Navigation – Plan du site

AccueilNuméros139-140.2Rapports (2014-2015)GrèceDelphesSculptures de Delphes

Rapports (2014-2015)
Grèce
Delphes

Sculptures de Delphes

Hélène Aurigny, Danièle Braunstein et Jean-Luc Martinez
p. 784-794

Texte intégral

Introduction81

  • 81 Nous remercions tout particulièrement A. Psalti, directrice du musée de Delphes, qui nous a permis (...)

1Commencé à la demande de l’éphorie de Delphes aux lendemains des festivités du centenaire des débuts de la Grande Fouille par A. Peignard et Ph. Jockey, le récolement des sculptures de pierre conservées à Delphes, conduit par J.‑L. Martinez à partir de 1996 et H. Aurigny à partir de 2006, s’achève et s’est accompagné de l’aménagement d’une réserve dédiée, imaginée et mise en œuvre par D. Braunstein de 2006 à 2009. La base de données créée et alimentée depuis vingt ans, comme ce classement rationnel garantissant de bonnes conditions de conservation et de consultation des collections, permettent d’imaginer une étude synthétique de ces œuvres à la fois célèbres et méconnues.

2Les sculptures de Delphes sont dans une situation paradoxale : ce sont des points de repère de l’histoire et de l’histoire de l’art du monde grec, mais elles sont mal connues, publiées dans des séries anciennes, qui ne rendent plus compte ni de l’état matériel des œuvres ni des avancées de la recherche dans ce domaine.

3Un bilan documentaire est donc indispensable pour reprendre l’étude des statues de marbre (et plus largement de pierre) de Delphes. Il faut avant tout remettre à jour les dossiers, en achevant le récolement des fragments, parfois disséminés entre les salles du musée et les réserves, en précisant l’état de conservation et de présentation. Pour compléter notre connaissance des sculptures, un examen général de l’origine des marbres s’ajoute à d’autres types d’observation, déjà documentée ou en cours : traces d’outil, technique de taille du marbre, éléments rapportés, polychromie. Le travail nécessite enfin une recherche documentaire photographique et bibliographique.

  • 82 Voir Ph. Jockey, « programme de recherches sur les métopes de la Tholos de Delphes et leur décor s (...)

4L’ensemble de ces observations sera présenté dans un volume général des sculptures de Delphes, sous la direction de J.‑L. Martinez, Fr. Croissant et H. Aurigny, qui donnera des photographies récentes et un bilan historiographique sur chacun des ensembles sculptés, avec tous ceux qui travaillent sur des dossiers à Delphes ; D. Braunstein sur la sculpture archaïque, Ph. Jockey qui mène des recherches actives sur la Tholos de Delphes82 et V. Regnot qui poursuit son étude du groupe de Daochos. Le concours d’un photographe et d’un dessinateur permettra de finaliser la mise en forme d’une publication qui sera un outil pour préciser nos connaissances des œuvres sculptées à Delphes. L’étude permettra aussi la mise en ligne d’une version à peu près complète de la base de données sur les sculptures de pierre. S’il n’est pas question de reprendre la publication de chaque groupe, en revanche il est nécessaire de donner à la communauté scientifique et au grand public un ouvrage faisant la synthèse, période par période, des grands ensembles sculptés de Delphes. Cette mise à jour permettra de faire connaître les dossiers dont la reprise est nécessaire et dont l’étude pourrait fournir un sujet de recherche intéressant.

5Les missions 2013‑2015 ont surtout consisté dans un bilan général du rangement et dans une vaste campagne d’analyses visuelles des marbres pour déterminer leur origine.

Bilan du rangement

Conservation préventive dans la réserve de sculptures

6En 2003, dans le cadre des travaux d’agrandissement du Musée archéologique de Delphes, J.‑L. Martinez, alors directeur du département des Antiquités grecques, étrusques et romaines du musée du Louvre et D. Braunstein, alors restauratrice de sculptures mise à disposition de l’École française d’Athènes, ont conçu et proposé à l’Éphorie de Delphes et à l’EFA un projet d’aménagement de la réserve de sculptures.

7C’est en 2007, avec l’arrivée de H. Aurigny comme membre à l’EFA qu’a commencé le processus d’aménagement de la réserve. Nouvellement construite, elle avait été livrée avec un mobilier inapproprié, sans réellement tenir compte du classement, de la taille et du poids des œuvres. Il s’agissait avant tout de trouver des solutions simples pour adapter l’espace et son mobilier aux exigences d’une réserve de sculptures tout en respectant les grandes règles de la conservation préventive, le matériau et ses contraintes, ainsi que le classement des sculptures en cours.

