Navigation – Plan du site

AccueilNuméros139-140.2Rapports (2014-2015)GrèceArgosLa Deiras

Rapports (2014-2015)
Grèce
Argos

La Deiras

Anna Philippa‑Touchais, Nikolas Papadimitriou et Gilles Touchais
p. 828-842

Notes de la rédaction

Avec la collaboration de : Yannis Bassiakos (centre Demokritos), Antonio Bianco (master, université de Naples), Harikleia Brécoulaki (Ethnikon Idryma Erevnon, KERA), Cydrisse Cateloy (doctorante, université Paris 1 Sorbonne, UMR 7041), Maria Perla Colombini (université de Pise), Eleni Drakaki (chercheur indépendant), Akis Goumas (orfèvre, technologue), Eleni Konstantinidi-Syvridi (Musée national d’Athènes), Giorgos Mastrothéodoros (centre Demokritos), Evangelia Pappi (éphorie des Antiquités de l’Argolide), Vasilis Perdikatsis (école Polytechnique, Crète), Malgorzata Siennicka (université de Copenhague), MélinaSmyrniou (UCL Qatar), Sofia Sotiropoulou (Ormylia Art Diagnosis Center), Iphiyenia Tournavitou (université de Thessalie). [contributeur]

Texte intégral

  • 35 ArchDelt 26 (1971), B’, p. 74‑82 (c’est N. Papadimitriou qui est responsable de cette étude). Une (...)

1Les années 2014 et 2015 ont été consacrées à la poursuite de l’étude du mobilier des tombes de la nécropole mycénienne de la Deiras fouillées par Vollgraff au début du xxe s., étude centrée sur le mobilier non céramique mais qui prend aussi en compte, de façon plus marginale, le mobilier céramique. Rappelons que l’essentiel de ce matériel (objets en or, pâte de verre, ivoire, pierre, bronze, argent) est actuellement conservé au Musée national d’Athènes, tandis que certains objets (vases fragmentaires, ossements) et de nombreux tessons ont été transférés depuis plusieurs décennies au musée archéologique d’Argos. En complément à ces travaux on a réexaminé, dans ce dernier musée, la quasi-totalité du mobilier des tombes de la Deiras fouillées par J. Deshayes dans les années 1950, ainsi que celui de la grande tombe à chambre (Λ2) explorée par E. Protonotariou-Deïlaki en 1970 de l’autre côté du ravin, au pied de la Larissa35.

Analyses d’objets en métal

Analyses effectuées au musée archéologique d’Argos et au Musée national d’Athènes (Y. Bassiakos, G. Mastrothéodoros, M. Kayafa)

2En 2014, des analyses par spectrométrie de fluorescence X (XRF) ont été réalisées sur 95 objets métalliques : 32 objets du Musée national d’Athènes (26 en or et 6 en bronze) provenant pour l’essentiel des tombes VI et VII de la Deiras fouillées par Vollgraff ; 63 objets du musée archéologique d’Argos, dont 42 (en bronze) issus des fouilles de Deshayes et 16 (en bronze et en or) des fouilles de E. Protonotariou-Deïlaki dans la même nécropole. Ces analyses ont été effectuées au musée archéologique d’Argos et au Musée national d’Athènes, à l’aide d’un appareil XRF portable, par Y. Bassiakos et G. Mastrothéodoros, en collaboration avec M. Kayafa, qui est responsable de l’étude du mobilier en bronze.

Objets en bronze

3Tous les objets en bronze mycéniens présentent une relative homogénéité du point de vue de leur composition, à base de cuivre et d’étain. On décèle de faibles pics de plomb dans le diagramme de la plupart des objets, ainsi que des traces d’arsenic qui témoignent probablement du recyclage d’anciens objets. Plus singulière est la présence très nette de zinc dans un certain nombre d’objets, ce qui pourrait indiquer soit une différence de provenance (ou de minerai), soit une technologie différente. Toutefois, la présence de zinc dans les objets préhistoriques est généralement considérée comme fortuite.

4Les principales observations sont les suivantes :

  • la roue DB 1136 est faite de deux alliages différents : l’un plus « mou » (très riche en plomb) pour les rayons et la jante, l’autre plus dur (plomb à l’état de traces) pour l’essieu ;
  • les plateaux de balance sont systématiquement dépourvus de plomb et le fléau n’en contient qu’une très faible quantité. Peut‑être voulait‑on assurer ainsi la plus grande rigidité possible à ces éléments pour éviter les erreurs de pesée ;
  • le rivet du miroir DB 1537 est fait dans un alliage plus dur (arsenic et forte teneur en étain) que l’objet lui‑même ;
  • les trois épingles complètes qui ont été examinées (DB 17, 18, 23)38 ont la tige et le bulbe faits dans des alliages différents ; un alliage plus riche en arsenic et en étain pour la tige, un autre plus riche en plomb (donc plus facile à couler) pour le bulbe ;
  • le rivet conservé sur la lame de couteau DB 2239 est caractérisé par l’absence de plomb et une forte teneur en étain (alliage plus dur). De la même façon, l’anneau de la bague DB 24 contient de l’arsenic, à la différence du chaton ;
  • Le fait que le « bouton » ornemental qui décore le manche du couteau DB 1440 est en cuivre presque pur, pratiquement dépourvu d’étain (donc « mou »), témoigne sans doute du désir d’obtenir une différence de couleur par rapport au reste de l’objet ;
  • la présence quasi systématique de pics de plomb dans les objets en bronze reflète probablement un choix technologique des bronziers mycéniens.

