Navigation – Plan du site

AccueilNuméros139-140.2Rapports (2014-2015)GrèceDelphesSacrifices à Delphes

Rapports (2014-2015)
Grèce
Delphes

Sacrifices à Delphes

Sandrine Huber, Anne Jacquemin et Didier Laroche
p. 775-784

Texte intégral

  • 51 Voir BCH 138 (2014), p. 726‑731.
  • 52 Diplômée du master « Architecture et Archéologie » co‑habilité par l’ENSAS et la faculté de Scienc (...)

1Deux missions ont été réalisées à Delphes en 2014 (16 au 30 août) et 2015 (24 août au 30 septembre), dans le cadre du programme pluridisciplinaire sur les sacrifices à Delphes initié en 201351. Nous avons été assistés dans notre travail en 2015 par M. Bublot, stagiaire architecte52.

  • 53 Nous profitons de cette occasion pour adresser nos remerciements les plus sincères aux membres de (...)

2Le travail sur le terrain a porté essentiellement sur le plan général des vestiges du sanctuaire d’Apollon, avec vérifications sur le terrain. Soulignons que l’important nettoyage du site mis en oeuvre en 2014 et 2015 par l’éphorie des Antiquités de Delphes a grandement facilité notre tâche53.

Paysage et topographie rituelle et sacrificielle

3La restitution du paysage et de la topographie rituelle et sacrificielle à Delphes, de manière diachronique depuis l’apparition des premiers cultes jusqu’à la christianisation, doit prendre en compte le problème de l’emprise topographique des cérémonies sur un site au relief peu propice aux sacrifices de grande envergure, hécatombes et autres, mais aussi aux sacrifices tout court. L’élément essentiel dans cette étude est la déclivité et il faut replacer les circulations et les actions en prenant en compte les aménagements successifs de terrasses, qui ont, pour la quasi-totalité d’entre elles, disparu dans l’état actuel du site.

  • 54 Voir déjà A. Jacquemin, Offrandes monumentales à Delphes, BEFAR 304 (1999), p. 291‑292.
  • 55 Pausanias X 9‑19 (moins l’excursus sarde du chapitre 17), puis 24 (du temple à la lesché des Cnidi (...)
  • 56 Plutarque, Dialogue sur les oracles de la Pythie 1‑17 (394E‑402D).
  • 57 Voir J.‑M. Luce, supra p. 727‑766 et id., « Le programme “Ville de Delphes” », Revue archéologique(...)

4Les projections en trois dimensions (reconstitutions et maquettes) du site réalisées jusqu’à ce jour concernent la Delphes de Pausanias et sont scientifiquement insatisfaisantes, puisqu’elles ne reposent sur aucune étude préalable ; elles n’ont jamais été problématisées et ont largement laissé à l’écart la réflexion hors des monuments bâtis54. Les restitutions, à part la maquette réalisée à l’occasion du centenaire des fouilles françaises à Delphes, dépassée, sont faites en plan, c’est‑à‑dire sans se soucier de leur vraisemblance altimétrique. Nous constatons aussi l’absence d’étude des circulations dans le sanctuaire à Delphes ; on a jusqu’à présent raisonné uniquement à partir d’un itinéraire à peu près connu, celui de Pausanias55, dans le but d’identifier et localiser les monuments ; de même pour les parcours de Plutarque56. Rappelons que le parcours de Pausanias était en fait celui d’un touriste, qui consiste à voir le maximum de choses dans le minimum de temps. La comparaison avec Plutarque est éloquente : Plutarque dit que la visite (θέα) commence par les Navarques. Nos réflexions, lorsqu’elles seront abouties, s’articuleront aux résultats produits par le programme « Ville de Delphes » mené conjointement sous la direction de J.‑M. Luce57.

  • 58 BCH 138 (2014), p. 729.
  • 59 En dernier lieu A. Jacquemin, D. Laroche, « Un espace politique au cœur du sanctuaire de Delphes » (...)
  • 60 En dernier lieu J.‑Fr. Bommelaer, Guide de Delphes. Le site, SitMon 7 (2015), p. 272‑273 avec bibl (...)

