Navigation – Plan du site

AccueilNuméros139-140.2Rapports (2014-2015)GrèceDélosTravaux aux Sarapieia A et B (2014)

Rapports (2014-2015)
Grèce
Délos

Travaux aux Sarapieia A et B (2014)

Hélène Brun‑Kyriakidis
p. 865-883

Notes de la rédaction

Avec la collaboration de : Rebecca Attuil (université Paris‑Sorbonne),Julie Bernini (université Bordeaux‑Montaigne),Émilie Vannet (université Paris IV Sorbonne) [contributeur]

Texte intégral

  • 16 S. Ferronato, M. Garcia, G. Hassler, M. Mingotaud, R. Saou, A. Sarosy, M. Sauvage, O. Vanwalleghem, (...)
  • 17 H. Pagoménou (éphorie des Cyclades), B. Lainé (architecte stagiaire, EFA), École d’architecture de (...)

1Du 14 juillet au 1er août 2014 des sondages et des nettoyages ont été effectués dans les Sarapieia A et B pour procéder à quelques vérifications avant la publication. Les sondages étaient dirigés par R. Attuil, J. Bernini et É. Vannet ; elles ont également rédigé les rapports préliminaires. Des étudiants appartenant aux universités de Paris‑Sorbonne et de Bordeaux-Montaigne ont participé à cette mission16 ; H. Pagoménou y était également associée B. Lainé a fait la plupart des relevés des sondages17.

Sarapieion A

2Dans le Sarapieion A (fig. 19) ont été ouverts deux sondages (sondages 1 et 4) et une partie des déblais accumulés sur la rive Sud de l’Inopos a été dégagée (nettoyage 2). Un troisième sondage (sondage 3) a été ouvert dans la rue passant au Nord du sanctuaire.

Fig. 19 – Localisation des sondages et des nettoyages dans le Sarapieion A.

Fig. 19 – Localisation des sondages et des nettoyages dans le Sarapieion A.

Pl. B. Lainé et Fr.‑Fr. Muller.

Sondage 1 (É. Vannet)

3Le sondage 1 (2,50 m × 1,25 m) a été implanté contre le mur Est de la pièce I du Sarapieion A (fig. 19). Notre objectif était double : étudier les fondations du mur de la pièce (fig. 20) et vérifier l’existence de couches en place. Nous ne savions pas en effet où s’étaient arrêtés les précédents fouilleurs, même si plusieurs indices indiquaient qu’ils avaient outrepassé le niveau du sol antique.

Fig. 20 – Sarapieion A, sondage 1 : fondation de la façade occidentale de la pièce II.

Fig. 20 – Sarapieion A, sondage 1 : fondation de la façade occidentale de la pièce II.

Cl. EFA, H. Brun-Kyriakidis.

4Sous le ciment moderne (alt. 18,21 m), nous avons immédiatement rencontré un remblai de terre meuble qui contenait de très grandes quantités de matériel céramique (alt. départ : 18,16 m ; # A1001, A1002, A1003, A1005, A1006, A1008, A1012) : dans la partie orientale du sondage, une première poche, épaisse de 50 cm environ, s’étendait sur la moitié du sondage environ et son épaisseur allait en s’amenuisant d’Est en Ouest ; dans l’angle Sud‑Ouest, une poche analogue a été repérée (fig. 21). Le matériel recueilli, très diversifié, était caractéristique des remblais : de la céramique commune – dont de nombreuses anses d’amphores timbrées –, de la céramique fine – dont beaucoup de fragments archaïques ou classiques –, des os, des résidus de poissons, des coquillages et des charbons, des monnaies et un peu de matériel métallique (clous, plaques de bronze, lingots de plomb, etc.).

Fig. 21 – Sarapieion A, sondage 1 : coupe Nord .

Fig. 21 – Sarapieion A, sondage 1 : coupe Nord .

Relevé B. Lainé et Fr.‑Fr. Muller.

  • 18 P. Roussel, Les cultes égyptiens à Délos (1916), p. 29.
  • 19 P. Roussel, Les cultes égyptiens à Délos (1916), p. 29 : « on remarque que le sol de la chambre est (...)

5Ce remblai a probablement été apporté à l’occasion d’un réaménagement de la pièce I. P. Roussel18 signale en effet que les bancs de marbre aujourd’hui disposés dans cette salle y ont été trouvés en désordre – c’est encore le cas – ; il précise que le sol en avait été exhaussé dans l’Antiquité, par l’apport d’une couche contenant presque exclusivement du matériel céramique19. Il est probable que nous ayons mis au jour une partie de cette couche, même si elle avait dû être entamée par nos prédécesseurs qui étaient descendus sous le niveau du dernier sol d’occupation de la pièce.

6Sous cette première couche, ou accolée à elle par endroits, nous avons fouillé un remblai de terre jaunâtre et sableuse qui contenait également du matériel – en moindre quantité – et de la pierraille (alt. 17,70 m ; # A1005, A1006, A1009, A1011, A1013, A1014, A1015, A1016, A1017). Vers la limite Ouest du sondage, c’est‑à‑dire à mesure qu’on approchait du centre de la pièce, la dimension des blocs devenait plus imposante (certains n’ont pas été retirés du sondage). La fouille a été arrêtée à une profondeur de 17,11 m sans que nous n’ayons atteint le sol vierge ; toutefois, le matériel céramique se faisait plus rare et nous étions gênés par la présence des gros blocs de granit au fond du sondage.

Secteur Sud : nettoyage 2 (É. Vannet)

  • 20 P. Roussel semble faire de la construction de l’aqueduc la cause de la destruction du Sarapieion. C (...)
  • 21 Les ruines de cet aqueduc sont clairement visibles à l’Ouest du Sarapieion, dans un secteur non fou (...)
  • 22 On devine par endroits la trace de cet aqueduc et nous avons trouvé dans les déblais qui encombraie (...)
  • 23 Nous l’avions déjà nettoyé et relevé en 1995. Voir BCH 120 (1996), p. 914‑919.
  • 24 On le devine sur les photographies anciennes du Sarapieion A, notamment celle publiée par P. Rousse (...)

