, C16, C17.

A. Sarris, N. Papadoupolos.

44D’un autre côté, les intenses réflecteurs qui ont été observés dans le corridor supérieur en C12 et aussi dans sa projection vers l’Ouest (grille C14 et C13) sont dus aux barres de métal des rails dont certains sont encore visibles en surface (fig. 32 droite). Dans la grille A4, la longue anomalie linéaire A61 (pour le codage des anomalies, voir fig. 33) semble suggérer la présence d’un mur de soutènement Nord‑Est/Sud‑Ouest sur plus de 33 m. Les faits en A60 appartiennent à la suite des structures architecturales qui existent au Nord et au Sud de A60 et sont perpendiculaires à A61. De même, quelques autres anomalies avec des orientations similaires semblent s’étendre aux emplacements A62, A63 et A64. Le dernier semble en relation avec l’anomalie magnétique A65. En général, les anomalies signalées ci‑dessus suivent le reste du plan de l’établissement.

Fig. 33 – Codage des anomalies relevées au GPR et donnés de la méthode magnétique dans les grilles C4, C12, C15, C16 et C17.

Fig. 33 – Codage des anomalies relevées au GPR et donnés de la méthode magnétique dans les grilles C4, C12, C15, C16 et C17.

A. Sarris, N. Papadoupolos.

45Durant le dernier jour de la campagne de géoprospection de 2014, la grille C19, qui consiste en 9 lignes ERT (Q1‑Q9), a été mise en place dans la zone Est du site archéologique (fig. 34), où la prospection de 2013 avait mis en évidence de possibles restes architecturaux. La tranche ERT à 1 m en profondeur montre la continuation au Sud du mur fouillé à l’intérieur de la grille ERT. La tranche de résistivité à 2 m de profondeur dessine des anomalies rectilignes qui ont été attribuées à des tronçons de mur bien conservés (fig. 34a et 34b gauche). En revanche, la prospection EM qui a été entreprise dans la grille C18 n’a produit aucune anomalie spécifique en raison du haut niveau de bruit dû à la présence d’un grand nombre de vestiges architecturaux visibles en surface sur la zone (fig. 34b, droite).

Fig. 34 – a. Tranches de la résistivité issues des données ERT dans les secteurs C19 dans la zone Est du site archéologique. b. Gauche : Interprétation des données ERT de la grille C19. Droite : mesures de la conductivité dans la grille C18.

Fig. 34 – a. Tranches de la résistivité issues des données ERT dans les secteurs C19 dans la zone Est du site archéologique. b. Gauche : Interprétation des données ERT de la grille C19. Droite : mesures de la conductivité dans la grille C18.

A. Sarris, N. Papadoupolos.

Conclusion

46En dépit des diverses difficultés rencontrées lors de la prospection géophysique de Delphes et des dures conditions imposées par la nature du site – principalement les pentes abruptes, les grandes tranchées des anciennes fouilles, le système d’extinction des feux, les anciens rails des fouilles, les constructions modernes etc. – les résultats de la prospection géophysique peuvent être considérés comme étant plus qu’encourageants. L’importance de la stratégie géophysique fondée sur la multiplicité des méthodes a été clairement établie, puisque chacune de celles qui ont été utilisées a été en mesure de suggérer des cibles spécifiques en termes de quantité physique mesurée et de propriétés de la subsurface. L’utilisation de différentes méthodes pour scanner un site s’est révélée fructueuse, puisqu’elle a livré des informations complémentaires et a ainsi aidé à délimiter les faits les plus caractéristiques qui ont été suggérés par les différentes approches. De toutes les méthodes utilisées, ce sont le GPR et l’ERT qui ont donné les meilleurs résultats, par opposition aux prospections magnétique, de la résistance du sol et EM. Ce sont ces méthodes‑là qui étaient capables de pénétrer dans les couches profondes, une aptitude adaptée à un site où il apparaît que, dans la plupart des cas, les vestiges architecturaux se trouvent à une profondeur d’un mètre de la surface du sol. La prospection magnétique et EM donnent de bons résultats dans les zones où l’impact des interventions humaines du passé est relativement limité.

47La figure (fig. 35a) donne une image intégrée de la plupart des anomalies géophysiques existantes repérées par les techniques variées utilisées pendant les différentes périodes de prospection. Le niveau de confiance des anomalies (cibles potentielles) est donné soit par l’intensité de leurs signaux (en prenant toujours en considération leurs corrélations avec des faits modernes) ou par le caractère complémentaire du signal produit par les différentes méthodes. Différentes cibles ont été identifiées qui vont des puits à des structures individuelles et des murs de soutènement. Il est devenu évident que les structures de l’établissement étaient répandues de l’entrée la plus à l’Ouest du site jusqu’à la fontaine Castalie. Les murs de soutènement suivaient les courbes de niveau et les structures étaient construites le long des pentes, laissant différents corridors horizontaux et verticaux et des rues entre eux. La signification des résultats géophysiques devient patente, dès lors qu’on la combine avec les sondages fouillés et les monuments. Ces résultats seront en mesure de contribuer à la restitution du plan de l’établissement et à remplir les vides des zones où aucune fouille n’a encore été entreprise.