Objets en or

5L’analyse des objets en or a permis de faire les observations suivantes :

  • dans tous les cas, l’or contient du cuivre et de l’argent, ce qui est normal pour l’époque. Mais les pourcentages de l’or varient considérablement, de 91,3 % (EAM 5573 : placage de bouton en os) à 59,2 % (EAM 5592 : rosette) ;
  • des sept rosettes analysées cinq ont une composition très similaire, ce qui suggère qu’elles furent fabriquées dans un même alliage ; les deux autres diffèrent, à la fois des précédentes et entre elles ;
  • l’une des rosettes (EAM 5566) ne présente pas de différence de composition entre ses faces avant et arrière, ce qui indique que la différence de coloration entre les deux n’est pas liée à des différences de taux des composants de l’alliage. À l’inverse, la rosette MA 50a, de couleur jaunâtre, présente un taux d’argent sensiblement plus élevé que son homologue 50b, qui est de couleur rougeâtre ;
  • en dépit de leurs grandes similitudes typologiques, les plaques EAM 5574b, 5574c1 et 5574c2 présentent d’importantes différences de composition, notamment pour les taux d’or et d’argent ;
  • sur les bijoux décorés à la granulation on observe une légère différence entre les granules et le support, les premières présentant une plus forte teneur en argent et une plus faible teneur en or. Dans un cas (perle EAM 5595), la zone de la soudure ne se différencie pas du reste de l’objet ; dans un autre (bague EAM 5591) la teneur en cuivre est sensiblement plus élevée près du chaton, suggérant l’utilisation d’un alliage enrichi en cuivre comme liant ;
  • le taux élevé de fer relevé sur la spirale MA 34b est dû à la présence de restes de couleur en surface et non pas à des caractéristiques technologiques de l’objet. Le même phénomène a déjà été observé dans d’autres cas.

Analyses effectuées au laboratoire du centre Demokritos (Y. Bassiakos, G. Mastrothéodoros, E. Konstantinidi-Syvridi, A. Goumas et collab.)

  • 41 Objets portant les numéros d’inventaire EAM 5562, 5563, 5564, 5570α, 5570β, 5574α, 5574δ, 5574ε, 5 (...)

6En 2015, des analyses plus approfondies ont été pratiquées sur un choix de onze objets en or du Musée national d’Athènes41, qui ont été transférés au laboratoire d’archéométrie de l’Institut de nanoscience et de nanotechnologie du centre de recherches en sciences physiques Demokritos. Les objets ont été examinés au moyen d’un spectromètre XRF de laboratoire ainsi que d’analyseurs micro‑XRF et milli‑XRF, et également par microscopie électronique à balayage couplée à la microanalyse X (SEM‑EDX). On a aussi pratiqué, à titre indicatif, des analyses par sonde nucléaire (PIXE) afin d’évaluer les possibilités de cette technique

7Les résultats de l’analyse milli‑XRF montrent que les objets examinés ont tous été fabriqués à partir d’alliages d’or contenant de l’argent et du cuivre, auxquels s’ajoutent le plus souvent des traces de fer (<1 %) et, dans un seul cas (EAM 5574α), de manganèse. Les concentrations d’or et d’argent culminent presque toujours entre 70‑80 % et 17‑ 27 % respectivement. Si l’on compare ces résultats à ceux des analyses qui avaient été faites sur place à l’aide d’un spectromètre XRF portable (voir infra), on constate que les données quantitatives concordent dans une large mesure.

8Les analyses micro‑XRF de trois objets (EAM 5562, 5574, 5590) ont permis d’observer une teneur en cuivre plus élevée à l’endroit des soudures et aussi des altérations superficielles de couleur dues à la présence de fer (d’origine probablement épigénétique).

9Six objets ont été examinés par microscopie électronique à balayage (SEM‑EDX). Sur l’un d’eux – la lamelle à décor imprimé EAM 5574ε (fig. 30) –, on a pu mettre en évidence des zones de composition différente : les variations de couleur permettent en effet de distinguer des zones de faible et de forte teneur en argent (fig. 31). Cela suggère l’utilisation de deux alliages différents, indice sérieux de recyclage des métaux. Sur la plupart des objets décorés à la granulation, l’examen par SEM‑EDX a permis de constater une différence de composition entre les points de soudure et les éléments soudés, les premiers étant caractérisés par une teneur plus forte en cuivre et/ou en argent.