7Après l’abandon du Sarapieion A20, probablement vers le ive s. de notre ère, un aqueduc raccordé au Réservoir de l’Inopos a été construit pour alimenter des thermes21 situés dans la plaine principale. Il passait au travers de la pièce Sud du sanctuaire, mais les précédents fouilleurs l’ont démonté à cet emplacement pour retrouver les murs arasés de cette pièce et il n’est plus visible22. Ils ont cependant mis au jour, sous l’aqueduc, un conduit antérieur au Sarapieion, puisqu’il passe sous les murs du sanctuaire23. Les parois de la tranchée de fouille ont été maçonnées plus ou moins à l’emplacement du massif de l’aqueduc démonté et les matériaux qui en provenaient ont été utilisés pour ces travaux : à certains moellons adhère encore du mortier caractéristique des constructions romaines de Délos. Quelques mètres plus au Sud, en contre‑haut, passait la voie Decauville destinée à l’évacuation des déblais de fouille du Réservoir de l’Inopos24. Le secteur Sud du sanctuaire de Sarapis est donc très perturbé aujourd’hui, tant pas la construction du canal-aqueduc de l’Inopos que par les travaux accomplis lors des fouilles du début du xxe s. (fig. 22).

Fig. 22 – Sarapieion A, nettoyage 2 : secteur Sud en cours de nettoyage. Vue générale prise du Nord.

Fig. 22 – Sarapieion A, nettoyage 2 : secteur Sud en cours de nettoyage. Vue générale prise du Nord.

Cl. EFA, É. Vannet.

  • 25 On suit assez aisément le tracé de cette rue vers la maison de l’Hermès, mais elle se perd ensuite (...)

8Un nettoyage général du secteur Sud (nettoyage 2 ; fig. 19) a permis de faire clairement apparaître les fondations des murs du Sarapieion A (fig. 23). Le mur Sud rejoint, en oblique, la paroi méridionale de la tranchée maçonnée : de grosses pièces de granit très frustes étaient placées en fondations, selon une disposition que l’on observe aussi pour les autres murs périphériques du sanctuaire. Le mur Sud du sanctuaire et la partie méridionale de son mur Est étaient des murs de soutènement : ils n’étaient parementés que vers l’intérieur du sanctuaire et retenaient, vers l’extérieur, les remblais d’une terrasse. Cela indique que le sanctuaire de Sarapis était encaissé dans le terrain environnant, comme il l’est aussi au Nord ou à l’Est. Ainsi, la voie qui passait au Sud du sanctuaire était implantée nettement en contre‑haut, même si nous n’avons pu en déterminer le tracé exact25.

Fig. 23 – Sarapieion A, nettoyage 2 : mur Est du sanctuaire et angle Sud‑Est. Vue prise du Nord.

Fig. 23 – Sarapieion A, nettoyage 2 : mur Est du sanctuaire et angle Sud‑Est. Vue prise du Nord.

Cl. EFA, É. Vannet.

9Ce dégagement n’a pu être très poussé car le démontage du soubassement de la voie Decauville s’est avéré une tâche considérable. Nous avons pu cependant compléter le plan du Sarapieion – ce qui était le premier objectif de ces nettoyages – et mieux comprendre la topographie du secteur et son histoire depuis l’Antiquité.

Sondage 3 (R. Attuil)

10Dans la rue qui longe le Sarapieion A au Nord a été implanté un sondage (sondage 3 ; dimensions : 2 m × 3 m, fig. 19) afin de vérifier les relations de chronologie relative entre la rue, les édifices de l’îlot de la Maison à une seule colonne et la porte Nord du sanctuaire.

  • 26 Cliché EFA no 4133 (rue au Nord du sanctuaire de Sarapis en 1911).

11Après l’enlèvement de la couche de surface (# A3001, A3002 et A3003 ; alt. de départ : 21,10 m) sont apparues les dalles du revêtement de la rue, partiellement affaissées (alt. 21,08 m à 20,90 m selon les endroits ; fig. 24) : elles étaient visibles sur une photographie ancienne du secteur, prise peu après la fouille du Sarapieion26. La terre s’y était accumulée depuis. De même, la canalisation de terre‑cuite qui longe le mur Nord du Sarapieion, visible sur ces clichés anciens, était bien conservée sur toute la longueur du sondage (alt. 20,99 m).

Fig. 24 – Sarapieion A, sondage 3 : le dallage de la rue et la canalisation de terre cuite après l’enlèvement de la terre de surface. Vue prise du Nord.

Fig. 24 – Sarapieion A, sondage 3 : le dallage de la rue et la canalisation de terre cuite après l’enlèvement de la terre de surface. Vue prise du Nord.

Cl. EFA, R. Attuil.

12Aux endroits où les dalles de gneiss ne sont pas conservées – ou n’existaient pas – et sous les quatre dalles que nous avons soulevées pour les besoins du sondage, on rencontre une couche de terre très dure avec d’importantes inclusions de mortier (# A3004, A3005, A3006, A3007, A3015 ; alt. 20,87 m environ) que nous pensons être liée à la pose du revêtement dallé.

13Sous cette couche dure est apparu un sol composé de petits galets et de tessons posés à plat (alt. 20,82 m). Ce revêtement nous a semblé être celui de la rue avant l’installation du dallage. À l’interface de ce niveau de circulation et de la terre très dure qui le recouvrait, nous avons pu recueillir du matériel posé à plat, parmi lequel quatre monnaies (# A3007, OB001 et OB002 et # A3015, OB001 et OB002).

14Dans la moitié Nord du sondage, ce revêtement s’interrompait contre la paroi Sud d’un caniveau dont la paroi Nord était contre (et en partie sous) le mur Sud de l’îlot de la Maison à une seule colonne (fig. 25). Il était empli d’une couche meuble et sableuse (# A3009, A3010, A3011, A3013, A3014, A3016 et A3017) contenant de petites pierres et un peu de matériel céramique. Son radier (alt. 20,46 m) était constitué de plaques de gneiss assez sommairement assemblées et il n’était pas conservé sur toute la longueur dégagée : dans la partie Est nous avons pu fouiller plus profondément, soit sous le radier du conduit, soit dans le conduit lui‑même qui était plus profond à cet endroit (# A3018). Dans ce creux était rassemblée une dizaine de petites monnaies de bronze. Nous arrêtons la fouille à la cote 20,33 m sans avoir pu atteindre le fond du caniveau du fait de l’étroitesse de l’espace disponible pour la fouille.

Fig. 25 – Sarapieion A, sondage 3 : le caniveau de la rue à la fin de la fouille. Vue prise du Nord.