Fig. 35 – Image intégrée des faits géophysiques obtenus lors des trois ans de campagne géophysique à Delphes.

Fig. 35 – Image intégrée des faits géophysiques obtenus lors des trois ans de campagne géophysique à Delphes.

a. La zone Ouest ; b. toutes les zones explorées.

A. Sarris, N. Papadoupolos.

Interprétation archéologique des nouvelles données de la prospection (J.‑M. Luce)

48Les nouvelles données de la prospection permettent de compléter le plan des rues de la ville sur plusieurs points. Les anomalies situées sur la ligne A74, A75, A76 qui sont dans le prolongement exact de la série de murs de soutènement au Nord de la rue NO20 permettent d’en poursuivre la restitution sur plus d’une centaine de mètres vers l’Ouest. Comme indiqué par A. Sarris, ces longs murs de soutènement suivent généralement les courbes de niveau, et on peut le vérifier ici. En dessous de cette rue, les anomalies situées sur la pente jusqu’à la grande citerne d’époque impériale (tardive ?), dans la grille C2, permettent de restituer un quartier d’habitation réparties sur au moins deux terrasses. Cette organisation correspond à ce qui a été fouillé autour et sous la maison de fouilles de l’École française. Une étroite venelle devait néanmoins exister entre ce secteur et la citerne en elle‑même, puisqu’une porte est conservée sur son angle Nord‑Ouest. Les terrasses étaient subdivisées par des refends perpendiculaires au soutènement tous les 8‑10 m, un module qu’on retrouve ailleurs, mais qui n’est pas universel à Delphes.

49Plus au Sud, dans le secteur C11, les fortes anomalies qui dessinent en bleu (GPR) des bandes Nord‑Ouest/Sud‑Est peuvent être interprétées, plutôt que comme les restes de vestiges, comme ceux des tranchées du xixe s. qui ont été creusées exactement en cet endroit. En revanche l’anomalie oblique repérée par plusieurs techniques et orientée Nord‑Est/Sud‑Ouest est probablement un gros mur. Il se peut que nous ayons affaire au même quartier, ou un quartier situé sur le même système de terrasse que celui de l’hérôon de Blum. Dans ce cas le mur de terrasse au Sud était peut‑être bordé par une voie du type de SO5.

50Les anomalies repérées près des points A61 et, au Sud, A64 et A62 représentent sans doute de grands murs de terrasse, mais il est encore trop tôt pour préciser la façon dont ils s’articulent au système des rues, tant que les relevés de la zone n’ont pas été complétés. Il est possible, mais non prouvé, qu’elles aient un lien avec les rues au Sud du péribole (S1 et S2).

51Dans le secteur Est, la reprise de la prospection et le nouveau relevé de M. Guijarro permettent de s’interroger sur le tracé de la rue E6 vers l’Est. On ne peut, en l’état actuel, proposer de certitude, mais les anomalies mises en évidence par la géoprospection suggèrent la poursuite de la rue vers l’Est sur l’axe qui est déjà le sien plus à l’Ouest. Il reste néanmoins un doute, car cette restitution fait passer la rue par‑dessus la construction E279‑E280, ce qui est possible si ces murs sont les vestiges d’une construction du xixe s. appartenant au village de Kastri, mais nous n’en avons pas encore la preuve. En effet, le type de construction (remplois, moellons sans mortier, bouchons de pierres et de terres cuites) convient aussi à l’époque paléochrétienne. L’alternative est de supposer que le tracé de la rue passait au Nord de E279, mais cette solution présente des difficultés encore plus grandes. Si on admet le tracé proposé sur les fig. 4 et 6, on doit supposer une fourche, avec une autre rue montant le long des structures E269, E290, E277, E278.

Les fouilles

52Les fouilles réalisées du 21 juillet au 14 août se sont déroulées dans deux secteurs. À l’Ouest de la ville, le long de la rue N13, un petit sondage avait pour but de mettre en évidence la stratigraphie dans le secteur Ouest, et apporter les premiers éléments de chronologie. La fouille a été dirigée par N. Kyriakidis. À l’Est, les travaux dans le chantier de la voie Nord‑Est, commencés en 2013, ont été poursuivis, sous la direction de J.‑M. Luce.

La fouille du secteur Ouest (fig. 36‑37) (J.‑M. Luce, N. Kyriakidis)

53Le sondage a été implanté en bordure Est de la tranchée de fouille creusée dans la voie elle‑même, le long du mur N122, jusqu’à la maison du village de Kastri portant le numéro 536 sur le cadastre levé par Convert avant la Grande Fouille. Cette rue était fermée par un mur paléochrétien, N131, très bien conservé, et plus au Sud par un autre mur, N126, aujourd’hui disparu. Le mur Sud de la maison kastriote était fondé sur un remontage tardif (paléochrétien ?) du mur polygonal à joints droits qui se trouve en dessous, de sorte que le mur présente trois états : classique, paléochrétien et moderne.