Fig. 30 – Fragment de feuille d’or à décor imprimé (EAM 5574ε).

Fig. 30 – Fragment de feuille d’or à décor imprimé (EAM 5574ε).

Cl. EFA, Ph. Collet.

Fig. 31 – Feuille EAM 5574ε. Zones de composition différente : les zones plus riches en or sont plus brillantes que les zones plus riches en argent (×200).

Fig. 31 – Feuille EAM 5574ε. Zones de composition différente : les zones plus riches en or sont plus brillantes que les zones plus riches en argent (×200).
  • 42 L’étude des bijoux en or de la Deiras a servi de point de départ à l’article de E. Konstantinidi-S (...)

10Les données quantitatives permettent même de conclure à l’utilisation de deux liants différents, l’un à forte teneur en cuivre, l’autre à forte teneur en argent. Dans le cas de la perle EAM 5563 (fig. 32), l’utilisation d’un liant à l’étain est probablement attribuable à une réparation ultérieure de l’objet car on ne l’observe que sur quelques granules (fig. 33)42.

Fig. 32 – Perle en or en forme d’argonaute à décor de granulation (EAM 5563).

Fig. 32 – Perle en or en forme d’argonaute à décor de granulation (EAM 5563).

Cl. EFA, Ph. Collet.

Fig. 33 – Perle EAM 5563. Détail de la soudure des granules (×500).

Fig. 33 – Perle EAM 5563. Détail de la soudure des granules (×500).

11Un nombre limité d’objets a été soumis à une analyse par sonde nucléaire (PIXE) dans le but d’identifier des éléments traces, comme ceux du groupe platine, susceptibles de fournir des informations sur la provenance de l’or. On n’a pas pu atteindre ce but, faute de disposer d’un temps d’analyse suffisant. Mais on a pu au moins cartographier les éléments, comme le calcium ou le silicium, sur des surfaces étendues d’objets.

Étude des sceaux (E. Drakaki)

12Cinq sceaux provenant des tombes de la Deiras ont été réétudiés en 2014 : trois d’entre eux, trouvés par Vollgraff dans la tombe VII, au Musée national d’Athènes (ΕΑΜ 5587, 5588 et 5596), et les deux autres, recueillis par Deshayes dans les tombes XI et XXIV (DM 5 et 46) au musée archéologique d’Argos. Tous sont inventoriés dans le CMS sauf un, qui ne porte pas de décor gravé. Leur style et/ou leur contexte permet de les dater assez précisément.

Sceaux du Musée national d’Athènes

13Les trois objets du Musée national sont fabriqués dans des pierres dures semi-précieuses (probablement de l’agate) travaillées à l’aide d’outils en bronze (forets, disques pour la taille et la gravure).

14Le premier (ΕΑΜ 5587/CMS I, 204), en très bon état, est un sceau lentoïde avec scène de lion attaquant un bovidé (fig. 34). Le caractère naturaliste du motif, la technique et la grande qualité de la gravure (plasticité des volumes, usage limité des lignes et des points) invitent à le dater du xve s. av. J.‑C. (HR II). Le rendu du lion suggère en outre que ce sceau est l’œuvre d’un graveur mycénien plutôt que minoen.

Fig. 34 – Sceau EAM 5587 (CMS I, 204).

Fig. 34 – Sceau EAM 5587 (CMS I, 204).

15Le deuxième sceau (EAM 5588/CMS I, 205) porte un motif stylisé au rendu linéaire (fig. 35) qui a été interprété comme des fleurs de papyrus (superposées) ou, plus récemment, comme des nœuds sacrés. La technique avec laquelle a été exécuté le motif, combinée avec la rareté de celui‑ci et la présence de deux embouts en or décorés à la granulation plaident en faveur d’une datation au xve s. av. J.‑C.

16La perle EAM 5596 présente une perforation mais aucun décor gravé, ce qui permet de supposer qu’il s’agit d’un sceau inachevé.

Fig. 35 – Sceau EAM 5588 (CMS I, 205).

Fig. 35 – Sceau EAM 5588 (CMS I, 205).

Sceaux du musée archéologique d’Argos

  • 43 Le contexte de ce sceau (dromos de la tombe XI) est daté par le fouilleur de l’HR IIIA2, voir J. D (...)

17Des deux sceaux du musée d’Argos, l’un est en verre (DM 5/CMS VI, 32), assez érodé et endommagé ; il porte une représentation de quadrupède tournant la tête pour se lécher l’une des pattes arrière, tandis qu’entre ses pattes on distingue une flèche (fig. 36). Si cette lecture est correcte, il s’agirait d’une variation sur le thème de l’animal blessé. Par le rendu naturaliste du motif et le soin apporté à la gravure, ce sceau remonte stylistiquement au moins au xve s. av. J.‑C.43.

