Navigation – Plan du site

AccueilNuméros139-140.2Rapports (2014-2015)GrèceDelphesLes fortifications dites « de Phi...

Rapports (2014-2015)
Grèce
Delphes

Les fortifications dites « de Philomélos » à Delphes

Nicolas Kyriakidis, Didier Laroche et Stéphanie Zugmeyer
p. 767-774

Notes de la rédaction

Avec la collaboration de : L. Fadin (EFA) [contributeur]

Texte intégral

  • 37 Voir BCH 138 (2014), p. 722‑726.
  • 38 Ont également participé à cette campagne, M. Bublot (architecte en stage diplômée de l’ENSAM), N. C (...)

1Dans la suite de la prospection de l’été 201337, la campagne de l’année 2014 aux fortifications dites de Philomélos a été consacrée à la réalisation d’un relevé de l’état actuel, permis par des opérations de nettoyage38.

  • 39 Le lecteur curieux pourra s’amuser au « jeu des sept erreurs » à partir des fig. 223‑227 des p. 258 (...)
  • 40 N. Kyriakidis, Pl. Pétridis et St. Zugmeyer ont présenté une synthèse des acquis de ces deux premiè (...)

2L’ensemble des vestiges observables de la fortification a été topographié et relevé au pierre‑à‑pierre. Ce travail s’est révélé d’autant plus nécessaire qu’aucun des plans publiés à ce jour ne représente la totalité des vestiges observables39. Trois coupes transversales et une coupe longitudinale ont été également levées. L’observation, l’analyse et le relevé des vestiges ont permis de faire progresser significativement la connaissance de ce monument (fig. 47)40.

Fig. 47 – Plan de situation schématique de la fortification de Philomélos. Échelle 1⁄2500.

Fig. 47 – Plan de situation schématique de la fortification de Philomélos. Échelle 1⁄2500.

Relevé St. Zugmeyer, topographie EFA, L. Fadin.

Ampleur des fortifications et différentes phases

  • 41 Contra C. Typaldou-Fakiris (n. 37), p. 259.
  • 42 Il s’agit sans doute du même relief qui faisait dire à P. Amandry qu’ « un monticule, à l’extrémité (...)

3La découverte de blocs encore en place et l’étude attentive des aménagements du rocher permettent de démontrer que la courtine Ouest se poursuivait plus au Sud que ce qui avait été considéré jusqu’à présent, dans un appareil différent cependant (fig. 48). Il a également été possible d’observer le parement intérieur de la courtine Ouest qui est conservé en de rares endroits ; les murs Est et Ouest ne présentaient pas la même épaisseur (3,30 m en moyenne d’épaisseur pour la courtine Ouest et 1,70 m à l’Est)41. Par ailleurs, la prospection menée en 2013 avait déjà permis de repérer sous un monticule le sommet d’un mur transversal constitué de gros blocs qui pourrait être la courtine Sud de la forteresse, située dès lors plus au Nord que ce qui était attendu42. Le plan de la fortification était, au moins dans sa dernière phase, plus complexe que les restitutions communément admises et il est vraisemblable que la réoccupation d’Antiquité tardive a remanié le dispositif de défense de manière significative.

Fig. 48 – Extrémité Sud de la courtine Ouest.

Fig. 48 – Extrémité Sud de la courtine Ouest.

Cl. N. Kyriakidis.

Aménagements intérieurs

  • 43 C. Typaldou-Fakiris (n. 37), p. 261.
  • 44 L’existence d’une poterne dans ce secteur avait été postulée, avec raison donc, par C. Typaldou-Fak (...)

4La pièce en partie taillée dans le rocher signalée par C. Typaldou-Fakiris43 avait été retrouvée en 2013. Son nettoyage a montré qu’il existe encore des blocs en place pouvant y être associés. Néanmoins, il ne s’agit pas du seul aménagement intérieur encore visible. En effet, D. Laroche avait déjà observé, sur un relevé effectué en 1981 et demeuré inédit, trois blocs alignés sur un axe Ouest‑Est adossés à la tour de la courtine Ouest. Ces trois blocs présentent un parement face au Sud. De plus, on remarque qu’un rocher pris dans la courtine Est a été travaillé pour servir d’encastrement à des blocs sur le même axe, de sorte qu’il est permis de restituer ici au moins un mur de terrasse, peut‑être même un mur de refend, qui barrait toute la largeur de la forteresse (fig. 49). Enfin, nous avons identifié les vestiges d’une poterne à quelques mètres au Sud de la tour de la courtine Ouest44.