5Si de nombreux bâtiments de Delphes sont bien connus, ou au moins dans leurs grandes lignes, il n’en va pas de même de l’espace qui les entoure et qui prenait sans doute des formes variées : terrain naturel (rochers, végétations, sources) aménagé ou non, espaces construits : chemins, esplanades, terrasses, etc. Or, c’est dans ces espaces que se déroulait l’essentiel des cérémonies sacrificielles, même si l’autel constituait le lieu principal et que des constructions, par exemple des lieux de rassemblements couverts et semi couverts (hestatoria, espaces dévolus à la distribution et/ou la vente des viandes issues des sacrifices58), ont pu jouer un rôle lors de ces cérémonies. Les circulations sont, du fait de l’importance de la procession dans le rituel, un élément important à propos duquel nous ne savons quasiment rien, d’une part parce que l’information archéologique est très limitée, d’autre part parce que la recherche ne s’est pas tellement préoccupée de cette question, intéressée surtout par la reconstitution du parcours de Pausanias, nécessaire à l’identification des monuments, mais que l’on a abusivement assimilé au parcours obligé des pèlerins. Pour progresser sur ce point qui nous paraît fondamental, il est indispensable de raisonner sur l’ensemble des données disponibles, et en particulier de s’interroger sur la topographie, qui est le cadre général dans lequel se situent les différents acteurs – humains, animaux, édifices – du rituel sacrificiel. Or la topographie que nous avons aujourd’hui sous les yeux est celle qui a été laissée par les fouilleurs, complétée de quelques informations fournies par la fouille ou les photographies prises à cette époque. Cette topographie des xxe et xxie s. est quasiment partout inférieure à celle(s) des époques antiques, puisque les fouilleurs ont presque partout exploré les couches les plus anciennes, voire atteint le sol naturel. De très rares secteurs conservent un niveau ancien (fig. 51) qui semble dater soit de la fin du sanctuaire – fragment de voie en amont du trésor de Sicyone (fig. 52a) –, soit de l’époque byzantine – pavage de la « voie sacrée » (fig. 52b) ou esplanade du temple d’Apollon (fig. 52c). Il faut ajouter à cela les deux escaliers – celui dit « de la Dolonie »59 (fig. 53a) et celui du théâtre SD 54160 (fig. 53b) – et quelques seuils (à l’Est de la terrasse attalide, diazoma du théâtre). Pour l’instant, c’est essentiellement au pied des monuments que les archéologues ont cherché à rétablir les niveaux, aidés en cela par la tradition architecturale de l’euthyntéria, qui conserve à quelques centimètres près le témoignage des niveaux jouxtant la construction.

Fig. 51 – Delphes, restes de pavage ancien dans le sanctuaire d’Apollon.

Fig. 51 – Delphes, restes de pavage ancien dans le sanctuaire d’Apollon.

D’après FD II, Atlas [1975].

Fig. 52 – Rares vestiges de niveaux anciens.

Fig. 52 – Rares vestiges de niveaux anciens.

a. fragment de voie en amont du trésor de Sicyone ; b. pavage de la « voie sacrée » (Archives Life Magazine) ; c. esplanade du temple d’Apollon (Archives Life Magazine).

b et c (Archives Life Magazine).

Fig. 53 – Les escaliers a. dit « de la Dolonie » ; b. du théâtre.

Fig. 53 – Les escaliers a. dit « de la Dolonie » ; b. du théâtre.
  • 61 P. de La Coste-Messelière, « Topographie delphique », BCH 93 (1969), p. 730‑758.
  • 62 S. Müller, « Delphes et sa région à l’époque mycénienne », BCH 116 (1992), p. 445‑496, spéc. p. 45 (...)
  • 63 J.‑M. Luce, « La Phocide à l’Âge du Fer », dans A. Mazarakis-Ainian (éd.), The“Dark Ages” Revisite (...)
  • 64 É. Trouki, Αναλήµµατα και περίβολοι. Soutènements et périboles de Delphes construits en pierres tr (...)

6P. de La Coste-Messelière a réalisé un travail fondamental, produisant le premier une description par grandes phases du sanctuaire d’Apollon61 ; aucune mise à jour n’a été entreprise depuis, excepté les compléments réalisés par S. Müller pour la période mycénienne62 et J.-M. Luce pour le début de l’âge du Fer63. La seule personne à avoir traité ces questions – de plus à l’échelle du site dans sa globalité et non restreint au sanctuaire d’Apollon – est É. Trouki, dans une étude inédite des soutènements et périboles de Delphes64.