Fig. 36 – Sceau DM 5 (CMS VI, 32).

Fig. 36 – Sceau DM 5 (CMS VI, 32).
  • 44 Trouvé dans la tombe XXIV, ce sceau, « antérieur au précédent », est daté par le fouilleur de l’HR (...)

18Le deuxième sceau du musée d’Argos (DM 46/CMS VI, 33) est en stéatite noire tendre. La face gravée est assez érodée, ce qui rend le motif peu lisible. On peut toutefois y reconnaître la représentation (très rare) d’un quadrupède dont les pattes arrière sont tournées à 180 degrés (fig. 37). Du point de vue stylistique, ce sceau appartient au « Mainland Popular Group » (HR IIIA‑B) et pourrait donc bien être contemporain de la céramique du contexte (HR IIIA2)44.

Fig. 37 – Sceau DM 46 (CMS VI, 33).

Fig. 37 – Sceau DM 46 (CMS VI, 33).

Étude des ivoires (I. Tournavitou)

19L’étude des ivoires provenant des tombes fouillées par Vollgraff a accordé une attention particulière aux aspects technologiques. Les pièces sont au nombre de 75. La majorité d’entre elles est constituée par des éléments d’incrustation – formes géométriques simples (bandes rectangulaires, triangles, disques) ou figures découpées (argonautes, palmiers), plaques rectangulaires à décor sculpté en relief plus ou moins prononcé (sphinx, motif floral) –, mais on compte aussi plusieurs peignes et autres objets fragmentaires difficiles à identifier. Si la plupart de ces objets appartiennent aux types standards du mobilier funéraire mycénien, d’autres comme les palmiers découpés ou les disques décorés en léger relief, qui témoignent d’un travail plus complexe ou plus raffiné, sont beaucoup plus rares. Même si la qualité de l’exécution varie souvent à l’intérieur de certains groupes d’objets – ce qui suggère différents degrés de maîtrise technique –, la majorité des pièces les mieux conservées et/ou les plus élaborées trahit la main d’artisan(s) accompli(s), qui travaillai(en)t peut‑être aussi sur le site voisin de Mycènes. Cela, autant que la large gamme d’objets retrouvés, révèle une société argienne prospère, parfaitement au courant des signes extérieurs par lesquels les élites affichent leur statut.

Étude des objets en verre (M. Smyrniou)

20Un examen de l’ensemble des objets en verre issus des fouilles de Deshayes et de Protonotariou-Deïlaki a été réalisé dans la nécropole de la Deiras. L’examen, à la loupe binoculaire, a permis de faire des observations d’ordre technologique et aussi de préciser le niveau de corrosion, en prélude à des analyses non destructrices sur les zones où la surface vitreuse est conservée. Ces analyses ont pour but de déterminer la provenance du verre et, plus généralement, de nourrir le débat sur la circulation du verre et de sa technologie.

21Au terme de cet examen, il s’avère que, parmi les perles issues des fouilles de Deshayes (non exposées dans les vitrines), très peu ont conservé des restes de matière vitreuse, comme c’est le cas aussi pour les perles du Musée national provenant des fouilles de Vollgraff. Au contraire, de nombreuses perles provenant de la tombe à chambre monumentale Λ2, fouillée par Protonotariou-Deïlaki, présentent une surface vitreuse bien conservée. Il est prévu d’analyser ces perles par la méthode de la spectrométrie de masse à plasma induit couplée à l’« ablation laser » (LA‑ICP‑MS).

Étude des enduits peints (A. Andreotti, H. Brécoulaki, M. P. Colombini, V. Perdikatsis et S. Sotiropoulou)

  • 45 BCH 138 (2014), p. 749 et n. 35. Précisons que ces fragments avaient été récemment identifiés parm (...)

22Les échantillons des cinq fragments d’enduits muraux peints de la tombe V, prélevés en 201345, ont été soumis à une série d’analyses, sous la supervision de H. Brécoulaki : 1) observation sur lame mince au microscope polarisant et spectrométrie FTIR (S. Sotiropoulou, laboratoire Ormylia Art Diagnosis Center, Ormylia, Chalcidique) ; 2) diffraction des rayons X (fig. 38) (V. Perdikatsis, école Polytechnique, section des Ressources minières, Crète) ; 3) chromatographie en phase gazeuse et spectrométrie de masse (A. Andreotti et M. P. Colombini, laboratoire de l’Institut universitaire de chimie et chimie industrielle, université de Pise). Il convient de souligner que c’est la première fois que des peintures mycéniennes issues de contexte funéraire font l’objet d’analyses. Les résultats de celles‑ci sont synthétisés dans le tableau ci‑dessous :

N° éch. Couleur Composants inorganiques
et pigments identifiés
Composants organiques identifiés
1 blanc Mortier de chaux (XRD, FTIR)
2 bleu Bleu égyptien (FTIR) Résine synthétique polymère (FTIR)
3 jaune 1re couche : ocre jaune 2e couche : fine couche transparente bleu égyptien Résine synthétique polymère (FTIR) Résine naturelle de pin + huile (de lin ?) séchée (GC‑MS)
4 bleu/jaune 1re couche : bleu égyptien (FTIR) 2e couche : ocre jaune Résine synthétique polymère (PVAc ? [FTIR]) Substance protéinique (FTIR, GC‑MS)
5 blanc Mortier de chaux (XRD, FTIR)

Fig. 38 – Spectre de diffraction des rayons X (XRD) et détermination quantitative des composants chimiques de l’échantillon 1.