État initial

8Située derrière le musée, la réserve de sculptures mesure 13,50 m de longueur sur 8 m de largeur. Elle est munie de deux portes à doubles vantaux ouvrant au Nord et une plus petite au Sud.

9À l’intérieur du bâtiment, une importante structure métallique, légèrement déportée à l’Ouest, dotée de deux rangées d’étagères à trois niveaux et surmontée d’une mezzanine, occupe la majeure partie de la pièce. Des cadres métalliques, destinés à supporter des planches de bois, sont soudés aux piliers centraux de la structure. Devant la porte droite au Nord, un escalier mène à la mezzanine (9 m de longueur × 3,60 m de largeur, à 2,20 m du sol). Le système de climatisation (convecteurs et quatre gros tuyaux) est situé contre le mur Est.

  • 83 Les mêmes que celle de la mezzanine.

10Quand nous avons commencé l’aménagement, toutes les sculptures étaient posées à même le bois sur les étagères et la plupart des fragments lourds étaient placés sur la plus haute, à 1,60 m du sol. Sur la mezzanine, d’importantes armoires vitrées, récupérées jadis dans les salles d’exposition de l’ancien musée, occupaient la majeure partie de l’espace. Leurs étagères pliaient sous le poids des fragments, trop proches les uns des autres, parfois même empilés. À l’Est, un rayonnage métallique, instable, à trois niveaux en bois et deux grandes armoires vitrées83 étaient installés devant les convecteurs et les tuyaux, réduisant ainsi la travée principale. Face à cet espace inadapté, il fallait, avec peu de moyens, proposer des solutions.

Réalisation

Mise sur palettes et interface

  • 84 Mousse Ethafoam blanche, 1 cm d’épaisseur.
  • 85 Par exemple, pour soulever les fragments les plus lourds, nous avons utilisé une pince de pose et (...)

11Nous avons choisi le rangement sur palettes pour les pièces les plus lourdes de manière à pouvoir les déplacer facilement avec un transpalette. La première chose à faire était de placer une interface neutre84 sur les palettes et les planches des étagères, entre le marbre et le bois. Cette opération a nécessité des techniques spécifiques de manutention85 car chaque sculpture devait être déplacée afin de poser les plaques de mousse.

Enlèvement des cadres métalliques du premier niveau

12Pour permettre la circulation et le stockage des palettes au sol, il a fallu scier les cadres métal­liques du premier niveau de la structure. L’espace au sol ainsi libéré, les demi-palettes ont pu être rangées en respectant les deux allées et l’emplacement des rayonnages. Toutes les œuvres ont bien sûr été protégées durant ces travaux.

Installation de nouveaux systèmes de rangement

  • 86 L’utilisation de la table élévatrice à double ciseaux permet à seulement deux personnes de manipul (...)

13L’étagère située le long du mur Est a été remplacée par trois nouvelles, fabriquées sur mesure, d’une largeur suffisante de manière à pouvoir glisser dessous deux demi-palettes. Toutes trois ont été placées entre les tuyaux du système de climatisation libérant de l’espace dans l’allée principale. Le transfert des sculptures lourdes du dernier niveau de la structure centrale sur les demi-palettes sous les nouvelles étagères a été effectué à l’aide d’une table élévatrice à double-ciseaux86. Les moins lourdes ont été mises sur les niveaux intermédiaires et supérieurs.

Réaménagement de la mezzanine

  • 87 Leur poids rendait impossible le passage par l’escalier.

14Les armoires vitrées ont été vidées et démontées, puis remplacées par six caissons métalliques sur roulettes munis de tiroirs en bois. Ils ont été montés à l’aide de la table élévatrice à double ciseaux87 et installés le long du bord Est pour équilibrer la répartition des poids sur la mezzanine. Les fragments les plus lourds (500 kg en tout environ) ont été descendus au rez‑de‑chaussée. Les tiroirs en bois des caissons ont été rangés selon le poids des fragments. Après en avoir garni le fond de plaques de mousse, nous y avons rangé les petits fragments.

État actuel

15Dans l’organisation finale du rez‑de‑chaussée, différentes méthodes de rangement ont été utilisées (fig. 56) : palettes pour les fragments les plus lourds et les plus encombrants, étagères pour les fragments de taille moyenne et caissons à tiroirs sur roulettes pour les pièces les plus petites et légères. Sur le mur Est, l’espace dégagé permet l’utilisation du transpalette et de la table élévatrice à l’intérieur de la réserve, y compris dans l’allée centrale.

Fig. 56 – Delphes, réserve de sculptures aménagée : structure centrale.

Fig. 56 – Delphes, réserve de sculptures aménagée : structure centrale.

Cl. H. Aurigny, D. Braunstein.

