Navigation – Plan du site

AccueilNuméros139-140.2Rapports (2014-2015)GrèceDélosL’Aphrodision de Stèsiléôs

Rapports (2014-2015)
Grèce
Délos

L’Aphrodision de Stèsiléôs

Cécile Durvye et Martine Leguilloux
p. 849-850

Notes de l’auteur

Outre les deux auteurs de cet article, l’équipe comprenait A. Michel (doctorante, université d’Aix‑Marseille).

Texte intégral

1En juillet 2015, une mission d’étude de deux semaines a été consacrée à l’Aphrodision.

  • 2 BCH 133 (2009), p. 607‑608.
  • 3 BCH 136‑137 (2012‑2013), p. 831.
  • 4 BCH 135 (2011), p. 570.
  • 5 BCH 136‑137 (2012‑2013), p. 827.

2L’étude archéozoologique menée par M. Leguilloux a porté sur plusieurs ensembles : deux contextes cultuels – les sols de l’oikos 52 et la fosse contenant les résidus de banquet située à l’Ouest de l’autel3 –, le four construit dans un creux du rocher contre le mur de soutènement de la terrasse orientale4 et une fosse‑dépotoir postérieure à l’abandon du site5. L’ensemble représente 1 590 restes de faune terrestre identifiés et 231 éléments de faune marine.

3Les vestiges fauniques découverts en contexte cultuel forment de petits ensembles très homogènes. Les restes de petits ruminants, moutons et chèvres, représentent le mobilier le plus abondant ; les restes de l’espèce bovine sont rares, ce qui pourrait signifier que cette espèce n’intervenait que de façon occasionnelle dans les pratiques de sacrifice et de consommation rituelle. La faune marine et la volaille domestique (poules et coqs) sont bien représentées. Les fragments découverts dans la fosse à l’Ouest de l’autel sont porteurs de nombreuses traces de découpe ; l’emplacement de ces traces et les dimensions des fragments analysés indiquent une méthode de débitage normalisée, produisant des morceaux de viande de taille identique.

4Les fosses tardives, très riches en matériel, contiennent des déchets d’alimentation domestique et des éléments liés à l’artisanat de la tabletterie. La variété des espèces découvertes dans ces lots est caractéristique de dépôts de consommation domestique, en net contraste avec les contextes cultuels étudiés plus haut où les ovins et caprins dominent. La présence occasionnelle d’ossements d’animaux non consommés, comme les équidés, indique des niveaux hétérogènes de décharge publique.

5Parallèlement a été menée une étude des dédicaces déliennes à Aphrodite. Des quatre dédicaces découvertes en 1912 dans le sanctuaire d’Aphrodite, deux sont encore en place et lisibles : il s’agit des bases des statues en bronze dédiées par Stèsiléôs à ses parents de part et d’autre de la porte du temple (ID 1166 et 1167) ; la taille des « semelles » destinées au scellement des statues montre que celles‑ci étaient de taille humaine. La base d’une statue d’Aphrodite en marbre consacrée par Échénikè (ID 1277) se trouve dans le temple ; elle n’est pas en place et son inscription n’apparaît plus à la surface du bloc. Son lit d’attente, très abîmé, n’a pas conservé de trace de mortaise ; la faible profondeur du bloc (une trentaine de centimètres) ne permet de restituer qu’une statue de petite taille. La base d’une statue de marbre dédiée par Ktèsonidès (ID 1278) se trouve actuellement au Musée (inv. A 2460) : son lit d’attente, parfaitement conservé, porte une cuvette destinée à recevoir la plinthe d’une statuette de petite taille ; le piquetage de sa face arrière montre que la base était posée contre un mur. Des relevés de ces bases ont été réalisés. Les dédicaces ID 2408 (dédicace de Promathion à Hermès et Aphrodite) et ID 1810‑1811 (dédicaces de Dionysios de Pallène après des réparations dans un Aphrodision) n’ont pas été localisées. Outre ces dédicaces, la loi IG 1029 sur le culte d’Aphrodite a été étudiée : elle est gravée sur deux fragments non jointifs d’une stèle de marbre dont la forme est difficile à interpréter et le collage de ces deux fragments semble douteux.

6Parmi les autres dédicaces à Aphrodite découvertes sur le site, ont fait l’objet d’une étude sans relevé (description, interprétation et photographie) celles qui n’étaient pas explicitement adressées à des Aphrodite orientales : le support de la dédicace IG 1279 est la base d’une colonnette, ID 2389 un repose‑pieds de marbre, ID 2390 un brûle‑encens de calcaire fin parallélépipédique à couronnement circulaire, ID 2391 un fragment de l’arête antéro-supérieure d’une base quadrangulaire, ID 2393 un petit autel à encens parallélépipédique. La dédicace à Venus Victrix ID 2392 qui figure sur un petit entablement à fronton actuellement posé sur un mur du Poséidonion n’a pas encore été traitée.

7Deux blocs portant le nom d’Aphrodite au génitif ont été étudiés : le premier (ID 62) est une base de section carrée (largeur et profondeur : 444 mm) et de très faible hauteur (74 mm) ; le second (IG 1305) est une petite plaque ([L] 228 mm, [h] 107) découverte dans le Sarapieion A, qui a pu être encastrée dans un autel maçonné ou à la base d’une niche.

Haut de page

Notes

2 BCH 133 (2009), p. 607‑608.

3 BCH 136‑137 (2012‑2013), p. 831.

4 BCH 135 (2011), p. 570.

5 BCH 136‑137 (2012‑2013), p. 827.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Durvye et Martine Leguilloux, « L’Aphrodision de Stèsiléôs »Bulletin de correspondance hellénique, 139-140.2 | 2016, 849-850.

Référence électronique

Cécile Durvye et Martine Leguilloux, « L’Aphrodision de Stèsiléôs »Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 139-140.2 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 26 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/bch/447 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bch.447

Haut de page

Auteurs

Cécile Durvye

Université d’Aix‑Marseille, IRAA du CNRS

Martine Leguilloux

Centre archéologique du Var

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search