Fig. 38 – Spectre de diffraction des rayons X (XRD) et détermination quantitative des composants chimiques de l’échantillon 1.

23Ces résultats montrent que les principaux pigments colorés sont l’ocre jaune et le bleu égyptien, substances utilisées systématiquement dans la peinture mycénienne pour rendre les tons bleus, jaunes et verts (par mélange). Particulièrement intéressante est l’identification de substances organiques, très vraisemblablement utilisées comme liants. La substance protéinique de l’échantillon no 4 entrait peut‑être dans la composition d’une colle animale, ou bien c’était de l’œuf – les deux cas ont été observés dans les fresques de Pylos –, que l’on mélangeait aux pigments selon la technique de la peinture a secco. La résine naturelle de pin, en combinaison avec la présence d’huile (de lin vraisemblablement) séchée, est un cas unique, sans parallèle connu dans la peinture antique. Si l’on parvient à confirmer la présence, à la surface du même échantillon (no 3), d’un reste de feuille de métal détecté au microscope (fig. 39), cela pourrait indiquer qu’une feuille de métal (or ?) était collée à la surface de l’enduit, voire de la couche picturale elle‑même. Dans ce cas, les substances organiques détectées auraient servi de liants pour fixer la dorure. Mais d’autres analyses sont nécessaires pour valider tous ces résultats.

Fig. 39 – Photos de l’échantillon 3 sous loupe binoculaire et microscope polarisant.

Fig. 39 – Photos de l’échantillon 3 sous loupe binoculaire et microscope polarisant.

Étude d’empreintes de textile (M. Siennicka)

  • 46 J. Deshayes (supra, n. 35), p. 58.

24Deux fragments d’argile recueillis par Deshayes lors de la fouille de la tombe à chambre XXI46 ont fait l’objet d’un examen macro‑ et microscopique au musée d’Argos. Les deux fragments (A et B, fig. 40), qui pourraient appartenir à un même objet brisé, sont en argile crue ou en terre bien battue ; ils portent tous deux l’empreinte d’un tissu, ce qui est très rare dans les contextes funéraires ou domestiques du Bronze Récent de Grèce. Leur intérêt tient au fait que l’empreinte est probablement celle d’un linge, d’une couverture mortuaire ou d’un linceul dans lequel on enveloppait le cadavre.

Fig. 40 – Deiras, tombe XXI. Fragments d’argile A et B avec empreinte de textile.

Fig. 40 – Deiras, tombe XXI. Fragments d’argile A et B avec empreinte de textile.

25Les deux surfaces imprimées mesurent respectivement 3 × 3 cm et 3,5 × 4 cm. Les empreintes, visibles à l’œil nu, ne sont pas très profondes mais suffisamment claires pour permettre de distinguer la structure et le type de tissage. À l’aide d’un microscope numérique Dyno‑Lite, on a réalisé une analyse microscopique des deux fragments, ainsi que des macro‑photos.

26Les deux fragments portent une impression de toile (« plain weave or tabby ») bien visible. Les empreintes sont un peu irrégulières, comme si la toile était légèrement étirée. Dans les deux cas, le nombre des fils de trame et de chaîne est similaire (9‑10 × 10 fils au cm) et l’on peut donc parler de toile équilibrée (« balanced tabby »), l’un des modes de tissages les plus fréquents à l’époque préhistorique. Les fils des deux côtés sont tous très fins (0,281 mm en moyenne) ; ils peuvent avoir été produits à l’aide de fusaïoles plutôt petites et légères, très bien attestées dans la Grèce mycénienne, notamment parmi les exemplaires en pierre (conuli en stéatite). On ne discerne aucune bordure, de sorte qu’il est impossible de distinguer la trame de la chaîne. Il est également impossible de dire si la fibre utilisée pour la confection des fils est d’origine animale ou végétale, les toiles de laine et de lin étant aussi communes les unes que les autres dans le monde mycénien.

Études de céramique

Amphores cananéennes (C. Cateloy)

27Dans le cadre de la thèse sur les amphores dites cananéennes, il a été étudié deux spécimens provenant des fouilles de Vollgraff dans la nécropole de la Deiras. L’un, déjà connu, est conservé au Musée national d’Athènes, tandis que le second a été identifié tout récemment parmi les tessons de la Deiras qui se trouvent au musée d’Argos.

