Navigation – Plan du site

AccueilNuméros139-140.2Rapports (2014-2015)GrèceDélosLe rempart de Triarius

Rapports (2014-2015)
Grèce
Délos

Le rempart de Triarius

Stéphanie Maillot et Myriam Fincker
p. 894-991

Notes de la rédaction

Avec la collaboration de : D. Leconte (IRAA, Paris), L. Fadin (EFA), C. Boulland (université Lumière Lyon 2), M.‑Ch. Hunault (université Bordeaux Montaigne), P.‑Ph. Corriger (université Blaise Pascal, Clermont), A. Lascu et D. Stepho, ouvriers, avec l’aimable participation de H. Pagomenou, Éphorie XXI Athènes. [contributeur]

Texte intégral

1Le rempart établi par les Romains à Délos en 69 av. J.‑C., dit « Mur de Triarius », a fait l’objet d’une campagne de fouilles en 2014 sous la direction de St. Maillot. La fouille de 2014 a été suivie d’une campagne d’étude en 2015 menée par M. Fincker et S. Maillot. Les objectifs de la mission étaient d’étudier la portion du rempart subsistante sur la ligne de crête de la colline du théâtre (relevé topographique et architectural) ; de préciser son mode de fondation et sa technique de construction par des opérations de sondages ; et de réexaminer différentes hypothèses de tracé de la fortification dans cette zone par un relevé général des vestiges sur une aire assez large permettant de préciser l’implantation de la fortification dans la topographie et le paysage urbain préexistant.

2Cette zone de la fortification est particulièrement intéressante à plusieurs titres. La hauteur de la colline sur laquelle le rempart est installé en fait un point de vigie remarquable sur la mer et les îles alentour ainsi que sur l’intérieur du périmètre défendu : elle offre une vision à 270 degrés, à laquelle fait seulement obstacle, au Sud‑Est, le mont Cynthe qui, par ailleurs, empêche l’accès. Nul doute que l’on se trouve ici sur l’un des points forts du système de défense ; par ailleurs la courtine et les bastions installés sur la ligne de crête, dans un état de conservation notable, n’avaient jusqu’à présent jamais été fouillés.

Le dispositif de la colline du Théâtre

Les travaux antérieurs

Le travail de J. Replat

3Le dispositif de défense sur la ligne de crête de la colline du théâtre, composé d’une courtine terminée par un bastion à chacune de ses extrémités n’apparaît pas sur le relevé opéré par le capitaine Bellot publié dans l’EAD I (1909). La première identification de la fortification dans cette zone est sans doute à porter au crédit de J. Replat : le dispositif figure en effet sur le plan général de relevé des fouilles au 1⁄1 000 daté de 1914‑1918. Ce plan dénote une reconnaissance remarquable du tracé général de la fortification, y sont relevées les portions du rempart sûrement identifiées par les fouilles antérieures :

  • au Nord‑Ouest de la Palestre de Granit jusqu’à la Maison de Skardhana (cette section dite MN1 a fait l’objet d’une campagne d’étude en septembre 2010) ;
  • la section de direction Nord‑Sud au sud de la Palestre du lac jusqu’au niveau de l’angle Sud‑Est de l’Agora des Italiens (seul demeure de cette section un tronçon témoin, dit MN2, réétudié lors de la campagne de juin 2011).
  • Apparaissent également deux « nouveaux » secteurs, par ailleurs non mentionnés dans le cadre d’opérations de fouilles :
  • une section au sud, perpendiculaire au rivage (dit MN4, objet de la campagne d’étude de juin 2012) ;
  • la section sur la ligne de crête étudiée ici, dite MN3, avec les bastions Est et Ouest.

4Aucune mention de ces deux derniers secteurs n’est faite dans les archives de J. Replat – conservées à l’EFA – qui permettrait de préciser les conditions de leur identification, et il n’existe pas de photographie permettant de documenter l’état des vestiges au moment de ce relevé.

5Le plan 1914‑1918 fait également apparaître un certain nombre d’hypothèses de tracé de la fortification avancées par l’architecte, sous la forme de lignes en pointillé. Dans la partie qui nous concerne, il s’agit d’un mur de section Nord‑Sud qui, en partant du bastion Est, vient doubler un mur d’habitation préexistant – ce mur devint après les fouilles de 1949 le mur Ouest de la maison de l’Hermès. D’autre part, est mentionné en pointillé un mur large qui, partant du bastion Ouest, forme une oblique en direction du sommet du koilon du théâtre.

Le réexamen de J. Delorme

  • 43 Archives EFA Délos 1 – 1949.

6La zone de la colline du théâtre a fait l’objet d’un nouvel examen par J. Delorme en 1949, dans le cadre d’une opération de reconnaissance générale du tracé de la fortification de Triarius et de vérification des hypothèses de J. Replat. Ces travaux sont rapidement décrits dans un rapport manuscrit conservé dans les archives de l’EFA43 et ont été partiellement publiés dans le BCH. J. Delorme fait creuser une tranchée tout autour de la construction sur la ligne de crête (les deux bastions et la courtine), ainsi que le long des murs de section perpendiculaire, Nord‑Sud, qui descendent de la colline en direction du talweg de l’Inopos :

  • le premier à l’Est se poursuit jusqu’à la rue qui passe au‑dessus de l’habitation que J. Delorme dénommera par la suite Maison de l’Hermès, et aboutit un peu à l’Est de la porte d’accès à cette maison marquée par deux jambages de granit ;
  • le second à l’Ouest descend de la colline en une direction Nord/Nord-Ouest ; son départ de la courtine se situe au point d’accrochage de la courtine avec le bastion Ouest.
  • 44 Archives EFA L0123‑10A‑19A.