Fig. 25 – Sarapieion A, sondage 3 : le caniveau de la rue à la fin de la fouille. Vue prise du Nord.

Cl. EFA, R. Attuil.

Sondage 4 (É. Vannet)

15Un troisième sondage a été ouvert dans la partie occidentale de la pièce II du Sarapieion A (sondage 4 ; dimensions : 2 m × 6,30 m, fig. 19). Après l’enlèvement de l’épais ciment moderne posé sur le niveau d’arrêt de la fouille de 1911 (alt. du ciment : 18,94 m ; alt. de l’arrêt de la fouille : 18,88 m), nous avons pu commencer à fouiller des couches de remblais antiques, les couches d’occupation ayant été retirées par nos prédécesseurs. Ils s’étaient toutefois arrêtés à peu de chose près au niveau du sol antique de la pièce, à en croire l’altitude de la fondation du seuil (18,97 m), conservée sur le mur occidental de la pièce. Le sondage a montré que la pièce II, comme la pièce I, avait connu au moins deux états distincts.

  • 27 Le feu aurait pu cependant toucher l’enduit qui revêtait les murs périphériques et qui a aujourd’hu (...)

16Nous avons rencontré un premier remblai (# A4001, A4002, A4007, A4010 [toute la surface du sondage] ; A4008, A4011, A4013 [au Sud] ; A4009, A4012, A4014 [au Nord] ; cote d’arrêt : ca 18,60 m) qui était conservé plus ou moins sur toute la surface du sondage. Contre les murs Sud et Ouest de la pièce se trouvaient des poches cendreuses (# A4003, A4004, A4005 et A4006) et la terre était plus dure et de couleur plus sombre qu’au Nord. Ces poches pourraient correspondre à la partie inférieure d’une couche brûlée enlevée par les précédents fouilleurs ; il ne s’agissait sans doute pas de véritables foyers, car elles n’étaient pas suffisamment délimitées. En revanche, le rocher dans l’angle Nord‑Ouest de la pièce présentait une surface rubéfiée et il était surmonté d’une mince couche brûlée. Il reste difficile de rapporter ces restes à un incendie général de la pièce, car aucun mur ne porte de traces de feu27. En l’état, leur interprétation demeure difficile.

17Au cours de l’enlèvement de ce premier remblai est apparu un alignement de moellons, parallèle au mur Nord de la pièce. Un dispositif analogue se trouve également dans l’angle Nord‑Ouest de la pièce, mais il n’est pas strictement parallèle au mur occidental (fig. 26). Pour comprendre la nature de ces dispositifs (banquettes maçonnées, fondations arasées d’un mur antérieur ?) nous avons étendu le sondage vers l’Est (1,30 m Nord‑Sud × 2,80 m Est‑Ouest) ce qui nous a permis de faire apparaître la suite de cet alignement contre les fondations du mur Nord de la pièce II. Il était recouvert par le même remblai que celui qui se trouvait dans la partie Ouest du sondage (# A4015, A4016, A4017, A4018 – alt. de départ : 18,77 m ; cote d’arrêt de # 4018 : 18,60 m).

Fig. 26 – Sarapieion A, le sondage 4 à la fin de la fouille. Mur Ouest de la pièce II. Vue prise de l’Est.

Fig. 26 – Sarapieion A, le sondage 4 à la fin de la fouille. Mur Ouest de la pièce II. Vue prise de l’Est.

Cl. EFA, H. Brun-Kyriakidis.

18Ces vestiges arasés étaient probablement ceux de banquettes maçonnées, adossées au mur de la pièce. Les moellons ne constituent pas en effet une fondation assez solide pour un mur car ils sont posés directement sur un niveau de remblai ; leur direction n’est pas non plus strictement rectiligne. Ces banquettes pouvaient servir de banc pour des fidèles ou, peut‑être, accueillaient‑elles des offrandes déposées dans le sanctuaire. Quoi qu’il en soit, elles appartiennent à un état du sanctuaire antérieur au dernier : elles avaient été recouvertes par les remblais qui avaient également rehaussé le sol de cette salle d’une trentaine de centimètres. Ces travaux ont également laissé des traces dans la maçonnerie de son mur Sud où se distingue clairement la superposition de deux appareils différents (fig. 27). La couche de remblai contenait du matériel provenant probablement du sanctuaire lui‑même : nous y avons recueilli de nombreuses lampes, des unguentaria, un brûle-parfum en terre cuite complet, quelques fragments de figurines de terre cuite et des vases qui peuvent correspondre à des offrandes mises au rebut ou à des ustensiles utilisés lors des cérémonies religieuses qui se déroulaient dans le sanctuaire.

Fig. 27 – Sarapieion A, sondage 4 : mur Sud de la pièce II à l’arrêt de la fouille.

Fig. 27 – Sarapieion A, sondage 4 : mur Sud de la pièce II à l’arrêt de la fouille.

Cl. EFA, H. Brun-Kyriakidis.

19La fouille a été poussée dans ce remblai, jusqu’à atteindre le pied des banquettes maçonnées : elles posaient directement sur un second remblai contenant beaucoup de matériel mêlé et de pierraille. Nous n’avons pas poussé plus avant la fouille contre la banquette Nord ; en revanche, nous avons pratiqué un sondage profond contre l’angle Sud‑Ouest de la pièce, sans parvenir à atteindre le pied des murs (arrêt à la cote 18,25 m). Ce sondage restreint nous a permis de fouiller ce deuxième niveau de remblai (# A4019, A4021, A4022) et nous pouvons espérer dater le premier état et sa réfection par l’étude du matériel provenant des différents remblais.

Sarapieion B

20Dans le Sarapieion B, nous avons procédé également à plusieurs nettoyages et à des sondages (fig. 28) qui nous ont permis de compléter le plan du sanctuaire et de progresser dans la compréhension de sa topographie et de son histoire architecturale.

Fig. 28 – Localisation des sondages et nettoyages dans le Sarapieion B.

Fig. 28 – Localisation des sondages et nettoyages dans le Sarapieion B.

Pl. B. Lainé et Fr.‑Fr. Muller.