L’amphore du Musée national d’Athènes

  • 47 J. Deshayes, « Les vases mycéniens de la Deiras (Argos) », BCH 77 (1953), p. 69, pl. XXI:2.

28Le vase (EAM 5661)47, qui appartient au riche mobilier de la tombe VI, est complet. Il a été examiné sur place, décrit et dessiné (fig. 41), et l’on a pu aussi mesurer son volume manuellement, à l’aide de billes en polystyrène d’un diamètre inférieur à 1 mm. Cette méthode a l’avantage d’être à la fois très fiable, puisqu’elle fournit des résultats dont la marge d’erreur est inférieure à 1 % par rapport au volume réel, et de préserver l’intégrité de la céramique, qui ne subit aucun dommage.

Fig. 41 – Deiras, tombe VI. Amphore cananéenne (EAM 5661).

Fig. 41 – Deiras, tombe VI. Amphore cananéenne (EAM 5661).

Cl. EFA, Ph. Collet.

L’amphore du musée d’Argos

29Le vase, qui a reçu le no 1902/102.300, est incomplet ; il n’en subsiste que la partie supérieure, à épaule carénée (fig. 42‑43). Il a été recollé et restauré (par N. Kousoula) à partir d’un ensemble de 55 fragments repérés fortuitement (par A. Philippa-Touchais) dans l’un des tiroirs de la réserve qui contenaient de la céramique géométrique issue des fouilles Vollgraff. D’après les indications conservées, le vase provient aussi de la tombe VI.

Fig. 42 – Deiras, tombe VI. Amphore cananéenne incomplète après restauration (1902/102.300).

Fig. 42 – Deiras, tombe VI. Amphore cananéenne incomplète après restauration (1902/102.300).

Cl. A. Philippa-Touchais.

Fig. 43 – L’amphore cananéenne 1902/102.300.

Fig. 43 – L’amphore cananéenne 1902/102.300.

Dessin C. Cateloy.

30Les amphores à épaule carénée, postérieures aux amphores à épaule arrondie (comme celle du Musée national), apparaissent dans le monde égéen sous la forme de deux types qui se distinguent seulement par l’épaisseur de leurs parois inférieures. L’exemplaire du musée d’Argos n’étant malheureusement pas conservé au‑dessous de l’attache inférieure des anses, il est impossible de savoir auquel des deux il appartient. Les types à épaule carénée sont en tout cas très bien représentés en Grèce continentale, surtout en contexte funéraire (Ménidi, Mycènes/Asprochoma) mais aussi résidentiel (Mycènes/maison de la Citadelle, Dimini), tandis qu’ils prédominent nettement dans l’épave d’Uluburun.

  • 48 J. Deshayes, « Les vases mycéniens de la Deiras (Argos) », BCH 77 (1953), p. 75.

31Il semble donc que la tombe VI de la Deiras – d’où proviennent la plupart des ornements en or conservés au Musée national d’Athènes – contenait, outre l’amphore cananéenne à épaule arrondie du Musée national d’Athènes, qui date de l’HR IIIA1, une seconde amphore cananéenne appartenant sans doute à une sépulture plus récente (HR IIIA2 ou IIIB). Cela n’aurait rien d’étonnant puisque, d’après l’étude de Deshayes, le mobilier céramique indique que la première utilisation de la tombe date de la fin de l’HR IIB/début de l’HR IIIA1 et la dernière de l’HR IIIA2‑B48.

  • 49 L’analyse sera faite par le Dr. Mary Ownby au Desert Archaelogy Inc., Arizona.

32Les deux amphores ont fait l’objet d’un prélèvement aux fins d’analyse pétrographique, en vue d’identifier leur provenance49. Car si l’on sait que les amphores cananéennes proviennent, d’une façon générale, de la zone du littoral syro-palestinien, on ignore encore leur provenance exacte.

Céramique géométrique (E. Pappi, A. Bianco)

  • 50 L’épi D comptait en tout 45 tiroirs (D83 à D127) de céramique provenant des fouilles de Vollgraff (...)
  • 51 BCH 28 (1904), p. 365‑367.

33L’étude de la céramique géométrique exhumée par Vollgraff lors des fouilles de la Deiras a été entreprise en 2015, en vue de sa publication dans l’ouvrage (en préparation) qui présentera les résultats des nouvelles recherches dont cette nécropole fait l’objet depuis plusieurs années. Ce matériel se trouve dans la réserve abritant les trouvailles des fouilles françaises, réparti dans treize tiroirs de l’épi D50, dont quelques‑uns seulement portent des indications claires de provenance (fig. 44). D’après ces dernières, la majorité de la céramique proviendrait de la grande tombe à chambre V. De fait, Vollgraff note, dans son rapport sur la fouille de la Deiras, que la tombe V a livré une grande quantité de céramique géométrique51 ; d’après lui, cette masse de céramique indiquerait la présence d’un habitat géométrique au‑dessus de la nécropole mycénienne.