7D’après les photographies44, ces tranchées devaient avoisiner les 0,40‑0,50 m de large sur 0,40‑0,50 m de haut ; elles n’ont probablement pas été remblayées.

  • 45 Cette question a été revue lors d’une opération de fouilles menée en 2016.

8J. Delorme a par ailleurs fait procéder à un nettoyage de reconnaissance sur le plateau rocheux pour vérifier l’hypothèse de J. Replat qui semble indiquer un accrochage de la fortification au théâtre. L’opération l’invite à exclure cette hypothèse : il ne relève aucun signe d’arrachage d’un mur ou de creusement dans le rocher pour recevoir une fondation et affirme par ailleurs l’absence de blocs de démolition45.

9Le rapport de J. Delorme comporte une description rapide du mur Nord‑Sud à l’Est. Il est identifié comme un dispositif appartenant à la fortification jusqu’à la maison de l’Hermès. Ce dispositif s’appuie parfois sur des constructions arasées antérieures. Delorme note que le bastion Est vient s’accrocher sur un mur intérieur de maison qui conserve des traces de stuc ; mais l’essentiel relève d’une construction ad hoc. C’est ce que montre en effet le liaisonnement des murs entre eux jusqu’au bastion Est et l’appareil composite agencé d’une façon caractéristique de la fortification. En revanche, aucune description n’est faite du mur Nord‑Sud à l’Ouest.

10J. Delorme donne ainsi une description rapide de la courtine, des deux bastions Est et Ouest et du rempart qui descend vers le Nord du côté Est, exclut l’hypothèse de J. Replat d’une poursuite de la fortification au Sud sur le plateau rocheux, mais n’envisage pas le retour vers le Nord de la fortification côté Ouest. Ses recherches débouchent sur la découverte de la Maison de l’Hermès, dont l’intérêt accapare désormais J. Delorme, J. Tréheux et J. Marcadé aux dépens du rempart.

Les travaux de la campagne 2014

Relevé topographique

11La portion de rempart étudiée se situe sur la colline du théâtre entre les altitudes 34,00 à 35,00 m. Elle domine toute la ville antique intra‑muros. Depuis le bastion Ouest, le regard embrasse la ville du rempart MN4 qui s’avance dans la mer jusqu’au mur MN2 qui referme la ville à l’Est du lac et la baie de Skardanha au Nord. Au Sud, un thalweg de 5 à 8 m de profondeur, une ancienne carrière de marbre vidée pour l’édification du théâtre, crée un fossé avec le plateau sur lequel sont implantés à environ 100 m la Maison des dauphins et l’Îlot des masques. L’abrupt de la falaise au Nord du plateau est aujourd’hui en grande partie masqué par des déblais datant des opérations de fouille des maisons précitées.

  • 46 L’auteur donne sur le camp de Scipion les informations suivantes : le rempart avait une largeur com (...)

12L’ensemble de la pente Nord de la colline, le plateau rocheux et la carrière de marbre, préalablement débroussaillée, a été relevé au 1⁄20. L’enjeu était de préciser l’intérêt tactique de la zone et en particulier de la carrière qui faisait office de fossé (dans ce but, une coupe topographique Nord‑Sud traversant le plateau rocheux, la carrière et la courtine du rempart a été réalisée) : c’est sans doute ce qui explique l’implantation du rempart de la ligne de crête, en léger contrebas, plutôt que sur le plateau rocheux au Sud. Le léger contrebas était largement compensé par l’élévation de la courtine et des bastions qui a sans doute atteint trois mètres : cette hypothèse est permise par le témoignage d’Appien sur les retranchements de Scipion à Numance46.

Relevé architectural et description (fig. 50)

13Le rempart présente une lourde maçonnerie composée d’une portion de courtine encadrée par deux tours-bastions en saillie vers le Sud. L’observation de terrain permet d’affirmer que sont liés à la courtine, sur la pente au Nord, deux murs de moindre largeur : le Mur Est, déjà observé par J. Delorme, qui reprend partiellement le tracé de constructions antérieures et descend jusqu’à la maison de l’Hermès, et le Mur Ouest qui est une construction ad hoc, établie perpendiculairement à la face Nord de la maçonnerie sommitale.

14Un dernier mur, le Mur Sud‑Ouest, à notre connaissance jamais rapporté à la fortification, peut probablement être attribué au système de défense. C’est une construction à décrochement bâtie en direction du Quartier du théâtre sur une forte pente.

Figure 50 – Plan général de la zone étudiée avec la courtine, les bastions Est et Ouest, les sections de rempart dite Mur Est, Mur Ouest et Mur Sud‑Ouest.

Figure 50 – Plan général de la zone étudiée avec la courtine, les bastions Est et Ouest, les sections de rempart dite Mur Est, Mur Ouest et Mur Sud‑Ouest.

La courtine : plan

15Cette lourde maçonnerie fut implantée en bordure du talweg au Sud sur une ligne de crête quasiment horizontale (altitude ± 34,50 m). Les bastions Ouest et Est enserrent la courtine longue de 26,63 m (mesure prise entre les deux bastions). La largeur de la courtine, 2,26 m, est un peu inférieure à celle des autres sections de la fortification (MN1, MN2, MN4 dont la largeur varie entre 2,50 et 2,80 m), mais reste conséquente, en regard de sa situation topographique.

Les bastions : plan (fig. 51)

16Le plan du bastion Ouest forme un pseudo-carré de 8,40 m Nord‑Sud sur 7,76 Est‑Ouest (restitué) ; celui du bastion Est forme un losange irrégulier. Les parements Nord et Sud du bastion Est convergent suivant un angle de 6,8°. L’angle Sud‑Ouest est aigu (74,12°), l’angle Sud‑Ouest obtus (112,5°).