Pièce I : nettoyage 1 (J. Bernini)

21Un premier nettoyage a été effectué dans la pièce I, située à l’angle Nord‑Est du sanctuaire (nettoyage 1 ; dimensions : 3 m Nord‑Sud × 2,30 m Est‑Ouest, fig. 28). Le gneiss naturel y est apparu rapidement, sous une couche de terre végétale accumulée depuis les fouilles de 1910. Nous avons pu faire apparaître la tranchée de fondation creusée dans le rocher, sans doute parce que sa surface friable ne permettait pas l’implantation d’une construction solide.

Cour Supérieure (J. Bernini)

Sondage 2

  • 28 BCH 120 (1996), p. 916.
  • 29 BCH 126 (2002), p. 542‑543, BCH 127 (2003), p. 505‑506 et BCH 128‑129 (2004‑2005), p. 914‑918.

22Un sondage (sondage 2 ; fig. 28) de 2,30 m sur 3 m, a été ouvert dans l’angle Nord‑Est de la cour du sanctuaire, à l’emplacement où avait été découvert, en 199528, un aménagement dont la fonction n’était pas clairement apparue à l’époque (fig. 29) : il consiste en un petit enclos, limité au Nord par le mur de la pièce I, à l’Est par celui de la terrasse orientale, au Sud par un muret sommairement construit de moellons et à l’Ouest par deux moellons de marbre alignés qui sont l’unique trace d’un muret sans doute plus élevé à l’origine. À l’Ouest et au Sud, les deux murets sont posés directement sur un remblai : leur fondation n’est donc pas très solide. L’enclos paraît ouvert dans l’angle Nord‑Ouest. Lors d’un sondage effectué en 1995, nous avions recueilli dans cette petite enceinte des résidus osseux mêlés à une terre cendreuse. Les parallèles fournis par les fouilles dans le Sarapieion C laissaient penser que cet enclos sommaire aurait pu être un « autel‑foyer », un escharôn analogue à ceux découverts en 2001 et 200229. Le sondage 2 avait donc pour but de fouiller profondément les remblais de cette construction en sorte d’en dater l’aménagement, en sorte d’en dater l’aménagement.

Fig. 29 – Sarapieion B, sondage 2 : aménagement de l’angle Nord‑Est de la cour du sanctuaire avant la reprise de la fouille. Vue prise de l’Ouest.

Fig. 29 – Sarapieion B, sondage 2 : aménagement de l’angle Nord‑Est de la cour du sanctuaire avant la reprise de la fouille. Vue prise de l’Ouest.

Cl. EFA, H. Brun-Kyriakidis.

23Après l’enlèvement des remblais de la fouille de 1995 (cote départ : ca 31,98 m – # B2001, B2002, B2004), nous avons atteint, à la cote 31,78 m, un remblai antique de couleur brun clair et très dur (# B2003, B2005, B2006, B2007, B2008, B2009, 2010) au sommet duquel nous nous étions arrêtés à l’époque. Il contenait beaucoup de matériel, surtout des fragments de céramique commune. Nous avons pu y recueillir également du matériel osseux ainsi que des fragments de charbon, sans doute des restes provenant du foyer fouillé en 1995. À mesure que la fouille progressait en profondeur dans ce remblai, la terre se faisait plus jaune et contenait de moins en moins de matériel céramique. Nous arrêtons la fouille à la cote 31,28 m (fig. 30), sans avoir pu atteindre le rocher sur toute la surface du sondage, car en ce point de la cour il plonge verticalement. Il a dû également être entaillé, au moins en partie, lors de la construction des murs des pièces I et II.

Fig. 30 – Sarapieion B, sondage 2 à la fin de la fouille. Vue prise du Nord.

Fig. 30 – Sarapieion B, sondage 2 à la fin de la fouille. Vue prise du Nord.

Cl. EFA, J. Bernini.

Sondage 3

24Le sondage 3 a consisté en la fouille du tiers Sud de la cour supérieure du Sarapieion B (fig. 28). Actuellement, elle se partage en deux espaces nettement distincts : une manière d’avant‑cour, dans la moitié occidentale, fait face au naos de Sarapis ; la moitié orientale constitue une esplanade surélevée d’environ 1 m, bordée, à l’Est, par la terrasse II, sous laquelle est creusée une petite crypte, et au Nord par la pièce I. Dans l’angle Nord‑Ouest de la cour, était aménagée la construction fouillée en 1995 et, cette année, dans notre sondage 2. On entrait dans la cour supérieure par l’Ouest, en venant du quai de l’Inopos. Dans l’état actuel, on ne voit guère comment était organisé le passage d’une partie de la cour à l’autre. La fouille n’a pas permis de résoudre toutes les questions relatives à l’aménagement de cet espace ; néanmoins, elle a livré des indices qui peuvent guider la restitution du dernier état d’occupation du sanctuaire. Elle a aussi révélé l’existence d’un état antérieur à l’état final.

25La fouille a été conduite en aire ouverte et s’est progressivement étendue du Nord vers le Sud et de l’Ouest vers l’Est (fig. 31). Nous avons en effet commencé par un sondage restreint dans l’angle Sud‑Est de la cour avant d’étendre la fouille vers l’Ouest (extensions Ouest 1 et Ouest 2) pour suivre les assises d’un mur de direction Est‑Ouest apparu en limite de sondage. De même, nous avons progressé vers le Sud et dégagé l’angle Sud‑Ouest de la cour parce que la panse d’un pithos était apparue dans la berme (extension Sud 3) ; enfin, nous avons élargi le sondage vers le Nord‑Est pour mieux faire apparaître la relation entre le mur de direction Est‑Ouest et l’affleurement rocheux qui se trouve dans cette partie de la cour (extension Nord‑Est 4).

Fig. 31 – Sarapieion B, sondage 3 : vue générale en cours de dégagement. Vue prise de l’Est.

Fig. 31 – Sarapieion B, sondage 3 : vue générale en cours de dégagement. Vue prise de l’Est.

Cl. EFA, H. Brun-Kyriakidis.

  • 30 Les décapages de la terre de surface correspondent aux numéros suivants : # B3001 (angle Sud‑Est de (...)

