Navigation – Plan du site

AccueilNuméros139-140.2Rapports (2014-2015)GrèceArgosL’Aspis

Rapports (2014-2015)
Grèce
Argos

L’Aspis

Anna Philippa‑Touchais et Gilles Touchais
p. 799-827

Plan

Haut de page

Notes de la rédaction

Avec la collaboration de : Alexandra Alexandridou (post-doctorante, université libre de Bruxelles), Anthi Balitsari (doctorante, université d’Athènes), Romaric Bardet (université d’Aix‑Marseille), Dimitris Bartzis (architecte diplômé, école Polytechnique d’Athènes), Yannis Bassiakos (centre Demokritos), Marie‑Françoise Billot (CNRS), Antoine Chabrol (EFA), Gudrun Klebinder‑Gauss (docteur, université de Salzburg), Odysseas Metaxas (chercheur indépendant). [contributeur]

Texte intégral

  • 2 La campagne de 2014 s’est déroulée entre les mois de juin et d’octobre sous la supervision d’A. Ph (...)

1Les études de mobilier en vue de la publication des fouilles de l’Aspis se sont poursuivies activement au cours des campagnes de 2014 et 2015. Au cours de la seconde, elles se sont accompagnées de deux opérations de terrain également liées à la préparation de la publication : d’une part, le nettoyage partiel et le relevé des deux citernes hellénistiques de l’Aspis ; d’autre part, une série de carottages dans la plaine argienne dans le cadre de l’étude paléo‑environnementale du site2.

  • 3 Voir BCH 138 (2014), p. 733, n. 2.
  • 4 Ce matériel sera publié par ses soins dans le premier volume des fouilles de l’Aspis, consacré à l (...)

2Parallèlement à l’étude de la céramique de l’Aspis, A. Balitsari a fini de documenter le matériel mésohelladique issu des fouilles de l’EFA dans la ville basse, qui constitue la matière de sa thèse3 ; elle l’a d’autre part étudié et échantillonné de manière systématique en vue d’analyses pétrographiques. De son côté, M.‑Fr. Billot a achevé le recensement des terres cuites architecturales trouvées sur l’Aspis4.

Les études de mobilier

Le matériel mésohelladique

La céramique

Céramique de l’Aspis (A. Philippa-Touchais)

  • 5 Voir BCH 138 (2014), p. 738 et fig. 10 p. 740.

3Tout en poursuivant l’étude des assemblages céramiques associés aux constructions du secteur Nord, en particulier de la maison MI5, on a entrepris un examen approfondi de deux des classes de céramique monochrome polie : la céramique monochrome rouge (MR) et le Minyen gris (MG).

La céramique monochrome rouge (MR)

4Catégorie très minoritaire sur l’Aspis (moins de 1% de l’ensemble du matériel céramique recueilli), elle présente cependant un grand intérêt car elle est pour l’essentiel importée. Un examen macroscopique poussé a permis d’en distinguer quatre catégories en fonction de la composition de la pâte et du traitement de surface :

  • la plus commune (MR2), qui représente environ 80 % de l’ensemble conservé, est à engobe rouge poli, « Red Slipped and Burnished », et considérée comme importée d’Égine. La pâte est fine et claire, contenant du mica doré. La forme prédominante est la jatte galbée (fig. 1a). C’est dans cette sous‑catégorie que se trouvent les quelques exemples de décor incisé (fig. 1b), ainsi que les marques de potier imprimées et incisées près du fond des vases (fig. 1c) ;
  • la variante présumée locale (MR1), elle aussi à engobe rouge poli, est faite dans une pâte rougeâtre à cœur souvent gris, dure, à plus fort dégraissant. Elle est beaucoup plus rare (env. 10 % de l’ensemble conservé) et moins homogène, tant du point de vue technologique que typologique ;
  • la variante de Kéos (MR4), identifiée cette année avec l’aide de N. Abell, spécialiste des technologies céramiques de l’âge du Bronze à Kéos, est à surface polie sans engobe, « Red Burnished ». La pâte est d’une couleur brun‑rouge foncé caractéristique (d’où l’absence d’engobe), dure, pas très fine et fortement micacée (mica fin argenté). Elle n’est représentée dans le matériel de l’Aspis que par quelques fragments, qui proviennent tous de jattes carénées sur piédestal (fig. 1d) ;
  • la variante cycladique (autres Cyclades, MR3) à surface polie avec ou sans engobe, « Red Slipped and Burnished » ou « Red Burnished », est aussi à pâte rouge semi-fine, dure, un peu sableuse, à mica argenté. Elle est à peine plus rare que la variante locale (environ 8 % de l’ensemble conservé). Les formes sont assez variées : outre la jatte carénée sur piédestal, on note la présence d’une jatte galbée à anse cylindrique horizontale (fig. 1e).
  • 6 Les incisions et les points du décor sont remplis d’une substance blanche.

5Deux vases présumés « cycladiques » se distinguent par leur pâte rouge et micacée revêtue d’un engobe rouge : une cruche à anse bifide avec protubérance à l’intérieur du col (fig. 1f) et un vase refermé à épaule cannelée (fig. 1g). Également présumés « cycladiques » (de Théra ou Mélos ?) plusieurs fragments à pâte grise (car sans doute brûlés) présentent un décor incisé et imprimé : quatre fragments avec traces d’engobe rouge6 pourraient appartenir à un petit askos, « duck‑vase » (fig. 1h), un autre à une pyxide (fig. 1i) et un dernier (plat) à un couvercle (fig. 1j).

Fig. 1 – Céramique monochrome rouge polie de l’Aspis : a‑b‑c. MR2 ; d. MR4 ; e‑j. MR3.

Fig. 1 – Céramique monochrome rouge polie de l’Aspis : a‑b‑c. MR2 ; d. MR4 ; e‑j. MR3.

6Cette vaisselle faisait sans doute partie des produits spécialisés et standardisés qu’Égine exportait « en masse », dès l’HM I, en même temps que les grands vases de table et de stockage en « Matt‑Painted » et les vases culinaires en céramique grossière. C’est en même temps, semble‑t‑il, qu’arrivent à Argos quelques vases du même type importés des Cyclades (MR3‑4) et qui, par leur qualité (polissage, cuisson) et leurs formes particulières, devaient être des vases d’apparat. La variante locale (MR1), un peu plus tardive, suggère que les potiers argiens essayèrent de copier cette céramique, surtout la variante d’Égine, mais sans grand succès.

Le Minyen gris (MG)

7Le Minyen gris est la classe de céramique monochrome la plus répandue et la plus caractéristique dans toute la Grèce mésohelladique mais, en raison de sa grande diffusion, on continue de s’interroger sur son origine, ses variantes régionales et ses modes de distribution. Parmi le matériel de l’Aspis on avait initialement distingué deux principales variantes technologiques, l’une fine (MG) et l’autre semi‑fine (MGa). Une observation macroscopique plus attentive a permis d’en distinguer au moins quatre :

  • dans la première (MG1) l’argile est pure, dure (bien cuite), la surface soigneusement polie et de nuance gris clair (fig. 2a). La plupart des vases de cette variante sont des canthares et des « bols renflés », formes HM assez anciennes, en particulier la seconde qui se rencontre uniquement à l’HM I‑II. Il s’agit de la meilleure qualité de Minyen gris, qui doit correspondre au « True Minyan » de Béotie, région considérée comme le berceau de la céramique minyenne. Mais le fait qu’en Argolide (Argos, Lerne) le « bol renflé » est particulièrement populaire, ce qui n’est pas le cas en Grèce centrale, pourrait suggérer que dès une phase ancienne de l’HM se développent, dans le Nord‑Est du Péloponnèse, des ateliers qui maîtrisent la technologie de production de vases minyens de bonne qualité mais qui conservent des préférences locales dans le répertoire des formes ;
  • dans la deuxième variante (MG2), l’argile contient davantage de dégraissant (particules fines de calcaire, sable, peu de mica argenté), elle est également dure, mais la surface est moins polie et la couleur généralement gris foncé (fig. 2b). Des canthares sont fabriqués dans cette variante, de même que presque toutes les jattes à épaule cannelée et de nombreuses coupes à pied. Cette variante est la plus courante sur l’Aspis, la moins homogène (multitude de petits ateliers ?) et celle qui sert à fabriquer le type le plus caractéristique en Argolide – la jatte à épaule cannelée –, ce qui suggère qu’il s’agit d’une production issue d’ateliers locaux ;
  • dans la troisième variante (MG3), l’argile est tendre et assez pure, plutôt poreuse, sableuse, avec peu de mica et la surface ne conserve pas d’aspect poli (fig. 2c). Peut‑être s’agit‑il d’une version moins bien cuite de la deuxième variante (MG 2), hypothèse qu’il faudrait tester par des analyses de laboratoire. C’est dans cette troisième variante que sont fabriqués les bols à épaule angulaire, qui apparaissent dès la fin de l’HM I et sont très répandus de la Thessalie jusqu’en Argolide ;
  • la quatrième variante (MG4) est caractérisée par une argile très dure, gris foncé, avec de nombreuses inclusions de calcaire dont certaines ont éclaté pendant la cuisson, laissant des vacuoles à la surface (fig. 2d). Cette variante peut être parfois assez grossière, avec des inclusions grises ; elle se rencontre principalement parmi les gobelets à pied, qui datent d’une phase mûre de l’HM.