Fig. 44 – Musée d’Argos, tiroir D121. Tessons géométriques provenant de la tombe V de la Deiras.

Fig. 44 – Musée d’Argos, tiroir D121. Tessons géométriques provenant de la tombe V de la Deiras.

Cl. A. Philippa-Touchais.

34Un inventaire détaillé de l’ensemble des tessons a été dressé (comptage, classement typologique, photos). Ce travail préliminaire a permis de faire un certain nombre de constatations :

  • la céramique date, pour l’essentiel, du Géométrique Récent et elle est de bonne qualité ; la majorité des tessons appartient à des tasses, des bols et de grands cratères ;
  • l’existence de nombreux recollages ou quasi-recollages d’un tiroir à l’autre prouve que le matériel appartient à un même ensemble. La provenance d’un certain nombre de groupes de tessons a pu être déterminée par recoupement entre les quelques indications subsistantes et le journal de fouille de Vollgraff. Il en ressort que tous les groupes identifiés proviennent effectivement de la tombe V ;
  • fait notable mais intriguant, l’un des tiroirs (D107) contenait, entre autres, les tessons à décor figuré publiés par A. Roes comme provenant de « l’Aspis » (fig. 45‑46)52, question qui mérite un examen plus approfondi.

Fig. 45 – Musée d’Argos, tiroir D107. Tessons géométriques publiés par A. Roes.

Fig. 45 – Musée d’Argos, tiroir D107. Tessons géométriques publiés par A. Roes.

Fig. 46 – A. Roes, BCH 77 (1953), pl. XXIX.

Fig. 46 – A. Roes, BCH 77 (1953), pl. XXIX.

35Tout indique donc que c’est de la monumentale tombe V et de ses abords immédiats que provient la quasi-totalité de la céramique géométrique de la Deiras, soit plus de 1 260 tessons. L’étude détaillée de ce matériel devrait permettre d’en évaluer la signification à cet endroit. Il est en effet probable que ce matériel ne soit pas lié à un habitat, mais plutôt à d’autres activités qui se déroulaient dans la nécropole à l’époque géométrique. Vollgraff signale certes la présence d’au moins trois tombes géométriques, mais cela ne saurait expliquer celle d’une telle quantité de céramique (brisée). Une autre hypothèse, déjà évoquée par plusieurs chercheurs, est que la nécropole – ou du moins une partie de celle‑ci – ait constitué, à l’époque géométrique, un espace cérémoniel, probablement consacré à un culte des ancêtres.

Haut de page

Notes

35 ArchDelt 26 (1971), B’, p. 74‑82 (c’est N. Papadimitriou qui est responsable de cette étude). Une synthèse sur la nécropole de la Deiras à la lumière des recherches récentes a été présentée en janvier 2014 au 115e Congrès annuel de l’Archaeological Institute of America. Cette étude, intitulée « The Mycenaean cemetery of Deiras in a local and regional context », par N. Papadimitriou, A. Philippa-Touchais et G. Touchais, paraîtra dans le volume des actes de la session Variations on a Theme: Death in Late Bronze Age Greece, J. M. A Murphy (éd.) (sous presse).

36 J. Deshayes, Argos, les fouilles de la Deiras, ÉtPélop IV (1966), p. 60.

37 J. Deshayes, Argos, les fouilles de la Deiras, ÉtPélop IV (1966), p. 67.

38 J. Deshayes, Argos, les fouilles de la Deiras, ÉtPélop IV (1966), p. 92 et p. 100.

39 J. Deshayes, Argos, les fouilles de la Deiras, ÉtPélop IV (1966), p. 111.

40 J. Deshayes, Argos, les fouilles de la Deiras, ÉtPélop IV (1966), p. 67.

41 Objets portant les numéros d’inventaire EAM 5562, 5563, 5564, 5570α, 5570β, 5574α, 5574δ, 5574ε, 5589, 5591, 5594.

42 L’étude des bijoux en or de la Deiras a servi de point de départ à l’article de E. Konstantinidi-Syvridi, N. Papadimitriou, A. Philippa-Touchais, A. Goumas, « Goldworking Techniques in Mycenaean Greece (17th/16th cent. BC): some New Observations », dans H. Meller, R. Risch, E. Pernicka (éds), Metals of Power. Early Gold and Silver, 6th Archaeological Conference of Central Germany, October 17‑19, 2013 in Halle (Saale), p. 335‑348, ouvrage en deux volumes richement illustré.

43 Le contexte de ce sceau (dromos de la tombe XI) est daté par le fouilleur de l’HR IIIA2, voir J. Deshayes (n. 35), p. 213‑214.

