Skip to navigation – Site map

HomeNuméros139-140.2Rapports (2014-2015)GrèceArgosL’Aphrodision

Rapports (2014-2015)
Grèce
Argos

L’Aphrodision

Hélène Aurigny, Francis Croissant, Lionel Fadin and Karine Rivière
p. 843-848

Full text

Figurines de terre cuite (H. Aurigny, Fr. Croissant)

1Tous les fragments sont désormais enregistrés dans la base FileMakerPro, terminée pour l’essentiel en 2013 et complétée en 2015. La mission prévue en 2014 ayant été annulée par l’École française d’Athènes pour raisons budgétaires, un réexamen à distance de l’ensemble du matériel avait néanmoins permis d’en esquisser à distance le classement typologique et d’élaborer quelques hypothèses, qui ont pu être vérifiées et affinées sur place en mai 2015 par H. Aurigny.

2L’objet principal de la mission était le type de la Dame assise (type A1), caractéristique de la plastique argienne archaïque et d’ailleurs largement majoritaire à l’Aphrodision, où il constitue près des deux tiers du matériel coroplastique. Sa forme la plus élaborée, associant un corps modelé à un visage moulé (type A2), qui dès le début du vie s. se développe parallèlement aux exemplaires entièrement modelés, présente l’intérêt exceptionnel d’offrir une très grande variété dans la typologie des visages : une vingtaine de types différents, pour la plupart inédits, avaient été distingués sur photographies dès 2014. Numérotés conventionnellement (A2.01, A2.02, A2.03, etc.) au fur et à mesure de leur identification, sans vouloir anticiper sur une chronologie qui n’est pas actuellement à notre portée, ces types ont pu être examinés en 2015 sur place en détail. Certains sont représentés par un, deux ou trois exemplaires seulement, d’autres par de véritables séries, où la diversité des formats conduit à distinguer plusieurs générations successives de moules (par ex. A2.02, A2.10 ou A2.17 : fig. 47).

Fig. 47 – Argos, Aphrodision. Générations successives des types A2.02, A2.10 et A2.17.

Fig. 47 – Argos, Aphrodision. Générations successives des types A2.02, A2.10 et A2.17.

a. A2.02gén1 ; b. A2.02gén2 ; c. A2.02gén3 ; d. A2.02gén4 ; e. A2.02gén5 ; f. A2.10gén1 ; g. A2.10gén2 ; h. A2.10gén3 ; i. A2.17gén1 ; j. A2.17gén2.

3L’une d’elles, A2.02, est exceptionnellement nombreuse (240 ex. sur cinq générations). C’est donc la plus complexe à analyser : cinq générations successives ont été identifiées, et une vérification sur place s’imposait pour affiner le classement et corriger les erreurs inévitables dues au travail sur photographies. Ainsi, entre les deux dernières générations, la différence de format est parfois difficile à mesurer avec précision. En tout cas, cette abondante série permet de poser assez clairement les problèmes techniques liés à la combinaison du modelage et du moulage. Les torses étant d’abord modelés à part, puis les visages moulés et collés sur la tête, il apparaît que les artisans, lors du modelage des torses, en choisissaient le format en fonction de la réduction prévisible des visages, et le caractère approximatif de cette adaptation anticipée pourrait expliquer dans certains cas une disproportion entre tête et torse.

4Cet examen direct du matériel a été aussi l’occasion de mettre en relation les têtes et les bustes (le classement des figurines A2 par format a d’ailleurs permis de faire deux recollages de têtes avec leur buste), car certaines associations sont récurrentes et doivent correspondre à des choix stylistiques précis. C’est le cas par exemple des bustes du type A2.04 : si l’on en juge par les exemplaires les plus complets ces visages semblent associés à des bustes courts, plutôt massifs, avec une taille étroite et très serrée, mais de section circulaire, et dont la parure est particulièrement riche et diversifiée (fibules en rosettes, en étoiles, pectoral en forme de serpentin, colliers) (fig. 48).

Fig. 48 – Argos, Aphrodision. Type A2.04 et bustes apparentés.

Fig. 48 – Argos, Aphrodision. Type A2.04 et bustes apparentés.

a. Argos C.22414 (02.04) ; b. Argos 72.1016.92 ; c. Argos C.2506 ; d. Argos 72.1016.175 ; e. Argos 1018.81

5Enfin d’autres regroupements sont en cours d’étude : la volonté systématique de renouvellement que manifestent les visages moulés s’exprimait aussi par le choix de différents types d’ornements modelés et de coiffures (mèches, perles, stries, nappes lisses, incisions, quadrillages). Comme pour les bustes, des associations spécifiques entre visages et coiffures sont possibles. L’un des intérêts majeurs de cette étude est donc de mettre en évidence les pratiques d’ateliers : les associations entre têtes et bustes, l’adaptation des échelles (dont nous avons parlé plus haut), les techniques multiples de collage des visages sur les têtes. Les terres cuites de l’Aphrodision constituent ainsi une riche documentation sur les modalités concrètes de l’émergence de choix typologiques et stylistiques au sein de ces ateliers dont la production était pourtant destinée essentiellement aux sanctuaires de la cité. Étant acquis que l’étude peut désormais progresser à distance grâce à la base de données, elle devra naturellement être poursuivie sur place, dans la mesure où le déménagement et la réinstallation des réserves du musée maintiendront le matériel accessible dans les mois et les années à venir.