54Outre la succession des couches, la fouille a permis de mettre en évidence un mur avec un sol extérieur en place du côté Ouest, sur lequel on a recueilli trois monnaies datant de Constantin II (337‑340), du consulat de Théodose I (388) et du début du règne de Théodose II (408‑450) ainsi que des fragments de céramique posés à plat, le tout sous une épaisse couche de destruction elle‑même recouverte d’un colluvionnement moderne.

  • 33  Pl. Pétridis, (n. 26), p. 21‑22.

55Ces découvertes tendent à dater ce sol du ve s., mais il faut attendre un examen plus attentif de la céramique pour voir si les datations des monnaies trouvent une confirmation. Si tel est le cas, nous pourrons en conclure que ce secteur de la ville n’a pas été occupé aussi longtemps que le secteur Est, et nous aurions là une confirmation de l’hypothèse soutenue par Pl. Pétridis, qui pense que l’espace urbain s’est fortement contracté vers la fin du vie s., lorsque la villa au Sud du sanctuaire a été colonisée par des ateliers de potier33. Il faudra un examen du mobilier plus complet pour confirmer l’impression première que ce secteur n’a pas livré de céramique de la fin du vie s. ni du viie s. et vérifier l’hypothèse en la testant sur d’autres secteurs.

Fig. 36 –Fouille du secteur Ouest. Mur N122 au premier plan et mur paléochrétien au second. Vue du Sud.

Fig. 36 –Fouille du secteur Ouest. Mur N122 au premier plan et mur paléochrétien au second. Vue du Sud.

Cl. EFA, J.‑M. Luce.

Fig. 37 – Fouille du secteur Ouest. Mur N122 au premier plan et mur paléochrétien au second. Vue du Nord‑Ouest.

Fig. 37 – Fouille du secteur Ouest. Mur N122 au premier plan et mur paléochrétien au second. Vue du Nord‑Ouest.

Cl. EFA, J.‑M. Luce.

La fouille du secteur Est  (dit secteur V pour voie Est)

56La fouille du secteur de la voie Nord‑Est a été poursuivie cette année (fig. 38‑39). Rappelons que le site est occupé, le long de sa bordure Nord, par un grand bâtiment paléochrétien qui recouvre en partie l’Ouest d’un long mur classique, doublant un autre mur plus ancien, daté de l’époque géométrique par L. Lerat. Le Sud est délimité par le mur de soutènement de la terrasse attalide.

Fig. 38 – Fouille du secteur Est (chantier voie Nord‑Est).

Fig. 38 – Fouille du secteur Est (chantier voie Nord‑Est).

Fig. 39 – Plan de la fouille.

Fig. 39 – Plan de la fouille.

57En 2013, nous avions ouvert quatre sondages. Les deux premiers étaient situés dans les pièces 2 et 5 du bâtiment paléochrétien, le troisième à l’Est, le long du mur de terrasse classique et géométrique. Un quatrième sondage avait été ouvert dans la terrasse au Sud. En 2013, la fouille de la pièce 2 avait permis de mettre en évidence la réoccupation moderne, avec un foyer datant sans doute des Grandes Fouilles, un mur servant à le soutenir, et n’avait fait qu’apparaître le sommet de la couche de destruction. Cette couche a pu être fouillée dans la moitié Ouest du site, en attendant l’autorisation de détruire le mur moderne coupant la pièce en deux (fig. 40). La fouille a montré que la destruction s’est faite en deux étapes. Lors de la première, le toit est tombé, avec une partie des murs, livrant des fragments d’enduits blancs, certains avec relief, et des tuiles, tandis que la seconde a conduit au recouvrement de la pièce par un épandage de carreaux avec des croix de saint André, et très peu de fragments de tuile. Il y a donc eu deux étapes dans la destruction. La seconde phase vient peut‑être d’une pièce voisine dont l’étage se serait effondré dans un second temps.

Fig. 40 – Pièce 2. Première couche de destruction.

Fig. 40 – Pièce 2. Première couche de destruction.

58Dans la pièce 5, la fouille de 2013 avait permis d’identifier les murs délimitant la pièce, de mettre au jour le départ du sol sur les côtés et de mettre en évidence l’enduit blanc recouvrant les murs, mais aussi le départ des sols, et de montrer que ce dernier avait pris une forte pente vers le Sud, indice d’une perturbation ou d’une solifluxion. Nous avions aussi observé que le sol ne se retrouvait pas au centre de la pièce. La fouille de cette année a montré que ces perturbations étaient dues à un réaménagement de la pièce, transformée en réserve, avec le creusement de trois fosses destinées à recevoir des pithoi (fig. 41). Le fond de l’un d’entre eux a même été retrouvé in situ. Nous avons évoqué, en 2013, la possibilité que les pièces du bâtiment ouvrant sur le Sud longeaient une voie et qu’elles abritaient des magasins. Cette découverte va dans ce sens. Dans les niveaux antérieurs au bâtiment, on a retrouvé encore de la céramique romaine, ainsi qu’une série de fragments d’enduits peints en rouge ou en noir (fig. 42). Ces découvertes montrent que le bâtiment avait été relativement luxueux pendant au moins la phase ancienne de son fonctionnement. Le matériel associé, comparé à celui datant de la vie du bâtiment, devrait permettre de dater ce dernier de façon assez précise.