16Tous les fragments de sculpture en pierre sont entièrement isolés du bois grâce aux plaques de mousse. Les sculptures peuvent être dépoussiérées régulièrement grâce l’acquisition d’un aspirateur de musée. En outre, le rangement par grands ensembles sculptés a été respecté.

17À l’étage (fig. 57), les caissons à tiroirs contiennent de petits fragments seulement, provenant principalement de la Tholos et du Trésor de Marseille ; au rez‑de‑chaussée, les grands ensembles, comme le Temple de Alcméonides, l’Athéna Marmaria, la Colonne des Danseuses, etc. Là, la lecture du rangement est verti­cale (du plus lourd au sol, au moins lourd au niveau supérieur).

Fig. 57 – Delphes réserve de sculptures aménagée : mezzanine avec les caissons à tiroirs.

Fig. 57 – Delphes réserve de sculptures aménagée : mezzanine avec les caissons à tiroirs.

Cl. H. Aurigny, D. Braunstein.

18Enfin, nous avons apposé des étiquettes sur tous les éléments de rangement avec l’identi­fication et le numéro d’inventaire, de manière à ce que chacun puisse trouver rapidement n’importe quel fragment. La réserve est maintenant dotée d’un transpalette, de deux tables élévatrices, d’un marchepied, d’un escabeau et d’un espace de travail.

Conclusion

19Commencé en 2007, l’aménagement de la réserve de sculptures de Delphes est quasiment achevé. Elle présente aujourd’hui des conditions de conservation qui respectent les règles de la conservation préventive, ainsi qu’un accès plus commode aux œuvres. Les études et les publications, les bilans sanitaires et les protocoles de restauration s’en trouvent de fait facilités.

Gestion de la réserve et état des œuvres

  • 88 Fr. Croissant, Les frontons du temple du ive siècle, FD IV 7 (2003), no 8, p. 73, pl. 15‑17.

20Le séjour dans la réserve a permis de poursuivre l’entretien et le rangement : dépoussiérage des œuvres, désoclage de quelques fragments, regroupement des fragments attribués ou proches du groupe de Daochos sur l’étagère 14B. Enfin, nous avons fait remettre dans la réserve la tête de Léto (inv. 321)88 du fronton Est du temple du ive s. qui était depuis 2008 sous une table dans l’entrée de l’apothèque 5 du musée.

Les analyses de marbre (2013‑2015)

  • 89 H. Aurigny, A. Blanc, Ph. Blanc, D. Braunstein, J.‑L. Martinez, « New Investigations on the Fragme (...)

21Commencée en 2013, la campagne d’étude des marbres des sculptures de Delphes a livré des premiers résultats en 2014 qui ont pu être présentés en mai 2015, lors du colloque ASMOSIA XI à Split89. Le travail a été poursuivi en 2015. La mission, composée de H. Aurigny, (MCF d’histoire grecque à l’université d’Aix‑Marseille), de A. et Ph. Blanc (ingénieurs de recherche honoraires respectivement au LRMH et à Paris VI Jussieu, spécialisés dans l’analyse des marbres), de D. Braunstein (restauratrice au musée du Louvre), de J.‑L. Martinez (président-directeur du Louvre) et de Viviane Regnot (MCF honoraire de l’université Paris VIII Vincennes-Saint-Denis), a été en grande partie consacrée à l’analyse des marbres des sculptures du musée et de la réserve.

22Les méthodes simples et non destructives (observation à l’œil nu et à la loupe des grains simplement éclairés par un faisceau lumineux, macrophotographie des marbres au cm ou au demi‑cm) s’attachent à l’appréciation des dimensions des cristaux de calcite et la recherche des minéraux accessoires tels que les micas, pyrite et quartz, ainsi qu’à la détermination de l’odeur du marbre. L’état de surface des œuvres, souvent sale ou patiné, n’a pas toujours permis d’avoir accès à la matière. La campagne d’étude a permis d’observer 106 fragments.

Sculpture archaïque

23La sculpture archaïque a été examinée par ensembles sculptés, ce qui a permis de conforter ou d’interroger certaines attributions, et de préparer des demandes de prélèvements pour analyse sur les œuvres.

Petites caryatides

  • 90 P. de La Coste-Messelière, Monuments figurés : Sculpture. Art archaïque (fin) : sculptures des tem (...)
  • 91 P. de La Coste-Messelière, J. Marcadé, « corès delphiques », BCH 77 (1953), p. 366‑367, fig. 4 b‑c (...)
  • 92 P. de La Coste-Messelière, J. Marcadé, « corès delphiques », BCH 77 (1953), p. 364‑366, fig. 4 (av (...)
  • 93 FD IV 3, p. 78‑79, fig. 21, no VII ; P. de La Coste-Messelière, J. Marcadé (n. 89), p. 364.
  • 94 FD IV 3, p. 79, fig. 22, no VIII.
  • 95 FD IV 3, p. 79, fig. 22, no IX.
  • 96 G. Daux, « Inscriptions et monuments archaïques de Delphes », BCH 61 (1937), p. 73‑78, fig. 2, pl. (...)