17Les parements Nord des deux bastions prolongent le parement septentrional de la courtine. À l’angle Nord‑Est du bastion Est, une excroissance de plan grossièrement carré (1,72 m Nord‑Sud sur 1,76 m Est‑Ouest) relie le bastion à des maçonneries de construction antérieure. Cette excroissance s’appuie elle‑même sur une maçonnerie antérieure en petit appareil de gneiss gris‑vert qui, au moment des travaux de tranchées de J. Delorme, gardait des traces d’enduit du côté Est.

18La conservation du plan avec ses parements est complète, à l’exception de la face Ouest du bastion occidental qui a totalement disparu.

Fig. 51 – La courtine et les bastions vus du Sud‑Est, depuis le plateau rocheux.

Fig. 51 – La courtine et les bastions vus du Sud‑Est, depuis le plateau rocheux.

Élévations (fig. 52‑53)

19En élévation, la conservation des parements est très inégale. À la face Ouest du bastion occidental, elle a disparu : le remplissage du mur apparaît sans qu’on puisse dire s’il est en place ou s’il a glissé vers l’Ouest. La plupart des parements ne conservent qu’une ou deux assises. On observe cependant quelques pans d’élévation plus importante, notamment au Sud du bastion Est qui conserve une hauteur de 1,25 m.

  • 47 À l’angle obtus Sud‑Est du bastion Est, un bloc de marbre parallélépipédique parfaitement dressé su (...)

20Les parements sont bâtis en pierres brutes à peine équarries, pierres de marbre et surtout de gneiss, avec de très rares blocs de granit. On relève exceptionnellement quelques blocs de marbre dressés47. Les blocs de marbre sont plus nombreux dans les angles ; ils sont probablement extraits de la carrière (talweg) : certains conservent des lambeaux de gneiss en surface, d’autres de fines épaisseurs de calcin qui se forment dans les diaclases naturelles. Il peut s’agir de blocs déchets de la carrière qui n’avaient pas été utilisés lors des extractions antérieures, ou d’une réutilisation de la carrière au moment de la construction du rempart dont la veine de marbre avait déjà presque entièrement disparu. Quant au gneiss, il constitue en partie un matériau de réemploi issu de démolitions, mais la majorité des blocs sont très certainement issus de la carrière voisine et ont été extraits pour l’occasion : leur mauvaise qualité, très friable du fait de leur composition feuilletée, et leur teinte ocre terre de sienne présentent les mêmes caractéristiques que la falaise de la carrière.

Fig. 52 – Angle Sud‑Est du bastion Est.

Fig. 52 – Angle Sud‑Est du bastion Est.
  • 48 Voir Vitruve, II 8,7 (les maçonneries) et I 5 (la construction de remparts et des tours).

21Entre les parements, l’emplecton est constitué uniquement de blocs de gneiss, de la qualité locale décrite ci‑dessus. Ils sont soigneusement posés à plat et liés avec de la terre ; l’agencement est bien visible sur le sommet du bastion Ouest et sur sa face Ouest : le parement qui s’est effondré laisse voir le blocage interne du bastion. Ce type de remplissage, sans doute autobloquant au vu du peu d’espace qui sépare les blocs, est le même que celui observé lors des campagnes précédentes dans les sections MNI, MN2 et MN4 du rempart48.

Fig. 53 – Parement Est du bastion Ouest.

Fig. 53 – Parement Est du bastion Ouest.

Le mur Est

  • 49 Les deux étapes de construction se distingue aisément : le mur antérieur est bâti uniquement en gne (...)

22Le mur Est relie le bastion Est à la Maison de l’Hermès sur un terrain en pente à 35 %. À partir de l’excroissance rectangulaire du bastion Est, on reconnaît trois sections dans le rempart. Une première est constituée d’une construction en gneiss et en marbre qui se poursuit en empruntant le tracé d’un mur antérieur de faible épaisseur (0,60 m), probablement partiellement arasé puis surélevé par une construction aux mêmes caractéristiques que le parement de la courtine et des bastions49. Le rempart descend d’abord en direction du Nord sur 4,70 m puis se retourne vers l’Ouest sur 4,32 m. Une deuxième, plus au Nord, sur 8,16 m de long et 0,80 m de large, est une construction présentant les caractéristiques de la maçonnerie sommitale (marbre et gneiss à joint sec pour les parements). Une troisième section, qui rejoint la rue au Sud de la Maison de l’Hermès, réutilise des maçonneries antérieures ; elle est totalement bâtie en gneiss et mesure 8 m de longueur, pour une épaisseur d’environ 0,60 m.

  • 50 Cet endroit nécessitera un nettoyage pour permettre une meilleure observation de ce qui s’apparente (...)

23Le rempart Est se termine vraisemblablement contre la maison de l’Hermès par une construction de pierre et de marbre (ép. 0,80 m) qui obstrue la rue au‑dessus d’un remblai50.

Le mur Ouest et ses contreforts

24Le mur Ouest est lié à la face Nord du rempart, à 1,50 m à l’Est de l’emprise du bastion Ouest. Cette observation permet donc d’affirmer fermement qu’il fait partie du système de défense. Il descend perpendiculairement à la courtine sur une pente à 48 %. Sa longueur est de 16,36 m et l’épaisseur des maçonneries de 0,56 m à 0,64 m. Comme le rempart sur le sommet de la colline, il est fait de blocs de marbre et de gneiss à peine équarris. Il présente quatre contreforts à l’Est et un à l’Ouest, destinés à stabiliser la construction sur cette forte pente. Le mur semble s’arrêter et faire tête au bout de 16,36 m : cette tête de mur au Nord présente un appareil soigneusement bâti avec une alternance de blocs occupant toute la largeur de la maçonnerie et de blocs destinés à amorcer les parements latéraux. Les raisons de l’interruption de la maçonnerie restent à préciser (présence d’une poterne ?). Au‑delà de cette interruption, le rempart venait probablement s’appuyer contre une maison non fouillée dont la présence se signale par une dépression caractéristique de l’effondrement d’une citerne.