26Après l’enlèvement des couches de surface (terre végétale ou terre accumulée depuis les fouilles du début du siècle précédent, selon les endroits30), nous avons trouvé des couches en place, notamment dans la partie Ouest de la cour. Le rocher naturel y est en forte pente si bien que des remblais ont dû être apportés pour le nivellement de l’esplanade. Aucun niveau de sol n’était malheureusement conservé : les fouilles anciennes sont descendues sous le niveau antique et ont fait disparaître toute trace des sols d’occupation. Nous avons toutefois pu mettre en évidence un mur de direction Est‑Ouest dans la moitié Est du sondage (fig. 31 et 33), sur l’esplanade supérieure. Seule une assise de sa fondation était conservée. Elle reposait sur un remblai de terre jaunâtre contenant une grande quantité de pierraille et d’éclats de gneiss (# B3009, B3010, B3031 et B2034 – alt. du sommet du remblai : 30,92 m environ. Le terrain est en assez forte pente d’Est en Ouest qui avait servi, selon nous, à égaliser le sol de la moitié Sud‑Est de la cour, probablement lors de l’installation du sanctuaire. Le mur de direction Est‑Ouest n’était pas nécessairement très élevé : la qualité médiocre de sa fondation fait penser qu’il s’agissait d’un petit analemma, qui pourrait avoir déterminé, par exemple, une rampe d’accès vers l’esplanade supérieure, permettant de combler le dénivelé du terrain naturel.

  • 31 Le rocher se relève rapidement vers le Nord : le muret n’est long que d’environ 1 m ; l’altitude du (...)

27Dans la moitié Ouest du sondage, nous avons fouillé un remblai très différent de celui de la moitié orientale (# B3014, B3016, B3017, B3021, B3023, B3025, B3028, B3029, B3033, B3036, de la cote 30,80 m jusqu’au rocher, situé à une altitude de 30 m environ vers le milieu du sondage) : il ne contenait pas d’éclat de gneiss et la terre était de couleur brun foncé plutôt homogène. Plusieurs blocs provenant du Sarapieion avaient été jetés dans ce remblai au moment où il avait été apporté. Nous y avons recueilli trois pieds de banc en marbre blanc et un fragment de banc où se lisaient quelques lettres du nom de Sarapis (ΣΑΡΑΠ‑) gravées sur la tranche (fig. 32). Le dégagement de ces remblais a également permis de mettre au jour des vestiges appartenant à un premier état de l’angle Sud‑Ouest de la cour supérieure : un pied de banc, encore en place sur sa fondation, est apparu lors du dégagement # B3038 (fig. 33 et 35). Le banc était disposé face à l’Ouest. Seul l’un de ses pieds a été retrouvé, mais il est vraisemblable qu’un pied analogue ait été installé contre le mur de péribole Sud, pour soutenir l’extrémité méridionale du banc. Nous n’avons pu le vérifier, car en ce point de la cour nous avions laissé une berme qu’il ne nous a pas été possible de démonter. Contre la face Nord du banc était adossé un muret sommairement construit qui venait buter contre l’enrochement de gneiss31 et qui retenait, vers l’Est, le remblai contenant les éclats de gneiss que nous avons décrit précédemment (# B3009, B3010, B3031 et B2034). Appartenant à ce même état, on peut également signaler la découverte d’une poche de cendres (# B3026, B3028) qui contenait des ossements. Les cendres étaient simplement posées sur le remblai, à une altitude de 30 m environ. Il est difficile de savoir s’il s’agit d’un foyer à proprement parler, d’une eschara, puisqu’aucun aménagement construit n’a pu être associé à cette couche de cendres. Il pourrait également s’agir d’un dépôt secondaire, toutefois il nous a semblé que les terres environnantes étaient rubéfiées (# B3028, contre le mur Ouest du sanctuaire). La couche cendreuse était épaisse d’une trentaine de centimètres et très localisée. Son interprétation reste difficile, même si le niveau où elle se trouve garantit qu’elle appartenait au premier état du secteur.

Fig. 32 – Sarapieion B, sondage 3 : fragment de banc dans le remblai avec une inscription sur la tranche.

Fig. 32 – Sarapieion B, sondage 3 : fragment de banc dans le remblai avec une inscription sur la tranche.

Cl. EFA, J. Bernini.

Fig. 33 – Sarapieion B, sondage 3 : pied de banc en place et muret perpendiculaire au mur de soutènement Est‑Ouest. Vue prise du Nord.

Fig. 33 – Sarapieion B, sondage 3 : pied de banc en place et muret perpendiculaire au mur de soutènement Est‑Ouest. Vue prise du Nord.

Cl. EFA, J. Bernini.

28Les remblais de terre brune que nous avons décapés dans l’angle Sud‑Ouest appartiennent donc à une deuxième phase d’aménagement du sanctuaire au cours de laquelle le niveau de sol a été rehaussé d’une cinquantaine de centimètres, un peu plus parfois selon les points. Le deuxième état correspond à celui que l’on voit aujourd’hui dans l’avant‑cour : un banc, adossé à des murets de soutènement, analogue à celui qui existait dans le premier état, a été installé du côté Est de l’avant‑cour ; contre le mur Sud de la cour sont encore visibles les bases qui servaient de fondations aux pieds d’un banc disparu. Appartenant également à ce deuxième état, nous avons mis au jour un pithos dont le pied est posé sur le rocher (alt. : 30 m environ) et qui était maintenu par le remblai de terre brune (fig. 34). Sa partie supérieure a disparu (il se peut qu’on en trouve des fragments lors de l’étude du matériel céramique recueilli dans les environs), mais d’après l’estimation de la hauteur du vase, elle devait se trouver bien au‑dessus du niveau du sol du deuxième état (alt. conservée de sa panse : 30,74 m). L’usage qui était fait de ce vase reste difficile à préciser. Il a été plusieurs fois réparé – réparations dont témoignent les nombreuses agrafes de plomb encore fixées sur sa panse. Il était comblé d’une terre légèrement différente de celle du remblai environnant. Il pourrait avoir été utilisé par les fidèles des dieux isiaques qui se réunissaient dans cette avant‑cour sans qu’il soit possible de préciser davantage.

Fig. 34 – Sarapieion B, sondage 3 : pithos en place. Vue prise de l’Est.

Fig. 34 – Sarapieion B, sondage 3 : pithos en place. Vue prise de l’Est.

Cl. EFA, J  Bernini.

Fig. 35 – Sarapieion B, sondage 3 : pied de banc en place et muret Nord‑Sud. Vue prise de l’Ouest.

Fig. 35 – Sarapieion B, sondage 3 : pied de banc en place et muret Nord‑Sud. Vue prise de l’Ouest.

Cl. EFA, J. Bernini.