24Parmi les fragments associés aux petites caryatides, le bras (inv. 4865)90 est en Paros, le fragment de chevelure (inv. 5845)91 en Paros bleuté ; la petite tête (inv. 5854)92, les jambes drapées (inv. 316493), les fragments de jambes (inv. 337694 et 486995) sont en Paros blanc. La frise du petit baldaquin (inv. 5381)96, qui a été associé aux petites caryatides, est en Paros blanc à grain moyen.

Caryatides

  • 97 Th. Homolle, Monuments figurés : sculpture. Art primitif. Art archaïque du Péloponnèse et des îles(...)
  • 98 FD IV 3, p. 52, no XLI, pl. HT VII.
  • 99 FD IV 3, p. 52, no XLI, pl. HT VII, n. XLVII‑XLVIII, p. 53‑54 (4874 et 3646b) et pl. IX, p. 65 et (...)
  • 100 Ch. Picard, P. de La Coste Messelière, Monuments figurés : sculpture. Art archaïque (suite) : les (...)

25Des caryatides cnidiennes, le corps (inv. 1526)97 et le fragment de chiton (inv. 3646)98 de la caryatide A sont en marbre de Paros ; le buste de la caryatide B99 recollé de six fragments est en Paros Chorodaki. La tête ex‑Cnidienne (inv. 1203)100, est en Paros bleuté à grain moyen.

  • 101 Ch. Picard, P. de La Coste Messelière, Monuments figurés : sculpture. Art archaïque (suite) : les (...)
  • 102 FD IV 2, p. 64‑65 ; no II, K8, p. 150 et pl. 68 ; Album, pl. 20 (sur la caryatide inv. 929).
  • 103 FD IV 2, p. 65‑66, no IV, fig. 32 ; FD II, n. K5, pl. 67, p. 148.
  • 104 FD IV 1, B, p. 63, fig. 32 (recollé à la tête ex‑cnidienne) ; FD IV 2, no II, p. 6, fig. 4.

26Du Trésor de Siphnos, la caryatide Sud (inv. 929)101, le chapiteau historié (inv. 1554)102 et la caryatide Nord (inv. 1525)103 sont en Paros à grain moyen. Le chapiteau à godrons (inv. 1208)104, qui avait été associé à Siphnos, est en Paros bleuté.

Couroi

  • 105 FD IV 1, nos 23‑26, p. 54‑59, fig. 24‑29.
  • 106 Associé au couros de Charopinos (inv. 2278) par Th. Homolle.

27Les fragments de couroi105 ont été également analysés : le bassin (inv. 2870) est en marbre de Naxos, les deux couroi présentés dans la salle du sphinx (inv. 2696106 et inv. 2557), sont en Paros, de même que la base de Charopinos (inv. 2278), en Paros bleuté.

Autres fragments de sculpture indépendante

  • 107 FD IV 1, p. 65 et pl. XXVII, 2 ; FD IV, 2, p. 19, no I, pl. 27, 2.
  • 108 FD IV 3, p. 75‑76, no 1, pl. XXVIII,1.
  • 109 FD IV 3, p. 83, no XXII, fig. 25. Rapproché de inv. 16882 et 16780.
  • 110 FD IV 3, p. 83‑84, no XXIV, fig. 25 ; il ne semble pas avoir été exposé aux intempéries.
  • 111 FD IV 2, p. 194, no VI, fig. 80.

28Enfin, d’autres fragments de sculpture archaïque indépendante montrent l’emploi habituel du marbre de Paros : le fragment de visage (inv. 459)107 est en marbre de Paros, comme le visage imberbe (inv. 47)108, provenant d’une statue indépendante de taille naturelle. Le fragment de bras drapé (inv. 4352,2)109, d’une statue colossale d’Athéna à Marmaria (?), est en Paros blanc, la jambe droite drapée (inv. 16780)110 en Paros bleuté. Deux fragments de chevelure de corè inédits, (inv. 16764 et 16765), sont en Paros. Le fragment de sirène ou de sphinx (inv. 5713)111 est aussi en Paros.

  • 112 Guide de Delphes, le musée, Sites et monuments VI (1991), p. 37, fig. 4.
  • 113 Voir en dernier lieu : D. Braunstein, « L’emploi du trépan dans la sculpture archaïque : la techni (...)
  • 114 FD IV 3, p. 82, n. XIX, fig. 24.