Le mur Sud‑Ouest à décrochements

25Il ne s’agit pas d’un mur à proprement parler mais de segments de maçonnerie construite avec un appareil de marbre et de gneiss peu équarris, caractéristique du rempart. Les segments de murs sont en légers décochements les uns par rapport aux autres, mais leur facture identique nous laisse supposer leur appartenance à une même construction.

26On relève tout d’abord, appuyé à l’angle Nord‑Ouest formé par le mur Ouest et la courtine, contre la face Nord du Bastion, un massif de 1 m de large qui semble amorcer la maçonnerie en direction de l’Ouest. En contrebas à l’Ouest, un deuxième segment, décalé de 2,50 m vers le Nord qui descend sur une pente à 43 % : les vestiges de ce mur s’étendent sur 13,80 m de long et sur la même largeur de 1 m. On n’a pas trouvé de traces de mur entre ces deux segments. Ce vide s’explique peut‑être de la façon suivante : à cet endroit précis, la pente est extrêmement raide (60 %) et le rocher affleure par endroits ; on peut supposer que la maçonnerie mal fondée a glissé. Plus en contrebas et jusqu’à la rue supérieure du théâtre à l’endroit où elle longe l’îlot 2, on a pu relever un dernier vestige de cette maçonnerie, un troisième segment sur 11,20 m de long et 1,20 de large. Entre le deuxième segment (de 13,80 m de long) et le troisième (long de 11,20 m), on relève un parement dont la fonction est mal définie, appartenant peut‑être à un mur antérieur, ou se rapportant à une construction de voie Decauville. Cette zone nécessitera un nettoyage pour un nouvel examen.

27L’ensemble de ces trois segments pourrait avoir constitué un mur à décrochement destiné à fermer le passage sur ce flanc abrupt de la colline où les quartiers n’avaient pu s’étendre du fait de la trop grande pente, ou un mode d’accès à la colline et à la courtine. C’est une construction peut‑être rajoutée dans un deuxième temps car non liée aux maçonneries du rempart (mur Ouest, courtine et bastion Ouest).

28L’ensemble de ces observations permet d’avancer les conclusions suivantes.

29L’opération de fortification a porté sur tout le versant Nord de la colline du théâtre. Les murs Est et Ouest délimitent une zone fortifiée relativement restreinte, une sorte d’excroissance en hauteur du périmètre défendu qui peut faire penser à la fonction d’un castellum. C’est l’intérêt stratégique de ce point surélevé, qui de plus est protégé par un fossé profond, qui explique son intégration dans le système défensif : quelques années plus tard, César préconise d’installer un camp de façon à allier les intérêts respectifs de deux types de terrain, en intégrant à un site centré sur une plaine l’intérêt stratégique d’un site de hauteur.

30À l’Est et jusqu’au talweg de l’Inopos, le rempart réutilise des murs d’habitation puis intègre la Maison de l’Hermès. À l’Ouest, le haut de la pente, sans doute restée inoccupée à cause de la forte dénivellation, est pourvu d’une construction ex nihilo assurée par plusieurs contreforts, qui permettent probablement de fixer l’important remblai qui a sans doute recouvert l’ensemble de la colline ; ces contreforts délimitent aussi des paliers ou des plates‑formes d’accès à la courtine sommitale. Le système de défense rejoint une zone d’habitation encore non fouillée et réutilise peut‑être l’urbanisme préexistant selon un mode qu’il reste à préciser. Il est possible que le versant Ouest de la colline ait été défendu par le mur à décochements, qui barrait la pente et faisait opposition à une incursion par le plateau, le long du koilon.

31La question du raccordement de la fortification au théâtre reste à réétudier, les arguments de J. Delorme ne nous semblant pas décisifs. L’identification du Mur Ouest comme partie du système défensif n’exclut pas l’hypothèse de J. Replat d’un raccordement du rempart vers le Sud jusqu’au sommet du koilon du théâtre, puisque le Mur Ouest et ses contreforts ont une fonction d’accès et de consolidation. Suivant l’hypothèse de Ch. Pi card, il nous semble probable que le théâtre a été intégré au système de défense et qu’il marque sa limite Sud : le sommet du koilon aurait ainsi pu faire office de chemin de ronde.

32Les matériaux de construction sont trouvés sur place, comme dans les autres secteurs du rempart : ce sont des blocs provenant de zones de démolition, mais aussi sûrement de blocs débités pour la construction. L’ancienne carrière a très probablement été rouverte : on peut émettre l’hypothèse que les matériaux à disposition aient été insuffisants dans une zone en partie non habitée, en particulier pour permettre le remplissage interne de deux tours-bastions ; la retaille de la falaise au bord du plateau permettait d’autre part d’augmenter l’intérêt stratégique de la dépression créée par la carrière.

Sondages (fig. 54‑55)

33Les opérations de sondages de 2014 avaient pour but d’éclairer les points suivants :

  • le mode d’installation du rempart (sur le rocher ou sur un habitat antérieur), la hauteur de l’élévation restante et la profondeur des tranchées effectuées par J. Delorme en 1949 ;
  • la situation du rempart sur la crête : l’existence éventuelle d’une berme du côté extérieur de la fortification pour assurer et solidifier la construction, la forme et la nature du fossé du côté du parement extérieur du rempart (rocher recreusé, constructions antérieures ?) ;
  • le mode de construction et en particulier la nature des fondations.
  • 51 Une nouvelle campagne de fouille dans la zone en 2016 n’a pas non plus permis d’atteindre le fond d (...)

34Beaucoup de réponses ont été apportées, mais la profondeur de la fondation s’est révélée plus importante que prévu et les niveaux de l’habitat antérieur, dont l’existence est très probable, ainsi que du rocher n’ont pu être atteints51.