Fig. 41 – Pièce 5. Fosses aux pithoi.

Fig. 41 – Pièce 5. Fosses aux pithoi.

Fig. 42 – Fragment d’enduit peint en rouge trouvé sous la salle 5.

Fig. 42 – Fragment d’enduit peint en rouge trouvé sous la salle 5.

Le secteur 3

59La fouille du secteur 3 en 2013 avait permis la découverte d’un mur Est‑Ouest, fondé très haut, presque parallèle au grand mur classique. La saison 2014 a montré que ce mur était associé à une surface à peu près horizontale, qui n’est autre que le sommet d’un épais remblai. Cette surface au relief irrégulier pourrait avoir été le sol d’une voie passant derrière le monument paléochrétien. Le mobilier recueilli dans le remblai et sur la surface, avec des fragments d’amphores peignées et des tessons de vases à coulure, conduit à dater cet ensemble de la dernière phase de l’occupation à Delphes, au vieviie s. (fig. 43).

Fig. 43 – Secteur 3.

Fig. 43 – Secteur 3.

60Un sondage pratiqué le long du mur E316 a montré que l’arrière du mur avait été perturbé à l’époque moderne, sans doute au cours des fouilles, mais aussi à l’époque paléochrétienne (fig. 44). Un bloc manquant dans l’assise a été remplacé par un blocage qu’il faut mettre en relation avec ces perturbations, probablement celle de l’époque moderne. En effet, les limites de la fosse moderne sont reconnaissables et la couche qu’elle a traversée ne date pas, comme on pouvait le penser, de l’époque des murs, mais de l’Antiquité tardive. On a donc creusé derrière ce mur, peut‑être pour le réparer, puis on a remblayé jusqu’au niveau du mur Nord, et l’espace intermédiaire a constitué un espace de circulation dont le niveau s’est élevé par phases. La surprise a été de découvrir que le mur E317 se prolongeait derrière le E316, confirmant ainsi l’ancienneté de la ligne de rupture de pente représentée par ces soutènements.

Fig. 44 – Secteur 3. Les murs E316 et E317.

Fig. 44 – Secteur 3. Les murs E316 et E317.

Le secteur 0 (fig. 45)

  • 34  BCH 60 (1936), p. 461.

61Ce grand sondage, qu’est le secteur O, ouvert en 2013, explore le talus qui relie le chemin actuel longeant le bâtiment paléochrétien et la terrasse attalide. Il avait pour but d’identifier les anomalies identifiées par la géoprospection et de poursuivre les fouilles Lerat qui, plus à l’Ouest, avaient mis au jour les restes du village mycénien. La fouille est descendue à plus de 4 m de profondeur sous le niveau du chemin actuel, mais une soixantaine de centimètres seulement sous le niveau de la crête du mur de soutènement de la stoa d’Attale. La totalité du comblement date du xxe s. On peut distinguer trois époques. La plus récente, traversée l’année dernière, date des années 1980 lors desquelles on a apporté quelques remblaiements nouveaux afin d’élargir le chemin. La seconde est constituée d’une série de colluvionnements tombés de la montagne, principalement les dépôts constitués par l’avalanche de terre et de cailloux tombée les 9 et 10 décembre 1935. Au témoignage de la chronique du BCH, ces dépôts ont atteint 3 m de profondeur, soit la profondeur de la couche du colluvionnement34. Le même remplissage de ce type avait été également rencontré lorsqu’on a vidé pour la deuxième fois la citerne installée dans la stoa d’Attale. Le pendage est alors orienté Nord‑Sud, dans le sens général de la montagne. Mais les niveaux les plus bas de ces colluvionnements présentent un pendage inverse, descendant du Sud vers le Nord, à contresens de la montagne. Dessous, on retrouve des couches de terre, avec des épandages de cendres, qui sont des remblaiements réalisés au lendemain de la fouille du xixe s. Comme on a remblayé d’abord le Sud, on a créé un pendage Sud‑Nord, qui a été finalement effacé par le colluvionnement.

62La géoprospection avait identifié des anomalies traversant le sondage d’Est en Ouest, et paraissant être un mur. L’hypothèse était d’autant plus vraisemblable qu’un mur a effectivement été découvert par les fouilleurs du xixe s. avec exactement le même tracé. Mais jusqu’à présent, rien n’a été découvert, si ce n’est la limite du colluvionnement et des remblais de terre, qui épouse le tracé des anomalies géophysiques. Il est néanmoins peu probable que les fouilleurs du xixe siècle soient descendus jusqu’au sol vierge, qui se trouve encore à plusieurs mètres de profondeur. Toutefois, les difficultés que représenterait une fouille encore plus profonde ont entraîné la décision de fermer ce secteur.