Pièce V (J. Bernini)

  • 32 P. Roussel (n. 18), p. 34.

29Deux sondages (sondages 4 et 5) et des nettoyages ont été effectués dans la pièce V du sanctuaire, située sur une terrasse inférieure et accessible depuis un palier de l’escalier qui monte du quai de l’Inopos. Nous espérions préciser la chronologie et la fonction des trois compartiments construits dans la partie Ouest de cette salle. Ces derniers étaient considérés par P. Roussel comme trois chapelles destinées au culte de la triade Sarapis, Isis et Anubis32 : ils ouvraient probablement vers l’Est et dans l’axe de chacun d’eux se trouvait un autel à cornes portant une dédicace aux dieux du sanctuaire. La présence de ces autels semble indiquer que la « pièce V » était plutôt une terrasse qu’une salle couverte.

Sondage 4

30Un premier sondage (sondage 4 ; dimensions : 1,50 m × 1,70 m, fig. 28) a été ouvert dans l’angle Sud‑Ouest de la pièce V. Sous la couche de surface (# B4001 et B4002), on trouve, à la cote 28,44 m environ, un remblai moderne (# B4003, B4004 et une partie de # B4005) qui a sans doute été apporté lors de la reconstruction du mur Sud de la pièce (mur Nord de l’escalier) et dont la partie supérieure est entièrement cimentée.

31Sous ce remblai moderne est apparu un remblai antique de couleur jaunâtre (# B4005, B4006 et B4008 ; alt. 27,78 m) ; la céramique y était particulièrement abondante, ainsi que les os et les coquillages. La partie supérieure de ce remblai contenait en outre de nombreuses inclusions de charbon : il s’y trouvait même une sorte de poche noirâtre (# B4005), particulièrement visible dans la berme orientale du sondage. La fouille a été arrêtée à la côte de 27,25 m sans avoir atteint le sol vierge.

Sondage 5

32De l’autre côté du mur occidental de la pièce V, dans le compartiment de l’angle Sud‑Ouest de la pièce V, a été ouvert un deuxième sondage (sondage 5 ; toute la surface du compartiment, soit 3 m × 4 m, fig. 28). La stratigraphie y était analogue à celle du sondage 4 : sous la couche de terre végétale (# B5001 et B5002 ; cote de départ : 28,10 m), nous avons d’abord rencontré un remblai moderne (# B5003 et une partie de # B5004 ; alt. 27,77 m), puis un remblai antique (# B5004, B5005, B5006, B5007, B5008, B5009 et B5010 ; alt. ca 27,50 m). Il contenait énormément de matériel céramique dont une partie provenait du sanctuaire lui‑même ou des locaux environnants : nous y avons ainsi trouvé une amphore entière qui y avait été jetée après usage (alt. 27,39 m ; fig. 36). Le comblement de ce compartiment pourrait donc avoir été fait à un moment où le Sarapieion B se transformait. Cela peut également laisser supposer que ces « compartiments » de la pièce V n’appartiennent pas à l’état originel du sanctuaire. La fouille a été poussée plus en profondeur que dans le sondage 4 voisin, mais sans atteindre là non plus le sol vierge (cote d’arrêt : 26,95 m).

33Bien que nous n’ayons pas pu parvenir au fond de ces sondages, ils nous ont permis de recueillir une grande quantité de matériel céramique dont on peut espérer tirer des informations sur la chronologie de ces aménagements. La fouille n’a pas livré d’indication complémentaire sur la fonction des trois compartiments. On peut s’en tenir à la proposition de P. Roussel et y voir des chapelles destinées à la triade Sarapis, Isis et Anubis.

Fig. 36 – Sarapieion B, sondage 5 : amphore jetée dans le remblai # B5006.

Fig. 36 – Sarapieion B, sondage 5 : amphore jetée dans le remblai # B5006.

Cl. EFA, J. Bernini.

Couloir d’accès au sanctuaire : sondage 6 (R. Attuil)

  • 33 P. Roussel (n. 18), p. 33‑34.

34Un dernier sondage a été implanté dans le couloir d’accès au sanctuaire, contre les premières marches de l’escalier (sondage 6 ; dimensions : 2,30 m Nord‑Sud × 2 m Est‑Ouest, puis extension 1 et extension 2 : longueur totale du sondage : 3,15 m, fig. 28). Selon P. Roussel, l’escalier et le couloir avaient connu plusieurs états33 que nous espérions pouvoir mettre en évidence.

  • 34 P. Roussel (n. 18), p. 34 et pl. II : la marche figure en pointillés sur le plan de S. Risom. Il la (...)

35Sous la couche de terre végétale (# B6001, B6002, B6005, B6010 ; alt. de départ : 25,03 m) est apparue une marche de l’escalier. Elle avait été déjà mise au jour par les précédents fouilleurs34. Un lit de pierres était amassé contre la contremarche, peut‑être jeté là après la fouille de 1910. La terre végétale s’était ensuite accumulée sur toute la surface du couloir. Sur les murs latéraux du couloir se trouvait un revêtement d’enduit dont la partie inférieure indique quel était le niveau du sol antique en ce point, soit 25 m, altitude qui correspond également à celle de la marche. Le niveau du sol du premier état dont on peut soupçonner l’existence devait donc être inférieur d’environ 30 cm à celui qu’indique l’enduit, hauteur qui correspond plus ou moins à celle de la contremarche qui avait été recouverte.

36Après l’enlèvement de la terre végétale et du remblai de fouille, nous avons trouvé un remblai antique, unitaire jusqu’à la clôture du sondage (# B6003, B6004 [en partie], B6005 [en partie], B6006, B6007, B6008, B6010 [en partie], B6011, B6014, B6015, B6016, B6017, B6019, B6020 ; alt. départ : 24,73 m ; cote d’arrêt du sondage : 23,86 m, fig. 37).

Fig. 37 – Sarapieion B, sondage 6 après l’enlèvement de la couche de terre végétale # B 6001. Vue prise de l’Ouest.

Fig. 37 – Sarapieion B, sondage 6 après l’enlèvement de la couche de terre végétale # B 6001. Vue prise de l’Ouest.

Cl. EFA, R. Attuil.