Fig. 49 – Plan de la tour et des courtines proches. Échelle 1⁄250.

Fig. 49 – Plan de la tour et des courtines proches. Échelle 1⁄250.

Relevé St. Zugmeyer, topographie EFA, L. Fadin.

Vestiges à l’extérieur des courtines

  • 45 Sur ce chemin, voir P. Amandry, « L’Antre corycien dans les textes antiques et modernes » dans L'An (...)

5Un mur de soutènement massif situé quelques mètres en contrebas de l’angle Nord‑Ouest de la fortification n’avait été relevé que par le seul D. Laroche. Son appareil horizontal pseudo-isodome fruste a toutes les chances d’être antique et convient bien à un ouvrage défensif, mais il est singulièrement différent de l’appareil de la forteresse (polygonal à décrochements soigné). Deux constructions avaient été localisées aux abords Nord‑Est de la forteresse en 2013. Une troisième l’a été en 2014. Les deux les plus septentrionales suivent un axe oblique à la fortification et sont manifestement plus récentes (appareil de moellons liés au mortier). En l’état, elles ne présentent chacune qu’un seul parement et sont peut‑être à mettre en rapport avec l’aménagement du chemin qui partait du stade et permettait d’aller notamment sur le plateau du Parnasse45. La construction la plus au Sud suit des axes parallèles/perpendiculaires à la fortification et est constituée de gros blocs à proximité desquels le rocher a été entaillé pour recevoir des pierres aujourd’hui perdues. Cette technique rappelle celle mises en œuvre dans la phase classique/hellénistique de la fortification.

Accès et abords

6Une reconnaissance menée depuis le secteur du stade a montré que le parcours du sentier d’époque moderne, formalisé dans sa dernière partie par une grande terrasse d’aspect récent, devait déjà être le seul accès possible dans l’Antiquité entre l’axe du stade et les Phédriades. Si le secteur des fortifications de Philomélos est bien délaissé aujourd’hui, il était située dans l’Antiquité sur un emplacement qui permettait de contrôler les accès Ouest et Nord de la ville et du sanctuaire.

Vestiges des réoccupations récentes

  • 46 Voir à ce sujet le témoignage de G. Roux dans l’ouvrage collectif La redécouverte de Delphes (1992) (...)

7Le lieu‑dit Κούµπλας a connu une réoccupation pour remplir une fonction défensive au cours du xxe s. Les cabanes modernes identifiées en 2013 (voir le plan du précédent rapport) sont, au témoignage d’anciens du village, des guettes et/ou des lieux de repos des soldats qui surveillaient les abords de Delphes pendant les occupations italiennes et allemandes ainsi que pendant la guerre civile. Une construction supplémentaire du même type a été identifiée. En contrebas à l’Ouest, dans l’Αχλάδα, juste au Nord du village moderne, se distinguent encore les piquets du réseau de barbelés (dont il reste même quelque vestiges) qui devait empêcher les partisans de venir se ravitailler au village ou les habitants de les rejoindre46.

Un seuil de marbre retaillé dans un parpaing du trésor de Marseille (site de Delphes, inv. 31.719)

  • 47 G. Daux, Marmaria. Les Deux trésors, FD II (1923).
  • 48 P. Amandry, « Notes de topographie et d'architecture delphiques », BCH 108 (1984), p. 177‑198 et, p (...)

8Le rapport 2013 de la prospection effectuée aux fortifications dites de Philomélos signalait la découverte d’un bloc errant (dimensions : long. 94,30 cm ; prof. 46,50 cm ; haut. 7‑7,50 cm à 9 cm [feuillure]) (fig. 50). Ce bloc, en marbre, se présente sous la forme caractéristique d’un seuil de porte. Mais l’examen de son lit de pose et des faces latérales révèle qu’il s’agit d’un parpaing retaillé provenant du trésor SD 33 de Marmaria, édifice appelé Trésor éolique et généralement identifié comme Trésor de Marseille. Les scellements, les bandes d’anathyroses et les petites encoches latérales pour levier sont autant d’éléments que l’on retrouve sur d’autres parpaings provenant de cette construction. Depuis la publication de ce trésor47, plusieurs blocs remployés ont été identifiés48, qui montrent que ce bâtiment, comme son voisin dorique, a été soigneusement démonté lors de l’Antiquité tardive afin de fournir du marbre pour des constructions byzantines.