Fig. 45 – Sondage 0, avec l’inversion du pendage.

Fig. 45 – Sondage 0, avec l’inversion du pendage.

Avant le bâtiment paléochrétien

63L’existence dans le secteur, à l’époque hellénistique, d’un atelier de céramique dans lequel on fabriquait des vases à relief, est bien attestée grâce à la découverte d’un fragment de moule, qui fait suite à celui mis au jour par G. Roux en 1975, lors de la fouille du caniveau Nord de la stoa d’Attale, et resté jusqu’à ce jour inédit. Un superbe fragment de bol a également été découvert, sortant peut‑être du moule précédent, au Nord du bâtiment. La présence de quelques scories, découvertes en 2013, et malheureusement non datées, est un indice pour l’existence d’un artisanat dans la région. Il se peut qu’il soit dû à une autre activité. Pour le moment, quant à l’atelier de bols hellénistiques, son à relief reste inconnu. Il est toutefois important de pouvoir prouver l’existence d’une production de céramique à Delphes à l’époque hellénistique. On savait déjà qu’il existait une production locale à l’époque mycénienne, à l’âge du Fer, à l’époque archaïque et à l’époque paléochrétienne. Ces découvertes contribuent donc à combler un vide.

  • 35  F. Courby, Les vases grecs à relief, BEFAR 125 (1922).
  • 36  G. Siebert, Recherches sur les ateliers de bols à relief dans le Péloponnèse à l’époque hellénisti (...)

64Elles permettent aussi de mettre un terme à une question qui a une histoire assez longue. Les bols à relief découverts à Delphes sont assez nombreux, au point que la question de savoir s’il existait une production locale remonte au début du xxe s.35, une idée qui n’avait été envisagée que pour être refusée. Pourtant en 1978, dans son étude sur les bols à relief, G. Siebert écrivait36 : « Il ne semble pas que des observations faites au moment de la Grande Fouille aient permis d’identifier à Delphes des fours de potiers. En outre, aucun moule, aucun déchet de cuisson ne nous est parvenu et les circonstances des trouvailles anciennes sont rarement connues. Quelques faits me font pourtant croire à l’existence d’ateliers delphiques ». Ces faits étaient principalement l’existence de séries cohérentes et de formes présentant quelques détails spécifiques. Aujourd’hui nous pouvons apporter à l’argumentation de Siebert la preuve décisive qui lui manquait et même situer approximativement la zone de production.

65Un nouveau secteur, le secteur V, a été ouvert cette année, juste à l’arrière de la pièce 2 du bâtiment paléochrétien (fig. 46). Il s’agit d’explorer la transition entre le péribole archaïque et ce bâtiment. Une tranchée avait déjà été creusée lors des anciennes fouilles, visible sur certaines photos. Mais en amont de cette tranchée, une couche rougeâtre recouvre les ruines du péribole et s’enfonce sous un rocher qui a lui‑même été inclus dans la construction d’un mur paléochrétien. On peut penser qu’il existait déjà un passage en cet endroit à l’époque paléo­chrétienne et que cette partie du péribole était déjà démontée lorsqu’on construisit le bâtiment qui le chevauche. Il sera d’un grand intérêt de voir si la base du mur est conservée et si une entrée peut être identifiée, ainsi que d’explorer les couches antérieures au péribole lui‑même.

Fig. 46 – Secteur 5. Au premier plan, le péribole archaïque, à l’arrière‑plan, le bâtiment protobyzantin.

Fig. 46 – Secteur 5. Au premier plan, le péribole archaïque, à l’arrière‑plan, le bâtiment protobyzantin.

La fouille de Delphes et le programme d’identification optique des couches archéologiques (programme Prométhée)

66Cette année, les fouilles ont été l’occasion d’expérimenter les techniques d’exploration optique des couches archéologiques, mises au point dans le cadre du programme Prométhée (ONERA et université de Toulouse 2 Jean Jaurès). À l’aide d’un spectromètre, l’intervenant mesure la réflectance des couches archéologiques, les compare entre elles ainsi qu’au substrat naturel. On obtient ainsi pour chaque couche une signature optique qui livre quelques informations sur certains composants chimiques des couches (comme l’argile, le fer, l’eau). Cette technologie, entièrement neuve, mais encore expérimentale, constitue déjà une aide à l’identification des couches et à leur classification. E. Bousquet a ainsi pu expérimenter le matériel et la procédure scientifique qu’elle a elle‑même mise au point, dans le cadre de ce projet sous la direction de Y. Boucher (ONERA).

Conclusion

67La quatrième campagne a permis de compléter le relevé du site et de préciser le réseau des rues. On voit même, au‑dessus de la grande citerne à l’Ouest, et de l’autre côté du site, en dessous de la partie orientale de la rue E20, des quartiers se dessiner, avec leur structure étagée. La campagne a également permis de mettre en lumière le bâtiment aux latrines, qui constitue l’un des grands monuments les plus délaissés de la littérature delphique, et d’identifier à l’intérieur un laconicum. Il s’agit donc d’une sorte d’annexe aux thermes de l’Est.