29De la statue d’Athéna colossale de Marmaria112, la tête casquée (inv. 4339,1) est en Paros blanc, le pied gauche (inv. 4279) en Paros bleuté113. Parmi les fragments de pieds archaïques, le pied droit de statue colossale de Marmaria (inv. 5732)114 est en Paros blanc.

Sculpture classique, hellénistique et romaine

Temple classique d’Apollon

30Les figures du temple classique d’Apollon ont fait l’objet d’un examen systématique, mais ce sont les associations entre Paros et Pentélique qui attirent le plus l’attention.

Fronton Ouest

  • 115 FD IV 7, no 34, p. 87‑89.
  • 116 FD IV 7, nos 36, 37, 38, 39 et 40, p. 89‑90, pl. 55.

31Le torse du Dionysos (inv. 1344) est en Pentélique, tandis que sa tête (inv. 2380) semble en Paros. Le corps de la Thyiade 1 debout (inv. 21272)115 est en Pentélique, mais ce marbre n’est pas réservé aux corps. Ainsi, la Thyiade II (inv. 3374 et 3395116) est en Paros blanc ; parmi les fragments qui lui sont associés, le bras (inv. 21347) est en marbre cycladique à gros grain, de même que le fragment de drapé (inv. 21282), le fragment de drapé (inv. 21400) (très gros cristaux) et l’épaule (inv. 21389 et 23742).

  • 117 FD IV 7, nos 49‑51, p. 93‑95, pl. 59 et 60.
  • 118 FD IV 7, nos 52‑54, p. 96, pl. 61.

32Les fragments rassemblés pour reconstituer les panthères comprennent, pour la panthère I117, une tête (inv. 1533) en marbre insulaire, mais un torse (inv. 4860) et une plinthe avec les pattes (inv. 4923) en Pentélique. La panthère II118 est constituée de la tête (inv. 21346) et de l’arrière-train (inv. 21332) en Paros, mais de la patte arrière droite (inv. 7142) en Pentélique (il faudra revoir son attribution possible à la panthère I).

Fronton Est

  • 119 I FD IV 7., nº 1, p. 67‑71, pl. 3‑9.
  • 120 FD IV 7, no 8, p. 73, pl. 15‑17.
  • 121 FD IV 7, no 4, p. 71‑72, pl. 11.
  • 122 FD IV 7, no 17, p. 77, pl. 23.
  • 123 FD IV 7, no 22, p. 79, pl. 26.
  • 124 FD IV 7, no 23, p. 79, pl. 26.
  • 125 Fr. Croissant, « Les frontons du temple du ive siècle à Delphes », dans H. Kyrieleis (éd.), Archai (...)
  • 126 Fr. Croissant, « Les frontons du temple du ive siècle à Delphes », dans H. Kyrieleis (éd.), Archai (...)

33L’Apollon (inv. 1866)119 est en pentélique ; la tête de Léto (inv. 321)120 en Paros, et le torse d’Artémis (inv. 21286 et 21296121) en Centélique. Il en va de même pour le fragment de la Muse III (inv. 21275)122, le fragment de rocher (inv. 21349)123 et le pied droit (inv. 21361)124 attribués à la Muse IV. Enfin, des têtes qui ont été rapprochées des frontons (divinités ou muses ?) ont été examinées : la tête (inv. 3066)125 est en Paros lychnitès, comme la tête (inv. 1176) (inédite) ; la tête féminine (inv. 592)126 est aussi en Paros.

Offrande de Daochos

  • 127 Guide de Delphes, le musée, Sites et monuments VI (1991), p. 91‑98.
  • 128 Sur l’exclusion de Sisyphos II à cause du matériau, voir N. Herz, O. Palagia, « Investigation of M (...)

34Les fragments de l’offrande de Daochos dans le musée127 (fig. 58) et dans l’apothèque 4 ont également permis de montrer l’association du Pentélique et du marbre de Paros pour un même groupe sculpté, avec une utilisation en fonction du type de représentation : marbre Pentélique pour les figures vêtues, marbre de Paros pour les figures nues et vraisemblablement les têtes rapportées128.

Fig. 58 – Les statues de l’offrande de Daochos.

Fig. 58 – Les statues de l’offrande de Daochos.

De droite à gauche : Acnonios, Agias, emplacement de Télémachos, Agélaos, Daochos I, Sisyphos I, pieds de Daochos II, Sisyphos II.

35Plusieurs fragments rassemblés autour des pieds de Daochos II (inv. 1922), en Pentélique, le sont également : le bras droit (inv. 586) (inédit) et la jambe droite (inv. 2171) (inédite) ; en revanche la jambe (inv. 8865) (inédite) s’avère être en Paros.

  • 129 E. M. Gardiner, K. K. Smith, « The Group Dedicated by Daochos at Delphi », AJA 13 (1909), p. 467, (...)
  • 130 E. M. Gardiner, K. K. Smith, « The Group Dedicated by Daochos at Delphi », AJA 13 (1909), p. 464, (...)