Fig. 2 – Céramique minyenne grise de l’Aspis : a. MG1 ; b. MG2 ; c. MG3 ; d. MG4.

Fig. 2 – Céramique minyenne grise de l’Aspis : a. MG1 ; b. MG2 ; c. MG3 ; d. MG4.

Céramique de la ville basse (A. Balitsari)

  • 7 BCH 91 (1967), p. 814‑832.
  • 8 BCH 133 (2009), p. 571‑574 ; BCH 134 (2010), p. 560‑561.

8L’étude détaillée de la céramique trouvée dans la maison HM fouillée en 1966 par Fr. Croissant dans le quartier Sud7, ou Maison aux pithoi, a confirmé que les états les plus anciens datent de l’HM I mais que le quatrième et dernier état appartient au début de l’HM II. Cette maison – à laquelle sont associées cinq sépultures dont trois au moins furent aménagées quand la maison était encore habitée – est donc l’une des rares constructions du début de l’HM mises au jour à Argos. À ce titre, elle fournit des informations précieuses sur l’équipement et le fonctionnement d’une unité domestique de cette période, ainsi que sur les relations entre espace funéraire et espace domestique. En outre, la fonction initiale de stockage de ce bâtiment, complétant l’image fournie récemment par le dépôt 641 de l’Aspis, daté lui aussi du début de l’HM8, remet une fois de plus en cause la conception traditionnelle de l’HM comme période de recul économique et de pauvreté. Les données de la « Maison aux pithoi » – comme aussi l’assemblage céramique de l’Aspis contemporain mis au jour dans le secteur Sud‑Est, sous la maison absidale, mais qui ne peut malheureusement être rattaché à aucune construction – suggèrent au contraire qu’il existe dès le début de l’HM des indices de prospérité et de différenciation sociale.

9Le réexamen des données de la fouille des niveaux d’occupation HM sous‑jacents à l’Aphrodision a permis de distinguer très clairement quatre phases. Les trois premières, associées à la construction de murs de soutènement délimitant au moins une longue terrasse Sud‑Ouest/Nord‑Est sur laquelle s’élevait un bâtiment rectangulaire allongé de même orientation, peuvent être assignées, sur la base de leur céramique, à l’HM II, malgré la présence sporadique d’éléments plus anciens (fig. 3a‑d). La quatrième phase correspond à une réutilisation de l’espace pour y creuser des tombes, dont deux au moins peuvent être datées par leur céramique de la fin de l’HM. Toutefois, la découverte, à faible distance vers le Nord‑Est, d’un ensemble de vases brisés de la même période (fig. 3e‑g) sur un sol pourvu d’un foyer, suggère que, contrairement à ce que l’on supposait, l’habitat ne disparut pas de ce secteur mais qu’il se déplaça.

Fig. 3 – Céramique HM de l’Aphrodision.

Fig. 3 – Céramique HM de l’Aphrodision.

a. Peinture mate (semi‑fine) ; b. Monochrome foncée (semi‑fine) ; c. Peinture mate, pâte micacée (semi‑fine) ; d. Minyen gris (fin) ; e. Grossière micacée avec marque de potier à la base de l’anse ; f‑g. Monochrome foncée (semi‑fine).

Dessin A. Balitsari et Y. Nakas.

L’outillage lithique (O. Metaxas)

10O. Metaxas a complété le dossier graphique de l’industrie lithique taillée, dessinant une soixantaine de pièces, notamment un certain nombre de nucléus pour illustrer la diversité des types et des degrés d’exploitation, sans négliger d’autres éléments de la chaîne opératoire (éclats corticaux, lames à crête, etc.). Il a aussi privilégié certaines catégories morpho-technologiques (pièces esquillées, coches, éclats retouchés, denticulés, etc.) pour mettre en évidence leur variabilité interne, accordant une attention particulière aux pointes de flèche, qui ont été dessinées dans leur totalité. Enfin, de nouvelles pièces en silex ont aussi été documentées car leur nombre relativement faible par rapport aux pièces en obsidienne peut rendre la comparaison difficile avec les assemblages d’autres sites.

Les outils en terre cuite et en os

11Lors d’un séjour d’une semaine au musée d’Argos, L. Rahmstorf a documenté de manière exhaustive les quelque 300 outils en terre cuite (fusaïoles, « jetons » pleins ou perforés, bobines, etc.) et en os (épingles, aiguilles, poinçons, etc.), ainsi que quelques objets en pierre (boutons, pilons, pommeau) recueillis dans l’habitat HM de l’Aspis, relevant au passage la présence de quelques objets plus anciens (HA) et plus récents (HR).

Les objets en métal (Y. Bassiakos)

  • 9 BCH 138 (2014), p. 736‑737 et fig. 4‑5 et 4‑6.
  • 10 BCH 138 (2014), p. 737‑738 et fig. 4‑5 et 7‑8. Voir aussi A. Philippa-Touchais, G. Touchais, « Glo (...)
  • 11 D’après l’étiquette attachée à l’objet, cette lame provient du sondage « S. 55 R », tombe « T. 90  (...)

12Après l’étude préliminaire réalisée en 2013 par M. Kayafa (objets en bronze et en plomb9) et R. Prévalet (pendentif en or10), des analyses par spectrométrie de fluorescence X (XRF) ont été pratiquées en 2014 sur le pendentif en or et sur quatre outils en bronze : le poignard et les deux poinçons de l’Aspis et, à titre de comparaison, une lame de couteau provenant des fouilles du quartier Sud (fig. 4)11. Ces analyses ont été menées au musée d’Argos, à l’aide d’un appareil XRF portable, par G. Mastrothéodoros et I. Bassiakos, assistés par M. Kayafa. Les résultats sont synthétisés dans les deux tableaux suivants :

Tabl. 1 – Résultats de l’analyse XRF des outils en bronze.

No éch. No inv. Nature Points analysés Cu Zn As Pb Sn
1 75/1270.7a poignard pointe 9.246 - 0.039 0.022 0.261
2 75/1270.7b poignard rivet 6.834 - 0.029 0.082 0.251
3 76/133.35 poinçon 6.535 - 0.146 0.036 -
4 90/518.23 poinçon 7.228 - 0.039 0.016 -
5 B. 44 couteau 12.020 - 0.040 0.018 -

Tabl. 2 – Résultats de l’analyse XRF du pendentif en or.

No éch. No inv. Nature Points analysés Cu Au Ag
1 79/378.21a pendentif plaque 0.037 3.285 1.376
2 79/378.21b pendentif chaîne 6.834 - 0.029

Fig. 4 – Lame de couteau en bronze (B. 44).

Fig. 4 – Lame de couteau en bronze (B. 44).

Commentaire

  • 12 Trouvé dans le secteur Sud‑Est, il provient du plus ancien niveau d’occupation HM (couche 4b = pha (...)
  • 13 Par exemple le couteau DB 22, infra, p. 828.
  • 14 Le premier poinçon appartient au même horizon que le poignard (supra, n. 12) ; le second est assoc (...)
  • 15 Sur ces premiers résultats, voir Y. Bassiakos, G. Mastrotheodoros, M. Kayafa et al., « Νέες αναλυτ (...)

13Le poignard 75/1270.7 se différencie nettement des deux poinçons et du couteau du point de vue de la composition de son alliage, qui est à base d’étain (Sn). La présence d’étain dans un objet aussi « ancien12 » peut suggérer soit qu’il est le produit d’une expérimentation précoce de l’alliage cuivre‑étain, soit que l’objet est importé, soit encore que son contexte archéologique est perturbé (ce qui ne semble pas être le cas). Il faut souligner aussi sa teneur renforcée en plomb, ainsi que le pic d’étain un peu inférieur du rivet par rapport à la pointe, ce qui contraste avec les observations faites dans des cas similaires d’objets mycéniens de la Deiras13. Les deux poinçons (76/133.35 et 90/518.23) et le couteau (B. 44) sont, quant à eux, dépourvus d’étain et faits dans un alliage à base d’arsenic (As), ce qui est attendu pour l’époque14. On notera qu’aucun des trois objets n’a livré de traces de zinc (Zn)15.