68Les fouilles menées dans deux points opposés du site fournissent les premiers repères chronologiques, les premiers indices qui peuvent conduire, s’ils se confirment, à opposer une zone d’occupation longue, autour du sanctuaire, jusqu’au gymnase, à une zone d’occupation plus courte, dans la zone Nord‑Ouest.

69La découverte d’un fragment de moule de bols à relief, dans le même secteur que celui découvert par G. Roux, montre qu’à l’époque hellénistique, comme aux autres époques, Delphes était également un lieu d’activité économique, avec des ateliers situés aux portes du sanctuaire, comme G. Siebert l’avait pressenti. Cette découverte contribue à faire de la ville de Delphes, non point une ville « normale », mais du moins une véritable ville, dont l’économie était, certes, largement dépendante du sanctuaire, mais qui comportait aussi une production artisanale.

70Si les fouilles de la région Est n’ont pas donné tous les résultats escomptés, à cause de l’importance des perturbations, il reste que les découvertes faites en 2014 nous font connaître les potentialités du site. La question du péribole ne pourra être résolue que par la poursuite des fouilles, l’atelier de bols à relief reste à découvrir. Enfin, la présence de ces enduits peints montre que le bâtiment paléochrétien prétendait, dans sa première période du moins, à un certain luxe. Il semble qu’il y a eu des remaniements en profondeur, puisque ces fragments étaient déjà tombés lorsque les pithoi ont été implantés dans la pièce 5.

Haut de page

Notes

13  Ont participé à la campagne, outre les architectes M. Bublot et M. Guijarro, J. Bobineau, E. Balomenou, A. Zahra Chemsseddoha, Th. Colinet, Th. Garro, J. Gondat, A. Laffon, J. Lamaze, M. Papadakis, M. Pétrakis, K. Sido, M. Toubas, K. Tsirtsi. E. Bousquet, ingénieur de l’école d’optique de Toulouse, a également participé à la mission, afin d’expérimenter les mesures spectrométriques des couches archéologiques, dans le cadre du programme Prométhée (UT2J et ONERA).

14  BCH 75 (1951), p. 138‑139 ; BCH 76 (1952), p. 249‑250. Rapports plus détaillés aux archives.

15  BCH 81 (1957), p. 707‑710.

16  BCH 81 (1957), p. 707.

17  L. Lerat, « Fouilles à Delphes, à l’Est du grand sanctuaire (1950‑1957) », BCH 85 (1961), p. 316‑366 ; et L. Lerat, G. Rougemont, « Sondages à l’Est du sanctuaire d’Apollon », BCH 96 (1972), p. 899‑905.

18  R. Ginouvès, « Une salle de bain hellénistique à Delphes », BCH 76 (1952), p. 541‑561 ; id. « Sur un aspect de l’évolution des bains en Grèce vers le ive s. de notre ère », BCH 79 (1955), p. 135‑152.

19  BCH 85 (1961), p. 321, plan I, coupes II‑V.

20  BCH 96 (1972), p. 898, fig. 17.

21  A. Jacquemin, D. Mulliez, G. Rougemont, Choix d’inscriptions de Delphes traduites et commentées ÉtÉpigr. 5 (2012), nos 171‑172.

22  R. Ginouvès, « Sur un aspect de l’évolution des bains en Grèce vers le ive s. de notre ère », BCH 79 (1955), p. 135‑152.

23  Voir note 11, no 399 p. 235‑237.

24  Sur le laconicum, la source littéraire principale est Vitruve, V 10, 5 ; 11,2. Sur le mot laconicum et les différentes sources littéraires et épigraphiques le concernant, voir R. Rebuffat, « Vocabulaire thermal », dans Les thermes romains. Actes de la table ronde organisée par l’École française de Rome (Rome, 11‑12 novembre 1988) (1991), p. 10, et voir l’index. Sur le principe du « bain » de chaleur sèche, voir A. Lézine, Architecture romaine d’Afrique. Recherches et mises au point (1961), p. 28‑35. Voir aussi I. Nielsen, Thermae et Balnea (1990), p. 158‑159 (avec bibliographie antérieure).

25  Dans un rapport rendu au CNRS, daté du 23 février 1958, et dont le double est conservé aux archives de l’EFA, L. Lerat écrit : « Hors de ce secteur situé au Nord des dépendances orientales des Thermes, des sondages ont été faits également à l’Ouest, entre les thermes et ses annexes et au Sud‑Est de ces dernières. Les sondages de l’Ouest ont retrouvé deux canalisations successives, dont la dernière amenait les eaux usées des thermes dans la rigole des latrines. »

26  Pl. Pétridis, La céramique protobyzantine de Delphes : une production et son contexte, FD V 4 (2010), p. 24.

27  Pl. Pétridis, La céramique protobyzantine de Delphes : une production et son contexte, FD V 4 (2010), p. 24.

28  J. Bousquet (avec citations de R. Ginouvès), BCH 79 (1952), p. 653‑660. Voir aussi P. Amandry, BCH 105 (1981), p. 724, et notamment la note 81.

