Skip to navigation – Site map

HomeNuméros139-140.2Rapports (2014-2015)GrèceDélosMorphologie urbaine

Rapports (2014-2015)
Grèce
Délos

Morphologie urbaine

Philippe Fraisse
p. 862-865

Full text

1Les missions conduites sur le terrain en 2014 et 2015, avec le concours de L. Fadin, ont permis de réaliser un relevé détaillé, à l’échelle du 1⁄500, des structures qui avait été repérées au cours de la campagne de septembre 2013. Elles ont permis également de confirmer un certain nombre d’hypothèses qui, dès cette époque, avaient pu être établies.

2Nos efforts se sont d’abord portés sur la région située entre la baie de Gourna et le Stade. L’urbanisation qui a été développée dans ce secteur constitue le prolongement du quartier mis au jour en contrebas du Stade, et les structures observées nous laissent penser que l’on a affaire à un même ensemble ; les orientations dominantes y sont pratiquement les mêmes. Les surfaces urbanisées relevées dans cette région de forte densité correspondent à peu près à 2 hectares, soit plus de deux fois la surface couverte par les îlots fouillés du quartier du Stade.

3Les maisons sont implantées de chaque côté d’une rue de direction presque Nord‑Sud et de largeur importante, qui, même si elle est décalée vers l’Ouest par rapport à la rue du Stade, constitue de toute évidence le prolongement de celle‑ci. Cette voie structure fortement l’urbanisation, desservant le bâti de part et d’autre de l’axe qu’elle constitue. Elle semble aboutir à un espace libre de toute construction, qui fut peut‑être une petite place articulant deux ensembles. Ceux‑ci suivent des orientations légèrement différentes correspondant peut‑être à deux époques du développement de ce quartier.

4Au vu du plan que nous avons pu dresser, il semble que cette urbanisation se soit faite selon un programme parfaitement maîtrisé répondant à des règles précises, à l’exception d’un certain nombre de maisons qui ont été construites au contact direct du rivage, en surplomb sur la falaise.

5Il faut noter en effet que cette urbanisation « ordonnée » s’arrête à distance respectable (15 à 20 m) du rivage Est et de la falaise rocheuse qui surplombe la mer. Dans cette frange côtière, c’est un autre type de constructions qui semble avoir été implanté en suivant les irrégularités de son tracé. Malgré le caractère apparemment peu favorable de cette topographie escarpée, plusieurs habitations ont été construites sur le rocher. La logique qui a présidé à leur implantation n’apparaît pas de façon évidente ; seule leur orientation, toujours perpendiculaire à la ligne du rivage, constitue un trait commun.

6Avant la construction de ces maisons, des travaux de génie civil importants ont semble‑t‑il été réalisés pour adapter les pentes et répondre à la nécessité de trouver le bon sol. En plusieurs endroits, on peut observer les vestiges de murs de soutènement de forte épaisseur, constitués à l’aide de grands blocs de granite. Leur mise en œuvre dans cette topographie accidentée ne fut sans doute pas chose facile, générant probablement des surcoûts de constructions importants. Mais, malgré ce handicap, il y avait certainement pour les propriétaires de ces habitations un intérêt particulier à s’installer là.

7En 2015, c’est la région située au Sud du Théâtre qui, à son tour, a été l’objet d’un relevé au 1⁄500. Les opérations menées ont permis de dresser le plan des quartiers d’habitations situés au Sud de la Maison des masques, au Sud de la colline de Glastropi et le long de la côte Ouest, au Sud du Dioscourion.

8Dans le secteur situé immédiatement au Sud de la Maison des masques, les règles d’urbanisme appliquées ne semblent pas les mêmes que celles qu’on observe dans le quartier du Théâtre. On se trouve en présence d’un urbanisme de type péri urbain, qui marque la transition entre la ville et la campagne, et qui paraît davantage commandé par la volonté de s’adapter à la topographie et aux caractéristiques naturelles du site. La densité du bâti y est moins forte, le réseau viaire moins structurant, et les maisons paraissent avoir été construites isolées les unes des autres.

9Il semble que la forme urbaine ait été plutôt déterminée par la présence, dans le terrain naturel, de nombreuses dépressions qui, çà et là, ponctuent le substrat granitique. Capables d’offrir des réserves d’eau naturelles, elles ont déterminé les choix faits en matière d’implantation de l’habitat. Suivant la typologie de la maison à péristyle, comme à la Maison des masques, ces demeures présentent la particularité d’inclure dans leur périmètre ces réservoirs d’eau à ciel ouvert, sans doute fort utiles au confort de leurs habitants (fig. 16).