36Du torse de Télémachos (inv. 1360) en Paros bleuté a été rapproché un pied droit (inv. 8859)129 en Paros bleuté également ; de la statue de Sisyphos II (inv. 1435) en marbre de Paros, la jambe gauche (inv. 8861) en Paros également. La statue d’Agélaos (inv. 1183) est en Paros, comme la jambe droite (inv. 8866)130 qui lui est associée. La statue d’Acnonios (inv. 1827) a le corps en Pentélique et la jambe droite (inv. 8863) (inédite) en Paros. Sisyphos I (inv. 1921 et 1953) a le corps en pentélique et le bras (inv. 8862) (inédit) en Paros ; le dessus de main droite (inv. 247) (inédit), rattaché à l’offrande sans attribution précise, est en marbre Pentélique.

Autres groupes sculptés

  • 131 Guide de Delphes, le musée, Sites et monuments VI (1991), p. 100‑108, fig. 59‑65.

37Les figures attribuées au groupe dit de la base en fer à cheval131 comprennent le « Dionysos » (inv. 1820), le vieillard (inv. 1819), la figure féminine pseudo-Artémise (inv. 1817), et la figure féminine (inv. 3720) (inédite) sont tous en Pentélique. Les autres statues conservées dans la même salle du musée montrent un usage bien établi du marbre attique : la statue masculine (inv. 1793), la statue assise d’Apollon (inv. 823) et l’Apollon citharède (inv. 1876) sont en Pentélique.

  • 132 Guide de Delphes, le musée, Sites et monuments VI (1991), p. 111, fig. 68.
  • 133 Sans no d’inventaire. J. Marcadé, « Eros endormi, à Delphes », dans H. Walter (éd.), Hommages à Lu (...)
  • 134 Guide de Delphes, le musée, Sites et monuments VI (1991), p. 110‑111, fig. 67.

38Des figures d’enfants de la fin de l’époque classique sont disposées dans la même salle et présentent des caractéristiques de l’époque dans le travail du marbre : l’enfant à l’oie (inv. 4755)132 est en Paros bleuté ; l’Eros endormi133 en marbre blanc transparent ; et la statue de petite fille (inv. 1791)134 présente un corps en Pentélique et une tête en Paros.

  • 135 En réserve. S. Triantis, « Παρατηρήσεις στα αρχαικά αετώµατα του ναού του Απόλλωνα », BCH Suppl. 3 (...)

39Le groupe d’enlèvement d’époque classique publié par S. Triandis135 (inv. 4822 et 2757) est en marbre Pentélique ; d’autres fragments (inv. 3375 ; 329 ; 21417 ; sept autres fragments sans numéro d’inv.) n’ont pas pu être associés à cet ensemble.

  • 136 Guide de Delphes, le musée, Sites et monuments VI (1991), p. 133‑135, fig. 99‑100.
  • 137 Guide de Delphes, le musée, Sites et monuments VI (1991), p. 132‑133, fig. 97.

40La sculpture hellénistique et romaine de Delphes a été observée essentiellement dans le musée. Associé au pilier de Paul‑Émile, un fragment de bras (inv. 23470a) est en marbre pentélique. Un des résultats des observations constitue une piste particulièrement intéressante : la statue d’Antinoüs (inv. 1728)136 (fig. 59) présente un marbre à grain fin qui suggère une hypothèse nouvelle, car il pourrait s’agir de marbre de Göktepe. Dans la même salle, le portrait d’homme (inv. 1706) (Flamininus) est en marbre à grain fin à moyen, mais reste difficile à déterminer sans analyses. Enfin, la tête d’Héraclès (inv. 1552)137 est en Paros.

Fig. 59 – Statue d’Antinoüs.

Fig. 59 – Statue d’Antinoüs.

Guide de Delphes, le musée, Sites et monuments VI [1991], p. 133, Fig. 99.

41Les dernières œuvres sont de bons exemples des limites de l’observation visuelle et de la nécessité de faire des analyses de prélèvements des marbres pour caractériser préci­sément l’origine du matériau.

Haut de page

Notes

81 Nous remercions tout particulièrement A. Psalti, directrice du musée de Delphes, qui nous a permis de travailler dans d’excellentes conditions dans le musée et dans la réserve de sculptures.

82 Voir Ph. Jockey, « programme de recherches sur les métopes de la Tholos de Delphes et leur décor sculpté », BCH 135 (2011), p. 546‑550.