7Le programme de recherche sur les sacrifices, par la nécessité qu’il entraîne de réfléchir aux parcours rituels et/ou pratiques des « usagers » du sanctuaire, est l’occasion d’entamer ce travail qui nécessite bien sûr des outils de modélisation virtuelle. Les données quantitatives fournies par l’étude historique et archéologique sont particulièrement importantes à intégrer par rapport à l’approche très abstraite qui a prévalu jusqu’à présent dans les discussions relatives au fonctionnement du sanctuaire. Les premières bases d’une restitution 3D interactive ont donc été posées par D. Laroche et M. Bublot à l’échelle du sanctuaire d’Apollon, sur la base du Logiciel Sketchup. D. Laroche a travaillé à l’épure générale et M. Bublot a concentré la réflexion sur les coupes 1 et 2 de l’Atlas. Un point particulier a été développé en 2015 : le secteur Est du sanctuaire, le long du péribole, afin de vérifier la possibilité d’une circulation le long du péribole ou du péribole ancien. Quatre phases ont été détaillées : 1) vers 500, lors de l’achèvement du temple des Alcméonides ; 2) vers 400, lors de la fin des implantations au Sud marquée par le monument de Lysandre SD 109 (il ne manque plus que le trésor des Thébains SD 124 à l’autre extrémité) ; 3) à la fin du ive s., lors des travaux de reconstruction du temple d’Apollon ; 4) au iie s. de notre ère, à la période de Pausanias.

Le secteur de l’autel d’Apollon

  • 65 Voir déjà BCH 138 (2014), p. 729

8Par ailleurs, nous avons repris l’étude de l’autel d’Apollon65, avec une proposition de nouvelle restitution à partir de nouveaux éléments. Le bloc principal de la table d’autel, un orthostate en marbre de 2,10 m de long, a été remonté, sur nos indications, par une équipe du musée depuis l’entrée du sanctuaire et déposé sur la fondation. Le principe d’un remontage partiel de ce monument est considéré de façon positive par les autorités grecques, mais nécessite que soit entièrement revu le dossier de restitution, à la lumière de nouveaux éléments mais surtout d’une observation plus attentive des fragments conservés. Ainsi, plusieurs traces que portent les fragments des bordures latérales de l’autel (ornées de volutes dressées à leurs extrémités), en particulier, pourraient trouver leur explication dans le cadre d’une réflexion plus ciblée sur les usages sacrificiels. Il s’agira de mettre en perspective la restitution architecturale avec l’usage pratique de l’autel, sur la table duquel on faisait brûler à haute température, dans les nombreux sacrifices sanglants célébrés sur cet autel en l’honneur d’Apollon, la part du dieu, à savoir les os de la cuisse et la queue de l’animal immolé. Pour obtenir les « os blancs » (ostea leuka) enduits de graisse chantés par les poèmes homériques et évoqués ensuite dans la littérature grecque et dans la documentation épigraphique, que les fouilles archéologiques ont attestés dans les sanctuaires, le foyer devait atteindre une température de ca 700º ; les modalités de fonctionnement des autels de marbre doivent désormais être prises en compte dans les discussions sur le sacrifice par le feu.

  • 66 Voir F. Lefèvre, Documents amphictioniques, CID IV (2002), no 140 (pl. IX, fig. 2) et, en dernier (...)
  • 67 P. Amandry, « Chronique delphique », BCH 105 (1981), p. 677.
  • 68 P. Amandry, « Chios and Delphi », dans J. Boardman, C. E. Vaphopoulou (dir.), Chios: A Conference (...)

9Les questionnements ont concerné l’implantation spatiale de l’autel d’Apollon, en fait des autels qui se sont succédé depuis l’époque archaïque. Un nouvel examen du retour Est du mur polygonal nous a permis de mieux comprendre sa structure, ainsi que l’interprétation d’une inscription mentionnant le « mur qui est à l’extérieur » et le « mur qui est à l’intérieur sous les statues »66. Le remploi massif de blocs archaïques, déjà signalé par P. Amandry67, s’apparente à une exposition des « reliques » des édifices anciens, qui n’est pas sans rappeler la présentation insolite des vestiges du pré-Parthénon sur le flanc Nord de l’Acropole quelques années plus tard. Le retour Est du mur polygonal, avec son élévation en grande partie disparue, se raccordait à l’autel d’Apollon, comme on le voit dans « l’arrachement » visible sur le flanc Sud du socle de l’autel (fig. 54). Néanmoins, il faut garder à l’esprit que cet autel a été construit beaucoup plus tardivement, sans doute lorsque Chios siégea, à l’instigation des Étoliens, dans l’amphictionie, à partir de 246 av. J.‑C.68. Comme aucun des blocs de l’autel ne porte de trace de remploi, tout porte à croire que cette reconstruction fut totale.