10Le rapport à la nature et aux ressources naturelles offertes paraît avoir été le souci majeur des constructeurs de ce quartier d’habitations.

Fig. 16 – Dépression naturelle au sud de la Maison des masques.

Fig. 16 – Dépression naturelle au sud de la Maison des masques.

EFA cl. 2579.

11Plus à l’Est, la plate‑forme qui constitue le sommet de la colline de Glastropi est occupée par de nombreux murs qui appartiennent vraisemblablement à une seule et importante construction ; elle se développe sur un axe longitudinal Est/Ouest (fig. 17). Ses maçonneries de marbre ont sans doute été constituées à partir de matériaux provenant d’un important gisement qui a été exploité au bas du versant Sud. Le plan de l’édifice présente une certaine régularité. Il est divisé en plusieurs espaces parfois séparés entre eux par des passages intérieurs ouvrant sur la façade Nord. En son extrémité Ouest, on observe une dérogation importante au système géométrique orthogonal, avec la présence de pièces qui ont peut‑être été rajoutées dans le cadre d’une extension du bâtiment originel.

Fig. 17 – Construction en marbre au sommet de la colline de Glastropi.

Fig. 17 – Construction en marbre au sommet de la colline de Glastropi.

EFA cl. 2642.

12Enfin, plus à l’Ouest, au Sud du Dioscourion, une bande côtière urbanisée sur une surface relativement étroite, a été l’objet d’un relevé au 1⁄500. À l’instar de ce que l’on a pu observer sur la côte Est, au Sud de la baie de Gourna, on retrouve là aussi une série de constructions implantées en limite de la falaise, perpendiculairement à la mer (fig. 18). Situées en surplomb du rivage, malgré le caractère peu favorable de cette topographie, plusieurs habitations ont ainsi été construites sur le rocher, face à Rhénée. Malheureusement, une grande partie des structures de ces maisons a glissé dans la mer, ce qui ne permet pas d’apprécier l’importance des surfaces construites à l’origine. Néanmoins, on peut vraisemblablement imaginer que leur réalisation a, comme sur le littoral oriental, nécessité d’importants travaux de génie civil, afin d’adapter la pente en créant des surfaces en terrasses en surplomb sur la mer.

13L’ensemble des relevés réalisés en 2014 et en 2015 sur ces secteurs non fouillés, viendra prochainement abonder les données du SIG de Délos.

Fig. 18 – Vestiges de murs de maisons sur la falaise, région Sud du Dioscourion.

Fig. 18 – Vestiges de murs de maisons sur la falaise, région Sud du Dioscourion.

EFA cl. 2615.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 16 – Dépression naturelle au sud de la Maison des masques.
Credits EFA cl. 2579.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/454/img-1.jpg
File image/jpeg, 683k
Title Fig. 17 – Construction en marbre au sommet de la colline de Glastropi.
Credits EFA cl. 2642.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/454/img-2.jpg
File image/jpeg, 651k
Title Fig. 18 – Vestiges de murs de maisons sur la falaise, région Sud du Dioscourion.
Credits EFA cl. 2615.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/454/img-3.jpg
File image/jpeg, 581k
Top of page

References

Bibliographical reference

Philippe Fraisse, “Morphologie urbaine”Bulletin de correspondance hellénique, 139-140.2 | 2016, 862-865.

Electronic reference

Philippe Fraisse, “Morphologie urbaine”Bulletin de correspondance hellénique [Online], 139-140.2 | 2016, Online since 01 June 2019, connection on 24 September 2021. URL: http://journals.openedition.org/bch/454; DOI: https://doi.org/10.4000/bch.454

Top of page

About the author

Philippe Fraisse

Architecte

By this author

  • ∆ήλος: µελέτες αστικής µορφολογίας I. Στόχοι και µέθοδοι
    Delos: studies of urban morphology I. Objectives and methods
    Published in Bulletin de correspondance hellénique, 144.1 | 2020
  • La région au nord et à l’est du stade
    ∆ήλος: µελέτες αστικής µορφολογίας II. Η περιοχή στα βόρεια και ανατολικά του σταδίου
    Delos: studies of urban morphology II. The area north and east of the stadium
    Published in Bulletin de correspondance hellénique, 144.1 | 2020
Top of page

Copyright

Bulletin de correspondance hellénique

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search