83 Les mêmes que celle de la mezzanine.

84 Mousse Ethafoam blanche, 1 cm d’épaisseur.

85 Par exemple, pour soulever les fragments les plus lourds, nous avons utilisé une pince de pose et des planches de bois savonnées que nous avons placées sous les fragments de manière à les déplacer sans effort. Les plaques de mousse étaient ensuite placées puis les sculptures posées sur les plaques grâce à ce procédé.

86 L’utilisation de la table élévatrice à double ciseaux permet à seulement deux personnes de manipuler des sculptures d’un poids important, sans risque pour les fragments antiques.

87 Leur poids rendait impossible le passage par l’escalier.

88 Fr. Croissant, Les frontons du temple du ive siècle, FD IV 7 (2003), no 8, p. 73, pl. 15‑17.

89 H. Aurigny, A. Blanc, Ph. Blanc, D. Braunstein, J.‑L. Martinez, « New Investigations on the Fragments of White Marble Statues in the Museum of Delphi », ASMOSIA XI (2018).

90 P. de La Coste-Messelière, Monuments figurés : Sculpture. Art archaïque (fin) : sculptures des temples, FD IV 3 (1931), no 16, p. 58, fig. 18.

91 P. de La Coste-Messelière, J. Marcadé, « corès delphiques », BCH 77 (1953), p. 366‑367, fig. 4 b‑c (à droite avec erreur de no : 5854 au lieu de 5845).

92 P. de La Coste-Messelière, J. Marcadé, « corès delphiques », BCH 77 (1953), p. 364‑366, fig. 4 (avec erreur de no inv. 5845 au lieu de 5854), pl. XLIII.

93 FD IV 3, p. 78‑79, fig. 21, no VII ; P. de La Coste-Messelière, J. Marcadé (n. 89), p. 364.

94 FD IV 3, p. 79, fig. 22, no VIII.

95 FD IV 3, p. 79, fig. 22, no IX.

96 G. Daux, « Inscriptions et monuments archaïques de Delphes », BCH 61 (1937), p. 73‑78, fig. 2, pl. VIII. P. de La Coste-Messelière, J. Marcadé (n. 89), p. 366.

97 Th. Homolle, Monuments figurés : sculpture. Art primitif. Art archaïque du Péloponnèse et des îles, FD IV 1 (1909), p. 63‑64, fig. 33 ; FD IV, 2 (1928), p. 6‑8, fig. 5 ; FD IV, 3 (1931), p. 52, n. 12, fig. XLII‑XLIII de la pl. HT VII.

98 FD IV 3, p. 52, no XLI, pl. HT VII.

99 FD IV 3, p. 52, no XLI, pl. HT VII, n. XLVII‑XLVIII, p. 53‑54 (4874 et 3646b) et pl. IX, p. 65 et fig. 19, p. 64 (4871) et fig. 22, no III, p. 77 et fig. 22, p. 79 (4858).

100 Ch. Picard, P. de La Coste Messelière, Monuments figurés : sculpture. Art archaïque (suite) : les trésors « ioniques » (1928), p. 1‑18 ; Album, pl. 26.

101 Ch. Picard, P. de La Coste Messelière, Monuments figurés : sculpture. Art archaïque (suite) : les trésors « ioniques » (1928), p. 57‑64 et p. 67, fig. 33 ; FD II (1987), K4, p. 148 ; Album, pl. 18‑19 et 20.

102 FD IV 2, p. 64‑65 ; no II, K8, p. 150 et pl. 68 ; Album, pl. 20 (sur la caryatide inv. 929).

103 FD IV 2, p. 65‑66, no IV, fig. 32 ; FD II, n. K5, pl. 67, p. 148.

104 FD IV 1, B, p. 63, fig. 32 (recollé à la tête ex‑cnidienne) ; FD IV 2, no II, p. 6, fig. 4.

105 FD IV 1, nos 23‑26, p. 54‑59, fig. 24‑29.

106 Associé au couros de Charopinos (inv. 2278) par Th. Homolle.

107 FD IV 1, p. 65 et pl. XXVII, 2 ; FD IV, 2, p. 19, no I, pl. 27, 2.

108 FD IV 3, p. 75‑76, no 1, pl. XXVIII,1.

109 FD IV 3, p. 83, no XXII, fig. 25. Rapproché de inv. 16882 et 16780.

110 FD IV 3, p. 83‑84, no XXIV, fig. 25 ; il ne semble pas avoir été exposé aux intempéries.

111 FD IV 2, p. 194, no VI, fig. 80.

112 Guide de Delphes, le musée, Sites et monuments VI (1991), p. 37, fig. 4.

113 Voir en dernier lieu : D. Braunstein, « L’emploi du trépan dans la sculpture archaïque : la technique du trépan courant », BCH 134 (2010), p. 86 et p. 90, no 16.