14La composition du pendentif en or (79/378.21) est conforme à ce que l’on attend (alliage d’or et d’argent avec traces de cuivre). Toutefois, la teneur relativement élevée en argent devra faire l’objet d’une analyse plus approfondie et être comparée à celle d’autres bijoux en or de l’HM I‑II dans le Péloponnèse.

Le matériel archaïque, classique et hellénistique

Les objets en terre cuite (A. Alexandridou, A. Philippa-Touchais)

15Lors d’un court séjour d’étude au musée d’Argos, A. Alexandridou a réexaminé l’ensemble du matériel, dont une bonne partie avait été entre‑temps dessinée (par Y. Nakas) et photographiée (par Ph. Collet). Ce réexamen a apporté un certain nombre de clarifications, qui étaient nécessaires pour établir la version finale du catalogue. Une attention particulière a été portée à l’assemblage des objets issus du dépôt votif du secteur Nord et aux différences qu’il présente par rapport aux objets trouvés ailleurs sur la colline. On s’est aussi attaché à distinguer les objets suivant leur contexte de découverte (localisation, concentrations, etc.).

  • 16 BCH 31 (1907), p. 156, fig. 5.
  • 17 BCH 100 (1976), p. 757, fig. 12.

16La campagne d’étude a été marqué par la redécouverte, parmi des trouvailles issues des fouilles Vollgraff, de la tête dite d’Apollon trouvée sur l’Aspis16 et considérée comme perdue car elle n’avait jamais été localisée jusqu’à présent au musée d’Argos. Cette tête (fig. 5b), qui conserve des traces de couleur rouge sur le visage et la chevelure, présente des ressemblances très nettes avec celle qui a été trouvée lors des fouilles plus récentes sur la colline et dont la polychromie est mieux conservée (fig. 5a). D’autre part, une figurine schématique aux oreilles percées portant des traces de couleur rouge (fig. 6d), qui avait été assignée au Néolithique faute de parallèles plus récents17, s’avère être en fait archaïque, grâce au rapprochement avec un lot de figurines du même type provenant des fouilles de Vollgraff et récemment localisé au musée d’Argos (fig. 6a‑c).

Fig. 5 – Têtes masculines archaïques.

Fig. 5 – Têtes masculines archaïques.

a. Tête 75/1234.18 ; b. Tête Vollgraff.

Fig. 6 – Figurines archaïques.

Fig. 6 – Figurines archaïques.

a‑c. Figurines Vollgraff ; d. Figurine 75/1170.5.

Les objets en métal (G. Klebinder-Gauss)

17Un séjour d’une semaine à Argos a été consacré à l’étude des objets en métal d’époque historique issus des fouilles de l’Aspis. Les 85 objets en bronze datent pour la plupart de l’époque archaïque et sont surtout des bijoux (épingles, quelques pendentifs et bagues) mais on note aussi la présence de plusieurs anses (de chaudrons ?) et de phiales miniatures. Ces dernières (fig. 7) sont d’un intérêt particulier en tant qu’indices d’activité cultuelle. Il faut cependant souligner le volume relativement réduit de ce corpus de bronzes géométriques et archaïques, alors que ces objets sont produits en grande quantité et consacrés en abondance dans les sanctuaires. Seules quelques pointes de flèche en bronze sont plus récentes.

Fig. 7 – Phiale miniature en bronze (79/385.1).

Fig. 7 – Phiale miniature en bronze (79/385.1).

Cl. EFA, Ph. Collet.

18Les 36 objets en fer sont principalement des clous et des pointes de flèche (fig. 8). Les premiers sont sans doute liés à des éléments de construction en bois. Quant aux pointes de flèche, apparemment d’époque classique, leur nombre élevé (plus d’une vingtaine) suggère une activité militaire. Il faut ajouter à cela plusieurs objets en plomb : agrafe pour la réparation d’un vase, fragments d’éléments liés à la construction (?).

Fig. 8 – Pointes de flèche en fer (76/177.4, 77/150.6, 77/195.5).

Fig. 8 – Pointes de flèche en fer (76/177.4, 77/150.6, 77/195.5).

Cl. EFA, Ph. Collet.

19D’une manière générale, les objets en métal de l’Aspis – à l’exception de quelques trouvailles modernes – s’échelonnent entre la fin du viiie s. et l’époque hellénistique. Il est pour l’instant difficile de dire si le matériel archaïque est lié à un contexte cultuel, domestique ou public. Le matériel d’époque classique et hellénistique, en revanche, est dépourvu de toute connotation cultuelle, les clous et les pointes de flèche suggérant plutôt un contexte militaire ou public.

Les terres cuites architecturales (M.‑Fr. Billot)

20L’ensemble des terres cuites architecturales trouvées sur l’Aspis, depuis les fouilles de Vollgraff jusqu’aux plus récentes, a été inventorié et étudié.

21Ce matériel comporte trois groupes inégaux en volume et en importance : 1) les rares vestiges d’un édifice daté ca 550 av. J.‑C. ; 2) l’ensemble volumineux des tuiles de type laconien appartenant à l’enceinte ; 3) un certain nombre de fragments de types corinthien laconien datables entre la fin du vie s. et le milieu du ive s. av. J.‑C.

22De l’édifice archaïque subsistent les onze fragments de sima recueillis par Vollgraff dans le « puits » de la citerne Sud. À cette sima (fig. 9), d’un type et d’une production propres à Argos, il faut sans doute associer une antéfixe hexagonale à cornes d’un type lui aussi propre à Argos (fig. 10) – d’autant que la même association se reproduit au sanctuaire d’Apollon Pythéen – et un couvre‑joint (fig. 11). La dispersion des fragments ne permet pas de localiser l’édifice, probablement un temple, auquel appartient cet ensemble.

23Les tuiles laconiennes, qui protégeaient vraisemblablement le chemin de ronde et les bâtiments voisins de l’enceinte de la fin du ive s., représentent aussi une production locale importante, explicitement commandée par la cité, comme l’indique le timbre officiel damo(s)ios Argeiôn (fig. 12). Cet ensemble, dont le volume s’est considérablement accru à l’issue des dernières fouilles et nettoyages de S. Fachard, est actuellement celui qui a fourni, à Argos, le plus grand nombre de timbres officiels de la cité.

Fig. 9 – Sima C. 9890, face.

Fig. 9 – Sima C. 9890, face.

Cl. A. Philippa-Touchais.

Fig. 10 – Antéfixe C. 9880, face.

Fig. 10 – Antéfixe C. 9880, face.

Cl. A. Philippa-Touchais.

Fig. 11 – Couvre-joint 76/297.1, a. Face antérieure ; b. Cassure amont.

Fig. 11 – Couvre-joint 76/297.1, a. Face antérieure ; b. Cassure amont.

Cl. A. Philippa-Touchais.

Fig. 12 – Timbres à l’ethnique Argeiôn (11/108.2 et C. 7518).

Fig. 12 – Timbres à l’ethnique Argeiôn (11/108.2 et C. 7518).

Cl. A. Philippa-Touchais.

24Entre ces deux époques, l’Aspis a été occupée mais les fragments de tuiles correspondant à cette période ne constituent jamais un ensemble : il s’agit de reliquats restés sur place ou apportés individuellement pour des besoins ponctuels. Cela est vrai des fragments de types corinthiens autant que laconiens, ceux‑ci plus nombreux comme il arrive souvent dans un habitat, et parce que les remplois sont très fréquents.

La céramique hellénistique

  • 18 BCH 138 (2014), p. 745.

25Après avoir terminé l’étude de ce matériel18, G. Ackermann en a revu une bonne partie avec S. Fachard au musée d’Argos, notamment tous les vases et les tessons provenant des unités stratigraphiques liées à la fortification (saillant triangulaire, rempart en appareil polygonal). Quelques dessins supplémentaires ont aussi été effectués en vue de la publication.

Les travaux de terrain

L’exploration des citernes hellénistiques

  • 19 BCH 31 (1907), pl. V.

26Bien qu’anciennement signalées et sommairement relevées par Vollgraff, les deux citernes de l’Aspis n’avaient encore jamais fait l’objet d’une étude de détail. Toutes deux figurent sur le plan Vollgraff de l’Aspis, où elles sont désignées par les lettres b (citerne Sud) et d (citerne Ouest)19. Vollgraff dit avoir « complètement vidé » la première, mais il n’en a pas laissé de relevé plus détaillé que celui figurant sur le plan général ; en revanche, il n’a pas touché à la seconde.

27Ces deux structures ont toujours été visibles et, de ce fait, constamment réutilisées, en tout ou en partie, soit comme citernes soit pour d’autres usages. N’ayant jamais fait l’objet de travaux de consolidation ou de restauration, entourée chacune par une clôture qui, pour l’une d’elles (b), était presque entièrement détruite, elles sont aujourd’hui en assez piteux état. La citerne d, près de laquelle a été érigée il y a quelques années une fontaine d’agrément où l’eau ruisselle en permanence sur une rocaille, se dégrade d’autant plus vite que le sous‑sol est plus humide : un pan entier de sa paroi Est s’est effondré après les pluies torrentielles de 2013 (fig. 13).