35Deux sondages ont été ouverts, de part et d’autre de la courtine (sondage Nord et sondage Sud) de 2 m au pied du rempart sur 3 m. Ils ont ensuite été poursuivis en deux sous-sondages (sondage Nord.2 et sondage Sud.2) de 2 m (pied du rempart) sur 1 m.

36L’observation a été plus facile dans le sondage Sud que dans le sondage Nord. Les niveaux inférieurs y ont été atteints plus rapidement pour plusieurs raisons : les conditions climatiques, et en particulier le grand vent, ont rendu le travail très difficile du côté Nord ; le sondage Nord présentait deux parties assez distinctes – une zone à l’Est avec de très gros blocs d’effondrement ou de dégagement datant des opérations de J. Delorme en 1949 et une zone de terre à l’Ouest constituée d’amas éoliens.

37Au Sud, après le dégagement d’une couche de terre végétale, de blocs d’éboulement et de blocs sans doute déplacés lors du dégagement du pied du rempart par J. Delorme, nous avons atteint une couche probablement issue de l’écoulement du remplissage de la courtine (voir la couche 2 des profils), puis nous sommes parvenus rapidement à un niveau antique marqué par des déchets de taille (voir couche 3), notamment des éclats de marbre particulièrement reconnaissables à leur forme de lentille : ce matériel est peut‑être issu de tas de déchets de la carrière proche ; il est également possible qu’il soit le fruit de la retaille de certains blocs lors de l’agencement des pierres de l’élévation. Il est quoiqu’il en soit avéré que les travaux opérés par J. Delorme n’ont consisté qu’en un dégagement de surface des pierres éboulées des parements ; en tout cas il ne s’agit pas de véritables tranchées de fouilles et le niveau de la fondation n’a certainement pas été atteint.

38Cette fine couche d’éclats de taille constituait la surface d’une couche de terre contenant un matériel important et divers (voir la couche 3.1 avec céramique fine et commune, petits fragments de mortier, os, petits coquillages, éclats de taille, quelques éclats de verre, petits fragments de métal, rares galets). La terre revêt dans un premier temps une couleur brun orangé (ferreuse ? voir couche 3.2), puis une teinte grise et cendreuse avec des petits fragments de charbon (voir couche 3.3). Ces teintes correspondent probablement, plus qu’à la présence d’un foyer de travail pour ce qui est de la terre cendrée, à des brouettées provenant de zones de destruction différentes.

39Sous cette couche de terre mêlée de matériel, on parvient à une couche de déblais antiques se signalant par l’abondance du matériel céramique (tessons d’amphores, de céramique culinaire, aux bords parfois très usés qui témoignent d’une cassure ancienne et dans certains cas peut‑être d’un séjour dans l’eau), mais surtout beaucoup de cailloutis et de déchets de taille de différents formats et de toute nature. La part de terre de ce remblai est très inégale et présente des couleurs variées (du brun orangé au brun gris) qui correspondent sans doute à l’amas de couffins différents ; elle s’amenuise en profondeur où le remblai devient très lâche et comprend beaucoup de vide.

Fig. 54 – Situation du sondage Sud. Vue du plateau rocheux.

Fig. 54 – Situation du sondage Sud. Vue du plateau rocheux.

40En conclusion, il semble que le sommet de la colline a été soigneusement préparé pour asseoir la maçonnerie. Des constructions antérieures ont peut‑être été arasées – la prochaine campagne permettra de confirmer cette hypothèse – ; le terrain a ensuite été grossièrement nivelé tout d’abord par un déblai composé de tessons de céramique grossière et de cailloutis puis par des déblais plus denses composés d’éclats de taille, de pierrailles, de céramique et de terre (couches 3.1, 3.2 et 3.3) ; le rempart a été posé et inséré dans les couches 3.2 et 3.3. L’ensemble de ces couches de déblais a sans doute rempli la fonction d’un ballast permettant le nivellement du sol et la répartition des charges de la construction, mais aussi le drainage du terrain.

41Puis le sol a été nivelé proprement : au Sud, à l’extérieur du rempart, après une surface plane d’environ 1,50 m de large, les couches 3 sont en forme de glacis en pente raide : cette surface plane correspond peut‑être à une berme destinée à renforcer la solidité du parement extérieur. Au Nord, on note un espace plan de 2 m de large qui permettait peut‑être le déplacement des soldats du côté intérieur de la fortification : c’est à l’aménagement de cet espace que l’on doit sans doute rapporter la présence des trois tuiles fragmentaires découvertes à plat du côté Est du sondage.

Fig. 55 – Relevé des profils Ouest des sondages Sud et Nord ; relevé des parements Sud et Nord de la courtine.

Fig. 55 – Relevé des profils Ouest des sondages Sud et Nord ; relevé des parements Sud et Nord de la courtine.

Relevé et dessin, M. Fincker.

  • 52 GD 72.Voir BCH 49 (1925), p. 466‑469 et BCH 50 (1926), p. 568 ; Ph. Bruneau, CDH, p. 328‑329.

42Quant au rempart lui‑même, il présente, sur le ballast, un premier lit de pierre de rattrapage de niveau, disposé, dans les zones de dépression de terrain, à l’intérieur du remblai (couche 3) : dans le sondage Sud, cette assise de rattrapage est nette car le terrain présente un fort pendage vers l’Est (voir fig. 53). Puis on relève une assise de réglage, en léger débord : elle est observable en plusieurs autres endroits de la courtine et nous l’avions par ailleurs observé au pied du parement extérieur du rempart MN4 en bord de mer. Il est à noter que l’utilisation de ce mode de fondation est visible dans des constructions déliennes antérieures d’époque romaine, comme le mur de péribole Ouest du Sanctuaire du bastion, probablement daté de la fin du iie s.52 (fig. 56).