44 Trouvé dans la tombe XXIV, ce sceau, « antérieur au précédent », est daté par le fouilleur de l’HR IIIA1, voir J. Deshayes (n. 35), p. 214. C’est au même groupe stylistique que l’on a pu, après examen et en dépit de son degré d’usure avancé, rattacher l’unique sceau mycénien recueilli sur l’Aspis et daté lui aussi de l’HR IIIA‑B, voir G. Touchais, « La colline de l’Aspis à l’époque mycénienne », dans D. Mulliez (éd.), Sur les pas de Wilhelm Vollgraff. Cent ans d’activités archéologiques à Argos, RechFH 4 (2013), p. 123, no 161 et p. 139, fig. 40.

45 BCH 138 (2014), p. 749 et n. 35. Précisons que ces fragments avaient été récemment identifiés parmi le matériel des fouilles Vollgraff rapatrié des Pays‑Bas au musée d’Argos en 1988.

46 J. Deshayes (supra, n. 35), p. 58.

47 J. Deshayes, « Les vases mycéniens de la Deiras (Argos) », BCH 77 (1953), p. 69, pl. XXI:2.

48 J. Deshayes, « Les vases mycéniens de la Deiras (Argos) », BCH 77 (1953), p. 75.

49 L’analyse sera faite par le Dr. Mary Ownby au Desert Archaelogy Inc., Arizona.

50 L’épi D comptait en tout 45 tiroirs (D83 à D127) de céramique provenant des fouilles de Vollgraff de la Deiras, mais beaucoup d’entre eux ne contenaient pas de céramique géométrique.

51 BCH 28 (1904), p. 365‑367.

52 A. Roes, « Fragments de poterie géométrique trouvés sur les citadelles d’Argos », BCH 77 (1953), p. 90‑104, fig. 3 et pl. XXIX. Il faut noter que Vollgraff appelait « Aspis » toute la colline, y compris la zone du sanctuaire d’Apollon Deiradiotès.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 30 – Fragment de feuille d’or à décor imprimé (EAM 5574ε).
Crédits Cl. EFA, Ph. Collet.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/439/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 246k
Titre Fig. 31 – Feuille EAM 5574ε. Zones de composition différente : les zones plus riches en or sont plus brillantes que les zones plus riches en argent (×200).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/439/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Titre Fig. 32 – Perle en or en forme d’argonaute à décor de granulation (EAM 5563).
Crédits Cl. EFA, Ph. Collet.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/439/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 345k
Titre Fig. 33 – Perle EAM 5563. Détail de la soudure des granules (×500).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/439/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Titre Fig. 34 – Sceau EAM 5587 (CMS I, 204).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/439/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 230k
Titre Fig. 35 – Sceau EAM 5588 (CMS I, 205).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/439/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 238k
Titre Fig. 36 – Sceau DM 5 (CMS VI, 32).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/439/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 217k
Titre Fig. 37 – Sceau DM 46 (CMS VI, 33).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/439/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Titre Fig. 38 – Spectre de diffraction des rayons X (XRD) et détermination quantitative des composants chimiques de l’échantillon 1.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/439/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 259k
Titre Fig. 39 – Photos de l’échantillon 3 sous loupe binoculaire et microscope polarisant.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/439/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 478k
Titre Fig. 40 – Deiras, tombe XXI. Fragments d’argile A et B avec empreinte de textile.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/439/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Titre Fig. 41 – Deiras, tombe VI. Amphore cananéenne (EAM 5661).
Crédits Cl. EFA, Ph. Collet.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/439/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Titre Fig. 42 – Deiras, tombe VI. Amphore cananéenne incomplète après restauration (1902/102.300).
Crédits Cl. A. Philippa-Touchais.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/439/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 783k
Titre Fig. 43 – L’amphore cananéenne 1902/102.300.
Crédits Dessin C. Cateloy.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/439/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 261k
Titre Fig. 44 – Musée d’Argos, tiroir D121. Tessons géométriques provenant de la tombe V de la Deiras.
Crédits Cl. A. Philippa-Touchais.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/439/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 814k
Titre Fig. 45 – Musée d’Argos, tiroir D107. Tessons géométriques publiés par A. Roes.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/439/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 888k
Titre Fig. 46 – A. Roes, BCH 77 (1953), pl. XXIX.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/439/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 930k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anna Philippa‑Touchais, Nikolas Papadimitriou et Gilles Touchais, « La Deiras »Bulletin de correspondance hellénique, 139-140.2 | 2016, 828-842.

Référence électronique

Anna Philippa‑Touchais, Nikolas Papadimitriou et Gilles Touchais, « La Deiras »Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 139-140.2 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 25 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/bch/439 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bch.439

Haut de page

Auteurs

Anna Philippa‑Touchais

EFA, UMR 7041.

Articles du même auteur

Nikolas Papadimitriou

Musée d’art Cycladique.

Gilles Touchais

Université Paris 1 Sorbonne, UMR 7041.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search