Topographie (Fr. Croissant, L. Fadin et K. Rivière)

  • 54 Kernos Suppl. 23, 2009, p. 190‑191.

6L’objectif de la mission topographique effectuée à Argos du 12 au 14 octobre 2015 par L. Fadin et K. Rivière, sur les indications de Fr. Croissant, était de vérifier un certain nombre d’hypothèses formulées il y a déjà quelques années54 concernant la relation topographique ancienne entre l’Aphrodision et la zone de l’agora.

7Ce travail a été d’abord l’occasion de contrôler l’exactitude des plans d’ensemble du secteur disponibles aux archives de l’EFA. Les coordonnées des différentes structures, obtenues sur le terrain à l’aide d’un GNSS et exprimées dans le système grec en vigueur EGSA87, permettent de confirmer la fiabilité des plans pierre à pierre élaborés au cours des fouilles. Mais quelques corrections devront y être apportées, notamment sur le plan, reconstitué par collage, de l’Aphrodision et de l’Odéon-Théatron. Elles concernent la terrasse supérieure du sanctuaire et l’orientation des gradins du théatron, ainsi que la position de cette zone sur les plans d’ensemble du Quartier Sud : on a pu mesurer les coordonnées de points ayant servi à implanter le carroyage δ et y constater un petit décalage (10 à 15 cm) entre la zone de l’Aphrodision et celle de l’agora.

  • 55 A. Pariente, G. Touchais, Argos et l’Argolide, Topographie et Urbanisme (1998).

8Les décalages les plus sensibles, et les plus problématiques, s’observent pour les plans généraux numérisés issus de la préparation du colloque Argos et l’Argolide, Topographie et Urbanisme55. Ces plans numériques devront être, pour la zone du Quartier Sud, repris et corrigés.

  • 56 A. Pariente, G. Touchais, Argos et l’Argolide, Topographie et Urbanisme (1998), p. 212‑213.

9Les coordonnées mesurées sur le terrain ont permis, par la même occasion, de confirmer dans leur ensemble les hypothèses formulées par Fr. Croissant en 2009. La première hypothèse concernait l’existence d’une rue ancienne, venant de l’Est de la ville, et reliant l’Agora à l’Aphrodision. L’aile Est du grand portique en pi construit au ve s., sans doute en bordure de l’Agora, présente en effet, à sa limite Sud, un plan oblique étrange, dont tout le monde s’accorde aujourd’hui à chercher l’explication dans le souci de respecter une structure préexistante, située au Sud de l’édifice, selon toute vraisemblance une rue archaïque orientée Est‑Ouest. Bien que les fouilles très limitées menées à cet endroit dans les années 1980 n’aient pas permis d’en retrouver les vestiges56, on ne voit guère qu’une structure longue, comme une rue, qui puisse avoir contraint les constructeurs du portique à adopter une telle orientation. Or, des mesures précises ont montré que cet axe (désigné comme axe A), forme avec le N un angle de 101,7 °, et que sa prolongation sur le terrain aboutit exactement à l’Aphrodision (fig. 49). Cela rend donc très vraisemblable son identification avec celui d’une rue archaïque donnant accès au sanctuaire et contemporaine de sa fondation, datée de la fin du viie s. En revanche, le grand escalier taillé dans le rocher au flanc du Prôn affecte une orientation légèrement différente, et doit être contemporain d’un état un peu ultérieur, correspondant à une première restructuration du sanctuaire et à l’aménagement du théatron, vers le milieu du vie s.

Fig. 49 – Argos. Relation topographique ancienne entre l’agora et l’Aphrodision.

Fig. 49 – Argos. Relation topographique ancienne entre l’agora et l’Aphrodision.

Plan EFA, L. Fadin.

10Quel que soit le détail de son articulation à la zone du sanctuaire, on pouvait donc penser que cette « rue de l’Aphrodision » constituait l’axe Est‑Ouest le plus ancien de la trame urbaine. Mais en deux points des structures antérieures ont été mises au jour par la fouille, qui contredisent cette idée : sous le Portique de l’agora, une maison géométrique (fin du viiie s.), et plus au Sud, sur la place de Kypséli, un grand édifice du début du viie s., qui sont tous deux orientés différemment, exactement, semble‑t‑il, comme le sera le côté Nord du Portique classique.