Fig. 54 – Flanc Sud du socle de l’autel d’Apollon : raccord du retour Est du mur polygonal à l’autel d’Apollon.

Fig. 54 – Flanc Sud du socle de l’autel d’Apollon : raccord du retour Est du mur polygonal à l’autel d’Apollon.
  • 69 Hérodote II 135.

10Assez curieusement, personne ne s’est posé la question de l’aspect, ni même de la position que pouvait avoir l’autel avant cette date. On a implicitement admis que l’on avait reconstruit l’autel à l’identique, en s’appuyant sur les caractères archaïsants de la dédicace. Or, tout dépend de la date que l’on assigne au prédécesseur de l’autel actuel, déjà l’œuvre des Chiotes comme nous l’apprend Hérodote69. Nous ne savons pas comment se présentait l’édifice consacré à l’oracle et son propriétaire entre l’incendie du temple archaïque en 548 et l’adjudication du nouveau temple par les Alcméonides vers 515 et, en particulier, nous ne connaissons ni sa taille ni son orientation. Le doute que son emplacement actuel, dicté à la fois par le retour du mur polygonal et la nécessité d’être axé sur le milieu de la façade orientale du temple, ait été le même est accentué par la non-correspondance des offrandes du ve s. situées en face de l’autel de l’autre côté de la voie d’accès à la terrasse avec la situation exacte du temple du ive s. et de l’autel du iiie s. L’axe des bases pour l’offrande des Tarentins (SD 409) et le trépied des Crotoniates (SD 408) n’est pas celui de l’autel actuel. Cette non-correspondance est d’autant plus frappante que le monument des Tarentins et le socle de l’autel ont à peu près la même longueur ; il aurait donc été logique de placer ces offrandes importantes du ve s. bien en face de l’autel. On peut par conséquent légitimement se demander si l’autel n’a pas été, à l’occasion de sa reconstruction complète vers 240 av. J.‑C., déplacé vers le Nord pour que son axe corresponde à celui du nouveau temple (fig. 55).

Fig. 55 – Hypothèse d’un déplacement de l’autel d’Apollon lors de sa reconstruction en 240 av. J.‑C.

Fig. 55 – Hypothèse d’un déplacement de l’autel d’Apollon lors de sa reconstruction en 240 av. J.‑C.

Le sanctuaire d’Athéna Pronaia

  • 70 En dernier lieu J.‑Fr. Bommelaer (n. 60), p. 73‑75 avec bibliographie.

11Enfin, la réflexion a aussi porté sur le sanctuaire d’Athéna Pronaia sur la terrasse de Marmaria, un sanctuaire essentiel dans nos réflexions sur les sacrifices à Delphes puisque le lieu de culte a livré des autels dont le fonctionnement et le phasage chronologique sont loin d’être clairs à la lecture des publications anciennes70. L’emplacement de ce sanctuaire, à l’entrée de la ville en venant d’Athènes et de la Béotie, ajoute une perspective topographique et fonctionnelle à la pratique des sacrifices à l’échelle de la ville de Delphes et à l’échelle pan-méditerranéenne des consultations de l’oracle. Son étude permet d’appréhender la topographie sacrée de Delphes à l’échelle de la ville – avec ici des aménagements sacrificiels annexes d’un grand sanctuaire –, et de comprendre ce secteur crucial de la ville de Delphes.

Pour conclure

  • 71 G. Rougemont, Lois sacrées et règlements religieux, CID I (1977).
  • 72 Voir J. Pouilloux, « Les décrets delphiques pour Matrophanès de Sardes », BCH 98 (1974), p. 159‑ (...)
  • 73 Voir P. Sánchez, L’Amphictionie des Pyles et de Delphes, Recherches sur son rôle historique, des o (...)
  • 74 Xénophon, Helléniques VI 4, 29‑32.
  • 75 Polybe, XXII 18, 4.
  • 76 Diodore de Sicile, 15, 60, 1 et 5.
  • 77 Tite‑Live, XLI 22‑23 et XLII 40‑42.
  • 78 G. Roux, « Euripide témoin de Delphes », dans E. Lucchesi, H. D. Saffrey (éds), Mémorial André‑Jea (...)