Fig. 56 – Fondation du rempart dans le sondage Sud. Vue du Sud.

Fig. 56 – Fondation du rempart dans le sondage Sud. Vue du Sud.
  • 53 Voir les carnets de L. Bizard, à propos du dégagement de la section du rempart dit « mur NN » à l’a (...)

43L’apport essentiel de ces sondages est de montrer que la construction repose sur une fondation très étudiée, composée d’un ballast et d’une assise de réglages. Cette technique, qui appelle une comparaison avec la fondation des voies romaines, avait été évoquée incidemment lors des fouilles anciennes et du dégagement du rempart dans la zone Nord de la ville53, mais elle avait été mise sur le compte d’un ouvrage hâtif et tardif. La construction a sans doute été rapide : un ouvrage de défense élevé en contexte de guerre n’a pas les qualités esthétiques d’un rempart de prestige en temps de paix ; elle devait en tout cas être efficace et tous les gages de solidité ont été pris.

44Par ailleurs, l’établissement du rempart dans la topographie délienne et le paysage urbain préexistant témoigne d’une réflexion stratégique poussée. Dans ce cadre, la fortification de la zone de la ligne de crête a été particulièrement importante : le rempart bloque les incursions du Sud‑Ouest, surplombe la vallée de l’Inopos à l’Est, permet la surveillance de l’ensemble du périmètre défendu de la ville et des accès maritime depuis Naxos au Sud jusqu’à Mykonos à l’Est en passant par Ténos ; enfin, et peut‑être surtout, la courtine et ses deux imposants bastions permettent d’être vu de loin et devaient constituer un élément de dissuasion pour d’éventuelles attaques.

Le dispositif en bord de mer : la question de la défense du littoral

45Lors de la campagne d’étude 2015, l’attention a été portée plus précisément sur la zone de fortification au Sud du Port sacré et le segment de rempart conservé dit MS1 (Mur Sud 1).

46L’intérêt de cette section du rempart est de fournir des informations sur la défense en bord de mer, qui reste très mal connue, et sur la relation qu’entretient la fortification avec les zones de débarquement et de ravitaillement sur le littoral Sud.

47La section du rempart se situe en bord de mer, au Sud du débarcadère actuel : elle part d’une plate‑forme en partie immergée à l’Ouest et cachée par la plage à l’Est. Les conditions d’observation de la partie immergée ont été particulièrement favorables et ont permis de préciser les conditions d’établissement du rempart sur des constructions préexistantes en bord de mer.

  • 54 Le Môle 1 serait situé au Nord du Port sacré, à l’Ouest des actuelles maisons de fouille de l’EFA, (...)
  • 55 H. Duchêne, Ph. Fraisse, Le Paysage portuaire de la Délos antique. Recherches sur les installations (...)

48Les études antérieures avaient déjà constaté que le rempart était établi sur une zone construite appelée « Môle 4 » dans les études de J. Pâris54, qui séparerait deux bassins du port, les Bassins II et III. Bringuier donne une description rapide de ce qu’il appelle une plate‑forme dans son « rapport ». Duchêne55 évoque également la zone et conclut : « Il n’y avait […] pas de tour ou de bastion à son extrémité. Cela renforce le caractère improvisé et sommaire de ce rempart. »

49L’état actuel des vestiges a permis les observations suivantes.

50Depuis le bord de mer, et suivant une direction Est‑Ouest, une section du rempart, maçonnée ex nihilo, rejoint le Magasin γ : il s’appuie contre son mur Ouest. La longueur conservée est de 36,20 m. Le rempart est effectivement établi sur un édifice antérieur, désormais dit Bâtiment du môle, de 22,50 sur 14,50 m. Le rempart passe par‑dessus des murs de cet édifice, d’orientation Nord‑Sud ; il est possible qu’il superpose un mur de cloisonnement Est‑Ouest du Bâtiment du Môle 4 : en effet les deux relevés anciens figurent quatre pièces carrées de module équivalent au Nord du rempart, que l’on ne retrouve pas au‑delà, au Sud.

51En l’absence de nettoyage, il n’est pas possible de préciser la nature de cet édifice : on peut simplement constater qu’il est situé en avancée par rapport à la ligne des magasins du iie et du iiie Bassin. On note cependant qu’à son extrémité Ouest, le rempart s’arrête net contre le parement intérieur de la pièce occidentale. Cela semble indiquer que ce mur était encore en élévation au moment de la construction du rempart et qu’il a fourni un terme à celui‑ci.

52Une zone du môle, plus à l’Ouest, d’environ 7 m de profondeur et plus large que la façade occidentale de l’édifice (ca 20 m sur le Plan Replat), reste inoccupée. Il sera nécessaire de déterminer ses limites Nord et Sud pour préciser sa fonction initiale et sa réutilisation par Triarius. Tout au plus peut‑on émettre l’hypothèse qu’il s’agit d’un quai ou d’une jetée, conservé comme tel, ou d’une pièce qui aurait pu être comblée pour faire tour ou bastion. Nous avons effectué un relevé de ce que l’on peut considérer comme une zone d’effondrement.

53Les différences qui apparaissent sur les relevés de 1896, 1907‑1908 et 1916, ainsi que l’intérêt tactique de ce segment de rempart, rend nécessaire un nouveau relevé topographique, complémentaire du relevé effectué pour l’Atlas de Délos, pl. 27 à l’échelle 1⁄200.

54Par ailleurs, nous avons procédé à un complément de relevé architectural de MS1, qui a permis de préciser l’emplacement des élévations restaurées à l’époque contemporaine, et au relevé d’une coupe Nord‑Sud au 1⁄50.