  • 57 BCH 96 (1972), p. 168‑169.

11Toutefois les structures de l’agora, orientées selon un axe de 112,5° (Axe B), et celle du mur N du bâtiment de la place de Kypséli (mur U)57, dont l’orientation a pu être établie à 107,1°, ne sont pas strictement parallèles. Faut‑il en conclure pour autant qu’il s’agit de deux orientations distinctes, et successives, de la trame urbaine ? Si l’on considère que ce dernier axe n’est archéologiquement attesté que par une seule structure, le mur U, et sur une quinzaine de mètres seulement, il est évidemment permis d’en douter. On admettra donc provisoirement que l’axe B, largement attesté par l’ensemble des constructions classiques de l’agora et dont la permanence est confirmée vers l’Ouest par les grands thermes romains, constitue en fait l’axe principal, dans la direction Est‑Ouest, de la trame urbaine, et que cet axe remontait peut‑être au viiie s. La matérialisation sur le plan de cet axe B, au niveau de l’agora et au niveau du bâtiment U (où on le désignera par précaution comme une variante B’), fait d’ailleurs bien apparaître un quasi-parallélisme.

12Ainsi les vérifications topographiques effectuées sur le terrain semblent‑elles permettre de valider dans ses grandes lignes le système suggéré par l’examen du plan général. L’installation d’une rue sur l’axe A, selon une orientation qui était sans précédent et qui restera sans lendemain (l’axe B s’affirmant par la suite, du ve s. à la fin de l’Antiquité, comme l’un des axes majeurs de la trame urbaine) ne saurait donc s’expliquer que dans le cadre d’une intervention urbanistique bien précise : relier directement les quartiers E de la ville au site du Prôn, en vue de la construction à cet endroit, vers la fin du viie s., d’un complexe monumental à fonction religieuse (Aphrodision) et peut‑être déjà politique (théatron à gradins droits, où siègera l’Haliaia). Mais on ne pourra avoir de certitude sur ce point qu’en poursuivant vers l’E l’exploration archéologique de l’agora : quelques sondages limités dans le prolongement de l’axe A dans le terrain, déjà exproprié et libre de constructions modernes, qui jouxte le terrain archéologique pourraient suffire à retrouver, s’ils existent, les niveaux archaïques de la rue.

Top of page

Notes

54 Kernos Suppl. 23, 2009, p. 190‑191.

55 A. Pariente, G. Touchais, Argos et l’Argolide, Topographie et Urbanisme (1998).

56 A. Pariente, G. Touchais, Argos et l’Argolide, Topographie et Urbanisme (1998), p. 212‑213.

57 BCH 96 (1972), p. 168‑169.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 47 – Argos, Aphrodision. Générations successives des types A2.02, A2.10 et A2.17.
Caption a. A2.02gén1 ; b. A2.02gén2 ; c. A2.02gén3 ; d. A2.02gén4 ; e. A2.02gén5 ; f. A2.10gén1 ; g. A2.10gén2 ; h. A2.10gén3 ; i. A2.17gén1 ; j. A2.17gén2.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/442/img-1.jpg
File image/jpeg, 312k
Title Fig. 48 – Argos, Aphrodision. Type A2.04 et bustes apparentés.
Caption a. Argos C.22414 (02.04) ; b. Argos 72.1016.92 ; c. Argos C.2506 ; d. Argos 72.1016.175 ; e. Argos 1018.81
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/442/img-2.jpg
File image/jpeg, 503k
Title Fig. 49 – Argos. Relation topographique ancienne entre l’agora et l’Aphrodision.
Credits Plan EFA, L. Fadin.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/442/img-3.jpg
File image/jpeg, 872k
Top of page

References

Bibliographical reference

Hélène Aurigny, Francis Croissant, Lionel Fadin and Karine Rivière, “L’Aphrodision”Bulletin de correspondance hellénique, 139-140.2 | 2016, 843-848.

Electronic reference

Hélène Aurigny, Francis Croissant, Lionel Fadin and Karine Rivière, “L’Aphrodision”Bulletin de correspondance hellénique [Online], 139-140.2 | 2016, Online since 01 June 2019, connection on 16 September 2021. URL: http://journals.openedition.org/bch/442; DOI: https://doi.org/10.4000/bch.442

Top of page

About the authors

Hélène Aurigny

Aix‑Marseille Université, Centre Camille Jullian

By this author

Francis Croissant

Université Paris 1

Lionel Fadin

EFA

By this author

Karine Rivière

EFA, UMR 7041.

Top of page

Copyright

Bulletin de correspondance hellénique

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search