Fig. 13 – La citerne d après l’effondrement partiel de sa paroi Est (2013).

Fig. 13 – La citerne d après l’effondrement partiel de sa paroi Est (2013).

Cl. A. Philippa-Touchais.

Les nettoyages (G. Touchais)

  • 20 Les travaux ont été menés du 17 au 24 septembre avec deux ouvriers, sous la supervision de G. Touc (...)

28Les nettoyages entrepris en 2015 n’avaient aucun caractère exhaustif. Ils visaient à permettre le relevé des principaux traits architecturaux des deux ouvrages20. Ils n’ont donc porté que sur quelques zones limitées, prenant la forme de petits sondages. Les déblais n’ont pas été évacués à l’extérieur, ce qui aurait pris trop de temps, mais repoussés et étalés à l’intérieur des citernes, stabilisés par des murs de soutènement rudimentaires construits au fur et à mesure par les ouvriers à l’aide de grosses pierres issues du remblai.

Citerne b (Sud)

  • 21 Tuile de la même série que C 26728 trouvée par Vollgraff sur l’Aspis ; toutes deux sont associées (...)

29Après avoir dégagé les pierres de la dernière assise conservée des murs de la citerne elle‑même, on a renettoyé partiellement le bassin de décantation circulaire qui jouxte celle‑ci à l’Ouest et qui était rempli de pierres (fig. 14) ; la seule trouvaille notable est un fragment de tuile archaïque21. Outre le débouché du canal d’alimentation déjà identifié par Vollgraff sur le côté Nord du bassin, le nettoyage a permis la découverte d’un second conduit d’alimentation, qui vient du Sud (fig. 15). La seule structure située au Sud de la citerne étant le rempart (dont le parement extérieur est distant de 7 m), on peut supposer que ce canal était destiné à recueillir les eaux de ruissellement du chemin de ronde, qui était couvert de tuiles.

Fig. 14 – La citerne b après les travaux de nettoyage, vue de l’Ouest.

Fig. 14 – La citerne b après les travaux de nettoyage, vue de l’Ouest.

Cl. A. Philippa-Touchais.

Fig. 15 – Citerne b. Conduit d’alimentation Ouest, vu du Nord.

Fig. 15 – Citerne b. Conduit d’alimentation Ouest, vu du Nord.

Cl. A. Philippa-Touchais.

30Le nettoyage a ensuite porté sur chacune des deux extrémités de la citerne, où Vollgraff avait noté l’existence d’une cuvette de puisage, sans en préciser toutefois les dimensions. À l’extrémité Est (du côté opposé au bassin circulaire), où le sol de la citerne était enfoui sous une couche d’environ 0,80 m de remblai, on a pu dégager la moitié Est de la cuvette, de forme hémisphérique, qui mesure 2,50 m de diamètre et 0,45 m de profondeur (fig. 16‑17). Outre une tasse en porcelaine brisée, peut‑être contemporaine des premières fouilles, on en a extrait une monnaie de bronze d’Argos du iiie s. av. J.‑C. (fig. 18), que le contexte perturbé prive malheureusement d’une grande partie de son intérêt.

Fig. 16‑17 – Cuvette de puisage Est de la citerne b.

Fig. 16‑17 – Cuvette de puisage Est de la citerne b.

Cl. A. Philippa-Touchais.

Fig. 18 – Monnaie d’Argos (iiie s. av. J.‑C.).

Fig. 18 – Monnaie d’Argos (iiie s. av. J.‑C.).

Cl. A. Philippa-Touchais.

31Le nettoyage pratiqué à l’extrémité Ouest de la citerne, où la couche de remblai était moins épaisse – sans doute parce que, dans toute la moitié Ouest, les assises supérieures en encorbellement sont encore en place, ce qui ne laisse qu’une étroite fente au sommet – a permis de dégager la totalité de la cuvette de puisage (fig. 19), qui est un peu plus profonde que la cuvette Est (0,56 m). On a également pu constater que le sol de la citerne est parfaitement horizontal, sa profondeur maximale étant de 3,38 m.

Fig. 19 – Nettoyage de la cuvette de puisage Ouest de la citerne b.

Fig. 19 – Nettoyage de la cuvette de puisage Ouest de la citerne b.

Cl. A. Philippa-Touchais.

Citerne d (Ouest)

32La seconde citerne était presque entièrement comblée par des pierres, de la terre, des branches et des troncs d’arbres coupés, ainsi qu’une grande quantité de détritus de toutes sortes, le tout recouvert, dans la partie Sud, par les quartiers de rocher détachés de la paroi Est récemment effondrée. Ces conditions excluant de facto d’appliquer la même stratégie que pour la citerne b, on a limité les objectifs au dégagement des contours de la citerne (fig. 20) et à la détermination de sa profondeur, ainsi que du profil de ses parois.

Fig. 20 – La citerne d après les travaux de nettoyage, vue du Nord.

Fig. 20 – La citerne d après les travaux de nettoyage, vue du Nord.

Cl. A. Philippa-Touchais.

33Au cours du dégagement des pierres de la dernière assise conservée des murs de la citerne, on a recueilli, entre deux pierres, un fond de skyphos à vernis noir, daté par G. Ackermann de la fin ive‑début iiie s. av. J.‑ C. Compte tenu de la proximité de la surface, il serait toutefois hasardeux d’utiliser cet unique tesson pour dater la construction de la citerne.

34Le bassin circulaire situé au Nord de la citerne n’a fait l’objet d’aucun nettoyage, Voll graff ayant fait observer qu’à l’époque des premières fouilles il avait déjà été considérablement remanié. Des perturbations plus récentes ont d’autre part fait disparaître toute trace de la structure rectangulaire qui figure sur le plan Vollgraff entre le bassin et la citerne.

35Dans la citerne elle‑même on a creusé, à peu près à égale distance entre les deux extrémités – là où la couche de remblai était la moins épaisse –, une tranchée Est‑Ouest d’environ 0,60 m de large, de manière à obtenir une coupe transversale (fig. 21). Alors que cette citerne n’avait pas été fouillée par Vollgraff, on a eu la surprise de constater l’existence d’une profonde perturbation dans cette zone centrale : parmi les objets hétéroclites recueillis jusqu’à une quinzaine de centimètres au‑dessus du sol de la citerne figure une petite tasse cylindrique en porcelaine à l’effigie de la mascotte des Jeux olympiques d’Athènes de 2004… Les deux petites zones de terre apparemment non perturbées n’ont guère livré que quelques fragments de tuiles d’époques diverses. La profondeur maximale de la citerne est de 3,80 m.

Fig. 21 – Tranchée médiane creusée dans le remblai de la citerne d jusqu’au niveau de son sol.

Fig. 21 – Tranchée médiane creusée dans le remblai de la citerne d jusqu’au niveau de son sol.

Cl. A. Philippa-Touchais.

Les relevés

36Effectués à l’aide d’une station totale par D. Bartzis, les relevés (fig. 22) comprennent : plans de b et d, coupes longitudinales (Est‑Ouest pour b ; Nord‑Sud pour d), coupe transversale Est‑Ouest de d (réalisée au milieu de la citerne), plusieurs coupes transversales de b (notamment des puits des deux extrémités). Quelques relevés en élévation ont aussi été réalisés. D’autre part, les photographies, prises de manière systématique à partir de points repérés puis exploitées par photogrammétrie, ont permis d’alimenter un modèle numérique en 3D des deux citernes.

Fig. 22 – Plan et coupes de la citerne b.

Fig. 22 – Plan et coupes de la citerne b.

Relevé, dessin D. Bartzis.

Étude préliminaire (R. Bardet)

  • 22 La citerne de la forteresse de la Larissa présente aussi le même modèle et constitue le principal (...)

37Bien qu’à l’issue des travaux de nettoyage les deux citernes restent en partie comblées, ceux‑ci ont permis de dégager les parties les plus caractéristiques notamment de b. Notons que les deux ouvrages se restituent par ailleurs mutuellement du fait de l’utilisation d’un même modèle de construction22. La documentation topographique produite reste toutefois plus complète pour b que pour d.

38Il s’agit de citernes très allongées, étroites (L. ca 24 m ; l. ca 3 m) et relativement profondes (P. > 3 m). Le volume estimé est de 100 à 110  m3 par citerne. En partie creusées dans le rocher et maçonnées pour les parties supérieures, elles ont un fond plat, des parois inclinées, adoptent un profil en trapèze et sont dotées de puits à cuvettes de puisage (P. ca 0,5 m) à chaque extrémité. La couverture était composée de blocs en encorbellement surmontés d’une file de dalles. Chaque citerne dispose en outre d’un bassin de décantation séparé de plan circulaire (diam. ca 3 m ; P. jusqu’à 1,8 m).