37Trois vases de stockage étaient encore en place dans le couloir, pris dans cette couche de remblai (fig. 38). Ils étaient emplis d’une terre différente de celle des remblais environnants : elle contenait très peu de pierres et presque aucun fragment de céramique, hormis les fragments détachés des vases eux‑mêmes (# B6009, B6012, B6013). Leur embouchure (alt. 24,66 m) devait affleurer sur le sol. Ces vases étaient de formes diverses : le premier que nous ayons mis au jour est un pithos (diamètre conservé de la panse : 50 cm) ; il a été réparé à plusieurs reprises au moyen d’agrafes de plomb dont certaines étaient encore en place. Le second est apparu dans la berme occidentale de notre sondage que nous avons dès lors repoussée de 20 cm vers l’Ouest pour pouvoir le dégager complètement. Il s’agissait d’une amphore dont le col avait été tronqué : seule la panse avait été conservée, sans doute pour être utilisée à l’instar d’un pithos. Enfin, un second pithos de dimensions plus réduites a été mis au jour non loin de l’amphore, nous obligeant là encore à étendre le sondage vers l’Ouest pour pouvoir le dégager en totalité. Nous n’avons pu fouiller la totalité de la surface du couloir et nous ignorons donc si d’autres vases y étaient ainsi disposés. Leur situation est difficile à expliquer : on peine à imaginer qu’ils aient pu être contemporains d’une utilisation de ce couloir comme lieu de passage, attendu qu’ils sont au milieu du chemin. Ils devaient donc être hors d’usage lors du fonctionnement du Sarapieion. Ils sont toutefois installés dans le remblai qui a été apporté au moment de la construction des murs latéraux du couloir et du massif de l’escalier puisque nous n’avons pas constaté de changement dans la nature de ce comblement. Leur présence demeure donc inexpliquée.

Fig. 38 – Sarapieion B, sondage 6 : les trois vases du couloir en cours de dégagement. Vue prise de l’Est.

Fig. 38 – Sarapieion B, sondage 6 : les trois vases du couloir en cours de dégagement. Vue prise de l’Est.

Cl. EFA, R. Attuil.

38Contre le mur Nord du couloir est posé un très gros bloc de marbre mal dégrossi. Le sondage a montré qu’il était posé sur la couche de terre végétale. Il a dû être placé dans le couloir du Sarapieion lors d’un rangement effectué dans le secteur de l’Inopos après les fouilles du début du xxe s.

39La fouille a enfin permis d’atteindre le pied du mur Sud du couloir dont les premières assises étaient posées sur le gneiss (alt. 24,58 m). Toutefois, nous avons arrêté le sondage à une profondeur de 23,86 m, après en avoir réduit la surface, sans avoir pu atteindre le rocher sur la totalité de l’espace fouillé et sans avoir constaté de changement de nature du remblai.

  • 35 P. Roussel (n18), p. 262‑263.

40Cette campagne de fouille nous a donné une meilleure idée de l’organisation architecturale des deux petits Sarapieia ; elle nous a surtout fourni des preuves de l’existence de plusieurs états successifs, qui, s’ils restent impossibles à restituer dans tout leur détail, permettent au moins de rendre à ces établissements une certaine épaisseur historique. Les inscriptions provenant de ces sanctuaires, au nombre d’une quarantaine parce qu’elles ressortissent pour la plupart à l’épigraphie privée, sont en effet difficiles à dater précisément. P. Roussel les imputait presque toutes aux dernières années de l’Indépendance délienne. Il admettait cependant que les deux petits Sarapieia avaient continué de fonctionner après 167, même si la production épigraphique – et, en conséquence, l’activité des dévots – n’y était pas très soutenue35. L’étude du matériel provenant des différents sondages nous permettra donc de proposer des hypothèses plus précises sur l’histoire de ces deux sanctuaires.

Haut de page

Notes

16 S. Ferronato, M. Garcia, G. Hassler, M. Mingotaud, R. Saou, A. Sarosy, M. Sauvage, O. Vanwalleghem, Th. Vogel.

17 H. Pagoménou (éphorie des Cyclades), B. Lainé (architecte stagiaire, EFA), École d’architecture de Strasbourg).

18 P. Roussel, Les cultes égyptiens à Délos (1916), p. 29.

19 P. Roussel, Les cultes égyptiens à Délos (1916), p. 29 : « on remarque que le sol de la chambre est en grande partie fait de débris de poterie ».

20 P. Roussel semble faire de la construction de l’aqueduc la cause de la destruction du Sarapieion. Cependant, celle‑ci a pu être bien plus précoce et nous manquons d’éléments pour en déterminer la date. Voir P. Roussel (n. 18), p. 20.

21 Les ruines de cet aqueduc sont clairement visibles à l’Ouest du Sarapieion, dans un secteur non fouillé, peu avant la Maison de l’Hermès (BCH 127 [2003], p. 516‑518) ; il passait au‑dessus des murs de cette maison, mais il a été démonté par les fouilleurs qui l’ont indiqué sur les plans dressés après les fouilles. On le retrouve également à l’Aphrodision où il est établi là encore sur les murs partiellement arasés des oikoi du sanctuaire (BCH 131 [2007], p. 985‑996). Les vestiges des thermes ont été étudiés par Cl. Hasenohr, REA 104 (2002), p. 101‑106 qui propose de les dater du ive s.

22 On devine par endroits la trace de cet aqueduc et nous avons trouvé dans les déblais qui encombraient ce secteur de nombreux fragments de tuiles dont certains appartiennent à cet ouvrage : ils y étaient utilisés comme conduites, comme l’a montré la fouille d’un tronçon de cet aqueduc à proximité de la Maison de l’Hermès. Voir BCH 127 (2003), p. 516‑518.

23 Nous l’avions déjà nettoyé et relevé en 1995. Voir BCH 120 (1996), p. 914‑919.

24 On le devine sur les photographies anciennes du Sarapieion A, notamment celle publiée par P. Roussel (n. 18), fig. 3. La voie a peut‑être été déjà démontée, mais le terre‑plein construit pour la supporter est encore très net.

25 On suit assez aisément le tracé de cette rue vers la maison de l’Hermès, mais elle se perd ensuite dans la zone non fouillée. Il est probable que le terre‑plein destiné à l’installation de la voie Decauville y soit installé.