29  BCH 85 (1961), p. 352.

30   É. Trouki [n. 53], p. 172

31  Mais on se trouve alors dans la difficulté d’avoir à restituer un escalier en travers de la route, le long du pilier d’Attale, puis sans doute du pilier d’Eumène. C’est la raison pour laquelle D. Laroche et A. Jacquemin (BCH 116 [1992], p. 233) pensent au contraire que la porte D du péribole a été fermée lors de la construction de la terrasse attalide, déduction tirée de leurs observations montrant que le pilier d’Eumène a servi d’échiffre à un escalier donnant accès à la terrasse (en supposant que le portique d’Attale avait joué le même rôle avant la construction du portique d’Eumène). Ici, nous admettons qu’un passage existait néanmoins, malgré l’étroitesse, sans quoi, la rue E6 aboutirait à une impasse.

32  Foundation for Research and Technology.

33  Pl. Pétridis, (n. 26), p. 21‑22.

34  BCH 60 (1936), p. 461.

35  F. Courby, Les vases grecs à relief, BEFAR 125 (1922).

36  G. Siebert, Recherches sur les ateliers de bols à relief dans le Péloponnèse à l’époque hellénistique, BEFAR 233 (1978), p. 122.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 4 – Plan général avec essai de restitution des rues.
Légende Tracés assurés en beige, hypothétique en rose.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/422/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 5 – Secteur Est.
Crédits Plan M. Guijarro et M. Blubot, intégrant le plan de Tousloukof.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/422/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 760k
Titre Fig. 6 – Zone Est, avec essai de restitution des rues.
Légende Les couleurs sur les murs indiquent les datations proposées, pour la plupart, par L. Lerat (noir : mycénien ; gris : géométrique ; rose : archaïque ; orange : classique et hellénistique ; jaune : paléochrétien ; vert : moderne). Les différentes zones colorées en dehors des rues et des murs (mauve, orange, jaune, bleu) représentent les anomalies repérées à la géoprospection avec les différentes méthodes.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/422/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 794k
Titre Fig. 7 – Le laconicum (?).
Crédits Cl. EFA, J.‑M. Luce.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/422/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 763k
Titre Fig. 8 – À droite, mur E410 reposant sur 411, et conduisant au laconicum.
Crédits Cl. EFA, J.‑M. Luce.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/422/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 734k
Titre Fig. 9 – Les latrines. Vue du Sud‑Est.
Crédits Cl. EFA, J.‑M. Luce.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/422/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 831k
Titre Fig. 10 – Le caniveau Est des latrines.
Crédits Cl. EFA, J.‑M. Luce.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/422/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 890k
Titre Fig. 11 – Latrines. Le dallage et le bassin.
Crédits Cl. EFA, J.‑M. Luce.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/422/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 765k
Titre Fig. 12 – Murs E262, E263 et E264.
Crédits Cl. EFA, J.‑M. Luce.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/422/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 731k
Titre Fig. 13 – Le mur E231. Vue de l’Est (face avec parement).
Crédits Cl. EFA, J.‑M. Luce.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/422/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Titre Fig. 14 – Pièce à l’Est des latrines.
Crédits Cl. EFA, J.‑M. Luce.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/422/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 739k
Titre Fig. 15 – Exemple de porte bouchée.
Crédits Cl. EFA, J.‑M. Luce.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/422/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 769k
Titre Fig. 16 – Murs de divers appareils à la base de murs tardifs.
Crédits Cl. EFA, J.‑M. Luce.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/422/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 763k
Titre Fig. 17 – Murs de maisons antérieurs à l’époque romaine.
Crédits Cl. EFA, J.‑M. Luce.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/422/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 885k
Titre Fig. 18 – Répartition spatiale des techniques utilisées.
Légende Grilles C1 à C17 : GPR ; zones en vert : l’ERT 3D ; transects en rouge : 2D ERT ; grilles C11, C12, C15, C16, C17, C18 : techniques EM ; Grilles C15, C16, C17 : méthode de radiométrie magnétique.
Crédits A. Sarris, N. Papadoupolos.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/422/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 879k
Titre Fig. 19 – Répartition des grilles et lignes (flèches rouges) analysées avec l’ERT dans la zone Ouest de Delphes en 2014.
Crédits A. Sarris, N. Papadoupolos.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/422/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 638k
Titre Fig. 20 – Répartition des secteurs ERT et des lignes dans la zone Ouest de Delphes durant la saison d’exploration géophysique de 2014.
Crédits A. Sarris, N. Papadoupolos.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/422/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Titre Fig. 21 – Tranches de résistivité du secteur « Nord de la route ». Grille C6.
Crédits A. Sarris, N. Papadoupolos.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/422/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 768k
Titre Fig. 22 – Tranches de résistivité issues des données ERT dans le secteur « Nord de la citerne ». Grille C2.
Crédits A. Sarris, N. Papadoupolos.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/422/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 984k
Titre Fig. 23 – Tranches de résistivité issues des données ERT dans le secteur de la « citerne ». Grille C1.
Crédits A. Sarris, N. Papadoupolos.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/422/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 873k
Titre Fig. 24 – Interprétation diagrammatique des anomalies à faible et grande profondeur le long des lignes ERT à l’Est de la « citerne ».