39Ce profil avec cuvette de puisage renvoie à des types de citernes connus dès les veive s. av. J.‑C. à Athènes ou Olynthe, puis encore à Pergame. À l’époque hellénistique, la couverture des citernes, souvent plus larges, est plus volontiers supportée par des piliers ou par des arcs, comme à Délos.

40L’examen de parallèles régionaux proches ou plus éloignés sur le territoire de l’Argolide a permis de nourrir l’étude typologique. L’observation de la citerne antique de la Larissa a confirmé, malgré l’existence de différences (e.g. margelles de puits conservées aux extrémités, de même que la couverture, certes composée d’une voûte maçonnée et surbaissée, et sans doute plus récente), l’utilisation d’un même modèle de construction que sur l’Aspis. Le contexte, militaire, est identique mais la datation n’est guère assurée.

  • 23 F. E. Winter, Greek Fortifications (1971), p. 42‑43 (Winter date ces forts de l’époque classique).
  • 24 J.‑P. Adam, L’architecture militaire grecque (1982), p. 191, fig. 110 (plan de la forteresse) et p (...)

41La visite de quelques forts argiens permet toutefois de préciser la datation de ce modèle23. Kazarma contrôlait la route de Nauplie à Épidaure. La citerne, plus petite (7 × 2,6 m), est logée contre le rempart24. Les parois semblent plus largement maçonnées que pour les citernes de l’Aspis et verticales à la base. Ainsi la portée à couvrir était‑elle plus large. Cependant, le toit consistait lui aussi en un encorbellement de blocs liés par du mortier. Les différences avec b et d tiennent sans doute à la topographie (rocher trouvé plus bas, faille plus large).

  • 25 G. Karo, « Katsingri », AM 40 (1915), p. 106‑110. Voir notamment p. 109 et plan p. 107. Voir égale (...)

42Le fort de Katsingri (ive s. av. J.‑C. ?) se trouve entre les villages modernes de Néa Tiryntha et d’Haghios Adrianos près de Nauplie25. Les petits côtés de la citerne, placée dans l’angle Sud‑Ouest de l’enceinte, présentent de réelles similitudes avec le couvrement en encorbellement des puits des extrémités des citernes de l’Aspis : des blocs ont été croisés pour resserrer peu à peu l’ouverture.

43Malgré des différences indéniables, aucune autre citerne du Péloponnèse parmi celles dont on a pu consulter la publication ne paraît autant ressembler – en contexte militaire, mais pas seulement – aux citernes et d que celles de ces deux forts argiens. Nous avons vraisemblablement là l’utilisation de formules architecturales comparables qui peuvent s’expliquer tant par la proximité d’Argos, bien sûr, que par une même datation voire la réalisation d’un même programme.

  • 26 Voir le chapitre de J.‑Cl. Bessac et S. Fachard à paraître dans le vol. 1 des fouilles de l’Aspis (...)

44Comme souvent avec les citernes en l’absence de découverte d’objet significatif à l’intérieur ou d’inscription relatant la construction, c’est le contexte qui fournit les éléments de datation les plus précis. En particulier, les relations semblent étroites entre les citernes et le rempart de l’Aspis, notamment dans la dernière phase de fortification de la colline, datée de la fin du ive ou du début du iiie s. av. J.‑C. : proximité topographique (b n’est qu’à 5 ou 10 m du tracé Sud de la fortification), orientation similaire des citernes et de l’enceinte, mêmes marques d’outils de taille du rocher et des blocs que celles du rempart hellénistique. Les blocs de calcaire plus tendre utilisés pour la réfection hellénistique du mur d’enceinte au Sud de b indiquent une extraction en profondeur, peut‑être de cette citerne. Le reste du rempart est au contraire fait de blocs durs, c’est‑à‑dire exposés sur de très longues périodes à l’air libre et donc plutôt prélevés à la surface de l’Aspis26.

  • 27 La présence de nombreuses tuiles en lien avec le rempart indique qu’il était couvert dans sa derni (...)

45Cependant, l’hypothèse d’une récupération des eaux du toit du rempart27 par la citerne b (voir supra) doit encore être démontrée. À tout le moins, les éléments fournis par l’étude typologique des deux citernes ne s’opposent pas au faisceau d’indices concordants tirés du contexte : les citernes et d auraient été réalisées à l’occasion de la dernière grande phase d’aménagement des défenses de l’Aspis, à la fin du ive ou au début du iiie s. av. J.‑C.

Les carottages dans la plaine argienne (A. Chabrol)

Contexte général de l’intervention28

Contexte de l’étude

  • 29 Voir notamment E. Fouache, L’alluvionnement historique en Grèce occidentale et au Péloponnèse. Géo (...)

46L’objet de l’étude est la connaissance et la reconstitution des environnements successifs à proximité du site de l’Aspis au cours de l’Holocène. L’originalité et la difficulté du projet tiennent à la localisation du site sur la colline calcaire de l’Aspis qui n’offre presque pas de perspective paléo-environnementale : le contexte géomorphologique y est simple et aucune dynamique, hormis celle du colluvionnement post-abandon, n’a contribué à sa fossilisation. On sait, notamment par les travaux d’E. Fouache, que la ville antique, dont la ville moderne reprend globalement l’extension, a été soumise à différents aléas liés aux inondations du Xérias et de l’Inachos29. Si ces deux cours d’eau sont aujourd’hui largement anthropisés et canalisés, leurs divagations au pied de l’Aspis et dans la ville d’Argos aux temps historiques sont bien connues. On ne sait en revanche rien de leur tracé et de leurs dynamiques à l’âge du Bronze.

  • 30 E. Zangger, The Geoarchaeology of the Argolid (1993).
  • 31 Voir BCH 136‑137 (2012‑2013 ), p. 800‑802.

47Les travaux de E. Zangger30 au début des années 1990 dans la plaine ont été novateurs puisqu’ils ont permis de mettre en évidence l’évolution des lignes de rivage depuis le Néolithique, particulièrement à proximité du site mycénien de Tirynthe. Du côté occidental de la plaine, les forages effectués ont mis en évidence l’existence d’un paléo‑lac enfoui sous les sédiments fluviatiles plus récents. Les travaux de E. Zangger ne permettent cependant pas de mesurer l’extension spatiale de ce paléo‑lac et les datations, peu nombreuses, ne permettent pas d’en préciser la chronologie exacte. Aucune étude granulométrique ne vient non plus compléter la description des faciès31.

48Cet environnement est pourtant d’une importance capitale pour reconstituer les paysages autour du site de l’Aspis et mieux comprendre les logiques de son implantation. Jusqu’à quand ce paléo‑lac a‑t‑il été en eau ? Quelle était son extension ? Comment était‑il alimenté en eau douce et a‑t‑il pu être exploité pour la pêche ou la chasse aquatique ?

49Les environnements lacustres, en plus d’être particulièrement propices aux installations humaines en raison des importantes ressources qu’ils offrent, sont aussi d’excellents marqueurs paléo-environnementaux : les dynamiques sédimentaires y sont calmes et constituent des pièges sédimentaires de premier ordre, notamment pour les pollens ou les micro-charbons. Les études paléo-environnementales à très haute résolution y sont donc grandement facilitées.

Objectifs et méthodes

50Deux objectifs semblent prioritaires pour mener à bien et reconstituer les paysages autour de l’Aspis à l’âge du Bronze :

  • définir l’extension, la profondeur et la durée d’occupation du paléo‑lac au Sud du site ;
  • reconstituer les courbes climatiques régionales par le biais des pollens.

51L’étude de terrain tournait autour de deux méthodes principales : d’une part, la réalisation d’une carte géomorphologique précise dans la partie occidentale de la plaine permettant de mieux comprendre les grandes dynamiques sédimentaires à l’échelle de l’Holocène ; d’autre part, une campagne de forages peu profonds.

Matériel utilisé et localisation des forages

Forages préliminaires à la tarière

52Des forages préliminaires ont été effectués à la tarière à main, afin de sonder le sol et de définir les endroits les plus propices aux carottages profonds. Le matériel utilisé était une tarière Eijkelkamp avec une tête adaptée aux sols caillouteux : le système Riverside. L’avantage de ces forages à la tarière est qu’ils permettent de savoir quels types de sédiment se trouvent à faible profondeur ; l’inconvénient est que le sondage peut facilement être bloqué par une pierre ou un morceau de céramique plus large que le diamètre de la tête. Les forages tests n’ont pas dépassé 2 m de profondeur dans la zone du paléo‑lac.