114 FD IV 3, p. 82, n. XIX, fig. 24.

115 FD IV 7, no 34, p. 87‑89.

116 FD IV 7, nos 36, 37, 38, 39 et 40, p. 89‑90, pl. 55.

117 FD IV 7, nos 49‑51, p. 93‑95, pl. 59 et 60.

118 FD IV 7, nos 52‑54, p. 96, pl. 61.

119 I FD IV 7., nº 1, p. 67‑71, pl. 3‑9.

120 FD IV 7, no 8, p. 73, pl. 15‑17.

121 FD IV 7, no 4, p. 71‑72, pl. 11.

122 FD IV 7, no 17, p. 77, pl. 23.

123 FD IV 7, no 22, p. 79, pl. 26.

124 FD IV 7, no 23, p. 79, pl. 26.

125 Fr. Croissant, « Les frontons du temple du ive siècle à Delphes », dans H. Kyrieleis (éd.), Archaische und klassische griechische Plastik (1986), p. 195, n. 33.

126 Fr. Croissant, « Les frontons du temple du ive siècle à Delphes », dans H. Kyrieleis (éd.), Archaische und klassische griechische Plastik (1986), p. 192, n. 19.

127 Guide de Delphes, le musée, Sites et monuments VI (1991), p. 91‑98.

128 Sur l’exclusion de Sisyphos II à cause du matériau, voir N. Herz, O. Palagia, « Investigation of Marbles at Delphi », ASMOSIA V (2002), p. 246.

129 E. M. Gardiner, K. K. Smith, « The Group Dedicated by Daochos at Delphi », AJA 13 (1909), p. 467, fig. 17‑18.

130 E. M. Gardiner, K. K. Smith, « The Group Dedicated by Daochos at Delphi », AJA 13 (1909), p. 464, fig. 14. T. Dohrn, « Die Marmor-Standbilder des Daochos-Weihgeschenkes in Delphi », Antike Plastik VIII (1968), p. 33‑53, fig. 3‑4.

131 Guide de Delphes, le musée, Sites et monuments VI (1991), p. 100‑108, fig. 59‑65.

132 Guide de Delphes, le musée, Sites et monuments VI (1991), p. 111, fig. 68.

133 Sans no d’inventaire. J. Marcadé, « Eros endormi, à Delphes », dans H. Walter (éd.), Hommages à Lucien Lerat, Centre de recherches d’histoire ancienne 55 (1984), p. 567‑573 ; G. Aristodèmou, « Sculptured Decoration of Monumental Nympheae at the Eastern Provinces of the Roman Empire », XIth colloquium on Roman Provincial Art, Rome and the Provinces: Models and Diffusion (2011), p. 150, fig. 2 ; G. Aristodèmou, « Theatre Façades and Façade Nymphaea. The Link between », BCH 135 (2011), p. 185, fig. 10.

134 Guide de Delphes, le musée, Sites et monuments VI (1991), p. 110‑111, fig. 67.

135 En réserve. S. Triantis, « Παρατηρήσεις στα αρχαικά αετώµατα του ναού του Απόλλωνα », BCH Suppl. 36 (2000), p. 349‑354.

136 Guide de Delphes, le musée, Sites et monuments VI (1991), p. 133‑135, fig. 99‑100.

137 Guide de Delphes, le musée, Sites et monuments VI (1991), p. 132‑133, fig. 97.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 56 – Delphes, réserve de sculptures aménagée : structure centrale.
Crédits Cl. H. Aurigny, D. Braunstein.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/431/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 667k
Titre Fig. 57 – Delphes réserve de sculptures aménagée : mezzanine avec les caissons à tiroirs.
Crédits Cl. H. Aurigny, D. Braunstein.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/431/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Titre Fig. 58 – Les statues de l’offrande de Daochos.
Légende De droite à gauche : Acnonios, Agias, emplacement de Télémachos, Agélaos, Daochos I, Sisyphos I, pieds de Daochos II, Sisyphos II.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/431/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 647k
Titre Fig. 59 – Statue d’Antinoüs.
Crédits Guide de Delphes, le musée, Sites et monuments VI [1991], p. 133, Fig. 99.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/431/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 734k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Aurigny, Danièle Braunstein et Jean-Luc Martinez, « Sculptures de Delphes »Bulletin de correspondance hellénique, 139-140.2 | 2016, 784-794.

Référence électronique

Hélène Aurigny, Danièle Braunstein et Jean-Luc Martinez, « Sculptures de Delphes »Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 139-140.2 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 21 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/bch/431 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bch.431

Haut de page

Auteurs

Hélène Aurigny

Université Aix‑Marseille, Centre Camille Jullian

Articles du même auteur

Danièle Braunstein

Musée du Louvre

Articles du même auteur

Jean-Luc Martinez

Musée du Louvre.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search