12En parallèle à ces réflexions sur le terrain, l’étude des textes progresse. L’examen des inscriptions du recueil de G. Rougemont71 a confirmé la rareté des mentions d’hécatombes, mais a montré ce qu’était le tout‑venant des offrandes animales liées à la consultation de l’oracle ou à d’autres circonstances. D’autres textes offrent incidemment des informations, comme les comptes de la reconstruction du temple, les règlements religieux, ainsi que les décrets pour Matrophanès de Sardes qui viennent confirmer des données fournies par Euripide72. La documentation littéraire est plus riche : mention de sacrifices à Delphes chez les historiens – on retiendra particulièrement le projet de Jason de Phères pour les Pythia de 37073 notamment chez Xénophon74, Polybe75, Diodore de Sicile76 et Tite-Live77 –, chez les auteurs dramatiques – tout particulièrement dans les deux pièces d’Euripide à argument delphique, Ion et Andromaque78, sans oublier l’apport de Platon, de Plutarque – prêtre d’Apollon à Delphes et épimélète des Amphictions – et celui de Strabon et de Pausanias. Il conviendra de voir aussi les scholies à ces œuvres, mais aussi les Pythiques d’Euripide et les fragments d’historiens recueillis par F. Jacoby, ainsi que les mines de renseignements que sont Athénée ou Élien. Il ne faudra pas oublier non plus la littérature latine dans cette enquête.

  • 79 R. Étienne (dir.), Le Sanctuaire d’Apollon à Délos, EAD (sous presse) et, notamment, la contributi (...)

13Pour conclure, soulignons que la réflexion a progressé aussi par une mise en perspective des spécificités des pratiques sacrificielles à Delphes par comparaison avec celles que l’on rencontre dans d’autres cités et d’autres sanctuaires panhelléniques du monde grec, notamment dans le sanctuaire d’Apollon à Délos, où la publication en préparation du sanctuaire d’Apollon79 propose une vision renouvelée du sanctuaire à toutes les périodes de sa fréquentation, en prenant en compte la logistique des sacrifices.

Haut de page

Notes

51 Voir BCH 138 (2014), p. 726‑731.

52 Diplômée du master « Architecture et Archéologie » co‑habilité par l’ENSAS et la faculté de Sciences historiques de l’université de Strasbourg.

53 Nous profitons de cette occasion pour adresser nos remerciements les plus sincères aux membres de l’éphorie des Antiquités préhistoriques et classiques de Phocide, qui se sont montrés toujours très attentifs à nos travaux, en particulier à sa directrice A. Psalti.

54 Voir déjà A. Jacquemin, Offrandes monumentales à Delphes, BEFAR 304 (1999), p. 291‑292.

55 Pausanias X 9‑19 (moins l’excursus sarde du chapitre 17), puis 24 (du temple à la lesché des Cnidiens) et 32 (de la lesché des Cnidiens au stade).

56 Plutarque, Dialogue sur les oracles de la Pythie 1‑17 (394E‑402D).

57 Voir J.‑M. Luce, supra p. 727‑766 et id., « Le programme “Ville de Delphes” », Revue archéologique 59 (2015), p. 145‑151.

58 BCH 138 (2014), p. 729.

59 En dernier lieu A. Jacquemin, D. Laroche, « Un espace politique au cœur du sanctuaire de Delphes », CRAI 2014, p. 751.

60 En dernier lieu J.‑Fr. Bommelaer, Guide de Delphes. Le site, SitMon 7 (2015), p. 272‑273 avec bibliographie.

61 P. de La Coste-Messelière, « Topographie delphique », BCH 93 (1969), p. 730‑758.

62 S. Müller, « Delphes et sa région à l’époque mycénienne », BCH 116 (1992), p. 445‑496, spéc. p. 456, fig. 5.

63 J.‑M. Luce, « La Phocide à l’Âge du Fer », dans A. Mazarakis-Ainian (éd.), The“Dark Ages” Revisited. Acts of an International Symposium in Memory of William D.E. Coulson, University of Thessaly, Volos, 14‑17 June 2007 (2011), p. 305‑330, spéc. p. 329, fig. 10 ; id., FD II.13. L’aire du pilier des Rhodiens (fouilles 1990‑1992), à la frontière du profane et du sacré (2008), vol. 2, dépliant 2.