26 Cliché EFA no 4133 (rue au Nord du sanctuaire de Sarapis en 1911).

27 Le feu aurait pu cependant toucher l’enduit qui revêtait les murs périphériques et qui a aujourd’hui disparu.

28 BCH 120 (1996), p. 916.

29 BCH 126 (2002), p. 542‑543, BCH 127 (2003), p. 505‑506 et BCH 128‑129 (2004‑2005), p. 914‑918.

30 Les décapages de la terre de surface correspondent aux numéros suivants : # B3001 (angle Sud‑Est de la cour), # B3002 (idem), # B3003 (idem), # B3005 (extension Ouest 1), # B3006 (banquette résiduelle au Sud‑Est), # B3007 (extension Ouest 1), # B3009 (sous une dalle en gneiss, angle Sud‑Est ; le remblai a été également entamé), #B3013 (extension Ouest 2), # B3018 (extension Sud 3 – autour du pithos), # B3027 (extension Nord‑Est 4, le remblai a peut‑être été également entamé), # B3032 (sur le rocher à l’Est), # B3025 (sur le rocher à l’Est), # B3037 (sur le rocher au Nord du mur Est‑Ouest – extension Nord‑Est 4), # B3038 (sous l’autel de marbre blanc déplacé ; le remblai antique a été retiré lors de la même opération).

31 Le rocher se relève rapidement vers le Nord : le muret n’est long que d’environ 1 m ; l’altitude du rocher, et du sommet du muret, s’établit à 30,59 m environ.

32 P. Roussel (n. 18), p. 34.

33 P. Roussel (n. 18), p. 33‑34.

34 P. Roussel (n. 18), p. 34 et pl. II : la marche figure en pointillés sur le plan de S. Risom. Il la représente sous le dallage du couloir, mais ce revêtement n’a jamais existé.

35 P. Roussel (n18), p. 262‑263.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 19 – Localisation des sondages et des nettoyages dans le Sarapieion A.
Crédits Pl. B. Lainé et Fr.‑Fr. Muller.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/456/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 594k
Titre Fig. 20 – Sarapieion A, sondage 1 : fondation de la façade occidentale de la pièce II.
Crédits Cl. EFA, H. Brun-Kyriakidis.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/456/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Titre Fig. 21 – Sarapieion A, sondage 1 : coupe Nord .
Crédits Relevé B. Lainé et Fr.‑Fr. Muller.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/456/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 557k
Titre Fig. 22 – Sarapieion A, nettoyage 2 : secteur Sud en cours de nettoyage. Vue générale prise du Nord.
Crédits Cl. EFA, É. Vannet.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/456/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 756k
Titre Fig. 23 – Sarapieion A, nettoyage 2 : mur Est du sanctuaire et angle Sud‑Est. Vue prise du Nord.
Crédits Cl. EFA, É. Vannet.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/456/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 605k
Titre Fig. 24 – Sarapieion A, sondage 3 : le dallage de la rue et la canalisation de terre cuite après l’enlèvement de la terre de surface. Vue prise du Nord.
Crédits Cl. EFA, R. Attuil.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/456/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 615k
Titre Fig. 25 – Sarapieion A, sondage 3 : le caniveau de la rue à la fin de la fouille. Vue prise du Nord.
Crédits Cl. EFA, R. Attuil.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/456/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 820k
Titre Fig. 26 – Sarapieion A, le sondage 4 à la fin de la fouille. Mur Ouest de la pièce II. Vue prise de l’Est.
Crédits Cl. EFA, H. Brun-Kyriakidis.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/456/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 479k
Titre Fig. 27 – Sarapieion A, sondage 4 : mur Sud de la pièce II à l’arrêt de la fouille.
Crédits Cl. EFA, H. Brun-Kyriakidis.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/456/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 594k
Titre Fig. 28 – Localisation des sondages et nettoyages dans le Sarapieion B.
Crédits Pl. B. Lainé et Fr.‑Fr. Muller.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/456/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 613k
Titre Fig. 29 – Sarapieion B, sondage 2 : aménagement de l’angle Nord‑Est de la cour du sanctuaire avant la reprise de la fouille. Vue prise de l’Ouest.
Crédits Cl. EFA, H. Brun-Kyriakidis.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/456/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 741k
Titre Fig. 30 – Sarapieion B, sondage 2 à la fin de la fouille. Vue prise du Nord.
Crédits Cl. EFA, J. Bernini.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/456/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 619k
Titre Fig. 31 – Sarapieion B, sondage 3 : vue générale en cours de dégagement. Vue prise de l’Est.
Crédits Cl. EFA, H. Brun-Kyriakidis.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/456/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 511k
Titre Fig. 32 – Sarapieion B, sondage 3 : fragment de banc dans le remblai avec une inscription sur la tranche.
Crédits Cl. EFA, J. Bernini.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/456/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Titre Fig. 33 – Sarapieion B, sondage 3 : pied de banc en place et muret perpendiculaire au mur de soutènement Est‑Ouest. Vue prise du Nord.
Crédits Cl. EFA, J. Bernini.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/456/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 691k
Titre Fig. 34 – Sarapieion B, sondage 3 : pithos en place. Vue prise de l’Est.
Crédits Cl. EFA, J  Bernini.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/456/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 705k
Titre Fig. 35 – Sarapieion B, sondage 3 : pied de banc en place et muret Nord‑Sud. Vue prise de l’Ouest.
Crédits Cl. EFA, J. Bernini.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/456/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 721k
Titre Fig. 36 – Sarapieion B, sondage 5 : amphore jetée dans le remblai # B5006.
Crédits Cl. EFA, J. Bernini.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/456/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
Titre Fig. 37 – Sarapieion B, sondage 6 après l’enlèvement de la couche de terre végétale # B 6001. Vue prise de l’Ouest.
Crédits Cl. EFA, R. Attuil.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/456/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 830k
Titre Fig. 38 – Sarapieion B, sondage 6 : les trois vases du couloir en cours de dégagement. Vue prise de l’Est.
Crédits Cl. EFA, R. Attuil.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/456/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 834k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Brun‑Kyriakidis, « Travaux aux Sarapieia A et B (2014) »Bulletin de correspondance hellénique, 139-140.2 | 2016, 865-883.

Référence électronique

Hélène Brun‑Kyriakidis, « Travaux aux Sarapieia A et B (2014) »Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 139-140.2 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 25 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/bch/456 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bch.456

Haut de page

Auteur

Hélène Brun‑Kyriakidis

Université Paris‑Sorbonne, IRAA [USR 3155]

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search