Fig. 50 – Un seuil de marbre retaillé dans un parpaing du Trésor de Marseille (inv. 31.719).

Fig. 50 – Un seuil de marbre retaillé dans un parpaing du Trésor de Marseille (inv. 31.719).

Dessin, cl. D. Laroche.

  • 49 En dernier lieu, voir M. Garsson (dir.), Le trésor des Marseillais (2013).

9Dans la mesure où la détermination de la hauteur des murs du trésor est un sujet qui a été débattu et dont la solution commande la restitution de l’ordre en façade, il est important de vérifier si ce bloc apporte ou non des nouveautés par rapport à la dernière étude architecturale réalisée sur ce point, un mémoire inédit de H. Tavernier, architecte, réalisé sous la direction de D. Laroche en 1989. Ce travail avait pour but de vérifier si un parpaing remployé, identifié par P. Amandry, confirmait ou infirmait la restitution de la publication, déjà ancienne. En raison de la précision avec laquelle ont été étudiés, dans ce travail, les vestiges alors connus, les récentes publications relatives au trésor se sont fondées sur ces résultats – notamment la confirmation de l’existence de treize assises du mur – pour proposer des restitutions, notamment en 3D, de ce bâtiment49.

10Nous avons la chance que le bloc ait été retaillé en hauteur seulement, ce qui nous prive de sa hauteur initiale, mais qui nous permet de raisonner sur un lit d’attente ayant conservé son aspect d’origine. La caractéristique principale est que le bloc présente des bandes d’anathyrose pour un double cours au‑dessus, caractéristique qui ne se retrouve qu’aux assises II, VI et XIII. Sachant que la largeur des blocs diminue progressivement de bas en haut en raison d’un fruit sur la face externe des murs, il semble a priori facile de retrouver la place de notre bloc, large de 46,50 cm. Malheureusement, si l’on se réfère au nouveau tableau dimensionnel établi par H. Tavernier, on constate qu’en raison des disparités importantes dans la largeur des différents murs de l’édifice (Ouest, Nord, Est, mais aussi mur transversal) un même bloc peut provenir de différentes assises, selon qu’on lui assigne un côté plutôt qu’un autre. La trop faible hauteur conservée ne permet pas de déterminer l’existence ou non d’un fruit, mais l’appartenance de notre bloc à un mur extérieur et non au pronaos (sans fruit) est assurée du fait de l’épaisseur plus importante de ce dernier (49,30 cm ca) sur toute sa hauteur. Il ne reste, sur les murs périphériques, que deux possibilités :

  • Assise VI : mur Nord (le bloc 21, provenant de l’assise sous‑jacente, mesure également 46,50 cm) ;
  • Assise XIII (dernière assise du mur, sous l’entablement) : mur Est, dont la largeur, connue par le bloc 3, est de 46,0 cm.

11La première possibilité est celle qui entraîne le moins d’écart dans les mesures, puisqu’à ce niveau le rétrécissement entre les lits inférieurs et supérieurs est de 2 mm environ. Nous la considèrerons comme la plus probable.

12De toute façon, une assignation à l’assise XIII n’apporterait pas plus de nouveauté à notre connaissance sur la construction des murs. Ce parpaing courant de mur, pour résumer, s’inscrit dans le schéma de restitution du trésor, tel que nous le connaissons au travers des vestiges en place et des blocs épars.

13Son intérêt réside autant dans son remploi tardif que dans sa situation d’origine, puisque nous avons là un nouvel exemple d’utilisation des marbres de Marmaria pour des constructions d’époque byzantine. Le fait d’utiliser du marbre pour un seuil peut aussi bien s’expliquer par la nature du bâtiment pour lequel ce bloc a été taillé (une église ?) que par la facilité de remploi qu’offraient des blocs admirables par la précision de leur taille. En l’absence de données précises sur l’emplacement où ce seuil a été utilisé, toute autre considération risque d’être vaine.