64 É. Trouki, Αναλήµµατα και περίβολοι. Soutènements et périboles de Delphes construits en pierres travaillées, thèse inédite, université de Strasbourg 2 (1993), 2 vol.

65 Voir déjà BCH 138 (2014), p. 729

66 Voir F. Lefèvre, Documents amphictioniques, CID IV (2002), no 140 (pl. IX, fig. 2) et, en dernier lieu, A. Jacquemin, D. Mulliez, G. Rougemont, Choix d’inscriptions de Delphes, traduites et commentées, ÉtÉpigr 5 (2012), no 235.

67 P. Amandry, « Chronique delphique », BCH 105 (1981), p. 677.

68 P. Amandry, « Chios and Delphi », dans J. Boardman, C. E. Vaphopoulou (dir.), Chios: A Conference at the Homereion in Chios, 1984 (1986), p. 205‑232 ; Fr. Lefèvre, L’Amphictionie pyléo-delphique. Histoire et institutions, BEFAR 298 (1998), p. 116‑117 ; id., (n. 66), nos 64‑65 p. 179‑183, nos 86‑93 p. 210‑227.

69 Hérodote II 135.

70 En dernier lieu J.‑Fr. Bommelaer (n. 60), p. 73‑75 avec bibliographie.

71 G. Rougemont, Lois sacrées et règlements religieux, CID I (1977).

72 Voir J. Pouilloux, « Les décrets delphiques pour Matrophanès de Sardes », BCH 98 (1974), p. 159‑169.

73 Voir P. Sánchez, L’Amphictionie des Pyles et de Delphes, Recherches sur son rôle historique, des origines au iie siècle de notre ère, Historia Einzelschriften 148 (2001), p. 164‑166 ; J.‑M. Luce (n. 63, 2008), p. 384.

74 Xénophon, Helléniques VI 4, 29‑32.

75 Polybe, XXII 18, 4.

76 Diodore de Sicile, 15, 60, 1 et 5.

77 Tite‑Live, XLI 22‑23 et XLII 40‑42.

78 G. Roux, « Euripide témoin de Delphes », dans E. Lucchesi, H. D. Saffrey (éds), Mémorial André‑Jean Festugière. Antiquité païenne et chrétienne. Vingt‑cinq études, Cahiers d’orientalisme 10 (1984), p. 3‑12.

79 R. Étienne (dir.), Le Sanctuaire d’Apollon à Délos, EAD (sous presse) et, notamment, la contribution de S. Huber, « Hécatombes pour Apollon Délien ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 51 – Delphes, restes de pavage ancien dans le sanctuaire d’Apollon.
Crédits D’après FD II, Atlas [1975].
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/428/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 854k
Titre Fig. 52 – Rares vestiges de niveaux anciens.
Légende a. fragment de voie en amont du trésor de Sicyone ; b. pavage de la « voie sacrée » (Archives Life Magazine) ; c. esplanade du temple d’Apollon (Archives Life Magazine).
Crédits b et c (Archives Life Magazine).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/428/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 692k
Titre Fig. 53 – Les escaliers a. dit « de la Dolonie » ; b. du théâtre.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/428/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 317k
Titre Fig. 54 – Flanc Sud du socle de l’autel d’Apollon : raccord du retour Est du mur polygonal à l’autel d’Apollon.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/428/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 789k
Titre Fig. 55 – Hypothèse d’un déplacement de l’autel d’Apollon lors de sa reconstruction en 240 av. J.‑C.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/428/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 413k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sandrine Huber, Anne Jacquemin et Didier Laroche, « Sacrifices à Delphes »Bulletin de correspondance hellénique, 139-140.2 | 2016, 775-784.

Référence électronique

Sandrine Huber, Anne Jacquemin et Didier Laroche, « Sacrifices à Delphes »Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 139-140.2 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 26 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/bch/428 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bch.428

Haut de page

Auteurs

Sandrine Huber

Université de Lorraine

Anne Jacquemin

Université de Strasbourg

Articles du même auteur

Didier Laroche

École nationale supérieure d’architecture de Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search