Crédits A. Sarris, N. Papadoupolos.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/422/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 227k
Titre Fig. 25 – Tranches ERT (en haut) et GPR (en bas) et représentation diagrammatique en regard des anomalies GPR et ERT dans la partie Ouest de l’établissement de Delphes.
Crédits A. Sarris, N. Papadoupolos.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/422/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 26 – Photo de l’ouverture en surface du puits (anomalie A72) identifié par le GPR dans la grille C10.
Crédits Cl. A. Sarris, N. Papadoupolos.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/422/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre Fig. 27 – Codage et représentation diagrammatique des anomalies repérées au GPR et à l’ERT dans la partie Ouest de l’établissement de Delphes.
Crédits A. Sarris, N. Papadoupolos.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/422/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 833k
Titre Fig. 28 – Tranches de résistivité issues des données ERT dans le secteur « Nord du musée ». Grille C11.
Crédits A. Sarris, N. Papadoupolos.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/422/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 29 – Tranches de résistivité à 1,50‑2 m de profondeur, tranches GPR à 1,60 m, interprétation diagrammatique de la conductivité EM et GPR pour les faits architecturaux existant dans la grille C11.
Crédits A. Sarris, N. Papadoupolos.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/422/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 518k
Titre Fig. 30 – Interprétation diagrammatique des anomalies de la résistivité à faible et grande profondeur le long des lignes ERT à l’Est de la maison de l’École française d’Athènes.
Crédits A. Sarris, N. Papadoupolos.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/422/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 218k
Titre Fig. 31 – Résultats des analyses magnétiques dans les grilles C15, C16, C17.
Crédits A. Sarris, N. Papadoupolos.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/422/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 531k
Titre Fig. 32 – Gauche : Résultats de la conductivité électromagnétique C4, C12, C15, C16, C17. Droite : résultats du GPR (radar) dans les grilles C4, C12, C15, C16, C17.
Crédits A. Sarris, N. Papadoupolos.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/422/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 710k
Titre Fig. 33 – Codage des anomalies relevées au GPR et donnés de la méthode magnétique dans les grilles C4, C12, C15, C16 et C17.
Crédits A. Sarris, N. Papadoupolos.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/422/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 653k
Titre Fig. 34 – a. Tranches de la résistivité issues des données ERT dans les secteurs C19 dans la zone Est du site archéologique. b. Gauche : Interprétation des données ERT de la grille C19. Droite : mesures de la conductivité dans la grille C18.
Crédits A. Sarris, N. Papadoupolos.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/422/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Titre Fig. 35 – Image intégrée des faits géophysiques obtenus lors des trois ans de campagne géophysique à Delphes.
Légende a. La zone Ouest ; b. toutes les zones explorées.
Crédits A. Sarris, N. Papadoupolos.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/422/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 961k
Titre Fig. 36 –Fouille du secteur Ouest. Mur N122 au premier plan et mur paléochrétien au second. Vue du Sud.
Crédits Cl. EFA, J.‑M. Luce.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/422/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 590k
Titre Fig. 37 – Fouille du secteur Ouest. Mur N122 au premier plan et mur paléochrétien au second. Vue du Nord‑Ouest.
Crédits Cl. EFA, J.‑M. Luce.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/422/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 317k
Titre Fig. 38 – Fouille du secteur Est (chantier voie Nord‑Est).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/422/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 538k
Titre Fig. 39 – Plan de la fouille.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/422/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 281k
Titre Fig. 40 – Pièce 2. Première couche de destruction.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/422/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 462k
Titre Fig. 41 – Pièce 5. Fosses aux pithoi.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/422/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 839k
Titre Fig. 42 – Fragment d’enduit peint en rouge trouvé sous la salle 5.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/422/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Fig. 43 – Secteur 3.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/422/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 563k
Titre Fig. 44 – Secteur 3. Les murs E316 et E317.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/422/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 868k
Titre Fig. 45 – Sondage 0, avec l’inversion du pendage.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/422/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 760k
Titre Fig. 46 – Secteur 5. Au premier plan, le péribole archaïque, à l’arrière‑plan, le bâtiment protobyzantin.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/422/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 994k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean‑Marc Luce, « La ville de Delphes »Bulletin de correspondance hellénique, 139-140.2 | 2016, 726-766.

Référence électronique

Jean‑Marc Luce, « La ville de Delphes »Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 139-140.2 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 25 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/bch/422 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bch.422

Haut de page

Auteur

Jean‑Marc Luce

Université Toulouse Jean Jaurès.

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search