53Une fois que le terrain est considéré comme favorable, le carottier à percussion permet d’obtenir des séquences sédimentaires complètes tubées, donc protégées des contaminations atmosphériques jusqu’à leur ouverture en laboratoire. Les carottes obtenues font 50 cm de longueur et la profondeur maximale atteinte par le carottier est de 12 m. L’avantage du carottier à percussion est sa capacité de pénétration, qui lui permet de détruire de petits blocs ou de petits tessons. En revanche, les sédiments peu cohésifs et fins (argiles, limons) ont tendance à être compactés, parfois très fortement. La « décompaction » des sédiments se fait en laboratoire, une fois la carotte ouverte.

Localisation des forages
  • 32 Le premier ayant été effectué près de la magoula de Képhalari, les quatre forages réalisés dans la (...)

54Les forages, au nombre de quatre, ont été localisés selon deux grands transects : Nord‑Sud et Ouest‑Est, des piémonts vers le littoral32. C’est à partir des travaux précédents de E. Zangger dans la plaine que l’on a ciblé les zones potentielles d’extension du paléo‑lac (fig. 23). Les forages ont d’autre part été implantés de manière à modéliser spatialement les grands contacts entre les différentes unités stratigraphiques. Des datations par le radiocarbone ont permis d’établir des cartes des différentes paléogéographies successives de la partie occidentale de la plaine depuis le Néolithique.

Fig. 23 – Coordonnées des forages et localisation par rapport aux grands ensembles lithologiques locaux.

Fig. 23 – Coordonnées des forages et localisation par rapport aux grands ensembles lithologiques locaux.

Carte S. Davidoux.

55À l’occasion de cette campagne, un cinquième forage a été réalisé sur l’agora, près de la piste de course, afin de vérifier l’hypothèse de la présence de sédiments marécageux dans cette zone avant l’aménagement de la place antique. Les résultats de l’examen macroscopique de la carotte obtenue tendent à valider cette hypothèse. On en a profité pour effectuer un relevé photogrammétrique par drone des structures avoisinantes, de façon à localiser précisément le carottage par rapport à celles‑ci, en réalisant un modèle numérique en 3D à partir de 647 photos en haute définition (fig. 24).

Fig. 24 – Agora. Photogrammétrie des structures aux abords du carottage.

Fig. 24 – Agora. Photogrammétrie des structures aux abords du carottage.

Stratigraphie préliminaire des sondages

  • 33 Ce travail a été réalisé par S. Davidoux dans le cadre de son master à l’université Paris 1, menti (...)

56Réaliser un nombre important de carottages sur une surface restreinte multiplie les chances de corrélation stratigraphique et évite les « blancs » dans l’interprétation. Cependant, en milieu archéologique, on a toute chance, malgré ces précautions, d’obtenir une information parcellaire. Cela est généralement dû aux remaniements ultra‑locaux ou aux différences d’utilisation de l’espace à travers le temps. La synthèse chrono-stratigraphique, même préliminaire33, nous permet cependant de nous affranchir de ces difficultés.

Carottage Magoul 1

57Le premier carottage, réalisé à environ 800 m à l’Est‑Sud‑Est du site de Magoula Képhalariou, présente quatre grandes unités stratigraphiques (fig. 25). La base est constituée d’une argile limoneuse orangée typique des dépôts continentaux en contexte calcaire. Ces niveaux datent d’avant la transgression marine holocène. Un épais niveau d’argile et de tourbe à forte concentration de malacofaunes constitue la seconde unité, de ‑4,3 à ‑2,9 m. Ce niveau est très riche en matière organique. Au‑dessus, une épaisse unité d’argile grise avec de fortes concentrations de fragments coquillers, ainsi que de micro-charbons, confirme l’origine lagunaire ou saumâtre de cette unité, unité supérieure, peu épaisse, correspond à de la terre végétale.

Fig. 25 – Stratigraphie du carottage Magoul 1 (37°35’22.14’’N,22°43’00.05’’E), plaine d’Agos.

Fig. 25 – Stratigraphie du carottage Magoul 1 (37°35’22.14’’N,22°43’00.05’’E), plaine d’Agos.

Carottage Magoul 2

58Le deuxième carottage, à environ 300 m au Nord du cours de l’Érasinos, présente trois grandes unités sédimentaires (fig. 26). La première est constituée de tourbe homogène sur près de 50 cm d’épaisseur (‑3,9 à ‑3,4 m). Quelques petites passes sablo-argileuses viennent s’y intercaler. La deuxième et la plus épaisse (‑3,4 à ‑0,3 m) est constituée d’argile massive et homogène grise avec des restes de malacofaunes, parfois écrasées, et quelques rares passes sablonneuses. La dernière unité supérieure est constituée de terre végétale.

Fig. 26 – Stratigraphie du carottage Magoul 2 (37°36’10.97’’N,22°43’12.70’’E), plaine d’Agos.

Fig. 26 – Stratigraphie du carottage Magoul 2 (37°36’10.97’’N,22°43’12.70’’E), plaine d’Agos.

Carottage Magoul 3

59Le troisième carottage, le plus proche du littoral, présente quatre unités stratigraphiques principales (fig. 27). La première (‑3,6 à ‑2,4m) est constituée d’un sédiment rouge foncé avec inclusions de galets et de graviers. Il s’agit, comme pour Magoul 1, de sédiments issus de la dissolution du calcaire local et qui datent d’avant la transgression marine, soit pré-Holocène soit du tout début de l’Holocène. La deuxième unité, peu épaisse (‑2,4 à ‑2,2 m), est constituée de graviers centimétriques alluviaux, eux aussi pré-transgressifs. La troisième unité (‑2,2 à ‑0,4 m) est plus classique, composée d’argile limoneuse brune qui comporte quelques fragments de coquilles mais aussi quelques petits galets ou fragments de galets centimétriques. La dernière unité supérieure est constituée de terre végétale.

Fig. 27 – Stratigraphie du carottage Magoul 3 (37°34’28.49’’N,22°42’56.95’’E), plaine d’Agos.

Fig. 27 – Stratigraphie du carottage Magoul 3 (37°34’28.49’’N,22°42’56.95’’E), plaine d’Agos.

Carottage Magoul 4

60Le quatrième carottage, à la périphérie Sud de l’agglomération moderne, présente trois unités stratigraphiques principales (fig. 28). La base (‑5,60 à ‑4,2 m) est elle aussi constituée d’argile rouge avec inclusions de graviers, correspondant à des dépôts pré-transgressifs ou pré-holocènes. La deuxième unité (‑4,2 à ‑2,1 m) est constituée d’argile grise avec quelques passes sableuses ou plus limoneuses. La troisième unité, de ‑2,1 à ‑0,80 m, est constituée de limons bruns dans lesquels s’intercalent quelques fragments coquillers et petits graviers. L’unité supérieure est constituée de terre végétale.

Fig. 28 – Stratigraphie du carottage Magoul 4 (37°37’70.68’’N,22°43’21.16’’E), plaine d’Agos.

Fig. 28 – Stratigraphie du carottage Magoul 4 (37°37’70.68’’N,22°43’21.16’’E), plaine d’Agos.

Datations radiochronologiques et chrono-stratigraphie préliminaire

Datations radiochronologiques des échantillons organiques

61Sept échantillons ont été prélevés et envoyés au laboratoire Beta Analytics (Miami, Floride) pour datation ; il s’agit de fragments coquillers, de sédiments organiques, de macro‑restes végétaux et de micro‑charbons. Les six résultats obtenus jusqu’à présent fournissent des datations hautes (tabl. 3), qui correspondent majoritairement aux périodes préhistoriques (Néolithique et âge du Bronze).

Tabl. 3 – Tableau des datations 14C obtenues.

Identifiant laboratoire Profondeur (cm) Matériel Datation conventionnelle Datation calibrée
Mag 1 E3 -167 Coquilles 4750 ± 30 BP 3635-3500 cal. BC
Mag 1 E11 -435 Sédiment organique / restes végétaux 6350 ± 30 BP 5370-5300 cal. BC 7320 – 7250 cal. BP
Mag 1 E12 -534 Charbons ? 9850 ± 30 BP 9305-9225 cal. BC 11255-11205 cal. BP
Mag 3 E3 -360 Sédiments charbonneux 9220 ± 30 BP 8550-8310 cal. BC 10500-10260 cal. BP
Mag 4 E1 -353 Coquilles 6470 ± 30 BP 5480-5370 cal. BC
Mag 4 E2 -556 Matière organique En attente En attente
Tar Mag 1 E1 -155 Coquilles 1800 ± 30 BP 130-260 cal. AD 1820-1690 cal. BP

Chrono-stratigraphie préliminaire des carottages

62La première chrono-stratigraphie présentée ici n’est fondée que sur l’étude des faciès. Les analyses sédimentologiques (granulométrie laser et étude des micro‑faunes) se feront dans un second temps en laboratoire. D’une manière générale, l’étude a permis d’individualiser quatre grandes unités, correspondant à quatre grands types de milieux (fig. 29).