Conclusions

14L’étude architecturale des fortifications dites de Philomélos est à présent allée aussi loin qu’il est possible sans recourir à la fouille. La découverte de nouveaux vestiges et le réexamen de ceux qui était déjà connus ont dès à présent permis de renouveler significativement notre connaissance de ces vestiges. L’existence de couches archéologiques en place et de vestiges encore en partie enfouis attestent qu’il y aurait beaucoup à attendre d’une fouille que nous espérons pouvoir entreprendre dans un horizon proche.

Haut de page

Notes

37 Voir BCH 138 (2014), p. 722‑726.

38 Ont également participé à cette campagne, M. Bublot (architecte en stage diplômée de l’ENSAM), N. Chaillou (topographe stagiaire de l’ESGT), K. Sido (master, université Bordeaux Montaigne), Th. Garro (master, université Bordeaux Montaigne), X. Vallet (doctorant, université Paris-Nanterre-La Défense) et M. Petrakis (master, université nationale et capodistrienne d’Athènes).

39 Le lecteur curieux pourra s’amuser au « jeu des sept erreurs » à partir des fig. 223‑227 des p. 258‑259 de l’ouvrage de C. Typaldou-Fakiris, Villes fortifiées de Phocide et la iiie guerre sacrée 356‑346 av. J.‑C. (2004).

40 N. Kyriakidis, Pl. Pétridis et St. Zugmeyer ont présenté une synthèse des acquis de ces deux premières campagnes au 5e colloque ΑΕΘΣΕ [AETHSE] organisé par Al. Mazarakis-Ainian à l’université de Volos du 26/02 au 01/03/2015 sous le titre «Recent Researches on the so‑called Philomelus' Fortifications in Delphi». La publication des actes est prévue pour le printemps 2018.

41 Contra C. Typaldou-Fakiris (n. 37), p. 259.

42 Il s’agit sans doute du même relief qui faisait dire à P. Amandry qu’ « un monticule, à l’extrémité Sud des fortifications, a toute chance de n’être pas entièrement naturel », BCH 105 (1981), p. 742, n. 98.

43 C. Typaldou-Fakiris (n. 37), p. 261.

44 L’existence d’une poterne dans ce secteur avait été postulée, avec raison donc, par C. Typaldou-Fakiris.

45 Sur ce chemin, voir P. Amandry, « L’Antre corycien dans les textes antiques et modernes » dans L'Antre corycien I, BCH Suppl. 7 (1981), p. 29‑54, notamment la n. 8 et les figs. 4‑6.

46 Voir à ce sujet le témoignage de G. Roux dans l’ouvrage collectif La redécouverte de Delphes (1992), p. 250‑251.

47 G. Daux, Marmaria. Les Deux trésors, FD II (1923).

48 P. Amandry, « Notes de topographie et d'architecture delphiques », BCH 108 (1984), p. 177‑198 et, plus particulièrement, p. 178‑183 pour le parpaing du trésor.

49 En dernier lieu, voir M. Garsson (dir.), Le trésor des Marseillais (2013).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 47 – Plan de situation schématique de la fortification de Philomélos. Échelle 1⁄2500.
Crédits Relevé St. Zugmeyer, topographie EFA, L. Fadin.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/424/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 258k
Titre Fig. 48 – Extrémité Sud de la courtine Ouest.
Crédits Cl. N. Kyriakidis.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/424/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Fig. 49 – Plan de la tour et des courtines proches. Échelle 1⁄250.
Crédits Relevé St. Zugmeyer, topographie EFA, L. Fadin.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/424/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 317k
Titre Fig. 50 – Un seuil de marbre retaillé dans un parpaing du Trésor de Marseille (inv. 31.719).
Crédits Dessin, cl. D. Laroche.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/424/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 390k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Kyriakidis, Didier Laroche et Stéphanie Zugmeyer, « Les fortifications dites « de Philomélos » à Delphes »Bulletin de correspondance hellénique, 139-140.2 | 2016, 767-774.

Référence électronique

Nicolas Kyriakidis, Didier Laroche et Stéphanie Zugmeyer, « Les fortifications dites « de Philomélos » à Delphes »Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 139-140.2 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 25 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/bch/424 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bch.424

Haut de page

Auteurs

Nicolas Kyriakidis

EFA, Paris VIII Vincennes-Saint-Denis

Didier Laroche

ENSA, Strasbourg

Articles du même auteur

Stéphanie Zugmeyer

CNRS, IRAA

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search