55En l’état actuel de nos recherches, nous émettons l’hypothèse que la section MS1 relève d’une défense du littoral, destinée à barrer le passage par la voie de circulation qui, en provenance du Sud, longeait probablement les magasins. Elle ne condamne pas entièrement l’usage des constructions antérieures sur ce que l’on appelle le « môle 4 » : elle a notamment pu conserver la pièce la plus à l’Ouest pour la transformer en tour, bastion, ou du moins en faire un point d’observation.

Étude d’un bloc inscrit

56En 2015, on a procédé au relevé et à l’étude d’un bloc inscrit se rapportant au légat Triarius et ses travaux de fortification. Cette inscription publiée dans les ID, no 1621, a été découverte en 1907, brisée en deux fragments. Elle n’avait pas été revue depuis, notamment lors des campagnes d’inventaires des inscriptions sur le site, menées en 2006 et 2008. Le nettoyage de la salle hypostyle en juin 2015 nous a permis d’identifier le bloc.

  • 56 P. Roussel, BCH 32 (1908), p. 418, no 10 bis, reprise dans l’édition des ID.

57La pierre est un orthostate présentant des cadres d’anathyrose à l’arrière, qui appartient vraisemblablement à une petite construction de 75 cm de large en face frontale avec des retours à angle droit prolongeant les faces latérales. Il peut s’agir d’une base de statue, probablement situé sur l’Agora de Théophrastos. Un nouvel examen de la pierre, très abîmée, nous permet d’apporter quelques modifications à la restitution proposée par P. Roussel56.

  • 57 Histoire romaine XLIV 29 et XLV 10.
  • 58 Voir Cl. Vial, M.‑F. Baslez, « La diplomatie de Délos dans le premier tiers du iie siècle », BCH 11 (...)

58Cette inscription est d’un intérêt majeur à plusieurs titres : elle atteste l’opération générale de fortification et sa datation par la mention de l’épimélète Héraïskos de Képhisia. D’autre part, elle émane non pas des troupes de Triarius elles‑mêmes comme ID 1855, 1856 et 1857, mais de la population de l’île : il s’agit d’une inscription publique officielle. Sa localisation et son contenu permettent de préciser l’interprétation de la fortification. Il s’agit d’une base navale fortifiée, castra ou praesidium pour les Romains, équivalent du grec ormotèrion. Textes littéraires et inscriptions attestent cette vocation de Délos : Tite‑Live décrit les navires des Romains, d’Eumène et de Persée dans le port de Délos en 166 av. J.‑C.57 ; le décret de 190 av. J.‑C. pour le rhodien Epikratès fils de Polystratos rapporte qu’Epikratès a non seulement assuré la sécurité de Délos avec une flotte rhodienne, des trières de la ligue des Nésiotes et des bâtiments légers d’Athènes, mais qu’il a aussi interdit par diagramma, l’utilisation du port de Délos comme ormètèrion, base d’opération58.

59Les Romains utilisaient donc Délos comme base navale depuis au moins un siècle lorsqu’ils prennent la décision de fortifier le port sacré et militaire et toute la zone considérée comme sacrée, non pas tant par piété que par usage. Il semble en effet que la fortification ait pour but essentiel de protéger le mouillage et les zones sacrées environnantes : les hieron d’Apollon, d’Artémis (évoqués dans les formules sur la sainteté de Délos dans la loi Gabinia-Calpurnia de 58 av. J.‑C.) et Leto. Toutes les zones portuaires marchandes sont laissées en dehors : le but n’est pas de les défendre, ce qui aurait d’ailleurs été impossible puisqu’elles s’étendent tout autour de l’île (Ghourna, Skardhana et sur le littoral Sud jusqu’à Fourni).

60Il s’agit donc de défendre le mouillage militaire des incursions venant de tous côtés. Reste à déterminer comment a été organisée la défense du chenal de Rhénée, ce qui sera l’objet d’une prochaine campagne.

Travaux divers

61Lors de la campagne d’étude de 2015, on a également procédé à des relevés de l’hippodrome, puisque le mur de soutènement de l’Hippodrome, de direction Nord‑Sud, a très certainement fait partie du système de défense de la plaine : la dépression que ce mur crée du côté de l’Est a pu faire office de fossé et le mur lui‑même remplir la fonction d’un proteichisma.

62Ces relevés ont fait suite au nettoyage de l’Hippodrome dans le cadre de l’étude de J.‑Ch. Moretti. Les opérations ont été les suivantes : relevé du mur de soutènement au 1⁄50 ; profil Est‑Ouest : depuis la terrasse de l’hippodrome à travers le fossé et la Palestre de granit, complétant le profil 47b de l’Atlas de Délos ; profil Sud‑Nord : à une quarantaine de mètres à l’Est du mur de soutènement.

63Cette mission a également été l’occasion d’une conférence, prononcée en grec, sur l’avancement de nos recherches auprès de l’association DEPPAM à Mykonos, le 30 mai 2014.

Conclusion

  • 59 On pense notamment aux camps romains de l’époque républicaine installés dans le contexte de la guer (...)

64La campagne de terrain de 2014 vient confirmer la nécessité de poursuivre une étude précise de la technique de construction de la fortification de Délos qui permet d’affirmer les similitudes morphologiques de cet ouvrage avec les fortifications militaires romaines en pierre par ailleurs connues, notamment en Espagne59. Elle nous semble également prouver l’intérêt d’un réexamen du tracé de la fortification. Le soin apporté à la défense d’un périmètre restreint au cœur de la ville, permettant de répondre aux attaques d’où qu’elles viennent, indique que les Romains n’ont pas pour but de protéger l’ensemble de la ville ou même le sanctuaire d’Apollon, mais d’établir, à l’hiver 69 av. J.‑C. un fort et une base logistique au centre de l’Égée demeuré instable jusqu’à la promulgation de la loi Manilia et les campagnes de Pompée contre les pirates.