Fig. 29 – Essai de corrélation stratigraphique entre les quatre forages.

Fig. 29 – Essai de corrélation stratigraphique entre les quatre forages.

S. Davidoux.

Première phase : des dépôts continentaux pré-transgressifs

63Cette première phase est caractérisée par les dépôts rouges et alluviaux issus de la dissolution du calcaire local. La seule datation dont nous disposons pour ce niveau remonte au début de l’Holocène (9830 BP). À cette époque, le rivage se situe plus loin vers le Sud et la plaine littorale est parcourue par de petits cours d’eau torrentiels qui charrient des galets centimétriques directement issus de l’érosion des massifs calcaires proches.

Deuxième phase : un environnement marécageux ouvert sur la mer

64La deuxième phase, principalement caractérisée dans les carottages par les accumulations de tourbe, correspond à des environnements marécageux. L’intercalation de passes sableuses ou limoneuses (parfois aussi de fins dépôts alluviaux) plaide en faveur d’un milieu occasionnellement ouvert sur la mer, comme une lagune. Il est possible que des dynamiques successives d’ouverture et de fermeture du milieu, par exemple par le biais de passes temporaires ou de graus, soient à l’origine de ces dépôts. Les malacofaunes identifiées sont typiques des environnements lagunaires peu profonds. Ces milieux sont par exemple très sensibles aux tempêtes, qui peuvent rompre momentanément un cordon littoral, ou bien aux crues décennales, voire centennales. L’alimentation en eau douce de cette lagune, peut‑être trahie par les fins apports alluviaux dans certains forages, est le fait de l’Érasinos. Il ressort de cette deuxième phase que cette partie de la plaine d’Argos devait être marécageuse aux époques mésolithique et néolithique.

Troisième phase : l’installation progressive d’un environnement lacustre

65Cette phase lacustre, déjà identifiée par les études des Allemands au début des années 1990, est ici identifiée par la grande homogénéité de dépôts argileux massifs, correspondant à des dynamiques de dépôts calmes et non perturbées. Quelques rares lentilles sableuses centimétriques, voire millimétriques, peuvent avoir été déposées ponctuellement par des débordements de l’Érasinos. Il semble en tout cas que ce milieu lacustre ait été longtemps isolé des dynamiques marines, ce qui s’expliquerait par un rivage situé bien plus au Sud. Le lac, peu profond, serait alors alimenté en eau douce par les ruissellements importants ainsi que par l’Érasinos. Les datations futures nous permettront de mieux caractériser les phases de mise en place de ce lac, mais il semble qu’il était en place à l’âge du Bronze et se maintint pendant toute l’Antiquité.

Quatrième phase : un comblement progressif

66La quatrième et dernière phase est identifiée par le biais de l’accumulation de dépôts typiquement continentaux. L’influence marine n’est plus identifiable et la texture des sédiments change, se faisant plus grossière et moins homogène. Les dépôts continentaux alluviaux et colluviaux se succèdent et illustrent donc bien la fermeture du milieu et le comblement progressif du lac. Des marais sont encore présents mais ne sont alimentés que par les eaux de ruissellement, ainsi que par les divagations de l’Érasinos. Cette phase de comblement se termine au xxe s., lorsque tous les marais sont drainés en liaison avec le développement de la mise en valeur agricole.

Conclusions et perspectives d’étude

67La mission de novembre 2015 avait pour objectif principal de reconstituer les grandes dynamiques environnementales successives dans la partie Sud‑Ouest de la plaine d’Argos. Une première étude des carottages effectués, associée à une série de datations par le radiocarbone, a permis de mettre en évidence l’existence de marais littoraux ou d’une grande lagune du Mésolithique au Néolithique. Alimenté par les eaux de ruissellement et par l’Érasinos, un paléo‑lac peu profond lui a succédé du Néolithique à l’époque romaine ; il s’étendait jusqu’aux confins Sud de la ville moderne d’Argos, donc beaucoup plus au Nord que ne le laissaient penser les travaux de E. Zangger. Ce paléo‑lac s’est ensuite progressivement comblé pour laisser la place à des marais, qui furent drainés à notre époque, lors de la mise en valeur agricole de la plaine.

68Ces premiers résultats encourageants devront être complétés et approfondis par l’étude de la caractérisation sédimentologique et biologique de ces niveaux lacustres. Le travail de laboratoire s’attachera aussi à l’étude des pollens, qui ouvrira la voie à des reconstitutions climatiques holocènes locales.

Haut de page

Notes

2 La campagne de 2014 s’est déroulée entre les mois de juin et d’octobre sous la supervision d’A. Philippa-Touchais et G. Touchais ; elle a réuni une douzaine de collaborateurs : A. Alexandridou, A. Balitsari, Y. Bassiakos, G. Mastrothéodoros (ingénieur, centre Demokritos), E. Drakaki (docteur, chercheur indépendant), S. Fachard (docteur, université de Genève), M. Kayafa (centre d’Éducation environnementale de Lavrion), G. Klebinder-Gauss, O. Metaxas, L. Rahmstorf (université de Copenhague) et E. Tsiolaki (doctorante, université de Cincinnati). Les travaux de la campagne de 2015 se sont échelonnés entre les mois de mai et de novembre ; les études de matériel ont été menées par G. Ackermann (doctorant, université de Lausanne), A. Alexandridou, A. Balitsari, M.‑Fr. Billot, S. Fachard et G. Klebinder-Gauss, avec l’aide de Y. Nakas (dessinateur) ; le relevé et l’étude des citernes par R. Bardet et D. Bartzis ; la campagne de carottages a été coordonnée par A. Chabrol, avec la participation de J. Curie (post-doctorant, UMR 7041), S. Davidoux (master, université Paris 1), J. Masselis (EFA) et K. Rivière (EFA).

3 Voir BCH 138 (2014), p. 733, n. 2.

4 Ce matériel sera publié par ses soins dans le premier volume des fouilles de l’Aspis, consacré à l’ensemble des vestiges d’époque historique exhumés sur la colline.

5 Voir BCH 138 (2014), p. 738 et fig. 10 p. 740.

6 Les incisions et les points du décor sont remplis d’une substance blanche.

7 BCH 91 (1967), p. 814‑832.

8 BCH 133 (2009), p. 571‑574 ; BCH 134 (2010), p. 560‑561.

9 BCH 138 (2014), p. 736‑737 et fig. 4‑5 et 4‑6.

10 BCH 138 (2014), p. 737‑738 et fig. 4‑5 et 7‑8. Voir aussi A. Philippa-Touchais, G. Touchais, « Glow in the “Dark”: A Gold Pendant from a Middle Helladic Settlement (Aspis, Argos) », dans J. Driessen (éd.), RA‑PI‑NE‑U. Studies on the Mycenaean World in honour of Robert Laffineur for his 70th Birthday (Aegis 10) (2016), p. 275‑293.

11 D’après l’étiquette attachée à l’objet, cette lame provient du sondage « S. 55 R », tombe « T. 90 », c’est‑à‑dire de la fouille du terrain Bacaloyannis menée par P. Courbin en 1955 (BCH 80 [1956], p. 366‑376). Dans l’inventaire manuscrit des objets en bronze tenu par le fouilleur (EFA, cote FPC 7,1,3), ce « couteau ou faucille » porte le no B. 44. Dans cet inventaire cependant, la mention « T. 90 » est suivie d’un point d’interrogation, qui s’explique peut‑être par le fait que la tombe T. 90 ne se trouvait pas dans le sondage S 55 (correspondant aux carrés B 5‑6) mais dans le sondage B 61 (= carré E 6), voir P. Courbin, Les tombes géométriques d’Argos, I (1952‑1958), ÉtPélop VII (1974), pl. 3. En outre, la tombe T. 90 date de l’époque géométrique et ce couteau ne figure pas parmi l’inventaire de son mobilier (ibid., p. 45‑52). Ce qui est sûr, c’est que lors de la création du musée, en 1961, P. Courbin lui‑même a inclus ce couteau parmi les objets mésohelladiques qui demeurèrent exposés, jusqu’en 2015, dans la première vitrine de la salle principale. Il n’a pu faire cela sans une raison sérieuse, que nous ignorons malheureusement. La provenance exacte de l’objet est donc incertaine, mais son attribution à l’HM ne fait en revanche guère de doute.

12 Trouvé dans le secteur Sud‑Est, il provient du plus ancien niveau d’occupation HM (couche 4b = phase II), qui date au plus tard de la fin de l’HM I (voir BCH 138 [2014], p. 744).