Haut de page

Notes

43 Archives EFA Délos 1 – 1949.

44 Archives EFA L0123‑10A‑19A.

45 Cette question a été revue lors d’une opération de fouilles menée en 2016.

46 L’auteur donne sur le camp de Scipion les informations suivantes : le rempart avait une largeur comprise entre 2,50 et 3 m et atteignait une hauteur de 3,55 m ; voir Hisp. 90.

47 À l’angle obtus Sud‑Est du bastion Est, un bloc de marbre parallélépipédique parfaitement dressé suit le parement Sud, mais n’étant pas taillé selon les caractéristiques de l’angle, il s’adapte mal à la face Est.

48 Voir Vitruve, II 8,7 (les maçonneries) et I 5 (la construction de remparts et des tours).

49 Les deux étapes de construction se distingue aisément : le mur antérieur est bâti uniquement en gneiss avec un parement fait de blocs de moyen appareil destiné à structurer la maçonnerie ; le rempart, lui, est fait et l’autre d’un tout venant de petits moellons peu équarris.

50 Cet endroit nécessitera un nettoyage pour permettre une meilleure observation de ce qui s’apparente à un bouchage de rue.

51 Une nouvelle campagne de fouille dans la zone en 2016 n’a pas non plus permis d’atteindre le fond du remblai qui se révèle être au moins par endroit supérieur à 3 m d’épaisseur ! Cet aspect sera détaillé dans un prochain rapport.

52 GD 72.Voir BCH 49 (1925), p. 466‑469 et BCH 50 (1926), p. 568 ; Ph. Bruneau, CDH, p. 328‑329.

53 Voir les carnets de L. Bizard, à propos du dégagement de la section du rempart dit « mur NN » à l’angle Nord‑Est du portique d’Antigone : carnet de fouille 1904 (archives EFA Délos 2 – C DEL 24), 6 juin 1904 : « Au nord de la niche K (Présentoir de monuments chorégiques, GD 81), on atteint la fondation du mur AB (mur « NN »). Sous cette fondation, on trouve deux amphores et une grande quantité de fragments de vases et d’objets de tout genre. » ; carnet de fouille 1905 (EFA Délos 2 – C DEL 27) 21 juin : « Le mur AB […] est assis sur une couche de terre contenant une grande quantité de tessons » ; Délos 1 194, Rapport manuscrit, p. 25 : « Ces deux murailles (AB et BC soit « NN ») sont fondées sur une couche de tessons, parfois haute de plus d’un mètre […]. Elles sont donc d’époque récente et il conviendrait de les démolir ».

54 Le Môle 1 serait situé au Nord du Port sacré, à l’Ouest des actuelles maisons de fouille de l’EFA, le môle 2 est le Grand Môle ou jetée antique, qui partant de l’Agora de Théophrastos, s’avance dans la mer selon une direction Sud/Sud-Est ; le Petit Môle (3), se situerait au niveau de l’Agora des Compétaliastes entre un premier Bassin qui constitue le Port sacré et le Bassin II.

55 H. Duchêne, Ph. Fraisse, Le Paysage portuaire de la Délos antique. Recherches sur les installations maritimes, commerciales et urbaines du littoral délien, EAD XXXIX (2001), p. 95‑96.

56 P. Roussel, BCH 32 (1908), p. 418, no 10 bis, reprise dans l’édition des ID.

57 Histoire romaine XLIV 29 et XLV 10.

58 Voir Cl. Vial, M.‑F. Baslez, « La diplomatie de Délos dans le premier tiers du iie siècle », BCH 111 (1987), p. 281‑312.

59 On pense notamment aux camps romains de l’époque républicaine installés dans le contexte de la guerre contre Sertorius entre 80 et 72 av. J.‑C., ainsi Caceres el Viejo, voir G. Ulbert, Cáceres el Viejo: ein spätrepublikanisches Legionslager in Spanisch-Extremadura, Madrider Beitrage 11 (1984), ou dans le contexte des guerres cantabriques menées par Auguste : La Cerca ou La Lastra ou Castillejo près de Monte Bernorio, voir M. L. Serna Gancedo, A. Martínez Velasco, V. Fernández Acebo (éds), Castros y Castra en Cantabria. Fortificaciones desde los orígenes de la Edad del Hierro a las guerras con Roma. Catálogo, revisión y puesta al día (2010).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 50 – Plan général de la zone étudiée avec la courtine, les bastions Est et Ouest, les sections de rempart dite Mur Est, Mur Ouest et Mur Sud‑Ouest.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/462/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Titre Fig. 51 – La courtine et les bastions vus du Sud‑Est, depuis le plateau rocheux.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/462/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 592k
Titre Fig. 52 – Angle Sud‑Est du bastion Est.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/462/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 605k
Titre Fig. 53 – Parement Est du bastion Ouest.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/462/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 602k
Titre Fig. 54 – Situation du sondage Sud. Vue du plateau rocheux.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/462/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 550k
Titre Fig. 55 – Relevé des profils Ouest des sondages Sud et Nord ; relevé des parements Sud et Nord de la courtine.
Crédits Relevé et dessin, M. Fincker.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/462/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Titre Fig. 56 – Fondation du rempart dans le sondage Sud. Vue du Sud.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/462/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 714k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphanie Maillot et Myriam Fincker, « Le rempart de Triarius »Bulletin de correspondance hellénique, 139-140.2 | 2016, 894-991.

Référence électronique

Stéphanie Maillot et Myriam Fincker, « Le rempart de Triarius »Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 139-140.2 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 19 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/bch/462 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bch.462

Haut de page

Auteurs

Stéphanie Maillot

Maître de conférence, UCA

Myriam Fincker

Architecte, IRAA, CNRS, AMU

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search