13 Par exemple le couteau DB 22, infra, p. 828.

14 Le premier poinçon appartient au même horizon que le poignard (supra, n. 12) ; le second est associé à la maison ML du secteur Nord, datée de l’HM II (voir BCH 138 [2014], p. 742). Quant au couteau du terrain Bacaloyannis, si son lieu de trouvaille exact est incertain (voir supra, n. 11), son contexte n’est pas postérieur à l’HM II, si l’on en juge par les vases HM mentionnés et/ou illustrés par le fouilleur (BCH 80 [1956], p. 374‑376, fig. 23‑25).

15 Sur ces premiers résultats, voir Y. Bassiakos, G. Mastrotheodoros, M. Kayafa et al., « Νέες αναλυτικές µελέτες σε µεταλλικά τέχνεργα από το Μεσοελλαδικό και Μυκηναϊκό Άργος: πρώτα αποτελέσµατα », dans S. Raptopoulos (éd.) Μεταλλουργία και µεταλλουργικές εγκαταστάσεις στην Πελοπόννησο καθόλη την Αρχαιότητα και τους Μέσους Χρόνους. Τρίπολη, 25 Οκτωβρίου 2014. Πρακτικά (2014), p. 37‑59 [en ligne]. URL : ipelsp.blogspot.com.

16 BCH 31 (1907), p. 156, fig. 5.

17 BCH 100 (1976), p. 757, fig. 12.

18 BCH 138 (2014), p. 745.

19 BCH 31 (1907), pl. V.

20 Les travaux ont été menés du 17 au 24 septembre avec deux ouvriers, sous la supervision de G. Touchais.

21 Tuile de la même série que C 26728 trouvée par Vollgraff sur l’Aspis ; toutes deux sont associées à la sima à feuilles doriques (M.‑Fr. Billot).

22 La citerne de la forteresse de la Larissa présente aussi le même modèle et constitue le principal parallèle exploitable pour l’étude typologique.

23 F. E. Winter, Greek Fortifications (1971), p. 42‑43 (Winter date ces forts de l’époque classique).

24 J.‑P. Adam, L’architecture militaire grecque (1982), p. 191, fig. 110 (plan de la forteresse) et ph. 226 (citerne).

25 G. Karo, « Katsingri », AM 40 (1915), p. 106‑110. Voir notamment p. 109 et plan p. 107. Voir également F. E. Winter (n. 23), fig. 39.

26 Voir le chapitre de J.‑Cl. Bessac et S. Fachard à paraître dans le vol. 1 des fouilles de l’Aspis en préparation.

27 La présence de nombreuses tuiles en lien avec le rempart indique qu’il était couvert dans sa dernière phase. M.‑Fr. Billot date ces tuiles des environs de 300 av J.‑C.

28 Sur l’organisation de la campagne de carottages (5‑9 novembre 2015) voir supra, p. 799, n. 2.

29 Voir notamment E. Fouache, L’alluvionnement historique en Grèce occidentale et au Péloponnèse. Géomorphologie, archéologie, histoire, BCH Suppl. 35 (1999).

30 E. Zangger, The Geoarchaeology of the Argolid (1993).

31 Voir BCH 136‑137 (2012‑2013 ), p. 800‑802.

32 Le premier ayant été effectué près de la magoula de Képhalari, les quatre forages réalisés dans la plaine ont été appelés conventionnellement « Magoul 1, 2, 3, 4 ».

33 Ce travail a été réalisé par S. Davidoux dans le cadre de son master à l’université Paris 1, mention Archéologie environnementale. Il a fait l’objet d’un mémoire intitulé De la montagne au littoral : caractérisation et évolution du lac de Lerne (plaine d’Argos, Grèce) à l’Holocène, mémoire soutenu en juin 2016.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Céramique monochrome rouge polie de l’Aspis : a‑b‑c. MR2 ; d. MR4 ; e‑j. MR3.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/436/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 431k
Titre Fig. 2 – Céramique minyenne grise de l’Aspis : a. MG1 ; b. MG2 ; c. MG3 ; d. MG4.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/436/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Fig. 3 – Céramique HM de l’Aphrodision.
Légende a. Peinture mate (semi‑fine) ; b. Monochrome foncée (semi‑fine) ; c. Peinture mate, pâte micacée (semi‑fine) ; d. Minyen gris (fin) ; e. Grossière micacée avec marque de potier à la base de l’anse ; f‑g. Monochrome foncée (semi‑fine).
Crédits Dessin A. Balitsari et Y. Nakas.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/436/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Fig. 4 – Lame de couteau en bronze (B. 44).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/436/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Titre Fig. 5 – Têtes masculines archaïques.
Légende a. Tête 75/1234.18 ; b. Tête Vollgraff.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/436/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Titre Fig. 6 – Figurines archaïques.
Légende a‑c. Figurines Vollgraff ; d. Figurine 75/1170.5.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/436/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Titre Fig. 7 – Phiale miniature en bronze (79/385.1).
Crédits Cl. EFA, Ph. Collet.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/436/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Fig. 8 – Pointes de flèche en fer (76/177.4, 77/150.6, 77/195.5).
Crédits Cl. EFA, Ph. Collet.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/436/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 9 – Sima C. 9890, face.
Crédits Cl. A. Philippa-Touchais.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/436/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Titre Fig. 10 – Antéfixe C. 9880, face.
Crédits Cl. A. Philippa-Touchais.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/436/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Titre Fig. 11 – Couvre-joint 76/297.1, a. Face antérieure ; b. Cassure amont.
Crédits Cl. A. Philippa-Touchais.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/436/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 12 – Timbres à l’ethnique Argeiôn (11/108.2 et C. 7518).
Crédits Cl. A. Philippa-Touchais.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/436/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Fig. 13 – La citerne d après l’effondrement partiel de sa paroi Est (2013).
Crédits Cl. A. Philippa-Touchais.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/436/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 812k
Titre Fig. 14 – La citerne b après les travaux de nettoyage, vue de l’Ouest.
Crédits Cl. A. Philippa-Touchais.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/436/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 790k
Titre Fig. 15 – Citerne b. Conduit d’alimentation Ouest, vu du Nord.
Crédits Cl. A. Philippa-Touchais.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/436/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 941k
Titre Fig. 16‑17 – Cuvette de puisage Est de la citerne b.
Crédits Cl. A. Philippa-Touchais.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/436/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Fig. 18 – Monnaie d’Argos (iiie s. av. J.‑C.).
Crédits Cl. A. Philippa-Touchais.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/436/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Titre Fig. 19 – Nettoyage de la cuvette de puisage Ouest de la citerne b.
Crédits Cl. A. Philippa-Touchais.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/436/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 955k
Titre Fig. 20 – La citerne d après les travaux de nettoyage, vue du Nord.
Crédits Cl. A. Philippa-Touchais.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/436/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 925k
Titre Fig. 21 – Tranchée médiane creusée dans le remblai de la citerne d jusqu’au niveau de son sol.
Crédits Cl. A. Philippa-Touchais.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/436/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 983k
Titre Fig. 22 – Plan et coupes de la citerne b.
Crédits Relevé, dessin D. Bartzis.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/436/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 653k
Titre Fig. 23 – Coordonnées des forages et localisation par rapport aux grands ensembles lithologiques locaux.
Crédits Carte S. Davidoux.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/436/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 925k
Titre Fig. 24 – Agora. Photogrammétrie des structures aux abords du carottage.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/436/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 729k
Titre Fig. 25 – Stratigraphie du carottage Magoul 1 (37°35’22.14’’N,22°43’00.05’’E), plaine d’Agos.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/436/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 818k
Titre Fig. 26 – Stratigraphie du carottage Magoul 2 (37°36’10.97’’N,22°43’12.70’’E), plaine d’Agos.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/436/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 724k
Titre Fig. 27 – Stratigraphie du carottage Magoul 3 (37°34’28.49’’N,22°42’56.95’’E), plaine d’Agos.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/436/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 828k
Titre Fig. 28 – Stratigraphie du carottage Magoul 4 (37°37’70.68’’N,22°43’21.16’’E), plaine d’Agos.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/436/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 803k
Titre Fig. 29 – Essai de corrélation stratigraphique entre les quatre forages.
Crédits S. Davidoux.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/436/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anna Philippa‑Touchais et Gilles Touchais, « L’Aspis »Bulletin de correspondance hellénique, 139-140.2 | 2016, 799-827.

Référence électronique

Anna Philippa‑Touchais et Gilles Touchais, « L’Aspis »Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 139-140.2 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 25 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/bch/436 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bch.436

Haut de page

Auteurs

Anna Philippa‑Touchais

EFA, UMR 7041

Articles du même auteur

Gilles Touchais

Université Paris 1 Sorbonne, UMR 7041

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search